Вы находитесь на странице: 1из 36

Commutation de

Niveau 3

1
lundi 20 février 2012
PLAN
• Introduction
• La commutation IP
• Les différentes Approches
• IP Switching d’Ipsilon
• Routing Switch

2
lundi 20 février 2012
Introduction
• Diversité des types de trafic dans le réseau avec les données, la voix, la
vidéo, etc...

• Besoin de bande passante de la téléphonie, des applications multimédias

• Le trafic devient de plus en plus dynamique et imprévisible

• La commutation (niveau 2) permet la transmission à haute vitesse à


l'intérieur de segments de réseaux séparés physiquement, mais elle
retransmet aussi le trafic de broadcast et de multicast créant ainsi une
surcharge inutile.

• Aucuns filtrages des informations, qu'elle retransmet. C'est pourquoi pour


contrôler le trafic ou pour assurer la sécurité des échanges entre des
groupes différents, il est nécessaire de déployer des routeurs.

• Les routeurs sont plus chers et difficiles à configurer que les commutateurs
de LAN. L'augmentation des vitesses et du trafic entre réseaux les met face
à une demande pour laquelle ils n'ont pas été conçus.
3
lundi 20 février 2012

Les routeurs assurent une analyse de ce qu'ils retransmettent, ils sont souvent basés sur des
systèmes à base de CPU et sont donc beaucoup plus lents que les commutateurs
La commutaion IP
• Plus le nombre de routeurs augmente et plus il faut de temps pour que les
paquets franchissent les couches logiciels des routeurs successifs.

• Chaque routeur introduit un temps de latence qui est peu pénalisant lorsqu'il
s'agit d'en traverser quelques uns mais qui le devient lorsque ce nombre
augmente. La commutation IP permet de résoudre en parti ce problème.

Approche des technologies de commutation IP


• Remplacer au maximum les routeurs par des commutateurs pour
profiter de leurs performances (une capacité de traitement de 20
millions de paquets par seconde contre seulement 500 000 paquets pour
les routeurs les plus performants), tout en conservant une
caractéristique fondamentale des routeurs : le calcul du chemin optimal
entre deux ressources.

4
lundi 20 février 2012

pour aller d'un point A à un point B il y a un certain nombres de routeurs


Les différentes Approches
• Tous les grands acteurs internationaux du monde du routage et de la
commutation s'attaquant aujourd'hui au marché de la commutation de niveau
3, différentes approchent existent : Certaines solutions sont matérielles,
d'autres logicielles, d'autres combinent les deux mondes.

Les principaux :
• Les premiers à s'être lancés dans la voie de la commutation IP sont Ipsilon
Networks, une startup californienne (aujourd'hui rachetée par Nokia). Elle
propose IP Switching, une solution à la fois matérielle et logicielle.

• 3com propose une solution logicielle : Fast IP. qui s'adapte sur ces matériels et
ceux des concurrents. Augmentation de 700 % des performances grâce à
l'utilisation de cette technologie.

• Cisco propose une solution logicielle : Tag Switching.

• MPLS (du groupe IETF).

5
lundi 20 février 2012
IP Switching d’Ipsilon
• Technologie basée sur la notion de flux. Un flux défini une séquence de
paquets qui sont traités de façon identiques par des routages complexes.

• L'envoi et la réception de chaque flux est déterminé par le premier paquet du


flux. La solution est basée sur un commutateur ATM. Les flux entrants sont
véhiculés par des canaux VC (circuit virtuel).

• Une fois le circuit virtuel établit pour le flux, tous le trafic du flux, peut être
commuté directement à travers un commutateur ATM, réduisant la charge des
équipements.

6
lundi 20 février 2012
IP Switching d’Ipsilon
Classification du flux
• Une importante fonction de la classification de flux est de sélectionner les
flux qui seront commutés par un commutateur ATM et ceux qui seront
envoyés paquets par paquets. On commute les flux de durée longue qui
représentent de gros volumes de données comme par exemple le trafic
multimédia (voix, images,video-conférences).

• Pour les flux sélectionnés pour être commuté, un circuit virtuel est établi. La
commutation ATM demande à ce que tous les paquets entrant soient
étiquetés par un identifiant de circuit virtuel (VCI) qui indique le circuit virtuel
auquel il appartient

• Nécessité d’un protocole pour distribuer l 'association de flux, et le VCI en


amont de chaque lien entrant.

• L'étiquetage de chaque paquet demande plus de temps que le simple renvoi


car on doit examiner plus de champs que juste l'adresse de destination

7
lundi 20 février 2012

Une fois le flux classifié, les décisions peuvent être mises en cache et les autres paquets du
flux pourront se baser sur le cache, sans refaire de totale classification de flux.
IP Switching d’Ipsilon
Implémentation
• La commutation IP vue par Ipsilon est construite sur deux bases : une
commutateur ATM et un contrôleur de commutation IP qui est une machine
puissante avec un OS proche d'UNIX.

• Ip switching est basée sur des commutateurs ATM classiques dont on a retiré


tout ce qui concerne la signalisation ATM, le routage, LAN Emulation, la
résolution d'adresse, etc... A la place, un simple protocole de gestion sert à
l'interfaçage avec l'Ip switch controler.

• Un des ports du commutateur ATM est connecté à une interface ATM du


contrôleur de commutation et est utilisé pour le contrôle et le transfert de
données. Le protocole de contrôle utilisé entre le commutateur et le
contrôleur est nommé General Switch Management Protocol (GSMP).

• Un autre protocole, appelé IFMP, Ipsilon Flow Management Protocole, est


utilisé pour communiquer entre commutateurs IP, il renvoie des informations
sur le suivi des données en aval.
8
lundi 20 février 2012

L'IP Switching fonctionne comme un routeur Ip classique. Il est composé de deux éléments ce qui permet de
distinguer les élements matériels et logiciels. Il est en charge de l'échange des informations de routage avec les
voisins, de la construction des tables de routage, des décisions de transmission de niveau 3.
IP Switching d’Ipsilon
Fonctionnement composants commutateur IP

1. Lorsque un commutateur IP est initialisée pour la


première fois, un circuit par défaut est établit pour chacun
des liens physiques. Ce circuit permet d'échanger des
informations de routage avec ses voisins..

2. Quand les cellules sont reçues par le circuit par défaut, 1 et 2


elles sont ré-assemblée et présentées au contrôleur de
commutation IP , qui définit le routage de niveau 3 et
envoie les paquets au commutateur suivant.

3. Ensuite, le contrôleur de commutation fait la classification


de flux. Le commutateur IP identifie les paquets
appartenant à flux en analysant les entêtes des paquets (3)
( adresse IP source, adresse IP de destination, numéro de
port émission, numéro de port destination). Chaque
commutateur décide de classifier des paquets dans un
flux
(4)
4. Si un paquet appartient à un flux, les paquets suivantes
seront directement commutés par le hardware ATM au
lieu d 'un routage conventionnel par store and forward

9
lundi 20 février 2012

L'IP Switching fonctionne comme un routeur Ip classique. Il est composé de deux éléments ce qui permet de
distinguer les élements matériels et logiciels. Il est en charge de l'échange des informations de routage avec les
voisins, de la construction des tables de routage, des décisions de transmission de niveau 3.
Fast IP de 3COM
• Fast IP est une fonctionnalité importante du logiciel DynamicAccess de
3Com. En ajoutant de l'intelligence aux cartes réseaux, FastIP contourne le
routeur et permet au trafic de suivre un chemin à travers des commutateurs
(niveau 2).

• Le logiciel gère la sécurité et le contrôle de trafic à la place du routeur. Fast IP


est basé sur NHRP (Next Hop Resolution Protocol), un standard IETF et
fonctionne sur le principe de questions/réponses entre systèmes d'extrémités.

10
lundi 20 février 2012
Fast IP de 3COM
Fonctionnement :
• Le système Fast IP est initialisé par un système d'extrémité. Quand des données doivent être envoyées à un sous
réseau séparé, le système émet une requête NHRP simultanément à l'envoi des données au routeur (après qu'un
nombre prédéfini de paquets soit envoyé à la même adresse de ce sous réseau).

• La requête NHRP est un paquet standard au format IP, contenant les adresses IP et MAC source et IP destination,
elle comporte l'identifiant " NHRP ". Ces informations sont utilisées par la station destination pour envoyer une
trame réponse NHRP à la station d'origine.

• Le paquet NHRP de requête est transmis au routeur qui l'analyse comme une trame de contrôle et le retransmet
ou non selon sa configuration de filtrage. Si il n'y a pas de restriction, il le retransmet et la station destination le
reçoit.

• Si la station de destination utilise aussi FastIP, elle reconnaît le paquet et envoie une réponse NHRP directement à
la station d'origine de la requête en utilisant son adresse MAC contenue dans le paquet de requête NHRP. Les
commutateurs transmettent la réponse en se basant sur l'adresse MAC.

• La station émettrice en recevant la réponse, sait qu'il existe un chemin commuté entre les sous réseaux. Elle va
donc émettre directement en utilisant l'adresse MAC de la station destination, au lieu de passer par le routeur.

• Par contre, si aucune réponse n'est reçue, la station continue d'émettre les paquets à destination du routeur,
comme auparavant.

11
lundi 20 février 2012
Le Tag Switching
Fonctionnement :
• Le Tag Switching proposé par cisco en 1997 est basé sur le concept de "label
swapping". Il s'agit en fait d'assigner un label ici appelé un tag (une étiquette)
sur un paquet de données, ce qui permet d'indiquer aux autres noeuds dans le
réseau la façon dont il faut traiter le paquet.

• Le Tag Switching est composé d'un ensemble d'éléments:

- Les Tags Edge Routers (TER) fonctionnent comme des routeurs normaux
( couche de niveau 3), ils appliquent en plus des "tags" sur les paquets
entrants/sortants. Ils se trouvent à la périphérie du réseau

- Les Tag Switches (TS) commutent les paquets avec entête ou les cellules. Ils
peuvent également offrir les services de la couche 2 ou de la couche 3. Ils
se situent au coeur du réseau.

- Le Tag Distribution Protocol (TDP) fonctionne en accord avec les


protocoles standard de routage. TDP est utilisé pour distribuer des
informations d'étiquetage dans le réseau.
12
lundi 20 février 2012
Le Tag Switching
Fonctionnement :

13
lundi 20 février 2012
Le Tag Switching
Principe du label swapping :
• Le paquet IP reçoit un LABEL dès son entrée dans le réseau

• Le paquet est ensuite commuté/acheminé sur la valeur de ce LABEL

• Le LABEL est changé à chaque saut (Hop), jusqu’à l’arrivée du paquet à la destination

• Le LABEL est déterminé par le premier routeur selon différents paramètres (champs TCP, adresse
IP, etc...).

• L’assignation est faite une seule fois (entrés du réseau et pour toute la traverse du réseau),

• Le LABEL est utilisé par les routeurs intermédiaires comme index dans la table => @du prochain
nœud + valeur du nouveau label.

• le LABEL identifie une « Classe d’équivalence à la commutation» ou FEC (Forwading Equivalence


Class): Ensemble de paquets ayant les mêmes caractéristiques d’expédition, et formant une classe
ou flot de paquets.

14
lundi 20 février 2012

Cette technique, appelée Label Swapping, est similaire à la commutation de cellules sur ATM
avec les informations de VPI/VCI ou à la commutation sur réseau Frame Relay avec les DLCI.
Le Tag Switching
Les Tags:
• Les Tags sont de taille fixe et peuvent donc être traités en hardware. Ils sont
insérés par les TER et peuvent être situés:

• dans l’entête de la trame de niveau 2


• dans l’entête du paquet IP
• ou inséré dans un champ additionnel entre les couches 2 et 3

• Ces options permettent d’utiliser le Tag Switching dans une grande variété de
réseaux WAN possédant des liaisons ATM, SONET, Ethernet et ou Frame/
Relay

• Le Tag Switching n’est d’autre part pas spécifique à IP; ce qui permet de
l’utiliser avec d’autres protocoles de niveau 3 (IPX, XNS)

15
lundi 20 février 2012
Internetwork Packet Exchange: Protocole décrivant la transmission des données sur les réseaux Netware développé par
Novell..
Xerox Network System : développé fin année 70 et permet la connexion via différents types de média (liaison série et
Ethernet)
Le Tag Switching
Les Tags:
• Un Tag peut être associé parle le module de contrôle à

• une application particulière (FTP, HTTP,...)


• une route
• une groupe de route
• un arbre multicast

• Cette association est enregistrée dans une table appelé «Forwading


Information Base ou FIB», et peut être construite en partenariat avec le
module de routage

• Ceci rend Tag Switching indépendant de l’algorithme de routage

16
lundi 20 février 2012
Le Tag Switching
Le Tag Distribution Protocol:
• TDP est un protocole de distribution d’étiquettes et d’information de
commutation entre les Tag Switches et Tag Routers

• Ces informations sont stockées pour constituer une base de données (TIB)
évoluant dynamiquement en fonction des flux actifs.

• Les entrées dans le TIB sont au format:

• un index (Input TAG) associé a un ou plusieurs tuples { outgoing TAG,


outgoing interface, outgoing link level information}

• Le TIB est créé par le module de contrôle du routeur Tag Switching

17
lundi 20 février 2012
Le Tag Switching
Le Tag Distribution Protocol:

18
lundi 20 février 2012
Le Tag Switching
Acheminement des paquets IP
• Les Tag Routers et les Tag Switches utilisent des protocoles standard de
routage (BGP, OSPF, RIP,...) pour l’identification des routes dans le réseau. Ils
communiquent avec les routeurs normaux comme s’il s’agissait de routeurs
classiques.

• Quand un Tag Router reçoit un paquet pour l’envoyer à l’intérieur d’un tag
network, il analyse l’entête du paquet IP, effectue le routage relatif à la couche
3, sélectionne une route dans sa table pour le paquet, applique un tag, et
envoie le paquet à la prochaine destination

• Le Tag Switch reçoit le paquet étiqueté et commute le paquet en se basant


seulement sur le tag sans re-analyser l’entête du paquet IP

• Les paquets arrivent au Tag Edge Routeur, de l’autre coté du réseau, le tag est
alors supprimé et le paquet est délivré

19
lundi 20 février 2012
http://www.cisco.com/en/US/docs/ios/12_0/switch/configuration/guide/xctagc.html
Le Tag Switching
Fonction TEP (Traffic Engineered Path)
• Pour le routage de couche 3 classique, présence de plusieurs
chemins entre deux points. Or les procédures de routage
classiques sélectionnent généralement un seul chemin comme
route de couche 3 entre deux points, sans tenir compte des
surcharges.

• Par conséquent, certaines liaisons sont saturées et d'autres sous-


utilisées. Les chemins TEP permettent d'ignorer les protocoles de
routage sur de nombreux routeurs.

• Il est possible de diriger du trafic sélectionné sur des chemins


spécifiques du réseau afin d'utiliser efficacement les ressources du
réseau et de fournir différents niveaux de services.

20
lundi 20 février 2012
http://www.cisco.com/en/US/docs/ios/12_0/switch/configuration/guide/xctagc.html
Le Tag Switching
Fonction TEP (Traffic Engineered Path)
• RSVP (et ses extensions) est le protocole de signalisation utilisé en
interne sur les réseaux à commutation Tag Switching pour configurer les
TEP.

• Sur un réseau à commutation Tag Switching, la configuration du tunnel


RSVP est exécutée au niveau du routeur TSR (Tag Switch Router) source
en tête du chemin.

• Le message transmis contient un chemin routé source complet et tous


les sauts intermédiaires identifiés. Le message de réponse contient les
tags qui constituent le TEP.

• Un mécanisme d'annulation rapide, intégré via une extension, permet de


réagir en cas de panne de liaison. L'utilisation du chemin peut donc être
immédiatement interrompue sans attendre le délai de temporisation
RSVP standard. 21
lundi 20 février 2012
http://www.cisco.com/en/US/docs/ios/12_0/switch/configuration/guide/xctagc.html
Le Tag Switching
Ingénierie de trafic
L'ingénierie de trafic est l'ensemble de mécanismes grâce auxquels un
administrateur spécifie quel trafic doit être accepté sur un chemin TEP.
Pour cela, il lui suffit de définir un filtre qui précise le trafic concerné,
puis de mapper ce filtre sur le TEP voulu. Plusieurs options de mappage
sont disponibles : mappage d'un filtre sur un chemin donné, mappage d'un
filtre sur plusieurs chemins ou encore équilibrage de charge entre
plusieurs chemins.
Un ordre de préférence peut être défini lors du mappage vers plusieurs
chemins (par exemple, en fonction du nombre de sauts) avec la
possibilité de basculer sur le routage IP normal lorsqu'aucun chemin
spécifié est disponible.

22
lundi 20 février 2012
http://www.cisco.com/en/US/docs/ios/12_0/switch/configuration/guide/xctagc.html
Le Tag Switching
La commutation Tag Switching est supportée
sur les plates-formes suivantes :
• Routeurs gamme Cisco 7500

• Routeurs gamme Cisco 7200

• Processeurs Cisco RSP7000

• Commutateur ATM Cisco LightStream 1010

• Commutateur IP+ATM Cisco BPX 8650

• Nœud de service universel Cisco BPX 8680

• Commutateur de bordure pour zone étendue Cisco MGX 8800

23
lundi 20 février 2012
http://www.cisco.com/en/US/docs/ios/12_0/switch/configuration/guide/xctagc.html
Le Tag Switching
Avantages
• Assure une certaine flexibilité, par exemple:

• Scalability avec le ‘destination préfix’. cette technique permet de


faciliter l’acheminement du trafic émanant de plusieurs sources vers une
même destination. Tous les paquets se partagent alors le même TAG et
évite l’explosion de label (problème courant dans la commutation IP)

• Réglages du trafic ou Traffic Engineering: les paquets tagués suivent les


routes spécifiées (différents de ceux calculé par l’algorithme de routage
par exemple) ce qui permet de régler le trafic ( load balancing sur
d’autres routeurs)

• Qualité de service explicitée dans le TIB

24
lundi 20 février 2012
MPLS
Principe :
• MPLS (Multi-Protocol Label Switching) est une technique réseau en cours de
normalisation à l'IETF dont le rôle principal est de combiner les concepts du
routage IP de niveau 3, et les mécanismes de la commutation de niveau 2
telles que implémentée dans ATM ou Frame Relay.

• Objectif : développer un standard pour la commutation IP sur différents types


de réseaux d’acheminement (ATM, Frame Relay, EThernet commuté, etc...)

• MPLS doit permettre d'améliorer le rapport performance/prix des


équipements de routage, d'améliorer l'efficacité du routage (en particulier
pour les grands réseaux) et d'enrichir les services de routage

• Intégration des propositions de différents constructeurs:

- TAG Switching : CISCO(IP sur ATM, FR, Ethernet Comm).


- IP Switching : IPSILON (IP sur ATM, FR)
- ARIS : IBM (IP sur ATM, FR)
25
lundi 20 février 2012

les nouveaux services étant transparents pour les mécanismes de commutation de label, ils
peuvent être déployés sans modification sur le coeur du réseau...
MPLS est indépendant du protocole de routage IP (OSPF, RIP, IGRP)
MPLS
Avantage et Application :
• Avantages: Une bonne partie des avantages de MPLS, notamment la gestion de
trafic et la qualité de service, reposent sur son support du routage explicite.

Les protocoles de routage sélectionnent le chemin le plus court entre la


source et la destination, quelle que soit la saturation du lien emprunté. Avec le
routage explicite, les opérateurs et les fournisseurs internet peuvent affecter
des chemins différents en fonction des types de trafic.

Ainsi un flux vidéo pourra se voir attribuer la route avec la moindre latence

• Applications: Les VPN sont considérés comme l’application de choix pour


MPLS. Avec MPLS, les opérateurs peuvent garantir une QoS de bout en bout
sur leurs réseaux IP.

Le trafic venant d’un RPV pourra être étiqueté et injecté dans les réseaux des
opérateurs et des FAI, et se voir attribuer une QoS indépendante des autres
flux transitant sur ces réseaux.
26
lundi 20 février 2012
MPLS
Glossaire :
• LABEL : identifiant de flux situé dans un champ fixe, petit, et contigue;

• LIB: Label Information Base: contient les associations de labels;

• FEC (Forwarding Equivalent Classes): Flot ou regroupement de paquets de


niveau 3 ayant des caractéristiques communes et se voyant attribués la même
valeur de LABEL;

• Label Stack: pile ordonnées de LABELs

• Label Distribution Protocol (LDP)

• Label Switch Router (LSR): Routeur possédant des fonctions MPLS;

• Label Edge Router (LER): Routeur de bord affectant les LABELs et les paquets
IP à un flot FEC

• MPLS Domain: Système Autonome constitué de Hosts et LSR


27
lundi 20 février 2012
MPLS
Fonctionnement
• Les routeurs MPLS situés à la périphérie du réseau (Edge LSR), possèdant à la fois
des interfaces IP traditionnelles et des interfaces connectées au backbone MPLS,
sont chargés d'imposer ou de retirer les labels des paquets IP qui les traversent.
• Les routeurs d'entrées, qui imposent les labels, sont appelés Ingress LSR,
• Tandis que les routeurs de sortie, qui retirent les labels, sont appelés Egress LSR.
La commutation des paquets
par les LSR du backbone est
basée sur les labels (pas de
reclassification dans le
backbone)

Les Egress Edge LSR


Les paquets sont classés à
retirent les labels et
leur entrée dans le backbone
délivrent les paquets
MPLS par les Ingress Edge
LSR, suivant l’IGP ou en
fonction de critère QoS,
Traffic Engineering, ...

28
lundi 20 février 2012
MPLS
Fonctionnement - la commutation de label
1. Le paquet IP arrive sur l’Ingress LSR
2. Le protocole de routage IP détermine, à partir de l’adresse
IP de l’egress LSR, la FEC, le label et le port de sortie
3. Ajout de l’entête
4. Paquet IP + Label envoyé vers le nœud suivant

29
lundi 20 février 2012
MPLS
Fonctionnement - la commutation de label
1. Le paquet IP + Label arrive sur le LSR interne du nuage MPLS
2. Le protocole de routage IP détermine, à partir de la LIB le
prochain Label à appliquer pour qu’il parvienne jusqu’à la
destination
3. Mise à jour du Label MPLS
4. Paquet IP + Label envoyé vers le nœud suivant (LSR ou E-LSR)

30
lundi 20 février 2012
MPLS
Fonctionnement - la commutation de label
1. Le paquet IP + Label arrive sur l’Egress LSR du nuage MPLS
2. L’équipement lui retire toute trace MPLS et transmission du
paquet à la couche réseau

31
lundi 20 février 2012
MPLS
Le LABEL
• Signification local entre 2 LSR adjacents et mappage du trafic entre le LSR en amont
et le LSR en aval.

• a chaque saut, le Label est utilisé pour chercher les informations de routage (next
hop, lien de sortie, encapsulation, etc...) et les actions à réaliser sur le Label
(insertion, changement ou retrait)

32
lundi 20 février 2012
Pour les réseaux Ethernet, un champ appelé shim a été introduit entre la couche 2 et la couche 3. Sur 32 bits, il a une
signification d'identificateur local d'une FEC. 20 bits contiennent le label, un champ de 3 bits appelé Classe of Service (CoS) sert
actuellement pour la QoS, un bit S pour indiquer s'il y a empilement de labels et un dernier champ, le TTL sur 8 bits (même
signification que pour IP). L'empilement des labels permet en particulier d'associer plusieurs contrats de service à un flux au
cours de sa traversé du réseau MPLS.
MPLS
Mode trame / mode Cellule :
• Il existe deux catégories d'interfaces MPLS sur les routeurs, dépendant de leur
mode de fonctionnement.

• Le premier mode, appelé mode trame (framed mode), correspond aux


interfaces traitant des paquets de taille variable, comme par exemple
Ethernet, Frame-Relay, PPP, etc.

• Le second mode concerne les interfaces ATM et est appelé mode cellule
(cell mode), la commutation étant basée sur la notion de circuit.

• Sur ATM, les circuits virtuels sont définis par les champs VPI/VCI de l'entête
des cellules. Suivant le mode de fonctionnement d'une interface, les méthodes
de propagation des labels aux routeurs voisins diffèrent.

33
lundi 20 février 2012

VCI : identifiant de circuit virtuel ou Virtal Channel Identifier


VPI : identifiant de chemin virtuel ou Virtual Path Identifier
liens utile : http://michel-m.pagesperso-orange.fr/configconnex.htm
MPLS
Distribution des labels (TDP/LDP)
Les LSR se basent sur l’information de label pour commuter les paquets au
travers du backbone MPLS.

Chaque routeur qui reçoit un paquet taggué, utilise le label pour déterminer
l’interface et le label de sortie.

Nécessité de propager les informations sur les labels à tous les LSR.

Le protocole TDP utilise TCP sur le port 711, tandis que LDP utilise TCP sur
le port 646

Les labels sont spécifiés selon le chemin " Hop By Hop " défini par l'IGP
(Interior Gateway Protocol) dans le réseau.

Chaque noeud doit donc mettre en oeuvre un protocole de routage de niveau


3, et les décisions de routage sont prises indépendamment les unes des autres.

34
lundi 20 février 2012
MPLS
Distribution des labels (TDP/LDP)

LDP est bi-directionnel et permet la découverte dynamique des noeuds


adjacents grâce à des messages Hello échangés par UDP. Une fois que les 2
noeuds se sont découverts, ils établissent une session TCP qui agit comme
un mécanisme de transport fiable des messages d'établissement de session
TCP, des messages d'annonce de labels et des messages de notification.
35
lundi 20 février 2012
MPLS
Distribution des labels (TDP/LDP)

Chaque noeud doit donc mettre en oeuvre un protocole de routage de niveau


3, et les décisions de routage sont prises indépendamment les unes des autres.

36
lundi 20 février 2012