Вы находитесь на странице: 1из 22

L’imposition des pharmaciens

Master 2: Finance, audit et contrôle de gestion


Anné e universitaire: 2016/2017

Encadré par :
Professeur: RESSA AHMED

Travail effectué par:


Adlani Chaima
Bousair Oussama
Chbani Zaynab
Najim Yassine

L’imposition des pharmaciens


[Type the date]
Remerciement

De prime à bord nous tenons à remercier notre créateur, le Seigneur


Dieu pour sa main protectrice, il nous a bénis et nous a conduits pendant
tout notre passage à lui soit la gloire.

Nous tenons tout en estime à exprimer nos sincères remerciements


à notre professeur Monsieur RESSA Ahmed pour ses précieux
conseils, ainsi que pour avoir accepté d’assurer le cours de droit fiscal.
Qu’il puisse trouver dans ces modestes lignes l’expression de notre
respect le plus profond.

Enfin, nous remercions du fond du cœur tous nos proches et amis,


qui nous ont toujours soutenus et encouragés jusqu’à l’aboutissement
de ce travail.

2
Imposition des pharmaciens
Sommaire
Introduction
I- Le Cadre juridique et institutionnel de l’exercice de la pharmacie.
3- Les catégories de pharmacies
3- Les conditions d’exercice
3- Un statut physique ou moral pour les pharmaciens

II- Imposition des pharmaciens au Maroc.


1- Impôt sur le revenu
2- Impôt sur les sociétés
3- Taxe professionnelle et taxe sur les services communaux
4- Tva sur les actes médicaux et exonérations

Conclusion
References bibliographiques

3
Imposition des pharmaciens
Introduction

Conscients des dangers qui menaçaient leur santé, les peuples ont eu recours aux remèdes depuis
les temps les plus reculés. Peu à peu, ils ont établi une réglementation gérant le médicament et
définissant les fonctions du prescripteur et du dispensateur.
er
Ainsi, dans l’Égypte du 1 siècle avant J.-C, les médecins étaient responsables du choix des
médicaments administrés aux malades selon des lois écrites1. Une simple négligence pourrait les faire
traduire en justice.
ème ème
En Europe, aux XI et XII siècles, plusieurs lois ont été promulguées à l’égard des médecins et
apothicaires2.
ème
Au début du XX siècle, à la veille du protectorat français, le Maroc ne connaissait ni législation
pharmaceutique, ni pharmacien à proprement dit. Il était encore au stade de l’épicier apothicaire. La
profession avait en effet conservé un style artisanal très exprimé et était dominée par le système
corporatif au sein duquel le « mohtasib » jouissait d’un large pouvoir en matière de contrôle, de
surveillance et de sanction3.

Dès l’instauration du protectorat, moderniser et protéger la santé publique fut la principale


préoccupation. Il fallait établir une législation médicale, juridique et fiscal concernant la matiere.
C’est ainsi que fut promulgué l’arrêté de 1913 4 , c’était le premier texte relatif à la profession
pharmaceutique. Puis, les premières règles juridiques spécifiques à la profession apparurent et le
monopole pharmaceutique fut établi et enfin des regles plus spécifique a l’imposition fiscal ont été
élaboré d’une façon adequate a la profession.

Aujourd’hui, Tous les pratiques professionnelles sont soumises par le Code Général des Impôts
marocain. Ce Code prévoit pour les professions libérales, et donc pour les pharmaciens, des
obligations comptables et fiscales. En effet la fiscalité des metiers de santé a connu une mutation
profonde suite au processus de réforme du système fiscal marocain adopté depuis 1984 5. Cependant,
la nécessité d’une vision globale s’était faite de plus en plus sentir, conduisant à la tenue des
premières assises nationales sur la fiscalité en novembre 1999 6 pour orienter le système fiscal vers
une dynamique de modernisation afin de l’adapter aux nouvelles dogmes de l’économie marocaine et
aux meilleurs pratiques fiscales internationales.

1 THESE: Mr. Hicham NHAILI, LA LEGISLATION PHARMACEUTIQUE AU MAROC DURANT LE PROTECTORAT FRANÇAIS (1912- 1956)

2 www.who.int/medicinedocs/en/d/Js2217f.

3Pierre Walch: La législation pharmaceutique au Maroc dans la zone Française du protectorat 1955. Paris, Librairie générale de droit et de
jurisprudence, 1955.

4 Dahir du 27 avril 1914, Bull. Off. N° 82 du 22 mai 1914


5 LA LOI CADRE N° 3-83 DU 23 AVRIL 1984.
6 Dahir n° 1-99-12 du 18 chaoual 1419 (5 février 1999)

4
Imposition des pharmaciens
En 2007, un code général des impôts a été institué traduisant l’harmonisation et la simplification
des textes fiscaux. Puis en 2009 il y a eu à une réduction de l’Impôt sur le revenu qui a fait l’objet
d’un aménagement du barème de l’IR en 2009 et 2010 en vue d’augmenter le pouvoir d’achat. En
mai 2013, la tenue des nouvelles assises nationales sur la fiscalité s’est inscrite dans la même vision
déjà soutenue : le système fiscal doit relever les défis sur le plan et économique et social en
cohérence avec les réformes institutionnelles et politiques engagées par le pays.

Nous developperons le carrefour entre fiscalité et pharmacie dans cette recherche en deux volets. Le
premier volet présente des généralités sur le secteur pharmaceutique au Maroc à savoir le cadre
juridique, l’historique, et les conditions d’exercice. Le second volet traite l’imposition des pharmacies
vis-à-vis les différentes impôts directes et indirectes à savoir l’impôt sur les sociétés (IS), l’impôt sur le
Revenu (IR), la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et autres taxes.

5
Imposition des pharmaciens
I-Le Cadre juridique et institutionnel de l’exercice de la
pharmacie.

1- les catégories des pharmacies :

l'officine de pharmacie:
L'officine de pharmacie est l'établissement de santé affecté à l'accomplissement, à titre exclusif ou
accessoire, des opérations visées à l'article 30 de la loi marocaine17-047.

 Article 30 : Sont réservées exclusivement aux pharmaciens d'officine:

• la préparation des médicaments

• la détention des produits ci- après en vue de leur dispensation au public

 les médicaments ainsi que les objets de pansements, produits et articles à usage médical figurant à
la pharmacopée ainsi produits et articles à usage médical, présentés sous une forme stérile
conformément aux conditions de stérilité décrites dans la pharmacopée8;

 les laits ainsi que les aliments lactés diététiques pour nourrissons et les aliments de régime destinés
aux enfants de premier âge.

A titre accessoire, les pharmaciens d'officine peuvent détenir et vendre:

• toutes drogues, tous produits chimiques ou préparations pharmaceutiques, autres que ceux qui
figurent à la ou (les) pharmacopée(s) en vigueur à condition qu'ils soient étiquetés et vendus
conformément à leur composition;

• les produits destinés à l'entretien ou à l'application des lentilles oculaires de contact; - les réactifs
conditionnés en vue de la vente au public;

• les laits ainsi que les aliments lactés diététiques pour nourrissons et les aliments de régime destinés
aux enfants de deuxième âge;

• les huiles essentielles;

• les sucettes, les tétines et les biberons.

7La loi n° 17-04 portant code du médicament et de la pharmacie promulguée par Dahir n° 1-06-151 du 30 chaoual 1427 (22 novembre 2006)
8un recueil à caractère officiel et réglementaire des matières premières autorisées dans un pays ou dans un groupe de pays pour la fabrication des
médicaments. https://fr.wikipedia.org/wiki/Pharmacopée

6
Imposition des pharmaciens
La pharmacie hospitalière: Des réserves de médicaments
dans les cliniques et les établissements assimilés

Les cliniques et établissements peuvent disposer d'une réserve de médicaments pour satisfaire leurs
besoins internes spécifiques.

Selon l’article 21 de la loi 10-949, On entend par clinique, quelle que soit sa dénomination, tout
établissement, poursuivant un but lucratif ou non, ayant pour objet d'accueillir des personnes,
notamment les malades, les blessés et les parturientes, afin de les examiner ou de leur dispenser des
soins pendant la durée appropriée à leur état.

Sont notamment assimilés, pour l'application de cette loi, les établissements dits « maison
d'accouchement », « centre de thalassothérapie », « centre de soins », « centre de cure » et autres
établissements recevant des personnes pour une période supérieure à 24 heures afin de leur dispenser
des soins.

La réserve de médicaments doit être placée sous la responsabilité d'un pharmacien autorisé à exercer sa
profession. Le pharmacien concerné doit conclure à cette fin une convention avec la clinique ou
l'établissement intéressé.

 Les établissements pharmaceutiques


Industriels
L'établissement pharmaceutique industriel est tout établissement disposant d'un site de fabrication
et effectuant les opérations de fabrication, d'importation, d'exportation et de vente en gros des
médicaments et, le cas échéant, la distribution en gros.

Pharmaceutiques grossistes répartiteurs


L'établissement pharmaceutique grossiste répartiteur est tout établissement exerçant les activités
liées à l'achat, à la détention et à la distribution en gros des médicaments aux officines de
pharmacie et aux réserves de médicaments dans les cliniques.

9 Dahir n°1-96-123 du 5 rabii II 1417 (21 août 1996 ) portant promulgation de la loi n°10-94 relative à l'exercice de
médecine

7
Imposition des pharmaciens
2- Les conditions d’exercice:
Dès l’instauration du protectorat, la profession connut l’émergence d’une législation, changement
radical abolissant le système corporatif10 et mettant en place les premiers règlements qui constituèrent
la base du système juridique actuel.

2-1 la possession de l’autorisation :


L’arrêté municipal type11 de 1913 introduisit dans son article premier la nécessité d’un diplôme pour
pouvoir exercer :

« Il est interdit d’exercer la profession de médecin, pharmacien, dentiste ou sage-femme sans


l’autorisation du Pacha12, visée par l’autorité de contrôle administratif de la circonscription.
Cette autorisation sera délivrée sur la production de diplômes dont la régularité aura été vérifiée
par le Consul du pays d’origine de l’intéressé ».

Cet arrêté fut promulgué à la suite des abus et des accidents auxquels donna lieu le libre exercice de la
profession. Ce modèle, d’une part servit de référence aux Pachas pour gérer l’exercice de la pharmacie
dans leurs propres territoires, et d’autre part il sensibilisa les praticiens.

En effet, l’exigence d’un diplôme pour l’exercice professionnel a mis certains praticiens étrangers non
diplômés en situation illégale. Ces derniers étaient souvent appuyés par leurs consuls respectifs. Il
fallut donc, adopter une solution pour légaliser leur situation.

C’est ainsi que, le dahir du 27 avril 1914 13 fut édicté. La formule apportée ne décida pas une
interdiction expresse de l’activité de ces praticiens non diplômés, mais plutôt une certaine souplesse.
L’existence de ces praticiens fut reconnue.

Son article premier disposa que :

« Les pharmaciens non diplômés installés et exerçant actuellement au Maroc (Protectorat


Français) pourront être autorisés à exercer leur profession après avoir subi avec succès, dans les
conditions suivantes, un examen théorique et pratique devant un jury technique spécial. ».

Une fois admis à cet examen14, l’intéressé recevait un brevet portant le nom de certificat de capacité
de pharmacien « toléré » qui restait valable uniquement pour la ville où il exerçait au moment de
l’examen. Ce diplôme devait être affiché en bonne vue du public au niveau de l’officine.

De nombreuses mutations ont touché la professtion de pharmacie après la colonisation, dont les plus

10
Systèmes corporatifs: Comparables, quoi qu’antérieurs, aux métiers jurés des villes de l’Occident médiéval sont les corps de métiers des cités
marocaines contemporaines, fortement structurés, aux origines tant religieuses qu’économiques. Spécialisé, localisé, chaque groupement corporatif
possède une hiérarchie à triple niveau : apprentis, compagnons, maîtres. Olivier Devaux : La répression des fraudes au Maroc au début du Protectorat.
Série- Séminaires et Colloques. n°14. Action intégrée interuniversitaire Franco-Marocaine n°90- 437, 1996, p: 18, 47.

11 Arrêté Type municipal de 1913, Bull. Off. N° 47 du 19 septembre 1913, p : 370.

12Pacha : Est à la fois l’administrateur de la ville qu’il représente en Justice, le dépositaire du pouvoir réglementaire en matière municipale et le
représentant du Sultan. Vizir. J. Goulven: La France au Maroc vingt-cinq ans de protectorat (1912-1937), 1937- p : 42- 43.

13 Dahir du 27 avril 1914, Bull. Off. N° 82 du 22 mai 1914, p : 360.

14 Examen de capacité professionnelle des pharmaciens, Bull. Off. N°123 du 1 mars 1915, p : 94.

8
Imposition des pharmaciens
significatives ont été édicté dans la Loi n° 17-0415 portant code du médicament et de la pharmacie
promulgué en 2006;

L’article 57 de ladite loi énonce ainsi: La création de toute officine de pharmacie est subordonnée
à l'octroi d'une autorisation accordée par l'autorité administrative provinciale ou préfectorale
compétente à raison du lieu d'implantation de l'officine en projet au vu du procès-verbal de
constatation de conformité établi par la commission.

La demande d'autorisation de création de l'officine est déposée auprès de l'autorité locale compétente
contre récépissé indiquant la date et l'heure du dépôt.

Elle doit être obligatoirement accompagnée, sous peine d'irrecevabilité, de l'autorisation d'exercice
de la pharmacie en premier lieu;

Pour la pharmacie d’officine:


A cet égard, l’article 93 du code du medicament et de la pharmacie marocain évoque que:

L'exercice à titre privé de la profession de pharmacien, sous quelque forme que ce soit, est
subordonné à l'obtention d'une autorisation délivrée à cet effet par le président du Conseil
national de l'Ordre des pharmaciens aux personnes qui remplissent les conditions suivantes:

1. être de nationalité marocaine;


2. être titulaire du diplôme national de doctorat en pharmacie délivré par une faculté marocaine de
médecine et de pharmacie ou d'un titre ou diplôme reconnu équivalent conformément à la
réglementation en vigueur ;


3. être en position régulière au regard de la législation relative au service militaire;


4. n'avoir encouru aucune condamnation pour des faits contraires à l’honneur, à la dignité ou à la
probité;


5. ne pas être inscrit à un Ordre de pharmaciens étranger.)

-l'attestation d'inscription au tableau de l'Ordre des pharmaciens ;( Article 96: Dès l'obtention de
l'autorisation, le pharmacien doit demander son inscription à l'Ordre des pharmaciens avant
l'accomplissement de tout acte de sa profession. Cette inscription est de droit au vu de la délivrance de
l'autorisation d'exercice et du règlement du montant de la cotisation ordinale.)

-une attestation accompagnée d'un plan cadastral ou, à défaut, d'un plan de situation, délivrée par un
géomètre topographe assermenté précisant que la distance minimale de 300 m précitée est
respectée.(cette condition sera traitée ultérieurement dans le prochain sous titre.)

Pour la pharmacies hospitalière


La réserve de médicaments doit être placée sous la responsabilité d'un pharmacien autorisé à
exercer sa profession.

Le pharmacien concerné doit conclure à cette fin une convention avec la clinique ou l'établissement.

15 Dahir n° 1-06-151 du 30 chaoual 1427 (22 novembre 2006) portant promulgation de la loi n° 17-04 portant code du médicament et de la pharmacie.

9
Imposition des pharmaciens
La validité de cette convention est subordonnée au visa du président du conseil national de l'ordre des
pharmaciens qui s'assure de la conformité des clauses qu'elle comporte aux dispositions de la présente
loi et aux textes pris pour son application ainsi qu'au code de déontologie des pharmaciens.

Et d’apres l’article 7016 de la loi 17-04, le pharmacien conventionné avec une clinique ou un
établissement assimilé, est considéré comme responsable de l'ensemble des actes pharmaceutiques qui
y sont effectués

Toutefois, si le pharmacien conventionné avec une clinique ou un établissement assimilé pour gérer la
réserve de médicaments, est propriétaire d'une officine, cette dernière doit être située dans le ressort
territorial de la commune dans laquelle est située la clinique contractante.

Le pharmacien précité ne peut lier convention aux fins précitées qu'avec une seule clinique.

Les établissements pharmaceutiques:

Tout projet de création d’un établissement pharmaceutique est subordonné à l'octroi d'une autorisation
préalable accordée par l'administration après avis du conseil national de l'ordre des pharmaciens
conformément à l’article 75 de la loi n° 17-04.

On se basant sur l’article 76 de ladite loi, L’autorisation définitive d'ouverture est délivrée par
l'administration au vu:

 De l'autorisation d'approbation préalable;


 Du procès-verbal de la visite de conformité ;
 Du contrat d'engagement du pharmacien responsable ;

Selon l’article 8517 de la loi n° 17-04 L'établissement pharmaceutique industriel peut appartenir à une
personne physique ou à une société dans les conditions suivantes:

1. Si l'établissement appartient à une personne physique, le propriétaire doit être pharmacien


dûment autorisé en qualité de pharmacien responsable. 


2. Si l'établissement appartient à une société, celle-ci doit être de droit marocain et comporter, en
tant que pharmacien responsable et selon la forme qu'elle revêt, soit un des directeurs généraux, soit un
des gérants.

Selon l’article 9018 de la loi n° 17-04, tout établissement pharmaceutique grossiste répartiteur peut
appartenir à une personne physique ou une société dans les conditions suivantes :

1- Si l'établissement appartient à une personne physique, le propriétaire doit être un pharmacien


dûment autorisé en qualité de pharmacien responsable.

2- Si l'établissement appartient à une société, le pharmacien responsable doit être un des dirigeants ou
des gérants selon la forme juridique de la société.

17 La loi n° 17-04 portant code du médicament et de la pharmacie promulguée par Dahir n° 1-06-151 du 30 chaoual 1427 (22 novembre 2006)

18 La loi n° 17-04 portant code du médicament et de la pharmacie promulguée par Dahir n° 1-06-151 du 30 chaoual 1427 (22 novembre 2006)

10
Imposition des pharmaciens
2-2 Condition de répartition territoriale des officines:

La liberté d’implantation des officines allait engendrer de grands inconvénients, tant pour le
pharmacien que pour le public. Le législateur a jugé nécessaire qu’un système de limitation soit mis en
place pour faire face à la création anarchique des officines.

les pharmacies allaient se classer d’elles mêmes en fonction des besoins.

Le pharmacien qui sollicitait l’autorisation d’exercer ne pouvait librement ouvrir son officine que si la
localité choisie appelait à une nouvelle installation tel que précisé dans l’article 57 du code marocain
du medicament et de la pharmacie.

La création de toute officine de pharmacie est soumise aux règles suivantes:

-la distance minimale devant séparer l'extrémité de façade de l'officine en projet à la plus proche
de celle de chacune des officines de pharmacie avoisinantes est de 300 mètres mesurée suivant
une ligne droite19.

Les modalités de mesurage de la distance minimale sont fixées par voie réglementaire;

- l'entrée principale de l'officine de pharmacie doit donner directement accès à la voie publique sauf
lorsque l'officine est située dans l'enceinte d'un centre commercial;


-le local devant abriter l'officine de pharmacie doit être conforme aux normes techniques d'installation,
de salubrité et de surface édictées par l'administration après avis du Conseil national de l'Ordre des
pharmaciens.

2-3 Condition de moralité:


L’autorisation ne pouvait être accordée si, le pharmacien pouvait mettre en cause l’éthique de la
profession. Ses antécédents et sa conduite devaient être vérifiés. Si l’intéressé était frappé d’une
condamnation civile ou pénale pour des faits qualifiés comme crimes ou comme délits, on parlait alors,
d’une incapacité d’exercer la profession20.

De prime, on trouveque la legislation marocaine stipule dans l’article 10221 que L'autorisation
d'exercice peut etre retirée au pharmacien selon le cas, par le Conseil national de l'Ordre des
pharmaciens ou par l'administration à la suite:

1. d'une condamnation pénale ou civile définitive encourue pour faits préjudiciables à la santé
d'autrui ou pour infraction aux dispositions de la présente loi et des textes pris pour son application ou
celles de la législation relative aux substances vénéneuses;


2. d'une sanction disciplinaire de radiation devenue définitive.

19 L’article 57 de la loi n° 17-04 portant code du médicament et de la pharmacie.


20 Hélène Van den Brink: Le principe d’indivisibilité de la propriété et de l’exploitation de l’officine N° 339, 2003. p: 408.

21 Loi n° 17-04 portant code du médicament et de la pharmacie promulgué en 2006

11
Imposition des pharmaciens
De plus, Article 107 du meme code a venu pour interdir le colportage pharmaceutique, sous
quelque forme que ce soit.

Selon le cas, le retrait de l'autorisation est prononcé à titre temporaire ou définitif. L'autorisation
d'exercice pourra être également retirée dans le cas où une condamnation pour faits analogues à ceux
visés ci-dessus serait intervenue avant sa délivrance mais n'aurait été connue que postérieurement.

Enfin et sur le coté ethique, quelle que soit sa fonction ou sa spécialité, le pharmacien doit, dans la
limite de ses connaissances, porter secours à un malade en danger immédiat, si des soins médicaux ne
peuvent lui être assurés.

3- Un statut physique ou moral pour les pharmaciens


Dans le cadre de la formalisation de l’économie et l'amélioration et la consolidation des relations entre
la pharmacie et l'ensemble des partenaires (administration fiscale, banques, fournisseurs, clients, etc.),
le législateur marocain depuis la loi de finance de 2011 a donné la possibilité aux pharmaciens de
transformer leur officine en société morale « SARL » et ce en respectant un certain nombre de
conditions.

3-1 Les conditions de passage du statut personne physique à celui


morale :

Pour bénéficier du statut personne morale, il faut satisfaire 3 conditions22 :

Tout d’abord, les éléments d’apport doivent être évalués par un commissaire aux apports choisi
parmi les personnes habilitées à exercer les fonctions de commissaire aux comptes.
Ensuite, ledit apport doit être effectué entre le 1er janvier 2015 et le 31 décembre 2016.
Enfin, il faut constituer une société pour recevoir cet apport qui doit, en outre, souscrire une
déclaration dans les 60 jours suivant l’apport.

3-2 Les avantages de la personne morale SARL


 Sur le plan juridique :
La SARL demeure la forme juridique de l'entreprise sociétaire simple et facile : c'est la plus
conseillée pour les pharmacies. En effet, elle est constituée par une personne (associé unique) ou
par plusieurs associés, ne supportant les pertes qu'à concurrence de leurs apports. Ceci représente un
avantage énorme par rapport à la personne physique, qui est responsable des dettes de la pharmacie
sur l'ensemble de son patrimoine
 Sur le plan social :
L'associé salarié bénéficie des avantages et des prestations de la Caisse Nationale de Sécurité
Sociale (CNSS) :
- Allocations familiales

22 Article 247 du Code Général des Impôts 2016 AL 17

12
Imposition des pharmaciens
- Diverses indemnités. - AMO : couvrant les hospitalisations, les maladies de longue durée, la santé
des enfants à charge, les soins et les remboursements des frais médicaux
- Pension à l'âge de la retraite.

II- l’imposition des pharmaciens :

1-Impôt sur le revenu

-Définition:
L’impôt sur le revenu s’applique aux revenus et profits des personnes physiques et des personnes
morales et n’ayant pas opté pour l’impôt sur les sociétés.

a- Revenus professionnels23 :
Sont considérés comme revenus professionnels pour l’application de l’impôt sur le revenu :
1°- les bénéfices réalisés par les personnes physiques et provenant de l’exercice :
a) des professions commerciales, industrielles et artisanales ;
b) des professions de promoteur immobilier, de lotisseur de terrains, ou de marchand de biens.

-Base d’imposition:
Les revenus professionnels sont déterminés d’après le régime du résultat net réel prévu aux articles
33 à 37 et à l’article 161 du code général des impots 2016.
Toutefois, les contribuables exerçant leur activité à titre individuel ou dans le cadre d’une société de
fait, peuvent opter, dans les conditions fixées respectivement aux articles 43 et 44 pour l’un des
trois régimes du résultat net simplifié, ou du bénéfice forfaitaire visés respectivement aux articles
38, 40 et 42.
Sur ce revenu trois régimes qui e distinguent à savoir :

REGIME DU RESULTAT NET REEL :


Est déterminé d’après le régime du résultat net réel doit être clôturé au 31 décembre de chaque
année.
Le résultat net réel de chaque exercice comptable est déterminé d’après l’excédent des produits sur
les charges de l’exercice dans les mêmes conditions que celles prévues pour L’I/S.
REGIME DU RESULTAT NET SIMPLIFIE:
L’exercice comptable des contribuables, dont les revenus professionnels sont déterminés d’après le
régime du résultat net simplifié, est clôturé au 31 décembre de chaque année.
Le résultat net simplifié de chaque exercice est déterminé d’après l’excédent des produits sur les
charges de l’exercice engagées ou supportées pour les besoins de l’activité imposable, en
application de la législation et de la réglementation comptable en vigueur, rectifié sur l’état de
passage du résultat comptable au résultat net fiscal, sous réserve des dispositions de l’article 11

23 Article 30 et 31 du code général des impots 2016

13
Imposition des pharmaciens
alinéa 2 du code général des impots marocain et à l’exclusion des provisions et du déficit
reportable.

REGIME DU BENEFICE FORFAITAIRE24:

Le bénéfice forfaitaire est déterminé par application au chiffre d’affaires de chaque année civile d’un
coefficient fixé pour chaque profession.
Le régime forfaitaire est applicable sur option formulée dans les conditions de forme et de délai
prévues aux articles 43 et 44. En sont toutefois exclus :
- les contribuables exerçant une des professions ou activités prévues par voie réglementaire ;
- les contribuables dont le chiffre d’affaires, taxe sur la valeur ajoutée comprise, annuel ou porté à
l’année dépasse : a) 1.000.000 de dirhams, s’il s’agit des activités visées au 1° de l’article 39 b)
250.000 dirhams, s’il s’agit des prestataires de service, des professions ou sources de revenus visées à
l’article 30 du code général des impots.

b-I’IR pour la pharmacie personne physique25 :

Concernant les officines pharmaciens personne physique, ils sont obligatoirement imposés sous le
régime RNR en vertu du décret Décret n° 2-08-124 du 3 joumada II 1430 (28 mai 2009) désignant les
professions ou activités exclues du régime du bénéfice forfaitaire et qui annonce que :
En application du 1° de l'article 41 du chapitre III du titre II relatif à l'impôt sur le revenu, du code
général des impôts institués par l'article 5 de la loi de finances n° 43-06 pour l'année budgétaire 2007
promulguée par le dahir n° 1-06-232 du 10 hija 1427 (31 décembre 2006), les professions ou activités
exclues du régime du bénéfice forfaitaire sont les suivantes :
Marchands en détail d'orfèvrerie, bijouterie et joaillerie ;
- Marchands en gros d'orfèvrerie, bijouterie et joaillerie ;
- Marchands exportateurs ;
- Marchands importateurs ;
- Médecins ;
- Notaires ;
- Pharmaciens ;
- Prestataires de services informatiques ;
- Prestataires de services liés à l'organisation des fêtes et réceptions ;

c- les Revenus salariaux et assimilés26 :

Définition :
Sont considérés comme revenus salariaux pour l’application de l’impôt sur le revenu :

24 Artciles 33, 35 et 37 du code général des impots 2016


25 Décret n° 2-08-124 du 3 joumada II 1430 (28 mai 2009)
26 Article 56 et 57 du code général des impots 2016

14
Imposition des pharmaciens
- les traitements ;
- les salaires ;
- les indemnités et émoluments ;
- les allocations spéciales, remboursements forfaitaires de frais et autres rémunérations allouées aux
dirigeants des sociétés ;
- les pensions ;
- les rentes viagères ;
- les avantages en argent ou en nature accordés en sus des revenus précités.

Exonérations :
Sont exonérés de l’impôt :
1°- Les indemnités destinées à couvrir des frais engagés dans l’exercice de la fonction ou de
l’emploi, dans la mesure où elles sont justifiées, qu’elles soient remboursées sur états ou attribuées
forfaitairement.
Toutefois, cette exonération n’est pas applicable en ce qui concerne les titulaires de revenus
salariaux bénéficiant de la déduction des frais inhérents à la fonction ou à l’emploi, aux taux prévus à
l’article 5927;
2°- les allocations familiales et d’assistance à la famille ;
3°- les majorations de retraite ou de pension pour charges de famille ;
4°- les pensions d’invalidité servies aux militaires et à leurs ayants cause ;
5°- les rentes viagères et allocations temporaires accordées aux victimes d’accidents du travail ;
6°- les indemnités journalières de maladie, d’accident et de maternité et les allocations décès servies
en application de la législation et de la réglementation relative à la sécurité sociale ;
7°- dans la limite fixée par la législation et la réglementation en vigueur en matière de
licenciement :
- l’indemnité de licenciement ;
- l’indemnité de départ volontaire ;
- et toutes indemnités pour dommages et intérêts accordées par les tribunaux en cas de licenciement.

Déductions :

Sont déductibles des sommes brutes énumérées à l’article 56, exclusion faite de celles exonérées en
vertu des dispositions de l’article 57 :
-20 % : pour l’ensemble des catégories professionnelles, à l’exclusion de certaines professions
(journalistes, ouvriers mineurs, personnel naviguant de la marine marchande et de la pêche maritime
etc.) pour lesquelles la loi prévoit des taux spécifiques. Cette déduction ne doit, toutefois, pas excéder
28.000 DH ;
- Les retenues supportées pour la constitution de pensions ou de retraites ;
- Les cotisations aux organismes de prévoyance sociale, ainsi que les cotisations salariales de
sécurité sociale ;
- La part salariale de primes d’assurance-groupe ;

27 du Code Général des Impôts 2016

15
Imposition des pharmaciens
- Le remboursement en principal et intérêts des prêts contractés pour l’acquisition d’un logement
social ;

2-L’impot sur les sociètés


2-1 La Base imposable :
L’impôt sur les sociétés est calculé sur la base du résultat Fiscal après imputation, s’il y a lieu, du
déficit des 4 derniers exercices non prescrits.

Le passage du résultat comptable au résultat fiscal nécessite qu’en :


• ajoute les réintégrations fiscales : c’est à dire toutes les charges déduites en comptabilité mais non
admises sur le plan fiscal.
• retranche toutes les déductions fiscales : c’est à dire les avantages accordés sur le plan fiscal mais non
admis sur le plan comptable

2-2 Taux d’imposition :


La loi de finances 2016 a instauré des taux d’impositions sur les sociétés proportionnels selon le
barème suivant28 :

MONTANT DU BÉNÉFICE NET EN DIRHAMS TAUX

Inférieur ou égal à 300 000 DH 10%

De 300 001 à 1 000 000 DH 20%

De 1 000 001 à 5 000 000 DH 30%

Au-delà de 5 000 000 DH 31%

2-3Liquidation de l’impôt :

Période d’imposition :
L’impôt sur les sociétés est calculé d’après le bénéfice fiscal de chaque exercice comptable qui ne peut
être supérieur à 12 mois.

La cotisation minimale 29:

28 Article 19 du code général des impôts 2016


29 Article 144 du code général des impôts 2016.

16
Imposition des pharmaciens
Le montant de l'impôt dû par les sociétés ne peut, quel que soit le résultat fiscal, être inférieur à une
cotisation minimale (CM) avec un minimum de 3000DH.
La cotisation minimale n’est pas due pendant les 36 premiers mois suivant la date du début de leur
exploitation.
La base de calcul de la cotisation minimale (CM) est constituée par le montant hors taxe des produits
d'exploitation à savoir :
-le chiffre d’affaires,
-les produits accessoires et financiers,
-les subventions, primes et dons reçus
Le taux de la cotisation minimale est fixé à 0,50%.

2-4Le paiement de l’IS30 :


Le paiement de l’impôt se fait spontanément par 4 acomptes provisionnels dont chacun est égal à 25 %
du montant de l’impôt dû au titre de l’exercice précédent.

 Lorsque le montant de l’I.S. dû est supérieur aux acomptes versés, la régularisation est effectuée
spontanément par la société, en même temps que le versement du premier acompte échu.
 En cas d’excédent d’impôt, celui‐ci est imputé d’office sur le premier acompte provisionnel échu
et, le cas échéant, sur les autres acomptes restants. Le reliquat éventuel est restitué d’office, dans
le délai d’un mois à compter de la date d’échéance du dernier acompte provisionnel.

Les versements des acomptes provisionnels visés ci‐dessus sont effectués spontanément à la caisse du
percepteur du lieu du siège social ou du principal établissement au Maroc de la société avant
l'expiration du 3ème mois (31 Mars), 6ème mois (30 Juin), 9ème mois (30 Septembre), 12ème mois
(31 Décembre) suivant la date d'ouverture de l'exercice comptable en cours.

3- Taxe professionnelle et taxe sur les services communaux

3-1 La taxe professionnelle (TP):

La taxe professionnelle s’applique à toute personne physique ou morale, de nationalité marocaine ou


étrangère qui exerce une activité professionnelle: commerciale, industrielle, artisanale, prestation de
services et les professions libérales, au Maroc.

La TP est établie sur la valeur locative des locaux professionnels et émise par voie de rôle.

Base de calcul de la TP31:

La TP est établie sur la valeur locative annuelle brute normale et actuelle des magasins, usines,
ateliers, remises, chantiers et lieux de dépôts et de locaux, emplacements et aménagements servant à
l’exercice d’activités professionnelles imposables.


La Valeur Locative ne peut être inférieure à 3 % du prix de revient des terrains, constructions,
agencements, matériel et outillages.

30 1 Article 170 du code général des impôts 2016.

31 http://portail.tax.gov.ma/wps/portal/DGI/Vos-impots-procedures/Taxe-professionnelle

17
Imposition des pharmaciens
La valeur locative servant de base de calcul à la TP due au titre des terrains, bâtiments et leurs
agencements, matériels et outillages, est limitée à la partie de leur prix de revient égale ou inférieure à
50 millions de dirhams.

Par ailleurs, une réduction de 50 % du montant de la TP est accordée pour les redevables ayant leur
domicile fiscal ou leur siège dans l’ex-province de Tanger et qui y exercent une activité principale.

Taux applicables :

La taxe professionnelle est déterminée en appliquant à la valeur locative retenue les taux suivants :

Droit minimum :

Un droit minimum est perçu au titre de la TP variant entre 100 DH et 1.200 DH, selon qu’il s’agisse
d’activités exercées dans des communes urbaines ou rurales.

Le produit de la TP est affecté à raison de:

• 80 % au budget des communes du lieu d’imposition ;


• 10 % au profit des chambres de commerce, d’industrie et de services, des chambres d’artisanat


et des chambres des pêches maritimes et leurs fédérations ;

• 10 % au budget général de l’Etat au titre des frais de gestion.

3-2 La taxe des services communaux (T.S.C)32:

La TSC s’applique aux immeubles bâtis et constructions de toute nature, au matériel, outillage et tout
moyen de production relevant de la TP.

Elle est assise sur la valeur locative, base de calcul de la TH ou la TP, y compris celle des immeubles
temporairement exonérés. Lorsqu’il s’agit d’immeubles non soumis à la TH, la base imposable de la
TSC est assise sur le montant global des loyers en cas de location, ou sur leur valeur locative lorsqu’ils
sont mis gratuitement à la disposition de tiers.

Le produit de la TSC est affecté comme suit :

- 95 % au budget des communes;

- 5 % au budget des régions.

32 « Taxe des services communaux et taxe d’habitation » rapport direction générale des impôts Edition 2010

18
Imposition des pharmaciens
4. La taxe sur la valeur ajoutée sur les actes médicaux et exonérations :

4.1 la taxe sur la valeur ajoutée :

Le pharmacien doit tenir une comptabilité régulière permettant de déterminer le chiffre d’affaires et de
dégager le montant de la taxe dont il opère à la déduction.
Il doit délivrer aux clients passibles de ladite taxe des factures et aux particuliers des tickets de caisse.
Ces derniers doivent comporter la date de l’opération, l’identification du vendeur, la désignation du
produit, la quantité et le prix de vente avec mention, le cas échéant, de la T.V.A.

FAIT GENERATEUR33 :

Le fait générateur de la T.V.A est constitué par l’encaissement total ou partiel du prix des
marchandises.
Toutefois les pharmaciens qui le souhaitent peuvent opter pour le régime du débit, lequel coïncide avec
la facturation ou l’inscription en comptabilité de la créance.

REGIMES D’IMPOSITION :

L’imposition des contribuables s’effectue soit sous le régime de la déclaration mensuelle soit sous
celui de la déclaration trimestrielle. Les déclarations doivent englober l’ensemble des opérations
réalisées par un même contribuable.

 Déclaration mensuelle :

Sont imposés sous le régime de la déclaration mensuelle les contribuables dont le chiffre d’affaires
taxable réalisé au cours de l’année écoulée atteint ou dépasse un million de dirhams ;
Doit être déposée avant l’expiration de chaque mois auprès du receveur de l’administration fiscale
Une déclaration du chiffre d’affaires réalisée au cours du mois précédent et verser, en même temps, la
taxe correspondante.
 Déclaration trimestrielle :

Sont imposés sont le régime de la déclaration trimestrielle les contribuables dont le chiffre d’affaires
taxable réalisé au cours de l’année écoulée est inférieur à un million de dirhams ainsi que les nouveaux
contribuables pour la période de l’année civile en cours.

33 Artciles 88, 89 et 90 du code général des impots 2016

19
Imposition des pharmaciens
4.2 Exonérations :
La TVA sur les médicaments se calcule avec un taux de 7% sauf que le code distingue entre certains
qui sont soumis à la TVA, et certains d’autres qui sont exonérés avec droit à déduction et d’autres
produits sans droit a déduction.

Produits pharmaceutiques soumis à la TVA :

Les produits pharmaceutiques vendus par pharmacies, parapharmacies ou laboratoires sont soumises à
une TVA avec un taux réduit de 7%, en se référant à l’Article 99 du Code Général 15 Article 59 du
code général des impôts année 2016.
Sauf pour les produits dont l’utilisation n’est pas proprement médicale tel que les produits de
cosmétiques, Compléments alimentaires, divers… ces derniers sont taxés au taux normal de 20%.
Ce dit article n’exclue pas l’application de ce taux réduit aux matières premières et les produits
entrants intégralement ou pour une partie de leurs éléments dans la composition des produits
pharmaceutiques.
La loi de finance de 2002 a réduit le taux de TVA de 20% à 7% pour les produits et matières entrant
dans la fabrication des emballages non récupérables des produits pharmaceutiques achetés à l’intérieur
ou importés. Cette mesure a été prise par le gouvernement pour l’alignement des taux en amont sur
ceux en aval est de nature à éliminer l’effet de butoir dans l’industrie pharmaceutique.

Produits exonérés avec droit à déduction :

La loi de finance de 2002 qui a élargi l’exonération des prestations fournies par les institutions
médicales, a exempté en effet les médicaments utilisés pour le traitement du SIDA et l’exonérer de la
TVA sans droit à déduction, cette exonération vient après un accord entre les laboratoires étrangers et
le gouvernement, ces laboratoires avaient en effet accordé des baisses au Maroc pour les médicaments
destinés au traitement du SIDA.

Cependant après la mise en vigueur de la loi de finance de 2012, la TVA sur ce type de médicaments
est devenue exonérée avec droit à déduction. Ceci concerne aussi les médicaments destinés au
traitement du diabète, de l’asthme, des maladies cardio-vasculaires et de la mala34die du syndrome
immunodéficitaire acquis (SIDA).

Les médicaments dans de nombreux pays sont exonérés de TVA ou soumis à une faible taxation
comme en France. Les acteurs du secteur pharmaceutique voudraient que tous les produits
pharmaceutiques remboursés par soient hors champ de la TVA et que seuls les produits de confort tels
que les bains de bouche, les dentifrices, les fortifiants soient taxés, car si le gouvernement supprime la
TVA sur les médicaments, les prix vont baisser, ce qui pourrait relancer la consommation.

34 Article 99 du code général des impots 2016

20
Imposition des pharmaciens
Conclusion:

Tout comme la pharmacie, le droit fiscal est une discipline souvent complexe qui exige dans bien des
cas l’intervention de conseillers compétents, comme des fiscalistes ou des avocats‐fiscalistes.
Cependant, la nécessité d’une vision globale s’était faite conduisant à la tenue des premières assises
nationales sur la fiscalité et pour orienter le système fiscal vers une dynamique de modernisation afin
de l’adapter aux nouvelles progression de l’économie marocaine et aux meilleurs pratiques fiscales
internationales. Ces assises ont permis de dévoiler les défaillances du système fiscal marocain et
d’adapter le secteur médicale et pharmaceutique avec la fiscalité afin de soutenie la cohésion sociale et
faisant face aux distorsions économiques et sociales.
En effet, Le secteur pharmaceutique marocain couvre environ 70% de la demande intérieure et exporte
près de 10% vers l’Afrique subsaharienne, des pays européens, et des pays du Golfe, réalisant un CA
annuel d’environ 12 milliards de dirhams.

L’étroitesse du marché pharmaceutique national et sa dispersion sur un nombre important d’opérateurs


et sur plus de 5000 médicaments constituent un sérieux motif pour aider les financiers de l’état à bien
valoriser le secteur et lui spécifier des subventions particuliere pour booster l’emergence de cette
industrie.

21
Imposition des pharmaciens
References bibliographiques :

Ouvrages
 Pierre Walch: La législation pharmaceutique au Maroc dans la zone Française du
protectorat 1955. Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1955.

Theses, articles et rapports


 Hélène Van den Brink: Le principe d’indivisibilité de la propriété et de l’exploitation de
l’officine N° 339, 2003
 « Taxe des services communaux et taxe d’habitation » rapport direction générale des
impôts Edition 2010
 THESE: Mr. Hicham NHAILI, LA LEGISLATION PHARMACEUTIQUE AU MAROC DURANT
LE PROTECTORAT FRANÇAIS (1912- 1956)

Textes législatifs et réglementaires


 Arrêté Type municipal de 1913, Bull. Off. N° 47 du 19 septembre 1913
 Code général des impôts marocain 2016
 Dahir du 27 avril 1914, Bull. Off. N° 82 du 22 mai 1914
 Dahir n°1-96-123 du 5 rabii II 1417 (21 aoû t 1996) portant promulgation de la loi n°10-
94 relative à l'exercice de mé decine
 Dahir n° 1-99-12 du 18 chaoual 1419 (5 février 1999)
 Décret n° 2-08-124 du Bulletin Officiel n° 5744 du 24 joumada II 1430 (18 Juin 2009)
 Examen de capacité professionnelle des pharmaciens, Bull. Off. N°123 du 1 mars 1915
 LA LOI CADRE N° 3-83 DU 23 AVRIL 1984.
 La loi n° 17-04 portant code du médicament et de la pharmacie

Webographie :
 http://dafina.net/forums/read.php52,84989, page=20
 http://portail.tax.gov.ma/wps/portal/DGI/Documentation-fiscale/Code-general-des-
impots
 http://portail.tax.gov.ma/wps/portal/DGI/Vos-impots-procedures/Taxe-professionnelle
 www.who.int/medicinedocs/en/d/Js2217f.
 https://fr.wikipedia.org/
 www.pharmacie.ma

22
Imposition des pharmaciens