Вы находитесь на странице: 1из 17

Littérature et Politique

Lire Justin Lhérisson à l’ère des campagnes électorales en Haïti

Sous la direction de

Hérold TOUSSAINT

Littérature et Politique

Lire Justin Lhérisson à l’ère des campagnes électorales en Haïti

Par :

Jeff DESTINVIL

Ricarson DORCE Pierre Michelot JEAN CLAUDE

Collectif des Universitaires Citoyens (CUCI)

La collection « Collectif des Universitaires Citoyens » a pour but de présenter d’une part aux étudiants et aux non-spécialistes d’excellents résumés et synthèses fondamentaux qui figurent dans le champ des sciences humaines ; d’autres part, des rapports de recherche qui abordent les grandes questions propres à la société. Ces travaux seront toujours réalisés par des groupes d’étudiants.

Déjà parus :

Communication politique et parlement haïtien. La CPP à Cinq ans de distance (2013)

Communication et diplomatie. L’ambassadrice américaine Janet A. Sanderson et Haïti (2012)

Femmes et citoyenneté (2012)

Haïti et la France. Un débat escamoté (2009)

Propagande politique et élections présidentielles en Haïti (2007)

L’armée et la presse écrite (2007)

Communication, poésie et politique (2006)

Medias et citoyenneté (2003)

Couverture et mise en page :

Pierre Michelot JEAN CLAUDE

(+509) 46388841 ; (+509) 43816850 michelotjeanclaude@gmail.com

CUCI Collectif des Universitaires Citoyens B.P. 19237, Port-au-Prince, Haïti herotous@yahoo.fr

B.P. 19237, Port-au-Prince, Haïti herotous@yahoo.fr DEPOT LEGAL : Bibliothèque Nationale d ’Haïti ISBN :

DEPOT LEGAL :

Bibliothèque Nationale d’Haïti ISBN : 978-99970-4-205-7

Media Texte -Mai 2014

Table des matières

Préface du professeur Hérold Toussaint ……………

Page

8

Introduction ………………………………………. 13

1.

La littérature au carrefour des sciences humaines et sociales………………………………

21

1.1. Le concept de littérature ………………

21

1.2. Réflexions diverses sur la littérature …….

22

2.

Littérature et littérature haïtienne ………………

30

2.1.

Coup d’œil historique sur la littérature haïtienne ……………………

30

2.1.1. Les pionniers ou pseudo-classiques (1804-1836) : une littérature d’engagement ……………………………… 31

2.1.2. Le début du romantisme haitien ou l’Ecole de 1836 (1836-1860) :

le projet d’une littérature spécifiquement haïtienne ……………………………………

31

2.1.3. L’épanouissement du romantisme haïtien ou l’Ecole patriotique (1860-1898) : une foi patriotique de lampe bien allumée ……………………

32

2.1.4. La Génération de la Ronde (1898-1915) :

un mouvement littéraire très enrichissant et innovateur ……………

32

2.1.5. L’Ecole indigéniste (1915-1946) :

soyons nous-mêmes le plus complètement possible ……………………. 33

2.1.6. Surréalisme et l’époque contemporaine (1946 à nos jours) : une littérature humaine……………………………………

35

2.2. La lodyans dans l’héritage de la tradition littéraire haïtienne

38

2.3. Présentation de l’écrivain haïtien Justin Lhérisson et de son roman :

La Famille des Pitite Caille ………………. 42

2.3.1. Justin Lhérisson, un témoin fidèle de son temps ………………………………

42

2.3.2. Diversité et unité de la Famille des Pitite Caille …………………………

44

3. Représentations sociales, langage

et émotion en politique ……………………………

56

3.1. Théorie des représentations sociales …….

56

3.1.1. Le concept de représentations sociales ……………………………….…

56

3.1.2. Formation et fonctionnement des représentations sociales …………

60

3.1.3. Fonctions des représentations Sociales ………………………………….

62

3.2. La psychanalyse sociale d’Eric Fromm :

émotion en politique …………………….

64

3.2.1. La nature paradoxale de l’être humain …………………………………

65

3.2.2. La notion de passion …………………

67

3.3. Le champ littéraire et linguistique chez Pierre Bourdieu ……………………

69

3.3.1. Les conditions socio-économiques de l’acquisition de la compétence légitime …………………………………

70

3.3.2. La théorie du champ littéraire ………

72

3.4. Roman Jakobson et les fonctions du langage …………………

73

4.

Analyse critique de la Famille des Pitite Caille …… 76

4.1. Démarches méthodologiques ……………. 76

4.2. Représentations des personnages ………

4.3. Les personnages politiques : entre désirs,

besoins et passions ………………………. 81

4.4. Le vocabulaire politique du roman ………. 88

93

4.6. Autour de la diglossie ……………………. 97

4.5. Le style de l’écrivain ……………………

78

4.7. Proverbes et formules populaires ………

104

4.8. La place de la femme : stéréotypes et préjugés sexuels ………………………

109

4.9. La problématique de la citoyenneté ……

117

4.10. Les forces de l’ordre ……………………

120

4.11. Autour de la campagne électorale d’Eliezer Pitite Caille ……………………

124

4.12. Lhérisson et toute la Génération face à la critique …………………………

134

5. En guise de conclusion :

Justin Lhérisson aux frontières de la fiction et de la réalité politique en Haïti ………

138

6. Bibliographie ………………………………………

149

Préface du professeur Hérold Toussaint

LITTERATURE ET EDUCATION CIVIQUE

Au cours de l’année 2013, trois jeunes du Collectif des Universitaires Citoyens (CUCI) ont accepté de relire La famille des Pitite-Caille, récit de Justin Lhérisson. Ils l’avaient lu au cours de leurs études classiques, mais ils n’avaient pas suffisamment de repères théoriques pour faire une étude approfondie de ce texte extraordinaire. Après quatre années d’études en communication sociale et anthroposociologie, ils sont maintenant habilités à jeter un nouveau regard sur ce récit de Lhérisson. Jeff DESTINVIL, Ricarson DORCE, Pierre Michelot JEAN CLAUDE se sont mis ensemble pour mettre en lumière la représentation de la politique que nous livre Lhérisson à travers son récit. Les deux premiers ont étudié la communication sociale à la Faculté des Sciences humaines et l’autre a fait des études en anthroposociologie à la Faculté d’Ethnologie.

Nous avons choisi de les accompagner dans leur quête de savoir et dans leur volonté de comprendre la culture politique de leur pays. Nous les avons encouragés à nourrir en eux la passion de travailler en équipe et de réussir ensemble. En effet, la culture de la méfiance constitue l’un des obstacles majeurs au bonheur collectif de notre société. Apprendre à créer ensemble et à se réjouir du succès de ses collègues est une denrée rare chez nos différentes élites. Ces trois jeunes ont gagné le pari. Ils ont travaillé en équipe. Ils ont respecté les règles du jeu. Ils ont réussi. C’est ce travail qu’ils vous communiquent aujourd’hui. Ces jeunes ne sont pas encore des spécialistes. Leur travail n’est qu’un exercice à la logique de la recherche. C’est à cette tâche que s’attèle le Collectif des universitaires citoyens (CUCI) depuis une dizaine d’années. Nous initions les étudiants du premier cycle à la recherche scientifique. Ce travail est le neuvième né de notre collectif. Le travail de ces jeunes est à la fois pertinent et original. À partir de La Famille des Pitite-Caille, ils nous invitent à répondre à quatre questions : a) Qu’est-ce que la politique ? b) La politique, pour quoi faire ? c) Comment se livre la bataille politique en Haïti ? Comment devient-on candidat en Haïti ? Ces chercheurs en puissance nous invitent à revisiter le texte de Justin Lhérisson au moment où s’engagent de grandes polémiques autour des éventuelles élections en octobre 2014. Ils nous aident à saisir la portée du message de Lhérisson à travers son récit qui recèle des accents ethnographiques. Lhérisson nous aide en même temps à

12

comprendre l’histoire d’une famille et l’histoire d’une campagne électorale. Nous sommes invités aussi à comprendre ce qui peut amener quelqu’un à se présenter devant les citoyens comme candidat : est-ce un passé marqué politiquement ? Une circonstance historique ? Une filiation parentale ou une réputation d’expert ? Dans le récit de Justin Lhérisson, la politique est saisie comme l’absence de loi et de liberté. La Constitution est banalisée. Elle est loin d’être la maîtresse du jeu politique. Il n’existe pas d’hommes et de femmes capables de faire appliquer les lois. Celles-ci ne servent à rien. L’arbitraire des agents de l’ordre est mis à nu. Ce principe du philosophe politique Benjamin Constant, selon lequel la liberté « est pour chacun le droit de n’être soumis qu’aux lois, de ne pouvoir être ni arrêté, ni détenu, ni mis à mort, ni maltraité d’aucune manière, par l’effet de la volonté arbitraire d’un ou de plusieurs individus » est dénué de toute signification dans l’univers politique qu’a connu Lhérisson. Justin Lhérisson laisse aussi entendre que la frontière entre l’ennemi et l’ami en politique est très floue en Haïti. C’est d’ailleurs ce qu’affirme Boutenègre, le conseiller politique du candidat Eliezer Pitite-Caille dont la campagne électorale fut perturbée: « Mon chè, la polutique haitienne, c’est un grignin-dent. On n’est jamais tout-à-fait ennemi ni tout à fait zanmis. Tout dépend de la sitiration. Aujourd’hui on se foute des coutt manchettes, dinmain on est comme Cocotte ac

Figaro. » Il n’y a donc pas une nette frontière entre l’ami et l’ennemi, selon la théorie du philosophe Carl Schmitt. Dans son récit, nous ne notons nullement chez les acteurs une volonté de construire un État de droit démocratique, un État humain, pacifiste et culturel. Il ressort de sa lecture de la réalité politique haïtienne que les lois sont méticuleusement élaborées, mais qu’on n’est pas tenu de les respecter, de les protéger et de les vivre de façon responsable. Ce n’est pas sans raison que Justin Lhérisson partage avec ses lecteurs les dernières paroles du candidat Eliézer Pitite-Caille : « Pendant sa courte agonie, cet infortuné citoyen n’avait prononcé que ces seuls mots : « Ô loi ! Ô liberté ! » Avec ce travail, ces jeunes « cucistes » indiquent une voie idéale pour entamer une vraie éducation civique dans le pays. En effet, le ministère de l’Éducation nationale aurait intérêt à s’appuyer sur certaines oeuvres de la littérature haïtienne pour engager une véritable campagne d’éducation civique. De La Famille des Pitite-Caille de Justin Lhérisson, nous pourrions aborder avec les jeunes les thèmes suivants : a) Constitution haïtienne et élections b) Démocratie et élections c) médias et élections d) Police et élections e) Partis politiques et élections ; f) Campagne électorale i) Liberté de l’information et élections j) Propagande, publicité politique et élections. Le civisme est donc le fruit d’une éducation qui ne se réduit pas à l’instruction civique. Il est la conscience et la volonté d’être citoyen, c’est-à-dire d’être membre actif de la société

14

politiquement organisée dont on fait partie et dans laquelle on a des droits et des devoirs. Le civisme se manifeste dans des situations où le citoyen, ayant le choix entre plusieurs conduites possibles, préfère celle qu’il estime conforme aux droits et aux obligations que comporte son statut de citoyen à d’autres conduites. Il est la participation active des citoyens aux rendez- vous électoraux dans le respect des règles du jeu. Cela dit, La famille des pitite-caille de Justin Lhérisson constitue un excellent point de départ pour aider les nouvelles générations à réfléchir sur les différentes institutions du pays. On peut passer par ce récit pour dégager le lien existant entre élections et démocratie. La question éthique et politique peut être également débattue dans l’espace public à partir de l’histoire d’Eliézer Pitite-Caille. Il s’agit de dégager notre vision idéale du Bien qui va guider notre entrée en politique. L’éthique se définit donc dans les rapports d’altérité. C’est avec les autres qu’on peut atteindre le bien commun. Le travail de ces jeunes chercheurs mérite donc d’être accueilli avec enthousiasme par tous les professeurs de littérature et de sciences sociales, et particulièrement par tous les citoyens et les citoyennes soucieux (ses) de leur responsabilité dans la protection et la défense du bien commun. En effet, il ne s’agit pas de dire que le « pays est foutu, il n’y a plus rien à faire ». Il s’agit plutôt, bon an mal an, de jouer son rôle dans le jeu de la régulation sociale. Lhérisson nous invite à penser et à rire. Avec lui, nous découvrons ce qu’est un feuilleton politique. Avec ces trois jeunes, Pierre

15

Michelot Jean Claude, Ricarson Dorcé, Jeff Destinvil, le lecteur

découvre le vocabulaire politique de Justin Lhérisson.

Hérold TOUSSAINT Professeur à l’Université d’Etat d’Haïti Coordonnateur du Collectif des Universitaires Citoyens (CUCI)

Ouvrage est disponible à la

Оценить