Вы находитесь на странице: 1из 6

FONCTIONS CIRCULAIRES

Sont appelées fonctions circulaires les fonctions liées au cercle trigonométrique, à savoir notamment les
fonctions sinus, cosinus et tangente.
Rappelons une façon de définir ces trois fonctions :

H
Si H est l'intersection de la tangente au RAPPELS
cercle en I avec la droite orientée (OM) J –1  cos x  1
tan x
sin x M
alors tan x = IH . –1  sin x  1
Cette définition prolonge celle déjà connue cos(–x) = cos x
x
dans le triangle rectangle. En effet, lorsque (la fonction cosinus est paire)
I
O cos x
x est une mesure d'un angle aigu, on a dans sin(–x) = –sin x
le triangle OIH rectangle en I : (la fonction sinus est impaire)
IH IH
tan x = = = IH
OI 1 J'

p
Exercice : par un raisonnement géométrique, démontrer que : sin x  x  tan x pour tout x Î [0 ; [.
2

I) Fonction périodique

Définition : Soit ¦ une fonction définie sur un domaine D¦ et T un nombre réel non nul. On dit que ¦ est
périodique de période T (ou T–périodique) si :
pour tout réel x Î D¦, x + T Î D¦ et ¦(x + T) = ¦(x)

Exemples : les fonctions sinus et cosinus sont des fonctions 2p–périodiques définies sur . Cela se traduit par

les relations : cos(x + 2p) = cos x et sin(x + 2p) = sin x pour tout réel x.

Intérêt : dès qu'une fonction T–périodique est connue sur un intervalle de longueur T, alors elle est connue sur
®
tout son ensemble de définition. Il suffit de compléter la courbe par translation de vecteur k T i (k Î ). Pour
étudier (ou tracer) une fonction périodique, on se limite donc à une période.
Notons que si T est une période, tout multiple de T en est une autre :
... = ¦(x + 2T) = ¦(x + T) = ¦(x) = ¦(x – T) = ¦(x – 2T) = ...

Application : calculer cos(73p). Puisque 2p est une période de la fonction cosinus, 36´2p = 72p en est une
également, on a donc cos(73p) = cos(p + 72p) = cos(p) = –1.

Méthode pour trouver la période d'une fonction trigonométrique :


Commençons par un exemple : ¦(x) = cos 3x ; T = ?

Fonctions circulaires Page 1 G. COSTANTINI http://bacamaths.net/


La relation ¦(x + T) = ¦(x) se traduit par :
2p
cos(3(x + T)) = cos(3x + 3T) = cos 3x, donc 3T = 2p, T = .
3
Généralisons :
2p
la période de la fonction définie par ¦(t) = cos(wt + j) est T =
w
2p
la période de la fonction définie par ¦(t) = sin(wt + j) est T =
w

2p 2p
Démonstration : ¦(t + ) = cos(w(t + ) + j) = cos(wt + j + 2p) = cos(wt + j) = ¦(t).
w w
Démonstration analogue pour la fonction sinus.

II) Étude des fonctions sinus, cosinus et tangente

Nous le savons déjà, les fonctions sinus et cosinus sont 2p–périodiques, définies sur . Nous pouvons donc

nous contenter de les étudier sur un intervalle de longueur 2p, par exemple [0 ; 2p[ ou ]–p ; p]. Mais nous
savons, de plus, que la fonction cosinus est paire (cos(–x) = cos x) et que la fonction sinus est impaire (sin(–x) =
–sin x). Leurs représentations graphiques admettent donc des symétries. C'est pourquoi nous étudierons ces
fonctions sur [0 ; p[.

Nous rappelons les résultats fondamentaux suivants :

La fonction sinus est dérivable sur  et sa fonction dérivée est la fonction cosinus

La fonction cosinus est dérivable sur  et sa fonction dérivée est la fonction – sinus
De manière plus générale,
la dérivée de sin(ax + b) est a cos(ax + b)
la dérivée de cos(ax + b) est – a sin(ax + b).

Exemple de démonstration : pour la fonction sinus ; ¦(x) = sin x


L'accroissement moyen de ¦ en x s'écrit :
sin( x + h) - sin x sin x cos h - sin h cos x - sin x cosh - 1 sin h
= = sin x - cos x
h h h h
sin h cosh - 1 sin( x + h) - sin x
Or, on démontre que lim = 1 et lim = 0. D'où lim = cos x.
h®0 h h®0 h h®0 h

Ces résultats nous permettent de trouver les variations des fonctions sinus et cosinus :

FONCTION SINUS
Posons ¦(x) = sin x. On a donc ¦'(x) = cos x
p p
Sur [0 ; [, ¦'(x) = cos x > 0, donc la fonction sinus est strictement croissante sur [0 ; [.
2 2
p p
Sur ] ; p], ¦'(x) = cos x < 0 donc la fonction sinus est strictement décroissante sur ] ; p].
2 2

Fonctions circulaires Page 2 G. COSTANTINI http://bacamaths.net/


D'où le tableau de variations de la fonction sinus :

p
x 0 p
2
¦'(x) = cos x 1 + 0 – –1
1
Variations de sin
0 0

On en déduit la représentation graphique de la fonction ¦ définie par ¦(x) = sin x sur [0 ; p[ que l'on complétera
®
sur [–p ; p] par symétrie par rapport à l'origine puis, sur , par translation de vecteur 2 k p i (k Î ).

y
On complète
sur [–p ; 0] par 1
symétrie par
rapport à 1
l'origine 2

3p p O p p 3p 5p
–2p - –p - 2p x
2 2 2 2 2
1
-
2
Intervalle
d'étude
–1

FONCTION COSINUS
Posons ¦(x) = cos x. On a donc ¦'(x) = –sin x
Sur [0 ; p[, ¦'(x) = –sin x < 0, donc la fonction cosinus est strictement décroissante sur [0 ; p[.
D'où le tableau de variations de la fonction cosinus :

p
x 0 p
2
¦'(x) = –sin x 0 – –1 – 0
1
variations de cos 0
–1
On en déduit la représentation graphique de la fonction ¦ définie par ¦(x) = cos x sur [0 ; p[ que l'on complétera
®
sur [–p ; p] par symétrie par rapport à l'axe des ordonnées, puis sur , par translation de vecteur 2 k p i
(k Î ).

y
On complète
sur [–p ; 0] par
symétrie par
1
rapport à l'axe
(Oy) 1
2

3p p O p p 3p 5p
–2p - –p - 2p x
2 2 2 2 2
1
-
2
Intervalle
d'étude
–1

Fonctions circulaires Page 3 G. COSTANTINI http://bacamaths.net/


FONCTION TANGENTE
sin x
Posons : ¦(x) = tan x =
cos x
p p
Ensemble de définition : D¦ =  \ { + kp, k Î } car cos x s'annule pour x = + kp, k Î 
2 2

Parité : La fonction tangente est impaire. En effet, D¦ est symétrique par rapport à 0, et de plus :
sin( - x ) sin x
pour tout x Î D¦, on a : tan(–x) = =– = -tan x
cos(- x ) cos x

Périodicité : la fonction tangente est p–périodique. En effet :


sin( x + p) sin x
pour tout x Î D¦, on a tan(x + p) = = = tan x
cos( x + p) cos x
p
La fonction tangente étant p–périodique et impaire, nous pouvons restreindre son étude à l'intervalle [0 ; [.
2

Limites au bornes de l'intervalle d'étude :


sin x
lim + ¦(x) = lim + = 0 car lim + sin x = 0 et lim + cos x = 1
x® 0 x® 0 cos x x® 0 x® 0
sin x
lim - ¦(x) = lim - = +¥ car lim - sin x = 1 et lim - cos x = 0 avec cos x > 0.
p p cos x p p
x® x® x® x®
2 2 2 2
p
La fonction tangente admet donc une asymptote verticale d'équation x = .
2

u u¢v - uv¢
Dérivée : la fonction ¦ est de la forme , sa dérivée ¦' sera donc égale à , ce qui donne :
v v2
cos x cos x - sin x ( - sin x ) 1
¦'(x) = 2
= 2
= 1 + tan2 x
cos x cos x

1 p
Sens de variation : puisque 2
est strictement positif pour tout réel x de [0 ; [, on en déduit que la
cos x 2
p
fonction tangente est strictement croissante sur [0 ; [.
2

Tableau de variations :

x 0 p
2
signe de ¦'(x) +

variations de tan
0

p p p
D'où la représentation graphique de la fonction tangente sur [0 ; [ que l'on complétera sur ]– ; [ par
2 2 2
®
symétrie par rapport à l'origine puis sur D¦, par translation de vecteur k p i (k Î ).

Fonctions circulaires Page 4 G. COSTANTINI http://bacamaths.net/


y

x
–2p 3p –p p p p 3p 2p
- - O 2
2 2 2

–1

–2

–3

–4

Exercice : étudier la fonction ¦ définie sur  par ¦(t) = t + sin t.


Parité : ¦ est impaire. On peut restreindre l'intervalle d'étude à [0 ; +p[.

Périodicité : aucune. Cependant : ¦(t + 2p) = 2p + ¦(t), pour tout t Î .


On peut donc étudier la fonction sur [0 ; p[. On complétera la courbe, d'une part, par symétrie par rapport à
® ®
l'origine O du repère (¦ impaire) puis à l'aide de translations de vecteurs 2kp( i + j ).

Comme, t - 1  ¦(t)  t + 1, on en déduit lim ¦(t) = +¥ et lim ¦(t) = -¥.


t ® +¥ t ® -¥

Dérivée : ¦'(t) = 1 + cos t  0 et ¦' (t) = 0 Û cos t = -1 Û t = p + 2kp, k Î .

Tableau de variations :
t 0 p
Signe de la
dérivée ¦ ' 0
+ 0

Variations p
de la
fonction ¦ 0

Fonctions circulaires Page 5 G. COSTANTINI http://bacamaths.net/


Courbe :

2p

-3p -2p -p 2p 3p

Fonctions circulaires Page 6 G. COSTANTINI http://bacamaths.net/