Вы находитесь на странице: 1из 8

RCP

Moxon 0,2 mg – Moxon 0,3 mg – Moxon 0,4 mg

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

1. DENOMINATION DU MEDICAMENT
MOXON 0,2 mg comprimés pelliculés
MOXON 0,3 mg comprimés pelliculés
MOXON 0,4 mg comprimés pelliculés

2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE


MOXON 0,2 mg comprimés pelliculés
Un comprimé pelliculé contient 0,2 mg de moxonidine
MOXON 0,3 mg comprimés pelliculés
Un comprimé pelliculé contient 0,3 mg de moxonidine
MOXON 0,4 mg comprimés pelliculés
Un comprimé pelliculé contient 0,4 mg de moxonidine

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1

3. FORME PHARMACEUTIQUE
Comprimés pelliculés
MOXON 0,2 mg comprimés pelliculés
Comprimés pelliculés ronds, convexes, rose pâle portant l’inscription « 0,2 » d’un côté.
MOXON 0,3 mg comprimés pelliculés
Comprimés pelliculés ronds, convexes, rouge pâle portant l’inscription « 0,3 » d’un côté.
MOXON 0,4 mg comprimés pelliculés
Comprimés pelliculés ronds, convexes, rouge mat portant l’inscription « 0,4 » d’un côté.

4. DONNEES CLINIQUES
4.1. Indications thérapeutiques
La moxonidine est indiquée pour le traitement symptomatique de l’hypertension artérielle essentielle
chez l’adulte.

4.2. Posologie et mode d’administration

Posologie
La dose initiale habituelle de moxonidine est de 0,2 mg par jour, avec une dose quotidienne
maximale de 0,6 mg, répartie en deux prises séparées. La dose maximale à administrer en une seule
prise est de 0,4 mg.
Les ajustements de la dose quotidienne doivent s’effectuer de manière individuelle, en fonction de
la réponse du patient.

Moxon 0,2 mg – Moxon 0,3 mg – Moxon 0,4 mg sfe 3-6


Reg. Aff. Dept./MSE
RCP
Moxon 0,2 mg – Moxon 0,3 mg – Moxon 0,4 mg

Chez les patients présentant une insuffisance rénale modérée à sévère, la dose initiale est de 0,2 mg par
jour. Si nécessaire et si le traitement est bien toléré, la dose peut être augmentée à 0,4 mg par jour chez
les patients ayant une insuffisance rénale modérée et à 0,3 mg par jour chez les patients ayant une
insuffisance rénale sévère (voir rubrique « Mises en garde spéciales et précautions d’emploi »).
Chez les patients sous hémodialyse, la dose initiale est de 0,2 mg par jour. Si nécessaire et si le
traitement est bien toléré, la dose peut être augmentée à 0,4 mg par jour.
Population pédiatrique
Ce médicament ne doit pas être utilisé chez l’enfant en dessous de 18 ans compte tenu de
l’insuffisance de données concernant la sécurité et l’efficacité.

Mode d’administration
La moxonidine peut s’administrer avec ou sans nourriture.

4.3. Contre-indications
 Hypersensibilité à la moxonidine ou à l’un des excipients
 Maladie du sinus
 Bradycardie (FC au repos < 50 battements/minute)
 Bloc AV de 2ème ou 3ème degré
 Insuffisance cardiaque

4.4. Mises en garde spéciales et précautions d’emploi


Après la commercialisation du médicament, des cas de bloc AV de degrés variables ont été
rapportés chez des patients sous moxonidine. Sur base de ces informations, il est impossible
d’exclure totalement un lien de causalité entre le traitement par moxonidine et le retard de
conduction auriculoventriculaire. Il est donc recommandé d’être prudent lorsqu’on traite les
patients à risque de développer un bloc AV.
Lorsqu’on utilise la moxonidine chez des patients ayant un bloc AV de 1er degré, une prudence
particulière est de rigueur afin d’éviter la survenue d’une bradycardie. La moxonidine ne doit pas
être utilisée en présence d’un bloc AV de degré plus élevé (voir rubrique « Contre-indications »).

Lorsqu’on utilise la moxonidine chez des patients ayant une cardiopathie ischémique sévère ou un
angor instable, une prudence particulière est de rigueur car l’expérience est limitée au sein de cette
population de patients.

Il est conseillé d’être prudent lors de l’administration de moxonidine à des patients atteints
d’insuffisance rénale car la moxonidine s’élimine principalement par les reins. Chez ces patients,
on recommande d’effectuer une titration soigneuse de la dose, particulièrement au début de la
thérapie.
L’administration doit débuter à une posologie de 0,2 mg par jour, qui peut être augmentée à
maximum 0,4 mg par jour chez les patients ayant une insuffisance rénale modérée (GFR
> 30 ml/min mais < 60 ml/min) et à maximum 0,3 mg par jour chez les patients ayant une
insuffisance rénale sévère (GFR < 30 ml/min), si cela s’avère cliniquement indiqué et bien toléré
par le patient.

Si l’on utilise la moxonidine en association avec un β-bloquant et qu’il faut interrompre les deux
traitements, il faut d’abord arrêter l’administration du β-bloquant, puis celle de la moxonidine après
quelques jours.

Moxon 0,2 mg – Moxon 0,3 mg – Moxon 0,4 mg sfe 3-6


Reg. Aff. Dept./MSE
RCP
Moxon 0,2 mg – Moxon 0,3 mg – Moxon 0,4 mg

A ce jour, aucun effet de rebond sur la tension artérielle n’a été observé après l’interruption du
traitement par moxonidine. Néanmoins, un arrêt brutal du traitement par moxonidine est
déconseillé ; il faut plutôt réduire progressivement la dose, sur une période de deux semaines.

La population âgée peut être plus sensible aux effets cardiovasculaires des médicaments
hypotenseurs. Le traitement doit donc être instauré avec la dose la plus faible et les augmentations
de dose doivent s’effectuer avec prudence afin de prévenir les conséquences graves que ces
réactions peuvent engendrer.

Ce médicament est contre-indiqué chez les patients présentant une intolérance au galactose, un
déficit en lactase de Lapp ou un syndrome de malabsorption du glucose et du galactose (maladies
héréditaires rares).

4.5. Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interactions


L'administration concomitante de moxonidine et d'autres antihypertenseurs donne lieu à un effet
additif.

Etant donné que les antidépresseurs peuvent réduire l’efficacité des agents antihypertenseurs à
action centrale, il est déconseillé d’administrer simultanément des antidépresseurs tricycliques avec
la moxonidine.

La moxonidine peut potentialiser l’effet sédatif des antidépresseurs tricycliques (il faut donc éviter
une prescription concomitante), des tranquillisants, de l’alcool, des sédatifs et des hypnotiques.

La moxonidine augmentait modérément l’altération des fonctions cognitives chez les sujets
recevant du lorazépam. La moxonidine peut augmenter l’effet sédatif des benzodiazépines en cas
d’administration concomitante.
La moxonidine s’élimine par sécrétion tubulaire. Il est donc impossible d’exclure l’existence
d’interactions avec d’autres agents s’éliminant par sécrétion tubulaire.

4.6. Fertilité, grossesse et allaitement


Grossesse
Il n'existe pas de données suffisamment pertinentes concernant l'utilisation de moxonidine chez la
femme enceinte. Des études effectuées chez l'animal ont mis en évidence des effets toxiques pour
l’embryon (voir rubrique 5.3). Le risque potentiel en clinique n'est pas connu. La moxonidine ne doit
pas être utilisée à moins d'une nécessité absolue.

Allaitement
La moxonidine s’élimine dans le lait maternel et ne doit donc pas être utilisée pendant
l’allaitement. Si la thérapie par moxonidine s’avère clairement nécessaire, il faut arrêter
l’allaitement.

4.7. Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Moxon 0,2 mg – Moxon 0,3 mg – Moxon 0,4 mg sfe 3-6


Reg. Aff. Dept./MSE
RCP
Moxon 0,2 mg – Moxon 0,3 mg – Moxon 0,4 mg

Les effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines n’ont pas été étudiés. On
a rapporté une somnolence et des étourdissements. Il faut en tenir compte lorsqu’on réalise ces
activités.

4.8. Effets indésirables


Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés chez les patients prenant de la moxonidine
sont une sécheresse buccale, des étourdissements, une asthénie et une somnolence. Ces symptômes
se réduisent souvent après les premières semaines du traitement.

Effets indésirables par classe de systèmes d’organes (observés au cours d’études cliniques
contrôlées par placebo, avec n=886 patients exposés à la monoxidine, selon les fréquences
suivantes) :

Classe MedDRA de Très fréquent Fréquent Peu fréquent


systèmes d’organes ≥ 1/10 ≥ 1/100, < 1/10 ≥ 1/1.000, <
1/100
Affections cardiaques Bradycardie
Affections de l’oreille Acouphènes
et du labyrinthe
Affections du système Céphalées *, Syncope*
nerveux Étourdissements/vertiges
,
Somnolence
Affections vasculaires Hypotension*
(incluant une
hypotension
orthostatique)
Affections gastro- Sécheresse Diarrhée,
intestinales buccale Nausées/Vomissements/
Dyspepsie
Affections de la peau Éruption cutanée/Prurit
Angio-œdème
et du tissu sous-cutané
Troubles généraux et Asthénie Œdème
anomalies au site
d’administration
Affections musculo- Douleur dans le dos Douleur dans le
squelettiques et cou
systémiques
Affections Insomnie Nervosité
psychiatriques
* on n’observait aucune augmentation de fréquence par rapport au placebo

Déclaration des effets indésirables suspectés


La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle
permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de
santé déclarent tout effet indésirable suspecté via l’Agence fédérale des médicaments et des produits de
santé

Moxon 0,2 mg – Moxon 0,3 mg – Moxon 0,4 mg sfe 3-6


Reg. Aff. Dept./MSE
RCP
Moxon 0,2 mg – Moxon 0,3 mg – Moxon 0,4 mg

Division Vigilance
EUROSTATION II
Place Victor Horta, 40/ 40
B-1060 Bruxelles
Site internet: www.afmps.be
E-mail : adversedrugreactions@fagg-afmps.be

4.9. Surdosage
Symptômes d’un surdosage
Dans quelques cas rapportés de surdosage, une dose de 19,6 mg a été ingérée de manière aiguë et
sans survenue d’un décès. Les signes et les symptômes rapportés incluaient : céphalées, sédation,
somnolence, hypotension, étourdissements, asthénie, bradycardie, sécheresse buccale
vomissements, fatigue et douleur abdominale supérieure. En cas de surdosage sévère, on
recommande une surveillance étroite, particulièrement concernant les troubles de la conscience et la
dépression respiratoire.

De plus, sur base de quelques études réalisées chez l’animal avec une dose élevée, on sait qu’une
hypertension transitoire, une tachycardie et une hyperglycémie peuvent également survenir.

Traitement d’un surdosage


On ne connaît aucun antidote spécifique. En cas d’hypotension, on peut envisager un traitement de
soutien circulatoire tel que l’administration de liquides et de dopamine. La bradycardie peut se
traiter par l’administration d’atropine.
Les agents bloquants des récepteurs α peuvent réduire ou abolir les effets hypertenseurs paradoxaux
d’un surdosage de moxonidine.

5. PROPRIETES PHARMACOLOGIQUES

5.1 Propriétés pharmacodynamiques


Classe pharmacothérapeutique : agonistes des récepteurs de l’imidazoline, moxonidine, code ATC :
C02AC05.

Dans différents modèles animaux, on a observé que la moxonidine est un agent antihypertenseur
puissant.
Les données expérimentales disponibles suggèrent que le site de l’effet antihypertenseur de la
moxonidine est le système nerveux central (SNC). Dans le tronc cérébral, on a constaté que la
moxonidine stimule de manière sélective les récepteurs de l’imidazoline. Ces récepteurs sensibles à
l’imidazoline sont concentrés dans la moelle rostrale ventro-latérale, une zone impliquée dans le
contrôle central du système nerveux sympathique périphérique. La stimulation des récepteurs de
l’imidazoline semble réduire l’activité sympathique et abaisser la tension artérielle.

La moxonidine se distingue elle-même des autres antihypertenseurs sympatholytiques par son


affinité plus faible pour les récepteurs α2-adrénergiques que pour les récepteurs de l’imidazoline.
Cette faible affinité pour les récepteurs α2-adrénergiques peut expliquer la faible incidence de
sédation et de sécheresse buccale avec la moxonidine.

Chez l’être humain, la moxonidine induit une réduction de la résistance vasculaire systémique et
par conséquent, la tension artérielle. L’effet antihypertenseur de la moxonidine a été démontré au
cours d’études randomisées, contrôlées par placebo et réalisées en double aveugle. Les données
publiées révèlent que chez les patients hypertendus présentant une hypertrophie ventriculaire

Moxon 0,2 mg – Moxon 0,3 mg – Moxon 0,4 mg sfe 3-6


Reg. Aff. Dept./MSE
RCP
Moxon 0,2 mg – Moxon 0,3 mg – Moxon 0,4 mg

(HVG), pour la même réduction de tension artérielle, l’utilisation combinée d’un antagoniste de
l’angiotensine II (AAII) avec la moxonidine permettait d’obtenir une meilleure régression de
l’HVG qu’avec une association libre d’un thiazide et d’un antagoniste du calcium.

Lors d’un essai thérapeutique d’une durée de deux mois, la moxonidine a amélioré de 21 % l’index
de sensibilité à l’insuline, par rapport au placebo chez les patients obèses et résistants à l’insuline
ayant une hypertension modérée.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques


Absorption :
Après administration orale, la moxonidine est rapidement (tmax d’environ 1 h) et presque totalement
absorbée à partir des vois gastro-intestinales supérieures. La biodisponibilité absolue est d’environ
88 %, ce qui indique l’absence d’un métabolisme de premier passage significatif. La prise d’aliments
n’a aucun effet sur la pharmacocinétique de la moxonidine.

Distribution :
Le taux de liaison aux protéines plasmatiques, déterminé en milieu in vitro, était d’environ 7,2 %.

Biotransformation :
Dans des échantillons de plasma humain provenant d’un groupe de donneurs, seule la moxonidine
déshydrogénée a été identifiée. L’activité pharmacodynamique de la moxonidine déshydrogénée est
d’environ 1/10 par rapport à celle de la moxonidine.

Elimination :
Sur une période de 24 heures, 78 % de la dose totale s’éliminait dans l’urine sous forme de
moxonidine inchangée et 13 % de la dose s’éliminait sous forme de moxonidine déshydrogénée.
D’autres métabolites mineurs se retrouvaient dans l’urine et correspondaient à environ 8 % de la
dose. Moins de 1 % s’élimine par voie fécale.
Les demi-vies d’élimination de la moxonidine et de son métabolite sont de respectivement environ
2,5 heures et 5 heures.

Pharmacocinétique chez les patients hypertendus :


Chez les patients hypertendus, on n’a observé aucune modification pharmacocinétique significative
par rapport aux volontaires sains.

Pharmacocinétique chez les patients âgés :


Des modifications de la pharmacocinétique en fonction de l’âge ont été observées et sont le plus
probablement dues à une réduction de l’activité métabolique et/ou à une biodisponibilité légèrement
plus élevée chez le patient âgé. Néanmoins, ces différences pharmacocinétiques ne sont pas
considérées comme étant cliniquement significatives.

Pharmacocinétique chez les enfants :


Etant donné que l’utilisation de moxonidine est déconseillée chez l’enfant, aucune étude de
pharmacocinétique n’a été réalisée dans cette sous-population.

Pharmacocinétique en cas d’insuffisance rénale :


L’élimination de moxonidine est significativement liée à la clairance de la créatinine. Chez les
patients ayant une insuffisance rénale modérée (GFR 30-60 ml/min), les concentrations plasmatiques
à l’état d’équilibre et la demi-vie terminale sont respectivement environ 2 fois et 1,5 fois plus
élevées, par rapport aux patients hypertendus ayant une fonction rénale normale (GFR > 90 ml/min).

Moxon 0,2 mg – Moxon 0,3 mg – Moxon 0,4 mg sfe 3-6


Reg. Aff. Dept./MSE
RCP
Moxon 0,2 mg – Moxon 0,3 mg – Moxon 0,4 mg

Chez les patients ayant une insuffisance rénale sévère (GFR < 30 ml/min), les concentrations
plasmatiques à l’état d’équilibre et la demi-vie terminale sont environ 3 fois plus élevées. Aucune
accumulation imprévisible du médicament n’a été observée après une administration répétée chez ces
patients. Chez des patients ayant une insuffisance rénale de stade terminal (GFR< 10 ml/min)
subissant une hémodialyse, l’ASC et la demi-vie terminale sont respectivement 6 fois et 4 fois plus
élevées, par rapport aux patients hypertendus ayant une fonction rénale normale. Chez les patients
ayant une insuffisance rénale modérée, les concentrations plasmatiques maximales de moxonidine ne
sont que 1,5 à 2 fois plus élevées.
Chez les patients ayant une altération de la fonction rénale, il faut donc titrer la dose en fonction des
besoins individuels.
La moxonidine s’élimine faiblement par hémodialyse.

5.3 Données de sécurité préclinique


Les données non cliniques issues des études conventionnelles de pharmacologie de sécurité,
toxicologie en administration répétée, génotoxicité, cancérogénèse et des fonctions de reproduction,
n’ont pas révélé de risque particulier pour l’homme.
Les études réalisées chez l’animal ont révélé des effets de toxicité embryonnaire en cas
d’administration de doses toxiques pour la mère.
Des études de toxicité sur les fonctions de reproduction n’ont révélé aucun effet sur la fertilité ni
aucun potentiel tératogène.
Des effets de toxicité embryonnaire ont été observés chez le rat avec des doses égales et supérieures
à 9 mg/kg/jour et chez le lapin avec des doses supérieures à 0,7 mg/kg/jour. Lors d’une étude péri- et
postnatale réalisée chez le rat, on a constaté un effet sur le développement et la vitalité avec des
doses égales et supérieures à 3 mg/kg/jour.

6. DONNEES PHARMACEUTIQUES

6.1.Liste des excipients


Lactose monohydraté - Povidone K25 - Crospovidone – Stéarate de magnésium - Hypromellose -
Ethylcellulose - Macrogol 6000 - Talc – Oxyde de fer rouge – Dioxyde de titane.

6.2.Incompatibilités
Sans objet.

6.3.Durée de conservation
Moxon 0,2 mg : 2 ans.
Moxon 0, 3 mg et Moxon 0,4 mg : 3 ans.

6.4.Précautions particulières de conservation


Moxon 0,2 mg : à conserver à une température ne dépassant pas 25°C.
Moxon 0,3 mg et Moxon 0,4 mg : pas de précautions particulières de conservation.

Moxon 0,2 mg – Moxon 0,3 mg – Moxon 0,4 mg sfe 3-6


Reg. Aff. Dept./MSE
RCP
Moxon 0,2 mg – Moxon 0,3 mg – Moxon 0,4 mg

6.5.Nature et contenu de l’emballage extérieur


Plaquettes en PVC/PVDC/Alu.
Moxon 0,2 mg et Moxon 0,4 mg : emballages de 28, 56 et 98 comprimés.
Moxon 0,3 mg : emballages de 28 et 56 comprimés.
Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

6.6. Précautions particulières d’élimination et manipulation


Pas d’exigences particulières.

7. TITULAIRE DE L’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE


Mylan EPD bvba/sprl
Terhulpsesteenweg, 6A
B - 1560 Hoeilaart

8. NUMEROS D’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE


Moxon 0,2 mg : BE168822
Moxon 0,3 mg : BE199613
Moxon 0,4 mg : BE199622

9. DATE DE PREMIERE AUTORISATION/DE RENOUVELLEMENT DE L’AUTORISATION


Date de première autorisation :
Moxon 0,2 mg : 18.04.1995
Moxon 0,3 mg et Moxon 0,4 mg : 25.01.1999
Date de renouvellement de l’autorisation : 28.02.2005

10. DATE DE MISE A JOUR DU TEXTE


Date d’approbation : 07/2019

Moxon 0,2 mg – Moxon 0,3 mg – Moxon 0,4 mg sfe 3-6


Reg. Aff. Dept./MSE