Вы находитесь на странице: 1из 3

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

en mesure de lutter sans antidote contre les risques


nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques
Plongée dans la fabrique à antidotes de
(NBRC)… Des remèdes produits à la chaîne dans cette
l’armée française usine sous l’égide du ministère des armées, mais que
PAR ROZENN LE SAINT
ARTICLE PUBLIÉ LE MARDI 27 AOÛT 2019 celui de la santé peut néanmoins réquisitionner en cas
d’urgence.

Dans le laboratoire de contrôle qualité de la Pharmacie centrale des armées. © RLS


Pour parer aux attaques chimiques ou nucléaires, il Dans le laboratoire de contrôle qualité de la Pharmacie centrale des armées. © RLS

existe en France un laboratoire unique et hautement Les gaz sarin, moutarde, chloré ou autres armes
stratégique. Cette Pharmacie centrale des armées, qui chimiques sont normalement interdits à des fins
fabrique aussi des kits de survie pour les militaires militaires. Mais cela n’empêche pas certains de les
en zone de guerre, a accepté d'ouvrir ses portes à utiliser, en Syrie par exemple. La Pharmacie fabrique
Mediapart. Reportage. de quoi ne pas y succomber. « La menace sanitaire
«Tchernobyl flottant », « Titanic nucléaire »… C’est est de plus en plus présente : c’est le corollaire du
ainsi que les associations environnementales ont terrorisme et de pays non respectueux des conventions
surnommé la centrale nucléaire russe lancée dans les internationales », assure François Caire-Maurisier,
eaux de l’Arctique ce 23 août : elles craignent le pharmacien en chef commandant de la Pharmacie
pire en cas de naufrage, un scénario catastrophe à la centrale des armées, mais également guide pour
Chernobyl, la série télévisée. La Pharmacie centrale Mediapart d’un lieu habituellement secret.
des armées envisage justement tous ces scénarios Ce laboratoire unique en France, aux procédés de
catastrophes pour être en mesure d’assurer la santé des fabrication secrets, se situe dans le camp militaire
Français en cas de crise. de Chanteau, à 2 kilomètres à l’écart de la zone
Après l’accident nucléaire de Fukushima, la commerciale des Aubrais, au nord d’Orléans (Loiret).
Pharmacie centrale des armées a produit à plein régime Pour pénétrer dans ce « point d’importance vitale »,
des comprimés d’iodure de potassium. Ils ont été le véhicule est entièrement fouillé si le macaron de la
distribués aux équipes de sécurité civile françaises Pharmacie centrale des armées n’est pas arboré sur le
envoyées pour les opérations de secours. Pendant ce pare-brise.
temps, le principal fabricant américain annonçait une Cette usine géante de 4 000 mètres carrés ressemble
rupture de stock, cinq jours après le séisme. D’où à celles, voisines, de Servier, Merck ou Sanofi.
l’intérêt stratégique des denrées produites par cet Avec une particularité : « La plupart des comprimés
établissement bleu, blanc, rouge. que nous produisons, 30 à 40 millions par an, ne
L’institution se tient également prête à faire face sont heureusement pas consommés et sont finalement
à de potentielles contaminations virales, telles que détruits après péremption », précise le commandant.
les menaces décrites dans les films Contagion ou Idem pour le million de solutions injectables. Il faut
Alerte… Car aussi doués soient-ils, Matt Damon, sans cesse renouveler les stocks, au cas où. Et sans
Marion Cotillard et Morgan Freeman ne sont pas traîner. L’usine tourne même à 140 % de ses capacités,

1/3
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

en deux huit, pour honorer les commandes de l’État ou l’industrie pharmaceutique classique manquent en
d’EDF, notamment s’agissant des comprimés d’iode pharmacie. « Cela sonne rassurant de pouvoir se
que l’entreprise se doit d’emmagasiner. reposer sur une solution publique, mais ce n’est
La grande majorité des 124 employés sont des civils pas réaliste, juge pourtant le commandant Caire-
fonctionnaires rattachés au ministère des armées. Mais Maurisier. Les problèmes concernent essentiellement
pour passer à la vitesse supérieure, la Pharmacie les anticancéreux et les vaccins, qui nécessitent un
centrale des armées a aussi recours à des intérimaires : outil industriel très particulier. Nous ne pouvons
le ministère procède à des enquêtes avant de les laisser pas improviser leur production, nous ne sommes pas
s’approcher de ses antidotes. suffisamment spécialisés. »
En cas de priorité absolue, si les laboratoires privés ne La Pharmacie centrale des armées a cependant
sont pas en capacité de répondre à la menace virale, ils elle-même eu à subir des pénuries. En 2001, peu
peuvent confier à la Pharmacie centrale des armées la après les attentats du 11-Septembre, des enveloppes
formule pharmaceutique du médicament magique, en contaminées sont envoyées à des sénateurs et à des
cédant leur licence de façon temporaire, pour qu’elle médias américains. Cinq personnes en meurent.
leur prête main-forte. Donné à temps, l’antidote à cette attaque bioterroriste
La Pharmacie a bénéficié d’une dérogation au bacille du charbon les aurait sauvées. Le
exceptionnelle en 2009, lors de la pandémie grippale, médicament est précieux. Or en 2013, l’usine chinoise
pour produire un anti-H1N1. « Nous représentons une qui produit la matière première pour le fabriquer n’a
forme de neutralité et de non-concurrence potentielle pas passé les contrôles qualité, provoquant une rupture
qui permet ce type de collaboration d’urgence », de stock.
commente François Caire-Maurisier. Depuis, la Pharmacie centrale a donc décidé de revoir
sa façon de fonctionner et de rapatrier de plus en plus
la fabrication de la matière première de ses remèdes :
à présent, elle provient d’Europe à 80 %, alors que le
rapport était quasiment inverse il y a six ans.
Le but est de s’émanciper de la dépendance asiatique,
surtout pour les antidotes qui intéressent les plus
hautes sphères diplomatiques. L'empoisonnement de
l’agent russe Sergueï Skripal, empoisonné en mars
2018 en Grande-Bretagne, l’assassinat du demi-frère
du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un en février 2017
ou les attentats de 1995 dans le métro de Tokyo sont
attribués à des armes biologiques ou chimiques.
Il faut sans cesse s’adapter aux nouvelles menaces.
Franc#ois Caire-Maurisier, pharmacien responsable Lors de la guerre du Golfe en 1991, les pharmaciens
de la Pharmacie centrale des arme#es. © RLS
de l’armée testent pour la première fois leur remède
Le ministère de la santé envisage aussi d'y avoir
antineurotoxiques organophosphoré. À présent, il est
recours pour lutter contre les ruptures de stock
commercialisé par la Pharmacie des armées à la
en série. Elle l’a même présenté comme solution
centrale d’achat de l’Otan.
potentielle dans son plan d’action contre la
pénurie de médicaments, présenté le 8 juillet. Car pour atténuer ses charges d’exploitation et dans
L’idée serait de la mettre à contribution de façon le cadre de coopérations internationales, la Pharmacie
exceptionnelle, quand les médicaments produits par centrale des armées vend aussi ses produits à d’autres
États moins bien dotés. Son carnet de commandes

2/3
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

lui donne une vision à au moins 18 mois. De là protège l’ampoule en cas de choc, avec une seringue
à anticiper les conflits non conventionnels à venir, préremplie : ils n’ont plus qu’à se piquer pour soulager
en cas de commande par un pays tiers d’un arsenal leur douleur.
de contre-mesures médicales ? « Les services de Une opératrice accepte de nous montrer le produit
renseignement ne sont pas informés grâce à nous. Au maison en cours de fabrication, mais s’assure de le
mieux, cela confirme ce qu’ils savaient déjà », assure récupérer. « Avant les opérations en Afghanistan, les
le responsable de la Pharmacie centrale des armées. soldats devaient attendre les équipes médicales pour
Le cas français est atypique. En Europe, rares sont les recevoir un antidouleur, alors que le dispenser plus
armées à disposer de leur propre lieu de fabrication de tôt augmente considérablement les chances de survie
remèdes : la plupart des gouvernements sous-traitent en cas de blessure grave », signale François Caire-
à des laboratoires privés. Ce savoir-faire de niche Meurisier.
made in France est mondialement reconnu. « Avec À présent, chaque soldat français en zone de guerre
97 % de survie de nos blessés en terrain de guerre, au combat porte sur lui une petite trousse de secours
notre service de santé des armées fait partie des deux kaki, siglée d’une croix de pharmacie. Dedans ? De
meilleurs au monde, avec les États-Unis », se targue la morphine, donc, mais aussi un garrot tourniquet
le commandant. qu’il est possible de poser d’une seule main, si l’autre
D’ailleurs, à Chanteau, l’accent est de plus en plus mis est armée. Elle contient aussi une sorte d’énorme
sur les traitements de choc faciles d’utilisation, même stylo injecteur avec un antidote, prévu pour que le
en terrain périlleux. Pour les soldats, il est difficile de militaire, même harnaché de gants, puisse se l’injecter
transporter une ampoule contenant de la morphine et dans les cinq minutes suivant une attaque à l’arme
de se préparer une piqûre pour s’en injecter quand ils chimique. C’est le temps dont il dispose pour parer à
sont gravement blessés. Les pharmaciens de l’armée l’intoxication.
ont donc inventé un dispositif breveté solide, qui

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Directeur éditorial : François Bonnet Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, Thierry Wilhelm. Actionnaires peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
directs et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Marie-Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Société des Amis de Mediapart. Paris.

3/3