Вы находитесь на странице: 1из 37

5

TABLE DES MATIERES

TABLE DES MATIERES....................................................................................i

EPIGRAPHE..................................................................................................iv

Dédicace......................................................................................................v

REMERCIEMENTS.........................................................................................vi

RESUME.....................................................................................................viii

INTRODUCTION............................................................................................1

CHAPITRE 1: APERÇU GENERAL SUR LE MAIS..............................................3

1.1. DESCRIPTION....................................................................................3

1.2. ECOLOGIE ET CULTURE...................................................................4

1.2.1.1. EXIGENCES ECOLOGIQUES........................................................4

1.2.1.1. Climat........................................................................................4

1.2.1.2. Sol.............................................................................................4

1.2.1.3. AIRE DE CULTURE......................................................................5

1.3. CULTURE.............................................................................................5

1.3.1. Travail du sol................................................................................5

1.3.2. Semis...........................................................................................6

1.3.3. Choix variétal...............................................................................6

1.3.4. Irrigation.......................................................................................7

1.3.5. Fertilisation...................................................................................7

Tableau 1. Quantités d’éléments minéraux exprimés en unités


accumulées par 1 ha de maïs produisant 50 quintaux de grains...........8

1.3.6. Désherbage..................................................................................9

1.4. USAGE ET IMPORTANCE......................................................................9

Alimentation humaine..........................................................................10

Alcool et distillation..............................................................................10
5

Alimentation animale...........................................................................10

1.5. RENDEMENT.....................................................................................10

Tableau 2. Principaux pays producteurs en 2014.................................11

1.6. RECOLTE...........................................................................................12

CHAPITRE 2 : LES PRINCIPALES MAUVAISES HERBES RENCONTREES DANS


LES CHAMPS DE MAÏS................................................................................13

2.1. GRAMINEES ANNUELLES..................................................................14

2.1.1. Panic pied- de – coq (Echinochloa crus – galli)...........................14

2.1.2. Vulpin des champs (Alopecurus myosuroides) (Hudson 1762). .14

2. 2. GRAMINEE VIVACE...........................................................................14

2.2.1. Chiendent rampant (Elymus repens L. Gould, 1947).................14

2. 3. DICOTYLENES ANNUELLES...........................................................14

2. 3.1. Morelle noire (Solanum nigrum L., 1753)..................................14

2. 3.2. Amarante réfléchi (Amaranthus retroflexus L. 1753)................15

2.4. DICOTYLENES VIVACES....................................................................15

2.4.1. Charbon des champs (Appelé aussi Cerise des champs)..........15

2. 4. 2. Liseron des haies (Calystegia sepium L.) R.Br., 1810)..............15

2.4.3. Oseille crépue (Rumex crispus L. 1753).....................................16

CHAPITRE 3 : LES STRATEGIES DE LUTTE CONTRE CES MAUVAISES HERBES


...................................................................................................................17

3.1. GENERALITE..................................................................................17

3.2. LES MOYENS DE LUTTE.....................................................................17

3.2.1. Moyen de lutte culturale...........................................................17

 Travaux du sol (mécanisés)............................................................17

- Labour............................................................................................17

- Sarclages – binages........................................................................17

- Buttage (c'est un moyen qui bouscule les jeunes herbes.)............17


5

 Désherbage (avec outil ou manuel)...............................................17

 Couverture du sol par des végétaux..............................................17

 Technique du paillage.....................................................................18

 Technique du faux semis................................................................18

 Rotation de cultures ......................................................................18

 Utilisation de matières organiques fermentées ou non fermentées .


19

3.2.2 Lutte chimique.............................................................................19

 Selon la pénétration de l’herbicide :...............................................19

 Selon la migration de l’herbicide :..................................................19

- Herbicide systémique.....................................................................19

 Selon sa sélectivité :.......................................................................19

3.2.2.1. Choix des herbicides...............................................................20

3.2.2.2. Comment calculer la quantité de produit par hectare............20

3.2.2.2.1. Comment déterminer la quantité d’herbicide à verser dans


un réservoir plein.................................................................................21

3.2.2.2.2. Exemple de calcul...............................................................21

3.2.2.3. Produits, préparations et mélanges.......................................21

3.2.2.4. Quelques herbicides utilisent dans une culture :...................23

CONCLUSION ET SUGGESTIONS..............................................................24

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES..............................................................26
5

EPIGRAPHE

« Ne remets pas au lendemain ce que tu peux faire le jour ou le matin »

Proverbes et dictons agricoles (1865)


5

Dédicace

A vous notre chère et tendre mère Jacky KABIENA-KULUILA TSHIOMBA,


pour l’amour et le soutien dont j’ai bénéficié et pour avoir placé mes
études parmi votre préoccupation majeure.

EKABA IBRAHIM TSHIOMBA TSHIOMBA


5

REMERCIEMENTS

Grace soit rendu à Dieu qui par sa bonté nous comble de


toutes ses bénédictions ; sans lui nous ne serions jamais arrivés au terme
de notre formation de premier cycle universitaire et encore moins être en
vie.

Nous témoignons notre gratitude aux autorités académiques,


au corps professoral de l’Université de Kinshasa (UNIKIN) en général et à
ceux de la Faculté des Sciences Agronomiques en particulier pour leur
appui et la formation dispensée avec compétence et dévouement jusqu’à
ce jour.

L’expression de notre gratitude se dirige vers le Professeur


Marcel MUENGULA-MANYI qui, en dépit de ses multiples occupations, a
bien voulu assurer la direction de ce travail. Ses conseils et remarques ont
contribué à l’amélioration de la qualité de ce travail.

Nous sommes très sensibles à la sollicitude paternelle


exprimée par notre cher père, Monsieur Romain EKABA, pour nous avoir
éduqué, instruit afin que nous élargissions nos connaissances tant
intellectuelles que morales. Qu’il trouve ici l’expression de notre
attachement filial.

Dans le même sens, nous remercions de façon particulière


Monsieur Gaspard BOLIKI LOLUWA pour avoir accepté de soutenir
financièrement mes études ; il mérite toute notre considération.

A mes chers oncles Mark TUMBA et Albert LUPUNGU pour leur


encouragement, soutien financier et moral.

A ma chère famille EKABA : Marie EKABA, Rose EKABA, Joëlle


EKABA, Aminata EKABA, William EKABA, Richard EKABA, Marthe EKABA,
Micheline EKABA et Romain EKABA ; à ma sœur Celia LUVAMBU, à
Mitterrand MULUMBA, à Mark KAMBA BATISTA, à Gaël Boom, à la famille
TSHIOMBA NTUMBA, à mes frères et sœurs : KARENZI, KAMBA, MUTEBA,
TSHIBUYI, OHINDO, et TUMBA. Nous gardons d’eux un bon témoignage.
5

Nous remercions également nos amis et compagnons de lutte,


particulièrement Carine ASABIEL, Jonathan TSHUNZA, Arsen TSHIMANGA,
Christian MIBEYA, Christian BONDENGA, Nana ILOLE, Chirac MPIA, Michael
TSHISWAKA, Alex ADODO, Marco ABE, Jonathan Musey, Naomie MUKANZA,
Sarah Mondwe, Hulda MUADI, Exauce KABONGO, Marcus ILUNGA, Marcus
NGOLELA, Aristote KWALA, Chadel MUNGIYI, Christian KISALA, Samson
NSUMBU, Naomie MPELO et Anne KIKWAYA pour leurs aides au bon
déroulement de ce travail ainsi que les peines et les joies endurées
ensemble.

Et afin nous tenons à remercier toute personne qui a participé de


près ou de loin à l’exécution de ce modeste travail.

EKABA IBRAHIM TSHIOMBA TSHIOMBA

RESUME
5

Le maïs est cultivé pour ses graines riches en amidon qui


constituent la base de l’alimentation de nombreuse populations tant sur le
plan mondial que national.
Mais, néanmoins, sa culture est sujette à des nombreuses
contraintes dont notamment la concurrence alimentaire. Cette
concurrence à des conséquences grave qui se manifestent souvent au
niveau rendement.
Ainsi, de tout ce qui précède, l’obtention d’un meilleur
rendement, pour une culture donnée, nécessite l’utilisation de certaines
pratiques culturales afin de maitriser certains facteurs limitant. De ce fait,
afin d’apporter notre contribution pour l’obtention d’un rendement élevé
pour la culture de maïs contre les mauvaises herbes, une étude
bibliographique a été menée dans le souci de disposer le minimum, des
informations pertinentes sur les mauvaises herbes qui attaquent la culture
de maïs et les stratégies de lutte contre celles-ci.
Ces stratégies qui reposent sur le travail du sol, l’installation
de cultures de couverture et l’emploi d’herbicides efficaces, ce sont
révélés être le meilleur moyen de réduire les peuplements de mauvaises
herbes en vue d’accroitre le rendement de cette culture.
Le maïs est sensible à la concurrence de plantes adventices
très diverse (datura, xanthium, morelle, colza, amarante réfléchie, liseron
des haies, etc.) qui peuvent Considérablement affecter le rendement.
L’importance du maïs se vit tant sur le plan social, dans
l’alimentation humaine, que sur le plan économique dans l’amélioration
des conditions de vie des populations œuvrant dans cette spéculation.
5

INTRODUCTION

La satisfaction des besoins en protéines et en vitamines tant


en quantité qu'en qualité est l'un des aspects nobles dans la lutte contre la
malnutrition. Avec la croissance démographique, beaucoup d'esprits
pessimistes craignent que certains pays tropicaux n'arrivent pas à
consommer autant de protéines animales que l'Europe et les Etats-Unis
(Messiaen, 1974)

Du point de vue nutritionnel, les cultures vivrières ont une


grande importance pour l'homme, dans la mesure où elles permettent
premièrement de lutter contre la malnutrition à l’échelle mondiale, et
particulièrement dans les zones tropicales touchées par la sécheresse et la
concurrence non contrôlée des mauvaises herbes qui se manifeste de
façon accrue. Les cultures vivrières constituent en outre une source de
revenu pour les agriculteurs.

Ainsi, dans les pays sous-développés surtout, pour maximiser


le rendement des cultures, la lutte contre les mauvaises herbes constitue
un des facteurs majeurs du point de vue technique. En effet, la présence
des mauvaises dans les cultures est responsable d’énormes pertes de
rendement plus souvent dans les écosystèmes des régions tropicales où
les producteurs agricoles ne disposent que des moyens rudimentaires pour
lutter efficacement contre ces nuisibles des cultures.

Dans les pays développés par contre, plusieurs méthodes de


lutte contre les mauvaises herbes sont utilisées. On peut citer la lutte
chimique, le sarclage mécanique, le mulching et l’utilisation des bâches
plastiques afin de recouvrir le sol.

Le problème que posent les mauvaises herbes vivaces et


bisannuelles difficiles à combattre vient de ce qu’elles ont habituellement
un imposant réseau de racines qui peuvent émettre de nouvelles pousses.
Même si les mauvaises herbes vivaces sont difficiles à éliminer, il est
possible d’en atténuer les répercussions en détruisant leurs parties
5

aériennes et en les soumettant à la concurrence de la végétation


souhaitée, de manière à épuiser leur réseau racinaire.

Compte tenu de l'effet néfaste des mauvaises herbes sur le


maïs, nous nous proposons d'étudier l'effet de la concurrence des
mauvaises herbes sur cette culture lorsqu'elles cohabitent, afin d'élaborer
un moyen de lutte fondé sur l'utilisation des méthodes agronomiques
c’est-à-dire le recours à la lutte intégrée, qui repose sur le travail du sol,
l’installation de cultures de couverture et l’emploi d’herbicides biologiques
efficaces, s’est révélé être le meilleur moyen de réduire les peuplements
de mauvaises herbes difficiles à combattre.

L’objectif global poursuivi dans ce travail vise à relever les


problèmes en rapport avec l’impact des mauvaises herbes qui sévissent
sur la culture de maïs, et de façon spécifique, le présent travail vise à
disposer des informations relatives aux stratégies de lutte contre les
mauvaises herbes de cette culture.

Ce travail s’est base sur la méthode documentaire. Divers


ouvrages, sites internet et articles scientifiques ont été consultés afin
d’avoir les informations les plus nécessaires.

Hormis l’introduction, la conclusion et suggestions, notre travail


comprend trois chapitres :

- La première porte sur un aperçu général de la culture du maïs ;


- Le second présente quelques principales mauvaises herbes
rencontrées dans les champs de maïs ; et
- Le troisième évoque des stratégies de lutte contre ces mauvaises
herbes rencontrées dans les cultures de maïs.

CHAPITRE 1. APERÇU GENERAL SUR LE MAÏS


1.1. DESCRIPTION

Zea mays L., 1753


5

Ordre : Poales
Famille : Poaceae (Classification APG III 2009)

Le maïs (Zea mays L., ou Zea mays subsp. mays) appelé blé d’Inde au
Canada, est une plante herbacée tropicale annuelle de la famille des
Poacées (graminées), largement cultivée non seulement comme céréale
pour ses grains riches en amidon, mais aussi comme plante fourragère. Ce
terme désigne aussi le grain de maïs lui-même. Cette espèce, originaire du
Mexique, constituait l'aliment de base des Amérindiens avant l'arrivée en
Amérique de Christophe Colomb.

Les caractéristiques morphologiques d’un plant de maïs se présentent de


la manière suivante :

- Le maïs est une plante herbacée annuelle monoïque dicline de taille


variable (de 40 cm jusqu’à 6 m, généralement entre 1 et 3 m pour
les variétés couramment Cultivées). (Herbarium.usu.edu)
- La tige unique, longue d’1,5 à 3,5 m et de diamètre variant de 5 à 6
cm est pleine, lignifiée et formée de plusieurs entre-nœuds d’une
vingtaine de centimètres séparés par autant de nœuds (M. Escalante
– Ten H. et A. Wageneningen).
- Au niveau de chaque nœud est insérée une feuille alternativement
d’un côté et de l’autre de la tige. On compte entre 14 et 22 feuilles
selon les variétés (à mesure que la plante grandit, les feuilles du bas
dépérissent et finissent par tomber. Ainsi, un plant de dix feuilles
peut avoir perdu une à trois feuilles, sans qu'il y paraisse à première
vue).

1.2. ECOLOGIE ET CULTURE


1.2.1.1. EXIGENCES ECOLOGIQUES
Le maïs est une plante exigeante :
5

- En lumière, du fait de son métabolisme photosynthétique en C4 ;


- En température assez élevées à la germination : optimum de 25°C
qui devient, impossible en dessous de 10°CC ;
- En eau. : Un un maïs de 120 jours en climat soudanien demande au
moins 600 mm de pluies bien réparties ;
- En fertilité. : le maïs est très sensible aux carences et répondant
bien aux apports d’engrais dont notamment l’azote, . il Il affectionne
les sols riches en matières organiques et dotés de bonnes propriétés
physiques. (Mémento de l’agronome, 2009).
1.2.1.1. Climat
- la sécheresse est particulièrement dommageable au moment du
semis mais sa plus forte influence négative sur le rendement se
situe au moment de la floraison. On sème donc sur un sol bien
humide, et on intercale le cycle de la culture de façon à réduire le
risque de sécheresse à la floraison ;
- L’excès d’eau peut provoquer l’asphyxie ou même la pourriture des
racines. On évite les sols hydromorphes ou drainant mal ;
- L’énergie lumineuse disponible pendant la culture est limitée en
région fortement nuageuse (zone équatoriale). Il n’y a aucune
parade ;
- Le vent peut provoquer la verse ou la casse. La résistance variétale
est la meilleure défense ;
- Les fortes températures peuvent, surtout si elles sont associées à un
climat sec ou venteux (saison sèche chaude du Sahel), provoquer
des brûlures sur les feuilles. (Mémento de l’agronome, 2009)
1.2.1.2. Sol
Le maïs C’est une culture qui préfère les sols profonds et riches, mais qui
peut aussi s’accommoder à dans des conditions plus difficiles, comme des
sols sableux ou plus argileux, voire calcaires, sous réserve de lui assurer
les apports d’eau et d’éléments nutritifs nécessaires. C’est une culture
améliorante grâce à son enracinement profond et à ses importants
apports de matière organique (huit à dix Tonnes tonnes par hectare)
assurés par les résidus de culture. (Cipf,)
5

1.2.1.3. AIRE DE CULTURE


La culture du maïs concerne près de 150 pays dans les cinq continents, ;
elle est réalisée du 50e 50ème degré de latitude nord Nord au 50e 50ème
degré de latitude sud Sud, et du niveau de la mer à plus de 3 000 mètres
d’altitude. Cette culture revêt des aspects très contrastés : souvent culture
vivrière et manuelle pour des variétés traditionnelles en Afrique
subsaharienne, et intensive mécanisée parmi les plus productives dans les
pays tempérés industrialisés. (ANONYME, 2016).

1.3. CULTURE
Le maïs est une plante exigeante en soins et en travail, ; sa culture
nécessite du matériel et donc des investissements importants, la mise en
place de système d’irrigation (en zone non tropicale), le remplacement des
cultures traditionnelles. Elle implique de respecter certains paramètres
agro-climatiques et nécessite un lien plus fort avec les sociétés
semencières, puisque la semence hybride doit être achetée chaque année
pour permettre une meilleure productivité. Malgré ces contraintes,
largement compensées par les avantages des nouvelles semences (Gnis –
pedagogie, ).

1.3.1. Travail du sol


Les travaux de préparation du sol ont pour objectifs fondamentaux, d’une
part de réussir une germination et une émergence rapide et régulière des
graines, et d’autres part de permettre un enracinement profond. Ils
doivent donc aboutir à une bonne structure superficielle tout en
conservant la structure profonde réalisée par le labour. Ces travaux
doivent être raisonnés dès la récolte du précèdente tout en recherchant
des façons culturales soignées et un lit de semences bien nivelé. Ceci
exige un choix judicieux des outils de préparation du sol et que chaque
innervation intervention soit réalisée dans les conditions du sol optimales.
Le maiïs est sensible aux défauts de structure qui se marquent plus encore
en agrobiologie du sol. Un lit de semences fin et régulier facilitera le
5

passage ultérieur des outils de désherbage mécanique et thermique.


(Ponge J- F., 2000).

1.3.2. Semis
Le semis se fait à l’aide de semoirs de précision, permettant de contrôler
tant la profondeur (3 à 5 cm), l’écartement des lignes que la densité sur
les lignes. L'implantation optimale pour les cultivars de maïs cornés
modernes (grains et fourrage) est composée de rangs espacés de 75 cm
(pour un bon ensoleillement) avec un plant tous les 13 cm (pour une
bonne irrigation et un bon développement racinaire) soit 102 500
plants/hectare. On obtient ainsi de beaux épis, résistants à la verse et
ayant une bonne tolérance à la sécheresse. Plus on augmente la densité
du semis, plus les plants sont grands mais avec une tige plus fine et de
plus petits épis plus ou moins développés. Les semis les plus denses sont
donc réservés aux maïs cornés précoces (à plus faible développement).
Les maïs dentés tardifs sont plutôt plantés à une densité de 90 000
plants/hectare (1 plant tous les 15 cm au lieu de 13). (Anonyme, 2012).

1.3.3. Choix variétal


Les contraintes de l’agriculture biologique peuvent orienter le choix vers
des variétés particulières. Les principaux facteurs recherchés en culture
intensive sont :

- laLa productivité, la régularité du rendement, et la prolificité


(aptitude à produire plusieurs épis) ;
- La résistance à la verse en végétation et à la verse parasitaire ;
- La résistance à la sécheresse ;
- La résistance aux herbicides ;
- La tolérance aux faibles niveaux d'intrants ;
- La vitesse de dessiccation du grain (Anonyme, 2016).

1.3.4. Irrigation
Avec son système racinaire superficiel, le maïs nécessite une importante
irrigation en zones à étés secs comme le Sud de l'Europe, l'Égypte, le Chili
ou le Pérou. Selon le type de climat et de sol, les besoins varient de 800 à
1 500 m3 d'eau/ha par mois, de la floraison jusqu'à la maturation des
grains. La solution la plus économique en eau est la goutte à goutte
5

enterré (JM. Dieumier, B. Lacroix, A. B.] (La solution la plus économique en


eau est la goutte à goutte enterré). (Anonyme, 2012).

Dans les zones plus humides, les grands producteurs de maïs dans le
monde (États-Unis, Chine, Brésil, Argentine, Europe de l'Est) se passent
totalement d'irrigation (sauf pour leurs productions de semences). Dans
les régions tropicales, au climat humide et ensoleillé, sans période sèche
trop marquée, le maïs peut être cultivé sans irrigation artificielle toute
l'année et donner donné jusqu'à trois récoltes par an. À titre de
comparaison, pour 1 kg de matière sèche produite, le maïs fourrage
nécessite 240 L d'eau, le maïs grain 450, le blé 590, le soja 900, le
tournesol 1 200 et le riz inondé 5 000. Le maïs est donc la plante qui
utilise de façon la plus efficiente l'eau qu'elle reçoit. Mais, le maïs a
particulièrement besoin d'eau et de nutriments en été notamment à partir
du stade 10 feuilles pour les variétés précoces (12 feuilles pour les
tardives) et pendant au moins tout le mois suivant soit au début de la
période de formation des grains allant de 60 à 90 jours après le semis.

Pendant cette période de fructification (de fin juin à la mi-août dans


l'hémisphère Nord), le maïs consomme de l'ordre de 4 mm d'eau par jour
voire plus en cas de très fortes chaleurs. S'il ne pleut pas et dans un sol
sableux qui a une faible réserve utile d'eau (de l'ordre de 25 mm), il faut
irriguer tous les 6 jours en apportant les 24 mm d'eau/m2 consommés soit
1 250 m3 d'eau/mois par ha [Corn Growth, 2010].
1.3.5. Fertilisation
Le maïs exige pour sa croissance et sa production, des éléments minéraux
qu’il puise dans le sol. La fertilisation raisonnée consiste à lui apporter les
quantités d’éléments dont il a besoin, au bon moment et en quantité
suffisante. Car les rendements espérés dépendent de la fumure et du
système de culture. Elle doit être rentable, c’est-à-dire permettre un
accroissement de la récolte qui compense largement les frais occasionnés
par l’achat et l’épandage des engrais.
5

Tableau 1. Quantités d’éléments minéraux exprimés en unités


accumulées par 1 ha de maïs produisant 50 quintaux de
grains

Azote (N) Acide Potasse Chaux Magnésie Soufre


phosphorique (K2O) (Ca0Ca (Mg0MgO) (S)
(P205P2O5) O)

Dans les
plantes 105 50 75 10 10 6
entières
(parties
aériennes)
Uniquement
dans les 70 35 25 1,5 4,5 5
50quintaux
de grains

Les prélèvements (ou exportations) sont différents suivant que les pailles
de maïs sont sorties du champ ou au contraire réincorporées au sol. Il faut
ajouter à ces six éléments principaux (voir tableau Tableau 1) des
quantités plus faibles (de l’ordre de quelques centaines de grammes par
hectare) de manganèse, zinc, bore, cuivre, etc.
Les besoins de la plante ne sont pas constants tout au long de la culture :
faibles au début, ils croissent rapidement pour atteindre un maximum
avant la floraison et décroître ensuite, sauf pour le phosphore dont
l’absorption est relativement étalée dans le temps. Il faut souligner
l’exigence particulière en azote juste avant la floraison pour permettre une
formation normale de l’épi. En culture manuelle peu intensive, l’apport
minimum est de vingt-cinq à trente unités d’azote par hectare, quand le
maïs a commencé sa montaison (environ quarante jours après le semis).
Un apport d’engrais complet au semis (par exemple 30-30-30) est utile,
mais rarement pratiqué. La teneur en matière organique du sol est une
des clés de la culture du maïs. Les apports de fumier sont recommandés,
car le maïs réagit très positivement à la fumure organique, même à faible
dose. Cet effet est particulièrement net dans les sols épuisés. Dans tous
5

les cas, la restitution des résidus de récolte, transformés (fumier) ou


simplement broyés et enfouis, est recommandée pour enrichir le sol en
matière organique et limiter les exportations (Mémento de l’agronome,
2009).
1.3.6. Désherbage
Dans la culture du maïs, différentes techniques de lutte contre les
mauvaises herbes peuvent être utilisées :

- leLe contrôle cultural ou agronomique, qui consiste à adapter les


différents éléments du système de culture (rotation, travail du sol,
date et densité de semis, fertilisation) pour limiter le développement
des adventices ;
- laLa lutte physique par action manuelle ou mécanique par
l’arrachage de tout ou partie de la plante – (sarclage, désherbage
mécanique) ;
- laLa lutte chimique par l’utilisation d’herbicides. (Anonyme, 2011).

1.4. USAGE ET IMPORTANCE


Le maïs a actuellement trois grands type d’utilisations : l’alimentation
animale, qui est de loin le premier débouché (environ les deux tiers
globalement) et concerne surtout les pays industrialisés, ; l’alimentation
humaine, particulièrement importante dans certains pays du Tiers tiers
monde, notamment l’Afrique subsaharienne et l’Amérique latine, et
marginale dans les pays industrialisés, ; et enfin les industries
agroalimentaires, y compris pour la production d’alcool comme
biocarburants, biogaz ou bioplastiques. Dans le monde, on a répertorié
près 1 500 utilisations du maïs ont été répertoriées. (Sylvie brunelBrunel,
2012).

Le maïs est utilisé comme à des fins diverses.:

Alimentation humaine Dans l’alimentation humaine, grâce à ses grains


5

Le maïs est cultivé pour ses grains, riches en amidon (environ 63 %), il qui
constituent la base de l’alimentation de nombreuses populations. (Food et
l’agriculture, 1993)

Alcool et distillation

Dans la distillerie de l’alcool, ses grains sont fermentés afin de produire de


l’alccol, et aussi pour la fabrication de la bière ; il est également utilisé
comme complément d’autres boissons alcoolisées distillées (On peut tirer
de la fermentation des grains de maïs de l’alcool qui sert notamment à la
fabrication de la bière ou, en compléments d’autres sources, à la
préparation de boissons alcoolisées distillées (gin, whisky, bourbon, etc.).
Alimentation animale
Sur le plan de la nutrition animale, La la plante entière peut être
consommée par le bétail comme fourrage frais ou sec ou comme ensilage.
Le maïs est une plante d’élevage d’embouche, elle permet donc
d’engraisser plus rapidement les bovins et augmente ainsi la production
de lait des vaches.

1.5. RENDEMENT
Le tableau 2 ci-dessous nous donne les informations relatives aux données
de principaux producteurs de maïs.

Tableau 2. Principaux pays producteurs du maïs en 2014


Pays Production (en Mt) % monde Surface cultivée Rendement (kg/ha)
No (en milliers/ha)
1 États-Unis 361,091 34,8 % 33 643 10 733
2 Chine 215,466 20,8 % 35 923 5 998
3 Brésil 79,870 7,7 % 15 431 5 176
4 Argentine 33,000 3,2 % 5 000 6 600
5 Ukraine 28,497 2,7 % 4 627 6 159
6 Inde 23,670 2,3 % 8 600 2 752
7 Mexique 23,273 2,2 % 7 061 3 296
5

8 Indonésie 19,008 1,8 % 3 836 4 954


9 France 18,542 1,8 % 1 848 10 033
10 RSA 14,982 1,4 % 3 300 4 540
Source : FAOSTAT (2014)

1.6. RECOLTE
La récolte du maïs-grains peut se faire en épis ou en grains. La récolte en
épis peut se faire plus précocement, à un taux d’humidité allant de 35 à
45 %. Les épis sont séchés naturellement en silos-cage (cribs). On utilise à
cet effet des cueilleurs-épanouilleurs, tractés ou automoteurs, qui
récoltent les épis débarrassés de leurs spathes. La récolte en grains, la
plus répandue actuellement, nécessite l’opération de battage (réalisée par
des cueilleurs-égreneurs ou des moissonneuses-batteuses adaptées,
munies de bec cueilleurs), et suppose un taux d’humidité compris entre 20
et 35 %. Les grains doivent être séchés à l’air chaud pour ramener le taux
d’humidité à 14-15 % permettant un stockage prolongé. Le maïs-fourrage
se récolte à l’aide d’ensileuses qui hachent les plantes entières lorsque le
taux de matière sèche atteint 30 % (grain rayable à l’ongle). Le maïs-
fourrage est destiné aux ruminants et peut être ensilé ou utilisé comme
fourrage frais (Maybelline et Alal., 2012).
5
5

CHAPITRE 2 : LES PRINCIPALES MAUVAISES HERBES RENCONTREES


DANS LES CHAMPS DE MAÏS
Le maïs est sensible à la concurrence de plantes adventices qui peuvent
considérablement affecter le son rendement. La nuisibilité des adventices
pour l’homme prend plusieurs formes:
- La compétition pour la lumière, l'eau ou les nutriments. Les
adventices s'alimentent au détriment des cultures.
- La dépréciation des récoltes en raison de graines ou fragments
d'adventices qui diminuent la qualité de la production. Les graines
d'adventices comme la morelle ou la nielle sont respectivement
toxiques ou susceptibles de donner un mauvais goût dans l'ensilage
ou pendant la récolte.
- Certaines graminées adventices peuvent favoriser la verse des
céréales et ainsi affecter la mise en œuvre de la récolte. (Zimdahl,
R.L., 2007).
Le développement de certains ravageurs et de certaines maladies peuvent
être favorisé par le microclimat créé par les adventices qui sont des
organismes responsables de la plus grosse perte potentielle de
rendements. Ces adventices envahissants, ou par leur rôle de réservoir ou
de plantes peuvent constituer un foyer d’infection des certaines cultures à
l’échelle tant nationale que locale (Cordeau, S., Dessaint, … 2016).
Les adventices peuvent être :
- Des plantes vivaces, qui se reproduisent de façon végétative, ou
bien qui restent en place plusieurs années :. A titre d’exemple, on
peut citer Chiendentchiendent, liseron, chardon, etc.
- Des plantes annuelles, le plus souvent, qui se reproduisent par
graine, avec fréquemment un fort potentiel de reproduction, tel est
le cas de l’; amarante, etc.
Les communautés d’adventices sont largement ouvertes aux nouvelles
espèces en raison de trois caractéristiques du champ cultivé : faible
diversité, perturbations fréquentes et ressources abondantes. (Booth et
al., B.D. Murphy, S.D., Swanton, C.J., 2003)
5

2.1. GRAMINEES ANNUELLES


2.1.1. Panic pied- de- – coq (Echinochloa crus – galli)
C’est une espèce de plantes monocotylédones de la famille de Poaceae
(graminées). C’est une mauvaise herbe redoutée dans de nombreuses
régions agricoles. Elle est considérée comme une plante envahissante en
Amérique du Nord. La plante est considérée comme l’une des adventices
de la planète car elle réduit les rendements des cultures en absorbant
jusqu’à 80 % de l’azote disponible dans le sol et sert d’hôte à plusieurs
virus dont celui de la mosaïque. Les niveaux élevés de nitrates qui
s’accumulent en elle peuvent empoisonner le bétail. (Barnayard Grass,
2018)

2.1.2. Vulpin des champs (Alopecurus myosuroides) (Hudson 1762)


Alopecurus myosuroides, le vulpin des champs, est une espèce de plantes
monocotylédones de la famille des Poaceae, originaire des régions
tempérées d’Eurasie et d’Afrique du nordNord. Le vulpin des champs est
une plante herbacée annuelle, très commune, que l’on rencontre aux
bords des chemins, dans les champs et dans les friches. C’est une plante
rudérale et une mauvaise herbe des champs cultivés, qui est aussi
cultivée comme plante fourragère.

2. 2. GRAMINEE VIVACE
2.2.1. Chiendent rampant (Elymus repens L. Gould, 1947)
Elymus repens repens est une plante herbacée de la famille des Poaceae,
très vivace par ses rhizomes. Cette plante, très commune, est une
mauvaise herbe des cultures et des jardins. (Luc Brouillet, 2010)

Le chiendent peut être un réservoir de virus ou de champignons


transmissibles aux céréales. C’est en particulier, un hôte de l’ergot du
seigle.
5

2. 3. DICOTYLENES ANNUELLES
2. 3.1. Morelle noire (Solanum nigrum L., 1753)
La morelle noire (solanum nigrum), est une plante herbacée de la famille
de Solanacées, appartenant à l’important genre Solanum. La morelle noire
est considérée en Europe comme un adventice. Elle pousse dans les
cultures maraichères, les platebandes de fleurs, des cultures sarclées, les
jardins. Elle aime les sols riches en nitrates et bien arrosés. En ville, on la
trouve au pied des murs, des arbres, dans les haies et sous les plantations
horticoles. Elle prospère jusqu’à 1500 m d’altitude. Son origine est
inconnue. (Julve, Ph. Version 2004).

2. 3.2. Amarante réfléchi (Amaranthus retroflexus L. 1753)


Amarante réfléchi (Amaranthus retroflexus) est une plante herbacée de la
famille des Amaranthacées ou des chénopodiacées selon la classification
classique de croquis Croquis (1981). (Wikipedia, 2018)

L’amarante réfléchie est abondante, et souvent elle colonise l’assemble


l’ensemble des cultures estivales, les vignes, les vergers, les pépinières et
les cultures maraichères, la profondeur des racines en fait une mauvaise
herbe particulièrement difficile à supprime. (Anonyme, 2018)

2.4. DICOTYLENES VIVACES


2.4.1. Charbon des champs (Appelé aussi Cerise cerise des
champs)
Terme générique qui désigne de nombreuses espèces de plantes
épineuses appartenant principalement à la famille des Asteraceae
(Composées), notamment les genres Carduus (les chardons proprement
dits), Cynara (les artichauts) et Cirsium (les cirses). Certains appartiennent
à la famille des Apiaceae (Ombellifères) comme le chardon- Roland, ou
panicaut, et le chardon bleu des Alpes. (JC Rameau, et al.D. Mansion,G.
Dume, …, 2008).
En France, le cirse des champs est inscrit sur la liste des organismes
nuisibles aux végétaux. Un arrêté ministériel ou préfectoral peut ordonner
des mesures obligatoires de destruction de cette espèce dans des régions
délimitées où sa prolifération affecterait les récoltes.
5

2. 4. 2. Liseron des haies (Calystegia sepium L.) R.Br., 1810)


Le liseron des haies (Calystegia sepium) est une plante herbacée
grimpante,
vivace, de la famille des Convolvulaceae, de la tribu des Convolvuleae,
courante dans les buissons et les haies. Elle est aussi cultivée pour
l'ornement des jardins. Les liserons font partie des mauvaises herbes les
plus communes et les plus problématiques. En s’enroulant autour des
plantes, ils étouffent les pentes et déparent les massifs. Le liseron
s’installe notamment sur les sols manquant de silice afin justement de
remédier à ce manque.
Le liseron est un plante très mellifère c’est-à-dire il attire de nombreux
insectes pollinisateurs (dont les abeilles qui sont friandes de ses fleurs au
parfum d’amande). (Anonyme, 2013)

2.4.3. Oseille crépue (Rumex crispus L. 1753)


Oseille crépue (Rumex crispus) est une plante vivace mesurant environ 60
cm de haut. Elle est considérée comme un adventice en agriculture mais
devrait peut-être être tolérée autant pour rétablir la fertilité du sol, ses
racines profondes font remonter des nutriments qui seraient autrement
perdus et ses feuilles sont un excellent composte. C’est également une
nourriture importante pour les chenilles de nombreuses espèces de
papillons. (Anonyme, 2012)
5

CHAPITRE 3 : LES STRATEGIES DE LUTTE CONTRE CES MAUVAISES


HERBES
3.1. GENERALITE
Les plantes adventices = ou (mauvaises herbes) sont des concurrentes
redoutables pour les plantes cultivées. Elles absorbent une partie de l’eau,
des engrais et occupent une partie de l’espace racinaire et aérien destiné
aux plantes mises en place dans nos massifscultivées. Pour s’en
débarrasser et empêcher qu’elles ne réapparaissent plusieurs méthodes
existent.

Comme cultures, le maïs figure parmi les plantes les plus performantes.
Sous tous les climats, des variétés adaptées permettent de réussir sa
culture sur presque tous les sites. Cependant, le maïs est particulièrement
fragile au stade jeune plantule, et souffre d’un manque de pouvoir
compétitif face aux adventices. Outre l’ensemencement en sol
suffisamment échauffé, il faut que le lit de semis soit finement émietté et
bien aéré, préalablement indispensable à l’établissement d’un peuplement
performant. Autre élément concourant à la réussite : la lutte contre les
plantes adventices pour débarrasser le maïs de cette concurrence
indésirable autour de l’eau et des nutriments (Indiquer la source).

En fonction de la rotation des cultures, un vaste éventail de mauvaises


herbes s’est établi, qu’il convient de combattre avec des solutions à large
d’éventail d’efficacité. Régulièrement, les résultats d’essais montrent de
façon impressionnante les répercussions qu’une application d’herbicide
omise peut avoir sur le rendement. Les solutions herbicides présentées ci-
après vous offrent la possibilité de faire sécurité d’avoir fait le bon choix
selon la pour votre situation dans laquelle on peut se retrouver. (Equipe
agro de BASF, 2018)
5

3.2. LES MOYENS DE LUTTE CONTRE LES MAUVAISES HERBES


3.2.1. Moyen de lutte culturale
Travaux du sol (mécanisés)

- Labour
- Sarclages – binages
- Buttage (c'est un moyen qui bouscule les jeunes herbes.)
Désherbage (avec outil ou manuel)

Couverture du sol par des végétaux

- Plante couvre sol = plante tapissant : dans un premier temps il faut


régler le problème des adventices par un moyen ou un autre.
- Enherbement permanent
- Engrais vert : on couvre le sol par des plantes. C'est une plante
légumineuse, crucifère, qui couvre le sol pendant un temps limité
(culture dérobée) et qu'on enfoui à l'état herbacée pour restituer au
sol des éléments minéraux. Evite la pousse d'adventice.
(MO : herbacée : minéralisation / lignifiée : humus puis minéralisation)

Technique du paillage

- Paillage organique : copeau de bois, roseau de chine, écorce de pin,


mulch, …
Avantage : biodégradable, plus esthétique / Inconvénient : coûteux.

- Paillage plastique : couleur noir, blanc (réfléchi la lumière), vert. Les


paillages plastiques sont bon marché (20 centimes / m²), par contre
il est peu esthétique. On utilise généralement des paillages noirs de
15 à 80 microns d'une durabilité de quelques mois à 4 ans. On
évolue vers des plastiques biodégradables mais à condition après la
culture d'enfouir les restes en plastique. Utilisation : espaces verts,
pépinières, bords autoroutes, …
- Paillage minéral : ex : pouzzolane (déchet de roche volcanique) ou
gravier (Anonyme, 2004).
5

Technique du "faux semis on prépare le sol comme pour un semis


(travail du sol + arrosage) on aura la levée des premières adventices et
on va la détruire par un moyen ou un autre. Par ex désherbant de
contact ou travail du sol (hersage). (Anonyme, 2014).

Rotation de cultures : le raisonnement de la rotation culturale peut


permettre de contrôler la composition de la communauté d’adventice
et d’empêcher l’implantation d’une flore adventice très spécialisée vis
–à –vis de la culture et donc très compétitive (Smith, R.G. et al., 2009).

Utilisation de matières organiques fermentées ou non


fermentées : un fumier frais enfoui favorise la pousse des adventices.
La majorité des graines sont détruites entre 40 et 55°C. une matière
organique non fermentée contient beaucoup de mauvaises herbes,
mais une matière organique compostée passe par une fermentation
(60 – 70°C) et donc les graines de mauvaises herbes seront détruites
(Anonyme, 2004).

3.2.2 Lutte chimique

La lutte chimique consiste en la mise en œuvre d’une combinaison de


techniques d’utilisation des herbicides = (désherbants) afin de limiter la
nuisibilité des adventices. Selon Gauvrit (1996), l’Association Française de
Protection des Plantes renseigne qu’il existe plusieurs types d’herbicides
pouvant être utilisés dans la lutte contre les mauvaises herbes. D’après la
même source, il existe des herbicide à pénétration foliaire ou racinaire,
des herbicides de contact ou systémiques, et des herbicides sélectifs ou
totaux.

Le groupe de travail « terminologie » de la commission des essais


biologiques (CEB) de l’Association française de protection des plantes,
recommande d’employer les définitions suivantes pour les différents types
d’herbicides :
5

 Selon la pénétration de l’herbicide :


- Herbicide foliaire : herbicide pulvérisé sur les feuilles et
absorbé par celles-ci.
- Herbicide racinaire : herbicide appliqué sur le sol et absorbé
par les racines. La pénétration s’effectue par les organes
souterrains, entre la germination de l’adventice et sa levée.
 Selon la migration de l’herbicide :
- Herbicide de contact : l’herbicide détruit les surfaces de la
plante avec lesquels il entre en contact, il n’est pas véhicule
par la sève.
- Herbicide systémique : herbicide de prélevée ou post-levée qui
migre dans la plante par le bois ou le liber, depuis les points
de pénétration (racine ou feuille) jusqu’au site d’action.
 Selon sa sélectivité :
- Herbicide sélectif : herbicide que peut tolérer une espèce
cultivée dans des conditions d’emploi définies. Si ces
conditions d’emploi ne sont pas respectées, il peut devenir
non sélectif.
- Herbicide total : herbicide efficace sur l’ensemble des
adventices et aussi des espèces cultivent (Christian Gauvrit,
1996).

3.2.2.1. Choix des herbicides


En général, les herbicides de post levée sont plus efficaces à détruire la
partie aérienne des mauvaises herbes vivaces et bisannuelles que les
herbicides de prélevée. La stratégie qui repose sur l’emploi d’herbicides de
post levée dans une culture sur pied consiste à détruire la partie aérienne
des mauvaises herbes vivaces afin de forcer celles-ci à utiliser les réserves
accumulées dans leurs racines pour émettre de nouvelles pousses. Tout
devrait être mis en œuvre pour appliquer un herbicide systémique (p. ex.,
le glyphosate) à l’automne, car la combinaison du raccourcissement de la
longueur du jour et de l’abaissement des températures agit alors chez de
nombreuses espèces de mauvaises herbes vivaces comme un déclencheur
qui les amène à stocker des glucides dans leurs racines en prévision de
l’hiver à venir. (Ontario,, 2017)
5

Le type de pulvérisateur agricole le plus communément utilisé pour les


applications d’herbicides est le pulvérisateur à rampe. Ce pulvérisateur
applique une quantité uniforme de bouillie sur toute la largeur de la
rampe. (Ontario, 2017).
3.2.2.2. Comment calculer la quantité de produit herbicide à
utiliser par hectare
La plupart des doses conseillées dans cette publicationdifférents
documents sont exprimées en quantité de matière active (nom commun)
et de produit (NOM COMMERCIALnom commercial) par hectare.
Cependant, lorsque la quantité de matière active varie considérablement
selon les préparations disponibles (p. ex., le glyphosate qui existe dans
des concentrations de 360 g/L, 480 g/L, 500 g/L et 540 g/L), la quantité à
appliquer peut être exprimée (Ontario, 2017)

Comment déterminer la quantité d’herbicide à verser dans un


réservoir plein
Pour déterminer la quantité d’herbicide à verser dans un réservoir, il est
recommandé Après après avoir déterminé la quantité de produit
commercial nécessaire par hectare, réglé le pulvérisateur et déterminé le
nombre d’hectares traités par le contenu de chaque réservoir, de
déterminer la quantité d’herbicide à ajouter au réservoir en utilisant
l’équation suivante :
Superficie traitée par un réservoir plein = capacité du réservoir (L)/ taux
d’application (L/ha) = hectares quantité de produit à ajouter au réservoir =
nombre d’hectares traités/réservoir × quantité de produit/ha (Ontario,
2017)

Exemple de calcul

(a) quantité de produit/réservoir = 4,1 ha × 2,2 kg/ha


= 9,02 kg de LOROX/réservoir

(b) quantité de produit/réservoir = 4,1 ha × 2,1 L/ha


5

= 8,61 L d’AATREX/réservoir

Suivre les recommandations du fabricant pour l’ordre et les méthodes de


mélange et mélanges (Ontario, 2017).

3.2.2.2. Produits, préparations et mélanges


Les préparations d’herbicides solides incluent les granulés, les poudres
solubles et les poudres mouillables. Les granulés ne nécessitent aucun
mélange préalable dans une pâte fluide et sont prêts à être mélangés à
l’eau. Les poudres solubles peuvent être dissoutes dans l’eau. Les poudres
mouillables sont insolubles, mais formeront une suspension qui a besoin
d’une constante agitation.
Les préparations d’herbicides liquides se mélangent à l’eau pour former
une bouillie, ou à l’huile pour former une émulsion qui doit être agitée.

Les étiquettes de pesticides comportent habituellement des directives sur


la préparation des mélanges en cuve homologués et précisent souvent
l’ordre dans lequel on doit ajouter les ingrédients. Si l’étiquette comporte
des directives de préparation des mélanges, toujours s’y conformer.
Consulter les étiquettes des emballages pour se renseigner sur la
compatibilité des divers herbicides. En effet, certaines préparations
peuvent réagir lorsqu’elles sont mélangées et former de nouveaux
produits dont les propriétés et les effets diffèrent de ceux des produits
initiaux. S’il faut ajuster le pH ou la dureté de l’eau, ces ajustements
doivent se faire avant l’ajout de produits dans la cuve.
En l’absence de directives concernant la préparation d’un mélange en
cuve homologué, voici, en général, comment procéder. :

 Remplir la cuve avec de l’eau jusqu’à la moitié du volume total de


bouillie nécessaire et commencer l’agitation. Ajouter les différentes
préparations dans l’ordre indiqué ci-dessous, en laissant le temps à
chaque produit de bien se mélanger et se disperser avant d’ajouter
le suivant :
- emballagesEmballages solubles;solubles ;
5

- poudresPoudres mouillables ;
- produitsProduits pulvérulents et granulés dispersables
dispersibles dans l’eau.
-
 Tout en faisant fonctionner l’agitateur, ajouter de l’eau jusqu’aux
trois quarts du volume de bouillie souhaité. Puis ajouter :
- solutionsSolutions à base d’eau;d’eau ;
- concentrésConcentrés émulsifiables;émulsifiables ;
- adjuvantsAdjuvants.
 Finir de remplir la cuve jusqu’au volume voulu. Maintenir l’agitateur
en marche pendant le mélange, le remplissage final et la
pulvérisation.

Ne pas mélanger dans le but d’appliquer en une seule opération des


herbicides différents ou des herbicides combinés à d’autres pesticides ou
des engrais foliaires, sauf si les produits ont été homologués à cette fin. À
moins qu’on ne le mentionne spécifiquement dans cette publication ou sur
l’étiquette de l’herbicide, l’ajout d’un surfactant ou d’un détergent à la
bouillie est déconseillé. Quand on sait que l’eau utilisée contient un excès
de sel, on doit d’abord faire un essai de compatibilité de cette eau et du
produit chimique à la concentration désirée, mais sur une petite échelle.
Voir la rubrique Agitation, sous Entretien et utilisation des pulvérisateurs
(Ontario, 2017).

3.2.2.3. Quelques herbicides utilisent utilisés dans une


culture :contre les mauvaises herbes rencontrées dans les
champs de maïs
Il est plus commode d’introduire toujours une idée à l’aide d’une phrase
bien réfléchie.
- Akris est un herbicide soit utilisable seul ou en programme. Akris,
très bien toléré assure un contrôle des principales graminées/millets
et dicotylédones dans une action de traitement de base et avec une
action racinaire principalement. . C’est un herbicide avec une action
racinaire et foliaire contre les adventices dicotylédones, les millets et
5

principales graminées dans le maïs. Akris possède un spectre très


large et de longue durée par son activité racinaire.

- Arrat est un herbicide hyper sélectif associant tritosulfuron et


dicamba, deux matières actives complémentaires contre les
dicotylédones pluriannuelles de rhizome ou graine. Dès l’absorption
foliaire, les adventices stoppent leur croissance et ne concurrencent
plus la culture pour l’eau et les éléments nutritifs.
- Basagran SG Une solution pour endiguer la propagation du
souchet comestible. Basagran SG est un herbicide de post-levée
pour lutter contre les mauvaises herbes du maïs (Equipe agro de
BASF, 2018).
5

CONCLUSION ET SUGGESTIONS

L’objectif de notre travail visait à relever les stratégies de lutte contre les
mauvaises herbes qui infestent sévissent sur la culture de maïs.
Les informations compilées renseignent que le mais est sensible à la
concurrence de plantes adventices qui peuvent considérablement affecter
le rendement. Il est évident que les dangers que ceux-ci représentent
pour la culture de mais n’ont pas tous le même degré de gravité.
Certaines d’entre eux, notamment dans le cas d’extension de la culture de
maïs, se signalent par l’importance économique des dégâts qu’ils peuvent
occasionner. C’est ainsi parmi les mauvaises herbes de dicotylenes
vivaces, nous retiendrons surtout le liseron (Calystegia sepium) des haies
qui est une mauvaise herbe le plus commune et les plus problématiques.
En s’enroulant autour des plantes, ils étouffent les pentes et déparent les
massifs. Le liseron s’installe notamment sur les sols manquant de silice
afin justement de remédier à ce manque.
Une autre mauvaise herbe chiendent (Elymus repens) peut être un
réservoir de virus ou de champignons transmissibles aux céréales. C’est
en particulier, un hôte de l’ergot du seigle.

Les mauvaises herbes sont les organismes responsables de la plus grosse


perte potentielle de rendement sur la culture de maïs et sont
responsables, très variables à l’échelle locale d’une perte de rendement
de 10 % en moyenne à l’échelle mondiale.

Parfois aussi, les mauvaises herbes ont également des effets sur le
fonctionnement de l’agroécosystème qui sont neutres ou positifs pour les
humains, dont certains sont des auxiliaires de culture notamment, le
liseron joue ainsi plusieurs rôles importants, quand on sait le gérer dont
celui de maintenir les mycorhizes.

De toutes les mauvaises herbes évoquées dans le présent travail, il


s’avère que amarante reffechi (Amaranthus retroflexus) apparait comme
mauvaise herbe amplifie.
5

Pour lutte contre les mauvaises herbes ; nous avons quelques moyens :

 soit directement par des traitements chimiques (herbicides ou


fongicides) à titre curatif ou préventif ;
 soit indirectement par diverses méthodes :
- recours à des variétés résistantes,
- façons culturales favorisant la résistance des plantes en cours de
végétation,
- limitation des risques d’infestation par une rotation bien étudiée.
De tout ce qui ce qui précédé nous suggérerons que les études ultérieures
soient menées en vue de déterminer l’impact de ces mauvaises herbes sur
la production mondiale du mais par rapport aux différents pays
producteurs de cette culture.
5

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1. Messiaen charles Marie 1974. Le potage tropicale « techniques


vivantes » conseil internationale de la langue française 195 p.
2. Maybelline Escalante-Ten Hoopen et Abdou Maïga, 2012.
Production et transformation du maïs, Wageningen, Pays-Bas, ISF
Cameroun et CTA, coll. « PRO-AGRO », 32 p. (ISBN 978-92-9081-494-
8, lire en ligne), p. 5
3. Mémento de l’agronome, 2009. Editeur cirad, P 784 (ISBN 978
-2- 7592 – 0357 – 4)
4. Anonyme 1950. Grâce aux travaux de l'INRA, que les premiers
hybrides de maïs firent leur apparition en France et en Europe,
permettant de doubler les rendements. En 50 ans, les hybrides ont
permis de multiplier les rendements par 6 par rapport aux variétés
population anciennement utilisées. , sur gnis-pedagogie.org
5. Anonyme 2012. Bulletin intérieur d’information des sociétaires du
Comptoir agricole.
6. Anonyme 2012. Mise en place d'un essai expérimental
d'installation de goutte-à-goutte enterré en culture de maïs dans le
cadre des PGCE, juin 2012, sur lot-etgaronne.chambagri.fr
7. JM. Deumier, B. Lacroix, A. Bouthier,J.-L. Verdier, M. Mangin,
2005. Stratégies de conduite de l'irrigation du maïs et du sorgho
dans les situations de ressource en eau restrictive, sur
irrinov.arvalisinstitutduvegetal.fr
8. Sylvie Brunel, 2012. Géographie amoureuse du maïs, JC Lattès,
250 p. (ISBN 978-2-7096-4224-8)
9. Anonyme, 1993. « Le maïs dans la nutrition humaine » ,Food &
Agriculture Org., 174p.
10. FAOSTAT, 2016. sur faostat3.fao.org (consulté le 24 novembre
2016)
11. Guide pratique de défense des cultures, Association de
coordination technique
12. maïs, Wageningen, Pays-Bas, ISF Cameroun et CTA, coll. « PRO-
AGRO », 32p. (ISBN agricole, Paris, 1980
5

13. Maybelline Escalante-Ten Hoopen et Abdou Maïga, 2012.


Production et transformation du 978-92-9081-494-8, lire en ligne ),
p. 5
14. J.-P. Gay, 1999. Maïs, mythe et réalité, éd. Atlantica,, p. 21
15. CORDEAU, S., DESSAINT, F., DENIEUL, C., BONIN, L.,
VUILLEMIN, F., DELATTRE, M., RODRIGUEZ, A.,GUILLEMIN, J.,
CHAUVEL, B., 2016. « La nuisibilité directe des adventices en
grandes cultures : quelles réponses nousapportent les essais
désherbage », Conference: 23eme conférence du COLUMA - Journées
internationales sur la lutte contre les mauvaises herbes, At DIJON,
2016 (lire en ligne
(https://www.researchgate.net/publication/311533452_La_nuisibilite_
directe_des_adventices_en_grandes_cultures_quelles_reponses_nous
_apportent_les_essais_desherbage)).
16. Zimdahl, R.L., 2007. Fundamentals of weed science. Elsevier ,
Amsterdam, Pays-Bas. Doi:10.1016/0378- 4290(95)90065-9
17. Caussanel, J.P., 1989. Nuisibilité et seuils de nuisibilité des
mauvaises herbes dans une culture annuelle: situation de
concurrence bispécifique. Agronomie 9, 219–240.
18. Barnayard Grass 2008. Poisoning in herses – symptoms causes,
Diagnosis, treatment, recovery, management, cost.
19. Prof. Benny de Cauwer 2015. Hebdomadeires le sillon belge N°
3673 p10 – 11.
20. Luc brouillet et Al, 2010. « Elymus repens (Linnaeus) Gould »,
sur VASCAN, la basse de données des plantes vasculaires du canada.
21. Anonyme 2000. Article 2 et annexe B de l’arrête du 31 juillet
établissant le liste des organismes nuisibles aux végétaux produits
végétaux et autres objets soumis à des mesures obligatoires.
22. Julve, Ph. 1996. Base flor – index botanique, écologique et
chronologique de la flore de France. Version 23 avril 2004.
23. Booth, B.D., Murphy ; S.D., Swanton ; C.J. ; 2003. Weed
ecology in natural and agricultural systems. CABI PUBLISHING OXON,
Royaume uni.
24. Anonyme 2011. RMT systèmes de cultures innovants, ministère
de l’agriculture, ministère de l’écologie, guide pratique pour la
conception de système de culture plus économes en produits
phytosanitaires – application aux systèmes de polyculture.
5

25. Anonyme 2014. Pratique les faux- semis pour diminue le stock
semencier des parcelles. Sur arvalis-infos.fr
26. Smith, R .G. Mortensen, D.A. Ryan , M.R. … 2009. A new
hypothesis for the functional role of diversity in mediating ressance
pools and weed- crop competition in agroecosystems weed reseach
50, 37 – 98.
27. Christian Gauvrit, 1996. Efficacité et sélectivité des herbicides,
Quae, coll : « du labo au terrain « 158 p. (ISBN 9782738006 172,
ISSN 1150 – 3564).
28. Equipe agro de BASF 2018. Guide des cultures p. 31 – 33.
29. Ontario 2017. Stratégie de lutte contre les mauvaises herbes
difficiles à combattre. P. 1.
30. Ontario 2017. Stratégie de lutte contre les mauvaises herbes
difficiles à combattre. Publication 75F. P17 et P19.
31. Ponge Jean- François (Museum), 2000. Biodiversité et
biomasse de la faune du sol sous climat tempéré ; comptes-rendus
de l’academie d’agriculture de France 86,8(2000) 129 – 135
32. Anonyme 2004. Cours de malherbologie offert à l’universite de
laval. Formation en paysage commercialisation en horticulture,
ornementale, etc.

Sites internes

1. Plantyfoli.com/dossier-pratique/lutte_mauvaises_herbes
2. Cipf.be/ culture du mais