Вы находитесь на странице: 1из 9

La place des systèmes d’information pour le métier du contrôle

de gestion
ARKHIS Mohammed Taha, étudiant en master de recherche Contrôle de Gestion et Système
d’information, Agadir, Maroc, arkhis.taha@gmail.com

LAMRI Kenza, étudiante en master de recherche Contrôle de Gestion et Système d’information,


Agadir, Maroc, lamri.kenza@gmail.com

BENHIMA Zayneb, étudiante en master de recherche Contrôle de Gestion et Système


d’information, Agadir, Maroc, zayneb.benhima@gmail.com

Résumé
Le travail s’interroge sur l’impact de l’évolution des systèmes d’information sur le
métier du contrôle de gestion. En d’autres termes, le contrôle de gestion subit-il le
changement avec le développement des systèmes d’information ?

Nous montrons par la suite que le développement des systèmes d’information a


contribué aux changements majeurs du métier contrôle de gestion, puisqu’il a passé
d’une vision opérationnelle à une vision décisionnelle pour arriver à une vision
stratégique. Egalement, on a assisté du contrôle au pilotage de performance.

Les mots clés


Contrôle de gestion, impact, système d’information, évolution

Abstract
The work examines the impact of the evolution of the intelligence systems affects
the management control systems. In other words, the management control it
undergoes change with the development of information systems?
We show later that the development of information systems has contributed to major
changes management auditing profession, having spent an operational vision to a
decisional vision to achieve a strategic vision. Also, there was an evolution form the
control to the performance management.

Keywords
Management control, impact, information system, development
Introduction

‘Vérifier, maitriser et piloter’ ce sont les mots qui désignent le contrôle de gestion « management
control », ainsi son évolution. Certes, il est vrai que le contrôle de gestion est apparu aux année
1920 chez Général Motors sous forme d’un contrôle rigide où il s’intéressait juste à vérifier tout
ce qui est d’ordre comptable (le calcul des coûts ...) et/ou maîtriser la gestion. L’objectif était de
s’orienter vers un système de gouvernance dans lequel les dirigeants contrôlent en aval (les
objectifs) et en amont (les moyens alloués). Cependant le contrôle de gestion a été défini par
R. Anthony (1965) comme « Le processus par lequel les managers obtiennent l'assurance que les
ressources sont obtenues et utilisées de manière efficace et efficiente pour la réalisation des
objectifs de l'organisation ».

Or, le contrôle de gestion à présent, a passé à une optique d’accompagnement et de pilotage de la


performance organisationnelle de l’entreprise. Ecosip (1996) a considéré le pilotage comme étant
« Une chaîne complexe de jugements individuels et collectifs dont rien n’assure qu’elle ait un
concepteur d’ensemble, un architecte individualisé qui tournerait les manivelles ». Pour M.
Pendaries, (2011) « un système agrégé décision/action, basé sur la responsabilité, la
représentation et l’interprétation des acteurs de l’organisation, intégrant les objectifs stratégiques
de l’organisation, et doté de deux objectifs propres : agir sur les performances et contribuer à
améliorer la cohésion et la cohérence au sein de l’organisation ». En plus de la planification
financière, de l’évaluation des résultats, de la production de l’information financière, et de la
collecte et l’enregistrement des données, il lui revient de conseiller et de promouvoir les nouveaux
outils de gestion comme suit :

• Gestion par processus ou par activités,


• Réingénierie organisationnelle,
• Et l’apprentissage organisationnel (Management qualité totale…).

Concernant le passage du contrôle au pilotage, Lorino (1995) souligne que « le passage du contrôle
au pilotage se traduit par un basculement connexe et simultané : du paradigme de la mesure,
corollaire du contrôle, au paradigme de l’interprétation, corollaire du pilotage ».

Le métier du contrôleur de gestion consiste à définir et analyser les données quantitatives et


qualitatives relatives à la gestion de l’entreprise, c’est pourquoi il doit être doté d’une qualité
spécifique nécessaire pour exercer son métier.

Donc le contrôle de gestion se nourrit d'informations. Il doit disposer d’un accès direct avec les
zones les plus intimes du système d’information, afin de collecter des éléments de qualité, fiable
et les plus significatifs dans le fonctionnement de l’organisation. Le système d’information offre
les informations nécessaires à la mise en œuvre du processus de contrôle et il effectue les
traitements qui lui sont demandés ; il contribue ainsi de façon essentielle à la relation « information
– décision – contrôle ». Dans ce cadre Mintzberg (1982) a défini « les systèmes de contrôle de
gestion sont considérés comme des systèmes d’information utilisés par les décideurs, qui
collectent, traitent et diffusent de l'information ».
H.C Lucas (1986) a considéré que « les systèmes d’information constitue l’ensemble des
procédures organisées, qui permettent de fournir l’information nécessaire à la prise de décision
et / ou au contrôle de l’organisation »

J.L Peaucelle (1986) propose de définir les trois finalités essentielles d’un système d’information :

 Coordination : le système d’information qui produit l’information aux différentes unités


de l’entreprise doit permettre la coordination de leurs actions.
 Contrôle : le système d’information doit permettre de suivre les actions présentées.
 Décision : le système d’information traite les données prévisionnelles pour aider à préparer
le futur.

Ces trois qualificatifs s’appliquent tout à fait au contrôle de gestion, qui doit être un système
d’information représentant le fonctionnement de l’entreprise pour contrôler, pour coordonner et
pour aider à la prise de décision.
Le positionnement du système d’information

La représentation classique du système d’information distingue trois sous-systèmes : Le système


de pilotage, le système d’information et le système opérant. Le système d’information apparaît
comme étant en quelque sorte « greffé » entre le système opérant et le système de pilotage. Le but
principal du système d’information, dans cette optique, est de fournir à chaque agent
organisationnel toutes les informations sur sa situation actuelle ou passée.

Système de pilotage
Décision: (coordination, imagination
finalisation)
Objectifs

Décisions Informations brutes ou


élaborées

Système d’information
Informations Gestion des information, traitement de
externes l’information

Commandes Collecte

Flux entrant
Logistique, monétaire, humain, … Système opérant
Réalisation des tâches
Flux sortant

Le système d’information a trois fonctions :

 Collecter les informations internes ou externes e mémoriser les données manipulées par
le système.
 Traiter ces données
 Transmettre des informations à l’intérieur et à l’extérieur

La nécessité d’un système d’informations pour le métier du contrôle


de gestion

L’émergence et le développement du contrôle de gestion, s’explique par le déséquilibre qui existe


entre les besoins et les capacités de traitement de l’information. D’une part, le besoin en traitement
de l’information s’accroît selon l’évolution des technologies de l’information et de la
communication, ce qui accroît les interactions entre les unités au sein des organisations. D’autre
part, l’évolution des ressources et de la capacité de répondre à ces besoins s’est développée d’une
façon insuffisante, d’où l’apparition d’un écart entre besoin et capacité devant être comblé grâce
à une évolution du contrôle de gestion dans les entreprises. Donc le besoin d’une information
détaillée et pertinente constitue l’une des principales causes à l’origine du changement des
pratiques du contrôle de gestion.

Un tableau comparatif entre l’évolution du métier du contrôle de


gestion, les systèmes d’information et leur impact

Les outils du métier du Les systèmes L’impact des S.I. sur le


L’époque contrôle de gestion d’information C.D. G
La fin du Selon Nikitin (1992),
19ème siècle et cette époque les
le début du entreprises cherchaient
20ème siècle. des techniques de
calcul de coûts sous la
pression d’une
concurrence accrue qui
nécessite de calculer
les coûts au plus juste.
Les années L’apparition de
vingt ‘1920’ nouvelles méthodes de
calcul des coûts au sein Dans ces périodes les
des grandes entreprises entreprises avaient des
américaine (Générale systèmes d’information Il n’y avait pas de
Motors, …) informels et non fiabilité et crédibilité
On cite : informatisés. d’information.
- Le coût complet ; Les systèmes Le métier du contrôle
- Le coût partiel ; d’information de gestion se limitait à
 Direct Costing s’alimentent des présenter des actions
(coût variable) données comptables correctives et non pas
 Le coût direct des exercices antérieurs des actions préventives.
- L’imputation pour calculer les coûts
rationnelle des et les budgets.
charges fixes.
Les années Pour Berland (1999),
trente ‘1930’ cette époque a connu
l’apparition des
premières méthodes et
outils du budgétisation
et du contrôle
budgétaire.

A partir des Cette période a connu Cette époque a connu Les dirigeants des
année deux événements l’apparition des entreprises se sont
cinquante principaux : premiers rapidement rendus
‘1950’ - L’élargissement développements de compte que les
des techniques du applications
contrôle budgétaire l’informatique pour des informatiques
pour toucher un fins militaires. pouvaient améliorer le
nombre Les principales fonctionnement de tout
d’entreprises applications de cette ou partie de
- La naissance des époque étaient : l’entreprise.
tableaux de bords - Des applications de Toute fois le coût
qui se considère gestion comptable s’avérer lourd pour
comme un outil de - Des applications de l’achat de ces
gestion plus calcul de paie. ordinateurs surtout
performant. Pezet, pour les moyennes et
(2009). petites entreprises
Malgré cette évolution
des SI, ils ne
fournissaient pas de
grandes choses pour le
métier du contrôle de
gestion puisque leurs
champs d’application
étaient bornés (gestion
comptable, calcul de
paie …).
On peut parler d’un
système d’information
opérationnel
Les trente C’est qu’à partir des Suite au progrès A cette époque on a
glorieuses année soixante que la technique, les années passé à une vision
fonction contrôle de 1970 ont connu le managériale où les
gestion s’est instaurée développement des systèmes d’information
au sien de l’entreprise, fichiers et des bases de fournissent des
ainsi dans données qui a conduit informations au
l’enseignement. les dirigeants et les contrôleur de gestion
Cela s’est appuyé par la responsables plus précisent, puisque
première définition du informatiques à ces derniers ont pour
contrôle de gestion par imaginer des systèmes mission de collecter,
R. Anthony (1965). capables de fournir les classer, trier et rendre
A la fin des années informations accessible toute
soixante, le nécessaires à la prise information nécessaire
développement de la de décision au sein aux décideurs.
méthode Budget Base d’une entreprise.
Zéro B.B.Z. Mais qu’a partir 1971
que les systèmes d’aide
à la décision ont vu le
jour.
A partir des -L’apparition de Les années quatre- L’évolution des SI a
année quatre- nouvelles méthodes à vingt ont connu une contribué à la
vingt à nos savoir : grande innovation via standardisation,
jours.  La méthode de gros systèmes, et l’intégration et la
ABC/ABM l’exploitation des réduction des délais de
 L’economic value ordinateur et d’Excel. l’élaboration des
added (EVA) Donc nous avons passé rapports.
 Le balanced des applications Ainsi, le contrôleur de
scorecard (BSC) dédiées à une seule gestion c’est
-Avec l’informatisation tâches à un Progiciel de transformer d’un
croissante des Gestion Intégré ‘P.G.I’ « chiffreur » en
entreprises, le métier (Entreprise Ressource analyste du business.
du contrôle de gestion Planning E.R.P) qui Suite à ces
ne se limite pas de intègre tous les changements, les SI ont
s’assurer que les fonctions de passé d’une vision
ressources sont l’entreprise. décisionnelle à une
obtenues et utilisées vision stratégique, ainsi
par efficacités et ils contribuent au
efficiences, mais le pilotage de la valeur
contrôle de gestion créée.
était « le processus par Mais ces systèmes ont
lequel les managers écrasé plusieurs tâches
influencent d’autres du métier du contrôleur
membres de de gestion ce qui
l’organisation pour pourra nous emmenée à
mettre en œuvre les la suppression du
stratégies de métier du contrôle de
l’organisation » gestion.
D’après cette définition
de R. Anthony (1988)
nous pouvons constater
que le métier du
contrôle de gestion a
pris une nouvelle
dimension celle de la
participation à la
formulation de la
stratégie et celle du
pilotage.
Conclusion

Le vingtième siècle est le siècle des grandes innovations en matière de technologies. Les
changements technologiques posent des défis importants à l’organisation qui doit être capable de
les relever. Les systèmes de production de l’information de gestion déterminent plus ce que jamais
la réussite ou l’échec des entreprises. L’arrivée des systèmes de gestion intégrés a complètement
transformé les conditions dans lesquelles il convient de concevoir, de mettre en œuvre et
d’exploiter le système d’information de gestion d’une entreprise.

Nous n'en sommes plus au temps où le contrôle de gestion se contentait de capter les informations
comptables et de production pour élaborer de longs rapports d'activité.

En effet, avec les technologies de l’information, le contrôleur de gestion consacre moins de temps
à la collecte des données, accède plus facilement à des informations externes afin de gagner plus
de temps pour les analyses approfondies et les interprétations. Il s’occupe désormais du traitement,
de la présentation et de l’analyse des informations sans se soucier du calcul des résultats financiers
fournis par les logiciels.

C’est ainsi que Siegel et Sorensen (1999) constate que de nombreux des contrôleurs de gestion
attribuent le changement de leur rôle de technicien vers celui de conseiller, principalement aux
technologies de l’information.
Références

 L. touchais et C. Herriau (2009), « Le Contrôle De Gestion Dans Une Dynamique De


Changement : Définition D'un Cadre Conceptuel Et Application À La Relecture D'un
Processus De Transmission », Cairn.Info, pages 70 à 91.
 M. Pendaries, (2011), « le pilotage par la valeur de la performance des organisations : cas des
entreprises industrielles gérées par affaire »,
 N. Berland et F.X. Simon, (2010) le contrôle de gestion en mouvement état de l’art et
meilleures pratiques, EYROLLES Editions d’Organisation.
 K. laudon et J. Laudon Management des systèmes d'informations, 13 édition, de boeck