Вы находитесь на странице: 1из 14

Ministère de l’Enseignement Supérieur ‫وزارة التعليـم العالـي و البحـث‬

et de la Recherche Scientifique
‫العلمـي‬
ECOLE PRÉPARATOIRE EN SCIENCES ET
TECHNIQUES DE TLEMCEN ‫المدرسة التحضيرية للعلوم‬
DÉPARTEMENT DE PHYSIQUE .‫والتقنيات بتلمسان‬
‫قسم الفيزياء‬

EXAMEN FINAL
Module : Vibrations et Ondes mécanique
Durée : 2 Heures.
NB :
 Le sujet d’examen contient deux problèmes sur 10pts.
 Chaque problème doit être traité sur des feuilles d’examens séparées

Problème 1 :« 10pts »
Partie A : Dans tout le problème on considère une corde homogène vibrant
transversalement dans le plan Oxy . L’équation du mouvement est de la forme
y  f ( x ,t ) . Soient T et μ la tension et la masse linéique de la corde à l’équilibre,
respectivement. On définit k le nombre d’onde de cette onde.
On appelle y ( x, t ) le déplacement transversale d'un morceau de la corde situé en x à
l'instant t. On donne l’équation de propagation de l’onde de d’Alembert sous la forme:

2 y  2 y

x 2 T t 2
 En déduire la vitesse de propagation des ondes « Célérité » c.
On applique un ébranlement de type sinusoïdal.
 Déterminer les solutions de l’équation de propagation en utilisant la
méthode de séparation des variables.
Maintenant la corde de longueur L fixée par les deux extrémités est lâchée sans vitesse
initiale.
 Déterminer la forme de la solution générale.
 Montrer que les fréquences de vibration de la corde sont des multiples
entiers d’une fréquence fondamentale f1.
La corde est excitée par un vibreur du mouvement y (t , x  0)  a cos t à l’extrémité
x=0.

Equipe Pédagogique :
Vibrations et Ondes Mécaniques Page1
En utilisant les nouvelles conditions aux limites, montrer que la solution

a
finale s’écrit comme suit: y (t , x)  sin( kL) cos(t ) sin(kL  kx)
Que se passe-t-il lorsque nc ?
  n 
 L
Comment se nomme ce phénomène ?

Partie B : On considère maintenant deux cordes, de même tension linéique Tet de


masses linéiques 1 et 2, et attachées à la jonction « O » en x=0 pour former une
longue corde tendue horizontalement suivant l’axe Ox . Une onde incidente
sinusoïdale transversale de faible amplitude Ai et venant de la gauche (région x0) de
la forme: y i ( x, t )  Ai cos(t  k1 x) .
A la jonction O il y a une onde réfléchie dans la région x0et une onde transmise vers
la région x0. On définit k1 et k2 respectivement comme étant les vecteurs d’ondes
dans les régions x0 et x0 :
 Exprimer les deux équations de continuité au niveau de la jonction O qui

k1
donnent deux relations reliant les amplitudes Ai , At , Ar au rapport .
k2

Ar A
 En déduire les coefficients de réflexion r  et de transmission t  t pour
Ai Ai

l’amplitude en fonction de k1 et k2, puis en fonction de 1 et 2. Commenter.

Problème 2 :« 10pts »
Partie A : Soit une masse m  0.1 kg, attachée horizontalement à un ressort de
constante de raideur k  8.1 N/m et soumise à une force de frottement de type
visqueux de coefficient de frottement   0.8 kg/s, se déplaçant horizontalement sur
une droite. On applique une force sinusoïdale dans le sens du mouvement de la
masse sous la forme suivante : F  t   cos 7t 
 Ecrire l’équation différentielle de mouvement de la masse.

Equipe Pédagogique :
Vibrations et Ondes Mécaniques Page2
 Ecrire l’expression de la solution générale. (Sans préciser les expressions de
l’amplitude et de la phase).
 La masse oscillera-t-elle à la résonance ? Expliquer.
 Calculer dans ce cas la valeur de l’amplitude de la vitesse du mouvement de la
masse.
 En déduire la valeur maximale (dans le temps) de la puissance dissipée.

Figure 1
Partie B : Considérons le système constitue de deux masses m1 et m2 , attachées par

deux ressorts de raideur k1 et k 2 , pouvant se déplacer, sans frottement, sur une

droite, (voir la figure 2.)


 Donner les expressions des énergies cinétique et potentielle du système.
 En déduire le Lagrangien du système
 Ecrire le système d’équations différentielles régissant le mouvement des
masses.
 Calculer les pulsations propres du système dans le cas ou : m1  m2  0.1 kg
Et k1  k 2  10 N/m.
 Déterminer dans ce cas les modes propres du mouvement du système et écrire
les solutions générales.

Figure 2
On applique sur la masse m1 une force sinusoïdale de la forme :
F  t   F0 cos t 

Ecrire le nouveau système d’équations différentielles régissant le mouvement



des masses.

Equipe Pédagogique :
Vibrations et Ondes Mécaniques Page3
Pour quelle valeur de pulsation extérieure la masse sera immobile dans le
m1

régime permanent ? (Utiliser les valeurs : m1  m2  0.1 kg et k1  k 2  10 N/m).
Ecrire l’expression de l’impédance d’entrée : Z  F  t 
x 1  t 
e

Donner le schéma électrique analogue au système mécanique étudié.

Figure 3

BONNE CHANCE

Equipe Pédagogique :
Vibrations et Ondes Mécaniques Page4
Ministère de l’Enseignement Supérieur ‫وزارة التعليـم العالـي و البحـث‬
et de la Recherche Scientifique
‫العلمـي‬
ECOLE PRÉPARATOIRE EN SCIENCES ET
TECHNIQUES DE TLEMCEN ‫المدرسة التحضيرية للعلوم‬
DÉPARTEMENT DE PHYSIQUE .‫والتقنيات بتلمسان‬
‫قسم الفيزياء‬

CORRECTION DE L’EXAMEN FINAL


Module : Vibrations et Ondes mécanique

PROBLEME 1 : 10 PTS
PARTIE A
1-L’équation de propagation aux dérivées partielles s’écrit :
2 y T 2 y 2 y 2  y
2
   c
t 2  x 2 t 2 x 2
 la célérité de l’onde est égale :
T
c

2-Les solutions de l’équation de propagation de l’onde libre :
 En utilisant la méthode des séparations des variables
y  A( x )T ( t )

 On obtient :
 ( x) T (t )
A
c2    2
A( x) T (t )

D’où la solution s’écrit comme suit :


 
A( x)  A1 cos x  A2 sin x
c c  y ( x, t )  A( x)T (t )
T (t )  T1 cos t  T2 sin t

 La corde est maintenant fixée :


 les conditions aux limites nous donnent :
y ( x  0)  0 A1  0  n
  k x( n )  ( ) x 
y ( x  L)  0 A( x)  A2 sin k x x c L

La solution s’écrit sous la forme :

Equipe Pédagogique :
Vibrations et Ondes Mécaniques Page5
A( x )  A2 sin k x( n ) x

Les longueurs d’ondes associées aux modes propres sont :


2  n 2L
k x( n )   ( )x   
 c L n

La figure ci-dessus, illustre les différents types des modes propres :

Modes propres

 Les conditions initiales nous donnent :


T (t  0)  0  T2  0 donc T (t )  T1 cos  n t

D’où, la solution finale s’écrit :


yT ( x, t )    sin k x( n ) x cos  n t avec   A2T1
n 1

 Les fréquences propres des vibrations de la corde :


n n  T
k x( n )     n  n1 avec 1 
c L L 
 En régime forcé la solution de l’équation :
y ( x, t )  A( x )T (t )  A0 cos( kx   )[T1 cos t  T2 sin t ]
En appliquant les nouvelles conditions aux limites :
 y ( x  0)  a cos t  a  A0T1 cos  A0T1  A
   avec
 y ( x  L)  0 0  T (t ) cos(kL   ) T2  0
On déduit :
 a
 A
 cos 

cos( kL  )  0
D’où

Equipe Pédagogique :
Vibrations et Ondes Mécaniques Page6
 a  a
A A
 cos   cos 
  
cos(kL   )  cos[( 2n  1) ] kL    n  
 2  2

Avec :
 a
 A  cos 

  n    kL
 2
On remplace dans la solution ; et on obtient le résultat suivant :
a 
y ( x, t )  A( x)T (t )  A cos(kx   ) cos t  cos t cos(kx  n   kL)
cos  2

D’ou :
a
y ( x, t )  cos t sin( kx  n  kL)
sin( KL  n )

Alors la solution finale s’écrit comme suit :


a
y ( x, t )  cos t sin(k ( L  x ))
sin( KL )

On a :
pour sin( KL)  0  sin( KL)  sin n  KL  n

Finalement on obtient les pulsations quantifiées :


 n n nc
K ( n)    n 
c L L
nc
Pour n   y ( x, t ) 
L
Ce phénomène est appelé la résonance

PARTIE B
 Les deux équations de continuité :
En appliquant les deux équations de continuités :
 y i ( 0 ,t )  y r ( 0 ,t )  y t ( 0 ,t )

 y i ( x ,t )    y r ( x ,t )    yt ( x ,t ) 
 x   x   
 x 0  x  x 0
 x 0 

On obtient alors :

Equipe Pédagogique :
Vibrations et Ondes Mécaniques Page7
 ai  a r  at

a  a  k 2 a
 i r k 1 t

 Les coefficients de réflexion et de transmission sont définit :


ar
R
ai
a
T t
ai

Après calcul, On obtient :


k 01  k 02 1   2
R  R
k 01  k 02 1   2
2k 01 2 1
T  T
k 01  k 02 1   2

 Commentaires :
1   2  R 0 1   2
et  T 0
 1   2  R 0 1   2

PROBLEME 2 : 10 PTS

 L’équation différentielle du mouvement

mx  x  kx  F  t 

Application numérique :
0.1x  0.8 x  8.1x  cos 7t 

Ou encore
x  8.0 x  81.0 x  10 cos 7t 

 La solution générale est la somme d’une solution sans second membre et


une solution particulière :
x t   x SSSM  t   x p  t 

 Pour la solution sans second membre, on a :


 Le facteur d’amortissement
 0.8
    4 s 1
2m 0.2

Equipe Pédagogique :
Vibrations et Ondes Mécaniques Page8
 La pulsation propre :
8.1
0  9
rad. s
1
Donc   0
0.1
Avec la pseudo pulsation :
 a  81  16  8.06rad s -1

La solution sans second membre s’écrit donc :


xSSSM  t   Ce 4t cos 8.06t   

La solution particulière s’écrit sous la forme


x p  t   A cos t   

 La solution générale s’écrit donc :


x t   Ce 4t cos 8.06t     A cos t   

 La pulsation de résonance du système est donnée par :

 r  02  2 2  81  32  7 rad s -1

 Alors que la pulsation de la force extérieure est aussi égale a cette valeur ; donc
effectivement le système oscillera a la résonance en déplacement.
 Dans le régime permanent, la solution de l’équation différentielle s’écrit
sous la forme :
x p  t   A cos t   

 Alors que la vitesse s’écrit :


dx p  t 
v t     A sin  t   
dt
L’amplitude de la vitesse est donnée par
F0  1
V     A 
k  2
  02  2
 4 2
2

Avec
F0  1N ,   7 rad.s -1 , 0  9rad.s -1 , k  8.1N .m -1 et   4s -1

 Ce qui donne
7 1
V  7   0.013m.s -1
8.1 7 2
9 
2 2
 4.4 .7
2 2

 La puissance instantanée de dissipation pour une pulsation extérieure


 est donnée par :

P  t   x
 2  t   V 2
   cos 2  t 

Equipe Pédagogique :
Vibrations et Ondes Mécaniques Page9
P  t  V 2
 
 La valeur maximale est égale a car
cos 2
 t  a une valeur maximale de 1.
Donc la valeur maximale que peut prendre cette grandeur dans le temps est égale a :
P  t   0.8. 0.013  0.00013Joule.s-1
2

 L’énergie cinétique du système s’écrit :

1 1
T  m1 x 12  m2 x 22
2 2

 L’énergie potentielle s’écrit :


1 1
k1 x12  k 2  x2  x1 
2
U 
2 2

 Le Lagrangien du système s’écrit :


1 1 1 1
m1 x 12  m2 x 22  k1 x12  k 2  x2  x1 
2
L
2 2 2 2

 Les équations différentielles de mouvement s’écrivent :


 d  L  L
     0  m1 x1   k1  k 2  x1  k 2 x2  0
 dt  x 1  x1

 d  L   L  0  m2 x2  k 2 x2  k 2 x1  0
 dt  x 2  x2

 Dans un mode de vibration les deux masses oscillent a la même pulsation


avec des amplitudes et phases différente, on se propose les solutions
suivantes (en notation complexes)
~
~x1  t   A1e jt
~ ~ jt
 x2  t   A2 e
Avec
~ ~
A1  A1e j1 et A2  A2 e j2
En remplaçant les solutions suivantes dans le système d’équations

différentielles ci-dessus on trouve :
 ~
 ~
   2 m1   k1  k 2  A1  k 2 A2  0
 ~

  k 2 A1    m2  k 2 A2  0
2 ~

 Ce systeme d’équations admet une solution non triviale si seulement si son
déterminant est nul:
  2 m1   k1  k 2   k2
0
 k2   2 m2  k 2

Equipe Pédagogique :
Vibrations et Ondes Mécaniques Page10
 Ce qui donne
m1m2 4   2  m1k1  m2 k1  m2 k 2   k1k 2  0
 En remplaçant par les valeurs numériques, on trouve :
0.01 4  3 2  100  0
 En faisant le changement de variable
z  2
 On se retrouve avec l’équation
0.01Z 2  3Z  100  0
 Le discriminant s’écrit
9  4.0.01.100  5  0

 Les solutions sont données par :


3 5
12 
0.02
Ce qui donne la première pulsation :
3 5
1   6.18rad. s -1
0.02
Et
3 5
 22 
0.02
Ce qui donne la seconde pulsation :
3 5
2   16.18rad. s -1
0.02
3 5 dans l’équation
 Pour le premier mode, on remplace 1 
2

0.02
  m   k  k   A~  k A~
2
1 1 2 1 2 2 0

On trouve le rapport des amplitudes dans le mode 1 :


3 5 
~1   0.02 0.1  20
A2  
~   1.62
A11 10

Les masses oscillent dans ce mode en phase mais avec des amplitudes différentes.
3  5 dans l’équation
 Pour le second mode, on remplace 2 
2

0.02
  m   k  k   A~  k A~
2
1 1 2 1 2 2 0
On trouve le rapport des amplitudes dans le mode 2 :
3 5 
~ 2   0.02 0.1  20
A2  
~2   0.62
A1 10

Equipe Pédagogique :
Vibrations et Ondes Mécaniques Page11
Les masses oscillent dans ce mode en opposition de phase avec des amplitudes
différentes.
Les solutions générales s’écrivent donc :
~ ~
 ~x1  t   A11e j1t  A12 e j2t
~ ~1 j1t ~ 2 j2t
 x2  t   A2 e  A2 e
Ou encore
~ ~
 ~x1  t   A11e j1t  A12 e j2t
~ ~1 j1t ~ 2 j2t
x
 2  t   1.62 A1 e  0. 62 A1e
En notation réelle, les solutions sont données par :
 x1  t   A11 cos1t  11   A12 cos1t  12 

 x2  t   1.62 A1 cos1t  1   0.62 A1 cos1t  1 
1 1 2 2

ou les constantes A11 , A12 , 11 et 12 sont définies par les conditions initiales.
 Les équations différentielles de mouvement s’écrivent :

 d  L  L
     F  t   m1 x 12   k1  k 2  x1  k 2 x2  F0 cos t 
 dt  x 1  x1

 d  L   L  0  m2 x 22  k 2 x2  k 2 x1  0
  
 dt  x 2  x2
Dans le régime permanent, on se propose des solutions sinusoïdales (de la

même forme que le second membre de l’équation différentielle :
~
~x1  t   A1e jt
~ ~ jt
 x2  t   A2 e
En remplaçant ces solutions proposées dans le système d’équations
différentielles on obtient
 ~
 ~
   2 m1   k1  k 2  A1  k 2 A2  F0

  k 2
~
A1   2
m 2  k 2
~
A 
2  0

Ce qui donne
F0  k2
~
A1 
0   m2  k 2
2

F0   2 m 
m1m2  4   2  m1k1  m2 k1  m2 k 2   k1k 2 m1m2  4   2  m1k1 
Ce résultat montre que la masse m1 restera immobile pour une valeur de
pulsation extérieure égale a
k2
 
m2

Equipe Pédagogique :
Vibrations et Ondes Mécaniques Page12
 L’impédance d’entrée s’obtient de la manière suivante :

m1 x1   k1  k 2  x1  k 2 x2  F  t 

 m2 x2  k 2 x2  k 2 x1  0
Pour une solution sinusoïdale (en notation complexe), on a

x1
x
  1 , x1 
1  jx , x2  jx
 2 et
j
x
2
x2 
j
L’équation ci dessus devient

 x1 x
2
 m1 j x 1   k 1  k 2   k 2  Ft
 j j
 x
2 x1
 m2 jx  2  k2  k2 0

 j j

Ou encore

  1  x
2
 j  m1    k1  k 2   x 1  k2

 Ft
   j
 k2
2 
x x1
  k2 
  m2 j   j
   
En remplaçant la deuxième équation dans la première on trouve :
 
 
 j m1 
1
 k1  k2  
k2 k2 x  Ft
  

 2  k2   1
  m2 j  
   
L’impédance d’entrée est donnée par :

Z e  j  m1 
1
 k1  k 2  

k2 k2
    
2
k 
 m2 j   2 
  

 Le système électrique analogue s’obtient en remplaçant les grandeurs


physiques du système mécanique par leurs analogues électriques :
m1 x1   k1  k 2  x1  k 2 x2  F  t 

 m2 x2  k 2 x2  k 2 x1  0
Ce qui devient :

Equipe Pédagogique :
Vibrations et Ondes Mécaniques Page13
 1 1  1
L1q1    q1  q2  U  t 
  C1 C2  C2

 1 1
L2 q2  q2  q1  0
 C2 C2
Le schéma électrique correspondant est donne par :

Equipe Pédagogique :
Vibrations et Ondes Mécaniques Page14