Вы находитесь на странице: 1из 116

ENQUÊTE DE GENRE

CARE HAÏTI
SECTEUR DE LA SANTÉ

Les interventions de sauvetage pour les femmes et les filles en Haïti

Menée dans les communes de


Léogâne et Carrefour,
Haïti

22nd Août 2013

Soumis par
Timothy T Schwartz
Les équipes d'enquête se prépae à aller au travail à Carrefour
Remerciements

Ce rapport a été enrichi par des conseils du personnel de CARE Geneviève Blaise, Lindsay
Carter, et Gladys Mayard, ainsi que les soins consultant Beverly Stauffer. Les opinions ou
préjugés interprété doivent être attribuées à l'auteur. Le questionnaire a été affinée, le travail
supervisé et les enquêtes réelles menée par une équipe de 2 consultants-superviseurs, 14
consultants-recenseurs et un moniteur de données et comptable.

Moniteur de Données et Comptable


 Stephanie Pierre

Consultant Superviseurs
 Emile Pharrel
 Guy Pavilus

Consultant Recenseurs
 Previlon Renaud
 Intervol Jude
 Janvier Judithe
 Lacombe Dieula
 Vilfort Judith
 Joseph Ricardo
 Simon Joana
 Fils Sonia
 Ambeau Egain
 Prophete Sylvestre
 Sylvain Marcos
 Emile Marckenson
 Vilfort Sabine
 Remy Odile
Contents

1. Résumé des résultats importants ........................................................................................ 1


2. Vue d’ensemble ................................................................................................................. 2
3. Revue de la littérature ........................................................................................................ 3
Questionnaire ......................................................................................................................... 9
Formation et tests préliminaires ........................................................................................... 10
Révision éthique................................................................................................................... 10
4. Méthodologie ................................................................................................................... 11
Grappes, sélection et nombre de répondants: ...................................................................... 11
Nombre de répondants par résidence, absentéisme et Remplacement ................................ 12
Date et durée du sondage ..................................................................................................... 12
Logistique et structure d’équipe........................................................................................... 12
Entrevues et vérification des données .................................................................................. 12
Absence de réponse.............................................................................................................. 13
Équipements et programmes informatiques......................................................................... 13
Stratification de l’échantillon ............................................................................................... 13
5. Profil des répondants: Lieu d’origine, milieu de vie, travail et éducation ...................... 13
6. Le Ménage ....................................................................................................................... 17
Définition du dirigeant d’un ménage ................................................................................... 17
Spécificités urbaines et rurales des ménages ................................................................... 18
Indicateurs de situation matérielle selon le chef du ménage................................................ 18
Pourvoyeurs et dirigeants du ménage .................................................................................. 21
Différentielles du contrôle de ressources des ménages entre Femmes et Hommes ............. 24
Dépenses Alimentaires des Ménages ............................................................................... 24
Contrôle du budget du ménage entre Homme et Femmes ............................................... 26
Tâches Ménagères ................................................................................................................ 29
Les Contributions Économiques des Femmes et la Participation des Hommes aux
Tâches Ménagères ............................................................................................................ 29
Contrôle Masculin des Femmes ........................................................................................... 30
Violation des Droits de Propriété des Femmes .................................................................... 33
Dépendance de la Femme par rapport à l’Homme .............................................................. 34
Qui travaille le plus dure ...................................................................................................... 36
Conclusion ........................................................................................................................... 38
7. Genre et Violence ............................................................................................................ 39
Abus / Violence conjugale ................................................................................................... 42
Les raisons de la violence .................................................................................................... 45
Violence contre les autres .................................................................................................... 47
Viol ...................................................................................................................................... 47
Historique de l'épidémie de viol ...................................................................................... 47
Estimation du nombre de personne violée ....................................................................... 48
Estimation du nombre de personne violée: "Scaling-up" ................................................ 50
Taille du réseau ................................................................................................................ 50
Vue des répondants sur l’incidence des viols .................................................................. 52
Réaction attendue de la part de la communauté face au viol ........................................... 53
Sécurité ............................................................................................................................ 54
Sécurité et lois .................................................................................................................. 54
Conclusion ........................................................................................................................... 57
8. Famille, Partenaires, Enfants et Sexe ............................................................................... 58
Opinions sur les besoins sexuels. ......................................................................................... 58
L’âge approprié pour le début des activités sexuelles ......................................................... 58
Grossesses adolescentes ....................................................................................................... 59
Accouchement & union conjugal......................................................................................... 60
Pro natalité: Enfant et fertilité .............................................................................................. 61
Préférence des garçons par rapport aux filles ...................................................................... 62
Avortement et contraceptifs ................................................................................................. 64
Contraceptifs ........................................................................................................................ 66
9. Support de la famille ........................................................................................................ 67
Qualité des relations familiales et support de la famille ...................................................... 67
Opinions sur les relations entre le partenaire et les enfants ............................................. 67
Vers qui se tournent les répondants lors des problèmes matériels....................................... 68
Vers qui se tournent les répondants lors des problèmes morals et des conseils .............. 69
10. ONG, hôpitaux et cliniques........................................................................................... 69
Appartenance à une organisation ......................................................................................... 69
Séminaires parrainés par des ONG et le gouvernement depuis le tremblement de terre ..... 71
Maladie, hôpitaux, cliniques et médecins ............................................................................ 72
Soins prénataux, accouchements et utilisation des services ................................................ 75
Soins postnataux et utilisation des services ......................................................................... 76
11. Conclusion et recommandations ................................................................................... 78
Mobilisation ......................................................................................................................... 78
SEED-SCALE...................................................................................................................... 79
Identification de partenaires crédibles ................................................................................. 79
Combattre la fausse information .......................................................................................... 80
Jeunes hommes .................................................................................................................... 80
12. NOTES .......................................................................................................................... 82
13. BIBLIOGRAPHIE ........................................................................................................ 86
14. Annex: Questionnaire Kreyol ....................................................................................... 94

Tableaux
Tableau 4.1: Grandeur et stratification cible des grappes................................................... 11
Tableau 4.2: Groupes d’âge pour l’échantillon recueilli.................................................. 12
Tableau 5.1: Département d’origine..................................................... ............................. 14
Tableau 5.2: Compétences des Répondants................................................ ........................ 16
Tableau 6.1: Nombre de membres d’un ménage selon le sexe du dirigeant....................... 17
Tableau 6.2: Population des ménages................................................ ................................. 18
Tableau 6.3: Type de toiture................................................ ............................................... 19
Tableau 6.4: Latrines......................................................................... .................................. 19
Tableau 6.5: Approvisionnement en eau.......................................... ................................ 20
Tableau 6.6: Eau potable......................................................................... .......................... 20
Tableau 6.7: Mode de cuisson......................................................................... ................... 20
Tableau 6.8:Électricité......................................................................... ............................... 20
Tableau 6.9 Dépense mensuelle pour l’éducation de l’aîné.................... ............................ 21
Tableau 6.10 Loyer moyen ($ US) ................................................ ...................................... 21
Tableau 6.11: Propriété domiciliaire................................................ .................................. 23
Tableau 6.12: Source de Revenu des 1ers et 2eme contributeurs par sexe du
contributeur..... 24
Tableau 6.13: Total des Sources de Revenus 1er et 2eme revenu........................ .................. 24
Tableau 6.14: Sexe du 1er et 2eme Pourvoyeur de Revenu par Sexe du Répondant
identifié comme Chef de Famille......................................................... ............................. 29
Tableau 6.15: Qui Effectue Principalement les Tâches Ménagères par Age et par Sexe.... 30
Tableau 6.16: Qui A Le Dernier Mot? ................................................ ............................... 32
Tableau 6.17: Doit Demander la Permission pour Visiter de la famille Vivant Loin par
Sexe......................... .......................................... .......................................... .................... 32
Tableau 6.18: Doit Demander la Permission pour Adhérer à une Organisation par Sexe... 32
Tableau 6.19: Qui Demande la Permission à Qui (plus d’une réponse possible................. 33
Tableau 6.20: Répondants Rapportant que Quelqu’un leur a Pris Quelque Chose Depuis
le Tremblement de Terre.................................................................................................... 34
Tableau 6.21: Compte des Répondants Pouvant Vivre Sans Conjoint par Lieu de 36
Résidence......................... .......................................... .......................................... .............
Tableau 6.22: Raisons pour lesquelles les répondants peuvent vivre sans
conjoint............... ......................... .......................................... .......................................... . 36
Tableau 6.23: Qui travaille le plus durement pour les répondants Tableau 7.1: Battu
pour la dernière fois suivant le sexe du répondant............................................................ 37
Tableau 7.2: Personne ayant battu le répondant pour la dernière fois il/elle a été battu.... 41
Tableau 7.3: Personne qui a battu le répondant comme un adulte durant les 3 dernières
années..................................................... ........................................................................... 42
Tableau 7.4: Raisons d’être battu pour tous les cas........................................................... 46
Tableau 7.5: Pourquoi avoir été battu comme un adulte les trois dernières années........ 46
Tableau 7.6: Si le répondant pensait que la bastonnade était méritée.......................... 46
Tableau 7.7: Si le répondant pensait que la bastonnade était méritée durant les 3
dernières années................................................................................................................ 46
Tableau 7.8: Agression par sexe............................................... ....................................... 47
Tableau 7.9: Identité de la personne attaquée..................................................... ............. 47
Tableau 7.8: Personne connaissant au moins une personne violée depuis le séisme par
commune............................................... ........................................................................... 49
Tableau 7.9: Personne connaissant au moins une personne violée depuis le séisme par
âge du répondant (manquant = 14) ........................................ ......................................... 49
Tableau 7.10: Personne connaissant au moins une personne violée depuis le séisme
suivant l’enquêteur qui pose la question..................................................... .................... 50
Tableau 7.11: Répondant connaissant une personne violée depuis le séisme du 12
janvier 2012 et quantité connue..................................................... ........................ ........ 52
Tableau 7.12: Moyenne dérivée du nombre de personne du réseau de femme................ 52
Tableau 7.13: Choix de plus grand problème confronté................................................... 53
Tableau 7.14: Deux plus gros problèmes pour les jeunes hommes (suivant les choix
proposés) ........................................................................................................................... 54
Tableau 7.15: Deux plus gros problèmes pour les jeunes femmes (suivant les choix
proposés) ................................................ .......................................................................... 54
Tableau 7.16: Année d’adoption de la loi sur le viol......................................................... 55
Tableau 7.17: Connaissances des lois sur le viol................................................................ 55
Tableau 7.18: Ce qu’une femme doit faire en cas de viol (suivant les choix proposés).... 56
Tableau 7.19: Où doit se rendre une personne en cas de viol........................................... 56
Tableau 7.20: Mention de clinique spéciale pour personne violée.................................... 56
Tableau 8.1: Quand est-ce que les garçons vs. filles devraient être sexuellement
actifs/actives..................................................... ............................................................... 59
Tableau 8.2: Enfants nés de répondants âgés de 18 à 25 ans...................... ...................... 60
Tableau 8.3: Pourcentage des répondants par catégorie d’âge qui ont des enfants............. 60
Tableau 8.4: Concernant le besoin d’enfants..................................................................... 61
Tableau 8.5: Moyenne du nombre idéal d’enfants.............................................................. 61
Tableau 8.6: Enfants nés d’hommes et de femmes âge et sexe...................... ................. 61
Tableau 8.7: Famille de 3 vs. 6 enfants............................................... .............................. 62
Tableau 8.8: Localisation des personnes qui privilégient une famille de 6 vs. 3 enfants.. 62
Tableau 8.9: Raisons pour choisir une famille de 3 enfants............................................... 62
Tableau 8.10 Raisons de la préférence des filles............................................................... 64
Tableau 8.11: Raisons de la préférence des garçons.......................................................... 64
Tableau 8.12: Raisons justifiant l’avortement.................................................................... 64
Tableau 8.13: Tolérance de l’avortement........................ .................................................. 65
Tableau 8.14: Opinion sur les contraceptions selon le sexe du répondant...................... 66
Tableau 8.15: Opinion sur les contraceptions selon l’âge du répondant........................... 66
Tableau 8.16: Opinions sur le droit des homes et des femmes d’utiliser les contraceptifs
sans le consentement du conjoint selon le sexe du répondant................. ........................ 67
Tableau 9.1: Première personne vers qui le répondant se tourne pour des besoins
matériels..................................................... ............................................... ....................... 69
Tableau 9.2: Besoin de conseils..................................................... ................................... 69
Tableau 10.1: Appartenance à un groupe selon le type du groupe et le sexe du répondant 70
Tableau 10.2: Types de séminaire auxquels les répondants ont participé........................ 72
Tableau 10.3: Parrainage des séminaires..................................................... ...................... 72
Tableau 10.4: Dernière maladie du ménage (N=1 643) ................................................... 73
Tableau 10.5: Qui a été malade (n=294) ........................................................................... 73
Tableau 10.6: Raisons citées pour ne pas s’être rendu à l’hôpital, à la clinique ou chez le
médecin..................................................... ........................................................................ 74
Tableau 10.7: Personne identifiée comme la plus compétente à propos de la maladie
par le répondant................................................................................................................ 74
Tableau 12.1: Taux de natalité des adolescentes de certains pays d'Amérique latine et de
la Caraïbe........................................... ................................................................................ 82
Tableau 12.6: Répondants indiquant que les femmes avaient le droit de battre d’autres
femmes ou leur mari si ce dernier a une maitresse (N=1,643) ........................................ 83
Tableau 12.7: Répondants indiquant que les hommes avaient le droit de battre leur
femme si elle a un amant (N=1,643) ................................................................................. 84
Graphiques
Graphique 4.1: Sexe des répondants..................................................... ............................. 12
Graphique 4.2: Nombre des répondants par commune .................................................... 12
Graphique 4.3: Ratios de population urbaine et rurale (Léogâne et Carrefour) ................ 13
Graphique 4.4: Milieu de vie des répondants.................................................. ................... 13
Graphique 5.1: Lieu d'origine des répondants ..................................................... .............. 14
Graphique 5.2: Aucune scolarité ..................................................... ........................ ........ 14
Graphique 5.3: 7eme ânes ou plus..................................................... ............................... 14
Graphique 5.4: Comparaison de la population non scolarisée avec la moyenne nationale. 15
Graphique 5.5: Nombre d'années de scolarité selon le sexe.............................................. 15
Graphique 5.6: Population analphabète selon le sexe et la commune............. ................ 15
Graphique 6.1: Types de ménages..................................................... ............................... 17
Graphique 6.2: Nombre de membres selon le sexe du dirigeant ....................................... 17
Graphique 6.3: Type de ménage: Carrefour et Léogâne ................................................... 18
Graphique 6.4: Type de propriété..................................................... ................................ 21
Graphique 6.5: Femmes Soutiens de Famille..................................................... ............... 22
Graphique 6.6: Hommes Soutiens de Famille..................................................... .............. 22
er ème
Graphique 6.7: Comparaison du pourcentage de l'échantillon par sexe des 1 et 2
soutien de famille: Entre Hommes et Femmes ....................................................... ............ 23
Graphique 6.8: Dépenses Alimentaires Quotidiennes (USD) par Sexe du Chef de
Famille..................................................... .......................................................................... 25
Graphique 6.9: Nombre de personnes par ménage par type de ménage............................ 25
Graphique 6.10: Dépenses Alimentaires Quotidiennes (USD) par type de Ménage.......... 25
Graphique 6.11: Signification statistique du type de ménage par dépenses alimentaires
moyennes ..................................................... ..................................................... ............... 25
Graphique 6.12: Dépenses Alimentaires Moyennes (USD) par sexe des 2
principauxpourvoyeurs de revenu........................................................................................ 26
Graphique 6.13: Femme Gérante du Budget du Ménage par Type de Ménage.................. 26
Graphique 6.14: Femme Gérante du Budget par Sexe du 1er et 2eme Pourvoyeur Revenu... 27
Graphique 6.15: Sexe de Gérant de Budget Par Dépenses par Personne............................ 27
Graphique 6.16: Dépenses Alimentaire s par Ménage par Sexe du Gérant Budget............ 28
Graphique 6.17: Comparaison des Dépenses Alimentaires de Ménages par Personne par
Sexe du Gérant de Budget et Ménages Gérés par un Homme Seul .................................. 28
Graphique 6.18: Femmes Uniquement lavant la vaisselle par Sexe du 1er et 2eme
Pourvoyeur de Revenu ..................................................... ............................................... 30
Graphique 6.20: Qui Remporte Généralement les Débats entre partenaires (pour tous les 31
répondants avec partenaires) ..................................................... ......................................
Graphique 6.19: Qui Remporte Généralement les Débats par Sexe................................. 31
er eme
Graphique 6.21: Vainqueur de Débats avec Partenaires par Sexe et 1 et 2
Pourvoyeurs de Revenu..................................................... ............................................... 32
Graphique 6.22: Doit Demander la Permission pour Visiter de la Famille Vivant Loin
par Sexe du Répondant....................................................................................................... 32
Graphique 6.23: Doit Demander la Permission pour Adhérer à une Organisation............. 32
Graphique 6.24: Sexe de Ceux qui Visiteraient Même Sans Autorisation......................... 33
Graphique 6.25: Sexe de Ceux qui Adhereraient à une Organisation Même
sansAutorisation.................................................................................................................. 33
Graphique 6.26: Répondants ayant des biens leurs ayant été pris depuis le Tremblement
de Terre..................................................... ........................................................................ 34
Graphique 6.27: Lequels des Epoux a Le Plus Besoin de l'Autre. Homme ou Femme? 35
Graphique 6.28: "Oui" Ils Peuvent "Vivrent" .................................................... ............. 35
Graphique 6.29: "Oui" Ils peuvent "Vivre" sans Conjoint pour les répondants vivant en
union Sans Conjoint (tous les répondants) ..................................................... ................. 36
Graphique 6.32: Sexe de toutes les personnes Identifiées comme travaillant le plus
durement par les répondants ..................................................... ..................................... 36
Graphique 6.33: Sexe des Répondants s'Auto-Identifiant Comme Travaillant le Plus
Durement ..................................................... .................................................................... 37
Graphique 6.34: Sexe des Autres Personnes les répondants ont identifié comme
travaillant le plus durement............................................................................................... 37
Graphique 7.1: Qui répondants croient que c'est le plus souvent la cause de Male
Vilence l'égard des femmes..................................................... ......................................... 40
Graphique 7.2: Sexe des protagonistes violents................................................................ 42
Graphique 7.3: Femme a été battue par son conjoint par les cotisants Première et
Deuxième soutien de famille.............................................. .............................................. 43
Graphique 7.4: Violence Domesitic par l'urbanisation..................................................... 43
Graphique 7.5: Violence Domesitic par l'urbanisation....................................................... 44
Graphique 7.6: Les dépenses moyennes mensuelles des ménages pédagogiques sur ainé
par Aggressor dans le dernier cas de violence domestique............................................... 44
Graphique 7.7: Battu par conjoint ou amant par type de toit............................................ 45
Graphique 7.8: Type de latrines des ménages par dernière incidence de la violence
domestique..................................................... .................................................. ................ 45
Graphique 7.9: Répondants évaluations de l'incidence de viol devant vs après le séisme.. 52
Graphique 7.10: Pour quelle famille est la honte plus grande: Victime ou un violeur...... 53
Graphique 7.11: La réaction la plus probable pour un viol dans ...................................... 53
Graphique 7.12: Pourcentage des répondants qui ne savent rien de la dernière loi sur le 55
viol..................................................... ...............................................................................
Graphique 7.13: Comparaison de la qualité des services aux victimes de viol: Avant vs
après le séisme.................................................................................................................. 56
Graphique 8.1: Qui a le plus de besoins sexuels, Hommes vs. Femmes, en fonction du
sexe du répondant..................................................... ........................................................ 58
Graphique 8.2: Comparaison des significations statistiques pour le nombre moyen de
partenaire-parents, si les répondants ont des enfants: Homme vs. Femme....................... 60
Graphique 8.3: Répondants qui pensent qu’une famille de 3 vs. 6 enfants est mieux lotie 62
Graphique 8.4: En famille avec 3 filles par rapport aux 3 garçons 3 (Tous les
répondants) ..................................................... ................................................................. 63
Graphique 8.5: Préférence pour famille avec 3 filles vs 3 garçons les (répondants qui
sont des femmes) ..................................................... ......................................................... 63
Graphique 8.6: Préférence pour famille avec 3 filles vs 3 garçons (les répondants qui
sont des hommes) .............................................................................................................. 63
Graphique 8.7: Analyse de la tolérance de l'avortement par l'âge du répondant............... 65
Graphique 8.8: Les contraceptifs sont bon contre le mauvais (Les répondants qui sont
des femmes..................................................... .................................................................. 66
Graphique 8.9: Les contraceptifs sont bon contre le mauvais (Les répondants qui sont
des hommes) ..................................................... ..................................................... ......... 67
Graphique 9.1 Comment les femmes et les hommes évaluent leur relation avec leur
partenaire..................................................... ..................................................... ................ 68
Graphique 9.2: Comment les femmes et les hommes évaluent leur relation avec leurs
enfants..................................................... ..................................................... ..................... 68
Graphique 10.1: Membre d'au moins une organisation (compris l'église) ......................... 70
Graphique 10.2: Membre d'au moins une organisation (excluant l'église) ....................... 70
Graphique 10.3: Au moins une position officielle dans une organisation.......................... 70
Graphique 10.4: Assisté à au moins un séminaire depuis le tremblement de terre............. 71
Graphique 10.5: Nombre de séminaires de puis le tremblement de terre.......................... 71
Graphique 10.6: A Assisté à au moins un séminaire depuis le tremblement de terre selon
sexe ..................................................... ..................................................... ....................... 71
Graphique 10.7: A Assisté à au moins un séminaire depuis le tremblement de terre
selonsexe et commune...................................................................................................... 71
Graphique 10.8: Symptômes/causes de la dernière maladie............................................... 73
Graphique 10.9: Endroit où le malade a été traité............................................................. 74
Graphique 10.10: Visite à l'Hôpital lors de la dernière maladie: Carrefour et Léogâne... 74
Graphique 10.11: Soins prénataux: Lieu des soins Lors de la dernière grossesse ............ 75
Graphique 10.12: Soins prénataux: Carrefour et Léogâne................................................ 75
Graphique 10.13: Raison pour na pas avoir consulté lors de la dernière grossesse.......... 76
Graphique 10.14: Naissances à la maison: Carrefour et Léogâne.................................... 76
Graphique 10.15: Soins postnataux: lieu de consultation lors de la dernière grossesse..... 77
Graphique 10.16: Soins postnataux: Carrefour et Léogâne.............................................. 77
Graphique 10.17: Répondantes n'ayant pas consulté de professionnel après de la
dernière grossesse: Carrefour et Léogâne................................ ........................................ 77
Graphique 10.18: Soins postnataux: Raison pour ne pas avoir visité un médecin ou une
clinique..................................................... ..................................................... ................... 78
1

1. Résumé des résultats importants

 En zone urbaine, les ménages gérés par une femme seule chef de famille
semblent être matériellement plus confortable et mieux s’en sortir et que les
ménages gérés conjointement par un homme et une femme; ceci est vrai à tout
niveau, que ce soit dans la construction, la qualité de la latrine, ou encore
l’accès à l’électricité ou à l’eau (le ménage est ici la référence et aucun camp
de déplacés n’a été pris en compte dans les échantillons sélectionnés).
 En zone rurale, les ménages gérés par une femme seule chef de famille sont
généralement au même niveau que les ménages gérés conjointement par un
homme et une femme.
 Les femmes sont généralement les gestionnaires du budget du ménage même
lorsqu’elles n’apparaissent pas parmi les pourvoyeurs primaires de revenu du
ménage.
 Qu’ils soient hommes ou femmes, une vaste majorité des répondants
rapportent que les femmes remportent les débats avec leurs époux plus
souvent que les hommes.
 Les hommes ressentent, plus que les femmes, le besoin de demander la
permission d’un autre membre du ménage pour voyager ou adhérer à une
organisation; et si la permission se voit être refusée, les femmes sont plus
enclines à désobéir.
 Tous les membres du ménage, y compris les hommes, se tournent plus souvent
vers les femmes afin d’obtenir la permission de voyager ou d’adhérer à une
organisation.
 Un faible pourcentage d’hommes et de femmes tolèrent ou pensent que la
violence contre les femmes est justifiable ou légale, même dans les cas
d’infidélité.
 Plus de personnes croient que les femmes sont la cause de la violence contre
les femmes que vice versa, une chose prononcée chez les hommes mais aussi
chez les femmes ou 49% estiment que se sont généralement les femmes qui
incitent la violence masculine.
 Les hommes souffrent d’une plus grande violence en termes de brutalités
physiques; cela est vrai autant pour les enfants que pour les adultes.
 Au moins 12% des femmes déclarent avoir été battu au moins une fois par leur
conjoint.
 Les cas de viol sont beaucoup plus rare que ce que nous avons été amené à
croire par une série de rapports de haut profil présentés par des organisations
militantes travaillant sur les problèmes liés au genre et autres militants
spécialistes et journalistes.
 Une quasi-majorité des répondants rapportent qu’en termes de survie
matérielle (vis-à-vis du ménage), les hommes sont “plus dépendants” de leur
épouse que vice versa.
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 2

2. Vue d’ensemble

L’étude quantitative basée sur le genre décrite dans ce document fait partie d’une évaluation
et une exploration de plus grande envergure de la parité des sexes à Léogâne et Carrefour,
deux communes situées à proximité de Port-au-Prince et qui ont été parmi les villes les plus
touchées par le séisme du 12 Janvier 2010. À la suite de la catastrophe, CARE a initié des
efforts humanitaires d’urgence et de soutien dans ces communes, y compris en matière
d’assainissement, de santé et de programmes travail contre rémunération. En Avril 2010,
CARE a lancé un programme de Santé Sexuelle et Reproductive (SSR) axé sur la
planification familiale et la santé maternelle; plus tard au cours de la même année, CARE a
lancé le projet d’Interventions Vitales pour Femmes et Jeunes Filles, qui avait pour objectif
de “combattre la violence de genre et réduire les taux de mortalité et de morbidité des
femmes et jeunes filles touchées par le séisme”. En Mars 2013, CARE a commandé une
évaluation qualitative de ces projets et la présente enquête qualitative afin d’aider à la fois à
corroborer les conclusions de l’évaluation qualitative mais aussi de fournir des orientations
complémentaires aux futures études basées sur le genre dans la région. Les deux études font
partie intégrante de l’engagement de CARE International à servir les pauvres d’Haiti et
travailler pour un développement à long terme, efforts qui font de CARE l’un des alliés
principaux du gouvernement Haïtien depuis 1954.

CARE reconnaît que l’efficacité des interventions de développement dépend de la


disponibilité d’informations à la fois pertinentes et actualisées. CARE reconnaît également
qu’en Haïti le comportement entre les sexes varie à travers les différentes couches sociales, le
niveau d'éducation, les paramètres sociaux urbains et ruraux, et en ce qui concerne le contrôle
différentiel exercé par les hommes et les femmes sur les ressources. Dans cet esprit, l'étude
proposée visait à clarifier,

 Les Différences entre attitudes rurales et urbaines concernant la


fécondité
 Les vues sur l'âge des premiers rapports sexuels, la grossesse chez les
adolescentes et l’avortement
 La prise de décision des ménages (Qui, pourquoi)
 Utilisation des finances
 L’utilisation de préservatifs, contraceptif
 La recherche de soins de santé
 La Violence Domestique
 La Division du Travail basée sur le Genre
 Connaissances des nouvelles lois concernant les cas de viol
 La stigmatisation des victimes de viol et l’efficacité des systèmes de prise
en charge des victimes
 L’Exposition à la violence et aux abus sexuels (partenaire, activité
criminelle)
 L’impact différencié du statut économique et des ressources des femmes
 Systèmes de Soutien, Cohésion Sociale
 Les normes et les attentes des unions conjugales concernant la liberté de
mouvement et le droit de participation aux activités communautaires des
femmes
 Statut économique des femmes et des hommes chef de famille
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 3

3. Revue de la littérature

Nous commençons par un examen des recherches ethnographiques et des enquêtes passées
qui mettent l'accent sur la question du genre en Haïti. Comprendre les observations faites par
d'autres avant, permet d’identifier les caractéristiques durables du genre en Haïti, les modèles
de changement, et non des moindres, les lacunes et les préjugés qui ont affecté notre travail.
C'est cet examen qui nous a aidés à concevoir l'étude en cours. Notre espoir est qu’en
l’utilisant comme guide nous pouvons préserver ou améliorer ces interventions qui ont été
bien ciblées et appropriées et, dans l'esprit de faire une meilleure utilisation plus efficace des
ressources tout en aidant ceux dans le besoin, mieux cibler les interventions futures.
La question du genre en Haïti a longtemps été fortement modelée et distincte des tendances
patriarcales trouvées dans les pays voisins comme Cuba, la République dominicaine, et de
nombreuses sociétés africaines parmi lesquelles des programmes de développement et des
programmes universitaires classent fréquemment Haïti. Ces modèles comprennent une
monopolisation par les femmes de la plupart des entreprises productives des ménages
(comme la récolte et la transformation alimentaire), un haut degré de contrôle de la ferme par
les femmes , et un monopole féminin presque complet sur la redistribution au niveau
intermédiaire et la commercialisation de produits agricoles, des petits bétails, et des poissons
( trois des ménages haïtiens provinciaux quatre principales sources de revenus de la
production, la quatrième source est le charbon produit pour le marché urbain). Les femmes
ont toujours été considérées comme les principaux propriétaires de maisons, elles sont les
premières à discipliner les enfants et leurs partenaires masculins comptent fortement sur eux
pour la gestion de la ferme. Le rôle prépondérant des femmes dans l'organisation du travail
des ménages et la vente des produits de la ferme vient du fait que pour beaucoup de gens en
Haïti, la ferme - que ce soit en milieu urbain ou rural - est la plus importante et souvent le
seul moyen de sécurité sociale et matérielle dans une région impitoyable du monde
caractérisé par des conditions météorologiques catastrophiques et des crises économiques
imprévisibles (voir les descriptions passées des anthropologues : Herskovits , 1937; Simpson
, 1942; Metraux 1951 Murray 1977; Smucker , 1983; Schwartz 2000).
Dans la société rurale traditionnelle haïtienne dominée dans une large mesure par les attentes
culturelles haïtiennes, la division sexuelle du travail et la primauté des femmes dans la
gouvernance des questions économiques du ménage populaire étaient distinctement liées aux
modèles de droits et devoirs basés sur le genre. Les hommes étaient considérés comme les
financiers et les assureurs d'activités entrepreneuriales féminines et les dépenses des ménages
, les hommes donnaient l'argent aux femmes , c'était le droit de la femme de recevoir , les
femmes étaient censées rendre la pareille avec le sexe et le service domestique pendant
qu’elles s’engageaient intensément dans la gestion privée de leur propre entreprise dont les
recettes étaient destinées à l'entretien du ménage et des enfants . Si un homme ne répondait
pas à ses obligations, la femme, même si elle est mariée, a un droit socialement reconnu, de
chercher du soutien masculin ailleurs (réf ; il est aussi à noter que tout ce qui a été décrit
jusqu'ici sont en fait des modèles de genre qui ont jusqu'à récemment prévalu dans les
Caraïbes non-hispaniques; voir par exemple Mintz 1955, 1971, 1974; Cohen 1956; R. T.
Smith 1956; Solien 1959; Davenport 1961; M.G. Smith 1962; Kundstadter 1963; Otterbein
1963, 1965: Clarke 1966; Greenfield 1961; Walker 1968; Rodman 1971; Pollock 1972;
Philpott 1973; Buschkens 1974; Durant-Gonzalez 1976; Hill 1977; Berleant-Schiller 1978;
Massiah 1983; Griffith 1985; Olwig 1985; Gearing 1988; Handwerker 1989; Brittain 1990;
Lagro and Plotkin 1990; Senior 1991; Mantz 2007 ).i
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 4

Les modèles de genre haïtiens qui ont été décrits ci-dessus font partie de la classe de modèles
qui comprend ce que l’anthropologue Ira Lowenthal (1987) appelle un « champ de la
concurrence» entre les sexes. Les femmes ont appris à se considérer comme capables de
s'entendre sans gratification sexuelle tout en conceptualisant leur propre sexualité en termes
de matières premières, se référant à leurs organes génitaux comme enterè m’ (mon bien),
lajan m’ (mon argent) et manman lajan m’ (mes capitaux), en plus de tè m’ (ma terre). Un
adage populaire stipule : chak famn fèt ak yon kawo tè—nan mitan janm li (toutes les femmes
sont nées avec une parcelle de terre entre ses jambes). D’un autre côté, les hommes ont appris
à croire qu'ils ont besoin d’avoir des interactions sexuelles avec les femmes et à être
réprimandé de ne pas faire d’avances matérielles aux femmes. Appelée «capital sexuel» par
Richman (2003: 123), la valeur de ces matériels-sexuels continue d'être universelle dans les
classes populaires et s'applique si la femme en question avait affaire à un mari, un amant, ou
une relation de causalité. La conséquence est un processus continu socialement construit et
sexuellement entonné de négociations entre les hommes et les femmes dans lesquelles les
femmes comptabilisent les avantages matériels.
Cependant, l’amour, le dévouement, le sexe et les services domestiques contre un gain
matériel ne doit pas être assimilé à la prostitution, la promiscuité ou la soumission.
L'influence de la famille ; en particulier des mères, 95% et plus de toutes les femmes dans
l’EMMUS 2005-06 ont rapporté que le choix de leur propre conjoint et leur comportement
ultérieur est intégré dans un système de retenue et de censure car la pudeur sexuelle est de
mise en Haïti, en termes de rapports et normes statistiques est plus conservatrice par rapport
aux chiffres trouvés dans la société américaine. Par exemple, alors que 20,7% des
adolescentes américaines de 15 à 19 ans rapportent avoir au moins 2 partenaires sexuels au
cours des 12 mois précédant l’interview, seulement 1,6% des adolescents haïtiens de sexe
féminin signalent le même fait (statistiques nationales de Rapports sur la santé 2011;
EMMUS 2012). Les femmes américaines de 40 à 44 ans rapportent avoir 3,4 partenaires
sexuels durant leur vie; des homologues haïtiens déclarent 2.5 (réf ; 2005-6 EMMUS). Même
les hommes haïtiens - que peu d'observateurs décriraient comme sexuellement conservateurs
- apparaissent modestes par rapport aux américains de sexe masculin: dans l’EMMUS 2005-
06, on a constaté que 45% des hommes haïtiens célibataires âgés de 15 à 24 ans ont déclaré
ne pas avoir des relations sexuelles durant l'année précédente. Le pourcentage d’abstinents
parmi les américains de sexe masculin dans le même groupe d'âge est de 33 (Rapports de
statistiques nationales sur la santé 2011). En ce qui concerne la soumission, les femmes
haïtiennes sont mieux décrites, pas aussi timides et réservées, mais plutôt comme franches,
agressives, et même d’ardents défenseurs de l’égalité des droits économiques entre les sexes
définis ci-dessus (voir Gerald Murray 1977; Schwartz 2000 et voir James 2006 pour quelques
exemples riches de femmes haïtiennes " viktim »).
Cette description de ce qu'on peut appeler la classe populaire traditionnelle d’Haiti
« économie sexuelle morale »- une description tirée en grande partie de la littérature
ethnographique et soutenu par des enquêtes démographiques et sanitaires - est incomplète
sans compté qu'elle a été historiquement accompagnée par un fort désir des parents de ces
enfants et socialement renforcée, ce qui peut être appelé nataliste radicale. La tendance est
telle que l'observation faite par l’anthropologue George Simpson (1942:670) il y a 60 ans
, « que les paysans haïtiens souhaitent avoir des enfants, et d'avoir le plus grand nombre
possible », était applicable 35 ans plus tard , en 1977, lorsque l'anthropologue Gerald Murray
a fait deux ans de recherche dans Cul-de-Sac en Haïti, elle était applicable en 1987, lorsque
l'anthropologue Ira Lowenthal a résumé ses quatre années de recherche sur la péninsule du
Sud, il était encore largement applicable en 1996, lorsque l'anthropologue Gisele Maynard
Tucker a résumé son enquête auprès de 2,383 ménages, hommes et femmes dans les zones
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 5

urbaines et rurales du grand Port -au-Prince, elle était applicable en 1998 lorsque Jenny Smith
a fait son rapport de deux années de recherche sur la plaine du Nord d'Haïti, et certainement
encore applicable lorsque l'auteur (Schwartz 2000 ) l’a signalé sur cinq ans de recherche dans
le Nord -Ouest d'Haïti (Schwartz , 2000). Un large éventail de croyances lié à un nataliste
radical fait de l'avortement une horreur, les contraceptifs sont associés à la maladie et la
promiscuité, les superstitions et les croyances populaires, qui semblent exotiques à l'extérieur,
favorisent une fécondité élevée. Ces derniers comprennent une ferme croyance dans les sorts
qui rendent les gens amoureux , le fait que d'avoir des relations sexuelles avec une femme
malade ou handicapé apporte la chance , la maladie fictive appelée perdisyon où un fœtus
peut rester en gestation dans l'utérus d'une femme pendant cinq (5) ans (techniquement connu
sous le nom de «syndrome arrêté de grossesse»), et les justifications superstitieuses qui
convainquent les hommes à accepter la paternité pour les enfants qui ne sont pas
biologiquement le leur, comme le test sanguin largement acceptée - la croyance stipule qu’un
homme peut déterminer si l'enfant est le sien en piquant son propre doigt et en versant une
goutte de sang sur la langue du nouveau-né, car s'il n'est pas le père, le bébé va mourir
instantanément. (Pour une description de ce qui précède voir Herskovits, 1937; Simpson,
1942; Murray 1977; Smith, 1996 ; Maternowska 2006. Et Schwartz 2009)
Malgré la longue histoire des études anthropologiques approfondies citées ci-dessus,
beaucoup d'étrangers (y compris parmi certains intellectuels haïtiens notables) ont mal
compris le sexe en Haïti et en corollaire leur relation avec les modes décrits natalistes et les
croyances populaires. Beaucoup de savants ont imposé des modèles patriarcaux qui
s'appliquent aux autres pays ou qui sont logiques dans le contexte des systèmes de valeurs des
classes moyennes et supérieures occidentaux, mais qui ne correspondent pas à la classe
populaire d’Haïti. Par exemple, dans une mésinterprétation de la vie rurale en Haïti, noté en
premier par Gerald Murray (1977 : 263 ), l'explication souvent répétée pour la polygynie a
longtemps été que les agriculteurs utilisent des "extra" épouses pour s'occuper des jardins
supplémentaires (Bastien 1961: 142; Courlander 1960: 112; Herskovits 1937 Leyburn 1966:
195; moral 1961: 175-76 ; Simpson 1942, 656). Comme Murray l'a souligné, ce n'est pas vrai
aujourd’hui, et ne le sera probablement jamais. Les femmes en zones rurales d'Haïti ne
travaillent pas dans les jardins selon le vouloir des hommes. Au contraire, elles peuvent
parfois travailler dans les jardins en leur nom propre et en celui de leurs enfants, mais quand
un homme est présent l'obligation de planter et de désherber lui revient (Murray 1977;
Smucker 1983; Schwartz 2009). En effet, c’est une tradition si constante au fil des ans qu'il
peut être élevée au rang de règle culturelle est que les femmes haïtiennes, pas les hommes,
sont considérées comme les propriétaires des produits agricoles de la maison ; produits
essentiellement cultivés suite aux efforts des membres masculins de la famille, (réf).
La même tendance à mal interpréter ou à imposer des modèles de genre de l'extérieur à la
classe populaire haïtienne prévaut encore aujourd’hui, notamment chez les analystes
étrangers, des militants sociaux internationaux et des travailleurs humanitaires. Malgré tout
plusieurs exceptions notables (N’zengou - Tayo 1998 Fafo 2004 Gardella 2006), représentent
la répression des femmes en tant que pire en Haïti que dans d'autres pays. Ce faisant, ils citent
des codes juridiques discriminatoires ( Fuller 2005; UNIFEM 2004) , la violence politique
contre les femmes (Fuller 2005; UNIFEM 2004), des niveaux élevés de mortalité pendant
l'accouchement ( UNIFEM 2004; Banque mondiale, 2002 ), la lutte féminine au moyen de la
création littéraire pour manifester leur identité (Francis 2004), la participation des femmes au
niveau économique à travers le travail intensif (Divinski et al. 1998), et même la détérioration
globale des conditions économiques et politiques (UNIFEM 2006). Pour résumer ces points,
l'indice de développement humain spécifique au sexe de l'ONU (IDH) classe Haïti au bas de
l'hémisphère occidental, faisant apparaître aux observateurs qui n'ont pas interpréter
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 6

soigneusement les indices qu’Haïti est le pays répressif par rapport aux femmes dans toute
l'Amérique latine, et probablement du monde, soit nettement moins positionné dans le
classement que l'Iran ou l'Arabie saoudite (Programme des Nations Unies pour le
développement 2006).
Un bon exemple démontrant jusqu’où de nombreuses présentations féministes sont loin des
faits est l'œuvre de Beverly Bell, l'un des experts les plus critiques sur la question du genre en
Haïti et auteur du livre acclamé Walking on Fire (2001). Dans l'introduction de son livre, Bell
a affirmé que,
La femme haïtienne est placée au bas de l’échelle dans l’écart de l'espérance de vie
homme-femme, l'incidence du mariage chez les adolescentes, l'utilisation des
contraceptifs, les effectifs de l'école primaire, les effectifs de l'enseignement
secondaire, et le ratio des enseignants du secondaire. Elle est au même niveau que
l’homme ou classée deuxième au pire dans les domaines suivants : l'égalité
économique avec les hommes, l'égalité sociale, l'espérance de vie, le taux de veuvage /
divorce ou de séparation, inscription à l’université, l'alphabétisation des femmes
adultes, écart entre l'alphabétisation hommes et femmes ...
[Bell 2001: 18]
Bell s’est trompé sur tous les plans. 63 ans par rapport à 59 ans, les femmes en Haïti vivent
plus longtemps que les hommes (ONU 2010); à 43 pour 1.000 bébés chaque année de mères
adolescentes de 15 à 19 ans, le taux de grossesse chez les adolescentes en Haïti est
officiellement parmi les plus bas des pays développés , la moitié ou moins que de nombreux
pays d'Amérique latine , dont la République dominicaine voisine (Banque mondiale, 2013;
OMS 2007; UNFPA 2007; OMS, 2001 ) et un tiers du taux de 126 en 2006 pour les jeunes
noirs et hispaniques aux États-Unis (Planned Parenthood 2011)ii . Dans les zones urbaines et
rurales haïtiens plus de filles ont terminé l'école primaire que les garçons (86,6% à 85,2 %
pour les zones urbaines et 73,2% à 72,4 % dans les zones rurales) et dans les zones urbaines
plus de filles ont terminé leurs études secondaires (41,9% à 39,1%). Seulement en ce qui
concerne l'achèvement des études secondaires dans les zones rurales les garçons prédominent
(20,0 % à 11,7% : voir EMMUS 2012). En effet, pour ceux qui s'inquiètent de la différence
de traitement entre les sexes des enfants , on constate que ce sont les garçons haïtiens , et non
les filles, qui ont besoin d'une attention particulière : outre les différences d'éducation en
faveur des filles , les EMMUS 2005-06 ont constaté que la malnutrition chronique était
significativement plus élevée chez les garçons ( 25% contre 20 % : p.162) ; il en était de
même pour la mortalité infantile (143/ 1, 000 garçons pour 132/1 000 pour les filles, âgés de
0 à 62 mois : p 86.) .
De retour à Bell et le statu quo contemporaine pour la présentation de sexe en Haïti, le seul
point sur lequel elle semble avoir raison est le fait que, comme vu précédemment, il est vrai
que les femmes haïtiennes, en particulier les femmes en milieu rural, évitent les contraceptifs.
Malgré les campagnes de contraception massives et coûteuses financées par l’international
qui s'étendant loin dans le temps au début des années 1970, seulement 28,7% des femmes
haïtiennes en âge de procréer les utilise en 2010, cela qui traduit le faible taux d’utilisation de
contraceptifs dans l'hémisphère occidental ; 7,6 % de moins que le taux le plus bas qui suit
(Bolivie à 36,3 % ; voir Alkema et al 2013.). Mais il y a peu de preuves que l'utilisation de
contraceptifs féminins en Haïti ait quoique ce soit à voir avec la domination masculine. Dans
les EMMUS 2005-06 seulement 2,3% des femmes haïtiennes en âge de procréer interrogées
ont déclaré ne pas utiliser de contraceptifs modernes parce que leur conjoint était contre (p.
73)iii.
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 7

Peut-être la caractéristique la plus intéressante de la présentation inexacte de la situation de


genre en Haïti est précisément le point abordé ci-dessus: que la notion de femmes haïtiennes
comme « viktim » et sous le contrôle de leur conjoint l'a emporté en dépit du fait que les
études EMMUS –la source la plus utilisée ci-dessus pour des données sur la démographie , la
santé reproductive et le genre pour Haïti- fournissent de nombreuses preuves du contraire.
Une écrasante majorité des femmes interviewées pour le rapport EMMUS d’Haiti déclarent
avoir ou partager le dernier mot sur les questions domestiques allant de petites et grandes
dépenses des ménages, les habitudes, la discipline des enfants, l'éducation et la santé travail
(EMMUS 2005-6, p 245-250). Par ailleurs, la tendance n'est pas, comme beaucoup
d'observateurs semblent supposer, l'une des femmes les plus pauvres qui souffrent de la
répression la plus sévère. Les auteurs des EMMUS 2005-2006 ont noté que,
Contre toute attente, nous constatons que les femmes qui participent le plus souvent aux sept
décisions et qui sont le moins fréquemment exclues de toutes ces décisions sont les femmes
du milieu rural et celles qui ont le moins d’éducation. [Et] Les femmes qui travaillent pour
l'argent sont [aussi] beaucoup plus souvent impliquées que d'autres dans la prise de
décisioniv.v [EMMUS 2005-6 : 247]
L'image erronée ou du moins non compatible d’un point de vue ethnographique et statistique
des femmes haïtiennes a été renforcée par les tendances qui font croire que, économiquement,
physiquement, médicalement et socialement, les femmes sont réprimées vis -à-vis des
hommes à cause de leur revendications et qu'elles subissent des violences physiques et
sexuelles extrêmes des mains de leurs conjoints masculins, des criminels, des voyous
paramilitaires et même des policiers. Depuis le séisme de 2010, cette image a été
particulièrement marquée dans les rapports des organisations d’activistes, des organisations
de défense des droits de l’homme, des ONG, de l'ONU et de la presse internationale (Bell
2010; Faul 2010; KOFAVIV 2010; Amnesty International 2011; Kolbe et al 2010.). Par
exemple, après le tremblement de terre les organisations militantes locales ont fait état d'un
tel nombre élevé de viols que la presse internationale a étiqueté «épidémie».
Il semblerait qu'au moins un certain soutien pour l'image des femmes haïtiennes victimes
d’extrême violence familiale provienne des études EMMUS. Les EMMUS 2005-6 d’Haiti ont
constaté que 19,3% des femmes interrogées avaient été, à un certain moment dans leur vie,
victimes de violences physiques ou sexuelles de la part d'un partenaire. Toutefois, à une
échelle régionale, il est le deuxième taux le plus bas en Amérique Latine (PAHO 2012), et
2,8 % de moins que les 22,1 % enregistré en 2000 pour les États-Unis (Tjaden et Thoennes
2000). Par ailleurs, ce que nous n'apprenons pas des interviews EMMUS c’est ce que les
hommes rapportent de la violence féminine ou dans quelle mesure les femmes peuvent
parfois être classés avec plus de précision, et non comme des victimes passives, mais comme
des combattants. Les EMMUS n'ont pas interrogé les hommes concernant la violence
féminine. En outre, certains anthropologues notent que les femmes haïtiennes s’affirment en
fait physiquement aussi, voire plus violent que leurs homologues masculins à l'égard d’autres
femmes et d’autres hommes (Murray 1977; Schwartz 2000). Si c'est vrai, l'observation ne
doit sans doute pas être une surprise. Compte tenu du degré élevé d'engagement économique
et le rôle remarquable des femmes haïtiennes de classe populaire dans les processus
décisionnels dans le ménage et la famille, on peut à s ‘attendre à un haut degré d'affirmation
de soi de la part des femmes à la fois pour défendre et exercer leurs droits garantis et
socialement reconnus. Dans les enquêtes examinées dans le présent rapport, les femmes qui
ont déclaré avoir été victimes de violence domestique étaient en fait plus probablement parmi
celles qui ont apporté une contribution importante à l'économie du ménage. Quant aux
rapports de viol extra-domestique et de violence contre les femmes de niveau épidémique
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 8

après le tremblement de terre: nous n'avons trouvé aucune preuve dans les enquêtes de
Léogâne et Carrefour pour soutenir les revendications.
De retour à la tendance de dénaturer les modèles de genre de la classe populaire d'Haïti dans
la littérature, tous les chercheurs ont négligé l'importance et le degré élevé de capitaux
propres de facto entre hommes et femmes. Dans son évaluation du genre en 2006 pour
l’USAID, Gardella a souligné que les Haïtiens ne montrent pas de préférence entre les sexes
dans l'éducation de leurs enfants. Le projet Comprendre le travail des enfants (2006), en
s'appuyant sur EMMUS 2005-6, a conclu que les garçons haïtiens plus souvent que les filles
travaillent à l’extérieur, ils travaillent plus dur que les filles, et ils travaillent de plus longues
heures que les filles. En termes de participation des femmes adultes dans la force de travail,
Haïti est le deuxième seulement avec le Lesotho parmi les pays en développement, avec le
plus haut taux de participation économique des femmes ; en 1995, la Banque interaméricaine
de développement (BID) a estimé les taux de participation des hommes contre celui des
femmes à 87 % et 62%, respectivement (BID 1999). En outre, il y a au moins une preuve
forte que les ménages dirigés par des femmes rurales peuvent être mieux - ou du moins pas
aussi mal - que leurs homologues masculins : Sletten et Egset (2004), ont constaté que 28%
des ménages ruraux sont dirigés par des femmes et 72% sont dirigés par des hommes, mais
quatre fois plus de ménages dirigés par des hommes en milieu rural font face à "l'insécurité
alimentaire extrême." Dans les enquêtes examinées dans le présent rapport, nous avons
constaté que dans les zones rurales et urbaines les ménages monoparentales dirigés par des
femmes étaient matériellement mieux lotis que les ménages biparentales
Tout cela pour dire qu'il n'y a pas de graves problèmes de genre qui devraient être abordés.
Les modèles de genre haïtiens ont été largement incompris. Mais les temps changent. Haïti
est passé de 95% en milieu rural en 1950 à 60% en milieu rural en 2000, avec l'année 2009
marquant la première fois qu’Haïti était aussi urbain que rural. (Banque mondiale, 1995; CIA
2005). Dans les trois années qui ont suivi le tremblement de terre, la population urbaine a
atteint 55 pour cent (Banque mondiale 2013). Cela signifie qu'une grande partie de la
jeunesse féminine haïtienne est actuellement élevée dans une ambiance où elles n'auront plus
la traditionnelle étiquète du système de commercialisation en milieu rural de la femme
dominée comme moyen d’autonomie économique à l'âge adulte. Elles n'auront pas non plus
les droits définis socialement pour contrôler la production des ménages-en particulier, la
participation féminine traditionnellement définie de la production agricole des ménages. Une
plus grande présence physique des hommes – i.e. moins de fugacité masculine avec l'emploi
urbain - et une plus grande dépendance à l'égard du salariat dominé par les hommes semble
également présager une perte de pouvoir et de prestige pour les femmes. Et en effet, comme il
a été vu plus haut qu’il y a nettement moins de ménages dirigés par des femmes qui sont
"extrêmement pauvres" que ceux dirigés par des hommes dans les zones rurales, d'autres
chercheurs signalent le contraire dans l'environnement urbain . Gardella (2006) a constaté que
26 pour cent des ménages dirigés par des femmes à Port -au-Prince sont « extrêmement
pauvres» contre 17 pour cent de ceux qui sont dirigés par des hommes. Bien que nous n'ayons
pas trouvé des résultats similaires dans la présente enquête, associée à cette disparité le fait
que le seul facteur prédictif le plus puissant de la situation économique des ménages à Port -
au-Prince est de savoir si le chef de ménage a un emploi salarié dans le secteur formel , une
région où les hommes sont plus nombreux que les femmes par un facteur aussi élevé que 3
pour 1 et où les hommes monopolisent les strates supérieures de revenus (Sletten et Egset,
2004:14; Charmes 2000; Gardella 2006:11). Avec tout ce que a été dit, nous espérons que les
conclusions de ce rapport présentent une perspective qui donne à réfléchir sur les relations de
genre en Haïti et un aperçu de la façon dont ils évoluent afin que nous puissions mieux
préparer un avenir incertain.
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 9

Questionnaire
La conception du questionnaire se fonde sur deux principes essentiels :
1) Poser des questions propices à des réponses honnêtes et précises.
2) Recueillir des informations qui permettent de comprendre les relations entre les
sexes dans le contexte culturel haïtien.
Pour atteindre ces deux objectifs, nous avons tâché de formuler des questions applicables
autant aux femmes qu’aux hommes. Quand la logique s’y prêtait, nous avons posé la même
question au sujet des hommes et des femmes.
Le questionnaire s’inspire du CARE Gender Kit (2013) et d’une série d’échelles
interculturelles d’évaluation de données spécifiques au genre. Concrètement, nous nous
sommes inspirés des échelles suivantes : Horizons et Promundo, Gender-Equitable Men
(GEM), (Pulerwitz and Barker 2008). Schuler, Hashemi, et Riley (1997) Women's
Empowerment Scale, Waszak, Severy, Kafafi, et Badawi (2000) Gender Norm Attitudes
Scale, Stephenson, Bartel, et Rubardt (2010) Gender Relations Scale, Leon et Foreit (2009)
Household Decision-Making Scale, et Pulerwitz, Gortmaker, et DeJong (2000) Sexual
Relationship Power Scale (Un sommaire de chaque échelle est disponible dans le rapport
NANDA 2011)
Bien des questions « interculturelles » semblent fondamentalement tendancieuses de par leur
formulation. Nous avons donc procédé à des modifications. À titre d’exemple, l’échelle
Gender Equitable Men (GEM) opte pour la formulation : « Est-ce que les hommes ont besoin
de plus de sexe que les femmes » au lieu de la forme plus neutre : « Qui a besoin de plus de
sexe, les hommes ou les femmes? ». Autant que possible, nous avons formulé de telles
questions de manière totalement neutre au niveau du genre. Au lieu de demander : « La
femme est-elle responsable d’éviter les grossesses? », comme l’indique l’échelle GEM, nous
avons posé des questions moins directes qui nous permettent d’évaluer la structure de
contrôle de la reproduction pour une femme, telles que : « Dans quelles circonstances un
avortement est-il justifié? » et : « A-t-on le droit d’utiliser des moyens de contraception sans
en aviser son mari/sa femme? ».
Nous avons emprunté de l’échelle Women's Empowerment Scale (WES) les questions
suivantes : « Votre famille vous a-t-elle pris quelque chose? », « Êtes-vous libre de rendre
visite à votre famille », « Êtes-vous libre de vous joindre à des organisations? », « Y a-t-il des
biens qui sont votre propriété exclusive? », « Quel est votre rôle en tant que pourvoyeur? » et
« Qui est responsable de tâches quotidiennes spécifiques? ». Nous avons modifié la plupart
de ces questions pour les rendre plus facilement applicables. Par exemple, au lieu de
demander exactement combien une femme rapportait, nous avons demandé : « Qui sont le
premier et le deuxième pourvoyeur financier de votre ménage? » Ici également, nous avons
formulé des questions aussi neutres que possible au niveau du genre; là où l’échelle WES
propose : « Un vrai homme engendre-t-il un fils (au lieu d’une fille)? », nous avons tenté de
déterminer cette préférence en posant une question de mise en situation : « Entre un couple
qui a trois filles et un couple qui a trois garçons, qui est avantagé? »
Nous avons emprunté une question de l’échelle Gender Norm Attitudes Scale. Nommément;
« Quand un enfant est malade, qui sait le mieux s’en occuper, le père, la mère, ou l’un autant
que l’autre? » Dans ce cas, nous avons adapté la question à chaque ménage pour en inclure
tous les membres. Cette décision est fondée sur le fait qu’en Haïti, c’est souvent la grand-
mère ou un autre membre de la famille qui a le dernier mot sur les décisions importantes au
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 10

sein du ménage. Nous avons donc demandé: « Quand un enfant de la maison est malade, qui
sait le mieux s’en occuper? »
Nous nous sommes inspirés de deux questions provenant de l’échelle Gender Relations Scale:
« Un homme peut-il frapper sa femme si elle ne veut pas avoir de relations sexuelles avec
lui? » et « Une femme devrait-elle rester fidèle à son mari et avoir des relations sexuelles
avec lui s’il a une amante ou une autre femme? » Nous avons tenté d’éviter l’apparence de
parti pris féminin de ces questions en proposant plutôt la situation hypothétique suivante :
« Que doit faire une femme si son mari a des relations sexuelles avec une autre femme? »
Pour rester neutres, nous avons aussi posé la question inverse : « Que doit faire un homme si
sa femme a des relations sexuelles avec un autre homme? »
Nous avons aussi emprunté des éléments provenant de l’échelle Household Decision-Making
Scale. Nous avons reproduit textuellement la question : « Qui prend les décisions quant aux
achats importants du ménage?» Nous avons aussi ajouté la question : « Qui gère le budget du
ménage? » Enfin, nous nous sommes inspirés des questions de mise en situation de l’échelle
Sexual Relationship Power Scale (SRPS) suivantes : « Mon partenaire fait ce qu’il veut,
même si je refuse » et « Je fais ce que je veux, même si mon partenaire refuse. » Nous avons
aussi adoptée telle quelle la question suivante: « Quand mon partenaire et moi sommes en
désaccord (1) mon partenaire obtient généralement ce qu’il veut (2) nous faisons
généralement un compromis (3) j’obtiens généralement ce que je veux. »
Formation et tests préliminaires
Nos 14 sondeurs, deux superviseurs, le vérificateur de données et le consultant ont participé à
une formation de 3 jours et à une série d’échanges visant à perfectionner le questionnaire.
Nous avons fait remplir 195 questionnaires dans le cadre de 3 tests préliminaires. Suite à
chaque test, nous avons passé les questions en revue, corrigé les erreurs, modifié le contenu,
perfectionné notre compréhension des questions et partagé nos expériences et nos idées quant
à la meilleure manière de susciter des réponses.

Révision éthique
À titre de vérifications, nous avons évalué le questionnaire à l’aide du CARE Gender Tool
Kit (2013) et des deux grandes études sur le genre effectuées en Haïti depuis le tremblement
de terre, l’une approuvée par l’École de travail social de l’Université du Michigan (Mortality,
Crimes and Basic Needs Assessment) et l’autre par cinq des organisations féministes les plus
actives et respectables d’Haïti (POTOFI 2012) L’École de travail social de l’Université du
Michigan a approuvé une série d’études menées par le « Small arms survey » de Genève (voir
Kolbe et. al.). Cette démarche comprend des visites à domicile lors desquelles on demande si
un membre du ménage a été violé au cours d’une période spécifique et, le cas échéant, on
inclut des questions précises sur les détails du viol, y compris des précisions sur la
pénétration. L’étude du POTOFI s’adresse aux adolescentes enceintes et comprend des
questions intimes sur les causes de leur grossesse. Lorsqu’il s’agit d’un viol, des questions
intimes sont posées concernant les circonstances de l’agression. Notre sondage n’a pas
abordé les détails de pratiques sexuelles ou des événements traumatisants de violence
sexuelle. Nous ne nous attendions aucunement à ce que de telles questions se prêtent à la
moindre collaboration ou à des réponses honnêtes. Avant chaque sondage, les sondeurs ont lu
une explication du sondage et les répondants ont signé un formulaire de consentement.
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 11

4. Méthodologie

Le sondage a été conçu à partir d’un échantillonnage aléatoire systématique par grappes de 1
600 résidences, subséquemment stratifié selon l’âge et le sexe.
Grappes, sélection et nombre de répondants: Une grappe a été définie comme englobant
les 24 résidences les plus proches d’une paire de coordonnées géographiques sélectionnées de
manière systématique et aléatoire. La cible établie était de 36 grappes, à raison de 24
répondants par grappe. Pour chaque grappe, les recenseurs ont tâché d’identifier 3
répondants de chacune des 8 catégories fondées sur l’âge et le sexe (voir le tableau 4.1). Ces
paramètres sont conformes aux recommandations du programme Feed the Future (2012) de
l’USAID sur le nombre de grappes (36 ou plus) et de l’OMS sur le nombre de répondants par
grappe (idéalement 20). À Léogâne, le relief accidenté et le mauvais temps nous ont forcés à
remplacer 7 grappes situées en zone montagneuse par des points sélectionnés aléatoirement à
moindre altitude.
Tableau 4.1: Grandeur et stratification cible des grappes
Âge Homme Femme Total
18-25 100 100 200
26 - 35 100 100 200
36 - 50 100 100 200
Carrefour
50+ 100 100 200
Total 400 400 800
18-25 100 100 200
26 - 35 100 100 200
Léogâne 36 - 50 100 100 200
50+ 100 100 200
Total 400 400 800
Total 800 800 1600

Image 4.1: Vues aériennes de Carrefour (à gauche) et Léogâne (à droite). Les marqueurs
jaunes indiquent les points sélectionnés par l’échantillonnage aléatoire. Les marqueurs
bleus indiquent les sites retenus.
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 12

Nombre de répondants par résidence, absentéisme et Remplacement: Les sondeurs ont


rencontré un répondant par résidence. En cas d’absentéisme ou de manque de répondants
d’une strate pour une grappe on a ajouté à l’échantillon des résidences adjacentes le plus près
possible du point aléatoire. Parfois, à cause de contraintes logistiques, des sondeurs ont dû
entamer une nouvelle grappe sans avoir atteint le quota de répondants pour la précédente. Des
grappes ont été ajoutées à la fin des sondages de Léogâne et de Carrefour afin de pallier ces
manquements. En fin de compte, 41 grappes ont été visitées à Carrefour et 36 à Léogâne. Les
nombres totaux de répondants pour chaque strate et chaque commune sont présentés au
tableau 4.2 et aux graphiques 4.1 et 4.2.

Tableau 4.2: Groupes d’âge pour l’échantillon recueilli


Groupes d’âge
Total
Sexe du des
Répondant 18 à 25 26 à 35 36 à 50 50 + Absent Total
Homme 203 205 200 203 9 820
Femme 201 204 209 204 19 823
Grand total 404 409 409 407 28 1629

Date et durée du sondage: La formation et les sondages ont débuté le 15 avril et se sont
terminés le 15 mai.
Logistique et structure d’équipe: Sept équipes ont chacune été constituées d’un homme et
d’une femme. Chaque équipe homme femme s’est déplacée à l’aide d’une motocyclette. Un
superviseur et le consultant ont disposé d’une motocyclette chacun. L’autre superviseur s’est
déplacé en véhicule à quatre roues motrices. Le vérificateur de données, qui s’est surtout
déplacé entre les camps de base, a généralement utilisé les transports en commun. Les
sondeurs et les superviseurs ont été logés dans des camps de base situés sur chacun des deux
sites.
Entrevues et vérification des données: Les entrevues des répondantes féminines ont été
menées par des sondeurs féminins et les entrevues de répondants masculins ont été menées
par sondeurs masculins. Deux superviseurs et le consultant ont fait le suivi des performances
et de la sélection des grappes. L’exactitude de la sélection des grappes et les données
obtenues ont été passées en revue quotidiennement. Une vérification téléphonique a été
effectuée auprès de 10 % des répondants par un vérificateur; 67 % des répondants ont pu être
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 13

joint, ce qui correspond aux résultats obtenus dans le cadre d’autres sondages. L’impossibilité
de joindre 33 % des répondants s’explique par des problèmes de service téléphonique,
l’absence des abonnés et une marge de 5 % d’erreur dans les numéros de téléphone, dont
quelques numéros appartenant à des voisins ou amis des répondants ne pouvant rien
confirmer. Tous ces ratios s’accordent largement à ce que nous avons constaté lors d’autres
sondages.
Absence de réponse: Au total, 12 personnes ont refusé d’être sondées et 6 entrevues n’ont
pas pu être complétées à cause de problèmes de télécommunication ou d’autres interruptions.

Équipements et programmes informatiques: Les sondages ont été complétés grâce à des
tablettes Samsung Galaxy équipées de la suite de programmes ODK. La présélection des
coordonnées longitude/latitude a été effectuée avec Google Earth et leur localisation a été
effectuée grâce à l’application GPS Essentials depuis chaque tablette. Les programmes Excel
et SPSS ont été utilisés pour l’analyse.
Stratification de l’échantillon: Tel que mentionné plus haut, l’échantillon a été stratifié
selon l’âge et le sexe. Nous avons aussi prévu une composante sur le milieu de vie. Nous
voulions nous assurer de joindre suffisamment de répondants en zone rurale et périurbaine à
Léogâne pour faire contrepoids à Carrefour qui est très densément peuplé. (Vois les
graphiques 4.3 et 4.4).

Graphique 4.3: Ratios de population urbaine et rurale


(Léogâne et Carrefour)
80%
63%
60%
45%
40% Carrefour
40% 36%
Léogâne
20% 15%

0%
Rurale Périurbaine Urbaine

Graphique 4.4: Milieu de vie des répondants


38% 38%
40%
30% 23%
20%
10%
0%
Rural Périurbain Urbain

5. Profil des répondants: Lieu d’origine, milieu de vie, travail et éducation

Pour amorcer le sommaire des données, voici une brève description du profil démographique
des répondants. Haïti est présentement le théâtre d’un exode rural marqué. Cette tendance est
évidente chez les répondants du sondage (Graphique 5.1). Vingt-quatre pour cent des
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 14

répondants sont nés à l’extérieur du département de l’Ouest, où se trouvent Léogâne et


Carrefour. Nous avons répertorié au moins cinq répondants provenant de chacun des dix
départements d’Haïti (Tableau 5.1).
Le taux d’alphabétisation des répondants s’apparente à Tableau 5.1:
celui d’autres régions haïtiennes (Graphique 5.3). Par
contre, le ratio de fréquentation scolaire homme/femme, Département d’origine
contrairement à la moyenne nationale, dénote un avantage Nombre de
masculin : seulement 16 % des hommes sondés n’ont
jamais fréquenté l’école contre 25 % des femmes Département Répondants
(Graphique 5.2) et 59 % des hommes ont terminé 7 années Nord-Est 5
de scolarisation contre 46 % des femmes (Graphique 5.3). Nord-Ouest 8
À titre de comparaison, le taux national d’analphabétisme Centre 10
est de 22.3 % pour les femmes et de 23.3 % pour les Nord 19
hommes, soit une moyenne globale de 22,8 % (EMMUS Artibonite 30
2012). Une plus forte proportion de l’échantillon de Nippes 45
Léogâne s’est avéré analphabète (Graphique 5.4). Cette Grand-Anse 58
Sud 106
distinction est prononcée pour les deux sexes : 19 % des
Sud-Est 120
femmes sondées à Carrefour sont analphabètes contre Ouest 1242
31 % à Léogâne, chez les hommes c’est 9 % à carrefour Total 1,643
contre 23 % à Léogâne (Graphiques 5.5 et 5.6). La
distinction entre les sexes en termes d’alphabétisation chez
les répondants est aussi très prononcée dans chaque commune: à Carrefour 10 % plus de
femmes que d’hommes sont analphabètes et à Léogâne 8 % plus de femmes que d’hommes
sont analphabètes. Tous ces écarts sont significatifs sur le plan statistique (Graphique 5.6).

Graphique 5.1: Lieu d'origine des répondants

70% 65%
60%
60% 55%
45%
50% 40%
40% 35%
30%
20%
10%
0%
Femme Homme Total
Ailleurs Lieu du sondage

Graphique 5.2: Aucune scolarité Chart5.3:


Graphique 6.2: 7ème années ou plus

Homme
Femme
16% Femme Homme 46%
25% 59%
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 15

Graphique 5.4: Comparaison de la population non


scolarisée avec la moyenne nationale

30%
25%
25% 22% 23%

20%
16%
15%
10% Femme
5% Homme
0%
Léogâne et Carrefour Moyenne nationale EMMUS (2012)

45% Graphique 5.5: Nombre d'années de scolarité selon le sexe


41%
40% Femme 36%
35% Homme
30%
25%
25%
20% 16% 18%
16% 16%
15% 13%
9% 10%
10%
5%
0%
Aucune scolarité 1à5 6 7 à 11 12 ou plus

Graphique 5.6: Population analphabète selon le sexe


et la commune (p < .05)
40%

35%
Femme
30% Léogâne; 31%
25%

20% Femme
Carrefour; 19% Homme
15% Léogâne; 23%
10% Homme
Carrefour; 9%
5%

0%
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 16

Le Tableau 5.2 dresse la liste des compétences rapportées par les répondants. Ces données
n’identifient pas des sources de revenus. Certains répondants ont passé outre leur occupation
et ont estimé n’avoir aucune compétence. Par exemple, le Tableau 5.2 indique que seules 334
des 820 femmes sondées ont rapporté avoir des aptitudes pour le commerce, alors qu’à la
section six du Tableau 6.12, on apprend qu’au moins 969 femmes des 1643 ménages
pratiquaient une activité commerciale (N.B, dans le tableau 5.2, la forme masculine désigne
aussi bien les femmes que les hommes).

Tableau 5.2: Compétences des Répondants


Femme Homme Total
Comptable 0 0 0
Policier 0 0 0
Avocat 0 2 2
Pêcheur 0 3 3
Médecin 0 3 3
Communication 2 2 4
Spectacle 1 6 7
Médecine traditionnelle 2 5 7
Métallurgie 0 8 8
Gardien de sécurité 0 9 9
Cuisinier 13 0 13
Maçon 0 17 17
Menuisier 0 18 18
Artisan 7 13 20
Enseignant 10 14 24
Infirmière/technicien médical 22 2 24
Plombier/électricien 0 25 25
Boulanger 33 5 38
Esthéticienne/Coiffeur 46 1 47
Fermier 7 48 55
Affaires 40 21 61
Chauffeur 0 63 63
Technicien informatique 37 37 74
Tailleur/couturière 65 11 76
Autre profession 35 60 95
Commerce 334 34 368
Acune 166 416 582
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 17

6. Le Ménage

Définition du dirigeant d’un ménage


C’est ici que débute vraiment notre enquête sur les sexes et les différences de statut, avec une
analyse spécifique au sexe des dirigeants et de la provenance des contributions financières
d’un ménage. Les répondants ont indiqué si leur ménage est dirigé par un homme ou une
femme. Il faut noter que cette catégorie est hautement subjective. Un répondant pourrait par
exemple rapporter que le ménage est dirigé par une femme si sa mère est présente, alors qu’il
répondrait qu’il est dirigé par un homme si son père était présent. Il est aussi possible qu’une
femme qui dit diriger son ménage n’ait réellement aucun pouvoir décisionnel, tout autant
qu’il est possible qu’une femme désigne son mari comme chef du ménage, alors qu’il n’a
absolument pas son mot à dire. La même prudence s’applique quant aux réponses des
hommes. Bref, en nous fondant sur ces réponses subjectives, nous ne pouvons pas nous faire
une idée sur la nature d’un ménage «dirigé par un homme» ou « dirigé par une femme ».
Nous avons donc modifié cette catégorie pour ne tenir compte que du chef de ménage de
facto. Concrètement, lorsque le répondant désignait un dirigeant, homme ou femme, mais que
ce dernier résidait en permanence avec un
époux du sexe opposé, le ménage entrait dans
la catégorie « Ménage Dirigé par un Homme Graphique 6.1: Types de ménages
et une Femme » (MDHF) « Male-Female
Ménage
Headed Household (MFHH) ». Les autres Dirigé par Ménage
catégories étaient Ménage Dirigé par une un Homme Dirigé par
une Femme
Femme Seule (MDFS) « Single Female Célibataire; Homme et Célibataire;
11%
Headed Households (SFHH) » et Ménage Femme; 27%
Dirigé par un Homme Seul (MDHS) « Single 62%
Male Headed Households (SMHH) ».
Par contre, nous avons trouvé peu de ménages
dirigés par un homme célibataire (177 ou
11% de tous les ménages: voir Graphique
6.1). En moyenne, ces ménages étaient
constitués de bien moins de membres que les autres (Graphique 6.2). Cela s’explique en
partie par le fait que 38 (23%) des ménages n’étaient constitués que d’un homme seul, 37
autres ménages (22%) n’étaient constitués que de deux personnes; 82 hommes dirigeants
(46%) n’avaient pas d’enfants et 68 (38%) n’étaient pas et n’avaient jamais été mariés
(Tableau 6.1).

Tableau 6.1: Nombre de membres d’un Graphique 6.2: Nombre de membres


ménage selon le sexe du dirigeant selon le sexe du dirigeant
Nombre Homme
de et Femme Homme
5.3 5.1
résidants Femme seule seul 5.5
1 2% 4% 23% 5.0
4.5
2 9% 11% 22% 4.0 3.6
3 17% 19% 17% 3.5
4 20% 21% 13% 3.0
2.5
5 19% 18% 7% 2.0
6 13% 13% 12% Homme et Femme seule Homme seul
7+ 19% 15% 6% femme
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 18

Ainsi, presque la moitié des ménages dirigés par un homme n’étaient pas des unités
fonctionnelles par lesquelles un travail productif est organisé ou des enfants son élevés, mais
bien les domiciles de jeunes hommes en transition entre l’enfance et l’âge adulte. De leur
côté, les femmes ne vivaient presque jamais seules et étaient membres de ménages de plus
grande taille. Cette tendance porte à croire que, dans ce contexte, la définition naturelle d’un
ménage exige qu’il soit dirigé par une femme seule ou de facto par un couple homme/femme,
que cette dernière se considère comme dirigeante ou non. Dès lors l’analyse qui suit se porte
sur les différences entre les ménages dirigés par une femme seule et ceux dirigés par un
homme et une femme. Nous incluons dans les graphiques des données concernant les
ménages dirigés par un homme seul à titre indicatif, sans en faire une catégorie comparative.
Plus loin, nous laisserons de côté les catégories de chef de ménage pour nous adopter sur une
stratégie de catégorisation plus utile : « Sexe du 1er et du 2e pourvoyeur de revenus ».

Tableau 6.2: Population des ménages


Population Nombre
moyenne des Nombre moyen moyen de
Type de ménage ménages de domestiques restaveks
Homme seul 3.79 0.05 0.29
Femme seule 5.31 0.15 0.31
Homme et 5.68 0.06 0.41
Total 5.38 0.08 0.37

Spécificités urbaines et rurales des ménages


Pour observer les spécificités urbaines et rurales des ménages, nous avons comparé les
contextes de Carrefour (entièrement urbain et périurbain) et de Léogâne (périurbain et rural).
Cette comparaison (voir le Tableau 6.3) a permis l’analyse de la situation matérielle des
ménages dont les détails sont présentés plus bas.

Graphique 6.3: Type de ménage: Carrefour et


Léogâne
80% 67%
58% 62%
60%
Homme et Femme
40% 29% 27%
24% Femme seule
20% 13% 9% 11%
Homme seul
0%
Carrefour Léogâne Total

Indicateurs de situation matérielle selon le chef du ménage


Les tableaux 6.3 à 6.11 suggèrent des différences surprenantes entre les ménages dirigés par
une femme et les ménages dirigés par une femme et un homme. Les observations qui peuvent
être consultées dans la revue de la littérature nous avaient portés à croire que les ménages
dirigés par une femme en milieu rural seraient relativement avantagés par rapport aux
ménages dirigés par un homme et une femme en milieu urbain et que les ménages dirigés par
une femme seule présenteraient la pire situation économique. Notre enquête porte à croire
tout le contraire. Concrètement, les ménages menés par une femme seule à Carrefour
bénéficient plus souvent d’un toit en béton que les ménages menés par un homme et une
femme (57% contre 53%), ils possèdent aussi plus souvent une toilette munie de chasse d’eau
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 19

(20% contre 17%), une citerne ou un robinet dans la maison ou dans la cour (34% contre
25%), de l’eau potable embouteillée (16% conte 15%), du propane pour la cuisson (7%
contre 5%) une alimentation en électricité (98% contre 97%) et sont plus souvent
propriétaires de la maison et du terrain où elle se trouve (52% contre 49%). De plus les
ménages menés par une femme seule consacrent plus d’argent à l’éducation du plus âgé des
enfants (30,24$ US par mois contre 25,04$ US par mois).
Bref, en égard à toutes les données matérielles que nous avons recueillies, les ménages
dirigés par une femme de la Commune densément peuplée de Carrefour étaient avantagés par
rapport aux ménages dirigés par un homme et une femme. Bien que, vu la taille de
l’échantillon, ces variations ne soient pas statistiquement significatives, leur poids combiné
suggère fortement que, dans le contexte urbain et périurbain que représente Carrefour, les
ménages dirigés par une femme seule sont avantagés par rapport aux ménages dirigés par un
homme et une femme (Tableaux 6.3 à 6.11).
Pour ce qui est du contexte rural et périurbain observé à Léogâne, les ménages dirigés par une
femme seule s’en tirent bien, mais ne se démarquent pas vraiment des ménages dirigés par un
homme et une femme. Ils possèdent aussi souvent un toit de béton (6%) une toilette munie de
chasse d’eau (5%) et du propane pour la cuisson (2%). Les ménages dirigés par un homme et
une femme possèdent plus souvent une citerne ou un robinet dans la maison ou la cour (11%
contre 9%) et sont plus souvent desservis par le réseau national d’électricité (64% contre
58%). De leur côté, les ménages dirigés par une femme seule se procurent plus souvent de
l’eau embouteillée (16% contre 14%), dépensent plus pour l’éducation de leur enfant le plus
âgé (27.62 $ US contre 25.03 $ US), et sont plus souvent propriétaires de leur maison et du
terrain où elle se trouve (77% contre 72%; voir le Graphique 6.4 et les Tableaux 6.3 à 6.11).

Tableau 6.3: Type de toiture


Homme et
Commune Type femme Femme seule Homme seul Total
Béton 53% 57% 51% 54%
Carrefour Tôle 41% 37% 45% 41%
Toile 6% 6% 4% 6%
Béton 6% 6% 7% 6%
Léogâne Tôle 86% 85% 85% 86%
Toile 7% 8% 8% 8%

Tableau 6.4: Latrines


Homme et Femme
Commune Type de latrines femme seule Homme seul Total
Toilette à chasse 17% 20% 16% 18%
Latrine en blocs 59% 59% 66% 60%
Carrefour Latrine de bois 17% 17% 10% 16%
Trou dans le sol 4% 1% 4% 3%
Aucune 3% 3% 4% 3%
Toilette à chasse 5% 5% 6% 5%
Latrine en blocs 44% 38% 51% 43%
Léogâne Latrine de bois 30% 32% 27% 30%
Trou dans le sol 11% 14% 7% 11%
Aucune 10% 11% 9% 10%
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 20

Tableau 6.5: Approvisionnement en eau


Homme Femme Homme
Commune Source et femme seule seul Total
Citerne/robinet à l’intérieur 25% 34% 21% 27%
Citerne/robinet à l’extérieur 71% 63% 75% 69%
Carrefour Source 2% 1% 4% 2%
Rivière 1% 1% 0% 1%
Autre 0% 0% 1% 0%
Citerne/robinet à l’intérieur 11% 9% 8% 10%
Citerne/robinet à l’extérieur 61% 67% 53% 62%
Léogâne Source 17% 16% 26% 17%
Rivière 8% 4% 10% 7%
Autre 3% 4% 3% 3%

Tableau 6.6: Eau potable


Homme
et
Commune Type femme Femme seule Homme seul Total
Embouteillée 44% 46% 42% 44%
Carrefour Traitée sur place 53% 52% 56% 53%
Non traitée 3% 2% 3% 3%
Embouteillée 14% 16% 21% 15%
Léogâne Traitée sur place 64% 72% 43% 64%
Non traitée 22% 12% 36% 21%

Tableau 6.7: Mode de cuisson


Homme et
femme Feme seule Homme seul Total
Propane 5% 7% 5% 5%
Carrefour Charbon 93% 91% 93% 92%
Bois 2% 3% 2% 3%
Propane 2% 2% 0% 2%
Léogâne Charbon 42% 51% 32% 43%
Bois 56% 48% 68% 55%

Tableau 6.8: Électricité


Homme et
Commune Sources femme Femme seule Homme seul Total
Réseau national 97% 98% 94% 97%
Génératrice 1% 1% 2% 1%
Carrefour Inverseur 1% 0% 3% 1%
Panneaux solaires 0% 0% 0% 0%
Autre 0% 0% 1% 1%
Réseau national 64% 58% 57% 62%
Génératrice 5% 3% 0% 4%
Léogâne Inverseur 9% 8% 11% 9%
Panneaux solaires 4% 7% 4% 5%
Autre 17% 23% 29% 20%
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 21

Tableau 6.9 Dépense mensuelle pour l’éducation de l’aîné


Homme et
Commune femme Femme seule Homme seul Total
Carrefour 25.04$ 30.24$ 28.24$ 20.02$
Léogâne 25.03$ 27.62$ 17.81$ 18.26$

Graphique 6.4: Type de propriété


Tableau 6.10 Loyer
Non
Propriétaire
propriétaire moyen ($ US)
de la
maison et 26% House 327.49$
du terrain, Land 102.28$
Maison
62%
seulelment ,
12%

Table 6.11: Propriété domiciliaire


Homme et
Commune Propriétaire de femme Femme seule Homme seul Total
La maison Seulement 10% 7% 9% 9%
Le terrain seulement 1% 0% 0% 0%
Carrefour
Les deux 49% 52% 55% 50%
Ni l’un ni l’autre 40% 41% 36% 40%
La maison Seulement 16% 11% 18% 15%
Le terrain seulement 0% 1% 0% 0%
Léogâne
Les deux 72% 77% 65% 73%
Ni l’un ni l’autre 12% 10% 17% 12%

Pourvoyeurs et dirigeants du ménage


Lors de la planification du sondage, notre travail avec les membres de CARE nous a poussés
à adopter comme hypothèse que, pour comprendre les causes des différences de traitement et
de comportement entre les hommes et les femmes, la mesure de l’impact des femmes sur le
bien-être économique de leur ménage constituerait un outil plus intéressant que la
classification des ménages selon leurs dirigeants. Cette mesure est aussi rendue nécessaire par
l’absence d’un homme dirigeant ou codirigeant dans 27% des cas. Autrement dit, nous ne
pouvons pas évaluer les relations entre adultes de sexes opposés alors que seule une femme
est présente.
Les graphiques 6.5 à 6.7 donnent un aperçu du premier et deuxième pourvoyeur financier
selon le sexe. Dans 70% des ménages, au moins un des deux pourvoyeurs est une femme et
dans 79% d’entre eux au moins un homme contribue. Dans seulement 19% des cas, les deux
plus importants pourvoyeurs sont des hommes et dans 13% des cas, il s’agit de deux femmes.
Dans 35% des ménages, le premier pourvoyeur est un homme et le second est une femme. À
l’inverse, dans 13% des cas, le premier pourvoyeur est une femme et le deuxième est un
homme.
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 22

Les tableaux 6.12 et 6.13 dressent la liste des activités professionnelles selon leur fréquence
(combien de pourvoyeurs dépendent de cette activité) et leur importance dans le ménage (s’il
s’agit de la source du premier ou du deuxième revenu du ménage). Prenez note de
l’importance disproportionnée du commerce, dont la mention apparaît deux fois plus souvent
que toute autre source de revenu et dont 81% des participants sont des femmes.

Graphique 6.5: Femmes Soutiens de Famille


80% 70%

60%

40% 35%
30%

20% 13% 13%


8%

0%
Un soutien de Les deux Premier Premier Au moins un 6th Column:
famillle soutiens de soutien de soutien de soutien de Aucun des
feminin, autre famille feminin famille famille famille feminin deux soutiens
inconnu feminin, masculin, de famille
deuxième deuxième principaux ne
masculin feminin sont des
femmes

Graphique 6.6: Hommes Soutiens de Famille


100%
79%
80%
60%
35%
40%
19% 21%
20% 11% 13%

0%
Un soutien de Les deux Premier soutien Premier soutien Au moins un Aucun des deux
famille masculin, soutiens de de famille de famille soutien de soutiens de
autre inconnu famille masculin masculin, féminin, famille masculin famille
deuxième deuxième principaux ne
féminin masculin sont des
hommes
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 23

Graphique 6.7: Comparaison du pourcentage de


l'échantillon par sexe des 1er et 2ème soutien de famille:
Entre Hommes et Femmes
100%
79%
80% 70%
60%
35% 35% 30%
40%
19% 21%
20% 8% 11% 13% 13% 13%

0%

Tableau 6.12: Source de Revenu des 1ers et 2eme contributeurs par sexe du
contributeur
1er Contributeur 2ème Contributeur
Profession/Emploi Femme Homme Femme Homme Total
Tailleur/Couturier 2 3 1 1 7
Location de Propriété 2 2 2 1 7
Créditeur 2 2 4 1 9
Atelier 2 8 0 0 10
Restaurant 7 2 5 2 16
Travail 1 13 1 7 22
Magasin 4 6 12 1 23
Travail Manuel 0 15 3 11 29
Artisan 1 15 3 11 30
Envoi de Fonds 14 10 9 7 40
Taxi 2 67 5 46 120
Autre 24 95 48 51 218
Travail Qualifié 0 175 3 78 256
Agriculture/Élevage 6 196 28 98 328
Emploi Salarié 61 256 71 132 520
Commerce 402 147 567 75 1191
Total 530 1012 762 522 2826
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 24

Tableau 6.13: Total des Sources de Revenus 1er et 2eme revenu


Première Source de Revenu Deuxième Source de Revenu
Tailleur/Couturier 0.3% Tailleur/Couturier 0.2%
Créditeur 0.2% Créditeur 0.2%
Location de Propriété 0.3% Location de Propriété 0.3%
Restaurant 0.6% Restaurant 0.7%
Magasin 0.6% Magasin 0.8%
Atelier 0.6% Atelier 0.8%
Travail 0.9% Travail 0.9%
Artisan 1.0% Artisan 1.0%
Travail Manuel 1.0% Travail Manuel 1.0%
Envoi de Fonds 1.7% Envoi de Fonds 1.3%
Taxi 4.5% Taxi 3.3%
Travail Qualifié 10.9% Travail Qualifié 5.4%
Agriculture/Élevage 12.6% Agriculture/Élevage 8.0%
Emploi Salarié 20.5% Emploi Salarié 13.9%
Commerce 34.3% Commerce 40.8%
Autre 10.0% Autre 21.2%

Tableau 6.14: Sexe du 1er et 2eme Pourvoyeur de Revenu par Sexe du Répondant identifié
comme Chef de Famille
Femme Femme Femme Homme Homme
Chef de Famille & & & & &
Auto-identifié Inconnu Inconnu Femme Homme Homme Femme Homme
Femme 7% 19% 33% 16% 5% 14% 7%
Homme 4% 1% 2% 6% 15% 38% 34%
Homme & Femme 2% 4% 3% 17% 12% 50% 11%
Tous les ménages 4% 8% 12% 13% 11% 34% 18%

Différentielles du contrôle de ressources des ménages entre Femmes et Hommes


L’utilité évidente d’avoir une mesure du pouvoir économique des femmes est qu’elle nous
permet d’explorer et étudier la mesure dans laquelle le contrôle des ressources du ménage,
entre les femmes et les hommes, détermine des facteurs tels que,
1) le bien-être nutritionnel des autres membres du ménage, en particulier les enfants,
qui est manifeste dans les dépenses alimentaires
2) la performance des corvées ménagères par sexe,
3) la manière dont les femmes sont traitées par leur mari et autre personnes autour
d’elles.

Dépenses Alimentaires des Ménages


Dans la littérature concernant le rôle des femmes dans le développement, l'hypothèse
courante est que plus les femmes contrôlent les finances des ménages, plus la proportion du
budget des ménages consacré à la nutrition est élevée (Banque mondiale, 2002). Dans le
cadre de la préparation de l'enquête, nous sommes partis de la même hypothèse, et nous
avons inclus des questions pour tester la véracité de cette attente. Comme on le voit ci-
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 25

dessous, les données à première vue, semblait à soutenir l'idée que les femmes dépensent plus
dans la nutrition des ménages. Mais en regardant de plus près les preuves donnent à penser
que les hommes, lorsqu’ils contrôlent le budget des ménages, peuvent dépenser autant ou
plus dans la nutrition que les femmes

Dépenses Alimentaires par type de Chef de Famille


La première question que nous examinons concerne les dépenses alimentaires par ménage par
type de ménage (graphique 6.8). Mais en raison de la taille différente des ménages par type,
vu une fois de plus dans le tableau 6.9, il est plus utile d'examiner les dépenses par personne
pour les différents types de maison, comme il est présenté dans le tableau 6.10. Dans le
tableau 6.11 nous pouvons voir que lorsque nous considérons la taille du ménage, ou plutôt
les dépenses par personne et par type de ménage, les ménages ou un homme est seul chef de
famille dépensent plus en nourriture que les ménages ou une femme est seule chef de famille
et ou un homme et une femme dirigent le ménage ensemble. Ceci est probablement la
conséquence de quelque chose autre que la considération pour les membres du ménage; plus
précisément une économie d'échelle, les familles nombreuses préparant plus de nourriture à
un prix plus économique. Par conséquent, nous sommes une fois de plus laissés avec l'image
du ménage géré par une femme seule chef de famille fonctionnant plus favorablement que les
ménages gérés par un homme et une femme. Le tableau 6.12 illustre le fait que les relations
ne sont pas, pour la taille de l'échantillon, statistiquement significatives. Néanmoins, basé sur
les ressources plus favorables, l'infrastructure et la richesse des ménages dirigés par des
femmes vu dans la section précédente, nous pouvons déduire encore une fois que les ménages
étant dirigés par une femme seule chef de famille ont plus de ressources ou sont au moins
capables de mobiliser davantage de ressources que les ménages dirigés conjointement par un
homme et une femme.

Graphique 6.8: Dépenses Alimentaires


Quotidiennes (USD) par Sexe du Chef Graphique 6.9: Nombre de personnes
de Famille par ménage par type de ménage
6.0 5.3 5.1
$11.00 $10.26 5.0
$9.94
$10.00
4.0 3.6
$9.00 $8.47
$8.00 3.0
$7.00 2.0
Homme et Femme seule Homme seul Homme et Femme seule chef Homme seul Chef
Femme chef de Famille Chef de Famille Femme de Famille de Famille

Graphique 6.10: Dépenses Graphique 6.11: Signification statistique


Alimentaires Quotidiennes (USD) par du type de ménage par dépenses
$2.50 type de Ménage $2.37 alimentaires moyennes (p<.05)
$2.03
$2.00 $1.88

$1.50

$1.00 Homme et Femme Homme


Homme et Femme seule Homme seul Femme seule seul
Femme chef de Famille Chef de Famille
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 26

Dépenses Alimentaires par Chefs de Famille et Contributeurs de Revenu


Nous allons maintenant examiner l'influence de la nouvelle typologie "sexe des premiers et
deuxièmes contributeurs de revenu"'. Dans le tableau 6.12, nous constatons que les ménages
où les femmes sont les principaux contributeurs de revenu consacrent plus d'argent à la
nourriture que les autres ménages. Mais comme nous le verrons dans les sections suivantes
concernant le contrôle du budget des ménages, cela ne signifie pas nécessairement que les
femmes sont plus enclines que les hommes à dépenser de l'argent pour la nutrition familiale.

Graphique 6.12: Dépenses Alimentaires Moyennes (USD) par sexe des 2


principaux pourvoyeurs de revenu

$20.00 $9.02 $10.40 $11.36 $9.87 $10.88 $9.84


$8.50 $8.18
$10.00
$0.00
Inconnu Femme Femme, Femme, Homme Homme, Homme, Toutes
Femme Homme Femme Homme Catégories

Contrôle du budget du ménage entre Homme et Femmes


La littérature ethnographique montre que les femmes en Haïti sont traditionnellement les
gardiens du budget des ménages (Murray 1977; Smucker 1983; Lowenthal 1987; Schwartz
2000). Seul les cas de ménages gérés par un homme seul chef de famille et qui comme nous
l’avons vu n’ont que peu de femmes résidentes et ne sont, pour la plupart, pas considéré
comme des ménages fonctionnant, présentent une situation où les femmes gèrent le budget
dans moins de 50% des cas.

Chart 6.13: Femme Gérante du Budget du Ménage par


Type de Ménage

Tous All
lesHouseholds
ménages 71%

Femmes
Singlecélibataires
Female Hshld 91%

Femme et &
Male homme
Female 71%

Homme célibataires
Single Male Hshld 16%

0% 20% 40% 60% 80% 100%


CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 27

Graphique 6.14: Femme Gérante du Budget par Sexe du


1er et 2eme Pourvoyeur de Revenu
Inconnu 71%

1er Femme et 2eme Inconnu 31%

1er Femme et 2eme Femme 53%

1er Femme et 2eme Homme 75%

1er Homme et 2eme Femme 86%

1er Homme et 2eme Inconnu 97%

1er Homme et 2eme Homme 97%

Tous les ménages 88%

0% 20% 40% 60% 80% 100% 120%

Contrôle du Budget par les Femmes et Dépenses Alimentaires du Ménage


Bien que nous avons vu que les ménages gérés par une femme seule chef de famille
dépensent généralement plus pour la nourriture que les ménages gérés par un homme seul
chef de famille, un examen des dépenses en vue de celui qui contrôle le budget montre que
les hommes de notre échantillon consacrent plus d’argent à l’alimentation. (Graphiques 6.15
& 6.16).

Femme Homme

Manquant =235
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 28

Femme
Femme Homme
Homme

Une critique possible de cette constatation est la plus faible présence de femmes adultes dans
ces ménages et le fait que, comme nous l’avons vu plus haut, les ménages dirigés par un
homme seul chef de famille sont beaucoup plus petits que ceux codirigés où sans homme à la
tête du ménage. Malgré tout, comme nous l'avons vu précédemment dans le tableau 6.17,
même si nous réduisons la corrélation de dépenses par personne et isolons l'analyse des types
de ménages, nous constatons toujours que les hommes qui contrôlent le budget ont tendance à
dépenser plus que les femmes. Comme nous pouvons le voir dans le Graphique 6.17, la
relation n’est pas statistiquement significative due à la taille de l’échantillon. De plus, il peut
être vrai que les femmes contrôlant le budget tendent à mieux nourrir leur famille en vertu de
leur rôle de marchandes et leur accès à des meilleurs prix et partenaires commerciaux.
Néanmoins, l'observation jette un doute sur l'hypothèse que les femmes haïtiennes sont plus
enclines à dépenser de l'argent pour la nourriture pour le ménage que leurs homologues
masculins.

Graphique 6.17: Comparaison des Dépenses Alimentaires de


Ménages par Personne par Sexe du Gérant de Budget et
Ménages Gérés par un Homme Seul
$3.50
$3.00
$2.89
$2.50
$2.32 $2.21 $2.10
$2.00 $2.09
$1.50
$1.00
$0.50
$0.00
Femme Gerante Homme Gerant du Menage gere par Pas de Famille du Tous les Menages
du Budget Budget un homme seul Repondant
chef de Famille
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 29

Tâches Ménagères
Un autre domaine d'intérêt analytique est l'impact du statut économique des femmes sur qui
effectuent les tâches ménagères au sein du ménage. Dans le tableau 6.15 nous constatons que
les femmes adultes et les jeunes filles assument la responsabilité d’une majeure partie du
travail domestique.

Tableau 6.15: Qui Effectue Principalement les Tâches Ménagères par Age et par Sexe
Homme
Tout le et Jeunes Jeunes Tous les
Femme monde Femme Homme Filles Garçons Enfants Personne
Rapporte de l’Eau 25% 27% 7% 12% 11% 8% 6% 2%
Lave les Vêtements 57% 13% 6% 6% 10% 2% 2% 0%
Lave la Vaisselle 47% 12% 5% 5% 21% 2% 4% 0%
Prend soin des enfants 28% 14% 10% 3% 4% 1% 1% 32%
Emmène les enfants à
l’école 16% 5% 6% 6% 2% 2% 0% 50%
Fait les Courses en
Magasin 36% 24% 16% 6% 6% 4% 3% 2%
Fait le Ménage 55% 12% 6% 5% 14% 2% 3% 0%
Planifie les Repas 58% 5% 19% 12% 2% 1% 0% 1%
Travaille en dehors de la
Maison 33% 4% 30% 18% 1% 2% 0% 10%
Fait les courses sur le
marché 26% 15% 15% 8% 4% 3% 1% 22%
Prépare les repas 63% 11% 6% 5% 9% 1% 1% 0%

Les Contributions Économiques des Femmes et la Participation des Hommes aux


Tâches Ménagères
Dans le tableau 6.18 nous utilisons uniquement la corvée de "lavage de la vaisselle" afin
d’évaluer l'impact des contributions financières des femmes sur la probabilité de participation
des hommes. Ce que nous trouvons est un lien évident et direct entre la contribution des
hommes à laver la vaisselle et le pouvoir économique des femmes: plus les femmes
contribuent, plus les hommes aident à laver la vaisselle; et moins les femmes contribuent
moins les hommes sont enclins à participer à cette corvée. La relation est d'autant plus
remarquable qu'elle se démarque même en l'absence de contrôle pour le fait que les ménages
dans lesquels les femmes sont les seuls contributeurs ont moins d'hommes présents à laver la
vaisselle tandis que les ménages où les hommes sont les seuls contributeurs ont un moins
grand nombre de femmes.
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 30

Graphique 6.18: Femmes Uniquement lavant la vaisselle par


Sexe du 1er et 2eme Pourvoyeur de Revenu
(Les Menages geres par un homme seul chef de famille sont exclus)
100.0%
90.0%
77.2% 78.7%
80.0%
69.8%
70.0% 64.3% 66.5%

60.0%
50.0%
41.4%
40.0%

Contrôle Masculin des Femmes


Lors de la préparation de l'enquête, nous voulions savoir dans quelle mesure les hommes
contrôlent directement le comportement des femmes en termes de prise de décision, de
mobilité géographique et de participation aux actions communautaires et activités de
développement. Nous avons supposé que la répression masculine serait manifeste dans leurs
propres opinions et celles des autres sur qui prend les grandes décisions au niveau des
ménages, qui remporte les débats, et si et
Tableau 6.16: Qui A Le Dernier Mot?
qui doit demander la permission de
Qui dort
voyager ou d'adhérer à une organisation.
Dans le tableau 6.16 nous constatons que Personne ayant le à la Grandes
les hommes tendent à prédominer la prise dernier mot maison Décisions
des décisions importantes et ont le dernier Femme 19% 24%
mot sur qui dort dans la maison. Mais pour Homme 33% 27%
d'autres réponses, nous avons encore une
Homme & Femme 37% 42%
fois – sachant que femme occupent une
place notable dans la sphère domestique – Autre 11% 7%
été surpris.

Que se soient des hommes ou des femmes, les répondants ont déclaré que d’une manière
générale la femme tend à remporter les débats avec son partenaire plus souvent que les
hommes (Graphique 6.19 & 6.20). Lorsque nous examinons la relation à la lumière des
informations concernant les premier et deuxième contributeurs financiers au ménage (6.21),
nous trouvons une relation claire entre le fait qu'une femme remporte les débats et la place
des femmes comme contributeurs économique dans le ménage. Dans les ménages où les 1er
et 2ème contributeurs sont des femmes, les femmes sont trois fois plus susceptibles d'être
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 31

rapportées comme vainqueur des débats: dans 61 % des cas, la femme a été rapportée comme
vainqueur habituel, et dans 19% des cas, l'homme. En revanche, quand les 1er et 2ème
contributeurs sont des hommes, les femmes sont moins susceptibles de remporter les débats
par un rapport de 3 pour 2 : dans 47 % des cas, l'homme est généralement le vainqueur et
dans 33% des cas, les femmes ont été rapportées comme vainqueur habituel. Notez cependant
que, bien que la tendance fût clairement associée au statut économique des femmes, dans
toutes les catégories sauf celles où les deux contributeurs économique sont des hommes, la
femme est plus souvent reconnue comme le vainqueur habituel. L’atteinte d’un compromis a
été une réponse correspondant approximativement à toutes les catégories.

Graphique 6.20: Qui Remporte Généralement


les Débats entre partenaires (pour tous les
répondants avec partenaires; n=1,252)
50%
42%
38%
40%

30%
20%
20%

10%

0%
Compromis Homme gagne Femme gagne

Graphique 6.19: Qui Remporte Généralement les


Débats par Sexe
60%
50%
50% 44%
40% 34% Respondents
31%
30% Femme (n=602)
22%
18%
20% Homme (n=650)

10%

0%
Nous trouvons un Mon partenaire Je gagne
compromis gagne généralement
généralement
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 32

Graphique 6.21: Vainqueur de Débats avec Partenaires par


Sexe et 1er et 2eme Pourvoyeurs de Revenu
Compromis Femme Homme
70% 61%
60%
45% 47% 47%
50% 41% 44% 41%
34% 37%
40% 32% 33%
30% 19%
20%
10%
0%
Femme Femme & Femme & Homme et Homme & Homme &
Femme Inconnu Homme Femme Inconnu Homme

Les femmes semblent également être moins sous le contrôle de leur conjoint que vice versa.
Les femmes ont déclaré demander l'autorisation de voyager ou d'adhérer à une organisation
moins fréquemment que les hommes (Graphiques 6.22 & 6.23); les femmes, plutôt que les
hommes, sont plus souvent la personne qui doit demander la permission (Tableaux 6.17, 6.18,
& 6.18); et même lorsque les répondants se voient refuser le droit de se déplacer ou de
joindre une organisation, les femmes ont déclaré être plus susceptibles de le faire de toute
façon (Diagrammes 6.24 & 6.25). En résumé, nous avons constaté non seulement que les
hommes contrôlent ou répriment les femmes moins que ce à quoi nous nous attendions, mais
il semble que les femmes est plus de contrôle dans les rapports entre les deux sexes.i

Graphique 6.22: Doit Demander Graphique 6.23: Doit Demander


la Permission pour Visiter de la la Permission pour Adhérer à
90% Famille Vivant Loin par Sexe du 90% une Organisation
Répondant
80% 80%
78% 80%
70% 70%
70%
60% 60% 64%

50% 50%
Femme (n=820) Homme (n=823) Femme (n=820) Homme (n=823)

Tableau 6.17: Doit Demander la Permission Tableau 6.18: Doit Demander la Permission pour
pour Visiter de la famille Vivant Loin par Sexe Adhérer à une Organisation par Sexe
Demandeur de Permission Demandeur de Permission
Les Deux Donneur de Femme Homme Total
Donneur de Femme Homme Sexes Permission (n=582) (n=559) (n=1,241)
Permission (n=692) (n=759) (n=1,451)
Homme (n=526) 72% 16% 42%
Homme (n=620) 70% 18% 43%
Femme (n=715) 28% 84% 58%
Femme (n=831) 30% 82% 57%
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 33

Graphique 6.24: Sexe de Ceux qui Graphique 6.25: Sexe de Ceux qui
Visiteraient Même Sans Adhereraient à une Organisation
Autorisation Même sans Autorisation
12% 10%
15% 13%
10%
8% 7%
10%
6% 6%
4% 5%
2%
0% 0%
Femme (n=640) Homme (n=662)
Femme (n=526) Homme (n=580)

Tableau 6.19: Qui Demande la Permission à Qui


(plus d’une réponse possible; n = 1513, manquant = 2)
Visiter de la famille Adhérer à une
vivant Loin Organisation
Donneur de Femme Homme Total Femme Homme Total
Permission (n=693) (n=798) 1,495 (n=693) (n=798) 1,495
Grand père 0 1 1 1 1 2
Grand-mère 2 4 6 2 4 6
Oncle 4 5 9 4 2 6
Pas de la Famille 3 7 10 3 3 6
Indéfini, Famille 13 12 25 8 9 17
Cousin 7 20 27 6 18 24
Tante 16 20 36 10 17 27
Sœur 26 26 52 15 29 44
Frère 17 39 56 24 34 58
Fille 58 27 85 49 29 78
Fils 56 30 86 56 23 79
Père 43 60 103 36 45 81
Mère 105 162 267 85 122 207
Mari 365 - 365 300 - 300
Épouse - 385 385 - 353 353

Violation des Droits de Propriété des Femmes


Pour se faire une idée de la mesure dans laquelle les femmes sont privées de contrôle
autonome de propriété, nous avons demandé aux hommes et aux femmes échantillonnées si,
depuis le tremblement de terre, quelqu'un avait pris ou vendu des biens personnels aux
répondants sans leur approbation. L'objectif était d'évaluer la mesure dans laquelle d'autres
membres de la famille, particulièrement les conjoints masculins, respectent ou de manquent
de respect à l’autonomie économique des femmes. Nous avons laissé la question ouverte, ce
qui signifie que nous n’avons pas seulement demandé si c’était un membre de la famille ou le
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 34

mari qui avait pris leurs effets personnels sans autorisation, mais si quelqu'un avait pris leurs
biens. Nous avons également posé la même question aux hommes. Comme nous pouvons le
voir dans les tableaux 6.26 et 6.20, nous avons constaté que les femmes souffrent plus de
violations de droits de propriété que les hommes; mais ce ne sont pas des membres de la
famille qui ont pris possession de leurs biens. C’étaient principalement des personnes
extérieures à la famille. Nous n'avons pas demandé plus de détails spécifiques sur ces
personnes, mais les pertes les plus lourdes subirent par les femmes sont sans doute une
réflexion de la participation des femmes comme marchandes itinérantes et par conséquent
leur exposition aux vols dans les autobus et sur les marchés. Si comme dans le Tableau 6.20,
nous ne considérons que les violations de droits de propriété commissent par la famille, les
hommes rapportent presque trois fois plus de pertes que les femmes: 43 pour les hommes et
17 pour les femmes. Ce qui est encore plus intéressant, est le fait que dans les trois années qui
ont suivies l'une des plus grandes catastrophes de l'histoire de l'homme, et un moment où
nous dit qu’une vague criminelle a balayé Port-au-Prince (Kolbe et coll. 2010; Kolbe et
Muggah 2012; Numbeo 2013), seulement 20% de nos 1 643 répondants ont rapportés une
perte ou un vol de biens personnels. De même, sur les 820 répondants de sexe féminin et 823
hommes, seule une femme et un homme ont indiqué la prise de possession sans leur
consentement d’un de leur bien par leur conjoint.

Graphique 6.26: Répondants ayant


Tableau 6.20: Répondants Rapportant
des biens leurs ayant été pris depuis que Quelqu’un leur a Pris Quelque
le Tremblement de Terre Chose Depuis le Tremblement de Terre
Personne Les
25% 23% Ayant Prise Femme Mari Deux
Extérieure à la
20% 17%
famille 169 100 269
15% Parents non-
spécifiés 15 35 50
10%
Cousin 1 6 7
5%
Frère 0 1 1
0% Mari 1 0 1
Female (n=820) Male (n=823) Femme 0 1 1
Grand Total 820 823 1643

Dépendance de la Femme par rapport à l’Homme


Au cours de la prochaine et dernière section concernant les ménages, nous pouvons voir que
dans les opinions des hommes et des femmes échantillonnées ce ne sont pas les femmes, mais
les hommes qui sont le plus souvent considéré comme les plus matériellement dépendants de
leur conjoint. Quand on leur a posé des questions concernant l’interdépendance matérielle des
conjoints - ce qui signifie la dépendance pour la survie et l'entretien stratégies de subsistance
du ménage et posé la question, "qui a besoin le plus de l'autre, est-ce le mari qui besoin de
son épouse ou la femme qui a le plus besoin de son mari" - trois quarts de tous les répondants
ont dit que les hommes et les femmes ont besoin l'un de l'autre de manière égale (Graphique
6.27). Mais si nous considérons seulement ceux ayant parlé d’une dépendance soit masculine
soit féminine, deux fois plus de répondants ont déclaré que les hommes ont besoin des
femmes plus que dans le sens inverse (ibid). De plus, lorsqu'on leur a demandé directement
s'ils pourraient vivre sans conjoint, 51% de toutes les femmes, comparativement à 12 % des
hommes, ont répondu positivement (Graphique 6.28). Autrement dit, 49% des femmes ont dit
qu'elles ne pourraient pas gérer sans leur mari, mais 88% des hommes ont dit qu'ils ne
pourraient pas gérer sans leur épouse. Lorsque nous avons examiné uniquement les
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 35

répondants qui ont été ou sont actuellement en union, 46% des femmes ont dit qu'elles
pouvaient s'en tirer sans leur mari contre seulement 10% des hommes qui ont dit qu'ils
pouvaient s'en tirer sans leur épouse (Graphique 6.29). La relation était indépendante du lieu
de résidence de la personne - zones urbaines, périurbaines ou en campagne - indiquant peu de
différence entre l’indépendance déclarée du répondant et le degré d'urbanisation de la région
où il/elle réside (Tableau 6.21). Par conséquent, une grande majorité de l’ensemble des
hommes des communautés étudiées pensent avoir besoin de leur conjoint et ce, que l’épouse
est un revenu ou pas; d'autre part, environ la moitié des femmes se considèrent comme étant
capables de survivre sans leur mari. Les femmes ont expliqué leur indépendance (tableau
6.22) en termes ressources financières personnelles (67%) et du soutien de leurs enfants
(24%).

Graphique 6.27: Lequels des Epoux a Le Plus


Besoin de l'Autre. Homme ou Femme?
90% 85%
77%
80% 69%
70%
60% Femme (n=820)
50%
40%
30% 21% Homme (n=823)
16%
20% 11% 10% 7%
10% 4%
Femme et Homme
0%
(n=1.643)
Les Hommes ont Ils ont tous les Les Femmes ont
plus besoin des deux besoin l’un plus besoin des
Femmes de l’autre Homme

Graphique 6.28: "Oui" Ils Peuvent "Vivrent"


Sans Conjoint (tous les répondants)
60%
51%
50%
40%
30%
20% 12%
10%
0%
Femme (n=820) Homme (n=823)
Tous les répondants
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 36

Graphique 6.29: "Oui" Ils peuvent "Vivre" sans


Conjoint pour les répondants vivant en union
50% 46%

40%

30%

20%
10%
10%

0%
Femme (n=498) Homme (n=470)
Répondants vivant en Union

Tableau 6.21: Compte des Répondants Pouvant Vivre Sans Conjoint


par Lieu de Résidence
Lieu de Résidence Sexe Oui
Femme 45%
Ville
Homme 9%
Femme 44%
Campagne
Homme 9%
Femme 49%
Péri-Urbain
Homme 13%

Tableau 6.22: Raisons pour lesquelles les répondants peuvent vivre


sans conjoint
A ses
propres Peut compter sur le
ressources soutien des enfants Autres
Femme (n=230) 67% 24% 9%
Homme (n=49) 86% 14% 0%
Les Deux (279) 70% 23% 7%

Graphique 6.32: Sexe de toutes les


personnes Identifiées comme
Qui travaille le plus dure
travaillant le plus durement par
Un dernier point que nous avons trouvé dans les
enquêtes en interprétant la dépendance différentielle les répondants
des hommes et des femmes et leurs contributions
dans le ménage, concerne la manière dont les Femmes;
répondants considèrent les efforts de travail des 35%
Hommes
hommes par rapport aux femmes. Le rôle manifeste ; 65%
des femmes dans les travaux domestiques et l’image
typique des femmes transportant des charges sur

(n =1,567; extérieure a la famille et "autre" = 76)


CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 37

leurs têtes à amener de nombreux observateurs à supposer que les femmes appartenant à la
classe populaire haïtienne travaillent davantage que les hommes et, par conséquent, que les
hommes ne travaillent pas aussi durement – un autre élément qui a contribué à produire
l'image internationale de femmes haïtiennes comme réprimées (par ex. Bell 2001). Il est peut-
être vrai que les femmes travaillent plus durement, mais les répondants dans les villes de
Carrefour et Léogâne ne voient pas la situation de cette façon. Dans le Tableau 6.22 et les
Graphiques 6.32 jusqu’a 6.34, nous pouvons voir que peu importe le sexe du répondant,
homme ou femme, et peu importe si ils parlent d’eux-mêmes, ou de quelqu'un d'autre, ou
encore si nous considérons uniquement les répondants qui identifient quelqu'un d'autre
comme travaillant le plus durement au sein du ménage, entre 63% et 77% des répondants
identifient les hommes comme travaillant le plus durement contre 33% à 37% pour les
femmes.

Graphique 6.33: Sexe des


Tableau 6.23: Qui travaille le plus Répondants s'Auto-Identifiant
durement pour les répondants Comme Travaillant le Plus
Personne Nombre Pourcentage Durement
Grand Père 1 0%
Grand-Mère 5 0% Female,
Oncle 19 1% Male,
64% 36%
Tante 24 1%
Sœur 24 1%
Cousin 25 2%
Fille 26 2%
Fils 32 2% n=855

Frère 44 3%
Épouse 48 3%
Autre 51 3% Graphique 6.34: Sexe des Autres
Personnes les répondants ont identifié
Père 89 5%
comme travaillant le plus durement
Mère 109 7%
Mari 291 18%
Femme;
Répondants 855 52%
33%
Grand Total 1,643 100% Homme;
67%

n=712
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 38

Conclusion
Pour résumer jusqu’ici, la revue de la littérature montre bien que les chercheurs ont depuis
longtemps constaté l’importance du rôle joué par les femmes dans l’économie haïtienne. Les
anthropologues faisant des recherches ethnographiques longitudinales dans le pays
remarquent que les femmes contrôlent de manière conséquente les marchés de détails locaux;
et comme il culturellement accepté en Haïti, la sphère domestique reste le domaine des
femmes. Nous avons également constaté que, tandis que dans les zones urbaines, les ménages
étant géré par une femme seule sont généralement plus pauvres que les ménages ayant à leur
tête un homme, au moins une étude a constaté que dans les zones rurales, elles sont moins
susceptibles d'être "extrêmement pauvres." Dans cette première section de l'analyse, nous
avons vu que des tendances analogues règnent à Léogâne et Carrefour. Nous avons aussi
constaté que dans les zones rurales les ménages gérés par une femme seule étaient
matériellement au même niveau que les ménages gères par un homme et une femme; et nous
avons trouvé que dans les milieux urbain et péri-urbain, les ménages gérés par une femme
seule dans nos échantillons étaient matériellement au même niveau ou au-dessus des ménages
gérés par un homme et une femme conjointement, ce qui a été une surprise et contraire à ce
que l'on attendait basée sur des études ailleurs. Nous avons également constaté que dans de
nombreux ménages les femmes sont parmi les principaux contributeurs financiers au revenu
du ménage et, même lorsqu'elles ne le sont pas, les femmes contrôlent généralement le
budget.
En ce qui concerne la répression des femmes, nous avons vu dans la revue de la littérature
que le rapport EMMUS montre que les femmes prévalent dans le processus de prise de
décision de la plupart des ménages, qu’elles ont un contrôle assez large sur leurs propres
revenus et le budget de la famille, et qu’elles jouent un rôle primaire dans la discipline
familiale des enfants. Ce qui n’apparait pas dans l'EMMUS et d'autres études, et que nous
trouvons d’une certaine mesure dans la présente étude, est l'information sur la dimension
dans laquelle les hommes ne font pas partie du processus de prise de décision et doivent
répondre aux femmes. Ce que nous avons constaté c'est que les hommes tendent à perdre plus
souvent les débats avec leur conjoints, qu’ils ressentent plus souvent le besoin de demander la
permission de voyager ou d’adhérer à une organisation et, si la permission leur est refusée,
qu’ils sont moins susceptibles que les femmes de désobéir. Nous avons également constaté
que les membres des ménages, y compris les hommes, se tournent le plus souvent vers les
femmes pour obtenir l'autorisation de voyager ou d’adhérer à une organisation.
En bref, les hommes dans nos échantillons apparaissent plus soumis à leurs épouses que vice-
versa. De plus, les répondants des deux sexes, hommes et femmes confondus, ont souvent
affirmé qu’ils pensaient que ce sont les hommes qui ont le plus besoin de leur conjoint, et
lorsqu'on leur a demandé s'ils pourraient gérer le ménage sans leur conjoint, les hommes
étaient beaucoup plus susceptibles de dire non. Malgré la dépendance des hommes à l'égard
de leurs épouses et le rôle important rempli par les femmes et les jeunes filles assumant le
lourd fardeau d'exécution de tâches domestiques, aussi bien les hommes que les femmes ont
très souvent nommé un homme comme le membre du ménage travaillant le plus durement.
Ces constatations sont rendues utiles au perfectionnement des services d’aide par le fait que,
à l’instar de CARE, de nombreuses organisations ont priorisé les ménages dirigés par une
femme lors de la distribution d’aide en réponse au tremblement de terre en Haïti. Cette
attitude repose sur la supposition que les ménages menés par des femmes, contrairement aux
ménages menés par des hommes ou par des couples homme et femme a) dépendent de
revenus gagnés par des femmes qui disposent de moins d’opportunités que les hommes et,
donc b) ont des besoins plus criants. Pourtant, ce que les informations analysées dans la
présente section nous portent à conclure sur le « ménage dirigé par une femme seule » à
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 39

Carrefour et à Léogâne, c’est qu’il ne semble pas exister d’autre type de ménage. Pour mieux
saisir la prédominance de ce type de ménage, il faut marquer une pause sur cette image qui
vient spontanément à l’esprit : une jeune mère désespérée, entourée de ses enfants. Les
dirigeantes des ménages échantillonnés à Carrefour et Léogâne sont bien plus souvent des
femmes d’âge mûr qui orchestrent les activités productives de leurs enfants en âge de
travailler, empochent leurs revenus et reçoivent de l’argent de plusieurs autres sources. Elles
sont aussi aptes à générer des revenus d’activités commerciales que bien des hommes de leur
entourage et elles sont certainement plus importantes que les hommes quant à la gestion du
ménage et des activités de ses membres.

7. Genre et Violence

Comme vu dans la revue de la littérature, Haïti a été présenté comme l'un des pays les plus
répressifs de la planète vis-à-vis des femmes. Cette tendance est devenue plus poignante
depuis le séisme de 2010. Les ONG de base, les organisations de défense des droits de
l'homme, et la presse internationale ont rapporté que la violence physique et sexuelle contre
les femmes haïtiennes de la classe populaire était au-delà de ce qui est rapporté pour le Congo
occidental, le lieu de ce qui peut être appelée un holocauste de viol. Dans les enquêtes, nous
avons tenté de clarifier ces questions.

En ce qui concerne la violence domestique, en lieu et place du rôle important que jouent les
femmes dans l'économie nationale et locale, il y a de bonnes raisons de s'interroger sur la
représentation des femmes haïtiennes comme extrêmement refoulée. Intuitivement, on peut
s'attendre à ce que les femmes haïtiennes de la classe populaire soient agressives dans la
défense de leurs intérêts commerciaux et de leur statut familial. Nous avons vu dans la revue
de la littérature que certains anthropologues ont noté que les femmes étaient autant ou même
plus violentes que leurs conjoints. En outre, notre compréhension de la violence fondée sur le
genre en Haïti est biaisée par la partialité inhérente à au moins quelques-unes des grandes
enquêtes sur le genre. Par exemple, les enquêtes démographiques et de santé en Haïti
(EMMUS) ne font aucune mention de l'agression des femmes envers les hommes, les
hommes ne sont pas invités à dire s'ils ont été victimes d'agressions de leurs femmes, les
femmes ne sont pas non plus interrogées sur leur propre participation à la violence. L’effet,
que ce soit voulu ou non, est de présenter les femmes comme des victimes passives.
En ce qui concerne la violence extra-conjugale contre les femmes, étant donné la junte
militaire 1991-1994, à travers le putsch de 2004, et jusqu'au séisme de 2010, il y a eu des
rapports des activistes, des organisations de défense des droits de l'homme et des
universitaires qui faisaient état de viol extra-conjugal de niveau épidémique (Kolbe et. al
2010 Amnesty international 2011). Les demandes ont été largement reprises dans les médias
internationaux (Miami Herald 2004; NYT 2007; AP 2010; Huffington Post 2010; CNN
2012). D’après les rapports du tremblement de terre de 2010 l'épidémie de viol s'intensifie et
la plupart des programmes des ONG depuis cette époque ont porté spécifiquement sur le
traitement de la question ---- inclus le travail de CARE à Léogâne et Carrefour.
Afin de clarifier les questions liées à la violence conjugale et extra-conjugale, nous avons
inclus dans les sondages effectués à Léogâne et à Carrefour des questions demandant aux
répondants de préciser lequel des deux sexes était le plus à blâmer pour la violence conjugale,
la violence physique de la part de la famille et des partenaires et dans l'analyse, nous
examinons la probabilité d'occurrence de la violence conjugale en lieu et place des
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 40

indicateurs économiques. Afin de clarifier la question du viol et la violence extra-conjugale


contre les femmes, nous avons demandé aux répondants combien de personnes violées depuis
le séisme de 2010 ils connaissaient, puis en s'appuyant sur cette information, nous avons
utilisé la technique dite « scaling up» pour obtenir une estimation de l'incidence de viol. Nous
avons également posé des questions concernant le point de vue des informateurs sur la
sécurité et sur la connaissance du recours aux services pour les victimes et les lois destinées à
protéger les femmes contre les agressions violentes.

Point de vue des répondants sur le genre et sur les causes de la violence
conjugale.

les hommes sont plus la causeNous


avons commencé par poser la question Graphique 7.1: Qui répondants croient
générale : Qui est le plus souvent la que c'est le plus souvent la cause de
cause de la violence à l'égard des Male Vilence l'égard des femmes
femmes, les hommes ou les femmes? Female (n=820) Male (n=823)
61% des répondants ont dit que la faute
revient aux femmes. Une analyse 74%
80%
suivant le sexe du répondant montre 60% 51% 49%
que les hommes blâment le plus
40% 26%
souvent les femmes, les chiffres étaient
de 74% des hommes disant que les 20%
femmes étaient à blâmer le plus souvent 0%
contre 26% des hommes pensant que Men
lesare more thesont
hommes cause Woman are more
les Femme
femmes the
sont
c’est le plus souvent la faute de plus la cause cause
plus la cause
l'homme. Les femmes étaient plus
divisées: 51% contre 49% ont dit que
les hommes étaient plus souvent la cause de la violence contre les femmes (graphique 7.1).

Fréquence de la violence et Protagoniste


Pour mesurer à quel point les hommes et les femmes souffrent ou participent à la violence,
nous avons interrogé les répondants sur les attaques violentes. Les deux questions spécifiques
que nous avons utilisés pour commencer l'enquête étaient, "à quand remonte la dernière fois
que vous été battu?" suivie par ", qui était la personne qui vous a battu?" Nous avons utilisé
cette question en raison de l'opportunité de ne pas avoir de documenter et de clarifier
plusieurs incidents violents par répondant, c'est à dire qu'il était plus facile de simplement
poser des questions sur le dernier incident violent. Nous avons formulé la question en
utilisant le mot créole, bat, "battre, battu", qui est le mot utilisé pour attaquer physiquement et
dominer une autre personne. Notez que si la punition est très sévère, les enfants sont
considérés comme fouettés (kale). La raison pour laquelle nous avons posé la question de
cette façon est pour solliciter l'intérêt des répondants à la violence physique à l'âge adulte.
Nous n'étions pas particulièrement intéressés à la punition des enfants. Néanmoins, en raison
des relativement faibles incidences globales de l'agression, nous incluons également dans
l'analyse de la réponse "battu comme un enfant" - indiquant des châtiments corporels sévères
comme un enfant.
Nous avons constaté que, dans chaque catégorie, sauf les trois dernières années, les hommes
souffrent plus de violence que les femmes (tableau 7.1): les hommes étaient plus susceptibles
d'être battu comme un enfant et plus susceptibles d'être battu comme un adulte. Notez
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 41

cependant que 58% des femmes et 44% des hommes affirment n'avoir jamais été battus dans
leur vie, ni même comme un enfant. C'est nettement moins que ce que rapportent les études
EMMUS, et la raison est probablement parce que les EMMUS considèrent tout châtiment
corporel envers les enfants, et non pas le "bat" - battu - voir ci-dessus.

Tableau 7.1: Battu pour la dernière fois suivant le sexe du répondant


Femme Homme Total
Battu pour la dernière fois Nmbr % Nmbr % Nmbr %
Durant les 3 dernières années 62 8% 43 5% 105 6%
Adulte mais il y a plus de 3 ans 34 4% 72 9% 106 6%
Pendant l’enfance 249 30% 345 42% 594 36%
Jamais 475 58% 363 44% 838 51%

Identité et sexe des agresseurs


Quand nous avons regardé qui était l'agresseur dans des actes de violence (tableau 7.2 et
graphique 7.2), nous avons constaté que 43% sont des femmes contre 48% qui sont des
hommes; dans 9% des incidents signalés le sexe de l'agresseur était inconnu, une
conséquence du fait de ne pas demander de renseignements précis sur le genre pour les
cousins et les gens ne faisant pas partie de la famille. Le nombre élevé de femmes est le reflet
de leur rôle de premier plan dans le ménage et de la discipline de la famille: 90% des femmes
ont identifié les agresseurs comme étant leur mère ou leur grand-mère (75% des hommes
agresseurs étaient des pères).

Tableau 7.2: Personne ayant battu le répondant pour la dernière fois il/elle a été battu
Personne battue
Femme Homme Total
Agresseur
Effectif Pourcentage Effectif Pourcentage Effectif Pourcentage
(n=400) (n=519) (n=918)
Mère ou grand-mère 154 39% 200 39% 354 39%
Père 123 1% 208 40% 331 36%
Mari 65 17% 0 0% 65 7%
Professeur 12 3% 30 6% 42 5%
Frère 11 3% 12 2% 23 3%
Tante 7 2% 10 2% 17 2%
Femme 0 0% 9 2% 9 1%
Oncle 4 1% 12 2% 16 2%
Étranger 2 1% 13 3% 15 2%
Autre 6 2% 8 2% 14 2%
Copain/copine 7 2% 2 0% 9 1%
Sœur 5 1% 4 1% 9 1%
Fils/Fille 0 0% 1 0% 1 0%
Cousin/cousine 0 0% 5 1% 5 1%
Police 0 0% 5 1% 5 1%
Grand père 0 0% 1 0% 1 0%
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 42

Graphique 7.2: Sexe des protagonistes violents


(916 cases)
60% 48%
43%
40%

20% 9%

0%
Femme domestiv viol urb' Unknown

Abus / Violence conjugale


Si nous éliminons les catégories « battu comme un enfant» et ne considérant que les 223 cas
signalés de répondants battu comme un adulte, 65 (33%) des agresseurs connus étaient des
femmes et 135 (67%) étaient des hommes (tableau 7.3). Très significativement, nous voyons
que 65 femmes ont été battues par leurs maris. Cela signifie que sur 572 femmes ayant déjà
été en union, 65 (soit 11%) avaient été battues par leurs maris. À ne pas négliger, de 539
hommes déjà en union, 9 (soit 2%) avaient été battus par leurs épouses.

Tableau 7.3: Personne qui a battu le répondant comme un adulte durant les 3
dernières années
Qui vous a battu comme un adulte Femme Homme
Mère ou grand-mère 65 0
Père 10 29
Mari 10 38
Professeur 1 10
Frère 1 9
Tante 0 9
Femme 0 6
Oncle 0 3
Étranger 0 2
Autre 0 5
Copain/copine 0 5
Sœur 0 3
Fils/Fille 4 2
Cousin/cousine 3 3
Police 2 1
Grand père 0 1
Mère ou grand-mère 0 1
Total 96 127

Violence conjugale du conjoint envers le répondant de sexe féminin et contributions


financières des femmes dans les ménages
Le graphique 7.3 montre que, bien que non statistiquement significatif compte tenu de la
taille de l'échantillon, il y a néanmoins une forte suggestion qu'une femme est plus
susceptible d'avoir été battue par son mari si elle est un contributeur primaire ou secondaire
du revenu du ménage. Cela semble à première vue paradoxal. Lors de la conception du
questionnaire et des discussions avec le personnel de CARE, nous nous attendions à ce que
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 43

moins une femme contribue financièrement au sein d’un ménage, plus il est probable qu'elle
soit soumise à la violence physique par son conjoint. Compte tenu de notre conclusion, une
autre explication peut être que plus une femme est puissant économiquement, plus elle est
susceptible d'entrer dans un conflit violent avec son conjoint. C'est peut-être la cause de
l'agression ou le ressentiment de la part de son mari ou peut-être parce que la femme a plus
d’argument ou est plus confiant en raison de son statut économique élevé, et est donc plus
susceptible d'être elle-même un agresseur, ou disons mieux, elle est plus susceptible d'être vu
comme un défendeur violent ou un combattant plutôt que comme une victime passive.

Graphique 7.3: Femme a été battue par son conjoint


15% par les cotisants première et deuxième soutien de
famille (p < .05)
10%

6.92%
5% 4.90% 5.74% 4.34%
2.82%
1.34%
0%
Female
Femme, Female
Femme, Female
Femme, Male
Homme, Male Male
Homme, Male
Homme,
Inconnu Homme Femme, Homme Inconnu
Unknown Female
Femme Male Female Unknown

Violence conjugale (contre le répondant) et le degré d'urbanisation


Semblable à la conclusion contre-intuitive trouvée que plus une femme contribue
financièrement au ménage, plus elle est susceptible d'avoir été battue par son conjoint, les
données suggèrent, contrairement aux attentes, que la violence conjugale dans la ville est
moins fréquent que chez les couples ruraux. Cependant, la relation n'est pas, compte tenu de
la taille de l'échantillon, statistiquement significative (Charts 7.4 & 7.5).

Graphique 7.4: Violence domesitic par l'urbanisation


(urbain, rural, periurbaine: p < .05)
25%

20%
16.9%
15%
12.1%
10%
8.8%
5%

0%
Urbain Rural Périurbaine
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 44

Graphique 7.5: Violence Domesitic par l'urbanisation


( rural vs. urbain,et periurbaine: p < .05)
25%

20%
16.9%
15%

10%
9.9%
5%

0%
Rural Urbain et periurbaine

Violence conjugale contre le répondant et Statut socio-économique


Dans les graphiques 7.6 à 7.8, nous testons également la corrélation entre la violence
conjugale et la situation socio-économique. Dans ce cas, nous avons inclus des indicateurs
comme proxy de violence conjugale les catégories «Battu comme adulte par un conjoint ou
amant", "battu comme adulte par une personne autre que le conjoint ou amant», «Battu
comme un enfant», et «jamais battu." Comme mesure de substitution du statut socio-
économique, nous avons utilisé, "montant dépensé par mois en frais de scolarité pour l’ainé
des enfants," ainsi que "toit" et "types de latrines». Les ménages où aucun montant n’a été
consacré à l'éducation de l'enfant ont été omis en raison du facteur de confusion: pas d'enfants
dans le ménage.
Comme le montre le Tableau 7.6 les personnes battues par leur conjoint ou leur amant et les
gens battus comme des enfants étaient plus susceptibles de vivre dans des ménages où moins
d'argent a été consacré à l'éducation que ceux qui n'avaient jamais été battus ou ayant déclaré
être dernier battu par quelqu'un d'autre que son conjoint ou amant. La relation était
statistiquement significative.

Graphique 7.6: Les dépenses moyennes mensuelles des


ménages pédagogiques sur ainé par Aggressor dans le
dernier cas de violence domestique
$22.00
$21.00
$20.28 $20.00
$20.00
$19.00
$18.00
$17.00 $17.80 $17.89
$16.00
$15.00
En tant qu'adulte, Quand un enfant À l'âge adulte par Jamais battu
par le conjoint ou par un parent ou des non conjoint
l'amant autre
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 45

Pour le type de toit (graphique 7.7),


nous avons seulement testé la Graphique 7.7: Battu par conjoint ou
relation avec "Battu par conjoint ou amant par type de toit
15%
amant." Nous avons constaté que
les répondants vivant sous une
10%
bâche étaient deux fois plus 8.3%
susceptibles d'avoir été battu par un
5% 4.0% 5.4%
conjoint ou amant par rapport a
ceux qui vivent sous un toit en
béton. Ceux qui vivent sous un toit 0%
de tôle étaient 35% plus Béton Tôle Bâche
susceptibles que ceux qui vivent
sous un toit en béton d'avoir été battu par un conjoint ou amant. Aucune relation de
correlation a été, compte tenu de la taille de l'échantillon, statistiquement significative. C'est
sans doute parce que très peu de gens dans l'échantillon (7%) vivaient sous des bâches.
Pour le type de latrines (Tableau 7.8), nous avons à nouveau testé les quatre catégories de
violence conjugale formulées. La seule relation statistiquement significative est le perplexe
constat que les personnes ayant seulement un «trou» ou «pas de latrines" étaient plus
susceptibles de déclarer n'avoir jamais été battus.vi

Graphique 7.8: Type de latrines des ménages par


dernière incidence de la violence domestique
Toilette moderne latrine de bloc latrines en bois, trou, ou rien
60% 56%
48%
50%
40% 40% 47%
40%
29%
30%
20%
7% 8% 9% 6% 6%
10% 4%
0%
À l'âge adulte par Quand un enfant En tant qu'adulte, Jamais battu
des non conjoint par un parent ou par le conjoint ou
autre l'amant

Les raisons de la violence


Dans le tableau 7.4, on peut voir que si l'on considère toutes les motivations pour "coups", les
plus communs sont l'économie (24%) et la jalousie (19%). Si on ne considère que la
motivation de coups à l'âge adulte (tableau 7.5), la motivation massivement la plus courante
est la jalousie (57% des cas). Très intéressant, 71% des femmes et 88% des hommes ont dit
qu'ils méritaient leur dernier passage à tabac (tableau 7.6 et 7.7).
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 46

Tableau 7.4: Raisons d’être battu pour tous les cas


Répondants
Femme Homme Total
(n=345) (n=460) (n= 805)
Réponses Effectif Pourcentage Effectif Pourcentage Effectif Pourcentage
Pour l’argent 4 1% 7 2% 11 1%
l’argent
Pour un Money
amant 16 5% 8 2% 24 3%
Mauvais propos 27 8% 62 13% 89 11%
Jalousie
Words 66 19% 13 3% 79 10%
Travail/corvées 82 24% 131 28% 213 26%
Autre 150 43% 239 52% 389 48%
Grand Total 345 100% 460 100% 805 100%

Tableau 7.5: Pourquoi avoir été battu comme un adulte les trois dernières années
Femme Homme Grand Total
(n=96) (n=115) (n=211)
Effectif Pourcentage Effectif Pourcentage Effectif Pourcentage
Argent 4 4% 4 3% 8 4%
Amant 2 2% 3 3% 5 2%
Jalousie 55 57% 12 10% 67 32%
Propos 15 16% 18 16% 33 16%
Travail/corvée 5 5% 30 26% 35 17%
Autre
s 15 16% 48 42% 63 30%
Grand Total 96 100% 115 100% 211 100%

Tableau 7.6: Si le répondant pensait que la bastonnade était méritée


Femme Homme Grand Total
(n=345) (n=460) (n= 805)
Réponse Effectif Pourcentage Effectif Pourcentage Effectif Pourcentage
Non 99 29% 56 12% 155 19%
Oui 246 71% 404 88% 650 81%
Grand Total 345 100% 460 100% 805 100%

Tableau 7.7: Si le répondant pensait que la bastonnade était méritée durant les 3 dernières années

Femme Homme Grand Total


(n=96) (n=115) (n= 211)
Réponse Effectif Pourcentage Effectif Pourcentage Effectif Pourcentage
Non 61 64% 35 30% 96 45%
Oui 35 36% 80 70% 115 54%
Grand Totale 96 100% 115 100% 211 100%
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 47

Violence contre les autres


Compte tenu de la rareté des données d'enquête sur le rôle des femmes haïtiennes de la classe
populaire comme instigateurs et même des agresseurs dans le cas des incidents violents, nous
nous sommes penché autour de la question et avons demandé aux répondants à quand
remonte la dernière fois où ils ont attaqué quelqu'un d'autre. En posant ces questions, nous
avons utilisé l'expression familière, denye fwa ou te bay yon moun yon kalòt. Compte tenu de
l'accent mis par les haïtiens sur le mot kalòt et de l'agressivité et de l'humiliation associée au
fait de gifler quelqu’un, la traduction française la plus précise de la phrase est: «la dernière
fois que vous avez giflé quelqu'un." Dans le tableau 7.8, on constate que pour la catégorie, "il
y a plus de trois ans" les hommes étaient deux fois plus susceptibles que les femmes d'avoir
giflé quelqu'un: 6% des hommes disant comme un adulte, mais plus de trois années dans le
passé, ils avaient giflé quelqu'un contre 3% des femmes qui dit avoir fait de même. Mais pour
les trois dernières années - le temps écoulé depuis le tremblement de terre - la tendance
change de façon assez spectaculaire. Une constante 6% des hommes ont toujours déclaré
avoir giflé quelqu'un au cours des trois dernières années, mais le même nombre de femmes,
6%, ont déclaré avoir giflé quelqu'un. En effet, la proportion de femmes qui déclarent avoir
violemment attaqué quelqu'un depuis le tremblement de terre a doublé, pour atteindre le
même niveau d'agressivité par rapport aux hommes (6%). Nous voyons également dans le
tableau 7.9 que si seulement 1% des hommes ont déclaré avoir agressé leur femme ou leur
petite amie, quatre fois plus de femmes déclarent avoir attaqué leur ami ou mari (7 contre 33
cas); l'ensemble, les hommes et les femmes ont signalé une faible incidence de violence
contre les membres inconnus du sexe opposé, et les hommes sont deux fois plus susceptibles
d'avoir giflé un autre homme que les femmes de gifler une autre femme. Les raisons de la
violence n'ont pas été adéquatement prises en considération dans l'enquête.

Tableau 7.8: Agression par sexe


Comme un
adulte il y a 3 ans Il y a trois Quand il était
Sexe du répondant ou+ ans enfant Jamais
Femme (n= 820) 2.7% (22) 5.9% (48) 12.1% (99) 79.4% (651)
Homme (n =823) 6.1% (50) 6.1% (50) 18.8% (155) 69.0% (568)

Tableau 7.9: Identité de la personne attaquée


Femme Homme
Copain/copine Femmes Étranger de connue mais connu mais
Sexe du répondant ou Mari/Femme connexes sexe inconnu non signalée non signalé
Femme (n= 820) 4.0% (33) 1.2% (10) 7.2% (59) 6.7% (55) 1.6% (13)
Homme (n =823) 0.9% (7) 0.4% (3) 13.4% (110) 1.5% (12) 14.9% (123)

Viol

Historique de l'épidémie de viol


Peu de temps après le séisme, des organisations de base tels que KOFAVIV ont commencé à
signaler des niveaux alarmants de violence sexuelle contre les femmes (KOFAVI 2010;
Amnesty International 2011). Six semaines après le tremblement de terre, l'Université du
Michigan et Genève a mené une enquête auprès des ménages 1800 (Small Arms Survey) et a
rapporté qu'environ 3% de toutes les femmes dans des camps populaires avait été violée- en
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 48

six semaines (Kobe et al 2010.). Comme évoqué dans la revue de la littérature, il y a des
raisons d'être sceptique concernant les données – provenant des deux sources.
SOFA et Kay Fanm, deux organisations féministes qui travaillent aussi dans les camps après
le séisme, déclarent ne pas être en mesure de corroborer les résultats KOFAVIV. Les
enquêteurs académiques pour l’étude de l'Université du Michigan et Genève a demandé aux
répondants - les étrangers à eux – l’intrusive question: " Est-ce que quelqu'un dans la maison
été agressée sexuellement au cours du mois passé? " Si la réponse est positive, ils ont
demandé plus de détails. Le premier problème avec cette approche est l'hypothèse que les
répondants vont se livrer aux étrangers avec des détails précis sur les agressions sexuelles
contre eux ou les membres de leur famille. Mais du point de vue des données précises, un
problème encore plus urgent - à la fois pour l'enquête et les données KOFAVIV - vient du fait
que d'être qualifié de victime de viol depuis 20 ans a qualifié des milliers de femmes pauvres
de Port -au-Prince pour être un bénéficiaire de l’aide. Depuis 1994, une série de programme
de « viktim » financé par l’USAID, l'ONU et des ONG ont subventionné les femmes qui
déclarent avoir été violées. À son apogée durant les années 1990, 14.000 pauvres femmes
victimes de viol étaient des subventions à l'USAID. L'impact économique du programme sur
les bénéficiaires a cessé que lorsque les subventions ont été suspendues - 6 ans après, ils ont
commencé - des milliers de " viktim " ont défilé dans les rues de Port -au- Prince, certains
brandissant des pancartes on pouvait lire « Vive les subventions pour les victimes » (James
2010 pour une description complète de la politisation de " viktim " pendant les années 1990
et les «mouvements viktim » qui suivent). Après le tremblement de terre l’engouement pour
fournir aide et assistance aux victimes d'agression sexuelle est redevenue très répandu, y
compris l'Université des professeurs de droit américains qui sont allés dans les camps de
déplacés à la recherche de victimes de viol, pour prêcher la bonne parole que ceux qui avaient
été violées peuvent être admissibles à des visas humanitaires (voir Fox Nouvelles 2010). Que
les programmes de " viktim " soient bons ou mauvais, appropriés ou erronés, là n’est pas la
question; en tant que chercheurs responsables, nous ne pouvons pas nier l'impact de donner
des subventions à une sous-population des mères les plus pauvres de l'hémisphère occidental
sur la précision des informateurs.

Estimation du nombre de personne violée


Dans un effort pour éviter d’envoyer des signaux aux répondants en pensant qu'ils peuvent
avoir une chance d'obtenir une aide - et d'éviter d’empiéter sur leur vie personnelle - nous
avons utilisé une technique différente de celle utilisée par l'Université du Michigan et Genève
dans l’étude citée ci-dessus. Au lieu de demander spécifiquement au répondant ou aux
personnes dans le ménage, nous avons demandé, «si, depuis le tremblement de terre, le
répondant connaissait quelqu'un qui avait été violé. Nous avons opérationnalisé la définition
de «savoir» afin que nous puissions l'utiliser dans une inférence statistique plus élaborée
décrite plus bas. Plus précisément, nous avons expliqué aux répondants ce que «connaître
quelqu'un» voulait dire par là,
1) vous connaissez la personne et la personne que vous connaît
2) vous connaissez leur nom et ils savent le vôtre
3) que vous avez parlé avec eux au moins une fois depuis le tremblement de terre
4) vous pouvez les contacter maintenant si vous avez besoin d’eux
Nous avons constaté que de 1643 répondants, seulement 99 (6%) connaissait quelqu'un qui
avait été violée depuis le séisme. En d'autres termes, nous avons constaté que moins
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 49

d'hommes et de femmes connaissaient même une personne qui avait été violée que d'autres
études l’avaient laissé croire (tableau 7.8).

Les rapports de viol étaient si Tableau 7.8: Personne connaissant au moins une
faibles et potentiellement si personne violée depuis le séisme par commune
controversés que, après Commune Non Oui
l’achèvement de l'enquête de
Carrefour 777 57
Léogâne, et avant le début de
l'enquête de Carrefour, nous Léogâne 767 43
avons discuté de la question avec Total 1544 99
le personnel de CARE. Nous avons ensuite discuté avec les enquêteurs et avons examiné la
question pour s'assurer qu'il n'y avait aucun malentendu possible sur ce que l'on entend par
« vyòl » viol (rapports sexuels forcés avec pénétration dans la bouche, l'anus ou le vagin).
Nous avons également obtenu l'assurance qu'ils avaient et qu’ils continueront d'expliquer
soigneusement aux répondants exactement ce que l'on entend par «viol». Nous avons
également appelé un sous-échantillon de répondants de Léogâne par téléphone et exploré leur
compréhension de ce que signifiait « vyòl » pour que nous puissions être sûrs que nous étions
en train de parler «d’agressions sexuelles». Nous avons toujours obtenu des résultats
similaires pour Carrefour et Léogâne (tableau 7.9).vii
Nous avons soupçonné que peut-être la sous-déclaration des viols avait quelque chose à voir
avec les catégories d'âge et le faible nombre de jeunes dans l'échantillon. Mais comme on le
voit dans le tableau 7.9, la fréquence des viols signalés était généralement uniforme pour
toutes les catégories d'âge. Nous avons également reconnu que malgré l'accent que nous
avons placé sur l'importance de la question du viol lors de la formation, parfois avec des
questions avec des sous-entendus politiques ou moraux que certains enquêteurs les
expliqueront clairement aux répondants, d'autres pas assez, et d'autres ont tendance à cajoler
les réponses qui seraient autrement négatif. Dans les tableaux 7.10, on peut voir qu'il y avait
effectivement une variation entre le nombre de réponses positives parmi les enquêteurs. Mais
même si nous devions prendre le cas le plus extrême et le généraliser à tous les enquêteurs,
les résultats sont beaucoup moins que prévu sur la base des rapports cités ci-dessus. En effet,
si nous prenons l’enquêteur avec le plus grand nombre signalé de victimes de viols connus
(19) et lui attribuons le même résultat pour tous les enquêteurs, nous aurions obtenu
seulement 16% de nos répondants, même connaître quelqu'un qui avait été violée dans les 3,4
années depuis le tremblement de terre - autant que la moitié de l'ensemble de la population
qui était dans des camps.

Tableau 7.9: Personne connaissant au moins une personne violée depuis le séisme par âge du
répondant (manquant = 14)
Répondant de sexe féminin Répondant de sexe masculin
Catégorie d’âge Non Oui Catégorie d’âge Non Oui
18 to 25 (n=203) 190 13 18 to 25 (n=201) 189 12
26 to 35 (n=205) 187 18 26 to 35 (n=204) 190 14
36 to 50 (n=200) 190 10 36 to 50 (n=209) 201 8
50 + (n=203) 190 13 50 + (n=204) 197 7
Toutes les femmes (n=811) 764 56 Tous les hommes (n=818) 780 43
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 50

Table 7.10: Personne connaissant au moins une personne violée depuis le


séisme suivant l’enquêteur qui pose la question
Enquêtrice Non Oui Enquêteur Non Oui
F1 (n=133) 123 1 M1 (n=88) 84 4
F2 (n=93) 90 4
0 M2 (n=133) 130 3
F3 (n=134) 115 1 M3 (n=71) 64 7
F4 (n=122) 121 9
1 M4 (n=136) 130 6
F5 (n=132) 126 6 M5 (n=122) 122 0
F6 (n=95) 89 6 M6 (n=137) 122 15
F7 (n=122) 112 1 M7 (n=125) 116 8
0

Estimation du nombre de personne violée: "Scaling-up"


La prochaine chose que nous avons faite a été d'utiliser la technique intuitivement simpliste
«Scaling-up» pour estimer l'incidence du viol sur la population dans son ensemble. Cette
technique a été développée par les méthodologistes de l'Université de Floride et largement
utilisée dans l'estimation des populations inconnues ailleurs, comme nombre de victimes du
tremblement de terre du Mexique 1985, la population immigrée illégale en Californie, la
population de personnes séropositives à New York et, comme la présente étude, les victimes
de viol dans les pays en développement (voir Killworth et al. 2006). La technique est
intuitivement simpliste. Ce que nous voulons estimer est la proportion de la population
violée:
1) Notre échantillon statistique pour les personnes violées est: «Nombre de personnes
interrogées qui connaissent des gens ayant été violés» (tableau 7.11):
2) Notre échantillon de population est «le nombre total de personnes que tous les répondants«
connaissent», tel que défini précédemment sur (calculée dans le tableau 7.12).

Nombre de répondants qui


connaissent des personnes violées La proportion de
la population
Nombre total de personnes que les
= violée
répondants connaissent

Taille du réseau
Le problème qui reste est que nous devons connaître le nombre total moyen de personnes que
chaque répondant «connait», ou ce que Bernard et McCarty (2009) appelle la taille du
réseau. Pour estimer la taille du réseau nous avons dessiné les quatre noms les plus populaires
de la liste de noms de la population de l'enquête. Parce que le viol des hommes n’est pas
déclaré dans cette enquête et dans d'autres enquêtes en Haïti nous avons limité nos
estimations pour la population féminine. Les noms féminins les plus populaires trouvés dans
nos enquêtes étaient Darlène, Nadège, Gerda, et Guerline. À partir de l'enquête, nous savions
la proportion de personnes portant ces noms et nous étions donc en mesure d'utiliser ces
proportions pour produire des estimations secondaires du nombre de personnes qu'une
personne connait (voir tableau 7.12). Par exemple, avec 10 Darlène de l'échantillon total,
nous avons calculé que 10/1 643 personnes ont ce nom. Ou parce que c'est un prénom
féminin, 10/820 femmes ont ce nom. Cela signifie que nous estimons 1,22% de la population
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 51

féminine est nommé Darlène. Nous pouvons généraliser à partir de cela et s'attendre à ce que,
si la personne moyenne ne connait que 100 femmes, le nombre moyen de répondants
connaissant un Darlène sera de 1,22. Si une personne connait en moyenne 200 personnes,
elle connaitra en moyenne de 2,44 Darlène. Ainsi, nous pouvons inverser la logique et
demander aux gens combien de Darlène ils connaissent puis estimer la taille de leur réseau
féminin. Pour rendre l'estimation plus robuste, nous avons utilisé quatre noms: Darlene,
Guerline, Gerda et Nadège.
Avec ce qui précède à l'esprit, nous avons ensuite effectué un sondage aléatoire sur un total
de 400 personnes dans les zones cibles de l'enquête de genre (200 à Léogâne et 200 à
Carrefour) et en utilisant les résultats des quatre noms nous avons calculé la taille moyenne
du réseau de femme à 190,8 personnes (voir Tableau 7.12) (taille de l’échantillon) x (le taille
du réseau féminin)= (Nombre total de femme connue par le répondant)
(1,643 x 190.8) = 313,649
134/313,649 = .00043
Il s'agit de la proportion estimée de la population qui a été violée depuis le séisme.
Pour rendre cette estimation comparable aux indices de viol aux États-Unis pour 100.000 par
an, nous avons fait ce qui suit.
• L'estimation couvre les 3.4 années depuis le séisme, le chiffre est divisé par 3.4 pour
atteindre un taux annuel (0,000126).
• Mettre cet indice pour 100,000, population de base utilisées aux États-Unis pour
évaluer les indices de viol, nous obtenons un chiffre de 12.64 viols par an (0,000126 *
100.000).
• Nous avons ensuite divisé ce chiffre par 2 car nous n’avons fait le calcul que pour
les femmes dans notre échantillon en Haïti tandis que les viols aux US par 100.000
inclut aussi les hommes (12,64 / 2 = 6,32).
• Le résultat est 6,32 viols pour 100.000 personnes.
Le taux de viol aux États-Unis en 2010 était de 27,3 pour 100.000: quatre fois notre
estimation à Léogâne et à Carrefour.
Ces calculs sont uniquement destinés à donner une mesure générale de ce que nous avons
trouvé. Nous n'avons pas calculé la variance de l'estimation ou l'intervalle de confiance de
l'erreur de la moyenne. Et nous ne pensons qu'il est approprié à ce stade. Ce n'était qu'un
exercice exploratoire inclus dans le cadre d'une vaste étude du genre. Mais les résultats
devraient nous amener à reconsidérer tout ce qui se passe en ce qui concerne l '«épidémie de
viol ». En outre, comme on le voit dans les sections suivantes, des questions plus générales
relatives au viol et à la sécurité jettent une ombre sur la validité des rapports et enquêtes
relatives au viol post-séisme en Haïti et plus particulièrement dans les communautés
viii
étudiées.
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 52

Tableau 7.11: Répondant connaissant une personne violée


depuis le séisme du 12 janvier 2012 et quantité connue *
Nombre de Population estimée de
"Oui" Connait répondant personne « connue »
une personne connaissant une dans l’échantillon des
violée personne violée personnes violées
76 1 76
16 2 32
4 3 12
3 5 15
99 135
"connaitre" = 1) vous connaissez la personne et la personne que vous
connaît, 2) vous connaissez leur nom et ils savent le vôtre, 3) que vous avez
parlé avec eux au moins une fois depuis le tremblement de terre, 4) vous
pouvez les contacter maintenant si vous avez besoin d’eux

Tableau 7.12: Moyenne dérivée du nombre de personne du réseau de femme


Noms
Mesure Darlene Gerta/da Nadege Gerline
Fréquence du nombre de personne
avec ce nom dans l’échantillon de 820
femmes 10 8 10 9
Proportion du nom dans la population 0.0122 0.0098 0.0122 0.0110
Personne avec ce nom par centaine 1.22 0.98 1.22 1.10
Valeur observe dans l’enquête 2.28 1.85 2.41 2.07
Valeur observe par centaine 1.87 1.90 1.98 1.89
Réseau de femme estimée 187.2 189.6 197.7 188.7

Vue des répondants sur l’incidence des viols


Lorsque nous avons simplement demandé aux répondants ce qu'ils pensaient de
l'augmentation des viols depuis le tremblement de terre, 79% des réponses des femmes et
68% des réponses des hommes sont tombé dans les catégories confondues "ne sait pas»,
«n'avait pas changé,» ou «moins depuis le tremblement de terre » (Graphique 7.9).

Graphique 7.9: Répondants évaluations de


l'incidence de viol devant vs après le séisme
60% 54%

40% 32%
26% 25%
17% 21% 17% Female
20% 8%
Male
0%
Ne sait pas Plus depuis le N'a pas changé Plus avant le
séisme séisme

De même, lorsque nous avons demandé aux répondants de choisir parmi une liste de 5 grands
problèmes de sécurité auxquels les gens sont confrontés, le viol était loin derrière avec 68
(4%) des répondants choisissant ce dernier (tableau 7.13).
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 53

Tableau 7.13: Choix de plus grand problème confronté


Femme Homme Total
Vol 512 516 1028
Violence politique 139 101 240
Autre 60 125 185
Violation du droit d’autrui 70 52 122
Viol 39 29 68
Grand Total 820 823 1643

Réaction attendue de la part de la communauté face au viol


Si les résultats reflètent ce qui se passe vraiment et il y a peu de viols réels par rapport à ceux
rapportés par des organisations féministes et des activistes-chercheurs, puis au moins une
partie de l'explication de faible incidence des viols peut être la réaction attendue lors de viol
violent: 20% des répondants ont dit que la réaction probable des personnes vivant dans leur
quartier à un viol serait de tuer ou battre le violeur (graphique 7.11). En outre, la majorité des
répondants ont dit que la plus grande honte du viol retombe sur la famille du violeur plutôt
que sur la victime (graphique 7.10).

Graphique 7.10: Pour quelle famille est la honte plus


grande: Victime ou un violeur
60% Femme (n=829, missing =1) Homme (n=823)
53%
50%
50%
40%
31% 30%
30%
19%
20% 15%
10%
1% 1%
0%
Pas une honte pour Victime Honte est égale Violeur
la famille

80% 76%
70% Graphique 7.11:
70%
64%
60% La réaction
50%
la plus probable
40%
pour un viol dans
le Quartier
30%
22% 19%
20% 16% Femme (n=829, manquant =1)
11% 7% Homme (n=823)
10% 4%
0% 1% 1% 2% 2% 2% 2% 2% 2%
0% Total (N=1,642, manquant=1)
Rien Parlez-en Appelez le Tuer ou Appelez la autre
à la famille ASEC ou battre le police
du violeur CASEC violeur
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 54

Sécurité
Les réponses aux questions relatives à la sécurité fait l'écho de la faible incidence des
agressions sexuelles. Nous avons demandé aux répondants de choisir, «quels sont les deux
problèmes les plus graves auxquels les jeunes hommes font face aujourd'hui?" (Tableau
7.14). Nous leur avons donné cinq choix: 1) accéder à une éducation, 2) obtenir de l'argent, 3)
les médicaments et l'alcool, 4) avoir une petite amie enceinte et 5) la violence de rue. La
violence est sorti dernier, mentionnée par seulement 2% des répondants, moins de 1% des
hommes et 3% des femmes. Les mâles voyaient gagner de l'argent en tant que le plus gros
problème pour les jeunes hommes, puis l'éducation, les femmes ont cité l’éducation en
premier et ensuite l'argent comme les plus grands problèmes auxquels les jeunes hommes
sont confrontés. Lorsque la question a été changée et que nous avons posé des questions sur
les deux plus grands problèmes pour les jeunes femmes (tableau 7.15), nous avons obtenu des
résultats similaires concernant la primauté et l'ordre de l'argent et de l'éducation. La
différence était que pour les femmes « porter un enfant sans père » était un troisième très
proche, la menace de la violence de la rue était une plus grande considération mais encore
relativement faible à moins de 20%, la drogue et l'alcool étaient beaucoup moins menaçante,
et, un peu surprenant , la violence conjugale est considérée comme le moins problématique
sur la liste (une des raisons susceptibles que les répondants ont accordé peu d'importance à la
violence conjugale est que beaucoup de jeunes femmes ne sont pas encore en union). En
résumé, si nous voulons tirer une leçon de nos informateurs haïtiens, les plus grands
problèmes que les jeunes confrontent à Léogâne et à Carrefour ne sont pas la violence et les
souffrances sociales liés à la drogue et à l’alcool, mais plutôt d'accéder une éducation et
gagner sa vie.

Tableau 7.14: Deux plus gros problèmes pour les jeunes hommes
(suivant les choix proposés)
Femme Homme Total
Éducation 538 593 1131
Argent 574 723 1297
Drogue et alcool 466 271 737
Copine enceinte 130 59 189
Violence des rues 25 11 36
(52 extra réponses = des enquêteurs ont accepté plus de deux plus gros problèmes)

Tableau 7.15: Deux plus gros problèmes pour les jeunes femmes
(suivant les choix proposés)
Femme Homme Total
Éducation 607 533 1140
Argent 478 588 1066
Drogue et alcool 454 321 775
Copine enceinte 120 58 178
Violence des rues 38 82 120
Violence conjugale 46 67 113
(54 extra réponses = des enquêteurs ont accepté plus de deux plus gros problèmes)

Sécurité et lois
Si on peut dire, sur la base des données observées ci-dessus, qu'il existe un large fossé entre
ce que de nombreuses ONG, des militants universitaires et des journalistes signalent en ce qui
concerne la violence et de l'insécurité et ce que les gens vivent à Port-au-Prince dans leur vie
quotidienne, la même chose peut être dite pour le système de justice: nous avons trouvé un
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 55

large fossé entre la «lettre


de la loi» et ce que les Graphique 7.12: Pourcentage des répondants qui
gens connaissent la loi. ne savent rien de la dernière loi sur le viol
Lorsque nous avons
demandé aux répondants 100% 92%
88%
s'ils connaissaient les lois 90%
sur le viol qui ont été 80%
adoptées récemment,
70%
90% d'entre eux ne savait
rien du tout sur le sujet 60%
(graphique 7.12). Sur les 50%
10% qui ont affirmé qu'ils Femme Homme
avaient entendu quelque N=1,643
chose à propos d'une loi
sur le viol, plus de la moitié se sont trompés sur lorsqu'une telle loi a été votée (tableau 7.16).
Sur une note plus positive, nous avons constaté que plus de 95% des répondants croyaient
que c'était illégal pour un homme de battre sa femme ou petite amie ou la forcer à avoir des
relations sexuelles, 99% estimaient qu'il était également illégal pour une femme de battre son
conjoint (tableau 7.17). Un autre fait encourageant, c'est que 90% des répondants estiment
que la femme doit rapporter un viol à la police (tableau 7.18). Peut-être le reflet de la faible
incidence réelle de viol, seulement 1% des répondants étaient au courant des cliniques ou des
services spéciaux pour les victimes de viol (1%: Tableau 7.19), et pleinement 54% des
femmes ont déclaré qu'elles ne savaient pas si les services pour les victimes de viol ont été
mieux avant ou depuis le séisme. Sur les 24 personnes qui savaient à propos de cliniques et
des services (Tablet 7.20) spéciaux, 9 ont cité MSF, et 9 ont simplement dit «clinique».

Tableau 7.16: Année d’adoption de la loi sur le viol


Année Femme (n=95) Homme (n=67) Total (n=162)
Avant 2009 1 37 38
2009 0 6 6
2010 1 3 4
2011 0 7 7
2012 28 7 35
2013 65 7 72

Tableau 7.17: Connaissances des lois sur le viol


Femme et
Femme Homme Homme
(n=820) (n=823) (N=1,643)
Questions Nbre % Nbre % Nbre %
Illégal pour un home de battre sa femme 798 97% 795 97% 1,593 97%
Illégal pour une femme de battre un
homme 804 98% 816 99% 1,620 99%
Illégal de forcer une copine à avoir des
relations sexuelles 789 96% 791 96% 1,580 96%
Illégal pour un homme de forcer une
femme à avoir des relations sexuelles 776 95% 788 96% 1,564 95%
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 56

Tableau 7.18: Ce qu’une femme doit faire en cas de viol (suivant les choix proposés)
Femme Homme Total
(n=819) (n=823) (N=1,642)
Rien 5 1% 1 0% 6 0%
Voir un prêtre/pasteur 1 0% 8 1% 9 1%
Autre 41 5% 80 10% 121 7%
Le reporté à la police 733 89% 753 91% 1486 90%
Se rendre à une clinique 640 78% 410 50% 1050 64%
Le dire à la famille 110 13% 121 15% 231 14%

Tableau 7.19: Où doit se rendre une personne en cas de viol


Femme (n=819) Homme (n=823) Total (N=1,642)
Église 6 1% 14 2% 20 1%
Clinique spéciale 15 2% 9 1% 24 1%
Autre 76 9% 11 1% 87 5%
Clinique sanitaire 333 41% 304 37% 637 39%
Police 429 52% 435 53% 864 53%
Hôpital 407 50% 470 57% 877 53%

Tableau 7.20: Mention de


clinique spéciale pour personne
violée
MSF 9
Clinique 9
FFP 1
Diakoni 1
Hôpital Vision 1
MOUDHA 1
Autre 1
Grand Total 24
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 57

Graphique 7.13: Comparaison de la qualité des services


aux victimes de viol: Avant vs après le séisme
Female (n=819) Male(n=823) Total (N=1,642)
60%
54%
50%
40% 35%
32% 27%
30% 25% 26%
16% 17% 22% 21% 17%
20%
8%
10%
0%
Mieux Avant le N'a pas changé Mieux depuis le Ne sait pas
tremblement de séisme
terre

Conclusion
Dans cette section, nous avons vu que les attentes concernant les niveaux élevés de violence
contre les femmes, le viol et les abus physiques n'ont été que partiellement confirmées. Les
répondants ont indiqué que les femmes sont considérées comme plus souvent agresseurs
violents et / ou des instigateurs de la violence. Dans 43% des cas signalés où l'agresseur était
connu, l'agresseur était une femme et dans 53% des cas, un homme. Mais l'importance des
femmes comme des agresseurs a beaucoup à voir avec leur rôle dans la discipline des enfants.
Lorsque les «coups» d'enfants ont été éliminés, 33% des agresseurs connus, ceux qui avaient
attaqué les adultes, étaient des femmes, 67% étaient des hommes. Il y a ce qui pourrait être
considéré comme une forte incidence de la violence conjugale contre les femmes, mais nous
disons "pourrait être considéré comme" parce que si le chiffre est bien représentatif de la
violence conjugale contre les femmes dans la région, il s'agit d'un taux inférieur à celui des
pays de l'hémisphère occidental et la moitié du taux américain vu dans la revue de la
littérature. La violence conjugale semble se produire plus souvent dans des ménages à faible
revenu. Cependant, les femmes qui souffrent des coups des mains des époux et des amants
apparaissent plus souvent d'être, non les femmes les plus déshérités, mais ceux qui
contribuent financières à la maison, quelque chose qui est peut-être liée à la défendre ou au
faire valoir de leurs droits. Quant à la violence sexuelle extra-conjugale contre les femmes et
d'une «épidémie de viols » post-séisme: notre recherche à Léogâne et Carrefour suggère qu'il
n'y avait pas un seul.
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 58

8. Famille, Partenaires, Enfants et Sexe

Il découle de la revue de la littérature que la culture haïtienne est souvent représentée comme
une affaire d’hommes, que les femmes seraient réprimées sexuellement et que les taux de
grossesses chez les adolescents seraient particulièrement élevés. De la même façon, les
haïtiens auraient tendance à renoncer aux contraceptifs, sources de maladies. Les hommes
insisteraient alors pour que leurs femmes n’utilisent pas de moyens contraceptifs. D’autres
questions sont moins souvent abordées, concernant par exemple l’avortement ou
l’accouchement en Haïti. Ces questions font l’objet de la présente étude, conduite dans les
communes de Léogâne et de Carrefour.

Opinions sur les besoins sexuels.


On a d’abord demandé aux répondants de se prononcer sur les besoins sexuels des hommes et
des femmes. Comme le montre le tableau 8.1., plus de la moitié des répondants masculins et
féminins s’accordent à dire que les besoins sexuels des hommes et des femmes sont
équivalents.

Graphique 8.1: Qui a le plus de besoins sexuels,


Hommes vs. Femmes, en fonction du sexe du
80% répondant
66%
Female Respondent
60% 51%
Male Respondent

40%
28% 30%

20% 15%
4% 2% 3%
0%
Both the Same Men Women Do Not Know
N=1,643

L’âge approprié pour le début des activités sexuelles


Des tests préliminaires, il ressort que l’âge est un critère invoqué parmi d’autres pour
déterminer quand les activités sexuelles des garçons/hommes et filles/femmes devraient
commencer. Les autres critères incluent : le fait d’être encore à l’école, d’avoir un emploi,
d’être mariés ou d’avoir un revenu stable ou le partenaire responsable. Une seule réponse
était acceptée, y compris la réponse « quand ils sont prêts » ; cette dernière réponse est
quelque peu problématique car elle inclut l’ensemble des autres critères, c’est-à-dire, avoir
terminé l’école, avoir un revenu stable, avoir atteint l’âge de 18 ans, trouver le conjoint
approprié. Néanmoins, certains enseignements peuvent être tirés.
Comme indiqué dans la Table 8.1., à la page suivante, la majorité des répondants estiment
que les hommes et les femmes devraient attendre l’âge de 18 ans avant d’avoir leurs
premières relations sexuelles. Plus particulièrement, 67% des répondants disent que les
femmes devraient attendre 18 ans et 59% d’entre eux disent que les garçons devraient
attendre cet âge. Les femmes accordent cependant moins d’importance au critère de l’âge (18
ans) que le fait d’avoir un revenu, d’avoir terminé l’école, ou d’être prêt. Ce dernier critère
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 59

(« être prêt ») est particulièrement prononcé s’agissant des femmes alors que le fait d’avoir
un revenu concerne davantage les hommes : 17% des répondantes féminines l’indiquent par
rapport à 6% des répondants masculins.
Tableau 8.1: Quand est-ce que les garçons vs. filles devraient être sexuellement
actifs/actives
Réponses pour quand les filles
devraient être sexuellement Réponses pour quand les garçons
actives devraient être sexuellement actifs
Listes des réponses
possibles Féminin Masculin Les deux Féminin Masculin Les deux
Moins de 18 ans 2% 3% 3% 4% 6% 5%
18 ans ou plus 57% 77% 67% 50% 68% 59%
Être prêt 18% 11% 14% 18% 12% 15%
Avoir un revenu 9% 2% 5% 17% 6% 12%
Terminer l’école 8% 3% 6% 6% 2% 4%
Être marié 5% 2% 4% 3% 2% 3%
Quand ils le souhaitent 0% 2% 1% 1% 4% 2%
Autre 0% 0% 0% 0% 0% 0%
Total 100% 100% 100% 100% 100% 100%
N=1,643

Grossesses adolescentes
Si l’on met de côté les préoccupations des ONG et activistes sur les taux élevés de grossesses
des adolescents aux lendemains du tremblement de terre, on constate que les haïtiens sont
sexuellement conservateurs. Il découle de la revue de la littérature qu’Haïti a un des taux de
grossesses à l’adolescence les plus bas de l’hémisphère nord: la moitié ou moins que de
nombreux pays d’Amérique latine, moins de la moitié de celui de la République
Dominicaine, seulement 25% environ de plus que le taux de grossesses total des adolescents
aux États-Unis, et un tiers du taux pour les Noirs/Afro-américains, Hispaniques (voir aussi
OMS 2007; UNFPA 2007; OMS 2001; Planned Parenthood 2011; OAH 2013; voir
également notre infra ii).
S’il y a peut-être une « bulle » de grossesses adolescentes à la suite du tremblement de terre
(Potofil 2012), il ressort des enquêtes à Carrefour et Léogâne que les jeunes femmes âgées de
18 à 25 ans ont des taux d’accouchement relativement bas, en particulier compte tenu des
taux globaux élevés de natalité. En extrapolant sur les totaux de la Table 8.5, le taux de
naissance chez les jeunes femmes de Léogâne et Carrefour âgées de 18 à 25 ans est de 93
enfants pour 1000 femmes. En comparaison, le taux pour les jeunes adolescentes en
République dominicaine âgées de 15 à 19 ans est de 104 pour 1000 filles, c’est-à-dire une
moyenne totale de .52 enfant par adolescent (Banque Mondiale 2011). En d’autres mots, les
adolescentes dominicaines âgées de 15 à 19 ans ont plus d’enfants que les femmes de
Léogâne et Carrefour pour une catégorie plus grande et plus âgées (18 à 24 ans).

Comparaison des grossesses adolescentes à Léogâne/Carrefour et aux États-Unis


Au total, la moyenne d’âge du premier accouchement pour l’ensemble des mères
échantillonnées est de 24.2 ans ; 17.9% des femmes échantillonnées ayant donné naissance
ont mené leur première grossesse à terme à l’âge de 19 ans ou moins. En utilisant les chiffres
de l’enquête EMMUS (2006), on constate que le taux de mortalité infantile et juvénile est de
10.3%, ensuite le nombre combiné des répondantes de Carrefour et Léogâne ayant donné
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 60

naissance à leur premier enfant alors qu’elles étaient encore adolescentes est de 18.4%, soit
un chiffre légèrement inférieur au 20.7% des adolescentes américaines ayant rapporté avoir
donné naissance en 2011 (Planned Parenthood 2012).ix

Tableau 8.2: Enfants nés de répondants âgés de 18 à 25 ans


Sexe Campagne Péri-urbain Ville Total
Femelle 0.79 0.79 0.59 0.75
Male 0.38 0.34 0.15 0.30

Accouchement & union conjugalx


Si l’on regarde la table 8.2., ci-dessus, et Tableau 8.3: Pourcentage des répondants
8.3., à droite, on constate que les femmes par catégorie d’âge qui ont des enfants
échantillonnées deviennent mères à un plus Catégories
jeune âge que les hommes ; ou, d’âges Femme Homme
inversement, la paternité des hommes 18 to 25 51% 18%
échantillonnés commence plus tard dans la
26 to 35 81% 68%
vie. Les données nous permettent de
conclure que 4/5ème des enfants ont des 36 to 50 97% 89%
pères âgés de 36 ans ou plus, précisément 50 + 94% 94%
ceux qui ont travaillé de nombreuses années Total 81% 68%
et ont ainsi accumulé de plus grandes
richesses et ressources. Considérant la taille
de l’échantillon, on constate que la relation
est statiquement significative, comme l’indique le Tableau 8.12.

Graphique 8.2: Comparaison des significations statistiques


pour le nombre moyen de partenaire-parents, si les
répondants ont des enfants: Homme vs. Femme (p < .05)
3.00

2.50

2.00 Missing
2.16 36

1.50 1.52 1.72


1.62 1.45
1.39 1.60
1.21 1.27 1.34
1.00

0.50

0.00
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 61

Pro natalité: Enfant et fertilité


La revue de la littérature a indiqué un
degré élevé d’attitudes dites Tableau 8.4: Concernant le besoin d’enfants
« pronatales » chez les haïtiens. Nos Catégories d’âge Non Oui Total
échantillons montrent également que Femme 2 818 820
seules 2 femmes et 29 hommes Homme 29 794 823
Homme et Femme 31 1,612 1,643
échantillonnés ont indiqué ne pas
ressentir le besoin d’avoir d’enfants Tableau 8.5: Moyenne du nombre idéal
(Table 8.4). S’agissant d’estimer le Catégories
d’enfants d’enfantsber
d’âge Homme Femme
of Children (N=1,643)Les
nombre idéal d’enfants, aucun des 1643 18 to 25 2.51 2.55 deux
2.53
répondants n’a indiqué zéro ; le nombre 26 to 35 2.57 2.52 2.54
idéal moyen d’enfant est modéré (2.5) – 36 to 50 2.55 2.69 2.62
une moyenne régulière pour toutes les 50 + 2.59 2.65 2.62
groupes d’âges ainsi qu’entre les All Age Groups 2.56 2.60 2.58
hommes et les femmes (ibid.). Il s’agit d’un changement significatif vers une taille idéale de
famille plus basse par rapport aux zones rurales ainsi qu’un changement par rapport à ce qui
avait été découvert au cours de précédentes études (voir par exemple Schwartz 1998,
Manyard-Tucker 1996).
La table 8.6 compare le nombre réel et désiré d’enfants des hommes et des femmes en
fonction des catégories d’âge ainsi que des degrés d’urbanisation. On peut constater qu’il
n’existe aucune différence apparente ou statistique entre le nombre réel et le nombre désiré
d’enfants par les répondants. Il n’existe pas non de plus de différence par rapport à l’âge et le
sexe des répondants et le nombre d’enfants qu’ils disent vouloir avoir.
Tableau 8.6: Enfants nés d’hommes et de femmes âge et sexe
Catégories Campagne Péri-Urbain Ville Total
Sexe d’âge Réel Idéal Réel Idéal Réel Idéal Réel Idéal
18 to 25 0.79 2.55 0.79 2.59 0.59 2.49 0.75 2.55
Femme 26 to 35 2.05 2.69 1.93 2.56 2.07 2.27 2.00 2.57
36 to 50 3.70 2.58 3.42 2.53 3.23 2.51 3.49 2.55
50 + 4.44 2.62 3.83 2.64 4.16 2.53 4.18 2.61
18 to 25 0.38 2.58 0.34 2.44 0.15 2.67 0.30 2.55
Homme 26 to 35 1.50 2.53 1.45 2.53 0.85 2.57 1.31 2.54
36 to 50 3.04 2.87 2.94 2.59 2.51 2.65 2.87 2.70
50 + 5.41 2.61 4.96 2.61 4.80 2.84 5.09 2.67

Ce résultat pourrait s’expliquer par la manière dont la question est appréhendée par les
répondants. En effet, des chercheurs ont indiqué dans des études préalables que les
répondants haïtiens avaient tendance à rapporter des taux idéaux de fertilité pour conjurer le
mauvais sort et s’assurer d’avoir le nombre d’enfants désirés, mais aussi pour donner aux
chercheurs la réponse qu’ils croient être la plus politiquement correcte (Schwartz 2000).
Avec ce facteur en tête, on a testé si les répondants préféraient réellement des tailles de
famille plus réduites, en ajoutant la question suivante : « Entre une famille avec 3 et une
famille avec 6 enfants, laquelle est la mieux lotie ? » Seulement 30 répondants – 10 hommes
et 20 femmes – ont choisi la famille avec 6 enfants (Tableau 8.2 et table 8.7, page suivante).
Une des raisons les plus largement citées par les 1.613 personnes ayant choisies une famille
avec 3 (plutôt que 6) enfants est le coût de la vie (Table 8.9). Il s’agit d’une différence de
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 62

taille par rapport aux observations faites 13 ans plus tôt à Jean Rabel (Haïti), où plus de 50%
des répondants choisissaient alors une famille avec 6 enfants (voir Schwartz 2009).
Comparativement, à Léogâne et Carrefour, on constate une tendance anti-natale plus
accentuée, en tout cas subsistante, ou, s’il on préfère, une tendance vers moins d’enfants et
sans doute un plus grand investissement par rapport à ceux déjà nés.

Graphique 8.3: Répondants qui pensent


qu’une famille de 3 vs. 6 enfants est mieux Tableau 8.7: Famille de 3 vs. 6 enfants
lotie
Famille Femmes et
Taille Femme Homme Hommes
n =30
Six 20 10 30
Trois 800 813 1613
n = 1613
Total 820 823 1643

Tableau 8.8: Localisation des Tableau 8.9: Raisons pour choisir une famille
personnes qui privilégient une de 3 enfants
famille de 6 vs. 3 enfants Les
Nombre de Raisons Femme Homme deux
Localisation répondants Coût de la vie 629 751 1380
Ville 3 Source de problèmes 133 52 185
Campagne 10 Manque de temps 14 7 21
Péri-urbain 17 Autre 24 3 27
Grand total 800 813 1613

Préférence des garçons par rapport aux filles


Un indicateur couramment utilisé de la mesure à laquelle les femmes sont réprimées et
discriminées dans les différentes cultures est la préférence pour les garçons par rapport aux
filles. Dans tous les questionnaires interculturels discutés dans la section 3, Méthodologie, il
y avait des questions visant à capturer la préférence pour les garçons. Dans l'enquête de
Léogâne et de Carrefour nous avons aussi posé des questions sur la préférence sexuelle.
Cependant, au cours des pré-tests, nous avons réalisé que lorsque nous demandons
directement aux répondants quel sexe ils préféraient pour leur progéniture, beaucoup ont
tendance à éviter de répondre ou de répondre que les deux sexes sont également souhaitables.
Par conséquent, au lieu de demander directement sur leur préférence fils/fille préférence,
nous avons présenté aux répondants de l'enquête un scénario d'une famille hypothétique avec
trois jeunes filles contre une famille de trois garçons et avons demandé laquelle ils pensaient
être mieux lotis. Les filles arrivent en tête (graphique 8.3). Les femmes ont favorisé la famille
avec des filles dans un rapport de 3 à 1, les hommes ont favorisé les filles dans une
proportion moins dramatique de 11 à 9 (réf.). Les relations étaient compatibles, peu importe
si les répondants vivaient dans les zones rurales, périurbaines ou urbaines (Tableau 8.4 et
8.5). La raison exceptionnelle donnée pour expliquer pourquoi ils ont choisi la famille avec
les filles a rapport avec le rôle des femmes dans le ménage (tableau 8.10). Pour ceux qui
choisissent les garçons, les raisons étaient que les hommes rapportent plus d'argent suivi de la
sécurité qui vient avec la présence de garçons plus âgés (tableau 8.11).
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 63

Graphique 8.4: En famille avec 3 filles par rapport


aux 3 garçons par le sexe du répondant
80% (tous les répondants)
60% 75%
65%
40% 55%
45%
20% 35%
25%
0%
Female Male
Homme Male & Female

Three RespondentsThree
Boys 3 garcons
Girls
3 filles

Graphique 8.5: Préférence pour famille avec 3


filles vs 3 garçons par l'urbanisation
(répondants qui sont des femmes)
100%
80%
60% 72% 76% 74%
40%
20%
28% 24% 26%
0%
Urbaine Rural Periurbaine

3 garçons 3 filles

Graphique 8.6: Préférence pour famille avec 3


filles vs 3 garçons par l'urbanisation
(les répondants qui sont des hommes)
60%
57% 56% 53%
40% 47%
43% 44%
20%

0%
Urbaine Rural Periurbaine

3 garçons 3 filles
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 64

Tableau 8.10 Raisons de la préférence des filles


Répondants
Raisons Femme Homme Les deux
Les filles s’occupent mieux de la famille 218 192 410
Les filles gèrent le ménage 72 169 241
Les garçons coutent trop chers 177 16 193
Les filles sont plus loyales 40 30 70
Autre 55 3 58
Les filles apportent plus d’argent 16 17 33
Les filles attirent la loyauté des hommes 9 22 31
Les filles brillent plus à l’école 25 5 30
Grand Total 612 454 1,066

Tableau 8.11: Raisons de la préférence des garçons


Répondants
Raisons Femme Homme Total
Les garçons travaillent plus durement 54 216 270
Les garçons s’assurent de la sécurité 74 46 120
Les garçons apportent plus d’argent 25 63 88
Autre 28 10 38
Boys Do Better in School 18 19 37
Les filles coutent trop 9 15 24
Grand Total 208 369 577

Avortement et contraceptifs
L'inverse des attitudes natalistes discutées Table 8.12: Raisons justifiant l’avortement
plus tôt sont des attitudes «anti-natal » et
Choix Femme Homme Total
pratiques contre la fertilité et la naissance
de l'enfant, notamment l'avortement et Autre 2% 2% 2%
l'utilisation de contraceptifs. Suivant la Pas de conjoint 3% 3% 3%
loi, l’avortement en Haïti a toujours été et Encore à l’école 4% 5% 4%
continu d'être illégal. Les détracteurs de Trop jeune 5% 7% 6%
la loi ont laissé entendre que c'est un Trop d’enfants 10% 6% 8%
exemple de système juridique Pauvreté 6% 14% 10%
discriminatoire entre les sexes. Mais Viol 13% 13% 13%
comme on le voit dans la Revue de la Raison médicale 30% 24% 27%
littérature, la loi a rarement été appliquée Jamais justifiable 27% 28% 28%
officiellement. La censure de l'avortement
est venue en grande partie de la population en général, les hommes et les femmes. L’abandon
d'un fœtus a toujours été critiqué comme «le pire des péché» et sévèrement censuré par le
ridicule sociale (voir Schwartz 2009). Pour avoir une idée des attitudes contemporaines à
Léogâne et Carrefour et de juger si elle a changé, comme cela semble être le désir de
certaines personnes, nous avons inclus des questions pertinentes dans les sondages.xi
Nous avons demandé aux répondants s'ils croyaient que l'avortement était justifiable dans
chacun des cas mentionnés dans le tableau 8.12 (page suivante). Nous avons ensuite combiné
les réponses pour créer un index de tolérance: Nous avons classé comme "intolérant" tous les
répondants qui ont affirmé que l'avortement n'a jamais justifiable. Nous avons classé comme
«tolérant modéré», les répondants qui n’ont accepté l'avortement qu'en cas de viol et/ou
complication médicale. Et nous avons classé comme «tolérant» les répondants qui ont
accepté qu'une femme pouvait justifier l’interruption d’une grossesse en cas de viol et/ou de
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 65

complication médicale, et pour au moins l'une des raisons suivantes: « pas de conjoint»,
«encore à l'école,» « trop jeune », «trop d'enfants »,« trop pauvre »ou« autre ».
Nous avons constaté que 61% ou plus de toutes les femmes et les hommes sont au moins
modérément tolérant, pour les hommes, le chiffre était le même, 61% (Tableau 8.13, Tableau
8.15). La tendance change avec l'âge et le sexe: les jeunes femmes sont les plus tolérants et
les femmes de plus de 50 ans sont les moins tolérants.
Une mise en garde est qu’au moins, en supposant que c'est la preuve de l'évolution des
tendances de la fécondité et un changement des comportements et des attitudes plus anti-
natal, une autre étude en Haïti a constaté que les femmes plus âgées préfèrent un plus grand
nombre d'enfants plus que n'importe quelle autre catégorie d'âge/sexe. La raison est parce que
les femmes plus âgées contrôlent le ménage, dépendent du travail des enfants dans
l'accomplissement des tâches de subsistance et se libèrent pour participer aux activités
génératrices de revenus du ménage (Schwartz, 2000). Toutefois, avec la baisse des taux de
fécondité idéale vu plus haut, la préférence écrasante pour trois enfants contre six enfants des
ménages, la tolérance croissante de l'avortement suggère un changement radical par rapport
au passé nataliste. Un fait corroborant l'existence de cette tendance est la large acceptation et
une vue favorable des contraceptifs notées dans la section suivante.

Graphique 8.7: Analyse de la tolérance de


l'avortement par l'âge du répondant
60%
50%
40%
Plus tolérant
30%
Tolérant
20%
Intolérant
10%
0%
18 à 25 ans 26 à 35 ans 36 à 50 ans 50 ans et +

Tableau 8.13: Tolérance de l’avortement


Tolérant
(célibataire, encore à
l’école, pauvre, trop Tolérant modéré Intolérant
d’enfants) (médical & viol) (jamais Justifiable)
Groupe d’âges Femme Homme Femme Homme Femme Homme
18 to 25 51% 35% 15% 25% 34% 40%
26 to 35 29% 40% 38% 23% 33% 37%
36 to 50 20% 35% 41% 31% 39% 34%
50 + 25% 28% 27% 25% 49% 47%
Total 31% 35% 30% 26% 39% 40%
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 66

Contraceptifs
Dans les tableaux 8.14 et 8.15, on peut voir que 3/4 des personnes interrogées considèrent
favorablement les contraceptifs surtout par les groupes d'âge plus jeunes. C'est aussi une
rupture radicale avec les études antérieures où jusqu'à 85% des femmes voyaient les
contraceptifs d’un mauvais œil (Schwartz, 1998). Une tendance contre-intuitive à cet égard
est qu'une plus grande proportion de répondants hommes et femmes vivant en milieu rural,
contre les zones urbaines, voit les contraceptifs d’une manière favorable: les chiffres pour les
femmes étaient de 56% pour les répondants en milieu urbain, 63% pour les répondants péri-
urbaines et 75 % pour les répondants des régions rurales (Graphiques 8.6). Les chiffres pour
les hommes étaient de 59% pour les répondants en milieu urbain, 74% pour les répondants
péri-urbaines, et 75% pour les répondants des régions rurales (Graphiques 8.7). Enfin, dans le
tableau 8.16, nous voyons qu'il y a peu de différence dans les opinions des personnes
interrogées si un homme ou une femme a le droit d'utiliser des contraceptifs, même sans le
consentement de leur conjoint.
Tableau 8.14: Opinion sur les contraceptions selon le sexe du répondant
Femme Homme Les deux
Ne sait pas 19% 13% 16%
Mauvais 13% 15% 14%
Bien 66% 70% 68%
Ni bon ni mauvais 2% 2% 2%

Tableau 8.15: Opinion sur les contraceptions selon l’âge du répondant


18 to 25 26 to 35 36 to 50 50 + Tous les âges
Ne sait pas 14% 10% 13% 26% 16%
Mauvais 16% 15% 13% 12% 14%
Bien 68% 73% 72% 60% 68%
Ni bon ni mauvais 2% 2% 2% 2% 2%

Graphique 8.8: Les contraceptifs sont bon contre


le mauvais
(les répondants qui sont des femmes)
80% 74%
63%
60% 56%
Ne sais pas
40%
24% 20% 15%
15% 15% Pour la plupart des
20% 9%
mauvais
0%
Pour la plupart des bon
City Countryside Peri-Urban
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 67

Graphique 8.9: Les contraceptifs sont bon contre le


mauvais
(Les répondants qui sont des hommes)
80% 74% 74%

60% 59%
Ne sais pas
40% Pour la plupart des mauvais
18% 21% Pour la plupart des bon
20% 11% 13% 11% 14%

0%
City Countryside Peri-Urban

Tableau 8.16: Opinions sur le droit des homes et des femmes d’utiliser les
contraceptifs sans le consentement du conjoint selon le sexe du répondant
La femme a le droit L’homme a le droit
Répondants Non Oui Non Oui
Femme (n=820) 64% 36% 65% 35%
Homme (n=823) 68% 32% 67% 33%
Les deux sexes (N=1,643) 66% 34% 66% 34%

9. Support de la famille

Dans la préparation de l'enquête nous étions aussi intéressé par les réseaux de support
personnel des répondants: vers qui se tournent des hommes et des femmes quand ils ont
besoin d'aide matérielle; vers qui se tournent-ils quand ils ont besoin de soutien émotionnel
ou de conseils ou de soutien moral et, les différentes attitudes de la mère ou du père en ce qui
concerne la qualité des relations avec leurs enfants et vice versa. Nous présentons les résultats
ci-dessous.

Qualité des relations familiales et support de la famille

Opinions sur les relations entre le partenaire et les enfants


Nous avons constaté que les femmes de notre échantillon étaient moins enthousiastes à
qualifier leurs relations avec leurs conjoints que les hommes: 50% des hommes ont qualifié
leur relation avec leur partenaire comme «très bon», contre seulement 13% des femmes qui
ont fait de même (graphique 9.1). Les femmes ont également évalué leur relation avec leurs
enfants avec moins d'enthousiasme que les hommes le faisaient. 19% des femmes ont dit
qu'ils avaient une "très bonne" relation avec leurs enfants. 44% des hommes ont fait la même
déclaration (graphique 9.2).
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 68

Graphique 9.1 Comment les femmes et les


hommes évaluent leur relation avec leur
partenaire
Femme (n=498) Homme (n=470)
60%
50%
50% 41%
40%
30%
30% 20% 26%
20% 13%
10%
10% 6% 2%
2%
0%
Très mauvais Mauvais OK Bon Tres bon

Graphique 9.2: Comment les femmes et les


hommes évaluent leur relation avec leurs
enfants
Femme (n=498) Homme (n=470)
60%
51%
50% 44%
40%
26% 28%
30% 24%
19%
20%
10%
0% 3% 3% 3%
0%
Très mauvais Mauvais OK Bon Tres bon

Vers qui se tournent les répondants lors des problèmes matériels


Quand il s'agit d'aide matérielle, ce que nous voyons dans le tableau 9.1 est que, dans le cas
d'un besoin d'argent ou de nourriture, les hommes déclarent dépendre de leur frère plus que
toute autre catégorie (23%), un chiffre cité presque deux fois plus souvent que la catégorie
suivante, celle du conjoint (12%). Les hommes dépendaient autant de leurs sœurs (12%) que
leurs conjoints, suivis de près par leur mère (11%). Avec un total de 23% mentionné, les
sœurs et les mères combinées sont une source aussi importante d'aide matérielle pour les
hommes que les frères. Frères, sœurs et mères confondus, ont été les premiers vers qui les
hommes se tournent pour de l’aide de matériel dans 46% des cas.
Les femmes d'autre part signalé qu’elles se tournent beaucoup plus fréquemment vers leur
conjoint pour une aide matérielle; 19% ont dit oui, une tendance qui fait écho aux attentes de
genre socialement construit abordé dans la revue de la littérature, à savoir les hommes
devraient fournir de l'argent aux femmes pour l'entretien du ménage et pour les activités
commerciales, mais que les femmes sont censées rendre la pareille pas avec de l'argent mais
avec des services sexuels et domestiques. La seconde personne vers qui les femmes déclarent
se tourner était, similaire que les hommes, le frère (14%). De même qu’il en a été pour les
hommes, les mères (13%) et les sœurs (11%) sont citées comme première source d'aide.
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 69

Semblable aux réponses des hommes, si nous combinons frères, sœurs et mères, 48% des
femmes ont déclaré se tourner vers eux d'abord pour de l'aide.

Vers qui se tournent les répondants lors des problèmes morals et des conseils
Dans le Tableau 9.2, nous voyons que pour des conseils, ou ce que nous pouvons interpréter
comme un soutien psychologique, les hommes se tournent le plus souvent vers des amis
(26%) puis vers leurs frères (13%), puis vers leurs conjoints (12%), suivis par leurs mères
(11%) et puis plus lointainement, vers leurs sœurs (6%). À un taux égal aux hommes (26%),
les femmes ont aussi rapporté se tourner le plus souvent vers des amis pour un soutien
psychologique, suivi par un conjoint (19%) puis un frère (10%), une mère (7%) et enfin une
sœur (6%).
Tableau 9.1: Première personne vers qui le
répondant se tourne pour des besoins Tableau 9.2:
matériels Besoin de conseils
Relationship to Femme Homme Lien avec le Femme Homme
Répondent (n=820) (n=823) répondant (n=820) (n=823)
Grand père 0% 0% Grand père 0% 0%
Grand-mère 0% 0% Grand-mère 1% 1%
Oncle 1% 3% Oncle 2% 5%
Cousin 2% 3% Cousin 3% 5%
Père 3% 3% Père 3% 8%
Fille 5% 1% Fille 5% 1%
Tante 5% 1% Tante 5% 3%
Fils 5% 5% Fils 5% 1%
Sœur 8% 10% Sœur 6% 6%
Frère 11% 12% Frère 7% 13%
Mère 13% 11% Mère 10% 11%
Conjoint 14% 23% Conjoint 19% 12%
Ami 19% 12% Ami 26% 26%
Autre 14% 13% Autre 7% 7%

10. ONG, hôpitaux et cliniques

Appartenance à une organisation


Dans le tableau 10.1 et Graphiques 10.1 à 10.3, nous voyons que, comme attendu à partir de
la définition des rôles politiques des hommes en Haïti constaté dans la revue de la littérature,
les hommes sont plus importants que les femmes dans les organisations et au sein des
directions des organisations. Mais deux points sont à noter. Premièrement, bien que moins
fréquemment que les hommes, les femmes aient une présence en tant que membre et leader
d'organisation et, deuxièmement, elles sont plus importantes que les hommes, au moins en
termes de nombre, dans les églises, loin des organisations de la zone de l'enquête.
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 70

Table 10.1: Appartenance à un groupe selon le type du groupe et le sexe du


répondant
Organisation Femme Homme Total
Église 65% 52% 59%
Groupe de jeunes 6% 4% 5%
Association de développement 1% 6% 4%
Groupement féminin 4% 0% 2%
Association de paysans 1% 3% 2%
Association de camps 2% 1% 1%
Association d’artisans 1% 1% 1%
Club de mères 1% 0% 1%
Association vaudou 0% 0% 0%
SRV 0% 1% 0%
Musique, sociale et athlétique 0% 0% 0%
Parti politique 0% 0% 0%
Groupe d’épargne 0% 0% 0%
Aucun 30% 37% 33%

Graphique 10.1: Membre d'au Graphique 10.2: Membre d'au


moins une organisation moins une organisation
(compris l'église) (excluant l'église)
80% 70% 15%
12%
70% 64%
10%
60% 5%
50% 5%
40% 0%
Femme (n=820) Homme (n=823) Femme (n=820) Homme (n=823)

Graphique 10.3: Au moins une position


officielle dans une organisation
25%
20%
15%
10%
5%
0%
Femme (n=574) Homme (n=523)
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 71

Séminaires parrainés par des ONG et le gouvernement depuis le tremblement de terre


Afin d’évaluer dans quelle mesure les ONG et le Gouvernement haïtien se sont mobilisés
pour informer la population, nous avons demandé aux répondants s’ils avaient assisté à un
séminaire depuis le tremblement de terre. Dans l’affirmative, nous avons demandé de quel
type était ce séminaire et quelle organisation l’avait parrainé. Il s’avère que 18% des
répondants avaient assisté à au moins un séminaire (Graphique 10.4), que la participation
était à peu près égale entre les hommes et les femmes (18% contre 17%), que le ratio de
participation était presque 4 fois plus élevé pour le village de Léogâne que pour la ville de
Carrefour (28% contre 8%). La vaste majorité des séminaires traitaient de catastrophes, de
choléra ou d’autres problèmes de santé (Tableau 10.2). Avec 45 mentions chacun, le
Gouvernement haïtien, la Croix rouge et CARE étaient les organisateurs les plus visibles
(Tableau 10.3).

Graphique 10.4: Assisté à au moins Graphique 10.5: Nombre de séminaires


un séminaire depuis le tremblement de puis le tremblement de terre
de terre
1500 1350
30%
28%
25% 1000
20%
18%
15% 8%
10% 500
5% 110 63 54 66
0% 0
Carrefour Leogone Total 0 1 2 3 4+

Graphique 10.6: A Assisté à au moins Graphique 10.7: A Assisté à au moins un


un séminaire depuis le tremblement séminaire depuis le tremblement de
de terre selon sexe terre selon sexe et commune
25% 150 111 112
20% 18% 100
17% 40 30 Femme (820)
50
15% 0 Homme (823)
10% Carrefour Léogâne (809)
femme (820) Homme (823) (834)
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 72

Tableau 10.2: Types de séminaire auxquels Table 10.3: Parrainage des séminaires
les répondants ont participé
Type de Type de Nombre de
séminaire Freq séminaire Freq Parrainage mentions
Santé, Gouv. (FAES, MSPP, ASEC) 45
alimentation Handicap et Croix-Rouge 45
& hygiène 94 Stress 5 CARE 45
Urgences
USAID 29
médicales 71 Club des mères 5
Tear Fund 15
Autre 71 Affaires 4
Choléra 69 Épargne 4 OIM 15
Construction 53 Environnement 3 Johanniter 13
SIDA 37 Démocratie 3 Oxfam 13
Catastrophe 32 Filiaris 3 ACTED 7
Éducation 30 Drainage 2 Église évangélique 5
Élevage et Santé mère SAVE 5
jardin 12 enfant 1 MSF 4
Installations Samaritan's Purse 3
VBG 8 Sanitaires 1
Vision Mondiale 3
Eau 7
CARITAS 2
Habitat 2
MUDHA 1
ACDI VOCA 1
CORDAID 1
Scouts 1
Autre (organisations
mentionnées une seule fois) 38

Maladie, hôpitaux, cliniques et médecins


La maladie prend une place importante dans la vie des répondants et de leurs familles. À la
question : « Quand est la dernière fois qu’un membre de votre ménage a été gravement
malade? », 47% des répondants ont indiqué « ce mois-ci » et 74% « au cours des derniers
mois » (Tableau 10.4). Les enfants étaient le plus souvent malades et les femmes étaient plus
souvent malades que les hommes (Tableau 10.5). La fièvre était le symptôme le plus commun
(Graphique 10.8) la plupart des malades ont été dirigés ou se rendus eux-mêmes vers un
établissement de santé, le plus souvent un hôpital (Graphique 10.9). C’est avec un écart
statistiquement significatif de 11% par rapport à Léogâne (81% contre 70%) que plus de
répondants de Carrefour ont indiqué qu’un malade s’était rendu à l’hôpital (Graphique
10.10). En ordre de fréquence, les raisons données pour ne pas s’être rendu à l’hôpital, à la
clinique ou chez un médecin étaient les suivantes : « Ce n’était pas nécessaire » suivi de
« trop loin » et « trop cher » (Tableau 10.6). Les femmes étaient considérées comme plus
compétentes que les hommes à reconnaître et à réagir à la maladie par la faible proportion de
6 contre 5 (Tableau 10.7).
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 73

Tableau 10.4: Dernière maladie du ménage (N=1 643)


Quand Ménages % cumulatif
Ce mois-ci 47% 47%
Le mois dernier 22% 69%
Il y a deux mois 5% 74%
Il y a trois mois 4% 78%
Il y a quatre mois 3% 81%
Il y a plus de quatre mois 10% 91%
Jamais 9% 100%

Tableau 10.5: Qui a été malade (n=294)


Femmes Hommes
Personne Ménages Personnes Ménages
Tante 1 Oncle 1
Grand-mère 3 Grand-père 2
Sœur 12 Mari 5
Mère 13 Père 8
Épouse 16 frère 15
Répondante 47 Répondant 38
Fille 73 fils 60
Total 165 Total 129

Graphique 10.8: Symptômes/causes de la


dernière maladie
Fièvre 558
Maux d'estomac 174
Grippe 161
Sorcellerie 52
Diabète 51
Troubles cardiaques 49
Blessure 47
Choléra 43
Malaria 4
Autre 504
0 100 200 300 400 500 600
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 74

Graphique 10.9: Endroit où le malade a été traité


Nulle part 30%
Hôpital 29%
Guérisseur 10%
Clinique 6%
Médecin au privé 6%

0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35%

Graphique 10.10: Visite à l'Hôpital lors de la


dernière maladie: Carrefour et Léogâne (p>95%)
86%
81%
81%

76%
70%
71%

66%

61%

56%
Carrefour Leogane

Tableau 10.6: Raisons citées pour


ne pas s’être rendu à l’hôpital, à la
clinique ou chez le médecin
Soins ne sont pas adéquats 1%
N’aime pas être touché 3%
C’était fermé 3%
Trop cher 11%
Trop loin 30%
Pas nécessaire 52%

Tableau 10.7: Personne identifiée comme la plus


compétente à propos de la maladie par le répondant
Hommes Femmes
Grand-père 1 Grand-mère 3
Oncle 9 Sœur 25
Frère 19 Fille 27
Fils 24 Tante 31
Père 53 Épouse 48
Mari 78 Mère 178
Répondant 508 Répondante 505
Total 692 Total 817
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 75

Soins prénataux, accouchements et utilisation des services


La vaste majorité des femmes avaient reçu des soins professionnels de santé lors de leur
dernière grossesse (654 sur 752, soit 88%), la plupart (55%) dans un hôpital public (Tableau
10.11). La proportion de répondantes ayant consulté d’autres praticiens était à peu près la
même à Léogâne qu’à Carrefour (Graphique 10.12). Parmi les 98 (12%) qui n’avaient pas
reçu d’aide professionnelle, 50% ont indiqué que celle-ci était trop loin et 43%, trop chère
(Graphique 10.13). Le nombre de répondantes ayant donné naissance à la maison était de
17% plus élevé à Léogâne (53% contre 36%). Vu la grandeur de l’échantillon, cette
différence est statistiquement significative (Graphique 10.14).

Graphique 10.11: Soins prénataux: Lieu des


soins Lors de la dernière grossesse
Hôpital public 55%
Clinique 16%
Sage-femme 9%
Médecin au privé 6%
Infirmière 1%
Aucun 7%
Autre 6%
0% 20% 40% 60%

Graphique 10.12: Soins prénataux:


Carrefour et Léogâne
Infirmière 59%
Sage-femme 13%
19%
Autre 6%
8%
6%
Clinique 7%
Léogâne
13%
Médecin au privé 3% Carrefour
Aucun 9%
3%
Hôpital public 2%

0% 20% 40% 60% 80%


CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 76

Graphique 10.13: Raison pour na pas avoir


consulté lors de la dernière grossesse

Trop loin 2%

Trop cher 5%

Fermé 43%

N'aime pas être touchée 50%

0 0.2 0.4 0.6

Graphique 10.14: Naissances à la maison:


Carrefour et Léogâne (p < .05)

80%

60%
53%
40%
36%
20%

0%
Carrefour Leogane

Soins postnataux et utilisation des services


Nos résultats sont similaires en termes de soins postnataux (Graphique 12.15). La majorité
des femmes ont consulté des professionnels (92%), surtout dans une clinique ou lors de la
visite d’une infirmière ou d’une sage-femme (81%). Les répondantes de Carrefour ont plus
souvent mentionné des visites à l’hôpital et à la clinique que celles de Léogâne (12.16), mais
pas dans une proportion statistiquement significative (Graphique 12.17). Pour les 5% de
l’échantillon total n’ayant fait appel à aucun service, les raisons données étaient plus variées
que pour les soins prénataux: 38% ont expliqué que les services n’étaient pas disponibles
(fermé), 30% que les traitements reçus étaient mauvais (« ils sont impolis » et « les soins sont
mauvais »). Contrairement aux résultats observés pour les soins prénataux, seulement 17%
des répondantes ont mentionné la distance ou les coûts, probablement parce que des soins de
proximité étaient disponibles (Graphique 12.17).
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 77

Graphique 10.15: Soins postnataux: lieu de


consultation lors de la dernière grossesse
Clinique 48%
Sage-femme 17%
Infirmière 16%
Médecin au privé 8%
Hôpital public 6%
Aucun 4%
Autre 2%

0% 10% 20% 30% 40% 50% 60%

Graphique 10.16: Soins postnataux:


Carrefour et Léogâne
Clinique 45%
52%
Sage-femme 13%
22%
20%
Infirmière 11%
9%
Médecin au privé 6% Léogâne
6% Carrefour
Hôpital public 6%
Aucun 5%
2%
Autre 3%
1%
0% 20% 40% 60%

Graphique 10.17: Répondantes n'ayant pas consulté de


professionnel après de la dernière grossesse:
Carrefour et Léogâne (p < 95%)
8%
6%
4% 5%

2% 2%

0%
Carrefour Leogane
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 78

Graphique 10.18: Soins postnataux: Raison pour


ne pas avoir visité un médecin ou une clinique

Fermé 38%

Mauvais soins 15%

Impolis 15%

Trop cher 9%

Trop loin 8%

Veut pas être touchée 1%

Autre 15%

0% 10% 20% 30% 40%

11. Conclusion et recommandations

S’il nous est donné de reprendre les descriptions des relations entre les sexes en Haïti faites
par Lowenthal (1986) et Richman (2003), telles que mentionnées au début du rapport, et de
les redéfinir en tant que compétition entre les hommes et les femmes pour l’accès aux
ressources, le contrôle du ménage, de ses membres et de son budget, la présente étude indique
que les femmes sortent gagnantes. Les femmes pourvoient une part significative des finances
du ménage, sont probablement aussi influentes que les hommes dans la sphère familiale,
semblent plus autonomes que les hommes quant aux décisions personnelles (comme
l’adhésion à une organisation ou les déplacements), elles exercent une forte influence sur les
autres membres du ménage et les hommes autant que les femmes préfèrent avoir des filles
que des garçons. Nous nous attendions à certaines de ces réponses, mais nous avons été
surpris par le niveau de concordance de réponses des hommes et des femmes. Contrairement
à la moyenne nationale, les femmes de l’échantillon étaient bien moins éduquées que les
hommes, ce qui constitue une inégalité notable. Par contre, même pour les problèmes les plus
inquiétants, surtout pour les viols brutaux, les répondantes se sont avérées moins souvent
abusées que ne le rapportent les ONG, les journaux et des organisations de militants pour
l’égalité des sexes.
Il se peut que certains intervenants de l’aide au développement soient troublés par ces
conclusions. Il se peut qu’ils les ignorent, ou qu’ils se demandent pourquoi tant d’ONG et
d’organisations internationales consacrent toutes ces ressources à renforcer le pouvoir des
femmes haïtiennes, si elles le possèdent déjà. Nous ne croyons pas qu’il faille réduire l’aide
aux femmes haïtiennes. La leçon à tirer, c’est plutôt qu’il faut cesser de mettre l’emphase sur
les femmes haïtiennes en tant que victimes, reconnaître leur pouvoir et vouer nos efforts à les
aider à se mobiliser en tant que vecteurs du développement. Ceci dit, voici quelques
recommandations générales.
Mobilisation: Nous devons nous concentrer sur la mobilisation des femmes dans les sphères
où elles sont le plus manifestement absentes : la politique locale et le développement
communautaire. Avec quelques autres ONG, CARE est très bien placé pour atteindre ce but,
car les organisations internationales axées vers la santé et le développement comportent les
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 79

meilleures opportunités pour acquérir de l’influence sociale et économique. Les employés


haïtiens de ce secteur gagnent de deux à huit fois le salaire local moyen et participent à des
organisations sociales et des projets d’infrastructure qui leur apportent un statut et un prestige
inégalés au sein de leur communauté.
Pour la mobilisation des femmes, CARE devrait adopter ces deux approches : 1) inviter des
consultants qui connaissent bien la langue et la culture locale et qui comprennent l’approche
de développement par la base « SEED-SCALE » parrainée par UNICEF. 2) Identifier des
organisations féministes crédibles.

SEED-SCALE
La leçon la plus importante que les 70 dernières années de travail en développement ont pu
apporter, c’est que les initiatives se fondant strictement sur le pouvoir institutionnel «top-
down», ne fonctionnent que très rarement (Easterly 2006). En Haïti, ce fait est
particulièrement frappant (Schwartz 2008). L’approche SEED-SCALE financée par UNICEF
propose une autre possibilité (Taylor et. al.). Qu’il s’agisse de santé, d’éducation ou de
développement d’infrastructures se fondant sur la communauté, SEED-SCALE est une
approche efficace pour tisser des liens durables entre les ONG locales et les gouvernements
qui permettront de régler des problèmes locaux et consolider le pouvoir des femmes. (Voir
http://www.seed-scale.org pour la trousse SEED SCALE et Taylor et al 2012 pour une
description et des exemples du processus).
Les consultants Gretchen Berggren Ph.D. de l’Université Harvard, Bettie Gebrian PhD, et le
Professeur Judy Lewis de l’Université du Connecticut cumulent plus de 100 ans
d’expérience en Haïti et sont les auteurs de nombreux programmes de santé communautaire
efficaces au pays, dont plusieurs à l’hôpital Albert Schweitzer en Artibonite et avec le Haiti
Health Foundation financés par USAID à Grand-Anse. Dans le but d’inclure des stratégies
d’organisation SEED SCALE, il est recommandé que CARE engage ces consultants pour une
évaluation exploratoire du programme de Carrefour et Léogâne.

Identification de partenaires crédibles


Il y 7 ans, Alexis Gardella écrivait ceci dans le cadre de son évaluation de l’égalité des sexes
pour USAID :
Haïti possède une riche et impressionnante communauté d’organisations dédiées au
changement, aux droits de la personne, aux droits des femmes, à l’alphabétisation et à
la lutte contre la violence conjugale. Des groupes qui s’intéressent à tous les aspects
du statut de la femme existent déjà à Port-au-Prince et ailleurs au pays, et plusieurs
ont consolidé leurs efforts dans des associations et des organismes plus larges. Tous
les groupes importants de droits de la femme à Port-au-Prince ont des liens avec
associations rurales et régionales. Aucune des problématiques identifiées par la
présente évaluation n’est pas déjà le centre d’une mobilisation de plusieurs groupes de
revendication. (Gardella 2006: 29)
Ceci dit, Il faut admettre qu’après plus de 50 ans d’aide étrangère intense, alors que
l’économie haïtienne est en proie à une chute libre vertigineuse, le paysage haïtien des ONG
et des associations locales est maintenant infesté d’opportunistes prônant l’esprit d’entreprise.
Ça n’a pas que des mauvais côtés. Les partenaires et les employés du secteur de l’aide
devraient pouvoir gagner leur vie et nourrir leurs familles. CARE devrait tout de même éviter
les opportunistes qui ne pensent qu’à l’argent et identifier des ONG crédibles. SOFA et KAY
FANM en sont de bons exemples. Il s’agit d’organisations puissantes et crédibles, menées par
des leaders crédibles. Elles possèdent un long historique de participation positive à la
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 80

représentation des femmes haïtiennes et des réseaux bien développés, aussi bien en contexte
urbain que rural. CARE devrait s’allier à ces organisations.

Combattre la fausse information


CARE devrait combattre la fausse information. C’est par la fausse information que l’argent
finit par être mal dirigé. Elle pousse les organisations comme CARE à gaspiller du temps, de
l’effort et de l’argent à diriger des ressources là où elles ne sont pas utiles, laissant ainsi au
dépourvu ceux qui en ont vraiment besoin. Le désir des donateurs de voir leur argent bien
utilisé et la satisfaction d’une mission bien remplie pour CARE sont alors anéantis. Dans les
cas les plus répugnants, ces ressources sont utilisées par des criminels pour s’enrichir et pour
abuser les destinataires légitimes. Pensons à ce directeur d’orphelinat qui agresse
sexuellement les enfants à sa charge ou au sociopathe qui, une fois devenu pasteur, échafaude
un réseau de commerces et se taille une place en politique. La fausse information sabote aussi
les tentatives de renforcement et de mobilisation des femmes.
Un exemple apparemment inoffensif de fausse information réside dans la supposition que les
ménages menés par une femme ont des besoins plus criants que ceux menés par un couple
homme/femme. Bien qu’il soit probablement vrai que les jeunes mères ont le plus besoin
d’aide, la notion selon laquelle tous les ménages dirigés par une femme sont désavantagés
paraît spécieuse et fondée sur des suppositions. Il peut en résulter que les principales agences
d’aide éliminent catégoriquement de leur sélection les ménages les plus désavantagés pour
donner de l’aide à ceux qui en ont le moins besoin.
Un exemple beaucoup plus grave et dangereux de mauvaise information concerne
« l’épidémie de viol » en Haïti. S’il s’agit bien d’une invention née de l’esprit d’entreprise de
quelques représentants de groupes de mobilisation et de journalistes en quête de
sensationnalisme, il n’existe pas de pire cas d’auto sabotage féministe. Si nous sommes
vraiment aux prises avec une crise fabriquée de toutes pièces, l’impact le plus marquant de
cette « épidémie de viol » est d’avoir banalisé les actes sexuels violents dans les quartiers
populaires, poussant les gens à croire qu’il ne faut pas en faire grand cas. Autrement dit,
avant même qu’il n’y ait de crise, nous avons désensibilisé la population, les autorités et les
donateurs à la plus humiliante et la plus violente des attaques au pilier central de la famille et
de la société haïtienne : la femme, poto mitan.

Jeunes hommes
Notre enquête n’a recueilli aucune preuve que les ménages dirigés par une femme étaient
désavantagés par rapport aux ménages menés par un homme et une femme. Nous n’avons pas
constaté que les hommes opprimaient ou contrôlaient leurs femmes, pas plus que le contraire.
Nous n’avons même pas constaté de niveau inquiétant de violence conjugale ou de viol. Par
contre, il est vrai que les temps changent. Haïti est en processus de transformation d’une
société rurale gouvernée par la tradition et la censure sociale vers une société urbaine
gouvernée par des lois et un système de justice officiels. Pour le moment, les lois officielles
sont discriminatoires envers les femmes. Le faible taux de participation des femmes à la
politique nationale est sans équivoque. Ces questions doivent être abordées. Le pouvoir
économique relatif des femmes garanti par la tradition rurale haïtienne doit être préservé et
une voie doit leur être ouverte à un rôle officiel dans la société haïtienne de demain.
Néanmoins, en abordant ces questions et en restant attentif aux dangers qui guettent les filles
et les femmes haïtiennes, il ne faut surtout pas empirer la situation en négligeant le rôle du
reste de la population. Concrètement, Gardella, dans son rapport de 2006, formulait cette
mise en garde quant à la population grandissante de jeunes hommes oisifs, sans éducation et
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 81

économiquement désespérés, et dont les éléments les plus dangereux deviennent


incroyablement influents par des activités criminelles comme le narcotrafic :

En Haïti, dans le climat sociopolitique actuel, la population à risque la plus importante est
certainement constituée de jeunes hommes en milieu urbain, soit des membres de gangs
de rue. Les activités criminelles et politiques de ces groupes atteignent un degré propre à
déstabiliser les principales zones métropolitaines et toutes les activités économiques qui
s’y rattachent, mettant encore plus en péril la mise en place et le bon fonctionnement du
gouvernement nouvellement élu. [2006:30]
Sur cette réflexion, il nous incombe de souligner que l’égalité des sexes ne concerne pas que
les femmes. Cette question implique « Les attributs et les opportunités d’ordre économique,
social, politique et culturel qui dépendent du fait d’être un homme une femme ». C’est par la
compréhension des différents aspects de la relation entre les hommes et les femmes que nous
pouvons le plus efficacement cibler des initiatives de développement qui mèneront à un
environnement plus sain et sécuritaire pour tous.1

1
La définition des questions d’égalité de sexes provient de Gardella (2006) qui cite les
Development Assistance Committee Guidelines for Gender Equality and Women’s
Empowerment in Development Cooperation. OECD: Paris (1998).
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 82

12. NOTES

i
Les causes sous-jacentes soulignent que le rôle éminent des femmes dans la culture populaire haïtienne est
sûrement lié au caractère unique de l’économie régionale du pays et des stratégies de subsistance en vigueur.
Pendant deux cents années, Haïti a été un anachronisme régional, sinon global. Alors que les pays voisins sont
devenues ou sont restés orientés vers les plantations et les systèmes latifundia, dans les 30 années à la suite de
son indépendance en 1804, Haïti avait évolué vers une économie paysanne presque entière dépendant de petits
lopins de terre distribués équitablement entre des milliers de familles d'agriculteurs , tandis que les pays voisins
sont devenus ou sont restés orienté vers l’import-export, Haïti dépendait et dépend encore largement de la petite
production locale organisée autour ménages et des systèmes de commercialisation régionales , tandis que les
pays voisins sont devenus mécanisé, les agriculteurs haïtiens et artisans dépendaient et dépendent encore en
grande partie de la technologie pré- 19e siècle ainsi que la force de travail humaine et animale , tandis que la
plupart des pays voisins ont connu une transition démographique à faible taux de natalité , le processus a été
beaucoup plus lente en Haïti où de nombreuses femmes, en particulier celles qui vivent dans les zones rurales,
continuent de porter leurs enfants à des taux égaux au plus haut dans le monde et le plus biologique possible
(voir Schwartz , 2000). Lié à ces économies, les systèmes fonciers et les stratégies de subsistance, Haïti était
également unique dans le degré auquel il a dépendu de revenus étrangers provenant de la migration de main-
d'œuvre masculine. Depuis plus de 100 ans, un haïtien devait avoir un droit de passage pour migrer vers les
plantations de Cuba et la République dominicaine. Plus récemment, les hommes et un nombre de plus en plus de
femmes migrent pour travailler dans les zones de construction intense de l'hôtel, lieux de pêche, et les zones
touristiques. Le modèle traditionnel était que les hommes migrent pour obtenir l'argent pour occuper les
conjoints restés au foyer et à investir dans l’expansion des entreprises familiales des paysans telles que
l'agriculture, l'élevage, l'artisanat et le commerce. L'absence fréquente des hommes a encouragé et conditionné
le rôle prépondérant des femmes vu précédemment et leur a donné un avantage dans le " domaine de la
concurrence » que décrit Lowenthal.
ii
Plus précisément, le taux de grossesse chez les adolescentes varie considérablement selon la race et l'origine
ethnique. En 2008, le taux de grossesse chez les adolescents blancs non-hispaniques était de 43,3 pour 1000
femmes de 15-19 ans. Dépendamment de la source citée, le taux de grossesse pour les adolescents hispaniques
était de 106,6. Pour les adolescents afro-américains, il était de 117, avec un niveau supérieur pour l'année 2006
de 126 pour les deux. "Voir page 2 de la Planned Parenthood Feuillet, par le Dexter McCormick Library
Planned Parenthood Federation of America Katharine OAH (Office of Adolescent Health) 2013 Tendances de
grossesse à l'adolescence et la maternité.

Tableau 12.1: Taux de natalité des adolescentes de certains pays d'Amérique latine et de la Caraïbe
(naissances par an pour 1.000 femmes dans la catégorie d'âge: Banque mondiale 2013)
Pays 2008 2009 2010 2011
États-Unis 38 36 33 30
Hispaniques * - - - 106
Afro-Américains * - - - 117
Trinité-et-Tobago 34 33 33 32
Grenade 41 40 38 37
Haïti 45 44 43 42
Cuba 45 45 44 44
Saint-Vincent-et-les Grenadines 58 57 56 55
Chili 58 57 57 56
Guyane 65 63 60 57
Sainte-Lucie 60 59 58 57
Paraguay 71 70 69 68
Colombie 73 72 71 69
Jamaïque 76 74 73 71
Panama 81 80 79 77
Equateur 82 82 81 81
Honduras 92 90 89 87
Guatemala 106 105 104 103
République dominicaine 108 107 106 105
*Planned Parenthood Fact Sheet, 2012
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 83

iii
Les chercheurs qui ont traité le sujet à la longue ont fait valoir que ce pro-natalisme en Haïti découle de la
nécessité d’avoir des enfants en tant que mécanisme de sécurité de la vieillesse (Murray 1977), à partir de
valeurs culturelles héritées de l'esclavage (Maynard-Tucker, 1996), faiblesse du système de santé (Smith, 1998),
comme dérivant de médecins et d'infirmières (Maternowska 2006) insensibles et même grossier, et même issu
des contributions économiques que les enfants apportent à des stratégies de survie des ménages (voir Schwartz
2009). Mais quelques-uns ont trouvé que les hommes sont la cause de la faible utilisation de la contraception
chez les femmes.
iv
La citation exacte est, "Contre toute attente, on constate que les femmes qui participent le plus fréquemment
aux sept décisions et qui sont le moins fréquemment exclues de toutes ces décisions sont les femmes du milieu
rural et celles qui ont le moins d’instruction. Par contre, les femmes qui travaillent pour de l’argent participent
beaucoup plus fréquemment que les autres aux prises de décision." [EMMUS 2000: 247].
v
Au moins une partie de la raison de la mésinterprétation de la question du genre en Haïti peut être attribué à
généralisation des relations entre les sexes dans le monde parmi les classes moyennes et supérieures de la classe
ouvrière vivant dans les quartiers populaires et vivant essentiellement dans le secteur informel. Les classes
populaires ont des réseaux sociaux denses où les mêmes personnes se connaissent et interagissent les uns avec
les autres sur plusieurs niveaux. Les femmes sont sur le marché en même temps, leurs enfants sont à l'école
ensemble, ils vont tous aux mêmes funérailles, les mêmes mariages et les baptêmes, leurs maris travaillent
ensemble, jouent aux dominos et au football ensemble. Les familles nombreuses ont géométriquement un plus
grand nombre de liens de parenté. Dans le cas des quartiers urbains, ils vivent dans des quartiers très denses. Il y
a peu de secrets et de façon exponentielle une plus grande censure sociale que dans les familles résidentielles de
classe moyenne où un homme peut commencer à maltraiter, intimider et finalement battre sa femme dans la
solitude et l'intimité de la maison familiale, sans personne pour vérifier son comportement et pas d'autres
hommes ou d'autres femmes à se présenter pour sa défense. L'homme haïtien intégré dans le secteur formel peut
alors se lever le lendemain matin et aller travailler avec des gens qui ne connaissent pas son épouse, aller à la
salle de gym avec un ensemble social totalement différent qui aussi ne la connaissent pas. En d'autres termes, il
n'a pas à faire face à ce qu'il a fait. Ajoutez à cela un plus grand accès masculin à l'emploi et les salaires des
hommes supérieurs qui viennent avec un secteur formel naissante, ajoutez les stigmates sociaux intermédiaires
qui contraignent les femmes sexuellement mais libèrent les hommes, ce qui signifie qu'une classe moyenne de
femmes haïtiennes ou supérieure peut se détruire socialement en se livrant à une liaison sexuelle avec un
homme socio –économiquement en dessous d’elle pendant la liberté et l'accès aux femmes de toutes les classes
sexuelles de son mari signifie qu'il est moins dépendant d’elle émotionnellement ou sexuellement ; ajouter la
transition d’une économie basée sur l’agraire et / ou économie de ménage avec son système juridique informel
et la censure sociale à un système juridique formel qui n'a pas encore été adapté pour traiter avec le sexe et la
violence faite aux femmes qui a lieu en privé . Qu'est-ce que tout cela signifie pour la femme haïtienne dans le
secteur formel, c'est qu'elle n'est plus, et non moins dépendante d'un homme. Elle n'a même pas le droit de la
classe inférieure féminine haïtienne à s'engager dans des liaisons extra-conjugales si son mari ne parvient pas à
prendre soin d'elle financièrement. Isolée d’un point de vue résidentielle, marquée par les stigmates sociaux,
sans possibilité d'une carrière dans l'économie informelle, et non protégée par un système de justice formelle, la
femme de la classe moyenne a encore la charge d'élever les enfants, mais sans la famille élargie et les
caractéristiques de support des voisins de quartiers populaires.
vi
Tout ce qui précède doit être interprété avec une mise en garde: quelques personnes interrogées tolèrent la
violence contre les conjoints. Comme on le voit dans les tableaux 8.3 à la page 26 et dans le tableau 8.7 et 8.8
ci-dessous, s'il peut y avoir un niveau élevé de violence contre les femmes en union, très peu de répondants
tolèrent la violence contre les épouses, amies ou en amoureux.

Tableau 12.6: Répondants indiquant que les femmes


avaient le droit de battre d’autres femmes ou leur
mari si ce dernier a une maitresse (N=1,643)
Droit de battre d’autres femmes 6%
Droit de battre son mari 9%
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 84

Tableau 12.7: Répondants indiquant que les hommes


avaient le droit de battre leur femme si elle a un
amant (N=1,643)
Droit de la battre 6%

vii
La définition de nombreux répondants est large, capturant les attaques qui sont et ne sont pas sexuelles, ce qui
signifie que les malentendus susceptibles incluraient des agressions à caractère non sexuels.
viii
Pour évaluer l'importance des estimations, on peut s'attendre à ce que beaucoup de gens qui ont été violées
ne le signalent pas aux autorités ou à des amis. Mais dans l'évaluation des résultats, on doit noter qu'il est
comparable aux rapports présumés avec les enquêteurs qui frappent aux portes et demandent de parfaits
inconnus, si quelqu'un dans la maison a été violée. Dans les deux cas nous avons affaire à ce qui peut être
considéré comme viols connus. Par ailleurs, en Haïti, où la densité de population est élevée et sont donc les
réseaux sociaux, l'anonymat et les secrets ne sont pas conservés, ainsi que dans les pays développés. En outre,
l'évaluation de ces résultats note que le sondage a été mené à Léogane, l'épicentre du tremblement de terre, et
Carrefour, une région fortement urbanisée de Port-au-Prince qui est la plus proche de l'épicentre, l'une des zones
les plus endommagées, et un domaine que l'OIM aurait eu à un moment plus de la moitié de la population vivant
dans les camps de déplacés, qui a toujours le 4e plus forte population de personnes déplacées à Port-au-Prince
(14 mois après le tremblement de terre l'OIM a rapporté 14% de la population de Carrefour qui vivent encore
dans des camps). Pourtant, nous n'avons trouvé aucune preuve que des viols dans Carrefour et Léogane ont
même été proche du taux aux États-Unis, nous n'avons trouvé aucune différence statistique entre Carrefour et
Léogane. En outre, même si nous devions supposer que le nombre réel de viols était quatre fois supérieur à celui
rapporté dans les sondages, il serait seulement alors égal au taux enregistré aux Etats-Unis et encore jeter les
rapports faisant état de viol.
ix
On a corrigé le chiffre en ajoutant « mortalité infantile » parce que « l’âge à la première naissance »
correspond à l’aîné en vie.
x
On peut se faire une idée des tendances en matière d’unions conjugales en regardant le nombre d’enfants nés
d’un père et d’une mère au lieu du nombre de parent-partenaires (le nombre de père ou mère avec lequel le
répondant a eu des enfants) Plus particulièrement, on constate que 1216 répondants sur 1643 ont des enfants, et
la majorité d’entre eeux sont des mères (660 mères pour 556 pères). Il y a également plus d’enfants nés de mères
que de pères (2060 contre 1942). En théorie, on pourrait attribuer cette disproportion au fait que les mères
portent plus d’enfants de partenaires en-dehors des régions enquêtées. L’expérience suggère cependant que ce
n’est pas le cas (Schwartz 1998 ; Murray 1977). D’autre part, si l’on considère que la propension des hommes et
les femmes à être parents s’équivaut dans ces régions, les données de l’étude confirment les prévisions selon
lesquelles a) une minorité de pères ne reconnaissent pas leurs enfants ; b) les mères n’informent ou n’autorisent
pas les pères à réclamer la paternité ; ou c) la paternité est inconnue. Ainsi, statistiquement parlant et toutes
choses étant égales, on découvre que 109 enfants sur les 3967 nés de nos répondants n’ont pas de père (Table
8.7).
Les chiffres qui indiquent que les pères auraient moins d’enfants que les mères sont cependant relativement bas,
si l’on considère le nombre élevé d’enfants qui n’ont pas de pères recensés (par exemple, l’étude de l’UNICEF,
qui explique dans son rapport Children on the Brink Report (2004) qu’un enfant haïtien sur dix n’a pas de père).
Mais ce chiffre peut sûrement être balancé si l’on considère que les femmes possèdent le monopole sur la
reproduction ainsi que le privilège d’attribuer la paternité. Il faut également considérer la possibilité qu’un
certain nombre de mères attribue la paternité à plusieurs pères. Une étude indique ainsi que 13% des enfants
d’un village rural ont de multiples pères (Schwartz 2000). Ce fait n’est certainement pas unique à ce village ni à
Haïti, mais semble être une tendance prononcée et institutionnalisée concernant une minorité au moins des
femmes haïtiennes dans les régions rurales et dans les quartiers populaires urbains. Le fait que certaines femmes
attribuent la paternité à de multiples pères peut être mis en parallèle ethnographique avec la maladie fictive
connue sous le nom de perdisyon (mieux connu sous le terme technique de « syndrome de grossesse arrêtée »),
qui consisterait à porter un fœtus pendant une période pouvant aller jusqu’à cinq ans. Les hommes autant que les
femmes reconnaissent cette maladie comme légitime. Une étude nationale a d’ailleurs démontré que 8% des
femmes expliquent avoir souffert de cette maladie (Barnes-Josia et al. 1996). Ce syndrome permettrait aux
femmes de duper leurs maris ou amants afin de leur faire accepter la paternité d’enfants qui ne leur
appartiennent pas biologiquement. En somme, le symptôme de perdisyon, la tendance chez les femmes à
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 85

attribuer la paternité à plusieurs pères, et le rôle culturellement assigné aux hommes de supporter financièrement
les femmes qui ont leurs enfants peuvent expliquer certains chiffres présentés dans cette étude. On peut
également conclure des données présentées dans les Tables 8.5 à 8.8 que 4/5 des enfants sont les descendants
d’hommes âgés de 36 ans ou plus, en raison du fait qu’ils ont plus de ressources à partager avec les femmes qui
portent leurs enfants (voir aussi tableau 8.10 et 8.11). Si l’on considère la taille de l’échantillon, ce rapport est
statistiquement significatif (voir tableau 8.12).
xi
Cas documentés de femmes surprises en train d’avorter et punies par l'humiliation, elles sont ligotées sur le
marché et à l’aide d’un mégaphone, on crie partout leur «crime» (Schwartz, 2000). Les contraceptifs ont aussi
été officieusement sanctionnés d’un point de vue traditionnel, les femmes qui les utilisent sont considérés
comme ayant des mœurs légères et des femmes, loin de les utiliser, ont la conviction qu'elles vont devenir
malades et que les contraceptifs sont un plan des pays développés pour limiter le nombre d'Haïtiens sur la terre
(Réf.). Ces croyances s'inscrivent dans ce qu'on a appelé «complexe socio-fertilité pro-natal," d'Haïti un tableau
de renforcement mutuel des croyances qui assurent une fécondité élevée, même parmi les jeunes femmes qui ne
veulent pas avoir d'enfants (ibid.). Dans cet esprit, nous nous attendions à constater que les répondants aient en
massivement horreur l’avortement et la contraception. Nous avons trouvé quelque chose de différent.
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 86

13. BIBLIOGRAPHIE

Amnesty International, 2011 "Aftershocks: Women Speak Out Against Sexual Violence In
Haiti’s Camps" 2

Anglade, Mireille Neptune. 1996 "La Femme Haïtienne en Chiffres." Port-au-Prince:


CIFD/UNICEF.

ARD (Associates in Rural Development) 1996 "Haiti’s Local Democracy: An Assessment of


the Status Quo and Prospects for Sustainable Local Self-Governance." Volume I, November
1996.

Athena R Kolbe (University of Michigan), Robert Muggah (Small Arms Survey), Royce A.
Hutson (Wayne State University), Leah James (University of Michigan), Marie Puccio
(University of Michigan), Elieen Trzcinski (Wayne State University), Harry Shannon
(McMaster University), Naomi Levitz (Wayne State University), Roger Jean Noel (MABO
Children’s Home, Bon Repos) Assessing Needs After the Quake: Preliminary Findings from
a Randomized Survey of Port-au-Prince Households

Baldwin, Katherine (Reuters) 2010 April 1st Rape Blights Lives Of Haiti's Quake Survivors”

Bastien, Remy. 1961. Haitian rural family organization. Social and Economic Studies
10(4):478–510.

Bell, Beverly, 2001 Walking on Fire. Cornell University Press

Berleant-Schiller, Riva. 1978. The failure of agricultural development in post-emancipation

Brittain, Ann W. 1990. Migration and the demographic transition: A West Indian example.
Social and Economic Studies 39(3):39–64.

Buschkens, W. F. L. 1974. The family system of the Paramaribo Creoles. Gravenhage: M.


Nijhoff.

CARE, 2013 "CARE Gender Tool Kit" CARE International: Atlanta


http://gendertoolkit.care.org/default.aspx

CCM (Caribbean Country Management Unit) 2002, December, "A Review of Gender Issues
in the Dominican Republic, Haiti, and Jamaica." Caribbean Country Management Unit
Gender Group, Poverty Reduction and Economic Management Unit Latin American and the
Caribbean Region.

Charmes, J. (2000). Indicateurs Sociaux et Suivi des Conditions de Vie des Menages en Haiti:
Rapport D'Etape. Rapport de la Mission Effectuee pour le PNUD en Haiti, du 7 au 15
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 87

Janvier et du 13 au 18Janvier 2000. Port-au-Prince: PNUD.

Clarke, E. 1966. My mother who fathered me: A study of the family in three selected
communities in Jamaica, 2nd ed. London: George Allen and Unwin.

CNN (Allie Torgan) 2012 April 26th Seeking justice for Haiti's rape victims

Cohen, Yehudi A. 1956. Structure and function: Family organization and socialization in a
Jamaican community. American Anthropologist 58:664–87.

Correia, Maria. “Gender and Poverty in Haiti.” 1996.

Courlander, Harold. 1960. The Hoe and the drum: Life and lore of the Haitian people.
Berkeley: University of California Press.

Daniel C. Taylor, Carl E. Taylor, Jesse O. Taylor, ‘’Empowerment on an Unstable Planet:


From Seeds of Human Energy to a Scale of Global Change’’ (New York: Oxford University
Press, 2012)
Davenport, William. 1961. The family system of Jamaica. Social and Economic Studies,
4(1):420–54.

Demattee, Anthony J. 2012 Haitian salary drivers: hedonic wage regression of the Haitian
Department for Infrastructure and Economic Cooperation. "The Informal Economy: Fact
Finding Study". http://rru.worldbank.org/Documents/PapersLinks/Sida.pdf. Retrieved 20
November 2011.

Divinski, Randy, Rachel Hecksher, and Jonathan Woodbridge, eds. 1998. Haitian women:
Life on the front lines. London: PBI (Peace Brigades International). At www.
peacebrigades.org/bulletin.html.

Durant-Gonzalez, Victoria. 1976. Role and status of rural Jamaican women: Higglering and
mothering. Master’s thesis, University of California, Berkeley.

EMMUS 2012 Report Preliminaire, Enquête mortalité, morbidité et utilisation des services,
Haïti 2000 (EMMUS-II). Cayemittes, Michel, Haiti.

EMMUS-III. 2005/2006. Enquête mortalité, morbidité et utilisation des services, Haïti 2000
(EMMUS-II). Cayemittes, Michel, Haiti: Institut Haitien de L'Enfance Petionville and
Calverton, MD" Macro International.

EMMUS-II. 2000. Enquête Mortalité, Morbidité et Utilisation des Services, Haïti 2000
(EMMUS-II). Cayemittes, Michel, Florence Placide, Bernard Barrère, Soumaila Mariko,
Blaise Sévère. Haiti: Institut Haitien de L'Enfance Petionville and Calverton, MD: Macro
International.

Faul, Michelle (Associated Press) 2010 March 16th "Rape In Haiti: Women, Girls Detail
Violent Attacks In Aftermath Of Haiti Earthquake"

Fox News March 15, 2010. "Women, girls rape victims in Haiti quake aftermath".
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 88

Francis, Donette A. 2004 Silences too horrific to disturb: Writing sexual histories in Edwidge
Danticat’s Breath, eyes, memory. Research in African Literatures 35(2):75–90.

Fuller, Anne. 1999 “Challenging Violence: Haitian Women Unite Women’s Rights and
Human Rights.” Association of Concerned Africa Scholars, Special Bulletin on Women and
War, Spring/Summer

Fuller, Anne. 2005. Challenging violence: Haitian women unite women’s rights and human
rights special bulletin on women and war. At acas.prairienet.org. accessed October 19, 2006.
Originally published in the Spring/Summer 1999 by the Association of Concerned Africa
Scholars.

Fuller, Anne. 2005. Challenging violence: Haitian women unite women’s rights and human
rights special bulletin on women and war. At acas.prairienet.org. accessed October 19, 2006.
Originally published in the Spring/Summer 1999 by the Association of Concerned Africa
Scholars.

Gardella, Alexis 2006 Gender Assessment for USAID Assessment Country Strategy

Gearing, Margaret Jean. l988. The reproduction of labor in a migration society: Gender,
kinship, and household in St. Vincent, West Indies. Dissertation, University of Florida,
Gainesville.

Greenfield, Sidney M. 1961. Socio-economic factors and family form: A Barbadian case
study. Social and Economic Studies 10(1):72–85.

Griffith, David C. 1985. Women remittances and reproduction. American Ethnologist


12(4):676–90.

Handwerker, W. Penn. 1989. Women’s power and social revolution: Fertility transition in the
West Indies. Newbury Park: Sage.

Herskovits, Melville J.
1937. Life in a Haitian valley. New York: Alfred A. Knopf.

Hill, Donald R. 1977. The impact of migration on the metropolitan and folk society of
Carriacou, Grenada 54. Part 2, Anthropological Papers of the American Museum of Natural
History. New York: AMNH.

Huffington Post, (Bell, Beverly) 2010, March 24th, "Our Bodies are Shaking Now: Rape
Follows Earthquake in Haiti."

Inter-American Development Bank (1999). Facing up to Inequality. Washington D.C.: Inter-


American Development Bank.

James, Erica Caple 2010 Democratic Insecurities: Violence, Trauma, and Intervention in
Haiti Oxford University Press

Killworth a, Peter D., Christopher McCarty, H. Russell Bernard , and Mark House 2006 The
accuracy of small world chains in social networks. Social Networks 28 (2006) 85–96
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 89

Kolbe, Athena R. and Robert Muggah 2010 "Haiti’s post-quake needs: a quantitative
approach" Humanitarian Exchange Magazine ISSUE 48

Kolbe, Athena R. and Robert Muggah, 2012 "Haiti’s Urban Crime Wave?
Results from Monthly Household Surveys" August 2011 - February 2012

Kolbe, Athena R., Royce A. Hutson , Harry Shannon , Eileen Trzcinski, Bart Miles, Naomi
Levitz d , Marie Puccio , Leah James , Jean Roger Noel and Robert Muggah 2010 Mortality,
crime and access to basic needs before and after the Haiti earthquake: a random survey of
Port-au-Prince households In Medicine, Conflict and Survival

Kundstadter, Peter. 1963. A survey of the consanguine or matrifocal family. American


Anthropologist 65:56–66

Lagro, Monique and Donna Plotkin. 1990. The agricultural traders of St. Vincent and the
Grenadines, Grenada, Dominica and St. Lucia. New York: United Nations Economic
Commission for Latin America and the Caribbean.

Lampietti, Julien A., and Linda Stalker. “Consumption Expenditure and Female Poverty: A
Review of the Evidence.” The World Bank Development Research Group/Poverty Reduction
and Economic Management Network, April 2000.

Leon and Foreit's (2009) Household Decision-Making Scale.

Leyburn, James G. 1966 [1941]. The Haitian people. New Haven: Yale University Press

Lowenthal, Ira. 1987. Marriage is 20, children are 21: The cultural construction of
conjugality in rural Haiti. Dissertation, Johns Hopkins University

Magnani, Robert 2013 "Sampling Guide"


http://www.ais.up.ac.za/health/blocks/tnm800/EssentialTNM800/DayThree/ExtraSampling/S
amplingGuide.pdf

Mantz, Jeffrey 2007. How a huckster becomes a custodian of market morality: Traditions of
flexibility in exchange in Dominica. Identities: Global Studies in Culture and Power 14:19–
38.

Massiah, Joycelin.
1983. Women as heads of households in the Caribbean: Family structure and feminine status.
United Kingdom: UNESCO.

Maternowska, Catherine. 1996. Coups d’etat and contraceptives: A political economy


analysis of family planning in Haiti. Dissertation, Columbia University.

Maynard-Tucker, G. 1996. Unions, fertility, and the quest for survival. Social Science &
Medicine 43(9):1, 379–87.

Metraux, Rhoda. 1951. Kith and kin: a study of Creole social structure in Marbial, Haiti.
Dissertation, Columbia University.
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 90

Miami Herald 2004 May 16th "In Haiti's chaos, unpunished rape was norm."

MICIVIH, June 17, 1994.

Mintz, Sidney. 1955. The Jamaican internal marketing pattern: some notes and hypothesis.
Social and Economic Studies 4(1):95–103.
———. 1971. Men, women and trade. Comparative Studies in Society and History. 13:247–
69.
———. 1974. Caribbean transformations. Chicago: Aldine.
———. 1981. Economic role and cultural tradition. In The black woman cross-culturally, ed.
Filomina Chioma Steady, 513–34. Cambridge, MA: Schenkman.
———. 1985. From plantations to peasantries in the Caribbean. In Caribbean contours, ed.
Sidney W. Mintz and Sally Price, 127–53. Baltimore: Johns Hopkins University Press.

Moral, Paul. 1961. Le Paysan Haitien. Paris: Maisonneuve et Larose.

Murray Gerald F. 1977. The evolution of Haitian peasant land tenure: Agrarian adaptation to
population growth. Dissertation, Columbia University.

N’zengou-Tayo M.-J. 1998. “Fanm se poto mitan”: Haitian woman, the pillar of
society [Fanm se poto mitan: la femme Haïtienne, pilier de la société]. Mona, Jamaica:
Centre For Gender And Development Studies, University Of The West Indies.

Nanda, Geeta. 2011. Compendium of Gender Scales. Washington, DC: FHI 360/C-Chang

Numbeo 2013 Crime in Port Au Prince, Haiti


http://www.numbeo.com/crime/city_result.jsp?country=Haiti&city=Port+Au+Prince

OAH (Office of Adolescent Health) 2013 Trends in Teen Pregnancy and Childbearing
http://www.hhs.gov/ash/oah/adolescent-health-topics/reproductive-health/teen-
pregnancy/trends.html

OECD Gender Equality and Women’s Empowerment in Development Cooperation. Paris


1998

Olwig, Karen Fog. 1985. Cultural adaptation and resistance on St. John: Three centuries of
Afro-Caribbean life. Gainesville: University of Florida Press.

Otterbein, Keith. 1963. The family organization of the Andros Islanders. Dissertation,
University of Pittsburgh.
———. 1965. Caribbean family organization: A comparative analysis. American
Anthropologist 67:66–79.
———. 1966. The Andros Islanders: A study of family organization in the Bahamas.
Lawrence: University of Kansas Press.

Philpott, Stuart. 1973. Remittance obligations, social networks and choice among
Montserratian migrants in Britain. Man 3:465–76.

Planned Parenthood Fact Sheet 2012, by the Katharine Dexter McCormick Library Planned
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 91

Parenthood Federation of America


http://www.plannedparenthood.org/files/PPFA/pregnancy_and_childbearing.pdf

Potofil, 2012 "Poto Fi Haiti Girls Initiative Field Survey – Teen Pregnancy And Sexual
Violence Summary Report Gender Aftershocks: Teen Pregnancy And Sexual Violence In
Haitian Girls Final Results of an Adolescent Field Survey" www.potofi.org |
www.potofanm.org

Pulerwitz and Barker 2008 Promundo's Gender-Equitable Men (GEM), Scale

Pulerwitz, Gortmaker, and DeJong's (2000) Sexual Relationship Power Scale

Pulerwitz, J, G Barker, M Segundo, and M Nascimento. 2006. "Promoting more gender-


equitable norms and behaviors among young men as an HIV/AIDS prevention strategy."
Horizons Final Report. Washington, DC: Population Council.

Pulerwitz, J, SL Gortmaker, and W DeJong. 2000. Measuring sexual relationship power in


HIV/STD research. Sex Roles 42(7/8): 637–660.

Renton, Alex 2007 Sunday 2 December "The rape epidemic" The Observer.

Richman, Karen E. 2003. Miami money and the home gal. Anthropology and Humanism
27(2): 119–32.

Rigaud, Michèle. 1995 "Politique de Santé pour la Femme Haïtienne." Port-au-Prince:


Ministère à la ConditionFéminine et aux Droits de la Femme (MCFDF).

Rodman, Hyman. 1971. Lower-class families: The culture of poverty in Negro Trinidad. New
York: Oxford University Press.

Schuler, Hashemi, and Riley's (1997) Women's Empowerment Scale

Schuler, SR, SM Hashemi, and AP Riley. 1997. The influence of changing roles and status in
Bangladesh's fertility transition: Evidence from a study of credit programs and contraceptive
use. World Development, 25(4): 563–75.

Schwartz, Timothy T 2011 Fair Wage in Haiti: Assessment Report. International Trade
Center's Ethical Fashion Initiative. Unpublished Report

Schwartz, Timothy. 1992. Haitian migration: System labotomization. Unpublished master’s


thesis, University of Florida, Gainesville.
———. 1998. NHADS survey: Nutritional, health, agricultural, demographic and socio-
economic survey: Jean Rabel, Haiti, June 1, 1997–June 11, 1998. Unpublished report, on
behalf of PISANO, Agro Action Allemande and Initiative Developpment. Hamburg,
Germany.
———. 2000. “Children are the wealth of the poor:” High fertility and the organization of
labor in the rural economy of Jean Rabel, Haiti. Dissertation, University of Florida,
Gainesville.
———. 2004. “Children are the wealth of the poor”: Pronatalism and the economic utility of
children in Jean Rabel, Haiti. Research in Anthropology 22:62–105.
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 92

______. 2009 Fewer Men, More Babies: Sex, family and fertility in Haiti. Lexington Press.
USA

Senior, Olive. 1991. Working miracles: Women’s lives in the English-speaking Caribbean.
Bloomington: Indiana University Press.

Simpson, George Eaton. 1942. Sexual and family institutions in Northern, Haiti. American
Anthropologist 44:655–74.

Sletten, Pål and Willy Egset. “Poverty in Haiti.” Fafo-paper, 2004.

Smith, Jennie Marcelle. 1998. Family planning initiatives and Kalfouno peasants: What's
going wrong? Occasional paper/University of Kansas Institute of Haitian Studies, no. 13.
Lawrence: Institute of Haitian Studies, University of Kansas.

Smith, R. T. 1953. Aspects of family organization in a coastal negro community in British


Guiana: A preliminary report. Social and Economic Studies 1(1):87–112.
———. 1956. The Negro family in British Guiana. London: Routledge and Kegan Paul.
———. 1988. Kinship and class in the West Indies. Cambridge: Cambridge University Press.
———. 1996 The matrifocal family: Power, pluralism and politics. New York and London:
Routledge.

Smith, R. T. 1953. Aspects of family organization in a coastal negro community in British


Guiana: A preliminary report. Social and Economic Studies 1(1):87–112.

Smucker, Glenn Richard. 1983. Peasants and development politics: A study in class and
culture. Dissertation, New School for Social Research.

Solien, Nancie.
1959. The consanguineal household among the black Carib of central America. Dissertation,
University of Michigan.

Stephenson, R, D Bartel, and M Rubardt. 2010. Constructs of power and equity and their
association with contraceptive use among African men and women.

Tardif, Francine. 1991 "La Situation des Femmes Haïtiennes." Port-au-Prince: Comité Inter-
Agences Femmes et Développement Système des Nations Unies (CIFD).

The World Bank (Dorte Verner), 2008 "Making Poor Haitians Count: Poverty in Rural and
Urban Haiti. Based on the First Household Survey for Haiti." Policy Research Working Paper
4571.

The World Health Survey (WHS) "Sampling Guidelines for Participating Countries"
http://www.who.int/healthinfo/survey/whssamplingguidelines.pdf

The World Health Survey (WHS) Sampling Guidelines for Participating Countries
http://www.who.int/healthinfo/survey/whssamplingguidelines.pdf

Understanding Children’s Work Project (UCW) (2006) Child labour indicators / tables /
Haiti, Rome: Understanding Children’s Work Project, An Inter-Agency Research
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 93

Cooperation Project, ILO / UNICEF / World Bank, http://www.ucw-


project.org/Pages/Tables.aspx?id=1262 (accessed 20 July 2013), drawing on data from the
2005-2006 DHS/EMMUS.

UNFPA 2007

UNICEF 2004 Children on the Brink Report

UNICEF 2006. Fertility and contraceptive use: Global database on contraceptive prevalence.
At www.childinfo.org/eddb/fertility/dbcontrc.htm, accessed May 3, 2006.

UNICEF 2008

UNIFEM (United Nations Development Fund for Women, 2004, July, "UNIFEM In Haiti:

United Nations Development Programme 2006. Human development indicators 2003. At


hdr.undp.org/reports/global/2003/indicator/indic_196_1_1.html
United Nations. 1999. Human development report. New York: Author.
———. 2000. Indicators on income and economic activity. United Nations Statistics
Division. At www.un.org/Depts/unsd/social/inc-eco.htm.
———. 2005. World population prospects. The 2004 revision population data base. At
esa.un.org/unpp, accessed February 3, 2007.
United Nations. 2006. Demographic yearbook.At unstats.un.org/unsd/demographic/
products/dyb/dyb2.htm, accessed March 24, 2007.
United Nations Development Programme. 2004. Millennium development goals look out of
reach for increasingly impoverished Haitians. At www.undp.org/mdg/news2.
shtml.
———. 2006. Human development indicators 2003. At hdr.undp.org/reports/global/
2003/indicator/indic_196_1_1.html.

USAID 1997 "Results Review and Resource Request." USAID/Haiti.

Walker, Della M. 1968. Family and social structure in Anguilla. In The family in the
Caribbean: Proceedings of the first conference on the family in the Caribbean, ed. Stanford
N. Gerber, 111–16. Rio Piedras: Institute of Caribbean Studies, University of Puerto Rico.

Waszak, Severy, Kafafi, and Badawi's (2000) Gender Norm Attitudes Scale, Stephenson,
Bartel, and Rubardt's (2010) Gender Relations Scale.

WHO (World Health Organization). 1999. World Health Organization multinational study of
breastfeeding and lactational amennorhea preganancy and breastfeeding: World Health
Organization task force on methods for the natural regulation of fertility III. In Sterility and
Fertility 72(3):431–40.

World Bank 2002. A review of gender issues in the Dominican Republic, Haiti, and Jamaica.
Report No. 21866-LAC. December 11th , Caribbean Management Unit, Latin America and
the Caribbean Region.

World Bank 2013 Adolescent Fertility Rate (Births per 1,000 Women Aged 15-
19) http://data.worldbank.org/indicator/SP.ADO.TFRT
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 94

14. Annex: Questionnaire Kreyol

1 -Bonjou/Bonswa. Mwen rele_________, M’ap travay pou yon konpayi k'ap fè rechèch, nap
fè yon ankèt pou konprann pi byen zafè fi ak gason epi relasyon fanmi. Nou ta remen pozew
kek ti kesyon, tout sa wap di yo ap rete ant ou menm ak mwen. Ou lib pou refize reponn
kenpot kesyon nou poze. eske m mèt pozew kesyon sa yo?*- Wi Non

2 -Chwazi komin kote moun kap reponn nan rete a*- Kafou Leogane

3 -Non lokalite kote moun kap reponn nan rete a*-

4 -Zon sa se,*- Vil Tou pre vil Bouk Andeyo 5-Anketè: Chwazi non pa ou*-
Janvier Judithe Emile Marckenson Previlon Renaud Fils Sonia Sabine Vilfort
Prophete Sylvestre Lacombe Dieula Remy Odile Simon Joana Joseph Ricardo
Vernet Darline Intervol Jude Egain Ambeau Emile Pharrel Vilfort Judith
Lot

Repondan

Kounyea, mwen pral poze kek kesyon sou kote ou rete epi kiyès ou ye*- Ale6- Koman ou
rele?*-

7 -Ki siyatiw?*-

8 -Ki nimewo telefon ou?*-

9 -Moun kap reponn nan se:*- Fi Gason

10 -Ki kote ou leve?*- Isit menm Lot kote12 -Moun ki bo ou ye? (Depatman)*-
Artibonite Centre Grand Anse Nippes Nord Nord Ouest Nord Est Ouest
Sud Est Sud

14 -kiyès kap dirije kay la?*- Mwen menm madanm kay la mesye kay la mesye
ak madanm kay la Lot

16 -Sa k dirije kay la se,* Gason Fi Gason ak Fi

Kounyea, mwen pral poze kek kesyon sou konbyen moun ki domi nan kay la*- Ale

19 -Konbyen moun ki ap viv nan kay la?*Pa bliye konte moun kap reponn nan tou

20 -Eske gen Fi ki gen pi piti ke 5 an nan kay la?*

21 -Eske gen Gason ki gen pi piti ke 5 an nan kay la?*


CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 95

22 -Eske gen Fi ki gen soti 6 rive 25 an kap vivi nan kay la?*

23 -Eske gen Gason ki gen soti 6 rive 25 an kap vivi nan kay la?*

24 -Eske gen Fi ki gen plis ke 25 an kap viv nan kay la?*

25 -Eske gen Gason ki gen plis ke 25 an kap viv nan kay la?

25.1 Konbyen ti moun nan kay la ki pa famni nou?*

25.2 Konbyen sevan ou gen ki travay lakay la?*

26 -Eske kay la se pou nou li ye?*- Wi Non

27 -Eske nou se mèt tè a?*- Wi Non

28 -Ki laj ou te genyen le ou te vinn rete isit la?*

29 -Ki laj ou genyen kounye a?*-

30 -Ki nivo ou rive nan zafè edikasyon?*- Kindergarten 1eme ane fondamantal
2eme ane fondamantal 3eme ane fondamantal 4eme ane fondamantal 5eme ane
fondamantal 6eme ane fondamantal 7eme Seconde 8eme Sekonde 9eme Sekonde
3eme Sekonde Segonn Reto Filo Inivesite Lekol pwofesyonel Okenn

31 -Apresa eskèw gen lot nivo profesyonèl?*(ou ka chwazi plizye repons) Bos Chofe
Sikirite Infomatik Biznes Komes Polis Kosmetoloji Patisiri Infimyè
Avoka Medsin Lot travay pwofesyonal Lot

31.2 Depi Douz Janvye, konbyen fwa ou asiste yon seminè ONG oubyen Leta?*

32 -Eske ou se yon manm :*- Legliz Klèb manman SRV Asosyasyon fanm
Asosyasyon Atizan Asosyasyon Devlopman Asosyasyon Peyizan Gwoup Jenn
Pati Politik Kan Lot

32.1 Eske ou gen yon posisyon ofisyal ladan, kom prezidan, sekrete, o sou yon komite*
Wi Non

33 -Di m tout aktivite ou fè pouw rantre lajan ?*(ou ka chwazi plizye repons) Anyen
Travay pwofesyonel Bos Mendèv Atizan Komès Taksi Travay kay moun
Sikirite Polis Travay leta Kosmetoloji Patisiri Travay latè M gade bèt
Mandyan Lot34 -Eske ou?*- selibatè nan plasaj marye divòse mari/
madanm mwen mouri Lot
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 96

36 -Konbyen timoun ou genyen ?*-

38.1 -Konbyen fre ak se ou genyen bo maman ki vivan?*

38.2-Konbyen fre ak se ou genyen bo papa w ki vivan?*

38.2 -Konbyen nan yo rete pre isit epi ki byen avek ou ke si ou bezwenn yo ou ka al jwenn yo
obyen y ap vin ede w?*

39.3 Epi si kay la gen yon pwoblem de lajan o pa gen manje nan kay la ki moun ou ta primye
al cheche ed?* Manman m Papa m Gran mwen Gran papa m Ti gason mwen
Ti fi mwen Mari mwen Madanm mwen Frè m Sè m Matant mwen
Tonton mwen Kouzen mwen Zanmi mwen Lot

39.4 Epi si yo pa la, a ki moun ou t al we?* Manman m Papa m Gran mwen


Gran papa m Ti gason mwen Ti fi mwen Mari mwen Madanm mwen Frè m
Sè m Matant mwen Tonton mwen Kouzen mwen Zanmi mwen Lot

39.5 Epi si ou bezwenn konsey, sou kies ou plis depann* Manman m Papa m Gran
mwen Gran papa m Ti gason mwen Ti fi mwen Mari mwen Madanm mwen
Frè m Sè m Matant mwen Tonton mwen Kouzen mwen Zanmi mwen
Lot

Kay1

Kounyea, mwen pral poze kek kesyon jeneral sou kay la epi kouman li fèt*- Ale

39-A ki sa tèt kay la kouvri? (chwazi tout ki aplikab)*- Pay Tol Beton Prela
Bwa Lot

40 -Ki kalite twalèt ou sevi nan kay la?*- Konfo modèn Latrinn beton Latrinn bwa
Tou Pa genyen Lot

41 -Ki sous kouran lakay nou genyen? (chwazi tout ki aplikab)*- Ayen EDH Dèlko
Innvètè Pano solè Lot

41.1 Ak ki sa nou plis sevi pou fe manje?* Bwa Chabon Gaz


CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 97

Econo1

42 -Dlo nou itilize poun bwe a*- Nou achtel tou trete Se nou ki tretel Nou bwel
konsa Lot

42.2 Kote nou jwenn lot dlo pou kay la?* siten o tiyo lakay la siten o tiyo lot kote
rivie sous Lot

42.3 Ki distans nan minit li ye? (ale retou)*


43 -Kiyès ki plis antre lajan nan kay la?*- Mwen Menm Manman m Papa m
Gran mwen Gran papa m Mari mwen Madanm mwen Ti fi mwen Ti gason
mwen Frè m Sè m Matant mwen Tonton mwen Kouzen mwen Lot

44 -Ki sa moun sa plis fè pou jwen kob?*- Lajan travay Komès Travay Atizan
Travay bos Mendèv Boutik Tayè/shop Taksi Prete kob Fanmi deyo
Agrikilti oubyen bèt Anfème tè oubyen kay Koutye Restoran Lot45 -Apre moun
sa, kiyès ki plis antre lajan nan kay la?*- Mwen Menm Manman m Papa m Gran
mwen Gran papa m Mari mwen Madanm mwen Ti fi mwen Ti gason mwen
Frè m Sè m Matant mwen Tonton mwen Kouzen mwen Lot

46 -Ki sa li plis fè pou jwen kob?*- Lajan travay Komès Travay Atizan Travay
bos Mendèv Boutik Tayè/shop Taksi Prete kob Fanmi deyo Agrikilti
oubyen bèt Anfème tè oubyen kay Koutye Restoran Lot

47 -kiyès ki plis jere kob kay la?*- Mwen Menm Manman m Papa m Gran
mwen Gran papa m Mari mwen Madanm mwen Ti fi mwen Ti gason mwen
Frè m Sè m Matant mwen Tonton mwen Kouzen mwen Lot

48 -Eske gen moun nan kay la ki gen moto pou fè taksi?*- Wi Non

51 -Ki lòt bisniz ou gen ki pou ou pèsonèlman?*- Lajan travay Komès Travay
Atizan Travay bos Mendèv Boutik Tayè/shop Taksi Prete kob Fanmi
deyo Agrikilti oubyen bèt Anfème tè oubyen kay Koutye Restoran Lot

Kay2

Konbyen nou depanse chak jou pou fè manje na kay la (yon estimasyon sinp epi rapid)-
dola AysiengoudKi jan w ap kalkile*- $*-
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 98

Econo2

56-Ou menm, pèsonèlman, eske ou gen? (chwazi tout ki aplikab)*- Tè Zannimo


Mèb Jaden Machinn Moto kay laptop frijide Tablet Lot

57 -Depi douz janvye, eske gen yon moun ki te pran afew san li pa mandew?*- Wi
Non

Edukasyon

59 -Konbyen nan timoun nan kay la ki lekol ?*- Kounyea mwen pral poze kek kesyon sou ki
moun ki fe kek travay nan kay la Ale

Kiyès ki nan kay ki konn: [repons se, Ti fi (yo) Ti gason (yo) Tout ti moun
Mesye (yo) Dam (yo) Mesye y danm kay la Tout moun Sevant Taksi
Okenn moun Lot]

Kesyone yo se,

62 -Cheche dlo?*-

63 -Lave rad?*-

63.1 -Lave veso?*

64 -Fè menaj?*-

65-Fè manje?*-

66 -Veye timoun?*-

66.1 -Menen Timoun lekol?*

67-Achte nan boutik?*-

68 -Achte nan maket?*-

69-Travay oubyen vann deyo kay la?*-

70 -Deside ki manje pou yo fè pou kay la ?*-

72 -Pran gwo desizyon tankou achte machin, tè, moto?*

73 -Deside kiyès k'ap domi nan kay la?*

74-Kiyès nan tout moun sa yo travay pi di?*-


CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 99

Maladi

75-Le youn nan timoun lakay la malad, kyes ki plis konn sak pou fèt?*- Mwen Menm
Manman m Papa m Gran mwen Gran papa m Mari mwen Madanm mwen
Ti fi mwen Ti gason mwen Frè m Sè m Matant mwen Tonton mwen
Kouzen mwen Lot

76 -Ki denye fwa yon moun te malad nan kay la te gen yon maladi serieu?*- Mwa sa
Mwa pase 2 mwa pase 3 mwa pase 4 mwa pase Plis ke 4 mwa pase Mwa sa a
Pa janm malad78 -Kisa li te genyen?*- grip fyèv vant fè mal blese maladi
kè Kolera Maladi mistik Filaryoz maladi sik Lot

79 -Kote ou te premye ale avek li?*- Okenn kote Doktè prive Sant Lopital
Ougan/bokò/mambo Doktè fey Chalatan Fanm saj Kay mis Okenn kote
Lot80 -E apre sa, kote ou ale avek li?*- Okenn kote Doktè prive Sant Lopital
Ougan/bokò/mambo Doktè fey Chalatan Fanm saj Kay mis Okenn kote
Lot

Endepandans

86 -Si ou vle al vizite yon moun lotbo peyi a, eske ou bezwen mande pemisyon a lot moun
nan kay la?*- Wi Non

89 -Epi si ou vle antre nan yon gwoup kominote (pa egzanmp gwoup fanm obyen gwoup
zanmi), eskè ou bezwen mande permisyon lot moun nan kay la?*- Wi Non

92 -Le ou menm ak patnew nan diskisyon, kiyès ki konn gen rezon sou lot pi souvan?*-
Mwen menm Li menm Pa gen patnè Lot Kounyea mwen pral poze kek kesyon sou
sa ou panse de relasyon ant fami yo Ale

Famni

Nan lis sa, ki 2 pi gwo pwoblem jenn fi yo genyen sejousi?* Edukasyon Djob/lajan
Gwoses Insikirite Violans domestik Dwog/alkolNan lis sa, ki 2 pi gwo pwoblem
jenn gason yo genyen sejousi?* Edukasyon Djob/lajan Insikirite Violans
domestik Dwog/alkol

Epi si nou t ap pale selman de insikirite, ki pi gwo pwoblem ou we nou gen nan peyi a?*
Vol Vyolasyon Viol Violans politik Lot
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 100

Kounyea mwen pral poze kek sikonstans, mwen ta vle ke ou di m sa ou panse.* Ale

94-Si yon manman gen yon ti fi, ti fi a gen 16 lane epi manman twouve ke l ap fè relasyon
seksyèl ak yon gason ki 16 lane tou, kisa manmnan an dwe fè si se yon timoun lekol?*-
Rezye l Pale ave l Bat li Sipote l Fe lapolis arete yo Lot

96 -Epi si li PA lekol?*- Rezye l Pale ave l Bat li Sipote l Fe lapolis arete yo


Lot97 -Epi si yon fi lekol epi li nan relasyon ak yon nèg ki gen 35 lane, ki gen bon
mwayen pou okipe ti fi a, ki sa manman an dwe fè?*- Rezye l Pale ave l Bat li
Sipote l Fe lapolis arete yo Lot

99 -Epi si li PA lekol?*- Rezye l Pale ave l Bat li Sipote l Fe lapolis arete yo


Lot

100 -Kiyès ki plis bezwen sèks?*- Gason Fanm Toude menm jan Pa konnen

101 -A ki laj yon fi dwe komanse gen relasyon ak gason dapre ou? (repons inkli lot)*- 12
an 13 an 14 an 15 an 16 an 17 an 18 + an Lè li vle Lè li pare Lè li
fin lekol Lè li jwen yon bon gason Lè li ap travay Lè li marye Lot

102 -A ki laj yon gason dwe komanse gen relasyon ak fi? (repons inkli lot)*- 12 an 13
an 14 an 15 an 16 an 17 an 18 + an Lè li vle Lè li pare Lè li fin lekol
Lè li ap travay Lè li marye Lot102.1 Eske planning fe plis byen ke mal?* Plis
ke bon Plis ke mal Pa gen ni mal ni bon M pa konnen

102.2 Ki sa ki pi bon de plannin?* Fe pitit le ou vle Anpeche maladi Lot

102.3 Ki sa li gen ki pi mal de plannin?* Li fe ou malad Moun ap pale mal de ou Se


pou bouzen/Vakabon

103 -Eske ou panse yon fi gen dwa deside pa fè pitit menm si maril vle yon timoun ?*-
Wi Non

104 -Eske ou panse yon gason gen dwa deside pa fè pitit menm si madanm ni vle yon timoun
?*- Wi Non

104.1 Nan ki ka ou ka dako yon fi fe avotman? (pran tout sa ki aplikab)* Si dokte di sa


Si yo vyole fi a Si li two jenn Si li lekol toujou Si li pa gen mari Si li pov
Si li gen twop timoun Janme Lot
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 101

105 -Konbyen timoun yon koup dwe fè?*- 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9


10 11 12 13 14 15+

106 -Ant yon fanmi ki gen 3 timoun epi yon fanmi ki gen 6 timoun, kiyès ki viv pi byen?*-
Sis Twa

109 -Epi yon fanmi ki gen 3 fi ak yon fanmi ki gen 3 gason, kiyès ki viv pi byen?*- Twa
fi Twa gason112 -Eske moun bezwen fè pitit?*- Wi Non

115.1 Dapre oumenm, pou ki pi gwo rezon yon fi dwe chawzi yon mari?* Lamou
Lajan Karaktè/kalite Fanmi Edikasyon Relijyon Travay di Pa
vakabon/fidel Li responsab Lot

115.2 Epi ki dèzyem ki pi gwo rezon yon fi dwe chawzi yon mari?* Lamou Lajan
Karaktè/kalite Fanmi Edikasyon Relijyon Travay di Pa vakabon/fidel Li
responsab Lot

115.2-1 E si neg la gen tout kalite yo min li pov, ki konsey ou ta bey?* rete ak li bay
vag Lot

115.4 Pou ki pi gwo rezon yon gason dwe chawzi yon madanm?* Lamou Lajan
Karaktè/kalite Fanmi Edikasyon Relijyon Travay di Pa vakabon/fidel Li
responsab Lot

115.3 Epi ki dèzyem pi gwo rezon yon gason dwe chawzi yon madanm?* Lamou
Lajan Karaktè/kalite Fanmi Edikasyon Relijyon Travay di Pa
vakabon/fidel Li responsab Lot

115 -Kiyès ki plis bezwen lot,*- Gason plis bezwen fi Fi plis bezwen gason Youn
bezwen lot

116 -E ou menm, eske ou ka viv sa yon fi/gason?* Wi Non

118.1 -Kouman ou t ap jije relasyon pa w, personalman, avek mari/madanm ou?* Bon


anpil Bon Byen Pa bon Pa bon ditou

118.2. -Kouman ou t ap jije relasyon pa w, personalman, avek ti moun pa w yo?* Bon


anpil Bon Byen Pa bon Pa bon ditou
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 102

Vyolans

Eske fanm plis koz ke gazon fe violans sou yo obyen eske se ke gason plis abize fi san
nesesite?*- Fanm plis koz la Gason plis abize

125 -Si yon gason bay yon fi yon kalot, ki sanksyon yo sipoze bay myse?*- Anyen
prizon amand remet li kalot Mande padon Lot

126 -Si yon fi bay yon gason yon kalot, ki sanksyon yo sipoze bay danm nan?*- Anyen
prizon amand remet li kalot Mande padon Lot

127 -Ki denye fwa ou te pran baton?*- janmè ane sa ane pase twazan pase
plis ke 3an min kom adilt le mwen te timoun

128 -Kiyes ki te baw baton sa?*- Manman o Gran mwen Papa m Gran mwen
Gran papa m Mari mwen Madanm mwen Menaj mwen Frè m Sè m Matant
mwen Tonton mwen Kouzen mwen Li pa t anyen pou mwen Polis Pwofesè
Pitit mwen Lot

129 -Poukisa?*- pou bouch mwen/ni pou travay pou tet yon mennaj jalouzi N
ap diskite de kob Lot

130 -Eske ou panse ou te meritel?*- Wi Non

131 -Ki denye fwa ou te gen yon goume ki le li te ye?*- janmè ane sa ane pase
twazan pase plis ke 3an min kom adilt le mwen te timoun

132 -Kiyes ou te bat?*- Mari/madanm mwen Menaj mwen Yon fi nan fanmi mwen
Yon gason nan fanmi mwen Yon fi ki pa fanmi mwen Yon gason ki pa fanmi
mwen Li pa t anyen pou mwen

133 -Poukisa?*- pou bouch mwen/ni pou travay pou tet yon mennaj jalouzi N
ap diskite de kob Lot Kounyea mwen pral pale de la lwa ak jistis. Ale

Jistis

134 -Eske li legal pou yon gason bat madanm li?*- Wi Non Pa konnen

135 -Eske li legal pou yon madanm bat mari li?*- Wi Non Pa konnen
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 103

136 -Eske li legal pou yon gason fose menaj li fè bagay lè fi a pa sou sa?*- Wi Non
Pa konnen

137 -Eske li legal pou yon mari fose madanm ni fè bagay si fi a pa sou sa?*- Wi Non
Pa konnen

138 -Eske ou sonje denye fwa yo te fe yon lwa nef sou afe vyol?*- Wi Non Pa
konnen

140- KESYON VIOL: M vle ke ou panse nan tout moun ou rekonet. Sa sa vle di rekonet se,
1) yon moun ki ou rekonet epi ki rekonet ou, 2) ke ou pale avek a mwens yon fwa depi 12
janvie, epi 3) ke ou ka jwenn kontak avek si ou ta bezwenn ni,? Kounyea, eske ou konnen
yon moun ki, depi douz janvie te vyole.*- Wi Non

Si wi, konbyen li konnen?___

143. Si yon fi soufri yon viol, ki sa li dwe fe? (chwazi tout ti aplikab)* Anyen Al nan
polis Di fanmi li Al nan klinik Al we moun nan legliz la Lot

145. Si yon gason soufri yon viol, ki sa li dwe fe? (chwazi tout ti aplikab)* Anyen Al
nan polis Di fanmi li Al nan klinik Al we moun nan legliz la Lot

146. Si yon moun soufri yon vyol, ki kote bo isit li te ale pou cheche ed o swen?* Lopital
Sant sante Legliz Polis Klinik espesyal pou sa Lot

149. Kouman ou evalye jan polis reaji lel yo resevwa yon plent pou vyol?* Yo ka fe afe
la pi mal Yo pap fe anyen Yo dwe konnen M pa konnen

150. Si ou kompare situasyon kounyea avek anvan douz janvie, eske ou panse ke sevis pou
ede moun ki vyole,* Pi bon kounyea Menm jan Pi mal M pa konnen

151. Eske ou panse ke nou gen plis vyolasyon bo isit kounyea ke anvan douz Janvie?*
Plis kounyea Plis anvan douz janvie Pa gen chanjman M pa konnen
CARE Léogâne & Carrefour Enquête sur les Relations entre les Sexes 104

152. Dapre ou, sa ki few plis wont: pou yo vyole yon moun lakay ou oubyen pou yon moun
lakay ou vyole yon moun?* Moun ki te vyole Moun ki vyole lot moun Menm wont
Se pa wont moun kay la
153.1 Epi si yon moun t ap vyole yon fi bo isit, ki sa ou panse moun nan katye yo t ap fe?*
Reziy nou Rele la polis Rele asek o kasek Bat li Touye l Pale ak fanmi
moun nan Lot

Enrejistre koodone GPS yo*


s

Оценить