Вы находитесь на странице: 1из 501

Articles

de la
méthode
Lafay

Table des matières


ATHLETES..............................................27
Pédagogie............................................................................................................................................. 29
L’expérience créatrice........................................................................................................................... 30
Penser les conflits................................................................................................................................. 31
Fiche d’identité de « MOI JE ».............................................................................................................. 32
Tendance/Invention/Innovation........................................................................................................... 33
Adaptez la longueur de vos séries........................................................................................................ 35
Progresser avec Arnaud........................................................................................................................ 40
La maîtrise des séries longues.............................................................................................................. 44
Opposition, construction, légitimation – enseignant déclencheur, enseignant moteur .......................47
Conquêtes et projets avec Alexandre – Part I....................................................................................... 49
Pourquoi est-il plus difficile de créer que de copier ? ........................................................................... 52
Le chemin se construit en marchant..................................................................................................... 53
Rêves de bodybuilding.......................................................................................................................... 55
Du culte de la performance à l’effondrement psychique ...................................................................... 57
La musculation au poids du corps, c’est limité!.................................................................................... 58
Discours sur les méthodes – Part I........................................................................................................ 60
Discours sur les méthodes- Part II......................................................................................................... 64
Discours sur les méthodes – Part III-A.................................................................................................. 69
Répéter jusqu’à en mourir.................................................................................................................... 74
Only the strong survives....................................................................................................................... 75
No pain no Gain VS Peu d’efforts beaucoup d’effets ............................................................................. 78
Le gouvernement de Soi....................................................................................................................... 80
De l’efficacité à l’efficience : la nouvelle voie du muscle....................................................................... 82
MALENTENDU N°1................................................................................................................................ 85
Boucle et Mini Boucle, Reloaded.......................................................................................................... 88
Le mythe des suppléments protéinés................................................................................................... 90
Dialogue sur l’efficience........................................................................................................................ 91
No pain no gain : une phrase remarquée............................................................................................. 93
La structure de la Méthode décortiquée par Wuxing........................................................................... 95
Devenir stratège de son développement.............................................................................................. 98
La Méthode, une oeuvre cohérente..................................................................................................... 99
Une méthode constructiviste............................................................................................................. 101
Cédric Villani et le Constructivisme.................................................................................................... 102
Point de vue sur un conflit, par un adepte du dépassement de soi dans la douleur ..........................104
La construction d’un modèle alternatif (autorégulation, boucle, efficience) – Part I ..........................106
Médecine et constructivisme : vers des liaisons heureuses................................................................ 112
Introspection du dernier jour............................................................................................................. 117
Introspection du premier jour............................................................................................................ 119
Chevaucher son tigre : le parcours d’Antoine Herrmann.................................................................... 120
Médecine et constructivisme : vers des liaisons heureuses (Part II) ................................................... 123
DEVENIR AUTONOME......................................................................................................................... 126
Saltus perceptuel................................................................................................................................ 130
Musculation constructiviste................................................................................................................ 131
Ostéopathie, les premiers pas (avec Géraldine Fournel).................................................................... 132
Le développement durable appliqué au corps.................................................................................... 136
Petit théorème constructiviste........................................................................................................... 137
Quelle boussole choisir? L’efficience ou l’inaccessible?...................................................................... 138
Les 10 mythes de la musculation (par Nobrainnogain Hank) :............................................................ 139
TOUTES LES OPINIONS SE VALENT (SURTOUT LA TIENNE).................................................................. 140
Paléo nutrition : une illusion............................................................................................................... 142
L’Efficience : surprenant mais compréhensible................................................................................... 145
Pourquoi une catégorie nommée Ingenium?..................................................................................... 146
Quand réussir nous angoisse.............................................................................................................. 147
Alimentation, naïveté et irresponsabilité............................................................................................ 148
Musculation, petit et grand amour..................................................................................................... 149
De l’importance de faire du muscle… mais sans user son organisme ................................................. 150
Diaphragme, muscles et santé : exercez-vous.................................................................................... 151
Sur la séparation corps/esprit et l’idée que « mon esprit peut tout et commande à mon corps »…. .155
Le grand gaspillage permanent : réflexion sur la nécessité d’une musculation efficiente ...................156
L’Homme Savant, l’Homme Dément, l’homme qui se dope… ou pas? ............................................... 159
Addiction au No Pain No Gain et souffrances familiales : l’histoire de ma mère ................................ 161
Une armure de muscles… qui peut nous enfermer............................................................................ 162
Je n’ai pas une conception « religieuse » de l’entraînement au poids de corps..................................164
La Méthode Lafay et l’épistémologie selon Bateson........................................................................... 166
Vous pouvez apprendre à vos enfants à montrer leurs biceps ............................................................ 168
Efficience et musculation : quand l’armure tombe (l’avenir des extrémistes conscients) ...................170
Épigénétique et musculation : l’approche novatrice de la Méthode Lafay .........................................173
Épigénétique et musculation : l’approche novatrice de la Méthode Lafay (Partie 2) ..........................176
Entraînement stratégique VS entraînement hardcore ........................................................................ 177
Esthétique, performance ET santé : les 3 facteurs essentiels ............................................................. 178
MOI, MOI, MOI ! Conditionnements, opinions et musculation .......................................................... 179
Un préparateur physique qui a compris............................................................................................. 182
ABC de la bêtise humaine................................................................................................................... 185
L’avenir de la musculation sera inévitablement cybernétique ............................................................ 187
Entraînement Stratégique, guerre facile............................................................................................. 190
CYBERMUSCU..................................................................................................................................... 192
Quelques pas supplémentaires sur la voie de la CyberMuscu ............................................................ 195
La Méthode Lafay provoque des déséquilibres ? Un peu de science, avec Yann Ollivier ....................198
Optima ou Maxima?........................................................................................................................... 206
Les apports du Tome 2 pour les Coachs : cybernétique et entrainement, par Maxime Bratanoff
(première partie)................................................................................................................................ 207
Les apports du Tome 2 pour les Coachs : cybernétique et entrainement, par Maxime Bratanoff
(deuxième partie)............................................................................................................................... 211
Le mot balinais « Tis »........................................................................................................................ 216
La Méthode Lafay : une méthode cybernétique................................................................................. 217
Un documentaire cybernétique.......................................................................................................... 219
Inhibition de l’action........................................................................................................................... 219
Des morphotypes à l’épigénétique : de l’élitisme à la coopération ..................................................... 220
« Tout dans les bras, rien dans la tête ».............................................................................................. 226
LA MÉTHODE IDÉALE POUR RUINER FACILEMENT VOS ARTICULATIONS… ......................................... 228
LE MUSCLE, LA PERFORMANCE, LA SANTÉ, LA VIE............................................................................. 234
La virilité............................................................................................................................................. 237
Le public de la Méthode LAFAY........................................................................................................... 239
Entraînement stratégique, musculation cybernétique....................................................................... 241
Les fascias........................................................................................................................................... 243
47.083 !.............................................................................................................................................. 244
Les références bibliographiques de la Méthode Lafay cartonnent ! ................................................... 246
Méthode Lafay, croître et durer.......................................................................................................... 247
« Sans stress, sans forcer, la Finlande a aujourd’hui les meilleurs élèves d’Europe. »........................248
LE MERITE N’A RIEN A VOIR LA DEDANS............................................................................................. 249
DOPAGE ET ALCOOLISME : UNE MÊME LOGIQUE?............................................................................. 251
Croître et durer avec la Méthode LAFAY............................................................................................. 255
LES DIX COMMANDEMENTS DE L’APPROCHE SYSTÉMIQUE APPLIQUÉS À LA MÉTHODE LAFAY .........257
LES DIX COMMANDEMENTS DE L’APPROCHE SYSTÉMIQUE APPLIQUÉS À LA MÉTHODE LAFAY (N° 2)
............................................................................................................................................................ 258
LES DIX COMMANDEMENTS DE L’APPROCHE SYSTÉMIQUE APPLIQUÉS À LA MÉTHODE LAFAY N° 2
(suite)................................................................................................................................................. 261
Quatrième commandement : Par la décentralisation, les équilibres tu rétabliras. .............................263
Cinquième commandement : Des contraintes maintenir tu sauras .................................................... 264
Sixième commandement : Pour mieux intégrer tu différencieras ....................................................... 266
SEPTIEME COMMANDEMENT : Pour évoluer, agresser tu te laisseras ................................................267
HUITIÈME COMMANDEMENT : A la programmation détaillée, les objectifs tu préféreras. ................270
NEUVIÈME COMMANDEMENT : L’énergie de commande tu utiliseras ...............................................274
« No Meat. No Problem. ».................................................................................................................. 280
MUSCULATION , CROSSFIT , BODYBUILDING , VÉGANISME ET AUTRES VÉRITÉS : QUI A RAISON ? ....282
Hanouna et le recul sur la merde télévisuelle ..................................................................................... 286
OUI, JE PERSISTE ET SIGNE !................................................................................................................ 288
NOTRE CORPS NE MENT JAMAIS........................................................................................................ 290
SCIENCES, RÉFLEXION ET MUSCULATION : en savoir plus sur la Méthode Lafay ................................ 292
JE SUIS UN MÂLE ALPHA..................................................................................................................... 293
Notre société est une machine à créer des enfants, de vieux enfants, des attardés (même diplômés),
des « pas finis ».................................................................................................................................. 295
60 ANS QUE LA MUSCULATION A TOUT FAUX.................................................................................... 296
COMPÉTITION, SPORT ET EFFICIENCE................................................................................................. 297
LES 4 PILIERS….c’est quoi? (et à quoi ça sert?).................................................................................... 298
Suppléments et dépendance…........................................................................................................... 300
IMPULSIF COMME UN SINGE.............................................................................................................. 302
Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités ...................................................................... 305
MUSCULATION : ÊTES-VOUS UN GROS PARESSEUX ?......................................................................... 306
LE PREMIER QUI DIT LA VERITÉ… IL DOIT ÊTRE EXÉCUTÉ .................................................................... 308
La persévérance dans la DOUCEUR mène à tout................................................................................ 310
Manohar Aich..................................................................................................................................... 311
Décès de Kevin Ferguson alias Kimbo Slice à 42 ans........................................................................... 313
LE NO PAIN NO GAIN POUR LES NULS................................................................................................. 315
PROBLEMES PSYCHIQUES ET PRATIQUE DE LA MUSCULATION SELON LAFAY ..................................... 317
QUAND ON A UNE VIE DE MERDE...................................................................................................... 320
UNE bonne BAFFE DANS LA TRONCHE, ça ne PEUT PAS faire de MAL ................................................ 325
NO PAIN NO GAIN = Idéologie qui mène au DOPAGE ......................................................................... 328
JE VAIS ENCORE VOUS FAIRE VOMIR.................................................................................................. 331
LES MUSCLES DE LA PEUR (font mal).................................................................................................. 333
Pourquoi se dope-t-on?...................................................................................................................... 335
Ils ont essayé de nous enterrer. Ils ne savaient pas que nous étions des graines. ..............................338
LA MUSCULATION INTENSE : un truc d’enfant fragilisé? ..................................................................... 340
EDGAR MORIN et le No Pain No Gain................................................................................................. 341
Certains se plaignent d’avoir une vie de merde.................................................................................. 343
POUR ETRE HEUREUX, IL FAUT AVOIR SOUFFERT?............................................................................. 343
AMOUR, ADMIRATION, MUSCULATION et quelques autres petites choses… .....................................345
MISE EN PERSPECTIVE........................................................................................................................ 346
Rejet du Bio : lorsqu’on pense de travers............................................................................................ 347
APPRENDRE, PROGRESSER, S’ÉPANOUIR............................................................................................ 348
Amour et cybernétique...................................................................................................................... 349
La résistance au changement............................................................................................................. 350
L’entraînement stratégique, kézako?.................................................................................................. 351
« L’intelligence, on croit toujours en avoir assez, vu que c’est avec ça qu’on juge. »..........................352
Vous voulez vous muscler................................................................................................................... 354
JE NE SERAI JAMAIS ASSEZ BELLE !..................................................................................................... 357
LE CHANGEMENT : c’est pas facile…................................................................................................... 360
NE PARDONNEZ PAS A VOS PARENTS.................................................................................................. 361
VIOLENCES PARENTALES : ne séparez plus le corps et l’esprit ............................................................. 362
Apprentissage et souffrance............................................................................................................... 363
POURQUOI MON INCONSCIENT AIME ME VOIR GROSSE?................................................................. 364
MÉDITATION et AUTO-MYSTIFICATION sociale................................................................................... 365
BLAGUE D’HENRI ATLAN SUR LE LIBRE-ARBITRE................................................................................. 367
La Méthode Lafay consiste en un entraînement stratégique .............................................................. 368
LIBERTÉ DE MES FESSES !.................................................................................................................... 369
ABSOLU ET RELATIF en MUSCULATION : où est la vérité? ................................................................... 371
L’EXPLOITATION DE L’HOMME PAR L’HOMME.................................................................................... 372
L’amitié, l’amour… apprivoiser…......................................................................................................... 374
LA FONCTION D’UNE RELATION DANS VOTRE SYSTÈME..................................................................... 375
UN NOUVEL OUTIL DANS VOTRE LOGICIEL DE TRAITEMENT DE L’INFORMATION ..............................377
Vos représentations mentales : douceur ou « auto-violence » ?........................................................ 378
LE SAVOIR UNITAIRE, c’est quoi?......................................................................................................... 380
EST-CE AUSSI SIMPLE ?....................................................................................................................... 382
LA journée DU Câlin…......................................................................................................................... 384
LE RAPPORT ENTRE MES ARTICLES (sur les relations humaines) ET LE SPORT? .................................. 385
De la la violence subie à une musculation qui libère… ....................................................................... 387
CRIMES SEXUELS ET MUSCULATION RÉDEMPTRICE........................................................................... 388
L’AMOUR : TOUCHER LES ÉTOILES ou PATAUGER ad libitum DANS LA MERDE? ..................................390
CROSSFIT : combattre le Mal (être un chevalier du Bien) en s’enfermant dans une salle de sport? ...391
Quelle fonction occupe Olivier Lafay et/ou la Méthode Lafay dans votre système? ...........................393
Méditation : COMPRENDRE LE CONTEXTE.......................................................................................... 395
SCIENCE SANS CONSCIENCE…............................................................................................................. 396
LA NORME DE SANTÉ PHYSIQUE ET MENTALE : elle existe :).............................................................. 398
SE FOCALISER SUR LA CROISSANCE (et sur les liens)........................................................................... 400
LE CULTE DU SACRIFICE...................................................................................................................... 401
ENSEIGNER LA DOUCEUR, ça demande de l’ordre. ............................................................................. 403
SORTIR DE LA CAVERNE, c’est crevant….............................................................................................. 405
AIMER : JE TE VEUX RIEN QUE POUR MOI.......................................................................................... 407
AMOUR ET CYBERNÉTIQUE................................................................................................................ 408
BAISER SANS JOUER N’EST PAS BAISER............................................................................................... 410
COUPLE : qui est vraiment toxique?................................................................................................... 411
LE PLAISIR ET LES LARMES.................................................................................................................. 412
RETIREZ EXCALIBUR DU ROCHER ET PARTEZ A LA RECHERCHE DU GRAAL .........................................416
LE MORDOR, NOUS Y SOMMES.......................................................................................................... 418
L’HOMME PRÉHISTORIQUE, EDGAR MORIN ET LE CULTE DE LA DOULEUR .........................................420
» FIGHT FOR IT « ............................................................................................................................... 422
The MASK à RADE............................................................................................................................... 423
MUSCULATION ET PSYCHOSE.............................................................................................................. 425
LES POINTS ESSENTIELS POUR CROITRE ET DURER............................................................................. 427
VOIR SON OPINION MOURIR SOUS SES YEUX..................................................................................... 428
JE SUIS PAS VENU ICI POUR SOUFFRIR. OK?!...................................................................................... 432
ELLE A AUSSI été UNE PETITE FILLE EN DEMANDE D’AMOUR….......................................................... 433
L’ENFANCE DES VEGANS..................................................................................................................... 434
LA SOMME DE TOUTES LES PEURS...................................................................................................... 436
CHACUN DANS SA PSYCHOSE............................................................................................................. 438
JE RETOURNE ENCORE UNE FOIS CHARLIE.......................................................................................... 440
LE CONSOMMATEUR ET SA MORALE.................................................................................................. 441
IL NE FAUT PAS SORTIR DE SA ZONE DE CONFORT .............................................................................. 445
THE WIRE............................................................................................................................................ 447
SOUS LE MASQUE............................................................................................................................... 449
MORALE Et lutte pour la dominance.................................................................................................. 451
DES CENTAINES DE MILLIONS DE FOUS…............................................................................................ 453
LA MORALE DU TROUPEAU................................................................................................................ 456
LES FERS À VOS CHEVILLES VONT LOIN, BIEN LOIN............................................................................. 458
MA GORGE EST TELLEMENT TENDUE, MA NUQUE SI RAIDE.............................................................. 461
LA PROMOTION SINCÈRE DE LA SANTÉ NE PEUT SE FAIRE EN VIOLANT LA DIGNITÉ DE SON
SEMBLABLE......................................................................................................................................... 463
ENOLA GAY (merci maman de m'avoir appris l'amour)...................................................................... 465
L'EXISTENCE précède L'ESSENCE......................................................................................................... 466
PAPA VOUS PARLE............................................................................................................................... 468
La Sybernétique, c'est bâtir des ponts................................................................................................ 469
JE T'AIME MOYENNANT FINANCE....................................................................................................... 470
2 règles ESSENTIELLES pour une VIE de MERDE................................................................................. 472
SYBERNETICS : quand les adolescents en parlent ............................................................................... 474
FAIRE L'AMOUR, C'EST MAL................................................................................................................ 476
MÉDITER : POURQUOI? COMMENT?.................................................................................................. 477
J'AI JUSTE BESOIN D'être aimé............................................................................................................ 478
LE MODE d'être SYBERNETIQUE, cela a commencé par MOI .............................................................. 479
IL NE FAUT PAS SORTIR DE SA ZONE DE CONFORT .............................................................................. 481
PRODUIRE DE L'IMAGE EN ABONDANCE, C'EST FACILE...................................................................... 483
LE PAPA, C'EST LAFAY.......................................................................................................................... 484
PENSEZ UN PEU.................................................................................................................................. 486
CHANGEMENT et AUTONOMIE.......................................................................................................... 487
L'UNE DES FONCTIONS UTILES DE CEUX DONT la bêtise est épinglée régulièrement SUR CETTE PAGE.
............................................................................................................................................................ 489
SPARTIATES? PRIMATES !.................................................................................................................... 491
LA PERFORMANCE DOIT ÊTRE UN EFFET DE LA RECHERCHE DE santé, ET NON UN BUT EN SOI ........491
SOUFFRANCE SUREFFICIENTE............................................................................................................. 493
LIRE POUR SE LIRE
SE LIRE POUR SE CONSTRUIRE............................................................................................................ 494
LE MYTHE DE LA LIBERTE
23 mai 2006

« libre est l’état de celui qui jouit de la liberté; liberté est un mot que le rêve humain alimente, il
n’existe personne qui l’explique et personne qui le comprenne… »

Extrait de « l’île aux fleurs», court métrage de Jorge Furtado.

1°) la génétique

Le génome est un plan de construction de notre personne en ses aspects mécaniques où l’esprit est
inscrit mais non obligatoire. Par mécanique, on entend notre biologie de base, les règles qui fondent
notre humanité, dans son achèvement et dans ses travers. Ces plans peuvent, en effet, s’avérer
défectueux et engendrer des maladies génétiques (mucoviscidose), des monstres (revoir à ce sujet
Elephant Man de David Lynch) mais malgré tout, c’est toujours la forme humaine qui est recherchée.
Ce sont nos gènes qui impliquent, malgré nous, que nous serons un être humain et non un singe ou
un castor.
Nous n’avons aucun pouvoir, avant notre naissance ou notre conception sur ce que nos gènes «
veulent faire de nous ». Nous serons grands ou petits, blonds ou bruns, avec un menton carré ou
fuyant et des yeux de couleurs très diverses.
Si notre cœur est faible, de naissance, cela va conditionner notre vie. Si certains organes sont
programmés pour souffrir tôt ou tard de dysfonctionnements, nous grandirons et vieillirons avec ces
organes. Cela aura des répercussions sur notre esprit, donc sur notre personnalité.

Ces exemples sont simples, à dessein, car l’influence de la génétique sur le développement singulier
de la personne est beaucoup plus complexe et échappe à la science qui n’obtient que des pistes
brouillées, embrouillées, des réponses fragmentaires et discutables.

Les manipulations génétiques ne rendent pas l’individu plus libre car elles sont nécessairement
réalisées en amont, avant l’émergence de la conscience de la personne. Autrement dit, ce sont
d’autres personnes qui réaliseront ces manipulations pour nous et conditionneront donc, en partie,
les plans destinés à faire de nous un être humain singulier.
Et si des manipulations pouvaient être effectuées à l’âge adulte, période où nous sommes conscients
et capable de les demander (acte volontaire), elles le seraient sur une base déjà déterminée, des
plans ayant déjà conduit à la construction de notre personne.

Notre apparence, ce que nous allons être, dire, faire, seront nécessairement conditionnés par une
construction répondant, avant même notre naissance, à des plans qui nous échappent. Peut-on être
fier d’avoir les yeux bleus, puisque nous n’y sommes pour rien?
2°) l’environnement

C’est l’environnement qui oriente la façon dont les gènes vont s’exprimer. Si le plan inscrit dans les
gènes détermine la structure de notre personne, c’est l’environnement qui détermine la forme qui va
se développer autour et à partir de cette structure. De multiples formes peuvent naître, inspirées par
une même structure. C’est au cœur du dialogue permanent entre le déterminisme génétique et le
déterminisme environnemental que va se créer la personne singulière (unique) que nous sommes.

Avant même notre naissance, l’environnement impose déjà ses contraintes et dicte ses lois à la
structure génétique. Nous n’avons aucun pouvoir sur notre lieu de naissance, sur le choix de nos
parents. Or cela détermine notre éducation, notre niveau de vie, tout ce qui, dès le départ,
conditionne la façon dont notre humanité va se construire; cela conditionne notre histoire.
A peine la conception terminée, l’environnement joue sur notre développement. Ce que notre mère
mange influence la façon dont les gènes vont permettre notre construction. On sait ce qu’il ne faut
pas ingérer pendant la grossesse pour éviter maladies et malformations mais, sait-on ce qu’il faut
exactement manger pour créer un être parfait?
Non bien sûr, encore faudrait-il énumérer les critères signifiant la perfection. Ce qui importe, c’est de
comprendre que les liens entre un type d’alimentation et un type de structure génétique pouvant
conduire à un type précis de personnalité sont impossible à identifier.
Dans le ventre de notre mère, de multiples facteurs concourent à ce que notre personne se
construise d’une façon plutôt que d’une autre. Nos parents et le milieu médical contrôlent ce qu’ils
peuvent, et nous, nous subissons.

En ce sens, le clonage de sa propre personne est utopique car, à peine la tentative de reproduire
notre structure effectuée, la toute première « alimentation », à un niveau microscopique, contribuera
déjà à fabriquer un autre que nous, si semblable et si différent.
Notre histoire commence bien avant que nous en soyons conscients et surtout, bien avant que nous
sortions du ventre de notre mère.
Ensuite, c’est l’environnement « extérieur » qui va jouer son rôle de formateur de notre unicité:
l’affection de nos parents, la scolarité, les rencontres, le regard des autres, les maladies et les
représentations que nous nous faisons de toutes ces sollicitations qui nous construisent malgré nous.

La génétique a déterminé notre structure, le tout premier environnement a déjà initié la mise en
forme de nous-mêmes et nous voilà, enfants, à fabriquer notre vision du monde sans aucun contrôle
conscient de notre part.
Où se trouve, à ce stade de notre exposé, notre liberté?
3°) la conscience

L’avènement de la conscience et son développement est en lien étroit avec la nature de


l’environnement. Si la génétique fournit les structures sans lesquelles aucune conscience ne peut
émerger, c’est l’interaction avec nos semblables qui, seule, peut prodiguer les éléments nécessaires à
sa maturation.
Sans les influences relationnelles, pas de conscience, ou plutôt une conscience qui en reste à des
balbutiements. Il suffit de se référer aux expériences concernant des enfants ayant vécu les premières
années de leur vie à l’état sauvage et que l’on a tenté d’éduquer ensuite, sans succès (ou si peu), pour
comprendre cela. Tarzan n’est qu’un mythe : on ne peut accéder à l’humanité seul, et certainement
pas en étant élevé par des animaux.
La conscience a besoin du groupe pour émerger de façon satisfaisante. Elle se développe par le jeu
des oppositions. Prenons un bébé. Les stimulations ayant lieu autour de lui, le concernant
directement ou indirectement, l’amènent à faire des distinctions, à établir des hiérarchies. Il prend
conscience de ce qui est chaud ou froid, de ce qui est agréable ou désagréable, de son corps.
Il distingue le fond de la forme et toujours d’après ce qui s’offre à lui. Il réalise son pouvoir, il découvre
ses limites et la frustration qui les accompagne.
La conscience est l’aptitude à se créer des représentations. C’est à dire des images mentales dont le
contenu se rapporte à une situation, à des objets, des événements en liens avec le monde dans
lequel nous vivons.
Autrement dit, notre conscience, avec les multiples représentations qui la constituent, dépend
étroitement de la façon dont l’environnement matériel et humain aura favorisé et stimulé son
développement. Notre conscience est conditionnée et le « je » qui apparaît un jour dans la bouche de
l’enfant, ce « je », existe d’après ce qui l’a construit.
Le petit enfant ne dit pas « je », il n’est pas encore capable de se distinguer clairement du monde.
Mais, le jour où il dit « je décide de faire ceci», il n’est pas conscient du fait que ce « je » est composé
de multiples éléments ayant déterminé son histoire. Le « je » est toujours collectif, c’est une somme
de stimulations diverses accumulées au cours du temps, englobées dans la « sensation d’être soi ».
Dans le premier « je » dit par l’enfant où la conscience d’être un individu apparaît, il y a toutes les
influences l’ayant constitué : ses parents, ses enseignants, sa famille, ses camarades, ses jeux etc.
C’est bien un « collectif » qui a contribué à la formation de ce nouvel individu et qui parle par sa
bouche.
Ami lecteur, une conscience libre, c’est une conscience libre de quoi?
4°) la séparation

Nous allons maintenant aborder la question de la conscience de soi et des illusions qu’elle engendre.
A ce stade de notre réflexion, nous savons que nous sommes le fruit d’une histoire sur laquelle nous
n’avons eu aucun pouvoir, et qui fait pourtant que nous sommes ce que nous sommes. Notre identité
peut se résumer en une accumulation de souvenirs dont la nature n’est en rien objective. En effet, ce
sont les représentations que nous nous faisons des stimulations environnementales qui font les
souvenirs. Et toute représentation est subjective. Aussi, notre histoire nous conditionne et nos
représentations conditionnent notre histoire. Notre identité se trouve enchâssée dans cette boucle
où la cause ne se distingue plus de l’effet.

Le « je » existe dans le sentiment de permanence de notre être, grâce à la capacité de notre cerveau
à stocker une histoire qui n’a rien de réel mais est le fruit d’une construction.
Notre personnalité est donc à la fois déterminée et relative. Nos conditionnements (nos stimulations)
auraient pu être différents, nos représentations auraient pu être différentes : nous sommes « une
forme possible » d’après une structure.
Cette forme acquiert une conscience d’elle-même par le langage qui améliore nos capacités à
distinguer, comparer, hiérarchiser, qui nous permet de nommer. Nous distinguons alors ce qui est «
nous» de ce qui n’est pas nous. Plus la conscience de soi s’affine, plus le sentiment d’être séparé du
monde s’accentue.
Cette séparation est fictive car bien que l’individu soit un corps séparé des autres corps, nous ne
cessons pas pour autant d’être le produit de notre histoire, nous ne cessons pas d’être influencé par
ce qui se présente à nous, directement ou indirectement (alimentation, politique, relations etc.).
Aucune décision ne peut donc être « libre ».

On peut considérer que la conscience est une invention de la nature permettant à l’individu
d’augmenter le nombre de choix possibles. La conscience permet d’apprendre, de prendre du recul et
donc de survivre plus aisément. La conscience de soi pourrait être l’étape supérieure. C’est un
potentiel autorisant une meilleure gestion de ses intérêts. L’individu, en s’accordant plus
d’importance, en percevant davantage ses besoins, est censé parvenir à trouver les moyens d’assurer
sa propre conservation.
Cependant la conscience de soi est un produit récent de l’évolution et l’homme, accaparé par ses
luttes, n’a pas encore fait le tri entre les apports de cette acquisition et les illusions qu’elle engendre.
Mieux gérer les influences ne veut pas dire les contrôler de manière absolue.
On ne peut pas ne pas influencer, on ne peut pas ne pas être influencé. Mais, notre sentiment d’être
un « je » séparé du monde, des autres, nous donne l’illusion d’être libre (de pouvoir gérer toute
influence).

On définit la liberté comme la capacité à se déterminer soi-même. A ce stade de notre


démonstration, cette définition est-elle encore acceptable?
5°) la libération

Nous sommes libres en potentiel car nous pouvons nous imaginer autre, nous pouvons tout imaginer.
La conscience et l’imagination cheminent côte à côte.Nos perceptions, en passant par le filtre de la
conscience, peuvent être transformées en informations utiles. Il en va de même de nos
représentations.L’imagination permet d’amplifier ces phénomènes en élargissant le terrain où ceux-ci
vont pouvoir se dérouler.
L’imagination est cependant dépendante de notre histoire. En permettant à cette dernière de croître,
nous augmentons notre potentiel de réflexion et d’action, et donc, nous augmentons notre choix de
réponses possibles face aux stimulations de la vie.
Nous avons démontré jusqu’ici que nous ne pouvons être libre : la liberté est un mythe. Nous
pouvons cependant être plus libre. Aussi, la libération existe, mais non la liberté.
Le chemin qui a mené à la conscience que nous avons de nous-mêmes échappe à notre contrôle.
Notre présent échappe à notre contrôle.
Notre avenir échappe à notre contrôle.
Il est important d’insister sur le fait que , même si nous avions, d’un coup, le contrôle absolu sur tout
(tels des dieux), nous ne déciderions encore que par rapport à ce que nous sommes devenus. Si nous
voulions refaire notre histoire, nous la referions à partir des idées que nous nous sommes faites sur
ce que nous devrions être, sur ce que nous aurions dû être. Et cela dépend, nécessairement, de notre
histoire. Encore une fois, nous retombons dans une « boucle » dont il est impossible de sortir.

Premier exemple de libération : l’homme, le torrent, les loups, les arbres.


Imaginons un homme préhistorique vivant près d’une rivière impétueuse, impossible à traverser sans
un pont. L’endroit procure de nombreuses ressources à cet homme. Aussi, il ne compte pas
déménager malgré une meute de loups qui écume le secteur. Cependant, n’ayant pas d’abri sûr, il est
contraint de rester près d’un arbre ayant chuté en travers de la rivière, afin de pouvoir la traverser
rapidement grâce à ce pont naturel, dès que les loups approchent trop près. Cela réduit son champ
d’action et le fragilise : il n’a qu’un choix, rester près du pont ou risquer d’être dévoré. Le gibier se
raréfie autour de lui.
Imaginons un instant qu’un autre arbre tombe en travers de la rivière un peu plus loin. Notre homme
sera plus libre, car il aura deux options pour rejoindre rapidement l’autre berge en cas d’attaque.
Imaginons encore qu’il découvre comment construire un pont. Il sera encore plus libre car il pourra
désormais se mettre en sécurité quand il le voudra en élargissant son champ d’action, en
pouvant chasser sur un territoire beaucoup plus large. De plus, ayant moins peur, son esprit pourra se
consacrer à d’autres tâches et il évoluera.
C’est cela la libération, c’est l’augmentation des choix possibles. L’homme restera un homme, fragile
et déterminé, mais son confort de vie aura augmenté.Remplaçons l’attaque des loups par n’importe
quel problème nous sollicitant et nous comprendrons la métaphore : élargir notre champ d’action,
stocker plus de solutions (plus de savoir) en soi.

Deuxième exemple de libération : la métaphore du cycliste.


Comme nous l’avons vu, nous ne pouvons nous penser qu’à partir de nous-mêmes, et ce nous-mêmes
est conditionné par de nombreux facteurs. Nous ne pouvons donc nous écarter de nous-mêmes pour
nous recréer. Pour cela, pour obtenir une distance totale vis à vis de soi, il faudrait être un autre.
Nous ne pouvons sortir de nous-mêmes : il est impossible de descendre du vélo pour se regarder
pédaler.
Cependant si nous nous enregistrons, en vidéo, nous pourrons nous regarder et améliorer notre style,
notre technique. Nous serons donc plus libres puisque au lieu d’un seul choix (l’attitude adoptée «
naturellement»), nous pourrons en créer d’autres. Malgré tout, nous serons toujours coupés de nos
sensations. Il y aura le « je » qui agit et le « je » qui se regarde agir. Toute coïncidence
entre les deux étant impossible.

Ainsi, la libération, c’est pouvoir faire plus. Se libérer, être plus libre, c’est agir pour que les choses
nous échappe moins, pour avoir plus de solutions à proposer aux défis de la vie. Ce n’est que ça mais
c’est beaucoup. En terme de confort de vie, de plaisir de vivre, il vaut mieux être un homme « à
solutions multiples » qu’un homme toujours condamné à reproduire les mêmes actes quelles que
soient les sollicitations.

Conclusion : l’attitude d’ouverture.

Nous proposons au lecteur de relire, à la suite de cette conclusion, le 2b de l’article intitulé « Stratégie
de la motivation, lutter contre l’entropie ».
Puisque seule la libération existe et qu’elle dépend de notre environnement (c’est dans
l’environnement que nous puisons les éléments nécessaires à l’augmentation de notre stock de «
réponses possibles»), il faut alors adopter comme principe premier la diversification de nos activités
afin de multiplier les sources de connaissances.
On ne peut cependant multiplier les activités à l’infini : le corps ne le supporterait pas, l’esprit
s’embrouillerait car il lui faut à chaque fois transformer les données environnementales en
informations pertinentes.
C’est pour cela que la lecture reste un moyen majeur pour se rendre plus libre : elle demande peu
d’efforts physiques et permet d’acquérir, confortablement, un nombre important d’informations.

Si vous tenez compte de la démonstration proposée dans cet article, alors vous disposerez d‘un outil
permettant d’augmenter votre « stock de réponses ». Et ce changement sera le fruit d’une influence,
d’un déterminisme : vous serez plus libre grâce à un apport extérieur.

D’où la devise de l’auteur : « Je ne suis pas libre de me changer moi-même. C’est l’autre qui m’aide à
changer »
STRATEGIE DE LA MOTIVATION
23 mai 2006

- Part 1 -
Régulièrement, les jugements et analyses que nous portons sur les autres ou nous-mêmes, identifient
ce qui semble être une lacune fondamentale, une défaillance apparente de la volonté de l’individu : le
manque de motivation. Le désir de se changer soi-même, ou d’aider l’autre à changer, par
l’apprentissage de nouveaux savoirs ou techniques, se heurte à des résistances.Les enseignants sont
parfois déçus de voir leurs élèves stagner alors qu’ils ont le sentiment de donner le meilleur d’eux-
mêmes. Des athlètes désireux d’améliorer leurs performances ne peuvent que constater l’échec de
leurs efforts pour progresser. Des parents s’inquiètent de voir leur enfant se désintéresser de
l’école.Dans de nombreux domaines (sportifs, professionnels, sentimentaux…), nous constatons
souvent, et amèrement, notre propre manque de motivation pour accomplir une tâche.Qu’est-ce qui
génère ce manque de motivation? Peut-on considérer que les personnes non motivées sont «
naturellement » inaptes? L’autre (ou moi-même), celui qui échoue, a-t-il le « gène de l’échec » en lui?

Afin de mieux comprendre ce qui nous préoccupe, il serait plus judicieux de parler de manque de
méthode plutôt que de manque de motivation. Car, comme nous allons le voir, la méthode crée la
motivation. Ceux qui agissent avec succès ont élaboré, consciemment ou non, une méthode
efficace.Il faut en effet établir une stratégie pour toute tentative d’amélioration dans un domaine de
notre existence qui a de l’importance pour nous. Mais comment établir une stratégie efficace?
Comment faire pour « tenir bon », rester motivé face aux difficultés, à l‘ennui? Qu’est-ce qui fait
qu’un enseignement porte rapidement des fruits ou échoue, peinant à faire progresser les élèves? Le
texte qui suit a pour objet d’approfondir notre réflexion au travers de l’examen d’un cas particulier : le
désir d’améliorer ses capacités athlétiques par la musculation.

1 - La résistance au changement

La psychologie a emprunté le terme « homéostasie » à la biologie afin de désigner la tendance


naturelle de tout être vivant à vouloir atteindre un équilibre et à chercher, par tous les moyens, à le
maintenir.
Nous cherchons en permanence à nous réguler, à conserver un équilibre en sélectionnant les
informations qui nous satisfont et en rejetant ou modifiant celles qui pourraient mettre en péril
l’équilibre atteint.Chacun, bien entendu, est plus ou moins souple, plus ou moins capable d’accepter
de nouvelles informations (données intellectuelles ou matérielles, environnementales) sans risquer
de perdre son équilibre, sans risquer de se sentir angoissé.

Le rejet, à priori, d’informations apparemment déstabilisantes peut être nommé « résistance au


changement ». Ce n’est pas en soi un défaut, une tare affectant seulement certains individus
pusillanimes mais une conséquence de notre condition d’animaux évolués: nous passons des années
à construire un semblant d’ordre à partir du chaos que nous offre le monde. Nous mettons celui-ci en
forme, en fiches. Nous construisons une image stable du monde, basée sur des certitudes
invérifiables, des axiomes imposés parfois aux autres, des échelles de valeurs subjectives afin de se
sentir à l’aise, afin de diminuer l’angoisse devant le hasard et la nécessité.
Or, tout nouvel apprentissage, en explorant un univers inconnu, demande de remettre en question
l’image que l’on a de soi-même et du monde. Une nouvelle pratique, simple divertissement au début,
devient rapidement une exigence, celle de repousser ses limites jusqu’à l’obtention du résultat
désiré.
Lorsque l’apprentissage est court, l’angoisse est faible: les limites ne sont guère repoussées et le
divertissement (plaisir) obtenu est une compensation survenant rapidement. La période de stress est
courte et donc acceptable.Mais, lorsqu’il faut, pour certaines activités, comme la musculation, se
remettre en question à chaque entraînement, la perte des repères peut s’inscrire en nous de manière
permanente. Le sentiment de contrôle s’atténue ou disparaît:cela génère parfois une angoisse
insupportable (bien que souvent inconsciente) et dans le meilleur des cas la stagnation s’installe (on
ne repousse plus ses limites); dans le pire, l’entraînement cesse.

L’angoisse naît lorsqu’on se retrouve dans une situation qui nous échappe et dont la gestion
(reprendre le contrôle) demande de nouveaux et longs apprentissages, autrement dit: lorsque la
solution paraît lointaine, incertaine et au prix de grands efforts.
Il est très difficile, pour chacun d’entre nous, d’accepter de rester dans une situation de déséquilibre
pendant un temps indéterminé. L’idée d’une instabilité permanente entre en conflit avec notre
besoin de certitudes. On fournit habituellement au pratiquant de musculation les bases: les
différentes techniques et un programme « débutant ». Ensuite, c’est à lui de devenir son propre
entraîneur, de s’improviser « chercheur ». Il doit alors faire face à l’incertitude quant à sa
modification corporelle. Ne va-t-il pas faire beaucoup d’efforts pour rien?
Cette question le hante rapidement, dès que les résultats tardent à venir.Un effort physique régulier
sans perspectives claires (il faut les redéfinir à chaque entraînement) génère vite de l’angoisse et, très
logiquement, une baisse rapide de la motivation.Combien de pratiquants conservent leur envie après
quelques mois? Combien ont de vrais résultats?
Pour lutter contre le « manque de motivation », on propose le « training mental ». Autrement dit,
non seulement le pratiquant doit consacrer de longues heures à soulever des charges et à analyser
son propre entraînement afin d’essayer de déterminer la direction à prendre (quelles techniques,
quels exercices pour la prochaine fois?) mais en plus, il doit passer du temps à regonfler sa motivation
qui a une fâcheuse tendance à s’épuiser plus vite que les muscles. Nous avons donc trois efforts
importants à maintenir:

- l’entraînement physique;
- la recherche du meilleur entraînement à venir (après chaque séance);
- l’entraînement mental.

Gérer autant de paramètres sans certitudes désarme souvent les meilleures volontés. Cela perturbe
l’homéostasie et accentue la résistance au changement. Une surcharge dans l’apprentissage conduit
généralement à un manque de motivation qui risque, avec le temps, de s‘aggraver.Reste à
déterminer, pour chaque élève, le palier où la charge acceptable devient surcharge et où il a le
sentiment qu’il ne contrôle plus la situation; et qu’il ne saura pas davantage la contrôler à l’avenir
2- Le sentiment de contrôle

« On peut énoncer brièvement quelques faits qui montrent, de façon convergente et claire, que c’est
bien la fin à atteindre qui définit la fonction que le comportement - moyen d’action - doit assurer, et
qui détermine ainsi le choix et la mise en œuvre effective de la stratégie appropriée. Il faut signaler
tout d’abord que, lorsque le cerveau programme une séquence comportementale, il a déjà élaboré
une « image » de l’objectif à atteindre; il anticipe les effets des mouvements qu’il programme et il
prépare les voies sensorielles à enregistrer les résultats attendus de ce comportement. On peut ainsi
enregistrer au sein du cerveau des activités neuronales qui sont étroitement liées à une certaine
attente, ou à l’enregistrement de la satisfaction ou au contraire de la non-satisfaction de cette
attente. De plus, la mise en jeu des mécanismes cérébraux - face à une situation donnée - dépend du
« savoir » que le cerveau individuel possède déjà - ou pas encore - pour faire face à cette situation de
façon efficace.Au fur et à mesure qu’il acquiert une stratégie dont il vérifie lui-même l’efficacité, la
réponse humorale complexe face à cette situation change profondément. À l’inverse, des
modifications humorales d’une autre nature s’installent, dès lors que l’individu se sent incapable de
faire face à la situation de façon efficace (« résignation apprise »: learned helplessness). » Pierre
KARLI (neurobiologiste).

Cette citation met en évidence l’importance, pour le développement de la personnalité, de la mise en


œuvre d’une stratégie efficace lorsqu’un problème se présente. En ce qui nous concerne, le problème
consiste en un désir d’améliorer ses capacités athlétiques et, éventuellement, de modifier son
apparence corporelle. On propose habituellement au pratiquant de musculation les bases et diverses
techniques: à lui de se définir une stratégie. Cela lui demande donc des efforts d’investissement
personnel très importants dans la recherche de solutions efficaces lui convenant parfaitement.
Sachant que ces solutions doivent être revues en permanence car le corps s’adapte. L’aspirant
pratiquant doit s’improviser « chercheur ».

À moins d’être ultra-motivé, le pratiquant se lassera très rapidement s’il ne trouve pas (comme par
enchantement) la solution adéquate dès ses débuts. Il finira par accepter son échec et la frustration
s’installera définitivement. Comme le corps est très important dans notre société (apparence et
efficacité), l’échec n’est donc pas « petit » et les modifications humorales (liées au système hormonal)
surviendront. C’est ce que Pierre KARLI appelle la « résignation apprise » qui a donc des incidences
négatives sur le fonctionnement (la santé) du corps.

A force d’échouer, on finit par ne plus savoir qu’échouer.

Tout entraîneur, quelle que soit la discipline, aura de biens meilleurs résultats s’il propose un
entraînement progressif, autrement dit: une stratégie efficace, adaptée rigoureusement aux besoins
de chaque individu. Le pratiquant se transforme alors rapidement, il obtient un résultat visible,
conforme à ses attentes. En relâchant progressivement son attention (sa surveillance attentive)
l’enseignant permet au pratiquant de se créer son propre entraînement à partir de l’entraînement
général avec très peu d’efforts. Il se crée sa propre stratégie, très facilement. Ainsi le pratiquant
incorpore parmi l’ensemble de ses stratégies une stratégie de transformation de soi dont il sait le
potentiel d’efficacité. Consciemment ou non, il se sent davantage « capable ».
Exercer son corps, c’est prendre du pouvoir sur soi et le monde, c’est donc gagner en autonomie.
L’apparence du corps, sa santé, ne sont plus totalement soumis à l’arbitraire de la nature. Le
pratiquant modèle son corps selon son bon vouloir et s’essaye à entretenir rationnellement cette
forme et cette santé Il comprend qu’il peut agir sur son corps comme il peut agir sur le monde et se
rendre davantage maître de l’un comme de l’autre.

« Il importe de s’arrêter brièvement sur cette notion de « maîtrise ». Le fait de pouvoir contrôler par
ses actes tel ou tel aspect du dialogue avec l’environnement et la conscience que l’individu a de cette
maîtrise jouent en effet un rôle important dans la préservation de l’équilibre mental. S’il a le choix,
l’animal préfère, lui aussi, une situation dans laquelle il contrôle des évènements survenant dans son
environnement, à une autre où cette possibilité ne lui est pas laissée. Pour obtenir de la nourriture,
près de 100 % des rats choisissent le compartiment où ils ont appris à l’obtenir en appuyant sur un
levier, de préférence à un autre où il y a libre accès la nourriture. Lorsque, dans un labyrinthe en T,
des rats doivent choisir entre un bras dans lequel ils reçoivent un choc électique au moment même
où ils y pénètrent, et un bras dans lequel ce même choc n’est donné qu’au bout d’un délai de trente
secondes, ils choisissent régulièrement le côté où le choc est lié directement à leur comportement et
où ils déterminent donc eux-mêmes le moment de son application. Ces observations, et un certain
nombre d’autres, montrent que la signification affective de beaucoup de situations change du seul
fait qu’elles sont contrôlables. De plus, l’expérience répétée de l’incontrôlabilité d’une situation se
répercute sur l’acquisition ultérieure d’un comportement adapté face à d’autres situations, dans le
sens d’une détérioration des facultés d’apprentissage et d’adaptation.Quant au développement
cognitif et affectif du nourrisson, on a progressivement mis l’accent non plus seulement sur la
nécessité d’un environnement qui fournisse des stimulations nombreuses et variées, mais aussi sur
l’importance des stimulations que le nourrisson maîtrise activement du fait qu’il les déclenche par
son propre comportement. A cet égard, une série d’observations semble bien indiquer que des
stimulations contrôlables et contrôlées ont pour effet de promouvoir le développement des facultés
cognitives ainsi que l’exploration active de l’environnement, tout en créant des expériences positives
sur le plan affectif. »
Pierre KARLI.

Réussite et sentiment de contrôle sont liés. L’efficacité d’une méthode dépendra donc de sa capacité
à intégrer le sentiment de contrôle et à l’utiliser comme un outil. Il s’agira de satisfaire pleinement ce
besoin naturel présent en tout être humain.
3 - Construire une méthode

La construction d’une méthode doit avoir pour ambition de vaincre la « résistance au changement »
du pratiquant en développant le « sentiment de contrôle ». L’exemple de la musculation sert encore
ici d’axe principal autour duquel s’organisent notre réflexion et nos propositions.

a) la résistance au changement.

Comment se fait-il que dans notre société où le corps est si important (média essentiel de
l’affirmation de soi et de la séduction), si peu de personnes passent le cap de la transformation
corporelle? Et, comment se fait-il que dans le groupe de ceux qui passent à l’action, si peu arrivent à
aboutir leur projet? Qu’est-ce qui bloque ces hommes pleins de désir qui n’hésitent pas d’ailleurs à
accomplir d’importants efforts dans d’autre domaines? Le corps, c’est aussi la santé, l’énergie, la
longévité, le bien-être: qu’est-ce qui empêche donc tant d’hommes de faire le premier pas et de s’y
tenir?

b) le sentiment de contrôle.

- pour s’épanouir, un enfant doit non seulement être stimulé mais on doit insister sur des stimulations
qu’il peut lui-même contrôler;

- chez les humains comme chez les animaux, le sentiment de contrôle est à la base de l’équilibre
psychologique. Moins un individu a l’impression de contrôler des aspects essentiels de son
environnement et de sa relation au monde, plus il risque de sombrer dans la dépression. C’est aussi
pour cela que beaucoup d’individus se restreignent à une somme d’expériences et de pensées
limitées qu’ils ont le sentiment de contrôler et se désintéressent de ce qu’il ne peuvent contrôler qui
demanderait, pour l’être, de nouveaux apprentissages. Ce blocage évolutif issu du besoin naturel de
contrôle, nécessaire à la survie de l’individu, peut être appelé « résistance au changement ». La
curiosité est étouffée par le besoin de sécurité;

- la plupart des individus refusent le changement qu’ils désirent pourtant. Ils se trouvent dans une
situation paradoxale où la nouveauté éprouvée (l’entraînement) afin d’obtenir des résultats
conformes à leurs désirs les terrifie car elle échappe à leur contrôle. Afin d’échapper à une situation
paradoxale (intenable car tiraillée entre deux contraires), ils préfèrent cesser l’entraînement et faire
semblant d’ignorer cet échec ;

Modifier ses aptitudes physiques, c’est changer son esprit car l’esprit et le corps sont étroitement
imbriqués. On ne peut garder le même esprit avec un corps différent. Celui qui s’entraîne
régulièrement acquiert de la volonté, un autre regard sur lui-même et sur les autres. Les
modifications de nos capacités physiques entraînent des modifications psychologiques et l’aspirant
pratiquant le pressent. C’est aussi ce qui lui fait peur. Il va devenir autre alors qu’il est habitué à ce
qu’il est;
- Pour obtenir un sentiment de contrôle permettant à l’individu d’accepter son changement, il faut
lier actes et contrôle. Cela peut sembler évident une fois expliqué mais la plupart des individus n’y
pensent jamais, sinon nous vivrions dans une société beaucoup plus dynamique. Pour sortir d’une
situation « plombante », dévalorisante, génératrice de souffrance ou pour améliorer les
performances du corps, il faut mettre en place une stratégie progressive où l’on accepte de ne faire
chaque jour que ce qui est dans nos possibilités. En Constructivisme, on appelle cela « la politique des
petits pas ». Il ne faut pas viser un changement immédiat et radical mais plutôt un effort renouvelé et
contrôlable. Chacun doit mettre en place des outils de contrôle basés sur des critères définis avec
rigueur.

. Il faut agir pour changer mais cela ne se fait que progressivement, à l’aide d’outils de contrôle
adaptés.

c) vaincre la « résistance au changement » en développant le « sentiment de contrôle ».

- la réussite en musculation comme ailleurs dépend moins des techniques employées que de
questions motivationnelles. En général, on propose de traiter la motivation parallèlement à
l’entraînement. Il s’agit d’entraîner sa volonté afin de tirer le meilleur parti des techniques proposées.
Il faut se dire, au contraire, que dans toute méthode, les techniques doivent être subordonnées à
l’élaboration de la motivation. C’est la construction même de la méthode (du cours) qui doit générer
la motivation.
Pour vaincre la résistance au changement, il faut que le pratiquant soit suffisamment motivé pour
oser prendre le risque de se lancer dans l’inconnu en faisant un effort régulier.La motivation
transforme le dépaysement exotique (on s’entraîne quelques fois et on laisse tomber ) en volonté de
persévérer dans l’effort. La motivation sera d’autant plus forte que le sentiment de contrôle sera
important;

- toute construction de méthode devra être réalisée dans le but de générer en permanence un
sentiment de contrôle important chez celui qui sera amené à la suivre.

Conclusion: Le changement exige une motivation, qu’elle soit intrinsèque ou extrinsèque, une force
qui produit le mouvement, l’élan vers un autre soi-même. Le désir ne suffit pas pour sortir d’une
condition anatomique, sociale ou psychologique insatisfaisante. La motivation rend le pratiquant
capable de naviguer d’une technique à l’autre, de sentir les limites de son entraînement et d’y
remédier.
La motivation n’est pas une force endormie, seulement potentielle, un simple désir, mais une force
active, ayant prise sur les faits de manière continue.
Pour créer et maintenir la motivation, il faut savoir construire une méthode qui permette une
progression constante à chaque utilisateur en levant les obstacles à la progression grâce à l’utilisation
rationnelle de techniques structurées afin d’élaborer la motivation.
Cette méthode sera constituée d’outils permettant de modifier le comportement du pratiquant en
instaurant une nouvelle image de soi compensant l’angoisse liée à l’exploration de territoires neufs
d’apparence aléatoire. Il s’agit de fournir au pratiquant des satisfactions au travers d’une réussite
rapide structurée grâce à des outils de contrôle très précis l’informant de chaque progrès. Voilà de
quoi lui donner foi en lui-même, plus d’assurance et d’autonomie.
Le rôle de l’enseignant, quelle que soit la discipline, est de donner au pratiquant le sentiment qu’il a
du pouvoir. Il doit créer les conditions pour que ce sentiment se développe en chaque pratiquant.
Être partenaire d’entraînement, c’est aussi être capable d’assumer la fonction d’enseignant auprès de
l’autre. Enseigner, c’est développer sa capacité d’observation, construire différemment son attention
en fonction des pratiquants. Il s’agit de s’appliquer à comprendre le fonctionnement de l’autre, de
comprendre comment il apprend, comment il perçoit un exercice ou une technique, comment il
perçoit l’objectif d’un cours. Il faut donc parler et écouter.
Bien sûr, ce sera toujours l’action qui produira les changements, mais la parole est là pour guider
l’action, pour produire l’action juste en tentant de générer le sentiment de contrôle de l’élève. Un
élève se présentant volontairement à un cours cherche toujours à obtenir une maîtrise, à prendre de
l’assurance. L’erreur serait alors de le mettre dans une situation qu’il aurait trop de mal à gérer,
générant de l’angoisse à la place de l’assurance recherchée. Ces conclusions peuvent être appliquées
à tout domaine nous intéressant afin d’y générer le succès.

STRATEGIE DE LA MOTIVATION - Part II -


Lutter contre l'Entropie

Notre premier article cherchait à mettre en évidence les rapports existant entre motivation et
méthode. Il ressortait de notre analyse que la création d’une méthode efficace exigeait de prendre
pour fondation la volonté de vaincre la résistance au changement en développant le sentiment de
contrôle.
La notion de méthode est différente de celle de stratégie. Il ne faut pas confondre les deux termes.
Après les avoir défini, nous allons, en examinant le concept d’entropie, proposer une réflexion sur le
concept de « stratégie individuelle ». Cette réflexion ne peut être suffisamment profonde sans avoir
compris les notions précédemment élucidées d’homéostasie, de résistance au changement et de
sentiment de contrôle.

Afin de percevoir les enjeux majeurs d’une telle réflexion, il pourra être utile de relire, au préalable,
l’article précédent (Brève analyse des rapports entre motivation et méthode).

Commençons par définir méthode et stratégie afin de savoir les différencier.


Méthode : ensemble ordonné de manière logique de principes, de règles, d’étapes permettant de
parvenir à un résultat.
Stratégie : art de coordonner des actions, de manœuvrer habilement pour atteindre un but.
(définitions issues du Petit Larousse)
La stratégie ne peut être réduite à une méthode, c’est une attitude, une forme de pensée. Elle
dépasse la notion de méthode en cela qu’elle ne se veut pas uniquement rationnelle, analytique et
séquentielle: elle admet également une part d’intuition, de souplesse par rapport à des règles de
base qu’il faut savoir revisiter et relativiser afin de les asservir dans la poursuite d’un objectif qui lui,
reste fixe.
La stratégie, c’est l’art d’utiliser une ou plusieurs méthodes, en prenant de la distance par rapport à
ces dernières, en se les appropriant.
Un exemple banal permettra d’éclairer ce raisonnement : pour apprendre l’anglais, nous pouvons
utiliser une ou plusieurs méthode(s). Notre but est l’apprentissage de l’anglais. Notre stratégie sera
d’utiliser les règles de base : apprentissage de la langue et séjours linguistiques. Nous pouvons
attendre d’avoir terminé la méthode pour visiter l’Angleterre. Nous pouvons également nous rendre
en Angleterre à différents moments de notre apprentissage. Nous pouvons nous imposer l’écoute
régulière d’une radio anglophone, même si nous n’y comprenons rien au départ. De notre façon
personnelle d’agencer tous ces paramètres dépendra notre réussite. Cet agencement mêlera intuition
et logique au travers d’un recul critique permanent, susceptible d’optimiser les efforts ainsi que les
résultats.

La stratège, c’est celui qui, après l’apprentissage, passe à l’appropriation et crée sa formule, son style,
lui permettant d’atteindre son but au-delà de toute méthode. Cette formule est souple, adaptable en
permanence car seul compte l’objectif.

L’objet de cet article, en se proposant d’apprendre à lutter contre l’Entropie, est de mener une
réflexion concrète dont les aboutissements seront la création du « recul stratégique / critique » à
l’aide de « l’attitude d’ouverture ».

Une authentique stratégie de la motivation investit tout naturellement le terrain de la lutte contre
l’entropie.

1°) l’Entropie

a) en Physique

La notion d’entropie est constitutive du Second principe de la thermodynamique. Ce principe stipule


que tout système isolé a naturellement tendance à voir son entropie augmenter avec le temps. En
physique, entropie peut se traduire par « désordre ».

Dans ce cas, le désordre signifie, pour un système, qu’il tend vers une homogénéisation de ses
composantes, un équilibre. Plus le système se rapproche de son équilibre, plus l’entropie croît.
La nature n’a pas l’air d’apprécier ce qui est ordonné. Afin d’être plus clair, on peut dire qu’elle n’aime
pas ce qui est bien rangé. Aussi, elle a tendance à tout égaliser, à éroder toute forme distincte.
Progressivement, l’équilibre s’installe, c’est-à-dire : le calme plat.

Deux exemples:
- si l’on pose un bloc de matière quelconque, chaud, à côté d’un bloc froid, la température finira par
être la même dans les deux blocs. L’entropie sera alors arrivée à son maximum puisque l’ordre initial
(un bloc chaud / un bloc froid ) aura disparu au profit d’une homogénéisation, d’un équilibre
irréversible: deux blocs tièdes.

- si l’on verse une goutte d’encre dans un verre d’eau transparente, on constate au début un ordre.
Deux éléments bien distincts cohabitent dans le verre. Mais, au bout d’un certain temps, la goutte
d’encre se sera diluée dans le verre. Le système sera alors homogène, l’entropie aura atteint son
maximum.
L’entropie est, dans un système isolé, irréversible. En effet, sans intervention extérieure, il est difficile
d’imaginer qu’un des deux blocs puisse spontanément se réchauffer alors que l’autre, tout aussi
spontanément, se refroidira. Il en va de même pour la goutte d’encre, qui une fois diluée, sera bien
incapable de se ramasser dans un endroit du verre, se séparant ainsi du liquide dans lequel on l’a
plongée et retournant à son état originel.
En physique, on affirme que l’entropie d’un système ne peut diminuer seule : c’est impossible.

b) chez l’être humain

Un individu forme un système, un couple forme un système, une famille forme un système, une
société forme un système.
Selon Joël de Rosnay, un système est un « ensemble d’éléments en interaction dynamique organisés
en fonction d’un but ». Ce but peut paraître évident, hors de toute intervention de l’observateur. Ainsi
le corps humain est un système qui semble exister de lui-même car tout le monde est en mesure
d’observer que les individus sont séparés les uns des autres, et séparés de l’environnement.
D’autres systèmes paraissent moins évidents. C’est la démarche de l’observateur qui crée le système.
Il lie des phénomènes et des événements qui lui paraissent interdépendants et les traite comme un
tout. C’est le cas de la goutte d’encre dans le verre qui forme avec l’eau l’environnant un système,
comme extrait du monde par l’observateur. La sociologie également voit la société comme un
système et s’applique à découvrir et expliquer les règles qui le régissent.

Aucun système vivant ne peut être totalement isolé, fermé. Un individu se doit d’être matériellement
ouvert pour survivre. Il doit manger, respirer, boire… en tant qu’humain, il doit également être
spirituellement ouvert puisque ce sont ses relations avec les autres qui l’aident à se construire.
Plus un individu sera isolé, plus il sera sensible à l’entropie. Il peut être matériellement isolé mais il
peut également être socialement isolé, seul parmi les autres. On pense immédiatement à celui qui
est frappé d’ostracisme, rejeté par ses semblables. Mais s’arrêter à ce cas serait passer à côté de
l’essentiel. La recherche d’homéostasie (voir article intitulé « brève analyse des rapports entre
motivation et méthode ») conduit souvent à une volonté d’isolement parmi ses semblables. Afin
d’atteindre et maintenir un certain équilibre, l’individu sélectionne les informations provenant de son
environnement en fonction de ses besoins et de ses croyances. Le souci de conservation de son
homéostasie l’incite à réduire ses échanges relationnels au minimum qu’il juge utile.
Il oublie alors que, selon le principe d’entropie, l’équilibre ultime est la mort.
Le paradoxe étant qu’à travers la recherche d’homéostasie, on souhaite atteindre un état d’harmonie,
un ordre. Or, l’harmonie suprême est le désordre (l‘entropie)… Plus on recherche l’ordre (la sécurité
intérieure) en limitant ses rapports au monde, plus on favorise en soi l’entropie, donc le désordre :
une forme de nivellement, d‘appauvrissement de la personnalité. Ce paradoxe est nommé
énantiodromie, ou transformation d’une chose en son contraire. À vouloir maintenir à tout prix un
certain ordre, sans lui apporter de sang neuf, celui-ci finira par s’user.

En effet, un système ne peut maintenir son ordre interne sans actions extérieures, sans informations,
sans données nouvelles et diverses.
Quand l’homéostasie tend vers une ouverture minimale du système, son entropie augmente dans le
sens d’une inadaptation croissante aux problèmes posés par l’environnement. Plus clairement : moins
un individu est ouvert, plus il aura du mal à gérer les problèmes chaque jour nouveaux qui s’imposent
à lui.
Bien sûr, un système dépérit d’autant plus vite que des « informations » (énergie intellectuelle,
professionnelle, cinétique…) en sortent et qu’il n’admet aucune nouvelle information. Cela se solde, à
terme, par un bilan négatif et la destruction (matérielle ou psychologique) du système.

Il s’agit donc pour nous de passer d’une volonté primaire d’équilibre statique et mortifère à une
volonté d’équilibre dynamique fruit d’une ouverture permanente et de la gestion avisée de celle-ci.
La résistance au changement mal gérée conduit à une homéostasie « fermée ». C’est une attitude
vouée à l’échec car tout immobilisme, toute stagnation, dans un monde en perpétuel mouvement,
constitue une régression, c’est à dire à une inadaptation de plus en plus marquée, comme un retour à
l’ébauche de soi qu’est l’enfance.

Reste à découvrir ce qu’est l’homéostasie « ouverte » , cet équilibre dynamique facteur de progrès en
tous domaines.

2°) lutter contre l’entropie

a) information et liberté

Lorsqu’un individu vient au monde, il se construit sous la pression conjointe de ses gênes et de son
environnement. Il émerge progressivement de l’inconscient pour parvenir à la conscience. Il
développe peu à peu sa propre vision du monde, sa « mythologie personnelle » à travers laquelle il
continuera d’interpréter les événements dont il sera témoin.
La génétique détermine nos caractéristiques physiques de base et peut-être certains traits de notre
caractère. Nos gènes portent en eux les spécificité de notre espèce : ils nous rendent humain.
L’éducation se greffe sur ces paramètres et modèle, à partir d’eux notre vision du monde. Notre
personnalité, la conscience que nous avons de nous-mêmes, sont conditionnées par notre milieu
social, les rapports qu’ont entre eux (et avec nous) nos parents, le savoir dispensé à l’école et les
multiples rencontres que nous faisons.
La conscience de soi est une forme de distance par rapport à soi, aux autres et au monde. Cette
distance nous illusionne en cela qu’elle nous amène à croire que nous sommes libres car « séparés ».
Croire que notre séparation , notre distance nous permet de gérer totalement toute influence est une
illusion : l’illusion du libre-arbitre.

En réalité, nous sommes libres en potentiel car nous pouvons penser nos désirs et rêver de notre
toute puissance, tels des dieux que rien ne conditionnerait, nés de nous-mêmes et par nous-mêmes.
Cependant nous ne sommes pas libres en actes car notre forme et nos choix ont été, sont et seront
toujours contraints. Sommes-nous seulement capables de choisir entre plusieurs options celle qui
sera la meilleure pour nous?
En permanence, des forces, à l’intérieur comme à l’extérieur de nous-mêmes, agissent à notre insu et
infléchissent nos décisions.
La liberté, au sens où l’entend la plupart des gens, n’existe pas.
Par contre, la libération, elle, existe : nous pouvons être de plus en plus libre. Nous devons apprendre
à être plus libre afin d’évoluer.
Toute motivation est une volonté d’évolution, une volonté de changement positif. Être de plus en plus
libre, c’est se rendre capable d’être de plus en plus motivé pour accomplir ce qui importe pour nous.
Se libérer progressivement, chaque jour un peu plus, exige une attitude spécifique où le traitement
des informations provenant de notre environnement permettra d’augmenter notre éventail de
réactions face à un problème.

La libération existe, c’est l’augmentation des choix possibles.

Il importe, à ce stade de notre réflexion, de définir la notion d’information. Toutes les données
auxquelles nous avons accès, volontairement ou involontairement, ne sont des informations qu’à une
seule condition : elles doivent être susceptibles d’augmenter notre pouvoir de décision et d’action.
Une authentique information consiste en une donnée ou un ensemble de données que nous pouvons
traiter afin de faire évoluer un système, c’est-à-dire de passer d’une homéostasie fermée à une
homéostasie ouverte, et donc de contrer l’entropie. C’est généralement par un acte conscient que
nous intégrons des données pour en faire des informations.

Le degré d’assimilation de l’information dépend de notre environnement qui nous fournit à la fois des
informations authentiques et des données vides. Il dépend aussi de notre attitude d’ouverture, de
notre volonté de nous laisser pénétrer par des données qui peuvent être considérées comme
dérangeantes, déstabilisantes.
Plus nous assimilons d’informations, plus nous augmentons notre liberté. Notre stock de réponses
possibles face à une sollicitation intérieure (questionnement, dépression, maladie…) ou extérieure
(professionnel, sentimental, politique…) augmente. Ce qui nous rend potentiellement capable
d’apporter une réponse adaptée, voire parfaitement ajustée à la situation. Nous aurons alors plus de
chances de réussir, de mener à bien une tâche, d’atteindre un objectif.
Or, la réussite nourrit la motivation et la motivation entraîne la réussite.
La volonté d’être plus libre est d’ordre général, elle doit au départ se constituer sans but précis autre
qu’elle-même . La motivation découlera, naturellement, des nouveaux comportements et modes de
pensée induits par l’accroissement de notre liberté.
Il devient pour nous clair que la recherche et le maintien d’une attitude d’ouverture sera le socle sur
lequel se construira un équilibre dynamique, une homéostasie ouverte.

b) attitude d’ouverture

Evoluer consiste en une recherche d’ouverture maximale du système qu’en tant qu’individu, nous
sommes. Sachant qu’aucun système ne peut être totalement ouvert et, comme on l’a vu, qu’aucun
système ne peut être totalement fermé.
L’attitude d’ouverture est une attitude créative qui consiste à se créer soi-même en profitant de toute
information disponible. C’est une véritable stratégie, un art demandant autant d’intuition que de
raisonnement. L’attitude d’ouverture est une disponibilité permanente.
Pour évoluer (attitude créative), il faut rechercher la différence et la contradiction plutôt que la totale
ressemblance à soi (qui est synonyme de résistance au changement).

On comprend aisément que l’homme est un système qui se doit de rester matériellement ouvert
pour survivre puisque il doit se nourrir et respirer, donc assimiler des informations. Mais l’homme
n’est pas de la matière associée à un esprit, il est un corps-esprit, une unité indissociable. L’homme
vit dans un monde symbolique qui fait système, on appelle cela la culture. L’homme est donc
matériellement et spirituellement soumis à l’entropie. Il se doit d’être ouvert d’esprit comme il ouvre
ses poumons pour laisser entrer l’air.

Evoluer, c’est sortir de la culture grâce à la culture.

Le terme culture comporte deux acceptions:


La première est la panoplie de tous les éléments constitutifs d ’ une société: traditions, manières de
parler, de se vêtir, de se comporter, d ’ entrer en relation … c ’ est l ’ ambiance générale dans laquelle
baigne tout nouveau venu dans un monde.
La seconde est constituée d ’une réflexion sur la première . Il s ’ agit de prendre du recul, d ’ exercer
son esprit critique, de mettre en doute le monde que l ’ on voit. Ce monde ne va pas de soi, il est «
relatif ». En se « cultivant », on gagne de l ’ autonomie, on devient capable de rejeter les fausses
évidences, les croyances erronées. On comprend pourquoi et comment chaque vie, chaque regard
sur le monde peut et doit être singulier. La culture, en ce sens, est la création d ’un être singulier.
Toute découverte, ou invention est le fruit de ce regard neuf produit par le recul critique. La culture
ne se résume pas à la lecture d’ouvrages complexes, c’est une attitude. En ce sens tout peut être
objet de culture. Toute pratique, effectuée en exerçant son esprit critique ou en tentant de le faire est
culture.
Si la réflexion permet de générer l’action juste, seule l’action produit les changements. L’activité
physique est ainsi un excellent moyen de s’approfondir soi-même si elle ne se résume pas à un simple
divertissement mais est vue comme un élément destiné à mieux se connaître.

Évoluer, c’est tenter de comprendre et dépasser nos déterminismes (la culture dans laquelle on
baigne) en prenant du recul (la culture comme action consciente).

Il est tout à fait possible de lutter contre l’entropie en faisant le minimum. Puisqu’un système vivant
n’est jamais totalement fermé, on comprendra que, tant que nous sommes en vie, le système que
nous sommes est suffisamment ouvert. Nous agirons alors à la recherche d’une homéostasie «
fermée », une simple conservation de soi. Nous ferons au mieux pour ne pas mourir trop tôt. Nous
consulterons des aides : médecins, psychologues, psychotropes en tous genres. Nous vivrons peut-
être même plus vieux que ceux ayant décidé de se prendre en charge, d’être responsable de leur vie,
d’accompagner sa création par le hasard et la nécessité.

Mais pourquoi ne pas donner du prix à sa vie en luttant contre l’entropie de façon totale et
consciente, en développant l’attitude d’ouverture? Pourquoi ne pas essayer d’être en permanence
prêt à recevoir toute stimulation comme quelque chose de constructeur? Pourquoi ne pas rechercher
ces stimulations, aller au devant d’elle?
Lorsqu’on connaît les bénéfices d’une telle attitude d’ouverture, l’acte fondateur de notre évolution
consistera en ce questionnement quotidien.

La culture produit des objets culturels. Plus ces derniers seront diversifiés, plus nous aurons accès à
des informations différentes. Chaque système-individu ayant accès à cette diversité pourra espérer y
trouver de quoi s’enrichir et donc lutter contre l’entropie en la neutralisant ou la retardant par
l’ouverture perpétuelle du système.
Notre cerveau peut réaliser des milliards de connexion différentes. Il peut donc, en théorie, produire
des idées nouvelles et donc, d’autres façons de percevoir la vie. Mais, un système fermé, ou peu
ouvert (n’ayant pas accès par contrainte ou par choix à une grande variété d’informations) tourne en
boucle, il a trop peu d’éléments pour voir surgir de nouvelles idées qui bousculeront l’ordre établi et
combattrons l’entropie: il manque d’imagination…
Un objet culturel nous propose à la fois de nouvelles informations et également de nouveaux
programmes pour traiter les informations. Par exemple, lorsque on lit un roman, on introduit en soi
une description du monde (les informations) et une façon de décrire le monde (un programme - une
mythologie - différent du nôtre). Ce programme peut bouleverser notre mythologie personnelle en
s’affirmant comme différent et valable. Plus on découvre d’autres programmes, en pratiquant de
nombreuses activités, plus on nuance le sien : il devient alors plus souple, plus ouvert. Nous
évoluons. Le système-individu que nous sommes s’enrichit, se développe. Cela rejaillit sur le système-
couple, lui évitant de succomber à l’entropie. A un niveau supérieur, l’effet est notable sur la famille et
la société.

Conclusion
Tout être humain est sensible à l’entropie et condamné par elle.
Tout être humain cherche à lutter contre le désordre (intérieur).
La première attitude consiste à rechercher une stabilité fixe, ce qui est le signe d’une résistance au
changement bien trop forte, d’une homéostasie fermée. Cette attitude est génératrice d’échec,
favorisant le repli sur soi, l’isolement, la poursuite de la sécurité à tout prix au détriment de
l’épanouissement de la personne.
La deuxième attitude consiste en une recherche d’équilibre dynamique ou homéostasie ouverte.
L’individu favorise son ouverture au monde en recherchant et accueillant favorablement les
informations nouvelles, discordantes et dérangeantes. Il se demande en permanence en quoi une
donnée, quelle que soit sa nature, peut devenir une information. En cela c’est un art, la stratégie
suprême, celle de savoir conduire sa vie en la nourrissant en permanence.

On peut considérer qu’une stratégie efficace est constituée de plusieurs éléments.


Le premier : il s’agira de se consacrer à l’élaboration ou au suivi de méthodes où le sentiment de
contrôle sera prépondérant. L ’ homéostasie implique une résistance au changement, et donc une
limitation ou une annihilation de la motivation. Le suivi d ’ une méthode bien étudiée permet de
développer le sentiment de contrôle et donc de faire évoluer l ’ homéostasie, ce qui provoque une
naissance ou une augmentation de la motivation. C’était l’objet de notre premier article.
Le second : consiste en un développement de sa capacité critique (ou « recul critique ») au travers
d’une nouvelle attitude : l’attitude d’ouverture. L’individu se libère. Il prend de la distance par rapport
aux méthodes, il développe plus facilement ses stratégies, il acquiert les notions susceptibles de
l’aider à affiner ces stratégies. L’attitude d’ouverture compense la résistance au changement. Elle doit
être considérée comme une stratégie globale, transcendant toute forme d’attention.
Le troisième : fera l’objet de notre prochain article.

Olivier Lafay.

ATHLETES
18 janvier 2007
Se muscler? Pour quoi faire?

Pour certains, il s’agira de se décomplexer. Pour d’autres, de répondre à un idéal social véhiculant
l’idée de séduction, de pouvoir sexuel. L’on avoue également son besoin d’être plus fort, plus massif
afin d’impressionner d’éventuels agresseurs, ou tout simplement de prendre plus aisément
l’ascendant lors de toute confrontation, même si l’on est en tort… Même chez les sportifs
officiellement désireux de se muscler pour leur sport, on retrouve généralement les impérieuses
nécessités de la séduction, du culte de la force.

Notre société médiatique nous abreuve d’images. Autant de modèles potentiels, autant de types
d’entraînements possibles, autant de raisons de se fourvoyer, noyés dans l’incompréhension des buts
et moyens de la modification corporelle.

Il suffit qu’une image nous marque, qu’un homme semble représenter, sous les feux des projecteurs,
l’idéal que nous devons incarner (au sens littéral pour certains qui voudront ressembler absolument,
au détail près, à leur idole) pour que nous perdions tout recul critique et sombrions rapidement,
hypnotisés par les sirènes des marchands de rêves. Nous copierons alors, à la ligne près,
l’entraînement de la star (qui est rarement celui que nous décrivent les médias), consommerons
comme lui dit le faire et, frustrés de notre impossibilité à être lui, nous nous éloignerons de plus en
plus de nous-mêmes, rendus esclaves d’un système s’appuyant sur notre ignorance et notre naïveté
pour nous enlever tout recul critique.

La question des modèles, de notre façon de les appréhender, de notre indépendance vis à vis d’eux
est fondamentale. Ces modèles influent non seulement sur notre comportement de consommateurs,
mais ils déterminent notre orientation en terme d’entraînement athlétique, conditionnant des choix
qui peuvent entraîner des frustrations par manque de résultats, par blessures répétitives, par
incapacité sportive, par l’impossibilité à devenir l’autre, la star.

Depuis cinquante ans, le culturisme, prolongement de la culture physique (recouvrant l’idée de


culture de soi, d’épanouissement physique intégral) est devenu le bodybuilding (construction du
corps comme d’un bâtiment, une matière inerte à sculpter). Le corps est alors un objet extérieur à
soi, il n’est plus nous, nous ne sommes plus lui, mais il est « à nous » (nous ne sommes plus lui, nous
le possédons). Malgré la recherche de pensées alternatives, d’origine orientale, la dualité cartésienne
conditionne toujours nos points de vue; et sa domination est, naturellement, quasi absolue dans un
domaine la sollicitant autant que la musculation (ainsi que tout rapport de transformation
corporelle).

Du regard du bodybuilding sur le corps, de l’esprit qu’il véhicule, dérivent tous les modèles
esthétiques proposés à notre admiration. Seul l’aspect extérieur, l’apparence donc, compte. La vision
qu’a le grand public de la musculation, qu’il soit ou non pratiquant, peut se résumer ainsi : pour
ressembler aux stars du petit et du grand écran (des médias en général), il s’agit de plaquer du muscle
sur son corps, comme s’il s’agissait d’un objet. En l’occurrence, il s’agit de plaquer de la viande sur de
la viande. Nous sommes de la viande pensante…

Notre projet n’est pas de critiquer ou de rabaisser le bodybuilding qui a ses adeptes et ses passionnés
et qui, dans sa dimension sportive vaut n’importe quel autre sport. Il n’est ni plus stupide, ni plus vain
que les autres activités humaines. Il propose à notre curiosité esthétique des êtres parfois fabuleux,
comme issus de légendes, de mythes. Le bodybuilding est à la fois un sport et un art visuel et son
existence est légitimée par le plaisir qu’il peut procurer à certains sans constituer un danger pour les
autres, qu’ils soient indifférents à son existence ou détracteurs.

Il s’agit plutôt de s’attarder sur la dimension sociologique du bodybuilding et de ses conséquences


psychologiques et sanitaires, du moment qu’il s’est imposé, comme cela a déjà été dit, comme la
seule pratique de musculation à visée esthétique, la référence.

Comment faire du gros muscle? Quand cette question reçoit des réponses qui évacuent tout autre
considération que le volume, notamment la santé et la condition physique, on est en droit de se
demander si, à part pour une minorité de bodybuilders parfaitement conscients de leurs choix et des
implications qu’ils recouvrent, la majorité des pratiquants ne se fourvoie pas au quotidien, avec des
entraînements ne lui convenant pas.
Même les sportifs recherchant la performance ne peuvent échapper aux diktats sociaux, aux modèles
représentant la séduction; et nombre d’entre eux entretiennent une relation ambigüe avec le
bodybuilding, que l’on associe spontanément à ces modèles physiques médiatisés. Et leurs
entraînements en viennent parfois à mélanger la recherche de la performance au détriment de
l’esthétique, officiellement… mais en s’attachant officieusement aux proportions du physique. Et
untel, sportif avant tout, sera fier de ses gros bras qu’ils entraîne (en douce) pour qu’ils soient gros,
bien que cela ne soit pas nécessaire dans son sport, tout en se déclarant, bien entendu, hostile au
bodybuilding.

De même, combien de bodybuilders se revendiquant naturels, crachant sur le dopage avec


véhémence, parsèment leurs chambres de posters d’athlètes dopés ou se procurent avec grand plaisir
les revues les mettant au premier plan?

Confusions et incohérences…

Ces considérations déterminent une volonté d’élargir à nouveau le champ de la transformation


corporelle, tel qu’il a pu l’être autrefois, en réhabilitant l’expression « culture physique ». Non pas, il
faut le répéter, pour créer une opposition frontale entre cette expression du travail musculaire et le
bodybuilding comme activité à visée essentiellement plastique, mais pour tenter de redéfinir l’activité
de transformation corporelle, en introduisant des variables lui donnant un nouveau souffle par la
mise en valeur d’autres orientations, d’autres types de pratiques.
La culture physique moderne serait alors moins axée sur l’apparence que sur une parfaite adéquation
entre condition physique et esthétique. Je n’habite pas un corps-objet, mais je suis ce corps, je suis
un être-corps.

Etre un pratiquant de culture physique, un athlète du quotidien, voilà ce qui devient important. Le
volume et les proportions ne sont pas rejetés ou négligés mais deviennent des modalités de même
valeur que la souplesse, l’endurance, la résistance. Il s’agit de la recherche d’un dynamisme « pour soi
», qui n’est pas nécessairement orienté vers la pratique sportive, mais fondamentalement orienté
vers la recherche d’une énergie à tout moment disponible, un bien-être, une joie de vivre. Ce
nouveau cadre n’évacue aucunement la possibilité de rechercher et d’obtenir un gros volume
musculaire. Celui-ci ne passe cependant plus avant l’acquisition de qualités athlétiques, moins
visuelles, mais jugées prioritaires.

L’ambition de cet article, comme de mes nombreuses interventions sur internet à ce sujet, est
d’amener chaque lecteur à reconsidérer sa pratique, son rapport aux modèles et, donc, sa vision du
monde. L’utilité d’augmenter les références du pratiquant, qu’il soulève ou non des haltères, en les
traitant de manière égalitaire, me paraît indiscutable. Vous gagnerez en autonomie et découvrirez
plus aisément ce qui vous convient le mieux si d’autres conceptions de l’entraînement athlétique sont
amenées à votre conscience par le biais conjoint du texte et de l’image.

N’oubliez plus ces mots : « culture physique ».

Pédagogie
13 mars 2009
L’avenir de la musculation est dans la pédagogie car tout a été inventé en matière de programmes et
d’exercices.

Il manquait une structuration de programmes permettant, dans le cadre d’une méthode, de


développer force, endurance, puissance et même volume, avec des exercices au poids de corps (ou
exercices sans matériel). C’est chose faite depuis 2004. La boucle est bouclée.

Le pédagogue s’intéresse davantage à ses élèves qu’à flatter son égo. Il met en avant les résultats de
ses élèves puisque son ambition est la réussite de tous et non l’adoration de sa propre image.

Il pense, au quotidien, à la mise en place d’un espace apte à créer la motivation, utilisant ainsi son
oeuvre, ses cours, ses réponses personnalisées, les divers médias d’aujourd’hui (forums, blogs, sites)
pour bâtir un amphithéâtre virtuel, une salle de classe sans murs, à ciel ouvert.
C’est l’agora d’hier, à l’ère numérique, au service du muscle et de la conscience.

« les résultats dépendent souvent moins des techniques employées que de questions
motivationnelles »
La méthode Tome 1

« tout discours doit être structuré afin de provoquer et entretenir l’action »


La méthode Tome 2 (Turbo)

Le sens profond de « Méthode » est « pédagogie ». Du moins devrait-il l’être mais, depuis le succès
de la « méthode Lafay », le terme est utilisé pour à peu près tout et n’importe quoi, dans le seul et
unique but de vendre, de servir éditeurs et auteurs, mais certainement pas le lecteur.
Une méthode authentique est structurée par un discours qui lie ses composantes de manière à
fournir des réponses globales. Ce ne peut en aucun cas être un catalogue d’exercices et de
programmes. Si un livre de sport met en avant le terme « méthode », lisez le sommaire, vous verrez
aussitôt si l’ouvrage en question tend à être une méthode.
Méfiez-vous également de la terminologie exprimant la surenchère. Par exemple, « révolutionnaire »
ne peut s’appliquer qu’à l’introduction de la pédagogie dans la littérature sportive, donc une
structuration effective et novatrice de la pratique par le discours. Le pédagogue maîtrise le langage.

Pour une clarification de la distinction entre méthode, système et programme, lisez cet article écrit en
2005 et repris sur musculaction.com en 2007 : cliquez ici

Vous pouvez compléter ensuite ces notions par la lecture de mon article sur la motivation qui éclaircit
les rapports entre méthode et motivation : cliquez ici

Vous comprendrez pourquoi le Proteo-System (nom premièrement donné à mes livres) est à la fois
une vision du monde, un système donc, et une méthode. Une vision du monde proposant une
méthode.

L’expérience créatrice
14 avril 2009

« Tout acte créateur commence par une excitation agréable, traverse une phase d’enfantement et
culmine dans la joie de l’expression. L’excitation initiale est due à une inspiration. Quelque chose
pénètre la personne et prend possession de son esprit: une vision nouvelle, une idée neuve, une
substance excitante ou une semence qui fertilise un œuf pour débuter une nouvelle vie. Ceci produit
une conception, qui est alors lentement mise en forme par l’élaboration de l’idée ou de la vision.
L’achèvement de la création est marqué par la décharge de toute tension, une satisfaction profonde,
un sentiment de plénitude et la joie de la délivrance. Du début à la fin, tout le processus de création
est motivé par l’attrait du plaisir.
Non seulement, le plaisir fournit la force motrice du processus de création, mais il est aussi le produit
de ce processus. Une expression créatrice est une nouvelle façon de faire l’expérience de soi. Elle crée
littéralement un nouveau plaisir – qui n’existait pas auparavant – pour tous ceux qui peuvent
participer à la même vision du monde. »

Alexander LOWEN.

Cette citation était en exergue de la première version de la méthode.

Penser les conflits


3 janvier 2010

En guise de vœux pour cette année nouvelle, j’ai décidé de partager avec mes lecteurs quelques
citations de Françoise Kourilsky (Docteur en Psychologie, diplômée de Sciences-Po).
Janvier 2010 peut être un point de départ pour entreprendre des relations différentes avec les autres,
pour rénover notre vision du monde et de l’altérité.
Toutes ces citations sont issues de l’ouvrage « du Désir au plaisir de changer » publié chez Dunod.

*****

Les conflits résultent des rigidités humaines.

Les conflits sont à la base de l’évolution des systèmes vivants. C’est notre manière de les aborder qui
les rend menaçants ou féconds, source de blocage, de destruction ou d’évolution.

La résolution des conflits, dans ce qu’elle nécessite de réflexion, de choix et de dépassement, nous
invite à passer à un niveau logique d’ordre supérieur où pourra être dégagé leur fonction utile
d’évolution.

Si les conflits résultent le plus souvent de rapports de force, ils sont aussi liés à l’insatisfaction, à la
frustration, à la dévalorisation ou à l’ennui.

Face à un travail insatisfaisant, ou à des relations routinières non gratifiantes, le recours au conflit
peut apporter quelque excitation.

Il s’agit donc de savoir si l’on souhaite changer les choses ou punir l’autre en le faisant perdre.

Nous confondons souvent « conflit » avec « combat » et envisageons le conflit comme un jeu à
somme nulle où si l’un gagne, l’autre perd. C’est la raison pour laquelle certains conflits se perpétuent
dans des jeux sans fin.

Les individus en conflit se comportent en effet en véritables robots, en « machines triviales » : leurs
comportements deviennent tellement prévisibles et leurs options tellement restreintes qu’il devient
possible de devancer leurs récits pour leur indiquer, de manière provocatrice, comment ils « ont dû
fonctionner ».

Les conflits sont entretenus par nos comportement répétitifs qui nous emprisonnent dans des cercles
vicieux.

Nombre de conflits se perpétuent par le fait même que nous n’utilisons plus ce qui caractérise notre
dimension humaine, à savoir l’autonomie où précisément réside notre créativité.

*****

Afin de poursuivre notre réflexion sur les rigidités interactionnelles qui, mal gérées, nous absorbent
parfois dans des jeux sans fin, je vous invite à lire ma série d’articles sur la motivation, où le concept
d’homéostasie (rigidité ou souplesse) est largement abordé :
Homéostasie ouverte ou fermée, panorama de la dynamique évolutive

Fiche d’identité de « MOI JE »


25 février 2010

Nom : Je

Prénom : Moi
Né le : depuis peu, multiplication

Lieu : Internet

Reproduction : clonage

Devise : Sois toi-même et hurle-le à la face de tes semblables

Philosophie : individualisme/relativisme. Ne crois en l’absolu que du relativisme sauf en ce qui le


concerne : ne parviens pas à relativiser ses propres dires.

But : exister alors que cela lui est impossible tant qu’il n’aura pas tué le symbole d’une autorité.

Symptômes : contradictions évidentes et permanentes dans le discours / refus de l’autorité / refus


des hiérarchies à moins qu’il ne soit placé à la seule place qui lui est due selon lui : son sommet.
Prétend détenir la vérité. Prétend pouvoir décider qui d’autre ne la détient Pas. Relativise la notion de
vérité lorsqu’elle émane d’autrui.

Frustrations : nombreuses car Internet a cloné le modèle et plus rien ne différencie Moi Je de Moi Je.

Conséquences possibles : cacophonie générale, inaudibilité puis destruction de la valeur.

Conséquences sur autrui : mouvements de foule, lynchage virtuel, interventions d’autres Moi
Je consentant momentanément à soutenir le Moi Je initiateur du mouvement … Mais comme il n’y a
pire Judas qu’un Moi Je, à la première occasion, le 2° Moi Je plantera une lame dans le dos du
premier Moi Je.

Synthèse générale : Moi Je est pluriel bien qu’il pense être le seul à exister. Moi Je et Moi Je ne se
différencient que par leur physique : le vide caractérisant leur pensée, il est impossible de faire la
différence sur cette base. De façon paradoxale, la déification de l’égo, particulièrement patente sur
Internet a eu pour conséquence un accroissement des phénomènes de mouvement de foule visant à
détruire la différence, l’autorité naturelle, symbole archaïque de la figure du pater familias. Moi Je,
c’est Oedipe qui tue son père, qui ne se crève pas les yeux et qui continue même de se taper sa mère.

Tentatives de guérison : aucun médicament n’est assez fort.Euthanasie virtuelle pour les cas
désespérés.

Texte de Benoît C. (spooner sur musculaction.com).

Tendance/Invention/Innovation
5 avril 2010

Pourquoi la Méthode Lafay est une innovation ?

C’est à la suite d’un sujet sur internet qu’il paraissait évident d’éclaircir quelques notions concernant
la méthode Lafay.
Nombres de personnes critiquent la méthode sur le fait de n’avoir rien inventé, leurs arguments sont
simples et souvent justes : le travail au poids du corps et les exercices décrits dans le livre existaient
bien avant que la méthode ne voie le jour.
Normal, ça s’appelle une tendance.
Marchez dans la rue, vous remarquerez que tout le monde ou presque porte des chaussures, c’est
une tendance, vous n’allez pas leur reprocher d’en porter ? Tout comme vous ne pouvez pas
reprocher à la méthode d’utiliser des exercices déjà existants. Ce qu’on appelle le fait, c’est l’évolution
ou l’amélioration de la tendance. Toutes les chaussures ont une fonction de base: tenir le pied en
sécurité, c’est la tendance. Changez la forme, les décors de la chaussure et ça devient un fait qui
acquière une nouvelle fonction, de prestige par exemple. La méthode c’est pareil, elle utilise des
exercices qui ont pour fonction d’exercer les muscles (tendance) mais elle les utilise et les agence
dans un certain ordre (fait) qui a pour fonction de gagner en performance plus efficacement.

Mais faut-il seulement des exercices au poids du corps (tendance) pour espérer avoir des résultats
rapides et satisfaisants ?
Bien entendu, non. Olivier Lafay a donc inventé une méthode (fait). Cette invention est le fruit d’une
longue réflexion, car contrairement aux idées reçues les inventions ne sont pas le fruit du hasard. Il
faut avoir pensé à l’utilité de l’objet qu’on fabrique. L’invention d’Olivier Lafay projetait donc une
méthode efficace de musculation sans matériels.
Etant donné le nombre de sportifs sur la planète, il y a fort à parier que certains ont pu réaliser des
exercices, un nombre de séries et des temps de repos identiques à ceux de la méthode Lafay. C’est ce
qu’on appelle une convergence (contraire d’une diffusion), deux personnes à deux endroits
géographiquement opposés, peuvent réaliser au même moment un entrainement identique, l’un a-t-
il copié sur l’autre ? Non, pas nécessairement. Les chances pour qu’une personne invente la méthode
Lafay à l’identique sont cependant minces car cela signifierait qu’elle ait les mêmes composantes et
une même structure.
Cette structure est bien une invention car personne jusqu’à présent ne l’avait proposé. Et si quelqu’un
l’avait inventé, l’avait-il inventé de sorte qu’elle profite à tout le monde ?
Une invention qui ne sert que son créateur ou une élite reste une invention qui ne deviendra jamais
une innovation.
Hors, la méthode Lafay est une invention qui a pour objectif d’offrir un entrainement de musculation
efficace pour tous et sans matériel, c’est en ce sens qu’elle a été pensée et devait aboutir à être
une innovation.
Les inventions deviennent des innovations quand celles-là sont admises par une société. La société
décide de la vie des produits et des croyances.
Allez faire un tour au musée des Arts et Métiers à Paris, plein de belles inventions dont la société n’a
pas voulu parce que pas assez adaptées aux besoins.

Si donc la méthode Lafay est une invention et à plus forte raison une innovation, c’est qu’elle s’adapte
aux gens et qu’ils l’ont choisie. Il ne suffit pas de connaître l’histoire de Rome sur le bout des doigts, il
ne suffit pas de connaître les bons exercices ou les temps de repos adéquat pour prétendre enseigner
habilement à une majorité, il faut un concept et une structure cohérente accessible à tous. Le forum
est en partie une preuve de cette réussite, beaucoup de pratiquants ont des résultats, dont moi.
Rappelez-vous de ces petites notions, tendance/fait (élaboré par André Leroi-gourhan, célèbre
ethnologue et archéologue) et Invention/innovation.

Je finirais donc sur ceci : connaissez-vous des méthodes qui soient à la fois des inventions et des
innovations et qui donnent des résultats positifs ? Si vous en trouvez, vous verrez ce qu’elles ont en
commun : elles aident les gens à mieux vivre.

Ecrit par Ozmalight sur le forum musculaction.com.


Adaptez la longueur de vos séries
9 mai 2010

Transcription d’une conversation (datant de novembre 2009) entre Pascal, Cédric et moi-même.

Olivier Lafay : En fait, il faudrait chercher les séries longues pour les gros muscles et des séries plus
courtes pour les petits muscles.
Pour les triceps, il faut chercher à être très fort, en séries moyennes ou courtes, pour être très gros.
Donc, les séries longues au mur, c’est déconseillé (sauf au début ou de temps en temps, pour changer
– et à très très haut niveau).

L’objectif est de parvenir le plus vite possible (pas trop vite quand même) à faire du K2 spécial pieds
surélevés ou du K3.
Regarde les gros bras comme Franck B ou cedm ( qui ne cherche pourtant pas la grosse masse) : ils
font des variantes de K2 très impressionnantes

La méthode fonctionne à l’envers des autres façons de s’entraîner. C’est-à-dire : des séries les plus
longues possibles pour les gros muscles (alors que l’on dit qu »il faut faire des séries courtes et
moyennes en fonte pour pectoraux/dorsaux/cuisses) et des séries courtes et moyennes pour les
petits muscles (alors que ‘l’on dit de faire des séries plus longues et « légères » en fonte pour
biceps/triceps).

Ceux qui développent facilement leurs bras peuvent faire ce qu’ils veulent. Mais les autres doivent
vraiment chercher à progresser en force aux biceps/triceps sur des séries moyennes (pas plus de 15
répétitions par série et plutôt aux alentours de 10).

Précisions notables :
Disons que, pour bien faire, il faut adapter la longueur de tes séries aux biceps avec la longueur de tes
séries au dos.
Exemple : tu fais des séries de 10 au dos. Alors, tu peux faire des séries de 15/20 aux biceps.
Tu fais des séries de 20 (ou plus) au dos, alors fais des séries de 8/12 aux biceps.
Idem pour le rapport poitrine/triceps : tu fais des séries de 20 à la triade, fais des séries relativement
courtes à K, K2 spécial, K3. Tu fais des séries de moins de 15 à la triade, fais des séries de 15/20 aux
triceps.

A terme, une fois atteint un super niveau à la triade et aux tractions, tu feras des séries longues
partout. C’est sûr que c’est « autre chose » quand on est devenu progressivement capable de faire
facilement des séries de 30 K pieds à 120 cm du sol ou des séries de 30/40 k2 spécial, pieds sur un
support de 80 cm.
Il faut donc (je résume) chercher dès que possible (sans traîner) à atteindre des versions dures de CL
ou K2/K3/K. Puis allonger les séries.
Entre temps, on devrait avoir pu atteindre des séries longues à la triade et aux tractions sur des
versions moyennement dures de chaque exercice.
Bref, tu privilégies la longueur avant la difficulté pour la triade et les tractions. Sans rester bloqué à A3
si tu cherches le volume… Tu dois faire au moins un A6, voire un A12, mais sans chercher à surélever
immédiatement les pieds à A6/A12 et A2. Et tu privilégies la difficulté avant la longueur aux bras.

Cédric : Ce que j’en comprends :


– ne faire que des séries courtes, c’est mauvais dans le sens où l’on ne développe pas une condition
physique suffisante (suffisamment tôt).
– ne faire que des séries longues sur des exos faciles ne permet pas non plus de gagner suffisamment
en puissance.
– faire des séries longues sur des exos durs, c’est évidemment le top : endurance, puissance (et
volume si l’on souhaite) assurés.
– faire des séries longues sur des gros muscles plutôt que des petits muscles est plus avantageux pour
améliorer sa condition physique (ce qui est un prérequis pour la suite) : l’organisme/le coeur est alors
le plus sollicité. A ce moment là, des séries plus courtes sur les plus petits muscles permettent
d’améliorer sa puissance (bras par exemple), ce qui permettra de faire levier pour tirer les gros
muscles vers le haut.
– inverser de temps en temps (séries plus courtes sur les gros muscles, plus longues sur les petits
muscles) permet de passer des caps, sans compromettre la condition physique (les séries longues sur
les petits muscles ont également de quoi secouer).
– pour le lien avec le volume musculaire : tout en restant dans ce cadre, préférer les variantes
difficiles et ne pas s’épuiser pendant des mois sur les fins de niveaux (réduit –mais conserve– le côté
cardio, et permet une meilleure récupération)… les perfs globales « instantanées » seront alors moins
bonnes que si on s’acharnait à grappiller coute que coute des répétitions et à travailler à fond
l’endurance. Mais ce volume supplémentaire acquis sera bien utile par la suite pour dépasser de
nouveaux caps (en concrétisant cette puissance potentielle liée au volume musculaire plus
important).

Olivier Lafay : Cela complète admirablement ce que j’ai écrit.


J’ajouterais une chose : il vaut mieux solliciter les muscles avec des longueurs de séries différentes
afin d’obtenir un meilleur développement. Quand on est pas à un haut niveau de force/endurance…
Si vous faites des séries de 20 à la triade (poitrine, épaules, triceps), et que vous faites des séries
longues pour K ou K2 spécial, vous risquez d’handicaper la récupération du muscle (perte de volume,
perte de force). Un petit muscle sature si vous le sollicitez avec trop de séries longues.
De plus, pour faire des séries longues à K ou K2 spécial, vous devrez vous exercez avec de trop petites
résistances (charges). Si la charge n’est pas suffisante, vous allez « gonfler » votre muscle, mais ce
sera temporaire et vous n’obtiendrez pas un muscle fort et durablement plus volumineux.
La méthode ne renie rien des bases de la musculation.
Pour prendre du volume, il faut des séries longues avec des poids assez lourds.
C’est pour cela que les dips ou les squats en séries longues donnent de très bons résultats, alors
qu’un développé couché à 30 kgs en séries longues ne donnera rien.

Maintenant, voyons de plus près les associations séries longues et courtes dont j’ai parlé dans mon
autre post.

Que ce soit pour le dos ou pour la poitrine, séries longues pour exercices polyarticulaires = séries
courtes pour exercices en isolation, et vice versa : séries courtes pour exercices polyarticulaires =
séries longues pour isolation.
Pour l’association exercices polyarticulaires/séries longues et isolation/séries courtes, Cédric a bien
saisi le principe (les petits muscles exercés en séries courtes vont tirer les gros muscles vers le haut).
Pour l’association exercices polyarticulaires/séries courtes et isolation/séries longues, notons que les
séries longues pour les petits exercices permettent une meilleure récupération des biceps ou des
triceps (ou des épaules).
En effet, si les exercices polyarticulaires ainsi que ceux en isolation étaient tous réalisés en séries
courtes, les biceps/triceps seraient saturés de séries courtes et se développeraient moins bien (outre
la perte du bonus pour le condition physique et la récupération : une bonne endurance permet une
meilleure récupération et donc des progrès supérieurs).

En chiffres :
1 – vous faites un mode 30 à la triade, un mode 20 aux tractions et un mode 30 à K2 spécial avec les
mains à 45 cm et les pieds à 80 cm.
Vous êtes très fort partout donc vous pouvez faire des séries longues en isolation. Il faut comprendre
que, non seulement K2 spécial est réalisé avec l’équivalent de 60 kgs, mais la charge est encore plus
lourde du fait de la surcharge virtuelle due à la congestion de B, A12, A2. Plus les séries à la triade
sont longues, plus l’effet se fait sentir lorsque vous arrivez aux exercices de triceps.
Vous ferez donc des séries longues avec une charge très lourde pour un muscle comme le triceps.

2 – vous faites un mode 20 à la triade (B, A6, A2) et un mode 30 à K2 mur.


Non seulement la charge sur les triceps est faible (10/15 kgs) , mais la surcharge virtuelle due à la
triade est correcte mais pas encore très importante (ce sera mieux quand vous aurez mis A12 en
exercice 2). Donc, vous en êtes réduit, si vous faites des séries longues à K2, à soulever une petite
charge qui vous gonflera les muscles, mais ne vous les rendra pas vraiment plus fort et durablement
plus volumineux.

3 – vous faites un mode 10 à la triade et un mode 20 à K2 mur.


Oui, la surcharge virtuelle en arrivant à K2 est faible, oui la charge pour K2 est faible, mais l’idée est
de permettre aux triceps de récupérer, de ne pas l’achever avec trop de séries courtes, car vous êtes
visiblement encore peu fort et résistant. vous en êtes à un stade où vos triceps se développent
surtout grâce à B et A3/A6/A12 , K2 ne faisant que compléter.
Il vous faudra cherchez à augmenter la difficulté pour K2, tout en restant en séries de 20, jusqu’au
moment où la triade se débloquera.

Pascal : ma question concerne le rapport entre deux de tes citations, Olivier :


« Il faut donc (je résume) chercher dès que possible (sans traîner) à atteindre des versions dures de CL
ou K2/K3/K. Puis allonger les séries. »
« 3 – vous faites un mode 10 à la triade et un mode 20 à K2 mur.
Oui, la surcharge virtuelle en arrivant à K2 est faible, oui la charge pour K2 est faible, mais l’idée est
de permettre aux triceps de récupérer, de ne pas l’achever avec trop de séries courtes, car vous êtes
visiblement encore peu fort et résistant. vous en êtes à un stade où vos triceps se développent surtout
grâce à B et A3/A6/A12 , K2 ne faisant que compléter. Il vous faudra cherchez à augmenter la
difficulté pour K2, tout en restant en séries de 20, jusqu’au moment où la triade se débloquera. »

Qu’est-ce qui fait varier le fait de conseiller :


– des séries courtes de plus en plus difficiles puis d’augmenter la longueur dans le 1er cas.
– des longues faciles d’abord puis de plus en plus difficiles et longues dans le 2e cas (en attendant de
faire des séries plus longues à la triade, pour rendre K2 encore plus difficile et revenir à des séries
courtes, le temps d’être super long à la triade et de devenir super long à K2 aussi) ?

Est-ce que c’est une question d’objectif prioritaire ? De capacité de récupération (« ça dépend de
chacun, et donc faut tester voir ce qui correspond ») ? Autre chose ?

Est-ce que c’est une question d’objectif prioritaire ? De capacité de récupération (« ça dépend de
chacun, et donc faut tester voir ce qui correspond ») ? Autre chose ?

Tu dis : « Il faut donc (je résume) chercher dès que possible (sans traîner) à atteindre des versions
dures de CL ou K2/K3/K. Puis allonger les séries. Entretemps, on devrait avoir pu atteindre des séries
longues à la triade et aux tractions sur des versions moyennement dures de chaque exercice. Bref, tu
privilégies la longueur avant la difficulté pour la triade et les tractions. Sans rester bloqué à A3 si tu
cherches le volume… Tu dois faire au moins un A6, voire un A12, mais sans chercher à surélever
immédiatement les pieds à A6/A12 et A2. Et tu privilégies la difficulté avant la longueur aux bras. »

Je vois bien là le principe pour la partie triade, l’évolution en difficulté en fonction de l’objectif
prioritaire : on cherche systématiquement la longueur dans tous les cas, mais en objectif volume on
« retarde » la recherche de longueur en privilégiant la difficulté à l’exo 2, alors qu’en objectif perfs on
va plutôt chercher à monter (disons mode 20) avant de faire évoluer la difficulté (cette partie est bien
expliquée dans Turbo).

Mon problème c’est par rapport à K2, entre :


– ici où l’on privilégie donc d’abord les versions dures (ce que tu rappelles plusieurs fois dans le post)
avec des séries moyennes/courtes (autour de 8-12),
– et l’autre citation (dans mon précédent post) où tu parles du mode 20 à K2 mur, en disant de rendre
l’exercice plus difficile en restant à ces longueurs de séries, en logique avec le principe de gestion de
la longueur des séries triade / isolation.

J’arrive à comprendre l’intérêt du K2 dur en séries courtes (quelle que soit le niveau à la triade) ;
j’arrive à comprendre l’intérêt du K2 mur en séries longues quand on est avec des modes autour de
10 à la triade, pour les questions d’adaptation de longueur poly vs isolation. Mais je n’arrive pas à voir
les critères qui permettent de conseiller l’un ou l’autre lorsque l’on est à ce niveau-là à la triade.

J’arrive à comprendre le fait que lorsque l’on atteint vers des modes 20 à la triade, il vaut mieux
diminuer la longueur des séries d’exo d’isolation (on retrouve un principe commun). Et que lorsque
l’on est encore plus haut à la triade, on peut alors se permettre (si l’on est à des variantes très
difficiles) d’augmenter la longueur des séries pour faire du très long aussi bien à la triade qu’à
l’isolation.
C’est vraiment au niveau de la partie « autour de mode 10 » que je n’arrive pas à bien mettre au
clair .

Est-ce que ça dépend de l’évolution (les bras s’avèrent être un point fort ou faible), de l’objectif
principal (tout, perfs, volume), des capacités de récupération (récup difficile -> version mur longue cf
l’explication, bonne recup -> on n’hésite pas à faire que des séries « courtes » partout et on rend vite
K2 difficile puis on allonge en attendant que la triade monte aussi), etc ?

Olivier Lafay : on ne devrait pas raccourcir les séries de biceps/triceps, tant que la triade n’est pas
constituée de séries assez longues.
En-dessous du mode 15 à la triade ( chiffre donné arbitrairement, bien entendu), on reste dans la
logique du tome 1. Puis, plus on monte dans les modes, plus on raccourcit les séries de
biceps/triceps.
Dans ce cas, il suffit, pour raccourcir progressivement les séries, de rendre progressivement plus durs
les exercices de biceps/triceps.
On devrait pouvoir gérer cela en douceur : la triade monte peu à peu dans les modes et les
biceps/triceps, descendent peu à peu, simultanément, dans les modes.

Notons que le moment où la réduction de la longueur des séries de biceps/triceps est décidé va
fortement dépendre des objectifs en volume et force.
Si l’objectif est essentiellement esthétique, et que les bras gonflent bien en continuant les séries
longues pour les bras, inutile de réduire leur longueur en rendant plus durs les exercices.
S’ils gonflent mal, alors que le buste a progressé, on durcit les exercices.
Je pense qu’il ne faut rien changer tant que ce que nous faisons fonctionne plutôt bien.
Si les bras sont plutôt bien développés sans séries courtes, continuons comme ça, car notre marge de
progression en séries courtes ne sera alors entamée que beaucoup plus tard, et nous bénéficierons
du plaisir de modifier l’entraînement, ce qui ajoutera du plaisir au plaisir (la conscience de ceci, de la
possibilité d’un plaisir différé, accroît notre excitation à nous entraîner en attendant le moment du
« changement »).
Progresser avec Arnaud
6 décembre 2010
NO PAIN NO GAIN ?
Cette expression, répétée régulièrement dans le milieu de la musculation,
et considérée comme absolument vraie, a conduit et conduit encore des
dizaines de milliers de gens à la blessure, ou à l’absence de progrès.
Sur certains forums, la section « blessures » est aussi bien fournie que la
section « performances ». Et on voit des personnes, aux physiques parfois
très musclés, affirmer héroïquement que la blessure , la douleur au quotidien,
font partie d’une vie dédiée à la musculation. Il faut se faire à l’idée d’avoir
mal en permanence. Puisqu’il faut, selon eux, soulever lourd pour faire du
muscle, la surcharge quotidienne de l’organisme mènera à des douleurs
quelquefois invalidantes, qu’il faudra accepter.
Il faut se faire mal pour être volumineux et fort, voilà le slogan, brandi tel un
étendard.
Et untel, présenté comme possédant un physique massif, harmonieux (si
beau !), ne peut plus lever ses bras au-dessus de l’horizontale, ses épaules
étant bien trop douloureuses. Et un autre, présenté comme « le roi de la
sèche », disparaît des forums pendant des mois, perclus de douleurs qui
l’empêchent totalement de s’entraîner. Et encore un autre, arrogant,
méprisant, sûr de son savoir, qui pleure publiquement, devant les membres
de sa secte d’adorateurs du muscle gros et des articulations fichues, de ne
plus faire que 35 cm de bras après des années d’entraînement. Sa régression
le mine, car il s’éloigne (dit-il) de son objectif d’être massif et fort, craint par
les « gens normaux ».
Gros dehors, mort dedans…
Ce constat, je l’avais déjà fait il y a vingt ans, en réfléchissant sur la
problématique de la douleur, de l’obsession qui y conduit. Constat amené par
l’étude de mon propre rapport à l’entraînement, ainsi que de celui de milliers
de pratiquants de musculation.
Comment construire une vie bonne si on s’inscrit au quotidien dans le
culte de la douleur ? Et que les blessures, petites ou grandes, dues à
l’entraînement (donc fruit de notre volonté et non de la malchance), nous
contraignent à ne plus voir le monde que sous cet angle?
C’est un système qui se nourrit des erreurs qu’il engendre. Il se valide à l’aide
de ses propres erreurs.
La méthode a été élaborée en réaction à ce constat, avec comme objectif
final un corps puissant, en bonne santé, inscrit au coeur d’une hygiène de vie,
et non d’une obsession dévorante qui, à terme, mine le corps comme l’esprit.
Une obsession aux limites fixées par la raison, une mutation de l’obsession en
hygiène de vie constructive, c’était le projet.
D’où un renversement complet du credo du bodybuilding. Les charges
lourdes ont été remplacées par les charges légères, les temps de repos longs
ont été remplacés par les temps de repos courts, les séries courtes ont été
remplacées par des séries longues.
Et les résultats se sont avérés aussi bons, et souvent même bien
meilleurs… Car on récupère plus vite avec des séries longues et des charges
légères, on progresse continuellement puisqu’on n’est pas blessé en
permanence, on construit une motivation plus joyeuse car on ne souffre pas
au quotidien. On brûle plus aisément ses graisses et on exerce son coeur.
Si bien, d’ailleurs, que les séries longues, tant décriées lors de l’apparition
de la méthode, sont devenues à la mode sur les forums du net en quelques
années. De nombreux fanatiques des haltères, voyant les progrès rapides et
la bonne humeur des pratiquants, ont viré de bord, essayant bien sûr
d’installer l’idée que je n’y étais pour rien, disant que je n’avais pas inventé
les série longues…
Procédé bien connu, qui ne tient guère face aux faits, puisqu’il suffit de
faire une recherche sur internet, en partant de 2005, pour voir comment la
vision des séries longues a évolué très positivement en 5 ans, parallèlement à
la notoriété grandissante de la méthode.
Toujours dans l’optique de progresser aisément, dans la bonne humeur, et
sans souffrir au point d’aimer la souffrance et de la diviniser, j’ai mis au point
des principes dont l’objectif est de limiter et contourner les phases de
stagnation, qui conduisent à la frustration, à la douleur… et à la blessure ( et
une certaine fatalité devant celle-ci, qui s’érige, par la force des choses, en le
« choix libre » d’aimer souffrir).
Parmi ces principes, figurent en bonne place la Boucle (et dérivé) et le
stockage de répétitions.
La boucle et la mini boucle consistent à revenir en arrière au lieu de
s’acharner. On recommence en douceur dès qu’on bloque et on s’aperçoit que
l’on progresse très bien sans rechercher la douleur. Bien sûr, pour accepter de
procéder ainsi, il faut éviter de tomber dans l’erreur commune disant que
s’entraîner moins dur pendant un temps, c’est nécesssairement régresser. De
plus, l’obsédé se croit moins fort s’il prend moins lourd ou s’il fait moins de
répétitions… et l’obsédé finit par régresser ou se doper pour passer enfin un
cap qu’il pense indépassable « au naturel ».
Roman V. (photo ci-dessous) fait partie des ces lecteurs attentifs de mes
livres. Il applique le principe de la mini boucle permanente : il ne force
presque jamais et il progresse pourtant très très bien…
Dès qu’il stagne, il redescend de quelques modes et remonte en douceur, et il
passe ainsi son point de stagnation. La seule fois où il a voulu s’acharner, et a
donc forcé pour tenter de battre ses records et passer des caps, il n’a connu
aucune progression. Par contre, la déception, la douleur et la frustration
étaient au rendez-vous.
Le stockage de répétitions, l’autre principe, est bien connu des lecteurs
qui ont non seulement passé le niveau V, mais ont aussi expérimenté le
niveau IX. Ces deux niveaux ont été construits essentiellement pour servir ce
principe.
Il s’agit de réaliser pendant quelques temps des séries très longues sur les
exercices de base de la méthode. Ainsi lorsque l’on revient à des séries
moyennes, en plateau, la récupération est meilleure, les modes montent plus
facilement, et on se sent plus motivé car une série de vingt répétitions paraît
bien plus courte qu’une série de cinquante. Ainsi change le rapport à la
longueur des séries : le long apparaît soudain court et le pratiquant change
d’état d’esprit par la magie de l’action parfaitement calibrée.

Le stokage de répétitions n’apparaît pas seulement dans le niveau V et le


niveau IX. C’est là où il occupe la place centrale, mais il est aussi intimement
lié au principe de la Boucle.
Celui qui réalise six séries de 20 dips au niveau IV et qui décide de faire une
boucle au niveau 2, en commençant par six séries de 10 dips, va voir croître
rapidement ses performances à l’exercice 2 et à l’exercice 3 de la triade. Il
retrouvera des six fois 20 dips assez vite, mais le niveau global de ses
performances aura considérablement augmenté. Voilà comment on progresse
facilement, sans se faire mal, sans sombrer dans le culte de la douleur.
Le stockage de répétitions aux dips est un des éléments-clefs de la méthode.
Et ceci, Arnaud (photos en début d’article) l’a bien compris. Voyez ci-dessous
son approche, telle qu’il l’a donnée récemment sur son carnet d’entraînement
(musculaction.com) :

Bonjour,
Voici un petit bilan global du nv X perso, si vous etes interessez pour la
pratique et par les exercices, je peux le communiquer par mp…
Un niveau un peu particulier…
Pourquoi ai-je choisis le nv X apres un nv VI:
A la reprise de la methode j ai franchis les niveaux de 2 à 11 assez
rapidement mais celui qui m avait le plus marqué etait le niveau X…
Pour etre capable d’atteindre les 100 reps à B1, il faut être FORT, mais pour
etre FORT il va falloir etre ENDURANT (je reviens sur mon principe des longues
series avant l’evolution de la difficulté).
Pour être capable de faire des gros maxis sur B1, il faut avoir une force dans
les triceps, pecs, dos ET epaules en musculation, le développement des
épaules est assez lent et difficile…
J’expliquais dans mon bilan des 10 mois que j avais orienté la sollicitation
majeure des épaules dans les deux premiers exos de la triade…
Je ne vais pas décrire tout les exos…
A savoir que j ai modifié le niveau dans le seul but d’orienter la progression
sur l’exo 1.
Séance type1: les 3 premiers exos restent identiques, le faite de faire un max
sur l’exo1 et ensuite faire la séance va être très éprouvant mais très positif
sur des séances de ce type ne durant que quelques semaines. La longue
série, va mettre tout de suite le corps dans une phase où celui-ci ne
demendra qu’à récupérer de cet effort intense… Le fait de continuer la
séance permettra à la fois au corps de se forcer à récupérer plus vite, et de
vous forger un mental d acier!…
L’exo 4 devient A9 en 5 séries, en augmentant la difficulté de façon à ne pas
dépasser les 12 reps par serie.
Vous vous dites peut-être qu il y a un trop gros travail des épaules, mais
n’oublions pas que ce type de séance est effectué 3 fois par quinzaine.
L’exo 5 devient A6.
Ensuite l’exo 6 ne change pas.
Par contre le reste change…
L’exo 7 : je suis parti sur deux exos triceps en superset, sur quatre series.
L’exo 8 : 3 à 5 séries triceps dont les séries ne depassent pas 10 reps.
Abdos, ect.
La sollicitation des triceps et épaules est énorme sur cette seance.
En séance type 2, j ai axé le travail sur des mouvement en ampli complète,
favorisant un développement plus global du dos et biceps.
Conclusion : ce niveau se différencie énormement des autres…avec une
sollicitation majeure des épaules et triceps( l’ensemble des premiers exos
correspondent en quelque sorte a la triade alternative proposé par Olivier
pour les pratiquants souhaitant developpé d’avantage les épaules et triceps).
Il demande un bonne preparation avant de l’effectuer, je ne suis pas passé
par les niveaux intermediaires, le changement a été radical, pour ne pas me
demotiver, je ne me suis pas donné au maximum lors des premieres seances,
le nv X peut etre consideré selon moi comme un palier dans ces hauts
niveaux, la sollicitation des bras et épaules est beaucoup plus importante!
Resultat: max en 1 mois: 100B1 validé avec RP, et 39 I4.
Ps : pour un « débutant » la première chose à faire est de se concentrer sur
l’exo 1 mais ne pas négliger les deux autres, il faut suivre la progression
écrite dans le livre vert pour l’evolution des difficultés…. Plus elle sera forte
sur le premier exo, mieux sera la progression sur l’exo 2 et 3 lors d’une boucle
ou au passage du niveau supérieur…
Les longues séries avant le changement de difficulté surtout pour l’exo 2,
seront a priviligier sur un A6 au minimum.
Pour la prise de masse, si vous avez une alimentation en béton ( maintenant
ca sera possible pour beaucoup de pratiquant, cf Méthode de
nutrition),vous aurez une prise de masse assurée avec les techniques anti-
stag, mais sans en abuser…
NO PAIN NO GAIN? NO BRAIN

La maîtrise des séries longues


6 janvier 2011

Un exemple : progresser au squat

Problème :
Nous savons que pour progresser, quel que soit l’exercice, il va nous
falloir allonger les séries. Nous devons, progressivement, ajouter des
répétitions afin de voir croître nos muscles, notre force, notre endurance.
Ce n’est pas tâche aisée, puisque cela nous demande de repousser nos
limites, de nous contraindre à le faire, à aller chercher ces limites pour les
forcer ou les apprivoiser. Cela demande une impulsion mentale et une
constance dans l’effort physique, consistant à s’engouffrer dans un tunnel où
la pénibilité de notre avancée augmente au fur et à mesure que l’on
s’approche de la sortie.
Avoir du mal à progresser, c’est avoir du mal à allonger les séries, c’est
éprouver des difficultés à augmenter la longueur de ce tunnel séance après
séance.
Pour ceux qui ont le plus de mal, c’est généralement à partir de 8
répétitions par série que le seuil critique est atteint. Le coeur s’emballe, la
volonté commence à flancher et la capacité à contracter vigoureusement les
muscles défaille.
Pour d’autres, c’est dépasser les 10 répétitions qui devient difficile, avec
un seuil critique à 12. C’est pour cela qu’en musculation classique, il est
conseillé de ne pas dépasser ce chiffre si l’on veut progresser, puisque le
pratiquant se fatigue vite au-delà de 10 répétitions. Ce qui est une erreur si
l’on considère que notre objectif est non seulement de gagner en force, mais
aussi d’améliorer notre endurance et d’éviter de nuire à notre santé. Du
moment que l’objectif n’est plus seulement esthétique, ou limité à
un sport de force, il va falloir allonger les séries.
L’efficacité de la méthode repose sur une progression réalisée
majoritairement avec des séries longues et des charges légères. Comment
alors parvenir à allonger significativement les séries? Comment se modifier
soi-même au point d’aller avec entrain au bout du tunnel que constitue une
série? Comment supprimer toute appréhension à l’idée de devoir allonger ce
tunnel régulièrement?
Dans mes livres et dans la FAQ de musculaction.com, j’ai déjà donné des
techniques anti-stagnation ayant pour fonction de contourner nos blocages.
Allons cette fois un peu plus loin.
Nota : Si vous avez du mal avec un mode 6 seulement, c’est que l’exercice
est trop difficile pour vous. Il faut donc opter pour un exercice plus facile ou
réduire les amplitudes (voir L’Espace Stratégique).

Réflexion :
Si l’on est fatigué en réalisant des séries longues, on aura du mal à
contracter fortement ses muscles en fin de série, au moment où il faut
justement forcer pour espérer des progrès significatifs.
Il faut pouvoir aborder les fins de série en forme, frais, prêt à contracter
pleinement ses muscles pour ajouter des répétitions sans avoir l’impression
d’être dans le brouillard, vidé.
Si vous ne pouvez contracter vigoureusement vos muscles en fin de série,
c’est que vous manquez d’endurance : votre force ne peut s’exprimer par
manque d’endurance.
Pour une progression optimale, il faut réaliser des séries longues
dans les meilleures conditions possibles.
Nous devons donc créer ces conditions, ce qui signifie qu’il nous faut nous
éloigner autant que possible de ce qui cause épuisement, découragement,
appréhension et opter pour des solutions plus douces et motivantes.
Solutions :
Si vous avez lu mes livres, si vous suivez régulièrement ce blog, vous
connaissez le « Principe de stockage de répétitions » sur des amplitudes
courtes (moins fatigantes), qui permet d’atteindre des séries longues plus
aisément et donc d’avoir de la marge en passant à des amplitudes complètes.
D’où l’importance du niveau 3.
Vous savez que l’on peut aussi stocker des répétition en se fatiguant à
l’extrême, mais sur de courtes périodes (niveau 5 et niveau 9).
Si vous vous fatiguez facilement, si vous avez du mal à dépasser des
modes 8 ou 10, ne négligez pas ces niveaux. Et pensez aussi à la Boucle, qui
permet, grâce au passage à des niveaux mixtes (diverses sortes d’amplitudes
– niveau 2, niveau 6) de repousser plus facilement ses limites.
Cela peut être très intéressant de faire une boucle au niveau 2 ou 6 juste
après un niveau 9 où l’on aura procédé au « stockage de répétitions ».
Le stockage de répétitions permet de changer votre rapport
psychologique et physiologique aux séries moyennes et longues.
Psychologiquement : parce que, si vous devenez capable de faire une série de
50 répétitions au niveau 5 ou au niveau 9, les six séries de 10 au niveau 2 ou
4 vous sembleront courtes; et vous aurez moins d’appréhension à aborder les
séries de 12 ou de 15.
Physiologiquement : parce que vous devenez plus endurant, plus
résistant grâce aux séries très longues, ce qui vous permet d’être moins
fatigué sur des séries de longueur moyenne. Vous devenez aussi capable de
forcer plus franchement en fin de série moyenne et donc de progresser.
Sachez également utiliser le principe des mini boucles : revenir en
arrière permet de cesser de se cogner la tête contre un mur infranchissable
avec un sentiment d’échec associé à une lassitude physique et psychologique
conduisant à court ou moyen terme à l’abandon ou à la blessure.
Plutôt que d’abandonner l’entraînement, de le fuir en se disant : « ce n’est
pas pour moi ! », mieux vaut abandonner la confrontation avec le mur. Mieux
vaut cesser d’être têtu et abandonner le terrain en acceptant sa défaite…
momentanément.
On recule, on bat en retraite pour mieux reprendre du terrain une fois
frais et reposé. Ce principe de la mini boucle employé plus facilement par les
sportifs non orgueilleux s’avère très payant. J’ai déjà donné l’exemple de
Roman, avec ses 43 cm de bras obtenus en utilisant des mini boucles
systématiques.
Il faut savoir brider son orgueil et accepter l’idée de la défaite provisoire.
Plutôt qu’envisager la mini boucle comme une contrainte pesant sur notre
personne, mettant en évidence notre faiblesse absolue, il faut l’envisager
comme une stratégie. Si vous définissez un mode comme un adversaire à
vaincre, vous risquez de perdre (stagnation, blessure) en ne vous considérant
pas comme un stratège militaire sachant utiliser ses forces et ses faiblesses
de manière opportune.
Le cas du squat une jambe :
Le squat provoque un fort essoufflement et engendre une fatigue
importante. C’est un exercice qui demande beaucoup d’énergie. On peut
cependant réduire considérablement l’appréhension et la fatigue en
contournant habilement les obstacles.
Si vous désirez des cuisses athlétiques et massives, il faudra parvenir, à
terme, à réaliser le squat sans se tenir. L’exécution avec les mains accrochées
à un support permet de faciliter le mouvement et d’éviter les blessures en
soulageant le genou (au début de l’extension) et en aidant à conserver une
position n’engendrant pas de contraintes traumatisantes sur la colonne.
Mais, pour obtenir plus de masse et de puissance, il va vous falloir
développer la partie située juste au-dessus du genou en vous lâchant. Moins
on est expérimenté, plus on force, plus on aura tendance à tirer avec les bras
et le dos, ce qui supprimera une partie de la stimulation du quadriceps. Pour
qu’un quadriceps soit harmonieux et fort, il faut devenir capable de
descendre jusqu’à ce que la cuisse soit, au minimum, en-dessous de la
parallèle au sol; et ceci sans se tenir.
Cela doit se faire progressivement, une fois la bonne attitude enregistrée, une
fois votre genou à l’abri des blessures nées de contraintes ingérables pour lui.
Première approche

Etape 1 : monter les modes très progressivement. Si vous réussissez un


mode 8 le lundi, conservez-le une ou deux séances avant de passer au mode
9. Faites de même une fois atteint le mode 9.

Etape 2 : dès que vous atteignez la lassitude physique ou psychologique, si


l’essoufflement est trop fort et vous empêche de bien vous concentrer, de
battre vos records, optez pour la mini boucle. Revenez au moins trois modes
en arrière et remontez tranquillement. En passant et repassant par les mêmes
modes, ceux-ci vous essouffleront de moins en moins et vous aurez eu le
temps de penser à autre chose qu’à franchir à tout prix le mur de vos records.
Etape 3 : dès que le mode 20 est atteint, redescendez au mode 6 et
remontez en douceur (avec autant de mini boucles que nécessaire) en visant
le mode 20, mais, cette fois, sans vous tenir. Commencez avec un support
sous les fesses, pour contrôler la descente en évitant de descendre trop bas.
Par exemple, vous pouvez faire le squat devant un canapé, vos fesses étant
arrêtées par le canapé. Ou devant un tabouret bas. Et si vous devez
descendre assez bas, utilisez un marche-pied (10/15 cm de haut) sur lesquel
vous mettrez un coussin ou une serviette froissée : dès que vous sentez (avec
les fesses) la matière du coussin ou de la serviette, vous cessez de descendre
et vous engagez la remontée.
Vous pouvez aussi utiliser le bord d’un lit.
Deuxième approche
Etape 1 : montez les modes sautant que possible jusqu’à la lassitude
physique ou psychologique, en vous tenant à un support.
Etape 2 : faites une mini boucle sans vous tenir cette fois, en utilisant un
repère sous les fesses permettant de respecter l’amplitude prescrite sans trop
avoir à y penser.
Etape 3 : dès que la lassitude physique ou psychologique est atteinte, faites
une mini boucle en vous tenant à nouveau.
Etape 4 : on revient à l’étape 2.
Etape 5 : on revient à l’étape 1.
Troisième approche (pour E2)
Etape 1 : montez les modes sautant que possible jusqu’à la lassitude
physique ou psychologique, en vous tenant à un support.
Etape 2 : faites une mini boucle sans vous tenir cette fois, en utilisant un
repère sous les fesses permettant de descendre juste en-dessous de la
parallèle au sol et pas plus. Si vous êtes grand, un canapé ou un lit fera
l’affaire.
Etape 3 : dès que la lassitude physique ou psychologique est atteinte, faites
une mini boucle en utilisant un repère un plus bas (par exemple, un marche-
pied sur lequel vous aurez mis plusieurs coussins).
Etape 4 : dès que la lassitude physique ou psychologique est atteinte, faites
une mini boucle en utilisant un repère encore plus bas (en enlevant un des
coussins).
Etc.
Quatrième approche
C’est celle, très personnelle, que vous allez développer peu à peu en vous
appropriant les trois approches précédentes et en les adaptant à vos besoins.

Opposition, construction, légitimation –


enseignant déclencheur, enseignant
moteur
11 avril 2011

J’ai extrait cet échange des commentaires à mon précédent article sur la légitimité en musculation, le
pensant utile et peut-être enrichissant pour les lecteurs, digne d’ouvrir à d’autres échanges sur les
sujets qu’il aborde.
Bonne lecture.

Loghan : Je ne suis globalement pas convaincu par cet article, en effet en tant qu’enseignant, je doute
que la réussite de tes élèves soit forcement source de légitimité : tous tes élèves peuvent tricher (ah,
les années collège ou l’on use et abuse du travail d’un érudit habilement retranscrit), ou au contraire
tous tes élèves peuvent réussir malgré toi.
(et oui, mauvais prof n’égale pas forcément mauvais élèves)

De plus, je pense qu’il faut se garder de trop de mépris envers ceux qui cherchent à monter l’échelle :
la recherche de la confrontation est aussi un appel au progrès, et bien que cela soit une technique
très adolescente, ma foi, elle a aidé à construire pas mal d’adultes

Olivier Lafay : La triche n’est pas la règle. Si elle est la règle, alors on doit retrouver le même
pourcentage de triche dans toutes les « classes » d’une même catégorie, ce qui n’est donc plus un
facteur d’explication suffisant. Expliquer le taux de réussite supérieur obtenu par un enseignant par la
triche semble un peu léger, non? D’autre part, je parle d’enseignement en musculation. Ici, il s’agit
donc d’élèves qui viennent à l’enseignant.
Pas d’élèves en situation de réussite, pas de réputation, pas de légitimité.
Un changement validé par un élève, multiplié…

En ce qui concerne le fait de « monter à l’échelle », il y a un énorme malentendu, c’est certain. Relisez
bien ce texte (et aussi les autres : je propose des voies pour le changement, ce qui inclut
nécessairement des déplacements sur diverses échelles).
Loghan: je n’explique pas la réussite d’un enseignant par la triche, mais souligne qu’un enseignant ,
bien qu’il ait une influence, bonne ou mauvaise, ne saurait être le moteur du changement. il peut par
contre en être le déclencheur.

Quand à monter à l’échelle, j’ai, je pense, bien compris ce texte et les autres. Je pense néanmoins que
la recherche d’opposition peut aussi être une forme de reconnaissance : souvent s’opposer c’est se
protéger d’un changement qu’on redoute. pour beaucoup, apprendre qu’il y a une autre voie en
matière de musculation qui remet en cause leur modus operandi peut être délicat : certains resteront
à jamais convaincus qu’il s’agit d’une escroquerie, d’autres y viendront petit à petit … c’est à ceux là
que je pense quand je dis qu’il faut se garder du mépris : bien que leurs premières réactions puissent
être agressives ou violentes, la contradiction peut nourrir le questionnement.

Olivier Lafay : Loghan, je ne partage pas cette conception de l’enseignement où le déclencheur


s’oppose au moteur. Je pense au contraire qu’il doit y avoir, nécessairement, une dialectique spiralée
entre le déclencheur et le moteur. C’est-à-dire un mouvement , une circulation susceptible d’amplifier
l’un et l’autre en les reliant. Exclure le rôle moteur que devrait selon moi assurer l’enseignant, se tenir
en arrière, sur ses gardes, c’est également exclure le couple implication/identification. Implication (de
l’enseignant)/ identification (de l’élève). Si l’implication doit être modérée (pour être éventuellement
déclencheur, mais pas trop, pas à tout prix) et l’identification exclue, on s’écarte de la possibilité, pour
tous, de réussir.

Socrate, lorsqu’il enseignait publiquement n’était-il pas à la fois moteur (accompagner le mouvement
de l’élève, le soulager en partie pour le faire avancer) et déclencheur (produire l’impulsion nécessaire
à l’action) de l’apprentissage? C’est très aisément vérifiable dans les disciplines enseignables ayant
pour but la réalisation d’une action concrète visible (le yoga, par exemple). L’enseignant doit être
pédagogue. Et s’il l’est, il sera parfois le déclencheur, parfois le moteur, pour une même personne.
Déclencheur quand son seul discours impulsera l’action efficace de l’élève (en direction donc de
l’apprentissage), moteur lorsque l’élève aura besoin d ‘être porté, supporté comme avec une paire de
béquilles, le temps d’accéder à l’autonomie.

D’autre part, pour répondre sur le deuxième point, je suis bien sur tout à fait favorable, dans l’absolu,
à l’opposition, qui permet innovation et construction. Il est sain de pouvoir s’opposer. Mais il est bon
de savoir s’opposer…
Je souhaitais, dans l’article, attirer l’attention sur la qualité de l’opposition, inciter le lecteur à
réfléchir. Il est préférable d’avoir les moyens de ses ambitions : you can’t beat something with
nothing.

La situation sociale de concurrence généralisée entre les individus (dont je fais l’état des lieux dans
Introspection, premier chapitre de Méthode de nutrition) fait perdre parfois de vue ces simples idées,
car le besoin de reconnaissance a tendance à étouffer la conscience (des enjeux, des situations, des
risques, des limites… de soi).

Pour conclure : est-ce que cette vision d’axiomes relationnels absolus valables seulement pour un
monde protégé, et d’une relativité imposée pour le monde ouvert qui l’environne, n’est pas une
caractéristique propre au système de l’Education nationale, qui a ses mythes, ses obsessions, ses
protections et ses théories, alors que le monde ouvert, libéral, où la définition de l’efficacité est
imposée par les partenaires, dispose d’autres théories, ouvertes à la mesure de l’ouverture des
échanges?

Conquêtes et projets avec Alexandre – Part


I
17 mai 2011

Avertissement : le texte ci-dessous peut sembler difficile, au début, à un lecteur non averti. Que cela
ne vous arrête surtout pas. Les catégories et concepts abordés dans l’introduction seront développés,
explicités, dès le point n°1. Au final, soyez assurés que vous ne regretterez pas votre engagement
dans cette lecture.

Alexandre est un jeune pratiquant de la méthode, âgé de 21 ans, ayant réussi une transformation
physique remarquable témoignant de la présence de qualités multiples.
Il a su partir à la conquête de lui-même, élaborer un plan, maintenir une attention, une tension
motivante et non épuisante, renouveler quotidiennement ses efforts et, en formant ce qui n’existait
nulle part ailleurs que dans la conception qu’il avait de lui-même, il s’est inventé.

Il avait une conception quant à la vision future de l’expression de son identité dans le monde. Il avait
un projet qui n’en serait resté qu’à l’état d’ébauche sans les outils nécessaires à son accomplissement.
La méthode s’est présentée à lui comme elle se présente à tout lecteur : un code du système de soi,
un modèle pour appréhender la complexité du système qu’est le Soi en devenir, une carte du
territoire qu’est le projet que nous devons non seulement imaginer mais également concevoir, une
carte-référence permettant l’établissement de la carte du cheminement personnel.
Comme nous le verrons plus loin, la méthode est tout cela avant d’être un outil efficace de
transformation physique. C’est parce qu’elle est tout cela qu’elle est un outil efficace de
transformation physique.

Alexandre a actualisé, à la fois par la prise de conscience et par l’action, une idée qui, bien que
régulièrement démontrée, est bien peu expérimentée, faute de moyens d’aboutir la plupart du temps
: chacun de nous est un possible métamorphe.
Mais beaucoup l’oublient ou préfèrent l’oublier, par crainte, ignorance, dépit.
Il est difficile, sous peine de rester perpétuellement frustré, de se rêver soi-même changeant lorsque
les outils pour parvenir au but sont inexistants ou se révèlent défaillants, car l’existence de moyens
efficaces de transformation physique ne garantit pas un résultat satisfaisant et durable.

L’outil efficace, l’outil efficace à court terme ou, localement efficace, ne vaut rien s’il n’est subordonné
à un projet, un plan d’ensemble permettant de se définir dans le temps avec succès, s’il n’est rattaché
à une carte permettant d’accéder à la complexité qu’est soi-même, permettant de se repérer dans
cette complexité, et donc de faire les bons choix, de savoir hiérarchiser ses actions afin d’obtenir
satisfaction dans la construction de son identité.

Il nous faut une méthode où l’action devient pédagogique en étant projet pour un projet.

Le parcours d’Alexandre est remarquable. Son témoignage, ainsi que les photos de son évolution
montrent qu’il a franchi de manière très convaincante les étapes indispensables à un changement
rapide et radical.
Ce parcours aurait pu néanmoins être optimisé, amélioré, par une meilleure utilisation des outils à sa
disposition. Pour cela, pour définir un parcours optimisé, il faut savoir optimiser son raisonnement, et
cela n’est possible que dans le cadre d’un projet plus solidement construit.

L’évolution d’Alexandre est donc le prétexte à une réflexion sur les conditions d’émergence de nos
objectifs, sur les conditions de définition de ceux-ci, sur leur hiérarchisation et construction en
système, sur la nécessité et la manière de les subordonner à un projet d’existence global.

1 – les conquêtes d’Alexandre

Alexandre le Grand, roi grec de Macédoine, est connu pour être un des plus grands conquérants de
l’histoire. Il a érigé son empire au quatrième siècle avant JC. Sa volonté de fer, son obstination, son
entêtement, se sont révélés dans sa volonté de conquête de l’ensemble du monde connu. C’est cette
volonté qui l’a inscrit dans l’Histoire.
Parti de Macédoine, il conquiert l’Asie Mineure, le Moyen-Orient, l’Egypte, la Mésopotamie, la
Babylonie, l’Asie centrale et le bassin de l’Indus.
Cette courte référence à Alexandre le Grand, portant le même prénom que notre conquérant
moderne affichant son physique en ouverture de l’article, permet un glissement en douceur vers
l’analyse du concept même de conquête.

Conquérir, c’est rechercher et organiser le déploiement de soi dans le monde. Il s’agit de se répandre
et de s’organiser dans l’espace, d’organiser l’espace, avec un but exprimé de manière implicite ou, au
contraire, volontairement affiché et formalisé : se donner à soi-même sens et valeur en manifestant
son pouvoir. Plus le pouvoir est grand, plus le sens est assuré et plus la valeur personnelle est grande.

La conquête n’est en rien semblable à la compétition. Si certains postulent parfois une identité entre
les termes, c’est à tort. Car la compétition a pour objectif de prouver son pouvoir en dominant un
autre que soi, ou quelques autres, dans un domaine restreint.
Les conditions de la domination sont en effet restreintes par contrat explicite ou tacite entre les
opposants (les compétiteurs). On s’affronte dans un domaine ou sport précis, ce qui diminue
l’investissement, les risques et augmente également les chances de victoire : le compétiteur se
spécialise, momentanément ou sur le long terme.

La conquête diffère de la compétition en ce sens qu’elle s’est choisie le monde comme adversaire. La
rencontre-affrontement des « autres » sur le chemin de cette conquête n’est pas perçue comme une
fin en soi (un objectif prioritaire) mais comme une succession ou simultanéité d’oppositions
rencontrées dans le dévelopement d’un projet.
Dire que la rencontre de l’autre est vue comme une fin en soi, en compétition, c’est dire qu’il s’agit de
transformer la rencontre d’un égal pour produire de l’inégalité : un vainqueur et un ou plusieurs
vaincus.

La conquête voit au-delà de l’opposition à l’autre, elle est opposition au monde. Elle peut se faire par
le truchement de l’asservissement de l’autre, de la victoire sur l’autre (sur les autres), mais elle est
bien davantage un refus des règles du monde, une volonté de transformation de celles-ci afin
d’assurer sa maîtrise sur la matière, sur les choses, sur la vie qui nous agresse, sur un chaos perçu que
l’on veut mettre en forme, ordonner.

Le compétiteur veut trouver sa place dans le système (social), le conquérant veut changer le
système.

La conquête n’est pas nécessairement sanguinaire. Et ceci dès l’Antiquité. Elle est quête avant tout.
Mais c’est la modernité qui a engendré avec le plus de succès d’autres figures du déploiement de soi :
la conquête du savoir, la maîtrise du monde par le savoir-faire technique (science, médical, invention).
La modernité a engendré de multiples figures de la conquête, et elles les a démocratisées.
On peut conquérir un monde que l’on crée en avançant, en opérant notamment sur le corps, en se
cultivant globalement. On peut conquérir son monde, en ouvrant un espace en soi et en se déployant
avec les autres dans un espace en dehors de soi.

Avec et non contre les autres, par l’intégration des règles du jeu à somme non nulle, dans le cadre
d’une pratique collaborative, au sein d’un univers que l’on crée en même temps qu’on le parcourt, en
même temps qu’on l’utilise…
C’est sur ce chemin qu’avance désormais notre Alexandre.

Et c’est ce que nous approfondirons un peu plus dans la partie suivante intitulée « Les conquêtes
contemporaines ».
Pourquoi est-il plus difficile de créer que de
copier ?
29 juin 2011

Note préliminaire: je donne des définitions, des clefs et des pistes dans les commentaires. Le texte qui
suit peut donc être compris assez aisément si on se donne la peine de le lire, puis de lire les échanges
qu’il a suscités.

Pour le déterminisme classique, l’action libre apparaît comme « impossible » sur le plan scientifique
(théorie de la conscience épiphénomène). Alors que l’observation va de soi.
C’est qu’il existe deux modes fondamentaux d’activité de la conscience.
L’un correspond à la transformation de la néguentropie en information. C’est le processus de
l’observation, où l’information signifie « acquisition de connaissances ».
L’autre correspond à la transformation inverse d’information en néguentropie. C’est le processus de
l’action et de la création, où information signifie « pouvoir d’organisation » (donner forme à).
D’un côté, le cerveau s’informe, de l’autre il informe (organise, donne forme).

Le premier processus est celui de l’actualisation de l’acquis. De la diffusion, de la reproduction et du


tirage des copies. Il ne coûte pas cher en néguentropie (en énergie potentielle préexistante). C’est
probablement pour cette raison que la mesure, l’observation, ont toujours semblé aller de soi.
Par contre, le processus inverse de l’action créatrice coûte très cher en informations. C’est pour cela
que la création d’un original (à la différence du tirage d’une copie) paraît si difficile.
C’est ce que traduisent aussi les expressions populaires comme « observer est plus facile que créer ou
agir », ou « les paroles coûtent moins cher que les actes».

Mais la différence temporelle entre ces deux modes d’activité de la conscience est également très
importante. Le temps de l’actualisation est à la limite instantané, comme le pressentait Bergson. Il ne
dépend que de l’efficacité des moyens de duplication et de diffusion de l’information descendante.
Par contre, celui de l’action libre et organisatrice relève de la durée créatrice. Le temps de
l’actualisation, c’est le temps « qui étale » : celui de l’ontogenèse et de notre vie physique. Mais à lui
s’oppose le temps « qui ajoute », celui de la phylogenèse, de l’évolution et de la durée créatrice.

Joël de Rosnay, Le Macroscope (vers une vision globale)


Le chemin se construit en marchant
9 août 2011

J’ai décidé de publier ici un échange mail récent afin de permettre à mes lecteurs, ainsi qu’aux non-
lecteurs, de disposer d’un nouveau point d’appui (créatif pour les lecteurs) utile à la compréhension
du fonctionnement de la méthode.

Question

Bonjour Mr Lafay,
Je vous écris car j’ai une question par rapport à votre méthode au niveau de l’entrainement.
Je l’ai commencée il y a moins d’un mois, je suis au niveau II. Ce qui m’interpelle est que dans ce
niveau il n’est pas proposé de travailler les dorsaux pour la largeur du dos. Étant ancien fonteux, je la
travaillais régulièrement et surtout par des tractions prise pronation large. Cela dit les exercices de
type I interviennent dans des niveaux plus élevés mais bien sûr je ne changerai de niveau seulement
si je stagne et j’espère que se sera dans longtemps (en tout cas je ferai tout pour retarder).

Ma question est donc ( par peur de régresser par la suite en force et physiquement): Puis-je intégrer
un exo de type i juste avant B1 pour ne pas régresser sur cette partie que j’ai développée
anciennement ? Quitte à descendre en mode à B1 et pré-fatiguer les biceps légèrement.

Ma réponse

Bonjour,
J’ai déjà vu ton excellent physique et je ne peux que te remercier pour ta confiance qui te fait te
tourner, au moins provisoirement, vers mon travail.
Si tu appliques la même détermination avec la méthode que tu l’as fait avec les haltères, tu vas
encore beaucoup progresser.

Je comprends tes inquiétudes, qui reviennent régulièrement chez des « fonteux » qui passent à la
méthode.

Je vais te répondre ce que je réponds à chaque fois : ce serait une erreur de modifier un quelconque
niveau (pour l’instant). Il faut d’abord chercher à vérifier ce que la méthode « brute » peut te donner,
ce qui te fera ensuite progresser dans la manière de stimuler ton corps pour qu’il évolue. En effet, tu
vas apprendre des choses sur les réactions de tes muscles en suivant la méthode et tu pourrais être…
surpris.
Laisse-toi surprendre (ou décevoir) par la méthode au niveau le plus basic. C’est un préliminaire
indispensable. Les déceptions (s’il y en a) seront vite dépassées, compensées et oubliées; les
surprises heureuses seront autant d’éléments de motivation supplémentaires.

Il faut voir la méthode comme une structure de base infiniment évolutive. Pour la faire évoluer de la
manière la plus productive qui soit, il faut intégrer son fonctionnement étape par étape.
C’est de ton suivi strict de la base que vont dépendre tes bons choix à l’avenir.

La méthode propose des carrefours (possibilités différentes d’évolution) très régulièrement. Plus tu
progresseras dans le suivi de la méthode, plus ces carrefours seront nombreux. Si tu veux t’assurer de
prendre le bon chemin à chaque intersection, il te faut avoir intégré les étapes précédentes, dans
l’ordre…
Au début, le chemin est tout tracé, il te procure une expérience millimétrée de la méthode. Tu
engranges en toi-même des points de repère, qui seront autant de points d’appui pour ton évolution
à venir.
Par la suite, le chemin se trace en marchant (rien n’est plus tracé d’avance car les possibilités
d’adaptation sont de plus en plus nombreuses). Mais ce que tu as fait au début te permettra de
réduire le nombre de choix possibles et d’envisager rapidement les meilleures options à chaque
intersection.

Boucle ou pas boucle, techniques anti-stagnation (laquelle et quand?), modifications de niveau (ajout
et/ou suppression d’exercices, modification des temps de repos, modification des techniques
d’exécution, modification de l’ordre du niveau) : ces possibilités infinies qui font de la méthode un
outil extrêmement souple, constructiviste, se voient, de par le cheminement du pratiquant, réduites à
un ensemble fini lors de chaque décision importante. On sait très vite ce que l’on doit faire.

A début, le cheminement est programmé. On suit beaucoup et on s’écoute peu (on est en phase
d’apprentissage de l’écoute de soi et de ses réactions à des stimulations). Par la suite, peu à peu, on
suit de moins en moins et on s’écoute beaucoup (mieux), de manière inconsciente la plupart du
temps. Au fur et à mesure du tracement de notre cheminement personnel, on en vient à savoir
sélectionner les options qui nous sont à chaque fois les plus adéquates (en fonction de notre projet)
et à opérer un second tri sélectif afin de retenir la plus convenable.

Si l’on peut qualifier d’algorithmique la tendance de la structure de base de la méthode, celle-ci


devient assez rapidement heuristique *.

La démarche consiste à réinventer la (notre) méthode au fur et à mesure que nous avançons dans la
problématique fixée au départ (et constamment reformulée), aussi souvent que nécessaire. L’esprit
est formé par le parcours déjà effectué mais il doit rester ouvert pour distinguer les différents
itinéraires potentiels qui conduisent à la réalisation de notre projet. La méthode procède à la fois à un
formatage et à un assouplissement de ce formatage chez le pratiquant. Plus le temps passe, plus le
formatage se dissout.

Plus le temps passe, plus tu gagnes en liberté et efficacité personnelle (chaque choix sera le plus
adapté à tes besoins au moment où tu les auras formalisés).
Rêves de bodybuilding
15 août 2011

J’ai déjà exposé à plusieurs reprises mes critiques envers le bodybuilding, non pas en tant que sport,
mais en tant que seule voie autorisée pour développer son corps et le parfaire. Sa domination
médiatique a longtemps écarté toute option autre, envoyant aux oubliettes l’antique idéal de l’athlète
complet… jusqu’à l’apparition en 2004 de la Méthode.

J’écrivais ceci en 2007 : « Notre projet n’est pas de critiquer ou de rabaisser le bodybuilding qui a ses
adeptes et ses passionnés et qui, dans sa dimension sportive vaut n’importe quel autre sport. Il n’est
ni plus stupide, ni plus vain que les autres activités humaines. Il propose à notre curiosité esthétique
des êtres parfois fabuleux, comme issus de légendes, de mythes. Le bodybuilding est à la fois un sport
et un art visuel et son existence est légitimée par le plaisir qu’il peut procurer à certains sans
constituer un danger pour les autres, qu’ils soient indifférents à son existence ou détracteurs.
Il s’agit plutôt de s’attarder sur la dimension sociologique du bodybuilding et de ses conséquences
psychologiques et sanitaires, du moment qu’il s’est imposé, comme cela a déjà été dit, comme la seule
pratique de musculation à visée esthétique, la référence.
Comment faire du gros muscle? Quand cette question reçoit des réponses qui évacuent tout autre
considération que le volume, notamment la santé et la condition physique, on est en droit de se
demander si, à part pour une minorité de bodybuilders parfaitement conscients de leurs choix et des
implications qu’ils recouvrent, la majorité des pratiquants ne se fourvoie pas au quotidien, avec des
entraînements ne lui convenant pas. ( l’article complet ici)

La philosophie excessive contenue dans le bodybuilding, dont le fameux NO PAIN NO GAIN , les
blessures et l’enfermement social et psychologique qu’il a engendré et qu’il engendre encore, chez
ceux qui n’avaient pourtant, initialement, d’autres ambitions que l’amélioration personnelle, ont en
grande partie motivé la création d’une vision diamétralement opposée : la Méthode Lafay.

S’enfermer, s’isoler, prendre des risques, se faire mal… pour vaincre, être le premier, peut se
comprendre : c’est la dure loi du sport…
Mais est-ce bien nécessaire à celui qui rêve d’être simplement plus beau, doté d’une meilleure
condition physique, comme à celui qui pratique un autre sport et qui cherche avant tout les qualités
athlétiques? Doit-il adopter des normes d’entraînement très contraignantes et produisant des
résultats bien éloignés de ses aspirations, à part peut-être une amélioration esthétique souvent
temporaire (car reposant sur une activité chronophage et source de blessures)?

Ces quelques réflexions porteront certainement le lecteur à penser que Bodybuilding et Méthode
Lafay sont antinomiques, ou tout du moins inconciliables.

Pourtant, quelque chose a changé depuis deux ans. Des athlètes ont désiré bâtir des ponts et franchir
ce précipice, cherchant à faire se rejoindre leur développement athlétique via la méthode et le
monde sportif du bodybuilding, qui les fait (malgré ses excès) quand même rêver…
Ainsi, Emmanuel Beato, déjà passé plusieurs fois en vedette sur ce blog, rêve de se présenter à une
compétition américaine nommée Musclemania. Cette ambition guide ses progrès à l’aide de la
Méthode. On pourrait même dire qu’elle les provoque car il a beaucoup progressé depuis qu’il s’est
fixé cet objectif.

Partir de la méthode pour aller vers le bodybuilding. Voilà qui est nouveau! Se construire en bonne
santé et obtenir « malgré cela » le niveau pour se présenter en compétition.
Quoi qu’on puisse penser d’Emmanuel Beato, il faut bien reconnaître qu’il a été le premier à prendre
ce chemin.
Et, en le faisant, il renouvelle le sport, ne serait-ce que dans l’idée : se construire sans charges
lourdes, briller sans s’user, vaincre (peut-être) sans se détruire. Construire une apparence pour la
scène, pour briguer le podium, sans sacrifier un idéal de construction de sa personne, corps et âme.

Certains vont se moquer, c’est certain. Certains se moquent déjà. Mais n’oublions pas qu’il a été la
risée de beaucoup de gens lorsqu’il s’est présenté aux championnats de France de bodybuilding et,
pourtant, il a terminé second, sur le podium.
Alors, Musclemania? Pourquoi pas…

Cette nouvelle vidéo est très scénarisée, trop dramatique diront certains. Un jeune de 20 ans, qui
s’enferme dans sa bulle pour faire croître sa foi, et qui donc fabrique de toute pièce une vision
héroïque de lui-même, peut-il nous proposer mieux? Parions sur un oui. Il attend vos critiques et vos
conseils.
Du culte de la performance à
l’effondrement psychique
23 septembre 2011

Alain Ehrenberg, une des sources permettant de fonder le discours de la Méthode.

Comment ne pas se laisser déborder, puis détruire, par les exigences sociales contemporaines?
Il faut d’abord identifier ces exigences, en établir les potentialités, les risques.
Puis tenter d’y apporter une réponse qui construise l’individu, qui le rende apte à « faire le tri », à
maîtriser autant que possible sa trajectoire de vie. A rencontrer la joie d’être.
Le rapport au corps et à la performance doit être abordé de manière à ouvrir la conscience, à éviter la
chute dans l’abîme dépressif, inévitable sans la construction d’un recul critique et la manipulation
d’outils adaptés au changement.

La Méthode est une réponse. En offrant la possibilité de s’inventer soi-même, en réduisant les risques
de devenir victime de ses actions.
Limitant l’investissement chronophage de l’individu dans le dépassement de soi, ouvrant les portes
du Constructivisme, elle offre des passerelles entre soi et l’autre, condition d’un plein
épanouissement. Elle établit des frontières entre le sain dépassement de soi et l’autodestruction par
addiction à la recherche de performance.

La Méthode aide à passer de la compétition à la conquête ( cf cet article ).


La musculation au poids du corps, c’est
limité!
7 octobre 2011

Eh oui, je viens de le réaliser !

Aussi, je vous fais part de cette extraordinaire découverte : laissez tomber la Méthode, allez vite
soulever des haltères, car le Poids-De-Corps, c’est limité…

C’est limité car… on ne soulève pas d’haltères !

Si si !

Ce propos n’est pas de moi, bien sûr, mais comme je l’ai lu régulièrement depuis 7 ans, et encore tout
récemment, j’ai décidé de concocter une petite réponse, qui synthétise bien des articles écrits sur le
blog ou ailleurs sur le net.

Il y a quelque chose de très amusant dans l’idée que faire essentiellement du p.d.c serait « se
limiter ».

Cela exclut le fait que choisir un angle de conception d’entraînement qui permet d’atteindre
EXACTEMENT les résultats souhaités est juste le BON choix, la bonne attitude.

Va-t-on dire à un powerlifter qu’il est « limité » car il ne fait pas de tractions d’un bras ou d’arraché
(ou épaulé)?

Va-t-on dire à un haltérophile qu’il est limité parce qu’il ne fait pas de développé couché très lourd?
Ou qu’il ne travaille pas son dos sous tous les angles?

Va-t-on dire à un automobiliste qu’il est limité parce qu’il n’occupe pas toutes les voies de l’autoroute
en même temps?

Dans un gâteau au chocolat, on évite de mettre un steak car… les bons ingrédients, bien dosés, font la
bonne recette.
On ne va pas mettre tous les ingrédients existant sur terre, juste pour ne pas se… limiter.

Celui qui est « limité », c’est celui qui n’atteint pas les objectifs qu’il s’est fixé en pleine conscience.

Ainsi, la méthode permet d’atteindre tous les objectifs qu’elle s’est fixée, et c’est pour cela d’ailleurs
qu’elle évite autant que possible le travail avec haltères (lourds) :
– pour ne pas faire double-emploi;
– pour éviter une perte de temps;
– pour accélérer la récupération nerveuse et être donc capable de faire autre chose dans la vie que
soulever des haltères (et progresser plus vite en force/endurance/volume).

Pour moi, c’est se « limiter » que de faire tout et n’importe quoi, sans rien comprendre à la direction
prise.

Celui qui n’exerce pas force/volume/endurance/souplesse en un minimum de temps, avec de bons ou


très bons résultats, et qui est donc incapable d’avoir une vie épanouie, riche, diversifiée, est selon
moi (selon mon projet) limité.
Ceux qui se reconnaissent dans les solutions que je propose, qui ont donc un projet proche de celui de
la méthode, vont l’adopter, les autres iront voir ailleurs.

Si je suis agressé régulièrement par des « fonteux », c’est que leur projet est mal défini, hésitant,
honteux…

Limité?

Il est malaisé de dire (reconnaître comme projet) que l’on veut passer son temps à soulever des poids
trop lourds, que l’on ne veut pas se cultiver, diversifier ses intérêts.
Il est gênant d’admettre (de revendiquer) que l’on se moque de protéger son coeur et ses
articulations, que l’on veut juste être gros dehors et mort dedans…

Les « fonteux » qui ne sont pas en paix avec eux-mêmes ont un problème avec moi car le projet de la
méthode est, lui, bien défini.

Les « fonteux » qui ne sont pas en paix avec eux-même ont un problème avec moi pour cacher le
problème qu’ils ont avec eux-mêmes.

Ce qui compte, et c’est ce que j’écris depuis des années sur le blog (pour ceux qui peuvent
comprendre) : ce qui compte, c’est le projet.

Tu détermines les outils dont tu as besoin en fonction de ton projet.

La réflexion, en matière d’entraînement, doit être téléologique.

Mais, pour comprendre cela, il faut ne pas être intellectuellement… limité


Discours sur les méthodes – Part I
26 octobre 2011

Introduction

Le microcosme de la musculation a traversé deux phases majeures depuis la publication de la


Méthode en 2004. L’indifférence, le rejet plus ou moins argumenté et violent, et l’expectative furent
constitutifs de la première phase. La publication massive d’ouvrages semblant traiter des mêmes
sujets, une fois le succès de la Méthode avéré, signa l’entrée dans la seconde phase.

Sur internet, la validation, par les pratiquants eux-mêmes, des capacités réelles de la méthode,
engendra l’évacuation de l’indifférence et de l’expectative. Le rejet persista néanmoins, bien souvent
instrumentalisé au service d’intérêts divers.

Les conflits avec l’auteur et les multiples croisades contre la Méthode recouvrent des enjeux
importants dont les plus évidents sont la maîtrise d’un territoire et l’élimination de ce qui est désigné
comme étant concurrent, réalisée en lui subtilisant ses atouts.

Les détracteurs de la Méthode Lafay, mis à part les possédés jouant le rôle d’idiots utiles, sont des
commerçants, s’inscrivant dans une imitation systématique des actions valorisant la Méthode ou
émanant de sa notoriété.
Ces conflits ouverts relèvent de la pensée magique, irrationnelle, bien que se voulant stratégique.
L’idée centrale étant qu’il suffit de salir, éliminer, rabaisser, tout en copiant, pour vaincre.

L’intérêt du pratiquant est bel et bien secondaire dans ces attaques, copies, rumeurs, diffamations et
autres, qui polluent la scène médiatique des tenants de la musculation.
Et c’est ce qui me désole ! J’ai élaboré la Méthode en rejet d’une conception élitiste de la musculation
qui place le profit et non le pratiquant au centre de ses préoccupations.
On peut considérer, étant donné l’importante notoriété acquise par la Méthode, que le projet s’est
montré convainquant.

Mais, dès 2009, mes propos et signes distinctifs ont été utilisés et détournés pour en faire d’uniques
objets de profits immédiats.
Beaucoup trop perçoivent la Méthode comme un produit qu’il s’agit de copier, concurrencer, éliminer,
dans l’unique but de faire du profit, sans penser à la satisfaction de l’utilisateur final.

Afin de faire évoluer cette situation, j’ai décidé d’écrire cet article en huit chapitres, pour :
– mieux faire comprendre ce qu’est la Méthode, où elle prend sa source et s’enracine ;
– donner des clés à ceux qui veulent s’installer dans sa filiation (en tant que pratiquant, auteur ou
webmaster).

A ceux qui désirent s’inscrire dans la filiation de la Méthode, l’article démontre, tout au long de ses
huit chapitres, qu’il vaut mieux revendiquer cette filiation plutôt que la nier tout en cherchant à
s’approprier ses éléments distinctifs.
Présentation des 8 chapitres

I – les 5 phases du deuil

Présentation de l’environnement/contexte ayant permis l’émergence de la Méthode. Description des


phases conduisant d’une ancienne vision de la musculation à une nouvelle vision.

II – Que faut-il copier ?

Le mot méthode est-il magique ? Voici les rouages qui conduisent d’une autre façon de penser la
musculation à un best-seller.

III – les mots sont importants

Le langage de la construction de soi doit gouverner le langage de la construction du corps. Et non


l’inverse.

IV – les différents sens du mot méthode

Une seule appellation pour des réalités très différentes.

V – De l’importance du maître

L’ordre pédagogique doit faire de l’élève un maître.

VI – l’avenir de la musculation est dans la pédagogie

Le but n’est pas de montrer à d’hypothétiques lecteurs qu’on est bien allé à l’école de la musculation,
mais de se mettre au service du lecteur pour l’aider à changer.

VII – vendre avec conscience

Les bases théoriques et techniques qui ont servi à l’élaboration de la méthode impliquent
nécessairement de s’intéresser à ceux à qui l’on s’adresse.

VIII – La systémique rend poli

L’efficacité commerciale implique de tenir compte du contexte.

I – les 5 phases du deuil

La toute première apparition de la Méthode date du printemps 2004. Elle comptabilise ainsi près de
huit années de contact avec le public.
Rapidement, elle a imposé une nouvelle conception de la musculation, que ce soit en termes
philosophiques ou méthodologiques. Il devenait possible d’obtenir d’excellents résultats athlétiques
sans y consacrer sa vie, sans charges lourdes et dangereuses, sans dopage. C’était la toute première
proposition d’une musculation efficace qui ouvre au lieu d’enfermer, qui considère l’entraînement
comme une hygiène de vie, périphérique, et non comme le centre attracteur de toute préoccupation.

Cette ouverture psychologique a provoqué une ouverture sociologique d’importance, la proposition


d’un « meilleur compromis » ouvrant en effet la musculation à un public jusque là exclu de l’univers
de la transformation corporelle. Tous ceux qui n’avaient ni le temps, ni l’argent, ni l’envie de
s’immerger dans le microcosme de la musculation classique, mais qui cherchaient à modifier
sainement leur corps, ont été séduits par le discours et le processus de la Méthode, leur offrant bien
davantage qu’une voie d’accès acceptable.
Cette démocratisation en marche, rendue soudainement possible, ne peut-être dissociée d’un
contexte révélant une transformation profonde de nos sociétés. Nous vivons une période de
transition, qui signe la fin des idéologies positivistes et néopositivistes et de tout ce qui s’y rapporte ;
le darwinisme social étant l’expression sociale terminale de ces formes de pensée qui ont
frauduleusement majoré, dans l’observation de la vie, la part de la compétition aux dépens de la
coopération. L’ultra-libéralisme, avatar extrême du capitalisme, connaît une crise sans précédent, qui
révèle combien les modes de pensée assis sur une conception élitiste du monde sont à bout de
souffle. L’hubris moderne a accouché d’un ouroboros qu’il n’est plus possible d’ignorer.
Cette évolution va de pair avec la montée de la pensée constructiviste, à laquelle se raccorde
l’épigénétique.
Sous la pression de divers constats, épistémologiques, scientifiques, économiques, sociaux,
environnementaux, des solutions sont alors proposées, dont les ambitions sont à la hauteur des
enjeux. Elles s’étendent très logiquement à la pratique sportive, activité sociale majeure.

La Méthode est donc une réponse contextuelle, explicable, exprimant de par son discours et son
processus les nécessaires mutations de notre temps.

Sa progression très rapide, dans le grand public comme dans les milieux sportifs avérés, a mis les
adeptes de l’ancienne conception face à la nécessité de faire le deuil de son règne maintenant
terminé. Lorsqu’une méthode constructiviste, utilisant principalement le poids du corps comme
charge de travail, se hisse rapidement à la première place des ventes de livres de pratique sportive,
placée là par les faveurs du bouche à oreille, et qu’elle conserve cette place année après année, on
peut sans conteste parler de la fin d’une époque.

Les adorateurs et bénéficiaires de la conception traditionnelle de la musculation sont entrés dans une
période de deuil en cinq phases, telle que décrite par Elisabeth Kübler-Ross, psychiatre ayant
théorisé les différents stades par lesquels passe une personne dès l’annonce de sa mort prochaine.
Le premier stade est celui du déni : la personne rejette l’information, la mettant sur le compte d’une
erreur. Le second stade est celui de la colère : la personne se révolte contre l’information. Le
troisième stade est celui du marchandage : la personne essaie de négocier avec le destin pour obtenir
un sursis ou un arrangement qui lui soit profitable. Le quatrième stade est celui de la dépression : la
personne se met en retrait et contemple sa souffrance. Le cinquième stade est celui de l’acceptation :
la personne est prête à mourir.
Franchir une étape ne signifie pas nécessairement que la précédente soit terminée. Par contre, l’ordre
ne peut être inversé.

Cette analyse est extensible à toute situation de perte importante. Le microcosme de la musculation
traditionnelle a donc débuté son cheminement à travers ces cinq phases.
– le déni (dès 2004) : la Méthode Lafay ne peut fonctionner. Elle est inefficace par nature. Les séries
longues ne donnent aucun résultat. Lafay n’a rien inventé.
– la colère : ce type nous insulte tous, C’est injuste! C’est un escroc et la réussite de son livre est
uniquement dû au marketing. Faisons-lui la guerre sur tous les forums, piratons ses sites, harcelons-
le, mettons-lui des commentaires négatifs sur amazon,fr.
– le marchandage : on désire que la Méthode Lafay cesse de se mettre en avant. On est prêt à
négocier avec elle pour continuer à conserver la prééminence. Que Lafay avoue que sa méthode ne
marche pas sur tout le monde, seulement sur quelques individus doués génétiquement.
– la dépression : la bataille pour éliminer la Méthode est définitivement perdue. On n’a plus de force.
Le moral est très bas.
– l’acceptation : acceptons cette fin. Il ne s’agit plus de combattre ou de négocier mais de faire avec
l’indiscutable puissance de la réalité.

« La réalité se manifeste là où nous échouons » a écrit Paul Watzlawick.

La progression dans les phases n’est pas égale selon les personnes et les groupuscules n’ayant pas
supporté l’apparition de la Méthode Lafay et sa reconnaissance publique. Après huit ans, certains
sont bloqués au premier stade (le déni), bien plus par ignorance que par obstination construite.
Les réactions actuelles, toujours vives après tant d’années, permettent d’affirmer que,
globalement, le stade acquis le plus élevé est le marchandage (troisième stade sur cinq). La plupart
oscille donc entre le second et le troisième stade.

Le marchandage : on conteste toujours que la Méthode est une innovation, on refuse toujours sa
place de n°1, mais on ne conteste plus ses excellents résultats, tentant alors de les circonscrire à
quelque cas « doués génétiquement ».

On constate également une volonté de faire intervenir l’auteur sur des forums de musculation en lui
réservant un rôle d’exécutant soumis, le plaçant ainsi d’emblée dans la catégorie des subordonnés, ce
qui pourrait préserver l’ordre établi. En diminuant ainsi l’impact de la Méthode, on tenterait de
maintenir en place l’ancienne conception et ses bénéficiaires.
Un autre type de marchandage avec les faits consiste à bannir l’auteur sur de nombreux forums, par
crainte de voir sa conception s’imposer naturellement, laissant la Méthode poursuivre son chemin
sur ses seuls espaces dédiés.

La dépression : lorsqu’une vague d’assauts contre la Méthode, émanant des deuxième et troisième
stade (colère, marchandage), s’essouffle, elle laisse la place à un grand silence. La violence s’épuise,
crevée par les faits. Internet semble vide de tout avis négatif, pendant une longue période.
L’installation au stade quatre (dépression) débute, qui peut laisser espérer le passage à la phase finale
(acceptation).Mais, jusqu’à ce jour, la résistance au changement s’est avérée trop forte ; et le retour
aux premiers stades se fait inévitablement, compulsivement. La dépression est atteinte, mais non
acquise. Le passage au stade final, l’acceptation, est donc compromis.

Comme dit dans l’introduction, le but de cet article (en huit chapitres) est de fournir des repères à
ceux qui veulent mieux comprendre la Méthode, que ce soit par curiosité ou par volonté de s’inscrire
dans sa filiation. L’analyse enrichira le pratiquant soucieux de mieux maîtriser son entraînement et sa
trajectoire de vie. Elle propose conjointement, ou induit, d’autres modèles de fonctionnement à ceux
qui désirent reproduire le succès de la Méthode (ou qui veulent l’éliminer, la faire oublier).

Le but de ce premier chapitre était de mettre en valeur et d’accélérer le processus de deuil.


Sans passage à l’acceptation, le reste des enseignements proposés dans les sept chapitres suivants
ne sera pas pleinement utilisable, bien qu’instructif.
Discours sur les méthodes- Part II
8 novembre 2011

Il est conseillé de relire (ou lire) le chapitre 1, Les 5 phases du deuil, avant d’entamer ce second
chapitre.
Cette lecture mettra en perspective ce chapitre 2. En effet, votre interprétation du raisonnement qui
va suivre sera bien différente selon la phase dans laquelle vous vous trouvez aujourd’hui.

J’ai choisi d’illustrer ce chapitre 2 avec des photos de Toad Jump. La première illustration fait
résonner le titre du chapitre, de par le commentaire associé produit par Toad sur Facebook : « tu veux
connaître mon secret? Le voici! »

De la même façon, je pourrais dire, en introduction à ce chapitre : « Tu veux connaître mon secret? Le
voici! »

II – que faut-il copier?

Lorsque l’on veut exister dans le sillon ouvert par la Méthode Lafay, en utilisant délibérément le mot
méthode et la terminologie afférente, la question du fond conceptuel sur lequel s’appuieront
produits, discours et stratégies s’avère incontournable. L’entraînement que l’on dispense, le livre qui
le propose, sont les produits d’une conception, qui engendre un discours promotionnel, ainsi que des
stratégies de mise en valeur. Une musculation nouvelle suppose une rupture avec une conception
traditionnelle…

La production d’une nouvelle forme, d’un entraînement différent et de son discours, dépendent du
soin accordé aux enracinements qui les fondent. Peut-on innover sans avoir préalablement éprouvé la
solidité du fond sur lequel nous bâtissons ce que nous voulons appeler « méthode » ?
La crédibilité, à défaut de pouvoir s’acheter, sera faite des résultats des élèves, qui suivent un
parcours indiqué par des mots, dont le pouvoir d’actualisation dépend d’une réflexion aboutie sur les
concepts permettant une parfaite pédagogie.
Il est plus facile de s’égarer si l’on utilise une forme racontant un fond n’existant pas.

L’adéquation entre des concepts fondateurs et ce qui sera leurs applications se produit lors de la
remontée des premiers vers les seconds. Etape par étape, la mise en forme se clarifie et se précise .
Et c’est au cours de cette remontée que l’on rencontrera le mot « méthode », car il est une
articulation, une interface; il ne peut exister seul, hors sol. Déterminer sa place exacte dans le
processus de création et de communication demandera de questionner la spécificité de la Méthode
Lafay. Une fois qu’auront été installées une base saine, une claire perception, de larges explorations
entre fond et forme seront possibles, permettant de comprendre les liens étroits qui les unissent.
Qu’est-ce qui fait la spécificité de la Méthode Lafay ?

Est-ce le type de résistance utilisé (poids de corps) ?


Est-ce sa terminologie (liant étroitement innovation, méthode et pédagogie) ?
Est-ce son statut de best-seller inégalé ?
Est-ce sa capacité à démocratiser la musculation ?
Est-ce sa volonté de proposer, pour la première fois, une approche globale ?
Est-ce son approche et ses fondements constructivistes ?
Est-ce la musculation prescrite, génératrice de résultats remarquables, et pourtant en rupture avec
des théories bien établies?

Si la méthode Lafay s’est installée depuis de nombreuses années comme une référence, qu’il faut
tenter d’assimiler, de piller ou de combattre, pour exister dans la nouvelle configuration du milieu de
la musculation, l’analyse de ce qui fait sa spécificité, l’examen approfondi de sa structure, en sont
restés à l’état d’ébauche ou même totalement ignorés. Il est pourtant malaisé, et souvent infructueux,
de vouloir assimiler, copier ou détruire ce que l’on ne connaît ou ne comprend pas.

Lorsque l’analyse est superficielle, les appellations « Méthode », « poids de corps » et « musculation
à la maison », semblent conduire au best-seller, et il est difficile, pour l’observateur naïf de
comprendre qu’elles s’appuient sur un appareillage théorique complexe et précis. La forme repose
sur un fond. Toute inspiration superficielle, toute copie approximative, toute attaque se fondant sur
l’anecdote et oeuvrant à la périphérie du phénomène, est vouée à l’échec.
A la volonté d’inscription dans la filiation de la méthode ou d’étouffement de cette même filiation, un
préalable s’imposera nécessairement: comprendre.

La Méthode Lafay est une approche globale, utilisant le poids de corps (résistance), démocratisant la
musculation et produisant des résultats hors-normes. La reconnaissance publique n’a pu exister qu’en
remplissant l’ensemble de ces conditions, qui existent posées sur l’articulation suivante :

Fondements constructivistes > démocratisation de la musculation > approche globale > utilisation du
poids de corps> méthode > public > résultats hors-normes > best-seller.

Les fondements constructivistes rendent possible l’idée et la nécessité d’une démocratisation de la


musculation, impliquant une approche globale méthodique, subordonnée à l’idée de
projet. L’utilisation du poids de corps comme résistance principale ou exclusive s’impose comme une
évidence. Une fois élaboré, l’enseignement reçoit le nom de méthode, comme étant le terme
synthétisant le mieux le travail réalisé lorsque l’on veut le communiquer au public. La communication
en direction du public peut alors se faire et les résultats permis (hors-normes), dans le cadre
proposé, conduisent au best-seller.

Le mot Méthode n’est donc pas à l’origine du processus, ni sa fin. Il est au centre de ce processus.
Articulation essentielle entre un fond, une forme, et un public, il dit toute l’importance de l’utilisateur
final (le pratiquant). Ce dernier n’est pas seulement client, acheteur, consommateur… La dimension
de l’identité personnelle est comprise par la méthode, qui l’intègre via les outils et concepts venant
du fond.
Nous sommes maintenant au cœur même des enjeux liant création et communication, lorsque l’on
veut œuvrer dans le milieu de la transformation corporelle athlétique. Nous pouvons dès lors évoluer
entre fond et forme et comprendre les liens étroits qui les unissent.
C’est à partir d’une vision, d’une conception (le fond), que l’on réalise un produit (enseignement) et
un discours (valorisant le produit). Cette conception est la somme de nos savoirs et croyances. Le
fond est donc la résultante d’une association entre culture, savoir-faire et éthique. C’est la structure à
partir de laquelle peuvent naître plusieurs formes possibles, soit plusieurs enseignements et discours.

Observer attentivement la forme permet d’accéder au fond qui la supporte. Cet exercice peut s’avérer
aisé ou difficile, innocent ou périlleux, car la forme est communication, autrement dit : transmission
d’un émetteur vers un récepteur. En tant que telle, elle peut amener information authentique,
confusion (information inadéquate) ou désinformation (transmission volontaire d’un fond trompeur).
Dans le dernier cas, le discours sert à détourner le récepteur humain du fond réel pour mieux le
soumettre.

Lorsque la propagande dispose de moyens financiers lui ouvrant l’accès aux médias de masse, elle va
user de désinformation pour mieux servir ses intérêts. Il s’agit, par la répétition d’un message élaboré
spécialement pour désinformer, de fasciner le public. La forme trahit donc le spectateur en associant
aux idées/produits à promouvoir le fond le plus susceptible de les vendre et non, bien évidemment,
le sien propre, car elle s’avouerait sinon propagande.

L’accès au fond authentique reste alors difficile car il y a généralement disproportion des moyens
entre celui qui influence et celui qui subit (dans le cadre des médias de masse). Il faut parfois être un
observateur aguerri pour démêler les liens forme/fond/produit et dépasser les évidences.

L’entreprise qui peut se permettre financièrement l’accès récurrent aux médias de masse (publicité
sous toutes ses formes) soumet ainsi un public sous perfusion, passif, susceptible d’acheter un
produit pour croire posséder des valeurs. Il achète un produit là où il croit trouver des valeurs.

Ce qui est valable pour les structures économiquement puissantes ne l’est pas pour les petites
structures dont le monde de la musculation est globalement composé, et qui ne disposent pas de
moyens financiers suffisants pour concevoir très régulièrement des publicités élaborées et leur
acheter des espaces dédiés au sein des grands médias. La possession de l’imaginaire de clients captifs
et passifs est alors plus difficile. Vendre massivement un produit à l’aide d’un fond illusoire, vanté par
un discours (forme) désinformant le public, n’est pas exclu, mais difficile. Cela peut être la cause
d’échecs répétés.

Si la forme, surtout sur Internet, n’est pas parfaitement cohérente, structurée, homogène du point de
vue des valeurs, le public visé sera amené, tôt ou tard, à penser que le fond que l’on utilise pour
vendre n’est pas présent. Une forte adhésion sera suivie d’un rejet progressif, ou alors ce rejet sera
présent dès l’apparition de la première forme (discours + produit).
Utiliser un fond auquel on ne croit pas, c’est-à-dire une image publique, que l’on ne maîtrise pas, à la
seule fin de se promouvoir, se vendre, est donc prendre le risque de l’échec.

L’auteur, l’éditeur, le webmaster, en musculation, n’ont pas les moyens de contrôler une image fausse,
comme le fait une grosse entreprise qui renouvelle sa propagande en permanence, et donc parvient à
maintenir une image bien souvent très éloignée de son fond réel. Sans outil de contrôle de l’image, la
forme laisse apercevoir ses failles et finit par craquer et prendre l’eau. La crédibilité dépend de
l’adéquation entre l’image proposée au public et celle qu’il perçoit. Et, dans le milieu de la
transformation corporelle, l’image perçue est relative à l’efficacité démontrée, soit un rapport
concluant entre la promesse et sa réalisation. Soit ce qui est promis advient, soit cela n’arrive pas.
Une image fausse est une image fragile, à court ou moyen terme.
Le manque de moyens financiers, dans le milieu de la musculation, interdit donc de transférer les
outils et mécanismes marketing efficaces au niveau des grandes entreprises. Il est préférable de
rechercher une parfaite adéquation forme/fond/produit, obtenue au travers d’une quête
d’authenticité, de créativité et de transparence. Puisque l’auteur, l’éditeur, le webmaster, sont
financièrement contraints de se définir comme artisans, ils se doivent, tel l’artisan, de réellement
posséder le fond qu’ils veulent vendre. Ainsi, remontant du fond vers la surface, donc vers la forme,
ils seront certains de pouvoir développer, avec un peu de maîtrise, une forme qui soit authentique et
qui, si elle est longuement réfléchie, saura retranscrire pleinement ce fond.

Ce processus nécessite, pour s’accomplir, de comprendre la musculation en tant qu’un système qu’il
est possible de modifier si l’on admet qu’il n’est pas absolu, mais uniquement convention. La
conception classique de la musculation constitue un ensemble d’éléments en interaction dynamique
organisés en fonction de buts définis par des êtres humains. Le but n’existe que parce que nous le
nommons, que parce que nous le désirons. Il est donc possible de modifier les règles d’organisation
du système pour le faire correspondre à d’autres buts, le faire répondre à d’autres valeurs. Il est
également possible d’élaborer un autre système, très différent du système « classique », voire
opposé, au point de rencontre entre des savoirs et des croyances autres, pour répondre à des projets
différents.

La musculation repose sur des croyances et des désirs, et la manière « classique » de la penser, de
l’analyser, la démontrer, l’enseigner… fait système. Regarder un phénomène sous forme de système
nous permet de voir les différentes parties qui le composent, la manière dont tout cela a été agencé.
Donc, les croyances sur lesquelles cette construction repose.

En partant des croyances et savoirs et en saisissant leur agencement, on comprend que la


musculation est une convention (un accord commun à beaucoup de gens) reposant sur une
construction. Les croyances disent ce qu’est le monde et la manière d’y vivre. Lorsqu’une convention
en place découvre une autre proposition de convention, ce qu’est la Méthode Lafay (peut-être plus
conforme à une évolution globale de la société), cela déclenche incompréhension et rejet : on assiste
à un combat de croyances.
Le langage, le découpage du « réel » pour former un autre (nouveau) système, étant différents, ils
sont alors perçus comme surprenants, agressifs, iconoclastes ( en tant qu’ils détruisent les images de
la réalité en place, c’est-à-dire : les croyances).

L’acceptation de la différence (d’une nouvelle convention) est d’autant plus difficile que notre propre
conception est considérée comme absolue, comme la seule vraie, et qu’elle ne se sait pas convention,
construction.
C’est le rôle du Constructivisme de déconstruire les conventions pour mieux les comprendre
et aider à en reconstruire d’autres, plus adaptées (satisfaisantes). C’est sa grande force de montrer
qu’une certitude est en fait une croyance qui ignore qu’elle est une croyance… De là, peuvent naître
la tolérance, l’acceptation, le respect et la maturation individuelle.

Le Constructivisme est un mode de pensée qui considère que l’on n’a pas accès à la réalité en soi,
mais seulement à des représentations (des constructions). En clair : ce que vous voyez, ce que vous
pensez, est conditionné par vos sens, votre éducation, vos besoins et vos a priori.
Puisque la réalité est construction, on peut donc en changer. Le Constructivisme permet de
déconstruire nos images figées de la réalité (le Vrai) pour nous faire accéder à des images plus
souples, adéquates (le Bon). Il donne des outils pour générer et encadrer le changement. Ces outils
ont servi à élaborer la Méthode Lafay.
On peut modifier la réalité à notre avantage avec deux sortes d’outils, fournis par le Constructivisme:
ceux qui la déconstruisent (nous expliquent comment ça marche) et ceux qui permettent le
changement (par l’action).
La méthode est une convention (une réalité), qui s’adapte aisément aux multiples réalités
(conventions) qui composent notre société. Elle répond à de nouveaux projets de vie incluant le fait
d’avoir un corps musclé, avec des règles systémiques différentes de la musculation classique.

Sa forme provient d’un fond qui autorise une pédagogie différente, une pédagogie qui relie le
pratiquant à son contexte, ce qui explique efficacité et reconnaissance publique. D’un côté, elle
permet un recul sur le contexte (déconstruction), afin que l’individu puisse mieux définir son projet.
De l’autre elle utilise les outils à sa disposition pour produire le changement (construction).

Souvenons-nous de la question qui titre ce chapitre : « Que faut-il copier? »


Si l’on considère les différentes étapes du raisonnement proposé jusqu’ici, on conclut aisément que la
question restera sans réponse. Le mot « méthode », employé seul, hors sol, perd de sa force, car il est
détaché du fond conceptuel qui devrait le nourrir. Il en va de même de la terminologie afférente et du
discours servant à valoriser ce que l’on veut voir reconnu. La musculation évolue dans un cadre
artisanal, où le manque de moyens doit être compensé par une recherche d’authenticité dans le
discours, et donc une part importante d’énergie accordée aux facteurs qui conditionnent l’émergence
d’une création novatrice. On ne produit pas du neuf sans une profonde réflexion préalable sur ce que
doit être la pédagogie. C’est seulement en saisissant que la musculation « classique » forme système
qu’il sera possible de la renouveler à l’aide du Constructivisme, mode de pensée qui déconstruit les
conventions connues pour en produire de nouvelles, plus adaptées au contexte dans lequel on veut
évoluer. Une nouvelle convention, pour une nouvelle pédagogie.

Il ne s’agit pas de copier, mais de venir à la source, apprendre à déconstruire pour mieux reconstruire.
C’est la condition d’un cheminement qui, s’il s’inscrira dans la filiation de la Méthode Lafay, n’en sera
pas moins personnel.
Discours sur les méthodes – Part III-A
19 décembre 2011

Du fait de sa longueur, le chapitre 3 a été divisé en deux sections nommées 3-A (généralités sur la
communication) et 3-B (le langage de la construction de soi).

Les 8 chapitres du Discours sur les méthodes s’enchaînant de manière logique, il est conseillé de lire
ou relire les chapitres précédents afin de percevoir la progression du raisonnement.

Chapitre I – Les 5 phases du deuil

Chapitre II – Que faut-il copier ?

Chapitre III – les mots sont importants

Introduction

Le chapitre 1 traitait de l’apparition d’une nouvelle convention, en musculation, de son plébiscite


social et économique, et des réactions qu’il a engendrées au sein du monde du muscle : déni, colère,
marchandage, dépression, acceptation. De cet état des lieux, du positionnement de chacun face à
cette nouvelle convention, peut s’initier un cheminement vers la compréhension de la différence
qu’est la méthode, la compréhension de son fonctionnement.

Le chapitre 2 traitait de l’accès à la nature de cette nouvelle convention, qui se réalise par
l’intermédiaire d’une déconstruction, d’une relativisation raisonnée de nos propres conventions. Il
s’agit, par la médiation constructiviste, d’accéder au fond conceptuel qui supporte les différentes
formes connues de la méthode : enseignement et discours valorisant cet enseignement. L’erreur
étant de singer la forme en méconnaissant le fond, puisque l’efficacité pédagogique, validée par les
pratiquants, en dépend.

Le chapitre 3 traite des moyens par lesquels s’opère la transmission de la nouvelle convention. Tel un
projecteur que l’on braque, valorisant un élément situé habituellement au second plan de notre
vision, ou un microscope révélant l’invisible, il met en évidence les liens sociaux de la transmission. Et
ce qu’ils disent de nos valeurs et croyances. Nous parlerons donc de communication et de langage.
D’information et de désinformation. De concurrence et de collaboration. Ceci dans l’optique de la
construction du corps que nous subordonnons à la construction de soi.

Une autre musculation suppose une autre approche du langage et de la communication. Les mots
sont importants.
L’introduction pourrait être présentée également ainsi :

La Méthode Lafay est une convention, un agencement de croyances et savoirs se proposant de


répondre aux enjeux actuels de la transformation corporelle. Sa reconnaissance publique témoigne
de la valeur de cette réponse, dont les effets visibles et mesurables ont su convaincre un large
éventail de la population concernée par la musculation, qui a vu ses besoins et objectifs évoluer.
Cette convention s’appuie sur un langage issu directement d’un fond conceptuel, qui structure et
détermine la forme (enseignement et discours de valorisation publique de cet enseignement).
Ce langage s’appuie sur des mots.

A travers un cheminement qui part de généralités sur le langage, nous allons nous rapprocher, peu à
peu, des éléments qui conditionnent sa pertinence et son efficacité: les mots. Nous allons traiter de
leur importance, en tant qu’ils structurent notre vision du monde, et facilitent ou non la construction
de soi.
On peut considérer qu’il s’agit d’un approfondissement des rapports fond/forme abordés au chapitre
2.

Nous continuons donc notre exploration : comment, sur quoi, pour quoi, contre quoi, se construit la
méthode, cette nouvelle convention ?

Première section du chapitre III (3-A) : généralités sur la communication

Tout être humain, volontairement ou non, est émetteur et récepteur d’informations au sein de son
environnement. On ne peut pas… ne pas communiquer.

« Le comportement n’a pas de contraire. Autrement dit, il n’y a pas de « non-comportement », pour
dire les choses encore plus simplement : on ne peut pas ne pas avoir de comportement. Or, si l’on
admet que, dans une interaction, tout comportement a la valeur d’un message, c’est-à-dire qu’il est
une communication, il suit qu’on ne peut pas ne pas communiquer, qu’on le veuille ou non. Activité
ou inactivité, parole ou silence, tout a valeur de message. De tels comportements influencent les
autres, et les autres, en retour, ne peuvent pas ne pas réagir à ces communications, et de ce fait eux-
mêmes communiquer. » Paul Watzlawick

Lorsque l’on examine les différentes strates comportementales qui composent la communication
humaine, on distingue deux langages aux fonctionnements différents : le langage analogique et le
langage digital. Le premier comprend les mouvements, les gestuelles, les mimiques et les intonations
verbales. Le second consiste en une construction arbitraire, un code, une convention propre à une
culture, c’est le langage écrit ou parlé.

Le langage digital permet de transmettre des informations plus nombreuses, plus vite, de les nuancer,
de les archiver. Il rend possible l’accumulation du savoir, sa transmission différée. Plus le langage est
complexe, plus l’on peut transmettre, et recevoir, des informations complexes, c’est-à-dire des
informations complètes, nombreuses, et nuancées.

La condition pour savoir décrypter et utiliser au mieux des informations complexes est de soi-même
posséder un langage complexe. C’est l’outil indispensable sans lequel la compréhension, le tri,
l’organisation et la hiérarchisation des informations reçues ne pourront être effectués.
Et l’action efficace de l’individu, dans le monde, dépend de ce travail d’élaboration subjective. Elle
dépend de la réception et du traitement d’informations nombreuses dont la qualité doit être
éprouvée, afin d’être utilisées dans l’immédiat, ou ultérieurement, avec succès. Plus ce travail
d’intégration de données est possible et avancé, plus notre stock de réponses disponibles face à
diverses sollicitations, internes ou externes, augmente. Ce qui signifie que nous sommes plus aptes à
y apporter des réponses adaptées, voire parfaitement ajustées. Nous aurons alors plus de chances de
réussir, de mener à bien une tâche, d’atteindre un objectif.
Un langage complexe est donc un préalable à l’autonomisation de l’individu, à sa libération.

L’organisation subjective et réfléchie d’informations complexes, lorsqu’elle englobe de nombreux


domaines de connaissance, est libératrice en tant qu’elle est recul, réflexion sur la culture, cet
ensemble de conventions dont nous sommes construits. La juxtaposition, l’association, de savoirs
multiples génèrent des mises en perspective, un recul critique, favorisant ainsi la déconstruction des
conventions habituelles et la production de nouvelles conventions, plus adaptées à la satisfaction de
nos besoins et désirs. Déconstruire, c’est comprendre, et mieux comprendre, nous-mêmes, le monde
et les autres.

Dire que la recherche et la structuration d’informations conditionnent notre efficacité dans le monde,
c’est souligner l’importance qu’il faut accorder à la communication, qu’elle soit analogique ou
digitale. Etre attentif à l’autre, c’est se mettre en disposition de recueillir des informations de toutes
natures, complémentaires, contradictoires. Cela permet aussi de construire le langage complexe dont
nous avons besoin pour décrypter et organiser ces informations. Il est donc important de beaucoup
communiquer, et de bien communiquer.

Dans cette optique, le soin apporté à la compréhension et au choix des mots est très important, pour
au moins deux raisons essentielles. La communication et le décryptage des informations sera plus
aisé et plus complet d’une part avec un langage digital plutôt qu’un langage analogique. D’autre
part, le langage digital permet bien plus aisément de parler de la relation, et pas seulement de
transmettre des savoirs et connaissances. On appelle métacommunication l’aspect de l’échange
portant sur la relation elle-même, où il s’agit de dissiper des malentendus, d’exposer nos sentiments
sur la relation, de mieux comprendre les attentes et pensées de l’autre.

Car ce n’est pas seulement la transmission/ingestion d’informations en tant que contenus qui est en
jeu dans la communication, c’est aussi notre identité.

Les autres peuvent confirmer ou rejeter la définition que nous avons de nous-mêmes et d’eux-
mêmes. Il faut donc pouvoir (et savoir) en discuter afin de prendre du recul sur les besoins et
possibilités des uns et des autres, dans la relation, afin de générer une identité qui nous satisfasse et
qui soit acceptée par les autres (au moins par un groupe), afin de se sentir exister.

Se développer, c’est à la fois se libérer (culture) et être socialement accepté, dans une pleine
conscience des limites et possibilités de soi et des autres, dans une pleine conscience des
conséquences des paroles et des actes de soi et des autres. C’est s’accomplir dans un double
mouvement d’affirmation (de soi) et d’acceptation ( de soi par les autres et aussi DES autres par soi).

Puisque le langage permet d’informer l’autre (savoirs et connaissances) et de l’informer sur la


conception que nous avons de son existence et de la nôtre, il faut donc des mots pour apprendre, des
mots pour se comprendre, des mots pour parler des mots qui font la relation. Les mots sont
importants.
L’efficacité sociale étant dépendante d’actions favorisant la compréhension et réduisant la confusion,
dans lesquelles sont comprises les interactions réussies, on peut en conclure légitimement que la
possession d’un langage complexe favorise l’efficacité sociale, et qu’un langage pauvre met l’individu
en situation de faiblesse, le rendant partiellement ou complètement inefficace (d’un point de vue
économique, familial, personnel).

Un langage complexe nous rend moins susceptibles de devenir victimes des problèmes de
communication que sont la confusion, l’incompréhension et la désinformation. Un langage pauvre
nous permet difficilement d’échapper à la définition que les autres font de nous-mêmes (à la place
que les autres nous attribuent, consciemment ou non). Il va être plus difficile de se libérer (se
développer/évoluer) et donc d’homogénéiser son efficacité (économique, familiale, personnelle). Le
langage pauvre met l’individu à la merci de celui qui dispose de la maîtrise du langage, qui peut
l’influencer en profitant du manque de compréhension, de la confusion, pour désinformer. Celui qui
n’est pas en mesure de faire le tri dans la communication est fragile.

On peut désinformer de trois manières :


– soit en transmettant de fausses informations;
– Soit en ne transmettant pas du tout une information utile ;
– soit en réduisant le vocabulaire (quantité et qualité) de telle manière que l’information ne peut plus
passer.

C’est dans 1984, le roman de Georges Orwell que l’on rencontre l’exemple le plus célèbre de
désinformation par appauvrissement du langage : le Novlangue. A l’opposé d’un langage complexe,
riche, nuancé, nous avons là un langage réduit, qui empêche une élaboration satisfaisante des idées
et informations, avant même leur circulation par la communication. Un problème mal posé (qu’il soit
affectif, social, scientifique) trouvera difficilement une solution satisfaisante. Un problème difficile à
communiquer ou incommunicable, n’existe pas…

Si le langage ne permet plus de communiquer, ou même penser, l’étendue des différences


fondamentales, c’est la norme établie par le pouvoir qui prévaut et seule peut être communiquée et
intégrée. L’idéologie en place (le fond) va déterminer les possibilités et limites de la communication
(la forme). Une idéologie fermée, exclusive, va appauvrir le langage et la pensée.

« Ne voyez-vous pas que le véritable but du Novlangue est de restreindre les limites de la pensée ? A
la fin nous rendrons littéralement impossible le crime par la pensée car il n’y aura plus de mots pour
l’exprimer. » (1984, de Georges Orwell)

Ce Novlangue peut s’imposer de deux façons : soit d’une façon arbitraire, c’est-à-dire que ce sont les
pouvoirs qui décident délibérément d’imposer au peuple l’appauvrissement du langage. Soit elle se
met en place suite à la victoire d’une idéologie représentée au plus haut niveau du pouvoir. La
logique de cette idéologie, préalablement validée par une fraction importante de la population,
imprégnera progressivement, et sans trop de résistance, l’ensemble de la société. Le langage en sera
affecté. L’étendue des significations possibles d’un mot se réduira à celles confortant les valeurs de
l’idéologie en place, perpétuant ainsi son maintien au pouvoir.

Ainsi, dans notre société ultra-libérale, le mot communication signifie principalement « vendre ou se
vendre » et le terme échange est réduit à l’idée d’échanges commerciaux.

FIN de la première section.


Nous venons de voir, dans cette section 3-A, qu’une communication importante et diversifiée rend
possible la construction d’un langage complexe, qui rend possible une communication de qualité,
condition de notre efficacité globale.

Dans la section 3-B, seconde partie du chapitre en cours, nous continuerons cette analyse en la
mettant en lien avec la construction du corps. Une communication de qualité conditionne la
construction de soi, qu’il faut envisager globalement en y intégrant la construction du corps. Celle-ci
n’est en fait qu’un des aspects de la construction de soi et doit donc lui être subordonnée.

Nous traiterons du paradoxe du système ultra-libéral, qui exige simultanément réalisation de soi et
soumission à une seule « vérité ». Nous comprendrons pourquoi l’élaboration de la méthode est
intimement liée à une conception libérale. Car le langage de la construction de soi est libéral et non
ultra-libéral, ouvert et non exclusif, laïque et non dogmatique.

Nous saisirons mieux l’importance du langage qui a construit la méthode et qui est aussi celui qui
l’exprime. Nous saisirons mieux les rapports entre mots et méthode. La forme de l’enseignement
repose sur des mots, ceux-ci reposant dans un langage, lui-même issu d’un fond conceptuel.
Répéter jusqu’à en mourir
18 janvier 2012

Freud parle de « compulsion de répétition », Levine parle de « remise en actes », Watzlawick parle de
« toujours plus de la même chose ». On pourrait également citer Karli, Lipton, Selye, Rossi, etc, qui
tous ont abordé ce sujet à leur manière.

Il s’agit de notre tendance à vouloir répéter une situation (où nous avons été mis en difficulté) aussi
souvent que possible, en espérant, au final, gagner.

C’est un processus inconscient, qui s’appuie sur des racines animales profondes.

Le savoir permet de chercher d’autres voies.


Ne pas le savoir, c’est s’agenouiller, s’humilier en pensant combattre : revenir sans cesse sur une
confrontation où l’on a été vaincu, en espérant remporter, au final, l’affaire. Tout cela en faisant dans
la surenchère à chaque fois, en se disant que si la stratégie a échoué jusque là, c’est que l’on n’en a
pas assez fait. Incapable de se dire que, si l’on a échoué, c’est uniquement parce que la stratégie est
mauvaise.
Mais ceux qui sont pris dans cet engrenage ne le peuvent, car leur horizon limité (manque de recul
critique) ne leur permet que cette stratégie.

C’est donc un serpent qui se mord la queue de plus en plus fort…

C’est la mouche qui bute sans cesse contre la vitre, alors qu’un léger vol latéral de quelques cm lui
permettrait d’envisager la sortie, là où la fenêtre est légèrement ouverte.

L’image est donc celle d’un cercle infernal dont il faut sortir, et cela se fait en étant créatif, ouvert, en
réfléchissant à nos conditionnements.

Mes articles de fond sur le blog ont pour objet d’apporter des éléments permettant de dépasser ces
situations. Car sortir d’un cercle infernal, c’est pouvoir progresser de manière générale, et pas
seulement en musculation. Cela évitera ainsi la monomanie (type bodybuilding obsessionnel) et le
dopage (qui est l’outil « salvateur » de ceux qui butent sur un mur, de manière répétitive, en pensant
qu’il est physiologique, alors que c’est bien plus que ça). Cela évitera les blessures à répétition, les
agressions haineuses compulsives qui rendent esclave de celui que l’on hait et qui étouffent la
créativité.

Quand un problème se pose en musculation, l’erreur est de chercher sa solution uniquement dans le
domaine spécifique de la musculation.
Only the strong survives
19 janvier 2012

Les lecteurs réguliers du blog se souviennent certainement de mon article abordant un des gimmicks
favoris du milieu de la musculation, le célèbre NO PAIN NO GAIN.

Cette formule, brandie comme un manifeste sur divers supports, dont des tee-shirts, a été disséquée
et j’en ai montré le caractère inepte.
On peut la traduire par « la douceur ne mène à rien », ce qui est de suite moins sexy sur un tee-shirt.
On imagine un homme primaire, brutal, incapable de négocier, de discuter, de se respecter soi-même
(il préfère la dureté extrême, auto-destructrice).

En abordant des gimmicks de même acabit, je cherche à montrer à quel point ces devises peuvent
enfermer le pratiquant, le limiter, modifier sa vision du monde ou la renforcer dans une logique
d’entropie. Ces devises, brandies comme des étendards, sans aucun recul critique, peuvent mener à
des catastrophes. Par exemple : les blessures, les échecs à répétition, les rapports sociaux ou
familiaux dégradés, un enfermement dans une certaine forme de folie auto-destructrice. Je montre
aussi que le moindre recul critique vide ces « sentences » des fantasmes que les gens y mettent.
Toutes nues, ces devises paraissent bien pauvres.

Aujourd’hui, je vais me pencher sur la devise « only the strong survives », qui résonne comme une
formule guerrière venu du fond d’un âge fantasmatique, tel celui où vivait Conan le barbare.

Dès que l’on commence à réfléchir à cette phrase, on s’aperçoit très rapidement de ses limites. Elle
n’est pas si guerrière qu’on l’avait fantasmé, en fait…

Elle signifie que seul le fort survit ou plutôt : seul le fort doit survivre (a le droit de survivre).

En effet, cette phrase ne peut être un simple constat, elle en perdrait tout intérêt. Le proverbe « les
chiens aboient, la caravane passe » n’est pas un simple constat. Cette phrase véhicule un message, un
« enseignement ». Ce genre de phrase est destiné à stimuler la réflexion, l’imagination et à
transmettre des valeurs. Établir un constat (décrire une situation, sans sous-entendus) n’est pas
excitant. Ce qui est excitant, c’est d’établir des séparations entre les hommes.

« Only the strong survives » établit une hiérarchie. Cette devise a pour but de placer celui qui l’arbore
(sur un tee-shirt par exemple) du côté des forts. Bien entendu…

Il y a ceux qui peuvent survivre (les forts) et ceux qui ne le peuvent pas (les faibles). Il y a ceux qui
sont capables (et qui ont le droit) et ceux qui ne sont pas capables (et qui n’ont pas le droit). Il y a les
supérieurs et les inférieurs.
Bien entendu, celui qui dit la phrase la revendique pour lui et se place sans discussion du côté des
forts. Il en fait un… constat.

Inévitablement, on est amené à se demander si la simple utilisation de cette phrase légitime (de fait)
son utilisateur. Qu’est-ce qu’un homme fort? Qu’est-ce qu’une femme forte?

Puisque cette phrase est utilisée dans le milieu de la musculation, on peut imaginer que ceux qui
l’emploient le font dans un souci de valorisation personnelle. Etre musclé serait être fort et donnerait
donc la possibilité et le droit de survivre. L’homme musclé (ou cherchant à l’être) ferait donc partie de
la race des seigneurs, de ceux qui peuvent et doivent être considérés comme des dominants.
Et si cette phrase est liée à des produits (ou personnes) à vendre, c’est qu’à travers elle, l’acheteur se
sent valorisé, flatté. A-t-il raison?
L’homme musclé est-il un « fort »? Qui est fort? Qui peut et a le droit de survivre?

Petite histoire :

Un homme physiquement fort (bodybuilder, haltérophile, powerlifter, strongman, lafayen) se trouve


avoir un conflit avec un pratiquant de Krav Maga expérimenté. Ce dernier lui envoie un coup de pied
dans les testicules suivi d’un direct à la trachée. Le «costaud » décède sous les coups. Ses muscles ne
l’ont pas protégé. Il est alors établi que la musculation ne rend pas, à coup sûr, apte à survivre. On
peut être fort physiquement sans être systématiquement un vainqueur.

Le fier pratiquant de Krav Maga s’enfonce dans une ruelle sombre, afin de rentrer plus vite chez lui. Il
est attaqué par un homme armé d’un pistolet. Il tente une riposte rapide mais l’homme lui tire une
balle en pleine tête et il décède. Il est alors établi que la pratique, même régulière, des arts martiaux,
ne rend pas à coup sûr apte à survivre.

L’homme armé, enhardi par cette victoire, s’en prend un peu plus loin à une jeune adolescente, afin
de la dévaliser et éventuellement la violer. Dans un mouvement de panique, la jeune fille sort une
bombe lacrymogène face à l’individu peu réactif car trop sûr de lui et l’inonde de gaz. Celui-ci recule,
trébuche et se brise la crâne contre le sol pavé. Il est alors établi que la possession d’une arme ne
rend pas vainqueur à coup sûr, ne procure pas systématiquement la survie, ni de fait, ni de droit.

La jeune fille court en hurlant dans la rue et se heurte à un vieil homme d’allure sympathique, qui
tente de la réconforter. Il l’invite à venir se reposer quelques minutes chez lui, juste à côté. Pendant
qu’elle se calme en buvant un chocolat chaud, le vieil homme passe derrière elle, l’assomme
légèrement, l’attache à son lit, la viole, puis l’étrangle. Il est alors établi que se sortir une fois d’une
situation délicate (parvenir à survivre), ne témoigne pas d’une aptitude à se sortir de toute situation
délicate. La victoire est un phénomène mouvant et son obtention ne procure aucun droit naturel à la
renouveler systématiquement.

Le vieil homme, repu et réjoui, se verse un verre en réfléchissant au moyen de se débarrasser du


corps. Il tombe en se tordant de douleur, puis meurt. Son gendre, pressé de toucher l’héritage, a
décidé d’accélérer le processus de la nature en lui offrant une boisson empoisonnée. Il est alors établi
que la sagesse et le possible vice que procure l’expérience ne mettent pas à l’abri d’une cuisante
défaite. Même l’homme qui a maintes fois vaincu n’est pas assurément, définitivement, « fort » (en
capacité et en droit de survivre).

On ne sait toujours pas définir le terme « fort » à la fin de cette histoire. Qui a le droit et la capacité
de survivre?

Si on regarde du côté des puissants, de ceux qui dirigent le monde, on comprend aisément qu’ils
doivent leur puissance à l’argent et aussi au fait de ne pas prendre le risque de la confrontation
directe et solitaire avec les problèmes. D’autres le font pour eux. Ce qui ne les met pas à l’abri d’une
agression mortelle ou d’une chute de cheval malencontreuse et définitive.
S’entourer de gens compétents n’est pas une assurance ultime. Certains même ont pu conserver la
vie et le pouvoir (toutes formes de force) suite à l’incompétence de leur entourage.
Ce qui est sûr, c’est que la puissance des ces hommes (leur survie et leur place dans la hiérarchie) ne
réside pas dans une capacité physique exceptionnelle due à la pratique de la musculation.

Nous n’avons, à ce stade de notre enquête, toujours pas pu définir la race des forts. Quels sont les
critères universels permettant de séparer ceux qui peuvent et doivent survivre des autres? Nous n’en
savons toujours rien.
La force physique peut donner la victoire, mais aussi la faiblesse peut donner la victoire. La sagesse
peut donner la victoire, mais aussi la folie. L’intelligence peut rendre victorieux, mais aussi la bêtise.
L’honnêteté peut donner la victoire, mais aussi le vice. Survivre semble quand même dépendre du
contexte.

Puisque, en regardant autour de nous, nous n’avons pu répondre à la question, alors nous décidons
de revenir à la phrase de départ : only the strong survives.
Seul le fort survit.

Et on voit qu’il n’existe qu’une définition possible : on peut définir le fort par le fait qu’il survive.

La seule manière de définir le fort, selon cette formule d’aspect si viril, est tautologique.

Le fort, c’est celui qui survit…

Finalement, on n’apprend pas grand chose.


On en revient à l’idée d’une phrase qui n’exprime qu’un constat, une phrase sans envergure.
Puisqu’on ne peut pas définir ce qu’est la force, il faut attendre la fin d’une confrontation, quelle
qu’elle soit, pour voir qui a survécu et le désigner comme fort.
Cette formule n’est donc pas un manifeste que l’on peut arborer fièrement, elle est juste un simple
constat. Elle est le fruit d’un malentendu.

Puisqu’on ne peut définir une essence (celle du fort qui le serait « par nature »), on ne peut définir le
fort qu’après coup, suite à un constat.
En sachant que ce constat n’ouvre pas un droit à la domination permanente et que la victoire (le
statut de fort) est remis en jeu aussitôt, par la simple hypothèse d’une confrontation à venir.

Le fort, c’est le survivant.


Donc, pour donner sa véritable dimension à la phrase, il faut remplacer « le fort » par « le survivant ».
Cela donne : « seul le survivant survit ».

Ah oui…

« Only the survivor survives »

Quel beau manifeste, n’est-ce pas?

Une belle tautologie alacon.

Maintenant, je vous laisse rire et méditer.

The end

Ps : peut-être verra-t-on un jour fleurir des tee-shirts avec la devise : « la douceur mène à tout » ou «
seul le survivant survit », ce qui sera la marque d’une évolution certaine du milieu de la musculation,
et une capacité toute neuve de lucidité et d’auto-dérision.
No pain no Gain VS Peu d’efforts beaucoup
d’effets
31 janvier 2012

Pour commencer,il s’agit de bien saisir la différence entre « devise » et « constat ».

« Only the strong survives » et « no pain no gain » sont des devises, non des constats. Du moins, elles
se veulent être des devises…La phrase « pas d’efforts pas de progrès » est un constat. On dit juste ce
qui est. Cela ne se revendique pas, c’est comme ça, c’est le constat que les progrès demandent de se
bouger, de s’activer, de produire un mouvement et donc… un effort. Ce qui ne veut pas dire qu’il faut
nécessairement souffrir quand on agit…

Une devise donne un cadre conceptuel qui dirige les pensées et les actions. On revendique une
devise, on la placarde partout où l’on peut, car elle a aussi pour but de nous définir aux yeux des
autres.

Une devise ne dit pas quel est notre but, mais elle dit comment on compte y arriver. Une devise
renferme un manifeste, c’est-à-dire une ensemble de croyances sur ce qu’est le monde et la manière
de s’y comporter. Dans une devise, tout ce que nous sommes ou revendiquons être et devenir, est
inscrit. Arborer des devises sur soi et dans de nombreux domaines de sa vie, les inscrire au fronton de
notre existence, les placer bien en vue pour que tout le monde puisse les voir, c’est admettre qu’on
les utilise comme boussoles. Ce sont des valeurs que l’on revendique à travers elles.

Il faut donc considérer qu’une devise est une boussole. Elle ne devrait pas normalement être un
constat, elle ne veut pas être un constat. Prendre un constat pour une devise est effectivement
ridicule. Qui voudrait revendiquer un constat ? Qui arborerait un constat sur un tee-shirt?

Personne à part ceux qui n’ont pas suffisamment réfléchi pour réaliser qu’ils ont fait d’un constat une
devise…

Ce qui se comprend aisément car on adopte souvent des « devises » par mimétisme, sans en
éprouver auparavant la solidité. C’est humain…

Et là je vous renvoie à l’article « Only the Stong survives » (sur le blog) où je montre qu’une vision
fausse de la force et une terrible envie de se définir comme faisant partie du « clan des forts » fait
prendre un constat pour une devise.

Ce qui est aussi intéressant à comprendre, c’est que ces devises orientent notre regard. On peut tout
à fait disposer d’un ensemble de croyances, de valeurs qui vont nous faire adopter ces devises, mais à
partir du moment où on les adopte la boucle est alors bouclée, se referme, car elles sont là pour
valider les croyances et les orienter définitivement. Ces devises agissent comme un filtre, comme un
aiguillage qui à chaque fois nous contraint à prendre la même voie. En étant revendiquées, elles
valident une conception de l’existence, déterminant nos actes pour que cette conception soit
toujours valide. Ainsi les moyens dont la mise en oeuvre valide ces devises sont toujours choisies de
manière prioritaire.

Quelqu’un qui adopte une de ces devises, ou ces deux devises, sans avoir un système de croyances
totalement solidifié, établi, va alors se retrouver dirigé par le système de valeurs qu’elles impliquent.
Elles vont donc, dès ce moment, déterminer sa vie à venir. C’est là l’immense danger pour ceux qui
adoptent ces devises de manière superficielle et finissent par s’y conformer.
À partir du moment où ces devises seront adoptées, revendiquées, elles vont passer du statut de «
moyen » à celui de « fin ».

En effet, à partir du moment où une de ces phrases devient une devise, alors il faut que cette devise
soit applicable, valable, partout et toujours. Sinon ce n’est plus une devise, c’est juste un proverbe,
une petite maxime parmi tant d’autres qui est censée nous fait réfléchir et nous aider à prendre des
décisions.

Si la devise est relative, ce n’est plus une devise, ce n’est qu’un outil que l’on a rangé dans un tiroir et
que l’on ressort de manière stratégique en fonction des besoins. Dans ce cas, on ne l’ inscrira pas sur
un tee-shirt, ou à des endroits très visibles, pour envoyer un message aux autres. Parce que si ce n’est
plus une devise, ce n’est plus censé nous définir. Il y a un rapport extrêmement serré entre la devise
et l’identité.

« No pain no gain » est une devise. Elle pose la douleur comme fin autant que comme moyen, elle
entre en résonnance directe (car elle en est le fruit) avec notre conception judéo-chrétienne de la vie,
elle-même confortée par la vision grecque de l’action, du drame, du théâtre). Elle conduit à la douleur
et à la perte de temps, d’énergie, de vie.

« Peu d’effort beaucoup d’effets » est notre devise, c’est-à-dire un idéal vers lequel tendre, une
boussole pour nous orienter à chaque fois que l’on doit prendre une décision.

Cela ne signifie pas que la Méthode est facile. La méthode demande de gros efforts ponctuellement,
mais elle veut que la proportion « efforts/effets » soit la plus favorable possible (croissance et santé).
Elle vise l’économie de moyens.

Inutile de souffrir si l’on peu l’éviter, inutile de trop « travailler » si l’on peut l’éviter. Cela évite la
monomanie et permet de diversifier sa vie (si on limite les efforts dans un domaine, tout en ayant de
gros effets, on peut investir son énergie ailleurs).
Le gouvernement de Soi
1 février 2012

« Nul n’est plus désespérément esclave que celui faussement convaincu d’être libre. »
Johann Wolfgang von Goethe

Le but des articles du blog est de donner des outils de libération, articles utiles pour maîtriser un
tantinet sa trajectoire de vie (et plus précisément la place de la musculation dans cette vie et sa
pratique au quotidien).
Beaucoup parmi vous l’ont compris puisque ce sont les articles de fond qui sont les plus lus et les plus
commentés. Ainsi, « Stratégie de la motivation » a été vu plus de 200.000 fois.

Il y a « Méthode de musculation » et il y a la « Méthode Lafay« . Le premier est un livre, faisant


partie du second, qui est un univers.
Cet univers se fonde sur une idée simple et s’imposant désormais comme une évidence : la
construction du corps, pour être réussie (sans effets secondaires nocifs), doit être subordonnée à la
construction de soi.

Pour réussir ce projet de construction globale, il faut des outils.

Ces outils sont donnés ici. Via des articles de synthèse, vous pouvez mieux comprendre ce qui bride
votre pensée, ce qui la cale bien souvent à vos dépens. Il faut savoir décaler sa pensée.

« si je connais l’autre, et si je me connais moi, en cent combats je n’ai rien à craindre. »


Sun Tzu

Pour connaître l’autre, il faut des outils.


Pour se connaître soi, il faut des outils.

Bref, pour gagner, sans avoir pour cela besoin de s’enfermer à ses risques et périls dans une seule
activité (professionnelle, sportive, etc) ou même basculer dans la monomanie, il faut
savoir construire un recul critique utile.

A défaut de connaître les outils aptes à générer ce recul stratégique, il devient impossible
d’atteindre l’efficience, et l’on peine inutilement, on compense comme on peut un surinvestissement,
on se détruit, on va même jusqu’à se doper pour être performant (avec des drogues légales ou non).

A ceux qui sont passés à côté des outils que je donne ici, prenez le temps de lire mes textes, qui
contiennent et articulent des concepts puissants, structurants, susceptibles de vous éviter ou
d’atténuer le dopage, la dépression, les échecs à répétition, par pure ignorance de ce qui les
détermine.

Où faut-il diriger ses efforts pour être performant sans s’user et se perdre? Que faut-il apprendre?
Quel savoir-faire maîtriser?
Beaucoup de réponses se trouvent ici. Et je donne régulièrement des références bibliographiques
permettant d’approfondir votre réflexion et gagner encore en autonomie. Car il s’agit bien de cela :
l’autonomie.

L’efficacité, en musculation, ne dépend pas seulement de la pratique en elle-même, mais aussi de la


maîtrise du contexte. Par maîtrise, j’entends compréhension du contexte et aptitude à se déplacer
souplement en lui, aptitude à le restructurer en douceur. Sans cette maîtrise, on est tout bonnement
contraint de s’enfermer dans la pratique pour ne pas avoir à gérer trop de paramètres, pour ne pas
être dépassé par les contingences. La gestion des contextes permet d’atténuer, de limiter la
déperdition énergétique dans un environnement ouvert demandant sans cesse de nouvelles
adaptations.
La méthode, de par sa structuration et sa présentation, a la possiblité de s’accorder à de nombreux
contextes, d’où les résultats remarquables de très nombreux pratiquants. Mais on peut aller plus loin
et disposer d’outils à même d’apporter plus d’efficience, et donc plus de liberté et de satisfaction
globale.

Prochainement seront abordées ici les notions de situation, d’information, de contexte et de


dépassement de capacité, dont la compréhension et la maîtrise conditionnent l’efficience et
sont consubstantielles au gouvernement de Soi.
De l’efficacité à l’efficience : la nouvelle voie
du muscle
15 février 2012

Introduction: la publication d’articles sur ce blog suit une logique pédagogique, où les idées sont
annoncées et agencées comme les marches d’un escalier. Chaque article constitue un point d’appui
pour la pensée, lui permettant de s’élever « step by step »…

Il vous faut imaginer un emboîtement où l’article du jour est justifié par les articles précédents. Vous
pouvez tout à fait prendre un article pour lui-même, mais il s’agit de comprendre que sa force sera
démultipliée si vous le rattachez au contexte de sa publication. Ce contexte est fait des articles le
précédant et l’annonçant.

Constatant que certaines idées étaient difficiles d’accès, notamment dans «Conquêtes et
projets » et « Discours sur les méthodes », j’ai donc interrompu momentanément leur publication
pour ouvrir des parenthèses. Leur rôle est de multiplier les angles d’approche, de permettre un
approfondissement de notions clefs.

L’article qui va suivre reprend et développe les notions abordées lors de l’analyse des gimmicks
culturistes bien connus que sont « No pain no gain » et « Only the strong survives ». La lecture de
mes propos sur la différence entre devise et constat (dernier commentaire de l’article) permettra
également d’affiner votre réflexion.
Nous allons nous appuyer sur ces développements pour faire progresser notre pensée.

Comme je l’ai donc déjà expliqué, il faut comprendre que chaque devise est une boussole, c’est-à-
dire un outil verbal, un outil de la pensée qui permet de s’orienter lorsque l’on a une réflexion à
mener, un problème à résoudre, une action à réaliser.

En examinant les devises de la musculation classique et en les posant à côté de celles de la Méthode,
on comprendra mieux le clivage existant entre ces deux conceptions. La Méthode reprend la
conception classique pour en détourner certains aspects, en minorer d’autres, tout en évacuant les
éléments les plus nocifs.

Logique du contournement VS logique de l’affrontement.

Logique de la coopération VS logique de la compétition

1 / musculation classique et efficacité.

En musculation classique, les devises brandies régulièrement sont associées au culte de l’efficacité,
c’est-à-dire d’un affrontement direct avec les choses (le monde, les autres et aussi soi-même). Le type
d’entraînement, l’approche scientifique, sont consubstantiels à ces devises, qui s’appuient elles-
mêmes sur une tradition philosophique poussée jusqu’à la caricature.

Je reprends ici deux devises connues que j’ai déjà traitées.

« No pain no gain »

« Only the strong survives (ceci se voulant une devise mais n’en étant pas une, comme nous l’avons
déjà démontré) »
Ces phrases sont revendiquées comme des boussoles, consciemment ou non, et renvoient à une
logique de l’affrontement.
Un affrontement avec le monde, avec les autres, avec soi-même.
On est face à soi-même et on se bat contre soi.
En musculation, cette logique mène inévitablement à l’auto-destruction : on doit se vaincre soi-
même, on est en guerre avec soi. Il faut un vainqueur et un vaincu.
Le corps qui accepte de se transformer est vu comme le vaincu : il s’est plié à notre volonté.

Mais, en en privilégiant l’Avoir (avoir un corps) au détriment de l’Etre (être un corps), on s’élimine soi-
même, on néglige la part la plus essentielle de ce qui nous compose : nous ne sommes objectivement
pas compartimentés.
En cherchant à être un vainqueur, nous créons aussi un vaincu. Mais le vaincu, c’est toujours soi.
Cela ne peut être sans conséquences… Tactiques et stratégies guerrières soumettent et détruisent le
soi vaincu pour satisfaire l’ego du soi vainqueur.

Le bodybuilding, vécu à travers les devises citées plus haut, pousse jusqu’à la caricature une vision
héroïque du monde, toute occidentale. Il fait revivre l’archétype, au sens jungien, du héros affrontant
seul le monde, et finissant tragiquement. L’affrontement est la seule possibilité, il se fait dans la
souffrance et… cela finit mal.

En adoptant unilatéralement ces devises, on se met en condition pour adopter un mode de vie
tragique, où la recherche de la douleur et des exploits , au détriment de toute vie intérieure et de la
paix avec soi-même, mène inévitablement à l’auto-destruction (du corps et de l’âme).

2 / musculation constructiviste et efficience

Je mettrai en évidence trois devises majeures, trois poupées russes, permettant de bien situer
l’évolution de la pensée.

« Mens sana in corpore sano »

C’est l’objectif : avoir un esprit sain dans un corps sain. L’objectif est l’équilibre global de la personne,
le bien-être. Pour être en mesure d’atteindre cet objectif, il faut comprendre la devise suivante.

« La construction du corps doit être subordonnée à la construction de soi »

Il s’agit d’intégrer la construction du corps dans un ensemble plus vaste qui est la construction de la
personne. Toute focalisation exclusive sur le corps provoque un déséquilibre. Nous sommes plus
qu’un corps, et bien plus qu’un corps à seulement muscler.

La nécessité première est de se considérer comme un tout. Le corps n’est pas un objet que l’on doit et
peut façonner à loisir : c’est un être entier qui est à façonner, c’est soi-même qui doit être façonné.

« Peu d’efforts, beaucoup d’effets »

Se construire soi-même, parvenir au Gouvernement de soi, demande beaucoup d’énergie. Il faut être
compétent en de nombreux domaines. L’épanouissement personnel exige, au préalable, d’avoir
compris qu’il était indispensable de savoir réserver son énergie, l’économiser et bien l’orienter. On
utilise alors la boussole de l’efficience : peu d’efforts pour beaucoup d’effets.

Il ne s’agit plus de s’absorber totalement dans la logique monomaniaque et auto-destructrice de


l’affrontement systématique avec soi (efficacité visible, affrontement direct avec le monde), mais
bien, au contraire, d’agir avec raison et souplesse afin de repérer les leviers permettant d’obtenir
l’efficience (peu d’affrontement, peu d’héroïsme).

Au lieu d’affronter directement le monde (c’est-à-dire soi) tel un guerrier, il va s’agir pour nous
d’opérer en amont (et non pas frontalement), c’est-à-dire de conditionner des situations afin qu’elles
nous servent à terme, sans débauche d’énergie.

Dans la logique de la construction de soi, il faut bien entendu ne pas mettre toutes ses forces dans
une bataille (ici, il s’agit de la bataille de « la construction musculaire avant tout »). L’épuisement à
l’entraînement n’est plus recherché, au contraire. Il ne s’agit pas de se forcer, régulièrement,
inlassablement, jusqu’à en vomir, il faut « se réserver »… pour soi.

La musculation constructiviste nous apprend à ne plus être dans une logique d’affrontement, de
guerre, de compétition, mais… dans une logique de coopération (avec le monde, avec les autres, avec
soi)

Ainsi là où le bodybuilding mettra l’accent sur les « techniques d’intensification », pour forcer le corps
à réagir (dans la douleur), nous mettrons l’accent sur les Boucles et Mini boucles.
Nous contournons le problème, nous dansons avec lui, en souplesse, au lieu de cogner du front
contre le mur en désirant ardemment qu’il se brise.

Là où le « héros bodybuilder » mettra les poids les plus lourds possibles, comme s’il voulait soulever
le monde, nous utiliserons des charges légères, obtenant les mêmes effets, mais avec bien moins de
risques, bien moins d’usure.

Résumons

Nous voulons obtenir un effet (transformation corporelle). On observe qu’il existe deux conceptions
de l’effet, qui peuvent se compléter et s’opposer : l’effet lié à l’efficacité et l’effet lié à l’efficience.

L’efficacité est de l’ordre du visible; elle procède d’une logique d’affrontement direct (héroïque) avec
le monde. L’efficacité est friction avec le réel. L’efficacité se voit :pour que quelque chose soit dit
« efficace », il faut que ce quelque chose se voie.

L’efficience est de l’ordre de l’invisible ou du presque invisible. L’efficience cause un minimum de


friction avec le réel. Elle procède d’une logique de coopération et fonctionne suite à une douce et
habile mise en condition (de légères actions) en amont. L’efficience ne rejette ni ne nie l’efficacité, elle
l’intègre, mais en minorant sa place. Elle a pour but (pour essence?) de réduire les périodes
d’affrontement direct. Elle est volonté de transformation silencieuse.

Il n’y a rien d’héroïque à contourner la stagnation, à opérer en douceur, mais les bénéfices de cette
attitude sont évidents.

Agir en amont, c’est savoir analyser une situation, en déterminer son potentiel, et savoir s’orienter de
manière à obtenir le résultat désiré, à terme, avec un minimum d’efforts.

Les outils que je donne sur le blog sont utiles pour comprendre et savoir analyser un contexte, une
situation; comprendre et savoir déterminer le potentiel de la situation analysée; et comprendre et
savoir conditionner une situation pour parvenir à l’efficience.
Ces outils sont conceptuels (savoir intellectuels) et pratiques (prescriptions liées directement à la
pratique efficiente de la musculation).
Pour parvenir au Gouvernement de soi, il faut les deux, il faut des outils qui permettent de bien agir,
donc des outils pratiques, mais aussi des outils de réflexion permettant de savoir conditionner de
manière optimale une situation et donc de savoir au préalable l’analyser.

Sachez cultiver l’efficience en vous cultivant.

MALENTENDU N°1
4 avril 2012

Certains de mes propos ont parfois été mal reçus, que ce soit par des détracteurs ou par des
pratiquants convaincus. Cette série d’articles a pour but de faire cesser des malentendus ou, au
minimum, de dissiper des zones d’ombre.

Malentendu n°1 : Avoir de gros muscles sans faire aucun effort.

La publication de la méthode a violemment perturbé le monde de la musculation. Et pas seulement


parce que j’ai proposé un entraînement à base de pompes et tractions, sans haltères ni machines, ce
qui était déjà, en soi, une hérésie. En fait, le choc majeur est venu de la philosophie qui a conditionné
la création de la méthode. Utiliser seulement des pompes et tractions pour se muscler renverse
l’ordre normal des choses, et donc des croyances. Mais la manière de penser l’effort, inhérente à la
méthode, procède d’un renversement plus radical encore. En prenant de l’altitude, et en considérant
le développement de la personne (son épanouissement), la « norme » a été analysée, disséquée,
renversée. Une nouvelle conception a alors été proposée aux sportifs. Pour certains, il est difficile de
comprendre et d’accepter cette conception autre, contraire à ce qui a été promu pendant des
décennies. Ces « malentendants » réduisent alors mes propos à ce que le prisme de la « norme » leur
laisse entrevoir. Pour eux, je mentirais ou exagèrerais en affirmant que la Méthode permet d’avoir des
résultats importants sans faire d’efforts.
Mais, est-ce vraiment mon discours?

Afin d’y voir plus clair, nous devons nous intéresser à ce qui était, jusque là, la norme en matière de
philosophie de l’effort. Nous devons comprendre le rapport de l’individu à l’activité physique.
Comment l’adepte de la tradition, en musculation, conçoit-il son engagement dans l’entraînement?
Comment l’individu conçoit-il la place prise par l’entraînement dans sa vie? En terme de temps. En
terme d’investissement énergétique.

Jusqu’à la publication de la Méthode, il semblait normal de s’investir quasi totalement, ou même


totalement, dans l’entraînement. Il n’y avait pas de remise en question de cette attitude. L’ensemble
de croyances formant la philosophie de la musculation recommandait l’engagement total, si l’on
voulait obtenir des résultats satisfaisants. Il s’agit, dans ce cadre, de ne pas regarder à la dépense
(énergie, argent) si l’on veut gagner la « bataille du muscle ». Peu importe la somme de moyens
investis, et cela même si les résultats sont peu convaincants, car on doit en passer par là pour
progresser…
Conçu comme cela, le rapport à la musculation est cause d’une formidable déperdition énergétique,
théorisée et acceptée.

La rhétorique traditionnelle est donc celle du « No pain no gain ». Cette devise est une boussole (ou
un phare) : elle oriente le pratiquant. Elle lui indique la direction à prendre s’il veut des résultats. La
quête du muscle est celle de la douleur.
On utilise des expressions comme « punir ses muscles » (parce qu’ils ne veulent pas obéir, ils ne
veulent pas se développer). On cite Nietzsche : « ce qui ne me tue pas me rend plus fort ». On force
jusqu’à en vomir. La recherche du vomissement devenant même un outil normal de progression.
La douleur et la blessure sont alors les inévitables accompagnateurs de notre évolution. Ces
accompagnateurs sont mêmes recherchés : ils sont considérés comme des indicateurs fiables, des
témoins de notre engagement total, et donc de notre progression. Si l’on souffre, c’est que l’on a pris
la bonne route…

La quête du muscle, dans ces conditions, est terriblement gourmande en énergie. Le gaspillage est la
norme, il est considéré comme la condition incontournable de création de muscle. Le gaspillage est,
finalement, une valeur.

La Méthode a proposé une autre conception de l’entraînement, du développement musculaire, du


développement de la personne. Elle n’est pas seulement critique de la problématique énergivore de
la musculation classique, elle propose aussi une alternative solide.

Tout commence par une prise de conscience : si on dépense beaucoup d’énergie (et de temps) dans
la construction de muscle, on n’en aura plus beaucoup pour nos autres activités. Ce qui réduit nos
possibilités de découvertes et d’action. Ce qui entrave donc notre épanouissement. Nous voulons
construire notre corps, mais sans investissement chronophage, énergivore, auto-destructeur. Nous
recherchons le Mens sana in corpore sano. Il devient nécessaire de modifier la vision traditionnelle de
la musculation, comprise alors comme aliénation.

La Méthode élimine la devise « No pain no gain » pour lui substituer : « Peu d’efforts, beaucoup
d’effets ». On se libère en utilisant cette nouvelle boussole (ce phare) destinée à nous guider, à
orienter nos pensées et actions. Il s’agit de ne plus dépenser une trop grande part de notre énergie
dans le culte du corps : nous pensons nos actions dans la logique d’une culture de l’efficience. C’est-
à-dire que nous viserons désormais un résultat maximal, sur la base d’une action qui sera aussi
économique que possible. Pourquoi continuer à forcer alors que l’on a atteint le point où l’effort est
suffisamment productif? Pourquoi penser que la progression ne se fera que si l’épuisement est total?
N’est-ce pas une attitude superstitieuse?
Reste à élaborer un entraînement permettant d’actionner cette logique de contrôle de l’effort. C’est ce
qu’est, en pratique, la Méthode.

Je n’ai donc jamais dit qu’il fallait se la couler douce. Je n’ai jamais promis des résultats exceptionnels
sans efforts.
« Peu d’efforts, beaucoup d’effets » est une devise qui propose de penser le contrôle de l’effort. Elle
implique une organisation, de sa vie, de son entraînement, valorisant l’effort à bon escient, sans
excès, sans conséquences néfastes (sur la santé, le psychisme et l’épanouissement personnel). C’est
un effort sans culte de l’effort…

Il faut faire des efforts pour progresser, parfois de très importants efforts, les pratiquants le savent
bien.
Mais ils doivent garder à l’esprit que l’effort n’est pas nécessairement synonyme de progression, et
qu’il est préférable de ne point trop en faire pour progresser. Il faut faire « juste ce qu’il faut »…
Celui qui recherche le muscle, exclusivement, peut se moquer d’être trop épuisé pour s’accomplir
dans autre chose. Mais, si l’on veut maîtriser un tantinet sa trajectoire de vie, trop en faire devient
contre-productif. Même si on prend du muscle suite à une excessive, et donc inutile, dépense
énergétique, il y aura des conséquences néfastes pour la santé, car le corps n’est pas une machine
inusable : l’excès le tue. D’autre part, l’excès aura des conséquences en réduisant le temps et l’énergie
consacrés à la construction de la personne, à l’accomplissement d’autres projets.
Le développement des muscles doit-il être une activité prioritaire? Une activité qui passe avant TOUT
le reste?
Il faut donc faire des efforts, oui, c’est évident, mais il faut savoir répartir ses efforts, et ne pas se
retrouver vidé (et détruit) par eux. Apprenons à voir ce qu’indique la boussole où figure la devise :
« peu d’efforts pour beaucoup d’effets ». Ne tombons pas dans le culte de l’effort pour l’effort, ne
nous perdons pas dans ce culte de l’effort. Gardons-nous de toute attitude religieuse, de tout
enfermement sectaire, où deux cultes seraient célébrés simultanément : le culte de l’effort ET le culte
du corps…
Si nous voulons maîtriser un tantinet notre trajectoire de vie, il nous faut apprendre à répartir et
rationaliser nos efforts.

La Méthode met en pratique sa vision théorique du contrôle de l’effort :


– passer le moins de temps possible à l’entraînement. Pour un maximum de résultats en force,
volume, puissance, détente, endurance, souplesse. C’est une première réduction de l’investissement
énergétique dans la musculation.
– forcer le moins souvent possible à l’entraînement (grâce aux Boucles et Mini boucles). Ce qui réduit
encore l’investissement énergétique.

La devise « peu d’efforts, beaucoup d’effets » est donc un outil de gestion de l’entraînement. Elle ne
dit pas que l’on obtient des résultats sans rien faire. Elle dit que l’on doit toujours penser son
entraînement afin d’éviter une trop grande déperdition énergétique. De cette attitude nait la
possibilité du Mens sana in corpore sano ou même la simple possibilité de s’ouvrir à de nombreux
horizons. Conserver du temps, pour aujourd’hui et pour demain, rester disponible.
Boucle et Mini Boucle, Reloaded
7 mai 2012

Tout récemment, un jeune pratiquant des haltères, enthousiaste et encore peu instruit, est intervenu
sur le forum musculaction.com, pour y proclamer ses vérités sur la Méthode Lafay.

Ce n’était pas sa première intervention… Etant attachés à la liberté d’expression, nous laissons
généralement s’exprimer les gens, même si leurs propos sont peu référencés, peu pertinents et plutôt
répétitifs.

Cette personne voulait que soit bien en vue la (sa) « vérité » selon laquelle, encore une fois, la
Méthode Lafay n’a rien inventé en matière de techniques, exercices, etc. Avec bien sûr, la certitude
que, les haltères (la fonte) ayant existé avant la Méthode Lafay, la « fonte » était précurseur en tout.
Ce discours, tellement entendu depuis maintenant plus de 8 ans, ne parvient pas à penser ce qu’est
une innovation, une invention, une construction nouvelle.

La manière d’agencer des éléments qui sont à notre disposition depuis des millénaires parfois (bien
avant l’invention récente de la musculation avec haltères) est ce qui fera la différence entre un
programme efficace et un programme inefficace. Et c’est bien sûr ce qui fait la différence entre des
programmes que l’on doit soi-même agencer; et une METHODE dont le but est d’agencer les
éléments dans des programmes, et les programmes entre eux, de manière à procurer un maximum de
résultats, rapidement, à un maximum de pratiquants possibles.

Le coeur de l’intervention de cette personne portait sur la Boucle/Mini Boucle, et qui aurait soi-disant
été « inventé » par les pratiquants de fonte, sous le nom de « Deload ». Si la différence de contenu
entre Boucle/Mini boucle et « Deload » est pourtant notable (comme va l’expliquer ci-dessous Denis),
on remarquera à quel point ce « Deload » est peu connu des pratiquants de musculation, preuve s’il
en est de la non-popularité des pratiques de contournement en musculation classique.

Réponse de Denis (Shiver sur musculaction.com) :

Olivier Lafay ne prétend pas avoir inventé le Deload. Tu l’as dit dans ton premier message, il existe
déjà en fonte, depuis des lustres. Certes (enfin, pas plus de 150 ans, vu que la musculation avec fonte
est très récente – 150 à 200 ans tout au plus).Mais pas seulement en fonte… C’est plutôt une manière
de penser l’action que la fonte a utilisée et, avant elle, de nombreuses autres formes d’entraînement
sportif.

Le « deload » est, pour la fonte, une variante d’un principe mis au point ailleurs que dans la
fonte. Comme « la Boucle » est une variante du même principe originel. Le « deload » et « la Boucle »
sont deux manières différentes d’envisager la notion de réduction temporaire d’une tension et de
remise en tension progressive par la suite.

Donc, Olivier Lafay n’a pas « copié la fonte », il a adapté un principe fort ancien à sa manière pour en
faire un entraînement singulier. Exactement comme les « fonteux » ont adapté le même principe
pour en faire un outil périphérique dans le cadre d’un entraînement où le « lourd -grand RIS – séries
courtes » est la norme…

Il n’y a pas copie, il y a exploitation différente d’une même source : un outil de gestion de l’action bien
antérieur à la musculation (avec ou sans haltères), une « stratégie ».
En fonte, c’est une simple technique utilisée de manière ponctuelle dans certains programmes.

Cette technique n’a jamais été systématisée au sein d’un entraînement construit et pensé. Et encore
moins popularisée dans ce cadre…

La méthode a été pensée pour atteindre différents objectifs sans omettre l’aspect santé physique et
psychologique. Et aussi pour atteindre un maximum de résultats avec un investissement énergétique
minimum, de manière à pouvoir construire sa vie à côté, de manière à ne pas être « bouffé » par son
investissement dans la musculation .

Quand tu vas en salle déjà tu viens avec tes idées reçues et personne ne les remet en question. Tu dis
« je veux devenir musclé » tu te dis « pour me muscler je dois soulever toujours plus lourd » (quand
tu débutes tu te dis forcément que si tu soulèves plus lourd en poids tu es devenu plus fort donc que
pour devenir plus fort il faut arriver à soulever plus lourd en poids ) et là-dessus personne te
contredira. Et qui va venir t’expliquer que prendre des récup’ longues, soulever toujours plus lourd,
c’est pas le top pour la santé? (et qui s’interroge là-dessus en entrant en salle?) Et qu’on peut faire
autrement dans une optique de culturisme…? On va te dire que c’est comme ça et qu’il faut faire du
cardio à côté. Super…

Avec ce principe de réduction temporaire de la tension puis remise en tension progressive (ici, la
Boucle ou Mini-Boucle) systématisé au sein d’un entraînement, tu peux en arriver à une majorité
d’entraînements faciles/moyennement difficiles Tu fais une séance facile, une deuxième, une
troisième, et quand tu arrives à l’échec (simple) à la sixième séance, tu peux revenir en arrière aux
séances faciles pour remonter un peu plus haut.

Et cela fait partie intégrante de ton entraînement, de ta manière de progresser.

Et là, tu peux atteindre l’Efficience, car c’est, bien géré, un des outils majeurs de l’Efficience,
conceptualisée et mise en pratique par Olivier Lafay.

L’efficacité à l’occidentale, promue en fonte (affrontements majoritaires) fait place à l’Efficience


(promue par la Méthode Lafay, où le contournement devient majoritaire par rapport à
l’affrontement). C’est une innovation majeure, qui bouleverse tout ce qui était jusque là pensé en
musculation (et pas seulement).

En fonte la plupart du temps, cette technique est utilisée comme mode de progression d’un simple
programme. Et quand on passe au programme suivant, on oublie cette technique. C’est un élément
de progression existant mais qui n’est pas pensé pour être intégré dans une suite de programme et
pour être utilisable à tout instant par le sportif. Et c’est ce qu’Olivier Lafay a inventé et qui est
réellement NOVATEUR.
Le mythe des suppléments protéinés
20 juin 2012 à 14:52

Cela risque de faire grincer des dents, c'est certain.

Ce qui ressort de cette vidéo, peu développé mais bien présent, c'est l'aspect "religieux" de la prise
de suppléments/compléments.
Il s'agit d'un rituel, qui s'apparente clairement à un acte de foi. J'ai écrit à de nombreuses reprises sur
les liens entre croyance, mythe et supplémentation. Et dans le premier chapitre de Méthode de
nutrition, je mets en évidence que l'alimentation est une construction socio-culturelle plus ou moins
objective, plus ou moins rationnelle et analysée.

Dans le cas des suppléments, on remarque l'adoption bien souvent inconsciente de l'argument
pascalien du "comme si" : on est tout d'abord happé par les sirènes de la publicité, les arguments
d'autorité et les études scientifiques généreusement distribuées (et filtrées), et par la propagande
fiévreuse de ceux qui sont déjà devenus des croyants.
Alors, on se lance une première fois en faisant "comme si" ça allait marcher. On a envie d'y croire, car
la tâche de créer et entretenir du muscle peut sembler titanesque.
Puis, à force de "comme si", on finit par croire que c'est vraiment indispensable. De plus, au bout de
quelques temps, on a déjà dépensé tellement d'argent, on a peut-être été tellement naïf, qu'il vaut
mieux y croire "pour de vrai" plutôt que de se retrouver, peut-être, face au douloureux sentiment de
s'être trompé et de s'être fait avoir...
C'est là que la foi est à son apogée : quand l'utilisateur est persuadé que s'il arrête d'en prendre, non
seulement il ne se développera plus, mais il régressera... Et, devenu un croyant fanatique (par peur de
vérités qu'il soupçonne mais ne veut pas voir), il veut convertir les "infidèles" et est très susceptible
quand ceux-ci critiquent ou moquent sa pratique d'absorption de "poudres magiques". Comme tout
religieux fanatique, il n'a aucun humour lorsqu'il s'agit de sa foi.

C'est là que le commerçant se frotte les mains : quand le client, totalement aliéné, devient un
acheteur régulier et un prosélyte. Il n'est même plus besoin de le solliciter pour qu'il renouvelle tous
les mois sa gamme de poudres ensorcelantes et ensorcelées, et il défendra la Foi contre toute
atteinte venues de la part des "ignorants" qui questionnent cette addiction.

Loin de moi, cependant, l'idée de rejeter totalement l'utilisation de suppléments protéinés. Même s'il
est bien souvent inutile d'en prendre, ils peuvent néanmoins s'avérer pratiques, lors d'une perte de
graisse sur le long terme avec des baisses conséquentes de kcal, ou lorsque l'on doit s'absenter avec
une difficulté à emporter une nourriture préparée (manque de place ou de moyens).
Les suppléments protéinés, lorsqu'ils sont utilisés rationnellement, peuvent être utiles. Bien plus
utiles, au final, que les autres suppléments destinés aux pratiquants de musculation, portant
généralement des noms ronflants, et dont le prix est quand même bien élevé pour des placebo.
Peut-être serait-il plus judicieux (et économique) d'exercer régulièrement la foi en soi-même, de
construire sa foi et son recul critique en pleine conscience, plutôt que de laisser cette tache au
"marché" avec les inévitables désillusions et frustrations (et perte de pouvoir d'achat) que cela
engendre...
Dialogue sur l’efficience
28 juin 2012

De récentes questions au sujet de l’efficience m’ont incité à vous proposer les développements ci-
dessous, suivis d’un court dialogue.

Pour illustrer cet article, j’ai voulu des photos démontrant tout le bien-fondé d’une approche centrée
sur l’efficience. J’ai donc délibérément choisi des résultats très importants. On peut devenir très
massif, au naturel, en adoptant une logique poussée de contrôle de l’effort.
A noter que ces athlètes ont un coeur battant entre 45 et 60 pulsations minutes, sans même faire de
cardio à côté…
Vous n’êtes bien sûr pas obligé de viser les mêmes résultats. Mais, qui peut le plus peut le moins, et la
Méthode propose du sur-mesure. Vous arrêtez votre développement quand vous le désirez.

Pour résumer très simplement, l’efficience, c’est la capacité à progresser le plus possible, en se faisant
le moins de mal possible, et en y passant le moins de temps possible.
L’énergie ainsi économisée peut être redistribuée ailleurs (développement de soi, professionnel,
familial, affectif).
Cette approche, issue du constructivisme et de la stratégie chinoise, est révolutionnaire en ce sens
qu’elle est diamétralement opposée aux discours/croyances répétées en musculation traditionnelle
(qui reste attachée au No pain no gain).
C’est donc à une autre manière de s’investir dans la pratique de la musculation que je vous invite
depuis 8 ans.

On va diminuer les périodes d’affrontement avec soi-même (les périodes où l’on force).
On va augmenter les périodes « douces ».
Tout ceci se fait de manière très calibrée, au sein d’une structure d’entraînement qui est le fruit de
deux décennies de recherches.

La Méthode a, en effet, été élaborée pour diriger ce processus d’efficience.


L’entraînement de base de la Méthode est en lui-même efficient… Il s’agit d’obtenir des résultats
importants (parfois exceptionnels) en réduisant au minimum les phases d’agression envers soi-même.
La musculation génère un double stress : celui que l’on s’inflige mentalement, dans le but de réaliser
des séances régulièrement, et aussi un stress corporel (s’entraîner physiquement, c’est se détruire en
espérant se reconstruire « en mieux »). Il est possible de réduire considérablement ce stress, sans
porter atteinte aux résultats attendus (volume, force, endurance, etc).

Le tome 1 + le tome 2 forment la base de l’entraînement efficient.


Les articles du blog servent à « optimiser » ce processus, ils vous aident à modifier votre perception
du rapport à l’entraînement. Ils vous font gagner du temps. Il faut en effet du temps pour modifier
durablement nos comportements, pour diminuer/éliminer cette attitude violente (envers soi) qui est
la norme dans nos sociétés. Il faut du temps (de la pratique) pour accepter pleinement l’idée qu’en se
faisant moins mal, on progresse tout autant, voire mieux…
Devant les étonnants résultats obtenus par les pratiquants de la Méthode, des adeptes des haltères
ont clamé que l’on pouvait tout à fait obtenir les mêmes résultats avec du matériel lourd (machines,
haltères).
Je ne l’ai pas nié. On peut obtenir les mêmes résultats (visuels) avec des haltères. Mais on ne les
obtient pas dans les mêmes conditions…
L’efficience permise par la méthode c’est justement :
– beaucoup moins de temps passé à l’entraînement pour des résultats visuels identiques;
– l’entraînement du coeur intégré à l’entraînement de musculation (encore un gain de temps);
– des charges légères au lieu de charges lourdes (beaucoup moins de risques de se blesser);
– un physique esthétique, certes, mais capable également de briller dans tous les sports;
– beaucoup moins d’énergie dépensée dans le cadre de l’entraînement (grâce à la systématisation des
Boucles et Mini boucles);
– un esprit qui s’ouvre à une autre façon d’envisager les rapports avec soi-même (ne plus se voir soi-
même comme un ennemi à vaincre);
– la démocratisation de la musculation (un cheminement adapté au plus grand nombre, tenant
compte, intrinsèquement, des multiples contraintes, internes et externes, qui nous façonnent).

Cela fait plus de 8 ans que les résultats des pratiquants démontrent qu’il est possible d’aller loin, voire
très loin, avec une approche diamétralement opposée à celle de la musculation traditionnelle
(structure d’entraînement, psychologie, théorie de l’Homme). Cela devrait faire réfléchir les partisans
de cette musculation traditionnelle, au-delà de l’aspect purement commercial lié aux ventes très
importantes de mes ouvrages.

Mon approche n’est pas anti-bodybuilding. J’ai seulement dit et écrit que l’on pouvait, au final, faire
du bodybuilding autrement…
En effet, qu’est-ce qui compte le plus pour les bodybuilders? Est-ce que c’est le résultat visuel? Auquel
cas, pourquoi ne pas chercher à obtenir ce résultat d’une manière douce, en obtenant simultanément
l’harmonie avec soi-même, l’harmonie corps-esprit? Ou est-ce que les bodybuilders tiennent surtout
à leur « philosophie », celle du no pain no gain, qui conduit bien souvent à être BIG dehors et mort
dedans?
Ne serait-il pas temps pour le bodybuilding d’entrer dans une nouvelle phase, où l’auto-destruction
serait réellement marginalisée? Ceux qui le pensent conviendront que l’on n’y parviendra pas avec de
belles exhortations, de beaux discours ou slogans. On y parviendra seulement avec un autre mode
d’entraînement, dont la pratique régulière changera l’esprit. Car il faut agir pour changer…
No pain no gain : une phrase remarquée
10 juillet 2012

Lorsqu’il s’agit de faire avancer les choses, d’amener les gens à faire un petit pas, aussi timide soit-il,
toute occasion est bonne à prendre.
C’est pourquoi j’ai décidé de relayer l’article de Fred Marcérou, préparateur physique, dont la phrase :
« le no pain no gain a ses limites » pourrait relever du blasphème si le projet de son article, où la
phrase se trouve écrite, se voulait être la subversion. Comme ce n’est pas le cas, je récupère donc
cette phrase en la mettant au service de la subversion…

Dans l’univers de la musculation traditionnelle, le no pain no gain, cette devise majeure, indique
pourquoi et comment il faut s’entraîner : durement, en se faisant mal, comme si le seul moyen de
parvenir à un résultat notable était de rendre un culte constant et déterminé à la souffrance. « Il faut
se faire violence » lit-on régulièrement, entend-on régulièrement, sans jamais que soit posée la
question de savoir où peut bien mener cette violence continue.

Il faudrait, paraît-il, prendre les situations frontalement, toujours chercher le conflit, l’affrontement, à
commencer par un conflit ouvert avec soi-même, en se désignant comme son propre adversaire. Il
faudrait se vaincre soi-même. Et, dans cette optique, tous les moyens sont bons pour faire plier le
pire de nos ennemis : soi-même.

Le no pain no gain est comme la partie émergée d’un iceberg : ce ne sont que quelques mots qui
signalent une idéologie. C’est-à-dire un système de valeurs où chacun doit se comporter
héroïquement et aller au devant de la souffrance, en la provoquant, en la recherchant. Ce serait le
seul moyen de progresser, de devenir plus fort.

Contourner un problème, éviter un conflit, ce serait être faible.


Et les adeptes du no pain no gain refusent de passer pour des faibles, ni aux yeux des autres, ni à
leurs propres yeux. Un véritable héros affronte toujours l’adversité, il ne recule pas, il provoque et
doit même mourir au combat s’il veut avoir un peu de valeur à ses propres yeux.
Ce serait cela être « viril », être (mentalement) fort… On comprend donc que, pour devenir
(physiquement) fort, il faille pour certains paraître fort, c’est-à-dire être dur avec soi-même : aussi
dur avec soi-même que l’on veut devenir fort.

Et, dans la salle de gym, est recréée quotidiennement le mythique affrontement des spartiates contre
les perses. Sauf que le pratiquant de musculation est à la fois spartiate et perse, car il se combat lui-
même. Et, s’il savoure cette bataille avec une délectation masochiste, en vivant profondément sa
« lutte contre les poids », il faut bien se dire qu’il finira à un moment ou à un autre par vivre aussi
l’issue de cette bataille; il finira bien par en vivre la FIN…
S’identifier à un spartiate quand on pratique la musculation n’est pas bon signe…

Ce système de valeur, cette idéologie que véhicule le no pain no gain, va tellement de soi pour
beaucoup de gens, que l’idée même de progresser (en tous domaines), en contournant les problèmes
ne peut être qu’absurde, impensable, et même… haïssable.

Mais enfin ! hurlent-ils en s’égosillant, Pour avancer, il faut des coups de pieds au cul ! Il faut se faire
mal ! La vie, c’est comme ça !
C’est peut-être comme ça, pour eux, mais ce pourrait être autrement. Ils ont cependant bien du mal
avec cette idée.

On se doute qu’une telle addiction est le résultat d’un enseignement commencé très tôt et maintes
fois réitéré : une pédagogie de la violence, appliquée consciemment ou fruit des circonstances. Et on
n’a aucun mal à imaginer l’enfant, puis l’adolescent, face à l’arbitraire de ses parents (violence,
humiliations, rejet), face à l’arbitraire de la vie en société où le faible souffre du besoin de vengeance
de tant d’enfants maltraités, face à l’arbitraire de la nature (maladies) et la malchance (accidents).
Tous ces moments, où le jeune a appris la « dure leçon » : tout ne serait que pression, douleur,
violence, frustration.
Et si personne n’a été présent pour relativiser ces moments, il en déduit que le no pain no gain est la
règle à adopter, partout et toujours, pour ne plus jamais se sentir faible, impuissant.

Parfois, le no pain no gain marche. On avance, on s’élève, à force de coups, à force de « fouetter
la bête ».
Puis cela retombe. Toujours cela retombe…
Cela finit toujours par s’effondrer, se briser, morceau par morceau, ou d’un seul coup.

C’est toute la « magie » de l’éducation « à l’ancienne »… De la frustration, elle fait naître le besoin de
frustration; de la souffrance, elle fait naître le besoin de souffrance.

Et cette éducation est fort ancienne, en effet…

« Ma pédagogie est dure. Il faut éliminer la faiblesse. Dans mes Ordensburgen, nous formons une
jeunesse dont le monde aura peur. Je veux une jeunesse violente, dominatrice, courageuse et
cruelle. Il faut qu’elle sache endurer la souffrance. Elle ne doit rien avoir de faible ni de tendre. Que
l’éclat de la bête féroce libre et magnifique brille à nouveau dans ses yeux. Je veux que ma jeunesse
soit forte et belle… C’est ainsi que je pourrai créer l’ordre nouveau. » (Adolf Hitler)

On voit où cela mène de vouloir créer par la violence un ordre nouveau, que ce soit en soi ou hors de
soi…

Malgré les leçons de l’Histoire, malgré ses effets que tout le monde connaît bien, les ravages de la
« pédagogie noire » (selon les termes d’Alice Miller) se constatent encore partout.
Et, dans le domaine de la musculation traditionnelle, les dégâts s’additionnent : problèmes de coeur,
de tendons, d’articulations, de colonne vertébrale, d’épuisement, pour le seul pratiquant « naturel ».
A cela s’ajoutent les problèmes de santé dus à l’usage des stéroïdes ainsi que les problèmes
psychologiques : agressivité, dépression, socialisation ratée, repli sur soi, etc.
Le no pain no gain conduit tôt ou tard à un effondrement, du corps et de l’âme.

Malgré ces évidences, cette devise perdure, certainement du fait de ce qui la porte : le besoin effréné
d’être fort (musclé), le besoin (à combler absolument) de ne plus jamais se sentir impuissant. Ce
besoin agit tel une toxicomanie : puisque l’on veut absolument se muscler, puisque l’on ne connaît
que la « solution » du no pain no gain, alors on suit la voie du no pain no gain, quel que soit le prix à
payer un jour. On y va, on y revient perpétuellement, on répète… jusqu’à en mourir.
La structure de la Méthode décortiquée par
Wuxing
23 juillet 2012

Wuxing est un pratiquant expérimenté qui s’est posé de nombreuses questions sur le fonctionnement
de la Méthode. Les réponses qu’il a apporté à ces questions sont souvent pertinentes et peuvent
donc intéresser les autres pratiquants.

Ci-dessous, vous trouverez une de ces analyses, que j’ai décidé d’isoler et de publier sur le blog, afin
d’apporter de l’eau au moulin de mes lecteurs.
Il est évident que toutes les clefs permettant de comprendre l’élaboration de la méthode ne sont pas
présentes dans le texte que vous allez lire, mais l’on y trouvera des bases qui pourront être étoffées
par la lecture des articles que je publie régulièrement sur le blog.

Notez que, si je souscris globalement à ce texte, j’émets néanmoins une réserve sur la conception
qu’a ce pratiquant d’un « vrai entraînement au poids de corps ». Pour moi, la vraie musculation au
poids ce corps se trouve à chacun des niveaux. Le formule est donc selon moi à oublier, mais cela
n’enlève rien à la qualité de cette analyse.

Le texte de Wuxing :

Mon approche sportive était basique. Pratiquant de techniques de combats et d’autres sports, je
cherchais l’efficacité. Chose atteinte mais au détriment de mon pauvre corps. Résultat, blessures et
fractures ont jalonné mon parcours. Ma philosophie « encaisse et riposte » n’allait pas me mener
bien loin avec des ménisques en moins et des membres fracturés.

Quand j’ai commencé la Méthode en juin 2011, c’était par nécessité. Un problème de santé
douloureux m’obligeait à rester chez moi et je ne pouvais pas me résoudre à ne plus faire de sport. Je
décidai donc de me plonger dans la Méthode Lafay afin d’accompagner ma convalescence jusqu’à
pouvoir faire quelque chose de plus intense. Du moins je le croyais…

Mes douleurs, notamment articulaires, ont disparu, j’ai gagné en masse et en carrure même si cela
n’était pas mon objectif premier. Après presque un an de pratique et de recul, je me suis rendu
compte que j’avais pu m’appuyer sur une méthodologie cohérente qui s’articule entre le livre vert, le
livre rouge et les articles du blog

I. LIVRE VERT (tome 1) : LOGIQUE DE PROGRESSION DES NIVEAUX

NIVEAUX DE BASES ET FONDATIONS : 1 A 5 SQUELETTE

*1 : mise à niveau

*2 : étape préparatoire = renforcement musculaire, étirement musculaire, libération articulaire

*3 : Accoutumance aux modes plus hauts, démystifier les répétitions, continuation du renforcement,
et préparation pré musculaire aux pleines amplitudes.
*4 : première approche des pleines amplitudes, entraînement de l’étirement musculaire et articulaire
étendu avec la logique des modes.

* 5 niveau de jonction : test, stockage des séries et démystifier la longueur des répétitions pour
aborder le niveau 6 plus sereinement psychologiquement. Ce qui permet l’ajout d’autres exos et de
repousser ses limites musculaires pour une meilleure progression.

NIVEAUX INTERMEDIAIRES, PARACHEVEMENT DE LA LIBERATION MUSCULAIRE ET ARTICULAIRE PAR


L’AJOUT D’EXOS : 6 à 9 CHAIR ET MUSCLES

*6 : Une sorte de niveau 2 dans le niveau intermédiaire. Adaptation du corps à une charge d’effort
plus élevé. Développement des capacités athlétiques.

*7 : Gradation de la difficulté, coupler endurance et force musculaire avec la logique de mode.

*8 : Pousser la logique des modes au bout en atteignant plus rapidement la stagnation. Difficulté
augmentée mais le corps préparé par les niveaux inférieurs réagit beaucoup mieux avec un risque
moindre de blessures. Le corps est prêt pour les maxis.

* 9 comme le niveau 5, niveau de jonction. A ceci prêt que l’on bascule de la logique de mode à la
logique de maxi. La logique de mode permet en faite de s’adapter à chaque particularité musculaire,
à chaque pratiquant. Chaque pratiquant par cette logique peut préparer son corps progressivement à
la véritable musculation au poids de corps (à mon sens et d’après ce que j’ai compris) : la logique des
maxis.

NIVEAUX SUPERIEURS : 10 A 13 PARACHEVEMENT DE L’ATHLETE CONSTRUIT AVEC LES NIVEAUX


PRECEDENTS

Véritable commencement de la musculation au poids de corps avec la logique des maxis. Si nous
avions commencé la logique des maxis dès le niveau 1, la condition physique des pratiquants n’aurait
pas été adaptée. Le manque de libération articulaire, le manque d’étirement musculaire, de force et
d’endurance nous aurait conduit à tricher sur la réalisation des amplitudes ou sur les répétitions.
La logique des maxis nous permet d’entrer de plein pieds, sans tensions psychologiques, dans la
musculation au poids de corps. Nous construisons alors notre propre autonomie sportive.

II. LIVRE ROUGE (tome 2 : Turbo)

Le livre vert jette les bases d’une musculation au poids de corps accompagnée et structurée. Mais le
livre rouge permet la personnalisation de cette musculation pour chaque pratiquant. Le premier tome
est l’ossature, le second tome est la chair.

A mes débuts, je me souviens avoir suivi à la lettre les indications de passage de niveau du livre vert.
Puis, quand je me suis senti beaucoup plus en confiance, j’ai commencé à mettre en œuvre le livre «
Turbo ». On se rend compte très vite que le tome 2 nous permet de nous adapter en fonction de
notre « personnalité » sportive.
Les outils du livre rouge nous permettent de prendre en compte notre ressenti physique pour
construire une pratique de musculation plus proche de nos propres attentes. Les techniques anti
stagnations, la boucle et la mini-boucle allègent notre rapport à l’effort en le dédramatisant.
J’ai senti alors que je me crispais moins sur le résultat et que je me concentrais plus sur le ressenti. Je
devenais plus libre de prendre du recul sur ma propre pratique et je réfléchissais plus où je voulais en
venir plutôt que de foncer tête baissée en avalant les répétitions.
Le livre vert et le livre rouge changent, inconsciemment, le rapport à la pratique. De l’effort on passe
au plaisir. Et lorsque le plaisir prend toute sa place dans la musculation, nous pouvons voir plus loin et
nous éloigner du sport-sanction qui doit être forcément douloureux pour progresser. « No pain no
gain » ? Non, simplement le plaisir de la pratique et de se construire dans un projet qui est le nôtre.

III. LES ARTICLES DU BLOG

C’est la cerise sur le gâteau. Le livre vert c’est la base, le livre rouge c’est la personnalisation pour une
meilleure efficacité et rendre toute sa place au plaisir, et les articles du blog c’est inscrire ce plaisir
dans une logique plus globale.

Les articles sur la stratégie de la motivation, l’utilisation de la mini boucle et des techniques anti
stagnations (et bien d’autres encore) permettent de donner du dynamisme aux outils fournis par la
méthode. Ils nous aident à mieux cerner le moment de leur utilisation dans notre projet personnel.
On est libre alors de s’inventer, de manière structurée, un corps qui s’inscrit dans une globalité.
Autrement dit, qui s’inscrit dans notre vie.

La méthode, en changeant notre rapport à l’effort et à la musculation, réhabilite le plaisir et la


construction de soi pour un athlète libre et non plus esclave. On ne se plie plus à notre pratique, c’est
notre pratique qui est une partie de notre projet. Mens sana in corpore sano.
Devenir stratège de son développement
14 août 2012

On peut définir rapidement l’efficience comme « l’efficacité de l’efficacité ».


Elle se mesure sous la forme d’un ratio entre les résultats obtenus et les ressources utilisées. Il faut la
distinguer de l’efficacité, qui est le ratio entre les résultats obtenus et les objectif fixés (cf wikipedia).
Bref, il faut des résultats conformes à nos objectifs, obtenus de la manière la plus économique
possible.
En musculation, l’efficience, c’est la capacité à progresser le plus possible, en se faisant le moins de
mal possible, et en y passant le moins de temps possible.
L’énergie ainsi économisée peut être redistribuée ailleurs (développement de soi, professionnel,
familial, affectif).

Mais il ne suffit pas de le dire ou même de le comprendre, il faut savoir l’appliquer…

Une fois la théorie comprise, nous devons donc mettre au point une approche stratégique* pour
devenir véritablement efficient.

La Méthode Lafay vous explique ce qu’est l’efficience (pourquoi il est très important de devenir
efficient). Elle vous explique aussi COMMENT le devenir. Vous devenez efficient peu à peu, pas à pas,
en développant progressivement votre recul stratégique**.

La Méthode a été élaborée pour diriger ce processus d’efficience.

Naturellement, elle exclue le « no pain no gain », car c’est soit l’efficience, soit le « no pain no gain »,
qui guidera vos pas (en musculation ou ailleurs). Les deux ne sont pas compatibles.

*La stratégie, c’est l’ensemble des opérations réalisées dans la recherche d’une victoire à moindre
coût. La stratégie, c’est la recherche du chemin de moindre résistance.
Il s’agit de savoir réaliser de petites adaptations qui engendreront de grands effets, de faire de petits
changements qui engendreront de grands changements. Il s’agit aussi de savoir quand ne pas agir…

** vous disposez du recul stratégique quand vous bénéficiez d’un point de vue « élevé » vous
permettant de prendre la bonne décision à chaque « blocage ». En mettant en pratique votre lecture
des livres de la Méthode, ainsi que des articles orientés « action » du blog, vous vous mettez en
condition de générer progressivement ce recul stratégique. Ce phénomène se produit en grande
partie de manière inconsciente, pas à pas.
Les textes de fond (section « philosophie » du blog) créent des perspectives supplémentaires. Leur
lecture n’est pas obligatoire, elle vous permet néanmoins d’enrichir considérablement le recul
stratégique.

Lorsque vous prenez du recul pour observer la situation afin d’y effectuer de petits changements
générateurs de progrès continus, sans trop d’efforts, vous devenez efficients. Vous créez et entretenez
le recul stratégique. Vous devenez autonome.
La Méthode, une oeuvre cohérente
16 mai 2012

(reprise d’un commentaire sur le blog, demandant pourquoi la boucle n’était pas déjà formalisée
dans le tome 1 )

1. Il faut comprendre que la Méthode représente un travail sur le long terme, dont les étapes sont
planifiées depuis longtemps. De même, les objections et remarques des « critiques » sont elles-
mêmes prévisibles, et donc prévues, ainsi que les réponses à leur donner.L’erreur serait déjà de croire
que Turbo (sorti en 2007) a été rédigé en 2007…

Le principe de la Boucle et les techniques anti-stagnation, ainsi que la logique de l’Efficience, étaient
déjà abordés sur les forums, et lors de mon suivi mail, bien avant la sortie de Turbo. Ce qui se
comprend aisément si l’on regarde comment chaque élément ajouté (Turbo, articles divers) découle
d’une conception déjà à l’oeuvre dans le Tome 1. La composition des niveaux, la gestion des
amplitudes et des exercices, l’agencement des niveaux, la structuration entière du Tome 1, procèdent
d’une conception constructiviste dont « la suite » (Turbo et articles) est le prolongement, l’affinement
(et aussi la verbalisation des différents outils afin de préciser et optimiser).
J’ai procédé par étape afin de pouvoir faire progressivement passer ce qui n’aurait pu passer d’un seul
bloc (auprès d’un éditeur notamment, puisque Amphora a préféré écarter du Tome 1 le « peu »
d’éléments « philosophiques » proposés, ce qui était en fait inévitable à l’époque). Je l’ai fait en
pariant sur le net comme outil de liaison, permettant de redistribuer les différents savoirs, step by
step, auprès de chaque lecteur « engagé ».On peut considérer, aujourd’hui, que ce pari est
largement gagné.

2. Il s’agissait donc de partir d’un « noyau » (et donc de composer ce noyau ») pour, peu à peu,
proposer des outils, des éléments, permettant de modifier le regard sur le noyau; et d’en faire un
univers complet, dont la cohérence n’échappe qu’aux néophytes, débutants et détracteurs… Dès
« Stratégie de la motivation » (article publié sur le net en 2004), le message est clair.
Ainsi, si Boucle et Mini boucle sont le coeur de la Méthode, au sens où elles expriment le plus
clairement possible le principe d’efficience, les autres outils à disposition, la composition même de la
structure de base (les rails) de la Méthode, sont ses autres organes, ses membres, tous assemblés de
manière à produire/favoriser l’efficience. Le « mens sana in corpore sano » dépend d’une
« construction du corps subordonnée à la construction de soi », qui elle-même dépend de l’efficience.
J’aurais pu, par contre, beaucoup plus rapidement passer d’une étape à l’autre si je n’avais pas eu à
subir une « résistance » farouche de la part du milieu traditionnel de la musculation. Cette guerre
contre mon travail (et ma personne) a monopolisé une très grande partie de mon temps, et m’a fait
perdre plusieurs années.
Au lieu de passer mon temps à façonner l’univers de la méthode, selon mes plans, j’ai dû me
battre.
Maintenant que la position de la Méthode est assurée, solide, irréductible, je peux enfin (depuis l’an
dernier) me consacrer à publier des articles de synthèse qui auraient dû être publiés en 2007, à la
suite de Turbo.Le Tome 1 + le Tome 2 + les articles postérieurs forment une oeuvre. C’est-à-dire un
ensemble cohérent, qu’il vaut mieux ne pas séparer, même si le Tome 1 a été pensé pour pouvoir
assurer un fonctionnement quasi-autonome.

Je l’ai d’ailleurs dit sur les forums : si on n’a que le Tome 1, on suit une certaine logique, si on a le
Tome 1 + le reste, on suit une autre logique, plus efficiente encore.
Nota : ayant étudié le fonctionnement de l’édition, notamment de l’édition en musculation, je savais
avant présentation du manuscrit que certaines «choses » ne passeraient pas. Le tome 1 a d’ailleurs
été refusé (en 2003) par plusieurs maisons d’éditions, sans développements constructivistes…

Il me fallait être stratège.

Le manuscrit proposé à Amphora (comme aux autres maisons d’édition) en 2003 a été expurgé de
plusieurs chapitres et notions. La section « philosophie », bien qu’excessivement allégée, n’est pas
passée. C’était amplement compréhensible, vu ce qu’était l’édition de livres de musculation avant
2004 (elle représentait le milieu de la musculation classique, avec ses fondamentaux, ses croyances).
Amphora a quand même gardé les notions sur les liens entre souplesse et bien-être (référencés). Et,
pour Turbo, j’ai pu produire une introduction authentiquement constructiviste. Cela a vite évolué de
ce côté-là. Je pouvais passer à une autre étape…

Nota Bis : les notions propres à la Méthode proviennent d’ouvrages constructivistes, mais pas
seulement. Ainsi, la structuration de la méthode a été largement inspirée par un ouvrage
constructiviste publié en 1988 (la boucle étant décrite notamment dans cet ouvrage). L’efficience
étant elle-même conceptualisée de manière générale dans un ouvrage de 1996.

Je ne les cite pas (pour l’instant), je vous laisse chercher

Une méthode constructiviste


25 mai 2012

A la base il y a une « philosophie » (une pensée) : le Constructivisme (et des savoirs associés).

Cette pensée a recensé, élaboré, organisé, des « outils« (des techniques).


Ces techniques ont été utilisées pour concevoir et structurer la Méthode.

Une « philosophie » peut donner des idées, mais elle peut aussi donner des idées et des moyens.

Des moyens pour imaginer et façonner des objets. Ici, il s’agit d’un enseignement de musculation .

Il n’y a pas, d’un côté, une « philosophie », et de l’autre un livre de musculation, que l’on associe (par
plaisir, par envie, pour mieux vendre).
Il n’y a pas une philosophie, pêchée deci delà, et « greffée » sur des programmes de musculation (sur
lesquels on pourrait greffer de très nombreuses autres philosophies).

Souvent nous voyons des idées associées à des produits (parfois juste pour vendre). Plus rarement
nous voyons des idées structurer un produit (en être la cause et l’ossature concrète).

A chaque fois que vous utilisez ce « meilleur compromis » qu’est la Méthode, vous
expérimentez l’Efficience, vous faites du Constructivisme sans forcément le savoir (comme monsieur
Jourdain avec sa prose). A chaque fois que vous notez les étonnants résultats de la Boucle, vous
appréciez les effets d’une pensée cohérente, positive, extrêmement bénéfique à tous points de vue.

La logique de contrôle de l’effort, le regard amical porté sur soi (win/win), l’action produisant
l’apprentissage, la logique de système, l’autonomisation progressive , la prise de recul permettant
de modéliser un projet global, la nécessité de subordonner la construction du corps à la
construction de soi : tout ceci (et bien d’autres choses encore), c’est du Constructivisme et cela
structure la Méthode (son ossature – ses programmes – et son discours).

Cédric Villani et le Constructivisme


30 août 2012
Les habitués de ce blog savent que le Constructivisme est la base théorique et pratique ayant permis
l’élaboration de la Méthode. Pour les autres, il est possible d’en savoir davantage en relisant
l’introduction de Turbo (volume 2 de la Méthode) et en cliquant ici .
D’autres développements au sujet du lien entre Constructivisme et Méthode Lafay sont disponibles
dans le Discours sur les méthodes, Part II.

Le Constructivisme est un mode de pensée qui considère que l’on n’a pas accès à la réalité en soi,
mais seulement à des représentations (des constructions). En clair : ce que vous savez, ce que vous
voyez, ce que vous pensez, est conditionné par vos sens, votre culture, votre époque, votre
éducation, et vos besoins. Il n’est pas possible d’accéder à la « réalité réelle », si jamais elle existe, et
donc à la Vérité (avec un V majuscule).
Cette conception a des conséquences sur la manière d’envisager nos relations (avec le monde, avec
les autres, avec nous-mêmes). Et donc des conséquences en terme d’enseignement (plus
précisément, en ce qui nous concerne, d’enseignement et de pratique de la musculation).
Un seul exemple : en postulant la notion d’autonomie, c’est-à-dire une faculté d’autorégulation de
chaque organisme vivant, le Constructivisme m’a donné l’idée de concevoir la transformation
corporelle relativement à cette faculté d’autorégulation, qu’il faut savoir comprendre, utiliser et
respecter (cf homéostasie ouverte et fermée, dans la Stratégie de la motivation)*.

En 1981, est publié L’invention de la réalité, un ouvrage collectif, sous la direction de Paul Watzlawick,
qui synthétise des décennies d’avancées intellectuelles. Parmi les contributeurs, on trouve : Von
Foerster (Docteur en physique), Gabriel Stolzenberg (Docteur en mathématiques), Francisco Varela
(Docteur en biologie), quelques uns des scientifiques ayant rejeté l’idée d’une réalité « en soi ».
Les perspectives offertes dans ce livre ont fortement marqué la réflexion contemporaine, et les idées
qu’il expose, ainsi que leurs possibles applications, sont venues peu à peu se mettre à la portée d’un
public toujours plus large, notamment par l’intermédiaire de mes livres et de ce blog.

Dans de nombreuses disciplines, l’attitude constructiviste ou constructionniste s’est avérée


pertinente et fonctionnelle, et a donc largement été adoptée, que le terme soit ou non cité
directement. En pédagogie, l’application du constructivisme dans le milieu scolaire reste marginale,
étant donné l’aspect politique de la remise en question qu’il implique, dès lors que l’on parle
d’éducation. Dans le cas de la Méthode Lafay, dont l’élaboration n’a subi l’inertie ou les contraintes
d’aucun système, les savoirs constructivistes ont pu être utilisés librement et s’avérer très
fonctionnels.

Si l’intérêt pratique du constructivisme est indéniable, son épistémologie est néanmoins toujours
discutée. L’opposition entre les partisans d’un « univers câblé » et ceux d’un « univers construit »
perdure.
Pourquoi? Parce que le débat ne peut être tranché que par un acte de foi. Il nous faut décider
d’adhérer à une vision plutôt qu’une autre.
On ne peut rien prouver de manière définitive.
On peut juste constater (en ce qui nous concerne) que les choses se passent mieux pour nous lorsque
l’on adopte un point de vue constructiviste, que cela nous libère, nous ouvre des perspectives riches
de possibilités. Dans le cas de la musculation, il permet une démocratisation de celle-ci et un
entraînement axé sur l’efficience, dans une dynamique globale où la construction du corps est
subordonnée à la construction de soi.

Notons cependant que les scientifiques adoptant la conception d’un réel « ontologique » (qui existe
en soi) et qui cherchent donc LA vérité, ne peuvent ignorer la relativisation de leur certitude par le
Constructivisme.
Tel est le cas de Cédric Villani, brillant mathématicien de 38 ans, qui a obtenu la Médaille Fields 2010.

Dans le magazine Sciences et Avenir de septembre 2012 (N°787), il répond à une interview où il nous
livre son credo.
Il pense que l’univers est câblé, qu’il existe donc un ordre caché qu’il nous faut découvrir, mais il
utilise néanmoins la terminologie du constructivisme et ses valeurs pour en parler. Sa certitude est
perçue simultanément comme « croyance », lorsqu’il admet que le débat ne peut être tranché, que la
vérité absolue est impossible à déterminer.
Cédric Villani fait partie de ces êtres évolués dont parle Paul Watzlawick dans Les cheveux du Baron
de Münchhausen (un livre important). La maturité consistant à pouvoir vivre selon ses vérités sans
vouloir les imposer (souvent de force) à ceux dont les vérités sont différentes. Paul Watzlawick écrit
que, tant que ce niveau de maturité ne sera pas largement atteint par l’humanité, on verra « fleurir »
de loin en loin des camps de redressement, des salles de torture et des crématoires…
Il faut en effet une grande force intellectuelle, et beaucoup de maturité, pour vivre ainsi ses
engagements les plus importants avec, à ses côtés ou face à soi, un point de vue relativisant ses
propres certitudes.

J’ai mis en gras les passages de sa déclaration qui indiquent un point de vue constructiviste sur
l’intime conviction que le constructivisme est erroné. Un paradoxe avec lequel Cédric Villani sait vivre.

« je suis un platonicien, et crois donc que le monde est mathématique. Je parle bien d’une croyance,
pour laquelle je n’ai pas d’arguments. Certains de mes collègues sont persuadés que c’est notre
cerveau qui invente cette approche permettant de décrire le réel. Le débat ne peut être
tranché. Mais ces croyances influent sur nos habitudes de travail. Cette question, que l’on
considérait comme un peu naïve il n’y a pas si longtemps est maintenant revenue sérieusement sur le
tapis. Pour ma part, je suis persuadé qu’il existe un ordre caché que nous devons découvrir. »

Nota : ceci n’est qu’un petit extrait de l’interview de Cédric Villani. Le reste est à lire en se procurant
le dernier numéro de Sciences et Avenir.

* ainsi, dans la Méthode, le rapport entre le pratiquant et l’entraînement est envisagé sous un angle
« cybernétique » où l’autorégulation doit être double : au niveau strict du rapport
individu/entraînement, et au niveau plus large du rapport individu/société (cf Siegfried Schmidt
dans Histoires et discours).
Cette autorégulation se fait notamment par l’intermédiaire de la Boucle/Mini boucle et de la
compréhension du concept d’efficience (logique de contrôle de l’effort).
Cette autorégulation est à distinguer de la simple régulation telle qu’elle est produite en musculation
classique par l’intermédiaire des cycles et des planifications diverses.

Point de vue sur un conflit, par un adepte


du dépassement de soi dans la douleur
10 octobre 2012
Certains vont malheureusement lire ce texte de travers et hurler en déclarant, beaucoup trop vite,
que je fais la guerre aux « fonteux » ou autres billevesées du même acabit. Cette incessante
victimisation est lassante, même si je comprends leurs motivations.
Prenez le temps de bien lire les propos de Stéphane Simon, et mes explications qui suivent. Il n’y a
aucune offensive dans cette citation, aucune « attaque contre les fonteux », mais un constat et une
explication de « pourquoi un conflit fonte VS Lafay? »

Stéphane Simon soulève des haltères, ce n’est pas un « anti-fonte ». Et il déclare : « j’ai moi-même un
rapport au sport légèrement masochiste. »
Il est donc plutôt du côté du no pain no gain, et il ASSUME, ce qui rend sa réflexion ci-dessous
d’autant plus intéressante.

« [après lecture de l’article] Je comprends mieux la rivalité qui peut exister entre lafayens et
traditionnels de la fonte : A vaincre sans péril on triomphe sans gloire. Le Lafayen prétend obtenir en
moindres efforts ce que le traditionnel de la fonte gagnera au prix de souffrances, par là le Lafayen
ôte toute « gloire » à sa pratique et transformation corporelle (mais ce n’est peut-être pas sa quête).
Mais, obtenant ce résultat identique, la « gloire » du traditionnel de la fonte se transforme en simple
vanité… »
(Stéphane Simon)

1 – l’objectif, pour la Méthode Lafay, est que les pratiquants obtiennent des résultats importants avec
un investissement physique et psychique minimum.
La construction du corps est subordonnée à la construction de soi : la musculation est dépassionnée.
Elle est considérée comme une activité périphérique (et non centrale). Elle doit devenir une hygiène
de vie, qui fait du bien à la santé, aux performances et aussi au reflet dans le miroir. Je donne des
outils pour que la musculation soit la moins énergivore, la moins chronophage et la moins
contraignante possible, en réduisant au minimum les effets secondaires négatifs.

2 – pour des résultats identiques, les adeptes de la musculation traditionnelle vont s’imposer la
traversée de multiples épreuves, avec des prises de risques très régulières. Le gain musculaire est le
fruit d’une quête héroïque, où l’investissement physique et psychologique est massif, soumis en cela
aux valeurs dominantes de la société. Cette quête héroïque sert la valorisation de soi : on est
important car on a osé prendre la seule voie qui mène à un physique hors-normes, celle qui est pavée
de risques et de souffrance. Ce n’est donc pas donné à tout le monde. D’où le sentiment de faire
partie d’une élite.

3 – S’il est possible de faire autrement, le « héros » peut devenir un simple masochiste aux yeux des
autres et à ses propres yeux. S’il n’assume pas son adhésion au no pain no gain, à cette quête
héroïque, peut-être un peu vaine, mais source de satisfactions, ce héros auto-proclamé va ressentir
sa pratique comme étant dévalorisée par la réussite facile des lafayens. Par extension, c’est donc sa
personne qui est dévalorisée.

4 – Ceux pour qui la musculation est une « bouée de sauvetage », une opportunité d’être « grand »,
dans un monde vécu comme chaotique, où il existe peu de possibilités de devenir un héros, entrent
alors en guerre.
Ceci explique à mon sens la guerre qui m’est menée depuis 8 ans, avec tant d’insultes, de
manipulations, de dénigrement organisé. Régulièrement, on vient m’interdire de parler sur mes
propres pages facebook ou sur ce blog. Je dois me taire…
Ma simple existence, quelque part sur le web est vécue comme une provocation.
Et c’est cet acharnement que beaucoup de gens extérieurs au milieu de la musculation traditionnelle
et des ses valeurs ont du mal à comprendre.
Cette citation de Stéphane Simon devrait les éclairer.

La construction d’un modèle alternatif


(autorégulation, boucle, efficience) – Part
I
22 octobre 2012
Les « limites » naturelles que l’on peut atteindre en pratiquant la musculation n’ont guère changé en
200 ans. Ainsi, un sportif d’environ 1m80, qui pratique la musculation traditionnelle, peut espérer
atteindre 43 cm de bras, au bout de nombreuses années d’efforts acharnés. Très exceptionnellement,
il atteindra 45 cm.
Cet article, en trois parties, explique pourquoi si peu de pratiquants de la musculation traditionnelle
atteignent de telles mensurations (et les performances qui vont avec). Il s’agit d’une élite, dont les
membres sont célébrés comme autant de héros légendaires. Vous verrez qu’il existe des liens étroits
entre élite, no pain no gain et limites naturelles.
L’article explique aussi pourquoi la Méthode Lafay a pu démocratiser l’accès à ces limites, permettant
à de nombreux sportifs d’atteindre rapidement 42 cm, avec un investissement physique et
psychologique relativement peu important. Vous disposerez alors d’indices clairs sur les raisons qui
font que la Méthode Lafaypermet également de repousser ces limites naturelles.
Nul besoin d’être un guerrier du muscle pour réussir.
Pour finir, vous comprendrez mieux les liens irréductibles entre dopage (drogues de la performance)
et musculation traditionnelle.

Chaque jour, ce que nous faisons construit notre destin. Nos pensées et nos actions forgent notre
histoire.
D’où l’importance de bien savoir ce que nous faisons et comment nous le faisons.
Le nombre de commentaires de l’article Cédric Villani et le Constructivisme, publié le 30 août 2012,
est inégalé à ce jour (plus de 250). Parmi ceux-ci, l’on trouve plusieurs fois des questions relatives à la
notion d’autorégulation, que l’article aborde rapidement.

L’un des participants, Denis, intervenant régulier sur les espaces internet liés à la Méthode, a abordé
le sujet lors d’une conversation privée, dans l’idée de le développer auprès des lecteurs. Je lui ai alors
transmis des éléments destinés à nourrir sa réflexion (idées, références) et lui ai laissé la charge de les
assembler.

Denis est déjà l’auteur d’un article de qualité, particulièrement bien reçu par le public : Boucle et
Mini boucle, rel+

oaded.

Mais avant de vous livrer sa prose, je désire au préalable éclairer la réflexion en définissant
rapidement le cadre dans lequel elle va s’exercer. Et, pour ce faire, je vais commencer par reprendre
la terminologie de Siegfried Schmidt, constructiviste radical.

Avez-vous déjà songé au fait que, pour chaque « position » que vous prenez au cours de votre vie, il
existe nécessairement une « présupposition »?
« Quoi que nous fassions, nous le faisons sous la forme d’une position : nous faisons ceci et pas autre
chose. »
Et nous pensons, et nous agissons, toujours sur la base de présuppositions généralement
inconscientes. Celles-ci sont constituées de nos expériences passées et de nos apprentissages.

A l’arrière-plan de la conscience, rangées dans des cases, se trouvent des informations sur ce que l’on
doit ou ne doit pas faire; et comment le faire.
Nous ne sommes pas des dieux qui créeraient ex-nihilo les conditions de leur existence. Nous ne
sommes pas « libres ». Nos valeurs, nos pensées, nos actes sont les fruits d’une histoire, elle-même
générée et encadrée par des programmes culturels.

Ces programmes sont les produits du tri et du stockage par la société de solutions qui se sont avérées
(ou que l’on a pensé) valables à un moment donné, face à divers problèmes.
Ainsi, par la culture, nous disposons d’un « stock de solutions » pour répondre à nos questions sur :
– le sens de la vie;
– la manière de comprendre et gérer les relations humaines;
– la manière de se gérer soi-même;
– la manière de régir le corps et l’esprit;
– le rapport idéal à l’environnement;
– la manière de transformer le monde (artisanat, industrie, architecture, agriculture, etc).

Le stock disponible pour chacun est plus ou moins vaste selon les époques, les groupes sociaux, le
sexe, l’âge, l’éducation reçue. La précision et la pertinence de nos réponses aux sollicitations de la vie
dépendent de nos conditions d’accès à un stock de solutions important et diversifié.

Lorsque nous décidons de nous muscler, nous le faisons relativement à cette culture qui nous
construit depuis l’enfance. Nous nous structurons à partir des modèles qu’elle impose et des
pratiques qu’elle propose. C’est la culture qui dicte le désir d’avoir du muscle et qui informe des outils
et comportements permettant d’y parvenir. Elle le fait parce que, en tant que « programme », elle
intègre le muscle comme une possible solution à nos problèmes existentiels.

Nous sommes alors dirigés vers un milieu désigné a priori comme pourvoyeur de solutions concrètes,
a priori apte à faire de la solution fantasmée une solution effective. Nous sommes littéralement
aspirés par un milieu culturel dominant spécifique, que l’on peut décrire comme un ensemble de
codes, de valeurs, d’outils, de solutions, dont la finalité est de produire du muscle.

La culture de la musculation régit :


– ce que l’on doit penser de la musculation (son intérêt, les solutions qu’elle est censée apporter);
– l’entraînement (le lieu idéal, le matériel qui est choisi, les exercices, les programmes, la gestion du
repos);
– l’attitude mentale à l’entraînement et en dehors des entraînements (l’état d’esprit demandé pour
être considéré comme un bon pratiquant – autrement dit : l’investissement psychologique requis,
la gestion de l’effort).

Ainsi, avant même de débuter un entraînement de musculation, nous avons en nous un a priori, qui
n’est qu’en partie conscient, sur le pourquoi et le comment de la musculation. Le formatage
commence avant même d’entrer dans une salle de musculation et celle-ci (associée aux médias
spécialisés) va l’achever.

La tradition culturelle, en musculation, reflète les enjeux de la société contemporaine. C’est-à-dire


que l’on retrouve dans le domaine exclusif du muscle les valeurs dominantes de notre société, celles
qui déterminent nos actions, et qui vont donc déterminer les modèles permettant de résoudre le
problème de la transformation corporelle.

La thématique essentielle, autour de laquelle s’agrègent ces valeurs, la soutenant et la guidant, est
celle de la performance, qui affecte tous les aspects de la vie de l’individu.

On peut même parler de culte de la performance tant l’exigence est prégnante, incontournable. Ce
culte est la conséquence d’un processus historique, ayant provoqué l’émergence des libertés
individuelles et culminant dans le devoir d’être soi.
Durant les deux derniers siècles, le modèle traditionnel de société, qui encadrait le devenir de
l’individu, a progressivement vacillé, contraignant peu à peu ce dernier à devoir inventer sa vie, faute
de pouvoir continuer à compter sur le chemin tracé par les ancêtres.

Forcé à la mobilité, coupé de ses racines, happé par l’usine, engagé dans des collectivités nouvelles et
devenant citoyen, l’individu s’est vu attribué une identité; et ses responsabilités vont, dès les années
cinquante, dès son entrée dans la société de consommation, se multiplier et se diversifier très
rapidement. En devenant acteur du social et de sa vie, il est constamment tenté et sollicité. Ce qu’il
est et ce qu’il peut être devient une question, son identité devient un enjeu.

En entrant dans une société d’abondance, nous sommes devenus acteurs de nos vies. La
généralisation du confort et des loisirs laissent du temps pour penser à soi, pour se donner de
l’importance. Nous sommes alors amenés à faire des choix afin de décider des modalités d’expression
de notre importance et de notre singularité, que ce soit au niveau matériel ou spirituel, car nous
sommes également entrés dans un monde incertain, où le progrès technologique bouleverse sans
cesse l’environnement et les traditions, et où la religion d’état recule, concurrencée par d’autres
valeurs spirituelles. Cette perte de repères contraint à se positionner, égarés que nous sommes par
cette perte des repères, autrefois donnés d’emblée par une tradition sans équivoque.

Au niveau social, nous devons également être acteurs, non seulement parce que nous sommes
citoyens, mais aussi parce que nous avons vu des perspectives d’évolution s’ouvrir pour nous et notre
descendance. En cherchant à évoluer, à intégrer des groupes très divers, nous devons faire des
choix constants, nous devons nous adapter rapidement, prendre les bonnes décisions, en
concurrence avec d’autres individus animés par les mêmes aspirations de changement personnel et
familial, et de valorisation de soi. Nous sommes alors amenés à tester des modèles, à rechercher
dans le stock de solutions fournies par la culture de quoi inventer notre modèle propre, notre identité.
L’individu contemporain est soumis à une exigence d’autonomie.

L’obligation d’adaptation permanente, si elle est émancipatrice, est également source d’un grand
stress. C’est une tension énergivore, qui paraît irréductible, où l’esprit n’est jamais complètement en
repos, et qui cause donc une grande souffrance intérieure. Sauf à abandonner volontairement le
terrain de la confrontation à soi et aux autres, l’incapacité à se dépasser soi-même est vécue comme
un échec personnel, auquel s’ajoute un jugement social négatif. L’inadapté est rejeté. La solution,
lorsque l’on ne peut ni éradiquer, ni fuir ce stress, est de le revendiquer. On va donc théoriser
l’acceptation de la souffrance, afin de se montrer, à soi-même et aux autres, comme étant le maître
de sa vie. On cherche un compromis qui permet d’être officiellement l’associé de sa souffrance,
plutôt que de donner l’impression d’en être la victime, ce qui est socialement inadmissible.
C’est donc une double et formidable pression qui s’exerce sur l’individu contemporain : il est contraint
de lutter pour être… et de (se) dire qu’il aime ça.

Lorsqu’il s’agit de théoriser l’acceptation de la souffrance, nous le faisons tout naturellement, en nous
appuyant sur le stock culturel à notre disposition. Nous nous racontons une histoire, faite de
l’association de divers éléments culturels, puisés dans notre univers privé ou lors de rencontres
(école, tv, sport, cinéma, politique, arts, romans de SF ou de fantasy, essais, littérature).
L’histoire dominante de notre société, celle que la plupart des gens se racontent, ressemble à peu
près à cela :
L’accès à l’information, pour tous, a rendu le monde petit, transparent, et a mis en relief son
absurdité. Si autrefois, l’individu devait traverser une « vallée de larmes » (psaume 84) avant de
pouvoir entrer dans la maison de Dieu, il n’est plus certain que cette traversée mène à la vie éternelle.
Désemparé face à la mort de Dieu (Nietzsche), l’individu se révolte contre sa mortelle
condition (Camus), et décide de lutter, en repoussant toujours les limites, en s’inventant un sens, au
travers du dépassement constant de soi, pour accéder au surhomme. Il imite le christ, se sacrifiant
pour accéder à un au-delà de lui-même. En s’imposant la douleur, en s’imposant de multiples
épreuves desquelles il espère au final triompher (épopée), il échappe ainsi à l’ordre naturel de la
soumission au monde, et récolte comme prix suprême le sentiment de maîtriser sa vie. C’est lui qui
décide…
Mais les impondérables, le chaos qui règne sous les formes stables, l’affaiblissement programmé et
visible de toute forme de vie, lui font conjointement ressentir qu’il est le jouet de forces qui le
dépassent (tragédie). La fin de l’aspirant surhomme sera tragique, lorsque ce héros auto-désigné
perdra la vie dans un dernier combat inégal, n’ayant pu repousser assez loin les limites, transmettant
alors le flambeau aux suivants, la tâche de poursuivre la mission de l’homme révolté.
Les croyants sont épargnés par une partie des angoisses de l’homme occidental contemporain, mais
ils n’en sont pas moins, pour la plupart, soumis à cette nécessité d’adaptation permanente et en
recherche d’une réalisation héroïque de soi.

C’est dans cette histoire, plus ou moins bien affinée, référencée et racontée selon les personnes, que
s’enracine une théorisation de l’acceptation sous forme de devise : no pain no gain. Cette formule,
couramment usitée en musculation, synthétise en quelques mots deux conceptions de notre rapport
à la souffrance. Dans la première conception, la souffrance accompagne inévitablement le progrès
(GAIN with PAIN). Dans la seconde, la douleur précède le progrès (PAIN puis GAIN).

Le no pain no gain est un symptôme, il n’est nul besoin de le connaître, ou de le revendiquer pour lui
être soumis, puisque nous sommes malgré tout soumis, par défaut, aux valeurs qui le constituent.
La norme prégnante du surhomme, du héros, de celui qui doit inventer sa vie et repousser les limites,
conduit tout naturellement les gens à aborder la musculation sous l’angle du no pain no gain. Ils
pratiquent plus ou moins consciemment un culte de la performance et de l’héroïsme où
l’on croit que la souffrance doit envahir l’action, en accompagnant, ou même en précédant, tout
progrès.

Cette adhésion sans recul aux valeurs dominantes de la société n’est pas sans conséquences. Le
dépassement de soi dans la douleur, intégré comme norme comportementale, nous conduit à
considérer que l’adaptation de l’organisme ne se fera que s’il subit un stress très important, renouvelé
très régulièrement. Il s’agit de forcer l’adaptation. C’est en s’adaptant à la douleur qu’on lui cause que
notre corps atteindrait la beauté et produirait des performances.

Cette approche comporte un double risque énantiodromique :


– l’auto-destruction physique et psychique (au lieu de la construction de soi);
– la diminution de l’énergie nécessaire à notre rayonnement dans le monde (au lieu d’un
accroissement de nos capacités d’adaptation).
Autodestruction : si la beauté et l’athléticité peuvent surgir, au moins temporairement, de
l’application d’un stress constant et colossal, il n’en est pas de même de la santé. Le corps s’use sous
les poids lourds, sous les tensions extrêmes. Le corps s’use sous la pression, il cède, il craque. L’athlète
se blesse, et devient parfois invalide. Avec l’âge, les articulations, les tendons, ainsi que la colonne
vertébrale, abîmés par l’entraînement intensif, condamnent la possibilité de réaliser des efforts
suffisants pour maintenir la masse musculaire. La régression s’installe.
En musculation, la volonté de se vaincre soi-même ne mine pas seulement le corps, elle perturbe
aussi l’esprit, qui ploie sous ses obsessions et ses échecs. Les désordres psychologiques s’installent.

Diminution de l’énergie nécessaire à notre rayonnement dans le monde : le no pain no gain est
énergivore et chronophage. Non seulement l’application d’un stress régulier et important demande
du temps et de l’énergie, mais la récupération des effets de ce stress demande aussi du temps et de
l’énergie. Avoir mal, cela fatigue… Cela réduit d’autant plus le potentiel énergétique que l’on pourrait
consacrer à d’autres activités. Notre rayon d’action s’en trouve diminué.
La musculation était censée procurer davantage de pouvoir sur soi et sur le monde, mais c’est le
contraire qui se passe. Notre énergie vitale est aspirée vers la construction de force musculaire, qui
peut devenir un but en soi. La musculation, qui se présentait à nous comme une solution, est
devenue un problème, et cela qu’elle nous blesse un peu, beaucoup, temporairement ou à vie. Elle
est devenue un handicap social car l’énergie utilisée pour pratiquer la musculation, et en gérer les
conséquences, n’est pas utilisée ailleurs.

Ainsi, sauf à vouloir consciemment jouir d’une vie consacrée exclusivement à la construction de
muscle sur un mode héroïque, l’entraînement selon le no pain no gain s’avère contre-productif. Le
stress considérable qu’il ajoute aux pressions nées de la poursuite d’autres objectifs est inutile et
nuisible. La volonté de « tout donner » en musculation, d’aller au bout de soi-même, s’oppose à l’idée
d’une gestion raisonnée du stress, permettant de durer, de s’adapter plus aisément, de réussir.
Lorsque l’on veut se réaliser pleinement, et mettre pour cela toutes les chances de son côté, lorsque
l’on veut devenir le héros de sa vie, il est préférable de ne pas chercher à être un héros en
musculation.
Ceci est valable même pour le compétiteur sportif, qui a tout à gagner à pratiquer une musculation
génératrice de performances, mais non aliénante.

La création d’un modèle autre, non-héroïque, qui évacue de l’entraînement le culte de la


performance, s’avère incontournable. Inattendu, n’allant pas de soi, il se présentera nécessairement
sous la forme d’un programme culturel alternatif, constitué d’idées neuves, de valeurs autres et de
moyens d’exécution différents.

La culture, ce sont des programmes enregistrés et disponibles, mais aussi des solutions
envisageables/alternatives:
« la culture peut être envisagée sous une double perspective :
– comme la totalité de toutes les applications de programmes réalisées à un moment bien déterminé
et dont nous pouvons disposer comme connues (tradition);
– comme horizon ouvert de projets de programmes alternatifs et réalisables et d’applications de
programmes (innovation). »
( Siegfried Schmidt)
Le rapport entre tradition et innovation détermine la dynamique culturelle. En musculation, cette
dynamique culturelle s’est manifestée par des changements de forme, mais non de fond. La
musculation avec haltères et machines a vu surgir à ses côtés des formes alternatives où l’utilisation
du poids de son corps prime. Les sportifs sont sortis des salles, réhabilitant la gymnastique et l’effort
rustique. Mais les valeurs qui sous-tendent la définition de l’objectif et l’investissement physique et
psychologique n’ont guère été questionnées, ceci par manque de recul sur le conditionnement
culturel de la pratique, qui conduit à toujours utiliser le même fond, quelle que soit la forme.

En psychologie constructiviste, on appelle cela un changement de niveau 1 : la modification s’opère


au niveau des éléments du système (la culture du muscle forme un système). Des pratiques nouvelles
apparaissent, mais les valeurs centrales restent identiques. Performance et apparence, pour être
remarquables, demandent un engagement total de la part du pratiquant, qui aborde l’entraînement
sur un mode héroïque.

Dans un changement de niveau 2, c’est le système lui-même qui se modifie ou qui est modifié.
En intégrant des informations sur la nature du système, sur son fonctionnement, nous modifions
notre appréhension de la réalité, ce qui nous conduit à fabriquer de nouveaux outils pour intervenir
avec succès dans cette réalité.
La Méthode Lafay est le fruit d’un changement de niveau 2, qui introduit une nouvelle forme de
pratique de la musculation. Le no pain no gain est évacué. Il est possible d’atteindre des
performances et une apparence remarquables, sans un engagement total dans l’entraînement, et en
replaçant celui-ci dans un cadre plus vaste, qui améliore sa gestion et favorise un épanouissement
global (maîtrise facilitée de la trajectoire de vie).

Chaque pratiquant a à sa disposition un cadre conceptuel et des programmes d’action qui permettent
de substituer la coopération avec soi à la compétition avec soi. C’est un changement de paradigme
radical, qui bouleverse la tradition culturelle du muscle. Les résultats de plus en plus nombreux
d’athlètes, démontrent que la coopération avec soi donne de meilleurs résultats, à moindre coût
énergétique et en évacuant le dopage. Il existe une alternative au no pain no gain, bien plus
productive : l’efficience.

Deux autres parties vont suivre. Dans la partie II, la thématique de la coopération (avec soi) sera
davantage creusée au travers d’une analyse des rapports entre adaptation et autorégulation. On y
parlera d’homéostasie, d’autorégulation, de régulation, de perturbations, repli sur soi, combat,
souffrance, médecine, etc. La partie III sera constituée par le texte de Denis (pratique concrète).

Médecine et constructivisme : vers des


liaisons heureuses
21 novembre 2012

Raphaël Arditti, futur médecin, suit ce blog depuis plusieurs années. Il a ressenti, il y a environ un an,
le besoin d’approfondir les savoirs que j’utilise et valorise dans mes articles. L’enseignement dispensé
en médecine lui paraissait incomplet et inadapté à son fonctionnement d’alors.
Il s’est dit : « si Olivier a réussi à créer une méthode qui permet d’obtenir des résultats exceptionnels
en musculation, il doit bien y avoir moyen de faire la même chose dans les études médicales. »

Il a donc acquis des connaissances, les a expérimentées, et ses progrès se sont concrétisés sous la
forme d’interventions très pertinentes sous chacun de mes articles (pseudonyme : Carlo). Intéressé,
je lui ai alors proposé de partager avec mes lecteurs sa vision des liens entre constructivisme,
méthode et vie.

C’est cette vision que vous trouverez dans l’article ci-dessous. Le texte de Raphaël se présente à la fois
comme un résumé et une interprétation de ce qu’est mon travail, sur la base de mes écrits auxquels
s’ajoutent ses propres recherches.

Pourquoi venir sur le blog ?


Par Raphaël Arditti

C’est vrai ça, pourquoi ? Ne serait-ce pas une perte de temps ? Ce temps qui nous est tous si précieux.
Néanmoins, on peut tout de même s’étonner de l’énergie et du temps investis par Olivier pour rédiger,
compléter et diffuser gratuitement ses articles. Il doit bien y avoir quelque chose d’important…

Ces interrogations se ramènent en fait à une question centrale : quel est l’intérêt du Constructivisme
pour l’individu contemporain ?
Pour répondre à cette question, j’aimerais tout d’abord faire le point sur notre situation actuelle. Puis,
une fois ce cadre établi, l’inadéquation de la musculation traditionnelle ainsi que son nécessaire
dépassement par la musculation constructiviste (Méthode Lafay), apparaîtront plus aisément. Enfin,
en m’appuyant sur les éléments introduits dans la 2nde partie, j’essaierais de montrer, de manière
plus générale, en quoi les concepts constructivistes peuvent s’avérer particulièrement précieux pour
chacun d’entre nous.

Bonne lecture à toutes et à tous.

I. La situation de l’individu contemporain : l’exigence d’autonomie

L’élément probablement le plus marquant de notre situation actuelle, est la possibilité que nous avons
de nous gérer nous-mêmes. Etre le capitaine de son propre navire, donner le cap, est en effet une
avancée particulièrement récente.

« Pendant des millénaires, les individus n’ont pas été en mesure de « se réaliser ». Ils étaient soumis à
un destin, dépendant de leur lieu de naissance, de leur milieu social et de la profession exercée par les
parents. Un fils d’agriculteur devenait la plupart du temps agriculteur, un commerçant devenait
commerçant, etc. » (Méthode de nutrition p.13).

Nous sommes donc contraint, dans tous les domaines de notre existence, d’orienter notre
embarcation dans une direction plutôt qu’une autre, d’apporter des solutions adéquates et
personnalisées aux nombreux problèmes qui nous assaillent quotidiennement.

« L’athlète du quotidien a fort à faire, il doit s’accomplir professionnellement, socialement et


personnellement. Et ces trois modalités de l’épanouissement individuel sont très profondément
imbriquées. » (Méthode de nutrition p.33)
A travers cette exigence d’autonomie, c’est notre identité qui est en jeu, car nos actions à la fois
traduisent et construisent ce que nous sommes. L’individu contemporain est sommé de se construire
lui-même.

II. Les outils à disposition de l’individu contemporain : l’exemple de la musculation

Dans ce contexte, la musculation semble permettre, par la construction du corps, de répondre en


partie à l’exigence contemporaine de construction de soi.

Mais qu’en est-il vraiment ?

Lorsqu’on tourne notre regard vers la musculation telle qu’elle est pratiquée traditionnellement, on
constate que les entraînements nombreux, longs, épuisants, ne laissent au pratiquant ni le temps ni
l’énergie pour se consacrer à de nombreuses autres activités. Cette situation pose problème à
l’individu contemporain, sommé qu’il est de se réaliser dans tous les domaines (personnels,
professionnels et sociaux). Il ne peut donc plus se payer le luxe d’être totalement absorbé par une
activité, de dilapider tout son temps et son énergie dans un secteur très précis de son existence.
Par conséquent, la musculation, telle qu’elle est envisagée habituellement, apparaît inadaptée au
contexte actuel.
On a le sentiment qu’elle n’est plus considérée comme un moyen pour se construire, mais comme une
fin en soi, le but étant d’en faire toujours plus.

La question qui se pose alors, est de savoir si cette finalité peut être questionnée, critiquée. S’il s’agit
d’une finalité absolue, éternelle, ou bien d’une finalité élaborée par les hommes et donc
potentiellement modifiable.
C’est à ce moment là que le Constructivisme entre en scène, car selon lui, la compréhension que nous
avons du monde (ici, de la musculation) est construite. Cela signifie donc que le sens de la
musculation, sa finalité, peut être réévalué, réadapté au contexte actuel.

Aujourd’hui, nous ne pouvons plus nous permettre de pratiquer une musculation aliénante, qui
grignoterait toutes nos autres sphères d’activité, nous enfermant ainsi dans le culte du corps. Il nous
faut, bien au contraire, une musculation qui subordonne la construction du corps à la construction
de soi, qui nous laisse les ressources nécessaires à la réalisation de notre développement global, et
qui même, y contribue.
La finalité de la musculation devient le mens sana in corpore sano.

« Je présente régulièrement la méthode comme « le meilleur compromis », car c’est comme ceci que
je l’ai voulue et conçue pendant mes quinze années de recherche : une polyvalence athlétique obtenue
en un minimum de temps de pratique. Une grande force, endurance, puissance, souplesse, détente,
avec seulement 2 séances d’entraînement hebdomadaires; et même un gros volume musculaire avec
3 séances hebdomadaires et une alimentation hypercalorique. » (Le meilleur compromis 10/07/11)

A présent que la finalité de la musculation est clairement posée, il s’agira de produire un


entraînement à même de concrétiser cette ambition. Concernant l’outil à utiliser, le poids du corps
s’impose comme une évidence, car il est peu traumatisant pour l’organisme (économie d’énergie) et
peut être utilisé n’importe où (économie de temps, d’argent et d’espace).

Les séances traditionnelles sont particulièrement longues, car elles se fondent sur une vision
analytique du corps humain : les différents muscles sont isolés et exercés les uns après les autres,
séquentiellement. De même, les qualités athlétiques sont strictement distinguées (endurance,
résistance, force, détente etc.) et exercées spécifiquement.
Ainsi, plus l’on désirera exercer un nombre important de muscles ou de qualités athlétiques, plus les
séances seront nombreuses et étirées dans le temps. Cette façon de procéder est très liée à la finalité
de la musculation classique. A présent que notre projet est la polyvalence athlétique, obtenue de
manière la plus économique possible, on cherchera à créer un système, où exercices, temps de repos
et nombre de séries joueront le rôle d’éléments actifs, agencés rationnellement dans le but de faire
émerger les qualités athlétiques recherchées.Les programmes ainsi obtenus, devront être par la suite
agencés de manière progressive, afin d’amener sans encombre le pratiquant jusqu’à son objectif.

Non seulement la musculation traditionnelle dissèque le corps humain, mais elle clive également
l’individu, l’esprit cherchant à soumettre le corps dans une confrontation héroïque et énergivore entre
soi et soi. On préfèrera substituer à cette attitude, trop gourmande en énergie, la coopération avec le
monde, avec les autres et avec soi-même (concept d’efficience). La structuration de l’entraînement
doit ainsi permettre au pratiquant de contourner les obstacles qui se dresseront sur son chemin. La
création d’espaces internet (forums, blogs) dédiés à la pratique de la Méthode, autorisera entraide et
partage.

Enfin, ce système devra pouvoir être rapidement mis en pratique par le pratiquant (économie de
temps et d’énergie), ainsi que présenter suffisamment de souplesse pour être en mesure de s’adapter
à l’univers particulier de chaque pratiquant, ainsi qu’à ses objectifs propres, en terme de
développement musculaire et de condition physique.

« Le succès de ma méthode, les remous qu’elle a suscités, les copies qu’elle peut inspirer, proviennent
moins du fait que ce soit une méthode au poids de corps que le renversement radical des conceptions
qu’elle a engendré en musculation.
Le renversement est effectivement radical : le délai entre le début de l’apprentissage et l’action
efficace est considérablement réduit dans ma méthode. Le pratiquant dispose d’un ensemble
d’informations l’emmenant directement vers l’action. Il change. » (Turbo p. 10)

Ainsi, en postulant que notre compréhension du monde est construite, et que cette construction se
réalise par une remise en contexte de l’objet d’étude, le Constructivisme nous a permis de penser et
d’établir une culture physique répondant aux exigences contemporaines.

III. Penser nos actions grâce au Constructivisme

En m’appuyant sur les éléments introduits dans la 2nde partie, j’aimerais montrer ici, de manière plus
générale, en quoi les concepts constructivistes peuvent s’avérer si utiles à chacun d’entre nous ;
notamment lorsque nous sommes confrontés à une situation d’échec.

Dans ce cas, nous avons le plus souvent tendance à nous acharner, à revenir à la charge encore et
encore, en pensant finalement l’emporter.
Comment expliquer cette attitude ?
Certes, nos sociétés occidentales nourrissent la croyance selon laquelle la réussite doit s’accompagner
de nombreuses souffrances (no pain no gain), mais il y a également des raisons plus profondes.
En effet, toute action se base sur une présupposition, sur un fond culturel qui informe sur le pourquoi
et le comment de cette action ; qui lui donne son sens.

« La quête première de l’homme, dès lors qu’il a pu construire une adaptation à l’environnement qui
soit favorable à sa survie, est celle du sens. Nous avons besoin de comprendre le monde et d’être
compris par lui. » (Méthode de nutrition p. 28)
Si nous ne prenons pas conscience de ce fond culturel qui détermine nos actions, nous sommes
condamnés au « toujours plus de la même chose ».

« L’image est donc celle d’un cercle infernal dont il faut sortir, et cela se fait en étant créatif, ouvert, en
réfléchissant à nos conditionnements. » (Répéter jusqu’à en mourir 18/01/12)

Pour cela, le Constructivisme va s’avérer déterminant. En effet, celui-ci affirme que ce fond culturel est
construit par les hommes et non donné, évident ou absolu ; il peut donc être modifié, déconstruit puis
reconstruit.
Il s’agira, lors de la première étape (déconstruction), de prendre du recul sur la situation, en
identifiant le pourquoi (but) et le comment (moyens) de notre action.

Suite à cette prise de conscience, deux types de modification pourront être envisagées.
Un changement superficiel : la finalité, le sens de notre action n’est pas modifié, car jugé approprié à
la situation. Seuls les moyens permettant d’y parvenir seront réajustés.
Un changement en profondeur : la finalité de notre action n’est pas jugée adaptée au contexte, elle
doit donc être modifiée.

Envisager que le sens de notre action n’est pas adapté au contexte, c’est donc inscrire cette activité
dans un ensemble plus vaste. C’est comprendre cette action non pas en elle-même, comme une fin en
soi, mais comme un moyen au service d’une finalité plus vaste.
On comprend donc que, pour l’individu contemporain, toutes ses activités doivent être subordonnées
à un projet de vie global. Elles doivent jouer le rôle d’éléments actifs, agencés rationnellement dans
un but : la réussite d’un projet de vie.
Quels sont les bénéfices d’une telle modélisation ?
Tout d’abord, ce projet de vie va jouer pour nous le rôle d’un phare : grâce à lui, nous allons pouvoir
orienter plus aisément notre embarcation. Les prises de décision quotidienne s’en trouveront
facilitées.
L’organisation rationnelle des activités sélectionnées, permet de penser les rapports entre ces
activités : comment les coordonner au mieux afin d’éviter les conflits, les frottements, les pertes
d’énergie ? Le concept d’efficience s’avère alors pensable et nécessaire. Il s’agira de réaliser
l’association la plus productive possible, celle qui vous permettra d’atteindre aisément votre objectif,
sans perte ni fracas.

« L’efficience est de l’ordre de l’invisible ou du presque invisible. L’efficience cause un minimum de


friction avec le réel. Elle procède d’une logique de coopération et fonctionne suite à une douce et
habile mise en condition (de légères actions) en amont. L’efficience ne rejette ni ne nie l’efficacité, elle
l’intègre, mais en minorant sa place. Elle a pour but (pour essence?) de réduire les périodes
d’affrontement direct. Elle est volonté de transformation silencieuse. » (De l’efficacité à l’efficience :
la nouvelle voie du muscle 15/02/12)

N’avez-vous jamais entendu dire : « Attend, c’est normal qu’il réussisse ce qu’il entreprend ! Tu as vu
dans quelles conditions il est ?! » ?

Conclusion

Résumons brièvement : l’individu contemporain est soumis à une exigence d’autonomie, et il


semblerait que le Constructivisme s’avère particulièrement adapté pour y répondre. En effet, celui-ci
permet
De critiquer/dépasser les solutions inadéquates
De prendre plus aisément ses décisions, par la formation d’un projet de vie global
D’atteindre plus aisément ses objectifs, grâce à une logique de coopération (efficience).

Pour finir, j’aimerais replacer cet article dans la continuité de ceux rédigés par Olivier, en réalisant
quelques ouvertures sur des concepts appelés à être développés prochainement, notamment dans «
Discours sur les méthodes ».
Nous avons vu qu’envisager les relations entre nos différentes sphères d’activité permettait de mieux
les coordonner, afin d’atteindre plus aisément notre objectif de vie. Mais nous ne sommes pas seul. Il
y a autour de nous des gens qui cherchent également à réussir leur propre projet de vie. C’est
pourquoi un bon projet de vie, est un projet qui prend en compte les projets de ceux qui nous
entourent, qui se subordonne lui-même à un projet plus global, au niveau de la société. A partir de là,
la coopération avec les autres devient possible et même salvatrice.
Mais comment coopérer au mieux avec autrui ?
C’est la communication qui nous relie les uns aux autres. Ainsi, si nous souhaitons obtenir des
échanges de qualité, il nous faut disposer d’un langage souple, suffisamment riche pour pouvoir
s’adapter à des interlocuteurs divers, à des contextes divers. Il nous faut un langage complexe.

La société demande à l’individu d’être compétent dans de nombreux domaines. Néanmoins, même si
les outils constructivistes s’avèrent particulièrement libérateur, il n’est pas possible d’être un
spécialiste en tout.

« Ce qui va nous manquer, ce sont des méthodes, c’est-à-dire des outils capables de nous prendre en
charge jusqu’à l’obtention du but final, en un minimum de temps. Ceci progressivement, sans nous
étouffer » (Méthode de nutrition p.31)

Par conséquent, creuser le concept de méthode, l’approfondir, permettra à chacun de se libérer et de


libérer autrui.

Introspection du dernier jour


31 décembre 2012

1 – « C’est le fait d’un ignorant d’accuser les autres de ses propres échecs; celui qui a commencé de
s’instruire s’en accuse lui-même; celui qui est instruit n’en accuse ni autrui ni lui-même. »
Epictète

La solution (ou le problème) n’est pas dans l’autre, ou en nous-mêmes, mais DANS LA RELATION (aux
autres, au monde, à nous-mêmes).
Changeons la relation et nous changerons.
2 – Une question que chacun peut se poser, en cas de conflit ou de difficultés : « dans mon analyse,
ai-je mis l’accent sur mes caractéristiques (mon « caractère ») et celles de l’autre (ou du monde), ou
ai-je mis l’accent sur la RELATION entre nous (entre les deux éléments)? »

3 – que se passe-t-il si, au lieu de penser « il est comme ça, je suis comme ça >>> donc nous avons
telle relation », nous inversons la mécanique de notre pensée pour dire : « nous avons telle relation
>>> donc il est comme ça, je suis comme ça »?

En inversant la mécanique habituelle de notre pensée, on ne voit plus des individus/éléments (fixes)
qui produisent une relation, mais une relation (modifiable) qui produit des individus/éléments
(modifiables).
Nous sommes le produit de nos relations.

4 – que se passe-t-il si, au lieu de penser « je suis comme ça » ou « il est comme ça » ou » le


monde est comme ça », nous pensons ceci : « « je fais ça », « l’autre faitça », etc.?

Utiliser essentiellement le verbe « être », c’est figer des qualités et des défauts chez soi ou chez les
autres, le monde, etc. Ce qui réduit grandement les possibilités d’évolution de la situation.
En utilisant le verbe « faire », on peut se pencher sur les actions et leur enchevêtrement, et on peut
considérer les mouvements, les relations.
Et, en changeant une relation, on peut changer les termes de cette relation (les éléments, les
individus).

5- en face de toute difficulté, une des premières questions à se poser est certainement : « quelles
sont les règles du jeu? »
Quelles règles nous unissent, fondent notre relation (et l’entretiennent)?
Quel jeu jouons-nous avec soi-même, les autres, le monde?

6 – si on met l’accent sur la relation, les règles du jeu, et qu’on arrive à les extraire (prendre du recul)
on peut alors tenter de se « déplacer » pour inaugurer une autre relation.
Ce « déplacement » change la relation, qui nous change en retour.

7 – tout ceci marche pour notre relation avec nous-mêmes, et donc pour notre relation avec notre
corps. C’est dans la relation avec mon corps que se produit le changement.
Quelle relation ai-je avec mon corps quand je désire le muscler? Qu’est-ce que je fais, que fait-il, dans
cette relation qu’est la musculation? Comment répond-il à mes actions? Comment ai-je tendance à
répondre (invariablement) à ses réactions? Quelles sont les règles du jeu?
Efficience ou no pain no gain? Quelles relations? Pour quelles conséquences?

« Les individus construisent la réalité qu’invariablement, ensuite, ils subissent. »


Paul Watzlawick
Introspection du premier jour
1 janvier 2013

Vouloir jouer à un jeu sans en connaître les règles semble absurde, n’est-ce pas?
Pourtant, du point de vue relationnel, c’est ce que nous faisons presque tous, presque tout le temps.

Quand deux personnes sont en relation, si les deux ne connaissent pas les règles de la relation, celle-
ci sera bien souvent source de conflits et de frustration.

Quand deux personnes sont en relation et qu’une seule connaît les règles, il y a possibilité pour celle
qui les connaît de manipuler et d’influencer la relation (en bien ou en mal).

Les règles du jeu peuvent mener à la coopération ou à la compétition. A la construction, au maintien


ou à la destruction.
C’est valable pour la relation avec votre corps (lors de la musculation, puisque c’est ce qui nous
intéresse ici).
Chevaucher son tigre : le parcours
d’Antoine Herrmann
9 janvier 2013

Cliquez sur les images afin de les agrandir.

Taoïsme : le Maître Céleste Zhang Dianzhi chevauchant le Tigre aux Sourcils Blancs.

« Chacun de nous, dit un proverbe chinois, va se coucher chaque nuit auprès d’un tigre. On ne peut
savoir si, au réveil, il voudra nous lécher ou nous dévorer. C’est une belle image de la relation que
nous avons avec nos propres limites. »
(Giorgio Nardone, auteur constructiviste)

Comme je l’ai montré dans « La construction d’un modèle alternatif (part I)», notre société exige de
l’individu un dépassement constant de ses propres limites : autonomie, adaptation, performance.
Dans un tel cadre, la question de la relation avec notre « tigre » devient cruciale, notamment lorsqu’il
s’agit de transformation corporelle (musculation). La revendication du« no pain no gain », c’est-à-dire
l’adhésion sans recul aux valeurs de la société contemporaine, conduit à la souffrance et à
l’autodestruction. Le tigre nous dévore, rapidement ou peu à peu.

C’est pourquoi, au terme de quinze années de recherches, j’ai proposé une autre approche, un
modèle alternatif où la pensée, comme la pratique, vise l’efficience. Dans cette conception,
l’investissement physique et psychologique doit être réduit au maximum, tout en garantissant des
résultats au moins égaux à ceux de la musculation classique. L’objectif étant autant la construction
musculaire que la santé, la structuration de l’entraînement et la gestion de l’effort seront
nécessairement différents.
La coopération avec soi remplace la compétition avec soi. Le contournement remplace l’affrontement.

L’efficience Lafay est une synthèse des enseignements constructivistes, des règles de structuration de
l’apprentissage autorégulé et de l’esprit stratégique chinois. Il s’agit de se gérer afin de réussir sans
s’autodétruire. Il s’agit d’apprendre à vaincre (presque) sans combattre. Par la pratique et le savoir, on
apprend à chevaucher son tigre.
Adopter la voie de l’efficience est un choix salutaire en musculation car la compétition avec soi-même
menant à l’autodestruction (physique et psychologique), toute jouissance profonde et durable d’une
pratique de type no pain no gain est exclue, étant rapidement obscurcie par ses conséquences
néfastes.

Lorsque l’on veut évacuer son stress et se (re)construire en ajoutant un stress supplémentaire à notre
organisme, le risque est grand de récolter l’aliénation là où était désirée la libération.
Et si le stress atteint le stade du traumatisme, la gestion imparfaite ou manquée de la frustration, de
la colère et de la peine peut mener à l’effondrement ou nous empêcher d’en sortir. Là où le
traumatisme nous fait tomber, tout proche de la gueule ouverte du tigre, il ne faudrait pas se mettre
sur le dos une charge supplémentaire nous empêchant de nous relever, restant ainsi à la merci de
l’animal furieux.
Une pratique saine de la musculation devrait donc nous amener à notre objectif sans augmenter le
stress global et même en fournissant des clefs pour le réduire. Canaliser son énergie, savoir la
distribuer au mieux de nos intérêts, au lieu de risquer de se voir dévoré par elle. C’est ce que propose
l’approche efficiente, dont les règles sont transférables à d’autres aspects de la vie. Il est en effet
salvateur d’avoir, la plupart du temps, une approche non frontale des problèmes, où l’on tient compte
des contextes, des processus d’autorégulation des systèmes auxquels nous appartenons et de la
politique des petits pas.

En valorisant la construction en douceur plutôt que l’adaptation forcée, en proposant un processus


de changement où les exigences de performances sont régulées, la Méthode Lafay se présente
comme un modèle alternatif de la relation à soi. Pas à pas, la confiance en soi s’étoffe dans ce modèle
adaptatif transférable. C’est une base pour inaugurer une autre forme de rapport au stress.

Antoine Herrman, traumatisé par la disparition de sa mère des suites d’une grave maladie, s’est vu
proche d’être dévoré par son tigre. L’adoption de la Méthode Lafay lui a permis d’inaugurer un
cheminement rapide de reconstruction de soi. Méthode, puis Judo, puis les matières scientifiques, et
aujourd’hui le challenge d’intégrer polytechnique. Il a su séduire, apprivoiser et chevaucher son tigre.

Bonjour à tous, je vais partager avec vous mon expérience et ce que la Méthode Lafay et son
efficience m’a apporté.

Alors voila, il y a trois ans, ma mère est décédée suite à un cancer.


J’étais alors encore jeune à l’époque, et je me suis totalement laissé aller, que ce soit au niveau des
cours ou même à la maison.
Tout change en l’espace d’un instant quand on perd une personne si proche, qui a été à nos côtés
depuis toujours.
Depuis cette épreuve, je ne pensais plus à rien, je laissais tout de côté, même ma famille en préférant
sortir avec des amis le soir ou quoi que ce soit d’autre.

Je pratique le judo depuis que j’ai 5 ans, mais je ne m’étais jamais réellement impliqué dans ce sport.
Il y a deux ans, je refusais d’aller en compétition car j’étais tellement faible et maigre que je perdais
tout le temps, aucune endurance lors des combats. L’année dernière, je rentre au lycée, en seconde,
et, en trainant sur internet, je tombe sur cette fameuse méthode de musculation à faire chez soi.
Je suis tout de suite attiré et j’achète le livre vert, je pèse alors 69kg pour 1m89. Je me mets à manger
tout ce qui me tombe sous la main et, au bout de 2 mois de cette méthode, je me décide à aller à une
compétition, car j’étais ceinture marron, et il me manquait les 100 points pour avoir la ceinture noire.
C’est une compétition ou l’on a 5 combats. Et là, a me grande surprise, j’ai gagné 4 combats sur 5 et je
marque 40 points ! Aucun problème de souffle ou de fatigue, j’étais tellement content de moi, une
sensation que je ne pourrai pas décrire !

Je me suis alors fixé un objectif. En fin d’année dernière, il y avait les championnats d’Yvelines cadets,
qui qualifiaient pour la coupe de France. J’étais lancé, et je me présente au championnat des yvelines
avec 3 mois de méthode derrière moi, et j’ai terminé 1er des Yvelines, qualifié à la coupe de France.
En juin, je vais à la coupe de France, et j’ai gagné mon premier combat mais perdu le 2ème. Retour à
la maison.

Cet été 2012, j’ai pris du recul, j’étais fier de moi niveau sportif, mais j’avais tout de même délaissé le
lycée, avec un passage en Première scientifique avec un petit 11 de moyenne général.
Cette année, je me suis donc ajouté un nouvel objectif, en plus de continuer la méthode : je veux
réussir cette année de lycée et la terminale pour intégrer une prépa puis réaliser mon rêve, intégrer
polytechnique !
Ce n’est pas facile, mais le premier trimestre s’est terminé il n’y a pas si longtemps, et j’ai, dans les
matières scientifiques, des moyennes dont je peux être fier, 17/20 en mathématiques par exemple,
sans délaisser les autres matières.

Je pèse actuellement 80kg pour 1m90, et mon objectif à terme est d’atteindre les 90kgs.

Voila, je vous ai fait part de mon parcours, cette méthode a grandement participé à ce changement,
je ne suis plus le même, j’ai 16 ans et je veux me donner les moyens de réaliser mes rêves, en
cultivant l’efficience !

Dans la religion bouddhique, le tigre incarne la force de la croyance et la victoire face aux embûches
sur le chemin de la foi.

Chevaucher le tigre a partout la même signification : il s’agit toujours de ne pas être dévoré par
l’énergie, mais de savoir mieux la distribuer, la canaliser…
L’efficience Lafay est un concept et une pratique destinés à atteindre ce but.
Médecine et constructivisme : vers des
liaisons heureuses (Part II)
13 février 2013

J’ai choisi, pour illustrer l’article ci-dessous, écrit par Raphaël Ardit, les photos de personnes dont
les travaux ont permis de fonder le Constructivisme ou d’en alimenter le développement.
Il s’agit d’un nouvel extrait d’une liste d’auteurs incontournables sans qui la Méthode Lafay n’aurait pu
voir le jour. Ces personnes m’ont permis de penser, élaborer et affiner la méthode.
D’autres références illustrent des articles précédemment publiés sur ce blog, vous les trouverez en
section « Philosophie ».

Place maintenant à l’article de Raphaël (la première partie de l’article est disponible en cliquant ICI).

Bonjour,

En tant qu’étudiant en médecine et pratiquant de la Méthode Lafay, j’aimerais montrer dans cet
article comment les savoirs qui structurent la Méthode Lafaypeuvent être selon moi transférés au
domaine médical. En quoi le Constructivisme permet-il de repenser la formation des médecins, et
comment ces derniers, une fois formés, soigneront-ils leurs patients ?
Comme nous le verrons, la prise en compte du contexte s’avèrera déterminante dans le but
de proposer un enseignement ainsi que des soins de qualité.

I. L’enseignement de la médecine : acquérir des compétences

Dans le cadre des études médicales, prendre en compte le contexte revient à porter son attention sur
la situation des étudiants auxquels on s’adresse. Quelles sont leurs attentes, leurs contraintes, leurs
ressources ?

On peut penser que ceux-ci cherchent avant tout à acquérir des compétences dans le but d’exercer
un métier et donc un rôle dans la société. Dans cette perspective, la formation se trouve
subordonnée à la pratique clinique. Plutôt que de viser une connaissance exhaustive du corps
humain (anatomie, physiologie, embryologie etc.), elle doit travailler à sélectionner, dans les divers
champs de savoirs constitués (sciences dures, sciences humaines), les informations à même de
permettre une prise en charge globale du patient.
Une fois ce tri opéré, on se trouve en possession d’une masse de connaissance, certes réduite, mais
désordonnée. La prise en compte du niveau de nos étudiants devrait nous permettre de dégager un
point de départ : en prenant garde à ne pas commencer trop « haut », mais bien plutôt à débuter à
un niveau qu’ils seront en mesure de maîtriser, nous favorisons leur sentiment de contrôle, leur
motivation et donc leur réussite. Enfin, à présent que nous sommes en possession d’un point de
départ et d’un point d’arrivée (objectif), il s’avèrera nécessaire d’élaborer de multiples étapes
intermédiaires, afin d’amener sans encombre l’étudiant à destination.

Une fois le volet théorique achevé, on peut se demander comment l’articuler avec la pratique de
terrain. Afin que les deux se conjuguent et s’interpénètrent au mieux, il est préférable de créer un va-
et-vient permanent entre eux, plutôt que d’enseigner toute la théorie avant de passer à la pratique.
Dans ce but, on transmettra au départ des informations d’ordre général, qui devront permettre à
l’étudiant de se diriger avec un minimum d’assurance vers la pratique. Puis, la confrontation aux
situations de terrain créera d’elle-même le besoin de collecter de nouveaux savoirs. L’étudiant pourra
alors se tourner vers les connaissances théoriques organisées précédemment par l’enseignant afin de
nourrir sa propre pratique. Ces pérégrinations incessantes permettront aux connaissances
théoriques de diffuser et de se sédimenter progressivement dans l’esprit de l’étudiant, sans que
celui-ci cherche à forcer leur acquisition.

II. La pratique de la médecine : une prise en charge globale

La prise en compte des contextes psychologiques et sociologiques dans lesquels survient la maladie
amène le médecin à reconsidérer profondément la prise en charge de ses patients, notamment en
prêtant une attention soutenue à la communication qu’il peut entretenir avec eux.
En effet, lorsqu’une maladie survient (phénomène biologique), elle se présente alors comme un
élément potentiellement intégrable à notre histoire personnelle. Notre identité peut être en partie
comprise comme un récit, où divers événements ont été sélectionnés puis
ordonnés chronologiquement, par nous ainsi que par notre entourage, dans le but de produire une
cohérence à même de donner un sens à notre vie.
Ce récit, en fonction de ce qu’il raconte de nous, peut, à des degrés divers, rentrer en conflit avec
l’événement « maladie ». Une personne se définissant comme une « battante », qui dans son histoire
personnelle met surtout en avant les situations où elle est sortie victorieuse de nombreux combats,
rencontrera probablement des difficultés à intégrer dans son récit l’annonce d’un grave cancer, dans
le cas où celui-ci symboliserait pour elle une perte de contrôle.

Dans ce contexte, il semblerait que la relation thérapeutique ait pour premier objectif la
réappropriation par le patient de sa maladie, la réintégration de celle-ci dans son récit
personnel. Dans ce cadre, le praticien doit s’attacher à comprendre comment son interlocuteur
considère le monde, les autres et sa propre personne. En utilisant son propre langage, en pénétrant
dans son univers, il peut ainsi l’accompagner dans la construction d’une nouvelle cohérence, d’un
nouveau récit de vie.

Les avantages d’une telle attitude vont se manifester à de multiples niveaux, notamment en
permettant une relation de qualité entre le médecin et son patient, ainsi qu’entre le patient et lui-
même.
En effet, la sensation d’évoluer dans un univers qui lui est familier amène le patient à davantage
d’ouverture et de confiance, contribuant ainsi à l’instauration d’un réel confort psychologique propice
à la guérison.

Se réapproprier la maladie permet également au patient de consolider son identité, de l’unifier. Un


tel événement peut être en effet très déstabilisant car il n’est pas facile d’être dans le déni perpétuel :
les défaillances du corps se manifestent régulièrement à la conscience, non seulement par les
symptômes, mais également par l’attitude des proches ainsi que par les structures de prise en charge
(hôpitaux, cliniques, maisons de soin etc.).

Ces fréquentes perturbations mettent régulièrement en danger la cohérence et l’identité de la


personne qui doit par conséquent lutter contre les autres et contre elle-même afin de préserver son
récit.
A présent que la maladie fait partie de son histoire personnelle, elle n’est pas plus un élément
extérieur qui lui échapperait : le patient se sent davantage capable d’exercer un pouvoir sur elle et il
prend alors une place beaucoup plus active dans sa propre prise en charge.

Envisager les interactions entre les niveaux biologiques, psychologiques et sociologiques de


l’individu peut ainsi nous permettre de conditionner au mieux la situation, en créant un esprit
d’optimisme et d’enthousiasme chez le patient.Mais on peut également, sur le plan purement
biologique, s’appuyer sur les organes qui interagissent avec l’organe lésé afin de mieux le soigner.
Deux exemples illustreront cette démarche.
En ostéopathie, on considère que les troubles affectant les organes profonds se répercutent sur les
structures mécaniques : os, muscles, tendons, fascias etc. Ainsi, en soulageant ces structures
directement accessibles par l’ostéopathe, on peut induire en retour un effet bénéfique sur les organes
profonds. On fait alors l‘économie d’examens et de traitements à la fois coûteux et non dénués
d’effets secondaires.
Il y a quelques mois, des chercheurs ont établis un lien entre l’activité de notre flore intestinale (1015
bactéries) et le fonctionnement de notre cerveau. On peut penser que cette découverte est
potentiellement riche de promesses en ce qui concerne le traitement des pathologies cérébrales. En
effet, le cerveau est un organe particulièrement bien isolé des vaisseaux sanguins, de par l’existence
d’une barrière dite hémato-encéphalique.
Plutôt que de chercher à forcer cette barrière, pourquoi ne pas tenter d’atteindre le cerveau « de
biais », en modifiant le fonctionnement de la flore intestinale dans le but de remédier au
dysfonctionnement cérébral ?

Dans cette partie, nous avons vu comment la prise en compte du contexte (système) nous permettait
de mieux prendre en charge un dysfonctionnement qu’on pourrait à tort considérer comme purement
localisé au plan biologique. Mais la prise en compte du contexte ne permet pas seulement de
contourner plus aisément les obstacles (maladies) qui se dressent sur le chemin de la santé. On peut
également l’utiliser afin de réduire fortement la probabilité d’apparition de tels obstacles : ainsi, en
maîtrisant son alimentation, en pratiquant une activité physique régulière, en cherchant à réduire
son exposition aux toxiques et au stress, dans la mesure de ses ressources et de ses possibilités, on
produit un contexte favorable à l’épanouissement de son organisme.

Conclusion

En nous invitant à contextualiser nos actions, le constructivisme nous permet non seulement de
mieux les orienter, par la création d’un objectif, mais il nous permet également d’identifier de
multiples chemins pour y accéder. Si tout est lié, alors il existe de nombreux détours pour parvenir
en un point du système et l’attaque frontale n’est plus l’unique solution. Ainsi, de même qu’il est
possible de faire progresser les dips en bloquant momentanément cet exercice afin de se focaliser sur
le reste de la triade, on peut également atteindre le cerveau en passant par le tube digestif, le corps
par l’esprit, la théorie par la pratique. Cette multiplication de chemins possibles nous rend plus
libre : notre éventail de choix est considérablement élargi et nous permet, dans chaque situation, de
repérer puis d’emprunter un chemin de moindre résistance.

« Cultiver l’efficience en vous cultivant » (Olivier Lafay)

DEVENIR AUTONOME
18 février 2013
(Article écrit par Denis Tiquet et Arnaud Méthode Lafay)

BUT : gestion autonome (et performante) de votre pratique.

De multiples pratiquants souhaitent modifier la Méthode ou viennent demander conseils afin de


l'optimiser.

La conception de la Méthode vous apprend à être autonome, elle vous apprend à progresser
linéairement. Vous pouvez ainsi constater que les pratiquants ayant un niveau élevé n'ont fait que
suivre la méthode à la lettre : les niveaux, les exercices, les stratégies proposées. Aucun, sauf accord
de la modération ou d'Olivier, n'a modifié la Méthode. Il y a de bonnes raisons à cela.

Les ouvrages et le Blog d’Olivier sont là pour que vous appreniez à devenir autonome : une pratique
saine de la méthode, son optimisation, sa gestion et celle de l’alimentation.

La Méthode vous apporte une nouvelle vision de la musculation. Ne la modifiez pas pour qu'elle
corresponde à ce que vous pensez savoir.

Pourquoi certains modifient à tort la Méthode?

La modification "subjective" est souvent due à une stagnation ou une lassitude. Les pratiquants ayant
modifié l’entrainement se vantent souvent provisoirement d'avoir constaté une progression. Mais
cela ne reste que provisoire.

Il ne faut pas confondre stagnation psychologique et stagnation athlétique. Le choix d’appliquer un


changement d’exercice ou de format peut permettre de vaincre une stagnation psychologique (une
lassitude) mais, la plupart du temps, ne permet pas de vaincre la stagnation athlétique.

Modifier la Méthode, hors des limites qu'elle impose et des solutions qu'elle propose, s'avère donc
être une erreur.

D'où vient cette erreur?


Lorsqu'on bloque, lorsqu'on se lasse, lorsqu'on se démotive, on cherche une solution "personnelle".
Quand on débute, on croit souvent avoir fait ce qu'il fallait, et pourtant on n'a pas toujours les
résultats escomptés. Ce manque de résultat peut conduire à penser qu'il faut "adapter la méthode à
son cas personnel".

En effet, si un pratiquant expérimenté sait prendre du recul sur son propre entraînement, ainsi que
sur celui des autres dans le cas où il donne des conseils, le pratiquant peu aguerri peut avoir du mal à
faire ce travail de prise de recul. Il estimera donc qu'après avoir "tout essayé", il doit effectuer des
modifications qui lui seront bénéfiques en fonction de "ses faiblesses personnelles".

Ainsi, nous pourrons constater des pratiquants qui voudront:

- ajouter des exercices (exemple : "je veux ajouter du curl pour progresser en biceps, parce que j'ai
du mal aux tractions.");

-modifier des exercices (écartements, rythmes...);

-modifier la logique de progression (cf exemple ci-dessous).

Exemple théorique :

Prenons l’exemple d’une modification de l’exercice numéro 1 : Le pratiquant stagne à B


(psychologiquement = il en a marre), il décide de changer cet exercice par B2. Naturellement, son
choix lui permettra de mettre son égo en avant, relancer son moral provisoirement.

Mais la conclusion de ce choix, sans recommandations de personnes expérimentées, aura une


conséquence non pas pour le présent, mais pour l’avenir. Cette stagnation psychologique repoussée
par la modification de la méthode ne sera que provisoire. Cette personne ne progressera pas
physiquement (ou très peu).

Vu que la stagnation psychologique dépend de la stagnation physique, cette personne, quelques


séances plus tard, sera en stagnation psychologique et physique.

La bonne façon de progresser est celle qui suit les consignes de base (livres, blog).

Olivier l'a rappelé récemment sur le blog par ce commentaire :

"C'est d'une méthode dont il s'agit, autrement dit : il faut respecter son mode d'emploi afin de
contrôler le processus de développement et obtenir des résultats."

Faire des modifications non prévues par le processus de la Méthode = erreur dont on paiera le prix à
court ou moyen terme.

C'est une erreur qui sera :

- au mieux inutile (sans effet), sans impact négatif sur la progression;

- au pire, un nouveau problème qui ne fera qu'empirer, avec parfois des risques de blessures.

Dans le premier cas, la modification n'aura que peu d'effet sur l'entraînement et, si la progression est
relancée, certains attribueront une partie de leurs résultats, à tort, à cette modification. Cela n'aura
pas de grande incidence pour la suite, il suffira de revenir à la méthode de base dès que la
progression sera relancée.

Dans le second cas, on entre dans le problème du "plus de la même chose". (cf les ouvrages de
Watzlawick, que conseille Olivier : commencez par "Comment réussir à échouer" et "Faites vous-
même votre malheur" si vous souhaitez vous y mettre, vous comprendrez encore mieux l'idée).

>>> On bloque >>> on effectue une modification. Cette modification s'avère peu fructueuse. On se dit
que la modification est mauvaise >>> on en effectue une nouvelle, on en rajoute... Résultat : on
s'éloigne de plus en plus de la Méthode, avec de moins en moins de résultats, en faisant "toujours
plus de la même chose".

C'est un problème qui touche essentiellement les pratiquants qui débutent, mais qui peut toucher
des pratiquants plus expérimentés.

D'où l'intérêt de revenir régulièrement à la base : les livres, pour s'assurer de ne pas s'en être éloigné
sans s'en rendre compte, et de lire le blog régulièrement.

Lire le blog vous permet d'acquérir des outils vous permettant d'augmenter votre recul stratégique
et donc d'éviter des erreurs dans lesquelles on a tôt fait de tomber, dès lors qu'on manque de recul.

Modifier la méthode, n’est pas le choix de progression optimum : inventer des mouvements,
modifier d’initiative les temps de repos n'est pas souhaitable. Si cela avait été nécessaire pour que
vous progresseriez davantage, nul doute qu’Olivier aurait déjà fait ces modifications.

Une « modification » du cheminement de la méthode ne doit être validée que par Olivier ou une
personne qualifiée pour. "Inventer" sans penser aux conséquences ne fait pas partie de l’esprit de la
Méthode et de la réflexion qu'elle vous enseigne.

Que faire en cas de problème ? Des conseils concrets pour tous

Quand vous bloquez :

1 - rouvrez votre livre et lisez-le calmement (entièrement, si vous débutez). Avez-vous respecté le
mode de progression? Avez-vous respecté les conseils sur l'alimentation? Tenez-vous un carnet
d'entraînement? Avez-vous respecté la fréquence des entraînements, les temps de repos,
amplitudes, les étirements, le diaphragme?

Avez-vous manqué une ou plusieurs de ces étapes?

Tout vous semble parfait du début à la fin? Contactez un moniteur Lafay sur le forum pour avoir son
avis. Pensez à donner un maximum de renseignements (objectifs, problèmes, solutions tentées,
mensurations...).

2 - pensez aux exercices de substitutions. Si vous avez beaucoup de difficultés à évoluer sur C1,
remplacez-le par C4/5-6 pendant quelques temps. Si ces exercices sont présents c'est qu'ils sont
efficaces et ils vont vous permettre de progresser très bien. Vous reviendrez à C1 plus tard, une fois
plus fort.
3 - en cas de douleurs sur B, appliquez les consignes de la
FAQ : http://www.musculaction.com/forum/faq-lafay-f44.html , passez même à A12. Il ne faut jamais
persister sur des douleurs. Il existe souvent des solutions pour progresser sans avoir mal. Exploitez-
les, sans vous inquiéter pour le développement de vos muscles.

Un article indispensable: http://methode.lafay.free.fr/index.php?2010/02/27/278-gerer-les-


tendinites (en cas de douleurs persistantes malgré les solutions proposées, reposez-vous et consultez
si les douleurs ne passent pas ou si elle reviennent de façon chronique)

4 - soyez honnêtes envers vous-mêmes et envers les moniteurs. Si vous avez mal fait quelque chose,
il n'y a pas de honte à le dire. Si vous n'êtes pas certain sur la manière de faire un exercice, dites-le,
quoi qu'il y ait. Faites-en part, même en privé. Les moniteurs ne raconteront pas vos problèmes
personnels à tout le monde

5 - suivez l'actualité du blog, voici quelques articles qui pourront vous être utiles:

http://methode.lafay.free.fr/index.php?2012/09/18/682-gestion-de-la-performance-une-synthese-
incontournable

http://methode.lafay.free.fr/index.php?2012/03/08/613-efficience-et-mini-boucle-comprendre-la-
logique

http://methode.lafay.free.fr/index.php?2012/06/28/655-dialogue-sur-l-efficience

6 - regardez la chaîne youtube officielle: http://www.youtube.com/user/MethodeLafayOfficiel


Saltus perceptuel
11 mars 2013

« Autre concept important, le changement n’est pas linéaire. Voilà pourquoi, sur une échelle de zéro
à dix, nous procédons dans l’ordre, du un au dix mais, comme on l’observe dans la nature pour tous
les phénomènes naturels climatiques, physiques et biochimiques, notre progression n’est pas linéaire.
Les changements ont des sauts, comme le décrit la théorie des catastrophes, ou alors ils se font en
spirale et donc ils vont en avant, puis en arrière, puis en avant, où le fait d’aller en avant revient à
revenir en arrière, pour ensuite avancer. »
(Giorgio Nardone)

La majorité des approches linéaires et rationalistes visant le changement ne prennent pas cela en
compte. C’est le cas de la musculation classique, dont les cycles et planifications sont rigides ou assez
rigides, soumis au « principe de réalité » déterminant la voie à suivre (la croyance dans le No pain no
gain).
L’adaptation est forcée, et la tentative de soumettre les cycles naturels à des « cycles de papier », si
elle donne des résultats à court terme, conduit à l’épuisement de l’individu à plus long terme
(blessures, pathologies mentales et physiques diverses). Cette pratique induit et justifie le dopage, car
les drogues sont alors le seul moyen d’échapper aux blocages résultants d’une confrontation perdue
d’avance avec un « réel » que l’on veut soumettre (au lieu de coopérer avec lui).

La Méthode a développé les concepts de Boucle et Mini boucle, où le cycle est au coeur même de
l’entraînement, cherchant à épouser au plus près les cycles naturels, se greffant sur « l’ordre des
choses » et produisant une transformation silencieuse. L’adaptation (la transformation corporelle)
n’est plus forcée, elle est juste « invitée à se produire ». Le principe de la Méthode est de créer les
conditions pour que l’évolution se produise quand elle est possible avec un minimum de heurts, de
violence envers soi et donc d’effets secondaires pénibles et désagréables. Comme dans le Yoga ou la
stratégie chinoise, nous cherchons « le chemin de moindre résistance« . Il s’agit d’apprendre
à chevaucher son tigre.
Ceci n’est pas immédiatement perceptible de prime abord, surtout si l’on ne pratique pas, et
ce malgré les textes de fond, qui informent, mais ne peuvent produire le déclic sans la pratique.
Aussi, c’est la pratique régulière de la Méthode, en suivant les prescriptions pour une bonne gestion
de l’entraînement, qui conduit au Saltus perceptuel, c’est-à-dire un changement de perception de la
« réalité » en ce qui concerne la meilleure façon d’obtenir du muscle. Peu à peu, de déclic en déclic,
de petit pas en petit pas, on se débarrasse de l’a priori No pain no gain pour entrer dans une autre
réalité, qui s’avère de plus en plus gratifiante.

« Il ne faut pas faire violence à la nature, il faut la persuader. »


(Epicure)

Nota : Giorgio Nardone parle d’une « échelle de un à dix ». Dans le cadre de la Méthode, il s’agit des
niveaux 1 à 13. Ce qui signifie que la progression suit une avancée dans les niveaux, mais avec de
fréquents allers et retours; le changement linéaire s’inscrit dans de petits cercles, eux-mêmes inscrits
dans des cercles plus vastes, eux-mêmes inscrits dans de plus grands cercles encore, etc. La structure
est linéaire, le processus est circulaire.

Musculation constructiviste
19 mars 2013

« Ah ! misère !… Écoutez les mortels mettre en cause les dieux ! C’est de nous, disent-ils, que leur
viennent les maux, quand eux, en vérité, par leur propre sottise, aggravent les malheurs assignés par
le sort. »
Homère (L’Odyssée)

« Pour le constructiviste, la vie est un jeu à somme non nulle : les joueurs gagnent tous, ou perdent
tous. La condition sine qua non de toute vie sociale n’est pas la compétition mais la
coopération. Mais le prix d’une telle conception du monde, c’est qu’il faut remplacer la notion
d’objectivité par celle de responsabilité. »
Lynn Segal

Apprendre à coopérer avec soi, les autres, le monde…


La Méthode Lafay fonctionne selon ce principe. Ses résultats remarquables montrent que, lorsqu’il
s’agit de transformer son corps et prendre en charge sa santé, la coopération vaut effectivement
bien mieux que la compétition.

Responsabilité = cultiver l’efficience = coopération.


Ostéopathie, les premiers pas (avec
Géraldine Fournel)
20 mars 2013

Ceux qui suivent régulièrement ce blog le savent, lorsque l’on veut transformer son corps tout en
maîtrisant un tantinet sa trajectoire de vie, il importe de subordonner la construction du corps à la
construction de soi.
Si l’on veut répondre favorablement aux exigences sociales contemporaines d’adaptation
permanente, sans être détruit, et se déployer dans le monde de manière satisfaisante et durable, le
muscle ne peut être une fin, seulement un moyen. Et l’entraînement devient périphérique au lieu
d’être central.

Ce constat a pu engendrer une inquiétude légitime, puisque les théories classiques, en musculation,
postulent qu’il n’est guère envisageable d’obtenir un physique athlétique et esthétique sans y investir
une part majeure de ses ressources (énergie, émotions, imagination, temps, relations, argent, etc.).

Il est néanmoins devenu possible, et la Méthode Lafay l’a amplement démontré, de diminuer
considérablement l’investissement physique et psychologique dans la pratique de la musculation,
sans porter atteinte aux résultats attendus, bien au contraire. Cette approche, rendue effective grâce
aux outils théoriques et pratiques rangés sous le concept d’Efficience, lie dans une même structure
haute technicité de l’entraînement et maîtrise graduelle du contexte.

Mes livres, mettant en forme les outils de l’Efficience, proposent une structure linéaire, qu’anime un
processus circulaire, ainsi que les toutes premières voies d’accès à la notion de contexte. Les articles
du blog affinent davantage les outils pratiques, pour un entraînement toujours plus précis et
technique, et se proposent d’offrir de nouvelles voies d’accès au contexte, tout en élargissent celles
déjà abordées dans les livres.

Qu’est-ce que le contexte? Ce sont tous les éléments qui influent sur notre vie, qui la contraignent, en
bien ou en mal. En tant qu’individu, nous évoluons dans un contexte biologique, social, matériel,
environnemental, historique et idéologique. Nous sommes façonnés par ce contexte (nous sommes
produit) et nous le façonnons par nos actions (nous sommes producteur). Nos relations au monde,
aux autres et à nous-mêmes (et donc à notre corps) ne peuvent être séparées du contexte.
Si nous désirons que ce contexte nous serve au mieux, notamment dans notre quête d’un meilleur
physique, nous devons appréhender les règles qui le constituent. Notre propre contexte de vie peut
limiter notre progression musculaire et, par manque de connaissances, nous pouvons êtres amenés
(inconsciemment) à façonner un contexte qui renforcera ces limites, voire en créera de nouvelles.
La frustration, la rage, le désespoir, et même le dopage, ne sont pas loin.

Mieux comprendre le contexte, c’est pouvoir penser ses objectifs, ses modèles, ses relations, son
investissement et se reprogrammer dans le sens d’un comportement adapté à la poursuite d’objectifs
adéquats, modifiables à chaque instant par l’analyse critique. En clair, c’est gagner en souplesse
comportementale, pour un mieux-être. C’est se mettre en condition de pouvoir « danser avec la vie »
(cf Edward Hall), de la « surfer » (cf Joël De Rosnay).

Les textes présents sur ce blog visent cet objectif : donner à chacun des outils pour qu’il élabore sa
propre structure fonctionnelle de rapport au monde, aux autres, à soi. Plus la maîtrise, dans
l’élaboration de cette structure globale, s’affirme, plus il est aisé de développer son corps avec un
investissement physique et psychologique réduit. L’Efficience produit la maîtrise et elle en est le
produit.
Il ne s’agit donc pas d’écrire pour écrire, de faire de l’art pour l’art, de la pensée pour la pensée, mais
bien plutôt de produire de la pensée utile pour l’action : de nourrir et stimuler l’action efficace.

Les articles présents sur ce blog relient l’Histoire à votre corps, la société à votre corps, vos relations
affectives à votre corps, votre propre histoire à votre corps, etc. Ils replacent le muscle dans la
perspective d’un vaste réseau, dans la « structure qui relie » (cf Gregory Bateson), en examinant les
relations entre tous les éléments constitutifs du contexte.
Dans cette optique, les articles sur la médecine ou tout autre sujet qui ne semble pas, en apparence,
directement lié à la musculation, sont légitimés par le projet de vous fournir les outils permettant la
construction d’une autonomie fonctionnelle.
Il s’agit d’élargir notre vision du monde, de gagner en recul stratégique, afin de mieux ordonner nos
actions, dans l’espoir de constituer un équilibre personnel satisfaisant.

On se met en condition d’accéder à cet équilibre autant par la maîtrise de nouveaux outils que par la
réduction ou la suppression de déséquilibres existants. Et les causes de déséquilibres, dans notre vie,
sont légions. Certaines difficultés, qui nous perturbent, peuvent être éliminées seul ou avec un peu
d’aide, d’autres s’installent plus durablement et deviennent des problèmes. Des actions maladroites
freineront l’évolution d’un traumatisme vers sa guérison, ou même augmenteront son potentiel de
destruction.

Si on se limite au seul aspect physique, les causes de déséquilibres sont plurielles : une mauvaise
posture (exercice), un choc (accident, chute en sport, etc.), une alimentation inadéquate, les effets du
stress (des tensions qui « s’inscrivent dans le corps », tendent les muscles et, limitant l’action,
favorisent l’apparition de douleurs, usures, blessures).
De mauvaises compensations s’installent alors, instaurant un équilibre dysfonctionnel nécessaire à la
survie dans l’immédiat, mais handicapantes et nuisibles à court, moyen ou long terme. Les handicaps
invisibles ne sont pas moins dangereux que les visibles, puisqu’ils nous gouvernent à notre insu, avec
des conséquences parfois dramatiques.

L’ostéopathie se veut être une des solutions susceptibles d’atténuer ou éliminer ces
déséquilibres. Elle participe d’une gestion globale de soi où l’on agit autant pour prévenir que guérir,
en étant conscient des liens existant entre tous les éléments du contexte. Le plus petit traumatisme
pouvant avoir de grands effets systémiques, s’il est négligé ou méconnu.
Le suivi ostéopathique régulier permet d’augmenter la maîtrise du contexte.

L’article qui suit, est rédigé par Géraldine Fournel, « Ostéopathe officielle de la Méthode Lafay pour
Lyon et environs », sans oublier, bien entendu, qu’il existe d’autres d’ostéopathes, sur ce secteur,
aptes à s’occuper avec succès des pratiquants de la Méthode. Géraldine Fournel est tout simplement
« mon » ostéopathe, et j’en suis très satisfait, tout autant que les personnes que je lui ai envoyées,
d’où cette lumineuse appellation.
Vous trouverez dans le premier commentaire de cet article, une liste d’ostéopathes, au niveau
national, construite à l’aide de vos propres retours.

1/ COMPRENDRE L’OSTÉOPATHIE

L’ostéopathie est une thérapie manuelle à ne pas confondre avec la kinésithérapie (qui lui est
complémentaire), la chiropraxie ou bien encore la physiothérapie. Cela n’est pas non plus une
thérapie qui traite uniquement les articulations osseuses.C’est une science précise qui se réfère à
l’anatomie et à la physiologie du corps humains pour diagnostiquer et traiter par les mains les
déséquilibres et les tensions présents dans notre organisme. Elle ne se trouve pas dans le champ de
la rééducation du corps mais dans celle du traitement. Elle complète la médecine mais ne s’y
substitue pas.

Le concept thérapeutique
Analyser le corps dans sa globalité pour trouver la véritable cause de la douleur : la cause primaire,
celle qui engendre une série de symptômes secondaires pour lesquels on consulte et qui ne
disparaitront que lorsque la cause primaire aura été traité efficacement.

L’examen clinique
Avant d’entrer dans un examen clinique un ostéopathe va tenter de cerner le patient dans sa
globalité. IL y a t-il des antécédents médicaux, chirurgicaux ou familiaux? Un traitement médical est-il
en cours? Quel est la santé du patient ? (sommeil, alimentation, moral, rythme de vie…) L’examen
clinique lui se présente sous forme d’une série de tests médicaux, orthopédiques et ostéopathiques
pour s’assurer que le patient entre dans notre champ de compétence. D’une part c’est une démarche
fondamentale pour que toutes affections grave ou non qui débordent de notre pratique soit prise en
charge par le thérapeute qui s’y rapporte.

2/ L’OSTÉOPATHIE DANS LE CADRE DU SPORT

L’ostéopathie est un outil de la réussite du sportif. Le facteur indispensable de la performance et de la


longévité du sportif c’est sa préparation physique. Elle conditionne sa réussite. Physiologiquement
l’entrainement va créer une spécialisation des fibres musculaires en fonction du geste répété. Cette
transformation améliore le geste technique et optimise les performances. Cependant si la
préparation à l’entrainement est aléatoire et appliquée sur un corps en désordre physique et/ou
psychique, cette transformation rend l’organisme vulnérable aux agressions.
Or que l’on soit dans un objectif de performance ou de remise en forme l’efficacité dépend de ce que
le corps peut donner. Est- il en mesure de donner le maximum ? Dans ce but, l’ostéopathie ouvre très
largement son champ thérapeutique.

Quelques exemples :
. LES ARTICULATIONS OSSEUSES : Elles doivent être libres, sans blocage pour supporter les
contraintes de tractions tendineuses et aponévrotiques.
. LES MUSCLES : ils doivent être correctement vascularisés et innervés pour augmenter leurs
capacités de résistance tout en gardant leur souplesse et leur élasticité. Un muscle même volumineux
doit conserver ces paramètres.
. L’APPAREIL DIGESTIF : Lorsqu’il est sain, il est un gage supplémentaire de récupération physique, et
pour bien fonctionner; organes et viscères doivent pouvoir bouger et glisser avec toutes les structures
qui les entourent.
. LE SYSTEME NERVEUX : On l’imagine comme une balance en équilibre. Une partie est stimulée dans
l’action, l’autre partie dans la récupération. Un déséquilibre de la balance va engendrer fatigue, stress,
douleur musculaire et digestive.
PRINCIPALES PATHOLOGIES DE LA MUSCULATION :
Lombalgies
Dysfonctions ceinture scapulaire et pelviennes
Tendinites des membres supérieures et inférieurs

3/ EXEMPLES : TECHNIQUES DE CORRECTION SUR L’EPAULE

Complexe articulaire de l’épaule droite face antérieur

a/ Fermeture de l’angle acromio-claviculaire :


Douleur sur la partie externe de l’épaule irradiant parfois dans le deltoide.
La rétropulsion de l’épaule est limitée.
Les principaux exercices douloureux: DIPS (exercices B) et POMPES TRICEPS (exercices A3 à A12)

b/ L’articulation gléno-humérale en dysfonction de supériorité :


Claquement ou grippage de l’articulation.
La rotation externe de l’épaule et l’abduction à 90° du bras est douloureux.
Les principaux exercices douloureux: DEVELOPPE MILITAIRE, TRACTIONS LARGES ( exercices I1 à I4).
Le développement durable appliqué au
corps
7 mai 2013

« Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans
compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland, 1987

LA MUSCULATION VERTE

Ne retrouve-t-on pas, dans la Méthode Lafay, la logique du développement durable appliquée au


corps?

a – La gestion des ressources.

Le capital corporel est exploité en ayant une vision à long terme. Il ne s’agit pas d’amener son
organisme à la destruction en cherchant un profit à court terme. Par profit, j’entends le
développement exclusif du muscle. On apprend à gérer ses efforts afin d’éviter un épuisement
précipité des ressources qui conduit à la fatigue et aux blessures. La musculation, outil de
construction de soi, ne doit pas être énergivore. Elle ne doit pas devenir non plus une activité
chronophage, qui étoufferait dans l’oeuf le développement de nos autres potentialités, ou le
limiterait. La souffrance, psychologique ou somatique, provient de ces potentialités oubliées ou
gâchées, elle provient de déséquilibres. Aussi, pour atteindre l’harmonie (l’épanouissement), on
apprendra à éviter le gaspillage.

b – Le respect du potentiel exploitable.

On ne veut pas faire croître le corps malgré lui, mais avec lui. Il s’agit d’apprendre à dialoguer avec soi,
pour que la construction se fasse dans un état de paix intérieure. Le pratiquant apprend à regarder
son corps autrement que comme un objet de consommation immédiate dont seule l’apparence
compterait. Il apprend à écouter ce corps qu’il ne veut plus contraindre comme il le ferait d’un
adversaire, mais qu’il envisage désormais comme un partenaire. Plutôt que de se comporter comme
un prédateur envers lui-même, plutôt que de s’utiliser sans se respecter, il entreprend des jeux à
sommes non nulles, avec lui-même, avec son environnement.

c – La croissance autrement.

Se considérer soi-même comme un partenaire, rechercher l’harmonie, n’exclut ni la croissance, ni la


performance. En privilégiant le dialogue avec soi et l’environnement, plutôt que la contrainte
prédatrice, on peut aller très loin, beaucoup plus loin qu’en se pillant soi-même. Et ceci plus
facilement.

La Méthode Lafay, pour promouvoir et mettre en place un développement durable, subordonne la


construction du corps à la construction de soi , en actionnant de manière efficiente une logique de
contrôle de l’effort.
Les résultats des pratiquants expérimentés montrent qu’un compromis rationnellement construit est
au moins aussi efficace à court terme qu’une focalisation exclusive sur la performance (la prise de
volume étant aussi une performance). A long terme, il sera beaucoup plus efficace, du fait même de
son efficience.
Petit théorème constructiviste
31 mai 2013

Que vois-je par le trou de la serrure?


Mon propre regard.

« Quand nous réagissons aux paroles et aux actes de quelqu’un, nous ne faisons pas que réagir à ces
paroles et à ces actes. Nous réagissons aussi (et même davantage) à l’idée que nous nous faisons de
la situation. Entre notre perception et notre réaction, il y a nos représentations, donc notre éducation
et nos croyances.
Avant même nos perceptions, il y a nos représentations. Les représentations (et donc la subjectivité)
orientent nos perceptions et nos réactions.
Nous réagissons un peu à l’autre, beaucoup à nous-mêmes. »

Vers l’âge de deux ans, l’enfant est capable de dire « je », et donc de se distinguer du monde et de se
raconter. Il entre alors dans le monde des représentations du monde. En grandissant, il va
paradoxalement penser qu’il peut être « objectif », qu’il voit le monde « tel qu’il est », puisqu’il se
sent séparé (comme un observateur qui verrait le monde « réel » se déployer, depuis le trou d’une
serrure, alors que lui-même resterait immobile et inchangé). Ce qu’il « voit », ce sont en fait ses
représentations.

[à noter que, si l’on réfléchit un peu, ce petit théorème éclaire les relations que nous entretenons
avec la musculation, avec notre corps, cf cet article]
Quelle boussole choisir? L’efficience ou
l’inaccessible?
10 juillet 2013

Certains pensent que rêver de l’impossible permettrait d’atteindre le possible.


Cela justifierait ainsi leur vénération pour les athlètes dopés, alors qu’ils se proclament eux-mêmes
de purs naturels.
Rêver de muscles inaccessibles et de charges qu’un humain ne saurait déplacer (ou alors avec aides
chimiques) vous mettrait, selon eux, en condition d’atteindre votre plein potentiel (le « possible »).

Mais rêver ne fait rien atteindre.


Il n’y a aucun lien logique entre le rêve et la concrétisation de quelque chose qui serait bien en-
dessous de ce rêve.
Et pire encore :

« En nous efforçant d’atteindre l’inaccessible, nous rendons impossible ce qui serait réalisable. »
(Robert Ardrey, cité par Paul Watzlawick)

Ne peut-on atteindre le possible sans même penser à l’impossible?


Est-ce que rêver de l’impossible va mécaniquement vous permettre de réaliser votre plein potentiel?
Certains pensent que c’est la génétique qui va déterminer les résultats possibles pour chacun, même
si l’esprit de chacun n’aurait, selon eux, pas de limites (mind has no limit)… Toute limite du corps
serait, pour eux, « génétique ».
Cela voudrait alors dire que l’esprit « rêve de l’impossible », mais que le corps est soumis à des lois
qui conditionnent à elles seules le possible. Dans ce cas, si l’esprit ne peut tout que dans son espace
dédié, pourquoi penser que le rêve est en mesure de produire le possible?

Pourquoi ne pas plutôt s’occuper essentiellement de ce qui est réalisable?


C’est comme ça que fonctionne la Méthode.

Comment savoir ce qui est réalisable?


On sait ce qui est réalisable en :
1 – s’évaluant correctement.
2 – évaluant correctement un objectif.
3 – évaluant les outils à sa disposition.
Ce qui est réalisable l’est en fonction de compétences évaluées à un instant donné en fonction d’un
objectif correctement défini.
Le réalisable est « relatif à »…
Pas besoin d’un impossible et de rêves de grandeur inaccessibles pour libérer son plein potentiel. Au
contraire, l’impossible comme boussole remplit le sportif d’une grande tension et le mène à
l’obsession, à la violence envers soi et à la blessure. Et, comme le souligne Watzlawick, ce qui était
réalisable est alors devenu impossible.

Nota : les illustrations font référence au Mythe d’Icare (cliquez ici)


Les 10 mythes de la musculation (par
Nobrainnogain Hank) :
13 juillet 2013

1 : Le poids de corps c'est limité, point.

2 : C'est en faisant beaucoup d'efforts que l'on obtient beaucoup d'effets. No pain, no gain (bitch !).

3 : Il existe plusieurs méthodes d'entraînement et elles se valent à peu près toutes.

4 : Il est important de connaître sa génétique, son anatomie, ses points faibles et les exercices qui ne
sont pas faits pour nous afin d'avoir des gains.

5 : La philosophie c'est pour les tapettes, elle ne sert à rien dans la construction musculaire.

6 : Une suralimentation importante ne sert qu'à devenir gras (et faible).

7 : Il n'existe pas d'entraînement universel, chacun sa merde. Only the strong survive (bitch !).

8 : Olivier Lafay est un vilain pedonazi tueur de bébés lamas congelés.

9 : Il est crucial de dénigrer tous les pratiquants de musculation.

10 : Avoir des muscles ou avoir un cerveau, il faut choisir.

TOUTES LES OPINIONS SE VALENT


(SURTOUT LA TIENNE)
13 juillet 2013

Très régulièrement, nous lisons des interventions où il est dit implicitement,


où explicitement, que toutes les opinions se valent.
En général, c'est ce qu'affirme la personne quand elle ne veut pas accepter
l'argumentation de son interlocuteur. Dire que toutes les opinions se valent,
c'est pouvoir rester sur sa position...
On n'a même plus à accepter quoi que ce soit du discours de l'autre, puisqu'on
n'a même plus à en tenir compte...
Dire que toutes les opinions se valent, c'est aussi se trahir. C'est trahir son
besoin naïf de suprématie, puisque cela montre notre vision du rapport à
l'autre : notre opinion doit rester supérieure, même si quelqu'un vient de la
démolir avec une argumentation dérangeante.
Penser que nous aurions tous raison, à notre façon, n'est pas forcément
erroné : nous avons tous un aperçu des situations qui peut être considéré
comme exact.Pascal, dans Les pensées, l'explique fort bien lorsqu'il traite de
la persuasion.
La question est de savoir, par contre, si notre aperçu (notre point de vue) est
plus ou moins large, plus ou moins étriqué...
Ainsi, ne voir que l'arbre, c'est oublier la forêt. On a raison de dire que l'arbre
est là, qu'il est important, on peut même s'attarder à le détailler. Mais cela
reste un point de vue partiel et aveuglé, puisque les milliers d'autres arbres
qui composent la forêt sont oubliés. On perd la notion de diversité (des
espèces), on perd le concept de forêt. On perd la possibilité de comprendre
nos semblables, on perd la possibilité de s'accorder (réellement) avec eux,
etc.
Beaucoup de gens pensent comme ça, beaucoup de gens ne voient qu'un tout
petit arbre (qui existe bel et bien), en font un baobab, le "seul" arbre, et c'est
la source de bien des guerres. Leur point de vue est partial et il se reposent
sur une sorte d'intuition qui serait censée leur dire ce qui est juste et vrai.
Alors, on assiste à des combats de vérités contre d'autres vérités, appuyés
sur quelques connaissances parfois, mais surtout sur le sentiment profond
d'avoir raison, une sorte d'intuition qui nous guiderait mieux que l'intelligence
et le savoir.
Cette "intuition", ce sentiment d'être dans le vrai, créent des guerres, car on
occulte ainsi une vue panoramique des phénomènes, et l'individu qui se
repose sur ce "troisième oeil" s'illusionne sur son pouvoir : on ne crée pas
l'intelligence et le savoir ex-nihilo, tout seul en soi-même. C'est un des grands
signes de l'hubris (démesure) moderne où les égos sont poussés à s'affirmer
et se déployer au maximum. Où l'orgueil est bien souvent la seule boussole.
Chacun veut être le plus malin, le plus fort, le plus riche, le plus rapide, le plus
beau, le plus habile, le plus, le plus, le plus...
Mais, pour satisfaire concrètement son égo, sans trop s'illusionner (et tomber
un jour de haut), il faut du travail et beaucoup d'humilité (pour se mettre en
condition d'apprendre de l'autre).
Pour l'emporter lors d'une confrontation d'idées, il faut du travail.
Fonder la vérité en soi-même serait alors un moyen économique de s'assurer
d'avoir toujours raison, contre qui que ce soit. Et si l'affrontement, car c'est un
affrontement et non un échange, semble "objectivement" tourner mal, alors il
reste la dernière pirouette pour se déclarer vainqueur : "toutes les opinions se
valent."
L'intuition, le culte de l'opinion relative, seraient alors un moyen économique
de se déclarer "puissant", intelligent, un moyen de s'épargner le réel travail
nécessaire au développement effectif de son intelligence (base d'une
connaissance processive élargie).
Tout est relatif... sauf moi.
Paléo nutrition : une illusion
15 juillet 2013

Un fantasme de retour au jardin d’Eden sur la base de l’ignorance de l’histoire et des mécanismes de
l’évolution?

Je me suis régulièrement heurté à des fanatiques des diététiques « magiques », des diététiques où le
mythe d’un âge d’or, d’une harmonie totale avec la nature, sont des fondements quasi-religieux,
appuyées par des études scientifiques habilement triées. Des études « scienti-fric »…

Car, derrière, un gros business se met en place.

Dès qu’on pense constructiviste, on a bien souvent raison face aux fanatiques de tous poils, aux
grands naïfs qui se font avoir par des manipulateurs avides d’argent facile (qu’ils défendent pourtant
bec et ongles).

Il y a tant d’écervelés ou de grands naïfs remplis d’espoir en une transcendance obtenue par
observation de rituels « magiques »; il y a tant de ces personnes qui pensent trouver Dieu dans la
dernière élucubration à la mode, du moment qu’il y quelque argumentation alimentant le rêve et
quelques études « scienti-fric » qui achèvent d’hypnotiser.

Le sens de la nuance, et le recul critique, c’est ce qu’il faut acquérir absolument si l’on veut ne pas se
faire avoir toute sa vie.

Idéaliser le passé, fuir notre époque car elle nous fait souffrir et désirer se réfugier au jardin d’Eden,
c’est tout à fait compréhensible, mais on ne doit pas oublier que cela fait enfler le magot de
commerçants sans scrupules qui visent non pas notre bonheur spirituel mais notre compte en
banque… Notre esprit est enfermé dans une vision du jardin d’Eden, et notre corps continue à
arpenter les jungles modernes de béton.

Il est bon de savoir se libérer du fantasme devenu piège.

C’est comme la diabolisation du lait ou la mode de l’entraînement pdc

Le lait, on peut en prendre un peu, sauf si on est intolérant, et il ne faut pas bannir les « méchants
produits laitiers ».

Le pdc n’est pas magique, c’est ce qu’on en fait qui compte.

Je vous invite à regarder la vidéo ci-jointe (une interview d’une biologiste spécialisée dans
l’évolution).

http://youtu.be/nkQhSMnRwpI

Ci-dessous, la traduction de cette interview.


Le fait est, les organismes ne sont jamais totalement adaptés à leur environnement. La façon dont
l’évolution fonctionne est à travers un ensemble de compromis et de « jury-rigged solutions » (à
traduire par « improvisation/solution de fortune ») reposant sur ce qui était là avant.

T: – Salut, je suis Tracy Hoppenheimer pour Reason.TV. Aujourd’hui, nous discutons avec Marlene Zuk.
Elle est biologiste spécialisée dans l’évolution à l’Université du Minnesota, et auteur du nouveau livre
Paleofantasy. Marlene, merci pour cette interview.

M: – Merci pour l’invitation.

T: – L’idée de la Paleo-diète et d’imiter le style de vie des hommes des cavernes a beaucoup de succès
ces derniers temps, et vous dîtes que la base de ces idées est erronée. Pouvez-vous nous en dire plus
à ce sujet, et sur les exemples d’évolution qui soutiennent cela ?

M: – Je me suis vraiment intéressée ces dernières années au sujet de l’importance actuelle de notre
compréhension du rythme de l’évolution. Et il apparaît que nous comprenons maintenant que
l’évolution peut être rapide dans certaines conditions, et lentes dans d’autres. Et cela m’a fait
m’intéresser à cette toute nouvelle idée que les humains ne s’accordent pas à leur environnement
parce que l’on a évolué dans un certain ensemble de circonstances desquelles on a dévié depuis, et
que l’on est donc maintenant en mauvaise santé parce que l’on ne mange pas de la façon dont les
humains mangeaient 100.000 ans plus tôt ; nous n’intéragissons pas ensemble de la même façon qu’il
y a 100.000 ans ; nous ne nous exerçons pas de la même façon qu’il y a 100.000 ans, etc… Et je pense
que cette idée néglige juste de nombreuses idées cool qui sont arrivées dans notre évolution.

T: – Un de vos points est le fait que les hommes des cavernes avaient beaucoup plus de temps pour
« daft » (NTD: faire des choses stupides, proposition : s’emmerder) dans leur environnement proche
que l’on a dans notre vie moderne, avec les villes et notre environnement. Comment cela joue un rôle
?

M: – C’est tout à fait vrai, nos corps n’ont pas évolué dans certaines circonstances où nous avions la
télévision et beaucoup de nourriture riche en calories mais pauvres en nutriments. Mais en même
temps, parler de la vie il y a 100.000 ans comme si cela était complètement statique, ou comme si
cela était partout pareil dans le monde, ne reflète pas la réalité non plus, parce que les choses
changeaient aussi à cette époque. Je pense que nous avons tendance à la nostalgie a propos de plein
de choses, que ce soit notre enfance, la vie dans les années 1950s, ou peut-être la vie à l’âge de
pierre, mais le fait est que les organismes ne sont jamais parfaitement adaptés à leur environnement.
La façon dont l’évolution fonctionne est à travers un ensemble de compromis et de solutions de
fortune reposant sur ce qui était là avant. Et ce n’est pas comme si les organismes évoluaient,
évoluaient, évoluaient, jusqu’à atteindre un point où ils se disent : « ho, phew, on l’a fait, on est
parfait maintenant, tout est exactement en accord avec l’environnement, on peut maintenant
s’arrêter, et tout ce qui se passe qui nous pousse de ce pic va être à notre détriment ». Ce n’était pas
vrai il y a 100.000 ans, et ce n’est pas plus vrai maintenant !

T: – Donc vous ne diriez pas que la technologie nous a dépassés, en terme d’évolution biologique.

M: – La question du degré à partir duquel vous pouvez séparer notre biologie de notre culture est
quelque chose dont les anthropologistes et les biologistes discutent depuis longtemps, et je ne pense
pas qu’il s’agisse d’une question facile. Je ne pense pas que vous pouvez les séparés dans des boites
séparées. On peut démontrer que les gênes qui permettent de digérer les produits laitiers ont changé
extrêmement récemment, au cours des derniers 5 à 7000 ans. Donc quand les gens commencent à
élever des bétail, il leur était possible d’utiliser le lait comme une source à la fois de nutriments et
aussi potentiellement d’eau. C’est ce que certaines personnes ont suggéré, que la sélection n’était pas
juste d’utiliser les nutriments du lait, mais aussi parce que c’est une source non-contaminée de
fluides, qui peut être en faible réserve en fonction de votre environnement (NDT: genre cas de
sècheresse).

Les gens qui se trouvaient avoir la variante génétique qui leur permettait de digérer le lait après le
sevrage ont survécu et ont laissé plus de copies de leurs gênes. Elever du bétail est une partie de
notre culture, de notre comportement. Donc, est-ce que la technologie a dépassé/surpassé ce que les
gens étaient capables de manger ? Et bien, pas vraiment. Elle a évolué simultanément avec cela. Vous
pourriez argumenter que l’Ipad est, dans cette idée, peut-être un peu plus rapide que l’élevage de
bétail, mais… c’est une question de degré plutôt que de type, et donc je pense que vous devriez être
prudente à l’idée de séparer ces points (NDT: culture et nature) en disant : « ouais, nous avons en
quelque sorte cet humain primordial, qui pourrait exister indépendamment de la technologie, de la
culture, ou quoi que vous vouliez l’appeler », parce que … les humains ne fonctionnent pas ainsi.
Nous sommes entrelacés avec notre culture, et elle fait partie de nous.

T: – Vivons-nous toujours dans une société basée sur la survie du plus adapté, et si vous aviez à
supposer, quelle serait la prochaine étape pour nous ?

M: – Je pense que la question de la prochaine étape est une question qui suppose quelque chose sur
l’évolution qui n’est pas vraiment la réalité, dans l’idée que nous allons quelque part. Et donc, une des
choses avec lesquelles j’ai du mal à faire passer est que … l’évolution procède en saccades, et cela va
dépendre de l’environnement dans lequel nous sommes. Donc prédire cela… c’est comme prédire
vers où nous allons ensuite, suggérant étape 1 suivie d’étape 2 suivie d’étape 3 et ainsi de suite
jusqu’à finir comme des cerveaux géants dans des bocaux, ou quoi que ce soit que propose la
science-fiction. Il n’y a aucune raison de penser que c’est ce qui va arriver. Je vois toujours ces dessins
animés montrant le poisson se transformant en amphibien qui ensuite rampe jusqu’à la terre, et
ensuite le reptile se tenant à 4 pattes, et ensuite vous avez généralement le singe et ensuite l’homme.
C’est une telle fausse représentation de la façon dont l’évolution fonctionne réellement, qui n’est pas
une progression vers quelque chose. Les amphibiens n’essayaient pas de devenir des hommes. Et
nous n’essayons pas de devenir des cerveaux dans des bocaux

T: – Marlene, merci beaucoup pour cette interview.

M: – De rien, c’était amusant !

T: – Reason.TV, je suis Tracy Hoppenheimer.


L’Efficience : surprenant mais
compréhensible
5 septembre 2013

Si j’ai popularisé le mot « efficience », peu connu jusqu’ici du grand public, le sens que je lui donne
est personnel, et repose sur des réflexions et des sources que je propose dans mes articles.
C’est une approche originale de l’effort dans le cadre de la musculation (de la transformation
corporelle). Cette approche remet en question les valeurs sociales dominantes.

En PRATIQUE, il s’agissait de répondre à la question suivante : « comment forcer très très peu (en
intensité et en fréquence) et obtenir néanmoins des résultats importants, adéquats et rapides? »

Car, forcer très peu et n’obtenir que peu ou pas de résultats, tout le monde sait le faire…
Le véritable challenge était de créer une voie permettant de très fortement réduire l’investissement
physique et psychologique, tout en garantissant des résultats pouvant être considérables.

« La Méthode élimine la devise « No pain no gain » pour lui substituer : « Peu d’efforts, beaucoup
d’effets ». On se libère en utilisant cette nouvelle boussole (ce phare) destinée à nous guider, à
orienter nos pensées et actions. Il s’agit de ne plus dépenser une trop grande part de notre énergie
dans le culte du corps : nous pensons nos actions dans la logique d’une culture de l’efficience. C’est-à-
dire que nous viserons désormais un résultat maximal, sur la base d’une action qui sera aussi
économique que possible. Pourquoi continuer à forcer alors que l’on a atteint le point où l’effort est
suffisamment productif? Pourquoi penser que la progression ne se fera que si l’épuisement est total?
N’est-ce pas une attitude superstitieuse?

Reste à élaborer un entraînement permettant d’actionner cette logique de contrôle de l’effort. C’est
ce qu’est, en pratique, la Méthode.

Je n’ai donc jamais dit qu’il fallait se la couler douce. Je n’ai jamais promis des résultats exceptionnels
sans efforts.
« Peu d’efforts, beaucoup d’effets » est une devise qui propose de penser le contrôle de l’effort. Elle
implique une organisation, de sa vie, de son entraînement, valorisant l’effort à bon escient, sans
excès, sans conséquences néfastes (sur la santé, le psychisme et l’épanouissement personnel). C’est un
effort sans culte de l’effort…

Il faut faire des efforts pour progresser, parfois de très importants efforts, les pratiquants le savent
bien.
Mais ils doivent garder à l’esprit que l’effort n’est pas nécessairement synonyme de progression, et
qu’il est préférable de ne point trop en faire pour progresser. Il faut faire « juste ce qu’il faut »… »

Pourquoi une catégorie nommée Ingenium?


7 octobre 2013

Certains m’ont demandé pourquoi il y avait une catégorie « Ingenium » sur le site.

Pour répondre, je vais tout d’abord citer Cicéron :

« Il faut un ingenium puissant pour détacher son esprit des sens, et détacher sa pensée de l’habitude
»

L’action de l’ingenium consiste à dépasser ce qui va de soi, ce qui nous est donné, pour saisir les
relations, les similitudes entre des choses qui peuvent être très éloignées les unes des autres.
En nourrissant l’ingenium, on peut connaître différemment et donc agir différemment.

La catégorie Ingenium du nouveau site va donc être remplie avec tous les articles permettant
d’affûter l’ingenium des lecteurs.
Par exemple : « La construction d’un modèle alternatif », ou « Le développement durable appliqué au
corps », etc.
Ces articles augmentent le recul critique, en l’orientant vers une action adéquate et optimisée.

« Car l’ingenium a été donné aux humains pour comprendre, c’est-à-dire pour faire ».
(G. Vico)

Quand réussir nous angoisse


14 octobre 2013
On peut être très perturbé, très angoissé, à l’idée d’avoir des résultats rapides, réguliers et assez
facilement avec la Méthode.
Certains disent que c’est trop facile, donc que cela n’a pas d’intérêt. Si on ne se défonce pas, si on ne
se déchire pas, à quoi bon?
D’autres déclarent que des résultats acquis aussi vite et aussi facilement… ça ne peut pas durer.
Forcément, on va retomber sur terre à un moment ou à un autre, perdre les acquis et retomber dans
l’ancienne frustration.

L’angoisse naissant quand on voit que les résultats arrivent très rapidement et régulièrement est à
mon sens intimement liée avec la perception au départ inconsciente qu’il va falloir changer de rêve.

On faisait de la musculation pour atteindre un objectif censé être lointain, difficile à atteindre, peut-
être irréalisable; bref on rêvait et cela donnait un sens (une direction et une signification) à notre vie.

La Méthode fait rapidement du rêve une réalité et vide l’objectif de transformation corporelle de
toute tension, de toute focalisation importante.
Il va donc falloir réinvestir cette énergie ailleurs, trouver du sens ailleurs.

D’où ce moment de flottement quand tout vient si facilement.


On se raconte que l’on a peur de revenir en arrière, mais peut-être bien que cela cache la peur d’aller
de l’avant, car que faire de son Soi une fois le rêve réalisé?

Puis, on intègre pleinement l’idée que la finalité de la musculation est l’Efficience(pas seulement un
moyen, mais bien une finalité).
Et on comprend que l’on va tout naturellement se réorganiser autour de la réussite du projet de
transformation corporelle et on va tout naturellement voir percer de nouveaux « sens ».
Et l’angoisse disparaît.

Alimentation, naïveté et irresponsabilité


4 novembre 2013
Entre manger des aliments non-bio, dont on sait à coup sûr qu'ils sont imprégnés de pesticides, ogm,
antibiotiques, graisses saturées, et autres produits toxiques...

ET

manger des aliments étiquetés comme Bio, qui peuvent pour certains faire l'objet
de fraudes...
vous choisissez quoi?
La personne qui dit qu'elle veut manger non-bio parce que le bio n'est pas
toujours honnête (on ne peut tout contrôler) me fait penser à cet homme qui se
marierait avec une prostituée... parce que les femmes sont toutes
potentiellement infidèles
Dans sa tête très... logique, autant prendre une femme qui le trompera tous les
jours avec certitude, qu'une femme qui le trompera... peut-être.
Pourtant, à la base, cet homme ne veut pas être trompé, mais il choisit le pire
pour ne pas avoir à devenir responsable. Il souffrira donc.
Pourtant, à la base, le consommateur ne veut pas être en mauvaise santé, mais il
choisit le pire pour ne pas avoir à devenir responsable. Il souffrira donc.
L'idéalisme déçu doit-il conduire au fatalisme?
En fait, il y a un lien entre l'oubli de soi (de sa santé notamment) et le manque
d'outils pour dépasser le fatalisme, pour se gérer soi-même, développer sa
créativité, se libérer des mauvais conditionnements, ceux qui nous dirigent vers
la souffrance. Il y a un lien entre le fatalisme et l'impossibilité apparente du
gouvernement de soi.

Musculation, petit et grand amour


19 novembre 2013

La société affirme sans cesse l’importance de l’apparence physique.

Etre beau, c’est avoir l’assurance d’obtenir des satisfactions, de pouvoir tracer plus facilement son
chemin et, le croit-on, d’être aimé.

Mais l’apparence, la belle apparence, permet de créer le désir, et d’obtenir avant tout le sexe.

Pour ce qui est de l’amour, celui des autres ou celui de l’Autre, il s’agit essentiellement d’une question
de relations. Comprendre comment parfaire la relation à soi, aux autres, au monde, est la racine à
partir de laquelle la croissance personnelle peut s’opérer.

La beauté physique permet de pérenniser le désir, de l’accroitre, de l’entretenir. Elle nourrit donc
l’amour, mais elle ne lui suffit pas. Le véritable amour est au-delà. Il croît dans une dimension
supérieure qui se nourrit du plein épanouissement de l’intellect et des sens.

L’amour physique est sans issue. La beauté physique, seule, est sans issue.

Et l’on voit de ces hommes et de ces femmes qui investissent toujours plus d’eux-mêmes dans le
corps, attendant quoi de tous ces efforts, si ce n’est une récompense?

Et l’on voit ceux et celles qui souffrent de leur apparence et qui se persuadent que c’est la cause de
leur rejet, de leur manque d’amour.

Ainsi en est-il par exemple, de l’homme maigre, qui se déteste, et qui pense que sa maigreur est la
cause du rejet dont il se sent victime.

C’est dur de ne pas se sentir aimé, si dur. Cela fait si mal que l’on cherche une raison.

Et la maigreur peut être une cause de rejet, c’est vrai. On se sent moche et les autres peuvent nous
trouver moche.

Mais, si l’on prend un peu de recul, si l’on monte sur les sommets glacés de notre solitude, on réalise
peu à peu que c’est peut-être bien le manque d’amour qui nous a rendu maigre (et non l’inverse).
C’est le manque d’amour qui a entravé notre développement, le contenant dans des limites très
étroites, trop étroites.

Le corps maigre est comme la prison de notre âme. Il raconte le manque et la privation.

En acceptant sa tristesse, en acceptant de rester quelques temps là-haut, sur les sommets gelés, on
peut commencer à croître avec la Méthode, laisser respirer son corps, ouvrir son âme. On peut
découvrir par ce changement que l’on s’aime… un peu d’abord, puis un peu plus par la suite.

On retrouve en soi la force d’autres mots, ceux qui permettent d’aller vers les autres. On pleure, c’est
sûr, on tempête, on trépigne, on palpe avec peine et colère son ressentiment au fur et à mesure qu’il
est dépassé par notre croissance.

On change. Et on peut être aimé. Jamais ce qui nous a manqué autrefois ne nous sera donné dans le
passé. Ce qui est fait est fait. Mais cela peut nous être donné aujourd’hui. Demain.

L’Efficience, apprise pas à pas, c’est la renaissance de la foi.


De l’importance de faire du muscle… mais
sans user son organisme
26 novembre 2013

Un muscle bâti à l’aide de l’Efficience constitue une réserve-santé dans un organisme au mieux de sa
forme.

En cas de maladie, de stress important, d’accident, le système immunitaire a besoin du stock de


protéines que constituent vos muscles. Si vous avez respecté la maxime « peu d’efforts, beaucoup
d’effets », si vous avez été efficient, votre organisme ne subit alors aucun handicap préalable en
termes de récupération, il peut donc se consacrer entièrement à la récupération du choc.

« Par exemple, pour qu’un malade puisse résister à sa maladie, il faut que beaucoup de ses variables
physiologiques soient poussées vers des valeurs spéciales et même extrêmes (maximales et
minimales). Il se trouve donc en état de « stress ». Nous nous montrerons avisés en le gardant au
chaud, à l’intérieur, afin qu’il ne soit pas l’objet d’un stress supplémentaire. La logique qui sous-tend
cette protection se fonde sur l’idée qu’il existe une quantité finie de changements potentiels que le
corps est capable de réaliser, et que, lorsqu’il a réalisé un certain changement adaptatif, sa capacité
d’en réaliser d’autres se trouve ainsi réduite. Sa souplesse est réduite.

Il existe, si vous voulez, une économie de la souplesse. »

(Gregory Bateson, biologiste et anthropologue)

« J’en profite pour insister sur l’importance des muscles. Dans la salle d’urgence de n’importe quel
hôpital, quand on voit arriver une personne gravement blessée — à la suite d’un accident de la route,
par exemple — on peut prédire ses chances de s’en sortir à l’état de ses muscles. C’est que notre
organisme se constitue des réserves afin d’avoir accès aux ressources dont il a besoin pour résister à
un stress. En simplifiant un peu, disons que le foie entrepose des glucides, le tissu adipeux entrepose
des lipides et les muscles entreposent des acides aminés, qui sont les constituants indispensables des
protéines. Or, quand vous êtes blessé ou malade, vous avez besoin de quantités énormes de protéines
pour que votre système immunitaire fonctionne, pour cicatriser, pour vous défendre contre l’infection.
L’importance des muscles est telle, que je consacre un chapitre entier à ce sujet dans mon livre. Et
pour avoir de bons muscles, évidemment, il faut faire de l’activité physique. »

(Dr Michel de Lorgeril – Extrait


de : http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Entrevues/Fiche.aspx?
doc=delorgeril_m_20071001_ent )

Diaphragme, muscles et santé : exercez-


vous
26 février 2014

Bonjour à tous,

Je souhaite vous proposer ici une technique de progression pour le diaphragme.

Avant toute chose, je vais commencer par une petite information technique sur le diaphragme et
l’intérêt de l’exercer régulièrement. Cela ne se veut pas pleinement exhaustif, aussi, tout ne se
trouvera pas dans ce texte qui se veut simple et informatif pour le plus grand nombre:

Le diaphragme se situe dans la cage thoracique et a la forme d’une coupole.

Le diaphragme et le système nerveux:

Pour résumer en quelques mots, notre système nerveux se divise entre le système nerveux central
(SNC)et le système nerveux périphérique.(SNP)

Le SNP se divise lui-même en plusieurs parties, dont le système nerveux autonome, qui se divise lui-
même, pour sa partie motrice entre:

-le système nerveux sympathique

-le système nerveux parasympathique

Le système nerveux sympathique sert à augmenter le rythme cardiaque et intervient dans les
moments où l’on a besoin d’activer l’organisme (ex: il faut fuir un danger). Le rythme cardiaque,
respiratoire augmentent..

Un diaphragme tendu influera mécaniquement sur ce système nerveux.


A l’inverse, le système nerveux parasympathique permettra de diminuer la fréquence cardiaque, le
rythme respiratoire..il permet le retour au calme de l’organisme, il permet de maintenir son
homéostasie, de maintenir l’équilibre de l’organisme.

On peut agir sur le système nerveux parasympathique via la respiration diaphragmatique. On


diminue la fréquence cardiaque, le rythme respiratoire, on oxygène l’organisme, le corps et les
muscles se détendent..on récupère mieux entre les séances ainsi. Et si l’exercice est réalisé au
moment de se coucher, le sommeil n’en sera que plus récupérateur au fil du temps.

Pendant les séances, un meilleur contrôle de la respiration, un retour au calme plus rapide après un
fort état d’essoufflement permettront de mieux enchaîner les séries et d’éviter la dyspnée
(essoufflement/respiration courte) et l’hyperventilation non volontaire en exercice.

Le diaphragme est le principal muscle inspirateur : lorsqu’il se contracte, celui-ci s’abaisse créant une
pression négative dans les poumons. Un appel d’air est crée: on inspire.

Ajoutons à cela qu’une bonne respiration permet de réguler l’équilibre acido-basique du corps, au
même titre que l’alimentation.

Les conséquences d’un déséquilibre acido-basique:

« L’accumulation d’acides dans les tissus peut entraîner diverses conséquences : l’accroissement des
inflammations, le ralentissement du métabolisme, la déminéralisation, un affaiblissement général de
l’organisme, une sensibilité accrue au stress, une diminution du seuil de la douleur ou une
accélération du processus de vieillissement.

Voici quelques pathologies pouvant être liées à une surcharge acide de l’organisme: Les rhumatismes,
le diabète, les affections rénales et vésicales, la maladie de Basedow (hyperfonctionnement de la
glande thyroïde), les maladies cancéreuses en général, les leucémies, l’ostéoporose. »
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89quilibre_acido-basique

Ainsi, par exemple, certains pratiquants ne réalisant pas le diaphragme, s’hydratant peu ou négligeant
le fait de manger des légumes, se retrouvent avec des tendinites à répétitions, qui disparaissent dès
qu’ils font attention à ces quelques points.

Autre point important, soulevé par Olivier dans un article sur les abdominaux, un diaphragme peut-
être tendu à cause du stress ou en raison de tensions au niveau cervical, au niveau des trapèzes.

« – dénouer les tensions des trapèzes, ce qui libérera la cage et donc étirera abdominaux et
diaphragme. L’exercice Z est important. Ainsi que les étirements.On part ici des trapèzes pour aller
au diaphragme, transverse, abdominaux). »

http://olivier-lafay.com/2011/07/22/travail-des-abdominaux-penser-global-agir-global/

Les conséquences se feront ressentir au niveau émotionnel:

« Il n’est pas bon de générer des tensions dans une zone déjà naturellement sujette aux tensions,
zone où se manifestent nos émotions). », et peuvent à terme causer des pathologies au niveau du
dos.

En outre, il n’est pas rare que des personnes stressées au travail, faisant de l’apnée de manière
inconsciente à cause du stress, générant des tensions au niveau du diaphragme, se retrouvent avec
des douleurs au dos, voire avec un dos totalement bloqué par moments.

Et la solution passera notamment par le fait d’exercer son diaphragme régulièrement.

Maintenant, vous avez une idée plus précise de l’intérêt d’exercer son diaphragme et de son
importance.

L’article ici se focalise sur le diaphragme mais retenez que l’important est de penser « global » et que
le travail du diaphragme s’inscrit en relation avec les exercices de la méthode, l’exercice Z, le travail
du transverse.

Et maintenant passons à la technique de progression que je souhaite vous proposer:

Nous allons commencer ainsi:

Inspiration profonde.

Expiration 5sec.

Cinq secondes de repos.

Inspiration profonde.

Expiration 10 secondes.

Dix secondes de repos.

Et ainsi de suite, en augmentant de 5 secondes à chaque fois et le temps de repos, et le temps


d’expiration.

Quand on atteint une expiration d’environ 30 à 40 secondes, on bloquera le temps de repos entre 30
et 45 secondes. (celui-ci n’augmente pas plus)
Une fois une expiration d’une minute atteinte, on cessera de chronométrer l’expiration et on
travaillera en maxis. On pourra fermer les yeux, et se détendre.

Plus votre niveau de détente augmentera, plus vos performances sur l’exercice augmenteront. Il ne
faut donc pas s’acharner et se faire du mal, mais se relaxer.

Lors des phases « de repos », la respiration reste calme et lente.

Lors des expirations, même les expirations courtes (5 secondes, 10 secondes au début) doivent se
être réalisées comme si on souhaitait tenir le plus longtemps possible. Simplement, à la fin du temps
imparti, on relâchera doucement l’expiration. Très vite vous constaterez que votre expiration devient
de plus en plus douce et lente.

Plus vous progresserez à l’exercice, plus vous pourrez diminuer les temps de repos entre les dernières
expirations et plus vous pourrez réduire la phase de démarrage de l’exercice.

Il faut faire l’exercice au moins autant de fois qu’il y a de séances dans la semaine, pendant une durée
minimale de dix minutes.

Si vous êtes très motivé et souhaitez réaliser l’exercice plus longtemps, ou chaque jour dans la
semaine, c’est tout à fait possible.

De cette manière, on peut atteindre (voire dépasser) la minute trente d’expiration en quelques
semaines.

(Article de Denis Tiquet).


Sur la séparation corps/esprit et l’idée que
« mon esprit peut tout et commande à
mon corps »…
20 mars 2014

L’idée qu’un état mental dit « intentionnel » serait la cause de mouvements dans le cerveau suivis
d’une action corporelle serait une illusion.

« Cette illusion n’en est qu’une que si l’on s’en tient à l’idée que les états mentaux en tant que tels,
c’est-à-dire différents des états cérébraux objectivement observables auraient une efficacité causale
sur les actions du corps. »
(Henri Atlan)

« le sentiment d’être la cause d’une action » ne date pas « des états mentaux qui l’ont précédée, mais
d’états mentaux qui se seraient formés après son exécution. »
(Marc Jeannerod)

» Le corps ne peut déterminer l’esprit à penser, ni l’Esprit déterminer le Corps au mouvement, ni au


repos, ni à quelque chose d’autre (si ça existe). »
(Spinoza, Ethique, 1677)

Précisément parce qu’ils sont « une seule et même chose, mais exprimée de deux manières »
(Spinoza, Ethique)

On remarquera que Henri Atlan (biophysicien) et Marc Jeannerod (professeur de physiologie et


fondateur de l’Institut des Sciences Cognitives) rejoignent la position du philosophe Baruch Spinoza,
émise quelques 300 ans auparavant.
Le grand gaspillage permanent : réflexion
sur la nécessité d’une musculation
efficiente
6 avril 2014

Si l’Efficience est un concept dont le sens, le fonctionnement et les implications ont été compris par
bon nombre de mes lecteurs, il est encore dénigré, caricaturé régulièrement par des sportifs, des
concurrents, qui semblent ne voir en cette notion qu’un outil philosophico-marketing.

Ayant été, comme nous tous, formatés par les valeurs du No Pain No Gain, étant toujours animés par
ces mêmes valeurs, ils ne disposent pas d’assez de recul pour examiner ce slogan, en faire le tour et
comprendre en quoi l’Efficience, telle que je l’ai conceptualisée, est une alternative crédible à leur
manière de penser et pratiquer la musculation. Et même de penser le monde.

Deux préalables sont en effet nécessaires avant de vouloir débattre ou même seulement émettre une
opinion : comprendre ce qu’est le No Pain No Gain et comprendre ce qu’est l’Efficience.

C’est pourquoi j’ai défini à plusieurs reprises ces deux notions, sur mon site ainsi que d’autres espaces
internet, dont facebook. Les textes de bases sont sur mon site (olivier-Lafay.com) et ont été élaborés
à l’aide de travaux de nombreux auteurs, certains ayant déjà été cités, alors que d’autres seront mis
en valeur dans les mois et années qui viennent.

C’est cette synthèse de travaux provenant d’horizons très divers (philosophes, sociologues,
anthropologues, biologistes, psychologues, ingénieurs, physiciens), mais éclairés par des conceptions
communes, qui m’a amené à cheminer différemment en musculation, et à proposer ce cheminement
à d’autres, à mes lecteurs.

Soucieux d’affiner toujours davantage la compréhension de mon travail, gage d’une progression aisée
pour chaque pratiquant, j’ai élaboré d’autres textes en proposant des citations, réflexions et
références. Ces textes sont publiés régulièrement sur le site et aussi sur facebook.

Dans mon article « Malentendu n°1 » (http://olivier-lafay.com/2012/04/04/malentendu-n1/), j’ai


exposé la logique du gaspillage provoquée par une pratique de la musculation envisagée
classiquement, c’est-à-dire sous l’angle majoritaire du No Pain No Gain.

L’Efficience se veut être un remède à ce gaspillage.

La vie est en soi suffisamment difficile, parfois même très dure, pour que l’on réfléchisse à cette idée
de gaspillage généralisé.

Perdre du temps, de l’énergie, l’être aimé, des amis… pour finalement perdre sa vie… cela semble être
dans l’ordre des choses, la grande loi s’imposant inéluctablement à l’humanité.

Et nombreux sont ceux qui se voient comme des nageurs permanents sur un fleuve impétueux,
manquant à chaque instant de se noyer, et comprenant seulement à la fin de leur (si) courte vie qu’il
aurait été possible de faire autrement, avec moins d’efforts, de déceptions, de frustrations, d’échecs
définitivement indigestes.
Bien que l’évolution humaine ait produit, au cours de son histoire, des créations permettant de se
libérer de nombreux aléas et contraintes, l’idée que chacun puisse les mettre en oeuvre avant tout,
afin de disposer d’une « vie bonne » et non une vie de combattant constamment malmené, frappé,
épuisé, reste encore secondaire.

Notre société, visant bien davantage l’efficacité que l’efficience, génère un gaspillage énorme, un
désordre considérable pour maintenir son ordre, pour maintenir en place ses organisations.

Gaspillage d’actions, d’énergie, de ressources, de talents, de vies humaines (broyées par le diktat
essentiel de la réussite à tout prix, aux dépens de l’équilibre de la personne).

Il semble nécessaire, voir urgent, de se poser la question de savoir si l’adhésion aux modèles que l’on
nous propose nous procurera à coup sûr une « vie bonne ». C’est certainement une urgence vitale.

Doit-on foncer tête baissée et contribuer au désordre, autour de soi et en soi, ou prendre un peu de
recul et réfléchir au degré de désordre que l’on est prêt à accepter durant notre vie?

Doit-on accepter que notre vie, risquant en permanence d’être gâchée par l’imprévu, soit
également gâchée par le prévu?

Avancer sur ces questions suppose bien sûr que l’on s’instruise en matière d’ordre et de désordre, de
ce qui peut les causer, les réduire ou les empêcher. Et c’est là que la coopération devient une valeur
évidente : l’autre est susceptible de m’apporter des connaissances brutes ou des synthèses, ainsi que
des pistes, des explications. L’écoute, le don et la mise en commun font gagner du temps à tous; ce
qui est primordial quand on pense à la durée infime de nos vies.

C’est avec Edgar Morin (le père de la Pensée Complexe) que je vais vous laisser réfléchir à cette idée
de grand gaspillage permanent. Vous pourrez ensuite tenter de répondre à quelques questions
essentielles : peut-on en rester à ce constat, accepter une telle dispersion, s’il existe des moyens
d’optimiser nos actions? La pratique de la musculation doit-elle contribuer à ce grand gaspillage (qui
est aussi celui de nos vies)? Ou peut-elle être conçue comme un outil censé produire davantage
d’ordre que de désordre?

« […] il y a une hémorragie, un gaspillage, un gâchis, dont il faut prendre conscience. Les rencontres
produisent plus de destructions et dispersions que d’organisation. Il faut, pour constituer une
organisation, pour édifier un ordre, pour maintenir une vie en vie, tant et tant d’agitations « inutiles »,
tant et tant de dépenses « vaines », tant et tant d’énergies dilapidées, tant et tant d’hémorragies
dispersives ! Il faut tant et tant de milliards d’agitations pour que se forme un seul noyau de carbone.
Il faut la déperdition de tant et tant de milliards de spermatozoïdes (180 millions à chaque éjaculation
chez Homo Sapiens) pour que naisse un seul être mortel. Il faut tant et tant d’efforts sisyphéens pour
ne pas se laisser détruire ! De quelles pertes, de quels gaspillages, de quel gâchis de quel prix
exorbitant ne faut-il pas payer un atome, un astre, une vie, la moindre once d’existence, un baiser? »

C’est par la coopération que l’humain est parvenu à créer et développer toujours davantage un ordre
censé le servir, censé faciliter sa vie en ce monde. L’histoire de l’humanité relate une évidente
tendance à la complexification, basée sur le relâchement des contraintes, l’augmentation des
échanges, des contacts et des assistances; et donc la diminution de la compétition au profit de la
coopération.Cette histoire n’est pas censée s’être terminée au 20° siècle, elle peut se poursuivre et il
semble bien que la plupart d’entre nous désire fortement qu’elle se poursuivre.

Le développement de la coopération autorise la création d’un ordre plus souple, et donc plus
profitable à chacun.
Coopérer avec les autres, au lieu de vouloir les dominer, les asservir, les exploiter ou seulement les
ignorer. Coopérer avec soi-même, au lieu de chercher à se dominer, s’asservir, s’exploiter ou même
s’ignorer.

La musculation efficiente vise cette création d’ordre supplémentaire (et donc moins de gaspillage),
fondée sur davantage de coopération en soi-même et hors de soi.

L’Homme Savant, l’Homme Dément,


l’homme qui se dope… ou pas?
21 avril 2014
Je vois régulièrement des discussions enflammées sur le dopage éventuel de tel ou tel athlète
mobiliser des centaines de participants.

Généralement, cela se passe ainsi :

1 – une personne publie la photo d’un sportif en demandant si son niveau est accessible avec la
Méthode Lafay. Cette personne peut aussi demander en combien de temps elle atteindra ce niveau
en s’entraînant avec des haltères;

2 – la plupart du temps, il s’agit d’un sportif à la musculature énorme, saillante, veineuse. La photo
est prise sous un angle « esthétique », avec jeux de lumière avantageux et utilisation de retouches
photo;

3 – ensuite commence le débat (l’affrontement) entre ceux qui affirment que le sportif présenté en
photo est dopé… et ceux qui affirment le contraire;

4 – les arguments de ceux qui affirment que le sportif est non-dopé se résument assez rapidement.
Pour eux, on peut atteindre de très grosses dimensions si l’on s’entraîne pendant des années. Ce qui
est bien sûr faux, puisque le corps atteindra en quelques années des limites naturelles que des
dizaines d’années d’entraînement supplémentaires ne permettront pas ensuite de franchir.

Un autre argument consiste à dire que la plupart des pratiquants de musculation classique ne sont
pas fous au point de prendre des risques en se dopant. En effet, si le dopage est dangereux pour la
santé, alors seuls quelques fous vont passer le cap et se piquer. Mais les autres, étant forcément plus
raisonnables, ne vont pas jouer avec leur santé… Donc, les gros musclés que l’on voit habituellement
exhibés sur le net sont naturels pour la plupart. Il suffirait, dit-on, de s’entraîner dur pendant des
années pour devenir comme ces « modèles » se prétendant sains et naturels (certains sont même
énormes, secs… et végétaliens !).

Mais les hommes sont-ils sages à ce point? Sont-ils raisonnables au point de ne pas être prêts à
prendre des risques parfois énormes si cela peut leur permettre d’atteindre un idéal?

Quand atteindre la grandeur devient une obsession, où met-on la limite entre raison et déraison?
Entre sagesse et folie? Et qui peut dire la « vraie vérité » sur ce que doit être la norme, le lieu où se
définit la seule manière de « bien vivre »?

Pour revenir à ce débat récurrent sur le dopage, je voudrais répondre à ceux qui espèrent tant que
l’être humain soit 100% rationnel qu’ils en viennent à dire que d’énormes gars biens secs ne sont
certainement pas dopés… car le dopage c’est dangereux.

Pourquoi se doperaient-ils donc si le dopage est aussi dangereux? Ils ne sont pas si fous?

En fait, l’humain n’est pas et ne sera jamais 100% rationnel. Notre folie est consubstantiellement liée
à notre raison.

Edgar Morin décrit l’humain comme « Homo Sapiens Demens ». Ce qu’il veut dire par là, c’est que,
sans notre tendance à la folie, nous ne tendrions pas aussi vers la sagesse.
Notre folie, c’est aussi notre aspiration à la grandeur, à nous dépasser, à nous révolter contre un
« ordre naturel » perçu comme injuste. Notre folie, c’est notre désespoir devant la condition humaine
qui nous pousse à maquiller ce désespoir comme on peut.

Alors, où chacun d’entre nous va-t-il placer le curseur entre sagesse et déraison, pour chaque
pensée, chaque activité qu’il entreprend?

La réponse, on peut la voir autant chez celui qui s’entraînera de manière efficiente, afin de vivre
assez vieux dans de bonnes conditions de santé, en s’ouvrant à d’autres activités, à la culture, pour
vivre certaines des « folies » permises par l’atteinte de cet état.

Mais la réponse, on peut aussi la voir chez celui qui désirera si fort la grandeur, que tout ce qui l’en
rapprochera sera immédiatement adopté sans davantage de réflexion (ou, si la réflexion existe, elle
repousse l’idée de vivre vieux comme étant une idée « rationnelle »).

Et d’autres réponses, il en existe des millions, toutes faites de nuances, entre Sapiens et Démens, ou
plutôt : faites de Sapiens et de Demens, entremêlés à chaque fois d’une manière singulière.

Tout comme l’individu peut jouir de rester en appui sur une seule jambe, nu, pendant une heure
sous une chute d’eau glacée, il peut aussi abréger sa vie en se dopant pour paraître seulement beau
et… sain. Qui peut lui dire qu’il sera « sauvé » s’il suit un seul et unique chemin?

Ce qui compte, en fait, c’est de savoir, de comprendre, de discuter, de se cultiver, afin d’être
davantage libre et d’avoir… le choix.

Ce qui compte, c’est d’apprendre à voir où naît le mensonge destiné à protéger l’image que l’on veut
donner de soi (et aussi à faire naître et protéger des commerces très lucratifs directement liés à ces
physiques présentés comme naturels, qui vont parfois jusqu’à revendiquer l’adoption de régimes
100% sans viande, afin de paraître encore plus respectueux de la nature).

Le No Pain No Gain est critiquable pour ceux qui ont compris tout ce qu’il implique. Il conduit à une
vision du monde et à une façon de vivre ce monde qui semble dangereuse pour ceux qui ont entrevu
d’autres options. On sait qu’il conduit à ce qu’on voit sur la vidéo ci-dessous.

Le No Pain No Gain est considéré comme déraisonnable pour tous ceux qui voient la vie comme un
bien à faire durer et à enrichir sous des myriades de facettes.

Mais d’autres le voient autrement. Et comprendre cela, comprendre les raisons qui sont à la base
d’attitudes fort différentes (opposées) permet aussi de distinguer celui qui se dope de celui qui ne le
fera pas.

Si tous comprenaient ce qui fait de nous des humains, alors ces échanges houleux sur ce qui est
accessible ou non sans dopage cesseraient d’exister, de revenir de manière récurrente sur les espaces
internet. Si Chacun comprenait les conditions sociales et psychologiques qui mènent au dopage, alors
il serait bien plus aisé de porter un jugement « objectif » sur le dopage éventuel d’un athlète
présenté en photo ou vidéo.

Addiction au No Pain No Gain et


souffrances familiales : l’histoire de ma
mère
12 mai 2014

Sous cette photo, vous trouverez un texte émouvant, écrit par Adrien (Nadriwan Lafayen Kenoby sur
facebook). Comme il me l’a écrit, l’addiction sans réserve au No Pain No Gain peut parfois aller bien
plus loin que la destruction de soi et de son corps… Son onde de choc se propage sur un large rayon
autour de l’individu qui en est imprégné et peut blesser, et détruire, des familles entières.

Un jour, je vous raconterai l’ histoire d’ une femme aveuglée par le « No Pain No Gain », qui a laissé
tombé son fils de 2 ans et demi et son papa, pour aller se shooter juste pour être sur un ou deux
magazines qu’aujourd’hui tout le monde a oublié… Ce petit bout de choux c’ était moi….

Cette femme sur ce magazine, c’est « ma mère biologique »… que je n’ai jamais revue depuis qu’ elle
est partie… Et qui d après des sons de cloches, venus d’on ne sait où, serait aujourd’hui gravement
malade à cause des « produits »…

Si je ne sais par quel hasard tu vois ce post « maman », j’ ai un fils aujourd’hui qui a l’âge que j’ avais
quand tu es partie; c’est le plus beau cadeau que la vie m’ait offerte… Comment le « No Pain No
Gain » a pu te transformer de la sorte…

Si tu vois ce message… Grâce à Olivier Lafay et tout ses articles, je suis ouvert au dialogue pour la
première fois; car oui, je ne voulais pas entendre parler de toi… jamais.

J’ ai changé d’avis car j’ai compris que tu n’as en fait été qu’ une victime… Parmi tant d’autres…

Article définissant le No Pain No Gain : No Pain No Gain, une phrase remarquée;

Article établissant les origines du No Pain No gain : La construction d’un modèle alternatif (auto-
régulation, boucle, efficience).

Une armure de muscles… qui peut nous


enfermer
20 juillet 2014

« La fontaine de bienfaits doit jaillir dans l’esprit, et celui qui a si peu de connaissances de la nature
humaine qu’il cherche le bonheur en changeant tout hormis sa propre disposition gâchera sa vie en
vains efforts et multipliera les peines qu’il se proposait de dissiper. »
(Samuel Jonhson)

La plupart de celles et ceux qui ont adopté la Méthode Lafay ont ressenti, plus ou moins
confusément, qu’ils ne pourraient s’épanouir avec la musculation classique.

L’apparition d’une alternative est une aubaine pour celles et ceux chez qui s’est produit, soit un déclic,
soit l’amorce d’un déclic.

Il n’est évidemment pas question de limiter la « musculation classique » à l’utilisation d’haltères.

Il n’est pas question de dire que le travail au poids de corps permettrait de s’épanouir, alors que le
travail avec haltères serait diabolique.

C’est bien plutôt une question de méthode et d’état d’esprit.

La musculation classique, qu’elle se fasse avec haltères ou au poids de corps, repose sur un état
d’esprit que la formule « No Pain No Gain » synthétise très bien. Chacun de nous baigne dans cet état
d’esprit depuis toujours. Bien avant notre naissance, nous étions déjà conditionnés.

Et ce conditionnement, où la douleur est non seulement acceptée mais recherchée, où la


performance passe avant tout, nous amène à faire de nos muscles une armure… qui peut finir par
nous enfermer, nous tenir prisonniers. Et, tels des prisonniers enfermés dans un cachot de plus en
plus insalubre, sombre, nous souffrons de multiples carences

De plus en plus raides et étouffés, nous souffrons des effets secondaires néfastes du No Pain No
Gain (littéralement : « pas de douleur, pas de progrès »).

Obsédés par l’apparence et la performance, nous nous coupons de plus en plus du monde et de nos
besoins. Nous nous coupons de la connaissance, de ce qui fonde l’humain. Parfois nous entendons la
petite voix, qui remonte du fond, et qui murmure la nécessité de prendre un autre chemin. Avant
d’être détruit par nos propres actions, avant de mourir étouffés dans notre armure quand il est
devenu impossible d’en sortir.

« C’est exact, reconnut le chevalier. Je ne serais d’ailleurs pas sur ce chemin si je n’étais pas prisonnier
de cette armure.

– Nous sommes presque tous prisonniers d’une armure, déclara le roi.

– Que voulez-vous dire, Sire? demanda le chevalier.

– Nous dressons des barrière pour protéger ce que nous pensons être. Puis, un jour, nous nous
retrouvons coincés derrière ces barrières et n’arrivons plus à en sortir.

– je n’aurais jamais cru que vous puissiez être coincé, Sire. Vous êtes si sage, dit le chevalier.

Le roi sourit d’un air désabusé : j’ai suffisamment de sagesse pour me rendre compte que je suis
coincé et revenir ici en apprendre davantage sur moi-même. «

(extrait du livre « Le Chevalier à l’amure Rouillée », par Robert Fisher)


Le Chevalier à l’amure rouillée est un petit conte initiatique, facile à lire et au contenu pourtant très
riche. Il se lit en une ou deux soirées.

Si vous n’avez pas encore bien intégré le concept d’Efficience, sur lequel repose la Méthode Lafay.

Si vous souhaitez l’approfondir, ou faire une synthèse de vos lectures de mes livres et articles, de Paul
Watzlawick, Gregory Bateson et des autres auteurs que je cite et conseille régulièrement.

Ce petit conte de Robert Fisher vous permettra de faire rouiller plus facilement votre armure, afin
qu’elle tombe, afin que la pratique de la musculation devienne pleinement épanouissante.

En savoir plus : http://www.amazon.fr/Le-chevalier-%C3%A0-larmure-rouill


%C3%A9e/dp/2940500266/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1405843067&sr=8-
1&keywords=le+chevalier+%C3%A0+l%27armure+rouill%C3%A9e

Je n’ai pas une conception « religieuse » de


l’entraînement au poids de corps
25 août 2014

Réponse donnée dans le cadre d’un mémoire de fin d’études.

Bonjour Mr. Lafay,

Je me permets de vous écrire ce mail car je rédige actuellement mon Mémoire de fin d’études dont j’ai
axé le travail sur l’étude de « la musculation avec poids du corps » et son évolution dans l’histoire et la
société. Aussi, il est tout naturel que j’y ai consacré un chapitre à votre formidable Méthode que je
pratique occasionnellement. De ce fait, j’aurai aimé connaître les raisons de son élaboration, et ce qui
vous y a conduit, comment, par quels procédés ? (En dehors de ce qui est déjà expliqué dans votre
ouvrage). De plus, je me posais la question de savoir ce que vous pensiez de la Méthode Naturelle de
G. Hébert qui fut un grand acteur dans le domaine de la musculation à son époque, tout comme vous
aujourd’hui (le contexte social ayant changé, mais j’ai crû entendre que La Méthode Lafay faisait une
entrée discrète dans le monde de l’Eps (je suis enseignant d’Eps remplaçant)). Aussi, je me demandais
si la Méthode naturelle de G. Hébert avait inspiré vos travaux, bien que je sache parfaitement faire la
différence entre les deux.

Je vous remercie du temps que vous pourriez consacrer pour m’aider. Aussi, je vous prie d’agréer à
mes respects.

Ma Réponse :

Bonjour XXX,

Si vous voulez en savoir davantage sur l’élaboration de la Méthode, il faut lire l’introduction de Turbo
(le volume 2), les articles rangés dans les rubriques Efficience et Ingenium de mon site (olivier-
lafay.com) et mon interview sur le site all-musculation. Il y a là de quoi saisir à la fois la substance de
la Méthode, ses références et l’histoire de son élaboration.

Une fois saisies les assises conceptuelles de la Méthode, et donc saisi que c’est la première (et la
seule) tentative de produire un entraînement fondé sur des valeurs et savoirs autres que ceux qui
fondent la musculation « traditionnelle », autres donc que la pensée dualiste, « tout génétique »,
« no Pain No Gain », etc; vous comprendrez aisément ce qui différencie mon travail de celui de
Georges Hébert.

La musculation au poids de corps n’est pas pour moi une idéologie; c’est avant tout une solution
simple de compromis à la problématique de l’entraînement le plus efficient qui soit. Le poids de corps
est donc « le meilleur outil compte tenu des contraintes établies lors de l’établissement du cahier des
charges de cet entraînement efficient ».

Je n’ai pas une philosophie de l’entraînement au poids de corps, mais une philosophie de
l’Efficience. Si mon projet d’entraînement alternatif viable avait exigé l’utilisation d’haltères, je l’aurais
fait sans hésiter. Je n’ai pas une conception « religieuse » de l’entraînement au poids de corps.

Si mes propos sont pour vous clairs, alors la différence entre mon travail et celui de G. Hébert ne
pourra que vous paraître une évidence.

Excepté le poids du corps, je n’ai guère en commun avec Hébert. Et je considère qu’il a,
idéologiquement, beaucoup plus en commun avec le monde des haltères qu’avec moi. Si l’on veut
passer à un niveau supérieur de raisonnement, d’analyse, alors il faut savoir comprendre que la
distinction entre les entraînements n’est pas une question d’outil (haltères, ressorts, poids de corps,
etc.), mais de méthode, et donc, à la réflexion, la distinction est avant tout épistémologique (au sens
de Gregory Bateson).

Hébert a vécu et donc produit dans un contexte (idéologique et historique), se fondant sur une
épistémologie qui n’a pas quitté le monde de la musculation (avec haltères, poids de corps etc), et
que j’ai voulu renverser en élaborant la Méthode Lafay, dont les références sont une épistémologie
autre (références dans mes articles).

Je n’ai, de plus, aucun fantasme produisant un idéal de retour à la nature, au jardin d’Eden, à un âge
d’or (Hésiode), à une époque bénie des dieux où l’homme aurait été un « bon sauvage » (Rousseau)
capable de produire naturellement (spontanément) les actions justes permettant de le maintenir en
bonne santé physique et psychique.

L’utilisation du poids de corps n’est pas pour moi « anti-technologique », immergée naïvement dans
le mythe du « fonctionnel »… Au contraire ! L’utilisation du poids de corps est, dans le cadre de la
Méthode Lafay, issue des progrès les plus avancés de la pensée technologique (cybernétique).

Pour aller plus loin, deux articles de base :

– (comprendre le contexte de G. Hébert et de toute la musculation « classique ») http://olivier-


lafay.com/2014/01/06/la-methode-lafay-est-elle-un-sport/

– (texte fondateur) http://olivier-lafay.com/2012/02/15/de-lefficacite-a-lefficience-la-nouvelle-


voie-du-muscle/

Ensuite, je vous invite à lire les autres articles, comme proposé au début de ce courrier.

A bientôt,

Olivier

La Méthode Lafay et l’épistémologie selon


Bateson
28 août 2014

D’où vient l’idée d’une méthode de musculation conçue d’après les enseignements de la pensée
stratégique chinoise et de la cybernétique?

L’idée vient, en premier lieu, d’un changement épistémologique…

L’épistémologie, c’est un domaine d’étude, une discipline qui observe et analyse la manière dont la
science se forme. Elle cherche à répondre à la question : « comment connaissons-nous? »

Par extension, on parle de l’épistémologie de quelqu’un quand on expose sa manière de voir, ses
conceptions, ses valeurs, conditionnements… Tout ce qui va être à l’origine de ses actes, choix,
déclarations.
C’est ce qui conditionne a priori notre idée du vrai.

Ce n’est donc plus l’épistémologie comme domaine d’études, mais l’épistémologie comme
« ensemble de nos présupposés ».

C’est cela le sens de Gregory Bateson. En citant Siegfried Schmidt dans « la Construction d’un modèle
alternatif« , je parle de l’épistémologie occidentale.

J’utilise l’expression « programmes culturels » et j’écris :

« Avez-vous déjà songé au fait que, pour chaque « position » que vous prenez au cours de votre vie, il
existe nécessairement une « présupposition »?

« Quoi que nous fassions, nous le faisons sous la forme d’une position : nous faisons ceci et pas autre
chose. » (Siegfried Schmidt)

Et nous pensons, et nous agissons, toujours sur la base de présuppositions généralement


inconscientes. Celles-ci sont constituées de nos expériences passées et de nos apprentissages. A
l’arrière-plan de la conscience, rangées dans des cases, se trouvent des informations sur ce que l’on
doit ou ne doit pas faire; et comment le faire. »

Les programmes culturels (notre épistémologie) déterminent jusqu’à la manière d’aborder la science,
les enfermements dans des paradigmes et la manière dont on en sort, en modifiant plus ou moins
notre épistémologie.

(cf « la structure des révolutions scientifiques« , ouvrage du physicien Thomas Kuhn)

Bateson utilise le mot « Langue » (ou syntaxe) pour dire que notre façon de décrire (parler) repose
sur une « épistémologie » qui nous conditionne.

Siegfried Schmidt utilise le terme « discours » ( cf ouvrage intitulé « Histoires et discours »).

L’épistémologie, c’est notre vision du monde. Et bien peu connaissent leur vision du monde, bien peu
l’ont exploré. Ce qui amènent les autres à se conformer par les actes et les paroles à une idéologie
inscrite profondément en eux (ce qui annule chez eux l’idée de la liberté qu’ils pensent avoir).

Selon Bateson, il s’agit donc, dans tous les cas, des représentations collectives qui sont « sous un
discours », fût-il apparemment scientifique.

Autrement dit, il y a un « choix » qui précède nos choix.

Comme le dit Jean-Luc Giribone quand il présente l’épistémologie selon Bateson : « Employant telle
langue […], nous décidons [forcément] que là se trouve le problème, que les éléments qui font
problème sont ceux-là, s’appellent ainsi. Ce choix, pour passer généralement inaperçu, est en fait plus
décisif que celui de la solution – et, dans bien des cas, comme on le sait, il le détermine sans qu’on
veuille le reconnaître. Dans ce cas, l’espace de la recherche se ferme : les solutions données d’avance,
s’inversent en faux problème; la pensée se pétrifie en dogmatisme. »

Le Constructivisme permet justement cette réflexion sur la (notre) « réalité », qui nous ouvre alors de
nouveaux horizons. Avant de nous préoccuper de la solution, nous nous préoccupons de la manière
dont nous envisageons, intimement, les problèmes. Nous observons nos présupposés, notre
épistémologie.
C’est ainsi qu’a pu germer l’idée de la Méthode Lafay. Et cela explique les perturbations créées chez
et par les détracteurs de la Méthode, dont l’idée de ce qui est vrai et faux, leur épistémologie, mise
au jour par mes articles, a brutalement vacillé.

Et plus leur idée du « vrai » est chez eux contraignante, plus leur réaction est violente.

Gregory Bateson nous invite à transformer notre épistémologie : à penser et agir en fonction de
circuits totaux (cybernétique) et non en fonction d’arcs de circuits, des seuls éléments pris
séparément, tels que nous avons été conditionnés à le faire.

(cf son ouvrage « Vers une écologie de l’esprit »)

La Méthode Lafay est le fruit de cette pensée et de cette action fondée sur une épistémologie autre.
Elle montre comment transformer notre épistémologie et les bénéfices que cela peut engendrer (en
termes de transformation corporelle et de bien-être). Comme le fait Bateson, dans sa foulée, elle
invite à penser avec davantage de souplesse. Ou, comme l’écrit François Jullien, elle invite à « décaler
sa pensée », car les gains induits sont considérables

Si vous êtes parvenus jusqu’ici, vous devez avoir compris pourquoi j’ai écrit « Si l’on veut passer à un
niveau supérieur de raisonnement, d’analyse, alors il faut savoir comprendre que la distinction entre
les entraînements n’est pas une question d’outil (haltères, ressorts, poids de corps, etc.), mais de
méthode, et donc, à la réflexion, la distinction est avant tout épistémologique (au sens de Gregory
Bateson).»

(dans l’article « je n’ai pas une conception religieuse de l’entraînement au poids de


corps » : https://www.facebook.com/notes/m%C3%A9thode-lafay/je-nai-pas-une-conception-
religieuse-de-lentra%C3%AEnement-au-poids-de-corps/10152736235776579 )

Vous pouvez apprendre à vos enfants à


montrer leurs biceps
11 septembre 2014

Parmi les références qui m’ont permis de construire ma réflexion sur le No Pain No Gain et d’édifier le
concept d’Efficience, j’ai régulièrement cité les auteurs suivants :

Alain Ehrenberg, Alice Miller, Pierre Karli, Heinz Von Foerster, Gregory Bateson, Edgar Morin, Henri
Atlan, Joël de Rosnay, Paul Watzlawick, François Jullien et Henri Laborit.

Ceux qui suivent mon travail depuis déjà quelques temps n’auront aucun mal à faire le lien entre la
citation ci-dessous et mon travail de recherche et d’élaboration.

Les autres, les nouveaux arrivants, devraient s’y retrouver sans trop de peine.

« Avec une conscience lucide de ce que nous sommes, il est tout de même tragique de penser que
l’éducation de l’enfant est confiée aux adultes, ne trouvez-vous pas?

C’est la raison du progrès technique évidemment. Mais c’est aussi celle la reproduction millénaire des
comportements sociaux les plus primitifs, de l’institutionnalisation de la foire d’empoigne.
Alors, dans cette foire, vous pouvez apprendre à vos enfants à montrer leurs biceps dans une
position avantageuse. Cette attitude risque d’impressionner les foules.

Sinon, leur espace gratifiant sera sans doute particulièrement exigu.

Peut-être tenteront-ils de fuir. Mais de quelle façon? Prendront-ils le chemin de la drogue ou de


l’alcool, toxique viril comme vous le savez. Celui de la névrose ou de l’agressivité individuelle ou
collective?

Avec un peu de chance, il se pourrait que ce soit celui de l’imaginaire créateur. »

(Henri Laborit, neurobiologiste, éthologue, cybernéticien, systémicien)

Henri Laborit nous parle de « foire d’empoigne », d’une société où la compétition est exacerbée et
permanente. La musculation est utilisée ici de manière symbolique : l’image d’un homme exhibant sa
musculature, dans la cohue des intérêts particuliers qui s’affrontent en permanence, est parlante.

Le muscle est une manière visuelle de dire sa force, son pouvoir potentiel, et donc de peut-être
pouvoir agrandir son espace vital, ou au moins se protéger des agressions des autres.

Dans notre imaginaire, le muscle nous ramène à une époque pas si lointaine où la force physique
déterminait le rang de l’individu dans la hiérarchie sociale. On y croit encore…

Henri Laborit met sur le même plan le développement des muscles et l’exacerbation de la
compétition sociale. Dans une société de lutte constante, c’est l’esprit « No Pain No Gain » qui
prévaut. Pour survivre, il faut montrer et exercer sa force, savoir souffrir et faire souffrir. Et l’individu
est inconsciemment dressé à se positionner frontalement, à forcer (lui-même, les autres, le monde),
pour obtenir des satisfactions (des gratifications).

Lorsqu’il cherche à se muscler, pour se donner confiance et satisfaire son narcissisme, il est
naturellement amené à pratiquer une musculation conforme à l’esprit de la société, à son
fonctionnement : une musculation No Pain No Gain

(cf cet article : http://olivier-lafay.com/2012/07/10/no-pain-no-gain-une-phrase-remarquee/ )

La Méthode Lafay propose une autre voie : la nouvelle voie du muscle

(cf cet article : http://olivier-lafay.com/2012/02/15/de-lefficacite-a-lefficience-la-nouvelle-voie-du-


muscle/).

La construction du corps rime alors avec coopération et non avec lutte. Il s’agit d’éviter en soi-même
la foire d’empoigne dont parle Laborit; cet apprentissage nous permettant d’envisager autrement la
foire d’empoigne « du dehors », et de savoir s’y faufiler plutôt que d’y combattre sans cesse.

Si la musculation No Pain No Gain se fonde sur un imaginaire destructeur (la foire d’empoigne
permanente) et auto-destructeur, la musculation efficiente repose sur l’imaginaire créateur dont
parle Laborit : elle repose sur l’idée que la construction du corps doit être subordonnée à la
construction de soi.
Efficience et musculation : quand l’armure
tombe (l’avenir des extrémistes
conscients)
23 septembre 2014

[ci-dessous, le témoignage de Bruce, un pratiquant très musclé et très puissant, capable de grimper
aisément 4,5 mètres à la corde avec ses seuls bras, alors qu’il pèse 90 kgs]

On pourrait diviser les pratiquants de la Méthode Lafay en trois catégories :

 ceux qui adoptent cet entraînement parce qu’on leur en a dit du bien (et que les résultats
montrés les ont bluffés);

 ceux qui se sont plongés dans la philosophie de la Méthode et l’ont trouvé convaincante (ils
avaient déjà en eux l’a priori qu’une vie de souffrance, une vie dans le No Pain No Gain, est
une erreur);

 ceux qui ont une forte tendance No Pain No Gain et qui veulent « limiter la casse » en
adoptant un entraînement plus doux et qui fonctionne quand même très très bien.

C’est de la dernière catégorie dont nous allons parler aujourd’hui. Ce sont des personnes qui ont senti
plus ou moins confusément que leur forte tendance No Pain No Gain avait besoin d’être encadrée.
Ceux-là, on pourrait les nommer : « les extrémistes conscients. »

Ils ont du recul par rapport à l’idéologie de la musculation classique, mais ont beaucoup de mal à en
sortir.

Ce sont ceux qui se sont auto-limités en pratiquant la musculation « à fond », mais à l’aide d’une
structure tournée vers l’Efficience.

Ils pratiquent la Méthode en mode No Pain No Gain, et c’est la Méthode, de par sa structure, ses
commandements, qui régule leur tendance auto-destructrice, leur volonté ardente d’un dépassement
permanent, quitte à se brûler les ailes.

J’ai écrit « ils pratiquent. » Mais je peux aussi écrire : « ils ont pratiqué. »

Car nombreux sont ceux qui finissent par adopter pleinement l’Efficience, à force de lectures, de
remises en question, faisant évoluer peu à peu leur conception d’eux-même, leur… épistémologie.

Dans la tête des extrémistes conscients, « quelque chose » a compris. Ce quelque chose pense, à sa
façon, que si l’on est No Pain No Gain dans sa tête, il faut équilibrer avec une pratique la moins No
Pain No Gain possible, une pratique qui régule, encadre, la violence qu’on peut être amené à se faire
à soi-même.

C’est donc plutôt une intuition qui amène ces personnes à la Méthode Lafay. Puis la pratique et la
lecture de mes articles transforme finalement l’intuition en conscience. Et, là, le grand tournant est
franchi.

Ci-dessous, le témoignage de Bruce, un pratiquant emblématique connu pour ses cuisses fabuleuses
de 69 cm de tour (il mesure 1m75).

Vous verrez que l’on peut avoir de gros résultats en pratiquant la Méthode Lafay sous l’angle
idéologique du No Pain No Gain. Mais la souffrance est toujours là : on souffre bien moins que si on
avait travaillé en suivant un entraînement No Pain No Gain, on se blesse rarement, mais on se vit
souvent comme une âme douloureuse dans un corps régulièrement irrité, à vif.

Réguler le No Pain No Gain ne suffit pas. Il faut prendre le chemin de l’Efficience.

Bruce, comme tant d’autres, a été régulé par l’Efficience inscrite en filigrane dans le livre vert, mais il
a continué à être « à fond » là où il le pouvait. La découverte, des années plus tard, de l’Efficience, en
tant que concept apparent, formalisé, a pu provoquer une révolution en lui (comme chez tant
d’autres).

A noter que Bruce dirige une entreprise qui fait vivre 40 familles.

TEMOIGNAGE DE BRUCE :

« Pour ajouter quelque chose, je dirai que la pratique efficiente de la méthode remet à elle seule en
cause notre épistémologie, qu’on le veuille ou non.

Pour donner un exemple concret, je pratique la méthode depuis maintenant huit ans mais seulement
depuis un an et demi de façon efficiente.
Auparavant ma vision de la musculation était celle du « No pain no gain ». Depuis que je pratique la
musculation de façon efficiente, c’est toute ma vision du monde qui fut bouleversée.

En effet voir son corps changer et progresser alors qu’on ne le maltraite plus, cela dépasse la pratique
propre de la musculation et s’étend aux autres domaines de la vie.

Cela a induit chez moi une remise en question totale de ma façon de voir la vie, de me comporter. « Se
faire violence » au quotidien devient alors intolérable car on sait qu’il existe une autre voie, moins
énergivore et destructrice, pour réussir malgré tout. Nul besoin de se punir ou se torturer pour réussir
dans sa vie.

Il faut donc réapprendre à vivre au quotidien, car on se croyait libre et l’on se rend compte que l’on est
plus esclave que jamais. Esclave d’une société de compétition qui ne tolère que la réussite aux prix de
violents efforts contre soi même.

L’apprentissage est long mais la libération qui en découle vaut tous les efforts. Il en résulte une
confiance en soi inaltérable et inconditionnelle. On se surprend parfois à surfer entre les gouttes là ou
auparavant on prenait la tempête en pleine poire:-)

Je ne suis qu’au début de mon chemin personnel mais le retour en arrière n’est plus possible après
avoir vu les bénéfices de l’Efficience dans sa propre vie. »

Ce témoignage peut être complété par cet excellent travail d’explicitation de l’Efficience, réalisé
par Raphaël :

« il y a deux définitions. La définition courante, largement répandue dans le monde de l’entreprise et


qu’on retrouve parfois en sport, consiste à minimiser les efforts pour parvenir à un résultat donné.
Avec cette définition on peut être efficient pour vaincre encore plus, imposer plus, exploiter, affronter
plus longtemps (les autres ou soi-même), gaspiller, et même s’auto-détruire.

La deuxième définition, celle d’Olivier Lafay est une extension (Efficience avec une majuscule)
qui apporte un recul sur la finalité recherchée et sur la modalité des relations avec soi et autrui, dans
laquelle on va coopérer avec soi et les autres pour construire quelque chose de mieux : un
entrainement qui vise à préserver la santé, une pratique respectueuse de l’individu basé sur la
coopération avec soi-même plutôt qu’un affrontement, avec un rythme d’entrainement qui épouse le
développement naturel du corps plutôt que de prévoir à l’avance des cycles dont la durée est
déconnectée de l’évolution du pratiquant.

Un entrainement de cette nature a comme incidence de modifier la façon d’envisager sa vie comme le
démontre le parcours de Fabien ou le commentaire de Bruce ici : http://olivier-
lafay.com/2014/08/28/la-methode-lafay-et-lepistemologie-selon-bateson/comment-page-
1/#comment-1660

Deux articles pour approfondir cette vision :

http://methode.lafay.free.fr/index.php?2012/02/15/610-de-l-efficacite-a-l-efficience-la-nouvelle-
voie-du-muscle

http://olivier-lafay.com/2014/04/06/le-grand-gaspillage-permanent-reflexion-sur-la-necessite-
dune-musculation-efficiente/

Bien sur il y a forcément des moments ou il va falloir forcer, mais ces phases d’affrontements seront
limitées et non perçues comme un affrontement contre son propre corps. L’effort n’est plus qu’un outil
stratégique à utiliser au bon moment.
http://olivier-lafay.com/2012/04/04/malentendu-n1/

Cette façon d’envisager la culture physique prend le contre-pied de du paradigme des violences
ordinaires dont nous sommes tous imprégnés et selon lequel il faudrait souffrir pour progresser,
symbolisé par le slogan « no pain no gain » en musculation.

http://olivier-lafay.com/2012/07/10/no-pain-no-gain-une-phrase-remarquee/ »

Épigénétique et musculation : l’approche


novatrice de la Méthode Lafay
25 septembre 2014

Article écrit par Denis Tiquet.

A qui s’adresse cet article?

A tous ceux qui veulent un peu mieux comprendre la Méthode Lafay (et donc se mettre en condition
de progresser mieux, en respectant le principe d’Efficience). A divers reprises, Olivier Lafay s’est
montré très pédagogique, en montrant les liens à faire entre musculation et épigénétique (cf le lien
plus bas).

A tous ceux qui veulent en savoir un peu plus sur le milieu de la musculation et la façon dont certains
cherchent à copier les apports d’Olivier Lafay, sans jamais le citer.

A tous ceux qui veulent copier Olivier Lafay, de nouveau, sans le citer. ‘-)

Ceux qui ne sont pas intéressés de savoir dans quel milieu évolue la Méthode, peuvent passer leur
route et lire d’autres articles (témoignages, articles de fonds..) présents sur cette page.

Quel est l’objectif de l’article?

– rappeler qui est le premier à proposer de prendre en compte l’épigénétique dans la musculation

L’objectif n’est PAS de dire qu’Olivier a inventé le terme d’épigénétique, qu’il est le seul à pouvoir
l’utiliser, ou qu’il est le découvreur de ce domaine scientifique. ‘-)
Pourquoi est-ce important?

Rappeler qui amène quoi, dans quel contexte, est important. En effet, quand Olivier Lafay réalise un
apport, si cet apport est copié superficiellement, sans le citer, cela peut:

– faire croire qu’Olivier Lafay n’a pas amené de nouvelles choses : le but est de décrédibiliser;

– galvauder les concepts : par exemple, le terme d’Efficience a été utilisé dans tous les sens (sauf dans
le sens défini par Olivier Lafay) peu après qu’Olivier Lafay ait popularisé le terme en l’utilisant
régulièrement, en développant le concept au travers d’articles.

Si on veut que les choses restent claires, il est important que chacun sache qui amène quoi et la
signification exacte des termes employés (ce qu’ils veulent dire, ce qu’ils impliquent concrètement en
musculation).

Musculation et épigénétique :

Déjà il y a quelques années, Olivier Lafay avait mentionné très succinctement l’épigénétique
notamment sur son ancien blog.

En juillet de cette année, Olivier Lafay s’est mis à développer un peu plus le sujet sur facebook.

(des échanges passionnants, où Olivier Lafay montre que sa maîtrise du sujet est plus que correcte, se
trouvent ici:

https://www.facebook.com/groups/17045653093/permalink/10152535815078094/?
comment_id=10152535992493094&offset=200&total_comments=252 )

Très vite, diverses personnes dans le milieu de la musculation se sont mises à mentionner
l’épigénétique, que ce soit sur facebook, sur youtube…

Comme pour le terme « efficience », certains veulent copier rapidement, pour éviter qu’Olivier Lafay
puisse dire avoir amené cela dans le domaine de la musculation. Ces personnes suivent Olivier Lafay à
la trace, car ils savent qu’il a vraiment révolutionné la musculation et que ses apports sont novateurs
et déterminants. Ils copient donc pour ne pas se retrouver encore plus loin derrière lui qu’ils ne le
sont déjà. Cependant, ces personnes se heurtent à certains obstacles :

– parler sérieusement d’épigénétique les ferait aller sur le terrain d’Olivier Lafay en matière de vision
de la musculation. Si vous avez lu les commentaires dans le lien donné (lisez le premier d’Olivier au
moins), Olivier Lafay explique que la prise en compte des phénomènes épigénétiques amène
logiquement à penser aux relations : relations envers soi, envers les autres, l’environnement.

– pour profiter des effets positifs des phénomènes épigénétiques, il convient donc de rejeter les
formes de violences envers soi et les autres et de remplacer la compétition par la coopération.

– autrement dit, il faut basculer du NPNG à l’Efficience, telle que conceptualisée par Olivier Lafay.

– cette vision de la musculation développée par Olivier Lafay est directement soutenue par les
dernières découvertes scientifiques en matière d’épigénétique.

– tout développement de « concurrents » en la matière les amènerait forcément à valider les


analyses d’Olivier Lafay…
– à l’inverse, ne pas en faire mention ni développer le sujet, c’est démontrer son ignorance de
certains sujets (devenus) primordiaux en musculation…

Voilà un choix cornélien pour ceux qui tentent de copier Olivier Lafay sans jamais le citer…

Et si vous voyiez des personnes mentionner l’épigénétique, en parler, mais sans arriver à la
validation des analyses d’Olivier Lafay, vous saurez que ces développements sont incomplets et ne
vont pas au bout de la logique des choses.

Et pour ceux qui viendraient affirmer qu’Olivier Lafay greffe l’épigénétique sur ce qu’il a déjà fait en
découvrant tout juste le domaine, afin de défendre leurs idoles No Pain No Gain, je les invite à
réfléchir à ce qui s’est passé avec l’Efficience.

Olivier Lafay a développé sa Méthode autour de ce concept, a développé des articles autour de ce
concept, mais sans le nommer. Une fois qu’il l’a nommé publiquement, il a été encore plus loin sur le
sujet et personne ne pouvait utiliser le terme sérieusement sans le copier, vu tout ce qui avait été fait
avant sur le sujet.

Ici, c’est pareil.

Il y a en effet des liens évidemment très étroits entre cybernétique, systémique et épigénétique.

Les travaux de Heinz Von Foerster, il y a 50 ans, ouvraient déjà la voie de la biologie systémique,
venue assez récemment compenser les insuffisances de la biologie moléculaire. Idem pour les travaux
de Grégory Bateson, Henri Atlan, Edgar Morin, etc. (toutes les références de la Méthode Lafay).
Biologie systémique et épigénétique, très proches, sont les aboutissements actuels de la pensée
cybernétique.

Olivier Lafay a ainsi développé beaucoup de choses autour de l’épigénétique, mentionnant à peine le
terme parfois, et maintenant qu’il mentionne le terme publiquement en développant un peu plus,
toute personne qui voudrait en parler en musculation pour faire pareil, et s’approprier les apports
dans le milieu de la musculation, s’exposerait à faire des développements qui sont déjà faits depuis
longtemps par Olivier.

Le présent de la musculation est fortement marqué par les concepts développés par Olivier Lafay. Le
succès des livres ne se dément pas, bien au contraire : il ne cesse de croître, faisant du tome 1 le plus
grand best-seller de musculation jamais publié en France. Pas mal pour un homme qui a été traité
d’escroc pendant plusieurs années et est encore régulièrement injurié par ceux-là mêmes qui le
copient.

L’avenir de la musculation sera nécessairement façonné par la Méthode Lafay, étant donné que, plus
on copie l’auteur, plus on s’en « inspire », plus on est amené à se rapprocher de ses thèses et à les
valider.

******

******
[Tout récemment, Denis Tiquet a eu l’occasion d’échanger avec de nombreux pratiquants choqués de
voir que « certains » s’inspirent largement de mon travail en me suivant (réellement) à la trace sur le
net. Tout ce que j’écris est lu, enregistré, et parfois copié très très vite.

La copie va même jusqu’au plagiat. Mais je ne suis jamais cité.

Je parle d’un (nouveau) sujet et hop ! le lendemain un acteur du milieu de la musculation aborde ce
sujet… qu’il n’avait jamais abordé auparavant, et bien sûr de manière superficielle. Comment
pourraient-ils faire mieux avec un sujet qu’ils viennent juste de découvrir?

Je n’ai moi-même pas le temps de suivre à la trace les autres auteurs et personnalités du milieu de la
musculation. Je suis bien trop occupé avec le suivi gratuit de mes lecteurs et la rédaction d’articles de
fond. Mais je reçois beaucoup de mails et mp qui me tiennent ainsi informés de ce qui se passe dans
le milieu de la musculation classique. Denis Tiquet, en tant qu’intervenant très régulier sur mes
espaces, est par contre au premier rang pour voir les pratiques des uns et des autres et il discute
visiblement beaucoup avec les gens. Il m’a proposé cet article, que j’ai décidé de publier.]

(Olivier Lafay)

Épigénétique et musculation : l’approche


novatrice de la Méthode Lafay (Partie 2)
29 septembre 2014

L’épigénétique pour les nuls (3 mn pour – presque – tout comprendre).

Joël de Rosnay est une des références scientifiques d’Olivier Lafay, qu’il cite régulièrement.

Dans cette vidéo, Joël de Rosnay nous explique que l’épigénétique est la « modulation de l’expression
des gènes » qui se fait en fonction de votre comportement au quotidien et cite 5 facteurs sur lesquels
vous pouvez agir concrètement, comme l’alimentation ou l’activité physique, mais aussi les relations.

Olivier Lafay insiste ainsi sur la nécessité de remplacer la compétition (avec soi-même, autrui) par la
coopération (avec soi-même, autrui) dans le but de progresser en diminuant largement les agressions
faites à l’organisme afin de se développer en douceur.

Avec cette petite vidéo, vous devriez mieux comprendre pourquoi Olivier Lafay insiste sur
l’importance d’entretenir de bonnes relations de soi à soi, de soi envers autrui, de soi au monde
notamment dans le sport, puisque les deux facteurs (sport, relations) sont totalement liés entre
eux, mais aussi dans tous les domaines de la vie.

Quand Olivier Lafay a commencé à développer ces thèmes au travers de nombreux articles, il s’est
heurté à de nombreuses résistances de personnes déclarant que parler de sciences humaines, de
relations, de systémique, de cybernétique n’avait aucune utilité.

Il recevait même régulièrement l’ordre de cesser de parler de tout cela et de se cantonner à la


musculation telle qu’elle était envisagée jusqu’à présent, c’est-à-dire, en résumé : pousser de la fonte
et manger.
Cette vision restreinte de la musculation ne tient cependant pas compte des dernières avancées
scientifiques notamment dans le domaine de l’épigénétique. C’est ainsi que beaucoup estiment qu’il
faut se battre, se faire violence, forcer les choses et surtout ne pas parler de sciences humaines, de
relationnel en musculation…

Mais maintenant avec cette petite vidéo, vous comprenez que ne pas se préoccuper de ces sujets,
c’est passer à côté de l’essentiel, puisque nous sommes le produit de nos relations.

( http://olivier-lafay.com/2012/12/31/introspection-du-dernier-jour/ )

Je vous laisse imaginer quels athlètes peuvent produire des relations (de soi à soi, de soi aux autres,
de soi au monde) violentes et conflictuelles et quels athlètes peuvent produire des relations douces
et positives, basées sur la coopération (de soi à soi, de soi aux autres, de soi au monde).

Cultivez l’Efficience sur la nouvelle voie du muscle avec la Méthode Lafay et cultivez vos relations.

(article écrit par Denis Tiquet)

Entraînement stratégique VS entraînement


hardcore
21 novembre 2014

Vous y trouverez la version la plus aboutie de l’entraînement stratégique tel que je le propose depuis
10 ans. Cet entraînement stratégique était jusque là dispatché entre le livre vert, Turbo et les
nombreux articles de mon site (dont Stratégie de la motivation, paru en 2004).

Le Tome 2, entièrement axé sur la bonne stratégie pour croître et durer, est une synthèse et un
dépassement du travail effectué depuis 23 ans et proposé au public dès 2004. Vous allez devenir,
véritablement, le stratège de votre développement.

Mais qu’est-ce qu’un entraînement stratégique?

Un entraînement stratégique est un entraînement qui recherche l’Efficience et qui en utilise les
outils. Fidèle à l’esprit de la stratégie chinoise, il propose comme objectif final : « vaincre sans
combattre », c’est-à-dire obtenir du muscle en réduisant, voire annihilant le stress infligé à
l’organisme. Il s’agit de vaincre (faire du muscle) mais sans détruire (sans s’auto-détruire). Et sans se
considérer comme son propre adversaire.

C’est la première et la seule alternative viable à l’entraînement proposé en musculation « classique »,


autrement appelée musculation hardcore par certains de ses promoteurs, et revendiquée par eux
comme une musculation No Pain No Gain, où la souffrance est inséparable de la progression.

Cette musculation hardcore est axée principalement sur le travail lourd, jusqu’à brûlure et
épuisement, à l’aide de nombreuses techniques d’intensification. Ce qui l’intéresse, avant tout, c’est
l’apparence et la performance.

A l’opposé, l’entraînement stratégique vous propose de progresser tout en douceur, en évacuant


donc le culte de la douleur.
Les performances atteintes (esthétique, force) sont tout aussi élevées qu’avec une musculation
« classique » (ou hardcore), mais les risques d’usure et de blessure sont très réduits. L’investissement
psychique et physique étant également très réduits, vous pouvez utiliser votre énergie à construire
toutes les facettes d’une « vie bonne » et pas seulement à récupérer de vos gigantesques efforts, en
espérant vous développer.

Logique du contournement VS logique de l’affrontement.

Logique de la coopération VS logique de la compétition

Sur l’Efficience (objectif et moyen de l’entraînement stratégique proposé par la Méthode


Lafay) : http://olivier-lafay.com/2012/02/15/de-lefficacite-a-lefficience-la-nouvelle-voie-du-muscle/

Sur le No Pain No Gain (objectif et moyen de la musculation traditionnelle, qu’elle se fasse avec
haltères, poids du corps ou n’importe quel autre « outil ») : http://olivier-lafay.com/2012/07/10/no-
pain-no-gain-une-phrase-remarquee/

Esthétique, performance ET santé : les 3


facteurs essentiels
24 novembre 2014

Si je dois faire un podium, en classant ces facteurs par ordre d’importance, le classement sera celui-
ci :

1 – Tenir compte des fondations de notre santé (voir le Tome 2 de la Méthode Lafay:
http://amzn.to/2tqcWm5)

2 – l’entraînement stratégique

3 – l’alimentation

Ce classement peut étonner car il est coutumier de lire (ou d’entendre) que la nutrition est LE facteur
essentiel. Mais, en fait, si l’on tient compte des points 1 (fondations de la santé) et 2
(entraînement), nous pourrons avoir d’excellents résultats, même avec une alimentation de qualité
moyenne.

Si beaucoup mettent autant l’accent sur la nutrition, c’est que cette dernière permet aussi de « limiter
la casse » lorsque les points 1 et 2 ne sont pas pris en considération.
> Le non-respect du point 1 entraîne des dégradations dans l’organisme que l’alimentation peut
réguler en partie (on retarde la « chute »).
> La musculation « classique », lorsque l’on cherche à progresser selon ses codes, provoque un fort
stress dans l’organisme (détruire pour reconstruire, dit-on). L’alimentation permet de juguler en
partie les effets de ce stress. Elle n’a alors pas pour seule fonction de participer à la croissance après
stimulation par l’entraînement. Elle doit « réparer », ce qui explique l’importance qu’elle prend.
De plus, la musculation classique (musculation No pain No Gain) ne tient généralement pas compte
du point 1.
Réparer, toujours réparer, un édifice régulièrement endommagé, plutôt que de construire un édifice
solide, établi sur de saines fondations…
Il est donc préférable de :
– mettre avant tout l’accent sur les fondations;
– mettre en place un entraînement stratégique qui, cherchant à « vaincre sans combattre », va
également tenir compte du point 1. Il s’agit de mettre toutes les chances de son côté pour provoquer
la croissance (le développement) en réduisant fortement la destruction (liée au stress infligé à
l’organisme). L’entraînement stratégique, alliant cybernétique et stratégie chinoise, a été conçu pour
que l’individu se développe, se régénère et puisse durer.

Une fois ces deux premiers points acquis, alors on pourra rechercher l’optimal de la nutrition.

Notons que, si l’on regarde seulement la santé, on constate que des personnes qui tiennent compte
uniquement du point 1, sans entraînement athlétique, vont pourtant bien vieillir.
On remarque même que ces personnes peuvent être, à un âge avancé, en meilleure forme que
d’anciens sportifs soucieux de diététique.
Autrement dit, une personne qui tient compte avant tout du point 1, sans sport, avec une
alimentation « anarchique » peut être en forme à un âge avancé. C’est dire l’importance des
fondations.

MOI, MOI, MOI ! Conditionnements,


opinions et musculation
17 décembre 2014

Pour commencer, parlons de génétique. Les humains ont 99% de gènes en commun avec le
chimpanzé et, par exemple, 90% avec la souris. Tous les êtres humains partagent le même patrimoine
génétique à 99,8%.
Ce patrimoine est mis en forme par l’environnement. Autrement dit, c’est le contexte qui va nous
construire à partir de cette grande proximité de base.
Quel est ce contexte?

On peut y répondre à l’aide d’une autre question et des développements qu’elle implique.
Sommes-nous libres de la période historique et de l’endroit où nous naissons?
Non.
Nous sommes entièrement déterminés par le contexte historique et social.
Notre conception même est le résultat des a priori, valeurs, jugements de valeurs, moyens, d’une
époque et d’une société.

Ce qui signifie que, malgré des différences superficielles (mais semblant primordiales pour nous),
nous sommes tous très semblables.
Quand nous naissons, nous sommes avant tout un système nerveux qui va être rempli par le système
social. Il y a très peu d’automatismes innés en nous. L’essentiel des automatismes est
acquis. Autrement dit, un enfant qui naît, étant incapable de se débrouiller seul et presque
entièrement vide (en termes de mémoire, savoir-faire, intelligence), va devoir être rempli… par
l’éducation.

La mise en forme est sociale. Un enfant laissé seul dans la nature ne peut que mourir. On va
l’éduquer. On remplit donc son système nerveux.
Ainsi, ce qu’est chaque individu, c’est… les autres.

C’est-à-dire que nous incorporons en nous nos proches (leurs règles, leurs comportements, valeurs)
et les valeurs sociales (à l’école, au travail, avec la tv, etc.). En n’oubliant pas que nos proches eux-
mêmes ont été formatés auparavant par le contexte social…

Sans devenir les autres, nous n’existerions pas. Sans leurs règles, leurs valeurs, leurs solutions, nous
ne pourrions exister. Nous sommes ce que nous apprenons. Et ce que nous apprenons, ce sont les
autres (ce qu’ils ont fait, ce qu’ils font, ce qu’ils disent, ce qu’ils pensent). Pensez à ce jeune enfant
perdu dans la jungle et vous comprendrez aisément que cet enfant ne peut survivre car il n’a pas
incorporé en lui de quoi composer avec l’environnement.
Tout notre savoir (savoir-être, savoir-vivre, savoir-faire) nous vient des autres.

Ce qui signifie que l’idéologie sociale en vigueur à une époque formate les esprits. Nous sommes
construits dès notre naissance (et même bien avant) par cette idéologie sociale, nous en sommes
imprégnés, nous pensons à travers elle.

Un patrimoine génétique commun à 99,8%.


Un système nerveux identique, conçu pour fonctionner selon des schémas innés. Avec donc des
besoins primaires semblables.
Un système nerveux mis en forme dans une époque donnée, par une société donnée. Ce qui signifie
des automatismes acquis quasi-semblables (la mémoire permettant la conscience et notamment la
conscience de soi, donc notre sentiment d’être et d’être différent, est remplie par les autres).
Cela laisse peu de place pour de grandes différences.
Certains vont rétorquer qu’ils mangent paléo ou qu’ils sont frugivores, ce qui est quand même un
signe de différence prononcée. A ceci je rétorquerais qu’il est plus facile de changer sa manière de
manger que sa manière de penser.
Dans une société ultra-individualiste, dont le cœur battant est la production et la consommation, on
se singularise par la… consommation.
En cela, on ne fait que répondre à nos conditionnements.

Encore une fois, manger paléo ou frugivore, ou des pizzas, ne nous distingue que par la surface,
puisque nous obéissons à l’ordre plus fondamental (et très commun) de nous distinguer par la
consommation.
Puisqu’au niveau de l’hypothalamus et du système limbique, nous portons les mêmes déterminismes
(conditionnements), c’est au niveau de la zone orbito-frontale que la différence réelle va pouvoir se
faire. Et notamment par l’imagination créatrice. C’est en prenant du recul par rapport à nos
conditionnements (à l’ensemble de nos conditionnements) que nous allons pouvoir construire notre
singularité, donc notre « vraie» différence.

Prendre du recul sur nos conditionnements, cela signifie prendre du recul sur «la culture qui nous a
formaté » à l’aide de « la culture qui permet d’imaginer d’autres voies » (d’autres manière de penser
et d’agir).
Comme je l’ai écrit dans « Stratégie de la motivation », on sort de la culture par la culture.
« Évoluer, c’est sortir de la culture grâce à la culture.
Le terme culture comporte deux acceptions:
– La première est la panoplie de tous les éléments constitutifs d’une
société : traditions, manières de parler, de se vêtir, de se comporter,
d’entrer en relation … c’est l’ambiance générale dans laquelle baigne
tout nouveau venu dans un monde.
– La seconde est constituée d’une réflexion sur la première. Il s’agit de
prendre du recul, d’exercer son esprit critique, de mettre en doute le
monde que l’on voit. Ce monde ne va pas de soi, il est «relatif ». En se
« cultivant », on gagne de l’autonomie, on devient capable de rejeter
les fausses évidences, les croyances erronées. On comprend pourquoi et
comment chaque vie, chaque regard sur le monde peut et doit être
singulier. La culture, en ce sens, est la création d ’un être singulier.»

Autrement dit, on ne peut réellement être différent sans se cultiver.


Tout ce qu’on fera sans culture, ce sera des variations superficielles sur une même base de
conditionnements (biologiques et sociaux). Moins l’individu a appris à penser et à se penser lui-
même, plus cette « base » sera ce qui le constituera essentiellement. Il sera avant tout cette base. Il
sera… basique.

Pour changer un système, il nous faut du recul (afin de mieux l’observer).


Chacun de nous est un système. Nous avons donc besoin de recul pour être vraiment différent. Seule
la culture l’apporte, car elle permet de mieux penser, de créer de nouvelles connexions, d’imaginer
d’autres possibilités et de concevoir un nouveau soi, davantage libéré des conditionnements
biologiques et sociaux.

Dans une société No Pain No Gain, toute activité No Pain No Gain est le fruit du conditionnement de
base. Et être plus No Pain No Gain que la moyenne, ce n’est pas être différent sur le fond, on l’aura
compris.

Plus on agit de manière automatique, moins on réfléchit, alors plus on répond selon des mécanismes
inscrits en nous et qui nous commandent à notre insu.
Plus on affine notre réflexion, plus on apprend, plus on peut espérer se libérer et faire de soi un être
singulier et non juste le produit de l’idéologie dominante.

En bref, nous avons tous le potentiel pour être vraiment différents, mais très peu d’entre nous
exploitent ce potentiel. Les autres agissent tels des robots (des machines triviales organiques)
programmés par
l’idéologie sociale dominante.
Comprendre cela, c’est déjà faire une partie du chemin.
Un préparateur physique qui a compris
26 janvier 2015, 18:18

Ci-dessous, vous trouverez un petit texte de Maxime Bratanoff, préparateur physique,


qui répond à un élève de STAPS ne comprenant pas la Méthode Lafay.

En musculation classique, les séries longues et légères ne sont pas censées donner
de la force et du volume. C'est pourquoi des professionnels de la musculation ont
régulièrement affirmé que les résultats de la Méthode Lafay étaient scientifiquement
impossibles. Ce qui signifie, soyons clairs, que je serais un charlatan/escroc qui utilise
des athlètes soulevant des haltères en cachette pour promouvoir mes livres...

Je comprends tout à fait qu'à ses débuts la Méthode Lafay ait pu laisser dubitatives
de nombreuses personnes élevées selon les dogmes de la musculation classique (et
des savoirs scientifiques reliés). Et même après bientôt onze années d'existence, de
nombreux professionnels de la musculation regardent encore la Méthode comme une
bizarrerie certainement malhonnête, inexplicable... et inexpliquée (du moins le
pensent-ils). Persuadés d'avoir, en tant que professionnels, tout le savoir nécessaire
dans leur « logiciel » mental, ils sont passés à côté de mes long textes explicatifs et
copieusement référencés (parfois avec dédain et mépris).

L'avis d'un préparateur physique, étoffé de quelques explications, pourra peut-être


leur permettre de passer un cap.
Qu'ils soient rassurés, mes rapports avec Maxime ont été plutôt houleux au début. Il
y a déjà quelques années, alors qu'il était powerlifter, il est entré en conflit ouvert
avec moi, persuadé que mon discours n'était pas viable. Puis, visiblement touché par
mes réponses et démonstrations, cet homme curieux a lu mes textes, a lu certaines
de mes références, et il a fini par comprendre quelques aspects importants de mon
travail.
Voici donc sa réponse à cet étudiant en STAPS :

« Travailler en séries longues/charges légères avec une approche classique ne donne


pas le même résultat que des séries longues avec le système de Boucle (revenir un
peu en arrière dès que la fatigue/stagnation physique ou psychologique s'installe
pour remonter sans forcer et ouvrir son homéostasie, ce qui fait que des séries
"longues" deviennent mentalement courtes pour toi).

Dans le premier cas (musculation classique où les séries longues et légères sont
recherchées pour un type de développement précis), il y a de fortes possibilités que
cela ne donne que peu de force/puissance comparativement à des séries courtes en
force ou en pliométrie par exemple.

Dans le cas d'une approche systémique, la situation change complètement. Cela n'a
pas encore été étudié par les STAPS, ni par les BPJEPS AGFF, car les principes
scientifiques utilisés sortent du cadre de la musculation.
Ils pourraient largement faire avancer les choses en se cultivant davantage (voir les
travaux de Henri Atlan, Gregory Bateson, Pierre Karli, Joël de Rosnay, Thomas Kuhn,
Edgar Morin, Jean Louis Le Moigne, Gaston Bachelard...).
Nous vivons dans une société où les savoirs ne sont pas ou peu reliés (aucune
transdisciplinarité) + une volonté humaine de dominer l'autre (le concurrent, le
néophyte) accrue (approche analytique Elitiste).

Les préparateurs physiques soucieux de progresser et faire progresser leurs élèves


devraient commencer à s'intéresser au système de Boucle (de rétroaction) mis au
point par Olivier Lafay, à l'épigénétique, à l'épistémologie (je te laisse faire les
recherches associées à ces termes) mais aussi et surtout à définir l'interaction
individu/contexte/relations pour créer quelque chose d'encore plus sain et efficace
pour le corps/esprit. Car, qu'on le veuille ou non, les "blouses blanches" et les
"coachs de terrain" cherchent encore et toujours à trouver ce qui est "le mieux", la
crème de la crème (processus d'Optimisation), au lieu de trouver du Sens (processus
d'Adéquation – cf Jean-Louis Le Moigne), plus précisément un rapport système de
soi/système d'entrainement souple et adaptatif. »

En écho à ce texte de Maxime Bratanoff, qui reprend en les synthétisant quelques


éléments importants de mes textes, je vous propose deux citations complémentaires
de Norbert Wiener, l'inventeur de la Cybernétique, la science fondant la Méthode
Lafay.

Norbert Wiener, admis à 11 ans à l'université, obtenant son doctorat à 18 ans et


élaborant ensuite une science qui a radicalement bouleversé le 20° siècle et avec
laquelle nous vivons tous aujourd'hui. Une science présente partout et pourtant fort
mal connue.
Une science qui a ouvert l'univers des machines, de l'informatique, et dont la
puissance et la clairvoyance ont tracé le chemin de l'épigénétique et des recherches
actuelles les plus pointues dans le domaine de l'analogique.

« la presse exalte le ''savoir-faire '' américain depuis que nous avons eu le malheur
de découvrir la bombe atomique. Il y a pourtant une qualité plus importante que
celle-là et beaucoup plus rare aux Etats-Unis. C'est le ''savoir-quoi'' grâce auquel
nous déterminons non seulement les moyens d'atteindre nos buts, mais aussi ce que
doivent être nos buts. »

« J'ai dit que l'homme moderne, et particulièrement l'américain, quelque ''savoir-


faire'' qu'il puisse avoir, est dénué de ''savoir-quoi''. Il acceptera l'habileté supérieure
des décisions prises par la machine sans trop s'inquiéter des motifs et principes qui
les fondent. »

(si on remplace "machine" par "institution", ça marche aussi)

Dans ces propos de Norbert Wiener, on comprend la nécessité des réflexions


téléologiques et épistémologiques, ces réflexions qui ont permis l'élaboration de la
Méthode Lafay.
A noter que ces citations datent de 1955. Depuis, le mode de vie américain a envahi
le monde, et le culte de l'efficacité, sans discussion des motivations et des buts, est
implanté partout.

La Cybernétique, lorsque l'on va au bout de sa logique est subversive; elle remet en


question, notamment dans le domaine du travail corporel, l'idéologie qui commande
nos actions. Elle interroge cette idéologie. Et elle la renverse...
Cela explique certainement le manque d'intérêt pour cette science dans le domaine
de la musculation, domaine ô combien imprégné de l'idéologie dominante
(performance, compétition, possession de soi/de l'autre/de la nature, affrontement
permanent, narcissisme exacerbé, victoire à tout prix).

Quel est le but de la Méthode Lafay?

Croître et durer
ABC de la bêtise humaine
22 mars 2015

Depuis quasiment onze ans, les détracteurs de la Méthode Lafay disent qu'on ne peut être très
musclé (ou même musclé) en l'utilisant.
Mais alors, que penser des milliers de photos publiées sur mes pages facebook et sur mon site?

Ils ont une réponse très simple : Olivier Lafay paie des gens pour mentir. Ces gens font des haltères en
cachette, voire même se dopent. Puis ils viennent dire ensuite sur les pages Lafay qu'ils doivent leurs
supers résultats à la Méthode Lafay.

Donc, tous les pratiquants musclés sont des menteurs. Et Olivier Lafay est un escroc.

La Méthode Lafay, ne peut fonctionner. Point-barre, comme disent certains...

Ainsi, selon les détracteurs (et parmi eux, les concurrents), toutes ces personnes musclées soulèvent
des haltères en cachette.
On ne peut devenir comme ça avec des pompes et des tractions.
C'est... scientifiquement impossible.
Mais il y a une seule exception à ces affirmations et une exception vraiment comique, comme vous

allez le voir :)

Les détracteurs admettent les résultats de la Méthode Lafay quand ils veulent comparer les
performances aux haltères...

En effet, imaginons un pratiquant de développé couché comparant ses performances en lever de


barre chargée avec ce qu'a fait Charles (par exemple) :

1 – Charles, pratiquant se disant 100% Lafay, s'est testé au couché et a réussi 13 fois 110 kgs. C'est
vraiment exceptionnel si on admet qu'il n'a fait que des pompes et des dips pour développer sa force.
Le développé couché n'est pas un exercice habituel pour lui.

2 – un pratiquant de musculation traditionnelle moins fort que Charles va dire : « c'est du chiqué,
Charles fait de la fonte en cachette et puis il se dope. »
Donc, pour lui, Charles ne doit ses résultats qu'à la « fonte » (et accessoirement au dopage).

3 – un pratiquant de musculation classique plus fort que Charles (même s'il ne fait que 3 répétitions
de plus), que va-t-il dire?

Il va dire que Charles doit ses résultats seulement à la Méthode Lafay :D

4 – ainsi, d'un seul coup, et selon les besoins des détracteurs, Charles passe de « leveur de fonte en
cachette » à « pratiquant 100% Lafay ».

Magique ! Et comique, je vous avais prévenu ;)

5 – en effet, quel serait l'intérêt de comparer un leveur de fonte à un autre leveur de fonte?
L'idée est bien de rabaisser les résultats de la Méthode Lafay et non d'un simple leveur de fonte.
Donc, celui qui fait cela admet implicitement, mais de manière manifeste, que la Méthode Lafay peut
donner un physique comme celui de Charles.

6 – d'un coup, on ne dit plus que les « lafayens » doivent leur résultats à la fonte, au crossfit, au
dopage, etc.

:)
On considère leurs résultats comme des produits à 100% de la méthode Lafay, à condition de pouvoir
les battre. Un lafayen n'est 100% Lafay que s'il est vaincu...

Sinon c'est un tricheur payé par l'escroc Lafay :)

Charles fait 1 traction d'un bras. Si un fonteux (un pratiquant des haltères) n'en fait aucune, alors il
dira que Charles doit ses résultats à la fonte pratiquée en cachette.
Par contre, si un fonteux en fait 2 , alors il dira qu'il a battu un lafayen (sous-entendu : une personne
qui fait la Méthode Lafay).
Idem pour tout autre exercice...

7 – ainsi, en voulant se comparer aux lafayens, les détracteurs valident le pouvoir de la Méthode
Lafay de rendre puissant (fort et volumineux).
Ils admettent donc qu'elle est une véritable innovation (puisqu'on peut donc devenir comme Charles
avec seulement des pompes et des tractions, ce qui est exceptionnel)...

CQFD
L’avenir de la musculation sera
inévitablement cybernétique
31 mars 2015

« Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans
compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. »
Rapport Brundtland, 1987

Vous trouverez ci-dessous :


1 – la reprise d’un court article de 2013;
2 – une citation originale complémentaire, commentée. Nous pouvons affirmer que l’avenir de la
musculation sera inévitablement cybernétique. Et la Méthode Lafay, seule de cette espèce, a ouvert
la voie dès 2004.

*
*
*
1 – La logique du développement durable appliquée à la musculation

a – La gestion des ressources.

Le capital corporel est exploité en ayant une vision à long terme. Il ne s’agit pas d’amener son
organisme à la destruction en cherchant un profit à court terme. Par profit, j’entends le
développement exclusif du muscle. On apprend à gérer ses efforts afin d’éviter un épuisement
précipité des ressources qui conduit à la fatigue et aux blessures. La musculation, outil de
construction de soi, ne doit pas être énergivore. Elle ne doit pas devenir non plus une activité
chronophage, qui étoufferait dans l’oeuf le développement de nos autres potentialités, ou le
limiterait. La souffrance, psychologique ou somatique, provient de ces potentialités oubliées ou
gâchées, elle provient de déséquilibres. Aussi, pour atteindre l’harmonie (l’épanouissement), on
apprendra à éviter le gaspillage.

b – Le respect du potentiel exploitable.

On ne veut pas faire croître le corps malgré lui, mais avec lui. Il s’agit d’apprendre à dialoguer avec soi,
pour que la construction se fasse dans un état de paix intérieure. Le pratiquant apprend à regarder
son corps autrement que comme un objet de consommation immédiate dont seule l’apparence
compterait. Il apprend à écouter ce corps qu’il ne veut plus contraindre comme il le ferait d’un
adversaire, mais qu’il envisage désormais comme un partenaire. Plutôt que de se comporter comme
un prédateur envers lui-même, plutôt que de s’utiliser sans se respecter, il entreprend des jeux à
sommes non nulles, avec lui-même, avec son environnement.

c – La croissance autrement.

Se considérer soi-même comme un partenaire, rechercher l’harmonie, n’exclut ni la croissance, ni la


performance. En privilégiant le dialogue avec soi et l’environnement, plutôt que la contrainte
prédatrice, on peut aller très loin, beaucoup plus loin qu’en se pillant soi-même. Et ceci plus
facilement.

La Méthode Lafay, pour promouvoir et mettre en place un développement durable, subordonne la


construction du corps à la construction de soi , en actionnant de manière efficiente une logique de
contrôle de l’effort.
Les résultats des pratiquants expérimentés montrent qu’un compromis rationnellement construit est
au moins aussi efficace à court terme qu’une focalisation exclusive sur la performance (la prise de
volume étant aussi une performance). A long terme, il sera beaucoup plus efficace, du fait même de
son efficience.

*
*
*

2 – l’avenir de la musculation sera inévitablement cybernétique.


« Les outils conceptuels de la cybernétique peuvent nous aider à penser de manière plus efficace et
productive, à créer, à innover, voire à commencer à anticiper aux niveaux atteints par les plus
talentueux disciples de Wiener, qui arrivaient, comme lui, à « voir par dessus la barrière » et, au bout
du chemin, le résultat final de tout effort.

La Cybernétique, et ses sciences de l’information et des systèmes, ainsi que leurs descendantes, les
nouvelles sciences de la complexité et de la communication humaine, offrent aux scientifiques et
non-scientifiques de nouvelles façons de penser de façon SYSTÉMIQUE et STRATÉGIQUE, de résoudre
des problèmes, élaborer des scénarios, et détecter des sources de DÉSORDRE potentielles avant le
déclenchement du DÉSASTRE.

A mesure que les systèmes de la vie s’accélèrent et se compliquent, l’acquisition de ces savoir-faire et
leur application aux affaires quotidiennes, ainsi qu’aux plus vastes problèmes des économies et
cultures du monde, peuvent être la meilleure démarche d’un individu dans les méandres de la société
globale. »

(Flo Conway/Jim Siegelman, en 2012)

*
*
*

[Le nom cité est celui de Norbert Wiener, fondateur de la cybernétique, l’un des plus grands
scientifiques du 20°siècle, et considéré comme le deuxième plus grand mathématicien américain
après Einstein. L’évolution technologique du monde s’est considérablement accélérée après la
publication de son ouvrage Cybernetics en 1948.

La Cybernétique a été écartée de la scène pour des raisons éminemment politiques peu de temps
après ses premiers grands succès dans le domaine technique, auquel elle restera confinée pour le
grand public, ses développements autres étant masqués et empêchés, par l’orientation « tout
numérique » du monde occidental. Même les recherches purement « techniques », dans le domaine
de l’analogique, ont été considérablement ralenties par cette orientation « tout numérique ».

Mais la Cybernétique a continué néanmoins à progresser dans l’ombre, en douceur. Notamment dans
les sciences sociales, la psychologie, l’écologie.

Au 21° siècle, la Cybernétique a fait un retour triomphal. Le véto politique a fait long feu, notamment
devant les besoins modernes, suite à un numérique atteignant ses limites. L’oeuvre de Norbert
Wiener se retrouve dans les recherches et découvertes récentes : dans la robotisation, les
nanotechnologies, la biotechnologie, ingénierie génétique. La médecine est révolutionnée.
La manière de concevoir et construire le monde, inaugurée par Norbert Wiener, et développée par
ses successeurs, est validée par ces nouveaux, incroyables, merveilleux et troublants succès.

La Méthode Lafay s’est fondée sur le travail de Norbert Wiener et de ses successeurs : Heinz Von
Foerster, Henri Laborit, Henri Atlan, Edgar Morin, Joël de Rosnay, Jean-Louis Le Moigne, Gregory
Bateson, Paul Watzlawick, etc.
Ses succès lorsqu’il s’agit de transformer rapidement et sainement les corps, s’expliquent avec les
fondamentaux de la Cybernétique, ceux qui régissent les fabuleuses avancées réalisées dans les
domaines cités ci-dessus.

Le mode cybernétique de penser et d’agir est donc incontournable; il sera nécessairement l’avenir de
la musculation. Les résultats de milliers de pratiquants en attestent depuis déjà 11 ans.
Et les malheureuses tentatives des promoteurs de la musculation « classique » pour enlever tout
crédit à mon travail, passant essentiellement par les mensonges, les rumeurs et la diffamation,
paraissent réellement anachroniques, tels les soubresauts d’un ancien monde, qui résiste par
incapacité à se concevoir autrement.]

*
*
*

En photos, Rudy De Decker, âgé de 46 ans et qui a débuté l’entraînement il y a 3 ans.


Cris, âgée de 56 ans.

Ces deux personnes existent réellement et ont bien l’âge donné ici.

Voici leurs comptes facebook, si vous voulez vérifier :


Cris : https://www.facebook.com/profile.php…
Rudy : https://www.facebook.com/chtirudy.barhitting?fref=ts
Posing de Rudy sur youtube : https://youtu.be/uCjEwrxvKc4

La cybernétique permet de croître et durer, en s’entraînant peu et en forçant le moins possible. Deux
à trois séances de musculation par semaine pour de tels résultats.

Entraînement Stratégique, guerre facile


15 avril 2015

Je propose de remplacer la maxime « Entraînement difficile, guerre facile » par celle-ci : «


Entraînement Stratégique, guerre facile ».

J’en entends déjà certains s’exclamer : « qu’est-ce que c’est encore que ces conneries ! Il va encore
nous pomper l’air avec son entraînement où on aurait soi-disant du muscle sans rien foutre ! »

Ou encore : « de toute façon, on n’a rien sans rien ! Si c’est pour nous faire croire qu’on peut être
opérationnel en se la coulant douce, inutile de lire cet escroc ! »

Ou même : « un, guerrier, ça s’entraîne comme un guerrier ! On doit aller à l’entraînement comme on
va sur un champ de bataille. C’est ça qui rend fort. La vie est comme ça, point barre ! »

Et le plus réfléchi des énervés de dire : « il n’y a aucun mérite à vaincre sans combattre. Où est donc
la gloire, la valeur de la victoire, si on n’en a pas chié avant, pendant, et même après (faut bien vivre
avec ses blessures) ? »
Je comprends ces réactions, qui sont si spontanées qu’on sent bien que les conceptions défendues
font partie de notre culture.
Aussi, j’invite chacun à lire la suite et à se faire son avis.

Avant tout, je tiens à dire que la maxime « Entraînement difficile, guerre facile » est vraie… sous un
certain angle. La vérité qu’elle contient s’est en quelque sorte prouvée sur divers théâtres
d’opérations.
Lorsque l’on oublie que notre regard, notre conception de l’action, sont façonnés par nos
conditionnements culturels, on a le sentiment que cette maxime se vérifie régulièrement. On voit ce
qu’on a appris à voir et on a tendance à vouloir prouver ce qu’on nous a appris.
Et on entend dire : « on a bien fait d’en baver pour se préparer, car cela n’a pas été de la tarte, mais
on a réussi. »

Effectivement, un organisme maltraité s’endurcit. Il peut devenir plus fort à court et moyen terme, il
résiste à la douleur pendant un temps donné. Un organisme constamment sous tension sera aussi
sous tension sur le « terrain »; il sera plus vigilant. Un organisme régulièrement stressé agit en
organisme stressé, c’est-à-dire accaparé par sa survie dans le cadre qui lui est imposé.

Mais sa vigilance est lié à une surtension qui l’use. Sa combativité, née du stress régulier qu’on lui
impose, l’use. Il s’endurcit, oui, mais au détriment de sa santé, de sa longévité et de son recul en
situation de stress. Il est comme le rat dans la cage décrit par Henri Laborit
ici :https://youtu.be/8ubYKgXU5ms

On peut bien sûr s’adapter à de forts stress. La réussite de l’espèce humaine est directement liée à
notre très grande capacité d’adaptation.
Mais, en tant qu’individu, il faut mettre dans la balance ce qu’on gagne en s’adaptant et ce qu’on
perd.

L’intérêt de l’espèce humaine n’est pas forcément celui de l’individu. De même, un groupe humain
peut perdurer en sacrifiant certains des individus qui le composent, voire parfois une forte proportion
de ces individus. Et l’idée d’un entraînement difficile repose sur cette conception du sacrifice du «
guerrier »… à tous niveaux.

Mais, si on met l’accent sur ce qui singularise l’espèce humaine, sa zone orbito-frontale développée,
son intelligence, on peut aussi imaginer la survie du groupe ET l’épanouissement de l’individu. Ou au
moins la sauvegarde, autant que possible, de son intégrité physique et mentale.

Un organisme au mieux de sa forme, dont on aura préservé le système nerveux, sera finalement plus
résistant, plus affuté, et sa vigilance sera élargie car il aura la possibilité d’avoir davantage de recul.

Ajouter du stress au stress fragilise. Alors que préserver, voir augmenter la complexité de l’organisme
le rendra plus solide et plus subtil. Son potentiel énergétique et combatif pourra être libéré au bon
moment, ce capital n’ayant été diminué en aucune façon par des manoeuves antérieures usantes.
Et il aura des réserves lui permettant de résister efficacement à un stress »légitime », et un système
immunitaire solide.

Si vous avez pu développer vos aptitudes stratégiques à l’entraînement, celles-ci seront présentes sur
le terrain (quel qu’il soit).
Si l’entraînement vous apprend à être posé, à ne pas user inutilement votre énergie, à construire,
avancer, progresser, et vaincre avec peu d’efforts, voire sans combattre, alors cette habitude agira en
vous comme un conditionnement global et sera donc transférable à d’autres activités.
« Qui peut le plus peut le moins »
Un stratège peut être subtil dans son approche de l’action, ou »bourrin », en fonction de ses
besoins.

L’inverse n’est pas vrai : un »bourrin » ne saurait être stratège, ne saurait être subtil.

CYBERMUSCU
20 avril 2015

Se muscler en homme et non en chimpanzé bavard

L’article « Détruire le TOUT pour satisfaire des parties » a été lu plusieurs dizaines de milliers de fois.
Plusieurs dizaines de milliers de lectures, déjà ! Car il date de seulement quelques jours…
(lien : https://www.facebook.com/MethodeLAFAY/posts/10153237669056064)

C’est un très grand succès compte tenu de la nature de l’article, qui aborde la musculation… en
profondeur.

Cette approche, visiblement séduisante/intrigante pour de nombreux lecteurs, est devenue possible
grâce à la Cybernétique, une science qui englobe les savoirs usuels en musculation : nutrition,
physiologie et biomécanique. Une science qui les surplombe…
La Cybernétique, une science fondamentale pour l’ingénieur, le biologiste, le biophysicien et le
psychologue.
Et fondamentale aussi pour celui qui veut mieux se connaître afin de se permettre une vie « bonne
»…

Une science qui permettra à celui qui s’y intéresse de se conduire enfin en homme et non pas en
simple chimpanzé bavard. Si c’est valable pour l’homme en général, c’est valable pour ce qu’il
pratique, dont la musculation…
En lisant Henri Laborit, que nous citerons d’ici quelques lignes, on comprend mieux que l’on peut se
muscler différemment, en homme…

Suivre le mode d’emploi, fort simple, exposé dans le Tome 2 de la Méthode Lafay, permet à tout un
chacun d’apprendre la gestion cybernétique de l’entraînement de musculation. L’entraînement
devient… stratégique. On peut progresser avec « peu d’efforts » pour « beaucoup d’effets » en
respectant des règles d’une grande clarté.
Deux à trois séances de musculation, relativement courtes, chaque semaine, en y ajoutant un travail
complet permettant le rééquilibrage constant de l’organisme… suffisent pour des résultats
exceptionnels, paraissant « magiques » à celui qui ignore tout ou presque de la Cybernétique.

Cette science est très peu connue du grand public comme de nombreux spécialistes, car elle est
autant subversive que techniquement utile, donc peu enseignée, ou seulement de manière
superficielle. Elle ne valide les systèmes de dominance en place que pour mieux les vider de leurs
raisons de se perpétuer et proposer de quoi les dépasser. Elle donne les voies d’accès à davantage de
liberté et de possibilités d’être mieux, de se construire dans le respect de soi et des autres, et de
durer.

Cette science est oubliée, décriée, ou abordée superficiellement par le milieu traditionnel de la
musculation, qui n’est pas en mesure de se refonder sur sa base, compte tenu de ses valeurs
parfaitement conformes, parfaitement en accord avec le système de dominance en place, dont il est
une forme très visible. Le fantasme du « Mâle Alpha » est une icône en musculation traditionnelle, il
est revendiqué sans complexe.

Idéologie du combat contre soi, les autres, le monde… Idéologie du sacrifice. Idéologie de l’oubli de
soi au profit de la réussite économique principalement. Le culte de la performance au-dessus de tout,
au détriment du respect de soi, des autres, du monde. Il s’agit de s’utiliser, de se ponctionner, de
s’auto-détruire, pour être un dominant, un mâle Alpha.

On sent les balbutiements d’une approche cybernétique/systémique dans les prises de position
éthiques vegan ou végétariennes, prônées par des bodybuilders manifestant par ailleurs tous les
signes d’une obsession de la dominance (dont le dopage).
Une obsession de la dominance, une surexcitation narcissique qu’aucun raisonnement de fond sur
leurs propres motivations ne vient tempérer.
Un positionnement éthique en matière alimentaire qui ne parvient pas à cacher cette scission entre «
MOI » et les autres, qui se veut encore cartésienne, dualiste où, comme le dit Paul
Watzlawick, l’individu se décrit malgré lui comme regardant le reste du monde depuis l’orifice d’une
serrure.

Le combat pour les « valeurs », l’éthique vegan ou végétarienne, éthique de la « non-possession », de


la « non-brutalité », est encore tributaire d’une idéologie de la possession, inconsciente d’elle-même.
Comment peut-on vouloir ne plus posséder le vivant, quand on est inféodé à une idéologie de la
possession de soi, du monde, des autres (Descartes)? Une idéologie ultra-individualiste, de
l’affirmation de soi aux dépens de ses semblables… Ce fond idéologique est très souvent visible dans
les attitudes des prosélytes sur le net.
C’est dans cette attitude paradoxale que « quelque chose » essaie d’émerger.

Un immense pas en avant peut être fait, pour davantage d’éthique, à tous niveaux, qu’ils soient,
englobants ou strictement individuels, grâce à la Cybernétique. Nous, pratiquants de la Méthode
Lafay ainsi que son auteur, plaidons pour une approche écosystémique de soi, des autres, du monde.

« La cybernétique permet de poser correctement un problème : qui fait quoi, comment, pourquoi?
Elle permet d’établir des modèles matériels et conceptuels et de contrôler leur fonctionnement. Elle
oblige à mettre à jour les régulations, à ne pas confondre, effecteur, facteurs, effets, rétroaction.
Elle oblige à rechercher le plus grand nombre de ceux-ci dans un système et à sortir de la causalité
linéaire et des trois principes d’Aristote sur lesquels nous vivons encore.
Et surtout, elle oblige à mettre en évidence les niveaux d’organisation, et l’intervention des
servomécanismes. Elle conduira à l’étude des systèmes, ouverts ou fermés. »

« Cette éducation structuraliste n’a nullement pour but d’automatiser les cerveaux vierges, mais au
contraire de les ouvrir au monde qui les entoure et à celui qui vit en eux.
Dans l’infinie complexité des choses, des êtres, des concepts, dans la forêt de l’inconscient, le bruit
des pulsions, la barrière des interdits, le guide implacable des automatismes, elle apportera un
certain ordre et une certaine clarté.

Elle permettra ainsi d’agir en homme et non en chimpanzé bavard. »

« Elle ébranle toutes les valeurs, des plus évidentes aux plus discutables. Elle remet tout en cause
inlassablement. Elle pousse à la révolte contre les préjugés, les concepts éculés, les vérités premières,
les »essences », les certitudes admirables […]. »

Citations d’Henri Laborit, référence fondamentale ayant servi à la construction de la Méthode Lafay.
Médecin, chirurgien, neurobiologiste, éthologue, chercheur, cybernéticien, systémicien.

°
°
Les réactions de nombreux pratiquants de musculation traditionnelle à l’article « Détruire le TOUT
pour satisfaire des parties » sont davantage des jugements de valeur, des insultes et affirmations
péremptoires que des propos argumentés réfléchissant au fond.
L’article en lui-même n’a pas été l’objet d’une contre-argumentation pas à pas.
On retrouve dans leurs propos les comportements stéréotypés du chimpanzé, en recherche de
dominance, ou souhaitant la protéger, un chimpanzé devenant bavard.

Mais l’Homme, celui qui se sert de sa zone orbito-frontale pour analyser et discuter un texte, est
absent…

°
Quelques pas supplémentaires sur la voie de
la CyberMuscu
1 mai 2015

(Par Maxime Bratanoff, préparateur physique)

Un point de vue pertinent, par une personne qui a étudié mon travail et une partie non négligeable
de mes sources bibliographiques.

Il aborde deux sujets dans son article :


1 – le manque de culture cybernétique dans l’enseignement sportif et ses raisons.
2 – le rapport particulier de l’athlète avec les charges lourdes et légères dès lors qu’il est formé en
cybernétique.

Déjà la Méthode Lafay ce ne sont pas des cycles et des planifications. C’est une modélisation qui
vient de la science de la cybernétique, la science dont les coach et scientifiques spécialistes du corps
humain n’ont pas appris a tenir compte alors même qu’elle englobe la biomécanique et la
physiologie;
L’ouvrage ci-dessous est une preuve parmi d’autres que la Cybernétique englobe la Biomécanique, la
Physiologie, l’Anatomie et tant d’autres domaines : http://amzn.to/2tIwQK2

(ouvrage de référence faisant partie de la bibliographie de la Méthode Lafay)

C’est une science très SUBVERSIVE, qui a été mise a l’écart (voir article intitulé « l’avenir de la
musculation sera cybernétique » d’Olivier Lafay) car elle apprend entre autres à comprendre et
envisager les choses de manière Globale et Systémique; et par conséquent donc cesser de se faire
manipuler.

C’est pour cela qu’il est vain et faux de croire/d’affirmer qu’Olivier Lafay manipule les gens, puisqu’il
donne les outils conceptuels, les sources littéraires issues de diverses
disciplines HUMAINES (cybernétique, romans, sociologie, systémique, épigénétique, épistémologie,
biologie des comportements, anthropologie, éthologie, pensée stratégique, constructivisme,
philosophie) pour se libérer des conditionnements culturels.

Dire qu’Olivier Lafay manipule les gens est typiquement une invention de dominant frustré ou de
dominé ignorant (Cf citation de Olivier reprenant Wilhelm Reich).

Et ce n’est pas bon pour les « puissants » que les gens se cultivent de la sorte…

*
*
*

Autre sujet (sur l’idée d’alterner avec des cycles avec charges lourdes) :

Pour Olivier Lafay, les charges lourdes doivent être proscrites car elles ne font pas parti du cahier des
charges « spécial système nerveux », étant donné qu’elles pompent son énergie.

Ainsi, tout ce qui nuit au SNC (pliométrie haute, excentrique lourd, isométrie maximale, gainage
extrême, charges > 80%, toutes les techniques d’intensification), est éliminé. Cela simplifie le choix
des techniques.

C’est entre autres (mais pas que) la raison du choix des séries longues avec repos courts. Mais ces
séries longues propres au Protéo-System ne sont pas celles qu’on t’apprend en musculation classique.
En musculation classique, les séries longues sont envisagées avec des repos longs puisqu’on raisonne
de manière a développer une qualité (masse, puissance lactique) et qu’on cherche
l’INTENSITE comme valeur inhérente au progrès physique.

Ou alors tu trouveras aussi des séries longues TROP légères pour permettre la prise de force et de
masse ne satisfaisant qu’un type de développement, l’endurance musculaire (bodypump, modèle d’
Eberhard Mund en prépa physique pour l’Aviron, séries de 100 pour « capillariser » et « relancer un
point faible »).

Les séries longues ont même été catégorisées dans le monde la l’entrainement physique comme
inaptes et non rentables. Ce n’était pas vraiment un tort vu sous un certain angle, mais encore une
fois le changement de paradigme nous montre que le contraire est possible et salutaire. Et, par
exemple, le Modèle Cometti leur a préféré l’emploi de charges moyennes et lourdes pour travailler
l’endurance de force, modèle certes très efficace mais « annihilant » le système nerveux (manque de
réflexion systémique)

Ce qui change dans la Méthode Lafay, c’est que le mode d’emploi des séries longues est articulé
autour d’une des notions fortes de la cybernétique: LES BOUCLES DE REGULATIONS de l’organisme, et
les besoins d’adaptation rapide à n’importe quel environnement.
Le système de boucle-miniboucle propre à l’Entrainement Stratégique permet de rendre les séries
longues « courtes » pour l’athlète, aussi bien dans sa perception de l’effort que dans le rendement
physiologique.

EXEMPLE : dans la Méthode Lafay, tu observeras des athlètes faire un 6 X 20 dips complets
(endurance de force très élevée), cela enchaîné 25 secondes plus tard sur des pompes serrées pied
sur support d’1 mètre de manière hyper explosive en séries longues repos courts.
On devient explosif et fort sur une pré-fatigue quand même importante (les dips ce n’est pas un
exercice léger)

Alors tu commences à réfléchir a la notion de longueur de séries et qualités physiques développables.


Et à remettre en question les savoirs appris dans les STAPS ou les BPJEPS.

Des études en physiologie de l’effort ont montré des passerelles/interférences entre divers systèmes
énergétiques.

Il y a des « qualités » qui ne vont pas ensemble comme le montre l’étude de Docherty et Sporer en
2000 sur l’impossibilité de concilier prise de masse (en séries de 8-12 rep) et puissance aérobie
(fractionnés divers) Selon cette étude on ne peut gagner sur les deux tableaux, on va nuire à l’un des
processus de développement (http://www.optimaxtraining.com/article-musculation.php)
Et il y a un tas d’autres études la-dessus, notamment sur la prise de force et l’endurance délicates qui
seraient donc délicates à appréhender ensemble.

En sciences, il y a tout et son contraire. Et la lectures d’auteurs scientifiques comme Kuhn, Bachelard
ou Klein permet de passer à un modèle de pensée supérieure.

A cela s’oppose la pratique, comme le modèle de Charles Statley Escalading Density training qui
propose d’enchaîner un exercice ago et antago polyarticulaire pour faire de la masse dans une durée
déterminé de 3 a 20 min avec des charges de 60 a 75% de son max
On essaye de battre progressivement ses performances=> c’est une sorte de série longue
entrecoupée de repos courts qui stimule fortement le cardio comme un fractionné. Mais qui reste
assez costaud à digérer pour l’organisme.

Tu as aussi les crossfiteurs, rugbymen, lutteurs ou décathloniens qui allient force masse endurance
(mais peut on prendre en exemple le haut niveau?) qui démontrent la possibilité d’associer des
qualités avec une bonne planification (qui prend le pas sur tout le reste de sa vie).

Pour ce qui concerne la Méthode LAFAY, au vu des résultats affichés sur le net, le constat est
implacable: elle a été construite et réfléchie pour tirer partie de ces passerelles/rapports entre force
masse et endurance, éliminant ou dépassant les interférences possibles entre filières énergétiques; et
le bonus c’est que tu n’es pas fatigué par les séances pour s’accomplir aussi dans d’autres activités, si
tu suis correctement la logique de l’Efficience.

Voir qu’également ce que j’écris dans cet article : http://olivier-lafay.com/…/un-preparateur-


physique-qui-a-c…/
Patience pour la suite…
La Méthode Lafay provoque des
déséquilibres ? Un peu de science, avec
Yann Ollivier
5 mai 2015

Préjugé n°1 : La Méthode Lafay provoque des déséquilibres

1. Introduction

La cybernétique, en tant que science, sert d’abord à faire, à créer des modèles permettant une action
efficace des hommes (ou des machines) sur leur milieu ou sur eux-même comme dans le cas de la
Méthode Lafay (ML).

La biomécanique et la physiologie (entre autre) sont alors asservies dans un ensemble plus grand qui
prend les décisions et commande l’action.

« C’est pourquoi il faut utiliser les études scientifiques comme des briques de lego, dans la
construction d’une architecture qui dépasse le cadre strict de l’entraînement sportif. Autrement dit,
une fois compris que nous avons affaire à un système complexe (training d’un individu particulier dans
un environnement complexe qui agit sur lui et sur l’entraînement), il faut modéliser ce système
complexe et produire un combo « entraînement + système de pensée » qui permette des résultats
importants sans auto-destruction […] » (Olivier Lafay, in Science et Musculation)
Comme il n’est nul besoin de connaître le fonctionnement exact d’une voiture pour l’utiliser, il n’est
nul besoin de connaître le fonctionnement du corps humain et de la ML pour l’utiliser avec
succès. Pour aller d’un point A à un point B.

Pour autant, la somme des connaissance théoriques qui a permis l’élaboration de la voiture existe
réellement. Les voitures ne sont pas nées ex nihilo, elles s’inscrivent dans une histoire scientifique et
technique qui a permis leur réification (passage du projet à l’objet) grâce aux lois de la mécanique.

Il en va de même pour la ML, les données scientifiques en biomécanique, en physiologie, en


psychologie (entre autre) qui ont permis sa réification ne sortent pas d’un chapeau. Elles sont
d’ailleurs pour la plupart issues des mêmes ouvrages qui fondent la base théorique des
entraînements classiques de musculation. Ces mêmes ouvrages que certains illustres chimpanzés
bavards nous invitent à ouvrir pour comprendre ce que devrait être un entraînement de musculation.
On retrouve, une fois encore, la pensée dogmatique qui résiste à l’avancée de la pensée scientifique,
on nie l’évidence des faits pour ne pas déranger ses certitudes péniblement acquises, on refuse à
l’esprit de s’étonner à coup de dogmes et d’arguments d’autorité. C’est là un véritable crime contre la
démarche scientifique qui consiste d’abord à observer les phénomènes qui se produisent dans notre
environnement.

Et si les données scientifiques biomécaniques et physiologiques utilisées dans l’élaboration des


entraînements classiques de musculation et de la Méthode Lafay sont les mêmes et qu’on arrive à
des résultats si divergents, c’est qu’on ne lit pas ces données avec la même grille de lecture.

L’interprétation et la création de modèles (des programmes de musculation) qui en découle sera donc
différente. Et la grille de lecture de la ML, c’est le constructivisme et la cybernétique (ou approche
systémique).

Et la finalité de la cybernétique, c’est de produire des modèles tournées vers l’actioncomme nous
l’avons déjà dit. « La cybernétique est l’art de rendre l’action efficace » comme le disait Louis
Couffignal.

Pour comprendre les raisons de l’efficacité de la ML sous un angle biomécanique et physiologique, il


faut d’abord comprendre comment l’homme est envisagé d’un point de vue systémique et
cybernétique. La suite de l’article permettra d’aborder une partie des conceptions cybernétiques de
l’homme tout en répondant au préjugé suivant : La Méthode Lafay provoque des déséquilibres.

2. Préjugé : La méthode Lafay provoque des déséquilibres

On entend souvent dire que du fait qu’il y ait plus d’exercices visant les triceps brachiaux (la triade)
que d’exercices visant les biceps brachiaux (et les Muscles Brachiaux Antérieurs, on les oublie
toujours !), la « térade » des premiers niveaux entraîne des déséquilibres.

 Origine probable du préjugé

Il naît d’une vision analytique classique de l’entraînement qui consiste à stimuler les muscles
agonistes et antagonistes en isolation et de manière « symétrique ».

 Problématiques

Tout d’abord, de quels déséquilibres parle-t-on ?

S’agit-il de déséquilibres dans le développement des muscles biceps et triceps brachiaux ?


Ou alors s’agit-il de déséquilibres articulaires qui résultent de la modification du centre mécanique de
mouvement d’une articulation ou de déséquilibres posturaux qui résultent, eux, de la modification du
tonus de certains muscles capables d’infléchir un angle articulaire dans un sens ou un autre ?

3. Erreurs fondamentales

3.1. Première erreur, en rapport avec le déséquilibre de développement : ne pas tenir compte
de l’approche systémique appliquée à la musculation par Olivier Lafay

La Méthode Lafay met effectivement l’accent sur les triceps brachiaux lors des premiers niveaux mais,
il faut, premièrement comprendre la logique interne de chaque niveau, les muscles ne sont pas
stimulés un par un en isolation mais par secteur (ou bloc) et groupes musculaires, en synergie (voir
l’article associé). Dans les premiers niveaux, on a donc cette répartition :

 Les membres supérieurs et la ceinture scapulaire (avec pré-contrainte sur le dos)

 Les membres inférieurs et la ceinture pelvienne (avec pré-contrainte sur le dos)

 Le tronc, dont les exercices abdominaux réalisent la jonction entre les deux premiers secteurs

Cette organisation se modifie ensuite dans les niveaux supérieurs mais la logique des blocs
musculaires est conservée.

Et deuxièmement, il faut replacer un niveau, dans l’organisation complète de la méthode en 13


niveaux de complexité et de difficulté croissantes. Si les triceps sont légèrement privilégiés sur les
premiers niveaux, le développement musculaire s’équilibrera progressivement sur les niveaux
suivants avec l’ajout des autres exercices de traction et avec l’ajout éventuel du Curl Lafay (seulement
à partir du moment où on est capable de faire 15 répétitions de C).

3.2. Deuxième erreur, en rapport avec les déséquilibres articulaires ou posturaux : ignorer un
principe fondamental de la physiologie.

 Ce principe est pourtant abondamment décrit dans les traités de physiologie. Il s’agit de
l’homéostasie des systèmes composant un être vivants, c’est-à-dire que ces systèmes, ont,
en eux-mêmes, les capacités de se maintenir en état d’équilibre métastable.

 On retrouve ce principe en cybernétique, il s’agit de l‘auto-régulation des systèmes


autonomes. Un système auto-régulé peut être asservi par un niveau d’intégration supérieur à
ce système. On parle alors de servo-mécanisme. C’est le cas des muscles comme nous allons
le voir :

 Chaque muscle possède un tonus de base qui maintient sa longueur et son potentiel
contractile entre des valeurs moyennes.

 Le système musculaire est un système effecteur qui est asservi au système nerveux. C’est-à-
dire que c’est le système nerveux qui : 1°) maintient le tonus du muscle ; 2°) ordonne au
muscle de se contracter ou de se relâcher.

 La section d’un nerf musculaire entraîne l’atonie du muscle et sa paralysie.


3.3. Troisième erreur, confondre physiologie et pathologie.

Les déséquilibres articulaires ou posturaux sont possibles lors d’un entraînement qui dépasse les
limites physiologiques de l’organisme. On rentre alors en pathologie. Une attitude No Pain No Gain
lors de la pratique de n’importe quelle activité physique, même la ML, pourra conduire à ce genre de
déséquilibres lorsque les capacités d’adaptation d’un système articulaire ou neuromusculaire se
trouveront dépassé.

Dans le cadre d’une pratique qui respecte l’intégrité de l’individu comme la ML, une telle situation de
déséquilibre ne pourra apparaître que suite à un non-respect des consignes.

Chaque séance, surtout quand les modes sont élevés, met l’organisme en état de stress. Celui-ci a
besoin de repos pour récupérer. Les étirements consécutifs à la séance sont primordiaux pour
conserver la souplesse de toutes les articulations (un déséquilibre articulaire récent peut ainsi être
réduit par un étirement approprié) et produire un relâchement du tonus musculaire (le sur-
entraînement peut conduire à une hypertonie musculaire qui aboutira à des contractures provoquant
un déséquilibre postural et/ou des tendinites).

Le respect du délai entre les séances, du nombre de séances par semaine, des échauffements, des
exercices respiratoires, de la relaxation, des semaines de repos régulières sont autant de facteurs qu’il
faut respecter pour éviter l’installation de tels déséquilibres.

Ces critères sont fondamentaux pour un développement optimal de la musculature (entre autre).
Dans l’article Esthétique, Performance et Santé (http://olivier-lafay.com/2014/11/24/esthetique-
performance-et-sante-les-3-facteurs-essentiels/) Olivier Lafay considère que le facteur essentiel du
développement avant l’entraînement stratégique et la nutrition est l’état de santé du pratiquant. C’est
pourquoi ces facteurs considérés comme secondaires à l’entraînement de musculation sont en fait
essentiels au bon développement de l’organisme.

4. Données physiologiques

Nous allons maintenant observer quels mécanismes neuromusculaires permettent l’auto-régulation


d’un muscle. Cette auto-régulation concerne le tonus du muscle. Il est nécessaire que le système
nerveux puissent enregistrer, en temps réel, les changements d’état du muscle pour adapter sa
réponse.

On trouve donc deux types de récepteur spécialisé au sein d’un muscle.

 Le fuseau neuro-musculaire, sensible à l’étirement en longueur du muscle, est disposé


parallèlement aux fibres (ou cellules) musculaires

 L’appareil tendineux de Golgi, sensible à la force exercée par les fibres (ou cellules)
musculaires sur le tendon, est disposé en série. Il est donc à la jonction entre les fibres
musculaires d’un côté, les fibres tendineuses de l’autre.

Ces deux récepteurs sont à l’origine de deux arcs réflexes qui agiront comme des mécanismes de
rétro-action capable d’informer le système nerveux sur l’état de tension et d’étirement du muscle :

 Le fuseau neuro-musculaire est le point de départ du réflexe myotatique (du grec, myo :
muscle ; taton : étirement) de Sherrington (stretch réflex). Il contrôle la longueur du muscle.
 L’appareil tendineux de Golgi est le point de départ du réflexe d’inhibition autogénique. Il
contrôle la force de contraction.

Pour illustrer la question qui nous intéresse avec des données physiologiques élémentaires, nous
décrirons succinctement le réflexe myotatique de Sherrington. Sa découverte remonte au début du
Xxème siècle et son application est quotidienne en clinique neurologique lors de l’épreuve des
réflexes ostéo-tendineux [voir Fig.2]. Et son seul mécanisme est suffisant pour comprendre l’inanité
du préjugé sur les déséquilibres articulaires et posturaux entraînés par la pratique de la ML. Pour les
lecteurs désireux d’en savoir plus, chaque traité de physiologie est riche de détails sur la description
de ce réflexe et du réflexe d’inhibition autogénique. Nous nous référons personnellement à la 3ème
édition de l’ouvrage Neurophysiologie : Organisation et fonctionnement du système nerveux de
Daniel Richard et Didier Orsal, à l’ouvragePhysiologie humaine de Hervé Guénard et à
l’ouvrage Neuro-anatomie clinique de FitzGerald & FolanCurran.

4.1. Description du réflexe.

Un arc réflexe médullaire simple (mono-synaptique) se compose d’un élément récepteur, d’une voie
afférente, d’un centre intégrateur, d’une voie efférente et d’un élément effecteur.

Dans l’exemple du réflexe myotatique [voir Fig.1], l’élément récepteur est composé par le fuseau
neuro-musculaire, la voie afférente par les neurones sensitifs Ia & II, le centre intégrateur par la
moëlle épinière, la voie efférente par le motoneurone α et l’élément effecteur par les fibres
musculaires innervées par un même motoneurone α. Un motoneurone α et l’ensemble des fibres
musculaires qu’il innerve est appelé une Unité Motrice.
4.2. Fonctionnement du réflexe

Lorsqu’un stimulus vient étirer un muscle, les fuseaux neuromusculaires de ce muscle enregistrent
cette variation de longueur qui est communiquée via la fibre afférente Ia au centre intégrateur puis
commande au muscle de se contracter en retour via les motoneurones α.
La fibre afférente Ia donne également une collatérale vers un interneurone capable d’inhiber les
motoneurones α des muscles antagonistes (mécanisme de l’innervation réciproque). On observe
donc une inhibition des muscles antagonistes qui facilite le mouvement du muscle agoniste. L’action
opposée des muscles agonistes (contraction) et antagonistes (décontraction) autour de la même
articulation permet donc le raccourcissement du muscle étiré [Voir Fig. 2].

Chaque fuseau neuro-musculaire est capable d’enregistrer la longueur du muscle mais également sa
vitesse d’élongation. On distingue donc deux composantes au réflexe d’étirement, une composante
phasique et une composante tonique. Dans la composante phasique, on observe que « lors d’un
étirement musculaire brusque, un signal bref mais intense est transmis à la moelle, déclenchant une
contraction réflexe quasi instantanée du muscle dont provient le signal. Ce réflexe a pour fonction de
s’opposer aux modifications de longueur du muscle. » (H. Guénard)

Dans la composante tonique, l’étirement musculaire est progressif et la « décharge transmise par les
fibres sensorielles [du fuseau neuro-musculaire étiré] augmente progressivement, et se maintient
pendant toute la durée de l’étirement. » Ce réflexe« joue un rôle essentiel dans le maintien du tonus
et de la posture. » (H.GUENARD) [Voir Fig.3]
Ajoutons à cela un petit paragraphe qui nous permet conclure sur le fonctionnement du réflexe en
constatant comment le vocabulaire cybernétique est intrinsèquement lié à celui de la
neurophysiologie :

« Physiologiquement, les fuseaux neuromusculaires exercent un contrôle permanent de l’activité des


motoneurones α, contrôle excitateur sur les motoneurones du muscle lui-même, inhibiteur sur ceux
des muscles antagonistes. Ce système assure des micro-ajustements à chaque instant de la longueur
du muscle et de celle des muscles antagonistes en sorte que l’articulation conserve un angle constant.
Dans ce cas, le réflexe myotatique peut se concevoir comme un servomécanisme assurant un
rétrocontrôle [positif] sur la longueur du muscle.

Une régulation de ce type est évidemment adaptée au maintien d’une position. De fait, le réflexe
myotatique joue un rôle prépondérant dans les mécanismes nerveux contrôlant l’activité posturale. Il
est d’ailleurs particulièrement bien développé dans les muscles antigravitaires. » (D. RICHARD ; D.
ORSAL)[Voir Fig.3]

La longueur du muscle est donc contrôlée (empêchée ou autorisée) par la moëlle épinière en
fonction des besoins de l’organisme. En physiologie, un déséquilibre postural ponctuel consécutif à
l’étirement d’un muscle est donc immédiatement corrigé par ce réflexe myotatique qui ramène le
muscle (brusquement ou progressivement) à sa longueur moyenne. Une activité physique tel que la
ML qui respecte l’intégrité du pratiquant ne peut donc pas entraîner de déséquilibres posturaux
comme nous venons de le voir.

5. Conclusion

Nous venons de voir que le préjugé selon lequel la ML provoquerait des déséquilibres ne résistait pas
à la simple analyse des faits.

Premièrement, nous avons remis dans le contexte d’une pratique cybernétique de la musculation,
l’idée que la Méthode provoquerait des déséquilibres de développement musculaire. Une fois cette
idée contextualisée dans l’ensemble plus grand que représente le programme en 13 niveaux de la
Méthode, il s’avère que ce déséquilibre initial des premiers niveaux entre extenseurs et fléchisseurs
des coudes n’est qu’une étape. Il s’agit tout d’abord de poser les fondations du bloc ceinture
scapulaire et membres supérieurs. Une fois les bases musculaires atteintes, on peut se soucier de
l’esthétique propre à telle partie du corps ou des performances propres à tel mouvement (exemple,
les tractions) mais, sauf impératif particulier, inutile de paniquer, les niveaux supérieurs donnent
ensuite la part belle aux exercices de traction.
Deuxièmement, nous avons souligné que l’idée selon laquelle ce déséquilibre de développement
musculaire pouvait entraîner des déséquilibres articulaires et/ou posturaux reposait sur deux
erreurs :

1°) Tout d’abord, méconnaître un concept fondamental de la physiologie et de la cybernétique :


l’homéostasie ou auto-régulation des systèmes autonomes. Pour illustrer notre propos, nous avons
choisi d’expliquer ce qu’était le réflexe myotatique de Sherrington. L’étude de ce réflexe nous a permis
de comprendre que :

 le système musculaire est un système effecteur totalement asservi au système nerveux.

 le système musculaire est également un sous-système du système locomoteur (os,


articulations et muscles travaillant en synergie grâce au système nerveux).

 le système nerveux assure l’auto-régulation du système locomoteur grâce à des arcs réflexes
qui enregistrent les modifications d’état des muscles (mais aussi des articulations).

 les arcs réflexes corrigent de manière automatique toute variation d’état d’un muscle qui
modifie l’équilibre métastable du système locomoteur.

 la contraction d’un muscle peut-être stimulée ou inhibée en fonction des besoins des niveaux
d’intégration supérieur englobant ce muscle (ici, les systèmes locomoteur et nerveux).

Les exercices de la ML en stimulant le système locomoteur sans dépasser les limites d’adaptation des
sous-systèmes articulaires et musculaires sont conçus pour ne pas provoquer de tels déséquilibres.
Néanmoins, sur des modes élevés, l’état de stress augmente sur le système locomoteur et il arrive
parfois que muscles et articulations soient sollicités très intensément, surtout lorsqu’on cherche
absolument à arracher les dernières répétitions d’une série, quand on agit donc consciemment ou
non de manière NPNG. Comme nous l’avons déjà vu plus haut et comme nous allons le revoir dans le
paragraphe suivant, la Méthode Lafay comporte justement un moyen de contrôle de ces
«débordements» ponctuels.

2°) Enfin, la deuxième erreur était de confondre physiologie et pathologie. Les déséquilibres
articulaires et posturaux existent. Les déséquilibres de développement musculaire ne peuvent pas en
être la cause car le tonus de ces muscles est contrôlé et régulé par le système nerveux, même si un
muscle agoniste est potentiellement plus puissant qu’un muscle antagoniste. Ces perturbations
articulaires et posturales sont donc d’ordre pathologique. Un non-respect des consignes de la ML
peut très bien les entraîner comme toute autre activité physique dépassant parfois les capacités
d’adaptation du système locomoteur. C’est pourquoi, les activités «annexes» de la ML (étirements,
relaxation, exercices respiratoires, repos) sont en fait primordiaux. Ils font partie intégrante de
l’entraînement conçu par Olivier Lafay. Les négliger, c’est risquer de faire apparaître, avec le temps, de
tels déséquilibres articulaires et posturaux et toutes les conséquences néfastes que cela peut
avoir. Ajoutons néanmoins que les causes de ces déséquilibres peuvent être antérieures ou non liées
à la pratique de l’activité physique en question (par exemple, une entorse mal soigné), consulter un
médecin ou un thérapeute manuel (étiopathe par exemple) ou d’autres spécialistes peut donc parfois
s’avérer nécessaire.

Nous pouvons donc conclure que la Méthode Lafay ne provoque aucun déséquilibre ni articulaire, ni
postural à condition que les consignes soient respectées scrupuleusement. On ne peut reprocher à la
ML de provoquer de tels déséquilibres si on ne comprend pas qu’elle n’est pas juste un entraînement
musculaire. Le travail de la souplesse, de la ventilation et de la relaxation sont tout aussi importants
pour qui cherche à se développer de manière harmonieuse, à subordonner la construction du corps à
la construction de soi, à croître et durer.

Disons, pour finir que le meilleur moyen de venir à bout d’un préjugé est encore l’étude des faits. Les
petits malins qui nous conseillent d’ouvrir des livres de physiologie se contentent-ils, eux-mêmes, de
seulement les ouvrir sans les lire ?

Yann Ollivier, éthiopathe

Optima ou Maxima?
14 mai 2015

Le culte de la performance détruit nécessairement votre équilibre.

Ci-dessous, quelques citations de Jurgen Ruesch, commentées par votre serviteur.


« Il n’y a pas de raison de penser que l’être humain a une tendance instinctive à quantifier. En fait, ce
que nous savons des moeurs des mammifères indiquerait plutôt que ceux-ci recherchent des optima
plutôt que des maxima pour les diverses conditions qui leur sont nécessaires. »

En bref, les mammifères cherchent non la performance, mais le bien-être, la satisfaction équilibrée
des besoins. Je vous invite à lire Henri Laborit, qui développe ce sujet.

« Des optima sont des éléments d’une telle complexité qu’ils ne peuvent se mesurer qu’avec des
paramètres beaucoup plus abstraits que ceux normalement utilisés dans la vie quotidienne. »

S’il faut trop de paramètres pour évaluer un optima, il devient dur de se comparer.
Pourrait-on bâtir une hiérarchie sociale basée sur la comparaison des optima des uns et des autres?
Comment quantifier l’optima?
« En conséquence, quand des êtres humains ont commencé à exercer une pression sur des individus
pour qu’ils agissent d’une certaine façon en négligeant leur propres besoins instinctifs, la possibilité
de maximaliser des variables est apparue. »

On parle clairement ici de dominance et de soumission.


Si l’on adopte la recherche de l’optima comme quête fondamentale (au lieu de celle du maxima), que
devient l’échelle de la dominance, la hiérarchie sociale?
La recherche de l’optima (bien-être) semble incompatible avec une société menée par l’idéologie de
la compétition, de la concurrence entre les êtres.
Dans la Méthode Lafay, on ne recherche pas la performance pour elle-même, on construit les
conditions globales d’où celle-ci émergera en même temps que d’autres qualités importantes pour
non seulement croître, mais aussi… durer.
La performance vient à nous, sans usage de la violence, sans « forcer » la croissance.
La performance, comme le muscle, est un effet secondaire de notre quête de santé, d’équilibre et de
bien-être.
Et, comme les photos des athlètes présentés régulièrement ici le montrent sans doute possible, ça
marche très très bien si l’on suit cette voie.

De la quête du maxima ne peut sortir l’optima.


Mais une production raisonnée de l’optima peut engendrer des performances qui se situeront alors
comme des maxima par rapport à d’autres maxima recherchés pour eux-mêmes…°

Exemple :
Je fabrique l’Optima à l’aide de l’Entraînement Stratégique (Méthode Lafay).
En fabriquant l’Optima, je parviens à réussir 40 tractions en prise large (effet secondaire de
l’Entraînement Stratégique).
Je peux alors, sans l’avoir expressément cherché, .être aussi fort, voire plus fort, que des personnes
qui s’entraînent exclusivement pour la performance aux tractions (Maxima).

Les apports du Tome 2 pour les Coachs :


cybernétique et entrainement, par
Maxime Bratanoff (première partie)
6 juin 2015

Bonjour, je me présente, Maxime BRATANOFF 30 ans.

J’exerce le métier de préparateur physique depuis 2009 (après des études spécialisées au STAPS de
Dijon et son Centre d’Expertise de la Performance Gilles Cometti) pour des sportifs individuels (tennis
notamment) et coach pour des personnes désirant apprendre à manager le stress qui les affecte au
quotidien (douleurs corporelles, des tensions psychiques, et graisses excédentaires) et accroître leurs
performances (prise de muscle, développement global et spécifique des qualités physiques).

Mon parcours personnel est multiple, puisqu’ayant pratiqué différents sports depuis ma jeunesse
(karaté, football, rugby, force athlétique, boxe, savate, course à pied, et cross training). Donc,un
attrait pour la polyvalence et la nouveauté.
Lorsque j’ai découvert la Méthode Lafay en 2008, je ne comprenais pas comment on pouvait
progresser en force et masse avec le type de travail envisagé (séries longues légères et repos courts),
puisque fortement influencé par mes apprentissages à la FAC et en salle d’haltérophilie-force
athlétique ( à Dijon).

J’ai même violemment combattu son auteur une première fois en 2008 sur son forum, et lors d’un
différent en 2011.

Puis j’ai fait ma route engrangeant les savoirs et l’expérience nécessaire à un préparateur physique en
côtoyant de grands coach du domaine comme Christophe Carrio, en me formant auprès d’eux, et me
servant en parallèle des apports techniques de Jacques Piasenta, Naudi Aguilar, David Weick, Pavel
Tsatsouline mes références personnelles.

Je n’ai même quasiment pratiqué la méthode que quelques semaines par ci par là au plus (en 2009 et
2012 durant 6 semaines a chaque fois), préférant des entrainements plus variés/amusants, ou pour
moi plus « scientifiques » et plus « équilibrés ».

A l’époque et même encore récemment, j’étais loin de savoir tout ce qui se cachait derrière cette
fabuleuse façon de voir le sport.

Comme l’ensemble des détracteurs j’étais peu d’accord avec ce que pouvait dire Olivier Lafay
m’armant de références scientifiques du domaine (American College of sport medecine, NSCA, la
littérature scientifique russe…) que tous les autres auteurs/entraineurs utilisent régulièrement pour
construire leurs systèmes/programmes.

Ce qui fait qu’aujourd’hui je m’intéresse plus que jamais à son travail de fond, c’est peut être que
pendant toutes ces années « quelque chose » m’a toujours parlé et par conséquent j’ai continué à
suivre les blogs, les articles, les progressions faramineuses de divers athlètes vus sur le net, mais aussi
rencontrés sur le terrain. Séduit par la pédagogie utilisée, la mise en avant des élèves avant sa propre
image, un discours toujours cohérent entre théorie et pratique avec la découverte de multiples
auteurs, n’ayant en apparence aucun lien avec la science de la musculation (ou pas, finalement!)

1) Relier les disciplines pour mieux cerner les besoins humains et faire progresser le sportif

Si le sport en général, et la musculation (qu’elle soit culturisme, préparation physique ou


entrainement croisée des qualités physiques) est une entreprise de développement de soi ou le corps
et l’esprit sont un seul et même système complexe (système qui tisse des liens entre des parties pour
créer un tout, une vision holistique), alors on comprendra vite l’intérêt et l’apport des auteurs cités
dans le Tome 2 de la Méthode Lafay (Henri Laborit, Paul Watzlawick, Edgar Morin, Henry Atlan , Alice
Miller, Anna Harendt, Edward Hall…) pour la construction d’un modèle d’entrainement-système de
pensée autre que ce que la vision traditionnelle apporte.

Ceux qui fuiront ces apprentissages par peur qu’Olivier Lafay ai raison sur ce point sont bien a
plaindre, car au final c’est se tirer une balle dans le pied que de ne penser la musculation, la
préparation physique, qu’au travers du prisme de sa seule spécificité ses sources spécifiques, la
recherche d’efficacité pour elle-même (régie par toutes la littérature et les études afférentes).

a) La Vision Macroscopique: adopter la démarche transdisciplinaire

Edgar Morin, sociologue et constructiviste contemporain, dans son livre les 7 savoirs nécessaires à
l’éducation du futur, dit la chose suivante:
« Contrairement à une opinion répandue, le développement des aptitudes générales de l’esprit
permet d’autant mieux le développement des compétences particulières ou spécialisées. Plus
puissante est l’intelligence générale, plus grande est sa faculté de traiter des problèmes spéciaux »

Boris Cyrulnik (Dialogue sur la Nature Humaine) s’exprime également à ce sujet: « Soit nous décidons
d’être spécialiste, une situation tout à fait confortable intellectuellement puisqu’il nous suffit
d’accumuler de plus en plus d’informations sur un point de plus en plus précis : on finit alors comme
le dit le dogme, par tout savoir sur rien. Soit nous décidons d’être généraliste, c’est-à-dire mettre
notre nez, un peu à chaque fois dans la physique, la chimie, la biologie, la médecine légale, la
psychologie : on finit alors par n’être spécialiste en rien, mais on a la meilleure opinion sur la
personne qui nous fait face et qu’on appelle l’homme ».

Voilà la différence entre une connaissance de niveau supérieur (processive) et la connaissance


spécialisée (réflexive) qui peut être sclérosée car dissociée des contextes. C’est la systémique qui
dépasse l’analytique.

C’est ce que dernièrement beaucoup n’ont pas compris lorsqu’on parlait de Cybernétique. Celle-ci
permet d’adopter l’esprit généraliste tout en alliant pertinence, savoir de pointe exploitable et
simplicité d’accès et d’utilisation.

Il va donc devenir nécessaire d’élargir notre vision, d’adopter une vision globale de l’homme intégrant
l’entrainement et son univers comme périphériques. La demande d’adaptation à tous les stimuli du
quotidien (pas uniquement ceux de l’entrainement) demande de complexifier (tisser les liens)
organisme-contexte-environnement.

» Lorsque l’on veut transformer son corps tout en maîtrisant un tantinet sa trajectoire de vie, il
importe de subordonner la construction du corps à la construction de soi. Si l’on veut répondre
favorablement aux exigences sociales contemporaines d’adaptation permanente, sans être détruit, et
se déployer dans le monde de manière satisfaisante et durable, le muscle ne peut être une fin,
seulement un moyen. Et l’entraînement devient périphérique au lieu d’être central. » Olivier Lafay

b) Qu’est ce qu’une vision Globale ?

Nous sommes des entités au cœur d’une trinité Espèce-Individu-Société (cf. Edgar Morin) et nous
avons besoin de l’entrainement comme d’un simple outil pour se faire du bien et progresser pour
briller dans toutes les strates de notre existence. Or, le temps, l’énergie et le focus vont venir à
manquer si l’on passe son temps à assouvir sa passion par l’entrainement intense, fréquent, et
volumineux, les soins réguliers pour récupérer du corps qui fatigue, et d’une alimentation pointue
autorisant peu d’écarts pour progresser réellement et rapidement.

On en vient nécessairement à se frotter à des résistances au changement, car plus on optimise la


matrice « entrainement-régénération-apprentissages techniques », plus on sacrifie des éléments
importants, des découvertes dans divers domaines, une ouverture à la nouveauté. On ferme le
système complexe que nous sommes. On s’appauvrit. On décline paradoxalement en performances
et santé.

C’est la destruction du Tout, l’amenuisement des possibilités, pour satisfaire une partie (le muscle, la
performance). La perte de vue de l’Optima pour se centrer sur le Maxima… Toute l’histoire de notre
société régie par le culte de la performance et une vision analytique de nos agissements…

c)les limites du paradigme classique de l’entrainement des qualités physiques


Dans cette configuration du culte de l’effort pour progresser et briller, l’entrainement devient et reste
central. Tout dans le système va être orienté et géré de manière à moins empiéter sur celui-ci dès lors
qu’on vise un résultat « hors normes ».

On tient à rester performant le plus souvent possible et la tension de ne pas le rester devient
énergivore (encore un paradoxe quand on sait que le sport doit nous rendre athlétique dans un
contexte hors-sport).

Qu’est-ce que le contexte?

D’après Olivier Lafay : « Ce sont tous les éléments qui influent sur notre vie, qui la contraignent, en
bien ou en mal. En tant qu’individu, nous évoluons dans un contexte biologique, social, matériel,
environnemental, historique et idéologique. Nous sommes façonnés par ce contexte (nous sommes
produit) et nous le façonnons par nos actions (nous sommes producteur). Nos relations au monde,
aux autres et à nous-mêmes (et donc à notre corps) ne peuvent être séparées du contexte.Si nous
désirons que ce contexte nous serve au mieux, notamment dans notre quête d’un meilleur physique,
nous devons appréhender les règles qui le constituent. Notre propre contexte de vie peut limiter
notre progression musculaire et, par manque de connaissances, nous pouvons êtres amenés
(inconsciemment) à façonner un contexte qui renforcera ces limites, voire en créera de nouvelles.[…]
Mieux comprendre le contexte, c’est pouvoir penser ses objectifs, ses modèles, ses relations, son
investissement et se reprogrammer dans le sens d’un comportement adapté à la poursuite d’objectifs
adéquats, modifiables à chaque instant par l’analyse critique. En clair, c’est gagner en souplesse
comportementale, pour un mieux-être. C’est se mettre en condition de pouvoir « danser avec la vie »
(cf. Edward Hall), de la « surfer » (cf. Joël De Rosnay). »

Les contextes de vie où l’on a besoin de toute notre énergie physique et psychique sont le plus
souvent hors entrainement. Comment faire face l’imprévu de la vie si le prévu et l’objectif de
performance nous fatigue ? Comment y faire face alors qu’on stresse régulièrement l’organisme ?

Ces questions raisonnent en tout cas comme un signal d’alarme, et je crois avoir suffisamment vu et
discuté avec des entraineurs pour m’apercevoir que c’est une réalité implacable. L’élitisme, le niveau
exceptionnel sportif, exige les plus grands sacrifices. Ce n’est pas normal, et ça ne devrait pas l’être.

Si bien que la solution actuelle c’est de forcer l’adaptation… nous verrons bientôt que la
cybernétique nous ouvre la voie d’un chemin différent et plus adéquate et répond à la question :
Comment s’entrainer et progresser rapidement et durablement sans sacrifices tout en préservant
son énergie pour la redistribuer pleinement ailleurs ?

Le discours du monde du sport aujourd’hui, c’est qu’ il faut mettre les moyens, s’armer d’une volonté
de fer, faire ce que d’autres ne pourront faire, et être exceptionnel, se voir en héros pour soi même et
les autres ensuite. Et payer le prix fort en rayant de la carte tout ce qui se mettra en travers de son
projet. Cela doit vous dire quelque chose… Ce discours élitiste, sacrificiel, dans lequel je ne me
retrouve plus ; avec le recul je l’ai même toujours su et je m’y étais résigné pour moi et mes athlètes.

Comme de plus en plus de personnes d’ailleurs et même parfois clamé par des sommités du sport
voyant à quel point le TOUT est broyé par ce culte de la performance :

« Les succès engourdissent, ankylosent l’esprit du sportif s’il s’enferme dans le ghetto du sport :
lorsque la limite est devenue mince entre la confiance et la suffisance, qu’il est plus fier de ce qu’il
croit être devenu plutôt que de ce qu’il a fait, que la santé figure sur la liste de moyens et non des
fins, que l’addiction à sa pratique est telle qu’il éprouve le sentiment que sa vie sociale est source de
déséquilibre, etc. »

( Jacques Piasenta, ex entraineur de Marie-José Perec et Christine Aaron) »

Ainsi, au lieu de tisser et augmenter nos liens (notre complexité), nous devenons des personnes peu
adaptables, peu enclines à modifier notre épistémologie (vision du monde).

Nous sommes ces fameux moutons, terme utilisé pour parler « des autres ».

Nous ne nous démarquons que par des choix de consommation (ici l’entrainement et la nutrition), et
nous sommes fiers d’afficher cette pseudo-différence, tant le fond de ce qui nous conditionne n’a
jamais été questionné. Comme le disait Goethe, « Nul n’est plus désespérément esclave que celui
faussement convaincu d’être libre ».

Fin de la première partie.

Les apports du Tome 2 pour les Coachs :


cybernétique et entrainement, par
Maxime Bratanoff (deuxième partie)
10 juin 2015

2) Coaching, musculation, préparation physique : l’immense apport de la Cybernétique

Une des pistes sérieuses de l’avenir pour les coachs et les Doctorants, sera de construire des
Méthodes (et non des systèmes) issus de la Cybernétique.

Science du pilotage de l’action, elle étudie les buts à atteindre (objectif final) et s’attache à
l’élaboration de ces buts (le chemin), cela afin de réussir brillamment et sans focalisation exclusive
(libéré émotionnellement) dans tous les aspects de sa vie, tout en réussissant son projet santé-
performances.

a) la Cybernétique, science et connaissance de niveau supérieur

L’un de ses grands spécialistes Louis Couffignal la définit comme science qui rend l’action efficace,

 Elle va étudier les prémisses de l’action (les centres décisionnels, le « Savoir quoi ») ce qui
permet de comprendre une multitude de mécanismes, tels les besoins humains, et par
conséquent leur cadre d’études comme les sciences humaines et les sciences du vivant
(Anatomie Physiologie Biomécanique).

 Elle étudie les régulations/relations/communications humaines notamment physiologiques

(cf. l’ouvrage Introduction à la physiologie : cybernétique et régulations de Bernard Calvino)

En rendant l’action efficace et combinée à la pensée stratégique chinoise (contourner les obstacles)
elle devient un vecteur de l’Efficience, du « peu d’effort beaucoup d’effets ».

Pas mal pour une science cataloguée récemment d’argument marketing ou de philosophie de
comptoir par de petits experts autoproclamés, fermés d’esprit, enfermés dans une cuirasse de
muscles et dominance perçue (et jamais acquise), incapables de passer à un autre cadre théorique,
car imbibés de leur vision dogmatique ; noyés dans leur connaissance réflexive, dans une outrancière
rationalisation.

Il faut être un parfait inculte, et être privé de connaissance processive (un comble pour celui qui est
spécialiste des sciences de l’entrainement et en utilise les outils) pour cataloguer ainsi les travaux du
génie qu’était Norbert Wiener l’un des plus grands scientifiques du 20ème siècle.

« Toutes ces certitudes qui cachent l’angoisse qui font taire les craintes de ne pas savoir à quelle sauce
nous pourrons être mangé demain » (Wittezaele).

Les préparateurs physiques et coach sportifs avisés, autodidactes, créateurs, avec un réel esprit
scientifique, sauront qu’elle a un grand intérêt à être sérieusement étudiée et pourquoi pas
appliquée à leur enseignement.

Le grand scientifique soviétique de l’entraînement, figure de proue cité dans tous les STAPS et
BPJEPS, Yuri Verkhoshansky a même effleuré l’approche cybernétique dans son livre phare
Supertraining.

Cependant à l’époque trop subversive et nouvelle, elle ne pouvait être comprise ni appliquée dans le
domaine de l’entrainement athlétique.

Il aura fallu qu’elle donne naissance à ses enfants, la systémique et le constructivisme pour qu’un
auteur la rende opérationnelle (vous savez qui !)

A noter qu’il est très important de ne pas confondre dans le cadre de l’entrainement, :

– Approche Systémique (qui dépasse et englobe l’ approche cybernétique) qui étudie les régulations
dans l’entrainement (les vagues de croissance et les boucles) ce que fait uniquement la Méthode
Lafay par la méta-programmation;

– et approche Systématique, qui consiste à aborder un problème ou à effectuer une série d’actions de
manière séquentielle (une chose après l’autre), détaillée, ne laissant rien au hasard et n’oubliant
aucun élément. (Cf. De Rosnay)

Vous l’aurez compris, les systèmes d’entraînements bien construits sont des approches
SYSTEMATIQUES; les autres qui n’apportent presque pas de guide sur les actions à entrevoir et font
au cas par cas sont des visions Analytiques pures Ils sont analytiques ou systématiques par ce qu’ils
programment et »cyclent »
b) un entrainement d’un type nouveau :les idées de la cybernétique

Dans l’entrainement traditionnel, on ne sait jamais vraiment ce que va donner un entrainement, un


cycle quand bien même il est logiquement bien pensé et validé par des études.

Il va toujours falloir vérifier ce que ça donne sur le terrain, sur son organisme, faire au cas par cas.
Cela paraît logique.

La grande nouvelle pour nous c’est qu’avec l’apport de la cybernétique comme a pu le faire la
Méthode Lafay en puisant dans un cahier des charges qui épargne le Système Nerveux Central
(apports d’Henri Laborit).

La cybernétique appliquée à l’entraînement c’est un changement de point de vue (de paradigme), ce


qui la rend complètement différente des traditionnelles périodisations/planifications de
l’entraînement. Grace à elle, nous serons à même de créer des méta-programmes qui intègrent tous
les programmes actuels (perte de graisse, prise de muscle, endurance et puissance des filières
énergétiques), un entrainement croisé des qualités physiques intégrant les préparation physiques
associées dissociées et intégrées, les préparations générales et spécifiques dans une même structure
méta-morphe).

Nous serons capables d’allier force maximale masse et endurance métabolique, vitesse et souplesse
avec un temps passé à l’entrainement extrêmement faible, tout en se dépassionnant de
l’entrainement avec une grande énergie à déployer en dehors et une santé globale préservée.

Les qualités physiques qui s’opposent dans la vision classique pourront être atteintes avec le meilleur
compromis possible sans dopage et sans focalisation exclusive sur l’entrainement.

Nous pourrons construire une structure de base personnalisable au lieu de faire au cas par cas dès le
début.

Nous serons à même de raisonner non pas en termes de « manque » mais en terme de « possible »
et en terme de « construction ». A même de penser complexe, en fonction du Tout Environnement et
créer des émergences (notion cybernétique) c’est-à-dire des acquis solides et élevés même lorsqu’on
ne peut plus s’entrainer régulièrement ou dans des contextes difficiles. « Lorsque nous ajoutons un
stress à un stress la préparation physique échoue » (discussion avec Olivier Lafay)

c) Autorégulation de l’entrainement et boucle de rétroaction

La notion même de feedback largement employée en STAPS et métiers du sport, est issue de cette
Cybernétique. Mais son usage s’arrête la, comme l’explique si bien le Tome 2 de la Méthode Lafay.

On en parle parce que ça fait « technique » d’en parlé. On lui ôte ses aspects extrêmement subversifs
Mais son contenu propre est incompris, inexploité

On ne sait toujours pas comment rendre réellement opérationnel ce feedback, s’en servir au bon
moment (stratégie).

A la place on brise les boucles de régulations/rétroaction (feedback) avec des séquences


d’entrainements qui prônent l’intensité et l’intensification (et pas forcement la dureté absolue,
l’échec, l’entrainement irréfléchi).
Cette compétition (physique et mentale), même minime avec soi même brise ces boucles et donc
l’homéostasie. Et briser l’homéostasie d’un homme c’est briser une partie de lui-même au lieu de le
respecter dans son entièreté (détruire le tout pour satisfaire une partie)

Les boucles (notion cybernétique) ce sont les rapports multiples entre l’homme et son
environnement. La boucle suppose l’autorégulation puisqu’elle en est l’application concrète.

Et comme l’approche classique invoque la planification/périodisation/cycles, elle ne peut aboutir à


cette autorégulation même si certains utilisent cette expression sans en comprendre les fondements
cybernétiques. « Le concept d’autorégulation est historiquement lié aux travaux sur la cybernétique.
[…] l’autorégulation et son arrière-fond cybernétique fournissent un cadre théorique prometteur
pour produire un modèle du fonctionnement humain ». (Laurent Cosnefroy, L’Apprentissage
Autorégulé).

d) Agir en pédagogue par l’apprentissage autorégulé

A la lecture des blogs, des expériences du métier et également des discussions avec des pratiquants
de la Méthode, j’ai compris que pour influencer positivement un athlète et lui permettre une
progression rapide et durable sans sacrifices, il fallait améliorer ma pédagogie, plus encore que mes
programmes d’entrainements.

J’ai compris que la pédagogie devait être entrevue par la modélisation cybernétique et systémique et
ainsi aboutir au phénomène d’autorégulation, de stratégie de la motivation chez l’apprenant.

Améliorer sa pédagogie, c’est repérer les leviers, les éléments prometteurs dans le discours de son
élève, sa façon de voir le monde, c’est réfléchir à des techniques d’inductions (comme le ferait un
hypno thérapeute) permettant un apprentissage inconscient.

En cela les articles d’Olivier et les lectures qu’ils recommandent ont dernièrement métamorphosé la
façon dont j’opère. Il ne s’agit plus d’optimiser comme nous l’apprend le culte de l’efficacité, il s’agit
d’entrer en « adéquation » (un entrainement souple, peu fatigant pour le système nerveux et
redoutablement efficace à la fois).

En adéquation car l’athlète n’est pas un simple exécutant de programme, il appartient à un système
complexe (homme inscrit dans des contextes multiples et corrélés entre eux); les divers évènements
de sa vie influent sur son entrainement et son entrainement influe sur sa vie.

L’enjeu pour les coachs, c’est désormais de trouver ces chemins de moindre résistance, ces
séquences d’exercices allant dans le sens de l’Efficience comme le défini Olivier Lafay.

De bâtir des méta-programmes (tout un programme !)

3) Cybernétique, la porte de sortie du no pain no gain

Quelque soient la qualité des enseignements actuels en coaching et préparation sportive, ceux-ci sont
prodiguées par l’idée de planification et périodisations de l’entrainement.

Cette idée de cycle à la base n’est même pas issue de la strate de l’entrainement. Elle lui a été
désigné, elle va aujourd’hui de soi. Elle est le « bon sens ».
a) le mythe de la zone de confort

La vision No Pain No Gain en ce qui concerne les différentes formes de musculation, ce n’est pas
nécessairement se faire mal physiquement, c’est viser et monter des qu’on le peu en intensité sans
recul stratégique. Lorsqu’on ne le sens pas on baisse les exigences prévues ce jour la, ou bien on
reporte l’entrainement… C’est ce qu’on appelle réguler son entrainement (certains ont nommé cela
autorégulation, mais ce n’est qu’une régulation simple, l’autorégulation pour être opérationnelle
nécessitant l’étude approfondie, la création d’une modélisation et structure ainsi que l’application
pratique de la cybernétique à l’entrainement).

Toujours avec ce rêve secret d’y arriver dans un coin de la tête, toujours en y pensant, et donc ne
pensant pas à autre chose.

Malheureusement, ces tentatives sont vouées à l’échec dès lors qu’on se refuse à appréhender,
envisager (ou qu’on ne connait pas) une Vision Cybernétique du système d’entrainement-système de
soi.

Si la valeur est « Less Pain More Gain » elle est la frange soft du No Pain No Gain.

Les slogans régulièrement entonnés sont suffisamment éloquents : No Excuses, Never Give Up, sortir
de sa zone de confort, Mind Has No limit, Fight for it…

Ils informent sur le contenu de la pratique et guident le sportif sur l’état d’esprit à adopter pour être
un « gagnant ».

Dans le Less Pain More Gain, l’inconfort dans l’effort (la « bonne » souffrance) pour briller sont des
conditions à remplir pour progresser sur la voie de la performance (muscle, force, endurance).

Ainsi personne ne s’entraine « doucement », mange normalement, et obtient des résultats


exceptionnels… sauf si on se décide à passer à un mode de réflexion supérieur, ce qu’est la
Cybernétique.

Pour cela, dans l’ordre -on créer une modélisation (travail d’ingénierie) issue des schémas
cybernétique et systémique.

-on y intègre la grille des besoins humains et notamment un choix de techniques d’entrainement
respectant le plus possible le Système Nerveux Central (travaux d’Henri Laborit) et le système
myofascial.

-on y intègre des apprentissages inconscients issus des penseurs Constructivistes et des théories
d’apprentissage auto régulé pour créer la motivation et l’encadrer (cela renverse les pédagogies à
coups de coups de pieds dans le cul, motivation par autosuggestion qui sont des symptômes du no
pain no gain).

b) les apports du TOME 2 :l’espace stratégique

La lecture du Tome 2 et des articles ont amorcé en moi ce changement de vision de choses. Sans lui le
texte suivant et les pistes explorées et présentées n’auraient eu lieu.

Nul ne peut rester insensible à la lecture de ce tome 2 qui met le poing sur les fondations de la santé.
Je croyais que ces fondations étaient avant tout biomécaniques et reliées à la nutrition. Je le pense
toujours mais j’assujettis celle-ci à une vision plus large, celle issue des travaux du génie Henri Laborit
(référence du Tome 2)… et Gregory Bateson notamment (Cybernéticiens)
Tout étudiant et préparateur physique qui étudie le cerveau via les neurosciences connait le nom
d’Henri Laborit. On lui doit la découverte des radicaux libres.

Ce Tome 2 surprend, étonne, bouscule, par un discours subversif ponctué de références solides et qui
parlent largement à un coach (Calvino introduction à la physiologie : cybernétiques et régulations, les
travaux d’Henri Atlan sur l’épigénétique, pédagogie de Piaget, Laborit…).

Il explique comment nous sommes gouvernés par la Cybernétique dont je vous ai présenté les liens
avec l’entraînement, pour une nouvelle vision.

Quelque soient votre degré d’ouverture (aversion ou acceptation) au travail d’Olivier Lafay, je pense
que c’est désormais une erreur de ne pas au moins lire des ouvrages à ce sujet, et ne serait-ce que le
chapitre fondation de la santé du tome 2 qui présente des alternatives implacables à la
compréhension du système Corps-esprit.

A l’issue de la lecture des Fondations de la Santé, il ne m’a fallut à peine quelques jours pour résoudre
des conflits personnels et être capable de donner des pistes jusque la inconnues à mes élèves pour
aborder n’importe quel changement sans stress, et comme les résultats ont été concluant, je ne
pouvais rester silencieux.

Les savoirs acquis auprès de mes mentors, je sais encore mieux les utiliser grâce aux apports de ce
tome 2 et à l’étude et compréhension de la Cybernétique.

Le mot balinais « Tis »


30 juin 2015

Tout le monde a visiblement séché au sujet du mot balinais Tis

Tis est un mot qui sert à décrire « cet état de température du corps qui est juste ce qu’il faut, une
sensation ni de chaud, ni de froid, la sensation de douce détente qui fait suite à l’activité sexuelle. »
(Gregory Bateson)

Avez-vous remarqué qu’il existe généralement, et ce dans tous les domaines, peu de mots pour
décrire des états de calme, de satisfaction et de détente?

Alors qu’il existe un riche vocabulaire pour décrire les malaises, les manques, les insatisfactions…

C’est certainement pourquoi l’idée de bien-être, de satisfaction, peut recouvrir plusieurs sens. Et c’est
donc une des raisons pour lesquelles le concept d’Efficience est, pour certaines personnes, très
difficile à appréhender tant qu’elles n’ont pu l’expérimenter en suivant précisément les consignes des
Tome 1 et 2 de la Méthode Lafay.

La satisfaction et même la détente sont des états bien différents selon que l’on adhère à l’idéologie
No Pain No Gain ou que l’on applique les consignes permettant d’atteindre l’Efficience.

Récemment, j’ai vu quelques personnes faire des pompes et autres mouvements dans un parc,
dirigées par un coach. Les pompes étaient davantage des 1/3 de pompes, le dos creusé, tordu, la
nuque en hyper-extension… Et il en était de même pour les autres mouvements.
On peut se demander pourquoi ce coach ne leur faisait pas faire des pompes avec les mains en appui
sur les dossiers de bancs tout proches, tout en contrôlant la position de chaque élève. Mais, quand
on connait bien l’idéologie No Pain No Gain, quand on a compris sa logique, ses fondamentaux, on
n’est en fait guère surpris.

Et ces personnes étaient certainement « satisfaites » et elles le seraient encore plusieurs jours après,
à causes des douleurs, petites ou grosses blessures car…
Elles ont « senti leur corps » et elles le sentiront quelques temps encore.
Elles ont fait quelque chose et ont donc l’impression d’avoir « bougé », d’avoir lutté pour reprendre
possession de leur corps, et donc quelque part, de leur vie.
Ces personnes peuvent dire alors qu’elles ressentent un état de calme et de bien-être après le sport…
car elles ont eu mal et ont dû… FORCER. En ayant mal et en forçant, elles ont validé une logique : la
vision dominante (et normative) de ce qu’est le rapport au corps, à la maîtrise et au bien-être que le
sport doit engendrer.

Elles se sentent « bien » car elles ont fait ce qu’il fallait faire pour être conformes. Et les douleurs lors
de l’effort ainsi que les douleurs résiduelles sont comme un certificat de conformité aux normes
édictées par l’idéologie sociale dominante; et inscrites profondément en nous dès l’enfance.

Et elles ont pu vider une part de leurs frustrations, de leurs inhibitions (au sens de Laborit), ce qui les
soulage momentanément.

On est, bien entendu, assez loin du sens du mot Tis et donc de l’Efficience.

La Méthode Lafay : une méthode


cybernétique
27 juillet 2015

La Méthode Lafay n’est pas un programme ou une suite de programmes.


C’est une méthode… cybernétique. Qui peut utiliser tous types de charges : poids de corps, haltères,
élastiques, etc.

Autrement dit, c’est un réseau (un ensemble de circuits) à la fois très souple et très structuré, servant
de base à la construction d’un réseau beaucoup plus vaste, dont la finalité ultime est la lutte contre
l’entropie.

La gratification engendrée par l’obtention d’un corps esthétique, performant et durable est un des
outils de la lutte contre l’entropie.
Il n’est pas le seul.
Le méta-outil est l’obtention et l’interprétation heureuse (adéquate) de l’information.

Ci-dessous, quelques lignes de Gregory Bateson, qui permettront de mieux comprendre l’approche
scientifique de la Méthode Lafay.
Gregory Bateson, biologiste, anthropologue, éthologue, psychologue, cybernéticien et fils de William
Bateson, l’inventeur du mot « génétique ».
Prenez le temps de méditer la toute dernière phrase de Gregory Bateson. Vous la rattacherez
aisément à mes articles et au Tome 2 de la Méthode Lafay.

La Méthode est un réseau, l’individu est un réseau, le groupe est un réseau, l’environnement est un
réseau. La Méthode favorise une interaction néguentropique des réseaux, ce qui signifie : la
croissance durable.

°
°
°

« Indications quantitatives sur le fonctionnement d’un réseau

Ces indications comprennent des renseignements sur :

1 – la capacité des récepteurs, des transmetteurs et des canaux; la charge réelle des circuits
(surcharge, encombrement déficit).

2 – les problèmes de seuils : définition des conditions qui doivent être remplies pour qu’un relais en
influence un autre; description des changements de ces conditions (par exemple en raison de l’âge,
des évènements passés, ainsi que l’impact d’hormones, de toxines et autres agents physiologiques).

3 – Caractéristiques temporelles des relais : période réfractaire, latence, sommations et ainsi de suite.
Ces questions intéressent tous les niveaux, que les relais soient des neurones ou des êtres humains.

4 – indications sur la maintenance, le métabolisme et le remplacement des parties du système : la


continuité organisationnelle des différents systèmes est maintenue, mais les parties constitutives font
généralement l’objet de remplacements continuels. Il nous faut donc par conséquent décrire les
processus par lesquels de nouveaux éléments sont assimilés dans l’organisation systémique. On y
parvient en étudiant les échanges énergétiques de l’organisme et comment il exploite l’entropie
négative dans l’environnement. Pour entretenir sa propre entropie négative interne, ou son
organisation.

Quand les parties constitutives du système sont des individus humains, il est nécessaire d’examiner
également les processus par lesquels des informations sont échangés entre personnes. Le
déroulement de cette interaction, une fois organisé, détermine lui-même la future organisation.

5 – Indications sur la stabilité et l’adaptabilité du système : on trouvera ici des informations sur les
variables qui définissent l’état stable ainsi que la description des limites de changement interne au-
delà desquelles le système ne pourrait plus corriger les déviations. Ces deux aspects réunis
définissent les conditions dans lesquelles se produit obligatoirement un changement irréversible.

Vivre entre ces limites peut être considéré comme la grande finalité de tout système. »
Un documentaire cybernétique
5 septembre 2015

Les propos tenus à la fin de ce documentaire sont directement inspirés par la cybernétique. On
croirait lire (ou entendre) Gregory Bateson (un des pionniers, dès les années 1940).

Plus la science avance, plus la cybernétique sert de référence et d’outil (de compréhension et de
construction de modèles).
Cette science cybernétique a été mise de côté bien trop longtemps pour des raisons économiques,
politiques, idéologiques. La pensée écosystémique dérangeait bien évidemment (et dérange encore)
l’exploitation débridée de l’homme par l’homme, de l’environnement par l’homme… l’exploitation
jusqu’à en crever.

Cette idéologie de l’exploitation sans recul, de la violence sans recul, se retrouve partout dans nos
sociétés, imprégnant les moindres de nos pensées, de nos paroles, de nos actes.
C’est un conditionnement profond dont il n’est pas aisé de se débarrasser. Il faut un travail de culture
et de réflexion, de nombreux échanges, pour commencer à mettre en doute ce qui semble aller de
soi, ce qui semble si évident, naturel, ce qui semble être « la seule voie possible ».

Cette idéologie de l’exploitation du monde, des autres, de soi, se retrouve bien évidemment en
musculation. Cela se résume en une expression couramment usitée : No Pain No Gain. Cela va
tellement de soi que la majorité des pratiquants de musculation est incapable d’imaginer qu’il puisse
exister une autre voie, au moins aussi efficace, si ce n’est bien davantage…
Et, dans un tel système, blessures, usures, fatigue physique et psychologique, sont justifiés, acceptés,
voire (bien souvent) encouragés, autant chez les amateurs que chez les professionnels.

La Méthode Lafay, seule de son genre, a été élaborée à l’aide des travaux des cybernéticiens, et l’on
peut voir, avec ses milliers de résultats spectaculaires, que la coopération avec le monde, les autres et
soi-même est finalement plus « performante » que la compétition.
Cette conception, allant à l’encontre des croyances en place, et donc subversive, est bien évidemment
conspuée, maltraitée, tout en continuant son bonhomme de chemin, car elle est l’avenir.
Il paraîtra bientôt évident à tous que la prise en compte d’une écologie de l’esprit et du corps est tout
aussi importante que le respect de l’environnement, aussi importante que la collaboration avec les
règles écosystémiques qui gouvernent la nature (et donc… l’humain et ses muscles).

Ce documentaire montre une fois de plus qu’il est absolument nécessaire de se voir comme un
« homme relationnel », à la fois individu et élément de réseaux, où la coopération, pour un mieux-
vivre, l’emporte aisément sur la compétition.
La musculation stratégique (Lafay), c’est cela.

Inhibition de l’action
15 septembre 2015

Près de 40.000 vues pour cette vidéo qui vous explique l’essentiel !
« En fait c’est hyper con de voir que tout le monde veut changer…
mais personne ne s’intéresse à la problématique du changement »

(Denis Tiquet)
« Le combat est l’ennemi du changement »

« Croire aujourd’hui qu’il faut lutter pour survivre relève d’une vision primitive de la vie, fondée sur la
peur: comme si l’ennemi était partout, y compris soi même »

(Françoise Kourilsky, tiré de son livre « L’accomplissement Personnel »)

En fait, on ne lutte que quand on ne sait pas coopérer. Et comme on ne nous apprend pas à le faire (à
coopérer), on se retrouve dans une société de lutte permanente, qui nous épuise, nous détruit et
qu’on valide pourtant avec de tristes discours enthousiastes sur le « mérite » et le combat.

On a le nez tellement collé à la vitre (survivre) qu’on ne peut voir les solutions alternatives que
certains proposent. Ces solutions nous semblent de plus tellement contraires à ce que l’on nous a
toujours appris.
Alors nous maintenons le discours fataliste, nous idolâtrons le stress et consommons des anti-
dépresseurs en pagaille. Et de l’alcool, et des drogues…

Où est donc la sortie?


Peut-être dans la compréhension des bases (cf vidéo)
Des morphotypes à l’épigénétique : de
l’élitisme à la coopération
15 septembre 2015

Article collectif rédigé par:

Raphaël Duchemin- Marcel Hummel- Fabien Soucaze- Pascal Benattar- Nicolas Cadieu – James Clerk
Maxwell- The Pandaman Lafay- Michel Adrillus Bleriot-Denis Tiquet.

Illustration de Etienne Le Reun.

Introduction

Cet article traite des morphotypes. Olivier Lafay avait déjà longuement expliqué dès 2005 que c’était
un concept erroné. Cela a été repris par bien d’autres depuis, mais sans aller jusqu’au bout, sans
jamais remettre en cause la logique et les conditionnements sur lesquels cette théorie s’appuie, ne
permettant aucun renversement épistémologique au sens de Gregory Bateson chez les individus, les
laissant ainsi enfermés dans les mêmes croyances.

Le but du présent article n’est donc pas (seulement) d’expliquer en quoi ils sont un mythe, il s’agit
aussi d’en analyser les fondements élitistes et déterministes via le conditionnement dans lequel ils
enferment les individus et la logique d’affrontement NPNG. Ce cheminement va nous emmener au
final sur le terrain de l’épigénétique et de l’Efficience pour apporter une vision libératrice au
pratiquant qui stagne.

Maintes fois nous avons pu entendre des pratiquants de musculation de tout niveau se plaindre de
leur morphotype (souvent des ectomorphes) ou plus rarement s’en réjouir (souvent des
mésomorphes). Dans le milieu de la musculation, il n’est pas possible de passer à côté de la théorie
des morphotypes, régissant l’alimentation et parfois même l’entraînement. Des articles y sont dédiés,
des topics de forum, et parfois même des suppléments alimentaires…
Comme le montre l’image ci-dessous, tirée d’un site de vente de suppléments en ligne (la marque du
produit a été masquée), les morphotypes s’inscrivent dans une logique d’affrontement. Prendre du
muscle pour un ectomorphe ou perdre du gras pour un endomorphe est contre nature selon la
théorie des morphotypes. Ce ne peut donc être qu’un combat. Or vous devez savoir, lecteur
attentionné du blog, qu’une telle théorie ne peut intégrer l’Efficience qui opère selon une logique de
coopération.

1 – La théorie originelle

Les morphotypes sont issus d’une théorie produite par un psychologue américain, William Sheldon,
dans les années 1940. Cette théorie avait pour but de déduire des caractéristiques psychologiques et
sociales à partir de la morphologie extérieure, sans tenir compte de la physiologie interne de la
personne. Sheldon était persuadé que chaque personne portait en elle une proportion diverse des
trois morphotypes de base qu’il avait inventés : ectomorphe, mésomorphe et endomorphe. Il croyait
cette composition d’origine purement génétique et pensait enfin qu’elle restait fixe tout au long de la
vie de la personne, quels que soient les changements transitoires de poids liant ainsi le destin de la
personne à son physique.

Regardons d’un peu plus près dans quelles circonstances est née sa théorie. Sheldon a utilisé des
milliers de photos de nus des jeunes étudiants de l’université qui l’employait. Ses travaux se trouvent
dans la droite ligne de l’eugénisme de Francis Galton, qui avait lui même proposé un archivage
photographique de la population britannique. Les nazis allemands avaient également un tel
programme.

Source : The Great Ivy League Nude Posture Photo Scandal (The New York Times, Ron Bosenbaum,
1995)

2 – La théorie des morphotypes en musculation

La théorie des morphotypes a été largement reprise dans le monde de la musculation. Voici, en
résumé, ce qu’elle dit :

 L’ectomorphe présente un physique maigre, une ossature fine, des membres longs, et un
métabolisme rapide, il prend difficilement du muscle ; psychologiquement il est de
tempérament nerveux. C’est un physique considéré comme handicapant en musculation.

 L’endomorphe a des épaules tombantes, une silhouette rondouillarde et prend facilement du


gras, même en mangeant normalement. Il est de tempérament calme et socialise facilement.
Il dispose d’une facilité à produire de la masse, mais pas à perdre son gras.

 Le mésomorphe a un physique large et une forte ossature, un visage carré, des articulations
solides, un caractère énergique, il n’est pas très souple, il prend facilement de la masse : c’est
le physique idéal pour le bodybuilding.
À ces trois morphotypes de base, le milieu de la musculation ajoute deux catégories :

 Le hardgainer est celui qui a du mal à progresser et à prendre de la masse, il est fragile, faible
et récupère difficilement. En général cette catégorie correspond aux ectomorphes.

 L’easygainer est bien sûr le contraire du hardgainer. Il est résistant, endurant, fort et
progresse rapidement. Il peut s’entraîner souvent et longtemps. On l’associe en général aux
mésomorphes et endomorphes.

Cependant aucun postulat de la morphopsychologie, dont fait partie la théorie des morphotypes,
n’a jamais été vérifié en suivant la méthode scientifique. C’est un domaine actuellement considéré
comme une pseudo-science, au même titre que l’astrologie par exemple.

De plus la théorie originelle avait pour but d’établir des aptitudes psychologiques, sociales, voir
criminologiques, à partir de l’enveloppe corporelle mais n’a pas cherché à relier le physique aux
aptitudes sportives de chacun. On peut donc se demander pourquoi, malgré son absence de
validation scientifique, et contre toute attente, elle a été massivement adoptée et adaptée par le
milieu de la musculation. Nous allons y répondre par la suite. Nous allons également examiner en
quoi cette théorie est délétère.

3 – La génétique

Il faut maintenant faire une remarque centrale : la musculation a conservé le postulat selon lequel les
morphotypes sont de nature génétique. Ce qui met en place une logique déterministe implacable…
Untel prendra difficilement du muscle en raison de son morphotype et comme le morphotype est lié
à la génétique, la prise de muscle est directement liée au potentiel génétique de chacun. A l’époque
de William Sheldon les connaissances disponibles sur la génétique n’offraient pas beaucoup
d’ouverture pour contredire cela. D’autre part à cette même période le déterminisme scientifique
était encore profondément ancré dans la culture (et il l’est toujours) bien que les théories du chaos et
de la mécanique quantique l’aient invalidé. Cette représentation pouvait donc avoir un sens pour
lui. Mais ce déterminisme a deux conséquences : le fatalisme et l’élitisme.

4 – Le fatalisme

Les morphotypes proposent des stéréotypes, des étiquettes. Or, c’est une constante de la
psychologie, lorsqu’une étiquette est posée sur un individu par une personne ayant une autorité dans
son domaine (un coach en musculation par exemple), la personne visée va s’y conformer
inconsciemment quelles que soient ses aptitudes réelles, en validant ainsi l’étiquette et donnant
paradoxalement raison à l’auteur du stéréotype quelle que soit la véracité initiale de l’étiquette. Un
stéréotype positif va générer une réalité positive, en revanche un stéréotype négatif sera destructeur.
Cela est d’autant plus vrai que la performance est importante pour l’estime de soi.

Concrètement, si on annonce à un maigre qu’il aura du mal à prendre de la masse justement parce
qu’il est maigre alors il aura plus de mal à progresser que si on ne lui avait pas mis cette étiquette.
Dites à une personne qu’elle a un morphotype adapté à la musculation et elle aura de meilleures
performances que si on ne lui avait rien dit. Un pédagogue compétent saura utiliser cette approche
pour créer une dynamique positive ; mais mal utilisée, cette représentation restrictive aura pour
conséquence de créer de l’angoisse voire du désespoir chez le pratiquant mince ou trop gros enfermé
dans cette vision fataliste. Se considérant ainsi car « c’est génétique », il n’envisagera aucune
alternative.

Paul Watzlawick a minutieusement déconstruit le mécanisme des prédictions qui créent leur propre
réalité et que l’on appelle des autoprophéties ou « prophéties autoréalisatrices » : tout ce que nous
entreprenons pour éviter qu’une prédiction ne se réalise concourt au contraire à sa réalisation. «
L’étiquette du diagnostic collée à chaque nouveau cas construit sa propre réalité qui, à travers les
interactions qu’elle entraîne, se vérifie elle-même et devient de plus en plus réelle. » (Les cheveux du
baron de Münchausen, Paul Watzlawick).

Au delà des prophéties autoréalisatrices, ce fatalisme entretient les morphotypes du fait qu’ils nous
rendent intouchables : un peu à la manière d’un maladie le morphotype est une parfaite excuse. En
effet paradoxalement, cette théorie qui enferme le sportif saura lui fournir du réconfort.

Elle saura séduire le pratiquant peu motivé et réfléchi qui stagne puisqu’on on ne pourra plus
l’accuser de manquer de motivation, d’implication, de connaissances. Elle le déchargera du poids des
jugements d’autrui : « C’est pas ma faute, je suis ectomorphe. » Elle saura aussi, en le
déresponsabilisant, séduire celui qui malgré beaucoup d’efforts ne progresse pas : son morphotype
prenant sur lui le poids de ses échecs.

5 – Élitisme et No Pain No Gain

“Only the strong survives”, seul le plus fort survit selon ce gimmick de la musculation. Reliez la survie
à la force et la force à la génétique, et vous obtenez le fait que seuls ceux qui sont prédéterminés
génétiquement auront le droit de survivre en musculation, formant ainsi une élite. Et par
renversement du gimmick de base, on sait qu’on est fort parce qu’on a survécu. L’élite, c’est donc
ceux qui ont la volonté, ceux qui ont réussi à construire du muscle malgré l’usure induite par l’usage
de poids lourds, ceux qui se sont dopés pour surmonter les périodes de stagnation ou les blessures.
S’ils sont si peu nombreux, c’est, selon eux, parce que c’est un sport difficile qui demande des
sacrifices…

Cette élite a tout intérêt à maintenir ce système en place puisqu’il justifie le mérite de ses membres
mesuré par leur capacité à survivre, mais aussi parce qu’ils sont nombreux, bodybuildeurs et coachs,
à être partenaires de vendeurs de suppléments que ce discours arrange beaucoup. En effet, ceux qui
n’arriveront pas à faire partie de cette élite auront droit à deux explications : l’absence d’effort ou la «
mauvaise génétique », toutes aussi dévalorisantes l’une que l’autre et justifiant leur exclusion de
l’élite. Pour faire partie de l’élite sans génétique favorable, il faut compenser les carences : dopage ou
suppléments.

Les deux conséquences que nous venons d’évoquer, fatalisme et élitisme, arrangent donc bien les
vendeurs de suppléments. Selon eux, l’ectomorphe, qui en raison même de sa maigreur est le client
principal des salles de musculation, est considéré comme un hardgainer, celui qui aura le plus besoin
de suppléments du type gainer pour prendre du muscle. Il n’a pas le choix, puisque c’est génétique,
on ne peut rien y changer. L’endomorphe est un client intéressant lui aussi, puisque prédisposé à
prendre du gras il aura bien besoin de l’aide de suppléments orientés vers la sèche dits « brûleurs de
graisse ». Le morphotype est donc un argument marketing de choix pour les vendeurs de
suppléments qui l’utiliseront pour donner du crédit à leurs produits comme illustré dans
l’introduction.

6 – Une science nouvelle : l’épigénétique.

Nous l’avons vu, la théorie des morphotypes n’a pas de validité scientifique. Mais de plus la notion
même de déterminisme génétique est à revoir.

Il faut tout d’abord remarquer que les processus biochimiques qui ont cours dans le corps humain
sont identiques pour tous les hommes. Et pourtant nous sommes tous différents en apparence.
Comment expliquer une telle différence à partir de processus identiques ? C’est ici qu’intervient
l’épigénétique, une nouvelle science qui a pris son envol dans les années 90, lorsqu’on a constaté que
le séquençage complet du génome ne permettait pas d’expliquer comment fonctionnaient les gènes.

L’épigénétique est l’étude de la régulation et de l’expression des gènes en fonction de


l’environnement et de l’histoire individuelle. Elle constate que l’expression du génome (et non sa
mutation) est fortement influencée par une multitude de facteurs contextuels extérieurs à l’individu :
milieu intra-utérin, nutrition, environnement, pollution, drogues, vieillissement, etc, et ce jusqu’à son
histoire personnelle, y compris psychologique. Les modifications de l’épigénome présentent un
caractère malléable : certaines sont très transitoires, d’autres plus durables et transmissibles sur
plusieurs générations dans une certaine mesure.

« Avec l’arrivée de l’épigénétique, le point de vue a radicalement changé, suivant en cela la logique
constructiviste : l’individu n’est plus isolé, au centre, déterminé strictement par ses gènes. En fait,
l’environnement agit comme un déterminant qui allume ou éteint les gènes. On dit même que ce ne
serait pas les gènes qui détermineraient les protéines mais l’inverse… »
Volonté, désir d’inaccessible, génétique et développement musculaire, O. Lafay

Un documentaire signé Arte : Épigénétique, nous sommes ce que nous mangeons.

Partie 1/3 — Partie 2/3 — Partie 3/3

7 – Ouverture constructiviste : de l’élitisme à la démocratisation de la musculation

L’individu n’est donc plus strictement déterminé par son génotype, mais très largement mis en forme
par les conditions extérieures. C’est un changement de point de vue radical qui rejoint la logique
constructiviste : notre génétique seule ne détermine plus notre aptitude à la musculation, mais tout
autant si ce n’est plus, l’environnement, l’alimentation, l’entraînement, les phases de repos, vont
interagir avec l’individu, influencer l’expression de ses gènes, et conditionner son développement. Si
l’on change ne serait ce qu’une interaction, on peut alors significativement changer nos résultats.

« Le système dans lequel est pris l’individu est un système de relations. Ces relations produisent donc
l’individu. » (Petites réflexions sur la génétique, O. Lafay) D’où l’importance de ne pas focaliser sur
une musculation qui produirait des résultats selon le bon-vouloir de certains gènes, mais de concevoir
l’individu comme un tout : il faut aussi nécessairement prendre en compte la manière qu’a l’individu
de se concevoir et de concevoir le monde. Il faut produire une réflexion sur la manière dont nous
construisons cet ensemble de relations qui nous fait vivre (et mourir, nous blesser, progresser, durer,
etc.). On ne peut donc pas séparer la pratique de la musculation de la philosophie, de la sociologie,
de la psychologie, de toutes les sciences.
Nous retrouvons le changement de paradigme présenté dans l’introduction du livre Optimisation
Turbo d’Olivier Lafay : c’est l’action qui implique le changement, sans avoir besoin de la théorie pour
guider la pratique. Le discours ne doit plus servir à classifier l’individu mais à orienter le sportif
directement vers une série d’actions. Peu importe alors la physiologie de départ, si on ne pose pas de
préjugés théoriques, alors élaborer une méthode universelle devient possible, ce qui permet une
vraie véritable démocratisation de la musculation. Ne plus considérer les morphotypes c’est ouvrir les
yeux sur l’ensemble des ressources que nous procure notre environnement, c’est élargir sa gamme de
choix, accroître son pouvoir, se libérer. « Le sentiment de liberté est lié à la multiplicité des choix
possibles. » (Méthode de nutrition, Olivier Lafay)

Nous ne nions pas ici le fait que certaines personnes devront manger plus que d’autres pour prendre
du poids, mais expliquons que cela provient d’une grande variété de facteurs : le métabolisme, les
activités physiques, l’alimentation, le stress, l’âge, des facteurs inconnus…

Tout autant de composantes qui ne sont pas figées dans le temps, métabolisme compris, variant plus
ou moins au long du parcours de l’individu.

Dès lors qu’on rejette cette idéologie des morphotypes qui, rappelons-le, ne repose sur rien de
scientifique, on peut alors s’intéresser à son environnement : son alimentation, son sommeil, ses
contraintes familiales ou professionnelles, etc. En jouant sur l’ensemble de ces paramètres nous
pourrons mettre au point une stratégie anti-stagnation, riche et libératrice, qui permettra enfin au
pratiquant d’évoluer en dehors du cadre enfermant de la génétique et ses prétendus morphotypes.

Conclusion

Les morphotypes créent non seulement une prison mentale mais ils génèrent également une
idéologie élitiste, où seuls ceux qui sont « génétiquement prédisposés » à prendre du muscle auraient
accès à la transformation corporelle (voir la première partie). La Méthode LAFAY, en s’attachant à tous
les types d’interactions (pour croître), entre bien dans la logique épigénétique, qui est une logique
cybernétique entre autres. En proposant une autre voie, elle illustre parfaitement le fait qu’il n’est
pas nécessaire de caser les individus avec des morphotypes (théorie qui, de plus, est scientifiquement
invalide). Avec une seule et même méthode, bon nombre de pratiquants le désirant sont rapidement
devenus des athlètes massifs et/ou performants indépendamment de leur physique de départ. Il
suffit de regarder Denis, Horlab, Arnaud, Rudy et bien d’autres (voir la section Témoignages). Nous
entrons ainsi dans une réalité accessible à TOUS (psychologiquement et physiquement). Non plus
pour l’un que pour l’autre. Elle offre les outils nécessaires à tout un chacun désirant transformer son
corps et sa pensée, en déconstruisant la théorie des morphotypes et en s’inscrivant dans une logique
de coopération.
« Tout dans les bras, rien dans la tête »
28 septembre 2015

« Tout dans les bras, rien dans la tête » : une expression (toujours) d’actualité ?

Cette expression très répandue montre la vision classique de l’homme musclé qui, s’attachant un peu
trop à faire augmenter son tour de bras, oublierait d’un autre côté de « muscler son cerveau ».

Soit on devient musclé mais bête, soit on est intelligent et cultivé et dans ce cas, pas musclé.

Mais pas les deux à la fois…

Au-delà de l’existence d’éventuelles exceptions peut-on considérer que cette expression « tout dans
les bras, rien dans la tête », reposerait sur quelque chose de tangible ou bien est-ce un bête
stéréotype qui ne reposerait sur rien ?
Les « musclés » interrogés seraient les premiers à se plaindre de l’existence de tels stéréotypes mais
ne sont-ils pas les premiers à renvoyer une image négative par leurs actions ?

On est en droit de se poser la question…


En effet, on se demande parfois si la culture et la réflexion ne sont pas exclus du sport…

Prenons un exemple concret.

Sur internet, sur facebook notamment, on se valorise par le partage de photos, on montre une image
de soi qu’on estime valorisante.

Et dans le monde de la musculation, ça se fait généralement par des photos de muscles : on contracte
les bras, les abdos, on rentre le ventre, on prend la photo et on la partage en espérant recevoir des
conseils et critiques, mais aussi et surtout des compliments.

Jusque là…rien d’anormal me direz vous dans le fait de montrer du muscle dans le monde de la
musculation.

Mais mais mais…maintenant, le muscle seul n’est plus assez viril.

Contracter un bras, c’est bien. Mais à une époque où la douleur et la souffrance sont glorifiées,
valorisées à outrance, ce n’est pas assez.
Alors maintenant on peut voir passer les photos de blessures, de mains abîmées, ensanglantées
parfois.

On voit passer les témoignages de personnes ayant souffert plus que de raison pour réaliser une
performance, les photos où les visages expriment de la douleur et de la souffrance…

Comment en est-on arrivé là ?


A se valoriser par le partage de photos ou vidéos où l’on montre ses « blessures de guerre » faites
non pas à la guerre, mais en faisant un peu de sport…

Les douleurs, les blessures sont-elles épanouissantes ?

Ces témoignages, ces photographies et ces vidéos sont partagées sans aucune réflexion sur les
conditionnements qui ont amené à trouver cela valorisant de se montrer abîmé…
Je repose donc la question : la culture et la réflexion sont-elles donc totalement exclues du monde du
sport ?

A quand un monde du sport qui se valorisera non pas uniquement par le muscle et la souffrance, la
douleur, la blessure et la destruction, mais qui se valorisera par la culture ?

Peut-on se plaindre des stéréotypes que l’on contribue soi-même à faire perdurer ?

Dans l’univers de la Méthode Lafay, on voit de plus en plus des personnes athlétiques, prenant soin
de leur santé, se valoriser par des photos où le calme et la tranquillité règnent. Des photos de livres,
des retours sur ces livres et pas uniquement des livres fermés au monde du sport…

Une autre vision du sport peut exister.

Une vision du sport où l’on prend autant soin de ses muscles que de son cerveau. Où l’on s’entraîne
mais où l’on se cultive. Où l’on se valorise autant par ses résultats esthétiques que par sa culture…

Muscles, performances, santé, cybernétique…


LA MÉTHODE IDÉALE POUR RUINER
FACILEMENT VOS
ARTICULATIONS…
2 octobre 2015

LA MÉTHODE IDÉALE POUR RUINER FACILEMENT VOS


ARTICULATIONS… ET JOUIR D’UNE IMPOTENCE FONCTIONNELLE PRÉCOCE

Ou COMMENT DÉVELOPPER DE L’ARTHROSE A 30 ANS ET MÊME AVANT !

Par vos coachs en mal-être et destruction, Arno Painoguen et Rocky Douilla.

Ce texte à vocation scientifique se veut humoristique et largement pédagogique. Toute ressemblance


avec des faits réels ne relève pas de notre responsabilité. Bonne lecture !

A) Comprendre l’arthrose pour mieux l’acquérir.

Même s’il n’est pas nécessaire de comprendre ce qu’est l’arthrose pour en développer une belle,
savoir ce que c’est vous aidera dans votre démarche.

Tout d’abord, il faut savoir que l’arthrose est une « altération des cartilages et de l’appareil capsulo-
ligamentaire des articulations relevant d’un processus dégénératif [lié à l’âge], [accompagné de
douleurs] et souvent de proliférations osseuses (ostéophytes) en bordure de l’articulation atteinte. »

[Vademecum Clinique, 18ème Edition, Fattorusso & Ritter]

Commençons par énoncer deux précisions par rapport à cette définition :

• Tout d’abord, il faut comprendre que l’âge n’est pas la cause de l’arthrose, disons plutôt que plus le
temps passe et plus vous avez de chances de réunir les paramètres nécessaires à son bon
développement.

• De la même façon, le cartilage n’étant pas innervé, les premiers stades de l’arthrose sont
parfaitement indolores et asymptomatiques (bien que le maître-symptôme de ce processus soit la
douleur mécanique).
Alors ne désespérez pas de votre jeune âge et de l’absence de douleur dans les premiers temps de
votre pratique de cette méthode révolutionnaire.
Si vous êtes assidu et patient, les premiers signes d’usure articulaire ne tarderont pas apparaître !

Il faut savoir que les sièges privilégiés de l’arthrose chez l’être humain sont la hanche, le genou et le
rachis : il y a plusieurs termes consacrés pour chacune de ces régions, respectivement, la coxarthrose
pour la hanche, la gonarthrose pour le genou et les fameuses discarthroses, uncarthroses et
lombarthroses pour le rachis.

D’où le constat suivant, l’arthrose semble se développer plus facilement sur les articulations
porteuses de l’organisme en station debout.

C’est d’ailleurs là où les contraintes mécaniques de transmission du poids du corps sont les plus fortes
que les cartilages sont les plus épais.

Si vous voulez être sûr de développer de l’arthrose, nous vous conseillons donc de choisir l’un de ces
complexes articulaires.

Néanmoins, si vous voulez vous démarquer et ne pas tomber dans la conformité, vous pouvez
toujours tenter une articulation plus exotique, l’articulation acromio-claviculaire par exemple.

Pour cela il faut suivre le slogan « l’esprit n’a pas de limites » (« Mind Has No limit » ça a plus de
classe) et ne pas oublier que pour progresser, il faut se battre et lutter chaque jour contre vos
croyances limitantes (fight for it).

Vous pourrez ainsi aller très loin dans l’handicap en brisant les boucles de régulations de l’organisme.

L’articulation acromio-claviculaire, située dans le complexe articulaire de l’épaule assure la jonction


entre l’extrémité externe de la clavicule d’un côté et la partie acromiale de l’omoplate de l’autre.

Elle participe donc de tous les mouvements de l’épaule (qui est l’articulation la plus mobile du corps)
et plus particulièrement des mouvements d’antépulsion, de rétropulsion et d’élévation.

Trois mouvements très usités dans les exercices de musculation au poids du corps (pompes, tractions,
dips etc…) comme avec charges additionnelles (développé couché, développé militaire assis,
abduction des membres supérieurs, etc.) et cumul de charges lourdes sur plusieurs exercices. Nous
allons y revenir

B) L’arthrose, j’ose !

Comme il s’agit d’une articulation plane, parfois dotée d’un fibro-cartilage (allant rarement jusqu’au
ménisque), située au niveau de l’épaule, les contraintes mécaniques « naturelles » exercée sur elle en
position debout sont très faibles comparées à celles exercées sur une tête fémorale ou les glènes d’un
tibia (contraintes mécaniques parfaitement supportées en physiologie au demeurant).

Le développement de l’arthrose à ce niveau ne va vraiment pas de soi.

Il va donc falloir être attentif à respecter les points suivants de notre stratégie si vous voulez user
rapidement vos cartilages :

1) Commencez par exercer une contrainte mécanique excessive sur les articulations visées.

Le poids du corps n’est ici pas suffisant à moins d’être, naturellement ou non, lesté.
Ce qu’il vous faut pour réussir, c’est intensifier par l’emploi de charges additionnelles de plus en plus
lourdes et allonger le temps sous tension avec ces lourdes charges, bref d’ajouter un stress au
système locomoteur déjà amplement stressé par notre vie sociale.

Et comme dit le dicton, qui peut le plus, peut le moins alors n’hésitez pas à y aller franco (No
excuse !).

Si vous vous entrainez selon la logique de la méthode en séries légères et mini bouclées et exécutez
bien les mouvements+ les Fondations de la Santé du Tome 2 , vous n’y parviendrez pas
malheureusement.

Je répète, privilégiez le combo « augmentation du nombre de répétitions+charges de plus en plus


lourdes ».

Intensifiez progressivement tous vos exercices plutôt que d’avoir une logique de boucle cybernétique.

Trouvez un moyen d’enfoncer le mur en cyclant pour se forcer à progresser, parce que « Failure is not
an option !!! ».

2) Comptez sur votre destinée et votre volonté d’aller jusqu’au bout car le chemin vers la construction
musculaire est épanouissant

Comme le veut la croyance populaire en musculation votre corps surcompense tout le temps.

Alors forcez l’adaptation !


Si vous cyclez de toute manière vous pourrez toujours dire que vous bouclez alors que c’est
absolument différent.

Se mentir à soi même est une bonne solution et respecte votre pensée No pain no gain, so « Never
Give Up ! »

Comptez également sur le fait que la seule biomécanique protège votre destinée en musculation. Et
que la biomécanique n’est pas une affaire de cybernétique, non non.

Soyez donc de plus en plus analytiques, et accaparés par vos progrès très très lents que votre coach
vous a promis.

3) Assurez-vous de vous entraîner très régulièrement pour entraîner une hyper-sollicitation et une
hypertonie musculaires afin de provoquer une pression supplémentaire sur les articulations
correspondantes.

Pour vous aider, retenez la formule mathématique complexe suivante :


Hyper-sollicitation musculaire = hypertonie musculaire = coaptation exagérée des articulations
correspondantes = contraintes mécaniques supplémentaires au mouvement = bingo !

4) Négligez ou refusez toute ces pratiques efféminées tels que les étirements ou les 4 piliers et
relaxation, les risques sont grands que cela nullifie ou atténue les trois premières étapes.

5) A ce stade, vous avez mis toutes les chances de votre côté de développer une arthrose précoce
mais cela n’est peut-être pas suffisant et une vieille entorse peut accélérer le processus.
De même qu’une subluxation de l’articulation acromio-claviculaire peut devenir un atout de choix.

C’est d’ailleurs sûrement l’étape la plus difficile à réaliser parce qu’elle ne dépend pas seulement de
votre assiduité aux 4 premières étapes.
En effet, il vous faut ce petit quelque chose en plus qui vous assure la voie royale vers l’usure
articulaire : une bonne chute sur l’épaule en vélo ou la pratique malchanceuse d’un sport de contact
entraînant ce qu’on appelle un diastasis acromioclaviculaire.

Rassurez-vous, il est tout de même possible d’atteindre votre objectif sans ce petit coup de pouce du
destin (ce que l’esprit veut, le corps peut l’accomplir)

6) L’arthrose est connue pour ne pas présenter de phénomènes inflammatoires particuliers dans son
développement, néanmoins, une inflammation locale de l’épaule peut être la cerise sur le gâteau de
votre processus dégénératif.

En effet, tout phénomène inflammatoire favorise la déminéralisation osseuse et la calcification des


tissus péri-articulaires. C’est le petit plus qui favorise le remaniement osseux et vous permet de jouir
de douleurs bien avant que les cartilages soient complètement usés.

Notez tout de même, qu’un grand nombre d’arthroses évoluées finissent par s’accompagner
d’arthrites vous permettant de prédire les changements hygrométriques comme tonton Gustave.

7°) Nous pourrions également parler de l’instabilité neuro-végétative locale de l’épaule contribuant à
la perturbation de la trophicité du tissu ostéo-articulaire mais comme la « chirurgie du sympathique »
est passée de mode, nous ne nous étendrons pas sur le sujet.

Retenez juste que le cartilage étant très peu vascularisé, il se nourrit par imbibition via le liquide
synoviale contenu dans la capsule articulaire.

Tout changement qualitatif et/ou quantitatif de ce liquide peut donc avoir des répercussions sur
l’entretien du cartilage.

Si vous suivez la majorité de ces étapes, vous ne tarderez donc pas à sentir les premières douleurs au
niveau de l’épaule. Ce stade est critique car il ne signifie pas que l’usure du cartilage est suffisamment
prononcée pour parler d’arthrose, vous avez néanmoins la quasi-certitude qu’un état inflammatoire
s’est installé.

Résistez à la tentation de consulter un médecin, il est encore trop tôt


pour crier victoire. En attendant vous pouvez toujours chercher d’autres exercices de manière a
masquer le symptôme.

Continuez plutôt à vous concentrer sur les quatre premières étapes. Si vous avez la chance de souffrir
d’une subluxation acromio-claviculaire, refusez tout traitement et continuez à vous entraîner
sérieusement, la douleur va passer, enfin vous devez vous en convaincre.

Le déplacement du centre mécanique des mouvements de l’articulation qui en résulte est une
véritable aubaine pour vous, ainsi, chaque mouvement réalisé se fera avec des contraintes
supplémentaires dues au « déplacement fixé » des surfaces articulaires.
Cela peut paraître saugrenu car la généralisation des subluxations (ou entorses) à l’ensemble des
articulations synoviales de l’organisme est peu admis actuellement.

Cependant, si l’on conçoit facilement la possibilité de se faire une entorse de cheville au football, une
entorse de genou au ski ou une entorse cervicale dans un accident de voiture, pourquoi cela ne
serait-il pas possible pour l’ensemble des autres articulations du corps ?
Croyez moi, elles existent et elles seront vos meilleures amies pour notre petit projet de destruction
programmée du système articulaire.

Persévérez donc et le jour où chaque mouvement de l’articulation déclenchera de vives douleurs


empêchant la réalisation de vos exercices, vous saurez. Vous saurez que vous avez réussi, que votre
cartilage a disparu, que les deux parties osseuses de votre articulation frottent l’une contre l’autre,
que votre épaule est maintenant mûre pour au minimum 6 mois de kinésithérapie sûrement déjà
inutiles ou une chirurgie réparatrice.

Félicitations ! Vos efforts ont payé, vous allez maintenant pouvoir profiter de votre impotence
fonctionnelle et de notre merveilleux système de soins français pour une longue période à la grande
joie des concitoyens qui payeront à perte pour votre comportement responsable.

8) vous oubliez tout ce que nous venons de vous dire et vous expliquez que l’apparition d’arthrose
acromio- claviculaire est dûe à la malchance comme coach Rocky, spécialiste en anatomie pour les
nuls.

… si vous aussi vous trouvez ça vraiment stupide (Soyez Cons) ! relisez les 7 premiers points.

On ne peut pas espérer que la malchance s’en mêle, il faut respecter les étapes décrites ci-dessus
enfin !

C) Que faire si vous réalisez qu’une arthrose précoce ne vous convient pas ?

Si, par malheur, vous réalisiez qu’avoir une ou plusieurs articulations aussi mobiles et douloureuses
que celles d’un vénérable grand-père de 90 ans ne vous convient pas à 30 ans, pouvez-vous faire
machine arrière ?

1°) Premièrement, priez pour que l’état d’usure de votre articulation ne soit pas irréversible. Le
cartilage ayant la fâcheuse tendance à difficilement se régénérer, un bilan médical avec radiographie
est plus que conseillé (certaines études affirment néanmoins le contraire, alibi merveilleux pour le
massacre annuel de plusieurs millions de requins en vue de soigner toute sorte d’impotence…).

2°) Si l’usure de votre articulation n’est pas encore trop avancée, vous allez peut-être échapper à
l’impotence articulaire irréversible et à la chirurgie. Alors, à moins de vouloir servir d’annexe à la
station météorologique locale, arrêtez toute activité entraînant une contrainte excessive de vos
articulations.

3°) Consultez un thérapeute manuel pour vous assurer que l’articulation en question n’est pas
subluxée et que le déplacement du centre mécanique de mouvement qui en résulte, associé à une
hyper-sollicitation mécanique, n’est pas à l’origine de votre arthrose (La réduction d’articulations
subluxées est une des principales indications de l’étiopathie).

4°) Etirez-vous très régulièrement pour assouplir vos muscles et articulations.Comme nous l’avons
déjà vu, l’arthrose se traduit par une restriction progressive de la mobilité d’une articulation et une
hypertonie musculaire trop importante a des conséquences sur les articulations associées.

5°) Reposez-vous, il va falloir du temps à vos articulations pour récupérer. La question est de savoir
jusqu’où des articulations traumatisées peuvent récupérer? A partir d’un certain stade, vous l’aurez
malheureusement dans l’os !
6°) Si, après tout ça, vos symptômes semblent s’atténuer, votre articulation retrouver de la mobilité et
que la musculation vous manque, vous pouvez toujours essayer de reprendre une activité physique
non traumatisante pour votre organisme.

Essayez la Méthode de Musculation mise au point par Olivier Lafay, il paraît que ça marche.

Elle semble d’ailleurs particulièrement indiquée pour éviter la ruine précoce de votre système
locomoteur. En effet le choix des exercices au poids du corps (aussi prépubère que cela puisse
paraître) évite les contraintes excessives sur les articulations.

Et comme on est jamais à l’abri de se blesser, même en poids du corps, cette méthode possède de
nombreux garde-fous nécessaires à la croissance et la pérennité de votre organisme tels que les
étirements, la relaxation et la prise de conscience de certains comportements délétères que nous
sommes nombreux à reproduire sans nous en rendre compte (ce qu’Olivier Lafay a théorisé sous
le terme d’« attitude No Pain No Gain »).

Si une telle pratique heurte néanmoins votre sensibilité de gros dur et vos convictions profondes que
pour faire du muscle il faut pousser lourd au détriment de sa santé, vous pouvez toujours faire une
pré-réservation pour le loto du vendredi après-midi au club des anciens.

Cependant, dépêchez-vous, la population vieillit, les places vont être chères.

Yann Ollivier, Etiopathe, professeur d’Anatomie en école d’Etiopathie et expert en cybernétique

Maxime Bratanoff, Préparateur physique, spécialiste en mouvement et posture.


LE MUSCLE, LA PERFORMANCE, LA
SANTÉ, LA VIE
5 octobre 2015

Vous êtes un mâle.


Vous voulez vous muscler pour séduire les filles.
Vous voulez du muscle pour en imposer aux autres mâles.
Vous voulez vous muscler pour être performant (dans vos sports de prédilection).

A moins d’être complètement inconscient, vous avez certainement envie que les expériences
agréables octroyées par vos muscles puissent se renouveler.
Autrement dit, vous devez avoir envie, soit clairement, soit tapie au fond de vous, de jouir le plus
longtemps possible de ce que vous avez obtenu avec l’entraînement.

Séduire les filles aujourd’hui, demain, dans 10 ans, dans 30 ans…


Ne pas craindre physiquement les autres mâles, aujourd’hui, demain, dans 10 ans, dans 30 ans.
Conserver de belles performances demain, dans 10 ans, dans 30 ans.
Et pourquoi pas bien plus tard, au moment où beaucoup d’hommes sont devenus faibles, fragiles,
peu mobiles, maladroits, tremblants, hésitants, tristes, dépressifs, seuls, repliés sur leurs douleurs,
sur l’impotence?

Bref, vous avez certainement envie de jouir d’une condition physique qui rende la vie plus agréable…
le plus longtemps possible.

J’ai écrit que vous deviez avoir cette envie. Vous devriez avoir cette envie…
Mais ce n’est pas un acquis, une évidence claire et consciente pour tous, sinon il ne serait pas
nécessaire d’écrire cet article.

Nous vivons dans une civilisation devenue nihiliste, où le projet global s’est dissous dans l’urgence
ultra-individualiste de la jouissante immédiate. On peut dire qu’il y a un rapport entre une société
nihiliste et ce mouvement massif de consommation, qui ne sait pas penser la durée.
On veut tout, tout de suite, quel que soit le moyen employé, sans guère prendre le temps de penser
aux conséquences de l’assouvissement de nos désirs.

Développer un muscle durable, cela paraît presque incongru, étonnant, perturbant… subversif.
Si l’on vous dit qu’il faut, très logiquement, vouloir « croître et durer », vous mettez un petit temps à
vous représenter cette idée. Pour certains d’entre nous, c’est même impossible.

Vous devez vouloir un muscle qui soit « bon pour votre santé ».
Il n’y a pas que le muscle bon pour les filles, bon pour la confiance en soi et jouer les mâles
dominants, bon pour la performance… Si l’on veut que tout cela dure, il faut développer un muscle
durable…

La santé devient donc le préalable, le chef d’orchestre, les fondations… de votre transformation
corporelle (de votre prise de muscle).
Dans le Tome 2 de la Méthode Lafay, un chapitre entier est consacré aux « fondations de notre santé
». L’on y trouve une analyse très détaillée et référencée, implacable, ainsi que des solutions
opérationnelles, faciles à mettre en oeuvre.
Mieux comprendre pour mieux agir. Mieux comprendre et mieux agir.

Lorsqu’un colosse de 100 kgs secs a le dos tellement abîmé par les charges lourdes qu’il ne peut
même plus soulever son enfant pesant seulement 18 kgs, tant les douleurs lors de ce mouvement
sont importantes. Il continue à s’entraîner sur des machines lui évitant ces douleurs, mais il est bel et
bien handicapé au quotidien. Et les conséquences sur sa vie de famille sont considérables : il peut
s’entraîner dur pour conserver sa musculature MAIS il ne peut plus jouer avec ses propres enfants.

Lorsqu’un homme, venu à la musculation pour en imposer, pour être un « super-héros », ne peut plus
faire une seule pompe, et donc épater les copains ou la famille qui lui demande si ses muscles lui
servent à quelque chose. Son grand rêve, son rêve d’être un super-héros, est annihilé.

Lorsque les genoux sont usés, grinçants, si douloureux et laissent présager un avenir sur une chaise
ou un fauteuil roulant, et une opération qui deviendra certainement hors de prix dans une société
individualiste où chacun doit être responsable de lui-même. On ne veut plus payer pour les autres; ils
ne veulent plus payer pour nous…

Etc.

Ci-dessous, les toutes premières lignes du chapitre 2 du Tome 2 de la Méthode Lafay, chapitre intitulé
« Les fondations de votre santé ».

« Lorsqu’on demande aux gens ce qu’il s’agit, selon eux, de faire pour être en bonne santé, ils
répondent généralement que la priorité doit être donnée au sport et à l’alimentation.

La première image qui nous vient à l’esprit est bien souvent celle d’un athlète musclé, sans gras,
faisant son jogging, soulevant des haltères ou attablé devant un repas diététique.

C’est le discours de l’industrie du Fitness qui est ainsi répété : ayez l’apparence de la forme et vous
serez en forme. C’est certainement ce discours qui vous a conduit à vous procurer la méthode Lafay.
Ce qui vous donne maintenant l’opportunité d’apprendre que ce discours n’est pas tout à fait vrai, et
qu’il s’agit de se rendre au-delà des apparences. Il s’agit de se préoccuper autant de ce qui ne se voit
pas que de ce qui se voit.

Etre en bonne santé, c’est tout simplement disposer d’un fonctionnement organique optimal
permettant de durer. Pour cela, l’apparence athlétique (esthétique et performance) ne suffit pas. Ce
que l’on montre doit, pour être renouvelé le plus longtemps possible, reposer sur de solides
fondations.

On ne peut dissocier l’apparence athlétique de ce sur quoi elle repose. On ne le peut, même si très
peu de sportifs se soucient de ces fondations, c’est-à-dire des quatre éléments essentiels dont nous
allons parler ci-dessous et de la manière dont le stress les affecte, ainsi qu’il affecte l’organisme
entier. Ils ont monté les murs sans se soucier des fondations; ils ont « construit leur corps », sans se
soucier de ce sur quoi cette construction reposait. Et c’est ce qui conduit ce bâtiment, aussi beau soit-
il, au risque de l’effondrement. »

Ensuite, ce chapitre vous explique ce que sont ces fondations. Il montre ce qui se passe quand on les
néglige, avec le détail des conséquences. Il explique que s’en préoccuper permet de bien meilleurs
résultats plus rapidement, en moins de temps et sans se détruire. Les solutions peuvent sembler «
inattendues » pour un sportif qui n’a jamais été familiarisé avec ce sujet (99,99% des sportifs), mais
elles fonctionnent très vite et très efficacement. De nombreux témoignages de pratiquants, depuis la
sortie du Tome 2, en attestent.
La virilité
6 octobre 2015

« Toute virilité ostentatoire signale bien souvent une virilité défaillante. Vouloir exhiber sa
testostérone relève la plupart du temps d’un plaidoyer « pro domo » (pour soi) : on montre ce à quoi
on aspire, mais qui nous fait défaut!

La virilité authentique n’a pas besoin d’être spectaculaire, théâtralisée, exposée…il lui suffit d’être.
Simplement. »

(Michel Onfray)

A ceux qui menacent sur le net, jouent les durs, donnent des adresses pour d’hypothétiques RV virils
(pour la bagarre).
A ceux qui se décrivent en permanence comme des super-héros.

Ceux-là devraient faire une pause (au lieu d’une pose) et prendre le temps de méditer la citation
d’Onfray.
Qu’ils réalisent à quel point leurs airs de durs, de supermen, ainsi affichés, révèlent leur fragilité.

Et on enquille les sports de force et les arts martiaux, et on s’applique à devenir toujours plus fort, No
Pain No Gain, et on défie, menace, roule des mécaniques…

Mais, au fond, on craint toujours de se retrouver un jour en position de ne plus avoir le contrôle. On
craint l’adversaire qui sera plus fort, qui nous soumettra.

Alors on retourne au gym, No Pain No Gain, et on cherche à se prouver qu’on est invincible.
Et quand on en voit des plus forts, des plus entraînés, on se renseigne et on entame des cures. Tant
pis pour les risques, pour la santé… La crainte d’être vaincu, de ne plus pouvoir dominer, rendent
inévitables la prise de stéroïdes, les drogues du pouvoir, les si illusoires garanties d’invincibilité.

Et quand on en voit qui arrivent aisément à imposer leur autorité, sans être des pâles copies de
superman, on frémit, on s’interroge, on doute; et on compense en se racontant des histoires comme
quoi, si on voulait, on pourrait, on ferait..

Quand on voit la virilité s’exprimer selon des codes qui nous semblent inaccessibles, on sent la peur à
nouveau affleurer au seuil de la conscience, la peur d’être considéré comme faible, rejeté hors du
système où règne l’impitoyable concurrence, l’impitoyable lutte pour la dominance.
Alors on retourne au gym, frémissant et on se jette sur le tatamis. No Pain No Gain.

On menace, on défie et on se moque des faibles, de ceux qui ne soulèvent pas aussi lourd, et qui ne
cognent pas aussi fort.
Aussi primaires que l’animal qui lutte pour dominer la meute, on sait bien au fond qu’on rêve et que,
dans ce genre de rêves, le dominant finit toujours par être défié, vaincu et rejeté. On sait que c’est
sans fin…
Mais on a si peur, alors on continue. Tout plutôt que ne pas paraître dominant.

Et on s’use, on s’abîme, on se fragilise, habitant un corps pétri de craintes et d’inhibitions.


Et le jour où l’on tombe, bien entamé par nos excès, on se met à raser les murs, le regard baissé et le
dos courbé. La peur, qui n’avait jamais été anéantie, juste cachée, envahit tout notre être.
Ce qui nous faisait vivre, croire, ce qui nous autorisait à hurler notre existence et notre supériorité,
n’existe plus.

Et quand, comme dans le proverbe chinois, notre cadavre passe sur la rivière, devant nos ennemis,
ceux qu’on a défiés et parfois humiliés, notre esprit se dit dans ses derniers soubresauts que l’on s’est
trompé.
Par ignorance et par peur.

La virilité, cette force qui nous fait prendre le monde et le transformer, qui nous fait nous affirmer,
dépend, pour être et durer, de notre capacité à tout être. A être souple, multiforme, changeant et
pourtant essentiel. C’est une des dernières étapes décrites par Giorgio Nardone (Chevaucher le tigre).

Le culte de la force ne tend à favoriser le développement que d’une seule des modalités permettant
la virilité. Il est violemment réducteur, illusoire et est un aveu de faiblesse : il révèle notre besoin de
tout vouloir régler, dominer, par la force (ou par l’exhibition de son apparence). Il révèle notre
impuissance à emprunter d’autres chemins, notre manque de souplesse comportementale, nos
limites.
Il renseigne sur nos peurs.
Il dit déjà nos échecs à venir.

Et notre cadavre passe sur la rivière, au milieu de tant de cadavres qui y ont cru, comme nous.
Le public de la Méthode LAFAY
7 octobre 2015

Un petit article qui parle de toi, public

2 catégories de visiteurs viennent sur cette page :

– les lecteurs;
– les non-lecteurs

Les LECTEURS lisent vraiment les articles. Ils les commentent parfois, en bien ou en mal. Leurs
commentaires ont un rapport direct avec le contenu de l’article.
Certains mettent des « j’aime », mais d’autres préfèrent ne pas se manifester sur une page de
musculation, ou n’ont pas la culture du « j’aime ».
Je reçois beaucoup de mails/mp de personnes qui déclarent apprécier mon travail, qui me
soutiennent, mais sans vouloir intervenir.
Souvent ce sont des adultes instruits, cultivés et ouverts à la différence.

Les NON-LECTEURS, qui ne s’intéressent pas aux articles, ont d’autres motivations pour intervenir. Ces
non-lecteurs se subdivisent en 5 sous catégories :

– les ZAPPEURS. Ceux-là sont parfois gentils, mais pas toujours. Ils ne regardent que les images. Ils
sont parfois méchants en disant que les athlètes en photos sont moches ou que la musculation est
une activité stupide. Ils partent aussi vite qu’ils sont venus.

– les HAINEUX. Ceux-là viennent pour insulter, dénigrer, faire des amalgames. Ils sont inscrits sur la
page juste pour être avertis de ce qui s’y passe et profitent de la moindre occasion pour insulter,
déclarer que je suis anti-fonte ou autres billevesées.
Pour eux, je suis le mal et il faut me détruire.

– les TROLLS. Ce sont souvent des haineux, mais ce peut être des gens de passage, avertis par des
copains ou copines, et qui n’ont aucune intention de débattre ou apprendre. Ils veulent seulement
s’imposer et créer des polémiques. Là où ils se différencient du simple « haineux », c’est qu’ils ne se
contentent pas d’insultes, ils partent dans un délire pseudo-argumentatif, qui n’a rien à voir avec le
contenu de l’article sous lequel ils interviennent.
Certains, plus instruits, viennent soutenir un copain trolleur, sans rien connaître de l’univers Lafay. Ils
essaient de déstabiliser, par pur esprit de corps, mais sans fond véritable. Ils se concentrent sur des
points de détails, qu’ils pensent maîtriser, et cherchent à faire s’écrouler l’ensemble (l’univers Lafay)
en insistant sur ces détails périphériques. Leur investissement s’arrête généralement là, car débattre
du fond demanderait un apprentissage de l’univers Lafay qu’ils n’ont point le temps et l’envie de
réaliser.

– les PETITS JUGES. Ceux-là ne discutent jamais des articles. Cela ne les intéresse pas. Ils ne sont pas
là pour ça. Ce qu’ils veulent, c’est juger ma supposée attitude, envers la fonte, envers certains
commentateurs…. Ce qu’ils cherchent, c’est à se valoriser en me jugeant. Ce dont ils ont besoin, c’est
de se poser en êtres supérieurs à celui qui écrit les articles et administre cette page.
Et, pour ce faire, ils dépensent beaucoup d’énergie à chercher des leviers; ils écrivent beaucoup, mais
jamais au sujet des articles.
Ils ne sont pas là pour apprendre, mais pour m’apprendre…
Les petits juges ne lisent jamais les articles ou alors en diagonale. Ils ne les commentent jamais pour
eux-mêmes (pour leur contenu). Quand un article est publié, c’est pour qu’il soit LU et discuté. Cela
peut sembler évident, mais un petit juge ne comprend pas cela, il a besoin de passer outre la lecture
afin d’imposer son jugement moral.
Et il ne supporte pas qu’on lui réponde, et qu’on lui montre les limites-mêmes de ses interventions.

– Les CONSOMMATEURS. Ces derniers considèrent que la page leur appartient. Ils ne veulent y voir
que ce à quoi ils s’attendent. Ils n’aiment pas être surpris, perturbés; ils n’aiment pas qu’on leur
propose d’apprendre quoi que ce soit qui puisse heurter leurs préjugés et leurs attentes.
Leur curiosité est proche du néant. Et ils s’insurgent dès qu’on risque de les faire réfléchir, dès qu’on
leur propose d’élargir leur vision, de s’intéresser plus en profondeur à la page, aux interactions entre
les gens, entre la Méthode et les gens.

La profondeur, ce n’est pas leur truc. Ils veulent jouir vite et sans effort; ils veulent se divertir avec du
pré-mâché, consensuel, attendu. Ils ne sont pas là pour comprendre. Parmi eux, certains lisent les
articles sous lesquels ils commentent, mais en diagonale, en cherchant de quoi s’insurger.
Les consommateurs s’expriment bruyamment, menacent de quitter la page et le font parfois. Pour
eux, il est très important que tout le monde sache qu’ils se désinscrivent. En fait, ils se pensent très
importants.
Entraînement stratégique, musculation
cybernétique
13 octobre 2015

Avec 3 heures d’entraînement (majoritairement) doux par semaine, on peut obtenir au naturel ce que
d’autres obtiennent avec six à dix heures d’entraînement dur.

Il existe une logique implacable, contraire à toutes les idées reçues en matière de musculation, ET
que la Méthode Lafay est la seule à exposer depuis 2004.

Entropie, cybernétique, régulations, systèmes complexes, santé, stress, inhibition de l’action,


coopération, efficience… Un nouveau paradigme, qui dérange l’establishment de la musculation, qui
fait grincer des dents, mais dont les résultats sont indiscutables.

Il y a deux millions d’années, une mutation génétique affaiblissait les muscles de la mâchoire de nos
ancêtres. Le crâne et le cerveau, libérés, se mirent à grossir. Nos ancêtres, à la fois plus intelligents et
plus fragiles (capacité de morsure réduite) se mirent à davantage coopérer.
Il y a 300.000 ans, une nouvelle mutation permit le langage articulé tel que nous le connaissons. La
part de coopération augmenta.

Le chimpanzé peut aussi coopérer, mais à condition de viser une récompense immédiate en
nourriture. Si seul le dominant peut se réserver la nourriture, l’autre singe refusera de coopérer.
L’humain peut coopérer de manière « altruiste », c’est-à-dire sans obtenir une récompense
immédiate.
C’est une des raisons de nos formidables progrès dans la maîtrise de notre univers.
L’autre étant la capacité qu’ont eu des dominants à pousser des dominés à produire toujours plus et
mieux (cf article Optima et Maxima).

Comme le fait remarquer Edgar Morin dans Le paradigme perdu, l’évolution humaine a constamment
réduit la part de compétition au profit de la coopération.Les structures hiérarchiques se sont donc
assouplies, ouvrant la porte à de multiples possibilités de gratifications. En effet, dans une structure
hiérarchique très rigide, seul le dominant se gratifie.

A notre époque, et ce qui montre à quel point nous sommes encore primitifs, la part de la
compétition reste très importante. Une des raisons en est la non-compréhension de nos velléités de
dominance, inscrites en nous a priori, tel que nous l’explique Henri Laborit. C’est la cause de la
compétition exacerbée, de la violence et des guerres.
Une autre raison est notre profonde immaturité en ce qui concerne la pensée, comme l’explique
Hannah Arendt :

« les clichés, les phrases toutes faites, l’adhésion à des codes d’expression ou de conduite
conventionnels et standardisés, ont socialement la fonction reconnue de nous protéger de la réalité,
de cette exigence de pensée que les évènements et les faits éveillent en vertu de leur existence. »

Shakespeare, dans Richard III, fait dire à l’assassin ceci au sujet de la conscience (morale) : « tout
homme qui entend vivre bien tâche… de vivre sans elle. »
Et Hannah Arendt de poursuivre : « et le succès d’une telle tentative [vivre sans conscience] sera
facile, dans la mesure où il suffit de ne jamais entamer le dialogue silencieux et solitaire que nous
nommons pensée, de ne jamais renter chez soi et de ne jamais commencer l’examen.
Ce n’est ni une question de méchanceté ou de bonté, ni d’intelligence ou de stupidité.
Celui qui ne connaît pas le rapport de soi à soi-même (par lequel nous examinons ce que nous faisons
et disons) ne verra aucune difficulté à se contredire lui-même ce qui signifie qu’il ne sera jamais
capable de – ni ne voudra – rendre compte de ce qu’il fait ou dit; il ne pourra non plus s’inquiéter de
commettre quelque crime puisqu’il peut être sûr qu’aussitôt il l’oubliera. »

Bref, l’ignorance et une extraordinaire superficialité freinent notre mouvement vers davantage de
coopération mais ne sauraient par contre l’empêcher.

Inévitablement, la part de la compétition continuera de se réduire, conformément au processus


évolutif de notre espèce, et pour son plus grand bien.

Comme le disent Gregory Bateson ou Giorgio Nardone, notre espèce est inscrite dans un processus
où chacun est appelé à davantage coopérer avec le monde (écologie), les autres (communication
non-violente) et lui-même (respect de soi et temps consacré au dialogue entre soi et soi).

Cette attitude est nettement plus productive et gratifiante.

En musculation, la Méthode Lafay donne des outils pour fonctionner selon ce modèle. En se
focalisant davantage sur la coopération avec soi-même, les autres, le monde, on peut « croître et
durer », c’est-à-dire obtenir des résultats importants avec peu d’investissement physique et mental,
en posant comme fondation essentielle la santé.

On subordonne la construction du corps à la construction de soi.


L’énergie ainsi préservée (et même construite) peut être consacrée à la construction d’un univers
(personnel) plus vaste et plus gratifiant.

Un univers où apprendre et penser sont des plaisirs car susceptibles d’augmenter la palette de nos
satisfactions (joie de vivre).
Un univers où le muscle est détourné de sa fonction première de pure dominance.
Un univers où le besoin de compétition est relativisé, minoré et très bien vécu. Nous savons le
satisfaire avec recul sur les tatamis, les rings ou autres compétitions sportives. Sans qu’il vienne
empoisonner chaque aspect de notre quotidien.
Olivier Lafay
°
Henri Laborit est biologiste, chirurgien, chercheur, cybernéticien, éthologue.
Grégory Bateson est biologiste, éthologue, anthropologue, psychologue, cybernéticien. Fils de
William Bateson, l’inventeur du mot génétique.
Edgar Morin est sociologue, cybernéticien et penseur. Il est certainement le plus grand intellectuel
français vivant. Il a développé la notion de pensée complexe, absolument indispensable dans le
monde moderne.
Hannah Arendt est philosophe. Son oeuvre est d’une importance considérable et très actuelle. Elle a
beaucoup écrit sur la banalité du mal, sur la manière dont nous jugeons.
Giorgio Nardone, cybernéticien, psychologue et logicien, est le chef de file de l’interaction
stratégique.

Les fascias
23 octobre 2015

Les fascias, vous saviez?

La beauté, la santé et la performance ne peuvent pas reposer que sur la création (forcenée) de « pure
fibre musculaire ».
Cette vidéo parle de sport, mais aussi de yoga, d’ostéopathie, d’acupuncture. Bref, cela parle de ce
dont je vous parle depuis 11 ans.
Croître ET durer… tel est le projet.

1 – certains s’entraînent comme des forcenés pour la performance. Ils se dopent parfois. Puis ils
essaient de réguler les effets néfastes de ce surinvestissement dans la quête héroïque de soi :
massages, auto-massages, étirements, médicaments, professionnels de santé, usage du froid, et
même fasciathérapie.

2 – Notre vision est autre : il s’agit de tenir compte de tout ce qui fonde une santé et de voir comment
on peut agencer tous ces éléments et créer les conditions d’une croissance qui ne soit pas néfaste
pour l’organisme.
C’est là que la cybernétique intervient.
La douceur mène à tout, même à de gros muscles performants sans dommages collatéraux.

47.083 !
27 octobre 2015
C’est le nombre de lectures pour le dernier article relatant les aveux courageux de Lazar Angelov,
Arnold Schwarzenegger, Frédéric Delavier, etc. quant aux problèmes de santé engendrés par
l’entraînement de type « No Pain No Gain ». Ils sont les premières victimes de leurs propres croyances
et ils en font état publiquement. Mes travaux ne peuvent que leur être utiles.

C’est un record absolu pour une première lecture.


47.083 lectures, en 24 heures seulement, c’est vraiment un chiffre fabuleux, et ce pour deux raisons :
– la page Lafay n’est pas une page généraliste de musculation; elle ne reflète pas l’idéologie
dominante (la plus populaire).
– c’est un texte, et il n’est pas court. Ce n’est pas une vidéo, il faut faire l’ EFFORT de lire. L’exigence
intellectuelle de cette page va à contre-courant de la mode actuelle du divertissement léger et
clownesque.

Ce que je constate, c’est une augmentation exponentielle du nombre de lectures pour chaque article
depuis le printemps.
La Méthode Lafay a connu un flottement entre la fin 2014 et le printemps 2015.
Ceci est grandement dû à l’acharnement du monde de la musculation classique contre la Méthode.
Des vidéos affirmant que la méthode est une arnaque (ou au minimum très limitée) ont été publiées
sans cesse depuis quatre ans environ. Des prises de positions publiques contre mon travail et ma
personne se sont accumulées.
Bref, des personnes ont jugé qu’il fallait me faire disparaître et ces agressions ont monté en puissance
en 2014 et courant 2015.

Je pense que cela a dû décourager une part du public des sportifs, qui a dû se demander ce qui se
passait, pourquoi on disait autant de mal de moi. Peut-être bien qu’il n’y avait pas de fumée sans
feu…

Mais, à partir de l’article « Détruire le tout pour satisfaire des parties« , publié au printemps, le
nombre de lectures d’articles s’est mis à augmenter considérablement.
Détruire le tout pour satisfaire des parties a été lu plus de 60.000 fois en 4 publications. C’est
fabuleux !

Depuis, le nombre de lecture quotidiennes, pour des articles de fond (des articles exigeants) est en
moyenne à 10.000.
Il y a a encore deux ou trois ans, je m’estimais heureux quand un article de ce genre était lu 5000 fois.

Depuis septembre, nous avons passé un nouveau cap. Certains articles sont lus plus de 30.000 fois, et
ce dès la première publication. C’est ce qui est arrivé à l’article sur l’arthrose de l’épaule (36.000
lectures).

Qu’est-ce que cela signifie?


A mon avis, cela signifie que toutes ces attaques contre moi ont conduit de nombreuses personnes à
aller vérifier par elles-mêmes.
Et qu’elles ont trouvé mes articles intéressants. Elles y reviennent donc régulièrement.

Bref, mes réactions n’ont jamais été inutiles : nous avons gagné un nouveau public et la Méthode est
toujours n°1 des ventes (depuis 2004)

Et tous ceux qui se sont pris pour des guerriers, m’attaquant quotidiennement, ne sont en fait que de
fragiles statues de sable, que le vent disperse déjà (cf illustration de cet article).
Ce que la Méthode Lafay a apporté ne peut être ni annihilé, ni étouffé bien longtemps. C’est un
processus irréversible.

Lien de l’article lu 47.083 fois en 24 heures :

http://olivier-lafay.com/2015/10/26/quand-langelus-dangelov-sonne-le-glas/

Les références bibliographiques de la


Méthode Lafay cartonnent !
28 octobre 2015
Des libraires mettent en avant le livre de Laborit : éloge de la fuite.
Cet auteur, rejeté depuis le début des années 80 (début du culte de la performance) revient au
premier plan.

Cela signifie que beaucoup de gens lisent Henri Laborit après l’avoir découvert sur mes pages.

Il y a vraiment quelque chose qui se joue en ce moment au sujet des valeurs et fondements de la
Méthode Lafay. Certains doivent être très surpris de voir Laborit au premier plan, à la Fnac

« Slt. Je suis passé à la FNAC y a 4 jours. Au rayon livre, dans les premiers livres visibles : Eloge de la la
fuite. Lafay est suivi… »
(Alexandre)

Il y a encore 6 mois, les gens avaient du mal à le trouver

L’intérêt des « musclés » pour la santé n’est pas prêt de décliner. C’est un processus irréversible qui
s’est mis en place. Bientôt, ceux qui ne juraient jusqu’ici que par la performance, vont se mettre à me
suivre et parler de lutte pour la dominance, de cybernétique, de coopération…
Bref, de tout ce qui conditionne la construction d’une santé durable.

« Sur amazon, dans « Les clients ayant acheté cet article ont également acheté » lors de la
consultation de l’Espace Stratégique: Faites vous-même votre malheur; Eloge de la fuite; La
nouvelle grille; Comment réussir à échouer; chevaucher son tigre; Changements… »
(Far Mlf)

Méthode Lafay, croître et durer


5 novembre 2015

Réussir le pont, c’est se mettre en condition de protéger son système nerveux et donc de se sentir
mieux dans sa peau, et de mieux se régénérer.
Ce qui signifie aussi que l’on progressera plus aisément en musculation. En s’entraînant moins et
beaucoup moins dur.

Et on protégera ses épaules en dissolvant toute tension au niveau de la ceinture scapulaire.


En libérant le buste, on contribue à libérer la nuque et le cou. Les pensées sont ainsi plus claires et on
se sent apaisé, même en situation de stress. On a davantage de recul sur nos choix, notamment en
matière d’entraînement.

Réussir le pont permet aussi d’inverser la tendance à enrouler les épaules vers l’avant (due aux
inhibitions et/ou à une mauvaise exécution des exercices pour la poitrine, et/ou un excès d’exercices
pour la poitrine).

Cet exercice est présent dans mes livres depuis la première édition de 2004. Il n’a guère été remarqué
à l’époque et dans les années qui ont suivi, car l’approche de la musculation fondée sur la
construction de la santé est née avec la Méthode Lafay et était donc incompréhensible pour le
monde de la musculation classique. C’est pourtant un exercice fondamental; il est la base…

Le pont fait partie des fondements d’une approche écosystémique (cybernétique) de la musculation,
que l’on résume sous l’expression « croître et durer ».
On y parvient (à croître et durer) en cultivant l’efficience à l’aide de l’Entraînement Stratégique.

« Sans stress, sans forcer, la Finlande a


aujourd’hui les meilleurs élèves
d’Europe. »
10 novembre 2015

« Sans stress, sans forcer, la Finlande a aujourd’hui les meilleurs élèves d’Europe. »

(citation extraite de la vidéo ci-dessous)

Le rapport avec la musculation?

Je reformule : on peut être au meilleur niveau sans se faire mal et sans qu’on nous fasse mal.
Les finlandais ont banni l’idéologie No Pain No Gain (pas de souffrance, pas de progrès) et sont
pourtant les meilleurs.

C’est ainsi que fonctionne la Méthode Lafay. Il est possible d’atteindre un haut niveau athlétique…
sans stress… sans « forçage ».
C’est le principe d’Efficience, à l’origine de l’Entraînement Stratégique que suivent les pratiquants
Lafay.
Une révolution dans l’entraînement sportif, qui fonctionne majoritairement selon les codes habituels
de la souffrance qu’on s’inflige et qu’on inflige.

On peut aller très loin en suivant les règles d’une écologie des rapports à soi, aux autres, au monde…
Et, de manière finalement amusante, on aura même un meilleur niveau que les adeptes du culte de la
performance, de la douleur à l’entraînement, de l’investissement total (énergivore et chronophage)
Plus loin que les adeptes convaincus du culte de l’effort…

Les pratiquants Lafay les plus accomplis physiquement s’entraînent 3 à 5 fois moins que les adeptes
du culte de l’effort, pour des résultats identiques, voire nettement supérieurs.
Et ce sans dopage.
Cela a des répercussions sur leur santé, sur l’équilibre de leur vie, sur leur épanouissement.

C’est juste possible !


(même si les résultats affichés choquent encore beaucoup de gens, tellement conditionnés par
l’idéologie sociale dominante qu’ils en restent bouche bée, incrédules, dubitatifs; certains d’entre eux
devenant même très agressifs, par peur, en voyant leurs certitudes sérieusement ébranlées)

Boris Cyrulnik remarque que, en Finlande, la mise en place de ce système éducatif moins stressant a
non seulement permis de meilleurs résultats, il a également fait diminuer le taux de suicide de 40%,
ainsi que les troubles comportementaux.
En effet, il ne s’agit pas que de réussite scolaire, ou de réussite en musculation dans notre cas; le
modèle social qui rend un culte constant à la performance, au stress, à la souffrance, a un impact
considérable sur la santé physique et psychologique des gens. C’est terriblement destructeur.
Comme le dit le sociologue François Dubet à propos du modèle No Pain No Gain appliqué dans
l’enseignement et donc la compétition professionnelle : « ça fait des adultes teigneux, noués,
vaniteux, déçus, amers […]. »

LE MERITE N’A RIEN A VOIR LA


DEDANS
19 novembre 2015
(Par Maxime Bratanoff, préparateur physique)

Suite à la publication de l’article d’Olivier Lafay sur la blessure du sportif Lazar Angelov, j’aimerais vous
parler du « Mérite », notion très largement entonnée dès qu’il s’agit de justifier les actions
productrices de résultats de l’idéologie NPNG (No Pain No Gain = Pas de douleur, pas de progrès).

Ce petit texte viendra encore enfoncer le clou sur les conditionnements que nous tâchons de
déconstruire jours après jours au sein des espaces de l’Univers Lafay.

Il s’agirait de respecter des athlètes parce qu’ils ont du mérite de s’engager dans cette longue route
de la transformation corporelle ou de l’entrainement pour gagner une compétition importante.

Le jour où Djokovic gagnera Rolland Garros il y a de fortes chances que nous entendions: « il l’a bien
mérité après toutes ces tentatives, toutes ces années si proche du but. »

Une société néo-libérale utilisant un répertoire d’idéaux forts, affichant des modèles publicitaires, des
slogans de gagnants, d’athlètes infatigables, déterminés et forts; ceci est finalement l’héritage
malheureux des idéaux spartiates du sacrifice, et il y a encore 80 ans, des discours d’Adolf Hitler sur
ce que doit être un Homme avec un grand H face à la rudesse de la vie.

Egalement des discours sur le sens de la vie de Steve Jobs (idole d’une génération), quasiment érigé
au rang de martyr et héro parce qu’atteint du cancer, alors que cet homme de par sa lutte pour la
dominance , a bousillé la vie de millions de petits travailleurs en Asie pour la gloire et l’argent,