Вы находитесь на странице: 1из 4

1

T.D. du 7 février
Continuité et dérivabilité des fonctions
cosinus, sinus et tangente

1. Des inégalités utiles


π
 
(a) Dessiner le cercle unité et placer cos(x), sin(x) et tan(x) pour x ∈ 0; .
2
(b) Par des considérations géométriques, montrer que
π
 
∀x ∈ 0; , 0 ≤ sin(x) ≤ x ≤ tan(x)
2

2. Continuité en 0
(a) Montrer que sinus est continue en 0.
π
 
(b) Montrer que ∀x ∈ 0; , 1 − x2 ≤ (cos(x))2 ≤ 1.
2
(c) En déduire que cos est continue en 0.

3. Continuité sur R
(a) Rappeler les formules pour cos(a + h) et sin(a + h).
(b) En déduire que sinus est continue sur R.
(c) En déduire que cosinus est continue sur R.
π π
 
(d) Justifier que tangente est continue sur les intervalles + kπ; + (k + 1)π .
2 2

4. Des limites utiles


sin(x)
(a) Montrer, sans utiliser le taux d’accroissement, que lim = 1.
x→0 x
cos(x) − 1
(b) Montrer, sans utiliser le taux d’accroissement, que lim = 0.
x→0 x

5. Dérivabilité sur R
(a) Montrer que sinus est dérivable sur R et que sin0 = cos.
(b) Montrer que cosinus est dérivable sur R et que cos0 = − sin.
π π
 
(c) Montrer que tangente est dérivable sur les intervalles + kπ; + (k + 1)π et que
2 2
0 1 2
tan = = 1 + tan .
cos2

S. Freyssinet PCSI-Lycée l’Essouriau 2017-2018


2

Corrigé
Continuité et dérivabilité des fonctions
cosinus, sinus et tangente

1. Des inégalités utiles


(a)

N N
tan(x)
M M
sin(x)

x x
O cos(x) O H I

OI × M H sin(x)
(b) i. Le triangle OM I est un triangle d’aire = .
2 2
OI × IN tan(x)
ii. Le triangle ON I est un triangle rectangle d’aire = .
2 2
˙I est d’aire x .
iii. Le secteur circulaire OM
2
sin(x) x tan(x)
Or, OM I ⊂ OM˙I ⊂ ON I donc ≤ ≤ . Finalement,
2 2 2
π
 
∀x ∈ 0; , 0 ≤ sin(x) ≤ x ≤ tan(x)
2

2. Continuité en 0
(a) Par le théorème d’encadrement, lim+ sin(x) = 0.
x→0
La fonction sinus est impaire donc lim− sin(x) = − lim+ sin(x) = 0.
x→0 x→0
Or, sin(0) = 0 donc la fonction sinus est continue en 0.
π
 
(b) Soit x ∈ 0; , (cos(x))2 = 1 − (sin(x))2 . Par les inégalités de la première partie,
2
0 ≤ sin(x) ≤ x
0 ≤ (sin(x))2 ≤ x2
−x2 ≤ −(sin(x))2 ≤ 0
1 − x2 ≤ 1 − (sin(x))2 ≤ 1
1 − x2 ≤ (cos(x))2 ≤ 1

S. Freyssinet PCSI-Lycée l’Essouriau 2017-2018


3

(c) Par le théorème d’encadrement, lim+ cos(x) = 1.


x→0
La fonction cosinus est paire donc lim− cos(x) = lim+ cos(x) = 1.
x→0 x→0
Or, cos(0) = 1 donc la fonction cosinus est continue en 0.

3. Continuité sur R
(a)
cos(a + h) = cos(a) cos(h) − sin(a) sin(h)
sin(a + h) = sin(a) cos(h) + cos(a) sin(h)

(b)
lim sin(a + h) = lim cos(a) sin(h) sin(a) cos(h) = cos(a). lim sin(h) + sin(a). lim cos(h) = sin(a)
h→0 h→0 h→0 h→0

Donc, la fonction sinus est continue en a.


(c) Soit a ∈ R.
lim cos(a + h) = lim cos(a) cos(h) − sin(a) sin(h) = cos(a). lim cos(h) − sin(a). lim sin(h) = cos(a)
h→0 h→0 h→0 h→0

Donc, la fonction cosinus est continue en a.


(d) La fonction tangente est le quotient de deux fonctions continues avec un dénominateur qui
π π

ne s’annule pas sur les intervalles + kπ; + (k + 1)π donc elle est continue sur ces
2 2
intervalles.

4. Des limites utiles


π
 
sin(x)
(a) On va proposer un encadrement. La fonction x 7→ x
est paire. Soit x ∈ 0; .
2
sin(x)
sin(x) ≤ x et x ≤
cos(x)
sin(x) sin(x)
≤ 1 et cos(x) ≤
x x
sin(x) sin(x) sin(x)
Par encadrement, lim+ = 1. Par parité, lim− = 1 et donc lim = 1.
x→0 x x→0 x x→0 x
(b) On utilise la limite précédente
cos(x) − 1 −2 sin( x2 )2 x sin( x )
= = − sin( ) × x 2
x x 2 2

cos(x) − 1
Par opération sur les limites, on obtient que lim = 0.
x→0 x

5. Dérivabilité sur R
(a) Soit a ∈ R.
sin(a + h) − sin(a) cos(a) sin(h) + sin(a) cos(h) − sin(a) sin(h) cos(h) − 1
= = cos(a). + . sin(a)
h h h h
sin(a + h) − sin(a)
donc lim = cos(a).
x→a h
La fonction sinus est donc dérivable en a et sin0 (a) = cos(a).

S. Freyssinet PCSI-Lycée l’Essouriau 2017-2018


4

(b) Soit a ∈ R.

cos(a + h) − cos(a) cos(a) cos(h) − sin(a) sin(h) − cos(a) cos(h) − 1 sin(h)


= = cos(a). − . sin(a)
h h h h
cos(a + h) − cos(a)
donc x→a
lim = − sin(a).
h
La fonction cosinus est donc dérivable en a et cos0 (a) = − sin(a).
(c) La fonction tangente est le quotientde deux fonctions dérivables avec un dénominateur qui
π π

ne s’annule pas sur les intervalles + kπ; + (k + 1)π donc elle est dérivable sur ces
2 2
intervalles et
sin0 . cos − sin . cos0 cos2 + sin2 1
tan0 = 2
= 2
= 1 + tan2 =
cos cos cos2

S. Freyssinet PCSI-Lycée l’Essouriau 2017-2018