Вы находитесь на странице: 1из 16

FA037048 ISSN 0335-3931

norme européenne NF EN 1015-9


Septembre 2000

Indice de classement : P 12-309

ICS : 91.080.30 ; 91.100.10

Méthodes d'essai des mortiers


pour maçonnerie
Partie 9 : Détermination de la période d'ouvrabilité
et du temps ouvert du mortier frais

E : Methods of test for mortar for masonry — Part 9: Determination of workable life
and correction time of fresh mortar
D : Prüfverfahren für Mörtel für Mauerwerk — Teil 9: Bestimmung der
© AFNOR 2000 — Tous droits réservés

Verarbeitbarkeitszeit und der Korrigierbarkeitszeit von Frischmörtel

Norme française homologuée


par décision du Directeur Général d'AFNOR le 20 août 2000 pour prendre effet
le 20 septembre 2000.

Correspondance La Norme européenne EN 1015-9:1999 a le statut d'une norme française.

Analyse Le présent document prescrit une méthode de détermination de la période d’ouvra-


bilité et du temps ouvert des mortiers fraîchement gâchés. Il s’applique aux mor-
tiers pour maçonnerie ou à enduire, y compris les mortiers contenant des liants
minéraux et des granulats (méthode A) ainsi qu’aux couches minces de mortier
(méthodes B et C).

Descripteurs Thésaurus International Technique : maçonnerie, matériau de construction, mor-


tier, essai, détermination, durabilité, rigidité, consistance, mesurage du temps.

Modifications

Corrections

Éditée et diffusée par l’Association Française de Normalisation (AFNOR), Tour Europe 92049 Paris La Défense Cedex
Tél. : 01 42 91 55 55 — Tél. international : + 33 1 42 91 55 55

© AFNOR 2000 AFNOR 2000 1er tirage 2000-09-F


Maçonnerie AFNOR P10B

Membres de la commission de normalisation


Président : M MERLET
Secrétariat : MME PATROUILLEAU — AFNOR

M ALBENQUE CTTB
M BAJEUX CEBTP
M BALCON SOCOTEC
M BARON WEBER ET BROUTIN FRANCE
MME BELLALI CERIB
M BENHARROUS UNINAT
M BLACHE CSTB
M BOUINEAU LEM
M COLAS CAMPENON BERNARD SGE
M DALIGAND SNIP
M DE CLERMONT-TONNERRE SAGI
M DOIZELET CTTB
M DURAND UMGO-UNION MAÇONNERIE GROS ŒUVRE
M ETIENNE MINISTERE DE L'EQUIPEMENT, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT — DAEI
M FAUCON CERIB
M FERRAND SOCOTEC
M GERARD SIPOREX
M GROSJEAN EGF — BTP
M LEJEUNE CSTB
MME LEMARCHAND SNMI
M LOQUIN ATILH
M MERLET CSTB
M PALLIX ROCAMAT PIERRE NATURELLE
M PEREZ MINISTERE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L'INDUSTRIE — DGEMP
M REGRETTIER CTTB
M SAUVAGE CERIB
M STRAUB WEBER ET BROUTIN FRANCE
MME VALLADEAU-RONCIN FIB
M VIGNATI CTTB
MLLE VINCENSINI AFNOR

Avant-propos national

Références aux normes françaises


La correspondance entre les normes mentionnées à l'article «Références normatives» et les normes françaises
identiques est la suivante :
prEN 771 : NF EN 771 (indices de classement : P 12-001 à P 12-006)
1)
prEN 998-1 : NF EN 998-1 (indice de classement : P 12-201)
prEN 998-2 : NF EN 998-2 (indice de classement : P 12-202) 1)
EN 1015-2 : NF EN 1015-2 (indice de classement : P 12-302)
EN 1015-3 : NF EN 1015-3 (indice de classement : P 12-303)

1) En préparation.
NORME EUROPÉENNE EN 1015-9
EUROPÄISCHE NORM
EUROPEAN STANDARD Août 1999

ICS : 91.100.10

Version française

Méthodes d'essai des mortiers pour maçonnerie —


Partie 9 : Détermination de la période d'ouvrabilité et du temps ouvert du mortier frais

Prüfverfahren für Mörtel für Mauerwerk — Methods of test for mortar for masonry —
Teil 9: Bestimmung der Verarbeitbarkeitszeit Part 9: Determination of workable life
und der Korrigierbarkeitszeit von Frischmörtel and correction time of fresh mortar

La présente norme européenne a été adoptée par le CEN le 8 juillet 1999.

Les membres du CEN sont tenus de se soumettre au Règlement Intérieur du CEN/CENELEC qui définit les
conditions dans lesquelles doit être attribué, sans modification, le statut de norme nationale à la norme
européenne.

Les listes mises à jour et les références bibliographiques relatives à ces normes nationales peuvent être obtenues
auprès du Secrétariat Central ou auprès des membres du CEN.

La présente norme européenne existe en trois versions officielles (allemand, anglais, français). Une version faite
dans une autre langue par traduction sous la responsabilité d'un membre du CEN dans sa langue nationale, et
notifiée au Secrétariat Central, a le même statut que les versions officielles.

Les membres du CEN sont les organismes nationaux de normalisation des pays suivants : Allemagne, Autriche,
Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Irlande, Islande, Italie, Luxembourg, Norvège, Pays-
Bas, Portugal, République Tchèque, Royaume-Uni, Suède et Suisse.

CEN
COMITÉ EUROPÉEN DE NORMALISATION

Europäisches Komitee für Normung


European Committee for Standardization

Secrétariat Central : rue de Stassart 36, B-1050 Bruxelles

© CEN 1999 Tous droits d’exploitation sous quelque forme et de quelque manière que ce soit réservés dans le monde
entier aux membres nationaux du CEN.
Réf. n° EN 1015-9:1999 F
Page 2
EN 1015-9:1999

Sommaire
Page

Avant-propos ...................................................................................................................................................... 3

1 Domaine d’application ...................................................................................................................... 4

2 Références normatives .................................................................................................................... 4

3 Principe .............................................................................................................................................. 4

4 Appareillage ...................................................................................................................................... 4

5 Échantillonnage, préparation et stockage des prises d’essai ...................................................... 5

6 Méthode A — Période d’ouvrabilité d’un mortier d'usage général .............................................. 6

7 Méthode B — Période d’ouvrabilité d’une couche mince de mortier .......................................... 6

8 Méthode C — Temps ouvert d’une couche mince de mortier ...................................................... 7

9 Rapport d’essai ................................................................................................................................. 8


Page 3
EN 1015-9:1999

Avant-propos

Le présent document a été préparé par le CEN/TC 125 «Maçonnerie» dont le secrétariat est tenu par la BSI.
Le présent document doit être mis en application au niveau national, soit par publication d'un texte identique, soit
par entérinement, au plus tard en février 2000 et les normes nationales en contradiction devront être retirées au
plus tard en décembre 2001.
Selon le Règlement Intérieur du CEN/CENELEC, les instituts de normalisation nationaux des pays suivants sont
tenus de mettre ce document en application : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande,
France, Grèce, Irlande, Islande, Italie, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Portugal, République Tchèque,
Royaume-Uni, Suède et Suisse.
Page 4
EN 1015-9:1999

1 Domaine d’application
La présente Norme européenne prescrit des méthodes de détermination de la période d’ouvrabilité et le temps
ouvert de mortiers fraîchement gâchés (désignés ci-après par mortiers frais).
La méthode A est une méthode de détermination de la période d’ouvrabilité des mortiers pour maçonnerie ou à
enduire d'usage général, y compris les mortiers contenant des liants minéraux et des granulats lourds et légers.
Les méthodes B et C sont des méthodes de détermination de la période d’ouvrabilité et du temps ouvert pour des
couches minces de mortier.

2 Références normatives
Cette Norme européenne comporte par référence datée ou non datée des dispositions d'autres publications. Ces
références normatives sont citées aux endroits appropriés dans le texte et les publications sont énumérées ci-
après. Pour les références datées, les amendements ou révisions ultérieurs de l'une quelconque de ces publica-
tions ne s'appliquent à cette Norme européenne que s'ils y ont été incorporés par amendement ou révision. Pour
les références non datées, la dernière édition de la publication à laquelle il est fait référence s'applique.

prEN 771, Spécification pour éléments de maçonnerie.

prEN 998-1, Spécifications pour mortier de maçonnerie — Partie 1 : Mortiers d'enduits à base de liants minéraux.

prEN 998-2, Spécifications pour mortier de maçonnerie — Partie 2 : Mortiers de maçonnerie.

EN 1015-2, Méthodes d'essai des mortiers pour maçonnerie — Partie 2 : Échantillonnage global des mortiers et
préparation des mortiers d'essai.

EN 1015-3:1999, Méthodes d'essai des mortiers pour maçonnerie — Partie 3 : Détermination de la consistance
du mortier frais (à la table à secousses).

3 Principe
La période d’ouvrabilité d’un échantillon de mortier frais, porté initialement à une valeur d’étalement définie, est
mesurée par le temps, en minutes, au bout duquel il atteint une limite définie de rigidité ou d’ouvrabilité, durant un
essai de type défini.

4 Appareillage

4.1 Appareillage pour la méthode A — Période d’ouvrabilité d’un mortier d'usage général
4.1.1 Une balance munie de préférence d’une tare, présentant une capacité d’au moins 15 kg et des gradua-
tions inférieures ou égales à 100 g.

4.1.2 Des moules ou récipients jetables, rigides et ouverts en haut, présentant un diamètre intérieur d’au
moins 75 mm et une hauteur comprise entre 50 mm et 100 mm.

4.1.3 Un chronomètre.

4.1.4 Une tige de pénétration, composée d’une tige ronde en laiton, d’environ 5 mm de diamètre et 65 mm de
longueur totale, dont l’extrémité inférieure est élargie à un diamètre de 6,175 mm ± 0,025 mm sur une longueur
de 25 mm ± 0,25 mm et dont la face de pénétration est plate et perpendiculaire à l’axe de la tige.
Page 5
EN 1015-9:1999

4.1.5 Une rondelle de laiton non assujettie, d’environ 20 mm de diamètre extérieur, repose sur la butée formée
par le changement de diamètre de la tige. La tige est maintenue verticalement dans un dispositif, tel qu’un porte-
mèche à levier, qui permet de l’abaisser verticalement d’une façon contrôlée et stable sur une distance d’au moins
40 mm (voir Figure 1).

4.1.6 Un couteau à araser.

4.1.7 Une truelle.

4.2 Appareillage pour la méthode B — Période d’ouvrabilité d’une couche mince de mortier
4.2.1 Une table à secousses, conformément à l’EN 1015-3:1999.

4.2.2 Une truelle.

4.2.3 Un couteau à araser.

4.3 Appareillage pour la méthode C — Temps ouvert d’une couche mince de mortier
4.3.1 Des blocs de maçonnerie du matériau devant être utilisés dans la pratique comme subjectile pour la
couche mince de mortier.

4.3.2 Une balance d’une précision égale à 0,1 % de la masse du bloc de maçonnerie pesé.

4.3.3 Une étuve ventilée, capable de maintenir respectivement des températures de 105 °C ± 5 °C,
70 °C ± 5 °C et 60 °C ± 5 °C.

4.3.4 Une truelle.

4.3.5 Un couteau à araser.

4.3.6 Une enceinte de stockage, capable de maintenir une température de 20 °C ± 2 °C et une humidité rela-
tive de 65 % ± 5 %.

5 Échantillonnage, préparation et stockage des prises d’essai


L’échantillon de mortier frais utilisé pour cet essai doit présenter un volume minimal de 1,5 l ou d’au moins 1,5 fois
la quantité requise pour l’essai (prendre la valeur la plus importante) et doit être obtenu soit par réduction de la
prise globale d’essai (se reporter à l’EN 1015-2) en utilisant un diviseur ou par quadripartition, soit par préparation
au laboratoire à partir de constituants secs et d’eau. La valeur d’étalement du mortier de l'échantillon global d’essai
doit être déterminée conformément à l’EN 1015-3 :1999 et doit être consignée.
Avant d’être soumis aux essais, les échantillons mélangés en laboratoire doivent être amenés à la valeur d’étale-
ment définie, comme spécifié dans l’EN 1015-2.
Les essais des mortiers prêts à l’emploi (mortiers humides, dosés et prégâchés en usine, et comprenant un retar-
dateur de prise) et des mortiers humides prégâchés, à base de chaux aérienne/sable, lorsqu’ils ne sont pas
mélangés avec des liants hydrauliques, doivent être effectués pendant la période d’ouvrabilité spécifiée pour ces
mortiers.
La durée du gâchage doit être mesurée à partir du moment où tous les constituants sont introduits dans le
malaxeur.
Avant les essais, la gâchée doit être agitée doucement à la main en utilisant une truelle ou un couteau à araser,
pendant 5 s à 10 s afin d’éviter toute fausse prise, etc., mais sans malaxage supplémentaire de la gâchée.
Tout écart par rapport au mode opératoire de gâchage doit être noté.
Deux échantillons d’essai doivent être soumis aux essais.
Page 6
EN 1015-9:1999

6 Méthode A — Période d’ouvrabilité d’un mortier d'usage général

6.1 Généralités
La période de maniabilité du mortier frais est mesurée par le temps, en minutes, au bout duquel il atteint une limite
définie de résistance à la pénétration en force d’une tige normalisée.

6.2 Mode opératoire


Remplir suffisamment de moules à l’aide du mortier d’essai et de toute gâchée témoin, afin d’obtenir une zone de
surface adéquate pour le nombre requis de pénétration de la tige. Remplir chaque moule en 10 fois environ, en
réduisant l’excédent de mortier à égaliser, et en tapotant quatre fois le moule sur la paillasse après chaque ajout
de mortier. À l’aide d’un couteau à araser, égaliser la surface et la mettre de niveau avec la partie supérieure du
moule.
Stocker les moules remplis dans une ambiance à une température de 20 °C ± 2 °C et une humidité relative d’au
moins 95 %, par exemple dans un sac étanche en polyéthylène.
Placer un moule sur la balance, sous la tige de pénétration, de telle sorte que la portion de surface de l’échantillon
située immédiatement sous la tige se situe à au moins 20 mm du bord du moule ou de l’emplacement de la péné-
tration prévue. Régler la tare ou enregistrer la masse du moule rempli. À l’aide du levier situé sur le porte-mèche,
abaisser lentement la tige de pénétration dans l’échantillon jusqu’à ce que la rondelle non assujettie effleure la
surface (voir Figure 1).
Relever la valeur indiquée par la balance, en kilogrammes. Si nécessaire, corriger cette valeur en fonction de la
masse du moule rempli, puis la diviser par 3 pour exprimer la résistance à la pénétration, en newtons par
millimètre carré.
Pour un mortier non retardé, mesurer la résistance à la pénétration toutes les 15 min, en commençant 30 min
avant le terme de la période d’ouvrabilité déclarée, jusqu’à ce que la résistance dépasse la valeur limite prescrite
(se reporter au 6.3).
Pour des mortiers retardés, vérifier la pénétration de façon intermittente, à des moments appropriés, jusqu’à ce
que la résistance commence à augmenter, puis continuer comme décrit ci-dessus.

6.3 Calcul et expression des résultats


Mesurer la période d’ouvrabilité de la manière suivante, à partir du moment où l’addition d’eau aux constituants
secs ou l’addition de ciment ou de plâtre à un mélange humide de chaux et/ou de sable est achevée.
Déterminer le temps, en minutes, arrondi à la minute près, requis pour atteindre une résistance à la pénétration
de 0,5 N/mm2, par interpolation des résultats obtenus immédiatement au-dessous et au-dessus de cette valeur.
Calculer la valeur moyenne à partir des valeurs individuelles de chaque échantillon de mortier, toutes les valeurs
étant arrondies à la minute près. La valeur moyenne est la période d’ouvrabilité du mortier.

7 Méthode B — Période d’ouvrabilité d’une couche mince de mortier

7.1 Généralités
La période d’ouvrabilité est mesurée par le temps, en minutes, au bout duquel la valeur d’étalement du mortier
diffère de 30 mm par rapport à la valeur initiale d’étalement, déterminée 10 min après le mélange de la gâchée.

7.2 Mode opératoire


Déterminer la valeur d’étalement, conformément à l’article 6 de l’EN 1015-3:1999, à intervalles de 15 min.
Durant la période d’essai, conserver le mortier dans un seau, couvert d’un linge humide et stocké à l’air à une
température de 20 °C ± 2 °C. Avant chaque essai, la gâchée de mortier peut être à nouveau mélangée à la main.
Page 7
EN 1015-9:1999

7.3 Calcul et expression des résultats


Déterminer le temps, en minutes, arrondi à la minute près et mesuré à partir du moment où le gâchage est achevé,
nécessaire pour que la valeur d’étalement du mortier diffère de 30 mm par rapport à la valeur initiale d’étalement
déterminée 10 min après le gâchage, par interpolation des résultats obtenus immédiatement au-dessous et au-
dessus de cette valeur.
Calculer la valeur moyenne à partir des valeurs individuelles de chaque échantillon de mortier, toutes les valeurs
étant arrondies à la minute près. La valeur moyenne est la période d’ouvrabilité du mortier.

8 Méthode C — Temps ouvert d’une couche mince de mortier

8.1 Principe
Le temps ouvert est mesuré par le temps, en minutes, au bout duquel 50 % de la surface de contact d’un cube,
placé sur une couche de mortier appliquée sur le bloc de maçonnerie subjectile spécifié, puis retiré, est couverte
de mortier adhérant.
La méthode n’est pas applicable lorsque des blocs de maçonnerie perforés sont utilisés.

8.2 Mode opératoire


Découper des cubes de 50 mm × 50 mm × 50 mm dans les blocs de maçonnerie spécifiés, en s’assurant que la
face devant servir de face de contact fait partie de la face initiale de pose.
Avant d’effectuer l’essai, sécher les blocs de maçonnerie et les cubes dans une étuve chauffée à la température
indiquée au Tableau 1.

Tableau 1 — Températures de séchage pour les blocs de maçonnerie


et éprouvettes cubiques

Température de séchage
Type de maçonnerie
°C

Terre cuite
Silico-calcaire 105 ± 5
Béton cellulaire autoclavé

Pierre naturelle
Béton de granulat courant 70 ± 5
Pierre reconstituée

Blocs de maçonnerie à constituants organiques 60 ± 5

Considérer que les blocs de maçonnerie ont atteint une masse constante lorsque deux pesées successives,
effectuées à deux heures d’intervalle durant le séchage, ne diffèrent pas de plus de 0,2 % de la masse des blocs.
Conditionner ensuite les blocs de maçonnerie par stockage à l’air, pendant deux jours, à une température de
20 °C ± 2 °C et une humidité relative de 65 % ± 5 %.
Effectuer l’essai à une température de 20 °C ± 2 °C et une humidité relative de 65 % ± 5 %, en suivant le mode
opératoire suivant :
a) appliquer la couche mince de mortier à la truelle sur la surface de contact (face de pose) des subjectiles en
blocs de maçonnerie et essuyer immédiatement ;
b) appliquer une couche mince de mortier, de 2 mm à 3 mm d’épaisseur, sur la surface du subjectile prétraitée
comme décrit au a) ;
Page 8
EN 1015-9:1999

c) placer la face de contact (provenant d’une face de pose) d’un cube sur la couche de mortier et la maintenir en
place pendant 30 s en lui appliquant une charge de 1,2 kg dans le cas de blocs de maçonnerie d’une densité
supérieure ou égale à 1 000 kg/m 3 et une charge de 0,5 kg dans le cas de blocs de maçonnerie d’une densité
inférieure à 1 000 kg/m3 ;
d) retirer le cube perpendiculairement à la face de pose et déterminer la zone, en pourcentage de la surface de
contact du cube, couverte de mortier adhérant, à 10 % près ;
e) répéter les étapes c) et d), à 1 min d’intervalle et en utilisant à chaque fois un nouveau cube, jusqu’à ce que
50 % de la surface de contact du cube soit recouverte de mortier adhérent, et enregistrer pour chaque intervalle
le pourcentage de surface couverte. Enregistrer le temps en minutes. Répéter les étapes a ) à e).
NOTE Chaque fois qu’un cube est placé sur le bloc de maçonnerie, il convient qu’il soit installé à au moins 20 mm de
tout emplacement où un cube a été précédemment placé.

8.3 Calcul et expression des résultats


Calculer la valeur moyenne à partir des valeurs individuelles obtenues pour chaque échantillon de mortier, toutes
les valeurs étant arrondies à la minute près. La valeur moyenne est le temps ouvert du mortier.

9 Rapport d’essai
Le rapport d’essai doit comporter les informations suivantes :
a) le numéro, le titre et la date de publication de la présente norme européenne ;
b) le lieu, la date et la durée de prélèvement de la prise globale d’essai 1) ;
NOTE C’est l’échantillon prélevé sur la fourniture en vrac devant être utilisé pour tous les essais de l’EN 1015.

c) la méthode utilisée pour prélever l'échantillon global d’essai (si elle est connue) et le nom de l’organisme ayant
effectué ce prélèvement ;
d) le type, l’origine et la désignation du mortier par référence à la partie concernée du prEN 998 ;
e) la date et la durée des essais ;
f) les conditions de préparation (gâchage, coulage) et de stockage (cure) ;
g) la date et la durée de préparation des échantillons (c’est-à-dire la date et la durée des procédures de gâchage,
de coulage, de moulage ou de démoulage, le cas échéant) ;
h) le type et la description du subjectile, conformément à la partie applicable du prEN 771, et le coefficient initial
d’absorption de l’eau, s’il est connu ;
i) la valeur initiale d’étalement du mortier d’essai, conformément à l’EN 1015-3:1999 ;
j) l’âge du mortier au moment de l’essai ;
k) la masse totale de chaque échantillon individuel ;
l) la méthode d’essai utilisée (méthode A : Période d’ouvrabilité d’un mortier d'usage général ; méthode B :
Période d’ouvrabilité d’une mince couche de mortier ; ou méthode C : Temps ouverts d’une mince couche de
mortier) et la valeur limite de référence de la période d’ouvrabilité ;
m) les résultats d’essai (valeurs individuelles et valeur moyenne de la période d’ouvrabilité d’un mortier d'usage
général, arrondie à la minute près ; valeurs individuelles et valeur moyenne de la période d’ouvrabilité et du
temps ouvert d’une mince couche de mortier, arrondie à la minute près) ;
n) toutes observations éventuelles.

1) Ces informations sont contenues dans le certificat d’échantillonnage (se reporter à l’EN 1015-2).
Page 9
EN 1015-9:1999

Dimensions en millimètres

Légende
1 Porte-mèche (à levier)
2 Rondelle
3 Tige de pénétration
4 Moule (ou récipient)
5 Balance (voir 4.1.1)
6 50 mm à 100 mm

Figure 1 — Appareillage pour la détermination de la période d’ouvrabilité

Оценить