Вы находитесь на странице: 1из 2

Lihrni • lgolili • l'rat,rni tl

RÊPUDI.IQ.UF.FRANÇAISE

LE MINISTRE

Paris, le 1 5 JUll. 2019


Nos ltéf ECO/20 18/28905
Vos Réf 185/201ff
YotrelettTedu12/1112(118

Monsieur le Président,

Vous avez bien voulu faire part au Premier ministre, qui m'a transmis votre
corresponda nce,des inguiétodcs <lesen1reprises adhérentes à l' Union des .industries de
la protection des .plantes, concem~ l l' appl ication de l'arlicl.e 83 de la loin ° 20 J 8-938
du 30 octobre 2018 pom l'équilibr e des rclntions commerciales dan_s le secteur
agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessihle à tous (dite loi
EGAlim).

Cet ai1icle prévoit l'interdiction de la production , du stockage et de la circulation de


produits phytopharmaceutiques contenant des substances actives non approuvées dans
l'Union européenne (UE) pour des raisons liées à la protection de la santé humaine,
animale ou de l'environnement.

L'évaluation, réalisée depuis l'adoption de la loi EGAlim, a identifié un millier


d'emplois directement impactés sur onze sites dans Je secteur de fabrication de
produits phytopharmaceutiques et environ 1 500 emplois directement impactés dans le
secteur setri.en der en France. L'interdi ctio n introd uite par la loi EGA lini cc;mduit à
mctti-c en cause tout ou partie de l'aotivjté de ces sites. À cette si.t.uation, pourrm.t
s'ajouter l'impact indirect sur le tissu industriel des sous-traitants et pJus largement sur
le tissu économique des territoires concernés.

Afin de ne pas porter une atteinte excessive au développement économique des


entreprises des secteurs phytophannaceutiques et semenciers en France, un
amendement (ex article 8 bis B) avait été introduit dans le projet de loi relatif à la
croissance et la transfommtion des entreprises (PACTE). L'article, qui avait été adopté
pnr Je Sénat et maintenu lors de son examen par la commission spéc iale à l' Assemblé e
nation ale,.ava it pour objet d'abroger les dispositions introduites par la loi EGAlim .

.../ ...

Monsieur AntoiJle MEYER


Président
Sumi Agro France SAS
251 rue du FauboUig Saint-Martin
7 5010 Paris

MIN ISTl.lRI! DJl l.)éCONOMlll


ET 01\S l'IN/\NC8S

139 rue de Bercy - 75572 Paris Cedex 12


1111 H,. Il • \ •· 0 •• 11..r, ,, -·~• 11,i\•t1 11r t 'hl, •,:.'l~lf, •l t·.",11 J11.·1,., tla., 1 ,, ,(,lt(•-,•••·•••1·'•'111.•• 1, :•,,1,: t•: ,• , 1, 1, fi H~ .,.;!' .: il H JI 1~ rn~ 1 ~• if·• 1 ,1 ,'h Î, !'f• ·:
.,.,,,... ,., .j,11,..,..1•• ,11-.1••· 1 ll ''' Ill , ) i ,l,,,,,,,•.,.:c • •1\':.:· i .-::1,lh ,,1, ,v,p,•. , ''"-.•-•,i , -1·:hl +· ►••'.. 1 q1-1,-..,\11l,.,,,.-;,,ç ...!1~•1.1.i' . , d;s ,11. ,,.,-:i k , ~d11,.-•"''' , • trc,,1, t ••••~~
,.i,idl,\: Ît·· ,·~t • 1 • • • , •' ,U Il Hllh! t.;• i u,· 1 •• 1 ,:(u1.\ th-~f.- 11 ll'oj u ..,...u,~ • .~ Il, '·•~-,•l\'1.~ l,J,•,1,,., ,, ., ., 1 ..i-1~ ,, ,t••,,, 1,r , 1-. h... 1
L'article a fai t l'objet de nombreuses et vives discussion s au sein du Parlement. Le
compromis trouvé lors de la dem ière 1ectme du projet de loi à l'A ssemblée nationale
pennettait de concil ier les ambit ions économiques et écotogiques. L'interdiction de la
fabrication de produits phytophannaceutiques contena nt des s ubstances actives non~
autorisées au sein de l'UE avait eté repoussée au 1cr j anvier 2025 (au lieu de 2022) et
une dispusition dérngatoÎl"epermettait allx industriels de continuer à produire de telles
substances à condition qu'elles s'engagent, au trnvers d'une convention de transition
contraignante établie avec l'État, à investir en recherche et en développement de
produite; de substitution (tels que les produits de bio contrôle par exemple) et à
maintenir ou développer l'emploi en France.

Cependant, dans sa décision n° 2019-781 DC du 16 mai 2019, le Conseil


constitutionnel n considéré que l'article 18 ne présente pas de lien, même .indirect, avec
les dispositions qui figuraient dans le projet de loi déposé sur le bureau de l'Assemblée
nationale et qu'il a donc été adopté selon une procédure contraire à la Constitution.
L'article 18 est donc supprimé de la loi PACTE.

Mes services étudie nt les mesures qui pourraient être mises en œuvre afin d'aider les
entreprjses des secteurs phytopharrnaceutiques et semenciers à aborder la transition
écologique vers des produits moins impactants pour la santé et l'environnement.

Soyez assuré que mon ministère reste attentif aux évolutions de l'activité de fabrication
de produits phytophannaceutiques en France et aux: difficultés qu'elle pourrait
rencontrer.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l' assnrance de ma considération


distinguée.

Оценить