Вы находитесь на странице: 1из 320

Remerciements

Je remercie d’abord Marc MVÉ BEKALE, grâce à ses conseils et


remarques, j’ai amélioré tant le fond et la forme de ce manuel.

Je n’oublie pas Nicolas NGOU MVÉ, pour ses encouragements et son


soutien indéfectible.

Je pense aussi à Gisèle AVOME MBA, pour ses sages conseils, son soutien
moral et son estime.

Je pense à Steeve ELLA, pour ses encouragements, conseils et son soutien


matériel irréfutable dans l’élaboration de cet ouvrage.

J’adresse également mes remerciements à Isaac MEBIAME MINKANE


Mohamadou Sani HAMADOU, Aboubacar MOUSSA, Hanatou
HAMADOU, Asta HAMADOU, Éric LINGOMBE LIVIKOU,
MOUHAMADOU Yaya, Mariella OYANE et Synthia ÉYANG MBA pour
leurs conseils et leur soutien moral.

Je n’oublie pas mes nièces et neveux Emma BETENI, Mimi, Arlette,


Diane, Astrid, Marie-Rita YOTSE, Zikri et Abigaïl ESSINGONE, pour leur
impérissable amour, soutien et affection.

Je pense à Louis Fulbert NGUEMA ONGBWA et Henri NGUEMA


ALLO, pour leur amitié, leurs conseils pratiques ainsi que leur disponibilité.

Je remercie indubitablement Tatiana KOUNGA, pour son aide matérielle,


ses conseils et soutien à tous les niveaux.

Mes remerciements vont aussi à l’endroit de Clotaire MESSI ME NNANG,


Léon Modeste NNANG NDONG, Grégoire NGUEMA AMBASSA, Wilfried
BIVEGHE BI NDONG pour leur soutien moral et matériel. Par le biais de
certains d’entre eux, j’ai eu l’occasion de visiter les Editions L’Harmattan à
Paris, et me rendre compte de la non-existence des publications relatives à la
langue fang (conjugaison, vocabulaire, grammaire, etc.). Ce jour fut
déterminant pour la publication de cet ouvrage.

Je pense bien entendu à Nadia ASSENGONE NKOGHE, pour ses


encouragements, ses conseils, son aide matérielle et son soutien à tous les
niveaux.

Je n’oublierai pas Mme et M. Nathalie et Rodolphe NDONG NGOUA,


pour leur soutien moral et leur estime.
Mes pensées vont aussi à l’endroit de Corine Anna BITOUDI et Nina
Émeline MBOUMBA, pour leur soutien moral.

Je pense également à Madame Thérèse IBINGA, pour sa contribution


matérielle.

Sans laisser de côté l’Association des Étudiantes et Étudiants du Département


de l’Okano à Mitzic (ÉLAM) de l’Université Omar Bongo (U.O.B), qui a su
forger mon caractère lors de ma présidence à sa tête et m’a appris les valeurs
de la solidarité, de l’entraide et de l’amour pour ma localité, mes concitoyens
et mon pays.

Et à tous ceux qui font la promotion du multiculturalisme à travers le monde


entier, qu’ils reçoivent, ici, l’expression de ma profonde gratitude.
In memoriam :

Mon défunt père : Simon-Pierre AKOMO-ZOGHE ESSINGONE

Ma mère : Martine ANDEME OVONO OBAME

Mes défunts grands-pères : Pierre-Médard ESSINGONE AKOMEZOK


MEZA et Charles OVONO OBAME OYE

Mes défuntes grands-mères : Simone-Marie BANG NDONG MILO et


Christine MEDZA ME NGOUA

Mes défuntes grandes sœurs : Merryl NZE AKOMO ZOGHE et Marie-


Pierrette BELLA AKOMO

Mes défunts petits frères : Vivien ESSONO AKOMO et Alfred EKORE


AKOMO dit « Pompidou »

Mes défuntes tantes : Pauline ÉTOUNE ÉNVOK ESSINGONE et Radegonde


NZE ESSINGONE

Mes enfants et neveux : Ayvra Trécy OBONE AKOMO, Alexandra


OTÉTÉGNE AKOMEZOGHE, Simon-Pierre AKOMO ZOGHE, Gwull
Rosdal ESSONO AKOMO, Lévitique AKOMO ZOGHE

Mes frères et sœurs: Paul DZIME AKOMO dit « fanfan », Isaïe AKOUL-
MBANG AKOMO, Bob OYONO AKOMO, Pierre-Médard ESSINGONE
AKOMO, Simone YOTSE née NENY, Radegonde NZE AKOMO, Ruth
ÉYANG AKOMO, Simone-Marie BANG AKOMO

Et à tous ceux que j’aime.


(…) Le soir, je laisse le champ des autres
Pour revivre mon histoire
Avec les mots de chez moi (…)

Pierre Claver Zeng, Massa.


Motivations

Depuis la prise de possession du Gabon, près de trente ans ont été


nécessaires pour produire les premiers éléments de la tradition orale
susceptibles d’orienter les recherches historiques sur les Fang. Il faut attendre
la fin du XIXe siècle, pour que les observations retiennent tout l’intérêt de la
démarche et recueillent directement auprès des intéressés légendes, mythes et
coutumes1. Il est vrai, selon X. Cadet, qu’entre-temps les ambitions
économiques et politiques de la colonie s’accordaient mal avec une étude
minutieuse des populations soumises ; ce n’est pas un hasard si, au début du
XXe siècle, l’affirmation de l’autorité coloniale par l’administration complète
du Gabon coïncide avec de nouvelles études2. Le pas est franchi, poursuit-il,
grâce à une nouvelle génération d’hommes directement impliqués dans
l’occupation du pays, dont la curiosité pour les populations qu’ils côtoient
amène à reprendre les recherches de leurs aînés. Grâce à leurs travaux, les
connaissances sur les Fang dépassent largement le simple cadre de
l’observation3.
Qualifié de belliqueux, intelligent, guerrier…, « l’archétype fang »,
comme on le désignait à cette époque, attira aussitôt l’attention de l’épistèmê
occidentale qui souhaitait à tout prix déceler le mystère qui l’entourait. C’est
dans cette optique que plusieurs missionnaires français, tels qu’Henri Trilles,
Samuel Galley, et d’autres chercheurs aussi bien français qu’allemands tels
que Georges Balandier, Avelot, Günter Tessmann, Largeau…,
affectionnèrent très tôt la culture et la langue fang au point de laisser à cette
communauté des ouvrages de référence. C’est ainsi qu’en 1863, Paul Belloni
du Chaillu publie Voyages et aventures en Afrique équatoriale – rappelons-le,
il fut le premier Occidental à visiter le « pays fang ». Il n’est pas officier
français mais travaille pour Libreville : en mars 1850, il est compté parmi le
personnel du comptoir4. Ses récits trahissent, comme le souligne X. Cadet, un
esprit d’aventure doublé d’une recherche de sensationnel, quitte à amplifier la
nuance quand l’émotion est trop faible5. Il compte intégrer les cercles
scientifiques en pénétrant le premier au cœur de l’Afrique et en rapportant
des informations inédites sur les hommes et l’histoire naturelle6.
Ce faisant, en même temps que Largeau, le père Henri Trilles se penche
sur les légendes et mythes, et vient conforter l’hypothèse d’une origine
orientale des Fang. Affecté au Gabon le 15 août 1893, ce missionnaire
spiritain est d’abord nommé à Lambaréné. L’année suivante, il est chargé du
ministère extérieur chez les Fang dans l’Estuaire7. Ses longs séjours auprès

1
X. Cadet, Histoire des Fang, peuple gabonais, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 253.
2
Idem.
3
Idem.
4
Ibidem, p. 49.
5
Ibidem, p. 51.
6
Du Chaillu, cité par X. Cadet, op. cit., p. 51.
7
X. Cadet, op. cit., p. 262.
11
des Fang, certifie X. Cadet, lui permettent d’apprendre la langue, de recueillir
les traditions, coutumes, contes, légendes, devinettes, pour constituer la plus
riche des compilations de littérature orale fang qu’il publie régulièrement lors
de ses séjours en France. Cependant, malgré une connaissance approfondie
des Fang et un attachement évident aux populations gabonaises, il ne peut
s’extraire ni du contexte colonial ni de sa mission évangélisatrice8.
En 1901, Largeau, cité par X. Cadet, publie une Encyclopédie Pahouine,
ouvrage monumental, dont l’ambition est de compiler l’ensemble des
connaissances sur le groupe, sous la forme d’un dictionnaire dont les entrées
sont traduites phonétiquement en fang par la transcription en signes et lettres
de l’alphabet français. Il traite notamment des questions religieuses, de
l’organisation sociale, de la cosmogonie et rapporte quelques légendes à
caractère historique, signant là un ouvrage qui demeure à ce jour très
précieux pour la recherche9.
H. Trilles publie en 1905, Proverbes, contes et légendes fang dans le but
de comprendre non seulement la vision cosmogonique des Fang mais
également leur façon de transmettre les pans de leur culture par le biais de
l’oralité.
En 1907, l’Allemand Günter Tessmann s’installe en Guinée espagnole. Il
entame auprès des « Pangwe », appellation germanisante des Pahouins, la
première mission ethnographique qu’il réussit à faire financer, notamment,
par le musée ethnographique de Lübeck contre l’envoi régulier de pièces. Un
premier séjour de trois ans au Cameroun lui a permis de se familiariser avec
les langues et les cultures locales. Il passe deux nouvelles années au milieu
des Ntumu et des Fang, d’abord à Alen puis à Woleubourg, sur le Woleu10. Il
rassemble ses descriptions et ses interprétations dans une monumentale
monographie qu’il écrit à son retour en Europe en 1909.
Dans leurs écrits, Grébert publie un article intitulé « Art en voie de
disparition au Gabon » en 1934, et Schweitzer quant à lui publie en 1952, A
l’orée de la forêt vierge, les deux dépeignent la triste réalité des Fang dont la
décomposition des structures sociales est en marche. Le premier signe en est
l’abandon de leur culture matérielle, notamment de leur industrie. Les
artisans disparaissent. La poterie est éteinte, les armes traditionnelles sont
remplacées par les fusils, les masques, les tambours, les colliers, les coiffures
se raréfient, les rares productions sont destinées pour la vente aux Blancs.
L’autre signe est la perte des valeurs traditionnelles11.
Le premier Fang à écrire sur les siens connaît un destin plus controversé.
Né en 1902 dans l’Estuaire, Léon Mba Minko écrit deux articles en 1938
dans le Bulletin de la Société de Recherches Congolaises, à Brazzaville :
« Essai de droit coutumier pahouin », suivi d’une « Origine des coutumes
pahouins », qui sont souvent repris en bonne place dans la bibliographie. Il y

8
X. Cadet, op. cit., p. 262.
9
Ibidem, p. 254.
10
Ibidem, p. 270.
11
Ibidem, p. 275.
12
peint des pratiques religieuses, qui lui viennent du rang qu’il occupe dans les
sociétés secrètes12. Tandis que Dugast travaille sur les populations du sud-
Cameroun, Georges Balandier, également sociologue, et le géographe Gilles
Sautter travaillent sur les Fang du Gabon. Ils ouvrent une période féconde de
recherches qui se traduit par une volumineuse publication. A lui seul, tel que
le signale X. Cadet, Balandier constitue un corpus aussi considérable que
celui de Trilles ou Tessmann. La force des travaux de Balandier est d’avoir
appliqué une méthode scientifique moderne, qui lui a permis de se distinguer
des nombreuses études réalisées précédemment. « Observation de la société
fang, il se place non plus au milieu ou à côté de cette société, mais au-dessus
d’elle13 ». Pour autant, Balandier ne parvient pas à se départir d’une certaine
vision occidentale des Fang. En 1949, il publie un premier article dans lequel
apparaît pour la première fois sa célèbre expression : « Les "Fan" du Gabon,
des conquérants en disponibilité14 ». En 1955, Balandier publie son ouvrage
maximal, Sociologie actuelle de l’Afrique noire, il reste l’ouvrage de
référence sur la société fang.
En 1964, André-Charles Henry nous livre, ici, le témoignage du
missionnaire français Samuel Galley à propos de sa rencontre avec la langue
fang, dans l’avant-propos de son ouvrage, Dictionnaire Fang-Français-
Français-Fang:

Dès ses premiers séjours en Afrique, Samuel Galley éprouva, après


beaucoup d’autres, le charme indéniable de la langue fang et
reconnut, à son tour, le rôle de premier plan que cet idiome
pourrait jouer un jour comme agent de liaison et de culture entre
les différents peuples du Gabon15.

Il ajoute :
L’avenir de la langue fang au Gabon est lié à l’importance
numérique et sociale du groupe ethnique. […] A côté du français,
qui reste au Gabon la langue « politique » et la langue
« culturelle » enseignée dans toutes les écoles, le fang peut courir
sa chance, comme le souhaitait Samuel Galley, de devenir demain
non seulement une grande langue de relation pour toute l’aire Sud-
Cameroun et le Nord-Gabon, mais le lien entre tous les autres
peuples de la République16.

En 1965, les descriptions, la linguistique, l’anthropologie, la sociologie


semblent être parvenues au terme de leur contribution. Pourtant, à cette
période, la recherche est loin d’avoir épuisé toutes les méthodes et envisagé

12
Ibidem, p. 294.
13
X. Cadet, op. cit., p. 279.
14
G. Balandier, « Les Fan, conquérants en disponibilité », Tropiques, cité par X. Cadet, op.
cit., p. 272.
15
S. Galley, Dictionnaire Fang-Français - Français-Fang, Neuchâtel, Ed. Messeiller, 1964, p.
9.
16
Ibidem, p. 10.
13
tous les domaines. Des pans entiers de la culture fang méritent une
investigation approfondie.
Laburthe-Tolra, quant à lui, se rend au Cameroun en 1966, pour
comprendre l’évolution religieuse et la conversion rapide et massive des
habitants de Minlaaba, mission catholique du diocèse de Mbalmayo, au sud
de Yaoundé. L’enquête ethnographique dure six ans. Elle constitue sa thèse
de Doctorat soutenue en 197517. Il rappelle dans cette étude que les mots
« Beti » ou « Fan » désignent davantage la condition de « vrais hommes », et
que la pratique de « naturalisation » est largement répandue en Afrique
centrale, il souligne la légèreté des « appellations ethniques telles que Bulu
ou Ntumu [qui] fonctionnent comme des noms qualificatifs, des titres
d’honorabilité, plutôt que comme des noms propres18 ».
Une nouvelle ère s’ouvre en 1960 avec l’indépendance. Les élèves
gabonais obtiennent des bourses pour poursuivre en France des études
supérieures. Une première génération d’Africains diplômés apparaît au
tournant dans les années 1960, engagés dans l’anthropologie, la linguistique
et la sociologie. Elles leurs autorisent de s’exprimer enfin sur leur propre
culture, en rétablissant parfois les erreurs passées. C’est le cas du sociologue
Gabonais Paulin Nguema Obam19.
Concernant les Fang proprement dits, les premières études apparaissent
au début des années 1970. D’abord, Tsira Ndong Ndoutoume révèle l’épopée
du Mvett au grand public et plus tard, en 1975, il écrira le deuxième tome20.
Ensuite, Jean-Emile Mbot s’attache aux contextes de production des
témoignages, récits et légendes. Après deux travaux préliminaires sur les
contextes sociaux et le genre oral21, il établit en 1972 une méthode d’analyse
des corpus où il met en évidence les différents enjeux qui font la relation
entre l’informateur et l’ethnologue-collecteur22. Toujours en 1970, Soter
Azombo, un des tout premiers étudiants à présenter une thèse de Doctorat
d’Etat sur les Fang, sous la direction de Georges Balandier23, stigmatise les
écrits de Trilles. Enfin, au cours de la même année, les relations entre les

17
P. Laburthe-Tolra, Minlàaba. Histoire et société traditionnelle chez les Béti du sud-
Cameroun, Thèse de Doctorat, cité par X. Cadet, op. cit., p. 290.
18
X. Cadet, op. cit., p. 291.
19
P. Nguema Obam, « De la justice et de la guerre chez les Fan, République du Gabon »,
Notes Africaines, cité par X. Cadet, op. cit., p. 294.
20
T. Ndong Ndoutoume, Le Mvett, épopée fang, 1970, tome I ; Le Mvett, Livre II, 1975, cité
par X. Cadet, op. cit., p. 298.
21
J.-E. Mbot., Wa kobe Za nkobe?, Université Dominicaine su Sauchoir; Ebughi bifia, "
démontrer les expressions", Mémoire de l’Ecole pratique des Hautes Etudes, cité par X. Cadet,
op. cit., p. 295.
22
J.-E. Mbot., Nos pères mangeaient la lance, un récit d’initiation à la guerre chez les Fang,
cité par X. Cadet, op. cit., p. 295.
23
S. Azombo, Séquence et signification des cérémonies d’initiation So, Thèse de Doctorat
d’Etat, cité par X. Cadet, op. cit., p. 295.
14
populations fang et l’autorité française sont étudiées par A. Ratanga Atoz qui
soutient un mémoire, dirigé par Henri Brunschwig24.
En 1973, dans son mémoire de maîtrise, Ndoume Assebe analyse la
personne d’Emane Tole à travers les événements de Ndjolé. Le chef fang y
est décrit comme le défenseur des intérêts fang dans la région de Ndjolé25.
Les questions historiques sont traitées d’une manière circonspecte. En
1974, Bonaventure Ndong, qui étudie, La marche des enfants d’Afiri-Kara à
travers ses différents aspects dans la culture traditionnelle fang, critique
Trilles pour l’orientation de ses descriptions de la Trinité chez les Fang tout
en adhérant à ses thèses sur le rapprochement avec la civilisation
pharaonique26.
Les études les plus ambitieuses sur l’histoire ancienne des Fang sont le
fruit de Marc-Louis Ropivia. En 1981 et 1984, il publie trois articles dans
lesquels il collecte des éléments pour recomposer la migration des Fang
depuis leur origine jusqu’au Gabon. Géographe, son travail repose
essentiellement sur l’analyse des Mvett dans lesquels il scrute les moindres
indications toponymiques, géomorphologiques, qui sont pour lui autant
d’éléments irréfutables27. De plus, en 1981, l’historien gabonais Nicolas
Meteghe N’nah analyse la plupart des conflits qui opposent l’autorité
coloniale aux populations locales, en particulier fang, comme l’expression
d’une résistance organisée, farouche et déterminée28.
Travaillant sur les Bulu, le Camerounais Samuel Eno Belinga mentionne,
en 1982, combien les épopées véhiculent la culture du fer dans le groupe
pahouin29. D’autres ouvrages ont encore vu le jour ces vingt dernières années.
Malgré toute la littérature existante sur le peuple fang, entre autres, des
ouvrages afférents à la culture, l’histoire, l’anthropologie, la sociologie sans
oublier l’art et la peinture, le volet linguistique demeure, quasiment, moins
nanti. Toutefois, l’œuvre du linguiste gabonais P. Ondo-Mebiame, Essai sur
les constituants syntaxiques du fàp-ptúmù, publiée récemment en 2008, aux
Éditions Raponda Walker (Libreville-Gabon), est à l’évidence, la toute
première qui porte sur la langue fang. En effet, cette dernière ne possédait

24
A. Ratanga Atoz, L’immigration des Pahouins au Gabon au XIX e siècle- Histoire de leurs
relations avec l’administration et les tribus voisines, Mémoire, cité par X. Cadet, op. cit., p.
295.
25
Ndoume Assebe, Emane Tole et la résistance à la conquête française dans le Moyen
Ogooué, Mémoire de maîtrise, cité par X. Cadet, op. cit., p. 296.
26
B. Ndong, La marche des enfants d’Afiri-Kara à travers ses différents aspects dans la
culture traditionnelle fang, thèse de Doctorat de 3e cycle, cité par X. Cadet, op. cit., p. 295.
27
M. Ropivia, « Les fang dans les Grands Lacs et la Vallée du Nil », Présence Africaine ;
« Migrations Bantu et tradition orale chez les Fang (Le Mvett) : interprétation crirtique », Le
mois en Afrique, cité par X. Cadet, op. cit., p. 297.
28
N. Meteghe N’nah, L’implantation coloniale au Gabon, résistance d’un peuple, tome 1, cité
par X. Cadet, op. cit., p. 297.
29
S. Eno Belinga, K. Watanabe, folklore en Afrique d’aujourd’hui, Actes du Colloque, cité par
X. Cadet, op. cit., p. 299.

15
pas, jusqu’à cette date, un manuel de linguistique pouvant favoriser son
apprentissage de façon convenable.
C’est la raison pour laquelle j’ai voulu combler ce vide en élaborant cet
ouvrage de conjugaison, le premier du genre. Loin de moi la prétention
d’avoir exploré tous les aspects de la conjugaison fang, ce manuel se doit
d’être considéré, à juste titre, comme étant une petite contribution sur l’art de
conjuguer de la manière la plus sommaire qui soit. Étant moi-même non-
spécialiste de la linguistique, j’ai seulement voulu faire œuvre utile.
Cependant, des spécialistes de cette question trouveront indubitablement des
aspects à approfondir étant donné sa complexité aussi bien sur le plan
syntaxique que sur le plan syntagmatique. Amateur en linguistique, je
demanderais, d’avance, la clémence des spécialistes de la langue fang pour
d’éventuels manquements et maladresses qu’ils observeront ci et là. Car tel
que le souligne A. Jacquot : « Les travaux d’amateurs, même récents,
souffrent tous de mêmes maux : faiblesse ou absence totale de données
phonétiques, tonalité non perçue ou confondue avec l’accentuation, étude
grammaticale s’appuyant sur la grammaire traditionnelle des langues
européennes ou même des langues dites classiques (latin et grec) et ignorant
des pans entiers de la structure des langues décrites30 ». Néanmoins, cet
ouvrage se voit investi d’une mission qui consiste à jeter les bases de
l’apprentissage du fang mais également à permettre aux locuteurs naturels et
apprentis locuteurs de mieux appréhender ses richesses dans toutes ses
formes.
Pour mener à bien cet immense projet, je me suis appuyé sur le système
orthographique élaboré par Samuel Galley dans son mini Dictionnaire Fang-
Français - Français-Fang. En effet, il fut l’un des premiers missionnaires à
avoir élaboré un manuel didactique de la langue fang. Il est vrai que son
caractère succinct a fait en sorte que nous restions, un tantinet, sur notre soif
à cause de l’inexistence des règles pouvant favoriser une bonne
compréhension et une maîtrise parfaite de nombreux idiotismes et autres
tournures idiomatiques fang. Car, il existe dans l’étude de cette langue une
infinité de tournures qui ne s’apprennent qu’au fur et à mesure que l’on
approfondit son étude. Sur le plan lexicographique, le manuel didactique du
Guinéo équatorien Lorenzo Bacale Andeme, Vocabulario Castellano-Fang-
Català m’a également donné matière à traduire des vocables spécifiques à la
fin de cet ouvrage. Eu égard à ce qui précède, les lecteurs verront
indubitablement une légère dissimilitude entre l’ancienne transcription de la
langue fang faite par les premiers missionnaires chrétiens et celle que j’ai
utilisée dans ce livre.

30
A. Jacquot, Le Gabon, dans Inventaire des études linguistiques sur les pays d’Afrique Noire
d’expression française et sur Madagascar, Paris, CILF, 1978, p. 496
16
Origines et migration du peuple Fang

« Les Pahouins arrivent !». Ce cri éveillait autrefois chez les Nègres de la
côte comme chez les Européens presque autant d’effroi que dans la Rome
antique : « Hannibal ante portas » (« Hannibal est à nos portes31 ! »). Le débat
sur l’origine du peuple fang reste encore de nos jours un enjeu pour la
recherche scientifique. Les différents chercheurs qui ont traité de cette
question et qui continuent de s’atteler à prouver ses origines ne s’accordent
pas tous là-dessus. Les uns affirment que les Fang viennent de la vallée du
Haut Nil en Egypte et d’autres restent sceptiques quant à la véracité de ces
dires et préfèrent, à toutes fins utiles, retenir l’hypothèse selon laquelle les
Fang viendraient d’une région proche du fleuve Sanaga ou du Soudan.
Cependant, des travaux savants et de grande érudition ont été publiés sur la
localisation géographique du foyer préhistorique des Fang et sur sa datation.
Selon Grégoire Biyogo, tous les spécialistes de cette question situent le
« berceau primitif des populations fang » dans le Bahr-el-Gazal, près du Nil ;
dans le pourtour du Soudan ancien, dans l’Abyssinie, ancienne Nubie32. Il
précise que ce n’est que dans cette région du Haut Nil qu’auraient débutées
les migrations Fang33. Nous comprenons par là qu’il n’y a pas eu qu’une
migration sinon des migrations fang partant d’Egypte jusqu’en Afrique
centrale. L’on évoque également des arguments ethnographiques et ethno-
historiques. À ce propos, P. Mba Abessolo écrit : « Après ses investigations,
LARGEAU est arrivé à la conclusion que le peuple Fang revient du sud du
Nil, passant par le soudan, traversant presque le milieu de l’Afrique,
pourchassé et pourchassant d’autres peuples qui voulaient lui barrer la route.
Il était prévu qu’il devait rencontrer, venant du côté de la mer sans doute leur
frère blanc, Joseph AMBOUROUET AVARO confirme que ce peuple venait
du font des forêts tropicales et que la couleur de sa peau était presque
blanche34. »
P. Ondo-Mebiame, quant à lui, souligne que : « dans les pratiques
religieuses des Fà+, l’on constate des influences antiques. Il est dit en
l’occurrence que l’influence antique de la religion égyptienne, ou celle d’un
peuple ayant habité l’ancienne Egypte, paraît avoir joué un rôle assez
considérable dans la formation des idées religieuses de ceux-ci. Ainsi, pense-
t-on, le peuple Fà+ a eu des relations avec l’Egypte35 ». Ropivia (1981), cité
par P. Ondo-Mebiame, pense qu’« à partir de ce rapprochement fait à la suite
de son parcours du texte de Tsira Ndong Ndoutoume, délimité ce qu’il
appelle « l’œkoumène primitif fang », il résulte de son analyse que l’étude
géographique qu’il a faite, confirme la connaissance du Nil et de ses sources

31
P. Laburthe Tolra, Christiane Falgayrettes Leveau et Günter Tessmann, op.3 cit., p. 181.
32
G. Biyogo, Encyclopédie du Mvett Tome 1-Du Haut Nil en Afrique centrale, Bonneuil,
Editions Menaibuc, 2002, p. 165.
33
Idem.
34
P. Mba Abessole, Aux sources de la culture fap, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 22.
35
P. Ondo-Mebiame, Essai sur les constituants syntaxiques du fàp-qtùmù, Libreville, Éd.
Raponda Walker, 2008, p. 10.
17
par les Fà+ anciens. Il paraît plus aisé, suite à cela, de circonscrire avec plus
de netteté, le domaine primitif du peuple fà+ ; et moins hasardeux, et en
réalité plus sûr, de soutenir qu’à l’origine, les Fà+ étaient établis dans les
régions du Haut-Nil et de la Nubie antique ; un vaste territoire englobant
aujourd’hui quatre Etats : l’Egypte, le Soudan, l’Ethiopie et l’Ouganda36 ».
Pour renchérir ce point de vue, on compare ses dialectes et le zandé se
rapprochant des civilisations du Haut Nil. Le père H. Trilles a rassemblé
quelques mots de la langue égyptienne et la langue fang pour mettre leur
similitude lexicale en relief. Il affirme qu’il ne s’agit pas là de ressemblances
fortuites. Aussi, semble-t-il judicieux de le souligner, en 1941, la linguiste
Lysias Homburger soulève les deux questions essentielles de l’histoire des
Fang. Elle reconnaît également une parenté entre les dialectes zandé et fang
et classe le Fang dans un groupe intermédiaire entre les langues bantu et
soudanaises37. Pourtant, devant les limites de sa discipline, Homburger
préconise prudemment de parler de semi bantou à propos des Fang38. Bien
des comparaisons ont été faites à ce niveau, mais il n’en demeure pas moins
que deux visions manichéennes s’affrontent, à ce propos, sur l’origine de la
langue fang.
Pour les uns, c’est une langue semi bantu, c’est la raison pour laquelle P.
Ondo-Mebiame précise que: « cette thèse est défendue par certains auteurs,
en particulier Baumann et Westermann (1948) d’une part, et Hombert (1952)
d’autre part, refusent de classer la langue que parlent les populations
composant l’unité linguistique de composition, parmi les langues bantu ; en
raison essentiellement de la fréquence élevée de ses syllabes fermées, et
certaines de ses caractéristiques phonétiques comme l’existence de labio-
vélaires39 ». De son côté, P. Mba Abessole est encore plus ferme et déclare :
« le récit de leur migration indique clairement leur pays d’origine. A partir de
là, il est bien évident qu’ils [les origines du fang] n’appartiennent pas au
groupe bantou. Mais il faut retenir qu’il est en relation depuis longtemps avec
les Bantous. De sorte que la langue qu’il parle aujourd’hui a une typologie de
langue bantoue dont elle se distingue cependant par certains phonèmes que
l’on ne retrouve qu’en Afrique de l’Ouest ; il s’agit, concernant les
consonnes : des vélaires /nk/, /p/ ; des labio-vélaires : /kp/, /nkp/, /ngb/ et pour
ce qui est des voyelles : du /W/ (le e muet français) et de /ü/ (le u français),
dont le point d’articulation est central40 ». Il convient là de rappeler que P.
Mba Abessole, reprenant les arguments développés par H. Trilles, et Houis
rattache la langue fang à l’égyptien ancien.
Et pour d’autres, la langue fang est indubitablement d’origine bantu, au
demeurant, si l’on se fie à la classification de Guthrie (1953 et 1971), elle se

36
P. Ondo-Mebiame, op. cit., p. 11.
37
X. Cadet, op. cit., p. 276.
38
Ibidem, p. 277.
39
P. Ondo-Mebiame, op. cit.,p. 10.
40
P. Mba Abessole, op. cit., p. 84.
18
classe dans la zone A du domaine bantu, dans le groupe 70 (Yaunde-Fang
Group), et sous le sigle A. 7541.
Quant à moi, je pense que la langue fang, par le truchement des récits
oraux, tels que le Mvett, les contes et légendes ainsi que l’histoire de sa
migration montrent que ce peuple a vraiment vécu en Égypte. L’usage du
nom « Pharaon » dans le terme comparatif fang : « ane Pharaon », en
français, comme Pharaon, pour exprimer le comparatif dans le cadre d’un
litige, d’un pugilat, d’une dispute, etc., est révélateur. On dit : « one me tâ
ane Pharaon, maâbis ki, tu peux m’injurier comme Pharaon, je m’en
contrebalance ». L’emploi, donc, du nom Pharaon dans la langue fang n’est
pas fortuit, cela montre indubitablement et je l’affirme que les Fang
reviennent d’Égypte.
Par ailleurs, certains documents chronologiques indiquent quelques dates
de l’histoire migratoire fang. Certains historiens signalent que, dès le milieu
du XIXe siècle, le peuple fang arrive en Afrique centrale et précisément dans
les régions correspondant au Cameroun, Gabon, Guinée équatoriale et
Congo. L’historien français, X. Cadet, délimite, à ce sujet, l’arrivée des Fang
au Gabon vers les années 1848-186342. Ces dates varient selon les ouvrages.
Au dire d’A. Fourneau, les Fang sont arrivés au Gabon vers la seconde moitié
du XVIIIe siècle, c’est-à-dire en 1760; Trezenem quant à lui place leur arrivée
dans le Moyen Ogooué (Gabon) au début XIXe siècle c’est-à-dire en 1850
précisément ; à l’extrême pointe de leur poussée, ils atteignent la région de
Setté-Cama (abords de la lagune Sounga) vers 1890, attirés par les factories
qui s’y trouvaient alors43; sans occulter du Chaillu qui parle d’eux en 185644.
Or, les conclusions des recherches archéologiques menées par B. Clist,
dans la province du Woleu-Ntem, au nord du Gabon, montrent que les Fang y
ont habité depuis le XVe et XVIIe siècles45. L’historien gabonais N. Meteghe
N’nah soutient la même thèse dans son ouvrage intitulé, Histoire du Gabon
des origines à nos jours46. Les travaux de P. Laburthe-Tolra dans, Les Saints
de la forêt et ceux de Jan Vansina : Paths in the Rainforests, dans Brève
histoire de la Guinée Equatoriale coordonné par M. Liniger-Goumaz,
arrivèrent à la même conclusion.
D'autres explorateurs et anthropologues ont envisagé l'hypothèse,
conforme à la vulgate scientifique de l'époque, selon laquelle les Fang
seraient des Blancs venus de la région des Grands lacs, voire du Haut Nil. La
même année, du Chaillu soutient avec intensité et vigueur que les Fang
appartiennent à une « famille qui diffère de la race nègre du littoral, aussi

41
P. Ondo-Mebiame, op. cit., p. 9.
42
X. Cadet, op. cit., p. 45.
43
G. Balandier, Sociologie actuelle de l’Afrique noire, Paris, Presse Universitaire de France,
1963, p. 76.
44
P. Mba Abessole, op. cit., p.18.
45
B. Clist, Gabon : 100 00 ans d’Histoire, Libreville, Sépia, 1995, pp. 211-212.
46
N. Meteghe N’nah, Histoire du Gabon des origines à nos jours, Paris, L’Harmattan, 2006, p.
33.
19
bien que les autres tribus que j'avais déjà vues47 ». Il accentue : « Les Fang
sont les plus beaux « nègres » d’Afrique équatoriale48 ». D’après Poutrin, les
statistiques anthropométriques montrent des taux très élevés de
brachycéphalie chez les Fang alors que les populations gabonaises seraient
plutôt dolichocéphales. S’appuyant sur ces résultats, Cottes revient sur
l’identité bantu des Fang et défend leur supériorité sur les populations
gabonaises49. X. Cadet, à son tour, déclare dans l’introduction de son ouvrage
que : « de toutes les populations d’Afrique noire et particulièrement du
Congo français, les « Fang » ou « Pahouins » sont les plus célèbres. A
l’exemple des Océaniens, Maori ou Marquisiens, ils exercent une étrange
fascination qui tient beaucoup au paradoxe entre, d’un côté, la haute
esthétique de leur art que traduisent les audacieux partis pris stylistiques et,
de l’autre, la brutalité de leurs mœurs : on les dit cruels, féroces, conquérants
anthropophages, descendus des rives du Nil jusqu’au Gabon en un flux
continu, exterminant ou assimilant les populations qu’ils envahissent.
Certains auteurs vont jusqu’à affirmer leur supériorité sur l’ensemble de la
« race nègre »50 ». L’arrivée du peuple fang constitua, donc, un tournant
décisif sur le plan non seulement démographique, politique, mais aussi
économique et culturel dans ces différents pays. Cette migration ne laissa pas
indifférents les Colons et les ethnies autochtones qui, jadis, vivaient dans ces
territoires nouvellement envahis.
Après s'être complaisamment attardé sur le « cannibalisme fang » par le
biais des préjugés relatifs à leurs mutilations corporelles (la taille des dents,
scarifications, tatouages, etc.), leur force physique, etc., P. du Chaillu affirme
en 1863:
Les Fang paraissaient être le peuple le plus remarquable que j'eusse
encore vu dans cette partie reculée de l'Afrique. D'une couleur plus
claire qu'aucune des tribus de la côte, forts, grands, bien bâtis, ils
témoignent d'une grande activité; leur regard me semblait aussi plus
intelligent que celui des Africains qui n'ont pas encore eu des rapports
avec les blancs51.

P. Laburthe-Tolra et J.-P. Warnier pour leur part soulignent, à propos de


la symbolique des mutilations corporelles des Fang, qu’elles ont pour effet
d’inscrire (douloureusement) dans le corps la mémoire de l’initiation, de
marquer dans l’ordre naturel un événement culturel. Leur but, poursuivent-
ils, est de signifier la « puberté sociale », l’obtention du statut comportant les
droits et devoirs des adultes, et non la puberté physique, par rapport à
laquelle le rite est souvent décalé dans un sens ou dans l’autre. Pour

47
F. Bernault, op. cit., p. 7.
48
Du Chaillu, cité par X. Cadet, op. cit., p. 52.
49
A. Cottes, La mission Cottes au Sud-Cameroun, (1905-1908), p. 99, cité par X. Cadet, op.
cit., p. 268.
50
X. Cadet, op. cit., pp. 11-12.
51
F. Bernault:« Dévoreurs de la nation: Les fang au Gabon ». In: Coquery-Vidrovitch &
Issiaka Mandé, Etre étranger et migrant en Afrique au XXe siècle, Paris, l’Harmattan, p. 6.
20
l’initiation So des Béti, une même promotion pouvait associer des petits
garçons impubères (de l’âge de sept ou huit ans) et des hommes de plus de
vingt ans déjà mariés52. C’était, donc, par ignorance et à tort que l’on traitait
les Fang de « cannibales », sous prétexte qu’ils taillaient leur dentition pour
la circonstance. Or, la taille des dents n’était qu’un fait culturel, lié à
l’initiation aux divers rites de passage et d’intégration que l’on retrouve
encore de nos jours en pays fang.
Tout l’intérêt porté sur la compréhension et la connaissance des Fang,
dès le XIXe siècle jusqu’à nos jours, se justifie également par le nombre de
publications faites sur eux aussi bien par les Africains que par les
Occidentaux. On y recense ainsi, près mille publications environs, partant des
articles, ouvrages, thèses de Doctorat, Mémoires, etc. Aussi, faut-il rapporter
que les textes de plusieurs administrateurs européens, convertis en
anthropologues amateurs, sont venus à la rescousse des fantasmes
missionnaires en laïcisant la légende "hamitique" fang. C'est une première
tentative d'interprétation de la culture et la tradition fang jugées très
complexes.
Alors, poussés par les invasions et les djihads islamiques, et après avoir
traversé la Sanaga sur le pont providentiel au sujet duquel les récits ne
s’accordent pas quant à la nature de ce gué, ainsi que le souligne M.-R.
Abomo-Maurin, les Fang débarquent dans la région Nanga Eboko, appelée
aussi de son nom originel Yom53. Pour sa part, J. Ki-Zerbo, dans son ouvrage
Histoire de l’Afrique Noire, cité par Paul Mba Abessole, déclare:

Les Pahouins ou Fang, apparentés aux Béti et Boulou et aux


Ewondo, sont venus du Nord-Est, peut-être par suite de
l’ébranlement causé à travers le Cameroun actuel par les vagues
Peul d’Ousman Dan Fodio. Ils traversent la Sanaga en se
bousculant avec les Beti et s’enfoncent dans la forêt. Il continue en
disant que les Fang, qui fonçaient vers le sud, Boulou marchant
vers l’Ouest, et Ntoumou ou Fang intermédiaires54.

C’est à l’issue des multiples soubresauts qu’il a connu durant ces


différents flux migratoires, notamment lors de l’Odzamboga, que le peuple
fang s’est disséminé dans ce vaste territoire d’Afrique centrale en assimilant
d’abord, dans ce processus, tous ceux qu’il rencontrait sur son chemin et en
se fondant ensuite culturellement avec les peuples autochtones qui
partagèrent avec lui les mêmes territoires. Trezenem, cité par Georges
Balandier, estime que la plupart des légendes situent très loin, au nord-est, le
premier pays habité par les Fang ; pays qui possède une faune très différente
de celle du Gabon, qui est peuplé par des hommes blancs disposant de

52
P. Laburthe-Tolra, et J.-P. Warnier, Ethnologie Anthropologie, Paris, PUF, 1993.
53
M.-R. Abomo-Maurin, Parlons Boulou langue bantou du Cameroun, Paris, L’Harmattan,
2006, pp.8-9.
54
P. Mba Abessole, op. cit., p. 23.
54
Idem.
21
chevaux et maîtres dans le travail du fer55. Il précise que l’arrivée dans la
région forestière serait symbolisée par la légende, dite du trou de l’adzap,
indiquant l’obligation où se trouvèrent tous les groupes de migration de
passer au travers d’un trou creusé dans l’arbre adzap56. Car, il y avait de part
et d’autre de cet arbre un précipice, en langue fang Ye’e, qui barra le chemin
aux fils d’Afiri Kara. Il fallait donc que ces derniers frayassent un chemin au
milieu de l’arbre afin de continuer leur odyssée vers la terre promise. Cette
légende, tel que l’évoque le Guinéo équatorien J. Bibang Oyee, a forgé le
caractère belliqueux des Fang et a favorisé une meilleure préservation de leur
religiosité, notamment, le culte byer ou (biéri). Au-delà des récits livresques
présentant la culture et la tradition fang de façon panoramique, nonobstant,
l’axe principal de sa religiosité est basé sur le culte des Ancêtres. En effet, Le
culte Byer est rendu aux mânes des ancêtres par le truchement de leurs
crânes. Il imposait un autel par nd’e bot prééminent, établi dans la « case de
l’aîné », Ntol fam ou aux abords immédiats de celle-ci. Il requerrait des
sacrifices (réguliers et circonstanciels) et demandait à être consulté avant
toute action d’intérêt commun57.
Pour ce qui concerne les mouvements migratoires des Fang, dulu, il
convient de noter que plusieurs conséquences funestes s’observèrent, à
savoir : la perte des vies humaines afférente à la guerre et la dislocation de la
famille d’Afiri kara, leur ancêtre. Assurément, c’est à Odzamboga que les six
familles comprenant les six fils d’Afiri Kara, en particulier, Fang Afiri,
Ntumu Afiri, Bulu Afiri, Nküign Afiri, Okak Afiri ainsi que les jumeaux Mevu-
me-Afiri et Nden Afiri, qui formèrent les deux une seule famille, se
fragmentèrent une fois pour toute. Ils se séparèrent après avoir frayé un
chemin à l’intérieur de l’adzap. Nküign Afiri, quant à lui, décida de se
désolidariser de ses cinq frères après leur avoir montré le chemin de la terre
promise58. Grâce aux guerres sanglantes et à la razzia, le peuple fang
construisit une personnalité ainsi qu’une réputation de guerrier. C’est donc
un peuple qui vivait de guerres. La plus populaire d’entre elles, c’est-à-dire
celle qui est restée dans les mémoires collectives, c’est la guerre fratricide
que les historiens et les Fang appellent communément l’Oban. Elle eut lieu
vers les années 1885-189559 et opposa les Bulu et Ewondo aux Ntumu,
Mvègn et Okak60.
Caractérisés par leur nomadisme pendant leur migration, l’administration
coloniale se heurta longtemps à ce qu’elle nomme la « manie migratoire des
Fang61. Il faut penser que les migrations à travers le Gabon sont les plus

55
G. Balandier, op. cit., p. 76.
56
Ibidem, p.77.
57
Ibidem, p. 143.
58
Ondua Enguru Dulu Bong Be Afrikara (1954-1973). Traduit en espagnol par le Guinéo-
équatorien Julián Bibang Oyee, sous le titre: La Migración fang, Ávila, Editorial Malamba,
(1995), pp. 55-61.
59
Ibidem, p. 119.
60
P. Laburthe Tolra, Christiane Falgayrettes Leveau et Günter Tessmann, op. cit., p. 182.
61
G. Balandier, op.cit., p. 130.
22
récentes (sans doute le point de départ d’une phase nouvelle destinée à une
plus grande amplitude) et que l’Ogooué ne représente la limite du pays fang
(en réalité le front avancé de ce peuple) qu’en raison de l’occupation
française. Les Fang n’ont renoncé que tardivement à une politique de
conquête à laquelle ils excellaient du fait de leur valeur combattante et de
leur capacité assimilatrice62. Jusqu’à la veille de 1914, l’administration s’est
heurtée à des associations guerrières, les Bizima, opérant aux abords de la
rivière Okano à Mitzic. Selon Balandier, il est certain que les Fang ont
longtemps fait pression pour accaparer et contrôler les routes et les centres de
la traite anciennement établis; les légendes qui lient à une marche vers
l’Ouest, la découverte des véritables richesses, le montrent. Dès le milieu du
XIXe siècle, l’explorateur du Chaillu observe comment cette pression
guerrière est complétée par une conquête pacifique, à la faveur
« d’alliances » formées par les mariages avec les étrangers. Et le Dr Cureau,
cité par Balandier, constate cinquante ans plus tard, que « le contrôle du
commerce de l’Ogooué est passé sous la coupe des populations fang63 ».
Pour mieux conforter leur domination et leur unité, les Fang de la sous-
région de l’Afrique centrale se réunirent à Mitzic, dans le quartier dénommé
Feck Sole, en français, « la stratégie est cachée », en 1947, lors d’un Congrès
qui porta son nom et qu’on appela aussi, Elat Meyong ou l’Unifang, afin de
trouver des solutions aux différentes revendications des populations. Celles-
ci tournèrent autour d’une politique sanitaire et d’un enseignement de
l’hygiène, désir de contrôler puis de consolider la « famille » ainsi qu’une
forte réaction face à l’état moderne de la société fang, la tentation du retour à
un passé où tout était mieux, où « il y avait beaucoup d’hommes et beaucoup
d’enfants » ; ces revendications exprimèrent la tendance à la « contre-
acculturation64 », le retour aux sources, aux mœurs de leurs Ancêtres ; la
préservation de leur unité, l’agnosse, l’obangam et de leur code moral, etc.,
cf. article intégral sur les sites : Monefang.com, l’Unifang et celui de
l’histoire des Fang de Mitzic.
Quant à leur culture, particulièrement la danse ainsi que le chant, elle
constitue un répertoire traditionnel riche et varié. La danse, en fang abokh,
est pour le fang la mémoire du temps, la chronique des événements, le
journal quotidien65 ; elle est quelque chose qui se transmet de personne à
personne, de personne à groupe, de groupe à groupe66. Citons par exemple le
fanki, l’esana, l’akom, l’akoma mba, le nlup, l’omias, l’ozila, le mengan, le
ngon ntang, l’élugh mengang, engem, etc., qui sont des danses très
populaires chez les Fang. Pour ce qui se rapporte au chant, il est une
invitation au voyage, une exploration du temps, il est l’archéologie d’une

62
G. Balandier, op.cit., p. 130.
63
Idem.
64
Ibidem, p 101.
65
P. Nguema Obam, Fang du Gabon. Les tambours de la tradition, Paris, Karthala, 2005, p.
43.
66
Ibidem, p. 40.
23
mémoire, le passé et le présent y sont dépeints en un langage dont l’opacité
est de toute beauté67. Les chants afférents à l’amour, à l’enfant et ceux ayant
trait à la vie quotidienne; l’épopée notamment celle du Mvett ainsi que tous
les autres référents culturels constituent, de façon générale, le moyen par
lequel la culture fang a pu survivre et se transmettre jusqu’à l’heure actuelle.
Toutefois, nous pouvons attester sans équivoque que la prégnance de
l’eschatologie chrétienne, dès le début de la colonisation, a fait en sorte que
les Fang acceptent la religion chrétienne à plus de 80% et l’animisme
perdant, ainsi, de plus en plus de fidèles. C’est dire en bref que nonobstant la
vulgarisation des religions dites chrétiennes, les Fang ont quasiment gardé les
fondements de leur culture et tradition. Pour comprendre l’origine de la
sauvegarde de la culture fang, il faut aller se ressourcer dans sa société
traditionnelle. Pour ce faire, P.-C. Zeng Ebome rappelle que : « cette société
a une histoire. Elle vit une autre histoire aujourd’hui. Elle est en butte à des
contradictions, à des incohérences sur le plan culturel. Je veux dire sur le
plan social. Nous sommes en butte à des agressions…, le terme agression ne
doit pas être pris au sens littéral. Tout peuple subit des agressions conscientes
ou inconscientes en raison de son ouverture au monde. Et il se trouve
malheureusement que certaines sociétés ont développé des moyens de
protection plus importants et plus sophistiqués que d’autres. Or nous sommes
encore dans cette phase d’expectative ou d’interrogation : qui sommes-nous
aujourd’hui ? Est-ce que nous sommes des Occidentaux dont nous avons
appris la langue, les coutumes, l’histoire ? Sommes-nous encore des
Africains avec quelque chose de spécifique à apporter au monde ? Nous en
sommes encore à ce questionnement. Le parti que moi je prends est de dire :
nous avons une civilisation mais qui ne sera pas, loin de là, sans tache, parce
qu’elle reçoit, comme je l’ai dit tout à l’heure, des influences, des agressions
conscientes ou inconscientes. Mais puisque nous l’aimons, nous devons
montrer sa spécificité, pour qu’elle puisse participer à la construction d’un
universalisme culturel. Pour qu’elle survive68. »
« L’occidentalisation » du peuple fang, par le biais de la destruction de
ses traditions et croyances, par l’imposition de la religion chrétienne, de la
langue, des us et coutumes du colonisateur, ainsi que toutes les tentatives
visant à le dépersonnaliser aussi bien physiquement que moralement ont
montré très tôt leurs limites. Cet ouvrage est donc un parfait exemple en vue
d’illustrer l’énorme travail qui reste encore à faire en rapport avec la
reconnaissance de la langue fang comme le moyen par lequel l’héritage
traditionnel s’est transmis et doit continuer à se transmettre au fil des années.
C’est grâce à l’intérêt capital que revêt cette langue en Afrique centrale que
j’ai tenté de cerner la portée sociologique, anthropologique et symbolique de
ce manuel au regard du nombre de locuteurs qui n’a cessé d’augmenter ces
quatre dernières décennies.

67
M. Mvé Bekale, Pierre-Claver Zeng et l’art poétique fang, esquisse d’une
herméneutique, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 21.
68
M. Mvé Bekale, op. cit., pp. 102-103.
24
Importance de la langue fang en Afrique centrale

L’espace habité par les Fang s’étend sur une superficie de 18 000 km²: de
la moyenne Sanaga (430 N) à l’embouchure de l’Ogooué (120.5) en latitude,
et de l’Atlantique (9.30 E) à la moyenne Sanaga (14 E) en longitude69. Quant
aux travaux de Günter Tessmann, le pays des Pahouins est situé sur la côte
occidentale de l’Afrique, entre le premier degré de latitude sud et le
cinquième degré de latitude nord, entre le neuvième et le quatorzième degré
de longitude est70. Il couvre environ 176 600 km², soit un espace
correspondant au tiers de l’ancien empire allemand. Eu égard à la vision
coloniale, il est rattaché dans sa partie nord à l’ancien protectorat allemand du
Cameroun, dans sa partie sud à la colonie du Gabon (Afrique Équatoriale
Française (A.E.F.), ancien Congo français). Un secteur de la partie sud de
l’ancien territoire allemand, depuis la côte jusqu’au onzième degré de
longitude se trouve sous la souveraineté espagnole et porte le nom de Guinée
espagnole, actuelle Guinée Équatoriale. La partie de la région pahouine
rattachée au Cameroun couvre 94 000 km²71. Face à la grandeur de ce
territoire, le nombre de locuteurs fang est aussi considérable, surtout, si l’on
se réfère aux différents pays dans lesquels se trouvent les Fang.
En effet, la langue fang est parlée dans cinq pays d’Afrique centrale,
c’est-à-dire : le Gabon, Cameroun, Guinée Equatoriale, Congo et São Tomé
et Principe. D’après P. Ondo-Mebiame :

En effet, les communautés humaines occupant le Sud du Cameroun,


un pan de la frontière nord-ouest du Congo/Gabon, la moitié nord du
Gabon, et toute la moitié est de la Guinée Equatoriale, peuvent être
dites constituer une unité linguistique de composition car, il y a une
parfaite intercompréhension entre elles72.

Cela constitue un gros avantage dans le cadre de l’internationalisation de


celle-ci dans la sous-région. Le chiffre indiquant le nombre exact de ses
locuteurs varie selon les sources. D’après, P. Alexandre et J. Binet : « On
arrive ainsi à des totaux variant entre 650 000 et 1 500 000 Pahouins, avec un
indice différentiel nettement positif ou nettement négatif suivant les
auteurs73 ». J. Binet continue en disant : « ma propre estimation, environ 820
000 ne tient compte que des Pahouins au sens étroit, en laissant de côté les
tribus dont l’appartenance est contestée74 ». Il termine en ces termes : « le
bulu est devenu la langue commerciale de la région de Kribi. En Guinée
Espagnole, fang et bulu servent de langue commune aux immigrants venant

69
P. Mba Abessole, op. cit., p. 15.
70
P. Laburthe Tolra, Christiane Falgayrettes Leveau et Günter Tessmann, Fang, Paris, Ed.
Dapper, 2001, p. 177.
71
Idem.
72
P. Ondo-Mebiame, op. cit., p. 9.
73
P. Alexandre et J. Binet, le groupe dit Pahouin (Fang-Boulou-Béti), Paris, L’Harmattan,
2005 p. 12.
74
Idem.
25
des territoires français. Au Gabon, des dialectes Myéné reculent devant le
fang, de plus en plus utilisé jusqu’au chemin de fer Congo Océan. Dans les
grandes villes Douala, Yaoundé, Libreville, Port-Gentil et même Dolisie des
dialectes pahouins sont utilisés par des immigrants appartenant à d’autres
groupes linguistiques 75 ». Or, si nous prenons en compte ces différentes
tribus fang dont on laisse volontairement de côté pour des raisons souventes
fois politiques, alors, selon l’extrait de l’ouvrage intitulé: Guinée
Equatoriale : Cadre Naturel, Économique et socioculturel, de l’Economiste
& Informaticien J. Manene Nsogo, la population fang s’étendrait à un total
de 5 260 900 locuteurs. H. Trilles, à la suite de sa mission au Nord-Gabon et
de la pénétration allemande au Cameroun, n’hésite pas à réunir sous le terme
Fang tous les groupes qui leur sont apparentés du point de vue linguistique et
à avancer le chiffre de plus de dix millions pour l’ensemble, dépassant ainsi
toutes les estimations précédentes76. Par conséquent, la langue fang serait la
langue la plus parlée de l’Afrique centrale en fonction du critérium territorial
et démographique.
Pour ce qui a trait à la bibliographie, il n’y a quasiment pas de manuel
didactique de la langue fang. Seulement, le Dictionnaire de Samuel Galley;
l’opuscule Eléments de grammaire fang de l’Abbé A. Raponda Walker; le
manuel de linguistique de P. Ondo-Mebiame, Essai sur les constituants
syntaxiques du fàp-qtùmù ; quelques thèses soutenues ci et là, mais rangées
malheureusement dans les tiroirs par leurs différents auteurs sans pour autant
les publier demeurent, plus ou moins, les seuls documents, sur le marché,
susceptibles d’apporter quelques réponses sur les questions linguistiques du
fang. Néanmoins, j’ai toujours été confronté à ce sempiternel problème de
manque de sources bibliographiques sur la langue fang de façon générale. Par
conséquent, n’étant pas spécialiste de ces questions, je le serine, ce manuel
contribuera, manifestement, à l’apprentissage du fang à partir de sa
conjugaison. Il est simple, élémentaire et vise toutes les couches sociales.
Sur le plan structurel, ceux qui ont été en contact avec la langue fang sont
aussi bien convaincus que moi qu’elle possède une multitude de parlers étant
donné la diversité des prononciations qui existe entre ses divers groupes et
sous-groupes (Zamane, Bene, Okak, Mekè, Ntumu, Mvègn, etc.). Pour
Raponda Walker, le groupe linguistique fang se subdivise principalement en
huit sous-groupes, à savoir : Betsi, Ntum (Ntumu), Bule (Bulu), Ewondo,
Fong, Nzamane, Mékè et Bakwélé77. L’ouvrage de Guthrie intitulé, The
classification of Bantu languages publié en 1948 montre que le groupe
Pahouin compte sept dialectes, dont trois principaux, Alexandre et Binet n’en
décrivent que les points communs, gommant, dit X. Cadet, les différences en
les réduisant à des particularismes secondaires78. Cette forte

75
Ibidem, p. 19.
76
X. Cadet, op. cit., p. 262.
77
A. Raponda Walker, Eléments de Grammaire Fang, Libreville, Éditions Raponda Walker,
1995, p. 3.
78
X. Cadet, op. cit., p. 283.
26
« dialectalisation » que la langue fang connait en son sein, a conduit le
linguiste gabonais J. Kwenzi-Mikaka à inférer, à son niveau, que « la
littérature produite sur le peuple fà+ et l’idiome qui lui sert de médium de
communication signalent la présence de six dialectes en son sein79 ».
En effet, la cause fondamentale de cette diversité de parlers fang serait
non seulement sa cohabitation avec d’autres peuples bantu mais aussi des
influences exogènes liées aux innombrables péripéties rencontrées pendant
leur migration. Cela m’a paru une préoccupation énorme, celle qui a consisté
à la recherche d’une prononciation standardisée qui ferait l’unanimité des
différents locuteurs. C’est le fruit d’une réflexion abyssale et d’une analyse
ardue que j’ai menée au cours de l’élaboration de ce travail. Car, tel que le dit
P.-C. Zeng, le fang est une langue majeure qui doit être parlée, écrite, chantée
de façon sérieuse80. Cela dit, pour illustrer cette difficulté à trouver une
prononciation uniforme, choisissons le mot : « homme » dont la
prononciation varie selon que l’on se trouve en Guinée Equatoriale, au
Cameroun, au Congo ou au Gabon.
Ainsi, les Ntumus et les Mekès appellent Mot, les Zamanes prononcent
Mur ou Mour, les Mvègn quant à eux disent Mor, les Okak et atsi à leur tour
le désignent par Mort et les Bene l’appellent Môr, etc. Pour ce faire, dans le
souci de rendre la langue fang plus accessible et intelligible, il m’a semblé
utile de choisir la dénomination Mot, qui répond à l’origine de l’appellation
des langues dites bantu ou semi bantu, qui désignent l’être humain au
singulier, d’après J. Kwenzi-Mikala et S. Souindoula, cité par le professeur
N. Ngou Mvé, par « Mu-ntu » et « Ba-ntu » au pluriel81. Autre exemple, « les
ragots » se disent en fang okak, mekè, mvègn, « bikobekobe82, bidzôdzô ou
bitètè », cependant, les Ntumu de Bitam disent, « bikôbokôbo, bitiètiè, et
bidzôdzô », les Zamanes disent « bikobekobe, bitietie, bidzuedzue », etc. La
prononciation varie selon la région, le dialecte et le pays. J’ai donc opté pour
la dénomination « bikobekobe » parce qu’elle est la plus répandue en pays
fang. De plus, il m’a paru essentiel de souligner que la langue fang est d’une
grande complexité notamment pour la subtilité de sa prononciation qui
connaît plusieurs accents toniques, à l’opposé du français monotone83.
Ainsi, un accent mal placé ou une voyelle mal prononcée (ouverte ou
fermée) peuvent donner lieu à une déformation du sens de la phrase ou du
mot. Même Trilles, mentionne X. Cadet, qui pourtant produit d’importants
efforts pour apprendre la langue se fait railler par ses hôtes alors qu’il tente
de s’exprimer dans leur langue84. C’est dire combien la prononciation des
mots joue un rôle crucial dans l’apprentissage du fang. Je le réitère, un mot
mal prononcé en fang, change complètement de sens et de signification.
79
P. Ondo-Mebiame, op. cit., p. 7.
80
M. Mvé Bekale, Pierre-Claver Zeng…, op. cit., p. 105.
81
N. Ngou Mvé, L’Afrique bantu dans la colonisation du Mexique (1596-1640), Libreville,
CICIBA, 1995, p. 15.
82
L. Bacale Andeme, Vocabulario castellano- fang-català, Huesca, HU-160/99,1999, p. 13.
83
X. Cadet, op. cit., p. 254.
84
Ibidem, p. 277.
27
Voyons en guise d’illustration, la prononciation du vocable « zam » : zàm (la
lèpre ou le palmier raphia), zám (le goût, le plaisir), zaâ-me (viens me) et
Zame (Dieu).
En somme, les lecteurs verront dans cet ouvrage l’influence de mes
origines ntumu d’Oyem, au village Mefoup, Canton Bissok du côté maternel
et mon héritage okak et atsi, du village Miang, Canton Lalara à 100km de
Mitzic, mes origines paternelles, dans la transcription des mots. Car, la
population de Mitzic utilise un parler hybride, issu de l’atsi, du ntumu, et de
l’okak, d’après les inférences des travaux de Flagel, Ondo, Ondo-Mebiame et
Medjo Mvé ; cependant, le Mémoire de Maîtrise soutenu par P. Nsime
N’nang en 2007 vient trancher, pour ne retenir que l’atsi majoritairement et
l’okak85. Cette double identification m’a certainement influencé lorsqu’il
s’est agi d’illustrer les verbes simples et composés et autres expressions
idiomatiques tout au long de ce travail. Cependant, la méthodologie choisie
ainsi que l’intérêt accordé à la thématique qui fait l’objet de notre étude
doivent participer à la valorisation de ce travail.

85
P. Ondo-Mebiame, op. cit.,p. 17.
28
Méthodologie et intérêt culturel du manuel

Pour une meilleure élaboration de ce projet, j’ai préféré une


méthodologie qui consiste en une transposition des systèmes linguistiques de
la langue française vers la langue fang. Le choix de cette translittération, dans
ce manuel, concourrait à ce que tous les francophiles apprissent aisément la
conjugaison fang sans y éprouver trop de difficultés.
Par ailleurs, l’intérêt culturel et scientifique de ce travail est celui de
lutter contre la recrudescence de l’aliénation culturelle qui caractérise, de nos
jours, la jeunesse africaine de façon générale. Une jeunesse qui cherche des
repères et qui se cherche entre la tradition et la modernité. En somme, mon
but ici n’est pas d’opposer la tradition à la modernité, mais plutôt, comme le
corrobore Aimé Césaire de souligner l’interaction entre ces deux champs, la
coexistence de traditions dans la modernité, comme la possibilité d’avoir une
modernité travaillée par la tradition86. Malheureusement, l’aliénation
culturelle fait en sorte que, pour ces jeunes africains, l’incorporation des
modèles de vie dictés par l’Occident deviennent pour eux un moyen
d’intégration sociale, de réappropriation d’un monde qui échappe, de prendre
possession de soi et de se restituer leur souveraineté personnelle. Toujours
dans la même optique, le sociologue gabonais P. Nguema Obam, à propos de
l’aliénation des jeunes Africains qui négligent de plus en plus leurs langues,
nous livre cette réflexion:

Les jeunes Africains des villes connaissent de moins en moins bien


la langue de leurs grands-parents. Ils pourront toujours se dire
Africains quant à la couleur de leur peau. Mais il leur manquera
toujours cette chance de pouvoir penser, se comprendre dans la
langue qui, pour eux, vient du fond des âges, chargée de mystères
et de sagesse. […] Celui qui ne connaît pas la langue de ses
ancêtres est coupé de son passé et n’est jamais tout à fait lui-
même87.

Ces jeunes, qui, par mimétisme des valeurs occidentales, mélangent tout,
sans pour autant faire le tri entre ce qui est conciliable avec leur évolution
sociale et culturelle et ce qui ne l’est pas. Ce processus mimétique est
performatif dans la mesure où il influe directement sur leur comportement de
façon à rejeter leurs particularismes somatiques, phénotypiques et culturels.
Ce qui les conduit irréfutablement à s’interroger sans cesse sur leur identité,
leur rapport au monde et leur histoire. Nombre d’entre eux dénigrent les
croyances et traditions ancestrales, ils les rejettent systématiquement, parce
que disent-ils, elles ne concordent plus avec les réalités actuelles. Ils les
qualifient d’anachroniques, d’arriérées et de désuètes. Ils oublient que l’être
humain enrichit son patrimoine culturel en échangeant avec le monde
extérieur, et non en s’aliénant, ou en s’assimilant culturellement. C’est

86
A. Césaire, Nègre je suis, nègre je resterai, Paris, Albin Michel, 2005, p. 85.
87
P. Nguema Obam, op. cit., p. 120.
29
pourquoi C. Wulf nous signifie que : « la formation de soi et la confrontation
avec l’extérieur ont leur origine dans le même système : le monde extérieur et
le monde intérieur sont ajustés l’un à l’autre, en continuité l’un avec l’autre,
et ne peuvent être expérimentés que dans des relations d’échanges mutuels.
Des ressemblances ou des correspondances naissent entre l’intérieur et
l’extérieur, des rapports mimétiques se forment entre eux. Les hommes
entrent dans des comportements de ressemblance avec le monde extérieur et
se transforment eux-mêmes au cours de ce processus, transformant du même
coup leur perception du monde extérieur et la perception qu’ils ont d’eux-
mêmes88 ». En effet, pour aborder dans le même sens, B. Mvé Ondo nous
rappelle que tout homme cherche toujours à se comparer dans son être et dans
sa collectivité, à se démarquer pour mieux se faire reconnaître, à se
comprendre et à comprendre d’où il vient pour mieux appréhender où il en
est aujourd’hui. Mais cette démarche, réaffirme-t-il, est toujours complexe,
multiforme, jamais achevée et naturellement idéologique. Elle procède par
allers et retours, fige certains repères et en passe d’autres sous silence. Bref,
elle idéalise, mythifie et transforme89.
En parlant singulièrement des jeunes Fang, P. Mba Abessole fait le même
constat en notifiant que : « beaucoup de jeunes Fang, ne savent plus parler
leur langue, surtout ceux de la diaspora90 ». Tous ces jeunes connaissent une
crise identitaire très profonde, ils sont, pour ainsi dire, en conflit permanent
avec eux-mêmes et ne savent plus comment concilier leur culture de départ,
c’est-à-dire l’africaine et leur culture d’arrivée, l’occidentale. Au regard de
cette lutte intérieure qui se produit entre ces deux entités, nombreux sont
ceux qui optent pour la culture la plus en vue, cherchant dans le même temps
à oblitérer la moins prisée. Sans vouloir brocarder au terme « identité » son
amphibologie sémantique, je me limiterai uniquement à son sens profond tel
que le mentionne M. Edmond: « l’identité oscille entre la similitude et la
différence, entre ce qui fait de nous une individualité singulière et qui dans le
même temps nous rend semblables aux autres. La psychologie montre bien
que l’identité se construit dans un double mouvement d’assimilation et de
différentiation, d’identification aux autres et de distinction par rapport à
eux91. »
Et dans l’identité, comme le souligne l’historien burkinabé J. Ki-
Zerbo, la langue compte beaucoup. D’après lui, la lente asphyxie des langues
africaines serait dramatique, ce serait la descente aux enfers, pour l’identité
africaine92. Il affirme qu’un peuple sans identité, est un objet de l’histoire, un

88
C. Wulf, Une anthropologie historique et culturelle, rituels, mimésis sociale et
performativité, Paris, Téraèdre, 2007, p. 79.
89
J.-M. Aubame, Les Béti du Gabon et d’ailleurs, Tome I, Sites, parcours et structures, Paris,
L’Harmattan, 2002, p. 15.
90
P. Mba Abessole, op. cit., p. 33.
91
M. Edmond : « La construction identitaire de l’individu », in, Catherine Halpern et Jean-
Claude Ruano-Borbalan, Identité (s), Auxerre, Ed. Sciences Humaines, 2004, p. 34.
92
J. Ki-Zerbo, Á quand l’Afrique ? Gémenos, Éditions de l’Aube, 2003, p. 10.
30
instrument utilisé par les autres : un ustensile93. A ce propos, ce sage africain
préconise qu’il faut « infrastructurer nos cultures ». Car, conclut-il, une
culture sans base matérielle et logistique n’est que vent qui passe94. Au
demeurant, certains auteurs, plus hardis, ont essayé de se pénétrer de la
culture négro-africaine, mais se sont heurtés à une série d’obstacles plus ou
moins infranchissables : cadres, religions, langues, manque de documents
historiques, traditions essentiellement orales aux formes d’expression très
complexes95… Pour étayer les allégations de J. Ki-Zerbo, P. Mba
Abessole note que : « de même qu’un homme ne peut pas vivre sans maison,
de même il ne peut pas bien vivre sans savoir parler sa langue96 ». Toujours
dans la même perspective, M. Mvé Bekale recommande que nous devions
préserver nos identités dans un esprit d’ouverture à d’autres civilisations afin
de célébrer le métissage des cultures, en ces termes :

En parlant de la préservation des identités premières, […] Il


convient de préciser que la préservation ne signifie pas la quête
hitlérienne d’une pureté absolue et meurtrière ; elle doit se réaliser
dans l’interpénétration, la fusion, le métissage, afin de prévenir les
crises existentielles qu’engendrerait un effacement de l’identité
première97.

Pour É. Glissant : « une des beautés du métissage est que l’intérêt de ses
mélanges est toujours à venir. Il ne sert à rien de récapituler ou d’analyser,
sauf à des fins pratiques, les résultats d’un métissage. Le bonheur est dans le
processus lui-même et dans les promesses qu’il fait naître et qu’il entretient.
Autrement dit, les « créolisations », ces inattendus de tous les mélanges et de
tous les contacts, sont l’accomplissement des emprises du métissage98. C’est
pourquoi les « créolisations » sont si difficiles à connaître, et leurs processus
d’abord si pénible à accepter. Quand le tout est mal perçu, il nous faut passer
par l’exaltation légitime et dévorante des composantes99 ».
Tout ceci revient à dire que tout Africain devrait de près ou de loin
apporter sa pierre à l’édification de son patrimoine culturel ainsi que pour la
préservation de son identité par le truchement des langues ancestrales. A cet
effet, le Père P. Mba Abessole nous remémore que nos cultures ressemblent à
des vases cassés dont il faut retrouver et recoller les différents morceaux.
Chacun en détient un et que leur assemblage est urgent. Nous ne pouvons pas
attendre, termine-t-il, que d’autres le fassent à notre place parce que nous
sommes, plus que quiconque, habilités à parler de nous-mêmes100.

93
J. Ki-Zerbo, op., cit., p. 10.
94
Ibidem, p. 11.
95
T. Ndong Ndoutoume, Le Mvett époppée fang tome I, Paris, Présence africaine, 1970
première édition et 1983 seconde édition, p. 9.
96
P. Mba Abessole, op. cit., p. 33.
97
M. Mvé Bekale, Gabon : La postcolonie en débat, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 30.
98
É. Glissant, Mémoires des Esclavages, Paris, Gallimard, 2007, p. 89.
99
Ibidem, p. 92.
100
P. Mba Abessole, op. cit., p. 92.
31
En outre, la montée indéniable de la langue française en Afrique
francophone m’a permis de traduire à chaque fois les exemples en français
afin de faciliter la compréhension de nos lecteurs. Dans le but d’uniformiser
l’écriture de la langue fang, j’ai tenté de proposer aux lecteurs un modèle
relativement académique, standard, car j’ai personnellement remarqué que
chaque Fang écrit cette langue selon sa sensibilité phonétique et
phonologique. Vous trouverez, ainsi, dans cette étude, mon souci de rendre la
langue fang moins hermétique et moins rigide.
Aussi, convient-il de souligner que l’apprentissage de la langue fang
aujourd’hui dans certains lycées et collèges africains a constitué, pour ma
part, une source de motivation supplémentaire. Son alphabet, jusqu’à présent,
se compose des lettres quelque peu difficiles à écrire et à prononcer, surtout
pour ce qui est des non Fang. C’est pour cette raison que les phonèmes « ny
ñ, p, s » ont été moins usités au profit de « ng, gn, g, ss ». En revanche, j’ai
conservé d’autres phonèmes et voyelles tels que « pw, bw, kw, ü, u » afin de
respecter les particularismes et l’originalité de cette langue. Etant donné que
toute culture évolue, la langue fang a également évolué, la preuve en est
qu’elle possède, à l’heure actuelle, une kyrielle d’emprunts à d’autres
langues, tant occidentales que bantu. Cependant, comme le soulignent P.
Alexandre et J. Binet, si la langue fang s’est enrichie d’apports européens et
africains non pahouins, il semble qu’elle se soit en même temps appauvrie de
certaines nuances de sens, de termes techniques ou religieux, de tournures
littéraires ou poétiques anciennes, ceci en grande partie sous l’influence
européenne, à cause de la scolarisation en particulier101. La christianisation et
l’enseignement scolaire colonial ont, en faisant reculer ou en détruisant
l’éducation traditionnelle, entraîné une détérioration certaine de la langue102.
C’est en partie ma principale préoccupation, celle qui consiste à sauver les
quelques vocables qui restent encore en vigueur dans le parler fang actuel
afin de parvenir à la survie de celui-ci et de pouvoir le transmettre à la
postérité.
En conséquence, B. Mvé-Ondo attire notre attention lorsqu’il précise
qu’être un homme accompli, c’est reconquérir l’unité dans la hiérarchie des
valeurs constitutives de l’être. L’homme, mentionne-t-il, condamné à vivre
divisé au plus profond de lui-même à cause d’une activité qu’il ne maîtrise
plus ou pas parfaitement, doit, sans se lasser, consacrer son existence à se
redonner cette unité qui lui échappe. Le sens de sa vie, termine-t-il, il ne peut
le trouver que dans cette quête et non pas dans l’immobilisme qui est le signe
de la mort spirituelle103.

101
P. Alexandre et J. Binet, Le groupe dit Pahouin (Fang-Boulou-Béti), Paris, L’Harmattan,
2005, p. 21.
102
Idem.
103
B. Mvé Ondo, Sagesse et initiation à travers les contes, mythes et légendes fang, Paris,
L’Harmattan, 2007, p. 28.
32
I-ORTHOGRAPHE ET PHONETIQUE

1- Écriture :
Le fang emploie l’alphabet latin. Il est composé des lettres simples et des
lettres composées.

Les voyelles sont :

A, E, É, È, Î, I, Ô, Ü, O, U

Les consonnes sont:

B, D, F, G, H, K, L, M, N, P, R, S, T, V, W, Y, Z.

NB : Toutes les consonnes en fin de mots se prononcent, à l’exception des


mots se terminant par un « g », qui se prononcent : « + ». Exemples :
fang, alang, abeng, along, kîng, etc.

Les lettres composées sont :

NY (GN), GH, KH, PW, BW, KW,

2-Prononciation des lettres

Les voyelles orales :

A, se prononce comme en français atome.


É, correspond aux sons (é, ai, er, et, ez), exemple : apporté.
È, se lit comme (è, ê, ais, ait, aient, aie), exemple : était.
I se lit comme dans Italie.
Ü, correspond au u français, de j’ai lu.
E, réunit dans une seule lettre au moins deux sons différents : dans megnu (la
boisson), le e se prononce comme en anglais order ; et dans avôle, le e est
muet [f].
O, se prononce comme en français or, ordre. C’est un o qui est ouvert.
Ô, se prononce comme en français dos, beau. C’est un ô fermé
U, se prononce comme le ou français, de (mou) ; il est plus ou moins sourd et
fermé suivant la consonne qui le précède. Placé après les consonnes
explosives, il est accompagné d’un sifflement, par exemple après le f, v, w, et
l, il est davantage fermé : fu [fou] (morceau de viande), avume [avoume]
(souffler), awume [awoume] (louer), alugh [aloukh] (marier), nfunga
[nfounga] (le vent). Placé après ny il est si fermé qu’on croit entendre un u
français : anyu ou agnu (bouche). Enfin lorsque le u est précédé de m, on

33
peut dire qu’il est tout à fait fermé et indistinct ; la bouche fermée prononce
mm : ému (aujourd’hui).

Les voyelles nasales :

Ing, se lit comme dans camping.


Eng, se dit comme dans le nom chinois Zeng, le e étant muet.
Ang, se dit comme dans Zang, mais attention le g final se prononce très
légèrement, il ne faut surtout pas l’appuyer, il correspond à : « + ».
Ung, se dit comme dans samsung.

La voyelle i prend généralement un accent circonflexe quand elle devient


sifflante avec les cinq consonnes : b, f, g, k et v : bî, fî, kî et vî.

Les consonnes

Les consonnes b, d, f, h, k, l, m, n, p, t, v, se prononcent comme en français.


Le g et le s sont toujours durs.
N et M en début de mot se prononcent comme le « e » français.
Z se prononce comme en français, zéro.
S, se lit comme ss dans sage.

Les semi-consonnes :

Y et W constituent deux sons qui se rapprochent des deux voyelles i et u. W


se prononce comme en anglais dans what. Et le Y se prononce comme paille,
ailleurs, hier.

Les consonnes combinées:

PW, BW et KW sont des sons bilabiaux.


Exemples :
Bw se lit comme dans loi (abwar mengop : mettre les chaussures).
Kw se lit aussi comme dans bois (Befam ébe bawulu y’ akwa ébe nvokh
Ékang: ce sont des hommes qui se promènent avec le chasse-mouches chez
les Fang).
Pw cette consonne n’a aucune équivalence en langue latine : (apwegle mot :
se moquer de quelqu’un).
Gh est un son guttural doux, son équivalent français est gue, dans mangue.
Kh, est un son guttural fort, il correspond au que de attaque.
Ny est le gn français. Pour des raisons phonétiques, le son gn existe aussi en
fang agnóng (prendre).
SS, se lit en fang comme : Messe, (je ne suis pas), se prononce en deux temps
(me-se), [mf-sf] et non messe en un seul temps comme dans « la messe » en

34
français. De même que Mene, (je suis), se prononce en deux temps comme
ceci : (me-ne), [mf-nf].
TS, est linguo-dental (tsit : animal).

La tonalité

Le fang est une langue à tons. L’accent tonique y est très important. Dans
la compréhension des vocables, les tons nous permettent de faire la différence
entre les homophones et les paronymes. Car certains mots sont toujours dits
sur un ton plus élevé que le reste du discours, et d’autres sur un ton plus bas.
C’est ce qui nous a poussé à corroborer l’analyse de A. Raponda Walker qui
dit qu’on peut distinguer, en fang, trois types de tons : un ton moyen (recto-
tono), un ton haut (plus ou moins élevé), un ton bas, qui admet aussi,
plusieurs degrés104. Cela aide, pour ce faire, à distinguer des homonymes. Il
serait évidemment très utile d’indiquer ces différences dans l’écriture. Les
homonymes sont très nombreux à cause de la chute de beaucoup de préfixes
et de suffixes. Il paraît, donc, très délicat de donner une règle pour un accent.
La pratique de cette langue est, à cet effet, conseillée. Dans ce manuel de
conjugaison fang, j’ai essayé de donner à chaque mot sa tonalité, du moins la
tonalité de la syllabe la plus importante du mot. Pour cela, nous avons utilisé
les trois signes : « ^ » est la marque d’un ton moyen, «` » est la marque d’un
ton bas ou descendant et «´ » est la marque d’un ton haut ou montant.
Exemples : avé (tarir), alè (appeler) et bidzaghâne (mangeons).

L’accentuation

En fang, lorsqu’un mot a deux syllabes, le ton est marqué sur la première
syllabe :
Exemple : Agnu [A-gnu] (boire), l’accent retombe sur le « a ».
Cependant, les mots qui se terminent par une consonne ont toujours
l’accent sur la dernière syllabe qui est le radical :
Exemple : Abôkh [A-bôkh], obeng [o-beng], nkatt [n-katt], oyôn [o-yôn],
élam [é-lam], oyap [o-yap], etc.
Sur un mot à trois syllabes, le ton est marqué à l’avant dernière syllabe :
Exemple : Azôme [A-zô-me] (supporter), l’accent retombe sur le « zô ».
Pour un mot qui a plus de quatre syllabes, le ton est marqué sur la syllabe
antérieur à l’avant dernière syllabe :
Exemple : Azamlaneyang [a-zam-la-ne-yang] (il s’est déjà dérouté), le ton
retombe sur le « la ».

104
A. Raponda Walker, op. cit., p. 9.
35
II-LES PRONOMS

a- Pronoms personnels sujets

Singulier Pluriel
1ère Je= Ma 1ère pers. Nous=Bia
pers.

2e Tu= Wa 2e Vous=Mina
3e Il/Elle= A/Da/Wa 3e Ils/Elles=Ba

NB : le pronom personnel « da » est neutre et impersonnel, il s’emploie pour


désigner les choses et les animaux.
Exemples : nveng danóng, il pleut.
Nvu dabôm, le chien aboie.
Ku dalóng, le coq chante.
Be ku benga lónghang, les coqs sont en train de chanter.

Cas particuliers : le pronom personnel « wa » s’emploie uniquement


lorsqu’on fait référence à certains phénomènes naturels pour les décrire :
oiseau, soleil, vent, etc.
Exemple :
Viane wafègn, le soleil brille.
Onône walong, l’oiseau chante.
Nfonga wafeble, le vent souffle.
Mbuleghe waber, la poussière monte.

b- Pronoms substantifs personnels

Singulier Pluriel
1ère Moi= Ma (me) 1ère pers. Nous=Bia
pers.

2e Toi= Wa 2e Vous=Mina
e e
3 Lui= Gne 3 Eux=Be

37
c- Pronoms enclitiques

Les pronoms enclitiques sont des pronoms qui se joignent pour former une
seule unité.

Ye ma, avec moi


Ye wa, avec toi
Ye gne, avec lui
Ye bia, avec nous
Ye mina, avec vous
Ye ébe, avec eux

d- Pronoms appliqués à tous les genres et nombres : Lui, la, le, les, eux.
Exemple :
Nye ou (gne), lui mayén gne, je le vois, (moan fam, un petit garçon).
Bo ou (be), eux, mayén be, je les vois, (bensá, les bananes mûres).
Wo ou (we), lui mayén we, je la vois, (mbégn, la porte).
Myo (mye), eux, mayén nye, je les vois (mimbégn, les portes).
Zo ou (de), lui mayén de, je la vois (ku, la poule).
Bo ou (be), eux, mayén be, je les vois (be ku, les poules).

e-Les pronoms redoublés et locatifs isolés

Redoublés Locatifs isolés


Ma fe, moi aussi Va, ici
Wa fe, toi aussi Okó, là
Gne fe, lui aussi Va légn, là-bas
Bia fe, nous aussi Été, dedans ; Été va, là-dedans
Mina fe, vous aussi Évom wü, par ici
Ba fe, eux aussi Évom wélégn, par là-bas

38
f-Les pronoms possessifs redoublés et réflexifs

Redoublés Réflexifs
Singulier Pluriel Singulier/ Pluriel
Éwom, le mien Éébam, les miens Ma mién, moi-même
Ééyüa, le sien Éébüia, les tiens Wa mién, toi-même
Ééwégn, le sien Éébégn, les siens É mién, lui-même
Ééwâ, le nôtre Éébâ, les nôtres Bia be bién, nous-mêmes
Ééwonan, le vôtre Éébenan, les vôtres Mina be bién, vous-
mêmes
Ééwoba, le leur Éébebâ, les leurs Be bién, eux-mêmes

g- Adjectif pronoms réfléchi (bién ou byen)

Singulier Pluriel
Mot é mién, l’homme lui- Bot be bién, les hommes eux-mêmes
même
Nkol o bién, la montagne elle- Minkôl mi bién, les montagnes elles-
même mêmes
Ku é bién, la poule elle-même Beku be bién, les poules elles-mêmes
Alo é bién, l’oreille elle-même Melo me bién, les oreilles elles-mêmes
Élé é bien, l’arbre lui-même Bilé bi bién, les bois eux-mêmes
Onon o bién, l’oiseau lui- Anon e bién, les oiseaux eux-mêmes
même

39
h- Pronoms neutres connectifs

Singulier/ Pluriel Singulier/Pluriel

Ane, mot ane mvègn, l’homme est Mot akobe, l’homme parle
bon
One, nten one mvègn, le livre est Nten wakobe, le livre parle
bon
Éne, nda éne étun, la maison est Ku dakobe, la poule parle
courte
Ene, alo ene nduan, l’oreille Mekîng makobe, les voix
bouchée parlent
Mene, mendzim mene azekh, l’eau Melo mawokh, les oreilles
est sucrée entendent
Bene, beku bene mvègn, les Bilé bia bughe, les arbres se
poulets sont bons cassent

i- Pronoms personnels combinés

Bia-gne, moi et lui


Bia-be-mina, moi et vous, nous et vous
Bia-be-be, moi et eux, nous et eux
Mina gne, toi et lui
Bia-wa/Bia ba, toi et moi
Bia-gne, lui et moi
Bia-be-mina, moi et vous, nous et vous
Bia bessesse [bf-sf-sf], moi et vous, nous tous
Bia Nguema, Nguema et moi
Bia mot éte, cet homme et moi
Bia be bong, les enfants et moi
Mina Edou, toi et Edou
Babe bobegnang, lui et ses frères
Wa-ye-gne, toi et lui
Wa-ye-ébe, toi et eux
Mina-be-be, vous et eux

40
j- Quelques pronoms interrogatifs

Na ndzé ? ou Ya ? Comment ?
Exemple : anto ya ? Comment est-il ?
Vom mbé ? D’où?
Exemple : ane mot ye vom mbé ? Cet homme est d’où ?
Vé ? Où ?
Exemple : watabe vé ? Où habites-tu ?
Akal ndzé ? Pourquoi ?
Exemple : akal ndzé wakobe ma anval te ? Pourquoi me parles-tu ainsi ?
Tang na ? Ou tang ya? Combien ?
Exemple : metua gni ake tang na ? Combien côute cette voiture ?
Biyong biang fé ? Combien de fois ?
Éza ? Qui ?
Éza lé ? Qui est-ce ?
Dzé ? Ou Dziang ? Quoi ? Ou encore Ndzidzi? Qu'est-ce que c'est ?
Dziang ? Pardon ? (Lorsqu’on ne comprend pas ce que notre interlocuteur
nous dit.)
Mbé ? Quel ? Ou lequel ? (Pour choisir quelque chose)
Éyong vé ? Ou odfn ? Quand ?
Bintele vé émû ? Où en sommes-nous aujourd’hui ? (Se dit lorsqu’un fait
que l’on avait aisément négligé arrive à se produire)
Ane ya ? Que se passe t-il ?
Ndzé ébo? ndzi va bo? Abo nâ? Que s’est-il passé ?
-Ye otá ? Ou Ye oyénang ? Vois-tu ? (Pour attirer l’attention de quelqu’un
par rapport à un événement qui a lieu)

Le vocabulaire de la conjugaison

Ane babo dzam : le mode


Éyong : le temps
Atamane : conjuguer
Éfia : le verbe
Éyong dzi : le présent simple
Melu mazu : le futur
Okua : Plus-que-parfait
Otó : l’imparfait
Melu nvus : le passé simple
Edzam édegh bobane : passé composé
Melu menga lor : passé antérieur
Ane dzam éva bo : l’indicatif
Kîng édzüé : L’impératif
Ane bene bo dzam: conditionnel

41
III-TABLEAU RÉCAPITULATIF DES TEMPS ET MODES
DU VERBE « ABO», FAIRE
MODES TEMPS SIMPLES TEMPS COMPOSES

Présent Passé composé


Mabo, je fais Meboang ou meva bo, j’ai fait

Imparfait Plus-que-parfait
INDICATIF Menga bobo, je Maâbo, j’avais fait
faisais

Passé simple Passé antérieur


Menga bo, je fis Mebo-ne, j’eus fait

Futur Futur antérieur


Maye bo, je ferai Mengaye bo, j’aurai fait
Présent Passé
SUBJONCTIF Na mabo ou Na Na menga bo, que j’aie fait
mebo,
Que je fasse
CONDITIONNEL Présent Passé
Mene bo, je ferais Ve menga bo, j’aurais fait
Présent Passé
IMPÉRATIF Boghe, fais Anga bo, aie fait

INFINITIF Présent Passé


Abo, faire Abobane, avoir fait
Présent
PARTICIPE Éébo, (en) faisant
/
Passé
Bo, fait

Remarques : Les temps et modes sont formés à l’aide d’affixes et verbes


auxiliaires ou quasi-auxiliaires, certains par le changement de la tonalité. Il
convient également de souligner que dans la conjugaison fang, il n’y a pas de
correspondance absolue avec les temps et modes français. Ils ont souvent une
valeur significative plus extensible et plus précise qu’en français. Certains
temps sont indéfinis : ils peuvent suivant le cas traduire le présent, passés
simple et composé, imparfait, etc. Il y a des formes spéciales suivant que
l’action est plus ou moins éloignée ou rapprochée d’une autre personne qui
parle. Cependant, par souci de compréhension et de simplification de la
langue fang, j’ai opté pour le choix des équivalences de temps et modes
français. Cette démarche est personnelle et je l’assume pleinement.

43
-Règle des désinences de la forme affirmative :

Par souci de cohérence sur le plan phonétique et phonologique, la contraction


du « a » du pronom personnel sujet et celui du verbe à l’infinitif permet
l’élision du « a » du verbe à l’infinitif. Ainsi, au lieu de « ma adzi, a adzi »,
nous aurons « madzi, adzi ». Cf. Tableau ci-dessous.

-Règles des désinences de la forme négative :

En effet, pour exprimer la négation en fang, on utilise les auxiliaires suivants:


é, â, ki, ke, dia et leurs négatifs « â…dia », « â…ki » et « é…dia ». De
même que pour l’auxiliaire « ke » en début de phrase, comme à l’impératif
négatif : « ke dzi ». Cf. Tableau ci-dessous.

44
IV-LES TABLEAUX DES DESINENCES POUR BIEN
CONJUGUER EN FANG:
1-Forme affirmative
Présent Passé simple Futur simple Imparfait

Ma Menga Men/Maye Menga


Wa Onga On/Waye Onga
A} + p.passé Anga} + p.passé An/Aye} + p.p Anga} + 2 fois
p.p.
Bia Binga Ben/Biaye Binga
Mina Minenga Min/Minaye Minenga
Ba Benga Ben/Baye Benga
Impératif ghe Bi…âne ghâne
Passé composé Futur antérieur Passé antérieur Plus-que-parfait

Me/Meva Mengaye Me…ne Maâ


O/Ova Ongaye O…ne Waâ
A/Ava}+ p.p.+ang Angaye }+ p.p A…ne}+ p.p+ne Aâ} + p. passé
ou yang
Bi/Biva Bingaye Be…ne Baâ
Mine/Mineva Minengaye Mine…ne Minaâ
Be/Beva Bengaye Be…ne Baâ
Subjonctif présent Subjonctif présent 2e Subjonctif passé Subjonctif passé
1ère forme. forme. 1ère forme. 2e forme.
Na ma Na me Na menga Na maâ
Na wa Na o Na onga Na waâ
Na a} + 2 fois p.p Na a}+ p.p Na anga} + p.p. Na aâ} +p. p.
Na bia Na bi Na binga Na biaâ
Na mina Na mine Na minenga Na minaâ
Na ba Na be Na menga Na baâ

Conditionnel passé Conditionnel passé 2e f. Conditionnel Conditionnel


1ère f. présent 1ère f. présent 2e f.

Ve maâ Ve menga Mene Ve me


Ve waâ Ve onga One Ve o
Ve aâ }+ p. p Ve anga }+p.p Ane }+ p.p Ve a}+p.p+ang
Ve biaâ Ve binga Bine Ve bi
Ve minaâ Ve minenga Mine Ve mine
Ve baâ Ve benga Bene Ve be
Participe présent
Méé
Wéé
Éé + participe passé
Bié
Miné
Béé

45
2- Forme négative

Présent Passé simple Futur simple Imparfait

Maâ…ki ou Ménga ki… Maâye ki… Ménga ki…


dia
Waâ}… ki Wénga ki… Waye ki… Wénga ki…
Aâ…ki + Énga ki…} + p.p. Aâye ki...} + p.p Énga ki…} + 2 fois p.p.
p.passé
Biaâ…ki Biénga ki… Biaâye ki… Biénga ki…
Minaâ…ki Minénga ki… Minaâye ki… Minénga ki…
Baâ…ki Bénga ki… Baâye ki… Bénga ki…
Impératif Ke+verbe conj. Bi+tagha+verbe Ke+ verbe+âne

Passé Futur antérieur Passé antérieur Plus-que-parfait


composé
Méva ki… Méngaye ki… Mé…ne ki Mé…ghe ki
Wéva ki… Wéngaye ki… Wé…ne ki Wé…ghe ki
Éva ki…} + Éngaye ki…}+ É…ne ki} + p.p É…ghe ki} + p. p.
p.p. +ang ou p.p
yang
Biéva ki… Biéngaye ki… Bié…ne ki Bié…ghe ki
Minéva ki… Minéngaye ki… Miné…ki Miné…ghe ki
Béva ki… Béngaye ki… Bé…ki Bé…ghe ki
Subjonctif Subjonctif Subjonctif passé Subjonctif passé 2e f.
présent 1ère f. présent 2e f. 1ère f.
Na maâ …ki Na mé… ghe ki Na ménga ki… Na mé…ghe ki…
Na waâ…ki Na wé… ghe ki Na wénga ki… Na wé…ghe ki…
Na â…ki} + 2 Na é…ghe ki}+ Na énga ki…} + Na é…ghe ki…} +p. p.
fois p.p p.p p.p.
Na biaâ…ki Na bié…ghe ki Na biénga ki… Na bié…ghe ki…
Na minaâ…ki Na miné…ghe ki Na minénga ki… Na miné…ghe ki…
Na baâ…ki Na bé…ghe ki Na bénga ki… Na bé…ghe ki…
Conditionnel Conditionnel Conditionnel Conditionnel présent 2e
passé 1ère f. passé 2e f. présent 1ère f. f.

Ve maâ …ki Ve ménga ki… Messe ki Ve mé…ghe ki


Ve waâ…ki Ve wénga ki… Osse ki Ve wé…ghe ki
Ve aâ…ki} + Ve énga Asse ki} + p.p Ve é…ghe ki} +p.p+ang
p. p ki…}+p.p
Ve biaâ…ki Ve biénga ki… Bisse ki Ve bié…ghe ki
Ve minaâ…ki Ve minénga ki… Minesse ki Ve miné…ghe ki
Ve baâ…ki Ve bénga ki… Besse ki Ve bé…ghe ki

46
3- Formation de l’infinitif en fang
Le verbe est constitué du radical et de différents affixes appelés préfixes
quand ils sont placés devant le radical, suffixes quand ils sont placés après.
Le radical : c’est la partie essentielle du verbe qui en exprime le sens. C’est
le verbe à l’infinitif privé de sa voyelle initiale (a = préfixe) et de sa voyelle
finale (a, e, î, o = suffixe) quand il y en a une.
Les affixes : ce sont des particules ou des syllabes ajoutées au radical pour en
modifier le sens ou pour ajouter une idée secondaire (akobe, adzi, abo, abele,
gnughâne, foghâne).
Les verbes simples, comme en anglais forment leur infinitif en mettant
« to » au début de chaque verbe, la langue fang marque à son tour son
infinitif en mettant un « a » au début de chaque verbe. Cependant, ce « a »
considéré comme un suffixe monosyllabique, est collé au verbe et fait partie
du radical. Nous aurons donc : a + le participe passé du verbe, (a+dzi) =
adzi.
Exemples : manger, se dira adzi ; boire, on dira agnu ; venir, se dira azu.

4- Formation des verbes composés, d’états et d’actions

Comme le français, le fang distingue deux sortes de verbes :


-les verbes étatifs, ce sont les verbes qui s’emploient avec la forme
simple suivant directement le pronom connectif, ils expriment un état, jamais
une action :

Metele : je suis debout ; mebô si : je suis couché ; mene mbeng : je suis


beau ;
Andokh ékele : la mangue est suspendue ; mbégn oyo : la porte est
ouverte…
Atebe : être debout ; Abôme si : dormir ; Ene ya : être ; Ayongbe : être
ouvert, sont des verbes d’état.

La plupart des verbes d’état ont une racine commune avec les verbes
d’action :
Meto si : je suis assis
Matobe si : je m’assieds

4-1-Conjugaison des verbes composés

En fang, les verbes composés se forment avec un auxiliaire suivi d’un


verbe ou d’un nom. Cela dit, pour conjuguer les verbes composés, il suffit de
conjuguer uniquement l’auxiliaire à tous les temps et modes. Le deuxième
verbe ou nom est invariable.

47
Exemple : dans le verbe « Ake mebom »: aller en mariage par rapt, seul
nous allons conjuguer le verbe « Ake » et « mebom » reste effectivement
invariable.
Temps et Modes du verbe « Ake mebom »

Présent de l’ind. Make mebom, wake mebom, ake mebom, biake mebom,
minake mebom, bake mebom
Présent incertain, Makeke mebom, wakeke mebom, akeke mebom,
biakeke mebom, minakeke mebom, bakeke mebom
Futur simple, Maye ke mebom, waye ke mebom, aye ke mebom, biaye ke
mebom, minaye ke mebom, baye ke mebom
Futur proche, Mazu ke mebom, wazu ke mebom, azu ke mebom, biazu ke
mebom, minazu ke mebom, bazu mebom
Futur de préférence, Maye keke mebom, waye keke mebom, aye keke
mebom, biaye keke mebom, minaye keke mebom, baye keke mebom
Futur antérieur, Mengaye ke mebom, ongaye ke mebom, angaye ke
mebom, bingaye ke mebom, minengaye ke mebom, bengaye ke mebom
Imparfait, Menga keke mebom, onga keke mebom, anga keke mebom,
binga keke mebom, minenga keke mebom, benga keke mebom
Passé simple, Menga ke mebom, onga ke mebom, anga ke mebom, binga
ke mebom, minenga ke mebom, benga ke mebom
Passé composé, Meva ke mebom, ova ke mebom, ava ke mebom, biva ke
mebom, mineva ke mebom, beva ke mebom
Passé antérieur, Meke-ne mebom, oke-ne mebom, ake-ne mebom, bike-ne
mebom, mineke-ne mebom, beke-ne mebom
Plus-que-parfait, Maâke mebom, waâke mebom, aâke mebom, biaâke
mebom, minaâke mebom, baâke mebom
Subjonctif prés. Na meke mebom, na oke mebom, na ake mebom, na bike
mebom, na mineke mebom, na beke mebom
Subjonctif impar. Na menga ke mebom, na onga ke mebom, na anga ke
mebom, na binga ke mebom, na minenga ke mebom, na benga ke mebom
Conditionnel, Mene ke mebom, one ke mebom, ane ke mebom, bine ke
mebom, mine ke mebom, bene ke mebom
Participe prés. Mééke mebom, wééke mebom, ééke mebom, biéke mebom,
minéke mebom, bééke mebom
Participe passé, Ke mebom
Impératif, Keng mebom, bikenghâne mebom, Keghâne mebom
Infinitif, Ake mebom

48
4-2- Quelques verbes composés

Abôme si : se coucher

Atobe si : s’asseoir

Aku si : tomber

Assi évó : se taire

Ako wóng : avoir peur

Assi ngüi : abuser

Abo abegle : faire du bruit

Abo ozôrbe : abuser

Ake mbí : courir

Abo essègn : travailler

Ako oyo : dormir

Awokh évé’é : avoir soif

Awokh zègn : avoir faim

Akobe si : parler bas

Akobe yôp : parler haut

Akîgh essí : se coiffer

Avá metégn : bénir

Abwar bitô : se vêtir

Abwar mengôp : se chausser

Akobe nko : téléphoner

Ake ossû : devancer

Aligh ônvus : rester

49
Ayén bilè : rêver

Adukh bial : pagayer

Akúr mebong : s’agenouiller

Akur nkukh : sortir en vampire

Akur édzefokh : sortir en vampire

Ake ambwô’o : sortir en vampire

Akur nkuú : appeler, convoquer ou jouer au tam-tam

Akur nfine : faire l’amour

Akur andzang : taper sur une lamelle de balafon ou xylophone.

Akip ongam : tourner en vain

Akingane kuandok : faire des acrobaties

Afenegane nkum : faire des acrobaties

Abo okofet : tenir fermement, immobiliser, neutraliser

Ake bimmo : aller chez autrui

Ake mebom : aller en mariage par rapt

Akulu dzangane : se fiancer de façon traditionnelle

Along oyenga : pousser des cris de joie

Adzine otare assú : froncer le visage

Akogh ébil : crier, pleurer très fort

Ave melebga: prodiguer des conseils

Alèè minlang : raconter, papoter

Apwèle nvang : scarifier

50
5-Formation du participe présent

En fang, le participe présent se forme en conjuguant le verbe à toutes les


personnes. Car il n’y a pas de forme spécifique pour désigner le participe
présent, chacun des interlocuteurs peut former son participe présent. Il se
forme en ajoutant les terminaisons « éé » ou « a…ghe », à toutes les
personnes sauf aux deux premières personnes du pluriel « bié et miné »
Exemples:
Be Fang badzi béégnu melamba : les Fang mangent en buvant du vin de
palme.
Otétégn Alexandra akobe éédzi : Otétégn Alexandra parle en mangeant.
Makóng mééko oyo : je ronfle en dormant.
Minamare minééyè bia : vous courez en chantant.
Andeme assomane bidzi adzaghe fe : Andeme vend de la nourriture en
mangeant aussi.

5-1-Auxiliaires exprimant le participe présent en fang:


« Aligh et Ake + verbe au présent de l’indicatif »
Exemples:
Waligh malóng ane é mong andegh biale : tu me laisses en pleurant
comme un nouveau-né.
Make mayi moan ébone ava ke melugh : je vais en pleurant la fille de
mes rêves qui vient de se marier (cf Maélé Ndong, mebom).

Tableau récapitulatif

Infinitif Participes
Présent Passé
Medzaghe, (en) mangeant (je) Méédzi, (en) mangeant (je)
Odzaghe, / (tu) Wéédzi, / (tu)
Adzi, Adzaghe, / (il/elle) Éédzi, / (il/elle) Dzi,
manger Bidzaghe, / (nous) Biédzi, / (nous) mangé
Minedzaghe, / (vous) Minédzi, / (vous)
Bedzaghe, / (ils/elles) Béédzi, / (ils/elles)

Exemple: Sima Mboula abom élone ayèghe fe, Sima Mboula joue l’élone
en chantant en même temps.
Tare Akomo Zoghe Simon anga wu ééve m’akiba, Mon père Akomo
Zoghe Simon est mort en me remerciant.

51
6- Le participe passé

Il se forme en supprimant la marque de l’infinitif « a » au début du verbe:


« Dzi », au lieu de adzi qui est la forme infinitive:
Essone Akomo ava dzi gno, Essono Akomo a mangé le serpent.

7-Formation de l’impératif
Il existe en fang plusieurs façons de conjuguer les verbes à l’impératif.
Nous avons d’abord l’impératif des verbes réguliers et l’impératif des verbes
irréguliers. Il y a aussi l’impératif négatif des verbes réguliers et irréguliers.
Enfin nous avons l’impératif immédiat et de priorité.

7-1- Impératif des verbes réguliers

Règle des verbes ayant la forme « ghe » :


La première personne du singulier de l’impératif se forme en supprimant le
« a » de l’infinitif du verbe suivi du radical et de la terminaison « ghe ».
Exemple: Akobe = Kobeghe (Wa), parle (toi)

La première personne du pluriel se forme en supprimant le « a » de


l’infinitif du verbe suivi de la première personne du pluriel « Bi » (nous) au
début du verbe, suivi du radical et de la terminaison « ghâne ».
Exemple : Akobe = Bikobeghâne (Bia)

La deuxième personne du pluriel se forme en supprimant le « a » de l’infinitif


du verbe suivi du radical et de la terminaison « ghâne ».
Exemple : Akobe=Kobeghâne (Mina)

-Nous avons à cet effet la conjugaison du verbe « Akobe » de la façon


suivante :
Tableau récapitulatif

Kobeghe (Wa) 1ère pers. Parle (toi)


Bikobeghâne (Bia) 2e pers. Parlons (nous)
Kobeghâne (Mina) 3e pers. Parlez (vous)

NB : d’autres sous-groupes fang, à la première personne du pluriel, c’est-


à-dire au lieu du préfixe « Bi », dans « Bikobeghâne », pour conjuguer le
verbe, ils préfèrent la forme « N ou M », comme pour dire
« Nkobeghâne » ou « Mboghâne ». Par choix personnel, j’ai préféré la
forme Ntumu-Okak, en optant pour le « Bi ».

52
Cependant, la forme « ghe » dépend de la désinence de la forme simple du
verbe. Nous allons en choisir un par catégorie :

Infinitifs 1ère pers. 2e pers.pl. 3e pers.


sing.
Aba (abattre) baghe bibaghâne baghâne.
Ada (faire passer) daghe bidaghâne daghâne.
Ake’e (donner) keghe bikeghâne keghâne.
Abett (monter) berghe biberghâne berghâne.
Abè (écouter) bèghe bibèghâne bèghâne.
Ali (couper l’herbe) lighe bilighâne lighâne.
Ayôgh (maudire) yôghe biyôghâne yôghâne.
Adzib (fermer) dzibeghe bidzibeghâne dzibeghâne.
Abo (faire) boghe biboghâne boghâne.
Akale (garder) kaleghe bikaleghâne kaleghâne.
Abogh (allumer) boghe biboghâne boghâne.
Amin (avaler) mineghe bimineghâne mineghâne.
Adu (fermer, taper) dughe bidughâne dughâne.
Agnegh (aimer) gneghe bigneghâne gneghâne.
Ani (sauver) nighe binighâne nighâne.
Abab (porter au babeghe bibabeghâne babeghâne.
dos)
Abegh (porter un beghe bibeghâne beghâne.
objet)
Afume (arracher) fumeghe bifumeghâne fumeghâne.
Afengle (boiter) fengle bifenglâne fenglâne.
Adeghe (regarder) deghe bideghâne deghâne.
Adughe (tromper) dughe bidughâne dughâne.
Adur (ôter de force) durghe bidurghâne durghâne.
Akôgle (ajouter) kôgle bikôglâne kôglâne.
Abele (avoir ) beleghe bibeleghâne beleghâne.
Abagle (garder) bagle bibaglâne baglâne.
Avume ( souffler) vumeghe bivumeghâne vumeghâne.
Abome (annoncer) bomeghe bibomeghâne bomeghâne.
Akôme (vouloir) kômeghe bikômeghâne kômeghâne.
Afîme (essuyer) fîmeghe bifîmeghâne fîmeghâne.
Atsame (effacer) tsameghe bitsameghâne tsameghâne.
Akon (être malade) koneghe bikoneghâne koneghâne.
Atsine (pousser) tsineghe bitsineghâne tsineghâne.
Akane (séparer) kaneghe bikaneghâne kaneghâne.
Alang (lire) langhe bilanghâne langhâne.
Afeb (faire des febeghe bifeghâne febeghâne.
signes)
Afogh (bouger) foghe bifoghâne foghâne.
Abwar (porter un bwareghe bibwareghâne bwareghâne.
habit)

53
Akor (quitter) koreghe bikoreghâne koreghâne.
Assogh (critiquer) soghe bissoghâne soghâne.
Assugh (secouer) sughe bissughâne sughâne.
Agnang (sucer) gnanghe bignanghâne gnanghâne.
Abure (couvrir) bureghe bibureghâne bureghâne.
Ayem (connaître, yemeghe biyemeghâne yemeghâne.
savoir)
Adzô (dire) dzoghe bidzoghâne dzoghâne.
Akob (trébucher) kobeghe bikobeghâne kobeghâne.
Adzôghe (laisser) dzoghe bidzoghâne dzoghâne.
Assome (enfoncer) someghe bissomeghâne someghâne.
Azôme (supporter) zomeghe bizomeghâne zomeghâne.

7-2-Impératif négatif

L’impératif négatif se forme à partir de la marque de la négation « ke » à


la première personne du singulier et deuxième personne du pluriel. Quant à la
première personne du pluriel, elle se forme avec le pronom personnel Bi et
l’auxiliaire « tagha » suivi du participe passé du verbe. Et enfin la deuxième
personne du pluriel se forme à partir de la négation « ke » suivi de la
désinence « âne »:

a-verbes en « ghe » :
Ke kobe ne parle pas
Bitagha kobe ne parlons pas
Ke kobâne ne parlez pas.
b-verbes en « urbe, erbe, gbe, etc. » :
Ke burbe ne te courbe pas
Bitagha kurbe ne nous courbons pas
Ke kurbâne ne vous courbez pas
c-verbes en « mle, gle, etc. » :
Ke domle ne cloue pas
Bitagha domle ne clouons pas
Ke domlâne ne clouez pas

54
7-3- Impératif des verbes irréguliers

Les verbes « Azu » (venir), « Agnu » (boire), « Awu » (mourir), « Ave »


(donner), « Aku » (tomber), et « Adzi » (manger), se conjuguent de la même
façon à l’impératif.
La première personne du singulier de l’impératif se forme en supprimant le
« a » de l’infinitif et celui de la voyelle final du verbe suivi de la terminaison
« a » ou « akh » à la première personne.
Exple : Adzi = Dza ou dzakh (Wa), (mange).

La première personne du pluriel de l’impératif se forme en supprimant le


« a » de l’infinitif et de la voyelle finale du verbe suivi de la première
personne du pluriel « Bi » au début du verbe, suivi de la terminaison « âne ».
Exple : Bidzâne (Bia), (mangeons).

La deuxième personne du pluriel de l’impératif se forme en supprimant le


« a » de l’infinitif et de la voyelle finale du verbe suivi de la terminaison «
âne ».
Exple : Dzâne (Mina), (mangez).

a-Récapitulation:
« Adzi », « Azu », « Agnu », «Awu », « Aku » et « Ave ».

Adzi Azu Agnu Awu Aku Ave


Dza ou Za ou zakh, Gna ou Wa ou wakh, Pwa ou Pwakh, Va ou
dzakh, viens gnakh, bois meurs tombe vakh,
mange donne
Bidzâne, Bizuâne, Bignâne, Biwaghâne, Bipwaghâne, Bivâne,
mangeons venons buvons mourons tombons donnons
Dzâne, Zâne, venez Gnâne, Waghâne, Pwaghâne, Vâne,
mangez buvez mourez tombez donnez

b-Cas exceptionnels :
Les verbes polysyllabiques se terminant par les suffixes « gbe », « rbe »,
« lbe », « mle » (verbes dérivés) n’ajoutent pas « ghe » au singulier, on
change uniquement le « e » final de la première personne du singulier en
« a » au pluriel. Le reste ne change pas et se conjugue comme les verbes
réguliers.

Exple : Avongbe (être surpris); Akurbe (se pencher, se courber) ; Akulbe (se
recroqueviller); Adomle (clouer), etc.

55
c- Conjugaison des verbes : « Avongbe » (être surpris), « Akurbe » (être
courbé), « Akulbe » (se recroqueviller), « Adomle » (clouer)

Avongbe Akurbe Akulbe Adomle


Vongbe Kurbe Kulbe Domle
Bivongbâne Bikurbâne Bikulbâne Bindomlâne
Vongbâne Kurbâne Kulbâne Domlâne

7-4- Impératif négatif irrégulier

Pour exprimer l’impératif négatif en fang, nous utilisons les auxiliaires « ke »


et « tagha ».
a- les verbes en « ghe » « gbe », « rbe », « lbe », « mle » forment leur
impératif négatif avec l’auxiliaire « ke » à la première personne du singulier
et à la deuxième personne du pluriel. Quant à « tagha », il sert à conjuguer
l’impératif négatif à la deuxième personne du pluriel. Il peut aussi à lui seul
s’employer à toutes les trois personnes de l’impératif.

Exemple:
Adeghe (voir)
Ke deghe, ne regarde pas Otagha deghe, ne regarde pas
Bitagha deghe, ne regardons pas Bitagha deghe, ne regardons pas
Ke deghâne, ne regardez pas. Minetagha deghe, ne regardez pas

d- Par contre, les verbes irréguliers suivants : « Adzi », « Azu », « Agnu »,


«Awu », « Aku » et « Ave » gardent leurs formes simples à la première
personne du singulier.
Exemple :

Adzi Azu (venir) Agnu (boire) Awu Aku Ave


(manger) (mourir) (tomber) (donner)
Ke dzi, ne Ke zu, ne Ke gnu, ne bois Ke wu, ne Ke ku, ne Ke ve, ne
mange pas viens pas pas meurs pas tombe pas donne pas
Bia zu ki, nous Bitagha gnu, ne Bitagha
Bitagha dzi, Bitagha Bitagha
ne mangeonsne venons pas buvons pas wu, ne ku, ne ve, ne
pas mourons tombons donnons
pas pas pas
Ke dziâne, Ke zuâne, ne Ke gnuâne, ne Ke wuâne, Ke Ke veâne,
ne mangez venez pas buvez pas ne mourez kuâne, ne donnez
pas pas ne pas
tombez
pas

56
e- l’auxiliaire « ke » peut aussi exprimer la négation de la forme simple
employée sans indication de temps :

Ane ke yem yame, il/elle ne sait pas cuisiner ; anga dzi abüign ke dzègn, il
mangea copieusement sans se rassasier ; ke wobâne mendzim, ne te douche
pas.

-Il peut aussi s’employer comme impératif négatif tout court :


Ke bo nale, ne fais pas cela ; ke bo melo, ne sois pas têtu, ke dzi avó, ne
mange pas vite.
Ke ko wóng, n’aie pas peur ; ke mare, ne court pas.

« ke » s’emploie aussi pour exprimer la préposition « sans » en français :


Mba ake ékena keghe épwokitt, Mba voyage sans son porte-monnaie.
Manîng keghe miang, ke nda, je vis sans argent, ni maison.

7-5-Impératif immédiat
Il se forme avec l’auxiliaire : « éto dzi », « abóng di », « éndeghe é
bién », « étám é bién biakobe dzi », tout de suite, à l’instant même ou
maintenant (cf. fang okak de la Guinée Équatoriale).

Gnakh éto dzi, bois maintenant


Bignaghâne éto dzi, buvons maintenant
Gnaghâne éto dzi, buvez maintenant

7-6-Impératif de priorité
Forme affirmative Forme négative
Targhe gnu, bois d’abord Ke tare gnu, ne bois pas d’abord
Bitarghâne gnu, buvons Bitagha tare gnu, ne buvons pas d’abord
d’abord
Targhâne gnu, buvez Ke targhâne gnu, ne buvez pas d’abord
d’abord

-Le verbe boire, « agnu », avec l’auxiliaire « beng » traduit simultanément


l’impératif immédiat et de priorité.

Forme affirmative Forme négative


Beng gnu, bois d’abord Ke beng gnu, ne mange pas d’abord
Bibenghâne gnu, buvons Bitagha beng gnu, ne buvons pas
d’abord d’abord
Benghâne gnu, buvez d’abord Ke benghâne gnu, ne buvez pas
d’abord

57
8-Les verbes auxiliaires remplaçant des adverbes
français

Les verbes auxiliaires servent à conjuguer les autres verbes et à y ajouter


certaines précisions. Il y a les verbes auxiliaires proprements dits, qui n’ont
pas d’emploi en dehors de celui d’auxiliaires, et les quasi-auxiliaires qui en
plus de leur valeur d’auxiliaire ont leur propre valeur verbale.
Pour ce faire, nous avons trois types d’auxiliaires qui remplacent des
adverbes français : il y a d’abord les auxiliaires qui expriment les idées de
temps, ensuite de quantité et enfin de manière. Au-delà de ces différents
auxiliaires exprimant le temps, la quantité et la manière, le fang utilise aussi
d’autres auxiliaires pour conjuguer les verbes au conditionnel :

8-1- Auxiliaires exprimant les idées de temps :


(Akun, Atare, Abeng, Atare, Assughla, Assum, Abema, Angen)

Akun exprime l’idée de « au crépuscule, tôt le matin ou de bonne heure »


Okiri maye kun ke deghe melame, demain au crépuscule, j’irai visiter
les pièges.
Mékun ke a sikolo, j’irai à l’école tôt le matin.
Kunghe vé oyo ossume dulu, lève-toi de bonne heure pour commencer
la marche.

Atare et beng peuvent se traduire par « d’abord ou dans un premier


temps ».

Beng tare zu, viens d’abord.


Patrice atare gnang Rosie amang, Patrice donne d’abord un baiser à
Rosie.
Targhe gni ma lé mazu, rentre dans un premier temps ensuite j’arrive.

Assughla, signifie « en dernière position »


Ondo Mba aye sughla dzi, Ondo Mba mangera en dernière position.

Assum, signifie « commencer »


Abalo y’ Aboubacar benga suma tsikh, Abalo et Aboubacar
commencent à se responsabiliser.

Abema, « déjà, des lustres ou longtemps»


Be Fang be bema yem alumane ayap, les Fang maîtrisaient déjà la
guerre depuis des lustres.

Angen, signifie « encore »


Obiang angen assègn, Obiang travaille encore.

58
8-2- Auxiliaires exprimant des idées de quantité : (Adang,
Abira, Assuglane, Abera)

Adang ou Abira, signifient « trop, beaucoup ou davantage »


Nze Mba adang gnegh dulu, Nze Mba aime trop les promenades.
Evine Menga abira dzi mebégn me ku, Evine Menga mange beaucoup les
cuisses de poules.

Assuglane, signifie « faire quelque chose pour la dernière fois ou


seulement »
Massuglane kobe ve adzô di, c’est la dernière fois que je parle de cette
affaire.
Suglâne bia sôme ndekh ofüme, achetez- nous pour la dernière fois une
bouteille de jus.

Abera, indique une action répétée « encore ou à nouveau »


Dzime Akomo abera biére bidzi, Dzime Akomo se sert à nouveau.
Mba Abessole aye bera tebe bissikott, Mba Abessole se présentera encore
aux élections.

8-3- Auxiliares exprimant des idées de manière : (Atugha,


Ayem, Adzime, Abame, Avane, Adzigha, Afang, Avor) :

Atugha, signifie bien : « bien »


Obone Ayvra atugha bo agnu akal abune essâ, Obone Ayvra fait bien la
gueule parce qu’elle compte sur son père.
Nguema Allo Henri adzô Judith Andeme Ndong na menveng maâbe
tugha mane nóng, Nguema Allo Henri dit à Judith Andeme Ndong que les
pluies ne sont pas entièrement terminées.

Ayem signifie : « bien »


Assengone Nadia ayem yame nfugh owone benvele, Assengone Nadia
prépare bien la soupe d’arachide au poisson fumé.
Akomezok ayem kobe, Akomezok parle bien.

Adzime, signifie : « mal »


Bengo beye mbu badzime yam, les filles d’aujourd’hui cuisinent mal.
Bóng beye mbu badzime bo mam, les jeunes d’aujourd’hui se comportent
mal.

Abame, a le sens de : « volontiers »


Bamghe me bè, écoute-moi volontiers.
Bóng beye Mitzic babame yebe mindzukh akale bako politik wong, les
ressortissants de Mitzic acceptent volontiers de souffrir parce que la politique
leur fait peur.
59
Avane a le sens de : « au lieu de »
Nvu davane dzi mebi aligh kos, le chien mange les excréments au lieu du
poisson.
Ovone avane yi ébele éébime gne, Ovone pleure au lieu de rendre les coups
que lui inflige son adversaire.

Adzigha, a le sens de : « vite »


Makôme dzigha chî mendzim o si, je veux vite uriner.
Beng dzigha zu, viens vite.

Afang, signifie : « bien que, quoique ou quand même »


Biveghe afang ke ba zok éyong élorang, Biveghe va quand même dépecer
l’éléphant malgré le retard.
Mezeme afang bo éko bikoro, angom bia gne émanang, bien que Mezeme
convoque une réunion, notre amitié est terminée.

Avor, signifie : « ne pas pouvoir faire une chose ou être incapable de »


Aboghe Ella avor ve Angonemane, Aboghe Ella est incapable d’engrosser
Angonemane.
Fale avor bime é mô gni akal asseme Zame, le prêtre ne peut pas frapper
cet homme à cause de sa croyance en Dieu.

8-4- Auxiliaires introduisant le conditionnel :


« Aza ou Ayagha », « Anga ou Akuma », « Akagha ».

Ce sont les auxiliaires du conditionnel. Aza ou Ayagha, signifient « de peur


de »
Maâdzing dia éza binenga beza me yüign : je ne convoiterais pas les
femmes mariées de peur d’être tué.
Maâwule dia mveng si me za (me yagha) kon : je ne marcherais pas sous la
pluie, de peur d’être malade.
Anga ou Akuma, sert à exprimer « des faits hypothétiques »
Nge membe aküign, ve menga we gnime bidzi : si j’étais avare, je t’aurais
accablé la nourriture.
Nge mmyè nda anga yem abóng nzu ake so ye dô, ve akuma mome : si
l’habitant avait su quand viendrait le voleur, il aurait veillé.
Akagha peut être mis en corrélation avec Aza ou Ayagha :
Me kagha biane tare ye nane, me za yén mindzukh a si : si je désobéis à
mes parents, je risquerai de souffrir durant toute mon existence.

60
9-L’adverbe

L’adverbe est un mot qui précise le sens d’un verbe et parfois aussi d’un
autre mot. Il y a en fang de purs adverbes, des noms employés comme
adverbes et des locutions adverbiales.

Quelques adverbes de temps, lieu, manière, quantité, d’affirmation ou de


négation :

a-de temps :
Okua ou Éngeng okua, Égeng tul ; oto’o, melú onvus : Autrefois
Ngeng fe ou oden, éyong vé: Quand
Ossua ou ossussua, égon ossua, ossu nzok : Avant
Nden : Après
Melú ossu : Plus tard
Kikiri ou kir’asse : Le matin ou la matinée
Ékuna, Nkun kiri ou Ékuna kikiri: De bonne heure, tôt le matin
Melen me kiri : Au crépuscule
Goghasse : Le soir ou la soirée
Alú : La nuit
Alú se : nuitamment.
Azang, Zang alú ou Mezang melú: Á minuit
Omos : Le jour ou la journée
Zang omos, Zé mo ou Zé mo bibam : à midi, au mitan de la journée ou en
plein jour
Ka éyong dza : Jamais
Émû ou édzô di : Aujourd’hui
Éngeng gni : maintenant
Éto dzi : tout de suite ; éti évor’éto : sur le champ
Okiri : Demain
Okiri kikiri : Demain matin
Kiri te : après demain ou le jour suivant
Okiri goghasse : Demain soir
Angoghe ou Ôngoghe : Hier
Odzan: Avant-hier
Melú messe ou Melú messesse: Tous les jours
Kom esse ; Éyong esse ; Biyong bisse ; Gheng esse ou Tam esse : Á chaque
fois ou chaque fois, à chaque instant, toujours
Biyong bizing : De temps en temps ; quelques fois
Goghe esse ; Mengoghe messe ou Mengoghe messesse : Chaque soir
Kiri esse ; Mekiri messe ou Mekiri messesse : Chaque matin

61
b-de lieu :
Evé ou vé ? : Où ?
Eva ou vale, va : Ici
Okô : Là
Eli ou éfa li : Là-bas
Bégn ou bébégn : Près
Oyap ou oyo, oya : Loin
Étiala : Dedans
Ayó ou yop : En haut
E si ou a si : En bas
Ossu : Devant
Nvusse : Derrière
Ayatt ou ayar : De l’autre côté
Okü ou oküign : En amont
Nkégn : En aval
Vom mbo ou vom mbokh : Au même endroit
Vom asse : Partout
Éfa : Vers

c-de manière :
Na ? Où na ndzé ? : Comment
Fe : Aussi
Nale ou ane na, nâ : Ainsi, c’est exact
Mvègn ou Mbeng (beau/belle) : Bien
Abé : Mal
Avô : Vite
Oteghetekh : Lentement
Dangdang : Surtout
Ngahane : A plus forte raison

d-de quantité :
Avitsang ou tsaktsakh, tsetsakh : Un peu
Abwuign : Beaucoup
Ndang : Trop
Nkuha : Assez
Tang na ? Ou abima vé ? : Combien ?

e-d’affirmation ou de négation :
Yâa ou ohôô, nale : Oui
Koko ou momo : Non
Fogh nale : Vraiment
Ngeng énzing : Peut-être
Minâ ou minâ wawu, ka dzôm : Pas du tout

62
V- LA LISTE DES VERBES IRREGULIERS AU PRESENT DE
L’INDICATIF ET À L’IMPERATIF

Abomle impé. Bomle, bibomlâne, bomlâne.


Adzi impé. Dzakh ou dza, bidzâne, dzâne.
Adzi prés. Medzi, odzi, adzi, bidzi, minedzi, bedzi.
Avongbe prés. Mevo, ovo, avo, bivo, minevo, bevo.
Agnu impé. Gnakh ou gna, bignâne, gnâne.
Adzemle impé. Dzemle, bidzemlâne, dzemlâne.
Adomle impé. Domle, bidomlâne, domlâne.
Awu prés. Mewel, owel, awel, biwel, minewel, bewel.
Awu impér. Wakh ou wa, biwâne, wâne.
Assonebe prés. Messone, ossone, assone, bissone, minessone, bessone.
Ayegbe prés. Meyeghe, oyeghe, ayeghe, biyeghe, mineyeghe, beyeghe.
Abogbe prés. Meboghe, oboghe, aboghe, biboghe, mineboghe, beboghe.
Atebe prés. Metele, otele, atele, bitele, minetele, betele.
Alungbe prés. Melung, olung, alung, bilung, minelung, belung.
Afanebe prés. Mefane, ofane, afane, bifane, minefane, befane.
Amobe prés. Memore, omore, amore, bimore, minemore, bemore.
Agnugbe prés. Megnughe, ognughe, agnughe, bignughe, begnughe.
Anigbe prés. Menighe, onighe, anighe, binighe, minenighe, benighe.
Aku impé. Pwakh ou pwa, bipwagâne, pwagâne.
Aku prés. Mepwel, opwel, apwel, bipwel, minepwel, bepwel.
Azu prés. Mezel, ozel, azel, bizel, minezel, bezel.
Ayengbe prés. Meyeng, oyeng, ayeng, biyeng, mineyeng, beyeng.
Ake prés. Mekel, okel, akel, bikel, minekel, bekel.
Andengbe prés. Medeng, ondeng, andeng, bindeng, minedeng, bendeng.
Agnegbe prés. Megneghe, ogneghe, agneghe, bigneghe, minegneghe,
begneghe.
Abele prés. Mebele, obele, abele, bibele, minebele, bebele.
Ategbe prés. Meteghe, oteghe, ateghe, biteghe, mineteghe, beteghe.
Abarbe prés. Mebare, obare, abare, bibare, minebare, bebare.
Andebe prés. Mende’e, onde’e, ande’e, binde’e, minende’e, bende’e.
Akurbe prés. Mekuru, okuru, akuru, bikuru, minekuru, bekuru.
Akulbe prés. Mekule, okule, akule, bikule, minekule, bekule.
Akelbe prés. Mekele, okele, akele, bikele, minekele, bekele.
Andagbe prés. Mendagh, ondagh, andagh, bindagh, minedagh, bendagh.
Atobe prés. Meto, oto, ato, bito, mineto, beto.
Ayengbe prés. Meyeng, oyeng, ayeng, biyeng, mineyeng, beyeng.
Azu impé. Zakh ou za, bizâne, zâne
Agnu prés. Mezel, ozel, azel, bignel, minegnel, bezel.
Aku imp.pwakh ou pwa, bipwâne, pwâne.
Abôme prés. Mebô, obô, abô, bibô, minebô, bebô.
Akoro impé. Mekoro, okoro, akoro, bikoro, minekoro, bekoro.

63
Afare prés. Mefare, ofare, afare, afare, bifare, minefare, befare.
Akerbe prés. Mekere, okere, akere, bikere, minekere, bekere.
1-Le modèle des verbes irréguliers selon la forme « gbe »,
se conjugue de la même façon que le verbe :
Infinitif « Avongbe » être surpris :

1ère pers. 2e pers. 3e pers. 1ère 2e pers. 3e pers.


Sing. pers.
pl.
Présent de Mevô Ovô Avô Bivô Minevô Bevô
l’indicatif
Présent Mevôvô Ovôvô Avôvô Bivôvô Minevôvô Bevôvô
incertain
Futur Maye Waye Aye Biaye Minaye Baye
simple vongbe vongbe vongbe vongbe vongbe vongbe
Futur Mazu Wazu Azu Biazu Minazu Bazu
proche vongbe vongbe vongbe vongbe vongbe vongbe
Futur de Maye Waye Aye Biaye Minaye Baye vô
choix vôvongbe vôvongbe vôvongbe vôvong vôvong vongbe
be be
Futur Mengaye Ongaye Angaye Binga Minengaye Bengaye
antérieur vongbe vongbe vongbe ye vongbe vongbe
vongbe
Passé Menga Onga Anga Binga Minenga Benga
simple vongbe vongbe vongbe vongbe vongbe vongbe
Imparfait Menga Onga Anga Binga Minenga Bengavô
vôvongbe vôvongbe vôvongbe vôvong vôvong vongbe
be be
Passé Meva Ova Ava Biva Mineva Beva
composé vongbe vongbe vongbe vongbe vongbe vongbe

Passé Mevongbe Ovongbe-ne Avongbe- Bivong Mine Bevong


antérieur -ne ne be-ne -vongbe-ne be-ne
Plus-que- Maâvong Waâvongbe Aâvongbe Biaâvo Mina- Baâvong
parfait be ngbe âvongbe be
Condition Mene One Ane Bine Mine Bene
nel vongbe vongbe vongbe vongbe vongbe vongbe
Subjonctif Na Na ovongbe Na Na Na mine- Na
présent mevongbe avongbe bivong vongbe bevon-
be gbe
Subjonctif Na menga Na onga Na anga Na Minenga Na
passé vongbe vongbe vongbe binga vongbe benga
vongbe vongbe
Impératif Vôngbe Bivôngbâne Vôngbâne / / /
Infinitif Avongbe / / / / /
Participe Méévongb Wéévongbe Eévongbe Biévon Miné- Béévong
présent e gbe vongbe be
Participe Vongbe
Passé

*Verbes du même modèle :


64
Ayengbe : être ébahi ; Assonebe : s’accroupir ; Abogbe : couver (poule
couve ses oeufs) ; Alungbe : rester bouche bée ; Agnugbe : être adossé ;
Anigbe : plier ; Adengbe : plonger dans ; Agnebge : être confortablement
assis ; Ategbe : être stagné ; Avengbe, s’en aller; Ayegbe, être adossé ;
Andagbe : être.

2-Le modèle des verbes irréguliers selon la forme « mle »,


se conjugue de la même façon que le verbe :
Infinitif « Adomle » clouer:
1ère pers. 2e pers. 3e pers. 1ère pers. pl. 2e pers. 3e pers.
Sing.
Présent de Madomle Wadomle Adomle Biadomle Minadomle Ba
l’indicatif domle
Présent Madom- Wadom- Adom- Biadom- Minadom- Badom
incertain domle domle domle domle domle -domle
Futur simple Maye Waye Aye Biaye minaye Baye
domle domle domle domle domle domle
Futur proche Mazu Wazu Azu Biazu Minazu Bazu
domle domle domle domle domle domle
Futur de Maye Waye Aye Biaye Minaye Baye
choix dodomle dodomle dodomle dodomle dodomle dodom
le
Futur Mengaye Ongaye Angaye Bingaye Minengaye Ben
antérieur domle domle domle domle domle gaye
domle
Passé simple Menga Onga Anga Binga Minenga Benga
domle domle domle domle domle domle
Passé Medomle Odomle- Adomle- Bidomle-ne Bedom
Minedomle-
antérieur -ne ne ne ne le-ne
Imparfait Menga Onga Anga Binga Benga
Minenga
dodomle dodomle dodomle
dodomle dodomle
dodom
le
Passé Meva Ova Ava Biva Mineva Beva
composé domle domle domle domle domle domle
Plus-que- Maâdom Waâdom Aâdomle Biaâdomle Minaâdom Baâdo
parfait le le le mle
Conditionnel Mene One Ane Bine Mine Bene
domle domle domle domle domle domle
Subjonctif Na Na Na Na bidomle Na Na
présent medomle odomle adomle minedomle bedom
le
Subjonctif Na Na onga Na anga Na binga Na minenga Na
passé menga domle domle domle domle benga
domle domle
Impératif Domle Bi Domlâne / / /
domlâne
Infinitif Adomle / / / / /
Participe Méé- Wéé- Éédomle Biédomle Miné Béédo
présent domle domle domle mle

65
*Verbes du même modèle :
Abomle : inculquer ; Adzimle : perdre ; Akomle : préparer ; etc.

3-Le modèle des verbes irréguliers selon les formes : «


urbe » « erbe » « ulbe », « arbe » se conjuguent de la même façon que les
verbes : «Aberbe » : percher ; « Akurbe » : se courber ; « Akulbe » :
faire pitié ; «Abarbe »: se courber.
Infinitif « Akurbe » : se courber
1ère pers. 2e pers. 3e pers. 1ère pers. 2e pers. 3e pers.
Sing. pl.
Présent de Mekuru Okuru Akuru Bikuru Minekuru Bekuru
l’indicatif
Présent Mekuru Okuku Akuru Bikuru Minekuru Bekuru
incertain kuru kuru kuru kuru kuru kuru
Futur Maye Waye Aye Biaye minaye Baye
simple kurbe kurbe kurbe kurbe kurbe kurbe
Futur Mazu Wazu Azu Biazu Minazu Bazu
proche kurbe kurbe kurbe kurbe kurbe kurbe
Futur de Maye Waye Aye Biaye Minaye Baye
choix kukurbe kukurbe kukurbe kukurbe kukurbe kukurbe
Futur Mengaye Ongaye Angaye Bingaye Minenga Bengaye
antérieur kurbe kurbe kurbe kurbe ye kurbe kurbe
Passé Menga Onga Anga Binga Minenga Benga
simple kurbe kurbe kurbe kurbe kurbe kurbe
Imparfait Menga Onga Anga Binga Minenga Benga
kukurbe kukurbe kukurbe kukurbe kukurbe kukurbe

Passé Mekurbe- Okurbe- Akurbe- Bikurbe- Minekur Bekurbe-


antérieur ne ne ne ne be-ne ne
Passé Meva Ova Ava Biva Mineva Beva
composé kurbe kurbe kurbe kurbe kurbe kurbe
Plus-que- Maâkurbe Waâkurbe Aâkurbe Biaâkurbe Minaâkur Baâkur
parfait be be
Conditionn Mene One Ane Bine Mine Bene
el kurbe kurbe kurbe kurbe kurbe kurbe
Subjonctif Na Na okurbe Na Na Na mine Na
Présent mekurbe akurbe bikurbe kurbe bikurbe

Subjonctif Na menga Na onga Na anga Na binga Na Na


passé kurbe kurbe kurbe kurbe minenga benga
kurbe kurbe
Impératif Kurbe Bikurbâne Kurbâne / / /
Infinitif Akurbe / / / / /
Participe Méékurbe Wéékurbe Éékurbe Biékurbe Minékur Béékur
présent be be
Participe Kurbe / / / / /
passé

66
NB : le modèle des verbes « Akurbe », peut aussi se conjuguer comme des
verbes réguliers. Surtout, lorsqu’ils sont pris comme des verbes étatifs ou
lorsqu’ils sont introduits dans des phrases simples. Exemples : Makurbe va,
je me courbe ici.
Emane akure ane bura ngüi, Emane se courbe comme un gros gorille.
Kurbe va na meva we metégn, courbe toi ici, je vais te bénir.

Mais il ne devient irrégulier que lorsqu’il est introduit dans des propositions
subordonnées :
Tare ava me yir mekuru va, mon père m’a châtié étant courbé à cet endroit.

*Verbe du même modèle :


Angurbe : cacher.

4-Le modèle de verbe irrégulier selon la forme : «Azu » :


arriver, venir, se conjugue de la même façon que les verbes : « Awu » :
mourir ; « Agnu » : boire ; « Adzi » : manger ; « Aku » : tomber. Mais il
faut préciser que ces trois verbes sont à la fois réguliers et irréguliers.
Infinitif «Azu » : venir, arriver
1ère pers. 2e pers. 3e pers. 1ère pers. 2e pers. 3e pers.
Sing. pl.
Présent de Mezel ou Ozel ou Azel ou Bizel ou Minezel ou Bezel ou
l’indicatif Mazu Wazu Azu Biazu Minazu Bazu

Présent Mazuzu Wazuzu Azuzu Biazuzu Minazuzu Bazuzu


incertain
Futur Maye zu Waye zu Aye zu Biaye zu Minaye zu Baye zu
simple
Futur Mazu zu Wazu zu Azu zu Biazu zu Minazu zu Bazu zu
proche
Futur de Maye Waye Aye Biaye zuzu Minaye Baye
choix zuzu zuzu zuzu zuzu zuzu

Futur Mengaye Ongaye Angaye Bingaye zu Minengaye Bengaye


antérieur zu zu zu zu zu
Passé Menga Onga zu Anga Binga zu Minenga Benga zu
simple zu zu zu

Passé Mezu-ne Ozu-ne Azu-ne Bizu-ne Minezu-ne Bezu-ne


antérieur
Imparfait Menga Onga Anga Binga Minenga Benga
zuzu zuzu zuzu zuzu zuzu zuzu
Passé Meva zu Ova zu Ava zu Biva zu Mineva zu Beva zu
composé
Plus-que- Maâzu Waâzu Aâzu Biaâzu Minaâzu Baâzu
parfait
Conditionn Mene zu One zu Ane zu Bine zu Mine zu Bene zu
el

67
Subjonctif Na mezu Na ozu Na azu Na bizu Naminezu Na bizu
Présent

Subjonctif Na Na onga Na Na binga Na Na


passé menga zu anga zu minenga benga zu
zu zu zu
Impératif Za ou Bizâne Zâne / / /
zakh
Infinitif Azu / / / / /
Participe Méézu Wéézu Éézu Biézu Minézu Béézu
présent
Participe Zu / / / / /
passé

NB : ces verbes se conjuguent aussi comme des verbes réguliers selon les
cas. On dit donc : Mazu, je viens ; Magnu, je bois ; Mawu, je meurs ;
Maku, je tombe ; Madzi, je mange, etc.
Il faut préciser que la forme régulière de ces verbes (mazu, magnu, maku,
madzi, etc.) s’obtient lorsqu’ils sont employés dans les phrases simples,
comme : Magnu mendzim, je bois de l’eau ; Mawu okiri, je meurs demain ;

Madzi fôlong, je mange des légumes.


En revanche, leurs formes s’obtiennent lorsqu’elles sont employées dans des
phrases exprimant des faits hypothétiques :
Exemples : Nge walè ma, mezel we gnong, si tu m’appelles, je viens te
chercher ; Nge waâzu ki a nda mewala a wom a bebègn, medzel étam, si
tu ne viens pas à la maison à douze heures, je mange tout seul.

Adzi mot, signifie « jurer quelqu’un »

Medzagh wa Je te jure
Medzagh Tare Je jure mon père
Medzagh Nane Je jure ma mère
Bebela ou belbela La vérité
Ating Nzame Je jure Dieu
Mabele Je jure
Medzagh Minwuane Je jure les morts
Assu Nzame Devant Dieu

68
5-Le modèle de verbe irrégulier selon la forme : «lbe »,
c’est le cas du verbe
Infinitif « Akelbe» : être perché
1ère pers. 2e pers. 3e pers. 1ère pers. 2e pers. 3e pers.
Sing. pl.
Présent de Mekele Okele Akele Bikele Minekele Bekele
l’indicatif
Présent Mekele Okele Akele Bikele Minekele Bekele
incertain kele kele kele kele kele kele
Futur simple Maye Waye Aye Biaye Minaye Baye
kelbe kelbe kelbe kelbe kelbe kelbe
Futur proche Mazu Wazu Azu Bazu Mina kelbe Bazu
kelbe kelbe kelbe kelbe kelbe
Futur de Maye Waye Aye Biaye Minaye Baye
choix kekelbe kekelbe kekelbe kekelbe kekelbe kekelbe
Futur Mengaye Ongaye Angaye Bingaye Minengaye Bengaye
antérieur kelbe kelbe kelbe kelbe kelbe kelbe
Passé simple Menga Onga Anga Binga Minenga Benga
kelbe kelbe kelbe kelbe kelbe kelbe
Passé Mekelbe- Okelbe- Akelbe- Bikelbe- Minekelbe- Bekelbe-
antérieur ne ne ne ne ne ne
Imparfait Menga Onga Anga Binga Minenga Benga
kekelbe kekelbe kekelbe kekelbe kekelbe kekelbe
Passé Meva Ova Ava Biva Mineva Beva
composé kelbe kelbe kelbe kelbe kelbe kelbe
Plus-que- Maâkelbe Waâkelbe Aâkelbe Biaâkelbe Minaâ Baâkelbe
parfait kelbe
Conditionnel Mene One Ane Bine Mine kelbe Bene
kelbe kelbe kelbe kelbe kelbe
Subjonctif Na Na okelbe Na Na bi Na Na
Présent mekelbe akelbe kelbe minekelbe bikelbe

Subjonctif Na Na onga Na anga Na binga Na Na


passé menga kelbe kelbe kelbe minenga benga
kelbe kelbe kelbe
Impératif Kelbe Bikelbâne Kelbâne / / /
Infinitif Akelbe / / / / /
Participe Méékelbe Wéékelbe Éékelbe Biékelbe Minékelbe Béékelbe
présent
Participe Kelbe /
passé / / / /

NB : On dit aussi, makelbe, je me perche. Dans ce cas il devient un verbe


régulier, cf. verbe « Azu », ci-dessus.
Mazu kelbe ntem wina na meyem far ofüme, je vais me percher sur cette
branche afin de mieux cueillir des oranges.

69
VI-LES VERBES PRONOMINAUX

1- Verbes réguliers
En fang, les verbes pronominaux se forment à partir de l’infinitif du verbe
suivi du suffixe « ane » ajouté à la fin du verbe. Cela est aussi valable pour
traduire l’idée de la réciprocité.
Exemple : Agnegh+ane = agneghane : s’aimer ou adzingane.

Cependant, pour exprimer les sentiments d’amour en fang, nous utilisons


effectivement les verbes : « Agnegh » et « Adzing » qui signifient en
français : aimer. Ces deux verbes se conjuguent comme les autres verbes
réguliers : « Adzi (manger) ; Alè (appeler) ; Ayó (nommer) ; etc. »

Mais, « Adzing » est plus utilisé pour exprimer l’amour qu’une personne
ressent pour une autre.

Exemples: Ondo adzing Nseghe, Ondo aime Nseghe. Dans le sens d’être
amoureux d’elle.
Krépin adzing Raïssa, Krépin aime Raïssa.
Nze Mba anga dzidzing Bébé Cadeau, Nze Mba aimait Bébé Cadeau.
Mvé Ella anga dzidzing Mône Nda, Mvé Ella aimait Mône Nda.
Nzoghe Ebang aye dzing Pichou ye ke tchign awu, Nzoghe Ebang aimera
Pichou jusqu’à la mort.
Edzang Edzang aâdzing Bébé Ya, Edzang Edzang avait aimé Bébé Ya.

En revanche, « Agnegh » est surtout utilisé pour exprimer l’amour que


l’on éprouve pour des animaux et des choses. On peut aussi l’utiliser pour
exprimer l’amour dans le sens d’avoir de l’affection pour quelqu’un.

Exemple :
Magnegh benvu, j’aime les chiens. Et non madzing benvu.
Magnegh maya mendôkh, j’aime sucer les mangues.
Magnegh nkobe Pagna, j’aime la langue espagnole.
Magnegh ébo bam, j’aime mes enfants.
Magnegh Zame, j’aime Dieu.
Magnegh manîng fili, j’aime vivre dans la liberté.
Magnegh sikolo, j’aime les études.

Cas particulier : Pour dire je t’aime, nous pouvons utiliser dans ce cas les
deux verbes :
Magnegh wa: je t’aime.
Madzing wa: je t’aime.
NB : Pour revenir à nos deux verbes pronominaux « Agneghane » et
« Adzingane », il faut retenir que cette série de verbes de types « ane » ne se

71
conjuguent qu’aux trois personnes du pluriel Bia, Mina, Ba, (nous, vous,
ils/elles) à tous les temps et modes.

1.1- Les temps et modes du verbe pronominal : « Adzingane »,


(s’aimer)

Forme affirmative Forme négative


Présent:
Biadzingane, nous nous aimons Baâdzingane ki, nous ne nous aimons
pas
Minadzingane, vous vous aimez Minaâdzingane ki, vous ne vous
aimez pas
Badzingane, ils/elles s’aiment Baâdzingane ki, ils/elles ne s’aiment
pas
Présent incertain :
Biadzinga dzingane, nous nous Biaâdzinga dzingane ki, nous ne
aimons quand même nous aimons même pas
Minadzinga dzingane, vous Minaâdzinga dzingane ki, vous ne
vous aimez__ vous aimez même pas
Badzinga dzingane, ils/elles Baâdzinga dzingane ki, ils/elles ne
s’aiment qd même s’aiment même pas
Imparfait:
Binga dzidzingane, nous nous Biénga ki dzidzingane, nous ne nous
aimions aimions pas
Minenga dzidzingane, vous Minénga ki dzidzingane, vous ne
vous aimiez vous aimiez pas
Benga dzidzingane, ils/elles Bénga ki dzidzingane, ils/elles ne
s’aimaient s’aimaient pas
Passé simple:
Binga dzingane, nous nous Biénga ki dzingane, nous ne nous
aimâmes aimâmes pas
Minenga dzingane, vous vous Minénga ki dzingane, vous ne vous
aimâtes aimâtes pas
Benga dzingane, ils/elles Bénga ki dzingane, ils/elles ne
s’aimèrent s’aimèrent pas
Passé composé:
Bidzinganeyang, nous nous Biaâbe ki dzingane, nous ne nous
sommes aimés sommes pas aimés
Minedzinganeyang, vous vous Minaâbe ki dzingane, vous ne vous
êtes aimés êtes pas aimés
Bedzinganeyang, ils/elles se Baâbe ki dzingane, ils/elles ne se
sont aimés sont pas aimés
Futur simple:
Biaye dzingane, nous nous Biaâye ki dzingane, nous ne nous
aimerons aimerons pas
Minaye dzingane, vous vous Minaâye ki dzingane, vous ne vous
aimerez aimerez pas
Baye dzingane, ils/elles Baâye ki dzingane, ils/elles ne
s’aimeront s’aimeront pas
72
Futur proche :
Biazu dzingane, nous allons Biaâzu ki dzingane, nous n’allons
nous aimer pas nous aimer
Minazu dzingane, vous allez Minaâzu ki dzingane, vous n’allez
vous aimer pas vous aimer
Bazu dzingane, ils/elles vont Baâzu ki dzingane, ils/elles ne vont
s’aimer pas s’aimer
Futur de choix :
Biaye dzidzingane, nous nous Biaâye ki dzidzigane, nous ne nous
aimerons toujours aimerons pas toujours
Minaye dzidzingane, vous Minaâye ki dzidzingane, vous ne
vous aimerez _ vous aimerez pas touj.
Baye dzidzingane, ils/elles Baâye ki dzidzingane, ils/elles ne
s’aimeront toujours s’aimeront pas toujours
Plus-que-parfait:
Biaâdzingane, nous nous étions Biaâdzingane ki, nous ne nous
aimés étions pas aimés
Minaâdzingane, vous vous Minaâdzingane ki, vous ne vous
étiez aimés étiez pas aimés
Baâdzingane, ils/elles s’étaient Baâdzingane ki, ils/elles ne s’étaient
aimés pas aimés
Passé antérieur:
Bidzingane-ne, nous nous Biédzingane-ne ki, nous ne nous
fûmes aimés fûmes pas aimés
Minedzingane-ne, vous vous Minédzingane-ne ki, vous ne vous
fûtes aimés fûtes pas aimés
Bendzingane-ne, ils/elles se Béndzingane-ne ki, ils/elles ne se
furent aimés furent pas aimés
Conditionnel:
Bine dzingane, nous nous Bisse ki dzingane, nous ne nous
aimerions aimerions pas
Mine dzingane, vous vous Minesse ki dzingane, vous ne vous
aimeriez aimeriez pas
Bene dzingane, ils/elles Besse ki dzingane, ils/elles ne
s’aimeraient s’aimeraient pas
Subjonctif présent:
Na bidzingane, que nous nous Na bitagha dzingane, que nous ne
aimions nous aimions pas
Na minedzingane, que vous Na minetagha dzingane, que vous ne
vous aimiez vous aimiez pas
Na bedzingane, qu’ils/elles Na betagha dzingane, qu’ils/elles ne
s’aiment s’aiment pas
Subjonctif passé :
Na binga dzingane, que nous Na biénga dzingane ki, que nous ne
nous aimassions nous aimassions pas
Na minenga dzingane, que vous Na minénga dzingane ki, que vous
vous aimassiez ne vous aimassiez pas
Na benga dzingane, qu’ils/elles Na bénga dzingane ki, qu’ils/elles ne
s’aimassent s’aimassent pas

73
En revanche, je m’aime, se dit: magnegh ma mién; tu t’aimes, wagnegh wa
mién ; il s’aime : agnegh émién, etc.

1.2-Quelques verbes pronominaux de type : « Adzingane »,


mentionnés plus bas peuvent se conjuguer à toutes les personnes, à tous les
temps et modes. C’est le cas des verbes : « abobane, (se purger) awomane,
(se quereller); ayüibane, (se donner la mort); adegbane, (se consulter);
alughane, (se marier); ayirane, (s’affronter) ». Ces verbes se conjuguent
comme les verbes réguliers : cf. « Adzi », plus bas.

Se marier : « Alughane »
Exemple : Nkoulou Ella aye lughane y’ Eva, Nkoulou Ella va se marier
avec Eva.

Se faire des adieux : « Ayagane »


Exemple: Betare bayagane, les parents se font des adieux.

Se tuer : « Ayübane »
Exemple: Bobegnang bayübane keghe étom, les frères se tuent sans raison.

Se doucher : « Awobane »
Exemple : Mawobane mendzim melú messe, je me douche chaque jour.

S’affronter : « Ayirane »
Exemple : Bóng be sikolo beye U.O.B bayirane ye bizima étom miang mi
sikolo, les Etudiants de l’U.O.B s’affrontent avec l’armée à cause de la
bourse.

Se quereller : « Awômane »
Exemple: Binenga bawômane akal bassung befam, les femmes se
querellent pour des hommes.

Se consulter : « Adegbane »
Exemple: Evouna Ondo Fidèle ake deghebane ébe minghengang, Evouna
Ondo Fidèle se fait consulter chez les tradi-praticiens.

Se regarder : « Adeghane »
Exemple : Mintsa Body ba ébo dzégn badeghane mis mekôn, Mintsa Body
et sa compagne se regardent les yeux dans les yeux.

Se détester : « Avinane ou afemane »


Exemple : Megne me Zeng ba Okoumba bafemane, Megne me Zeng et
Okoumba se détestent.

74
Se conseiller : « Alebane »
Exemple: Maganga Christian ba Midoumbi Pulchérie babira lebane,
Maganga Christian et Midoumbi Pulchérie se conseillent mutuellement.

Se purger : « Abôbane »
Exemple: Obone Nzué Edda abôbane étam, Obone Nzué Edda se purge
toute seule.

Se lancer des pamphlets : « Awaâne medzô »


Exemple : Nguema Ekogha Chémy ba Leboba bawaâne medzô, Nguema
Ekogha Chémy et Leboba se lancent des pamphlets.

S’abreuver d’alcool : « Anyuane meyokh »


Exemple : Bóng beye Etang banyuane meyokh ému fett ane betsit, les fils
d’Etang s’abreuvent d’alcool comme des inconscients.

Se ficher de; se contrebalancer de; se foutre de : « Abisse/ Abisse ki; Abüi


ébukh/ ke büi ébukh »
Exemples : maâbisse ki, je me fiche de…
Maâbüi ki d’ébukh ! Je m’en contrebalance!
Maâbisse! Je m’en fous!
Minko aâbisse ki dzam a dzam, Minko fait preuve de je-m’en-foutisme.
Maâbüi ki mam mete ébukh, je me contrebalance de ces fariboles.

2- Verbes pronominaux irréguliers


- Ce sont des verbes qui se conjuguent avec un auxiliaire à toutes les
personnes, à tous les temps et modes. Ce sont les verbes suivants :
« Ene dzü na et ene éyola na », en français : « s’appeler ». Pour les
conjuguer à tous les temps, il suffit de connaître les désinences du verbe
« être » en fang, suivi du verbe à l’infinitif:

75
2.1-Mode indicatif

a- Présent de l’indicatif

Forme affirmative Forme négative


Mene dzü na, je m’appelle Messe ki dzü na, je ne m’appelle pas
One dzü na, tu t’appelles Osse ki dzü na, tu ne t’appelles pas
Ane dzü na, il/elle s’appelle Asse ki dzü na, il/elle ne s’appelle pas
Bine dzü na, nous nous Bisse ki dzü na, nous ne nous appelons
appelons pas
Mine dzü na, vous vous Minesse ki dzü na, vous ne vous appelez
appelez pas
Bene dzü na, ils/elles Besse ki dzü na, ils/elles ne s’appellent
s’appellent pas

a-1- Présent de l’indicatif 2e forme

Forme affirmative Forme négative


Mene éyola na, je m’appelle Messe ki éyola na, je ne m’appelle pas
One éyola na, tu t’appelles Osse ki éyola na, tu ne t’appelles pas
Ane éyola na, il/elle s’appelle
Asse ki éyola na, il/elle ne s’appelle
pas
Bine éyola na, nous nous Bisse ki éyola na, nous ne nous
appelons appelons pas
Mine éyola na, vous vous Minesse ki éyola na, vous ne vous
appelez appelez pas
Bene éyola na, ils/elles Besse ki éyola na, ils/elles ne
s’appellent s’appellent pas

76
a-2-Présent incertain ou de l’incertitude

Forme affirmative Forme négative


Menene éyola na, je Messesse ki éyola na, je ne m’appelle
m’appelle quand même même pas
Onene éyola na, tu Ossesse ki éyola na, tu ne t’appelles
t’appelles quand même même pas
Anene éyola na, il/elle Assesse ki éyola na, il/elle ne s’appelle
s’appelle quand même même pas
Binene éyola na, nous nous Bissesse ki éyola na, nous ne nous
appelons quand même appelons même pas
Minene éyola na, vous vous Minessesse ki éyola na, vous ne vous
appelez quand même appelez même pas
Benene éyola na, ils/elles Bessesse ki éyola na, ils/elles ne
s’appellent quand même s’appellent même pas

a-3- Présent continu

Il exprime une action qui est en train d’avoir lieu dans le temps et dans
l’espace. Il exprime également des actions continues. Il se forme avec
l’auxiliaire « nga », suivi du participe passé du verbe en ajoutant la désinence
« ang », pour les verbes à deux syllabes, et « yang », pour les verbes à plus
de deux syllabes.

Forme affirmative
Menga yobaneyang, je suis en train de m’appeler
Onga yobaneyang, tu es en train de t’appeler
Anga yobaneyang, il/elle est en train de s’appeler
Binga yobaneyang, nous sommes en train de nous appeler
Minenga yobaneyang, vous êtes en train de vous appeler
Benga yobaneyang, ils/elles sont en train de s’appeler

77
b- Futur simple

Le futur simple des verbes « Ene dzü na et Ene éyola » se forme avec le
verbe “Ayobane”.

Forme affirmative Forme négative


Maye yobane na, je Maâye ki yobane na, je ne
m’appellerai m’appellerai pas
Waye yobane na, tu Waâye ki yobane na, tu ne
t’appelleras t’appelleras pas
Aye yobane na, il/elle Aâye ki yobane na, il/elle ne
s’appellera s’appellera pas
Biaye yobane na, nous nous Biaâye ki yobane na, nous ne nous
appellerons appellerons pas
Minaye yobane na, vous Minaâye ki yobane na, vous ne
vous appellerez vous appellerez pas
Baye yobane na, ils/elles Baâye ki yobane na, ils/elles ne
s’appelleront s’appelleront pas

b-1-Futur proche

Le futur proche en fang se forme avec le verbe « Azu », « aller ». C’est


dans le sens où une action est sur le point de s’accomplir (tout de suite ou à
l’instant même).

Forme affirmative Forme négative


Mazu yobane na, je vais Maâzu ki yobane na, je ne vais pas
m’appeler m’appeler
Wazu yobane na, tu vas Waâzu ki yobane na, tu ne vas pas
t’appeler t’appeler
Azu yobane na, il/elle va Aâzu ki yobane na, il/elle ne va pas
s’appeler s’appeler
Biazu yobane na, nous Biaâzu ki yobane na, nous n’allons
allons nous appeler pas nous appeler
Minazu yobane na, vous Minaâzu ki yobane na, vous n’allez
allez vous appeler pas vous appeler
Bazu yobane na, ils/elles Baâzu ki yobane na, ils/elles ne vont
vont s’appeler pas s’appeler

78
b-2-Futur de choix ou de préférence.

Il exprime une action que nous choisissons volontairement dans le but


qu’elle ait toujours lieu dans le futur. Il s’inscrit dans la continuité.

Forme affirmative Forme négative


Maye yoyobane na, je Maâye ki yoyobane na, je ne
m’appellerai toujours m’appellerai pas toujours
Waye yoyobane na, tu Waâye ki yoyobane na, tu ne
t’appelleras toujours t’appelleras pas toujours
Aye yoyobane na, il/elle Aâye ki yoyobane na, il/elle ne
s’appellera toujours s’appellera pas toujours
Biaye yoyobane na, nous Biaâye ki yoyobane na, nous ne
nous appellerons nous appellerons pas toujours
Toujours
Minaye yoyobane na, vous Minaâye ki yoyobane na, vous ne
vous appellerez vous appellerez pas toujours
Toujours
Baye yoyobane na, ils/elles Baâye ki yoyobane na, ils/elles ne
s’appelleront toujours s’appelleront pas toujours

c- Passé simple

Les verbes « Ene dzü na et Ene éyola » se conjuguent de la même façon


tant au passé simple qu’à l’imparfait.

Forme affirmative Forme négative


Membe dzü na, je m’appelai Mémbe ki dzü na, je ne m’appelai
pas
Ombe dzü na, tu t’appelas Wémbe ki dzü na, tu ne t’appelas
pas
Ambe dzü na, il/elle s’appela Émbe ki dzü na, il/elle ne s’appela
pas
Bimbe dzü na, nous nous Biémbe ki dzü na, nous ne nous
appelâmes appelâmes pas
Minembe dzü na, vous vous Minémbe ki dzü na, vous ne vous
appelâtes appelâtes pas
Bembe dzü na, ils/elles Bémbe ki dzü na, ils/elles ne
s’appelèrent s’appelèrent pas

79
d- Imparfait

d-1-1ère forme

Forme affirmative Forme négative


Membe dzü na, je m’appelais Mémbe ki dzü na, je ne
m’appelais pas
Ombe dzü na, tu t’appelais Wémbe ki dzü na, tu ne
t’appelais pas
Ambe dzü na, il/elle s’appelait Émbe ki dzü na, il/elle ne
s’appelait pas
Bimbe dzü na, nous nous Biémbe ki dzü na, nous ne nous
appelions appelions pas
Minembe dzü na, vous vous Minémbe ki dzü na, vous ne
appeliez vous appeliez pas
Bembe dzü na, ils/elles Bémbe ki dzü na, ils/elles ne
s’appelaient s’appelaient pas

d-2-2e forme: elle se forme aussi avec le verbe « Ayobane ».

Forme affirmative Forme négative


Menga yoyobane, je Ménga ki yoyobane, je ne
m’appelais m’appelais pas
Onga yoyobane, tu t’appelais Wénga ki yoyobane, tu ne
t’appelais pas
Anga yoyobane, il/elle Énga ki yoyobane, il/elle ne
s’appelait s’appelait pas
Benga yoyobane, nous nous Biénga ki yoyobane, nous ne nous
appelions appelions pas
Minenga yoyobane, vous vous Minénga ki yoyobane, vous ne
appeliez vous appeliez pas
Benga yoyobane, ils/elles Bénga ki yoyobane, ils/elles ne
s’appelaient s’appelaient pas

80
e- Passé composé

Le passé composé se forme avec le verbe « Ayobane » suivi du participe


passé du verbe.

e-1- Passé composé 1ère Forme

Forme affirmative Forme négative


Meyobaneyang, je me suis Mabe ki yobane, je ne me suis
appelé pas appelé
Oyobaneyang, tu t’es appelé Wabe ki yobane, tu ne t’es pas
appelé
Ayobaneyang, il/elle s’est Abe ki yobane, il/elle ne s’est
appelé (e) pas appelé(e)
Biyobaneyang, nous nous Biabe ki yobane, nous ne nous
sommes appelés sommes pas appelés
Mineyobaneyang, vous vous Minabe ki yobane, vous ne
êtes appelés vous êtes pas appelés
Beyobaneyang, ils/elles se Babe ki yobane, ils/elles ne se
sont appelé(e)s sont appelé(e)s

e-2- Passé composé 2e forme

Forme affirmative Forme négative


Meva yobane, je me suis Méva ki yobane, je ne me suis pas
appelé appelé
Ova yobane, tu t’es appelé Wéva ki yobane, tu ne t’es pas
appelé
Ava yobane, il/elle s’est appelé Éva ki yobane, il/elle ne s’est pas
(e) appelé(e)
Beva yobane, nous nous Biéva ki yobane, nous ne nous
sommes appelés sommes pas appelés
Mineva yobane, vous vous Minéva ki yobane, vous ne vous
êtes appelés êtes pas appelés
Beva yobane, ils/elles se sont Béva ki yobane, ils/elles ne se
appelé(e)s sont appelé(e)s

81
f-Plus-que-parfait et le passé antérieur

Le plus-que-parfait et le passé antérieur du verbe « s’appeler » se


conjuguent de la même façon.

Forme affirmative Forme négative


Membe-ne dzü na, je m’étais Mémbe-ne ki dzü na, je ne
appelé m’étais pas appelé
Ombe-ne dzü na, tu t’étais Wémbe-ne ki dzü na, tu ne
appelé t’étais pas appelé
Ambe-ne dzü na, il/elle s’était Émbe-ne ki dzü na, il/elle ne
appelé(e) s’était pas appelé(e)
Bimbe-ne dzü na, nous nous Biémbe-ne ki dzü na, nous ne
étions appelés nous étions pas appelés
Minembe-ne dzü na, vous Minémbe-ne ki dzü na, vous ne
vous étiez appelés vous étiez pas appelés
Bembe-ne dzü na, ils/elles Bémbe ki dzü na, ils/elles ne
s’étaient appelé(e)s s’étaient pas appelé(e)s

2.2-Conditionnel

Le conditionnel du verbe « s’appeler » se conjugue avec le verbe


« Ayobane ».

a-Conditionnel simple

Forme affirmative Forme négative


Mene yobane na, je Messe ki yobane, je ne
m’appellerais m’appellerais pas
One yobane na, tu Osse ki yobane, tu ne t’appellerais
t’appellerais pas
Ane yobane na, il/elle Asse ki yobane, il/elle ne
s’appellerait s’appellerait pas
Bine yobane na, nous nous Bisse ki yobane, nous ne nous
appellerions appellerions pas
Mine yobane na, vous vous Minesse ki yobane, vous ne vous
appelleriez appelleriez pas
Bene yobane na, ils/elles Besse ki yobane, ils/elles ne
s’appelleraient s’appelleraient pas

82
b-Conditionnel d’incertitude

Forme affirmative Forme négative

Menene yobane na, je Messesse ki yobane, je ne


m’appellerais quand même m’appellerais même pas
Onene yobane na, tu Ossesse ki yobane, tu ne t’appellerais
t’appellerais quand même même pas
Anene yobane na, il/elle Assesse ki yobane, il/elle ne
s’appellerait quand même s’appellerait même pas
Binene yobane na, nous nous Bissesse ki yobane, nous ne nous
appellerions quand même appellerions même pas
Minene yobane na, vous vous Minessesse ki yobane, vous ne vous
appelleriez quand même appelleriez même pas
Benene yobane na, ils/elles Bessesse ki yobane, ils/elles ne
s’appelleraient quand même s’appelleraient même pas

2.3- Subjonctif

La plupart des verbes forment toutes leurs personnes du subjonctif présent


à partir du même radical, suivi du pronom relatif fang « na ». Cependant, le
verbe « s’appeler » au subjonctif deuxième forme se conjugue avec le verbe
« Ayobane ».

a-Subjonctif présent

Subjonctif présent
Forme affirmative Forme négative
Na mene dzü na, que je Na messe ki dzü na, que je ne
m’appelle m’appelle pas
Na one dzü na, que tu Na osse ki dzü na, que tu ne
t’appelles t’appelles pas
Na ane dzü na, qu’il/elle Na asse ki dzü na, qu’il/elle ne
s’appelle s’appelle pas
Na bine dzü na, que nous Na bisse ki dzü na, que nous ne
nous appelions nous appelions pas
Na mine dzü na, que vous Na minesse ki dzü na, que vous ne
vous appeliez vous appeliez pas
Na bene dzü na, qu’ils/elles Na besse ki dzü na, qu’ils/elles ne
s’appellent s’appellent pas

83
Deuxième forme affirmative Deuxième forme négative
Na mayobane, que je Na maâyobane ki, que je ne
m’appelle m’appelle pas
Na wayobane, / Na waâyobane ki, /
Na ayobane, / Na aâyobane ki, /
Na biayobane, / Na biaâyobane ki, /
Na minayobane, / Na minaâyobane ki, /
Na bayobane, / Na baâyobane ki, /
b-Subjonctif présent d’incertitude
Forme affirmative Forme négative
Na menene dzü na, que je Na messesse ki dzü na, que je ne
m’appelle quand même m’appelle même pas
Na onene dzü na, que tu Na ossesse ki dzü na, que tu ne
t’appelles quand même t’appelles même pas
Na anene dzü na, qu’il/elle Na assesse ki dzü na, qu’il/elle
s’appelle quand même ne s’appelle même pas
Na binene dzü na, que Na bissesse ki dzü na, que nous
nous nous appelions quand ne nous appelions même pas
même
Na minene dzü na, que Na minessesse ki dzü na, que
vous vous appeliez quand vous ne vous appeliez même pas
même
Na benene dzü na, Na bessesse ki dzü na,
qu’ils/elles s’appellent qu’ils/elles ne s’appellent même
quand même pas
c-Subjonctif imparfait d’incertitude
Forme affirmative Forme négative
Na membebe dzü na, que je Na mémbebe ki dzü na, que je ne
m’appelasse quand même m’appelasse même pas
Na ombebe dzü na, que tu Na wémbebe ki dzü na, que tu ne
t’appelasses quand même t’appelasses même pas
Na ambebe dzü na, qu’il/elle Na émbebe ki dzü na, qu’il/elle ne
s’appelât quand même s’appelât même pas
Na bimbebe dzü na, que nous Na biémbebe ki dzü na, que nous ne
nous appelassions quand même nous appelassions même pas
Na minembebe dzü na, que Na minémbebe ki dzü na, que vous
vous vous appelassiez quand ne vous appelassiez même pas
même
Na bembebe dzü na, Na bémbebe ki dzü na, qu’ils/elles ne
qu’ils/elles s’appelassent quand s’appelassent même pas
même
84
d-Subjonctif passé ou imparfait

Subjonctif passé
Forme affirmative Forme négative
Na membe dzü na, que je Na mémbe ki dzü na, que je ne
m’appelasse m’appelasse pas
Na ombe dzü na, que tu Na wémbe ki dzü na, que tu ne
t’appelasses t’appelasses pas
Na ambe dzü na, qu’il/elle Na émbe ki dzü na, qu’il/elle ne
s’appelât s’appelât pas
Na bimbe dzü na, que nous Na biémbe ki dzü na, que nous ne
nous appelassions nous appelassions pas
Na minembe dzü na, que vous Na minémbe ki dzü na, que vous ne
vous appelassiez vous appelassiez pas
Na bembe dzü na, qu’ils/elles Na bémbe ki dzü na, qu’ils/elles ne
s’appelassent s’appelassent pas
Deuxième forme affirmative Deuxième forme négative
Na menga yobane, que je Na ménga yobane ki, que je ne
m’appelasse m’appelasse pas
Na onga yobane, / Na wénga yobane ki, /
Na anga yobane, / Na énga yobane ki, /
Na binga yobane, / Na biénga yobane ki, /
Na minenga yobane, / Na minénga yobane ki, /
Na benga yobane, / Na bénga yobane ki, /

2.4-Impératif

L’impératif des verbes « Ene dzü na et Ene éyola na », se forme avec le


verbe « Ayó ».

Forme affirmative Forme négative


Yoghe, appelle Ke yó, n’appelle pas
Biyoghâne, appelons Bitagha yó, n’appelons pas
Yoghâne, appelez Ke yoâne, n’appelez pas

2.5- Mode indicatif du verbe « Alè mot ou Alüè mot », en français :


« appeler quelqu’un ».

Il se conjugue comme tous les verbes réguliers. On l’emploie aussi dans le


but d’apostropher quelqu’un.

85
a- Présent de l’indicatif

Forme affirmative Forme négative


Malè, j’appelle Maâlè dia/ Maâlè ki, je n’appelle pas
Walè, tu appelles Waâlè dia/Waâlè ki, tu n’appelles pas
Alè, il/elle appelle Aâlè dia/Aâlè ki, il/elle n’appelle pas
Bialè, nous appelons Biaâlè dia/Biaâlè ki, nous n’appelons pas
Minalè, vous appelez Minaâlè dia/Minaâlè ki, vous n’appelez
pas
Balè, ils/elles appellent Baâlè dia/Baâlè ki, ils/elles n’appellent pas

Exemples : Malè wa, je t’appelle.


Messi alè gne, Messi l’appelle (Evoung) ou Messi appelle Evoung.
Bialè be (bo), nous les appelons (beyeng, les étrangers).
NB : Cf., le tableau des pronoms personnels substantifs et neutres plus
haut.

a-1- Présent de l’incertitude

Forme affirmative Forme négative


Malèlè, j’appelle quand même Maâlèlè dia/ Maâlèlè ki, je n’appelle
même pas
Walèlè, tu appelles quand Waâlèlè dia/Waâlè ki, tu n’appelles
même même pas
Alèlè, il/elle appelle quand Aâlèlè dia/Aâlèlè ki, il/elle n’appelle
même même pas
Bialèlè, nous appelons quand Biaâlèlè dia/Biaâlèlè ki, nous
même n’appelons même pas
Minalèlè, vous appelez quand Minaâlèlè dia/Minaâlèlè ki, vous
même n’appelez même pas
Balèlè, ils/elles appellent Baâlèlè dia/Baâlèlè ki, ils/elles
quand même n’appellent même pas

a-2- Présent continu

Forme affirmative
Menga lèyang, je suis en train d’appeler
Onga lèyang, tu es en train d’appeler
Anga lèyang, il/elle est en train d’appeler
Binga lèyang, nous sommes en train d’appeler
Minenga lèyang, vous êtes en train d’appeler
Benga lèyang, ils/elles sont en train d’appeler

86
b-Les autres temps et modes du verbe: « Alè mot ou Alüè mot »
Forme affirmative Forme négative
Imparfait: Menga lèlè, j’appelais Ménga ki lèlè, je n’appelais pas
Passé simple: Menga lè, j’appelai Ménga ki lè, je n’appelai pas
Passé composé: Melèyang ou Mabe ki lè ou Méva ki lè, je
Meva lè, j’ai appelé n’ai pas appelé
Futur simple: Maye lè, j’appellerai Maâye ki lè, je n’appellerai pas
Futur proche : Mazu lè, je vais Maâzu ki lè, je ne vais pas
appeler appeler
Futur de choix : Maye lèlè, Maâye ki lelè, je n’appellerai
j’appellerai toujours pas toujours
Plus-que-parfait: Maâlè, j’avais Mélèghe ki, je n’avais pas
appelé appelé
Passé antérieur: Melè-ne, j’eus Mélè-ne ki, je n’eus pas appelé
appelé
Conditionnel: Menelè, j’appellerais Messe ki lè, je n’appellerais pas
Impératif: Lèghe, bilèghâne, Ke lè, bitagha lè, ke lèâne
lèghâne
Subjonctif présent: Na melè, que Na metagha lè, que je n’appelle
j’appelle pas
Na malè, que j’appelle Na maâlè ki, que je n’appelle
pas
Subjonctif Passé : Na menga lè, que Na ménga ki lè, que je
j’appelasse n’appelasse pas
Na melè-ne, que j’appelasse Na mélèghe-ne ki, que je
n’appelasse pas

Exemples :
Nken Minkane Nathan alè minenga wégn na Akoune Évouna, Nken
Minkane Nathan appelle sa femme Akoune Évouna.
Gnamoro ye Mindzik anga dzô na Ékama bong beye Mindzik bassègn
beyôkh balè dze na odôkh, odôkh é bot bevokh batsibe ayô, un notable
de Mitzic avait souligné que l’association des cadres de cette localité
s’appelait « akokh », c’est-à-dire la pierre, celle que les autres piétinent.
Toutou Ondo Mba alè Sida Cool akal na adzing gne, Toutou Ondo
Mba apostrophe Sida Cool parce qu’il l’aime.
Nze Mba alè Zame Nze na akôme ke Sake ville, Nze Mba appelle Zame
Nze parce qu’il désire se rendre à Sake ville.

87
2.6- Mode indicatif du verbe « Ayó mot», en français : « nommer
quelqu’un ou donner un nom à quelqu’un ».

Il se conjugue comme le verbe « Adzi », (manger) que nous avons conjugué


intégralement plus bas. Ce verbe signifie « attribuer un nom à quelqu’un ».

a- Présent de l’indicatif
Forme affirmative Forme négative
Mayó, je nomme Maâyó dia/ Maâyó ki, je ne nomme pas
Wayó, tu nommes Waâyó dia/Waâyó ki, tu ne nommes pas
Ayó, il/elle nomme Aâyó dia/Aâyoyó ki, il/elle ne nomme pas
Biayó, nous nommons Biaâyó dia/Biaâyó ki, nous ne nommons pas
Minayó, vous nommez Minaâyó dia/Minaâyó ki, vous ne nommez pas
Bayó, ils/elles nomment Baâyó dia/Baâyó ki, ils/elles ne nomment pas

a-1- Présent de l’incertitude

Forme affirmative Forme négative


Mayoyó, je nomme quand Maâyoyó dia/ Maâyoyó ki, je ne
même nomme même pas
Wayoyó, tu nommes __ Waâyoyó dia/Waâyoyó ki, tu ne
nommes même pas
Ayoyó, il/elle nomme__ Aâyoyó dia/Aâyoyó ki, il/elle ne
nomme même pas
Biayoyó, nous nommons__ Biaâyoyó dia/Biaâyoyó ki, nous ne
nommons même pas
Minayoyó, vous nommez__ Minaâyoyó dia/Minaâyoyó ki, vous
ne nommez même pas
Bayoyó, ils/elles nomment__ Baâyoyó dia/Baâyoyó ki, ils/elles ne
nomment même pas

a-2- Présent continu


Forme affirmative
Menga yoang, je suis en train de nommer
Onga yoang, tu es en train de nommer
Anga yoang, il/elle est en train de nommer
Binga yoang, nous sommes en train de nommer
Minenga yoang, vous êtes en train de nommer
Benga yoang, ils/elles sont en train de nommer

88
b-Les autres temps et modes du verbe: « Ayó mot»

Forme affirmative Forme négative


Imparfait: Menga yoyó, je Ménga ki yoyó, je ne nommais
nommais pas
Passé simple: Menga yó, je Ménga ki yó, je ne nommai pas
nommai
Passé composé: Meyóang ou Meva Mabe ki yó ou Méva ki yó, je
yó, j’ai nommé n’ai pas nommé
Futur simple: Maye yó, je Maâye ki yó, je ne nommerai pas
nommerai
Futur proche : Mazu yó, je vais Maâzu ki yó, je ne vais pas
nommer nommer
Futur de choix : Maye yoyó, je Maâye ki yoyó, je ne nommerai
nommerai toujours pas toujours
Plus-que-parfait: Maâyó, j’avais Méyóghe ki, je n’avais pas
nommé nommé
Passé antérieur: Meyó-ne, j’eus Méyó-ne ki, je n’eus pas nommé
nommé
Conditionnel: Mene yó, je Messe ki yó, je ne nommerais pas
nommerais
Impératif : Yóghe, biyóghâne, Ke yó, bitagha yó, ke yoâne
yóghâne
Subjonctif présent: Na meyó, que je
Na metagha yó, que je ne nomme
nomme pas
Na mayó, que je nomme Na maâyó ki, que je ne nomme
pas
Subjonctif Passé : Na menga yó, Na ménga ki yó, que je ne
que je nommasse nommasse pas
Na meyó-ne, que je nommasse Na méyóghe-ne ki, que je ne
nommasse pas

Exemples :
Maye yó ntol fam wom na Simon-Pierre Akomo Zoghe, éyola tare, je
nommerai mon premier fils Simon-Pierre Akomo Zoghe, le nom de mon
père.
Mayó wa Nno Bolo, je te nomme Nno Bolo.
Essono Nkoghe G. G anga yoyobane na Abi nono melú nvusse, Essono
Nkoghe G. G se nommait autrefois Abi nono.
Mebiame Minkane Isaac akôme yó é mo wégn na Bekale Canard, é nvu
dzégn ki, Azingo, Mebiame Minkane Isaac veut nommer son enfant Mebale
Canard et son chien Azingo.

89
2.7-Mode indicatif du verbe « Atú mot », en français : « nommer
quelqu’un ou adresser la parole à quelqu’un ».

a- Présent de l’indicatif
Forme affirmative Forme négative
Matú, je nomme Maâtú dia/ Maâtú ki, je ne nomme pas
Watú, tu nommes Waâtú dia/Waâtú ki, tu ne nommes pas
Atú, il/elle nomme Aâtú dia/Aâtú ki, il/elle ne nomme pas
Biatú, nous nommons Biaâtú dia/Biaâtú ki, nous ne nommons pas
Minatú, vous nommez Minaâtú dia/Minaâtú ki, vous ne nommez
pas
Batú, ils/elles nomment Baâtú dia/Baâtú ki, ils/elles ne nomment pas

a-1- Présent de l’incertitude

Forme affirmative Forme négative


Matutú, je nomme quand Maâtutú dia/ Maâtutú ki, je ne nomme
même même pas
Watutú, tu nommes__ Waâtutú dia/Waâtutú ki, tu ne
nommes même pas
Atutú, il/elle nomme__ Aâtutú dia/Aâtutú ki, il/elle ne nomme
même pas
Biatutú, nous nommons__ Biaâtutú dia/Biaâtutú ki, nous ne
nommons même pas
Minatutú, vous nommez__ Minaâtutú dia/Minaâtutú ki, vous ne
nommez même pas
Batutú, ils/elles nomment__ Baâtutú dia/Baâtutú ki, ils/elles ne
nomment même pas

a-2- Présent continu

Forme affirmative
Menga tuang, je suis en train de nommer
Onga tuang, tu es en train de nommer
Anga tuang, il/elle est en train de nommer
Binga tuang, nous sommes en train de nommer
Minenga tuang, vous êtes en train de nommer
Benga tuang, ils/elles sont en train de nommer

90
b-Les autres temps et modes

Forme affirmative Forme négative


Imparfait: Menga tutú, je Ménga ki tutú, je ne nommais
nommais pas
Passé simple: Menga tú, je Ménga ki tú, je ne nommai pas
nommai
Passé composé: Metuang ou Mabe ki tú ou Méva ki tú, je
Meva tú, j’ai nommé n’ai pas nommé
Futur simple:Maye tú, je Maâye ki tú, je ne nommerai pas
nommerai
Futur proche : Mazu tú, je vais Maâzu ki tú, je ne vais pas
nommer nommer
Futur de choix : Maye tutú, je Maâye ki tutú, je ne nommerai
nommerai toujours pas toujours
Plus-que-parfait: Maâtú, j’avais Métughe ki, je n’avais pas
nommé nommé
Passé antérieur: Metú-ne, j’eus Métú-ne ki, je n’eus pas nommé
nommé
Conditionnel: Mene tú, je Messe ki tú, je ne nommerais pas
nommerais
Impératif: Túghe, bitúghâne, Ke tú, bitagha tú, ke tuâne
túghâne
Subjonctif: Na metú, que je Na metagha tú, que je ne nomme
nomme pas
présent Na matú, que je nomme Na maâtú ki, que je ne nomme
pas
Subjonctif : Na menga tú, que Na ménga ki tú, que je ne
je nommasse nommasse pas
passé Na metú-ne, que je Na métughe-ne ki, que je ne
nommasse nommasse pas

Exemple : Ndong Ondo adzô na asse ki bera tu moan gnang akal


bebele medzô : Ndong Ondo dit qu’il ne va plus nommer son frère parce
qu’il a maille à partir avec lui.

91
VII-TABLEAUX SYNOPTIQUES DE LA CONJUGAISON DU
VERBE «ADZI», MANGER, À TOUS LES TEMPS ET MODES, À LA
FORME AFFIRMATIVE ET NÉGATIVE.

1-Mode indicatif
a-Présent de l’indicatif

Forme affirmative Forme négative


Madzi, je mange Maâdzi dia/ Maâdzi ki, je ne mange pas
Wadzi, tu manges Waâdzi dia/Waâdzi ki, tu ne manges pas
Adzi, il/elle mange Aâdzi dia/Aâdzi ki, il/elle ne mange pas
Biadzi, nous mangeons Biaâdzi dia/Biaâdzi ki, nous ne mangeons
pas
Minadzi, vous mangez Minaâdzi dia/Minaâdzi ki, vous ne mangez
pas
Badzi, ils/elles mangent Baâdzi dia/Baâdzi ki, ils/elles ne mangent
pas

a-1-Présent continu

Forme affirmative
Menga dziang, je suis en train de manger
Onga dziang, tu es en train de manger
Anga dziang, il/elle est en train de manger
Binga dziang, nous sommes en train de manger
Minenga dziang, vous êtes en train de manger
Benga dziang, ils/elles sont en train de manger

NB: la forme négative se construit de la même façon qu’au présent de


l’indicatif.
Exemple : Bibou aâbe ki dzi ave asso a sikolo : Bibou n’a pas encore mangé
depuis qu’elle est rentrée de l’école.

93
a-2-Présent de l’incertitude

Forme affirmative Forme négative


Madzidzi, je mange quand même Maâdzidzi dia/ Maâdzidzi ki, je ne
mange même pas
Wadzidzi, tu manges quand Waâdzidzi dia/Waâdzidzi ki, tu ne
même manges même pas
Adzidzi, il/elle mange quand Aâdzidzi dia/Aâdzidzi ki, il/elle ne
même mange même pas
Biadzidzi, nous mangeons __ Biaâdzidzi dia/Biaâdzidzi ki, nous ne
mangeons __pas
Minadzidzi, vous mangez __ Minaâdzidzi dia/Minaâdzidzi ki,
vous ne mangez__pas
Badzidzi, ils/elles mangent __ Baâdzidzi dia/Baâdzidzi ki, ils/elles
ne mangent__pas

b- Futur simple
b-1-Futur 1ère forme
Ce futur exprime une action qui est prête à s’accomplir dans le temps. Le
locuteur est très sûr que l’action est sur le point de se réaliser.

Forme affirmative Forme négative


Maye dzi, je mangerai Maâye dia dzi, je ne mangerai pas
Waye dzi, tu mangeras Waâye dia dzi, tu ne mangeras pas
Aye dzi, il/elle mangera Aâye dia dzi, il/elle ne mangera pas
Biaye dzi, nous mangerons Biaâye dia dzi, nous ne mangerons pas
Minaye dzi, vous mangerez Minaâye dia dzi, vous ne mangerez pas
Biaye dzi, ils/elles mangeront Baâye dia dzi, ils/elles ne mangeront pas

b-2-Futur simple 2e forme.

Ce futur est hypothétique en fang. Il exprime une action qui doit


s’accomplir dans un futur assez proche. Mais le locuteur n’est pas très sûr
que l’action se réalisera à coup sûr.

Forme affirmative Forme négative


Mendzi, je mangerai Méndzi dia, je ne mangerai pas
Ondzi, / Wéndzi dia, /
Andzi, / Éndzi dia, /
Bindzi, / Biéndzi dia, /
Mindzi, / Minéndzi dia, /
Bendzi, / Béndzi dia, /

94
b-3-Futur proche

Forme affirmative Forme négative


Mazu dzi, je vais manger Maâzu dia dzi, je ne vais pas manger
Wazu dzi, tu vas manger Waâzu dia dzi, tu ne vas pas manger
Azu dzi, il/elle va manger Aâzu dia dzi, il/elle ne va pas manger
Biazu dzi, nous allons manger Biaâzu dia dzi, nous n’allons pas
manger
Minazu dzi, vous allez manger Minaâzu dia dzi, vous ne pas manger
Biazu dzi, ils/elles vont Baâzu dia dzi, ils/elles ne vont pas
manger manger

b- 4-Futur de choix

Forme affirmative Forme négative


Maye dzidzi, je mangerai Maâye dia dzidzi, je ne mangerai pas
toujours toujours
Waye dzidzi, tu mangeras _ Waâye dia dzidzi, tu ne mangeras pas
__
Aye dzidzi, il/elle mangera_ Aâye dia dzidzi, il/elle ne mangera pas
toujours
Biaye dzidzi, nous mangerons Biaâye dia dzidzi, nous ne mangerons
pas__
Minaye dzidzi, vous Minaâye dia dzidzi, vous ne mangerez
mangerez_ pas__
Biaye dzidzi, ils/elles Baâye dia dzidzi, ils/elles ne mangeront
mangeront_ pas

95
c-Passé composé

c-1-Passé composé 1èreforme

La première forme de ce passé composé sert à préciser que l’action s’est


achevée dans le passé mais ne nous permet pas de localiser le moment où
cela a eu lieu. Cette forme traduit aussi l’adverbe « déjà » en fang
uniquement à la forme affirmative.

Voir tableau ci-dessous.


Forme affirmative Forme négative
Medziang, j’ai (déjà) mangé Mabe ki dzi, je n’ai pas mangé
Odziang, tu as (déjà) mangé Wabe ki dzi, tu n’as pas mangé
Adziang, il/elle a (déjà) mangé Abe ki dzi, il/elle n’a pas mangé
Bidziang, nous avons (déjà) mangé Biabe ki dzi, nous n’avons pas
mangé
Minedziang, vous avez (déjà) mangé Minabe ki dzi, vous n’avez pas
mangé
Bedziang, ils/elles ont (déjà) mangé Babe ki dzi, ils/elles n’ont pas
mangé

Exemple : Akoul Mbang adziang opwong, Akoul Mbang a déjà mangé la


gazelle.

-Dans ce cas précis, nous ne saurons saisir le moment où cette action a eu


lieu. C’est pour dire que la première forme du passé composé est imprécise.

c-2-Passé composé 2e forme

Il s’utilise pour indiquer qu’une action vient de s’achever en précisant le


moment qu’elle a eu lieu.

Forme affirmative Forme négative


Meva dzi, j’ai mangé Ou Méva ki dzi, je n’ai pas mangé
Mendzi
Ova dzi, tu as mangé -Ondzi Wéva ki dzi, tu n’as pas mangé
Ava dzi, il/elle a mangé -Andzi Éva ki dzi, il/elle n’a pas
mangé
Biva dzi, nous avons -Bindzi Biéva ki dzi, nous n’avons pas
mangé mangé
Mineva dzi, vous avez -Minedzi Minéva ki dzi, vous n’avez pas
mangé mangé
Beva dzi, ils/elles ont -Bendzi Béva ki dzi, ils/elles n’ont pas
mangé mangé

96
Exemple : Sébastien Pompon ava dzi tsit kikiri, Sébastien Pompon a
mangé de la viande ce matin.

-Nous avons dans cet exemple une précision de l’aliment que Sébastien
Pompon vient de manger. Il peut s’il le veut nous dire l’heure, le jour, le mois
et le lieu où l’action s’est déroulée. En revanche, pour marquer la forme
négative dans ce passé composé, nous avons fait recours à l’auxiliaire
« é…dia » ou « é…ki ».
- D’autre part, l’auxiliaire « é…dia » ou « é…ki », est aussi employé avec
des verbes étatifs, il exprime le présent négatif :
Ye wétâ ki ? Ne vois-tu pas?
Kounga Tatiana ébele dia onon bikiègn, Kounga Tatiana n’a pas d’avion.
Sanimitzic éwole dia dzi ngüi ntangane, Sanimitzic ne mange pas le porc.

-Employé avec la forme simple des verbes ordinaires, « é…dia » ou « é…ki


» exprime effectivement le futur négatif :
Eyang Nze ébo ki éyi, Eyang Nze ne sera pas gentille.
Adzô éte débo ki nvègn, cette affaire ne finira pas bien.
Nveng dénóng dia émû, Il ne pleuvra pas aujourd’hui.

-Nous pouvons également exprimer le futur négatif comme suit :


Mbongui Kialo éke dia é nda Ndotit Saturnin okiri, Mbongui Kialo n’ira
pas chez Ndotit Saturnin demain.

c-3-Passé composé 3e forme ou passé composé rapproché

Il se forme à partir de deux auxiliaires « ndeghe » ou « ndeme », qui


signifie en français « venir de ».

Forme affirmative Forme négative


Mendeghe dzi, je viens (juste) Méndeghe ki dzi, je ne viens pas de
de manger manger
Ondeghe dzi, tu viens de Wéndeghe ki dzi, tu ne viens pas de
manger manger
Andeghe dzi, il/elle vient de Éndeghe ki dzi, il/elle ne vient pas
manger de manger
Bindeghe dzi, nous venons de Biéndeghe ki dzi, nous ne venons
manger pas de manger
Minedeghe dzi, vous venez Minéndeghe ki dzi, vous ne venez
de manger pas de manger
Bendeghe dzi, ils/elles Béndeghe ki dzi, ils/elles ne
viennent de manger viennent pas de manger

97
d- Passé simple

Forme affirmative Forme négative


Menga dzi, je mangeai Ménga dia dzi, je ne mangeai pas
Onga dzi, tu mangeas Wénga dia dzi, tu ne mangeas pas
Anga dzi, il/elle mangea Énga dia dzi, il/elle ne mangea pas
Binga dzi, nous mangeâmes Biénga dia dzi, nous ne mangeâmes
pas
Minenga dzi, vous mangeâtes Minénga dia dzi, vous ne mangeâtes
pas
Benga dzi, ils/elles mangèrent Bénga dia dzi, ils/elles ne mangèrent
pas

-L’auxiliaire « é…dia » ou « é…ki » combiné avec l’expression fang


« enga » ou la forme « ghe » donne deux formes du passé négatif ancien :
Ménga dia dzi mebiang na dzing wa, je ne fis pas des fétiches pour t’aimer.
Akou Meyong énga dia dzam ciga akal évé’é, Akou Meyong ne cessa pas
de fumer à cause de l’envie.
Ndzong wé lorghe dia Feck Sole, la route ne passa pas à Feck Sole.

e-Imparfait

Forme affirmative Forme négative


Menga dzidzi, je mangeais Ménga dia dzidzi, je ne mangeais
pas
Onga dzidzi, tu mangeais Wénga dia dzidzi, tu ne mangeais
pas
Anga dzidzi, il/elle mangeait Énga dia dzidzi, il/elle ne mangeait
pas
Binga dzidzi, nous mangions Biénga dia dzidzi, nous ne mangions
pas
Minenga dzidzi, vous mangiez Minénga dia dzidzi, vous ne
mangiez pas
Benga dzidzi, ils/elles Bénga dia dzidzi, ils/elles ne
mangeaient mangeaient pas

Exemple: Be Fang benga dzidzi fôlóng Odzamboga, les Fang mangeaient


des légumes lors de l’Odzamboga.

98
f-Passé antérieur

Forme affirmative Forme négative


Medzi-ne, j’eus mangé Médzi-ne ki, je n’eus pas mangé
Odzi-ne, tu eus mangé Wédzi-ne ki, tu n’eus pas mangé
Adzi-ne, il/elle eut mangé Édzi-ne ki, il/elle n’eut pas mangé
Bidzi-ne, nous eûmes mangé Biédzi-ne ki, nous n’eûmes pas mangé
Minedzi-ne, vous eûtes Minédzi-ne ki, vous n’eûtes pas mangé
mangé
Bedzi-ne, ils/elles eurent Bédzi-ne ki, ils/elles n’eurent pas mangé
mangé

g- Plus-que-parfait

Forme affirmative Forme négative

Maâdzi, j’avais mangé Médzaghe dia, je n’avais pas mangé


Waâdzi, tu avais mangé Wédzaghe dia, tu n’avais pas mangé
Aâdzi, il/elle avait mangé Édzaghe dia, il/elle n’avait pas mangé
Biaâdzi, nous avions mangé Biédzaghe dia, nous n’avions pas
mangé
Minaâdzi, vous aviez mangé Minédzaghe dia, vous n’aviez pas
mangé
Baâdzi, ils/elles avaient Bédzaghe dia, ils/elles n’avaient pas
mangé mangé

99
h- Futur antérieur
h-1- Futur antérieure 1ère forme

Le futur antérieur première forme se conjugue à partir de l’auxiliaire


« enga » qui exprime une action déjà passée, suivi de la marque du futur
simple.
Forme affirmative Forme négative
Mengaye dzi, j’aurai mangé Méngaye ki dzi, je n’aurai pas mangé
Ongaye dzi, tu auras mangé Wéngaye ki dzi, tu n’auras pas mangé
Angaye dzi, il/elle aura Éngaye ki dzi, il/elle n’aura pas mangé
mangé
Bingaye dzi, nous aurons Biéngaye ki dzi, nous n’aurons pas
mangé mangé
Minengaye dzi, vous aurez Minéngaye ki dzi, vous n’aurez pas
mangé mangé
Bengaye dzi, ils/elles auront Béngaye ki dzi, ils/elles n’auront pas
mangé mangé

Exemple: Mengaye dzi édzom tare angaye meve nda dzégn, j’aurai mangé
tout ce que mon père m’aura proposé chez lui.

h-2- Futur antérieur 2e forme

Le futur antérieur deuxième forme s’obtient avec « ve » suivi du futur


simple. La forme « ve » + le futur simple s’applique surtout dans les phrases
à deux propositions. Le futur antérieur se situe dans la subordonnée.

Forme affirmative Forme négative


Ve mendzi, j’aurai mangé Ve médzi-ne ki, je n’aurai pas mangé
Ve ondzi, tu auras mangé Ve wédzi-ne ki, tu n’auras pas mangé
Ve andzi, il/elle aura mangé Ve édzi-ne ki, il/elle n’aura pas mangé
Ve bindzi, nous aurons Ve biéndzi-ne ki, nous n’aurons pas
mangé mangé
Ve minendzi, vous aurez Ve minéndzi-ne ki, vous n’aurez pas
mangé mangé
Ve bendzi, ils/elles auront Ve béndzi-ne ki, ils/elles n’auront pas
mangé mangé

100
2-Mode Conditionnel
a- Conditionnel 1ère forme

Le conditionnel présent se forme en conjuguant l’auxiliaire être en fang


« ene ya » au présent de l’indicatif, suivi du participe passé du verbe à
conjuguer.

Forme affirmative Forme négative


Mene dzi, je mangerais Messe ki dzi, je ne mangerais pas
One dzi, tu mangerais Osse ki dzi, tu ne mangerais pas
Ane dzi, il/elle mangerait Asse ki dzi, il/elle ne mangerait pas
Bine dzi, nous mangerions Bisse ki dzi, nous ne mangerions pas
Mine dzi, vous mangeriez Minesse ki dzi, vous ne mangeriez pas
Bene dzi, ils/elles mangeraient Besse ki dzi, ils/elles ne mangeraient pas

Exemples : Mene dzi mendzâ nku éyong maye ke Mitzic, je mangerais les
feuilles de manioc lorsque j’irai à Mitzic.
-Messe ki dzi be moules mbene mene a Fala, je ne mangerais pas les
moules même si je suis en France.
-Nge Virginie Pereira azu Gabon, ane dzi nkona gôn, si Virginie Pereira
venait au Gabon, elle mangerait un paquet de concombre.
-Nge Nolwenn Abo goan é fang, ve ane yem kalane Mvett, si Nolwenn
était une fille fang, elle traduirait mieux le Mvett.

101
b- Conditionnel 2e forme

La deuxième forme du conditionnel correspond au conditionnel passé.


Elle se conjugue aussi avec l’auxiliaire « ve » et s’emploie surtout dans les
phrases subordonnées relatives.

Forme Forme affirmative Forme négative-passé


affirmative passé
Ve madzi, je Ve menga dzi, je Ve maâdzi ki, je ne
mangerais mangerais mangerais pas
Ve wadzi, / Ve onga dzi, / Ve waâdzi ki, /
Ve adzi, / Ve anga dzi, / Ve aâdzi ki, /
Ve biadzi, / Ve binga dzi, / Ve biaâdzi ki, /
Ve minadzi, / Ve minenga dzi, / Ve minaâdzi ki, /
Ve badzi, / Ve benga dzi, / Ve baâdzi ki, /
Ve medziang, je Ve menga dzidzi, je Ve ménga ki dzi, je ne
mangerais mangerais mangerais pas
Ve odziang, / Ve onga dzidzi, / Ve wénga ki dzi, /
Ve adziang, / Ve anga dzidzi, / Ve énga ki dzi, /
Ve bidziang, / Ve binga dzidzi, / Ve biénga ki dzi, /
Ve minendziang, Ve minenga dzidzi, / Ve minénga ki dzi, /
/ Ve benga dzidzi, / Ve Bénga ki dzi, /
Ve bedziang, /

Exemples:
Nge Oyane Chimène aâbele miang, ve adzi mefap me ku, si Oyane
Chimène avait de l’argent, elle mangerait les ailes de poules.
Nge mémbe a Fala, ve maâdzi dia Camembert, si je n’étais pas en
France, je ne mangerais pas le Camembert.
Nge menga yem, ve menga dzi nfema kikiri, si j’avais su j’aurais mangé
du pain le matin.

102
3-MODE SUBJONCTIF
La plupart des verbes forment toutes leurs personnes du subjonctif présent
à partir du même radical, suivi du pronom relatif fang « na ». Il faut préciser
que « na » est aussi la marque de la proposition subordonnée relative. Cette
règle est beaucoup plus usitée à l’écrit. Cependant à l’oral, le subjonctif se
forme en ajoutant le suffixe « ghe » au verbe. Mais puisqu’il s’agit du fang
écrit, nous opterons pour la conjugaison avec le pronom : « na ».

a-Subjonctif présent du verbe « Adzi », manger

Subjonctif présent
Forme affirmative Forme négative
Na medzi, que je mange Na metagha dzi, que je ne mange pas
Na odzi, que tu manges Na otagha dzi, que tu ne manges pas
Na adzi, qu’il/elle mange Na atagha dzi, qu’il/elle ne mange
pas
Na bidzi, que nous mangions Na bitagha dzi, que nous ne
mangions pas
Na minedzi, que vous mangiez Na minetagha dzi, que vous ne
mangiez pas
Na bedzi, qu’ils/elles mangent Na betagha dzi, qu’ils/elles ne
mangent pas

Deuxième forme affirmative Deuxième forme négative


Na madzi, que je mange Na maâdzi dia, que je ne mange pas
Na wadzi, / Na waâdzi dia, /
Na adzi, / Na aâdzi dia, /
Na biadzi, / Na biaâdzi dia, /
Na minadzi, / Na minaâdzi dia, /
Na badzi, / Na baâdzi dia, /

NB: Lors d’une discussion, on dira plutôt : Me kobeghe, que je parle. Au


lieu de : na me kobe ou na makobe pour dire la même chose. Cette règle,
nous la retrouvons à l’impératif, à la première personne du singulier. Il
suffit de commencer la phrase avec « Me », suivi de la première personne
de l’impératif pour comprendre comment fonctionne le subjonctif oral en
fang. Autres exemples : Me dzakh, que je mange ; me wakh, que je
meurs ; me zakh, que je vienne ; me gnakh, que je boive, etc., cf.
Impératif irrégulier.

103
b- Subjonctif présent incertain

Forme affirmative Forme négative


Na medzidzi, que je mange Na metagha dzi, que je ne mange
quand même même pas
Na odzidzi, que tu manges Na otagha dzi, que tu ne manges
quand même même pas
Na adzidzi, qu’il/elle mange Na atagha dzi, qu’il/elle ne mange
quand même même pas
Na bidzidzi, que nous Na bitagha dzi, que nous ne
mangions quand même mangions même pas
Na minedzidzi, que vous Na minetagha dzi, que vous ne
mangiez quand même mangiez même pas
Na bedzidzi, qu’ils/elles Na betagha dzi, qu’ils/elles ne
mangent quand même mangent même pas

Prenons un exemple pour illustrer un cas au subjonctif présent :


Makôme na odzi, je veux que tu manges.
Menga kôme na adzi, je voulais qu’il mangeât.

c- Subjonctif passé ou imparfait


Subjonctif passé
Forme affirmative Forme négative
Na medzi-ne, que je mangeasse Na médzi-ne ki, que je ne
mangeasse pas
Na odzi-ne, que tu mangeasses Na wédzi-ne ki, que tu ne
mangeasses pas
Na adzi-ne, qu’il/elle mangeât Na édzi-ne ki, qu’il/elle ne mangeât
pas
Na bindzi-ne, que nous Na biédzi-ne ki, que nous ne
mangeassions mangeassions pas
Na minendzi-ne, que vous Na minédzi-ne ki, que vous ne
mangeassiez mangeassiez pas
Na bendzi-ne, qu’ils/elles Na bédzi-ne ki , qu’ils/elles ne
mangeassent mangeassent pas
Deuxième forme affirmative Deuxième forme négative
Na menga dzi, que je Na ménga ki dzi, que je ne
mangeasse mangeasse pas
Na onga dzi, / Na wénga ki dzi, /
Na anga dzi, / Na énga ki dzi, /
Na binga dzi, / Na biénga ki dzi, /
Na minenga dzi, / Na minénga ki dzi, /
Na benga dzi, / Na bénga ki dzi, /
104
d-Subjonctif imparfait incertain

Forme affirmative Forme négative


Na medzidzi-ne, que je Na médzidzi-ne ki, que je ne
mangeasse quand même mangeasse même pas
Na odzidzi-ne, que tu Na wédzidzi-ne ki, que tu ne
mangeasses quand même mangeasses même pas
Na adzidzi-ne, qu’il/elle Na édzidzi-ne ki, qu’il/elle ne mangeât
mangeât quand même même pas
Na bidzidzi-ne, que nous Na biédzidzi-ne, que nous ne
mangeassions quand même mangeassions même pas
Na minedzidzi-ne, que vous Na minédzidzi-ne, que vous ne
mangeassiez quand même mangeassiez même pas
Na bedzidzi-ne, qu’ils/elles Na bédzidzi-ne, qu’ils/elles ne
mangeassent quand même mangeassent même pas

4-Impératif de « Adzi »
Forme affirmative Forme négative
Dza ou dzakh, mange Ke dzi, ne mange pas
Bidzâne, mangeons Bitagha dzi, ne mangeons pas
Dzâne, mangez Ke dziâne, ne mangez pas

Exemple : Mandy Arnaud adzi ve bidzi bi ntangane ave alugh


minenga ntangane, nfukh owone waâdeghedeghe ki fe misse, bura
dzam ! Mandy Arnaud ne mange que la nourriture des Blancs depuis qu’il
s’est marié avec une blanche, même la soupe d’arachide de chez nous ne
lui dit plus rien, c’est fort !

105
VIII-CONJUGAISON DU VERBE « AGNU », BOIRE

Ce verbe se conjugue selon le modèle des verbes qui se terminent par


« u » : (Awu : mourir ; Azu : venir ; Awulu : marcher ; Aku : tomber ; etc.).
Cas exceptionnel : le verbe Ave : partager, se conjugue de la même façon de
« Agnu » à l’impératif.

1-Présent de l’indicatif

Forme affirmative Forme négative


Magnu, je bois Maâgnu ki, je ne bois pas
Wagnu, tu bois Waâgnu ki, tu ne bois pas
Agnu, il/elle boit Aâgnu ki, il/elle ne boit pas
Biagnu, nous buvons Biaâgnu ki, nous ne buvons pas
Minagnu, vous buvez Minaâgnu ki, vous ne buvez pas
Bagnu, ils boivent Baâgnu ki, ils/elles ne boivent pas

2-Présent de l’incertitude
Forme affirmative Forme négative
Magnugnu, je bois quand Maâgnugnu ki, je ne bois même
même pas
Wagnugnu, tu bois quand Waâgnugnu ki, tu ne bois même
même pas
Agnugnu, il/elle boit _ Aâgnugnu, il/elle ne boit_
Biagnugnu, nous buvons_ Biaâgnugnu ki, nous ne buvons
_____
Minagnugnu, vous buvez _ Minaâgnugnu ki, vous ne buvez
_
Bagnugnu, ils/elles boivent_ Baâgnugnu ki, ils/elles ne
boivent_

107
3- Présent continu

Forme affirmative
Menga gnuang, je suis en train de boire
Onga gnuang, tu es en train de boire
Anga gnuang, il/elle est en train de boire
Binga gnuang, nous sommes en train de boire
Minenga gnuang, vous êtes en train de boire
Benga gnuang, ils/elles sont en train de boire

4-Les autres temps et modes du verbe « Agnu », Boire


Forme affirmative Forme négative
Imparfait: Menga gnugnu, je buvais Ménga ki gnugnu, je ne buvais
pas
Passé simple: Menga gnu, je buvai Ménga ki gnu, je ne buvai pas
Passé composé: Megnuang ou Mabe ki gnu ou Méva ki gnu,
Meva gnu, j’ai bu je n’ai pas bu
Futur simple: Maye gnu, je boirai Maâye ki gnu, je ne boirai pas
Futur proche : Mazu gnu, je vais Maâzu ki gnu, je ne vais pas
boire boire
Futur de choix : Maye gnugnu, je Maâye ki gnu, je ne boirai pas
boirai toujours toujours
Plus-que-parfait:Maâgnu, j’avais bu Mégnughe ki, je n’avais pas bu
Passé antérieur: Megnu-ne, j’eus bu Mégnu-ne ki, je n’eus pas bu
Futur antérieur : Mengaye gnu, Méngaye ki gnu, je n’aurai pas
j’aurai bu bu
Conditionnel : Mene gnu, je boirais Messe ki gnu, je ne boirais pas
Impératif : Zakh, bignaghâne, Ke gnu, bitagha gnu, ke gnuâne
gnaghâne
Subjonctif présent: Na megnu, que je Na metagha gnu, que je ne boive
boive pas
Na magnu, que je boive Na maâgnu ki, que je ne boive
pas
Subjonctif passé: Na menga gnu, Na ménga ki gnu, que je ne
que je busse busse pas
Na megnu-ne, que je busse Na mégnughe-ne ki, que je ne
busse pas

Exemple : Bong beye mbú bagnu meyokh we na babo élang : les jeunes
d’aujourd’hui prennent de l’alcool comme s’ils faisaient une compétition.

108
IX-CONJUGAISON DU VERBE « AKE », ALLER, PARTIR

1-Présent de l’indicatif
Forme affirmative Forme négative
Make, je vais Maâke ki, je ne vais pas
Wake, tu vas Waâke ki, tu ne vas pas
Ake, il/elle va Aâke ki, il/elle ne va pas
Biake, nous allons Biaâke ki, nous n’allons pas
Minake, vous allez Minaâke ki, vous n’allez pas
Bake, ils/elles vont Baâke ki, ils/elles ne vont pas

2-Présent incertain
Forme affirmative Forme négative
Makeke, je vais quand même Maâkeke ki, je ne vais même pas
Wakeke, tu vas_______ Waâkeke ki, tu ne vas ___pas
Akeke, il/elle va _______ Aâkeke ki, il/elle ne va __pas
Biakeke, nous allons_____ Biaâkeke ki, nous n’allons_pas
Minakeke, vous allez______ Minaâkeke ki, vous n’allez _pas
Bakeke, ils/elles vont______ Baâkeke ki, ils/elles ne vont _pas

3- Présent continu
Forme affirmative
Menga kang, je suis en train d’aller
Onga kang, tu es en train d’aller
Anga kang, il/elle est en train d’aller
Binga kang, nous sommes en train d’aller
Minenga kang, vous êtes en train d’aller
Benga kang, ils/elles sont en train d’aller

109
4-Les autres temps et modes du verbe « Ake », Aller,
Partir
Forme affirmative Forme négative
Imparfait: Menga keke, j’allais Ménga ki keke, je n’allais pas
Passé simple: Menga ke, j’allai Ménga ki ke, je n’allai pas
Passé composé: Mekang ou Meva Mabe ki ke ou Méva ki ke, je ne
ke, je suis allé suis pas allé
Futur simple: Maye ke, j’irai Maâye ki ke, je n’irai pas
Futur proche : Mazu ke, je vais aller Maâzu ki ke, je ne vais pas aller
Futur de choix : Maye keke, j’irai Maâye ki keke, je n’irai pas
toujours toujours
Plus-que-parfait: Maâke, j’étais allé Mékeng ki, je n’étais pas allé
Passé antérieur: Meke-ne, je fus allé Méke-ne ki, je ne fus pas allé
Futur antérieur : Mengaye ke, je Méngaye ki ke, je ne serai pas allé
serai allé
Conditionnel: Mene ke, j’irais Messe ki ke, je n’irais pas
Impératif : Keng, bikenghâne, Ke ke, bitagha ke, ke kâne
kenghâne
Subjonctif présent: Na meke, que Na metagha ke, que je n’aille pas
j’aille Na maâke ki, que je n’aille pas
Na make, que j’aille
Subjonctif passé: Na menga ke, que Na ménga ki ke, que je n’allasse
j’allasse pas
Na meke-ne, que j’allasse Na mékeng-ne ki, que je n’allasse
pas

5- Les verbes traduisant l’expression fang « Ake bo » :


Aller faire.
Pour traduire en fang l’expression « aller faire », on dit « Ake bo ». Pour le
conjuguer, seul le premier auxiliaire se conjugue à tous les temps et modes.
Le deuxième auxiliaire reste invariable.

110
6-Temps et Modes du verbe « Ake bo »
Présent de l’ind., Make bo, wake bo, ake bo, biake bo, minake bo, bake bo
Présent incertain, Mekeke bo, wakeke bo, akeke bo, biakeke bo, minakeke
bo, bakeke bo
Futur simple, Maye ke bo, waye ke bo, aye ke bo, biaye ke bo, minaye ke
bo, baye ke bo
Futur proche, Mazu ke bo, wazu ke bo, azu ke bo, biazu ke bo, minazu ke
bo, bazu ke bo
Futur de préférence, Maye keke bo, waye keke bo, aye keke bo, biaye keke
bo, minaye keke bo, baye keke bo
Futur antérieur, Mengaye ke bo, ongaye ke bo, angaye bo, bingaye ke bo,
minengaye ke bo, bengaye ke bo
Imparfait, Menga keke bo, onga keke bo, anga keke bo, binga keke bo,
minenga keke bo, benga keke bo
Passé simple, Menga ke bo, onga ke bo, anga ke bo, binga ke bo, minenga
ke bo, benga ke bo
Passé composé, Meva ke bo, ova ke bo, ava ke bo, biva ke bo, mineva ke
bo, beva ke bo
Passé antérieur, Meke-ne bo, oke-ne bo, ake-ne bo, bike-ne bo, mineke-ne
bo, beke-ne bo
Plus-que-parfait, Maâke bo, waâke bo, aâke bo, biaâke bo, minaâke bo,
baâke bo
Subjonctif prés., Na meke bo, na oke bo, na ake bo, na bike bo, na mineke
bo, na beke bo
Subjonctif passé, Na menga ke bo, na onga ke bo, na anga ke bo, na binga
ke bo, na minenga ke bo, na benga ke bo
Conditionnel, Mene ke bo, one ke bo, ane ke bo, bine ke bo, mine ke bo,
beke bo
Impératif, Keng bo, Bikenghâne bo, Kenghâne bo
Participe prés., Mééke bo, wééke bo, ééke bo, biéke bo, minéke bo, bééke
bo
Participe passé, Ke bo

NB : Aller manger : « Ake dzi »


Ex : make dzi : je vais manger.

Aller travailler : « Ake sègn »


Ex : Hanatou Hamadou ake sègn nda mebiang : Hanatou Hamadou va
travailler à l’hôpital.

111
Aller parler : « Ake kobe »
Ex : Hassane ake kobe : Hassane va parler.

Aller vendre : « Ake somane »


Ex : Lionel Adjan ake somane éwala minkobe dégn : Lionel Adjan va
vendre sa radio.

Aller dire quelque chose : « Ake dzo dzam »


Ex : Ollame Ébolo Jean Baptiste ake dzo bong be sikolo na beke gne
büign owone : Ollame Ébolo Jean Baptiste va dire aux élèves d’aller lui
casser les arachides.

Aller pêcher : « Ake melôkh »


Ex : Okome biyoghe felly ake melôkh a Laga: Okome Biyoghe Felly va
pêcher à Lalara.

Aller tendre les pièges : « Ake melam »


Ex : Hilaire Ndzang Nyingone ake bo melam Medzong IV afane Zolo
Bingame : Hilaire Ndzang Nyingone va tendre des pièges à Medzong IV
dans la forêt ancestrale de Zolo Bingame.

Aller plus loin : « Alôr ossû »

S’en aller sans rien dire, comme en cachette : « Amongane »

S’en aller avec colère : « Akilane »

Aller à la dérive : « Afep »

Aller et venir pour porter des choses : « Alerane »

Aller et venir plusieurs fois : « Alorane »

Aller et venir : « Abo ntsitsim »

Aller bien ensemble : « Akôkh, ayiane, ayalane, aborane »

Aller au paradis : « Ake édzô »

Aller dormir chez un homme ou une femme : « Ake mbiam »

Aller à la selle : « Ake messègn »

Aller à l’école : « Ake a sikolo »

112
X-CONJUGAISON DU VERBE « ABO », FAIRE

1-Présent de l’indicatif
Forme affirmative Forme négative
Mabo, je fais Maâbo ki, je ne fais pas
Wabo, tu fais Waâbo ki, tu ne fais pas
Abo, il/elle fait Aâbo ki, il/elle ne fait pas
Biabo, nous faisons Biaâbo ki, nous ne faisons pas
Minabo, vous faites Minaâbo ki, vous ne faites pas
Babo, ils/elles font Baâbo ki, ils/elles ne font pas

2-Présent incertain
Forme affirmative Forme négative
Mabobo, je fais quand même Maâbobo ki, je ne fais même pas
Wabobo, tu fais__ Waâbobo ki, tu ne fais __pas
Abobo, il/elle fait __ Aâbobo ki, il/elle ne fait __pas
Biabobo, nous faisons__ Biaâbobo ki, nous ne faisons__pas
Minabobo, vous faites__ Minaâbobo ki, vous ne faites ___pas
Babobo, ils/elles font__ Baâbobo ki, ils/elles ne font __pas

3- Présent continu
Forme affirmative
Menga boang, je suis en train de faire
Onga boang, tu es en train de faire
Anga boang, il/elle est en train de faire
Binga boang, nous sommes en train de faire
Minenga boang, vous êtes en train de faire
Benga boang, ils/elles sont en train de faire

113
4-Les autres temps et modes du verbe « Abo », Faire
Forme affirmative Forme négative
Imparfait: Menga bobo, je faisais Ménga ki bobo, je ne faisais pas
Passé simple: Menga bo, je fis Ménga ki bo, je ne fis pas
Passé composé: Meboang ou Mabe ki bo ou Méva ki bo, je
Meva bo, j’ai fait n’ai pas fait
Futur simple: Maye bo, je ferai Maâye ki bo, je ne ferai pas
Futur proche : Mazu bo, je vais Maâzu ki bo, je ne vais pas faire
faire
Futur de choix : Maye bobo, je Maâye ki bobo, je ne ferai pas
ferai toujours toujours
Plus-que-parfait: Maâbo, j’avais Mébong ki, je n’avais pas fait
fait
Passé antérieur: Mebo-ne, j’eus Mébo-ne ki, je n’eus pas fait
fait
Futur antérieur : Mengaye bo, Méngaye ki bo, je n’aurai pas
j’aurai fait fait
Conditionnel: Mene bo, je ferais Messe ki bo, je ne ferais pas
Impératif : Boghe, biboghâne, Ke bo, bitagha bo, ke boâne
boghâne
Subjonctif: Na mebo, que je fasseNa metagha bo, que je ne fasse
présent Na mabo, que je fasse pas
Na maâbo ki, que je ne fasse pas
Subjonctif passé : Na menga bo, Na ménga ki bo, que je ne fisse
que je fisse pas
Na mebo-ne, que je fisse Na mébo-ne ki, que je ne fisse
pas

5- Traduction de l’expression « Alôm ake bo » : faire


faire.
Pour obtenir la formation de l’expression française « faire faire », nous la
traduisons par l’expression fang « Alom ake bo »:

Faire faire un travail à quelqu’un, se dit : « Alom mot ake bo essègn »


Exemple: Malom bong na beke bo Angue Mba Shila bidzi, je fais faire à
manger à Angue Mba Shila par le biais de mes enfants.

Faire faire du bricolage aux jeunes, se dit : « alom bóng beke bo beyobe ».
Exemple: Mengara alom bia na bike bo beyobe ane boan be gnul,
Mengara nous fait faire du bricolage comme des orphelins.

NB: Faire attention, se dit: « Abo nke’e »


114
Exemples :
Boghe nke’e ! Fais attention !
Biboghâne nke’e ! Faisons attention !
Boghâne nke’e ye ma ! Faites attention avec moi!

Faire du mal à quelqu’un ou faire souffrir quelqu’un, se dit : « Alere mot


mindzukh »
Exemple : Bebo politique bey’Afrika balere bot mindzukh, les hommes
politiques d’Afrique font souffrir leurs peuples.

Faire du bien à quelqu’un, se dit : « Abo mot mbeng »


Exemple: Be tsira benga bo bia mbeng na baligh bia nkobe fang, les
ancêtres nous ont fait du bien en nous laissant la langue fang comme héritage.

Faire table rase, se dit : « Afüi dzam mendzim ou Avüane dzam »


Exemples: Afüi édzüé Messè me Nguema mendzim : il faut faire table rase
du règne de Macias Nguema.
Avüane minsokh bot bake babo, il faut faire table rase des critiques que les
gens formulent à ton égard.

Faire des commérages, se dit : « Abo otéé ou Abo ékobekobe ou Abo


étiètiè »
Exemples : Boan be binenga beye kissone babo ékobekobe, les jeunes
filles de la ville font des commérages.
Ntoutoume abo étiètiè Étam Ntangane, Ntoutoume fait des commérages à
Étam Ntangane.
Nken Minkane abo otéé élikh Nfumu, Nken Minkane fait des commérages
à Élikh Nfumu.

Faire n’importe quoi, dans le sens de se décarcasser, se dit : « Abo bibobo »


Exemple: Andeme Ovono abo é boan bégn bibobo na bedzi, Andeme
Ovono fait n’importe quoi pour que ses enfants puissent manger.

Faire de la gourmandise, se dit : « Abo viakh ou Abo ndokh »


Exemple: é boan Bekale be Ndong Ulrich babo viakh éza me nda, les
enfants de Bekale be Ndong Ulrich font de la gourmandise chez autrui.

Faire de la rébellion, se dit : « Abo nno abé »


Exemple: é moan Bilogue bi Nnang abo nno abé, le fils de Bilogue bi
Nnang fait de la rébellion.

115
Faire l’amour, dans le jargon familier lorsqu’on s’adresse aux enfants, on dit:
« Abo bibanebane »
Exemple : Edou ba Ntsame babo bibanebane, Edou et Ntsame « font
l’amour ».

Faire des stratagèmes, se dit : « Abu mefekh »


Exemple: Obiang Mvé Obame Jean Marc abu mefekh ba Ella Bissou
Colis, Obiang Mvé Obame jean Marc fait des stratagèmes avec Ella Bissou
Colis.

Faire des caprices, se dit : « Abo mebun »


Exemple : Nzang Bengone Pascaline abo mebun akal Eric Ndong Nnang
ayir gne dzis, Nzang Bengone Pascaline fait des caprices parce qu’Eric
Ndong Nnang lui fait un clin d’oeil.

Faire un clin d’oeil, se dit : « Ayir dzis » (Voir exemple ci-dessus)

Faire encore, refaire, se dit : « Abaglane »

Faire pour la première fois, se dit : « Afa mvagha »

Faire passer dessus ou au delà, se dit : « Ada’a »

Faire passer des caisses, se dit : « Alerane biom »

Faire passer des hommes ou des choses, dit : « Alor bot ou alor biom »

Faire passer un objet de main en main : « Akalane »

Faire sans le vouloir : « Avuane »

Faire un enfant : « Abiè moan »

Faire une promesse : « Akagh »

Faire une marche : « Awulu »

Faire des courses : « Ake sôm biom »

Se faire voir : « Abo meveghe »

Faire la sieste : « Assenebe »

Faire des économies : « Abagle miang »

116
XI-CONJUGAISON DU VERBE « ADZÔ », DIRE

Ce verbe se conjugue selon le modèle des verbes qui se terminent par


« o »: (Aló : mordre ; Ayó : nommer ; etc.)

1-Présent de l’indicatif
Forme affirmative Forme négative
Madzô, je dis Maâdzô ki, je ne dis pas
Wadzô, tu dis Waâdzô ki, tu ne dis pas
Adzô, il/elle dit Aâdzô ki, il/elle ne dit pas
Biadzô, nous disons Biaâdzô ki, nous ne disons pas
Minadzô, vous dites Minaâdzô ki, vous ne dites pas
Badzô, ils/elles disent Baâdzô ki, ils/elles ne disent pas

2-Présent incertain
Forme affirmative Forme négative
Madzôdzô, je dis quand Maâdzôdzô ki, je ne dis même pas
même
Wadzôdzô, tu dis_ Waâdzôdzô ki, tu ne dis _pas
Adzôdzô, il/elle dit _ Aâdzôdzô ki, il/elle ne dit _pas
Biadzôdzo, nous disons_ Biaâdzôdzô ki, nous ne disons_pas
Minadzôdzô, vous dites_ Minaâdzôdzô ki, vous ne dites
_pas
Badzôdzô, ils/elles disent Baâdzôdzô ki, ils/elles ne disent
_pas

3- Présent continu

Forme affirmative
Menga dzôang, je suis en train de dire
Onga dzôang, tu es en train de dire
Anga dzôang, il/elle est en train de dire
Binga dzôang, nous sommes en train de dire
Minenga dzôang, vous êtes en train de dire
Benga dzôang, ils/elles sont en train de dire

117
4-Les autres temps et modes du verbe « Adzô », Dire
Forme affirmative Forme négative
Imparfait: Menga dzôdzô, je Ménga ki dzôdzô, je ne disais
disais pas
Passé simple: Menga dzô, je dis Ménga ki dzô, je ne dis pas
Passé composé: Medzôang ou Mabe ki dzô ou Méva ki dzô, je
Meva dzô, j’ai dit n’ai pas dit
Futur simple: Maye dzô, je dirai Maâye ki dzô, je ne dirai pas
Futur proche : Mazu dzô, je vais Maâzu ki dzô, je ne vais pas
dire dire
Futur de choix : Maye dzôdzô, je Maâye ki dzôdzô, je ne dirai pas
dirai toujours toujours
Plus-que-parfait: Maâdzô, j’avais Médzôghe ki, je n’avais pas dit
dit
Passé antérieur: Medzô-ne, j’eus Médzô-ne ki, je n’eus pas dit
dit
Futur antérieur : Mengaye dzô, Méngaye ki dzô, je n’aurai pas
j’aurai dit dit
Conditionnel: Mene dzô, je dirais Messe ki dzô, je ne dirais pas
Impératif: Dzôghe, bidzôghâne, Ke dzô, bitagha dzô, ke dzôâne
dzôghâne
Subjonctif présent: Na medzo, que Na metagha dzô, que je ne dise
je dise pas
Na madzô, que je dise Na maâdzo ki, que je ne dise pas
Subjonctif passé : Na menga dzô, Na ménga ki dzô, que je ne
que je disse disse pas
Na medzô-ne, que je disse Na médzô-ne ki, que je ne disse
pas

5- Différentes traductions du verbe « Dire » en fang:


« Adzô ».
Madzô na… : je dis que…
Dire merci : « Ave akiba »
Mave w’ akiba : je te dis merci.
Dire au revoir à quelqu’un : « Ayagane mot »
Mayagane wa : je te dis au revoir.
Dire bonjour : « Abarane » ou « Ave mbolo »
Je dis bonjour à Obame : « Mave Obame mbolo »
Mabarane Obiang : je dis bonjour à Obiang.
Dire la vérité : « Akobe bebela »
Makobe mina bebela, je vous dis la vérité.

118
XII-CONJUGAISON DES VERBES « AGNONG », PRENDRE,
OBTENIR ET « ADZING », AIMER

A- Présent de l’indicatif : « Agnong », Prendre, Obtenir


Ce verbe se conjugue selon le modèle des verbes qui se terminent par
« g » : (Along : siffler ; Aláng:lire ; Abáng : Aiguiser ; Akáng : respecter,
etc.)

Forme affirmative Forme négative


Magnong, je prends Maâgnong ki, je ne prends pas
Wagnong, tu prends Waâgnong ki, tu ne prends pas
Agnong, il/elle prend Aâgnong ki, il/elle ne prend pas
Biagnong, nous prenons Biaâgnong ki, nous ne prenons pas
Minagnong, vous prenez Minaâgnong ki, vous ne prenez pas
Bagnong, ils/elles prennent Baâgnong ki, ils/elles ne prennent pas

1- Présent incertain
Forme affirmative Forme négative
Magnognong, je prends quand Maâgnognong ki, je ne prends même
même pas
Wagnognong, tu prends___ Waâgnognong ki, tu ne prends __pas
Agnognong, il/elle prend ___ Aâgnognong ki, il/elle ne prend __pas
Biagnognong, nous prenons___ Biaâgnognong ki, nous ne prenons__pas
Minagnognong, vous prenez__ Minaâgnognong ki, vous ne prenez_pas
Bagnognong, ils/elles prennent Baâgnognong ki, ils/elles ne prennent
_pas

2- Présent continu
Forme affirmative
Menga gnongang, je suis en train de prendre
Onga gnongang, tu es en train de prendre
Anga gnongang, il/elle est en train de prendre
Binga gnongang, nous sommes en train de prendre
Minenga gnongang, vous êtes en train de prendre
Benga gnongang, ils/elles sont en train de prendre

119
3-Les autres temps et modes du verbe « Agnong »,
Prendre, Obtenir
Forme affirmative Forme négative
Imparfait : Menga gnognong, je Ménga ki gnognong, je ne
prenais prenais pas
Passé simple: Menga gnong, je pris Ménga ki gnong, je ne pris pas
Passé composé: Megnongang ou Mabe ki gnong ou Méva ki
Meva gnong, j’ai pris gnong, je n’ai pas pris
Futur simple: Maye gnong, je Maâye ki gnong, je ne prendrai
prendrai pas
Futur proche : Mazu gnong, je vais Maâzu ki gnong, je ne vais pas
prendre prendre
Futur de choix : Maye gnognong, Maâye ki gnognong, je ne
je prendrai toujours prendrai pas toujours
Plus-que-parfait : Maâgnong, Mégnong ki, je n’avais pas pris
j’avais pris
Passé antérieur: Megnong-ne, j’eus
Mégnong-ne ki, je n’eus pas
pris pris
Futur antérieur : Mengaye gnong, Méngaye ki gnong, je n’aurai
j’aurai pris pas pris
Conditionnel: Mene gnong, je Messe ki gnong, je ne prendrais
prendrais pas
Impératif:Gnonghe, bignonghâne, Ke gnong, bitagha gnong, ke
gnonghâne gnongâne
Subjonctif présent : Na megnong, Na metagha gnong, que je ne
que je prenne prenne pas
Na magnong, que je prenne Na maâgnong ki, que je ne
prenne pas
Subjonctif passé : Na menga Na ménga ki gnong, que je ne
gnong, que je prisse prisse pas
Na megnong-ne, que je prisse Na mégnong-ne ki, que je ne
prisse pas

Exemple : Magnong bifura biam okiri : je prends mon salaire demain.

120
B- Présent de l’indicatif « Adzing », Aimer
Forme affirmative Forme
négative
Madzing, j’aime Maâdzing ki, je n’aime pas
Wadzing, tu aimes Waâdzing ki, tu n’aimes pas
Adzing, il/elle aime Aâdzing ki, il/elle n’aime pas
Biadzing, nous aimons Biaâdzing ki, nous n’aimons
pas
Minadzing, vous aimez Minaâdzing ki, vous n’aimez
pas
Badzing, ils/elles aiment Baâdzing ki, ils/elles
n’aiment pas

1-Présent incertain
Forme affirmative Forme négative
Madzidzing, j’aime quand Maâdzidzing ki, je n’aime même pas
même
Wadzidzing, tu aimes_ Waâdzidzing ki, tu n’aimes _pas
Adzidzing, il/elle aime__ Aâdzidzing ki, il/elle n’aime _pas
Biadzidzing, nous aimons_ Biaâdzidzing ki, nous n’aimons_pas
Minadzidzing, vous aimez_ Minaâdzidzing ki, vous n’aimez_pas
Badzidzing, ils/elles aiment_ Baâdzidzing ki, ils/elles n’aiment
_pas

2- Présent continu
Forme affirmative
Menga dzingang, je suis en train d’aimer
Onga dzingang, tu es en train d’aimer
Anga dzingang, il/elle est en train d’aimer
Binga dzingang, nous sommes en train d’aimer
Minenga dzingang, vous êtes en train d’aimer
Benga dzingang, ils/elles sont en train d’aimer

121
3-Les autres temps et modes du verbe « Adzing »,
Aimer

Forme affirmative Forme négative


Imparfait: Menga dzidzing, Ménga ki dzidzing, je n’aimais
j’aimais pas
Passé simple: Menga dzing, Ménga ki dzing, je n’aimai pas
j’aimai
Passé composé: Medzingang ou Mabe ki dzing ou Méva ki dzing,
Meva dzing, j’ai aimé je n’ai pas aimé
Futur simple: Maye dzing, Maâye ki dzing, je n’aimerai pas
j’aimerai
Futur proche : Mazu dzing, je Maâzu ki dzing, je ne vais pas
vais aimer aimer
Futur de choix : Maye dzidzing, Maâye ki dzidzing, je n’aimerai
j’aimerai toujours pas toujours
Plus-que-parfait: Maâdzing, Médzing ki, je n’avais pas aimé
j’avais aimé
Passé antérieur: Medzing-ne, Médzing-ne ki, je n’eus pas aimé
j’eus aimé
Futur antérieur : Mengaye dzing, Méngaye ki dzing, je n’aurai pas
j’aurai aimé aimé
Conditionnel: Mene dzing, Messe ki dzing, je n’aimerais pas
j’aimerais
Impératif: Dzinghe, bidzinghâne, Ke dzing, bitagha dzing, ke
dzinghâne dzingâne
Subjonctif présent : Na medzing, Na metagha dzing, que je n’aime
que j’aime pas
Na madzing, que j’aime Na maâdzing ki, que je n’aime pas
Subjonctif passé : Na menga Na ménga ki dzing, que je
dzing, que j’aimasse n’aimasse pas
Na medzing-ne, que j’aimasse Na médzing-ne ki, que je
n’aimasse pas

Exemple : Madzing wa ye nnem osse : je t’aime de tout mon cœur.

122
XIII-CONJUGAISON DU VERBE « ADUGH », MENTIR

Ce verbe se conjugue selon le modèle des verbes qui se terminent par


« gh » : (Abugh : abonder ; Adzugh : se faire mal ; Atugh : nettoyer, etc.)

1-Présent de l’indicatif

Forme affirmative Forme négative


Madugh, je mens Maâdugh ki, je ne mens pas
Wadugh, tu mens Waâdugh ki, tu ne mens pas
Adugh, il/elle ment Aâdugh ki, il/elle ne ment pas
Biadugh, nous mentons Biaâdugh ki, nous ne mentons pas
Minadugh, vous mentez Minaâdugh ki, vous ne mentez pas
Badugh, ils/elles mentent Baâdugh ki, ils/elles ne mentent pas

2-Présent incertain
Forme affirmative Forme négative
Madugdugh, je mens quand Maâdugdugh ki, je ne mens même
même pas
Wadugdugh, tu mens_ Waâdugdugh ki, tu ne mens _pas
Adugdugh, il/elle ment __ Aâdugdugh ki, il/elle ne ment _pas
Biadugdugh, nous mentons__ Biaâdugdugh ki, nous ne
mentons_pas
Minadugdugh, vous mentez_ Minaâdugdugh ki, vous ne
mentez_pas
Badugdugh, ils/elles mentent_ Baâdugdugh ki, ils/elles ne
mentent _pas

3-Présent continu

Forme affirmative
Menga dughang, je suis en train de mentir
Onga dughang, tu es en train de mentir
Anga dughang, il/elle est en train de mentir
Binga dughang, nous sommes en train de mentir
Minenga dughang, vous êtes en train de mentir
Benga dughang, ils/elles sont en train de mentir

123
4-Les autres temps et modes du verbe « Adugh », Mentir

Forme affirmative Forme négative


Imparfait: Menga dudugh, je Ménga ki dudugh, je ne mentais
mentais pas
Passé simple: Menga dugh, je Ménga ki dugh, je ne mentis pas
mentis
Passé composé: Medughang ou Mabe ki dugh ou Méva ki dugh,
Meva dugh, j’ai menti je n’ai pas menti
Futur simple: Maye dugh, je Maâye ki dugh, je ne mentirai pas
mentirai
Futur proche : Mazu dugh, je vais Maâzu ki dugh, je ne vais pas
mentir mentir
Futur de choix : Maye dudugh, je Maâye ki dudugh, je ne mentirai
mentirai toujours pas toujours
Plus-que-parfait: Maâdugh, j’avais Médugh ki, je n’avais pas menti
menti
Passé antérieur: Medugh-ne, j’eus Médugh-ne ki, je n’eus pas menti
menti
Futur antérieur : Mengaye dugh,
Méngaye ki dugh, je n’aurai pas
j’aurai menti menti
Conditionnel: Mene dugh, je Messe ki dugh, je ne mentirais
mentirais pas
Impératif: Dugh, bidughâne,
Ke dugh, bitagha dugh, ke
dughâne dughâne
Na metagha dugh, que je ne mente
Subjonctif présent : Na medugh,
que je mente pas
Na madugh, que je mente Na maâdugh ki, que je ne mente
pas
Subjonctif passé : Na menga Na ménga ki dugh, que je ne
dugh, que je mentisse mentisse pas
Na medugh-ne, que je mentisse Na médugh-ne ki, que je ne
mentisse pas

Exemple : Madugh wa : je te mens.

124
XIV-CONJUGAISON DU VERBE « AKOBE », PARLER

Ce verbe se conjugue selon le modèle des verbes qui se terminent par « be


ou b » : (Amobe : s’asseoir ; Adzib : fermer ; Awube : s’abriter ; etc.)

1-Présent de l’indicatif

Forme affirmative Forme négative


Makobe, je parle Maâkobe ki, je ne parle pas
Wakobe, tu parles Waâkobe ki, tu ne parles pas
Akobe, il/elle parle Aâkobe ki, il/elle ne parle pas
Biakobe, nous parlons Biaâkobe ki, nous ne parlons pas
Minakobe, vous parlez Minaâkobe ki, vous ne parlez pas
Bakobe, ils/elles parlent Baâkobe ki, ils/elles ne parlent pas

2-Présent incertain

Forme affirmative Forme négative


Makobekobe, je parle quand Maâkobekobe ki, je ne parle
même même pas
Wakobekobe, tu parles_ Waâkobekobe ki, tu ne parles
_pas
Akobekobe, il/elle parle _ Aâkobekobe ki, il/elle ne parle
_pas
Biakobekobe, nous parlons_ Biaâkobekobe ki, nous ne
parlons_pas
Minakobekobe, vous parlez_ Minaâkobekobe ki, vous ne
parlez _pas
Bakobekobe, ils/elles parlent_ Baâkobekobe ki, ils/elles ne
parlent _pas

3- Présent continu
Forme affirmative
Menga kobeyang, je suis en train de parler
Onga kobeyang, tu es en train de parler
Anga kobeyang, il/elle est en train de parler
Binga kobeyang, nous sommes en train de parler
Minenga kobeyang, vous êtes en train de parler
Benga kobeyang, ils/elles sont en train de parler

125
4-Les autres temps et modes du verbe « Akobe », Parler

Forme affirmative Forme négative


Imparfait : Menga kôkobe, je Ménga ki kôkobe, je ne parlais
parlais pas
Passé simple : Menga kobe, je Ménga ki kobe, je ne parlai pas
parlai
Passé composé : Mekobeyang ou Mabe ki kobe ou Méva ki kobe,
Meva kobe, j’ai parlé je n’ai pas parlé
Futur simple: Maye kobe, je Maâye ki kobe, je ne parlerai pas
parlerai
Futur proche : Mazu kobe, je vais Maâzu ki kobe, je ne vais pas
parler parler
Futur de choix : Maye kôkobe, je Maâye ki kôkobe, je ne parlerai
parlerai toujours pas toujours
Plus-que-parfait: Maâkobe, j’avais Mékobeghe ki, je n’avais pas
parlé parlé
Passé antérieur: Mekobe-ne, j’eus Mékobe-ne ki, je n’eus pas parlé
parlé
Futur antérieur : Mengaye kobe, Méngaye ki kobe, je n’aurai pas
j’aurai parlé parlé
Conditionnel: Mene kobe, je Messe ki kobe, je ne parlerais pas
parlerais
Impératif: Kobeghe, bikobeghâne, Ke kobe, bitagha kobe, ke kôbâne
kobeghâne
Subjonctif présent : Na mekobe, Na metagha kobe, que je ne parle
que je parle pas
Na makobe, que je parle Na maâkobe ki, que je ne parle pas
Subjonctif passé : Na menga kobe, Na ménga ki kobe, que je ne
que je parlasse parlasse pas
Na mekobe-ne, que je parlasse Na mékobe-ne ki, que je ne
parlasse pas

Exemple : Makobe Alexandra Otétégn Akomezoghe : je parle à


Alexandra Otétégne Akomezoghe.

126
XV-CONJUGAISON DU VERBE « ABUNE », CROIRE

Ce verbe se conjugue selon le modèle des verbes qui se terminent par « ne ou


n » : (Aman : finir ; Atune : se repentir ; Akan : raconter ; Amoane :
marcher sur la pointe des pieds ; Akoane : rassembler, etc.)

1-Présent de l’indicatif
Forme affirmative Forme négative
Mabune, je crois Maâbune ki, je ne crois pas
Wabune, tu crois Waâbune ki, tu ne crois pas
Abune, il/elle croit Aâbune ki, il/elle ne croit pas
Biabune, nous croyons Biaâbune ki, nous ne croyons pas
Minabune, vous croyez Minaâbune ki, vous ne croyez pas
Babune, ils/elles croient Baâbune ki, ils/elles ne croient pas

2-Présent incertain

Forme affirmative Forme négative


Mabunbune, je crois quand Maâbunbune ki, je ne crois même
même pas
Wabunbune, tu crois_ Waâbunbune ki, tu ne crois_pas
Abunbune, il/elle croit_ Aâbunbune ki, il/elle ne croit_pas
Biabunbune, nous croyons_ Biaâbunbune ki, nous ne
croyons_pas
Minabunbune, vous croyez_ Minaâbunbune ki, vous ne croyez
_pas
Babunbune, ils/elles croient_ Baâbunbune ki, ils/elles ne croient
_pas

3- présent continu
Forme affirmative
Menga buneyang, je suis en train de croire
Onga buneyang, tu es en train de croire
Anga buneyang, il/elle est en train de croire
Binga buneyang, nous sommes en train de croire
Minenga buneyang, vous êtes en train de croire
Benga buneyang, ils/elles sont en train de croire

127
4-Les autres temps et modes du verbe « Abune », Croire

Forme affirmative Forme négative


Imparfait : Menga bubune, je Ménga ki bubune, je ne croyais
croyais pas
Passé simple: Menga bune, je Ménga ki bune, je ne crus pas
crus
Passé composé: Mebuneyang ou Mabe ki bune ou Méva ki bune,
Meva bune, j’ai cru je n’ai pas cru
Futur simple: Maye bune, je Maâye ki bune, je ne croirai pas
croirai
Futur proche : Mazu bune, je vais Maâzu ki bune, je ne vais pas
croire croire
Futur de choix : Maye bunbune, Maâye ki bubune, je ne croirai
je croirai toujours pas toujours
Plus-que-parfait : Maâbune, Mébuneghe ki, je n’avais pas cru
j’avais cru
Passé antérieur: Mebune-ne, j’eus Mébune-ne ki, je n’eus pas cru
cru
Futur antérieur : Mengaye bune, Méngaye ki bune, je n’aurai pas
j’aurai cru cru
Conditionnel : Mene bune, je Messe ki bune, je ne croirais pas
croirais
Impératif: Buneghe, bibuneghâne,
Ke bune, bitagha bune, ke
buneghâne bunâne
Subjonctif présent : Na mebune,
Na metagha bune, que je ne croie
que je croie pas
Na mabune, que je croie Na maâke bune, que je ne croie
pas
Subjonctif passé : Na menga Na ménga ki bune, que je ne
bune, que je crusse crusse pas
Na mebune-ne, que je crusse Na mébune-ne ki, que je ne
crusse pas

Exemple : Mabune na moan mot asse ki dzom ézing, abiale, aveme,


ayombe awel ki : je crois que l’être humain n’est rien du tout, il naît,
grandit, vieillit et meurt.

128
XVI-CONJUGAISON DU VERBE « AKE’E », DONNER

1-Présent de l’indicatif
Forme affirmative Forme négative
Make’e, je donne Maâke’e ki, je ne donne pas
Wake’e, tu donnes Waâke’e ki, tu ne donnes pas
Ake’e, il/elle donne Aâke’e ki, il/elle ne donne pas
Biake’e, nous donnons Biaâke’e ki, nous ne donnons pas
Minake’e, vous donnez Minaâke’e ki, vous ne donnez pas
Bake’e, ils/elles donnent Baâke’e ki, ils/elles ne donnent pas

2-Présent incertain
Forme affirmative Forme négative
Make’eke’e, je donne quand Maâke’eke’e ki, je ne donne même
même pas
Wake’eke’e, tu donnes_ Waâke’eke’e ki, tu ne donnes _pas
Ake’eke’e, il/elle donne _ Aâke’eke’e ki, il/elle ne donne _pas
Biake’eke’e, nous donnons_ Biaâke’eke’e ki, nous ne
donnons_pas
Minake’eke’e, vous donnez_ Minaâke’eke’e ki, vous ne donnez
_pas
Bake’eke’e, ils/elles donnent_ Baâke’e ke’e ki, ils/elles ne donnent
_pas

3-Présent continu
Forme affirmative
Menga keyang, je suis en train de donner
Onga keyang, tu es en train de donner
Anga keyang, il/elle est en train de donner
Binga keyang, nous sommes en train de donner
Minenga keyang, vous êtes en train de donner
Benga keyang, ils/elles sont en train de donner

129
4-Les autres temps et modes du verbe « Ake’e », Donner

Forme affirmative Forme négative


Imparfait: Menga keke’e, je Ménga ki keke’e, je ne donnais
donnais pas
Passé simple: Menga ke’e, je Ménga ki ke’e, je ne donnai pas
donnai
Passé composé: Mekeyang ou Mabe ki ke’e ou Méva ki ke’e,
Meva ke’e, j’ai donné je n’ai pas donné
Futur simple: Maye ke’e, je Maâye ki ke’e, je ne donnerai
donnerai pas
Futur proche : Mazu ke’e, je Maâzu ki ke’e, je ne vais pas
vais donner donner
Futur de choix : Maye keke’e, Maâye ki keke’e, je ne donnerai
je donnerai toujours pas toujours
Plus-que-parfait : Maâke’e, Méke’eghe ki, je n’avais pas
j’avais donné donné
Passé antérieur: Meke’e-ne, Méke’e-ne ki, je n’eus pas
j’eus donné donné
Futur antérieur : Mengaye ke’e, Méngaye ki ke’e, je n’aurai pas
j’aurai donné donné
Conditionnel: Mene ke’e, je Messe ki ke’e, je ne donnerais
donnerais pas
Impératif :Ke’eghe, Ke ke’e, bitagha ke’e, ke keâne
bike’eghâne, ke’eghâne
Subjonctif présent : Na meke’e,
Na metagha ke’e, que je ne
que je donne donne pas
Na make’e, que je donne Na maâke’e ki, que je ne donne
pas
Subjonctif passé : Na menga Na ménga ki ke’e, que je ne
ke’e, que je donnasse donnasse pas
Na meke’e-ne, que je donnasse Na méke’e-ne ki, que je ne
donnasse pas

Exemple : Make’e énîng dzam akale é mot bam : je donne ma vie à


mon peuple.

130
5- Les expressions exprimant le verbe « Ake’e » : Donner

« Ake’e » et « Ave »: donner

Donner la clef à quelqu’un : « Ake’e mot essap »


Make’e Abessole essap, je donne la clef à Abessole.

Donner à manger à quelqu’un : « Ave mot bidzi »


Nkoume Nzoghe Gérard ave bong beye Atout bidzi, Nkoume Nzoghe
Gérard donne à manger aux enfants d’Atout.

Donner à boire à quelqu’un : « Ave mot megnu »


Nfoume Ndong ave Aboghe Mebiame megnu, Nfoume Ndong donne à
boire à Aboghe Mebiame.

Donner de bonnes idées à quelqu’un : « Ave mot mbeba ossiman »


Étoune Essingone Abigaïl ave Éssingone Zikri mbeba melebega, Étoune
Essingone Abigaïl donne de bonnes idées à Éssingone Zikri.

Donner du courage à quelqu’un : « Ave mot ngu’u gnû »


É boan bam bave me ngu’u gnû na mezôme énîng, mes enfants me
donnent du courage de persévérer dans la vie.

Donner la faim : « Ave zègn »

Donner la fatigue : « Ave nvorane »

Donner de l’argent à quelqu’un : « Ave mot miang ou Ave mot bifura »

Donner du coeur à quelque chose : « Ave nnem vom »

Donner la réponse à quelqu’un : « Ave mot éyalan »

Donner du temps à quelqu’un : « Ave mot éyong »

Donner des forces à quelqu’un : « Ave ngu’u »

Donner la nausée à quelqu’un : « Agnenegane nnem »

Donner une leçon à quelqu’un : « Aler mot édzom adzeng »

Donner du fil à retordre à quelqu’un : « Aler mot mindzukh »

Donner du travail à quelqu’un : « Ave mot essègn »

131
Donner des affaires à quelqu’un : « Ave mot biom »

Donner un coup de main : « Ave mot kugna »

Donner la dot : « Ake’e nsua »

Donner la main à quelqu’un : « Ake’e mot énam »

Donner sa vie pour quelque chose : « Ake’e énîng dzégn na bo dzam »

Donner la grossesse à une femme : « Ave minenga abum »

Donner une claque : « Abim mot abègn agnu »

Donner le prix : « Afaghe »

Donner le prix à quelqu’un : « Afaghe mot mvakh »

Donner des choses : « Ake’e biom »

Donner tort dans un jugement : « Akwe mot »

Donner raison à quelqu’un : « Ave mot mekèbe ou akalbe (verbe irr.) »

Donner à quelqu’un une maladie : « Alum mot okon ou alum éluma »

Donner un coup de bâton sur la tête : « Assim élé nno »

Donner de la force fétiche à un objet : « Atom ou Ave kègn »

Donner peu : « Atsale ou ayor »

Donner beaucoup : « Angeghe, akub ou Angune »

Donner une chèvre à quelqu’un : « Atsine mot kabane »

Donner un cadeau : « Ave éveéve »

Donner une poule à quelqu’un : « Akigh mot ku »

Donner la paix : « Atüè nvogh ou ave éto fili »

Donner à boire : « Ave megnu »

Donner à manger : « Ave bidzi »

132
XVII-CONJUGAISON DU VERBE « ALUGH », ÉPOUSER

Ce verbe se conjugue selon le modèle des verbes qui se terminent par


« kh » : (Akakh : amarrer ; amakh : s’absenter ; Awokh : comprendre ;
Akokh : écraser ; etc.)

1-Présent de l’indicatif

Forme affirmative Forme négative


Malugh, j’épouse Maâlugh ki, je n’épouse pas
Walugh, tu épouses Waâlugh ki, tu n’épouses pas
Alugh, il/elle épouse Aâlugh ki, il/elle n’épouse pas
Bialugh, nous épousons Biaâlugh ki, nous n’épousons pas
Minalugh, vous épousez Minaâlugh ki, vous n’épousez pas
Balugh, ils/elles épousent Baâlugh ki, ils/elles n’épousent pas

2-Présent incertain
Forme affirmative Forme négative
Malulugh, j’épouse quand Maâlulugh ki, je n’épouse même pas
même
Walulugh, tu épouses_ Waâlulugh ki, tu n’épouses _pas
Alulugh, il/elle épouse _ Aâlulugh ki, il/elle n’épouse _pas
Bialulugh, nous épousons_ Biaâlulugh ki, nous n’épousons_pas
Minalulugh, vous épousez_ Minaâlulugh ki, vous n’épousez_pas
Balulugh, ils/elles épousent_ Baâlulugh ki, ils/elles n’épousent
_pas

3- Présent continu

Forme affirmative
Menga lughang, je suis en train d’épouser
Onga lughang, tu es en train d’épouser
Anga lughang, il/elle est en train d’épouser
Binga lughang, nous sommes en train d’épouser
Minenga lughang, vous êtes en train d’épouser
Benga lughang, ils/elles sont en train d’épouser

133
4-Les autres temps et modes du verbe « Alugh », Épouser

Forme affirmative Forme négative


Imparfait: Menga lulugh, Ménga ki lulugh, je n’épousais pas
j’épousais
Passé simple: Menga lugh, Ménga ki lugh, je n’épousai pas
j’épousai
Passé composé: Melughang ou Mabe ki lugh ou Méva ki lugh, je
Meva lugh, j’ai épousé n’ai pas épousé
Futur simple: Maye lugh, Maâye ki lugh, je n’épouserai pas
j’épouserai
Futur proche : Mazu lugh, je Maâzu ki lugh, je ne vais pas
vais épouser épouser
Futur de choix : Maye lulugh, Maâye ki lulugh, je n’épouserai
j’épouserai toujours pas toujours
Plus-que-parfait : Maâlugh, Mélugh ki, je n’avais pas épousé
j’avais épousé
Passé antérieur: Melugh-ne, Mélugh-ne ki, je n’eus pas épousé
j’eus épousé
Futur antérieur : Mengaye Méngaye ki lugh, je n’aurai pas
lugh, j’aurai épousé épousé
Conditionnel: Mene lugh, Messe ki lugh, je n’épouserais pas
j’épouserais
Impératif : Lughe, bilughâne, Ke lugh, bitagha lugh, ke lughâne
lughâne
Subjonctif présent : Na melugh, Na metagha lugh, que je n’épouse
que j’épouse pas
Na malugh, que j’épouse Na maâlugh ki, que je n’épouse pas
Subjonctif passé : Na menga Na ménga ki lugh, que je
lugh, que j’épousasse n’épousasse pas
Na melugh-ne, que j’épousasse Na mélugh-ne ki, que je
n’épousasse pas

Exemple : Malugh wa : je t’épouse.

134
XVIII-CONJUGAISON DE VERBE « AZÔM », SUPPORTER,
ENDURER

Ce verbe se conjugue selon le modèle des verbes qui se terminent par « me


ou m » : (Abom : jouer d’un instrument de muisique ; Akam : défendre ;
Alom : envoyer ; Adzime : ignorer ; etc.)

1-Présent de l’indicatif
Forme affirmative Forme négative
Mazôm, je supporte Maâzôm ki, je ne supporte pas
Wazôm, tu supportes Waâzôm ki, tu ne supportes pas
Azôm, il/elle supporte Aâzôm ki, il/elle ne supporte pas
Biazôm, nous supportons Biaâzôm ki, nous ne supportons pas
Minazôm, vous supportez Minaâzôm ki, vous ne supportez pas
Bazôm, ils/elles supportent Baâzôm ki, ils/elles ne supportent pas

2-Présent incertain
Forme affirmative Forme négative
Mazômzôm, je supporte quand Maâzômzôm ki, je ne supporte même
même pas
Wazômzôm, tu supportes_ Waâzômzôm ki, tu ne supportes _pas
Azômzôm, il/elle supporte _ Aâzômzôm ki, il/elle ne supporte
_pas
Biazômzôm, nous supportons_ Biaâzômzôm ki, nous ne
supportons_pas
Minazômzôm, vous supportez_ Minaâzômzôm ki, vous ne
supportez_pas
Bazômzôm, ils/elles suuportent Baâzômzôm ki, ils/elles ne
supportent _pas

3-Présent continu

Forme affirmative
Menga zômeyang, je suis en train de supporter
Onga zômeyang, tu es en train de supporter
Anga zômeyang, il/elle est en train de supporter
Binga zômeyang, nous sommes en train de supporter
Minenga zômeyang, vous êtes en train de supporter
Benga zômeyang, ils/elles sont en train de supporter

135
4-Les autres temps et modes du verbe « Azôm »,
Supporter, Endurer

Forme affirmative Forme négative


Imparfait: Menga zôzôm, je Ménga ki zôzôm, je ne supportais
supportais pas
Passé simple: Menga zôm, je Ménga ki zôm, je ne surpportai
supportai pas
Passé composé: Mezômeyang ou Mabe ki zôm ou Méva ki zôm, je
Meva zôm, j’ai supporté n’ai pas supporté
Futur simple: Maye zôm, je Maâye ki zôm, je ne supporterai
supporterai pas
Futur proche : Mazu zôm, je vais Maâzu ki zôm, je ne vais pas
supporter supporter
Futur de choix : Maye zôzôm, je Maâye ki zôzôm, je ne
supporterai toujours supporterai pas toujours
Plus-que-parfait: Maâzôm, j’avais Mézômeghe ki, je n’avais pas
supporté supporté
Passé antérieur: Mezôm-ne, j’eus Mézôm-ne ki, je n’eus pas
supporté supporté
Futur antérieur : Mengaye zôm, Méngaye ki zôm
j’aurai supporté
Conditionnel: Mene zôm, je Messe ki zôm, je ne supporterais
supporterais pas
Impératif:Zômeghe, bizômeghâne, Ke zôm, bitagha zôm, ke zômâne
zômeghâne
Subjonctif présent : Na mezôm, Na metagha zôm, que je ne
que je supporte supporte pas
Na mazôm, que je supporte Na maâzôm ki, que je ne supporte
pas
Subjonctif passé : Na menga zôm, Na ménga ki zôm, que je ne
que je supportasse supportasse pas
Na mezôm-ne, que je supportasse Na mézôm-ne ki, que je ne
supportasse pas

Exemple : Mazôm mindzukh mi y’a si akale na nge maâzôm ki, maye


vane asumu énîng : je supporte les souffrances de la vie, car si je ne le
fais pas, je risquerai de tout rater.

136
XIX-LES VERBES « ÊTRE » ET « AVOIR » EN FANG.

A- Le verbe « Ene ya », Être.

En fang, le verbe « être » n’existe pas à proprement parler, cependant, on le


traduit au présent par « ene ya », « atobe », « ake » et « aküign ». Il faut
également préciser que le verbe « être» en fang se conjugue de la même
façon aussi bien au passé simple qu’à l’imparfait de l’indicatif.

Cas particulier : les verbes pouvoir et être en fang se forment avec


l’auxiliaire « ene ya » et se conjuguent de la même façon. Le verbe pouvoir
en fang traduit aussi le mode conditionnel présent.

Exemples : mene sègn, je peux travailler ou (je travaillerais).


Mene dzi, je peux manger.
Bine duru metua biédzi fe, nous pouvons conduire la voiture en mangeant
aussi.
Nveng éne nong éto dzi, il peut pleuvoir à l’instant même.
Zame ane sangle si, Dieu peut changer le monde.
Ye mene we sili nsili égogh gni? Puis-je te poser une question ce soir?

1-Mode indicatif
a- Présent de l’indicatif
Forme affirmative Forme négative
Mene, je suis Messe ki, je ne suis pas
One, tu es Osse ki, tu n’es pas
Ane, il/elle est Asse ki, il/elle n’est pas
Bine, nous sommes Bisse ki, nous ne sommes pas
Mine, vous êtes Minesse ki, vous n’êtes pas
Bene, ils/elles sont Besse ki, ils/elles ne sont pas

a-1- Présent de l’incertitude 1ère forme

Forme affirmative Forme négative


Menene, je suis quand même Messesse ki, je ne suis même pas
Onene, tu es quand même Ossesse ki, tu n’es même pas
Anene, il/elle est quand même Assesse ki, il/elle n’est même pas
Binene, nous sommes quand Bissesse ki, nous ne sommes même
même pas
Minene, vous êtes quand même Minessesse ki, vous n’êtes même pas
Benenen, ils/elles sont quand Bessesse ki, ils/elles ne sont même pas
même
137
Mohaman Bouba anene fam akal azôm mindzukh aâkôme bo nduru
anôn bikiègn a fan Gabon, Mohaman Bouba est quand même persévérant
par rapport à son rêve d’être un pilote confirmé au Gabon.
Minko Minseme anene yemane akal aâkobe arabe, Minko Minseme est
quand même intelligent parce qu’il exprime correctement en Arabe.

a-2-Présent de l’incertitude 2e forme

Forme affirmative Forme négative


Metoto, je suis quand même Métoto ki, je ne suis même pas
Ototo, tu es quand même Wétoto ki, tu n’es même pas
Atoto, il/elle est quand même Étoto ki, il/elle n’est même pas
Bitoto, nous sommes quand même Biétoto ki, nous ne sommes même pas
Minetoto, vous êtes quand même Minétoto ki, vous n’êtes même pas
Betoto, ils/elles sont quand même Bétoto ki, ils/elles ne sont même pas

b-Futur simple
Forme affirmative Forme négative
Maye ke, je serai Maâye ke, je ne serai pas
Waye ke, tu seras Waâye ke, tu ne seras pas
Aye ke, il/elle sera Aâye ke, il/elle ne sera pas
Biaye ke, nous serons Biaâye ke, nous ne serons pas
Minaye ke, vous serez Minaâye ke, vous ne serez pas
Baye ke, ils/elles seront Baâye ke, ils/elles ne seront pas
Forme affirmative « Atobe » Forme négative
Maye tobe, je serai Maâye dia tobe, je ne serai pas
Waye tobe, / Waâye dia tobe, /
Aye tobe, / Aâye dia tobe, /
Biaye tobe, / Biaâye dia tobe, /
Minaye tobe, / Minaâye dia tobe, /
Baye tobe, / Baâye dia tobe, /

Exemple: Maye tobe nda dzüa okiri, je serai chez toi demain.

138
b-1- Futur proche du verbe « Atobe », être.
Forme affirmative Forme négative
Mazu tobe, je vais être Maâzu dia tobe, je ne vais pas être
Wazu tobe, tu vas être Waâzu dia tobe, tu ne vas pas être
Azu tobe, il/elle va être Aâzu dia tobe, il/elle ne va pas être
Biazu tobe, nous allons Biaâzu dia tobe, nous n’allons pas
être être
Minazu tobe, vous allez Minaâzu dia tobe, vous n’allez pas
être être
Bazu tobe, ils/elles vont Baâzu dia tobe, ils/elles ne vont pas
être être
Mefumane azu tobe é minenga Bengone, Mefumane va être la femme de
Bengone.
Ze nna Richard azu tobe sifu sikolo ye Mitzic, Ze nna Richard va être le
proviseur de Mitzic.

b-2-Futur de choix ou de référence

Forme affirmative Forme négative


Maye totobe, je serai toujours Maâye dia totobe, je ne serai pas
toujours
Waye totobe, tu seras toujours Waâye dia totobe, tu ne seras pas
toujours
Aye totobe, il/elle sera Aâye dia totobe, il/elle ne sera pas
toujours toujours
Biaye totobe, nous serons Biaâye dia totobe, nous ne serons pas
toujours toujours
Minaye totobe, vous serez Minaâye dia totobe, vous ne serez pas
toujours toujours
Baye totobe, ils/elles seront Baâye dia totobe, ils/elles ne seront pas
toujours toujours

c-Passé simple
L’auxiliaire être « Ene ya » se conjugue de la même façon au passé simple
et l’imparfait.
Forme affirmative Forme négative
Membe, je fus Mémbe ki, je ne fus pas
Ombe, tu fus Wémbe ki, tu ne fus pas
Ambe, il/elle fut Émbe ki, il/elle ne fut pas
Bimbe, nous fûmes Biémbe ki, nous ne fûmes pas
Minembe, vous fûtes Minémbe ki, vous ne fûtes pas
Bembe, ils/elles furent Bémbe ki, ils/elles ne furent pas

139
d-Imparfait
Forme affirmative Forme négative
Membe, j’étais Mémbe dia, je n’étais pas
Ombe, tu étais Wémbe dia, tu n’étais pas
Ambe, il/elle était Émbe dia, il/elle n’était pas
Bimbe, nous étions Biémbe dia, nous n’étions pas
Minembe, vous étiez Minémbe dia, vous n’étiez pas
Bembe, ils/elles étaient Bémbe dia, ils/elles n’étaient pas
e-Passé composé
Le passé composé du verbe « être » se traduit par le verbe « aküign ».

Forme affirmative Forme négative


Meva küign, j’ai été Méndze dia küign, je n’ai pas été
Ova küign, tu as été Wéndze dia küign, tu n’as pas été
Ava küign, il/elle a été Éndze dia küign, il/elle n’a pas été
Biva küign, nous avons été Biéndze dia küign, nous n’avons pas été
Mineva küign, vous avez Minéndze dia küign, vous n’avez pas
été été
Beva küign, ils/elles ont été Béndze dia küign, ils/elles n’ont pas été

f-Plus-que-parfait et passé antérieur du verbe être se forment de la


même façon.

Forme affirmative Forme négative


Membe-ne, j’avais été Mémbe-ne dia, je n’avais pas été
Ombe-ne, tu avais été Wémbe-ne dia, tu n’avais pas été
Ambe-ne, il/elle avait été Émbe-ne dia, il/elle n’avait pas été
Bimbe-ne, nous avions été Biémbe-ne dia, nous n’avions pas été
Minembe-ne, vous aviez été Minémbe-ne dia, vous n’aviez pas été
Bembe-ne, ils/elles avaient été Bémbe-ne dia, ils/elles n’avaient pas
été

140
f-1- Plus-que-parfait et passé antérieur 2 e forme

Forme affirmative Forme négative

Meküign-ne, j’avais été Méküign-ne dia, je n’avais pas été


Oküign-ne, tu avais été Wéküign-ne dia, tu n’avais pas été
Aküign-ne, il/elle avait été Éküign-ne dia, il/elle n’avait pas été
Biküign-ne, nous avions été Biéküign-ne dia, nous n’avions pas
été
Mineküign-ne, vous aviez été Minéküign-ne dia, vous n’aviez pas
été
Beküign-ne, ils/elles avaient été Béküign-ne dia, ils/elles n’avaient
pas été

f-2- Plus-que-parfait et passé antérieur 3e forme

Forme affirmative Forme négative


Maâküign, j’avais été Maâküign dia, je n’avais pas été
Waâküign, tu avais été Waâküign dia, tu n’avais pas été
Aâküign, il/elle avait été Aâküign dia, il/elle n’avait pas été
Biaâküign, nous avions été Biaâküign dia, nous n’avions pas été
Minaâküign, vous aviez été Minaâküign dia, vous n’aviez pas été
Baâküign, ils/elles avaient été Baâküign dia, ils/elles n’avaient pas
été

2-Conditionnel
2 -1- Conditionnel 1ère forme

Forme affirmative Forme négative


Mene küign, je serais Messe dia küign, je ne serais pas
One küign, tu serais Osse dia küign, tu ne serais pas
Ane küign, il/elle serait Asse dia küign, il/elle ne serait pas
Bine küign, nous serions Bisse dia küign, nous ne serions pas
Mine küign, vous seriez Minesse dia küign, vous ne seriez pas
Bene küign, ils/elles seraient Besse dia küign, ils/elles ne seraient
pas

141
2-2- Conditionnel 2e forme

Forme affirmative Forme affirmative- Forme négative-passé


passé
Ve maküign, je Ve menga küign, je Ve maâküign dia, je ne
serais serais serais pas
Ve waküign, tu Ve onga küign, tu Ve waâküign dia, tu ne
serais serais serais pas
Ve aküign, il/elle Ve anga küign, il/elle Ve aâküign dia, il/elle ne
serait serait serait pas
Ve biaküign, ___ Ve binga küign___ Ve biaâküign dia____
Ve minaküign___ Ve minenga küign__ Ve minaâküign dia___
Ve baküign___ Ve benga küign___ Ve baâküign dia____

Ve meküiang, je Ve menga küküign, Ve ménga dia küign, je ne


serais je serais serais pas
Ve oküiang___ Ve onga küküign___ Ve wénga dia küign___
Ve aküiang___ Ve anga küküign___ Ve énga dia küign___
Ve biküiang___ Ve binga küküign___ Ve biénga dia küign___
Ve Ve minenga Ve minénga dia küign___
mineküiang___ küküign___ Ve bénga dia küign___
Ve beküiang___ Ve benga
küküign___

2 -3- Conditionnel d’incertitude

Forme affirmative Forme négative


Menene küign, je serais quand Messesse dia küign, je ne serais même
même pas
Onene küign, tu serais quand Ossesse dia küign, tu ne serais même
même pas
Anene küign, il/elle serait quand Assesse dia küign, il/elle ne serait
même même pas
Binene küign, nous serions Bissesse dia küign, nous ne serions
quand même même pas
Minene küign, vous seriez Minessesse dia küign, vous ne seriez
quand même même pas
Benene küign, ils/elles seraient Bessesse dia küign, ils/elles ne
quand même seraient même pas

142
3- Subjonctif

3-1- Subjonctif présent


Subjonctif présent
Forme affirmative Forme négative
Na meküign, que je sois Na metagha küign, que je ne sois
pas
Na oküign, que tu sois Na otagha küign, que tu ne sois pas
Na aküign, qu’il/elle soit Na atagha küign, qu’il/elle ne soit
pas
Na biküign, que nous soyons Na bitagha küign, que nous ne
soyons pas
Na mineküign, que vous Na minetagha küign, que vous ne
soyez soyez pas
Na beküign, qu’ils/elles Na betagha küign, qu’ils/elles ne
soient soient pas
Deuxième forme affirmative Deuxième forme négative
Na maküign, que je sois Na maâküign dia, que je ne sois pas
Na waküign, / Na waâküign dia, /
Na aküign, / Na aâküign dia, /
Na biaküign, / Na biaâküign dia, /
Na minaküign, / Na minaâküign dia, /
Na baküign, / Na baâküign dia, /

3-2-Subjonctif présent incertain


Troisième forme affirmative Trosième forme négative
Na meküküign, que je sois Na maâküküign dia, que je ne sois
quand même même pas
Na waküküign, / Na waâküküign dia, /
Na aküküign, / Na aâküküign dia, /
Na biaküküign, / Na biaâküküign dia, /
Na minaküküign, / Na minaâküküign dia, /
Na baküküign, / Na baâküküign dia, /

143
3-3- Subjonctif imparfait du verbe être

Subjonctif présent
Forme affirmative Forme négative
Na menga küign, que je fusse Na ménga ki küign, que je ne
fusse pas
Na onga küign, que tu fusses Na wénga ki küign, que tu ne
fusses pas
Na anga küign, qu’il/elle fût Na énga ki küign, qu’il/elle ne fût
pas
Na binga küign, que nous Na biénga ki küign, que nous ne
fussions fussions pas
Na minenga küign, que vous Na minénga ki küign, que vous
fussiez ne fussiez pas
Na benga küign, qu’ils/elles Na bénga ki küign, qu’ils/elles ne
fussent fussent pas
Deuxième forme affirmative Deuxième forme négative
Na meküign-ne, que je fusse Na méküign-ne dia, que je ne
fusse pas
Na oküign-ne, / Na wéküign-ne dia, /
Na aküign-ne, / Na éküign-ne dia, /
Na biküign-ne, / Na biéküign-ne dia, /
Na mineküign-ne, / Na minéküign-ne dia, /
Na beküign-ne, / Na béküign dia, /

3-4- Subjonctif imparfait incertain


Forme affirmative Forme négative
Na meküküign-ne, que je Na méküküign-ne dia, que je ne fusse
fusse quand même même pas
Na oküküign-ne, / Na wéküküign-ne dia, /
Na aküküign-ne, / Na éküküign-ne dia, /
Na biküküign-ne, / Na biéküküign-ne dia, /
Na mineküküign-ne, / Na minéküküign-ne dia, /
Na beküküign-ne, / Na béküküign dia, /

144
4-Impératif du verbe « être »
Forme affirmative Forme négative

Tobeghe, sois Ke tobe, ne sois pas


Bitobeghâne, soyons Bitagha tobe, ne soyons pas
Tobeghâne, soyez Ke tobeghâne, ne soyez pas

5-Les semi-auxiliaires du verbe être en fang:

Traduction fang des expressions françaises :

Être en train de, se traduit par l’auxiliaire être fang : « Ene ya » conjugué au
passé simple, suivi du participe passé et des terminaisons : « yang », pour les
verbes à plus de deux syllabes, et « ang » pour les verbes à deux syllabes.
Exemple : je suis en train de parler, se dira : « menga kobeyang », (akobe).
Je suis en train de manger, se dira : « menga dziang », (adzi).

Être en train de, se traduit aussi par l’expression « Alé », suivi du verbe
conjugué au présent de l’indicatif :
Exemples : Beyeng éba lé bazu, les étrangers sont en train d’arriver.
Obone Akomo Ayvra égna lé abo abegle, c’est Obone Akomo Ayvra qui
est en train de faire du désordre.

Être fatigué (e), correspond à : « Ene nvorane »


Exemple : mene nvorane, je suis fatigué.

Être couché, (e) (dans le sens de dormir) correspond à : « Abome si »


Exemple : Edzodzomo Ondo Hubert abô si édzina Raïssa Mekui,
Edzodzomo Ondo Hubert est couché dans la chambre de Raïssa Mekui.

Être fâché, (e) en colère, correspond à : « Awokh olun ou awokh abé »


Exemple : Andeme Ndong Judith awokh abé akal akon, Andeme Ndong
Judith est en colère parce qu’elle est malade.

Être assis (e), correspond à : « Atobe si ou amobe»


Exemple : Essone Nze ato si énong biyeng, Essone Nze est assis sur un lit
en bambou. Memore, je suis assis.

Être debout, se dit : « Atebe »


Exemple : Hans Bekale atele bito biyo, Hans Bekale est debout pendant que
les chaises sont vides.

Être belle/beau, se dit : « Ene mbeng »


Exemples : Minkoué ane mbeng, Minkoué est belle.
145
Ndong Mba ane mbeng, Ndong Mba est beau.
Mene mbeng, je suis beau/belle.

Être vilain/vilaine, mauvais, se, se dit : « Ene abé »


Exemples: Awu éne abé, la mort est une mauvaise chose.
Ondo ane abé, Ondo est vilain.

Être pingre, se dit : « Ene okarakara »


Exemple: Ango Bruce ane okarakara, Ango Bruce est pingre.

Être jaloux, se, se dit : « Ene zé »


Exemple : Ngoua Mba ane zé abüign, Ngoua Mba est très jaloux.

Être gros/grosse, se dit : « Ene n’nen »


Exemple : Mbazock ane n’nen, Mbazock est grosse.

Être mince, maigre, se dit : « Ene ntokh/ene okott »


Exemples : Medza ane ntokh, Medza est mince.
Bong bene akott, badzukh zègn, les enfants sont maigres, ils meurent
de faim.

Être élégant, (e), se dit : « Ene domane »


Exemple : Mouhamadou yaya ane ndomane, Mouhamadou yaya
est élégant.

Être fidèle, se dit : « Ene sosso »


Exemple : bengô bey’éngong bene sosso, les filles d’Engong sont fidèles.

Être courageux, euse, se dit : « Ene ngett »


Exemple : nvokh ékang éne ngett, la descendance d’Ekang est courageuse.

Être agressif, ve, se dit : « Ene ayokh/ene élang »


Exemple : é mis é mô gni mene ayokh, le regard de cet homme est agressif.
Essinga Ovono éne élang, le chat d’Ovono est agressif.

Être intelligent (e), se dit : « Ene nyemane »


Exemple : mong ye Odzamboga ane nyemane, l’enfant d’Odzamboga est
intelligent.

Être astucieux, euse, se dit : « Ene mefekh »


Exemple : kulu ane mefekh, la tortue est astucieuse.

Être populaire, se dit : « Ene duma »


Exemple : é bia Pierre Claver Zeng bine duma afane Gabon, la musique
de Pierre Claver Zeng est populaire au Gabon.

146
Être généreux, euse, philanthrope, se dit : « Ene nvam »
Exemple : mefane meye Mbanang mene nvam, les forêts de Mbanang sont
généreuses.

Être digne, se dit : « Ene fam (pour les hommes)/ene minenga (pour les
femmes) »
Exemples : mong y’Olong ane fam, le fils d’Olong est digne.
Eyang Ndoutoume ane minenga, Gisèle Eyang Ndoutoume est digne.

Être travailleur, euse, se dit : « Ene gang ou mbo essègn »


Exemple : Dominique Etoughe ane mbo essègn, Dominique Etoughe est un
travailleur.

Être sociable ou solidaire, se dit : « Ene obangam »


Exemple : Ndong Essone Germain ane obangam, Ndong Essone Germain
est sociable, solidaire.

Être envieux, euse, se dit : « Ene zókh »


Exemple : akukut bot bene zókh, les pauvres sont envieux.

Être talentueux, euse, se dit : « Ene akeng »


Exemple : Marc Mvé ane akeng, Marc Mvé est talentueux.

Être têtu (e), se dit : « Ene melo »


Exemple : Bitougha ane melo, Bitougha est têtu.

Être capricieux, (se), se dit : « Abo bingatt »


Exemple : Flora Adjan abo bingatt, Flora Adjan est capricieuse.

Être friand de, se dit : « Abira gnegh »


Exemple : Ndong Ngoua Rodolphe ba Nathalie Pompon bagnegh badzi
miya mi moan ntangane, Ndong Ngoua Rodolphe et Nathalie Pompon sont
friands de féculents.

Être l’enfant des vieux, se dit : « Ene mong benyaboro »


Exemple : Alexis Abessole ane mong a benyaboro, Alexis Abessole est
l’enfant des vieux.

Être loyal (e), se dit : « Ene éyî »


Exemple : Nguema Fulbert an’ éyî, Nguema Fulbert est loyal.

Être extraordinaire, se dit : « Ene ébibî (ébibign) »


Exemple : Emane Ntolo ambe ébibign, Emane Ntolo était extraordinaire.

147
Être foutu (e), se dit : « Awu ntukh »
Exemple : Mindzong miye Gabon mimana wu ntukh, le réseau routier du
Gabon est foutu.

Être fou/folle, se dit : « Ene nsogh ki »


Exemple : Essa Mpwè ane nsogh ki, Essa Mpwè est fou.

Être assis, se dit : « Atobe teto»


Exemple : Minsang ato teto, Minsang est assis.

6-En fang, le verbe « être » est souvent omis dans


certain cas:

Forme affirmative Forme négative


Ma lé, c’est moi Se ma lé, ce n’est pas moi
Wa lé, c’est toi Se wa lé, ce n’est pas toi
Égna lé c’est lui/elle Se égna lé, ce n’est pas lui/elle
Bia lé, c’est nous Se bia lé, ce n’est pas nous
Mina lé, c’est vous Se mina lé, ce n’est pas vous
Éba lé, ce sont eux/elles Se éba lé, ce ne sont pas
eux/elles

Exemples :

Nda dzam édza lé : cette maison est à moi.


Ma lé makobe : c’est moi qui parle.
Ye wa lé wabo édung ? Est-ce toi qui fais du bruit ?
Ollome Ella Régis égna lé azu : c’est Ollome Ella Régis qui arrive.
Bia lé biadzem : c’est nous qui dansons.
Nvu édza lé dabom : c’est le chien qui aboie.
Metua égna lé adung : c’est la voiture qui ronfle.
Be Fang éba lé bazu : ce sont les Fang qui arrivent.
Onon éwa lé walong : c’est l’oiseau qui chante.
Bewu éba lé bakobe mina : ce sont les morts qui vous parlent.
Se wa Essone adzing : ce n’est pas toi qu’Essone aime.
Bilogh ébia lé Zang adzi : ce sont les légumes que Zang mange.
Mitzic égna lé awun : c’est Mitzic qui gagne.
Melo éma lé mawokh Mvett : ce sont les oreilles qui écoutent le Mvett.
Essingang édza lé dazu : c’est le monstre qui arrive.
Ébayaghe édza lé dayüign bot : c’est le brigand qui tue les gens.
Mina lé miadzu bidzi : c’est vous qui volez à manger.
Éba lé bassègn ane be tsit : ce sont eux qui travaillent comme des bêtes.
Éza lé ? Qui est-ce ?
Zeng égna lé ayè : c’est Zeng qui chante.

148
B-Le verbe « Abele », Avoir en fang.
Il n’existe pas non plus de verbe « avoir » en tant qu’auxiliaire en fang.
Nous avons seulement la traduction du verbe « avoir » dans le sens de
posséder les choses. Celui que l’espagnol désigne par « tener ». Il se traduit
en fang par verbe : « abele ».

NB : à ne pas confondre avec le verbe « abele », qui signifie attraper ou


tenir:
Mabele gne énam, je tiens son bras.

1-Mode indicatif
a-Présent de l’indicatif

Forme affirmative Forme négative


Mebele, j’ai Mébele dia, je n’ai pas
Obele, tu as Wébele dia, tu n’as pas
Abele, il/elle a Ébele dia, il/elle n’a pas
Bibele, nous avons Biébele dia, nous n’avons pas
Minebele, vous avez Minébele dia, vous n’avez pas
Bebele, ils/elles ont Bébele dia, ils/elles n’ont pas

a-1-Présent de l’incertitude
Forme affirmative Forme négative
Mebelebele, j’ai quand même Mébelebele dia, je n’ai même pas
Obelebele, tu as quand même Wébelebele dia, tu n’as même pas
Abelebele, il/elle a quand même Ébelebele dia, il/elle n’a même pas
Bibelebele, nous avons quand Biébelebele dia, nous n’avons même
même pas
Minebelebele, vous avez quand Minébelebele dia, vous n’avez
même même pas
Bebelebele, ils/elles ont quand Bébelebele dia, ils/elles n’ont même
même pas

149
b-Futur simple

Forme affirmative Forme négative


Maye bele, j’aurai Maâye dia bele, je n’aurai pas
Waye bele, tu auras Waâye dia bele, tu n’auras pas
Aye bele, il/elle aura Aâye dia bele, il/elle n’aura pas
Biaye bele, nous aurons Biaâye dia bele, nous n’aurons pas
Minaye bele, vous aurez Minaâye dia bele, vous n’aurez pas
Baye bele, ils/elles auront Baâye dia bele, ils/elles n’auront pas

b-1-Futur proche

Forme affirmative Forme négative


Mazu bele, je vais avoir Maâzu dia bele, je ne vais pas avoir
Wazu bele, tu vas avoir Waâzu dia bele, tu ne vas pas avoir
Azu bele, il/elle va avoir Aâzu dia bele, il/elle ne va pas avoir
Biazu bele, nous allons avoir Biaâzu dia bele, nous n’allons pas
avoir
Minazu bele, vous allez avoir Minaâzu dia bele, vous n’allez pas
avoir
Bazu bele, ils/elles vont avoir Baâzu dia bele, ils/elles ne vont pas
avoir

b-2- Futur de préférence

Forme affirmative Forme négative


Maye bebele, j’aurai Maâye dia bele, je n’aurai pas toujours
toujours
Waye bebele, tu auras Waâye dia bele, tu n’auras pas toujours
toujours
Aye bebele, il/elle aura Aâye dia bele, il/elle n’aura pas
toujours toujours
Biaye bebele, nous aurons Biaâye dia bele, nous n’aurons pas
toujours toujours
Minaye bebele, vous aurez Minaâye dia bele, vous n’aurez pas
toujours toujours
Baye bebele, ils/elles auront Baâye dia bele, ils/elles n’auront pas
toujours toujours

150
b-3- Futur antérieur
b-3-1- Futur antérieur 1ère forme

Forme affirmative Forme négative


Mengaye bele, j’aurai eu Méngaye ki bele, je n’aurai pas eu
Ongaye bele, tu auras eu Wéngaye ki bele, tu n’auras pas eu
Angaye bele, il/elle aura eu Éngaye ki bele, il/elle n’aura pas eu
Bingaye bele, nous aurons eu Biéngaye ki bele, nous n’aurons pas
eu
Minengaye bele, vous aurez eu Minéngaye ki bele, vous n’aurez
pas eu
Bengaye bele, ils/elles auront eu Béngaye ki bele, ils/elles n’auront
pas eu

b-3-2- Forme antérieur 2e forme

Forme affirmative Forme négative


Ve membele, j’aurai eu Ve mémbele dia, je n’aurai pas eu
Ve ombele, tu auras eu Ve wémbele dia, tu n’auras pas eu
Ve ambele, il/elle aura eu Ve émbele dia, il/elle n’aura pas eu
Ve bimbele, nous aurons eu Ve biémbele dia, nous n’aurons pas eu
Ve minembele, vous aurez eu Ve minémbele dia, vous n’aurez pas eu
Ve bembele, ils/elles auront eu Ve bémbele dia, ils/elles n’auront pas eu

c-Passé simple

Forme affirmative Forme négative


Menga bele, j’eus Ménga dia bele, je n’eus pas
Onga bele, tu eus Wénga dia bele tu n’eus pas
Anga bele, il/elle eut Énga dia bele, il/elle n’eut pas
Binga bele, nous eûmes Biénga dia bele, nous n’eûmes pas
Minenga bele, vous eûtes Minénga dia bele, vous n’eûtes pas
Benga bele, ils/elles eurent Bénga dia bele, ils/elles n’eurent pas

151
d-Passé composé
Il se forme avec l’auxiliaire « yang » à la fin du verbe, surtout pour les
verbes à plus de deux syllabes.
d-1-Passé Composé 1ère forme

Forme affirmative Forme négative


Mebeleyang, j’ai eu Mabe ki bele, je n’ai pas eu
Obeleyang, tu as eu Wabe ki bele, tu n’as pas eu
Abeleyang, il/elle a eu Abe ki bele, il/elle n’a pas eu
Bibeleyang, nous avons eu Biabe ki bele, nous n’avons pas eu
Minebeleyang, vous avez eu Minabe ki bele, vous n’avez pas eu
Bebeleyang, ils/elles ont eu Babe ki bele, ils/elles n’ont pas eu

Exemple : Akoul Mbang Isaïe abeleyang bifura, Akoul Mbang Isaïe a


eu de l’argent.

Dans ce cas précis, nous ne saurons saisir le moment pendant lequel cette
action a eu lieu. C’est pour dire que la première forme du passé composé est
imprécise.

d-2-Passé Composé 2e forme

Il s’utilise pour exprimer une action qui vient de s’achever en précisant le


moment qu’elle a eu lieu.

Forme affirmative Forme négative


Meva bele, j’ai eu Méva dia bele, je n’ai pas eu
Ova bele, tu as eu Wéva dia bele, tu n’as pas eu
Ava bele, il/elle a eu Éva dia bele, il/elle n’a pas eu
Biva bele, nous avons eu Biéva dia bele, nous n’avons pas eu
Mineva bele, vous avez eu Minéva dia bele, vous n’avez pas eu
Beva bele, ils/elles ont eu Béva dia bele, ils/elles n’ont pas eu

-Obame Ondo Prospère ava bele ossiman na alè me nkol, Obame Ondo
Prospère a eu l’idée de me téléphoner ce soir.

152
e-Imparfait

Forme affirmative Forme négative


Menga bebele, j’avais Ménga dia bebele, je n’avais pas
Onga bebele, tu avais Wénga dia bebele, tu n’avais pas
Anga bebele, il/elle avait Énga dia bebele, il/elle n’avait pas
Binga bebele, nous avions Biénga dia bebele, nous n’avions pas
Minenga bebele, vous aviez Minénga dia bebele, vous n’aviez pas
Benga bebele, ils/elles avaient Bénga dia bebele, ils/elles n’avaient
pas

Exemple: Be Fang benga bebele apwa Odzamboga, les Fang avaient


le chasse-mouches à Odzamboga.

f-Passé antérieur
Forme affirmative Forme négative

Mebele-ne, j’eus eu Mébele-ne dia, je n’eus pas eu


Obele-ne, tu eus eu Wébele-ne dia, tu n’eus pas eu
Abele-ne, il/elle eut eu Ébele-ne dia, il/elle n’eut pas eu
Bibele-ne, nous eûmes eu Biébele-ne dia, nous n’eûmes pas eu
Minebele-ne, vous eûtes eu Minébele-ne dia, vous n’eûtes pas eu
Bebele-ne, ils/elles eurent eu Bébele- dia, ils/elles n’eurent pas eu

g-Plus-que-parfait

Forme affirmative Forme négative


Maâbele, j’avais eu Maâbele dia, je n’avais pas eu
Waâbele, tu avais eu Waâbele dia, tu n’avais pas eu
Aâbele, il/elle avait eu Aâbele dia, il/elle n’avait pas eu
Biaâbele, nous avions eu Biaâbele dia, nous n’avions pas eu
Minaâbele, vous aviez eu Minaâbele dia, vous n’aviez pas eu
Baâbele, ils/elles avaient eu Baâbele dia, ils/elles n’avaient pas eu

Pandzou Jean Lambert aâbele nnem mot na ayem biagnong é nda


dzégn a Fala, Pandzou Jean Lambert avait eu l’idée de bien nous recevoir
chez lui en France.

Galibou Hamadou ye Hamadou Yaya baâbele abüign be metua


Mitzic, Galibou Hamadou et Hamadou Yaya avaient eu beaucoup de voitures
à Mitzic.

153
-Ewélike Jules aâbele ossimane na ayem bialep, Ewélike Jules avait eu la
sagesse de nous prodiguer de sages conseils.

2-Conditionnel
2-1- Conditionnel 1ère forme.
Forme affirmative Forme négative
Mene bele, j’aurais Messe bele, je n’aurais pas
One bele, tu aurais Osse bele, tu n’aurais pas
Ane bele, il/elle aurait Asse bele, il/elle n’aurait pas
Bine bele, nous aurions Bisse bele, nous n’aurions pas
Mine bele, vous auriez Minesse bele, vous n’auriez pas
Bene bele, ils/elles auraient Besse bele, ils/elles n’auraient pas

2-2- Conditionnel 2e forme

Forme Forme affirmative- Forme négative-passé


affirmative passé
Ve mabele, Ve menga bele, Ve maâbele dia, je
j’aurais j’aurais n’aurais pas
Ve wabele, tu Ve onga bele, tu Ve waâbele dia, tu
aurais aurais n’aurais pas
Ve abele, il/elle Ve anga bele, il/elle Ve aâbele dia, il/elle
aurait aurait n’aurait pas
Ve biabele, nous Ve binga bele, nous Ve biaâbele dia, nous
aurions aurions n’aurions pas
Ve minabele, vous Ve minenga bele, Ve minaâbele dia, vous
auriez vous auriez n’auriez pas
Ve babele, Ve benga bele, Ve baâbele dia, ils/elles
ils/elles auraient ils/elles auraient n’auraient pas
Ve mebeleyang, Ve menga bebele, Ve ménga dia bele, je
j’aurais j’aurais n’aurais pas
Ve obeleyang, / Ve onga bebele, / Ve wénga dia bele, /
Ve abeleyang, / Ve anga bebele, / Ve énga dia bele, /
Ve bibeleyang, / Ve binga bebele, / Ve biénga dia bele, /
Ve minebeleyang, Ve minenga bebele, / Ve minénga dia bele, /
/ Ve benga bebele, / Ve bénga dia bele, /
Ve bebeleyang, /

154
2-3- Conditionnel incertain

Forme affirmative Forme négative


Mene belebele, j’aurais quand Messe belebele, je n’aurais même
même pas
One belebele, tu aurais quand Osse belebele, tu n’aurais même
même pas
Ane belebele, il/elle aurait quand Asse belebele, il/elle n’aurait
même même pas
Bine belebele, nous aurions quand Bisse belebele, nous n’aurions
même même pas
Mine belebele, vous auriez quand Minesse belebele, vous n’auriez
même même pas
Bene belebele, ils/elles auraient Besse belebele, ils/elles n’auraient
quand même même pas

3- Subjonctif
3-1-Subjonctif présent

Subjonctif présent
Forme affirmative Forme négative
Na mebele, que je aie Na metagha bele, que je n’aie pas
Na obele, que tu aies Na otagha bele, que tu n’aies pas
Na abele, qu’il/elle ait Na atagha bele, qu’il/elle n’ait pas
Na bibele, que nous ayons Na bitagha bele, que nous n’ayons pas
Na minebele, que vous ayez Na minetagha bele, que vous n’ayez pas
Na bebele, qu’ils/elles aient Na betagha bele, qu’ils/elles n’aient pas
Deuxième forme affirmative Deuxième forme négative
Na mabele, que j’aie Na maâbele dia, que je n’aie pas
Na wabele, / Na waâbele dia, /
Na abele, / Na aâbele dia, /
Na biabele, / Na biaâbele dia, /
Na minabele, / Na minaâbele dia, /
Na babele, / Na baâbele dia, /

155
3-2-Subjonctif présent incertain

Forme affirmative Forme négative


Na mebelebele, que j’aie quand Na mébelebele dia, que je n’aie
même même pas
Na obelebele, que tu aies quand Na wébelebele dia, que tu n’aies
même même pas
Na abelebele, qu’il/elle ait Na ébelebele dia, qu’il/elle n’ait
quand même même pas
Na bibelebele, que nous ayons Na biébelebele dia, que nous
quand même n’ayons même pas
Na minebelebele, que vous ayez Na minébelebele dia, que vous
quand même n’ayez même pas
Na bebelebele, qu’ils/elles aient Na bébelebele dia, qu’ils/elles
quand même n’aient même pas

3-3-Subjonctif imparfait

Subjonctif passé
Forme affirmative Forme négative
Na menga bele, que j’eusse Na ménga dia bele, que je n’eusse
pas
Na onga bele, que tu eusses Na wénga dia bele, que tu n’eusses
pas
Na anga bele, qu’il/elle eût Na énga dia bele, qu’il/elle n’eût pas
Na binga bele, que nous eussions Na biénga dia bele, que nous
n’eussions pas
Na minenga bele, que vous Na minénga bele, que vous n’eussiez
eussiez pas
Na benga bele, qu’ils/elles Na bénga dia bele, qu’ils/elles
eussent n’eussent pas
Deuxième forme affirmative Deuxième forme négative
Na maâbele, que j’eusse Na maâbele dia, que je n’eusse pas
Na waâbele, / Na waâbele dia, /
Na aâbele, / Na aâbele dia, /
Na biaâbele, / Na biaâbele dia, /
Na minaâbele, / Na minaâbele dia, /
Na baâbele, / Na baâbele dia, /

156
3-4-Subjonctif imparfait incertain
Forme affirmative Forme négative
Na maâbelebele, que j’eusse Na maâbelebele dia, que je n’eusse
quand même même pas
Na waâbelebele, que tu eusses Na waâbelebele dia, que tu n’eusses
quand même même pas
Na aâbelebele, qu’il/elle eût Na aâbelebele dia, qu’il/elle n’eût
quand même même pas
Na biaâbelebele, que nous Na biaâbelebele dia, que nous
eussions quand même n’eussions même pas
Na minaâbelebele, que vous Na minaâbelebele dia, que vous
eussiez quand même n’eussiez même pas
Na baâbelebele, qu’ils/elles Na baâbelebele dia, qu’ils/elles
eussent quand même n’eussent même pas

4-Impératif présent du verbe « abele », avoir.

Forme affirmative Forme négative

Beleghe, aie Ke bele, n’aie pas


Bibeleghâne, ayons Bitagha bele, n’ayons pas
Beleghâne, ayez Ke belâne, n’ayez pas

5-Les semi-auxiliaires du verbe « avoir » en fang:


Le verbe « avoir » en fang se traduit par le semi-auxiliaire : « awokh » qui
signifie aussi : entendre, écouter et sentir. En revanche, c’est un verbe
régulier, qui se conjugue comme « adzi » : manger.
Alors :

Avoir faim, se dit : « Awokh zègn », sur le plan littéral signifie, (je sens faim
ou j’entends faim).
Exemples : Bong bawokh zègn nté kiri, ka bidzi, les enfants ont faim
depuis ce matin, parce qu’il n’y a pas à manger.
Mawokh abüign zègn, j’ai beaucoup faim ; ou mabira wokh zègn, j’ai
beaucoup faim.

Avoir soif : « Awokh évé’é »


Exemples : Mimbokh miawokh évé’é, bassègn e viane si, les prisonniers
ont soif parce qu’ils bossent sous le soleil.
Mawokh abüign évé’é ou mabira wokh évé’é, j’ai beaucoup soif.

157
Avoir froid : « Awokh avep »
Exemples: Zougha awokh avep a Fala, Zougha a froid en France.
Mawokh avep melu messe, j’ai froid tous les jours.

Avoir chaud : « Awokh ay’óng »


Exemples : Bong beye beyokh bawokh ay’óng ane bessatane, les
Librevillois ont chaud comme de bons diables.
Mawokh ay’óng éyong mene abang si Africa, j’ai chaud lorsque je suis en
Afrique.

Avoir mal : « Awokh mintègn »


Exemples : Mengue awokh nno mintègn akal bong bene mindziman a
sikolo, Mengue a mal à la tête parce que les enfants sont têtus à l’école.
Ngoua Nze Géraud awokh abume abé akale abira dzi éba owone, Ngoua
Nze Géraud a mal au ventre à force de manger la patte d’arachide.

Avoir envie de : « Awokh ozang »


Exemples : Ella Steeve awokh ozang, akôme dzi fus ngüign, Ella Steeve a
envie de manger un morceau de sanglier.
Nvome dawokh ozang akôme ló, la vipère a envie de mordre.

Avoir le goût : « Awokh zam »


Ndong awokh zam akal adzi zong ye miwas, Ndong a le goût parce qu’elle
mange les aubergines aux crevettes.
Nguema Ngomo Jean Gabriel awokh zam akal na Simone da Silva ayam
gne feijoada, Nguema Ngomo Jean Gabriel a le goût parce que Simone da
Silva lui prépare la feijoada.

Avoir peur de : « Ako wóng »


Exemple: Nelson Mvé ako wóng akal zalang da bame, Nelson Mvé a peur
du grondement de tonnerre.
Fanfan ako dzibe wóng, Fanfan a peur de l’obscurité.

Avoir l’impression de : « Abune »


Exemples : Missang abune na si daye sangle ye medzo me nvègn, Missang
a l’impression que le pays va changer avec de belles paroles.
Asta Amadou abune na bimbu miaâlor avó, aâkôme mane sikolo, Asta
Amadou a l’impression que les années ne passent pas vite, elle ne souhaite
pas encore se séparer des bancs.

158
Avoir envie de : « Akôme »
Exemples: Ngou-Nico akôme sanglane mam meye sikolo a pagna, ve bot
baâbile dia mefekh abele, Ngou-Nico a envie de réformer les études
hispaniques, mais son discours ne passe toujours pas.
Makôme wa, j’ai envie de toi (je t’aime).
Mvé Assoume akôme vole bobegnang ve beyem babo gne some, Mvé
Assoume a envie d’aider les siens mais les sorciers le combattent.

Avoir envie de ou souhaiter : « Ayi »


Exemples : Eyene Mba ayi na bong beye Mitzic bewoghane, Eyene Mba
souhaite que les jeunes de Mitzic s’entendent.
Mayi wa, j’ai envie de toi (j’ai besoin de toi) ; pour exprimer la nostalgie de
quelqu’un qui vous manque beaucoup.

Avoir l’idée de: « Abele ossiman »


Exemple : Obame Bekale abele ossiman na ake Essong Ville, Obame
Bekale Edmond a l’idée d’aller à Essong Ville.

Avoir un bon comportement : « Ene mbeba fulu »


Exemple : Avome Mba ane mbeba fulu, Avome Mba a un bon
comportement.

Avoir un mauvais comportement : « Ene mbéa fulu »


Exemple: Oyono Bob ane mbéa fulu, Oyono Bob a un mauvais
comportement.

Avoir l’habitude de : « Awole »


Exemples : Mewole dzi kikiri éyong make a sikolo, j’ai l’habitude de
manger le matin lorsque je vais à l’école.
Minlang betsira miwole bia ve na biyem wulu énîng, la sagesse des
ancêtres a l’habitude de nous guider dans la vie.

Avoir l’air de : « Ayéne ane »


Exemples : Gabon ayéne an’évom beva lumane, le Gabon a l’air d’un
champ de bataille.
Koumba Stephane ayéne ane é mot awokh abé, Koumba Stephane a l’air
fâché.

Avoir de la patience : « Azôm mam »


Edingo azôm na ayiè bia afang bo ke bele bifura : Edingo a eu de la
patience durant sa carrière musicale malgré son état d’impécuniosité.

En avoir marre ou mourir de : « Avor, Ategh, Adzukh ».


Exemples : Nguema Ondo Francis adzughang y’édung bifatele meyokh,
Nguema Ondo Francis en a marre du bruit des bistrots.

159
Mevorang de! J’en ai marre !
Meteghang ye wa! J’en ai marre de toi!

Avoir honte : « Awokh osson »


Exemple : Ebane Zang Antoine awokh nkia osson, Ebane Zang Antoine a
honte de sa belle-mère.

Avoir envie d’aller à la selle: « Awokh édukh »


Exemple : Essono Essono Constantin awokh édukh, Essono Essono
Constantin a envie d’aller à la selle.

Avoir envie de faire miction : « Awokh megnorogo »


Exemple : Ndemezo’o Bernadin awokh megnorogo, Ndemezo’o Bernadin
a envie de faire miction.

Avoir des crânes humains : « Abele minkukh »


Exemple : N’nang Mba abele minkukh, N’nang Mba a des crânes humains.

Avoir des fétiches : « Abele mebiang »


Exemple : Angung Bere abele mebiang mene dzelele, Angung Bere a des
fétiches très puissants.

Avoir de l’argent : « Abele bifura »


Exemple : Minko abele bifura, Minko a de l’argent.

Avoir des armes : « Abele mezala »


Exemple : Miwuwub mibele mezala, les voleurs ont des armes.

Avoir des soucis: « Abele bidza bi nnem »


Exemple : Eyang abele bidza bi nnem, Eyang a des soucis.

Avoir quelque chose : « Abele dzom »


Exemple : Nkoghe Ondo abele dzom, Nkoghe Ondo a quelque chose.

Avoir un legs: « Abele akômega »


Exemple: Ossa abele akômega, Ossa a un legs.

Avoir le pouvoir : « Abele ntum »


Exemple : Mimbú mewôme me nii mindeghe mane mi, mindzimane mi
bot minga bele ntum abang si Gabon, les incompétents avaient le pouvoir
au Gabon, ces quarante dernières années.

Avoir des richesses : « Abele abuma »

Avoir un souvenir : « Abele olando »

160
XX-LES VERBES IMPERSONNELS EN FANG

« Anong »: pleuvoir;
« Ayiane »: Falloir;
« Aku étam minkud »: neiger;
« Akwane »: échoir;

(Voir le tableau ci-dessous)

Forme affirmative Forme négative


Présent de l’ind.
Anong, il pleut Aânong ki, il ne pleut pas
Ayiane, il faut Aâyiane ki, il ne faut pas
Présent incertain :
Anonong, il pleut quand Aânonong ki, il ne pleut même pas
même Aâyiayiane ki, il ne faut même pas
Ayiayiane, il faut quand même
Imparfait
Anga nonong, il pleuvait Énga ki nonong, il ne pleuvait pas
Anga yiyiane, il fallait Énga ki yiyiane, il ne fallait pas
Futur simple
Aye nong, il pleuvra Aâye ki nong, il ne pleuvra pas
Aye yiane, il faudra Aâye ki yiane, il ne faudra pas
Futur proche
Azu nong, il va pleuvoir Aâzu ki zu nong, il ne va pas
Azu yiane, il va falloir pleuvoir
Aâzu ki yiane, il ne va pas falloir
Futur de choix
Aye nonong, il pleuvra Aâye ki nonong, il ne pleuvra pas
toujours toujours
Aye yiyiane, il faudra toujours Aâye ki yiyiane, il ne faudra pas

NB : Neiger et échoir se conjuguent de la même façon que les verbes falloir


et pleuvoir.

161
Les verbes impersonnels en fang (suite)

Passé simple
Anga nong, il plut Énga ki nong, il ne plut pas
Anga yiane, il fallut Énga ki yiane, il ne fallut pas
Passé composé
Anongang/Ava nong, il a plu Andzi ki nong, il n’a pas plu
Ayianeyang/Avayiane, il a fallu Andzi ki yiane, il n’a pas fallu
Plus-que-parfait
Aânong, il avait plu Aânong ki, il n’avait pas plu
Aâyiane, il avait fallu Aâyiane ki, il n’avait pas fallu
Passé antérieur
Anong-ne, il eut plu Énong-ne ki, il n’eut pas plu
Ayiane-ne, il eut fallu Éyiane-ne ki, il n’eut pas fallu
Futur antérieur
Angaye nong, il aura plu Éngaye ki nong, il n’aura pas plu
Angaye yiane, il aura fallu Éngaye ki yiane, il n’aura pas
fallu
Conditionnel
Ane nong/Ve anong, il Asse ki nong, il ne pleuvrait pas
pleuvrait Asse ki yiane, il ne faudrait pas
Ane yiane/Ve ayiane, il faudrait
Subjonctif présent
Na anong, qu’il pleuve Na aânong ki, qu’il ne pleuve pas
Na ayiane, qu’il faille Na aâyiane ki, qu’il ne faille pas
Subjonctif passé
Na anga nong, qu’il plût Na énga ki nong, qu’il ne plût pas
Na anga yiane, qu’il fallût Na énga ki yiane, qu’il ne fallût
pas
Impératif / /
Participe passé /
Nong, plu
Yiane, fallu
Participe présent /
éénong, (en) pleuvant
ééyiane, /
Infinitif /
Anong, pleuvoir
Ayiane, falloir

162
XXI-TRADUCTION DE L’OBLIGATION PERSONNELLE ET
IMPERSONNELLE EN FANG : «Il faut… ; il faut que… »

A-Obligation personnelle
En fang, pour former l’obligation personnelle, nous faisons recours au
tableau de désinence que nous avons élaboré plus haut afin de voir à quel
temps nous souhaitons conjuguer notre verbe. Ensuite, nous ajoutons à ces
terminaisons l’auxiliaire « yiane ». Alors, si nous voulons former au présent
de l’indicatif l’obligation personnelle du verbe, « venir », en fang « azu »,
nous dirons :

1-Mode indicatif
a- Présent de l’indicatif

Forme affirmative Forme négative


Mayiane zu, il faut que je Maâyiane ki zu, il ne faut pas que je
vienne vienne
Wayiane zu, il faut que tu Waâyiane ki zu, il ne faut pas que tu
viennes viennes
Ayiane zu, il faut qu’il/elle Aâyiane ki zu, il ne faut pas qu’il/elle
vienne vienne
Biayiane zu, il faut que nous Biaâyiane ki zu, il ne faut pas que nous
venions venions
Minayiane zu, il faut que Minaâyiane ki zu, il ne faut pas que
vous veniez vous veniez
Bayiane zu, il faut Biaâyiane ki zu, il ne faut pas
qu’ils/elles viennent qu’ils/elles viennent

a-1-Présent de l’incertitude

Forme affirmative Forme négative


Mayiayiane zu, il faut quand Maâyiayiane ki zu, il ne faut même
même que je vienne pas que je vienne
Wayiayiane zu, il faut quand Waâyiayiane ki zu, il ne faut même
même que tu viennes pas que tu viennes
Ayiayiane zu, il faut quand Aâyiayiane ki zu, il ne faut même pas
même qu’il/elle vienne qu’il/elle vienne
Biayiayiane zu, il faut quand Biaâyiayiane ki zu, il ne faut même
même que nous venions pas que nous venions
Minayiayiane zu, il faut quand Minaâyiayiane ki zu, il ne faut même
même que vous veniez pas que vous veniez
Bayiayiane zu, il faut quand Biaâyiayiane ki zu, il ne faut même
même qu’ils/elles viennent pas qu’ils/elles viennent

163
b-Imparfait

Forme affirmative Forme négative


Menga yiyiane zu, il fallait que Ménga yiyiane ki zu, il ne fallait pas
je vinsse que je vinsse
Onga yiyiane zu, il fallait que Wénga yiyiane ki zu, il ne fallait
tu vinsses pas que tu vinsses
Anga yiyiane zu, il fallait Énga yiyiane ki zu, il ne fallait pas
qu’il/elle vînt qu’il/elle vînt
Binga yiyiane zu, il fallait que Biénga yiyiane ki zu, il ne fallait pas
nous vinssions que nous vinssions
Minenga yiyiane zu, il fallait Minénga yiyiane ki zu, il ne fallait
que vous vinssiez pas que vous vinssiez
Benga yiyiane zu, il fallait Bénga yiyiane ki zu, il ne fallait pas
qu’ils/elles vinssent qu’ils/elles vinssent

c-Passé simple

Forme affirmative Forme négative


Menga yiane zu, il fallut que je Ménga yiane ki zu, il ne fallut pas que
vinsse je vinsse
Onga yiane zu, il fallut que tu Wénga yiane ki zu, il ne fallut pas que
vinsses tu vinsses
Anga yiane zu, il fallut Énga yiane ki zu, il ne fallut pas
qu’il/elle vînt qu’il/elle vînt
Binga yiane zu, il fallut que Biénga yiane ki zu, il ne fallut pas que
nous vinssions nous vinssions
Minenga yiane zu, il fallut que Minénga yiane ki zu, il ne fallut pas
vous vinssiez que vous vinssiez
Benga yiane zu, il fallut Bénga yiane ki zu, il ne fallut pas
qu’ils/elles vinssent qu’ils/elles vinssent

164
d-Futur simple

Forme affirmative Forme négative


Maye yiane zu, il faudra que je Maâye yiane ki zu, il ne faudra pas que
vienne je vienne
Waye yiane zu, il faudra que Waâye yiane ki zu, il ne faudra pas que
tu viennes tu viennes
Aye yiane zu, il faudra Aâye yiane ki zu, il ne faudra pas
qu’il/elle vienne qu’il/elle vienne
Biaye yiane zu, il faudra que Biaâye yiane ki zu, il ne faudra pas que
nous venions nous venions
Minaye yiane zu, il faudra que Minaâye yiane ki zu, il ne faudra pas
vous veniez que vous veniez
Baye yiane zu, il faudra Baâye yiane ki zu, il ne faudra pas
qu’ils/elles viennent qu’ils/elles viennent

d-1-Futur proche

Forme affirmative Forme négative


Mazu yiane zu, il va falloir que Maâzu yiane ki zu, il ne va pas falloir
je vienne que je vienne
Wazu yiane zu, il va falloir Waâzu yiane ki zu, il ne va pas falloir
que tu viennes que tu viennes
Azu yiane zu, il va falloir Aâzu yiane ki zu, il ne va pas falloir
qu’il/elle vienne qu’il/elle vienne
Biazu yiane zu, il va falloir Biaâzu yiane ki zu, il ne va pas falloir
que nous venions que nous venions
Minazu yiane zu, il va falloir Minaâzu yiane ki zu, il ne va pas
que vous veniez falloir que vous veniez
Bazu yiane zu, il va falloir Baâzu yiane ki zu, il ne va pas falloir
qu’ils/elles viennent qu’ils/elles viennent

165
d-2- Futur de choix

Forme affirmative Forme négative


Maye yiyiane zu, il faudra Maâye yiyiane ki zu, il ne faudra pas
toujours que je vienne toujours que je vienne
Waye yiyiane zu, il faudra Waâye yiyiane ki zu, il ne faudra pas
toujours que tu viennes toujours que tu viennes
Aye yiyiane zu, il faudra Aâye yiyiane ki zu, il ne faudra pas
toujours qu’il/elle vienne toujours qu’il/elle vienne
Biaye yiyiane zu, il faudra Biaâye yiyiane ki zu, il ne faudra pas
toujours que nous venions toujours que nous venions
Minaye yiyiane zu, il faudra Minaâye yiyiane ki zu, il ne faudra
toujours que vous veniez pas toujours que vous veniez
Baye yiyiane zu, il faudra Baâye yiyiane ki zu, il ne faudra pas
toujours qu’ils/elles viennent toujours qu’ils/elles viennent

e-Passé composé

Forme affirmative Forme négative


Meva yiane zu, il a fallu que Méva yiane ki zu, il n’a pas fallu que
je vinsse je vienne
Ova yiane zu, il a fallu que tu Wéva yiane ki zu, il n’a pas fallu que
vinsses tu vinsses
Ava yiane zu, il a fallu Éva yiane ki zu, il n’a pas fallu
qu’il/elle vînt qu’il/elle vînt
Biva yiane zu, il a fallu que Biéva yiane ki, il n’a pas fallu que
nous vinssions nous vinssions
Mineva yiane zu, il a fallu que Minéva yiane ki zu, il n’a pas fallu
vous vinssiez que vous vinssiez
Beva yiane zu, il a fallu Béva yiane ki zu, il n’a pas fallu
qu’ils/elles vinssent qu’ils/elles vinssent

166
f-Plus-que-parfait

Forme affirmative Forme négative


Maâyiane zu, il avait fallu Maâyiane ki zu, il n’avait pas fallu que
que je vinsse je vinsse
Waâyiane zu, il avait fallu Waâyiane ki zu, il n’avait pas fallu que
que tu vinsses tu vinsses
Aâyiane zu, il avait fallu Aâyiane ki zu, il n’avait pas fallu
qu’il/elle vînt qu’il/elle vînt
Biaâyiane zu, il avait fallu Biaâyiane ki zu, il n’avait pas fallu que
que nous vinssions nous vinssions
Minaâyiane zu, il avait fallu Minaâyiane ki zu, il n’avait pas fallu
que vous vinssiez que vous vinssiez
Baâyiane zu, il avait Baâyiane ki zu, il n’avait pas fallu
qu’ils/elles vinssent qu’ils/elles vinssent

g- Passé antérieur

Forme affirmative Forme négative


Meyiane-ne zu, il eut fallu que Méyiane-ne ki zu, il n’eut pas fallu
je vinsse que je vinsse
Oyiane-ne zu, il eut fallu que Wéyiane-ne ki zu, il n’eut pas fallu
tu vinsses que tu vinsses
Ayiane-ne zu, il eut fallu Éyiane-ne ki zu, il n’eut pas fallu
qu’il/elle vînt qu’il/elle vînt
Biyiane-ne zu, il eut fallu que Béyiane-ne ki zu, il n’eut pas que
nous vinssions fallu nous vinssions
Mineyiane-ne zu, il eut fallu Minéyiane-ne ki zu, il n’eut pas que
que vous vinssiez fallu vous vinssiez
Beyiane-ne zu, il eut fallu Béyiane-ne ki zu, il n’eut pas fallu
qu’ils/elles vinssent qu’ils/elles vinssent

167
h-Futur antérieur

Forme affirmative Forme négative


Mengaye yiane zu, il aura fallu Méngaye yiane ki zu, il ne faudra
que je vinsse pas que je vinsse
Ongaye yiane zu, il aura fallu Wéngaye yiane ki zu, il ne faudra
que tu vinsses pas que tu vinsses
Angaye yiane zu, il aura fallu Éngaye yiane ki zu, il ne faudra pas
qu’il/elle vînt qu’il/elle vînt
Bingaye yiane zu, il aura fallu Biéngaye yiane ki zu, il ne faudra
que nous vinssions pas que nous vinssions
Minengaye yiane zu, il aura Minéngaye yiane ki zu, il ne faudra
fallu que vous vinssiez pas que vous vinssiez
Bengaye yiane zu, il aura fallu Béngaye yiane ki zu, il ne faudra
qu’ils/elles vinssent pas qu’ils/elles vinssent

2-Conditionnel

2-1-Conditionnel 1ère forme

Forme affirmative Forme négative


Mene yiane zu, il faudrait que je Messe yiane zu, il ne faudrait pas
vinsse que je vinsse
One yiane zu, il faudrait que tu Osse yiane zu, il ne faudrait pas que
vinsses tu vinsses
Ane yiane zu, il faurait qu’il/elle Asse yiane zu, il ne faudrait pas
vînt qu’il/elle vînt
Bine yiane zu, il faudrait que Bisse yiane zu, il ne faudrait pas que
nous vinssions nous vinssions
Mine yiane zu, il faudrait que Minesse yiane zu, il ne faudrait pas
vous vinssiez que vous vinssiez
Bene yiane zu, il faudrait Besse yiane zu, il ne faudrait pas
qu’ils/elles vinssent qu’ils/elles vinssent

168
2-2- Conditionnel incertain

Forme affirmative Forme négative


Menene yiane zu, il faudrait Messesse yiane zu, il ne faudrait même
quand même que je vinsse pas que je vinsse
Onene yiane zu, il faudrait Ossesse yiane zu, il ne faudrait même
quand même que tu vinsses pas que tu vinsses
Anene yiane zu, il faurait quand Assesse yiane zu, il ne faudrait même
même qu’il/elle vînt pas qu’il/elle vînt
Binene yiane zu, il faudrait Bissesse yiane zu, il ne faudrait même
quand même que nous vinssions pas que nous vinssions
Minene yiane zu, il faudrait Minessesse yiane zu, il ne faudrait
quand même que vous vinssiez même pas que vous vinssiez
Benene yiane zu, il faudrait Bessesse yiane zu, il ne faudrait même
quand même qu’ils/elles vinssent pas qu’ils/elles vinssent

2-3- Conditionnel 2e forme

Forme affirmative Forme affirmative- Forme négative-passé


passé
Ve mayiane zu, il Ve menga yiane zu, / Ve ménga yiane dia zu,
faudrait que je vinsse Ve onga yiane zu, / Ve wénga yiane dia zu,
Ve wayiane zu, / Ve anga yiane zu, / Ve énga yiane dia zu,
Ve ayiane zu, / Ve binga yiane zu, / Ve biénga yiane dia zu,
Ve biayiane zu, / Ve minenga yiane zu, Ve minénga yiane dia
Ve minayiane zu, / / zu,
Ve bayiane zu, / Ve benga yiane zu, / Ve bénga yiane dia zu,
Ve meyianeyang zu, Ve menga yiyiane zu, Ve ménga dia yiyiane
Ve oyianeyang zu, / Ve onga yiyiane zu, / zu,
Ve ayianeyang zu, / Ve anga yiyiane zu, / Ve wénga dia yiyiane
Ve biyianeyang zu, / Ve binga yiyiane zu, / zu,
Ve mineyianeyang zu, Ve minenga yiyiane Ve énga dia yiyiane zu,
/ zu, / Ve biénga dia yiyiane
Ve beyianeyang zu, / Ve benga yiyiane zu, / zu,
Ve minénga dia yiyiane
zu,
Ve bénga dia yiyiane,

169
3- Subjonctif
3-1-Subjonctif présent
Subjonctif présent
Forme affirmative Forme négative
Na mayiane zu, qu’il faille que Na maâyiane ki zu, qu’il ne faille pas
je vinsse que je vinsse
Na wayiane zu, qu’il faille que Na waâyiane ki zu, qu’il ne faille pas
tu vinsses que tu vinsses
Na ayiane zu, qu’il faille Na aâyiane ki zu, qu’il ne faille pas
qu’il/elle vînt qu’il/elle vînt
Na biayiane zu, qu’il faille que Na biaâyiane ki zu, qu’il ne faille pas
nous vinssions que nous vinssions
Na minayiane zu, qu’il faille Na minaâyiane zu, qu’il ne faille pas
que vous vinssiez que vous vinssiez
Na bayiane zu, qu’il faille Na baâyiane ki zu, qu’il ne faille pas
qu’ils/elles vinssent qu’ils/elles vinssent
Deuxième forme affirmative Deuxième forme négative
Na maâyiane zu, qu’il faille Na maâyiane dia zu, qu’il ne faille pas
que je vinsse que je vinsse
Na waâyiane zu, / Na waâyiane dia zu, /
Na aâyiane zu, / Na aâyiane dia zu, /
Na biaâyiane zu, / Na biaâyiane dia zu, /
Na minaâyiane zu, / Na minaâyiane dia zu, /
Na baâyiane zu, / Na baâyiane dia zu, /

3-2-Subjonctif présent incertain

Forme affirmative Forme négative


Na mayiayiane zu, qu’il faille Na maâyiayiane dia zu, qu’il ne faille
quand même que je vinsse même pas que je…
Na wayiayiane zu, qu’il faille Na waâyiayiane dia zu, qu’il ne faille
quand même que tu vinsses même pas que tu…
Na ayiayiane zu, qu’il faille Na aâyiayiane dia zu, qu’il ne faille
quand même qu’il/elle vînt même pas qu’il/elle…
Na biayiayiane zu, qu’il faille Na biaâyiayiane dia zu, qu’il ne faille
quand même que nous vinssions même pas que nous vinssions
Na minayiayiane zu, qu’il faille Na minaâyiayiane dia zu, qu’il ne
quand même que vous vinssiez faille même pas que vous vinssiez
Na bayiayiane zu, qu’il faille Na baâyiayiane dia zu, qu’il ne faille
quand même qu’ils/elles même pas qu’ils/elles vinssent
vinssent

170
3-3-Subjonctif imparfait

Subjonctif passé
Forme affirmative Forme négative
Na menga yiane zu, qu’il fallût Na ménga dia yiane zu, qu’il ne fallût
que je vinsse pas que je vinsse
Na onga yiane zu, qu’il fallût Na wénga dia yiane zu, qu’il ne fallût
que tu vinsses pas que tu vinsses
Na anga yiane zu, qu’il fallût Na énga dia yiane zu, qu’il ne fallût pas
qu’il/elle vînt qu’il/elle vînt
Na binga yiane zu, qu’il fallût Na biénga dia yiane zu, qu’il ne fallût
que nous vinssions pas que nous vinssions
Na minenga yiane zu, qu’il Na minénga yiane zu, qu’il ne fallût pas
fallût que vous vinssiez que vous vinssiez
Na benga yiane zu, qu’il fallût Na bénga dia yiane zu, qu’il ne fallût
qu’ils/elles vinssent pas qu’ils/elles vinssent
Deuxième forme affirmative Deuxième forme négative
Na meyiane-ne zu, qu’il fallût Na méyiane-ne dia zu, qu’il ne fallût
que je vinsse pas que je vinsse
Na oyiane-ne zu, / Na wéyiane-ne dia zu, /
Na ayiane-ne zu, / Na éyiane-ne dia zu, /
Na biyiane-ne zu, / Na biéyiane-ne dia zu, /
Na mineyiane-ne zu, / Na minéyiane-ne dia zu, /
Na beyiane-ne zu, / Na béyiane-ne dia zu, /

3-4-Subjonctif imparfait incertain

Forme affirmative Forme négative


Na maâyiayiane, qu’il fallût Na maâyiayiane dia, qu’il ne fallût
quand même que je vinsse même pas que je vinsse
Na waâyiayiane qu’il fallût quand Na waâyiayiane dia, qu’il ne fallût
même que tu vinsses même pas que tu vinsses
Na aâyiayiane, qu’il fallût quand Na aâyiayiane dia, qu’il ne fallût
même qu’il/elle vînt même pas qu’il/elle vînt
Na biaâyiayiane, qu’il fallût Na biaâyiayiane dia, qu’il ne fallût
quand même que nous vinssions même pas nous vinssions
Na minaâyiayiane, qu’il fallût Na minaâyiayiane dia, qu’il ne fallût
quand même que vous vinssiez même pas que vous vinssiez
Na baâyiayiane, qu’il fallût quand Na baâyiayiane dia, qu’il ne fallût
même qu’ils/elles vinssent même pas qu’ils/elles vinssent

171
B- Obligation impersonnelle
Quant à l’obligation impersonnelle, il suffit de garder le verbe à l’infinitif
pour obtenir l’obligation impersonnelle. Pour dire :

Il faut beaucoup manger à midi, adzi abüign mewala awom a bebègn.

Il faut travailler, assègn.

Il faut marcher pour voir des choses, anîng na oyén mam.

Il faut oublier la souffrance, mais il ne faut pas oublier qu’on a souffert,


avüane mindzukh, ve otagha vüane na ova yén mindzukh.

Il faut dormir tôt pour se réveiller tôt, abome si avó na ové ékuna.

Il faut dire la vérité, akobe bebela.

Il faut brosser les dents chaque jour, assob messong melu messe.

Il faut manger pour vivre, adzi na onîng.

Il faut étudier pour bien vivre plus tard, ayeghe sikolo ne oyem nîng melu
mazu.

Il faut honorer son père et sa mère pour que ses jours soient heureux, asseme
é só ye gnó oke yem yombe.

Il faut respecter la tradition pour savoir où l’on va, akang é mam betare
benga likh na oyem é vom wake.

Il faut rester au corps de garde pour découvrir les secrets du patrimoine


artistique et culturel de la société traditionnelle fang, atobe abâ na oyem
minlang mi ave ayong fang duma.

Il faut manger moins pour garder la taille, adzi avitsang na olangane


ndomane.

Il faut que les pieds marchent pour que les yeux voient des choses, mebo
mewulughe na mis meyén mam.

Il faut supporter les vicissitudes de la vie, azôm mam mey’a si.

Il faut connaître la généalogie afin de mieux se connaître soi-même, ayem


éndana ayong debeng waye yem é mot one.

172
Il faut choisir de bons amis, (es) dans la vie parce qu’ils sauvent, ayem tobe
mengôm énîng akale maniane.

Il faut retenir que lorsque vous vous promenez avec un voleur, vous aussi
vous allez voler, abagle na éyong wawulu ndzu, wa fe waye dzu.

Il faut se reposer à midi, awégane éyong odeghemane dzi mewala a wom


ye bebègn.

Remarque : l’obligation impersonnelle au conditionnel se traduit en fang par


l’emploi de la préposition « ye » suivi des auxiliares « être »: aküign, atobe,
abobane, abo, éne ya ?, etc. Ainsi, nous aurons les expressions suivantes :

Ye éne bo na… serait-il nécessaire de…


Ye ane assugh na… serait-il maladroit de…
Ye éne bera bobane na… serait-il encore nécessaire de…
Ye éne mbéa ossimane na… serait-il mal pensé de…
Ye éne mbeba ossimane na… serait-il bien pensé de…
Ye éne ndzukh na… serait-il difficile de…
Ye éne ébubu na… serait-il facile de…
Ye éne mintègn na… serait-il douloureux de…
Ye ane bo na… serait-il cohérent de…
Ye éne sôssô na… serait-il objectif de…
Ye éne bobane na… serait-il possible de…
Ye ane küign na… serait-il logique de…
Ye ane atobe na… serait-il raisonnable de…
Ye sôssô ane küign na… serait-il honnête de…
Ye ane nvègn na… serait-il bon de…
Ye ane abé na… serait-il mauvait de…
Ye sôssô asse bo na… ne serait-il pas juste de…
Ye asse sôssô na… ne serait-il pas opportun de…
Ye asse bobane na… ne serait-il pas judicieux de…
Ye sôssô asse küign na… ne serait-il pas utile de…
Ye asse beng bobane na… ne serait-il pas envisageable de…

Exemple : ye ane bo na, wa mbo okott, wa mbo adzitt, wa mbo abeghe


abé : serait-il possible d’être à la fois, mince, lourd et difficile à porter.

Ye ayiane na… faudrait-il…


Ye asse yiane na… ne faudrait-il pas…

Exemple : ye ayiane na, moan ata essia, ayir fe gnia : faudrait-il laisser
l’enfant insulter son père et frapper sa mère.

173
XXII- CONCESSIF

Pour obtenir le concessif en fang, nous utilisons les auxiliaires « atoghe »,


« afang » et « mbene » suivis du participe passé du verbe. Et cela nous
permettra de traduire en fang les expressions françaises : « quoique, bien
que et même si », afin d’indiquer une restriction à l’action exprimée. Il faut
également souligner que « atoghe » et « mbene » sont invariables, ils ne se
conjuguent pas, mais servent à indiquer simplement la marque du subjonctif.
Cependant « fang », de son infinitif « afang », se conjugue à tous les temps
et modes. La forme négative de « afang » est suivie du verbe « abo ».

Forme affirmative Forme négative


Mefang dzi, bien que je Mefang bo ke dzi, bien que je ne
mange mange pas
Ofang dzi, bien que tu Ofang bo ke dzi, bien que tu ne
manges manges pas
Afang dzi, bien qu’il/elle Afang bo ke dzi, bien qu’il/elle ne
mange mange pas
Bifang dzi, bien que nous Bifang bo ke dzi, bien que nous ne
mangions mangions pas
Minefang dzi, bien que vous Minefang bo ke dzi, bien que vous ne
mangiez mangiez pas
Befang dzi, bien qu’ils/elles Befang bo que dzi, bien qu’ils/elles ne
mangent mangent pas
Forme affirmative Forme négative
Atoghe madzi, même si je Atoghe maâdzi ki, même si je ne
mange mange pas
Atoghe wadzi, même si tu Atoghe waâdzi ki, même si tu ne
manges manges pas
Atoghe adzi, même s’il/elle Atoghe aâdzi ki, même s’il/elle ne
mange mange pas
Atoghe biadzi, même si nous Atoghe biaâdzi ki, même si nous ne
mangeons mangeons pas
Atoghe minadzi, même si Atoghe minaâdzi, même si vous ne
vous mangez mangez pas
Atoghe badzi, même Atoghe baâdzi ki, même s’ils/elles ne
s’ils/elles mangent mangent

175
CONCESSIF (suite)

Forme affirmative Forme négative


Mbene madzi, même si je Mbene maâdzi ki, même si je ne
mange mange pas
Mbene wadzi, même si tu Mbene waâdzi, même si tu ne manges
manges pas
Mbene adzi, même s’il/elle Mbene aâdzi ki, même s’il/elle ne
mange mange pas
Mbene biadzi, même si nous Mbene biaâdzi ki, même si nous ne
mangeons mangeons pas
Mbene minadzi, même si Mbene minaâdzi ki, même si vous ne
vous mangez mangez pas
Mbene badzi, même s’ils/elles Mbene baâdzi ki, même s’ils/elles ne
mangent mangent pas

NB : « mbene et afang », forment leur négatif selon le modèle « mbene


+aâ+v+ ki » ou selon la forme « Mbene+bo+ke+v. », cf auxiliaire
« afang ».
Exemples : mbene waâkobe ki fe, maye we bogle, même si tu ne parles
plus, je témoignerai.
Ofang bo kagha me tu, ve maye we ve mbolo, même si tu ne m’adresses
plus la parole, mais moi je te dirai bonjour.

176
XXIII-TEMPS ET MODES DU VERBE « AFANG + PARTICIPE
PASSE DU VERBE », (MEME SI, QUAND MEME ET BIEN QUE)

Exemples :
Mafang ke yén ndama, ve maâyem nge bengen bala, je vais quand même
au stade, mais je ne sais pas si le match se joue encore.

Mitzic afang bo avitsang, ve befam bene wégn, bien que Mitzic soit étroit,
mais il possède de dignes Fils.

Ofang dzo bidzôdzô, maâbis ki wa, quoique tu dises, je m’en contrebalance.

Mefang tobe moan gnul, ve messe éngôngo, bien que je sois orphelin, je ne
suis pourtant pas malheureux.

Mazu fang ke deghe Ntoutoume Biteghe, ve maâyem nghe ane wégn, je


vais quand même faire un tour chez Ntoutoume Biteghe, mais je ne sais pas
s’il y est.

Ofang me yit, ve ménko we wong, quand bien même tu me frappes, je


n’aurai jamais peur de toi.

Cf. Tableau ci-dessous.

177
TEMPS ET MODES DU VERBE « AFANG + PARTICIPE PASSE DU VERBE »,
(MEME SI, QUAND MEME ET BIEN QUE) (Suite)

Présent de l’indicatif : Mafang, wafang, afang, biafang, minafang,


bafang
Présent incertain : Mafangfang, wafangfang, afangfang, biafangfang,
minafangfang, bafangfang
Futur simple : Maye fang, waye fang, aye fang, biaye fang, minaye fang,
baye fang
Futur proche : Mazu fang, wazu fang, azu fang, biazu fang, minazu fang,
bazu fang
Futur de choix : Maye fangfang, waye fangfang, aye fangfang, biaye
fangfang, minaye fangfang, baye fangfang
Futur antérieur : Mengaye fang, ongaye fang, angaye fang, bingaye
fang, minengaye fang, bengaye fang,
Imparfait : Menga fefang, onga fefang, anga fefang, binga fefang,
minenga fefang, benga fefang
Passé simple : Menga fang, onga fang, anga fang, binga fang, minenga
fang, benga fang
Passé composé : Meva fang, ova fang, ava fang, biva fang, mineva fang,
beva fang
Passé antérieur : Mefang-ne, ofang-ne, afang-ne, bifang-ne, minefang-
ne, befang-ne
Plus-que-parfait : Maâfang, waâfang, aâfang, biaâfang, minaâfang,
baâfang
Subjonctif présent: Na mefang, na ofang, na afang, na bifang, na
minefang, na befang
Subjonctif imparf. : Na menga fang, na onga fang, na anga fang, na
binga fang, na minenga fang, na benga fang
Conditionnel : Mene fang, one fang, ane fang, bine fang, mine fang,
bene fang
Impératif, Fang- bifanghâne- fanghâne
Participe présent : mééfang, wééfang, ééfang, biéfang, minéfang,
bééfang
Participe passé : Fang
Infinitif : Afang

178
XXIV- FORME PASSIVE
Cette forme se construit à partir du suffixe « bane » ajouté à la forme
simple du verbe à l’infinitif. C’est la voix passive

Infinitif Forme passive


Adzii, poignarder Adziibane, être poignardé
Agnong, prendre Agnongbane, être pris
Adzi, manger Adzibane, être mangé
Anigh, plier Anighebane, être plié
Assile, demander Assilebane, être demandé
Ayén, voir Ayénebane, être vu
Akôme, vouloir Akômebane, être arrangé
Akule, découvrir Akulebane, être découvert
Agnu, boire Agnubane, être bu
Abo, faire Abobane, être fait
Akogh, écraser Akoghebane, être écrasé
Abign, attraper Abîbane, être attrapé
Aname, toucher Anamane, être touché
Abulane, retourner Abulane, être retourné
Azôme, supporter Azômane, être supporté
Avuar, se fatiguer Avuarbane, être fatigué
Amiamane, se propager Amiamane, être propagé
Akab, partager Akabane, être partagé
Abime, frapper, battre Abimane, être frappé, battu
Alèè, appeler Alèèbane, être appelé
Atsibe, piétiner Atsibane, être piétiné
Alugh, épouser Alughebane, être épousé
Agnegh, aimer Agneghebane, être aimé
Akagh, promettre Akaghebane, être promis
Avüane, oublier Avüabane, être oublié
Atüè, placer Atüèbane, être placé
Agnüè, redresser Agnüèbane, être redressé
Adeghe, regarder Adeghebane, être regardé
Abukh, casser Abukhebane, être cassé

NB: Pour exprimer la forme passive en fang dans une phrase, nous
n’utilisons pas l’équivalent de la préposition française « par ». Il suffit
d’avoir la forme passive indiquée susdite, suivie du complément d’agent qui
est un nom de personne ou de chose.
Exemple : Essame Nvone adegbane ébe dokira, Essame Nvone est
consultée par un médecin.

179
XXV-LA CONJUGAISON AU PASSIF

Le passif est une forme composée, construite à partir de l’infinitif du


verbe suivi du suffixe « bane ». Cette forme comporte directement la
construction de l’auxiliaire être.

A-Mode indicatif du verbe « Adeghe-bane » : être regardé


a-Présent de l’indicatif

Forme affirmative Forme négative


Madeghebane, je suis regardé Maâdeghebane ki, je ne suis pas
regardé
Wadeghebane, tu es regardé Waâdeghebane ki, tu n’es pas regardé
Adeghebane, il/elle est Aâdeghebane ki, il/elle n’est pas
regardé(e) regardé(e)
Biadeghebane, nous sommes Biaâdeghebane ki, nous ne sommes
regardés pas regardés
Minadeghebane, vous êtes Minaâdeghebane ki, vous n’êtes pas
regardés regardés
Badeghebane, ils/elles sont Baâdeghebane ki, ils/elles ne sont pas
regardé(e) s regardé(e) s

a-1-Présent de l’incertitude

Forme affirmative Forme négative


Madeghedeghebane, je suis Maâdeghedeghebane ki, je ne suis
quand même regardé même pas regardé
Wadeghedeghebane, tu es Waâdeghedeghebane ki, tu n’es
quand même regardé même pas regardé
Adeghedeghebane, il/elle est Aâdeghedeghebane ki, il/elle n’est
quand même regardé (e) même pas regardé (e)
Biadeghedeghebane, nous Biaâdeghedeghebane ki, nous ne
sommes quand même regardés sommes même pas regardés
Minadeghedeghebane, vous Minaâdeghedeghebane ki, vous
êtes quand même regardés n’êtes même pas regardés
Badeghedeghebane, ils/elles Baâdeghedeghebane ki, ils/elles ne
sont quand même regardé(e)s sont même pas regardé(e)s

181
b-Imparfait de l’indicatif

Forme affirmative Forme négative


Menga dedeghebane, j’étais Ménga ki dedeghebane, je n’étais pas
regardé regardé
Onga dedeghebane, tu étais Wénga ki dedeghebane, tu n’étais
regardé pas regardé
Anga dedeghebane, il/elle était Énga ki dedeghebane, il/elle n’était
regardé(e) pas regardé(e)
Binga dedeghebane, nous étions Biénga ki dedeghebane, nous
regardés n’étions pas regardés
Minenga dedeghebane, vous Minénga ki dedeghebane, vous
étiez regardés n’étiez pas regardés
Benga dedeghebane, ils/elles Bénga ki dedeghebane, ils/elles
étaient regardé(e)s étaient regardé(e)s

c- Passé simple de l’indicatif

Forme affirmative Forme négative


Menga deghebane, je fus Ménga ki deghebane, je ne fus pas
regardé regardé
Onga deghebane, tu fus Wénga ki deghebane, tu ne fus pas
regardé regardé
Anga deghebane, il/elle fut Énga ki deghebane, il/elle ne fut pas
regardé(e) regardé(e)
Binga deghebane, nous fûmes Biénga ki deghebane, nous ne fûmes pas
regardés regardés
Minenga deghebane, vous Minénga ki deghebane, vous ne fûtes
fûtes regardés pas regardés
Benga deghebane, ils/elles Bénga ki deghebane, ils/elles ne furent
furent regardé(e)s pas regardé(e)s

182
d-Futur simple de l’indicatif

Forme affirmative Forme négative


Maye deghebane, je serai Maâye ki deghebane, je ne serai pas
regardé regardé
Waye deghebane, tu seras Waâye ki deghebane, tu ne seras pas
regardé regardé
Aye deghebane, il/elle sera Aâye ki deghebane, il/elle ne sera
regardé(e) pas regardé(e)
Biaye deghebane, nous serons Biaâye ki deghebane, nous ne serons
regardés pas regardés
Minaye deghebane, vous serez Minaâye ki deghebane, vous ne
regardés serez pas regardés
Baye deghebane, ils/elles Baâye ki deghebane, ils/elles ne
seront regardé(e)s seront pas regardé(e)s

d-1- Futur proche

Forme affirmative Forme négative


Mazu deghebane, je vais être Maâzu ki deghebane, je ne vais
regardé pas être regardé
Wazu deghebane, tu vas être Waâzu ki deghebane, tu ne vas
regardé pas être regardé
Azu deghebane, il/elle va être Aâzu ki deghebane, il/elle ne va
regardé(e) pas être regardé(e)
Biazu deghebane, nous allons Biaâzu ki deghebane, nous
être regardés n’allons pas être regardés
Minazu deghebane, vous allez Minaâzu ki deghebane, vous
être regardés n’allez pas être regardés
Bazu deghebane, ils/elles vont Baâzu ki deghebane, ils/elles ne
être regardé(e)s vont pas être regardé(e)s

183
d-2-Futur de préférence

Forme affirmative Forme négative


Maye dedeghebane, je serai Maâye ki deghebane, je ne serai pas
toujours regardé toujours regardé
Waye dedeghebane, tu seras Waâye ki deghebane, tu ne seras pas
toujours regardé toujours regardé
Aye dedeghebane, il/elle sera Aâye ki deghebane, il/elle ne sera pas
toujours regardé(e) toujours regardé(e)
Biaye dedeghebane, nous serons Biaâye ki deghebane, nous ne serons
toujours regardés pas toujours regardés
Minaye dedeghebane, vous serez Minaâye ki deghebane, vous ne serez
toujours regardés pas toujours regardés
Baye dedeghebane, ils/elles Baâye ki deghebane, ils/elles ne
seront toujours regardé(e)s seront pas toujours regardé(e)s

e-Passé composé

Forme affirmative Forme négative


Meva deghebane, j’ai été regardé Mabe ki deghebane, je n’ai pas été
regardé
Ova deghebane, tu as été regardé Wabe ki deghebane, tu n’as pas été
regardé
Ava deghebane, il/elle a été Abe ki deghebane, il/elle n’a pas été
regardé(e) regardé(e)
Biva deghebane, nous avons été Biabe ki deghebane, nous n’avons
regardés pas été regardés
Mineva deghebane, vous avez été Minabe ki deghebane, vous n’avez
regardés pas été regardés
Beva deghebane, ils/elles ont été Babe ki deghebane, ils/elles n’ont pas
regardé(e)s été regardé(e)s

184
Ou bien

Forme affirmative Forme négative


Medeghebaneyang, j’ai été Maâbe ki deghebane, je n’ai pas été
regardé regardé
Odeghebaneyang, tu as été Waâbe ki deghebane, tu n’as pas été
regardé regardé
Adeghebaneyang, il/elle a été Aâbe ki deghebane, il/elle n’a pas été
regardé(e) regardé(e)
Bideghebaneyang, nous avons été Biaâbe ki deghebane, nous n’avons
regardés pas été regardés
Minedeghebaneyang, vous avez Minaâbe ki deghebane, vous n’avez
été regardés pas été regardés
Bedeghebaneyang, ils/elles ont Baâbe ki deghebane, ils/elles n’ont
été regardé(e)s pas été regardé(e)s

f-Plus-que-parfait

Forme affirmative Forme négative


Maâdeghebane, j’avais été Maâdeghebane ki, je n’avais pas
regardé été regardé
Waâdeghebane, tu avais été Waâdeghebane ki, tu n’avais pas
regardé été regardé
Aâdeghebane, il/elle avait été Aâdeghebane ki, il/elle n’avait
regardé(e) pas été regardé(e)
Biaâdeghebane, nous avions été Biaâdeghebane ki, nous n’avions
regardés pas été regardés
Minaâdeghebane, vous aviez Minaâdeghebane ki, vous n’aviez
été regardés pas été regardés
Baâdeghebane, ils/elles avaient Baâdeghebane ki, ils/elles
été regardé(e)s n’avaient pas été regardé(e)s

185
g- Passé antérieur

Forme affirmative Forme négative


Medeghebane-ne, j’eus été Médeghebane-ne ki, je n’eus pas
regardé été regardé
Odeghebane-ne, tu eus été Wédeghebane-ne ki, tu n’eus pas
regardé été regardé
Adeghebane-ne, il/elle eut été Édeghebane-ne ki, il/elle n’eut pas
regardé(e) été regardé(e)
Bideghebane-ne, nous eûmes été Biéndeghebane-ne ki, nous
regardés n’eûmes pas été regardés
Minedeghebane-ne, vous eûtes Minéndeghebane-ne ki, vous
été regardés n’eûtes pas été regardés
Bedeghebane-ne, ils/elles eurent Béndeghebane-ne ki, ils/elles
été regardé(e) s n’eurent pas été regardé(e)s

h- Futur antérieur

Forme affirmative Forme négative


Mengaye deghebane, j’aurai été Méngaye ki deghebane, je n’aurai
regardé pas été regardé
Ongaye deghebane, tu auras été Wéngaye ki deghebane, tu n’auras
regardé pas été regardé
Angaye deghebane, il/elle aura Éngaye ki deghebane, il/elle n’aura
été regardé(e) pas été regardé(e)
Bingaye deghebane, nous aurons Biéngaye ki deghebane, nous
été regardés n’aurons pas été regardés
Minengaye deghebane, vous Minéngaye ki deghebane, vous
aurez été regardés n’aurez pas été regardés
Bengaye deghebane, ils/elles Béngaye ki deghebane, ils/elles
auront été regardé(e)s n’auront pas été regardé(e)s

186
B- Mode subjonctif
a-Subjonctif présent

Forme affirmative Forme négative


Na madeghebane, que je sois Na maâdeghebane ki, que je ne
regardé sois pas regardé
Na wadeghebane, que tu sois Na waâdeghebane ki, que tu ne
regardé sois pas regardé
Na adeghebane, qu’il/elle soit Na aâdeghebane ki, qu’il/elle ne
regardé (e) soit pas regardé(e)
Na biadeghebane, que nous Na biaâdeghebane ki, que nous
soyons regardés ne soyons pas regardés
Na minadeghebane, que vous Na minaâdeghebane ki, que vous
soyez regardés ne soyez pas regardés
Na badeghebane, qu’ils/elles Na baâdeghebane ki, qu’ils/elles
soient regardé(e)s ne soient pas regardé(e)s

b-Subjonctif présent incertain

Forme affirmative Forme négative


Na madeghe Na maâdeghe
deghebane, que je sois quand deghebane ki, que je ne sois
même regardé même pas regardé
Na wadeghe Na waâdeghe
deghebane, que tu sois quand deghebane ki, que tu ne sois
même regardé même pas regardé
Na adeghe Na aâdeghe
deghebane, qu’il/elle soit deghebane ki, qu’il/elle ne soit
quand même regardé(e) même pas regardé(e)
Na biadeghe Na biaâdeghe
deghebane, que nous soyons deghebane ki, que nous ne soyons
quand même regardés même pas regardés
Na minadeghe Na minaâdeghe
deghebane, que vous soyez deghebane ki, que vous ne soyez
quand même regardés même pas regardés
Na badeghe Na baâdeghe
deghebane, qu’ils/elles soient deghebane ki, qu’ils/elles ne
quand même regardé(e) s soient même pas regardé(e)s

187
c- Subjonctif imparfait

Forme affirmative Forme négative


Na menga deghebane, que je Na ménga ki deghebane, que je ne
fusse regardé fusse pas regardé
Na onga deghebane, que tu fusses Na wénga ki deghebane, que tu ne
regardé fusses pas regardé
Na anga deghebane, qu’il/elle fût Na énga ki deghebane, qu’il/elle ne
regardé(e) fût pas regardé(e)

Na binga deghebane, que nous Na biénga ki deghebane, que nous


fussions regardés ne fussions pas regardés
Na minenga deghebane, que vous Na minénga ki deghebane, que
fussiez regardés vous ne fussiez pas regardés
Na benga deghebane, qu’ils/elles Na bénga ki deghebane, qu’ils/elles
fussent regardé(e)s ne fussent pas regardé(e)s

d-Subjonctif imparfait incertain

Forme affirmative Forme négative


Na menga deghedeghebane, que Na maâdeghe
je fusse quand même regardé deghebane ki, que je ne fusse même
pas regardé
Na onga deghedeghebane, que tu Na waâdeghe
fusses quand même regardé deghebane ki, que tu ne fusses
même pas regardé
Na anga deghedeghebane, Na aâdeghe
qu’il/elle fût quand même deghebane ki, qu’il/elle ne fût
regardé(e) même pas regardé(e)
Na binga deghedeghebane, que Na biaâdeghe
nous fussions quand même deghebane ki, que nous ne fussions
regardés même pas regardés
Na minenga deghedeghebane, Na minaâdeghe
que vous fussiez quand même deghebane ki, que vous ne fussiez
regardés même pas regardés
Na benga deghedeghebane, Na baâdeghe
qu’ils/elles fussent quand même deghebane ki, qu’ils/elles ne fussent
regardé(e)s même pas regardé(e)s

188
C- Mode conditionnel
a- Conditionnel 1ère forme

Forme affirmative Forme négative


Mene deghebane, je serais Messe ki deghebane, je ne serais
regardé pas regardé
One deghebane, tu serais Osse ki deghebane, tu ne serais
regardé pas regardé
Ane deghebane, il/elle serait Asse ki deghebane, il/elle ne
regardé(e) serait pas regardé(e)
Bine deghebane, nous serions Bisse ki deghebane, nous ne
regardés serions pas regardés
Mine deghebane, vous seriez Minesse ki deghebane, vous ne
regardés seriez pas regardés
Bene deghebane, ils/elles Besse ki deghebane, ils/elles ne
seraient regardé(e)s seraient pas regardé(e)s

b- Conditionnel incertain

Forme affirmative Forme négative


Menene deghebane, je serais Messesse ki deghebane, je ne serais
quand même regardé même pas regardé
Onene deghebane, tu serais Ossesse ki deghebane, tu ne serais
quand même regardé même pas regardé
Anene deghebane, il/elle serait Assesse ki deghebane, il/elle ne
quand même regardé(e) serait même pas regardé(e)
Binene deghebane, nous serions Bissesse ki deghebane, nous ne
quand même regardés serions même pas regardés
Minene deghebane, vous seriez Minessesse ki deghebane, vous ne
quand même regardés seriez même pas regardés
Benene deghebane, ils/elles Bessesse ki deghebane, ils/elles ne
seraient quand même regardé(e)s seraient même pas regardé(e)s

189
c- Conditionnel 2e forme

Forme affirmative Forme négative


Ve madeghebane, je serais Ve maâdeghebane ki, je ne serais
regardé pas regardé
Ve wadeghebane, tu serais Ve waâdeghebane ki, tu ne serais
regardé pas regardé
Ve adeghebane, il/elle serait Ve aâdeghebane ki, il/elle ne serait
regardé(e) pas regardé(e)
Ve biadeghebane, nous serions Ve biaâdeghebane ki, nous ne
regardés serions pas regardés
Ve minadeghebane, vous seriez Ve minaâdeghebane ki, vous ne
regardés seriez pas regardés
Ve badeghebane, ils/elles Ve baâdeghebane ki, ils/elles ne
seraient regardé(e)s seraient pas regardé(e)s

D-Mode impératif
Forme affirmative Forme négative
Deghebane, sois regardé(e) Ke deghebane, ne sois pas
regardé(e)
Bideghebâne, soyons regardé(e) s Bitagha deghebane, ne soyons pas
regardés
Deghebanâne, soyez regardé(e) s Ke deghebanâne, ne soyez pas
regardés

190
E- Les participes
1- Le participe présent

Forme affirmative Forme négative


Méédeghebane, étant regardé Keghe na medeghebane, n’étant
(je) pas regardé (je)
Wéédeghebane, étant regardé Keghe na odeghebane, n’étant
(tu) pas regardé (tu)
Éédeghebane, étant regardé(e) Keghe na adeghebane, n’étant
(il/elle) pas regardé (il/elle)
Biédeghebane, étant regardés Keghe na bideghebane, n’étant
(nous) pas regardés (nous)
Minédeghebane, étant regardés Keghe na minedeghebane,
(vous) n’étant pas regardés (vous)
Béédeghebane, étant Keghe na bedeghebane, n’étant
regardé(e)s (ils/elles) pas regardé(e)s (ils/elles)

2-Le participe passé

Deghebane : été regardé.

H- Quelques verbes synonymes


Ake’e et ave : donner
Ake’e : donner quelque chose à quelqu’un qui est occupé.
Ave : donner, dans le sens d’offrir quelque chose à quelqu’un.

Avüign, alá et abom : jouer


Avüign : jouer, dans le sens de s’amuser.
Alá : jouer, dans le sens de faire une compétition, jouer au football, basket,
etc.
Abôm : jouer d’un instrument.

Ayén et adeghe : regarder


Ayén : regarder un appareil, la télévision, par exemple ; c’est aussi dans le
sens d’apercevoir quelqu’un.
Adeghe : regarder, dans le sens de rendre visite à quelqu’un.

Atobe et ene ya : être


Atobe : traduit le verbe être dans le sens d’être quelque part.
Ene ya : est pris ici comme auxiliaire être.

Assim et Atele : arrêter

191
Assob et Atukh : laver

Akinglane et Abokh : tourner

Atu et Ayó : nommer

Assum et Atare : commencer

Akule et Ayüè : ouvrir

Afet et Adu : fermer

Aduru et Akokh : conduire

Assulane et Akoane : réunir

Awá et Alúm : lancer

Along et Ayône : crier

Assun et Abuègn : pourrir

Awom et Afüi : peler

Alôr et Akighane : passer

Aligh et Adzôgh mot : laisser

Ayi et Akôme : vouloir

Atsili et Aten : écrire

Afuru et Atüè : mettre

Abane et Awôre : croquer

Assègn et Anôme : chier

Akîgh et Abegh : couper

Assagh, Ayam, Akur nfine et Adzangane : faire l’amour

Ateb et Aben : refuser

192
Afep et Ayane : attendre

Abirane et Azamlane : déranger

Assob et Atugh : nettoyer

Abîgn et Abele : attraper

Akoglane et Abagh : ajouter

Atem et Assimane : penser

Atabe et Avengane : devenir

Ayègne et Assègn : travailler

Akulu et Atchign : sortir

Akur et Abôm : jouer d’un instrument

Akinglane et Abokh : tourner

Abarbe et Akurbe : s’accroupir

Awub et Apiale : voler

Adzi et Abo abokh memang : manger

Abo avó et Abere mmo : se dépêcher

Akale et Abagle : garder

Atate et Assingle : gémir

Ateb et Abene : refuser

193
XXVI-TRADUCTION DU VERBE « SOUHAITER » EN FANG

Il se traduit par le verbe « Ave » suivi de l’expression « Mbeba ».

Souhaiter bonne nuit à quelqu’un : « Ave mot mbeba alú »


Mave wa mbeba alú, je te souhaite bonne nuit.

Souhaiter bon appétit à quelqu’un : « Ave mot mbeba ndziane »


Mave mina mbeba ndziane, je vous souhaite bon appétit.

Souhaiter bon dimanche à quelqu’un : « Ave mot mbeba suan »


Ntoutoume ave Mengue mbeba suan, Ntoutoume souhaite bon dimanche à
Mengue.

Souhaiter bonne année à quelqu’un : « Ave mot mbeba mbu »


Ona ave Oyane mbeba mbu, Ona souhaite bonne année à Oyane.

Souhaiter bonne fête à quelqu’un : « Ave mot mbeba fett »


Odile ave Eyang Mba Cynthia mbeba fett, Odile souhaite bonne fête à
Eyang Mba Cynthia.

Souhaiter bonne journée à quelqu’un : « Ave mot mbeba mos »


Mave wa mbeba mos, je te souhaite une bonne journée.

Souhaiter à quelqu’un bon voyage : « Ave mot mbeba ékena »


Assogho hervé ave Miriam mbeba ékena, Assogho Hervé souhaite bon
voyage à Miriam.

Souhaiter bonne chance à quelqu’un pour ses examens scolaires : « Ayem


bo mbeba minkatt »
Makôme na oyem bo mbeba minkatt okiri, je souhaite que tu passes bien
tes examens demain.

Souhaiter de bonnes choses à quelqu’un : « Ave mot mbeba be mam »


Mave wa mbeba be mam ékena wake, je te souhaite des bonnes choses
durant ton voyage.

Souhaiter la malédiction à quelqu’un : « Ayôghe mot »


Mave wa biyoghe bisse bikene, je te souhaite toute la malédiction du
monde.

Souhaiter la bénédiction à quelqu’un : « Ave mot bibwaran »


Mave wa bibwaran, je te souhaite la bénédiction.

195
XXVII-TRADUCTION DU VERBE « FINIR DE OU TERMINER DE »

Pour exprimer en fang une action qui s’est achevée il y a un moment dans le
temps, on utilise le verbe « Aman » + infinitif du verbe = Finir de

Exemples:
Meman akobe : j’ai fini de parler.
Memaneyang : j’ai déjà fini.
Binenga beye Essabam beman’ayô bidzi : les femmes d’Essabam ont
terminé de récolter.
Fett émanang : la fête est terminée.
Bidzi bimanang : la nourriture est finie.
Biman’adzi : nous avons terminé de manger.
Memaneyang essègn : j’ai déjà terminé le boulot.

XXVIII-TRADUCTION DU VERBE « ESSAYER DE »

L’expression française « essayer de », se traduit en fang par le verbe


« Avegh ».

Exemples :
Biavegh kôm missini : nous essayons de réparer la bicyclette.
Mavegh gne sili miang : j’essaie de lui demander de l’argent.
Bong bavegh bo begnaboro nvô : les jeunes gens essaient de tromper les
personnes âgées.
Zang avegh na abuane ma : Zang essaie de m’escroquer.
Eva Angone avegh duru metua Angone Angone, Eva Angone essaie de
conduire la voiture d’Angone Angone.

197
XXIX-TRADUCTION DU VERBE « REVENIR DE ET ÊTRE DE
RETOUR »

Le verbe fang « Asso », correspond à « revenir de et être de retour de »


Exemple : Masso ochign, je reviens de la rivière.
Messoang, Je suis de retour.
Maye so é suan azu, je serai de retour la semaine prochaine.
Temps et Modes du verbe « Asso ».
Infitinif : Asso
Présent de l’ind. Masso, wasso, asso, biasso, minasso, basso
Présent incert. Massosso, wassosso, assosso, biassosso, minassosso,
bassosso
Imparfait, Menga sosso, onga sosso, anga sosso, binga sosso, minenga
sosso, benga sosso
Futur simpl. Maye so, waye so, aye so, biaye so, minaye so, baye so
Futur proche Mazu so, wazu so, azu so, biazu so, minazu so, bazu so
Futur de choix, Maye sosso, waye sosso, aye sosso, biaye sosso
minaye sosso, baye sosso
Futur antérieur, Mengaye sosso, ongaye sosso, angaye sosso, bingaye
sosso, minengaye sosso, bengaye sosso
Passé composé Meva so, ova so, ava so, biva so, mineva so, beva so,
Passé simpl. Menga so, onga so, anga so, binga so, minenga so, benga
so
Plus-que-parfait, Maâsso, waâsso, aâsso, biaâsso, minaâsso, baâsso
Passé antérieur Messo-ne, osso-ne, asso-ne, bisso-ne, minesso-ne,
besso-ne
Subjonctif prés. Na messo, na osso, na bisso, na minesso, na besso
Subjonctif impér. Na menga so, na onga so, na anga so, na binga so,
na minenga so, na benga so
Conditionnel prés. Mene so, one so, ane so, bine so, mine so, bene so
Impératif, Soghe- bissoghâne -soghâne
Participe prés. Méésso, wéésso, éésso, biésso, minésso, béésso
Participe passé, So

NB : Retourner, dans le sens de revenir en arrière, se dira, en fang :


« Abulane nvusse »

Retourner une assiette : « Abul éfel ou adughane essua »

Se retourner : « Abulane »

199
XXX-TRADUCTION DU VERBE “MOURIR DE/ PAR”

Mourir de… « Awu »

Mourir de soif : « Awu évé’é »


Nkouélé N’nang awu évé’é Minko Mibè, Nkouélé N’nang meurt de soif à
Minko Mibè.

Mourir de faim : « Awu zègn »


Bong bawu akon beyôkh akal ka bifura na bessèbane, les enfants meurent
de maladies à Libreville par manque d’argent pour se soigner.

Mourir de misère : « Awu messura ye melunga »


Éva Meyo anga wu messura ye melunga étam Mitzic meto be sikolo a
Fala, Éva Meyo est mort de misère à Mitzic pendant que j’étudiais en France.

Mourir d’envie de faire quelque chose : « Awu na akôme dzam »


Marie-Rita ba Astrid bawu na bakôme dang nkar y’a sikolo, Marie-Rita
et Astrid meurent d’envie de passer en classe supérieure.

Mourir d’envie de manger de la viande : « Awu ozang »


Sani Bakari awu ozang, akal aâkôme dzi bifaka, Sani Bakari meurt
d’envie de manger de la viande parce qu’il ne veut pas manger du poisson
fumé.

Mourir de solitude : « Awu éto étam »


Awa ba Abou bawu éto étam bayane Yapendo asso okang, Awa et Abou
meurent de solitude à force d’attendre le retour de Yapendo.

Mourir de joie : « Awu mevakh »


Bong bawu mevakh akale Major ave be bigato, les enfants meurent de joie
parce que Major leur offre des gâteaux.

Mourir d’amour : « Awu y’édzing »

Mourir d’une maladie : « Awu okon »

Mourir de froid : « Awu avep »

Mourir de chaleur : « Awu ayó’ng »

Mourir de soucis : « Awu ye bidza bi nnem »

Mourir d’ivresse : « Awu meyokh »

201
Mourir de fatigue : « Awu nvorane »

Mourir de compassion : « Awu éngôngo »

Mourir de rire : « Awu lüègn »

Mourir de tristesse : « Awu melunga »

Mourir de peur : « Awu ye wóng »

Mourir d’ennui : « Awu éndegle »

Mourir d’un accident de voiture : « Awu metua »

Mourir d’un crash : « Awu onôn bikiégn »

Mourir de jalousie : « Awu ye zé/awu ye zokh »

Mourir par noyade : « Awu mendzim ou awu ochign »

Mourir d’aimer : « Awu édzing »

202
XXXI-LES VERBES D’ÉTATS EN FANG

Ene ya : être

Avengane, atobe : devenir

Ayén ane mot : sembler

Atabe : demeurer

Ayéne, assian : paraître

Ayobane : passer pour


É minenga assomane medôkh ayobane nkukuma, la vendeuse de mangues
passe pour une femme riche

a- « Ene ya »: être, cf. auxiliaire.


Exemple: Dzô éne nsut, le ciel est sombre.

Devenir : « Atobe ou avengane »


Exemple: Minko anto bura mot, Minko est devenu un grand homme.

Devenir riche : « Atobe kuma »


Endamane anto kuma, Endamane est devenu riche.

Devenir pauvre : « Atobe ajègn »


Minkane Ondo anto ajègn akal ave binenga bifura, Minkane Ondo
devient pauvre à force de donner de l’argent aux femmes.

Devenir méchant : « Avengane mbéa mot »


Nvu Ayaghe Mbang évenglaneyang mbéa ayokh, le chien d’Ayaghe
Mbang devient méchant.

Devenir menteur : « Avengane minâ »


Nguema Ngui avenganeyang minâ ave assum kobe ngess, Nguema Ngui
est devenu menteur depuis qu’il parle l’anglais.

Devenir grand de taille : « Atobe ayáp »

Devenir court : « Atobe étun »

Devenir mince : « Atobe okott »

Devenir gros, se : « Atobe nnen »

203
Devenir populaire : « Atobe duma »

Devenir prêtre : « Avengane fale »

Devenir beau, (belle) : « Avenglane mbeng »

Devenir vilain (e) : « Atobe abé »

Devenir voleur : « Avengane ndzip wup »

Devenir amoureux (se) : « Atobe été (familier) »

Devenir professeur : « Avengane yegle sikolo »

Devenir fou, lle: « Atobe nsogh ki »

Devenir intelligent : « Atobe nyemane/ ene nkel »

Devenir adulte : « Atobe gnamoro »

Devenir difficile : « Atobe ndzukh »

Devenir facile : « Atobe ébubu »

Devenir bon, ne : « Avengane mbeba mot »

Devenir sucré, (e) : « Atobe azekh »

Devenir amer : « Atobe ayó »

Devenir blanc, che : « Atobe nfum »

Devenir fort, (e) : « Atobe ngang »

Devenir faible : « Atobe onder »

Devenir bavard (e) : « atobe fop »

Devenir calme : « Atobe évovüègn »

Devenir honnête : « Atobe sosso »

204
c- « Ayén ane mot », sembler:

-Les auxilaires mot, vom et dzom s’emploient avec le verbe sembler. Mot,
c’est lorsqu’il s’agit des personnes; vom, lorsqu’il s’agit d’exprimer le lieu et
dzom, pour les choses.
Exemple : Ambassa ayén ane mot awokh abé, Ambassa semble en colère.

Sembler malade : « Ayéne ane mot akon »


Eyang Nze ayéne ane é mot akon, Eyang Nze semble malade.

Sembler pleurer : « Ayéne ane mot ayí »


Odome Angone ayéne ane é mot ayí akal gnia ake Ngomessi, Odome
Angone semble pleurer parce que sa mère part à Ngomessi.

Sembler préoccuper : « Ayéne ane mot atè a nnem »


Eyang Owone Mélanie ayéne ane é mot atè a nnem, Eyang Owone
Mélanie semble préoccupée.

Sembler innocent, (e) : « Ayéne ane mot aâyem dzam »


Batsine Nké Edzang étom ve ayéne ane é mot aâyem dzam, on accuse Nké
Edzang d’une affaire dont elle semble innocente.

Sembler jaloux, se : « Ayéne ane mot ane zé »


Megne m’Ella ayéne ane é mot ane zé abüign, Megne m’Ella semble très
jaloux.

Sembler envieux, se : « Ayéne ane mot ane zokh »

Sembler vouloir parler : « Ayéne ane mot akôme kobe »

Sembler vouloir faire quelque chose : « Ayéne ane mot akôme bo dzam »

Sembler être en grossesse : « Ayéne ane mot ane abum »

Sembler avoir raison : « Ayéne ane mot akal »

Sembler intéresser quelqu’un : « Ayéne ane mot akôme dzam »

Sembler cruel, le : « Ayéne ane mot ane güett »

Sembler acquiescer : « Ayéne ane mot ayebe »

Sembler refuser : « Ayéne ane mot ateb »

Sembler beau, lle : « Ayéne mbeng »

205
Sembler mauvais, se : « Ayéne abé »

Sembler déconcerter : « Ayéne ane mot atiè a nnem »

Sembler loin : « Ayéne ane vom one oyap »

Sembler proche : « Ayéne ane vom one bégn »

Sembler mou, lle : « Ayéne ane dzom éne ébubutt »

Sembler dure : « Ayéne alett »

Sembler glissant : « Ayéne ékôkon »

Sembler propre : « Ayéne nfubane »

Sembler sale : « Ayéne nvine »

d- « Atabe »: demeurer

Exemple: Éyong yegle agni nda sikolo, bong be sikolo batabe évó, lorsque
l’instituteur fait son entrée en classe les élèves demeurent silencieux.

Demeurer talenteux, se : « Atabe nkekeng »


Mimi et Emma Yotsé betabeyang fôghe minkekeng, Mimi et Emma Yotsé
sont demeurées de véritables talentueuses.

Demeurer taciturne : « Atabe ne mieng/atabe évó »


Néni Simone atabe évo é nda Eric Yotsé na dzi bo? Pourquoi Nény
Simone demeure-t-elle taciturne chez Eric Yotsé?

Demeurer le même : « Atabe ane one/Atabe anval dâ »


Sani Mohamadou atabeyang anval dâ afang nîng ye boan b’Américains,
Sani Mohamadou a demeuré le même malgré le fait de vivre aux Etats-Unis.

Demeurer aux aguets : « Atabe nke’e »


É bot bake ékena Woleu Ntem batabe nke’e na Major aza belikh, les
passagers à destination du Woleu Ntem demeurent aux aguets de peur de
râter le Car Major.

Demeurer amusant, e : « Atabe mam melüègn »

Demeurer timide : « Atabe ndzem »

206
Demeurer jeune : « Atabe mong »

Demeurer chez soi : « Atabe a nda »

Demeurer agressif : « Atabe élang »

Demeurer têtu, e: « Atabe melô »

Demeurer orgueilleux, se : « Atabe éngung »

Demeurer capricieux, se : « Atabe mebun »

Demeurer pauvre : « Atabe ajègn »

Demeurer malheureux, se : « Atabe okukutt »

Demeurer content, e : Atabe mevakh

Demeurer un grave problème : « Atabe mura étom »

Demeurer généreux, se : « Atabe nvam »

Demeurer un rêve : « Atabe biyeyem »

Demeurer vierge : « Atabe édule »

Demeurer récalcitrant, e : « Atabe nno abé »

Demeurer obéissant, e: « Atabe mewokh »

Demeurer libre : « Atabe fili »

Demeurer en prison : « Atabe minbokh »

Demeurer vivant, e : « Atabe énîng »

Demeurer caché : « Atabe achègn »

Demeurer public : « Atabe éyá »

Demeurer fou, lle : Atabe nsogh ki

Demeurer malin, e : Atabe mefekh

207
e- « Ayéne, assian »: paraître
Exemple: Abüign minkur miayéne a yop, le ciel paraît beaucoup nuageux.

Paraître content, e : « Ayéne mevakh »


Aboubacar Moussa ayéne mevakh émû, Aboubacar Moussa paraît content
aujourd’hui.

Paraître analphabète : « Ayéne éduki »


Beza badzô na mayéne éduki? Qui raconte que je parais analphabète?

Paraître maladif, ve : « Ayéne nkôkon »


Obone Séraphine ayéne nkôkon ave ake tobe beyokh, Obone Séraphine
paraît maladive depuis qu’elle vit à Libreville.

Paraître villageois, e : « Ayéne ane mot ye mefane été »


Mong ye Miang essamekos, Mindzi ye Nkômelen ayéne ane mot ye
mefane été, l’enfant de Miang essamekos, Mindzi et de Nkômelen paraît
villageois.

Paraître alcoolique : « Ayéne ane mbile meyokh »


Bertrand Mezui ayéne ane mbile meyokh, Bertrand Mezui paraît
alcoolique.

Paraître obèse : « Ayéne ane mot abele avong »


Assoume ayéne ane é mot abele avong, Assoume paraît obèse.

Paraître louche : « Ayéne nkoat »


Dzam Effè Jean ba Mengue Blanche bakobe, dayéne nkoat, l’affaire
qu’Effè Jean et Mengue Blanche évoquent, paraît louche.

Paraître extraordinaire : Ayéne ébibign


Nlang mvett Akué Obiang dayéne ébibign, l’histoire de l’épopée mvett que
raconte Akué Obiang paraît extraordinaire.

Paraître dangereux, se : « Ayéne abé »

Paraître noir, e : « Ayéne nsut, ayéne évine »

Paraître rouge : « Ayéne évele »

Paraître blanc, che : « Ayéne nfum »

Paraître ingrat, e : « Ayéne nkügn »

Paraître indésiré, e : « Ayéne dzut »

208
Paraître désiré, e : « Ayéne édzí »

Paraître isolé, e : « Ayéne éngôngo »

Paraître méchant, e : « Ayéne ayokh »

Paraître musclé, e : « Ayéne minkun »

Paraître ivre : « Ayéne nsokh meyokh »

Paraître lent, e : « Ayéne otong »

Paraître rapide : « Ayéne avó »

Paraître clair, e : « Ayéne énghengeng »

Paraître mourant, e : « Ayéne mbé-mbé »

Paraître muet, e : « Ayéne nvukh »

Paraître bavard, e : « Ayéne fop »

Paraître difficil, e : « Ayéne ndzukh »

Paraître clair, e : « Ayéne énghengeng »

Paraître maboule : « Ayéne éyemyema »

Paraître malhonnête : « Ayéne nvô »

Paraître doux, ce : « Ayéne évovüègn »

Paraître profond, e (rivière) : « Ayéne édokh »

Paraître loin : « Ayéne oyap »

Paraître proche : « Ayéne bebégn »

209
XXXII- LEXIQUE DES VERBES FANG -FRANÇAIS DE A à Z

1. Assile Abaisser
2. Aligh Abandonner
3. Ayüè agnu Abasourdir
4. Ayüign/Abagh élé Abattre
5. Akore éto Abdiquer
6. Abo ndziman Abêtir
7. Ayüign ntugh/ Andaman/ Abirane Abîmer
8. Assim/Atsam Abolir
9. Avine dzam Abominer
10. Abugh/Éne abüign/Adzègn Abonder
11. Alar angôm/Aligh éyola Abonner
12. Awogane ye mot Aborder
13. Abo dzam/Aküign sugha Aboutir
14. Abóm Aboyer
15. Assíbe Abraser
16. Akigh étun Abréger
17. Agnu (Anyu) Abreuver
18. Awube Abriter
19. Atsam Abroger
20. Abo ndziman/Éne nno ékela Abrutir
21. Amagh Absenter (s’)
22. Andine/Avile Absorber
23. Aküè éngôngo Absoudre
24. Azôm Abstenir (s’)
25. Akane Abstraire
26. Abo ozôrebe/Assi ngüi/Adâ nzuan Abuser
27. Agním Accabler
28. Agnóng asse/Abuane Accaparer
29. Agnóng éto/Agnóng édzüé Accéder
30. Abo avó Accélérer
31. Ayemle/Afôgle Accentuer
32. Ayebe Accepter
33. Akur fuas/Akur mmo Acclamer
34. Avebane Acclimater
35. Avebane Accointer
36. Afulane Accoler
37. Avebane Accommoder
38. Alerane Accompagner
211
39. Abo dzam Accomplir
40. Ake Accorder
41. Atele bial/Assim tsim Accoster
42. Abiégn Accoucher
43. Abo alugh Accoupler
44. Akigh étun Accourcir
45. Azu abüign/Assulane bot/Agunbane Accourir
46. Abwar bitô Accoutrer
47. Avebane Accoutumer
48. Ayem adzüé Accréditer
49. Akelbe/Abagbe (irr.) Accrocher (s’)
50. Adukh mot Accroire
51. Avem Accroître
52. Assonebe (irr.)/Abarbe Accroupir (s’)
53. Agnóng/Ayan Accueillir
54. Ayüign Acculer
55. Ka Ayong/ka akobe nkobe ayong Acculturer
56. Abo angos/Abo avis Accumuler
57. Atsine mot dzam Accuser
58. Abáng Acérer
59. Éne abôm Achalander
60. Abo mbán Acharner
61. Ake/Awulu Acheminer
62. Assom/Akus Acheter
63. Amane/Assone Achever
64. Ayinebe Achopper
65. Abo (Éne) sang Acidifier
66. Alar angom Acoquiner (s’)
67. Agnóng Acquérir
68. Ayebe Acquiescer
69. Ayagane nvola Acquitter
70. Ayebe dzam/Amem Acter
71. Ave na awulu Actionner
72. Asso a si Activer
73. Ave nfefégn Actualiser
74. Assongane Adapter
75. Afulane Additionner
76. Agnî Adhérer
77. Ave/Akoglane dzom Adjoindre
78. Ake dzom Adjuger
79. Ayeglane Adjurer
80. Ayebe Admettre

212
81. Akom/Ave kîng Administrer
82. Adeghe/Agnegh atâ Admirer
83. Ayâ/Awomane Admonester
84. Agnegh Abo dzam Adonner (s’)
85. Abira gneghe Adorer
86. Ayegbe Adosser
87. Abagh mebègn Adoubler
88. Abo dzam oteghetekh/Ave ntegane Adoucir
89. Atsile/Akobe Adresser
90. Abign Adsorber
91. Akang/Abira dzing/Ayem Aduler
92. Abobane Advenir
93. Ave évüign Aérer
94. Abo fop/Abo minâ Affabuler
95. Ave avüègn Affadir
96. Ave ategh gnu’u/Ave ntegan/Assule Affaiblir
97. Avung /Abere mmo Affairer (s’)
98. Abugh Affaisser
99. Aku si/Abugh Affaler
100. Awokh zègn Affamer
101. Abo mintègn Affecter
102. Abira Agnegh mot/dzam Affectionner
103. Ayile angôm/Akoglane awogan Affermir
104. Akule éndendang/Abagh Afficher
105. Agnî Affilier (s’)
106. Ave ntokh/Ave oveves Affiner
107. Ayile Affirmer
108. Akwane élé Affleurer
109. Abo mintègn Affliger
110. Ake abüign/Abugh Affluer
111. Ako wóng Affoler
112. Alôr/Aküign Affranchir
113. Atubane/Ayirane Affronter
114. Abwar bitô Affubler
115. Abáng Affûter
116. Abo som/Andegle/Abo abegle Agacer
117. Afulane Agencer
118. Akur mebong Agenouiller (s’)
119. Angune vom mbog/Akoane Agglomérer
120. Akoane/Angune vom bokh Agglutiner
121. Aveme dzam Aggraver
122. Ayalane Agir

213
123. Abo ônghenghena/Abo ka éyi Agiter
124. Akoglane échichi Agoniser
125. Abán Agrafer
126. Avem/Anen Agrandir
127. Ayebe Agréer
128. Agnóng Agréger
129. Akom/Ave mbwan Agrémenter
130. Ayit Agresser
131. Abagbe (irr.) Agripper
132. Awu ye mindzukh Aguerrir
133. Assong/Andegle Aguicher
134. Azamelane/Akam Ahurir
135. Avuale Aider
136. Ave ayokh/Ave abé Aigrir
137. Assongane Aiguiller
138. Ayir/Assugh a si Aiguillonner
139. Abáng Aiguiser
140. Adzing/Agnegh Aimer
141. Abukh alú/Abere dzam melú ayó Ajourner
142. Akoglane Ajouter
143. Assongane Ajuster
144. Ave mot ntegane Alanguir
145. Ako wóng/Abüign nno Alarmer
146. Alèè bot/Agnóng bot Alerter
147. Adzimle mefulu/Ake’e/Assomane Aliéner
148. Atebe long été (irr.) Aligner
149. Ave bidzi/Ave na awule Alimenter
150. Abome énong (irr.) Aliter
151. Agnâ/Ave abégn Allaiter
152. Andine ye mbaba égnum Allécher
153. Assegh nveghe/Ave ovevesse Alléger
154. Atú Alléguer
155. Ake/Avengbe, Afongane fig. Aller
156. Awongle Allonger
157. Ake’e Allouer
158. Abog/Abwâ Allumer
159. Ave adzit/Abo adzit Alourdir
160. Abign mot/Assime mot Alpaguer
161. Ayeghe bot sikolo Alphabétiser
162. Ayüign ntugh/Abo ébirane Altérer
163. Assanglane Alterner
164. Abo ndzong/Adzongle Amadouer

214
165. Akot/Abo okott Amaigrir
166. Afulane mam Amalgamer
167. Akagh Amarrer
168. Akoane Amasser
169. Abira adzeng/Adzeng abüign Ambitionner
170. Akom Améliorer
171. Atobe nfefègn nda Aménager
172. Assangle/Atsen Amender
173. Ave avitsang Amenuiser
174. Avengane moan América Américaniser
175. Ayengbe mendzim ayó (irr.) Amerrir
176. Alè bot/Agnong bot Ameuter
177. Abo okott/Akott Amincir
178. Adzam mot/Akwè mot éngôngo Amnistier
179. Ayén mot zeze/Abiane mot Amoindrir
180. Ave ntegane/Ave ébubut Amollir
181. Abo mengos/Abo mevis Amonceler
182. Assum Amorcer
183. Assime mot/Ave ategh gnu’u Amortir
184. Awogane gnu’u/Adzing/Agnegh Amouracher (s’)
185. Akoglane Amplifier
186. Akigh/Avâ Amputer
187. Abo mam lüègn Amuser
188. Afás/Abile dzam Analyser
189. Avengane fulu/Éne mot fulu Ancrer
190. Ayüign/Andaman Anéantir
191. Avengane moan Ngess Angliciser
192. Atê a nnem Angoisser
193. Alugu/Ave aluga Animer
194. Agnóng minghele Ankyloser (s’)
195. Ayüign/Andaman Annihiler
196. Akar fuègn Annoncer
197. Akar fuègn Annoter
198. Abugh/Abere melú Annuler
199. Akigh ossû/Ave ossû zokh Anticiper
200. Avang/Assili nnem si Apaiser
201. Ayén Apercevoir
202. Atobe éngôngo Apitoyer
203. Afir/Akogh éba Aplatir
204. Ayonane mot éyola Apostropher
205. Aküign Apparaître
206. Afonane/Avuman/Abo avumane Apparenter

215
207. Alame mot Appâter
208. Abo ajègn Appauvrir
209. Alè/Alè mot/Éne dzü na Appeler (s’)
210. Ayíle Appesantir
211. Akur fuas/Akur mefá/Akur mmo Applaudir
212. Ayile Appliquer
213. Ayagan Appointer
214. Azu (irr.) Apporter
215. Ave Apposer
216. Agnegh atâ/Assekh mot Apprécier
217. Ayén Appréhender
218. Ayegle Apprendre
219. Akômelane Apprêter
220. Ayegle Apprivoiser
221. Ayit Approcher
222. Ake suga Approfondir
223. Agnóng Approprier
224. Ayebe Approuver
225. Ave Approvisionner
226. Avengane moan Arabe Arabiser
227. Alóng Arbitrer
228. Alere éndendang/Akule Arborer
229. Abagle/Akale Archiver
230. Ave ngu’u/Alüign medzo Argumenter
231. Abele okeng/Abele ngâ Armer
232. Awub Arnaquer
233. Ave nvègn Aromatiser
234. Éne mepwett Arquer
235. Adur a si/Atégn/Afume dzom Arracher
236. Akom Arranger
237. Assim Arrêter
238. Assim Arrimer
239. Asso/Aküign Arriver
240. Angane Arroger (s’)
241. Akoglane Arrondir
242. Achii mendzim/Ave mendzim Arroser
243. Ayile Articuler
244. Abwale mot/Abwale dzom Asperger
245. Awokh abukh Asphyxier
246. Avebe Aspirer
247. Abo mot/Atobe édzidzine Assagir
248. Ayo’o dzom ayó/Ayüign fig. Assaillir

216
249. Ave nfubane Assainir
250. Akit nnam/Ave ngu’u Assaisonner
251. Ayüign Assassiner
252. Akott/Abo nkott Assécher
253. Akoane Assembler
254. Abime Asséner
255. Amobe Asseoir (s’)
256. Andomle Asservir
257. Adzégn vom Assiéger
258. (Éne, Abo, Avenglane) dzom dzâ Assimiler
259. Ake/Ayén Assister
260. Ake/Ayén Associer
261. Awokh évé’é Assoiffer
262. Abo dzibe Assombrir
263. Ayir Assommer
264. Awogane Assortir
265. Aburu mis Assoupir (s’)
266. Andegle mot/Abo mot abegle Assourdir
267. Amane évé’é/Assime évé’é Assouvir
268. Adzüé/Abele mot ane nkôm Assujettir
269. Ayebe Assumer
270. Abo dzam Assurer
271. Andegle Asticoter
272. Afègn/Assob Astiquer
273. Ayemle Astreindre
274. Abukh dzam/Abere melú ayó Atermoyer
275. Akogh/Agnalane Atomiser
276. Ave avitsang/Assile o si Atrophier
277. Ake étabele/Ake dzi étabele Attabler (s’)
278. Akakh/Atsine Attacher
279. Assum mintié/Abo mintié Attaquer
280. Adzimle éyong Attarder (s’)
281. Aküign Atteindre
282. Ave dzam a nnem/Abo dzam Atteler
283. Ayane Attendre
284. Ave ntegane/Abo dzam oteghetekh Attendrir
285. Ayir/Ayüign mot ébom Attenter
286. Assule Atténuer
287. Assigane Atterrer
288. Atebe/Assí Atterrir
289. Adzô Attester
290. Abwar bitô Attifer (s’)

217
291. Asso Attiser
292. Abign Attraper
293. Ake’e Attribuer
294. Abo nnem mintègn/Abo éyüign Attrister
295. Angunebe (irr.)/Assulane Attrouper
296. Abo akoan Auditer
297. Abere Augmenter
298. Adzô ossû zokh Augurer
299. Ayem Authentifier
300. Akigbane nsang Autocensurer (s’)
301. Ayüibane Autodétruire (s’)
302. Ave/Aligh Autoriser
303. Abo ategh Avachir
304. Amine Avaler
305. Assugh dzam a si Avaliser
306. Ake ossû Avancer
307. Alôr dzam ossû zokh/Angune dzam Avantager
308. Andaman/Ayüign ntugh Avarier
309. Abo dzam Aventurer
310. Abame mot Avertir
311. Abo ndzim/Ave ndzim Aveugler
312. Assile gnol si/Abo zezemane Avilir (s’)
313. Agnu meki Yéssu Aviner
314. Akar/Adzô Aviser
315. Abele (irr.) Avoir
316. Atobe melarane me nda Avoisiner
317. Akule abum atán Avorter
318. Amem/Ayebe Avouer
319. Assongane Axer

320. Akobe zeze mam Babiller


321. Ayem kômele nkatt Bachoter
322. Ayüign ntugh Bâcler
323. Assil/Awôghe Badigeonner
324. Abo fiang Badiner
325. Abime abègn Baffer
326. Andamane Bafouer
327. Adzim akobe Bafouiller
328. Abira dzi Bâfrer
329. Ayirane Bagarrer
330. Awule éwulu wulu Baguenauder
218
331. Abwar akana onu Baguer
332. Awobane Baigner
333. Ake’e Bailler
334. Ayâ ndayâ Bâiller
335. Assi évo Bâillonner
336. Abo bibone/Assâkh/Ayam Baiser (l’acte sexuel)
337. Agnang amáng Baiser (f. un bisou)
338. Awulu/Agnüè mebo Balader (se)
339. Ave aveng Balafrer
340. Adzim akobe Balbutier
341. Ako wóng Baliser
342. Avús Ballonner
343. Abo deng-kolé/Ake minfakh mi se Ballotter
344. Abiane dza Banaliser
345. Andine minkún/Atebe/Ayâ Bander
346. Atsame/Atsirane Bannir
347. Ave miang Banquer
348. Ave batem/Agnong batem Baptiser
349. Adzim akobe éza kobe Baragouiner
350. Abo minâ Baratiner
351. Ave atekh ngnû Barber
352. Awub/Adzu Barboter
353. Ave nvine Barbouiller
354. Abele abüign biom Barder
355. Ave abüign minsin Barioler
356. Aya /Ave mbó’ng Barrer
357. Abüi mbong Barricader
358. Akubelane Basculer
359. Ave tsine Baser
360. Andegle/Ave atekh ngnû Bassiner
361. Ayit ou Ayir Bastonner
362. Alumane Batailler
363. Abira vakh Batifoler
364. Along Bâtir
365. Ayit ou Ayir Battre
366. Akane minláng Bavarder
367. Abo ékobekobe Bavasser
368. Ata/Ayén mindzukh Baver
369. Assomane mbeba táng Bazarder
370. Ayüign mot éyola ntugh Bêcher
371. Agnangane megnu Bécoter
372. Adzi Becqueter

219
373. Abele bura abum Bedonner
374. Akobe ékeghebe Bégayer
375. Adeng Bénéficier
376. Ave bibwarane/Ava metégn Bénir
377. Afole/Afong Bercer
378. Adugh/Abo minâ (minal) Berner
379. Assègn ngu’u/Éne ayègn Besogner
380. Adzô zeze mam Bêtifier
381. Ayone ane égnakh Beugler
382. Ave beurre nfema Beurrer
383. Assagle/Adukh Biaiser
384. Abira gnû meyokh Biberonner
385. Atsame Biffer
386. Akanane/Alôr Bifurquer
387. Abele minkeng/Éne minkeng Bigler
388. Abera ve/Abera bakh Bisser
389. Akom ndzông ye cema Bitumer
390. Assuru/Abo éndegle Bizuter
391. Akobe zeze mam Blablater
392. Atsirane/Avâ Blackbouler
393. Abo fiang Blaguer
394. Avine/Ka gnegh Blairer
395. Ayâ/Akômelane mot Blâmer
396. Ave nfum Blanchir
397. Adzègn/Avuar Blaser (se)
398. Atá/Abiane/Akobe abé Blasphémer
399. Ave aveng/Abegh mbakh Blesser
400. Ave nsin ye mang Bleuir
401. Ave akim Blinder
402. Assole gnu’u Blinder (se)
403. Abane/Abign Bloquer
404. Atobe ékereket (irr.) Blottir (se)
405. Adukh/Abuane Blouser
406. Abo minâ/Adukh Bluffer
407. Agnu Boire
408. Abégn Boiser
409. Afengane/Afigh abo Boiter
410. Afengane/Afigh abo Boitiller
411. Alumane Bombarder
412. Avus/Abo nnen Bomber
413. Adangle/Ayô’ô Bondir
414. Akôme/Assingle Bonifier

220
415. Abo minâ/Akobe mbeba medzo Bonimenter
416. Alôr mefefeng Border
417. Alôr mefefeng Bordurer
418. Afer/Akigh nî Borner
419. Abele bitut/Éne bitut Bosseler
420. Abo essègn Bosser
421. Abime/Akur Botter
422. Adzib/Abane Boucher
423. Adzib/Afer Boucler
424. Awokh abé/Abo bingatt Bouder
425. Adzi/Abo abokh memang (fam.) Bouffer
426. Afongane Bouger
427. Akobe minkekh été Bougonner
428. Atogh a nvé Bouillir
429. Atogh Bouillonner
430. Abo nno mintègn Bouleverser
431. Assègn/Abo essègn Boulonner
432. Abira adzi Boulotter
433. Aláng Bouquiner
434. Akobe minkekh été/Akobe beyabeya Bourdonner
435. Abira awulu/Abira ake bikena Bourlinguer
436. Adzale Bourrer
437. Assimane dzam/Atem dzam Boursicoter
438. Avus Boursoufler
439. Assukh/Ayinebe Bousculer
440. Ayüign ntugh/Andaman Bousiller
441. Atsirane Bouter
442. Afer melog Boutonner
443. Abégn ye bisso Bouturer
444. Abimane bibola Boxer
445. Akane/Avine/Atsame Boycotter
446. Ayüign betsit éyüiyüi Braconner
447. Assomane mbeba táng Brader
448. Ayonane ngu’u/Abo édung Brailler
449. Akáng Braiser
450. Ayonane oyabe oyó Bramer
451. Alere oyó na bot beyén Brandir
452. Assugh/Amegle Branler
453. Aler zen/Adur mot dzom y’élang Braquer
454. Akoglane/Abele Brasser
455. Avus/Azôm Braver
456. Akobe beyabeya Bredouiller

221
457. Abele Brevet Breveter
458. Abo yôbe Bricoler
459. Awurgane/Assim Brider
460. Adzi Briffer
461. Akôme abo dzam Briguer
462. Afègn Briller
463. Andegle mot Brimer
464. Assukh Bringuebaler
465. Abüign Briser
466. Akobe/Ayalane Broncher
467. Abo évele Bronzer
468. Assile ye brosse Brosser
469. Atsame Brouiller
470. Adzi bilôg Brouter
471. Akog/Agnalane Broyer
472. Alap daku Bruiner (imp.)
473. Abo môn édung Bruire
474. Akobe beyabeya Bruisser
475. Adzikh Brûler
476. Abo évele Brunir
477. Andomle Brusquer
478. Abo éndegle Brutaliser
479. Abira ayeghe/Assègn Bûcher
480. Ayinebe/Akob Buter

481. Ave bitut Cabosser


482. Afer ye angong Cadenasser
483. Ave abo abog Cadencer
484. Ayièn/Assongane Cadrer
485. Akong mot Cafarder
486. Adzim yalane mot/Abo nno abé Cafouiller
487. Akong Cafter
488. Assugbane Cahoter
489. Atsingle/Ategbe/Ayinebe Cailler
490. Abira adzing/Agnengle mot Cajoler
491. Adzikh Calciner
492. Aláng Calculer
493. Abo oko-fett/Abamlane Caler
494. Aferebane a nda été Calfeutrer (se)
495. Abagle ye nnem o se Câliner
496. Ayem atsili Calligraphier
222
497. Assile nnem o si Calmer
498. Awomane Calomnier
499. Agnong dzom ane éne Calquer
500. Anigbane Cambrer
501. Awub Cambrioler
502. Agnu bang (yam) (irr.) Camer (se)
503. Assoale dzam/Aburu dzam ayó Camoufler
504. Assongane Canaliser
505. Abî mot gâ Canarder
506. Abo ékobekobe/ Akobe abé Cancaner
507. Atub /Assagle étom Caner
508. Atsili mot éyola nten be Saints Canoniser
509. Atobe Cantonner
510. Awokh ategh gnu’u/Afume agnu fam. Canuler
511. Akoane miang Capitaliser
512. Akubelane (tsime) Capoter
513. Abulane nvus Capituler
514. Andine ngu’u Capter
515. Atégn nnem abume Captiver
516. Akogh ébii ku/Akane minláng Caqueter
517. Andangle Caracoler
518. Alere fulu Caractériser
519. Ayinebane Caramboler
520. Atúb/Ake mbî Carapater (se)
521. Akule befire Carboniser
522. Anamane/Asse mot gnû Caresser
523. Avegle Caricaturer
524. Akon messo+ Carier
525. Akur alanga Carillonner
526. Awub mot dzom Carotter
527. Atobe mbeng Carrer (se)
528. Alikh mot vom/Atele vom Caser
529. Ayagane ye miang Casquer
530. Adzi/Ave dzom abum fig. Casse croûter
531. Abüign/Abolo/Abugh/Agnalane Casser
532. Akigh bitô bi fam Castrer
533. Ayem abüi Cataloguer
534. Afebe nnem Catalyser
535. Ayomle/Awâ ngu’u Catapulter
536. Assing/Abo messing Catcher
537. Ayeghe catéchisme /Ayeghe adzô Zame Catéchiser
538. Abo nkane Catégoriser

223
539. Avengane moan Catholique Catholiciser
540. Ayén mbia biyeyem (bilè) Cauchemarder
541. Ave Causer
542. Assugh a si Cautionner
543. Atúb/Ake mbî Cavaler
544. Adzame/Aligh Céder
545. Abign ngu’u Ceindre
546. Abign angerghe Ceinturer
547. Abo essessang Célébrer
548. Akame/Assong/Atégn a si Censurer
549. Assongane Centraliser
550. Ave ézezang Centrer
551. Akoglane nter biyong Centupler
552. Ave dzom nkagle/Abo tsing dzighe Cercler
553. Ave mot ézezang Cerner
554. Ayebe/Abogle Certifier
555. Assime Cesser
556. Abo nnem mintègn Chagriner
557. Abo abegle/Assoglane mot Chahuter
558. Awomane/Awu fig. Chamailler (se)
559. Abo ébirane/Abüi biom tugu tugu Chambarder
560. Abo ébirane/Abüi biom tugu tugu Chambouler
561. Afer mot/Apwogle mot fam Chambrer
562. Afeng/Akobe/Ateng Chanceler
563. Assangle/Atsene Changer
564. Ayiè Chanter
565. Ayiè dzâ sissi/Ayiè oyabe si Chantonner
566. Awub/Adzu Chaparder
567. Adzüè Chapeauter
568. Ambwamelane mot /Ayâ Chapitrer
569. Avengane fire/Atobe nsur Charbonner
570. Assale mot ye assugh/Adzime assale Charcuter
571. Ayüè nveghe/Abeghe nveghe Charger
572. Adzing/Agnegh atâ/ Awokh nvègn fig. Charmer
573. Along Charpenter
574. Ake dzom/Apwogle/Abo fiang fam. Charrier
575. Atsirane Chasser
576. Assur/Ayir Châtier
577. Agnômle/Abo begnômgnôm Chatouiller
578. Assangle minson Chatoyer
579. Akigh bitô bi fam Châtrer
580. Éne ayó’ng/Awokh Ayó’ng Chauffer

224
581. Abwar mengop/Abwar dzom mebo Chausser
582. Akubelane (tsime) Chavirer
583. Awule/Agnüè mebo/Ake batebe fam. Cheminer
584. Adzeng Chercher
585. Abira gneghe/Abira adzing Chérir
586. Awule nkalbègne ayó Chevaucher
587. Akobe/ Ayiè kîng d’égnangbane Chevroter
588. Akomle nkat/Assègn Chiader
589. Ayi Chialer
590. Adzeng bitom/Avine/Assoane Chicaner
591. Assègn/Agnagh mebi/Anôme Chier
592. Alere ossama (osson)/Atégne bitô Chiffonner
593. Ave táng Chiffrer
594. Avengane moan Chinois Chinoiser
595. Awub/Adzu Chiper
596. Adzim gnum/Agnum abé Chlinguer
597. Agnal adzegane Chiquer
598. Aku/Aligh Choir
599. Afèè/Atob Choisir
600. Atobe kâ essègn Chômer
601. Abign mot/Agnong dzom Choper
602. Abo nnem mintègn Choquer
603. Agnengle mot/Abele ane aki ku Chouchouter
604. Ayem akale Choyer
605. Ave nnem mintègn Choquer
606. Avengane moan Chrétien Christianiser
607. Akobe beyabeya Chuchoter
608. Abo édung Chuinter
609. Aku/Assegbane Chuter
610. Akône Cibler
611. Aler/Alett Cicatriser
612. Afer ye ayüiè mis Ciller
613. Akuane ye cema Cimenter
614. Ayir ngu’u Cingler
615. Akele mot/Akigh mot Circoncire
616. Akigh nî Circonscrire
617. Adukh môt Circonvenir
618. Alôr Circuler
619. Ave nfubane/Ave na afègn Cirer
620. Atú Citer
621. Ayegle mot mefule mentangane Civiliser
622. Akobe oyab oyó Claironner

225
623. Ayone Clamer
624. Awu (irr.) Clamser
625. Abo édung ye oyem Clapper
626. Aferbane Claquemurer
627. Abo édung/Ayüign ntugh Claquer
628. Ave éngengeng/Ave nfubane Clarifier
629. Ayem abüi/Atele Classer
630. Ayem atele Classifier
631. Afenegane/Afigle Claudiquer
632. Aferebane Claustrer
633. Ayir dzis Cligner
634. Ayir dzis/Abogh ye adzim bilam metua Clignoter
635. Ave avep/Ave nfunga Climatiser
636. Afir Cliquer
637. Abo édung Cliqueter
638. Adzâgh bidzi/Anîng abé Clochardiser
639. Éne abé Clocher
640. Aferebane Cloîtrer
641. Afigle/Aféngane Clopiner
642. Ave nkagle Clôturer
643. Adomle/Afer ye mintsonga Clouer
644. Adzègn Coaguler
645. Abo obangame/Abo alungbe dâ Coaliser
646. Along Coasser
647. Ave ndem Cocher
648. Abo mbia essègn Cochonner
649. Assuale Coder
650. Anîng vom mbo Coexister
651. Afer Coffrer
652. Afás/Atem/Assimane Cogiter
653. Akur Cogner
654. Anîng vom bo Cohabiter
655. Akeng nno (masc.)/Afenebane nno Coiffer (se)
656. Abile/Abign Coincer
657. Atobane Coïncider
658. Abo alugh/Assagh/Ayame Coïter
659. Alôrane/Awogane Collaborer
660. Avengane Collationner
661. Akoane Collecter
662. Akoane/Abagle Collectionner
663. Abaghe/Alar Coller
664. Ayirane Colleter (se)

226
665. Abo abâ medzo Colloquer
666. Afer Colmater
667. Agnong éya si/Azu nsangle mefulu Coloniser
668. Awâgh minsin/Adu meyang Colorer
669. Awâgh minsin/Adu meyang Colorier
670. Ake assomane Colporter
671. Abeghe édzom éne adzit Coltiner
672. Ayirane/Alumane Combattre
673. Akôme Combiner
674. Adzale Combler
675. Adzüé Commander
676. Ake essokh Commanditer
677. Abo essessang Commémorer
678. Assum/Atare Commencer
679. Akobe/Adzô dzam Commenter
680. Abo okira/Assomane biom Commercer
681. Assomane Commercialiser
682. Abo dzam Commettre
683. Assangle/Atsene Commuer
684. Adzi bidzi bi Zame Communier
685. Alom ntún Communiquer
686. Assangle/Atsene Commuter
687. Asseghe Compacter
688. Akobe mbó’ng Comparaître
689. Avengane Comparer
690. Akane Compartimenter
691. Aküè mot éngôngo Compatir
692. Ayièn/Akun/Abulane Compenser
693. Akoane Compiler
694. Agnegh Complaire
695. Abera ave/Abera akoglane Compléter
696. Awu osson/Abele osson Complexer
697. Awâ befumbua/Ave nvègn Complimenter
698. Éne ndzukh/Éne ayègn Compliquer
699. Ake essokh Comploter
700. Awule/Éne ya/Abele fulu Comporter
701. Atú ye composteur Composter
702. Afir Composer
703. Awokh Comprendre
704. Afer Compresser
705. Afer Comprimer
706. Ayüign ntugh Compromettre

227
707. Aláng miang Comptabiliser
708. Aláng biom Compter
709. Aláng bekalara Compulser
710. Agnalane/Akog Concasser
711. Ake’e/Ave Concéder
712. Afás/Atem/Assimane Concentrer
713. Afás dzam/Assimane dzam Conceptualiser
714. Adeghe mot/Éne adzô mot Concerner
715. Awogane/Ake essokh Concerter
716. Abo dzam Concevoir
717. Alar Concilier
718. Amane akobe Conclure
719. Ayám Concocter
720. Awogane Concorder
721. Abo nkat Concourir
722. Alere éngengeng (éyâ) Concrétiser
723. Akarane/Abo nkat Concurrencer
724. Ave akila Condamner
725. Ave bibukh Conditionner
726. Adure Conduire
727. Abo/Alat dzom Confectionner
728. Ake’e Conférer
729. Atún minsem Confesser
730. Ake’e/Alikh Confier
731. Aküign suga Confiner
732. Assugh a si Confirmer
733. Abign éban Confisquer
734. Afonane Confondre
735. Ave nnem nvègn/Assile nnem o si Conforter
736. Alere Confronter
737. Ave avep Congeler
738. Assekh Congratuler
739. Abune Conjecturer
740. Atamane/Afulane Conjuguer
741. Ake essokh/Akomle dzam Conjurer
742. Ayem Connaître
743. Ave dzam ayili Connoter
744. Adure ye ngu’u Conquérir
745. Ake’e Consacrer
746. Aleb Conseiller
747. Ayebe Consentir
748. Abagle Conserver

228
749. Akang Considérer
750. Abign Consigner
751. Ayile ya Consister
752. Afole/Ave nnem nfègn Consoler
753. Ave ngu’u/Ayem Consolider
754. Adzi/Agnu/Abo Consommer
755. Ake essokh Conspirer
756. Assoglane mot Conspuer
757. Ayén/Atâ Constater
758. Afer ye atétégn Consteller
759. Abo nnem mintègn Consterner
760. Abele Constituer
761. Along Construire
762. Ayén/Aláng Consulter
763. Ayir Consumer
764. Ayén Contacter
765. Akole Contaminer
766. Adeghe/Abem Contempler
767. Abele Contenir
768. Awokh nvègn Contenter
769. Akane minláng Conter
770. Assoane Contester
771. Ave nî/Akîgh nî/Assim dzam Contingenter
772. Atsine ossû Continuer
773. Akingane/Alôr Contourner
774. Agnong Contracter
775. Ayemle Contraindre
776. Abüign nno/Abo nnem mintègn Contrarier
777. Ka afonane Contraster
778. Ka abüi ébukh/Ka d’ébukh Contrebalancer
779. Aduane Contrecarrer
780. Assoane Contredire
781. Abéane Contrefaire
782. Ka dé ébukh/Ka abüi ébukh Contreficher (se)
783. Akigh ossû Contrer
784. Assane biyong bi bègn Contresigner
785. Avús éki/Avus atsing Contrevenir
786. Avuale/Assugh a si/Ave mo a nvé Contribuer
787. Atobe éyüign/Ayüane/Awokh olún Contrister
788. Afás Contrôler
789. Alere éndendang/Ave na mot ayebe dzam Convaincre
790. Ayebe/Ayem Convenir

229
791. Ayén mam anval dâ Converger
792. Akobe/Akane minláng Converser
793. Assangle e yebe/Agni vom Convertir
794. Alè Convier
795. Adji minenga/Assili minenga ébwan Convoiter
796. Alugane Convoler
797. Alè Convoquer
798. Alerane Convoyer
799. Assègn essama/Abo dzam essama Coopérer
800. Adzüé/Adeghe Coordonner
801. Agnong Copier
802. Abele mengôme Copiner
803. Abo alugh/Assagh/Ayam Copuler
804. Alere mot zen Cornaquer
805. Anikh Corner
806. Atsilane Correspondre
807. Adeghe dzam Corriger
808. Ayebe Corroborer
809. Abo nvo Corrompre
810. Abwar assu nkukh Costumer
811. Aláng Coter
812. Abo opwagle Cotiser
813. Ake nda mot Côtoyer
814. Abüi si Coucher
815. Abome si Coucher (se)
816. Alar biom Coudre
817. Ayi Couiner
818. Achii Couler
819. Akigh Couper
820. Akoane bebègn bebègn Coupler
821. Abarbe Courber
822. Amare Courir
823. Abwar zigle Couronner
824. Awokh Abé/Awokh olún Courroucer
825. Adzirane mot Courser
826. Assile ébwan/Adji minenga Courtiser
827. Ake táng ya Coûter
828. Akale meki me ku Couver
829. Aburu dzom Couvrir
830. Atú mendene Cracher
831. Atú buan mendene/Abo édung Crachoter
832. Ako wóng Craindre

230
833. Adzikh Cramer
834. Andegle mot Cramponner
835. Abo andomane Crâner
836. Assale Craqueler
837. Abo édung/Adzukh Craquer
838. Ayone Craqueter
839. Assègn ngu’u/Awulu avó Cravacher
840. Abign mot kîng Cravater
841. Avegle/Atsili ye nkos Crayonner
842. Abune mot/Abè mot Crédibiliser
843. Avele/Até Créer
844. Apwègn essii Crêper
845. Awokh édung Crépiter
846. Afag Creuser
847. Awu Crever
848. Abira ayonane Criailler
849. Atú abüign melong Cribler
850. Ayonane Crier
851. Atobe évo Crisper
852. Abo édung Crisser
853. Assokh/Akobe mot achègn Critiquer
854. Ayone Croasser
855. Abo okop Crocheter
856. Abune/Ayebe Croire
857. Atubane/Abomane Croiser
858. Avem Croître
859. Abane/Awore/Akare Croquer
860. Assuglane Crouler
861. Anîng Abé/Awu messura ye melunga Croupir
862. Abo nkanane/Éne klemklem fam. Croustiller
863. Adzi Croûter
864. Adomle mot e krua Crucifier
865. Assuale bikang/Ave ndzukh aláng Crypter
866. Afar Cueillir
867. Abele/Abégn Cuire
868. Ayám Cuisiner
869. Assuarane/Akubelane/Aku Culbuter
870. Ake oyab oyó/Aküign oyap Culminer
871. Agnu nso/Abwar odzatt Culotter
872. Ave bidzô Culpabiliser
873. Abégn Cultiver
874. Abele abüign biom Cumuler

231
875. Atukh/Asso/Assob Curer
876. Ave dzom tsingdzighe Cylindrer

877. Atsili minsine a bikang Dactylographier


878. Abo/Ayebe Daigner
879. Adzig ototolane Damner
880. Ayo’o/Andangle Dandiner
881. Adzem Danser
882. Awâ afégn Darder
883. Alôr ayap Dater
884. Alere osson/Ave ossama Dauber
885. Assomane Dealer
886. Ake andeng/Awule zeze dule Déambuler
887. Akûl éndendang/Akûl éyâ Déballer
888. Ava bande/Aku ka fe yâ Débander
889. Assangle éyola Débaptiser
890. Atugh assu Débarbouiller
891. Aküign/Asso tuna agnû Débarquer
892. Ava/Aligh/Ake Débarrasser
893. Akal medzo/Akal táng Débattre
894. Ava mot bissègn Débaucher
895. Ave mot atek/Ave ônder Débiliter
896. Assokh mot/Akobe mot abé Débiner
897. Akigh/Aba/Assale Débiter
898. Akobe ayab ye abé/Ayüign ntugh Déblatérer
899. Ali/Akom/Ava nvine Déblayer
900. Atsii Débloquer
901. Akû/Akule Débobiner
902. Atsii/Akigh bilé/Afume bilé Déboiser
903. Afilane/ Assorane Déboîter
904. Afüigane/Adzègn Déborder
905. Atsii/Akuane Débosseler
906. Aküign/Ave Déboucher
907. Abunane/Aku Débouler
908. Ava mot éto Déboulonner
909. Avâ taga nso été Débourrer
910. Ake miang/Ayagane Débourser
911. Azamelane/Aligh éyemyema Déboussoler
912. Atsii melog Déboutonner (se)
913. Abo nvine Débrailler
914. Atégn nko bilame Débrancher
232
915. Atúb/Assale Débrider
916. Adzeng énîng/Ayirane fig. Débrouiller (se)
917. Alí Débroussailler
918. Ava tsit bilé a si/Aler éndendang Débusquer
919. Assume/Atare Débuter
920. Akule éndendang/Ava achégn Décacheter
921. Akule miang ékesse Décaisser
922. Afogh Décaler
923. Avegle ye éyema Décalquer
924. Atúb/Ake mbî Décamper
925. Ake mbî/Amare Décaniller
926. Alere zen/Ave éndendang fig. Décanter
927. Akule nvine Décaper
928. Akigh nno Décapiter
929. Ava édzinga Décapsuler
930. Ava édzinga Décapuchonner
931. Abüign nno Décarcasser (se)
932. Awu Décéder
933. Ayén Déceler
934. Awule metua oteghetekh Décélérer
935. Ava édzüé akisson/Ake ébot bevog édzüé Décentraliser
936. Ake’e mot dzom Décerner
937. Alere osson/Ave ossama Décevoir
938. Achii Déchaîner
939. Adzimle abune/Assile mmo si Déchanter
940. Ava nveghe Décharger
941. Ava minsone Décharner
942. Aláng Déchiffrer
943. Agnab Déchiqueter
944. Agnab Déchirer
945. Ake abo a si Déchoir
946. Adzô Décider
947. Adzá bot Décimer
948. Assong mot ye nkobe Déclamer
949. Adzô dzam éndendang Déclarer
950. Ava mot nsama Déclasser
951. Ave dzam Déclencher
952. Ateb Décliner
953. Ayüiè/Ava nkagle Déclorer
954. Ava mintsonga Déclouer
955. Awâ adzô/Alom Décocher
956. Ayén metsing/Atsii metsing Décoder

233
957. Ava ntome/azamlane essii Décoiffer
958. Até/Ayele Décoller
959. Ava édzüé beyeng (mintangane) Décoloniser
960. Ava minsin Décolorer
961. Ava wóng Décomplexer
962. Akane/Ave nkane Décomposer
963. Assile nnem o si Décompresser
964. Ava/Adzime fig. Décompter
965. Ava ossimane Déconcentrer
966. Ka fe avuègn Décongeler
967. Abo bibone/Abo éndegle Déconner
968. Adzô na ataghe abo/Ka lep mot Déconseiller
969. Ava ngang Déconsidérer
970. Atsame/Abüign Déconstruire
971. Avus/Adzimle ngu’u Décontenancer
972. Agnong nfunga/Agnong ngu’u Décontracter (se)
973. Ave nvègn/Akom Décorer
974. Afás dzam/Ave ossiman vom Décortiquer
975. Asso mbiam/Abome atane Découcher
976. Akar éwomane/Ayirane Découdre
977. Abo/Asso Découler
978. Akigh Découper
979. Akigh bifas (bitune) Découpler
980. Ave atek ngnû Décourager
981. Ayén Découvrir
982. Ava nvine/Assob Décrasser
983. Atú/Adzô Décréter
984. Assoglane/Atégn a si/Ateb Décrier
985. Akane adzô Décrire
986. Ava wóng Décrisper
987. Avare/Ava/Afam Décrocher
988. Assigle Décroître
989. Ava mbwarga mengope Décrotter
990. Ayem Aláng/Ayéne metsing Décrypter
991. Assore odzar/Ava okana Déculotter
992. Ava bidzo/Aligh mot fili Déculpabiliser
993. Akoglane awom biyong Décupler
994. Abiane/Ayén ognegname Dédaigner
995. Aligh ndem/Assane éyola Dédicacer
996. Ave éyola mot aba (kalara) été Dédier
997. Assoane Dédire (se)
998. Atáng Dédommager

234
999. Ayagane akila mbong Dédouaner
1000.Akigh ézezang/Akane azang Dédoubler
1001.Keghe ve dzam duma Dédramatiser
1002.Aman/ Andaman Déduire
1003.Ava ngu’u/Éne nvôrane Défaillir
1004.Atsii/Atsam Défaire
1005.Ava táng miang Défalquer
1006.Ava nvôrane (atek ngnû) Défatiguer
1007.Assongane dzom Défausser
1008.Ayi dzam/Éne ajègn Défavoriser
1009.Akame Défendre
1010.Ava mot wune Défenestrer
1011.Agnag bebi/Assègn/Ake édugh Déféquer
1012.Ake adzô édzüé Déférer
1013.Ava bikiégn Déferrer
1014.Akarane/Abo nkat Défier
1015.Andaman mot assu Défigurer
1016.Abo fett Défiler
1017.Adzô ane éne Définir
1018.Aligh ka ayagane nfong si Défiscaliser
1019.Atúb minenga Déflorer
1020.Abüign Défoncer
1021.Akigh bilé/Atsam afane Déforester
1022.Abo nkuar/Atsene (Assangle) dzam Déformer
1023.Avüign/Adzem Défouler
1024.Ava/avuègn (aveb) Défraîchir
1025.Atáng/Ayagane mot Défrayer
1026.Ali/Ayüi afup Défricher
1027.Avengane essii Défriser
1028.Aligh évüign/Ave nfubane/Atsirane Dégager
1029.Abi ngâ (ondolo) Dégainer
1030.Adzimle Dégarnir
1031.Adzimle éyong Dégénérer
1032.Abole bifabifa/Andamane Déglinguer
1033.Amin ye ngu’u Déglutir
1034.Ayo Dégobiller
1035.Akobe/Adzô dzam Dégoiser
1036.Ava mot bissègn Dégommer
1037.Ava nfunga/Asseghe éyüign Dégonfler
1038.Akule atane Dégorger
1039.Ayén Dégoter
1040.Awâ metwègn Dégouliner

235
1041.Agnüè mebo Dégourdir
1042.Avine/Afem Dégoûter
1043.Abo onder/Assuglane/Awu fig. Dégrader
1044.Ava avong Dégraisser
1045.Aku si/Assorane Dégringoler
1046.Ava mot meyokh ngnu’u Dégriser
1047.Ayegle mot Dégrossir
1048.Ake mbî/Akore avó Déguerpir
1049.Ave Abüign nvine Dégueulasser
1050.Ayó Dégueuler
1051.Assangle assu Déguiser
1052.Akegh bidzi Déguster
1053.Abune mot ane Zame Déifier
1054.Assagle Déjeter
1055.Adzi Déjeuner
1056.Aku/Awu ntugh Déjouer
1057.Awu ntugh/Andamane Délabrer
1058.Aligh Délaisser
1059.Awègane/Agnong ngu’u Délasser
1060.Assob nfubane ye mendzim Délaver
1061.Afulane ye mendzim Délayer
1062.Awokh nvègn Délecter (se)
1063.Alom mot Déléguer
1064.Ave oveves/Awub Délester
1065.Atú/Afás/Atem Délibérer
1066.Atsi /Aligh fili Délier
1067.Akigh nî Délimiter
1068.Assogh éki Délirer
1069.Anî Délivrer
1070.Assangle étégn vom Délocaliser
1071.Akule mot atane/Ava bot me nda Déloger
1072.Ava nkel Démancher
1073.Assile Demander
1074.Abo mintsang Démanger
1075.Abole/Atsame/Awu ntugh Démanteler
1076.Agnalane/Andaman Démantibuler
1077.Ava nko bivula Démaquiller
1078.Adzeng ébot ba some akum Démarcher
1079.Awub mintene ébot bevôgh Démarquer
1080.Abogh dzom Démarrer
1081.Ayén mot/Abign mot Démasquer
1082.Akane biom Démêler

236
1083.Akigh mefus/Akigh bikila Démembrer
1084.Assangle nda/Atokh Déménager
1085.Ayirane/Avung Démener (se)
1086.Assoane/Ateb Démentir
1087.Adzeng énîng Démerder (se)
1088.Afilane Démettre
1089.Atobe Demeurer
1090.Akore essègn Démissionner
1091.Akobe fili/ Abo mam fili Démocratiser
1092.Alôre ayap Démoder (se)
1093.Abüign Démolir
1094.Atsii Démonter
1095.Alere Démontrer
1096.Akwo atek gnû/Assule gnû Démoraliser
1097.Aligh/Adzame Démordre
1098.Akwo atakh gnû/Assule gnû Démotiver
1099.Éne ajègn/Éne ka biom mmo Démunir
1100.Alere éndendang/Akule éyâ Démystifier
1101.Ava ayegle minkana Démythifier
1102.Ava tsine Dénaturer
1103.Avâ duma onuane/Adzile mot Dénicher
1104.Ateb mot Dénier
1105.Alere osson Dénigrer
1106.Aláng Dénombrer
1107.Ave éyola/Éne éyola ya Dénommer
1108.Akong mot Dénoncer
1109.Alere Dénoter
1110.Atsii/Avâ atsing Dénouer
1111.Avâ dzom ntsine dzégn Dénoyauter
1112.Aligh mot chichègn/Assore bitô Dénuder
1113.Avâ égnume Déodoriser
1114.Avuale mot Dépanner
1115.Ave abé Déparer
1116.Akane bot (dzom) azang Départager
1117.Akab/Ake’e bot Départir
1118.Alôr ayap Dépasser
1119.Kâ ave dzam anen/ Kâ ada ozôrbe Dépassionner
1120.Abo dzam ye mindzukh Dépatouiller (se)
1121.Assangle si/Atobe nneng vom Dépayser
1122.Aba/Akigh mefus Dépecer
1123.Abo avó/Abere mmo Dépêcher (se)
1124.Adzô mot édzam éne Dépeindre

237
1125.Adegh mot Dépendre
1126.Adzimle Dépenser
1127.Andaman oteghetekh Dépérir
1128.Aküign mindzukh été Dépêtrer
1129.Adzâ bot Dépeupler
1130.Alôr ayap Déphaser
1131.Avâ tsit ékop Dépiauter
1132.Avâ bissi Dépiler
1133.Akoane mot zen ava ake Dépister
1134.Ave nnem mintégn Dépiter
1135.Assangle étégn Déplacer
1136.Avine Déplaire
1137.Akule/Ayüiè Déplier
1138.Akog/Assongane/Akil Déplisser
1139.Adzôbane/Ayi, fig. Déplorer
1140.Akule/Aler Déployer
1141.Afuane/Avâ messègn Déplumer
1142.Avâ ossiman vom Dépolariser
1143.Kâ abo dzam ye politique Dépolitiser
1144.Asseghe nvine/Ave nfubane Dépolluer
1145.Ake bot éya si/Alerane bot Déporter
1146.Abüi Déposer
1147.Avâ mot dzom/Adur mot dzom Déposséder
1148.Avâ mot dzom/adur mot dzom Dépouiller
1149.Appobane/Achèbane fam. Dépouiller (se)
1150.Avâ mbulgh/Avâ nvine Dépoussiér
1151. Avus biki Dépraver
1152.Avine dzam/Kâ azôm dzam Déprécier
1153.Assamle mot (dzom) /Atsibane Déprendre (se)
1154.Assule/Apwo atekh gnû Déprimer
1155.Ayén dzam avitsang/ Ayén mot zeze Dépriser
1156.Atú minenga/Alere zen befam fam. Dépuceler
1157.Alom mot/Avor mot/Atob mot Députer
1158.Afume dzom a si/Avâ mindzis Déraciner
1159.Assule/Ave ntegane Déraidir
1160.Atúb afégn/Adzimle ossimane Dérailler
1161.Adzimle ossiman/Kâ Afás Déraisonner
1162.Andegle/Abo abegle Déranger
1163.Assene/Akubelane Déraper
1164.Ayüign bendang Dératiser
1165.Ayüign dzom/Abo mintègn Dérégler
1166.Abo mam melüègn Dérider

238
1167.Akule fig. /Asso fig. Dériver
1168.Awub/Adzip/Adzu Dérober
1169.Avus atsing/Akob fig. Déroger
1170.Avâ mingle/ Akom Dérouiller
1171.Akule/Alere fig. Dérouler
1172.Adzimle ossiman/ Adukh fig. Dérouter
1173.Abo nke Désabuser
1174.Atsam atsing Désaccorder
1175.Adzam fule (éyem) Désaccoutumer
1176.Ava akenga/Kâ ave dzam akogang Désacraliser
1177.Kâ assongane dzam Désadapter
1178.Atsam/Agneme fig. Désagréger
1179.Agnu/Agneme égong fam. Désaltérer
1180.Alere osson/ Adukh fig. Désappointer
1181.Avüiane dzam Désapprendre
1182.Avine dzam/Ateb Désapprouver
1183.Adzimle ossiman/ Kâ Afás Désarçonner
1184.Assulebane Désarmer
1185.Kâ agun dzam Désavantager
1186.Assoane/Akar dzam Désavouer
1187.Éne nkuat/Azamane Désaxer
1188.Atsame Desceller
1189.Assigle Descendre
1190.Azamane Désemparer
1191.Atsi ngara bikiègn Désenchaîner
1192.Adzègn/Éne nturbom fam. Désemplir
1193.Adukh fig. / Avus Désenchanter
1194.Akule éyâ Désenclaver
1195.Avâ dzom fanefane été Désencombrer
1196.Assob fig. Désenfler
1197.Avâ otsira Désenfumer
1198.Assob dzam mmô Désengager
1199.Kâ avuar dzam Désennuyer
1200.Akor fig. / Assegh dzom ntégn Désépaissir
1201.Éne nkuat fig. / Kâ sosso Déséquilibrer
1202.Atogh/Aligh éfun Déserter
1203.Avengane abüign nsegle Désertifier (se)
1204.Kâ fe abune dzam/ Adzimle dzom Désespérer
1205.Avâ bitô/Assor bitô (biôm) Déshabiller
1206.Adzam fule (éyem) Déshabituer
1207.Alí/Ayüi bilôg Désherber
1208.Kâ aligh môt ye akum Déshériter

239
1209.Alere osson (ossama) Déshonorer
1210.Kâ aküè môt éngôngo/Assur Déshumaniser
1211.Avâ mendzim vom Déshydrater
1212.Alere/Ave éyola Désigner
1213.Kâ avus/Kâ ayén bilè fig. Désillusionner
1214.Ayüign bitum/Avâ nvine Désinfecter
1215.Akane minâ/Abo otéé Désinformer
1216.Andaman/Assanglane Désintégrer
1217.Kâ ve nnem vom Désintéresser
1218.Avâ égnum nsu Désintoxiquer
1219.Akôm dzam Désirer
1220.Aligh Désister
1221.Abo melô/Kâ wokh bot Désobéir
1222.Awokh olún Désobliger
1223.Abüign akag/Akule zen Désobstruer
1224.Avâ mbia égnum Désodoriser
1225.Adzugh/Awokh nnem mintègn Désoler
1226.Atob étam/Akanane bot Désolidariser (se)
1227.Abo mam melüègn Désopiler
1228.Adzim aleb mot/Adzim zen Désorienter
1229.Avâ bive (bivés) Désosser
1230.Akore/Assuglane (biko) Desquamer (se)
1231.Avâ mot édzüé Dessaisir
1232.Assegh nku (bidzi) Dessaler
1233.Akor Dessécher
1234.Assule/Atsi Desserrer
1235.Ayegh adzô Zame/Alôr Desservir
1236.Ayüè mis Dessiller
1237.Avegle Dessiner
1238.Avâ meyôgh mis Dessoûler
1239.Andegle mot/Abo mot abegle Déstabiliser
1240.Alom/Alom mot vom Destiner
1241.Avâ éto Destituer
1242.Ka angune Déstocker
1243.Atsam Déstructurer
1244.Atsii Détacher
1245.Adzô asse Détailler
1246.Ake mbi/Atúb Détaler
1247.Avâ nvine messo’ng Détartrer
1248.Ka ayagane akila Détaxer
1249.Awokh Détecter
1250.Atsam (nsin)/Alôr (éyong) Déteindre

240
1251.Awokh nfunga Détendre
1252.Abele Détenir
1253.Awu ntugh/Andame Détériorer
1254.Ake nsuga Déterminer
1255.Afagh Déterrer
1256.Avine Détester
1257.Akane Détonner
1258.Assongane Détordre
1259.Assagle Détourer
1260.Awub Détourner
1261.Assile mot si Détracter
1262.Andaman Détraquer
1263.Abwale ye mendzim Détremper
1264.Ayüè mis Détromper
1265.Avâ mot éto Détrôner
1266.Awub Détrousser
1267.Atsagle/Andaman/Abirane Détruire
1268.Abigle Dévaler
1269.Awub Dévaliser
1270.Assile o si Dévaloriser
1271.Assile o si Dévaluer
1272.Ake ossû Devancer
1273.Adzâ Dévaster
1274.Avem/Anen Développer
1275.Atobe/Avengane Devenir
1276.Abo éndâ-ndâ Dévergonder (se)
1277.Ayüè/Ava olám Déverrouiller
1278.Akub Déverser
1279.Avâ bitô Dévêtir
1280.Aforane medzo Dévider
1281.Assigle/Alor afeng /Assagle Dévier
1282.Assimane Deviner
1283.Andaman assu Dévisager
1284.Akane minláng Deviser
1285.Adzame Dévisser
1286.Avâ énîng Dévitaliser
1287.Akat dzam/Akóng Dévoiler
1288.Ayiane Devoir
1289.Adzi/Aló Dévorer
1290.Awu mot ndzukh Dévouer (se)
1291.Avengane satane Diaboliser
1292.Ayén mot okuane Diagnostiquer

241
1293.Akobe Dialoguer
1294.Aláng Dicter
1295.Akobe abé Diffamer
1296.Abo nkane Différencier
1297.Abukh dzam/Assimane dzam afe Différer
1298.Atobane vom asse/Ake vom asse Diffuser
1299.Azôm/Amin bidzi Digérer
1300.Ake nnom (ékiègn) Digitaliser
1301.Ayüign ntugh Dilapider
1302.Anene dzom Dilater
1303.Abo dzam avó Diligenter
1304.Assame Diluer
1305.Avegh táng Dimensionner
1306.Asseghe Diminuer
1307.Adzi Dîner
1308.Agnong diplôme Diplômer
1309.Adzô Dire
1310.Alere zen/Éne ntebe ossû Diriger
1311.Ayén dzam Discerner
1312.Assongane Discipliner
1313.Ake ossû Discontinuer
1314.Ayebe dzam Disconvenir
1315.Akobe nno adzô Discourir
1316.Ka kang mot Discréditer
1317.Atsime mot/Avine mot Discriminer
1318.Akabe adzô Disculper
1319.Akane minláng Discuter
1320.Ka büi mot ébukh Disgracier
1321.Akane biom Disjoindre
1322.Adzim Disjoncter
1323.Amiamane Disloquer
1324.Adzang Disparaître
1325.Akabe/Ave Dispatcher
1326.Avâ/Ayegle Dispenser
1327.Amiamane/Ake mifakh misse Disperser
1328.Abüi Disposer
1329.Awomane Disputer
1330.Aku nkar Disqualifier
1331.Amiamane Disséminer
1332.Aba Disséquer
1333.Atsili/Alüign nno adzô/Akobe Disserter
1334.Assole Dissimuler

242
1335.Adzang/Ayele Dissiper
1336.Atsamane/Akanane Dissocier
1337.Abo mbéa édung Dissoner
1338.Adzang Dissoudre
1339.Alôr ossû Distancer
1340.Ake dzam oyab Distancier (se)
1341.Adzimle ngu’u Distendre (se)
1342.Ake vom asse Distiller
1343.Ayén mot Distinguer
1344.Ave nkwatt Distordre
1345.Adzimle éyong Distraire
1346.Akabe/Ave Distribuer
1347.Ake mifagh misse Divaguer
1348.Ka akobe kîng dza Diverger
1349.Ake vom asse Diversifier
1350.Abo mam melüégn Divertir
1351.Ayeglane Diviniser
1352.Akigh azan Diviser
1353.Avas/Atsam alugh/Akanane Divorcer
1354.Akar mot dzam Divulguer
1355.Assom bidzango/Abele bekalara Documenter
1356.Amegle nno Dodeliner
1357.Ayebe kâ Afás Dogmatiser
1358.Ayale Domestiquer
1359.Along étobega/ Atobe Domicilier
1360.Abira ayem (dzam) Dominer
1361.Ayegle Dompter
1362.Ave/Ake’e Donner
1363.Agnu biang Doper
1364.Akôme Dorer
1365.Agnengle/ Afong Dorloter
1366.Ake oyô Dormir
1367.Ayem ave Doser
1368.Ave akum/Ake nsua Doter
1369.Abag/Abera ake Doubler
1370.Awobane mendzim Doucher
1371.Assom/Adzimle miang Douiller
1372.Assoane/Abo bisso Douter
1373.Assile ébwan Draguer
1374.Adâ dzam Dramatiser
1375.Aburu éto Draper
1376.Assongane/Agnüè Dresser

243
1377.Adzemle Dribbler
1378.Agnu biang Droguer
1379.Abo medukh Duper
1380.Abera abo Dupliquer
1381.Abo alett Durcir
1382.Abem/Alangane Durer
1383.Ave ngu’u Dynamiser
1384.Abogh éfir Dynamiter

1385.Ayüiè agnu Ebahir


1386.Akeng zel Ebarber
1387.Ayó/Amarre Ebattre (s’)
1388.Assum bo dzam Ebaucher
1389.Ave ndzim/Ave nvègn Eblouir
1390.Ave ndzim Eborgner
1391.Atsigh Ebouillanter
1392.Assuglane Ebouler
1393.Éne nzamzamane Ebouriffer
1394.Atsam Ebranler
1395.Asseghe Ebrécher
1396.Assamle nno Ebrouer (s’)
1397.Abo édung/Abo zoghe Ebruiter
1398.Avâ biba Ecailler
1399.Ayüiè mis Ecarquiller
1400.Andine vom asse/Ave megnung Ecarteler
1401.Andam Ecarter
1402.Alóng Echafauder
1403.Afagh Echancrer
1404.Assangle Echanger
1405.Atúb/Ake mbí Echapper
1406.Abeghe minbakh/Assogh Echarper
1407.Atogh mendzim meyó’ng Echauder
1408.Ave Ayóng Echauffer
1409.Aber nkóng Echelonner
1410.Avôr/Awu ndzukh Echiner
1411.Akwane/Ayaghane étom Echoir
1412.Aku nkatt Echouer
1413.Akigh ntongbe élé Ecimer
1414.Afüi mendzim Eclabousser
1415.Ave éngengeng Eclaircir
1416.Abogh bilam Eclairer
244
1417.Abolo Eclater
1418.Adzang Eclipser
1419.Aküign éborghe été Eclore
1420.Abira ngu meyokh Ecluser
1421.Ave nnem mintègn Ecoeurer
1422.Atebe dzam Econduire
1423.Abagle miang Economiser
1424.Assur mot Ecoper
1425.Avâ tsit éko/Akob abé Ecorcher
1426.Anigh Ecorner
1427.Assomane Ecouler
1428.Akigh étun Ecourter
1429.Abèè Ecouter
1430.Akogh Ecrabouiller
1431.Akogh Ecraser
1432.Ayem tobe Ecrémer
1433.Avâ ku essokol Ecrêter
1434.Ayonane mot Ecrier
1435.Atsili Ecrire
1436.Ave mimbokh Ecrouer
1437.Aku si Ecrouler (s’)
1438.Avâ avû Ecumer
1439.Abugh messóng Edenter
1440.Alere sosso Edicter
1441.Alóng/ Alere zen Edifier
1442.Akule abakh/Atsili édzangô Editer
1443.Awâ mbwan Edulcorer
1444.Ayegle Eduquer
1445.Atsam Effacer
1446.Ave wóng/Ayüè agnu Effarer
1447.Ako wóng/Abamle Effaroucher
1448.Abo Effectuer
1449.Assele/Anam avitsang Effleurer
1450.Assuglane Effondrer (s’)
1451.Ave wóng/ Ako wóng Effrayer
1452.Akigh mefus Effriter
1453.Avüign Egailler (s’)
1454.Aligh nté mbo/Éne veve Egaler
1455.Abagh/Éne bikwé Egaliser
1456.Avus zen Egarer
1457.Avagh/Ave mam melüègn Egayer
1458.Akigh kîng Egorger

245
1459.Ayonane Egosiller (s’)
1460.Atüègn Egoutter
1461.Avâ ébuma essangle Egrapper
1462.Atúne Egratigner
1463.Achii meyom Ejaculer
1464.Atsirane mot Ejecter
1465.Abo dzam Elaborer
1466.Abo dzam Elaguer
1467.Ake avó Elancer (s’)
1468.Anene/Aveme Elargir
1469.Ave bilam Electrifier
1470.Ave Ayóng Electriser
1471.Awu nkol bilam Electrocuter
1472.Abere ayo Elever
1473.Ayüign/ Avâ Eliminer
1474.Atob Elire
1475.Ake oyap Eloigner
1476.Ave éngengeng/Alüign adzô Elucider
1477.Assagle dzam Eluder
1478.Atobe fili Emanciper
1479.Ave tsine Emaner
1480.Assan Emarger
1481.Akigh bitô bi fam Emasculer
1482.Awogle Emballer
1483.Ada mot metua Embarquer
1484.Andegle/Agnóng abüign évüign Embarrasser
1485.Agnóng mot bissègn Embaucher
1486.Agnum abé Embaumer
1487.Abo gnang/Akom Embellir
1488.Andegle Emberlificoter
1489.Andegle Embêter
1490.Abo minâ Embobiner
1491.Assongane/Akoghane Emboîter
1492.Abogh Embourber
1493.Avengane kuma Embourgeoiser
1494.Alüègn éyomane été/Ave ndegh été Embouteiller
1495.Ayinebe Emboutir
1496.Adzikh Embraser
1497.Agnang agnu Embrasser
1498.Ave bot mizima/Ake ye ngu’u Embrigader
1499.Adzeng bitom Embringuer
1500.Assom tsit bibègn été Embrocher

246
1501.Azamane Embrouiller
1502.Ave ndugle Embuer
1503.Amom mot Embusquer
1504.Avem Emerger
1505.Ayüè agnu/Agnegh atá Emerveiller
1506.Ave/Adzô Emettre
1507.Agnugane Emietter
1508.Ake éya si Emigrer
1509.Akigh bitun Emincer
1510.Akoane Emmagasiner
1511.Awogle moan éto été Emmailloter
1512.Abom ovone Emmancher
1513.Azamelane Emmêler
1514.Atogh nvéfègn nda Emménager
1515.Azu Emmener
1516.Andegle Emmerder
1517.Akublane bitô biayóng été Emmitoufler
1518.Ave ôngo été Emmurer
1519.Akikh mintem Emonder
1520.Assane Emotionner
1521.Ave avul/Abele avul Emousser
1522.Ave ayóng/Abo mevakh Emoustiller
1523.Ave nnem nvègn Emouvoir
1524.Aburu ye bibüign Empailler
1525.Agnalane dzom ye mmo Empalmer
1526.Awokh dzom Empaqueter
1527.Agnóng ye ngu’u Emparer (s’)
1528.Ave éba Empâter
1529.Akam Empêcher
1530.Agnum abé Empester
1531.Aku ébégn Empêtrer
1532.Alôr nî/Adâ zôn Empiéter
1533.Adzi abüign Empiffrer (s’)
1534.Abo avi/Akoane Empiler
1535.Awu ntugh/Abo mbéa abé Empirer
1536.Abim nno futt Emplafonner
1537.Adzégn Emplir
1538.Agnóng Employer
1539.Agnóng/Anfekh été Empocher
1540.Ake mot wo (akû-énam) Empoigner
1541.Ave nsu Empoisonner
1542.Ave mot nsu Empoissonner

247
1543.Ake’e dzom/Avâ dzom Emporter
1544.Ave évele Empourprer
1545.Ave ndem Empreindre
1546.Abo avó Empresser (s’)
1547.Ave ambokh Emprisonner
1548.Akole Emprunter
1549.Adzim’ agnum Empuanter
1550.Assugh a si Emuler
1551.Agneghane/ Adzingane Enamourer (s’)
1552.Akale Encadrer
1553.Agnóng miang Encaisser
1554.Awulu mbéa essama Encanailler (s’)
1555.Akuán Encaustiquer
1556.Ave otsá Encenser
1557.Ave ézezang Encercler
1558.Akagh ye bikiègn Enchaîner
1559.Awokh nnem nvègn Enchanter
1560.Abom akokh Enchâsser
1561.Abera bakh dzam Enchérir
1562.Assalane Enchevêtrer
1563.Ave ôngó été Enclaver
1564.Abogh ékiègn Enclencher
1565.Ave ôngó été Enclore
1566.Abagh dzom Encoller
1567.Abo fanefane Encombrer
1568.Assugh a si/Assegh Encourager
1569.Adzeng bitom Encourir
1570.Ave nvine Encrasser
1571.Abo élang Enculer
1572.Abele menvola Endetter
1573.Abele awu Endeuiller
1574.Assim Endiguer
1575.Ayem’abwar bitô Endimancher (s’)
1576.Ave ye ngu’u/Abomle Endoctriner
1577.Atáng Endommager
1578.Ave oyo Endormir
1579.Ave nvegh a nvus Endosser
1580.Awâ mbwan Enduire
1581.Abo alett Endurcir
1582.Azôm Endurer
1583.Awokh olún Enerver
1584.Abiègn Enfanter

248
1585.Aferebane Enfermer (s’)
1586.Abwar Enfiler
1587.Agnóng nduane/ Adzigh Enflammer
1588.Avus Enfler
1589.Ake a si Enfoncer
1590.Atúb Enfouir
1591.Adang vom Enfourcher
1592.Ave ofut été/Amin Enfourner
1593.Avus éki Enfreindre
1594.Atúb/Ake mbî Enfuir (s’)
1595.Abo minkott Enfumer
1596.Abo dzam/Ake vom Engager
1597.Abiègn Engendrer
1598.Afulane Englober
1599.Amin Engloutir
1600.Ave aden Engluer
1601.Abo fanefane/Adzègn Engorger
1602.Adzi/Amin bidzi Engouffrer
1603.Ayí/Assim Engourdir
1604.Abele avóng Engraisser
1605.Aní angune Engranger
1606.Ave minenga abum Engrosser
1607.Akômelane/Ayüè mot anyu Engueuler
1608.Akom Enguirlander
1609.Ave kugna Enhardir
1610.Abile meyokh Enivrer (s’)
1611.Adang dzam ayó Enjamber
1612.Adzô dzam Enjoindre
1613.Abo minâ Enjôler
1614.Ave gnang Enjoliver
1615.Akorane Enlacer
1616.Akorane Enlacer
1617.Abo abé/Avengane abé Enlaidir
1618.Avâ Enlever
1619.Assom a si été/Assim/Abogh Enliser
1620.Adu meyang Enluminer
1621.Etam nkud aku Enneiger
1622.Avengane sifú Ennoblir
1623.Abo som/ Ave éyüign Ennuyer
1624.Adzô/Atsili Enoncer
1625.Abo éngung Enorgueillir
1626.Akar fuègn/Avogh fuègn Enquérir (s’)

249
1627.Adzeng bebela Enquêter
1628.Abo abegle Enquiquiner
1629.Ayem a si été Enraciner
1630.Akuane fuma Enrager
1631.Assim Enrayer
1632.Agnóng Enregistrer
1633.Akon ébubú Enrhumer
1634.Abo kuma Enrichir
1635.Awogle Enrober
1636.Ave mot bizima Enrôler
1637.Atan kîng Enrouer
1638.Abigle Enrouler
1639.Akoane nsegle Ensabler
1640.Ake mekî/Éne mikî Ensanglanter
1641.Anîbane Ensauver (s’)
1642.Ayegle Enseigner
1643.Amiamle nvóng Ensemencer
1644.Adze/Adzeb Enserrer
1645.Adze/Adzeb Ensevelir
1646.Ave évu/Ake ambwó Ensorceler
1647.Edzam dazu Ensuivre (s’)
1648.Alere osson Entacher
1649.Azum/Akigh Entamer
1650.Ave nvine Entartrer
1651.Akoane Entasser
1652.Awokh Entendre
1653.Ayebe Entériner
1654.Adzeb Enterrer
1655.Abo melô Entêter
1656.Ave ngu’u/Abira wokh nvègn Enthousiasmer
1657.Agheghe Enticher (s’)
1658.Ayè dzâ Entonner
1659.Akobe fala beyem Entortiller
1660.Akale Entourer
1661.Abo abé nnem/Assim nno Entourlouper
1662.Avôlane Entraider (s’)
1663.Ayeghe Entraîner
1664.Aya zen Entraver
1665.Ayinebane Entrechoquer
1666.Akigh mebóng Entrecouper
1667.Atobane/Assiane vom bo Entrecroiser
1668.Ayüiane/Awu fig. Entredéchirer (s’)

250
1669.Aloane Entredévorer (s’)
1670.Akighane mekîng Entrégorger (s’)
1671.Akorane Entrelacer
1672.Afonane/ Éne kora kora korane Entremêler
1673.Akobane medukh Entremettre
1674.Aboane abé Entrenuire (s’)
1675.Atare büi Entreposer
1676.Abo essègn Entreprendre
1677.Agnî Entrer
1678.Abagle mot Entretenir
1679.Ayüiane Entretuer (s’)
1680.Assimane dzam Entrevoir
1681.Aligh mbègn oyô/Ayüè mbègn Entrouvrir
1682.Abuane Entuber
1683.Aláng Enumérer
1684.Adzégn Envahir
1685.Ave essua été Envaser
1686.Awogle Envelopper
1687.Ave mekett/Ayüign ntugh Envenimer
1688.Akom Envier
1689.Akom’abo dzam Envisager
1690.Ayele Envoler (s’)
1691.Adzi nnem/Abo tobeghe si Envoûter
1692.Alom Envoyer
1693.Ave ébap/Abo ébap Epaissir
1694.Akar mot dzam/Agner mot dzègn Epancher (s’)
1695.Amiamane Epandre
1696.Ayem nîng Epanouir
1697.Akam/Akale Epargner
1698.Angunebe vom asse Eparpiller
1699.Ayüiè agnu Epater
1700.Alere zen Epauler
1701.Atamane bikang Epeler
1702.Avâ minkeng Epépiner
1703.Akôme bo dzam Eperonner
1704.Akit bidzi Epicer
1705.Amôme/Anóngle Epier
1706.Avâ zeng Epiler
1707.Akobe Epiloguer
1708.Abign Epinceter
1709.Akóng Epingler
1710.Awom Eplucher

251
1711.Ayaghane/Atsam Eponger
1712.Ayüign gnîne nno Epouiller
1713.Avuar Epoumoner (s’)
1714.Alugh Epouser
1715.Assâ mbuleghe Epousseter
1716.Asseme Epoustoufler
1717.Ako wóng/Ave wóng Epouvanter
1718.Agnegh/Adzing Eprendre (s’)
1719.Abele Eprouver
1720.Éne nvorane/Awokh ateghe gnû Epuiser
1721.Ave ngu’u Epurer
1722.Éne abim dâ Equilibrer
1723.Abele biom Equiper
1724.Afonane/Éne ya Equivaloir
1725.Avâ/Amane/Atele Eradiquer
1726.Awom Erafler
1727.Agnab Erailler
1728.Ave nvorane Ereinter
1729.Ateb/Abo bisso/Avine Ergoter
1730.Alóng/Atele Eriger
1731.Assibe Eroder
1732.Ake begnüè mebo/Awulu yop yop Errer
1733.Abiekh Eructer
1734.Ake abo a si/Awu ntugh Escagasser
1735.Abett Escalader
1736.Akobe minkekh a si/Atúb ndzukh Escamoter
1737.Afâ lüègn/Awuègn Esclaffer (s’)
1738.Aláng mot/Abüi mot ébukh Escompter
1739.Alerane Escorter
1740.Abira sègn/Assègn ngu’u Escrimer
1741.Ayirane yen yen/ Escrimer (s’)
1742.Abuane Escroquer
1743.Ave évüign Espacer
1744.Abune/Ave nnem Espérer
1745.Awokh mot agnu/Anongle mot Espionner
1746.Ave gnol nvorane Esquinter
1747.Abo dzam/Assum dzam Esquisser
1748.Assagle Esquiver
1749.Avegh Essayer
1750.Akile Essorer
1751.Awokh abukh Essouffler
1752.Afime/Atsí Essuyer

252
1753.Ave ndem ye ékiègn Estampiller
1754.Akang Estimer
1755.Assighane dzam/Avalane fuègn Estomaquer
1756.Assim Estomper (s’)
1757.Adzim dzo éfia Estropier
1758.Abo Etablir
1759.Abüi dzom akwa Etager
1760.Alere Etaler
1761.Ake’e ngômane Etatiser
1762.Ayile/Ave kugna Etayer
1763.Adzim Eteindre
1764.Adure ayap Etendre
1765.Anîng mbèbè/Atobe mbèbè Eterniser
1766.Assemle Eternuer
1767.Akigh ntóngbe élé Etêter
1768.Afègn Etinceler
1769.Akott Etioler (s’)
1770.Ave ndem Etiqueter
1771.Avett/Agnüèbane Etirer (s’)
1772.Adzale Etoffer
1773.Avóngbe irr. Etonner
1774.Awokh abukh Etouffer
1775.Ayengbe Etourdir
1776.Afir kîng Etrangler
1777.Éne ya/Atobe/Aküign/Ake Etre
1778.Akorane/Awogane gnû Etreindre
1779.Atare bo dzam Etrenner
1780.Ayir/Ayüi ébom Etriller
1781.Ayüign/Adzi okeng Etriper
1782.Ave ololo/Ave avitsang Etriquer
1783.Ayeghe Etudier
1784.Akule atan/Avâ dzom Evacuer
1785.Atúb Evader
1786.Aláng Evaluer
1787.Ayeghe adzô Zame Evangéliser
1788.Aku ngom Evanouir (s’)
1789.Ayele Evaporer
1790.Abele mbeba fulu Evaser (s’)
1791.Atobe nke’e Eveiller
1792.Agnóng nfunga Eventer (s’)
1793.Ayüè mot abum Eventrer
1794.Avâ biom vom Evider

253
1795.Atsirane Evincer
1796.Assale Eviter
1797.Ake ossû Evoluer
1798.Adzô Evoquer
1799.Avem/Awu ntugh Exacerber
1800.Adâ ozôrbe/Adâ zuane Exagérer
1801.Alughe Exalter
1802.Afás Examiner
1803.Awokh olún Exaspérer
1804.Ave biborane Exaucer
1805.Alôr nkóng Excéder
1806.Abira ayem dzam Exceller
1807.Atobe afeng Excentrer
1808.Avâ ve Excepter
1809.Akigh minenga chichègn Exciser
1810.Awokh-Ave ozang Exciter
1811.Akur mmo Exclamer (s’)
1812.Atsirane/Assole Exclure
1813.Agnim komignô Excommunier
1814.Aküè éngôngo Excuser
1815.Avine Exécrer
1816. Ayüign Exécuter
1817.Ave éfonane Exemplifier
1818.Avâ ve Exempter
1819.Ayèghe/Abo essègn Exercer
1820.Amiamane vom asse Exhaler (s’)
1821.Abere oyó Exhausser
1822.Abo meveghe/Alere binâ Exhiber
1823.Assili Exhorter
1824.Akule endendang Exhumer
1825.Assili Exiger
1826.Anîng éya si Exiler
1827.Éne ya Exister
1828.Ka yaghane Exonérer
1829.Avâ minsissim Exorciser
1830.Ake nîng éya si Expatrier
1831.Atú mendene Expectorer
1832.Alom Expédier
1833.Abele Abüign Ayegle Expérimenter
1834.Afás Expertiser
1835.Atúne minsem Expier
1836.Amane/Awu Expirer

254
1837.Ayem yili dzam Expliciter
1838.Ayili Expliquer
1839.Abuane Exploiter
1840.Afagh si Explorer
1841.Alaghe Exploser
1842.Assomane éya me si Exporter
1843.Akobe nno adzô Exposer
1844.Akobe Exprimer
1845.Adur mot dzom Exproprier
1846.Alom mot essi dzégn ye ngu’u Expulser
1847.Aküign ane ndugle Exsuder
1848.Abira’wogh nvègn Extasier (s’)
1849.Avôr Exténuer
1850.Akule atan Extérioriser
1851.Atele Extirper
1852.Awub/Abuane Extorquer
1853.Alom mot na beke gne kigh nsang Extrader
1854.Avâ Extraire
1855.Adâ mam Extrapoler
1856.Avâgh Exulter

1857.Alóng Fabriquer
1858.Akobe abüign Fabuler
1859.Awokh alun Fâcher
1860.Ave ébubu Faciliter
1861.Aba Façonner
1862.Ave táng Facturer
1863.Abo bibang bindzagha Fagoter
1864.Abo ategh Faiblir
1865.Abo Faire
1866.Aligh tsit ébwègn Faisander (se)
1867.Ayiane Falloir
1868.Abo nvó Falsifier
1869.Avebane Familiariser
1870.Abira agnegh Fanatiser
1871.Ake nnom Faner
1872.Abo éngung Fanfaronner
1873.Ayén bilè Fantasmer
1874.Akir nnam Farcir
1875.Assole Farder
1876.Adzeng Farfouiller
255
1877.Agnegh atá dzom Fasciner
1878.Avine ébot bevôkh Fasciser
1879.Awokh ategh gnû/Éne nvorane Fatiguer
1880.Ka bele miang Faucher
1881.Assomane Faufiler
1882.Avus Fausser
1883.Abo medzüan Fauter
1884.Abo nvo Favoriser
1885.Alom Faxer
1886.Abo nvó na bot begneghe gne Fayoter
1887.Ave abum Féconder
1888.Afulane Fédéraliser
1889.Alar angôm Fédérer
1890.Avegle/Aba bo dzam Feindre
1891.Abo medukh Feinter
1892.Abo ébubut Fêler
1893.Assegh Féliciter
1894.Abo mam ane minenga Féminiser
1895.Assalebane Fendiller
1896.Assale Fendre
1897.Aku Fermenter
1898.Adu/Adzib/Afer/Adomle Fermer
1899.Ave bikiègn vom Ferrer
1900.Ave si ntegane Fertiliser
1901.Abo essessang Festoyer
1902.Abo fett Fêter
1903. Aláng mefep Feuilleter
1904.Eyóng Nze dza gnègn Feuler
1905.Akom Fiabiliser
1906.Akule dzangane Fiancer
1907.Akomle Ficeler
1908.Aligh mot éyola éwala bikang été Ficher
1909.Ayem belane ye bot Fidéliser
1910.Abèè Fier (se)
1911.Éne vom mbokh Figer
1912.Ayem mane bo dzam Fignoler
1913.Éne tsilane Figurer
1914.Ake Filer
1915.Agnóng biyema Filmer
1916. Ake avó Filocher
1917.Awub ye akeng Filouter
1918.Aleng Filtrer

256
1919.Amane Finaliser
1920.Ake miang Financer
1921.Abo mot mefekh Finasser
1922.Amane Finir
1923.Ayaghane nfong si Fiscaliser
1924.Akang Fissurer
1925.Ayile dzam Fixer
1926.Ayir Flageller
1927.Apwegle mot Flagorner
1928.Agnumle dzom Flairer
1929.Afègn/Abere metáng Flamber
1930.Afègn ane nno dzop Flamboyer
1931.Awokh ategh gnû/Ka fe gnû Flancher
1932.Awulu yop yop/Ake bimo Flâner
1933.Awâ/Abime Flanquer
1934.Agnegh Flasher
1935.Akobe minâ Flatter
1936.Alere zen y’akóng Flécher
1937.Avirbe/Anigh Fléchir
1938.Abo ategh/Éne keghe gang Flemmarder
1939.Ayâ/Awokh abé Flétrir
1940.Agnum Fleurer
1941.Awum Fleurir
1942.Ave ébubur/Assule Flexibiliser
1943.Abî mot zala Flinguer
1944.Akôme gnu bibuma Flipper
1945.Eyóng bizima bakale mot Fliquer
1946.Agnang agnu Flirter
1947.Ayengbe Flotter
1948.Awub/Adzu/Apiale/Awâ akû Flouer
1949.Assangle Fluctuer
1950.Agneme ékiègn Fluidifier
1951.Ave ossiman vom Focaliser
1952.Awu ntugh Foirer
1953.Adzégn/Abugh Foisonner
1954.Ayem vüign Folâtrer
1955.Aláng mefep meye kalara Folioter
1956.Abo dzam Fomenter
1957.Ake mbí Foncer
1958.Awulu Fonctionner
1959.Até dzam Fonder
1960.Agneme Fondre

257
1961.Ayemle Forcer
1962.Abo nnen/Avem/Abo ngu’u Forcir
1963.Afagh ébégn mekokh été Forer
1964.Alüign/Abele mefule me mot Forger
1965.Akom dzam Formaliser
1966.Ave nfefègn Formater
1967.Abo/Akom Former
1968.Assile/Adzô Formuler
1969.Abo medzüan Forniquer
1970.Ave ngu’u Fortifier
1971.Abem/Alôr ayap Fossiliser
1972.Ayir ngu’u Fouailler
1973.Abám ane zaláng Foudroyer
1974.Ayir Fouetter
1975.Adzeng Fouiller
1976.Ave agnu éya mam Fouiner
1977.Afagh si Fouir
1978.Awulu Fouler
1979.Ave nfubane/Assob/Angengle Fourbir
1980.Assomane mbeba táng Fourguer
1981.Adzègn/Abugh/Éne abüign Fourmiller
1982.Ave/Ake’e Fournir
1983.Ake’e agnu éya dzam Fourrer
1984.Adzim zen/Aku ébègn Fourvoyer
1985.Abole Fracasser
1986.Akigh bifas Fractionner
1987.Abugh Fracturer
1988.Ave zeze Fragiliser
1989.Akigh mebóng Fragmenter
1990.Adang nî Fraîchir
1991.Akobe bebela Franchiser
1992.Avengane moan Fulassi Franciser
1993.Ayir Frapper
1994.Avengane bobegnang Fraterniser
1995.Abo nvo Frauder
1996.Atú zen Frayer
1997.Agnangbane/Afongane begnagna Fredonner
1998.Assim Freiner
1999.Afongane begnagna Frémir
2000.Ake Fréquenter
2001.Awokh zam/Abo ôngheneghena Frétiller
2002.Akomle dzam essokh/Ake essokh Fricoter

258
2003.Asse’e gnû/Agnengle Frictionner
2004.Ave avuègn Frigorifier
2005.Abo éngung Frimer
2006.Ayem abwar bitô Fringuer
2007.Akáng Frire
2008.Avengane essi Friser
2009.Abele gnol é ku Frissonner
2010.Awomane/Abo mintiè Fritter (se)
2011.Éne abüign/Abukh Foisonner
2012.Assele/Aname Frôler
2013.Afigh Froncer
2014.Assokh édzüé/Akobe sifu abé Fronder
2015.Assil Frotter
2016.Ayo/Assègn Fructifier
2017.Awokh olún Frustrer
2018.Ake mbî Fuguer
2019.Atúb/Ake mbî Fuir
2020.Ayâ/Awokh abé Fulminer
2021.Agnu ciga (tâgha) Fumer
2022.Ake badzeng éya mam a si Fureter
2023.Abî gal Fusiller
2024.Afulane Fusionner
2025.Akômlane/Awokh abé Fustiger

2026.Andaman/Ayüign ntukh Gâcher


2027.Abo ébirane Gaffer
2028.Atsine atsing/Aban fine Gager
2029.Awún/Adeng Gagner
2030.Adzim’anîng/Awu zégn Galérer
2031.Abwar gnang/Abwar mot zigle Galonner
2032.Awule nkalbègn ayó Galoper
2033.Assugh a si Galvaniser
2034.Abirane/Adâ Galvauder
2035.Awule/Amare Gambader
2036.Afás Gamberger
2037.Ayeghe nno abé Gangrener
2038.Akagh dzom Garantir
2039.Akale Garder
2040.Atele Garer
2041.Awokh nnem nvègn Gargariser (se)
2042.Atsine nkol énam Gargoter
259
2043.Abo édung (ossang) Gargouiller
2044.Ake’e Garnir
2045.Akagh ye ndama Garrotter
2046.Andaman/Ayüign ntugh Gaspiller
2047.Awu ntugh/Abirane Gâter
2048.Avus dzam/Ake afeng Gauchir
2049.Assugh mintem Gauler
2050.Apwegle mot éndendang Gausser (se)
2051.Abo bibubua Gaver
2052.Avuar/Awokh ategh gnû Gazer
2053.Abo mone édung Gazouiller
2054.Akobe beyabeya Geindre
2055.Awokh avep Geler
2056.Assingle Gémir
2057.Andegle/Abo some Gêner
2058.Afulane bot Généraliser
2059.Ave/Abo Générer
2060.Abele/Éne ntebe ossû Gérer
2061.Avengane moan Dzamane Germaniser
2062.Afâ Germer
2063.Akôme si ka fogane Gésir
2064.Afogh biname Gesticuler
2065.Amiane mendzim Gicler
2066.Abime abègn Gifler
2067.Afogh biname Gigoter
2068.Atobe Gîter
2069.Éne avuègn/Abo avuègn Givrer
2070.Éne avuègn/Abo avuègn Glacer
2071.Adzimle éyong Glander
2072.Adzimle éyong Glandouiller
2073.Atogh ékôrgo Glaner
2074.Abóm Glapir
2075.Assen (e) Glisser
2076.Alughe/Ave éwuma/Awume Glorifier
2077.Akobe Gloser
2078.Alóng (dindon) Glouglouter
2079.Alè bone be ku Glousser
2080.Amin (e) Gober
2081.Adzi abüign Groinfrer
2082.Atsam Gommer
2083.Avús Gondoler (se)
2084.Avús Gonfler

260
2085.Akobe éngông été Gorger
2086.Akon ndzóng Goudronner
2087.Akom Goupiller
2088.Adzôb Gourer (se)
2089.Abo viakh/Éne ndôgh Gourmander
2090.Akegh Goûter
2091.Atwègn Goutter
2092.Adzüé Gouverner
2093.Akué éngôngo Gracier
2094.Akigh ntégn Graduer
2095.Ayo mefes Grainer
2096.Ave mbwan bikiègn Graisser
2097.Avem Grandir
2098.Afat Grappiller
2099.Akobe éngong été Grasseyer
2100.Ake’e/Ave Gratifier
2101.Ayagh Gratter
2102.Ayagh bone mintsang Grattouiller
2103.Agnóng Graver
2104.Akube mekogh vom Gravillonner
2105.Aber Gravir
2106.Akingane/Alôr Graviter
2107.Abera koglane dzam afe Greffer (se)
2108.Agnangbane/Afongane begnagna Grelotter
2109.Atorane (mvé) Grésiller
2110.Awokh abé/Ake essala Grever
2111.Atsili Gribouiller
2112.Awore biégn Griffer
2113.Atsili Griffonner
2114.Ave mbéa nkóng éto Grigner
2115.Agnale/Afoghe agnu/adzi Grignoter
2116.Alóng nkagle bikiègn Grillager
2117.Akáng Griller
2118.Abo mebun Grimacer
2119.Abo gnang Grimer
2120.Abett Grimper
2121.Alarane messóng Grincer
2122.Akon ébubu Gripper
2123.Avin (e) Griser
2124.Abo édung (zaláng) Grognasser
2125.Adung/Abam Grogner
2126.Akobe minkekh a si Grommeler

261
2127.Ayá/Awokh olún Gronder
2128.Anen/Avus/Abo nnen Grossir
2129.Abo avó/Abere me bo Grouiller
2130.Akoane Grouper
2131.Abo nvó Gruger
2132.Aler Guérir
2133.Alumane Guerroyer
2134.Anóngle Guetter
2135.Ayá/Ayon/Ayüiè agnu Gueuler
2136.Alere zén Guider
2137.Adeghe mot soghe dzis Guigner
2138.Adzem Guincher

2139.Alere dzam Habiliter


2140.Abwar Habiller
2141.Atobe/Anîng/Along nvokh Habiter
2142.Avebane Habituer
2143.Akigh bone mefus Hacher
2144.Adu meyang Hachurer
2145.Afem/Avine Haïr
2146.Avengane évele Haler
2147.Avebe avó Haleter
2148.Ayén bilè Halluciner
2149.Abele éyem/Éne ébokh Handicaper
2150.Afeb Hanter
2151.Abign/Ayinbe Happer
2152.Assulane Haranguer
2153.Assègn ngu’u Harasser
2154.Abo Essobeghe Harceler
2155.Akôm Harmoniser
2156.Assime mot Harponner
2157.Avegh bo dzam/Atemtem Hasarder
2158.Abo avó Hâter
2159.Assugh nkol ye bial Haubaner
2160.Aber Hausser
2161.Abagle mot Héberger
2162.Ayüiè agnu/Atemtem Hébéter
2163.Alè oyap Héler
2164.Avengane moan Grec Helléniser
2165.Atogh akigh été (nkalbègn) Hennir
2166.Agnóng biloghe mefane Herboriser
262
2167.Atele minvôtt Hérisser
2168.Aligh dzom Hériter
2169.Ako wóng Hésiter
2170.Ayinebe Heurter
2171.Ave minkóng Hiérarchiser
2172.Abo Hisser
2173.Abo avep Hiverner
2174.Assigle nno Hocher
2175.Ave dzam avo Homogénéiser
2176.Afulane Homologuer
2177.Ave gang/Abere oyó/Akáng mot Honorer
2178.Abele seghe sekh/Assegbe Hoqueter
2179.Ave wóng Horrifier
2180.Ave wóng Horripiler
2181.Agnîngle a nda mebiang Hospitaliser
2182.Ayâ mot Houspiller
2183.Assoglane Huer
2184.Ave mbwan Huiler
2185.Alóng Hululer
2186.Ave mefule me mot Humaniser
2187.Abwale Humecter
2188.Agnumle Humer
2189.Éne ébo/Éne mbolane Humiditer
2190.Alere osson Humilier
2191.Ayi/Atar Hurler
2192.Afulane Hybrider
2193.Ave mendzim Hydrater
2194.Afoghe nsissim Hypnotiser

2195.Ave nvègn/Abere mot oyó Idéaliser


2196.Adzeng/Afás Identifier
2197.Akang biyema Idolâtrer
2198.Adzime Ignorer
2199.Afègn Illuminer
2200.Ayén bilè/Ayengbe Illusionner
2201.Avengane Illustrer
2202.Assimane Imaginer
2203.Adzègn Imbiber
2204.Afulane/Abo dzam da Imbriquer
2205.Abéane Imiter
2206.Éne metua ndem Immatriculer
263
2207.Adu mendzim été Immerger
2208.Ake éya si/Éne nneng Immigrer
2209.Éne obangame Immiscer (s’)
2210.Alè mot asse/Akoane bot besse Immobiliser
2211.Akigh éyem Immoler
2212.Aligh éyola/Anîng mbèbè Immortaliser
2213.Éne mpwelane/Apwelebane Immuniser
2214.Ka abele éyong/Ka tam Impartir
2215.Ayane dzam ye nnem osse Impatienter
2216.Adzib vom/Ave ndzukh Imperméabiliser
2217.Alóng/Atobe/Anîng Implanter (s’)
2218.Ane été/Ayéne mot vom Impliquer
2219.Ayeglane Implorer
2220.Agnóng dzom éya si Importer
2221.Agnîngle Imprégner
2222.Éne dzam afe/Éne duma Impressionner
2223.Akule mefep ngüine bikang Imprimer
2224.Abo dzam ka tar’afás/Abo éto dzi Improviser
2225.Ave kugna/Ave ngu’u Impulser
2226.Ave bidzo Imputer
2227.Akule éngengeng Inaugurer
2228.Afer mot ambokh Incarcérer
2229.Abele Incarner
2230.Ave nduan Incendier
2231.Adzighe mbim Incinérer
2232.Akele minenga Inciser
2233.Asso mot a si/Assukh a si Inciter
2234.Afure Inclure
2235.Adegh mot Incomber
2236.Aligh abé Incommoder
2237.Abwar dzam Incorporer
2238.Aber Incrémenter
2239.Ave bidzo/Aku adzô Incriminer
2240.Atobe vom Incruster (s’)
2241.Abo minenga alugh bilè Incuber
2242.Ave mot bidzo Inculper
2243.Abomle mot dzam Inculquer
2244.Abarbe si Incurver
2245.Atáng ye miang Indemniser
2246.Alere onu Indexer
2247.Ka adzô mot dzam Indifférer
2248.Ave nnem mintègn Indigner

264
2249.Alere zen Indiquer
2250.Ka abele éyong Indisposer
2251.Abo mam étam/Anîng étam Individualiser
2252.Awagh mbwan Induire
2253.Alóng si/Assom bengüine Industrialiser
2254.Abo mam ane móng Infantiliser
2255.Ave okon Infecter
2256.Amin afan/Amin dzâ/Adzâ Infester
2257.Assomane vom Infiltrer
2258.Ka ayile dzam Infirmer
2259.Ka avor dzam Infléchir
2260.Ave dzom Infliger
2261.Ka azôm mot Influencer
2262.Abéane Influer (sur)
2263.Atsili dzom ngüine bikang Informatiser
2264.Akar nfuègn Informer
2265.Abomle Infuser
2266.Abo dzam ya nno Ingénier (s’)
2267.Ake’e agnu éya dzam Ingérer (s’)
2268.Amin abüign/Assegbe Ingurgiter
2269.Avebe Inhaler
2270.Assim mot Inhiber
2271.Adzeb mot Inhumer
2272.Assum dzam Initialiser
2273.Abo Initier
2274.Alum ondôndô/Atú ntombo Injecter
2275.Atá Injurier
2276.Ka ayem dzam Innocenter
2277.Ave minféfègn mimam vom Innover
2278.Ave mot biang gnol été Inoculer
2279.Adzéng ye mendzim Inonder
2280.Ako wóng Inquiéter
2281.Atsilibane Inscrire
2282.Abiègn moan ye ondôndô Inséminer
2283.Ka abis dzam Insensibiliser
2284.Afuru Insérer (s’)
2285.Adzô dzam /Assomane vom Insinuer (s’)
2286.Ayemle Insister
2287.Ka wog édung Insonoriser
2288.Akale mot Inspecter
2289.Ave ossiman Inspirer
2290.Atobe Installer

265
2291.Ave dzam Instaurer
2292.Asso a si Instiguer
2293.Achii mendzim meton Instiller
2294.Ave atsing Instituer
2295.Akule atsing éndendang Institutionnaliser
2296.Ayegle Instruire
2297.Agnóng mot ane dzom Instrumentaliser
2298.Ayile dzam Instrumenter
2299.Amin évung/Ave kugna Insuffler
2300.Aligh Abáng si mang été Insulariser
2301.Ka azôm Insupporter
2302.Awokh olún/Atsamane Insurger (s’)
2303.Abwar mefulu Intégrer
2304.Abo dzam ye yemane Intellectualiser
2305.Aber/Abo ngu’u Intensifier
2306.Assomane mot abâ medzo Intenter
2307.Ave dzom ézezang Intercaler
2308.Azu ke’e agnu vom Intercéder
2309.Abign dzom Intercepter
2310.Akile dzam/Akame Interdire
2311.Agnegh atâ dzom, mot Intéresser
2312.Awokh osson Interférer
2313.Amin dzam Intérioriser
2314.Akame mot vom Interloquer
2315.Ave dzam na éke messi messe Internationaliser
2316.Afer mot nda mebiang Interner
2317.Alè mot oyap oyó Interpeller
2318.Afulane mefule Interpénétrer (s’)
2319.Abüi dzom ézezang Interposer
2320.Atsi dzam Interpréter
2321.Assili minsili Interroger
2322.Aduane Interrompre
2323.Afuru agnu vom Intervenir
2324.Assangle biom bitégn Intervertir
2325.Assili mot minsili Interviewer
2326.Ave na mot ako wóng Intimider
2327.Ave nno adzô Intituler
2328.Ave mot nsu Intoxiquer
2329.Ave nnem mintègn Intriguer
2330.Agnîngle Introduire
2331.Abwar mot zigle Introniser
2332.Ake nnem essogh/Afás Introspecter

266
2333.Agnîngle mot nko adzügn été Intuber
2334.Ka alangbane Invalider
2335.Ata/Adzô metâ Invectiver
2336.Até Inventer
2337.Aláng biom Inventorier
2338.Akonglane Inverser
2339.Adzeng Investiguer
2340.Alóng/Ake’e miang Investir
2341.Alè mot/Abane mot Inviter
2342.Atú éyola Invoquer
2343.Amiamane mefeng y’aküign ozang Irradier
2344.Ake mendzim vom Irriguer
2345.Awokh abé Irriter
2346.Avengane moan Musulman Islamiser
2347.Aligh étam Isoler
2348.Avengane moan Italien Italianiser

2349.Abo abüign édung Jacasser


2350.Abira kobe Jacter
2351.Aküign/Akule Jaillir
2352.Ave mendem Jalonner
2353.Abo abéane Jalouser
2354.Avengane moan Japonais Japoniser
2355.Abom (bone benvu) Japper
2356.Abégn dzom Jardiner
2357.Alôb/Akobe élob/Éne élôb Jargonner
2358.Akobe aküign Jaser
2359.Assong mot Jauger
2360.Avengane nfo Jaunir
2361.Ave mendzim javel bitô Javelliser
2362.Awâ afégn Jeter
2363.Atobe ka adzi/Ka ake dzom agnu Jeûner
2364.Akegh/Avegh Jogger
2365.Ave/Abagh Joindre
2366.Amiamane vom asse Joncher
2367.Avüign Jouer
2368.Awokh nvègn Jouir
2369.Aveghane yé mot mbo Jouter
2370.Atobe afeng/Éne bégn Jouxter
2371.Avogh nvègn/Avâgh Jubiler
2372.Aberbe mintem ayó Jucher
267
2373.Avengane moan Juif Judaïser
2374.Akigh nsang Juger
2375.Aban/Adzib Juguler
2376.Afulane/Ave vom mbo Jumeler
2377.Adzi Zame/Assan/Atégn assóng Jurer
2378.Akangle Justifier
2379.Atele dzom vom mbo Juxtaposer

K, L

2380.Abign mot éban/Atogh mot Kidnapper


2381.Akigh táng be kilomètre Kilométrer
2382.Alóng tóng Klaxonner
2383.Ave duma Labelliser
2384.Assègn si Labourer
2385.Atsine minkol mengop Lacer
2386.Agnab Lacérer
2387.Adzame mot/Aligh mot Lâcher
2388.Aligh fili Laïciser
2389.Aligh/Adzame Laisser
2390.Ake oteghetekh Lambiner
2391.Assogh/Awokh abé Lamenter
2392.Awokh ateghe gnol Laminer
2393.Awâ Lancer
2394.Alere mindzukh Lanciner
2395.Assangle moan bitô Langer
2396.Awokh nnem mintègn Languir
2397.Adzimle éyong Lanterner
2398.Amin y’oyem (betsit) Laper
2399.Alum mekokh Lapider
2400.Abele mighe mis Larmoyer
2401.Avôr/Awokh atek gnû Lasser
2402.Avengane moan Latin Latiniser
2403.Assob Laver
2404.Agnang/Agnè Lécher
2405.Assan(e)/Ake ngomane na assan Légaliser
2406.Agni abag minláng/Aligh éyola Légender
2407.Ave metsing Légiférer
2408.Aligh mot na abo dzam Légitimer
2409.Ake’e/Ave Léguer
2410.Abame/Avüèbe/Adzegbe Lénifier
2411.Awokh olún/Awokh nnem mintègn Léser
2412.Abagle miang Lésiner
268
2413.Assob bitô/Avor Lessiver
2414.Adzale dzom Lester
2415.Adukh Leurrer
2416.Atebe tetele/Avéé oyó Lever (se)
2417.Avengane éfia nkobe Lexicaliser
2418.Abo ategh Lézarder
2419.Ave nno adzô Libeller
2420.Aligh fili Libéraliser
2421.Aligh éto fili/Adzam mot Libérer
2422.Avâ mot essègn Licencier
2423.Awogane Lier
2424.Akagh Ligoter
2425.Abo ékama Liguer
2426.Abáng Limer
2427.Akigh nî Limiter
2428.Atsirane/Avâ mot essègn Limoger
2429.Avengane mendzim Liquéfier (se)
2430.Assomane Liquider
2431.Aláng Lire
2432.Ave ékôkon Lisser
2433.Atsile afep été Lister
2434.Akóng Livrer
2435.Ayén Localiser
2436.Atobe/Anîng Loger
2437.Awongle Longer
2438.Anóngle/Anone Lorgner
2439.Ayam mbwan Lotionner
2440.Alóng éfu si Lotir
2441.Awume ye bia Louanger
2442.Éne minkeng Loucher
2443.Awume/Agnóng dzom Louer
2444.Assume/Aligh Louper
2445.Avâ mot essègn Lourder
2446.Awôgh mbwan Lubrifier
2447.Ave duane/Afègn Luire
2448.Ayüign mot nkol kîng Luncher
2449.Ave na afègn Lustrer
2450.Atong minenga ye menvègn abele Lutiner
2451.Ayirane/Assing Lutter
2452.Afîlane bives Luxer
2453.Ayüign mot Lyncher

269
M

2454.Ayine mendzim été Macérer


2455.Agnale Mâcher
2456.Anam ngüine Machiner
2457.Agnale Mâchonner
2458.Agnale Mâchouiller
2459.Alóng ye cema Maçonner
2460.Ave nvine Maculer
2461.Agnóng ye magnétoscope Magnétoscoper
2462.Awume/Abere yop Magnifier
2463.Abo nvo Magouiller
2464.Akor Maigrir
2465.Abele Maintenir
2466.Ayem Maîtriser
2467.Atebe ossû /Akoglane Majorer
2468.Assegle/Afoghe Malaxer
2469.Andegle Malmener
2470.Adzim’abagle/Alere ngett Maltraiter
2471.Éne ntebe ossû Manager
2472.Alom Mandater
2473.Asili Mander
2474.Adzi Manger
2475.Aname Manier
2476.Awule/Alere fule Manifester
2477.Abu essokh Manigancer
2478.Abo dzam/Adure mot si Manipuler
2479.Afoghe bikiégn Manoeuvrer
2480.Amagh/Ayi Manquer
2481.Akam é binenga babo éndâ-ndâ Maquer (se)
2482.Avegle Maquetter
2483.Awogh nko bivula Maquiller
2484.Akôme táng Marchander
2485.Awule/Agnüè mebo Marcher
2486.Aligh afeng/Atele nfeng Marginaliser
2487.Alugh Marier
2488.Andegle Mariner
2489.Akobe minkekh a si Marmonner
2490.Abo minkekh a si Marmotter
2491.Assègn abüign Marner
2492.Akobe sang Maronner
2493.Ave/Atsile Marquer

270
2494.Abo gnang Marqueter
2495.Awégn Marrer (se)
2496.Akomle Marteler
2497.Azôm mindzukh Martyriser
2498.Assole Masquer
2499.Adzâ/Ayüign Massacrer
2500.Asse Masser
2501.Agnale Massicoter
2502.Agnale Mastiquer
2503.Agnegle chichègn Masturber
2504.Amome Mater
2505.Alere éyâ/Akule énghengeng Matérialiser
2506.Akale Materner
2507.Alir Matraquer
2508.Ave éyola Matriculer
2509.Ayôghe Maudire
2510.Alere mbéa fulu Maugréer
2511.Abune vom Maximiser
2512.Abo mbéa nno Méconduire (se)
2513.Adzime/Ka ayem mot Méconnaître
2514.Awokh olún Mécontenter
2515.Abwar sigle Médailler
2516.Alere éwala binghengeng Médiatiser
2517.Aligh na be dofira bessègn Médicaliser
2518.Aleb biang Médicamenter
2519.Akobe abé Médire
2520.Ayeglane/Assimane Méditer
2521.Assigane/Ayüè agnu Méduser
2522.Abo nke’e Méfier (se)
2523.Abagle miang éyong esse Mégoter
2524.Adzim’akigh nsang/Adzim’ayén Méjuger
2525.Afulane Mélanger
2526.Ave agnu éya dzam Mêler
2527.Abagle dzam Mémoriser
2528.Ayâ mot/Awokh olún Menacer
2529.Aligh/Ave ébubu Ménager
2530.Adzagh bidzi/Adzagh miang Mendier
2531.Atebe ossû Mener
2532.Ave dzam gôn Mensualiser
2533.Atsile Mentionner
2534.Adukh/Abo minâ Mentir
2535.Akob dzam/Avus Méprendre (se)

271
2536.Abiane Mépriser
2537.Ayiane dzam Mériter
2538.Ka abüi ébukh Mésestimer
2539.Ka yièn Messeoir
2540.Aláng Mesurer
2541.Assangle nsone Métamorphoser
2542.Ave évele/Éne évele/Afulane Métisser
2543.Abüi/Ave Mettre
2544.Ave bitô étabele Meubler
2545.Alóng Meugler
2546.Abeghe mbagh Meurtrir
2547.Atar essinga Miauler
2548.Ake éya si Migrer
2549.Abu essokh Mijoter
2550.Alom bizima Militariser
2551.Ake ékoane Militer
2552.Afoghe biya Mimer
2553.Akor abüign Mincir
2554.Adzeng vom Miner
2555.Éne avitsang/Ave avitsang Miniaturiser
2556.Abiane Minimiser
2557.Assegh duma Minorer
2558.Ayén ngôp Mirer
2559.Avegle/Akagh dzam Miroiter
2560.Aláng dzam (dzom) Miser
2561.Ake ékena Missionner
2562.Akitt nnam Mitonner
2563.Abí mot zala Mitrailler
2564.Akoane bot Mobiliser
2565.Awogane nkobe Modaliser
2566.Alüign/Ave ayegle Modeler
2567.Alüign Modéliser
2568.Ake oteghetekh Modérer
2569.Ave nfefégn/Akom Moderniser
2570.Assangle/Atsene Modifier
2571.Abo dzam Moduler
2572.Abuègn/Assun Moisir
2573.Ayo Moissonner
2574.Andegle Molester
2575.Abo ntegane/Éne ébubut Mollir
2576.Ayengbe Momifier
2577.Ave nfubane Monder

272
2578.Éne messi messe/Alom messi messe Mondialiser
2579.Abo miang Monétiser
2580.Assomane ye miang Monnayer
2581.Abele étam Monopoliser
2582.Adang/Aber Monter
2583.Alere/Abem onu Montrer
2584.Apwogle Moquer (se)
2585.Abwüi moquette vom Moquetter
2586.Ave bifa Morceler
2587.Abira lo Mordiller
2588.Aló Mordre
2589.Assur Morfler
2590.Akulbe Morfondre
2591.Awokh nnem mintègn Mortifier
2592.Ave kugna/Ave ngu’u Motiver
2593.Akobe beyabeya/Awokh abé Moucharder
2594.Assa mbomane/Assa dzügn Moucher (se)
2595.Akogh bidzi Moudre
2596.Avine/Ateb Moufter
2597.Abwégn Mouiller
2598.Awu Mourir
2599.Ave avû Mousser
2600.Afongane Mouvoir
2601.Assangle Muer (se)
2602.Alóng Mugir
2603.Ayo/Afulane Multiplier
2604.Abele Munir
2605.Afer Murer
2606.Akobe beyabeya Murmurer
2607.Adzimle éyong Musarder
2608.Ave alett Muscler
2609.Adzib agnu/Ka aligh na mot akobe Museler
2610.Abo bivüign Muser
2611.Assangle Muter
2612.Akigh bikila Mutiler
2613.Awokh abé Mutiner (se)
2614.Ave ndzukh Mystifier
2615.Akane minláng Mythifier

273
N

2616.Adzokh Nager
2617.Abiale Naître
2618.Abele biom mmo/Éne nkukuma Nantir
2619.Assóng/Akekh Narguer
2620.Akangle adzô Narrer
2621.Akobe a dzügn Nasaliser
2622.Akobe a dzügn Nasiller
2623.Abagle mevègn me si Nationaliser
2624.Afen nno ye gnóng Natter
2625.Ave tsine Naturaliser
2626.Adugh bial Naviguer
2627.Awokh nnem mintègn Navrer
2628.Akôme Nécessiter
2629.Abo mintègn Nécroser
2630.Ka abagle/Éne ébagle abé Négliger
2631.Akobe/Akôme táng Négocier
2632.Etam minkud daku avitsang Neigeoter
2633.Etam minkud daku Neiger
2634.Asso/Avuègn/Ave nfubane Nettoyer
2635.Assime/Abign Neutraliser
2636.Alóng duma onôn Nicher
2637.Alóng duma onôn Nidifier
2638.Assoane Nier
2639.Abo/Assagh Niquer
2640.Ave ntégn mbo/Éne nté mbo Niveler
2641.Avin/Atobe nsut/Abo évine Noircir
2642.Ave éyola/Éne éyola Nominaliser
2643.Éne dzü na/Atú éyola/Ayó Nommer
2644.Akombane Normaliser
2645.Atsile/Abagle Noter
2646.Akar fuègn Notifier
2647.Abele Nouer
2648.Abagle/Ave bidzi Nourrir
2649.Awu ochign Noyer
2650.Afás Nuancer
2651.Abo assum/Éne assum Nuire
2652.Éne nkomane mintagane Numériser
2653.Ave be nome Numéroter

274
O

2654.Asseme/Akang Obéir
2655.Ake abüign miang/Awu ntugh Obérer
2656.Atégn dzam a si/Ka ayebe Objecter
2657.Adzô dzam ye ngû/Ayemle dzam Obliger
2658.Atú nféfègn zen Obliquer
2659.Atsam/Akikh abong Oblitérer
2660.Abira gneghe Obnubiler
2661.Avin (e) Obscurcir
2662.Abirane agnegh dzam Obséder
2663.Abile Observer
2664.Ayemle Obstiner
2665.Adu zen Obstruer
2666.Asseme/Akang Obtempérer
2667.Abele/Agnóng Obtenir
2668.Afer Obturer
2669.Éne na Obvier
2670.Abo/Ave Occasionner
2671.Abele mefule mintangane Occidentaliser
2672.Ayüign Occire
2673.Assole Occulter
2674.Abele essègn/Abele Abüign mam Occuper
2675.Ake’e/Ave das Octroyer
2676.Abagh biyóng mom Octupler
2677.Assègn Œuvrer
2678.Alere osson/Awokh olún Offenser
2679.Alere éyâ Officialiser
2680.Adz Officier
2681.Ake’e/Ave Offrir
2682.Ave nnem mintègn/Awokh olún Offusquer
2683.Awôgh mbwan énîng Oindre
2684.Ayâ zen Ombrager
2685.Ave dzib Ombrer
2686.Avüène Omettre
2687.Agnóng batem Ondoyer
2688.Abom Onduler
2689.Ave dzib Opacifier
2690.Assale/Assa/Abo Opérer
2691.Atem/Afás Opiner
2692.Ka ayebe/Adz na koko Opposer
2693.Alere mindzukh Oppresser

275
2694.Ayén mindzukh Opprimer
2695.Afa Opter
2696.Ave ngu’u Optimaliser
2697.Ave ngu’u Optimiser
2698.Akobe Oraliser
2699.Abo dzam Orchestrer
2700.Éne atsing ngomane Ordonnancer
2701.Adzô dzam Ordonner
2702.Abo fett/Assulane bot/Abo élulua Organiser
2703.Avengane moan Oriental Orientaliser
2704.Aler zen/Aler sosso Orienter
2705.Akôme/Ave gnang Ornementer
2706.Ave gnang Orner
2707.Atsile Orthographier
2708.Asse li ane li Osciller
2709.Avegh/Abeng vegh Oser
2710.Avengane bivés Ossifier (s’)
2711.Avâ Ôter
2712.Avüègn Oublier
2713.Awokh Ouïr
2714.Abu essokh Ourdir
2715.Abele mefekh Outiller
2716.Atâ Outrager
2717.Éne ayègn/Alôr nkóng Outrepasser
2718.Awokh olún Outrer
2719.Ayüiè/Akule Ouvrir
2720.Akur mmo/Akur fuas Ovationner
2721.Abele ovulation Ovuler
2722.Ave nfunga Oxyder
2723.Ave nfunga Oxygéner

2724.Alar alugh Pacser


2725.Adâ nvone/Adang minkâ Pactiser
2726.Ka abune Zame Paganiser
2727.Adukh bial Pagayer
2728.Aláng abagh Paginer
2729.Akom Pailleter
2730.Abagle biyem Paître
2731.Akobe medzô Palabrer
2732.Ake bikena Palettiser
2733.Abo nvorane Pâlir
276
2734.Akôme/Assègn Pallier
2735.Abo Palper
2736.Akur (nnem) Palpiter
2737.Aku ngom Pâmer (se)
2738.Adu meyang Panacher
2739.Ako wóng/Assigane Paniquer
2740.Afole mot nnem Panser
2741.Abo ntsetsap Papillonner
2742.Akane minláng Papoter
2743.Abo begnomegnome Papouiller
2744.Amane Parachever
2745.Awâ/Assogle Parachuter
2746.Abo meveghe Parader
2747.Afonane Paraître
2748.Éne éyem Paralyser
2749.Aláng be nôme Paramétrer
2750.Agnóng/Abéane Paraphraser
2751.Akuan/Éne ékerghe Parasiter
2752.Akab éfu si/Akab bissègn Parcelliser
2753.Awule Parcourir
2754.Assili bidzam/Adzagh éngôngo Pardonner
2755.Abo gnang Parer (se)
2756.Éne ônder/Éne ategh Paresser
2757.Assone dzam/Aman dzam Parfaire
2758.Awogh mbwan mendzim Parfumer
2759.Ayén mot akale Parier
2760.Akob atsing Parjurer (se)
2761.Atè medzo/Akobe Parlementer
2762.Akobe Parler
2763.Abo fiang Parodier
2764.Atele metua Parquer
2765.Éne essa batem Parrainer
2766.Abele Parsemer
2767.Akab Partager
2768.Ake/ Abo dzam Participer
2769.Ake Partir
2770.Alôr/Adáng/Ayem Parvenir
2771.Alôr Passer
2772.Agnegh/Adzing/Éne nsaga Passionner
2773.Agnóng mot ntsilane Pasticher
2774.Adzôgh/Awule Patauger
2775.Azôm Patienter

277
2776.Awule ye minka Patiner
2777.Ayén mindzukh Pâtir
2778.Éne ndzüé/Éne ntebe ossû Patronner
2779.Alom bizima Patrouiller
2780.Éne nvorane/Avôr Paumer
2781.Anîng abé Paupériser
2782.Abeng sim dzam Pauser
2783.Andeng/Awule ane tsit Pavaner (se)
2784.Awokh nnem nvègn Pavoiser
2785.Ayagane Payer
2786.Ayile dzam/Akôme Peaufiner
2787.Abo nsem Pécher
2788.Ayôb Pêcher
2789.Awule minsini/Awule ntsone Pédaler
2790.Apwègn Peigner
2791.Adu awala Peindre
2792.Ayén mindzukh Peiner
2793.Ave awala/Adu meyang Peinturer
2794.Afüi/Awom Peler
2795.Awole ye ébakh Pelleter
2796.Asse’e Peloter
2797.Aligh abé/Abo abé Pénaliser
2798.Alungbe Pencher
2799.Awu ye nkol kîng Pendouiller
2800.Awu ye nkol kîng Pendre
2801.Agnî/Assomane/Assome Pénétrer
2802.Assimane Penser
2803.Alóng (bone banôn) Pépier
2804.Atú/Ave aveng Percer
2805.Ayinbe Percuter
2806.Adzimle Perdre
2807.Andegle Perdurer
2808.Ake adzâ Pérégriner
2809.Ake’e ossû /Ayegle mefule Pérenniser
2810.Éne akeng/Akôme/Ayile Perfectionner
2811.Atú/Ave aveng Perforer
2812.Alum ôndôndô nsis été Perfuser
2813.Assuglane Péricliter
2814.Assun (e)/Éne sun Périmer (se)
2815.Awu/Adzang Périr
2816.Ayem bo dzam Perler
2817.Ave/Aligh Permettre

278
2818.Assangle Permuter
2819.Akob ayab ye bura bifia Pérorer
2820.Abo mbéa dzam Perpétrer
2821.Adzeng Perquisitionner
2822.Assur/Alere mindzukh Persécuter
2823.Azôm Persévérer
2824.Apwegle Persifler
2825.Ayemle Persister
2826.Abem onu Personnaliser
2827.Ave mefule me mot Personnifier
2828.Aleb Persuader
2829.Andangle Perturber
2830.Éne satane Pervertir
2831.Agnóng be kilo Peser
2832.Awokh abé Pester
2833.Agnagh e chign Péter
2834.Avagh Pétiller
2835.Agnu mendzim nkokh/Adzi kikiri Petit-déjeuner
2836.Assighane dzam Pétrifier
2837.Agnegle Pétrir
2838.Ayo Peupler
2839.Andaman Phagocyter
2840.Afás/Assiman Philosopher
2841.Abera abagh afep Photocopier
2842.Agnóng foro/Abibane foro Photographier
2843.Apias Piaffer
2844.Ayon (e) Piailler
2845.Assègn ye ngüine bikang Pianoter
2846.Alóng (ku) Piauler
2847.Abira gnu meyokh Picoler
2848.Adôme Picorer
2849.Adôme Picoter
2850.Alam Piéger
2851.Atsibe Piétiner
2852.Ake énong Pieuter (se)
2853.Assom Pifer
2854.Ayeb Pigeonner
2855.Awokh Piger
2856.Assanglane ékobe Pigmenter
2857.Atsagh Piler
2858.Awub Piller
2859.Akokh ye ntum Pilonner

279
2860.Aduru onôn bikiègn Piloter
2861.Ave ondôndô Pimenter
2862.Akobe abé Pinailler
2863.Agner ntsutso Pincer
2864.Abira gnu meyôgh Pinter
2865.Ayob Piocher
2866.Ako oyo Pioncer
2867.Avile nso Piper
2868.Ake dzi ochign Pique-niquer
2869.Assom Piquer
2870.Awub Pirater
2871.Avuègn Pisser
2872.Atóng zen Pister
2873.Assugh a si/Abele bot vom Pistonner
2874.Akinglane Pivoter
2875.Abaghe Placarder
2876.Atele/Abere Placer
2877.Ake oyab yó/Aber (metáng) Plafonner
2878.Agnóng éya abag/Awub éyaman Plagier
2879.Akal adzô Plaider
2880.Akóng mot Plaindre
2881.Agnegh/Adzing Plaire
2882.Abo fiang Plaisanter
2883.Abo essègn sikolo Plancher
2884.Ayem anîng Planer
2885.Ayem bo mam Planifier
2886.Assole Planquer
2887.Abégn Planter
2888.Assile Plaquer
2889.Alôr/Atob Plébisciter
2890.Ayí Pleurer
2891.Ayí/Abo gnekh Pleurnicher
2892.Anóng avitsang (nveng) Pleuviner
2893.Aku (nchègn) Pleuvioter
2894.Anóng Pleuvoir
2895.Aku (nchègn) Pleuvoter
2896.Anigh Plier
2897.Anigh bitô Plisser
2898.Ayang Plomber
2899.Aku mendzim Plonger
2900.Anigh Ployer
2901.Atégn messègn meku Plumer

280
2902.Akang y’éyang mbwan Poêler
2903.Adzi okeng Poignarder
2904.Ayègn Poiler (se)
2905.Atúb melônga Poinçonner
2906.Alene kiri Poindre
2907.Ake vom Pointer (se)
2908.Adzimle éyong Poireauter
2909.Alere osson Poisser
2910.Akîr bidzi ye poivre Poivrer
2911.Avengane gam ébègn Polariser
2912.Abo bitom Polémiquer
2913.Ayem kom Polir
2914.Abo polikakh Politiser
2915.Ayüign ntugh Polluer
2916.Adzègn ye mikud Pommeler (se)
2917.Avôr Pommer
2918.Avume Pomper
2919.Abo ndomane/Abo angoan Pomponner (se)
2920.Ave gnang Poncer
2921.Aduru miang Ponctionner
2922.Ayile bikang Ponctuer
2923.Ave dzam bikwé Pondérer
2924.Abiègn (betsit y’anôn) Pondre
2925.Abo ékassa Ponter
2926.Avengane bura mot Pontifier
2927.Abele éwuma Populariser
2928.Abeghe Porter
2929.Abwüi Poser
2930.Atebe Positionner
2931.Ave nvègn Positiver
2932.Abele Posséder
2933.Alom Poster
2934.Akule menden agnu mot ékobe Postillonner
2935.Abugh dzam Postposer
2936.Assili essègn Postuler
2937.Abira gnegh sikôlo Potasser
2938.Ave assub vom Poudrer
2939.Aber (nfunga) Poudroyer
2940.Ayègn Pouffer
2941.Abiègn (nkalbègn) Pouliner
2942.Ayem bele moan Pouponner
2943.Adzirane Pourchasser

281
2944.Assogh/Awokh abé Pourfendre
2945.Amiangane biyâ Pourlécher
2946.Abwègn Pourrir
2947.Adzirane Poursuivre
2948.Avole/Ave Pourvoir
2949.Atsine Pousser
2950.Éne bo Pouvoir
2951.Abo Pratiquer
2952.Abo ajègn/Éne ajègn Précariser
2953.Azu ossua Précéder
2954.Atare wokh ayó’ng Préchauffer
2955.Abo nsem Prêcher
2956.Abo avó Précipiter
2957.Ayili Préciser
2958.Alere biang/Alere sosso Préconiser
2959.Abiale na azu bo dzam Prédestiner
2960.Abiale na azu bo dzam Prédéterminer
2961.Atare dzom dzam Prédire
2962.Abiale na azu bo dzam Prédisposer
2963.Adzégn/Abugh/Éne Abüign Prédominer
2964.Atob ossû zokh Préétablir
2965.Atare nîng Préexister
2966.Atsile nten ossua Préfacer
2967.Akôme/Abam yebe Préférer
2968.Éne ntsilane Préfigurer
2969.Abele mbia ossiman Préjuger
2970.Abo atekh Prélasser (se)
2971.Avâ/Agnóng Prélever
2972.Akomle na azu bo dzam Préluder
2973.Akag dzam Préméditer
2974.Abele Prémunir
2975.Agnóng Prendre
2976.Éne éyola mendzim Zame na Prénommer
2977.Ayebe a nnem/Assimane Préoccuper
2978.Ayame Préparer
2979.Aligh mot na akale dzam Préposer
2980.Akag/Adzô Présager
2981.Atsili/Aleb Prescrire
2982.Agnóng Présélectionner
2983.Alere/Ake’e Présenter
2984.Abagle/Akale Préserver
2985.Abo essulane Présider

282
2986.Avongbe Pressentir
2987.Abegle/Abo avó/Amare mbî Presser
2988.Abo fane fane Pressurer
2989.Abune dzam Présumer
2990.Adzô dzo/Akobe kobe Présupposer
2991.Abo minâ/Adukh Prétendre
2992.Akole Prêter
2993.Aba adzô/Abo minâ/Adukh Prétexter
2994.Abo éngung/Abo meveghe Prévaloir
2995.Akar Prévenir
2996.Atare simane dzam Prévoir
2997.Ayeglane/Afóng Prier
2998.Atebe ossû Primer
2999.Abira gneghe Priser
3000.Assomane Privatiser
3001.Agnim Priver
3002.Atar bo/Agnegh Privilégier
3003.Abo Procéder
3004.Atú/Adzô Proclamer
3005.Akur nfin/Ayo/Abiègn Procréer
3006.Assom fig. Procurer (se)
3007.Aleb Prodiguer
3008.Abobane Produire (se)
3009.Avus éki Profaner
3010.Alôrane Proférer
3011.Adzô dzam oyab yó Professer
3012.Avengane assu essègn Professionnaliser
3013.Alere nson Profiler
3014.Abuane Profiter
3015.Akîgh alu Programmer
3016.Ake ossû/Aber Progresser
3017.Akam Prohiber
3018.Alam/Abo dzam Projeter
3019.Ave ajègn/Abo okukut Prolétariser
3020.Adzègn/Abugh Proliférer
3021.Awongle Prolonger
3022.Awule Promener (se)
3023.Akagh dzam Promettre
3024.Aber nkóng Promotionner
3025.Abo dzam Promouvoir
3026.Aláng/Atú Promulguer
3027.Agnegh/Adzô Prôner

283
3028.Atú/Adzô Prononcer
3029.Adzô dzam ossû zokh Pronostiquer
3030.Ake vom asse Propager
3031.Akobe adzô Zame Prophétiser
3032.Avegh dzo dzam/Akar Proposer
3033.Abere oyó Propulser
3034.Awongle Proroger
3035.Atsam/Avâ Proscrire
3036.Adzeng mefekh me si Prospecter
3037.Anîng mbeng Prospérer
3038.Akur mebóng Prosterner
3039.Abo éndâ-ndâ Prostituer
3040.Akale/Abagle Protéger
3041.Ateb/Assoane Protester
3042.Alere Prouver
3043.Asso Provenir
3044.Ave miang Provisionner
3045.Assóng mintiè/Atar sum/Ave okon Provoquer
3046.Aforane Psalmodier
3047.Atsili/Akobe éndendang Publier
3048.Agnum abé/Abwégn/Agnum sekh Puer
3049.Agnóng Puiser
3050.Adzeng/Abugh/Akun Pulluler
3051.Afir Pulvériser
3052.Abaghe Punaiser
3053.Assur Punir
3054.Amane dzam Purger
3055.Avâ nvine/Ave nfubane/Assob Purifier
3056.Abwègn Putréfier

3057.Ave ézezang Quadriller


3058.Ave biyóng bi nî Quadrupler
3059.Adzô mefule Qualifier
3060.Avekh/Aláng Quantifier
3061.Aviagbe/Abo ndôkh Quémander
3062.Ayüiane/Awomane/Abo bitom Quereller
3063.Adzeng Quérir
3064.Assili Questionner
3065.Adzeng Quêter
3066.Ave biyóng bi tane Quintupler
3067.Akore Quitter
284
R

3068.Abira dzo/Akob abüign Râbacher


3069.Assile Rabaisser
3070.Afer Rabattre
3071.Awogane/Alar angôm Rabibocher
3072.Awong/Assele bilé ye rabot Raboter
3073.Éne ka vem Rabougrir
3074.Adzim yalane mot Rabrouer
3075.Alar Raccommoder
3076.Awóngle Raccorder
3077.Akigh étun Raccourcir
3078.Adzim Raccrocher
3079.Adzam mot Racheter
3080.Adur miang/Abuane mot Racketter
3081.Awole asse Racler
3082.Andine bot Racoler
3083.Akane/Akangle/Adzô Raconter
3084.Ave aler Racornir
3085.Ave ndzukh/Abüign nno Radicaliser
3086.Atsam éyola Radier
3087.Asso/Azu Radiner (se)
3088.Alôr éwala minkobe Radiodiffuser
3089.Agnóng éwala minkobe Radiographier
3090.Abaglane ve mam mevôkh Radoter
3091.Akom tsime Radouber
3092.Abera bo ébubut Radoucir
3093.Awogane ayóng Raffermir
3094.Avâ bissessâ Raffiner
3095.Abira gneghe Raffoler
3096.Alar mebóng Rafistoler
3097.Assa Rafler
3098.Awokh avuègn/Abo avuègn Rafraîchir (se)
3099.Ave ayóng/Ave aluga/Alugh Ragaillardir
3100.Awokh abé Rager
3101.Ayem yám/Awokh bidzi zam Ragoûter
3102.Éne alet Raidir
3103.Apwegle Railler
3104.Afás Raisonner
3105.Avengane móng Rajeunir
3106.Akoglane Rajouter
3107.Abera songane Rajuster
285
3108.Assim/Atebe Ralentir
3109.Abira kobe Râler
3110.Assugh a si/Ake vom Rallier
3111.Abera wongle Rallonger
3112.Abera boghe Rallumer
3113.Awole Ramasser
3114.Abera zu Ramener
3115.Adukh bial Ramer
3116.Abera sulane bot Rameuter
3117.Akul mintem Ramifier
3118.Abo ébubut/Abo ntegane Ramollir
3119.Avâ nvîn Ramoner
3120.Ayaghe Ramper
3121.Atubane Rancarder
3122.Ake éban Rançonner
3123.Anè/Abwüi Ranger
3124.Ave ayokh Ranimer
3125.Alom mot si dzégn ye ngu’u Rapatrier
3126.Awom/Atsi Râper
3127.Abo avitsang Rapetisser
3128.Alar éto Rapiécer
3129.Abera kogh Raplatir
3130.Abera lè Rappeler
3131.Ayè rap Rapper
3132.Abera yile Rappliquer
3133.Akangle Rapporter
3134.Abera yeghe Rapprendre
3135.Ayirane Rapprocher
3136.Ayaghane Raquer
3137.Adzengbane Raréfier
3138.Akúl/Assele Raser
3139.Akeng zel Raser (se)
3140.Adzégn Rassasier
3141.Akoane Rassembler
3142.Abera tobe si Rasseoir
3143.Ave nvua Rasséréner
3144.Avengane ékut Rassir
3145.Afole mot Rassurer
3146.Avus Rater
3147.Agnóng asse/Appó Ratiboiser
3148.Assane Ratifier
3149.Afás dzam ye nno Rationaliser

286
3150.Ave bidzi Rationner
3151.Awole Ratisser
3152.Afulane Rattacher
3153.Abign Rattraper
3154.Avus Raturer
3155.Adzâ Ravager
3156.Abera mine Ravaler
3157.Ave ngu’u Ravigoter
3158.Afakh si Raviner
3159.Abira gneghe mot Ravir
3160.Assangle agnu Raviser (se)
3161.Ave dzom/Agnóng dzom Ravitailler
3162.Ave duane/Avume Raviver
3163.Abera bele Ravoir
3164.Atsame Rayer
3165.Afègn Rayonner
3166.Akobe/Ave kîng Réagir
3167.Abo Réaliser
3168.Awome Réanimer
3169.Abera yegle Réapprendre
3170.Abo mbé a nno Rebeller (se)
3171.Ateb dzam Rebiffer (se)
3172.Assongane Rebiquer
3173.Abera bégn Reboiser
3174.Abera ndangle Rebondir
3175.Abera woghe ayó’ng Rebouillir
3176.Azamlane bissí Rebrousser
3177.Avine dzam/Afem Rebuter
3178.Aku nkatt Recaler
3179.Abagle Récapituler
3180.Abagle biom bindzu Receler
3181.Aláng Recenser
3182.Abera songane Recentrer
3183.Agnóng Réceptionner
3184.Agnóng Recevoir
3185.Abera tub Réchapper
3186.Abera woghe ayó’ng Réchauffer
3187.Abera dzeng/Adzeng Rechercher
3188.Awokh abé na Abo essègn Rechigner
3189.Abera vus atsîng Récidiver
3190.Adzô Réciter
3191.Ayi dzom Réclamer

287
3192.Ayo Récolter
3193.Abera sum Recommencer
3194.Ave akiba/Ave das Récompenser
3195.Awogane/Abera lar angôm Réconcilier
3196.Abera duru/Abera lom Reconduire
3197.Ave nnem nvègn Réconforter
3198.Abera nii nda avep été Recongeler
3199.Ayem/Abera yem Reconnaître
3200.Abera gnóng Reconquérir
3201.Abera kôme Reconstituer
3202.Abera lóng Reconstruire
3203.Abera konglane Reconvertir
3204.Abera tsili Recopier
3205.Abera lar/Abera lüègn Recoudre
3206.Abera barbe Recourber
3207.Abera gnóng Recourir
3208.Abera buru Recouvrir
3209.Abera té Recréer
3210.Akob ye mevakh Récrier (se)
3211.Assokh/Abera dzô dzam Récriminer
3212.Abera tsili Récrire
3213.Abera vem Recroître
3214.Éne ékerkett Recroqueviller (se)
3215.Agnóng essègn Recruter
3216.Akom agnu/Amem dzam Rectifier
3217.Awôle/Atôghe Recueillir
3218.Abera toghe Recuire
3219.Abulane nvus Reculer
3220.Agnóng Récupérer
3221.Ave nfubane/Assob Récurer
3222.Ateb/Assoane Récuser
3223.Abera ke a sikôlo Recycler
3224.Abera yén Redécouvrir
3225.Abera bo/Abera tobe Redevenir
3226.Abera bele nvola Redevoir
3227.Atsili Rédiger
3228.Abera dzô Redire
3229.Abera kô oyo Redormir
3230.Abera bagle Redoubler
3231.Assoane Redouter
3232.Assongane Redresser
3233.Assile/Assule Réduire

288
3234.Abera tsili Réécrire
3235.Abera tob/Abera tele mot Réélire
3236.Abera bo Refaire
3237.Aláng Référencer
3238.Aláng Référer
3239.Abera dzib Refermer
3240.Abera ke’e Refiler
3241.Assimane/Afás Réfléchir
3242.Afonane Refléter
3243.Assongane Réformer
3244.Atsirane Refouler
3245.Assim dzam Réfréner
3246.Ave avep Réfrigérer
3247.Avengane avuègn/Éne avep Refroidir
3248.Assobe éya si Réfugier
3249.Ateb Refuser
3250.Abo bisso/Assoane dzam Réfuter
3251.Ake vom Regagner
3252.Avüign/Anîng nvègn Régaler
3253.Adeghe/Ayén Regarder
3254.Abera bo avep Regeler
3255.Atobe éto konewona Régenter
3256.Assugh a si Régir
3257.Ave metsing Réglementer
3258.Akom Régler
3259.Adzüé/Adzô Régner
3260.Abele Regorger
3261.Abulane nvus Régresser
3262.Adzôbane Regretter
3263.Assulane Regrouper
3264.Ake’e bidzango/Ave bekalara Régulariser
3265.Abera tsilebane Réinscrire
3266.Abera some Réintroduire
3267.Abera lóng Réinvestir
3268.Abera gnóng Réitérer
3269.Abera küign Rejaillir
3270.Atele atane/Awâ afégn Rejeter
3271.Akoane mot Rejoindre
3272.Avâgh Réjouir
3273.Adzame Relâcher
3274.Akangle adzô Relater
3275.Ka fulane mam/Ayem kobe Relativiser

289
3276.Agnóng nvunga/Agnüè mebo Relaxer
3277.Assangle mot Relayer
3278.Atobe Reléguer
3279.Abere oyó Relever
3280.Alar Relier
3281.Abera láng Relire
3282.Afègn Reluire
3283.Adeghe mot Reluquer
3284.Ayén dzam Remarquer
3285.Adang Rembarquer
3286.Assègn/Akom Remédier
3287.Atüè/Akom/Alar angom Remembrer
3288.Assimane Remémorer
3289.Ave akiba/Ave abora Remercier
3290.Abera bet/Adzeng Remonter
3291.Abeghe Remorquer
3292.Abera koglane Rempiler
3293.Assangle Remplacer
3294.Adzale Remplir
3295.Awun/Adeng Remporter
3296.Afoghe/Akonglane/Afulane Remuer
3297.Agnóng miang Rémunérer
3298.Abo abegle Renâcler
3299.Abera biale Renaître
3300.Atobane Rencarder
3301.Ave dzam kugna Renchérir
3302.Assulane/Atobane Rencontrer
3303.Abera ko oyô Rendormir
3304.Abulane Rendre
3305.Abera fer Renfermer
3306.Adzale Renflouer
3307.Aber ave/Ave ngu’u Renforcer
3308.Afigh Renfrogner
3309.Akîgh étun Rengainer
3310.Assoane/Akar Renier
3311.Agnumle Renifler
3312.Amane dzam Renoncer
3313.Abera bo dzam Renouer
3314.Abera sum dzam Renouveler
3315.Abera lóng Rénover
3316.Assile Renseigner
3317.Ave miang Rentabiliser

290
3318.Agnî/Asso Rentrer
3319.Ayinbe/Ayüign Renverser
3320.Abugh/Atsirane Renvoyer
3321.Adzègn Repaître
3322.Ave vom asse Répandre
3323.Akom Réparer
3324.Abera ke Repartir
3325.Akab Répartir
3326.Abera zu/Akil bitô Repasser
3327.Anî mot Repêcher qqn
3328.Abera gnóng Rependre
3329.Adzôbane Repentir (se)
3330.Agnóng Répercuter
3331.Abile Repérer
3332.Atsili Répertorier
3333.Abaglane Répéter
3334.Abera some (domle) Repiquer
3335.Abulane nvus Replier
3336.Aduan/Abagh Répliquer
3337.Ayalane/Abulane Répondre
3338.Abugh Reporter
3339.Awègane Reposer
3340.Atsine Repousser
3341.Abera gnóng Reprendre
3342.Éne éyiane mot Représenter
3343.Ayâ/Awokh abé Réprimander
3344.Assur/Aler mindzukh Réprimer
3345.Awongle abüign Repriser
3346.Akobe Reprocher
3347.Ayó/Abo Reproduire
3348.Avine dzam Réprouver
3349.Atsirane Répudier
3350.Awokh angóne/Avine Répugner
3351.Assile Requérir
3352.Abera ve ngu’u Requinquer
3353.Agnóng éban Réquisitionner
3354.Anè ngab Réserver
3355.Anîng/Atobe Résider
3356.Abulane nvus Résigner
3357.Atsam Résilier
3358.Azôm Résister
3359.Éne édung/Alóng Résonner

291
3360.Akom dzam Résorber
3361.Akom Résoudre
3362.Akang Respecter
3363.Avebe Respirer
3364.Afègn Resplendir
3365.Ave essègn Responsabiliser
3366.Assomane vom Resquiller
3367.Assangle fulu Ressaisir
3368.Abagle dzam Ressasser
3369.Afonane Ressembler
3370.Awokh Ressentir
3371.Ave fane fane Resserrer
3372.Abera seng bidzi Resservir
3373.Abera ke atane/Abera küign Ressortir
3374.Ake adzâ Ressourcer (se)
3375.Abera simane Ressouvenir (se)
3376.Abera kule Ressurgir
3377.Abera wome Ressusciter
3378.Abera bogh Restaurer
3379.Aligh Rester
3380.Abulane Restituer
3381.Asseghe Restreindre
3382.Éne ya Résulter
3383.Akigh étun Résumer
3384.Abera ve Rétablir
3385.Avôr/Awokh ategh gnû Rétamer
3386.Ave otóng Retarder
3387.Assime Retenir
3388.Adung Retentir
3389.Akore/Avâ Retirer
3390.Ayalane/Abulane/Aduane mot Rétorquer
3391.Abera name Retoucher
3392.Abulane Retourner
3393.Abera kigh nî Retracer
3394.Abera dzo dzam Rétracter
3395.Abera kalane dzam Retraduire
3396.Avâ dzom Retrancher
3397.Abera lere Retranscrire
3398.Awuregane Rétrécir
3399.Ayaghane mot Rétribuer
3400.Abera bulane dzom Rétrocéder
3401.Abulane nvus/Assile megnang si Rétrograder

292
3402.Abere oyó Retrousser
3403.Atobane/Ayénane Retrouver (se)
3404.Assulane Réunir
3405.Abulane mot dzam Revaloir
3406.Abira bere oyó Revaloriser
3407.Ayén bilè Rêvasser
3408.Avé oyô Réveiller
3409.Alôr fett Réveillonner
3410.Akar fuègn Révéler
3411.Assugane Revendiquer
3412.Asso/Abera zu Revenir
3413.Ayén bilè Rêver
3414.Ayóng (bilam) Réverbérer
3415.Abera ve nsin mendzâ Reverdir
3416.Abira kang mot Révérer
3417.Abera bwar Revêtir
3418.Ave ngu’u Revigorer
3419.Abera fas Réviser
3420.Abera ke deghe/Abera fas dzam Revisiter
3421.Abera yén Revoir
3422.Awokh abé Révolter
3423.Avâ essègn Révoquer
3424.Abera kôme Revouloir
3425.Assangle nson Révulser
3426.Abera tsili dzom kalara Rewriter
3427.Abera bwar bitô Rhabiller
3428.Awégn Ricaner
3429.Éne mimbwatt Rider
3430.Alere osson Ridiculiser
3431.Éne alet Rigidifier
3432.Awégn Rigoler
3433.Éne nvègn Rimer
3434.Angengle Rincer
3435.Adzi abüign Ripailler
3436.Ayalane Riposter
3437.Awégn Rire
3438.Aye bo dzam Risquer
3439.Akang bidzi Rissoler
3440.Abo nkat/Akarane Rivaliser
3441.Adômle/Abira deghe River
3442.Awóng Roder
3443.Avebane Rôder

293
3444.Akîgh dzom mefeng Rogner
3445.Atsili Romancer
3446.Aman/Atsamane Rompre
3447.Awokh abé Ronchonner
3448.Akóng Ronfler
3449.Akare/Adzi Ronger
3450.Abo édung Ronronner
3451.Adzím yir mot Rosser
3452.Abiekh Roter
3453.Akang ambwan Rôtir
3454.Ayem yè dzâ Roucouler
3455.Adzim yir mot Rouer
3456.Ave nsin évele Rougeoyer
3457.Éne évele Rougir
3458.Éne minghele Rouiller
3459.Adur Rouler
3460.Abom si Roupiller
3461.Abulane/Ayalane Rouspéter
3462.Abo évele Roussir
3463.Abera yüè Rouvrir
3464.Alere mindzukh/Adzim belane mot Rudoyer
3465.Adzégn vom/Angunbe Ruer (se)
3466.Avégn Rugir
3467.Appo/Avengane ajègn Ruiner
3468.Akune Ruisseler
3469.Agnale Ruminer
3470.Éne mefekh Ruser
3471.Ave nvègn Rythmer

3472.Aburu ye nsegle Sabler


3473.Aku sitokh Saborder
3474.Andaman Saboter
3475.Abim ye mpwara Sabrer
3476.Éne mebóng Saccader
3477.Ayüign ntukh Saccager
3478.Atsirane/Ayüign éyola ntugh Sacquer
3479.Ave akogang Sacraliser
3480.Ave akogang Sacrer
3481.Adzimle énîng Sacrifier
3482.Abegh mbakh/Awub Saigner
3483.Adzègn Saillir
294
3484.Abîgn Saisir
3485.Agnóng miang Salarier
3486.Ave nku Saler
3487.Ave nvine Salir
3488.Amin menden Saliver
3489.Adzim bo essègn Saloper
3490.Assome/Ave mbôlo Saluer
3491.Assure Sanctionner
3492.Adzi étun nfema Sandwicher
3493.Atsine angherghe Sangler
3494.Abira yí Sangloter
3495.Abile meyokh Saouler
3496.Ayem mbwar bitô/Akobe abé Saper
3497.Ayüign éyola ntugh Saquer
3498.Avâ mbéa bilókh Sarcler
3499.Ave mbeng/Awokh nvègn Satisfaire
3500.Adzègn abüign Saturer
3501.Adum o sup été Saucer
3502.Akîgh mebong Saucissonner
3503.Amiamle Saupoudrer
3504.Ayo’o Sauter
3505.Ayo’o Sautiller
3506.Anî /Akale/Abagle Sauvegarder
3507.Anî Sauver
3508.Ayem Savoir
3509.Awôghe soba/Ave ntsap Savonner
3510.Alôr mbeba éyong Savourer
3511.Atún éko ye nno ye ngu’u Scalper
3512.Abo ébirane Scandaliser
3513.Adzimle énîng Sacrifier
3514.Ave firma/Aligh ndem Sceller
3515.Avegle Schématiser
3516.Agnum abé Schlinguer
3517.Akîgh ye so Scier
3518.Akane Scinder
3519.Afègn Scintiller
3520.Atobe vom bo Scléroser
3521.Ave mot a sikolo Scolariser
3522.Ayang Scotcher
3523.Aku nkatt Scratcher
3524.Abira deghe Scruter
3525.Abba éyema Sculpter

295
3526.Akott Sécher
3527.Azu anvus Seconder
3528.Assugh Secouer
3529.Avôle mot Secourir
3530.Akule nkon Sécréter
3531.Akigh mebóng Sectionner
3532.Akabane mebóng me si Sectoriser
3533.Akale mot Sécuriser
3534.Atobe vom bo Sédentariser
3535.Agnegh Séduire
3536.Akîgh étun Segmenter
3537.Alôr melú Séjourner
3538.Atob bot Sélectionner
3539.Afonane Sembler
3540.Abégn Semer
3541.Akar bot dzam Sensibiliser
3542.Agnum Sentir
3543.Éne mbeng Seoir
3544.Akane Séparer
3545.Akoglane biyóng zabwal Septupler
3546.Agnóng éban Séquestrer
3547.Abüi mimbom Sérier
3548.Akobe abé Sermonner
3549.Awule nkwat Serpenter
3550.Ayém/Abo fane fane Serrer
3551.Asseng Servir
3552.Assur Sévir
3553.Avâ nnom fulu/Akîle abègn Sevrer
3554.Ave biyóng bissamane Sextupler
3555.Assob ye soba Shampooiner
3556.Akur dzom/Agnu mebiang Shooter
3557.Ayegane dzam Sidérer
3558.Ake abâ medzo Siéger
3559.Alóng Siffler
3560.Alóng vióng Siffloter
3561.Ave ndem Signaler
3562.Assan Signer
3563.Ayile Signifier
3564.Ayele Sillonner
3565.Ave ébubu Simplifier
3566.Abo mefekh Simuler
3567.Abéane Singer

296
3568.Éne ntégn étam/Éne dzam a fe Singulariser
3569.Agnu Siroter
3570.Andagbe Situer
3571.Assene minkur mi aveb ayo Skier
3572.Akôme nîng bura énîng Snober
3573.Ave mefulu me mot/Anîng nda bot Socialiser
3574.Abo élang/Alugh mot mekane Sodomiser
3575.Assègn Soigner
3576.Amane dzam/Assegh metáng Solder
3577.Ayè dzâ Solfier
3578.Abo alet Solidifier
3579.Akobe étam Soliloquer
3580.Alè mot/Ayane mot Solliciter
3581.Akom Solutionner
3582.Ake abo a si Sombrer
3583.Akô oyo Sommeiller
3584.Abo mot na bo dzam Sommer
3585.Ateng oyo Somnoler
3586.Abè agnu/Awôkh mot agnu Sonder
3587.Akôme bo dzam Songer
3588.Alóng tóng Sonner
3589.Ave mezik/Ave e kobe Sonoriser
3590.Aküign Sortir
3591.Awokh mot olún Soucier
3592.Ave ngu’u Souder
3593.Assom mot ye bifura Soudoyer
3594.Avum Souffler
3595.Abîm mot abègn agnu Souffleter
3596.Ayén mindzukh Souffrir
3597.Akôme Souhaiter
3598.Assam dzom Souiller
3599.Avole Soulager
3600.Abira gnu meyokh Soûler
3601.Abor/Abeghe Soulever
3602.Ayil dzam/Abagle dzam Souligner
3603.Alere dzam Soumettre
3604.Atsine mot dzam Soupçonner
3605.Adzi bidzi Souper
3606.Ayén táng Soupeser
3607.Abira kôme dzam Soupirer
3608.Ayeb a nnem Sourciller
3609.Aküign a si été (mendzim) Sourdre

297
3610.Atû lüégn/Awégn Sourire
3611.Ka yem dzi Sous-alimenter
3612.Agnóng dzom Souscrire
3613.Ayile Sous-entendre
3614.Abiane Sous-estimer
3615.Ka yem ve táng Sous-évaluer
3616.Ka yem dzeng dzom Sous-exploiter
3617.Ave ayile ossû zokh Sous-tendre
3618.Ave éyola Sous-titrer
3619.Avâ Soustraire
3620.Ka yem belane dzom Sous-utiliser
3621.Assugh a si Soutenir
3622.Awub/Apiale/Adzib Soutirer
3623.Assimane Souvenir
3624.Abo sikolo/Ayeghe nno adzô Spécialiser
3625.Ayile adzô Spécifier
3626.Akobe ve agnu Spéculer
3627.Abuane/Andaman Spolier
3628.Assugh a si Sponsoriser
3629.Ake mbî Sprinter
3630.Atobe éyâ nda Squatter
3631.Atobe éyâ nda Squattériser
3632.Atobe nvua Stabiliser
3633.Atobe vom bo Stagner
3634.Ave nteghane Standardiser
3635.Atele metua (bial) vom Stationner
3636.Afás Statuer
3637.Awokh mebiang ayó’ng Stériliser
3638.Akobe abé Stigmatiser
3639.Abo fiang Stimuler
3640.Agnóng miang Stipendier
3641.Adzô Stipuler
3642.Anî angun été Stocker
3643.Assime/Atele Stopper
3644.Ako wóng Stresser
3645.Ayem lügn mam Structurer
3646.Ayüè agnu Stupéfaire
3647.Assighane Stupéfier
3648.Akabane mebóng Subdiviser
3649.Ayén mindzukh Subir
3650.Anam bot minnem Subjuguer
3651.Abo mam mot Sublimer

298
3652.Abele abüign essègn Submerger
3653.Assimane dzam ossû zokh Subodorer
3654.Azu anvus Subordonner
3655.Assangle Subroger
3656.Ave éyola Substantiver
3657.Assangle Substituer
3658.Awub Subtiliser
3659.Abo Subvenir
3660.Ake’e miang Subventionner
3661.Assangle Succéder
3662.Awu Succomber
3663.Agnang Sucer
3664.Agnang avitsang Suçoter
3665.Abo azekh Sucrer
3666.Akule ndugle Suer
3667.Aman Suffire
3668.Awu abukh Suffoquer
3669.Aleb Suggérer
3670.Awu Suicider (se)
3671.Atwègn Suinter
3672.Atongh/Abéé Suivre
3673.Abele ayó Superposer
3674.Atobe ntebe ossû Superviser
3675.Assangle Supplanter
3676.Assangle Suppléer
3677.Alere mindzukh Supplicier
3678.Afongh/Adzagh éngôngo Supplier
3679.Azôm Supporter
3680.Abune Supposer
3681.Atsam Supprimer
3682.Abele abüign me nveghe Surcharger
3683.Awokh ayó’ng/Agnóng ayó’ng Surchauffer
3684.Abere oyó Surélever
3685.Akagh mot dzam Surenchérir
3686.Abere yop Surestimer
3687.Abere táng Surévaluer
3688.Awokh abüign ozang Surexciter
3689.Assègn ane minkom Surexploiter
3690.Atele ayâ Surexposer
3691.Ave táng abé Surfacturer
3692.Éne medang Surfaire
3693.Assene mendzim ayo Surfer

299
3694.Abo abüign avuègn Surgeler
3695.Akule Surgir
3696.Adzi okeng Suriner
3697.Ave ndem Surligner
3698.Avôr/Awokh ategh gnû Surmener
3699.Azôm Surmonter
3700.Abele mone éyola Surnommer
3701.Assègn abüign Surpasser
3702.Adzile mot Surprendre
3703.Abagh Surproduire
3704.Andangle Sursauter
3705.Abugh Surseoir
3706.Abele abüign minkóng Surtitrer
3707.Akale Surveiller
3708.Abo dzam Survenir
3709.Anîng Survivre
3710.Ayele Survoler
3711.Ave dzam/Abo dzam Susciter
3712.Atsine mot dzam Suspecter
3713.Abugh Suspendre
3714.Akobe beya beya/Akobe si si Susurrer
3715.Ayem yè bia Swinguer
3716.Ayile Symboliser
3717.Awogane Sympathiser
3718.Akom biyema Synchroniser
3719.Ake ékoane bot Syndiquer (se)
3720.Akigh étun Synthétiser
3721.Ave kugna Systématiser

3722.Ayir/Ayüign ébom Tabasser


3723.Adzi étabele Tabler
3724.Abo essègn Tacher
3725.Ake nvine Tâcher
3726.Ake nvine Tacheter
3727.Abo meveghe Taguer
3728.Assone Tailler
3729.Assi évo Taire (se)
3730.Abime ondôkokh Talocher
3731.Abom ngom Tambouriner
3732.Assegle/Atob Tamiser
3733.Ave ndem Tamponner
300
3734.Ayâ mot Tancer
3735.Ateng Tanguer
3736.Ayir Taper
3737.Ake sobe/Anîng étám Tapir (se)
3738.Abîm moan abèm Tapoter
3739.Abo fiang Taquiner
3740.Ayeb a nnem Tarabuster
3741.Abo nnem mintègn Tarauder
3742.Abem Tarder
3743.Abo éngung Targuer (se)
3744.Avé Tarir
3745.Abit dzom nfema été Tartiner
3746.Assegh dzom Tasser
3747.Abó/Abè Tâter
3748.Atet Tâtonner
3749.Ave ndem ngnû Tatouer
3750.Ave táng Taxer
3751.Akobe/Abo minâ Tchatcher
3752.Assangle nson Teinter
3753.Alè nko Téléphoner
3754.Ayinebane Télescoper
3755.Abogle Témoigner
3756.Assim/Assile kîng o si Tempérer
3757.Ateb Tempêter
3758.Ake oteghetekh Temporiser
3759.Assur/Alere mindzukh Tenailler
3760.Ake’e Tendre
3761.Abign Tenir
3762.Avegh Tenter
3763.Ako wóng Tergiverser
3764.Amane Terminer
3765.Ayüign ntugh Ternir
3766.Atégn a si Terrasser
3767.Afuru metso Terrer
3768.Ave wóng Terrifier
3769.Ave wóng Terroriser
3770.Avegh Tester
3771.Assighane/Avonghane begnâ-gnâ Tétaniser
3772.Agnang abégn Téter
3773.Ave nno adzô Thématiser
3774.Akobe agnu agnu Théoriser
3775.Abagle miang Thésauriser

301
3776.Abo avuègn Tiédir
3777.Ave ndem Timbrer
3778.Assangle nson Tinter
3779.Assigane Tiquer
3780.Andine Tirailler
3781.Ayüiè ye tirebouchon Tirebouchonner
3782.Andine Tirer
3783.Alóng Tisser
3784.Assóng mot/Awokh mot agnu Titiller
3785.Ave nko’ng Titrer
3786.Ateng Tituber
3787.Agnóng éto Titulariser
3788.Ave nfubane Toiletter
3789.Akile biyame Toiser
3790.Adzam/Aligh Tolérer
3791.Aku Tomber
3792.Alí/Akeng Tondre
3793.Abo édung Tonitruer
3794.Ayâ Tonner
3795.Akur mbègn Toquer
3796.Adzaghe/Adzeng Torcher
3797.Avire Tordre
3798.Abo abé nnem Torpiller
3799.Alere mindzukh Torturer
3800.Aláng mam Totaliser
3801.Anam Toucher
3802.Akinglane Tourbillonner
3803.Ave nnem mintègn Tourmenter
3804.Afogh nsissim Tournebouler
3805.Akinglane/Abokh Tourner
3806.Akinglane vom asse Tournicoter
3807.Ave ayep Tourniquer
3808.Akinglane vom mbo Tournoyer
3809.Aküè Tousser
3810.Aküè avitsang Toussoter
3811.Awu ndzukh Tracasser
3812.Akigh nii Tracer
3813.Andine metua Tracter
3814.Akalane Traduire
3815.Abo mam abé Traficoter
3816.Abo mam wup Trafiquer
3817.Akóng/Afuru (fig.) Trahir

302
3818.Adeng yop yop Traînasser
3819.Aduru dzom/Akokh dzom Traîner
3820.Agnong tsite megnang mebègn été Traire
3821.Akobe Traiter
3822.Akigh Trancher
3823.Alungbe (irr.)/Ave nvua Tranquilliser
3824.Abeghe dzom ébugbu Transbahuter
3825.Alerane akum vom Transborder
3826.Abiane mam/Abele nnem akokh Transcender
3827.Akalane mot dzam Transcoder
3828.Atsili/Abéane Transcrire
3829.Assangle étégn/Alom vom fe Transférer
3830.Assangle nson/Akóm Transfigurer
3831.Assangle/Atsén Transformer
3832.Ave mekí Transfuser
3833.Avus éki Transgresser
3834.Ake betsit évom badzi Transhumer
3835.Ayem lar dzam/Awogane Transiger
3836.Awokh avep Transir
3837.Alôr Transiter
3838.Alom dzom/Ake’e Transmettre
3839.Ayén dzom ayad Transparaître
3840.Atú Transpercer
3841.Awokh échi Transpirer
3842.Assangle étégn Transplanter
3843.Alerane Transporter
3844.Assangle dzom étégn Transposer
3845.Achî vom fe Transvaser
3846.Achî mendzim vom Transvider
3847.Adzirane/Andîne tsit vom Traquer
3848.Alere ngett/Abim abé Traumatiser
3849.Assègn /Abo essègn Travailler
3850.Akigane/Alôr Traverser
3851.Assangle fulu/Agnóng éyá nson Travestir
3852.Akob Trébucher
3853.Agnangbane Trembler
3854.Afongane begnâgnâ Trembloter
3855.Afogh gnû/Afoghane Trémousser (se)
3856.Ayine Tremper
3857.Assale éves Trépaner
3858.Awu Trépasser
3859.Akur mebo si Trépigner

303
3860.Assigane Tressaillir
3861.Afen nno Tresser
3862.Awub/Abo nvo Tricher
3863.Atsîng étó Tricoter
3864.Atob Trier
3865.Adzeng dzom tugú tugú Trifouiller
3866.Andeng Trimbaler
3867.Ayén mindzukh/Assègn ane tsit Trimer
3868.Alarane bilas Trinquer
3869.Awun/Adang Triompher
3870.Abo nvó Tripatouiller
3871.Abagle biyóng bi lâ Tripler
3872.Agnengle gnû /Abô’ô minsône Tripoter
3873.Ake avó Trisser (se)
3874.Agnalane dzom/Akokh Triturer
3875.Adukh/Abo minâ Tromper
3876.Akigh ye ngüine bilé Tronçonner
3877.Atüè éto Trôner
3878.Avâ dzom vom Tronquer
3879.Assangle dzom Troquer
3880.Awulu mebo/Awulu avó Trotter
3881.Awulu mebo Trottiner
3882.Abüign nno Troubler
3883.Atubane Trouer
3884.Avâ étó vom Trousser
3885.Akoane Trouver
3886.Avus éki/Abo nvó Truander
3887.Adzim yüign Trucider
3888.Éne abüign/Adzègn Truffer
3889.Awub/Abo nvó Truquer
3890.Ayüign Tuer
3891.Aburu nda ye mekokh Tuiler
3892.Avus/Anén Tuméfier
3893.Assègn ane tsit/Ayén mindzukh Turbiner
3894.Abüign nnom/Abo nnem mintègn Turlupiner
3895.Alè mot na wa/Ka kang mot Tutoyer
3896.Akokh bitó Tuyauter
3897.Adzem abokh ye América Twister
3898.Ave mot mefulu Typer
3899.Adzüé y’élang Tyranniser

304
U

3900.Awokh abé Ulcérer


3901.Alóng (akung) Ululer
3902.Alar angôm/Atobe vom bo Unifier
3903.Abo anval dá Uniformiser
3904.Alar angôm/Atobe vom bo Unir
3905.Akom/Alóng mbeba menda Urbaniser
3906.Abo avó/Ake avó Urger
3907.Avüègn megnorogo Uriner
3908.Abelane dzom User
3909.Awub Usurper
3910.Abo ye dzam Utiliser

3911.Abo nvang Vacciner


3912.Akobe abüign megnu/Ka bebela Vaciller
3913.Ake awulu/Adeng Vadrouiller
3914.Anîng an’éyemyema/Adzeng étobg a Vagabonder
3915.Akogh ébíl Vagir
3916.Adang/Akun Vaincre
3917.Atsirane Valdinguer
3918.Ayebe Valider
3919.Ake táng/éban Valoir
3920.Abele éban Valoir (se)
3921.Abere oyó/Atobe mebun Valoriser
3922.Atsirane mot vom Valser
3923.Avengane mot nsagha/Abo mbwó Vampiriser
3924.Abo ébirane/Abo nnem abé Vandaliser
3925.Abo abüign nvorane Vanner
3926.Abo meveghe/Assegle mot Vanter
3927.Avengane nfunga Vaporiser
3928.Abo essègn Vaquer
3929.Awulu mekokh ayó Varapper
3930.Assangle Varier
3931.Abo ndziman Vasouiller
3932.Abigle mbwarga été/Atobe si y’éla ng Vautrer (se)
3933.Anîng abé Végéter
3934.Alerane ye metua Véhiculer
3935.Akale/Alenane kiri vom Veiller
3936.Abiègn (égnakh) Vêler
3937.Ayo ofô ntangane Vendanger
305
3938.Assomane Vendre
3939.Awume/Abere oyó Vénérer
3940.Akun Venger
3941.Azu Venir
3942.Abere oyó Venter
3943.Ave nfunga Ventiler
3944.Ave akila Verbaliser
3945.Ave nsîn mendzâ Verdir
3946.Ave nsîn mendzâ Verdoy er
3947.Afás Vérifier
3948.Adzib/ Aban/ Afer Verrouiller
3949.Achii Verser
3950.Abwar Vêtir
3951.Ave nnem mintègn/Awokh abé Vexer
3952.Afongane Vibrer
3953.Abele mbéa fulu Vicier
3954.Assangle mbwan metua Vidanger
3955.Assugh Vider
3956.Ayombe/Ake nnom Vieillir
3957.Akobe abé Vilipender
3958.Alere mindzukh//Assur mot Violenter
3959.Adzab Violer
3960.Akwar/Avâ essègn Virer
3961.Afongane abüign Virevolter
3962.Assóng Viser
3963.Ayén Visionner
3964.Adeghe mot Visiter
3965.Abokh dzom/Akîb Visser
3966.Ayén Visualiser
3967.Ave ngu’u Vitaliser
3968.Ave yena Vitrer
3969.Akomlane mot/Ayâ Vitupérer
3970.Anîng abé/Adzim nîng Vivoter
3971.Anîng Vivre
3972.Anîng mbiâ Vocaliser
3973.Ayonane Vociférer
3974.Ayengle mendzim ayó Voguer
3975.Ayén Voir
3976.Atobe melar menda Voisiner
3977.Alerane mot metua Voiturer
3978.Ayele Volatiliser
3979.Adzíb Voler

306
3980.Ayele vom asse Voleter
3981.Ayele/Ayeb Voltiger
3982.Ayó Vomir
3983.Abo bissikott/Atobe mot/Afèè Voter
3984.Ave nnem vom Vouer
3985.Akôme Vouloir
3986.Ave gang Vouvoyer
3987.Ake ékena Voyager
3988.Abo édung metua Vrombir
3989.Ayem yam ndama Vulcaniser
3990.Ake vom asse/Abo vom asse Vulgariser

3991.Assangle Zapper
3992.Avâ éko Zester
3993.Abira dzo be z Zézayer
3994.Awâ dzis/Adeghe dzom kalara été Zieuter
3995.Ayüign Zigouiller
3996.Abo ônghenghena Zigzaguer
3997.Anîng ane moan gnûl Zoner
3998.Anen bikang/Avem biyema Zoomer
3999.Abira dzo be z Zozoter
4000.Awâ dzis Zyeuter

307
BIBLIOGRAPHIE

ABOMO-MAURIN, Marie-Rose, Parlons Boulou langue bantou du


Cameroun, Paris, L’Harmattan, 2006.

ALEXANDRE, P. et BINET, J., Le groupe dit Pahouin (Fang-Boulou-Béti),


Paris, L’Harmattan, 2005.

AUBAME, Jean-Marie, Les Béti du Gabon et d’ailleurs, Tome I, Sites,


parcours et structures, Paris, L’Harmattan, 2002.

BACALE ANDEME, Lorenzo, Vocabulario castellano-fang-català, Huesca,


HU-160/99, 1999.

BALANDIER, Georges, Sociologie actuelle de l’Afrique noire, Paris, Presse


Universitaire de France, 1963.

BERNAULT, Florence : « Dévoreurs de la nation: Les fang au Gabon ». In:


Coquery-Vidrovitch & Issiaka Mandé, Etre étranger et migrant en Afrique au
XXe siècle, Paris, l'Harmattan.

BIYOGO, Grégoire, Encyclopédie du Mvett Tome 1-Du Haut Nil en Afrique


centrale, BONNEUIL, Editions MENAIBUC, 2002.

CADET, Xavier, Histoire des Fang, peuple gabonais, Paris, L’Harmattan,


2009.

CÉSAIRE, Aimé, Nègre je suis, nègre je resterai, Paris, Albin Michel, 2005.

CLIST, Bernard, Gabon : 100 00 ans d’Histoire, Libreville, Sépia, 1995.

EDMOND, Marc : « La construction identitaire de l’individu », in, Catherine


Halpern et Jean-Claude Ruano-Borbalan, Identité (s), Auxerre, Ed. Sciences
Humaines, 2004.

GALLEY, Samuel, Dictionnaire fang-français-français-fang, Neuchâtel, Ed.


Messeiller, 1964.

GLISSANT, Édouard, Mémoires des Esclavages, Paris, Gallimard, 2007.

JACQUOT, A. Le Gabon, dans Inventaire des études linguistiques sur les


pays d’Afrique Noire d’expression française et sur Madagascar, Paris, CILF,
1978.

309
KI-ZERBO, Joseph, Á quand l’Afrique ? Gémenos, Éditions de l’Aube,
2003.

LABURTE TOLRA P., FALGAYRETTES LEVEAU, Christiane et


TESSMANN, Günter, Fang, Paris, Ed. Dapper, 2001.

LABURTHE-TOLRA, Philippe et WARNIER, Jean-Pierre, Ethnologie


Anthropologie, Paris, PUF, 1993.

MBA ABESSOLE, Paul, Aux sources de la culture fap, Paris, L’Harmattan


Gabon, 2006.

METEGHE N’NAH, Nicolas, Histoire du Gabon des origines à nos jours,


Paris, L’Harmattan, 2006.

MVÉ BEKALE, Marc, Gabon : La postcolonie en débat, Paris, L’Harmattan,


2003.

________________, Pierre Claver Zeng et l’art poétique fang. Esquisse


d’une herméneutique, Paris, L’Harmattan, 2001.

MVE-ONDO, Bonaventure, Sagesse et initiation à travers les contes, mythes


et légendes fang, Paris, L’Harmattan, 2007.

NGOU MVÉ, Nicolas, L’Afrique bantu dans la colonisation du Mexique


(1596-1640), Libreville, CICIBA, 1995.

NDONG NDOUTOUME, Tsira, Le Mvett époppée fang tome I, Paris,


Présence africaine, 1970 premières éditions et 1983 secondes éditions.

NGUEMA OBAM, Paulin, Fang du Gabon. Les tambours de la tradition,


Paris, KARTHALA, 2005.

ONDO-MEBIAME, Pierre, Essai sur les constituants syntaxiques du fàp-


Ttúmù, Libreville, Éditions Raponda Walker, 2008.

ONDUA ENGURU Dulu Bong Be Afrikara (1954-1973). Traduit en


espagnol par le Guinéo-équatorien BIBANG OYEE, Julián, La Migración
fang, Ávila, Editorial Malamba, 1995.

WULF, Christophe, Une anthropologie historique et culturelle, rituels,


mimésis sociale et performativité, Paris, Téraèdre, 2007.

310
Motivations…………………………………………………………………11
Origines et migration du peuple Fang …………………………….……..17
Importance de la langue fang en Afrique centrale...…….………………25
Méthodologie et intérêt culturel du manuel…………………..………….29

I-ORTHOGRAPHE ET PHONETIQUE………..……………………….33
1-Écriture…….…….……………………..………………………………....33
2-Prononciation des lettres….…………...……………………………….....33

II-LES PRONOMS………………...………………………………………37

III-TABLEAU RECAPITULATIF DES MODES ET TEMPS…….…..43

IV-LES TABLEAUX DES DESINENCES POUR BIEN CONJUGUER


EN FANG…………………………………………………………………..45

1-Forme affirmative………………………………………………………...45
2-Forme négative….……………………………………………………......46
3-Formation de l’infinitif en fang ….………………………………………47
4-Formation des verbes composés, d’états et d’actions….…………….......47
4-1-Conjugaison des verbes composés………………………………...…...47
4-2-Quelques verbes composés….……………………………..…..............49
5-Formation du participe présent………………………………...…………51
5-1-Auxiliaires exprimant le participe présent en fang…………..………...51
6- Le participe passé……………………………………………………......52
7-Formation de l’impératif ………………………………………………...52
7-1-Impératif des verbes réguliers….………………………………............52
7-2-Impératif négatif………………………………………………………..54
7-3-Impératif des verbes irréguliers….……………………………………..55
7-4- Impératif négatif irrégulier ……………………………………............56
7-5-Impératif immédiat……………………………………………………..57
7-6-Impératif de priorité…………………………………………………....57
8- Les verbes auxiliaires remplaçant des adverbes français……..…...….…58
8-1-Auxiliaires exprimant les idées de temps …..………………………….58
8-2-Auxiliaires exprimant des idées de quantité….………………………..59
8-3-Auxiliares exprimant des idées de manière..…….……………………..59
8-4-Auxiliaires introduisant le conditionnel….…..………………………...60
9-L’adverbe……………….…..……………………..……………………...61

V-LA LISTE DES VERBES IRREGULIERS AU PRESENT DE


L’INDICATIF ET A L’IMPERATIF…………………….………………63

1-Le modèle des verbes irréguliers selon la forme « gbe »……...…………64


311
2-Le modèle des verbes irréguliers selon la forme « mle»…………………65
3-Le modèle des verbes irréguliers selon les formes «urbe » «erbe » « ulbe»
et «arbe »…………………………………… …..………………………....66
4-Le modèle de verbe irrégulier selon la forme «Azu » « Awu», ……...….67
5-Le modèle de verbe irrégulier selon la forme : «lbe », c’est le cas du
verbe………………………………………………………………………...69

VI-LES VERBES PRONOMINAUX………………..……………………71

1- Verbes réguliers…….….……………………………………………..…71
1-Les temps et modes du verbe pronominal………..……………….…...….72
1.2-Quelques verbes pronominaux de type : « Adzingane »….…................74
2- Verbes pronominaux irréguliers…………………………………..…...75
2.1-Mode indicatif…………………………………………………………..76
a-Présent de l’indicatif…………….………………………………………...76
a-1-Présent de l’indicatif 2e forme….…………………………………….....76
a-2-Présent incertain ou de l’incertitude.............................…........................77
a-3-Présent continu………….…………………………………….……..….77
b-Futur simple………….………………………………………….………...78
b-1-Futur proche…………………………………………………....…….....78
b-2-Futur de choix ou de préférence……………………………....………...79
c- Passé simple………………………………………………….………...…79
d-Imparfait…….…………………………………………….........................80
d-1-Imparfait 1ère forme…….………………………………….…….……...80
d-2-Imparfait 2e forme…….………………………………………………...80
e-Passé composé……………….………………………… …….………......81
e-1-Passé composé 1ère forme……………………………………..………...81
e-2-Passé composé 2e forme……………………………………..………….81
f-Plus-que-parfait et le passé antérieur……………………….……………..82
2.2-Conditionnel………………………………………………..…………...82
a-Conditionnel simple…………………………………………………….....82
b-Conditionnel d’incertitude…………………………………………….…..83
2. 3-Subjonctif……….…………………………………………………..….83
a-Subjonctif présent………………………………………………………....83
b-Subjonctif présent d’incertitude…………………………………….…….84
c-Subjonctif imparfait d’incertitude…………………………………...........84
d-Subjonctif passé ou imparfait……………………………………….…….85
2.4-Impératif des verbes « Ene dzü na et Ene éyola na »………………....85
2.5-Mode indicatif du verbe « Alè mot ou Alüè mot »……………….……85
a-Présent de l’indicatif………………………………………………….…...86
a-1-Présent de l’incertitude………………………………………..…….…..86
a-2-Présent continu…………………………………………………...….…86
b-Les autres temps et modes du verbe: « Alè mot ou Alüè mot »………...87
2.6-Mode indicatif du verbe « Ayó mot»………..….…………………...….88
a-Présent de l’indicatif………………………….…………………………..88

312
a-1-Présent de l’incertitude…………………….………………...………....88
a-2-Présent continu………………………….………………….…..………88
b-Les autres temps et modes du verbe: « Ayó mot»……………..…………89
2.7-Mode indicatif du verbe « Atú mot »……………………….……….…90
a-Présent de l’indicatif….…….……………...……………………………...90
a-1-Présent de l’incertitude….………………………………………………90
a-2-Présent continu.………….……………………...……………………...90
b-Les autres temps et modes………………………...………………….…..91

VII-TABLEAUX SYNOPTIQUES DE LA CONJUGAISON DU VERBE


«ADZI», MANGER, À TOUS LES TEMPS ET MODES, À LA FORME
AFFIRMATIVE ET NÉGATIVE……… ……..…………………………93

1-Mode indicatif………………….…………….………………………..….93
a-Présent de l’indicatif………………………………………………….…..93
a-1-Présent continu………………………………..………………………..93
a-2-Présent de l’incertitude………………………………...……………….94
b- Futur simple……………………………………………………...………94
b-1-Futur 1ère forme…………..……………………………………………..94
b-2-Futur simple 2e forme………….…………………………….………....94
b-3-Futur proche……………………………………………………………95
b- 4-Futur de choix…………………………………………………………95
c-Passé composé…………………………………………………………....96
c-1-Passé composé 1èreforme…………………………………...…………..96
c-2-Passé composé 2e forme……………………………………...………...96
c-3-Passé composé 3e forme ou passé composé rapproché………...………97
d- Passé simple…………………………………………………...………...98
e-Imparfait………………………………………………………...………..98
f-Passé antérieur………………………………………………..…………...99
g- Plus-que-parfait……………………………………………..…………...99
h-Futur antérieur………….……………………………………..………...100
h-1-Futur antérieur 1ère forme…………………………………..…………100
h-2-Futur antérieur 2e forme……………….…………………..………….100
2-Mode conditionnel……………………………………….…………..….101
a-Conditionnel 1ère forme………………………………………….……..101
b-Conditionnel 2e forme……………………………………….………….102
3-Mode subjonctif…………………………………………..……………..103
a-Subjonctif présent du verbe « Adzi », manger ………...….……………103
b-Subjonctif présent incertain………………………...…….……………..104
c-Subjonctif passé ou imparfait……………………...….………………...104
d-Subjonctif imparfait incertain…..…………...…………………………..105
4-Impératif de « Adzi »………..…….……………………………………105

VIII-CONJUGAISON DU VERBE « Agnu », Boire …………………..107

313
1-Présent de l’indicatif………………………………….…………………107
2-Présent de l’incertitude……………………………….…………………107
3-Présent continu……………………….……………….…………...……108
4-Les autres temps et modes du verbe « Agnu », Boire……….....……….108

IX-Conjugaison du verbe « Ake », Aller, Partir ………………………..109


1-Présent de l’indicatif…………..………………...……….….…………...109
2-Présent incertain……………………………...………….………………109
3-Présent continu……….….…………………...………………………….109
4-Les autres temps et modes du verbe « Ake », Aller, Partir…...………...110
5-Les verbes traduisant l’expression fang « Ake bo » : Aller faire…....…..110
6-Temps et Modes du verbe « Ake bo »………………………..…...……..111

X-Conjugaison du verbe « Abo », Faire ……………………………......113


1-Présent de l’indicatif…………………………………………...………...113
2-Présent incertain……………………………………………..…………..113
3-Présent continu…….…………………………………………………….113
4-Les autres temps et modes du verbe « Abo », Faire……..……………...114
5-Différentes traductions de l’expression « Alôm ake bo » : Faire faire…114

XI-Conjugaison du verbe « Adzô », Dire………………………………..117


1-Présent de l’indicatif………………………….……………….…………117
2-Présent incertain………………………………….…………….………..117
3-Présent continu...………………………………...………………………117
4-Les autres temps et modes du verbe « Adzô », Dire… ………….……..118
5-Différentes traductions du verbe «Adzô» en fang: Dire.…….…...….….118

XII-Conjugaison des verbes « Agnong », Prendre, Obtenir et « Adzing »,


Aimer……………………………………………………………………….119

A- Présent de l’indicatif « Agnong », Prendre, Obtenir….……….....….119


1-Présent incertain…….…………………………………...……………...119
2-Présent continu…….……………………………………….……...........119
3-Les autres temps et modes du verbe « Agnong », Prendre,
Obtenir……………………………………………………………………..120
B-Présent de l’indicatif « Adzing », Aimer …….….……………………121
1-Présent incertain……….…………………………….………………….121
2-Présent continu……….……………………………...………………….121
3-Les autres temps et modes du verbe « Adzing »,
Aimer…… …………………………………..……………………………..122

XIII-Conjugaison du verbe « Adugh », Mentir………....………………123


1-Présent de l’indicatif ………………………………..…………………..123
2-Présent incertain….……………………………………………….…… 123
3-Présent continu….……………………………………………….……...123

314
4-Les autres temps et modes du verbe « Adugh », Mentir……...………...124

XIV-Conjugaison du verbe « Akobe », Parler …………………………125


1-Présent de l’indicatif……………………………………….……………125
2-Présent incertain….……………………………..……….……………...125
3-Présent continu……….………………………………...……..………...125
4-Les autres temps et modes du verbe « Akobe », Parler………….….…126

XV-Conjugaison du verbe « Abune », Croire…………………………...127


1-Présent de l’indicatif…………………………………………………….127
2-Présent incertain……….……………………………………………......127
3-Présent continu……….……………………………………..………..…127
4-Les autres temps et modes du verbe « Abune », Croire………………..128

XVI-Conjugaison du verbe « Ake’e », Donner……………………….…129


1-Présent de l’indicatif…………………………………………………….129
2-Présent incertain………….…………………………………………......129
3-Présent continu…………….………………………………………........129
4-Les autres temps et modes du verbe « Ake’e », Donner………………..130
5-Les expressions exprimant le verbe « Ake’e », Donner …… .….……..131

XVII-Conjugaison du verbe « Alugh », Épouser ……...……………….133


1-Présent de l’indicatif………………………………..…………………...133
2-Présent incertain……….……………………………………..………....133
3-Présent continu……….………………………………………………....133
4-Les autres temps et modes du verbe « Alugh », Épouser ………….…..134

XVIII-Conjugaison de verbe « Azôm », Supporter, Endurer……….…..135


1-Présent de l’indicatif………………………………………………….…135
2-Présent incertain…….……………………………………………….….135
3-Présent continu………………….…………………….……………..….135
4-Les autres temps et modes du verbe « Azôm », Supporter, Endurer….136

XIX-LES VERBES « ÊTRE » ET « AVOIR » EN FANG……………137

A- Le verbe « Ene ya », Être……………………...……………………...137


1-Mode indicatif ……………………………………...…………….……..137
a-Présent de l’indicatif……………………………………………….….....137
a-1-Présent de l’incertitude 1ère forme……….……………….…….……...137
a-2-Présent de l’incertitude 2e forme……………………….……….……..138
b-Futur simple……………………………………………………….…......138
b-1-Futur proche du verbe « Atobe », être……….………………….……..139
b-2-Futur de choix ou de référence…………………………….…….…….139
c-Passé simple………………………………………………........….……..139
d-Imparfait……………………………………..………………….….……140

315
e-Passé composé………………………………..…………………...……..140
f-Plus-que-parfait et passé antérieur du verbe être se forment de la même
façon……………………………………………………………………….140
f-1-Plus-que-parfait et passé antérieur 2e forme……..………….………....141
f-2-Plus-que-parfait et passé antérieur 3e forme …………….….……....…141
2-Conditionnel………………………………………………….……….. ..141
2 -1-Conditionnel 1ère forme…………………….………………….…...…141
2-2-Conditionnel 2e forme…………………….……….…………….…….142
2 -3-Conditionnel d’incertitude…….………………….……………….….142
3-Subjonctif….……………………………………………………………143
3-1-Subjonctif présent…….……………………………………………....143
3-2-Subjonctif présent incertain…………………………………….…….143
3-3- Subjonctif imparfait du verbe être…………………………………...144
3-4- Subjonctif imparfait incertain………………………………………..144
4-Impératif du verbe « être »…………………………………………...…145
5-Les semi-auxiliaires du verbe être en fang……………………………...145
6-En fang, le verbe « être » est souvent omis dans certain cas………...…148

B-Le verbe « Abele », Avoir en fang……………………………….…....149


1-Mode indicatif………………………………………………………..…149
a-Présent de l’indicatif………………………………………………….…149
a-1-Présent de l’incertitude…………………………………………...…...149
b-Futur simple……………………………………………………….…….150
b-1-Futur proche…………………………………………………….…….150
b-2-Futur de préférence…………………………………………..….……150
b-3-Futur antérieur…………………………………………….….……….151
b-3-1-Futur antérieur 1ère forme………………………………….………..151
b-3-2-Forme antérieur 2e forme……………………….………………..…151
c-Passé simple…………………………………….…………...…………..151
d-Passé composé……………………………………...…………………...152
d-1-Passé Composé 1ère forme…………………………..………………...152
d-2-Passé Composé 2e forme…………………………………….………..152
e-Imparfait………………………………………………………..…….…153
f-Passé antérieur ………………………………………………..…………153
g-Plus-que-parfait……………………………………………..…………..153
2-Conditionnel……………………………………………...……………..154
2-1-Conditionnel 1ère forme……………….…………………...………….154
2-2-Conditionnel 2e forme……………….……………………..…………154
2-3-Conditionnel incertain……………….…………………………..……155
3- Subjonctif………………………...………………………………...…..155
3-1-Subjonctif présent…………………………………….........................155
3-2-Subjonctif présent incertain…………………………………….….…156
3-3-Subjonctif imparfait………………………………………………..…156
3-4-Subjonctif imparfait incertain……………………………………..….157
4-Impératif présent du verbe « abele », avoir…………………………..…157

316
5-Les semi-auxiliaires du verbe « avoir » en fang……………………..…157

XX-LES VERBES IMPERSONNELS EN FANG……………………...161

XXI-TRADUCTION DE L’OBLIGATION PERSONNELLE ET


IMPERSONNELLE EN FANG…………………………………………163

A-Obligation personnelle...…….……………….…….……………....163
1-Mode indicatif………..…………………….…………………...……….163
a-Présent de l’indicatif.…………….………………………...….…………163
a-1-Présent de l’incertitude…………………………………...………...…163
b-Imparfait…………………………………………………...…………....164
c-Passé simple……………………………………………..……………....164
d-Futur simple…………………………………………….…………….....165
d-1-Futur proche……………………………………………………….….165
d-2-Futur de choix…………………………………….…………………..166
e-Passé composé…………………………………………………………..166
f-Plus-que-parfait……………………………………………………..…...167
g-Passé antérieur………………………………………….…………..…...167
h-Futur antérieur………………………………………………….....…….168
2-Conditionnel…………………………………………………….………168
2-1-Conditionnel 1ère forme……………………………………….………168
2-2-Conditionnel incertain……………………………….………………..169
2-3-Conditionnel 2e forme……………………………….……….……….169
3-Subjonctif…………………………………...……….………………….170
3-1-Subjonctif présent…………………………………………………….170
3-2-Subjonctif présent incertain…………………………………………..170
3-3-Subjonctif imparfait……………………………...…………………...171
3-4-Subjonctif imparfait incertain…………………...……………………171
B-Obligation impersonnelle………………………………….………….172

XXII- CONCESSIF………………………………………………………175

XXIII-Temps et Modes du verbe « Afang + participe passé du verbe »


…………...……………………………………………………..………….177

XXIV- FORME PASSIVE……………………………………………….179

XXV-LA CONJUGAISON AU PASSIF………………………………...181

A-Mode indicatif du verbe « Adeghebane » : être regardé ……………181


a-Présent de l’indicatif………………………………………………..…...181
a-1-Présent de l’incertitude…………………………………………….….181
b-Imparfait de l’indicatif………………………………………………..…182
c- Passé simple de l’indicatif……………………………………………...182

317
d-Futur simple de l’indicatif……………………………………………....183
d-1-Futur proche…………….…………………………………………….183
d-2-Futur de préférence………….………………………………………...184
e-Passé composé…………………………………………………………..184
f-Plus-que-parfait………………………………………………………….185
g-Passé antérieur………….……………………………………………….186
h-Futur antérieur…………….……………………………………….........186
B-Mode subjonctif….……………………………………………………187
a-Subjonctif présent……………………………………………………….187
b-Subjonctif présent incertain……………………………………………..187
c-Subjonctif imparfait…………….……………………………………….188
d-Subjonctif imparfait incertain……………………………………….......188
C-Mode conditionnel……….……………………………………………189
a-Conditionnel 1ère forme….………………….…………………….……..189
b-Conditionnel incertain……….………………………………………….189
c-Conditionnel 2e forme……….…………………………………………..190
D-Mode impératif………………………………………….………….....190
E-Les Participes………………………………………….……….……...191
1-Le participe présent……….……………………………………..……...191
2-Le participe passé deghebane : été regardé……………..………………191
H- Quelques verbes synonymes………………..………………………..191

XXVI-TRADUCTION DU VERBE « SOUHAITER » EN FANG ...…195

XXVII-TRADUCTION DU VERBE « FINIR DE OU TERMINER


DE »………………………………………………………….…………….197

XXVIII-TRADUCTION DU VERBE « ESSAYER DE »……..……….197

XXIX-TRADUCTION DU VERBE « REVENIR DE ET ÊTRE DE


RETOUR »……………………………………………………………......199

XXX-TRADUCTION DU VERBE “MOURIR DE/ PAR”……………201

XXXI-LES VERBES D’ÉTATS EN FANG…………………………….203

XXXII- LEXIQUE DES VERBES FANG-FRANÇAIS DE A à Z… ...211

BIBLIOGRAPHIE…...…………………………………………………..309

TABLE DES MATIÈRES………………………………………………..311

318
Achevé d’imprimer par Corlet Numérique - 14110 Condé-sur-Noireau
N° d’Imprimeur : 62263 - Dépôt légal : juillet 2009 - Imprimé en France