Вы находитесь на странице: 1из 12

Vibrations libres des

barres
Modélisation par Matlab

Réalisé par :

--MOHAMMED JYA -- MOHAMED ELHAMDIA --MOHAMED


AMINE SERHANI
Introduction

L’utilisation d’outils de modélisation en acoustique et vibrations permet de prédire les chemins


vibratoires et d’implémenter des solutions de contrôle du niveau de bruit engendré. Ré- soudre l’équation
d’onde, par exemple à l’aide des Eléments Finis, est une procédure efficace en basses fréquences. En
revanche la diminution de la longueur d’onde lorsque la fréquence augmente conduit d’une part à
l’utilisation d’un maillage de plus en plus fin et d’autre part à une sensibilité accrue du système aux
différentes imperfections, qu’il s’agisse des caractéristiques du matériau ou des conditions limites (Rébillard
et al. (1997)). Ce dernier point implique la prise en compte d’incertitudes dans les méthodes Eléments Finis
(Schuëller (2006)). En hautes fréquences, la méthode SEA (Statistical Energy Analysis) donne une réponse
quadratique moyennée fréquentielle ment et spatialement pour des systèmes complexes (Lyon et al. (1995)).
Cependant l’information résultante ne concerne que des densités d’énergie moyennées à l’échelle des
différents sous-systèmes. Développée pour les moyennes fréquences, l’approche VCA (Vibrational
Conductivity Approach) initiée par Belov et al. (1977) est quant à elle basée sur une intensité acoustique ou
structurale proportionnelle au gradient de la densité d’énergie totale, ce qui mène pour cette dernière à une
équation présentant des similarités avec l’équation de la chaleur en régime stationnaire et conduit à parler
d’analogie thermique. Basée sur une hypothèse d’ondes planes décorrélées, cette approche a été appliquée
avec succès à des systèmes unidimensionnels tels

que des barres (Wohlever et al. (1992)) mais son extension à des systèmes multidimensionnels reste
problématique (Langley (1995)). Le travail présenté ici s’inscrit dans ce contexte et repose, comme d’autres
auparavant (Carcaterra et al. (1999); Djimadoum et al. (1995)), sur des grandeurs énergétiques moyennées
afin de décrire les transferts d’énergie dans les barres. L’originalité de la formulation énergétique obtenue
provient de l’écriture de conditions limites pour une intensité de structure complexe à partir de la description
des différentes jonctions par des impédances.

1
Objectif :

Modélisation des vibrations libres des barres par logiciel Matlab avec résolution des problèmes
des valeurs propres.

Regime libre
On prend comme exemple une barre encastre-libre

X0 L

2
3
4
Exemple Régime libre :
Une barre soumise à une excitation temporelle

M
5
Donc dans notre étude en va élaborer sous Matlab un programme qui calcul les fréquences
et modes de vibrations des deux exemples ci-dessous.

ENCASTRE –ENCASTRE

LIBRE-LIBRE

ENCASTRE-RESSORT-
6
ENCASTRE
Cas d’une barre élastique :

1 2

1 2 3

Forme forte :
E: module de Young [N/m2]
 : masse volumique
[kg/m3]

 u ( x, t )
2
 u ( x, t )
2 A : section [m2]
A  EA  0,  x  [0, L] u(x,t) : déplacement [m]
t 2 x 2
u
 u (0, t )  0 [Dirichlet], F (t )  EA  L  [ Neumann]
x

 u ( x,0)  0  x  [0, L], u ( x,0)  u o  x   x  [0, L]
t

Forme faible :

L L L
 2u ( x , t )  u ( x, t )  u ( x, t ) 
W    x   A dx   EA dx   EA  0
0
t 2
0
x x  x  0
L
 u ( x, t ) 
avec  EA    ( L)  F (t )   (0)   R (0)
  x 0 réaction
inconnue

7
Modèle éléments finis

 ALe  2 1  AE  1 1
Matrices élémentaires  M  
e
,  K e
 
6 1 2    Le  1 1 

W  W e  WC . L.  0
e
 e U1 
 U 
e  1
W  1
e
1  M      K    
   
Telles que :  U1  U1  

Assemblage :

Condition de Dirichlet :
Elimination ligne et colonnes.

8
Objectifs : déterminer les fréquences propres de vibration
ainsi que les modes de déformées propres associés

Méthode : calcul de valeurs et de vecteurs propres associés

« Ingrédients » : matrices de masse [M] et de rigidité [K]

9
Résolution des problèmes aux valeurs propres :

M  0

 U  t   U  e i t
  U  t      U   e
2 i t
  2  U  t  

Le calcul des valeurs propres s’obtient par la recherche des solutions


non triviales de :

  K     M    U    0
2

Soit à vérifier :

det   K    2  M    0

10
des trois

11