Вы находитесь на странице: 1из 273

Ε. Aleksandrovskaya, Ν. Losséva, Ε.

Orlova

Lire et résumer •Techn

Lire et résumer •Techn de l'écrit

LECTURE ANALYTIQU Ε
RÉSUMÉ
COMPTE RENDU
SYNTHÈSE

N STOR
ACADEMIC PUBLISHERS
Ε. Aleksandrovskaya, Ν. Losséva, Ε. Orlova

Lire et résumer
Techniques de lecrit
Пособие по реферированию на франиузском языке

Издание второе, исправленное и дополненное

Рекомендовано Учебно-методическим объединением по образованию в области


лингвистики Министерства образования и науки Российской Федерации в качестве
учебного пособия для студентов, обучающихся по специальностям направления
«Лингвистика и межкультурная коммуникация»

NgSTOR
ACADEMIC PUBLISHERS
У Д К 811.133.1(075.8)
ББК 81.2Фр-923
А 21

Рецензенты:
кафедра французского языкознания филологического факультета МГУ
им. М. В. Ломоносова (зав. кафедрой д-р филол. наук проф. И. Н. Кузнецова)·,
доц. канд. филол. наук А. Ю. Шашурина (Московский государственный
институт международных отношений (МГИМО (У) МИД РФ)

Александровская Е. Б.
А 21 Lire et résumer. Пособие по реферированию на французском
языке: Учеб. пособие/ Е. Б. Александровская, Н. В. Лосева,
Е. П. Орлова. — 2-е изд., испр. и доп. — М.: ООО «Издательство
«Нестор Академик», 2011. — 272 е.: ил.
ISBN 978-5-903262-54-0
Цель пособия — выработать у студентов навыки аналитического
чтения текста и изложения его в сжатой перефразированной форме.
Студенты обучаются технике résumé, предполагающего сокращение тек-
ста до заданного объема с сохранением логической последовательности
идей; compte rendu, то есть аналитического изложения текста с выделе-
нием основных мыслей и авторской аргументации; note de synthèse, то
есть создания собственного логически выстроенного текста, обобщаю-
щего содержание нескольких исходных документов, объединенных об-
щей тематикой.
Пособие содержит текстовый материал и структурированную систе-
му заданий и упражнений, направленных на формирование указанных
компетенций.
Пособие может использоваться для подготовки к экзаменам DELF
В2 и DALF Cl. Во 2-е издание (1-е — в 2004 г.) внесены исправления и
дополнения.
Для студентов старших курсов и аспирантов лингвистических уни-
верситетов и факультетов иностранных языков.

УДК 811.133.1(075.8)
ББК 81.2Фр-923

О ООО «Издательство «Нестор Академик», 2011


© Оформление ООО «Издательство «Нестор
ISBN 978-5-903262-54-0 Академик», 2011
ПРЕДИСЛОВИЕ
Настоящее пособие предназначено для студентов факультетов иностранных
языков лингвистических университетов, студентов старших курсов неязыковых
вузов, имеющих достаточно высокий уровень предварительной подготовки, а так-
же для учащихся старших классов школ с углубленным изучением французского
языка. Пособием могут также воспользоваться те, кто готовится к французским эк-
заменам, например к DALF.
Цель пособия — выработать у учащихся навыки реферирования текста на
французском языке, то есть краткого изложения его в структурированной и пере-
фразированной форме.
Книга представляет собой систематический курс реферирования, в котором
подробно объясняются и отрабатываются с помощью упражнений умения и навы-
ки, необходимые для понимания и сжатого изложения французского публицисти-
ческого текста — от наиболее простых приемов беглого поискового чтения к более
сложным навыкам логического анализа прочитанного, изложения своими слова-
ми основных мыслей текста, описания хода рассуждений и воспроизведения ар-
гументации автора.
Пособие состоит из пяти глав: i . Première approche du texte ; 2. Lecture attentive
du texte ; 3. Résumé ; 4. Compte rendu ; 5. Synthèse ; приложения и ключей к упраж-
нениям.
Языковой материал для упражнений в основном взят из современной фран-
цузской прессы (Le Monde, Le Figaro, Libération, Le Point, L'Express, Le Nouvel
Observateur, L'Evénement du Jeudi, Label France и других периодических изданий),
а так же из научных и публицистических произведений французских авторов. Те-
матика текстов довольно разнообразна и охватывает многие стороны жизни со-
временного общества : политику, средства массовой информации, жизнь молоде-
жи, охрану природы, кино, литературу и другие современные проблемы. При этом
преподаватели могут выбирать интересующие их тексты пособия, а также допол-
нять его текстами по специальности, используя предложенную методику.
Некоторые разделы пособия, такие как Ponctuation, Connecteurs logiques и не-
которые другие, имеют самостоятельное значение и могут быть использованы на
уроках лексики и политперевода.
Приложение (Appendice) содержит некоторый дополнительный материал, не-
обходимый для понимания текста : более полный список коннекторов, список
имен собственных с метафорическим значением, краткий словарик лингвистиче-
ских терминов, используемых в пособии, и др.
Большое количество упражнений, постепенно нарастающая сложностьзаданий по-
зволяют студентам научиться уверенно понимать и реферировать достаточно сложные
публицистические, полемические, научные тексты, которые не представлены в доста-
точной степени в традиционных отечественных учебниках французского языка.

МЕТОДИЧЕСКАЯ ЗАПИСКА

В настоящее время реферирование (résumé, compterendu и synthèse) получило


широкое распространение в практике преподавания французского языка как во
французской, так и в отечественной методике. Résumé представляет собой сжатие
текста до заданного объема, при котором сохраняется логическая последователь-
ность идей и система высказывания исходного текста. Этот вид работы предпола-
гает понимание исходного текста как целого, навыки обобщающего чтения и логи-
ческого анализа прочитанного, а также умение создать на базе исходного новый
текст на изучаемом языке, используя не только основной лексико-грамматический
материал, но и лингвистические средства построения связного текста (логические
коннекторы, прономинализацию и др.).

Приступая к résumé, следует прочитать исходный текст несколько раз. При первом
знакомстве с текстом необходимо обратить внимание на следующие моменты :
• название, автор, источник, дата написания текста,
• если это отрывок, то из какого произведения он взят,
• тип текста (повествовательный, описательный, информативный, аргумента-
тивный),
• тон текста (нейтральный, иронический, полемический),
• типографические особенности оформления, особенно если это газетная статья
(название рубрики, подзаголовки, выделение курсивом или жирным шрифтом),
• деление на абзацы.
Полученная таким образом информация помогает учащемуся правильно
сориентироваться в тексте.
Навыки первого подхода к тексту тренируются с помощью специальных упраж-
нений в первой главе пособия (Première approche d'un texte). Здесь содержатся
также задания, развивающие навыки беглого поискового чтения, необходимые
студентам в их будущей профессиональной деятельности при работе с документа-
ми, прессой, Интернетом на французском языке.

Второе прочтение текста имеет целью понимание текста в целом : его тему,
основную мысль, аргументацию автора.
Во время внимательного аналитического чтения учащийся, с одной стороны,
запоминает прочитанную информацию, накапливающуюся по мере чтения, а с
другой — строит гипотезы относительно дальнейшего содержания. Эти гипотезы-
ожидания основываются на типе текста, на его содержании (уже прочитанном), на
семантико-синтаксических моделях организации текста (так, d'une part позволяет
предположить в дальнейшем тексте d'autre part, non seulement предполагает mais
encore и т. д.). На этом этапе работы с текстом анализируются, во-первых, лексиче-
ские поля и, во-вторых, слова-связки, или логические коннекторы. Анализ лексиче-
ского поля позволяет определить тематические центры текста. Коннекторы — логи-
ческие и хронологические — помогают понять структуру текста и ход мысли автора.
Весьма важным для адекватного понимания текста является также умение пра-
вильно определить систему высказывания (système d'énonciation), что включа-
ет следующие моменты: от какого лица написан текст, есть ли в тексте явное или
скрытое цитирование, как автор текста относится к цитируемой мысли — разделя-
ет или опровергает.
Упражнения, направленные на понимание текста, содержатся в второй главе —
Lecture attentive du texte.
Итак, после внимательного прочтения текст должен быть понят в целом. На этом
этапе понимание может быть проконтролировано и уточнено вопросами препода-
вателя, при этом вопросы должны быть направлены на ключевые моменты текста,
как в тематическом плане, так и в плане его логической организации. После этого
составляется план, который удобно представить в виде схемы из ключевых слов
или фраз и коннекторов, отражающих логические связи между ними.

Следующий этап работы — создание собственного текста-résumé. Он включает


сжатие исходного текста путем устранения частностей, повторов, примеров, а так-
же переформулирование, так как дословное цитирование исходного текста не до-
пускается. Упражнения, вырабатывающие соответствующие навыки, содержатся
в третьей главе — Résumé. Здесь представлено несколько специально обработан-
ных текстов для подготовленного реферирования (résumé dirigé). Обработка этих
текстов представляет разные возможные подходы к реферируемому тексту: ре-
ферирование по абзацам (для текстов, которые допускают такую возможность),
по плану, по логической схеме, по вопросам. Это дает преподавателю и студен-
там определенную свободу в выборе методики работы над текстом. В конце главы
предлагаются тексты для самостоятельного реферирования.

Четвертая глава посвящена Compte rendu. Этот вид работы, хотя и предполага-
ет владение всеми умениями и навыками, необходимыми для написания résumé,
имеет все же и некоторые особенности. В четвертой главе дается определение
этих двух видов сжатия текста и на примере объясняются сходства и различия
между ними. С помощью упражнений и текстов отрабатываются навыки написания
введения, в котором следует кратко представить текст и его автора. Затем пред-
лагается необходимый лексический аппарат для адекватного описания хода рас-
суждений автора текста (различные глаголы речи, суждения и оценки типа estimer,
constater, s'interroger, évoquer, approuver, dénoncer, a также такие формулы как
selon l'auteur и др.). Соответствующие навыки отрабатываются на упражнениях
и коротких текстах. Приводятся примеры возможной логической или хронологи-
ческой реорганизации исходного текста, что иногда является целесообразным
при написании compte rendu.
В конце четвертой главы предлагаются тексты для compte rendu разнообраз-
ной тематики и разного уровня сложности (уровень сложности обозначен звез-
дочками).
Тема пятой главы — Synthèse. Этот вид реферативного представления матери-
ала требует владения умениями и навыками работы над résumé и compterendu,
но и обладает своими особенностями. В главе дается подробное описание тре-
бований к synthèse, описываются этапы работы над материалом. Ключевым эта-
пом этой работы является внимательное и неоднократное чтение документов для
определения их общей темы и основного содержания. При чтении подборки доку-
ментов полезно найти такую их последовательность, которая была бы удобна для
обобщенного представления материала. Следующий этап работы — составление
плана, основные части которого должны определять главные идеи (или информа-
цию), содержащиеся в подборке документов в соответствии с логикой построения
synthèse, избранной составителем. При этом следует избегать дробления содер-
жания на большое количество частей. Наконец, на заключительном этапе — рабо-
те над текстом synthèse — необходимо строго следовать плану и следить за связ-
ностью и логикой текста.
В главе представлены три подборки документов, обработанные в разной сте-
пени: одна обработана полностью: выделены основные и второстепенные идеи
(информация), составлен план, дается текст synthèse. Две другие обработаны ча-
стично и учащимся предлагается восполнить недостающие этапы работы.
В конце пятой главы предлагаются подборки документов для самостоятельного
реферирования.
Авторы

СВЕДЕНИЯ ОБ АВТОРАХ
Александровская Елена Борисовна. Окончила филологический факультет МГУ
им. M.В. Ломоносова и аспирантуру этого факультета. Автор ряда учебных посо-
бий и учебников, в том числе курса французского языка «Le français.ru» Αι, Α2, Βι.
Кандидат филологических наук, профессор МГИМО (У).

Лосева Наталья Владимировна. Окончила Московский государственный линг-


вистический университет. Автор ряда учебных пособий и учебников по француз-
скому языку специальности (политология), а также курса французского языка
«Le français.ru» Αι, Аг, Βι. Кандидат филологических наук, доцент МГИМО (У).

Орлова Елена Петровна. Окончила факультет иностранных языков Москов-


ского государственного педагогического университета. Автор ряда пособий по
французскому языку специальности (политология), а также нескольких переводов
с французского языка. Доцент МГИМО (У).
CHAPITRE І
PREMIÈRE APPROCHE D'UN TEXTE

REPÈRES TYPOGRAPHIQUES
Lorsque vous abordez un texte, vous disposez dès le premier coup d'oeil d'un cer-
tain arsenal de repères typographiques :
• titres (surtitres, sous-titres, chapeaux, intertitres) ;
• caractères : majuscules, gras, italiques ;
• ponctuation.
Photos, dessins et schémas facilitent aussi la lecture et la compréhension d'un
texte. Il faut également faire attention au nom de l'auteur. S'il s'agit d'un personnage
célèbre ou si l'indication du nom s'accompagne de quelques remarques sur le titre ou
le poste occupé par l'auteur, cela peut aider à situer le texte et à mieux comprendre
la position de l'auteur. La division du texte en paragraphes a aussi une grande im-
portance. Mais ce facteur n'entre pleinement en jeu que lorsqu'il s'agit de la lecture
attentive du texte.

§ 1 . TITRES

Le titre est en caractères gras, le plus souvent en majuscules ou en minuscules de


grande taille et situé en tête de l'article. Le titre a une double fonction : d'une part,
il sert à informer le lecteur sur le contenu du texte (titre informatif), d'autre part, il
a pour objectif d'attirer l'attention du lecteur, parfois de l'intriguer (titre incitatif).
Dans ce deuxième cas, le titre peut être drôle ou énigmatique, il peut contenir des
allusions, des jeux de mots ou des palimpsestes (expressions figées, proverbes, cita-
tions sciemment défigurés).
Le titre de rubrique sert à orienter le lecteur en précisant à quel domaine se rap-
porte l'information donnée dans l'article.
Le surtitre. Placé au-dessous du titre de rubrique et au-dessus du titre, il sert à si-
tuer les faits dans un contexte plus étroit.
Le sous-titre. Situé immédiatement sous le titre, il sert à l'expliquer (surtout dans
le cas du titre incitatif) ou à apporter des précisions au lecteur.
Le chapeau est situé sous le titre ou le sous-titre ; il constitue une explication sous
forme d'un court texte. C'est, en quelque sorte, un petit résumé de l'article.
Les intertitres se situent à l'intérieur du texte et introduisent ses différentes par-
ties ou résument partiellement les idées du texte. Les intertitres servent de points de
repère et facilitent la lecture surtout quand il s'agit de parcourir l'article à la recherche
d'une certaine information sans entrer dans les détails de son contenu. Or le choix
des intertitres est souvent très arbitraire. Il ne faut jamais se fier aux intertitres pour
faire le plan de l'article ou présenter les idées du texte.
La structure du titre peut être plus ou moins compliquée et inclure un nombre plus
ou moins grand de composants.

EXEMPLE 1

titre de rubrique — LETTRES


surtitre- Livres pour la jeunesse
titre — Gallimard et Bayard : un mariage heureux
chapeau — Avec ce nouveau partenariat, les deux éditeurs
pourraient devenir le numéro un du marché français.

Sans même avoir lu l'article, on sait de quoi il est question. Pourtant, remarquez
que le titre, à lui seul, ne suffirait pas à nous informer sur le contenu de l'article.
Certes, les noms des deux grandes maisons d'édition Gallimard et Bayard sont bien
connus pour les lecteurs français. Or un lecteur étranger peut ne pas identifier du
premier coup d'œil ces deux noms propres. Et l'expression « mariage heureux» ne
dit rien de précis même à un lecteur averti. Ce sont le surtitre et le chapeau qui vont
combler ces lacunes. Le titre de rubrique et le surtitre servent ensemble à situer l'in-
formation dans un cadre très précis, celui de l'édition des livres pour les jeunes. Le
chapeau explique qu'il va s'agir d'un certain accord conclu et d'un certain projet lancé
par deux maisons d'édition et que cet événement est d'une grande importance parce
qu'on assiste à la naissance du numéro un du marché français. On comprend donc
beaucoup de choses sans même avoir lu l'article.

EXEMPLE 2

surtitre- Rendez-vous d'hommes


titre — Le sacre du Printemps
chapeau — Révolution haussmannienne avec l'inauguration ce soir
du Printemps de l'Homme qui consacre 7000 mètres carrés
à l'univers masculin après un an de travaux.

Ici vous avez l'exemple d'un titre incitatif. Le sacre du Printemps est le titre bien
connu d'un ballet de Stravinsky. Mais l'article ne va pas parler du théâtre. On le com-
prend tout d'abord en regardant le surtitre qui même s'il n'est pas non plus tout à fait
clair, ne contient aucune allusion aux spectacles. Puis le mot Printemps qui com-
mence par une majuscule constitue encore un signe qui nous fait deviner qu'il s'agit
probablement d'un palimpseste. (D'après l'usage, en français si le titre d'un livre,
d'un ouvrage, etc. comporte plus d'un mot, seul le premier mot prend la majuscule
au début.) C'est le chapeau qui apporte les précisions sur le contenu de l'article qui
va parler de l'élargissement du célèbre grand magasin parisien Printemps inaugurant
un nouveau bâtiment entièrement consacré aux hommes. Le magasin se trouve bou-
levard Haussmann, d'où l'adjectif haussmannien.

EXERCICE 1 . Observez la structure des titres suivants. Dites à quoi sert chacune des
composantes. Relevez les jeux de mots s'il y en a. Dites de quoi il est question dans les
articles ainsi intitulés.

ι. ARTS ET SPECTACLES
C'est le bouquet !
Evénement de la rentrée : à 82 ans, le grand comédien Michel Bouquet
reprend « Le Malade imaginaire », qu'il avait déjà joué en 1987. Plus enforme que jamais.

2. MÉDIAS
« Plein les yeux » , la tête vide
TF1, 20H55. « Plein les yeux », un bêtisier maquillé
en magazine d'information

3. LIVRES
Le grand Charles au galop
Le deuxième tome de la biographie de De Gaulle signée Max Gallo.
Puisée aux meilleurs sources. Vite bouclée, pas bâclée...

4. Avant l'élection du directeur général


L'Unesco doit être une boussole
L'Organisation a pour vocation d'accueillir les grands débats culturels,
scientifiques et philosophiques qui structurent l'avenir de l'humanité.

5. F E S T I V A L DE V I A R E G G I O
Vers un carrefour du cinéma européen
Liv Ullmann, Monica Bellucci et Ettore Scola
ont été récompensés.
6. Publicité
Ma marque est Bond, James Bond
Personnage mondialement connu, l'agent 007 est particulièrement recherché par les
marques, qui l'utilisent abondamment dans leur communication.

7. Dégradation de la langue française


Le « J'accuse » de Maurice Druon
Pour le secrétaire perpétuel de l'Académie française les pédagogues d'après mai 1968
sont largement responsables de la mauvaise pratique de notre langue.

8. LE P R E M I E R M I N I S T R E Q U E B E C O I S EN V I S I T E À P A R I S
Québec : le pari des immigrants français
Ils sont près de deux mille à venir chaque année,
mais la Belle province n'est pas la terre promise.

9. ENQUÊTE
Génération anti-Front
Contre le « F haine ». Beaucoup d'étudiants et de lycéens se retrouvent dans
ce combat. Rencontre avec ces jeunes à la recherche d'une autre voie
que le militantisme à la papa.

9-ТГ
EXERCICE 2. Reliez chaque titre de la colonne 1 au titre de rubrique correspondant
(colonne 2).

1. Les Norvégiens achètent suédois A. Audiovisuel


2. À Orsay, les chefs-d'œuvre d'une collection B. Tourisme
3. Pays basque : les partisans C. Économie
du département ne désarment pas D. Justice
4. Dix ans de réclusion pour Christine Malèvre E. Météo
5. Des navettes fluviales pour desservir Notre-Dame F. Culture
6. Les syndicats veulent en savoir plus G. Décentralisation
7. Ballet diplomatique avant la réunion de l'ONU H. International
8. Le froid s'installe en Scandinavie I. Social
9. Vingt siècles d'histoire de la capitale sur un cédérom
8—τ
EXERCICE 3 . Remettez dans l'ordre les composants des titres. Argumentez votre choix.
Quels caractères choisiriez-vous pour chacun des composants ?
1.
— Faire pousser des dents à partir de cellules souches
— Odontologie
— Sciences Médecine
— Les chercheurs travaillent sur la fabrication de « dents biologiques » qui rempla-
ceraient implants, bridges et appareils.

2.
— Le Net se féminise
— La parité gagne les sites
— Multimédia

— Depuis trois mois, 4 2 % des connections ont été faites par des femmes.


— Hold-up au lance-roquettes
— Notre vie
— Les malfaiteurs ont dévalisé un fourgon de transport de fonds.
— Quinze millions de francs dérobés en plein jour à Marseille

8—г
EXERCICE 4 . Expliquez les titres suivants. Relevez les jeux de mots.

1. Le juge Jean-Pierre d'achoppement

2. Ce que je croate
L'entraineur en chef de la sélection française de football fait des pronostics la
veille du match France — Croatie.

3. Pas de peur bleue au Brésil


L'article a été publié avant le match final de la Coupe du Monde entre l'équipe
brésilienne et les Bleus (sélection française).

4. Sylvain Augier
Mots pour maux
L'animateur a connu un terrible accident en 1988. Le début d'un calvaire qui l'a
obligé à utiliser la morphine. Il a décidé de tout raconter dans un livre.

5. Flagrant Daehli
Le skieur norvégien Bjorn Daehli remporte à Nagano sa sixième médaille d'or
olympique.
6. SeiUière et c'est demain
Il paraît que le chef du patronat français Ernest-Antoine Seillière est un partisan de
l'entreprise moderne.

7. Fric du sud
L'Afrique du Sud élargit le commerce des armes.

8-ТГ
EXERCICE 5. Reliez chaque titre de la colonne 1 à l'explication correspondante
(colonne 2).
1. My fer Lady A. À propos de la biographie du boxeur
2. Les Verts voient rouge Mike Tyson
3. Grosses têtes, mode d'emploi B. Sondage sur les SDF 1
4. Poing à la ligne C. À propos de la biographie de Mme
5. Sonde de cloche Thatcher
6. Une question de vidéo ou de mort D. La colère des écologistes
E. Les difficultés du marché des films
vidéo
F. Comment former les surdoués

EXERCICE 6 . Trouvez un titre de rubrique, un titre et un sous-titre pour l'article


qui suit.
Pour la première fois, un ouvrage du célèbre dissident russe Alexandre Soljénit-
syne devient un opéra : après avoir été porté à la scène, au théâtre de la Taganka,
à Moscou, dès 1998, Le Premier Cercle a été mis en musique par le compositeur fran-
çais Gilbert Amy, q u i a écrit lui-même le livret. Lever de rideau mercredi soir, à l'Opéra
national de Lyon. Détesté par les uns, révéré par les autres, Alexandre Soljénitsyne,
est de nouveau écouté partous, devenu au fil du temps une sorte de conscience pour
la Russie.

EXERCICE 7. Même devoir


Rosetta était un phénomène de cinéma ; c'est devenu un fait politique. Au fur et
à mesure du succès public de cette palme d'or, dont l'ampleur s'annonce étonnan-
te pour un film sans musique, sans star et sans effets spéciaux, racontant caméra
à l'épaule la lutte mortelle d'une jeune fille pour trouver un emploi, un mythe prend
corps. En Belgique, les lois contre l'exclusion récemment proposées par le gouverne-
ment ont été nommées les « lois Rosetta ». Bientôt on verra les comités de chômeurs,
les cortèges syndicaux, les piquets de grève agir sous l'emblème inattendu — bouille
ronde et regard buté — de la jeune chômeuse belge. Au cœur de cette Europe qui
pense sortir de la crise, les frères Dardenne ont créé un personnage de légende, à mi-
chemin de Cosette et de Gavroche, le lyrisme en moins, le désespoir en plus. Du

1
SDF (Sans domicile fixe) — лицо без определенного места жительства.
coup, l'effet Rosetta va se déployer sur la scène démocratique comme un réquisitoire.
Quoi ! Alors que le siècle s'achève, que la modernité sert d'horizon au continent, que
la bourse monte au paradis, c'est une héroïne ramenée aux humiliations du siècle
dernier, le personnage d'un Zola cinéaste, une adolescente contrainte à l'inhumanité,
une combattante rendue implacable par l'élémentaire nécessité sociale qui envahit
l'imaginaire européen. Alors que, depuis un siècle, le niveau de vie a centuplé, l'État-
providence s'est installé, la technique a tout transformé et la production a tout trans-
figuré. Terrible échec de la civilisation de l'abondance, qui sacrifie encore une fois ses
soutiers à la marche radieuse vers la « nouvelle économie ».

§ 2 . CARACTÈRES

Les majuscules sont souvent utilisées pour donner plus d'importance aux titres et
aux sous-titres, pour attirer l'attention du lecteur sur un événement ou une rubrique
particulière.
Les caractères gras sont utilisés pour mettre en relief un mot important, pour atti-
rer l'attention du lecteur sur ce mot ou cette expression.

Le premier ministre a dit, dans son intervention récente, que l'État ne peut plus
gérer l'économie. Serait-ce le début de la sagesse et un grand pas vers l'évidence que
l'État ne peut pas gérer l'économie ?

Les caractères italiques sont utilisés pour citer des titres des ouvrages, des pé-
riodiques ou des articles ; ainsi que des phrases produites par d'autres personnes et
citées par l'auteur. Or lorsqu'une citation fait partie d'un titre mis en gras et en majus-
cules, elle est prise entre guillemets (« »).

Le premier ministre a eu cette réponse sibylline : « On va trouver une solu-


tion. »

Faut-il brûler l'ONU ? Dans son livre-témoignage Mes années dans la maison de
verre, l'ancien secrétaire général de l'Organisation décrit les déchirements qui ont
été souvent à l'origine de l'impuissance des Nations unies.

Les caractères à utiliser sont plus ou moins librement choisis par la rédaction du
journal. Par exemple, Le Monde met en gras et en majuscules le premier mot de cha-
que article. Le Figaro emploie les caractères italiques pour les chapeaux des articles.
Le Nouvel Observateur met les titres des ouvrages et des journaux entre guillemets
sans avoir recours aux italiques, etc.
Le changement de caractères facilite la lecture rapide. Quand on parcourt un ar-,
ticle à la recherche de son idée principale et de son contenu global, on fixe son at-
tention avant tout sur les mots et les passages mis en gras car ils contiennent ce que
l'auteur considère comme essentiel dans son article. La découverte des mots et des
passages en italique dans le corps de l'article permet d'identifier les sources d'après
lesquelles le sujet est traité.
Ainsi pouvons-nous formuler quelques conseils pratiques pour la lecture rapide
d'un article :
• renseignez-vous pour apprendre le titre du journal où l'article a paru, le nom de
son auteur et la date de parution ;
• lisez attentivement les titres et le chapeau, ce qui doit vous permettre de vous
faire une idée sur le sujet de l'article et la thèse défendue par l'auteur ;
• observez les intertitres qui constituent quelques points de repère et facilitent la
lecture rapide ;
• parcourez l'article en faisant particulièrement attention aux caractères gras et
italiques.

EXERCICE 1. Observez l'emploi des caractères dans le fragment d'article suivant.


« La Guerre des étoiles » est déclarée
À minuit et une minute, à Paris et en province, les spectateurs ont afflué dans plus
de deux cents salles qui projetaient La Menace fantôme, premier des trois nouveaux
épisodes de La Guerre des étoiles réalisée par George Lucas.
Film phénomène à l'échelle planétaire, il a bénéficié de la première campagne
publicitaire orchestrée sur Internet avec près de 300000 adresses.

EXERCICE 2 . a) Même devoir.


Rio un peu
Un boulangersans instruction de 27 ans a réussi les examens d'entrée de deux uni-
versités privées de Rio de Janeiro en cochant au hasard des réponses dans un ques-
tionnaire à choix multiples. «L'idée d'envoyer un analphabète passer des examens est
venue d'un étudiant en journalisme qui voulait démontrer le mercantilisme à tous crins
de l'enseignement privé brésilien », lit-on dans Libération du 19 décembre 2001.
Au risque de faire prospérer la race des analphabètes à concours ?
b) Relevez le jeu de mots dans le titre et dans le texte de l'entrefilet.

E X E R C I C E 3 . a ) Observez attentivement les titres et l'image qui précèdent l'article sui-


vant. Répondez aux questions.
Qui est un licencié ?
Qu'est-ce que c'est qu' un coup de tête ?

b) Que veut dire le verbe rebondir dans ce contexte ? Choisissez parmi les variantes
proposées :
A. faire un bond (un saut) ;
B. se renouveler ;
C. revenir à la vie normale ;
D. se retrouver au chômage de nouveau.
c) Pouvez-vous formuler vos hypothèses sur le sujet de l'article ? Laquelle des formules
proposées résume le mieux le sujet ?

A. Le chômage des jeunes en France ;


B. La crise économique aggrave la situation des chômeurs ;
C. Les conseils aux personnes licenciées et à la recherche d'un emploi ;
D. La mise en garde contre les licenciés qui constituent une menace pour l'ordre
public.

d) Observez la présentation du texte. De quelle façon le texte est-il structuré ? Quels


sont les types de caractères employés dans le texte ?

e) Parcourez chacun des paragraphes de l'article et essayez de dire en gros de quoi il


s'agit.

Emploi-Management

L I C E N C I E ? LES D I X B E T I S E S A NE PAS FAIRE

Attention aux coups de tête du licencié ! Rebondir implique d'abord


de prendre son temps pour faire son deuil et se préparer.
PAR VALERIE PEIFFER

« C'est invraisemblable ! Après l'anno- mêmes conseils qui reviennent dans la bou-
nce de leur licenciement, la majorité des ca- che des recruteurs de tout poil. Des précep-
dres commettent invariablement les mêmes tes qui devraient figurer dans les « Tables de
erreurs. » Guillaume Astier, coach indé- la loi » de tout chercheur d'emploi.
pendant, sait de quoi il parle. Longtemps PREMIER C O M M A N D E M E N T :tu fe-
consultant bénévole pour le compte de son ras ton deuil. Ainsi, sauf dans le cas d'une
ancienne école, l'Essec1, il a vu défiler de atteinte grave à ses droits, il est souvent
nombreux cadres qui, récemment licenciés, vain de vouloir se venger de son ancien em-
s'élançaient sans filet sur le marché du tra- ployeur. « J'ai vu des cadres s'éreinter dans des
vail. Or chercher un nouvel emploi est un procès sans fin pour rien », explique Guillau-
métier qu'il faut apprendre. Et si, dans le do- me Astier. Mieux vaut négocier son départ
maine du recrutement, il n'y a que des cas avec clairvoyance pour obtenir des com-
particuliers, ce sont néanmoins souvent les pensations utiles comme les services d'un
cabinet d'outplacement.

*
DEUXIÈME C O M M A N D E M E N T : tu
ne confondras pas vitesse et précipita-
tion. Mieux vaut éviter ce que font trop de
cadres tout juste licenciés : se lancer dans
un activisme forcené pour se donner bonne
conscience et ne pas sombrer dans le « blues
de l'inactivité ». « Il faut résister à la tentation
de décrocher son téléphone et d'annoncer

1
Essec — École Supérieure des Sciences Économiques et Commerciales.
à tous la nouvelle de son licenciement, prêche SIXIÈME COMMANDEMENT : tu te
un consultant en recrutement. Gardez à l'es- prépareras aux entretiens. Eh oui, com-
prit que même votre ami d'enfance ne sait pas me à l'école ! Se vendre en cinq minutes ne
en quoi consistait votre travail et ne peut donc s'improvise pas. Mais, après plus-de dix ans
pas vous aider. » passés dans une entreprise, certains cadres
TROISIÈME COMMANDEMENT : tu ont du mal à renouer avec cet exercice déli-
feras le point. Les bilans de compétences cat. « Les candidats sont souvent mal préparés.
sont faits pour cela. Il faut se donner le temps Soit ils viennent la fleur au fusil, en touristes,
de la réflexion pour se poser les bonnes ques- soit, quand le poste les intéresse vraiment, ils
tions. La première interrogation à laquelle sont trop stressés ! explique Jean-Philippe Ba-
doit se soumettre tout demandeur d'emploi ruch, consultant senior chez AC Consultants.
est simple : qu'est-ce que je sais faire ? Y ré- En général, nous sommes obligés de former les
pondre, c'est se donner du baume au cœur candidats qui nous intéressent pour les entre-
pour la suite... Deuxième question : qu'est-ce tiens qu'ils devront passer chez nos clients. »
que je veux faire ? « Le cadre ne peut pas faire SEPTIÈME COMMANDEMENT: tu
l'économie de réfléchir sur ses envies. Certains garderas la tête froide. En dépit des ques-
se rendent compte que leur emploi passé ne tions pièges, il faut être capable d'engager
leur correspondait pas », note un consultant. un véritable dialogue : un entretien n'est pas
Enfin, la troisième question, qu'est-ce que je un oral du bac. D'où l'intérêt d'avoir refléchi
peux faire ?, résulte de la confrontation des et analysé son licenciement. Car la question
réponses aux deux premières. « Pourquoi avez-vous été licencié ? » ne
QUATRIÈME COMMANDEMENT : manquera pas de venir sur les lèvres du re-
tu prendras ton temps pour rédiger ton cruteur. Y être préparé, c'est éviter de perdre
CV1. Cet outil est indispensable, mais il est pied...
nécessaire d'en trier les informations. Com- HUTIÈME COMMANDEMENT: tu
mencer son CV par « Centrale promo 63 », pèseras ta reconversion. Les discours du
comme certains cadres le font, n'est pas re- type « qu'à cela ne tienne, je suis un bat-
commandé. Même si les écoles ont la cote en tant, l'informatique marche, je me lance »,
France, un diplôme vieux de plusieurs an- risquent de déboucher sur bien des désillu-
nées ne signifie souvent plus rien. En outre, sions.
« beaucoup de CV sont encore trop détaillés. NEUVIÈME COMMANDEMENT : tu
Les candidats doivent savoir que le temps éviteras le tunnel des formations. Et si ja-
qu'un recruteur consacre à chaque CV est mais on se lance, mieux vaut vérifier, d'une
d'environ 11 secondes, explique Annie Santa- part, la qualité de la prestation proposée,
maria, associée du cabinet Etap. Ce qui fait d'autre part, sa pertinence en termes de dé-
la différence, c'est la capacité à présenter son bouché.
expérience defaçon synthétique. » DIXIÈME COMMANDEMENT: tu
CINQUIÈME COMMANDEMENT : n'hésiteras pas à te faire aider. Nombreux
tu sélectionneras. Il est en effet nuisible de sont les associations et organismes spéciali-
répondre aux annonces à tort et à travers. sés (Apec, agences cadres de l'ANPE 2 .) qui
A semer des candidatures à tout vent, on ne permettent aux cadres de se regrouper. Ils
récolte que des réponses négatives qui nour- offrent des formules pour les aider à optimi-
rissent le pessimisme. Or rester convaincu ser leur démarche.
de sa valeur est essentiel. LE POINT

1
CV (curriculum vitae) — автобиография при приеме на работу.
2
ANPE — Agence nationale pour l'emploi.
EXERCICE 4 . Observez les titres de l'article « McDo' à « l'hosto ». Commentez l'emploi
des caractères. Vous avez 15 secondes pour retrouver les auteurs des propos cités dans
l'article. Vous avez 3 0 secondes pour parcourir l'article et dire de quoi il est question.

Le géant américain de la restauration rapide


projette de s'implanter dans une clinique
d'Aix-la-Chapelle, en Allemagne

McDo' à « l'hosto »

On n'arrête pas le progrès. tent. Aux États-Unis, nous avons commencé ce


McDonald's serait sur le point d'être type de pratiques dans les aéroports, les aires
admis à l'hôpital. Non que le gentil clown d'autoroute et les galeries marchandes (...). En
Ronald soit malade. Le petit bonhomme au Allemagne, après avoir multiplié les points de
tee-shirt rayé et aux cheveux rouges se porte vente dans les stations d'essence et les grandes
comme un charme. S'il n'est pas souffrant, surfaces, nous envisageons de nous attaquer au
que vient-il faire à l'assistance publique ? créneau des universités et des hôpitaux. À cet
effet, nous avons tâté le terrain, non sans succès,
Universités et hôpitaux du côté d'un établissement hospitalier d'Aix-la-
La réponse se trouve en excellente place Chapelle. » S'empiffrer de Big Mac au froma-
dans les pages économiques de l'hebdoma- ge fondu, de maxi-frites à la mayonnaise entre
daire allemand Welt am Sonntag — l'équiva- un scanner du foie, une ablation de la rate et
lent de notre Journal du dimanche. Interrogé un bilan lipidique ne tiendrait plus du plus pur
sur ses perspectives de développement, le des fantasmes. De quoi faire se retourner l'es-
président du géant de la restauration rapide, tomac des ardents défenseurs de la « bonne
Jack Green-berg, a déclaré hier qu'il en- bouffe ». « Ne nous emballons pas », tempère
tendait s'implanter dans une clinique d'Aix- le chef de service de nutrition de l'Hôtel Dieu
la-Chapelle. à Paris, le professeur Bernard Guy-Grand.
« Depuis quelques années, nous essayons de « II va sans dire qu'en matière de diété-
nous installer là où les gens travaillent et achè- tique l'hôpital devrait montrer l'exemple. On
peut reprocher à McDonald's
de ne pas tenir au corps, de
manquer de diversité, de dé-
structurer les repas, mais je ne
suis pas certain qu'un hambur-
ger soit forcément plus terrible
pour l'organisme qu'un onglet
à l'échalote. C'est l'abus et l'ac-
cumulation qui tuent. Et puis
qui sait ? Peut-être que le géant
américain est en train de nous
concocter un modèle de menu
sain et équilibré. Il en a en tout
cas les moyens !

Anne-Marie REVO
E X E R C I C E 5 . Observez la présentation typographique de l'article « Face aux risques
majeurs ». Essayez de définir le sujet en vous basant sur les titres. Dressez le plan de
l'article en supposant que la partie qui précède le premier intertitre est une introduc-
tion et que les deux intertitres marquent deux grandes unités de sens. Parcourez la der-
nière partie du texte pour retrouver la réponse à la question « Quels moyens ? ».

FACE A U X R I S Q U E S M A J E U R S

La société du XXI siècle doit pouvoir identifier ces risques


Cela ne pourra se faire que dans le cadre
d'une coopération internationale
PAR PIERRE VELLAS

L es dramatiques tremblements de ter-


re qui viennent de faire des centaines
de victimes en Turquie, en Grèce,
à Taiwan, attirent l'attention sur la néces-
sité de protéger notre société des risques
pulation mondiale située sur les « grandes li-
gnes de discontinuité et de fracture de l'écor-
ce terrestre », notamment San Francisco, Los
Angeles, Mexico, Téhéran, Le Caire, Tokyo,
Taiwan.
majeurs qui la menacent et qu'il serait re- • Risques nucléaires, présents aux dif-
grettable de sous-estimer. férents maillons de la chaîne nucléaire, de la
Des mesures s'imposent, d'identifica- recherche à l'exploitation civile ou militaire
tion, d'évaluation, de prévention, de protec- et au stockage des déchets.
tion, par conséquent de gestion des risques • Risques climatiques, consécutifs no-
majeurs, qu'ils soient consécutifs aux com- tamment à l'effet de serre et au réchauffe-
portements de l'homme ou qu'ils résultent ment de la planète, dont les effets sont iné-
de phénomènes naturels. luctables, selon les experts de l'Organisation
météorologique mondiale, qui prévoient
Un long catalogue une augmentation de 1 à 3,5 centigrades au
• Risques géologiques, qui menacent cours du siècle prochain, avec des consé-
l'existence d'une partie importante de la po- quences catastrophiques telles que la fonte
des glaciers arctiques et antarc-
tiques, la montée du niveau des
eaux, les terres inondées, le dé-
placement des courants marins
notamment le Golf Stream, des
modifications dans la santé hu-
maine, la faune, la flore, la dé-
sertification, une dégradation
des conditions de vie, de la crois-
sance économique. C'est-à-dire
un risque qui concerne plusieurs
centaines de millions d'hommes
et dont les conséquences politi-
ques sont considérables.
• Risques dus à la prolifé-
ration d'armes de destruction
massive : virus, bombe H, gaz
toxiques. Faciles à produire
pour la plupart, elles permet-
tent à des pays dépassés dans la
course aux armements de com-
bler leur retard !..
• Risques résultant de
pillages informatiques ou
de virus, pouvant paralyser le
fonctionnement des entrepri-
ses, des services essentiels, des
forces armées...
• Risques cosmiques, que
l'on ne peut pas négliger malgré
leur faible probabilité, provo-
qués par l'impact d'un astéroïde
ou d'une comète de grande di-
mension, comme ceux auxquels
sont imputés des bouleversements de grande fonction de leur nature, de leur importance,
ampleur subis par la Terre il y a 4.4 milliards de leur probabilité.
d'années et qui ont provoqué, par morcelle-
ment, la constitution de la Lune. Ou les as- Quels moyens ?
téroïdes, plus modestes, qui ont marqué de Cela ne pourra se faire efficacement que
leurs impacts de nombreuses régions de no- dans le cadre d'une coopération internatio-
tre planète, notamment la météorite géante nale entre services chargés de mieux connaî-
qui, le 30 juin 1908, a ravagé 2 000 km 2 en tre chaque risque, disposant pour cela des
Sibérie. Sans parler de celui, plus hypothé- moyens financiers, scientifiques et techni-
tique, qui aurait transformé le climat sur
ques nécessaires.
terre, la flore et la faune, mettant fin à l'ère
À cette action, qu'il convient de soute-
des dinosaures.
nir, de nombreuses institutions contribuent
C'est pourquoi un programme de re- en fonction de la nature des risques consi-
cherche américain a pour but l'utilisation dérés, notamment en France la cellule de
dans l'espace d'armes nucléaires ou neutro- CNRS chargée des risques collectifs, l'Insti-
niques, destinées à détruire tout corps céles- tut européen de cyndinique, aux États-Unis,
te menaçant la Terre : « L'humanité restera la Risk and Insurance Management Society,
ainsi aux aguets, nomade menacé scrutant les qui compte plus de 8 000 membres et, dans le
espaces infinis afin de reconnaître à temps la cadre des Nations unies, la mission chargée
mort sous les traits d'un hasard de trajectoi- de la Décennie de la prévention des catastro-
re. » (Jacques Attali) phes naturelles.
• Risque provoqué par des maladies Sans méconnaître que les risques les plus
transmissibles, émergentes ou réémergen- importants sont la conséquence des compor-
tes, qui constituent une préoccupation par- tements de l'homme, malgré toutes les in-
ticulière, notamment pour l'OMS 1 . formations qui lui sont fournies : usages des
La société des années 2000 doit pouvoir drogues et stupéfiants de toutes sortes, du
identifier, évaluer ces risques majeurs en tabac, de l'alcool, etc.

1
OMS (Organisation mondiale de la santé) — Всемирная организация здравоохранения (ВОЗ).
E X E R C I C E 6 . Lisez l'article « La disparition du thermomètre à mercure ». Vous avez
30 secondes pour chacun des devoirs suivants :
• après avoir observé les titres formulez l'idée maîtresse de l'article ;
• dites quelles sont les origines du thermomètre à mercure ;
• dites quels sont selon le pharmacien Pierre-Yves Chambrin les désavantages du ther-
momètre à mercure.

Ils menacent l'environnement

LA D I S P A R I T I O N DU T H E R M O M È T R E À M E R C U R E
Lesfabricants rivalisent d'imagination pour s'emparer du marché.
Tétines, sondes buccales, auriculaires, bandelettes frontales,
appareils électroniques, les moyens de mesurer
la fièvre sont de plus en plus variés.

L es bons vieux thermomètres à mer-


cure ont été interdits, en application
d'une directive européenne. Mo-
tif : ils peuvent être dangereux lorsqu'ils se
brisent et répandent sur le sol leurs jolies
UN S E C R E T BIEN G A R D É
Né en Thuringe, province orientale de l'Al-
lemagne au XVIII e siècle, sa fabrication est
entourée d'un soin jaloux. Au cours de la
petites billes de vif-argent. Adorées des en- Première Guerre mondiale des soldats alle-
fants, celles-ci polluent l'environnement car mands faits prisonniers en France nous ré-
la filière de retraitement de ce métal blanc vèlent ses secrets de fabrication et se met-
argenté laisse à désirer. Rejeté dans l'évier, le tent à l'ouvrage au fort de Vanves. Après la
mercure risque de contaminer les eaux su- victoire, la France fait venir de Thuringe de
perficielles via les égouts. Et s'il est mis à la la main-d'œuvre très qualifiée, souffleurs
poubelle puis incinéré, des vapeurs toxiques et graveurs sur verre qui contribueront
vont se répandre dans l'atmosphère. à créer le premier atelier de la firme Maas
Chaque année en France, cinq millions à Ingwiller près de Strasbourg.
de thermomètres se brisent sur le sol où ils
répandent leur contenu toxique. Bien que
chacun d'eux ne contienne que deux gram- Imagination et astuces
mes de vif-argent, on arrive, à l'issue d'un Les alternatives au mercure existent, il
rapide calcul, à dix tonnes de métal lourd en existe même beaucoup, adaptées à toutes
dispersé dans la nature. Et c'est à l'hôpital les situations et toutes les bourses. Les moins
que le risque est le plus grand. chers, copie parfaite des précédents, sont
« Mais en dehors des risques de pollution, à base d'un mélange d'étain, d'indium et de
il existe deux autres types de problème en mi- gallium. Les caractéristiques physiques de
lieu hospitalier, celui de l'hygiène avec un ins- ce dernier, un corps simple métallique sont
trument qui sert à des dizaines de malades et proches du mercure, y compris sa toxicité-
celui de la casse d'un objet en verre susceptible Mais c'est plutôt la génération des ap-
de provoquer des ulcérations gênantes » expli- pareils électroniques qui envahit le mar-
que Pierre-Yves Chambrin, pharmacien à la ché aujourd'hui, les fabricants rivalisant
Pharmacie centrale des Hôpitaux de Paris. d'imagination et d'astuce pour séduire les
consommateurs bien que leur coût soit supé- Enfin dernier en date, les appareils à in-
rieur à celui des appareils traditionnels. De frarouge qui analysent le rayonnement infra-
10 environ pour ceux à affichage digital avec rouge émis au niveau du tympan, très proche
un petit bip, à 15 pour ceux avec tétines, voire du centre de régulation thermique situé dans
beaucoup plus pour les plus sophistiqués avec l'hypothalamus. Ils donnent des résultats très
embout auriculaire permettant de prendre la fiables et très rapides à condition de placer
température dans le creux de l'oreille. l'embout comme il faut en tirant légèrement
La tétine semble pratique pour les petits l'oreille vers le haut. Inconvénient leur prix, de
enfants. « Mais c'est un gadget pas très sérieux, 50 à 80 pour le modèle familial, sans compter
estime ce pharmacien des Hôpitaux car il faut le coût de l'embout à usage unique. Très ap-
bien mettre la tétine profondément sous la lan- préciés des enfants qui adorent leur côté « pis-
gue, au contact de l'artère linguale ce que l'en- tolet-guerre des étoiles », ils le sont moins des
fant nefait pas. » personnes âgées. Ils ont aussi leurs limites :
Autre possibilité les bandelettes frontales ils perdent de leur fiabilité en cas d'otite, de
à cristaux liquides, sorte de sparadrap qu'on pleurs qui augmentent la température intra
s'applique sur le front. Ils servent de dé- auriculaire, de bouchon de cérumen et ne sont
brouillage mais ne sont guère précis. pas adaptés aux tout-petits.
Jusqu'à présent, il existait deux camps irré-
Des résultats fiables conciliables : d'un côté l'Angleterre et les pays
D'autres plus élaborés avec un boîtier muni latins qui avaient opté pour la prise buccale,
d'une sonde en plastique recouverte d'une de l'autre la France, l'Allemagne et les pays
protection à usage unique que l'on place sous colonisés par ces deux grandes puissances qui
la langue, donnent des résultats très fiables en étaient résolument pour la prise rectale.
une minute environ. Ils sont très utiles pour En multipliant les sites, les nouveaux ther-
les médecins qui veulent avoir une idée très momètres vont effacer ces frontières « cultu-
précise de la température de leurs patients, en relles ».
ville ou à l'hôpital.
Dr Catherine PETITNICOLAS

§3. PONCTUATION
Pour bien comprendre l'enchaînement des mots, des groupes de mots, des pro-
positions et des phrases d'un texte, il est indispensable de bien connaître la valeur
des signes de ponctuation dont l'usage en français est parfois différent de la langue
russe. En général, les signes de ponctuation ont une valeur rythmique et syntaxique.
Ils servent à organiser la phrase et le texte en soulignant les rapports logiques entre
les composants. La maîtrise de la ponctuation est donc nécessaire pour comprendre
le texte de départ aussi bien que pour rédiger un bon résumé.

ι. Point •
I. Le point marque la fin d'une phrase en traçant les limites d'une idée achevée. Il
signifie l'arrêt du discours, même si cet arrêt est de courte durée. Le point est obliga-
toirement suivi d'une majuscule. Par exemple,

La France est une vieille nation. Elle ne disparaîtra pas. Elle a au contraire la
force de se projeter dans l'avenir.
Attention !
On ne met pas de point après le nom de l'auteur à la fin d'un texte,
après un titre (de livre, de journal, d'article, etc.). Mais le chapeau d'un
article de journal se termine par un point lorsqu'il constitue une phrase
achevée.

il. On emploie parfois le point pour détacher d'une proposition principale une pro-
position subordonnée ou une partie de la phrase que l'on veut mettre en relief. Cet
emploi est surtout fréquent dans le langage de presse. Par exemple,

Ce qui fait le succès de l'équipe actuelle, c'est son allant. Et son verbe. Il y a
longtemps qu'un gouvernement ne compte autant d'hommes sachant aussi bien
parler.
Le ministre de l'éducation nationale a compris qu'il y avait urgence à renouer
les liens avec les enseignants. D'autant que ses amis socialistes ne lui épargnent pas
leurs critiques.

III. Les règles classiques de la grammaire française veulent que les points soient
mis dans les abréviations contenant les premières lettres des mots qui forment un
titre (une expression). Par exemple,

L'O.N.U. — Organisation des Nations Unies


Le F.M.I. — Fond Monétaire International

Cependant dans le langage de presse cette règle est de plus en plus souvent violée.
Il arrive même qu'une abréviation (surtout lorsqu'elle contient des voyelles) s'écrive
en un seul mot avec la seule majuscule au début. Par exemple, L'Unesco.
On met obligatoirement le point quand on réduit un mot à ses quelques premiè-
res lettres. Les abréviations de ce genre se terminent toujours par une consonne. Par
exemple, L'art. 15 (article).

Mais on ne met pas de point abréviatif :


1. lorsque l'abréviation s'achève avec la dernière lettre du mot :
Dupont et Cie (Compagnie), bd Sébastopol (boulevard) ;
2. quand il s'agit d'une unité de mesure ou d'un symbole scientifique :
un ha, 580 m, 1001, Fe (fer)
3. après N ( numéro).
Voici quelques abréviations utiles à retenir :
M. (Monsieur), MM. (Messieurs), Mme (Madame), Mlle (Mademoiselle), Dr (Doc-
teur), Me (Maître : pour un avocat), etc. (et castera)
8—»
EXERCICE 1. Placez un point et une majuscule si nécessaire. Retrouvez le titre du texte
s'il y en a un.
ι. la découverte du virus du sida te 5 juin 1981 l'État de New York enregistre cinq
cas d'une maladie inconnue jusque-là les médecins constatent que l'organisme de
leurs malades est incapable de résister au moindre microbe ou virus ils ne savent pas
encore qu'ils ont affaire à la terrible épidémie du sida
2. la notion de la souveraineté nationale est un des principes fondamentaux du
droit public et de l'organisation des pouvoirs on dit de ce principe qu'il est la plus
importante conquête de la Révolution il est consacré par l'art. 3 de la Déclaration des
droits de l'homme la souveraineté nationale a été admise partoutes les constitutions
successives de la France
3. la Société Générale a fait de Jérôme Kerviel un cerveau diabolique digne d'un
dessin animé son nom est presque une anagramme de « Me Evil Joker », le méchant
dans Batman mais cela ne fait pas du trader indélicat un monstre c'est l'intérêt de la
banque d'affirmer qu'elle a été piégée par un génie ce scénario permet de faire mieux
accepter les pertes cela pourrait même susciter une certaine sympathie pour la So-
ciété Générale
4. nous ne réalisons pas à quel point la philosophie a changé notre idée de penser
l'homme il faut maintenant aller plus loin l'homme a des droits mais il a aussi des
devoirs la philosophie devraient maintenant donner naissance à une déclaration des
devoirs de l'homme

8—г
EXERCICE 2 . Abrégez et mettez les points si nécessaire.
1. Messieurs Chambon et Barthélémy
2. Les technologies de l'information et de la communication
3. Postscriptum
4. Page 35
5. Il ieme siècle avant Jésus-Christ
6. Le numéro 13
7. Et caetera

2. Virgule H
I. À la différence du russe, la virgule se met après le complément circonstanciel
placé en tête de la phrase ou au milieu de la phrase. Par exemple,

Dans ces conditions, aucun parti ne saurait se présenter en vainqueur.


Rossini est à l'origine du mot fiasco qui, en Italie, désigne une bouteille de chian-
ti. En 1815, après l'échec d'un opéra, il a adressé à sa mère le dessin d'un flacon
brisé.
II. On met la virgule après le participe passé ou présent ainsi que le gérondif quand
ils se trouvent au début de la phrase. La proposition participiale absolue est toujours
séparée par la virgule.

Parlant d'une voix rauque. le président américain a évoqué plusieurs cas où l'in-
tervention de l'ONU prenait son sens au niveau régional.
Les valeurs de la sagesse politique n'ont rien à voir avec celles de la morale, la
politique étant à elle-même son propre système de valeurs. Cela, personne ne l'avait
dit avant Machiavel.

III. La virgule sépare des termes de même fonction, de même valeur lorsqu'ils ne
sont pas unis par une conjonction de coordination.

La droite a troqué progressivement ses sentiments monarchistes ou bonapartis-


tes pour un patriotisme ombrageux, soupçonneux, belliqueux.

Attention !
On met obligatoirement la virgule devant etc. qui clôt l'énumération
et un point abréviatif après.
Lorsque le dernier terme d'une énumération est précédé de et on ne
met la virgule que si l'on veut le souligner, le mettre en relief ou s'il com-
porte un élément qui ne concerne que lui.

J'ai visité les Pays-Bas, le Luxembourg, et la Belgique que j'aime tant.

IV. La (ou les) virgule(s) séparent les termes en reprise ou en anticipation.

Notre Conseil constitutionnel a, lui, avalé tout cela tout rond.


Ces quartiers doivent profiter, eux aussi, des fruits de la croissance.

V. Indépendamment de leur place dans la phrase les termes en apposition sont


toujours séparés par des virgules.

Gouverneur de Texas depuis 1995. George W. Bush a fait exécuter 135 condam-
nés à mort.
Voilà moins d'un an, José Bové, éleveur et syndicaliste paysan, sympathique et
ronchon, était surtout connu par sa famille, ses amis et ses moutons. Désormais il
est une star mondiale.

VI. Dans une phrase complexe à subordination, on ne met pas la virgule pour mar-
quer la limite entre la proposition principale et la subordonnée dans le cas où celle-ci
suit la principale (contrairement au russe où c'est la règle). En français, la conjonction
de subordination suffit à délimiter les deux parties de la phrase complexe.

Les électeurs approuveront les réformes pour peu qu'elles soient efficaces.

Mais la virgule marque normalement la fin d'une proposition subordonnée lors-


que celle-ci précède la principale.

Quand le sage montre la lune du doigt, l'homme regarde le doigt.

Attention !
Pour mettre en valeur une subordonnée relative surtout lorsqu'elle
a une valeur complémentaire (de cause, de conséquence, de manière,
etc.) on peut la séparer de la principale par une virgule.
3% c'est la hausse du revenu minimum d'insertion. Le gouvernement,
qui a augmenté d'autres minima sociaux, pense ainsi calmer le mouvement
des chômeurs. (La subordonnée relative a la valeur complémentaire de
cause. Cf : Le gouvernement, du moment qu'il a augmenté d'autres mi-
nima sociaux, pense ainsi calmer le mouvement des chômeurs.)

La subordonnée complétive n'est jamais s é p a r é e de la principale par la vir-


gule.

Ethnologue, Marc Augé souligne que l'anthropologie est plus que jamais né-
cessaire quand on parle à la fois de mondialisation de la culture et de respect des
différences.
Lors d'un entretien télévisé, Ingmar Bergman a avoué qu'il pensait au suicide.

On rencontre parfois la virgule mise devant d'autres types de conjonctions de su-


bordination pour souligner la valeur de la subordonnée. Mais c'est toujours le choix
de l'auteur et sa propre volonté qui y jouent.

Dans certaines régions, les forces de l'ordre ne maîtrisent plus rien, quand elles
ne sont pas « partie prenante ».
(La virgule attire l'attention du lecteur au fait que la conjonction quand n'est pas
employée dans sa valeur temporelle, mais exprime plutôt la condition négative avec
une nuance de restriction. Cf : Dans certaines régions, lesforces de l'ordre ne maîtrisent
plus rien à moins qu' elles ne soient pas « partie prenante ».)

VII. Dans une phrase complexe à coordination on ne met pas de virgule devant les
conjonction et, ou, ni. Mais les conjonctions et, ou, ni sont précédées de la virgule
lorsqu'elles servent à coordonner plus de deux propositions.
Le cas de la conjonction car est discutable. Certaines grammaires recommandent
de mettre la virgule devant car, d'autres la considèrent comme facultative, servant
à accentuer le sens de la subordonnée et à la mettre en relief.

On sait désormais qu'il ne faut pas jouer avec le feu de la haine de l'Autre, car ce
feu-là brûle tout un chacun.
La politique, de ce point de vue, n'est pas totalement affaire humaine car elle
reçoit ses modèles d'ailleurs, de l'extérieur de la communauté humaine.

Le cas de mais est aussi discutable. On place d'habitude la virgule devant mais
lorsque cette conjonction coordonne deux propositions. Or la virgule peut être omise
dans le cas de deuxtermes coordonnés.

Ils s'estiment non pas hors la loi mais au-dessus de la loi.

Si on met la virgule entre deux termes coordonnés par mais, c'est pour souligner la
nuance de restriction que le deuxième terme apporte au premier.

Il est fort, mais peu résistant.

On met la virgule devant mais lorsqu'il a le sens de qui plus est et que l'on veut
souligner ce qui vient d'être dit.

Vous m'avez trompé, mais trompé jusqu'au bout.

VIII. Les constructions à deux parties ce qui... c'est que sont normalement sépa-
rées par la virgule.

Mais ce qui m'inquiète davantage aujourd'hui, c'est que la philosophie se perd


dans un interminable bla-bla.

IX. Les connecteurs logiques, surtout lorsqu'il s'agit des expressions plus ou
moins longues, sont souvent isolés par une ou des virgules.

Partant de ce constat, le président de la République a annoncé qu'il plaiderait


activement pour une « mondialisation maîtrisée ».

Attention !
La présence, l'absence ou la place de la virgule peuvent modifier le
sens de la phrase. Observez l'exemple de la même phrase ponctuée dif-
féremment :
Intellectuels, journalistes et acteurs politiques, qui procèdent de cette
manière, n'ont de cesse de traquer le communautarisme et le néolibéra-
lisme, y compris là où ils n'existent pas.
La subordonnée qui procèdent de la même manière se rapporte aux
trois termes énumérés (intellectuels, journalistes et acteurs politiques).
Intellectuels, journalistes, et acteurs politiques qui procèdent de cette
manière, n'ont de cesse de traquer le communautarisme et le néolibéra-
lisme, y compris là où ils n'existent pas.
La même subordonnée ne se rapporte qu'aux, acteurs politiques.

EXERCICE 3 . Observez et expliquez l'emploi des virgules.


ι. Du matin au soir, Philippe Coste, PDG de la Compagnie de Guyenne, se dé-
mène pour faire vivre l'entreprise familiale.
2. Le patron a poursuivi sa journée par une réunion sur les assemblages et les
liquides, puis passé des coups de fil aux fournisseurs, reçu un client, avant de filer
vers Angoulême, pour être entendu par une commission fiscale.
3. En France, c'est le bac qui donne accès à l'université. Il me semble que, comme
examen d'entrée, cela suffit et l'orientation active donnera à chacun la chance de
réussir dans une filière en fonction de ses aptitudes.
4. Aujourd'hui, un peu plus de la moitié des étudiants estiment ne pas avoir été
suffisamment informés pour choisir leur orientation, un sur cinq assure que sa forma-
tion ne répond pas à ses attentes et un sur deux est en situation de stress.
5. Quarante ans après Mai 68, une étude comparative réalisée auprès de 20 000
jeunes en Europe, aux États-Unis, en Chine, en Inde, en Russie, à Taiwan et au Japon
révèle que les jeunes Français sont les plus pessimistes de la planète.
6. Bizarrement, quand on pose la question aux jeunes du monde entier de savoir
s'ils sont prêts à payer pour les gens âgés, 6 4 % des jeunes Chinois répondent positi-
vement, comme 5 6 % des jeunes Russes et 5 0 % des jeunes Indiens. En extrême queue
du classement, les jeunes Français ne sont que 1 1 % à vouloir financer la retraite des
anciens soixante-huitards.

8-ТГ
EXERCICE 4 . Mettez les virgules si nécessaire.
1. En France le 29 octobre prochain le tribunal correctionnel de Grasse se trou-
vera en état de siège.
2. Si on défile si on pétitionne si on discute si on informe on peut convaincre.
3. La jeune femme a été sidérée par l'ignorance de ses élèves. Originaires d'Afri-
que noire du Maghreb des Antilles elles sont majeures pour la plupart mais ne savent
rien des règles de la démocratie.
4. Chaque fois qu'une denrée de base augmente de 1 % 16 millions de personnes
tombent aussitôt dans l'insécurité alimentaire.
5. Heureusement les enfants sont naturellement des philosophes.
6. Nietzsche disait que nous étions de moins en moins acteurs et de plus en plus
spectateurs.
7. Ce qui hante le chef de police c'est cette loi du silence qui protège les plus
influents de leurs adversaires.
8. En attendant le résultat d'un éventuel recours en justice la famille s'installe au
Canada.

3. Point-virgule [7]
I. Le point-virgule marque une pause de moyenne durée, intermédiaire entre la
virgule et le point. Le point-virgule sert à coordonner des propositions au sein d'une
même phrase. Il a donc la même fonction que celle qui peut être jouée par une simple
virgule. Mais la distance établie par le point-virgule entre les parties de la phrase est
plus grande, la limite est plus nette. Le point-virgule est surtout nécessaire lorsque
la phrase contient d'autres signes de ponctuations servants à exprimer d'autres rap-
ports. Ainsi, le point-virgule facilite-t-il la compréhension d'une phrase longue en la
divisant en unités de sens.

La souveraineté réside dans le peuple ; elle est une et indivisible, imprescriptible


et inaliénable.

li. Un emploi particulier du point-virgule consiste à établir une symétrie entre des
propositions exprimant des avis opposés.

Seuls, nous ne sommes rien ; unis, nous serons forts et respectés.

III. Le point-virgule s'emploie aussi pour ponctuer les alinéas d'une énumération.

L'analyse, pour être positive, doit respecter trois grands critères de scientificité :
• la cohérence du raisonnement ;
• le contrôle empirique ;
• le contrôle par la communauté des chercheurs.

EXERCICE 5 . Observez et expliquez l'emploi des virgules et des points-virgules dans


les phrases suivantes.
1. L'homme politique qui devrait commander les fonctionnaires ou les agents
des services publics, en est, dans la majorité des cas, totalement incapable ; parfois,
il n'a pas le caractère d'un chef ; parfois, il reste trop peu de temps ; parfois, il ne sait
pas s'organiser pour veiller à l'application réelle de ses décisions.
2. Laissons aux chiffres la part qui leur revient : le blé a connu une augmentation
de 1 8 1 % en trois ans ; le riz a vu son prix grimper de 3 0 % en deux semaines ; le cours
du maïs a doublé en deux ans.
3. Les États-Unis sont un, mais ils font du bruit comme s'ils étaient quinze ; l'Union
européenne représente plusieurs pays qui parlent comme s'ils n'étaient qu'un.
4. Au mépris des recommandations des agences spécialisées, la majorité des
Français traités pour faire baisser leur cholestérol n'ont ni suivi au préalable un régi-
me alimentaire ni réduit leurdose de tabac ; deux fois surtrois, le choixdu traitement
ne tient pas compte des seuils biologiques recommandés.

8-r
EXERCICE 6 . Remplacez la virgule par le point-virgule si nécessaire.
1. Le roi est mort, vive le roi !
2. Vivre, c'est bien, vivre heureux, c'est mieux.
3. Ce que nous savons, c'est peu de chose, ce que nous ignorons, c'est à peu
près tout.
4. Trois débats se sont développés à Seattle : le classique affrontement euro-at-
lantique, la non moins habituelle incompréhension Nord-Sud, enfin, l'irruption dans
la sphère économique de préoccupations non marchandes.

4. Parenthèses ( )
I. Les parenthèses encadrent, dans la phrase, un élément isolé, une précision, une
annexe. L'élément mis entre parenthèses peut être retiré de la phrase sans que sa
structure globale soit brisée. Un jugement personnel de l'auteur peut également être
mis entre parenthèses.

Les mois qui viennent seront marqués à Bruxelles par la négociation, aussi mal
entamée qu'essentielle (et inévitablement conflictuelle) sur la réforme des institu-
tions européennes.

II. Lorsqu'on veut déchiffrer une abréviation, l'explication est normalement mise
entre parenthèses. Le cas contraire peut d'ailleurs se présenter aussi (l'abréviation
qui suit le titre complet est également mise entre parenthèses).

Divers locaux ont été incendiés à la cité de la Reynerie, comme ceux de la CAF
(Caisse d'allocations familiales).
Encore faut-il que soit très vite mis en œuvre un contrat local de sécurité (CLS).

III. On met entre parenthèses le nom du pays qui suit celui d'une ville ; le nom de
l'État ou du département qui suit celui d'une localité.

Les journaux ont largement couvert le procès de M. Junot, sous-préfet à Pithi-


viers (Loiret) en 1942 et 1943.

EXERCICE 7. Observez et expliquez l'emploi des parenthèses.


1. Médecins et biologistes enseignent que le troisième âge (de 60 à 75 ans) de-
vient rapidement l'équivalent de ce qu'était l'âge mûr (de 40 à 60 ans) au milieu du
vingtième siècle.
2. Les pauvres d'aujourd'hui le sont, globalement, moins que ceux d'hier. C'est
l'écart entre riches et pauvres (la pauvreté relative) qui s'accroît, et non la pauvreté
absolue.
3. Une neige « sèche » (la poudreuse) ne contient pas d'eau à l'état liquide, elle
est constituée de glace et d'air avec une température négative. Au contraire, une nei-
ge humide est constituée de glace, d'air et d'eau, mais sa température se situe autour
de o°C, ce qui la rend plus malléable (pour les boules ou les bonhommes de neige).
4. Quant à Г « hyperpuissance » américaine (qui en empêche tant de dormir)
les Européens devraient s'interroger sur leur propre responsabilité dans la genèse de
cette prépondérance.
5. « Mieux vaut prévenir que guérir ! » s'exclame François Baroin, député maire
RPR 1 deTroyes (Aube).

8-nr
EXERCICE Mettez les parenthèses si nécessaire.
8.

1. Aujourd'hui, l'écart semble d'autant plus difficile à combler pour Yahoo ! que
Google dispose de moyens financiers colossaux 13 milliards de dollars de trésorerie
au 31 septembre 2007, contre 2,3 milliards pourYahoo ! au 31 décembre 2007 pourse
développer et maintenir une longueur d'avance.
2. Le ou les candidats devra ou devront se présenter à 14 heures.
3. « L'hyperprésident hypernucléaire » est parti dans une croisade tous azimuts
pour faire la promotion de l'atome civil. La France, pays parmi les plus nucléarisés au
monde 7 8 % de son électricité se voit déjà en haut de l'affiche.
4. La formation médicale doit, en plus des savoirs scientifiques à moduler en
fonction des objectifs de carrière intégrer des aspects psychologiques.

5. Tiret E l
I. Les tirets dans la phrase jouent le même rôle que les parenthèses lorsqu'ils ser-
vent à isoler une incise qui peut avoir le caractère d'une précision, d'une explication,
d'une remarque personnelle, etc. Notez que dans les mêmes cas on peut utiliser les
virgules. Or lorsqu'on a recours aux parenthèses ou aux tirets, le degré d'isolement
est supérieur. L'incise peut être constituée par un terme de la proposition ou par une
proposition complète.
Mais ce que le sommet de Vienne aura surtout mis en évidence, c'est que l'Eu-
rope — la construction européenne — est en pleine mutation.

II. Dans un dialogue, les tirets marquent le début des répliques des interlocuteurs.
Cependant, cette règle n'est pas toujours respectée dans les interviews publiées par
des journaux et des magazines où on emploie aussi d'autres procédés pour marquer

1
RPR (Rassemblement pour la République) — Объединение в поддержку Республики (ОПР) —
французская политическая партия.
π

le changement de locuteur. On met souvent les questions en gras ou en italique. Les


répliques des interlocuteurs peuvent être marquées par leurs initiales mises en gras.

— Un faux pas qui a coûté cher ?


— C'est le moins que l'on puisse dire...

9-r
Mettez les tirets si nécessaire.
EXERCICE 9 .
ι. La proportion des élèves d'origine modeste dans les quatre plus grandes éco-
les Polytechnique, ΕΝΑ1, НЕС 2 , et Normale sup. 3 a chuté de 2 8 % au début des années
50 à seulement 9 % au milieu des années 9 0 % .
2. À Paris IV, le service d'orientation chargé aussi des stages et d'insertion pro-
fessionnelle compte 14 personnes, dont deux conseillers d'orientation qualifiés. Pour
24000 étudiants !
3. Nombre d'entreprises françaises travailleraient souvent à leur insu avec des
hommes d'affaires liés ou appartenant à la mafia.
4. Ces journées d'action traduisent avant tout et c'est leur caractère tragique la
perception que les jeunes Français ont de leur présent et de leur avenir.
5. Qu'on nous dise enfin nous accepterons toute la vérité qui a cassé le vase de
Soissons.

6. Point d'interrogation |T]


I. Le point d'interrogation termine toute phrase interrogative au style directe.

Les dirigeants d'entreprise français ont-ils enfin appris à respecter leurs action-
naires ? Ils progressent, selon les spécialistes.
On pourrait résumer la philosophie en dix ou quinze interrogations essen-
tielles. Je les classerais en deux groupes. Celui des questions morales : qu'est-ce
qu'une bonne vie ?, qu'est-ce que le bonheur ?, qu'est-ce que la justice ?, qu'est-
ce qu'une bonne société ? Et puis il y a les grandes questions ontologiques : quel-
le est la nature de l'Univers ?, d'où vient le monde ?, est-ce que Dieu existe ?,
y a-t-il quelque chose après la mort ?

II. On peut utiliser le point d'interrogation entre parenthèses lorsqu'on doute fort
de quelque information.

Mexico aura bientôt 30 millions ( ? ) d'habitants.

1
ΕΝΑ — École Nationale d'Administration.
2
НЕС — (École des) Hautes études commerciales.
3 Normale sup — École Normale Supérieure.
7. Point d'exclamation [7]
I. Le point d'exclamation marque les phrases qui traduisent l'affectivité de l'auteur :
surprise, admiration, révolte, colère, etc. Il accompagne les interjection telles que Oh !
Ah ! Hélas ! Enfin ! et dans ce cas on le retrouve parfois même à l'intérieur de la phrase.

En 1985, Jules Ferry 1 s'était écrié : « Il faut que la République soit un gouverne-
ment ! » Nous avons donc le droit de dire : « Il faut que l'Europe soit un gouverne-
ment ! »
En Norvège, on aborde la philosophie dans sa perspective historique, en suivant
l'évolution des idées, ce que, hélas ! l'enseignement français ne fait pas.

II. Tout comme dans le cas du point d'interrogation, on peut utiliser le point d'ex-
clamation entre parenthèses pour montrer son étonnement, son incrédulité, son iro-
nie ou son admiration.

L'eau couvre plus de deux tiers du globe. Mais 97% ( ! ) de cette réserve est trop
salée pour être consommée.

8. Points de suspension Q
I. Les points de suspension terminent une phrase inachevée du point de vue de
son sens ou de sa structure. Ils expriment donc l'interruption du discours ou un sous-
entendu. Souvent, les points de suspension à la fin d'une phrase lui accorde une
importance plus grande en signalant que tout n'a pas été dit, mais que la phrase est
chargée d'un sens profond et qu'il y a beaucoup de conclusions à en tirer.

Internet est l'incarnation d'une idée irremplaçable : permettre l'accès de tous


à l'information. Mais une telle idée ne suffit pas. Internet n'apporte pas l'eau pota-
ble ni des sacs de riz. Et Internet bénéficie surtout aujourd'hui à ceux qui ont déjà
tout...

II. Les points de suspension peuvent annoncer dans le cours de l'exposé l'arrivée
de quelque chose d'inattendu, de surprenant pour les lecteurs.

Que l'on sache, nous ne manquons ni de chômeurs ni de déficits... ni même de


scandales publics.
Au rythme où se poursuit le désamiantage de l'université parisienne Jussieu, les
travaux pourraient s'achever... en 2225.

1
Ferry Jules (1832-1893) — homme politique français, président du Conseil (1880-1881,
1883-1885).
III. Parfois les points de suspension servent à prolonger l'action ou la pensée de
l'auteur.

Sur ce point, on pourrait discuter, discuter...

IV. Parfois ils servent à abréger l'énumération.

On notait la présence des hauts fonctionnaires, ministres, délégués locaux...

V. Dans un dialogue, ils expriment le silence ou l'embarras.

— Et qui en répondra ?

Attention !
On ne met pas de points de suspension après l'abréviation etc.

VI. On peut mettre les points de suspension avant ou après les points d'interroga-
tion ou d'exclamation. Les points de suspension peuvent également être suivis d'une
virgule.

9. Crochets []
Dans les citations, on utilise les crochets pourindiquerqu'on a supprimé un passa-
ge du texte original. On met également entre crochets les mots qui ne figurent pas dans
le texte original mais que l'on ajoute pour rendre la citation mieux compréhensible.

Il n'y a pas d'autre solution que d'ouvrir la discussion, [car] le dialogue est tou-
jours le meilleur moyen du progrès en démocratie.
La corruption des gouvernements a sa source dans l'excès de leur pouvoir et dans
leur indépendance à l'égard du souverain [c'est-à-dire du peuple].
(Robespierre, Discours sur
le gouvernement représentatif)

10. Deux points [7]


Les deux points servent à traduire en français une extrême diversité de rapports
logiques. Tels sont
• énumération

La modernisation de la vie politique bouscule bien des archaïsmes et révèle les


retards de notre pays dans ce domaine : égalité entre les femmes et les hommes, cu-
mul des mandats, modes de scrutin inadaptés.
• explication

C'est pourtant cela, un philosophe : quelqu'un qui sait poser des questions.

Notez qu'en russe dans ce cas nous aurions employé un tiret. Or, le tiret étant en
français d'un emploi assez restreint, on doit mettre à sa place deux points.

• cause
Députés et sénateurs sont allés à Versailles réformer la Constitution. Malaise : la
Loi fondamentale peut-elle être changée tous les six mois ?

• conséquence

Si l'État était équipé pour savoir mieux que le marché ce qui est bon pour les
entreprises, la France aurait de longue date enfoncé ses concurrents : nous jouirions
d'une croissance robuste, du plein-emploi et de finances publiques florissantes.

8—τ
EXERCICE 1 0 . Expliquez l'emploi des deux points dans les phrases suivantes. Pouvez-
vous remplacer ce signe de ponctuation par un connecteur qui convient (c'est-à-dire,
car, notamment, ainsi, donc, c'est pourquoi, par exemple, etc.) ?
ι. À Paris, 34 personnes, en majorité originaires de l'ex-Yougoslavie, fournissaient
à différentes caisses d'assurance-maladie réparties sur tout le territoire de faux certi-
ficats médicaux réalisés sur ordinateur à partir d'originaux authentiques. Montant de
l'escroquerie : 6oo ooo euros.
2. Aujourd'hui la recherche scientifique est confiée à la puissance publique : elle
doit rendre compte à la société de l'effort financier qui lui est consenti.
3. Pour beaucoup, nous avons le meilleur système de santé du monde : ceux-là
mettent en avant l'excellence de nos hôpitaux, leur accessibilité et le haut niveau de
formation de nos médecins.
4. Aujourd'hui, on redécouvre comme européennes des entités musulmanes qui
n'ont jamais cessé d'exister en Europe de l'Est : l'Europe retrouve sa diversité cultu-
relle, géographique et religieuse.
5. La France, l'Allemagne, l'Italie et les autres ont eu le même réflexe : affaiblir
la nation et l'État par la construction européenne pour rendre impossible le retour du
totalitarisme.
6. Ceci n'est qu'un concept, j'en suis conscient : il faudra entrer dans les détails,
penser et décrire les institutions concrètes.

11. Guillemets « »
I. Les guillemets se mettent de part et d'autre de paroles rapportées au discours
direct ou d'une citation. Dans ce cas les règles et les modèles d'emploi sont analo-
gues à ceux de la langue russe. Il faudrait seulement noter que lorsque les paroles
rapportées précèdent la remarque de l'auteur, en français, on ne met pas de tiret
entre les deux parties de la phrase.

« Il est normal que le temps de travail diminue, sinon l'évolution technologique


ne sert à rien », estime Bernard Plat, directeur de l'imprimerie Etiqrol.

II. Les guillemets peuvent donner un sens particulier (parfois péjoratif, parfois
même contraire au sens propre) à un mot ou une expression.

Il faut éviter de restreindre la politique à sa dimension institutionnelle, sinon


« politicienne ».
L'humble « bijoutier », arrivé en octobre 1975 à Kennedy Airport, avait omis de
signaler à l'immigration américaine une ancienne condamnation à sept ans de camp
de travail pour meurtre.

III. On met entre guillemets les titres d'ouvrages littéraires, artistiques, musicaux,
cinématographiques ; les surnoms donnés à une personne ou, par exemple, à une
ville ; les mots argotiques ou étrangers qui ne s'inscrivent pas dans le langage ordi-
naire ou qui jurent avec le style de l'exposé.

On appelle Toulouse la « Ville rose ».


Mon adversaire a été très « fair-play ».

Pourtant, et c'est surtout fréquent dans le langage de presse, on omet les guille-
mets pour mettre le titre ou un mot extraordinaire en italique. Notez que lorsque vous
rédigez votre texte par écrit, vous n'avez pas cette possibilité.

EXERCICE 11. Observez et expliquez l'emploi des signes de ponctuation.


ι. Surprise ! Gavin's Clemente-Ruiz n'a que 29 ans, et il est journaliste au Guide
du routard. « Je cherchais en vain un livre de ce genre, raconte-t-il. Mon libraire a fini
par me dire : «,Écrivez-le V je l'ai pris au mot. » Passionné de curiosité depuis l'en-
fance, Gavin's a donc parcouru « à vélo » toutes les bibliothèques de la ville de Paris
pour dénicher les anecdotes les plus surprenantes sur notre quotidien. Par exemple :
d'où vient l'expression « avoir le béguin » ? Réponse : « Le béguin est une coiffe qui
obstrue pas mal le champ de vision. » On apprend aussi que marcel, ce tee-shirt sans
manches, aurait été inventé par le boxeur Marcel Cerdan, qui, un jour de forte suda-
tion, coupa les manches de son tee-shirt d'entraînement ! Instructif.

2. Le tourisme spatial me paraît hautement risqué. Je comparerais ça aux gens


qui payent des fortunes pour grimper en haut de l'Everest : des dizaines de milliers
de dollars pour une aventure qui vous offre 5 0 % de chances de vous tuer ! Beaucoup
d'astronautes ont péri par le passé ; beaucoup seront tués dans le futur, et on peut
être certain que des touristes vont périr aussi. La question sera de savoir si les com-
pagnies vont survivre après les premières victimes...
3. Nous autres Français n'avons cessé d'entretenirau sujet de la Russie un intermi-
nable malentendu. Du temps de nos grands siècles, l'élite française — parce qu'elle
impressionnait la noblesse russe francophile et francophone — eut le bonheur de
dispenser ses « Lumières » à éclipses sur Saint-Pétersbourg et ses tsars. Mais au-
delà ? Que savions-nous des foules serves, sinon qu'elles vivaient un « fanatisme de
l'obéissance » ? Et que savions-nous des immensités russes, sinon que, neigeuses,
Napoléon s'y perdit ? À notre siècle, la bigoterie communiste, et son clergé d'intellec-
tuels, adora dans Moscou la Mecque, la troisième Rome, d'une utopie désastreuse.
C'était le culte d'une idée, d'un système, d'un mirage dont le peuple russe était ab-
sent. Quant à nous autres qui n'étions pas de la secte, nous restions fascinés par
les menaces du même système, par la bombe, les goulags. En somme, d'un bord
à l'autre, la réalité russe nous échappait. Effacée ici par l'idéologie, là par la peur.
Voici donc que le peuple russe fait enfin son entrée hors la férule des tsars blancs ou
rouges. Il vote, il gémit, il dépérit. On commence de l'entendre. Mais c'est bien tard.
Car l'Occident a prétendu le convertir à deux vertus des pays libres : l'économie de
marché et la démocratie. Hélas ! il a oublié l'État, sans qui le libre marché n'est qu'une
jungle et la démocratie une comédie sans pouvoirs. Comme si, après soixante-dix ans
de stagnations, c'est une jeune Russie marchande, policée, pimpante qui allait entrer
dans la ronde libérale et dans les bras du FMI 1 ... Misère !

E X E R C I C E 1 2 . Observez l'emploi des signes de ponctuation et le changement de carac


tères dans l'article suivant.

LE B O N FRANÇAIS
Bal
Alain Feutry

M algré l'évolution des loisirs, les bals res-


tent populaires en France, notamment
à l'occasion du 14 Juillet.
Sait-on que bal vient de l'ancien français b al-
ler, qui signifiait danser ? Baller ne se dit plus
appellations « bal de têtes » et « bal blanc » sont
quelque peu délaissées: les invités du premier
portent des masques grotesques à la ressem-
blance de personnages connus ; le second est
réservé aux jeunes filles.
aujourd'hui qu'au sens de se balancer, osciller. Subtilité de la langue : un article, selon qu'il
Bal a été synonyme de danse, mais ce sens est défini ou indéfini, peut changer le sens d'une
a doublement évolué pour devenir une réunion phrase. Exemple : donner un bal, c'est donner une
dansante et l'établissement où l'on danse. fête dansante ; donner le bal à quelqu'un, c'est lui
Il est une grande diversité de bals : masqué, « faire sa fête », lui « donner une danse », (lui
travesti, costumé, de bienfaisance, champê- administrer une correction). Autre curiosité : on
tre, de guinguette ... Le plus répandu est le bal peut être bon danseur et « ne pas savoir sur quel
musette où l'on dansait autrefois au son de la pied danser » (hésiter sur l'attitude à prendre)
musette, sorte de cornemuse avantageusement comme on peut « conduire le bal » (diriger une
remplacée par l'accordéon. On connaît moins le action) sans connaître un seul pas.
« bal paré », avec tenue de soirée obligatoire. Les
Le Figaro, 30 décembre 1997

1
FMI (Fonds monétaire international) — Международный валютный фонд.
8-»·
E X E R C I C E 1 3 . Lisez attentivement le texte et réfléchissez aux signes de ponctuation
que vous pouvez employer au lieu de _.
Le _ retard français _ n'est pas imaginaire. Avant de toucher la France, la grande
vague de restructuration a fait le tour du monde industrialisé. Fin 1998, le hit-parade
des entreprises, mesurées par leur poids boursier, n'était pas à l'avantage de la
France. France Télécom _ la première entreprise française _ arrivait au 46 e rang mon-
dial. Elf, la deuxième, au 90 e rang. Dans le domaine bancaire, le constat est encore
plus criant. Il y a 10 a n s _ l e s banques françaises brillaient dans l e _ t o p i o _ m o n d i a l
_ aujourd'hui _ elles se situent au-delà des 40 premiers rangs. Dans le grand jeu de
la mondialisation_ les entreprises françaises ont la taille idéale _ des proies _

8—τ
E X E R C I C E 14. Ponctuez le texte suivant. Signes à employer : point (.) — 4 fois ; vir-
gule (,) — 5 fois ; point d'interrogation (?) — 3 fois.
Le nazisme est une singularité _ Comment cela a-t-il pu arriver_ Et pourquoi en
Europe _ dans une des nations les plus culturellement avancées _ En trouve-t-on des
racines chez Machiavel ou chez les Romains dans l'idéologie de l'État _ Pour moi _
celui-ci est plutôt une perversion du romantisme allemand _ Mais la question reste
posée _ Et _ là aussi _ nous avons besoin de la philosophie pour y réfléchir et éviter
que cela ne se reproduise
J. Gaarder
Э-»
E X E R C I C E 1 5 . Ponctuez le texte suivant. Signes à employer : point (.) — 3 fois ; vir-
gule (,) — 8 fois ; tiret (-) — 2 fois ; deux points ( : ) — 1 fois.
À force de rafistolages _ notre Constitution devient plus un pot-pourri qu'un ex-
posé des principes intangibles _ Cela a commencé _ certains juristes _ fort peu _ l'ont
remarqué _ avec la ratification du traité de Maastricht _ le Conseil constitutionnel _
après avoir souligné que le traité portait atteinte à la souveraineté nationale _ a ac-
cepté qu'on s'en tire en introduisant les clauses gênantes dans la Constitution _ au
lieu _ ce qui eût été logique _ de redéfinir la souveraineté populaire en fonction de
l'organisation européenne _ Si bien que la Constitution dit successivement que le
peuple français est souverain et qu'il ne l'est pas_
P. Th і baud
8-ТГ
E X E R C I C E 1 6 . Structurez le texte suivant (il s'agit de la lettre adressée par un lec-
teur au journal Le Figaro). Employez les procédés suivants : division en paragraphes ;
changement de caractères (majuscules, gros, italiques) ; ponctuation (points, virgules,
parenthèses, points d'interrogation, point d'exclamation).

COURRIER DES LECTEURS


C'est le français qu'on a s s a s s i n e

La revue Le Français dans le monde a accompagné toute ma carrière de professeur


à la faculté des lettres de Sydney Or elle va disparaître après 40 ans d'existence Au
moment où se tient à Paris le congrès mondial de la Fédération internationale des
professeurs de français on leur annoncera la disparition de la seule revue qui les ac-
compagne depuis 1961 C'est le français son enseignement sa diffusion qu'on assas-
sine Cette revue constitue un lien indispensable pourceuxqui souvent isolés ont pour
mission d'enseigner le français ici en Australie mais aussi en Amérique en Afrique et
dans les pays d'Europe Comment le gouvernement peut-il supprimer cet indispensa-
ble outil de rayonnement de la langue française pour des problèmes financiers bien
modestes au regard du préjudice annoncé On nous dit que la version papier s'efface
au profit d'une version électronique Mais combien de professeurs à l'étranger auront
la possibilité de lire une revue électronique A-t-on vraiment pris la mesure du vide
ainsi créé pour la promotion de la langue et de la culture française.

Ross Steele Professeur de français


à l'université de Sydney Australie
CHAPITRE II
LECTURE ATTENTIVE DU TEXTE

§1. COHÉRENCE DU TEXTE


Les phrases du texte sont réunies entre elles de façon à obtenir un tout cohérent.
On entend par la cohérence textuelle l'ensemble de liens (lexicaux, syntaxiques et
logiques) qui existent entre les unités du texte.

I. Les moyens d'obtenir un texte cohérent sont multiples. La cohérence thématique


consiste à parler du même sujet tout en évitant la répétition constante des termes.
Pour le faire on a recours aux procédés lexicaux (synonymes, métaphores, métony-
mies) et aux pronoms (personnels, démonstratifs, possessifs).
La métaphore est un procédé de langage qui consiste à remplacer dans le proces-
sus de désignation un objet par un autre qui lui ressemble.

Le pays entre dans une nouvelle campagne électorale. La course a démarré.


L'emploi du mot course pour désigner une campagne électorale constitue une mé-
taphore. Or cet emploi est tellement usagé que la métaphore n'est plus perçue en tant
que telle.

La métonymie est un procédé de langage qui consiste à remplacer dans le pro-


cessus de désignation un terme par un autre, ce dernier étant lié au premier par des
rapports de cause à effet, de contenant au contenu, d'une partie à l'ensemble, etc. 1
Par exemple, dire
Le Matignon a pris la décision...
au lieu de
Le Conseil des Ministres a pris la décision...
est une métonymie.

Les pronoms sont un des moyens principaux permettant d'éviter la répétition des
termes tout en assurant la cohérence textuelle. Cependant le maniement des pronoms
exige une certaine habileté. Il faut prendre garde à ne pas rendre l'exposé ambigu par
le mauvais usage des termes et l'emploi abusif des pronoms.

1
Voir Appendice §3.
II. La cohérence thémo-rhématique prévoit l'enchaînement des idées lorsque le
nouveau (le rhème) de la phrase précédente devient le point de départ (le thème)
de la phrase suivante et ainsi de suite. Dans ce cas-là aussi les termes peuvent être
repris ou remplacés par des synonymes ou des pronoms.
Un simple enchaînement linéaire est pourtant rare. Le plus souvent les éléments
du texte entretiennent entre eux des rapports beaucoup plus compliqués. D'où le rôle
prépondérant joué par les connecteurs 1 .

8-r
EXERCICE 1. Les deux paragraphes suivants tirés de l'article Faut-il craindre VAméri-
que ? parlent de ce pays. Relevez dans le texte les moyens à l'aide desquels ce pays est
désigné. Identifiez ces moyens.
Face à l'énigme américaine les motifs de perplexité ne manquent pas. Dans ses
relations avec le reste du monde, en Asie, en Afrique, au Moyen-Orient, voire en Eu-
rope, la « république impériale » n'a cessé d'accumuler les fautes. Après avoir mis en
échec la SDN 2 en refusant d'entériner une institution pourtant créée par le président
Wilson 3 , les États-Unis contribuent aujourd'hui à paralyser l'ONU 4 . Il n'en reste pas
moins que, dans des circonstances décisives, ce peuple insolent a fait triompher les
droits de l'homme. Si les victoires de l'Oncle Sam sont parfois contestables, une dé-
faite des États-Unis n'a jamais été une victoire de la liberté.
En politique intérieure, la bannière étoilée semble également partir en morceaux.
Le problème noir y laisse une déchirure ouverte. Aux yeux de l'Européen moyen, les
écarts de salaires atteignent, outre-Atlantique, des seuils insupportables.

9-T
EXERCICE 2 . Les phrases suivantes ont été rendues incompréhensibles par le mauvais
emploi des pronoms. Récrivez ces phrases de façon à éviter toute ambiguïté des pro-
noms.
ι . La communication entre les jeunes et leurs grands-parents n'est pas toujours
aisée. Ils prennent parfois pour leur parler un ton pédagogique et moralisateur.
2. L'article sur ce problème a été écrit par un jeune rédacteur. Il en a étudié les
différents volets. Mais il a été ensuite presque entièrement refait par le chef de rubri-
que.

EXERCICE 3 . Dans le fragment suivant observez l'enchaînement thémo-rhématique


des idées. Quels sont les procédés employés pour reprendre les termes ?
La croissance dépend de l'augmentation de la productivité. L'augmentation de la
productivité dépend des innovations dans la conception et dans ses applications. Ces
applications prennent la forme d'une industrie à forte intensité de capital, aux dépens

1
Voir Appendice §i.
2
SDN (Société des nations) — Лига наций.
3 Wilson Thomas Woodrow — président des USA de 1913 à 1921.
4 ONU (Organisation des nations unies) — Организация объединенных наций.
de l'industrie à forte intensité de main-d'œuvre. Cela se traduit par des licenciements
dans le secteur à forte intensité de main-d'œuvre, notamment parmi les travailleurs
sans qualification ni formation. Le chômage prolongé entraîne la marginalisation so-
ciale. La marginalité représente un secteur fonctionnellement superflu où les pers-
pectives d'amélioration sont rares. Cette marginalité individualise le risque.
Le risque réduit l'efficacité des programmes d'aide aux déclassés. Les pathologies
sociales qui s'étendent absorbent une part croissante de fonds publics. Ces dépen-
ses grèvent les frais généraux du secteur social. Ceux qui restent dans le monde du
travail sont imposés, afin de faire face à l'augmentation des dépenses sociales. Pour
absorber ces coûts, il faut accroître la productivité et développer l'innovation. Le cer-
cle se répète à une échelle toujours plus grande.

8-ТГ
EXERCICE 4 . Évitez la répétition du terme par différents moyens.
ι. Nombreuxsont les médecins qui prêchent une alimentation saine et équilibrée.
Or, pour avoir ce genre d'alimentation il faut disposer de légumes et de fruits frais.
2. La population du Globe ne cesse d'augmenter. Cette augmentation est due
aux progrès de la science et de la médecine. Cette augmentation touche surtout les
catégories les plus pauvres et les affecte sensiblement.

EXERCICE 5 . Lisez le texte suivant et relevez tous les moyens servant à relier les élé-
ments du texte entre eux (procédés lexicaux, pronoms, connecteurs).
La notion de « travail noir » n'est pas toujours facile à définir. En effet, où finit le
« bricolage », le « coup de main » donné à un ami ? Où commence le travail illégal ?
D'autre part, celui-ci bénéficie souvent de la complicité générale : même les entrepre-
neurs du bâtiment hésitent souvent à le dénoncer. Il faut bien dire aussi que beau-
coup de travaux ne seraient sans doute pas réalisés s'il n'existait pas.
Quant à celui qui le fait exécuter, il y trouve de toute évidence un avantage de coût,
et peut être aussi un meilleur contact avec le travailleur.
La répression est donc très difficile.

Sbnr
EXERCICE 6 . Les phrases d'un texte court vous sont données ci-dessous en désordre.
Retrouvez l'ordre logique des phrases de façon à obtenir un texte cohérent. Le texte
a pour titre Qu'est-ce que les Lumières ?
ι. Les hommes de science et de culture se battent pour que la plus grande partie
de l'humanité puisse accéder aux lumières du savoir.
2. La raison doit promouvoir le progrès sous toutes ses formes et doit contribuer
à l'amélioration de la vie (extension de la vaccination, progrès de l'hygiène).
3. L'Encyclopédie — dont les rédacteurs sont d'Alembert et Diderot — est en ce
sens un projet exemplaire des Lumières : elle est le remède contre la maladie du siè-
cle, l'obscurantisme.
4. On appelle époque des Lumières ce moment de la seconde moitié du XVIII e siè-
cle européen où les écrivains et philosophes, affirmant une confiance absolue dans le
pouvoir de la raison, veulent être les guides spirituels de temps nouveaux.
5. Largement illustrée, elle doit permettre à tous de s'initier aux nouvelles décou-
vertes scientifiques et techniques.
6. Et c'est avec un espoir total et une confiance absolue que les hommes croient
au progrès qui est une idée toute neuve en Europe.
7. Mais les Lumières ne se contentent pas de vouloir faire reculer l'ignorance.

§ 2 . CONNECTEURS

La structure d'un texte argumentatif est l'organisation logique de ses idées. Elle
est soulignée par la présence de mots de liaison — appelés aussi connecteurs — qu'il
est important de maîtriser pour bien comprendre le raisonnement de l'auteur ou pro-
duire un texte bien structuré.
Les mots de liaison, très nombreux, expriment des valeurs différentes : valeur ad-
ditive, consécutive, concessive, causale etc. Ces mots servent à relier les termes d'une
proposition, plusieurs propositions ou les parties d'un texte. On distingue quatre ty-
pes de mots de liaison : conjonctions de coordination {mais, ou, et, donc, car, etc.),
adverbes (d'abord, enfin, pourtant, au contraire, etc.), conjonctions de subordination
(parce que, bien que, à condition que, etc.) ; prépositions (sans, grâce à, à cause de,
malgré, etc.). À ceci s'ajoutent de nombreux verbes, noms et adjectifs pouvant aussi
servir d'articulateurs logiques (il en découle que.., cela revient à, à ceci s'oppose, cela
a pour effet, la cause en est, etc.). Enfin, les rapports logiques peuvent être exprimés
par des moyens syntaxiques tels que la proposition participiale, les propositions jux-
taposées, etc. 1

I. Pour exprimer la progression ou l'énumération, on emploie les termes suivants :


premièrement, deuxièmement, etc. ; en premier lieu, en second lieu, en dernier
lieu ; premier (point), deuxième, troisième, etc. ; d'abord, ensuite, puis, après,
de plus, d'ailleurs, par ailleurs, en outre, d'une part, d'autre part, enfin ; com-
mencer, ajouter, terminer, finir, conclure.
Pour ajouter :
aussi, également, de même ;
Pour introduire un exemple ou une explication :
par exemple, en effet, ainsi, notamment, en particulier, c'est-à-dire, à savoir,
soit.
Pour surenchérir :
non seulement... mais aussi, de surcroît, bien plus, voire, et même, sinon.
Pour mettre en relief :
surtout, avant tout, tout particulièrement, a fortiori.
Pour exclure :
sans, sauf, hormis, excepté, à part.

1
Voir Appendice §1.
EXERCICE 1. Repérez les termes de progression.
La Suisse est un incontestable carrefour européen. Le canton de Neuchâtel a le
même rôle à l'intérieur du pays. Pour la culture, pour l'histoire, nous sommes une
passerelle entre les langues de notre pays.
Les grandes époques de la Suisse ont toujours coïncidé avec les périodes où ses
portes étaient grandes ouvertes vers l'extérieur. C'est vrai pour la Suisse, peut-être
plus encore pour Neuchâtel. Les Huguenots, qui émigrèrent au Moyen-Âge, puis les
familles juives, enfin l'afflux des voisins français, ont donné à notre canton des impul-
sions culturelles et économiques extrêmement précieuses.
Neuchâtel est connu pour ses montres. Nous avons non seulement une tradition
industrielle, mais aussi une forte tradition de formation grâce à nos écoles de com-
merce, à nos technicums et avant tout à notre université. Une politique active inten-
sive est la troisième dimension de nos traditions.
Mais pour gagner, il faut être le meilleur et pour être le meilleur, il faut avoir un
avantage spécifique. Si je dois énumérer les avantages spécifiques naturels les plus
importants de Neuchâtel, je citerais tout d'abord le potentiel microtechnique de l'in-
dustrie horlogère, avec la qualité de sa main d'œuvre, son infrastructure appropriée
intégrant nos écoles ainsi que de nombreuses PME 1 comme sous-traitants, et le génie
technique de la Montagne Jurassienne.
J'évoquerais ensuite les produits de luxe, avec l'idéale combinaison triple de notre
infrastructure industrielle, du charme et de l'internationalité de Neuchâtel et du Swiss
Appeal 2 .
je terminerais enfin en rappelant notre position de carrefour naturel multilingue,
base simultanée des marchés latins et germaniques.
Karl Dobbler, conseiller à la promotion
économique du canton de Neuchâtel

8-і
EXERCICE Relevez les termes de progression et d'énumération. Remplacez-les par
2.
des synonymes.
Bien vieillir est le souhait légitime de chacun de nous, mais les chances d'y parve-
nir ne sont pas les mêmes pourtous. D'abord, le cadre supérieur a une espérance de
vie plus grande que celle de l'ouvrier, sa vie professionnelle s'étant déroulée dans un
contexte moins fatigant. Ce même cadre, par ailleurs, de par sa situation financière,
peut agrémenter sa retraite d'activités enrichissantes que l'ouvrier ne peut pas se
permettre : voyages, abonnements à des revues, etc.
À ces inégalités sociales s'ajoutent les inégalités biologiques. En effet, les années
agissent différemment sur chacun de nous, les organes des uns vieillissent plus vite
que ceux des autres. L'hérédité entre également en jeu en ce domaine, ralentissant le
processus de vieillissement dans certaines familles, l'accélérant chez d'autres.

1
PME — petites et moyennes entreprises.
2
angl. attrait suisse.
Enfin, l'âge a moins d'effet sur la femme que sur l'homme, ce fait étant lié au ter-
rain hormonal. Ainsi, les chances d'une vieillesse heureuse dépendent de nombreux
facteurs, variables selon les êtres, et ne sont donc pas égales pour tous.

9—τ
EXERCICE 3 . Remplacez les points par les connecteurs de progression suivants:
d'abord, puis, enfin, à commencer par, tout particulièrement.
La médiocrité du cadre de la vie moderne est ressentie par beaucoup, ... par les
citadins et, entre autres, par ceux des très grandes agglomérations,... Paris.
Ce sont ... les logements, HLM 1 inesthétiques, grands ensembles monotones,
quartiers nouveaux ou villes nouvelles conçues selon des nécessités techniques, ra-
tionalisées mais sans âme. Certains s'en accommodent; d'autres ne songent qu'à
s'en évader. ..., c'est la cohue des transports surchargés, souvent les files d'attente
dans les vapeurs d'essence et le vacarme de la circulation, pour arriver au lieu de
travail.
..., les lieux de travail. Ils ne sont pas tous désagréables, mais, qu'il s'agisse de
bureaux ou d'ateliers, combien sont vétustés, mal éclairés, bruyants, trop chauds ou
trop froids, empreints d'une atmosphère de contrainte, de presse, d'anonymat.

9—τ
EXERCICE 4 . Introduisez dans ce texte les connecteurs suivants : ainsi (3 fois), c'est-à-
dire, d'abord, d'autre part, d'une part, enfin, or, par ailleurs, par exemple, sauf, sinon.
L'homme et la femme ne sont pas égaux dans la vie professionnelle. À travail
égal,..., le salaire n'est pas égal,... dans la fonction publique on constate dans le
secteur privé des différences d'appointements de l'ordre de 20 à 3 0 % entre un homme
et une femme occupant le même poste de travail. Quand cette situation est justifiée,
elle l'est toujours par des propos oiseux. On parle, d'une santé féminine plus
délicate, plus sujette à l'arrêt de travail. ... une femme s'avère dans la vie tout aussi
résistante qu'un homme,... plus les possibilités d'avancement ne sont pas les
mêmes pour une femme que pour un homme celui-ci gravit plus rapidement les
échelons de la vie professionnelle ; il est autorisé à s'avancer beaucoup plus
loin qu'une femme dans le profil d'une carrière. Il est rare ... qu'on confie à une femme
des postes de haute responsabilité, tandis que les hommes PDG 2 , chefs d'entreprise
ou chirurgiens abondent sur le marché.... , l'homme et la femme ne sont pas égaux
devant le chômage, ... devant la recherche d'un emploi. Les chiffres sont là, indiscu-
tables : les femmes représentent à elles seules plus de la moitié des demandeurs
d'emploi, les employeurs embauchant de préférence des hommes l'on constate
que l'homme et la femme sont loin d'être à égalité dans la vie professionnelle et que
cette situation, pour injuste qu'elle soit, est bien patente.

1
HLM — habitation à loyer modéré.
2
PDG — président directeur général.
II. Pour exprimer la cause on emploie les mots suivants :
car\ en effet2 ;
parce que, comme, puisque3, du moment que, dès lors queh, étant donné que,
du fait que ;
à cause de, grâce à, faute de, à force de, de, par, pour ;
cause (β, raison (f), motif (m), facteur (m), etc. ;
découler, provenir, dériver, procéder, etc.

La cause peut aussi être exprimée par une proposition participiale, un nom, un
participe ou un adjectif en apposition :

Les instructions ne leur étant pas parvenues, les employés ne savaient plus que
faire.
J e u n e et dynamique, il possédait tous les atouts p o u r réussir.
Habitué à son quartier, il refuse de déménager.

8-ТГ
EXERCICE 5
a) Dans cette lettre, soulignez les expressions qui marquent la cause.
b) Vous n'avez pas réglé à temps votre loyer et vous êtes prié de déménager de votre
chambre dans la cité universitaire. Rédigez sur le modèle ci-dessous une lettre pour
protester contre cette décision.

Monsieur le Doyen,
de la Faculté de droit
de l'université de N
Monsieur le Doyen,
Pouravoirmanqué 50 heures de cours, j'ai été pénalisé assez sévèrement puisque
l'on m'interdit maintenant de me présenter aux examens.
Ce n'est pas que je refuse de reconnaître mes torts, mais je fais remarquer que mon
absence de vingt jours est due à des raisons assez sérieuses. Ce n'est pas par manque
de discipline, ni par négligence que je n'ai pas assisté aux cours, c'est parce que j'étais
très occupé par un travail urgent que je ne pouvais refuser n'ayant pas de ressources
suffisantes pour couvrir mes dépenses strictement nécessaires. (Comme il avait perdu
son emploi, mon père s'était vu contraint de me priver de son aide financière).
Aussi, étant donné mes circonstances exceptionnelles (car je les considère vrai-
ment comme telles), je vous prierais, Monsieur le Doyen, de bien vouloir m'autoriser

1
Voir Appendice §2.6.
2
Voir Appendice §2.8.
3 Voir Appendice §2.6.
4 Voir Appendice §2.7.
à me présenter aux examens. Vu les faits que je vous ai exposés, j'espère que vous
y serez favorable.
Je vous remercie à l'avance et vous prie de croire, Monsieur le Doyen, à mes senti-
ments distingués.
Serge Berg, étudiant de troisième année

8—r
EXERCICE 6. Exprimez le lien de cause entre les propositions. Variez les connecteurs.
ι . L'hiver a été particulièrement doux et sec. Les réserves d'eau ont beaucoup
diminué.
2. Hannibal ne gagna pas la guerre contre Rome. Il s'attarda trop longtemps dans
l'agréable ville de Capoue.
3. Les industriels installent souvent leurs usines dans les pays pauvres. La main
d'oeuvre y est moins chère.
4. La médecine se révèle parfois impuissante à guérir certaines maladies. De
nombreuses personnes font appel à des rebouteux.
5. Les programmes scolaires sont très chargés. Les lycéens ont du mal à concilier
études et loisirs.

III. La conséquence est exprimée à l'aide des termes suivants :


Ainsi1, donc, par conséquent, en conséquence, aussi2 {en tête de proposition,),
c'est pourquoi, par suite, dès lors3, d'où, de ce fait, du coup ;
de sorte que, de façon que, de manière que, si bien que, si (tant, tellement,
tel)... que + indicatif;
conséquence (f), effet (m), résultat (m), impact (m), incidence (f), etc. ;
provoquer, causer, produire, susciter, entraîner, etc.

Attention !
Faites attention aux nuances de sens qui distinguent les connecteurs
suivants :
Donc souligne le caractère logique d'une conséquence.
Ainsi désigne tout ce qui vient d'être dit et en montre la conséquence.
Pour cette raison, ce terme s'emploie beaucoup en fin de paragraphe.
Par conséquent introduit souvent la conséquence d'une consé-
quence.
En conséquence est fréquent dans le style administratif.
Dès lors introduit souvent la conséquence d'un fait daté.
C'est pourquoi se borne le plus souvent à introduire la conséquence
sans nuance particulière.

1
Voir Appendice §2.2.
2
Voir Appendice §2.1.
3 Voir Appendice §2.7.
EXERCICE 7. Observez l'emploi des connecteurs de conséquence.
ι . Tous les hommes sont mortels, or Socrate est un homme, donc Socrate est
mortel (exemple d'un syllogisme).
2. À quoi sert un chercheur ? Avanttout à satisfaire un besoin de l'homme, besoin
aussi dévorant que la faim et la soif : celui de comprendre le monde dans lequel il est
plongé. Toute société humaine s'efforce de fournir une réponse aux questions que
chacun de nous se pose sur ce qu'il est, sur son passé, sur son avenir. Or la science
apporte une des réponses possibles. Le chercheur joue donc le même rôle que le bou-
langer : il contribue par son travail à apaiser, provisoirement, une faim.
3. Les systèmes de communication sont tels que la transmission d'une informa-
tion suit instantanément son repérage. Ainsi, le public est-il averti d'un événement au
moment même où celui-ci commence à se produire.
4. Les techniques évoluent constamment, modifiant les méthodes de travail. Un
même métier est appelé à se transformer au cours des années, au point de s'en mé-
tamorphoser parfois. Dès lors, qui ne se sent pas à l'aise hors de l'activité à laquelle
il s'est habitué, est voué à l'inadaptation.
5. Il est assez naturel que les jeunes Français qu'on a pris la peine d'instruire
n'aient aucune envie de se consacrer aux basses œuvres de la production. Ils préfè-
rent être chômeurs plutôt qu'O.S. 1 Aussi manque-t-on de travailleurs manuels, alors
que demeurent inemployés de nombreux jeunes gens, plus ou moins « littéraires ».
6. J'ai été très pris la semaine dernière, c'est pourquoi je n'ai pas pu venir vous
voir.
7. De toute éternité, le travail aurait constitué le seul moyen de l'épanouissement
personnel et le seul fondement du lien social. Cette affirmation me semblait compor-
ter des risques. D'où ma tentative de démontrer le caractère totalement historique de
notre concept de travail.
8. Une erreur a été commise dans le libellé de l'épreuve de philologie du CAPES 2 .
En conséquence, le concours est annulé et reporté à une date ultérieure.
9. Marx pensait que les sociétés capitalistes étaient affectées de contradictions
fondamentales et que, par conséquent, elles iraient vers une explosion révolution-
naire.
10. Mais il reste vrai que le secteur social qui, au sens limitatif, est appelé politi-
que est celui dans lequel sont choisis ceuxqui commandent et les procédés selon les-
quels ils commandent. Par suite, ce secteur de la vie sociale nous révèle le caractère
humain ou non humain de la collectivité toute entière.
11. Si le Traité de Rome de 1988 créant la Cour pénale internationale était déjà en-
tré en vigueur, alors la poursuite et le châtiment des terroristes pourraient intervenir
sans rencontrer les obstacles évoqués. Le traité prévoit en effet la collaboration de
tous les États signataires avec la Cour. Du coup disparaîtraient toutes les difficultés
liées à une procédure d'extradition.

1
O.S. — ouvriers salariés.
2
CAPES — certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement secondaire.
8—r
EXERCICE 8. Remplacez les points par ainsi, donc, par conséquent, c'est pourquoi, dès
lors, en faisant attention aux suggestions entre parenthèses.
ι . La toi française et ainsi faite que, contrairement aux législations en vigueur
dans la plupart des autres grands pays européens, elle prescrit les crimes de guerre
et interdit... de les dénoncer et de les poursuivre.
(L'auteur raisonne pour arriver à une conclusion logique.)

2. Je n'ai pas compris ce qu'on me demandait,... j'ai commis cette erreur.


(Une simple explication)

3. Hier matin, la route était enfin dégagée...., les secouristes pouvaient passer et
atteindre la zone sinistrée.
(Il s'agit de la conséquence d'un fait daté.)

4. Parsuite d'une compression du personnel, j'ai perdu mon emploi à la banque.


Je me suis donc trouvé dans une situation financière difficile et... je n'ai pas pu régler
la tranche du crédit dans les délais requis.
(Ce terme introduit la conséquence d'une conséquence.)

5. La « communauté internationale » (euphémisme comique) passe son temps


à récriminer contre le « gendarme du monde », mais, en même temps, dès que les
Américains s'abstiennent de jeter leur poids dans la balance, on leur en fait égale-
ment grief. La réticence récente des États-Unis à servir d'arbitre dans l'actuel conflit
israélo-palestinien a suscité un peu partout des critiques indignées ou ironiques.
..., quand ils interviennent, ils ont tort ; quand ils n'interviennent pas, ils ont égale-
ment tort. conclusion d'un paragraphe)

EXERCICE 9 . Trouvez la conséquence.


1. Robert ne manque jamais à sa parole ; donc ...
2. Le chauffeur de taxi est passé au feu rouge ; en conséquence,...
3. Monique n'a pas su tenir sa langue, alors ...
4. Il a signé un chèque sans provision ; par conséquent...
5. Jean-Paul n'avait pas réparé les freins de sa bicyclette, c'est pourquoi...
6. Son réveil n'a pas sonné ; aussi...
7. J'ai rencontré Paul hier alors que je le croyais à l'étranger, d'où ...
8. La solitude offre le silence et la concentration. Par là, elle est éminemment
favorable à l'étude. En outre, la solitude favorise le contact avec l'art qui
crée en nous une impression toute personnelle qui ne se goûte que dans
l'isolement. A i n s i . . .
9. Hier matin, la route nationale était enfin débarrassée d'encombrements cau-
sés par la tempête. Dès lors ...
10. Au moment de payer l'addition, mon ami s'est aperçu qu'il avait oublié son
portefeuille. Du coup,...
EXERCICE 1 0 . Dans toutes les phrases suivantes, la proposition subordonnée ex-
prime la cause du fait présenté dans la principale. Récrivez les phrases à l'envers
de manière que la subordonnée devienne la principale. Choisissez une conjonction
adéquate.

ι. Notre salle de séjour paraît plus grande parce que nous avons enlevé des meu-
bles encombrants. ·> Nous avons enlevé des meubles encombrants ... notre
salle de séjour paraît plus grande.
2. Je suis arrivé en retard parce que j'ai été pris dans un embouteillage. > J'ai été
pris dans un embouteillage ... je suis arrivé en retard.
3. Les parents étaient très inquiets parce que leur enfant se sentait de plus en
plus mal. •)· Leur enfant se sentait de plus en plus mal... les parents en étaient
très inquiets.
4. Le petit ne pouvait bouger parce qu'il avait extrêmement peur. ·> Le petit avait
... peur... il ne pouvait bouger.
5. Cet objet ne peut être vu à l'œil nu parce qu'il est trop petit. > Cet objet est...
petit... il ne peut être vu à l'œil nu.

EXERCICE 1 1 . En gardant l'ordre des propositions, reliez-les à l'aide d'un connecteur


qui convient pour exprimer la relation logique (cause ou conséquence).
1. Paul s'est levé trop tard. Il a manqué le train.
2. La voiture de mon frère est vieille. Personne ne veut l'acheter.
3. Les salaires des ouvriers sont insuffisants. On peut s'attendre à de nouvelles
grèves.
4. Mon fils a abandonné le cours d'anglais. Il n'a aucune vocation pour les lan-
gues étrangères.
5. Il y a eu un accident sur cette autoroute. Le trafic y est perturbé.

EXERCICE 1 2 . Les propositions ci-dessous expriment un fait, sa cause et sa consé-


quence. Reliez-les en une seule phrase à l'aide de moyens différents.
1. a) Les parties n'ont pas pu surmonter leurs égoïsmes nationaux.
b) Les négociations n'ont pas abouti.
c) L'accord que tout le monde espérait ne pourra pas être signé.

2. a) Ce conducteur a brûlé le feu rouge.


b) L'agent l'a arrêté.
c) Il a dû payer une amende.

3. a) Il y a eu un accident sur l'autoroute.


b) L'autoroute a été fermée.
c) Un gigantesque embouteillage s'est produit.
8-НГ
E X E R C I C E 1 3 . Le chômage des 1 6 - 2 5 ans ne cesse de progresser ; il frappe de plus en
plus les diplômés du supérieur.
a) Trouvez ci-après et classez en deux colonnes les causes et les conséquences de ce
phénomène social.
b) Rédigez à ce sujet un texte cohérent en utilisant des connecteurs de cause, de consé-
quence et de progression.

A. L'université forme des gens passifs, déboussolés par l'immense écart qui sé-
pare l'univers scolaire du monde foisonnant et imprévu de la vie active.
B. Le manque de vision et de souci prospectif de l'État est proprement affolant.
Faute d'un travail de fond sur les formations et les débouchés, les politiques ont mul-
tiplié les trains de mesurettes baptisés « plans jeunes » qui ont tous connu le même
insuccès.
C. Les facs pensent que l'insertion professionnelle des diplômés n'est pas leur
problème.
D. Nul n'est plus surpris de trouver dans une entreprise un bac+4 1 de 28 ans tra-
vailler pour un petit smic.
E. Ces jeunes qu'on a trop cocoonés et si mal préparés à la vie active vont devoir se
débrouiller. La génération élevée dans le précaire, l'intérim et le dérogatoire va peut-
être faire naître une société plus souple et inventive.
F. Les 30-45 ans ont bâti un sanctuaire dont ils tiennent les jeunes écartés et dont
ils ont expulsé les vieux.
G. L'entreprise profite de la situation : au lieu d'embaucher un jeune diplômé, elle
lui propose un stage ou un CDD 2 de six mois peu rémunéré, l'exploite et le met à la
porte.
H. Les superdiplômés sont obligés d'accepter des emplois sous-qualifiés. Décro-
cher un bac+4 P o u r fai r e I e travail d'un bac+2 ? Gâchis économique, gâchis humain.
I. Avec la crise les boîtes n'ont plus besoin de nouveaux spécialistes. Dans le pri-
vé, les formations trop pointues (doctorat) font peur et les générales (lettres, histoire,
langues...) se vendent mal.

IV. Pour exprimer la concession on emploie :


mais, or3, pourtant, cependant, néanmoins, toutefois, tout de même, quand
même, toujours est-il, cela n'empêche, il n'en reste pas moins ;
certes..., mais ; il est vrai que..., pourtant;
malgré, en dépit de, au méprit de ;
bien que, quoique + subjonctif;
avoir beau, etc.

1
Un diplômé du baccalauréat et d'un diplôme universitaire sanctionnant 4 ans d'études univer-
sitaires.
2
CDD — contrat à durée déterminée.
3 Voir Appendice §2.3.
Pour exprimer l'opposition :
au contraire, en revanche, par contre, inversement, en fait1 ;
contrairement à, à l'opposé de ;
alors que, tandis que, pendant que + indicatif;
s'opposer, contraster, etc.

EXERCICE 14. Observez l'emploi des connecteurs de concession et d'opposition.


ι . Il y a progrès économique si le niveau de vie de tous augmente. Or il se produit
exactement l'inverse. Une fraction de plus en plus importante de la population est
exclue de tout accroissement de bien-être.
2. Ce drame (le chômage des jeunes) est si connu, on en a tant parlé, qu'il a fini
par se fondre dans le paysage. Aussi familier que la tirade rituelle des politiques dé-
clarant que « la priorité des priorités » est désormais à la lutte contre le chômage des
jeunes. Pourtant on a atteint la limite du tolérable, et les automnes sont de plus en
plus chauds.
3. « Et pourtant elle tourne ! (la Terre) » — mot prêté à Galilée.
4. S'ils accusent volontiers les industriels, les politiques et les scientifiques de ne
pas avoir suffisamment protégé la nature, les Français n'ont cependant pas encore le
réflexe, à l'échelon individuel, de participer à cet effort.
5. L'Europe devrait penser à sa survie. La contraction démographique lui offre-t-
elle un avenir? Lequel? En Afrique, en revanche, la croissance démographique est
encore à son maximum historique.
6. Un des plateaux de la balance s'abaisse, tandis que l'autre se lève.
7. Que de jeunes gens tournent mal, alors que leurs parents étaient si honnêtes !
8. Seuls les pays ayant une politique de l'enfance moderne maintiennent une fé-
condité proche de l'équilibre. Au contraire, là où la politique familiale est faible, voire
inexistante le déficit démographique se creuse peu à peu.
9. Non, la France n'est pas en faillite financière. Certes, son déficit budgétaire est
important, mais il n'est dramatique qu'au regard de ce fameux critère de 3 % qui a peu
de sens économique. Certes, sa Sécurité sociale est loin d'être équilibrée, mais ce
trou reflète l'incapacité gouvernementale à maîtriser les dépenses de santé.
10. Si les Français dans leur majorité affirment qu'ils ont du temps à eux, il n'en
reste pas moins qu'ils en demandent encore davantage.
11. L'enfant de famille aisée est favorisé dans ses études par les apports culturels
de son milieu et par le soutien efficace que lui donnent ses parents. Inversement,
l'enfant déshérité part de bases culturelles beaucoup plus réduites, et ne peut profi-
ter longtemps de l'appui de ses parents lesquels sont vite dépassés par le niveau de
ses études.
12. Contrairement à certaines idées reçues, les Français sont dans leur ensem-
ble assez ponctuels. Mais ils tolèrent néanmoins certains retards qui peuvent s'ex-
pliquer : une demi-heure de retard pour le départ d'un avion ou chez un médecin ne
constitue pas un drame.

1
Voir Appendice §2.8.
13. Les manifestations des étudiants ont pris une ampleur inattendue, toutefois le
gouvernement a décidé de ne pas retirer la loi.

8—r
EXERCICE 1 5 . Remplacez les points par mais, or,pourtant, cependant, néanmoins, tou-
tefois, quand même, en tous cas, malgré tout.
1. Ma femme voulait que je l'accompagne au spectacle,... j'étais très pris par mes
affaires.
2. Ma femme a dit qu'elle irait voir ce spectacle. ... tous les billets étaient déjà
vendus ; elle a donc dû revenir.
3. Il regrette sa démarche ; il ne peut... pas faire machine arrière.
4. Elle s'habille simplement, et... avec beaucoup de goût.
5. Cette théorie a beaucoup d'adeptes, ... est-elle contestée par des chercheurs
sérieux.
6. Mon ami avait beaucoup de travail, mais il a ... trouvé le temps de me faire vi-
siter ce musée.
7. Ces mesures sont impopulaires, et... le gouvernement a dû y recourir.
8. Je ne veux plus rester ici. Que tu me suives ou non, moi,... je m'en vais.
9. Il ne vient toujours pas. C'est... à midi qu'il m'a donné rendez-vous.
10. Cet acteur est très connu,... il réussit à paraître dans des lieux publics sans être
dérangé par ses admirateurs.

8—τ
E X E R C I C E 1 6 . Remplacez les points par au contraire, par contre, en revanche, à l'op-
posé, inversement, alors que, tandis que.
1. La chambre de sa sœur est toujours en ordre ; ... dans la sienne tout est sens
dessus dessous.
2. Mes deux frères ont eu une évolution absolument contraire : l'aîné s'est assagi
au fil des ans ; . . . , l'autre, d'enfant silencieux et timide, s'est transformé en vrai
diable.
3. Le frère aîné est travailleur... le cadet est incapable d'un effort soutenu.
4. Il ne pense pas à son profit,... il est très désintéressé.
5. Nous ne tenons pas à imposer notre point de vue, ..., nous sommes ouverts
à toute autre proposition.
6. Tous mes amis passent leurs vacances dans le Midi ... moi, je préfère la Côte
Atlantique.
7. Jean-Marc ne connaît pas l'espagnol,... il parle très bien l'italien.

V. Pour exprimer le but on utilise les mots :


pour que, afin que, de peur (crainte) que + subjonctif;
de sorte que, de façon que, de manière que + subjonctif;
pour, afin de, histoire de + infinitif;
en vue de, de peur (crainte) de + infinitif ou nom ;
à cet effet, à cette fin ;
but (m), dessein (m), fin (f), objet (m), objectif (m), propos (m), intention (f),
visée (f) ;
les verbes de volonté demander, exiger, chercher, tenter, etc.

EXERCICE 17. Trouvez les expressions de but.


ι . Cet ouvrage, destiné aux étudiants de niveau supérieur, s'adresse également
à tous ceux qui souhaitent perfectionner leurs connaissances pratiques de la langue
française.
Pour aider l'étudiant soucieux d'acquérir la maîtrise de la phrase complexe, une
place importante a été accordée aux exercices de substitution et de transformation.
La terminologie grammaticale se veut la plus simple possible afin de rendre le
manuel accessible à tous.
Ce manuel a pour objectif d'essayer de combler les lacunes et de remédier aux
maladresses les plus fréquentes de nos étudiants.

2. Nous ne cherchons d'aucune façon à vous imposer notre volonté. Notre but est
de vous faire partager nos idéaux et de faire en sorte que vous adhériez de bon gré
à notre cause généreuse de protection de la nature. À cet effet, nous allons multiplier
nos efforts pour expliquer patiemment et inlassablement nos objectifs afin que tout
Etat, toute entreprise, toute association, tout ménage, tout individu fassent siennes
ces nobles intentions.

VI. La condition et l'hypothèse s'expriment par les termes suivants :


si, sauf si, même si + indicatif ;
à condition de (que), à moins que, pour peu que, en admettant que, à supposer
que + subjonctif ;
à condition de, à moins de + infinitif ;
quand (bien même), au cas où + conditionnel ;
avec, sans + nom ; etc.

8-і
E X E R C I C E 1 8 . Repérez les connecteurs de but et de condition dans le dialogue ci-des-
sous. Faites attention aux modes des verbes.
— Si nous terminons notre projet en mars, nous pourrons le présenter au patron
avant son départ à la conférence.
— On le finira à condition de travailler 6o heures par semaine.
— À moins qu'il n'y ait d'autres problèmes !
— Et sauf si on fait grève, comme le syndicat le prévoit.
— Quand bien même on travaillerait nuit et jour, ce serait impossible !
— Non ! Au cas où on se répartirait bien les tâches, ce serait tout à fait réalisable.
— Il faut fixer la réunion du groupe pour que nous fassions le point. Notre intention
sera de repérer tous les points faibles du projet.
— Sans une mise au point on ne pourrait pas avancer nos recherches !
— À supposer que le projet soit terminé en mars, on devrait vérifier tous nos calculs
en vue de sa mise en œuvre immédiate.
— Le succès dépend de nous tous. Nous chercherons à déployer toutes nos res-
sources afin de le terminer avant fin mars.

8-r
EXERCICE 19. Repérez les connecteurs. Précisez leur valeur.
ι . Tout semble avoir été dit sur la publicité, et cependant l'une de ses fonctions
majeures n'est guère perçue, encore moins proclamée : c'est que la publicité est au
service du consommateur. En effet, sa mission est d'informer le public des caracté-
ristiques des produits offerts sur le marché. C'est grâce à elle (le répètera-t-on ja-
mais assez ?) que la vente de masse est rendue possible, et avec elle l'abaissement
des coûts. Il arrive pourtant qu'on reproche à la publicité d'informer mal, voire de
tromper. Face à cette accusation, la riposte spontanée du publicitaire est de s'insur-
ger : comment pourrait-on, en effet, parvenir à vendre tous les jours, et pendant des
années, un même produit à des millions de personnes si l'on mentait à son sujet ?

2. La France doit être assez réaliste pour admettre qu'elle n'est pas une super-
puissance. Elle doit avoir l'ambition d'un pays qui représente néanmoins une vraie
puissance.

3. Si l'on passe en revue les appareils en fonction de leur ancienneté sur le mar-
ché, on s'aperçoit que les nouveaux venus sont adulés par les jeunes, tandis que les
aînés préfèrent les découvertes de leur propre jeunesse. Ainsi, 9 6 % des plus de 70
ans possèdent la télévision en couleur, mais seulement 6 % usent du téléphone por-
table et 2 % de l'ordinateur. À l'opposé, les jeunes jusqu'à 29 ans sont 4 4 % à évoluer
avec un combiné nomade greffé sur l'oreille.

4. L'hôpital où l'on dîne « tard »


Un soir de semaine comme les autres, à l'hôpital Lyon-Sud (Rhône). Le personnel
commence à distribuer les repas dans les chambres. Quoi de plus banal que ce ballet
parfaitement réglé de chariots et de plateaux ? La routine cache, pourtant, une petite
révolution, dans ce milieu hospitalier où l'usage veut, en raison du système de rota-
tion des équipes soignantes, qu'on dîne très tôt, dès 18 heures. Sauf à Lyon, où la
direction, au prix d'un effort de réorganisation sans précédent, a réussi l'exploit de
retarder l'heure du souper à ... 18 h 30 ! [...]
Dans cet établissement de 900 lits, le défi consistait en effet à décaler le dîner
sans obliger les aides-soignantes et les infirmières à quitter plus tard leur travail.
C'est aujourd'hui chose faite, grâce à l'inversion de certaines tâches — par exem-
ple, refaire le pansement d'abord et servir le repas ensuite. L'équipe des cuisines,
en revanche, a prolongé son service de trois quarts d'heure. L'initiative devrait
rapidement faire école. Car l'heure du souper conditionne l'appétit. Qui influe di-
rectement sur le rétablissement du patient. Et donc, aussi, sur la durée de son
séjour.
E X E R C I C E 2 0 . Reliez ces propositions en un texte cohérent en exprimant les liens lo-
giques à l'aide des connecteurs adéquats.
Martine avait mis son réveil à 7 heures

(but) venir à l'heure à l'université


Сopposition) le réveil n'a pas sonné
Сcause) elle avait oublié d'appuyer sur le bouton
(1conséquence) Martine a manqué son premier cours
(conséquence) elle aura à recopier les notes de sa copine
(,hypothèse) Martine était moins distraite, cela ne lui serait pas arrivé.

8—r
EXERCICE 2 1 . Reconstituez le texte en rétablissant l'ordre logique des idées.

Dégradation du milieu naturel


A. D'autre part, même du point de vue intéressé de l'économie, l'environnement
est rentable. C'est ce qu'ont bien vu deux pays plus directement menacés que la Fran-
ce : Japon et États-Unis. Les économistes s'y livrent à des calculs prouvant que le
progrès de l'économie passe désormais par le progrès de l'environnement. Celui-ci
coûte et coûtera de plus en plus cher. Mais ce qu'on dépense pour lui est finalement
un investissement.
B. Action désintéressée, vision utilitaire se conjuguent donc pour faire prendre les
mesures qui s'imposent en faveur de l'environnement.
C. Certes, « l'environnement » est devenu un terme tellement à la mode que beau-
coup finissent par trouver qu'on en parte trop ou estiment que les nécessités écono-
miques doivent, en tout état de cause, avoir le dernier mot. Il y a là une grave erreur,
et elle est double.
D. La prise de conscience du mal est récente, tardive, insuffisante. Cette insuffi-
sance contribue à aggraver le problème. Chacun, peu ou prou, est responsable de la
pollution. Certains s'indignent de ce que font les autres : c'est déjà quelque chose !
Mais il y a aussi ceux qui n'ont pas conscience de la dégradation de l'environnement,
ou qui ne s'en soucient pas.
E. D'une part l'économie n'est pas un but en soi puisqu'elle est destinée à amélio-
rer le sort de l'homme. Or si l'on parle tant de l'environnement désormais, cela prouve
que l'économie pour elle-même ne suffit pas, que le cadre de vie a son prix et qu'avec
le niveau technique atteint c'est même lui qui devient prioritaire.
D'après Yves Trotignon. La France au XXsiècle

8-ТГ
EXERCICE 2 2 . Introduisez dans ce texte les connecteurs suivants : au contraire (2 fois),
d'ailleurs, donc (2 fois), enfin, en revanche, mais, on doit, par (3 fois).

L'incendiaire n'est pas un pyromane


Alors que le terme de pyromane est le plus souvent utilisé, c'est, [opposition],
à des incendiaires que [cause] la majorité des incendies criminels récents. « Les in-
cendiaires allument des feux [cause] vengeance, [cause] jalousie ou [cause] intérêt,
[opposition] sans souffrir d'aucun déséquilibre mental. Ils relèvent [conséquence] du
droit commun », explique le professeur jean-Marc Albi (hôpital Saint-Antoine, Paris).
Incendiaires sont [conséquence] l'ouvrier agricole qui voulait mieux débroussailler
son champ et le jeune garçon qui voulait venger son père.
Les pyromanes, [opposition], provoquent des incendies pour jouir du spectacle,
auquel ils prennent un plaisir pervers. Il existe [addition] plusieurs types de pyro-
manes selon les critères psychiatriques. Certains sont des débiles légers, d'autres
peuvent être, [opposition], d'une intelligence supérieure. Beaucoup d'entre eux sont
des psychotiques rêvant de purifier le monde par le feu. [progression], les psychiatres
insistent tous sur la publicité donnée aux feux de forêt qui jouerait un rôle « déclen-
cheur » chez les pyromanes en puissance.
D'après Le Monde

9-ТГ
EXERCICE 2 3 . Employez dans ce texte les connecteurs suivants : pourtant (2 fois), sauf
que, aussi, en effet, c'est-à-dire, mais (2 fois), voire, en ce qui concerne, comme.

La faim dans le monde


Avec l'augmentation du prix des produits agricoles, elle réapparaît brutalement.
C'était... prévisible, il fallait anticiper le problème et non pas le précipiter. On a fait
le contraire. La flambée des prix des denrées alimentaires a été catalysée, si ce n'est
provoquée, par l'absurde campagne des écologistes en faveur des biocarburants. Les
biocarburants sont une absurdité ... tant l'environnement que l'agriculture.... le pré-
fixe bio fait tout passer. A quand le vocable de biostupide,... de biocriminel ? ... le dit
Marcel Gauchet à propos des écologistes : « Sous l'amour de la nature, la haine des
hommes. »
... , le défi de la faim peut être relevé, à condition de mettre sur pied un vaste ré-
seau de distribution des produits agricoles. Ce qui limite l'agriculture mondiale, c'est
l'eau. On ne pourra développer une agriculture performante que dans les pays où il
pleut,... en climat tempéré : l'Amérique du Sud, une partie de l'Amérique du Nord et
l'Europe le monde utilise déjà 2 0 % de l'eau des fleuves, on ne peut guère aller
au-delà.
On peut... tenter d'augmenter la production dans les pays d'Afrique, ... à condi-
tion, dans ce cas-là, d'utiliser les OGM 1 appropriés.... en France nous sommes encore
à débattre de peurs fantomiques concernant ces fameux OGM.
D'après Le Point

1
OGM — organismes génétiquement modifiés.
Attention !
En analysant la structure logique d'un texte, il ne faut pas oublier
que les mêmes connecteurs (par exemple, mais, aussi, pourtant, car et
d'autres) peuvent avoir une « portée » différente. Ils expriment un lien
logique entre deux termes d'une proposition :

Il est jeune et pourtant très avisé ;


entre deux p h r a s e s :

Il n'a pas promis d'appeler. J'ai pourtant attendu son coup de fil toute
la journée ;
entre deux paragraphes ou deux grandes unités de sens d'un texte. Ce
sont ces derniers qui sont les plus importants pour en comprendre la
structure logique et en faire un bon résumé.

8-х
Exercice 2 4 . a) Quel est le lien logique entre les deux paragraphes du texte ? Par quel
connecteur est-il exprimé ? b) Existe-t-il d'autres mots de liaison à l'intérieur de chaque
paragraphe ? Quel est leur rôle ?
Depuis la fin du XIX e siècle, le racisme se manifeste de façon prédominante sous
la forme du nationalisme. Il apparaît d'abord dans le nationalisme xénophobe clas-
sique visant préférentiellement le pays voisin, ensuite dans les ethnonationalismes
contemporains qui rejettent les minorités et les « immigrés », jugés dangereux pour
l'identité du peuple dominant ou pour l'ordre intérieur, voire la souveraineté de l'État-
nation.
Il parait donc nécessaire que la lutte antiraciste tienne compte de ces vecteurs
privilégiés du racisme que sont les mobilisations antinationalistes, qu'elles prennent
appui sur des États-nations existants ou qu'elles s'affirment contre ces derniers en
prenant la forme de micronationalismes séparatistes.
Pierre-André Taguieff, philosophe,
politologue et historien

8-НГ
E X E R C I C E 2 5 . a) Dans le texte ci-dessous le mot aussi est répété trois fois. Son rôle
est-il toujours le même ? b) Le philosophe évoque trois problèmes qu'il avait abordés
devant les étudiants. Énumérez-les en gardant les connecteurs nécessaires.
J'ai abordé devant vos étudiants le problème de la justice. Ils ont été très intéres-
sés, notamment par son rapport avec l'indignation, la punition, la vengeance. Mais
aussi par son caractère institutionnel. C'est important pour des pays qui sortent d'une
indistinction entre la violence et le droit. J'ai également soulevé le problème de la
mémoire. Comment gérer sa propre mémoire sans être dans l'excès avec la commé-
moration sans fin, ou dans la fuite avec l'oubli vicieux. Je leur ai dit aussi que l'histoire
doit toujours être réécrite. On a tellement vécu dans l'idée d'une histoire officielle. Si
l'histoire est une critique de la mémoire — la mémoire esttoujours sélective — , il faut
aussi une critique de l'histoire. Ce n'est pas bouleversant qu'on réécrive actuellement
la révolution d'Octobre.
Paul Ricœur, philosophe

§ 3 . C H A M P S LEXICAUX

On appelle champ lexical l'ensemble des mots d'un texte qui se rapportent à une
même notion. Le choix des champs lexicaux sert à souligner une idée importante. Par
exemple, si l'auteur veut insister sur l'idée de racisme, il multipliera les termes se
rapportant à cette idée : races supérieures et inférieures, nationalisme, xénophobie,
purifications ethniques, etc.

Attention !
Si vous repérez un champ lexical abondant, vous êtes sûrs qu'il illus-
tre un point essentiel du texte.

8-ТГ
E X E R C I C E 1. Lisez le texte suivant. Quel est, selon l'auteur, le trait caractéristique de
la mentalité américaine ?
La religion affleure constamment chez les Américains. La devise « In God we Trust »
(en Dieu nous plaçons notre confiance) figure sur tous les dollars. Et c'est par un tradi-
tionnel « May God bless you » (puisse Dieu vous bénir) que les présidents américains
concluent souvent leurs discours adressés à la nation.
Cette invocation constante du Créateur n'est pas surprenante chez un peuple qui
célèbre comme un événement fondateur le débarquement, en 1620, sur la côte du
cap Cod, des Pères pèlerins du Mayflower. Ces puritains de la Nouvelle-Angleterre se
considéraient comme le peuple élu de Dieu.
Les siècles ont passé, mais ce messianisme des origines continue d'imprégner les
mentalités américaines.

D'après B. Le Gendre

Trouvez dans le texte les mots appartenant au champ lexical de religion.

8-і
E X E R C I C E 2 . Les trois extraits qui suivent exposent différentes conceptions du bon-
heur. Consultez le Dictionnaire des noms propres pour identifier les auteurs de ces
conceptions. Quelle phrase peut servir à résumer chacune de ces approches ?
a) Le bonheur se définit comme une simple absence de malheur.
b) Le vrai bonheur est dans la communion avec Dieu.
c) Le bonheur est dans l'action.
Prouvez votre choix en relevant dans les textes les champs lexicaux se rapportant au
malheur, à la religion, à l'action.
ι . Saint-Augustin, haute figure du christianisme, oppose le bien-être banal de
l'homme de chair à la joie extatique du croyant : « Deux amours ont bâti deux cités.
L'amour de soi jusqu'au mépris de Dieu, la cité terrestre. L'amour de Dieu jusqu'au
mépris de soi, la cité céleste ». Ce bonheur divin, les grands mystiques la ressentent
parfois dans leurs visions et leurs transes. Mais pour le commun des mortels, c'est
seulement au paradis que l'on peut être heureux.
2. Le fait d'être heureux doit se conquérir non pas au ciel, mais ici, sur terre ; non
par le plaisir, mais par la vertu. Il découle de l'accomplissement de soi. Cette concep-
tion est partagée par de nombreux athées. « Le bonheur ne se veut pas tout fait, mais
sur mesure », écrivait André Gide dans L'Immoraliste. Autrement dit, tout le monde
peut le construire par ses actes, en réalisant quelque chose d'utile à la collectivité.
« Le bonheur, c'est réaliser dans l'âge d'homme ses rêves de jeunesse », affirmait en
1914 Léon Blum.
3. Certains pensent que le bonheur est un leurre destiné à étouffer les angoisses et
les souffrances de l'être humain. Au XIX e siècle, le philosophe Schopenhauer le définit
de manière purement négative : loin de correspondre à un accord suprême entre soi et
le monde, comme le voulait Platon, le bonheur n'est au mieux qu'un arrêt provisoire de
la douleur. Gustave Flaubert, lui, le définissait comme « un mensonge dont la recherche
cause toutes les calamités ». De son côté, Jules Renard confiait au début du siècle dans
son Journal : « On n'est pas heureux. Notre bonheur, c'est le silence du malheur ».

EXERCICE 3 . Lisez attentivement ce paragraphe et observez les termes soulignés.


1. Leur capacité de raisonner. les hommes l'ont utilisé pour comprendre peu à peu
le fonctionnement du monde qui les entoure. Au-delà des apparences, ils ont su dé-
couvrir des constances, imaginer des lois, élaborer des modèles explicatifs. Leur cer-
veau leur a appris à ne pas toujours croire les yeux. Ce qui était mystère est devenu
phénomène conforme à la prévision. Grâce à la science, les hommes ont pu reculer la
frontière qui sépare ce qu'ils dominent de ce qui leur échappe. Ils ont ainsi développé
leur prise sur ce qui les entoure.
Peut-on regrouper ces termes ? Autour de quelle notion ? Quelle est l'idée principale du
paragraphe ?
Les deux paragraphes suivants appartiennent au même texte. Lisez-les attentivement
et trouvez vous-même les mots que l'on peut regrouper autour d'une autre notion. Re-
trouvez cette notion pour chacun des deux paragraphes.
2. Leur capacité de s'émouvoir, les hommes l'ont utilisée pour forger d'étranges
concepts, ainsi la beauté ou l'amour. Nous nous émerveillons devant un ciel d'été,
mais il n'est beau que parce que nous le regardons. Dans cet univers qui ne sait
qu'être, nous avons apporté l'émerveillement devant ce qui est.
3. Leur capacité à prendre conscience d'eux-mêmes, les hommes l'ont utilisée
pour imaginer des exigences, ainsi l'égalité, la dignité, la justice. Quelles étranges
inventions ! Rien dans la nature ne nous enseigne l'égalité, ni la dignité, ni la justice.
Mais nous avons, sans que l'inspiration en vienne d'ailleurs que de nous, déclaré un
jour que nous voulions réaliser l'égalité en droit de tous les hommes.
§ 4 . SYSTÈME D E N O N C I A T I O N

Le système d'énonciation est l'ensemble des indices qui permettent de com-


prendre :
• qui parle,
• qui prend à son compte les opinions ou les jugements prononcés,
• qui est le destinataire du message.
Dans un texte argumentatif il faut savoir identifier précisément celui à qui appar-
tienttel ou tel propos, afin de ne pas attribuerà l'auteur les idées qui ne lui appartien-
nent pas et de déceler la polémique cachée éventuellement contenue dans le texte. Il
convient donc de distinguer deux notions : celle d'auteur et celle de locuteur.
L'auteur est celui qui a écrit le texte et dont le nom figure sur la couverture de
l'ouvrage ou en bas de l'article. Parfois, dans des textes informatifs, par exemple,
seule la voix de l'auteur se fait entendre. Mais parfois, dans d'autres textes (et cela
arrive très souvent dans les textes argumentatifs) l'auteur ne se limite pas à exposer
son propre point de vue. Alors il introduit dans le cours de son exposé plusieurs locu-
teurs dont il faut savoir distinguer les voix. Parmi les moyens composant le système
d'énonciation d'un texte on pourrait signaler les pronoms personnels, les adjectifs
possessifs, les pronoms et les adjectifs démonstratifs, les verbes d'affirmation et de
jugement, l'emploi de certains modes verbaux, notamment du conditionnel.

Attention !
Les pronoms personnels peuvent être ambigus. Le sens qui leur est
attribué dans le texte dépend des intentions de l'auteur.

Ainsi, le pronom je employé normalement pour désigner l'auteur du texte, peut


aussi indiquer une autre personne dont les paroles sont citées sous une forme voilée
sans introduction et sans guillemets (procédé qu'on appelle discours indirect libre).
Le nous peut désigner l'auteur comme synonyme de je. On appelle cet emploi le
« nous de modestie ».
Le nous s'emploie également pour désigner le lecteur/ le destinataire dans le cas
où l'auteur se solidarise avec le lecteur.
Le nous peut aussi s'employer ironiquement pour marquer une attitude contraire
à celle de l'auteur.
Le pronom on peut avoir différentes valeurs :
• une valeur d'indéfini : On m'a téléphoné plusieurs fois (on = quelqu'un) ;
• une valeur générale : On peut toujours ce qu'on veut pourvu qu'on le veuille
bien (La Rochefoucauld) (on = tout le monde) ;
• une valeur de substitut (on est utilisé à la place d'un autre pronom person-
nel) : On va faire une balade demain (on = nous).
Comme substitut, dans un texte argumentatif, on peut désigner :
• le locuteur (il est alors mis pour je) ;
• le destinataire, par exemple le lecteur (on = vous) ;
• l'adversaire qui n'est pas nommé (on = il(s)).
9—τ
EXERCICE 1. Quelle est la valeur de on dans les phrases suivantes ?
ι. On est souvent ferme par faiblesse, et audacieux par timidité. (La Rochefoucauld)
2. Il n'y a pas de liberté de l'esprit s'il n'est pas permis aux uns de soutenir des
choses qui semblent aux autres radicalement fausses. On me dira que toute liberté
est assurée à ce qui est vrai et juste : c'est la définition même de l'intolérance. Il est
trop facile de ne tolérer que les idées et les mots sur lesquels on est tous d'accord.
Q. D'Ormesson)
3. Je conjure, j'implore les intellectuels roumains d'essayer de se consacrer aux
problèmes essentiels et non aux problèmes sur les problèmes. On ne m'écoutera pas,
je le sais. (E. Ionesco)
4. Il est bien difficile d'affirmer qu'une psychanalyse a « guéri » quelqu'un ; elle
l'a peut-être guéri d'un comportement, d'une idée... Mais on ne peut pas dire qu'el-
le « guérit » une maladie au sens où les antibiotiques guérissent une pneumonie.
On peut être guéri des symptômes de la dépression, mais la cause est toujours là et
mérite d'être analysée.

E X E R C I C E 2 . Lisez le texte suivant. Dites quelle est la valeur de on dans la première


phrase. Qui s'exprime à travers le pronom je ?
Combien en voit-on de ces jeunes couples, souriants, émus devant M. le Maire, les
yeux humides, le cœur battant, lui guindé et bien coiffé, elle toute de blanc vêtue, se
retrouver accablés, le cœur en berne, l'âme noire charbon, quelques mois, quelques
années après.
Si j'avais su qu'elle n'aime pas Schubert! Si j'avais imaginé qu'il soit interdit
de séjour dans la région parisienne! Si j'avais su qu'elle voulait devenir député!
Si j'avais su qu'il croit à l'astrologie ! Si j'avais su qu'elle pense toujours que c'est
Louis XIV qui a été décapité ! Si j'avais su qu'il aime mieux le cassoulet que la chou-
croute ! Si j'avais su qu'elle refuserait de coudre mes boutons !
Eh bien, si j'avais su, j'aurais dit Non à M. le Maire !

EXERCICE 3 . Observez l'emploi des modes dans les contextes suivants. Faites attention
au conditionnel qui aide à exposer les idées auxquelles l'auteur n'adhère pas.
1. La philosophie en France, est-elle toujours vivante malgré ceux qui la tournent
en dérision ? Est-il devenu inutile de lire Jean-Paul Sartre 1 parce que son humanisme
ne serait plus de saison, ou Michel Foucault 2 parce que les dernières braises de Mai
68 seraient éteintes depuis longtemps ?
2. En écrivant mon premier livre sur le travail, j'ai voulu d'abord critiquer une idée
qui devenait un lieu commun à mesure que se développait le chômage, celle selon
laquelle, detoute éternité, le travail aurait constitué le seul moyen d'épanouissement

1
Sartre Jean-Paul — philosophe et écrivain français (1905-1980).
2
Foucault Michel — philosophe et essayiste français (1926-1984).
personnel et le seul fondement du lien social. Ma critique ne consiste pas à relativiser
le travail mais à attirer l'attention sur le fait que sa place centrale dans la société est
récente et qu'elle repose peut-être sur des ambiguïtés. (D. Méda)
3. Selon Gaston Bouthoul 1 , les guerres rempliraient aujourd'hui la fonction de
régulation qu'assuraient autrefois les grandes épidémies: elles aboutiraient à une
« relaxation démographique ». Elles seraient une sorte de soupape de sûreté. C'était
à peu près l'idée de Montaigne 2 . Cependant sous cet aspect simpliste, les théories de
la pression démographique sont critiquables. Les pays les plus peuplés ne sont pas
les plus belliqueux, sinon la Hollande serait la nation la plus guerrière d'Europe, étant
donné la densité de sa population. (M. Duverger)

9-ТГ
E X E R C I C E 4 . a) Lisez le texte suivant en faisant attention à la différence des opinions
qui s'y font entendre.
Chaque année, un lundi de novembre, deux auteurs de romans français font
l'ouverture du journal télévisé de 13 heures : le lauréat du prix Goncourt (créé en 1903)
et celui du Renaudot (créé en 1926). Qu'un pays mette ainsi sa littérature à l'honneur,
devrait réjouir tous ceux qui défendent les livres. Pourtant, à chaque fois, ce ne sont
que sourires en coin et accusations : les jurés, inamovibles, ne seraient pas indépen-
dants, les prix seraient truqués, et les éditeurs s'entendraient pour partager le gâteau.
Trois d'entre eux, Gallimard, Grasset et Le Seuil, à force d'avoir leurs habitudes sur les
podiums, sont même confondus sous le sobriquet commun de « Galligrasseuil ».
Tout serait donc attendu, prévu, verrouillé. Le lauréat n'aurait qu'à se réjouir
d'avoirété là au bon moment pourservir les intérêts de sa maison, empocher l'argent,
se taire, disparaître même parfois, tué par le succès. Il ne faudrait surtout pas qu'il se
mette à croire qu'on a distingué son livre et son talent.
Si la mécanique était aussi bien huilée, l'affaire serait entendue : les prix auraient
disparu, emportés par le ridicule et le discrédit. Mais ils survivent, dans un labyrinthe
d'intérêts symboliques, politiques et financiers dont les composantes changent pé-
riodiquement.

b) Parmi les phrases données, quelles sont celles qui correspondent au point de vue de
l'auteur du texte ? Les idées que l'auteur ne partage pas, à qui peut-on les attribuer ?
1. Les prix littéraires symbolisent l'intérêt que les Français continuent à porter
à leurs belles lettres.
2. Les jurys manquent d'indépendance et ne font que suivre les indications des
grandes maisons d'édition.
3. Ni le talent de l'auteur, ni la qualité de l'ouvrage ne sont véritablement pris en
compte. Ce sont les intérêts économiques qui prévalent.
4. Les prix littéraires survivent malgré toutes les luttes acharnées qui accompa-
gnent leur distribution.

1
Bouthoul Gaston — sociologue français (1896-1980).
2
Montaigne Michel — écrivain français (1533-1592).
EXERCICE 5 . Lisez le texte suivant et dites qui parmi les locuteurs soutient l'idée que la
France connaît un déclin culturel. Citez les idées du texte que l'auteur ne partage pas.
Au cours de sa nouvelle émission, « Double Je » Bernard Pivot demande à Neil Me
Gregor, directeur de la National Gallery, cet amoureux de la langue et de la civilisation
françaises, de lui donner une explication de notre déclin culturel. Le gentleman des
arts, d'accord sur le constat, avance poliment une explication surprenante. La vitalité
culturelle de la France serait inférieure à celle de la Grande-Bretagne, de l'Allemagne
et de l'Espagne parce que les Français seraient les seuls à ne pas savoir s'accommo-
der de l'hégémonie américaine. Nos complexes de colonisés-rebelles devant la pax
americana assécheraient notre inspiration. De quoi méditer !

E X E R C I C E 6 . Lisez le début de l'article suivant. Repérez les passages où l'auteur parle


en son propre nom. Quels sont les passages où on entend d'autres voix ? À qui appar-
tiennent les opinions que l'auteur ne partage pas ?

R É V I S I O N C O M P L È T E DE L A M A C H I N E
SARTRE
Seul un autre philosophe écrivain, un autre intellectuel engagé,
une autre bête médiatique pouvait nous rendre le vieux au grand complet.
Seul Bernard-Henri Levy pouvait exalter ce Siècle de Sartre.
PAR C A T H E R I N E CLÉMENT
Lévy. Quoi ? Encore lui ? Ce n'est donc pas

L y a vingt ans que Sartre est mort. Au


vrai, comme il n'aura vu ni la chute
du mur de Berlin ni les contrac-
tions chaotiques de la mondialisation en tra-
vail, on ne pense plus trop à lui. Ce n'est pas
fini, ce cinéma ? On croyait l'avoir lessivé une
bonne fois, et il ressuscite ? Il ne lui suffit pas
d'avoir une belle gueule, une belle femme, sa
marionnette aux Guignols ; il faut qu'il se re-
sa faute s'il a disparu avant le moment char- mette à la philosophie, et sur le dos de Sar-
nière. Enfin ! C'est bien triste. N'en parlons tre par-dessus le marché ? Que les salauds se
plus. taisent, que les bourgeois la ferment, que les
belles consciences ricanent à l'écart. Si vous
Or voici un pavé dans la mare aux silences.
ne voulez pas réfléchir, passez votre chemin.
C'est un livre qui crie l'amour du vieux, qui
C'est un livre qui parle de nous à tous nos
le chante, l'exalte, le sanglote, le pleure, et
âges, un livre d'histoire et d'idées, de chair et
se referme comme le livre de prières à la fin
de fureur.
d'un kaddish, lors d'un enterrement juif. Un
« pardon » pour Sartre, signé Bernard-Henri L'événement du jeudi
§ 5 . T H È M E ET THÈSE
Lorsqu'on procède à l'analyse de la structure logique d'un texte, il importe en pre-
mier lieu de définir le thème du texte et la thèse défendue par l'auteur.

Le thème est le sujet traité.

Il peut s'agir d'une notion générale : l'art, la culture, la société, la solidarité, etc.
Mais le plus souvent il s'agit d'une notion inscrite dans un cadre plus précis : l'art
abstrait, la culture de masse à l'ère du multimédia, la naissance de la société civile en
Russie, la solidarité interprofessionnelle, etc.

La thèse est l'opinion que l'auteur exprime sur le thème, en cherchant à convain-
cre le lecteur de la justesse de ses idées. Sur un même thème, des thèses différentes
peuvent être soutenues. Par exemple :

l'art abstrait (thème) :


• constitue une dégradation de l'art classique (thèse) ;
• intéresse beaucoup les jeunes (thèse) ;
• développe l'imagination (thèse) ;
• est une vision particulière du monde réel (thèse).

9-х
EXERCICE Pour chacun des textes suivants, indiquez quel est le thème traité.
1.

ι. Très peu d'entreprises françaises comptent des traducteurs permanents parmi


leurs salariés. Même les grands groupes ont réduit, si ce n'est supprimé, leur service
de traduction.
2. Une équipe de géologues de l'université de Floride estime que c'est l'activité
solaire qui aurait causé la disparition de la civilisation maya. Les recherches révèlent
en effet que, durant deux cents ans, des sécheresses à répétition, correspondant à un
accroissement de l'activité solaire, ont frappé la région. C'était au X e siècle, l'époque
de la disparition des cités mayas, pourtant en pleine splendeur.
3. À des degrés divers, dans toutes les sociétés, dès qu'elles ont pris quelque
extension, s'opposent l'opulence et la misère, l'obscurité et la gloire, la puissance et
l'esclavage. L'égalité des citoyens est-elle proclamée, il ne s'agit que d'une égalité
juridique. La naissance continue de faire peser sur tous la loi du hasard...
4. C'est sous la V e République que la télévision s'est massivement imposée en
France. Le général de Gaulle 1 a été l'un des premiers à saisir l'importance de ce nou-
veau média et à prendre l'habitude de s'adresser directement aux Français par son
intermédiaire. Ses successeurs l'ont imité.

1
De Gaulle Charles — homme d'État et général français (1890-1970).
8-T

EXERCICE 2 . Définissez le thème du texte suivant.


Les Français ont aujourd'hui plus de raisons d'optimisme que de déprime. Per-
sonne ne peut, bien sûr, faire abstraction de la réalité du chômage ni de la crainte
des jeunes et de leurs parents pour leuravenir. Mais ces problèmes sont en partie liés
à une profonde mutation, celle de la révolution industrielle de l'information et du dé-
veloppement des échanges qui l'accompagne. Or, en bien des points, cette mutation
est favorable aux Français.
A. Lévy-Lang

Parmi les phrases suivantes, quelle est celle qui exprime la thèse de l'auteur ?
A. La France vit aujourd'hui une période de transformations.
B. Les Français devraient plutôt se réjouir de la situation présente.
C. Les conséquences de la révolution d'information sont imprévisibles.

8—»
EXERCICE 3 . Définissez le thème du texte suivant.
C'est Jean-Pierre Chevènement 1 qui a dit un jour : « Un ministre, ça ferme sa gueule
ou ça démissionne ». Propos, sans doute imagé, mais qui illustre l'importance que
revêt la solidarité ministérielle pour l'efficacité de l'action gouvernementale. Le char
de l'État ne saurait, en effet, être tiré à hue et à dia par l'équipe au pouvoir. En vertu de
cette tradition constante du parlementarisme français, les ministres en désaccord avec
la politique définie par le chef du gouvernement sur un point essentiel ont, presque
toujours, soit remis leur démission spontanément, soit été contraints de la présenter.

Parmi les phrases suivantes, laquelle exprime le mieux la thèse de l'auteur ?


A. Par tradition, le rôle du chef de gouvernement dans la prise de décision au sein
de son cabinet est primordial.
B. Un ministre est obligé de faire des sacrifices au nom de la solidarité ministé-
rielle qui est un facteur déterminant de l'action efficace du gouvernement.
C. Les démissions des membres du cabinet portent préjudice à l'action gouverne-
mentale.

EXERCICE 4 . Dégagez le thème et la thèse des extraits suivants.


ι. Partout dans le monde, des experts s'interrogent sur la dangerosité des télé-
phones portables : sont-ils susceptibles ou non d'attaquer les cellules du cerveau ?
Arrêtez les recherches : la réponse est oui.
2. L'immigration a fait la France. Venus du nord, de l'est et du sud, des peuples
différents se sont retrouvés dans ce cul-de-sac géographique. Ce vieil héritage histo-
rique explique que la France reste, avec les États-Unis, parmi tes pays les plus ouverts

1C h e v è n e m e n t Jean-Pierre — h o m m e p o l i t i q u e f r a n ç a i s , m i n i s t r e d e l ' i n t é r i e u r d a n s le g o u v e r n e -
ment Jospin.
et les plus tolérants. Il n'est donc pas question de renier, aujourd'hui, ce qui a fa-
çonné l'identité française.
3. « Les bandits laids sont plus souvent condamnés que les beaux bandits » relève
le Times. L'expérience a été menée au cours d'une émission de BBC : un criminel fictif
doté d'un nez courbé et de petits yeux a été présenté à la moitié des téléspectateurs,
l'autre ayant à juger un homme plus séduisant. Résultat ? Sur 65000 appels télépho-
niques, 4 0 , 8 % des « jurés » ont condamné le laid... et 3 0 , 6 % le beau !
4. À l'époque contemporaine la place et le rôle de l'argent en politique se modi-
fient : s'il joue un moindre rôle dans la sélection des dirigeants ou l'expression des
citoyens, il est devenu un ingrédient indispensable au fonctionnement des organisa-
tions partisanes, des groupes de pression etde la communication politique. Et surtout
l'ampleur des interventions de l'État comme entrepreneur, pourvoyeur de services,
distributeur, régulateur, le met au cœur du marché et du système d'échanges. Par ses
décisions, l'État crée les plus-values et les rentes, fait et défait la richesse collective
et individuelle. L'argent est au cœur du système.
Y. Mény
5. Le Web moteur de la recherche d'emploi. Sept Français sur dix disent recourir
à Internet pour leur recherche d'emploi, d'après l'enquête du 5-е réseau internatio-
nal de travail temporaire, Kelly Services. Pour les 24-25 ans, l'utilisation de cet outil
touche 7 3 % des personnes interrogées. Mais même au-dessus de 45 ans, plus de la
moitié des Français se sont mis en ligne. Dans toutes les tranches d'âge, le Web arrive
devant les agences de recrutement (deuxième), la candidature spontanée, la presse
et les relations professionnelles ou personnelles.

§ 6 . THÈSE ET A R G U M E N T

Dans un texte argumentatif, celui qui écrit présente une thèse (l'idée qu'il veut dé-
fendre) en la justifiant à l'aide d'arguments (c'est-à-dire de preuves). Ces arguments
sont reliés de manière logique à la thèse qu'ils servent à justifier. Ils sont également
reliés les uns aux autres.

Il faut encourager les enfants à lire (thèse), parce que la lecture développe l'intel-
ligence ( i e r argument), et parce qu'elle stimule la créativité (2 e argument).

Ici, les deux arguments sont reliés à la thèse par la conjonction parce que (qui ex-
prime la cause), et ils sont coordonnés par la conjonction et.

8—г
EXERCICE 1 . Lisez le texte suivant. Quels sont le thème et la thèse du texte ? Combien
d'arguments citent l'auteur pour appuyer sa thèse ? Quels sont ces arguments ? De quel-
le façon les arguments sont-ils liés à la thèse et entre eux ?
Le paradoxe du courrier électronique, c'est qu'inventé pour la longue distance, il
triomphe dans la relation de proximité. Sur les campus américains comme dans les
grandes entreprises, l'e-mail est en train de devenir l'outil de base de la communi-
cation. Non seulement parce qu'il cumule les avantages du téléphone et de la lettre,
mais parce qu'il permet un autre type de communication, adaptée à l'évolution des
modes de vie...

9—τ
E X E R C I C E 2 . Lisez le texte suivant. Dégagez son thème et sa thèse. Quels sont les argu-
ments cités par l'auteur pour appuyer la thèse ? De quelle façon ces arguments sont-ils
introduits ? En quoi consiste le rôle de la dernière phrase du texte ?
Non, la valeur travail n'est pas morte. Le travail reste aujourd'hui une condition
sine qua non du bonheur. Qu'attend-on du travail? D'abord le plaisir de faire. Fa-
briquer, créer. Y compris dans l'immatériel : nous avons rencontré un ancien sou-
deur reconverti dans la gestion. Il explique qu'il prend autant de plaisir à boucler un
budget qu'autrefois à réaliser une belle soudure ! Ensuite, les personnes interrogées
valorisent énormément le contact avec autrui. S'enrichir par l'échange avec d'autres
personnes, aider, secourir, être secouru. Enfin, le travail permet d'approfondir ses
connaissances, s'épanouir personnellement. Faire, échanger, s'enrichir personnelle-
ment, voyager: il y a peu d'activités humaines qui autant que le travail permettent
tout cela en même temps.
D'après C. Baudelot

EXERCICE 3 . Lisez le texte suivant. Quelle est l'idée reçue que l'auteur veut démentir ?
Quelle est la thèse de l'auteur ? Quels sont les arguments cités par l'auteur pour appuyer
sa thèse ?

Beaucoup de citoyens estiment que, confortablement installés dans le canapé de


leur salon et en regardant sur le petit écran une sensationnelle cascade d'événements
à base d'images fortes, violentes et spectaculaires, ils peuvent s'informer sérieuse-
ment. C'est une erreur majeure. Pour trois raisons : d'abord parce que le journal télé-
visé, structuré comme une fiction, n'est pas fait pour informer, mais pour distraire ;
ensuite, parce que la rapide succession de nouvelles brèves et fragmentées (une
vingtaine par journal télévisé) produit un double effet négatif de surinformation et de
désinformation ; et enfin, parce que vouloir s'informer sans effort est une illusion qui
relève du mythe publicitaire plutôt que de la mobilisation civique. S'informer fatigue,
et c'est à ce prix que le citoyen acquiert le droit de participer intelligemment à la vie
démocratique.
I. Ramonet

EXERCICE 4 . Lisez le texte suivant. Quelle est l'idée reçue que l'auteur veut démentir ?
Quel est le rapport entre cette idée fausse et la thèse de l'auteur ? Quels sont les argu-
ments cités par l'auteur à l'appui de sa thèse ?

Au lieu de dire que le sous-développement est un scandale et que le développe-


ment est normal, il faut renverser les facteurs. C'est le développement qui est l'excep-
tion, l'exception miraculeuse, qui n'a fait son apparition dans l'histoire de l'humanité
qu'il y a trois ou quatre siècles, en Europe occidentale. Alors que le non-développe-
ment est le sort commun de l'humanité depuis son apparition sur la Terre. La famine,
les épidémies, la surmortalité, la surnatalité, la violence, les guerres tribales, etc. :
c'est cela l'ordinaire des siècles. Il ne faut donc pas se demander pourquoi il y a des
pays sous-développés, mais pourquoi il y a des pays développés.
A. Peyrefitte

Observez les moyens d'exprimer l'opposition employés dans le texte. Dans le résumé
qui suit trouvez les expressions de l'opposition et essayez de les remplacer en variant
les structures.

Quoiqu'on croie généralement que le développement est normal pour la société


humaine, l'histoire témoigne du contraire. Durant de longs siècles l'humanité a été
sujette à des cataclysmes naturels et sociaux qui freinaient sa marche en avant tandis
que le développement n'a apparu que récemment.

EXERCICE 5 . Vous avez devant vous un paragraphe tiré de l'article qui étudie le phéno-
mène d'Internet et son impact sur les modes de vie et les comportements des gens. Lisez
les arguments et retrouvez la thèse.
Depuis toujours les hommes cherchent à communiquer, et reportent sur les techni-
ques le soin d'améliorer cette communication souvent décevante. Pourtant la longue
histoire de la communication montre quatre faits : chaque nouvelle technique résout
un problème de communication précédent, mais en crée d'autres ; aucune technique
ne supplante la précédente, elles s'ajoutent les unes aux autres ; les techniques de
communication, conçues pour réduire les déplacements humains, ont eu, en réalité
le résultat inverse, créer le besoin de se rencontrer physiquement ; aucune technique
n'a suffi à elle seule à changer radicalement les rapports humains et sociaux.
Internet... donc...

EXERCICE 6 . Vous avez devant vous un certain nombre d'appréciations concernant le


clonage. Essayez de les classer en deux colonnes :

Arguments contre le clonage Arguments pour le clonage

Classez les appréciations de la première colonne selon l'ordre ascendant (du moins
important au plus important). Procédez de même pour la deuxième colonne. Trouvez
des connecteurs pour lier les arguments entre eux ou les opposer. Imaginez une intro-
duction dans laquelle essayez d'introduire le thème du texte. Trouvez une conclusion
qui contienne la thèse du texte.

ι . Il y a des cas où l'un des parents est porteur d'une maladie génétique, de sorte
qu'en clonant l'autre on évite la transmission du gène délétère.
2. Dans l'état actuel des connaissances, l'opération ferait courir un danger inac-
ceptable à l'enfant comme à la mère.
3. Certains estiment que le clonage humain s'oppose à la démocratie, dans la me-
sure où il conduit à « créer » un individu qui court le risque d'être aliéné de part sa
prédestination génétique absolue.
4. On croit que le clonage est une voie d'accès à l'éternité, en supposant que l'on
puisse « télécharger » la mémoire d'une personne vieille et malade dans un corps
jeune et sain.
5. Le clonage remet en question la définition de l'homme la plus immédiate : être
humain, c'est être né d'un homme et d'une femme. Double génétique d'un individu,
le clone est exclu de la filiation.
6. Le clonage serait un moyen de lutter contre certaines formes extrêmes de sté-
rilité, en permettant, par exemple, à un homme qui n'a aucun spermatozoïde d'avoir
un enfant.

§ 7 . RÔLE DE L'EXEMPLE

Dans un texte argumentatif, l'auteur peut utiliser des exemples pour enrichir la
thèse qu'il défend. On distingue :
• Les exemples illustratifs : placés à la suite d'une idée ou d'un argument, ils ser-
vent à rendre ceux-ci plus compréhensibles au lecteur, grâce à des références con-
crètes.
• Les exemples argumentatifs : ils présentent un cas particulier dont on peut tirer
une loi générale. Ils ont alors une valeur d'argument.

8—τ
E X E R C I C E 1 . Lisez le texte suivant. Trouvez l'exemple et dites s'il s'agit d'un exemple
illustratif ou argumentatif.
Malheureusement, on a mis dans la tête des enseignants qu'un parler correct est
un privilège de classe. C'est un mensonge gigantesque. Au contraire, c'est la maî-
trise du français qui efface les différences sociales. Les merveilleux instituteurs de la
IIIe République l'avaient compris, en privilégiant notre langue pour que leurs élèves
soient à l'égalité.
M. Druon
8-r
E X E R C I C E 2 . Lisez le texte suivant.

Les quelques enquêtes disponibles sur le travail des étudiants démontrent contrai-
rement aux idées reçues que se ne sont pas forcément les étudiants les plus démunis
qui travaillent le plus à l'extérieur de l'université. Non seulement les boursiers n'ont,
en principe, pas le droit de cumuler leur bourse avec un emploi rémunéré, mais il
semble, selon les responsables de l'enquête grenobloise, que « les budgets les plus
élevés vont de pair avec une activité salarié plus importante ». Ainsi Gonzague, un
étudiant de vingt-quatre ans inscrit en licence d'administration publique à Paris-XII,
ne travaille pas pour survivre mais « pour être indépendant ».

En quoi consiste le caractère polémique de ce fragment ? Retrouvez l'idée que l'auteur


entreprend de démentir. Trouvez les arguments cités par l'auteur pour appuyer sa thè-
se. Quel est le rôle de l'exemple dans l'argumentation de l'auteur ? De quel type d'exem-
ple s'agit-il dans ce cas-là ?

8—r
E x e r c i c e 3 . Lisez le texte suivant. Retrouvez les phrases où la thèse du texte est énon-
cée. L'auteur développe son idée à l'aide des exemples. Citez les trois domaines dans
lesquels se situent les exemples pris par l'auteur. Précisez le type et le rôle de ces exem-
ples. Dites à quoi servent les trois groupes nominaux apposés dans la dernière phrase
(« ... ses goûts, son besoin de s'identifier, son idéal »).

La jeunesse ressemble au caméléon : elle est changeante. La vie courante en don-


ne de multiples exemples. Il n'est que de regarder d'abord la tenue vestimentaire des
jeunes pour s'en convaincre. Ce sont eux qui suivent hardiment les changements de
formes et de couleurs proposés par les modélistes. La vie familiale en donne d'autres
exemples. Les parents aménagent leur habitat en vue d'une période assez longue, alors
que les jeunes changent fréquemment la décoration de leur chambre et la disposition
du mobilier. Les parents sont attachés aux traditions, quand leurs enfants affichent
vis-à-vis d'elles une totale liberté. S'ils ont ce comportement, c'est qu'ils refusent de
copier les adultes, d'être seulement les héritiers de leurs parents. Ils veulent que leur
génération ait son identité propre. Il en va de même dans la vie politique. Les jeunes
désirent changer la société, la remodeler selon leur foi. L'autre soir, dans un reportage
télévisé sur un pays en crise, on interviewait un adolescent. Souriant, malgré la mort
qui l'entourait, ce jeune disait son espoir en un changement de société. Sa lutte était
portée par sa foi en un monde meilleur. On le voit, le besoin de changement est inhé-
rent à la jeunesse. Tout l'y porte : ses goûts, son besoin de s'identifier, son idéal.

EXERCICE 4 . Lisez le texte suivant. Définissez la thèse de l'auteur. Quel est le rôle de
l'exemple dans l'exposé ?

Un portail vers n'importe quoi ?


Au mépris des lois et de la mémoire européenne, la multinationale du Net (Yahoo /)
accepte le commerce en ligne d'objets nazis. Il n'y a qu'une réponse citoyenne à ces
pratiques : le boycott. Faut-il légaliser de facto le commerce en ligne des objets na-
zis ? Non, a justement répondu un juge parisien, qui ne fait en l'espèce qu'appliquer
la législation française. Oui, a rétorqué Yahoo ! par la voix de Jerry Yang, fondateur et
responsable stratégique de la société Internet, qui, sans vraiment s'en apercevoir,
s'érige en législateur universel sans aucun mandat démocratique. Ce faisant — c'est
son mérite involontaire —, il pose deux questions décisives pour l'avenir : quelles lois
appliquera-t-on dans le continent virtuel d'Internet ? Qui en décidera, les multinatio-
nales ou bien les peuples ?
« Nous avons beaucoup de respect pour les souverainetés nationales, dit-il, mais
nous avons aussi beaucoup de respect pour l'Internet. » Candeur admirable : Yahoo !
met sur le même plan un réseau mondial d'ordinateurs, outil technique formidable,
mais dénué de toute légitimité démocratique, et des Parlements élus par le peuple,
seuls habilités en principe à régenter la société. Internet, de plus, sera immanquable-
ment dominé à terme par des grandes compagnies (ce qui n'a rien de scandaleux en
soi). Lui conférer un pouvoir législatif, c'est mettre en concurrence un secteur com-
mercial avec la démocratie elle-même. C'est à terme substituer la souveraineté finan-
cière à la souveraineté populaire.

EXERCICE 5. Lisez le texte suivant. Quelle est la thèse que l'auteur entreprend de dé-
mentir ? Quelle est sa propre thèse qu'il veut défendre ? Quels sont les arguments cités
par l'auteur pour défendre sa thèse ? Dans ce système d'argumentation, quel est le rôle
joué par l'exemple ? Est-ce qu'il constitue un argument à part ou vient renforcer un
autre argument ?

Très longtemps on a confondu la non-violence avec la lâcheté. La non-violence


semblait le contraire même du courage alors qu'elle exige plus de courage que n'en
requiert la violence. D'abord parce que nous avons des tendances à l'agressivité et
que la violence satisfait en nous bien des désirs viscéraux. Ensuite parce que la vio-
lence entraîne une pluie de médailles et l'estime de tous. La violence, hélas, c'est très
flatteur. Les héros des films de violence plaisent au public et séduisent les femmes
et les jeunes. Ce sont des héros au sens propre du mot. Tandis que la non-violence
entraîne encore le mépris ; et des risques plus grands que la violence puisqu'on est
désarmé.

§ 8 . N O M S PROPRES

I. Les noms propres utilisés dans un texte font partie de l'information factuelle
lorsqu'ils servent à situer l'action du récit (noms des villes, des pays, etc.) ou à en
désigner les acteurs (noms des personnes).
Les noms propres sont fréquemment employés dans des citations directes ou in-
directes, pour faire référence à un auteur.
II. Mais les noms propres peuvent aussi avoir un sens symbolique. Ils renvoient
souvent à un phénomène historique ou culturel qui n'est pas nécessairement connu
des lecteurs étrangers mais qui est indispensable pour la compréhension du sens.
Employés avec l'article indéfini et parfois au pluriel, les noms propres deviennent
communs et acquièrent une valeur généralisante.

Quand un pays a eu des Jeanne d'Arc et des Napoléon, il peut être considéré
comme un sol miraculeux. (Maupassant)

III. Les textes littéraires aussi bien que les articles des journaux font souvent réfé-
rences aux personnages historiques, littéraires ou mythologiques. Parfois pour dési-
gner une personne bien connue on emploie une périphrase. Par exemple,

L'homme du 18 juin — le général de Gaulle


Certains noms et périphrases les plus usuelles sont cités dans l'Appendice 1 .
Si le nom propre rencontré dans un texte ne vous est pas familier et n'est pas intel-
ligible à partir du texte-même, il faut se référer à un dictionnaire encyclopédique ou
à un dictionnaire des noms propres.

IV. Fréquemment, on rencontre aussi dans les textes des adjectifs formés à partir
des noms propres. Ces adjectifs sont formés à l'aide des suffixes :
-ien (-ienne), -éen (-éenne), -in (-ine), -ais (-aise), -ois (-oise), — ain (-aine),
-esque, -ique, -iste.
Par exemple,
Byzance — byzantin,
Ecosse — écossais,
Pompéi — pompéien,
Balzac — balzacien,
Napoléon — napoléonien,
Lénine — léniniste.

Attention !
Le radical d'un adjectif se distingue parfois de celui du nom propre
correspondant. Ce qui donne parfois des formes singulières.
Par exemple,
Rhin — rhénan,
Amsterdam — amstellodamois, Descartes — cartésien.
Dans les cas de doute consultez un grand dictionnaire de la langue
française. Or aucun dictionnaire ne contient tous les adjectifs de ce type
pour une simple et bonne raison qu'on continue de les créer tous les jours
à partir des noms de nouveaux acteurs qui apparaissent sur la scène po-
litique, culturelle, etc. Alors, si le mot ne figure pas dans les dictionnai-
res, l'unique solution est d'essayer de l'identifier d'après le contexte.

E X E R C I C E 1 . Observez l'emploi des noms propres dans l'article suivant tiré du maga-
zine L'Express. Quelles sont les fonctions des noms propres dans le texte ? Est-ce que la
signification de tous les noms est compréhensible à partir du texte ? Pour retrouver la
signification des noms qui vous sont inconnus référez-vous au dictionnaire des noms
propres.
Leurs ancêtres les Arvernes
Les Auvergnats doivent sans doute un peu de leur caractère bien trempé à leurs
ancêtres les Arvernes. Du IIIe au I e r siècle avant Jésus-Christ, ces fiers Gaulois, dont
le nom fait référence à l'aulne [yern, en langue celtique), arbre sacré dans lequel on
taillait des armes, exercèrent sur la Gaule une sorte d'hégémonie. Du moins à en

1
Voir Appendice §3.
croire les auteurs antiques, impressionnés par ces guerriers considérés comme « les
plus belliqueux parmi les peuples de la Gaule celtique ». Campés sur les fertiles Li-
magnes, en contact précoce avec le monde méditerranéen, les Arvernes n'étaient
pas seulement de farouches combattants : leur céramique peinte, figurant d'étran-
ges quadrupèdes aux oreilles dressées et aux pattes longilignes, atteste leur sens
artistique.
Défaits une première fois par les Romains en 1 2 1 avant Jésus-Christ, les Arvernes
coordonnèrent, sous la conduite de Vercingétorix, le sursaut final de la Gaule contre
les légions de Jules César. Ces irréductibles Gaulois se trouvent être ainsi à l'origine
de notre plus ancien mythe national. Aujourd'hui encore, place de Jaude, au cœur de
Clermont-Ferrand, un fougueux Vercingétorix en bronze, signé Bartholdi, foule au pied
un ennemi déconfit... Éclipsés, à la fin du XX e siècle, par les Eduens chers à François
Mitterrand, les Arvernes reviennent ces jours-ci en force grâce à l'archéologie. Trois
grands oppida sont en cours de fouille aux alentours de Clérmont-Ferrand [... ]

EXERCICE Observez le rôle des noms propres dans le texte suivant. Référez-vous
2.
à un dictionnaire des noms propres.
... Il y a encore vingt ans, un Jean Ferrât, suspect de cégétisme 1 , accusé de lire
['Humanité2, coupable de chanter les marins du Potemkine était privé d'écran. Les
mœurs du royaume giscardien frappaient d'ostracisme ce soixante-huitard anticapi-
taliste qui se moquait, dans sa Berceuse pour un petit loupiot, de cette société de
consommation faite « Pour engraisser Monsieur Hachette, Monsieur Peugeot, Mon-
sieur Dassault... ».

E X E R C I C E 3 . Observez l'emploi des noms propres dans le texte suivant. Quelle est la
valeur de l'article indéfini qui les accompagne ?
La question ne vaut pas seulement pour la France, pour l'Europe désenchantée dans
laquelle notre pays craint confusément de perdre son identité. Elle vaut pour la politi-
que autant que pour la littérature ou l'art ; où sont en cette fin du siècle les hommes
d'État de taille à rivaliser avec le caractère et la vision d'un Clemenceau, d'un Churchill,
d'un de Gaulle, d'un Roosevelt, d'un Ben Gourion, pour ne pas parler, tant leur œuvre
est marquée du sang qu'ils ont fait couler, d'un Lénine, d'un Staline, d'un Mao ?

E X E R C I C E 4 . Observez le rôle des noms propres dans le texte suivant. Référez-vous


à un dictionnaire des noms propres.
Dans son discours à l'Unesco, le premier ministre a déclaré : « N'oublions pas,
aussi incontestable que nous paraisse l'universalité des droits de l'homme, qu'ils

1 C é g é t i s m e — a p p a r t e n a n c e à la CGT ( C o n f é d é r a t i o n g é n é r a l e d u t r a v a i l , s y n d i c a t f r a n ç a i s l o n g -
t e m p s d o m i n é p a r la t e n d a n c e c o m m u n i s t e ) .
2
L'Humanité — j o u r n a l q u o t i d i e n d u P a r t i c o m m u n i s t e f r a n ç a i s .
sont souvent bafoués dans le monde et parfois contestés jusqu'à l'intérieur de notre
pays. La patrie de Victor Schœlcher et d'Emile Zola fut aussi celle de Léon Daudet et
de Charles Maurras. Des discours sur l'inégalité des races sont encore tenus de nos
jours en France. Notre vigilance ne doit donc jamais faiblir. »

E X E R C I C E 5 . Dans les phrases suivantes repérez les adjectifs formés à partir des noms
propres et retrouvez les noms auxquels ils correspondent.
ι. Robert Schuman est un chrétien fervent, un esprit clair, profondément nourri de
philosophie thomiste.
2. Philosophe et écrivain, il s'agit bien d'un schéma sartrien. Il faut, il fallait être
les deux. Sartre l'était, quels que soient ses errements.
3. Chacun sait que la pensée freudienne a provoqué de véritables aventures litté-
raires, artistiques, philosophiques.
4. « La tâche du prochain siècle, en face de la plus terrible menace qu'ait connu
l'humanité, va être d'y réintégrer les dieux», a déclaré un jour André Malraux. Le mot
peut surprendre de la part d'un personnage a bien des égards si nietzschéen.

§ 9 . FIGURES DE R H É T O R I Q U E
ET PROCÉDÉS O R A T O I R E S
On appelle figures de rhétorique des procédés utilisés afin d'attirer l'attention
du lecteur, l'émouvoir et le convaincre. Certains procédés s'adressent principalement
à la raison, d'autres visent la sphère émotionnelle du lecteur.
La concession consiste à faire semblant de donner raison à un adversaire sur un
détail, pour en fait lui donner tort sur l'essentiel, et faire ainsi ressortir la thèse que
l'on soutient.

Certes, il y a des circonstances atténuantes (concession), mais il n'en est pas


moins coupable (affirmation de sa propre position).

La prétérition consiste à attirer l'attention sur une chose tout en déclarant qu'on
n'en parle pas.
Je ne dirai rien de son dévouement, qui est absolument remarquable.

Le syllogisme est un raisonnement logique en trois parties : une règle générale, un


cas particulier et une conclusion. Ces parties sont fréquemment reliées entre elles par
les outils logiques (le plus souvent, les conjonctions or et donc).

Tous les hommes sont mortels.


Or je suis un homme.
Donc je suis mortel.
Le paradoxe est une affirmation qui contredit une opinion généralement admise.
En s'opposant aux idées courantes, le paradoxe surprend le lecteur et mobilise son
attention. Une phrase paradoxale peut aussi contenir une contradiction interne.
La propriété c'est le vol. (Proudhon)

La tautologie est une phrase qui à première vue paraît vide de sens car son prédicat
ne dit rien de nouveau sur le sujet. Par exemple, Laurent Fabius (premier ministre) dit
de François Mitterrand (président de la république) : « Lui c'est lui, et moi c'est moi ».
Or cette déclaration purement tautologique se révèle dans certaines circonstances
lourde de sens. Elle sert à marquer la distance entre deux hommes au pouvoir.
L'euphémisme consiste à remplacer un terme gênant par un autre terme plus ano-
din, une explication ou une métaphore. Ainsi, préfère-t-on parfois employer le terme
« force de dissuasion » pour désigner la bombe atomique.
On appelle procédés oratoires les moyens utilisés pour s'exprimer en public de fa-
çon vivante et convaincante. Or les procédés oratoires sont également utilisés à l'écrit
quand l'auteur imite l'art de parler en public.
L'apostrophe est la figure par laquelle le locuteur s'adresse à une personne (le
lecteur, l'interlocuteur, un adversaire...).

Amis, concitoyens, Romains, écoutez-moi. Je viens pour inhumer César, non le


louer. Le mal que font les hommes vit encore après eux.

La gradation consiste à exprimer des idées ou des sentiments de façon progres-


sive, en utilisant des termes de plus en plus forts.

Il y a encore des diplomates, de sages réformateurs, des adeptes de la lenteur, des


experts en petits pas qui changerons une chose, puis une a u t r e -

La question rhétorique est une interrogation qui ne nécessite pas vraiment une ré-
ponse et utilise la modalité interrogative afin d'attirer l'attention sur une affirmation
ou une idée. Ce n'est en fait qu'une affirmation déguisée.

N'ai-je pas raison ? signifie généralement : J'ai raison.

Les figures de rhétorique sont en rapport avec la logique de l'expression et elles


peuvent en tant que procédés logiques être conservées dans un résumé. Les procé-
dés oratoires, par contre, ne sont que des figures du style et en ce sens ils sont su-
perflus dans un résumé. Il est tout à fait déplacé dans un résumé d'avoir recours aux
exclamations et aux questions rhétoriques.

9—г
EXERCICE 1. Identifiez les figures de rhétorique.
ι. Vive la culpabilité ! Parce qu'elle produit les déchets radioactifs, noie les vallées
sous les barrages et défigure le paysage avec ses lignes électriques, EDF (Électricité de
France) se sent en quelque sorte obligée de jouer les mécènes de l'environnement.
2. Je ne me défends pas, d'ailleurs. Mon œuvre me défendra. C'est une œuvre de
vérité, le premier roman sur le peuple, qui ne mente pas et qui ait l'odeur du peuple.
(Emile Zola, Préface de L'Assommoir)
3. L'Europe se retrouve confrontée à quelque chose qu'elle a enfoui en 1492 : sa
dimension musulmane. 1492, c'est la fin du royaume de Grenade, la dernière entité
musulmane en Europe de l'Ouest. Oraujourd'hui, on redécouvre comme européennes
des entités musulmanes qui n'ont jamais cessé d'exister en Europe de l'Est : l'Europe
retrouve ainsi sa diversité culturelle, géographique et religieuse. 0· Attali)
4. La France a l'intention de rester la France. 0· Chirac)
5. Nos ministres avaient décidé très vite qu'il était urgent d'attendre.

E X E R C I C E 2 . Lisez cet extrait du discours de Jules Ferry. Qui est Jules Ferry ? (Référez-
vous à un dictionnaire des noms propres ou à une encyclopédie.) Repérez dans le texte
des figures de rhétorique et des procédés oratoires.
Supposons que celui qui naît pauvre, naisse nécessairement et fatalement igno-
rant ; je sais bien que c'est là une hypothèse, et que l'instinct humanitaire et les ins-
titutions sociales, même celles du passé, ont toujours empêché cette extrémité de se
produire ; il y a toujours eu dans tous les temps, il faut le dire à l'honneur de l'humani-
té, il y a toujours eu quelques moyens d'enseignement plus ou moins organisés, pour
celui qui était né pauvre, sans ressources, sans capital. Mais puisque nous sommes
dans la philosophie de la question, nous pouvons supposer un état de choses où la
fatalité de l'ignorance s'ajouterait nécessairement à la fatalité de la pauvreté, et telle
serait, en effet, la conséquence logique, inévitable d'une situation dans laquelle la
science serait le privilège exclusif de la fortune. Or, savez-vous, Messieurs, comment
s'appelle, dans l'histoire de l'humanité, cette situation extrême ? C'est le régime des
castes. Le régime des castes faisait de la science l'apanage exclusif de certaines clas-
ses. Et si la société moderne n'avisait pas à séparer l'éducation, la science, de la
fortune, c'est-à-dire du hasard de la naissance, elle retournerait tout simplement au
régime des castes.
À un autre point de vue, l'inégalité d'éducation est le plus grand obstacle que
puisse rencontrer la création de mœurs vraiment démocratiques. Cette création
s'opère sous nos y e u x ; c'est déjà l'œuvre d'aujourd'hui, ce sera surtout l'œuvre
de demain ; elle consiste essentiellement à remplacer les relations d'inférieur à su-
périeur sur lesquelles le monde a vécu pendant tant de siècles, par des rapports
d'égalité.
Pour que ces mœurs égales dont nous apercevons l'aurore, s'établissent, pour
que la réforme démocratique se propage dans le monde, quelle est la première condi-
tion ? C'est qu'une certaine éducation soit donnée à celui qu'on appelait autrefois
un inférieur, à celui qu'on appelle encore un ouvrier, de façon à lui inspirer ou à lui
rendre le sentiment de sa dignité. [...]
Jules Ferry, Discours sur l'égalité d'éducation,
10 avril 1870
§ 1 0 . C O M P O S I T I O N DU TEXTE EN P A R A G R A P H E S

Dans une argumentation, les relations logiques entre les différents points du rai-
sonnement peuvent être mises en évidence par la composition du texte en paragra-
phes.
Un paragraphe est un ensemble de phrases plus ou moins long (ou une seule
phrase parfois) commençant par une ligne placée en retrait, appelée alinéa.
La composition du texte en paragraphes peut servir à dégager les grandes unités
de sens (développer une idée, introduire un nouvel argument, mettre en valeur un
exemple, renforcer une relation logique telle que la cause, la conséquence, l'opposi-
tion).
La division du texte en paragraphes reflète d'une façon plus ou moins exacte le plan
suivi par l'auteur pour développer ses réflexions. Observons l'exemple du texte 1.

TEXTE 1

Aux hommes politiques, qui se targuent volontiers d'un « bilan globalement po-
sitif », on devrait rappeler, pour les inciter à plus de modestie, que la France compte
3 millions d'illettrés. Comme le disait Jean Guéhenno 1 , « il n'y a pas de plus grande
offense que de refuser à un enfant, à un adolescent, le savoir, la culture et par suite
toute la conscience, la liberté dont il est capable. C'est le plus grand crime qu'on
puisse commettre contre un esprit ».
Analphabétisme et illettrisme sont des maux anciens mais des mots plutôt récents,
des mots de notre siècle. L'analphabétisme désigne l'absence de l'instruction la plus
élémentaire et l'illettrisme signifie l'incapacité à lire un texte simple en le compre-
nant. Ces deux termes ne recouvrent pas tout à fait les mêmes notions.
Analphabète vient du grec analphabêtos, c'est-à-dire qui ne sait ni alpha ni bêta
(les premières lettres de l'alphabet grec), tandis qu'illettré est dérivé de littera, « let-
tre ». Littré 2 ne connaît qu'illettré au sens, toujours en vigueur mais en recul, de « qui
n'est pas littré, qui n'a pas connaissances en littérature ».
Pour exprimer le défaut général de connaissances, on parlera plutôt d'ignorance.
Celle-ci n'est pas forcément mère de tous les maux. Pensons à Sacha Guitry 3 : « Le peu
que je sais, c'est à mon ignorance que je le dois ».

Le texte comporte quatre paragraphes dont chacun correspond à un point du plan


suivant :
ι. gravité du problème d'illettrisme en France ;
2. distinction entre le phénomène d'analphabétisme et celui d'illettrisme ;
3. étymologie des termes « analphabétisme » et « illettrisme » ;
4. introduction de la notion d'ignorance.

1
Guéhenno Jean (1890-1978) — essayiste français.
2
Littré — grand dictionnaire de la langue française.
3 Guitry Sacha (1885-1957) — acteur et auteur dramatique français.
Attention !
Tous les paragraphes du texte n'ont pas la même importance pour
le développement de l'idée de l'auteur. Il y en a qui comportent des
considérations très importantes, d'autres peuvent ne contenir qu'une
information secondaire. Ainsi, avant de procéder au résumé du texte pa-
ragraphe par paragraphe, convient-il de s'assurer qu'il existe une cor-
rélation entre la composition du texte en paragraphes et sa structure
logique.

EXERCICE Lisez cet extrait tiré d'un article de l'Express. Pourquoi ce petit texte a-t-il
1.
été divisé en plusieurs parties ? Quel rôle joue chaque paragraphe dans le raisonnement
de l'auteur ?

Ou vi parolas esperanton I х
Un jour, vers 1870, un médecin juif polonais en eut assez des bagarres dues aux
incompréhensions entre les minorités de sa ville, Bialystok. Il décida de créer une
langue facile à utiliser.
Plus de 500 langues ont été « construites » depuis les Lumières dans ce but ! Mais
la langue du « Doktor esperanto » (le « docteur qui espère », c'était son pseudo) a ren-
contré un vif succès.
Aujourd'hui, deux millions de personnes parlent esperanto dans le monde. Pour
Karine Berizzi, ex-présidente d'Esperanto-jeunes, ce succès est dû à son apprentis-
sage facile. « Six mois suffisent pour maîtriser la langue. La grammaire est sans ex-
ceptions et le vocabulaire se construit simplement à partir de radicaux comme les lan-
gues « agglutinantes » (coréen, turc, allemand). Et l'esperanto n'est porteur d'aucune
culture et n'instaure pas de rapport de domination ».
Paradoxalement, la langue à vocation universaliste vole désormais au secours des
idiomes les plus menacés. Le projet « Dialogues indigènes » veut former 250 porte-
paroles esperantophones pour organiser la résistance des cultures minoritaires ! Cer-
tains voient déjà l'esperanto comme solution à l'Europe des 25... et ses vingt langues
officielles.

8-r
E X E R C I C E 2 . Dans le texte suivant, les alinéas sont supprimés. Rétablissez trois para-
graphes du texte, argumentez votre choix.

Les programmes de conservation de la nature mis en place au Zimbabwe avec tant


de difficulté sont aujourd'hui anéantis. Les rhinocéros blancs, guépards, léopards,
etc., sont piégés, les éléphants massacrés, les forêts sont incendiées pour faciliter

1 P a r l e z - v o u s e s p e r a n t o ? P r o n o n c e z « T c h o u vi p a r o l a s s e e s p è r a n n e - t o n n e ».
le braconnage... Selon la Zimbabwe Conservation Task Force, quatre des principa-
les réserves de gros animaux ont déjà perdu 8 0 % de leur vie sauvage ! Ce qui n'a
pas empêché le Zimbabwe de demander, lors de la dernière conférence de la Cites la
commercialisation de 10 000 kg d'ivoire. Il faut impérativement mettre un frein à ce
massacre, ce pillage de la nature, et je lance un appel solennel au président Jacques
Chirac, qui a tellement aidé ma fondation pour empêcher la reprise du commerce de
l'ivoire, afin qu'il intervienne auprès du président zimbabwéen pour dénoncer sa po-
litique catastrophique sur le plan environnemental. Il faut réagir aujourd'hui, demain
il sera trop tard...
Brigitte Bardot

§11. S T R U C T U R E L O G I Q U E DU TEXTE

La lecture attentive voire plusieurs lectures du texte doivent déboucher sur sa


compréhension. Or rappelons-nous que comprendre le texte cela veut dire :
• dégager son sujet (le thème) ;
• s'efforcer de définir la thèse principale de l'auteur formulée au début, à la fin ou
explicitée tout au long du texte ;
• déceler les idées auxiliaires (sans oublier d'identifier clairement leurs auteurs) ;
• repérer les arguments et les exemples ;
• distinguer d'une part les points essentiels (thèse, arguments), d'autre part les
explications et commentaires qui les développent.
Mais comprendre cela veut dire aussi avoir une idée claire de la structure de l'en-
semble, de voir les rapports qui existent entre les différents éléments du texte que
vous avez dégagés au cours de votre analyse. Ainsi, la démarche qui doit clore votre
lecture et précéder la rédaction du résumé sera celle d'établir le schéma logique du
texte.

TEXTE

Je vis beaucoup dans le passé. Pas tellement dans le mien, qui, à beaucoup d'en-
droits, manque d'attraits, mais dans celui de l'humanité, autant que mon expérience
et ma culture me permettent de le connaître. J'ai la passion de l'histoire, et je vois là
d'autant moins une simple fantaisie de mon esprit que cette passion se développe,
depuis quelque temps, chez beaucoup de mes semblables et semble être ainsi un des
phénomènes psychologiques les plus révélateurs de notre époque. Il faut cependant
noter la constance de ce phénomène, au cours des siècles. Les hommes de la Renais-
sance vivaient en pensée dans l'Antiquité classique. « Le monde n'a plus d'intérêt,
depuis la fin de Rome », disait en termes voisins, Saint-Just 1 , traduisant le sentiment
de tous les dirigeants révolutionnaires. Entre 1820 et 1830, on ne rêvait que du Moyen
Âge ; on observe, vers la fin du XIX e siècle, un certain engouement pour les Mérovin-

1
Saint-Just (1767-1794) — homme politique français de l'époque révolutionnaire.
giens 1 . Toute culture n'est évidemment que passé, voici qu'il s'anime, devient théâ-
tre vivant, grâce à l'Histoire écrite ou en images. Plus instruite, la quasi-totalité de la
population y a aujourd'hui accès et se rue vers les âges révolus. On s'entichait d'une
seule époque, jadis. Toutes y passent, maintenant.
Pierre Gascar

Analyse du texte
Pour faire le schéma logique du texte il est nécessaire de dégager la thèse de l'auteur
et les principaux liens logiques qui organisent l'argumentation. Certains de ces liens
sont explicités par des connecteurs, d'autres non. C'est pourquoi dans notre schéma
nous avons jugé bon d'ajouter (entre crochets) les connecteurs qui manquent.

Thèse
• Je suis passionné d'Histoire.
• Addition : et beaucoup de nos contemporains aussi.

Argumentation
• Opposition/restriction : cependant, ce n'est pas un phénomène propre unique-
ment à notre époque.
• Exemples. Énumération, dans l'ordre chronologique, de quatre exemples illus-
trant cette idée.
• Cause : [puisque] toute culture est connaissance du passé.
• Addition : et le passé devient vivant par l'écrit et l'image, en même temps que
l'instruction progresse.
• Conséquence : [si bien qu'] un grand nombre de gens s'intéressent maintenant
à l'Histoire.
• Comparaison (différence) : jadis on se spécialisait dans une époque, [alors que]
maintenant on s'intéresse à toutes.

EXERCICE 1 . Lisez le texte suivant. En prenant pour modèle l'analyse du texte précé-
dent complétez la structure qui est proposée ci-dessous : a) en indiquant le rapport
logique reliant chaque unité de sens ; b) en ajoutant un mot de liaison explicite.

Oui, nous sommes devenus des demi-dieux ; ce que le magicien avait rêvé de fai-
re, le savant l'accomplit, la présomption de l'alchimiste est dépassée par les conquê-
tes du laboratoire ; et nos enfants ne sont même plus surpris de gouverner les ondes
secrètes du monde en tournant un bouton.
On pourrait donc attendre de l'homme, devant la brusque accélération de ses
conquêtes et l'énormité de ses nouveaux pouvoirs, une crise d'orgueil et une confian-
ce démesurée dans ses chances. Or ce n'est pas ce qui se produit, du moins dans les
consciences les mieux cultivées et les plus lucides. Au contraire, il semble que l'on

1 M é r o v i n g i e n s — première dynastie des rois francs.


assiste, chez les penseurs de l'Occident, à une liquidation du mythe du Progrès. [...]
Rien, ni dans le rythme et les choix de sa marche, ni dans la fin de son aventure, n'est
garanti pour le salut de la caravane humaine ; elle a ses chances d'arriver, mais elle
mourra peut-être dans les sables ou sous les eaux, par ses erreurs ou par accident.
[...] Il faut bien dire que cette incertitude fière et anxieuse devant l'histoire n'est pas
neuve ; plutôt primitive et normale.
D'après P.-H. Simon
Structure
ι . Nous sommes devenus des demi-dieux, nous réalisons ce qui était considéré
naguère comme relevant de la magie.
2. L'homme pourrait devenir très orgueilleux et très sûr de lui.
3. L'homme ne croit plus au progrès, il n'est plus sûr de son avenir.
4. Cette incertitude a toujours existé.

EXERCICE 2. Révision
A. Parcourez rapidement l'article. Observez les titres et la photo. Est-ce que à par-
tir de ces données vous pouvez déjà formuler une hypothèse sur le thème et l'idée
maîtresse du texte ?
Expliquez le choix et l'emploi de différents caractères.

B. Relisez le texte attentivement.


Expliquez la division du texte en paragraphes.
Quel est le rôle des exemples dans le texte ?
Quels sont les chiffres les plus importants à retenir ?
Est-ce que la lecture attentive a confirmé votre première hypothèse sur l'idée maî-
tresse de l'article ?

Y A H О О !
T E N T E DE C O M B L E R L ' É C A R T G R A N D I S S A N T
AVEC GOOGLE
Jerry Yang, cofondateur et PDG du groupe, rappelé à la rescousse en 2007,
entend s'appuyer sur une audience de 500 millions d'utilisateurs,
la plus forte du Web

J erry Yang, cofondateur et PDG de


Yahoo ! a présenté, mardi 29 janvier,
un plan de redressement destiné à com-
bler l'écart avec Google, qui n'a cessé de se
pour tenter de redresser la barre —, à des sup-
pressions d'emplois « ciblées » d'ici mi-février
(environ 7 % de sa masse salariale).
Il concentrera par ailleurs ses investisse-
ments — « des centaines de millions de dollars » —
creuser ces dernières années. Le groupe cali-
fornien procédera, a expliqué M. Yang — qui sur son offre publicitaire destinée aux annon-
a été rappelé en juin 2007 à la tête du groupe ceurs sur le Web, qui génère l'essentiel (plus de
85%) de ses revenus. Et ρ

sur ses services en ligne X ^ Stumble & ! Нее #


& Fjvontfi
· АШ. * «ми » " Q Mo І
Іі g My Defcoom w Fil» Key-oid SuggMion
'г*УЛв Ζ Flien* tooH *
eyefioumil g SevetolМістом (C| Google AdWofds Keywot..
Twnfct f PotftoScutMe/Pofiup) Q Bnndoni Pi

gratuits les plus popu- S" * i^VAoelMfMiaelS'fc ¥ (Q Gooçle AdWofdi. Кеукот.. •Τι: · S - - · ' way · ft- - - »• "

laires, afin d'en doper


l'audience. Seront concer-
nés la page d'accueil du
portail, son système de
messagerie électronique,
son moteur de recherche,
et les services de Yahoo !
pour les téléphones mobi-
les. « Nous voulons devenir le
premier point d'entrée sur le
Web de la majorité des inter-
nautes et des annonceurs »,
a résumé Sue Decker, pré-
sidente de Yahoo !.
Cette stratégie ne devrait cependant pas se l'engouement pour les « liens sponsorisés »,
traduire dans les comptes avant 2009, ont pré- ces mots-clés vendus aux annonceurs pouf
venu les dirigeants du portail. Mardi, Yahoo ! que leurs sites soient mis en valeur quand l'in-
a également rendu public, un bénéfice net ternaute fait une recherche. Aujourd'hui, l'écart
annuel pour 2007 en recul de 12,1% (à 660 semble d'autant plus difficile à combler pour Ya-
millions de dollars soit 447 millions d'euros). hoo ! que Google dispose de moyens financiers
Son chiffre d'affaires a progressé (+ 8,4% sur colossaux (13 milliards de dollars de trésorerie
2007 à près de 7 milliards de dollars), mais au 31 septembre 2007, contre 2,3 milliards pour
nettement moins vite que les investissements Yahoo ! au 31 décembre 2007) pour se déve-
publicitaires en ligne (+ 23,9%). lopper et maintenir une longueur d'avance.
Ce plan de redressement parviendra-t- Yahoo ! conserve cependant de solides
il à calmer l'impatience des analystes et des atouts, à commencer par son audience, colos-
actionnaires ? Depuis des mois, ces derniers, sale : 500 millions d'utilisateurs revendiqués,
filant la comparaison avec Google, déplorent la plus forte du Web. Et quelques pépites : no-
l'inertie de Yahoo !. De fait, le contraste est tamment le site de partages de photos Flick ou
frappant. Selon Bloomberg, le moteur de re- la régie publicitaire Bluelithiurn, spécialisée
cherche le plus utilisé au monde pourrait pu- dans le ciblage « comportemental » des inter-
blier, jeudi 31 janvier, un résultat net en haus- nautes, rachetée en 2007.
se de 21% (à 1,25 milliard de dollars), pour le Cependant, les efforts de M. Yang pour
quatrième trimestre 2007. Soit deux fois supé- mieux valoriser auprès des annonceurs les
rieures à celui de Yahoo ! pour l'ensemble de audiences de Yahoo ! pourraient s'avérer vains
l'année... en cas de récession économique. Nombre de
spécialistes du marketing sur le Web se disent
Crainte d'une récession pourtant persuadés qu'en cas de conjoncture
Créé en 1995 par Jerry Yang et David Filo, difficile, les annonceurs réduiront en priorité
un autre étudiant de l'université Stanford, Ya- leurs dépenses sur les supports de publicité
hoo ! était pourtant une véritable icône à la fin traditionnels. « Nous ne savons vraiment pas ce
des années 1990, une des rares « start-up » qui se passera en cas de récession », s'est contenté
Internet profitables à l'époque. Mais le portail de dire M. Yang.
n'a pas su, contrairement à Google, profiter de CÉCILE DUCOURTIEUX
CHAPITRE III
RÉSUMÉ

§ 1 . Q U ' E S T - C E QUE C'EST Q U ' U N R É S U M É ?


Le résumé est une réduction du texte initial à peu près au quart de sa longueur.
C'est un exercice largement pratiqué dans les lycées et universités françaises et pro-
posé aux différents examens et concours. La définition officielle de l'exercice est la
suivante :
Le résumé suit le fil du développement. Il donne du texte, dans le même ordre,
une version condensée mais fidèle. Il ne change pas le système de l'énonciation ; il
reformule le discours du texte initial sans prendre de distance (c'est-à-dire en s'abs-
tenant d'indications telles que « l'auteur déclare que... montre que... »). Il s'interdit
un montage de citations ; l'étudiant exprime dans son propre langage les idées du
texte. Il peut cependant, lorsqu'il s'agit de mots-clés, qu'il serait absurde de rempla-
cer par de mauvais équivalents, reprendre les mots du texte.

Pour faire un bon résumé il est donc nécessaire,


premièrement, bien comprendre le texte de départ et,
deuxièmement, savoir rédiger correctement le texte du résumé.

Quant à la compréhension, les exigences essentielles sont les suivantes :


• comprendre le texte dans sa totalité et dans ses différentes étapes ;
• identifier et suivre les liens logiques de la pensée ;
• dégager l'essentiel et écarter toute information secondaire.

En ce qui concerne la rédaction, on demande aux étudiants de


• respecter l'ordre des idées du texte en mettant en lumière les articulations de la
pensée ;
• s'exprimer d'une manière brève (dire les choses en peu de mots) ;
• conserver le système d'énonciation du texte initial ;
• ne pas reprendre les formules du texte.
E X E R C I C E 1 . Lisez attentivement le texte ci-dessous et les trois résumés qui suivent. Tous
les trois résumés comportent des erreurs. Évaluez chacun des résumés du point de vue :
• de sa longueur ;
• du respect du système d'énonciation ;
• de la fidélité au contenu du texte initial ;
• de la reformulation des phrases du texte initial.
Relevez des contresens s'il y en a.

L'avenir de la création
Pour l'homme, il n'est pas de vocation plus nécessaire et en même temps plus
fragile que celle de l'artiste et du créateur qui affirment, expriment, construisent ce
qu'une société, un peuple peuvent offrir de plus singulier, de plus achevé, de plus
parfait. Pour admirables qu'elles soient, toutes nos connaissances, toutes nos scien-
ces, toutes nos techniques, sont vouées à être dépassées et un jour obsolètes. Mais
qui pourrait dire d'un Bernin, d'un Racine qu'ils seront d é p a s s é s ? C'est pourquoi
nous n'accepterons jamais que les biens de la culture soient traités et considérés
comme de simples produits. Il ne s'agit pas là de nier que la culture s'inscrive dans
un marché. Mon ami, Jorge Semprun, l'a admirablement dit, lors de l'ouverture des
rencontres internationales de la culture : « La culture, ce sont des livres, des films,
des tableaux, des disques, des opéras, des ballets, ainsi de suite. Des œuvres, en
somme. Et tout cela est à vendre, à acheter, à produire, donc... Ilfautsoulignerque, si
les biens culturels sont évidemment des marchandises, ce ne sont en aucun cas des
marchandises comme les autres : elles demandent un traitement spécifique. » Loin
de s'opposer, culture et marché ont en vérité le même ennemi : le monopole. C'est
pourquoi, contre ce péril du monopole, la défense de nos identités culturelles et celle
de la diversité culturelle dans le monde devraient rallier jusqu'aux plus libéraux de
nous.
D'après J.-J. Aillagon

RÉSUMÉ 1

La culture est la vocation la plus nécessaire de l'homme. Toutes nos sciences et


techniques sont vouées à être dépassées. Mais les biens de la culture ne le seront
jamais.
On ne nie pas que la culture s'inscrive dans le marché. Les œuvres d'art sont aussi
à vendre et à acheter. Ce sont donc les marchandises mais pas comme les autres.
L'ennemi commun de la culture et du marché est le monopole. Il faut donc lut-
ter contre le monopole en défendant nos identités et la diversité culturelle dans le
monde.

RÉSUMÉ 2

La culture est l'expression de ce que le genre humain possède de meilleur. Contrai-


rement aux données scientifiques et aux réalisations techniques, les œuvres d'art
sont impérissables.
Les fruits de la culture n'ont rien à voir avec les produits du marché et ne doivent
pas être traités comme tels. C'est le nivellement culturel qui constitue aujourd'hui le
plus grave danger. Il faut donc préserver la diversité des cultures.
RÉSUMÉ 3

Les biens culturels sont constitutifs de la société humaine et symbolisent ce que


la civilisation a su produire de plus précieux. J.-J. Aillagon met l'accent sur le fait que
les acquis de la culture échappent aux ravages du temps.
Or les œuvres d'art sont aussi, selon Jorge Semprun, des produits commerciaux.
Pourtant il s'agit des produits spécifiques qu'il convient avant tout de protéger contre
le monopole ; je trouve cette thèse bien fondée et je crois personnellement qu'il faut
protéger la diversité culturelle.

EXERCICE 2 . Lisez attentivement le texte. Choisissez parmi les résumés donnés celui
qui traduit le mieux et de la façon la plus complète le contenu du texte.

Le désarroi des loisirs


Il est désormais clair que la civilisation technicienne ne peut être caractérisée
comme une « civilisation de loisir ». Un ensemble de faits prouve que la réduction
de la semaine de travail (si souvent invoquée pour justifier cette dénomination et
nourrir les espoirs qu'on lui associe) ne suffit pas à provoquer dans la durée du non-
travail des transformations profondes, permettant à des masses d'individus — et pas
seulement aux îlots de privilégiés par l'éducation — de développer leur participation
sociale, d'enrichir leur personnalité : le temps ainsi libéré, loin d'être un temps libre
prévu à la satisfaction des besoins non économiques, demeure le plus souvent char-
gé d'obligations, de servitudes de toutes sortes. Le don d'un temps libéré, riche en
possibilités, est pour ainsi dire, tombé sur des hommes très rarement prêts à le rece-
voir, soumis à toutes les pressions de l'environnement, dépourvus de l'éducation qui
seule leur permettrait de bénéficiervéritablement des moyens mis entre leur mains. Il
faut le dire nettement, dans la perspective globale qui est la nôtre : le loisirtel que le
présentent les réalités des sociétés industrielles en ce dernier tiers du XX e siècle, est
le plus souvent un échec.

RÉSUMÉ 1

Avec l'avance de la technologie on s'attendait à un temps où les gens auraient


beaucoup plus de loisirs pour développer leurs intérêts mais maintenant qu'on se
trouve avec plus de temps libre, on a été mal préparés pour savoir comment l'em-
ployer. Ce temps de loisir est aussi rempli de problèmes et de responsabilités.

RÉSUMÉ 2

À cause de leur éducation, les gens d'aujourd'hui ne sont pas prêts à recevoir la
soudaine invasion du loisir créé par la civilisation technicienne.

RÉSUMÉ 3

La civilisation technicienne n'est pas du tout une civilisation de loisir. La réduction


du travail dans la semaine donne beaucoup plus de temps libre mais on ne sait pas
comment « consommer » ce temps de façon utile. On manque d'éducation pour l'utili-
ser et les nouveaux besoins qui sont créés jettent seulement le désordre dans leur vie.
EXERCICE 3 . Lisez attentivement le texte ci-dessous.

Les moulins à vent de la discorde


L'image naïve de l'éolien, « énergie 1 0 0 % écologique », commence à être malme-
née. Les sites d'implantation sont souvent choisis dans les zones dépeuplées, sans
infrastructures. Il faut alors tracer de nouvelles pistes ou les élargir, entreprendre des
travaux de terrassement pharaoniques. Comment prétendre que ce sera sans consé-
quences sur les écosystèmes ? Sur le plateau de Larzac, par exemple, ces travaux se
passeraient au milieu d'une constellation de sites retenus par la France et par l'Eu-
rope pour leur intérêt faunistique et floristique.
Certes, une étude réalisée par LPO (Ligue pour la protection des oiseaux) sur une
« ferme » éolienne de l'Aude conclut que le nombre d'oiseaux qui passeraient à la
moulinette des éoliennes ne serait pas significatif. Mais les oiseaux migrateurs évitent
le site et les espèces qui nichent sur place se décalent. Si ces installations se multi-
plient, il faudra s'en inquiéter, car une étude menée dans les grands parcs éoliens de
Californie a montré que l'impact sur les oiseaux pouvait être important, notamment
pour les rapaces ou les cigognes.

Vous avez ci-dessous le résumé du texte que vous venez de lire. Ce résumé compor-
te plusieurs fautes de sens. Relevez les contresens. Quelles sont les idées du texte que
l'auteur du résumé a mal comprises ? Corrigez les fautes.
Il se trouve des gens qui critiquent les installations éoliennes. Et pourtant, pla-
cées dans des régions dépeuplées, celles-ci permettent de développer les infrastru-
ctures.
Il est certain que le nombre d'oiseaux qui risquent d'être blessés par les éoliennes
est faible d'autant plus que les oiseaux migrateurs évitent les sites.

§ 2 . REFORMULATION

1. Transformation lexico-syntaxique
Pour rédiger un résumé, il faut condenser le texte initial, donc trouver des formu-
lations plus « économiques » qui permettraient de gagner des mots. Autre objectif de
la reformulation consiste à ne pas reprendre les phrases du texte, ce qui est défendu
par la définition même de résumé.
Voilà un exemple percutant de reformulation d'un passage du Monde :

« Quelle que soit la forme d'emprunt à laquelle un pays recourt, l'engage-


ment demeure fondamentalement le même et s'analyse en une obligation de rem-
bourser. »

Si vous êtes pressé — ou partisan de faire court —, vous exprimerez la même idée
en ces mots :
« Quand un pays emprunte, il doit rendre. »
(T.-V. Berthier, J.-P. Colignon.
Lefrançais pratique)

En condensant un texte, on recourt à la fois aux transformations syntaxiques et


lexicales. Comparez ces deux textes dont le deuxième est le résumé du premier.

TEXTE

Un bout de bois, un foulard et un peu d'imagination suffisaient naguère à n'impor-


te quel gosse normalement constitué pour être Zorro, Sitting Bull ou Surcouf. Les mar-
chands ont pensé que les enfants de la société de consommation étaient dépourvus
de cette faculté. Ils leur épargnent jusqu'au souci de rêver. Le type même de ces jouets
inutilisables, qui n'ont d'autre fonction que celle d'être admirés, c'est la poupée man-
nequin aux accessoires, « réplique exacte de la réalité » qui stérilise toute initiative.
Les garçons n'y échappent plus. Mais il ne s'agit pas d'efféminer les chers petits.
La poupée pour garçons doit, dans l'esprit de ses promoteurs, favoriser au contraire
sa virilisation. Quoi de mieux pour cela que de l'habiller en militaire ?
C'est chose faite avec une collection qui nous vient de Hong-Kong via l'Amérique,
par les soins d'un importateur européen. Il s'agit d'une poupée mannequin de 29 cm.
On l'achète en short, cheveux courts, « saisissante de vérité », dit la publicité, torse
musculeux, menton carré cher aux hommes d'action. Et puis on la vêt, grâce à plus
de trente panoplies différentes et aux dizaines d'accessoires que l'on place dans les
« mains agrippantes » (publicité dixit) de la poupée.

RÉSUMÉ

Autrefois, quelques objets permettaient aux enfants Imaginatifs de se transformer


en héros. Aujourd'hui, les commerçants estiment les enfants si incapables de créer
qu'ils leur proposent des jouets leur enlevant toute possibilité de rêver : les poupées
mannequins. Il en existe aussi pour les garçons, sous forme de soldats à l'air martial,
à revêtir de costumes et d'accessoires divers.

Analysons les transformations opérées :

Texte Résumé
Transformations lexicales

Un bout de bois, un foulard quelques objets


Zorro, Sitting Bull ou Surcouf héros
habiller en militaire ;
torse musculeux, і soldats à l'air martial
menton carré cher aux hommes d'action
• une énumération est remplacée par un ter-
me ou une notion englobants
CHAPITRE III. RÉSUMÉ

Texte Résumé
Transformations lexicales

naguère autrefois
marchands commerçants
gosse enfant
dépourvus de cettefaculté (imagination) incapables de créer
panoplies costumes

• un terme est remplacé par son synonyme

Les marchands ont pensé que les enfants ... ...les commerçants estiment les enfants... inca-
étaient dépourvus de cette faculté. pables de créer...

• une subordonnée complétive est remplacée


par le tour Verbe + Adjectif

...la poupée mannequin... qui stérilise toute des iouets leur enlevant toute possibilité de rê-
initiative. ver.
• une subordonnée relative est remplacée par
un tour participial

Les marchands ont pensé que les enfants ... ... les commerçants iugent les enfants si incapa-
étaient dépourvus de cette faculté. Ils leur bles de créer qu'ils leur proposent des jouets... :
épargnent jusqu'au souci de rêver. Le type les poupées mannequins.
même de ces jouets..., c'est la poupée man-
nequin...
• trois phrases indépendantes dont les deux
dernières expriment la conséquence et l'ex-
plication sont remplacées par une seule
phrase avec une subordonnée consécutive et
le signe [ : ] introduisant l'explication

Et puis on la vêt, grâce à plus de trente pa- ... à revêtir de costumes et d'accessoires divers.
noplies différentes...
• une proposition indépendante est rempla-
cée par un tour infinitif

8-тг
EXERCICE 1 . Rappelons-nous l'histoire de France. Abrégez ces phrases en les rempla-
çant par un groupe nominal. Utilisez un nom formé à partir d'un verbe de la phrase.

Exemple : Au IIe siècle avant J.-C., les Romains ont occupé la Gaule. — L'occupation
de la Gaule parles Romains au IIe siècle avant J.-C.
ι . îooo avant J.-С. Les Celtes (appelés aussi Gaulois) s'installent sur le territoire
de la France actuelle.
2. Ie siècle avant J.-C. Jules César vainc Vercingétorix. le chef des Gaulois, à Alésia.
Les Romains colonisent progressivement le territoire de la Gaule. Une grande
civilisation gallo-romaine se développe.
3. Vesiècle. Les Francs, d'origine germanique, occupent la Gaule. Un de leurs rois,
Clovis, se convertit au christianisme.
4. VIIIe siècle. Charlemagne constitue un empire regroupant la France, l'Allema-
gne et l'Italie.
5. IXesiècle. Les Normands (ou Vikings), peuple Scandinave, envahissent la Fran-
ce. Le pays se morcelle en une mosaïque de petits territoires, propriétés des
seigneurs qui les défendent.
6. La féodalité. Il se forme tout un système d'alliances et de rapports de vassalité
entre les seigneurs. Ils élisent un roi qui n'a qu'un pouvoir consultatif.
7. XIe siècle. Les rois de la dynastie des Capétiens soumettent les vassaux indis-
ciplinés. L'administration et le droit se développent.
8. XIIe etXIIIe siècles. L'Eglise organise des croisades pour libérer la Terre Sainte
et notamment Jérusalem dont les deux dernières sont dirigées par Saint-Louis
(Louis IX), figure emblématique du roi chrétien accompli, soucieux de faire ré-
gner la justice. Saint-Louis meurt de la peste en Tunisie lors de la huitième
croisade.
9. Fin du XVe siècle. La monarchie absolue se développe progressivement. Les
administrations royales s'installent dans toute la France. Naît une économie
capitaliste.
10. Début duXVIe siècle. Les thèses religieuses calvinistes se répandent en France.
Elles influenceront la plupart des penseurs et des artistes.
11. 1494-1547. Règne de François Ier. H introduit en France la Renaissance italienne
en faisant venir à la Cour de grands artistes tels que Léonard de Vinci, Le Pri-
matice, B. Cellini.
12. 1547-1559. Règne de Henri II. Influencé par sa favorite Diane de Poitiers, il ren-
force la centralisation du pouvoir. Pour lutter contre le protestantisme, l'Eglise
catholique lance la Contre-Reforme.
13. La fin du XVIe siècle. Règnes de Charles IX et de Henri III. Les catholiques et
les protestants se disputent le pouvoir l'arme à la main. De cette période ins-
table un épisode est resté célèbre : la nuit de Saint-Barthelémy où les chefs
protestants furent massacrés par les catholiques sur l'ordre de Catherine de
Médicis.
14. 1589-1610. Règne de Henri IV. Ancien protestant converti au catholicisme, il
rétablit la paix et l'autorité royale. Il promulgue l'Édit de Nantes qui assure la
coexistence pacifique des catholiques et des protestants. Il est assassiné par
Ravaillac en 1610.
15. 1610-1643. Règne de Louis XIII. Avec un roi qui n'est encore qu'un enfant, les
grands seigneurs se révoltent. Tout change quand le cardinal de Richelieu de-
vient chef du Conseil du roi. Il mate les Grands et établit un régime fort, base
d'une monarchie absolue qui ne fera que se renforcer au cours du siècle.
8-і·
EXERCICE 2 . Trouvez un nom ou un groupe nominal dont le sens recouvre l'idée de la
phrase.

E x e m p l e : Les jeunes ne cessent de s'opposer aux adultes. — Le conflit des


générations.
ι. Dans les années 50 et 60, la traction à vapeur sur les chemins de fer a été rem-
placée par la traction électrique.
2. Les gens font de moins en moins confiance aux politiciens et se désintéressent
de la vie politique.
3. Les autorités locales ont entrepris de liquider les terrains marécageux de la
région.
4. Dans ce pays, les leaders des insurgés ont réussi à prendre le pouvoir et à réa-
liser des changements profonds politiques, économiques et sociaux.
5. De génération en génération, on voit ses chances de vivre plus âgé aug-
menter.
6. Beaucoup plus de couches de la société ont désormais accès à la culture.
7. Petit à petit, au cours du XX e siècle, la femme a obtenu le droit de vote, la pos-
sibilité de travailler sans la permission de son mari, ainsi que le droit à l'avorte-
ment et au divorce par consentement mutuel. Depuis 1983, il existe même une
loi sur l'égalité des salaires.

Θ-ΤΓ
E X E R C I C E 3 . Remplacez la proposition subordonnée par un groupe nominal de même
sens. Choisissez une préposition adéquate (de, sous l'effet de, faute de, grâce à, à force
de, à cause de, pour, malgré, en dépit de, sans, avec, sur). Faites des transformations
lexicales nécessaires.

Exemple : Il bégayait parce qu'il était ému. — Il bégayait d'émotion.


1. Les douleurs du malade se sont apaisées parce qu'on lui avait donné des cal-
mants.
2. Comme nous manquions de temps, nous avons dû renoncer à la visite du
musée.
3. Le match fut reporté parce qu'il faisait mauvais temps.
4. Puisqu'il est très persévérant, il a mené à bien sa recherche.
5. On ne l'aime pas parce qu'il est avare.
6. Bien qu'elle suive un régime très rigoureux, elle ne réussit pas à maigrir.
7. Tout intelligent qu'il est, il n'a pas su trouver une bonne solution.
8. Si naïf soit-il, il sait défendre ses intérêts.
9. le finirai ce travail à temps à condition que tu m'aides.
10. On ne peut pas résoudre ce problème si le ministre n'intervient pas.
11. La petite fille tremblait parce qu'elle avait peur.
12. Notre délégation est arrivée à Paris parce qu'elle avait été invitée par la mairie
de cette ville.
8-r
EXERCICE 4 . Remplacez un groupe de mots par un adjectif.

Exemple : Ce régime ne respecte aucune forme de liberté et impose une manière


de penser unique. — C'est un régime totalitaire.

ι . Cette œuvre a été publiée après la mort de l'écrivain.


2. Sa remarque en présence de son supérieur manque aux convenances et au
savoir-vivre.
3. Dans cette région on trouve beaucoup de châteaux qui datent du Moyen
Âge.
4. J'ai pris la décision sur laquelle je ne reviendrai jamais.
5. Votre réponse peut être interprétée de manières différentes.
6. Il a entrepris des démarches qui n'ont abouti à rien.
7. Votre conduite envers votre femme ne peut être justifiée !
8. Peut-on s'expliquer son refus alors que tout le monde était sûr qu'il accep-
terait ?
9. Me voilà qui ai perdu toute ma fortune, vendu mon château et mes vignobles.
10. Nous avons réussi à baisser le prix de revient, maintenant nos produits seront
moins chers et pourront supporter la concurrence du marché.
11. Sa grand-mère qui l'avait élevé était catholique ; elle allait régulièrement à la
messe et observait fidèlement tous les préceptes de la religion. Lui ne croyait
pourtant pas en Dieu.
12. Bien qu'un pays développé, la France compte un taux choquant de personnes
qui ne savent ni lire ni écrire ou qui ne peuvent comprendre le sens d'un texte,
si simple qu'il soit.
13. Sur le paquebot il y avait quelques passagers embarqués en cachette, sans
autorisation ni titres de transport.
14. C'est une opération commerciale accomplie conformément aux dispositions
réglementaires.
15. Ce sont des informations venant d'une source certaine, dont on ne peut pas
douter.

Э-Т
EXERCICE 5 . Trouvez un verbe qui permettrait d'éviter l'emploi de la subordonnée.
Employez les verbes promettre, accuser, s'opposer à, évaluer à, démentir, attribuer, se
faire servir, imputer, empêcher, interdire.

Exemple : Je crois que vous avez raison. — Je vous donne raison.


1. Je pense que c'est lui qui est coupable de ce vol.
2. Le ministre a déclaré que cette information était fausse.
3. Mon ami m'a dit qu'il m'aiderait.
4. Son chef dit qu'il ne doit pas accepter cette proposition.
5. Il déclare qu'il n'est pas d'accord avec la décision de ses parents.
6. Les experts estiment que le chiffre d'affaires de cette entreprise est de 10 mil-
lions d'euros.
7. Les historiens pensent que cette lettre fut écrite par Voltaire.
8. Il a exigé qu'on lui serve son déjeuner dans sa chambre.
9. On croit que l'échec des négociations est dû au mauvais vouloir d'une des dé-
légations.
10. Les associations écologistes feront tout leur possible pour que ce projet de
barrage ne soit pas réalisé.

8-ТГ
EXERCICE 6 . Supprimez la subordonnée.
a) E x e m p l e : Elle croyait qu'elle était très belle. — Elle se croyait très belle.
1. Il disait qu'il était journaliste.
2. Je pense que vous ne pouvez pas faire une pareille gaffe.
3. Il a déclaré qu'il était responsable de l'insuccès de l'affaire.
4. Il voyait déjà qu'il devenait député, ministre, Président du Conseil...
5. Je sais qu'il est capable de mensonge.

b) E x e m p l e : Il ne peut pas entendre qu'un enfant pleure. — Il ne peut pas entendre


un enfant pleurer.
1. Il affirme qu'il sait jouer aux échecs.
2. Elle espérait entendre comment Michel jouait cette pièce.
3. En souriant, il regardait sa fille qui dansait.
4. Je n'ai pas vu que mon frère était arrivé.
5. Il était persuadé qu'il avait découvert une nouvelle Amérique.

E X E R C I C E 7 . Remplacez les groupes en italique par les constructions indiquées. Faites


des changements lexicaux, le cas échéant.

E x e m p l e -.Comme il se sentait mal à l'aise, Gérard ne prenait part à la conversation.


[participe présent] — 5e sentant mal à l'aise, Gérard ne prenait part à la
conversation.
1. Étant donné qu'il est habitué à son quartier, il refuse de déménager, [participe
passé]
2. Comme elle ne voyait pas son mari dans la salle, Hélène a décidé qu'il avait été
retenu au bureau, [participe présent]
3. Je me suis fait très mal parce que je suis tombé dans l'escalier, [gérondif]
4. Étant donné que les affaires ne me retenaient plus dans la capitale, j'ai rejoint
ma famille à la campagne, [proposition participiale]
5. Bien que je presse le pas, je n'arrive pas à le rejoindre, [avoir beau]
6. La vieille femme se sentait heureuse parce qu'elle se voyait entourée de ses
petits-enfants, [participe passé]
7. Bien que pressé, il ne m'a pas interrompu, et je lui ai raconté toute mon aven-
ture. [laisser + infinitif]
8. C'est à cause de vous que j'ai manqué mon train, [construction causative]
9. Grâce à lui, j'ai terminé mon ouvrage, [construction causative]
10. Il perd la tête parce que vous êtes là. [construction causative]
11. À cause de la pluie qui ne cessait pas nous avons dû renoncer à la visite de la
citadelle, [empêcher]
12. Grâce à sa bonne connaissance de la langue française, il peut lire les classi-
ques dans l'original, [permettre]
13. Il s'est senti soulagé parce qu'il avait pris une décision, [de + infinitif passé]
14. Notre voyage était impossible car la neige était trop épaisse, [rendre + adjec-
tif]
15. Il s'est fâché à cause de votre départ inattendu, [mettre en + nom]
16. Michel connaît bien le chemin parce qu'il l'avait suivi plusieurs fois, [pour +
infinitif passé]
17. S'il avait été mieux informé, il aurait évité cette erreur, [participe passé]
18. Si on te croyait, cette affaire ne réussirait jamais. [0 + infinitif]
19. Si vous sortez immédiatement, vous pourrez encore le rattraper, [gérondif]
20. Je suis trop pris pour que je puisse vous remplacer. [pour+ infinitif]

8-r
EXERCICE 8 . Subordonnez l'une des phrases par rapport à l'autre en gardant le même
lien logique. Employez les conjonctions bien que, tellement... que, si... que, parce que,
puisque, si bien que, si, à condition que, dès que, pour que.

E x e m p l e : L'appartement de nos voisins est bien chauffé. Par contre, le nôtre est
très froid. — L'appartement de nos voisins est bien chauffé tandis que
(alors que) le nôtre est très froid.

1. Il avait souvent traversé cette forêt. Pourtant, ce soir-là, il ressentit une vague
inquiétude.
2. Son grand-père avait amassé une fortune considérable. Aussi avait-il pu se
constituer une superbe collection d'œuvres d'art.
3. La réalité est parfois étrange. Ainsi, il arrive qu'elle dépasse la fiction.
4. Je ne peux pas lire ce document sans lunettes. En effet, je souffre d'une myopie
prononcée et ce texte est imprimé en trop petits caractères.
5. Si l'enfant est vraiment insupportable, la mère menace de le raconter au père.
Car c'est d'abord le père, plus distant et moins présent, qui représente l'auto-
rité.
6. Le chômage touche surtout les diplômés. C'est pourquoi de nombreux jeunes
préfèrent les Instituts universitaires de technologie.
7. Les jeunes quittent le village. Ainsi les traditions se perdent et deviennent du
folklore.
8. La télévision permet à tous de voir les spectacles jusqu'alors réservés aux cita-
dins. Par conséquent, elle peut stimuler la curiosité.
9. l i a fait trop de fautes de français. Sans cela, il aurait pu avoir la moyenne.
10. Je vous aiderai. Seulement, vous ne devrez pas en parler à personne.
11. Enfin les parties ont accepté le compromis. Tout de suite, l'accord que tout le
monde souhaitait a été signé.
12. Notre association va lancer une campagne et sensibiliser l'opinion. Notre in-
tention est d'obliger les autorités à analyser l'impact de ce projet sur l'environ-
nement.

9-ТГ
EXERCICE 9 . Trouvez un terme générique.
E x e m p l e -.Journaux, magazines, radio, télévision — médias
1. Sculpteur, peintre, comédien, poète, auteur dramatique.
2. Radio, télévision, cinéma.
3. La planche à voile, la nage en mer et le voilier, le ski nautique, le surf.
4. Un sonnet, un vaudeville, une chanson, un roman, une tragédie.
5. Un spot, un panneau, un placard, un dépliant.
6. Le français, la littérature, l'histoire et la géographie, les mathématiques, une
langue étrangère.
7. Paysans, bourgeois, noblesse, clergé.
8. Socrate, Descartes, Emmanuel Kant, Hegel.
9. Député, maire, ministre, leader d'un parti, président.
10. La Tunisie, l'Algérie, le Maroc.
11. L'U.R.S.S. et les États-Unis (pendant la période de la guerre froide).
12. Les États-Unis, le Japon, la Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne, le Canada,
l'Italie.

9—г
EXERCICE 10. Trouvez une notion englobante.
E x e m p l e : ι — voyage
1. Voyageur, traverser, parcourir le monde, frontières, douanes, circuits, train,
avion, auto-stop, croisière, découvrir, aller d'une ville à une autre.
2. Code, tribunal, droits et obligations, constitution, législatif, stipuler, comparaî-
tre devant la justice, avocat, magistrat, notaire, droit de vote, séparation des
pouvoirs.
3. Utopique, mythe, rêver, mirage, fantasmes, chimérique, fées, esprits, sor-
ciers.
4. Haïr, s'émouvoir, passionné, amour, colère, se vexer.
5. Réfléchir, observation, contemplation, méditer, philosophe, concentré, idée.
6. Résolution, prendre l'initiative, déterminé, prendre parti, décréter, trancher,
volonté politique, décideurs.
7. Grave, considérable, poids, conséquence, VIP.
8. Élections, partis politiques, débats, leaders, opposition, campagne électorale,
démissions, sondages, opinion.
9. Fourneau, livre de recettes, cordon bleu, Vatel, assaisonner, hacher, garnir,
truffer, sauce, rôti, pâtisserie, chef, restaurateur.
10. Charme, Venus de Milo, ravissante, Miss du Monde, corps harmonieux, ma-
quillage, chirurgie esthétique.

8-ТГ
EXERCICE 1 1 . Abrégez et reformulez les contextes ci-dessous en recourant aux techni-
ques apprises précédemment.

1. La communication par lettre est le plus souvent réservée aux anniversaires,


grands événements de la vie privée. Nouvel an ou Pâques.
2. La diplomatie des droits de l'homme commence à prendre un sens et les diplo-
mates d'État acceptent maintenant de se saisirdes guerres civiles, des confron-
tations tribales, des processus d'épuration ethnique sous la pression de cette
opinion publique internationale.
3. Un millierde chercheurs, sociologues, psychologues, médecins, vétérinaires se
sont réunis à Genève, sous le patronage des ministères de la Santé américain
et suisse, pour étudier de rôle des animaux de compagnie dans le traitement
des maladies des humains. Jamais chiens, chats, canaris, hamsters, lapins et
poissons rouges n'auront éveillé un tel intérêt dans la communauté scientifi-
que.
4. Peu importe que les jeunes, au sortir de l'Université, soient un peu hors du
temps, un peu trop entourés d'amis tels que Socrate ou Descartes. Antigone
ou Ruy Bias. Virgile ou Rimbaud : la télévision, la radio, le cinéma rétabliront
toujours assez vite l'équilibre.
5. En avril, il y a eu les inquiétudes sur les vraies conséquences en Tchernobyl.
En décembre, l'air devint irrespirable dans Paris. Depuis quelque temps déjà,
l'effet de serre, le trou dans l'ozone, le réchauffement climatique semblent me-
nacer la planète.
6. Les faits divers locaux et les résultats de base-bail, le temps qu'il va faire
aujourd'hui et les gagnants de cette semaine à la loterie — voilà ce qui attire
surtout le public américain. Quelle importance peut avoir pour lui la misère au
Sierra Léone ou le désespoir en Irlande du Nord ?
7. Nous possédons en nous toute une réserve de formules, de dénominations,
de locutions, toutes prêtes, qui soient de pure imitation, qui nous délivrent du
soin de penser et que nous avons tendance à prendre pour des solutions vala-
bles et appropriées. (P. Valéry)
8. Les préfets sont tenus de recenser et de classer, en fonction de leurs caracté-
ristiques acoustiques et du trafic les routes de plus de цооо véhicules par jour,
les lignes ferroviaires interurbaines de plus de 50 trains par jour, les lignes de
transports en communs et les lignes ferroviaires urbaines de plus de 100 auto-
bus ou trains par jour.
9. Le nouveau budget prévoit de diviser par deux environ l'enveloppe affectée
à la lutte contre le bruit : on passerait de 12.59 Me cette année à ç.q^ Με l'an
prochain.
8-т
EXERCICE 12. Lisez le texte et résumez-le en reformulant les groupes de mots 1,2,3,4:

La gêne sonore est due essentiellement au transports : circulation automobile,


ferroviaire et aérienne. Ceux-ci sont, selon l'Insee 1 , la première source de bruit incom-
modant. Plus de tiers des ménages urbains qui habitent près d'une rue où le trafic
est dense, d'une voie de chemin de fer ou d'un aéroport déclarent qu'ils sont souvent
gênés.

ι. essentiellement, la première source, plus de tiers des ménages ;


2. la gêne sonore, ils sont gênés, bruit incommodant ;
3. transports, circulation automobile, ferroviaire et aérienne, rue à trafic dense,
voie de chemin de fer, aéroport ;
4. déclarent qu'ils sont gênés — transformation syntaxique.

2. Synonymes
Pour ne pas reprendre les mots du texte initial, on peut en remplacer quelques'uns
par des synonymes. Mais tâchez de ne pas abuser de ce procédé assez difficile qui
exige une très bonne maîtrise de la langue française. 2 D'autant plus qu'un simple
remplacement des termes par leurs synonymes ne suffit pas du tout pour faire un
résumé.
Avant de remplacer un mot par un synonyme, il faut analyser le contexte. Par exem-
ple : acquérir une maison, acquérir de l'expérience. Le verbe acquérir a pour synony-
mes acheter, gagner, mais si l'on peut dire acheter une maison et gagner de l'expé-
rience, l'inverse est impossible : gagner une maison aurait un sens tout différent de
acheter une maison.
Rares sont les synonymes qui présentent exactement le même sens comme tour-
ne-disque et électrophone. Dans la plupart des cas, d'un mot à l'autre, le sens varie
légèrement. Un synonyme peut différer en précision (comparez : habitation — ap-
partement, chambre, maison, chalet, manoir), en intensité (colère — dépit, emporte-
ment, rage, fureur), en affectivité : le synonyme peut présenter un sens plus favora-
ble ou au contraire péjoratif par rapport au mot qu'il remplace (homme — monsieur,
personnage, bonhomme, quidam), en registre de langue, appartenant au style sou-
tenu, spécialisé, familier ou argotique (homme — humain, anthropoïde, mec, coco,
bougre).
Il arrive que certains mots faisant référence à une notion, à des êtres ou à des
choses, uniques ou particuliers, n'offrent pas de synonymes, mais peuvent être dési-
gnés par une périphrase : Paris — la Ville lumière, la Bible — les Saintes Écritures, le
pétrole — l'or noir...3

1 Insee — Institut national de la statistique et des études économiques.


2
Servez-vous d'un dictionnaire des synonymes, du Petit Robert ou du Dictionnaire français-russe
de V.G.Gak et de j. Triomphe.
3 Voir Appendice §3.
8—г
EXERCICE 1 3 . Dites si le synonyme proposé convient dans les deux cas. S'il ne convient
pas, trouvez-en un qui soit approprié.

ι . Réussir a) Je suis arrivé à le convaincre.


b) Il est arrivé en France l'année dernière.
2. Indifférent a) Il est demeuré insensible à mes larmes.
b) La différence est vraiment insensible.
3. Encourager a) Le gouvernement va favoriser la réalisation de
ce projet.
b) Le jury a favorisé cet auteur débutant.
4. Content a) Je suis vraiment heureux de vous voir.
b) La plupart des films américains se terminent sur un dénouement
heureux.
5. Habile a) Les chiens ont l'odorat très fin.
b) Aux échecs, il s'est montré un fin joueur.
a) C'était bien léger de lui confier une pareille
6. Imprudent
responsabilité.
b) Avant de partir, ils n'ont pris qu'un repas léger.
a) La fin prématurée de ce grand savant a frappé les milieux
7. Objectif
scientifiques.
b) Qui veut la fin, veut les moyens.
a) Le ministre s'est montré favorable à ce projet.
8. Partisan
b) Le moment est favorable pour en parler au patron.
a) Sa mission n'est pas du tout facile.
b) L'ambassadeur s'absentant du pays, la gérance de ia_
9.Tâche
mission sera confiée au chargé d'affaires par intérim.
a) Le concours d'entrée aux Grandes Écoles est très difficile.
b) Ce monument a été restauré avec le concours financier de
ίο. Aide
plusieurs sponsors.
a) Il est toujours soucieux de l'impression qu'il fait sur son
entourage.
11. Attentif
b) Cette triste nouvelle l'a rendu sombre et soucieux.
a) Il faut le prévenir que la rencontre est reportée.
b) La communauté internationale déploie tous ses efforts pour
12. Avertir
prévenir la guerre.
a) Une convention a été signée entre les représentants du
patronat et ceux du syndicat.
13. Accord
b) Le langage, les habitudes sociales sont un ensemble de
conventions.
14. Contester a) Il discuta avec acharnement les arguments de son interlocuteur.
b) Quand on lui indiqua le prix, il se mit à le discuter âprement.
15. Supporter a) H soutient qu'il n'a pas menti.
b) De solides poutres soutiennent le toit.
E X E R C I C E 1 4 . Parmi les synonymes suggérés, trouvez celui qui convient.
a) Homme, humain, monsieur, mec, individu, personne.
ι. La greffe d'organes a été l'une des plus grandes avancés médicales qui a per-
mis de sauver des dizaines de milliers de ....
2. Les ... menacent leur planète et tendent à perpétrer un gigantesque suicide
collectif dont nul ne réchappera.
3. Il n'y a pas sur la terre, physiquement comme moralement, deux... identiques.
4. Un millier de chercheurs se sont réunis pour étudier le rôle des animaux de
compagnie dans le traitement des maladies des ....
5. « Mon ... à moi, il me parle d'aventures... » (chanson de Patricia Kaas)
6. Ma petite, n'oublie pas de dire merci au ....
7. Tout... porte une certaine combinaison génétique qui n'appartient qu'à lui.
8. Combien de ... cette salle peut-elle contenir ?

b) profiter, utiliser, se servir, user, (s')employer, exploiter.


1. Je vais à Paris, voulez-vous ... de ma voiture pour rentrer ?
2. Cette petite usine hydroélectrique ... le flux et le reflux du golfe de Gascogne.
3. — Vous savez ... de l'ordinateur ? — Maintenant tout le monde sait s'en ....
4. Cette expression est vieillie, elle ne ... plus dans le français moderne.
5. Cet homme est très modeste, il n'... jamais de ces privilèges.
6. J'ai décidé de ... de sa bonne humeur pour lui avouer ma faute.
7. Il a reçu un petit héritage, à quoi va-t-il... cet argent ?
8. Certains politiciens irresponsables cherchent à ... la xénophobie à leurs fins
politiques.

c) affirmer, prétendre, déclarer, annoncer, révéler, reconnaître.


1. Le gouvernement... que, dans l'année en cours, la croissance économique at-
teindra 6 % , ce qui est fort douteux.
2. Le jour même où la création de Conseil OTAN-Russie était entérinée en Islande,
la Russie a ... le renforcement de sa coopération militaire avec cinq autres répu-
bliques ex-soviétiques.
3. « Nous sommes optimistes parce que Monsieur le Président nous a dit que la
porte du dialogue était grande ouverte », a ... à la presse à l'issue d'un entre-
tien avec le président M. X, l'ambassadeur français à l'ONU.
4. Les organisateurs de la manifestation ... avoir rassemblé 100 000 personnes,
mais la police parle de 10 000 à 20 000 manifestants.
5. Dans le défilé syndical, certains ont fait éloge du président. « Le pays est dirigé
par une personne qui ne nous fait pas honte : un politicien sobre et rationnel »,
a ... le vice président de la Fédération des syndicats indépendants.
6. Le président américain accuse le gouvernement de ce pays de continuer à dé-
velopper ses programmes d'armes de destruction massive et... que cette poli-
tique doit être arrêtée, quel qu'en soit le prix.
7. « L'abolition du travail des enfants est l'un des défis les plus urgents de notre
temps et devrait être un objectif universel », a ... le directeur général de l'OIT.
8. Un enfant sur huit dans le monde occupe un emploi qui comporte des ris-
ques pour sa santé physique et mentale, a ... l'Organisation internationale du
travail (OIT).
9. La majorité des Américains ignorent que le Canada est le principal partenaire
commercial des États-Unis et le tiers d'entre eux croit qu'il s'agit d'un État amé-
ricain et non d'un pays indépendant,... un récent sondage.
10. Même les optimistes ... que les résultats de cette présidentielle témoignent
d'une tendance fort dangereuse.

§ 3 . R É S U M É D ' U N TEXTE COURT


EXERCICE 1
a) Lisez attentivement le texte ci-dessous. Définissez son thème et donnez-lui un titre.
Comme les combats de gladiateurs à Rome ou les courses de chars à Byzance, le
football est un beau sport et un spectacle merveilleux. Comme les combats de gladia-
teurs et les courses de chars, mais sur une autre échelle et dans les proportions gigan-
tesques, le football est devenu un phénomène politique et social à caractère universel
et obligatoire grâce à la télévision. Aucun président de la République, aucun premier
ministre, aucun homme politique aspirant à des fonctions électives n'aurait osé décla-
rer en public : « Je me fiche éperdument de ce qu'une dizaine de gaillards sympathi-
ques peuvent bien faire d'un ballon qu'il s'agit de pousser à l'intérieur d'un filet ».
Le football n'est qu'un exemple parmi beaucoup d'autres. Il y a plus sérieux. Il y a,
dans tous les domaines, des comportements imposés. Parfois imposés par la pres-
sion sociale et médiatique, parfois imposés par la loi. ι rynrmpccnn

b) Comment pouvez-vous expliquer la division du texte en deux paragraphes ?


c) Procédons à la reformulation des idées les plus importantes du texte :

Mots- ou phrases-clés Reformulations

• sur une autre échelle et dans les pro- • occuper une place démesurée
portions gigantesques (prendre une ampleur sans précédents)

• le football est devenu un phénomène • lefootball a occupé une place dans la vie politi-
politique et social à caractère universel que est sociale
et obligatoire

• grâce à la télévision • Sport médiatisé, lefootball...


(à l'époque des mass-média ; propagé par l'audio-
visuel)
• président de la République, premier • les élites politiques et ceux qui veulent y accéder
ministre, homme politique aspirant
à des fonctions électives
Mots- ou p h r a s e s - c l é s Reformulations

• «Je me fiche éperdument de ce qu'une • afficher son indifférence au football


dizaine de gaillards sympathiques peu-
vent bien faire d'un ballon qu'il s'agit de
pousser à l'intérieur d'un filet. »

• dans tous les domaines • dans toutes les sphères

• un exemple parmi d'autres • une manifestation

• Il y a des comportements imposés. Par- • les contraintes que la société et les mass-média
fois imposés par la pression sociale et font peser sur l'individu
médiatique, parfois imposés par la loi.

d) En vous servant des reformulations suggérées faites le résumé du texte.

E X E R C I C E 2 . a) Lisez attentivement le texte ci-dessous. Définissez son thème. L'idée


que l'auteur expose, la partage-t-il ?
L'un des plus grands débats philosophiques de l'histoire a porté sur la question
de la fin et des moyens. Et il s'est trouvé des gens pour prétendre que la fin justifie les
moyens, que les moyens, au fond, sont sans importance, l'essentiel étant d'atteindre
le but fixé.
C'est pourquoi, disent-ils, si vous cherchez à bâtir une société juste, l'important est
d'aboutir, et les moyens n'importent guère. Choisissez n'importe quel moyen pourvu
que vous atteigniez votre but : ils peuvent être violents, ils peuvent être malhonnêtes,
ils peuvent même être injustes. Qu'importe, si le but est juste ! Oui, tout au long de
l'histoire, il s'est trouvé des gens pour argumenter ainsi.
Martin Luther King
b) Parmi les termes cités ci-dessous relevez ceux qui peuvent servir à remplacer dans
votre résumé les mots fin et moyen. (Notez qu'il n'est pas nécessaire de bannir com-
plètement ces mots-là de votre résumé. Il s'agit d'éviter de les répéter plusieurs fois en
quelques lignes.) Voici la liste :
objectif (m), prétexte (m), procédé (m), but (m), défi (m), visée ( f ) , démarche ( f ) ,
mécanisme (m), impact (m), instrument (m)

c) Parmi les verbes cités trouvez celui qui servirait le mieux à remplacer le verbe pré-
tendre en traduisant la même idée & affirmer à tort :
admettre, déclarer, souligner, soutenir, insister, reconnaître.

d) Rédigez votre résumé en vous servant du schéma suivant :


Dans l'importante discussion sur la fin et les moyens, il y a eu toujours des gens
qui [prétendaient] ....
Peu importe ... pourvu que ....
EXERCICE 3
a) Lisez attentivement le texte et expliquez le jeu des mots dans son titre.
Tombez dans les pommes
Qu'il neige ou que le soleil brille, la pomme est toujours là. Au fond du cartable,
dans les coupes de fruits ou dans les compotes de grand-mère. Pour notre plus grand
bien. « An apple each day keeps the doctor away » (« Une pomme par jour éloigne le
docteur »), disent les Anglais. Un dicton confirmé par les scientifiques. Ainsi, deux
mois de régime pomme, à raison de trois par jour, réduit le taux de cholestérol de
1 0 % . Le mérite en revient aux fibres qui font aussi le plus grand bien au gros intestin.
Sur ce registre une pomme fait dix fois mieux qu'un yaourt au bifidus. Quant à l'acidi-
té, elle signe la présence d'acides organiques, pourfendeurs de cancers digestifs. La
pomme est aussi un concentré de vitamines, de minéraux et, surtout, d'antioxydants.
Elle en possède de toute sorte et parmi les meilleurs. Côté vitamine C, tout dépend de
la variété. Préférer les reinettes et les granny-smith aux calvilles ou aux goldens. Mais
attention, il faut éplucher finement les pommes, car le meilleur se concentre juste
sous la peau.
b) Observez le schéma logique du texte :

Thèse : Les pommes font le plus grand bien à notre santé.

Arguments : ι) [d'abord] réduisent le taux de cholestérol ;


2) [ensuite]...
3) [en outre]...
4) [enfin]...

Conclusion : Pour ne rien perdre des propriétés miraculeuses des pommes, ilfaut...

c) Retrouvez tous les arguments que vous pourrez ensuite introduire à l'aide des connec-
teurs indiqués entre crochets. Formulez la conclusion et rédigez le résumé.

EXERCICE 4
a) Lisez le texte suivant. Justifiez la division du texte en deux paragraphes.
Autrefois, les gens simples avaient une personnalité. Ils parlaient des choses
qu'ils connaissaient, avec leurs mots, leur tête et leur sensibilité à eux. On trouve
encore de ces exemples dans les campagnes. Mais dans les villes, maintenant, les
gens parlent de ce qu'ils ne connaissent pas, avec les mots qui ne leur appartien-
nent pas, qu'ils ont saisi au vol « dans leur poste » ou dans leur feuille et qu'ils digè-
rent mal. Ils se conforment aveuglement aux évangiles de sainte Presse et de saint
Audiovisuel. Si vous pressez leur cervelle et leur cœur, il n'en sort que du « jus de
médias ».
Pourtant, on peut aussi considérer que les médias moulinent des idées qui sont
dans l'air du temps et que ce qui en sort n'est que du « jus de l'époque ». Alors, est-
ce l'opinion publique qui suit les médias ou les médias qui suivent l'opinion pub-
lique ?
D'après F. Dorin
b) Observez le schéma du texte :

PARAGRAPHE I

Thèse ι : autrefois les gens avaient leur opinion personnelle


et leur propre vocabulaire
aujourd'hui ils ne font que répéter ce qui leur est
inculqué par les médias
Conclusion intermédiaire : On dirait que...

PARAGRAPHE II

Thèse 2 : pourtant les médias sont aussi fortement influencés


par l'opinion
Conclusion générale : Alors, la question reste posée :...

c) Retrouvez les deux conclusions. Attention surtout à ne pas reprendre les métaphores
employées par l'auteur du texte !
d) En vous basant sur le schéma, rédigez le résumé.

EXERCICE 5
a) Lisez le texte suivant :
Une nation est une âme. Deuxchoses qui, à vrai dire, n'en font qu'une, constituent
cette âme. L'une est dans le passé, l'autre dans le présent. L'une est la possession
en commun d'un riche legs de souvenirs ; l'autre est le consentement actuel, le désir
de vivre ensemble. Dans le passé, un héritage de gloire et de respect à partager, dans
l'avenir un même programme à réaliser.
Une nation est donc une grande solidarité, constituée par le sentiment des grands
sacrifices qu'on a faits et de ceux qu'on est disposé à faire encore.
E. Renan
b) Quelle est la notion que l'auteur cherche à définir dans ce fragment ? Quels sont
deux principes fondateurs de cette notion ?
c) Quel est le rôle de la dernière phrase dans ce texte ? Reformulez cette phrase de façon
à éviter toute répétition de termes.
d) Résumez le texte d'après le schéma :
La nation est fondée sur deux principes étroitement liés.
Tout d'abord...
Et ensuite donc...

EXERCICE 6
a) Lisez le texte suivant :
[L'une des idées du prix Nobel d'économie 1998, Amartya Sen, c'est que la démo-
cratie est un élément important du développement.]
Je dirais oui, mais avec une réserve : la réserve de la transition. On ne passe pas
d'un seul coup de l'État traditionnel d'une société archaïque, où l'individu s'efface
totalement devant un groupe, à une société démocratique fondée sur les droits de
l'individu. Les sociétés coutumières ne sont pas devenues des démocraties du jour
au lendemain. Pour nous Occidentaux, cela a pris des siècles. La proclamation des
droits de l'homme est de 1789. Nous sommes maintenant deux cent dix ans plus tard,
et on a encore des progrès à faire. Entre-temps nous avons connu trois révolutions
et bien des spasmes avant d'arriver à une République qui soit à peu près équilibrée,
alternante et consensuelle, bref, un État de droit.
Comment voulez-vous que, du jour au lendemain, des sociétés coutumières, diri-
gées despotiquement, deviennent des démocraties ? Cela dit, une fois que la transi-
tion est achevée, je reconnais que la démocratie est le meilleur moyen de soutenir le
développement et d'écarter des erreurs monstrueuses, comme par exemple le Grand
bond en avant des Chinois. д p e yreffite

b) Retrouvez les mots-clés du texte.


c) Formulez la question à laquelle le texte fournit une réponse.
d) Formulez la thèse de l'auteur. En quoi consiste la différence entre l'idée de A. Sen et
celle de A. Peyreffite ?
e) Faites le résumé du texte d'après le schéma donné :
Certes,...
Or...
Ainsi donc...

EXERCICE 7
a) Lisez le texte suivant :
Le débat que le journaliste mène avec sa conscience est âpre et multiple, d'autant
plus que son métier est plus flou et doté de moins de règles, et pourvu d'une déontolo-
gie plus flottante que beaucoup d'autres... Les médecins connaissent certes, et depuis
l'évolution des connaissances et des lois, de cruelles incertitudes — dont mille enquê-
tes, témoignages et débats ne cessent de rendre compte. Les avocats ne sont guère en
reste, ni les chercheurs et leurs manipulations biologiques ou leurs armes absolues, ni
les utilisateurs militaires des ces engins. Mais enfin, les uns et les autres ont leur ser-
ment d'Hippocrate, leur barreau, leurs conventions de Genève. Les journalistes, rien.
Il n'est pas absurde de comparer leur condition à celle d'un missile téléguidé qui
ignorerait aussi bien la nature de la mission que l'orientation du pilote et qui serait
programmé de telle façon qu'il ne soit pointé ni en direction de la terre, pour éviter
les accidents, ni en direction de la mer, pour prévenir la pollution. À partir de ces don-
nées, le journaliste est un être libre et responsable, auquel il ne reste qu'à faire pour
le mieux en vue d'éclairer ses contemporains sans pour autant faire exploser les mille
soleils d'Hiroshima. J. Lacouture

b) Avant de procéder au résumé, il convient, en premier lieu de définir le thème du


texte. Pour le faire, essayons de trouver dans le texte les mots-clés autour desquels
s'organise la réflexion de l'auteur. On pourrait signaler parmi les plus importantes les
expressions suivantes : débat avec sa conscience, règles, déontologie. Maintenant il faut
trouver pour ces mots un terme englobant. Mais il faudrait éviter de reprendre le mot
déontologie. Il vaut mieux prouver qu'on comprend bien le sens de ce terme en lui don-
nant une explication.
c) Retrouvez dans le texte tous les connecteurs logiques.
d) Justifiez la division du texte en paragraphes.
e) Faites le plan logique du texte et rédigez le résumé.

EXERCICE 8. Lisez le texte suivant. Définissez son thème et donnez-lui un titre. Faites
le schéma du texte pour mettre en évidence sa structure logique. Résumez le texte.

L'époque où la recherche, essentiellement financée par le mécénat, pouvait se


concentrer sur la quête de la connaissance, est bien révolue (elle n'excluait pas les
querelles entre créateurs et mécènes !). Aujourd'hui la recherche est confiée à la puis-
sance publique : elle doit rendre compte à la société de l'effort financier qui lui est
consenti, prenant ainsi une dimension politique. Cela n'implique nullement un pi-
lotage systématique par l'aval : nous pensons que la recherche dite fondamentale,
vouée à la création de la connaissance, reste un volet essentiel de l'activité scien-
tifique. Outre la dimension humaniste qui est l'honneur de notre profession, cette
compréhension du monde qui nous entoure est le terreau sur lequel se développent
les applications futures : une politique dirigiste à court terme serait aveugle. Cela dit,
les scientifiques doivent justifier de leur utilité : le développement d'une recherche
appliquée originale et féconde, fière de ses titres de noblesse, reste un des grands
chantiers à mettre en œuvre.
Il appartient à l'autorité publique, en l'occurrence notre ministre, de mettre en pla-
ce ces grands équilibres. Il doit décider de l'opportunité de tel ou tel investissement
lourd, fixer la pondération des grandes branches d'activité, indiquer les lignes direc-
trices. Mais doit-il pour autant intervenir dans les choix scientifiques individuels?
Cela supposerait de sa part une compétence universelle, irréaliste à notre époque.

P. Joliot, Ph. Nozières

§ 4 . R É S U M É D ' U N TEXTE LONG

ι . Testez vos connaissances !


Répondez par OUI ou NON puis justifiez votre réponse.

RÉSUMER UN TEXTE, C'EST :


ι. analyser et expliquer la démarche de l'auteur ?
2. rendre compte de chaque paragraphe en réduisant à chaque fois le nombre de
mots au quart ?
3. se mettre à la place de l'auteur et reprendre — en son nom — l'argumentation
en la réduisant au quart des mots utilisés ?
4. reprendre des morceaux de phrases en veillant bien à réutiliser les mots du
texte ?
5. réduire le texte en veillant à supprimer tous les exemples ?
FAIRE UN RÉSUMÉ D E M A N D E - T - I L :
ι. de repérer les articulations logiques du texte ?
2. de commencer par dégager le thème du texte ?
3. de fournir ses propres arguments pour la thèse défendue par l'auteur ?
4. de savoir expliquer les mots et les expressions clés du texte ?
5. de remplacer systématiquement les mots clés par des synonymes ?
6. de respecter le système d'énonciation ?

Lisez le texte suivant.


2. Résumons ensemble !

LE C I V I S M E EN CRISE
Être citoyen, c'est être responsable. C'est leurs responsabilités, d'élire leurs députés, le
aussi faire preuve d'esprit civique. Or que président de la République au suffrage univer-
constate-t-on aujourd'hui ? La vie civique sel. Encore faudrait-il qu'ils sachent comment
apparaît dévaluée, beaucoup de gestes, d'ha- fonctionnent nos institutions, qu'ils connais-
bitudes sont perdus. Vandalisme, dégradation sent le rôle du Parlement, des conseils mu-
d'édifices publics ou encore fraude dans les nicipaux. On nous parle beaucoup des droits
transports en commun, autant de faits qui sont de l'homme mais sait-on que l'homme a aussi
la manifestation d'un « incivisme » généralisé. des devoirs vis-à-vis de la société, à l'égard
À l'origine de ce phénomène, il y a incon- des autres ? Les leçons d'instruction civique
testablement une faillite de l'éducation civi- d'autrefois nous enseignaient cette règle d'or :
que : l'école ne sait plus former les citoyens. « La liberté consiste à faire tout ce qui ne nuit
La traditionnelle leçon d'instruction civique pas à autrui. La liberté de chacun finit là où
et morale est passée de mode. Aujourd'hui, les commence celle des autres. »
professeurs considèrent que ce n'est pas une On ne peut devenir un citoyen éclairé que si
matière fondamentale. Elle est certes enseignée on est un homme charpenté, avec une armature
à l'école primaire, mais beaucoup moins au physique, intellectuelle et morale. Cette char-
collège. Quant à la formation civique au lycée, pente est la responsabilité commune de l'école,
elle est quasi inexistante. Pourtant, près d'un de la famille et de la société. Nous sommes at-
tiers des lycéens sont majeurs, et la majorité tachés à la démocratie, mais celle-ci ne peut se
d'entre eux le deviendra quelques mois après le satisfaire du laisser-aller actuel. L'indifférence
baccalauréat. Plus grave : souvent indifférente, générale et la dégradation du sens civique ont
la famille n'inculque guère aux jeunes enfants de quoi inquiéter tous ceux et celles qui ont des
la politesse et la courtoisie. On les inciterait responsabilités à l'égard des jeunes.
plutôt à la débrouillardise, sans grand respect Il est donc urgent de redonner à l'éduca-
pour autrui. tion civique toute sa place. Il est indispensable
On peut donc parler d'une démission qu'elle soit reconnue comme une discipline
à tous les niveaux. C'est grave. Surtout dans fondamentale, prise en compte dans les exa-
une société qui se veut démocratique. mens. Certes, il existe quelques cours à l'école
N'importe quel individu, quelle que soit sa primaire et dans certains collèges. Il faudrait
position dans la société, est un citoyen. Mais aller à mon avis beaucoup plus loin, former les
un vote, cela se prépare : par une connaissance esprits mais aussi inculquer aux élèves des ha-
et par une morale. Jules Ferry qui, sous la III e bitudes. Les jeunes d'aujourd'hui paraissent
République, institua l'école laïque, gratuite et attachés à des valeurs telles que la solidarité,
obligatoire, en avait parfaitement conscience : la fraternité et l'ouverture vers les autres, la
une démocratie ne peut fonctionner qu'avec préservation de la nature. Voilà un terrain sur
des citoyens libres mais aussi formés et édu- lequel pourrait s'exprimer une nouvelle forme
qués. On demande aux Français de prendre de civisme.
J. Machard
Réussir son résumé c'est tout d'abord bien comprendre te texte : son sujet, sa
structure et ses idées. Le sujet (le thème) du texte est facile à dégager. Il est claire-
ment annoncé dans le titre. Il s'agit maintenant de préciser la notion de civisme telle
qu'elle est conçue par l'auteur. Le dictionnaire Petit Robert donne la définition sui-
vante du mot civisme :
1) dévouement du citoyen pour sa patrie ; 2) sens civique.
Pourcomprendre si l'idée que l'auteurse fait du civisme correspond à la définition
donnée dans le dictionnaire, examinons le champ lexical de la notion de civisme dans
le texte.
Le champ lexical du civisme dans le texte se présente ainsi : citoyen, politesse,
courtoisie, respect pour autrui, vote, élire, droits de l'homme / devoirs de l'homme,
liberté, solidarité, responsabilité, fraternité.
La notion de civisme dans le texte se révèle à l'analyse beaucoup plus large que
la définition donnée dans le dictionnaire. Les mots tels que courtoisie, politesse, res-
pect pour autrui, solidarité, fraternité nous renvoient à une autre notion celle de civi-
lité, c'est-à-dire, observation des convenances et le respect des règles de politesse
en usage dans un groupe social. La notion de civisme englobe donc pour l'auteur
l'ensemble de connaissances, de convictions et d'habitudes qui régissent le com-
portement d'un individu vivant dans une société et en l'occurrence dans une société
démocratique. Cette dernière remarque est importante car la démocratie est l'unique
régime dans l'histoire de l'humanité où la voix de chacun peut peser dans les affaires
d'État.
Suivons maintenant le fil des réflexions de l'auteur. Celui-ci développe sa thèse
d'après le schéma classique

PROBLÈME - CAUSES - SOLUTIONS


Cette démarche claire et logique va sans doute faciliter notre tâche. Le problème
est formulé dans le premier paragraphe du texte. Il ne reste qu'à l'exposer en d'autres
mots et de la façon la plus compacte. Par exemple,
Aujourd'hui, en France nous assistons à une crise du civisme qui se traduit par le
dépérissement de certains comportements sociaux, la perte du sens de responsabi-
lité, les cas de vandalisme.

On retrouve ensuite l'exposé des causes du phénomène. Remarquons en passant


que ce texte-là se prête facilement au résumé paragraphe par paragraphe parce que
chaque alinéa semble marquer le début d'une nouvelle unité de sens. Ce n'est pas
toujours le cas car dans des textes plus longs et plus compliqués tous les paragraphes
n'ont pas toujours la même importance. Il arrive souvent qu'il soit nécessaire de pro-
céderau regroupement des unités du texte. Et cette démarche est dictée par le besoin
de distinguer l'essentiel et l'accessoire et de donner au sens la priorité sur la forme.
Revenant à notre résumé, essayons de formuler les causes de la crise. Pour l'auteur
il y en a deux. Tout d'abord, « c'est l'école qui ne sait plus former les citoyens », l'ins-
truction civique n'existant plus qu'à l'école primaire et dans certains collèges. Ensuite,
c'est la défaillance de l'éducation familiale. Reformulons maintenant sans reprendre
les mots de l'auteur. Ça peut donner, par exemple :
La responsabilité de cet état de choses incombe, tout d'abord, à l'école où les
leçons d'instruction civique sont en disparition, surtout au lycée et au collège. La
famille est aussi à blâmer qui n'apprend plus aux enfants de respecter les autres et
prépare mal à la vie en communauté.

Vient ensuite la première conclusion de l'auteur qui sert aussi à relier l'idée de
civisme à celle de démocratie. Dans notre résumé cette conclusion transitoire peut
prendre la forme suivante :
Cette situation est d'autant plus grave qu'il s'agit d'une société démocratique.

Le paragraphe suivant répond à la question de savoir pourquoi il est particulière-


ment important de former les citoyens dans une société démocratique. Essayons de
reformuler la réponse de l'auteur à cette question.

La démocratie est un régime représentatif où les législateurs et les gouvernants


sont élus au suffrage universel. Or pour participer aux élections il faut au moins
avoir une idée du fonctionnement des institutions et être conscient de sa responsa-
bilité de citoyen.

Le paragraphe suivant contient des considérations d'ordre général sur les solu-
tions du problème. L'auteur parle de sensibiliser l'opinion à tous les niveaux : famille,
école, société. Reformulons cette idée de l'auteur. Conseil pratique : pour mieux re-
formuler, détachez-vous du texte. Lorsqu'on écrit son résumé « les yeux sur le texte »,
on finit par tomber dans un des deux pièges : ou bien on est tenté d'emprunter quel-
ques bouts de phrases au texte initial, ou bien on commence à remplacer les mots
de l'auteur par des synonymes ce qui ne donne qu'une variante défigurée du texte
de départ. Après vous être assuré que vous avez bien compris l'idée de l'auteur, re-
fermez donc votre livre et essayez d'y réfléchir sans regarder le texte. Essayez de faire
vous-mêmes cet exercice de reformulation avant de regarder la variante que nous
vous proposons :

La formation des jeunes citoyens doit devenir l'affaire de la société tout entière,
de l'école et de la famille, de tous ceux qui tiennent aux valeurs démocratiques.

Le dernier paragraphe comporte des solutions plus concrètes qu'on pourrait for-
muler ainsi :

Il est grand temps d'accorder à l'éducation civique une place plus importante dans
les programmes scolaires. Bien plus, il faut aller au-delà des connaissances théori-
ques et former aussi des habitudes. Pour mieux y réussir, il serait bon de s'appuyer
sur les valeurs plus proches et plus compréhensibles pour les jeunes d'aujourd'hui
telles que la solidarité, la fraternité, la protection de la nature.

Il ne reste maintenant qu'à réunir les différentes parties qui vont constituer notre
résumé. Mais attention ! Une suite de phrases ne constitue pas forcément un texte.
Et le résumé doit être avant tout un texte cohérent et logique. Pour cela essayons de
veiller à la cohérence de notre produit.

Aujourd'hui, en France nous assistons à une crise du civisme qui se traduit par
le dépérissement de certains comportements sociaux, la perte du sens de respon-
sabilité, les cas de vandalisme. La faute est, tout d'abord, à l'école où les leçons
d'instruction civique sont en disparition, surtout au lycée et au collège. La famille
est aussi à blâmer qui n'apprend plus aux enfants de respecter les autres et prépare
mal à la vie en communauté.
Cette situation est d'autant plus grave qu'il s'agit d'une société démocratique. Et
pourtant la démocratie est un régime représentatif où les législateurs et les gou-
vernants sont élus au suffrage universel. Or pour participer aux élections il faut au
moins avoir une idée du fonctionnement des institutions et être conscient de sa res-
ponsabilité de citoyen.
La formation des jeunes citoyens doit donc devenir l'affaire de la société toute en-
tière, de l'école et de la famille, de tous ceux qui tiennent aux valeurs démocratiques.
Il est grand temps d'accorder à l'éducation civique une place plus importante dans
les programmes scolaires. Bien plus, il faut aller au-delà des connaissances théori-
ques et former aussi des habitudes. Pour mieux y réussir il serait bon de s'appuyer
sur les valeurs plus proches et plus compréhensibles pour les jeunes d'aujourd'hui
telles que la solidarité, la fraternité, la protection de la nature.

Observez les changements que nous avons apportés au texte en regroupant les
phrases isolées (les mots changés ou ajoutés sont en gras). Nous avons remplacé le
mot responsabilité par le mot faute pour éviter la répétition et nous avons allégé un
peu la deuxième phrase. Nous avons ajouté des connecteurs servant à rendre expli-
cites les rapports entre les phrases. Enfin, nous avons réduit au nombre de trois les
paragraphes du résumé. Car il est aussi dangereux de présenter son résumé dans un
seul bloc sans alinéas que de multiplier les alinéas de façon que chaque phrase ou
presque commence à la ligne. Dans les deux cas le texte devient difficilement lisible.
Ces deux extrémités sont donc à éviter.

3. Complétons le résumé proposé !


Lisez le texte suivant.

RICHES - P A U V R E S : LE G R A N D ÉCART
Rarement document aura eu autant de re- galités entre pays et les inégalités dans les pays
prises télé, radio, journaux. Le rapport mondial s'accroissent. Procédant à des comparaisons par-
que vient de publier le Programme des Na- lantes, le rapport s'amuse à faire figurer dans le
tions unies pour le développement (PNUD) ne même classement des grandes entreprises et des
contient pourtant pas de révélations à couper le pays. Ainsi, le chiffre d'affaire de General Motors
souffle. Simplement une confirmation : les iné- (164 milliards de dollars) est supérieur au PIB1

1 PIB — p r o d u i t i n t é r i e u r b r u t — в а л о в ы й в н у т р е н н и й п р о д у к т ( В В П ) .
de la Thaïlande ou de la Norvège. Ou bien il ce qu'ils n'arrivent pas, chez eux, à créer la
calcule la progression de la valeur nette des complexe alchimie (éducation, innovation,
biens accumulés par les 200 personnes les institutions...) du démarrage économique.
plus riches de la planète, qui passe de 440 mil- Tout n'est d'ailleurs pas perdu ! Le rapport
liards de dollars en 1994 à 1000 milliards constate que, en termes historiques, les pau-
aujourd'hui. Des constats spectaculaires, qui vres d'aujourd'hui le sont, globalement, moins
pourtant ne disent rien sur le fond. que ceux d'hier. C'est l'écart entre riches et
Vite lu, le rapport peut donner l'impres- pauvres (la pauvreté relative) qui s'accroît, et
sion que, si les riches n'étaient pas de plus en non la pauvreté absolue. Une bonne nouvelle
plus riches, les pauvres ne seraient pas de plus qui conduit d'ailleurs les auteurs du rapport
en plus pauvres. La réalité est tout autre. En à un jugement prudent sur la mondialisation
fait, certains pays réussissent à créer des flots de l'économie, qui, on s'en sera douté, est au
de richesse tandis que d'autres passent à tra- cœur du débat. Pour les auteurs, pas de doute
vers ces formidables potentialités. Les pays là-dessus : aujourd'hui « le monde est plus
laissés pour compte ne le sont pas forcément prospère ».
parce que les riches les exploitent, mais par- Le Point

Vous avez devant vous une ébauche de résumé. Complétez-la à l'aide des connecteurs
de façon à obtenir un résumé cohérent et fidèle à la logique du texte de départ.
Le rapport mondial du PNUD fait état du clivage grandissant entre les riches et
les pauvres à l'échelle planétaire. ... certains pays ont un budget inférieur aux chif-
fres d'affaire des plus gros monopoles. ... les hommes les plus riches de la planète
accumulent entre leurs mains des richesses énormes. Il peut paraître que les riches
s'enrichissent aux dépends des démunis. ... tout n'est pas si simple. La malchance
de certains pays n'a rien à voir avec la réussite de leurs voisins. ... ils n'arrivent pas
à sortir du marasme ... n'ont pas su créer les conditions sine qua non du succès.

4. Résumons d'après un schéma logique !


Lisez le texte suivant.

L'AVENIR
L'éditorial du directeur du Monde

U n directeur de journal qui, en 1899,


s'apprêtait à présenter à ses lecteurs un
supplément consacré au XXe siècle se
serait sans doute dit que la tâche était facile !
Car au tournant du siècle précédent, en cette
de la science, les certitudes du progrès rassu-
raient et l'espoir de la liberté gagnait les es-
prits. Tout paraissait pouvoir être maîtrisé.
Aujourd'hui, pareil exercice semble infi-
niment plus périlleux. Même si le XXe siècle
année 1900 qui se profilait dans une certaine s'achève — divine surprise — par le triomphe
fébrilité, le scientisme et l'optimisme historique de la démocratie : depuis la chute du mur de
connaissaient leur apogée. Nos pays vivaient Berlin, pour la première fois dans l'Histoire,
alors la généralisation de la grande révolution une majorité de femmes et d'hommes vivent
industrielle qui, à travers la colonisation, pa- sous des régimes démocratiques, fussent-ils
raissait devoir atteindre les endroits les plus parfois d'apparence ou imparfaits. Même si
reculés de la terre. On proclamait le triomphe tout incite à croire en la science, celle-ci ayant
entre-temps accompli des progrès fulgurants, cle, le XIXe. Il en va donc ainsi du prochain.
à des années-lumière de tout ce que l'on pou- L'espérance de vie y franchira un nouveau cap.
vait envisager en 1900. Mais le temps d'un Le potentiel prévisible pour un être humain
siècle, justement, il y eut deux déflagrations pourra atteindre 125 ans. En 2030, le nombre
mondiales, l'horreur d'Auschwitz1, une guerre de personnes souffrant de malnutrition de-
froide, nombre de crimes contre l'humanité, vrait chuter à 400 millions — ce qui est encore
dont certains, au Rwanda, en Bosnie, si pro- beaucoup trop. Mais la prolifération nucléaire
ches de nous. s'installe, dans l'indifférence coupable des
Toute confrontation avec l'avenir compor- grands pays, la dégradation de l'environne-
te donc, pour nous, des éléments d'optimisme ment menace, de nouveaux virus pourraient
aussitôt corrigés par une inévitable nuance prendre le sinistre relais du sida, etc.
d'effroi : la plus haute culture, l'extrême civi- D'avoir trop cru au progrès nous a conduits
lisation, n'ont pas empêché la barbarie la plus à une trop forte désillusion. Le temps est venu
folle. Pis, cette barbarie est née dans la moder- de regarder l'avenir dans un mélange de lu-
nité de ce siècle. cidité et de confiance. Afin d'imaginer les
Au cœur du progrès, nous avons donc ap- indispensables régulations planétaires, avec
pris à discerner les éventuels « régrès « qu'il patience et vigilance. La liberté est toujours
recèle, pour reprendre un mot que le savant à réinventer.
géographe Elisée Reclus affectionnait, se mé-
fiant des euphories progressistes de son siè- J.-M. Colombani, Le Monde

Après la première lecture du texte notre tâche consiste à définir le thème, la


problématique et la thèse du texte. Pour définir le thème du texte essayons de ré-
pondre aux questions suivantes : De quoi parle l'auteur? Quel est le sujet de ses
réflexions ?
Observons le titre de l'article et la date de sa parution. Ces deux indices suffisent
déjà à nous suggérer l'idée sur le contenu de l'article. La première lecture confirme
notre hypothèse : il s'agit des prévisions pour le prochain millénaire.
Formulez maintenant votre hypothèse sur la problématique et la thèse du texte.
Procédons à la vérification de vos suggestions. Pour cela examinons le texte pa-
ragraphe par paragraphe. (Pour faciliter votre travail et vous fournir des points de re-
père nécessaires nous avons souligné dans le texte les plus importantes articulations
logiques).

PARAGRAPHE 1
Nous avons fait exprès de souligner la date. En 1899 s'achève le XIX e siècle et l'hu-
manité se prépare à entrer dans le nouveau XX e siècle. C'est le moment de dresser le
bilan et d'envisager l'avenir. La situation et parallèle à celle où nous nous trouvons
aujourd'hui. (L'auteur rend ce parallélisme évident en commençantle paragraphe sui-
vant par « aujourd'hui... ») Quant à la structure du paragraphe, il se construit d'après
le modèle « Thèse — explication ». Essayons de formuler la thèse et de retrouver les
arguments. Ainsi, le schéma du paragraphe se présente de façon suivante :

1 Auschwitz — Освенцим.
Thèse ι En 1899 l'humanité envisageait l'avenir avec confiance.
Arguments [car] 1) on croit au progrès scientifique et technique (scientisme),
2) on croit au progrès de la liberté (optimisme historique).

Ainsi, les prévisions se situent dans deux sphères : celle de la science et celle du
progrès social. Cette remarque est importante pour la suite de notre travail. En effet,
dans le paragraphe suivant, c'est du point de vue de ces deux facteurs que l'auteur
dresse le bilan du XX e siècle.

PARAGRAPHE 2
Dans son ensemble le deuxième paragraphe s'oppose au premier. Et on se rend
compte que le premier paragraphe n'a été introduit par l'auteur que pour mieux faire
ressortir, par opposition, la gravité et l'ambiguïté de la situation actuelle. Nous par-
lons d'ambiguïté puisque le XX e siècle a été marqué par certains succès mais aussi
par quelques cruels échecs dans les domaines que nous avons déjà déterminés (le
progrès scientifique et technique, d'une part, et les valeurs démocratiques, d'autre
part). Le schéma logique du deuxième paragraphe se présente donc ainsi :

Thèse 2 Cette fin du XXe siècle ne donne pas lieu au même optimisme.
Arguments pour [même si] 1) le triomphe de la démocratie ;
2) les progrès de la science.
Arguments contre [mais] 1) deux guerres mondiales et une guerre froide ;
2) les crimes contre l'humanité.

PARAGRAPHE 3
Ce paragraphe comporte une conclusion intermédiaire.
Conclusion 1 [donc] L'exemple du XXe siècle a montré que la confiance dans
l'avenir a ses limites.

PARAGRAPHE 4
Nous voyons qu'en suivant l'ordre chronologique, l'auteur avance progressive-
ment du passé vers l'avenir, du XIX e au XXI e siècle. À chaque siècle l'auteur applique
les mêmes critères et relève les mêmes tendances. Dans le paragraphe 4, il reprend la
conclusion 1 pour l'appliquer à l'analyse du siècle à venir. Le parallélisme est explicité
par la phrase : « Il en va donc ainsi du prochain (siècle) ». Après quoi l'auteur cite ses
arguments.

Thèse 3 = Conclusion 1 [Il en va donc ainsi...] Outre les « progrès » à espérer le XXIe
siècle comporte aussi des « regrès » à craindre.
Opposition : Raisons d'espérer 1) la médecine au service de l'homme ;
2) le progrès social.
Raisons de se méfier [mais] 1) danger nucléaire ;
2) problème de l'environnement ;
3) nouveaux virus.
PARAGRAPHE 5

Conclusion 2 (générale) L'avenir radieux ne se fera pas tout seul. Plutôt que de se
leurrer d'illusions il vaudrait mieux songer aux mesures à prendre pour faire face aux
problèmes globaux.
Maintenant c'est à vous de terminer le travail et de rédiger votre résumé.

5. Comprendre le texte et retrouver le résumé


Lisez le texte suivant.
Faites attention aux signes de ponctuation. Quelle est la fonction des guillemets
dans le premier paragraphe ? le troisième paragraphe ?
Attention à l'emploi des noms propres. Certainsvous sont familiers, pourd'autres,
des explications s'imposent. Par exemple le nom de la ville de Seattle apparaît dans
le texte pour invoquer la conférence de l'OMC (Organisation mondiale du commerce)
qui a eu lieu dans cette ville en décembre 1999 et s'est soldée en échec à cause des
contradictions insurmontables entre les pays européens, les États-Unis et les pays du
tiers monde.
Faites attention au rôle des exemples dans le texte. Est-ce nécessaire de conserver
quelques exemples dans le résumé ? Si oui, lesquels ?

L'EUROPEEN, LUI...
n a beau les savoir sans fondement ou L'actualité donne l'illusion de nouveauté
presque, les préjugés qu'entretiennent les alors que sont resservis les mêmes préjugés.
nations les unes sur les autres renaissent Les violences en ex-Yougoslavie alimentent
sans cesse. L'embargo français sur le bœuf bri- des « tous les mêmes ! », des « ne pensent qu'à
tannique a réveillé la guerre des stéréotypes en- s'étriper », menant à « laissons-les faire ! ». Le
tre les deux pays. Seattle a redonné vie aux an- « ces gens-là » n'est pas loin, première étape
tagonismes entre continents vieux et nouveau, classique vers « ils sont beaucoup », ou « par-
roquefort contre hamburger. La Coupe Davis tout », autant dire : « trop », traitement dont
a vérifié l'idée reçue sur l'Australien sportif. Pour Arabes et homosexuels disputent désormais
les autres, le Français aurait plutôt une solide aux Juifs le lugubre privilège.
réputation de « légèreté », aussi vrai que l'Alle- L'association Europartenaires, qu'anime
mand est belliqueux et l'Anglais flegmatique. Jean-Noël Jeanneney, a demandé à des ex-
Il n'est pas rare, on le sait, que les condam- perts, le 4 décembre à l'Unesco, comment le
nations sommaires se retournent comme des long contentieux d'idées toutes faites entre
gants. Ce n'est pas tel ou tel ressortissant qui Européens risque de gêner leur union, et com-
est réputé mauvais payeur ou piètre amant, ment il pourrait, une fois aplani, y conduire.
c'est l'Autre, systématiquement. Les mêmes re- À la limite, ne doit-on pas espérer, comme
proches s'adressent d'une ville à l'autre, d'une une marque d'appartenance, qu'un même
culture à la voisine. Un proverbe veut que l'es- préjugé dénigre les habitants du Vieux Conti-
pagnol soit la langue des amants, l'italien celle nent, jusqu'ici occupés à se critiquer entre
des chanteurs, le français celle des diploma- eux ? À quand l'automatisme : « L'Européen,
tes, l'allemand celle des chevaux. Cela, ou le lui... » !
contraire ! La justesse de la formule importe
moins que son air d'oracle. Bertrand Poirot-Delpech, Le Monde
9-ТГ
Remettez dans l'ordre logique les propositions données de façon à obtenir le résumé
cohérent du texte ci-dessus.
A. Et pourtant ces accusations ne sont pas anodines
B. D'ailleurs ces idées reçues manquent de fondement
C. D'où l'importance de la discussion sur les stéréotypes lancée par l'association
Europartenaires et soutenue par ('Unesco.
D. comme c'était le cas pour les Juifs et comme cela risque d'être pour les Serbes.
E. car dans certaines conditions elles peuvent conduire à l'intolérance voire à la
discrimination d'un peuple
F. Nombreuses sont les caractéristiques toute faites qu'on attribue généralement
à certaines nations.
G. et que peut-être plus tard la guerre des stéréotypes s'éteindra tout à fait.
H. au point que ce sont souvent les mêmes reproches dont les représentants de
deux communautés s'accablent mutuellement.
I. Ces stéréotypes sont extrêmement tenaces et sans cesse réanimés à l'occasion
de différents événements politiques.
J. À la longue, on peut espérer que la création de l'Europe unie donnera naissance
au portrait-type d'un Européen

Après avoir regroupé les phrases vous avez donc obtenu le résumé du texte qui
contient à peu près 150 mots. C'est un peu trop pour le texte initial de 320 mots. Es-
sayez de récrire le résumé en réduisant jusqu'à 100 le nombre de mots.

6 . Résumons le t e x t e en prenant appui sur le q u e s t i o n n a i r e !


Lisez attentivement le texte et répondez aux questions qui suivent.

LES C I N Q P R I N C I P E S R É P U B L I C A I N S

L es conceptions de la république ont


considérablement varié au cours de l'his-
toire. Il est évident que le XIXe siècle
a vécu sur l'idée d'une identification de la ré-
publique à la Terreur. Avec la III e République,
lonté de le contrôler efficacement pour limiter
ses abus. La traduction institutionnelle de cet-
te conception, c'est le second principe républi-
cain : la mise en place d'un système dans lequel
la prépondérance revient au parlement, formé
qui a pour elle la durée, on sort de ces images des délégués élus de la nation souveraine.
d'Épinal. Au début du XXe siècle prend ainsi C'est la référence à l'esprit rationaliste des
corps une culture politique républicaine struc- Lumières et à l'héritage positiviste qui rend
turée autour de cinq principes fondamentaux. compte du troisième grand principe, renforcé
Le premier est le primat de l'individu sur par le combat contre la puissance politique
la société qui se réfère tout à la fois aux princi- de l'Eglise, celui de la laïcité de l'État et de
pes exprimés dans la déclaration des droits de l'école qui doit conduire à la généralisation
l'homme et du citoyen, et à la lutte dreyfusar- d'une éducation scientifique, gage de progrès
de. Sa conséquence immédiate est la méfiance pour l'avenir. On s'expliquerait mal cependant
à l'égard du pouvoir, quel qu'il soit, et la vo- l'attachement de la majorité des Français à la
république, si l'idéologie républicaine n'était siècle et jusque dans les années trente, il ré-
également porteuse d'un principe social, ce- pond ensuite de moins en moins nettement
lui de la promotion individuelle des plus tra- aux aspirations du moment. L'idéal d'acces-
vailleurs et des plus méritants, soit par l'éco- sion de tous à la propriété apparaît obsolète
le, soit par l'accession généralisée à la petite dès les années vingt et disparaît définitivement
propriété avec l'aide bienveillante de l'État. avec la croissance. La laïcité, qui perd pour
Enfin, et c'est le cinquième principe, la répu- une grande partie de l'opinion sa valeur mili-
blique se veut à la fois pacifique, refusant le tante, se trouve remplacée par une conception
nationalisme cocardier et voulant éviter toute de la neutralité religieuse moins mobilisatrice.
politique d'aventure, et attachée à la défense Ainsi l'idée républicaine du XXe siècle subit
nationale et à la grandeur du pays, ce qui rend des aménagements qui en modifient profon-
compte de son choix en faveur de l'expansion dément la nature. Sans toutefois remettre en
coloniale. cause le principe républicain fondamental :
Il est clair que cet idéal politique républi- le dernier mot appartient à la nation souve-
cain est daté par l'époque de son élaboration. raine
- Serge Berstein
Particulièrement opératoire au début du XXe

A. Étudiez le lexique du texte en vous servant du dictionnaire pour éclaircir le sens


des mots inconnus.
Qu'est-ce que c'est que l'image d'Épinal ?

À partir de quel nom propre est formé l'adjectif dreyfusard'? Quel rôle ce person-
nage et les événements liés avec son nom ont-ils joué dans l'histoire et la vie politi-
que française ?

B. Observez la structure logique du texte.


En quel rapport se trouve le titre du texte avec son thème ?
À quoi est consacrée l'introduction ?
Où la thèse du texte se trouve-t-elle formulée ?
Repérez les connecteurs qui vous aideront à saisir le déroulement de l'idée de
l'auteur.
Observez la division du texte en paragraphes et dites en quel rapport elle se trouve
avec la logique de l'exposé.

C. Trouvez des formules pour dire autrement :


Au début du XX e siècle prend corps une culture politique républicaine structurée
autour de cinq principes fondamentaux.
• le primat de l'individu sur la société ;
• la méfiance à l'égard du pouvoir et la volonté de le contrôler efficacement pour
limiter ses abus ;
• la mise en place d'un système dans lequel la prépondérance revient au parle-
ment ;
• la laïcité de l'État et de l'école qui doit conduire à la généralisation d'une éduca-
tion scientifique ;
• l'idéologie républicaine est porteuse d'un principe social, celui de la promotion
individuelle des plus travailleurs ;
• la république se veut à la fois pacifique et attachée à la défense nationale et à la
grandeur du pays ;
• Particulièrement opératoire au début du XX e siècle et jusque dans les années tren-
te, il répond ensuite de moins en moins nettement aux aspirations du moment ;
• la laïcité perd sa valeur militante ;
• l'idée républicaine du XX e siècle subit des aménagements.

D. Répondez aux questions.


1. La conception de la république est-elle restée immuable au cours des siècles ?
2. De quelle époque date la culture républicaine basée sur les cinq grands principes ?
3. En quoi consiste le premier principe ?
4. De quelle façon le deuxième principe est-il lié avec le premier ?
5. Quelles sont les origines du troisième principe ?
6. Quelle est l'aspiration du peuple qui se traduit par le quatrième principe ?
7. Comment pouvez-vous formuler le cinquième principe ?
8. En quoi la conception républicaine moderne diffère de celle élaborée au
XIX e s i è c l e ?

E. Faites le résumé du texte.

§5. TEXTES À RÉSUMER


TEXTE 1

SE F Â C H E R AU T R A V A I L ,
UNE PRÉROGATIVE M A S C U L I N E

L orsque les hommes piquent une colère


au travail, cela est vu comme la preuve de
leur autorité, tandis que les femmes, de la
stagiaire au chef d'entreprise, sont pénalisées
par un tel comportement. C'est ce qui ressort
les hommes s'énervent, « cela paraît normal »,
affirme Victoria Brescoff, chercheuse à l'uni-
versité Yale et coauteure de l'étude. Lorsque
elles expliquent pourquoi elles se sont mises
en colère, les femmes gagnent des points et les
d'une étude parue dans le numéro de mars de hommes en perdent, leur comportement étant
Psychological Science : des vidéos mettant en considéré comme un aveu de faiblesse. Debra
scène des situations de crise dans l'entreprise Condren, auteure de « Ambitions is Not a Dir-
ont été montrées à 400 cadres, hommes et ty Word » (l'ambition n'est pas un gros mot),
femmes. Lorsque, dans ces films, les femmes affirme que les femmes doivent conserver leur
se mettent en colère, elles sont considérées calme et dédramatiser les situations les plus
à une majorité écrasante comme incompé- catastrophiques en faisant appel à l'humour,
tentes, incapables de se maîtriser et méritant qui permet de faire passer bien des messages.
finalement un salaire inférieur à celui de leur
homologues masculins. Tandis que, lorsque Jill Hamburg Coplan. Le Point
TEXTE 2

U N E J O U R N A L I S T E À НЕС 1

D ans ma première vie, j'étais journaliste.


En 2005 et 2006, j'ai travaillé au Viet-
nam et couvert pour des journaux fran-
çais la folle effervescence qui agitait la pays.
livrer leur vision du leadership. J'apprends
à segmenter une clientèle, manager des cadres
à haut potentiel. Me voilà capable de discuter
effet de levier avec des amis avocats d'affaires
Quelques jours avant mon départ, je discute et, enfin, de comprendre le Financial Times !
avec un patron vietnamien : « Nathalie, me Je ne me contente pas d'apprendre, car le pro-
dit-il, le Vietnam a besoin de gens comme toi, gramme nous pousse à être des « acteurs » : je
des Occidentaux qui l'aiment et connaissent sa participe au club Marketing&Luxe, à la pré-
culture des affaires. Fais un MBA2 et reviens ». paration de la venue sur le campus de 1500
C'était une invitation à ne plus être spectatrice étudiants de MBA du monde entier pour un
des entreprises mais à prendre part à leur aven- tournoi sportif. En un mot, je change...
ture. J'ai trouvé l'argent nécessaire aux frais Ce qu'on raconte des MBA est exact :
de scolarité et envoyé mon dossier au MBA de c'est un travail colossal. Dormir plus de six
НЕС. Mes proches ont pensé que j'étais cou- heures les premiers mois est un luxe. Mais
rageuse, sans doute un peu folle aussi ! À la sait-on aussi qu'on s'y amuse énormément,
réflexion, pourtant, cette décision me semble que tout y est plus intense ? On dit aussi
la plus rationnelle que j'aie prise dans ma vie. qu'un MBA apporte des connaissances, un
Un MBA est plus qu'une formation, c'est réseau. À mi-parcours, je découvre qu'il
une expérience. Me voilà donc au milieu d'un m'offre plus encore : une vision nette de ce
incroyable melting-pot d'Indiens, de Chinois, que je veux faire de ma vie et, cadeau inat-
de Japonais, d'Américains, d'Européens. J'ai tendu, des amis.
l'opportunité d'écouter des PDG prestigieux Nathalie Pessel. Le Point

TEXTE 3

PAS DE C O N C U R R E N C E
AU R O Y A U M E DE L ' H Y P E R M A R C H É
« La France a inventé l'hypermarché. Elle fort. Adieu boucheries, poissonneries et fro-
Va tant aimé qu'elle en a mis partout », analyse mageries ! Seules les boulangeries — pour des
avec humour Robert Rochefort, chercheur au raisons culturelles — ont su résister à la défer-
Credoc3 et spécialiste du commerce. À bien lante des années 70 et 80. Si, depuis 1996, la
y regarder, le territoire est « maillé » : la France loi Raffarin a indéniablement freiné l'ouver-
compte 1 hypermarché pour 46000 habitants, ture des grandes surfaces alimentaires, cela n'a
contre 1 pour 51000 habitants en Allemagne, donc pas suffi à sauver les commerces dans les
1 pour 61000 habitants au Royaume-Uni et villes petites et moyennes, ainsi que dans les
seulement 1 pour 130000 habitants en Italie. « quartiers » de banlieue. Ni à empêcher l'ar-
Premier inconvénient : « Un hypermarché rivée des hard discounters allemand ou fran-
crée le vide autour de lui », dit Robert Roche- çais, qui, pour contourner la loi Raffarin, ont

1 НЕС — ( É c o l e d e s ) H a u t e s é t u d e s c o m m e r c i a l e s .
2 M B A — M a s t e r in B u s i n e s s A d m i n i s t r a t i o n .
3 Credoc — Centre d e r e c h e r c h e s p o u r l ' é t u d e et l ' o b s e r v a t i o n des c o n d i t i o n s de vie.
ouvert des magasins de moins de 300 mètres « Un Yalta sur les prix » que dénonce
carrés ! Alain Bazot, le président d'UFC-Que choi-
Second inconvénient : « l'hypermarché sir. Malheureusement, « dynamiter les hy-
roi » est souvent synonyme de monopoles ou de permarchés existants pour mettre à la place
duopoles locaux. Selon l'association UFC^-Que des supermarchés, plus nombreux, plus pe-
choisir, la concurrence entre magasins, au niveau tits et plus concurrenciels, cela ne semble
local, n'existerait que sur environ un quart du ter- pas très réaliste », reconnaît Robert Roche-
ritoire. Sur les trois quarts restants, une ou deux fort.
enseignes leaders se partageraient le gâteau... S.C. Le Point

TEXTE 4

ÉCHEC
Du persan shah, « roi »
N. m. Revers éprouvé par quelqu'un qui voit ses calculs déjoués,
ses espérances trompées

Pourquoi dit-on qu'on « subit » ou sayons de distinguer ce qui dépend de nous et


qu'on « essuie » un échec, comme on essuie ce qui n'en dépend pas. Les bouddhistes zen
une tempête en mer, alors qu'il n'existe pas comparent cet effort à l'attitude de l'archer :
d'expression pour signifier qu'on est l'auteur dans chacun de mes actes, je dois m'imaginer
de ses échecs ? Comme si on ne pouvait être sur le point de tirer une flèche vers une cible.
que victime de l'échec, pas son auteur. Le Ce qui est en mon pouvoir, c'est d'accomplir
problème avec l'attitude de la victime, c'est le geste le plus juste possible. En revanche,
qu'elle ne nous incite pas à faire l'effort de entre l'instant ou la flèche quitte l'arc et celui
comprendre ce qui nous arrive. Attention : il où elle va se loger dans la cible, je ne maîtrise
n'y a pas échec à chaque fois que je n'obtiens plus rien : coup de vent, passage inopiné d'un
rien. Si je tente un examen sans jamais avoir animal sauvage... Le fait que la flèche ne se
ouvert un livre de l'année, il est logique de le fiche pas au cœur de la cible ne constitue un
rater. Si je suis attiré par quelqu'un dont je ne échec que si j'avais fixé comme unique objec-
peux visiblement rien espérer en retour, le fait tif de l'y placer. Un défi risqué, naïf, puisque
de n'avoir rien obtenu ne relève pas non plus le résultat ne dépend pas que de moi. Pour
de l'échec. On ne peut parler d'échec quand « subir » le moins possible l'échec, il faut dé-
on n'attend rien en réalité. En revanche, si j'ai placer l'objectif. Et viser la beauté du geste
préparé l'examen, si j'ai espéré qu'il se passe et non le seul résultat. Valoriser l'énergie, la
quelque chose avec l'autre et que je n'obtiens volonté voire les talents que nous mettons en
rien, alors on peut commencer à parler de œuvre et non le seul aboutissement. Lorsque
l'échec. L'échec est toujours composé de deux l'objectif est atteint, le résultat final prend
éléments : ma tentative sérieuse et son non- alors une saveur particulière, celui de la cerise
aboutissement. Prenons la première leçon de sur le gâteau.
sagesse des politiques grecs stoïciens, et es- Aurore Ferrari. Phosphore

1 UFC — U n i o n f é d é r a l e d e la c o n s o m m a t i o n .
TEXTE 5

LES É T U D I A N T S EUROPÉENS
C R I T I Q U E N T LES C I T É S U F R A N Ç A I S E S
Universités
Des étudiants européens dénoncent
à la Commission de Bruxelles les mauvaises
conditions de logement de la cité U de
Nanterre.

D es murs décrépits, une odeur d'égout


à l'entrée, aucune isolation phonique,
les chambres du bâtiment G-H de la cité
universitaire de Nanterre sont tout sauf ac-
Le Crous 1 de Versailles a réagi en mettant
en place deux vigiles supplémentaires. Par
ailleurs, les bâtiments sont tous en cours de
réhabilitation, explique Olivier Audéoud, pré-
cueillantes. Isolde Reichel, Autrichienne de 24 sident de l'université Paris-X. Les chambres
ans, venue en France pour des études de sport, seront bientôt plus grandes. « Nous payons
se plaint de sa chambre de 9 m 2 « trop petite ». aujourd'hui quinze ans de retard immobilier ! »,
En Autriche, énumère-t-elle, il y a un accès rappelle-t-il. Un nouveau système de contrôle
à Internet dans les chambres, une douche et d'accès avec badge va être installé. « Nous avons
une kitchenette ainsi qu'une salle conviviale signé une quinzaine d'accords cette année avec
pour se réunir. Certes, les étudiants autrichiens des universités étrangères !, note le président. Si
payent leur logement beaucoup plus cher qu'en nous étions mauvais ça se saurait... » Il dénonce
France, admet-elle, « mais un coup de pein- une manipulation des étudiants Erasmus par
ture, ce n'est quand même pas grand-chose... » l'extrême gauche. Certains occupants français
Quelques-uns des 400 étudiants européens de la cité U « dont un quart à un cinquème ne
bénéficiant du programme d'échange Erasmus sont pas étudiants » craignant d'être expulsés
ont été réunis, hier après-midi, lors d'une « vi- auraient, selon lui, tenté de gagner les Euro-
site de suivi » menée par une responsable de la péens à leur cause.
Commission européenne, Sonia Dubourg La- Le directeur de la représentation en Fran-
vroff, directrice de l'agence Socrates Leonardo. ce de la Commission européenne Yves Gazzo
Cette dernière s'intéresse à une pétition signée a pour sa part indiqué que la France « devait
par des étudiants Erasmus en mai dernier. Ils veiller à la qualité de l'accueil des étudiants
y dénonçaient les conditions de logement de la étrangers ». Faisant allusion à la pétition des
cité U et le manque de surveillance. Erasmus, il avait ajouté que l'histoire était
« remontée jusqu'au Parlement européen » et
Quinze ans de retard qu'en cette période de renégociation des pro-
Tania Galvez, étudiante espagnole en eth- grammes, cela pouvait avoir « des conséquences
nologie, énumère « les escaliers trop étroits, négatives » pour la France. « Je serais beaucoup
l'absence d'alarme incendie ». Tous se plaignent moins alarmiste », estime Sonia Dubourg La-
d'une trentaine de vols de portables, d'ordi- vroff qui rappelle que la France a pris le parti
nateurs et d'argent depuis quelques mois à la d'un accueil ouvert, avec des tarifs bas. « Par-
suite du vol d'un passe-partout. « Des vaga- fois la qualité peut s'en ressentir, mais ce système
bonds se sont introduits plusieurs fois dans un permet un accès au plus grand nombre ».
bâtiment », remarque Mattia Caruso, un jeune
Italien étudiant en droit. Marie-Estelle Le Figaro

1
Crous (Centre régional des œuvres universitaires et scolaires) — Региональный центр no
вопросам университетской и школьной благотворительности.
TEXTE 6

QUI V E U T C O N T R Ô L E R I N T E R N E T ?

Les Américains ont gagné : ils conservent le contrôle absolu


d'internet que d'autres pays leur contestaient. Retour sur une bagarre
au sommet qui pose de sacrées questions...

C 'est au Sommet mondial sur la société


de l'information, en novembre à Tunis,
que tout s'est joué. Aux pays qui vou-
laient leur arracher le contrôle d'Internet, les
États-Unis ont simplement cédé sur la créa-
nes sur l'Icann suscitent des inquiétudes. Car
l'Icann peut, en théorie, invalider l'extension
d'un pays (le « .fr » pour nous, par exemple)
et supprimer l'accès à tous les sites qui y sont
rattachés !
tion d'un Forum international de gouver- Il peut rendre inaccessibles les adresses IP
nance de l'Internet (IGF), une instance qui des serveurs des fournisseurs d'accès et ainsi
débattra du contenu circulant sur le Web. Un plonger tout un pays dans un silence réseau.
timide premier pas vers un plus grand partage Autrement dit, le rayer de la Toile ! À noter
du contrôle de la Toile. que sur les treize serveurs gérant l'ensemble
Qui est le vrai patron d'Internet ? des bases de données liées aux noms de do-
Comme prévu à sa création, en 1998, maine, dix d'entre eux se trouvent aux États-
l'Icann (Internet Corporation for Assigned Unis (le serveur maître est situé dans l'État
Names and Numbers) devait devenir un jour de Virginie). Impossible de dire jusqu'où irait
indépendant. Mais, en juin 2005, l'administra- Washington en cas de crise internationale...
tion Bush s'est déclarée hostile à tout change- Quelles limites au contrôle américain ?
ment de statut de cet organisme, mis en place Aurait-il fallu confier les clés d'Internet
pour gérer les noms de domaines (les adresses à l'ONU, ou à un autre organisme interna-
des sites), les adresses IP (les adresses des ser- tional ? Les Américains s'y sont toujours op-
veurs et des ordinateurs) et les extensions (les posés, craignant l'ingérence d'Etats non-dé-
« .fr », « .com »...). Or l'Icann ne peut rien sans mocratiques, qui pratiquent déjà la censure
l'aval du département américain du Commer- d'Internet, par exemple la Chine.
ce, qui reste l'autorité ultime sur des décisions Pour Loïc Lemeur, PDG de Typepad Euro-
aussi importantes que l'introduction de nou- pe et fin connaisseur des enjeux, c'est un faux
velles extensions (type « .biz » ou « .info ») ou débat : « Même si c'est un peu gênant sur le
la gestion de celles qui existent déjà. principe, l'Icann n'abuse pas de son influence
Quel est le pouvoir réel de l'Icann ? et je préfère qu'il soit géré par les Américains
Le pouvoir américain dans les décisions plutôt que par les Chinois ou le gouvernement
prises par l'Icann a été confirmé de manière tunisien. »
éclatante lors du rejet du « .xxx ». En juin, Un autre système est-il possible ?
l'Icann avait donné son accord de principe Un pays qui refuserait l'autorité de l'Icann
pour la mise en place de cette extension de peut très bien créer une architecture parallèle,
nom de domaine réservée aux contenus por- avec son propre système d'adressage. Certains
nographiques. Objectif affiché : un meilleur pays comme la Chine et l'Iran auraient laissé
contrôle parental. Cependant, des organi- planer cette possibilité. Mais cela trahirait le
sations conservatrices américaines ont jugé caractère universel d'Internet, en créant un
que cela ne ferait qu'encourager les internau- nouveau réseau, quasi inaccessible à partir du
tes à aller sur des sites pornos. Avec l'aide de Web que nous connaissons.
l'administration Bush, elles ont convaincu
l'Icann d'y renoncer. Ces pressions américai- Emilie Abit. Phosphore
TEXTE 7

MONDE

Les nouveaux pirates des mers


Le 4 avril, le voilier français le « Ponant » était arraisonné
par des pirates dans le golfe d'Aden. Un scénario de plus en plus fréquent.
PAR MIREILLE DUTEIL ET OLIVIER WEBER

« À l'idée de partir pour cinq mois,je nefais pas lâché au bout de quarante-sept jours après le
le malin », avait-il avoué lors du dernier coup versement d'une rançon de 700 000 dollars.
de téléphone passé à sa mère avant d'embarquer Le scénario est chaque fois le même et celui
sur le « Ponant ». C'était son rêve. Pour les dont a été victime le « Ponant » n'aura pas fait
30 marins et personnels de bord du voilier bat- exception. Les 10 pirates, qui se sont emparés le
tant pavillon français (22 d'entre eux, dont 7 fem- 4 avril, en plein midi, du voilier français, atten-
mes, sont français, 6 philippins et 1 est ukrai- dront de l'amener à Garacad, au sud du Punt-
nienne), le rêve s'est transformé en cauchemar au land, à 500 kilomètres au nord de Mogadiscio,
milieu du golfe d'Aden. En l'espace d'un week- pour entrer en contact avec l'armateur. Le début
end, la France s'est crue ramenée trois siècles en d'une longue négociation. Dès samedi 5 avril,
arrière, lorsque des pirates écumaient les mers probablement à l'insu des pirates, un contact
pour capturer les caravelles du roi. avait été établi entre le capitaine du « Ponant »
La piraterie des temps modernes ressem- et la compagnie. « Tout est calme à bord », appre-
ble étrangement à celle de jadis. Les anciens naient les familles, qui vivaient dans l'angoisse.
marins somaliens reconvertis en forbans qui Les côtes somaliennes sont devenues les
sillonnent le golfe d'Aden n'ont d'autre but plus dangereuses au monde depuis que ce
que de ramener à terre les équipages des ba- pays a sombré dans une totale anarchie dans
teaux arraisonnés pour tirer une rançon de les années 90. Deux jours avant l'attaque du
l'armateur. Un bateau russe capturé le 1 e r fé- « Ponant », des pirates — sans doute les mê-
vrier au large des côtes somaliennes a été re- mes — avaient tenté d'arraisonner un pétrolier
transportant 40 000 tonnes de pro-
a. - duits chimiques sous pavillon de com-
^UyfJtoitantnj plaisance. « Les assaillants ont tiré au
аиХ ЛИІМ ·
lance-roquette et des éclats ont atteint
le pont », confirme, à Londres, le capi-
taine Pottengal Mukundan, directeur
du Bureau maritime international
(BMI). On a frôlé la catastrophe. Le
commandant de bord a pu manœuvrer
et échapper aux assaillants », expli-
que-t-il. On suppose que les pirates se
265 attaques en 2007, dont 52 au large de la Somalie sont alors rabattus sur le « Ponant ».
ЩІУТа « Ils disposaient de moyens de com-
munication de type GPS et d'un ba-
teau mère, qui dissimule les hors-bord
sur son pont », ajoute le directeur du
BMI. La piraterie a augmenté au lar-
ge de la corne de l'Afrique, l'une des
zones les plus dangereuses au monde
avec le détroit de Malacca, au large
de Singapour, de l'Indonésie et de la Malaisie. chez Armateurs de France, même si des « re-
L'an dernier, 263 attaques ont été recensées, commandations secrètes » sont appliquées...
soit une hausse de 10% en un an, avec 5 morts Selon des témoignages, les équipages de ba-
et 3 disparus parmi les marins. Sur les 32 ac- teaux russes, israéliens, voire européens, sont
tes de piraterie au large de la Somalie, 15 ont souvent armés. Autre parade : embaucher des
réussi. Et tous ont donné lieu à des paiements gardes depuis Aden ou Mombasa, armés de
de rançon grâce à des intermédiaires. « Les ar- kalachnikovs ou de mitrailleuses lourdes de
mateurs envoient l'argent dans des villes comme 12,7, parfois des Somaliens connaissant bien
Addis-Abeba, Nairobi ou Djibouti, dit un capi- les côtes. « Les pirates sont généralement des
taine familier du secteur. Des rançons qui peu- pêcheurs ou d'anciens policiers reconvertis, dit
vent atteindre des centaines de millions de dol- un expert en sécurité maritime. Ils savent que
lars. Les armateurs préfirent payer. » ce business est devenu rentable, car désormais on
Les propriétaires de bateaux, surtout de paie à tous les coups ! » Des pirates qui opèrent
complaisance, préfèrent rester discrets et de de plus en plus loin. Quand le Bureau mariti-
nombreux cas de piraterie demeurent incon- me internationale recommande aux capitaines
nus. Les capitaines des cargos reçoivent com- de croiser à 200 milles nautiques des côtes so-
me recommandations d'éclairer les ponts la maliennes (370 km), les flibustiers, eux, n'hé-
nuit et de mettre en batterie des... motopom- sitent pas à s'aventurer plusieurs semaines en
pes pour chasser d'éventuels pirates. Les ar- haute mer grâce à leur bateau mère.
mes ? Interdites aux équipages français, dit-on Le Point

TEXTE 8

LA R É S U R R E C T I O N DES A N I M A U X DISPARUS

F aire revivre le loup de Tasmanie soixan-


te-quatre ans après son extinction ! Ce
pari insensé, Don Colgan, biologiste au
Muséum d'Australie, compte le gagner en uti-
lisant la technique du clonage mise au point
Don Colgan prévoit donc de prélever des
cellules du foie et du cœur du louveteau, dans
lesquelles il espère trouver un ADN pas trop
dénaturé. Il en recueillera pieusement chaque
fragment qu'il décryptera selon la technique
avec Dolly, la célèbre brebis écossaise. Seule- mise au point pour le génome humain. Une
ment voilà, lui ne possède pas la moindre cel- fois en possession de la séquence exacte des
lule vivante de thylacine (autre nom du loup de chromosomes du loup de Tasmanie, il espère
Tasmanie) dont il pourrait extraire un ADN 1 pouvoir les synthétiser en éprouvette avant de
intact. Il n'a pu mettre la main que sur un lou- les introduire dans l'ovule d'une femelle de dia-
veteau conservé dans l'alcool depuis... 1866 ! ble de Tasmanie, une cousine éloignée. Colgan
Il s'agit là du dernier spécimen de cet ani- reconnaît lui-même que ses chances de réus-
mal à l'allure d'un gros chien qui, pourtant, site sont infimes. Pourtant, malgré ses détrac-
pullulait quand les Européens débarquèrent teurs, qui affirment que l'argent serait mieux
en Australie. Malheureusement pour lui, il employé à préserver des espèces aujourd'hui
goûtait fort le mouton, ce qui lui valut une menacées, il tient à poursuivre sa tentative.
haine farouche de la part des éleveurs. Sur Colgan n'est pas seul dans le monde à ca-
l'Internet, on peut voir un petit film du der- resser ce rêve de la résurrection animale. En
nier des thylacines, mort en 1936 dans le zoo Nouvelle-Zélande, divers chercheurs s'inté-
de Hobart, en Tasmanie. ressent à deux oiseaux récemment disparus,

1
ADN - ДНК.
l'huia et le fameux moa, sorte d'autruche Persuadés qu'ils parviendront un jour à leurs
géante. Mais c'est surtout le mammouth ex- fins, ils recherchent déjà des mères porteuses.
trait l'an dernier du sol congelé de Sibérie par En Louisiane, la fondation Audubon a réussi
Bernard Bouigues qui fait saliver les biolo- le premier transfert d'embryon congelé d'une
gistes du monde entier. Ainsi, deux Japonais, espèce à une autre. Le 13 décembre 1999,
Akira Iritani et Kazufumi Goto, réclament Cayenne, une chatte domestique, donnait
quelques-uns de ses spermatozoïdes pour fé- naissance à Jazz, un jeune chat sauvage afri-
conder une éléphante d'Asie. Des chercheurs cain. Un premier pas.
américains s'apprêtent à analyser l'ADN de Aux États-Unis, les chercheurs sont égale-
cellules prélevées sur le mammouth conservé ment très intéressés par le clonage d'animaux
en chambre froide. « Mais il est sûrement bien de compagnie. Déjà, un milliardaire a versé
trop dégradé pour servir au clonage », com- des millions de dollars pour qu'on duplique
mente Véronique Barrielle, du Muséum d'his- son chien. Pour 700 dollars, Lazaron BioTech-
toire naturelle de Paris, qui attend elle aussi nologies procède à la cryopréservation d'un
son morceau de mammouth pour en comparer morceau de votre chien, chat ou boa, afin de
l'ADN à celui des éléphants actuels. pouvoir le cloner quand la technique sera au
Les partisans de la résurrection animale ne point. Triste Amérique !
s'arrêtent pourtant pas à ces « petits » détails. F. Lewino. Le Point

TEXTE 9

TFi Une enquête approfondie et édifiante

LES F R A N Ç A I S A U V O L A N T : Z É R O DE C O N D U I T E

En 2001, plus de 8000 personnes ont été toyens. Sans être moralisateurs, ils se conten-
tuées sur les routes et 26000 grièvement bles- tent de montrer les situations et de les étayer
sées. Les journalistes de TF1 Jean-Baptiste par des exemples significatifs.
Gallot, Christophe Fonseca et Charles Maumy En guise de préambule, ils ont pris un
ont observé les comportements de plusieurs ci- exemple de choix : le ministre de l'Équipement
et des transports qui
se targue de montrer
l'exemple. En suivant
sa voiture conduite par
le chauffeur dans Pa-
ris, ils ont relevé les in-
fractions suivantes : un
dépassement à droite
et le feu orange occulté
à deux reprises, en
moins de temps qu'il
n'en faut pour dresser
une contravention.
Quel que soit le
lieu, on se rend comp-
te que de nombreux
conducteurs mettent
en péril la vie d'autrui. Après un détour auprès assez longue en gendarmerie, je n'y suis toujours
de jeunes irresponsables qui prennent le vo- pas habitué. »
lant en état d'ivresse après une soirée en disco- La capitale semble concentrer toutes les
thèque — l'alcool tue 7 personnes par jour en folies des meurtriers en puissance, notam-
France —, les enquêteurs se sont attardés dans ment celles des deux-roues. « Un tué de la
les Alpes-Maritimes sur l'autoroute A8, la plus circulation sur trois à Paris est un piéton »,
surveillée de l'Hexagone et la plus dangereuse souligne le commentaire. Les policiers ont
aussi. l'embarras du choix pour sanctionner les
Au fil des interpellations auxquelles on as- nombreux inconscients dont les accros du té-
siste, force est de constater que la plupart du léphone portable.
temps, les « délinquants » pris sur le fait ne Espérons que ce documentaire pertinent
reconnaissent pas leurs torts. Certains même et édifiant soit regardé par les chauffards. Le
persistent. La peur du gendarme ne suffit plus chemin à parcourir pour le respect du code
pour devenir raisonnable. « Personnellement de la route et de l'autre est encore très long.
ça me gêne de voir des gens pleurer, explique un On retiendra ces paroles d'un capitaine de
gendarme. J'ai vu dernièrement une personne se gendarmerie : « Les gens n'ont pas conscience
mettre à genoux sur le bord de la route pour nous qu'on mène une guerre aujourd'hui contre ce
supplier de lui rendre son permis de conduire- que moi j'appelle le terrorisme routier. Tous les
Mais lorsque vous voyez des enfants sortir d'une ans 8000 morts, c'est deux fois le World Trade
voiture et des parents déchiquetés à l'avant, les Center, l'équivalent d'un Concorde qui s'écrase
larmes ne sont pas les mêmes et ce sont des scè- sur la route. »
nes qui sont insoutenables. Malgré une carrière Nathalie Simon. Le Monde

TEXTE 10

T R A D U I R E LA BIBLE ?
UNE N É G O C I A T I O N S U B T I L E

« L'Ancien et le Nouveau Testaments la vérité qu'on lui prête échappe à toute lecture
sont le Grand Code de l'Art » disait Wiliam d'ordre purement littéraire.
Blake. C'est sur base de cette réflexion que La Bible « n'est ni littéraire », écrit
Northrop Frye, le grand critique anglo- Northrop Frye, « ou, pour parler d'une façon
saxon, a montré, dans un ouvrage célèbre (Le plus positive, elle est aussi littéraire qu'elle peut
Grand Code), le rôle joué par la Bible comme l'être sans être effectivement de la littérature ».
« cadre de l'imaginaire » chez les écrivains D'autre part, elle appartient à l'histoire, elle
occidentaux. s'inscrit dans un espace et dans un temps don-
De la même façon que les Anciens deman- nés : ceux qui l'ont composée ne pensaient pas
daient aux mythes d'Homère des leçons de comme nous.
physique, de morale et de mystique, les Mo- Tout est donc affaire de négociation sub-
dernes ont abondamment sollicité les mythes tile avec un texte métaphorique, qu'il faut
de la Bible. C'est dire que, des deux côtés, tantôt prendre, tantôt ne pas prendre, au pied
l'investissement émotionnel, philosophique et de la lettre. Ni l'Ancien ni le Nouveau Testa-
scientifique a été considérable. ments ne sont des récits d'événements au sens
C'est bien parce qu'elle est un texte hors journalistique. Méfions-nous de lectures trop
norme que la Bible pose une infinité de pro- « historisantes » qui nous feraient manquer
\>\èmes aux traducteurs. D'une part, elle re- leur philosophie profonde.
lève de la mythologie donc de la poésie, mais M. Grodent
TEXTE 11

LIVRES. DÉCOUVERTE

V O L T A I R E LE N E Z D A N S R O U S S E A U
À la mort de Voltaire, sa bibliothèque fut achetée
par Catherine II de Russie. Du contrat social s'y trouvait,
annoté avecfougue. En voici le fac-similé

D ans la marge, une écriture ronde et ra-


geuse a griffonné des commentaires
moqueurs : « Ridicule », « Polisson »,
« Cela est pitoyable. Si on donne le fouet
à Jean-Jacques Rousseau, donne-t-on le fouet
Candide a toujours à l'esprit l'affaire Calas, ce
protestant injustement accusé d'avoir tué son
fils, dont il finira par obtenir la réhabilitation.
Tout ce qui a trait à l'organisation de la so-
ciété, aux libertés individuelles, à la tolérance
à la république ?». Ce manuscrit exception- l'obsède. Et, là encore, le désaccord avec Rous-
nel est celui du Contrat social, les annotations seau est patent. « Les lois sont toujours utiles
sont de Voltaire. C'est à Saint-Pétersbourg, à ceux qui possèdent et nuisibles à ceux qui
où l'ouvrage dormait depuis que Catherine II n'ont rien », écrit ce dernier. « Au contraire,
avait racheté à Mme Denis la bibliothèque de réplique Voltaire, les lois protègent le pauvre
Voltaire, en 1778, que Michel-Antoine Bur- contre le riche. » Et lorsque Rousseau, chantre
nier a exhumé cette édition du Contrat social. de la volonté générale, parle de « l'aliénation
À l'origine de cette découverte, la visite de totale de chaque associé avec tous ses droits
Jacques Chirac, le 27 septembre 1997. Pour à la communauté », Voltaire s'insurge : « Je
faire plaisir à leurs hôtes, les Russes ouvrent la ne me donne point à mes concitoyens sans ré-
section des livres rares de la Bibliothèque na- serve. Je ne leur donne point le pouvoir de me
tionale de Russie. Et, en particulier, la biblio- tuer et de me voler à la pluralité des voix. »
thèque de Voltaire. On extrait même quelques « Pareille querelle ne peut s'éteindre »,
ouvrages d'une vitrine. Parmi eux, le Contrat écrit Burnier, qui piste la descendance des
social, avec les observations de Voltaire calli- deux hommes. Voltairiennes : la Déclaration
graphiées de la main du philosophe. des droits de l'homme et la monarchie
Des observations ? Une volée de bois vert, constitutionnelle.
plutôt ! Déjà, lorsque Rousseau avait publié Rousseauistes : Robespierre, la Terreur, et
son Discours sur l'inégalité, en 1755, Vol- certaines formes de tiers-mondisme et d'éco-
taire ne l'avait pas ménagé : « On n'a jamais logie doctrinaire. Après tout, on a connu il y a
employé tant d'esprit à nous rendre bêtes. Il peu des despotes qui condamnaient les villes
prend envie de marcher à quatre pattes quand pour envoyer leur peuple se faire massacrer
on lit votre ouvrage. » à la campagne.
Tout ou presque oppose les deux hom- En parcourant les pages jaunies de cette
mes : Voltaire croit aux Lumières, au progrès, édition du Contrat social, on ne pourra donc
à la culture. Rousseau dénonce les arts, les que louer la Grande Catherine de Russie pour
sciences, le théâtre — il ne pardonnera jamais sa clairvoyance, elle qui, après avoir appris la
à Voltaire d'en avoir ouvert un à Genève, sa mort de Voltaire, le 21 juin 1778, avait aussitôt
ville natale ! Et, plutôt que de payer des impôts écrit : « Faites l'achat de sa bibliothèque et de
pour construire des routes, il préférerait voir tout ce qui reste de ses papiers ! Je paierai lar-
les citoyens eux-mêmes « faire tout avec leurs gement ses héritiers qui, je pense, ne connais-
bras, et rien avec de l'argent ». sent le prix de rien de tout cela. »
Cela explique la virulence et le ton à la
fois professoral et cassant des annotations de Michel Labro
Voltaire. En lisant le Contrat social, l'auteur de L'Express
CHAPITRE IV
COMPTE RENDU

§1. QU'EST-CE QUE C'EST Q U ' U N COMPTE RENDU ?

Le compte rendu est une réduction du texte initial au tiers de sa longueur environ.
Voici la définition officielle de cet exercice :
Le compte rendu concentre le texte en mettant en relief l'idée principale et les rap-
ports qu'entretiennent avec elle les idées secondaires (argumentation, illustration,
réfutation de thèses adverses, atténuations, etc.). Visant à reconstituer en raccourci
la structure logique de la pensée, il n'hésite pas à s'éloigner, au besoin, de l'ordre
linéaire du texte. Soulignant les enchaînements, il identifie et, le cas échéant, décrit
à la troisième personne les démarches de l'auteur.
En principe, la rédaction d'un compte rendu exige la maîtrise des mêmes techni-
ques que celle d'un résumé. L'essentiel reste toujours de bien comprendre le texte
initial, c'est-à-dire d'en repérer :
• le thème,
• la thèse défendue par l'auteur,
• les arguments avancés pour fonder la thèse,
• la structure logique du texte.

Pour rédiger le compte rendu on recourt aux mêmes savoir-faire que pour le ré-
sumé :
• condenser le texte initial en éliminant ce qui n'est pas essentiel,
• reformuler le texte,
• enchaîner les idées.

Cependant le rédacteur du compte rendu prend une certaine distance par rapport
au texte initial. Cela explique le fait que le compte rendu se différencie du résumé par
plusieurs points :
• il met en relief l'idée principale du texte qui est en général formulée dans l'intro-
duction du compte rendu ;
• il comporte des formules présentant la démarche de l'auteur telles que l'auteur
décrit..., analyse..., s'attache à critiquer sur un ton ironique..., selon l'auteur, etc. ;
• il est donc toujours rédigé à la troisième personne ;
• tout en faisant ressortir le raisonnement de l'auteur, il peut ne pas suivre l'ordre
du texte initial.
Cela dit, le compte rendu, tout comme le résumé, doit traduire fidèlement les idées
du texte sans comporter aucun commentaire personnel du rédacteur. (Si toutefois un
commentaire pareil est spécialement demandé, il doit être bien distinct du corps du
compte rendu.)
Pour mieux comprendre la spécificité de ces deux exercices, lisez le texte ci-des-
sous et comparez-en un résumé et un compte rendu.

DE LA GRÈCE D ' A U J O U R D ' H U I À LA GRÈCE D ' H I E R

D ans mon enfance, je n'ai pas fait d'étu-


des en grec. J'ai appris le latin, l'italien
et l'anglais. Après la guerre, étant jour-
naliste, j'ai beaucoup voyagé : en Amérique du
Sud, aux États-Unis, en Asie, en Afrique... Un
Spetsaï. « Il n'y a pas de monuments. Vous y serez
tranquilles », m'avait-il dit. Et en effet Spetsaï,
célèbre pour avoir financé la guerre d'indé-
pendance, nous a tout de suite plu. J'étais loin
de la Grèce mythique, celle de Chateaubriand
peu partout sauf en Grèce. Enfin, ayant assez ou de Maurras, mais dans une Grèce qui me
de me disperser, nous décidons avec ma femme racontait les luttes de XIXe siècle et qui avait
de nous installer en Grèce. Quelle n'est pas ma pour héroïne la Bouboulina. Là, je me suis
surprise ! Je pensais connaître ce pays à travers plongé dans mon travail et dans une inspec-
les récits du XVIIIe ou du XIXe siècle. Grand tion de tout ce qui avait été écrit sur la Grèce.
admirateur de Chateaubriand, l'Itinéraire de Le premier livre que j'ai, non pas lu mais relu,
Paris à Jérusalem était l'un de mes livres de parce qu'il m'avait ébloui, était Le Colosse de
chevet. Mais ce que je voyais ne ressemblait Maroussi de Henry Miller que je considère
pas aux descriptions de Chateaubriand. [...] Si comme un des plus grands écrivains améri-
bien que je n'ai pas eu pour la Grèce un coup cains. C'est alors que toute la Grèce a com-
de cœur immédiat. mencé à rentrer dans les pores de ma peau.
En lisant Chateaubriand, je m'aperçois Je me souviens d'une phrase qui me plaisait
qu'il était un auteur involontairement comi- beaucoup : « There are no tourist in Spetsaï
que. Alors qu'il se promène dans les monta- during the winter ». Installés confortablement
gnes, il rencontre un berger à qui il demande le à Spetsaï, nous ne cherchions pas à bouger.
chemin où passait Pausanias. À un moment, il Ce n'est qu'au printemps que nous avons cédé
se trouve en Sparte où il ne trouve rien. À My- à quelques excursions. La première a été pour
cène, il demande où est la tombe d'Agamem- Paros. Je trouve l'endroit très joli, mais enfin je
non. Ainsi, tout le voyage de Chateaubriand ne suis guère fasciné. Je décide d'aller voir la
est embarrassé de dieux, de déesses, de nym- plage où Hippolyte est mort. Une visite extrê-
phes. Lorsque je me suis retrouvé devant la mement décevante. En repartant, on me mon-
Grèce, ce texte que j'avais tant aimé m'a paru, tre une pierre sous laquelle Thésée a trouvé
non pas mensonger, mais hors de propos. l'épée et les sandales laissés par son père. Tout
d'un coup cette pierre m'a projeté dans un uni-
Parmi les écrivains qui ont parlé de la Grè-
vers totalement différent : Thésée est devenu
ce, il y a Charles Maurras. Il y avait été envoyé
un personnage de mon imagination. Je ne suis
par la Gazette de France en 1896 et avait écrit
pas parti de la mythologie pour découvrir la
Les Anthinéa, un éloge lyrique de la Grèce.
Grèce moderne mais je suis parti de la Grèce
Ma femme et moi cherchions une île pour contemporaine pour découvrir la mythologie.
nous installer. Lois Malle nous avait conseillé
Je voudrais citer un mot de Jean Cocteau re- passer une paysanne et on se dit : « Mais c'est
levé dans LeJournal d'un inconnu que je trouve Athéna ! » La Grèce contemporaine n'a pas re-
parfaitement juste et qui donne la clé de l'at- couvert la Grèce ancienne mais l'a rendu vi-
tirance qu'exerce la Grèce : « La mythologie vante.
grecque, si on s'y plonge, nous intéresse davan- À l'époque, je faisais beaucoup de voile
tage que les déformations et les simplifications de avec un ami américain. Un jour, nous avons
l'Histoire. Parce que ses mensonges restent sans décidé de faire une partie du parcours d'Ulys-
alliage de réel et de mensonges. Le réel de l'His- se. En abordant la mer Éolienne, nous sommes
toire devient un mensonge et l'irréel de la fable pris dans une tempête très semblable à celle
devient la vérité ». La mythologie, on peut s'en que connut Ulysse. Nous arrivons alors à Fis-
nourrir mais aussi la nourrir. cado. Nous nous arrêtons dans un café où nous
Après Paras, nous sommes allés à Naxos. sommes servis par une jeune fille d'une grâce
Sur la plage déserte d'Ayios Procopios, se- infinie. Soudain, en regardant ses gestes rem-
mée de pierres ponces mauves, j'ai commencé plis d'aisance et de beauté, je me dis : « C'est
à penser à la malheureuse Ariane abandonnée Nausicaa. » Je la voyais alors à l'âge où Ulysse
par un amant bien vite las. Cela pouvait s'être l'a aperçue. Les sentiments d'Ulysse m'appa-
passé sur cette rive belle et paisible, face à l'île raissent alors de manière évidente car je venais
de Paras. Un lieu extraordinaire où l'on a l'im- de rencontrer une image de Nausicaa.
pression de marcher sur des diamants. Et c'est En Grèce, le temps n'efface pas les siè-
là que Dionysos l'avait recueillie et épousée. cles, il les rajeunit. Un jour, dans un cimetière
En Grèce, les légendes ne cessent de nous dis- à Spetsaï, les dalles ont glissé laissant quel-
traire de la réalité. Les paysages grecs impo- ques tombes ouvertes. On a alors pensé qu'en
sent les personnages de la mythologie. Et dès l'absence de visiteurs les défunts soulèvent la
lors on ne cesse de leur donner de la chair, un pierre qui les couvre pour regarder le paysage,
accent, une voix. Ce sont les visages de la my- la mer, les îles.
thologie qu'on voit chaque fois qu'on regarde Michel Déon, écrivain
la Grèce contemporaine. Quelquefois on voit Le Figaro littéraire

RÉSUMÉ

Bien que je n'aie jamais étudié le grec et que j'aie voyagé p a r t o u t excepté en Grè-
ce, à u n certain m o m e n t de ma vie, ma femme et moi n o u s avons décidé de n o u s
installer dans ce pays. Je croyais le connaître p o u r avoir lu des œ u v r e s sur la Grèce
tels que L'itinéraire de Pans à Jérusalem de Chateaubriand que j'aimais b e a u c o u p ou
Les Anthinéa de Charles Maurras. Pourtant la réalité grecque était différente de ces
écrits au point de me décevoir au premier m o m e n t .
Installé dans l'île de Spetsaï qui, d é p o u r v u e de m o n u m e n t s antiques et vide de
touristes, me rappelait plutôt l'histoire héroïque d u XIX e siècle, je me suis mis à tra-
vailler et à étudier les ouvrages consacrés à la Grèce. Le livre qui m'a b e a u c o u p im-
pressionné et m'a aidé à mieux comprendre ce pays était Le Colosse de Maroussi de
Henry Miller. Mais ce n'est que quelque temps après, en faisant des excursions à Pa-
ras et à Naxos, que j'ai commencé à repérer dans les beaux paysages grecs des per-
sonnages de la mythologie : ici Thésée trouvant l'épée de son père sous cette pierre,
là Ariane, a b a n d o n n é e par son amant, s o u f f r a n t sur cette plage. Ainsi, n'ayant pu
découvrir la Grèce m o d e r n e à travers la mythologie, j'ai découvert la mythologie en
partant de la Grèce contemporaine et j'ai partagé l'idée de Jean Cocteau qui disait
que la légende y est plus réelle que la réalité historique. Même dans les gens que je
rencontrais je voyais se matérialiser des héros mythiques. Car loin de cacher la Grèce
ancienne, la Grèce moderne la fait apparaître comme réelle et vivante.

COMPTE RENDU

Dans cet article publié dans le Figaro littéraire en juin 2000, l'écrivain Michel Déon
raconte ses impressions de la Grèce où il s'est installé à un certain moment de sa vie.
Ses réflexions sur la Grèce d'hier et celle d'aujourd'hui l'amènent à l'idée que, dans ce
pays, la modernité ne dissimule pas les siècles passés, mais au contraire, les rend plus
vivants.
L'auteur, qui n'avait jamais visité ce pays ni étudié sa langue, croyait pourtant
connaître la Grèce pour avoir lu des livres sur cette terre ancienne tels que L'itiné-
raire de Pans à Jérusalem de Chateaubriand qu'il aimait beaucoup ou Les Anthinéa
de Charles Maurras. Cependant Michel Déon avoue avoir eu une certaine déception
au premier moment, car la modernité grecque ressemblait peu au monde mythique
de ces œuvres. Installé avec sa femme dans l'île de Spetsaï qui, dépourvu de monu-
ments antiques et vide de touristes, lui rappelait plutôt l'histoire héroïque du XIX e
siècle, l'écrivain se met au travail. Il étudie les ouvrages consacrés à la Grèce dont Le
Colosse de Maroussi de Henry Miller qui l'impressionne au point de le relire et l'aide
à mieux comprendre ce pays.
Mais ce n'est que quelques mois après, en faisant des excursions à Paros et
à Naxos, que l'écrivain a réussi à déceler dans les beaux paysages grecs des person-
nages de la mythologie. L'auteur décrit le moment où l'on lui a indiqué une pierre
sous laquelle Thésée avait trouvé l'épée de son père : soudain, la vue de cette pierre
lui a fait imaginer ce héros, et puis d'autres encore qui se sont matérialisés dans les
gens qu'il rencontrait ou dans les sites qu'il admirait. Ainsi, n'ayant pu découvrir la
Grèce moderne à travers la mythologie, il a découvert la mythologie en partant de la
modernité. À ce propos. Michel Déon se réfère à Jean Cocteau qui disait que la my-
thologie grecque est plus réelle que sa réalité historique. En effet, la Grèce contem-
poraine n'a pas effacé ni caché la Grèce ancienne, au contraire. L'auteur conclue que
pour se représenter comme vivants les dieux et les héros mythiques il suffit d'obser-
ver la Grèce d'aujourd'hui.

Cette comparaison nous amène à constater les différences suivantes :


• le système d'énonciation : le résumé est rédigé à la première personne tandis
que le compte rendu à la troisième ;
• les formules présentant la démarche de l'auteur dans le compte rendu (souli-
gnées dans le texte) et l'absence de ces formules dans le résumé ;
• l'introduction obligatoire dans le compte rendu qui présente le texte et en for-
mule la thèse ;
• ta réorganisation (possible mais pas obligatoire) du texte initial que l'on peut
observer à la fin du compte rendu.
§2. INTRODUCTION

L'introduction doit comporter l'information concernant :


• l'auteur du texte (son nom et sa qualité s'il est possible de la reconnaître, par
exemple : écrivain, journaliste, homme politique, sociologue, etc.),
• le type du texte (article, éditorial, interview, notice nécrologique, extrait d'une
œuvre littéraire ou scientifique, lettre de lecteur, etc.) et sa source,
• Le thème et la thèse du texte, formulés très brièvement (on peut utiliser des
formules comme l'article de N porte sur..., dans le texte tiré de... il s'agit de... et des
verbes d'énonciation et d'opinion que vous trouverez dans le paragraphe « Décrire la
démarche de l'auteur »),
• le ton du texte qui peut être qualifié à l'aide d'un adjectif ou d'un adverbe (par
exemple sur un ton ironique, lyrique, pessimiste.., l'auteur critique violemment.., dé-
crit avec humour.., etc.).

Rédigez l'introduction d'un compte rendu des textes ci-dessous.

TEXTE 1

LA S E M A I N E DES LECTEURS

À M O R T L'« ÉCOLE LIBRE »,


V I V E CELLE DE LA R É P U B L I Q U E

D epuis que je suis abonné et surtout que


je suis retraité, je vous lis avec attention.
[...] Dans l'éditorial de Georges-Marc
Benamou et dans l'article cosigné par Cathe-
rine Cochereau et Jacqueline de Linares (l'Edj
J'y ai vu et entendu des choses surprenantes
et parfois terrifiantes. Parler d'« école libre »
à propos de ce système me paraît un abus de
langage. Alors, plus d'« école libre », s'il vous
plaît. La seule école qui mérite ce qualificatif
n°663), les journalistes parlent de l'« école est celle de la République. Elle n'impose pas
libre ». Retraité de l'Éducation nationale, je à ses usagers, par le biais d'un quelconque
ne connais aucune autre école à qui l'adjectif « projet éducatif », l'adhésion à ses fantasmes
puisse s'appliquer. « École libre », le vocabu- ou la vénération de ses fantômes. L'autre, c'est
laire n'est pas innocent. J'ai passé quarante ans l'école privée. Privée souvent de compétence
dans renseignement public. On m'a parfois de- et toujours privée de liberté.
mandé de participer à des jurys destinés à titu- Santi
lariser des « enseignants » de l'école privée. L'Événement du jeudi
TEXTE 2

L ' A N G L O M A N I E RAVAGEUSE DES T I T R E S


PAR ANDRÉ HALIMI

I L est curieux de constater que, après l'ex-


ception culturelle et autres défenses de la
culture du cinéma français, un grand nom-
bre de projets, de films annoncés en France et
en Europe ont des titres anglais.
étaient anglais : Dancer in the Dark de Lars von
Trier, Devils on the Door Step de Jiang Wen,
In the Moodfor Love de Wong Kar-wai. Pour
l'avenir, le producteur Jean Brehat annonce
les films de Rachid Bouchareb Little Sénégal et
Déjà, dans le passé, Laetitia Masson avait Foreign Policy de Ziad Doueiri. Le producteur
appelé un film Love me, Rayon Depardon Em- déclare : « Dans notre entourage, il n'y a pas un
pty Quarter, Paul Vecchiali Onte More. auteur qui η 'écrive pour aller aux États-Unis. »
Barbet Schrœder avait pris comme titre Même le producteur Claude Berri an-
Barfly, sans oublier Subway de Luc Besson, Fuc- nonce un film réalisé par Costa-Gavras sur le
king Femand de Gérard Mordillât, Charlottefor comportement du Vatican sous le nazisme. Il
ever de Serge Gainsbourg, Stand by de Roche s'agit d'une adaptation du Vicaire de Rolf Ho-
Stephanik et le Birdwatcher de Gabriel Auer... chhuth, l'histoire vraie d'un officier SS qui va
Dans les projets, la liste est impression- révéler la Shoah au pape Pie XII. Le film sera
nante. Ainsi la société Belize Film annonce tourné en anglais.
Blooming Flowers et The Napoleon Conspiracy. On pourrait multiplier à l'infini ces titres
Catherine Breillat choisit pour son prochain anglais et à ce train-là, on ne saurait plus quels
film Fat Girl. Le réalisateur de Sitcom, François sont les films anglo-saxons et français.
Dzon, déclare qu'il ne se contentera pas d'un De surcroît, certains films américains
titre anglais puisqu'il a, en plus, l'intention de conservent leurs titres originaux. On finira
tourner dans cette langue, tandis que son col- par faire croire à l'opinion qu'il n'y a que des
lègue Arnaud Desplechin avait diffusé le film films « américains ».
Esther Khan en anglais au Festival de Cannes. Ça ferait du tort à tout le monde et surtout
Puisqu'on parle de Cannes... à la personnalité des films français.
Les trois principaux titres des pays si diffé- André Halimi est réalisateur
rents que sont le Danemark, la Chine, Taiwan et producteur
Le Monde

TEXTE 3

PRESSE M A D E MAN
Ni ΕΝΑ ni НЕС sur le CV1 de Fabrice Larue.
Pas même le certificat d'études. C'est peut-être pour cela
que tout réussit au PDG de Desfossés International !
Qui ne connaît l'Histoire est condamné lais beaucoup de mon enfance. Trop peut-
à la revivre. Fabrice Larue connaît la sienne. être. J'avais sans doute besoin de me justifier.
Et, à 42 ans, l'assume. « Il y a dix ans, je par- Aujourd'hui, ce n'est plus un problème. »

1 CV — c u r r i c u l u m v i t a e — e n s e m b l e d e s i n d i c a t i o n s f o u r n i e s p a r u n e p e r s o n n e s u r s o n é t a t c i v i l ,
sa f o r m a t i o n , s e s a c t i v i t é s p a s s é e s .
À 15 ans, il vivait à côté de Rouen, entre un cumulait 50 millions de dettes — devient la
père négociant en combustible et une mère vache à lait du groupe RMC. Le 1 e r septem-
qui couvait sa petite tribu. « Toute la famille bre 1996, Bernard Arnault le nomme à la tête
travaillait dans l'entreprise. Moi, je livrais le de Desfossés International. À 38 ans, il assai-
mazout, les sacs de charbon et les bouteilles nit encore, redresse, développe. Et perpétue
de gaz. Mais la vie n'était pas forcément plus l'image de l'homme qui s'est fait tout seul et
dure qu'aujourd'hui. De cette époque, j'ai à qui tout réussit. Son métier : entrepreneur.
conservé le sens des valeurs, une certaine idée Son domaine d'intervention : l'information
de la famille, le sens du contact et le respect économique et financière (la Tribune, Inves-
du client. » tir, Le salon des entrepreneurs, Défis, Tribune
L'adolescent qui se faisait les muscles en interactive, TV ...) et la culture (Radio Classi-
soulevant à bout de bras les bouteilles de Bu- que, Jazzman, le Monde de la musique...). Son
tagaz porte aujourd'hui costume à rayures et credo : développer ses marques dans la presse,
cravate haute couture. Avec son physique de la radio, la télévision (il vient d'acquérir la so-
jeune premier et son regard de beau brun téné- ciété de production System TV) et le multimé-
breux, on se dit qu'il aurait pu faire du cinéma. dia. Fabrice Larue n'a pas de temps à perdre,
Au lieu de ça, le PDG de Desfossés Internatio- pressé comme le lapin blanc d'Alice au pays des
nal (Défis, Investir, la Tribune, le Monde de la merveilles.
musique, Radio Classique ... 1 milliard de chif- Mais il y a deux Larue : le Parisien, tou-
fre d'affaires et 500 salariés) est devenu, pour jours sur la brèche, et le provincial, patient,
le secteur des médias, l'homme de confiance qui prend le temps de regarder pousser ses
de Bernard Arnault, patron du groupe LVMN. vignes en Gironde : Château Haut-Potiron
Quatre ans à peine après avoir repris en mains à Capian, premières côtes de bordeaux. Une
le quotidien économique la Tribune, il annonce bouteille déjà proposée par les plus célèbres
déjà des résultats bénéficiaires. On applaudit restaurants de Paris (au Grand Véfour notam-
la performance, on se penche sur la carrière ment). Quand il débarque sur ses terres, Fa-
pour essayer de comprendre et là, miracle : ni brice troque le costume cintré pour le jeans et
ΕΝΑ ni НЕС sur le CV. Ni école de commece ni les bottes. Un autre homme, le même en réa-
boîte privée. Même pas le certificat d'études ! lité. « C'est ma façon à moi d'avoir la tête dans
« L'avantage de ne pas avoir fait d'études, c'est les nuages et les pieds bien sur terre. » Une
que je n'ai pas de méthodes de management manière, surtout, de perpétuer le modèle fa-
préconçues ni de préjugés sur les gens et les milial de son enfance. Apprendre à ses propres
situations. » Il dit qu'il n'y a pas que les diplô- enfants, Lorenzo et Vittoria (bientôt un petit
mes dans la vie. Que, l'expérience, ça compte. troisième), le goût de la terre, le rythme des
Qu'il fait confiance à son feeling. « Ma vraie saisons. Réunir sa tribu dans son château (sa
fiérté professionnelle, c'est de savoir que ce sœur et son beau-frère en sont les régisseurs).
groupe pourrait vivre sans moi. Aujourd'hui, « Et puis, la vigne, c'est un domaine où je suis
toutes nos filiales ont un numéro un et un impuissant. Impuissant à décider du temps
numéro deux. L'objectif, pour moi, n'est pas qu'il fera, pluie, soleil ou gel. » La terre qui
d'être le meilleur, mais d'avoir à mes côtés les rend humble...
meilleurs. »
Un jour, il ira s'installer en Toscane avec
Après s'être forgé une solide expérience son épouse, d'origine italienne. Peut-être
dans le secret de la presse gratuite, il prend, pour faire du vin. Pour rassasier son appétit
en 1991, la direction de Radio Nostalgie, la de culture et de beauté. Pour entreprendre,
redresse au point d'en faire l'une des maisons encore...
les plus prospères du paysage radiophonique Neumann
français. En quelques années, la station — qui L'Événement du jeudi
TEXTE 4

LE J O U R DES F E M M E S

L e 8 mars n'est pas un mauvais jour pour


le rappeler : c'est ici et maintenant qu'il
est le plus facile d'être femme. À n'im-
porte quel autre moment de l'histoire, ou
aujourd'hui dans beaucoup de pays, la condi-
tion féminine a été et est infiniment dure. Les
bébés filles tués parce que filles, ça existe en-
core, en Chine ou ailleurs. Les petites filles
qu'on n'envoie pas à l'école, ou moins que leurs
frères, la surmortalité des filles, mal nourries,
mal soignées, infectées lors de mutilations ri-
tuelles, c'est encore vrai aujourd'hui dans de
vastes zones du monde. Chez nous, la mort
en couches, la perte d'enfants en bas âge, sont
des malheurs qui ne frappent plus que de rares
femmes. Ailleurs, c'est toujours la vieille malé-
diction qui sévit.
La lutte féministe a encore, dans le mon-
de, toutes les dimensions d'une épopée, à la
conquête des droits fondamentaux que sont la
vie, la liberté, l'éducation, la santé.
Dans les pays occidentaux, le long chemin
déjà parcouru par les femmes, pour l'essentiel S'il est honnête de constater ce qu'on
dans le siècle écoulé, change un peu la perspec- a gagné, il est sain de regarder ce qui reste
tive. La surmortalité, chez nous, est plutôt du à accomplir. Dans notre pays, aujourd'hui, la
côté des hommes, avec une espérance de vie de question féminine et la question sociale sont
plusieurs années supérieure pour les femmes. imbriquées. Les chômeurs sont le plus souvent
Et ce, dans toutes les couches de la société. La des chômeuses (51,7% au dernier pointage),
question est donc désormais qualitative. Nous alors que les femmes sont loin de représenter la
sommes, pour emprunter le titre du dernier li- moitié de la population active. Et l'on pourrait
vre de Jeremy Rifkin, dans Г « âge de l'accès ». continuer : les smicards sont plus souvent des
Les femmes ont-elles, comme les hommes, smicardes, les « temps partiels » des « temps
accès à l'éducation dans ce qu'elle offre de partielles ». Et pas de ces temps-partiels-pour-
meilleur ? Ont-elles accès à la représentation s'occuper-des-enfants auxquels bien des fem-
politique ? Ont-elles accès aux postes qui leur mes seraient, quoi qu'on dise, heureuses d'ac-
reviennent en termes de compétence et d'expé- céder à certaines périodes de leur vie si c'était
rience ? Ont-elles la même rémunération pour sans conséquences néfastes pour leur carrière.
un même travail ? Ont-elles, au fond, accès au Non, on parle ici des temps partiels contraints,
pouvoir ? Chacun, en regardant autour de soi, ces journées hachées des caissières de super-
apportera les réponses qui lui conviennent et marché payées au smic sans espoir d'évolution
qui seront forcément — si l'on veut être objec- et qui font les gros bataillons des « working
tif — nuancées : oui, mais ... non, mais ... poors » à la française.
TEXTE 5

L'écrivain est mort samedi à Paris

J E A N - L O U I S CURTIS : L'ÉLÉGANCE, LA PUDEUR


L'académicien, prix Goncourtpour « Les Forêts de la nuit »,
laisse une œuvre importante : de nombreux romans,
des nouvelles, des essais et des pastiches.
En vingt ans, Jean-Louis Curtis avait si peu une espèce de Bernanos païen et souriant, qui
vieilli que j'ai peine à croire qu'il est mort. Je le aurait installé son Artois dans le septième ar-
rencontrai pour la première fois au printemps rondissement de Paris. Il croyait que l'homme
1974, à l'occasion de la publication de mon était mauvais mais qu'il était racheté — 1 franc
premier livre. Il l'avait lu avec sympathie et un symbolique — par Shakespeare et Proust.
stylo Bic. Je l'entends encore, dans son petit sa- Jean-Louis Curtis est mort. Il n'achètera
plus son thé chez Hédiard, ses cahiers Claire-
PAR PATRICK BESSON fontaine (à spirales et petits carreaux) au Bon
Ion de la rue Vaneau, me faire ses remarques Marché. Je ne fouillerai plus dans sa bibliothè-
positives quoi que sourcilleuses. Il garderait, que pendant qu'il sera allé chercher une bou-
au fil des années, l'habitude de dresser, pour teille de porto dans la cuisine. Il ne glissera
chacun de mes romans, la liste des improprié- plus un chèque sous le plastique de sa carte
tés, approximations et répétitions contenues orange pour payer le dîner au restaurant. Il ne
dans ceux-ci et que tout autre que lui aurait rira plus derrière sa main, ne s'obstinera plus
été incapable de relever. [...] à montrer sa carte d'identité à un maître d'hô-
Il était né l'année de la révolution d'Oc- tel qui le connaît depuis dix ans. Nous ne nous
tobre, mais n'a jamais été tenté par le com- dirons plus au revoir devant le porche de son
munisme. C'était un libéral à forte tendance immeuble. Il ne verra plus le square Boucicaut,
humanitaire. Il aimait la justice sociale mais il l'église Saint-Germain-des-Prés, la Seine.
aimait encore plus son indépendance. À par- Je sais que dans la vie il a fait tout ce qu'il
tir de 1981, il s'est beaucoup moqué des so- a voulu, quand il l'a voulu, comme il l'a voulu,
cialistes dans ses « pastiches » de L'Express — et que c'est une merveilleuse réussite — mais
mais auparavant, il s'était beaucoup moqué je sais aussi qu'il a détesté mourir. Il n'était
des faux résistants (Les Forêts de la nuit), des vraiment pas fait pour cela.
jeunes bourgeois parisiens (Chers corbeaux), PB. Le Figaro
des vieux bourgeois de province (La Parade)
et même des chrétiens du troisième siècle Bibliographie
après Jésus-Christ (Le Mauvais Choix). C'était Jean-Louis Curtis est l'auteur d'une tren-
quelqu'un qui aimait bien se moquer du mon- taine d'ouvrages (romans, nouvelles, essais,
de, il y avait même des moments où j'avais pastiches, adaptations théâtrales). La plu-
l'impression qu'il se foutait de tout. part sont disponibles en librairie, notamment
Il avait une façon lente et presque noncha- La France m'épuise (Points Seuil), Le Mauvais
lante de nous faire entrer dans ses romans. Ses Choix (Flammarion), Un rien m'agite (Flam-
personnages étaient toujours moins simples marion), Les Forêts de la nuit (prix Goncourt
qu'on ne l'avait prévu. Il avait un style clair et 1947, réédité chez Julliard), La Quarantaine
carré dans lequel il fallait savoir lire quelque (Le Rocher), Le Temple de l'amour (Flamma-
chose de sombre et de pas du tout carré. Il rion), Un miroir le long du chemin (Le Rocher),
avançait masqué, à la fois par politesse, par en- Le Comble du chic (Flammarion). Dernière
nui, et peut-être même par mépris. Il n'a dans parution : Le Monde comme il va, un recueil
le fond écrit que des histoires atroces. C'était d'essais aux éditions du Rocher.
TEXTE 6

SPÉCIAL IMMOBILIER
« Les prix doivent baisser »
Selon Mathilde Lemoine, directrice des montée rapide du niveau des stocks : en l'es-
études économiques de la stratégie marchés pace d'une année, leur délai d'écoulement est
chez HSBC France, le coup de froid sur l'im- passé de 7,5 mois à 13,6 mois.
mobilier pourrait durer jusqu'en 2012 : une
purge inévitable pour ce secteur. Est-ce la crise financière qui est
à l'origine de ce retournement ?
La chute des ventes immobilières s'est En réalité, il était anticipé bien avant : le
accélérée ces derniers mois : gonflement de la bulle immobilière avait déjà
peut-on parler de krach ? entraîné un recul de la solvabilité des ménages.
Dès 2006, le marché avait atteint son point
Pas pour le moment. Les économistes
haut, puis il a commencé à ralentir en 2007.
parlent de krach boursier lorsque les Bourses
Bien entendu, la crise financière a accéléré le
plongent de plus de 20%. Or dans l'immobi-
processus, en se traduisant notamment par
lier, on n'en est pas là. Mais la chute de 34%
une augmentation des taux d'emprunt. Consé-
des ventes enregistrée dans le neuf au deuxiè-
quence : avec des conditions de crédit moins
me trimestre (par rapport à la même période
bonnes, mais parallèlement, des prix toujours
de 2007) indique l'ampleur de l'ajustement en
cours, comparable à celui à l'œuvre en Espa- à la hausse, la dégradation de la solvabilité des
gne. Il existe toutefois une grande différence ménages s'est nettement accentuée au cours
entre l'Espagne, les États-Unis et la France : de ces derniers mois. Selon nos indicateurs, les
contrairement aux deux premiers pays, nous ménages français ont perdu depuis un an plus
avons chez nous un déficit de logements, que de 10% de leur capacité d'achat dans l'immo-
j'évalue à 400 unités. L'ajustement de notre bilier résidentiel. [... 1
marché devrait donc être plus rapide que chez
nos voisins. Reste que, pour l'heure, la dé- Propos recueillis par Eric Chol
gradation est brutale, comme en témoigne la L'Express

TEXTE 7

L ' H O M M E Q U I A P R É D I T LE
« CHOC DES C I V I L I S A T I O N S »
Cultures
Professeur à Harvard, le politologue Samuel Huntington
avait provoqué une immense polémique en annonçant que ΐaprès guerre froide serait
le temps de la guerre des cultures.

PAR ELISABETH LEVY

Eux et nous. Eux contre nous. Alors que civilisations » annoncé en 1993 par le poli-
l'Amérique se demande qui est l'ennemi qui tologue américain Samuel Huntington. La
lui voue une si terrible haine, certains pensent guerre des cultures aurait commencé. À pre-
qu'on a assisté au premier acte du « choc des mière vue, tout semble indiquer que son in-
quiétant scénario se réalise dans sa forme la Tout d'abord, l'idée d'un monde partagé
plus apocalyptique : les avions fous du World entre de grandes civilisations semble à bien
Trade Center seraient la déclaration de guerre des égards dépassée. Si une guerre a com-
de l'islam à l'Occident. mencé à Wall Street, ce n'est peut-être pas tant
Dans cet ouvrage qui a fait grand bruit lors entre l'islam et l'Occident qu'entre le « monde
de sa publication, l'ancien conseiller de Jimmy unique » qui se met en place sous l'impulsion
Carter, actuellement professeur à Harvard, de l'uniformisation marchande et ses laissés-
estime que l'affrontement idéologique de la pour-compte, d'autant plus violents qu'ils sont
guerre froide va céder la place à des conflits déshérités. D'ailleurs, Huntington lui-même
bien plus dangereux : « Si le XIXe siècle a été ne parle-t-il pas de la « culture de Davos » en
marqué par le conflit des États-nations et le XXe reconnaissant que, même au sein des pays ri-
par l'affrontement des idéologies, écrit-il, le siè- ches, elle ne mobilise guère que les élites ?
cle prochain verra le choc des civilisations, car La grille de lecture fournie par le polito-
les frontières entre culture, religion et race sont logue américain Benjamin Barber complète
désormais des lignes de fracture. » Car les re- utilement celle de Samuel Huntington. Pour
ligions qui, selon lui, constituent le cœur des lui, en effet, le monde est livré à deux forces
sept grandes civilisations qui se partagent le à la fois contradictoires et complémentaires,
monde sont des forces bien plus menaçantes, aucune des deux n'étant prête à coexister avec
bien plus obscures que les idéologies. « La l'autre, mais aucune ne pouvant vivre sans
chute du communisme, résume-t-il, a fait dis- l'autre. D'un côté, McWorld, l'uniformisation
paraître l'ennemi commun de l'Occident et de marchande du monde sous la domination de
l'islam, de sorte que chaque camp est désormais marchés érigés en réfèrent absolu, nous offre
la principale menace de l'autre. » [...] un avenir « qui réunira tous les pays en un vaste
Pour Huntington, la cause est entendue. parc à thème uniforme ». De l'autre, Djihad,
Attaqué par des rivaux sûrs d'eux et miné de résultante de « milliers de croyances bornées »,
l'intérieur par les multiculturalistes et autres qui nous promet « la balkanisation des États-
« séparatistes ethnocentristes qui ne voient dans nations où l'on verra se dresser tribu contre tribu,
l'héritage occidental que les crimes de l'Occi- peuple contre peuple, culture contre culture ».
dent », celui-ci serait en plein déclin. Seulement, et la clé de l'époque qui s'ouvre
Sur ce point, il est difficile de le suivre. En est sans doute là, Djihad et McWorld, loin de se
effet, si le mythe de l'invulnérabilité américai- combattre réellement, sont à l'œuvre au même
ne est enterré sous la poussière de Manhattan, endroit et au même moment. La haine de la
jamais la puissance américaine n'a paru aussi puissance américaine ne peut parfaitement se
démesurée, aussi dépourvue de rivale que ces conjuguer avec une aspiration au mode de vie
dernières années. En revanche, les attaques du américain. « Une demi-douzaine de jeunes gens
11 septembre constituent peut-être l'acte de peuvent bien porter des jeans, boire du Coca-
naissance d'un hyperterrorisme, à la mesure Cola, écouter du rap et cependant faire sauter
de « l'hyperpuissance », selon l'expression de un avion de ligne américain », reconnaît-il.
Hubert Védrine. Et nul ne peut mesurer l'issue Au lieu d'un affrontement entre islam et
de ce combat. [...] Occident, n'est-ce pas le sanglant mariage de
Pour autant, et même si la piste Ben Laden Djihad et de McWorld qui s'est joué dans le
est confirmée, faut-il accepter dans sa généra- ciel de New York ?
lité l'idée d'un islam érigé en ennemi ontolo- D'après Le Point
gique ?
TEXTE 8

LES R É G I M E S CONSTITUTIONNELS-PLURALISTES

N ous tentons de répondre d'abord à la pre-


mière question, c'est-à-dire de préciser le
caractère oligarchique des démocraties mo-
du compte, la démocratie serait tout apparen-
te puisque des minorités, souvent dissimulées
dans l'ombre, prendraient les décisions les
dernes. plus importantes.
Pour commencer cette étude, je me référe- Certains des faits sur lesquels s'appuient
rais à une théorie que l'on appelle aujourd'hui les machiavéliens sont incontestables. Il est
la théorie machiavélienne et que l'on trouve vrai que, dans toutes les sociétés, les décisions
exprimée dans de nombreux livres, le Traité sont prises par un petit nombre d'hommes. Il
de sociotogie générale de Pareto, le livre de est vrai aussi, que, dans les démocraties mo-
Mosca sur La Classe dirigeante ou encore le li- dernes, l'oligarchie présente des caractères
vre de J. Burnham, intitulé Les Machiavéliens. ploutocratiques ; les détenteurs des moyens de
L'idée centrale de ces théoriciens, dans mon production, les riches, les financiers, exercent,
langage — mais c'est un langage qu'ils admet- directement ou indirectement, une influence
traient —, est que tout régime politique est oli- sur ceux qui dirigent les affaires publiques.
garchique. Toutes les sociétés, diraient-ils, au À cette démonstration du caractère oligar-
moins toutes les sociétés complexes, sont gou- chique des sociétés démocratiques, il faut op-
vernées par un petit nombre d'hommes ; les poser non une objection mais un fait (que les
régimes varient selon le caractère de la minori- machiavéliens acceptent eux-mêmes). On ne
té qui exerce l'autorité. Bien plus, à l'intérieur peut pas concevoir de régime qui, en un sens, ne
même des partis politiques, c'est encore une soit oligarchique. L'essence même de la politique
minorité qui gouverne. Le sociologue italien est que des décisions soient prises pour, non
Robert Michels a écrit un livre sur les partis par, la collectivité. Les décisions ne sauraient
politiques où il a voulu démontrer et a démon- être prises par tous. La souveraineté populaire
tré en effet que, dans la plupart des partis po- ne signifie pas que la masse des citoyens prend
litiques, des minorités détenaient les positions elle-même, directement, les décisions relatives
de puissance et les conservaient avec l'appro- aux finances publiques ou à la politique étran-
bation passive de la masse des militants. gère. Il est absurde de comparer les régimes
Les régimes dits démocratiques, ont ex- démocratiques modernes à l'idée irréalisable
pliqué les machiaveliens, sont en réalité des d'un régime où le peuple se gouvernerait lui-
oligarchies d'un type particulier, des oligar- même, il s'agit de comparer les régimes de fait
chies ploutocratiques. La minorité qui détient aux régimes possibles. [...]
le pouvoir serait dominée par les riches, les
financiers, les entrepreneurs, les industriels. R. Aron
Ces hommes n'aiment pas les moyens de force Démocratie et totalitarisme.
et préfèrent les moyens de ruse. Mais, au bout Éditions Gallimard, 1965

TEXTE 9

GUIZOT PAS MORT


Il est l'homme du fameux « Enrichissez- PAR MAX GALLO, DE L'ACADÉMIE FRANÇAISE
vous ». Mais de celui qui gouverna la France De François Guizot, figure majeure du pou-
on n'a retenu que des clichés. Notre collabo- voir durant le règne de Louis-Philippe
rateur, l'historien Laurent Theis, raconte un (1830-1848), on ne connaît que la caricature. Il
esprit complexe, talentueux et fin stratège. serait l'homme froid — un calviniste — lançant
un cynique « Enrichissez-vous » aux déjà nan-
tis. Il serait le ministre (de l'Intérieur, de l'Ins- « François Guizot », de Jehan Vibert
truction publique, des Affaires étrangères), le (d'après une peinture de Paul Delaroche).
président du Conseil (1846-1848) détesté par Musée du château de Versailles
les Français. Tocqueville note qu'il y a une « in-
compatible d'humeur entre la France et M. Gui-
zot. Il suffit qu 'il aborde une mesure pour le rendre
impopulaire ». En février 1848, les manifestants,
bientôt les insurgés, crient « Vive la réforme,
à bas Guizot ! » puis « À mort Guizot ! ». Et il est
obligé de fuir à Londres déguisé en femme.
Cette fin politique n'étonne pas ses adversai-
res. Ils l'accusent depuis longtemps d'avoir, en
1814, rendu visite à Louis XVIII à Gand et d'avoir
été installé comme haut fonctionnaire de l'Intérieur
par un escadron de Cosaques. Il est donc rentré en
France dans les fourgons de l'étranger et à l'occa-
sion de la défaite de la nation. Il n'est ni républicain Q
ni patriote. Et on lui lance : « Vous n'avez pas le sens
national. » Initiateur de l'Entente cordiale, « il parle-
rait le langage d'un Anglais » selon Ledru-Rollin.
Caricature ou vérité ?
Pour retrouver la complexité de l'homme
Guizot, rappeler ses talents, son énergie, dé- léonienne ou républicaine. Mais il est un oppo-
terminer ses mobiles, analyser sa remarqua- sant déterminé de la Restauration conduite par
ble œuvre d'historien, il fallait une longue fa- la Chambre introuvable et Charles X.
miliarité avec le personnage, une intelligence En 1830, il accède naturellement au pou-
aiguë du XIXe siècle et l'ouverture d'esprit qui voir avec Louis-Philippe. Il est partisan de la
permet, au-delà des simplifications, de cerner monarchie constitutionnelle : pour l'ordre, la
la vérité d'un homme. Laurent Theis, dans un loi, le suffrage censitaire (200 000 électeurs),
livre dense et clair, nous rend un Guizot vivant, une monarchie éclairée, un parlementarisme
nous permet de comprendre pourquoi ce pro- dirigé. Et, dans ce cadre, il accepte avec une
testant de Nîmes, fils d'un guillotiné de 1794, sorte de hautaine satisfaction intellectuel-
domina durant deux décennies la vie politique le l'impopularité. Il dit en 1831, alors que
française. Et Guizot, né en 1787, élevé à Genève, l'émeute gronde encore : « Les gouvernements
chassé de la vie politique en 1848, est encore en ne sont pas institués pour plaire. On a vu des
1874 — l'année de sa mort à 86 ans — l'auteur gouvernements despotiques et populaires. Dans
du quatrième tome d'une « Histoire de France les pays libres, le meilleur gouvernement η 'est
racontée à mes petits-enfants » qui est un im- presquejamais populaire. Il a toujours contre lui
mense succès de librairie. Il a donc accompagné le parti des espérances et celui des mécomptes.
trois générations : celles de 1789 et de 1814, cel- Le parti des illusions déçues est précisément la
le de 1848. Il nous conduit de l'Ancien Régime portion de la société la plus remuante ; c'est as-
à la III e République. Et, sous la plume savante sez pour rendre le pouvoir impopulaire même au
et nuancée de Laurent Theis, Guizot devient moment où il rend le plus de service au pays. »
l'incarnation, l'expression des contradictions Cette analyse n'est pas caricaturale. Mais elle
que les hommes de ces générations vivent. révèle que Guizot, esprit supérieur, homme
Esprit supérieur. Guizot, malgré son intègre, n'imagine même pas pouvoir faire
séjour à Genève, n'est pas un émigré. Mais un fausse route. L'impopularité devient preuve de
« minoritaire » car, bien qu'il exalte l'orthodoxie pertinence et de vertu. Il n'est pire piège nar-
chrétienne, il reste calviniste. Fils d'une victime de cissique pour un homme d'État.
la Révolution, il ne participe pas à la geste napo- Le Point
§ 3 . DÉCRIRE LA D É M A R C H E DE L'AUTEUR

Après avoir présenté dans l'introduction l'idée principale du texte et qualifié


l'intention générale de l'auteur, vous devez caractériser ses divers modes de pen-
sée à chaque étape de son raisonnement. Pour le faire, vous aurez besoin de verbes
d'énonciation et de jugement. Voici les verbes les plus répandus, avec des complé-
ments possibles, classés selon la démarche qu'ils expriment.
• la présentation d'un thème ou d'une idée : aborder (un sujet, un problème), po-
ser (une question), parler (de qch), décrire (une situation), exposer, raconter, rappor-
ter (des événements, une anecdote), annoncer (une information).
• l'analyse d'une situation : étudier, examiner, analyser (une situation, des cau-
ses), constater (que ... ; un fait), commenter (un fait, un événement), expliquer (les
causes d'un fait), s'interroger (sur les causes et les conséquences de qch), se deman-
der (+ question indirecte,), évaluer (à + un chiffre), montrer (que ... ; qch), résumer.
• la mise en valeur d'une idée, d'un argument : noter (que..., qch), faire remarquer
(que...), faire ressortir (que..., un argument), souligner (que..., une idée), faire valoir
(que.., un argument), appeler l'attention (sur qch), mettre l'accent (sur qch), mettre
en valeur/ en relief/ en évidence (qch), appuyer (sur le caractère primordial de qch),
insister (sur qch, sur le fait que...), souligner (que..., l'importance de qch).
• la présentation d'une idée secondaire : évoquer (qch), prendre en considération
(que..., qch), tenir compte (de qch), mentionner (qch), signaler (qch).
• la prise de position ou la défense d'une thèse : penser/ croire/ estimer (que...),
1
affirmer/soutenir/prétendre (que..., qch), considérer (que...), être convaincu (que...,
de qch), démontrer /prouver (que..., qch), témoigner (que...), confirmer (que..., qch),
juger /trouver (+ adjectif: naturel, normal, logique etçj.
• l'approbation : accepter (qch, que + subjonctif), être d'accord (avec qch/qn, que
+ subjonctif), approuver (qch/qn), justifier (qch/qn), être/ se prononcer pour (qch),
prôner (qch), préconiser (qch), plaider (pour qch/qn), se faire le champion/ le par-
tisan (de qch), être favorable (à qch, à ce que + subjonctif), défendre (qn, une idée),
prendre la cause (de qn), prendre fait et cause (pourqn), partager les vues/le point de
vue (de qn), se rallier (à l'opinion de qn), adhérer (à une idée, à l'opinion de qn), louer
(qn), faire l'éloge (de qn, de qch).
• la concession : admettre/avouer/ concéder/reconnaître/ convenir (que + indica-
tif ou subjonctif). 2
• la critique ou le rejet d'une thèse : critiquer (qn, une idée, une attitude), objec-
ter/répliquer/ rétorquer (que + indicatif), s'opposer (à une idée, à un projet), protes-
ter (contre des actions), opposer (de forts arguments contre une idée), objecter (de
bonnes raisons à/ contre un argument ; que + indicatif), contredire (qn),

1 Le v e r b e p r é t e n d r e s o u v e n t e t le v e r b e s o u t e n i r p a r f o i s o n t le s e n s d e « a f f i r m e r q c h s a n s e n -
t r a î n e r l ' a d h é s i o n ». Ils p e u v e n t d o n c ê t r e e m p l o y é s p o u r i n t r o d u i r e u n e a s s e r t i o n q u e l ' a u t e u r d u
texte ne partage pas.
2 U n e c o n c e s s i o n e s t s o u v e n t s u i v i e d ' u n a g r u m e n t c o n t r a i r e : l'auteur admet que toute guerre
engendre des souffrances infinies ; il approuve pourtant la volonté de cette superpuissance de
désarmer de force le régime odieux de ce pays.
repousser/ refuser/ rejeter/ réfuter (une idée), contester/ nier/ démentir (une af-
firmation),
condamner/ dénoncer/stigmatiser (qn, qch), s'en prendre (à qn, à qch),
mettre en garde (contre qch), être/ se montrer hostile (à une idée, à un projet),
être/ se prononcer contre (qn, qch), s'élever/ se dresser contre (qn, un projet, une
action).
• la proposition d'une solution : recommander/ proposer/ suggérer (qch, de faire
qch), souhaiter (que + subjonctif), espérer (que + indicatif), préconiser (une cause,
une solution, une attitude), appeler de ses vœux (une action), appeler (qn à faire qch,
à qch).
• l'expression des sentiments : se réjouir/se féliciter (de qch, que + subjonctif),
s'inquiéter (que + subjonctif), s'indigner (de qch, que + subjonctif), regretter (qch,
que + subjonctif), s'étonner (de qch, que + subjonctif), exprimer (sa joie, son mécon-
tentement, e t c j .

Vous pouvez vous servir également des formules telles que : selon l'auteur, pour
M. N., à l'avis de M. X., aux dires de M. Y.

Pour décrire les moyens que l'auteur utilise dans le texte, on peut employer un
gérondif (en citant le point de vue opposé, en énumérant quelques exemples, en s'ap-
puyant sur les statistiques, en recourant à une comparaison, partant du constat de...)
ou un groupe nominal avec des prépositions telles que par, avec, à l'aide de, au moyen
de, à travers, parle biais de. Par exemple : À travers une énumération des réalisations
artistiques récentes, l'auteur s'interroge sur la valeur de l'art contemporain.

EXERCICE 1. Observez les verbes d'énonciation et de jugement dans les contextes


suivants.
ι . Maurice Druon s'insurge, une fois de plus, contre les pollueurs de la langue
française. À la veille des élections législatives, le secrétaire perpétuel de l'Academie
française cloue au pilori tous ceux qui sont responsables de cette dégradation. Son
seul sujet de satisfaction : la francophonie qui est en train de gagner du terrain.
2. Le passage à la télévision d'un spot contre la drogue a suscité de vives réac-
tions. M. N., qui s'oppose à toute campagne anti-drogue, estime qu'il s'agit là de
« bricolage » et de « poudre aux yeux ». Pour lui, la lutte conte la toxicomanie est une
action de longue haleine qui doit être planifiée et qui doit débuter avant que l'enfant
ne se trouve face au problème.
3. Cette culture jeune, que le philosophe n'hésite pas à qualifier de régression,
a peu à peu fait tache d'huile sur le reste de la société. Le style jeune est désormais
hégémonique et « la chasse au vieillissement est ouverte ». L'auteur stigmatise avec
véhémence ces adultes qui dans tous les secteurs (politique, culturel, médiatique),
sous prétexte de se moderniser, adoptent des modes d'action sommaires et sacrifient
leur intelligence aux modes langagières et aux clichés de pensée.
4. Le journaliste s'appuie sur la récente déclaration chiffrée du ministère de la
Santé pour approuver la lutte contre le tabac. Il expose le contenu de la loi anti-tabac
et montre, d'après un sondage, les réactions plutôt favorables des Français. L'auteur
cite des statistiques encourageantes sur le désir des fumeurs d'arrêter et la diversité
des moyens proposés.
5. Le journaliste considère que la révolte actuelle des jeunes se fonde sur le dé-
sespoir profond de la jeunesse face à la crise économique, qui l'exclut, et à la drogue.
Surtout, il redoute les excès d'une violence dont il donne les causes : à la fois des
modèles culturels qui la véhiculent, mais avant tout le seul recours souvent pour les
exclus de notre société.
6. Dans un rapport remis à l'Institut des hautes études de la sécurité intérieure,
Eric Debardieux, universitaire et directeur de l'Observatoire européen de la violence
scolaire, démontre les mécanismes de la violence des jeunes. Intitulé L'Oppression
quotidienne, l'ouvrage explique que la répétition des actes, le harcèlement continu
et les micro-violences permettent de construire un pouvoir fondé sur la loi du plus
fort. L'auteur affirme également que l'exclusion des « noyaux durs » d'élèves difficiles
dans les établissements scolaires, souvent demandé par les enseignants, ne résou-
drait rien. Interrogé par Le Monde, le chercheur dénonce « l'hystérie collective sur le
thème de l'insécurité qui marque la campagne électorale ».
7. Le ministre de l'Intérieur, vivement attaqué par les associations et partis de
gauche qui l'accusaient d'entrer « en guerre contre les pauvres », souligne qu'il a été
le seul à recevoir l'association Droit au logement, et se veut le porte-parole d'une
France laborieuse qui s'est détournée du PS 1 . Il raille l'arrogance d'une certaine in-
telligentsia « qui a eu un effet dévastateur sur l'équilibre de notre République ». Le
ministre dénonce l'immobilisme de ses prédécesseurs socialistes sur la sécurité et
répond vertement aux associations « droits-de-l'hommistes ».
8. À l'heure où les nouvelles technologies réduisent la distance et le temps, où
le rythme de nos existences s'accélère et s'uniformise, nous poussant à un certain
« activisme » et à une dépossession de nous-mêmes, l'écrivain Pierre Sansot s'arrête
pour nous faire réfléchir sur notre rapport au temps, prône l'ouverture créative à l'ins-
tant, à l'Autre, au monde en somme, pour accéder au bonheur.
9. À la fois poète, romancier et philosophe, le Martiniquais Edouard Glissant s'in-
terroge sur le devenir de notre monde complexe. Chantre de la « créolisation » et
du métissage culturel, il voit dans la rencontre, souvent violente, des peuples et des
cultures aujourd'hui la condition d'une nouvelle manière d'être dans le monde, d'une
identité à la fois enracinée dans un terroir et riche de tous les terroirs désormais mis
en relation.
10. Alain Duhamel brosse un tableau politique des Français, analyse le com-
portement de cinquante-cinq millions de frondeurs légitimistes attachés à la mo-
narchie élective, montre que les conflits entre la gauche et la droite masquent des ac-
cords profonds sur la société, que la lutte des castes a succédé à la lutte des classes,
que le temps des maîtres à penser est révolu. Les citoyens, conclut-il, manifestent
souvent plus de maturité qu'une grande partie de leurs dirigeants.

1 Le PS — le P a r t i S o c i a l i s t e .
EXERCICE 2 . Observez les verbes d'énonciation et de jugement dans le texte
ci-dessous.

Samuel Huntington : un très éminent professeur américain prédit qu'après les


chocs des nations et les affrontements idéologiques...

Le v i n g t et u n i è m e siècle sera celui des g u e r r e s e n t r e


les civilisations

E n 1989, il y eut Francis Fukuyama,


augure naïf de la « fin de l'Histoire ».
Désormais, il y a Samuel Huntington,
prophète sombre de la guerre qui vient. Ce
professeur à Harvard, spécialiste reconnu des
ront « les frontières politiques et idéologiques
de la guerre froide en tant que sources de crises
et de conflits sanglants ». Huntington ne croit
guère à l'universalité des valeurs occidentales.
« Les concepts occidentaux diffèrent fondamen-
relations internationales, n'y est pas allé de talement de ceux qui prévalent dans les autres
main morte : dans un article explosif, il an- civilisations, soutient-il. Les idées occidenta-
nonce l'inévitable et effrayant « choc des civi- les que sont l'individualisme, le libéralisme, le
lisations ». Son texte a fait grand bruit, d'abord « constitutionnalisme », les droits de l'homme,
aux États-Unis, puis, très vite dans le monde l'égalité, la liberté, le règne de la loi, la démo-
arabo-musulman où les plus extrémistes y ont cratie, le libre marché, la séparation de l'Egli-
péché une justification de leur guerre sainte se et de l'État rencontrent souvent peu d'écho
anti-occidentale : puisqu'un éminent profes- dans les cultures musulmanes, confucéennes »
seur occidental prévoit la guerre entre les civi- et autres, qui aspirent certes à se moderniser,
lisations, ont conclu les islamistes, nous avons mais « sans s'occidentaliser ». L'affrontement
raison de déclencher le djihad ! Islam-Occident est le plus prévisible, le plus
Des conflits entre les tribus, rappelle visible. D'ailleurs, il « dure depuis mille trois
Huntington, on est passé au fil des siècles à la cents ans », argumente Huntington, et il est
« guerre des rois » puis à celle des nations et « improbable que ce conflit séculaire s'apaise : il
des peuples, pour aboutir à la mêlée féroce des pourrait même gagner en virulence » car, « dans
conflits idéologiques. Mais tout cela n'aurait le monde arabe, la démocratie occidentale ren-
été qu'amuse-gueule puisque le XXIe siècle force les courants politiques anti-occidentaux.
sera, selon l'expert américain, celui d'un [...] De part et d'autre, le conflit entre l'Islam
affrontement plus titanesque entre les civili- et l'Occident est vu comme un choc de civilisa-
sations, notamment entre un Occident légère- tions ».
ment avachi et un monde « islamo-confucéen » Huntington décèle aussi la constitution
de plus en plus agressif. Jusqu'à présent, nous d'un redoutable axe islamo-confucéen, réu-
n'avions connu que « des guerres civiles occi- nissant les plus agressifs des pays musulmans
dentales ». Désormais, les hostilités opposeront (Iran, Irak, Syrie, Pakistan, Libye, etc.) et les
l'Occident au reste du monde et, explique le puissances émergentes de l'Asie, avec la Chine
professeur, « la prochaine guerre mondiale, s'il à leur tête. Ces pays, explique-t-il, ont créé
y en a une, sera une guerre entre civilisations ». une connexion militaire « dont l'objectif est de
Quelles sont ces civilisations ? L'auteur en permettre à ses membres d'acquérir les armes
dénombre « sept ou huit majeures » : occiden- et les technologies d'armement pour contrer
tale, confucéenne, japonaise, islamique, hin- la puissance militaire de l'Occident ». Ainsi la
douiste, slavo-orthodoxe, latino-américaine Chine a-t-elle fourni des technologies nucléai-
et, « peut-être africaine ». Leurs chocs à venir, res à l'Iran et à l'Algérie. Une nouvelle course
prédit-il, domineront la politique mondiale. aux armements est engagé entre ces pays et
« Les lignes defracture entre civilisations seront l'Occident. Donc, conclut l'auteur, « l'opposi-
les lignes de front de l'avenir », elles remplace- tion entre l'Occident et plusieurs États islamo-
confucéens sera la pricipale source de conflits avec sa dimension paranoïaque, a déjà produit
dans l'avenir immédiat ». La guerre Occident des effets. Et pas les meilleurs. Elle a conforté
contre Orient est à l'affiche. Cette thèse a, bien les fanatiques qui souhaitent ce « choc des ci-
sûr, immédiatement provoqué de vives polé- vilisations ». Ainsi, en prétendant dénoncer
miques. On a discuté le concept de civilisation, un mal, on risque encore une fois de le rendre
réducteur et attrape-tout, qui sert ici de mo- inévitable. On voudrait susciter un conflit en-
teur unique de l'Histoire (comme le furent la tre l'Occident et les autres civilisations qu'on
lutte des classes ou la main invisible du mar- ne s'y prendrait pas autrement !
ché) et qui ne parvient plus à rendre compte
d'un monde complexe et irréductible aux B. Poulet
grandes simplifications. Mais cette prophétie, L'Evénement du jeudi

E X E R C I C E 3 . Relevez dans les textes qui suivent les formules qui renvoient à l'auteur et
les verbes d'énonciation et de jugement.

LA P O L I T I Q U E D ' A R I S T O T E

R epartons de l'auteur et du texte qui,


dans l'histoire de la pensée occidentale,
a joué le rôle le plus solennel et le plus
constant. La Politique d'Aristote a été pendant
des siècles, simultanément la philisophie po-
Une enquête de cet ordre est, au sens ac-
tuel du mot, sociologique. En particulier, un
chapitre apparaît encore modèle d'analyse so-
ciologique, celui qui est consacré aux révolu-
tions. Rien n'intéressait plus Aristote que les
litique et la sociologie politique. Ce livre vé- deux questions : comment un régime se main-
nérable, encore aujourd'hui digne d'une étude tient-il ? comment un régime se transforme-t-
approfondie, ne comporte pas simplement des il ou est-il renversé ? Il appartient au savant
jugements de valeur, mais aussi une analyse de donner des conseils aux hommes d'État. La
extrêmement poussée des faits. Aristote avait Politique fournit aux gouvernants de chaque
réuni une abondante documentation sur les régime des conseils sur la meilleure manière
constitutions des cités grecques, il avait essayé de conserver le régime existant. Dans le court
de décrire ces constitutions (non pas au sens chapitre où Aristote indique aux tyrans la
moderne du mot constitution, texte écrit, mais manière de sauvegarder la tyrannie, on peut
au sens du mot régime), d'analyser la manière trouver l'anticipation d'un ouvrage célèbre,
dont fonctionnaient les régimes des cités grec- Le Prince de Machiavel. Un régime tyrannique
ques. C'est à partir de cette étude comparative étant un régime mauvais, les moyens nécessai-
qu'il avait établi la classification célèbre des res pour le maintenir ressembleront au régime
trois régimes fondamentaux : le régime mo- même, c'est-à-dire qu'ils seront détestables,
narchique où le pouvoir souverain appartient contraires à la moralité.
à un seul, le régime oligarchique où le pouvoir La Politique d'Aristote n'est pas simple-
souverain appartient à plusieurs, le régime ment une sociologie, elle est aussi une philo-
démocratique où le pouvoir souverain appar- sophie. L'étude des différents régimes, de leur
tient à tous les citoyens. À cette classification fonctionnement, des manières de les mainte-
il ajoutait l'antithèse des formes saines et des nir et de la façon dont ils sont renversés est
formes corrompues, et enfin il étudiait les ré- orientée vers une question fondamentale qui,
gimes mixtes. elle, est une question philosophique, à savoir :
quel est le régime le meilleur ? Or, la recher- nière dont les hommes se conduisent indivi-
che du régime le meilleur est essentiellement duellement ou collectivement, mais aussi ce
philosophique puisqu'elle équivaut à écarter à quoi les hommes sont destinés. Dès lors que
à l'avance l'argumentation selon laquelle les l'on souscrit à une conception finaliste de la
différents régimes seraient équivalents, ne nature humaine, que l'on admet une vocation
pourraient être rangés selon une hiérarchie humaine, il est légitime de poser la question
de valeur. D'après Aristote, la recherche du du régime le meilleur.
régime le meilleur était légitime, parce qu'il R. Aron
existe une finalité de la nature humaine. Le Démocratie et totalitarisme.
mot nature ne désigne pas simplement la ma- Éditions Gallimard, 1965

LA T A C T I Q U E DE L ' É T A T I Q U E

T out bousculer, tout chambouler, tout


brouiller. À Annecy, hier, Nicolas Sarko-
zy, a évoqué le « destin », parlé des « cir-
constances exceptionnelles » chères à de Gaul-
le et prophétisé l'avènement d ' « un nouveau
En « Sark'Oz », multipliant les effets avec
coups de baguette pour brouiller les pistes et
recycler les chiffres, le Président a déclamé
que l'État allait opérer pour « 175 milliards
d'euros d'investissement directs » en trois ans.
monde »... dont il se voit, à l'évidence, comme Soit « la sommes des investissements publics
l'un des inspirateurs, sinon des maîtres. Son déjà programmés sur trois ans », reconnaît
credo : seuls la politique et le volontarisme Bercy. Tout à sa joie de se jouer des dogmes
peuvent sortir le monde de la crise dans la- et idéologies, Nicolas Sarkozy a par ailleurs
quelle « l'autorégulation », « la libre concur- cherché à pousser son avantage pour proposer
rence », « la dictature des marchés », et les à l'Europe un modèle : « Un État investisseur,
« experts » l'ont plongé. Son refrain sur l'im- entrepreneur et protecteur ». Pour un person-
pératif de « refonder le capitalisme mondial » nage comme lui à l'égo si démesuré, cette crise
est connu. Mais hier, il y a ajouté un couplet serait presque une aubaine pour se façonner
en faisant de la « rédifinition du rôle de l'Etat un nom pour la grande « histoire » qu'il a évo-
dans l'économie » un axe majeur de « la révo- quée hier. Elle marque selon lui « le commen-
lution intellectuelle et morale qui est en train cement du XXIe siècle » et le moment où le
de s'opérer ». Le fonds public d'investissement monde va « comprendre qu'il (est) temps de
dont il a annoncé hier la création constitue un changer, temps de donner un nouveau visage
véritable bras armé de l'État pour intervenir à la mondialisation, temps de construire un
tous azimuts dans l'économie (entreprises et nouvel ordre mondial ». [...]
filières stratégiques, crédits aux banques et
aux PME, entrée dans le capital d'entreprises Antoine Guiral et Christian Losson
menacées de délocalisation ou par des « pré- Liberation
dateurs »...) et conduire des politiques indus-
trielles et de grands travaux. [...]

EXERCICE 4. En vous aidant des verbes suggérés, décrivez la démarche de l'auteur


à partir des extraits suivants.
a) se prononcer contre, justifier sa position en avançant des arguments suivants, mettre
en garde contre :
Sans aller jusqu'à trouver fascisante la décision prise par les maires qui ne veulent
plus voir de moins de 12 ans dehors après minuit, je trouve la mesure très dangereuse
sur le plan des libertés individuelles. Elle me paraît constituer une forme d'ingérence
dans les foyers.
En outre, minuit n'est plus un horaire déterminant : de nombreux cinémas don-
nent encore des séances à cette heure-là, des jeunes se réunissent chez les uns ou
les autres jusqu'à minuit passé, sans pour autant être des délinquants ou des gosses
en danger. Comment ces jeunes, qui ne font tort à personne, rentreront-ils chez eux
dorénavant? Ce qui m'inquiète aussi, c'est que l'on commence par là, mais où s'ar-
rêtera-t-on ? L'an prochain, ce sera les Beurs de moins de 15 ans, l'année d'après les
rassemblements de plus de trois jeunes seront interdits dès la nuit tombée... On peut
tout imaginer, et surtout le pire...
{L'Evénement du jeudi, lettre d'un lecteur)

b) avouer, soutenir :
Je suis une maman de province, avec trois enfants de moins de 12 ans et je vou-
drais exposer mon point de vue. Nonobstant la dimension politique de la mesure de
« couvre-feu » pour les moins de 12 ans prise par le maire de Dreux et ne soutenant
en aucun cas la politique FN 1 , je ne vois dans cette mesure aucune tendance fasci-
sante.
Simplement, peut-être, un bon sens à rappeler à certains parents. Car la rue peut-
elle encore être, après minuit, un terrain de jeux pour jeunes enfants non accompa-
gnés ?
(L'Evénement du jeudi, lettre d'une lectrice)

c) protester vivement contre, dénoncer, regretter :


Je suis consterné à l'idée que l'émission « La marche du siècle » pourrait ne plus
exister à la rentrée. De plus en plus, les émissions intelligentes, instructives, dispa-
raissent au profit de « cornichonneries » de la pire espèce, de programmes débiles...
Que peut-on faire pour éviter ce m a s s a c r e ? Si l'on peut admettre que les chaînes
commerciales sacrifient à l'audimat, il est regrettable que les chaînes que nous fai-
sons vivre avec nos redevances soient, elles aussi, à l'affût de la démagogie.
(L'Evénement du jeudi, lettre d'un lecteur)

d) saluer, exprimer sa plus vive satisfaction, citer :


Chers amis,
Rencontrer les jeunes d'un pays, c'est entendre battre son cœur, c'est mesurer sa
force, son élan, sa créativité, c'est ressentir sa générosité, son ouverture, c'est anti-
ciper son avenir. C'est pourquoi je suis profondément heureux de cet échange dans
ce lieu prestigieux, cette Université de Moscou qui a une identité, une histoire fortes.
Heureux et passionné. Vous le savez, il existe entre la Russie et la France un lien sin-
gulier. J'entendais l'autre jour notre astronaute, Claudie Haigneré, dire qu'à la Cité
des Étoiles, elle se sentait en harmonie, en complicité, parce que Française, avec les
cosmonautes russes. C'est bien cela. Il existe entre nous une complicité, une compré-

1 FN — le F r o n t N a t i o n a l , p a r t i p o l i t i q u e f r a n ç a i s d ' e x t r ê m e d r o i t e .
hension immédiates, nées de compagnonnages passés, d'émotions spontanément
partagées.
C'est donc un pays ami qui vient vers vous. C'est une nation amie qui suit avec
attention les évolutions de votre grande nation.
(Extrait du discours de Jacques Chirac, Président de la République française,
prononcé le 2 juillet 2 0 0 1 à l'Université de Moscou)

e) défendre, admettre, justifier, proposer :


Je pense, au contraire, que le FMI 1 doit avoir son pouvoir renforcé et élargi. Il a, cer-
tes, commis beaucoup d'erreurs — c'est indiscutable —, mais, comme la Banque mon-
diale, il dispose de beaucoup trop peu de moyens pour aider ses pays membres, en
particulier les économies les plus pauvres et les moins développées. La Banque mon-
diale et le FMI ne font pas partie d'une conspiration qui a pour nom mondialisation.
Games Tobin, Prix Nobel d'écomonie)

EXERCICE 5 . Présentez la démarche de l'auteur dans les passages suivants :


a) Eh bien ! Vous dites aujourd'hui, et je suis de ceux qui disent avec vous, tous,
nous qui sommes ici, nous disons à la France, à l'Angleterre, à la Prusse, à l'Italie,
à la Russie, nous leur disons :
Un jour viendra où les armes vous tomberont des mains, à vous aussi ! Un jour
viendra où la guerre paraîtra aussi absurde et sera aussi impossible entre Paris et
Londres, entre Petersbourg et Berlin, entre Vienne et Turin, qu'elle serait impossible
et qu'elle paraîtrait absurde entre Rouen et Amiens [...]. Un jour viendra où il n'y aura
d'autres champs de bataille que les marchés s'ouvrant au commerce et les esprits
s'ouvrant aux idées. Un jour viendra où les boulets et les bombes seront remplacés
par les votes, par le suffrage universel des peuples, par le vénérable arbitrage d'un
grand sénat souverain [...].
Et ce jour-là, il ne faudra pas quatre cents ans pour l'amener, car nous vivons dans
un temps rapide, nous vivons dans le courant d'événements et d'idées le plus impé-
tueux qui ait encore entraîné les peuples, et, à l'époque où nous sommes, une année
fait parfois l'ouvrage d'un siècle.
Et français, anglais, belges, allemands, russes, slaves, européens, américains,
qu'avons-nous à faire pour arriver le plus tôt possible à ce grand jour ? Nous aimer.
(Extrait du discours prononcé par Victor Hugo au Congrès de la Paix,
à Paris, le 9 août 1849)

b) — Que pensez-vous de la tendance à réduire de plus en plus la place des ensei-


gnants au profit de celle des ordinateurs ?
— On nous vante les ordinateurs comme outils pédagogiques parce qu'ils sont
interactifs. Il s'agit en fait de remplacer la verticalité — un rapport hiérarchique — de
la relation entre l'enseignant et l'élève que le sentiment démocratique contemporain
ne supporte pas. Tout ce qui est horizontal est mieux que tout ce qui est vertical. Je

1 Le FMI — l e F o n d s m o n é t a i r e i n t e r n a t i o n a l .
pense que cette idée est absurde, car la verticalité est indispensable à l'école, il faut
de la transcendance à l'école. Transcendance de l'admiration pour les œuvres, trans-
cendance aussi, c'est-à-dire dissymétrie de tout rapport pédagogique entre celui qui
sait et celui qui ne sait pas.
On pense aujourd'hui, en effet, que tout passe par l'activité de l'élève. L'apprentis-
sage de la langue est victime de ce culte de l'interactivité généralisée. On veut donner
la parole aux élèves avant de leur donner la langue. La langue s'apprend en écoutant
et en lisant et non pas en parlant, contrairement à ce qu'on dit. Mais tout ce qui relève
de la réceptivité est mis au ban. C'est une aberration.
(Alain Finkielkraut, philosophe)

c) La planète vient de franchir le cap de 6 milliards d'hommes. Le siècle écoulé, le


XX e , aura été celui du plus fort accroissement, celui du quadruplement : en 1900,
la planète ne comptait que 1,6 milliard de terriens ; aujourd'hui, deux pays sont
milliardaires en termes de nombre d'habitants. Ce sont la Chine et l'Inde avec 1,3
et 1 milliard d'individus respectivement.
Globalement, ily a eu accélération de la croissance de la population mondiale jus-
que vers 1970, avec un record de 2 , 1 % de croissance par an ; depuis cette époque, il
y a, au contraire, décélération ; ce taux de croissance n'est plus en effet, que de 1 , 3 %
au tournant du millénaire ; c'est-à-dire qu'il est revenu au niveau qu'il avait durant les
années 30.
(Jean-Claude Chesnais, économiste et démographe)

d) A écouter les radios, on a le sentiment que nous sommes à la veille de véritables


jacqueries. S'il y a, c'est vrai, un certain nombre d'agriculteurs en difficulté, on ne
dit pas que de nombreux secteurs agricoles se portent mal. Je trouve l'autoflagéla-
tion et le catastrophisme actuels insupportables et hors de propos.
J'estime que, compte tenu de ses choix fondamentaux, le gouvernement mérite
d'inspirer la confiance. L'objectif de maîtriser des dépenses sociales est en effet une
condition indispensable à la réussite. Ces choix ne sont pas contestables.
(Pierre Méhaignerie, député, président
de la Commission des Finances à l'Assemblée Nationale)

e) Un des éléments les plus précieux de la culture française que nous pouvons es-
pérer conserver, c'est bien notre paysage. Comme président de la République, j'avais
agi pour protéger les côtes françaises, en créant le Conservatoire du littoral, qui nous
a évité la défiguration du rivage. Mais voici que le puissant lobby germano-danois
des éoliennes s'attaque à la campagne française depuis la haute Auvergne jusqu'à
Chartres. Nous manquons d'énergies renouvelables, avancent les promoteurs, qui
s'en prennent à deux maillons faibles : les agriculteurs dont ils louent les terrains
et les maires auxquels on promet des recettes fiscales. Or il ne s'agit pas d'énergie
renouvelable, mais d'énergie subventionnée. L'électricité produite est payée (par le
contribuable) trois fois plus chère que le tarif d'Électricité de France, et coûte une fois
et demie le prix de l'électricité nucléaire.
(Valéry Giscard d'Estaing, de l'Académie française)
§ 4 . R É O R G A N I S A T I O N DU TEXTE
ι . Texte a r g u m e n t a t i f
Une réorganisation du texte initial n'est pas obligatoire ; on peut garder l'ordre du
raisonnement de l'auteur. Pourtant assez souvent un auteur, soucieux de convaincre
son lecteur, revient à la même idée ou répète les mêmes arguments. Dans ce cas,
il vaut mieux réorganiser la structure du texte pour mettre en valeur la pensée de
l'auteur. 1
Lisez attentivement le texte ci-dessous. Repérez-en la structure logique et dégagez
les trois parties suivantes :
ι . Deux attitudes erronées envers le rôle de la France dans le monde d'au-
jourd'hui ;
2. Sa position réelle d'une vraie puissance ;
3. Le renforcement de sa position par la construction européenne et le combat
pour un monde multipolaire.

Attention !
N'oubliez pas que les intertitres servent plutôt à attirer l'attention du
lecteur aux idées-clés qu'à partager un texte en parties logiques.
Trouvez la conclusion intermédiaire de la deuxième partie qui re-
prend, en les résumant, des idées exposées précédemment.

F R A N C E : LES N O U V E L L E S V O I E S
DE LA P U I S S A N C E

R ares sont les pays qui s'interrogent


autant que la France sur le rôle qu'ils
doivent tenir dans le monde. Face
à cette question à forte charge émotionnelle,
les Français hésitent souvent entre deux atti-
cette démarche se sont heurtés au constat de la
répartition réelle de la puissance dans le mon-
de. Ils ont été accusés de vouloir « voyager en
première classe avec un billet de seconde ».
Mais, parallèlement, l'évocation d'une
tudes : la surestimation ou le dénigrement de France en déclin, qui aurait perdu son statut
leurs capacités. De quels vrais atouts dispose de puissance, ne correspond pas plus à la réa-
donc la France pour compter dans le monde lité. En déclin par rapport à quelle époque ?
de demain ? Louis XV ou Napoléon I e r ? Pourquoi pas,
Le réflexe consistant à croire que la Fran- mais tout dépend si Austerlitz ou Waterloo
ce est porteuse d'un message universel, et sont pris comme référence.
qu'elle a pour mission, par la magie de son
verbe, d'éclairer si ce n'est de guider le monde Le mythe du déclin
a conduit à de graves désillusions par le passé. La vérité est que l'histoire de France est
Les dirigeants français qui ont voulu adopter faite de périodes de triomphes et de catastro-

1
Vous pouvez utiliser cette technique pour les textes n° 4, 7,11 et 13 du §5.
phes, et que le déclin de la France, annoncé Une réelle influence dans
régulièrement depuis la guerre de Cent Ans, la un monde multipolaire
perte des colonies sous Louis XV, Waterloo, la
défaite contre l'Allemagne en 1870, les plaies La France doit être réaliste pour admet-
laissées par la Première Guerre mondiale, la tre qu'elle n'est pas une superpuissance. Elle
débâcle de 1940 et les déroutes indochinoise doit avoir l'ambition d'un pays qui représente
ou algérienne sous la IV e République, ne sem- néanmoins une vraie puissance. Elle n'a pas un
ble toujours pas d'actualité. rang subalterne. Elle fait partie du cercle ex-
Il se dit également que la chute du mur de trêmement restreint de pays qui peuvent avoir
Berlin est venue relativiser les atouts tradition- une action décisive sur de nombreux dossiers
nels français (possession de l'arme nucléaire, mondiaux. La perception d'une France en dé-
position particulière par rapport au clivage clin vient d'une double erreur : erreur sur la
Est — Ouest), que ce soit face aux États-Unis, représentation du passé (qui n'a en réalité ja-
qui peuvent désormais moins tenir compte de mais été une marche triomphale), erreur sur
la spécifité française, ou vis-à-vis de l'Allema- la compréhension du système international
gne, qui, réunifiée, a rééquilibré sa situation contemporain (aucun pays ne peut décider
face à Paris. seul du cours des choses).
La France serait désormais une puissance Cette place de la France est renforcée par
moyenne et serait atteinte d'une nostalgie de la construction européenne. Si une minorité
grandeur. Pris au sens mathématique du ter- de Français craint d'en subir une perte d'iden-
me cela signifierait que la France se situe gros- tité, la majorité d'entre eux est consciente que
so modo au 90 e ou 95 e rang mondial puisque l'Europe est pour la France à la fois un rem-
l'ONU comprend 186 membres. Mais ce clas- part et un tremplin.
sement ne correspond pas non plus à la réalité. Un rempart parce que la France défend
La réalité est que, sur l'ensemble de ces États, mieux son identité face aux très rapides évo-
très peu sont de réelles puissances, et que de lutions technologiques ou stratégiques au
fait la France fait partie de ce petit groupe. sein d'un ensemble européen où ses parte-
À côté de l'unique superpuissance amé- naires sont animés d'un souci similaire tout
ricaine, existe en fait seulement une dizaine en étant conscients des nécessités de la coo-
d'États qui répondent à la définition de la pération. Mais également un tremplin, car la
puissance dans la mesure où ils peuvent plus France est aujourd'hui l'un des rares pays qui
ou moins influer sur la politique menée par les aient le projet de faire de l'Europe une puis-
autres pays. Aucun d'entre eux ne joue cepen- sance plutôt qu'un simple espace économi-
dant sur la gamme complète de la puissance. que. L'Europe stratégique n'existe pas encore
Pas plus la France que les autres. Mais, lors- mais elle pourrait à terme devenir l'une des
que on détaille les différents critères objectifs toutes premières puissances d'un monde mul-
de puissance, on constate qu'ils sont favora- tipolaire.
bles à la France. Après avoir incarné le combat pour les
La France a su exploiter une position géo- droits de l'Homme au cours des siècles pré-
graphique favorable. Elle possède les attributs cédents, la France doit aujourd'hui s'engager
d'une puissance réelle sur le plan économique dans un autre combat symbolique : celui de
et commércial (où elle occupe dans les deux l'émergence d'un monde multipolaire, prin-
cas le 4 e rang mondial), technologique (au- cipe universellement acceptable, correspon-
delà de l'image du pays du bonvivre elle ex- dant aux aspirations de la majeure partie de
celle dans de nombreux domaines de pointe, l'humanité. Voilà un combat plus digne et plus
tels que l'espace, les trains à grande vitesse, les mobilisateur que celui de proposer au monde
télécommunications, l'aéronautique, etc.), mi- la seule admiration d'elle-même, comme le
litaire (outre l'arme nucléaire, elle est un des font parfois quelques vieux nostalgiques de la
rares pays à pouvoir projeter des forces dans « France éternelle ».
tous les continents et cela sans que l'opinion Le combat moderne, l'émergence d'un
publique ne s'y oppose) et culturel. monde multipolaire satisfont à la fois les in-
térêts de chaque peuple et l'avenir de l'équi- l'existence d'un monde multipolaire et organi-
libre mondial. Un monde unipolaire n'est pas sé rendra possible un équilibre entre stabilité
une situation saine, la puissance dominante stratégique, relations pacifiques et droit des
ayant forcément, quelle qu'elle soit, tendance peuples à disposer d'eux-mêmes.
à confondre ses intérêts nationaux et les va-
leurs universelles. Pascal Boniface
Le concept des nations n'est pas compa- Directeur de l'IRIS, Institut de
tible avec l'existence d'un chef d'orchestre relations internationales
unique. Facteur d'équilibre et de plus grande et stratégiques,
liberté de choix pour les peuples et les nations, Label France

Voici le plan détaillé de ce texte :


I. Deux attitudes erronées envers le rôle de la France dans le monde d'au-
jourd'hui.
ι. Surestimation.
Thèse : la France est porteuse d'un message universel. — Réfutation de la thèse :
Cette attitude ne tient pas compte de la répartition réelle des forces.
2. Sous-estimation.
Thèse ι : La France est en déclin par rapport à son passé glorieux. — Réfutation de
la thèse ι : Ce passé n'a pas toujours été glorieux.
Thèse 2 : La disparition du clivage Est-Ouest a affaibli la position de la France. ?
Elle serait donc un pays moyen. — Réfutation de la thèse 2 : Ce classement ne cor-
respond pas à la réalité.

II. Le rôle réel de la France est celui d'une vraie puissance.


ι. Définition d'une vraie puissance : la capacité d'un pays d'influer sur la politique
des autres États.
2. Critères objectifs de la puissance favorables à la France :
• position géostratégique ;
• puissance économique ;
• niveau technologique ;
• puissance militaire ;
• influence culturelle.

3. Conclusion intermédiaire :

Certes, la France n'est pas une superpuissance,


néanmoins, elle est une vraie puissance

car
elle peut influer sur de nombreux dossiers mondiaux.

4. Réfutation des thèses citées précédemment :


La perception de la France en déclin est erronée
parce que :

a) son passé n'a pas été une marche triomphale ;


b) aucun pays ne peut déterminer seul la politique mondiale.

III. Le renforcement de la position de la France par la construction européenne et


le combat pour un monde multipolaire.

car

• la France défend mieux ses intérêts au sein de l'Europe ;


• le rôle dirigeant de la France dans la construction de l'Europe stratégique ren-
force sa position dans le monde
• ainsi qu'un combat symbolique pour un monde multipolaire.

Rédigez un compte rendu du texte en vous servant de ce canevas :

Dans son article ... publié dans ... Pascal Boniface, qui est..., s'interroge sur....
En s'opposant à ..., il affirme que la France, bien qu'elle ne soit pas ..., est pour-
tant .... L'auteur explique la perception d'une France en déclin par une double erreur :
d'abord ... et aussi.... M. Boniface énumère les critères d'une vraie puissance :.... Il
constate que la France les possède tous. Elle peut donc ....
L'auteur ajoute que ce rôle important de la France se verra renforcé par .... Car,
d'une part.... D'autre part....
M. Boniface invite la France à ... parce qu'un monde unipolaire .... L'auteur croit
que ce combat symbolique permettra à la France de ....

2. Texte narratif
Dans un texte narratif qui comporte plusieurs plans temporels, l'auteur peut ne
pas observer l'ordre chronologique des événements ou passer plusieurs fois d'un
plan temporel à un autre. Dans ce cas, vous pouvez reconstituer l'ordre chronologique
dans votre compte rendu.
Lisez le texte « Le pari écologique de la Dordogne ». Repérez par paragraphes les
connecteurs de temps et les plans temporels différents. (Faites aussi attention aux
temps des verbes !)
RÉGIONS
LE P A R I É C O L O G I Q U E DE LA D O R D O G N E
La création, il y a dix ans, d'un établissement public interdépartemental
a permis d'améliorer les conditions environnementales
de la rivière tout en maintenant l'activité économique

BORDEAUX
de notre correspondant régional kilomètres des grottes de Lascaux, Sibille,
à Lalinde, et Smurfit, à Saint-Seurin-sur-

C ela fait dix ans que les riverains du bassin


hydrographique de la Dordogne, qui tra-
verse six départements (Puy-de-Dôme,
Cantal, Corrèze, Dordogne, Lot-et-Garon-
l'Isle. Ces entreprises, qui constituent encore
les joyaux de ces « couloirs industriels », voi-
sinent avec des forges et des minoteries.
Entre 1930 et 1950, 32 barrages hydro-
ne, Gironde) et quatre régions (Auvergne,
électriques ont été construits entre Bort-les-
Limousin, Midi-Pyrénées et Aquitaine) ont
Orgues et Bergerac. Ils produisent au total
décidé de se regrouper dans un établissement
3 milliards de kilowatts/heure par an, ce qui
public interdépartemental baptisé Epidor. Son
représente environ 1% de la production natio-
action s'étend sur 24 000 km 2 ,1 500 commu-
nale. Ces installations peuvent être opération-
nes et 1,1 million d'habitants. Cette association
nelles en quelques minutes et plusieurs fois par
n'aurait peut-être jamais existé sans la néces-
jour, ce qui permet de répondre aux pointes de
sité de mettre au point un système de préven-
consommation. Mais ce système provoque des
tion des inondations. Le travail avait commen-
tensions dans tout le bassin : excès ou insuffi-
cé en 1992 par des états généraux réunissant
sance d'eau pour les riverains ; conséquences
tous les partenaires de la vie de la rivière avec
écologiques sur les espèces animales et les rives ;
les élus, les responsables économiques et ad-
perturbations pour les activités touristiques.
ministratifs. Aujourd'hui, ils viennent de faire
le constat, lors de nouvelles assises, que le bi- Les 400 000 canoës qui naviguent chaque
lan est largement positif. année sur la Dordogne constituent le dernier
avatar de ce tourisme centenaire, qui est une clé
Cette rivière de légende prend sa source au
de voûte de l'économie locale. L'autre activité
pied des volcans d'Auvergne, se faufile entre
est l'agriculture, composée de petites exploita-
collines et vallons, longe grottes et châteaux de
tions que les paysans ont tendance à quitter en
contes de fées. Elle traverse aussi un des plus
anciens sites industriels du
monde, où l'alliance entre la ri-
vière et l'homme n'a jamais été
rompue, même si elle a connu
des anicroches. La Dordogne
et ses affluents, la Vézère et
l'Isle, participent encore à la
vie économique, comme du
temps où l'eau, alliée au bois
et au fer, représentait, dans ce
pays, une richesse extraordi-
naire en même temps qu'une
voie de communication.
Les papeteries font par-
tie des industriels historiques
de la région. Les plus impor-
tantes sont la Papeterie de
Condat, installée à quelques
amont, alors que la population se densifie vers seur à poissons du barrage de Thuyère, près
l'aval. Ajoutez-y des résidences secondaires, des de Bergerac. Au point que certains demandent
chasseurs, des pêcheurs professionnels et vous la réouverture de la pêche à la ligne, comme
obtenez un mélange qui peut être explosif, ce sur l'Adour. Le succès est moins évident pour
que l'on appelle diplomatiquement des « conflits la lamproie et l'alose, et de fortes inquiétudes
d'usage ». Tous les cours d'eau ne peuvent pas pèsent sur l'esturgeon d'Europe, pour lequel
en dire autant ; la Dordogne est restée une vraie tout le monde réclame un arrêt total des draga-
rivière, puisqu'elle suscite encore des « conflits ges de granulats.
d'usage », autrement dit de la vie. Le bilan de cette expérience de « démo-
« Nous nous sommes aperçus qu'il fallait cratie participative » est considéré comme
maintenir des systèmes de gestion mutualiste. très positif, même si beaucoup reste à faire.
Tant pis pour les économistes qui disent que Ainsi, les riverains ne sont pas d'accord pour
les pollueurs doivent payer. Mais par qui faire payer à EDF l'eau que celle-ci relâche en été
payer la police de l'eau ? Que je sache, la police lorsqu'il faut assurer la régulation des étiages.
de la route n 'est pas payée par les automobi- Par ailleurs, les élus, à l'instar de Jacques Lau-
listes !, plaide Bernard Cazeau, président (PS) nayt (PS) député du Lot, souhaitent une plus
du conseil général de Dordogne et d'Epidor. grande implication de l'État pour faire jouer la
Le plus difficile a été de se faire reconnaître solidarité en faveur des petites communes et
comme organisme de concertation et d'études des petits agriculteurs, bien incapables d'assu-
quand nous n'avions aucune compétence pour mer seuls les coûts nécessaires pour garantir
la maîtrise d'ouvrage. Les saumons ignorent les la qualité de l'eau. « Cet effort environnemental
frontières administratives. Si on ne traite pas n'est pas indispensable que pour le tourisme ou
d'amont en aval, cela ne sert à rien. » Il n'est pas les zones les plus peuplées de l'aval. Nos pays sont
peu fier de ce résultat obtenu tout en douceur. engagés dans des productions de terroir. Le saint-
Le grand vrai succès est celui de la qua- nectaire ou le cabecou, par exemple, ont aussi
lité de l'eau. Les premières sources de pollu- besoin d'une eau de qualité. » Il souhaite aussi
tion se situent, en amont, vers La Bourboule que l'État s'engage davantage pour l'entretien
et Le Mont-Dore, des zones urbanisées de- des cours d'eau et des rives, une responsabilité
puis longtemps. Les stations d'épuration se que les riverains et les communes ne peuvent
sont multipliées. Cela ne dépend pas directe- même pas prendre sans s'attirer les foudres des
ment d'Epidor mais, en assurant un contrôle directions départementales de l'équipement.
constant de la qualité, l'établissement public Pierre Cherruau
a permis de montrer l'utilité d'investissements Le Monde
qui se révèlent très vite productifs. Le résul-
tat est spectaculaire sur la Vézère, qui a été
peu à peu débarrassée des algues vertes qui
l'envahissaient. La Papeterie de Condal n'est
pas pour rien dans cette amélioration.
Autre opération lourde engagée par Epi-
ilor, a v e c l ' a i d e d e l ' E u r o p e et d e s i n d u s t r i e l s
des vallées : protection du saumon dont EDF 1
asséchait les frayères, qui étaient aussi sacca-
gées par les extractions de granulat. L'inves-
tissement a été considérable : 30 millions de
francs pour les trois passes à poissons. Cette
année, pour la deuxième fois consécutive, on
a compté plus de 2000 passages dans l'ascen-

1 EDF — É l e c t r i c i t é d e F r a n c e , é t a b l i s s e m e n t p u b l i c n a t i o n a l q u i a s s u r e la p r o d u c t i o n e t la d i s t r i b u -
tion de l'électricité.
EXERCICE 1. Observez le tableau ci-dessous. Complétez-le dans les cases marquées
par ***.

Numéro connecteurs de temps


plans temporels
du paragraphe (et/ou temps des verbes)
cela fait dix ans, la dernière décennie
1 en 1992 ;
aujourd'hui le moment actuel
* * *
du temps où l'eau représentait une
richesse extraordinaire et une voie * * *
2
de communication ;
encore
* * *
3 encore
* * * * * *
4
* * *
5 chaque année
pas de connecteurs de temps, mais le
6 passé composé des verbes et le sens
du paragraphe fait penser à la dernière décennie
la dernière décennie et le mo-
7
ment actuel
* * * * * *
8
le moment actuel
9
l'ouverture sur l'avenir

EXERCICE 2 . Rédigez un compte rendu de ce texte d'après le plan suivant :

I. Introduction

II. Corps du compte rendu


• Déjà à l'époque la plus éloignée ...
• Dans les années 30 et 40 ...
• Il y a dix ans...
• Aujourd'hui...

III. Conclusion :
• Le résultat que l'on constate aujourd'hui.
• Les souhaits pour l'avenir.
CHAPITRE IV. C O M P T E RENDU

§ 5 . TEXTES P O U R RÉDIGER UN C O M P T E RENDU

En vous servant des techniques étudiées, rédigez un compte rendu des textes suivants.
(Le nombre d'astérisques marque le niveau de difficulté d'un texte).

TEXTE 1*

L ' I N E P T I E DE LA F A I M
« La possession de merveilleux moyens de plexes. Les conséquences, en revanche, pèsent
production n'a pas apporté la liberté, mais le sur chacun de nous. À terme, il faut craindre
souci et la famine ». Ce triste constat, signé la multiplication des conflits, un durcissement
Albert Einstein, date de 1934... Sept décennies des régimes face à l'exaspération des mas-
plus tard — après combien de guerres ? — la ses, des déplacements de population. D'ores
phrase fait encore mal. Car la pénurie de den- et déjà, des États se recroquevillent, comme
rées alimentaires qui secoue la planète dé- l'Ukraine, qui a mis fin à ses exportations de
passe de loin les seules consi-
dérations économiques. Elle
est, effectivement, de l'ordre du
souci existentiel étendu à toute
l'espèce. Avancer des statis-
tiques procure des frissons et
une compassion lointaine, tan-
dis qu'en imaginer les effets
induits sur la situation inter-
nationale soulève l'angoisse.
Laissons aux chiffres la part qui
leur revient : le blé a connu une
augmentation de 18% en trois
ans ; le riz a vu son prix grim-
per de 30% en deux semaines ;
le cours du maïs a doublé en
deux ans. Chaque fois qu'une
denrée de base augmente de
1%, 16 millions de personnes tombent aussitôt céréales, ou le Vietnam, qui a interdit l'expor-
dans l'insécurité alimentaire. Mais aucune de tation de riz. Des accords bilatéraux d'appro-
ces données ne dépeint l'impact géostratégi- visionnement sont signés en toute hâte et en
que de la famine mondiale. Ce qu'on ne chiffre douce, pendant que 100 millions de tonnes
pas est de loin le pire. Du Mexique aux Philip- de céréales sont utilisées chaque année pour
pines, en passant par le Burkina Faso, près de la fabrication de biocarburants. Seuls les pays
40 pays traversent une situation dramatique. occidentaux restent à l'écart de ce grand mar-
Des émeutes de la faim ont éclaté en Haïti, en chandage de la survie, en se consolant dans la
Egypte, en Mauritanie, au Maroc, en Bolivie, fonction d'expertise. Jusqu'à quand croient-
en Ouzbékistan, au Yémen, au Sénégal... Par- ils pouvoir conserver cet ahurissant privilège
tout où il y a des pauvres, ils connaissent de sans s'impliquer davantage dans la misère du
nouvelles privations. monde ?
Les causes de ce désastre renvoient à des Christian Makarian
responsabilités économiques globales et com- L'Express
TEXTE 2*

Population Hommes et femmes confondus, l'espérance de vie a progressé


de dix mois en deux ans, selon l'Institut national d'études démographiques

EN D É P A S S A N T LES 8 0 A N S , LA L O N G É V I T É DES
F R A N Ç A I S B A T DE N O U V E A U X R E C O R D S

D éprimée, la France ? Notre pays fait


pourtant figure de pays de cocagne
avec une espérance de vie qui a dépassé
l'an dernier pour la première fois les 80 ans !
C'est l'une des longévités les plus élevées au
10 ans, la moitié des enfants étaient décédés.
Ce qui explique une espérance de vie de 25 ans
à l'époque.
Depuis, cette dernière n'a cessé de pro-
gresser, sauf dans les périodes de conflits qui
monde. Les Françaises se placent même en se- ont entraîné des reculs importants. Autour de
conde position dans le monde, juste derrière 1800, la vaccination contre la variole fait dras-
les Japonaises et talonnées par les Espagno- tiquement chuter la mortalité infantile et croî-
les : leur espérance de vie était de 83,6 ans tre l'espérance de vie. La première phase de la
en 2004, selon le dernier bulletin de l'Institut révolution industrielle voit une remontée de la
national d'études démographiques (Ined). mortalité infantile : les conditions de vie se dé-
Les hommes, eux, restent dans la moyenne tériorent. La révolution Pasteur et les premiè-
européenne avec 76,7 ans. La notion d'es- res politiques de protection de la petite enfan-
pérance de vie traduit la santé globale d'une ce inversent ensuite la tendance. Aujourd'hui,
nation puisqu'elle prend en compte les morts la mortalité infantile est tombée à un niveau
de nourrissons, d'enfants, de jeunes, d'adultes extrêmement bas : 3,9 pour mille.
et des personnes âgées. Concrètement, cela Les progrès récents de l'espérance de vie
signifie qu'un nombre croissant d'adultes dé- sont maintenant liés « aux succès rencontrés ré-
passent maintenant 80 ans. Les projections de cemment dans la lutte contre la mortalité adulte,
Fined prévoient même qu'une fille sur deux en particulier aux âges élevés où se concentrent
née aujourd'hui vivra jusqu'à 94 ans, et 16% de plus en plus les décès », expliquent les dé-
seront centenaires. mographes. À partir des années 70, la lutte
Chaque année (à l'exception de 2003 mar- contre les maladies cardio-vasculaires et les
quée par la canicule et ses 15000 décès sup- cancers a fait reculer la mortalité des adultes
plémentaires), les Français gagnent quelques et des personnes âgées. Le développement de
mois de vie. Ces deux dernières années, ils en la prévention et l'amélioration des traitements
ont gagné dix ! « C'est nettement plus que la ont accentué cette évolution.
tendance des cinquante dernières années : trois Si l'efficacité du système de santé a permis
mois par an, soit six mois en deux ans », écrit d'allonger l'espérance de vie, celle-ci reste dé-
Gilles Pison, le responsable du bulletin Popu- terminée par les conditions de vie. Les ouvriers
lation et Société, qui publie ces statistiques. et les travailleurs soumis à de rudes travaux
L'allongement de la durée de la vie s'expli- meurent plus tôt que les employés et les ca-
que largement par les progrès de la médecine. dres. Cela explique en partie les variations ré-
Une étude historique lancée par Louis Henry, gionales constatées par l'Insee : dans le Nord,
un démographe de l'Ined, à la fin des années l'espérance de vie était de 72 ans pour les hom-
1950, ainsi que la reconstruction des tables mes en 2000, contre 76,6 en Midi-Pyrénées.
de mortalité françaises aux XIXe et XXe siè- Dès à présent, l'allongement de la durée
cles sur la base de registres paroissiaux, des- de la vie change les relations entre les géné-
sinent une évolution de longue durée. Avec rations. Il est dorénavant courant de voir qua-
une population deux fois moins importante, tre générations, parfois cinq réunies autour
le royaume de France comptait un million de d'aïeux en forme.
naissances par an au milieu du XVIIIe siècle, Cécilia Gabizon
contre 765000 aujourd'hui. Mais dès l'âge de Le Monde
TEXTE 3*

SOCIÉTÉ
LE C A S T I N G DES M I N I - M I S S
Concours À Bettviller, dans la Moselle, la Elle l'est en tout cas pour les organisateurs
compétition est sévère et souvent cruelle pour de plus en plus nombreux de ce type de com-
sélectionner les apprentis top models. pétition. Importé des États-Unis, où les con-
Les plus motivées se tiennent au premier cours de mini-miss — offrant parfois jusqu'à
rang, lèvres fardées, paupières constellées 100000 dollars de récompense aux gagnan-
d'une poignée de paillettes. Les plus timorées tes — sont une véritable institution, le concept
restent en retrait. Et puis, coincée entre l'œil fleurit discrètement mais sûrement dans
anxieux de sa mère et la silhouette intermina- l'Hexagone. Le printemps venu, fêtes de vil-
ble de son père, il y a Samantha, la plus farou- lage, kermesses d'école et campings n'hésitent
che, un bout de chou de 10 ans à la blondeur pas à hisser sur les podiums des gamines tout
neigeuse d'une héroïne de conte de fées. « L'an juste en âge de sauter à l'élastique. Les petites
dernier, sa mère nous a juré qu'elle inscrirait la adorent, trop heureuses de jouer les Jenifer ou
petite jusqu' à ce qu'elle gagne. J'espère qu'elle Britney Spears d'un soir. Les parents impri-
ne va pas faire d'histoires cette fois-ci », glisse ment l'instant magique sur leur appareil photo
une jurée, accablée. ou leur caméra numérique. Claire Brisset, dé-
Bettviller, petite bourgade de 750 âmes fenseur des enfants, s'empresse de dénoncer
perdues au cœur de la Moselle, début août. la tendance : « Ces concours représentent une
Dans quelques minutes, ces top models en régression. Il ne faut jamais brûler les étapes de
herbe sauront si elles participeront, le week- l'enfance, en particulier celle de la prépuberté,
end suivant, à la grande finale du concours période de relative paix avant les turbulences de
de la mini-miss 2002 du pays de Bitche, pour l'adolescence. Les parents doivent instaurer des
laquelle on attend plus de 3 000 personnes. limites, même s'il faut pour cela aller contre la
L'équation du casting est aussi simple que volonté de l'enfant. »
cruelle : 24 candidates âgées de 7 à 10 ans, dix Pas toujours simple, en effet, de résister
sélectionnées, mais une seule gagnante, ré- aux fantasmes de gloire de petites filles dont
compensée par une écharpe brodée d'or et un les idoles s'appellent Lorie, Alizée ou S Club
week-end en famille au Disneyland de Mar- Junior, un « girls band » de prépubères qui
nela-Vallée. À l'appel de leur nom, les frêles fait actuellement un tabac dans les charts
silhouettes déambulent devant les membres européens. Chez Frimousse, agence spéciali-
du jury sous les applaudissements du public, sée dans le mannequinat junior, plus de vingt
balbutient quelques mots au micro, arborent nouvelles demandes d'inscription s'empilent
l'indispensable sourire. Les huit jurés obser- chaque semaine sur le bureau des bookeuses,
vent, puis apposent leur note : « C'est délicat, souvent écrites de la propre main des peti-
reconnaît Jean-Claude Picard, maire du village tes candidates. Les parents sont plus motivés
et fondateur de l'épreuve. Mais l'échecfait par- encore que leurs enfants, tel ce père de deux
tie de la vie, non ? » Manu, l'animateur, regrette fillettes qui met en avant la jolie cagnotte que
presque sa présence : « On a l'impression d'être celles-ci toucheront à leur majorité... en omet-
des bourreaux. Rejeter la moitié des gamines au tant de préciser qu'en tant que responsable lé-
seul prétexte qu'elles ne correspondent pas à un
gal il a droit — sans délai — à 10% des gains
critère de beauté, c'est malsain et dégueulasse »,
perçus. Plus de 2 000 gamins âgés de 3 mois
s'emporte le jeune homme. Curieusement, tous
à 20 ans possèdent actuellement leur book
les membres du jury avouent refuser que leur
à l'agence — dont Thylane, la fille de l'anima-
progéniture participe au concours. « C'est trop
trice Véronika Loubry et du footballeur Pa-
cruel, avoue l'un d'entre eux. Et puis, l'apparen-
trick Blondeau. Pour multiplier leurs chances
ce est-elle un critère de sélection légitime ? »
de gloire, les mini-tops en font le maximum,
enchaînant les castings parfois jusqu'à épuise- de l'année, et alors que certaines candidates,
ment : « Certains parents nous téléphonent pour éliminées elles aussi, quittaient la salle en lar-
signaler que leur enfant souhaite faire une pau- mes, l'éternelle recalée a lâché un timide : « Je
se », avoue l'une des bookeuses de l'agence. suis soulagée. » Sa sœur cadette, Pamela, 8 ans,
À Bettviller, les jurés n'ont laissé aucune rêve déjà de se présenter à l'édition 2003.
chance à la trop discrète Samantha. En appre-
nant qu'elle ne figurait pas parmi les dix sé- Géraldine Catalano
lectionnées pour le titre suprême de minimiss Le Point

TEXTE 4*

N E D I T E S PLUS S E C R É T A I R E , M A I S ASSISTANTE
Hier cantonnée à lafrappe au kilomètre, cette collaboratrice endosse
de plus en plus les responsabilités d'une adjointe

n les disait en voie de disparition, con- des secrétaires, en les déchargeant des tâches
damnées aux oubliettes de l'entreprise ingrates comme le tri et la transmission du
par l'informatique ... Les cadres allaient courrier.
saisir eux-mêmes leurs rapports sur leurs or- « En plus d'un savoir-faire, on leur de-
dinateurs portables et gérer comme des grands mande maintenant un vrai savoir être », ré-
leurs agendas électroniques. Erreur. Les secré- sume Christiane Facomprez, rédactrice en chef
taires sont toujours là. Encore plus nombreu- du magazine Secrétaires & Assistantes. Savoir
ses. La dernière enquête de l'Insee sur l'emploi communiquer avec les collègues, les chefs de
en recense 833 000, soit 35% de plus que dix service, les clients, transmettre les bonnes in-
ans auparavant. Mieux : les intéressées plé- formations, gérer les priorités ... Leur rôle
biscitent leur profession même si moins d'une d'interface entre le responsable hiérarchique et
sur cinq a le statut envié de cadre. Selon un l'environnement extérieur s'est renforcé. Cer-
sondage de l'institut BVA pour Manpower, tains patrons n'hésitent pas à déléguer des dos-
96% d'entre elles trouvent leur métier plutôt siers. Comme Paul René Albertini, vice-prési-
intéressant et 91% se déclarent satisfaites de dent de Sony Music Europe : « Mon assistante
leurs conditions de travail. Et pour cause : la doit anticiper et parfois se substituer à moi.
deuxième profession féminine, derrière celle Il m'arrive d'ailleurs de faire appel à des inté-
d'enseignante, s'est métamorphosée. Elle rimaires lorsqu'elle est surchargée de travail. »
a pris du galon, aussi. Du coup, les entreprises sont devenues
Révolue, l'époque où la secrétaire était beaucoup plus exigeantes. « On consacre da-
cantonnée à la frappe au kilomètre et à la vantage de temps à la sélection des candidates
prise en sténo des notes du patron. « La se- et on se pose aussi beaucoup plus de ques-
crétaire assistante est devenue une collabora- tions sur leur personnalité », affirme Philippe
trice », estime Edith Bouchemal, responsable Perret, directeur de la division assistantes et
de l'activité tertiaire chez Manpower. L'irrup- secrétaires chez Michael Page. Résultat : on
tion de la micro-informatique dans les socié- s'arrache les meilleures. Surtout si, détentrices
tés a plutôt contribué à valoriser la fonction d'un BTS1 et d'un ВЕР2 de secrétariat, elles

1 BTS — b r e v e t d e t e c h n i c i e n s u p é r i e u r , d i p l ô m e d ' é t u d e s p o s t - b a c c a l a u r é a t .
2 ВЕР — b r e v e t d ' é t u d e s p r o f e s s i o n n e l l e s .
inscrite dans une agence d'intérim et a multi-
plié les missions. Aujourd'hui, elle partage son
temps de travail entre les directeurs financier
et technique d'Écureuil Assurances, à Paris.
C'est une nouveauté. « Le binôme secrétaire/
cadre semble de moins en moins courant et
cède la place au travail en équipe », d'après le
Centre d'études et de recherches sur les qua-
lifications (Cereq). Du côté des secrétaires
spécialisées, les « juristes » tiennent la corde :
« En cas de fusion ou d'acquisition, par exem-
ple les avocats d'affaires utilisent beaucoup de
secrétaires juridiques, expertes en bureautique
et en traitement de texte », indique Elisabeth
de Labeau de Minerve Interim. Très deman-
dées également, les secrétaires commerciales,
orientées vers l'export, qui assistent un direc-
teur des ventes dans la préparation des réu-
nions, le suivi des objectifs et de la clientèle,
etc.
Règle d'or, quel que soit le poste occupé :
la polyvalence. En permanence, les secré-
taires doivent s'adapter à l'évolution des outils
informatiques et à de nouvelles organisations
du travail. Autre exigence : la disponibilité. En
maîtrisent en outre une ou plusieurs langues clair, ne pas mégoter sur les « heures sup' ».
étrangères et les logiciels informatiques les 76% d'entre elles en effectuent bon gré, mal
plus courants. gré.
Les secrétaires assistantes bilingues ou On a beau leur en demander toujours
trilingues sont en effet des perles rares, trop plus, les secrétaires courent encore après la
rares, sur le marché du travail. Selon la pré- reconnaissance au sein de l'entreprise. « Les
sidente de Minerve Intérim, Elisabeth de La- mentalités n'ont pas vraiment changé. La plu-
beau, « elles sont de plus en plus recherchées, part des sociétés n'ont toujours pas perçu les
surtout celles qui ont vécu deux ou trois ans mutations dans le savoir-faire des assistan-
à l'étranger ». Salaire annuel moyen de début tes », déplore Claudine Joannides, présidente
de carrière : entre 120 000 et 130 000 F par de l'Association nationale des secrétaires et
an (contre 100 000 à 120 000 F pour une se- assistantes de France. Un point de vue par-
crétaire assistante classique, franco-française, tagé par Edith Bouchemal, chez Manpower :
titulaire d'un BTS de secrétariat). Des rému- « Bien souvent, elles endossent les respon-
nérations qui peuvent atteindre, deux ans plus sabilités d'une adjointe mais n'en ont pas le
tard, de 140 000 à 160 000 F. titre ni le statut. » Preuve de leur malaise :
une secrétaire sur deux aspire à une meilleure
Autres profils très cotés : les secrétaires de
reconnaissance sociale, selon le sondage de
direction et les assistantes très « pointues »
BVA. Voilà qui devrait faire réfléchir leurs pa-
dans un domaine technique (juridique, com-
trons ...
mercial, financier ou ressources humaines).
Julia Thiery fait partie de ces heureuses élues. Sandrine Chicaud
Après un BTS de secrétariat trilingue, elle s'est L'Express
TEXTE 5*

L ' E U T H A N A S I E À LA COUR E U R O P É E N N E
DE S T R A S B O U R G

Diane Pretty, une Anglaise de 44 ans totalement paralysée


par une sclérose latérale, est venue défendre à Strasbourg
sa volonté de mourir dans la dignité
BRUXELLES
les magistrats ont décidé de traiter cette affaire
de notre bureau européen
par priorité sur les autres dossiers (Le Monde
Diane Pretty voulait se montrer aux juges
du 29 janvier).
de la Cour européenne des droits de l'homme,
à qui elle demande le droit de « mourir dans
DROITS FONDAMENTAUX
la dignité ». Aussi a-t-elle assisté en person-
Lors de l'audience, Philippe Havers, le
ne, dans son fauteuil roulant, à l'audience sur
défenseur de Diane Pretty, a expliqué qu'en
la recevabilité de son affaire, mardi 19 mars
empêchant sa cliente de choisir le moment de
à Strasbourg, après avoir fait un difficile voya-
sa mort, le gouvernement britannique viole
ge de douze heures, assistée de trois infirmiers
plusieurs droits fondamentaux garantis par la
et de son mari, depuis Luton, une ville du nord Convention européenne des droits de l'hom-
de Londres. me, notamment « l'interdiction de traitements
Cette Anglaise de 44 ans est victime d'une inhumains et dégradants ». L'avocat a fait va-
paralysie des muscles due à une « sclérose la- loir que « le droit à la vie » donne à chaque
térale amyotrophique » en phase terminale. individu le droit de décider s'il veut vivre ou
Nourrie par un tube, et clouée dans un fau- mourir, et comporte donc un corollaire, le
teuil roulant, elle ne peut plus parler. Mais ses « droit de mourir ». Il a affirmé que le refus
facultés intellectuelles ne sont pas atteintes, et du gouvernement britannique de prévoir une
elle communique au moyen d'un petit ordi- disposition légale autorisant le suicide assisté
nateur fixé à l'accoudoir de sa chaise roulante constitue une atteinte à la liberté de conscien-
sur lequel était écrit, mardi, « I just want my ce. Il a fait valoir que l'interdiction du suicide
rights » (je ne réclame que mes droits). assisté entraîne une discrimination entre per-
Ayant pour seule perspective d'avenir une sonnes valides, qui ont la possibilité d'attenter
agonie lente par étouffement, Mme Pretty veut à leurs jours, et personnes invalides.
choisir le moment de sa mort, pour s'épargner Le représentant du gouvernement britan-
« la douleur et la perte de dignité » qui accom- nique, Jonathan Croy a fait remarquer que la
pagneraient un décès naturel. Compte tenu Convention européenne des droits de l'hom-
de son état, Diane Pretty ne peut se suicider me ne confère aucunement le droit au suicide,
sans l'intervention d'autrui. Brian, son mari, contrairement à ce que soutient le conseil de
est prêt à l'aider. Mais il encourt une peine de M m e Pretty, et invoqué le droit à une marge
quatorze ans de prison, le suicide assisté étant d'appréciation dans chacun des pays euro-
un crime au Royaume-Uni. péens.
Diane Pretty a demandé en vain à la jus- C'est la première fois que la Cour se penche
tice anglaise qu'elle lui donne l'assurance que sur l'euthanasie volontaire. Elle devrait rendre
Brian ne serait pas poursuivi. En novembre sa décision dans un délai d'un mois. Elle peut
2001, la Chambre des Lords, juridiction su- refuser de se prononcer, comme elle vient de le
prême de son pays, la lui a refusée. Mme Pret- faire à propos de l'adoption d'enfants par des
ty a alors saisi la Cour européenne des droits couples homosexuels.
de l'homme, en décembre 2001. En raison du Rafaële Rivais
caractère dramatique et urgent de la requête, Le Monde
TEXTE 6**

LA CHRONIQUE

L'ÉTAT DE F A M I L L E

L e Premier ministre vient à juste titre de


rappeler une évidence : il ne suffit pas de
nommer une des causes d'un problème
pour qu'il soit résolu. Il ne suffit pas de dire que
la violence dans les banlieues trouve sa source
Dans un monde où l'autorité de la fa-
mille se défait, faut-il prendre acte de cette
démission et transférer l'autorité des parents
à l'État ? Le policier doit-il remplacer le père ?
Ne sommes-nous pas en train de réinventer la
dans le délabrement des immeubles et les injus- société sans famille, où l'enfant est considéré
tices sociales pour qu'elle diminue. Il faut aussi dès sa naissance comme un être social, redeva-
que les coupables soient punis, que l'État et les ble du seul jugement de la société ? Nous sa-
collectivités locales fassent preuve d'autorité. vons bien que ces modèles, du phalanstère au
Mais de quelle autorité parle-t-on ? Celle qui kibboutz, ont tous échoué. Il est absurde d'es-
arrête, juge et met en pérer que policiers
prison ? Ou celle qui ou juges puissent
enseigne, éduque et remplacer parents et
transmet un savoir ? professeurs. Laisser
Dans nos socié- dire, et organiser, le
tés, l'enfant a tous les transfert de l'autorité
droits ; il détermine la parentale sur la so-
consommation, fait ciété, c'est la condam-
le succès des films, ner à ne produire que
enseigne aux adultes de vieux enfants, des
comment se servir des adultes précoces qui,
machines nouvelles, faute d'avoir connu la
du téléphone portable tendresse, ne seront
aux jeux vidéo. Il est si capables que de vio-
idolâtré qu'il est même lence.
le critère du beau. On peut alors comprendre que La solution à la violence sociale n'est donc
cet enfant-roi n'accepte pas que son pouvoir soit pas dans l'exacerbaton du rôle de la police, de
limité aux images de lui que renvoie la société, la justice ou des assistantes sociales, si utiles
qu'il veuille vraiment l'exercer et que, s'il n'en soient-elles. Elle est dans le retour de l'en-
a pas les moyens financiers, il les prenne. fant dans l'enfance, c'est-à-dire des parents
Alors, quand l'adulte en face de lui ne l'est à leur mission. Ce n'est pas simple. Une so-
pas vraiment, l'enfant traite l'adulte comme un ciété ne peut forcer des adultes à être des pa-
enfant, perdant par là même ce qui le constitue. rents attentionnés ; elle ne peut pas non plus
En donnant le pouvoir à l'enfant, on le prive leur interdire d'avoir des enfants. Elle peut
de l'enfance, ce moment unique où il est libre cependant veiller à leur enseigner cette res-
d'être irresponsable, parce que quelqu'un lui ponsabilité qui ne peut être exercée que par
donne de la tendresse en même temps qu'il lui eux, en se souvenant que c'est le plus beau
enseigne une morale et les limites de la liberté. métier du monde parce qu'il permet de trans-
Quand l'enfant n'a pas d'enfance, il rejette les mettre la beauté de la tendresse, et la douceur
parents incapables de le faire croire au Père de la connivence.
Noël, les maîtres incapables de se faire respec-
ter, la société qui le fait vieillir avant l'heure. Jacques Attali,
Là commence en fait la violence urbaine. L'Express
TEXTE 7 **

I N T E R N E T : UNE C H A N C E POUR LA PLANÈTE ?


Si internet représente une véritable révolution technique,
ses conséquences sociales et culturelles semblent toutefois ambiguës

D epuis toujours les hommes cherchent


à communiquer, et reportent sur les tech-
niques le soin d'améliorer cette commu-
nication souvent décevante. C'est ainsi qu'en un
petit siècle, du téléphone à la radio, de la télévi-
Si le monde est un « village global » sur
le plan technique, il ne l'est pas, et ne le sera
jamais sur le plan social et culturel. C'est
même au défi opposé que l'on arrive : plus les
distances sont abolies, plus on voit facilement
sion à l'ordinateur, et aujourd'hui à internet, les ce qui sépare les cultures, les civilisations, les
techniques n'ont cessé d'améliorer cette com- systèmes philosophiques et politiques. Et plus
munication au point que beaucoup croient le il faut d'efforts pour se tolérer mutuellement.
problème résolu. Pourtant la longue histoire de Plus les techniques suppriment les frontières
la communication montre quatre faits : chaque du temps et de l'espace, plus les difficultés
nouvelle technique résout un problème de com- d'intercompréhension deviennent visibles, et
munication précédent, mais en crée d'autres ; difficiles à résoudre.
aucune technique ne supplante la précédente, Autrement dit, internet est une révolution
elles s'ajoutent, les unes aux autres ; les techni- technique qui attend un projet social et cultu-
ques de communication, conçues pour réduire rel. Pour l'instant au-delà des rêves de démo-
les déplacements humains, ont eu en réalité le cratie électronique, de l'accès pour tous aux
résultat inverse, créer le besoin de se rencon- bases et banques de données et aux rapports
trer physiquement ; aucune technique n'a suffi interactifs, internet semble davantage adapté
à elle seule à changer radicalement les rapports au commerce électronique de demain. Pour-
humains et sociaux. quoi pas ? Mais à condition de ne pas confon-
dre une technique adaptée à la mondialisation
La nécessité d'un projet social de l'économie avec un projet de société.
Internet, au carrefour des télécommuni-
Par exemple, parler pour demain de so-
cations, de l'informatique et de l'audiovisuel,
ciété de l'information et de la communication
n'échappe pas à cette loi. Chacun est fasciné
parce que les systèmes d'information occupe-
par ses performances et rêverait d'en faire le
ront une place centrale dans tous les aspects
support de nouvelles relations humaines.
de l'économie, l'éducation, les loisirs, les ser-
Tout le problème est qu'il n'y a pas de rap- vices est dangereux. Pourquoi ? Parce que le
port direct entre les deux types de communi- système technique dominant d'une société, ici
cations. les techniques de l'information, ne suffit pas
La communication humaine et sociale est à caractériser une société. Même si ce système
beaucoup plus difficile, demande du temps, le technique gère de l'information et de la com-
partage de langues et de valeurs communes, munication. Au risque de succomber à l'idéo-
l'adhésion à des idéaux communs ; un mini- logie technique, c'est-à-dire demander à une
mum de projet commun ... Bref, il n'aurait pas technique, fût-elle communication, de résou-
suffi, par exemple, de mettre davantage d'or- dre un problème humain et social.
dinateurs au Kosovo et en Serbie pour éviter
la guerre civile ! Et on a vu qu'internet pouvait
être autant un support d'information que de Dominique Wolton, Directeur du laboratoire
rumeurs ou de propagande. Communication et Politique du CNRS1
Label France

1 CNRS — C e n t r e n a t i o n a l d e s r e c h e r c h e s s c i e n t i f i q u e s .
TEXTE№8**

LES J E U N E S J U G E N T S É V È R E M E N T L A T É L É V I S I O N
Réunis en université d'étéjusqu'au 9 septembre,
les Conseils de la jeunesse ont critiqué le traitement dont lesjeunes font l'objet sur
les chaînes télévisées. Ils dénoncent l'étiquette qui leur est apposée,
celle de « délinquants de banlieue »

C 'est un appel au dialogue. Il se veut


nuancé et responsable. La commission
« Jeunes et médias » du Conseil natio-
nal de la jeunesse cherche à débattre avec les
famille, maladie, accident, suicide, mauvais
traitement) était assez large. En revanche, peu
d'émissions permettent d'avoir un regard dis-
tant et construit des jeunes sur eux-mêmes.
médias français pour lutter contre « l'incom- « On dit au jeune : « Raconte-moi une anecdo-
préhension et la méconnaissance manifeste », te », et puis juste après il y a un retour plateau
selon eux, dont ceux-ci font preuve quand sur un adulte qui va, lui, développer un discours
ils traitent des « questions liées à la jeunesse ». sur lajeunesse », analyse Maxime Drouet, de la
Ce fut le sujet d'un exposé qui devait débou- commission. Un rôle passif que les jeunes ne
cher sur une concertation lors de l'université souhaitent plus endosser, disent-ils.
d'été des conseils de la jeunesse, à Ramatuelle De la même façon, ils n'estiment pas que la
(Var). Des propositions devraient être faites télévision présente « une mauvaise image de la
par le Conseil national de la jeunesse au gou- jeunesse ». Le caractère très négatif n'est pré-
vernement. sent que dans 20% des sujets traités. Mais les
Les questions ne sont pas nouvelles : archétypes du jeune qui représente une mena-
« Pourquoi les médias ne parlent-ils des jeu- ce ou est présenté avec condescendance com-
nes qu'en termes négatifs et caricaturaux ? » me une victime sont beaucoup plus persistants
ou « Pourquoi existe-t-il si peu d'espaces d'ex- dans l'opinion que ceux, moins répétitifs, sur
pression pour les jeunes au sein des grands mé- la jeunesse entreprenante et dynamique. La
dias ? » Ce qui, en revanche, est plus inédit, vie associative est, par exemple, « complète-
c'est la dimension politique de ces images qui ment passée sous silence », regrettent-ils, en
semblent enfermer une génération entière rappelant à qui veut l'entendre qu'ils sont « le
dans la catégorie unique et peu glorieuse de futur de la société ».
la délinquance. Un nombre important de jeu- Plus alarmistes, des voix discordantes
nes se plaignent de voir leurs visages ou té- viennent renforcer le discours développé so-
moignages apparaître dans les magazines et brement par ces jeunes. Les images de la jeu-
les journaux télévisés, à côté des mots « vio- nesse délinquante décrite rapidement ont des
lence », « haine », voire « bandes rivales », ou effets dévastateurs. Lorsqu'un journal télévisé
d'images de voitures brûlées. Cette approche montre une voiture qui brûle, « les répercussions
n'est pas neutre dans le contexte d'inquiétude sont immédiates », témoigne Sidi El Haimer,
sécuritaire actuel. chargé de prévention à Mantes-la-Jolie (Yve-
lines). Lui ne fait pas partie des Conseils de
Rôle passif la jeunesse mais il vit au jour le jour dans une
Une première étude a été réalisée, avec ville difficile de la région parisienne et doit gé-
peu de moyens, par la commission médias du rer les rapports conflictuels des jeunes avec les
Conseil national de la jeunesse. Les cent qua- médias.
tre-vingts reportages diffusés sur les chaînes Méfiance réelle
hertziennes en 1998 et 1999 ont révélé que La télévision, c'est leur truc. Le filtre de
le champ des sujets abordés par les maga- leur réalité. Il explique que, malheureusement,
zines télévisés (drogue, études, faits divers, « ce sont toujours les mêmes villes que les télévi-
sions viennent filmer, Mantes-la-Jolie, Evry, etc. Seules deux émissions, toutes les deux
Résultat, ça rend la vie impossible à ceux qui diffusées sur la chaîne de proximité de service
veulent s'en sortir, dit-il. Ils sont victimes de dis- public, France 3, donnent à voir et à enten-
crimination à cause du lieu qu'ils habitent. Ils dre un autre miroir de la jeunesse. L'émission
sont jeunes, donc violents, donc dangereux ». « SagaCité » parle de la vie urbaine en prenant
À tel point, qu'une méfiance réelle s'est dé- le temps de comprendre le fonctionnement qui
veloppée. Après un reportage sur Mantes-la- régit chaque univers distinctement. Une autre,
Jolie diffusé en avril, des jeunes sont venus le « TéléCité », diffusée dans le Centre et la ré-
voir en lui disant : « Il ne faudrait plus qu'ils gion parisienne, et plus récemment dans le
viennent pour faire ces images-là », raconte le Pas-de-Calais, forme des jeunes à la pratique
chargé de prévention. de la télévision en leur donnant du même coup
Les médias, sur ces questions précisément, l'occasion de s'exprimer dans leur propre cadre
gonfleraient l'événement, les hommes politi- sur des sujets qu'ils choisissent. Une initiative
ques prendraient ensuite appui sur ces images qui affiche une belle audience mais qui peine,
et sur le bruit médiatique qui en découle pour ce n'est pas le moindre des paradoxes, à réu-
« décréter des augmentations du nombre de po- nir les subventions nécessaires à sa plus large
liciers ou des couvre-feux », « ce qui n'aboutit diffusion.
à rien de positif», déplore Sidi El Haimer. F. Am
Le Monde

TEXTE 9**

LES L A N G U E S QUI M E U R E N T ET CELLES


QUI N A I S S E N T

L e français est-il promis à devenir, un jour,


une langue morte ? La question n'est pas
ridicule. « Tous les ans, vingt-cinq lan-
gues disparaissent », alerte Claude Hagège1.
À ce rythme, la moitié des six mille langues
Amérique. Le français demeure la langue of-
ficielle de plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest.
Le danger peut aussi venir des langues locales
les plus dynamiques — surtout celles parlées
par les élites urbaines —, comme le swahili,
parlées actuellement — dont deux mille en qui tend à s'imposer au détriment de dialectes
Afrique ! — aura été rayée de la carte avant la d'Afrique de l'Est, ou le woloff au Sénégal.
fin du siècle. Les experts les plus pessimistes Le principe est toujours identique : un
avancent même le chiffre de 90% ! L'anglais est groupe dominant impose sa langue aux
bien sûr montré du doigt. Langue des affaires, autres. Soit par la force (anglais contre gallois
de la diplomatie, de la communication... il est ou irlandais). Soit, plus insidieusement, par le
devenu « the » langue internationale, à l'ex- pouvoir d'attraction du modèle économique et
clusion de (presque) toutes les autres. social.
Mais la langue de la puissante Amérique Langues et cultures sombrent ensemble.
n'est pas seule en cause. Celles des anciens co- « Dans ce cas, les gens abandonnent vo-
lonisateurs continuent de faire des ravages sur lontairement leur langue pour parler la langue
tous les continents. Espagnol et portugais ont du pouvoir », explique Louis-Jean Clavet, lin-
terrassé des centaines de langues indiennes en guiste à l'université d'Aix-Marseille. En Fran-

1 Claude Hagège — linguiste français.


ce, Bretons ou Provençaux du siècle dernier se peut qu'elles aient tellement évolué que les
ont souvent imposé le français à leurs enfants, gens ne se comprendront plus, note Louis-
pensant leur donner plus de chances de réus- Jean Clavet. C'est déjà presque ce qui arrive
sir... Avec la mondialisation, ce phénomène va entre Allemands et Suisses allemands...
s'accélérer. Hormis les crispations identitaires, des
Avec une langue, ce n'est pas qu'un outil langues continuent de se créer tout naturelle-
de communication qui disparaît. C'est toute ment. « On en voit les prémices en Afrique, où
une culture et une représentation du monde des formes de français commencent à émer-
qui sont englouties à tout jamais. « Les Inuits ger ». Au Sénégal, on fait son plein dans une
ont ainsi plusieurs dizaines de mots pour dé- « essencerie ». Les Congolais ont un « bu-
signer la neige », explique Louis-Jean Clavet. reau » là où les Parisiens ont une « maîtres-
Certains peuples du Pacifique savent nommer se ». Dans l'Ouest de l'Afrique, on « parcœu-
des centaines de poissons, informations pré- rise » ses leçons... ou du moins on essaie. Le
cieuses pour les scientifiques ! Quant au ja- même mouvement est en cours pour l'arabe.
ponais, il reflète l'organisation de la société. Déjà, un Égyptien et un Algérien éprouvent
On n'y parle pas de la même façon selon son une certaine difficulté à se comprendre.
statut social (l'ordre des verbes, par exemple,
change) ou selon que l'on est un homme ou Explorer les langues...
une femme. sésame de la séduction
Chaque langue est intimement liée Un jour ou l'autre, l'anglais — eh oui,
à l'identité du peuple qui la parle. Pas éton- même la langue de Shakespeare ! — subira
nant que certains irréductibles la placent au le même sort. La règle est implacable. « Plus
centre de leurs revendications identitaires. une langue se répand sur un vaste territoire,
C'est le cas du corse, du breton ou du basque plus elle est assurée de disparaître à terme »,
en France. Après des années de combat, ils explique Louis-Jean Clavet. Comme le latin
ont désormais droit de cité dans les écoles et a donné naissance au français ou à l'espagnol.
lycées, même s'ils ne concernent que 3% des Face à l'affolement de ses collègues, le linguis-
élèves... Au Quebec, les Indiens Mohawk ont te se veut rassurant : « Les langues ne sont pas
obtenu, outre sa reconnaissance officielle, que des bébés phoques menacés aujourd'hui. De
leur langue soit désormais enseignée à l'école tout temps, certaines langues sont mortes et
à côté du français et de l'anglais. Cela suffira- d'autres ont fait leur entrée en scène ».
t-il à la sauver ?
Et puisqu'on ne parlera jamais tous le même
Souvent destructeurs, les événements po- langage, le meilleur sésame pour découvrir les
litiques prennent parfois un tour inattendu, gens reste d'apprendre leur langue. Écoutons
en donnant naissance à de nouvelles langues. plutôt les conseils de Claude Hagège : « Il est
Ainsi, le serbe et le croate, fusionnés au cours absurde pour un jeune Français de vouloir sé-
du XIX e siècle, ont de nouveau éclaté en deux duire une Italienne en anglais, une langue qui
langues après la guerre de 1991 en ex "Yougos- n'est familier ni à l'un ni à l'autre... » Si même
lavie, tout comme le tchèque et le slovaque, les spécialistes le disent...
après la partition de la Tchécoslovaquie. Pour
l'instant, ces langues se ressemblent. D'ici
Laure Cailloce
à quelques dizaines ou centaines d'années, il
Phosphore
TEXTE 10**

LA G L O B A L I S A T I O N S E L O N B A R I C C O

« Le Monde » publie en exclusivité un un monde. Qu'est-ce que ça peut vous faire


extrait de « Next », le prochain livre de ce qu'elles valent, en cuire, en caoutchouc et
l'écrivain italien à succès Alessandro Ba- en travail, ces chaussures ? Vous achetez un
ricco. L'auteur de « Soie » bouscule avec monde. Des gens libres qui courent, presque
esprit les clichés sur la mondialisation. toujours beaux, généralement plutôt élasti-
Si vous n'êtes pas un « no-global », un ques comme Michael Jordan, et de toute façon
militant antimondialisation, il y a des chances très modernes. Vous, dans ce monde-là. Pour
pour que vous ayez des chaussures Nike ou cent cinquante euros.
Adidas, que vous fumiez des Marlboro ou des Si vous trouvez que c'est un geste imbé-
Philip Morris, que vous ameniez vos enfants cile ou puéril, alors pensez à ceci. Vous allez
voir les films de Walt Disney, que vous alliez au concert. Beethoven. Musique de Beetho-
au Me Donald's et qu'en ce moment même ven. Vous avez payé votre billet. Qu'avez-vous
vous portiez du Calvin Klein. Je vais essayer acheté ? Un peu de musique ? Non, un mon-
de le dire de façon plus exacte : il est proba- de. Une marque. Beethoven est une marque,
ble que pour la plupart d'entre nous le monde construite au fil du temps autour de la figure
tel qu'il est aménagé par le réseau des grandes d'un génie sourd et rebelle, alimentée par
marques n'apparaît nullement comme un lieu deux générations de musiciens romantiques
inhumain mais au contraire comme un monde qui ont créé le mythe. De qui descend, en ligne
vivant, en un certain sens riche, et en tout cas directe, une marque encore plus puissante : la
intéressant à habiter. Il nous apparaît de façon musique classique. Un monde. Ce que vous
assez normale comme un monde essentiel- avez acheté, ce n'est pas un peu de musique :
lement libre, une sorte de manège sur lequel dans le prix, il y a aussi l'accès à une certaine
nous montons et descendons quand nous vou- vision du monde, la foi dans une dimension
lons : nous montons en disant « C'est nul », et spirituelle de l'humain, la magie d'un retour
nous descendons en disant «Je reviendrai ». provisoire au passé, la beauté et le silence de
Faut-il en conclure que nous sommes tel- la salle de concert, les gens qui sont autour
lement lobotomisés maintenant que nous ne de vous, l'inscription dans un club plutôt ré-
sommes même plus capables de comprendre ? servé et généralement sélectif. Vous avez loué
Ce serait commode. Mais je crois que la vé- un monde. Pour l'habiter. Ils l'ont construit
rité est ailleurs. La vérité est que nous som- pour vous avec infiniment d'habileté, et vous,
mes juste un peu lobotomisés. Nous sommes vous l'achetez. L'ont-ils construit parce qu'ils
lucides, quand nous prenons part à la grande étaient bons et intelligents ? Ils l'étaient peut-
fête, nous le faisons avec nos cellules grises être, mais ils l'ont certainement construit pour
branchées, avec une part de notre cerveau que la même raison qui a poussé Nike à construi-
nous ne pouvons pas sous-estimer, mais il faut re le sien : l'argent. Que je sache, Beethoven
essayer de le comprendre. écrivait pour de l'argent, et de lui jusqu'à la
maison de disques d'aujourd'hui, et jusqu'au
Notre intelligence fonctionne de cette fa-
pianiste qui est en train de jouer pour vous,
çon-là parce qu'elle le connaît, ce terrain. Et
ce que vous avez acheté a été construit par des
quand elle ne se bloque pas sur ses instincts
gens qui voulaient des tas de choses, mais en-
moralisateurs, elle cesse de tricher avec elle-
tre autres, une : de l'argent.
même et s'en tient aux faits. Les faits, c'est
que lorsque vous achetez une paire de Nike Je sais que ça choque de dire ça, mais ce qui
vous payez cent euros pour le nom et cin- nous choque tant, quand il s'agit de chaussu-
quante pour les chaussures. Est-ce que vous res ou de hamburgers, est une expérience que
êtes idiot ? Non. Vous êtes en train d'acheter nous faisons, sans aucune résistance, quand
il s'agit de choses plus nobles. Beethoven est exposition des impressionnistes français fait
une marque. Les impressionnistes français en travailler notre cerveau exactement comme
sont une. Kafka en est une. Shakespeare en un petit tour à Niketown, que tout compte fait
est une. Umberto Eco également. Et aussi La cette expérience-là nous la connaissons, nous
Republica, ou « Mickey », ou la Juventus. Ce nous en servons largement, nous l'utilisons
sont des mondes. Qui signifie bien plus que ce pour transmettre des choses tout à fait dignes,
qu'ils sont. Ils ont leurs règles, et nous les ac- et que pour finir elle ne nous fait pas peur,
ceptons. Pour dire : nous nous persuadons que nous ne croyons pas que ce soit le diable, si le
les frites de Me Donald's sont bonnes avec la diable existe, il est ailleurs.
même absurde complaisance qui nous persua- On dira : oui, mais Beethoven n'exploitait
de que Beethoven n'a jamais écrit de morceau pas les Indonésiens de manière éhontée, pour
laid ou inutile, que tout Shakespeare est gé- fabriquer ses chaussures. À quoi on pourrait
nial, que Mickey n'a pas de parents, et que La objecter, si on voulait être cynique et polémi-
Republica écrit toujours la vérité. Ça fait partie que, qu'une grande partie de la musique clas-
du jeu. Et c'est un jeu dont nous avons besoin. sique est née parce que payée par un monde
Nous avons tendance à préférer tout ce qui se aristocratique qui ne plaisantait pas en matière
présente à nous avec la force organique d'un d'exploitation. Mais la question, en réalité, est
monde, et pas seulement la pure présence d'un ailleurs. Si Nike exploite les travailleurs, il faut
objet, même s'il est beau. Nous sommes recon- arrêter ça, c'est tout. Mais reporter toute notre
naissants envers celui qui est capable de met- condamnation, brutalement, sur l'idée de mar-
tre en place des mondes. Ce sont des assuran- que, en diabolisant le type d'expérience qu'elle
ces contre le chaos, ce sont des organisations suggère est contreproductif : cela rend inutili-
salvatrices du réel. Je ne crois pas qu'il soit sable une catégorie, celle de « marque », qui
nécessaire de noter combien le monde mis en est une part historique de notre culture, et qui
place par Kafka est plus riche, plus complexe est probablement indissociable de toute idée
et plus intelligent que celui étudié par Me Do- de globalisation, y compris les plus humai-
nald's. Nous le savons. Mais cela ne doit pas nes et les plus positives. Comment construire
nous empêcher de comprendre que le jeu est quelque chose si nous jetons à la poubelle les
le même, que le type d'expérience est le même, outils pour le faire ?
que le monde de Kafka n'est pas plus réel que
Alessandro Baricco
le monde de Me Donald's, que la visite d'une
Le Monde

TEXTE 11**

LA C H R O N I Q U E

LA T Y R A N N I E DE L'ÂGE
À certains moments, le pouvoir appartient de leurs enfants — qui ne les concerne plus.
aux plus jeunes, qui monopolisent richesses Aujourd'hui, nous sommes à la charnière en-
et privilèges, laissant les vieux dans la mi- tre deux règnes : les générations les plus mû-
sère. À d'autres époques, ce sont les anciens res font la loi, mais les autres commencent, de
qui dominent, vivant en général dans l'instant façon encore diffuse, à remettre en question
présent, négligeant l'avenir — même celui ce rapport de forces. La grève des lycéens, les
révoltes dans les banlieues, la discussion du mographie s'effondre, l'éducation est sous-fi-
budget et la crise financière internationale nancée, l'environnement n'est plus protégé, le
sont des reflets, parmi d'autres, du début de ce court terme impose sa loi. Les jeunes se révol-
conflit planétaire entre les générations. teront de plus en plus contre cette situation.
Malgré les apparences culturelles, qui En France, les plus favorisés demanderont
mettent en avant une jeunesse idolâtrée, la encore plus de professeurs pour leurs lycées,
domination des plus mûrs est universelle. De- et les plus désespérés casseront tout dans leur
puis au moins vingt ans ; la priorité de la lutte banlieue. Au Sud, il y aura des révoltes plus
contre l'inflation sur la lutte pour l'emploi violentes encore contre les élites. Là où les
est une marque de la domination des seniors jeunes perdront cette bataille, comme ils la
sur la vie économique et politique de l'Occi- perdent régulièrement depuis vingt ans, le dé-
dent. Les raisons tiennent au marché, qui pri- clin des nations est assuré. Là où ils la gagne-
vilégie les groupes sociaux solvables, et à la ront, une tyrannie inverse est possible et un
démocratie, qui favorise les électeurs. Cette âge noir peut s'annoncer pour les personnes
domination est aujourd'hui remise en cause. âgées : moins de retraites, moins de sécurité,
En France, les jeunes des lycées et ceux des plus d'inflation.
banlieues, dramatiquement coupés les uns des À moins d'entendre à temps ces gronde-
autres, viennent reprocher aux adultes de ne ments et de rééquilibrer la répartition du reve-
pas consacrer assez d'argent à la préparation nu national, des pouvoirs, des valeurs entre les
de leur avenir, alors que, de leur point de vue, générations, au profit des plus jeunes et même
le budget multiplie les cadeaux fiscaux en fa- des générations à venir. On reconnaîtrait alors
veur des retraités et des détenteurs de grosses qu'une augmentation massive du budget de
fortunes. Partout dans le monde, les fonds de l'Éducation nationale est une priorité absolue,
pension, obsédés par l'idée de servir à chaque que l'inflation n'est pas sans vertu et que, sans
instant aux retraités les meilleures rentes pos- le sacrifice de quelques jouissances du pré-
sibles, pourchassent l'inflation, qui favorise sent, il n'y aura plus personne, à l'avenir, pour
les emprunteurs, et extorquent des dividen- se souvenir de nous.
des, même au prix du chômage des jeunes.
Cette tyrannie de l'âge n'est pas sans Jacques Attali
conséquence dans les pays où elle sévit : la dé- L'Express

TEXTE 12**

Les grammairiens et les linguistes s'inquiètent de son appauvrissement

LE L A N G A G E , V I C T I M E DE LA T É L É V I S I O N

La culture audiovisuelle standardisée a fait perdre son âme aux mots.


PAR C A T H E R I N E D E L S O L

Aujourd'hui, le boulanger de la Creuse commis dans une banque proche et soupire


se dit « interpellé » par l'augmentation des sur la coiffure « punk » de sa dernière petite-
charges. La-fermière de l'Yonne parle, elle, du fille. C'est l'un des miracles de la civilisation
« stress » de ses vaches et de la « galère » de sa audiovisuelle, où les mots nouveaux, les mo-
fille pour trouver du travail. L'octogénaire d'un des du langage, et même les emprunts à une
village breton raconte le premier « hold-up » langue étrangère, sont immédiatement relayés
et pénètrent massivement dans les foyers, dans riette Walter. « Pourquoi ne pas créer le verbe
les appartements du boulevard Saint-Germain " privilégier " alors que " privilégié " n'a jamais
comme dans les HLM des banlieues chaudes fait sourciller personne ? »
ou au plus profond de nos provinces. Ainsi, récupérés, digérés, puis relayés par
Grammairiens, linguistes, sociologues et l'audiovisuel, les mots se forment, se transfor-
sociolinguistes étudient le phénomène depuis ment, se déforment. Et ceux que l'on considé-
quelques années avec intérêt. « Dans mon en- rait hier comme des barbarismes apparaissent
fance des années 50 en Bretagne, beaucoup aujourd'hui pour les linguistes comme des si-
de campagnards ne parlaient que le breton, gnes de bonne santé d'une langue toujours ca-
écrit Gérard Le Febvre, dans Le Choc des télés. pable d'évoluer.
Aujourd'hui, au bout de trente-cinq ans de télé- Là, cependant, s'arrêtent les bienfaits du
vision, à raison de plus de deux heures de fran- langage audiovisuel. Car le revers de la mé-
çais parjour et par individu, la langue bretonne daille, c'est que pour être compris du plus grand
est entrée au musée. Certains tentent tout de nombre, les professionnels de la télévision par-
même de la maintenir sous perfusion dans quel- lent pour la plupart un français standardisé,
ques universités, mais il aura suffi de quelques stéréotypé, où l'on ne sait trop ce qui l'emporte
années de télévision pour parachever une œuvre de la pauvreté du vocabulaire ou du laisser-
de centralisme technocratique qu'il avait fallu aller syntaxique. Une langue bizarre où l'écrit
des siècles pour construire. » et l'oral se télescopent puisque, la plupart du
temps, les textes des présentateurs sont rédigés
Messages répétitifs mais cherchent à se rapprocher le plus possible
À sa façon, donc, la télévision a réussi à sor- de la conversation. Peu réussissent cet exercice
tir les régions les plus reculées de France de leur périlleux et, pour un Pivot, un Decaux, un de
isolement et contribué à réduire leur décalage Closet ou même un Bouvard, combien trans-
d'avec le reste du pays. Chaque jour, les mêmes forment leur émission en une suite de phrases
émissions sont regardées au même moment par qui se télescopent, en un discours décousu, au
des millions de personnes. Images et messages, vocabulaire répétitif et vague.
souvent répétitifs, sont distribués à un énorme
public totalement passif, qui sera tenté ensuite Complicité
de reprendre les mots et les expressions qu'il « Super », « génial », « cool », ces mots à la
vient d'entendre. « Par la voix des hommes poli- mode qui pour les adolescents expriment la sa-
tiques, desjournalistes, des gens du spectacle, mais tisfaction, le plaisir ou l'admiration, sont repris
aussi par l'intermédiaire de la publicité, des tour- chaque jour sur les petits écrans. Sans doute
nures de phrases se propagent, desformes ancien- était-ce au départ pour créer une meilleure com-
nes reprennent vie, des modes lexicales font leur plicité avec les jeunes, mais au fil des années
apparition et se développent », souligne ainsi ils se sont imposés partout en France. À l'heure
Henriette Walter, professeur de linguistique, des avions supersoniques et du TGV, ces mots
auteur du Français dans tous les sens. sans âme et sans réelle signification ont un
Elle note, par exemple, que c'est par le biais avantage : ils permettent de se faire comprendre
des médias que des mots comme « interpeller », tout en évitant de réfléchir pour trouver l'adjec-
« assumer », « s'investir », « sécuriser », « res- tif précis capable de traduire les nuances de la
ponsabiliser», « privilégier», « poser problème », pensée. Le danger, c'est que l'on passe ainsi de
ou les adjectifs comme « fiable », « perfor- l'uniformisation du langage à la pauvreté.
mant », ou « incontournable » sont aujourd'hui Même chose pour les anglicismes mal digé-
largement utilisés, alors qu'ils font partie d'un rés ou employés systématiquement par paresse
vocabulaire abstrait avec une large coloration intellectuelle ou snobisme. Ancien commissaire
philosophico-psychologique. « On peut conce- général de la langue française, aujourd'hui
voir que ce vocabulaire, faussement ou vraiment conseiller de TF 1, Philippe de Saint-Robert
intellectuel, puisse porter sur les nerfs par son ca- a ainsi dû se battre pour que les « snipers » bos-
ractère répétitif ou prétentieux, mais sur le plan niaques brutalement apparus au journal télévisé
du fonctionnement de la langue, il n'a rien pour deviennent les « francs tireurs » qu'ils auraient
choquer les amateurs defrançais », affirme Hen- toujours dû être. L'autre danger d'appauvrisse-
ment de la langue provient de l'internationali- lent dans le moule audiovisuel d'un vocabulaire
sation des programmes : les jeux, les variétés, les réduit à sa plus simple expression.
feuilletons, les dessins animés doivent pouvoir Faut-il en conclure que les médias de mas-
être vendus dans le monde entier et regardés se génèrent de façon irréversible une langue
par tous les publics, y compris les plus illettrés. de masse ? Les linguistes en sont persuadés,
Gérard Le Febvre cite à ce propos une étude même s'ils estiment qu'on n'en est qu'au début
de l'Unesco dont la conclusion n'incite guère de l'évolution. Et selon toute vraisemblance,
à l'optimisme : « La circulation internationale rien ne viendra contrebalancer ce mouvement
des produits est un facteur de simplification des de décomposition du français : ni le système
codes et des conventions de la fiction télévisée éducatif, qui ne cesse de se détériorer, ni les
[...]. On aboutit de la sorte à un langage universel techniques nouvelles qui, toutes, vont dans le
mais pauvre, fait de signes clairs, lisibles, faciles sens du développement de l'oral au détriment
à interpréter, décodables d'un bout à l'autre de la de l'écrit. « Qu'une langue soit mortelle ne nous
planète : un " sabir iconique " en quelque sorte », autorise pas à l'enterrer vivante », se fâche Phi-
soulignait, dès 1982, ce document. lippe de Saint-Robert. Le grammairien Gérald
Les premiers à avoir, sinon discerné le phé- Antoine fait, pour sa part, une analyse inquié-
nomène, du moins à l'avoir assimilé et utilisé tante : « Si vous stérilisez le langage d'un individu,
à leur profit, sont les hommes politiques. Pour son univers de mots, vous désertifiez son univers
séduire le plus grand nombre d'électeurs poten- mental », expliquait-il il y a quelques années.
tiels, ils ont peu à peu simplifié leur discours. « Un langage détérioré dans sa syntaxe, réduit,
Laurent Fabius se vante par exemple de n'em- restreint, simplifié dans son vocabulaire, devient
ployer que deux cents mots quand il parle à la en lui-même dangereux car il invite ceux qui le
télévision. On en arrive donc à ce paradoxe que reçoivent en héritage à un rétrécissement de la
même ceux dont la formation et la culture lais- conscience. »
sent supposer qu'ils pourraient s'exprimer cor-
rectement, par démagogie ou prudence, se cou- Le Figaro

TEXTE 13**

D O YOU S P E A K T O U T E S LES L A N G U E S ?

Enquête. Une traduction efficace par machine interposée sera un jour possible.
Les enjeux sont considérables alors que l'anglais ne représente déjà plus qu'un
tiers du contenu sur Internet.

D epuis octobre 2006, l'armée américaine


en Irak expérimente un logiciel révo-
lutionnaire permettant la traduction
orale et simultanée de l'anglais vers l'arabe.
Cette technologie conçue par IBM, a été ima-
des 30 ordinateurs portables équipés connaît
50000 mots anglais et 100 000 mots arabes.
L'utilisation de ce type de logiciel reste,
pour l'heure, expérimentale. Mais la maîtrise
des langues par machine interposée, qui re-
ginée pour que des soldats américains sans levait jusqu'à présent de la science-fiction,
formation linguistique puissent communiquer paraît désormais de l'ordre du possible. Dé-
avec leurs homologues irakiens. L'utilisateur but janvier au Consumer Electronics Show de
parle dans un micro relié à un ordinateur, Las Vegas, la société américaine SpeechGear
lequel reconnaît la phrase, la traduit, puis la a annoncé la commercialisation d'un logiciel
prononce en arade. Selon le fabricant, chacun de traduction vocale, utilisable sur PDA, pour
une dizaine de langues. « On ne remplacera entre l'anglais et 9 langues, à partir du logiciel
jamais l'humain. Mais, pour un coût très faible produit par Systran. L'outil fournit des résul-
par rapport aux traductions professionnelles, tats corrects, encore éloignés de la qualité ob-
on pourra à terme offrir des outils de compré- tenu par les traducteurs professionnels, mais
hension de plus en plus précis et accessibles », qui permet, par exemple, la compréhension
pronostique Pierre Bernassau, directeur mar- générale d'articles de journaux, de blogs.
keting de Systran, entreprise française, leader La société cherche à aller plus loin. Elle
au niveau mondial. travaille depuis peu sur son propre logiciel
Ces perspectives attirent au-delà des ac- avec une approche innovante. Comme pour
teurs actuels de la traduction. Des multinatio- son moteur de recherche, Google s'appuie
nales comme Yahoo !, Google ou IBM se sont sur une méthode purement statistique : de
lancées dans l'expérience en faisant le pari manière automatique, le logiciel repère dans
que ce type d'innovation pourrait bousculer la des corpus de référence (Organisation des
société. Car face à l'explosion de la diffusion Nations unies, Union européenne, Organisa-
de contenus du monde entier, les enjeux sont tion mondiale du commerce, par exemple) la
tout à la fois économiques, géopolitiques et traduction professionnelle la plus fréquente,
culturels. donc a priori la plus probable, d'un terme ou
Le meilleur exemple reste évidemment In- d'une phrase. Ce procédé, rendu possible par
ternet. D'ores et déjà, l'anglais ne permet plus le gigantisme des bases de données, est consi-
de comprendre qu'une part minoritaire du déré comme un des plus prometteurs : le NIST
Web : selon les estimations de l'organisation (National Institute of Standarts and Techno-
non gouvernementale Funredes, la langue de logy), une agence américaine d'évaluation,
Shakespeare ne représente plus que 35% du a estimé, en novembre 2006, que les résultats
contenu d'Internet, contre 75% en 1998 et obtenus (pour le chinois et l'arabe) étaient les
la quasi-totalité en 1992. L'essor programmé meilleurs, loin devant les logiciels tradition-
du Web en Asie devrait accentuer la tendan- nels du marché.
ce — ce qui signifie un volume gigantesque Les expériences réalisées dans le cadre d'un
de pages potentiellement inaccessibles pour projet européen, appelé ТС-Star, sont égale-
les Occidentaux. Avec près de 400 millions ment jugées encourageantes. Les logiciels uti-
d'utilisateurs recensés, le continent asiatique lisés permettent d'obtenir, simultanément, la
représente déjà un tiers des internautes dans le reconnaissance vocale des discours prononcés
monde alors que 10% seulement des habitants au Parlement européen, leur traduction, puis
sont connectés (contre 70% des Américains et leur restitution orale par l'ordinateur. « Il est
40% des Européens). désormais possible d'avoir des traductions de dis-
Dans le bouillonnement autour de la tra- cours compréhensibles », relève Gianni Lazzari,
duction automatique, l'armée américaine en- coordinateur du projet ТС-Star. « On obtient
tend jouer un rôle de premier plan. Son prin- des résultats proches de ceux d'interprètes pro-
cipal centre de recherches, la Darpa (Defense fessionnels travaillant dans l'urgence », ajoute
Advanced Research Projects Agency), affecte Khalid Choukri, délégué général d'ELRA (As-
50 millions de dollars par an aux « technolo- sociation européenne pour les ressources lin-
gies des langues ». Pour faciliter les commu- guistiques).
nications immédiates avec les alliés sur les Les experts envisagent de nouveaux pro-
champs de bataille, mais aussi, plus largement, grès à courte échéance. « J'estime qu'on se
pour pouvoir effectuer une veille stratégique trouve à la moitié du chemin par rapport à ce
efficace face à l'explosion des informations sur qu'on pourrait faire », indique ainsi Joseph
Internet, un enjeu jugé essentiel pour la sécu- Olive, le spécialiste des « technologies des lan-
rité intérieure. gues » à la Darpa, interrogé en 2006 pour le
Google, aux avant-postes de la mondia- compte d'un rapport officiel. « La prochaine
lisation linguistique, s'est également saisi du étape, c'est la fusion entre les deux méthodes de
dossier : le premier moteur de recherche pro- traduction : l'approche traditionnelle, où l'on
pose déjà des outils de traduction automatique applique des règles, corrigées et modifiées en
permanence en fonction des erreurs répétées, et À moyen terme, pourtant, l'enjeu cultu-
l'approche statistique plus récente, qui permet rel apparaît essentiel. « Seule la traduction
d'identifier les traductions les plus probables permettra de préserver la diversité des langues
à partir d'un corpus de traductions », explique en Europe et dans le monde », assène Xavier
Théo Hofferberg, PDG de Softissimo, qui dé- North, délégué général à la langue française.
veloppe le logiciel Reverso, un des plus utilisés Pour des langues comme le français, l'espa-
sur le marché. gnol, l'allemand, l'italien qui ne représentent
Alors qu'elle dispose d'une expérience qu'un petit pourcentage de contenu sur Inter-
incomparable en matière de diversité linguis- net, être accessible même de manière simpli-
tique, l'Union européenne reste paradoxale- fiée, au plus grand nombre sera essentiel pour
ment en retrait : elle investit trois fois moins espérer exister aux yeux du reste du monde.
que la Darpa, soit 15 millions d'euros chaque La traduction automatique pourra être un des
année. À court terme, son ambition est de ré- moyens d'y parvenir.
duire les coûts colossaux de la traduction in- Luc Bronnet
terne (1% de son budget global). Le Monde

TEXTE 14 ***

VERS UN M O N D E S A N S ABEILLES ?

En France comme ailleurs, les essaims déclinent dans


de dangereuses proportions. Une hécatombe aux origines controversées,
mais dont chacun admet les lourdes conséquences pour la planète

L 'hiver a été meurtrier. En Alsace, dans les


Hautes-Alpes, le Morbihan, le Jura... les
abeilles disparaissent, laissant un déso-
lant spectacle de ruches vides. Pas de cadavres,
ou juste quelques petits corps secs prostrés en
statistiques officielles. « 2008 est une année
dramatique », confirme Jean-Marie Survins,
vice-président de l'Union nationale de l'api-
culture française. « Il y a beaucoup de causes ;
nous ne trouvons pas ce qui cloche ni comment
grappe... « On compte environ 30% de pertes faire face », lâche Fabrice Allier, ingénieur re-
chez les apiculteurs professionnels », estime- cherche et développement au CNDA.
t-on au Centre national du développement Selon Bernard Vaissière, chargé de re-
apicole (CNDA), qui n'a pas encore publié de cherche au laboratoire Abeille et environ-
nement de l'Institut national de la recherche
agronomique d'Avignon, l'hécatombe s'ex-
plique par « la disparition des habitats et de
la nourriture, le développement de maladies
et des prédateurs, et l'utilisation de produits
phytosanitaires ». Certes, le rôle des pesticides,
sujet à polémique depuis des années, demeure
central dans la surmortalité actuelle. Mais ces
produits ne sont pas les seuls en cause-
Dans le box des accusés figurent ainsi plu-
sieurs parasites. Il y a la loque, spécialiste en
pourrissement de tube digestif, ou encore
l'acariose des trachées, qui porte bien son nom. riche de diversité florale. Paradoxalement, ni
Mais surtout Varroa, l'acarien blafard suceur les gaz d'échappement ni la frénésie urbaine
de sang, et Nosema, le champignon tueur. Ces ne les rebutent. Les miels urbains connaissent
deux-là font la paire : la butineuse, épuisée d'ailleurs un beau succès commercial.
dans un premier temps par le petit vampire, Adieu, melons, fraises et kiwis
ne résiste pas, ensuite, aux assauts de Nosema, Moins d'abeilles, donc moins de pollini-
dont la dernière version, dite ceranae, est ac- sation en campagne... Ouvrière indispensable
tive toute l'année. C'est à lui qu'est imputée à la reproduction des végétaux, Apis mellifera
une part du massacre des ruches de l'est du tient au creux de ses pattes une bonne part
pays. Ces pathogènes ont profité du commerce de notre régime alimentaire. D'où une crainte
des abeilles, notamment en provenance d'Asie, grandissante pour les fleurs, mais aussi les lé-
pour s'introduire en France ces dernières an- gumes et les fruits. Les quelque 20 000 espèces
nées. Au-delà de ces parasites, un redoutable d'abeilles recensées dans le monde contribuent
prédateur a débarqué en douce en Aquitaine à la survie et à l'évolution de plus de 80% des
en 2003, caché dans des poteries chinoises : espèces végétales. Plus directement, 35% des
le frelon asiatique. Il terrorise les abeilles encalories que nous absorbons chaque jour pro-
claquant des mandibules à l'entrée des ruches. viennent de leur travail. Adieu, melons, fraises,
Parti du Sud-Ouest, il remonte à présent vers amandes, kiwis ? L'heure est déjà aux solutions
le nord, le long des cours d'eau. alternatives. Sauf que l'homme peine à faire
Prédateurs et virus trouvent en l'abeille l'abeille et que la pollinisation ne s'improvise
une cible de choix. « On suppose que l'effet pas...
d'un pathogène est plus grand quand celle- Des solutions, rarement heureuses, sou-
ci est mal nourrie et stressée », précise Axel vent coûteuses, ont été imaginées : sur les hauts
Decourtye, écotoxicologue spécialiste des plateaux du Sichuan, les paysans chinois pol-
abeilles. Naturellement sensibles aux agres- linisent les poiriers à la main, armés de plu-
sions toxiques, les butineuses, domestiques ou mes de poulet. Aux États-Unis, c'est par héli-
sauvages, souffrent d'un habitat dégradé. L'es- coptère... Ni les bourdons ni les mouches, un
sor des monocultures a peu à peu limité leur temps considérés comme pollinisateurs de se-
choix de pollens. Tant et si bien qu'elles vont cours, n'ont la polyvalence et l'agilité de leurs
désormais faire leurs « courses » en ville, plus cousines en jaune et noir. Dans l'attente de la
solution miracle, les
apiculteurs s'adap-
Les abeilles contribuent à la survie et à l'évo- tent. Aux États-Unis,
lution de plus de 8o % des espèces végétales certains cessent de
produire du miel, et
louent leurs ruchers
pour la pollinisation.
Ils sillonnent ainsi le
pays en proposant
leurs services. Un

1M
business juteux, es-
mJt

timé à 15 milliards
І^ШЬ. " s de dollars par an. Ce
travail nomade, très
contraignant, est en-
core peu développé
A en France, où plus
e t de 15 000 apicul-
teurs ont cessé leur
activité entre 1994
et 2004.
En Chine ou aux
États-Unis, la lutte
contre les parasites pas-
se par de sévères cock-
tails d'antibiotiques,
dont l'usage est interdit
en France. Mais, au dire
d'experts et de profes-
sionnels, certains api-
culteurs les utilisent il-
légalement. Pour éviter
ces dérives, les centres
de recherche, appuyés
par des aides européen-
nes, tentent donc de
percer les mystères du
déclin. Mais là aussi,
entre les pesticides et les virus, les objectifs font abeilles est de moins en moins incongru. Les
débat... « La moitié des fonds européens est des- apiculteurs britanniques l'ont déjà prédit (sur
tinée à la recherche sur le phytosanitaire, re- leur île)... pour 2018. Un catastrophisme sans
grette Philippe Lecompte, président du réseau doute exagéré, mais qui traduit l'urgence d'une
Biodiversité pour les abeilles, les parasites sont réponse adaptée.
les grands oubliés. On se trompe de combat ! » Thomas Saintourens
En attendant, le scénario d'un monde sans L'EXPRESS

TEXTE 15***

M O N T E S Q U I E U EN H O M M E H E U R E U X

R u lycée, Montesquieu n'est pas dans les


écrivains chouchous des professeurs et
des élèves. On l'évite ou on l'enjambe ra-
pidement. Il a la réputation d'être austère, dif-
ficile, vieillot. Il parle des gouvernements, des
pagnie ? La faute, un peu, me semble-t-il,
à quelques prédécesseurs de Jean Lacouture
qui n'ont pas su comme lui tracer le portrait
d ' u n homme que son intelligence exception-
nelle ne coupait pas du monde et de ses plai-
lois, du bien public, des sociétés, de la liberté, sirs, mais qui, au contraire, savait y frotter sa
toutes notions qui ne sont pourtant pas hors sensibilité et y fatiguer ses ardeurs d'honnête
de notre usage. On oublie qu'il a joyeusement homme.
persiflé (Lettrespersanes) avant de magistrale- Le biographe-journaliste avait déjà réussi
ment philosopher sur la politique (De l'esprit son coup avec Montaigne, nous introduisant
des lois). Et qu'il a laissé un troisième chef- chez lui avec érudition et amitié. Mais ce com-
d'œuvre (Mes pensées), épatant fourre-tout merce par-dessus les siècles était probable-
d'observations, d'anecdotes, de réflexions, de ment plus compliqué avec Montesquieu, dont
souvenirs, de brouillons. les œuvres ne sont pas celles d'un égotiste.
Pourquoi, donc, cette image un peu rébar- Pourtant ce don que possède Jean Lacouture
bative de Montesquieu alors qu'on sort de sa de mêler la connaissance la plus complète et la
biographie, par Jean Lacouture, ravi d'avoir plus profonde de son sujet à l'emploi d'un ver-
passé quelques heures en sa séduisante com- be clair, élégant, enjoué, chaleureux, fait une
nouvelle fois merveille. D'ailleurs, l'ouvrage de ses enfants ? Ses textes sur le plaisir de dé-
se termine par un double éloge — et une di- guster, de comparer, n'existent pas, sinon son
gression sur leur filiation — de « l'auteur des biographe, amateur éclairé et chantre des vins
Essais, châtelain de la rive nord de la Dordo- de Bordeaux, les eût cité. Montesquieu jouis-
gne, et celui de L'esprit des lois, seigneur de sait probablement plus du plaisir de posséder
la rive sud de la Garonne ». Par paranthèse, d'excellentes vignes que du plaisir de boire et
pour les lecteurs qui ne sont pas des familiers de parler de son vin.
de l'Aquitaine, une carte qui aurait situé « nos Jean Lacouture ne peut pas dire mieux, en
deux glaneurs de sagesse », en particulier les si peu de mots, quand il écrit que Montesquieu
châteaux, maisons et propriétés de Montes- s'estimait « bien ajusté à la vie ». Il l'était, en
quieu, eût été bien utile. effet, avec finesse. Un homme heureux, voilà
Car Charles-Louis de Secondât, baron de tout, en dépit de quelques ambitions déçues et
la Brède et de Montesquieu, avant d'obtenir d'une fin de vie rendue opaque par la cécité.
la gloire avec des mots, a vécu du revenu de Si le succès de ses livres, la causticité de ses
ses terres, principalement de ses vignes plan- amis persans et la tranquille audace de ses ré-
tées, heureux homme, dans les Graves. C'était flexions politiques lui ont valu des jalousies,
un paysan de race, un propriétaire avisé. Il des remontrances de la monarchie et de la pa-
a contribué au prodigieux essor du vin de pauté, et même quelques cabales, rien de bien
Bordeaux et — même s'il n'a pas inventé le grave, au total. De quoi, au contraire, ajouter
marketing — il a profité d'un long voyage en à sa gloire. Pas de quoi lui refuser l'entrée des
Europe, surtout lors de son séjour en Angle- salons où il fallait être diablement parisien —
terre, premier client de la Guyenne, pour pla- c'est-à-dire, en ce temps-là, savant, philoso-
cer ses barriques auprès des relations célèbres phe, brillant, paradoxal, amusant — pour faire
et influentes. oublier son indécrottable accent gascon et sa
Veut-on lui interdire de planter, d'agrandir légendaire étourderie.
son domaine — déjà la surproduction ! — qu'il Des femmes il usa, avec réalisme. Il épousa
tempête et argumente si bien que l'adminis- la fille d'un propriétaire de l'Agenais. Pas belle,
tration doit s'incliner. Il n'a de cesse, tout en légèrement claudicante, protestante, mais do-
s'instruisant du travail de la vigne, de moder- tée de 100 000 livres. Elle eut tout le loisir, elle,
niser, d'améliorer, de bonifier. de surveiller l'état sanitaire des vignes pendant
Aux vendanges il est là. Il y prend plaisir. que Charles-Louis, à Paris, nouait des intri-
Il parle le patois des vignerons. Il est aussi gues amoureuses avec des princesses et des
à l'aise dans ses vignes que dans sa bibliothè- comptesses. De l'une on ne sait pas son nom,
que. « Ainsi voit-on s'épanouir, écrit Jean La- avec une autre on ne connaît pas l'issue. Mais
couture enthousiaste, jusqu'aux derniers jours à toutes il envoyait des lettres splendides dont
du grand homme, cette libido terrienne et sur- il faisait d'abord un brouillon qu'il conservait.
tout viticole, qui aura été l'une des composan- Voilà pour les petites histoires d'une exis-
tes majeures du personnage et fonde, mieux tence qui en compta beaucoup d'autres et dont
que tel titre ou telle dignité, ou tel emploi pu- le meilleur fut tourné vers la lecture, l'obser-
blic, le caractère féodal de ce grand sourcier vation des moeurs, l'analyse des systèmes po-
de libertés. » litiques et des lois, et enfin l'écriture. Admi-
Oserai-je un bémol ? Tous les printemps rable écriture, toute de justesse, d'économie,
et tous les étés, il était à Paris. Il ne revenait de rapidité, d'efficacité, avec laquelle Jean La-
dans ses domaines que pour les vendanges. couture nous presse, par l'envie qu'il donne,
Le raisin se formait et mûrissait loin de lui. de renouer.
Qualifierait-on de père attentif celui qui ne re- Bernard Pivot
viendrait au logis familial que pour le mariage Le Journal du Dimanche
TEXTE 16 ***

FRANCE

L E T T R E O U V E R T E A U X LYCÉENS EN C O L È R E

PAR JACQUES MARSEILLE

« Professeurs, vous nous faites vieil- aux élèves comme à leurs parents que faire des
lir », s'écriaient en Mai 68 les étudiants en économies sur les heures et les postes s'avère
révolte contre les bastilles du savoir et contre en fait un investissement gagnant.
les bureaucrates syndicaux. « Sauvons les
postes » supprimés au budget de 2008, tel est L'école vue comme un couloir
aujourd'hui le mot d'ordre des lycéens défi- sans portes de sortie
lant bras dessus, bras dessous avec les ensei- Reste, plus sérieusement, que ces journées
gnants militants du SNES, de FO, de la CGT et d'action traduisent avant tout — et c'est leur
de SUD. Des lycéens emmenés par de jeunes caractère tragique — la perception que les
tribuns qui viendront renforcer les cabinets jeunes Français ont de leur présent et de leur
politiques de la gauche sociale-démocrate et avenir. Quarante ans après Mai 68, une étude
finiront leur carrière sur les bancs capitonnés comparative réalisée auprès de 20000 jeunes
du Sénat. en Europe, aux États-Unis, en Chine, en Inde,
Que la responsable de la FIDL (Fédéra- en Russie, à Taïwan et au Japon révèle que
tion indépendante et démocratique lycéenne) les jeunes Français sont les plus pessimistes
déplore, à l'issue d'une rencontre avec Xavier de la planète (« La jeunesse face à l'avenir »,
Darcos, « un vrai blocage sur la question des Fondation pour l'innovation politique, 2008).
suppressions de postes » en dit assez sur la nou- Redoutant la mondialisation plus que tous les
velle forme du dialogue social que s'impose autres — 20% seulement estiment que la mon-
un ministre, la désespérance d'une jeunesse dialisation apporte de nouvelles opportunités
qui a troqué ses utopies contre des calculet- —, ils ne sont que 26% à estimer que leur ave-
tes et l'état d'un pays qui jette dans la rue sa nir personnel est prometteur et 27% à penser
jeunesse pour ne pas risquer d'augmenter le qu'ils auront un bon travail dans l'avenir. Alors
nombre d'élèves par classe ! que 60% des Danois et des Américains, 54%
Certes, on pourrait louer l'opportunis- des Chinois et 52% des Indiens collectionnent
me de ces jeunes lycéens qui ont sans doute les médailles d'or de l'optimisme. Ce sont aus-
compris, par l'expérience de leurs aînés, que si 54% des jeunes Français qui pensent que le
les heures d'enseignement perdues dans les regard posé sur eux par les autres est déter-
grèves et les manifestations étaient chaque minant dans leurs choix professionnels, alors
fois compensées par de meilleurs résultats au que seuls 9% des Finlandais sont dans ce cas.
bac. À cet égard, la cuvée CPE de 2006, avec Comme s'ils voyaient l'existence tel un couloir
ses semaines de cours annulées, avait affiché sans portes de sortie. Comme si, obsédés du
les meilleurs résultats au bac depuis... 1968. classement et du bac, que tous ceux ou pres-
Nul doute que si elles se prolongent après les que qui s'y présentent obtiendront pourtant,
vacances de Pâques, les journées d'action de- ils voyaient l'école non pas comme un lieu de
vraient battre ce record et démontrer, parado- formation mais comme une machine à classer.
xalement, que moins il y a d'heures d'ensei- Ainsi, seulement 20% des professeurs de fran-
gnement assurées, meilleurs sont les résultats ! çais, de mathématiques et de sciences jugent
Une statistique que devrait afficher le ministre important que les élèves soient capables de
à la porte de tous les lycées tant elle démontre penser de façon créative, alors que, parmi les
pays qui réussissent le mieux, ce pourcentage À cet égard, ces défilés dérisoires de ly-
dépasse 80%. céens en colère soutenant les plus archaïques
Dépenser moins, synonyme de former des syndicats pour la défense de rentes de si-
mieux. Terrible essoufflement d'un système tuation montrent à quel point la France est
éducatif qui fait du nombre de postes à pour- engagée dans un cercle vicieux dont les coûts
voir le seul critère de la performance quand économiques et sociaux, considérables, seront
tout démontre en la matière que dépenser in fine payés par ces mêmes jeunes condi-
moins est le plus souvent synonyme de former tionnés à penser que leur avenir est lié au nom-
mieux. Terrible faillite d'un « modèle français » bre de postes à pourvoir ! Faut-il leur préciser
qui souffre d'une crise de confiance sans précé- qu'avec un taux d'encadrement de 1 enseignant
dent. Comme le révèle encore cette minutieuse pour 10,5 élèves la France a le taux le plus
enquête, ce sont les jeunes Français qui mani- fort d'Europe, devant les États-Unis (15,5),
festent le plus de défiance à l'égard du gouver- l'Allemagne (15,1), le Royaume-Uni (14,4),
nement, des médias, des sociétés multinatio- le Japon (14,1) et la Finlande (13,1) ? Faut-il
nales, des gens en général, de la justice et des ajouter que, si l'on rapportait le taux français
institutions religieuses. À cet égard, l'écart de d'encadrement au taux finlandais (l'État qui,
score entre la Finlande, en tête du classement selon l'OCDE, enregistre les meilleurs résul-
(avec 73 points), devant le Danemark (64), tats éducatifs), ce serait 100000 postes d'en-
les États-Unis (61) et la France, qui pointe à la seignement qu'on pourrait supprimer pour
dernière place avec 23 points, illustre ce di- une meilleure réussite ? Faut-il leur rappeler
vorce spécifiquement français entre le peuple, qu'avec des dépenses d'éducation qui ont aug-
celui des jeunes en l'occurrence, et ses élites. menté de 50% au lycée en euros constants de-
puis 1990, sans hausse des effectifs — ce qui ou en avance par rapport à leur année de nais-
la place au niveau des pays qui dépensent le sance, contre seulement 67% des ouvriers. Ces
plus —, la France régresse d'année en année mêmes enfants d'ouvriers sont presque trois
dans les classements internationaux ? Publiée fois plus nombreux que les enfants de cadres
en décembre 2007, l'enquête internationale en sixième, mais deux fois moins nombreux
Pisa (Programme international pour le suivi en terminale scientifique. Depuis 1976, la pro-
des acquis des élèves), réalisée dans 57 pays portion d'enfants d'ouvriers titulaires du bac
représentant 90% de l'économie mondiale, scientifique s'est réduite de 11% à 5%. Dans
montre que les compétences des élèves fran- les années 50, les enfants d'origine moyenne
çais de 15 ans se situent désormais au-dessous ou supérieure avaient 24 fois plus de chances
de la moyenne des 30 pays de l'OCDE. Consa- que les enfants d'origine populaire d'entrer
cré aux compétences des élèves de 10 ans, le dans l'une des quatre grandes écoles les plus
rapport PIRLS 2006 (Progress in Internatio- prestigieuses. Ce pourcentage est aujourd'hui
nal ReadingLiteracy Study), réalisé dans 40 le même, amenant Claude Thélot à écrire :
pays par l'Association internationale d'évalua- « L'examen du haut de la pyramide scolaire est
tion (AIE), classe la France au 27 e rang. Pis, révélateur de l'ampleur persistante des différen-
la journée d'appel de préparation à la Défense ces sociales ».
nationale a montré, en 2005, que seulement Faut-il enfin rappeler qu'à composition
79,6% des jeunes Français de 18 ans étaient comparable toutes les études montrent que les
des « lecteurs efficaces », capables de com- classes de 25 ou 30 élèves ont, dans l'ensem-
prendre un texte d'une certaine complexité, et ble, de meilleurs résultats que les classes de
que 60,5% seulement étaient vraiment à l'aise 15 ou 20 élèves ? Dirigé par Claude Thélot et
avec l'écrit. Christian Forestier, le Haut Conseil de l'éva-
Moins d'heures d'enseignement — entre 7 luation de l'école écrit ainsi, dans son rapport
et 14 ans, un élève français reçoit en moyenne de 2007 : « S'il semble exister un effet positif
7500 heures de cours, contre 5500 en Fin- relativement faible de la réduction des effectifs
lande —, pas de redoublement — la France est des classes, c'est uniquement dans les petites
championne du monde du redoublement —, classes de l'enseignement primaire et seulement
moins d'options, un enseignement resserré pour les enfants des milieux défavorisés ».
autour de quelques disciplines, telles sont les Autant de chiffres qu'il faudrait présenter
clés de la réussite des modèles éducatifs per- aux lycéens pour les amener à s'interroger sur
formants. Ce sont près de 40% des enfants le sens de leur « combat » et sur la dette qu'ils
français qui, à 15 ans, déclarent avoir redou- auront à payer pour solder la lâcheté de ceux
blé au moins une fois, contre moins de 3% en qui les entraînent dans ces luttes d'un autre
Suède, au Danemark, en Finlande ou en Co- âge. Bizarrement, quand on pose la question
rée, les pays qui affichent une nouvelle fois les aux jeunes du monde entier de savoir s'ils sont
meilleures performances. Un coût de l'ordre prêts à payer pour les gens âgés, 64% des jeunes
de 2 milliards d'euros gaspillés en pure perte. Chinois répondent positivement, comme 56%
Une sélection sociale sans pitié. Faut-il des jeunes Russes et 50% des jeunes Indiens.
surtout rappeler aux jeunes lycéens en colère En extrême queue du classement, les jeunes
que leur système éducatif si doté en postes Français ne sont que 11% à vouloir financer la
d'enseignants pratique en fait une sélection retraite des anciens soixante-huitards. Ce sont
sociale sans pitié dont ils sont les premières sans doute ces 11% qui battent aujourd'hui le
victimes ? À l'école primaire, 3% des enfants pavé pour sauver les 11200 postes supprimés
d'enseignants redoublent, contre 41 % pour au budget de 2008.
les enfants d'inactifs. À l'entrée en sixième,
Le Point
94% des enfants de cadres sont « à l'heure »
TEXTE 17***

D É M O C R A T I E ET P O U V O I R M É D I A T I Q U E

PAR YVES CHARLES ZARKA

C omment les médias sont-ils devenus un


pouvoir, probablement le plus grand des
pouvoirs ?
Comment l'effet qui en résulte sur l'esprit
— celui de la séduction et de la capture du
public, c'est-à-dire les modalités du contrôle et
de l'augmentation de l'Audimat. C'est ici le plan
d'une analyse socio-anthropologique qui pour-
rait montrer comment les médias adhèrent à des
démocratique — le règne de la médiocrité et
la mise en place de formes rampantes de des- tendances existantes de la société démocratique
potisme — s'est-il institué ? pour les porter dans le sens d'une égalisation au
Les médias sont devenus l'un des lieux plus bas, au plus trivial et au plus vulgaire.
majeurs où se joue l'avenir de la démocratie. Je ne dis pas que les médias, en eux-mêmes
Tocqueville, l'indépassable penseur de la dé- et en général, font courir un risque à la démo-
mocratie moderne, montre dans La Démocratie cratie. Je dis que les médias doivent être soumis
en Amérique, que la société démocratique est aux principes de la démocratie, non l'inverse. Ce
constamment confrontée à une redoutable al- ne sont pas les médias en général que je critique
ternative entre la liberté et la servitude. mais leur constitution en pouvoir, et même en
Si l'on prolongeait cette redoutable alterna- pouvoir illimité, leur domination de l'espace
tive, que Tocqueville limitait au plan politique, public, leur fonctionnement autoréférentiel,
pour rendre compte du rôle des médias dans les qui affecte et dégrade les libertés individuelles
sociétés démocratiques, on pourrait dire que et collectives, aussi bien que les œuvres de la
les médias sont des agents directs du goût dé- culture, plus largement ce que j'appelle l'esprit
pravé pour l'égalité, c'est-à-dire de l'égalité au de la démocratie.
plus bas niveau possible. C'est l'une des raisons Il importe de faire des distinctions ; la
du caractère considérable de leur audience et presse, la radio et la télévision n'ont pas le
de leur capacité à porter la démocratie vers la même statut. Ces divers moyens diffèrent à la
servitude plutôt que vers la liberté. fois par les contenus qu'ils peuvent véhicu-
Pour rendre compte du rôle des médias et ler, par leur audience et donc par leur capa-
de leur influence sur les sociétés démocrati- cité à agir sur l'opinion. Mais on ne peut pas
ques, il importe d'examiner trois niveaux : non plus établir des distinctions absolument
— celui des circuits économiques, des méca- tranchées. D'abord, sur le plan des réseaux
nismes de pouvoir et des procédures de contrôle d'influence et des mécanismes de pouvoir, ce
qui mettent en place des stratégies de captation sont souvent les même acteurs médiatiques
et de manipulation de l'opinion ; que l'on repère dans la presse, à la radio et
— celui proprement médiologique du mode à la télévision. Journalistes, politiciens, hom-
par lequel le véhicule ou l'instrument médiati- mes de culture ou de pseudo-culture circulent
que transforme le contenu qu'il communique d'un organe à l'autre, d'un espace à l'autre, et
ou transmet. Les médias ne laissent pas intact constituent une caste fermée qui ne conçoit
ce qu'ils médiatisent, ils le sélectionnent, le mo- de débat qu'entre ses membres, lesquels pro-
difient, le transforment dans des proportions meuvent mutuellement leurs productions (li-
qu'on a peine à imaginer, et cela dans tous les vres, films, émissions diverses, etc.), quelque
domaines de la société, de la politique, mais aus- insignifiantes qu'elles soient.
si de la culture (science, littérature, philosophie, Cette caste médiatico-poiltico-culturelle ne
etc.). Cette transformation se réalise selon deux se reproduit que par cooptation. C'est elle qui
voies : la négation de l'œuvre dans le produit et conjugue la révérence des puissants, la pru-
l'établissement du divertissement comme norme dence devant l'argent, le conformisme et les
pour évaluer les créations culturelles ; connivences. Parmi les médias, la télévision est
devenue très rapidement hégémonique, c'est Cette analyse de la formation d'une opi-
elle qui donne le ton. Enfin, les médias com- nion dominante fait partie des explications
portent un certain nombre de modalités de que Tocqueville donne de l'un des vices natu-
fonctionnement qui leur sont communes. On rels les plus importants des sociétés démocra-
considère généralement que la pluralité des mé- tiques : l'établissement d'une tyrannie de l'opi-
dias et la concurrence qu'ils se livrent sont des nion. Cette conception de la formation d'une
garants à la fois de la diversité de l'information opinion dominante est doublement intéres-
et de la possibilité pour des individus de se for- sante. Elle montre que l'opinion publique est
mer par eux-mêmes une opinion autonome. une norme contraignante et pourtant insensi-
Est-on cependant si sûr que la pluralité et la ble qui s'impose à l'opinion individuelle sans
concurrence aient nécessairement cet effet de qu'elle la perçoive et qui ne laisse pas de place
diversification ? pour la contradiction. Elle est accompagnée
L'Audimat, qui est, pour reprendre une d'une analyse de la constitution d'une nou-
expression de Pierre Bourdieu, le dieu caché velle forme de la censure et d'un nouvel esprit
de l'univers des médias, induit les acteurs du de cour.
champ médiatique à une conduite mimétique Le caractère irrésistible et exclusif de l'opi-
dont les buts ne sont ni l'objectivité, ni l'exac- nion publique la transforme en censure insen-
titude, ni la profondeur, mais la recherche sible ou symbolique à laquelle des individus
du scoop, du sensationnel dans la reproduc- se soumettent sans s'en rendre compte. La dé-
tion de l'identique plutôt que dans la diver- mocratie comporte toujours cette possibilité
sification. On comprend donc comment et de voir se former une tyrannie de l'opinion qui
pourquoi les journaux télévisés ou parlés sont est une tyrannie impersonnelle, une tyrannie
si ressemblants les uns aux autres, à des dif- sans tyran.
férences quasi imperceptibles près. L'emprise Les médias sont-ils nécessairement un
des médias sur la société contribue de ma- pouvoir ? Si ce n'est pas le cas, comment se
nière décisive à la formation d'une nouvelle sont-ils constitués en pouvoir sans contre-
censure, d'une censuré douce, sans contrainte pouvoir, en pouvoir sans limites ? On peut très
et insensible dans la plus grande part. Toc- bien concevoir un fonctionnement des médias
queville montrait déjà comment la société qui les ramène à leur vocation initiale de com-
démocratique américaine — mais on peut gé- munication, d'information et de critique de la
néraliser cette thèse à l'ensemble des sociétés vie publique. Lorsqu'on envisage les médias
démocratiques — était portée à la formation dans leur fonction première, qui est instru-
d'une opinion majoritaire, ce qu'on appelle mentale, il est possible de leur restituer toute
l'opinion publique : « La majorité a donc aux leur positivité comme organes susceptibles
États-Unis une immense puissance de fait et d'éveiller des débats et d'en montrer les enjeux
une puissance d'opinion presque aussi grande ; en vue d'éclairer l'opinion. Ils deviennent un
et lorsqu'elle est une fois formée sur une ques- pouvoir lorsqu'ils se détournent de cette voca-
tion, il n'y a pour ainsi dire point d'obstacles qui tion initiale d'information et de critique pour
puissent, je ne dirai pas arrêter, mais même re- devenir autoréférentiels, lorsqu'ils recherchent
tarder sa marche, et lui laisser le temps d'écouter avant tout l'accroissement de leur audience.
les plaintes de ceux qu'elle écrase en passant. Les
C'est par ce biais que des médias devien-
conséquences de cet état de choses sont funestes et
nent un pouvoir qui tend à s'accroître sans
dangereuses pour l'avenir. »
cesse. Ils assument ainsi de moins en moins
leur fonction d'expression du débat public où la
Y V E S C H A R L E S Z A R K A EST DIRECTEUR société s'informe et s'entend elle-même. D'ins-
DE RECHERCHE AU CNRS. IL ENSEIGNE LA tances critiques, ils deviennent des instances de
PHILOSOPHIE POLITIQUE MODERNE ET pouvoir. Loin de constituer un élément décisif
CONTEMPORAINE À L'UNIVERSITÉ PARIS-I. pour la vie publique, culturelle et démocrati-
IL EST DIRECTEUR DE LA REVUE CITÉS (PUF), que, ils conduisent à un délitement de l'esprit
QUI PUBLIERA DANS SA LIVRAISON D'AVRIL démocratique.
UNE VERSION DÉVELOPPÉE DE CE TEXTE. Le Figaro
TEXTE 18***

LES G R A N D E S ÉCOLES FACE À L ' U N I V E R S I T É

E n France, l'enseignement supérieur dans


les domaines des sciences et techniques
(y compris les sciences de gestion et les
techniques de management) est organisé en
deux filières, dont l'une, celle des grandes
sur « quelles mesures proposer pour favoriser un
fort rapprochement des CPGE avec les universi-
tés pour arriver, à terme, à leur integration com-
me composantes d'universités ? » et ajoutait : « Il
n'est pas normal que les étudiants de classes pré-
écoles et des classes préparatoires, repose sur paratoires ne connaissent pas le monde universi-
une sélection explicite après le baccalauréat et taire et ne soient pas confrontés à la recherche ».
les concours. Les grandes écoles constituent Notons qu'il est intellectuellement savou-
ainsi un dispositif de formation fondé sur une reux d'entendre la même personne prétendre
logique d'intégration des connaissances et de à quelques semaines d'intervalle que le par-
cohérence des cursus sur cinq années après le cours CPGE-grandes écoles confisquerait les
baccalauréat, les deux premières années pou- meilleurs élèves et qu'il souffrirait d'une dis-
vant être mises en commun au sein des classes crimination sociale grave, que ne connaîtrait
préparatoires. Faut-il insister sur les preuves pas l'Université. S'il est exact que les enfants
de la qualité du système des grandes écoles, des cadres et professions intellectuelles supé-
consacrées de façon évidente par le marché : rieures représentent un pourcentage important

employabilité immédiate des diplômés, faible des élèves des grandes écoles, ce phénomène
taux de chômeurs, rayonnement des cadres est aussi présent, dans une moindre mesure,
formés « à la française » dans les sociétés mul- dans les troisièmes cycles universitaires.
tinationales qui savent très bien où recruter Par ailleurs, si on considère l'encadrement
de très bons collaborateurs pour des postes de en général, on arrive dans les grandes écoles
haute responsabilité ? et les troisièmes cycles universitaires au même
Les universités ont cependant tendance, niveau de représentation (72%). En outre, l'af-
ces derniers temps, à présenter les classes pré- firmation du premier vice-président signifierait
paratoires aux grandes écoles (CPGE) comme que les étudiants de qualité ne peuvent appar-
un système organisé pour leur confisquer des tenir qu'aux catégories socioprofessionnelles
jeunes de qualité à qui elles n'apporteraient élevées. Faut-il comprendre que l'Université ne
aucune valeur ajoutée. Dans son discours partage plus l'ambition nationale de promotion
d'ouverture du dernier colloque annuel de la sociale ? À l'heure où les grandes écoles sont
Conférence des présidents d'université (CPU) convaincues de la nécessité de favoriser l'épa-
le premier vice-président s'interrogeait en effet nouissement de tous les talents, où elles sont
parfaitement conscientes du rôle fondamental recherche pédago-
qu'elles doivent jouer pour faciliter l'accès des gique ; c'est le profil
catégories socioprofessionnelles les plus modes- fréquent des profes- ЖZD
tes aux formations les plus prestigieuses et où seurs de classes pré-
ί l ШЩ\
l'ouverture sociale de l'enseignement supérieur paratoires.
est le premier enjeu de société énoncé dans le Par ailleurs, les Ώ —
document de stratégie générale de la Conféren- universités doivent
ce des grandes écoles rendu public dès 2004. faire en sorte que les
Chacun constate que, plutôt que de choi- cours, et principale-
sir un cursus qui, selon les universitaires, leur ment ceux de pre-
garantirait une grande diversité de parcours et mier cycle ne soient
une rencontre déterminante avec la recherche, pas vécus par les
seule garante de l'innovation, les jeunes préfè- enseignants comme
rent opter pour un chemin qui monte durement les éloignant de la
vers les épreuves des concours et l'intégration seule tâche noble,
dans les grandes écoles. Ce comportement à savoir celle de la
d'une part significative des jeunes bacheliers participation à la recherche qui conditionne
démontre une connaissance certaine des réali- exclusivement leur avancement. Mais l'im-
tés socioéconomiques et de l'employabilité des portant n'est-il pas que ces enseignants-cher-
différentes formations. cheurs communiquent à leurs élèves passion,
L'argument de poids concernant l'inté- curiosité et soif de l'inconnu ? Le problème
gration des CPGE dans les universités est le est qu'à regarder vivre les jeunes chercheurs
contact avec la recherche qui existerait en pre- les élèves comprennent vite que ce métier qui
mier cycle universitaire, les cours étant assurés pourrait être si passionnant est en fait englué
par des enseignants-chercheurs. Aujourd'hui dans une dérive en cléricature, qui ne fait appel
les professeurs de classes préparatoires se ni à la passion ni à l'attrait de l'inconnu ; que
consacrent exclusivement à l'enseignement, les jeunes chercheurs partent à l'étranger non
avec un dévouement qui fait l'admiration pas pour rejoindre une équipe travaillant sur
de tous, et sont recrutés, pour près de 70% un sujet passionnant, mais parce que la men-
d'entre eux, parmi les jeunes agrégés qui ont tion « USA » valorise leur CV ; qu'ils soignent
poursuivi des travaux de recherche et obtenu les réseaux de façon à étendre leur notoriété ;
leur doctorat. En outre, le goût de l'effort et qu'ils quittent le plus rapidement possible les
la capacité de travail acquis par les étudiants salles de cours pour retourner dans les labora-
de CPGE au contact de ces pédagogues remar- toires du « dieu recherche ».
quables, alliés à des programmes conçus pour Quand on connaît le combat incessant des
donner un socle important de connaissances IUT pour que les équipes pédagogiques soient
scientifiques, sont reconnus par les recruteurs constituées, que la professionalisation soit ho-
comme garantissant l'absence de lacunes sé- norée et que les relations avec le milieu socio-
rieuses et constituant un fondement fiable économique existent, il est étonnant de voir le
pour la carrière du futur cadre supérieur. premier vice-président de la Conférence des
Vouloir véritablement exposer les étu- présidents d'université tenter d'attirer les CPGE
diants de premier cycle à la recherche est en en leur faisant miroiter le sort de ces instituts.
effet une douce plaisanterie et, dans la plu- Faut-il rappeler les garde-fous qui ont dû être
part des pays du monde, ces premières années dressés ? Les commissions pédagogiques de re-
d'enseignement supérieur sont consacrées crutement, le fléchage des moyens, l'existence
à l'acquisition de savoirs de base académiques. d'un conseil d'administration propre, etc. ? Faut-
Dans les plus grandes universités internatio- il évoquer le mépris parfois affiché par les collè-
nales, les meilleurs enseignants de premier gues de l'université pour ceux qui travaillent en
cycle sont ceux intéressés par les synthèses re- IUT comme on travaille dans la calle ?
nouvelées de connaissances, donnant à cette À moins d'une réfonte totale des statuts
fonction d'intégration une vraie dimension de qui permettrait aux formations profession-
nelles de vivre avec réactivité leur mission ressemble davantage à une effervescence de
au sein des universités, il n'y a aucune raison panique qu'à une organisation stratégique, et
pour priver la France de ce qui est déjà, mais où le politique suit beaucoup trop le techno-
pourrait être davantage, son avant-garde en crate, la sagesse conseille de ne pas toucher
matière d'enseignement supérieur. Les expé- à ce qui fonctionne en faveur de ce qui fonc-
riences pédagogiques, technologiques et ins- tionnera peut-être, et de reconnaître que la
titutionnelles des grandes écoles, qui par leur construction responsable d'un dispositif d'en-
taille moyenne ont souvent la liberté d'inven- seignement supérieur et de recherche articulé
ter des solutions originales, sont à la disposi- autour des grandes écoles et des universités
tion de tous ceux qui, sans idéologie, veulent ne pourra se faire sans une concertation réelle
s'engager dans des démarches de partage de entre les partenaires, sans le respect de leurs
bonnes pratiques. Filières d'excellence inté- spécificités et de leurs cultures. L'originalité
grées du baccalauréat au master, les grandes du continuum CPGE-grandes écoles est en ef-
écoles françaises constituent en effet une ré- fet un facteur-clé de compétitivité de nos ingé-
férence enviée par nos collègues européens nieurs et de nos managers, alors que les coûts
pour la capacité de leurs étudiants à associer, par étudiant de ces formations sont très faibles
à un âge précoce, des éléments de culture gé- par rapport à nos concurrents internationaux.
nérale pluridisciplinaire et une aptitude à in-
tégrer des connaissances académiques et des
compétences professionnelles. Christian Margaria, président de la
Conférence des grandes écoles
Dans le contexte national actuel de l'en- Le Monde
seignement supérieur et de la recherche qui
CHAPITRE V
SYNTHÈSE

§ 1 . Q U ' E S T - C E QUE C'EST Q U ' U N E S Y N T H È S E ?

La synthèse consiste à construire un texte unique à partir de plusieurs documents,


écrits et/ou iconographiques, consacrés à un même thème. La synthèse est proposée
aux différents examens, notamment au DALF C i .
Les consignes officielles de la synthèse sont les suivantes :
Vous ferez une synthèse des documents proposés en tel nombre de mots. (Le
nombre de mots varie de 250 à 220 pour un dossier qui compte de 800 à 1000 mots,
autrement dit, il représente d'un quart à un cinquième du volume des documents
déclencheurs.) Pour cela, vous dégagerez les idées et les informations essentielles
qu'ils contiennent, vous les regrouperez et les classerez en fonction du thème com-
mun à tous les documents, et vous les présenterez avec vos propres mots, sous forme
d'un nouveau texte suivi et cohérent. Vous donnerez un titre à votre synthèse.
Attention ! Vous devez rédiger un texte unique en suivant un ordre qui vous est pro-
pre, et non mettre trois résumés bout à bout ; vous ne devez pas introduire d'autres
idées ou informations que celles qui se trouvent dans les documents, ni faire de com-
mentaires personnels ; vous pouvez bien entendu réutiliser les « mots clefs » des
documents, mais non pas des phrases ou des passages entiers.
La synthèse, dans son ensemble, doit être composée :
• d'une courte introduction,
• d'un développement,
• d'une conclusion 1 .

1 La c o n c l u s i o n d ' u n e s y n t h è s e e s t f a i t e s i c e l a e s t s p é c i f i q u e m e n t d e m a n d é d a n s la c o n s i g n e .
À l ' e x a m e n d u D A L F C i la c o n c l u s i o n n ' e s t p a s d e m a n d é e .
§ 2 . LES ÉTAPES DE LA P R O D U C T I O N DE LA S Y N T H È S E

Lecture des documents. Pour réussir une synthèse il faut procéder à une lecture
attentive et répétitive des documents proposés. Il s'agit de bien saisir le contenu de
chacun.
Repérage des éléments. Une lecture efficace des documents déclencheurs permet
de repérer les idées ou les informations essentielles et secondaires qu'ils contien-
nent. Le plus souvent ces éléments sont présents dans plusieurs documents. Les
idées et les informations essentielles sont nécessaires à la compréhension de chacun
des documents, les éléments secondaires les soutiennent et illustrent. Le repérage
des idées et informations essentielles aboutit à la définition d'un thème général uni-
que.
Plan de la synthèse. Les idées et les informations essentielles et secondaires doi-
vent être classées, regroupées et hiérarchisées. Ce travail permet de dégager un nom-
bre restreint des premières (de deux à quatre), de choisir ou d'isoler les secondes en
fonction de leur nécessité en tant que définition et illustration des idées et informa-
tions essentielles. Il faut ensuite ordonner et articuler les idées et les informations
essentielles et secondaires sélectionnées, et trouver un titre court et clair pour cha-
que élément. Ainsi chaque idée ou information essentielle se présentera comme une
partie de la synthèse tandis que les idées et les informations secondaires serviront à
développer chacune des parties. Le résultat de ce travail doit ressembler à un schéma
de ce type :

Introduction
Idée (information) essentielle ι
idée (information) secondaire 1.1
idée (information) secondaire 1.2
idée (information) secondaire 1.3
Idée (information) essentielle 2
idée (information) secondaire 2.1
idée (information) secondaire 2.2
idée (information) secondaire 2.3

Introduction. L'introduction de la synthèse présente brièvement les documents


et, si c'est possible, leurs auteurs, définit le thème général du dossier, annonce, sous
une forme courte et concise, le plan du corps du texte.
Conclusion. La conclusion de la synthèse apparaît comme une conséquence né-
cessaire du développement, c'est-à-dire comme un bref bilan du texte produit.

Testez vos connaissances !


Répondez par OUI ou NON aux questions qui suivent, puis justifiez votre réponse.
I. Faire la synthèse d'un dossier de documents, c'est :
ι. résumer chacun des documents et réunir les textes ainsi faits en un texte uni-
que ?
2. donner son propre commentaire du thème général du dossier ?
3. présenter un texte suivi et cohérent, basé sur son propre plan et reflétant le
contenu essentiel du dossier?

II.Faire une synthèse, demande-t-il :


ι. de faire le tri des idées (informations) secondaires ?
2. de définir le thème général du dossier et ses idées essentielles ?
3. de rédiger l'introduction et la conclusion ?
4. de rapprocher les documents les uns des autres ?
5. de comprendre en profondeur tous les documents du dossier ?
6. d'élaborer le plan de la synthèse ?
7. de reformuler les phrases et les passages des documents ?
8. de citer les passages des documents qui vous paraissent les plus impor-
tants?
9. de consacrer une partie de la synthèse à chaque idée (information) essentielle
du dossier ?
10. d'éviter d'employer les mots-clé des documents ?

III. Quelles sont les traits rapprochant la synthèse du résumé ? Du compte rendu ?
Quelles sont les contraintes applicables aux trois types d'exercices ?

DOSSIER 1

Vous avez ci-dessous un dossier suivi d'activités correspondant aux étapes du tra-
vail sur la synthèse ainsi que d'une synthèse/modèle.

DOCUMENT 1

M É D I C A M E N T S : 1 E U R O P É E N SUR
5 A C H È T E DE LA C O N T R E F A Ç O N
Une étude du laboratoire américain Pfizer révèle que 2 1 % des Européens
ont déjà acheté des médicaments sans ordonnance auprès de sources illicites.
Le manque à gagner pour les laboratoires s'élèverait à 10,5 milliards d'euros

IE 2 — is 2.1 Pfizer qui prêche pour sa paroisse ? Peut-être. Le laboratoire améri-


cain. première victime de contrefaçon, publie en tout cas une étude chiffrée
sur le commerce illégal de médicament en Europe. Conclusion : les Euro-
péens achètent pour 10,5 milliards d'euros par an de faux médicaments.
Un Européen sur cinq, soit environ 77 millions de personnes, reconnaît
avoir acheté des médicaments sans les ordonnances nécessaires auprès de
sources illicites. Allemands, Italiens et Espagnols sont les plus gros ache-
teurs. En France, environ 6,9 millions d'individus seraient concernés. Ils
achèteraient pour 1 milliard d'euros de médicaments contrefaits.
« Ce chiffre parait énorme. Il est un peu extrapolé car c'est un phéno-
IE 1 - is 1.1 mène difficile à chiffrer de façon exacte. Mais il donne un aperçu du dan-
ger ». explique Pierre Souverain, responsable sûreté chez Pfizer France.
D'après l'étude. « le nombre de médicaments contrefaits passant les fron-
tières de l'Europe a été multiplié par six en deux ans, à plus de 4 millions
en 2007 contre un demi million en 2005 ».

Danger pour les consommateurs


Pfizer profite de l'étude pour rappeler le danger de l'achat de médi-
cament sans ordonnance. « Il est inquiétant de constater que des millions
d'internautes achètent sur Internet des médicaments de prescription,
sans savoir qu'entre 50 et 90% des médicaments vendus en ligne sont des
contrefaçons ». Ces faux médicaments « peuvent contenir des ingrédients
IE 1 — is 1 2 nocifs comme de la mort-aux-rats. de l'acide borique et de la peinture à
base de plomb 8.9 ». explique l'étude. Il peuvent donc « entraîner des
échecs thérapeutiques, voire la mort, pour les patients qui les consom-
ment ».[....]
En 2009,11 millions de médicaments contrefaits Pfizer ont été saisis,
mais nous savons que ce n'est que la pointe de l'iceberg », déplore Pierre
Souverain. [... ]

« Plus d'encadrement »
En France, un médicament a besoin de l'autorisation de l'Agence fran-
çaise de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) pour une mise
IE 2 - is 2.3
sur le marché. La vente de médicament en ligne est interdite. Une per-
sonne commercialisant ce type de produit illégalement tombe sous le coup
de l'article L 4223-1 du Code de la santé publique qui entraîne des peines
de prison et des amendes. Un vendeur, même étranger, peut être poursuivi
pour mise sur le marché d'un médicament non autorisé ou délivrance sans
prescription médicale. Quant au consommateur, il ne risque pratiquement
rien car aucun texte ne lui interdit d'acheter ces médicaments.
« Il y a un problème d'uniformisation des règles à l'échelle euro-
IE 2 — is 2 2 péenne ». constate Olivier Mallue. directeur du site internet belge New
Pharma. « Ici, la vente de médicament non prescrit est légale. Nous avons
une demande très élevée de la part des Français, surtout dans le domaine
homéopathique ». Le manque d'harmonisation le pousse à réclamer « un
label européen ».
La France, de son côté, préfère réaffirmer le monopole pharmaceuti-
IE 2 — is 2 3 que de la vente de médicament dans sa charte contre la contrefaçon. Au fi-
nal, « la seule solution, c'est d'avoir un peu de bon sens. On ne risque rien
sur le plan légal mais beaucoup sur la santé », conclut Olivier Mallue.

Hayat Gazzane
Lefigaro.fr
DOCUMENT 2

LA C O N T R E F A Ç O N C O Û T E
6 MILLIARDS AUX ENTREPRISES

Sept fois plus


de saisies en dix ans
EN MILLIONS D'ARTICLES SAISIS
AUX FRONTIÈRES DE lUNION EUROPÉENNE

128,6

25,3 S
I
1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
IE 1 - is 1.1

Un rapport de l'Union des fabricants montre


qu'aucun secteur n'est épargné
La contrefaçon est devenue « un phénomène mondial aux consé-
quences économiques et sociales graves ». En introduction du rapport qui
lui a été commandé par le ministère de l'Économie, le nouveau président
de l'Union des fabricants. Christian Peugeot, ne mâche pas ses mots. La
IE 2 — is 2.1 contrefaçon, c'est de l'argent perdu pour les entreprises et les États, un
IE 1 — is 1.2 danger pour les consommateurs et une atteinte au droit du travail et à
l'environnement. Autrefois ciblé sur le luxe, le phénomène touche désor-
mais les produits de grande consommation : les savons, rasoirs, matériels
électroniques, batteries, cigarettes, l'alcool, les articles de sport, pièces
automobiles et médicaments. [... ]

ÎOO milliards de dollars par an


IE 1 — is 1.1 [...] le document rappelle que la contrefaçon coûterait aux pays du
G20 plus de 100 milliards de dollars par an (70 milliards de pertes de
taxes. 20 milliards pour lutter contre les réseaux et 14.5 en coûts liés aux
décès attribués aux contrefaçons). En France, la perte directe de chiffre
d'affaires pour les entreprises françaises liées à la contrefaçon a été éva-
luée à 6 milliards d'euros par an. selon Bercy.
IE 1 — is 1.2 Pour rendre son rapport le plus concret possible. l'Unifab s'est di-
rectement adressée aux entreprises. Le spécialiste des matériaux de
construction Saint-Gobain chiffre à 2 millions d'euros, soit 1% de son
chiffre d'affaires, les pertes subies, du fait des copies. Lacoste évalue ses
pertes annuelles à 228 millions d'euros, soit 6.2 % de son chiffre d'affai-
res. L'ensemble du secteur du luxe français souffrirait de 4 % à 7% de per-
tes de chiffre d'affaires en raison de la contrefaçon, souligne le rapport.
Près de trois quarts des entreprises affirment en outre que la contrefaçon
de leurs produits « nuit directement à leur image ». PSA Peugeot Citroën
note ainsi que « la présence accrue sur les marchés de produits dont la
sécurité n'est pas assurée entraîne une image dégradée pour nos marques
et un risque de méfiance du consommateur ».

Cinq angles d'attaque


IE 1 — is 1 2 Plus grave encore, dans le contexte actuel, l'impact négatif de la
contrefaçon est « particulièrement significatif » en matière d'emplois
pour les entreprises. L'Union européenne estime que la contrefaçon fait
disparaître 100 000 emplois par an. Quelque 57 % des entreprises inter-
rogées affirment que le phénomène a donc des « conséquences directes
sur leur politique en matière d'emplois ». Pour 18 % d'entre elles, le faux
engendre des suppressions de postes, pour 47% il empêche la création
de nouveaux emplois en diminuant les marges réalisées. Selon Micro-
soft. « une baisse de 10% du taux de piratage des logiciels se traduirait
pour l'ensemble du secteur par la création de 36 000 nouveaux emplois
en France et de près de 864 000 dans le monde ». Pour remédier à ce
IE 2 — is 2 2 fléau, l'Unifab propose que les pouvoirs publics agissent en cinq angles
d'attaque : améliorer la coopération internationale dans la lutte contre
IE 2 — is 2 3 la contrefaçon, renforcer les dispositifs juridiques, améliorer la réponse
opérationnelle à la contrefaçon, mieux sensibiliser les acteurs et l'opi-
nion. enrayer la cybercontrefaçon.
Marie Visot
Lefigaro.fr

DOCUMENT 3

LES T O U R I S T E S A L E R T É S SUR LES


D A N G E R S DE LA C O N T R E F A Ç O N

Les industriels français de l'Union des fabricants (Unifab) ont lancé


mardi avec les douanes leur campagne estivale pour alerter les touristes
et les consommateurs des dangers de contrefaçon, parallèlement à une
action de sensibilisation avec les pays européens voisins.
L'Unifab qui regroupe quelque 300 entreprises et fédérations profes-
sionnelles, notamment des secteurs du luxe, de la pharmacie, du textile et
de l'automobile, concentre cette année son action « sur les conséquences
dangereuses de la contrefaçon », comme les menaces sur la santé, l'envi-
ronnement, la sécurité des personnes ou la sécurité économique, a expli-
qué Christian Peugeot, président de l'Unifab, à l'occasion de la journée
mondiale anti-contrefaçon.
4 0 % d'articles dangereux
IE 2 — is 2.3 Jouets, médicaments ou articles de sport. « pas loin de 40% » des
contrefaçons, fabriqués hors de tout système de normes, sont « potentiel-
lement des articles pouvant présenter un danger direct pour le consom-
mateur ». a renchéri Jérôme Fournel. directeur général de la douane.
Des affiches clamant que « les faux produits cachent de vrais dan-
gers ». seront placées dans tous les postes douaniers français, notamment
dans les aéroports. Elles présentent des parfums, gélule, jouet et outil
contrefaits disposés sur des silhouettes humaines dessinées à la craie, fi-
gurant des cadavres comme dans des scènes de crime.
IE 2 — is 2.2 Cette campagne de sensibilisation se déclinera également dans les
lieux touristiques de France. Allemagne. Espagne et Italie. Quelque
80.000 objets, marqués du slogan général « Stop au faux », tels que des
porte-clés, et autant de tracts seront distribués aux vacanciers entre juillet
et septembre. En France, l'opération aura lieu dans les Bouches-du-Rhô-
ne, le Var, les Alpes Maritimes et aux abords de Paris Plage. [... ]
AFP
Lefigaro.fr

DOCUMENT 4

P R E M I È R E S A I S I E EN F R A N C E
DE C O N T R E F A Ç O N S D ' A L I M E N T S

C'est une première en France. Les douaniers du port de Marseille ont


mis la main sur quinze tonnes de bocaux de salade tunisienne, fausse-
ment étiquetés aux couleurs de la marque Riad. D'une valeur estimée à
240000 euros, ces salades « méchouia » à base de tomates, de piments
et d'ail, contrefaçons de cette marque connue, ont été saisies dans un
conteneur en provenance de Tunisie le 1 e r septembre. « Les douaniers
ont été alertés en observant que, selon les cargaisons de salades méchouia
Riad, les étiquettes étaient parfois blanches, parfois jaunes et les caractè-
res du texte étaient différents », a expliqué le directeur interrégional des
douanes, Michel Aime. Aidés d'un expert de la société Riad, ils ont établi
que les 65. 688 bocaux contrôlés étaient tous contrefaits. Pas de risque
IE 1 — is 1.1 sur la santé « C'est la première fois que la Douane saisit un produit qui
contrefait une marque alimentaire connue ». affirme la Direction géné-
rale des Douanes et des Droits Indirects (DGDDI). contactée par lefigaro.
fr. En règle générale, les affaires de contrefaçon concernent « les articles
textiles ou de maroquinerie, les lunettes ou les cigarettes de marque Marl-
boro ». explique Michel Aime. Selon une étude Ipsos menée dans 6 pays
(France. Allemagne. Royaume-Uni. Espagne. Italie et États-Unis) en
juillet dernier, les aliments représenteraient 10% des achats de produits
de contrefaçon. [... ] Dans le cas des salades tunisiennes, la DGCCRF a
confirmé, que c'est la première fois qu'une « préparation culinaire » en
provenance de l'étranger est saisie. Alors que les médicaments contrefaits
peuvent causer de véritables ravages sur la santé, ces « fausses » salades
IE 2 — is 2.3 tunisiennes n'étaient pas impropres à la consommation et ne présentaient
« a priori » pas de danger, selon la DGDDI. Code de la propriété intel-
lectuelle Ces produits alimentaires contrefaits rentrent dans le cadre du
code de la propriété intellectuelle. La société tunisienne Sorica. détentrice
de la marque Riad. a porté plainte devant le tribunal de grande instance
de Marseille. L'enquête devra déterminer qui a produit ces salades. Les
contrevenants risquent une amende maximale égale à une ou deux fois
la valeur de la cargaison et des peines de prison à déterminer par le tri-
bunal. Ces quinze tonnes de bocaux vont être détruits. Les montres de
contrefaçon sont écrasées, les textiles et articles de maroquinerie lacérés,
les stupéfiants brûlés. Reste désormais à trouver la manière de supprimer
ces denrées alimentaires contrefaites.
Nolwenn Legros
Lefigaro.fr

idée essentielle ι : l'ampleur et les dangers de la contrefaçon


idée secondaire 1 . 1 : la contrefaçon ne cesse de s'élargir (doc. 1, 2, 3, 4)
idée secondaire 1.2 : les dangers pour l'économie, pour l'entreprise, pour les per-
sonnes (doc. 1,2)

idée essentielle 2 : la nécessité de combattre la contrefaçon


idée secondaire 2.1 : la prise de conscience de la gravité du phénomène (doc. 1, 2)
idée secondaire 2.2 : étendre la lutte contre la contrefaçon au niveau international
(doc. 1, 2, 3)
idée secondaire 2.3 : les moyens de la lutte contre la cotrefaçon (doc. 1, 2, 3, 4)

Plan
1. Introduction
2. Quels sont les dangers de la contrefaçon toujours plus accrue et importante ?
3. Vu les dangers de la contrefaçon, il est nécessaire de la combattre.
4. Conclusion

La contrefaçon et ses dangers, les tentatives de la combattre


Les quatre articles tirés du Figaro de 2007 et de 2010 portent sur l'ampleur dange-
reuse de la contrefaçon en cherchant les moyens de la combattre.
La contrefaçon ne cesse de s'élargir. Si autrefois elle ne concernait que les pro-
duits de luxe, aujourd'hui elle touche ceux de grande consommation tels que jouets,
parfums, matériels électroniques, articles de sport, médicaments. Par ailleurs, la
quantité de produits contrefaits augmente toujours : le nombre d'articles contrefaits
saisis aux frontières de l'UE a été multiplié par sept en dix ans (1999-2008), celui des
médicaments par six en deux ans (2005-2007). Ce phénomène présente de graves
conséquences économiques et sociales.
Économiquement, d'abord, il coûte cher : plus de 100 millions de dollars en perte
de taxes, en coûts liés à la santé détériorée par la contrefaçon ainsi qu'aux mesures
servant à le combattre. En plus il se traduit en pertes du chiffre d'affaire des entrepri-
ses, nuit à leur image, a un impact négatif en matière d'innovation.
Socialement, la contrefaçon a des retombées négatives sur l'emploi, mais surtout
sur la santé des consommateurs, ce qui est provoqué avant tout par des médicaments
contrefaits dont la vente, en Europe, par exemple, est assez répandue : un Européen
sur 5 en achète. Or ces faux médicaments peuvent contenir des substances nocives et
entraîner des effets néfastes, voire la mort.
Vu son ampleur, la contrefaçon attire l'attention de différents acteurs économi-
ques. Un rapport de l'Unifab et une étude de Pfizer parus récemment en témoignent.
Tous cherchent et proposent des moyens pour la combattre. Cependant ce travail se
fait essentiellement au niveau national, les procédés internationaux, même au sein
de l'UE, étant peu développés.
Quant aux moyens employés pour lutter contre la contrefaçon, ils sont les sui-
vants : appliquer la législation existante (comme en France, concernant la vente de
médicaments), saisir les produits contrefaits à la frontière et les détruire, attaquer les
contrevenants en justice, organiser des campagnes de sensibilisation. On propose
également d'améliorer la coopération et la réponse opérationnelle internationales en
la matière ainsi que de renforcer les dispositifs juridiques.
Pourtant, malgré l'appréhension des dangers de la contrefaçon et des procédés
employés pour la contrecarrer, elle est loin d'être enrayée.

Comprendre le dossier en prenant appui sur le questionnaire


Lisez attentivement et à plusieurs reprises le dossier ci-dessous et faites les acti-
vités qui le suivent.

DOSSIER 2
DOCUMENT 1

LOI SUR L'IMMIGRATION

G O U V E R N E M E N T - BESSON V E U T F A B R I Q U E R
DE « B O N S F R A N Ç A I S »
Éric Besson assure qu'une des missions de Ce texte controversé, présenté par Éric
son ministère est de fabriquer de « bons Fran- Besson, reprend les mesures annoncées par
çais ». [... ] Les propos du ministre de l'Immi- Nicolas Sarkozy à Grenoble, où le chef de l'État
gration, dans un entretien au journal Le Pari- avait lié immigration et délinquance. Il élargit
sien,, relancent un débat passionné alors que la liste des motifs de déchéance de nationalité
les députés commencent mardi l'examen du pour les Français récemment naturalisés. [...]
projet de loi « Immigration, intégration et na- « Si cela vous choque que des étrangers
tionalité ». deviennent de " bons petits Français ", moi je
trouve que c'est une excellente nouvelle », dé- cela ne va en effet concerner que très peu de
clare Éric Besson au Parisien. « Être des " bons personnes. Mais c'est une sanction qui a une
Français ", ça ne veut pas dire renier son his- portée symbolique et républicaine lourde »,
toire, ses origines ou sa culture française », souligne-t-il.
poursuit le ministre avant d'ajouter : « Si mon Cette mesure, si elle est adoptée par le
ministère peut être une machine à fabriquer Parlement, devra encore franchir l'obstacle du
de bons Français, je serai très heureux. » [... ] Conseil constitutionnel qui, au nom du prin-
cipe d'égalité devant la loi, n'a jusqu'à présent
La déchéance de la nationalité, autorisé la déchéance de nationalité que pour
des faits qualifiés de terroristes.
sanction à portée symbolique
Cette loi compte près de 90 articles sur
Interrogé sur la possibilité de déchoir de lesquels ont été déposés quelque 500 amen-
leur nationalité les personnes naturalisées de- dements et son caractère polémique pourrait
puis moins de 10 ans lorsqu'elles ont causé la donner lieu à une nouvelle passe d'armes en-
mort d'un dépositaire de l'autorité publique, tre majorité et opposition. [... ]
soit volontairement soit du fait de violences Reuters
ayant entraîné la mort, Éric Besson concède Le Point.fr
qu'il s'agit d'un « symbole ». « Tant mieux si

DOCUMENT 2

LE PROJET B E S S O N CREE D E U X
C A T É G O R I E S DE C I T O Y E N S
Le projet de loi relatif à l'immigration, sixiè- Cette disposition inscrit en effet une dif-
me sur le même sujet depuis 2002, conditionne férenciation à vie et sans précédent entre ci-
l'accès à la nationalité française pour les natu- toyens selon la nature de leur nationalité,
ralisés à la signature d'une charte des droits et d'origine ou acquise. Pour ceux nés français,
devoirs du citoyen. Ils devront la signer, pour jamais personne ne leur aura demandé de si-
s'assurer que ceux qui souhaitent acquérir la gner la Déclaration des droits de l'homme et
nationalité française non seulement connais- du citoyen du 26 août 1789, le Préambule de
sent mais adhèrent aux principes et valeurs es- 1946, ou tout autre texte proclamant les va-
sentiels de la République. Par cette signature, leurs de la République. Pour ceux qui auront
mais également à l'issue d'un entretien avec un acquis la nationalité en revanche, ils devront
agent de l'État, on pourra contrôler l'assimila- signer cette charte du (bon) citoyen français.
tion de celui ou celle qui demande la nationa- Qui l'aura rédigé ? Le Constituant, le Parle-
lité française. Cette charte leur sera remise lors ment ? Vous n'y pensez pas ! Ce sera le pouvoir
de la cérémonie d'accueil dans la citoyenneté réglementaire puisqu'il s'agira d'un décret en
française, en présence de parlementaires. Conseil d'État. Pour la première fois depuis la
Lorsque cette proposition de charte a été Charte de 1814, le gouvernement aura rédigé,
présentée en janvier dernier, pendant le cala- seul, un texte proclamant des libertés fonda-
miteux débat sur l'identité nationale, elle de- mentales.
vait s'adresser à tous les jeunes majeurs. Elle U N E ATTEINTE À LA C O N C E P T I O N
ne concerne plus que les naturalisés. Il semble UNIVERSELLE DE LA CITOYENNETÉ
que le ministre n'ait pas mesuré la portée de Autre rupture majeure : dans notre tradi-
ce qu'il propose. tion républicaine, on ne reconnaissait en prin-
сіре que des droits. Les naturalisés auront, eux mêmes droits mais qui seront les seuls à avoir
seuls, des devoirs. À ceux nés français, on ne des devoirs. Ce qui est bien normal pour le
demande rien ; à ceux qui ont demandé à être ministre puisqu'ils sont nés à l'étranger ! Le
français, on exige le respect de devoirs spécifi- principe d'égalité soumet pourtant tous les ci-
ques sous peine de se voir retirer leur nationa- toyens, sans distinction d'origine, aux mêmes
lité. La logique du processus permettra de re- droits. Il serait ouvertement bafoué par cette
tirer la nationalité à ceux qui ont méconnu les consécration de l'existence de deux catégories
stipulations du contrat, et particulièrement les de nationaux. Une atteinte inacceptable à la
devoirs, comme les polygames. Mais où s'ar- conception universelle de la citoyenneté qui
rêter ? C'est le gouvernement qui appréciera fait notre République depuis 1789.
si ce citoyen d'origine étrangère respecte les Bernard Rullier, membre de la commission
devoirs qu'il aura unilatéralement défini. nationale consultative des droits de l'homme,
Nous aurons ainsi deux catégories de ci- représentant la Fédération protestante de
toyens : ceux nés en France, et qui ont essen- France
tiellement des droits, ceux devenus français, LEMONDE.FR
qui non seulement n'auront pas forcément les

DOCUMENT 3

LA D R O I T E D I V I S É E SUR LE PROJET
DE LOI SUR L ' I M M I G R A T I O N
L'Assemblée nationale a voté, à une courte projet de loi. « La nationalité, on l'a ou on Va
majorité, l'article du projet de loi sur l'immi- pas », avait expliqué le député centriste, mardi
gration prévoyant l'extension de la déchéance 28 septembre, souhaitant « un signal beaucoup
de nationalité pour les Français naturalisés, plus fort sur les conditions dans lesquelles on
jeudi 30 septembre 2010. poursuit la politique d'intégration, notamment
L'Assemblée nationale a voté à une cour- pour les enfants qui sont nés ici ».
te majorité, jeudi 30 septembre, avec 75 voix Plusieurs députés ou membres de la ma-
contre 57, la déchéance de nationalité pour les jorité présidentielle ont exprimé des réserves
Français naturalisés depuis moins de dix ans vis-à-vis du texte gouvernemental. Etienne
et condamnés pour meurtre d'agents déposi- Pinte, député UMP, avait clairement annoncé
taires de l'autorité publique. Cette mesure, ré- qu'il ne voterait pas pour un texte qui « envi-
clamée par le président Nicolas Sarkozy lors sage la déchéance de la nationalité française » ;
de son discours de Grenoble, le 30 juillet, a ce projet veut « draguer l'électorat du Front
provoqué des remous dans la majorité prési- national », estimait-il. Plusieurs députés ville-
dentielle, plusieurs élus UMP la jugeant ex- pinistes, comme François Goulard et Jacques
cessive. Le Guen, avaient également fait savoir leur
« Un ministre de l'immigration ne doit pas opposition au texte de M. Besson, tout comme
être seulement le ministre du renvoi à la fron- Jean-Pierre Grand (UMP, Hérault) : « Je ne
tière » : ce missile à destination d'Eric Besson voterai pas la nationalité à points. » « L'article
n'est pas venu des rangs de la gauche de l'As- concernant la déchéance de la nationalité ne
semblée nationale, mais de François Sauvadet, tient pas la route, résumait Ariette Grosskost,
président du groupe Nouveau Centre et mem- députée UMP d'Alsace, ce n'est que de la gesti-
bre de la majorité présidentielle, qui suggérait culation qui vise à exacerber un populisme pri-
vivement au ministre sarkozyste de revoir son maire. C'est sans moi. »
RISQUE reconnaître le mérite. » « La France est une
D'ANTI-CONSTITUTIONNALITÉ synthèse, elle s'est enrichie de l'immigration »,
Lionel Tardy, député UMP de Savoie, a a rappelé l'ancienne garde des sceaux. Une
rappelé à la tribune de l'Assemblée que les autre ancienne ministre sarkozyste a pris ses
choix politiques doivent s'inscrire « dans les distances avec le texte gouvernemental : Chris-
limites du droit constitutionnel et des traités tine Boutin, ancienne ministre du logement et
signés par la France ». « Régulièrement, nous présidente du Parti chrétien-démocrate, pour
sommes censurés par le Conseil constitutionnel qui l'extension de la déchéance de nationalité
et les cours européennes », notait le député. « crée une citoyenneté à deux vitesses et ne ré-
sout en rien le problème de la violence ». « La
« LA FRANCE S'ENRICHIT lutte contre l'immigration illégale ne peut se
DE L'IMMIGRATION » faire que dans le respect des droits fondamen-
Ce sentiment est partagé par Rachida Dati, taux », concluait-elle.
députée européenne : « La politique d'intégra-
tion, ce η 'estpas seulement des contraintes et des AFP /Boris Horvat
sanctions, c'est égalementfavoriser les parcours, LEMONDE.FR

DOCUMENT 4

PROJET DE LOI S U R L'IMMIGRATION

LES D É P U T É S P L A N C H E N T SUR L ' E X T E N S I O N


DE LA D É C H É A N C E DE N A T I O N A L I T É
Les députés examinent, jeudi matin, la Quelle que soit sa généalogie, son châtiment
mesure controversée d'extension de la dé- doit être identique », a-t-il poursuivi.
chéance de nationalité aux Français natura- Depuis une loi de 1998, seul un Français
lisés condamnés pour meurtre de gendarmes naturalisé condamné pour terrorisme peut
ou de policiers. Une mesure qui suscite l'in- se voir retirer la nationalité française. La dé-
dignation à gauche, mais aussi chez quelques chéance est désormais étendue aux meurtriers
députés de droite. de policiers, magistrats ou pompiers notam-
La séance a été levée mercredi peu avant ment, qui ont acquis la nationalité française
minuit et demi, juste avant d'attaquer l'article depuis moins de dix ans.
le plus controversé de la loi. Celui-ci s'est ce- Le député UMP Etienne Pinte est monté
pendant déjà invité dans l'hémicycle, après que au créneau en stigmatisant une « mesure in-
les députés ont ferraillé une partie de l'après- constitutionnelle », car elle créerait de « gra-
midi de manière inattendue sur l'accès à la na- ves disparités entre nos concitoyens ». Nicole
tionalité. « Il n'y a pas des Français de souche Ameline (UMP) a renchéri, en évoquant « une
et des Français de nationalité étrangère, il y a rupture d'égalité devant la loi ». Et Françoise
des Français, point final ! », s'est insurgée l'an- Hostalier, députée UMP du Nord, a fait part
cienne garde des Sceaux, Elisabeth Guigou. Le de ses « doutes ». Cette disposition avait été
chef de file des députés socialistes, Jean-Marc rajoutée au texte initial après les annonces du
Ayrault, a, lui, dénoncé un amendement « ab- président Nicolas Sarkozy lors de son discours
surde », « inefficace », à l'application « symbo- de Grenoble. [... ]
lique ». « Un crime est un crime. Un criminel AFP
est un criminel. Un Français est un Français. Le Point.fr
Répondez aux questions !
ι. Quelles sont les clauses de la loi sur l'immigration, proposées par le ministre
de l'Intérieur ?
2. La déchéance de la nationalité pour les Français naturalisés, était-elle déjà
possible ? Pour quelles raisons ?
3. En quoi consiste l'extension de la déchéance de la nationalité pour les Français
naturalisés ?
4. La proposition de la charte des droits et des devoirs du citoyen, quel change-
ment a-t-elle subi ?
5. Quel est l'objectif de la signature de la charte des droits et des devoirs du ci-
toyen ?
6. Par qui la charte des droits et des devoirs du citoyen sera-t-elle rédigée ?
7. L'exécutif, quelles raisons avance-t-il pour inscrire ces dispositions dans la loi
sur l'immigration ?
8. Les discussions de la clause sur la déchéance de nationalité pour les Français
récemment naturalisés à l'Assemblée nationale, comment se sont-elles dérou-
lées ?
9. L'opposition, quelle attitude a-t-elle adopté envers cette clause ? Quels étaient
ses arguments ?
10. La majorité présidentielle, s'est-elle montrée unie face à cette disposition du
projet de loi sur l'immigration ? Quels étaient les arguments avancés ?
11. Quelle est la position des défenseurs des droits de l'homme sur la charte des
droits et des devoirs du citoyen ? Quels arguments fournissent-ils ?
12. La loi a-t-elle été adoptée ? À quelle majorité ?
13. Est-il certain que la nouvelle loi sur l'immigration entre en vigueur?

Faisons la synthèse ensemble !


1. Étudiez le plan détaillé de la synthèse.
Introduction [ définir les documents, indiquer le thème général, annoncer briève-
ment le plan]
i r e partie : les nouvelles dispositions du projet de loi sur l'immigration
• l'extension de l'article sur la déchéance de la nationalité aux Français natura-
lisés depuis moins de 10 ans (doc. 1, 3, 4)
• la signature de la charte des droits et des devoirs du citoyen nécéssaire pour
l'accès à la nationalité (doc. 2)
• les raisons pour lesquelles l'exécutif propose ces amendements (doc. 1, 3, 4)
2 e partie : la polémique autour de ces nouvelles dispositions
• l'extension de la déchéance de la nationalité en discussion à l'Assemblée
nationale : les arguments de l'opposition qui est formellement contre (doc. 4)
• la division de la droite, les arguments de ceux qui s'opposent à ces disposi-
tions (doc. 3, 4)
• les arguments contre la signature de la charte des droits et des devoirs du
citoyen avancés par les défenseurs des droits de l'homme (doc. 2)
3 e partie : la clause sur l'extension de la déchéance de la nationalité pour les Fran-
çais naturalisés depuis moins de ю ans est adoptée, mais entrera-t-elle pour autant
en vigueur ? (doc. ι, 3)
Conclusion : un bref bilan du texte produit.

2. Voici les propositions du titre de la synthèse. Choisissez celui


qui vous paraît le plus approprié. Justifiez votre choix.

1. Le projet de loi sur l'immigration.


2. Le nouveau projet de loi sur l'immigration menace l'égalité des citoyens fran-
çais.
3. Les nouvelles dispositions de la loi sur l'immigration divisent les députés.
4. L'Assemblée nationale approuve l'extension de la déchéance de la nationalité
pour les Français récemment naturalisés.

3. Vous avez ci-dessous une ébauche de la synthèse. Complétez-la par


les informations puisées dans le dossier, en les synthétisant.

Les articles (source) parus (dates) portent sur qui ont provoqué
La première clause élargit

La deuxième disposition introduit

Le président de la République et le ministre de l'Intérieur expliquent ces change-


ments de la loi sur l'immigration par

Ces articles du projet de loi sur l'immigration ont suscité

Lors des discussions de l'extension de la déchéance de la nationalité pour les


Français récemment naturalisés à l'Assemblée nationale notamment, l'opposition ....
.... La droite, pour sa part

Pour ce qui concerne la signature de la Charte des droits et des devoirs du citoyen
comme condition nécessaire à l'accès à la nationalité, les défenseurs des droits de
l'homme

Malgré tout l'extension de la déchéance de la nationalité pour les Français natura-


lisés depuis moins de 10 ans Pourtant le Conseil constitutionnel pourrait
car

En somme les députés et les défenseurs des droits de l'homme français sont in-
quiets devant parce que
9—τ
DOSSIER 3

Lisez attentivement et à plusieurs