Вы находитесь на странице: 1из 26

I GUILLAUME WABONT

Réussir

QCM PHARMA
l’internat
en pharmacie

SAFIA NADJI
L’épreuve des QCM représente 20 % de la note finale au concours de l’internat en Pharmacie.
Il convient de s’y préparer stratégiquement.
Ce manuel contient plus de 800 QCM, repris des 10 dernières années du concours et les
classe par matière pour une meilleure organisation du travail et une facilité de mémorisation.
Il est le premier ouvrage à proposer une correction détaillée et a été fait de façon à ce que
l’étudiant puisse travailler ses QCM seul et, ensuite, facilement accéder à la correction qui se
trouve en vis-à-vis. Cette correction est détaillée pour chacun des QCM. Elle apporte, si néces-
saire, la justification de la proposition et parfois des précisions ou de la méthodologie pour
pouvoir répondre à la question.
Ce manuel aidera l’étudiant à avoir une vision d’ensemble sur les thèmes abordés au concours

QCM PHARMA
et lui permettra de s’exercer rigoureusement à cette épreuve.

Safia Nadji a passé le concours de l’internat de pharmacie en 2015 et est interne en biologie médicale Réussir
au CHRU de Lille. l’internat
Guillaume Wabont a passé le concours de l’internat de pharmacie en 2015 et est interne en pharmacie en pharmacie
hospitalière au CHRU de Lille.

PRÉPA PHARMA
Dans la même collection
Conception graphique : Primo&Primo

ISBN : 978-2-8073-0756-8

www.deboecksuperieur.com
Safia Nadji | Guillaume Wabont

QCM PHARMA
Pour toute information sur notre fonds et les nouveautés
dans votre domaine de spécialisation, consultez notre site web :
www.deboecksuperieur.com

© De Boeck Supérieur s.a., 2017


Rue du Bosquet, 7
B-1348 Louvain-la-Neuve

Tous droits réservés pour tous pays.

Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur, de reproduire


(notamment par photocopie) partiellement ou totalement le
présent ouvrage, de le stocker dans une banque de données ou de le
communiquer au public, sous quelque forme ou de quelque manière
que ce soit.

Imprimé en Belgique

Dépôt légal :
Bibliothèque nationale, Paris : juillet 2017
Bibliothèque royale de Belgique : 2017/13647/115
ISBN : 978-2-8073-0756-8
Table des matières
Bactériologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
Biochimie clinique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
Chimie analytique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
Droit de la santé, santé publique, établissements de santé et produits de santé. . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
Epidemiologie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
Galenique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
Génétique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
Hématologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
Hydrologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
Immunologie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
Mycologie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
Parasitologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169
Pharmacologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189
Pharmacocinétique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231
Physiologie et biochimie fondamentale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 237
Physique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 261
Statistiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 267
Toxicologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 271
Virologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 289

3
Bactériologie
6 Questions
1. Dans la liste suivante, quelle est la proposition qui ne s’applique pas à la syphilis (2015) ?
a) Le T.P.H.A. est un test sérologique utilisé pour son diagnostic
b) La transmission se fait habituellement par voie vénérienne
c) L’agent responsable peut être isolé par culture sur gélose au sang cuit
d) Certaines pénicillines sont utilisables pour son traitement antibiotique
e) Il n’existe pas de prophylaxie vaccinale efficace

2. Parmi les bactéries suivantes, laquelle est naturellement résistante à l’association amoxicilline +
acide clavulanique (2015) ?
a) Escherichia coli
b) Staphylococcus aureus
c) Pseudomonas aeruginosa
d) Neisseria meningitidis
e) Haemophilus influenzae

3. Dans les pathologies suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s) qui peut (peuvent) être due(s) à
Staphylococcus aureus (2015) ?
a) Toxi-infection alimentaire
b) Syndrome du choc toxique
c) Furoncle
d) Panaris
e) Rhumatisme articulaire aigu

4. Parmi les bactéries suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) responsable(s) de diarrhées
bactériennes (2015) ?
a) Escherichia coli entéropathogène
b) Streptococcus pyogenes
c) Salmonella sérotype typhimurium
d) Treponema pallidum
e) Streptococcus agalactiae

5. Parmi les propositions suivantes concernant Streptococcus pyogenes, quelle(s) est(sont) celle(s)
qui est(sont) exacte(s) (D2014) ?
a) Il peut provoquer des lésions suppuratives et nécrotiques
b) Il peut être responsable de toxi-infections alimentaires
c) Certaines souches peuvent provoquer la scarlatine
d) Il peut être responsable d’érysipèle
e) Il est habituellement sensible aux aminosides

6. Parmi les propositions suivantes concernant les pénicillinases bactériennes, indiquer celle(s) qui
est(sont) exacte(s) (D2014) :
a) Elles sont produites uniquement par les bactéries à Gram négatif
b) Elles peuvent être codées par des gènes plasmidiques
c) Elles peuvent être codées par des gènes chromosomiques
d) Elles peuvent être libérées à l’extérieur de la cellule
e) Certaines peuvent être inactivées par l’acide clavulanique
Réponses 7
1. Réponse : c
c) Faux, Treponema pallidum non cultivable, non colorable au Gram
Diagnostic de Syphilis :
–– Détection directe de T. Pallidum au microscope à fond noir
–– Détection directe du génome de T. Pallidum par PCR
–– Sérologie : avec 2 réactions, l’une détectant les Ag non tréponémiques (VDRL ou RPR) et l’autre détectant les Ag
tréponémiques (TPHA ou FTA)
Traitement par Pénicilline retard

2. Réponse : c
c) Vrai, Pseudomonas aeruginosa a une membrane peu perméable (LPS modifié), des sytèmes d’efflux, une pénicillinase
d’origine plasmidique qui le rend naturellement résistant à l’Augmentin®

3. Réponse : abcd
e) Faux, RAA = Streptocoque du groupe A

4. Réponse : ac
b) S. Pyogenes donne des angines, infections cutanées, infections invasives (fasciites nécrosantes, bactériémie,...) et des
complications post-streptococciques (glomérulonéphrite et rhumatisme articulaire aigu)
d) T. pallidum = agent de la syphilis
e) S. Agalactiae donne des infections néonatales (méningites, pneumonies et bactériémies)

5. Réponse : acd
b) Les streptocoques du groupe A ne donnent pas de toxi-infections alimentaires (cf Q.4)
e) Les streptocoques résistent aux aminosides (résistance de bas niveau par faible efficacité du transport membranaire et
résistance de haut niveau par enzymes inactivatrices)

6. Réponse : bcde
a) Elles concernent aussi bien les bactéries à gram négatif que les gram positif
8 Questions
7. Parmi les antibiotiques suivants, lequel(lesquels) est(sont) actif(s) in vivo sur Legionella
pneumophila (D2014) ?
a) Ceftriaxone
b) Lévofloxacine
c) Erythromycine
d) Rifampicine
e) Amoxicilline

8. Dans la liste suivante, quelles sont les réponses exactes concernant la syphilis (D2014) ?
a) L’agent responsable peut être visualisé dans les sérosités du chancre
b) L’agent responsable peut être cultivé sur gélose
c) Le diagnostic sérologique doit toujours être réalisé
d) La transmission est parentérale
e) La maladie non traitée peut évoluer en plusieurs phases

9. Parmi les propositions suivantes concernant Escherichia coli, quelle(s) est(sont) celle(s) qui
est(sont) exacte(s) (D2014) ?
a) Il fait partie de la famille des Enterobacteriaceae
b) Il peut provoquer des infections urinaires
c) Il est naturellement sensible aux macrolides
d) Certaines souches peuvent produire des entérotoxines
e) Il n’est jamais responsable de méningites

10. Parmi les propositions suivantes concernant Treponema pallidum, quelle(s) est(sont) la(les)
réponses(s) exacte(s) (M2014) ?
a) Il peut être responsable de l’apparition d’un chancre au point d’inoculation
b) C’est une bactérie immobile
c) C’est une bactérie spiralée
d) Il peut produire une pénicillinase
e) Il peut être responsable d’infections congénitales

11. Parmi les propositions suivantes concernant les méningites bactériennes à pneumocoque,
seules certaines sont exactes. Lesquelles (M2014) ?
a) Elles surviennent uniquement chez le sujet âgé
b) Elles s’accompagnent habituellement d’une réaction cellulaire avec prédominance de polynucléaires au niveau du li-
quide céphalorachidien
c) Elles s’accompagnent d’une élévation de la glycorachie
d) L’isolement de la bactérie en cause nécessite l’utilisation d’un milieu de culture enrichi
e) Leur traitement repose sur l’utilisation de céphalosporines de troisième génération
Réponses 9
7. Réponse : bcd
Bétâ-lactamines inefficaces
Traitement de la legionellose : Macrolide en première intention et si forme sévère alors association à Rifampicine ou
Fluoroquinolones

8. Réponse : ace
b) Treponema pallidum non cultivable
c) Oui avec un antigène tréponémique et un antigène non-tréponémique
d) Transmission sexuelle

9. Réponse : abd
a) Entérobactérie du groupe 1
c) Entérobactéries naturellement résistantes
e) Les pathovars extra-intestinaux peuvent être responsables de méningites

10. Réponse : ace


b) Bactérie flexible et mobile
d) Bactérie sensible aux bétâ-lactamines (dont Pénicilline G). Il existe des résistances aux aminoglycosides.

11. Réponse : bde


a) Elles peuvent toucher les nouveau-nés, les enfants, les adultes et les personnes âgées
c) Le LCR est hypoglycorachique
d) Gélose au sang 37°C, atmosphère enrichie en CO2
10 Questions
12. Parmi les propositions suivantes concernant Haemophilus influenzae, une seule est exacte.
Laquelle (D2014) ?
a) C’est un bacille à Gram positif
b) Il cultive sur gélose ordinaire, sans nécessiter l’addition de facteurs de croissance
c) Il peut être agent de méningite
d) Il est toujours sensible aux aminopénicillines
e) Il n’existe aucune prophylaxie vaccinale des infections qu’il provoque

13. Quelles sont les propositions exactes concernant les toxi-infections alimentaires collectives dues
aux salmonelles (M2014) ?
a) Elles sont liées à la production d’une toxine par les salmonelles
b) Elles sont rarement dues à Salmonella sérovar Typhimurium
c) Elles sont très rarement en cause en France
d) Elles peuvent provoquer une diarrhée fébrile
e) Les troubles débutent 12 à 24 heures après ingestion de l’aliment suspect

14. Parmi les propositions suivantes concernant l’endocardite bactérienne, quelle(s) est(sont)
celle(s) qui est(sont) exacte(s) (M2014) :
a) Cette infection résulte de la colonisation de l’endocarde par des bactéries
b) Elle peut être consécutive à une extraction dentaire
c) Une valvulopathie pré-existante est un facteur favorisant
d) Une fièvre élevée (40 °C) en plateau est régulièrement observée
e) Les hémocultures permettent le diagnostic

15. Dans la liste suivante, quelle(s) est (sont) la(les) caractéristique(s) exacte(s) concernant
Haemophilus influenzae (2013) ?
a) C’est un commensal de l’oropharynx
b) C’est un cocci à Gram négatif
c) Il peut être résistant à l’ampicilline par production de bêta-lactamase
d) Il est exigeant en facteurs X et V
e) Il est sensible à la vancomycine

16. Parmi les propositions suivantes concernant la vancomycine, laquelle(lesquelles) est(sont)


exacte(s) (2013) ?
a) Elle est absorbée par voie digestive
b) Elle inhibe la synthèse du peptidoglycane
c) Elle est active sur Pseudomonas aeruginosa
d) Elle est en principe active sur Staphylococcus aureus résistant à la méticilline
e) Elle est active sur Haemophilus influenzae

17. Parmi les propositions suivantes concernant Pseudomonas aeruginosa, laquelle est fausse
(2013) ?
a) C’est un germe aérobie strict
b) C’est un agent de surinfection chez les grands brûlés
c) C’est un germe pouvant produire des pigments
d) Il peut être responsable d’infections bronchiques au cours de la mucoviscidose
e) Il est sensible aux aminopénicillines

18. Parmi les propositions suivantes, laquelle ne s’applique pas à la méningite à méningocoque
(2013) ?
a) Elle peut s’accompagner d’un purpura
b) Elle survient souvent chez l’enfant ou l’adolescent
c) La bactérie peut être isolée sur gélose au sang cuit
d) On n’observe jamais d’hyperprotéinorachie
e) La rifampicine est utilisable comme antibioprophylaxie
Réponses 11
12. Réponse : c
a) C’est un petit bacille (coccobacille) à gram négatif
b) Culture sur gélose au sang cuit (facteur X et V nécessaires)
d) Sensible aux aminopénicillines mais production d’une pénicillinase plasmidique ou certaines souches ont une sensibilité
diminuée à la pénicilline par mutation des PLP
e) Vaccin anti Haemophilus influenzae de type b (responsable des méningites)

13. Réponse : de
a) Bactéries bloquées ds muqueuse  réaction inflammatoire locale intense => sécrétion cytokines pro-inflammatoires
b) Le plus fréquemment dû à Salmonella sérovar Enteridis et sérovar Typhimurium
c) Zoonose la plus fréquente, première cause de TIAC

14. Réponse : abce


d) Fièvre ondulante, parfois en pic
e) Oui, les hémocultures permettent le diagnostic mais elles doivent être associées à une échographie cardiaque (ETT ou
ETO)

15. Réponse : acd


b) C’est un petit bacille (coccobacille) à gram négatif
e) Vancomycine utilisable sur les bactéries à gram positif

16. Réponse : bd
a) Biodisponibilité nulle per os
c) Inactive sur la bactéries à gram négatif car ne pénètre pas dans la bactérie pour atteindre la paroi (molécule trop grosse
pour les porines)
e) Cf. réponse c

17. Réponse : e
e) Résistance naturelle aux aminopénicillines car bétâ-lactamase chromosomique et résistance acquise par modification
des PLP, hyper-expression de pompes d’efflux

18. Réponse : d
d) Faux, méningite bactérienne hyperprotéinorachique
12 Questions
19. Parmi les antibiotiques suivants, lequel n’appartient pas à la famille des ß-lactamines (2013) ?
a) La pipéracilline b)  L’aztréonam e)  La ceftriaxone
c) La josamycine d)  La ceftazidime

20. Parmi les germes suivants, lesquels peuvent être retrouvés au niveau intracellulaire (2012) ?
a) Neisseria gonorrhoeae b)  Mycobacterium tuberculosis e)  Salmonella typhi
c) Chlamydia trachomatis d)  Listeria monocytogenes

21. Parmi les infections suivantes, quelles sont celles qui s’accompagnent habituellement d’une
angine (2012) ?
a) Scarlatine b)  Syphilis e)  Typhoïde
c) Mononucléose infectieuse d)  Tuberculose

22. Parmi les propositions suivantes concernant l’identification des salmonelles, quelles sont celles
qui sont exactes (2012) ?
a) L’identification biochimique est suffisante pour différencier les salmonelles
b) Le sérotypage comporte l’identification des antigènes O somatiques
c) Le sérotypage comporte l’identification des antigènes H flagellaires
d) Le sérotypage est en partie fondé sur la composition des chaînes saccharidiques du lipopolysaccharide
e) La recherche de l’antigène capsulaire Vi peut être nécessaire à l’identification

23. Retenir la ou les proposition(s) exacte(s) concernant les cyclines (2012) :


a) Spectre large
b) Bonne diffusion intracellulaire
c) Contre-indication chez la femme enceinte
d) Activité bactéricide
e) Bonne diffusion méningée

24. En l’absence de traitement antibiotique, un syndrome méningé associé à un liquide


céphalorachidien clair peut être causé par une infection à (2012) :
a) Pneumocoque
b) Listeria monocytogenes
c) Enterovirus
d) Méningocoque
e) Mycobacterium tuberculosis

25. Parmi les propositions suivantes concernant Chlamydia trachomatis, quelle(s) est (sont) la (les)
réponse(s) exacte(s) (2012) ?
a) Les corps réticulés sont la forme de multiplication
b) La détection de l’agent infectieux est réalisée par amplification génique
c) Elle est fréquemment résistante aux cyclines
d) Elle peut être impliquée dans des salpingites
e) C’est un agent d’infections sexuellement transmissibles

26. Parmi les propositions suivantes concernant la cystite à Escherichia coli chez la femme jeune ne
présentant pas de facteurs de risque particulier, laquelle est fausse (2012) ?
a) Elle peut s’accompagner d’une pollakiurie
b) La contamination de l’arbre urinaire se fait généralement par voie ascendante
c) On la rencontre en pathologie communautaire
d) Elle est associée à une forte fièvre
e) Son traitement peut utiliser un antibiotique actif sous forme monodose
Réponses 13
19. Réponse : c
c) Josamycine = macrolide

20. Réponse : abcde

21. Réponse : ac
b) Chancre d’inoculation
d) Fièvre, altération de l’état général, érythème noueux
e) Fièvre, céphalées, anorexie, douleurs abdominales

22. Réponse : bcde


a) Une identification antigénique est nécessaire pour différencier les salmonelles

23. Réponse : abc


d) Bactériostatique et schizonticide
e) Très bonne diffusion SAUF dans le LCR

24. Réponse : bce


Sérum clair : méningite virale, tuberculeuse ou Listeria

25. Réponse : abde


a) Oui, corps réticulés = intra-cellulaire, forme de multiplication, non infectieuse
c) FAUX, traitement possible par Doxycycline

26. Réponse : d
d) Pas de fièvre quand cystite simple
14 Questions
27. Parmi les propositions suivantes quelle(s) est (sont) celle(s) caractérisant Pseudomonas
aeruginosa (2011N) ?
a) Parasite strict de l’homme
b) Très souvent impliqué dans des infections nosocomiales
c) Bacille Gram négatif
d) Aérobie strict
e) Est toujours sensible aux céphalosporines de troisième génération

28. Dans le LCR provenant d’un malade atteint de méningite bactérienne, on note, le plus souvent,
une augmentation de certain(s) paramètre(s). Lequel ou lesquels (2011N) ?
a) Protéines
b) Glucose
c) Chlorures
d) Polynucléaires neutrophiles
e) Plaquettes

29. Parmi les propositions suivantes, indiquer le(s) antibiotique(s) exerçant un effet bactéricide
(2011N) :
a) Ceftriaxone
b) Azithromycine
c) Gentamicine
d) Tétracycline
e) Ofloxacine

30. Dans la liste suivante, quelle(s) est(sont) la(les) proposition(s) exacte(s) concernant
Pseudomonas aeruginosa (bacille pyocyanique) (2011S) ?
a) C’est une bactérie responsable d’infections nosocomiales
b) C’est une bactérie toujours sensible aux bêta-lactamines
c) Cette bactérie sécrète des pigments
d) Cette bactérie sécrète une neurotoxine
e) C’est une bactérie fréquemment responsable d’infections chez les patients atteints de mucoviscidose

31. Parmi les infections opportunistes suivantes, laquelle(lesquelles) est(sont) caractéristique(s) du


SIDA (2011S) ?
a) Pneumocystose
b) Méningite à Pseudomonas aeruginosa
c) Toxoplasmose cérébrale
d) Cryptococcose
e) Infections à mycobactéries atypiques

32. Parmi les propositions suivantes concernant les pyélonéphrites, une seule est fausse. Laquelle
(2011S) ?
a) Elles sont associées à de la fièvre
b) L’espèce bactérienne la plus fréquemment en cause est Escherichia coli
c) Les souches de E. coli productrices de pénicillinase sont sensibles à la ceftriaxone
d) Le traitement monodose par la ciprofloxacine est possible
e) Les macrolides ne sont pas un traitement approprié
Réponses 15
27. Réponse : bcd
a) Peut être trouvé chez les oiseaux
e) Il existe une céphalosporinase chromosomique inductible chez les phénotypes sauvages donc résistance naturelle aux
C1G, C2G, C3G sauf ceftazidime et existence de BLSE

28. Réponse : ad

29. Réponse : ace


b) Bactériostatique
d) Bactériostatique et schizonticide

30. Réponse : ace


b) Résistance par bétâ-lactamase chromosomique, modification des PLP, hyper-expression de pompes d’efflux
d) Faux, pas de neurotoxine sécrétée

31. Réponse : acde

32. Réponse : d
d) Traitement des PNA simples = FQ pendant 7 jours ou β-lactamine + aminoside pendant 5 à 7 jours
16 Questions
33. Parmi les propositions suivantes, quel est l’antibiotique de choix pour traiter une infection à
Listeria monocytogenes (2011S) ?
a) Ciprofloxacine
b) Amoxicilline
c) Ceftriaxone
d) Erythromycine
e) Isoniazide

34. Parmi les propositions suivantes concernant Chlamydia trachomatis, laquelle(lesquelles)


est(sont) exacte(s) (2010N) ?
a) Elle a une multiplication intracellulaire stricte
b) Elle peut se présenter sous la forme d’un corps élémentaire
c) Elle est habituellement résistante aux macrolides
d) La forme infectieuse est le corps réticulé
e) Elle peut être responsable d’urétrites

35. Indiquer la/les proposition(s) exacte(s) concernant Mycobacterium tuberculosis (2010N) :


a) Cette bactérie cultive sur milieu de Loewenstein-Jensen
b) L’absence de bacille acido-alcoolorésistant (BAAR) à l’examen direct permet d’exclure une tuberculose
c) Le LCR présente une formule lymphocytaire en cas de méningite tuberculeuse
d) La résistance à la rifampicine est une résistance par mutation
e) Le BCG est un vaccin inactivé

36. Parmi ces antibiotiques, lequel(lesquels) peut(peuvent) être actif(s) sur Chlamydia trachomatis
(2010N) ?
a) Macrolides
b) Cyclines
c) Aminosides
d) Fluoroquinolones
e) Bêta-lactamines

37. Parmi les germes suivants, un seul est sporulé. Lequel (2010N) ?
a) Staphylococcus aureus
b) Vibrio cholerae
c) Haemophilus influenzae
d) Clostridium perfringens
e) Mycobacterium tuberculosis

38. Parmi les informations suivantes, quelles sont celles qui orientent vers un diagnostic de
bactériémie à Pseudomonas aeruginosa chez un patient dont 3 hémocultures sont positives
avec des bacilles à Gram négatif (2010S) ?
a) L’examen direct des hémocultures montre des bactéries immobiles
b) Les colonies bactériennes obtenues en culture présentent une pigmentation verte
c) La bactérie isolée est aérobie stricte
d) A l’antibiogramme, la souche bactérienne obtenue est sensible aux aminopénicillines
e) Le patient est un brûlé, hospitalisé depuis 10 jours, porteur d’une sonde urinaire
Réponses 17
33. Réponse : b

34. Réponse : abe


c) Traitement de première intention = Azithromycine (Macrolide)
d) Forme infectieuse = corps élémentaire

35. Réponse : acd


b) Emission de BK intermittente donc possibilité d’examen direct négatif malgré l’infection
d) Résistance à la Rifampicine par mutation dans le gène codant la cible (Sous unité bêta de l’ARN polymérase)
e) BCG : Vaccin vivant atténué

36. Réponse : abd

37. Réponse : d

38. Réponse : bce


a) Pseudomonas aeruginosa = mobile
d) Résistance naturelle aux pénicillines A
18 Questions
39. Parmi les propositions suivantes concernant SYNERCID® (quinupristine-dalfopristine), quelles
est(sont) celle(s) qui est(sont) exacte(s) (2010S) ?
a) Les constituants de SYNERCID® appartiennent à la famille des streptogramines
b) Les deux constituants de SYNERCID® se fixent sur 2 sites distincts de l’ADN polymérase
c) SYNERCID® est un inhibiteur du cytochrome 3A4
d) SYNERCID® est indiqué dans les pneumonies nosocomiales dues à des bactéries gram +
e) SYNERCID® est exclusivement administré par voie intramusculaire

40. Parmi les propositions suivantes concernant Chlamydia trachomatis, laquelle (lesquelles) est
(sont) vraie(s) (2010S) ?
a) Cultive habituellement sur gélose au sang
b) Est habituellement sensible aux macrolides
c) Présente, in vivo, un développement intracellulaire
d) Peut être responsable de la lymphogranulomatose vénérienne
e) Peut être responsable de conjonctivites

41. Lors du traitement d’une tuberculose, pour lequel de ces antibiotiques, sera-t-il nécessaire de
vérifier la fonction oculaire (2010S) ?
a) Ethambutol
b) Isoniazide
c) Pyrazinamide
d) Rifampicine
e) Streptomycine

42. Parmi les propositions suivantes concernant les antigènes flagellaires (AgH) des entérobactéries,
seules certaines sont exactes. Lesquelles (2009N) ?
a) Ils sont de nature glucido-lipido-protéique
b) Ils peuvent être mis en évidence par agglutination sur lame
c) Ils sont présents chez toutes les entérobactéries
d) Ils jouent un rôle majeur dans l’acquisition de la résistance à certains antibiotiques
e) Leur mise en évidence peut être un élément du typage des entérobactéries

43. Parmi les caractéristiques suivantes, quelles sont celles qui s’appliquent à Neisseria gonorrhoeae
(2009N) ?
a) C’est un coccus à Gram négatif
b) C’est un agent fréquent de méningite bactérienne
c) C’est un agent d’infections nosocomiales
d) Son isolement nécessite un milieu de culture enrichi en facteurs de croissance
e) C’est un hôte normal de la flore buccale de l’homme

44. Parmi les propositions suivantes concernant la résistance à la méticilline de Staphylococcus


aureus, laquelle(lesquelles) est(sont) exacte(s) (2009N) ?
a) Elle est due à la production de pénicillinase
b) Elle est codée par un gène chromosomique
c) Elle respecte l’activité du céfotaxime
d) Elle est due à une protéine liant la Pénicilline (PLP) additionnelle
e) Elle est sous la dépendance du gène mec A

45. Au cours des méningites à Haemophilus influenzae, le LCR possède habituellement lequel ou
lesquels des caractères suivants (2009N) ?
a) > 1000 éléments par mm3
b) Prédominance de lymphocytes
c) Protéinorachie élevée
d) Glycorachie élevée
e) Chlorurorachie diminuée
Réponses 19
39. Réponse : acd
b) Ils se fixent sur la boucle 35s de l’ARN ribosomal
e) Molécule totalement insoluble donc non injectable

40. Réponse : bcde


a) Bactérie intracellulaire obligatoire !

41. Réponse : a
Petite aide : éthambutOl (O comme Œil)

42. Réponse : be
a) Faux, de nature protéique
c) Faux, non présent chez les entérobactéries immobiles (Klebsiella, Yersinia)
d) Faux, pas d’action ATB sur les flagelles

43. Réponse : ad
b) Faux, agent d’IST (à l’inverse de Neisseria meningitidis)
c) Faux, rapport sexuel nécessaire à l’infection
e) Faux, Neisseria gonorrhoeae et Neisseria meningitidis ne sont pas commensaux 

44. Réponse : bde 


a) Faux, elle est due à la modification des PLP (protéine liant les Pénicillines)
b) Vrai, gène chromosomique mecA
c) Faux, résistance au céfotaxime également (à tester en plus d’une pénicilline M)
d) Vrai, la PLP2a

45. Réponse : ac
b) Faux, prédominance PNN (lymphocytes chez méningite virale et tuberculeuse)
d) Faux, glycorachie basse (1/3 de la glycémie environ)
e) Faux, chlorurorachie normale
20 Questions
46. Dans la liste suivante quels sont les microorganismes responsables de méningo-encéphalites
(2009S) ?
a) VIH
b) Toxoplasma gondii
c) CMV
d) Chlamydia trachomatis
e) Herpes simplex virus

47. Quel(s) est(sont) parmi ces caractéristiques pharmacocinétiques, celle(s) qui correspond(ent)
aux aminosidesn(2009S) ?
a) Faible coefficient de biodisponibilité par voie orale
b) Faible coefficient de biodisponibilité par voie intramusculaire
c) Faible fraction liée aux protéines plasmatiques
d) Faible fraction de la dose éliminée sous forme inchangée dans les urines
e) Faible diffusion à travers la barrière hémato-encéphalique

48. Indiquer la/les proposition(s) exacte(s) concernant Mycobacterium tuberculosis (2009S) :


a) Cette bactérie se multiplie dans les macrophages alvéolaires
b) Cette bactérie cultive sur milieu de Chapman
c) La durée habituelle du traitement d’une tuberculose pulmonaire est de deux mois
d) Le BCG est un vaccin vivant atténué
e) Le BCG protège à plus de 90 % contre la tuberculose pulmonaire

49. Parmi les propositions suivantes concernant Staphylococcus aureus, laquelle est fausse
(2009S) ?
a) Il peut être résistant à l’oxacilline
b) Il est catalase positive
c) Il possède une coagulase
d) Il est naturellement résistant aux lincosamides
e) Il peut produire une désoxyribonucléase

50. Parmi les propositions suivantes laquelle est inexacte ? Toutes ces substances sont des
macrolides ou apparentées (2009S) :
a) Erythromycine
b) Midécamycine
c) Tobramycine
d) Spiramycine
e) Azithromycine

51. Parmi les propositions suivantes, laquelle ne s’applique pas aux infections urinaires basses
(2009S) ?
a) Elles peuvent être dues à Escherichia coli
b) La détection de nitrites dans les urines est un élément d’orientation diagnostique
c) Elles s’accompagnent toujours d’une fièvre supérieure à 39°C
d) Elles peuvent être d’origine nosocomiale
e) La norfloxacine est utilisable pour leur traitement
Réponses 21
46. Réponse : abce
d) Chlamydia trachomatis n’a pas de tropisme cérébral

47. Réponse : ace


a) Vrai, molécule très hydrophile donc pénètre mal la muqueuse intestinale, si donnée per os alors pas effet systémique
mais local (Vancomycine per os pour traitement des colites à C. difficile)
b) Faux, il existe des voies d’administration IM
d) Faux, éliminée dans les urines sans métabolisation car très hydrophile
e) Vrai, même si utilisée dans méningite car BHE lésée donc permet une pénétration

48. Réponse : ad
b) Faux, milieu spécifique = Lowenstein-Jensen
c) Faux, traitement d’au moins 6 mois
e) Prévention des formes graves (tuberculose maladie)

49. Réponse : d
a) Vrai, les SARM sont résistants à l’oxacilline
b) Vrai pour tous les stapylocoques
c) Vrai, à la différence des staphylocoques à coagulase négative (ex : S. epidermidis)
d) Faux, c’est la première ligne de traitement des SARM
e) Vrai, test DNase utilisé pour identifier S. aureus

50. Réponse : c
c) Tobramycine = aminoside

51. Réponse : c
a) Vrai, le plus souvent en cause dans les infections urinaires communautaires
b) Vrai, principe de la bandelette urinaire – Nitrites détectés = bactéries possédant une nitrate réductase = entérobactérie
c) Faux, infection urinaire simple pas forcément fébrile
d) Vrai, due à l’introduction d’une sonde vésicale
e) Vrai, les fluoroquinolone arrive en 3ème intention après la fosfomycine et le pivmécillinam
22 Questions
52. Parmi les propositions suivantes concernant Escherichia coli, laquelle (lesquelles) est (sont)
exacte(s) (2007N) ?
a) C’est une bactérie anaérobie stricte
b) Elle cultive sur gélose ordinaire sans addition de facteurs de croissance
c) Elle ne fermente jamais le lactose
d) Elle est toujours sensible aux céphalosporines
e) Elle est fréquemment responsable d’infections urinaires

53. Dans la liste suivante, quels agents peuvent être responsables de pneumopathies chez l’adulte
(2007N) ?
a) Listeria monocytogenes
b) Pseudomonas aeruginosa
c) Cytomégalovirus
d) Haemophilus influenzae
e) Streptococcus pneumoniae

54. Parmi les propositions suivantes concernant Pseudomonas aeruginosa, quelle(s) est (sont)
celle(s) qui est (sont) exacte(s) (2007N) ?
a) Il peut être responsable d’infections nosocomiales
b) Il peut élaborer des pigments
c) Il ne se développe que sur des milieux enrichis
d) Il surinfecte fréquemment les plaies des brûlés
e) Il donne fréquemment des méningites
Réponses 23
52. Réponse : be
a) Faux, E. coli est aerobie-anaérobie facultative
b) Vrai, bactérie non exigente
c) Faux, elle fermente le lactose
d) Faux, il existe des résistances acquises aux C3G = EBLSE

53. Réponse : bcde


a) Faux, atteinte neuro-méningée chez l’adulte

54. Réponse : abd


c) Faux, il n’est pas exigent mais les milieux King permettent de voir les pigments
e) Faux, méningite à Pseudomonas rare, d’origine nosocomiale
Réussir
l’internat
en pharmacie

I GUILLAUME WABONT
QCM PHARMA

SAFIA NADJI
L’épreuve des QCM représente 20 % de la note finale au concours de l’internat en Pharmacie.
Il convient de s’y préparer stratégiquement.
Ce manuel contient plus de 800 QCM, repris des 10 dernières années du concours et les
classe par matière pour une meilleure organisation du travail et une facilité de mémorisation.
Il est le premier ouvrage à proposer une correction détaillée et a été fait de façon à ce que
l’étudiant puisse travailler ses QCM seul et, ensuite, facilement accéder à la correction qui se
trouve en vis-à-vis. Cette correction est détaillée pour chacun des QCM. Elle apporte, si néces-
saire, la justification de la proposition et parfois des précisions ou de la méthodologie pour
pouvoir répondre à la question.
Ce manuel aidera l’étudiant à avoir une vision d’ensemble sur les thèmes abordés au concours

QCM PHARMA
et lui permettra de s’exercer rigoureusement à cette épreuve.

Safia Nadji a passé le concours de l’internat de pharmacie en 2015 et est interne en biologie médicale Réussir
au CHRU de Lille. l’internat
Guillaume Wabont a passé le concours de l’internat de pharmacie en 2015 et est interne en pharmacie en pharmacie
hospitalière au CHRU de Lille.

PRÉPA PHARMA
Dans la même collection
Conception graphique : Primo&Primo

ISBN : 978-2-8073-0756-8

www.deboecksuperieur.com