Вы находитесь на странице: 1из 136

О. А. Крюкова, Д. П.

Моисеева

LANGUES ET CULTURES
FRANCOPHONES

МИР ФРАНЦУЗСКОГО ЯЗЫКА


И КУЛЬТУРЫ ФРАНКОФОНИИ

Москва
ТЕЗАУРУС
2016

1
УДК 811.133.1(075.8)
ББК 81.2Фр-923
К856

Печатается по постановлению Ученого совета факультета


Иностранных языков и регионоведения МГУ им. М. В. Ломоносова

Научный редактор:
профессор Т. Ю. Загрязкина

Рецензенты:
профессор О. С. Егорова
доцент Л. В. Разумова

Крюкова О. А.
К856 Langues et cultures francophones. Мир французского
языка и культуры франкофонии: учебное пособие /
О. А. Крюкова, Д. П. Моисеева. – М.: ТЕЗАУРУС, 2016. –
136 с., ил.
ISBN 978-5-98421-318-9
Цель пособия – познакомить с многообразием и богатством культурных
особенностей стран франкофонии, выработать навыки чтения и рефериро-
вания оригинальных текстов общегуманитарной направленности, разви-
вать навыки аудирования, углубить навыки говорения на страноведческие
и общекультурные темы. Оригинальные тексты снабжены словарем, ком-
ментариями и речевыми упражнениями, предполагающими различные виды
речевой деятельности.
Адресовано студентам, учащимся и всем тем, кто изучает французский
язык и интересуется культурой Франции и стран франкофонии, а также
может быть использовано в курсах «Мир изучаемого языка», регионоведе-
ние, страноведение Франции и стран франкофонии, а также на практических
занятиях по французскому языку и занятиях по переводу.

УДК 811.133.1(075.8)
ББК 81.2Фр-923

© О. А. Крюкова, 2016
© Д. П. Моисеева, 2016
ISBN 978-5-98421-318-9 © ТЕЗАУРУС, 2016

2
Методическая записка

Учебное пособие «Мир французского языка и культуры фран-


кофонии» продолжает серию публикаций кафедры французского
языка и культуры факультета иностранных языков и регионоведе-
ния МГУ имени М. В. Ломоносова, направленных на изучение
культурного и языкового разнообразия франкоязычных стран1.
Данное пособие является практической реализацией научных
исследований, посвященных проблеме множественности культу-
ры на примере франкофонии, и адресовано учащимся и всем тем,
кто изучает французский язык и интересуется культурой франкоя-
зычного ареала. Цель пособия – познакомить с многообразием и
богатством культурных особенностей стран франкофонии, выра-
ботать навыки чтения и реферирования оригинальных текстов
общегуманитарной направленности, развивать навыки аудирова-
ния, углубить навыки говорения на страноведческие и общекуль-
турные темы.
Пособие может быть использовано в курсах ФИЯР2. Предъяв-
ляемый материал рассчитан на продолжающий этап обучения, что
предполагает знания, соответствующие 150−200 часам курса
французского языка. Однако, большинство текстов могут быть ис-
пользованы и на более ранней ступени обучения, выбор текста
и упражнений – на усмотрение преподавателя.

1
Среди публикаций серии под ред. Т. Ю. Загрязкиной: «Франция и Россия:
культурные контакты» (1-е и 2-е издания, 2008, 2010); «Франкоязычные культу-
ры: проблемы языка и общества» (2011); «Франкоязычный мир: взаимодействия
и контакты» (2012), «Франкофония: культура повседневности» (2013), «Франко-
фония: социальные аспекты языка и культуры» (2014), «Франкофония: перекре-
стки языков и культур» (2015).
2
Регионоведение Франции, Актуальные проблемы комплексного регионоведе-
ния, Мир изучаемого языка, Культура современной Франции и франкоязычных
стран (Бельгия, Канада, Квебек), Язык и культура франкоязычных стран (Фран-
ция, Бельгия, Квебек (Канада)) – межфакультетский курс, Культура повседневно-
сти, Франция в культурологическом аспекте, курсы по выбору и спецсеминары.

3
Пособие состоит из двух частей – 1 «Языки франкоязычного
ареала», 2 «Франкоязычные культуры» и включает 19 глав, имею-
щих следующую структуру:
• раздел « Texte »: основной текст, словарь (Vocabulaire),
комментарии к тексту (Commentaires), и дополнительные
тексты с уточняющей информацией по теме (Pour en
savoir plus);
• раздел « Activités » (упражнения двух типов):
а) упражнения на понимание письменного текста
(Compréhension écrite): соответствие фраз прочитанному,
вопросы на общее и детальное понимание текста, упраж-
нения на обобщение содержания текста и др.;
б) речевые упражнения (Expression orale), предпола-
гающие различные виды речевой деятельности: беседа,
монологическое высказывание по теме, дискуссии;
• раздел « Recherche personnelle »: самостоятельное творче-
ское задание;
• раздел « Le coin des internautes »: ссылки на интернет ис-
точники по теме для более детального изучения вопросов,
затронутых в тексте.

Авторы выражают глубокую признательность рецензентам


за ценные замечания, сделанные при подготовке данного издания
к печати.

4
PREMIÈRE PARTIE

LANGUES ET ESPACE
FRANCOPHONE

5
T
TEXTE 1

QU’EST-CE QU
UE LA FRA
ANCOPHO
ONIE ?

L terme « francophonie
Le f e » est apparru pour la première
p foiss vers
1880, lorsqu’un géographe français, On nesime Recllus, l’utilisee pour
désiggner l’ensembble des persoonnes et des pays
p parlant le français.
C
Cette notion tombe un peeu dans l’ou ubli jusqu’auu début des aannées
1960. C’est en 1962 que le président
p duu Sénégal et homme de llettres
Léopold Sédar Seenghor écrit : « La francophonie, c’eest cet humaanisme
intégrral qui se tiisse autour de la terre, cette symbbiose des énnergies
dormmantes de touus les continnents, de touttes les racess, qui se réveeillent
à leurr chaleur com
mplémentairee. »

Ph.: Wikimedia Commons

Léopold Sed 1906 – 2001)


dar Senghor (1

6
On parle désormais de francophonie avec un « f » minuscule pour
désigner les locuteurs de français et de Francophonie avec un « F »
majuscule pour figurer le dispositif institutionnel organisant les rela-
tions entre les pays.
Le terme espace francophone représente une réalité non exclusive-
ment géographique ni même linguistique, mais aussi culturelle : elle
réunit toutes celles ou tous ceux qui, de près ou de loin, éprouvent ou
expriment une certaine appartenance à la langue française ou aux
cultures francophones – qu’elles ou qu’ils soient de souche slave,
latine, ou créole, par exemple. Cette dénomination d’espace franco-
phone est la plus floue, mais aussi peut-être la plus féconde.

274 millions de locuteurs


La francophonie, ce sont tout d’abord des femmes et des hommes
qui partagent une langue commune, le français. Le dernier rapport en
date de l’Observatoire de la langue française, publié en 2014, estime
leur nombre à 274 millions de locuteurs répartis sur les cinq continents.
Dès les premières décennies du XXe siècle, des francophones
prennent conscience de l’existence d’un espace linguistique partagé,
propice aux échanges et à l’enrichissement mutuel. Ils se sont consti-
tués depuis en une multitude d’associations et regroupements dans le
but de faire vivre la francophonie au jour le jour. Parmi ces organi-
sations, on peut citer les associations professionnelles, les regroupe-
ments d’écrivains, les réseaux de libraires, d’universitaires, de journa-
listes, d’avocats, d’ONG et, bien sûr, de professeurs de français.

La Francophonie institutionnelle
Depuis 1970 et la création de l’agence de coopération culturelle
et technique (ACCT) – devenue aujourd’hui l’Organisation inter-
nationale de la Francophonie (OIF) – les francophones peuvent
s’appuyer sur un dispositif institutionnel voué à promouvoir la langue
française et les relations de coopération entre les 80 États et gouverne-
ments membres ou observateurs de l’OIF.
Ce dispositif est fixé par la Charte de la Francophonie adoptée
en 1997 au Sommet de Hanoi (Vietnam) :

7
• Le Sommet des chefs d’État et de gouvernement – le Sommet
de la Francophonie –, qui se réunit tous les deux ans, est la
plus haute des instances politiques décisionnelles.
• La Secrétaire générale de la Francophonie est la clé de voûte
de ce dispositif. Michaëlle Jean a été désignée à ce poste par
le Sommet de la Francophonie en 2014 à Dakar (Sénégal).
• La Francophonie dispose aussi d’un organe consultatif :
l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF).
L’Organisation internationale de la Francophonie met en œuvre la
coopération multilatérale francophone au côté de quatre opérateurs :
• l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) ;
• TV5Monde, la chaîne internationale de télévision ;
• l’Association internationale des maires francophones (AIMF) ;
• l’Université Senghor d’Alexandrie (officiellement dénommée
« Université internationale de langue française au service du
développement africain » ou UILFDA).
www.francophonie.org

Vocabulaire

lorsque когда institutionnel институцион-


désigner обозначать; назначать ный, относящийся к органи-
(на должность) зации
tomber dans l’oubli забываться appartenance f принадлеж-
homme de lettres m литератор ность
(se) tisser ткать; перен. созда- souche f пень; зд. перен. про-
вать исхождение
complémentaire (взаимно) до- créole креольский
полняющий; комплементар- dénomination f наименование,
ный обозначение
désormais отныне flou туманный, расплывчатый
locuteur m говорящий fécond плодотворный
figurer изображать, обозначать estimer зд. оценивать, опреде-
dispositif m устройство; меха- лять
низм; аппарат réparti распределенный

8
prendre conscience осозна- charte f хартия; устав; основ-
вать ной закон
propice благоприятный; вы- adopter принять (решение,
годный план, проект)
mutuel взаимный, обоюдный sommet m вершина; зд. саммит,
regroupement m объединение встреча на высшем уровне
au jour le jour изо дня в день décisionnel принимающий ре-
réseau m сеть шение
libraire m книготорговец clé de voûte f замок свода; зд.
universitaire m преподаватель перен. ключевой персонаж,
университета главный элемент
ONG (Organisation Non Gou- disposer de qch располагать
vernementale) неправитель- чем-л.
ственная организация consultatif консультативный,
s’appuyer sur qn, qch опи- совещательный
раться; перен. полагаться mettre en œuvre осуществлять;
на кого-л., что-л. применять
voué à qch посвященный multilatéral многосторонний
чему-л., предназначенный au côté de qch, qn рядом
для чего-л. с чем-л., кем-л.
promouvoir способствовать, opérateur m зд. действующая
содействовать, поощрять организация
observateur m наблюдатель chaîne f цепь; зд. канал

Pour en savoir plus

Chaque année, à la date du 20 mars, la Journée internationale


de la Francophone est l’occasion pour les francophones de célébrer
leur langue commune. Espace de dialogue et de solidarité, la planète
francophonie vibre alors au rythme de ses expressions déclamées,
chantées, dansées sur les cinq continents. Des milliers d’événements
sont organisés dans les États et gouvernements membres ou observa-
teurs de la Francophonie mais aussi dans d’autres zones où le français
est d’ordinaire peu parlé.

9
ACTIVITÉS

Compréhension écrite
1. Dites si les phrases ci-dessous sont vraies, fausses ou le texte ne permet pas de
le savoir :

1) Le mot « francophonie » a plusieurs significations.


2) Dans les années 60, les intellectuels des anciennes colonies
militent pour la création d’une communauté francophone.
3) Léopold Sédar Senghor théorise un idéal de francophonie
universelle.
4) L’OIF est une association de Français vivant en dehors du
territoire de la République française.
5) De tous les continents, l’Afrique compte le plus grand nombre
de locuteurs francophones.
6) L’OIF est une des associations francophones.
7) Le chef d’Etat de la République française est en même temps le
Secrétaire général de la Francophonie.
8) Le Sommet de la Francophonie a lieu tous les cinq ans.
9) Michaëlle Jean est sénégalaise.
10) AIMF est l’abréviation de l’Association internationale des
mères francophones.

2. Associez les deux parties de chaque phrase :

1 Comme son nom l’indique, a en effet, la majorité des pays-


la francophonie regroupe membres de l’OIF sont d’an-
l’ensemble des personnes ciennes colonies françaises ou
belges.
2 Selon les pays ou régions, b Léopold Sédar Senghor est une
le français est une langue personne phare de la franco-
maternelle, phonie.
3 Dans certains pays il existe c qui parlent français, soit comme
des minorités francophones, langue première, soit comme
langue seconde.

10
4 C’est dans l’histoire qu’il d comme la solidarité, la démo-
faut rechercher les origines cratie, la diversité culturelle, les
de cette communauté droits de l’Homme, les droits
linguistique, des femmes et des enfants, l’en-
vironnement, la liberté d’expres-
sion, le droit à l’éducation, etc.
5 D’autres pays gardent des e est la vocation première de la
relations privilégiées avec Francophonie.
la langue française
6 80 Etats et gouvernements f ou bien il est une langue offi-
participent aux sommets de cielle et administrative, ou
la Francophonie encore une langue d’enseigne-
ment.
7 Conforter et accroître l’en- g grâce au rayonnement diploma-
seignement et l’usage du tique et culturel de la France,
français dans le monde en Europe, au XVIIIe siècle.
ainsi que dans la vie diplo-
matique et internationale
où la place du français est
disputée,
8 Projet culturel sans équiva- h qui sont organisés tous les deux
lent, la chaîne TV5 monde ans dans un pays différent.
a pour mission de promou-
voir la langue française et
les valeurs de la Franco-
phonie
9 Premier président de la i comme la Louisiane aux Etats-
république du Sénégal, Unis ou la Vallée d'Aoste en
premier Africain à l’Aca- Italie.
démie française, poète et
penseur,

2. Répondez aux questions ci-dessous :

1)Nature du texte :
– Est-ce un texte journalistique, littéraire, administratif ?
– A-t-il un titre ? Un sous-titre ?

11
– Comment est-il structuré ? Comporte-t-il des paragraphes ?
Sont-ils évidents ?
– De quel type de texte s’agit-il ? Est-ce un texte narratif, expli-
catif, informatif ?
2) Quel est le thème principal du texte ?
3) Qu’est-ce que la francophonie au sens large du terme ? Et au
sens institutionnel ?
4) Qu’est-ce qui réunit les 274 millions de francophones ?
5) Les étudiants russes apprenant le français font-ils partie de la
francophonie ?
6) Quel est l’objectif principal de l’Organisation internationale de
la Francophonie ?
7) Quelles sont ses institutions essentielles ?
8) Qui est à la tête de l’OIF ?
9) Quels sont les niveaux de la promotion du français effectuée
par l’OIF ?
10) Le français est-il une langue de grande envergure géogra-
phique ?

4. Vocabulaire en jeu.
Retrouvez les mots employés dans le texte d’après leur définition. Réemployez-les
dans un microcontexte.

Modèle : 1. Personne qui parle couramment telle ou telle langue. – Un


locuteur. Les locuteurs de français sont répartis sur les 5 continents de
la planète.
1) Personne qui parle couramment telle ou telle langue. (nom)
2) Partie inférieure du tronc d’un arbre, d’où partent les racines ;
Source, origine, principe d’un ensemble ethnique, d’une famille linguis-
tique. (nom)
3) Mettre quelque chose en avant en essayant de le faire adopter,
d’en favoriser le développement. (verbe)
4) Se dit d’une terre qui a une grande puissance productive ; se dit
de ce qui a d’heureux résultats. (adjectif)
5) Ensemble de mesures prises, de moyens mis en œuvre pour un
objectif précis. (nom)

12
6) Se dit de choses, de personnes qui se complètent l’une l’autre.
(adjectif)
7) Caractère de ce qui est vague, peu clair. (adjectif)
8) Marque le point de départ dans le temps ; dorénavant, à partir
de maintenant, de ce moment. (adverbe)
9) Rapport de l’individu à un groupe ou un phénomène dont il fait
partie. (nom)
10) Qui est particulièrement bon, favorable à qn, à qch. (adjectif)

Expression orale
1. Donnez votre avis sur chaque question et discutez-en avec les autres appre-
nants :
1) Comment peut-on promouvoir une langue ?
2) La langue russe a-t-elle besoin d’une promotion dans le monde ?
2. Commentez une des citations de Léopold Sédar Senghor et discutez-en avec les
autres apprenants :
1)« Assimiler sans être assimilé. »
2)« Les racistes sont des gens qui se trompent de colère. »
3)« J’ai rêvé d’un monde de soleil dans la fraternité de mes frères
aux yeux bleus. »

Recherche personnelle
1) Rendez-vous sur le site officiel de l’OIF. Lisez la déclaration
du XVe Sommet de l’OIF à Dakar en 2014. Quel était son thème
principal formulé dans la déclaration ? Quels sont les enjeux actuels de
l’OIF, d’après ce document ?
2) Présentez le portrait de Léopold Sédar Senghor, de Michaëlle
Jean.

Le coin des internautes

1) www.francophonie.org – site officiel de l’Organisation internationale


de la Francophonie ;

13
2) www.tv5monde.com – site officiel de la chaîne internationale de
télévision ;
3) www.auf.org – site officiel de l’Agence universitaire de la
Francophonie ;
4) www.aimf.asso.fr – site officiel de l’Association internationale des
maires francophones (AIMF) ;
5) www.usenghor-francophonie.org – site officiel de l’Université
Senghor d’Alexandrie ;
6) www.larousse.fr/encyclopedie/ – découvrez l’encyclopédie Larousse
en ligne.

14
TEXTE 2

GEOPOLITIS
6000 langues parlées : quel avenir pour le français ?

Un très bel avenir se dessine pour la langue française en Afrique.


Quelques chiffres : actuellement, des francophones, il y en a quelque
274 millions, dont 212 millions qui en font un usage régulier. Mais
si l’on se projette dans le futur, en 2060, des francophones, on en
comptera 700 millions, dont 90 % vivront et parleront sur le continent
africain. La langue française peut avoir perdu la première place qui
était la sienne au sein du monde des très cultivés XVIIIe et XIXe siècle ;
il n’empêche : de nos jours, le français, en tant que langue, n’a jamais
autant été appris, notamment par les jeunes Européens. Entre 2005 et
2012, c’est une statistique de l’Union européenne, le français a pro-
gressé de 30 à 34 % dans les collèges du continent européen, avant
l’allemand et l’espagnol. Assez curieusement, c’est dans un pays
comme Chypre que la langue française est le plus apprise, par 91 % des
élèves ; suivent dans ce classement la Roumanie, l’Italie, les Pays-Bas
et le Portugal.

Langues et dialectes : quelles évolutions ?


On se résume : en gros, un maximum de 6 000 langues sont ré-
pertoriées dans le monde, mais 50 d’entre elles, seulement, sont par-
lées par une très large majorité de Terriens. On peut encore affiner : il y
10 langues qui sont parlées par plus de 100 millions d’habitants de la
planète, dont le mandarin, en 1re position, puis l’anglais, l’espagnol,
le hindi, le français et l’arabe. Pour le reste, d’ici à la fin de ce siècle,
pratiquement 90 % de ces 6 000 langages auront disparu. Elles n’auront
plus de locuteurs, comme on dit. L’une des causes de ces disparitions,
c’est, d’abord l’exode rural, qui conduit à l’absence de transmission des
traditions et des langues qui y sont associées, mais ce peut être aussi
l’action de certains gouvernements qui prônent l’usage d’une langue
unique pour cimenter l’unité d’un pays. L’anglais, pour sa part, n’est
pas sur le point de s’effacer, bien au contraire, il est solidement

15
accroché au sommet de la hiérarchie des langues. Cela dit, aux étages
inférieurs, la lutte est âpre : le mandarin progresse dans le monde des
affaires, mais n’a guère de pays relais ; l’espagnol, lui, est sur une pente
démographique légèrement ascendante.

Multilinguisme : une nécessité ?


Sur le continent européen vivent et commercent quelque 500 mil-
lions de citoyens. À la différence des États-Unis, l’Europe ne fonc-
tionne pas avec une seule langue, en tout cas largement majoritaire.
En Europe, la règle, c’est la diversité, qui peut et doit favoriser la mobi-
lité, et non pas constituer une entrave ou une barrière. À ce sujet, la
Suisse fait œuvre de pionnier et de modèle avec, dernier chiffre connu,
41,9 % de ses habitants qui se servent régulièrement, dans la vie de tous
les jours, de deux ou plusieurs langues ou dialectes. C’est moins que
le Luxembourg, champion s’il en est du plurilinguisme, mais c’est
beaucoup plus que la Belgique ou le Canada ou cette proportion
descend à 26 %. Loin derrière on trouve la France et les États-Unis ou
seulement un citoyen sur cinq utilise, dans la vie de tous les jours, deux
ou plusieurs langues ou dialectes.
RTS (Radio Télévision Suisse)
Publié le 29/11/2014

Vocabulaire

cultivé зд. просвещенный mandarin m зд. китайский язык


il n’empêche тем не менее hindi m хинди
notamment особенно exode rural m массовое пересе-
classement m классификация, ление из деревни в город
распределение transmission f передача
se résumer излагаться вкратце, cimenter цементировать; перен.
в общих чертах укреплять, объединять
Terrien m землянин, житель prôner qch выступать за что-л.
Земли s’effacer стираться; отходить на
affiner очищать, заострять, второй план, уступать дорогу
улучшать; зд. перен. уточнять solidement твёрдо, прочно

16
accrocher зацеплять, закреп- nécessité f необходимость, по-
лять требность
inférieur нижний majoritaire относящийся к боль-
âpre упорный; жесткий шинству
ne guère почти не diversité f разнообразие
relais m пункт перегрузки; сме- entrave f помеха, препятствие
на, эстафета faire œuvre de qn выступать
pente f спуск; зд. путь в роли кого-л.
ascendant восходящий, возрас- pionnier m пионер, первооткры-
тающий ватель

ACTIVITÉS

Compréhension écrite

1. Dites si les phrases ci-dessous sont vraies, fausses ou le texte ne permet pas de
le savoir :

1) L’avenir de la langue française se situe en Afrique.


2) Dans son rayonnement mondial le français a toujours été
dépassé par l’anglais.
3) En Europe il y a de moins en moins d’apprenants du français.
4) Dans la liste des langues les plus influentes le français occupe
la seconde place après l’anglais, mais avant l’espagnol, le russe, l’arabe
et le chinois.
5) La plupart des langues existantes ont un nombre relativement
réduit de locuteurs.
6) L’espagnol est une langue en danger.
7) Le nombre de francophones aura doublé en 2060.
8) Le mandarin est parlé uniquement en Chine.
9) La mort des langues entraîne l’uniformisation culturelle.
10) En France il y a beaucoup moins de bilingues qu’en Belgique.

2. Complétez le tableau suivant qui présente un classement du plurilinguisme dans


le monde :

17
Pays Données chiffrées

1) ......... Pas de chiffre

2) Suisse .........

3) Belgique et ......... 26 %

4) ......... et États-Unis .........

3. Répondez aux questions ci-dessous :

1) Nature du texte :
– Est-ce un texte journalistique, littéraire, administratif ?
– A-t-il un titre ? Un sous-titre ?
– Comment est-il structuré ? Comporte-t-il des paragraphes ?
Sont-ils évidents ?
– De quel type de texte s’agit-il ? Est-ce un texte narratif, expli-
catif, informatif ?
2) Quel est le thème principal du texte ?
3) Quelle évolution prévoit-on pour le français dans quelques
dizaines d’années ?
4) Dans quels pays y a-t-il un intérêt pour l’apprentissage du
français ? A votre avis, qu’est-ce qui explique ce phénomène ?
5) Quelle est la position du français dans le classement des
langues les plus parlées ?
6) Selon l’auteur, quelles sont les causes principales de la mort des
langues ? Pouvez-vous en donner d’autres ?
7) L’anglais va-t-il bientôt céder ses positions de leader ?
8) Y a-t-il une alternative éventuelle à l’anglais ?
9) Quelle tendance peut-on observer en Europe en terme de poli-
tique linguistique ?
10) Comment comprenez-vous le phénomène de l’exode rural ?

18
4. Vocabulaire en jeu :
a) Trouvez dans le texte le synonyme pour chacune des expressions ci-dessous et
réemployez-les dans un microcontexte.

Modèle : Consolider – cimenter. La lutte contre l’ennemi extérieur


a cimenté la société.
Consolider, céder ses positions, un obstacle, le plurilinguisme, un
leader, le chinois, les habitants de la planète, violent, migration dans les
villes, la variété.
b) Complétez le texte ci-dessous avec les mots suivants. Attention : il y a un intrus.

Scolaire, organisations, majoritaire, atout, universelle, quotidiennement,


identité, médias, locuteurs, affaires, apprise.
La langue française, 4e langue d’Internet, 2e langue d’information
dans les (1)______________, 2e langue de travail de la plupart des
(2)____________ internationales et 2e langue la plus (3)____________
dans le monde constitue un (4)_______________ pour ceux qui
la maîtrisent. Certains l’ont acquise dès l’enfance, en famille et à
l’école et l’utilisent (5)_____________ (environ 212 millions de
(6)_______________) alors que d’autres se la sont appropriée au
fil d’un apprentissage (7)________________ ou universitaire, et
parfois en autodidactes. Langue de communication internationale
ou des (8)________________, elle leur permet aussi d’expri-
mer leur créativité littéraire, poétique ou musicale à partir de leur
(9)_______________culturelle propre dans une langue sans cesse
renouvelée qui adopte ainsi la forme (10)______________ chère à
Léopold Sédar Senghor.

Expression orale
Donnez votre avis sur chaque question et discutez-en avec les autres apprenants :

1) Quels sont les facteurs qui assurent la longévité d’une langue ?


2) L’extinction des langues est-elle une tendance alarmante, natu-
relle ou positive ?
3) La langue française est-elle une arme d’équilibre de la mon-
dialisation ?

19
4) La diversité linguistique est-elle un facteur désunissant ou
enrichissant pour un Etat ?

Recherche personnelle
Proposez une problématique en rapport avec le texte. Préparez vos arguments
relatifs à la problématique choisie.

Le coin des internautes

1) www.francophonie.org/IMG/pdf/oif_synthese_francais.pdf – rapport
de L’Observatoire de la langue française « La langue française dans le monde
2014 » ;
2) www.avenir-langue-francaise.fr – site officiel de l’Association de
défense et de promotion de la langue française (ALF) ;
3) www.rts.ch – radio télévision suisse de langue française.

20
TEXTE 3

LE CANADA FRANCOPHONE

« Personne n’oublie ici que les Canadiens dits


« français » furent les fondateurs du Canada, que les colons
français furent les premiers à s’établir durablement sur
le territoire actuel du Québec. »

La langue française s’est enracinée au Canada dès les premières


colonisations, et plus encore en 1608, lors de la fondation de la ville de
Québec. De nos jours, les francophones au Canada représentent presque
10 millions de la population, dépassant les frontières originelles
de l’Acadie et du Québec. La présence du français est très variée au
niveau géographique sur le sol canadien. En dehors du Québec,
l’Ontario est la province qui compte le plus de francophones de langue
maternelle.
Le Nouveau-Brunswick arrive ensuite, même si ce territoire affiche
officiellement son bilinguisme. Le Manitoba, l’Alberta, la Colombie
britannique, la Saskatchewan, la Nouvelle Écosse pratiquent plus
faiblement le français, même si ces provinces œuvrent à le maintenir
dans la tradition locale.
Cette Nouvelle-France comme on la nommait, s’étendait à ce qui
correspond aujourd’hui aux Provinces Maritimes, au sud du Québec,
à l’Ontario, aux Grands Lacs, au Manitoba, à Saskatchewan, et bien
au-delà de la frontière américaine, jusqu’à la Louisiane. Depuis lors, les
Canadiens français ont appris à défendre farouchement leurs racines,
celles-ci passant par l’enseignement et la maîtrise du français dans un
continent qui pourrait être plus enclin à des accointances nord-améri-
caines et à la pratique générale de l’anglais. Le français est donc au
même titre que l’anglais, la langue officielle du Canada depuis 1968,
même si son parler diffère quelque peu de celui parlé en France. Au fil
du temps, l’accent, les expressions, la formulation se sont façonnées
pour laisser la place à un français propre au peuple canadien, facilement
reconnaissable pour les Français de souche.

21
Les Canadiens français ont ainsi créé leur identité tout en ayant
pour base cette francophonie qu’ils revendiquent tant. Le français
québécois est enseigné dans toutes les écoles de la province, et un
office très sérieux veille au développement et à la consolidation des
acquis de cette langue qui a eu par le passé à souffrir de l’enva-
hissement de l’anglais et des préférences de certaines politiques au
sein du gouvernement canadien. Le français a su pourtant résister,
pour finir par être célébré par tout un peuple, bien loin de son pays
d’origine. Depuis, l’heure est plutôt au respect, à la sauvegarde, et
à l’enseignement perpétué dans cette langue maternelle et affective
pour les populations des régions linguistiquement françaises de
souche.
http://www.canada-francophone.com/ca-fr.html

Vocabulaire

s’enraciner укореняться au même titre в той же степе-


dépasser les frontières выхо- ни
дить за границы au fil du temps с течением вре-
langue f maternelle родной язык мени
œuvrer à добиваться, работать se façonner подвергаться обра-
над ботке, перен. оформляться
maintenir поддерживать laisser la place à уступить место
défendre farouchement ожесто- propre свойственный
ченно защищать revendiquer отстаивать свое пра-
être enclin à склонный к во на, требовать
accointance f зд. связь, влияние veiller à бдить, следить
(английского языка) résister сопротивляться

Commentaires

La Belle Province. Cette expression se trouvait sur les plaques


d’immatriculation du Québec jusqu’à ce qu’elle soit remplacée
par l’actuel « je me souviens » en souvenir de la guerre entre

22
l’Angleterre et la France à la fin de laquelle cette dernière perdit la
Nouvelle-France.

L’Acadie. L’Acadie est le nom donné aux possessions françaises


d’autrefois qui se situaient au sud-est de l’embouchure du Saint-Laurent
dans ce qui constitue aujourd’hui la province de Québec, la Nouvelle-
Écosse, le Nouveau-Brunswick et le Maine aux États-Unis. Les colons
français furent déportés en 1755. Une grande partie d’entre eux s’établi-
rent en Louisiane.

Le Labrador. Presqu’île de l’est du Canada dont la plus grande


partie appartient au Québec depuis 1927. Les anglophones appellent
Labrador la plus petite partie de la presqu’île qui appartient à la pro-
vince de Terre-Neuve.

Terre Neuve. On y retrouve aussi des enclaves acadiennes.

Pour en savoir plus

Le Canada a participé activement à la création et au développe-


ment des institutions de la Francophonie. Ainsi, c’est sous l’impulsion
d’un Canadien, Jean-Marc Léger, qu’est née l’Agence universitaire de
la Francophonie (AUF), en 1961. Plus tard, en 1979, l’Association
internationale des maires et des responsables des capitales et métro-
poles partiellement ou entièrement francophones (AIMF) a été créée à
l’initiative des Maires de Paris et de Québec.
De plus, le Canada fut l’un des membres fondateurs de l’Agence
de coopération culturelle et technique, créée en 1970 à Niamey, qui est
par la suite devenue l’Agence intergouvernementale de la Franco-
phonie, puis l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF)
en 2005.

23
ACTIVITÉS

Compréhension écrite

1. Complétez la carte avec les noms des provinces francophones du Canada.

2. Dites si les phrases ci-dessous sont vraies, fausses ou le texte ne permet pas de
le savoir :

1) Les colons français furent les premiers à s’établir durablement


sur le territoire actuel du Québec et des Etats-Unis.
2) La plupart des Canadiens francophones habitent au Québec ;
toutefois, plusieurs habitent dans les autres provinces et territoires du
Canada.
3) Le Canada compte deux langues officielles : le français et
l’anglais.
4) Tous les Canadiens déclarent pouvoir soutenir une conversation
en français.

24
5) Les services d’éducation et de santé sont gérés par les pro-
vinces et les territoires. L’offre de ces services en français dépend de
la région.
6) Le Canada jouit du statut d’État membre de la Francophonie,
alors que les provinces du Québec et du Nouveau-Brunswick en sont
des gouvernements participants.
7) C’est l’immigration internationale qui influe le plus sur l’évolu-
tion du français au Canada.
8) Le français québécois est enseigné dans toutes les écoles de la
province.
9) Certaines politiques, dans le temps, ont contribué à abolir et
à réduire le champ d’action législatif de la langue française.
10) Les farouches partisans de la francophonie au Canada se sont
battus durant les périodes où la langue était dépréciée et humiliée au
profit de l’anglais.

3. Associez les deux parties de chaque phrase :

1 Le Canada n’est pas seule- a où il est implanté depuis près


ment le deuxième plus grand de quatre siècles.
pays au monde, c’est aussi
le pays
2 Le français joue un rôle b reconnaissent pas officielle-
important dans le paysage ment le français
linguistique du pays, en
particulier dans l’est,
3 Bien que le Canada c lois ayant pour but la sauve-
garde du patrimoine linguis-
tique et culturel.
4 Au Québec, où les franco- d seule province officiellement
phones bilingue
5 Le Nouveau-Brunswick est e soit officiellement bilingue,
la le statut du français varie
d’une province et d’un terri-
toire à l’autre.
6 Les autres provinces et f soutenu la préséance du
territoires ne français dans les affaires et
l’éducation.

25
7 Le XXe siècle a vu l’avène- g d’autre part le recours plus
ment de fréquent à l’anglais pour la
communication quotidienne.
8 Au Québec, ces lois ont h sont majoritaires, le français
est la langue officielle au
niveau provincial.
9 L’évolution du français dans i qui compte le plus grand
les communautés minoritai- nombre de francophones
res reflète d’une part le rôle natifs après la France !
croissant de l’école de langue
française dans la reproduc-
tion linguistique de ces com-
munautés et

4. Répondez aux questions ci-dessous :

1) Nature du texte :
– Est-ce un texte journalistique, littéraire, administratif ?
– A-t-il un titre ? Un sous-titre ?
– Comment est-il structuré ? Comporte-t-il des paragraphes ?
Sont-ils évidents ?
– De quel type de texte s’agit-il ? Est-ce un texte narratif,
explicatif, informatif ?
2) Quel est le thème principal du texte ?
3) Pourquoi et depuis quand parle-t-on français au Canada ?
4) Quel est le statut actuel du français au Canada ?
5) Est-il le même sur tout le territoire ?
6) Pourquoi les Canadiens français ont-ils appris à défendre
farouchement leurs racines ?
7) Le français au Canada a-t-il besoin d’être protégé ? Pourquoi ?
8) Quel organisme gouvernemental veille à ce que le français soit
la langue normale et habituelle du travail, des communications, du
commerce et des affaires ?

5. En vous aidant des activités précédentes, faites une présentation orale du texte.

26
Expression orale
Donnez votre avis sur chaque question et discutez-en avec les autres apprenants :

1) L’école peut-elle contribuer à la défense de la langue ?


2) Une langue parlée peut-elle exister coupée de toute origine,
de toute histoire, sans contexte et sans arrière-plan, dans la synchro-
nie géographique d’un moment donné et dans une sorte de frontalité
absolue ?

Recherche personnelle
1) Pour l’Office québécois de la langue française, la loi 22 consti-
tue un jalon important de l’histoire, puisqu’elle est venue jeter les bases
de la Charte de la langue française – loi 101 – adoptée trois ans plus
tard sous le gouvernement péquiste de René Lévesque. De quoi parlent
ces lois ?
2) Le joual est-il une langue ou simplement du mauvais français ?
Le joual a-t-il appauvri ou enrichi la culture québécoise ? La culture
devrait-elle faire la promotion d’une langue bien parlée ou refléter la
réalité ? Ce débat, lancé dans les années 60, a encore une résonance
bien actuelle. Renseignez-vous sur ce sujet. Faites une présentation.

Le coin des internautes

1) http://continent.uottawa.ca/ – « Le français à la mesure d’un


continent : un patrimoine en partage ». Ce grand projet de recherche concertée
du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada porte sur les
communautés francophones d’Amérique du Nord sur plus de 400 ans. Il
interroge le passé, le présent et l’avenir des communautés francophones et
place l’individu et sa langue au cœur du changement des sociétés
francophones ;
2) https://www.oqlf.gouv.qc.ca/accueil.aspx – site de l’Office québécois
de la langue française ;
3) http://www.fcfa.ca/ – Fédération des communautés francophones et
acadienne du Canada.

27
TEXTE 4

LE VAL D’AOSTE... UNE FRANCOPHONIE


OUBLIÉE

La Vallée d’Aoste pourrait être comparée à un petit Tibet. Un peu


hasardeux comme exemple, mais assez efficace pour rendre bien
l’idée... Enclave francophone au sud-est du Mont-Blanc, cette terre
couronnée par les plus hautes cimes européennes est aujourd’hui une
région autonome au sein de l’Italie.
Aoste... où la francophonie résiste à la manière du village
d’Astérix !

Après la chute de l’Empire romain, la région a gravité pendant


quinze siècles dans l’aire francophone située à l’ouest des Alpes ; une
bonne partie de ce temps sous l’aile protectrice des Savoie qui lui
avaient laissé une forte autonomie administrative. À ce propos, la
Vallée d’Aoste a été la première administration au monde qui ait
employé la langue française comme langue officielle (1536), trois
années avant la France même. Mais par la suite, suivant les vicissitudes
de la famille royale des Savoie, elle a été trempée dans le nouveau
Royaume d’Italie (1861). L’italianisation forcée dès le début et le
fascisme après ont endommagé sérieusement le patrimoine linguistique
et culturel de cette terre. Le nouveau régime d’autonomie octroyé en
1948 par la République italienne afin de repousser une éventuelle
annexion à la France où l’indépendance a certainement permis à la
Vallée d’Aoste une certaine forme de « self-government » et donc, la
construction d’un modèle de bon gouvernement et de bien-être diffusé
parmi la population. Mais dans le domaine linguistique, donc surtout
à l’école (où le bilinguisme français-italien aurait dû garantir non
seulement la coexistence des deux langues mais surtout la diffusion à
nouveau de la langue française), le problème reste. Enfin, pour une
autre fois, la nouvelle réalité socio-politique a plongé la Vallée dans un
milieu complètement italien : télévision, internet, radio et journaux
nationaux ont fait le reste... La survivance du français reste minime et si
en 1921, 91 % des Valdôtains parlaient français, aujourd’hui seulement
1 % l’utilise couramment.

28
Paradoxalement, la promotion du bilinguisme a permis d’intro-
duire dans les écoles la parité des deux langues, mais les autres discip-
lines, qui ensemble font les 2/3 de l’horaire scolaire, sont enseignées
seulement en langue italienne. Le résultat est donc que l’enseignement
du français rejoint effectivement 100% des élèves valdôtains, mais la
réalité du milieu (soit l’organisation de la société, la présence massive
d’immigrés italiens et étrangers et la globalisation) ne permet pas à
cette langue de sortir des établissements scolaires pour se répandre dans
la vie quotidienne.
Langue de la toponymie, de l’école, d’une partie des mouvements
politiques valdôtains, langue officielle des institutions (mais rarement
utilisée hors papiers dans les bureaux) et de quelques journaux locaux,
le français risque la disparition.
Langue, donc, qui reste bien vivante dans l’imaginaire collectif :
elle est bien présente sur les panneaux routiers de la région, aussi dans
les anciens documents ; elle est bien évidente dans quelque journaux,
dans certaines émissions de télévision et de radio, dans plusieurs livres
ou dans les classes de français... mais elle n’est pas utilisée dans la vie
de tous les jours où les Valdôtains de souche sont devenus eux-mêmes
Ph. : Alessandro Vecchi / Wikimedia Commons

Commune alpine de Fontainemore (Vallée d’Aoste)

29
une minorité ethnique sur leur terre, où ils font du francoprovençal leur
principale langue véhiculaire à côté de... l’italien...
par Mauro Caniggia Nicolotti et Luca Poggianti

www.zigzag-francophonie.eu – Publié le 25/10/2012

Vocabulaire

hasardeux рискованный, опас- bien-être m благосостояние, ком-


ный; зд. смелый форт
enclave f вклинившаяся часть diffuser распространять
чужой территории; анклав diffusion f распространение
cime f вершина plonger погружать
au sein de qch внутри, в со- survivance f выживание, сохра-
ставе, в недрах чего-л. нение
résister сопротивляться, обо- minime минимальный, незначи-
роняться, противостоять тельный
chute f падение couramment свободно, с легко-
graviter физ. тяготеть, вра- стью
щаться вокруг parité f паритет, равенство
aire f ареал, пространство rejoindre qn, qch присоединять-
aile f крыло ся; зд. достигать кого-л., дохо-
protecteur покровительствен- дить до кого-л.
valdôtain вальдостанский; житель
ный, защитный
Валле-д’Аосты
vicissitudes f pl случайности;
milieu m среда, окружение
несчастья
imaginaire m воображаемое
tremper окунать, погружать;
panneau routier m дорожный ука-
разводить
затель
forcé принудительный, на- évident явный, очевидный
сильственный de souche перен. коренной (жи-
endommager наносить ущерб тель)
octroyer жаловать, предостав- francoprovençal m франкопро-
лять вансальский язык
afin de для того, чтобы langue véhiculaire f общий язык,
repousser qch отражать, от- служащий для общения разно-
клонять языкого населения

30
Commentaires
Le Tibet est une région de plateaux située au nord de l’Himalaya
(altitude moyenne de 4 900 m), habitée traditionnellement par les Tibé-
tains ainsi que d’autre groupes ethniques. La région autonome du Tibet,
créée après l’intervention des troupes chinoises en 1951, est réputée
pour ses mouvements séparatistes au sein de la République populaire
de Chine.

Astérix est un héros d’une série de bande dessinée franco-belge,


imaginé en 1959 par le scénariste René Goscinny et le dessinateur
Albert Uderzo, pour l’hebdomadaire Pilote. La série met en scène en
50 av. J.-C. (peu après la conquête romaine) un petit village gaulois
qui poursuit seul la lutte contre l’envahisseur grâce à une potion
magique donnant une force surhumaine à quiconque en boit. Les
personnages principaux sont le guerrier Astérix et son meilleur ami
Obélix, chargés par le village de déjouer les plans des Romains.

Pour en savoir plus


Le francoprovençal fait partie du groupe linguistique gallo-roman.
C’est un ensemble de patois parlés dans l’est de la France, dans certains
cantons francophones de la Suisse et dans les Alpes italiennes, d’où sa
variabilité fort marquée : on dit qu’il y a autant de patois que de
clochers. Le francoprovençal est une langue minoraire (moins de
200 000 locuteurs au total) mais connaît aujourd’hui un regain d’intérêt.
Il demeure encore de nos jours l’élément identitaire le plus fort, le fil
rouge unissant les communautés installées autour du Mont-Blanc.

ACTIVITÉS

Compréhension écrite
1. Dites si les phrases ci-dessous sont vraies, fausses ou le texte ne permet pas de
le savoir :

1) La Vallée d’Aoste est un pays indépendant.


2) La région valdôtaine est située dans les Alpes occidentales.

31
3) Pendant des siècles, le français a eu une très forte position dans
la région.
4) La Vallée d’Aoste fait partie de l’Italie dès la seconde moitié du
XIXe siècle.
e
5) Depuis le début du XX siècle, les autorités locales sont libres
de choisir leur politique linguistique.
6) La plupart des matières scolaires sont enseignées en italien.
7) Le francoprovençal a le statut de langue régionale en Vallée
d’Aoste.
8) Les Valdôtains acceptent facilement la standartisation linguis-
tique.
9) Aujourd’hui, il y a beaucoup d’immigrés dans la région.
10) Actuellement, on constate un nouvel essor du mouvement
séparatiste valdôtain.

2. Complétez la chronologie de l’évolution de la situation linguistique en Vallée


d’Aoste :

Date / époque Evenement / phase


Officialisation du français et substitution du latin
...... dans les tribunaux et les actes officiels
Unification de l’Italie. Déclenchement de l’ita-
lianisation de la population de la région valdô-
......
taine
1925−1943 .....
Concession du statut d’autonomie. Installation
...... du bilinguisme.
Loi nationale en matière de protection des
1999
minorités linguistiques historiques
Nos jours
......

3. Répondez aux questions ci-dessous :

1)Nature du texte :
– Est-ce un texte journalistique, littéraire, administratif ?
– A-t-il un titre ? Un sous-titre ?

32
– Comment est-il structuré ? Comporte-t-il des paragraphes ?
Sont-ils évidents ?
– De quel type de texte s’agit-il ? Est-ce un texte narratif,
explicatif, informatif ?
2) Quel est le thème principal du texte ?
3) Quelles sont les particularités de la situations géographique de
la Vallée d’Aoste ?
4) D’où provient la tradition francophone dans la Vallée d’Aoste ?
5) Quelle est la politique linguistique actuelle dans la région ?
6) Les Valdôtains se sentent-ils italiens par excellence ?
7) En quoi consiste le paradoxe de l’enseignement des langues
dans les écoles valdôtaines ?
8) Pourquoi est-il difficile de revaloriser le français à côté de
l’italien ?
9) Aujourd’hui, quelles sont les représentations du patrimoine
francophone dans la région ?
10) Quel est le rôle du francoprovençal dans la vie quotidienne des
Valdôtains ? A votre avis, dans quel contexte est-il utilisé ?
11) Pourquoi l’auteur compare-t-il la Vallée d’Aoste au Tibet ? Au
village d’Astérix ?

4. Vocabulaire en jeu.
Retrouvez les mots employés dans le texte d’après leur définition. Réemployez-les
dans un microcontexte.

1) Situation d’une communauté où se pratiquent concurremment


deux langues. (nom)
2) Une structure publique qui participe à l’organisation de la
société ou de l’État. (nom)
3) Extrémité supérieure, et le plus souvent pointue, d’une montag-
ne, des arbres, etc. (nom)
4) Mettre quelque chose en mauvais état ; abîmer, détériorer.
(verbe)
5) Rattachement d’un territoire à un autre, généralement plus
grand. (nom)
6) Se dit d’un territoire qui s’administre librement, se gouverne
par ses propres lois ; se dit de qn qui a une certaine indépendance, qui
est capable d’agir sans avoir recours à autrui. (adjectif)

33
7) S’opposer par la force à celui ou à ceux qui emploient des
moyens violents. (verbe)
8) Ensemble de personnes, de choses inférieures en nombre par
rapport à un autre ensemble. (nom)
9) Accorder qch à qn (d’un supérieur à un subordonné ou comme
une faveur). (verbe)
10) Action de tomber, de perdre l’équilibre ; effondrement d’un
régime. (nom)
11) Se mouvoir dans l’entourage de quelqu’un qui dispose d’une
autorité, dans la zone d’influence d’une grande puissance. (verbe)
12) Ce qui est imposé. (adjectif)
13) Ce qui est considéré comme l’héritage commun d’un groupe.
(nom)

Expression orale
Donnez votre avis sur chaque question et discutez-en avec les autres apprenants :
1) Le milieu naturel, participe-t-il à la construction de l’iden-
tité nationale ou régionale ? Commentez le proverbe valdôtain « La
montagne forge l’homme. »
2) L’extinction d’une langue est-elle irréversible ?
3) Quel est le rôle de l’école dans la réalisation de la politique
linguistique ?
4) Qu’est-ce que « l’imaginaire collectif » ? A quels domaines
scientifiques appartient ce concept ?

Recherche personnelle
Proposez une problématique en rapport avec le texte. Préparez vos arguments
relatifs à la problématique choisie.

Le coin des internautes

1) www.zigzag-francophonie.eu – actualités du monde francophone ;


2) www.regione.vda.it – site officiel de la région autonome Vallée d’Aoste ;
3) www.patoisvda.org – portail du francoprovençal en Vallée d’Aoste.

34
TEXTE 5

LA SITUATION CONTEMPORAINE DU FRANÇAIS


EN AFRIQUE ET DANS LES DROM

Dans la deuxième moitié du XXe siècle, alors que le français est


resté langue officielle unique dans les anciennes colonies françaises
demeurées sous souveraineté française (les DROM en particulier), les
choix des Etats ayant accédé à l’indépendance ont été divers au
Maghreb, en Afrique Subsaharienne et dans l’Océan Indien. Précisons
que, contrairement aux indépendances américaines des XVIIIe et XIXe
siècles, menées par les descendants des premiers colons, les indépen-
dances africaines ont été acquises par les autochtones. C’est pourtant
le français qui a été choisi comme langue officielle dans la majorité
des pays nouvellement indépendants ; seuls les pays du Maghreb et
Madagascar ne lui ont pas donné ce statut. Dans tous les cas, pour des
raisons politiques, économiques et sociales, c’est après les indépen-
dances que le français va connaître une extraordinaire expansion.
Outre les politiques volontaristes de scolarisation et d’imposition du
français dans les territoires français et dans les pays africains subsaha-
riens, les raisons à cette rapide expansion du français sont aussi
à chercher dans les représentations attachées à la langue française.
Le français est porteur de promotion sociale, langue d’accès à la con-
naissance scientifique et aux techniques professionnelles, il implique
une ouverture potentielle sur le monde en même temps qu’il représente
une voix différente de celle de l’anglais. Alors que les situations sont
diverses en Afrique et dans les DROM, la vernacularisation du fran-
çais a donc réellement commencé il n’y a pas plus de cinquante ans.
C’est depuis peu qu’il occupe la vie quotidienne, la rue et les foyers,
notamment en ville, et qu’il devient langue première d’un nombre
grandissant de locuteurs, le plus souvent bilingues, mais parfois uni-
quement francophones dans les DROM et dans certaines villes d’Afri-
que subsaharienne.
Cependant, la vernacularisation du français s’accompagne de
phénomènes d’appropriation qui semblent desservir l’idéal de l’inter-
compréhension avec le reste du monde. Tant que le français est langue

35
étrangère, cantonné à l’école et aux situations formelles (et officielles
en Afrique subsaharienne et dans les DROM), il reste proche du fran-
çais de référence (FR). Lorsqu’il entre dans le quotidien, se verna-
cularise, des processus d’appropriation qui éloignent la langue du
FR sont inévitables. Durant ces trois dernières décennies, le français
descend de son piédestal, se diversifie en variétés plus appropriées aux
situations courantes et quotidiennes, emprunte à ses langues partenaires
et est emprunté, alterne avec elles dans la même interaction. Des argots
s’étendent et deviennent des parlers jeunes, comme le nouchi en Côte
d’Ivoire, le carnfranglais au Cameroun ; la chanson jeune, le rap en
particulier, se l’approprie. La diglossie s’estompe peu à peu au niveau
social et l’émergence de normes locales permet une représentation du
français comme symbole identitaire. Au Maghreb, en Afrique subsaha-
rienne et dans les DROM foisonnent ainsi des variétés de français plus
ou moins éloignées du FR, ayant plus ou moins recours à l’alternance
codique, auxquelles sont attachées des valeurs distinctes. Au niveau des
interactions quotidiennes, ces normes plurielles sont intériorisées par le
locuteur, dans une compétence à la fois linguistique et pragmatique qui
lui permet de produire et d’interpréter chaque énoncé par rapport à
son contexte particulier, en fonction des divers ensembles de règles
qu’il a assimilées.
L’étendue de la variation actuelle du français, qui égale presque
celle de l’anglais, est certes une richesse, fruit de la diversité des histoi-
res et des situations, mais la réflexion est en cours, au niveau des
enseignants et des professionnels de la parole en général, sur la place
à accorder au FR, aux français locaux et aux langues partenaires et sur
la hiérarchisation qui en découle nécessairement. Idéalement, le FR est
accessible par l’école et les médias internationaux, mais de fait, l’inter-
pénétration des variétés est telle qu’il est difficile de faire la part entre
formes du FR et formes des français locaux. A des degrés divers, toute
interaction en français qui demande de sortir nettement des variétés
locales s’accompagne d’une certaine insécurité linguistique et une réelle
compétence pluri-francophone reste à construire.

Detey S., Durand J., Laks B., Lyche Ch.


Les variétés du français parlé dans l’espace francophone.
Ophrys, 2010. P. 241−242.

36
Vocabulaire

demeurer sous souveraineté на- se diversifier становиться раз-


ходиться под суверенитетом нообразнее
accéder à l’indépendance до- approprié соответствующий,
биться независимости присвоенный
contrairement в отличии от situation courante et quoti-
descendant des premiers colons dienne обыденная ситуация
потомок первых колонистов emprunter à ses langues parte-
acquérir приобретать naires заимствовать у языков
autochtone m коренной житель, alterner чередоваться
туземец s’étendre распространяться
connaître une extraordinaire parlers jeunes молодежные
expansion зд. стать чрезвы- жаргоны
чайно распространенным diglossie f диглоссия, сосуще-
les raisons sont à chercher сле- ствование двух языков или
дует искать причины двух форм одного языка
porteur de promotion sociale s’estomper постепенно исчезать
средство повышения социаль- émergence f появление
ного положения foisonner изобиловать
langue d’accès à язык, дающий avoir recours à прибегнуть
доступ к intérioriser интериоризировать,
impliquer означать глубоко усвоить
vernacularisation f свойство énoncé m высказывание
языка служить средством об- en fonction de в зависимости
щения в обыденной жизни étendue f размах, количество
appropriation f присвоение, égal равный
приспособление к faire la part entre делить, выде-
être cantonné à l’école не выхо- лять
дящий за пределы школы à des degrés divers в разной
inévitable неизбежный степени

Commentaires

On distingue l’Afrique du nord (le Maroc, la Tunisie et l’Algérie


constituent les « pays du Maghreb ») ou l’Afrique blanche, majoritai-
rement peuplée de Berbères et d’Arabes qui pour la plupart du temps

37
sont musulmans, et l’Afrique subsaharienne ou l’Afrique noire, située
sous le désert du Sahara et majoritairement peuplée de noirs. Cette
seconde partie du continent peut être divisée à nouveau en Afrique de
l’ouest et l’Afrique centrale, principalement francophone, et l’Afrique
de l’est ou orientale et l’Afrique du sud ou australe principalement
anglophone avec des enclaves lusophones comme l’Angola ou le Mo-
zambique.
Les DROM, l’expression désigne les territoires de la République
française situés en dehors du continent européen, appelés également
« France d’outre-mer », DOM-TOM (départements et territoires
d’outre-mer) ou parfois DROM-COM (départements et régions
d’outre-mer et collectivités d’outre-mer).
La vernacularisation est l’utilisation de la langue dans le quotidien.
L’insécurité linguistique. On parle de sécurité linguistique lors-
que, pour des raisons sociales variées, les locuteurs ne se sentent pas
mis en question dans leur façon de parler, lorsqu’ils considèrent leur
norme comme la norme. A l’inverse, il y a insécurité linguistique lors-
que les locuteurs considèrent leur façon de parler comme peu valori-
sante et ont en tête un autre modèle, plus prestigieux, mais qu’ils ne
pratiquent pas.

Pour en savoir plus

L’Afrique est encore le dernier rempart de l’avancée massive de


l’anglais sur les bases francophones. Faut-il rappeler que sur les 57
pays membres de plein exercice de l’OIF, 30 sont africains. En outre,
selon les chiffres de l’organisation, 96 sur les 220 millions de locuteurs
francophones dans le monde vivent en Afrique.
Plusieurs pays africains francophones ont décidé d’adopter l’an-
glais comme deuxième langue officielle. Le Gabon l’a décidé, le Rwan-
da s’était exécuté après le génocide de 1994, le Burundi a déposé une
demande d’adhésion au Commonwealth, etc.
Les territoires de la France d’outre-mer sont répartis dans le monde
entier : Amérique du Sud (Guyane, seul territoire non insulaire avec la

38
Terre Adélie), Antilles (Guadeloupe, Martinique, Saint-Martin et Saint-
Barthélemy), Amérique du Nord / océan Atlantique (Saint-Pierre-et-
Miquelon), océan Pacifique (Polynésie française, Nouvelle-Calédonie,
Wallis-et-Futuna et Clipperton), océan Indien (La Réunion, Mayotte,
les Îles Éparses, les Îles Crozet et Saint-Paul-et-Amsterdam), plateau de
Kerguelen (archipel des Kerguelen) et Antarctique (Terre Adélie). La
Guyane fournit à la France une frontière terrestre avec le Brésil et le
Suriname, et la partie française de Saint-Martin avec les Pays-Bas. La
France est le seul pays présent sur six des sept continents et sur les trois
plus grands océans du monde.

ACTIVITÉS

Compréhension écrite
1. Dites si les phrases ci-dessous sont vraies, fausses ou le texte ne permet pas de
le savoir :

1) Les choix de la langue officielle des Etats ayant accédé à


l’indépendance ont été les mêmes au Maghreb, en Afrique Subsaha-
rienne et dans l’Océan Indien.
e
2) Contrairement aux indépendances américaines des XVIII et
e
XIX siècles, menées par les autochtones, les indépendances africaines
ont été acquises par les descendants des premiers colons.
3) Le français a été choisi comme langue officielle dans la majo-
rité des pays nouvellement indépendants, sauf les pays du Maghreb et
Madagascar.
4) Le français est porteur de promotion sociale, langue d’accès
à la connaissance scientifique et aux techniques professionnelles, il
implique une ouverture potentielle sur le monde en même temps qu’il
représente une voix différente de celle de l’anglais.
5) C’est depuis peu que la vernacularisation du français a donc
réellement commencé.
6) Même lorsque le français entre dans le quotidien il reste proche
du français de référence (FR).
7) Des variétés de français plus ou moins éloignées du FR ne
foisonnent qu’au Maghreb.

39
8) Dans les situations courantes et quotidiennes ces normes plu-
rielles sont intériorisées par le locuteur, ce qui lui permet de produire et
d’interpréter chaque énoncé par rapport à son contexte particulier.
9) L’étendue de la variation actuelle du français, qui surpasse celle
de l’anglais, est une richesse, fruit de la diversité des histoires et des
situations.
10) Toute interaction en français qui demande de sortir nettement
des variétés locales s’accompagne d’une certaine insécurité linguisti-
que.

2. Associez les deux parties de chaque phrase :

1 Dans la deuxième moitié du a est devenu porteur de promo-


XXe siècle, le français a tion sociale, langue d’accès à
la connaissance scientifique
et aux techniques profession-
nelles.
2 Pour des raisons politiques, b d’un nombre grandissant de
économiques et sociales, locuteurs, le plus souvent
c’est après les indépendances bilingues, mais parfois uni-
que le français va quement francophones.
3 Outre les politiques volonta- c proche du français de
ristes de scolarisation et référence.
d’imposition du français dans
les territoires français et dans
les pays africains subsaha-
riens, le français
4 C’est depuis peu que le fran- d sur la place à accorder au
çais devient langue première FR, aux français locaux et
aux langues partenaires et
sur la hiérarchisation qui en
découle nécessairement.
5 Tant que le français se con- e de normes locales permet
tente des situations formelles une représentation du fran-
et officielles, il reste çais comme symbole identi-
taire.

40
6 Lorsqu’il se vernacularise, f de produire et d’interpréter
des processus d’appropria- chaque énoncé par rapport à
tion qui son contexte particulier.
7 La diglossie s’estompe peu à g éloignent la langue du FR
peu au niveau social et sont inévitables.
l’émergence
8 Ces normes plurielles sont h été choisi comme langue
intériorisées par le locuteur, officielle dans la majorité des
dans une compétence à la pays nouvellement indépen-
fois linguistique et pragma- dants
tique qui lui permet
9 Des enseignants et des pro- i connaître une expansion
fessionnels de la parole extraordinaire.
réfléchissent

3. Répondez aux questions ci-dessous :

1) Nature du texte :
– Est-ce un texte journalistique, littéraire, administratif ?
– A-t-il un titre ? Un sous-titre ?
– Comment est-il structuré ? Comporte-t-il des paragraphes ?
Sont-ils évidents ?
– De quel type de texte s’agit-il ? Est-ce un texte narratif, expli-
catif, informatif ?
2) Quel est le thème principal du texte ?
3) Le français est-il resté langue officielle unique pour tous les
pays nouvellement indépendants ?
4) Quelle est la différence entre les indépendances américaines
des XVIIIe et XIXe siècles et les indépendances africaines du XXe
siècle ?
5) Pourquoi le français a-t-il connu une telle expansion en Afrique
et dans les DROM ?
6) La vernacularisation du français est un phénomène tout récent ?
7) Comment la diglossie se manifeste-t-elle dans ces régions ?
8) Qu’est-ce qui permet une représentation du français comme
symbole identitaire ?

41
9) Quels problèmes liés à la variation actuelle du français intéres-
sent des professionnels de la parole ?
10) Que l’nsécurité linguistique implique-t-elle ?

4. Expliquez les expressions ci-dessous :

1) Une réelle compétence pluri-francophone reste à construire.


2) Le français descend de son piédestal.

5. Regardez la carte d’Afrique et ajoutez les noms des pays francophones sur la
carte muette ci-dessous.

42
6. Commentez et analysez le tableau ci-dessous :

Territoire Situation Statut Population Superficie

5 départements et régions d’outre-mer (DROM) (régions ultra-périphériques) (RUP)


Guadeloupe Antilles DOM-ROM 422 222 1 780 km2
Martinique Antilles DOM-ROM 381 325 1 110 km2
Guyane française Amérique du Sud DOM-ROM 187 000 86 504 km2
La Réunion Océan Indien DOM-ROM 793 000 2 5012 km2
Mayotte Océan Indien DOM-ROM 184 770 374 km2
6 collectivités d’outre-mer (COM)
Saint-Barthélemy Antilles COM 8 450 21 km2
Saint-Martin Antilles COM 33 000 53 km2
Wallis-et-Futuna Océanie COM 14 492 200 km2
Saint-Pierre-et- Amérique du Nord COM
6 316 242 km2
Miquelon territoriale
Polynésie COM-POM + pays
Océanie 519 521 4 200 km2
française d’outre-mer
Nouvelle- POM + collectivité
Océanie 196 000 18 585 km2
Calédonie spécifique
1 territoire d’outre-mer
Terres australes
et antarctiques Antarctique TOM 128 439 000 km2
françaises (TAAF)

7. Décrivez la situation contemporaine du français en Afrique et dans les DROM en


utilisant les données du texte.

Expression orale
Donnez votre avis sur chaque question et discutez-en avec les autres apprenants :

1) Quelle est la place de la Francophonie en Afrique ?


2) Quel est l’avenir du français en Afrique ?
3) Faut-il avoir peur de la variation actuelle du français ?
4) Pourriez-vous donner des exemples d’insécurité linguistique ?

43
Recherche personnelle

Faites une petite recherche sur un des états francophones africains


ou un territoire français ultramarin et exposez quelques détails de votre
choix en plenum (situation géographique, régime politique et éco-
nomique, colonisation, décolonisation, guerre civile, la situation des
enfants et des jeunes, situation linguistique).

Le coin des internautes

1) http://outre-mer.gouv.fr/ ;
2) http://www.jeuneafrique.com/ ;
3) http://www.rfi.fr/afrique/20141127-infographie-francophonie-afrique-
ocean-indien-2014 – Infographie: La Francophonie en Afrique et dans l’océan
Indien en 2014 ;
4) http://enseigner.tv5monde.com/collection/francophonie-en-afri que –
des fiches pédagogiques pour exploiter les vidéos de la WebTV Afrique et
découvrir toutes les facettes contemporaines du continent ;
5) http://bnf.libguides.com/francophonie/afrique – site d’actualité sur la
francophonie et les collections francophones à la BnF. Actualité francophone
de l’Afrique sub-saharienne.

44
TEXTE 6

PETITE HISTOIRE DE LA LANGUE FRANÇAISE


AU LUXEMBOURG :
entre attirance, passion et prise de distance

Parmi les nombreux pays qui partagent la langue française, il y a le


Luxembourg, pays frontalier de l’Hexagone et pourtant fort peu connu
des Français. Le Grand-Duché vit depuis longtemps une histoire pas-
sionnée avec le français. Etat des lieux.

Langue réservée aux usages officiels


Au Moyen-Âge, le français était parlé à la cour et dans la haute
administration. Il était réservé davantage aux nobles des milieux
politiques et juridiques qu’au peuple. Pourtant, en 1843 la décision est
prise d’enseigner le français et l’allemand aux jeunes Luxembourgeois
à l’école élémentaire. Le Grand-Duché, qui craint une trop grande ger-
manisation, met donc en place cet apprentissage parallèle du français et
de l’allemand. Les Luxembourgeois ont plus de facilité pour apprendre
l’allemand, néanmoins le français se défend avec ses propres atouts :
langue de la politique et de la diplomatie, mais aussi langue de la bour-
geoisie et des plaisirs ; il est synonyme, à l’époque, d’élégance.

Le français préféré à l’allemand


Au XIXe siècle, le Luxembourg affiche une nette préférence pour
la France contre l’Allemagne. De nombreux Luxembourgeois émigrent
à Metz, à Nancy, mais surtout à Paris. A la fin du XIXe siècle, les liens
tissés entre les deux pays ont considérablement modifié les habitudes
et la langue luxembourgeoises. Le vocabulaire s’est enrichi d’environ
500 mots d’origine française, se distinguant ainsi un peu plus de la
langue allemande.

Eloignement progressif
Depuis le XXe siècle, les liens créés se sont un peu distendus et le
luxembourgeois, très proche de l’allemand et assez éloigné du français,
est devenu langue nationale en 1984. D’après Frank Wilhelm, profes-

45
seur de littérature française à la faculté des Lettres de l’université de
Luxembourg, le français « a perdu son statut de langue d’identification
culturelle ». Les Luxembourgeois étudient notre langue à l’école, puis
à l’université, attirés par la tradition littéraire des grands auteurs fran-
çais, mais ils ne la pratiquent plus entre eux, dans le domaine privé,
employant désormais leur langue.

L’usage actuel du français au Luxembourg


Alors, qui parle français au Luxembourg aujourd’hui ? Eh bien
les Français, d’une part, qui occupent la deuxième place, après les
Portugais, des communautés étrangères résidentes au Grand-Duché et
la première place concernant les travailleurs frontaliers. D’autre part,
les résidents d’autres nationalités, comme les Portugais et les Italiens,
qui parlent couramment le français. Enfin, les Luxembourgeois qui
connaissent très bien notre langue, mais qui l’utilisent peu à l’oral et
davantage à l’écrit. Frank Wilhelm pense qu’ils sont « francographes
plutôt que francophones » et que « le Grand-Duché reste un pays en
réalité faussement francophone ».

Le français, langue européenne


Malgré tout, le français, langue de travail de l’Union européenne,
est couramment employé au Luxembourg, siège de nombreuses insti-
tutions européennes. Mais le Luxembourgeois polyglotte ne l’utilise
que dans ce contexte précis, parlant plus volontiers sa langue ou se
tournant plus facilement vers l’allemand. Toutefois, si vous venez au
Luxembourg et que vous ne parlez pas anglais, allemand ou luxem-
bourgeois, soyez tranquille, vous rencontrerez toujours quelqu’un qui
parlera français aussi bien que vous : un Luxembourgeois, un Italien,
un Bulgare, un Portugais, un Espagnol... C’est un pays où vous enten-
drez parler toutes les langues de l’Europe. Parmi ces langues, le fran-
çais occupe l’une des premières places aux côtés de l’allemand et de
l’anglais.

Claire Gaillard

https://scribium.com/claire-gaillard/a/la-francophonie-au-luxembourg/

46
Vocabulaire
attirance f влечение, привлека- nobles m pl дворяне
тельность mettre en place зд. ввести
le Grand-Duché de Luxem- atout m козырь, преимуще-
bourg Великое Герцогство ство
Люксембург les liens m pl tissés созданные
prise de distance f отдале- связи
ние s’enrichir обогащаться
frontalier пограничный attirer привлекать
état m des lieux положение pratiquer la langue dans
вещей le domaine privé говорить
réservé aux usages officiels на языке в обыденной
предназначенный для офи- жизни
циального общения utiliser à l’oral, à l’écrit исполь-
au Moyen-Âge m в средние зовать устно, на письме
века faussement ложно
à la cour зд. при королевском siège m зд. штаб-квартира
дворе aux côtés зд. наряду с

Commentaires

l’Hexagone est l’une des locutions désignant la France, rappe-


lant que la forme géographique de la France continentale s’inscrit
dans un hexagone presque régulier (3 côtés terrestres et 3 côtés mariti-
mes).

Pour en savoir plus

Le luxembourgeois (Lëtzebuergesch en luxembourgeois) est une


langue germanique parlée essentiellement au Grand-Duché du Luxem-
bourg, ainsi que dans quelques communes limitrophes en Belgique, en
France et en Allemagne. Le luxembourgeois est la langue nationale du
Luxembourg.

47
ACTIVITÉS

Compréhension écrite
1. Dites si les phrases ci-dessous sont vraies, fausses ou le texte ne permet pas de
le savoir :

1) Le Grand-Duché de Luxembourg est un des pays francophones.


2) Au Moyen Age, le français n’était parlé que par la noblesse.
3) L’apprentissage parallèle du français et du luxembourgeois a
été mis en place en 1843.
4) L’allemand est plus facile à apprendre pour les Luxembour-
geois.
5) Le luxembourgeois est devenu plus riche grâce aux emprunts
français.
6) L’enseignement classique est dispensé aux classes inférieures
en allemand, alors que les niveaux supérieurs utilisent le français.
7) Le français a gardé son statut de langue d’identification
culturelle.
8) Les Luxembourgeois étudient la langue française, mais ne l’uti-
lisent pas dans la vie quotidienne.
9) Le Luxembourgeois polyglotte parle plus volontiers sa langue
ou se tourne plus facilement vers l’allemand.
10) Parmi toutes les langues parlées au Luxembourg, le français
occupe la première place.

2. Répondez aux questions ci-dessous :

1) Nature du texte :
– Est-ce un texte journalistique, littéraire, administratif ?
– A-t-il un titre ? Un sous-titre ?
– Comment est-il structuré ? Comporte-t-il des paragraphes ?
Sont-ils évidents ?
– De quel type de texte s’agit-il ? Est-ce un texte narratif, expli-
catif, informatif ?
2) Quel est le thème principal du texte ?
3) Quel était le statut du français au Moyen Age ?
4) Comment le français a-t-il réussi à rester dans le cadre des
langues du Grand-Duché de Luxembourg ?

48
5) Par quoi s’explique la préférence des Luxembourgeois pour la
France contre l’Allemagne au XIXe siècle ?
6) Quand le luxembourgeois est-il devenu langue nationale ?
7) Quelles sphères restent réservées au français ?
8) Qui parle français au Luxembourg aujourd’hui ?

3. Expliquez les expressions ci-dessous :

1)« Francographes plutôt que francophones ».


2)« Le Grand-Duché reste un pays en réalité faussement franco-
phone ».

4. En vous aidant des activités précédentes, décrivez l’évolution du statut du


français au Luxembourg.

Expression orale
Donnez votre avis sur chaque question et discutez-en avec les autres apprenants :

1) Quel est l’avenir du français au Luxembourg ?


2) Grâce à la reconnaissance du luxembourgeois comme langue
nationale, un grand pas a été accompli dans la préservation de cette
langue. Outre son statut légal, la forte présence du luxembourgeois dans
l’enseignement primaire joue un rôle déterminant pour les chances de
survie de la langue, qui sont généralement considérées comme bonnes.
Les perspectives sont d’autant plus favorables que la production cultu-
relle en luxembourgeois est très intense et que la langue a fait son
entrée dans les milieux économiques. Qu’en pensez-vous ?
3) Le système d’enseignement au Luxembourg est trilingue, les
langues utilisées sont le luxembourgeois, l’allemand et le français.
Aimeriez-vous vivre une telle expérience scolaire ?

Recherche personnelle
Proposez une problématique en rapport avec le texte. Préparez vos arguments
relatifs à la problématique choisie.

49
TEXTE 7

LES LANGUES MENACÉES DE DISPARITION

Il y a beaucoup d’endroits comme en Amazonie brésilienne, en


Papouasie-Nouvelle-Guinée ou encore au Nigéria où l’on peut entendre
des langues parlées par seulement quelques dizaines de personnes. Des
langues en grand danger, qui risquent de disparaître avec les dernières
personnes qui les parlent.
La disparition des langues est un processus qui a toujours existé.
Les langues naissent, vivent, évoluent et parfois meurent. Mais ce qui
inquiète les scientifiques c’est l’accélération avec laquelle ces dispari-
tions s’opèrent aujourd’hui. Selon l’Unesco, la moitié des 6.000 lan-
gues connues dans le monde pourrait avoir totalement disparu d’ici la
fin du siècle.

Les causes
La linguiste Collette Grinwald, spécialiste des langues menacées,
répond entre autre à cette question dans un article publié dans un hors
série du magazine Pour la science consacré à l’évolution des langues.
La chercheuse indique « qu’autrefois une langue s’éteignait quand
un peuple disparaissait physiquement, à la suite d’épidémies, de
guerres ou quand la fécondité était insuffisante pour assurer son
renouvellement. Aujourd’hui, les locuteurs adoptent, plus ou moins
volontairement, une autre langue, la langue dominante ». Parfois ils le
font d’eux-mêmes pensant favoriser leur insertion ou celle de leurs
enfants dans la société.
Dans certains cas le pouvoir politique exerce une pression directe
pour que les habitants parlent la langue officielle. C’est ce qui s’est
passé en France au XXe siècle. Le gouvernement français a réprimé les
langues régionales en interdisant qu’elles soient parlées à l’école.

Une perte immense


Une langue est liée à une culture, à des savoirs. Quand une langue
disparaît, c’est un pan du patrimoine de l’humanité qui s’effondre. Une
langue reflète aussi une certaine manière de penser et de regarder le
monde. Très concrètement notre façon de considérer les couleurs, le
temps ou l’espace est influencée par la langue que nous parlons.

50
L’immense diversité des langues donne aux scientifiques des outils
pour explorer la pensée humaine. En comparant les langues entre elles,
ils peuvent essayer d’identifier ce qu’il y a d’universel dans les langues
humaines et tenter de voir si certaines caractéristiques de nos langages
sont inscrites et programmées dans le cerveau de notre espèce.
Voilà quelques-unes des raisons, et il y en a d’autres, qui ont
conduit les linguistes depuis une vingtaine d’années à faire de la
sauvegarde des langues une priorité.

Sur le terrain
Les scientifiques vont à la rencontre des derniers locuteurs de
langues en passe de disparaître sans laisser aucune trace. Il s’agit le plus
souvent de langues de tradition uniquement orale. Concrètement, leur
travail consiste à écrire une grammaire, établir un dictionnaire et
rassembler tout un ensemble de textes traduits, d’enregistrements audio
et vidéo pour décrire cette langue. C’est un travail particulièrement long
et minutieux.
Parallèlement à ces actions, des programmes de revitalisation des
langues sont menés, incitant les jeunes générations à apprendre la
langue de leurs ancêtres.
Mais Collette Grinwald le reconnait elle-même : « Dans la majori-
té des cas, il sera difficile, voire impossible d’enrayer la disparition des
langues. » Alors pour essayer de limiter cette hécatombe linguistique
annoncée la chercheuse préconise de « mettre en place des mesures
qui favoriseraient l’apprentissage de plusieurs langues pour tous les
citoyens du monde ». Elle le résume joliment ainsi : « Parlons plusieurs
langues pour ne jamais parler d’une seule voix. »
par Daniel Fiévet
Info Sciences – Publié le 23/07/2014

Vocabulaire
menacer угрожать en grand danger в большой
disparition f исчезновение опасности
disparaître исчезать accélération f ускорение

51
naître рождаться scientifique m ученый
mourir умирать outil m орудие
s’opérer происходить explorer исследовать
consacrer посвящать tenter de пытаться
s’éteindre угасать cerveau m мозг
à la suite в следствии sauvegarde f охрана, защита
fécondité f зд. рождаемость sur le terrain перен. на месте со-
insuffisant недостаточный бытий
assurer son renouvellement aller à la rencontre de встречать-
обеспечить естественный ся
прирост населения sans laisser aucune trace бес-
locuteur m зд. носитель языка следно
favoriser способствовать être en passe de faire qch быть
insertion f включение (в обще- в процессе действия
ство) minutieux тщательный
exercer une pression оказывать mener вести
давление revitalisation f зд. возрождение
gouvernement m правительство ancêtre m предок
réprimer подавлять dans la majorité des cas в боль-
interdire запрещать шинстве случаев
immense огромный enrayer перен. препятствовать
être lié à быть связанным с hécatombe f бойня, избиение,
perte f потеря резня
diversité f разнообразие chercheur, -se исследователь
pan m сторона, грань préconiser de рекомендовать
patrimoine m наследие mettre en place des mesures при-
s’effondrer рухнуть нять меры
refléter отражать citoyen m гражданин

Pour en savoir plus

La Journée européenne des langues a lieu chaque année le 26


septembre. Elle a été créée par le Conseil de l’Europe. Elle est l’occa-
sion de sensibiliser le public à l’importance de l’apprentissage des
langues et de promouvoir la richesse culturelle de l’Europe.

52
ACTIVITÉS

Compréhension écrite
1. Dites si les phrases ci-dessous sont vraies, fausses ou le texte ne permet pas de
le savoir :

1) Une langue disparaît tous les quinze jours.


2) La disparition des langues n’est pas un processus naturel.
3) Dans un siècle nous aurons perdu la moitié de notre patrimoine
linguistique.
4) Une langue qui s’éteint est généralement la victime d’une autre
langue dominante.
5) Les peuples abandonnent d’eux-mêmes leurs vieille langue
pour adopter celle qui leur permet d’accéder à la modernité.
6) Le pouvoir politique résiste toujours à la disparition des parlers
locaux.
7) Avec la langue meurt une manière de percevoir le monde, de
comprendre la nature, de la mettre en mots.
8) Il est impossible de sauver une langue.
9) Les linguistes vont sur le terrain interroger les derniers
vieillards qui peuvent encore balbutier les restes d’une langue.
10) Les langues peuvent ressusciter.

2. Associez les deux parties de chaque phrase :

1 Il y a beaucoup d’endroits où a favoriser leur insertion ou


l’on peut entendre des celle de leurs enfants dans la
langues société.
2 La disparition des langues est b pour que les habitants parlent
un processus naturel, mais ce la langue officielle.
qui inquiète les scientifiques
c’est l’accélération avec
3 Autrefois une langue s’éteig- c à écrire une grammaire, établir
nait quand un peuple dispa- un dictionnaire et rassembler
raissait physiquement, à la tout un ensemble de textes
suite traduits, d’enregistrements
audio et vidéo pour décrire
cette langue.

53
4 De nos jours les locuteurs d parlées par seulement quel-
adoptent la langue dominan- ques dizaines de personnes.
te pour
5 Dans certains cas le pouvoir e c’est l’apprentissage de plu-
politique exerce une pression sieurs langues par tous les
directe citoyens du monde.
6 Quand une langue disparaît f celles de sociétés de tradition
c’est un pan du patrimoine orale.
de l’humanité qui
7 Les langues qui diparaissent g laquelle ces disparitions
en ce moment sont pour la s’opèrent aujourd’hui.
plupart

8 Le travail de sauvegarde h d’épidémies, de guerres ou


consiste quand la fécondité était in-
suffisante pour assurer son
renouvellement.
9 Ce qui peut sauver les i s’effondre.
langues,

2. Répondez aux questions ci-dessous :

1) Nature du texte :
– Est-ce un texte journalistique, littéraire, administratif ?
– A-t-il un titre ? Un sous-titre ?
– Comment est-il structuré ? Comporte-t-il des paragraphes ?
Sont-ils évidents ?
– De quel type de texte s’agit-il ? Est-ce un texte narratif, expli-
catif, informatif ?
2) Quel est le thème principal du texte ?
3) Pourquoi peut-on comparer une langue avec une vraie espèce
vivante ?
4) Qu’est-ce qui cause la mort des langues ?
5) Est-ce toujours un assassinat par une langue prédatrice ?
6) Quelles sont les conséquences de la perte d’une langue ?
7) Le processus de la mort d’une langue n’est-il pas nécessaire-
ment irréversible ?
8) Comment aider les langues à revitaliser ?

54
4. Vocabulaire en jeu.
Relevez dans le texte et les activités tous les mots appartenant au champ lexical de
la « vie » et de la « mort ». Donnez vos exemples de l’emploi de ces mots.

5. En vous aidant des activités précédentes, faites une présentation orale du texte.

Expression orale
Donnez votre avis sur chaque question et discutez-en avec les autres apprenants :
1) Dans la mythologie hindoue, l’extinction marque la fin du
désespoir et de la souffrance. Salutaire, elle fait place à un monde
nouveau et meilleur. L’extinction des langues peut-elle être envisagée
comme la promesse d’un monde meilleur, qu’en pensez-vous ?
2) Comment expliquez-vous l’accélération de ce mouvement de
disparition des langues aujourd’hui ?
3) Un linguiste doit-il absolument savoir parler les langues qu’il
va étudier et sauver ?
4) La culture écrite est-elle indispensable pour qu’une langue
puisse se transmettre ?
5) Est-ce qu’à l’heure de la mondilisation on va voir émérger une
langue mondiale ?
6) Commentez l’appel de Collette Grinwald : « Parlons plusieurs
langues pour ne jamais parler d’une seule voix. » Le partagez-vous ?
7) Ce qui peut sauver les langues, c’est le réveil des nationalismes.
Qu’en pensez-vous ?
8) Quelles mesures pourriez-vous proposer pour sauvegarder la
diversité linguistique ?

Recherche personnelle
Proposez une problématique en rapport avec le texte. Préparez vos arguments
relatifs à la problématique choisie.

Le coin des internautes

http://edl.ecml.at/Home/tabid/1455/language/fr-FR/Default.aspx – Con-
seil de l’Europe : Journée européenne des langues.

55
TEXTE 8

C. HAGÈGE :
« L’ANGLAIS DETRUIT NOTRE PENSÉE »

Dans « Contre la pensée unique », Claude Hagège, professeur au


Collège de France, pourfend l’anglais comme vecteur de pensée unique
et en appelle au sursaut.

Le Point : Vous affirmez que la propagation d’une langue en-


gendre une pensée unique. Pourquoi ?

Claude Hagège : Attention, la propagation d’une langue en géné-


ral – et ce fut le cas du latin pendant des siècles en Europe et au-delà –
n’implique pas de danger d’homogénéisation de la pensée. Elle a, bien
au contraire, favorisé sa multiplicité. Mon propos ne concerne pas
n’importe quelle langue, mais l’anglais. L’anglais, dont la diffusion
mondiale est accompagnée d’une certaine idéologie néolibérale, dont
l’ensemble du monde est à la fois l’auteur et la victime.
En effet, la pensée unique n’est pas attachée par essence à une
langue en particulier. Le chinois est d’ailleurs en passe de devenir une
langue à diffusion mondiale, avec ses 1 200 instituts Confucius à
travers le monde. À l’avenant de leur montée en puissance économique
et politique, les Chinois sont en train de faire tout ce qu’ils peuvent
pour répandre leur langue et leur culture. Il s’agit ni plus ni moins
d’une attitude d’affrontement contre l’anglais afin d’en offrir une
alternative.

Est-il idéaliste de croire en une superposition des cultures ?


C’est un voeu tout à fait méritoire. Mais en partie illusoire. Les
cultures ne se greffent pas les unes aux autres ; elles s’affrontent. Et, au
risque de vous décevoir, la coexistence pacifique n’est pas au pro-
gramme. Bien sûr, certains vous diront que l’affrontement des cultures
est un enrichissement permanent. Lorsqu’on est adulte, peut-être. Mais
les enfants ? Ont-ils les armes de la critique pour faire leurs propres

56
choix ? Je suis contre l’idée d’imposer l’anglais comme langue unique
enseignée à l’école primaire. Les enfants devraient, dès l’âge de 5 ans,
se familiariser avec plusieurs langues à large diffusion, comme l’italien,
l’allemand, le portugais ou l’espagnol. Les enfants de l’Allemagne
nazie recevaient l’idéologie à l’école.

Justement, la culture soviétique a bien été imposée aux pays de


l’ex-URSS...
Mais on ne leur imposait pas de parler russe ! C’était certes la
langue de l’Union, mais le lituanien, le letton, le roumain, l’ukrainien,
le biélorusse étaient-ils pour autant pourchassés ? Aucun effort n’a
jamais été fait pour briser l’attachement des peuples à leur langue ma-
ternelle.

Alors, le français devrait-il se sentir menacé ?


Oui, parce que le russe, même à l’apogée de la puissance sovié-
tique sous Brejnev, n’a jamais eu pour vocation de devenir une langue
mondiale. Naturellement, il y a eu une tentative de diffusion de la
culture et de la langue russes dans les démocraties populaires, et dans
les États satellites on enseignait le russe à l’école. Mais, pour autant, on
n’a jamais empêché d’apprendre le hongrois à Budapest ou le roumain
à Bucarest ! Or, la vocation de l’anglais depuis la victoire de 1945 et
jusqu’aux années 80, quand le monde a commencé à remettre en
question la domination américaine, était planétaire.

N’êtes-vous pas un peu réactionnaire ?


C’est incroyable que le fait de promouvoir une identité nationa-
le s’apparente à jouer le jeu des partis de droite ! La défense des identi-
tés nationales est une idée républicaine et parfaitement démocratique.
Pensez à la Révolution. La langue française n’apparaît-elle pas dans
la Déclaration des droits de l’homme comme porteuse de liberté ? C’est
le contraire même de la réaction. Dans mon livre, je ne défends pas une
langue imposée, mais plutôt la diversité des langues.

par Victoria Gairin


Le Point – Publié le 19/01/2012

57
Vocabulaire

pourfendre qch перен. напа- se familiariser avec qch знако-


дать, обрушиваться на что-л. миться с чем-л., усвоить
sursaut m резкое движение, что-л.
скачок, рывок nazi нацистский
propagation f распространение, lituanien m литовский язык
развитие letton m латышский язык
engendrer порождать, произ- roumain m румынский язык
водить pourchasser преследовать
impliquer qch предполагать, briser сломить, разрушить
иметь следствием что-л. attachement m привязанность,
homogénéisation f унифика- приверженность
ция; сглаживание различий menacé угрожаемый; в опасно-
propos m речь сти
attaché à qch связанный с sous qn зд. при ком-л., в эпоху
чем-л. правления кого-л.
par essence по существу vocation f предназначение
d’ailleurs впрочем satellite m спутник, сателлит;
en passe de qch на подходе, перен. полит. зависимое госу-
близкий к чему-л. дарство
à l’avenant de qch в соответст- empêcher à qn de faire qch ме-
вии с чем-л. шать, не давать кому-л.
répandre распространять делать что-л.
affrontement m противостоя- hongrois m венгерский язык
ние, столкновение or однако, а ведь
superposition f наложение remettre en question снова ста-
méritoire похвальный вить под вопрос
se greffer агр. прививаться; planétaire всемирный, планетар-
перен. присоединяться ный
s’affronter сталкиваться, про- réactionnaire реакционер, за-
тивостоять щитник старых порядков
décevoir разочаровывать s’apparenter à qch приближать-
coexistence f сосуществование ся к чему-л.; зд. походить на
imposer qch навязывать, заста- что-л.
вить принять что-л. porteur m носитель

58
Commentaires

Claude Hagège, né en 1936, est un linguiste français d’origine


tunisienne. Ancien élève de l’École Normale Supérieure, professeur de
lettres, directeur d’études en linguistique structurale à l’École pratique
des hautes études, il est en tête de la chaire de théorie linguistique au
Collège de France. Claude Hagège est connu pour être polyglotte, ayant
des connaissances dans une cinquantaine de langues dont l’italien,
l’anglais, l’arabe, le mandarin, l’hébreu, le russe, le hongrois, le turc, le
persan, le malais, l’hindi, le malgache et le japonais. Parmi ses œuvres
principales, on note L’Homme de paroles (1985), Le souffle de la
langue : voies et destins des parlers d’Europe (1991), Combat pour le
français (2006), Dictionnaire amoureux des langues (2009), Contre la
pensée unique (2012).
Le Collège de France, dont la fondation remonte à l’époque de
François Ier (1530), est un grand établissement d’enseignement et de
recherche. Il dispense des cours non diplômants de haut niveau dans
des disciplines scientifiques, littéraires et artistiques. L’enseignement
y est gratuit et ouvert à tous sans inscription, ce qui en fait un lieu à part
dans la vie intellectuelle française.

ACTIVITÉS

Compréhension écrite
1. Dites si les phrases ci-dessous sont vraies, fausses ou le texte ne permet pas de
le savoir :

1) Selon C. Hagège, la langue anglaise est porteuse d’une certaine


idéologie dangereuse.
2) La domination d’une seule langue n’a jamais été enrichissante
pour les peuples qui l’ont acceptée.
3) L’influence du mandarin augmente de jour en jour.
4) Selon le linguiste, les cultures ne peuvent pas coexister en
équilibre.
5) Dès l’école primaire les enfants doivent apprendre au moins
deux langues étrangères.

59
6) Sous le régime nazi, l’apprentissage de l’anglais était imposé
dans les écoles allemandes.
7) Les peuples de l’URSS s’opposaient à l’apprentissage du russe.
e
8) A partir de la seconde moitié du XX siècle, l’anglais aspire à
l’hégémonie mondiale.
9) En parlant des ambitions de la langue anglaise, le linguiste
sous-entend celles du Royaume-Unis.
10) C. Hagège voudrait faire revenir la gallomanie en Europe.

2. Associez les deux parties de chaque phrase :

1 Ce qui réunit le français et a c’est pourquoi l’industrie


l’anglais c’est le fait que américaine du spectacle,
musique et cinéma est devenue
une arme lourde dans la
conquête de nos ésprits.
2 Claude Hagège analyse b que l’enseignement supérieur
l’actuelle domination de en France se fasse de plus en
l’anglo-américain plus en anglais.
3 Hollywood rapporte bien c sont nécessaires dans le cadre
plus d’argent que l’automo- de la défense des intérêts
bile, l’informatique ou les nationaux.
armes,
4 Si le cinéma français se d qui continuent à se battre,
monte à 30, à 40 % des films pourraient un jour baisser les
projetés en France, le reste bras et dire : « Mais pourquoi
étant américain, devrions-nous nous tuer
pour le français, alors que
les Français s’en foutent ! »
5 Dans son livre le linguiste e se sont les deux seules langues
regrette parlées sur les cinq continents.
6 Si la France montre une telle f on constate l’état lamentable
indifférence pour sa propre du cinéma italien ou allemand,
langue, les pays de l’Orga- qui ont pourtant produit après
nisation internationale de la la Seconde Guerre mondiale
francophonie beaucoup de très bons films.

60
7 Si l’on encourage le bilin- g qui formate la pensée de la
guisme chez les enfants dès majeure partie de la planète.
l’école primaire,
8 D’après C. Hagège, l’inter- h leur attitude au moment des
vention dans l’évolution des études supérieures sera moins
langues et la lutte pour la favorable à une langue unique.
diversité

3. Répondez aux questions ci-dessous :


1) Nature du texte :
– Est-ce un texte journalistique, littéraire, administratif ?
– A-t-il un titre ? Un sous-titre ?
– Comment est-il structuré ? Comporte-t-il des paragraphes ?
Sont-ils évidents ?
– De quel type de texte s’agit-il ? Est-ce un texte narratif, expli-
catif, informatif ?
2) Quel est le thème principal du texte ?
3) Pourquoi la diffusion mondiale de l’anglais est-elle alarmante,
selon le linguiste ?
4) La propagation du latin a-t-elle entraîné l’uniformisation cultu-
relle ? Pourquoi ?
5) Que fait la Chine pour diffuser sa langue à l’échelle mondiale ?
Pourquoi a-t-elle besoin de cette diffusion ?
6) Quelle était la politique linguistique du gouvernement sovié-
tique ?
7) Quelle est la proposition du linguiste dans le domaine de
l’apprentissage des langues à l’école ?
8) Pourquoi Hagège a-t-il choisi l’exemple des écoles nazies ?
9) Les propos de C. Hagège sont-ils anti-américains ?
10) De quelle idéologie néolibérale transmise par l’anglais s’agit-il,
d’après vous ?

4. Vocabulaire en jeu :
a) Trouvez l’intrus parmi les expressions ci-dessous et expliquez votre choix :

1) Homogénéisation – unilinguisme – multiplicité


2) Affrontement – coexistance – arme

61
3) Imposer – forcer – tolérer
4) Mondiale – régionale – planétaire
5) Libéral – réactionnaire – traditionnel
6) Diffusion – rayonnement – extinction
7) Menacé – majoritaire – en danger
8) Favoriser – promouvoir – pourfendre
9) Construire – fonder – briser
10) Honteux – digne – méritoire
b) Réformulez les phrases ci-dessous en remplaçant les anglicismes soulignés par
des expressions françaises correspondantes :

1) Tu devrais updater ton ordi.


2) Ce livre est le best-seller de l’année.
3) On as vu cette émission en live.
4) Avez-vous du soda light ?
5) Leur business plan est très bon.
6) C’est un must have !
7) J’ai deux meetings, le matin.
8) C’est un appareil photo digital.
9) Je n’ai pas de cash.
10) Elle aime cette marque éco-friendly.

Expression orale
Donnez votre avis sur chaque question et discutez-en avec les autres apprenants :

1) Partagez-vous l’idée du linguiste sur le conflit inévitable des


cultures ?
2) Quelles sont les causes de la propagation de la langue anglaise ?
3) Doit-on lutter contre les anglicismes ? Avez-vous un vrai
besoin d’y recourir ?
4) Faut-il défendre la langue russe de la colonisation anglo-
américaine ?

Recherche personnelle
Proposez une problématique en rapport avec le texte. Préparez vos arguments
relatifs à la problématique choisie.

62
Le coin des internautes

1) www.lepoint.fr – site de Le Point, magazine hebdomadaire français


d’information générale ;
2) www.college-de-france.fr/site/claude-hagege/index.htm – page de
C. Hagège sur le site du Collège de France ;
3) www.academie-francaise.fr/dire-ne-pas-dire/neologismes-anglicismes
– découvrez le dictionnaire des anglicismes et des mots français pour les
remplacer sur le site officiel de l’Académie française.

63
T
TEXTE 9

LANGUEES RÉGIO
ONALES :
LA FRANCE OU
O LA TOUUR DE BABBEL ?

Image : Eric Gaba / Wikimedia Commons

7 langues régionales vont


78 v bientôt être reconnnues : l’occittan, le
breton, l’arabe diialectal, l’armménien occiidental... Tannt pis pour ll’unité
nationnale !
L
L’affaire est entendue : sauf surprise,, la France vaa ratifier la C
Charte
europpéenne des langues réggionales. L’A Assemblée nationale
n a large-
ment voté en favveur d’une modification
m de la Constiitution et le Sénat
s’appprête à en faaire autant. SiS les trois cinquièmes
c d suffragess sont
des
atteinnts dans les deux chambbres, la voie sera ouvertee à la convoccation
du Coongrès. Le teexte a été sooigneusemen nt ficelé pourr éviter les éécueils
juridiiques et fairee en sorte que le Conseil constitutionnnel ne retoquue pas
le texxte. En 1999,, les sages avvaient en effeet estimé quee le projet prroposé

64
à cette époque portait atteinte à l’indivisibilité de la République et
était en contradiction avec l’article 2 de la Constitution. Celui-ci précise
que le français est la langue de la République. Donc, soyons rassurés :
même au fond du Finistère, du Pays basque ou dans le 93, on devra
vous parler français au bureau de poste. Ouf !
Malgré les précautions prises, et sans vouloir caricaturer, le gou-
vernement met le doigt dans un engrenage inutile et dangereux. Au
moment où l’énergie nationale devrait être mobilisée pour sortir le pays
de l’ornière, est-ce bien le moment de brandir ce qui divise plutôt que
ce qui réunit ? De transformer une richesse culturelle, d’ailleurs bien
ténue, en machine politique ?

Les agités régionalistes


L’usage des langues régionales n’a, en réalité, cessé de se rétrécir
comme peau de chagrin. Le nombre de locuteurs bretons en France est
à peu près égal à celui des Indiens Navajo aux États-Unis. Pour des
raisons politiques, les croisés des langues régionales gonflent les
chiffres artificiellement. Il suffit de savoir prononcer trois mots dans un
dialecte quelconque pour être aussitôt répertorié « locuteur ».
Un souvenir personnel : dans le village périgourdin, berceau de ma
famille, tout le monde s’exprimait jadis dans le patois local, un avatar
de la langue d’oc. Chez le boucher, le boulanger, au bistrot, on n’enten-
dait pas un mot de français. Tout cela est terminé. Il n’y a d’ailleurs
plus de boucher, plus de boulanger, et le français est devenu la langue
d’usage pour les rares habitants qui restent...
En Catalogne, au Pays basque espagnol, en Flandre, en Écosse, les
germes du séparatisme progressent. Le morcellement de la souveraineté
n’est pas nécessairement un progrès. L’Europe ne peut se construire
que sur un socle solide et il n’en existe qu’un pour l’instant : celui des
nations. La France est jusqu’à présent épargnée par le virus de la
fragmentation : rois, empereurs, républiques ont tous eu le souci
permanent depuis mille ans de préserver l’unité française. Donner des
armes et des arguments aux agités régionalistes n’est pas un bon moyen
de la renforcer.

Par Pierre Beylau


Le Point – Publié le 31/01/2014

65
Vocabulaire

être reconnu быть признанным précautions f pl prises принятые


tant pis тем хуже меры предосторожности
unité f nationale национальное sans vouloir не желая
единство mettre le doigt dans un engre-
l’affaire est entendue дело сде- nage попасть в переплет
лано (по собственной неосторож-
ratifier ратифицировать, ут- ности)
верждать sortir de l’ornière выйти из тяже-
voter en faveur de голосовать в лого положения
пользу, за brandir размахивать, угрожать
s’apprêter à en faire autant зд. diviser разделять
собираться поступить также réunir объединять
les trois cinquièmes des agité m régionaliste зд. активист
suffrages три пятых голосов регионалист
atteindre добиваться cesser de прекращать
chambre f зд. палата парла- se rétrécir comme peau de
мента chagrin уменьшаться как шаг-
voie f путь реневая кожа
convocation f созыв croisé m крестоносец
ficeler зд. разг. состряпать, gonfler les chiffres раздувать
сварганить цифры
éviter les écueils избежать под- il suffit de достаточно
водных камней prononcer trois mots dans un
faire en sorte que сделать так, dialecte quelconque произнести
чтобы три слова на каком-либо диа-
retoquer возражать, оборачи- лекте
вать против другого (критику, être répertorié « locuteur » быть
аргумент) записанным в «носители»
sage m зд. знающий человек berceau m колыбель
porter atteinte à посягать, s’exprimer dans le patois local
ущемлять владеть местным наречием
indivisibilité f неделимость, jadis раньше
нераздельность chez le boucher в мясной лавке
être en contradiction avec boulanger f булочник,
l’article противоречить статье langue f d’usage узус, форма
malgré несмотря на речи

66
germe du séparatisme зачаток avoir le souci de хлопотать, вол-
сепаратизма новаться
morcellement m дробление, préserver l’unité française сохра-
разобщенность нить целостность французского
souveraineté f суверенность государства
socle m основание, фундамент moyen m средство, способ
épargner сберегать, щадить renforcer усилить

Commentaires
La tour de Babel – fig. un endroit où règne le bruit et la confusion.
La Charte européenne des langues régionales – Adoptée en 1992
sous l’égide du Conseil de l’Europe, la Charte vise à protéger et à
promouvoir les langues régionales et les langues minoritaires. Elle
définit une série d’engagements auxquels les États peuvent souscrire,
dans pratiquement tous les domaines : éducation, justice, administra-
tion, médias, culture, vie économique et sociale et coopération trans-
frontalière. La Charte tend à favoriser « le droit de pratiquer une langue
régionale ou minoritaire dans la vie privée et publique », ce droit est
reconnu comme un droit imprescriptible. Entrée en vigueur le 1er mars
1998, la Charte a été ratifiée par 25 États.
Le Finistère est un département français situé en Bretagne.
Le Pays basque est un territoire de tradition, de culture et d’histoire
basque avec une identité qui s’étire jusqu’à l’ethnie. Il s’étend de l’Èbre
à l’Adour, sur la France et l’Espagne, à cheval sur l’extrémité occiden-
tale de la chaîne des Pyrénées, et est baigné par le golfe de Gascogne.
Le 93, le département de la Seine-Saint-Denis est un département
français situé au nord-est de l’agglomération parisienne, appartenant à
la petite couronne de la région Île-de-France. L’Insee et la Poste lui
attribuent le code 93.
La Catalogne une communauté autonome et une région historique
d’Espagne.
La Flandre est l’ensemble de la Belgique néerlandophone.
L’Écosse est une des quatre nations constitutives du Royaume-Uni.
La langue d’oc est l’ensemble des dialectes romans du midi de la
France.

67
Pour en savoir plus

Chacune des langues régionales a sa propre histoire. Plusieurs


d’entre elles ne sont quasiment plus parlées. Il s’agit presque toujours
de langues ayant perdu toute unité, éparpillées en de nombreux patois
variant parfois d’un village à l’autre. C’est le cas de l’arpitan et de la
plus grande partie des langues d’oïl. Il n’existe que de rares exceptions
comme le gallo qui survit grâce à l’appui des mouvements identitaires
bretons ou le picard sous la forme d’un patois du nord : le chti.
D’autres langues régionales se portent un peu mieux, elles sont
le plus souvent reconnues par l’Etat et enseignées par l’Education
Nationale (le plus souvent comme une option). Elles s’appuient généra-
lement sur un courant identitaire fort. On trouve dans cette catégorie les
langues d’oc, le corse et le breton. En plus de cette identité marquée,
certaines langues peuvent compter sur un arrière-pays où elles sont
couramment pratiquées et reconnues, c’est le cas du catalan et du
basque en liaison avec l’Espagne, du flamand avec la Belgique et de
l’alsacien et du francique en lien avec l’Allemagne et le Luxembourg
(dans les pays germaniques, l’utilisation du dialecte est courant dans la
langue parlée alors que l’allemand standard est utilisé à l’écrit ou dans
les communications transrégionales). En outre, en Alsace Moselle
l’apprentissage précoce de l’allemand standard à l’école permet un
soutien indirect à l’alsacien et au francique.
La France a signé la Charte en 1999. Sa signature a été assortie
d’une déclaration interprétative. Après cette signature, le Conseil con-
stitutionnel a été saisi par le président de la République, Jacques Chirac,
afin de savoir si une modification de la Constitution était nécessaire
pour ratifier la Charte. Le Conseil a jugé que la Charte comportait
des clauses contraires à la Constitution. Selon le Conseil, en reconnais-
sant des droits spécifiques à des groupes particuliers (les locuteurs de
langues régionales ou minoritaires), la Charte rompt l’égalité devant la
loi et met en cause le principe d’unicité du peuple français. En outre, les
clauses qui visent à encourager l’usage des langues régionales dans la
vie publique sont jugées contraires à la règle constitutionnelle selon
laquelle la langue de la République est le français. Cette décision du
Conseil constitutionnel a interrompu le processus de ratification.

68
Néanmoins, la ratification de la Charte européenne des langues
régionales ou minoritaires a constitué l’un des soixante engagements
pris par François Hollande lors de la campagne présidentielle de 2012.
Une proposition de loi constitutionnelle a été déposée et adoptée par
l’Assemblée nationale en 2014. Le texte n’a pas été discuté au Sénat.
Le projet de loi constitutionnelle annoncé par le Chef de l’État le lundi
1 juin 2015 devrait être soumis au Parlement rapidement.
Au delà du problème constitutionnel posé par cette Charte euro-
péenne, la France a organisé la reconnaissance et l’enseignement des
langues régionales depuis longtemps. La loi Deixonne du 11 janvier
1951, a permis l’apprentissage de quatre langues régionales dans
l’enseignement public : le breton, le catalan, l’occitan et le basque. Les
évolutions qui ont eu lieu ensuite, introduites par les lois de 1974 pour
la langue corse, de 1981 pour le tahitien, de 1992 pour quatre langues
mélanésiennes, puis la loi Toubon de 1994 et la loi du 22 janvier 2002
sous le gouvernement de Lionel Jospin, encouragent aussi l’enseigne-
ment des langues régionales.

ACTIVITÉS

Compréhension écrite

1. Dites si les phrases ci-dessous sont vraies, fausses ou le texte ne permet pas de
le savoir :

1) La charte européenne des langues régionales et minoritaires a


passé le 28 septembre une première étape vers la ratification.
2) Les députés n’ont pas validé de proposition de loi constitution-
nelle, destinée à tâter le terrain avant la révision constitutionnelle qui
nécessiterait la réunion du Congrès.
3) Sur 510 suffrages exprimés, 361 députés se sont exprimés en
faveur de la proposition de loi du groupe socialiste, et 149 contre.
4) Signée en 1999 par la France, la ratification de cette Charte
visant à protéger et promouvoir les langues régionales telles que le
catalan, le basque ou encore le breton a buté sur un problème constitu-
tionnel.

69
5) En effet, dans la Constitution française, l’article deux précise
que « la langue de la République est le français ».
6) La France fait aujourd’hui partie des rares pays européens
directement concernés par la problématique des langues régionales à
n’avoir pas ratifié la Charte.
7) La France a organisé la reconnaissance et l’enseignement des
langues régionales depuis longtemps.
8) De nos jours l’usage des langues régionales est très répandu.
9) En Espagne les humeurs séparatistes grandissent.
10) L’évolution très précoce de l’ensemble géographique français
en une nation distingue la France des autres pays, notamment dans sa
politique vis-à-vis des langues régionales.

2. Répondez aux questions ci-dessous :

1) Nature du texte :
– Est-ce un texte journalistique, littéraire, administratif ?
– A-t-il un titre ? Un sous-titre ?
– Comment est-il structuré ? Comporte-t-il des paragraphes ?
Sont-ils évidents ?
– De quel type de texte s’agit-il ? Est-ce un texte narratif,
explicatif, informatif ?
2) Quel est le thème principal du texte ?
3) Quelles langues parle-t-on en France ?
4) Y a-t-il des obstacles sur la voie de la ratification de la charte
européenne des langues régionales et minoritaire. Lesquels ?
5) Une modification de la Constitution est-elle possible ?
6) Peut-on parler de la diffusion des langues régionales en
France ?
7) Quelles régions d’Europe aspirent à plus d’autonomie voire à
l’indépendance claire et nette ?
8) L’auteur de cet article vous paraît-il favorable ou défavorable à
la ratification de la Charte ? Notez ce qui montre qu’il prend position.

3. Vocabulaire en jeu :
a) Relevez dans le texte et les activités tous les mots appartenant au champ lexical
du « pouvoir législatif ». Donnez vos exemples de l’emploi de ces mots.

70
b) Expliquez les expressions ci-dessous :

1)La tour de Babel.


2)Se rétrécir comme peau de chagrin.
3)Le gouvernement met le doigt dans un engrenage inutile et
dangereux.
4) Les croisés des langues régionales.

4. En vous aidant des activités précédentes, faites une présentation orale du texte.

Expression orale
Donnez votre avis sur chaque question et discutez-en avec les autres apprenants :

1) Séparatisme en Europe : pourquoi un tel besoin d’indépendance ?


2) Quels sont les moyens pour renforcer l’unité d’un pays ?

Recherche personnelle
1) En quoi l’utilisation de la langue française a-t-elle été un
facteur qui a favorisé l’unification politique de la France ?
2) Faites une présentation d’une des langues régionales de France.

Le coin des internautes

1) http://www.languesregionales.org ;
2) http://www.canalacademie.com/idr202-Les-langues-regionales-de-
France-.html – une série de 20 émissions initiée avec la Délégation générale à
la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF) avec la linguiste
Henriette Walter.

71
TEXTE 10

« ÇA BOUGE EN WALLONIE »

La Wallonie, région occupant le Sud de la Belgique sur


16 844 km2, est constituée de 5 provinces : Brabant wallon, Hainaut,
Liège, Luxembourg et Namur. Namur en est la capitale et le siège de
son gouvernement.

C’est sur le confluent de la Sambre et de la Meuse que Namur s’est


développée dès le néolithique. Avec plus de 80 hectares, sa citadelle
fut l’une des plus grandes forteresses d’Europe. Des promenades
guidées souvent mystérieuses emmènent les visiteurs à travers une
riche histoire. Namur, terre de culture, accueille aussi chaque année
le désormais bien connu FIFF : Festival du film francophone. C’est que
le cinéma belge a le vent en poupe !

72
Voguons un instant sur la Meuse jusqu’à Dinant. Dans son cadre
unique s’épanouit l’abbaye Notre-Dame de Leffe que les amoureux de
bière connaissent bien. Dinant est aussi la ville qui a vu naître Adolphe
Sax, l’inventeur du saxophone en 1814. Un joli musée vous apprendra
tout sur ce génie de la musique, vous pourrez faire sonner le saxo.
En Wallonie, on se déplace souvent par voie navigable et la
technologie a fait d’extraordinaires pas de géant. Depuis la fin du XIXe
siècle à Strépy-Thieu, les bateaux prennent un ascenseur de 150 mètres
de haut. Il est classé au patrimoine exceptionnel par l’Unesco.
La Wallonie compte aussi des centaines de châteaux prestigieux : de
la forteresse médiévale de Godefroid de Bouillon à la demeure de
plaisance, petite ou prestigieuse, comme le petit Versailles belge qu’est
le château de Belœil.
On tourne vers la province de Luxembourg. À Durbuy aussi, il y a
un château mais on vient surtout pour découvrir, à travers ses rues
pittoresques, la plus petite ville du monde.
Ça bouge aussi à Liège, capitale économique de la Wallonie.
Liège allie l’histoire des princes-évêques avec son palais, place Saint-
Lambert, édifié vers l’an 1000 par Notger et notre époque contempo-
raine avec la Cité Miroir, installée dans les anciens bains de la Sauve-
nière où s’organisent des expositions et des spectacles.
Liège est une jolie ville d’eau, fille de Meuse dit-on, mais vous
pouvez aussi y arriver par chemin de fer et vous serez ébahis par sa
nouvelle gare, grandiose, dessinée par le maître architecte espagnol
Santiago Calatrava. Le bassin liégeois a un riche passé sidérurgique.
À Blégny, les mines de charbon se visitent avec pour guides d’anciens
mineurs passionnés qui vous emmènent au centre de la Terre.
Nous voici à Mons, capitale européenne de la culture 2015, bien
connue pour son beffroi, son splendide hôtel de ville et son combat du
Lumeçon. Le 25 novembre 2005, l’Unesco proclama la fête folklorique
du Doudou chef-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de
l’humanité. Et la fête bat son plein chaque année entre mai et juin.
À Spa, perle des Ardennes, on termine notre visite wallonne à
nouveau par l’eau. Le mot « spa », mondialement utilisé, doit sa noblesse
à cette eau ferrugineuse de grande vertu thérapeutique. Se ressourcer aux
thermes de Spa, c’est arrêter le temps sur la Belle Époque du XIXe siècle
lorsque bien des têtes couronnées ont fait de la ville le café de l’Europe.
Dans notre XXIe siècle, les jeunes eux, y écoutent leurs idoles

73
musicales aux Francofolies ou s’envoient en l’air à l’aérodrome de la
Sauvenière. Et oui, la Wallonie, ça vous tourne la tête !
« Ça bouge » TV5 monde

Vocabulaire
siège m зд. резиденция, штаб- prince-évêque m епископ
квартира bain m баня, купальня
confluent m слияние рек ébahir изумить, ошеломить
forteresse f крепость sidérurgique металлургический
emmener qn, qch уводить, уво- mine f de charbon угольная
зить кого-л., что-л. шахта
désormais отныне mineur m шахтёр
avoir le vent en poupe поймать passionné увлечённый
попутный ветер beffroi m дозорная башня
voguer плыть, идти (о судне) hôtel de ville ратуша, здание го-
cadre m обстановка, окружение родского муниципалитета
s’épanouir расцветать battre son plein идти полным
se déplacer перемещаться, пере- ходом, быть в разгаре
двигаться ferrugineux железистый
voie navigable f водный путь vertu f свойство, сила
classé числящийся, зарегистри- se ressourcer à qch восстано-
рованный вить силы
demeure f de plaisance заго- s’envoyer en l’air прям. отправ-
родный дом для приемов и ляться в воздух
увеселений tourner la tête à qn вскружить
allier соединять; сочетать голову кому-л.

Commentaires
Ça bouge est un site web éducatif qui facilite l’apprentissage du
français à l’aide de vidéos et de fiches pédagogiques permettant de
découvrir les régions francophones : leurs beaux paysages, richesses
culturelles, activités sportives et festivals en tout genre.

La ducasse de Mons est une fête locale basée sur des traditions
ancestrales qui a lieu tous les ans, le week-end de la Trinité, à Mons.

74
On l’appelle souvent le Doudou, d’après le nom d’un air traditionnel
que l’on joue durant les festivités. La fête s’étend sur plusieurs jours.
Elle commence le samedi avec la descente de la « Chasse de Sainte
Waudru. » Se poursuit le dimanche avec un cortège « folklorique » en
costumes d’époque représentant les métiers, les confréries et les
paroisses de la ville. Après le cortège a lieu de combat dit du
« Lumeçon », qui symbolise le combat entre St Georges et le Dragon
qui terrorisait la région au Moyen Âge. Le lundi est consacré à
plusieurs manifestations, braderie, musique militaire. Le mardi est
consacré à des jeux populaires. Habituellement le mercredi, un petit
combat du lumeçon (celui des enfants) a lieu sur la grand-place.

Les Francofolies sont un festival de musique qui se tient dans la


ville de Spa en Belgique, depuis 1994, inspiré par les Francofolies de
La Rochelle, France.

L’aérodrome de la Sauvenière est un aérodrome situé à Spa en


Région wallonne et dévolu à l’aviation de tourisme et au parachutisme.

ACTIVITÉS

Compréhension écrite
1. Dites si les phrases ci-dessous sont vraies, fausses ou le texte ne permet pas de
le savoir :

1) La Wallonie se trouve dans le centre de la Belgique.


2) Namur est le nom d’une des provinces wallonnes et aussi celui
de la ville, capitale de la Wallonie.
3) Namur est la capitale économique de la région.
4) L’abbaye Notre-Dame de Leffe s’est rendue célèbre par sa bière.
5) Durbuy ne compte aujourd’hui qu’environ 400 habitants.
6) Blégny est la patrie du saxophone.
7) La Cité Miroir à Liège est un complexe sportif.
8) L’origine de la fête montoise du Doudou remonte au Moyen Âge.
9) Spa est une petite ville située dans le massif ardennais.
10) Trois chefs-d’œuvre du patrimoine de l’Unesco sont men-
tionnés dans le texte.

75
2. Complétez le tableau en classant les activités proposées suivant leur province et
ville :

Province de Province du Province


Province de
Namur Luxembourg du Hainaut
Liège (Liège,
(Namur, (Bouillon, (Strépy-Thieu,
Blégny, Spa)
Dinant) Durbuy) Beloeil, Mons)
1 Monter en 9 Strépy-
ascenseur en Thieu
bateau
2 jouer de la
musique dans
un musée
3 visiter une
mine
4 participer à
une fête
folklorique
5 prendre
connaissance
du cinema
belge
6 profiter des
thermes
7 visiter une
citadelle
8 faire une
promenade en
montgolfière
9 visiter le petit
Versailles
belge
10 visiter la plus
petite ville du
monde
11 goûter une des
meilleures
bières belges
12 aller au festi-
val musical

76
3. Répondez aux questions ci-dessous :

Nature du texte : 1)
– Est-ce un texte journalistique, littéraire, administratif ?
– A-t-il un titre ? Un sous-titre ?
– Comment est-il structuré ? Comporte-t-il des paragraphes ?
Sont-ils évidents ?
– De quel type de texte s’agit-il ? Est-ce un texte narratif, expli-
catif, informatif ?
2) Quel est son thème principal ?
3) Qu’apprend-on sur la géographie de la Région wallonne ?
4) Quels sont les centres importants de la région ?
5) En quoi consiste la richesse de son patrimoine immatériel ?
6) Qu’apprend-on sur les métiers traditionnels régionaux ?
7) Quelle est la différence entre une forteresse et un palais ? Basez-
vous sur le cas de l’architecture wallonne.
8) La Wallonie participe-t-elle aux projets culturels européens ?
9) Comment la ville de Liège arrive-t-elle à marier l’histoire et la
modernité ?
10) Pourquoi la ville de Spa est-elle surnommée « la perle des
Ardennes » ?
Ph. : Marc Vandersmissen / Wikimedia Commons

Château de Belœil, résidence des Princes de Ligne

77
4. Vocabulaire en jeu :
a) Expliquez les expressions ci-dessous :

Les têtes couronnées ; le cinéma belge a le vent en poupe ;


l’abbaye s’épanouit dans son cadre unique ; Liège, ville d’eau, fille de
Meuse ; les anciens mineurs passionnés vous emmènent au centre de la
Terre ; la fête bat son plein ; les idoles musicales ; un riche passé
sidérurgique ; la technologie a fait d’extraordinaires pas de géant.
b) Quels procédés linguistiques sont employés pour faire la promotion de la
Wallonie ? Illustrez-les avec des exemples du texte.

Expression orale
Donnez votre avis sur chaque question et discutez-en avec les autres apprenants :

1) Quelles activités culturelles de la Wallonie vous séduisent le


plus ?
2) En vous appuyant sur les informations du texte et sur l’illustra-
tion ci-dessus, imaginez pourquoi le château de Belœil porte le titre du
« petit Versailles belge ».
3) La capitale russe a-t-elle un attrait touristique pour les jeunes ?

Recherche personnelle

En vous inspirant du ton du texte, présentez une région que vous


connaissez bien dans le but de donner envie de la découvrir. Rédigez la
présentation en mettant en relief des éléments du patrimoine et
certaines activités contemporaines.

Le coin des internautes

1) cabouge.tv5monde.com/wallonie-bruxelles/wallonie/ – découvrez la
Wallonie avec TV5 monde ;
2) www.mons.be – site officiel de la ville de Mons ;
3) www.chateaudebeloeil.com – site officiel du château de Belœil ;

78
4) www.fiff.be/ – site du Festival International du Film Francophone à
Namur ;
5) www.francofolies.be – site du Festival de musique et chanson
française à Spa.

79
TEXTE 11

LA SUISSE, UN ÎLOT EN EUROPE

Au centre de l’Europe, la Suisse se distingue plus que jamais de


ses voisins : faible taux de chômage, bonne santé économique et surtout
refus d’adhérer à l’Union européenne (UE). À l’heure où de nombreux
pays veulent rentrer dans l’UE, la Suisse fait figure d’exception. Pour
le comprendre, penchons-nous sur ce petit pays, fier de sa singularité.

Pourquoi la Suisse refuse-t-elle d’entrer dans l’Union européenne


alors que ce pays réunit tous les critères qui permettraient une
intégration : communauté de valeurs, respect des libertés individuelles,
le multipartisme, système économique et financier qui permettrait
l’intégration et les relations commerciales. Donc pourquoi la Suisse
souhaite-t-elle rester une île ?
Il y a huit millions d’habitants en Suisse et sa capitale est Berne.
Il y a trois langues officielles : l’allemand, parlé par 65 % de la popu-
lation, le français, pour 23 % de la population, l’italien avec 8 % de
locuteurs, plus une langue nationale, le romanche, parlé par 0,5 % de la
population. Il y a aussi trois principales communautés religieuses :
38 % des Suisses sont catholiques, 27 % sont protestants et 5 % sont
musulmans, répartis dans tout le pays.
On a donc une société très diverse qui vit dans un système
politique très décentralisé unique en Europe. La Suisse est un état
fédéral avec vingt-six cantons, chacun ayant son propre gouvernement,
son propre parlement, ses tribunaux, et même sa propre constitution.
Les cantons disposent d’une grande autonomie dans les domaines de
l’éducation, la culture, la police, la fiscalité, les relations avec les
Églises. Donc un tel système est-il euro-compatible ?
Dans le cadre d’une adhésion à l’Union européenne, les cantons
devraient appliquer les règlementations européennes, donc perdraient
de leur autonomie.
L’autre particularité du système politique helvétique, c’est la dé-
mocratie directe. Dans ce pays, on peut soumettre au vote des citoyens
une modification de la Constitution, si la proposition recueille cent

80
mille signatures, en dix-huit mois. C’est ce qu’on appelle l’initiative
populaire. Et depuis la mise en place de cette démocratie directe en
1848, les Suisses ont été appelés à voter près de six cents fois. Là aussi,
si le pays rejoignait l’Union européenne, certaines règles propres au
droit communautaire ne pourraient plus faire l’objet de votation.
En outre, la Suisse depuis longtemps a fait le choix de la neutralité.
D’abord pour des raisons externes : la Suisse est un petit pays, entouré
de grandes puissances qui ont souvent été en conflit – la France,
l’Allemagne, l’Autriche, l’Italie – et puis il y a aussi les facteurs
internes. La neutralité protège la cohésion d’un pays multiculturel. On
imagine les conflits qui auraient pu éclater entre catholiques et pro-
testants, ou bien lors des deux guerres mondiales entre francophones,
germanophones et italophones. Mais la neutralité peut être armée. La
Suisse a une armée formée de citoyens suisses, environ cent quatre-
vingts mille soldats. Et neutralité ne veut pas dire paralysie. Elle a
justement permis à la Suisse d’être médiatrice dans de nombreux
conflits. Cette neutralité aussi a permis d’accueillir exilés politiques
ou religieux, comme Jean Calvin en 1535, Lénine, en 1914, Thomas
Mann, en 1933, Soljenitsyne en 1974.
Tout cela forme l’identité suisse, ce qu’on appelle le Sonderfall,
ce qui veut dire « cas particulier » en allemand. Et ce modèle suisse
n’empêcherait pas d’être euro-compatible. Alors pourquoi la Suisse
n’a-t-elle toujours pas adhéré à l’Union européenne alors qu’elle est
entourée de pays membres ? En 1992, l’adhésion à l’espace écono-
mique européen a été proposée à la population par référendum, mais
rejetée. En 2001, les Suisses sont appelés à voter pour ou contre
l’adhésion à l’Union européenne et ils la rejettent là encore à une très
large majorité. Et en plus, de nombreux points de blocage existent entre
la Suisse et l’Union européenne, notamment sur le secret bancaire. Le
secret bancaire est très protégé en Suisse, ce qui attire les contribuables
étrangers qui viennent déposer l’argent qu’ils ne déclarent pas dans
leur pays de résidence. C’est de l’argent non-fiscalisé donc un manque
à gagner pour les États d’origine. En premier lieu, l’Allemagne, la
France, le Royaume-Uni et l’Italie.
Le Dessous des cartes, émission diffusée en mai 2014
Arte.tv ( chaîne de télévision franco-allemande à vocation culturelle )

81
Vocabulaire

îlot m островок, перен. изолиро- helvétique гельветический,


ванный участок швейцарский
taux de chômage m уровень soumettre à qch представлять,
безработицы предлагать (на рассмотре-
adhérer à qch присоединять- ние)
ся, вступать (в организа- mise en place f установление
цию) droit communautaire m юр.
fait figure de qch, qn выступать право сообщества
в роли чего-л., кого-л. votation f швейц. голосование,
se pencher sur qch наклоняться всенародный опрос (по ини-
над чем-л., зд. интересоваться, циативе граждан)
рассматривать что-л. cohésion f сплоченность
singularité f своеобразие éclater зд. разразиться, вспых-
communauté f сообщество, нуть
общность médiateur m посредник
romanche m романшский exilé m ссыльный, изгнанник
язык blocage m препятствие, огра-
divers разный, неоднородный ничение
réparti распределенный secret bancaire m тайна бан-
tribunal m суд ковских вкладов
disposer de qch располагать contribuable m налогопла-
чем-л. тельщик
fiscalité m налоговая система déclarer зд. указать в декла-
compatible совместимый рации
adhésion f присоединение, non-fiscalisé не облагаемый
вступление в члены налогом
réglementation f нормы и пра- manque m à gagner упущенная
вила, законодательство выгода

Pour en savoir plus

Cousin éloigné de l’italien et du français, épicé de quelques


accents germaniques, le romanche – du groupe rhéto-roman – regroupe
en fait cinq langues différentes, parlées essentiellement dans le canton

82
des Grisons : le sursilvan (majoritaire), le vallader, le puter, le surmiran
et le sutsilvan.

La littérature romanche se développe tard, étouffée par la do-


mination des langues allemande, française et italienne. Ce n’est qu’à
partir du XIXe siècle que le romanche trouve ses ambassadeurs cultu-
rels – écrivains et poètes – qui décrivent la nature merveilleuse de leur
région mais appellent aussi les romanches à se réunir autour d’une
identité commune.

Le romanche s’oublie chaque année un peu plus. En une décennie,


elle a perdu 15 % de ses locuteurs. Aujourd’hui, seuls 35 000 personnes
la parlent en tant que première langue.
www.coucoulasuisse.com

ACTIVITÉS

Compréhension écrite
1. Dites si les phrases ci-dessous sont vraies, fausses ou le texte ne permet pas de
le savoir :

1) Le niveau de vie et le developpement économique de la Suisse


lui permettraient de devenir membre de l’Union Européenne.
2) La coexistance des langues et des religions en Suisse ne cause
pas de problèmes.
3) En Suisse il y a quatre langues à statut officiel.
4) L’organisation politique suisse est unique en son genre.
5) Les autorités des cantons suisses ont peu de pouvoir.
6) Les Suisses sont engagés dans la vie politique du pays.
7) La neutralité sert à assurer la cohésion interne de la Suisse et
l’idependance de sa politique extérieure.
8) La Suisse n’a pas d’autorité politique en Europe.
9) C’est le gouvernement suisse qui choisit d’adhérer ou pas
à l’UE.
10) La pratique suisse du secret bancaire favorise l’évasion fiscale
chez des clients étrangers.

83
2. Associez les deux parties de chaque phrase :

1 Berne est une ville germano- a c’est pourquoi la Suisse


phone, la quatrième ville de ne peut pas devenir membre
Suisse et la capitale du canton de l’OTAN (Organisation
de Berne, du traité de l’Atlantique
nord).
2 L’anglais est souvent et de b bien que la Suisse soit très
plus en plus utilisé dans le pauvre en matières premières
monde du travail, y compris et ne dispose pas d’énergies
par l’administration, fossiles.
3 L’Union européenne exerce c le reste est formé par des
une pression sur la Suisse citoyens conscrits âgés de 18
pour que celle-ci renonce à à 34 ans (dans certains cas
son secret bancaire, jusqu’à 50 ans).
4 Une initiative populaire est d mais aussi la capitale du pays,
un mécanisme de démocratie siège du gouvernement et des
qui permet à un certain principales institutions
nombre de citoyens, par un fédérales.
nombre de signatures fixé à
l’avance,
5 Le principe de neutralité e il n’a pourtant aucune
signifie qu’un pays ne prend reconnaissance officielle.
pas part à un conflit,
6 L’économie suisse figure f ce que refuse Berne pour ne
parmi les plus prospères et pas perdre un avantage
les plus développées du comparatif dans le secteur
monde bancaire.
7 Les soldats professionnels g qu’avec n’importe quel pays
constituent seulement non membre de l’Espace
environ 5 % du corpus économique européen (EEE).
militaire,
8 Par un grand nombre h de saisir une assemblée
d’accords, l’Union législative ou le peuple par
européenne entretient avec la référendum pour prendre
Suisse des relations plus décision sur une proposition
étroites de loi.

84
3. Répondez aux questions ci-dessous :

1) Nature du texte :
– Est-ce un texte journalistique, littéraire, administratif ?
– A-t-il un titre ? Un sous-titre ?
– Comment est-il structuré ? Comporte-t-il des paragraphes ?
Sont-ils évidents ?
– De quel type de texte s’agit-il ? Est-ce un texte narratif, expli-
catif, informatif ?
– Quel est le thème principal du texte ?
2) Quelles sont les conditions nécessaires pour adhérer à l’UE ?
3) Pourquoi associe-t-on la Suisse avec un îlot ?
4) La population suisse est-elle homogène ?
5) En quoi consiste la particularité du système politique suisse ?
6) Comment les Suisses participent-ils à la prise de décisions
politiques ?
7) La Suisse a souvent servi d’abri pour des libres penseurs de
toute espèce. Pourquoi ?
8) Existe-t-il une identité nationale helvétique ?
9) Pourquoi le secret bancaire reste-t-il un point de blocage entre
la Suisse et certains autres Etats ?
10) Quels sont les désavantages de l’adhésion de la Suisse à l’UE ?

4. Vocabulaire en jeu.
Expliquer les expressions ci-dessous :

– une initiative populaire,


– un modèle euro-compatible,
– la neutralité armée,
– la bonne santé économique,
– la communauté de valeurs,
– un manque à gagner,
– la démocratie directe,
– helvétique

5. Présentez le portait de la Suisse dans le cadre européen en vous basant sur le


contenu du texte.

85
Expression orale
Donnez votre avis sur chaque question et discutez-en avec les autres apprenants :

1) Sur quoi repose l’unité d’un pays multiculturel ?


2) Quel effet le multiculturalisme produit-il sur l’identité na-
tionale ?
3) La politique de neutralité, apparence ou réalité ?
4) Qu’est-ce qu’il y a de commun entre la Suisse et la Russie ?
5) Si le mécanisme de l’initiative populaire existait en Russie
quelles propositions législatives feriez-vous ?
6) La Suisse est-elle un pays idéal ?

Recherche personnelle
Faites la présentation d’une des villes de la Suisse romande (francophone) :

Genève (canton de Genève), Lausanne (canton de Vaud), La Chaux-


de-Fonds (canton de Neuchâtel), Neuchâtel (canton de Neuchâtel),
Montreux (canton de Vaud), Yverdon (canton de Vaud), Sion (canton
de Valais).

Le coin des internautes

1) www.universalis.fr/atlas/europe/suisse/ – Atlas de l’Encyclopædia


Universalis. Cartes physique et administrative de la Suisse ;
2) www.coucoulasuisse.com – découvrir les cantons et les villes suisses ;
3) www.histoire-suisse.geschichte-schweiz.ch – découvrir l’histoire de
la Suisse ;
4) www.rts.ch – radio télévision suisse de langue française ;
5) www.arte.tv – chaîne de télévision franco-allemande à vocation
culturelle.

86
DEUXIÈME PARTIE

CULTURE(S)
FRANCOPHONE(S)

87
TEXTE 12

Le patrimoine culturel immatériel comprend les traditions ou les


expressions vivantes héritées de nos ancêtres et transmises à nos
descendants, comme les traditions orales, les arts du spectacle, les
pratiques sociales, rituels et événements festifs, les connaissances et
pratiques concernant la nature et l’univers ou les connaissances et le
savoir-faire nécessaires à l’artisanat traditionnel.
Bien que fragile, le patrimoine culturel immatériel est un facteur
important du maintien de la diversité culturelle face à la mondialisa-
tion croissante. Avoir une idée du patrimoine culturel immatériel de
différentes communautés est utile au dialogue interculturel et encourage
le respect d’autres modes de vie.
La liste du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité a été
instituée par une Convention signée en 2003 lors de la Conférence
générale de l’Unesco, et ratifiée à ce jour par 161 pays. 314 pratiques
culturelles ou savoir-faire traditionnels ont été à ce jour inscrits au
patrimoine universel immatériel de l’Humanité.

Le repas gastronomique français au patrimoine de l’Humanité


Les experts de l’Unesco ont estimé que le repas gastronomique à la
française remplissait les conditions pour rejoindre la liste. C’est la première
fois qu’une gastronomie figure au patrimoine culturel immatériel de l’Huma-
nité. Décryptage avec le sociologue Jean-Claude Kaufmann.
Non, le steack tartare ou les œufs cocottes ne sont pas devenus
des joyaux de l’humanité ! C’est un peu plus compliqué que ça : le
patrimoine immatériel de l’humanité veut protéger les cultures et
savoir-faire traditionnels, en contrepoint du patrimoine mondial de
l’humanité, qui répertorie les aspects matériels de la culture.
Le 16 novembre 2010, le repas gastronomique des Français entre
au patrimoine immatériel. Ce que les experts saluent ici, ce ne sont
pas les plats, la nourriture mais la « pratique sociale », c’est-à-dire – en
gros – la vieille habitude des Français de passer des heures à table...
Dans le dossier de présentation à l’Unesco, la France souligne que cette
pratique a un sens et des rituels bien précis, de la « recherche de bons

88
produits à l’esthétisme de la table et aux conversations ». C’est même
une occasion de « s’ouvrir à la connaissance de l’autre, au dialogue
interculturel ». Selon un sondage interactif, un bon moment passé à
table pour les Français repose d’abord sur la présence d’autres convives
(70 %), si possible des personnes conviviales, et un peu plus d’une
heure et demie est la durée idéale d’un repas de famille.
Le sociologue Jean-Claude Kaufmann n’est pas étonné par le
choix de l’Unesco : « Cette décision me paraît juste : la cuisine et la
convivialité sont véritablement un art et s’inscrivent dans la culture. »
Pour l’expert, « il y a des diversités culturelles considérables en cuisine,
par exemple en Europe : d’un côté les pays anglo-saxons de culture
protestante, centrés sur l’individu, et de l’autre les cuisines du sud, de
tradition catholique, avec une tradition du repas et de la famille autour
de la table ».
Et il y a actuellement une évolution des attentes assez paradoxales
par rapport à l’alimentation et à la cuisine : « En ce moment, on trouve
dans un même pays – et en France aussi – l’alimentation individuelle
commode, rapide, sur le pouce, à la maison ou à l’extérieur, mais aussi
un intérêt pour le repas à table et la cuisine comme passion : par
exemple les télés américaines regorgent d’émissions sur la cuisine
gastronomique, alors que ce n’est pas du tout leur tradition. »
Alors, les Français sont-ils les meilleurs artistes dans le domaine
culinaire ? « La cuisine française a toujours été sophistiquée et surtout
elle sait se mettre en scène via un art du discours. » Autre spécificité, ce
que les Américains appellent le french paradox : les Français(es)
passent des heures à table mais ne deviennent pas obèses !
Jean-Claude Kaufmann reconnaît aussi que d’autres pays
pourraient prendre la mouche après cette intronisation : « Ce qui est
embêtant c’est le côté un peu snob que peut avoir cette distinction. Car
la cuisine française n’est pas la seule à être un "art". Je pense aux autres
cuisines latines par exemple… » Et l’Unesco ne les a pas oubliées non
plus, en distinguant également le régime méditerranéen – à base d’huile
d’olive, de céréales et de fruits et légumes, mais aussi le pain d’épices
du nord de la Croatie et la cuisine traditionnelle mexicaine.
16/11/2010 par Laure Constantinesco
TV5monde.org

89
Vocabulaire

repas m завтрак, обед, ужин; attente f ожидание


прием пищи sur le pouce (есть) наскоро, на
remplir зд. выполнять, соответ- ходу
ствовать regorger de qch изобиловать,
décryptage m расшифровка быть переполненным чем-л.
joyau m сокровище sophistiqué сложный, утончен-
savoir-faire m технология, ный
умение discours m зд. разговор, беседа
en contrepoint de qch в допол- obèse тучный, страдающий ожи-
нение к чему-л. рением
répértorier составлять опись, prendre la mouche перен., разг.
записывать обидеться, рассердиться
nourriture f пища intronisation f возведение на
en gros в общих чертах престол
dossier m досье, материалы embêtant досадный, неприят-
sondage m опрос ный
convive m, f гость, сотрапезник distinction отличие, превосход-
convivial общительный ство
convivialité f компанейский régime m режим питания, диета
характер céréale f злак, зерновая культу-
considérable значительный, ра
большой pain d’épice m пряник

ACTIVITÉS

Compréhension écrite
1. Dites si les phrases ci-dessous sont vraies, fausses ou le texte ne permet pas de
le savoir :

1)Les Français sont reconnus meilleurs cuisiniers au monde.


2)Le repas gastronomique à la française ne se réduit pas au temps
passé à la table.
3) En France la transmission des traditions gastronomiques est un
aspect important de l’éducation des enfants.

90
4) Le repas gastronomique met l’accent sur le fait d’être bien
ensemble.
5) Les traditions gastronomiques françaises sont en voie de dispa-
rition.
6) Le repas en famille est aussi indispensable pour les Français
que pour les Américains.
7) Historiquement les habitudes alimentaires nationales se sont
formées sous l’influence de l’église.
8) La restauration rapide est peu présente en France.
9) L’alimentation française se révèle plus saine et équilibrée que
celle des Américains.
10) La gastronomie française est la seule à figurer dans la liste du
patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

2. Associez les deux parties de chaque phrase :

1 Les Français sont réputés a le premier pays à être honoré


pour pour son génie des arts de la
table.
2 Plus que le contenu des b au moins un hors-d’œuvre, un
assiettes, les experts ont noté plat de viande ou de poisson
que la gastronomie française accompagné de légumes, un
est une pratique sociale plateau de fromage, et un
coutumière destinée à dessert, le tout arrosé de vin.
3 La haute cuisine française c à l’inverse, quelqu’un qui ne
trouve sa source au manifeste aucun intérêt pour la
XVIIe siècle avec le chef table présente la très mauvaise
François Pierre de La image d’un personnage
Varenne, grossier.
4 Il est particulièrement d l’auteur du premier véritable
remarquable que la France livre de cuisine française, « Le
soit Cuisinier françois », publié en
1651.
5 Les produits agricoles e célébrer les moments les plus
régionaux comme le importants de la vie tels que
fromage, le vin, la viande les naissances, les mariages,
les anniversaires, les succès et
les retrouvailles.

91
6 Aujourd’hui, la consomma- f leur chauvinisme en matière
tion alimentaire est marquée de cuisine.
par de nouvelles tendances,
7 Apprécier la bonne nourri- g manger appartient à la sphère
ture, être gourmet, font de l’intime.
partie de la bonne éducation,
8 Dans les cultures anglo- h occupent une place principale
saxonnes dans la cuisine française,
9 En France on considère que i liées à un rythme de vie de
même un repas simple doit plus en plus soutenu.
comporter

3. Répondez aux questions ci-dessous :

1) Nature du texte :
– Est-ce un texte journalistique, littéraire, administratif ?
– A-t-il un titre ? Un sous-titre ?
– Comment est-il structuré ? Comporte-t-il des paragraphes ?
Sont-ils évidents ?
– De quel type de texte s’agit-il ? Est-ce un texte narratif,
explicatif, informatif ?
2) Quel est le thème principal du texte ?
3) Qu’est-ce que le repas gastronomique français, d’après les
experts de l’Unesco ?
4) Quel est l’aspect immatériel du repas gastronomique français ?
5) Selon le sociologue, la reconnaissance de la singularité de la
gastronomie française est-elle légitime ?
6) Quel changement d’attitude à l’égard de la gastronomie voit-on
chez les Américains ? Et chez les Français ?
7) Le repas français de tous les jours est-il gastronomique ?
8) Les traditions gastronomiques françaises sont-elles en voie de
disparition ?
9) Quelles autres traditions gastronomiques ont été distinguées par
l’Unesco ?
10) Qu’est-ce qui est étonnant pour les étrangers dans l’alimenta-
tion des Français ?
11) Nommez les peuples ayant la diète méditerranéenne comme
une pratique alimentaire traditionnelle.

92
4. Vocabulaire en jeu.
Relevez dans le texte et les activités tous les mots appartenant au champ lexical de
l’« alimentation ». Réemployez-les dans un microcontexte.

Expression orale
Donnez votre avis sur chaque question et discutez-en avec les autres apprenants :

1)Comment peut-on expliquer le « paradoxe français » ?


2)Existe-t-il un repas gastronomique russe ? Ressemble-t-il à
celui de la France ?
3) Partagez-vous l’importance donnée par les Français à la gastro-
nomie et aux arts de la table ? Établissez une comparaison avec la
perception que l’on en a en Russie.

Recherche personnelle

1)Présentez une des spécialités régionales de la cuisine française.


2)Consultez la vidéo du dossier de candidature du repas gastro-
nomique français sur le site de l’Unesco et relevez : les étapes de cette
pratique, la participation des enfants, l’ordre des mets à la française, les
représentations de l’esprit convivial et de l’idée de partage.

Le coin des internautes

1) www.unesco.org/culture/ich/index.php?lg=fr&pg=00011&RL=00437
– dossier de candidature du repas gastronomique français ;
2) www.france.fr/gastronomie/les-specialites-regionales-0html.html –
découvrez les perles de la cuisine régionale française.

93
TEXTE 13

LE CARNAVAL DE BINCHE

Inscrit en 2008 Pays : Belgique


La ville de Binche est située au sud de Bruxelles, dans la province
belge du Hainaut. Chaque année, pendant les trois jours qui précèdent
le Carême, elle accueille un carnaval qui mobilise le centre historique
de la cité et attire des foules de visiteurs étrangers. Remontant au
Moyen Âge, le célèbre carnaval de Binche est l’une des plus anciennes
manifestations de ce type encore vivantes en Europe.
Depuis le début du mois de janvier, une atmosphère de joyeuse
effervescence règne dans la ville où des milliers de Binchois s’affairent
à la confection de somptueux costumes et se retrouvent aux répétitions
de batterie ou aux bals costumés. Le Dimanche gras, qui marque
officiellement le début du carnaval, des hordes de noceurs masqués
envahissent rues et cafés de la ville. Les Mam’selles, hommes vêtus
d’extravagants accoutrements féminins, sont la principale attraction de

Ph. : Jean-Pol GRANDMONT / Wikimedia Commons

Les Gilles portant leur chapeau de plumes d’autruche le jour de Mardi gras

94
cette journée. Le carnaval atteint son apogée le jour de Mardi gras avec
l’apparition des légendaires Gilles. Après le cérémonial complexe de
l’habillage, plusieurs centaines de Gilles arborant leurs costumes
rouges, jaunes et noirs et leurs chapeaux à plumes d’autruche, des
sabots de bois, des clochettes et des masques de cire à petites lunettes,
paradent dans la ville au son du tambour. Des pierrots, arlequins et
paysans suivent les défilés, se mêlant aux fêtards costumés et aux
fanfares locales.
Entraînés par les airs traditionnels joués à la viole et au tambour,
des danseurs exécutent divers pas, dont l’éternel favori, le pas de Gille.
Le point culminant des festivités de la journée est la danse des Gilles
sur la Grand Place, sous les feux d’artifices.
Le carnaval de Binche est une véritable fête populaire, réputée
pour sa spontanéité et la participation financière substantielle de ses
participants. Les habitants de la ville en tirent une grande fierté et
s’efforcent de préserver l’artisanat et les savoir-faire associés aux
costumes, accessoires, danses et musiques traditionnels du carnaval.
www.unesco.org

Vocabulaire

précéder предшествовать autruche f страус


Carême m церк. великий пост sabot m сабо, деревянный баш-
accueillir принимать мак
foule f толпа, множество clochette f колокольчик
manifestation f мероприятие, cire f воск
действо parader участвовать в параде
effervescence f перен. воз- défilé m шествие
буждение, волнение se mêler соединяться, смеши-
Binchois m житель г. Бенш ваться
s’affairer суетиться, хлопо- fêtard m гуляка, участник празд-
тать ника
confection f изготовление fanfare f зд. духовой оркестр
somptueux роскошный entraîner увлекать за собой
batterie f группа ударных air m зд. мотив, напев
инструментов (зд. барабанов) viole f виола

95
le Dimanche gras жирное вос- tambour m барабан
кресенье exécuter исполнять
horde f орда, полчище pas m шаг, па (в танцах)
noceur m разг. гуляка feu d’artifice m фейерверк
accoutrement m смешной, неле- substantiel существенный, зна-
пый наряд чительный
atteindre son apogée достигать tirer (de la ) fierté de qch гор-
наивысшей точки, апогея диться чем-л.
le Mardi gras жирный вторник, s’efforcer de faire qch силиться,
последний день карнавала стараться сделать что-л.
(перед постом) artisanat m ремесло
habillage m одевание savoir-faire m технология,
arborer выставлять напоказ умение

96
TEXTE 14

LE SAVOIR-FAIRE DU TRAVAIL
DU BOIS DES ZAFIMANIRY

Inscrit en 2008 Pays : Madagascar

La communauté des Zafimaniry est la dernière dépositaire d’une


culture originale de travail du bois, autrefois très répandue dans toute
l’île. Les Zafimaniry se sont établis au dix-huitième siècle dans une
région boisée et reculée au sud-est de Madagascar, pour échapper à la
déforestation qui ravageait à l’époque la majeure partie du pays.
Aujourd’hui, quelque 25 000 Zafimaniry vivent dans une centaine de
villages dispersés dans les montagnes de la région.
Depuis des générations, les forestiers, charpentiers et artisans ont
développé autour du bois un ensemble de connaissances et savoir-faire.
Cette tradition artisanale témoigne du rôle central de ce matériau dans
tous les aspects de la vie et de la mort. La maîtrise de la foresterie et de
la sculpture sur bois transparaît dans les constructions et les objets
de la vie quotidienne. Pratiquement toutes les surfaces en bois (murs,
fenêtres, poteaux, poutres, tabourets, coffres, outils) sont richement
travaillées. Les Zafimaniry utilisent vingt espèces d’arbres, adaptées
chacune à un type de construction ou à une fonction décorative spé-
cifique. Les maisons et les tombeaux sont assemblés exclusivement
par la technique traditionnelle sans clou ni autre pièce métallique. Les
motifs géométriques extrêmement codifiés trahissent non seulement
les origines austronésiennes de la communauté, mais aussi les influen-
ces arabes qui imprègnent la culture malgache. Si le nombre de motifs
est limité, la créativité des artisans est telle qu’il n’existe pas deux
objets identiques. La richesse symbolique de ces motifs est l’expression
des croyances et valeurs des Zafimaniry. Les ornements renseignent
également sur le rôle et la position sociale des individus au sein du
groupe.
www.unesco.org

97
Vocabulaire

travail du bois m работа по де- poteau m столб


реву poutre f брус, балка
dépositaire m хранитель, носи- coffre m короб, сундук
тель outil m орудие, инструмент
s’établir поселиться, обосно- tombeau m гробница, склеп
ваться assembler собирать, соединять
boisé лесистый clou m гвоздь
reculer отступать pièce f деталь
échapper à qn, qch избегать motif m сюжет, орнамент
кого-л., чего-л. codifié зд. замысловатый
déforestation f сведение леса trahir выдавать, обнаруживать
ravager опустошать; губить austronésien этногр. австро-
majeur больший незийский, относящийся к
dispersé рассеянный, разбросан- группе народов, составля-
ный ющих коренное население
forestier m лесничий ряда государств Юго-
charpentier m плотник Восточной Азии и Полине-
témoigner de qch показывать зии
что-л., свидетельствовать о imprégner перен. пронизывать;
чём-л. глубоко воздействовать
maîtrise f мастерство malgache малагасийский, жи-
foresterie f лесоводство, лесное тель острова Мадагаскар
хозяйство renseigner информировать,
transparaître перен. проявляться объяснять, рассказывать

98
TEXTE 15

LE GWOKA : MUSIQUE, CHANTS, DANSES


ET PRATIQUE CULTURELLE REPRÉSENTATIFS
DE L’IDENTITÉ GUADELOUPÉENNE

Inscrit en 2014 Pays : France

Le gwoka est pratiqué par tous les groupes ethniques et religieux


de la société guadeloupéenne. Il combine le chant en créole guade-
loupéen, les rythmes joués aux tambours et la danse. Dans sa forme
traditionnelle, le gwoka associe ces trois domaines d’expression en
valorisant les qualités individuelles d’improvisation. Les participants
et le public forment un cercle dans lequel les danseurs et le soliste
entrent à tour de rôle, en faisant face aux tambours. Le public frappe
des mains et chante le refrain proposé par le soliste. Plusieurs milliers
de personnes pratiquent régulièrement le gwoka lors de soirées popu-
laires de gwoka en plein air, où le cercle fonctionne comme un lieu de
valorisation des talents individuels. La pratique et le savoir-faire liés à
la fabrication des tambours ka se transmettent de façon informelle, dans
le cercle familial et amical, mais aussi de plus en plus dans des ateliers
et des écoles de danse et de musique traditionnelles. Le gwoka est
l’un des éléments les plus emblématiques de la société guadeloupéenne
et ses expressions contemporaines explorent de nouvelles pistes musi-
cales, chorégraphiques ou chantées. Il accompagne les temps forts de la
vie quotidienne ainsi que les manifestations festives et culturelles. Il
accompagne également des mouvements de revendications sociales et
politiques. Il renforce l’identité et donne un sentiment de valorisation
collective et de fierté individuelle, en portant des valeurs de convi-
vialité, de résistance et de dignité.
www.unesco.org

99
Vocabulaire

guadeloupéen гваделупский; emblématique служащий


житель Гваделупы эмблемой, символиче-
créole m креольский язык ский
valoriser qch придавать большее piste f зд. (музыкальная)
значение чему-л.; возвышать дорожка, трек
à tour de rôle по очереди revendication f требование;
frapper бить, ударять протест
refrain m припев renforcer усиливать, подкреп-
valorisation f придание больше- лять
го значения; повышение пре- dignité f чувство собственного
стижности достоинства

ACTIVITÉS

Compréhension écrite
1. Dites si les phrases ci-dessous sont vraies, fausses ou le texte ne permet pas de
le savoir :

1) Le carnaval de Binche est une fête de la récolte qui se célèbre


en automne.
2) Lors du carnaval les Binchois se déguisent en personnages
traditionnels.
3) Seuls les Binchois de souche sont dignes de porter le masque de
Gille.
4) L’Unesco veut sauvegarder la langue des Zafimaniry.
5) La transmission des savoir-faire des Zafimaniry se passe dans
les ateliers de sculpture sur bois.
6) L’art malgache a subi des influences étrangères.
7) Zafimaniry est le nom d’une minorité ethnique de Madagascar.
8) Le gwoka valorise la personnalité du soliste .
9) Cette pratique est née durant la période de l’esclavage
10) De nos jours, le gwoka ne perd pas sa valeur et s’adapte à la
réalité moderne.

100
2. Complétez le tableau des pratiques inscrites sur la Liste du patrimoine culturel
immatériel de l’humanité :

Statut
Dénomination Localisation Forme(s) (pratique bien vivante ;
nécessite une sauvegarde)
Repas France (sans pratique
gastronomique concrétisation sociale pratique bien vivante
des Français régionale) tradition

Carnaval
de Binche

Travail du bois
des Zafimaniry

Gwoka

3. Répondez aux questions ci-dessous :

1) Nature des textes :


– Est-ce que ce sont des textes journalistiques, littéraires, admi-
nistratifs ?
– Ont-ils un titre ? Un sous-titre ?
– Comment sont-ils structurés ? Comportent-ils des paragraphes ?
Sont-ils évidents ?
– De quel type de texte s’agit-il ? Est-ce que ce sont des textes
narratifs, explicatifs, informatifs ?
2) Quel est le thème principal de chaque texte ?
3) Par qui le carnaval de Binche est-il organisé et préparé ?
4) Quelles sont les étapes du carnaval ?
5) Pourquoi le carnaval binchois a-t-il été distingué par l’Unesco
parmi les autres traditions festives européennes ?
6) L’art des Zafimaniry est-il conditionné par la nature de Mada-
gascar ?
7) Cette pratique nécessite-t-elle une sauvegarde ?

101
8) Pourquoi les Zafimaniry décorent-ils les objets de la vie
quotidienne ?
9) Quels sont les éléments du gwoka ?
10) Quand les Guadeloupéens recourent-ils au gwoka ?

4. Vocabulaire en jeu :

a) Trouvez l’intrus parmi les expressions ci-dessous et expliquez votre choix :

1) Forestier – charpentier – pompier


2) représentatif – individuel – emblématique
3) costume – accoutrement – poutre
4) échapper – faire face – éviter
5) décoration – motif – chant
6) Gilles – paysans – chevaliers
7) reculer – s’établir – s’installer
8) noceur – fêtard – artisan
9) savoir-faire – maitrise – rituel
10) flâner – défiler – parader
b) Retrouvez les mots employés dans le texte d’après leurs définitions.
Réemployez-les dans un microcontexte :

1) Qui est élaboré selon des méthodes traditionnelles, indivi-


duelles, par opposition à industriel. (adjectif)
2) Retour d’un même vers dans le cours d’une poésie, d’une
chanson. (nom)
3) Indique une très grande intensité ; au dernier point, extraordi-
nairement. (adverbe)
4) Temps d’abstinence pour les catholiques, qui dure depuis le
Mercredi des Cendres jusqu’au jour de Pâques. (nom)
5) Donner une importance accrue à quelque chose, le mettre en
valeur. (verbe)
6) Capacité, faculté d’invention, d’imagination. (nom)
7) Qui est superbe, magnifique, luxueux. (adjectif)
8) Action de détruire la forêt. (nom)
9) Multitude de personnes réunies en un même lieu. (nom)
10) Donner à quelqu’un des indications, des éclaircissements ;
constituer une source d’informations. (verbe)

102
Expression orale
Commentez une des citations et discutez-en avec les autres apprenants :

1) Le proverbe dit : « Au carnaval tout le monde est jeune, même


les vieillards. Au carnaval tout le monde est beau, même les laids. »
Comment le comprenez-vous ?
2) Selon Maurice Béjart, un des plus grands chorégraphes de notre
époque « la danse, mieux qu’aucun autre des arts, peut nous livrer
l’essentiel des mythes ». Comment le comprenez-vous ?
3) Dénis Diderot, écrivain et philosophe français, a écrit : « C’est
chez les artisans qu’il faut aller chercher les preuves les plus admi-
rables de la sagacité de l’esprit, de sa patience et de ses ressources. »
Qu’en pensez-vous ?

Recherche personnelle
En vous appuyant sur les textes ci-dessus, rédigez un dossier de présentation
d’une tradition, pratique sociale, fête ou savoir-faire russe méritant d’être nommé
patrimoine culturel immatériel de l’Humanité.

Le coin des internautes

1) www.unesco.org – site officiel de L’Organisation des Nations unies


pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) ;
2) www.carnavaldebinche.be/ – site consacré au carnaval de Binche ;
3) www.madagascar-guide.com/ – découvrez les origines, l’histoire,
l’environnement et la culture de Madagascar ;
4) www.gwoka.org/ – découvrez le son des tambours guadeloupéens sur
le site consacré au gwoka ;
5) www.patrimoinevivantdelafrance.fr/ – découvrez la variété des
pratiques qui font partie du patrimoine culturel immatériel français ;
6) http://patrimoine-immateriel-aquitaine.org/ – exposition virtuelle
consacrée au Patrimoine culturel immatériel dans la région d’Aquitaine.

103
TEXTE 16

A BERLIN, ROYAL DE LUXE ARPENTE


L’HISTOIRE À PAS DE GÉANT

Qui aurait pu enjamber ce mur qui séparait une ville et deux


mondes, si ce n’est un géant ? Alors, pour fêter le vingtième anni-
versaire de la chute du Mur, Berlin a choisi d’en inviter deux : ceux de
la célèbre troupe de théâtre de la rue française Royal de luxe, chargée
d’inaugurer, du jeudi 1er au dimanche 4 octobre, les festivités qui se
dérouleront jusqu’au 9 novembre, avec ses marionnettes gigantesques,
lancées dans la ville.
Depuis le balcon de son hôtel de ville en briques rouges d’une
capitale réunifiée, Klaus Wowereit, le maire de Berlin, a découvert,
vendredi 2 octobre au matin, comme ses administrés émerveillés, la
petite géante de presque six mètres qui s’éveillait sous ses fenêtres, aux
cris frénétiques des enfants des écoles, encapuchonnés dans leurs
anoraks de couleurs vives sous une pluie fine et froide.
Et ce fut une journée un peu folle, qui prit le tour d’une promenade
à pas de géante dans l’histoire de la ville, et dans celle du XXe siècle.
La grande fillette aux longs cils et au sourire malicieux, actionnée par
ses vingt-deux manipulateurs en livrée de velours rouge, tels les Lilli-
putiens de Gulliver, contourne d’abord l’Hôtel de ville par la Juden-
strasse (rue des Juifs), pour rejoindre l’avenue Karl Liebknecht. Elle
passa devant le trou béant laissé par la destruction du Palais de la
République, monumental symbole de la République démocratique
allemande, et continua sa route par la Schlossplatz où, en novembre
1918, Karl Liebknecht proclama la République socialiste.
Puis s’engagea dans la mythique allée Unter den Linden (« sous les
tilleuls »), symbole du Berlin de la grande époque, et salua l’université
Humboldt, qui forma Marx, Heine et Engels. Enfin, elle alla se poser
pour sa sieste sur la Bebelplatz où, en 1933, les nazis brûlèrent des
milliers de livres, jetés depuis les fenêtres de la vieille bibliothèque.
A son réveil, laissant derrière elle l’ancien siège de la Gestapo, elle
partit faire du lèche-vitrines dans Friedrichstrasse. Puis elle regagna
tranquillement l’Altes Museum, le plus vieux musée de Berlin, où dort
une autre princesse : Nefertiti.

104
Comme partout où elle passe, la petite géante provoque une
tempête d’émotions. A Berlin, celle-ci devrait encore s’intensifier,
samedi 3 octobre, jour de la réunification de 1990.
La petite géante venue de l’est devrait en effet finir par retrouver
son oncle, le grand géant-scaphandrier venu de l’ouest. La rencontre
devait avoir lieu, natürlich, à la Porte de Brandebourg, le symbole de la
chute du Mur de Berlin. Le grand géant ne viendrait pas les mains
vides, mais avec des sacs remplis de lettres confisquées par la Stasi.
Elles parlent de la douleur d’être séparés par le Mur ou de rêves de
liberté et, pour beaucoup, ne sont jamais arrivées à leur destinataire.
« Nous n’avons pas voulu faire un spectacle politique sur la réuni-
fication, mais réveiller une mémoire émotionnelle, intime. La réflexion,
on l’espère, viendra après », explique Jean-Luc Courcoult, fondateur et
scénariste de la compagnie. « Il n’y a pas une seule vision de la chute du
Mur, fait observer Brigitte Fürle, la directrice artistique du Berliner
Festspiele, le plus important organisme culturel de la ville, qui est à l’ori-
gine de la venue de Royal de luxe. Il y a aussi de la douleur, de la peur.
Voilà pourquoi je voulais que cet anniversaire commence dans un sourire.
Ces géants feront sans doute tomber quelques murs dans les têtes. »
Quant à la petite géante au visage tzigane, tout au long de cette
folle journée, elle semblait observer tout cela avec l’étonnement d’une
enfant devant les folies de l’Histoire.
Par Fabienne Darge
Le Monde – Publié le 03/10/2009
Ph. : CGP Grey / Wikimedia Commons

Royal de Luxe. La petite géante

105
Vocabulaire
arpenter межевать; шагать contourner огибать
(взад и вперед, из угла в угол) béant зияющий
à pas de géant гигантскими ша- République démocratique
гами allemande Гермáнская Демо-
enjamber перешагнуть кратическая Респýблика (ГДР)
anniversaire m зд. годовщина s’engager dans qch пойти по…;
chute f прям., перен. падение въехать, заехать куда-л.,
charger qn de faire qch пору- tilleul m липа
чать кому-л. что-л., возлагать former зд. воспитывать, обу-
что-л. на кого-л. чать; формировать
inaugurer торжественно откры- se poser остановиться, садиться
вать (памятник, учреждение, sieste f сиеста, дневной отдых;
собрание и т. д.) сон
festivité f празднество siège m штаб
se dérouler прям., перен. развер- faire du lèche-vitrines прогули-
тываться, происходить ваться, разглядывая витрины
lancer зд. запускать, вводить магазинов, глазеть на витрины
administré m подчиненный regagner qch зд. добираться до
émerveillé восхищенный, вос- чего-л.
торженный s’intensifier усиливаться, активи-
frénétique исступленный, неис- зироваться
товый réunification f объединение, вос-
encapuchonné укрытый, заку- соединение
танный scaphandrier m водолаз
prendre le tour de qch обер- destinataire m получатель, адре-
нуться чем-л. сат
actionner приводить в движе- compagnie f зд. театральная
ние, в действие труппа
livrée f ливрея venue f прибытие, приезд
rejoindre зд. доходить до…; quant à что касается…
достигать (об улице и т. п.) tzigane цыганский

Commentaires
La Stasi (abréviation de Staatssicherheit), était le service de police
politique, de renseignements, d’espionnage et de contre-espionnage de
la République démocratique allemande (RDA) créé le 8 février 1950.

106
Pour en savoir plus

Des milliers de spectateurs, des centaines de compagnies, 250 fes-


tivals par an en France : après le cinéma, les spectacles de la rue sont la
pratique culturelle qui réunit le plus grand nombre de Français, soit
34 %. « C’est un domaine en pleine expansion, en trente ans, les
Français sont devenus les champions du monde dans cette catégorie »,
assure Pierre Prévost, président de la Fédération nationale des arts de la
rue. « On jouit d’une vraie popularité, car on est dans un divertisse-
ment positif, festif, c’est un rendez-vous familial, où les enfants sont
devenus les nouveaux spectateurs. »
www.lefigaro.fr

ACTIVITÉS

Compréhension écrite
1. Dites si les phrases ci-dessous sont vraies, fausses ou le texte ne permet pas de
le savoir :

1) Les artistes français ont été invités à l’occasion du XXe


anniversaire de la victoire sur le nazisme.
2) La compagnie Royal de Luxe est spécialisée dans les spectacles
de la rue.
3) Royal de Luxe a son siège dans la ville de Nante dans la région
du Pays de la Loire.
4) Le public participe au spectacle.
5) Les artistes invitent les spectateurs à une promenade à travers
Berlin et son histoire.
6) La rencontre des géants à la fin du spectacle symbolise la
réunification de la ville.
7) L’Altes Museum est le plus grand musée de Berlin.
e
8) Les tilleuls de l’allée Unter den Linden ont été plantés au XVII
siècle.
9) La porte de Brandebourg a été construite après la chute du Mur.
10) Berliner Festspiele est une des grandes salles théâtrales
berlinoises.

107
2. Associez les deux parties de chaque phrase :

1 Le mur de Berlin, officielle- a inscrire la création artistique


ment appelé par le gouverne- au cœur de l’espace public,
ment est-allemand « mur de au plus proche des popula-
protection antifasciste », a été tions.
érigé en plein Berlin dans la
nuit du 12 au 13 août 1961
par la République démocra-
tique allemande (RDA),
2 Le mur a séparé physique- b dans les processions diony-
ment la ville en Berlin-Est et siaques de la Grèce antique,
Berlin-Ouest pendant plus de les spectacles de foire dans
vingt-huit ans, toute l’Europe au Moyen-
Age et à la Renaissance et
les fêtes révolutionnaires.
3 La Gestapo, police politique c par la grande diversité de ses
du Troisième Reich, dirigée esthétiques et de ses formats
par Heinrich Müller fut de spectacles.
chargée de lutter contre les
opposants internes ou
externes, réels ou supposés,
4 La Bebelplatz, place histori- d offre à ses spectateurs des
que au centre de Berlin, est centaines de spectacles en
tristement célèbre comme le plein air dans un mélange
site de l’autodafé des livres d’enchantement, de décou-
« non allemands » verte et de libre expression
de l’art et de la musique.
5 L’université Humboldt, la e qui s’est déroulé le 10 mai
plus ancienne des quatre 1933 par des groupes de
universités de Berlin, jeunes nazis, sur l’instiga-
tion du ministre de la propa-
gande, Joseph Goebbels.
6 Les arts de la rue ne sont pas f qui tentait ainsi de mettre fin
un phénomène récent, ils à l’exode croissant de ses
existent depuis qu’il y a des habitants vers la République
hommes et depuis qu’il ya des fédérale d’Allemagne
rues, (RFA).

108
7 Institué et professionnalisé g et constitue le symbole le
depuis 40 ans, cet art se plus marquant d’une Europe
caractérise divisée par le rideau de fer
8 S’il est difficile de définir h fut fondée en 1809, à l’ini-
avec précision les frontières tiative du réformateur libéral
de ce champ artistique, de l’éducation, linguiste
l’ensemble de ses acteurs Wilhelm von Humboldt.
partage une même démarche
et une même préoccupation :
9 Le festival d’Aurillac (région i puis contre les adversaires
Auvergne), reconnu comme du régime nazi ou les
le plus grand festival de résistants dans les pays
théâtre et d’arts de la rue occupés, elle fut synonyme
européen, de terreur en Allemagne,
puis dans une grande partie
de l’Europe.

3. Répondez aux questions ci-dessous :

1) Nature du texte :
– Est-ce un texte journalistique, littéraire, administratif ?
– A-t-il un titre ? Un sous-titre ?
– Comment est-il structuré ? Comporte-t-il des paragraphes ?
Sont-ils évidents ?
– De quel type de texte s’agit-il ? Est-ce un texte narratif,
explicatif, informatif ?
2) Quel est son thème principal ?
3) Quel est le jeu de mots dans le titre ?
4) Comment pourriez-vous définir le genre de la représentation de
Royal de Luxe ?
5) Quel est son sujet ?
6) Quel était l’objectif de J.-L. Courcoult dans la création de
cespectacle ?
7) Qui a initié l’invitation des artistes français ?
8) À votre avis, à quel public est destiné le spectacle de Royal de
Luxe ?

109
9) La chute du Mur, que symbolise-t-elle pour les Berlinois ?
10) Quelles grandes curiosités de Berlin sont mentionnées dans le
texte ?

4. Vocabulaire en jeu :

a) Relevez dans le texte et les activités tous les mots appartenant au champ lexical
du « mouvement ». Réemployez-les dans un microcontexte.

b) Complétez le texte ci-dessous avec les mots suivants. Attention : il y a un intrus.

improvisées, un théâtre, renommée, représentations, inattendus,


nomades, font preuve de, manifestations, des arts, la venue, public
Les 22 et 23 août 2015 le 42e Festival International (1)_________
de la rue s’est déroulé à Chassepierre. C’est un festival de
(2)______________ internationale et une des (3)_______________
culturelles les plus importantes en Wallonie.
Durant deux jours, tout le village se laisse tournebouler par
(4)___________ des artistes (5)__________ qui ont choisi la vie au
grand air et le transforment en (6)___________ à 360°. Comédiens,
musiciens, clowns, acrobates... s’y partagent le pavé et (7)__________
leur fantaisie pour le plaisir du (8)__________. Places, trottoirs, parvis
et même les endroits les plus (9)___________se métamorphosent
en scènes (10)___________.

Expression orale
Donnez votre avis sur chaque question et discutez-en avec les autres apprenants :

1) Quelle est la différence entre le théâtre conventionnel et celui


de la rue ?
2) L’artiste de la rue doit-il posséder des compétences spécifi-
ques ?
3) On dit que l’élément clé d’une représentation de la rue sont les
« spect’acteurs » . Qu’en pensez-vous ?
4) Les arts de la rue sont-ils développés en Russie ? Quelles en
sont les formes ? Avez-vous déjà assisté à un spectacle pareil ?
5) Pourquoi célébrer les anniversaires des événements
historiques ?

110
Recherche personnelle
Les arts de la rue se développent dans l’espace public et donc
s’inspirent des problèmes d’actualité : intolérance, guerres, écologie,
injustices et discriminations sociales, culturelles et religieuses etc.
Présentez une création à votre choix qui appelle son public à refléchir
sur les questions épineuses de notre époque.

Le coin des internautes

1) http://aurillac.net/ – site du premier festival européen de théâtre de rue


à Aurillac (France) ;
2) www.chalondanslarue.com – site du festival international Chalon
dans la rue à Châlon-sur-Saône (France) ;
3) http://www.chassepierre.be/fr – site du festival international des arts
de la rue à Chassepierre (Wallonie, Belgique) ;
4) www.royal-de-luxe.com – site de la compagnie Royal de Luxe ;
5) www.oposito.fr/ – site de la compagnie Oposito ;
6) www.theatredelunite.com / – site de la compagnie Théâtre de
l’Unité ;
7) www.la-salamandre.com – site de la compagnie Salamandre (cirque
de rue) ;
8) www.berlin.de/fr/ – découvrez la capitale allemande avec le site
officiel de la ville (version en français).

111
TEXTE 17

APERÇU SUR LA MUSIQUE

Mylène Farmer
Née en 1961 au Québec, Mylène Farmer est une auteur-
compositeur-interprète. Depuis le milieu des années 1980, elle est la
chanteuse qui vend le plus de disques en France. Pourvu qu’elles soient
douces (1988) s’écoule à 100 000 copies par semaine, Désenchantée
(1991) atteint les 1 300 000 ventes. Dans ses textes, les thèmes
récurrents sont le sexe, la mort, la religion ou l’amour, avec des
références littéraires à Edgar Allan Poe, Oscar Wilde, Charles Baude-
laire. Elle s’est construit un univers musical singulier : sa musique a
habituellement une tonalité pop, parfois accentuée de rythmes plus
dance / électro ou rock.
Depuis ses débuts, elle s’exprime au travers d’une pluralité de
langages : clips scénarisés filmés en 35 mm, la scénographie, l’écriture,
la photographie, la peinture et le dessin, mais elle apparaît rarement
dans les médias.

Youssou N’Dour
Musicien sénégalais, en 1982 il crée son propre orchestre Le Super
Étoile de Dakar. Lors de l’ouverture de la Coupe du monde de football,
en 1998, il donne le concert au stade de France avec Axelle Red.
En 2005, il reçoit le Grammy Award pour la chanson Egypte. De 2010
est l’album Dakar Kingstone, un disque hommage à Bob Marley.
Il est l’homme le plus célèbre du Sénégal, chanteur très engagé qui
a popularisé un style le mbalax (prononcer : mbaiar), une musique
dansante très percussive, la pop africaine qu’il a inventé s’inspirant
d’éléments rythmiques traditionnels. Il possède aussi une télévision,
une radio et L’Observateur, l’un des principaux quotidiens sénégalais.
Et comme si cela ne suffisait pas, You, comme l’appellent
affectueusement ses compatriotes, a créé une fondation pour l’accès
à l’éducation, la lutte contre le paludisme et le SIDA, ainsi qu’une
société de microcrédit qui aide les Africains à ouvrir leurs entreprises.

112
Le rap
Le mot rap vient de l’habitude de parler en rythme (en anglais
to rap) sur les interruptions (breaks) que les disc-jockeys font entre une
suite instrumentale et l’autre. Les démonstrations de virtuosité des
danseurs pendant les breaks prennent le nom de break-dancing et les
danseurs s’appellent break boys ou B boys. Le rap vient des États-Unis
et de Jamaïque et arrive en France en 1983 avec le smurf (break-
dancing).
Après être resté plusieurs années underground, le rap s’exprime
ouvertement en 1991 avec les succès de Tone-Loc, MC Hammer,
Vanilla Ice, MC Solaar. Les années 2000 ont vu le succès d’une
nouvelle génération de rappeurs, très aimés par les plus jeunes :
Soprano, La Fouine, Booba, Sinik, Nekfeu, Stromae.

La musique raï
A l’origine, les vieux sages des villages algériens donnaient leur
avis (rai) aux habitants venus chercher conseil. Le raï dit traditionnel
est apparu au siècle dernier à Oran, hérité de différentes formes de
poésie : une voix abîmée par les cigarettes et l’alcool sur fond de
darbouka et de flûtes de roseau. Fusionnant avec les influences
égyptiennes et françaises, les instruments traditionnels sont peu à peu
remplacés par de plus modernes et électrifiés. La rencontre en 1974 du
trompettiste Bellemou Messaoud et du jazzman Safy Boutella marquera
la naissance du pop raï. Quelques années plus tard, la nouvelle
génération du raï, les chebs, introduisent le synthétiseur et la boîte à
rythmes.
L’Algérie, prise dans ses contradictions, entre archaïsme et moder-
nité, n’avait pas prévu l’explosion de ce phénomène. Le succès du
genre s’étend et se renforce lorsque des compositeurs de styles
différents se joignent au mouvement (Jean-Jacques Goldman écrit
Aïcha pour Khaled) et beaucoup de chansons sont interprétées en
français. Le raï se mélange au rap, au reggae, au rock ou à la musique
techno, et plus récemment au rhythm and blues.

113
Vocabulaire

aperçu sur la musique музы- s’inspirer вдохновляться


кальный обзор quotidien m ежедневная
s’écouler продаваться газета
atteindre достигать paludisme m малярия
récurrent повторяющийся SIDA СПИД
référence f littéraire ссылка на flûte f de roseau дудка
литературное произведение fusionner объединять
chanteur m engagé певец, зани- hériter наследовать
мающий определённые explosion f перен. бурный
общественно-политические рост
позиции se joindre присоединиться

ACTIVITÉS

Compréhension écrite
1. A l’aide des informations données, complétez le tableau et présentez les artistes
mentionnés dans les textes :

Albums
Pays Genre Nouvelles
Nom ou chansons Thèmes
d’origine musical sur l’artiste
connus

114
2. Répondez aux questions ci-dessous :

1) Nature du texte :
– Est-ce un texte journalistique, littéraire, administratif ?
– A-t-il un titre ? Un sous-titre ?
– Comment est-il structuré ? Comporte-t-il des paragraphes ?
Sont-ils évidents ?
– De quel type de texte s’agit-il ? Est-ce un texte narratif, expli-
catif, informatif ?
2) Où sont nés ces musiciens ?
3) Quels sont leurs genres musicaux ?
4) D’où vient la musique raï ?
5) Quels instruments sont utilisés dans la musique raï ?
6) Quelle évolution a connu le raï ?
7) Quels sont les thèmes priviligiés dans ce genre musical ?
8) Pourquoi la culture algérienne est-elle si proche de la France ?
9) D’où vient le mot rap ?
10) Qui sont les B boys ?

3. Vocabulaire en jeu.
Expliquez les expressions ci-dessous :

1) Elle s’exprime au travers d’une pluralité de langages.


2) Après être resté plusieurs années underground, ...
3) Chanteur très engagé.

4. Parlez des présences francophones musicales en utilisant les données des


textes.

Expression orale
Donnez votre avis sur chaque question et discutez-en avec les autres apprenants :

1) Avez-vous déjà entendu des œuvres des musiciens cités?


Lesquelles ?
2) Lequel d’entre eux voudriez-vous mieux connaître ? Pourquoi ?
3) Pensez-vous que la langue française ait facilité leur succès ?
Justifiez votre opinion.

115
Recherche personnelle
Dessinez un schéma qui retrace l’évolution de la chanson française
d’après les critères suivants :
– Epoque
– Genre des chansons
– Nom des chanteurs
– Autre
Faites des recherches et rédigez une petite fiche contenant les
informations essentielles sur un personnage de votre choix. Présentez-le
ensuite à la classe, en mettant en relief son influence dans les différents
volets de la culture musicale francophone.
Dans votre pays, existe-t-il des chanteurs de pop raï ou de rap ?
Exposez à la classe ce que vous connaissez de leur production
musicale.

Le coin des internautes

1) http://lerapenfrance.fr/
2) http://www.rapghetto.com/
3) i-d.vice.com/fr
4) http://www.musiqueradio.com/

116
TEXTE 18

I. Simone de Beauvoir
Simone de Beauvoir (1908−1986) est issue d’un milieu catholi-
que et bourgeois. Elle entreprend des études supérieures à la Sorbonne
où elle rencontre d’autres futurs grands philosophes : Nizan, Merleau-
Ponty, Claude Lévi-Strauss. Jean-Paul Sartre, qui la surnomme « le
Castor » la devance à l’agrégation de philosophie où elle termine
seconde et plus jeune reçue du concours (elle a seulement 21 ans). En
rupture avec son milieu social d’origine, elle défend toute sa vie son
indépendance face aux conventions sociales : elle tente ainsi d’échapper
à toutes les contraintes liées à la condition féminine de l’époque (travail
ménager, maternité). Refusant le mariage, elle entretient néanmoins
avec Sartre une relation que la complexité et la longévité rend mythique
et indissociable du quartier de Saint Germain des Prés et du Café de
Flore où ils se retrouvent alors.
Enseignant avant la guerre, elle publie son premier roman en 1943.
En 1949, la publication de son ouvrage Le deuxième sexe fait scandale
mais demeure une référence pour les féministes au-delà des frontiè-
res françaises. Elle s’en prend notamment aux règles et pratiques
qui façonnent le rôle des femmes (« On ne naît pas femme : on le
devient »). En 1954, elle obtient la consécration littéraire en recevant le
Prix Goncourt pour son ouvrage Les Mandarins. En 1958, avec son
autobiographie Les Mémoires d’une jeune fille rangée, elle parvient au-
delà des écrits théoriques à mettre en récit les contraintes liées à l’édu-
cation de nombreuses jeunes filles de sa génération.
Intellectuelle engagée, elle devient après guerre avec Sartre
compagnon de route du Parti Communiste français. Pendant la guerre
d’Algérie, elle soutient le FLN et défend une de ses activistes Djamila
Boupacha. Elle milite de plus en plus activement pour la cause fémi-
niste et signe le « Manifeste des 343 pour la liberté de l’avortement ».
Elle préside la Ligue des droits des femmes et soutient de nombreuses
actions pour lutter contre le sexisme ordinaire, les violences conjuga-
les...
Par son mode de vie, ses écrits et son engagement public, Simone
de Beauvoir reste cent ans après sa naissance, un des symboles du

117
combat pour l’amélioration de la condition féminine dans la seconde
moitié du XXe siècle.
Emeline Vanthuyne
http://fresques.ina.fr/jalons/fiche-media/InaEdu04638/
simone-de-beauvoir-et-le-feminisme.html

II. L’influence de l’éducation


[...] En vérité, l’influence de l’éducation et de l’entourage est ici
immense. Tous les enfants essaient de compenser la séparation du
sevrage par des conduites de séduction et de parade ; on oblige le
garçon à dépasser ce stade, on le délivre de son narcissisme en le fixant
sur son pénis ; tandis que la fillette est confirmée dans cette tendance à
se faire objet qui est commune à tous les enfants. La poupée l’y aide,
mais elle n’a pas non plus un rôle déterminant ; le garçon aussi peut
chérir un ours, un polichinelle en qui il se projette ; c’est dans la forme
globale de leur vie que chaque facteur : pénis, poupée, prend son poids.
Ainsi, la passivité qui caractérisera essentiellement la femme
« féminine » est un trait qui se développe en elle dès ses premières
années. Mais il est faux de prétendre que c’est là une donnée biolo-
gique ; en vérité, c’est un destin qui lui est imposé par ses éducateurs et
par la société. L’immense chance du garçon, c’est que sa manière
d’exister pour autrui l’encourage à se poser pour soi. Il fait l’appren-
tissage de son existence comme libre mouvement vers le monde ; il
rivalise de dureté et d’indépendance avec les autres garçons, il méprise
les filles. Grimpant aux arbres, se battant avec des camarades, les
affrontant dans des jeux violents, il saisit son corps comme un moyen
de dominer la nature et un instrument de combat ; il s’enorgueillit de
ses muscles comme de son sexe ; à travers jeux, sports, luttes, défis,
épreuves, il trouve un emploi équilibré de ses forces ; en même temps,
il connaît les leçons sévères de la violence ; il apprend à encaisser les
coups, à mépriser la douleur, à refuser les larmes du premier âge. Il
entreprend, il invente, il ose. Certes, il s’éprouve aussi comme « pour
autrui », il met en question sa virilité et il s’ensuit par rapport aux
adultes et aux camarades bien des problèmes. Mais ce qui est très
important, c’est qu’il n’y a pas d’opposition fondamentale entre le
souci de cette figure objective qui est sienne et sa volonté de s’affirmer

118
dans des projets concrets. C’est en faisant qu’il se fait être, d’un seul
mouvement. Au contraire, chez la femme il y a, au départ, un conflit
entre son existence autonome et son « être-autre » ; on lui apprend que
pour plaire il faut chercher à plaire, il faut se faire objet ; elle doit donc
renoncer à son autonomie. On la traite comme une poupée vivante et on
lui refuse la liberté ; ainsi se noue un cercle vicieux ; car moins elle
exercera sa liberté pour comprendre, saisir et découvrir le monde qui
l’entoure, moins elle trouvera en lui de ressources, moins elle osera
s’affirmer comme sujet ; si on l’y encourageait, elle pourrait manifester
la même exubérance vivante, la même curiosité, le même esprit
d’initiative, la même hardiesse qu’un garçon. C’est ce qui arrive parfois
quand on lui donne une formation virile ; beaucoup de problèmes lui
sont alors épargnés. Il est intéressant de noter que c’est là le genre
d’éducation qu’un père dispense volontiers à sa fille ; les femmes
élevées par un homme échappent en grande partie aux tares de la
féminité. Mais les mœurs s’opposent à ce qu’on traite les filles tout à
fait comme des garçons.
Simone de Beauvoir, Le deuxième sexe 1,
Gallimard © 1949, pages 303−304

III. La femme n’a jamais eu ses chances


Les accomplissements personnels sont presque impossibles dans
les catégories humaines collectivement maintenues dans une situation
inférieure. « Avec des jupes, où voulez-vous qu’on aille ? » demandait
Marie Bashkirtseff. Et Stendhal : « Tous les génies qui naissent femmes
sont perdus pour le bonheur du public. » À vrai dire, on ne naît pas
génie : on le devient ; et la condition féminine a rendu jusqu’à présent
ce devenir impossible.
Les antiféministes tirent de l’examen de l’histoire deux arguments
contradictoires : 1° les femmes n’ont jamais rien créé de grand ; 2° la
situation de la femme n’a jamais empêché l’épanouissement des gran-
des personnalités féminines. Il y a de la mauvaise foi dans ces deux
affirmations ; les réussites de quelques privilégiées ne compensent
ni n’excusent l’abaissement systématique du niveau collectif ; et que
ces réussites soient rares et limitées prouve précisément que les
circonstances leur sont défavorables. Comme l’ont soutenu Christine

119
de Pisan, Poulain de la Barre, Condorcet, Stuart Mill, Stendhal, dans
aucun domaine la femme n’a jamais eu ses chances. C’est pourquoi
aujourd’hui un grand nombre d’entre elles réclament un nouveau statut ;
et encore une fois, leur revendication n’est pas d’être exaltées dans leur
féminité : elles veulent qu’en elles-mêmes comme dans l’ensemble de
l’humanité la transcendance l’emporte sur l’immanence ; elles veulent
qu’enfin leur soient accordés les droits abstraits et les possibilités
concrètes sans la conjugaison desquels la liberté n’est qu’une mystifica-
tion. Cette volonté est en train de s’accomplir. Mais la période que nous
traversons est une période de transition ; ce monde qui a toujours
appartenu aux hommes est encore entre leurs mains ; les institutions et
les valeurs de la civilisation patriarcale en grande partie se survivent.
Les droits abstraits sont bien loin d’être partout intégralement reconnus
aux femmes : en Suisse, elles ne votent pas encore ; en France la loi de
1942 maintient sous une forme atténuée les prérogatives de l’époux. Et
les droits abstraits, nous venons de le dire, n’ont jamais suffi à assurer
à la femme une prise concrète sur le monde : entre les deux sexes, il n’y
a pas aujourd’hui encore de véritable égalité.
Simone de Beauvoir, Le deuxième sexe 1,
Gallimard © 1949, pages 176 à 178

Commentaires
Simone de Beauvoir (9 janvier 1908 − 14 avril 1986) est une
philosophe, romancière, épistolière, mémorialiste et essayiste française.
Bashkirtseff (Maria Bachkirceva, dite Marie), peintre et écrivain
russe (près de Poltava, 1860 Paris, 1884). Son Journal (posth., 1887),
commencé en 1872 et écrit en français, et ses Cahiers intimes (posth.,
1925) composent un récit lucide et émouvant de sa brève existence.
(Hachette Multimédia / Hachette Livre © 2001)

Christine de Pisan (1364−1430) est une philosophe et poétesse


française de naissance italienne.

François Poullain de La Barre (1647−1725) est un écrivain, philo-


sophe cartésien et féministe français.

120
Marie Jean Antoine Nicolas de Caritat, marquis de Condorcet,
(1743−1794) est un philosophe, mathématicien et homme politique
français, représentant des Lumières.

John Stuart Mill (1806 −1873) est un philosophe, logicien et


économiste britannique. Il fut l’un des penseurs libéraux les plus
influents du XIXe siècle et féministe précurseur.

Pour en savoir plus

En 2008, le prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes


est créé en son honneur.

Vocabulaire

I conventions f pl sociales соци-


альный условности
être issu de происходить из
milieu m среда échapper à избежать
entreprendre des études refuser отказаться
supérieures получать высшее indissociable неразрывный
образование demeurer une référence оста-
surnommer дать прозвище ваться ориентиром
devancer опережать s’en prendre зд. увлечься,
agrégation f общенациональ- браться за
ный конкурс на замещение obtenir la consécration littéraire
должности преподавателя ли- зд. принять посвящение в пи-
цея или высшего учебного за- сатели
ведения recevoir le Prix получить премию
terminer seconde зд. быть вто- contrainte f ограничение
рой в списке militer pour выступать за
reçu m du concours выдержав- lutter contre бороться против
ший конкурс les violences conjugales домаш-
en rupture avec восставший нее насилие
против, зд. порвавший со engagement m определенная
своей средой политическая, идеологическая
face à лицом к, перед лицом позиция

121
II il trouve un emploi équilibré de
ses forces его силы равномер-
influence f влияние но распределяются между
entourage m окружение défis m вызов
séparation f du sevrage отдале- épreuve f испытание
ние от матери, связанное с от- apprendre à учиться что-л. де-
нятием от груди лать
conduites de séduction et de encaisser les coups переносить
parade зд.поведение, которое удары
привлекает внимание mépriser la douleur превозмо-
délivrer de избавлять от гать боль
la fillette est confirmée dans refuser les larmes сдерживать
cette tendance à se faire objet слезы
зд. у девочек же эта общая inventer придумывать
для всех детей склонность к oser осмеливаться
превращению себя в объект Il entreprend, il invente, il ose.
укрепляется зд. Он предприимчив, изобре-
chérir un ours зд. любить игру- тателен и смел.
шечного медведя s’éprouver испытывать себя
se projetter отождествлять mettre en question подвергать
себя с сомнению
poupée f кукла virilité f мужественность
autrui другой il s’ensuit par rapport aux
rivaliser de dureté et d’indé- adultes et aux camarades bien
pendance соперничать в суро- des problèmes зд. у него воз-
вости и независимости никает немало проблем во
mépriser презирать, пренебре- взаимоотношениях со взрос-
гать лыми и сверстниками
grimper aux arbres лазать по « être-autre » второе «я»
деревьям renoncer à отказаться
se battre avec des camarades traiter comme обращаться как с
драться с товарищами un cercle vicieux замкнутый круг
affronter qn dans des jeux exercer sa liberté проявить сво-
violents сталкиваться с кем-л. боду
в буйных играх s’affirmer самоутверждаться
s’enorgueillir гордиться encourager подбадривать
à travers сквозь, через, зд. между démonster проявлять

122
exubérance f зд. бьющая через невозможна для людей из тех
край энергия категорий, которых коллек-
curiosité f любопытство тивно держат в приниженном
esprit m d’initiative дух инициа- положении.
тивы contradictoire противоречи-
hardiesse f смелость вый
donner une formation virile empêcher мешать
воспитывать как мальчика épanouissement m расцвет
épargner избавлять от la mauvaise foi зд. предвзятость
c’est là le genre d’éducation réclamer требовать
qu’un père dispense volontiers revendication f требование
à sa fille именно так отец вос- d’être exaltées dans leur fémi-
питывает свою дочь nité зд. превозносить женст-
élever воспитывать венность
échapper aux tares de la la transcendance l’emporte sur
féminité избежать женских l’immanence трансцендент-
комплексов ность возобладала над имма-
mœurs pl нравы нентностью
accorder les droits abstraits
III et les possibilités concrètes
получить абстрактные права
Les accomplissements person- и конкретные возможности
nels sont presque impossibles appartenir принадлежать
dans les catégories humaines se survivre зд. сохраняться
collectivement maintenues être reconnu быть признан-
dans une situation inférieure. ным
Реализация личности почти voter голосовать

ACTIVITÉS

Compréhension écrite
I
1. Faites une chronologie des évènements racontés dans le premier texte :
1908 : naissance de Simone de Beauvoir...
2. Notez les détails qui caractérisent Simone de Beauvoir.

123
II

3. Dites si les phrases ci-dessous sont vraies, fausses ou le texte ne permet pas de
le savoir :

1) Les enfants essaient de compenser la séparation du sevrage par


des conduites de séduction et de parade.
2) La passivité qui caractérisera essentiellement la femme « fémi-
nine » est un trait qui se développe en elle dès le début de la puberté.
3) Le garçon fait l’apprentissage de son existence comme libre
mouvement vers le monde.
4) A travers jeux, sports, luttes, défis, épreuves, il trouve un
emploi équilibré de ses forces ; mais il n’apprend pas à encaisser les
coups, à mépriser la douleur, à refuser les larmes du premier âge.
5) Au contraire, chez la femme il y a, au départ, un conflit entre
son existence autonome et son « être-autre ».
6) On lui apprend que pour plaire il faut chercher à plaire, il faut
se faire objet ; elle doit donc accepter son autonomie.
7) Ainsi se noue un cercle vicieux ; car moins elle exercera sa
liberté pour comprendre, saisir et découvrir le monde qui l’entoure,
moins elle trouvera en lui de ressources, moins elle osera s’affirmer
comme sujet.
8) Les femmes élevées par un homme échappent en grande partie
aux tares de la féminité.
9) Le drame de la naissance, celui du sevrage se déroulent de la
même manière pour les nourrissons des deux sexes.
10) Les mœurs s’opposent à ce qu’on traite les filles tout à fait
comme des garçons.

4. Complétez le tableau avec les activités mentionnées dans le texte qui sont
relatives aux filles, aux garçons et aux deux sexes :

Filles Garçons Deux sexes

124
III

5. Associez les deux parties de chaque phrase :

1 Les accomplissements a prouve précisément que les


personnels sont presque circonstances leur sont
impossibles dans les défavorables.
catégories humaines
2 On ne naît pas génie : on le b la conjugaison desquels la
devient ; et la condition liberté n’est qu’une
féminine a mystification.
3 Les antiféministes tirent de c sur le monde : entre les deux
l’examen de l’histoire deux sexes, il n’y a pas aujourd’hui
arguments contradictoires : encore de véritable égalité.
4 Il y a de la mauvaise foi d collectivement maintenues
dans ces deux affirmations ; dans une situation inférieure
les réussites de quelques
privilégiées ne compensent
5 Et que ces réussites soient e a toujours appartenu aux
rares et limitées hommes est encore entre leurs
mains
6 C’est pourquoi aujourd’hui f les femmes n’ont jamais rien
un grand nombre d’entre créé de grand, la situation
elles de la femme n’a jamais
empêché l’épanouissement des
grandes personnalités
féminines.
7 Elles veulent qu’enfin leur g rendu jusqu’à présent ce
soient accordés les droits devenir impossible.
abstraits et les possibilités
concrètes sans
8 Mais la période que nous h ni n’excusent l’abaissement
traversons est une période de systématique du niveau
transition ; ce monde qui collectif ;
9 Et les droits abstraits n’ont i réclament un nouveau statut ;
jamais suffi à assurer à la
femme une prise concrète

125
6. Répondez aux questions ci-dessous :

1) Nature du texte :
– Est-ce un texte journalistique, littéraire, administratif ?
– A-t-il un titre ? Un sous-titre ?
– Comment est-il structuré ? Comporte-t-il des paragraphes ?
Sont-ils évidents ?
– De quel type de texte s’agit-il ? Est-ce un texte narratif, expli-
catif, informatif ?
2) Quel est le thème principal ?
3) Est-ce que les parents ont la même attitude à l’égard des filles
et des garçons ? avec quelles conséquences ? quelle situation paradoxale
l’auteure dénonce-t-elle ?
4) Deux types d’éducation différents : quelles qualités s’attachent-
ils à développer chez les filles et les garçons ?
5) Quel est le cercle vicieux auquel l’auteure fait allusion ?
6) Commenez la phrase de Stendhal : « Tous les génies qui
naissent femmes sont perdus pour le bonheur du public. ».
7) Quels arguments contradictoires les antiféministes présentent-
ils ?
8) Pourquoi la femme n’a-t-elle jamais eu ses chances ? Partagez-
vous cette affirmation ?
9) En quoi consiste le nouveau statut réclamé par les femmes ?
10) Qu’est-ce que sous-entend l’expression « la civilisation
patriarcale » ?

Expression orale
Donnez votre avis sur chaque question et discutez-en avec les autres apprenants :

1)
Cette volonté des femmes dont l’auteure parle s’est-elle déjà
accomplie ?
2) Les droits abstraits sont-ils reconnus aux femmes ? Donnez des
exemples précis.
3) « On ne naît pas femme, on le devient », écrivait Simone de
Beauvoir dans « Le Deuxième sexe ». Cette célèbre phrase est devenue
un slogan pour de nombreuses et nombreux féministes. Comment la
comprenez-vous ?

126
4) Le féminisme est-il un sport de combat ? Y participez-vous ?
Pourquoi ?
5) Une véritable égalité entre les deux sexes : mythe ou réalité ?
6) La différence des sexes n’est pas une donnée naturelle, détermi-
née à la naissance, mais elle est construite par l’éducation, elle-même
prise dans les codes sociaux en vigueur. Qu’en pensez-vous ?
7) Les femmes doivent-elles se définir comme égales ou différen-
tes des hommes ? Devons-nous nous positionner comme universalistes
ou différentialistes ?
8) Du point de vue de la représentativité démocratique, doit-on
considérer le citoyen comme neutre ou sexué ? Dans les gouverne-
ments, doit-on élire un nombre égal de femmes et d’hommes?

Recherche personnelle
Proposez une problématique en rapport avec le texte. Préparez vos arguments
relatifs à la problématique choisie.

Le coin des internautes

1) http://fresques.ina.fr/jalons/fiche-media/InaEdu04638/simone-de-
beauvoir-et-le-feminisme.html – Jean-Louis Servan Schreiber reçoit dans son
émission Questionnaire la philosophe et écrivain Simone de Beauvoir, venue
parler des raisons de son engagement en tant que féministe. 06 avril 1975 ;
2) http://archives.radio-canada.ca/c_est_arrive_le/11/13/ – Extrait audio
de Simone de Beauvoir censurée, Radio-Canada © 1959 ;
3) www.tv5monde.com/terriennes – Un portail dédié aux femmes : leurs
parcours, leurs combats, les idées reçues les concernant à travers des
entretiens, des articles, des reportages, une frise historique, des slogans
ironiques, des dessins humoristiques, etc. ;
4) http://encorefeministes.free.fr ;
5) http://www.osezlefeminisme.fr/lassociation-osez-le-feminisme – L’as-
sociation Osez le féminisme !

127
TEXTE 19

LA FEMME AU XXIe SIÈCLE

Moussou, taxi sister (Sénégal)


Avant de devenir taxi sister, j’avais un autre métier. J’étais
assistante de direction, je travaillais dans un bureau, mais je trouvais
que c’était monotone de toujours faire la même chose, d’être enfermée
dans un bureau. À un moment de ma vie, je devais arrêter de travailler
parce que j’étais obligée de m’occuper de ma famille, de mes enfants.
Maintenant Dieu merci, elles sont grandes.
Un beau jour, je suis tombée sur cette annonce à la radio qui nous
proposait les taxis. Je me suis présentée et ma candidature a été retenue.
Au début, les hommes étaient très surpris, étonnés de nous voir dans la
circulation. Ils nous regardaient avec de gros yeux en se demandant
« Qu’est-ce qu’elles viennent faire ici au lieu de rester dans leur
cuisine, ces bonnes dames ? » Mais de plus en plus, par la suite aussi,
j’ai senti un sentiment de jalousie chez eux. C’est pourquoi, il leur
arrivait de nous faire de petites misères sur les routes, parce qu’un
client, entre deux, il nous préfère au taxi men. Mais de plus en plus,
je sens qu’ils nous tolèrent maintenant, ils nous ont adoptées, ça va
mieux. Ils nous taquinent de temps en temps, mais c’est pas très
méchant.
Je pense que c’est une réussite parce que de plus en plus la
demande est là. Nous qui sommes les pionnières, nous avons démystifié
ce mythe-là, nous avons baissé le rideau et maintenant, ça y est.
Beaucoup de femmes, même les clients que je prends dans mon taxi, ils
me demandent comment il faut faire, par où il faut passer, pour devenir
taxi sister. Beaucoup de jeunes filles, de jeunes femmes veulent faire la
même chose. Les barrières sont levées, quoi.
Je sens que la femme sénégalaise a beaucoup évolué et est en train
de continuer à aller de l’avant et dans le bon sens. De plus en plus, elle
s’impose dans la famille, dans les lieux de travail, dans les métiers qui
jusque-là étaient réservés uniquement aux hommes et on voit de plus en
plus des femmes dans des secteurs qui, auparavant, étaient réservés aux
hommes.

128
Je me sens indépendante, mais indépendante, c’est trop dire. Parce
que nous, encore chez les Africaines, même si on est indépendantes
financièrement, on reste toujours liées à nos traditions, à nos valeurs.
Par exemple, là, je suis assez grande, je suis mariée, divorcée, j’ai de
grandes enfants, je peux faire tout ce que je veux, mais je le ferai pas.
Par rapport à mes aînés qui sont dans ma famille. Mon grand frère, qui
est mon aîné, je lui dois beaucoup de respect. Même par rapport à mon
petit frère, je lui voue un respect. En sortant, je leur demanderai pas la
permission, mais je leur dirai, je sors. S’il me dit « non, reste un peu
avec moi », je vais rester, par respect. Je peux aller, sortir, faire ce que
je veux, mais je le ferai pas, par rapport à mes aînés qui sont chez moi.
Donc d’un côté, je me sens émancipée, libre et tout, mais il reste encore
quelques attaches.
Publié le 21/09/2014

Arte.tv

Vocabulaire

tomber sur qch наткнуться dans le bon sens в правиль-


на что-л. ном направлении
circulation f зд. уличное aller de l’avant идти впе-
движение ред
jalousie f зависть s’imposer заставить признать
il arrive случается, бывает себя
misère f зд. неприятность réservé à qn сохраняемый
taquiner qn дразнить, зади- за кем-л.
рать auparavant прежде, рань-
réussite f удача, достиже- ше
ния aîné m старший
démystifier разоблачить, vouer un respect à qn зд. пи-
развеять тать уважение к кому-л.
baisser le rideau опустить attache f прикрепление,
занавес связь

129
Pour en savoir plus

En 2014, l’armée française comptait 15,4 % de femmes dans ses


rangs, soit deux fois plus qu’en 1995. Un chiffre peu élevé certes,
mais qui permet à l’armée française d’être la quatrième armée la plus
féminisée au monde, ex-aequo avec celle d’Australie, juste après Israël,
la Hongrie et les États-Unis. Bien avant l’Italie, la Pologne, le Brésil ou
encore le Japon, qui n’en compte que 5%.
www.madame.lefigaro.fr

Officialisée par les Nations Unies en 1977, la Journée Internatio-


nale des Femmes trouve son origine dans les luttes des ouvrières et
suffragettes du début du XXe siècle, pour de meilleures conditions de
travail et le droit de vote.
C’est une journée de manifestations à travers le monde : l’occasion
de faire un bilan sur la situation des femmes. Traditionnellement les
groupes et associations de militantes préparent des manifestations, pour
fêter les victoires et les acquis, faire entendre leurs revendications, afin
d’améliorer la situation des femmes.
Messieurs, ne confondez pas avec la Saint Valentin ni la fête des
mères ! Le 8 mars n’est pas une fête, mais une journée de lutte pour les
droits des femmes. Exprimez plutôt votre solidarité.
www.8mars.info

ACTIVITÉS

Compréhension écrite
1. Dites si les phrases ci-dessous sont vraies, fausses ou le texte ne permet pas de
le savoir :

1)
Moussou est conductrice de taxi.
2)
La carrière est sa première préoccupation.
3)
Son travail actuel est bien payé.
4)
Les chauffeurs de taxi étaient étonnés de voir apparaître des
femmes concurrentes sur les routes.

130
5) Les clients ne sont pas encore habitués aux taxi sisters.
6) Une femme au volant d’un taxi c’est un précédent important
pour le Sénégal.
7) Les conductrices servent d’exemple pour d’autres femmes qui
voudraient changer leur vie.
8) Moussou regrette que les Sénégalaises soient encore très faibles
sur le plan social.
9) L’attachement aux traditions est commun pour les cultures
africaines.
10) Les proches de Moussou l’encouragent dans son émancipation.

2. Associez les deux parties de chaque phrase :

1 Moussou est chauffeur de a un métier très « masculin »


taxi à Dakar en Afrique, pour assurer
son indépendance finan-
cière.
2 Elles sont vingt à sillonner, b malgré quelques obstacles
comme elle, la capitale comme le mariage précoce.
3 Mère de 3 enfants, divorcée c néanmoins on n’arrive pas
et issue d’une famille encore à considérer la
musulmane Moussou n’a femme comme l’égale de
pas hésité à devenir taxi l’homme.
man,
4 Cette femme s’estime d ou plutôt « taxi sister ».
libre,
5 Bien que ses filles soient e bien que cette évolution
très marquées par la soit lente.
modernité,
6 L’éducation des filles est f dans leur petites voitures
en nette progression jaunes.
7 Une loi sur la parité est g elle essaie de les élever en
votée au Sénégal, leur inculquant des valeurs
traditionnelles.
8 Les métiers exercés par les h mais elle reste attachée à
femmes dans le monde certaines valeurs.
évoluent

131
3. Répondez aux questions ci-dessous :

1) Nature du texte :
– Est-ce un texte journalistique, littéraire, administratif ?
– A-t-il un titre ? Un sous-titre ?
– Comment est-il structuré ? Comporte-t-il des paragraphes ?
Sont-ils évidents ?
– De quel type de texte s’agit-il ? Est-ce un texte narratif, expli-
catif, informatif, etc. ?
2) Quels traits propres à la langue parlée peut-on observer dans
l’extrait ?
3) Quel est le thème principal du texte ?
4) Qu’est-ce qui manquait à Moussou dans son premier travail ?
5) Quelle est sa situation familiale ?
6) Selon les hommes sénégalais, quelles est la meilleure occupa-
tion des femmes ?
7) Quel mythe Moussou évoque-t-elle ?
8) Quelle est la situation actuelle des femmes au Sénégal, d’après
Moussou ?
9) Qu’est-ce que le droit d’aînesse pour les Sénégalais ? Quel rôle
joue-t-il dans les relations de Moussou avec ses frères ?
10) Moussou est-elle vraiment libre ?

4. Vocabulaire en jeu :

а) Relevez dans le texte les mots et expressions :

1) Qui sont en rapport avec la tradition.


2) Qui signalent la présence de la modernité.

b) Retrouvez les mots employés dans le texte d’après leurs définitions.


Réemployez-les dans un microcontexte.

1)
S’amuser, sans méchanceté, à faire enrager quelqu’un. (verbe)
2)
Activité sociale définie par son objet, ses techniques, etc. (nom)
3)
Succès, résultat favorable. (nom)
4)
Se dit d’une personne libérée d’un état de dépendance, d’une
domination, d’un préjugé. (adjectif)

132
5) Ensemble de croyances, de représentations idéalisées autour
d’un personnage, d’un phénomène, d’un événement et qui leur donnent
une importance particulière. (nom)
6) Ce qui est posé comme vrai, beau, bien, d’un point de vue
personnel ou selon les critères d’une société et qui est donné comme un
idéal à atteindre, comme quelque chose à défendre. (nom)
7) Permettre quelque chose bien que ce ne soit pas conforme au
règlement, au statut, à la loi. (verbe)
8) D’abord, avant ce moment-là. (adverbe)
9) Aller hors de chez soi pour se détendre, pour un spectacle, une
réception. (verbe)

Expression orale
Donnez votre avis sur chaque question et discutez-en avec les autres apprenants :

1) Les métiers ont-ils un sexe ? Faut-il casser les stéréotypes


sexistes dans le domaine professionnel ?
2) Avez-vous l’impression que les hommes de 20−30 ans sont
devenus plus « égalitaires » ?
3) Citez des situations, des comportements qui, selon vous,
illustrent l’émancipation de la femme en Russie.
4) Quelques sociologues et psychologues affirment qu’on assiste
aujourd’hui à une « confusion des sexes », c’est-à-dire, à une certaine
féminisation de l’homme et, parallèlement, à une masculinisation de la
femme. Qu’en pensez-vous ?

Recherche personnelle
Esquissez le portrait d’une de ces femmes d’exception :

Simone Veil (femme politique), Hélène Boucher (pilote), Simone


Segouin (résistante), Françoise Barré-Sinoussi (chercheuse), Bineta
Diop (fondatrice de l’ONG Femmes Africa Solidarité), Miano Léono-
ra (écrivain), Anne-Sophie Pic (chef cuisinier), Liliane Bettencourt
(femme d’affaires), Anne Hidalgo (maire), Françoise Dolto (psycha-
nalyste)

133
Le coin des internautes

1) www.femmes.gouv.fr/ – site du ministère français des Droits des


femmes ;
2) www.rofaf.org – site du Réseau des Organisations Féminines
d’Afrique Francophones ;
3) www.information.tv5monde.com/terriennes/femmes-au-travail – ac-
tualité de la condition des femmes dans le monde ;
4) www.8mars.info – site consacré à la Journée Internationale des
Femmes ;
5) www.letudiant.fr/metiers/des-filles-qui-font-des-metiers-d-hommes-
12864.html – découvrez les portraits des femmes qui font des métiers
masculins.

134
Table des matières

Методическая записка ........................................................................... 3

Première partie. LANGUES ET ESPACE FRANCOPHONE ................. 5


Texte 1. Qu’est-ce que la francophonie ? ................................................... 6
Texte 2. 6 000 langues parlées : quel avenir pour le français ? .................. 15
Texte 3. Le Canada francophone ................................................................ 21
Texte 4. Le Val d’Aoste... Une francophonie oubliée ................................ 28
Texte 5. La situation contemporaine du français en Afrique
et dans les DROM ............................................................................... 35
Texte 6. Petite histoire de la langue française au Luxembourg :
entre attirance, passion et prise de distance ........................................ 45
Texte 7. Les langues menacées de disparition ............................................ 50
Texte 8. C. Hagège : « L’anglais détruit notre pensée » ............................. 56
Texte 9. Langues régionales : la France ou la tour de Babel ? .................... 64
Texte 10. « Ça bouge en Wallonie » ........................................................... 72
Texte 11. La Suisse, un îlot en Europe ....................................................... 80

Deuxième partie. CULTURE(S) FRANCOPHONE(S) ............................ 87


Texte 12. Le repas gastronomique français au patrimoine de
l’Humanité .......................................................................................... 88
Texte 13. Le carnaval de Binche ................................................................ 94
Texte 14. Le savoir-faire du travail du bois des Zafimaniry ....................... 97
Texte 15. Le gwoka : musique, chants, danses et pratique culturelle
représentatifs de l’identité guadeloupéenne ........................................ 99
Texte 16. A Berlin, Royal de luxe arpente l’Histoire à pas de géant .......... 104
Texte 17. Aperçu sur la musique ................................................................ 112
Texte 18. Simone de Beauvoir .................................................................... 117
Texte 19. La femme au XXIe siècle. Moussou, taxi sister (Sénégal) .......... 128

135
Учебное издание

КРЮКОВА ОЛЬГА АЛЕКСАНДРОВНА


МОИСЕЕВА ДАРЬЯ ПАВЛОВНА

Langues et cultures francophones


Мир французского языка и культуры франкофонии
Учебное пособие

Корректор Ф. Бакеландт

Верстка Н. В. Булатова

Подписано в печать 15.01.2016. Формат 60¯90 1/16.


Печать цифровая. Бумага офсетная № 1. Гарнитура Times.
8,5 п. л. Тираж 500 экз. Заказ № 01.

Научно-исследовательское,
информационно-издательское предприятие «ТЕЗАУРУС»
121248, Москва, Украинский бульвар, 3/5, корп. 2, комн. правл.

Отпечатано в типографии издательства «Языки Народов Мира»


Е-mail: yaznarmir@mail.ru

136