Вы находитесь на странице: 1из 10

Introduction

LES PROCESSEURS

Les architectures

La communication

Filaire (à remplir sa paragraphe

Sans fil les reseaux wifi,

Protocoles standards ou dédiés,

 Les protocoles de communication


Un protocole est un ensemble de règles et de procédures à respecter pour permettre
la communication entre plusieurs ordinateurs qui échangent des données.

Les principaux protocoles réseaux sur Internet sont :


• TCP/IP : protocole de communication qui permet de relier des machines entre
elles ; 
• HTTP : protocole utilisé pour transférer des documents hypertextes entre un
serveur web et un client web ; 
• IP : nom servant à identifier un ordinateur connecté à un réseau ;
• FTP : permet de transférer des fichiers.

Communication sans fil :

Définition : Un réseau de communication peut être défini comme l’ensemble des ressources
matériels et logiciels liées à la transmission et l’échange d’information entre différentes entités.
Suivant leur organisation, ou architecture, les distances, les vitesses de transmission et la nature des
informations transmises, les réseaux font l’objet d’un certain nombre de spécifications et de normes.

TRANSMISSION EN BANDE DE BASE OU PAR TRANSPOSITION DE FREQUENCE

Les réseaux de communications peuvent donc être classés en fonction du type d’informations
transportées et de la nature des entités impliquées. On distingue ainsi trois principales catégories de
réseaux :

• Les réseaux de télécommunications

Ce sont les réseaux de communications les plus anciens. Ils ont pour objectif l’acheminement de
communications vocales entre individus. La parole pouvant être envoyée brute sous la forme
d’ondes électromagnétiques, on parle alors de communication vocale analogique, ou sous la forme
d’une suite d’information binaire (‘0’ ou ‘1’) après avoir subis un traitement appelé numérisation
Exemples : Réseau Téléphonique Commuté Public, Numéris, Réseaux mobiles GSM/DCS, ...

• Les réseaux Téléinformatiques


Les réseaux téléinformatiques : Ils Ils sont destinées à relier des équipements informatiques
(serveurs, ordinateurs, imprimantes …) pour : - l’échange de de données binaires issus d’applications
ou processus informatiques tels que les traitements de textes, les bases de données, ou les
navigateurs Internet, - le partage de ressources informatiques (imprimantes, disques durs, etc …).
Exemples : Internet, réseaux locaux d ’entreprises, Transpac, ...

• Les réseaux de télédiffusion

Plus récents, ils servent à la diffusion de canaux de télévisions entre les studios TV et les particuliers.
On retrouve les réseaux de distribution terrestre des câblo-opérateurs et les réseaux satellites.
Remarques : Une des particularités des réseaux terrestres, c’est qu’aujourd’hui ils sont exploités en
analogique et non en numérique, tandis que les transmissions via des satellites sont
uniderectionnelles. Exemples : Numéricable (Paris), Vsat ou Eutelsat, ...

Définitions autour des objets connectés

Qu’est-ce qu’un objet connecté ?

Un objet connecté est un objet physique équipé de capteurs ou d’une puce qui lui permettent de transcender son
usage initial pour proposer de nouveaux services. Il s’agit d’un matériel électronique capable de communiquer
avec un ordinateur, un smartphone ou une tablette via un réseau sans fil (Wi-Fi, Bluetooth, réseaux de téléphonie
mobile, réseau radio à longue portée de type Sigfox ou LoRa, etc.), qui le relie à Internet ou à un réseau local.

On distingue communément deux grands groupes d’objets connectés :

 les objets destinés à la collecte et l’analyse de données, dont la mission principale est
de collecter et transmettre des informations ;
 les objets qui répondent à une logique de contrôle-commande et permettent de
déclencher une action à distance.
Les capteurs installés sur ces objets connectés sont plus ou moins intelligents, selon qu’ils intègrent ou non eux-
mêmes des algorithmes d’analyse de données, et qu’ils soient pour certains auto-adaptatifs.

Sortie en 2003, la lampe DAL connectée en Wi-Fi est le premier objet connecté de l’histoire. Selon ses créateurs,
elle s’est vendue à une cinquantaine d’exemplaires. Grâce à ses 9 LED, elle pouvait s’allumer de différentes
couleurs en fonction de différents événements liés à la météo, la situation boursière, la pollution, les alertes
Google ou encore des « envois de messages de couleurs » par SMS ou courriel.

Différencier l’Internet des objets du machine-to-machine

Le concept d’Internet des objets

Il n’existe pas de définition standardisée de l’Internet des objets, ou Internet of Things (IoT) en anglais, puisqu’il
s’agit d’un concept en évolution constante. Néanmoins, on peut considérer que l’Internet des objets désigne
globalement la tendance à l’interconnexion généralisée de tous les objets qui entourent notre quotidien.
L’expression Internet of Things a été imaginée en 1999 par Kevin Foster, un employé de Procter & Gamble,
pour qualifier le lien qui existe entre la technologie RFID (Radio frequency identification, utilisée dans de
nombreux badges comportant des puces d’identification) et Internet. D’un point de vue conceptuel, l’Internet des
objets représente l’extension d’Internet à des objets et/ou des lieux physiques du monde réel. Ces objets
connectés, disposant de leur propre identité numérique, communiquent entre eux et avec les hommes.
Le machine-to-machine, dit M2M

Le machine-to-machine, dit M2M, désigne le processus de télécommunication par lequel des machines
connectés à un réseau sans fil interagissent sans intervention humaine. Une définition plus générale de « la
communication machine à machine » est l’association des technologies de l’information et de la communication
(TIC), avec des objets dits intelligents et communicants, dans le but de fournir à ces derniers les moyens
d’interagir sans intervention humaine avec le système d’information d’une organisation ou d’une entreprise.

Le machine-to-machine s’est développé grâce à la convergence de trois familles de technologies :

 des objets intelligents ;


 des réseaux de communication ;
 un centre informatique capable de prendre des décisions.

L’articulation entre l’Internet des objets et le M2M

Comme l’Internet des objets, le M2M propose des solutions d’accès à distance à des objets ou des capteurs.
Cependant, et à la différence de l’Internet des objets, le machine-to-machine ne concerne que la communication
entre machines ou objets déjà dotés d’une certaine intelligence ou autonomie.

Schématiquement, on fait la distinction entre :

 le machine-to-machine : un système fermé utilisé dans le cadre d’une tâche spécifique ;


 l’Internet des objets : un système libre dans lequel chaque objet est identifié et
communique avec une plateforme de stockage de données, qui s’intègre dans un réseau
mondial.
Plus qu’une relation d’opposition, ce sont deux approches complémentaires qui peuvent cohabiter : le concept
d’Internet des objets est susceptible d’englober les interconnexions entre systèmes M2M. Les domaines
d’application du machine-to-machine sont aussi larges que ceux de l’Internet des objets, mais il est plus souvent
utilisé dans un cadre industriel en raison de son caractère plus sécurisé.

Les technologies de communication des


objets connectés par fil

Le profibus

Le bus de terrain PROFIBUS (PROcess FIeld BUS) est un système de communication ouvert acceptant les
appareils de divers constructeurs. C’est le réseau idéal à l’échelle de la cellule et du terrain et permet la
transmission rapide de moyennes quantités de données (environ 200 octets).

Bus can van

Inventé en 1994 par la société suédoise Ericsson, le protocole Bluetooth est un standard de


transfert de données sans fil. Il utilise une faible bande passante, ce qui ne lui permet de transférer
que peu de données à de courtes distances, mais est également très peu énergivore. Inclus à
l’immense majorité des téléphones mobiles, afin de réaliser une communication entre deux
téléphones, ou entre un téléphone et un objet connecté de nature différente, il possède désormais
de nombreuses applications : oreillette de discussion téléphonique sans fil, montre intelligente,
moniteur de fréquence cardiaque, enceinte portative de diffusion de musique, station météo,
thermostat, etc. Ce protocole est également utilisé sur des capteurs statiques appelés beamers
pour mesurer des flux, par exemple des clients dans un magasin.

Cable LNB
Zigbee est un protocole de communication radio développé spécifiquement pour les applications
de domotique. D’une portée moyenne de 10 mètres, il utilise une faible bande passante et est idéal
pour le transfert de données en faible volume. Peu énergivore et conçu pour des échanges de
données à bas débit, le dispositif Zigbee convient aux appareils alimentés par une pile ou une
batterie, et en particulier aux capteurs. Il est conçu pour fonctionner en réseau maillé : chaque
nœud reçoit, envoie et relaie des données. Il est par exemple utilisé par certains détecteurs de
fumée.

Fibre optique

Le Z-Wave est un protocole de communication sans fil principalement dédié à la domotique. Il


permet de transmettre des données sur des distances allant de 30 mètres en intérieur à 100
mètres en plein air. Il fonctionne en réseau maillé, chaque appareil connecté pouvant relayer les
informations émises par ses voisins, ce qui lui permet d’élargir sa portée. Le protocole Z-Wave a
été développé pour des usages peu énergivores nécessitant un faible débit de données. Tout
comme le protocole Zigbee, l’utilisation de Z-Wave ne nécessite que très peu de puissance et les
appareils peuvent donc communiquer pendant plusieurs années avec une simple pile.

Cable ethernet

Le Z-Wave est un protocole de communication sans fil principalement dédié à la domotique. Il


permet de transmettre des données sur des distances allant de 30 mètres en intérieur à 100
mètres en plein air. Il fonctionne en réseau maillé, chaque appareil connecté pouvant relayer les
informations émises par ses voisins, ce qui lui permet d’élargir sa portée. Le protocole Z-Wave a
été développé pour des usages peu énergivores nécessitant un faible débit de données. Tout
comme le protocole Zigbee, l’utilisation de Z-Wave ne nécessite que très peu de puissance et les
appareils peuvent donc communiquer pendant plusieurs années avec une simple pile.

Les topologies de réseau de communication


par fil
La topologie est la façon dont est organisé un réseau c’est l’architecture de notre réseau en peut
distinguer 4 types de topologies :
• la topologie linéaire; La topologie linéaire est l’organisation la plus simple d’un réseau de
communication
multiplexé. Chaque machine électronique est relié à une et même ligne de communication
(bus) par l’intermédiaire d’un câble commun à tous.
• la topologie en anneau;

•Anneau Les machines sont reliées entre elles de manière à former une boucle. Cela résout le
problème de la topologie en étoile car il faut qu’au moins deux liens soient défectueux pour isoler
certaines machines du réseau. Cependant, les machines doivent communiquer les unes après les
autres.

• la topologie en étoile;
Étoile Toutes les machines sont reliées à un matériel central. L’inconvénient est que si l’élément
central est défectueux alors le réseau complet ne fonctionne plus.

• la topologie maillé(en anneau/étoile).

Maillé Les machines peuvent être connectées à plusieurs. Ainsi, il faut que de nombreuses liaisons
soient défaillantes pour isoler des machines du réseau. Cette solution est la plus sûre, c’est pour cela
qu’elle est utilisée par les armées et Internet. En revanche, cela est plus compliqué à mettre en
œuvre.
Les technologies de communication des
objets connectés sans fil

Les technologies de courte portée

Le protocole NFC

Les protocoles Near Field Communication (NFC) sont fondés sur la technologie d’identification


par radio fréquence RFID (Radio frequency identification). Les objets équipés d’une puce
électronique RFID possèdent une « étiquette » et sont automatiquement identifiés par radio
fréquence lorsqu’ils se trouvent à proximité d’un équipement appelé interrogateur. Le protocole
NFC est un standard de communication radiofréquence sans contact à très courte distance, de
l’ordre de quelques centimètres, permettant une communication simple entre deux équipements
électroniques. Il est par exemple utilisé dans de nombreuses entreprises pour les badges d’accès
aux locaux, ou comme support d’un abonnement à un réseau de transport en commun.

Bluetooth

Inventé en 1994 par la société suédoise Ericsson, le protocole Bluetooth est un standard de


transfert de données sans fil. Il utilise une faible bande passante, ce qui ne lui permet de transférer
que peu de données à de courtes distances, mais est également très peu énergivore. Inclus à
l’immense majorité des téléphones mobiles, afin de réaliser une communication entre deux
téléphones, ou entre un téléphone et un objet connecté de nature différente, il possède désormais
de nombreuses applications : oreillette de discussion téléphonique sans fil, montre intelligente,
moniteur de fréquence cardiaque, enceinte portative de diffusion de musique, station météo,
thermostat, etc. Ce protocole est également utilisé sur des capteurs statiques appelés beamers
pour mesurer des flux, par exemple des clients dans un magasin.
Zigbee

Zigbee est un protocole de communication radio développé spécifiquement pour les applications


de domotique. D’une portée moyenne de 10 mètres, il utilise une faible bande passante et est idéal
pour le transfert de données en faible volume. Peu énergivore et conçu pour des échanges de
données à bas débit, le dispositif Zigbee convient aux appareils alimentés par une pile ou une
batterie, et en particulier aux capteurs. Il est conçu pour fonctionner en réseau maillé : chaque
nœud reçoit, envoie et relaie des données. Il est par exemple utilisé par certains détecteurs de
fumée.

Les technologies de moyenne portée

Z-Wave

Le Z-Wave est un protocole de communication sans fil principalement dédié à la domotique. Il


permet de transmettre des données sur des distances allant de 30 mètres en intérieur à 100
mètres en plein air. Il fonctionne en réseau maillé, chaque appareil connecté pouvant relayer les
informations émises par ses voisins, ce qui lui permet d’élargir sa portée. Le protocole Z-Wave a
été développé pour des usages peu énergivores nécessitant un faible débit de données. Tout
comme le protocole Zigbee, l’utilisation de Z-Wave ne nécessite que très peu de puissance et les
appareils peuvent donc communiquer pendant plusieurs années avec une simple pile.

Wi-Fi

Le Wi-Fi désigne un ensemble de protocoles de communications sans fil, permettant des


connexions à haut débit sur des distances de 20 à 100 mètres. Il s’agit d’un réseau local sans fil
très énergivore, qui ne convient que pour les appareils branchés sur secteur ou dont l’alimentation
électrique peut être aisée et fréquente. Il permet de transférer rapidement beaucoup de données. Il
existe différentes normes Wi-Fi correspondant à une portée et un débit variables.

Bluetooth Low Energy

Aussi connue sous l’appellation Wibree, la technologie Bluetooth Low Energy (BLE) est un


protocole de réseau personnel sans fil à très basse consommation. Comme la technologie Bluetooth
originelle, le BLE ne permet de transférer qu’une quantité limitée de donnée à une distance
moyenne de 60 mètres. La différence entre les dispositifs Bluetooth et BLE se situe au niveau de la
consommation électrique nécessaire à la communication, qui est dix fois moindre pour BLE.

Les technologies de longue portée

Réseaux cellulaires mobiles

Fournis par les opérateurs de télécommunication, les réseaux cellulaires mobiles, basés sur la
technologie GSM, permettent de transférer une quantité importante de données à une longue
portée. Ils nécessitent l’installation d’une carte SIM dans l’appareil à connecter, afin d’identifier
celui-ci sur le réseau de communication. Succédant aux premières générations des standards pour
la téléphonie mobile, qui ont progressivement permis d’accroître le débit de communication, la
quatrième génération (4G) permet une communication mobile à très haut débit.

Réseaux radio bas-débit

Sigfox est un réseau de communication radio sans fil à bas débit et à basse fréquence, d’une
portée moyenne de 10 kilomètres en milieu urbain et de 30 à 50 kilomètres en milieu rural. Il est
également une technologie créée par l’entreprise du même nom. Ce réseau convient à des
appareils à basse consommation, dotés ainsi d’une grande autonomie, qui transfèrent une faible
quantité de données.
LoRa est un protocole de communication radio à très basse consommation, qui permet de
transmettre des données en petite quantité, à des distances de 2 à 5 kilomètres en ville et jusqu’à
45 kilomètres en milieu urbain. À l’instar de Sigfox, il s’agit d’un dispositif qui convient
particulièrement aux équipements peu énergivores n’émettant que périodiquement, notamment les
capteurs.

Réseaux propriétaires

Certains grands groupes industriels, dotés de moyens financiers conséquents, préfèrent installer
leur propre réseau de communication. Le déploiement de ces réseaux dits privés ou propriétaires
est particulièrement intéressants en cas de déploiement à très grande échelle d’appareils
communicants. C’est ainsi que m2ocity, filiale de Veolia Eau et d’Orange, a choisi d’installer son
propre réseau de communication pour connecter les compteurs d’eau intelligents et réaliser des
opérations de télé-relevé, de même que Suez.

Le système de comptage évolué à destination des clients résidentiels de gaz naturel de GRDF se
fonde également sur un protocole radio à longue portée spécifique et propriétaire : une bande de
fréquence radio réservée (169 MHz) est utilisée pour assurer la communication des données entre
les compteurs et les concentrateurs de données, eux-mêmes chargés de transmettre au système
d’information central les informations qu’ils ont collectées.

Choisir un réseau adapté à son besoin


Les objets connectés forment une famille extrêmement diversifiée, en expansion permanente. La
diversité des technologies de radiocommunication répond à l’hétérogénéité du parc mondial
d’objets communicants :

 pluralité des usages : domotique, maintenance prédictive, téléphonie, transfert et


traitement de données, etc. ;
 pluralité des publics visés : consommateurs résidentiels ou industriels, collectivités locales,
etc. ;
 pluralité des réglementations : bandes de fréquences d’utilisation libre ou sous licence,
etc. ;

Source : CRE
Les entreprises choisissent la technologie de télécommunication qui connectera leur parc d’objets
communicants en fonction d’un certain nombre de critères, notamment techniques, tels que la
portée, le débit et l’autonomie, c’est-à-dire la consommation électrique des objets connectés.
Source : CRE
Les besoins en termes de réseaux de communication évoluent sans cesse, au rythme de
l’apparition de nouveaux besoins. Ainsi, si l’accent a longtemps été mis sur l’augmentation du
débit, peut-être parfois au détriment de la portée, de nouvelles technologies de
radiocommunication mettent en avant leur caractéristique longue portée et bas débit. Les réseaux
de type SigFox ou LoRa ont su identifier un nouveau marché pour les opérateurs de réseaux
appelés à gérer un réseau de capteurs très étendus et peu énergivores.

La multiplicité des réseaux de communication pose la question de leur compatibilité avec les objets
connectés et plus généralement de l’interopérabilité entre les objets connectés n’utilisant pas les
mêmes protocoles de communication.