Вы находитесь на странице: 1из 6

Flux

Du modèle bureaucratique au modèle organique [L'organisation en


réseau]
L'organisation en réseau
Christophe Assens

Citer ce document / Cite this document :

Assens Christophe. Du modèle bureaucratique au modèle organique [L'organisation en réseau]. In: Flux, n°23, 1996. pp. 38-
42;

https://www.persee.fr/doc/flux_1154-2721_1996_num_12_23_1180

Fichier pdf généré le 12/05/2018


Notes de Recherche

Du modèle bureaucratique au

modèle organique :

l'organisation en réseau
CHRISTOPHE ASSENS

La modification du contexte écono- Après avoir défini le concept de


i mique et social remet en question les réseau, nous présenterons son
modes de fonctionnement des entreprises. développement actuel dans la recherche en gestion.
Face à un environnement imprévisible, Sur la base de cette analyse théorique,
l'incertitude de l'avenir modifie la nature nous étudierons ensuite les avantages et
des points de repères traditionnels. Il les limites de trois catégories de réseaux.
devient de plus en plus difficile de
s'orienter sur le long terme grâce à des
modèles d'aide à la décision. LA THÉORIE DES RÉSEAUX

Depuis le début des années 80, LES MODELES DE RESEAUX


certaines grandes entreprises commencent à
remettre en cause les principes de la
structure hiérarchique et pyramidale. On L'analyse des domaines scientifiques
assiste aux limites du modèle comme la neuro-biologie ou l'intelligence
bureaucratique. IBM, EDF, la POSTE, France artificielle3 permet de définir deux types
Telecom1 entre autres, recherchent une de réseaux. Il existe ainsi un premier
plus grande souplesse de management par ensemble de réseaux : les réseaux
une politique progressive de mécaniques. Ce sont des réseaux artificiels,
décentralisation et de dé-hiérarchisation. créés par l'homme, afin de remplir des
fonctions supervisées par l'homme. A
Durant la même période, un grand l'intérieur de cette définition on inclut
nombre de PME-PMI se regroupent et l'ensemble des réseaux physiques tels que
nouent des alliances pour atteindre les réseaux informatiques ou les réseaux 1. Marmonier L., Thietart R.A.,
rapidement une taille critique face à la de télécommunications. Ce type de réseau (1993), « Les nouveaux problèmes
globalisation des marchés et à l'intégration fonctionne de façon séquentielle sous la de structure et de gestion des
croissante de l'industrie et des services. conduite d'une unité centrale régulatrice. entrepri ses », Cahier n° 220 du centre
Cette unité joue le rôle du pilote du (1987), ; «Hocquard
DMSP C, Oury J.M.,
Vers une nouvelle
Le mode d'organisation, vers lequel réseau. Elle est programmée à l'avance économie de l'entreprise », Gérer et
semblent s'orienter à la fois les grands pour réagir en fonction de seuils ď comprendre, pp. 90-102.
groupes industriels et les petites et activations.
moyennes entreprises, doit être un 2. Bressant A., Distler C,
Nicolaidis K., (1989), « Vers une
compromis entre une petite structure Dans la nature, il existe une économie de réseau », Politique
dynamique à l'image d'une PME et une deuxième grande catégorie de réseaux : les industrielle, n° d'Hiver, pp. 155-
structure plus stable à l'image des grands réseaux biologiques. Le réseau neuronal, 168.
groupes internationaux. En théorie2, le réseau sanguin ou le réseau du système
l'organisation en réseau permet de nerveux appartiennent à ce modèle. Ils 3. Bourret A., Reggia J.,
permettent d'assurer les fonctions vitales Samuelides
concilier les effets de taille d'une grande M., (1991), Réseaux
neuronaux : une approche
entreprise avec la capacité d'adaptation et de des organes humains. La particularité de connexioniste de l'intelligence
flexibilité d'une PME. ces réseaux réside dans leur autonomie de artificielle, Toulouse, Tekna.
Christophe ASSENS est attaché de recherche au Centre DMSP (Dauphine Marketing Stratégie Prospective) de
l'Université Paris-Dauphine. Il termine une thèse sur les réseaux d'entreprises, sous la direction du professeur
Hamid Bouchikhi.
38
Notes de Recherche

fonctionnement. En effet, l'homme n'agit Ces réseaux sont dirigés par un pilote
pas directement sur ces réseaux pour et sont supervisés de l'extérieur. Ils
superviser les tâches ou pour en contrôler présentent un certain nombre d'invariants
le fonctionnement. Ce sont des réseaux dans leur mode de fonctionnement, quelle
dits « intelligents » qui possèdent la que soit leur forme. Ils sont asservis, leurs
propriété d'auto-adaptation. Grâce à cette connexions sont programmées, le
propriété, le réseau neuronal du cerveau comportement et le rôle des noeuds sont
humain est capable d'apprendre et de prédéterminés.
mémoriser des schémas de façon
autonome sans l'intervention d'un pilote. On L'étude des réseaux de neurones du
appelle cela un réseau auto-organisé. cerveau humain permet de prolonger cette
analyse. Le cerveau humain se compose
d'un ensemble de neurones reliés entre
eux par des synapses. Ce sont les noeuds
LA STRUCTURE DES RÉSEAUX et les connexions de la structure.
L'activité du cerveau se reflète dans l'échange
des informations entre les neurones. Le
Que ce soit le modèle du réseau comportement des noeuds est régi par une
mécanique ou du réseau organique, procédure locale, une règle ď activation.
chaque catégorie repose sur une structure Dans le cerveau humain, cette règle
identique. A titre d'exemple, correspond à la loi du tout ou rien, les
l'architecture d'un réseau de télécommunications4 se neurones sont soit actifs, soit inactifs, ils
compose d'un réseau de transport (le transmettent ou ne transmettent pas
câble, le satellite), d'un réseau de l'information.
distribution, d'un centre d'exploitation, d'un
centre de distribution, d'unités de gestion Les neurones sont tous autonomes et
de relais (UGR) et d'une forme substituables entre eux. Le modèle du
particulière de langage. réseau de neurones possède ainsi la
propriété d'auto-organisation. Il se
Chaque élément joue un rôle précis à caractérise par l'absence de fonction de régulation
l'intérieur du réseau. Les unités de gestion centrale. Les noeuds et connexions sont
de relais (commutateurs, multiplexeurs, simultanément actifs. Les interactions
concentrateurs) sont des interfaces qui locales entre les neurones définissent la
transforment les données sous forme de conduite globale du système.
caractères, symboles ou signaux en L'intel igence, l'adaptation auto-organisée d'un
données numériques ou alphanumériques : ce système, par rapport à son environnement, est
sont les noeuds du réseau. Les réseaux de une propriété émergente de la structure du
transport et de distribution véhiculent les réseau. Le système neuronal possède ainsi
données, dans l'espace, ce sont les tous les attributs de l'intelligence
connexions du réseau. Le centre (mémoire, perception, contrôle moteur, langage
d'exploitation ou de distribution gère et contrôle ou apprentissage).
toutes les UGR, il représente le coeur du
système, c'est-à-dire le pilote du réseau.
LA DIFFÉRENCIATION DES
La forme particulière de langage RÉSEAUX
correspond au codage des données sous
forme de fréquences électriques ou de
signaux radioélectriques, il s'agit de la Les deux modèles ne se différencient
4. Hollocou E., (1991), Techniques règle ď activation du réseau. On retrouve pas par leur structure mais par leur mode
et réseaux de télécommunications, à peu près les mêmes éléments sous une de fonctionnement. Le modèle mécanique
Paris, Armand Collin ; Kung R., évolue de façon linéaire et stable sous le
Paul E., (1991), « Le réseau autre dénomination lorsqu'on analyse
intel igent », L'écho des recherches, vol. l'architecture d'un réseau informatique ou contrôle d'un pilote, alors que le modèle
146, n° 4, pp. 37-50. d'un réseau télématique. organique est auto-organisé, il évolue de
39
FLUX n°23 Janvier - Mars 1996

façon dynamique et complexe sans l'aide Par analogie avec la théorie générale
d'un pilote. des réseaux, on suppose que le réseau
organisationnel se situe à l'intérieur d'un
Les deux types de réseaux se intervalle borné par deux pôles opposés.
distinguent également par leur mode de Ces deux bornes sont représentées par le
développement, c'est à dire par la façon dont modèle mécanique de Г entreprise-réseau
la forme de la structure évolue (la création totalement intégrée, purement
ou la destruction de liens et/ou d'unités) hiérarchique, purement bureaucratique, conduite
et par leur mode de régulation, c'est à dire par un pilote, et par le modèle organique
par la façon dont les comportements des de l'entreprise, totalement externalisée,
unités sont coordonnés à l'intérieur de la purement marchande, dont la politique se
structure. dessine en l'absence de pilote.

Ainsi, deux modèles de réseaux Plus les noeuds du réseau seront


s'opposent : le modèle mécanique d'une autonomes, plus l'organisation en réseau se
part, à la fois stable, linéaire, piloté, rapprochera du modèle organique et, à
supervisé, séquentiel et le modèle l'inverse, plus les connexions seront de
organique d'autre part, à la fois dynamique, type bureaucratique, axées sur les ordres,
complexe, auto-organisé, non supervisé, standards et procédures, et plus on se
processuel. rapprochera du modèle mécanique.

Ces deux modèles possèdent la même Le modèle hiérarchique correspond en


structure à base de noeuds et de quelque sorte au modèle mécanique du
connexions mais ils sont radicalement chapitre précédent, où les unités ne
différents par leur mode de coordination disposent pas d'autonomie parce qu'elles
piloté ou auto-organisé, supervisé ou non réagissent en fonction du guidage d'un
supervisé, non récurrent ou récurrent et pilote6. A l'opposé, le modèle marchand
par leur mode de développement linéaire ressemble au modèle biologique où
ou complexe, séquentiel ou processuel, chaque unité est autonome et où
stable ou dynamique, enfin planifié ou l'ensemble s'autorégule selon des règles
émergeant. tacites de comportement7. Plus on se
rapproche du pôle hiérarchique et plus le 5. Jarillo J.C., (1988), « On
réseau est intégré avec une forte strategic networks », Strategic
régulation centralisée, plus on se rapproche du Management Journal, vol. 9, pp. 31-42 ;
pôle inverse et plus le réseau présente les Thorelli H. В., (1986), « Networks,
between Markets and Hierarchies »,
traits d'une organisation à l'image d'un Strategic Management Journal,
LE RÉSEAU DANS LA marché avec une forte décentralisation du vol. 7, pp. 37-51 ; Williamson O.E.,
RECHERCHE EN GESTION management et une forte autonomie (1983), Markets and Hierarchies :
conférée à ses membres. analysis and antitrust implications,
New York, The Free Press.
La notion de réseau recouvre des Par analogie avec la théorie générale 6. Lorenzoni G., Baden Fuller C,
types d'entreprises et des situations sur les réseaux, il faut savoir que (1993), « Creating a strategic center
diverses. On peut retenir plusieurs l'organisation en réseau possède toujours la même to manage a web of partners », in
dénominations à son sujet, on parle structure quel que soit son degré Working paper from the School of
d'entreprise transactionnelle, de quasi-firmes, de d'intégration ou de décentralisation des pôles Management in the University of
structure dynamique de réseau. Toutes ces d'activités. Par contre, on peut dire que Bath ; Bartmess A., Cerny K.,
(1993), « Building competitive
définitions mettent en évidence le chaque réseau est différent car il repose advantage through a global network
caractère hybride de l'organisation en réseau5. sur un mode de fonctionnement qui lui est of capabilities », California
Elle se situe entre la firme totalement propre. Management Review, pp. 78-103.
intégrée et le marché pur, entre un mode
de fonctionnement purement contractuel Selon la logique de l'organisation 7. Le Moigne J. L., Jameux C,
(1990), « Réseaux locaux et formes
et un mode de fonctionnement purement mécanique ou bureaucratique, le réseau nouvelles d'organisation », Cahier
bureaucratique. apparaît comme un engrenage à l'intérieur n° 90 du centre G.R.A.S.C.E.
40
Notes de Recherche

duquel chaque pièce représente un rouage représente le donneur d'ordre, le pilote du


dépendant des autres rouages. Le rouage réseau qui coordonne l'ensemble des
fonctionne de façon linéaire et séquentielle tâches locales pour atteindre un objectif
en fonction de l'ordre hiérarchique et des global.
procédures qui le commandent.
A la différence d'une firme
Selon la logique marchande, le réseau totalement intégrée verticalement, le réseau
apparaît comme un orchestre où chaque mécanique se conçoit lorsque le degré des
musicien est responsable de son actifs à engager est trop spécifique, afin
instrument en toute indépendance du voisin, de réduire les coûts de transactions.
mais avec lequel il doit composer, pour Cependant, le risque de transformer le
produire une mélodie. En principe, un bon réseau en organisation fonctionnelle
orchestre est même capable de se produire intégrée verticalement existe et il peut être
en l'absence d'un chef d'orchestre, nuisible à l'ensemble de ses membres8. La
notamment lors des séances firme focale peut intervenir de façon
d'improvisation qui traduisent un peu l'image d'une arbitraire pour uniformiser les processus
organisation dynamique et flexible, dont d'échange afin de garantir une qualité
la forme émerge des interactions standard aux produits et un délai de
permanentes entre les membres. livraison stable. Dans cette mesure, le pilote
peut étouffer la créativité des partenaires
et conduire le réseau à une perte de
bénéfice global.

LA TYPOLOGIE DES
RÉSEAUX LE RÉSEAU ORGANIQUE

Les réseaux constituent des supports Le réseau organique repose sur un


de réflexion sur les relations interorgani- tissu de PME autonomes et indépendantes
sationnelles des petites et moyennes entre elles. Les PME interagissent sur la
entreprises. Celles-ci représentent alors base de rapports de confiance mutuels
les noeuds d'un réseau. Trois situations pour réduire l'incertitude de leur
caractéristiques peuvent se produire dans environnement. Au cours de ces interactions
ce contexte. locales récurrentes, une forme
d'organisation globale émerge en l'absence d'entité
de régulation centrale.
LE RÉSEAU BUREAUCRATIQUE
Il n'existe pas de procédure de
contrôle formel hiérarchique. Chacun est
Certains réseaux, comme Nike, la responsable de soi, la décision est répartie
Général Motors ou Benetton fonctionnent sur l'ensemble des membres, il n'existe
à partir d'un découpage fonctionnel pas de pilote. La forme de la structure est
permanent des opérations. Chaque PME, dynamique, elle émerge des interactions
8. Miles R. E., Snow C, (1992), chaque noeud du réseau, occupe une entre les membres. Pour illustrer ces
« Causes of failure in network fonction spécialisée le long de la chaîne de principes, nous allons traiter de l'exemple de
organizations », California Management valeur d'un produit ou d'un service offert l'industrie manufacturière de la chaussure
Review, vol. 34, n° 4, pp. 53-72 ;
Biesmans G.W., (1990), « The sur un marché stable et prévisible. A en Italie9. Dans un village italien, il existe
managerial implications of l'image d'une intégration verticale, le un ensemble de petites entreprises
networking », European Management réseau hiérarchique requiert l'apport spécialisées dans la chaussure. Elles sont toutes
Journal, vol. 8, n° 4, pp. 529-540. d'activités complémentaires de substituables par leur taille et leurs
9. Neuschwander C, (1991), fournisseurs et de distributeurs étroitement liés compétences, leur mode de gestion repose sur la
L 'acteur et le changement : essais
sur les réseaux, Paris, Editions du par des accords contractuels exclusifs logique de clan. Chaque année, un appel
Seuil. autour d'une firme focale. La firme focale d'offre international met ces entreprises en
41
FLUX n°23 Janvier - Mars 1996

concurrence. A la suite du résultat de semble pas à une organisation totalement


l'appel d'offre, une entreprise se détache intégrée puisque les relations entre le
mais en raison de sa capacité de siège social du groupe et les membres du
production limitée, elle est obligée de sous-trai- réseau ne sont pas forcément capitalis-
ter avec les autres PME. Une structure tiques ou hiérarchiques. Elle ne répond
d'alliances temporaires se met en place pas entièrement à la logique du modèle
jusqu'à l'année suivante où un autre clan bureaucratique puisque les connexions ne
se substitue au donneur d'ordre, ce qui sont pas basées sur des procédures
implique un nouveau changement dans formelles de contrôle hiérarchique. En
l'organisation. Ce principe est proche du l'absence de comité de direction et
réseau auto-organisé où chaque membre d'organigramme, il n'existe pas à
a la capacité d'être pilote sans pouvoir proprement parler de pilote qui supervise
l'imposer de façon permanente aux autres l'ensemble de la structure. Par ailleurs, ce
membres. mode d'organisation n'est pas non plus
régi par des comportements purement
La fonction de coordination de marchands puisque les PME filiales sont
l'ensemble de la structure émerge des soumises au reporting de groupe dans le
interactions locales des membres avec cadre d'un compte de résultat global.
leur environnement.
L'objectif global est subordonné à la
Ce type de réseau présente l'avantage maximisation du profit des PME
de préserver l'autonomie des membres et considérées alors comme de véritables
de leur conférer des capacités entrepreneurs individuels entièrement autonomes.
d'adaptation de créativité et d'apprentissage. Mais si ces PME ne respectent pas les
Cependant, les PME peuvent chercher à seuils de rentabilité, elles peuvent être
protéger leurs domaines de compétence exclues du réseau. Les relations sont
en privilégiant l'intérêt individuel au informelles, basées sur la négociation et
détriment de l'intérêt collectif. L'effet de la confiance plutôt que sur le contrat ou
cloisonnement qui en découle peut le respect d'une procédure. Dans ce
engendrer des dysfonctionnements avec système, les limites des frontières de
l'impossibilité de relier les membres l'autonomie sont tellement floues que les PME
entre eux au moindre coût. se concurrencent souvent sur les mêmes
marchés et qu'elles n'ont pas recours
systématiquement aux transactions internes.
Ce type de réseau est à la fois dynamique
LE RESEA U INTERMEDIAIRE et innovant localement mais il est
ENTRE LES DEUX MODÈLES incapable de réagir vite dans un mouvement
d'ensemble.

La réalité des entreprises réseaux se En d'autres termes, à la différence


situe le plus souvent à l'intermédiaire du des réseaux mécaniques axés sur le
modèle mécanique et du modèle principe « think global, act local » ou des
organique10. A ce sujet, on peut évoquer le réseaux biologiques basés sur le
cas d'une grande entreprise française de postulat : « think local and act local » , 10. Butera F., (1991), Le
service public dont l'organisation des l'organisation en réseau décrite dans ce métamorphose de l'organisation : du
filiales forme un réseau. La configuration chapitre repose davantage sur le principe du château au réseau, Paris, Editions
de sa structure est éclatée en 2300 filiales « think and act global, think and act d'Organisations.
autonomes et 20.000 PME. Elle ne local ».

42