Вы находитесь на странице: 1из 206
Machines synchrones Jusque dans les années 1950-1969, Jes machines synchigones étaient essentiellement uilisees pour fa production «énergie Slectrique A part de Pénergie mécanique en provenance de sources diverses, sous la forme ('alemmateurs travaillant dans une samme de puissance allt cle yuclques watts jusqu’ a quelques centainwes de mgoawatt, 1 proprigté intemsoque de ces machines avoir ane vitesse directementet mathiémati= juoment like a la fréquence dahmentation était ausst mise & profit «ans des fonetionnc ments en moteur pour des applications nécessitant un fonetionnement a vitesse rigoute ment constante es moteurs synehrones pouvant peealuire de Peneren jaeteur de puissance capes reactive par surexcitation { corltribution en tant gue compensateurs sstichrones pour eorriger le je certaines installations, faisant ainsi concurrence Xx alteries de 1 we comme le moteur indus sty len particu Uriel Le plus standard, ka meline synchrone noccupait done que des « A. partir des anges 1951-1960, deux. évolutions technologigques, mnt ivement Sappliquer dans te domaine des machine Urigues et modifier progressivement et inéluctablement cette classification, quelques aamnées, allaient elle Ce type Walimentation par éleetsomique allait permertre de reproduire aver les machines rnchrones les caractéristigues quasi idéales des machines & commutation par Balas DEUXIEME PARTIE Pour coka, il suflisait de commander le convertisseur slatigue & partir de capteurs le position ddu rotor de manidre & assurer en permanence la solation snehrone du rotor et du clay inkluit, Ce principe, qualifié d°amtopilolage. lat conduie a la mise au pont de dispositls ndusiricls dentrainement & vitesse variable, «kans une gamme de puissance allant de jques dizaines de KW 2 ku centaine de MW, pour la ventilation, le pompage ou la eo vession de fuudes, a traction Ferrovinie (GW Adantigue), ete Giice 2 la possibilté de réglage du facteur de puissance offerte par ka machine sn ehrong, le convertisseur est alors relativement simple puisque eanstitué de thyristors dont le Dlocage est assure directement par les tensions de ft machine, Cette simplicné relative, jointe & une grande fiahilté de fonsctionnement, a permis ees entrainements Sie kes pre- mniers ensembles convertisseurs-miehines & se repandre industriellement dans le domaine des fortes purssamoes La seconde Gvolution état relative & Papparition sur fe marché «aimanls permanents portirmanis eapables de résister 2 i d&saimantation des champs de réaction dina peé= sents cans les machines Gleetigues et posséant des inductions emanenes suflisantes excitation des machines synebrones par ces aimants permanents offrait bien sti Fovantage inmtiat danighioner leur endesmea en suppringant kes pertes Joule a ror mats elie permetiat surtout de remettre en ease Kt structure -méine des. machines spnebrones, Fa effet, on pouvait envisager de disposer Hes aimants dans Pinducteur de dif fGrentes manieres, chacune de ees dispositions eonférant a 1a machine des proprietes parti- cli Il Stat ainst possible de rechereher Pxkéquation-aprimale entre ht machine Papphication envisa Giice & cette varabilité et en association avec les poxsibiiésaffertes par électronique de purssance et de comtnble, les machines synehrones 2 sumants permanents et mentation Glectromaque se sont rapidement disséminges 2 travers de tees mombreuses applications informatique et péri-informatique (leeteurs de disques durs et de disquetes, imprimantes), Productigue et robotkque (servomoteurs}, aéronautigue, traction électrique, ete. Fes ont ‘commences et devratent poursuivte la conguste d'autres applications a grande diffusion comme 'électroménayer et Péguipement automobile Dans ces diverses applications, kr machine est également autopilotse et de plus alimen= {ee en courant au moyen d'un onduleur de tension, Ce type d'alinentation permet, sans autre arhiige, un contrble direct du couple ce qui constiue un sbantage suppiémentaire de ees Inatchines synebrones & sammy permanents notamment par rapport aux machines asst cchrones, Ce contrite conduit aid excellentes performances dynamigues, indispensables pour ‘une implantation dans kes boueles dasservissement par exemple Ce top bret panorama montre fa diversité "intervention des machines spnehrones dans des domaines de plus en plus nombreux et vans Aujourdhui, an jeune ing ceirique ade fortes chances d'etre un jour ‘conftomté 2.un probleme relat ce type de machine méme SL ne tas ‘ches un constructeur de machines électrigues, I] est done important, sar niveau de I'eusei- gnement de I'sleeirotechnigue, de connaitre les éléments permetiant de comprendre et de naitriser Ie fonctiomement des machines synelirones, le pas directement Miche! Lajoie-Mazene Directeur de recherche émerite au CNRS. LEEE-ENSEVINTNPT Principes de fonctionnement a vide Objectifs CHAPITRE 6 76 @ Deuxieme partie Machines synchrones 6.1 PRINCIPES Considérons un aumtant permanent bipolaire tournant dans fe sens directa a vitesse angus tare = % ratiasqueoongie tue bone fixe dns Pespge no fea se méme (igure 6.1) < \s_ Wy - 2 queleonque 2 constante Figure 6.1 Figure 6.2 [aimant produit un ehamp magnétique variable B travers kt bine: Le flux total 9, regu par le bobin ve lant variable dans le temps, apres ka loi de Lena, 90. rend narssance au bones SF rend narssanee a bore une f a vide »! ¢: © la bobine ee slectromoti cuverte (Delezenme, 1830), S1@es1 constante (igure 6 2) alory Pangle B s'éerit B= A + OF, Qh tant ke position rupérée de la roue polaire 24 = 0. Le flux devient alors pSriediq Lat owe polaire N en toursis, appel6e a fort par Tes meécani- eens « vitesse de rotation » et exprimée en toursiinute s écrit Nu Se Nu= r oo jee de rotation de pene Glecirique est la fr&quence du pliénomene mécanique Juenee, ka pulsation du phgnomene électrique 6 cst evale a lane de rotation & a vitess Hinduction ctamt de nature vectorielle, varaetériser Paimant par son seul vecteur induction mainale By sans Vase des poles revien a faire omplieitement Phypothese dle la répartition spatiale sinusoidale de Uinduetiom = = By eos 0. Lhypothise de ka fest "hypothise indisp lectriques (ournantes. épartition spatiale simusoidale de induction nsable pour Métudle de toutes kes machines Lhypothese est néaliste puisque le but recherche est la 6.0 sinusoidale. Ladécomposition en série de Fourier dune £6. pério- Jdigue prouve que seule fa Fm Sinusoidale nengendrera pas de pertes dues principalement ans Imoniques, Tn sraioe vie ne dite pas Tn moun id sarge sor Pane Figure 63 Chapitre 6 Principes de fonctionnement & vide @ 77 de Fextrémité du vecteur induction dans toutes les dive me 6.3, Avee ceste hyporlese, Ke fi tions est un cerele de diaméire B [Le fus total instantane nogu par une spine & Pinskants Gert alors = By Seow Biy.1) = SiBy 6080) = SB, = (8.608 0)By = SyBu I-yporhise est indispensable, cat exprimer gy 2 partir de cette hypoxtgse rend possible le do, caleul de la tamse= aleul de la om se= Si.21= este et si induction est & rSpanttion spatiale sinusoiale Jam dlans espace, ka £6.m inskantange e, comme, est sinusoikale dans le temps et de pulsation @, En vue de construire une machine industrielle, ty at fiew de favo- aw riser au maximum fe Hux dinduetion & Pendront des fils ates, La om ccireule le Huy, seront utilises des matériauy FerromagnStiques aussi peeméables que possible pour avoir une waluction J importante a par tir d'un champ excitation H mainimal, emploi des matériaus fer magnétiques permet de eoavenirer le fus et d’augmemter [induction 00 dans les machines, Avantages des matériaux ferromagnétiques vont chapitte 2), Les substances fermoma- junctiques der nickel, cobalt, fontes, aciers) se distinguent parce que U'anmenation J u‘elles aequiérent n'est pas proportionnelle au champ magnétique dexeitation A gui lt produitdigue 64 Finduction masnétique B sant» B= mc + Fy avec we = 4107 pennéabilité du vide et peut sé Lot, Pour Fairy, = tandis que pour les matériaus ferromagnétiques ta pec lative n'est pas constamte et vaul de Pordre de Uy eas © 108 a 10 Dans les machines usulles BS L3'P. [Pentrefer, étant vorace amperes-tours, devra dire le plus petit possible, de Poruine de SI de mim pour des machines de puissance de 102.100 KAW. Inconvénients des matériaux ferromagnétiques. |.es mauceiau lerromagnstiques sont a Vongine des pertes par hystérésis et eourants de Foucaule2 cause des ebaumps pulsans et toumants, En conséquenee, pour mininiser ees pertes, on choisina les meatériaws par leurs ccaraeléristigues BUF) et an les divisera parallélement au champ d’exettation Ff, Cette der rere operation s“appelle le feutl 6.2 MACHINE SYNCHRONE BIPOLAIRE MONOPHASEE En pratique, fa bobine spies surface miasinn Le fax B =n Scouo~F nstallge au stitor (partie fixe de la machine) sera formée de plusieurs scles, On pourra prendre kes eneoehes dian strales pour ubente ka se Ls les le lig B Scos@ est eeu par une spire qui produit ka Le. =F SQsin'G) = SQsini®) +4 78 @ Deuxieme partie Machines synchrones insiche Figure 6.5 ‘On réalise un enfoulement « massé » si ft bobine est fomée de plusieurs spires de: mame aye ef situges dans les memes envoches, Avec m fils acilS, situés dans les encoches, on pourra former 4 spires, Dans un enon N massé, les Ean, des différentes spires tant idemtiques, on & = 4 Ry SLAsiniOh, +04) = MQ sin, +04 avee © = BS flux masimel par spine La £€m, oblenue est sinusoiale de pulsation ooéeule a la vitesse tmgutaire de rotation de la roue polaire (et de fréquence fegsze Rappelons que ot Ntousyimin W= 2=2 = Nwursys= en Nom wr oO Fu Figure 6.6 Si la rome polaire est un électeouimant exeité pur un courant contin (igure 6.6) et si Yoo admet "hypothése de la séparttion spaiae sinusoidale de induction, fe Hus re pat la bobine dh sao pot Genie gy = MF feos ot M est matele nce entre les deux bobinages lorsqu’ils sont e me axe Chapitre 6 Principes de fonctionnement = Mo j sin® + or Gan sin — OF) = tis rmarximale de Penroulement masse forme de n/2 spires Sst a surface apparente 6.3 MACHINE SYNCHRONE BIPOLAIRE POLYPHASEE La bobine stator peut Sire considénée comme un observes an capteur, rendant compte par scfm. du déplacement dh rotor magnétique et de sa position, Plagons sur le stator une seconde bobine, cout & ait identigue a la premigre, mais dont axe soit décalé d'un angle ¢ {figure 6.7) ure 6.7 Figure 6.8 Les « observations ». done les £.6an, instantanges ¢ et @, sezont exactement les méanes, suai 2 des instants diflérents, Les Lan, sont déphusées entre elles dec. St ¢ = MOj sine +0,)avee0,— 0 pour la bobine 1 allots & = Meoj simey 0, awee 0 = —S pour ka bobine 2 On peut installer (s'il y a de fa place) sutant Wobservateurs que Pon veut sur Ie skator Tous verront ka meme chose, mais jamais au meme mista, Sion place tris observers équiistants (gute 6.8), ¢ = Eon parler de bobines Uipositionnges* et on abtiendra un sysieme de f:6.n, iphasées éguilibrees uo son(or 2) sorco(or—) On peut ainsi obtenir du triphasé, du «iraphass, de "hexaphasé.. a volonts Sappslns bohinestrpsiinnses ros bobines aves eas réaulibemont de Fn. 80 @ Deuxieme partie Machines synchrones Remargue : a puissance dune mache tphasce sera tos fois Md Fee EMD li puissance d'une de ses phases denroulements Givilisation électrique 6.4 MACHINE SYNCHRONE ferrets tenses egeeeen es MULTIPOLAIRE ment économique et de bien-étre. Dans la vie quotidienne, dans tous les rouages de Considers maintenant une roue polaite 2p poles. qu Peconomie, dans tous les secteurs industriels, i figure 6.9, en rota Vélectricité est partout... et on en parle jamais sauf le jour otelle est absente... alors anvulaire de rotation £2 suds est eonstante, alors 5= = N tours ‘on ne peut plus rien faire ! 7 Consemeniion snewelte par habieas devant une bobine stator. Sila vitesse ces la quence de rotation (appelke vitesse) Machine téwrapotaire eee 2.p=4 pales = 2 paires de pales ral’s rer) ous « Si tout le monde vivait comme les ‘figure 6.13). expression de ce vecteurtournant es je Mgure 6.13), Vexpression ds four tourna est Americains, il nous faudrait trois planétes Moj cos of =j sna) = Moje" Terre pour maintenir ce niveau de consommation.» Peter Raven, spécialiste 1 Sa projection instantange sur Paxe 9 est environnement ©) = Maj coer En comparant la Chine et les Etats-Unis Bresson ~ Surface en kin? 9508.10 9.629.107 cst la projection sur Pave gt de Be “ctor ompor phase de MNenROsRersN “ wes 2 ‘ons. eau/pers'an 439.108 L 1834.10 Figure 6.13 84 @ Deuxieme partie Machines synchrones wey de lectures simultanées. [I est beaucoup plus avantagens de ne gander qu'un seul veeleur Fy qui projeté sur les deux axes. et & donne directement ey ete. cet sont des «aves de Hees simulianges » de sealaires temporels diphasss Lanotion d'axes de lectures simultanses de sealaires temporels peut étre 2énerali- sé au systemes polyphasss ° sce lestre ste * 2x x 2 xe celeste nese lest E, hse? 2 AVinstant Figure 6.14 Figure 6.15 6.6.2 Sommes de vecteurs temporels a) Somme de vecteurs temporels tournants Sur la figure 6.14, avee Punigue axe de Reeture sR, on peut exprimer les veeteurs temporels tourtants, puisgue ce sont de vrais veeteurs, par fi 20 Sh EV20%e Eee avec Chapitre 6 Principes de fonctionnement & vide @ 85 Les scales cant les projections orthagonses Jes vecteus cor respondants sur unig axe de lecture 0. is érivent eee ed 61 = EVE cosa Les besoins mondiaux en énergie en mil- liards de tonnes équivatent pétrole (G/tep) = tFen(ar En un siécle, la consommation d'énergie a été an) oa tvFeon(a-F) awe [i &=0] —mmutipise par 130)- (on etouve kes slats en comnus chun syste trphasé aie —Petrole 378 hie Sesiten 219 Gaz naturel 218 b) Somme de vecteurs temporels pulsants oe ae Sur la figure 6.15 qui utilise les axes de lecture simultanse 1 Feu de bois, déchets végétaux, ignite, 3, seul appaait le veeteur = Fe ai ev B0i*, toutbe, boise: Les scares femporels étant les projections orthogonales da —Nueléaie vecteur F sur les axes de lecture 1, 2,3. ils s'Gerivent toujours > = Géométeie Totten 2000 Ec tien oi vp amais si Pon uppelle les vetours projections instants a veteur Tu es tis ne, alors fa some de I trois wweteurs temporels pulsants + ©) Généralisation Cette propricte mise en évidence par les anes de lectures simul anges se gengrafise 2 tons les scalamres triphasés, Les seals instantanes i) = INZeosie —9) * ooo) “4 appelons vacturpulsat un sete de tection five ek amplitude sings dans He tens 86 @ Deuxieme partie Machines synchrones ant ls projections orthogonalesinstantanges Ju vecteur temporl surfs axes de Hectares simultanges 1, 2, 3 avee piv I0™% 7 ona hte +=0. ff; le vecteuralternatt de direction five Het U'amphinude f, alors re 6.16 Le syst@me Gant équili Sion appellef la somme des trois veereurs pulsas est = tinhs Hots + ists mane? Axe! Axel Figure 6.16 aires sous forme eulérieune En exprimant les courants s iy = 1yZeosty —Q) = IVE avee com trouve hth it dans le tngoréme de Ferraris en triphasé Le coefficnent 3 est elu gu apy Chapitre 6 Principes de fonctionnement & vide @ 87 d) Conclusion Remarques = Ces expressions sont utilisables exprimées aussi biew en ampliuules efficaces qu'ent amplitudes msimales A Pinstant # =O, les vectemts fixes earaetérisés par leurs coordonny Tt Fy2e% et T = ti Jo sont les vecteurs de plexe of er amplitisle elficace complexe poli sel en amplitude eom- ~ Avve les sectors temporels seul hes scales, comme 20-249. projections ins- tantanges sur les aes de lecture, on un sens physique 6.6.3 Champs pulsants et champs tournants “Tis bobines tripositionnges et parcourues par des eourants Wiphasés domuent trois eiamps pulsauis Fy smBoowor Bs isbeos(er-) Bs isben(or—) Ces champs puisants sont 3 fa fos « spats » et « tomporls » Avec es vectours spatiaus-temporels kes vecteus pulsants, projections instantanes Sur les aes de lecture Pune part, ef Ia sommation vectorelle des vecieuts pulsamts dans Pes pace autre pat, ont un sens physique. Cette double réaité physique est conliemee par le thgoreme de Ferraris Bi). Bz. By sont les projections orthogonales instantanées du vecteur temporel tournant B= tie” B sur tes aves de lectures simultanges 1, 2 of 3 figure 6.17) La composition de ees tis champs polsants donne au point O-un wap fournant unique Sappeins polyposionnés vectors bine ks eesti du eposinnné Gen a ote 3 88 @ Deuxieme partie Machines synchrones ainstact igure 6.17 Fo appliquant fe thortme de Lebane any bobines 1,2, 3 chayne lamp pulsant donne dow champs fourants en sens inverse Boy B fi Boos ef = 1B = fi 50 4 Ge” hah iL ei cer) on oo Boi y a8. pe + 5 Fn dstinive, puisque -fr-+ fat dn = Bo” (Le! si kig rong a bs alors: B+ 2+ By fi +h thy +b +bs+6 =i =a ii Pour les champs «induction, on emploie de prétérence les amplitudes masimales Chapitre 6 Principes de fonctionnement & vide @ 89 6.7 CARACTERISATION DES CHAMPS MAGNETIQUES RADIAUX D’ENTREFER Le thgoreme de Leblane montrant gu'en un point un champ pulsant monophasé se dGeom- pose en deux champs fournants en sens inverse, et le dhgoréme de Ferraris, miontrant que ‘composition de trots champs pulsants triphasss et tripasitionnss donne un champ toumant tuique, Sappliquent ain machines en conskérant fe champ dans Meutrefer Pour les machines a totor eylindrigue, induction est obligatoirement radiate en passant wn milieu ferromagnétigue w 10F, Pair w= 1. On peut eonserver Phyporhgse de ka repartition spatiale smusoidals en consiérant a machine bipalanre équivalente et es gra ddours « seetriques » Ojec = Ong On caractérise généralement Jes champs raion par leurs expressions analytigues Nous prétererons les expressions vectorelles dans le pln complexe 6.7.1. Champs fixes Un champ fixe es un champ magnétique radial dans Pemtrefer, 2 eépartition spatiale sim soidale, produit par un courant comin qui parcourt une obit rotor maintent & Ua Au point M. le champ a une valeur donnée: 5 iy B eos pO, Le long de Pentrefer, pour 8 queleanque: B= fie” 8 cos pb. Dans entre. e champ est. eepartition spatiale sinusoiale (figure 6.18). dianétrale électrige du M Rotoraané: ® eg ak a LsPogu'\ ys Bipolaire Equivalent Figure 6.18 Figure 6.19 Si les reperes stator et rotor ne sont pas confondos (igure 6,19), le champ radial dans Hentrefer peut sérite ino” By COS pO = sso!" By COs pO ise! By cos pO= 0. 90 @ Deuxieme partie Machines synchrones Leabsersateur stator ou rotor soit un champ fixe, ada en tous points de entreter fgg = lige!" = ye", a partition spatiale sinusoidale autour de Pave du rotor Fx. Au poime M, le champ est-garatérisé par ume fonction sinuseidale de espace B= tis By 608 O03) = fig By COS 10 6.7.2 Champs pulsants Un champ pulsant est un champ mas: gue radial W'enteeler, 2 repartition spatiale cos1@,F — 1) parcourant une bobine di ale, proddit par un courant altermanit i= TV art néirale élecingue du sotor maintenu a Sur ka figure 6.19, en un pomnt queleongue le long de entrefer, awee es Uiques, le chump s écrit B= tinh cos 70 comeni 9 B= iige'™ B cos pO cosiat — 9: B= tise By cos pO+ 0, e014 = Les observaleurs stor ef sotor vient un champ radial en tout point et 2 tout moment, 2 repartition spatiale sinusoidale autour de Faye du eotor x. En um point M quoleongue 6 —este, le champ est pulsant,altemati de direction five amplitude masimale B eos pO 0), caractérisé par un produit de fonctions simusoi- sales de Pespace et dit temps iy By C08 B= & Xosiod — 9) 6.7.3 Champs tournants Un champ tournant est un champ magnétique radial dentrefer, a répartiion spate sine soidale, produit par un courant continu parcourant une bobine diamétrale Clectrique du ctor ce entraiuce en rotation 8 une vitesse angulaire constame Q radls, A Tinstane B= tise” B cos p Lobsersateur rotor voit un champ radial, fixe par rapport au rotor et a repartition spatiale sinusordale amour de Vx dtigure 6.204, n= ay = pa = po Lobservateur stator voit av point M1 =este) un champ radial pulsan alternati de direction fixe OM, d’amplitude maximale By, caraetérisé par Bipoiaize . tune Fonetion sinusoidale dune Tonetion ngare de Fesptce etd temps equivalent Ye on=pQ arco B= siyBy 60s pO = HiygBy cos. pO-+ pl) — 08) Figure 6.20 22 By COS. ise J eC By cos pO = ise! By. cos pO Chapitre 6 Principes de fonctionnement a vide @ 91 it aussi Te rotor em rotation vitesse angulaire ©, al, reparticion spatiale Loobservateur stator centrainant ensemble de son champ fixe Tig = lige 7e sinuswidkale We" By eos 6.8 ECRITURE DES THEOREMES FONDAMENTAUX APPLIQUES AUX CHAMPS RADIAUX D’ENTREFER 6.8.1 Théoreme de Leblanc Appliqué au champ radial pulsnt monophasé d'entrefer une machine bipokaire pour aguelle®; = et; =O, le thgoreme de Leblane conduit au point M 3 une décomposition refer rads (ournsants en sens inverse cen deus chumps . By B= ting By cOsD.t COS 0= fay I osu + 0)+ costa O11 Dans une matching multipalaire monophiasée &2p poles, chacun des p champs radians ppulsants se décompose en deus elkumps radu tourmants en sens verse, 6.8.2 Théoréme de Ferraris vane et diphasss. By et B> d'une ), Je hgorémie de Festaris conduit au Appliqué a deux chaps pulsants (entreter, orth piles asec, =0 et, rachine mulipolaine point M (igure 6.21) By = fie! By, cos ag cos pO Bie Fy cons + po) ave sity =the? Sachant que fi =F = By cehamps raliaus) allors Tye™B [eosead cos pO—sin od sin pO]= eB. cosiad — pB, expression gui caraetérise un champ radial tournant direct Dany une achine multipolaite polyphasée a 2ye poles. il y age chaps saiaun. tome tants directs donmanit 2p poles reaulierentent espa Figure 6.21 92 @ Deuxieme partie Machines synchrones 6.9 CARACTERISATION DU CHAMP RADIAL D‘ENTREFER PAR LE CHAMP MAXIMAL Les expressions des champs radiau. sont valabley pour toutes valeurs de Hou de Bn pre nant po’ =0 on ne s“inkéresse gua Seul veeteur induetiow marxin Champ tives B Champ pulsant B Champ tournant : B= TB costo G4} fe" "By 6 Ho! By Higun Ce sont les expr ns des ehamps en un point On pourra done pour étude des machines le sou! ehamp maximal riser Le champ radial U'entaeten put 6.10 CREATION DES CHAMPS RADIAUX D’ENTREFER ul fixe Un champ ca pareou Un ehiamp radial rolorique, parcourue par Un champ ie en88 par uh rotor ea rotation excite par un ‘courant continu joins deux bobines slaturiques polypositionnges, parcourues par ‘des courans polyphasés équilibrss, entrefer peut Gtr continu, 6 par une babine fixe, skatorique ou rotorique, ulsant dentreler peut étre erés par une bobine fixe, statonique ow courant sinusoidal (ournant d'entreler peu Chapitre 6 Principes de fonctionnement a vide @ 93 LA PROTECTION CONTRE . LES DANGERS DE L'ELECTRICITE Le nombre anne! dPacextents mortels par éeetmeution dans fes installations industrielles, bien que tres modes te par rapport au nombre total des aeidents di teva wen est pas moins maceeptable. La plupart pourraient Sire évités par la mise en ceusre de mesures simples de sccurité relevant de Pinfonmation, de fa prévention et de Ja surwillance des installations, Le grand danger est Ia Uélectrocution A partir de 25 mA, il ya dh er morte par suite de feta nisiton des muscles. Iensié et comps de passe sont les faeteuss prineipans, mats en general evaluation du danger se Lat parla tenon, ce gut revient fae inte vomir kt résistance Rh du corps human, Elle est tres variable : 2.900 Q dans des conditions normales de tras sail dommant kx premire mite de 30V, Rh peut des- cemre a1 000.0 pour des poses tres humiles, oman la seconde himite& 24 V_ Rh peut deseendre encore plus bats le comps est mmeraé, tout ou partie. Das ce der= ner es, ne ganas se seevi d'un apparel lectrque gut pourrait aecidentellementtomber dans Tea Mesures préventives de sécurité Frois mesures concerment directement Finstallateur Gviter le comlact avec les mutériain, sous tension par inaccessibilite, isolation ou équapotentialhe — coupure automatique du courant en cas de défaut pour aapir sur ky durge wow une inseallation conforme, mais aL existe trois gerets ou anrétés de 1927, de 1962 et de 1973 toujours applicables. ‘Toute installation « conforme » en basse tension doit étre eonsidérée comme éyuivalente du point de vue de ka sécurte Installations basse tension Filles congement ls installations pon des tensions alter natives de 30 8420 V Dans tout apparel électrique, on doit distinguer los pases sous tension qui sont normalement isoks Seuls les eaprages, bulas, collecteurs et agues sont axceessibles lo neuire dir réseau en polyphase, qui est de pots Variable Cl est ioe, D dhlférence de potentie est imposse ~ ir masse forme parla eancasse de protection, dincete nent accessible, el lige & toutes les patties fesreme sunecques coustiant la nachine 7 isle Fonetionnement, seule ka Arrété de 1927 et décret du 4 aout 1935 (neutre isolé, masse a la terre) Le eas des installations & neutre isolé requier! une preci. sion, On pourrait eroise que Pisolement du circuit BT lant paral, aucun courant ne peut se refermer par La tere ef qu'il n'y a done aucun danger. Fn réabté, tout circuit est en flaison avec la terre par Pintermédire isolateurs, de capacités ou dinluctances reparties par Te fail que les fils, par leurs installations, eStoi montanis metalliques de amen En cas de détant unique, il n'y a pas de eros da inumeédial, car Pinapédance de fiites réparties est faible Les Figure 6.22 94 @ Deuxitme partie Machines synchrones nai par conte, au second détuut, méme Gloigné sur ka ligne, le courant prendd une valeur Glevée et se par Fintermédiaire des deus ter Circulaire de 1963 (neutre isolé, masse ala terre) Loarété de 1927 ate comple par la eirculaire du 7 a 1963 faisant ressortir que la seule mise & kt terre des masses n’tait plus eonsilérée comme une prote suflisunte, Lorsque fe neutie dune installation 1'est pas ims i ment dle installation par un dispositif sienalant automatique nent Pexistence dun détaut d'isolement est abligatoin Ty a done nécessité de mesurer le courant dle cétinut et de conisbler Sa valeur pour intervention réparatnice, Fn cas Wapparition d'un dewxitme détant sur un des conduct inimgdiate Aetucllement ks norme NF C 15-100 préeise Mexéeution et Pentretien des installations cle premigre ca Le neutre peut tre isole ou rclié a fa terme ft avers une impedance Z. [aa masse est mise directement al terre Les prises de tere peusent Gre distinetes. ou confon- dues. La mesure et la surveillance du courant de défaut permietient Uintervenir a la premigne anomalie Le cas du neuire reli 3 fa teme par une impedance Z: permet de limiter fe courant Fors du premier dStant. Le contrike de Paugmentation da courant de fuite permet Wuleotifier Pineident, L’apparition Pun dew distaut névessite la eoupure [Les disjoneteurs diffrentiels normatisés assurent pure clans un temps inférieur 0.1 pour tout courant de ‘element & ta terre, Je come per » de [a ligne, la coupure du cizeuit doit éire 1K ON My Figure 6.23 «lsfaut supérieur au seuil de fonetionnement thorme NE €62-4125, Décret du 14 novembre 1962 (neutre ala terre, masse a la terre) Le noutre est relig directement tere Ja masse est relige direetemient et sparément a la terse dnorme NEC 15-100), Figure 6.24 est le eas de toutes les installations publiques de dis tribution BY cn France ot de ke plupart des mnscallations, cexistantes alimentées par des postes de dansformati HTT privés, le point neue BY Giant directement liga la terre, Arrété de 1973 (neutre a la terre, masse au neutre) Le neuire est relié directement fa terre. La masse est rele dhrectement sat neutre, Figure 6.25 Chapitre 6 Codes de liaison a la terre La pi la secamle celle de fa masse IT appelée « noutre isole terre TPappelée « neutre ta tome later. IN appelee « mise am neutee a neutee Une machine fixge aur sol est pas consdérée comme mise la terre, Une prise de tere normalixéy ext indie pensible mere Jette andique kt station du nneutre iso, masse a kt Hneutre a la terre, masse poutre a terre, masse Principes de fonctionnement a vide @ 95 Conclusions I ’esiste pas une solution universelle, Chaque mode exploitation aun domaine euilisation peupre. Dans je chuix et iectement unven aljentil precede, le spécialiste électricien que vous étes loute entreprise, un e La persistance du premier défaut est toujours clue a ier défaut peut provenir d'un contact entre phase et masse dans une machine, Il doit ire détecté par le contre du courant de ite. Le pm snier défaut peut provenir d'un edible deéfectueun, seu tune surveillance visuelle aurait pu le dtecter Sie second détant ne met pas en cause un ne bua J coupare du circuit est imuméatiate, many le dame est ingvitable Sil met en eause une personn wence. Le pre Cahier d’évaluation POINTS-CLES Hypothese de ta répartition spatiale sinusoidale C'est Phypotése réaliste indispensable pour Péuuxle de toutes les machines tournentes, Les einstructears sath cchent a.se rapprocher au mieux de cette repartition pour oblemir des Im, sinusoidal, FE La fm, aux bores dune spire aux bornes Cune bobine ddstorminge par kt par laspire, La valeur maximmale dee est condi- tionnge parle produ Oy ys. Conception du triphasé, du polyphasé Un aamant eéngrant un champ mduction a ne spatiale sinustidale et oun bobine, cre une £.6.n, sinusoidale monophasse erement devant une ‘ny bobines placées révuliérement stor de Paimant sont le sitge de £€ m. m-phasces Vitesse mécanique et vitesse angulaire électrique [La pulsation électrique de ka fm. dune machine syn lirone multipolaite cépend dé la vitesse de rotation migcanigue de In machine et du nonnbre de pares le piles. a= pQ, Machine bipolaire équivatente Quelle que soit fa machine multpataire étudise, on aura intéréi& se ramener a une machine bipolaire équiva- lente Représentation veetorielle Toute grandeur temporelle Smusvidale de pulsation @ peut Cine représemtce dans le plan complexe parla to jection insiantange sur un aye dun yecteur tourna ‘vitesse angulire 0 ral 96 @ Deuxieme partie Machines synchrones Axes de lectures simultanées Ces axes de lectures. tripositionnés, permettent i patir Cun seu vectear tourant de Tire instantanément toms les scales triphinsés Swmme de trois vecteurs temporels < tournants ~ pul saunts (cas du triphasé) es urna triphasés est null La Somme de trois veeteurs pulsants triphasés et tipusi- tionngs Camphitude Fest wn vecteur tourniant d'ampli- 3 ules Champ magnétique radial dentrefer Pour Métude des machines. on caraetérise le champ radial d'entrefer par fe seul champ maximal défim pour 0=0. FICHE MEMO aa Vitesse angulaire = Brains 01 0= 8:40 By yg = NtrAnin oo lectromotrice a 01: =B Seb =H coso a ont [ec =dm@) @ =H S = MF Mux appa rent masini Des fan, triphasées éerivent Sev 2 costar eee eee Préquence, vitesse, angler électrique et mécanique Sec PNouss = 2n f =2npN = pO ale Oni angle Oi. = Ps Somme de vecteurs T Axede lecture Veeteurs pulsants Eth Figure 6.26 Expression des champs magnétiques radiaux. Champ fixe b iso ycosty8— pQs) Champ putsant eB, cos(pO + pO jcosiend — @} Champ toumant B= rise" Py coer ~ p8~ 8. Chapitre 6 QUESTIONS D’ENTRETIEN ey 6.1 Pourriez-vous donner sponkanément les expressions w= nf = 34 rade > p.N winin = 3000 Vitesse de rotation naturelle dex turbines + Turbine & veour + Turbines hydrauligues, alternateurs ~ de haute chute, 1 0000 tm > wou 2 vapeur, 3000 usmin —> j= 1, bipolaire turbo-alten ants = 3 hexapolaire =6 piles, aan fil de Peau, 300 telmin > p= 10,2, 20 pole = 75 timin— p= 40, seteur d'avion, de 6.000 & 24.000 tein —>_ = 400 1 + Airbus A340, 2 réacteurs—> 2 altemateurs tétrapolaires de 120 kVA. 7 = 80 pies. Possédant une turbine & wa de puissance adggute nous construirons un turbo-alternateur pol ‘Se Faison le choix des emroulements répartis, 2 SING, tfilsiphase avecun fil par enenche dy = B.S spires diamétrales 1. nombre d’encvelies par phase de deux spines successive angle electrique de décalay & coellivient de bobinas ‘ny nombre de paires W'eneaches par phase 0. on a positionns Notons qu’avee ee choix de e maximal Have de la soue palate GE sur dans Mexemple dapplication du paragraphe 7.1 Chapitre 7 Structure et technologie @ 111 > Choix des maté jauy usuels, By = LST, Tensions normatisées EDF existantes » 5—10— 15—20KV ellicace S Le choi de kt tension normalisée EDI impose la suck 2 apparente par phase du bohi- En effet, la tension maximale vakint 28 ¢, il s'ensuit que le ss pour Ia tension, (Crest la surface dun appartement de type FI. EE! S Lampérage est fixé par la puissance éectrumagnétique apparente, compte tent dh hombre an ae phases désinées Ta machine état triphasse, m= 3, évaluons le rendement di eouplage 20.96, ke pase saanee de turbine étant 1.5 MW, on en déduit kx puissance éleetromagnétique app rete [Sq =A ET = A MVA] F=20000V wou F=MA,S on des grandeurs elficaces Ey et 1, Se Chois du type de boi On pourrait constituer le bobin: 24 amperes ou par plusieurs fi éme seeti wge par un seul fil de section sutfisante pour supporter identiques montés en paralléle el ayant su (otal kt Pour des rarsons Geonomigues, nous chiorsissons ft deuxieme solution en Uupihisant des fils normalisés el ealibrés disponibles sur le marebé et done moins cotiteus ai'acht SM Choix des fils condueteurs normalisés et eahbres Fils de cuivre Fil de eutvre de rsistivtép = L610-80,/nn/n2, de diametre normmaliss et clint {= 16/10 mmm pour les machines industrielles de puissanees moyennes. Avec kes isolants 18/10 mm autorisant 6 A etticacesimm de sectinn cunsre pour une durée de vie de 40 0Ohen classe A (lemperature masimate de 105° au point chau. Cet isokint industriel de clisse A est pew cofiteus 2 C6ts Ges isnlants de classe F.BAFLITC plas codteus, mais qui supportent des rempératures plus levees Surface des ily = ro? = nO! = 2 mm? autonisant 12 A efficaces \ Détermination de la section euivre et du hobinage Les enroulements seront constitués par deus bobinazes riphiasés ilentiques et ditnets momtés on paralote. Chacun sera eonstitué par un fil de euisre de section 2 nnn? sup portant 12 amperes elfigaces Les deus bobinages seront ph imal dP encoehes par obi ees obin Vl <é< dans les memes encoches pour avonr un nombre masi= en vue de rédurre fy longucur du rotor, Caleulons un de 'S pour leguel nous avons 7 = 4/2 pares deneochesiphiase, Aver etieache, alors 4 flsiphase = 4, encochesiphase. 112 @ Deuxieme partie Machines synchrones S Compromis acceptable Un ealeul de mnachine nécessite toujours des allers-retour cans les choix arbitraires sue- ccossils jusgu'a river aun compromis aveeptable (On doit satisfane par phase poisque Kes spises sont diamétales fils tis par phase) = w, (encoches par phase) —d(diamete) Elon Bien sion réponddait aan. impositions en prenant 4 = 2, une seule spire allows k = aivee le dtametre limite d= [man trouverait Z = 60 m, ee qui nest i aeceptable ni fyctlement eéalisable, ati Ul \gueur du roKor quement possibh De nombreuses solutions aceeptables existent en choisissant a prtori deux des trois valeurs de 4, d ou Z ce gui explique que pour un méme marche les eonstructeuss pro- posent des solutions bien différentes en apparence % La vitesse tangentielle imposera le diamétre maximal du rotor 2 cause de ka three centrifuge (figure 714) Fn tenant comple de épaisseur de Mentrefer, an pourra fiver Malésage di stator, dit migtre mtéricur du stator. Lgpaisseur de Pentfeter dune machine synehrone est le rst tat Cun compromis + pas trop gfand sinon fe courant masnetisant est trop mpartant wr rus pour oben inuction ngcesaie, pas yp petit ino indetane = el ha ree wnce LO sont trop importantes, Wy w Vitesse tangentielle Rotors Xe Torba Aliematest vlan Figure 7.14 Chapitre 7 Structure et technologie @ 113 Diamétre du rotor Pour un turbo-aliemateur tournant & 8000 fmm, Vexpy celle game de puissance on ne peut guere dgpasser unt rayon de $0 em dormant tune vitesse tangentille limite de 7 = 0.5314 = 157 m/1= 568.2 kunt et one acceleration centripote de fr avec. ¢ =981 m/P, que doivent supporter les bobinages rotoriques. Rappelons qu’un pulote supporter masinum 7 ¢ et qu'on sakmet 0,5 g dans les transports Ja méme vitesse tangentille ite applique aux machines mullipol lesquelles V = RUDya. df = RQ.awee = PAD. Fn consequence R= pr. Une machine mulipolaire & 20 pales grat un ayo maximal = 10¥ Sm dou le nom ahiemateur volt Une autre limite mnportante du diam@ire du rotor est eanditionnge par ka vitesse langentielle pour ne pas alteindre kx vitesse dur som de 300 mis et les vibrations S Choisissons arbitrainement, pour réduire les problemes de cage ce collage et det tage, de limiter ke rotor & un diamétre iaférieur 30.5 m alors. Fo = V ~ 78.5 m/t = 2826 kmy/h.7 = 2.5122, 1 prenons un alésage statord =0.5 m peemettant de pi poser un encochase possible pour le skator (figure 7.15), des fils actls dans les encoches, Collage de pitees ew rotation, Fret ligotan » les fuisceaux pour renforcer Leur résistance Figure 7.16 ‘On appelle généralement cx le pas dentaire en radians. roLI"Geartement dentaire et 1 Te Dome ld amuses son hs On fixe on gee artemont dena r.speriouean double dela reer ede ene coche lose es pou pene an ase ue one ene mange Bs Jens ef pour Rworiser Ie passage du flux magnétique. Se Choisissons Pécartement dentaire de manire raisonnable, r6— 0.016 mt pour loger Je maximum «eneoehes et prenons f= 0,006 m Ligure 7.16), 114 @ Deuxieme partie Machines synchrones Le chon de Penenehage impligue Pépaisseur des tes Sate Le saviez-vous ? riques. Cette proposition d’encochage donne KR Quarante ans d’évolution de Ia taille ro 0.016 des groupes turbo-alternateurs 1 devant étre pair (autant dalle que de retours) divisible 1940 3 BRN par Gos pour une machine tiphasée et divisible par p pour une mulipolaire. nous choisissons m= 90 et 1955, 750t 125 MW garderons la méme encoche /. = 0.0061 pour recalculer 1961 1000+ 250Mw 1968 2000+ 600 MW =0,0175 m. du stator permet €galement de caleuler les cook p 1877 [Bminudeaire}] 4200: 1 000 my fictents déterminants du bobinage répart 1609, et & 1982 49001 1350) En ne mettant, pour le moment, yu un fil Abrin} par ence, «on “ ddstermine 4. par phase = 20 encoches, dew. a deus diame Diaprés J.tedereg, Lére nucléare, Edtions du tere Us par pluwe = 20) enwoctes, dey deus a Peet trates le nombre mt de paies dPencoches par phase, angle elec trique @ de dé cients de lat fan, we de deux spires suecessives et les goelli- Toutes hes eneoehes état uilisGes 1éphase = fils par phase on _ Sinaeng/2)_ SineR/OY yay 2 m0 Sinigydy Sint 90) n= DS =049 = kFe004 00s for =m = HF] = 14.33o6y costo = 0:69) M1. = 60. Avec un fl par enedelne, L serait de 8.27 mn, Cette valeur de Lest maveeptable pour le cahier des charges, La mise en place da second bobinage triphasé identique, monté en parallele, permestra d'alteindre 2,12 24 effieaces mais ne raceoureira pas lt longueur £ rotor. HL faut, sans remetre ce cause cv Second! bobinage, augmenter«abord Le nombre le spires lu premier bobi- er L sans changer $= 60 mr. B- ‘> Multiplicité de Penroulement permetiant de réduire ka lon 3 gucurZ du rotor Au fieu de mettre un seul brin, om peut placer &y = 4 fils par tencoche, les dimensions avec f. = 0.006 m et P, profoneur de Feneeehe que nous choisirons ultérie igure 7.17) Dans ehcume des it. =30 encoches par phase préeédentes remplagons un bri par un faisevau forms de ks = 4 fils, La sur le permet esi face apparente maximale du bobinage qui stait AE S devient Figure 7.17 ee Te anor Tes harweS [Le nombre total de fils sur le pourtour du stator est WAM = BLAM se du second bobinage permettant datteindre Pashia obinase 1% 7 Figure 7.18 Pour le premier bobinage, il y avai = fils par eneoche, (On pourra prendre une eneoche plus profinde P, = 0.012 m permettan de placer hunt ils isoles cams chague eneoche. Chapitre 7 Structure et technologie @ 115 ot compatible 360 fils acts LV Sag Refroidissement des alternateurs de grande puissance Valternateur est dans son principe une machine simple : une bobine d'électroaimant tourne devant un bobinage fixe delivrant & ses bornes un courant électrique que lon envoie sur le réseau. Aux puissances atteintes, un refroidissement est nécessaire. La machine tourne dans 'hydrogéne sous pression. La circulation de ce fluide est sutfi- sante pour refroidir le rotor (conducteurs et t6les magnétiques). C'est insuffisant pour le stator que l'on refroidi par circulation d'eau dans les barres conductrices creuses, Avee les 4 fils supplémentaires, on peut réaliser le second bubinage néeessure, en tous points identigue au préeédent, et coupler en parallele les & nic le début désiné de 24 A efficaces pour les deux bobinages (figur 6A am Nombre total de fils sur le pourtour statorig Remargue :Ce prot w'a pas tx prevention site ealisable en pour ube- 4 MVA Lal veut simplement monirer fe mecanisme sles compromis en ne s"inkéressant prineypale= mnt yu’ Paspect implantation des ba nes, 116 @ Deuxieme partie Machines synchrones Machines bipolaires équivalentes Avec une machine Wiphasée mullipoluire 2p poleson disposera dep phases Mlemtiques que Vom pourra monter en série ou en paralléle selon gue Pon cherebe a favoriser la tension oat he débic. On deseloppera les caleuly des f&m, dPenroulements répartis de préférence sor kt machine bipolaire équivalente disposant du méme nombre dencoches qurune paire de poles de fa multipole, Pour le nombre d'encoches de ka bipolaire éguivaente, eboisissons de exprimer pari, ce qu signific, la machine étant triphasse, que chague paire de poles dis pose de 1/2 bobines par phase On premira la née vitesse Rapr Pour ka machine bipolaite €yuivale — de miéime rayon que la mullipotaire alors les an or ent ese conserve setielle réelle limite, V = re = RQ= Reo/p soit je, on peut prenare un stator les électriques et Te pas demtaire (lee ique} R — oude rayon sr = = alors les ang! +s Clectriques, fe pas dentaire électnigue ed ment dentaire (électrique) P= — RX se conservent Puissance électromagnétique apparente de la machine La féam, obtenue sans la machine es donnée par la lot de Farhi. ¢ = Bd «1. Elle «depend des formes, des dimensions, de induction et de a vitesse. Elle dSterming ta enston cate ils et impose isan et tenaedihctigue des sols Le courant dépend de la section de cuivre, Il est responsable des pertes Joule et de la enue thermique des isolants qui nécessitent iu mise en place du velroidissement el determine Mechautfement fant fa dunse de vie de la machine en tenant compre de ka classe des 10 nis (loi de Montsi 3 Ga.oT Sin = 3B = Dans les applications, © sera toujours mégulé ef le debit contrdlé pour respecter fe courant Domina indiqué sur ka plague et assurant kt durée de vie normale de Ia machine Expressions de Sanv Evy 2 et Som Susface apparente maximale par phase “ficient de bobmage ky: nombre de fils par encoehe Composant un seed te nombre denenches par phase ny =: nombre de paires deneoehes par phase = Lad: surface une spire diametrale Fem. a vide maximale par phase Ev By sanction maximale par pole @=314 rive 8 Bo=6 © Chapitre 7 Structure et technologie @ 117 Expression de la puissance apparente électromagnétique d'une machine triphasée Le saviez-vous 3 phase Sw = 3B al = [ant a Le Prix du kWh en Europe 3 Sy Ba abhi lly a de grosses differences sur le prix de Félectric ‘6 entre les pays européens (350 "%). Le prix moyen HLT est de 0,099€ par kWh et de 0,138 TTC. (D'aprés Observatoire de Energie — janvier 2003) x (A/mnr.smnr 7 courant efficace de debit par fil de ligne =k, seetion du fil x64 fm? Ap: nombre de bobmages idomtiques mons en parallel 250 flux apparent masimal = Mj i dans une spire, Om = ie : " ~ dans 1/2 spires masses ou on ans 92 esas va = denis 1/2 spires réparties avec ky spires Massées par pare — goals oncoches su tn 7.7 TECHNOLOGIE DES MACHINES wv SYNCHRONES ide bash On distinguera Jes machines a poles saillamts, choisies en fonction du nombre de poles correspondant au dtl turbines hydrauliques. Elles se touvent, cel das les usines de « aute chute — les machines & poles lisses principalement entrainées 3.000 «r/min par les turbines a esses de rotation des euler, ans les usines « au fil de Pea ‘vapeur des centrales thermigues ou des centrales amelie, Rotor a pales sailants Rotor a péleslisses (2, penser plas 8 re 7.19 Figure 7.20 118 @ Deuxieme partie Machines synchrones 7.7.1 Machines synchrones a péles saillants Alternateurs volants [our denomination provient du volant d'inertie présente par ee type de structure en rotation, ‘Machine synchrone hexapolaire Ennoglement dune seule jpliase representé Figure 7.21 Chapitre 7 Structure et technologie @ 119 Photo 7.1 EDF. Centrale marémotrice de la Rance Maintenance sur un rotor ealternateur volant ‘A vue, on peut estimer 2p = 60 péles dormant une vitesse de rotation de 100 toursiminute. Photo 7.2 EDF. Centrale de Marcillac Alternatour 4 péles saillants, axe vertical Rotor at stator 18 750 KVA 10 500 V, 600 toursiminute ppaites de péles = 5p = 10 pales 120 @ Deuxieme partie Machines synchrones Photo 7.3 EDE. Serre Poncon. Ancienne usine de Sainte-Tulle Injecteur hydraulique Turbine Pelton, non reversible, 2 axe horizontal, La turbine Pelton, a augets en forme de culleres, est une adaptation du principe des moulins 4 aubes pour des debits sous tes forte pression, Photo 7.4 EDF. Aménagement hydraulique de la Durance, Centrale de Sainte-Tulle Chapitre 7 Structure et technologie @ 121 Photo 7.5 EDF. Centrale hydraulique de Pragneres ‘Machine synchrone & axe vertical couplée & une tur- bine réversible Kaplan. Fonctionnament en alterna ‘eur pendant les heures de pointe. Fonctionnement fen moteur synchrone de nuit en proftant de la matche inintetrompue des centrales nuceaires. La turbine fonctionne alors en pompe pour remanter eau dans le barrage de Cap de Long Photo 7.6 EDF. Centrale hydraulique de la Coche ‘Vue du stator. Usinage du corps de la turbine, turbine reversible Kaplan a axe vertical 122 @ Deuxieme partie LV Seg Le programme nucléaire L’énergie nucléaire est devenue en France la principale source d'électricits fournissant plus de 60 % des besoins des 1984. Apres les essais menés depuis 1956, 8 Chinon, Saint- Laurent des Eaux et Bugey, le premier pro- gramme de seize tranches de 900 MW’ fut décidé le § mars 1974 et suivi d’un second programme identique. Framatome construi- ra les chaudiéres nucleaires et Alsthom sera le fournisseur unique des groupes turboalter- nateurs Le saviez-vous Les réacteurs PWR Soixante quinze pour cent des 500 réacteurs existant dans le monde sont des réacteurs PWR a eau sous pression. Plus de 100 sont ins- tallés aux Etats-Unis. En France, parmi la vingtaine de centrales totalisant 58 réac- teurs, Paluel, Flamanville, Chooz.. sont de cette categorie Machines synchrones 7.72 Machines synchrones a péles lisses Turbo-alternateur bipolaire Rotor a pales lssos Enraulement a bobines concentriques, 2 encaches pat pale (p35 = 10"), ‘nconducteurs pat encache. Chapitre 7 Structure et technologie @ 123 Turbo-alternateurs Leenroulement inducteur roterigue, parcoura par on courant continu, peut éire a bobines concentriques on & bobinnes égales décalées pour donner ka niéine repartition de fan.n, dans Frentrefer-montrant quo souls les fils acts ccomptent (voir conception du bobinase rSparti a pararaplhe 7.1) Réparition de la force -magnétomosriee dans Penteter Wun turbo alternatear bipokice vee uit ator a pOles fisses. Menroulement est 2 bobines coneentriques, 12 encoches par pole {pas = 10), 4 conductors par eneoee igure 723) Méme earaetéristiques mais enruement & bobines décaes gure 7.24), Photo 7.7 EDF. Centrale nucleaire de Nogent-sur-Seine, Visite décennale d'un rotor de turbo-alternateur de 1275 RW mis en service en 1985 Figure 7.23 Figure 7.24 124 @ Deuxieme partie Machines synchrones Photo 7.8 EDF. Salle des machines de la centrale nucleaire de Saint-Laurent des Eaux. Preparation d'une nouvelle tranche de 900 MW en 1981, Les installations précédentes concernaient tne tranche de 480 MW en 1969 et deux tranches de 515 MW en 1971. Chaque tanche concerne deux ‘groupes turboalternateurs. Photo 7.9 EDF. Centrale nucléaire du Blayais ‘Vue générale d'un turboalternateur de 910 MW en cours de mon tage. De avant vers Tariee, le corps de haute pression et les tris corps basse pression de la turbine, puis Valternateur. A avant so trouvent la machine de graissage et le vieur capable de fare tour ner ensemble a basse vitesse, Laligne d'arbre mesure 73 m de lon: gueur Chapitre 7 Structure et technologie @ 125 Diversité des filiéres nucléaires On peut denombrer six filigres principales caractérisées par trois éléments distinctits —le combustible : uranium naturel ou enri- chi, plutonium ou thorium, ~le fluide de refroidissement, eau, gaz car- bonique, helium ou sodium, ~ |e modérateur, servant & doser I'énergie des neutrons émis lors de la réaction en chaine : graphite, eau lourde ou eau ordi- naire Photo 7.10 EDF. Centrale thermique de Porcheville Pour la méme disposition de fils actif, des bobinages différents ne donnent pas les mémes développements de tétes de bobines. Chaque ‘onstructeur peut avoir ses preferences, La tonne équivalent pétrole Pour 'ONU, Organisation des Nations Unies, en brilant une tonne de pétrale, on dégage 1 tep soit 11 500 kWh de chaleur. Pour OCDE, Organisation de Coopération et de Développement Economique, comme pour les producteurs d'électricité et pour le France, 1 tep = 4500 kWh d'électricite Liélectricité est une forme noble de énergie, directement transformable en travail dans les moteurs, Pour la fabriquer & partir de cette forme degradée de energie quest la chaleur, le principe de Carnot interdit une conversion totale de [énergie et en brilant 1 tonne de pétrole on ne peut produire que 4 500 kWh dilectricite 126 @ Deuxieme partie Machines synchrones 7.7.3. Enroulements statoriques des machines synchrones ~ Enroulement — Enroulement de la phase 2 === Enroulemens de la phase 3 A gauche : Vue frontale d'un enroulement trishasé 2 ples, 26 encoches, en bobines par pes. droite : Yue frontale d'un enroulement triphasé 4 poles, 24 encaches, en bobines par ples conséquents {hag pase composts bates pa pire depen E on fant ev babies pe GEL = Figure 7.25 Chapitre 7 Structure et technologie @ 127 Enroulement en bobines par pales pi Ennoulement wiphase 2M encoches, Les bobines Glémeniaires concentrigues sont réalisées sur des gabatils différents. Trois fonmes de (tes de bobines sont ngcessaares pour éviter les imter se con phe ims forse em Figure 7.26 Enroulement en sections par péles Enmulement uiphasé, 2 pales, 24 encoches. Les sections allant de gaucie & droite sont coudges ds la sortie et a Purrivee de coche pour élre dans un phi different des sections alkant de droite & gauche. Figure 7.27 Pour une bonne lecture ef une compréhension des sehgmas, kes babin sentgs quvavee un seul Bl p wges ne sont repré= len aGalié on disposera de &, fils par encoehe. 128 @ Deuxieme partie Machines synchrones Enroulements en bobines par péles conséquents Eneoulement triphasé , 4 piles, 36 encoches Pour tes cnroulements en bobines par pikes conséquctts deux formes de tees de bobines sutfisent, Boss Figure 7.28 Enroulements en sections par péles conséquents Fnnroulenient triphasé, 6 poles, %6 encuches, Photo 7.11 EDF. Centrale nucléaive de Penly Intérieur du stator de l'atemateur de 1230 MW. On dis- ‘tngue en bout du stator les liaisons electriques des conducteurs actfs pour former les tates de bobines. Pat conve, on voit parfaitement les canalisations d'eau de refroidissement des barres conductrces creuses. Chapitre 7 Structure et technologie @ 129 7.7.4 Forces magnétomotrices créées par les enroulements Fm.m. créée par un enroulement en sections par pales conséquents Enroulement triphasé, 2 poles, 18 encoches, pas diamétral, se, conducteurs par encoche. He bobinage est représente avec ky = 1 —— ASI Ms at Ts Limage du secteur électrotechnique Ayant vu le jour au début du siécle, et bien quien progression constante, ’électrotech- nique n'exerce plus auprés des jeunes, ni aupres des medias, attraction des disciplines nouvelles. Pour le grand public, Ia course a la miniaturisation des telephones portables se constata et est le résultat d'un progres constant, En revanche, la montée en puisan- ce des altemateurs, échappant au regard immedist, n'est pas du tout ressentie comme telle.... d’ailleurs on fabrigue toujours le mame appareil ! lI stensuit que image du secteur est globale- ment négative, plutot de type traditionalists a faible évolution alors quill est une des sources principales des progres actuels de notre societé Cette image est dommageable. Le risque est Figure 7.30 grand de voir 2 courte échéance ce secteur particuligrement sain par son fonctionnement sans faille, rapportant des devises a la nation, ne plus attirer les étudiants de valeur et en nombre suffisant dont ila besoin pour conser- ver sa position technique internationale. 130 @ Deuxieme partie Machines synchrones Emam, créée par un enroulement en sections par pdles conséquents Encoulement tiphasé, 2 péles. 12 encoches, pas diam e. Le babiniage est repnésents awee k A, condueteurs pare Figure 7.31 Chapitre 7 Structure et technologie @ 131 Fm.m. créée par un enroulement en sections par péles. Faroutenen iiphas, 2 pes, 12 encoches, pas raccomre DT SCT ag Kconducteuts par encoche Le bobinage représemté ave un sout fil donne £, Le troisiéme programme nucléaire francais En remplacement des centrales actuelles arti- vées a terme, la troisieme géneration des centrales nucléaires comportera des réac- teurs de type EPR a eau pressurisee Un premier réacteur de mise au point, non ne iG) couple au réseau, sera réalisé par Aréva, Siemens et EDF, de 2004 2 2007, sur le site de Flamanville Prévue pour 2017, cette troisiéme généra- tion, plus sare, moins polluante, devrait per- mettre de couvrir les besoins électriques des années a venir jusqu'en 2040 Phase 1: 1-6-27-1-8412-7 Phase 2: S:10-6-11-5-12-4-14 Phase 3: 9-2-10-3.9.4-8-3 Figure 7.32 132 @ Deuxieme partie Machines synchrones Emam, créée par un enroulement en sections par péles Fnnroulement triphasé, 2 poles, 12 encoches. p , condueteurs par eneoehe, Le bobinag longé. cn soul fi denne £, = Phase 1: 1-8:293-82 Phase 2: 512-617-2611 Phase 3: $-6-10-5-11-410-3 Le pas raccouri comme le pas allongé donne une fmim. plus faible qu'avec le pas diamétral, mais plus «sinusoidale » Figure 7.33 Chapitre 7 Structure et technologie @ 133 Cahier d'évaluation POINTS-CLES _ FICHE MEMO Enroulements répartis Dans toutes les snachines, seuls kes eunuulemenis néparts| pemetient Coblenir des £m, guasi-simusnidales, Lat ‘conception de Fencochage, puis kar ment doivent alors réponre um caer des eb Kéan, donnée par un enroulement réparti La mise en série de spires nguligrement réparties, don nant une £m. plus proche dune simusoide, entrain fa duninution de Pamplitude maximale de eette Lan, dans tut rapport &, eneffiient de bohinaze Flux recu par une spire d'un bobinage diamétral Dans le cas d'un bobinage dkamearal, le ealeul du fax a avers une surface eourbe donnée pour une induction i partition spatiale sinusoidale peut ae oblenue par le ccaleul du tay donne par Pinduetiom magimale & travers la surface droite diamétrale (igure 7.71 Ameélioration de la fié.n, réelle [Les constructors proposent des amélioations pour se rape prochorau pls pres de fa forme stnuseidle pour ka Lea,

Оценить