Вы находитесь на странице: 1из 16

Université Mohamed Premier Oujda

Faculté des Sciences Juridiques Economiques et Sociales Oujda

Les Bases de Données


Relationnelles

Master Informatique Appliquée à l’Economie et la Gestion

Matière : Gestion des Big Data

Nom et Prénom :
Professeur : M. MERZOUGUI
❖ ABDOUHOU salti fathyatou Mohammed
❖ ABDOUS Siham
❖ AYADI chorouq

Année Universitaire : 2018/2019


Introduction :

Au début des années 1960, il y’avait beaucoup de problèmes au niveau des systèmes de fichiers
et la gestion qualitative et quantitative des données informatiques n’était pas bien assurer. Ainsi
vers la fin de l’année 1960 il y’a eu la création des BD. Les SGBD sont des applications
informatiques permettant de créer et de gérer des BD (comme ORACLE ou POSTGRE SQL
par exemple).
Les BD relationnelles, issues de la recherche de CODD, sont celles qui ont connu le plus grand
essor depuis les années, et qui reste encore aujourd'hui les plus utilisées. On utilise des SGBDR
pour les implémenter. Le langage SQL est le langage commun à tous les SGBDR, ce qui permet
de concevoir des BD relativement indépendamment des systèmes utilisés.
Les usages de BD se sont aujourd'hui généralisés pour entrer dans tous les secteurs de
l'entreprise, depuis les petites bases utilisées par quelques personnes dans un service pour des
besoins de gestion de données locales, jusqu'aux bases qui gèrent de façon centralisée des
données partagées par tous les acteurs de l'entreprise.
L'accroissement de l'utilisation du numérique comme outil de manipulation de toutes données
(bureautique, informatique applicative, etc.) et comme outil d'extension des moyens de
communication (réseaux) ainsi que les évolutions technologiques (puissance des PC, Internet,
etc.) ont rendu indispensable, mais aussi complexifié la problématique des BD.
Les conséquences de cette généralisation et de cette diversification des usages se retrouvent
dans l'émergence de solutions conceptuelles et technologiques nouvelles, les bases de données
du mouvement NoSQL particulièrement utilisées par les grands acteurs du web.
Donc qu’est-ce qu’une Base de Données Relationnelles ? Comment ça fonctionne ? Que
diffèrent les BDR aux autres Bases de Données ? Et quels sont ses avantages et inconvénients ?
Pour répondre à ces questions, nous avons abordé le plan suivant : On a commencé par la
définition des concepts clés, ensuite le fonctionnement des bases de données relationnelles,
comparaisons avec les autres BD, et enfin sur les avantages et les inconvénients de cette base
de données.

1
I. Définition des concepts clés : donnée, système de gestion de
bases de données, base de données

A. Système de gestion de bases de données (SGBD)

1. Définition
Il désigne un logiciel informatique permettant le stockage, la consultation, la mise à jour, la
structuration ou encore le partage d'informations dans une base de données.
Il garantit en outre la confidentialité et la pérennité de ces données. En effet, il n'y a
d'intermédiaire ni entre l'informaticien et les données, ni entre l'utilisateur et les données. 1

2. Exemple de SGBD

✓ Oracle est un SGBD relationnel et relationnel-objet très utilisé pour les applications
professionnelles.
✓ PostgreSQL est un SGBD relationnel puissant qui offre une alternative libre (licence
BSD) aux solutions commerciales comme Oracle ou IBM.
✓ Access est un SGBD relationnel Microsoft, qui offre une interface graphique permettant
de concevoir rapidement des applications de petite envergure ou de réaliser des
prototypes.
✓ MongoDb est un SGBD non-relationnel libre (licence Apache) orienté document.
Il permet de gérer facilement de très grandes quantités de données - dans un format arborescent
JSON - réparties sur de nombreux ordinateurs.

B. Base de données

1. Définitions

Tout d’abord avant de définir base de données nous définirons une donnée.
Une donnée est la représentation d'une information dans un programme : soit dans le texte du
programme (code source), soit en mémoire durant l'exécution.
Une base de données est ‘un ensemble structuré et organisé permettant le stockage de grandes
quantités d'informations afin d'en faciliter l'exploitation (ajout, mise à jour, recherche de
données). Bien entendu, dans le cadre de ce cours, nous nous intéressons aux bases de données
informatisées.

1Source : https://www.journaldunet.fr/web-tech/dictionnaire-du-webmastering/1203633-sgbd-systeme-
de-gestion-de-base-de-donnees-definition-traduction-et-acteurs/ Consulté le 05/10/2019

2
Plus précisément, On appelle parfois base de données tout ensemble de données stocké
numériquement et pouvant servir à un ou plusieurs programmes.

2. Fonctions d’une base de données

Une base de données est structurée afin de pouvoir mieux répondre à des fonctions
fondamentales en informatique, telles que :
❖ Stocker l'information de façon fiable (c'est à dire être capable de restituer l'information
entrée dans le système)
❖ Traiter de grands volumes de données (massification)
❖ Traiter rapidement les données (optimisation)
❖ Sécuriser les accès aux données (gérer les autorisations selon les utilisateurs)
❖ Contrôler la qualité des données (par exemple la cohérence par rapport à un modèle
préétabli)
❖ Partager les données (entre plusieurs applications dédiées à plusieurs métiers)
❖ Rendre accessible les données en réseau (gérer la concurrence des accès parallèles)
Les bases de données sont utilisées par de nombreuses entreprises dans toutes les industries.
Elles sont notamment utilisées par les compagnies aériennes pour gérer les réservations.
Elles sont utilisées pour la gestion de production. Pour les enregistrements médicaux dans les
hôpitaux, ou encore pour les enregistrements légaux dans les compagnies d’assurances. Les
bases de données les plus larges sont généralement utilisées par les agences
gouvernementales, les grandes entreprises ou les universités.

C. Application d’une base de donnée

Une base de données seule n'est pas directement utilisable par un utilisateur humain ; elle n'est utilisable
que par les informaticiens qui connaissent son langage de programmation et par les applications qui
ont été programmées pour s'en servir.
On appelle application de base de données un logiciel informatique permettant à un utilisateur final de
manipuler (lire ou écrire) les données d'une base de données.

❖ Comme exemple d’application web

Une application web est composée d'interfaces en HTML qui permettent d'écrire et de lire des
données dans une base de données, via un langage applicatif, comme par exemple PHP.

• Exemple : twitter

L'application Twitter est composée d'interfaces web permettant d'entrer des données (saisir son
profil, twitter, retwitter, ...) et de sortir des données (consulter un fil twitter, faire une recherche
sur un hashtag...) d'une base de données (Twitter utilise une base de données NoSQL Apache
Cassandra).

3
Cette base de données est stockée sur les serveurs de Twitter et elle contient tous les profils de
tous les utilisateurs, tous les tweets, tous les hashtags...

• Exemple : Compagnie aérienne


Une base de données de gestion de l'activité d'une compagnie aérienne concerne les voyageurs,
les vols, les avions, le personnel, les réservations...
Une application à partir d'une telle base de données pourra permettre la gestion des réservations,
des disponibilités des avions en fonction des vols à effectuer, des affectations des personnels
volants...

• Exemple : Application de bureau Access


Avec un logiciel comme Access on peut réaliser à la fois une base de données et une application
permettant de manipuler cette base de données pour des besoins bureautiques simples.

4
II. Base de donnée relationnelle

A. Définition

Les bases de données relationnelles ont été inventées en 1970 par E.F. Codd de IBM.
Une base de données relationnelle est un type de base de données où les données sont liées à
d'autres informations au sein des bases de données.
Les bases de données relationnelles sont constituées d’un ensemble de tableaux. Au sein de ces
tableaux, les données sont classées par catégorie. Chaque tableau comporte au moins une
colonne correspondant à une catégorie. Chaque colonne comporte un certain nombre de
données correspondant à cette catégorie.
L’API standard pour les bases de données relationnelles est le Structured Query Language
(SQL). Les bases de données relationnelles sont facilement extensibles, et de nouvelles
catégories de données peuvent être ajoutées après la création de la database originale sans avoir
besoin de modifier toutes les applications existantes.2

Note :
Le terme « relation » est utilisé comme synonyme de « table » selon Edgar F. Codd. Dans la
pratique, toutefois, ce terme est utilisé de manière incohérente, par exemple, pour désigner
les relations entre les différentes tables. Afin d’éviter les malentendus, nous éviterons le terme
« relation » et parlerons de « tables » lorsque nous ferons référence aux tables d’une base de
données relationnelle.

2 Source : https://www.lebigdata.fr/base-de-donnees consulté le 05/10/2019

5
Considérons une table client, voir la figure ci-dessous. Un enregistrement tel que la description
des données d'un client spécifique correspond à une ligne. Chaque colonne correspond à un
attribut spécifique : le nom, l'adresse, le téléphone...
Ainsi il est particulièrement aisé pour un programme ou directement par un utilisateur d'accéder
à un client précis ou de trier, ou d'extraire les enregistrements clients selon une caractéristique,
un attribut donc.

B. Rôle
Les différents services de l'entreprise, du commercial à la comptabilité en passant par la
production et le marketing pour ne citer que ceux-ci, exploitent les mêmes données. Dans les
temps immémoriaux en tout cas à l'échelle des systèmes d'information, chaque application
utilisait ses propres données.
On imagine aisément les erreurs dues à cette multiple redondance, notamment dès que l'on
commence à effectuer des mises à jour de données de références comme les informations clients
ou les fiches produits. A quel moment est-on certain d'avoir mis à jour tous les applicatifs et
cela sans erreur de saisie ? Jamais.
C'est là le rôle incontournable des systèmes de bases de données, relationnelles de préférence.
Toutes les données existent en un point unique, et les applications comme les utilisateurs
n'utilisent que cette unique source. Ils accèdent aux données grâce à un langage dédié dit de
4ème génération : SQL pour Structured Query Language.

3 Source : https://www.piloter.org/techno/support/base-de-donnees-relationnelle-definition.htm consulté


le 15/10/2019

6
C. Fonctionnement

La base de données d’un système de bases de données relationnelles constitue la base de


données tabulaire. Leur structure de données est définie par le système de gestion de la base de
données, qui est également responsable de la gestion des accès en lecture et en écriture. Les
utilisateurs interagissent avec le système de gestion de base de données en utilisant un langage
de base de données. Chaque système de gestion de bases de données relationnelles supporte
au moins un langage formel qui peut être utilisé pour effectuer les opérations de base de données
suivantes :
• Définir la structure de données : lors de la définition des données, une description de
la structure des données est stockée dans le dictionnaire de données du système de base
de données à l’aide de métadonnées. Par exemple, si un utilisateur crée une nouvelle
table, un schéma de relation correspondant est enregistré dans le dictionnaire de
données. Le vocabulaire d’un langage de base de données utilisé pour définir les
données est appelé langage de définition des données (DDL).
• Définir les autorisations : chaque langage de base de données fournit une syntaxe qui
permet d’attribuer ou de révoquer des autorisations. C’est ce qu’on appelle le langage
de contrôle de données (LCD), un vocabulaire partiel du langage de la base de données.
• Définir les conditions d’intégrité : les conditions d’intégrité sont des conditions
requises pour l’état d’une base de données. Lorsque des conditions d’intégrité sont
définies, la base de données s’assure qu’elles sont respectées en tout temps. On parle
d’une condition constante. Une condition de base de l’intégrité dans les systèmes de
bases de données relationnelles, par exemple, est que chaque ensemble de données
(tuple) puisse être identifié de façon unique.
• Définir les transactions : si une base de données est transférée d’un état cohérent à un
autre, il s’agit d’une transaction. Les transactions contiennent un certain nombre d’états
financiers et doivent toujours être complétées. Si une transaction est interrompue, la
base de données est réinitialisée à son état initial (rollback). Chaque transaction
commence par l’instruction de connexion à la base de données. Celles-ci sont suivies de
commandes qui déclenchent l’opération des données et d’une étape de test (commit) qui
assure l’intégrité de la base de données. Les opérations qui mettent en danger l’intégrité
ne sont pas commises (écrites de façon permanente dans la base de données). Enfin, la
connexion à la base de données est fermée. Le vocabulaire sous-jacent du langage de
base de données est appelé langage de manipulation de données (LMD).
• Définir les vues : une vue est une vue virtuelle des données sélectionnées. Dans le cas
d’une vue, le système de gestion de base de données crée une table virtuelle (relation
logique) basée sur des tables physiques. Les utilisateurs peuvent appliquer les mêmes
opérations de base de données à ces vues qu’aux tables physiques. Il existe différents
types de vues en fonction de la fonction de la vue de données. Les vues qui filtrent
certaines lignes (vue de sélection) ou colonnes (vue de projection) d’une table
sélectionnée et les vues qui relient différentes tables entre elles (vue composée) sont
communes.

7
L'interface standard pour les opérations de base de données énumérées ci-dessus dans le modèle
de bases de données relationnelles est SQL (Structured Query Language), un langage de base
de données basé sur l'algèbre relationnelle.4

III. Différenciation par rapport aux autres modèles de bases de


données
Un système de gestion de base de données (abr. SGBD) est un ensemble de logiciels qui
manipule le contenu des bases de données. Il effectue, sur demande des opérations élémentaires
telles que la recherche, l'ajout ou la modification du contenu.
La manière dont les informations sont organisées dans un logiciel qui utilise le SGBD peut
différer de la manière dont le SGBD présente les informations par l'intermédiaire de l'interface
de programmation. Cette organisation peut différer de celle qui est utilisée par le SGBD pour
stocker les informations sur un support informatique ainsi que par leur accessibilité.
C’est pour cela que les bases de données orientées objet et les bases de données orientées
documents se distinguent du schéma relationnel des bases de données.

A- Bases de données orientées objet

Les premiers systèmes de gestion de bases de données (SGBD) objets sont apparus dans les
années 1990, en même temps que se sont répandus les langages de programmation orientés
objet.
À cette époque, les systèmes de gestion de bases de données (SGBD) relationnels étaient déjà
bien implantés sur le marché ; mais de quoi se défèrent- elles d’une base de données
relationnelle ?
Le modèle relationnel connait un très grand succès et s’avère très adéquat pour les applications
traditionnelles des bases de données (gestion) mais il est beaucoup moins adapte aux nouvelles
applications plus complexes.
Ces nouvelles applications ont des caractéristiques différentes des applications traditionnelles
de gestion et elles introduisent des besoins nouveaux, notamment :
➢ des structures d’objets plus complexes,
➢ des transactions de durée plus longue,
➢ de nouveaux types de données pour le stockage d’images ou de gros documents de texte,
➢ la possibilité de définir des opérations non standards qui sont spécifiques aux
applications,

4Source : https://www.ionos.fr/digitalguide/hebergement/aspects-techniques/base-de-donnees-relationnelle/
consulté le 05/10/2019

8
Les Bases de données orientées objet constituent une tentative de réponse à certains besoins
nouveaux. Mais comment peut-on présenter un objet ? Et quels sont les caractéristiques d’une
Base de données orientées objet ?
Un objet définit une entité et contient :

✓ Les propriétés (attributs) requises pour décrire l’entité,


✓ les références (relations) à d’autres objets,
✓ les fonctions qui permettent d’accéder aux données stockées (méthodes).5

Caractéristiques :

✓ Le système de gestion de bases de données orienté objet (SGBDO) attribue


automatiquement un ID à chaque objet. Ceci permet d’identifier l’objet de manière
unique d’y accéder à l’aide de méthodes.

✓ Cet ID d’objet est sans état, c’est-à-dire découplé des valeurs de l’objet. Il est ainsi
possible de donner deux ID différents à deux objets avec les mêmes données (c’est-à-
dire avec le même état). Ceci distingue clairement le modèle de base de données orienté
objet du modèle relationnel, dans lequel chaque tuple peut être identifié par ses données
(par exemple par une clé primaire).

✓ Une autre caractéristique du modèle de base de données orientée objet est


l’encapsulation de données. Les données enregistrées ne sont accessibles que par les
méthodes définies précédemment. Les données encapsulées dans l’objet sont ainsi
protégées contre les modifications via des interfaces indéfinies.

✓ Les structures des bases de données sont définies dans le modèle de base de données
orientée objet à l’aide d’un système de classification hiérarchique. Dans la
programmation orientée objet, une classe est un ensemble d’objets ayant les mêmes
caractéristiques. Chaque classe d’objets repose sur une définition de classe. Ce schéma
spécifie les attributs et les méthodes de tous les objets de la classe et détermine ainsi la
façon dont ils sont créés et modifiés.

5Source : https://www.ionos.fr/digitalguide/hebergement/aspects-techniques/base-de-donnees-relationnelle/
consulté le 03/10/2019

9
B- Bases de données orientées document

Alors que le stockage des données dans des bases de données relationnelles s’effectue dans
des tables de base de données, le modèle de bases de données orientées document est destinée
aux applications qui gèrent des documents, et elle est basé sur une base de données hétérogène
de documents individuels.

Un document est représenté comme :

✓ Une valeur atomique (un entier, une chaîne de caractères) ;


✓ Une paire clé-valeur ;
✓ Un tableau de valeurs ;
✓ Un agrégat de paires clé-valeur ; et de manière générale toute composition des
possibilités précédentes (un tableau d’agrégats de paires clé-valeur par
exemple).

Caractéristiques :

✓ Les documents sont structurés mais aucune définition de structure préalable n’est
nécessaire.
✓ On peut requêter et manipuler ces documents, et notamment récupérer, via une seule
clé, un ensemble d’informations structurées de manière hiérarchique. Dans un
environnement relationnel, cette opération nécessite plusieurs jointures qui sont très
coûteuse en ressources.
✓ Les systèmes de bases de données orientées documents sont particulièrement adaptés au
traitement de grandes quantités de données à structure hétérogène et à faible mise en
réseau. Ce modèle de stockage de données est donc particulièrement utile pour les
données de grande taille.6

Usages de bases NoSQL orientées documents :

Les applications d’e-commerce dont les produits varient trop souvent pour être au moyen d’un
schéma stable.

Les applications qui manipulent naturellement des documents comme les systèmes de gestion
de contenu et les plateformes de blogs.

6Source : https://www.illustradata.com/bases-nosql-documents-quest-cest/ consulté le 04/10/2019

10
IV. Avantages et inconvénients des Bases de Données
Relationnelles
La base de données relationnelle organise les données dans une série de tables. Chaque table a
ses propres champs spécifiques au type de données stockées. Le système de gestion de base de
données (SGBD) conçu autour des relations entre les tables a survécu plus de deux décennies
en raison de sa flexibilité. Une fois que l'utilisateur entre des données dans une table et
l'enregistre dans la base de données massive, une requête se souviendra de l'information à tout
moment.
Dans la base de données relationnelle, vous pouvez gérer un nombre infini de données dans des
tables sans avoir à revenir en arrière et rentrer les données une deuxième fois. Vous pouvez
créer des dossiers distincts pour chaque type de données à stocker. Votre base de données peut
nécessiter plus de conception et de maintenance. Le contraire de la base de données
relationnelle est la base de données de fichier plat, qui est une table géante de dossiers
individuels. Lorsque vous souhaitez ajouter des informations, telles que la mise à jour des
informations d'un client, vous devez rentrer toutes les informations dans un nouvel
enregistrement dans la table de la base de données de fichier plat. Avec la base de données
relationnelle, vous économiserez beaucoup de temps en créant autant de tables que vous
voulez.7
A. Avantages des Bases de données relationnelles :

Les bases de données relationnelles sont basées sur un modèle de données relativement facile à
mettre en œuvre et à gérer. De nombreuses informations, telles que les données clients, les listes
de commandes ou les mouvements de compte que les entreprises souhaitent stocker pendant
une longue période peuvent idéalement être mappées avec la structure de table sur laquelle le
modèle de bases de données relationnelles est basé.8
Le modèle relationnel des bases de données fournit des règles précisément définies pour éviter
la redondance. Si les spécifications de normalisation sont appliquées de manière cohérente, les
systèmes de bases de données relationnelles permettent un stockage des données pratiquement
sans redondance. Cela facilite la gestion et l’entretien des stocks de données, puisque les
modifications ne doivent être effectuées qu’à un seul endroit.9
Parmi les avantages aussi des bases de données relationnelles telles que SQL Server, on trouve :
✓ La possibilité de programmer une requête pour rechercher tous les tableaux de données
pour les informations dont vous avez besoin ;
✓ La possibilité d'adapter la base de données de la taille d'une très grande organisation ;
✓ La possibilité d'accéder, mettre à jour et partager les informations entre plusieurs
stations d’utilisateurs ;
✓ Et des capacités avancées d'analyse et de production des rapports. 10

7 Source : https://www.saloninnovationsinc.com/DgPKABNO/ Consulté le 05/10/2019


8 Source : https://www.ionos.fr/digitalguide/hebergement/aspects-techniques/base-de-donnees-relationnelle/
consulté le 05/10/2019
9 Source : IDEM
10 Source : https://www.saloninnovationsinc.com/DgPKABNO/ Consulté le 05/10/2019

11
B. Inconvénients des Bases de données relationnelles :

Les Bases de données relationnelles sont largement utilisés dans de nombreuses industries pour
stocker les dossiers financiers, garder une trace de l'inventaire et de tenir des registres sur les
employés. Dans une base de données relationnelle, les informations sont stockées dans des
tables (souvent appelées relations) qui aident à organiser et structurer les données. Même si
elles sont largement utilisées, les bases de données relationnelles ont quelques inconvénients.
Un inconvénient de bases de données relationnelles est le coût de mettre en place et le maintien
du système de base de données. Afin de mettre en place une base de données relationnelle, vous
avez généralement besoin d'acheter un logiciel spécial. Et cela nécessite un budget important.
Si vous n'êtes pas un programmeur, vous pouvez utiliser un certain nombre de produits à mettre
en place une base de données relationnelle. Cela prend du temps pour entrer toutes les
informations et mettre en place le programme. Si votre entreprise est grande et vous avez besoin
d'une base de données plus robuste, vous aurez besoin d'embaucher un programmeur pour créer
une base de données relationnelle en utilisant Structured Query Language (SQL) et un
administrateur de base de données pour maintenir la base de données une fois construite.
Les progrès de la complexité de l'information provoquent un autre inconvénient aux bases de
données relationnelles. Les bases de données relationnelles sont faites pour l'organisation des
données par des caractéristiques communes. Les images complexes, des chiffres, des dessins et
des produits multimédias défient toute catégorisation facile ouvrant la voie à un nouveau type
de base de données appelée systèmes de gestion de base de données objet-relationnel. Ces
systèmes sont conçus pour gérer les applications plus complexes et ont la capacité d'être
évolutive.11
Finalement le principe de base des systèmes de bases de données relationnelles, qui consiste à
diviser l’information en tables séparées (normalisation), conduit bien évidement à une
segmentation des données. Cette conception de base de données entraîne des requêtes
complexes sur plusieurs tables au niveau de l’application. Le nombre plus élevé de segments
interrogés qui en résulte a généralement un impact négatif sur la performance.12

11Source : https://www.saloninnovationsinc.com/o4xL7aw4/ Consulté le : 05/10/2019


12Source : https://www.ionos.fr/digitalguide/hebergement/aspects-techniques/base-de-donnees-relationnelle/
consulté le : 05/10/2019

12
Conclusion :

Pour conclure nous pouvons dire que le schéma relationnel des bases de données est clair,
mathématiquement solide et a fait ses preuves dans la pratique depuis plus de 40 ans. Pourtant,
le stockage des données dans des tables structurées ne répond pas à toutes les exigences des
technologies modernes de l’information.

L’administration de grandes quantités de données dans le cadre de grandes analyses de données


et le stockage de types de données abstraits poussent surtout les systèmes relationnels classiques
à leurs limites. C’est là que les systèmes spécialisés tels que les bases de données orientées objet
ou les concepts développés dans le cadre du mouvement NoSQL marquent des points.
Cependant, le modèle de bases de données relationnelles ne peut pas être complètement amorti.
Les bases de données relationnelles offrent de nombreux avantages, en particulier dans les
domaines d’activité où le traitement des données de transaction est au premier plan.

Les données relatives aux campagnes clients ou aux mesures de marketing peuvent idéalement
être stockées dans des systèmes tabulaires. Les utilisateurs bénéficient également d’une syntaxe
qui permet des requêtes complexes malgré sa simplicité.13

13Source : https://www.ionos.fr/digitalguide/hebergement/aspects-techniques/base-de-donnees-relationnelle/
consulté le 05/10/2019

13
Références :

❖ https://www.journaldunet.fr/web-tech/dictionnaire-du-webmastering/1203633-sgbd-
systeme-de-gestion-de-base-de-donnees-definition-traduction-et-acteurs/
❖ https://www.lebigdata.fr/base-de-donnees
❖ https://www.piloter.org/techno/support/base-de-donnees-relationnelle-definition.htm
❖ https://www.ionos.fr/digitalguide/hebergement/aspects-techniques/base-de-donnees-
relationnelle/
❖ https://www.ionos.fr/digitalguide/hebergement/aspects-techniques/base-de-donnees-
relationnelle/
❖ https://www.illustradata.com/bases-nosql-documents-quest-cest/

❖ https://www.saloninnovationsinc.com/DgPKABNO/

❖ https://www.ionos.fr/digitalguide/hebergement/aspects-techniques/base-de-donnees-
relationnelle/

❖ https://www.saloninnovationsinc.com/o4xL7aw4/

14
Table des matières

Introduction : ............................................................................................................................................................... 1
I. Définition des concepts clés : donnée, système de gestion de bases de données, base de
données .......................................................................................................................................................................... 2
A. Système de gestion de bases de données (SGBD).............................................................................. 2
1. Définition .................................................................................................................................................... 2
2. Exemple de SGBD ................................................................................................................................... 2
B. Base de données ............................................................................................................................................ 2
1. Définitions .................................................................................................................................................. 2
2. Fonctions d’une base de données ....................................................................................................... 3
C. Application d’une base de donnée .......................................................................................................... 3
II. Base de donnée relationnelle ......................................................................................................................... 5
A. Définition ........................................................................................................................................................ 5
B. Rôle ................................................................................................................................................................... 6
C. Fonctionnement ............................................................................................................................................ 7
III. Différenciation par rapport aux autres modèles de bases de données ......................................... 8
A- Bases de données orientées objet ............................................................................................................ 8
B- Bases de données orientées document ................................................................................................10
IV. Avantages et inconvénients des Bases de Données Relationnelles ............................................11
A. Avantages des Bases de données relationnelles :..............................................................................11
B. Inconvénients des Bases de données relationnelles : ......................................................................12
Conclusion :................................................................................................................................................................13
Références : ................................................................................................................................................................14

15