Вы находитесь на странице: 1из 10

LE PÉLERINAGE

par Torsten Schwanke

"O pure voici donc la route après la longue ..."


(Charles Péguy)

Dédié au sud, été, soleil


Et toutes nos longues randonnées,
Toutes les chansons que nous avons chantées,
Tout le pays vous est dédié, Marie.

Nous conduisons la voiture à la mer


Béni par Saint Christophe,
Et certains chemins vont aussi à pied,
Et notre petit sac n'est pas lourd.

Nous avons le livre de la sagesse avec nous,


Livre de sens et de coutume du l‘orient:
Ah mal! Je suis au milieu de la misère,
Mais la mère honore le cri de son enfant!

Je l'appelle la mère, la porte de la femme,


Et veut être simple dans sa vallée.
L'eau douce brise la pierre dure.
Je les félicite de ma manière et de mes paroles.

Leurs têtes élèvent des palmiers vers le ciel


Et soufflez sur l'arc de triomphe en pierre.
Les vagues de l'océan rugissent de loin et des appels
De vagues et des inondations vers les psaumes d'éther.

Montpellier sourit à la lumière du soleil.


Magnifiques rues avec la chaussée en pierre,
Consacré par la vertu et souillé par le vice,
Ils marchent loin vers la mer maternelle.

O louange à la lune, à la mine et à la mer!


Louez tout le monde, quel désir de bien
Et ayez des inondations pures et d'amour!
Et gloire aux Saintes-Maries-de-la-Mer!

Nous sommes assis aux tables en pierre


Et lisez l‘église vocabulaire slave
Et lisez dans les fables finement rimées
Et sont entendus par les poissons méditerranéens.

Nous buvons du café au lait avec beaucoup de mousse


Et aussi un peu de sucre blanc dedans.
Et parfois on regarde avec tendresse
Les yeux avec l'ourlet fin des cils.
Nous te donnons, ô pur, notre jeunesse
Et tout notre doux désir d'été
Vivant, endormi sur le sein de la mer,
Et tout notre désir de vertu.

Vous plus que Vénus vous-même,


Elle repose avec Adonis en été
Sur les nuages, ô toi reine des dieux,
Vous ferveur de la mer et les cris de l'inondation.

A toi, Reine de la Paix, le doux repos


Dans le sable blanc et chaud sur les récifs rocheux
Et vous visages des navires grecs
Et vous avez la patience d'Ulysse.

Éclaire notre cœur dans l'éclipse


Péché quand des dragons d'or scintillent sur nous
Le vice et on ne regarde pas assez,
Alors aide-nous, ô femme de l'apocalypse.

Nous voulons vous dédier ainsi que votre amour


La pureté du corps blanc inondé
Et notre âme merveilleusement douce
Et des rythmes marins réguliers nocturnes.

Accompagnez-nous dans la lutte de notre journée


Et brille, ô étoile de la mer, pure
Dans la douce lueur de notre gobelet de vin
La joie quand on se repose dans le Clair de la lune.

Van Gogh vous peint avec des bateaux de pêche,


Avec ceux qui étaient autrefois Marie Madelaine
Et Marthe et Marie Salomé
Venez en tant que messager du Évangile.

Ils ont atterri au bord du Golf du Lyon


Et prêché presque comme un pontife.
Marie Madelaine était à Aix
Et Marthe dans la forêt de Tarrascon.

Vous reposez la nuit bleue d'Avignon,


Où les Papes étaient autrefois en captivité
Et loin de la ville éternelle de la puissance spirituelle
C'était un appel au repentir dans le bouc émissaire.

A toi, Marie, a prié devant la cathédrale


Le poète Petrarc quand il a vu Laure
Et il n'a jamais bien compris ce qui lui arrivait
Pas seul dans la forêt et pas au bord de la rivière.

Nous célébrons le repas devant votre visage


Du pain au sésame avec du fromage
En grains et de la pâte de miel.
Heureux, vous de la douce salle de sagesse.

Vous avez de vieux murs indomptables,


Vous chantez des chansons rondes sur le pont.
On y danse, on y danse, chante le moustique,
Et les blessés sont affligés.

Ô sang d'or du soleil! O, gale,


Le pain de Dieu! Il s'éloigne et blanc
Les rues dans le cercle de rayons du soleil
Et ils affluent tous dans la ville d'Orange.

Connaissez-vous la ruine du théâtre?


Des temps anciens (ou trompeurs
Je me souviens)? Où la vierge chaste
Cédé au destin et parrain!

Oui, sur les vieilles pierres, blanches comme neige,


Dramatiquement, le génie et le démon se sont disputés,
Et suivi volontairement un démon plein d'amour
La Vierge au tombeau, Antigoné.

On voit des vignerons sur des wagons pleins,


Ils recherchent des travailleurs pour le vignoble.
Mais nous voulons célébrer à merveille
Bacchants portant le bâton du dieu.

Nous voulons être là dans l'amphithéâtre


Le deu loue sonne comme Orphée avec la lyre
Et souvenez-vous également sur les genoux de Morphée
Au lot sacré d'Iphigénie.

Nous nous tenons sur un champ la nuit,


La peur des perdus est fantomatique
Dans les chardons, les orties et les épines.
Et qui est toujours courageux dans la nuit noire?

Mais alors une hutte brille sur nous,


Auberge accueillante au milieu de la nuit,
Depuis que le propriétaire veille sur ses invités
Et faites un don au désir de notre bouche.

Jardin verrouillé vous! Nous avons mûri


Pour fortifier nos cœurs, les salades,
Rafraîchissant comme la grâce,
Le cœur saisit de tout désir.

Rose mystique! Nous sommes comme des papillons,


Ils recherchent une ambroisie divine.
L'eau pure nous aide, oui,
Pour nous aider, c'est aussi un vieil homme.

Le vieil homme nous emmène dans la vallée des vignobles.


Et au-dessus de nous le royaume des cieux
Avec ses proches saints, les étoiles,
Et avec la belle lune, blanche et pâle.

Et comme les prières de Sion,


Nous appelons donc au paradis la nuit
Et je le remercie pour toute la splendeur de la lumière
Et pour les sept étoiles d'Orion.

Les caravanes gisent là comme des œufs de pigeon


Dans le nid d'une nuit maternelle.
Kallisto a veillé sur le firmament
Et près de nous sont l‘aigle, le cygne et la lyre.

Nous pouvons louer une petite caravan


Pour rester sur notre pèlerinage.
Nous pouvons être des hommes,
Nous pouvons être des femmes.

Le soleil se lève avec des mains rosé,


Celui de l'aube pure,
La beauté pure semée tout autour
Dans les rivières d'eau et dans les vignobles.

Ici le miel doré coule sur le pain blanc,


Ici sort du café avec de la mousse blanche,
La gaieté du sang regarde la pièce
Et l'architecture des collines couvertes de vin.

Les processions de Bacchus ont eu lieu ici,


Le personnel de Thyrsos a continué,
Viande et vin suivirent. Tout cela a donné
Un exemple de préfigurations païennes.

Vous a dédié une fille comme une peche,


Pardonnez Jésus Christ tout le péché!
Un lac repose devant un rocher blanc
Et l'Ardèche coule dans la pureté.

Que le rocher est blanc et que le lac est vert!


La grotte de la Sainte Madelaine!
La nuit la magnifique lune est plaine!
C’est tout un songe de la charité.

O reine des poètes! Cet endroit,


Cette magnifique vallée fermée
Sois mon séjour une fois, sans numéro,
Je voulais créer des sonnets pour vous là-bas.
C'est le plus bel endroit sur terre pour moi
De toutes les taches que j'ai vues jusqu'à présent.
Ici le jardin d'Eden était proche,
Voici toute la piste des bonbons dorés.

O maître! si c'était possible


C'est comme ça que je voulais vivre en Provence
Et fêter Notre Dame de la France
Et tout près de l'Ardèche de l'Honneur Suprême!

Nous rentrons chez nous dans le brouillard; revenir encore


Dans le doux pays du sud, et quelque part
Dans la grande pinède de Fontaine Bleau
Et écoutez des chansons de jeunes rossignols.

Qui sait, pins ou épicéas


Dans cette forêt de conte de fées profonde?
Assez, ils nous servent à rester.
Et que savent donc ceux qui connaissent le dense?

Et ici on fête Pâques


Et sont heureux comme de petits enfants joyeux
Et regardez dans la forêt de Fontaine Bleau
Les œufs de Pâques cachés dans la mousse.

Le soleil se lève merveilleusement le matin de Pâques


Au ciel depuis leur tombe de forêt.
Il y a un vieil homme sur le bâton d'épinette,
Le ciel est très désirable après lui.

Puis le menuisier parle de son toit,


Bandant ses blessures avec du millepertuis,
Il a attaché millefeuille
Et pensez à la reine des échecs.

Et comme en Chine, les dieux aiment jouer


Tapisserie d'ameublement du nord
Et d'échecs de tapisserie d'ameublement du sud.
Le vieil homme joue avec la sagesse.

La fille porte la chemise en velours turquoise,


Les épicéas portent des mousses d'émeraude,
Le haut de jade vert feuillu dit,
Il aspire au paradis.

Nous restons également rue M.


Dans cette merveilleuse ville de Paris.
Le sommeil est souvent un petit paradis,
Le matin, fille, peigne-toi les cheveux.

C'est aussi un poème sans héros,


Comment c'était dans la librairie.
Les Russes sont aussi chez eux ici, les filles blanches,
La colonie de peintres aussi.

La Vierge de Taheiti de Paul Gauguin aussi


Est honoré ici d'un enfant brun.
Depuis Arles l'église, enceinte du vent,
Montré ici dans un bel esprit.

Paul Verlaine est également allé ici une fois


Et a écrit des romans pour Mathilde.
Arthur Rimbaud est allé une fois avec lui, le sauvage,
Où des chats noirs ont sauté des toits.

Dans la rue M. vous vendez du chou et des fruits,


Comme les tourtereaux trônent devant les fenêtres,
Vend également des châtaignes fraîchement grillées,
Que vous, ma muse, aimez louer.

Dans la forêt de béton de la ville satellite


Nous grandissons en aspirant à l'herbe verte
Et après les amandiers qui fleurissent,
Mais tout semble si rigide et gris et terne.

Et dans le métro dans les vitres


Les chrysanthèmes se reflètent fantomatiques
Comme des dames blanches ou de beaux projets,
Dans le temps qui passe, ils restent.

Nous sommes aussi les cinématistes dans le temple


Je suis là depuis que je contredit Dieu,
Madame Bovary a soigné l'adultère,
Selon la loi pécheresse des Amoréens.

Bien à vous, l'arche de Noé,


La pierre grise dans le grand déluge,
Alors qu'un signe s'élève pour le vraiment pur,
Le sauvetage est pour les hommes et les animaux.

O nuits sur l'Ile de la Cité,


La Seine fleurie coule en silence
Comme des romances sans mots de Verlaine.
Et là - la cathédrale de l'idée!

Ô prêtre avec ton alchimie,


Faites de l'amour de l'or une piste d'existence,
Un véritable artiste, votre muse tient.
O! Marions nous à la Vierge Marie!

La mélodie de la cloche sonne de la tour,


Et la rosace regarde au nord,
Da Quasimodo rêve le parfait.
O! Marions nous à la Vierge Marie!
Nous voici, l'hérésie dans l'âme
Et les dieux morts d'Egypte
Et nous aspirons au sanctuaire pur des cryptes.
O! Marions nous à la Vierge Marie!

Les Asiatiques représentent la photographie,


Parce qu'on boit le café au lait
Et regardez l'Ile de la Cité.
O! Marions nous à la Vierge Marie!

Le poète pense dans sa mélancolie


Au cœur de sa maîtresse, la fleur bleue.
La fille pense à l'Hôtel de Dieu.
O! Marions nous à la Vierge Marie!

Une liturgie retentit ici:


Oh je t’adore, seigneur Jésu, mon maître,
Je suis ton disciple et ton homme de lettre.
O! Marions nous à la Vierge Marie!

Ici les Français célèbrent l'Eucharistie,


Les hôtes sont dans le tabernacle sacré,
La chair du fils de la vierge sans défauts.
O! Marions nous à la Vierge Marie!

On vient aussi sur les bords de Garonne,


Une fleur verte qui coule large.
Il y a le poète qui aspire à la gloire,
Et dédie-toi le ruisseau bleu, Marie.

On voit aussi la plage au Golf du Gascogne,


À cause d'Atlantis sont élevés
Les filles de la mer à cheval sur les vagues,
Marrons comme les femmes brunes de Dordogne.

Pensez comme Friedrich Hölderlin ici,


Il a toujours pensé à sa Diotima.
La mer est belle ici comme à Paphos.
Des goélands à tête noire hurlaient joyeusement dans l'air.

Ici, nous traversons un bosquet de pins.


Les écureuils grignotent les pommes de pin.
Sur le sol en soie, vous pouvez voir les bandes,
La biche brune aux lignes élancées.

Louez le vin rouge d'Aquitaine!


Louez la musique, la belle chanson de la terre!
Et la lune et l'ombre sont des compagnons dans le vin
Le vagabond, le poète d‘Allemagne.

Les trois beaux regards du firmament


Vers le ciel d'été: par le cygne blanc
Et avec l'aigle sur la piste bleue
Si vous voyez la lyre brillante et sonnant merveilleusement.

Mais se tient comme le prince du firmament,


Saturne avec la faux et l'anneau.
Ô mon âme, balance dans ta mélancolie,
Vous allez au ciel avec une prière de remerciement.

Ici, nous voulons aussi penser aux morts,


Il plane comme un fantôme sur le parfum lilas,
Air calme dans la nuit profonde,
Où fleurit le lilas comme le messager de Dieu.

Nous allons à Pau en train.


Que puis-je dire, fatigué de la poésie,
Mais je n'ai que mon esprit et elle.
Nous arrivons à Abense-de-haut dans la soirée.

Madelaine nous accueille à la ferme


Avec viande et vin et frites de paradis.
Elle prie à l'église le dimanche
Pour le poète et la fille de Seine.

Les canards chassent sans tête dans le champ


Et donnez de la viande et du duvet pour les oreillers.
Il y a un murmure d'été dans les cimes des tilleuls,
Chanté par le coq et son peuple caquetant.

Les grosses truies sont dans les enclos.


Les agneaux sont renversés et rasée.
Le chien maigre crie fort.
Les nuages d'agneau montent très laineux.

Les chats noirs se cachent dans les cimes des arbres


Aux yeux verts et prêt à sauter.
Le poète s'enivre au swing.
Et les salamandres tombent des murs.

Et les vieux Basques parlent dans le village


La pastorale, la lutte des chrétiens
Avec les musulmans, de l'étrange et morne,
Un pièce de théâtre des danseurs aux masques.

O reine des anges! célébrons


La fête des chers anges protecteurs,
À l'ange porte une tige de fleur
Et toutes les chansons de notre lyre dorée.

Nous montons le Chapeau-de-Gendarm,


Pour être plus proche de notre ange gardien.
La colline est très haute, la montagne est très petite,
La voie riche en épines, pauvre en fleurs.

On s'égare entre épines, chardons, orties,


Il y a des vrilles de mûre enroulées autour du pied,
Et oscille entre le sommet et l'abîme
Les membres dans les chaînes déliées.

Au sommet nous nous accrochons près de l'abîme,


Petit poète pathétique et sans espoir.
Mais la beauté est avec nous, la rime de Rainer
Maria Rilke; et un moyen de sortir.

Et puisque nous trébuchons sur la pente de la vie,


Il y a des papillons bleu argent flottant,
Ange gardien avec une aile éthérée-fine.
Et heurtez les rochers dans les profondeurs.

Le champ de Dieu est vert et fleuri.


Les chemins sont sinueux. Il y a des pierres
Et annoncez qui y a vécu. Fille qui pleure,
Oui, pleure, fille, et souviens-toi de la mère.

Il y a l'ange, voyez-le! abruptement


Ça colle de la colline au nuage!
Une lumière pure, un sens humain trop pur,
Réconforter la fille. Je vous salue, mon ange!

Maintenant en haut, dans les Pyrénées,


Le siège d'un peuple ancien!
Nous conduisons la voiture à travers les nuages,
Ci-dessus pour voir le ciel bleu clair.

Les chemins serpentent en serpentins


Les sommets montent, les vallées s'enfoncent.
Les piafs gazouillent des chansons dans l'air,
Le moineau de Vénus trille vivement.

Mais le vautour survole le moineau et le piaf,


Le vautour d'agneau, le troupeau d'agneaux
Alors crains. Des os gisent sur la terre,
Nu, rongé, en voile de bruyère violet.

Nous soulevons le crâne de bélier


Et une cuisse blanche de brebis.
Les mouchetures jaune bruyère et mauve
Se voile de givre de noble.

Nous arrivons à la petite cabane du berger,


Depuis toi, Marie, nous comme une bougie blanche
Recevez avec un cœur qui donne le feu,
Loué selon la coutume catholique.
Nous ne mangeons que du riz et du sel et du beurre
Et buvez de l'eau fraîche à la source.
Ô belle bergère avec la vague de sa poitrine!
Ô reine des Pyrénées, maman!

Un vagabond salue dans l'ancienne langue basque


Le merveilleux soleil (Ekija)
Et une merveilleuse pluie (Ebija)
Et loue la mort dans les poumons.

Le vieux domestique basque gris


Berger avec ses cent ans ici.
Avec du pain et du vin, il est l'hôte des chasseurs,
Puis il est monté seul avec ses moutons.

Les moutons sonnent doucement,


Tenu ensemble par le chien de berger,
Le troupeau blanc dans la vallée ronde
Les voiles de brouillard sont blancs.

Un ruisseau pur descend la vallée,


Terrasses de bruyère violet,
Vers le bas, orne les étoiles pures
Le toit du ciel noir.

Et la licorne blanche timide, fantasmée,


Il n'est apprivoisé que par une vierge.
En celui qui a honte du désir pécheur
Et en qui ornent les larmes de son repentir.

Et il y a des pierres qui sont comme des trônes


De la Vierge Reine des Pyrénées.
De fantastiques vallées vertes peuvent être vues
Et des chardons avec la couronne d'argent.

La gloire du 24 septembre!
Votre journée, mère de miséricorde!
Ayez pitié de la souffrance enfantine de la fille
Et bénissez-les de votre sanctuaire!

Tout comme Sainte Catherine l'a fait


Connecté à Jésus en tant que marié
Dans lequel ils ont trouvé toute la sagesse:
Là, Marie, dirige aussi Karine!

Marie, fille de Dieu, une expression douce,


Marie, Jésus-mère, pleine de grâce,
Marie, épouse du Saint seprit, douce comme du jade,
Tu bénis le poète et Karine!