Вы находитесь на странице: 1из 4

Analyse des données

Rappels de mathématiques

1 Distance.
Définition 1.
On appelle distance sur un ensemble E toute application d : E × E → IR+ vérifiant
les conditions suivantes :

(D1) d(x, y) = 0 ↔ x = y,
(D2) d(x, y) = d(y, x),
(D3) d(x, z) ≤ d(x, y) + d(y, z) (inégalité triangulaire).

Exemple : Les applications d1 , d2 et d3 définies ci-dessous sont des distances sur


l’espace IRn :
v
u n
uX
d1 (x, y) = t (xi − yi )2 .
i=1
d2 (x, y) = max{|xi − yi | : 1 ≤ i ≤ n}
n
X
d3 (x, y) = |xi − yi | .
i=1

Remarque : La ditance d1 est appelée distance usuelle ou euclidienne sur IRn .

2 Norme.
Définition 2.
On appelle norme sur un espace vectoriel E toute application k.k : E → IR+ vérifiant
les conditions suivantes :

(N1) kxk = 0 ↔ x = 0,
(N2) kλxk = |λ|kxk,
(N3) kx + yk ≤ kxk + kyk (inégalité triangulaire).

1
Toute norme induit une distance par la relation
d(x, y) = kx − yk.
Dans ce cas, la distance d’un point x à l’origine 0 est égale à kxk. La dis-
tance entre deux points est la longueur du vecteur qui joint ces points. La distance
euclidienne sur IRn dérive de la norme
v
u n
uX
kxk = t x2i
i=1

3 Produit scalaire.
Définition 3.
On appelle produit scalaire sur un espace vectoriel E toute application
< ., . >: E × E → IR vérifiant les conditions suivantes :
(PS1) < x, x >= 0 ↔ x = 0,
(PS2) < x, y >=< y, x >,
(PS3) < ax + by, z >= a < x, z > +b < y, z >,
(PS4) < z, ax + by >= a < z, x > +b < z, y >.

Tout produit scalaire induit une norme par la relation


kxk2 =< x, x >.
La norme euclidienne sur IRn dérive du produit scalaire
n
X
< x, y >= xi yi .
i=1

4 Orthogonalité.
Définition 4.
Deux vecteurs x et y sont orthogonaux si et seulement si leur produit scalaire est nul
< x, y >= 0.

Théorème 1. (Théorème de Pythagore)


Si un vecteur z est la somme de deux vecteurs orthogonaux x et y, le carré de sa
longueur est la somme des carrés des longueurs de x et de y :
kzk2 = kx + yk2 = kxk2 + kyk2 .

2
Définition 5.
On dira qu’un vecteur x est orthogonal à un sous-espace vectoriel F s’il est orthogonal
à tous les vecteurs de ce sous-espace. En particulier, on aura la relation

< x, y >= 0 ∀ y ∈ F .

5 Projection orthogonale.
Définition 6.
On dira que le vecteur y est la projection orthogonale d’un vecteur x sur un sous-
espace vectoriel E si et seulement si le vecteur x − y est orthogonal au sous-espace
E. En particulier, on aura la relation

< x − y, y >= 0.

Proposition 1.
Soit E un sous-espace vectoriel de dimension k et de base orthonormale B = (u1 , u2 , ..., uk ).
Le résultat de la projection orthogonale d’un vecteur x sur E est un vecteur y dont
les coordonnées dans la base B sont

(< x, u1 >, < x, u2 >, ..., < x, uk >).


k
X
Preuve. Posons y = yi ui . Alors, on a
i=1

< y, ui >= yi et < x − y, ui >= 0.

De ces deux relations, on déduit immédiatement les coordonnées du vecteur y.

6 Angle.
Définition 7.
On appelle angle entre les vecteurs x et y la valeur θ solution de l’équation

cos θ = < x, y > .


kxkkyk

Remarque : lorsque le cosinus vaut 1, les vecteurs sont colinéaires de même


sens, lorsque le cosinus vaut -1, les vecteurs sont colinéaires de sens opposé tandis
que lorsque le cosinus est nul, les vecteurs sont orthogonaux. L’équation ci-dessus
s’obtient comme une conséquence de la projection orthogonale.

3
7 Extension matricielle.
Considérons l’espace vectoriel IRn muni de sa base canonique.

Définition 8.
On appelle matrice symétrique définie positive d’ordre n toute matrice M symétrique
vérifiant l’inégalité suivante :

xt M x > 0 ∀ x ∈ IRn − {0}.

Une matrice M symétrique définie positive d’ordre n induit un produit scalaire


sur IRn :

< x, y >M = xt M y ∀ x, y ∈ IRn .

La norme et la distance induite par ce produit scalaire s’écrivent :

kxk2M = xt M x et dM (x, y) = kx − ykM .

La matrice M caractérise la métrique sur l’espace vectoriel IRn . On parlera ainsi


de “métrique diagonale” lorsque M sera diagonale. Le produit scalaire usuel sur
IRn est obtenu via une métrique diagonale particulière : celle associée à la matrice
identité. Cette métrique est souvent nommée “métrique identité”.

Оценить