Вы находитесь на странице: 1из 33

Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

SOLAIRE THERMIQUE

Cours - Partie 1

Mis en forme et enseigné par :

Moncef JRAIDI

Cours réalisé par :

Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258


F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007

http://www.ines-solaire.com/solth/page7.html

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 1
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

Sommaire

1. Le gisement solaire, les données climatiques..................................................................................4


1.1 Le soleil ...................................................................................................................................4
1.2 Le rayonnement solaire ............................................................................................................4
1.2.1. Direct, diffus et réfléchi ....................................................................................................5
1.2.2. Mesure du rayonnement solaire .......................................................................................6
1.2.3. Données disponibles..........................................................................................................7
1.3. Repérage du soleil ...................................................................................................................9
1.3.1. La déclinaison ...................................................................................................................9
1.3.2. La hauteur et l'azimut ...................................................................................................... 11
1.4. Les masques ......................................................................................................................... 11
1.5. Calcul de l'irradiation hémisphérique.................................................................................... 12
1.6. Les autres données climatiques ............................................................................................ 13
1.6.1. La température d'eau froide ........................................................................................... 13
1.6.2. La température extérieure ............................................................................................... 14
1.6.3. Les degrés-jours............................................................................................................... 14
1.6.4. La température de base ................................................................................................... 14
1.6.5. La neige et le vent et règles ............................................................................................. 14
1.6.6. Les sources de données météorologiques ........................................................................ 15
2. Les différents types de capteurs solaires ...................................................................................... 15
2.1. Les capteurs sans vitrage ....................................................................................................... 15
2.1.1. Les capteurs "moquette" ................................................................................................ 15
2.1.2. Les capteurs à air pour le séchage ................................................................................... 16
2.1.3. Les capteurs sans vitrage à absorbeur métallique ........................................................... 16
2.2. Les capteurs plans vitrés ........................................................................................................ 17
2.3. Les capteurs à tubes sous vide ............................................................................................... 18
2.3.1. Les capteurs à circulation directe .................................................................................... 18
2.3.2. Les capteurs à caloduc .................................................................................................... 18
2.3.3. Le capteur à tube sous vide à effet "Thermos" ................................................................. 19
2.3.4. Les capteurs CPC ............................................................................................................. 19
2.4. La concentration .................................................................................................................... 19
2.4.1. Les capteurs à concentration cylindro-paraboliques ........................................................ 19
2.4.2. Les capteurs à concentration type "dishes"...................................................................... 20
2.4.3. Les centrales à tour ......................................................................................................... 21
2.5. Capteurs divers ...................................................................................................................... 21

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 2
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

2.5.1. Les capteurs-stockeurs .................................................................................................... 21


2.5.2. Les centrales à effet de cheminée .................................................................................... 22
3. Les capteurs solaires plans ............................................................................................................ 23
3.1. Constitution du capteur plan vitré .......................................................................................... 23
3.2. Principe de fonctionnement ................................................................................................... 23
3.3. Propriétés optiques des matériaux ......................................................................................... 24
3.4. L'effet de serre ....................................................................................................................... 24
3.5. Bilan thermique d'un capteur ................................................................................................. 25
3.6. Courbe de rendement ........................................................................................................... 26
3.7. Seuil de démarrage ................................................................................................................ 27
3.8. Température de stagnation .................................................................................................... 28
3.9. Choix de l'orientation et de l'inclinaison ................................................................................. 29
3.10. Les composants .................................................................................................................... 30
3.10.1. Le vitrage ....................................................................................................................... 30
3.10.2. Le revêtement sélectif ................................................................................................... 30
3.10.3. L'absorbeur ................................................................................................................... 31
3.10.4. L'isolation ...................................................................................................................... 32
3.11. Normes et avis techniques ................................................................................................... 32
3.12. Les fabricants ....................................................................................................................... 33
3.13. Synthèse .............................................................................................................................. 33

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 3
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

1. Le gisement solaire, les données climatiques


On donne ici les notions essentielles permettant une bonne compréhension de la suite
du cours.

1.1 Le soleil

Le soleil est une étoile de


relativement petite taille (1 400 000 km
de diamètre, soit un volume tout de même
1 300 000 plus important que celui de la
Terre !) situé à 150 millions de km de la
Terre, soit 8 minutes-lumière. C'est un
énorme réacteur thermo-nucléaire, où 576
millions de tonnes d''hydrogène
fusionnent chaque seconde en hélium,
selon la réaction :

Le défaut de masse lié à la réaction nucléaire est d'environ 4 millions de tonnes à la


seconde, converties en énergie selon la célèbre équation d'Einstein : E = m . C²

Cette énergie envoyée dans toutes les directions est à la fois énorme (environ 8000 à
10 000 fois les besoins terrestres), mais malheureusement assez diluée, puisque la puissance
maximale reçue à l'extérieur de l'atmosphère sur une surface d'un mètre carré perpendiculaire
à la direction du rayonnement est au maximum d'environ 1350 W, appelée constante solaire
(cette valeur est légèrement supérieure en hiver car la distance Terre-Soleil est minimale à ce
moment-là) Pour récupérer une quantité d'énergie importante, il faut donc nécessairement
augmenter la surface qui intercepte le flux solaire. Concentrer le rayonnement solaire
n'augmente pas la puissance ou l'énergie récupérées, mais seulement le niveau de température
pouvant être atteint. A l'échelle humaine, le soleil est bien une source d'énergie renouvelable,
puisque son espérance de vie est d'environ 5 milliards d'années, ce qui laisse le temps de voir
venir….

1.2 Le rayonnement solaire

L’énergie solaire qui arrive sur terre est disponible sous forme de rayonnement
électromagnétique émis depuis le soleil. La puissance transmise par ce rayonnement varie
avec la longueur d'onde du rayonnement. La plus grosse quantité d'énergie est apportée par les
longueurs d'onde visibles (lumière blanche qui est la superposition de toutes les couleurs).
Certaines longueurs d'onde sont absorbées partiellement ou totalement par les particules de
l'atmosphère (les molécules d'ozone absorbent une partie des ultras violets).

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 4
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

Il en résulte que la puissance disponible sur un mètre carré normal au rayonnement est
de l'ordre de 1000 W par temps ensoleillé alors qu'elle est de l'ordre de 1350 W hors
atmosphère. La puissance incidente par une unité de surface sur un plan donné est appelée
irradiance. Elle est donnée en W/m². Par intégration des irradiances sur un intervalle de temps
donné, on accède aux irradiations correspondantes, usuellement données en J/m² ou en
kWh/m².

1.2.1. Direct, diffus et réfléchi

Pour pouvoir dimensionner une installation solaire, il est nécessaire de connaître la


quantité d'énergie disponible.
Dans un plan donné, l'irradiation incidente, appelée irradiation globale, est la somme
de trois composantes (ou deux si le plan est horizontal) :

 l'irradiation directe (kWh/m²/j), qui provient directement du soleil. Cette composante


est nulle lorsque le soleil est caché par des nuages ou par un obstacle (bâtiment,
masque lointain)
 l'irradiation diffuse (kWh/m²/j) qui correspond au rayonnement reçu de la voûte
céleste, hormis le rayonnement direct.
 l'irradiation réfléchie (kWh/m²/j) qui correspond au rayonnement renvoyé par le sol et
l'environnement. Cette composante est nulle sur un plan horizontal.

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 5
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

L'irradiation hémisphérique (kWh/m²/j) est l'irradiation globale reçue sur une


surface horizontale. Elle se mesure avec un solarimètre ou pyranomètre.

L'irradiation globale verticale (kWh/m²/j) peut être utilisée pour le calcul des apports
passifs sur des parois verticales.

1.2.2. Mesure du rayonnement solaire

Différents appareils permettent de mesurer les puissances directes, diffuses, réfléchies


ou globales, appelées irradiances (W/m²).

L'héliographe de Campbell-Stokes,
comportant une boule de verre et fonctionnant selon
le principe de la loupe, permet de mesurer la durée
d'insolation, c'est-à-dire la durée pendant laquelle le
rayonnement solaire direct a une puissance
suffisante (en pratique plus de 120 W/m²) pour
brûler ou décolorer une bande de papier changée
chaque jour. La mesure de la longueur des parties
brûlées permet de calculer la durée d'insolation. Pour en déduire l'irradiation, il faut
utiliser des corrélations.

Ces instruments "statiques" sont remplacés par des instruments "dynamiques" où une
fibre optique émet régulièrement un signal qui engendre une impulsion dès que l'éclairement
reçu par le capteur dépasse 120 watts par mètre carré.

Les pyranomètres délivrent une


tension directement proportionnelle à
l'irradiation. Cette tension provient d'une
thermopile dont la partie supérieure s'échauffe
par exposition à l'irradiation solaire alors que
la partie inférieure protégée de cette
irradiation sert de référence. Ce sont des
appareils coûteux : il y a donc peu de stations
météorologiques qui en utilisent.

Le pyranomètre à rayonnement diffus est identique au


précédent, mais comporte une "bande métallique" qui masque le
soleil et supprime la composante directe du rayonnement incident.

Le pyrhéliomètre mesure la composante directe du


rayonnement solaire. Il a besoin d'un "suiveur solaire" et d'un
collimateur pour maintenir en permanence le disque solaire
focalisé et masquer le reste de la voûte céleste. Le capteur est une
pile thermoélectrique.

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 6
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

1.2.3. Données disponibles

1.2.3.1. La durée d'insolation

La carte d'insolation dans un pays


est obtenue en mesurant la durée
d'insolation dans plusieurs stations
météorologiques par des héliographes. A
titre d’exemple, la carte d'insolation de la
France nous montre que le soleil se
montre plus volontiers dans le sud du pays
que dans le nord. Le nombre d'heures
d'ensoleillement annuel varie de 1700 h à
2800 h sur l'ensemble du pays.
Cette carte définit des grandes zones et ne
prend pas en compte les microclimats
locaux (zone de brouillard régulier, vent
côtier, ensoleillement d'altitude en
hiver,...).

1.2.3.2. La fraction d'insolation

La fraction d'insolation, égale au rapport de la durée réelle d'insolation sur la durée


théorique du jour. Elle est souvent notée sigma.

Des corrélations simplifiées permettent de déterminer l'irradiation hémisphérique sur


un plan déterminé par son orientation et son inclinaison peut être estimée à partir de la
fraction d'insolation et de l'insolation maximale. Cette dernière valeur ne dépend que du plan
choisi, du mois et de la latitude du lieu considéré.

1.2.3.3. L'irradiance

La puissance maximale atteinte en hiver est équivalente à celle qu'on peut obtenir en
été. Dans l'exemple, présenté, un peu plus de 800 W/m² au midi solaire. Aux équinoxes, cette
puissance est plus élevée sur un plan incliné d'un angle égal à la latitude du lieu, car l'angle
d'incidence au midi solaire est nul et le rayonnement solaire arrive perpendiculairement sur le
plan.

Ce qui change entre l'été et l'hiver n'est donc pars la puissance maximale, mais la
durée du jour.

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 7
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

1.2.3.4. L'irradiation

C'est l'intégrale de l'irradiance arrivant sur un plan caractérisé par son orientation et
son inclinaison.

La carte d'irradiation de la France donne la valeur moyenne annuelle de l'irradiation


hémisphérique journalière sur un plan orienté au Sud et incliné d'un angle égal à la latitude du
lieu. On retrouve une valeur supérieure d'environ 70 % dans les zones les plus favorisées par
rapport aux zones les moins favorisées.

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 8
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

L'irradiation globale est mesurée dans quelques stations de la Météorologie Nationale

La carte ci-dessus montre les valeurs annuelles moyennes de l'irradiation globale, en


kWh/m². L'énergie solaire disponible diffère d'une zone géographique à l'autre, mais aussi au
fil de l'année. Dans les zones désertiques proches de l'équateur, les valeurs d'irradiation
annuelle peuvent atteindre les 2 200 kWh/(m².an). Ceci représente environ le double de la
moyenne annuelle atteinte au mètre carré en Europe centrale.

Carte mondiale de l'irradiation.

1.3. Repérage du soleil

1.3.1. La déclinaison

L'axe de rotation de la terre est incliné par rapport au plan de l'écliptique (plan dans lequel la
Terre se déplace autour du soleil)

La déclinaison est l'angle entre le plan de l'équateur et la direction terre - soleil. Elle varie
entre 23 ° 27 ' au solstice d'été à - 23 ° 27 ' au solstice d'hiver, de manière sinusoïdale.

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 9
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

L'inclinaison de l'axe de la terre permet d'expliquer la trajectoire apparente du soleil


dans le ciel.

En astronomie, le zénith (de l'arabe zana'a, monter) est un des points d'intersection de
la verticale d'un lieu donné et de la sphère céleste. Le point d'intersection qui se trouve au-
dessus de la Terre est le zénith tandis que celui qui se trouve au dessus des antipodes est le
nadir. Autrement dit le zénith est le point sur la verticale au-dessus de notre tête tandis que le
nadir est le point sur la verticale situé sous nos pieds. En coordonnées horizontales, l'axe
zénith-nadir est perpendiculaire au plan de l'horizon céleste, tandis que le zénith et le nadir
sont les pôles du grand cercle de l'horizon. Le méridien céleste du lieu passe par ces pôles que
sont le zénith et le nadir.

Le point le plus élevé de la trajectoire d'un astre dans le ciel (par exemple le Soleil)
s'appelle le point de culmination. Le Soleil ne passe au zénith qu'entre les deux tropiques.

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 10
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

Certains télescopes sont conçus avec des miroirs liquides (au mercure par ex.) en
rotation. Du fait qu'ils doivent rester en permanence à la verticale, ce genre de télescope a un
champ d'observation restreint au zénith.

Le nadir (de l'arabe ‫نظير‬, nathir) est la direction directement en dessous d'un endroit
particulier, c'est donc l'opposé du zénith.

1.3.2. La hauteur et l'azimut

Pour repérer la position du soleil dans le ciel, on utilise deux angles :

 la hauteur h : angle entre la direction du soleil et sa projection sur le plan


horizontal
 l'azimut a : angle entre cette projection et la direction du Sud : a est compté
positivement vers l'Ouest et négativement vers l'Est

1.4. Les masques

Lorsque l'on veut utiliser l'énergie solaire à un endroit, il faut non seulement connaître
l'ensoleillement du site, mais aussi déterminer quelle quantité d'énergie vont amputer les
obstacles entre le soleil et ce site. Il faut donc relever les masques à l'endroit où l'on désire
implanter l'installation solaire. Pour cela, il faut se munir d'une boussole et d'un clinomètre et
relever la hauteur angulaire et l'azimut de tous les obstacles potentiels.

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 11
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

Ces données, une fois reportées


sur un graphe représentant la projection
de la course fictive du soleil à l'endroit
du site, permettront de déterminer les
heures de lever et de coucher du soleil
en fonction de la saison.

Logiciel de tracé de masque :

http://sourceforge.net/project/platformdownload.php?group_id=186836

1.5. Calcul de l'irradiation hémisphérique

Il est possible de calculer explicitement l'irradiation hémisphérique incidente sur un


plan incliné d'un angle et orienté avec un azimut, en calculant ses trois composantes :

 le direct, calculé à partir du direct sur le plan horizontal à l'aide d'un facteur de
transposition géométrique Rb
 le diffus, qui est la proportion de diffus total "vue" par le plan en fonction de son
inclinaison
 le réfléchi, qui est la proportion de global horizontal total "vue" par le plan en fonction
de son inclinaison et du coefficient de réflexion du sol (albedo).

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 12
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

Le facteur de transposition Rb est introduit pour tenir compte de la variation pendant


la journée de l'angle d'incidence du rayonnement direct sur le plan fixe étudié.
Variabilité de l'irradiation

Entre une journée sans nuages


et une journée avec ciel couvert, la
quantité d'énergie incidente sur un
plan donné peut varier d'un facteur 4
à 5. Dans le deuxième cas, cette
énergie arrive uniquement sous
forme diffuse, et la puissance
atteinte ne permet en général pas à
un capteur thermique d'atteindre un
niveau de température suffisant pour
délivrer une puissance utile.

1.6. Les autres données climatiques

Les besoins thermiques d'une installation solaire dépendent de la température d'eau


froide (besoins en eau chaude sanitaire) et de la température extérieure (besoins en
chauffage).

1.6.1. La température d'eau froide

La température d'eau froide en un lieu donné varie pendant l'année de manière


quasiment sinusoïdale, entre un minimum de 5 °C à 12 °C selon la localisation géographique
jusqu'à un maximum de 13 °C à 20 °C en été.

La température d'eau froide est plus basse dans le nord de la France que dans le sud :
pour un volume d'eau consommée donné, les besoins thermiques sont donc plus importants au
nord qu'au sud, ce qui compense d'une certaine manière une irradiation plus faible.

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 13
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

1.6.2. La température extérieure

De manière analogue, les températures extérieures sont plus basses dans le nord de la
France que dans le sud, ce qui conduit à des besoins thermiques pour le chauffage plus
importants au nord qu'au sud, ce qui compense d'une certaine manière une irradiation plus
faible.

1.6.3. Les degrés-jours

Pour calculer les besoins de chauffage, on utilise les degrés-jours, qui sont obtenus en
sommant pendant toute la durée de la période considérée (mois ou saison de chauffe) l'écart
entre la température intérieure de référence et la température extérieure moyenne quotidienne.
Si la référence est prise égale à 18 °C, on obtient les degrés-jours unifiés (DJU).

1.6.4. La température de base

C'est la température moyenne quotidienne minimale constatée 5 fois au moins au cours


d'une année. La température de base est utilisée pour dimensionner les appareils de chauffage
(émetteurs : convecteurs, radiateurs, planchers chauffants ; générateurs : chaudières). La
puissance de ces appareils doit être suffisante pour maintenir la température intérieure à la
valeur de consigne souhaitée lorsque la température extérieure est égale à la température de
base.

1.6.5. La neige et le vent et règles

Une installation solaire thermique doit être conçue en tenant compte de paramètres
météorologiques supplémentaires :

 Le vent doit être pris en compte pour le calcul des ancrages ou du lest des capteurs
placés sur les toitures ou sur des terrasses

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 14
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

 La neige intervient par son poids : il faut intégrer ce facteur pour éviter des désordres.

Les règles neige et vent NV 65 fixent les dispositifs constructifs à prendre en compte
pour tenir compte de ces contraintes.

En général, la neige ne reste pas sur des capteurs dont l'inclinaison dépasse 35 °. Il y a
lieu de prévoir des dispositifs adéquats pour que la neige ne s'accumule pas en bas des
capteurs, au risque d'en recouvrir une partie et de réduire la quantité d'énergie collectée.

1.6.6. Les sources de données météorologiques

On peut obtenir auprès de la Météorologie Nationale des données mesurées payantes :

 Durées d'ensoleillement
 Températures extérieures
 Degrés-jours, etc…

Autres sources de données gratuites :

 NASA : http://eosweb.larc.nasa.gov/sse/RETScreen/
 Joint Research Center : http://re.jrc.ec.europa.eu/pvgis/apps/pvreg.php?lang=fr&map=europe

2. Les différents types de capteurs solaires


Il existe toute une gamme de capteurs solaires qui permettent de répondre à différents
besoins. Il faut choisir le type de capteurs qui correspond le mieux au niveau de température
auquel on désire "travailler". Bien entendu, plus le niveau de température est élevé, plus les
technologies mises en œuvre sont évoluées et plus les coûts de production sont élevés. On
n'utilisera par exemple pas un capteur sous vide, permettant d'atteindre de très hautes
températures, pour réchauffer une piscine.

2.1. Les capteurs sans vitrage

2.1.1. Les capteurs "moquette"

Ce capteur est constitué d'un


caoutchouc souple très résistant : l'Ethylène
Propylène Diène Monomère (EPDM). Du fait
de l'absence de vitrage, et donc des pertes de
transmission afférentes, il possède un très bon
rendement pour les températures proches de
la température de l'air ambiant. Il ne permet
pas de produire d'eau chaude sanitaire.

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 15
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

Ses principaux avantages sont sa facilité de mise en œuvre et


son coût d'environ 100 €/m². Le dimensionnement usuel se
situe entre 1/3 et 2/3 de la surface du bassin. Il peut être utilisé
aussi bien pour des piscines privées que pour des piscines
publiques.

2.1.2. Les capteurs à air pour le séchage

La toiture d'une grange peut constituer un excellent capteur pour réchauffer l'air
nécessaire au séchage du foin. Cet air est collecté dans une lame d'air aménagée entre la
toiture et un isolant rigide placée en-dessous, puis soufflé grâce à un ventilateur grâce à un
réseau de gaine jusqu’au dessous du fourrage à sécher placé sur un caillebotis.

2.1.3. Les capteurs sans vitrage à absorbeur métallique

Il existe des capteurs non vitrés sélectifs utilisant un absorbeur métallique. Ces
capteurs permettent d'atteindre des températures un peu plus élevées que les capteurs
"moquette", ou inversement de fonctionner également en dehors de la période estivale.

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 16
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

Le capteur plan non vitré en acier à revêtement sélectif permet d'avoir de très bonnes
performances quand les besoins sont en phase avec la ressource. Ils sont peu sensibles à
l'angle d'incidence du rayonnement.

Il peut être utilisé pour du préchauffage d'eau chaude. Il


faut alors installer environ une surface de capteurs deux fois plus
importantes qu'avec des capteurs plans vitrés sélectifs pour obtenir
des performances équivalentes. Le principal constructeur est
suisse : Energie solaire SA.

2.2. Les capteurs plans vitrés

Le capteur plan est le capteur le plus répandu et le mieux adapté aux besoins de
chauffage et d'eau chaude sanitaire dans les bâtiments.

Les capteurs vitrés restent les plus


performants bien que les non vitrés soient assez
utilisés dans de nombreux pays européens
(essentiellement pour du pré-chauffage d'eau chaude
sur des installations collectives).

Ce type de capteur se présente sous forme de


caissons de différentes dimensions ou sous forme
d'éléments séparés à intégrer directement dans
l'architecture des bâtiments. Les surfaces mises en
œuvre vont de quelques mètres carrés pour les chauffe-eau solaires individuels à plusieurs
centaines de mètres carrés pour les installations collectives.

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 17
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

2.3. Les capteurs à tubes sous vide

Les capteurs sous vide permettent d'atteindre des hautes températures (150°C) avec
des rendements corrects. Le vide créé à l'intérieur des tubes permet de réduire de manière
importante les déperditions lors de la montée en température.

Cette technique a été développée il


y a une trentaine d'années afin d'améliorer
les performances d'un capteur plan. L'air
à l'intérieur est évacué pour faire le
vide et le tube est fermé
hermétiquement. Le principe est
simple, mais la fabrication est
difficile à cause des liaisons
verre/métal nécessaires. Ainsi
ils sont utilisés pour la climatisation
par absorption où des températures de plus de 80°C sont nécessaires, ou pour la production
d'eau chaude haute température. Leur coût reste important.

Leur utilisation pour le chauffage de l'eau chaude sanitaire est tout à fait possible,
cependant les performances d'un chauffe-eau solaire équipé de capteurs sous vide ne sont pas
tellement meilleures qu'avec des capteurs plans vitrés, dans le cas où l'on produit de l'eau à
50°C. Le choix du capteur sous vide est donc intéressant pour des plages de températures où
les capteurs plans vitrés ont des rendements qui chutent. Le coût de ces capteurs est souvent
supérieur à 700 €/m².

2.3.1. Les capteurs à circulation directe

Dans ce système, le fluide caloporteur


circule dans le tube sous vide, grâce à un tube en U
sur lequel est fixé une ailette recouverte d'un
revêtement sélectif.

2.3.2. Les capteurs à caloduc (http://www.outilssolaires.com/premier/prin-sousvide1.htm)

Dans ces systèmes, la chaleur est transférée depuis


l'ailette jusqu'à un collecteur situé en partie haute
du capteur grâce à un caloduc.

C'est un échangeur qui utilise les mécanismes de


transfert de chaleur par évaporation et condensation
d'un fluide placé dans un tube fermé. Le fluide
s'évapore en captant la chaleur fournie par l'ailette,

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 18
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

s'élève jusqu'en partie haute, cède sa chaleur par condensation au fluide caloporteur qui
circule en partie haute, et retourne par gravité en bas du tube.

Pour permettre ce retour, les tubes doivent être installés avec une inclinaison. Ce type
de montage permet le remplacement d'un tube en cas de bris, sans devoir purger toute
l'installation.

2.3.3. Le capteur à tube sous vide à effet "Thermos"

Ici, l'absorbeur n'est pas dans le tube, mais glissé dans


l'espace interne d'un tube double enveloppe en verre. Ainsi,
la soudure verre-métal, toujours délicate, est évitée. Le tube
intérieur comporte le revêtement sélectif. Ce type de capteur
est majoritairement fabriqué et installé en Chine.

(http://www.outilssolaires.com/premier/prin-sousvide2.htm)

2.3.4. Les capteurs CPC : (http://www.outilssolaires.com/premier/prin-sousvide2.htm)

Les capteurs sous vide à concentration combinent l'effet de concentration des miroirs
paraboliques (CPC = compound parabolic concentrator) avec des capteurs sous vide
permettant d'obtenir des hautes températures avec des surfaces de captage réduites.

2.4. La concentration

2.4.1. Les capteurs à concentration cylindro-paraboliques


Les capteurs à concentration fonctionnent avec
un système de poursuite du soleil. Selon que la
concentration se fait sur un point (suivi du soleil selon
deux axes) ou sur une ligne (suivi du soleil selon un
axe), les températures atteintes sont plus ou moins
élevées.

Les capteurs à concentration cylindro-paraboliques


concentrent la lumière sur un absorbeur linéaire, avec
un système de poursuite du soleil selon une seule
direction. De ce fait, le facteur de concentration n'est
pas très élevé, ainsi que les températures atteintes.

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 19
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

Ces systèmes permettent d'atteindre des températures de 200 à 400 °C, pour des
puissances de plusieurs centaines de kW.

Les premières centrales industrielles importantes de ce type ont été développées aux
Etats -Unis par la compagnie Luz Solar.

Deux variantes existent, selon la partie mobile :

2.4.2. Les capteurs à concentration type "dishes"

Les capteurs à concentration du type 'dishes" concentrent la lumière sur un absorbeur


ponctuel, avec un système de poursuite du soleil selon deux directions.

De ce fait, le facteur de concentration est plus important, ainsi que les températures
atteintes.

Ces systèmes permettent d'atteindre des températures de 400 à 800 °C, pour des
puissances de plusieurs dizaines de kW.

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 20
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

2.4.3. Les centrales à tour

Les installations de ce type


concentrent la lumière sur un absorbeur
ponctuel, à l'aide de miroirs (appelé
"héliostats") qui suivent le soleil selon deux
directions, sur une chaudière située au
sommet d'une tour.

De ce fait, le facteur de
concentration est plus important, ainsi que
les températures atteintes. Compte tenu du
grand nombre de miroirs, les puissances
peuvent atteindre plusieurs MW. Une telle
centrale (Thémis) a été expérimentée dans
les années 80, et devrait reprendre du service prochainement. Ces systèmes permettent
d'atteindre des températures de 400 à 800 °C, pour des puissances de plusieurs MW.

2.5. Capteurs divers

2.5.1. Les capteurs-stockeurs

Les capteurs stockeurs, comme leur nom l'indique, sont des ensembles qui cumulent les
fonctions de captage et de stockage de l'énergie solaire. Le mur "Trombe" est une application
connue de ce principe.

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 21
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

La fonction de stockage permet une


autonomie de l'ordre de la journée et se fait
dans des matériaux ayant une forte capacité
thermique. Ces capteurs, souvent
artisanaux, sont relativement peu répandus
et servent principalement pour la
production d'eau chaude sanitaire ou le
chauffage des maisons (mur Trombe). On
trouve également certains capteurs qui
fonctionnent comme un plancher chauffant "à l'envers" : un dalle en béton capte et accumule
l'énergie solaire et la restitue à un fluide caloporteur circulant dans des tubes noyés dans le
béton.

2.5.2. Les centrales à effet de cheminée

Ces installations, encore au stade du prototype, fonctionnent en utilisant le tirage


thermique ou "effet de cheminée", crée par la différence de densité entre l'air réchauffé par
une couverture transparente tenue à une certaine hauteur du sol et l'air plus froid au sommet
de la tour.

La vitesse du mouvement de l'air est fonction


de la différence de température entre la partie basse et
la partie haute de la cheminée et de sa hauteur. L'effet
de cheminée peut fonctionner 24 heures sur 24,
pendant la journée à cause de la chaleur créée par le
rayonnement solaire dans la serre, et pendant la nuit
avec la chaleur emmagasinée dans le sol. L'électricité
est produite par des turbines situées à l'entrée de la
cheminée. Compte tenu de la taille des installations
prévues, les puissances atteindront plusieurs MW,
avec des températures de quelques dizaines de degrés.

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 22
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

3. Les capteurs solaires plans


3.1. Constitution du capteur plan vitré

Le capteur plan vitré reste le


capteur le plus répandu. Il se compose :

 d'un élément absorbeur, recouvert la


plupart du temps d'un revêtement
sélectif, en contact avec des tubes
métalliques (souvent en cuivre)
véhiculant le fluide caloporteur qui
transporte l'énergie jusqu'à
l'extérieur du capteur.
 d'un vitrage pour favoriser l'effet de serre et réduire les pertes par convection. " d'un
isolant afin de limiter les pertes vers l'extérieur.
 pour ce qui est de la structure, ces éléments peuvent être enfermés dans un caisson ou
bien intégrés en toiture. Un joint d'étanchéité en matériau élastique a pour principale
fonction de maintenir l'étanchéité du capteur en empêchant l'eau de pénétrer quand il
pleut.

3.2. Principe de fonctionnement

Une partie de l'irradiation solaire qui arrive sur le vitrage traverse celui-ci pour
atteindre l'absorbeur. Ce dernier s'échauffe et transmet la chaleur au fluide caloporteur qui
circule dans les tubes.

Comme tout corps qui s'échauffe, l'absorbeur émet un rayonnement (en grande partie
dans les infrarouges) qui est d'une part absorbé par le vitrage, d'autre part réfléchi par le film
placé sur l'isolant. L'isolant a pour fonction de limiter les déperditions thermiques avec
l'extérieur. En effet, le maximum d'énergie doit être transmis au fluide, il faut donc limiter les
pertes avec l'environnement proche.

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 23
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

3.3. Propriétés optiques des matériaux

Au contact d'un matériau, le rayonnement


incident se décompose en trois parties : une partie est
réfléchie, une partie est absorbée et le reste est
transmis.
Tous les matériaux n'ont pas les mêmes
comportements vis à vis du rayonnement qu'ils
reçoivent. Certains vont être transparents à des
longueurs d'ondes particulières et absorber toutes les autres (le verre laisse passer la lumière
visible et absorbe les UV et les IR).
Suivant l'angle d'incidence sur le matériau, le rayonnement sera plus ou moins réfléchi.
La quantité d'énergie absorbée par rayonnement dépend donc de l'angle d'incidence et du
coefficient d'absorption a du matériau pour certaines longueurs d'ondes. Les propriétés
optiques des matériaux sont caractérisées à l'aide de 3 coefficients :

De plus, tout corps qui s'échauffe émet dans son


environnement un rayonnement de longueur d'onde
inversement proportionnelle à sa température. La loi
de Wien donne la longueur d'onde du maximum
d'émission en fonction de la température du corps :

Ce rayonnement est plus ou moins intense suivant le coefficient d'émissivité e du


corps. Plus ce coefficient est faible (proche de 0), moins le corps émet. Les valeurs de
l'émissivité vont de 0 à 1 (corps noir).

3.4. L'effet de serre

La plus grande partie de l'énergie émise par le


soleil l'est sous forme de rayonnement dont les
longueurs d'onde correspondent à la lumière visible. Le
verre ou les plastiques utilisés sur les capteurs plans
vitrés sont transparents dans cette tranche de longueurs
d'onde. Ils laissent donc passer une grande partie de
l'énergie.

Par contre ils sont opaques aux ultra-violets (on


ne bronze pas derrière une vitre) et retiennent une
grande partie des infrarouges que l'absorbeur émet lors
de son échauffement. La chaleur dégagée par ce dernier
reste emprisonnée dans l'enceinte du capteur. C'est le phénomène d'effet de serre.

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 24
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

En définitive, un capteur solaire thermique doit accepter le maximum de rayonnement


solaire (transmittance élevée), en absorbant la majeure partie (absorbance élevée), en émettant
et en laissant sortir le moins possible (transmittance réduite dans les ondes longues).

3.5. Bilan thermique d'un capteur

La puissance utile est celle qui permet de


réchauffer le débit de fluide caloporteur de la
température d'entrée Tentrée jusqu'à la température
de sortie Tsortie :

La puissance utile Eu que l'on peut


récupérer d'un capteur solaire dépend de nombreux paramètres, à savoir des paramètres
extérieurs :

 E : la puissance solaire incidente sur le plan du capteur (W/m²)


 Tm : la température moyenne du capteur (approximée à la moyenne entre les
températures d'entrée et de sortie de capteur) (en °C).
 Text : la température extérieure (en °C)

et des paramètres définissant le capteur :

 : le facteur optique du capteur, qui est le rapport entre l'ensoleillement absorbé


par l'absorbeur et l'ensoleillement incident sur le vitrage. Ce facteur optique est le
produit du facteur de transmission du vitrage par le coefficient d'absorption de
l'absorbeur .
 K : le coefficient de déperditions thermiques (W/°C)

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 25
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

Le bilan thermique en régime stationnaire du capteur exprime que la puissance


absorbée E se répartit entre la puissance utile E u et les pertes thermiques :

Eu est donc égale à la partie de la puissance incidente traversant le vitrage et absorbée


par l'absorbeur, diminuée des déperditions thermiques (proportionnelles à l'écart de
température entre le capteur et l'ambiance) :

Le rendement du capteur , défini comme étant le rapport entre la puissance utile Eu


et la puissance incidente E, s'obtient donc avec l'expression suivante :

Simulation dynamique du rendement d'un capteur thermique :

0,95
transmission vitrage t facteur optique b = t.a 0,855
0,9
absorption absorbeur a x 0,06 m².K/W
4
coefficient de pertes K W/K.m² pertes optiques 1-b 14,5 %
20
température moyenne Tm °C pertes thermiques 24,0 %
-10
température extérieure Text °C rendement h 61,5 %
500
irradiation (W/m²) E W/m²

3.6. Courbe de rendement

Une nouvelle norme européenne (EN 12975-2) introduit un deuxième coefficient de


pertes thermiques a2, afin de mieux prendre en compte les pertes non linéaires (rayonnement):

: le facteur optique du capteur,


a1 et a2 : coefficients de déperditions thermiques (W/m².K et W/m².K²)

L'expression du rendement devient alors :

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 26
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

Quel capteur choisir ?

Les courbes de rendement des capteurs montrent que pour un ensoleillement constant,
les performances des capteurs baissent lorsque l'on demande au capteur de "travailler" à une
température éloignée de la température extérieure. Ceci est dû tout simplement aux
déperditions thermiques qui augmentent avec la température (de manière linéaire pour les
phénomènes de convection et conduction et à la puissance 4 pour les pertes par rayonnement).
Il faut donc, pour tirer meilleur parti des capteurs, utiliser une technologie qui correspond le
mieux aux niveaux de températures auxquels on veut travailler. Un capteur sous vide aura un
rendement 30% supérieur à un capteur plan vitré pour produire de l'eau à 90 °C. Par contre il
sera moins performant qu'un capteur moquette pour réchauffer l'eau d'une piscine de deux
degrés par rapport à la température ambiante.

3.7. Seuil de démarrage

Contrairement à un capteur photovoltaïque dont la production est proportionnelle à


l'irradiation incidente, un capteur thermique ne fournit une énergie utilisable qu'au-delà d'un
certain seuil d'irradiance, fonction des caractéristiques du capteur et des températures de
fonctionnement. Ce seuil est la puissance minimale nécessaire pour que le rendement du
capteur devienne positif, c'est-à-dire qu'il puisse fournir de l'énergie à un niveau de
température supérieure à celui de la charge qu'il alimente.

L'expression du seuil d'irradiance dépend de la formule du rendement utilisé.

On voit que le niveau d'irradiation qui permet le fonctionnement du capteur est


d'autant plus bas que le facteur optique est élevé et que le ou les coefficients de pertes

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 27
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

thermiques sont faibles. Un capteur sous-vide va donc "démarrer" plus rapidement qu'un
capteur plan.

Simulation du seuil de démarrage :

absorption absorbeur h0 0,75

coefficient de pertes a1 1,25 W/K.m²


coefficient de pertes a2 0,0094 W/m².K²
température moyenne Tm 150 °C
température extérieure Text 15 °C
irradiation seuil E 0 W/m²

3.8. Température de stagnation

Un capteur solaire ne monte pas indéfiniment en température. Plus sa température de


fonctionnement augmente, plus le rendement diminue jusqu'à s'annuler.

La température de stagnation est la température atteinte par le capteur en l'absence de


circulation du fluide, donc à rendement nul.

Elle est d'autant plus élevée que l'irradiation est importante, la température extérieure
élevée et le capteur performant. L'expression de cette température maximale est obtenue en
résolvant l'équation du premier ou du deuxième degré en T donnée par = 0.

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 28
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

Simulation de la température de stagnation :

absorption absorbeur h0 0,75

coefficient de pertes a1 1,25 W/K.m²


coefficient de pertes a2 0,0094 W/m².K²
irradiation E 1000 W/m².K²
température extérieure Text 25 °C
température de stagnation Tm 0 °C

3.9. Choix de l'orientation et de l'inclinaison

Le choix de l'orientation et de l'inclinaison des


capteurs peut être guidé par des préférences
architecturales, cependant d'une manière optimale, les
capteurs sont orientés plein sud (dans l'hémisphère
nord) avec une inclinaison proche de 45° sous nos
latitudes.

Il y a tout de même un degré de liberté assez large quant à l'implantation sans que les
performances ne s'en fassent trop ressentir. Mais la tolérance dépend de l'utilisation du capteur
(ECS seule ou chauffage + ECS) L'inclinaison peut varier entre 30° et 60° selon que l'on veut
privilégier le rayonnement d'été (haut sur l'horizon) ou celui d'hiver (bas sur l'horizon).

Bien entendu plus les capteurs se rapprochent de la verticale, plus l'orientation aura de
l'importance. La présence de masques (montagnes au lever ou au coucher de soleil) peut aussi
influencer l'orientation.

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 29
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

3.10. Les composants

3.10.1. Le vitrage

Les capteurs vitrés de bonnes qualités utilisent tous le verre. Les polycarbonates ou
autres matériaux de synthèse, même s'ils sont moins chers, n'ont pas des qualités de résistance
mécanique et de stabilité dans le temps suffisantes (certains jaunissent dans le temps sous
l'action des UV, et peuvent devenir fragiles).

Le verre reste donc le matériau de prédilection pour la couverture des capteurs. Il peut
cependant subir des transformations afin d'améliorer ses qualités.

Le verre trempé a une très bonne résistance aux chocs (chute de grêle).
Il est possible d'obtenir des verres à haute transmission énergétique (t = 0,92) en éliminant la
plupart des oxydes de fer lui donnant sa couleur verte.

Un traitement antireflet diminue la part


perdue par réflexion. On peut aussi ajouter
de couches d'oxydes métalliques
réfléchissantes sur la surface inférieure,
afin de créer des verres sélectifs qui
retiennent d'autant mieux les infra-rouges
(effet de serre).

On utilise aussi des verres polis ou prismés qui réfléchissent moins les rayonnements
dont les angles d'incidences sont supérieurs à 45°.

3.10.2. Le revêtement sélectif

Pour améliorer le rendement des


capteurs, les absorbeurs sont recouverts d'un
revêtement sélectif pour l'absorption et
l'émission. Ces revêtements sont de couleur
noire afin d'absorber le rayonnement solaire
au maximum (coefficient d'absorption
proche de 1) et leur état de surface est tel
qu'ils piègent les rayonnements infrarouges
qui sont émis lors de l'échauffement. Le
coefficient d'émissivité est alors beaucoup plus faible que pour une peinture noire
classique, et le rendement du capteur est nettement meilleur. Généralement ces
Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 30
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

revêtements utilisent des oxydes de nickel ou de chrome, voire de titane. Les


principaux traitements sélectifs sur le marché sont :

Alanod : Mirotherm ( = 0.95, = 0.05) sur aluminium : Allemagne


Alanod (anciennement Interpane) : Sunselect ( = 0.95, = 0.05) sur cuivre :
Allemagne
ChromeCoat ( = 0.95, = 0.10) sur cuivre : Danemark
MTI Krosol : ( = 0.96, = 0.12) sur cuivre : Etats Unis
Tinox : Classic ( = 0.95, = 0.05) sur cuivre : Allemagne
Sunstrip : ( = 0.96, = 0.07) sur aluminium : Suède

Les principaux critères à considérer sont :

Performance
Durabilité
Impact environnemental

3.10.3. L'absorbeur

L'absorbeur est l'élément essentiel du capteur


solaire, il doit absorber la plus grande partie du
rayonnement solaire et transmettre la chaleur produite
vers le fluide caloporteur avec le minimum de perte. Il
doit être le plus léger possible afin d'éviter l'inertie de
mise en régime et construit avec un matériau bon
conducteur. A ces deux qualités, il faut ajouter celles
d'ordre mécanique et chimique (bonne tenue à la
pression, à la dilatation, résistance à la corrosion,
fiabilité dans le temps).

D'autre part il doit être réalisé économiquement. Le contact entre l'absorbeur et le


fluide caloporteur doit être le meilleur possible.

Lorsqu'il y a des tubes, ces derniers doivent être soudés (attention aux hautes
températures), collés ou sertis, de manière à ce que l'échange de chaleur se fasse le mieux
possible. Au vu de ces contraintes, les deux matériaux les plus employés restent le cuivre et
l'aluminium.

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 31
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

3.10.4. L'isolation

Les isolants pour face arrière des capteurs


les plus souvent utilisés sont les fibres minérales
(laine de verre ou laine de roche) ou les
mousses de polyuréthane.

Il faut que les produits utilisés résistent aux


températures de fonctionnement qui dépassent
largement les 100°C pour les capteurs
modernes, dans certains cas (capteur en
stagnation).
Les isolants tels que le polystyrène sont donc à
bannir (il commence à mollir et à fondre à partir
de 80°C).

Dans le cas d'utilisation de laines


minérales, il convient de veiller à se qu'elles
restent sèches, car l'humidité altère les
performances thermiques de ces matériaux.

3.11. Normes et avis techniques

La norme 12 975 concerne les capteurs solaires :

- NF EN 12975-1 (exigences générales)


- NF EN 12975-2 (méthodes d'essais)

Les capteurs sont couverts par deux types de certification appuyés sur la norme 12 975 :

* Avis technique délivré par le CSTB :

 Repose sur les normes européennes pour la plupart des essais (sauf arrachement et
vieillissement accéléré)
 Intègre l'aspect sécurité et mise en œuvre
 Certification CSTBat des produits associés à l'ATEC
 Reconnaissance par les assureurs " Solar Keymark (marque européenne)
 Certification des produits
 Encore peu ou pas de reconnaissance par les assureurs

* Solar Keymark (marque européenne)

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 32
Mise en forme et enseigné par Moncef JRAIDI

 Certification des produits


 Encore peu ou pas de reconnaissance par les assureurs

3.12. Les fabricants

Actuellement, plus de 40 fabricants ou distributeurs vendent des capteurs solaires


thermiques en France :

Liens :

Capteurs solaires sous avis technique CSTB : http://www.tecsol.fr/st_fr/default.htm


Capteurs solaires testé au SPF Rapperswil :
http://www.spf.ch/spf.php?lang=fr&fam=1&tab=1
Données techniques sur capteurs et systèmes :
http://www.outilssolaires.com/Fabricants/default.htm

3.13. Synthèse

Un capteur est d'autant plus performant :

- que l'irradiation est importante

==> orientation et inclinaison adaptés à l'usage

- qu'il fonctionne avec un écart faible température capteur / température ambiante

==> usages basse température


==> en chauffage, émetteurs de grande surface : planchers chauffants, murs chauffants,
radiateurs basse température

Par Thomas Letz - INES Education - Savoie Technolac - BP258 - F73375 Le Bourget du Lac -Novembre 2007 33