Вы находитесь на странице: 1из 8

Dr D.

BENLALDJ Maitre assistant en hémobiologie

Service d’hémobiologie CHU


d’Oran

Enzymes érythrocytaires

I - Introduction:
Les érythrocytes matures survivent dans le torrent circulatoire environ 120 jours et assurent
effectivement le transport de l'oxygène vers les tissus. Ceci est possible grâce à un système
enzymatique qui assure le métabolisme énergétique, et qui protège l'hémoglobine et la
membrane de l'oxydation et de la dégradation. Intérêt :

 Production d’ATP par le métabolisme énergétique, indispensable au maintient de la


forme biconcave.
 Maintient du pool en phosphate inorganique qui régule les fonctions oxyphoriques de
l’Hb.
 La production du NADH et NADPH qui jouent un rôle primordial dans le mécanisme
d’oxydoréduction.

II-Etude des enzymes érythrocytaires :

Dépourvu de la respiration cellulaire, le GR a comme principale source d’énergie la


glycolyse anaérobie qui comporte trois voies :

A- La voie d’Embden Meyerhof : figure 1.


Production de 90% du besoin énergétique du GR sous forme d’ATP qui à le rôle de :
 Maintenir la forme biconcave et la souplesse de l’érythrocyte
 Permettre le transport actif des cations à travers la membrane
 Production du NADH et NADPH

1-Régulation:
Régulée +++ par la concentration intra érythrocytaire en ATP :
 La diminution de la concentration en ATP entraine une stimulation des kinases
activant donc la glycolyse, et toute augmentation de la concentration en ATP inhibe la
glycolyse.
 L’accroissement du PH active la glycolyse avec un effet maximal à un pH=8,1.
 Des concentrations élevées en phosphates inorganiques dans le GR stimulent la
glycolyse.
 La température : la glycolyse est maximale à 48 0C, et réduite à 4 fois à 04 0C.
 Les concentrations élevées de 2.3 DPG et le NADH inhibent la glycolyse.
Dr D.BENLALDJ Maitre assistant en hémobiologie

Service d’hémobiologie CHU


d’Oran

2-Etude des enzymes:


a-Pyruvate kinase
Structure : Le pyruvate kinase est un oligomère constitué de 4 chaines d’ac aminés et d’une
masse de 235 Kilos daltons.
Il existe 4 iso enzymes (L, M1, M2, R), la forme R spécifique aux érythrocytes, qui est
différente des formes L et M par son profil éléctrophorétique.

La PK R et la PK L sont codées par un même gène ch1 q21, mais se distinguent par deux
promoteurs différents, tandis que les formes M sont codées par un gène localisé sur le chr 15
qui subit un processus d’épissage alternatif pour donner les formes M1, et M2.
La PK R est différente des autres iso formes par son profil de migration éléctrophorétique,
c’est l’enzyme clé de la voie d’EMBDEN MEYERHOF.
Fonction : L’enzyme catalyse le transfert direct du radical phosphoryle et de l’énergie, sur
l’ADP.
L’hydrolyse de la liaison du P-énol pyruvate libérant environ 62 Kj/mole, après le transfert l’
enzyme produit encore 31 Kj/mole de chaleur .Cette quantité importante de chaleur libérée
rend cette réaction irréversible.
La PK est inhibé par une phosphorylation en présence d’AMP cyclique.
La PK R est une hydrolase qui catalyse la réaction de transformation du PEP en pyruvate avec
la phosphorylation d’un substrat d’ADP.
Ce processus exige un cofacteur Mg++, K+.
Le F 1.6 di-P exerce un control positif sur l’activité du l’enzyme, par contre elle est inhibée
par la forte concentration d’ATP.

b-l’héxokinase:
L’héxokinase est une enzyme allostérique qui se trouve dans toute les cellules de l’organisme,
c’est une protéine monomérique de PM 100 KD, le gène codant est localisé sur le
chromosome 10q22. Elle est l’enzyme érythrocytaire la plus sensible au vieillissement.
Fonctions et mode d’action :
Elle catalyse le transfert d’un groupement phosphate aux hexoses donnant un hexose
phosphate, le glucose est le substrat principale de cette enzyme donnant comme produit le
glucose-6-phosphate.

c-Phospho fructokinase:
Structure : C’est une protéine tétramérique composée de 4 sous unités : s/u M, s/u L dont la
combinaison au hasard donne lieu à des hybrides variés : M4, M1L3, M2L2, L4.
La s/u M est codée par un gène localisé sur le chr 01 et la s/u L par un gène localisé sur le chr
21.
Dr D.BENLALDJ Maitre assistant en hémobiologie

Service d’hémobiologie CHU


d’Oran

B- Le shunt de RAPOPORT LUBERING : (figure 1)


L’importance de cette voie réside dans la production du 2.3 DPG qui joue un rôle primordial
dans la régulation des propriétés oxyphoriques de l’ Hb. Le 2.3 DPG se fixe dans la cavité
centrale de l’oxyhémoglobine par interaction avec la VAL 1 , LYS 82 , HIST 143 des deux
chaines β et va donc stabiliser l’Hb sous cette forme, il en résulte que :

 l’augmentation du 2.3 DPG réduit l’affinité de l’Hb pour l’O2


 la diminution de 2.3 DPG augmente l’affinité de l’Hb pour l’O2

Le 2.3 DPG joue également un rôle dans la régulation de la glycolyse.

1- Les enzymes

a-2,3 diphosphoglycérate mutase: Permet le transfert d’un groupement phosphate du C1 du


1.3 DPG vers le C2 donnant le 2.3 DPG, elle est fortement activée par le 3 P-glycerate.

b-2,3 diphosphoglycérate phosphatase : Agit sur le 2.3 DPG pour libérer un Pi et produire du
3 P-glycérate qui rentre dans la voie d’EM. L’enzyme a une structure dimérique, codée par un
gène porté par le chr 7.

C- La voie des pentoses phosphate: figure 2


Elle est la deuxième voie intra érythrocytaire de dégradation de glucose (10%). Elle permet :

 Production de NADPH (Nicotine amide di nucléotide phosphate réduit) qui a le rôle


de co enzyme de la glutathion réductase et dans certaines conditions le coenzyme
d’une méthémoglobine réductase non physiologique.
 Production du ribose 5-P qui se transforme en glycéraldéhyde 3-P et rejoint la voie
d’EM.
1. Les enzymes:

a-Glucose 6 phosphate déshydrogénase: G6PD

Structure: C’est l’ enzyme clé de cette voie. La G6PD est constituée de plusieurs sous unités
de PM de 55 KD. Le dimère est la forme prépondérante dans le GR. Elle comporte 500 AA et
son extrémité N terminale est bloquée par un acide pyroglutamique. Le gène est porté par le
chromosome X q28, ce gène s’étend sur plus de 20 KB et comporte 13 exons dont le premier
n’est pas traduit.

Fonction : Cette enzyme permet l’oxydation du G6-P en 6G-P ,avec réduction du NADP en
NADPH. La G6PD possède deux sites d’actions :

 Un site de fixation des substrats G6-P: LYS 205


Dr D.BENLALDJ Maitre assistant en hémobiologie

Service d’hémobiologie CHU


d’Oran

 Un site du NADP : GLY-ALA-GLY-ASP-LEU-ALA

La forme active résulte d’un équilibre entre dimère et tétramère : l’agrégation de monomères
inactifs en dimère catalytique nécessite la présence de NADP.

III- Système d’oxydoréduction :

A- Système d’oxydoréduction du glutathion: figure 3


1- Les enzymes :

a-Gamma Glutamylcysteine synthétase: C’est une protéine de structure monomérique de


faible PM, elle est codée par un gène localisé sur le chromosome 12.Son activité nécessite
l’apport d’énergie s/f d’ATP. Le g Glutamylcysteine joue un rôle de control négatif pour
l’ezm.

b-GSH synthétase: C’est une protéine monomérique codée par un gène localisé sur le
chromosome 1, son activité nécessite l’apport d’ATP. Le glycocolle exerce un control
positif sur l’enzyme.

2- Rôle du GSH:

La protection des groupements thiols de l’Hb et des autres protéines en particulier


membranaires. Il participe à la capture des radicaux libres oxydants, et la détoxification des
peroxydes qui entrainent dans le GR la formation des dérivés oxydés de la globine et des
peroxydes lipidiques, dont l’accumulation provoque la destruction de la membrane.

3- Métabolisme du glutathion : figure 4

a-Glutathion réductase: C’est une flavoproteine dont l’activité dépend du taux de flavine
adénine di nucléotide (FAD), et d’une co enzyme le NADPH produit par le shunt des
pentoses phosphates. Sa fonction est de réduire le GSSG en GSH en arrachant l’hydrogène du
NADPH. Elle permet également de réduire les ponts disulfures entre le glutathion et les
groupement thiols des protéines, ce qui permet la protection de la cellule contre les
agressions et contre les agents oxydants.

b-Glutathion peroxydase: Elle a le pouvoir de décomposer et lutter contre les radicaux libres,
dont les plus dangereux sont le peroxyde d’hydrogène et les peroxydes organiques.

B- Système de réduction de méthémoglobine:


Le GR contient moins de 1% d’Hb sous forme oxydé (met Hb), ce taux est maintenu faible
par l’action d’une met Hb réductase à NADPH physiologique, et dans certains conditions par
une met Hb réductase à NADH.
Dr D.BENLALDJ Maitre assistant en hémobiologie

Service d’hémobiologie CHU


d’Oran

1-Met Hb réductase à NADH( voie principale) : Connue sous le nom de NADH-diaphorèse ,


c’est une NADH cytochrome b5 réductase liée à la membrane érythrocytaire, dont elle peut
être déplacée par protéolyse. Cette enzyme contient du FAD comme groupement
prosthétique. Elle a une très grande affinité pour le NADH et une faible affinité pour le
NADPH.

Mode d’action : La réduction du met Hb comporte deux étapes :

Une première enzymatique : CYT b5 réductase

NADH +CYT b5 oxydé NAD + CYT b5 réduit

Une deuxième non enzymatique :


CYT b5 réductase
3+
CYT b5 réduit + Hb Fe Hb Fe 2+ + CYT b5 oxydé

2-Met Hb réductase à NADPH(voie accessoire):


 Son existence a été soupçonné d’après l’analyse de l’effet du bleu de méthylène sur la
réduction de la met Hb, celle-ci est accélérée lorsque ce corps est ajouté à une
suspension d’hématies methémoglobinisées par les nitrites en présence du glucose.
 L’enzyme est inactive en absence d’un transporteur d’électrons intermédiaire, un tel
transporteur n’existe pas physiologiquement, il est représenté par certains colorants
oxydables comme le bleu de méthylène et le bleu de Nil.
 Cette enzyme est activée en cas d’absence de met Hb réductase physiologique (cas
d’injection du bleu de méthylène).
 L’activité enzymatique dépend étroitement de la production du NADPH par le shunt
des pentoses, ceci explique l’absence d’accélération de la réduction de la met Hb ,
observée en faisant incuber les hématies déficientes en G6PD avec le bleu de
méthylène et le glucose .
C- Autres enzymes :
1-Catalase: C’est une enzyme présente pratiquement dans tous les tissus de l’organisme, elle
permet la décomposition de H2O2 et également à des réactions de peroxydations :
Catalase

RH2 -H2O2 R + 2H2O


Dr D.BENLALDJ Maitre assistant en hémobiologie

Service d’hémobiologie CHU


d’Oran

L’enzyme est réactivée par le NADPH ou le NADH et se trouve directement associée, au


même titre que la GSH réductase à la voie des pentoses phosphate.
2-Anhydrase carbonique: C’est une enzyme de masse moléculaire de 29.3 KD. Il existe
plusieurs co enzymes, l’iso enzymes II est essentiellement intra-érythrocytaire et catalyse la
réaction suivante :
L’Anhydrase carbonique

CO2 + H2O H2CO3- + H+

Le site catalytique de l’enzyme comporte un ac glutamique, une thréonine et un atome de Zn


lié à trois histidines.
Son activité peut être inhibée spécifiquement par divers agents chimiques anions
monovalents, sulfamides, acétazolamide, ions mercuriques.

3-Superoxyde dismutase:
Elle a un rôle dans la lutte contre les agents oxydants, c’est une protéine de structure
dimérique SOD1 ou tétramérique SOD2 et SOD3.
Elle est constituée de 02 sous unités, et codée par des gènes localisés respectivement sur les
chromosomes 21, 6, et 4.
Elle assure cette réaction :
Superoxyde dismutase

2O2 + 2 H+ H2O2 + O2
Dr D.BENLALDJ Maitre assistant en hémobiologie

Service d’hémobiologie CHU


d’Oran

A A
D- T D α-D-
Glucos P HexokiP Glucose6-
e P Phospho-
nase glucose
β-D- isomérase
Fructose6
A -P Phospho-
T
A Fructo
P
D kinase
P β-D-Fructose
1.6-di P
Aldo
lase
Glycéraldé Glycéraldéhyd
Dihydroxya N
Triose p hyde.3P e 3P
cétone-P A
phosphate i déshydrogénas
NA
D+
isomérase 1.3 eDH
PG Diphosphogly
D
2.3 tase cérate
A
Shunt M u Phosphogl A
D
ycérate T
P
RAPOPP p
3- P
ORT 2.3 i DPG Kinase
2.3 Phosphoglycé
DPG phosphata
LUEBE rate
se
RING
Dr D.BENLALDJ Maitre assistant en hémobiologie

Service d’hémobiologie CHU


d’Oran

3-Phosphoglycérate

Phosphoglycero-
mutase

2-Phosphoglycérate

Enolase

Phosphoénolpyruvate
ADP
Pyruvate Kinase
ATP

Pyruvate

Lactate NADH
Déshydrogénase NAD+

Lactate

Figure : 1 voi d’EMBDEN MEYERHOF