Вы находитесь на странице: 1из 6

37a- LUXATIONS DE L’EPAULE

I- INTRODUCTION

I.1- Définition
 Déplacement permanent de 2 surfaces articulaires de l’épaule qui ont perdu +/-
complètement les rapports normaux qu’elles effectuaient entre elles
 03 types de luxations: gléno-humérale ou scapulo-humérale (la plus fréquente), acromio-
claviculaire et sterno-claviculaire

I.2- Intérêt
 Lésions les + fréquentes au cours des traumas de l’épaule
 Gravité liée à la fréquence des lésions associées et séquelles importantes
 Thérapeutique: développement de l’arthroscopie

II- SIGNES

II.1- TDD: Luxation antéro-interne récente de la gléno-humérale


II.1.1- Clinique

II.1.1.1- Interrogatoire

 Traumatisme:
 Date, heure, et lieu de survenue
 Circonstances: type d’accident
 Mécanisme de survenue
o Direct: chute et réception sur le moignon de l’épaule, choc postérieur (rare)
o Indirect+++: mouvement d’armé contré, traction sur le bras, abduction-RE
forcée
 Traumatisé:
 Etat civil, côté dominant, antécédents (hyperlaxité+++, luxations répétitives…),
tares, prise médicamenteuse, heure du dernier repas
 Plaintes fonctionnelles: douleur intense, IFA

II.1.1.2- Examen physique: affirme le diagnostic

 Inspection:
 Attitude de Dessault: attitude du blessé du membre supérieur
o Tête penchée du côté blessé
o Bras accolé au corps, avant-bras demi-fléchi soutenu par main valide

CHIRURGIE INTERNAT IBRAHIMA DIALLO


 De face:
o Signe de l’épaulette: saillie de l’acromion en dehors
o Coup de hache externe: dépression située au-dessous de l’acromion = vacuité
de la glène
o Bras en abduction et RE
 De profil: comblement du sillon delto-pectoral
 Palpation: pose le diagnostic avec 3 signes
 Vacuité de la glène
 Abduction irréductible élastique de Berger
 Tête humérale en position anormale, palpée dans le sillon delto-pectoral
 Une mobilisation prudente du bras permet de vérifier que la tête humérale est solidaire
de la diaphyse pour éliminer une fracture du col huméral
 L’examen sera complet: doit systématiquement rechercher des lésions associées
 Vasculaires: Palper les pouls distaux
 Nerveuses: sensibilité du moignon de l’épaule et du MS
 Musculaires: au niveau de la coiffe des rotateurs: vérifier le maintien d’une
contraction du deltoïde

II.1.2- Paraclinique

II.1.2.1- Radiographie standard+++

 Technique: Clichés F/P transthoracique, bras immobilisé


 Résultats:
 Confirme le diagnostic en montrant:
o La vacuité de la glène
o La tête humérale en position anormale
 Précise le type de luxation antéro-interne:
o Luxation extra-coracoïdienne: la tête humérale est à cheval sur le bord
glénoïdien
o Luxation sous-coracoïdienne: la tête humérale est sous la coracoïde
o Luxation intra-coracoïdienne
 Recherche également des Fx associées:

II.1.2.2- Autres:

 Cadre d’un bilan post-réductionnel ou pour mieux visualiser lésions associées: TDM,
arthroscanner, IRM

 CAT en urgence:
- Dès que le diagnostic est porté, la réduction doit avoir lieu dans les meilleurs délais
- Une réduction à chaud, sans bilan radiographique ni anesthésie, peut poser des
problèmes médicolégaux et ne doit être tentée qu’entre des mains expertes !!!

CHIRURGIE INTERNAT IBRAHIMA DIALLO


- Bilan radiographique de contrôle et réexamen clinique+++

II.1.3- Evolution

II.1.3.1- Eléments de surveillance

 Clinique: SF (douleur), constantes, examen MS (motricité et sensibilité), complet


 Paraclinique: Rx de contrôle

II.1.3.2- Modalités évolutives

 Evolution souvent favorable après réduction précoce et rééducation


satisfaisante: la récupération est complète en un mois environ, après
2 à 3 semaines d’immobilisation
 Des complications sont cependant possibles:
 Complications immédiates:
o Complications osseuses: Fx associée dont le pronostic est
réservé du fait de la difficulté du traitement et du risque de
nécrose de la tête humérale
o Complications nerveuses:
 Lésion du nerf circonflexe: avec anesthésie du moignon
de l’épaule
 Lésion radiculaire: due à un étirement ou un
arrachement des racines sur les apophyses transverses
o Complications vasculaires:
 Compression de l’artère axillaire: lié à un déplacement
de la tête humérale entrainant une abolition du pouls
radial, refroidissement et cyanose des extrémités.
Nécessite une réduction urgente
 Hématome du ceux axillaire due à une lésion pariétale
ou à un arrachement
o Complication musculaire:
 Atteinte de la coiffe des rotateurs: exposant à une
périarthrite scapulo-humérale; rechercher un point
douloureux au niveau du point d’insertion des muscles
de la coiffe
 Atteinte du long biceps: rupture, luxation hors de la
gouttière ou tendinite
o Irréductibilité: souvent lié à une interposition tendineuse ou
musculaire
 Complications évolutives et séquelles
o Luxations anciennes ou invétérées: diagnostiquées au-delà de la 3ème
semaine, devenue irréductible par les manœuvres orthopédiques habituelles

CHIRURGIE INTERNAT IBRAHIMA DIALLO


o Instabilités chroniques antérieures
 Luxations récidivantes: luxations qui se reproduisent de plus en plus
fréquemment et facilement
 Epaules douloureuses pures par accident d’instabilité
o Raideurs de l’épaule
 Capsulite rétractile: Limitation mobilité passive de l’épaule dans un
tableau de neuroalgodystrophie
 Epaule pseudo-paralytique par rupture de la coiffe des rotateurs

II.2- Formes cliniques


II.2.1- Formes topographiques

II.2.1.1- Autres luxations gléno-humérales

 Luxation postérieure:
 Mécanismes: chute sur la main, bras en RI; choc direct antérieur sur l’épaule
 Selon le déplacement: 02 variétés de luxations postérieures: sous-acromiale et sous
épineuse
 Clinique (variété sous acromiale): tête humérale est perçue en arrière, creux en
avant, mobilisation impossible
 Rx: Incidences de BLOOM-OBATA: réalisées grâce à un rayon vertical de haut en
bas, pose le diagnostic
 Luxations inférieure ou ERECTA (rare): plus volontiers chez le sujet âgé
 Luxation supérieure (exceptionnelle): le + souvent associée à une fracture au niveau de
la voûte acromiale

II.2.1.2- Luxation acromio-claviculaire

 Mécanisme: choc indirect sur le moignon de l’épaule


 Clinique: saillie et ascension extrémité claviculaire donnant une déformation en marche
d’escalier

II.2.1.3- Luxation sterno-claviculaire

 02 variétés: antérieur et postérieur


 Rare, passant inaperçue dans un tableau grave de polytraumatisme
 CDD: complications respiratoires dans les variétés postérieures

II.2.3- Formes associées

 Fracture parcellaire de l’omoplate


 Fracture parcellaire de l’humérus

CHIRURGIE INTERNAT IBRAHIMA DIALLO


 Fracture totale de l’humérus: grave, réalise la Fx-luxation du col anatomique ou le +
souvent du col chirurgical

III- DIAGNOSTIC

III.1- Diagnostic positif


 Clinique: inspection - palpation
 Paraclinique: Rx

III.2- Diagnostic différentiel


 Fx humérale
 Fx de la scapula

→ Dans tous les cas, la Rx tranche

IV- TRAITEMENT

IV.1- Buts
 Réduire la luxation
 Préserver la fonction de l’épaule
 Eviter les récidives, les complications et les séquelles

IV.2- Moyens et méthodes

IV.2.1- Méthodes orthopédiques

 Réduction:
 Sous AG ou à vif, patient coopérant et relâché
 Manœuvres nombreuses: choix+++, douces et contrôlées, risque d’iatrogénicité
o KOCHER 4 temps: Traction, RE, Antépulsion par adduction, RI (relocation)
o MILCH 3 temps: Traction RE, Abduction, propulsion de la tête
o Traction en abduction puis rotation externe (luxation postérieure)
o Autres: manœuvre de MOTHES, SPASO
 Contention: simple écharpe, bandage

IV.2.2- Chirurgie

 Réduction sanglante

CHIRURGIE INTERNAT IBRAHIMA DIALLO


 Capsulorraphie (Bankart): plastie sous capsulaire
 Réalisation d’une butée coracoïdienne

IV.2.3- Rééducation: précoce, poursuivie jusqu’à récupération complète

IV.3- Indications:
 Luxations antéro-internes (notre TDD): réduction urgente (manœuvre de Kocher,
Milch…) puis immobilisation par une simple écharpe pendant 10 jours à 3 semaines
 Luxation gléno-humérale postérieure:
 Traction en abduction puis rotation externe
 Immobilisation en abduction légère et antépulsion et légère rotation externe
 Complications:
 Irréductibilité primitive: indique la reposition chirurgicale du membre
 Rupture de la coiffe des rotateurs: réduction sous AG; l’immobilisation ne doit pas
excéder 15 jours pour éviter la capsulite rétractile
 Luxations anciennes: réduction sanglante avec stabilisation; abstention
thérapeutique si tolérance fonctionnelle bonne
 Luxation acromio-claviculaire: traitement orthopédique; chirurgie en cas d’échec
traitement orthopédique
 Luxation sterno-claviculaire: antérieure: abstention ou traitement orthopédique,
postérieure chirurgie

V- CONCLUSION
 Fréquence en traumatologie quotidienne
 Urgence traumatologique
 Diversité des lésions
 Traitement adapté et diligente pour limiter les séquelles

Bibliographie

 Cours Locomoteur, Dr A.N KASSE, HOGGY: traumatismes de l’epaule 2011


 Cours Locomoteur, Dr A.N KASSE, HOGGY: Les luxations gléno-humérales 2012
 Cours personnels internes: Dr F.B. SALL/Dr Hamidou DEME: Luxations de l’épaule

CHIRURGIE INTERNAT IBRAHIMA DIALLO