Вы находитесь на странице: 1из 19

Science de

Karaté
Mouvement
dynamique
J -D
Swanson, PHD
TABLE DES MATIÈRES
Avant-propos de Robin Rielly
Avant-propos de James Field

Part 1

Les techniques et comment les faire


CHAPITRE 1: Introduction et utilisation de ce livre
CHAPITRE 2: Les quatre exigences fondamentales des arts martiaux
CHAPITRE 3: Avec quoi et comment créer une surface de frappe?
CHAPITRE 4: Les postures, les postures corporelles du karaté
CHAPITRE 5: La dynamique des attitudes
CHAPITRE 6: Tsuki: Techniques de poussée
CHAPITRE 7: Keri: techniques de frappe
CHAPITRE 8: Uchi: Techniques de frappe
CHAPITRE 9: Uke: Techniques de blocage
CHAPITRE 10: Kuzushi: Techniques de rupture d'équilibre

Part 2
Principes des Techniques de Karaté
CHAPITRE 11: Fonctionnement du corps: articulations et muscles
CHAPITRE 12: Fonctionnement du corps: équilibre
CHAPITRE 13: Biomécanique: Comment frapper quelque chose de dur?

Part 3
Mouvement interne de karaté
CHAPITRE 14: Si je remue mes hanches, est-ce que je frappe quelqu'un
plus fort? hanche Vibration
CHAPITRE 15: Frappez-les comme un train à vapeur: utiliser le
déplacement du corps pour Générer du pouvoir translationnel
CHAPITRE 16: Rockin ’et Rollin’: Rotation du corps pour créer
              Puissance, coordination du mouvement et position du corps
supérieure
CHAPITRE 17: Respiration: la clé de la coordination
CHAPITRE 18: Comment frapper les choses sans tomber? Keage,
Kekomi et Ate
CHAPITRE 19: Existe-t-il des équipements pouvant m'aider?
CHAPITRE 20: Conclusion
Remerciements
Indice
A propos de l'auteur
À propos de l'illustrateur
AVANT-PROPOS
Robin
AVANT-PROPOS
Robin Rielly, huitième dan, Fédération internationale de karaté Shotokan
Je suis très heureux de voir ce livre en version imprimée. Le marché
d’aujourd’hui ne manque pas de livres sur le karaté, souvent écrits par
des experts de renom. Ce travail est différent. Pour la première fois,
nous avons les observations d'un instructeur de karaté expérimenté dans
le domaine scientifique de la biologie ainsi que dans le karaté. Le
professeur JD Swanson est un pratiquant de karaté de longue date et un
instructeur certifié, juge et examinateur pour l'International Shotokan.
Fédération de Karaté.
 Il apporte à la discussion une mine d'informations qui aideront le
karatéka à comprendre comment et pourquoi le corps bouge de
certaines manières lors de l'exécution de positions, de coups de poing,
de frappes, de blocages et de coups de pied.
Le livre offre de nouvelles perspectives sur la manière dont les divers
groupes musculaires interagissent lors de l'exécution de ces
mouvements. En outre, le lecteur sera informé de différentes méthodes
d’entraînement du corps qui amélioreront les techniques de karaté par
des approches à la fois mentales et physiques.

Ce travail constituera une ressource importante pour les instructeurs et


leurs
élèves. Les instructeurs disposeront des bases scientifiques nécessaires
à l’enseignement des mouvements de karaté et de la façon dont leurs
étudiants doivent les exécuter.
  Les étudiants disposeront d’une source d’information supplémentaire
pour compléter les cours de leur instructeur habituel. Beaucoup
d’enseignants enseignent bien les mouvements à leurs élèves.
Cependant, leur compétence repose sur la répétition constante, plutôt
que sur une fonctionne réellement. Professeur
L’approche de Swanson comble un vide bien nécessaire pour les
instructeurs et les étudiants. Pour utiliser efficacement son corps, il est
nécessaire de comprendre les facteurs qui génèrent des mouvements
forts, rapides et corrects. Tout au long du livre, le professeur Swanson
donne de précieuses suggestions pour optimiser l'efficacité du corps.

En tout, je crois que c'est l'un des livres les plus importants sur la
pratique du karaté publiés ces dernières années. La Fédération
internationale de karaté Shotokan a continué de croître et de prospérer
grâce aux efforts de la plus ancienne génération d’instructeurs et des
plus jeunes, qui s’efforcent sans cesse d’améliorer nos connaissances
tout au long de notre développement.
vingt-et-unième siècle. Grâce au travail d’instructeurs tels que le
professeur Swanson, nous continuerons à progresser dans notre étude
du karaté
ROBIN L. RIELLY
Huitième dan, ISKF
Membre de Shihankai (ISKF)
Président du comité technique ECSKA
AVANT-PROPOS
James Field, huitième dan, Fédération internationale de karaté Shotokan

Dans le karaté, un coup de poing droit est exécuté avec une efficacité
instantanée et frappe directement vers la cible. Ce livre de J. D.
Swanson fait la même chose. Les chapitres sont courts, efficaces et
pertinents. Ils ont un contenu solide et ont un impact.
Le Dr Swanson aborde le sujet du karaté d’un point de vue personnel
perspective à la fois réfléchie et provocante. Voici un exemple de
position du kiba dachi (ou de l’équitation): «C’est comme si le pratiquant
appuyait sur un arc flexible attaché à l’intérieur de la jambe et attaché à
la hanche et au pied. Lorsque le pratiquant se baisse, l'arc s'incline vers
l'extérieur, créant un pli au genou. Kiba dachi est formé de deux de ces
arcs qui se rapprochent l'un de l'autre, d’où la stabilité de la posture.
»Voilà une description simple, claire et facile à décrire, que je n’ai jamais
entendue.
plus de cinquante ans de pratique du karaté Shotokan. Je crois que c’est
une explication vraiment utile.
Chaque fois que cela est possible, le Dr Swanson tente d’expliquer
pourquoi la position et la dynamique du corps de karaté sont essentielles
(informations importantes et souvent négligées dans les livres de karaté).
Par exemple, il ne dit pas simplement de garder la jambe arrière tendue
sans être bloqué dans une position en avant, mais ajoute pourquoi: si la
jambe arrière est verrouillée, «cela soulèvera la hanche arrière et rompra
la posture du bas du dos fesses et dehors. "Ou," si la technique
nécessite un coude dans le coude,  alors un angle de quatre-vingt-dix
degrés est préférable »car« l'angle droit offre la position la plus forte au
biceps pour maintenir le bras plié en raison de l'utilisation du nombre
maximal de filaments interagissant dans le muscle ». Les règles de la
biomécanique et de la physique appliquées au karaté sont fréquemment
employé ici.
De la description du coup de poing à la discussion sur la façon de
Concilier «l'équation apparemment paradoxale de F = ma utilisée dans le
karaté», il y a quelque chose à apprendre ici pour les pratiquants à tous
les niveaux.
Ce livre est bien documenté, bien illustré et devrait s’avérer utile
excellent outil pour promouvoir la compréhension de l'art du karaté.
Je suis heureux de le recommander.
JAMES FIELD
Huitième dan, ISKF
Membre de Shihankai (ISKF) - Directeur du comité technique de l'ISKF
Directeur et instructeur en chef, ISKF Southwest Region
PARTIE I
Les techniques et comment les faire
CHAPITRE 1
Une introduction et comment utiliser Ce livre

introduction
Les arts martiaux asiatiques ont une histoire riche et présentent une
variété de techniques et de méthodes qui peuvent être utilisées pour
neutraliser un adversaire. Les techniques utilisées dans les arts martiaux
non armés en Asie sont beaucoup plus variées que la plupart des
méthodes occidentales. Okazaki Sensei, l’un de mes instructeurs et l’un
des plus grands instructeurs de karaté Shotokan du monde, raconte
l'histoire de sa première venue aux États-Unis dans les années 1960.
Il avait été arrangé pour qu'il se batte lors d'un match de démonstration à
Philadelphie contre un boxeur. Alors que les parties concernées
discutaient des détails de la lutte, il leur était demandé de démontrer les
types de techniques qui seraient utilisées. Le boxeur a fait une
démonstration magistrale des crochets, des coups, des coupes en
uppercut et des croix, tandis qu'Okazaki Sensei a présenté les
techniques de frappe, de frappe, de blocage et de frappe du karaté.
Les promoteurs sont immédiatement intervenus et ont demandé à
Okazaki de limiter ses techniques aux coups de poing. Okazaki Sensei a
décliné l'invitation, affirmant que le karaté était la somme totale de toutes
ces techniques et que ce ne serait pas une vraie démonstration de
karaté sans elles. Le combat a été annulé. Tandis que l’issue du match
aurait pu aller dans un sens ou dans l’autre, le point d’Okazaki était clair.
Okazaki Teruyuki, Tenthdan, SKF.
Ce livre traite de ces techniques et, plus important encore, de mon
interprétation actuelle de la façon de les faire. Bien que les techniques
aient été décrites à maintes reprises, peu de choses ont été écrites sur
les détails techniques derrière le «comment» de leur performance ou la
façon dont ils «se sentent». Au cours de ma propre formation, j’ai
observé que beaucoup de ces informations ne sont jamais enseignées.
intentionnellement ou simplement parce que les concepts n’ont jamais
été enseignés à l’instructeur. Ce livre tente de rectifier cela. Je parlerai
des parties importantes du corps, de la manière dont elles doivent être
contractées ou assouplies au bon endroit et au bon moment, ainsi que
de la biomécanique impliquée. J'ai essayé d'expliquer les choses de la
même manière que dans mon propre dojo, de manière simple et claire.
J'espère que cela vous amènera, lecteur, à réfléchir et à approfondir
votre propre formation en arts martiaux.
Une mise en garde importante est que les concepts discutés dans ce
livre représentent ma façon de penser actuelle. Depuis que j’ai écrit les
premières versions de ce livre, j’en ai appris de plus en plus chaque jour.
Ma compréhension et ma pratique du karaté, comme pour tout étudiant
sérieux en art, évolueront inévitablement et changeront pour le mieux.
J'espère sincèrement que les lecteurs de ce livre apprendront, se
mettront au défi et progresseront dans leur étude du karaté tout au long
de leur vie.
Différences entre les méthodes de formation asiatiques et occidentales

Bon nombre de mes collègues qui ont suivi une longue formation au
Japon font remarquer que la formation consiste simplement à faire des
milliers de répétitions en classe avec peu ou pas d'instruction. L'étudiant
fait sans conteste ce que l'instructeur commande. En fonction du niveau
de capacité de ces étudiants, il est clair que cette méthode fonctionne.
Cependant, cela exige une acceptation totale de la façon de faire
asiatique.
Ce mode d’entraînement permet de comprendre le karaté au niveau
des mouvements physiques; c'est-à-dire que les étudiants peuvent ne
pas savoir comment se passe un mouvement, mais rien ne dit qu'ils
puissent le faire.
Un grand nombre des premiers instructeurs japonais ont découvert que
les Occidentaux ne participaient pas à ce type de formation. Beaucoup
d'étudiants ont arrêté peu de temps après. Okazaki Sensei raconte que
s’il n’avait pas modifié ses méthodes d’entraînement par rapport à ce
qu’elles étaient au Japon, ses clubs se seraient dissous.
Malheureusement. les barrières linguistiques ont rendu difficile la
communication entre certains instructeurs japonais; par conséquent, les
explications ont parfois été mal communiquées. Cela a conduit à des
erreurs techniques courantes qui se sont perpétuées dans les pays
occidentaux. Ces erreurs, qui variaient d’une organisation à l’autre,
pourraient provenir de plusieurs sources. L’instructeur principal aurait pu
trop insister sur un concept particulier,  conduisant l’élève à penser que
le mouvement exagéré était la bonne façon d’exécuter la technique.
Les instructeurs ont peut-être simplement eu une technique imparfaite.
Enfin, ils ont peut-être eu une façon personnelle d’exécuter une
technique adaptée à leur type de corps qui aurait pu être transmise à
l’élève. Une erreur peut souvent être attribuée à un instructeur original et
même à une période particulière de sa carrière d'enseignant.
Heureusement, les Occidentaux ont repris ce qu'ils ont appris de leurs
instructeurs asiatiques et ont réfléchi de manière très approfondie à la
manière dont le karaté est pratiqué. En outre, beaucoup de karatékis de
langue maternelle anglaise ayant une expérience considérable de la
formation au Japon sont rentrés dans leur pays d'origine et ont expliqué
ce que les premiers instructeurs japonais ne pouvaient pas faire. En
outre, il y a beaucoup d'Occidentaux avec une expérience de vie.
Pour toutes ces raisons, il existe maintenant une mine de sources pour
comprendre le karaté.
Vous pouvez même faire valoir que, lorsque vous explorez le karaté,
libéré du bagage de la tradition culturelle, Karatéka occidental ont
avancé le karaté à partir de celui dans lequel il était dans les années
1960. Le meilleur exemple de ceci est sans doute l'application kata ou
bunkai Bien que de nombreuses théories existent sur «l’intention initiale»
proposée du kata bunkai, des applications irréalistes ont été enseignées
au cours des années 1960 à 1980. Cependant, l’application du kata a
été révolutionnée par les travaux de Schmeisser, Abernethy, Ubl et
d’autres, ce qui a entraîné une renaissance de notre compréhension du
kata et de son application dans des situations réalistes. Avec autant
d'informations disponibles, il est très important de ne pas confondre la
compréhension cérébrale d'une technique de karaté avec sa pratique.
Au Japon, la formation à long terme implique un «facteur informatique»,
cela découle clairement de la formation rigoureuse et soutenue et de la
rétroaction immédiate et abrupte que les étudiants reçoivent. Cette
méthode nécessite toutefois un état d'esprit particulier et peut prendre
beaucoup de temps car il n'y a pas de véritable direction quant à ce qui
est correct. L’élève ne reçoit que des conseils visuels et n’a aucune idée
du ressenti ni du comment de la technique. Par contre, si le karatéka
passe beaucoup de temps à chercher des explications sans faire
suffisamment d’efforts, ils ne progresseront pas car, bien que l’esprit
puisse comprendre, corps ne fonctionnera pas correctement en raison
du manque de répétition. Par conséquent, j’ai le sentiment qu’il doit
exister un équilibre entre compréhension et entraînement physique. Et
bien que la balance devrait toujours être orientée vers le côté de la
formation, un étudiant devrait travailler pour comprendre comment une
technique est réalisée. L’analogie que j’aime utiliser pour cela est que les
basketteurs pratiquent gratuitement
S'ils pratiquent simplement l'acte physique de lancer le ballon dans le
panier, ils peuvent bien faire, mais seulement après un certain temps. De
même, s'ils visualisent dans leur esprit l'acte et le sentiment de lancer le
ballon dans le filet, ils également réussir quelque peu. Mais ils
obtiendront les meilleurs résultats et les plus rapides si leur pratique
incorpore à la fois le lancer du ballon et la visualisation. La partie
cérébrale de la formation permet à l’étudiant non seulement de
comprendre, mais aussi le mouvement, qui doit ensuite être foré encore
et encore jusqu'à ce qu'il soit parfait.
Comment utiliser ce livre

Comme indiqué ci-dessus, il existe de nombreuses informations sur la


manière dont les techniques de karaté sont exécutées. Par exemple,
considérez la position avant, ou zenkutsu dachi. Les pieds sont écartés à
la largeur des épaules, avec un pied, un demi et deux à la largeur des
épaules devant l’autre. Les deux pieds sont tournés vers l’avant autant
que le permet la souplesse du corps. genou avant plié et jambe arrière
tendue. Bien qu'il s'agisse d'une description précise de la posture, il n'y a
presque aucune information à trouver sur ce qu'elle devrait être, la
tension dynamique maintenue dans cette position statique.
Cette tension dynamique permet d’utiliser le poids du corps lors du
passage à la technique. Beaucoup de personnes s’entraînent devant un
miroir, mais comme le savent de nombreux karatéka chevronnés, le
miroir n’est pas nécessaire; c'est simplement un moyen de voir la
technique. Un miroir peut être préjudiciable à l'entraînement s'il est utilisé
à l'excès, car il peut vous mettre à l'extérieur de vous-même. Chaque
technique a une sensation particulière, et un changement dans la façon
dont une technique bien pratiquée peut indiquer que la technique est
désactivée. À certains égards, je pourrais décrire ce travail comme un
livre de sentiments.
Ces sentiments et les principes biomécaniques ou anatomiques
ils proviennent ne sont pas souvent discutés dans le dojo, donc j’espère
que ce livre pourra fournir des informations supplémentaires pendant
votre entraînement. Cependant, alors que je vais vous décrire ces
sentiments et principes, il vous appartient de les expérimenter vous-
même. Tout au long de ce livre, j'ai utilisé des termes anatomiques pour
plus de clarté.
Certains sont importants: la flexion plantaire par rapport au dorsiflexage
d'un membre. En termes simples, la flexion plantaire se produit lorsque
l'extrémité d'un membre est pointée à plat, dans la direction du membre,
comme lorsque les orteils sont pointus.
La flexion plantaire est plate comme une surface plane ou plane.
Le dorsiflexage est lorsque l'extrémité du membre est pliée
perpendiculairement au membre, comme lorsque les orteils sont
ramenés vers le tibia. Les autres termes anatomiques couramment
utilisés ici sont supination et pronation. Par exemple, si les bras sont
tenus sur le côté du corps et que le pouce est coincé comme un auto-
stoppeur, la pronation signifie que l’avant-bras est tordu de manière à ce
que le pouce soit dirigé vers le corps, tandis que la supination
correspond au les pouces sont dirigés vers l'extérieur du corps. Ce livre
comporte trois parties principales. La première partie traite des
techniques elles-mêmes. Dans cette section, les principales techniques
de karaté sont abordées. Chacun est discuté en termes de position finale
(statique) et de sentiment qui court à travers les mouvements menant à
la position finale, ainsi que le sentiment impliqué dans la position finale
elle-même (dynamique) .Pour ce faire, j’ai utilisé une méthode standard
pour organiser de nombreuses techniques. Chaque classe de technique
- postures (dachi), poussée (tsuki), coups de pied (keri), frappe (uchi),
blocage (uke) et déséquilibre (kuzushi) - a été scindée en chapitres
distincts. Les deuxième et troisième parties du livre se concentrent sur
les principes fondamentaux
associé à la génération de puissance à partir de toutes les techniques.
Cela comprend plusieurs chapitres sur la biomécanique et l'anatomie, le
kime, les mouvements de la hanche et différentes manières d'atteindre
les cibles. Dans ces chapitres, certains des concepts les plus nébuleux
ou incompris, tels que «vibration de la hanche» et kime, sont discutés,
définis et expliqués en termes de la manière de les exécuter de manière
claire. Bien que de nombreux exemples proviennent d’une perspective
de karaté Shotokan,
des exemples d'autres styles de karaté, notamment le Goju-ryu, le
Wado-ryu, le Uechi-ryu, ainsi que d'autres arts martiaux tels que l'aïkido,
le taekwondo et le judo sont également utilisés. De nombreux concepts
de ce livre sont applicables à tous les arts martiaux. Autrement dit, il
n’existe que de nombreuses façons de déplacer le corps humain; nous
sommes tous régis par les mêmes principes de dynamique.
Une fois encore, j’espère sincèrement que vous lirez ce livre, que vous
serez d’accord avec au moins une partie de celui-ci, que vous
apprendrez quelque chose, que vous vous disputerez avec vos amis,
mais qu’il servira surtout de tremplin pour rendre votre formation plus
efficace et plus efficace.
CHAPITRE 2

Les quatre exigences fondamentales des arts martiaux

Le karaté-do, ou tout autre art martial, est, à la base, assez simple.


Cependant, cela peut être rendu beaucoup plus complexe que ce qu’il
est réellement. La multitude de techniques, de combinaisons, de kata et
d'exercices de partenaire, combinés à des concepts nébuleux tels que
«utilise tes hanches», «baisse ta posture», «fais du karaté budo»,
«gagne plus de kime» et «utilise ton ki» - peut faire des arts martiaux
sembler écrasante.
Bien que les nombreux concepts soient importants, ils sont souvent
traités comme une doctrine dans l'enseignement du karaté.
Cela peut favoriser les idées fausses et entraver la compréhension,
et par conséquent, la pratique du karaté, souvent pendant de très
longues périodes de formation de l’élève.
De plus, lors de séminaires, de cliniques ou même de cours quotidiens,
les étudiants sont souvent submergés par une multitude de techniques
et passent une grande partie de leur temps à essayer de comprendre ce
qui est enseigné.
C'est peut-être la mauvaise approche. Un exemple est la thématisation
de leçons individuelles. Il est devenu très populaire de «thème»
individuel: enseigner un seul concept tout au long.
Cela pourrait être une technique particulière ou un groupe de
techniques,
tels que tsuki ou keri; concepts individuels en formation, tels que le
polissage d'un kata ou d'un kata bunkai (application); ou peut-être des
concepts ou des principes qui se rapportent au budo dans son
ensemble, tels que l'utilisation correcte des hanches, le timing ou la
posture. Ce dernier est une méthode beaucoup plus avancée
d’enseignement du karaté et utilise des techniques (kihon), la pratique
du kata et la formation de partenaires (kumite) pour illustrer et renforcer
les principes généraux qui montrent au pratiquant de faire du karaté.
Si ces principes sont compris et suivis, les élèves rehausseront leur
niveau général.
Alors, parmi la multitude de principes disponibles, quels sont les plus
importants à apprendre? Lors de conversations avec certains de mes
aînés de haut rang, beaucoup se sont mis d'accord sur certains points.
Mais Sensei Steve Ubl (huitième dan, Organisation mondiale de karaté
traditionnel) l'a dit le plus succinctement: pour faire du karaté
efficacement, il faut maîtriser quatre domaines fondamentaux: la
posture, l’alignement structurel, la mécanique corporelle et la
fonctionnalité pratique.

Bonne posture perpendiculaire

Alignement perpendiculaire du dos par rapport au sol dans oi zuki, ou fente.

Une bonne posture est fondamentale pour toute pratique du karaté et


des arts martiaux. La posture signifie que le dos est droit de la tête aux
hanches: la colonne vertébrale est droite, la tête au dessus des épaules
et n'est pas affaissée vers l'avant, le coccyx est replié et le bassin est
incliné de manière à ce que le bas du dos soit droit. Il est important de
ne pas relâcher le bas du dos pour éviter que les fesses ne ressortent ou
ne se contractent trop, de manière à ce que le bassin soit poussé en
avant et en dessous.Enfin, notez que le fait d'avoir le dos droit ne signifie
pas qu'il est perpendiculaire au .sol. Il peut être incliné par rapport au sol,
tant qu'il est droit du coccyx à la tête et contribue à l'intégrité structurelle
de la technique. Un exemple parfait en est le yama zuki, ou punch à la
montagne (voir chapitre 6).

Bon alignement structurel


Un des objectifs principaux du karaté est de placer le corps de manière à
permettre une connexion directe du sol au membre frappant au point
d'impact. L’un des principaux objectifs du karaté est de positionner le
corps de manière à permettre une connexion directe du sol au membre
frappant au point d’impact. Dans le karaté fondamental, c’est ainsi que
des techniques telles que la finition oi zuki (voir ci-dessous). La position
finale, bien que conservée très brièvement dans une vraie rencontre, est
d’une importance vitale. Ces alignements fournissent la position la plus
forte du corps pour une technique particulière ou une cible particulière.
Bonne mécanique corporelle
Mouvement du gyaku zuki, ou punch inversé, de la position préparatoire à la
technique finale.

Lorsque nous entendons le terme «oi zuki», nous imaginons souvent


une technique de karaté avec une jambe à l'avant et le bras du même
côté à coups de poing. Cependant, si nous ne considérons que la
position finale de la technique comme étant la technique complète, nous
aurons manqué une bonne partie de la remarque. Le terme oi zuki fait
référence au mouvement entier d'un coup de poing de pas du début à la
fin.
À certains égards, les noms japonais des techniques sont des verbes
plutôt que des noms: ils font référence aux mouvements et à la
sensation corporelle de faire ces mouvements. Cependant, sachant que
toute la motion est importante, la manière dont elle est achevée - en
particulier en ce qui concerne ses mécanismes - est essentielle. Bruce
Lee a souvent parlé d'économie de mouvement. Ce concept signifie
simplement une bonne mécanique corporelle. En ayant de bons
mécanismes, les artistes martiaux seront plus rapides, toucheront la
cible avec beaucoup plus de force et connaîtront beaucoup moins
d'usure de leur corps lors de l'entraînement.

Bonne fonctionnalité pratique


Une bonne fonctionnalité pratique fait référence à des concepts
périphériques tels que la distance, la synchronisation et l'application
résultante de la technique. Il est important de noter que les trois
concepts décrits ci-dessus (bonne posture, bon alignement structurel et
bonne mécanique corporelle) doivent tous être respectés en premier lieu,
puis une fonctionnalité pratique peut ensuite être ajoutée. relation que
deux personnes partagent au cours d'une rencontre. Cela change
constamment et la longueur des membres modifiera les techniques qui
peuvent être lancées à tout moment. Il est important que les pratiquants
prennent en compte à la fois la longueur de leur propre maai (avec quoi
puis-je les toucher maintenant?) Et le maai de leur partenaire ( Que puis-
je toucher maintenant?) Et apprendre à contrôler la distance à leur
avantage.
Le timing peut faire référence à une multitude de choses dans le karaté.
Au début, cela peut signifier les exigences mécaniques d'une
technique.Par exemple, dans un coup de poing inversé, la main s'arrête-
t-elle lorsque la hanche cesse de bouger ou a-t-elle arrêté le centre de la
hanche et du corps, la main partant d'elle-même? Évidemment, il est
préférable que la hanche, le centre du corps et la main s’arrêtent tous en
même temps. Le chronométrage peut également faire référence à la
relation temporelle entre les adversaires, c’est-à-dire au temps
nécessaire pour réussir à se lancer ou à se défendre contre une attaque.
Le timing et la distance sont intimement liés et la compréhension de la
relation entre les deux est primordiale.
Une connaissance approfondie de la manière dont chaque technique est
appliquée est également essentielle pour comprendre le karaté, ou tout
art martial.Une fois que toutes les conditions ci-dessus sont remplies, la
technique peut être mise en pratique avec un partenaire.
Cela inclut la position du corps, la position et l'entrée du pied,l'acquisition
de la cible, la réaction de la cible et le changement de la position du
corps des deux praticiens après l'application de la technique à mettre en
place pour la technique suivante.
Ces quatre exigences fondamentales doivent être étudiées avec
vigilance afin de devenir compétents en karaté et en arts martiaux en
général. Chacune doit être maîtrisée à un niveau instinctif. pas
nécessairement dans le nombre de techniques ou de kata que vous
connaissez, mais plutôt dans la qualité de vos fondamentaux.
Ces principes fondamentaux doivent devenir une seconde nature, qui ne
peut souvent être réalisée que sur une vie. Une chose est sûre: seule
une pratique constante et vigilante permet à notre corps de comprendre
ces principes fondamentaux.
CHAPITRE 3

Avec quoi et comment créer une surface de frappe?

Les arts martiaux asiatiques sont remarquables par la diversité des


parties du corps utilisées pour frapper un adversaire. ), bloque (chapitre
9) ou est généralement en contact avec un adversaire. Ce chapitre
passera en revue les principales parties du corps utilisées pour frapper
un adversaire.
Bien que les parties utilisées soient importantes et font l’objet du présent
chapitre, il est important de garder à l’esprit que toutes les parties du
corps sont utilisées dans le karaté. Il convient de noter en particulier les
hanches, qui sont également utilisées pour le mouvement du corps.
comme les abdominaux, qui relient le haut et le bas du corps ensemble.
Ceci sera discuté en profondeur dans la deuxième partie de ce livre.
Armes prêtes à l'emploi

Avant de discuter des différentes armes du corps, il est important de


considérer que certaines parties du corps ne sont pas toutes préparées
pour frapper un adversaire et doivent être conditionnées pour le faire.
Nous pourrions être amenés à conditionner l'arme elle-même ou ses
structures de support associées pour protéger l’arme de sorte qu’elle ne
se brise pas lorsqu’elle frappe une cible. Un exemple classique est le
poing. Les articulations doivent d’abord être conditionnées pour pouvoir
prendre un impact. En attendant, le poignet doit existe de nombreuses
façons de le faire, mais la plus populaire consiste à faire des tractions
sur les jointures (seiken) qui ont un impact sur la cible. Cela développe la
force du poignet et permet aux os de la main de subir un stress. direction
distale et proximale 1, incitant les os à remodeler leur architecture
interne et à résister aux impacts dans cette direction.
Une fois que cela est réalisé, il est important que le praticien atteigne ses
cibles. Celles-ci doivent fournir des informations en retour mais ne
doivent pas être assez rigides pour causer des dommages. Le makiwara
ou le travail sur patins peuvent parfaitement servir cet objectif.