Вы находитесь на странице: 1из 1

Abstracts / Néphrologie & Thérapeutique 12 (2016) 398–410 401

PME.07 Résultats Parmi les 1396 patients colligés dans notre étude,
Paramètres rénaux et risques de 890 étaient au stade d’IRC (63,7 %) tandis que 506 patients pré-
sentaient une néphropathie diabétique sans IRC (36,3 %). L’âge
décès : cohorte de 861 patients moyen de nos patients était de 62,22 ± 11 ans Le sex-ratio était
diabétiques de type 2 suivis de 2000 à de 1,25. À l’admission, le diabète était déséquilibré chez 56,6 %
2015 des patients. Seul l’âge avancé, le sexe masculin, l’anémie et
C. Pinier ∗ , P. Gatault , M. François , C. Barbet , H. Longuet , l’hyperuricémie représentaient des FDR liés à l’IRC en analyse
N. Rabot , J.F. Valentin , A. Fournier , E. Bailly , B. Sautenet , multivariée. Après une prise en charge néphrologique et un suivi
M. Buchler , J.M. Halimi d’une année, on note une baisse significative de l’excrétion uri-
Néphrologie-hémodialyse, CHU de Tours, Tours, France naire d’albumine dans les deux groupes ainsi qu’une stabilisation
∗ Auteur correspondant. de l’insuffisance rénale avec un déclin de 1,6 mL/min/an dans le
Adresse e-mail : cedric pinier@hotmail.com (C. Pinier) groupe ayant l’IRC.
Introduction Le pronostic des patients diabétiques suivis en Discussion La néphropathie diabétique est l’une des premières
néphrologie est sévère ; les recommandations de la HAS préco- causes d’entrée en dialyse dans le monde. Elle constitue un mar-
nisent un suivi néphrologique à partir du stade 4 et l’utilité/nocivité queur de risque cardiovasculaire. L’intervention précoce surtout
de la prise en charge est discutée. chez les sujets à risque est déterminante.
Patients et méthodes Huit cent soixante et un patients diabé- Conclusion La majorité de nos patients avaient une IRC à la pre-
tiques de type 2 ont été inclus consécutivement de 2000 à 2013 mière consultation, ce qui rend leur prise en charge compliquée.
(âge : 70,3 ans, 65,2 % d’hommes, DFG : 42,4 mL/min/1,73 m2 , réti- Un dépistage précoce avec une prise en charge multidisciplinaire
nopathie diabétique : 24 %, sous insuline : 45,5 %, antécédents permettrait d’améliorer le pronostic en ralentissant le plus possible
cardiovasculaires : 38,8 %). la progression de la néphropathie diabétique.
Résultats Pendant un suivi médian de 60 mois, 183 patients ont Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir
été pris en dialyse, 11 greffés en préemptif et 263 patients de liens d’intérêts.
sont décédés (79 après dialyse). Après ajustements, un http://dx.doi.org/10.1016/j.nephro.2016.07.116
DFG < 45 mL/mn/1,73 m2 à la première consultation (HR : 1,8
[1,34–2,41], p < 0,0001) et le développement d’un épisode d’AKI PME.09
au cours du suivi (HR : 2,12 [1,57–2,86], p < 0,0001) étaient des
facteurs de risque de décès, mais la prise en charge en dialyse (HR :
L’hypertension artérielle et risque
1,37 [0,98–1,90], p = 0,0626), même chez les patients de plus de cardiovasculaire en milieu hospitalier
80 ans (HR : 1,27 [0,64–2,56], p = 0,4957) ne l’était pas. CHU Mohamed VI-Oujda
Discussion Le recours tardif (classe 3b ou plus) au néphrologue Y. Lazreg ∗ , R. Boutaleb , M. El Hebil , S. Alaoui , F. Hamdi ,
est un facteur de risque de décès chez les patients diabétiques de F. Alaoui , I. Haddiya , Y. Bentata
type 2. Néphrologie, CHU Mohammed VI, Oujda, Maroc
∗ Auteur correspondant.
Conclusion Nos résultats suggèrent que les patients diabétiques
doivent être adressés au néphrologue de façon plus précoce que Adresse e-mail : dr.lazreg.youssef@gmail.com (Y. Lazreg)
le préconisent les recommandations. La prise en charge en dialyse Introduction L’hypertension artérielle (HTA) est l’un des prin-
n’est pas en soi un facteur de risque de décès. cipaux facteurs de risque des maladies cardiovasculaires. Elle
Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir constitue un problème majeur de santé publique aussi bien dans
de liens d’intérêts. les pays développés que dans ceux en voie de développement.
http://dx.doi.org/10.1016/j.nephro.2016.07.115 L’objectif de notre étude est de déterminer le profil épidémiolo-
gique et évolutif de l’HTA dans notre centre hospitalier universitaire
PME.08 (CHU) Mohamed VI-Oujda.
Patients et méthodes Nous avons réalisé une étude transversale
Néphropathie diabétique au CHU Ibn étalée sur une semaine au sein de notre CHU, incluant tous les
Sina : profil épidémiologique et patients hospitalisés dans les différents services de médecine.
facteurs de risque Résultats Soixante-neuf patients ont été colligés, l’âge moyen
S. Belmokadem ∗ , N. Shimi , A. Azouzi , N. Ouzeddoun , H. Rhou , de nos patients était de 51,38 ± 17 ans, les femmes présentaient
R. Bayahia , L. Benamar 47,8 %, 56 % de nos malades étaient scolarisés, 81,2 % avaient
Néphrologie, CHU Ibn Sina, Rabat, Maroc une couverture sociale et 71 % étaient sans profession. 24,6 % des
∗ Auteur correspondant. patients étaient hospitalisés au service de néphrologie, 21,7 % en
Adresse e-mail : salma.belmokadem@gmail.com (S. Belmokadem) cardiologie tandis que 8,6 % étaient hospitalisés en endocrinolo-
gie. L’antécédent d’HTA était marqué chez 29 % des cas dont 95 %
Introduction La néphropathie diabétique est l’une des principales
parmi eux étaient suivis, 85 % étaient sous traitement. 21 % de nos
causes d’insuffisance rénale terminale au Maroc. Les interventions
malades étaient diabétiques, 26,1 % avaient une cardiopathie, les
qui permettent de la dépister, d’en retarder la survenue et la pro-
tabagiques présentaient 27,5 %. La dyslipidémie était présente chez
gression sont donc essentielles.
20,3 % de nos malades, 27 % des femmes étaient sous contracep-
Patients et méthodes Notre étude observationnelle s’étale sur
tion orale. Au cours de l’hospitalisation, l’HTA a été diagnostiquée à
une période de 15 ans (2000–2014) incluant tous les patients dia-
novo chez 13 %, la rétinopathie hypertensive objectivée chez 2,8 %,
bétiques de type 2 ayant une néphropathie diabétique suivi en
quant à la protéinurie était positive dans 21,7 % des cas. L’enquête
consultation de néphrologie au sein du CHU Ibn Sina de Rabat. Nous
diététique a révélé que 5,8 % des patients avaient une consomma-
avons réparti ces patients en 2 groupes : avec et sans IRC. Nous
tion élevée de sel, 75 % des patients hypertendus avaient un bon
avons analysé les différents paramètres cliniques, biologiques et
contrôle tensionnel tandis que l’hypertrophie ventriculaire gauche
évolutifs des patients avant l’instauration des mesures de néphro-
était notée chez 18,8 % de nos malades. Sur le plan biologique :
protection et après un an de suivi. Le but de notre travail est de
la glycémie moyenne était de 1,31 ± 0,6 g, le taux moyen de cho-
déterminer les facteurs de risque (FDR) liés à l’insuffisance rénale
lestérol et de triglycéride était respectivement de 2,02 ± 1,3 g/L et
chronique chez le diabétique de type 2 et d’apprécier l’évolution de
1,8 ± 2,3 g/L. Sur le plan thérapeutique, le traitement antihyperten-
cette insuffisance rénale chronique (IRC) après une prise en charge
seur était à base l’inhibiteur du système rénine-angiotensine chez
néphrologique.