You are on page 1of 3

L3 Pôle GCI - TD Matériaux 2010/2011

TD n˚ 3 Etude du comportement dans le temps d’une poutre


en béton précontraint.
Exercice 1 Analyse préliminaire
Question 1
Modèle de Maxwell On note !1 , σ1 et !2 ,σ2 les déformations et contraintes, respectivement
dans le ressort et dans l’amortisseur. La déformation totale ! = !1 + !2 . Nous avons par ailleurs
σ = σ1 = σ2 .
D’où en dérivant les déformations par rapport au temps :
d! d!1 d!2
= +
dt dt dt
les lois de comportements nous donnent : σ = E1 !1 et σ = η d!
dt .
2

D’où :
1 dσ σ d!
+ =
E1 dt η dt

Modèle de Kelvin Voigt On note !1 , σ1 et !2 ,σ2 les déformations et contraintes, respecti-


vement dans le ressort et dans l’amortisseur. La déformation totale ! = !1 = !2 . Nous avons par
ailleurs σ = σ1 + σ2 .
De même en introduisant les lois de comportements nous obtenons l’équation différentielle :
d!
η + E! = σ
dt

Question 2
Un essai de fluage est une essai à contrainte (constante) imposée au cours du temps

Modèle de Maxwell Pour t > 0, on a σ = σ0 = cste.


D’où
d! σ0
=
dt η2
. Par intégration nous obtenons :
σ0
!(t) = t + A
η2
σ0
Les conditions initiales nous donnent en t = 0, !(0) = A = E1 .
D’où
σ0 σ0
!(t) = t +
η2 E1

Modèle de Kelvin Voigt Pour t > 0, on a σ = σ0 = cste.


D’où
d! E1 σ0
+ !=
dt η2 η2
. Par intégration nous obtenons :
“ ”
E
− η1 t
!(t) = Ae 2 +B
σ0
Une solution particulière est B = E 1
.
σ0
Les conditions initiales nous donnent en t = 0, !(0) = A + E 1
= 0.
D’où ! ”"
σ0

E
− η1 t
!(t) = 1−e 2
E1

12
L3 Pôle GCI - TD Matériaux 2010/2011

Question 3
Un essai de relaxation est une essai à déformation (constante) imposée au cours du temps

Modèle de Maxwell Pour t > 0, on a ! = !0 = cste.


D’où
dσ E1
+ σ=0
dt η2
. Par intégration nous obtenons : “ ”
E
− η1 t
σ(t) = Ae 2

Les conditions initiales nous donnent en t = 0, σ(0) = A = E1 !0 .


D’où “ ”
E
− η1 t
σ(t) = E1 !0 e 2

Modèle de Kelvin Voigt Pour t > 0, on a ! = !0 = cste.


L’amortisseur ne peut pas subir de déformations instantanées... Ce modèle ne peut donc pas
reproduire les phénomènes physiques que l’on rencontre lors des essais de relaxations.

Exercice 2 Modèle visco-élastique possible pour l’acier


Question 1
Pour cet exercice, on note avec l’indice 1 les grandeurs présentent dans la branche de gauche
(amortisseur+ressort) et avec l’indice 2 les grandeurs dans le ressort de la branche de droite.
Le bilan des déformations donne : ! = !vp e
1 + !1 = !2
Le bilan des contraintes donne σ = σ1 + σ2 .
Or les lois de comportement de chacun des matériaux donnent :
d!vp
– dt1 = ση1 pour l’amortisseur
– σ1 = E1 !e1 pour le ressort de gauche
– σ2 = E2 !2 pour le ressort de droite
La dérivée du bilan des déformations dans la branche 1 permet d’écrire :

d!vp
1 d! d!e1
= −
dt dt dt
D’où :
σ1 d! 1 dσ1
= −
η1 dt E1 dt
Le bilan des contrainte permet décrire :
! "
σ − E2 ! d! 1 dσ d!
= − − E2
η1 dt E1 dt dt

D’où finalement :
dσ E1 d! E1 E2
+ σ = (E1 + E2 ) + !
dt η1 dt η1

Question 2
Pour t > 0, on a ! = !0 = cste.
D’où
dσ E1 E1 E2
+ σ= !0
dt η1 η1

13
L3 Pôle GCI - TD Matériaux 2010/2011

. Par intégration nous obtenons :


“ ”
E
− η1 t
σ(t) = Ae 1 + E2 "0

Les conditions initiales nous donnent en t = 0, σ(0) = A + E2 "0 = (E1 + E2 ) "0 .


D’où ! “ ” "
E
− η1 t
σ(t) = "0 E1 e 1 + E2

La contrainte tend cette fois ci vers une valeur non nulle lorsque t → ∞.

Question 3
La perte de précontrainte est égale au rapport de la différence de contrainte entre t = 0 et t → ∞
divisé par la contrainte initiale.
Ce rapport vaut donc :
E1
∆P = = 5%
E1 + E2
c’est habituellement la valeur de précontrainte que l’on trouve pour la relaxation des aciers dans
les poutres en béton précontraint.
Remarque : à cette perte de précontrainte due à la relaxation des aciers, s’ajoutent les pertes par
rentrée d’ancrage, par fluage du béton et les pertes dues aux frottement du câble dans sa gaine
lors de sa tension (précontrainte par post-tension).

14