Вы находитесь на странице: 1из 3

1- L'ADRENALINE.

C’est une hormone naturelle synthétisé par la médullo-surrénale


C’est le sympathomimétique de référence.
Elle est synthétisée par l'organisme.

- Mécanisme d'action.
L'adrénaline est une catécholamine bêta et alpha adrénergique d'action directe.
Son action est complexe du fait d'une part de l'in-homogénéité de la répartition des récepteurs
et d'autre part des effets doses dépendant sur les récepteurs.
L'adrénaline a une action essentiellement cardiaque inotrope bêta1 et alpha l.

- Les effets physiologiques.


- Cardiaques : L'adrénaline est un puissant agent inotrope positif essentiellement par action
sur les récepteurs bêta l du myocarde. Il y a aussi une action inotrope positive par action sur
les récepteurs alpha l.
Elle a aussi un effet chronotrope positif, c'est à dire tachycardisant. Cet effet chronotrope est
contrecarré quand on emploie de fortes posologies d'adrénaline car u tonus cholinergique dont
l'effet bradycardisant neutralise l'effet chronotrope positif.
Elle a un effet dromotrope positif, elle augmente la vitesse de conduction au niveau du
faisceau de His.
Elle a un effet bathmotrope positif, elle a un effet arythmogène. Les deux récepteurs alpha et
bêta sont impliqués.

Elle augmente la MVO2 par une augmentation nette du travail cardiaque.


- Vasculaires : L'effet sur la pression artérielle systémique est dose dépendant. A faible dose
l'effet bêta prédomine entraînant une hypotension. Puis dès que les posologies augmentent,
l'effet alpha devient prédominant entraînant une augmentation de la pression artérielle.
Sur les veines l'effet vasopresseur domine, il donne une veinoconstriction.
- Pulmonaires : Par son action sur les récepteurs bêta2, l'adrénaline entraîne une
bronchodilatation.
- Oeil : De fortes posologies d'adrénaline entraînent une mydriase partiellement réactive.

Métabolisme : L'adrénaline élève la glycémie par inhibition de l'insulinosécrétion.

- La pharmacocinétique.
La demi-vie de l'adrénaline est brève en raison de la rapidité de son élimination par le
métabolisme essentiellement hépatique, mais aussi par l'importance de son recaptage
neuronal.

2- LA NORADRENALINE

C'est une catécholamine naturelle très proche chimiquement de l'adrénaline.

- Mécanisme d'action.
Son effet prédominant est la stimulation des récepteurs alpha. Elle agit également sur les
récepteurs bêta.
- Les effets physiologiques
- Cardiaques : Les effets sont liés essentiellement à l'activation des récepteurs bêta1. Ilssont
rapidement masqués par l'effet dominant alpha sur les vaisseaux.
L'effet inotrope positif existe mais n'a pas de traduction en terme d'augmentation du débit
cardiaque.
L'effet chronotrope se traduit le plus souvent par une bradycardie réflexe à l'hypertension
artérielle.
La MVO2 augmente de façon importante sans augmentation du débit cardiaque mais du fait
d'une augmentation de la post-charge.
L'effet dromotrope négatif peut donner des troubles de la conduction.
- Vasculaires : La noradrénaline entraîne une vasoconstriction intense intéressant l'ensemble
du système artériel et veineux. Cet effet est dose dépendant.
- Métaboliques : Les effets métaboliques de la noradrénaline sont beaucoup moins marqués
que ceux de l'adrénaline : l'hyperglycémie est peu importante.
- Périphériques : La vasoconstriction des extrémités peut entrainer des lésions ischémiques
irréversibles avec un risque de nécrose distale.

- La pharmacocinétique.

Le catabolisme de la noradrénaline est strictement comparable à celui de l'adrénaline. La


demi-vie est de 4 minutes.

3- LA DOPAMINE.

La dopamine est une catécholamine naturelle. C'est un neurotransmetteur physiologique au


niveau du système nerveux central.

- Mécanisme d'action.
Ses effets sont dose dépendant.
Elle stimule les récepteurs alpha, bêta et delta.
Les effets dopaminergiques n'existent que pour des doses comprises entre 2 gamma et 5
gamma/Kg/minute.
Les effets bêta apparaissent à partir de 2,5 gamma/Kg/minute et semblent croissants jusqu'à
des doses de 30 gamma/Kg/minute.
Les effets alpha débutent pour des doses comprises entre 12 à 15 gamma/Kg/minute et l'effet
presseur devient alors dose dépendant jusqu'à 30 gamma/Kg/minute.

- Les effets physiologiques.


- Cardiaques : L'effet inotrope positif de la dopamine est moins marqué que celui de
l'adrénaline, de la dobutamine et de l'isoprénaline.
L'effet inotrope est dose dépendant. Il apparaît à partir de 2 gamma/Kg/minute et va croissant
jusqu'à 30 gamma/Kg/minute.
L'effet chronotrope apparaît à partir de 12 gamma/Kg/minute. L'effet tachycardisant va
croissant jusqu'à 30 gamma/Kg/minute.
La dopamine est la moins arythmogène des catécholamines: son effet bathmotrope positif est
faible.
L'augmentation de MVO2 est assez faible, le plus souvent contrebalancée par l'augmentation
du transport en oxygène.
- Vasculaires : A des doses inférieures à 5gamma/Kg/minute elle entraîne une vasodilatation
de l'ensemble de la circulation rénale. Elle augmente directement la natriurèse.
Elle augmente le débit sanguin splanchnique.
Elle augmente l'effet shunt.
La stimulation des récepteurs alpha débute pour des doses comprises entre 12 et 15
gamma/Kg/minute et l'effet presseur devient alors dose dépendant.

- La pharmacocinétique.

Elle a un triple métabolisme.


Au cours de perfusion de dopamine les taux sériques sont atteints au bout de 5 minutes.
La demi-vie est de une minute.