Вы находитесь на странице: 1из 48

Gestion de portefeuille et marchés

financiers
Sommaire

1. Le portefeuille obligataire
1.1.1. Obligations Sanofi-Aventis
1.1.2. Les Canadian Government Bond

1.2. Les positions sur contrats à termes optionnels


1.3. Les positions sur contrats à terme fermes
1.4. Le portefeuille action
1.4.1. Analyse sectorielle

1.4.1.1. Le secteur des logiciels et services informatiques


1.4.1.2. Le secteur pharmaceutique
1.4.2. Analyse des actions

1.4.2.1. Etude du portefeuille action


1.4.2.1.1. Valorisation du portefeuille
1.4.2.1.2. Espérance de rendement du portefeuille action

1.4.2.1.3. Risque systématique du portefeuille action


1.4.2.2. Etude des actions
1.4.2.2.1. Boiron
1.4.2.2.2. Arkopharma
1.4.2.2.3. Dassault Systèmes
1.4.2.2.4. Oracle Corp
1.4.2.2.5. Shire PLC
1.5. Remaniements du portefeuille

2. Nouvelle stratégie de placement

3. La nouvelle allocation d’actif


3.1. Les actions
3.1.1. Euro Ressources
3.1.2. ExonHit Therapeutics
3.1.3. Risc Group
3.1.4. Theolia
3.2. Etude du portefeuille action
3.2.1. Valorisation du portefeuille
3.2.2. Espérance de rendement du portefeuille action
3.2.3. Risque systématique du portefeuille d’action

3.3. La gestion alternative


3.3.1. 1ère opportunité : configuration graphique du CAC 4
3.3.2. 2ème opportunité : les marchés émergents
3.3.3. 3ème opportunité : matière OR
3.4. Synthèse de la gestion de portefeuille
1. Analyse du patrimoine hérité

1.1. Le portefeuille obligataire

Le patrimoine hérité par notre investisseur est donc composé de 50 obligations


Sanofi-Aventis et 75 Canadian Government Bonds.

1.1.1. Obligations Sanofi-Aventis

Les obligations à taux fixe Sanofi-Aventis ont donc été émises le 15 septembre 2003
et arrivent à échéance le 15 septembre 2010.
De nominal 1000, le taux nominal de celle-ci est de 4,25% et le dernier coupon a été
versé le 11 décembre 2006.
Nous avons donc valorisé les obligations Sanofi Aventis à 1058,30 € chacune soit
52915€ pour le total de notre portefeuille.

A présent on peut voir le rating émis par les cabinets par Moody’s et Standard and
Poor’s :

Date Agence Note


16-May-2005 Moody's A1

22-Mar-2005 Standard and Poor's AA-

8-Oct-2004 Moody's A2

6-Oct-2003 Moody's A1

10-Sep-2003 Standard and Poor's A+

On s’aperçoit que l’obligation Sanofi-Aventis a toujours été et est toujours assez bien
notée.

Enfin le taux de rendement actuariel calculé pour cette obligation est de 3,97% ce qui
ne correspond pas aux objectifs de notre investisseur puisque le rendement est
assez faible et cette obligation n’est que très peu risquée.

1.1.2. Les Canadian Government Bond

Les Canadian Government Bond ont été émis le 07 novembre 2005 et arrivent à
échéance le 01 juin 2016.
De nominal 1000, le taux nominal de celle-ci est de 4% et le dernier coupon a été
versé le 11 décembre 2006.
Nous avons donc valorisé les Canadian Government Bond à 1027,40 CAD avec un
taux
EUR/CAD = 1,5254 soit 673,53€ d’où un total pour le portefeuille de 50514,62€.
Voici le rating émis par différentes agences de notation sur ces obligations :

Date Agence Note


31-Jul-2006 Dominion Bond Rating Services AAA

24-Feb-2006 Standard and Poor's AAA

7-Nov-2005 Fitch Ratings AAA


31-Oct-2005 Moody's Aaa

1-Apr-2005 Dominion Bond Rating Services AAA

Comme on aurait pu le deviner, les Canadian Government Bond obtiennent les


meilleures notes de chacune des agences.
Ce sont donc des actifs qui ne sont pas du tout risqués puisqu’ils ont été émis par le
gouvernement canadien.

Il apparaît donc clairement que ce portefeuille obligataire ne correspond pas aux


objectifs que notre investisseur s’est fixés.
Nous allons donc sortir de ces actifs et utiliser les fonds récupérés afin d’investir
dans d’autres produits pouvant nous apporter un rendement plus important.

1.2. Les positions sur contrats à termes optionnels

Analyse de la position sur Warrants Alstom SG 2681S et 2682S.

Voici donc les caractéristiques des Warrants en fonction des positions :

 À l’achat : FR0010359109 - ALSTOM 75 CWA 06/07 SG → Quantité 2000


Cours au 06/12/2006 1.23 €

Type Strike Parité Quotité Echéance


Européen 75 20 1000 15/06/2007

 À la vente : FR0010359117 - ALSTOM 85 CWB 06/07 SG → Quantité 2000


Cours au 06/12/2006 0.83 €

Type Strike Parité Quotité Echéance


Européen 85 20 1000 15/06/2007

Nous sommes donc en présence d’un bull spread.

Etant donné le cours de l’action au 06/12/2006 de 92 €, nous pouvons évaluer la


composante valeur intrinsèque VI et valeur temps VT du warrant en position
acheteuse ajusté à la parité : la valeur intrinsèque dans le cadre d’une vente de call
n’est pas significative puisque le gain immédiat est l’encaissement de la prime
donnée par l’acheteur au vendeur en contrepartie du droit d’acheter le sous-jacent à
un prix déterminé, la perte étant illimitée pour le vendeur en cas de réalisation du
scénario.
VI = (92-75)/20=0.85
VT= 0.38

Analyse de la stratégie Bull Spread

Cette stratégie est mise en œuvre pour l’anticipation d’une hausse d’ampleur limitée.

Pour mettre en évidence à postériori, la validité et la réussite d’un tel modèle, il faut
regarder la courbe du sous-jacent pour voir justement l’ampleur de la hausse.

Force est de constater que nous invalidons la stratégie de départ, étant donné que
l’action ouvre un gap à 75 € et ne l’a pas encore comblé.
L’action s’est envolée de quelque 22 % en quelques semaines.

Le bull-spread a empêché de profiter de la hausse continue de l’action Alstom : la


performance globale du portefeuille s’en trouve affectée.

Cette stratégie a induit 2 coûts :

- Un coût d’opportunité résultant de la position vendeuse sur call : on aurait pu


adopter une stratégie différente sur un autre actif, le marché offrant toujours
des opportunités d’arbitrage.
- Une perte résultant de la tenue d’une position vendeuse en marché haussier
et venant diminuer sensiblement le gain sur l’achat de call.

Nous rachetons immédiatement notre position sur le call ALSTOM de prix d’exercice
85 € et d’échéance 15/06/2007.

On peut ainsi déterminer le gain ou la perte potentielle obtenus sur la stratégie


(résultat ne tenant pas compte des primes décaissées et encaissées).

Solde de la position achat Call ALSTOM 75 CWA 06/07 SG : 2000 x 1.23=2460 €
Solde de la position vente Call ALSTOM 85 CWB 06/07 SG : -2000 x 0.84=-1680 €

Soit un gain théorique de 780 €.


Sur la conservation du call, nous préférons prendre nos bénéfices afin d’optimiser au
mieux la valeur temps vu l’échéance encore lointaine du warrant.

1.3. Les positions sur contrats à terme fermes

La position acheteuse sur le contrat Libor 1 mois va nous permettre de nous couvrir
contre une baisse des taux aux Etats-Unis. Cependant nous ne possédons pas
d’obligations américaines et ne projetons pas d’en acheter non plus, nous n’avons
donc aucun intérêt à le garder dans notre portefeuille.
On va donc dénouer cette position et se débarrasser de ce contrat.

Le taux du Libor 1 mois n’a pas évolué du 7/12 au 11/12 comme l’atteste le tableau
qui suit :

07/12/2006 08/12/2006 11/12/2006 Date


5.35(c)  5.35(c)  5.3500   Dernier
+0.00%  +0.00%  0.00%  Var.
0  0  0  Volume
3.34  3.34  3.3400  Ouvert.
2.60  2.60  5.3500  + Haut
2.60  2.60  2.5994  + Bas
Variation sur 3 jours : 0.00%

En supposant que l’on a acheté le contrat à terme le 7/12/06 nous allons calculer
donc les pertes ou les gains potentiels sur ce contrat si nous le vendons au
11/12/2006.

100  T11 / 12 / 06   100  T08 / 12 / 06  1


Valorisation du contrat à terme :  3000000  2  0
100 12

Les contrats à terme fermes ne nous rapporteront donc rien et ne nous feront pas
perdre d’argent non plus.

1.4. Le portefeuille action

Afin de mener à bien l’étude du portefeuille action il nous est apparu pertinent
d’étudier les secteurs concernés par nos actions c'est-à-dire le secteur des logiciels
et services informatiques et le secteur pharmaceutique.
Nous ferons donc ensuite une analyse plus précise de chaque action.

1.4.1. Analyse sectorielle

1.4.1.1. Le secteur des logiciels et services informatiques

Capables du meilleur comme du pire, les éditeurs de logiciels sont souvent


malmenés en Bourse. Ils doivent savoir naviguer entre les risques économiques et
les écueils technologiques, mais, en cas de succès, les marges nettes peuvent
dépasser 20%.
Le point mort, clé de la rentabilité
Une grande part des charges supportées par les éditeurs de logiciels sont fixes, en
particulier l’écriture des logiciels (appelée « recherche et développement ») et le coût
des forces commerciales. Une attention particulière doit ainsi être portée à la
politique de commercialisation du groupe, l’un des modèles gagnants, appelé OEM,
consistant à intégrer dès l’origine son logiciel sur les ordinateurs vendus (Windows
de Microsoft sur les PC, les logiciels Catia-Cadam de Dassault Systèmes sur les
stations de travail d’IBM, etc.), un autre, prometteur, étant la distribution des produits
en ligne (application services providers ou ASP). Comme dans tout métier de
charges fixes, les résultats peuvent présenter une certaine volatilité et l’enjeu
consiste à dépasser le niveau de vente correspondant au point mort. Lorsque le
modèle marche, les marges peuvent être très généreuses. C’est le cas de Microsoft
dont la marge nette oscille entre 20% et 30%, et qui est suivi notamment par
Dassault Systèmes (qui frôle les 20%).

Des revenus récurrents pour lisser les cycles


Les éditeurs de logiciels s’attachent à développer la part des revenus récurrents
capables de contrebalancer les soubresauts des cycles d’investissement de leurs
clients en matière d’infrastructures informatiques.
Pour la plupart d’entre eux, ces revenus proviennent des frais facturés pour la
maintenance ou l’actualisation des licences de logiciels déjà vendues, rendant
cruciale la constitution d’une base installée de clients. Pour d’autres éditeurs, la
récurrence des facturations est naturelle et tient à la nature très spécialisée du
produit ou à sa capacité à s’imposer comme produit de référence dans un domaine
donné. L’un des meilleurs exemples de ce phénomène est le succès de Dassault
Systèmes dont les produits sont devenus, au fil du temps, de véritables références
mondiales et dont plus de 50% des ventes de licences d’utilisation sont considérées
comme récurrentes, liées à des contrats de maintenance ou à des revenus de
licences commercialisées en location.

Grandeur et servitude des niches de marché


La stratégie consistant à devenir le leader d’un marché de niche permet souvent
d’atteindre la fameuse taille critique, surtout si l’on devient une référence au niveau
mondiale.
L’internationalisation est donc une bonne solution et les meilleurs éditeurs français
ont en général suivi ce modèle économique. Ainsi, Business Objects tire aujourd’hui
91% de ses recettes de l’international, tandis que cette proportion se situe autour de
87% pour Dassault Systèmes, 87% pour Avanquest, 80% pou GL Trade et 44% pour
Linedata. Mais attention, car, si la niche s’avère vraiment profitable, l’éditeur risque
d’attirer l’attention de nouveaux concurrents et notamment des géants mondiaux du
logiciel, dont la principale réussite a été d’éliminer progressivement leurs adversaires
plus petits en intégrant à leur propre offre des modules similaires. C’est ce qui est en
train de se passer dans le métier de l’informatique décisionnelle, qui est celui de
Business Objects. Le développement de ce marché attire désormais Microsoft,
Oracle, SAP et Siebel, ce qui menace les spécialistes. Pour les petits éditeurs
innovants, la meilleure issue est souvent alors de se laisser racheter.

Gare aux sauts technologiques


Le saut technologique peut être une chance pour un éditeur de logiciel s’il en est
l’initiateur (par exemple Dassault Systèmes et la simulation sur un ordinateur en trois
dimensions de produits et processus industriels) ou du moins s’il le suit à temps.
Il constitue également un risque mortel s’il le rate à l’instar d’Esker et Icom dans
l’émulation de terminaux. Ce dernier était, il y a dix ans, le champion français de la
rentabilité dans le logiciel avec une marge nette comprise entre 20% et 30%. Mais la
chute du marché de l’émulation de PC (logiciel permettant à un PC d’accéder aux
données d’un grand serveur propriétaire), dans un monde informatique de plus en
plus compatible sous l’impulsion notamment d’Internet, a tout bouleversé.
Ratant le virage technologique, Icom s’est effondré, tandis qu’Esker semble enfin en
passe de relever la tête après avoir dû changer de métier.
Actuellement, plutôt qu’une grande rupture technologique, on évoque de nouvelles
formes de concurrence (les logiciels libres, ou open source) ou de mode de
distribution (l’SAP).

Pour terminer, nous notons que le secteur n’a évolué que de +0,25% depuis le 1 er
janvier 2006 et de +1,14% depuis un an. Cela ne correspond évidemment pas aux
objectifs que s’est fixés notre investisseur.

1.4.1.2. Le secteur pharmaceutique

Le marché pharmaceutique mondial devrait dépasser 665 milliards de dollars en


2007, en croissance de 5-6 % par rapport à 2006. Si la croissance du marché
demeure dynamique, elle s'inscrit toutefois en retrait par rapport au début des
années 2000, marquées par des progressions annuelles de l'ordre de 12 à 13 %.

Le secteur a connu depuis trois ans des performances boursières plutôt basses, il a
atteint en janvier 2005, un niveau historiquement bas (PER de 15,5 contre 34,9 en
1998 pour le Dow Jones Stoxx Santé), dans la moyenne du marché, ce qui est
inhabituel pour ce secteur.

Cette baisse historique de la valorisation boursière est avant tout due, à l’inquiétude
des investisseurs, en réponse à trois phénomènes graves :

 La chute tendancielle de l’innovation des différents laboratoires de recherche


depuis 1999, sur 1092 nouveaux médicaments lancés en cinq années sur le
marché, aucun n’a apporté une réelle innovation thérapeutique et la baisse
brutale des ventes de plusieurs blockbusters1, dont les brevets ont expiré.

 La concurrence, de plus en plus importante, des médicaments génériques,


favorisée par les politiques de réduction des coûts de santé, réalisées dans
les différents pays développés. Le marché des génériques devrait croître
annuellement de 9% pour atteindre 75 milliards d’euros en 2008 (100 milliards
de dollars). De plus, les entreprises qui fabriquent des médicaments
génériques contestent de plus en plus tôt la validité des brevets. Certains
groupes, vulnérables à la concurrence des génériques, peinent à trouver des
relais de croissance (BMS, Merck KgaA, Merck & Co...).

1
Médicaments de masse dont les ventes sont supérieures à 750 millions d’euros, soit un milliard de
dollars.
 Le secteur pharmaceutique est confronté à un durcissement de son
environnement réglementaire et politique. Le marché pharmaceutique vit
désormais à l'heure d'une croissance régulée par les pouvoirs publics. En
effet, les politiques marketing des laboratoires pharmaceutiques sont
soumises à un cadre réglementaire particulièrement contraignant. Ainsi, dans
la guerre qui oppose intérêt de la société et intérêt d'une nation les pouvoirs
publics pèsent de plus en plus lourd dans les décisions.

Cependant, certains analystes estiment cette baisse exagérée, car ne prenant pas
assez en compte le potentiel du secteur:

 De nombreux produits sont actuellement dans les portefeuilles des services


de recherche et de développement.

 Les besoins en médicaments sont importants, du fait du vieillissement de la


population et d’un plus large accès aux services de santé dans de nombreux
pays.

 Les grands groupes travaillent sur une rationalisation et un meilleur contrôle


de leurs frais marketings, qui représentent le poste principal de leurs
dépenses opérationnelles et constituent en moyenne plus de 30% de leur
chiffre d’affaires.

 Lors des deux prochaines années, le secteur, après Sanofi-Aventis, devrait


connaître de nouveaux mouvements de concentration capitalistique, autour de
Novartis, d’AstraZeneca et de GlaxoSmithKline. Une opération d’acquisition
ou de fusion, permet dans la plupart des cas, des économies d’échelles et de
rationalisation.

Les éléments importants spécifiques à ce secteur et actuellement recherchés par les


investisseurs travaillant sur le marché de l’industrie pharmaceutique, sont :

 Une véritable expertise sur des marchés clés (diabète, maladies cardio-
vasculaires, cancers et les vaccins).
 Le nombre de produits à fort potentiel se trouvant dans le portefeuille de
recherche ;
 la détention, dans le portefeuille :
- de produits très spécialisés, difficilement copiables,
- de produits s’adressant à la clientèle âgée des pays riches et les aidant
réellement à améliorer leur santé générale (hypertension, bronchite,
asthme, diabète, cancer...) et donc leur survie ;
- de nouveaux produits ayant la capacité à devenir des médicaments de
masse ;
 la capacité à générer sur plusieurs années une croissance des bénéfices par
action à deux chiffres.

Enfin nous pouvons noter que depuis un an le cours historique du secteur de la


santé dont fait partie l’industrie pharmaceutique à varier de +0,50%, et depuis janvier
2006 -5,79%. Il est donc important de signaler que les performances de ce secteur
ne correspondent donc pas au profil de notre investisseur.

Suite à cette analyse nous allons donc étudier de plus près notre portefeuille tout
d’abord en le valorisant puis en faisant une étude action par action.

1.4.2. Analyse des actions

1.4.2.1. Etude du portefeuille action

1.4.2.1.1. Valorisation du portefeuille

Code Nbr Cour Devis Cours Val. en Répartiti


Actions REUTERS e s es € € on
1 Boiron BOIR.PA 50,00 17,89 894,50 0,21%
Shire Plc
(cours en 275,0 1 1 418
2 GBP) SHP.L 0 029,50 1,48 522,63 723,39 97,39%
125,0 1
3 Arkopharma ARKP.PA 0 11,52 440,00 0,33%
Dassault 200,0 8
4 System DAST.PA 0 41,00 200,00 1,91%
Oracle Corp
5 (cours en $) ORCL.O 48,00 19,01 0,76 14,44 693,12 0,16%
Valorisation au 429
  05/12/2006 951,01

1.4.2.1.2. Espérance de rendement du portefeuille action

Titre Proportion en % Beta Beta pondéré E(Rdt)  


Boiron 0,208% 0,14485 0,000301 4,340% 0,0090%
Shire Plc 97,390% 1,16655 1,136106 9,711% 9,4580%
Arkopharma 0,335% -0,07040 -0,000236 3,371% 0,0113%
Dassault System 1,906% 0,88342 0,016838 7,663% 0,1461%
Oracle Corp 0,161% 1,00162 0,001614 8,940% 0,0144%
Portefeuille     1,154623   9,6388%

L’espérance de rendement du portefeuille a été calculée avec la moyenne pondérée


des espérances des rendements des titres. L’espérance de rendement global du
portefeuille est de 9,6388% ce qui ne se rapproche pas vraiment des objectifs de
notre investisseur. Toutefois cette espérance de rendement est tirée principalement
par l’action Shire qui compose pour plus de 97% le portefeuille. Cela montre le
caractère risqué de ce portefeuille, car si l’action chute fortement, le portefeuille en
sera forcément affecté.

1.4.2.1.3. Risque systématique du portefeuille action


Titre Proportion Bêta Bêta pondéré
Boiron 0,21% 0,1853996 0,0003893
Shire Plc. 97,39% 1,2959395 1,2621155
Arkopharma 0,33% -0,098735 -0,000326
Dassault
Systèmes 1,91% 0,9216756 0,017604
Oracle Corp. 0,16% 1,6551689 0,0026483
Portefeuille 100,00%   1,2824313

Le bêta du portefeuille a été calculé grâce à la moyenne pondérée des bêtas des
titres qui le composent. Le bêta du portefeuille d’action est de 1,28, notre portefeuille
présente donc un risque systématique plus élevé que le marché. En effet, si le
marché varie de 10% à la hausse ou à la baisse, le portefeuille fluctuera de 12,8% à
la hausse ou à la baisse.
Toutefois, il est important de relativiser car les degrés de significativité des bêtas des
actions qui composent le portefeuille sont assez faibles.

Etude empirique de Progue et Solnik sur le portefeuille d’actions

Nombre de Réduction du risque (en


titres pourcentage du portefeuille)
1 0,00%
2 34,60%
3 51,50%
4 61,40%
5 73,90%

Notre portefeuille est composé de cinq actions, cette étude met donc en évidence
que l’on atteint un degré d’élimination de près de 74% du risque de notre portefeuille
global d’actions. Toutefois, il est important de souligner que notre portefeuille est
composé d’actions appartenant à deux secteurs d’activité seulement (secteur
pharmaceutique et des logiciels) ce qui accentue le risque spécifique lié à un secteur
d’activité.

Matrice Variance-Covariance

Il nous a semblé pertinent de calculer la matrice Variance-Covariance qui nous a


permis de mesurer le risque global de notre portefeuille de départ. En effet, la
matrice mesure le risque en prenant en compte l’ensemble des corrélations des titres
entre eux. Nous avons donc pondéré les risques individuels du portefeuille d’action,
puis nous avons pondéré les risques corrélés des titres deux à deux.

Arkopharm Dassault Oracle


Boiron Shire Plc. a Systèmes Corp. Somme
Boiron 1E-09 -1,9E-08 0 2E-09 0 -1,66E-08
Shire Plc. -1,9E-08 0,0005875 2,5E-07 5,08E-07 -5E-09 0,0005882
Arkopharma 0 2,5E-07 3E-09 2E-09 0 2,55E-07
Dassault
Systèmes 2E-09 5,08E-07 2E-09 5E-08 0 5,63E-07
Oracle Corp. 0 -5E-09 0 0 1E-09 -3,55E-09
Total des variances covariances = Variance du portefeuille 0,000589
Soit un risque total du portefeuille 2,43%

L’espérance de rendement moyen de notre portefeuille d’actions est de 0,29%


calculée sur les 60 derniers cours et le risque total de notre portefeuille est de 2,43%.
De ce fait en rapprochant le rendement moyen du portefeuille avec le risque global
nous trouvons environ 838%.
2,43%
 837,93% (cf. tableau matrice variance-covariance portefeuille de départ)
0,29%
Mon risque est donc de 838% autour du rendement moyen de notre portefeuille.

1.4.2.2. Etude des actions

L’espérance de rendement des titres du portefeuille de l’investisseur sera calculée


comme suit :

Prime de risque de Marché :


( E( indice )  R f ) => Espérance de rendement de l’indice – Rendement des bonds du
trésor

N’ayant pas trouvé l’information sur l’espérance de rendement des indices associé à
chaque action nous somme parti du principe que la prime de risque était de 4,50%
pour toutes les actions qui composent notre portefeuille.

Rendements des bonds du trésor domestique et étranger (source AFP) :


Lundi 4 décembre à 18H00 (17H00 GMT) le rendement de l'OAT française à 10 ans
ressortait à 3,688% contre 3,680% vendredi 1er décembre.
Sur le marché obligataire américain, le rendement du bon du Trésor à 10 ans montait
à 4,433% lundi 4 décembre contre 4,425% vendredi 1 er décembre (soir) et celui à 30
ans à 4,545% contre 4,541%.
Sur le marché britannique, le taux du Gilt à 10 ans remontait à 4,462% lundi 4
décembre contre 4,458% vendredi 1er décembre au soir.

L’espérance de rendement des actions a été évaluée selon la méthode du MEDAF,


le calcul est le suivant :
E ( R )  R f  primederisque   action R f  Rendement des bonds du
trésor
Le  action ayant été calculé précédemment (cf. tableaux calcul Bêta Shire ; calcul
Bêta françaises ; calcul Bêta action Oracle).
1.4.2.2.1. Boiron

http://www.boiron.com
CAC Mid 100 – Cours au 05/12/2006 : 17,89 €

Boiron : la pharmacie homéopathique. Maîtriser toutes les étapes de la préparation


du médicament homéopathique et promouvoir l'homéopathie à travers le monde :
telle est la vocation du groupe indépendant Boiron. Présent dans plus de 50 pays, le
groupe Boiron propose des médicaments homéopathiques et œuvre pour le
développement d'une homéopathie de qualité dans le milieu médical. Ses
médicaments sont produits soit pour l'homéopathie de prescription, se présentant
alors le plus souvent sous forme de gélules ou de granulés, soit en tant que produits-
conseils : compléments nutritionnels, dermopharmacie, oligo-éléments,
phytothérapie, bien-être (stress, troubles du sommeil).Visant l'expansion
internationale depuis 20 ans, le groupe a également mis en place depuis 1985 un
institut, l'institut Boiron, structure de recherche rassemblant 150 médecins
représentant plus de 30 pays, dont le but est d'utiliser l'expérience clinique des
médecins homéopathes afin de mieux connaître les médicaments homéopathiques.
Enfin en juin 2005, le groupe prend une nouvelle dimension en fusionnant avec les
laboratoires Dolisos, son concurrent direct.
Commentaire Court Terme
L'action est légèrement survendue et sans tendance à court terme clairement définie.
Une remontée du prix peut également s'opérer au niveau de 18.056.
Commentaire Moyen Terme
La tendance de prix à moyen terme - est toujours haussière cette semaine. Cette
action sous-performe le CAC 40 de -31.3497%. La volatilité s'est accrue le mois
dernier.

2005 2006 2007


BNA 0,75 0,57 0,95
Dividende 0,37 0,28 0,33
PER 24,03 31,32 18,93

Consensus

E ( R )  3,688%  4,50%  0,14485  4,34%

Interprétation :
Si l’on se penche donc sur le rendement espéré de 4,34% celui-ci est insuffisant pour
notre investisseur et ne correspond pas aux objectifs qu’il s’est fixés.
Le bêta de l’action Boiron est de 0,14485 ce qui signifie que ce titre est considéré
comme défensif. De ce fait, quand le SBF 250 varie de 10% à la hausse ou à la
baisse l’action Boiron elle ne varie que de seulement 1,45 % à la hausse ou à la
baisse.
Mais il est important de relativiser car la significativité est de 8,22% ce qui montre
que l’action Boiron n’est pas réellement liée aux fluctuations du marché.

1.4.2.2.2. Arkopharma

http://www.arkopharma.com
CAC Small 90 – Cours au 05/12/2006 : 11,52 €

Arkopharma : la phytothérapie née en 1980, la société Arkopharma s'est d'emblée


positionnée sur le secteur de la phytothérapie .Elle est aujourd'hui le leader français
de ce marché, et continue à se développer avec un fort investissement dans la
recherche et 66 collaborateurs scientifiques travaillant au sein de son département
recherche et développement. Arkopharma est à l'heure actuelle détentrice de 891
brevets de médicaments phytothérapeutiques. Historiquement, la phytothérapie
découle de l'antique herboristerie. Contrairement à la plupart des médicaments, les
produits de Arkopharma se présentent sous la forme de gélules. Reconnue depuis
1987 comme médecine à part entière, la phytothérapie a depuis connu un réel essor,
entraînant le développement de la société qui produit aussi bien des gélules à
destination du bien-être adaptées aux maux quotidiens (stress, insomnies, problème
de poids, douleurs articulaires, vitamines) qu'à destination de traitement de maladies
graves : pour les patients séropositifs au VIH par exemple.

2005 2006 2007


BNA 0,42 0,37 0,52
Dividende 0,22 0,15 0,21
PER 28,87 32,43 22,99

Consensus

E ( R )  3,688%  4,50%  ( 0,07040 )  3,371%

Interprétation :
Si l’on se penche donc sur le rendement espéré de 3,371% celui-ci ne correspond
pas non plus au rendement recherché par notre investisseur.
Le bêta de l’action Arkhopharma est de -0,0704 ce qui explique que ce titre soit
contra-cyclique. L’action varie à l’inverse des fluctuations du marché, quand le
marché augmente de 10% le titre varie à la baisse de 0,704%. Toutefois, le degré de
dépendance du titre par rapport au marché est faible comme le montre la valeur
absolue de la significativité qui est d’environ 3%.

1.4.2.2.3. Dassault Systèmes

http://www.3ds.com
CAC Next 20 – Cours au 05/12/2006 : 41 €

Dassault Systèmes est la première société mondiale de développement de solutions


PLM, c'est-à-dire de Gestion du Cycle de Vie du Produit (Product Lifecycle
Management). Concrètement, le groupe offre à ses clients des solutions logicielles
(Catia, Enovia, Delmia, Smarteam, Spatial) leur permettant la création et la
simulation du cycle intégral de vie d'un produit, de sa préconception à sa production.
L'aéronautique, l'automobile, les constructions navales, la téléphonie, autant
d'industries qui ne peuvent se passer de ses services. Le groupe compte ainsi de
prestigieux clients au sein de son portefeuille : Boeing, Renault, Daimler Chrysler,
EADS et IBM entre autres. Aujourd'hui, cet énorme laboratoire de développement de
logiciels techniques est un groupe fort de 80 % d'ingénieurs et qui ne cesse de
croître dans un environnement international des plus propices. Le groupe met
l'accent maintenant sur le développement de solutions en 3D tant au niveau du
Grand Public et de l'Internet avec sa division 3D for All qu'au niveau des industriels
avec SolidWorks ou encore avec Abaqus société américaine qu'il vient d'acquérir.
Commentaire Court Terme
Le prix affiche une tendance baissière, il faudrait observer les reculs dans la
tendance baissière afin de déterminer les niveaux de support les plus probables.
Commentaire Moyen Terme
La tendance de prix à moyen terme - est toujours baissière cette semaine. Cette
action sous performe le CAC 40 de -26.0205%. La volatilité s'est réduite le mois
dernier.

2005 2006 2007


BNA 1,59 1,79 2,04
Dividende 0,39 0,44 0,50
PER 26,48 23,51 20,64

Consensus
E ( R )  3,688%  4,50%  0,88342  7,663%

Interprétation :
Si l’on se penche donc sur le rendement espéré de 7,663% celui-ci ne correspond
pas non plus au rendement recherché par notre investisseur.

Le bêta de l’action Dassault Systèmes est de 0,88 ce qui montre que ce titre est
défensif. Si le marché varie à la hausse ou à la baisse de 10%, le titre fluctue de
8,8%. La significativité du Bêta de l’action Dassault Système est de 50%, elle n’est
pas assez élevée pour pouvoir dire que le titre est complètement lié aux fluctuations
du marché.

1.4.2.2.4. Oracle Corp

http://www.oracle.com
NASDAQ Stock Market (Etats-Unis) - Cours au 05/12/2006 : 19,01(c) USD

Créé en 1977, Oracle est le n°2 mondial des logiciels. Le groupe développe et
commercialise des logiciels d'infrastructure (80% des licences vendues) et des
progiciels (20%). La répartition du CA par pôle d'activité est la suivante :
- licences (61%) : bases de données (1er fournisseur mondial avec environ 34% de
part de marché), serveurs d'application, outils d'aide au développement
d'applications et à la décision, progiciels (ERP, SCM, CRM, etc.). Les logiciels
d'Oracle sont compatibles.
Oracle Corp ne cesse de progresser depuis le début de l’année 2006. En effet,
l’action a déjà gagné plus de 50% sur les premiers mois de l’année 2006. Aucun
signe d’essoufflement ne l’envolée de ces dernières semaines, le titre pourrait ainsi
retrouver une nouvelle dynamique haussière à la suite d’une seconde tentative de
franchissement de la résistance de 19,25 $. En cas de débordement de cette droite,
les cours devaient ainsi pouvoir rallier le seuil de 21 $.

2005 2006 2007


BNA 0,81 0,96 1,10
Dividende 0,00 0,00 0,00
PER 24,20 20,52 17,83

Consensus

E ( R )  4,433%  4,50%  0,7046  8,94%


Interprétation :
Si l’on se penche donc sur le rendement espéré de 8,94% celui-ci ne correspond pas
non plus au rendement recherché par notre investisseur.

Le bêta de l’action Oracle est quasiment égal à 1 (β=1,00162), cette action suit donc
l’évolution du Nasdaq 100. La dépendance par rapport au marché n’est élevée sur ce
titre car la significativité est de 45,7%.

1.4.2.2.5. Shire PLC

http://www.shire.com
Londres SETS (Grande-Bretagne) - Cours au 05/12/2006 : 1 029,50 GBP

Shire est une société pharmaceutique spécialisée de premier plan répondant aux
besoins des médecins spécialistes. Elle se concentre sur les troubles déficitaires
d'attention avec hyperactivité (ADHD), les thérapies génétiques humaines (HGT) et
les maladies gastro-intestinales et rénales. Sa structure suffisamment souple permet
à Shire de cibler de nouveaux domaines thérapeutiques dans la mesure où des
opportunités surgissent par le biais d'acquisitions. Shire estime qu'un portefeuille de
produits sélectionnés avec soin et des forces de ventes stratégiquement alignées et
opérant sur une échelle relativement petite obtiennent des résultats probants.
La stratégie de Shire consiste à mettre au point et à commercialiser des produits
destinés aux médecins spécialisés. Les efforts de Shire dans le domaine des
licences, des fusions et des acquisitions visent essentiellement les produits situés
dans des créneaux commerciaux et jouissant d'une forte protection de la propriété
intellectuelle aux États-Unis ou en Europe.

2005 2006 2007


BNA 36,80 30,25 45,04
Dividende 3,64 3,33 4,37
PER 27,85 33,89 22,76

Consensus

E ( R )  4,462%  4,50%  1,16655  9,711%

Interprétation :
Si l’on se penche donc sur le rendement espéré de 9,711% celui-ci peut
correspondre à notre profil au vu des tendances de ces deux derniers mois.
Le bêta de l’action Shire est de 1,167, ce titre est donc offensif car pour une
fluctuation du Footsie 100 de 10% à la hausse ou à la baisse l’action Shire varie de
16,66% à la hausse ou à la baisse.
En revanche la dépendance de ce titre par rapport au marché n’est pas élevée, en
effet la significativité est de 28,45% et de ce fait trop faible pour pouvoir expliquer
l’incidence des fluctuations du marché sur l’action Shire.

1.5. Remaniements du portefeuille

Suite à cette étude nous nous apercevons donc que les rendements attendus par les
produits constituant notre portefeuille ne correspondant pas du tout à l’objectif de
rendement de notre investisseur.
Nous allons donc procéder à de nombreuses modifications au sein du portefeuille
notamment en vendant nos obligations, en dénouant notre position sur les contrats à
terme fermes et optionnels et en vendant une bonne partie de nos actions.
Nous avons donc vendu la totalité du portefeuille action en dehors de 20% des
actions de Shire soit une valeur au cours d’aujourd’hui de 86477,60€.
La vente de nos actions comme nous l’avons vu lors de leur valorisation va donc
nous rapporter 357000€.
A cela nous allons donc ajouter ce que nous rapporte la vente de nos obligations
c'est-à-dire 103450€.
Les options nous rapporteront 780€ et le contrat à terme ferme 0€.
Enfin ayant vendu l’appartement pour 240000€, notre investisseur utilisera une partie
de cet argent ainsi que les 75000€ du compte en espèce.
Nous aurons donc au total une manne financière de 672138,02€ afin d’établir une
nouvelle stratégie et une réallocation d’actifs.

Dans la prochaine partie nous verrons qu’elle sera être la stratégie que suivra
l’investisseur.
2. Nouvelle stratégie de placement

Notre objectif : que vos investissements vous rapportent et, sur le long terme, que
la magie des performances exponentielles vous permet de bénéficier d'un retour
sur investissement mérité, non biaisé et conséquent ! Et cela, plaisir suprême, en
ne le devant qu’à soi-même.
« Le peuple doit être dirigé et non pas éduqué » à écrit H. de Montesquieu…
Au vu de l'ignorance, crédulité ou paresse intellectuelle, force est de constater que
cette affirmation est parfaitement établie actuellement.
Pour nos détracteurs qui ne manqueront pas de pérorer en martelant que la
performance est proportionnelle à la prise de risque, qu'ils relisent ou étudient
Warren Buffet, David Dreman ou Bill Miller…
Si votre sens critique est suffisamment exacerbé pour partager notre objectif
commun - le bien-être financier par la responsabilisation individuelle - vous pouvez
vous considérer chez nous, comme chez vous...
« Put all your eggs in the same basket, BUT WATCH IT! »
Mettez tous vos œufs dans le même panier... MAIS SURVEILLEZ-LE !
Cette affirmation, lucide et ironique, du plus grand investisseur de tous les temps,
Warren Buffet, mérite d'être commentée.
De nos jours il est quasiment impossible de ne pas avoir vu, lu, entendu ou traduis
les propos suivants :
« Ne jamais mettre tous ces œufs dans le même panier ».
« Le monde des investissements est tellement complexe, confiez-nous votre argent
nous nous en occuperons... ».
L'information véhiculée par moult formes de supports n'étant utile que dans la
mesure où son impartialité se devrait d'avoir également un rôle éducatif, nous
somme toujours stupéfaits qu'un des rares domaines intéressants l'humanité dans
son ensemble, notre argent, ne soit jamais le sujet le plus répandu par nos chers
medias, en opposition aux publicités omniprésentes ventant le "savoir" de
"spécialistes" du monde financier qui pullule plus que jamais…et moins que demain
nous en avons la certitude.

Le graphique ci-dessus représente une diversification considérée comme optimale.


La problématique avec cette approche est qu'elle est surtout orientée par une peur
du risque… Son corollaire étant de ne générer qu'une performance médiocre,
lorsqu'il y en a une !
Quel investisseur ne miserait pas sur les positions dont la majorité d'entre elles lui
permettraient de "battre" toutes formes de placements avec un risque en valeur
égale, moindre ?
Bien évidement le problème est de savoir dans quels titres investir tout en sachant
que certains ne performeront que médiocrement et d'autres pas du tout. Le résultat
de ces choix ne peut étayer une performance positive et conséquente que dans la
mesure où la résultante pondérée de ces prises de position est supérieure aux
risques pris, tout en étant inférieure aux objectifs les plus optimistes !
Une stratégie de "focus investing" (ciblée sur les meilleures valeurs ou celles ayant
le plus de potentiel en regard de leur valorisation) étant de loin la plus rentable,
nous vous laissons le soin d'en tirer vos propres conclusions…

« Diversification is a protection against ignorance. It makes very little sense for


those who know what they're doing. » Warren E. Buffet
Partant de ce constat, pour en venir à la façon de gérer votre capital et de le faire
fructifier, la réponse est individuelle. Chaque personne ayant ses propres capacités,
intérêts, ou motivation propres, loin de nous de nous permettre d'orienter quiconque
dans une direction plutôt qu'une autre...même si cela nous démange.
Certains n'ont d'investissement que leur maison, d'autres ne placent leur pécule
qu'en obligation, d'autres jouent au tribolo et d'autres, souvent les mêmes, n'ont
rien et n'auront certainement jamais grand chose. Le comble de l'indigence étant de
toujours répéter les mêmes erreurs...en espérant à chaque fois un résultat
différent !
Comptez sur vous-mêmes et prenez-vous en charge, financièrement s'entend…
Dès maintenant !
Pour la gestion de votre patrimoine actuel ou futur, fixez-vous des objectifs dans le
temps et agissez en conséquence, mais quoi que vous fassiez surveiller bien vos
oeufs !
Le temps des regrets futurs ne pourra jamais qu'être compensé par une décision
présente et pertinente.

Explicitation
Notre stratégie sera basée sur un principe essentiel : la performance absolue à la
hausse comme à la baisse sur des opportunités offertes par le marché.
Ce principe sous-tend plusieurs règles en matière de gestion :

- Fixation d’un seuil psychologique à partir duquel nous prendrons nos


bénéfices ou couperons nos pertes.

- Sécurisation des plus-values ou du capital engagé par le passage d’ordres à


seuil de déclenchement lorsqu’un retournement de tendance se prépare.

- Sélectionner un ensemble de valeurs afin de valoriser les capitaux gérés,


grâce à un “stock picking” intégral (choix valeur par valeur) sans aucune
référence à un quelconque indice en couvrant toutes les classes d’actifs réels
existant sur le marché.

- Utilisation de produits optionnels et structurés (avec ou sans effet de levier)


permettant une meilleure maîtrise des risques que le recours au SRD ou aux
contrats à terme que nous jugeons peu flexibles par rapport aux nouveaux
produits émis à l’heure actuelle sur le marché et permettant une allocation
d’actifs plus diversifiée correspondant plus à un profil d’investisseur individuel.

- Être actif à la hausse comme à la baisse en détectant les opportunités de


marché par le biais de l’analyse graphique et fondamentale, des écarts de
valorisations anormaux ou de comportements des investisseurs…

- Refus de toute gestion complexe qui ne répond pas à nos objectifs de


gestion : à ce titre la gestion d’un portefeuille obligataire sera contraire à nos
principes de gestion.
Bien que celle-ci peut être source d’opportunité, elle se révèle complexe pour
un investisseur individuel ne maitrisant pas les outils de modélisations
indispensables à une gestion obligataire efficace et notamment les techniques
d’arbitrage.
Néanmoins, nous nous offrons toujours la possibilité de saisir des opportunités
sur les EURO BUNDS par le biais de Turbos Longs et Shorts SG.

En résumé, nous pensons qu’une gestion par opportunités même aussi risquée soit
elle permet à terme une performance plus importante qu’une simple diversification
sectorielle ou un suivi de tendance indicielle

Cela nous amène à déterminer les seuils psychologiques de gains et pertes


probables sur chaque type d’actif que nous serons susceptibles de détenir en
portefeuille et correspondant à notre profil d’investisseur :
- Actions : de - 20 % à + 350 %
- Trackers : de -20 % à 100 %
- Warrants, BSA et Turbos : de -30 % à +150 %
- Certificats : -20 % à +100 %.

Notre gestion sera adaptée en fonction de la durée de détention et de l’amplitude du


mouvement anticipé.
La gestion Action  :
L'art de gagner en bourse repose sur la capacité à déterminer la valeur de toute
entreprise par rapport à leur valeur attribuée par le marché. Lorsque des distorsions
flagrantes de sous valorisation apparaissent, nous procédons à une étude
fondamentale approfondie afin de déterminer les potentialités du titre de
surperformer. La confirmation de nos choix ne s'établit que dès l'instant où le critère
de marge de sécurité est tel que nous pouvons prendre position avec un rapport
risk/reward (risque/opportunité) extrêmement attractif.

La gestion «  alternative  »  :
On ne peut envisager notre portefeuille sans utiliser ce type de gestion permettant de
surperformer le marché par exemple dans le contexte actuel, et notamment à court
terme sur le CAC 40 où il n’existe pas de tendance définie tant que la résistance ou
le support majeur ne seront pas enfoncés.

On mettra de ce fait l’accent sur :


- la stratégie consistant à être à l'achat (long) sur des actifs considérés comme
décotés et à se couvrir contre la baisse des marchés en adoptant des positions
vendeuses (short) sur des actifs équivalents considérés comme surévalués. Cette
méthode, utilisée sur les actions, vise soit à être totalement neutre par rapport à
l'évolution des marchés (neutral market), soit à anticiper une tendance en privilégiant
les positions acheteuses ou vendeuses.
- les stratégies directionnelles globales tirant profit de l'anticipation des
orientations haussières ou baissières de différents marchés (actions, obligations,
devises, matières premières...). Elles s'appuient sur une analyse macroéconomique
(global macro) ou sur une analyse technique des tendances des marchés (CTA),
selon une approche en terme de durée et d’ampleur du mouvement.
3. La nouvelle allocation d’actif

La cession de la quasi-totalité du portefeuille permet de dégager environ plus de


525430€ de liquidité pour mettre en œuvre notre stratégie de « Focus Investing ».
On ne gardera que 20 % de Shire comme valeur de fond de portefeuille.
En effet, à court terme, malgré la forte chute du prix au cours des séances
antérieures, la tendance à court terme reste haussière et une hausse à 1047.2561
est attendue.
On pourra vendre le solde de la ligne à partir de ces niveaux.

3.1. Les actions

Voici les nouvelles valeurs sur lesquelles nous misons.

3.1.1. Euro Ressources

EURO Ressources (ex Guyanor Ressources) est une compagnie d'exploration


minière, de droit français, filiale à 73% environ de la société Golden Star Resources.
Créée en 1993, elle opère exclusivement en Guyane française et est spécialisée
dans l'identification, l'exploration et le développement de gisements miniers,
principalement aurifères et diamantifères.
EURO Ressources est actuellement titulaire, directement ou par l'intermédiaire de
ses filiales (Sotrapmag et SMYD), de plusieurs permis exclusifs de recherches et de
concessions minières, couvrant les 3 projets aurifères d'exploration de Paul-Isnard,
de Yaou et de Dorlin.

Actionnariat
1. Public 48,31%
2. Golden Star Resources Ltd 43,28 %
3. Xystus Holding Corp Ltd 8%
4. Administrateurs et dirigeants 0,41 %

Sociétés du secteur économique : Mines aurifères


Libellé Dernier Var. Capi. Boursière PER 06 PER 07
 EURO RESSOURCES 1.65(c) +3.12% 81.51 M€ N/A N/A
 ALCAN 38.32(c) +3.48% 14 175.73 M€ 9.55 9.74
 ANGLOGOLD ASHANTI 35.88(c) +3.10% 9 876.26 M€ N/A N/A
 ARCELOR 43.09(c) -0.85% 27 922.64 M€ 10.29 10.86
 CFF RECYCLING 27.10(c) +0.18% 643.02 M€ 13.16 11.09
 COIL 10.80(c) +1.89% 15.61 M€ 0.00 58.17
-
 DRDGOLD 0.77(c) 249.75 M€ N/A N/A
10.47%
117.70(c
 ERAMET -0.25% 3 035.47 M€ 10.63 10.18
)
150.00(c
 EXACOMPTA CLAIREFONTAINE -0.07% 169.72 M€ N/A N/A
)
 GOLD FIELDS LIMITED 14.00(c) +1.45% 6 936.21 M€ N/A N/A
 HARMONY GOLD 11.81(c) -0.42% 4 687.80 M€ N/A N/A
 IMS INTERNATIONAL METAL
21.60(c) +0.70% 390.03 M€ 7.05 8.75
SCE
 INCO LTD 55.00(c) -1.70% 4 010.61 M€ 10.72 11.54
 METALEUROP 8.58(c) +0.94% 200.28 M€ 5.75 8.62
 MINES DE LUCETTE 35.70(c) +0.45% 683.00 M€ 60.00 N/A
 MITTAL STEEL COMPANY A 32.00(c) -1.60% 29 914.18 M€ 7.24 6.26
 NORSK HYDRO 18.12(c) -1.09% 20 753.98 M€ 9.21 8.73
 RIO TINTO 40.85(c) -1.57% 43 488.67 M€ 8.79 8.85
 ROCAMAT 3.30(c) 0.00% 14.06 M€ N/A N/A
 SAFWOOD 4.29(c) 0.00% 53.20 M€ N/A N/A
 SEQUANA CAPITAL 23.50(c) -2.08% 2 494.42 M€ 17.28 15.63
 STELAX INDUSTRIES 0.09(c) 0.00% 2.66 M€ N/A N/A
 STILFONTEIM GOLD MINING 0.11(c) 0.00% 1.45 M€ N/A N/A
 ZAMBIA COPPER INVESTMENTS 1.71(c) +0.59% 215.80 M€ N/A N/A
 ZCCM INVESTMENTS
2.58(c) +7.50% 38.58 M€ N/A N/A
HOLDINGS B

Sur un plan fondamental

Chiffres d'affaires trimestriels 

2002 2003 2004 2005 2006


   CA 1er trimestre 271 14 25 826 1 573
   CA 2ème trimestre 88 35 34 891 2 007
   CA 3ème trimestre 69 46 18 916 2 011
   CA 4ème trimestre 81 38 27 1 241 0
   CA semestriel 359 49 59 1 717 3 580
   CA annuel 509 133 104 3 874 0

Ratios financiers

12.01 12.02 12.03 12.04 12.05


   RN/Capitaux propres 60,09 -6,78 0,01 -24206,00 -4676,92
   RN/CA -24362,50 2354,29 -1,59 2591,65 -15,45
   Frais de pers./CA 2343,75 1565,71 538,10 73,45 0,64
   Effectif 17 8 8 8

On se trouve en présence d’une société en plein retournement : malgré des ratios


défavorables, cette société est en plein retournement comme le montre la croissance
de son chiffre d’affaires sur l’année 2006 où elle bénéficie de l’augmentation des
cours de l’or.
Par ailleurs, le modèle économique de la société fondé sur l’encaissement de
redevance pour l’exploitation des mines de la part de son actionnaire principal
Goldenstar lui permet de tirer des revenus récurrents qui en feront une véritable
cash-machine.
Les résultats pour le trimestre en question présentent un revenu net s’élevant à 2,1
millions de dollars, par rapport à une perte de 3,2 millions au cours du 3 ème trimestre
2005.
Grâce à cette amélioration de ses liquidités, la société EURO est désormais en
mesure de considérer des opportunités futures d'amélioration de la valeur
actionnariale par le biais d’acquisition appropriée.
L'once d'or devrait continuer à évoluer entre 550 et 700 dollars. La position des
banques centrales, qui a longtemps été un facteur de baisse, pourrait maintenant
contribuer à soutenir les cours. La Russie, l'Argentine et l'Afrique du Sud ont laissé
entendre qu'elles étaient acheteuses. De même, les dernières déclarations de la
Banque de Chine peuvent laisser penser qu'elle pourrait investir une petite partie de
ses gigantesques excédents commerciaux dans l'or. Par ailleurs, compte tenu de la
hausse des cours, les Banques centrales des pays occidentaux semblent ralentir le
rythme de leurs ventes qui, en vertu des accords de 2004, ne peuvent pas excéder
500 tonnes par an jusqu'en septembre 2009.

Sur un plan technique

Techniquement, la configuration du titre apparaît en tout cas clairement positive sur


le court et moyen terme, avec le retour des volumes et de la volatilité depuis début
novembre.
A plus court terme, la résistance à 1,8 EUR joue son rôle depuis plusieurs semaines
sans pour autant avoir engendré l'amorce d'une correction. Le maintien du titre à
proximité de ses sommets traduit un engouement acheteur persistant.
Dans ce contexte, on pourra se positionner à l'achat dans la zone de cours actuelle
pour renforcer la position dans un second temps en cas de rupture de la résistance à
1,8 EUR. On viserait alors la zone des 2/2,2 EUR dans un premier temps avec un
stop de protection serré à 1,56 €.
L’action offre une espérance de rendement de 4,68%, avec un coefficient Bêta
proche de 0 et une faible corrélation par rapport au marché (   0,22 ). Toutefois, le
degré de significativité est insignifiant (0,04).
Nous sommes à l’achat pour 25 000 titres au cours de 1,66€ (soit 45100€ au total)
afin de jouer un rebond sur l’or à court terme et une hausse des résultats à plus long
terme.

3.1.2. ExonHit Therapeutics

ExonHit Therapeutics est spécialisé dans la recherche et le développement de


médicaments, de systèmes de diagnostic et d'outils d'analyse du génome (bio puces)
par le biais de la technologie de l'épissage alternatif de l'acide ribonucléique (ARN).
En outre, le groupe développe un portefeuille propre de médicaments
thérapeutiques.
Les produits sont essentiellement destinés au traitement des douleurs, des cancers,
des maladies d'Alzheimer et de Parkinson, des démences vasculaires et de la
sclérose amyotrophique.
A la fin 2004, ExonHit Therapeutics dispose de 2 laboratoires de recherche et de
développement implantés en France et aux Etats-Unis.
La répartition géographique du CA est la suivante : France (9,3%), Etats-Unis
(83,1%) et Japon (7,6%).

Actionnariat
1. Fondateurs 14.91 %
2. Oxford Bioscience Pa 10.96 %
3. Dresdner Kleinwort W 7.98 %
4. Sofinnova Partners 7.06 %
5. bioMérieux 5.84 %
6. Banexi Ventures 3 5.73 %
7. Fondinvest 5.48 %

Sur un plan fondamental

Compte de résultat

milliers EUR 12.02 12.03 12.04 12.05


   Chiffre d'affaires 3 328 5 155 4 031 4 474
   Coût des ventes 0 0 0 0
   Frais de personnel 6 135 6 682 4 771 0
   Résultat opérationnel -9 930 -8 972 -10 147 -4 841
   Impôts -1 717 -2 803 -378 -234
   Résultat net -8 421 -6 644 -11 473 -4 242
   RN part du groupe -8 421 -6 644 -11 473 -4 242
Bilan

milliers EUR 12.02 12.03 12.04 12.05


   Immobilisations 7 703 8 725 7 603 5 466
   dont survaleur 0 0 0 0
   Actif circulant 28 750 19 444 18 327 16 805
   dont disponibilités 27 157 16 790 16 575 13 601
   Total de bilan 36 453 28 169 25 930 22 271
   Capitaux propres 28 176 21 876 10 469 16 327
   Dettes financières 3 238 2 489 11 552 1 295
   Autres passifs 5 039 3 804 3 909 4 649

ExonHit Therapeutics a en effet annoncé avoir démontré que la molécule EHT 0202
conduit à une augmentation d'un marqueur sanguin dont les propriétés sont
directement liées aux effets de la molécule sur les symptômes et l'évolution de la
maladie d'Alzheimer.

Cette découverte a déjà fait l'objet de dépôts de nouveaux brevets, et va permettre


de recruter, lors des essais cliniques, les patients atteints de la maladie d'Alzheimer
susceptibles de répondre à l'administration de l’EHT 0202.

Le groupe souligne qu'il a toujours soutenu que la mise au point d'un « diagnostic
compagnon » devait procurer un avantage décisif au succès du développement
d'une molécule au travers des différentes phases cliniques.

ExonHit rappelle qu'il a réalisé plusieurs étapes essentielles au bon développement


clinique de cette molécule ces derniers mois. Ces études seront terminées en 2007
et une fois revues par les autorités réglementaires, ExonHit entend proposer EHT
0202 pour des essais de recherche de doses actives chez des patients âgés atteints
de la maladie d'Alzheimer (phase 2) tout en dosant la production du peptide sAPP
alpha dans le sang de ces patients.

Les activités d’Etudes et de développement clinique sont consommatrices de


trésorerie pour les sociétés de Biotech : EXONHIT n’échappe pas à cette règle.
On pourra toutefois remarquer que cette dernière offre un bilan sain avec une
trésorerie excédentaire avec un rapport Dettes/Fonds propres de 11 % pour tous les
exercices sauf 2004 : Cette société ne fait pas peser sur ses actionnaires un risque
autre que le risque économique associé aux phases de développement clinique des
futurs médicaments qu’elle commercialisera.

Par ailleurs, selon une étude du cabinet IMS, le secteur des BIOTECH devrait croître
entre 13 % et 14 % à comparer à une fourchette de 4 à 6 % dans l’industrie
pharmaceutique.

A l’horizon de 2010, 40 % des homologations de nouveaux médicaments seront


issues des sociétés de Biotech à comparer à 15 % actuellement.
Le secteur pourrait être d’ailleurs porté par les mouvements de concentration, ce qui
renforce l’attrait spéculatif pour le secteur.

Le choix se porte naturellement vers EXONHIT pour 3 raisons :

- la croissance anticipée du secteur


- la structure du bilan où les marges de manœuvre ne sont pas encore
épuisées pour le financement de nouvelles phases cliniques

On aura en tête le parcours de Nicox dans le même secteur qui a pris + 544 %
depuis janvier 2006…

Sur un plan technique

L’action végète entre 5.50 € et 5.90 € sans donner le moindre signe de tendance à
court terme ; il y a une opportunité d’achat au regard des volumes conséquents sur
le titre.

L’action offre une espérance de rendement supérieure à celle du marché, en effet


l’espérance de rendement de ce titre est de 23,78%. De plus, cette action est très
offensive car elle offre un Bêta de 4,46, ce qui signifie qu’une fluctuation de 10% à la
hausse ou à la baisse du marché aura pour conséquence une variation de 44,6% en
valeur absolue. Le degré de significativité est assez élevé (environ 60%), ce qui
montre que ce titre est tout de même dépendant du marché.
Nous sommes à l’achat sur les niveaux actuels (5,66€) pour 40000 titres soit
226499€.
3.1.3. Risc Group

Risc Group est le leader européen du développement et de la gestion de systèmes


de sécurité informatique. Le CA (avant éliminations intragroupe) par activité se
répartit comme suit :
- déploiement et administration de logiciels de sauvegarde de données (82,7% ;
Adhersis) : activité assurée auprès des très petites entreprises, des petites et
moyennes entreprises, des collectivités locales et des professions libérales ;
- intégration et gestion de systèmes de protection (7,2% ; monDSi) : antivirus, pare-
feu, anti-intrusion et anti-piratage), etc. Cette activité est destinée aux grands
comptes et aux administrations ;
- autres (10,1%) : gestion pour compte propre.

Le CA par marché se ventile entre immobilier et services aux entreprises (45%),


industrie (15%), commerce (12%), production et distribution d'électricité (7%),
éducation (7%), transport -communication -finance (5%) et autres (9%).

Sur le plan fondamental

Chiffres clés / données financières

milliers EUR 03/02 03/03 03/04 03/05 03/06


   Chiffre d'affaires 61 615 88 176 87 143 32 234 25 304
   Achats consommés 41 179 44 131 48 634 13 061 2 190
   Frais de personnel 10 826 26 401 24 876 16 581 14 862
   Résultat d'exploit. 2 795 -2 928 -9 971 -11 280 -2 323
   Impôts 758 1 939 1 586 181 -71
   Résultat net 225 -15 765 -43 138 -8 502 -4 985
   RN part du groupe 225 -15 727 -43 085 -8 469 -5 053

Bilan

milliers EUR 03.02 03.03 03.04 03.05 03.06


   Immobilisations 49 710 41 739 12 036 3 148 3 361
   dont survaleur 44 531 35 518 7 720 0 0
   Actif circulant 42 973 43 948 30 777 10 122 52 867
   dont disponibilités 5 856 11 477 3 662 1 624 2 306
   Total de bilan 92 682 86 487 43 479 13 763 56 228
   Capitaux propres 46 915 31 072 -12 072 -14 414 -3 029
   Dettes financières 4 847 18 189 19 504 9 596 46 619
   Autres passifs 40 920 37 226 36 047 18 581 12 638

Ratios financiers

03.02 03.03 03.04 03.05 03.06


   RN/Capitaux propres 0,48 -50,74 357,34 58,98 164,58
   RN/CA 0,37 -17,88 -49,50 -26,38 -19,70
   Frais de pers./CA 17,57 29,94 28,55 51,44 58,73
   Effectif 522 545 498 315 232

Le plan de relance opérationnel engagé par Risc Group sur l'exercice 2005-2006 a
produit ses effets. Recentrée sur les 'Managed Security Services' depuis la cession
de son activité Distribution en 2004, la société est en effet parvenue à dégager des
résultats net et opérationnels positifs au second semestre de l'exercice clos le 31
mars 2006.

Le résultat opérationnel du groupe s'est élevé à 1,438 millions d'euros au second


semestre 2005-2006, contre une perte de 3,760 millions d'euros au premier semestre
2005-2006. Le résultat net est un bénéfice de 0,187 millions d'euros, contre une
perte de 5,104 millions d'euros au premier semestre 2005-2006.

Après avoir enregistré des pertes nettes et opérationnelles respectives de 8,220


millions d'euros et 8,229 millions d'euros lors de son exercice 2004-2005, Risc Group
a donc fortement réduit ses pertes à 2,323 millions d'euros (opérationnelle) et 4,917
millions d'euros (nette) à l'exercice 2005-2006.

L'amélioration de la rentabilité est encore plus marquante en tenant compte du fait


que le résultat 2004-2005 incluait un profit non récurrent de 1,3 million d'euros lié à la
cession de l'activité Distribution et que le résultat du premier semestre 2005-2006
comprenait des charges de restructuration non récurrentes à hauteur de 1 million
d'euros.
La restauration des fondamentaux opérationnels du groupe ne doit toutefois pas
occulter la fragilité persistante de sa situation financière. L'augmentation de capital
de 9 millions d'euros finalisée avec succès le 18 avril 2005 n'a pas suffi à consolider
les capitaux propres qui étaient encore négatifs à hauteur de -2,936 millions d'euros
au 31 mars 2006. Les investisseurs attendent donc de prendre connaissance de
l'opération d'appel au marché 'ambitieuse' évoquée par le groupe dans ses derniers
communiqués.

D’autres parts, RISC GROUP a finalisé une augmentation de capital de 19.1 Millions
d’euros.

Le spécialiste de la sécurité des systèmes d'information précise que 58% de


l'émission a été souscrite par ses actionnaires existants et avoir reçu des
engagements auprès de 17 investisseurs institutionnels, soit une sursouscription de
près de deux fois le montant global de l'augmentation de capital.

Le produit de l'augmentation de capital sera utilisé à hauteur de 3 millions d'euros au


remboursement d'un crédit relais, le solde des fonds étant destiné au développement
du groupe.
Risc Group rappelle avoir l'ambition de se positionner en tant que leader des
services informatiques de sécurité aux TPE/PME au niveau européen.

Les perspectives offertes sur Les MSS, services de sécurité managés, sont
énormes. Le marché total est estimé à 2000 milliards d'euros en 2009.
Risc, à ce jour, est l'acteur le plus important sur le segment des PME-TPE avec 15
000 clients en Europe.

Le profil de l’action ainsi que le marché en pleine croissance correspondent


parfaitement à l’orientation que nous attendons donner à notre portefeuille.

Sur un plan technique

L’action est sortie par le haut de son canal haussier pour viser les 0.45 €, le titre
connaissant un fort mouvement d’achat (cf volumes).
La principale résistance à 0.24 ayant été franchie étant donné l’ampleur de
mouvement : le passage des 0.45€ amorcerait une accélération plus franche de la
hausse.

Le bêta de l’action Risc Group est de 1,14, ce titre est donc offensif car pour une
fluctuation du CAC MID & SMALL 190 de 10% à la hausse ou à la baisse l’action
varie de 11,14% à la hausse ou à la baisse.
Par contre la dépendance de ce titre par rapport au marché n’est pas élevée, en effet
la significativité est de 21,26% et de ce fait trop faible pour pouvoir expliquer
l’incidence des fluctuations du marché sur l’action Risc Group.

Nous nous plaçons sur 300 000 titres au cours actuel de 0.33€ (soit 99000€ au total)
pour viser dans un premier temps le niveau de 0.45 € et un stop glissant à 0.35 €.
3.1.4. Theolia

Theolia est spécialisé dans la production d'électricité à partir d'énergies


renouvelables. L'activité du groupe s'articule essentiellement autour de 3 pôles :
- conception et construction clés en main d'unités de production d'électricité : fermes
éoliennes, centrales thermiques, unités de cogénération, etc.…
- développement et exploitation des centrales électriques : exploitation, à fin 2005, de
2 centrales éoliennes et 2 centrales thermiques.
- conception, construction et exploitation d'unités de traitement des déchets et des
eaux usées.

Sur le plan fondamental

Compte de résultat

milliers EUR 06.00 06.01 06.02 06.03 06.04


   Chiffre d'affaires 1 746 3 219 3 531 1 058 1 631
   Achats consommés 0 0 -120 0 0
   Frais de personnel 588 720 1 104 625 525
   Résultat d'exploit. 70 -301 -229 -485 735
   Impôts 31 46 119 23 23
   Résultat net -539 -1 675 -785 -853 50
   RN part du groupe -539 -1 675 -792 -855 42

Bilan

milliers EUR 06.00 06.01 06.02 06.03 06.04


   Immobilisations 6 398 5 617 6 445 6 045 5 420
   dont survaleur 4 008 3 563 4 148 3 704 3 232
   Actif circulant 1 288 1 590 2 757 897 2 138
   dont disponibilités 436 578 38 172 167
   Total de bilan 7 744 7 250 9 231 7 028 7 608
   Capitaux propres 1 973 782 843 786 847
   Dettes financières 4 431 4 341 4 287 3 808 4 140
   Autres passifs 1 340 2 127 4 101 2 434 2 621

Ratios financiers

06.00 06.01 06.02 06.03 06.04


   RN/Capitaux propres -27,32 -214,19 -93,12 -108,52 5,90
   RN/CA -30,87 -52,03 -22,23 -80,62 3,07
   Frais de pers./CA 33,68 22,37 31,27 59,07 32,19
Theolia a annoncé une réorganisation stratégique de ses activités. En vue de
concentrer ses moyens financiers et humains sur la production d'électricité d'origine
éolienne, le groupe a décidé d'allouer ses ressources sur la filière éolienne et de
restructurer sa filiale Theolia Benelux d'un point de vu financier et humain afin d'être
en mesure de lui porter toutes les activités non éoliennes du groupe.

Par ailleurs, la société se lance dans un programme de croissance externe comme le


montrent la récente augmentation de capital et le rachat de POLARGEN un
concepteur néerlandais de centrales de cogénération, dans le cadre d'une opération
financée par fonds propres.

Dans un communiqué, le spécialiste français des énergies renouvelables précise que


Theolia Benelux détient désormais 51% du capital de Polargen.

Basé à 't Harde (Pays-Bas), Polargen construit et exploite des centrales de


cogénération d'une puissance totale de 23 MW électriques, essentiellement pour les
serristes.

Concernant 2007, Polargen prévoit de construire neuf centrales supplémentaires


dans le Benelux, pour un total de 25 MW électriques, souligne Theolia.

'Ces projets porteront à 48 MW électriques la puissance gérée par Polargen fin 2007
qui viendra s'ajouter aux 9 MW électriques actuellement gérés par Theolia Benelux',
précise le groupe français.

Theolia et Polargen développaient des projets communs de cogénération depuis


2004.

Le modèle économique de THEOLIA repose sur la récurrence de revenus provenant


de l’exploitation des Eoliennes : la production est entièrement vendue à EDF à des
tarifs réglementés et ne nécessite pas de charges fixes autres que celles de
l’amortissement des installations.

Dans le monde, les capacités croissent de 20,5 % par an depuis cinq ans. Et devrait
atteindre 300 gigawatts (GW) en 2015.

Autant dire que, l’opportunité de mettre cette valeur en portefeuille au vu des


perspectives de croissance à 2 chiffres du secteur et où THEOLIA possède les
compétences suffisantes pour devenir un des acteurs incontournables dans les
prochaines années.
Sur un plan technique

La configuration graphique milite pour une sortie en triangle par le haut surtout en
cas de resserrement des bandes de Bollinger comme dans 2 cycles précédents.

L’espérance de rendement de cette action est de 7,16%. Le titre Theolia semblerait


être défensif car le Bêta est de 0,77, toutefois le degré de significativité est de
33,80%, donc il n’est pas corrélé au marché. Il possède un attrait spéculatif par
rapport aux perspectives du secteur d’activité.

Dans le contexte actuel, nous nous plaçons sur les niveaux actuels de 12,30€ pour
viser un premier objectif de 16 € avec l’achat de 15000 actions.
En effet, l’engouement pour les énergies renouvelables commençant à peine…

3.2. Etude du portefeuille action

3.2.1. Valorisation du portefeuille

Code Répartitio
REUTERS Nbre Cours Val. en € n
1 Euro Ressources EUR.PA 25000 1,66 41 500,00 9,65%
Exonhit
2 Therapeutics ALEHT.PA 40000 5,66 226 400,00 52,66%
3 Risc Group RSC.PA 30000 0,33 99 000,00 23,03%
0
4 Theolia TEO.PA 15000 12,30 184 500,00 42,91%
5 Shire SHP.L 55 1 572,32 86 477,60 20,11%
Valorisation au
11/12/2006 637 877,60

3.2.2. Espérance de rendement du portefeuille action

 E(R)
Titre Proportion en % E(Rdt) Pondéré
Euro Ressources 9,652% 4,682% 0,4519%
Exonhit
Therapeutics 52,657% 23,779% 12,5214%
Risc Group 23,026% 8,856% 2,0392%
Theolia 42,912% 7,162% 3,0735%
Shire 20,113% 9,711% 1,9532%
20,0392%

Le rendement de notre nouveau portefeuille s’élève à plus de 20%, il a donc


augmenté de plus de 10 points de base. La différence de ce portefeuille d’action est
la répartition des titres car l’ancien était tiré par seulement l’action Shire alors que
celui-ci est mieux réparti au niveau de la pondération. Toutefois, il reste risqué car
l’action Exonit Therapeutics constitue plus de la moitié de notre portefeuille, et elle
est fortement risquée car elle est extrêmement offensive.

3.2.3. Risque systématique du portefeuille d’action

Titre Proportion en % Beta Significativité Beta pondéré


Euro Ressources 9,652% 0,22093 0,04251 0,021325
Exonhit
Therapeutics 52,657% 4,46467 0,56343 2,350970
Risc Group 23,026% 1,14846 0,21257 0,264443
Theolia 42,912% 0,77209 0,33836 0,331317
Shire 20,113% 1,16655 0,28447 0,234633
Portefeuille 3,202687

Le Bêta de notre nouveau portefeuille d’actions est de 3,20, ce qui montre son
agressivité par rapport au marché. Par contre, la significativité des titres est faible,
sauf pour le titre Exonhit Therapeutics qui a un degré de significativité d’environ 60%
avec un Bêta extrêmement élevé, ce qui tire le risque vers le haut de notre
portefeuille d’action (cf. Tableaux calcul bêta theolia, calcul bêta exonhit
therapeutics, calcul bêta du CAC)

Si les actions étaient indépendantes entre elles le risques de notre portefeuille serait
de 3,18%, mais la pondération des titres deux à deux nous a permis de l’atténuer. La
matrice variance-covariance nous a donc permis d’évaluer ce risque grâce à une
pondération des risques deux à deux.
Euro Exonit
Ressource Risc Therapeutic
s Theolia Shire Plc. Group s Somme
Euro
Ressources 8,302E-06 -3,8E-08 8,33E-07 -1,286E-06 3,748E-06 1,16E-05
2,0397E-
Theolia -3,8E-08 05 1,514E-06
-1,428E-06 1,981E-06 2,24E-05
0,0000014
Shire Plc. 8,33E-07 1,514E-06 0,0000114 8 0,00000723 2,25E-05
-1,428E- 0,0000014 5,1045E-
Risc Group -1,286E-06 06 8 05 5,71E-07 5,04E-05
Exonit 0,0000072 0,0001545
Therapeutics 3,748E-06 1,981E-06 3 5,71E-07 0,00014106 9
0,0002614
Total des variances covariances = Variance du portefeuille 1
Soit un risque total du portefeuille 1,62%

L’espérance de rendement moyen de notre portefeuille d’actions est de 0,39%


calculée sur les 60 derniers cours et le risque total de notre portefeuille est de 1,62%.

1,62%
 415,38% => (cf. Tableau variance-covariance nouveau
0,39%
portefeuille)
Le risque est donc de 415,38% autour du rendement moyen de notre portefeuille.

3.3. La gestion alternative

Il s’agira de déterminer les opportunités de marchés et de les exploiter en utilisant


des produits dérivés ou structurés afin de doper les performances du portefeuille ou
tout au moins neutraliser un retournement de marché.
3.3.1. 1ère opportunité : configuration graphique du CAC 40

Le CAC 40 évolue toujours au sein d’un canal haussier et la configuration est


clairement positive.
Cependant celui-ci se trouve confronter à l’impossibilité de franchir sa résistance
moyen-terme sur les niveaux des plus hauts annuels de 5546 points pour corriger et
atteindre son support CT –MT à 5250.

Actuellement, il évolue au sein d’un canal court-terme 5250-5400.


Le CAC40 a enregistré ce vendredi 8 décembre 2006 l'une des séances les plus
volatiles de l'année, non pas tant au niveau des écarts en valeur absolue qu'un
niveau de la succession de mouvements atteignant 1% dans un sens comme dans
l'autre (à 3 reprises)... et l'indice a rebondi à une heure de la clôture sur le support
des 5.330Pts avant d'en terminer au plus haut du jour (vers 5.385Pts) et à proximité
de la résistance majeure des 5.400Pts.

L’hésitation de vendredi a matérialisé une ombre basse venant s’appuyer sur une
nouvelle oblique, pour ensuite terminer quasiment au plus haut de la séance, les
haussiers ont donc clairement repris le dessus en milieu d’après-midi.

Tout cela nous matérialise un joli triangle dont la sortie par le haut sur cassure des
5400 points donnerait à notre avis un joli signal d’achat en vue de profiter d’un petit
rallye de fin d’année.

Cependant, l’incapacité à franchir la résistance moyen-terme et la stagnation des


cours depuis un certain temps dans la zone 5400 points, 5500 points, et compte tenu
des volumes nous maintien dans une incertitude tant à la hausse qu’à la baisse, la
volatilité s’accroissant.
Nous allons donc acheter un Strangle.
Cette méthode est presque identique au Straddle à la seule différence que le Call et
le Put achetés sont légèrement "out of the money". Cette méthode réduit le coût
d'acquisition, mais pour qu'elle commence à dégager un bénéfice, les amplitudes
doivent être plus importantes.

Choix des produits

Notre choix se portera vers des produits à forte élasticité et de courte échéance afin
de bénéficier de l’effet de levier sur une courte période.

La stratégie sera engagée sur 15 jours maximum.

Caractéristiques du Warrant

CALL
DE000CB2VCU0 CAC 5800 CW1AA 02/07 COMZBK AG
Emetteur : COMMERZBANK

Type Sens Strike Parité Quotité Echéance


Europée Call 5 800 200 1000 14/02/200
n 7
Le risque est-il élevé ?
La volatilité implicite du sous-jacent est estimée à +14,55%. Elle mesure le potentiel
de variation à la hausse et à la baisse du sous-jacent. Plus la volatilité est élevée,
plus les écarts de cours possibles sont importants et donc le risque élevé.
Quel est le niveau de sensibilité du Warrant ?
Si le sous-jacent varie d'une unité, le warrant gagnera 0,000751 unité, soit un Delta
de +15,02%.
De même, si le sous-jacent varie de 1%, le warrant évoluera de +34,62%. Ce
pourcentage appelé Elasticité du warrant mesure la performance d'un investissement
en warrant par rapport à un investissement du même montant sur le sous-jacent.
Comment évolue le warrant dans le temps ?
Le prix de ce warrant évolue de -0,021908 unité tous les 7 jours soit -17,53%
(Theta).
Quelle est la sensibilité aux Taux d'intérêt du Marché ?
Si le taux d'intérêt sans risque, c'est-à-dire celui du marché (voir le tableau ci-contre)
augmente de 1 point, le prix du warrant augmentera de 0,006425, soit +5,14%. Cet
indicateur (Rho) est d'autant plus important que la durée de vie du Warrant est
longue.
Pricing

Estimation de l'évolution du cours théorique du Warrant


Nb deCours duVar. deVar. deCours Var. deVar. de
jrs jour -10,00% -5,00% estimé 5,00% 10,00%
5 419,73 4 991,40 5 268,70 5 546,00 5 823,30 6 100,60

Aujourd'h 0,1 0,0 0,0 0,2 0,8 1,7


ui 2 +0,00% 0 - 5 -58,33% 5 +108,33 1 +575,00 7 +1375,00
100,00 % % %
%
Dans 5 0,1 0,0 0,0 0,2 0,7 1,7
jours 1 -8,33% 0 - 4 -66,67% 3 +91,67% 8 +550,00 5 +1358,33
100,00 % %
%
Dans 10 0,0 0,0 0,0 0,2 0,7 1,7
jours 9 -25,00% 0 - 3 -75,00% 1 +75,00% 4 +516,67 2 +1333,33
100,00 % %
%
Dans 20 0,0 0,0 0,0 0,1 0,6 1,6
jours 6 -50,00% 0 - 2 -83,33% 6 +33,33% 8 +466,67 7 +1291,67
100,00 % %
%
Dans 40 0,0 0,0 0,0 0,0 0,5 1,5
jours 2 -83,33% 0 - 0 - 6 -50,00% 1 +325,00 8 +1216,67
100,00 100,00 % %
% %
Dans 60 0,0 0,0 0,0 0,0 0,2 1,5
jours 0 - 0 - 0 - 0 -100,00% 5 +108,33 1 +1158,33
100,00 100,00 100,00 % %
% % %
Modélisation effectuée sur la base du cours mid-price (0,12)
Ce warrant correspond bien à notre stratégie puisque nous serons toujours gagnants
sur la position en cas de réalisation de notre scénario c'est-à-dire si le cours atteint la
résistance MT à 5546 points.
Nous allons donc prendre 40000 calls ce qui nous coûtera donc 4800€.
PUT
Caractéristiques du Warrant :
DE000CB2VCZ9 CAC 5300 PW1AF 02/07 COMZBK AG
Emetteur : COMMERZBANK

Type Sens Strike Parité Quotité Echéance


Europée Put 5 300 200 1000 14/02/200
n 7
Le risque est-il élevé ?
La volatilité implicite du sous-jacent est estimée à +17,50%. Elle mesure le potentiel
de variation à la hausse et à la baisse du sous-jacent. Plus la volatilité est élevée,
plus les écarts de cours possibles sont importants et donc le risque élevé.
Quel est le niveau de sensibilité du Warrant ?
Si le sous-jacent varie d'une unité, le warrant gagnera -0,001714 unité, soit un Delta
de -34,29%.
De même, si le sous-jacent varie de 1%, le warrant évoluera de -18,88%. Ce
pourcentage appelé Elasticité du warrant mesure la performance d'un investissement
en warrant par rapport à un investissement du même montant sur le sous-jacent.
Comment évolue le warrant dans le temps ?
Le prix de ce warrant évolue de -0,037416 unité tous les 7 jours soit -7,88% (Theta).
Quelle est la sensibilité aux Taux d'intérêt du Marché ?
Si le taux d'intérêt sans risque, c'est-à-dire celui du marché (voir le tableau ci-contre)
augmente de 1 point, le prix du warrant augmentera de -0,017897, soit -3,77%. Cet
indicateur (Rho) est d'autant plus important que la durée de vie du Warrant est
longue.
Estimation de l'évolution du cours théorique du Warrant
Nb de Cours du Var. de Var. de Cours Var. de Var. de
jrs jour -10,00% -5,00% estimé 5,00% 10,00%
5 427,56 4 770,00 5 035,00 5 300,00 5 565,00 5 830,00

Aujourd'h 0,47 2,63 1,53 0,73 0,28 0,08


ui +0,00 +459,57 +225,53 +55,32 -40,43% -82,98%
% % % %
Dans 5 0,45 2,63 1,51 0,71 0,26 0,07
jours -4,26% +459,57 +221,28 +51,06 -44,68% -85,11%
% % %
Dans 10 0,42 2,62 1,49 0,68 0,23 0,06
jours - +457,45 +217,02 +44,68 -51,06% -87,23%
10,64 % % %
%
Dans 20 0,36 2,62 1,45 0,61 0,19 0,04
jours - +457,45 +208,51 +29,79 -59,57% -91,49%
23,40 % % %
%
Dans 40 0,22 2,62 1,37 0,46 0,08 0,01
jours - +457,45 +191,49 -2,13% -82,98% -97,87%
53,19 % %
%
Dans 60 0,02 2,64 1,32 0,20 0,00 0,00
jours - +461,70 +180,85 -57,45% - -
95,74 % % 100,00 100,00
% % %
Modélisation effectuée sur la base du cours mid-price (0,48)

Le Put amplifie substantiellement les profits en cas de retours du marché à la baisse


pour un niveau du CAC 40 correspondant à 5300 points.
Si on regarde le tableau de pricing, notre stratégie sera gagnante eu égard à la
durée de détention prévue des Warrants
Nous rentrons au cours actuel et plaçons des ordres à seuil de déclenchement en
fonction des seuils psychologiques afin de protéger notre capital si le marché reste
en tendance sur la durée déterminée.
Nous allons donc prendre 10000 Put pour une valeur de 4800€.

3.3.2. 2ème opportunité : les marchés émergents

Notre analyse de la conjoncture a fait état de perspective de forte croissance du PIB


en Chine pour les prochaines années avec une accélération de la demande
intérieure et le maintien des chiffres du commerce extérieur.
Dès lors, on peut s’attendre à un accroissement de la richesse créé par les
entreprises chinoises dans leur ensemble et donc des indices boursiers de cette
zone dans leur ensemble.

Autre facteur encourageant, cette croissance se fait dans une inflation maitrisée : le
gouvernement chinois mettant en place progressivement des structures pour
encadrer l’économie.
Les cours sont sur des niveaux de 18924 points, l’indice superforme le CAC 40
d’environ 10 % : la performance de l’indice HANG SHENG étant de 25 % depuis le
début de l’année.

Nous nous basons sur une durée à 2-3 ans afin de profiter pleinement de l’évolution
de l’indice.

Nous choisirons le produit suivant étant donné qu’il correspond à nos objectifs de
durée car il n’est pas doté d’un effet de levier : Lyxor ETF FR0010361675 - Hong
Kong (HSI).
Nous nous plaçons sur un cours de 18.60 € avec 2000 trackers (soit 37200€) et nous
fixons un ordre de protection correspondant au niveau prévu de perte sur un tel
produit.

3.3.3. 3ème opportunité : Gold Index

Technique Bull Trend

L’indice Gold est passé d’une phase Bear Trend (de 1980 à 1999, soit 20 ans) à une
phase Bull Trend (depuis 2000, soit 6 ans pour l’instant). Ce Bull Trend risque, dit-on,
de durer au moins 14 ans encore. Soit 20 ans au total.

Adam Hamilton explique dans plusieurs articles (tous dans la bibliothèque de Gold-
eagle.com/) que ce Secular (qui se produit une fois par siècle) Bull Trend passe par
trois phases :

Phase I : Elle a débuté en 2000-2001, quand l’Or a dépassé sa ligne Maginot de 325
$. Durant cette phase, uniquement quelques rares « visionnaires » s’intéressent à
l’Or. Pendant la phase I, Gold est inversement corrélé au $, dans une corrélation
quasi parfaite. Les actions des sociétés minières sont complètement méconnues et
sont dans leur très grande majorité des penny stocks. Les volumes sont maigres.
Les variations quotidiennes sont très réduites. A tel point qu’on a admis une « règle »
sans aucun fondement ni scientifique ni officiel : la règle des 6 $. Selon laquelle l’or
ne peut pas augmenter plus de 6$ en une seule journée. Cette règle s’est révélée
vraie pendant 5 ans, jusqu’en juillet 2005, début de la deuxième phase.

Phase II : On y est. La hausse du Gold se fait dans presque toutes les monnaies
(par Ex, le Rand sud-africain n’a vu la hausse de l’Or que tout récemment). Début de
la décorrélation Gold/$. Les grands financiers (smart money) commencent à
s’intéresser à l’Or. Apparition de nombreux fonds et ETF. Les hausses sont
spectaculaires et les baisses vertigineuses. Cette phase a commencé en Juillet 2005
quand l’Or a dépassé sa ligne Maginot en € (350€/oz). C’est la phase la plus difficile
à gérer. Elle attire aussi de nombreux spéculateurs, qui espèrent profiter de
l’aubaine. Seulement voilà : ils achètent au plus haut, se prennent une baisse
vertigineuse en 2 ou 3 jours. Paniqués, ils vendent au plus bas, puis jurent de ne
plus y revenir. L’ami Gold Bull va ainsi, à plusieurs fois, attirer les « amateurs » puis
les désarçonner. Cette phase peut connaître des périodes bear plus ou moins
longues. On vient d’en voir un tout petit exemple : de Mai à Novembre 2006, soit 7
mois, et ce n’est peut-être pas fini. Mais c’est durant cette Phase II que se
constituent les portefeuilles qui vont en profiter le plus.

Le cours de l'or s'est replié cette semaine, alors que la baisse du dollar, qui avait
dopé le métal la semaine dernière, a connu un coup d'arrêt.
L'euro avait atteint en tout début de semaine un pic à 1,3367 dollar, au plus haut
depuis 20 mois, mais le dollar a ensuite connu un répit.
Après son plus haut depuis trois mois et demi de la semaine dernière, à une poignée
de cent des 650 dollars, le métal jaune a donc subi les caprices du billet vert et a
reculé jusqu'à 625 dollars environ mercredi, un plus bas depuis le 21 novembre.

Parce que le prix de l'or est libellé en dollars, un dollar faible encourage la demande
des investisseurs étrangers en augmentant leur pouvoir d'achat.

Sur le London Bullion Market, l'once d'or valait 637,40 dollars vendredi au fixing du
soir, contre 648,75 le vendredi précédent.

Par ailleurs, il n’est la peine de rappeler la hausse de la demande d’or de la part des
pays émergents (Chine et Inde en tête) qui est le facteur déterminant dans une
hausse à terme.
Couplé à une baisse de la production à cause d’une raréfaction de la matière et du
manque d’investissement dans la recherche : la hausse ne peut être que durable

On visera un objectif à court- terme correspondant aux plus hauts annuel vers les
700 $.

Compte tenu de la hausse durable attendue, nous allons choisir une stratégie
audacieuse qui permettra de dupliquer la performance de l’indice Gold Index en
choisissant un warrant à échéance 12/2008 et proche de la monnaie. (Cours sous –
jacent 629.65 $).

Résultat du pricer

Caractéristiques du Warrant :
FR0010294314 LON OR 650 CWN 12/08 SG
Emetteur : SOCIETE GEN.

Type Sens Strike Parité Quotité Echéance


Europée Call 650 50 1000 19/12/200
n 8

Le risque est-il élevé ?


La volatilité implicite du sous-jacent est estimée à +18,66%. Elle mesure le potentiel
de variation à la hausse et à la baisse du sous-jacent. Plus la volatilité est élevée,
plus les écarts de cours possibles sont importants et donc le risque élevé.
Quel est le niveau de sensibilité du Warrant ?
Si le sous-jacent varie d'une unité, le warrant gagnera 0,012703 unité, soit un Delta
de +63,51%.
De même, si le sous-jacent varie de 1%, le warrant évoluera de +5,02%. Ce
pourcentage appelé Elasticité du warrant mesure la performance d'un investissement
en warrant par rapport à un investissement du même montant sur le sous-jacent.
Comment évolue le warrant dans le temps ?
Le prix de ce warrant évolue de -0,010551 unité tous les 7 jours soit -0,66% (Theta).
Quelle est la sensibilité aux Taux d'intérêt du Marché ?
Si le taux d'intérêt sans risque, c'est-à-dire celui du marché (voir le tableau ci-contre)
augmente de 1 point, le prix du warrant augmentera de 0,093856, soit +5,88%. Cet
indicateur (Rho) est d'autant plus important que la durée de vie du Warrant est
longue.
Estimation de l'évolution du cours théorique du Warrant
Nb de Cours du Var. de Var. de Cours Var. de Var. de
jrs jour -10,00% -5,00% estimé 5,00% 10,00%
626,75 630,00 665,00 700,00 735,00 770,00

Aujourd'hu 1,59 1,64 2,11 2,64 3,21 3,81


i +0,00 +3,14 +32,70 +66,04 +101,89 +139,62
% % % % % %
Dans 5 1,59 1,63 2,11 2,63 3,20 3,81
jours +0,00 +2,52 +32,70 +65,41 +101,26 +139,62
% % % % % %
Dans 10 1,58 1,62 2,10 2,63 3,19 3,80
jours -0,63% +1,89 +32,08 +65,41 +100,63 +138,99
% % % % %
Dans 20 1,56 1,61 2,08 2,61 3,18 3,78
jours -1,89% +1,26 +30,82 +64,15 +100,00 +137,74
% % % % %
Dans 40 1,53 1,58 2,05 2,58 3,14 3,75
jours -3,77% -0,63% +28,93 +62,26 +97,48% +135,85
% % %
Dans 60 1,50 1,54 2,02 2,54 3,11 3,71
jours -5,66% -3,14% +27,04 +59,75 +95,60% +133,33
% % %
Modélisation effectuée sur la base du cours mid-price (1,60)

Nous plaçons donc au cours de 1.60 € avec 3000 Call soit 4800€.

3.4. Synthèse de la gestion de portefeuille

Le choix des valeurs a été fait indépendamment les unes des autres selon le thème
d’investissement présenté dans le premier dossier.

Notre sélection de valeurs s’est basée sur un thème central : le ciblage des titres en
fonction de leur perspective de croissance future.
Notre réallocation du portefeuille n’a pas tenu compte des conditions conjoncturelles
anticipées et encore moins de la situation au niveau des taux et des changes. En
effet, la prise en compte d’éléments de ce type conduirait selon nous à minimiser la
performance et à complexifier la gestion de notre portefeuille.

Nous avons essayé dans un premier temps de mettre en évidence par le biais d’une
analyse fondamentale que dans un futur proche les capacités bénéficiaires de ces
titres soient réelles. De plus, par le biais d’une analyse graphique succincte, nous
avons pu déterminer et fixer nos seuils d’intervention : l’analyse graphique n’est pas
une fin soi dans le sens où elle n’est qu’une prévision d’un horizon court terme.
Notre conviction étant fondée sur des fondamentaux éprouvés.

Nous avons par ailleurs pris position sur un marché émergent prometteur et sur un
indice matière première (Gold index) s’agissant d’opportunités incontournables dans
notre stratégie de « Focus Investing ».
Enfin, nous pensons que ce portefeuille est parfaitement adapté à un investisseur
individuel voulant maximiser son profit tout en « diminuant » le risque psychologique.
Même si le risque systématique peut paraître important, les valeurs n’ont pas connu
de fortes variations sur ces derniers mois. De ce fait, la volatilité implicite bien que
non calculée ne nous apparaît pas importante.

On peut donc dire que l’investisseur peut être serein puisque qu’il a quantifié ses
seuils de gains et de pertes.

Оценить