Вы находитесь на странице: 1из 13

ADAPTATION DES CONSEILS DIÉTÉTIQUES AUX HABITUDES ALIMENTAIRES

DES MIGRANTS ORIGINAIRES DE SYRIE

Lucie VIALLE
Bachelor Diététique et Nutrition Sportive 2ème année

Travail de recherche présenté à :

Meïra BENDENNOUNE - Besoins nutritionnels


Malu Séverine SANGOLO - Nutrition dans le monde

EDNH Marseille
Le 2 Avril 2020
TABLE DES MATIÈRES

Introduction__________________________________________________________3

Partie I : Habitude alimentaire Syrienne

A. Récapitulatif historique______________________________________________4

B. Nutrition dans les camps de réfugiés __________________________________6

Partie II : Les limites de l’immigration

A. Enjeux sociologique et politique ______________________________________8

B. La lutte contre la malnutrition ________________________________________9

Conclusion _________________________________________________________10

Bibliographie ________________________________________________________11

Annexes___________________________________________________________12

2
INTRODUCTION

La prise en charge des réfugiés est un enjeu social, économique et politique qui concerne

le monde entier et qui crée des débats qui ne font pas l’unanimité. En 2016, 367 317 réfugiés sont

entrés en France dont 62 771 ont fait demande d’asile. Ce qui classe la France au rang 15 des

pays qui accueille des réfugiés étrangers, le premier étant la Turquie avec 3 115 376 réfugiés

accueillis. D’après la définition du HCR qui est le Haut commissariat des Nations unies pour les

réfugiés, un réfugié est «  une personne qui en raison d'une crainte légitime de persécution pour

des motifs de race, de religion, de nationalité, d'appartenance à un groupe social particulier ou

d'opinion politique se trouve hors du pays dont elle est citoyenne et est incapable, ou craint, de se

placer sous la protection de ce pays; ou qui n'a pas de nationalité et se trouve hors de son pays de

résidence habituel et est incapable ou craint d'y retourner.  » Sans oublier toutes les questions

autour de la migration nous nous concentrerons sur les enjeux de l’alimentation des réfugiés

Syriens et plus précisément comment lutter contre la malnutrition en adaptant les conseils

diététiques aux habitudes alimentaires des migrants. Malgré le manque d’étude et de donnée sur

ce sujet je présenterai ce travail de recherche en deux parties, la première sur les habitudes

alimentaires des Syriens avant et après l’exil. La deuxième partie se concentrera sur les

problèmes liées à l’immigration pour le pays ainsi que pour les réfugiés même.

3
I. Habitude alimentaire Syrienne

a. Récapitulatif historique

Les réfugiés syriens en France sont des citoyens syriens qui ont fui leur pays à la suite de

l’évolution rapide de la guerre civile qui a débuté en 2011. La guerre Syrienne débute avec les

manifestations du Printemps Arabe en faveur pour la démocratisation du pays et contre le régime

de Bachar El-Assad. Sans réellement connaitre les chiffres exacts, on estime le nombre de mort à

500 000 et l’exode d’environ quatre millions de Syriens qui ont fui leurs pays pour se rendre dans

des pays voisin comme la Jordanie, le Liban, la Turquie et bien d’autres, alors que des milliers

d'autres fuyant à travers le monde, notamment en migrant en Europe.

La France apparaît en quatrième position du nombre de demandes d'asile de réfugiés Syrien entre

avril et juin 2015 d’après l'étude réalisée par l'agence Eurostat.

Aujourd’hui au Liban un habitant sur quatre est un réfugié Syrien alors qu’en Allemagne c’est 74

réfugiés pour 10 000 habitants et en France 1,51 réfugié pour 10 000 habitants, chiffres rapportés

par le journal Le Monde (Voir Annexe 4). En 2014, l’Union européenne a débloqué un budget de 7

milliards d'euros sur une période de 6 ans pour venir en aide aux pays Européens qui accueille

des réfugiés. Notamment pour aider la Grèce et l’Italie qui sont des pays de transit, inévitable sur

le trajet des réfugiés. Pour Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, « nous

commençons à percevoir une certaine solidarité [dans la gestion de la crise des réfugiés]. J’ai la

conviction qu’une solidarité beaucoup plus grande est nécessaire. Mais je sais aussi que la

solidarité est un acte volontaire. Elle doit venir du cœur. Elle ne peut pas être imposée. » qui laisse

entendre un message d’espoir en ce qui concerne la gestion et la prise en charge des immigrés.

Mais la prise en charge des migrants en France n’est pas toujours bien géré et est à l’origine de

nombreuse crise et débat, avec l’exemple de la Jungle de Calais. La jungle est un camp de

migrant réfugiés installés dans les années 2000 à Calais et qui étaient habité par plus de 6000

personnes en moyenne (chiffre qui sont estimer) dans l’attente de passer la Manche pour rejoindre

le Royaume Unis.

4
La jungle de calais a été démantelé en mars 2016 et a causé l’augmentation du nombre de

campements sauvages. L’hygiène de vie et la sécurité est à déplorer dans ces camps, les

violences et agressions, notamment policière envers les migrants sont très fréquente.

Affaiblis par la fatigue, le manque de nourriture, d'eau potable et de médicaments, les réfugiés

sont les cibles de maladies comme la gale, rougeole, tuberculose, ... qui sont des maladies qui ont

été oublié il y longtemps en Europe. Sans médicament et sans suivie médical dans les camps de

réfugiés, les malades en meurt alors que certaines de ces maladies sont considérés comme

bénigne en Europe au 21ème siècle. L’un des problèmes majeurs se pose autour de l’alimentation,

comment ces réfugiés mangent-ils ?

Il faut rappeler que avant le début de la guerre civil, la Syrie était un pays en développement. La

cuisine Syrienne, qui ressemble à la cuisine Orientale est principalement composée d’Aubergine,

de courgette, d’agneau, mouton, volaille. L’alimentation très riche en fruits et légumes comme

toutes cuisines méditerranéenne et aussi composé de céréales et légumes secs comme le riz,

sésame, pois chiches, fèves, lentilles,… Les plats sont sous forme de mezzés, qui est un

assortiment de plats chauds et/ou froids. L’alimentation syrienne est donc riche en vitamines et

antioxydant, saines et équilibrés elle est à l’opposé de ce que les réfugiés syriens mangent dans

les camps.

5
b. La nutrition dans les camps de réfugiés

Pendant la période d’exil qui peut prendre des semaines voire des mois, trouver de quoi

manger est un problème majeur, de nombreuses familles meurt de famine en chemin ou de mort

tragique comme la noyade en chemin. Une réalité qui dépasse l’horreur, dans cette partie j’ai

décidé de me concentrer sur l’alimentation dans les camps de réfugiés en France. D’après une

étude (1) réalisé par le FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) les

réfugiés souffrent souvent de carence en micronutriments. Certaines maladies du aux carences

refont surface dans ces camps comme le Scorbut, du à une carence en vitamine C qui se traduit

par le déchaussement des dents; la pellagre, carence en vitamine B, ou le Béribéri, carence en

vitamine B1, caractérisé par une insuffisance cardiaque et des troubles neurologiques.

La plupart de ces réfugiés avaient une vie confortable dans leurs pays d’origine et ne manquaient

ni de nourriture, ni d’eau et ont du s’adapter en se limitant dans les camps. C’est le PAM,

Programme Alimentaire Mondiale qui aide à fournir une assistance alimentaire à l’ensemble des

réfugiés dans les camps du monde entier. Mais un manque de financement cause des réductions

de rations alimentaires dans beaucoup de camps. Chaque année les experts de l’UNHCR

(L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés) demandent de l’aide a des doneurs afin de

soutenir les agences humanitaires qui luttent contre la malnutrition sévère et les carences en

micronutriments. Dans les camps de réfugiés les rations alimentaires fonctionnent sous forme de

coupon, malgré le peu de donnée sur ce sujet, j’ai pu trouver que grâce à ces coupons les réfugiés

peuvent les échanger contre un repas déjà tout fait. Mais encore une fois les données sur ce sujet

restent très limité.

6
En revanche, en Turquie la PAM (Programme Alimentaire Mondial) à mis en place un système de

rationnement par carte électronique qui permet aux réfugiés de venir faire des courses et cuisiner

eux mêmes plutôt que de venir chercher des plats déjà tout prêts. De cette manière, les réfugiés

achètent eux-mêmes tout ce dont ils ont besoin et se sentent un peu plus comme chez eux, à

condition que leurs accueille leurs permettent d’avoir une cuisine à disposition, ce qui n’est pas

toujours le cas dans les camps et encore moins dans les camps sauvages.

Dernièrement la PAM a initié un recueil de recettes de cuisine appelée « 1 coupon, 1 recette ». Le

principe est de mettre à jour les recettes et spécialité culinaires des pays des réfugiés et qui leurs

permettent de se souvenir de leur pays.

7
II. Les limites de l’immigration

a. Enjeux sociologique et politique

Les réfugiés, comme tout être humain, ont le droit d'être correctement nourris et, comme ils

sont provisoirement sous la protection des Nations Unies et des ONG, c'est une obligation

internationale de leur offrir une alimentation correcte avec tous les nutriments essentiels et des

services de santé. Les pays accueillants sont dans l’obligation de fournir des aliments appropriés

afin de répondre aux besoins énergétiques ainsi que les besoins en micronutriments afin de lutter

contre les carences et contre la malnutrition. Ils sont dans l’obligation de fournir de l'eau en

quantité suffisante et de qualité correcte et d’autres besoins fondamentaux comme des toilettes,

des abris et des services de santé.

En France, l'opinion politique concernant l’accueil et la prise en charge ou non des réfugiés

Syriens montre une forte division politique. Entre 75 à 80 % des politiques de gauche et du centre

sont en faveur de l’accueil des réfugiés, alors que 60 % des politiques de droite et 85 % d'extrême

droite sont opposés à l’accueil des réfugiés. Chiffres de la revue économique Challenges sous la

politique de Nicolas Sarkozy. La population française reste très partagée sur l'accueil des migrants.

37 et 49 % de francais seraient opposées et entre 37 et 53 % favorables d’après les chiffres de

BFMTV et leurs enquête suite à la photo de la mort d’un enfant Syrien de 5an sur une plage en

2015.

8
b. Lutte contre la malnutrition

L’objectif principal serait de lutter contre la famine et la malnutrition dans les camps de

réfugiés. Le FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’Agriculture) met en place

diverse solution, notamment de supplémentation en vitamines et micronutriments. Pour les

carences en vitamine A, ils préconisent de supplémenter quand il y a risque de carences. La

carence en fer est la première cause d’anémie. L’anémie affecte tous les âges et les deux sexes,

mais plus particulièrement les femmes. Des suppléments de fer, de folates et de vitamine C

doivent être administrés aux réfugiés si la ration n'en contient pas suffisamment. Le FAO demande

d’augmenter la consommation de maîs, soja et lait qui sont des aliments riches en fer et peu cher

et facile à trouver dans les camps.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) créée en 1963 est un organisme dépendant de l’ONU

(Organisation des Nations Unies) qui permet de lutter contre la faim dans le monde et apporte

assistance à 80 millions de personnes dans près de 80 pays. C’est grâce à cet organisme que des

rations alimentaires peuvent être distribué aux réfugiés Syriens en France et dans le monde. Mais

en France il existe aussi diverse association d’aide aux migrants qui sont souvent les premières à

apporter leurs aides avec des bénévoles. (Voir vidéo à Sarcelles de bénévole qui cuisine tous les

jours des repas pour les camps de réfugiés (2)).

La lutte contre la malnutrition reste difficile pour cause de manque de fonds dans un premier

temps, puis parce que l’accès aux camps n’est pas toujours facile et la barrière de la langue reste

très grande.

9
CONCLUSION

La crise migratoire des réfugiés syriens est un problème qui préoccupe les français et notamment

les politiciens français. Les réfugiés sont installés dans des camps dans lesquels l’hygiène de vie

est à déplorer et malgré le nombre d’association et organisme comme le Programme Alimentaire

Mondial la lutte contre la malnutrition est difficile. Pour des raisons de manque de revenue de la

part de l’Etat, des raisons politiques et sociales la gestion des camps ne se fait pas correctement.

La malnutrition est l’une des principales causes de décès dans les camps et fait suite à de

nombreuses maladies du au manque d’hygiène de ces lieux. L’une des solutions pour pouvoir

lutter contre la malnutrition serait la supplémentation en vitamines et micronutriments afin de pallier

au maximum les carences.

10
BIBLIOGRAPHIE

• (1) Famine, inanition et réfugiés, chapitre 24, FAO

• (2) Vidéo élaboration et distribution des repas par des bénévoles : https://www.youtube.com/

watch?time_continue=90&v=Te55slsGpTU&feature=emb_logo

• L’accueil des migrants et réfugiés en France et en Europe, National Geographic, 2017

• Making integration work : Refugees ans others in need of protection, OECD Library

• Santé et Nutrition des réfugiés, L’agence des Nations Unies pour les Réfugiés, UNHCR Standing

committee

• Loin des siens, près du coeur : La cuisine des réfugiés Syriens, Vice, Lauren Rothman, 2015

• Assistance alimentaire, de l’aide alimentaire à l’assistance alimentaire, Commission européenne,

2014

• Calais : quel bilan, trois ans après le démantèlement de la « jungle » ?, Noémie Javey, France 3,

2019

• 82% des français sont favorables à l’accueil des réfugiés, Amnesty International, 2016

• Après la photo d’Aillant Kurdi, une majorité de Francais favorables à l’accueil des réfugiés,

BFMTV, 2015

• L’union européenne aide le PAM à lutter contre la malnutrition, PAM, 2019

11
ANNEXES

Annexe 1 : Nombre de réfugiés accueillis par pays

Annexe 2 : Les courses par système de coupon

12
Annexe 3 : Camp de réfugié improvisé en Ile de France

Annexe 4 :

13

Оценить