Вы находитесь на странице: 1из 26

Etapes et intervenants dans l’acte de construction

A. Etape administrative :

Dans cette étape nous avons les documents d’urbanisme


(réglementation en vigueur concernant l’implantation de construction)
* le permis de lotir
* certificat de morcellement
* permis de construire
Les trois documents cité ci-dessus sont détaillé dans le decré
91 /174 du 28 mai 1991 dans cette étape nous allons rencontrer deux
important plans concernant la construction des différents dossiers cité
plus haut .

Plan de masse

Le plan de masse est le plan du terrain affecté à la construction sur


lequel le/ les bâtiment(s) prévus sont figurés par leur seul contour
extérieur, leur masse en volume est généralement évoquer, ou préciser
par divers procédés (ombre. hachures .couleurs indication. écrite) sur
le plan de masse doivent figuré
* pour la partie terrain
L’orientation. Les limites du terrain. Amorces des bâtiments
existant des terrains avoisinant
Les courbes de niveau (si le terrain est accidenté)
Les espaces verts. les airs de jeux et de détente . La voirie (le nom des
axes de circulation) les airs de stationnement
* pour les projets importants est préférable de dessiner à part :
- in plan d’implantation des V.R.D (voirie. réseaux divers)
- un plan d’implantation bâtiment
- un plan d’implantation des espaces verts
Lorsque le terrain comporte des différences de niveaux importants.
le plan d’implantation est accompagner par des coupes de niveaux
donnant l’adaptation du/ou des bâtiments sur le terrain .
Plan de situation

C’est un espace urbain comprenant l’orientation les infrastructures


de décrètes avec indication de leur nature et de leur dénomination.
Ainsi que les points de repère permettent de localisé le terrain . il est
établit è l’échelle 1/1000 jusqu’à 1/5000.
Il fait partie du dossier de demande du permis de lotir

Permis de lotir

C’est document d’urbanisme exigé pour toute opération de division


en deux ou plusieurs lots du propriété foncière La demande est
accompagnée d’un dossier comprenant les pièces suivantes :
- plan de situation à l’échelle ½ millième ou 1/500
- les plans utile à l’échelle ½ centième ou 1/500 qui indéquent
- précisent les limites de terrain et sa superficie
- Les courbes de niveau
- La délimitation des lots de terrain et sa superficie
- Les courbes de niveau
- La délimitation des lots de terrain. avec tracé de la voirie. réseaux
d’alimentation en eau potable. descend d’évacuation des eaux usées .
réseaux de distribution de gaz. d’électricité. de téléphone et
d’éclairage public
Les études d’esquisses. les études d’avant projet . les études de
projet . L4 assistance pour la passation des contrats de travaux.
L’assistance apportée au maître de l’ouvrage lors de l’opération de
réception et la direction de l’exécution du contrat de travaux
- Il est également responsable du bon déroulement des travaux

L’entrepreneur

C’est la personne qui réalise le projet il est notamment comptable


des risques et des revenus de cette entreprise il travail avec des sous
traitements dans des domaines différents dépondant du besoin du
projet
Le choix de l’entrepreneur se fait à partir d’une consultation
formalisée ou. Sur la base d’un cahier de charges le titulaire faisant
l’offre la plus adaptée est choisi par le maître d’ouvrage sur
proposition du maître d’œuvre compte tenu d’élément matériels
concret.

Bureau de contrôle (CTC)

Sa mission principale est de suivre la progression du projet en


faisant des visites de contrôle. assister du grand coulage réception du
fond de fouille et prévoir les risques de construction qui peuvent étre
rencontrés dans la réalisation des bâtiments et des ouvrages de génie
civil .

Laboratoires

- vérifier la qualité des matériaux utilisés sur le chantier


- vérifier l’état du sol
LES DIFFERENTES ETAPES ET INTERVENANTS DANS
L’ACTE DE BATIR (CONSTRUIRE)

Champ de l’intervention de l’architecte :

- l’entretient. les réparations. les transformations. et l’agrandissement


des édifices.
- Les espaces verbes. les aires de jeu et de détente
- Décoration extérieure ou intérieure d’un édifice
- Les monuments historiques (restauration)
- L’organisation et réalisation des objets physiques
- L’expertise des bâtiments

Maître de l’ouvrage :

Il peut être un particulier. un professionnel . une collectivité .


Territoriale. L’état. Une entreprise ou une association à but non
lucratif
Les ouvrages de bâtiment ou d’infrastructure sont réalisé à son
compte . Il en est le commanditaire et celui qui supporte le coût
financier
Son métier couvre le spectre de l’ensemble des actions liées a la
naissance et la vie d’un bâtiment ou d’un ouvrage de génie civil

Maître d’œuvre :

C’est la personne chargée par le maître de l’ouvrage de concevoir le


bâtiment a construire ses missions de base consiste aux études
diagnostic (pour le cas d’un bâtiment déjà existant )
- une notice comprenant. la liste et superficie des eaux nomvre de
logement . emplois et la population . Les besoins en eau . gaz.
Electricité et transport . la nature des servitudes et naissance . l’étude
d’impact sur l’environnement le programme des travaux et estimation
- une notice précisant : traitement des eaux usées . des fumées et
émission de gaz . limitation de bruits et parasites (Lotissement
industrielle )
- Cahier de charges (model du ministère de l’urbanisme fixant des
obligations et servitudes imposées dans les lotissement

Certificat de morcellement

C’est un document qui indique les conditions de possibilité de


division d’une propriété foncière bâtis en deux ou plusieurs lots .
- composition de la demande du certificat acte de propriété ou mandat
- plan de situation échelle 1/2000 ou 1/5000 (orientation voirie de
desserte . points de repère ) localisation du terrain
- plan utiles échelle 1/200 ou 1/500 (limites terrain superficie ; plan de
masse des constructions existantes sur le terrain.

B. Etape technique (conception et réalisation )

Dans cette étape nous allons voir les pièces écrite et graphiques
(voir fiche technique 1 et 3 )

C . Bâtiments

a/ les différents types :

On rencontre trois types de bâtiments


* bâtiment d’habitation : individuelles ; semi collectif ; collectif
* bâtiment public : administrative ; tettre ; cinéma ; commerce
* bâtiment ; usine ; fabrique ; laboratoires .

b/ les différentes parties d’un bâtiment :

1/ infrastructure tout les éléments de construction au sous-sol ou en


tessous de la surface (fondation ; longrines ; les voiles en béton armé
2/ superstructure tout les éléments de construction construit au dessus
de la surface (poteaux ; poutres ; planchers, grosses œuvres)

Ce que l’ingénieur en génie civil doit maîtriser

- la lecture des dessins d’architecture et sa normalisation


- Les normes et réglementation générale de la construction
- La réglementation technique de la construction
-La technologie générale de la construction (gros œuvres et second
œuvre )
- La représentation de l’espace géométrique et construit Les problèmes
de relation humaine et technique d’expression écrite
- L’ingénieur doit être ordonique et méthodique
FONDATIONS
A. définition

On appel fondation la partie d’un ouvrage reposant sur un terrain


d’assise auquel sont transmise toutes les charges et surcharges par cet
ouvrage
a/ Les charges comprennent le poids propre du bâtiment les
murs ;les planchers ; les revêtements ; les cloisons ; la charpente et
(ou) couvertures
b/ Les charges admise par le type de construction le personnel ; le
mobilier ; le matériels

B. Fondation assurées par les fonctions

- Reprendre les charges et les surcharges supportés par la structure .


- Transmettre les charges et surcharge au sol dans de bonnes
conditions de manière a assurer la stabilité de l’ouvrage
- Assurer que le rapport : poids des charges + surcharges sur la surface
d’appuis au sol est inférieur à la résistance admissible au sol .

a/ stabilité de l’ouvrage :

Le terrain ne doit pas tasser sous les charges des massifs de


fondations ; pratiquement le tassement ne doit pas dépasser 20 mm ;
et surtout uniformément repartis .
- les tassements sont des différentielles dans le cas
- ouvrage reposant sur des sols de nature différente
- ouvrage chargé dicimetriquement
-le remblai d’épaisseur variable
- l’ouvrage ne doit pas étre soulevé par les passées bon sol
d’archimede dans les intensité sont fonction du niveau d’eau
- l’ouvrage ne doit pas se déplacer sous l’action des forces
horizontales ou obliques . appliqué à la superstructure .
- incliné éviter le glissement éventuelle suivant la pente
b/ la résistance des massifs de fondation :

les massifs de fondation en équilibre sous l’action de la


superstructure et du terrain sont soumis aux lois de la RDM il dépend
du type de l’ouvrage ; des charges et surcharges ; de la nature du
terrain ; du choix et du type de fondation et de la nature des
matériaux employés

c/ la résistance du terrain de fondation

l’étude de cette stabilité fait l’objet de MDS elle dépend du


terrain ; la teneur en eau ; et la profondeur du terrain d’assise la
résistance des massifs de fondation doit être assurée pendant toute
l’existence de l’ouvrage
les matériaux utilisés ne doivent subir aucune dégradation et
aucune oxydation
En outre il s’assurer de la stabilité du terrain d’accise
éventuellement prévoir l’exécution d’une protection des fondations .

C. différent type de fondations :

Elle sont classés suivant leur profondeur ; la profondeur étant la


distance verticale séparant la base inférieur du massif de fondation de
la surface du sol ou du plancher sous sol le plus bas
Lorsque le terrain capable de supporter l’ouvrage sont à une faible
profondeur on réalise les fondations superficielles .
Lorsque les couches du terrain capable de supporter l’ouvrage sont a
une grande profondeur ; on réalise les fondations profondes
D. choix des fondations :

Les paramètres à prendre en considération pour tel choix sont :


* la nature de l’ouvrage (immeuble ; barrage ; pont ….) ;
* la nature du terrain (en particulier pour les ouvrages importants )
* Le site :
- problème d’approvisionnement ;
- les accès difficiles ;
- problèmes fondations (réparation sur les projet d’exécution ) 
- le type d’entreprise (il est souhaitable d’avoir une entreprise
spécialisée);
- le coût ( le prix ) des fondations ;
- la majorités des accidents de fondation sont dus à un manque de
connaissance du terrain d’assise souvent consécutif à une
restriction des crédits de sondage .

E. fondations superficielles :

a/ Définition : On désigne en général par fondations superficielles


des fondations dont la profondeur n’excède pas 2 à 3 m on distingue
essentiellement :
* fondations ponctuelles :
Elles sont constitués par des semelles isolées sous poteaux
* fondations linéaires :
Elle sont constitués par des semelles continus sous poteaux ou sous
mur ; cette fondation est aussi appelles semelles filantes
* fondations surfaciques :
Elles sont constitués par des radiers sous poteaux ou sous mur.

Semelles ponctuelles (isolées)


Ce sont des massifs destinés à supporter des poteaux d’une
construction assaturé ; elles transmettes au sol des charges concentré
de stonnes à plusieurs centaines de tonnes ; la forme et les
dimensions de tel semelles dépend des charges du taux de travail du
sol (la contrainte de compression admissible) la section droite des
poteaux reposant sur ces semelles
Les semelles isolés peuvent être :
a/ En béton (succession de gradin avec du matériaux gros béton 200
kg /m3 de ciment
b/ En béton armé : section carré ; conique ; rectangulaire .

Semelles filantes (continue) :

Semelle filantes en gros béton non armé sous mur doivent être entre
0.6 et 1 m
Semelle filante en béton armé (voir la fiche technique )

Fondation par radier :

Lorsque le terrain de fondation est médiocre les semelles


deviennent très importante ; alors on préfère réaliser une fondation
unique ; que embrasse toute la surface de la construction et que l’on
appelle radier (qui peut être en béton armé ; béton précontrainte ) et on
peut l’appelé aussi dalle pleine
- le choix se justifier par rapport :
a/ le terrain médiocre
b/ le terrain en profondeur homogène
c/ le terrain d’épaisseur constante
d/ le terrain inafouillable

fondations profondes :

C’est lorsque la qualité du terrain à faible profondeur ne permet pas


de fonder la constructertion sans risque de désordre la solution c’est
de rapporter les charges sur les couches inférieurs plus résistantes par
l’intérieur l’intermédiaire de points d’appuis séparer on distingue
essentiellement.

Fondation sur puits :

C’est la descendance ; la charge au bon sol par une colonne (ou


fille) les puits espacé de 6 à 8 m et résistant
mal au efforts horizontaux doivent être liaisonner par des poutres ;
longrine ou voiles en béton armé

Fondation sur pieux :

C’est le rapport sur le terrain (le bon sol) l’effort qui lui ai appliqué
par effet de pointe et frottement latéral sur les couches intermédiaires
- pieux Batu : ils sont préfabriqué en béton armé et enfoncé en suite
à force dans le sol avec un engin appelle « sonnette »  une partie
mobile qui s’appelle « mouton »
- pieux moulé : ils sont réalisé par remplissage d’un forage qui peut
être réalisé (exécuter ) soit par tube métallique descendu au niveau
d’appuis par battage ou pas forage .
Longrine :

C’est des poutres situé au droit des fondations leurs rôles c’est
d’assurer les liaisons entre semelles et repose directement sur le sol
de fondations .

Coffrage fondations :

Représentation des fondations :

Le plan des fondations et la représentation de celle-ci ou par-


dessus ; le terrain étant supposé non tremblé ; sur ce plan sont
indiqués les semelles ; les poteaux ; les longrines ; les murs porteur
de sous-sol ou les murs de sous bassement et certaines fondations
particulières s’accompagne généralement d’un plan de coupe et
détails.
Les coupes verticales indique si c’est nécessaire les portées cachée
( et :élévation des semelles filantes transversales les échelles : les ou
en plan 1 /50 et parfois 1 /100 ; les coupes et les détails (1/10 ; 1/20) .
Le repérage :

- Les semelles : repères par un S majuscule. suivit d’un numéro en


indice (ex : S1)
- Les poteaux : sont repères par un P majuscule suivit d’un numéro en
indice.
- Les longrines : sont repères par des numéros.

Cotation :

* Semelles : la section en plan des semelles peut être cote dans les
fermes normales (ex :semelle filante) S1 .50x30
Signifie S1 pour le repérage de 50 pour la longueur ; 30 pour la
hauteur
* semelles isolée : S1 : 80x150x60
Signifie S1 pour le repérage 80x150 pour la section 60 pour la
hauteur .
- Pour une section trapézoïdale ; on indique la hauteur total sur la vue
en plan figure également les cotes de fond de fouille de chaque
semelle à moins 1m20
- Un plan de dallage est établi sur un contre calque du plan de
fondation .
- Le plan de fouille est établit à partir du plan de fondation (ex :0.1
30x50) signifie : 0.1 pour le repérage ; 30 pour largeur ; 50 longueur
- Les poteaux : (ex :P1 30x40) signifie P1 pour le repérage 30 pour la
largeur ; 40 pour la longueur .

C / Les coffrages :

Définissent les formes extérieurs brutes des éléments en béton


armé ; c à d sont des enduits et autres revêtements en vue de leurs
exécution .
- Cette définition est réalisée au moyen des plans ; coupes et élévation
- L’échelle de principe est l’échelle 1/50 mais on peut également
adopter l’échelle 1/100 pour des ouvrages importants
- Les détails peuvent de plan de coffrage de fondation.
DALLAGE ET PLACHERS DALLES
A. DALLAGE

1. définition :

Le dallage sur terre pleine est une aire horizontale ou avec pente
dans la fonction essentielle est de répartir les charges .
Exemple : mobilier ; personnes ……

2 . le rôle de dallage :

Le dallage n’est applicable que dans le cas de terrain sec si


possible non argileux ; si le terrain est argileux il est nécessaire de
placer un feutre isolant (les rouleaux de plastique …..) pour éméché
les remontées de particules fines Il est donc conseiller de n’utiliser un
dallage que lorsque le terrain est sein et ne referme pas d’humidité
excessive dans le cas contraire des précautions sont à prendre établire
un freinage périfirique ou remplacé le dallage par un plancher sur
vide sanitaire .

Classification de dallage :

Dallage pour sol d’habitation situé à l’intérieur : ex : pièce


principal ; garage buanderie) cette surface ne doit pas être humide ;
elle doit être :
- Résistante à l’usure
- Aux chocs
- Aux charges concentrés à l’action aussi
- Des produits corrosifs
- Isolant thermique
- Isolant contre les remontées d’eaux par capiratité (film plyan)
Généralement l’épaisseur de la dalle est de 5 à 10 cm on peut aller
jusqu’à 12 cm

b/ dallage pour sol d’habitation

situé à l’intérieur ; ex :terrasse : rompe ) entre les quantités


données au point (a’) s’ajete en plus
- la résistance au/get
- résistance anti-dérappend
- l’esthétique

C/ Dallage pour sol industrielle :

Usines ; marche …..


Entre les qualités données don au point (a’) s’ajet en plus
- la résistance au dépôt
- la résistance au roulage
- la résistance au passage intensif
Dans ce dallage l’incorporation de produits anti acide ; anti-
poussière ; anti-dérapant.
Son épaisseur généralement est de 15 cm .

5. Drainage :

Le but du drainage est de partager la partie base de la construction


fondations. sous-sol ; bas des murs extérieur ) des infiltration d’eau
(sources , croissellement …..)
En construisant une canalisation poreuse ceinturant au plus prés le
bâtiment en dessous de son point le plus bas

Joints dans les dallages :

Les joints sont réalises dans le but de réduire les désordres causés
par les tassement des angles porteuses ; les déformations alterné du
sol ; des mortier et béton .

a/ Joints de retrait :

Ces joints servent à éviter la fissuration des dalles due au retrait du


béton . Les joints de retrait sont espacés de 4 à 5 m , leurs ouvertures
est de 2 à 6 mm ; ils intéressent la moitié de l’épaisseur de la dalle .

4. les déffirentes phases de réalisation d’un dallage

a/ préparation du sol :
- Décapage des terres végétales
- Effectué des déblais ou romblai
- Prévoir un drainage
- Stabiliser le terrain

b/ La forme ou sous-couche en sable :

- couche de 100 à 250 mm de pierres cassées qui limite les remontés


d’eau par capicalité
- barrières anti-contaminâtes lorsque la forme en pierres n’est pas
prévue : (elle permet de dérouler un isolant ) exemple : papier
bitumeux ou plastique pour être une barrière pour remontée d’eaux
- Un isolant thermique est disposé sur la couche de sable pour parfaire
l’isolation thermique .
Exemple polystyrène supérieur à 2 cm d’épaisseur

c/ la couche de béton : (support résistant)


l’épaisseur est de 10 à 20 cm ; béton ordinaire ou caverne
d/ La couche d’usure :
Soit faite immédiatement ou bien différer . La couche d’usure est un
élément constitutif du dallage puisque l’on utilise le terme de dallage
monolithique .

B. Dallage : (B. planchers dalles )

1. définition :

Le plancher est une aire horizontal ; séparant deux niveaux d’une


construction . la fonction essentielle est de porté choses et gens ; ils
s’appuient sur des éléments porteurs tel que les murs de façade ; les
murs de refonds transversaux ; et murs pigniant ; les poutres de
rives ; les poutres intérieurs ; les poteaux (les points d’appuis isolé )

2. Le rôle :

Le plancher joue le rôle de plate forme pour l’étage considère ; de


toit soujassant ; d’écrant permettant le comford de l’habitant

4. Les conditions requises sont :

- La résistance au charge permanentes (les éléments incorporer tel


que des enduits au plâtre ; revêtement ; élément supporté tel que les
cloisons ; les conduites divers.
- La surcharge mobile (habitation 176 kg/m2 bureau publique 250
kg/m2 ; terrasse non accessible 100 kg /m2 ; terrasse accessible au
publique 500 kg/m2 ; terrasse accessible privé 175 kg/m2 .
- Ces valeurs peuvent être remplacer dans le cas ou interviennent des
surcharges climatiques ou la charge d’eau est plus élevée .
- La circulation possible entre étage par des tremics (ouvertures) ex :
escalier ; ascenseurs ..
- Le passage de conduits ; ex : conduites de ventilation .de fumé .
vide d’ordures ..
- le passage de canalisation divers ;ex : eau .gaz …

b/ joint de dilatation :

Ils servent à compenser les variations dimensionnelles du dallage


dues essentiellement aux variations de températures . Ils traversent
toute l’épaisseur de la dalle
Il peuvent être distant de 10 à 15 m ; leur ouverture est de 10 à 15
mm ; leurs largeur est attement plus importante que celle des joints
de retrait .

c/ Joint d’isolement (Isolant )

Les joints d’isolement appelés aussi joints de rupture ou de


désolation séparent le dallage des patries de la construction fondées
indépendamment comme les poteaux ; les longrines ; les murs en
maçonneries ; les semelles en béton armé ;..
Ce joint concerne toute l’épaisseur du corps de dallage
convenablement bourré de produit souple .
- Le support des revêtement de sol ex : bois ; carlage ..
- Le support de plafond ex : adérant ou suspondu
- D’écrant isolant entre étage
* acoustique :
ex : contre les bruits anciens ; brvit de voisinage conduite de
canalisation ; bruit d’impact (revêtement de sol : rigidité pour éviter
les vibrations )
* thermique :
En particulier pour les locaux situé sous terrasse ; ou plancher situé
sur vide sanitaire ou passage divers (ex :routes sous immeubles ;
accides …)

4. Constitution d’un plancher :

Le plancher est constitué essentiellement du haut en bas d’un


revêtement de sol ; d’une haute sautre que appèlerons plus
particulièrement plancher et d’un plafond.

5. Désignation :

On désigne un plancher en précisant par exemple : plancher haut du


R.D.C le quel s’appeler aussi plancher bas du premier étage.

6. Les différents types de planchers :

Plancher dalle pleine en béton armé :

Ce qui distingue ce type de planchers des autres c’est que tout les
éléments sont réalisé directement sur le chantier principalement utilisé
dans le bâtiment d’habitation il donne un plafond parfaitement plan en
surface
La portée est généralement limité à 4m50 est l’épaisseur totale est de
17 à 18 cm et d’un poids mort de 408 à 432 kg/m2 (6à12cm le corps
de dallage )
On coffrage peut être en vois métallique on épaisseur pour faibles
charges et petites portées est égale de 1/30 – 1/40 de (généralement
on prend 1/30 les portées )
Les charges appliquer sur le chantier ont tendance à provouer une
déformation appelées « flèche » qui est due .
- à l’effort de compression qui agit sur les fibres supérieurs
- à l’effort de traction qui s’exerce sur les fibres inférieur
- aux aciers porteurs partie inférieur ; aciers de répartition parallèle au
grand coté qui s’appuis les aciers porteurs

Plancher dalle caisson :

Ce type de planchers est utilisé quand les charges sont trop


importantes .est les portée trop grandes ; on est amener a dissocier la
fonction portance des volumes à des poutres secondaires ou nervures
Les poutres principales en béton armé espacé de 5 à 6m supportant
les poutres secondaires en béton armé espacé de 1.50 à 2.50 m sur le
quelle reposent l’ourdis en béton armé lui même de 8 à 12 cm
d’épaisseur
On rencontre ce genre de planchers généralement dans les bâtiments
industriels
L’inconvénient de ce type de planchers c’est d’avoir une sous face
discontinuée (on peut fixé un plafond sous les nervures ce qui
emprisonne une masse d’air ; ceci apporte
- Une amorce de solution au problème d’isolations
- les nervures seront armées comme des poutres
- Les ourdis sont constitués d’un simple coidrinage d’acier en face
inférieur
- Ils nécessitent un coffrage onéreux .

Plancher dalle champignon :

Ce type de plancher est constitué d’une dalle (ourdis) frottement


armé reposante sur des piliersonsititié par l’intermédiaire d’un
chapiteau ; l’ensemble dans la forme de champignon .
Le plancher réservé pour recevoir de fortes surcharges ou pour de
grandes portées.
Plancher à corps creux :

Ces corps creux sont de véritable coffrage dont le coup est récupère
par les qualités d’isolation tant phonique que thermique qui l’apporte
en outre la sous face qu’il présente permet l’exécution facile d’un
plafond par un simple enduits
Il est de béton de matériaux divers (en terre cuite ; en agglomérée de
fibre en bois)

Pré dalle en béton armé :

Les pré dalles sont des dalles de faible épaisseur de 5cm à 7.5 cm
l’épaisseur totale du plancher finit et au moins le double de celle de la
pré dalle seule .

Plancher en bois :

Ce type de plancher est constitué de solyves ; bastings ou madrier ;


posé directement sur le mur ou sur les poutres principales ; La portée
principale des solives varie en fonction de leur section, de leur
résistance (qualité et essence .du bois ) elle varie généralement de 4 à
5 m leurs espacement varie de 33 à 50 m ; elles sont disposés dans le
sens de la portée .La distance entre les pièces de bois et le conduit de
fumé et de 16 cm (fig. 13)

Plancher métallique :

Ce type de planchers , son élément porteur est constitué d’un profiler


métallique de série courante ; on emplois
Ils permettent un écartement plus grand de 0.6 à 1m entre ces solides .
Coffrage plancher :

On considérer que les éléments tel que : les dalles .les planchers ;les
nervures ; les poutres et les chénages ne sont pas coulés ; on présente
dans le coffrage tell qu’il est vu avant coulage de béton armé .
Le plan de coffrage se dessine en trait continu moyen (anéte
intérieur)
- les éléments verticaux porteurs : (ex :poteau.mur) sont exécuté
jusqu’au niveau inférieur des éléments horizontaux ; cité ci avant
béton ou du maçonnerie à des sections que l’on pochera ; ou hachurera
et qui sera cerné d’un trait fort .
- Ouverture ou traimi dans les dalles (fig 3)
Diagonale dans les deux sens
* hachure ou pochage
On indique de la même façon les troupes non débouché

Repérage :

Chaque plancher est repéré par un titre :ex :plancher haut R on


indice (à chaque étage les poteaux superposé l’intersection de deux
axes orthogonaux .
Les axes étant désignés dans un sens par des lettres et dans l’autre
sens par des chiffres (FT 2 fig4)
Les poutres sont repéré par des numéros ; suivit d’une lettre
miniscule en indice ; pour la partie longitudinale ; et une autre lettre
miniscule en indice ; pour la partie transversale.
Les dalles ou planchers sont repérés par des lettres miniscules
entaire d’un cercle et un trait fin en diagonale passant par le centre
d’un cercle et un trait fin en diagonale passant par le centre du cercle
qui précise les limites de la dalle ou plancher (FT2 Fg 3)

Cotation :

a/ Les portée des dalles plancher ..


b/ Les poutres (ex : 0.1a ; 30x50) 0.1a pour le repérage 30 pour la
largeur ; 50 pour la hauteur de la poutre (dalles ou planchers
comprises ) si il est indisponible de mentionner la hauteur sous dalle
ou plancher (« saffite ») le 2éme non sera suivis de l’indication SH
signifie : sous haurdis (FT2 Fg6)
c/ La section droite des poteaux : sur plan elle est coté dans les formes
normales
d/ L’épaisseur de la dalle : (FT2 Fg7)
Un nombre entouré de deux cercles qui ce présente en cm
l’épaisseur de la dalle de béton armé brute .
Les épaisseurs des planchers à hourdis creux sont indiqué par deux
nombres séparer par le signe « + » ; le premier représente l’épaisseur
du corps creux ; et le second celle de la dalle
e/ La grandeur et la position des tremis
g/ Le niveau des dalles : dans les dessins de coffrage on coté les
niveaux de béton brute ; en cas de dénivellation des planchers ; les
cotes de niveau seront disposé de part et d’autres de la ligne de
changement de niveau .
Au besoin ,une section partielle rabattue faciletera , la lecteur du
plan
h/ Concernant les planchers à corps creux on indique :
- L’épaisseur des planchers à hourdis creux
- l’épaisseur entre axes des poutrelles
- Le type des poutrelles utilisé et pour chaque type le nombre de
poutrelle et leurs longueur (FT3 Fg 11,12,13,14,15,16,17)
- Les coupes et élévation (FT 2, Fg10) Elle sont effectués à partir des
éléments coulés, les secteurs sont paché ou hachurés et cerné d’un trait
fort si il sont hachuré les élévations et les parties non coupées des
coupes sont exécuté d’un trait moyen , suivant la règle du coffrage
- Le plan de coupe doit être désigné par des chiffres romains dans la
pratique cette désignation se fait le plus souvent un moyen de lettre
majuscule ou des chiffres arabe .
- dans le dessin de coffrage on rencontre également des coupes par
plan parallèle.
- Les coupes doivent être réalisé en de hors des nœuds d’assemblage,
et au dessus ou en avant des goussets de façon à faire apparaître les
sections courantes des éléments coupées.

Cotation des coupes et élévation :

a/ Les portées des dalles des poutres et des poteaux


b/ Les équarrissages des poutres et les équarrissages des poteaux .
TOITURE TERRASSE
Généralité :

Le planchers du dernier étage ou encore appelé plancher terrasse est


soumis au intempéries (effets climatiques)
De l’extérieur Ex : la pluie, la neige, les différentes de température ,
les excès de chaleur

Le rôle :

La toiture terrasse protége le bâtiment contre les différents


intempéries c.à.d les axes de soleil
Les infiltrations d’eau , la condensation (quand l’eau stagne ) et les
excès de bruits .
La toiture terrasse n’est pas un plan horizontale mais une succéssion
de plan inclinés dont la pente varie de 1 à 5 pour cent

Les déférents types de toiture terrasse :

Toiture à pente nulle :

Pour ce type le support de l’étanchéité est horizontal ( il est interdit


sous climat de montagnes )

Toiture terrasse plate :

La pente de ce type de toiture est de 1 à 5 pour cent (il est vivement


conseiller de ne pas descendre au dessous de 2 pour cent ) sur le fait
d’exécution de la construction (forme de pente)

Toiture terrasse campant :


La pente de ce type de toiture est de 5 à 15 pour cent .

La toiture inclinée :
La pente est supérieur à 15 pour cent.
Les toitures présentant une pente supérieur à 5 pour cent sont classés
inaccessibles.
Les composants de la toiture terrasse
Elément porteur

La partie supérieur résistante du gros œuvre de la toiture elle est en


béton armé , en béton ou en béton précontrainte sur lequel repose
l’ensemble des matériaux mis en œuvre et du diapositif réalisé pour
donné à l’ouvrage les caractéristiques désiré .

Le support de l’étanchéité :

C’est l’élément sur le quel est appliquer le revêtement d’étanchéité il


peut être soit l’élément porteur soit la forme soit l’isolant thermique .

Les formes :

C’est des ouvrages en maçonnerie d’une manier général , les


ouvrages ne sont pas horizontaux , il comportent des pentes et sont
dessinés à recevoir l’étanchéité de la toiture on les appelle aussi
formes de pentes leur épaisseur maximal est de 6 à 10 cm et
l’épaisseur minimum est de 3 cm de préférence 4 )
Il existe 3 techniques concernant l’exécution des formes de pentes.

Forme monolithe :

Ces formes monolithe sont en béton de liant hydraulique et sont


adhérents à l’élément porteur , leur épaisseur est de 3cm et la pente est
de 1 à 51 .

Forme fractionnée :

En béton posé sur panneaux isolé ces formes sont en béton de


gravillons couler sur des panneaux isolant , reposant sur l’élément
porteur , les épaisseurs minimum sont de 3cm et la pente est de 1 à 5
pour cent .
Forme dalle flottante en béton armé

Ces formes sont constitué par des dalles en béton armé


complètement désolidarisé de l’élément porteur sur le quel elle repose
par intermédiaire d’une couche de glissement réalisé au moyen de
panneau isolant
Ces formes dalle flottantes sont constitué d’une série de bassins
La surface de chacun de les bassins ne doit pas dépassé 250 m2 avec
une démension maximum ,mesuré un diagonal de 25m
L’épaisseur minimum de la dalle flottante est de 5cm et la pente de
1à 5 pour cent.
Les trois type de formes cité sont interdit au climat de montagne.

Isolation thermique :

Ces une isolation destinée à réduire les échanges de chaleur entre


l’intérieur et l’extérieur du bâtiment . ex :le liége ,la l’indever, leine
mineral
Dispositif faisant obstacle au transfert de la vapeur d’eau couche de
diffusion cette couche participe à l’égalisation de pression et à
l’évacuation de la vapeur
Ecran par vapeur : cette couche est un écran de protection contre la
migration de vapeur d’eau , placé sous la couche d’isolation thermique
(c’est une barrière )
Les matériaux écran vapeur sont :
Type ordinaire : le feutre de bitume 3ts
Type renforcé : feuilles d’aluminium 8/100 enrobé de bitume

Revêtements :

Le revêtement désigne l’étanchéité


L’étanchéité : c’est l’ensemble des procédés qui rendent l’ouvrage
imperméable à l’eau provenant de l’extérieur et séjourne à son contact
Les matériaux d’étanchéité :

1/ Matériaux à base d’asphalte :


Asphalte naturel (5mm) c’est une roche sédimentaire habituelles
calcaire, impérie de 6 pour cent des bétumes au moins et transformé
par l’application en mastique .
Le mastique d’asphalte : il est fabriquer à partir de l’asphalte
naturel , broyer et fondu , il est avec du bitume , livré sous forme de
pain contenant 11 à 17 pour cent de bitume pure asphalte coulé
sablé 15 mm) Ce matériau est un mélange de 100 kg de mastique
d’asphalte avec 60 kg de sable moyen (possibilité de colorés le
mélange avec 4 à 8 pour cent d’oxyde de fer )

2/ matériaux à base de bitume :

Le bitume est un matériau obtenu de l’hydrocarbure lourde naturel ,


de l’extrait de l’asphalte naturel ; de produits de la destilation du
pétrole

Оценить