Вы находитесь на странице: 1из 101

Partie1

Chapitre1 :Introduction aux réseaux informatiques :


Généralités

Chapitre 2: Modèle OSI : Open System


Interconnexion

Chapitre3: Modèle TCP/IP


Architecture des Réseaux
Dr. Hédia Kochkar
Département Génie Informatique et Mathématique –
INSAT-Tunis
Présentation du module : Réseaux

• Objectif :
– c’est une initiation sur les terminologies des réseaux d’un point de vue
matériel et logiciel
– Définition des composants matériels et logiciels constituant
l’architecture d’un réseau
– Le matériel : ensemble d’équipements d’interconnexion réseau
– Le logiciel : des protocoles et des services réseaux

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 3


Plan du cours
• Introduction aux réseaux informatiques : Généralités
• Introduction aux composants matériels réseaux : routeur, switcher,
hub….
• Modèle OSI : Open System Interconnection
• Étude de la couche Physique du modèle OSI
• Étude de la couche Liaison de données du modèle OSI
• Étude de la couche réseau du modèle OSI
• Étude des couches 4-5-6-7 du modèle OSI
• Modèle TCP/IP
• Exemples de protocoles de la couche application : FTP, DNS, SMTP,
Protocole TELNET…

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 4


Chapitre I

Introduction aux réseaux


informatiques : Généralités
Qu’est ce qu’un réseau ?
• C’est un ensemble de matériels et de logiciels permettant à
des équipements de communiquer entre eux.

• L’objectif d’un réseau est le partage des ressources matérielles


(disques durs, imprimantes) et des ressources logicielles
(fichiers, applications)

• Les réseaux regroupent un ensemble hétérogène


d’architectures, du filaire au sans-fil, du LAN au WAN

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 6


Les services offerts par un réseau
• Contrôler et améliorer le fonctionnement et la fiabilité d’ un
système,

• Augmenter les ressources matérielles et logicielles,

• Communiquer facilement et rapidement et échanger des


informations entre utilisateurs et/ou applications

• Recherche d’information (Web),

• Enseignements et vidéoconférence à distance,

• Autres services: téléachat, radio et télévision sur le réseau,


ToIP,VoIP, jeux sur le réseau, messagerie électronique, chat...

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 7


Les catégories des réseaux informatiques

• Généralement : 5 catégories différenciées par la distance


maximale séparant les deux points les plus éloignés

• D'autres critères de classification existent:


• réseau bas débit, moyen débit, haut débit....
• réseau public ou privé

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 8


Les catégories des réseaux informatiques

Structure MAN réseaux


WAN réseaux étendus
bus d’interconnexion LAN réseaux locaux

métropolitains

1m 10m 100m 1Km 10Km 100Km

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 9


Les catégories des réseaux informatiques
:Bus
• La plus petite taille

• Pour relier les processeurs, les mémoires, les entrées-sorties


d’un calculateur ou d’un multiprocesseur

• La distance maximale entre les points de connexion les plus


éloignés est très faible : < à 1m en général

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 10


Les catégories des réseaux informatiques
:Structures d’interconnexion
• Pour relier, dans une même pièce ou à des distances faibles,
différents calculateurs entre eux

• Ce sont des réseaux relativement fermés qui ont des débits


très importants : plusieurs centaines de Mbps

• La distance maximale entre deux points est très faible pour


permettre ces hauts débits

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 11


Les catégories des réseaux informatiques :les
réseaux locaux
• LAN : Local Area Network

• Correspondent par leur taille aux réseaux intra-entreprise

• Objectif : transport de toutes les informations numériques de l’entreprise

• Plusieurs centaines de mètres est une distance classique pour recouvrir


les bâtiments à câbler

• Les débits : de l’ordre de quelques Mbps à quelques centaines de Mbps et


aujourd’hui on parle même du Gbps

• Topologies : diverses ; en bus , en étoile, en anneau…

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 12


Les catégories des réseaux informatiques :
les réseaux métropolitains
• MAN : Metropolitan Area Network

• Correspondent à une interconnexion de plusieurs bâtiments


situés dans une même ville (sur un grand campus ou séparés
par des rues)

• Capables d’interconnecter les réseaux locaux des différents


bâtiments et de prendre en charge les machines communes à
l’ensemble de la gestion du site distribué
• Débit de l’ordre des dizaines de Mbps

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 13


Les catégories des réseaux informatiques :
les réseaux étendus
• WAN : Wide Area Network

• Destinés à transporter des données numériques sur des


distances à l’échelle d’un pays

• Le réseau est :
• Soit terrestre : utilise des infrastructures au niveau du
sol
• Soit par satellite : demande des engins spatiaux pour
mettre en place les répondeurs qui retransmettront les
signaux vers la terre

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 14


Les topologies des réseaux (1)

• Les principales topologies de réseaux existantes :


– En étoile
– En bus
– En anneau
– Arbre (hiérarchique)
– Maillée
– Libre

• Ces éléments de base sont combinés pour former des


réseaux complexes.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 15


Les topologies des réseaux (2)

• On distingue deux types de topologies :

– Topologie physique ou encore câblage physique :interconnexion


réelle des divers équipements
– Topologie logique : simulation d’une interconnexion par logiciel,
ou via des équipements particuliers
• La topologie physique peut être plus ou moins bien adaptée à la
topologie logique choisie. Les mécanismes de simulation de la
topologie logique peuvent être très complexes dans certains cas.
• Exemple : Anneau logique sur câblage en étoile nécessite la mise
en oeuvre d’un jeton adressé  une station envoie explicitement le
jeton à la station suivante. C’est le principe du token bus.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 16


La topologie en Bus (1)

• Toutes les stations sont reliées à un seul câble (généralement


coaxial, Ethernet) connecté au serveur.
• Configuration facile à mettre en oeuvre, mais extrêmement
fragile, car si un problème survient sur un point (ou une
station) du réseau, c'est toute la suite du câble qui sera hors
service.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 17


La topologie en Bus (2)

• Utilise le protocole CSMA/CD (Carrier sens Multiple Access


collision Detection) : Accès multiple avec détection de porteuse
et de collision.
– Quand une entité A veut émettre elle se met à écouter le
bus (CS).
– Si une porteuse est détectée (bus utilisé), elle attend la fin
de la communication,
– sinon elle émet ses données sur le câble.
– Durant cette émission A reste en écoute du câble pour
détecter une éventuelle collision (CD).
– Si une collision est détectée, chacune des deux machines
concernées suspend immédiatement son émission et
attend un certain temps aléatoire avant de réécouter le
câble et de réémettre ses données.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 18


• Du point de vue risque, les données envoyées du point A vers le point D peuvent être
accessibles au nœud B, et potentiellement altérées ou même déroutées.
• Toutes les machines reçoivent le message envoyé. C'est au niveau de la couche 2
qu’elles décident de garder ou de rejeter ce message.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 19


Topologie en anneau (1)

A B

D C

• Un seul chemin (double ou simple) relie les nœuds. Le circuit est fermé.
L'information circule toujours dans le même sens.

• Chacune des machines doit attendre son tour pour émettre sur le réseau

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 20


Topologie en anneau (2)

• Pour émettre, une machine doit être en possession d'un


jeton.

• Jeton = message particulier que les machines se font passer


les unes aux autres.

• Une fois une machine a envoyé ses données, elle rend le jeton
disponible et le transmet à la machine suivante.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 21


Topologie en anneau (3)

• Chacune des machines (sauf A) qui reçoivent le message émis


par A le recopie immédiatement sur l'autre partie du câble et
elle remonte au même temps cette information jusqu'à sa
couche 2 pour voir si le message lui est destiné. Si ce n'est pas
le cas, elle détruit ces informations.

• Quand le message reviendra à la machine qui l'a émis. Celle-ci


le compare avec celui qui a été envoyé pour détecter si une
erreur est survenue lors de sa transmission. Si aucune erreur
n'est détectée, le message est détruit.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 22


Topologie en étoile (1)

Chaque nœud est connecté à un noeud central et isolé


des autres nœuds.
Conçue essentiellement pour réduire le trafic que doivent
affronter les machines,

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 23


Topologie en étoile (2)

 Deux cas de figures:

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 24


Topologie en étoile (3)

Sécurité:
• Si le chemin qui relie les unités communicantes est
sûr  les communications sont sûres.
–  Il y a donc moins de risque d'exposition aux attaques
par analyseur de réseau.
• On doit contrôler l'accès physique et logique au
serveur et au HUB (points vulnérables du réseau).

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 25


Topologie en Arbre

• Une architecture hiérarchisée où les données remontent l’arborescence


puis redescendent.
• Une panne sur une partie du réseau ne touche que les nœuds en dessous.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 26


Topologie Maillée

• Cette topologie est rarement utilisée (elle est utilisée


seulement dans des laboratoires ou dans des réseaux
particuliers), car elle nécessite beaucoup de câblage (n*(n-
1)/2) câbles où n est le nombre de machines du réseau).

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 27


Topologie Libre ou hybride

• C’est une combinaison des topologies précédentes.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 28


21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 29
Récapitulatif : topologies réseaux
• Configuration maillée
pas utilisée (en filaire) car trop coûteuse,
• Configuration en étoile
• il faut prendre soin de l'élément central
• Configuration en bus
n'est plus utilisée dans les réseaux locaux car très fragile,
• Configuration en bus (avec CSMA/CD)
ne convient pas à l'environnement temps réel car deux
machines peuvent monopoliser le bus
• Configuration en anneau (avec jeton)
convient à l'environnement temps réel car on peut calculer
grâce au jeton le délai maximum pour transmettre une
information entre deux entités.
21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 30
Les réseaux : transfert de l’information (1)

• Types d’informations transmises par les réseaux


informatiques:
– Données,
– Son,
– Images
– Vidéos
– Codes
• Les principaux agents physiques employés pour la
transmission de l'information
 Signaux électriques, ondes, laser.
• Sur les ordinateurs, les données sont binaires (0 et 1)
– Sur les câbles sont des signaux

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 31


Les réseaux : transfert de l’information (2)

• La plus petite quantité d’information : quantum d’information


Bit (Binary DigiT)
• Le débit utile est la quantité d'information utile que le réseau
peut véhiculer par unité du temps # débit théorique
• Pour transmettre une quantité Q de données sur un réseau
offrant un débit D  T= Q/D : est le temps de transmission
nécessaire
• Délai de transfert = Temps de transmission + temps de
propagation + retards

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 32


21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 33
Commutation
• Manière de faire passer l’information de
l’émetteur au récepteur : acheminement de
l’information
– Commutation de circuits
– Commutation de messages
– Commutation de paquets
– Commutation de cellules

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 34


Commutation de circuit (circuit
Switching)

• Établir un chemin entre les abonnés au début de la


communication et le réserver jusqu’à la fin. (RTC)
• Utilisée sur le réseau téléphonique, RNIS, GSM
• Création d’un circuit physique reliant les deux extrémités lors de
l’établissement de la connexion
• Elle est adaptée au transport de la voix
Inconvénient : le circuit est occupé pendant la communication, qu’il
soit utilisé ou non

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 35


Commutation de message (message
Switching)
• Pas de phase d’établissement d’un chemin entre l’émetteur et
le récepteur.
• Les messages se propagent de nœud en nœud. Les nœuds les
conservent jusqu’à ce qu’un chemin approprié soit disponible

• Inconvénient : si les messages sont trop longs, le temps de


transmission augmente énormément.
21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 36
Commutation de Paquet (packet
Switching)
• Les réseaux à commutation de paquets fonctionnent comme les
réseaux de commutation de messages, à la différence qu’ici la taille
des paquets dépend de la capacité du réseau
• L’information est découpée en paquets qui sont transportés de
point en point à l’autre extrémité du réseau
• On obtient de cette façon un meilleur délai de transmission

Il s'agit du mode de transfert utilisé sur Internet, car il comporte les


avantages suivants :
• Résistances aux pannes des noeuds intermédiaires
• Utilisation rationnelle et efficace des lignes de transmission
 Alors on gagne en temps et en performance mais on doit
complexifier l'architecture du réseau.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 37


21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 38
21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 39
21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 40
Commutation de cellule (cell Switching)
• Utilisée par ATM (Asynchronous Transfer Mode)
• Cellule de taille fixe : 53 octets (5 d’en-tête + 48 de données)
• Temps de commutation très faible par rapport au temps de
propagation du signal
• Permet d’introduire des notions de qualité de service
• Utilisée principalement sur les liens d’interconnexion ou dans
des applications multimédia

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 41


Modes de transmission : Avec/sans
connexion (1)

Un service et un protocole sont pour une architecture donnée


soit orientés connexion(connection oriented), soit sans
connexion(non connection oriented).

• Mode connecté : toute transmission doit être précédée d’une


demande de connexion réussie

– permet de contrôler proprement la transmission :


authentification des intervenants, contrôle de flux
– trois phases : établissement de la connexion, transfert des
données, coupure de la connexion
– Les ressources mobilisées ne sont pas forcément utilisées

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 42


Modes de transmission : Avec ou sans
connexion (2)

Avantages du mode avec connexion :


• négociation de la qualité de service QoS(Quality of Service)
au moment de l’ouverture.
• L’activité du réseau est contrôlable facilement

Défauts du mode avec connexion :


• Lourdeur de la mise en œuvre
• Les accès à des applications multipoints sont difficiles à
mettre en œuvre (autant de connexions que de points à
atteindre).

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 43


Modes de transmission : Avec ou sans
connexion (3)

• Mode non connecté : pas de négociation entre les


intervenants (ni contrôle de flux ou d’erreur), bon pour des
envois de messages courts ; similaire à l’envoi d’une lettre à la
Poste

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 44


Modes d’envoi des informations (1)

• Unicast et multicast (broadcast)

• unicast : point à point ; une source, une destination. C’est le


cas général
• Il existe un grand nombre de connexions entre les machines
prises deux à deux.
• Pour aller de sa source à sa destination, un paquet doit être
guidé (importance des algorithmes de routages).

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 45


Modes d’envoi des informations (2)

• broadcast : diffusion ; une source, toutes les cibles possibles (en


général, toutes les machines d’un réseau local)

– Un seul canal de communication est partagé par toutes les


machines du réseau
– Une machine envoie des petits messages (paquets) qui
sont reçus par toutes les autres machines.
– Dans le paquet un champ d’adresse permet d’identifier le
destinataire
– A la réception d’un paquet une machine teste ce champ. Si
le paquet est pour elle, elle le traite, sinon elle l’ignore.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 46


Comment fonctionne un réseau ? (1)

• En général on trouve des architectures du type


client/serveur.
• Les postes clients envoient des requêtes au serveur qui
retourne une réponse.

La topologie la plus courante pour


un réseau local est une topologie
en étoile

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 47


Comment fonctionne un réseau ? (2)

On clique sur un lien  page web s’affiche

Station Client : Le programme navigateur envoie une requête


de l’URL (Uniform Resource Locator ) au serveur correspondant.
Sur le réseau :
– Trouver le bon serveur
– Transporter la requête
21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 48
Comment fonctionne un réseau ? (3)

• station client :
demandant 'Quelle est l'adresse de www.yahoo.fr ?'.
Le serveur répond en retournant l'adresse IP du serveur,

• comment est transmise la requête?


requête = message  découpé en paquets de taille fixe
chaque paquet est envoyé sur le reseau
21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 49
Comment fonctionne un réseau ? (4)

Chaque paquet : Quand il arrive sur le réseau, et que le site destinataire n’en
fait pas partie, le paquet est transmis à un routeur.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 50


Comment fonctionne un réseau ? (5)

• Fonctionnement du serveur :
– Le serveur reconstruit le message initial en mettant les paquets dans
l’ordre de leurs numéros
– Que fait le serveur à la réception de la requête ?
• Le serveur interprète la requête comme une demande de
fourniture de fichier
• Il envoie le fichier au client : sous forme d’une suite de paquets
(comme précédemment)

Que se passe-t-il si un paquet s’est perdu, ou a été mal transmis ?


Le destinataire est capable de le détecter et demande qu’on lui
renvoie le paquet manquant ou erroné.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 51


Comment fonctionne un réseau ? (6)

Transfert des informations pour un service donné :


Primitive de service : opération servant à réaliser un service
Quatre primitives de service sont définies :
1- Les primitives de demande (request) par lesquelles une
entité utilisatrice de service appelle une procédure.(ex : transfert
de données…);
2- Les primitives d’indication (indication): l’entité
correspondante est avertie qu’une procédure a été mise en route
par l’entité émettrice sur son point d’accès au service, ou bien que
le fournisseur de service indique qu’il appelle une
procédure.(ex:arrivée de données ou indication de demande de
connexion);
21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 52
Comment fonctionne un réseau ? (7)

3- Les primitives de réponse (response) par lesquelles l’utilisateur distant


du service N accepte ou refuse le service demandé;

4- Les primitives de confirmation (confirmation): qui indiquent


l’acceptation ou le refus du service demandé qui a été fait au point d’accès
au service N.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 53


Échange de primitives de service entre deux stations
21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 54
Notion de protocole et d’interface

 L’ exemple de la requête sur le Web permet d’identifier


divers niveaux d’échange entre le Client et le serveur:

1-le niveau de l’application :

2- le niveau des messages:

3- le niveau des paquets :

4- le niveau de transmission des bits


21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 55
 Les notions de protocole et d’interface visent a représenter
ce mode de fonctionnement

Analogie : Deux personnes peuvent dialoguer même si elles ne parlent


pas la même langue

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 56


Interface ( d’un service) :
{règles d’accès utilisables pour accéder au service }

Protocole
définissant les échanges entre des entités qui coopèrent
pour réaliser un service

Relations entre protocole et Interface:


Une interface définit l’accès a un service,
un protocole définit la réalisation d’un service

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 57


Protocole en Couche

Couche i
protocole niveau i
entité coopérante entité coopérante

Interface i-1
Couche i-1

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 58


Architecture de communication
• Une architecture de communication = une
architecture qui définit l'ensemble des entités
nécessaires à la communication et les règles
régissant les échanges entre ces éléments.
Architectures propriétaires

 il faut une normalisation  Modèle OSI

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 59


Chapitre 2

Modèle OSI : Open System


Interconnection
Modèle en couche
• Objectif : Réduire la complexité de conception des réseaux
informatiques.
– Démarche simplificatrice et constructive : décomposition
hiérarchique de l’ensemble des mécanismes à mettre en
oeuvre en une série de couches (ou niveaux).

• Open Systems Interconnection : C’est une classification des


problèmes à résoudre dans un réseau : 7 couches

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 61


Principes de base de la décomposition en
couches
• Une couche doit être créée lorsqu’un nouveau niveau d’abstraction
est nécessaire
• Chaque couche exerce une fonction bien définie
• Les fonctions de chaque couche doivent être choisies en pensant à
la définition des protocoles normalisés internationaux
• Les choix des frontières entre couches doit minimiser le flux
d’informations aux interfaces
• Le nombre de couches doit être :
– suffisamment grand pour éviter la cohabitation dans une même
couche de fonctions très différentes,
– et suffisamment petit pour éviter que l’architecture ne
deviennent difficile à maîtriser.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 62


Notion de couche, de protocole et de service
• Une couche est spécialisée dans un ensemble de fonctions
particulières. Elle utilise les fonctionnalités de la couche inférieure
et propose ses fonctionnalités à la couche supérieure.
• Un système est un ensemble de composants formant un tout
autonome.
• Une entité est l’élément actif d’une couche dans un système.
– entités homologues (paires) : entités de même couche situées
dans des systèmes distants
• Le protocole d’une couche N définit l’ensemble des règles ainsi
que les formats et la signification des objets échangés, qui
régissent la communication entre les entités de la couche N.
• Le service d’une couche N définit l’ensemble des fonctionnalités
possédées par la couche N et fournies aux entités de la couche
N+1 à l’interface N/N+1.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 63


• L’architecture d’un réseau est définie par l’ensemble des
couches et la description des protocoles et des services de
chacune d’elles.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 64


Le modèle normalisé : OSI (1)

Modèle normalisé:

• norme de l'ISO (International Standards Organisation)


• assurer une compatibilité entre entités hétérogènes

Une structuration en couches


• Chaque couche :
– assure un rôle spécifique
– dialogue avec les couches adjacentes de la même entité
– dialogue avec la couche de même niveau de l'autre entité

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 65


Le modèle OSI définit un cadre fonctionnel :
 il ne définit pas comment les systèmes interconnectés fonctionnent,
 il ne dit pas comment la norme doit être implantée.

Le modèle décrit simplement ce que chaque couche doit réaliser (le


service), les règles et le format des échanges (le protocole).

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 66


Le modèle normalisé : OSI (2)

• Une couche offre un ensemble de services à la couche immédiatement au-dessus


• Chaque passage à la couche inférieure ajoute son en-tête
• Chaque passage à la couche supérieure enlève les informations propres à la couche du
dessous

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 67


Communication entre couches de même
niveau (1)

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 68


Communication entre couches de même
niveau (2)

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 69


Communication entre couches de même
niveau (3)

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 70


Communication entre couches de même
niveau (4)

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 71


Communication entre couches de même
niveau (5)

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 72


Communication entre couches de même
niveau (6)

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 73


Communication entre couches de même
niveau (7)

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 74


Encapsulation

Message
Application
Présentation
Session
Transport
Fragment
Réseau
Liaison

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 75


21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 76
Les sept couches du modèle de
référence : couche physique (1)

• Quel est le support physique ?


Fournit les moyens mécaniques, optiques, électroniques,
fonctionnels et procéduraux nécessaires à l’activation, au
maintien et à la désactivation des connexions physiques
nécessaires à la transmission de trains de bits.

Note : les systèmes sont interconnectés réellement au moyen


de supports physiques de communication
.Ces derniers ne font pas partie de la couche Physique.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 77


Les sept couches du modèle de
référence : couche physique (2)

• Objectif : assurer la transmission de bits entre les entités physiques :


ETTD (machines) et ETCD (modems).
– ETTD = Équipement Terminal de Traitement de Données.
– ETCD = Équipement de Terminaison de Circuit de Données.

• Unité d’échanges : le bit.


• Services : fournit des moyens nécessaires à l’activation et au maintien
d’une connexion physique  spécification :
– de la nature et des caractéristiques du médium de communication.
– du mode de connexion au réseau
– du choix du codage de bits
– des tensions et des fréquences utilisées.

• Point de vue : liaison ETCD - ETCD et liaison ETTD - ETCD.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 78


Les sept couches du modèle de référence :
couche liaison de données (1)

• Quelles sont les caractéristiques du réseau ?


• Assure la transmission d’informations entre (2 ou plusieurs)
systèmes immédiatement adjacents.

• Détecte et corrige, dans la mesure du possible, les erreurs issues de


la couche inférieure. Les objets échangés sont souvent appelés
trames (“frames”).

• Objectifs :
– masquer les caractéristiques physiques,
– effectuer des contrôles d’erreur.

• Unité d’échanges : la trame.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 79


Les sept couches du modèle de référence :
couche liaison de données (2)

• Services :
– structuration des données en trames.
– contrôle d’erreur :
• en émission : ajout dans la trame d’un code d’erreur (CRC).
• en réception : mise en oeuvre du contrôle grâce au code
d’erreur.

– définition des règles de synchronisation.

• Point de vue : liaison ETCD - ETCD et liaison ETTD - ETCD.


protocole OSI = HDLC (High Data Link Control)

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 80


Les sept couches du modèle de référence :
couche Réseaux
• Quelle route faut-il prendre?
• Achemine les informations à travers un réseau pouvant être
constitué de systèmes intermédiaires (routeurs). Les objets
échangés sont souvent appelés paquets (“packets”).

• Objectifs :
– assurer l’acheminement à travers le réseau des messages en
tenant compte des noeuds intermédiaires.
– acheminement de bout en bout.

• Unité d’échanges : le paquet.


• Services :
– Routage; commutation de paquets.;prendre en charge la
segmentation et le regroupage.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 81


Les sept couches du modèle de référence :
couche Transport
• Où est le destinataire ?
• Assure une transmission de bout en bout des données. Maintient une certaine
qualité de la transmission, notamment vis-à-vis de la fiabilité et de
l’optimisation de l’utilisation des ressources. Les objets échangés sont souvent
appelés messages (de même pour les couches supérieures).

• Objectif : acheminement de bout en bout exclusivement.

• Unité d’échanges : le datagramme.

• Services :
– fragmentation en paquets.
– multiplexage/démultiplexage des services (processus).

• Point de vue : communication entre processus (de bout en bout).


 normes : TCP et UDP.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 82


Les sept couches du modèle de référence :
couche Session
• Qui est le destinataire ?
• Fournit aux entités coopérantes les moyens nécessaires pour
synchroniser leurs dialogues, les interrompre ou les reprendre
tout en assurant la cohérence des données échangées.
• Objectif : fournir un ensemble de services pour la coordination
des applications.

• Unité d’échanges : le datagramme.


• Services :
– établissement de la connexion entre les applications.
– définition de points de synchronisation en cas d’erreur.

• Point de vue : processus/services, applications.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 83


Les sept couches du modèle de référence :
couche Présentation
• Sous quelle forme ?
• Se charge de la représentation des informations que les entités s’échangent.
Masque l’hétérogénéité de techniques de codage utilisées par les différents
systèmes.

• Objectifs :
– permettre de manipuler des objets typés plutôt que des bits,
– fournir une représentation standard pour ces objets.

• Unité d’échanges : le datagramme.

• Services :
– définition d’une notation abstraite pour les objets typés.
– compression, cryptage.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 84


Les sept couches du modèle de référence :
couche Application
• Quelles sont les données à envoyer ?
• Donne aux processus d’application les moyens d’accéder à l’environnement de
communication de l’OSI. Comporte de nombreux protocoles adaptés aux
différentes classes d’application.

Note : les fonctionnalités locales des applications proprement dites sont hors du
champ de l’OSI donc de la couche Application !

• Services rendus aux utilisateurs.

• Exemples d’applications standards : mail, ftp

• terminaux virtuels (telnet,...)

• Unité d’échanges : le datagramme.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 85


Modèle OSI : récapitulatif
• Les trois premières couches constituent les couches basses où les contraintes du
réseau sont perceptibles. Fonctions élémentaires spécialisées dans la
transmission.

• La couche Transport est une couche charnière, d’adaptation ou intermédiaire,


associée le plus souvent aux couches basses.

• Les trois dernières couches constituent les couches hautes où les contraintes de
l’application sont perceptibles. Fonctions complexes et variables adaptées aux
traitements applicatifs.

• Attention : La norme stipule clairement qu’il s’agit d’un modèle de référence et


par conséquent, suivant le contexte dans lequel on se trouve et les besoins de
communication, certaines fonctionnalités de certaines couches peuvent ne pas
être utilisées (protocole alternatifs, classes de protocole, options, etc.).

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 86


Chapitre 3

Le Modèle TCP/IP
Modèle OSI : OSI réduit (1)

• Certains réseaux ont des contraintes très fortes (contraintes de sûreté ou du


temps réel) :

Réduire le nombre Renforcer d'autres


de couches à couches pour améliorer
parcourir pour et garantir la qualité des
gagner du temps communications.

Modèle OSI réduit

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 88


Modèle OSI : OSI réduit (2)

Modèle OSI réduit: contient généralement 3 ou 4 couches ( =


couches inévitables):
– Physique : nécessaire pour l'envoi de données sur le support de
communication,
– Liaison de données : gère et contrôle l’accès au médium. Nécessaire
pour transformer la couche physique en une liaison exempte
d'erreurs. (Elle est plus réduite que celle du modèle OSI, car elle
n’offre pas de communication en mode connexion)
– Réseau : permet à des unités localisées sur des réseaux distants de
créer des liens et de communiquer,
– Application : héberge les applications. (Elle englobe parfois les
couches 5,6 et 7 du modèle OSI).

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 89


Modèle TCP/IP : architecture
• Prend son nom des deux principaux protocoles qui le
constituent:
– TCP (Transmission Control Protocol)
– IP (Internet Protocol).

• Architecture TCP/IP : s'est imposée comme architecture de


référence au lieu du modèle OSI, car elle est née d'une
implémentation, et la normalisation OSI est venue ensuite.

C'est son adoption quasi universelle qui a fait son principal


intérêt.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 90


Architecture TCP/IP (1)

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 91


Architecture TCP/IP : couche accès réseau

• Cette couche regroupe les fonctions des deux couches les plus basses du modèle OSI
(physique + liaison de données).

• Elle fournit le moyen de délivrer des données aux systèmes rattachés au réseau.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 92


Architecture TCP/IP : couche Internet (1)

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 93


Architecture TCP/IP : couche Internet (2)

• Correspond à la couche 3 (réseau) du modèle OSI.


• Principale couche de cette architecture.
• Réalise l'interconnexion des réseaux distants en mode non connecté.
• Se base sur le protocole IP (Internet Protocol).
– IP a pour but d'acheminer les paquets (datagrammes)
indépendamment les uns des autres jusqu'à leur destination.
– routage individuel des paquets + mode non connecté  les paquets
peuvent arriver dans le désordre. Les ordonner est la tâche de la
couche supérieure.
• Le protocole IP ne prend en charge ni la détection de paquets perdus ni la
possibilité de reprise sur erreur.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 94


Architecture TCP/IP : couche Transport (1)

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 95


Architecture TCP/IP : couche Transport (2)

• Équivalente à la couche transport du modèle OSI.


• Assure l'acheminement des données, ainsi que les mécanismes
permettant de connaître l'état de la transmission.
• Assure la fiabilité des échanges,
• Veille à ce que les données arrivent dans l'ordre correct,
• Détermine à quelle application les paquets doivent être délivrés.

La couche transport comporte 2 protocoles :

– UDP (User Datagramme Protocol)

– TCP (Transmission Control Protocol)

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 96


Architecture TCP/IP : couche Transport (3)

UDP (User Datagramme Protocol):


– protocole particulièrement simple,
Avantage
Un temps d’exécution court qui permet de tenir compte des contraintes
de «temps réel» ou de limitation de place sur un processeur.
Inconvénients
Non fiable (du point de vue sécurité):
– fournit un service sans reprise sur erreur,
– n’utilise aucun acquittement,
– ne re-séquence pas les messages
– ne met en place aucun contrôle de flux.

 Les messages UDP peuvent être perdus, dupliqués, remis hors séquence
ou arrivés trop tôt pour être traités lors de leur réception

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 97


Architecture TCP/IP : couche Transport (4)

TCP (Transmission Control Protocol):

• Ce protocole a en charge le découpage du message en datagrammes, le


réassemblage à l’arrivée avec remise dans le bon ordre, ainsi que la
réémission de ce qui a été perdu.

A l’inverse de UDP, TCP

• fournit une (plus ou moins) transmission fiable,


• spécifie comment distinguer plusieurs connexions sur une même machine,
• spécifie comment détecter et corriger une perte ou une duplication de
paquets.
• définit comment établir une connexion et comment la terminer.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 98


Architecture TCP/IP : couche Application (1)

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 99


Architecture TCP/IP : couche Application (2)

• Héberge la plupart des programmes et protocoles réseaux.


Ces programmes fonctionnent généralement juste au-dessus des
protocoles TCP et UDP et sont souvent associés à des ports bien
définis (par défaut!).

• C’est l’application la plus riche du point de vue nombre d'applications


réseaux et services associés.

• Elle englobe l'ensemble des couches {session + présentation + application}


du modèle OSI.

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 100


Architecture TCP/IP : Encapsulation
Niveau application (FTP, Telnet)
Données Message

Niveau transport (TCP)


Port source Port Dest N° ordre N° ACK Données Segment TCP

Niveau interconnexion ou Internet


(IP)
protocole Adresse IP source Adresse IP destination Données Datagramme
Paquet IP IP

Niveau interface réseau


Adresse source matérielle Adresse dest matérielle Données Trame

Principe d’encapsulation dans l’architecture TCP/IP

21/02/2017 "INSAT_Tunis"-Hedia kochkar 101