Вы находитесь на странице: 1из 3

La politique éducatif est considérer comme un élément important dans le développement du pays,

il performant un avantage majeur de transmissions des connaissances et des valeurs de la vie


sociale à la génération future. Le modèle éducatif marocain comme plusieurs pays de monde, suit
un processus qui commence du l’enseignement préscolaire et qui se termine à l’enseignement
supérieur, c’est un processus qui sert à former et qualifier un bon profit de citoyen. Dans cette
présentation, on va essayer de focaliser sur le cycle de l’enseignement primaire qui dure 6 ans et
accueille les enfants de 6 ans à 11 ans, sanctionné par le certificat des études primaires.
Alors la question principale qui se pose :

I Les constats de l’enseignement primaire au Maroc :


Le système éducatif marocain est composé en deux en segment : le public et le privé.
L’enseignement scolaire public accueille 95% des effectifs scolarisés. Le secteur scolaire privé
est formé essentiellement d’institutions nationales et de quelques établissements relevant des
missions culturelles étrangères, notamment françaises.
 Offre scolaire :
1-L’enseignement public :
L’effort fourni par l’État en vue de la création d’établissements et de salles de classes
entre 2000 et 2017, le nombre d’école primaire est passé de 5 940 à 7 700.
On constate que l’offre scolaire au niveau du secteur public, il s’avère que la part de l’offre au
niveau du milieu rural ne cesse d’augmenter.
2 -L’enseignement privé
Le taux de 20% d’élèves inscrits dans L’enseignement primaire et secondaire privé
 La demande scolaire
L’enseignement scolaire public accueille 95% des effectifs scolarisés. Le secteur scolaire privé
est formé essentiellement d’institutions nationales et de quelques établissements relevant des
missions culturelles étrangères, notamment françaises.

La généralisation de l’accès à l’enseignement


Au Maroc la population qui accède à l’enseignement primaire a nettement augmenter, Le taux
d’accès à la première année du primaire est passé de 53% en 1999 à 65% en 2000 pour arriver à
95% en 2013. Ce taux d’accès est proche de 100% mais il y a une partie qui n’a pas l’accès
automatique.
La Rétention des élèves à l’école
Le taux de rétention : En 2006, plus des deux tiers des enfants inscrits en première année de
l’enseignement primaire, soit près de 71%, terminent effectivement l’école primaire. En 2017,
92,3% des élèves achèvent le primaire mais avec redoublement d’au moins un niveau
scolaire, tandis qu’uniquement 51,1% achèvent ce cycle sans redoublement.
Ce qu’il fait que la rétention scolaire dans l’enseignement primaire s’est légèrement améliorée ces
dernières années.

II Les problèmes de l’enseignement primaire


De prime abord, on aborde les principales enquêtes utilisées dans la mesure de la qualité au niveau
des acquis des élèves.
Mesure de la qualité :
L’intérêt sera donné aux mesures de la qualité des acquis considérés comme les finalités de
tout processus d’apprentissage éducatif.
*Au niveau nationale selon l’enquête PNE on constate que les élèves trouvent ont des niveaux
d’acquis scolaires en dessous dans toutes les matières, surtout en langue française.
*Au niveau international on fait recours à deux types d’enquête :
-L’enquête TIMSS effectuée en 2015 font apparaître une amélioration de la performance des
élèves du primaire en mathématiques, avec une note de 377 points, contre 334 en 2011.ce qui
montre que 10428 élèves du primaire issus de 360 écoles publiques qui ont choisi comme un
échantillon de l’enquête
-La dernière enquête PIRLS réalisée en 2016 que l’apprentissage de lecture des élèves
scolarisés en quatrième année du primaire, classe le pays à la 47e place sur un total de 50 pays
ayant participé à l’étude. Ce qui montre que les élèves marocains sont très faibles en lecture.

Les inégalités dans l’enseignement primaire : Le modèle éducatif marocain comme plusieurs pays de
monde, suit un processus qui commence du l’enseignement préscolaire et qui se termine à l’enseignement
supérieur, c’est un processus qui sert à former un individu citoyen, responsable et participant dans le
développement économique et social de la société.
On résume que, Le Maroc affiche une réelle volonté de réhabiliter son système éducatif à
travers les différentes réformes entamées au niveau de la généralisation de l’accès à
l’enseignement primaire et de la rétention, beaucoup d’effort reste à fournir au niveau de
l’amélioration de la qualité de ce type d’enseignement. En effet, les résultats des réformes ont été
orientés dans un sens purement quantitatif, alors que les performances des élèves au niveau des
acquis affichent toujours des faiblesses. L’école marocaine par les inégalités qu’elle concrétise,
est loin d’être une école de justice sociale et d’offrir un citoyen qui répond aux nécessités de projet
sociétal et de société de savoir.
La vision stratégique de la réforme 2015-2030 répondra-t-elle aux attentes des citoyens ?
Permettra-t-elle la reconsidération ă l’école publique ?

Оценить