Вы находитесь на странице: 1из 63

Université d’Alger 1

Faculté de Médecine
Département de Médecine Dentaire
CHU Mohamed Lamine Debaghine
Service de Prothèse Dentaire
Chef de service Pr NABID

Les différents types de montage en prothèse


totale adjointe

Présenté par
Présenté par : Dr: AGRAINE
Dr GARIDI Zineb
Yasmine
Encadré par : Pr NABID
Dr AGRAINE
Dr GARIDI Zineb Yasmine

Année universitaire : 2014/2015


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

Plan

I) Introduction
II) Définition
III) Objectifs du montage
IV) Règles du montage et d’occlusion
V) Préalables au montage
VI) Choix des dents prothétique en PAT
VII) Choix du concept occlusal
VIII) Montage des dents prothétiques
IX) Les artifices d’animation
X) Finition des cires
XI) Conclusion
XII) Bibliographie

2014/ 2015 Page 2


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

I) Introduction :
Après avoir obtenu des modèles de travail grâce aux diverses techniques
d’empreintes, et les avoir montés sur articulateur selon les rapports inter
maxillaires enregistrés, il faut penser à quel type de montage adopter et
quelles dents choisir.

II) Définition :
On appelle « montage » la phase de travail au laboratoire qui consiste à
réaliser des maquettes de cire portant les dents artificielles préfigurant
ainsi les prothèses terminées.

Le montage des dents représente une phase essentielle dans la réalisation


d’une prothèse totale, cette dernière correspond { l’exploitation par le
technicien de laboratoire de l’ensemble des données cliniques et c’est de ce
montage que dépend l’équilibre des prothèses lors de la mastication.

III) Objectifs du montage :


1) Objectifs esthétiques :

L’harmonie du visage et le rétablissement du sourire dépendront de :

- La hauteur de l’étage inférieur


- L’orientation et la position des dents artificielles
- Le choix des dents prothétiques
- Le caractère de la fausse gencive

2014/ 2015 Page 3


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

2) Objectifs mécaniques :

La pérennité de la rétention et de la stabilité prothétique, lors des


différentes excursions mandibulaires dépendra de:

- Une bonne orientation du POP


- La morphologie occlusale des dents artificielles
- Schéma occlusal adopté
-

3) Objectifs fonctionnels :

Rétablir et améliorer la mastication et la phonation en fonction :

- Du matériau, des dimensions et du relief occlusal des dents


artificielles.
- L’engrènement des dents entre elles.

4) Objectifs biologiques :

Conserver au mieux l’intégrité biologique des surfaces d’appuis sur le plan


muqueux et osseux, en respectant les principes du montage.

5) Objectifs psychologiques :

Contribuer à la réintégration du patient au sein de la société (patient édenté


total est atteint dans ses communication et relation avec les autres), et ceci
dépendra de la relation patient/praticien.

2014/ 2015 Page 4


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

IV) Règles du montage et d’occlusion :


1) Règles du montage
a) Règles du montage des dents antérieures :

 Au maxillaire : les conditions de stabilité de la base (efficacité du joint


postérieur(R) et l’importance du bras de levier stabilisateur (b) (surface
d’appui plus importante) autorisent le montage des dents antérieures
hors de l’aire de sustentation des bases (en fonctions des considérations
esthétiques)

 A la mandibule : la rétention moindre du joint sublingual (R)


associée à un bras de levier stabilisateur plus court (b) oblige à
monter les dents antérieures dans l’aire de sustentation des bases

Le rapport entre les crêtes antérieures détermine un décalage plus ou


moins prononcé, le montage des dents tend à réduire ce décalage

2014/ 2015 Page 5


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

b) Règles de montage des dents postérieures :


 Plan frontal :
- Situation :

Le plan d’occlusion est situé { égale distance des deux crêtes

Il se rapproche des crêtes les plus résorbées (sustentation réduite) pour


réduire le bras de levier déstabilisateur, ou du maxillaire dans la CL III ou
de la mandibule dans la CL II

En présence d’une résorption asymétrique, la situation du plan d’occlusion


est déterminée à partir du coté qui présente la crête la plus résorbée,
l’inclinaison différente des axes inter-crêtes D et G ne doit pas conduire à
des orientations occlusales trop différentes (montage qui favorise une
symétrie fonctionnelle)

- Orientation :

Le plus souvent, les axes intercrêtes des 2 cotés de l’arcade présentent une
convergence vers le haut

2014/ 2015 Page 6


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

L’orientation des surfaces d’occlusion est perpendiculaire en tout point {


l’axe intercrête. Les forces s’y appliquant ont ainsi une résultante {
l’intérieur de l’aire de sustentation des bases (d’ou l’équilibre du système
prothétique)

Dans les cas les plus favorables, pour maintenir la stabilité de l’ensemble
prothétique il faut :
- Rapprocher le plan d’occlusion du maxillaire le plus réduit en surface
d’appui
- Diminuer le relief cuspidien { l’origine de composantes horizontales
déstabilisantes
- Vestibuler les dents maxillaire en leur donnant une orientation ad linguam
plus marquée, cette orientation est la plus favorable { la réalisation d’une
occlusion « équilibrée », elle permet d’obtenir aisément des contacts
équilibrants (non travaillants) lors des glissements de latéralités à vide.

2014/ 2015 Page 7


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

 Plan sagittal :
- Situation :

Plan d’occlusion prothétique situé { égale distance des deux crêtes, et doit
prendre en compte le respect de la crête édentée la plus fragile

- Orientation :

-La surface d’occlusion réalise une courbe à concavité supérieure appelée


courbe de compensation

-Cette courbe permet de compenser (dans le plan sagittal) les différences


d’abaissement mandibulaires lors de la protrusion et de favoriser ainsi
l’obtention d’une occlusion « équilibrée » en protrusion et en diduction.

(Plus cette courbe est prononcée moins le relief occlusal est marqué)

-Elle { aussi pour effet de plaquer la base sur sa surface d’appui et éviter le
déplacement vers l’avant de la prothèse mandibulaire lors de la mastication
d’un aliment

-la majorité des auteurs conseillent que cette courbe suive celle déterminée
par le sommet de la partie distale de la crête mandibulaire

2014/ 2015 Page 8


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

-{ l’inverse, cette orientation induit des résultantes déstabilisantes pour la


base maxillaire qui, dans la plus part des cas heureusement, sont
compensées par les possibilités de sustentation, de rétention et de
stabilisation plus importantes des prothèses maxillaires mais dans les cas
ou ces capacités sont trop réduites, il est souhaitable de minimiser la
concavité de la courbe de compensation, sous peine d’induire un
déplacement vers l’avant de la prothèse maxillaire lors de la mastication

 Plan horizontal :

Les règles qui président au montage fonctionnel dans ce plan sont les
conséquences des règles précédentes

- Situation :

Les dents artificielles postérieures doivent être placées dans l’aire de


pound, aire de sustentation de la base mandibulaire

L'aire de Pound correspond au triangle compris entre la face interne et


externe du trigone rétromolaire et le bord mésial du bord libre de la canine.

2014/ 2015 Page 9


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

- Orientation :

-les sillons intercuspidiens maxillaires doivent être alignées (il leur


correspond l’alignement des pointes des cuspides vestibulaires
mandibulaires), cet alignement a pour effet de faciliter l’équilibration des
contacts en protrusion et de minimiser les composantes { l’extérieur du
polygone de sustentation de la base mandibulaire

- La projection sur un plan horizontal, des lignes faîtières maxillaire et


mandibulaire à pour but de déterminer l'endroit de croisement de ces 2
lignes, c'est à ce niveau que les charges occlusales doivent être concentrées.
-Idéalement, le croisement s'effectue au niveau des deuxièmes prémolaires
et premières molaires (centre d’équilibre des prothèses).
-Par contre, il n'existe aucun croisement en présence d'une classe III, alors
qu'un croisement très distal signe la présence d'une classe II div. 1.
Cette analyse des composantes géométriques permet de définir certains
types de montage

2014/ 2015 Page 10


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

2) Règles d’occlusion :
L’occlusion des dents artificielles en PAT est sous la dépendance de 5
facteurs sagittaux principaux regroupés sous la dénomination de Quint de
Hanau

V) Préalables au montage :
1) Tracé des repères sur les modèles :
a) Tracé sur le modèle supérieure :
- Le plan sagittal médian
- La position de la pointe des canines
- La ligne de la crête faitière
- La limite antérieure de chaque tubérosité
- Ligne passant par le centre de la papille rétro-incisive
- Ligne du fond du vestibule

2014/ 2015 Page 11


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

b) Tracé sur le modèle inférieur :


- Le plan sagittal médian
- La zone antérieure de sustentation comprise entre le sommet de la
crête antérieure et le fond du vestibule (aire d’ACKERMANN)
- La limite antérieure de chaque trigone rétromolaire
- La ligne de la crête latérale mandibulaire et son prolongement
antérieur et postérieur

2) La maquette supérieure :
Elle sert à la détermination et à l’enregistrement de la RIM, elle est munie
d’un bourrelet en cire réglé en position, en volume et en orientation de
manière à préfigurer la situation des dents artificielles, ainsi le rendu
esthétique en particulier le soutien des parties molles peut être apprécié.

Le bourrelet est réglé d’une manière conventionnelle parallèle au plan de


Camper et parallèle antérieurement a la ligne bi-pupillaire, il définit ainsi le
plan d’orientation prothétique dont le niveau dans le sens vertical
correspond à la visibilité souhaitée pour les dents artificielles.

2014/ 2015 Page 12


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

Et certains points doivent être gravés sur ce bourrelet

 Le point milieu inter incisif

 La projection du bord inférieur de la lèvre supérieure lors du sourire


forcé afin de déterminer la ligne des collets

 La position des pointes canines qui se situe selon une tangente aux ailes
du nez (indice de LEE).

3) Utilisation d’un articulateur semi-adaptable :

Suite a la détermination de la relation intermaxillaire, on procède au


transfert des modèles sur articulateur, cela permet le positionnement des
modèles l’un par rapport à l’autre et permet d’objectiver avec précision
l’espace disponible pour les dents, et autorise le réglage des trajectoires
condyliennes et des angles de Bennett.

4) Tracé des repères sur la table de montage :


L’empreinte du bourrelet supérieur sur la table de montage dessine un bord
externe qui limite le couloir prothétique et l’emplacement des faces
vestibulaires des incisives antérieurement.

2014/ 2015 Page 13


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

La hauteur de la ligne du sourire est mesurée. Les repères médians et


canins sont marqués sur la clef de montage.

Mise en place des dents antérieures par rapport à la transmission


des données au laboratoire.

Préparation d'une table en plâtre

1. plan sagittal médian


2. ligne guide
3. empreinte du bourrelet supérieur
4. ligne de Pound
5. aire antérieure de sustentation
6. prolongement antérieur de la ligne de
crête
7. prolongement postérieur de la ligne de
Tracé de repères sur la table crête.

2014/ 2015 Page 14


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

VI) Choix des dents prothétiques :


Le choix des dents artificielles destinées au montage d’une prothèse
complète doit être individualisé comme la méthode d’empreinte et comme
la méthode de montage. Ce choix est conditionné par des impératifs
esthétiques (dents antérieures) et fonctionnels (dents postérieures), il est
sous la responsabilité exclusive du chirurgien dentiste, cette sélection se
fait selon les critères suivants : matériau, dimension, forme, teinte

1) Choix des dents antérieures :


Le choix des dents antérieures est effectué par le praticien en présence du
patient (laisser le patient participer au choix et exprimé ses désirs
esthétiques) et indépendamment des dents postérieures.

Il s’agit d’une étape importante c’est même souvent, la clef du succès ou


l’échec aux yeux du public qui possède un sentiment inconscient de ce que
l’a si souvent affirmé Lejoyeux « les dents et la bouche constituent un
miroir de tout l’individu » pour cela le montage doit obéir à des exigences
esthétiques et phonétiques :

La réussite esthétique passe par une recherche de l’harmonie

 De chaque dent dans ses proportions, dimensions, forme et couleurs


 Des différentes dents entre elles
 De l’arcade avec le visage et l’ensemble de l’individu

Au niveau des dents antérieures, le choix porte sur trois paramètres : la


teinte, la dimension et la forme.

A. Matériau :

Le choix est relativement restreint puisqu’il se situe seulement entre


céramique (porcelaine) et matière plastique (résine acrylique)

2014/ 2015 Page 15


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

 Céramique :

Avantages Inconvénients
-Aspect naturel avec translucidité -Aspect parfois trop jaune par
différentielle excès de translucidité
-Stabilité chimique, mécanique et -Possibilités de meulage limitées
esthétique -Grande fragilité notamment du
-Résistance { l’abrasion bord incisif
-Maquillages et caractérisations -Pas de liaison chimique avec la
possibles base
-Excellente rétention dans la résine -Prix
de la base grâce aux crampons
-Démontage facile par chauffage
-Grande dureté de surface
-Etat de surface lisse
-Une faible porosité

Indications Contre-indications
-Patient qui exige des antérieures -Postérieures en résine
en porcelaine -Patients très âgé ou maladroits
-Patient jeune très soucieux de -Nécessité de meulages important
l’esthétique -Manque de place notamment en
hauteur
-Crêtes flottantes

 Résine :
Avantages Inconvénients
-Résistance aux chocs -Démontage difficile
-Meulages aisés -Coloration et modification de la
-Abrasion progressive ne teinte avec le temps.
favorisant pas les pressions -Manque de translucidité.
antérieures -Abrasion et perte de forme
-Liaison chimique avec la base -Rétention parfois insuffisante avec
-Prix de revient raisonnable la base

Indications Contre-indications
-Patient très âgé Patient qui exige des antérieures
-Crête flottante en porcelaine
-Nécessité de meulages importants
-Patient atteint de la maladie de

2014/ 2015 Page 16


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

parkinson
-Espace prothétique insuffisant

B. Les dimensions :

Lors de la recherche de la dimensions des dents artificielles, les documents


préextractionnels sont toujours tres utiles et le choix est relativement facile
si le patient souhaite retrouver son aspect originel.

Lorsque le patient est déjà appareillé, on tient compte de ses remarques ou


de son satisfecit concernant le rendu esthétique de la prothèse précédente.

Les techniques proposées pour choisir la dimension des dents antéro-


supérieures sont extrêmement nombreuses et variées, ce qui indique
qu'aucune d'entre elles ne procure des résultats parfaits.

o La largeur :

De nombreux auteurs ont énoncé des formules mathématiques liant les


repères faciaux { la largeur de l’incisive centrale ou du bloc incisivo-canin,
on peut citer quelques exemples :

 Selon le Lejoyeux :

- La largeur de l’incisive centrale correspondrait au quart de la largeur du


nez (qui change d’ailleurs avec la mimique)
- La largeur de l’incisive latérale est égale au 1/22 de la hauteur du visage
- La largeur de la canine correspond au 1/19 de la largeur du visage

 Selon pound :
- Largeur de l’incisive centrale est égale au quatorzième de la distance bi
zygomatique

2014/ 2015 Page 17


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

 Selon Lee :
- La largeur du nez est égale à quatre fois la largeur de l’incisive centrale

- La largeur de l’incisive centrale est égale à la largeur de l’incisive latérale


additionnée à la moitié de la largeur de la canine
- La distance séparant les faces externes des deux ailes du nez correspond à
celle séparant le sommet des cuspides des deux canines supérieures

 Selon Justi :

- La somme des diamètres mésiodistaux des six dents antérieures


correspond au 1/5 de la somme des distances inter trigones et inter
tubérosités

 Selon Sears :
- La somme des diamètres mésio-distaux des incisives et des canines
supérieures est égale au 1/3 du diamètre bi zygomatique, elle est aussi
égale au 1/3 de la circonférence crânienne passant pas la glabelle et par le
point occipital postérieur.

- On peut aussi d’emblée évaluer la distance de pointe canine à pointe


canine, leur position étant gravée sur le bourrelet d’occlusion supérieur

- Cette valeur est mesurée à l’aide d’un ruban type mètre de couture par
report direct sur les cartes de formes à l’échelle fournie par le fabricant, on
détermine les dents potentiellement utilisables

2014/ 2015 Page 18


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

o La hauteur :

La longueur est déterminée par mesure directe sur le bourrelet qui a été
réglé esthétiquement en fonction du type morphologique, de l’âge et du
sexe du patient

 la distance séparant le bord inférieur du bourrelet de la ligne du sourire


permet d’apprécier l’espace vertical disponible pour les dents
prothétiques, au moment du sourire le bord incisif doir effleurer la lèvre
inférieure.

 le bord incisif doit dépasser la lèvre supérieure de 2mm mais ceci varie
en fonction de l’âge.

 la prononcialtion des phonemes FE et VE doit faire coincider le bord


incisif des centrales supérieres avec la limite entre la zone sèche et
humide de la lèvre inférieure.

A. Choix des dents antéro-supérieures :


o La largeur :

En prothèse complète, il faut souvent choisir des incisives mandibulaires plus


étroites pour permettre un surplomb horizontal, avec absence de contact en
relation centrée.

o La hauteur :

L’espace résiduel entre les incisives supérieures et la crête inférieure

2014/ 2015 Page 19


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

Il est parfois nécessaire de monter des dents assez courtes pour permettre un
bout-à-bout en protrusion sans perte de contact postérieur.

o La forme :

La forme est sélectionnée pour s’harmoniser avec :

- La morphologie du visage.
- Le profil.
- Le sexe.
- L’âge.
- La personnalité

 La morphologie du visage :

- Williams souligne l’interrelation entre la forme de l’incisive centrale et celle


du visage et décrit 4 types de visages et de dents :carrées, triangulaires,
ovoïdes ou mixtes.

2014/ 2015 Page 20


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

- Gerber a évoqué des relations avec la forme du nez

- Nelson a évoqué des relations avec la forme de l’arcade

 Le profil :

Un profil curviligne correspondrait à des dents bombées, un profil plat à des


dents plates

2014/ 2015 Page 21


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

 Le Sexe :

On décrit des formes féminines douces et arrondies, et des formes masculines


vigoureuses carrées.

D’après LOMBARDI, le sexe se traduit essentiellement au niveau de la latérale.


Elle est plus étroite chez la femme et plus arrondie, surtout dans l’angle distal

 La personnalité :

FRUSH et FISHER classent les personnalités en 3 groupes :

- les vigoureux aux IC fortes et très apparentes.


- les délicats, aux IC frêles, fragiles et effacées.
- les intermédiaires, aux incisives équilibrées, de forme moyenne.

D’après LOMBARDI, la personnalité se traduit essentiellement au niveau de la


canine : elle est en effet plus forte et plus pointue chez les sujets agressifs,
ambitieux et vigoureux. Elle est adoucie chez les personnes calmes, sages.

 L’âge :

En général, plus le patient est âgé, plus les dents sont trapues, abrasées, avec
un bord libre épais et opaque, d’après LOMBARDI l’âge se traduit
essentiellement au niveau de la centrale qui est plus abrasée, avec un bord
incisif plus fissuré et plus sombre.

2014/ 2015 Page 22


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

B. Choix des dents antéro-inférieures :

L’aspect des incisives mandibulaires est souvent négligé, il faut penser à écarter
les formes trop juvéniles, aux bords libres minces et translucides et envisager
un vieillissement se traduisant par une abrasion ;

C. La teinte :

Selon Lejoyeux le choix de la teinte est la première valeur appréciée, il se


fait en foction de certains criteres à savoir : âge, sexe, personnalité et
carnation, tout en tenant compte biensur des souhaits des patients.

Il est important de préciser que les conditions d’eclairage sont importantes


pour cette appréciation.

Les criteres de choix :

 Sexe : les femmes ont des dents plus claires que les hommes.
 Personnalité : plus le sujet est délicat plus la teinte est claire, plus le
sujet est vigoureux plus elle est saturée et pigmentée.
 Age : il détermine le degré de brillance de luminosité de translucidité
de saturation de la teinte, plus le patient est âgé, plus les dents sont
jaunes saturées moins elles sont brillantes et translucides.
La suppression du bord libre (siège de translucidité) donne aux
dents un aspect plus saturé, plus âgé et La suppression du collet
(siège de la saturation) donne aux dents un aspect plus translucide,
plus jeune

2) Choix des dents postérieures :

Les dents postérieures, choisies essentiellement selon des critères


fonctionnels, doivent néanmoins satisfaire à certaines exigences
esthétiques. Sans parler de la première prémolaire qui est quelquefois très
visible.

Le choix du matériau et de la forme ne devrait se faire qu'en fonction de


l'état des tissus sous-jacents, des capacités musculaires, ligamentaires et
articulaires du patient et de ses habitudes masticatoires.

2014/ 2015 Page 23


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

A. Matériaux :

Choix du matériau à une incidence sur la pérennité du montage, sur les


relations intermaxillaires, et par conséquent, sur les forces transmises aux
tissus sous-jacents.

 La céramique

- Elle présente une grande dureté de surface qui garantit une efficacité
masticatoire élevée ainsi qu‘une résistance { l’abrasion assurant des
rapports occlusaux définis.

- Les forces transmises aux tissus de soutien sont moins importantes avec
des dents plastiques qu’avec des porcelaines

 La résine

C’est un véritable coussin amortisseur permettant une réduction des forces


transmises d’ou leur indication en présence de crêtes flottantes .

 Résine composite :

L'Isosit® d'Ivoclar ; ce complexe augmente la résistance { l’abrasion par


rapport aux résines classiques.

 Les alliages :

Dans certaines circonstances, en particulier en présence de montages


hétérogènes, résine-porcelaine, ou bien en présence d'une prothèse uni-
maxillaire, pour prévenir l'usure de la résine, on est amené soit à créer au
niveau des faces occlusales des stops en amalgame ou en composite, soit de
recouvrir les faces occlusales des dents résine à l'aide d'éléments
prothétiques métalliques coulés.
La résistance à l'usure de ces différents matériaux répond aux souhaits de
pérennité, de tolérance tissulaire, et surtout autorise une parfaite
adaptation à la morphologie occlusale de la dent antagoniste.

2014/ 2015 Page 24


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

B. La teinte :

 La teinte des dents postérieures doit être en harmonie avec celles des
dents antérieures.
 La première prémolaire rappelle l’incisive centrale, elle est moins
saturée que sa voisine la canine.
 La teinte de la deuxième prémolaire peut être identique à celle de la
première prémolaire ou être légèrement plus saturée.
 Les molaires supérieures et inférieures sont moins apparentes et le
choix de leur teinte revêt moins d’importance, il nécessite moins de
subtilité.

C. Les Dimensions :
o La hauteur :

- La hauteur des dents postérieures doit correspondre à la moitié de la


distance inter-alvéolaire, celle-ci est repérée sur articulateur. L'espace inter
crêtes, souvent important, nous impose le choix des dents hautes
améliorant l’esthétique car elles contribuent { réduire la masse visible de la
résine de la base

- La première prémolaire doit avoir une hauteur en harmonie avec celle du


bloc incisivo-canin car elle participe au sourire.

2014/ 2015 Page 25


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

- D’après ACKERMANN : « Plus la dent est haute, plus elle offre un bras de
levier défavorable ».

- Il faut ajouter à cette remarque que cette hauteur sera d’autant plus
défavorable que la largeur de la crête sera moindre étant donné que pour
l’équilibre de la prothèse inférieure il doit y avoir un rapport le moins
disproportionné possible entre la hauteur de la dent artificielle et la largeur
de la crête.

o Longueur mésio-distale de la face occlusale :

- Correspond à la distance séparant la face distale de la canine de la partie


antérieure de la tubérosité ou du trigone.
- En effet, la deuxième molaire mandibulaire ne doit jamais empiéter sur ces
structures anatomiques sous peine d’entraîner une instabilité importante
de la prothèse mandibulaire, de supprimer le joint linguo-masséterin, et
souvent de provoquer des morsures de la joue.

- Elle peut être calculée { l’aide de l’une des deux méthodes suivantes :

 Evaluation de la distance séparent la face distale de la canine inférieure


de la limite antérieure de la papille rétro molaire.

 Technique de JUSTI qui dit que la longueur du bloc des 4 dents


postérieures est égale au 1/7 de la somme des distances inter-
tubérosités et inter-trigones.

- Il faut ajouter à tout cela que le volume de la dent artificielle doit dépendre
de la qualité des tissus de revêtements de la crête inférieure (Ackermann)

Ce qui signifie en pratique qu’une crête flottante, et par conséquent de


mauvaise qualité tissulaire, n’est pas apte à supporter une dent artificielle
trop volumineuse qui accélérerait la résorption.

o Largeur vestibulo-linguale:

- Elle doit être conditionnée par deux facteurs anatomiques : la largeur des
crêtes et le volume de la langue.

- C'est-à-dire que le diamètre vestibulo-lingual est proportionnel au relief


de la crête.

2014/ 2015 Page 26


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

- Plus précisément, sur une crête mince en lame de couteau ou au contraire


plate voire concave ; on place des dents étroites. En revanche, pour une
crête haute et large on peut choisir des dents à face occlusale plus large.

- En revanche, une langue peu volumineuse peut tolérer cette même


largeur.
- La face linguale des dents postérieures ne se projette jamais au delà de la
ligne oblique interne pour ne pas restreindre l’espace lingual et entrainer
une position haute et reculée de la langue avec comme conséquence le
soulèvement de la prothèse mandibulaire.
- En fait et dans ce domaine Pound résout ce problème avec précision : il ne
faut pas que l’ensemble des surfaces linguales des prémolaires et molaires
inférieures dépasse une ligne tracée depuis le bord mésial de la canine
inférieure jusqu'{ la face interne de l’éminence piriforme

- En règle générale, elle devrait être plus étroite que celle des dents
naturelles de manière à réduire les forces transmises aux tissus sous
jacents.
- De plus, les dents plus étroites, surtout à la mandibule, augmentent le
volume dévolu à la langue et favorisent le libre jeu des muscles
périphériques et jugaux, permettant la réalisation des surfaces polies
stabilisatrices. (Pour ne pas entrer en conflit avec les organes prothétiques
et pour réduire la pression sur les crêtes résiduelles)

o La morphologie occlusale :

Le choix de l’angulation cuspidienne (20°,30°, ou 33°) déterminant la


hauteur des cuspides est fonction de :

2014/ 2015 Page 27


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

- La qualité des surfaces d’appui : plus l’angulation cuspidienne est


importante, plus les composantes horizontales déstabilisantes des forces de
mastication seront importantes.

- La morphologie des crêtes : Les reliefs occlusaux des dents postérieures


doivent s'harmoniser avec le relief ou le profil vestibulo-lingual des crêtes.
Par conséquent, l'absence de reliefs conduit à utiliser des dents « plates »
sans morphologie occlusale

- Le cycle de mastication : La morphologie occlusale des dents prothétiques


doit s'harmoniser avec le cycle de mastication du patient. Les cycles de
mastication « ouverts » imposent de choisir des dents faiblement cuspidées,
alors que les cycles « fermés » permettent d'utiliser des dents plus
cuspidées.

- La salive : La diminution du taux de mucines, les asialies, suppriment ou


réduisent le rôle protecteur de la salive ainsi que sa participation à la
rétention prothétique. Dans ces conditions cliniques, il est préférable de
réduire la transmission des contraintes occlusales sur la surface d'appui, et
de restreindre l'importance des composantes occlusales latérales

2014/ 2015 Page 28


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

- L’état des articulations temporo-mandibulaires : une usure des condyles


importante interdit l’usage de dents fortement cuspidées.

- La valeur de la pente condylienne et les déterminants de l’occlusion :


L’angulation cuspidienne doit autoriser de glissements harmonieux,
stabilisants, des surfaces occlusales lors des mouvements. Ces mouvements
étant sous la dépendance directe des trajectoires condyliennes, on choisit
l’angulation cuspidienne en fonction de l’importance de la pente
condylienne.

- Les facteurs généraux dont l’âge et la personnalité du patient : sont à


prendre en compte. Un patient jeune à la personnalité affirmée, nous incite
{ la restauration d’une efficacité masticatoire maximale, par l ‘utilisation de
dents très cuspidées.

La forme de la dent artificielle doit dépendre du type de montage choisi.


Il existe à l’heure actuelle des dents artificielles adaptées aux différents
types de montage.
Les dents postérieures présentent trois types de morphologie occlusale :

 Dents anatomiques : de 28 à 33°

Leur morphologie est comparable à celle des dents naturelles jeunes et


l'inclinaison des versants cuspidiens varie de 30 à 33°

Elles permettent une meilleure efficacité masticatoire, avec un effort


musculaire moindre lors de la pénétration des aliments.

Cependant, des inconvénients existent tels que des surcharges des tissus
sous-jacents en présence de contacts prématurés, des déplacements
antérieurs des bases prothétiques en cas de résorption. Dans ce cas, une
malocclusion s'installe avec la prothèse antagoniste, entraînant un

2014/ 2015 Page 29


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

inconfort, une irritation des tissus de soutien et potentiellement une


accentuation de la résorption.

Elles sont indiquées pour :


- patients jeunes
- articulations temporo-mandibulaires (ATM) en bonne santé
- crêtes correctes
- rapport intercrête favorable
- pentes condyliennes marquées.

La plupart existent en porcelaine ou en résine ex : Anatoform à 33°,


Cuspiform à 28°, Duratomic à 30°.

 Dents semi-anatomiques : de 18 à 22°

C’est les plus couramment utilisées La morphologie occlusale est plus


estompée, l'inclinaison des versants cuspidiens varie entre 15 et 20 degrés.

Elles sollicitent moins les tissus sous-jacents et conviennent aux patients


présentant des reliefs osseux moins favorables, des crêtes plus plates ou
concaves dans le sens sagittal, voire des perturbations de l'ATM.

Ce type de dents semble établir un juste compromis entre l'apport


esthétique, l'efficacité des dents cuspidées et la réduction des mouvements
de bascule qu'imposent les dents fortement cuspidées.

On peut citer :Anatoform à 20°, Synoform.

2014/ 2015 Page 30


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

 Dents non anatomiques à 0° :

La morphologie ne reproduit en rien la morphologie occlusale des dents


naturelles.

Elles sont moins utilisées, leurs faces triturantes plates portent des cavités
pour améliorer l'efficacité masticatoire et permettre l'évacuation des
aliments broyés.

Elles sont indiquées sur des crêtes très résorbées, lorsque l'occlusion n'est
pas clairement définie, chez les patients très âgés avec des pentes
condyliennes très plates, nécessitant un montage particulier. Par contre,
leur aspect esthétique est souvent discutable.

On peut citer : Dents de Sears, Centrimatic de Frush, Condyloform de Gerber

VII) Choix du concept occlusal :


Il correspond { l’organisation et { la répartition des contacts occlusaux qui
s’établissent entre les dents antagonistes à la fois en RC et lors des
mouvements excentrés.

En prothèse adjointe complète, on peut distinguer deux grands types de


schémas : - L'occlusion bilatéralement équilibrée
- L’occlusion non équilibrée

Schema occlusal
occlusion occlusion
bilatéraleme non
nt equilibrée equilibrée

non Protection occlusion


Engrénée
engrénée canine monoplan

non à impact SEARS cité


généralisée
généralisée lingual par KLEIN FRUSH

montage montage
montage de GERBER
de GYSI d'ACKERMANN
montage de POUND
montage
STACK LANCIELLE
2014/HANAU
de 2015 O Page 31
Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

VIII) Montage des dents prothétiques


1) Montage des dents antero-supérieures :
Les règles classiques de montage fixent souvent un ordre précis
d'installation des dents artificielles sur les bases. Cet ordre varie beaucoup
d'un auteur à l'autre.

La description du montage des 6 dents antérieures intéresse les 3 plans de


l’espace :

 Plan frontal :

La position du bord libre des dents supérieures doit respecter le niveau du


plan d’orientation prothétique établi en fonction du type constitutionnel du
patient et de son âge.

Les centrales sont placées de part et d’autre du point interincisif au contact


du plan de montage.

Les latérales sont placées de telle façon que leur bord libre soit à 1mm au
dessus de ce même plan.

Les canines ont leurs pointes cuspidienne au contact du bourrelet.

 Plan sagittal :

Les dents sont orientées par rapport à la verticale (perpendiculaire à la


surface du plan de montage), l’inclinaison de l’incisive centrale est de 3 a 5°
, celle des latérales de 8 à 10° et celle des canines de 0 à 3°

Les canines déterminent par leur faces vestibulaires l’orientation de


l’ensemble des dents postérieures et règle l’importance du corridor buccal

2014/ 2015 Page 32


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

situé entre les dents et les commissures, une position saillante et la


rotation des ces dents empêchent la formation d’un sourire déplaisant de
molaire à molaire.

 Plan horizontal :

Le bord libre et les faces vestibulaires des dents antérieures reproduisent le


pourtour externe du bourrelet maxillaire déterminé et modelé en clinique
afin de rétablir un soutien harmonieux de la lèvre supérieure.

- Les deux incisives centrales doivent être montées à 8mm de la papille


rétro-incisive.
- Les pointes canines se situent sur la perpendiculaire au plan sagittal
médian passant par le centre de la papille.

2) Montage des dents antero-inferieures :


La position des six dents antérieures est régie par des impératifs
esthétiques et fonctionnels et un certain nombre de directives classiques
aident le montage en cas de normocclusion .

Mais les difficultés pour obtenir une stabilité de la prothèse mandibulaire


poussent à rechercher avant tout des conditions mécaniques favorables :

- par rapport aux pressions musculaires de la langue et de la lèvre ;


- par rapport aux forces masticatrices

2014/ 2015 Page 33


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

En relation centrée, une béance horizontale est indispensable, sa valeur


dépend de la position relative des crêtes, de l'importance du recouvrement
incisif imposé par l'esthétique (qui gagne à être le plus réduit possible) et
du déplacement antérieur de la mandibule lors de l'émission de certains
phonèmes comme le " s " ou le " ch " qui annule presque complètement
cette béance horizontale (position " S " de Pound) : les bords incisifs sont
alors très proches avec un espace vertical et un espace horizontal de l'ordre
du millimètre.

La position des dents antérieures mandibulaires doit donc souvent être


corrigée ou même établie en bouche.

 Incisives centrales :

Dans le plan frontal, les axes sont verticaux. Dans le plan sagittal, les collets
sont très rentrés avec des axes qui passent par le sommet de la crête.

Les bords incisifs se projettent dans " l'aire de sustentation " c'est-à-dire
dans la zone comprise entre le sommet de la crête et le fond du vestibule

 Incisives latérales

Dans le plan frontal, l'axe est plus incliné que celui de l'incisive centrale
mais moins que celui de la canine.

Dans le plan sagittal, cet axe est proche de la verticale.

2014/ 2015 Page 34


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

Le collet se situe entre la position lingualée de celui de l'incisive centrale et


la position vestibulée de celui de la canine.

 Canines

Dans un montage en normocclusion, la pointe des canines mandibulaires


passe en avant de la pointe des canines maxillaires, avec un glissement du
versant distal mandibulaire contre le versant mésial maxillaire. La difficulté
d'obtenir ce passage correct est liée, le plus souvent, à un choix d'incisives
mandibulaires trop larges mais aussi à des formes inadéquates des pointes
des canines maxillaires ou mandibulaires qui imposent des meulages
appropriés.

Le collet est distalé dans le plan frontal et vestibulé dans le plan sagittal. La
canine acquiert ainsi une certaine force et provoque une rupture dans la
courbe de l'arcade en amorçant dans les secteurs postérieurs des segments
parfaitement rectilignes.

3) MONTAGE DES DENTS POSTERIEURES :


C'est une étape capitale pour la stabilité et l'efficacité des prothèses.
D'innombrables auteurs se sont penchés du point de vue théorique et
pratique sur ce problème :

- Pendant la mastication, le système prothétique s’équilibre quand la


résultante des forces occlusales transmises aux surfaces d'appui se
trouve à l'intérieur de l'aire de sustentation des bases. C’est le respect
des règles du montage.

2014/ 2015 Page 35


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

- Pendant les mouvements à vide fonctionnels et para-fonctionnels, le


système prothétique s’équilibre quand il existe au moins trois points non
alignés assurant la stabilité des bases. C'est le respect des règles de
l'occlusion.

 Les concepts Occluso-prothétiques :

A. Concept de l’occlusion bilatérale équilibrée : OBE


- C’est le concept occlusal le plus enseigné et le plus utilisé en PTA, appelé
également « Occlusion Bilatéralement Balancée » ou « Articulé
entièrement équilibré »
- Selon Klein : Au cours de tous les mouvements mandibulaires , au moins
3 pts de contact sont répartis sur les deux côté de l’arcade.

- Il vise selon Ismail à :


- Augmenter la stabilité horizontale des prothèses lors des mouvements
excentrés de la mandibule.
- Contribuer à la rétention prothétique

 Principes généraux :
 Impératifs Statiques
- En Relation Centrée

- En relation centrée, il doit exister entre les surfaces triturantes


postérieures des contacts stabilisants, égaux de chaque côté, sans contact
des dents antérieures.
- Les forces occlusales doivent être dirigées vers les crêtes.
- Le plan d'occlusion doit être parallèle aux crêtes et situé à égale distance
de celles-ci.
- Les dents postérieures supérieures seront montées de façon que leurs
cuspides palatines se projettent sur l’axe inter-crêtes.
- La pente cuspidienne doit être proportionnelle au relief des crêtes.

 Impératifs dynamiques
- En protrusion:

2014/ 2015 Page 36


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

- Un articulé équilibré en protrusion suppose un glissement allant de la


relation centrée au bout-à-bout incisif sans perte de contact entre molaires
et prémolaires antagonistes.
- Cet impératif conditionne la surface triturante suivant une courbe
sagittale, la courbe de Spee.
- Mais un contact en trépied incisif et bilatéral postérieur est suffisant
(Devin).
- Les surfaces triturantes devront suivre une courbe sagittale: la courbe de
compensation.

- Cet équilibre dynamique impose la coordination des cinq facteurs du "


quint de Hanau " suivant la formule classique de Thielemann :

Equilibre de l’articulé = TC x TI/PO x CO x PC

(TC) = Trajectoire Condylienne


(TI) = Trajectoire Incisive
(PO)= Plan d‘Occlusion
(CO) = Courbe d'occlusion
(PC) = Pente Cuspidienne

2014/ 2015 Page 37


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

- En latéralité

En diduction, des contacts équilibrants s’effectuent entre:


—Les pointes cuspidiennes vestibulaires et linguales du côté travaillant.
—Les pointes cuspidiennes palatines maxillaires et vestibulaires
mandibulaires du côté équilibrant (non travaillant/ balançant).

 Impératifs physiologiques:
- Les dents doivent être montées dans la zone où les forces centrifuges
transmises par la langue et les forces centripètes de la musculature labio-
jugale s'équilibrent

- Le plan d'occlusion doit se trouver au niveau où le bord externe de la


langue s'approche de la convexité des joues.

- Les dents mandibulaires sont placées dans l’aire de tolérance de Pound


Elles ne doivent pas surplomber la langue et donc rester en deçà de la ligne
de Pound

2014/ 2015 Page 38


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

A.1. Montage équilibré engrené généralisé


Indications :

- Crêtes alvéolaire de niveau I et II avec du relief et des tubérosités


marquées.
- Voûte palatine profonde.
- Édentations provoquées par des poly-caries.
- ATM saines.
- Bonne coordination neuromusculaire.
- Rapport inter-crêtes favorable (rapport satisfaisant entre l’axe inter crête
et le plan d’occlusion)

Principes :
- Dents anatomiques en céramique à 33°
- Dents en résine avec des surfaces occlusales en métal (sujettes à
l’abrasion, afin d’assurer le maintien de l’engrènement et de la DV.)

 Montage selon Gysi

 Principe :
- Ce montage est retenu par de nombreux spécialistes en prothèse complète
et possède une valeur universelle.
- Il utilise des dents anatomiques fortement cuspidées à 33°
- Un surplomb horizontal de 1 à 2 mm est ménagé entre les supérieures et
les inférieures pour éviter toute morsure des joues, mais dans les cas où
l'axe intercrête est inférieur à 70°, un montage croisé s'impose.
- Les prémolaires et molaires sont montées en ligne droite en accord avec le
segment 5-6 de la crête mandibulaire recentré suivant l'axe intercrête
(ligne guide) .
La courbe d'occlusion est, dans la mesure du possible, proportionnelle à la
profondeur de la courbe de résorption mandibulaire.

 Description :
 Montage du bloc PM-Molaire Supérieur
Les prémolaires et molaires supérieures sont montées les premières en
s'aidant de la table de montage et des repères qui y figurent. Leurs six

2014/ 2015 Page 39


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

cuspides palatines se projettent sur la ligne de crête mandibulaire


rectiligne.
 Prémolaires
- Dans le plan sagittal, leur axe est perpendiculaire à la table de montage ;
dans le plan frontal, les pointes cuspidiennes palatines et vestibulaires sont
en contact avec la table de montage.

- La première prémolaire est montée derrière la canine avec un léger


diastème. En bouche on devra la deviner plus que la voir ; elle doit
préserver le corridor buccal.

 Première molaire
Seule sa cuspide mésiopalatine est en contact avec la table. Les cuspides
vestibulaires et distales sont relevées, ce qui amorce tout à la fois la courbe
de Monson et la courbe de Spee.

 Deuxième molaire
Elle ne présente aucun contact avec la table de montage.

 Montage des dents inferieures

- Montées après les supérieures, les prémolaires et molaires mandibulaires


sont placées dans l'intercuspidie la plus précise possible avec celles-là.

2014/ 2015 Page 40


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

- Cependant pour répondre à certaines règles, il faut souvent envisager de


revenir sur le montage du maxillaire.

- Les rapports d'occlusion doivent être envisagés en relation centrée, mais


aussi dans toutes les positions excentrées pour maintenir un équilibre de
l'articulé .

- Du côté lingual, les dents ne dépassent pas la ligne de Pound.


- Les sillons médians se projettent sur la ligne de crête.
- Ainsi les dents centrées sur la crête ménagent vestibulairement et
lingualement des surfaces de fausse gencive qui apparaissent plutôt
rectangulaires que triangulaires
- Un surplomb horizontal suffisant évite les morsures jugales.

 Première molaire
C'est la dent clé du montage postérieur.
Sa fosse centrale reçoit dans un engrènement intime la cuspide mésio-
palatine de la première molaire supérieure.
Elle devrait se trouver à la partie la plus déclive de la crête mandibulaire.

 Deuxième prémolaire
Son grand axe est vertical. Dans une latéralité travaillante, sa cuspide
vestibulaire doit passer précisément dans l'embrasure entre les deux
prémolaires supérieures.

2014/ 2015 Page 41


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

 Deuxième molaire
Elle suit la courbe de compensation et assure l'équilibre en protrusion et en
latéralité.
Normalement, elle ne doit pas être plus haute que le bord postérieur de la
prothèse. Si c'est le cas, c'est que le plan d'occlusion est trop haut dans sa
partie distale et/ou que le trigone rétro-molaire n'est pas assez recouvert
par la base.

 Première prémolaire
On peut envisager de ne pas la monter avant d'avoir fait l'essayage, car un
déplacement éventuel des antérieures ou des postérieures peut modifier les
conditions de son implantation.
Il est possible de meuler ses faces proximales (choisir dans ce cas une dent
en résine). On peut aussi envisager de réduire la largeur de la canine ou de
lui faire subir une rotation appropriée.
Il faut éviter une trop grande visibilité de cette dent, montée en retrait par
rapport à la canine et même la deuxième prémolaire.

Il est aussi envisageable de ne pas la monter du tout. Il faut alors prendre


garde de ne pas laisser un diastème trop important, qui entraîne toujours
des récriminations de la part du patient (gêne, esthétique, salive qui
s'écoule par les commissures).

 Montage selon Hanau

- HANAU a utilisé des dents semi anatomiques pour établir son montage
dont les relations occlusales sont identiques à celles du montage de Gys.
- Par contre , l’equilibre resulte de l͛harmonie qui s’etablie entre les 5
composants de Quint de Hanau.

2014/ 2015 Page 42


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

- Il trouve son indication chez les patients dont le comportement


neuromusculaire, la qualite des surfaces d͛ appui et la stabi lité articulaire
sont inférieures à ceux requis pour le montage de Gysi.

A.2. Montage équilibré engrené non généralisé :

 Montage Hélicoïdal d’Ackermann

 Principe :
-Akermann a utilisé des dents cuspidées (anatomiques ou semi
anatomiques)
- L’interposition du bol alimentaire lors de la mastication modifie les
contacts dento-dentaires et les contacts bilatéraux équilibrés ne sont plus
possibles, et plus la consistance du bol alimentaire est ferme et plus les
prothèses sont instables lors de la mastication.
- Donc le but était de créer un vide d’articulé lors des mouvements
mandibulaires excentrés.
- Il se caractérise par une version « ad vestibulum » des dents antéro-
supérieures et antéro-inferieures, ainsi qu’une version linguale des
prémolaires et molaires mandibulaires, empêchant toute morsure de la
joue.

2014/ 2015 Page 43


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

 Indications :
Ce type de montage est particulièrement indiqué lorsque :

 Le guide antérieur est marqué. Cette supraclusie résulte souvent d'un


réglage phonétique des dents antérieures
 Dans le cas d’asymétrie et dans le cas de rétrognatie inférieure
interdisant le balancement harmonieux et généralisé d’un articulé
conventionnel
 Dans tous les cas où le modelé occlusal précédant naturel ou artificiel
était caractérisé par un gauchissement hélicoïdal de sa surface
 Dans le cas d’articulé mixte de hachement et de frottement avec
prédominance des mouvements verticaux (hachement).

 Caractéristiques :
 En Relation Centrée : Contact généralisé
- La répartition des contacts occlusaux est identique à celle des schémas
précédents.

 Positions excentrés : Contact non généralisé


- Création d’un vide d’articulé, par présence de contact antérieur et entre
les dernières molaires, et absence de contact entre les dents intermédiaires.

 Montage de Strack :

- Ce montage préconise l’utilisation de dents moyennement cuspidées { 20°


 Montage des dents antéro-supérieures : mêmes règles , une fois
l͛esthetique et la phonations validées, le montage des autres secteurs est
alors entamé.

2014/ 2015 Page 44


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

 Montage des autres secteurs :


* Montage des canines inferieures ; de façon à ce que leur pointe passe
parfaitement lors de la diduction, le montage se poursuit par les dents
postéro inferieures.

* Montage des dents postéro inferieures; le modèle maxillaire est déposé et


remplacé par la calotte du montage dont la partie antérieure se place au
niveau des pointes canines inferieures.
* Montage des dents postéro supérieures : la calotte du montage est alors
déposée et les dents postéro-supérieures sont montées de manière à entrer
en contact avec leurs antagonistes.
*Montage des incisives inférieures : dans l͛espace compris entre les canines
inférieures.

 Caractéristiques

- En protrusion et en RC :
La répartition et l’organisation des contacts occlusaux en protrusion et en
RC sont identiques à ceux de HANAU et GYSI

- En diduction:
- Côté travaillent :
* Contact vestibulaire uniquement entre PM et canine et absence de contact
du côté lingual.
* Les molaires sont hors contact.

- Côté non travaillant : Toutes les cuspides palatines supérieures sont en


contact avec les cuspides vestibulaires inferieures par leur versant interne.

2014/ 2015 Page 45


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

A.3. Montage équilibré engrené à impact lingual :

 Montage de Gerber
- Gerber a relevé le rapport fonctionnel entre les formes des condyles et les
formes des dents et a ainsi développé la dent Condyloform ®
- Comme le bol alimentaire situé entre les arcades dentaires déstabilise
l'équilibre et modifie les contacts inter-dentaires, la stabilité des prothèses
doit être sauvegardée par la disposition des surfaces de mastication des
dents antagonistes du secteur latéral correspondant.
- C'est dans cet esprit que GERBER a avancé la notion « d'équilibre de
mastication autonome et sectoriel ».
- Le patient a ainsi une prothèse qui reste stable malgré le bol alimentaire,
et bénéficie ainsi d'un certain confort masticatoire.

- En plus de l͛impact lingual de ce montage , Gerber a aménagé des «espaces


de tolérance» où chaque cuspide d’appui travaille dans une large concavité
lui assurant une certaine liberté de jeux dans le plan horizontal afin de
réduire les composantes horizontales de la charge occlusale et mobiliser
moins la prothèse, d’où son indication:
- Légère incoordination neuromusculaire
- Crête flottante.

2014/ 2015 Page 46


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

- Il utilise des dents Condyloform ® (non anatomiques)


Les dents sont simulées par le relief occlusal à un système pilon-mortier
(pilon correspond à cuspide palatine sup/ mortier correspond à la fosse de
réception antagoniste) et d͛ autre part au condyle dans sa cavité glénoïde.
- Les cuspides vestibulaires supérieures sont hors-contact
- Nécessite l’emploi d’un articulateur Condylator® de Gerber ou Stratos 200
de la société Ivoclar.

 Montage de Pound

- Plus tard la théorie de l͛occlusion lingualee s’ est propagée en dehors de


l’Europe avec la même approche que GERBER,
- Pound effectue le montage avec des dents supérieures à 33°
(anatomiques) et des dents inferieures à 20° (semi anatomique).
- En plus de l’équilibre de mastication autonome et sectoriel cette technique
a comme avantage :
- Efficacité masticatoire plus importante grâce à des dents maxillaires plus
cuspidées.
- Plus de satisfaction esthétique avec des dents de forme plus naturelle
(secteur des prémolaires).

2014/ 2015 Page 47


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

A.4. Montage équilibré généralisé non engrené


 Principe
Montage avec des dents plates sans relief occlusal.

 Indications :

- Eléments rétentifs réduits ou inexistants : crêtes de niveau III ou IV


- Articulé type broiement
- Profil aplati de la cavité glénoïde et du condyle mandibulaire révélé par
une radiographie.
- Existence d’une pente condylienne inférieure { 10°
- Voûte palatine plate.
- Édentations anciennes ou d’origine parodontale.
- ATM altérées.
- Rapport inter-crête défavorable.
- Espace prothétique mandibulaire réduit (DV réduite)
- Difficultés à déterminer et à enregistrer la relation centrée (Parkinson,
paralysie faciale, personne très âgée).

 Avantages
Les partisans de cette technique de montage soulignent l’existence des
avantages suivants :

2014/ 2015 Page 48


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

- Simplicité du montage ne nécessitant aucun articulateur complexe.


- Déverrouillage de l’occlusion grâce { l’absence de cuspide.
- Possibilité offerte { un édenté âgé d’avoir un champ d’occlusion plus ou
moins large et non pas limité à une relation centrée précise.
- Absence de composantes horizontales ou obliques.

 Inconvénients

Les opposants aux dents sans cuspides invoquent par contre les
inconvénients suivants :
- Efficacité masticatrice défaillante chez les patients âgés n’ayant aucune
puissance musculaire suffisante pour pallier l’absence de sillons et de
crêtes.
- Aspect inesthétique mal accepté psychiquement par le nouvel appareillé.
- Aucune relation harmonieuse entre les trajectoires condyliennes et les
glissements des surfaces occlusales.

 Montage de Sears préconisé par Klein


- La morphologie occlusale dentaire sans relief = Dents de Sears
- Montage sur une table occlusale plane
- L’occlusion est équilibrée grâce a un plan d’occlusion courbe dans le sens
antéropostérieur et latéral et grâce a l’utilisation d’une rampe d’équilibrage
- Les deuxièmes molaires mandibulaires très inclinées assurent l'équilibre
en protrusion lors du bout-à-bout incisif.

 Les éléments mastiquants présentent :


- Une surface plane sur la moitié occlusale interne
- Des pseudo-cuspides sur la moitié occlusale externe situées au même plan
que la moitié interne

2014/ 2015 Page 49


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

 La chronologie du montage est la suivante :

- Les dents antérieures : sont montées avec un surplomb marqué d’où


l’absence de contacts en occlusion centrée (pour éviter un accrochage inter
dentaire lors de la propulsion)

- Contact linéaire en propulsion : Les dents postérieures sont plates et


montées à plat donc pas de courbe de compensation.

- Une absence de contact en occlusion centrée lors des mouvements de


latéralité

- Montage des dents postérieures :


- Dents postéro-supérieures :
Les contacts triturants sont limités aux seules cuspides linguales des
deuxièmes prémolaires et premières molaires, donc seule la partie palatine
doit être en contact avec le POP. Une légère béance sera maintenue au
niveau de la partie vestibulaire

- Dents postéro-inferieures :
Le montage des dents inférieures commencera par :
- Première prémolaire inférieure : en sous occlusion par rapport au POP.

2014/ 2015 Page 50


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

- 2eme prémolaire et 1ere molaire : n’auront que leur moitié linguales en


contact avec le POP, leurs moitié vestibulaires seront en sous occlusion.
- Les deuxièmes molaires mandibulaires : très inclinées pour constituer une
butée postérieure assurant l’équilibre en propulsion et en latéralité.

 Montage de Frush

- Dents Centrimatic de Frush (dents-couteau)


Avec des cuspides en ligne de couteau pour les dents inférieures et un
plateau triturant pour les dents supérieures sous forme de surface plane
l’ensemble joue le rôle de hachoir en bas et d’une planche a hacher en haut
ces dents produisent un contact linéaire en occlusion.

- Il est indiqué lorsque le couloir pièzographique est très réduit et une


hypertonicité musculaire nécessitent un articulé typer hachement.

- Ce type de montage est réalisé selon le concept d’une occlusion équilibrée


plane obtenu selon l’auteur par la suppression totale de l’over bite et d’un
montage postérieure à plat avec le POP.
- Ce montage prévoit l’utilisation d’un articulateur disposant :
* Plan incisive à 0°
* Pente condylienne à 6°
* Parallélisme PO et base de l’articulateur

2014/ 2015 Page 51


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

B. Concept de l’occlusion non équilibrée ou ONE ou Occlusion en


Protection Canine :

- Ce concept découle de l’école gnathologique et ne semble pas être adapté


aux traitements de l’édentation totale, car aucune étude sérieuse n’a pu
démontrer la supériorité de la protection canine sur l’occlusion
bilatéralement équilibrée concernant la préservation de l’intégrité
tissulaire.

- Il s’agit d’une occlusion avec contacts répartis en IM et présents du coté


travaillant mais exclus du coté non travaillants lors des excursions
mandibulaires.

C. Concept de l’occlusion monoplane de De Van :


- Appelé aussi (occlusion neutre ou neutrocentrique)
- Il utilise des dents plates sans aucun relief occlusal

 Caractéristiques :
- En RC :
- Une absence de contact entre les dents antérieures
- Des contacts entre les prémolaires et les premières molaires antagonistes,

2014/ 2015 Page 52


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

- Les deuxièmes molaires ne sont pas en contact ce qui réduit tout risque de
bascule de la prothèse mandibulaire

- Lors des mouvements excentrés :


- Les dents postérieures ne sont pas forcement en contact.
- Les dents antérieures sont placées de manière { rétablir l’esthétique.

- Lors du montage aucun recouvrement incisif n'est établi, par contre, dans
le sens antéropostérieur le surplomb dépend du type de relations
squelettiques du patient, et de la tonicité de la lèvre.
- Au niveau postérieur, les dents mandibulaires sont situées sur la crête

 Avantages et inconvénients :
- Ce type d'organisation occlusale concentre parfaitement les forces
occlusales, stabilisant ainsi la prothèse.
- Selon les concepteurs, en raison de l'absence de reliefs occlusaux, le
montage monoplan permet facilement des montages en classe III, mais
surtout en classe II div. 1.

2014/ 2015 Page 53


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

- Cependant, ce type de dents présente de nombreux inconvénients, au


premier rang desquels une mauvaise esthétique.

4) Montages particuliers :

A. Montage en Classe II d’Angle: Rétromandibulie

- Montage distalé des 1éres molaires inferieures en antagonisme avec les


molaires supérieures.
- Montage en normocclusion des 1éres Molaires supérieures et inferieures
avec la suppression des 1ére PM inferieures.
- Le surplomb incisivo-canin doit tenir compte du soutien esthétique de la
lèvre supérieure et assurer l’équilibre biomécanique de la prothèse.
- Aboutir à un compromis esthétique (en diminuant le soutien labial) / un
compromis fonctionnel (en vestibulant le groupe incisivo-canin inferieur )
afin de reproduire le surplomb sagittal.

B. Montage en Classe III d’Angle : Promandibulie

- Il est toujours préférable de ne pas réaliser de montage en articulé inversé


car l’aspect esthétique est très souvent insatisfaisant pour les patients et
générateur de résorption et de morsure linguale.
- Dans le cas d’un décalage de bases peu important:

2014/ 2015 Page 54


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

* Lingualer le groupe incisivo-canin mandibulaire et vestibuler le groupe


incisivo-canin maxillaire de façon à obtenir à la limite une occlusion en bout
à bout incisif.

- Décalage de bases conséquent:


* Montage de 3 PM dans chaque hémi arcade.
* Montage du secteur postérieur en articulé croisé.

C. Montage en articulé croisé

- La résorption très marquée, de type centrifuge à la mandibule amène à


objectiver un axe inter crête fortement divergent vers le bas.

- L’angle compris entre l’Axe Inter-Crête et le Plan d’Occlusion se situe entre


60°-70° :
Il est préconisé de vestibuler au maximum les groupes de dents cuspidées
maxillaires de façon que les cuspides palatines passent par l’axe inter crête
avec une orientation perpendiculaire à celui-ci.
Cela présente l’avantage d’augmenter encore l’espace dévolu { la langue
pour favoriser son rôle stabilisant de la prothèse mandibulaire.

- Angle inférieur à 60°


Réaliser un montage en articulé inversé : meuler les faces palatines des
dents supérieures afin de ménager un espace suffisant à la langue.

2014/ 2015 Page 55


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

D. Montage pièzographique

- Il présente des particularités adoptées par les cliniciens pièzologues .


- C’est un montage guidé par les formes et les contours de la pièzographie
- Il convient de citer quelques techniques :

 Selon Russel
- Russel prône le respect des limites imposées par les clés de l’EP lors du
montage .
- La largeur vestibulo-linguale des dents doit leur permettre de se caler
dans cet espace, sinon un meulage circonspect est indiqué.

- Étapes :
* Positionnement de toutes les dents inferieures
* Le montage supérieur est ensuite entrepris
* Privilégier l’esthétique des dents antéro- supérieures.
* L’occlusion est recherchée
* Etablir le maximum de contacts en RC entres les dents postérieures

 Selon Klein
- Klein préconise un montage cuspidé non engrené équilibré

- Groupe Incisivo-Canin:
* Dents uniquement en résine composite
* Règles d’animation du montage respectées
* Canines inferieures surélevées par rapport au POP
* Convexité légère du bord libre sup apporte un effet esthétique

- Groupe Prémolo-Molaire:
* Des éléments céramique maxillaires font face à des dents composées de
facettes vestibulaires à crampons, et complétées par de la résine dentine du
côté lingual.
* La résine a pour but d’assurer l’adaptabilité et l’équilibration

2014/ 2015 Page 56


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

* La céramique maintient la DV et donne l’efficacité masticatoire

 Selon Nabid
- Pr Nabid s’aligne sur le montage cuspidé non-engrené équilibré de Klein
- Deux approches en fonction du comportement neuro-musculo-articulaire:

 Contexte neuro-musculo-articulaire satisfaisant (patient +/- jeune)


- Piézographie mandibulaire
- Plan piézologique parallèle au plan de Camper
- Semi-pièzographie maxillaire ou non
- Articulateur semi-adaptable
- Dents résine composite à relief occlusal abrasé
- OBE

 Contexte neuro-musculo-articulaire pathologique (édenté très âgé)


- Piézographie mandibulaire
- Plan d’occlusion piézologique
- Semi-piézographie maxillaire
- Articulateur non adaptable
- Dents non anatomiques en résine acrylique ou composite
- Occlusion non équilibrée type De Van

2014/ 2015 Page 57


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

IX) Les artifices d’animation


1) Les dents antéro-superieures :
 L’exposition des faces vestibulaires :
- Chez la femme, la face mésiale de l’incisive latérale chevauche souvent,
dans le plan frontal, la face disto-vestibulaire de l’incisive centrale.
Tandis que chez l’homme, elle est plutôt cachée par la face distale de
l’incisive centrale.
- La face distale de l’incisive latérale est soumise à une rotation en
direction postérieure dans une composition féminine antérieure ; dans
une composition masculine la rotation est très légère.
- Les incisives centrales acceptent mieux ce type de rotation chez la
femme.
- D’une façon générale, l’exposition des surfaces vestibulaires des dents
antéro-supérieures diminuent avec l’âge.

 Les embrasures :
- Les dents de forme carrée ont des surfaces de contact proximales plus
étendues que celles de forme triangulaire.
- Moins la surface se dépolie verticalement, plus l’embrasure est large ;
c’est ce qui est recherché chez l’édenté complètement jeune,
spécialement de sexe féminin.

 L’abrasion :
- Les meulages d’abrasion des dents antéro-supérieures touchent les
régions incisales, mésiales et distales.
- POMPIGNOLI conseille de meuler les bords libres avant d’agencer les
compositions antérieures, supérieures et inferieures, pour ne pas
modifier le niveau vertical de ceux-ci par rapport aux lèvres.

 Les diastèmes :
- La mise en place de diastèmes est assujettie à des principes de montage
simples :
- Il n’y a pas de diastèmes sur une arcade maxillaire triangulaire.

2014/ 2015 Page 58


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

- le diastème entre l’incisive centrale supérieure et l’incisive latérale a


ses partisans qui y voient un moyen d’accroitre la vitalité d’une
composition (Hickey et Zarb). Ses détracteurs lui reprochent la
formation de postillons pendant la phonation.

 L’inclinaison des dents :


- Pour mettre en relief un antagonisme dynamique entre lignes
référentielles horizontales et verticales de l’esthétique dento-faciale,
l’introduction de l’inclinaison oblique est efficace et permet de faire la
distinction entre l’action et le repos.
- Paralléliser tous les axes dentaires entre eux serait produire une œuvre
purement mécanique et inhumaine.

 L’asymétrie dentaire :
- Pour être intégrée esthétiquement et passer inaperçue, l’asymétrie des
dents artificielles antéro-superieures doit être discrète et multiple,
comme chez l’individu denté.
- Cette asymétrie est d’autant mieux acceptée qu’elle s’éloigne de la LSM,
les incisives latérales superieures restent les dents qui se prêtent le
mieux à de légères asymétries.

2) Les dents antéro-inferieures :


- A conditions relativement similaires, il existe plus de chevauchements et
d’encombrements dentaires à l’arcade mandibulaire qu’à l’arcade
maxillaire.
- HEARTWELL et RHAN préconisent l’abrasion des bords incisifs, la
rotation des dents antérieures et la position asymétrique des canines,
tout cela en harmonie avec ce qui s’observe sur une denture naturelle

2014/ 2015 Page 59


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

X) Finition des cires


1) La fausse gencive :

- La cire coulée ou la base prépolymérisée définissant la base du montage,


les dents artificielles étant positionnées, la finition des cires intéresse la
zone qui s'étend entre les limites du modèle et les collets des dents.

- La finition, en l'absence d'enregistrement des surfaces polies en rapport


avec les éléments anatomiques périphériques (lèvres, joues, langue) doit
tenir compte de la connaissance anatomique pour donner des surfaces
polies en bonne harmonie avec la musculature périphérique.

- Les collets sont bien marqués mais font apparaître " une irrégularité au
niveau de la ligne des collets et une irrégularité de la longueur des papilles
".

- La finition peut également laisser apparaître une partie de racine comme


pour simuler une récession gingivale.
- Les papilles interdentaires doivent rester convexes pour éviter la
rétention des débris alimentaires. Leur finition arrondie et raccourcie peut
également donner une impression de " vieillissement " plus vraisemblable
chez les personnes âgées.

- La présence de simulation des papilles bunioïdes sur la voûte palatine est


souvent discutée. En creux, elles sont un redoutable réservoir pour les
dépôts tartriques. En relief, elles constituent un repère spatial pour la
langue utile aux nouveaux appareillés.

2) Surfaces polies stabilisatrices :

- La zone incisive doit ménager une concavité pour permettre le libre jeu de
l'orbiculaire des lèvres.
- La zone prémolaire doit, elle aussi, présenter une concavité, pour ne pas
interférer avec la dynamique du carrefour musculaire du modiolus.
- La bosse canine est obtenue plus par la présence de deux concavités
collatérales que par une addition exagérée de cire.

2014/ 2015 Page 60


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

- Les poches d'Eisenring et de Fish:


Elles doivent présenter une convexité pour assurer une meilleure hygiène
prothétique et participer à la stabilité des bases prothétiques.
La zone sublinguale doit présenter une double concavité horizontale et
sagittale, favorisant un positionnement stabilisateur de la langue

Le reste de la région linguale ne doit présenter aucune partie en contre-


dépouille, qui risquerait de permettre à la langue de soulever la prothèse.

XI) Conclusion
- En prothèse totale, l'occlusion généralement équilibrée demeure le
schéma occlusal de référence.
- Même si les règles qui président au montage des dents prothétiques
s'appliquent un peu différemment selon qu'il s'agit des dents antérieures ou
postérieures, il ne faut jamais dissocier l'aspect esthétique des impératifs
fonctionnels.
- Le résultat final découle d’ne part de l’évaluation des caractéristiques
cinématiques, physiologiques et morphologiques, et d’autre part du sens
clinique du praticien,
- Sans oublier le profile psychologique du patient car le seul jugement réel
est celui qu’il apporte.

2014/ 2015 Page 61


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

XII) Bibliographie

- Begin Marcel, Dabadie Michel. Dossier Prothèse. Information Dentaire n°


24 • 13 juin 2001
- Basker, RM et Davenport, JC. 2002. Prosthetic treatment of the
edentulous patient 4th edition : Blackwell, 2002.
- Fajri L., Abdelkoui A., Abdedine A. Approche esthétique en prothèse
amovible complète. AOS 2013;266:16-26
- Martin , Jean-Pierre. Montage des dents en prothèse totale . Odontologie
[23-370-K-10]. 1997 Elsevier Masson SAS
- Nabid Abderrahman. Traité odontologique de piézologie. Editions ENAG
2014
- Pompignoli, M, Doukhan, JY et Raux, D. Prothèse complète clinique et
laboratoire Tome 2 : CDP.
- Schoendorff, R, Orgiazzi, G et Millet, C. 1997. Choix et montage des dents
en prothèse complète. EMC Odontologie, 1997[23-325-F-10]

2014/ 2015 Page 62


Les différents types de montage en prothèse totale adjointe

2014/ 2015 Page 63

Оценить