Вы находитесь на странице: 1из 95

République du Cameroun Republic of Cameroon

********** **********
Paix-Travail-Patrie Peace-Work-Fatherland
********** **********
Ministère de l’Enseignement Ministry of Higher
Supérieur Education
********** **********
Université de Maroua The University of Maroua
********** **********
Ecole nationale Supérieure National Advanced School of
Polytechnique de Maroua B.P/P.O. Box: 46 Maroua Engineering of Maroua
********** Tél : +237 22620376/22620809 **********
Département Des Sciences Fax : +237 22291541/22293112 Department of Environmental
Environnementales E-mail : polytech@univ-maroua.cm Science

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DU PGES DES


TRAVAUX DE CONSTRUCTION DES ROUTES DE
DESENCLAVEMENT DU BASSIN AGRICOLE DE
L’OUEST LOT1 (110km)

Mémoire rédigé et présenté en vue de l’obtention du Diplôme d’Ingénieur

de Conception en Sciences Environnementales

Option : Désertification et ressources naturelles

Rédigé par : YOUMSI TAMOUODJOUN David

Matricule : 17Y569P

Licence en Géographie physique et environnement

Encadreur Professionnel Encadreur Académique

Mme. NGUEGANG Madeleine Dr. ABDOUL Nasser

Environnementaliste Chargé de Cours /Uma

Année académique : 2018-2019


DEDICACE

A
MA MERE :
LELE JEANNETTE

Page i
REMERCIEMENTS

Le présent mémoire a été réalisé à ECTA BTP Sarl, dans le cadre du contrôle des
travaux de construction des routes de désenclavement du bassin agricole de l’ouest : lot 1
Balevevg-Bangang-Batcham-Mbouda-Galim et Bretelles Mbouda-Bamesso-Galim,
Balessing-Batcham et Mbouda-Ngouaya-Bati (110 Km) dans la région de l’ouest. Ma
reconnaissance va à l’endroit de cette structure. Je remercie également :

Dr ABDOUL Nasser pour le temps sacrifié à l’encadrement académique, sa disponibilité, ses


conseils et ses remarques ;

Mme NGUEGANG Madeleine, Environnementaliste pour son encadrement professionnel ;

Dr LOULEO Jean chef de département ainsi que tout le corps des enseignants du département
de sciences environnementales pour leur conseil et encadrement durant la formation ;

Monsieur MENDJI Ernest, Directeur Technique de ECTA BTP Sarl qui a donné son accord
pour le déroulement de ce stage ;

Pr DANWE RAIDANDI, Directeur de l’Ecole Nationale Supérieure Polytechnique de


Maroua pour son assistance dans notre formation ;

Pr KAMDJO Grégoire et son épouse Mme KAMDJO Sophie pour leurs conseils et apport
financier ;

La famille FOTUE pour leur soutien et leur encouragement ;

Mes frères et sœurs pour leur soutien ;

A tous mes proches qui ont participé de près ou de loin au déroulement de cette formation :
M. KAMDJO David et son épouse ;

A tous mes promotionnaires.

P a g e ii
SOMMAIRE
DEDICACE................................................................................................................................ i

REMERCIEMENTS ................................................................................................................ ii

SOMMAIRE ............................................................................................................................ iii

LISTE DES ABREVIATIONS ............................................................................................... v

LISTES DES FIGURES ET PHOTOS ................................................................................. vi

LISTE DES TABLEAUX ...................................................................................................... vii

RESUME ................................................................................................................................ viii

ABSTRACT ............................................................................................................................. ix

INTRODUCTION .................................................................................................................... 1

CHAPITRE I : REVUE DE LA LITTERATURE ................................................................ 4

I.1 DEFINITION DES CONCEPTS ........................................................................................ 4

I.2 CADRE POLITIQUE, JURIDIQUE ET INSTITUTIONNEL ............................................ 6

CHAPITRE II : MATERIEL ET METHODES ................................................................. 15

II.1 PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE ................................................................. 15

II.2 MILIEU PHYSIQUE ....................................................................................................... 16

II.3 MILIEU HUMAIN ............................................................................................................ 19

II.4 MATERIEL ....................................................................................................................... 22

II.5 MÉTHODE DE COLLECTE DE DONNÉES NÉCESSAIRES POUR L’ÉTUDE ........ 23

CHAPITRE III : RESULTATS ET DISCUSSIONS .......................................................... 29

III.1 IDENTIFICATION, EVALUATION DES IMPACTS ENVIRON-NEMENTAUX ..... 29

III.2 IDENTIFICATION ET EVALUATION DES IMPACTS NEGATIFS NON PREDITS


DANS L’EIES BAO DURANT LA PHASE DE REALISATION. ........................................ 38

III.3 ANALYSE DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX DE LA PHASE


CONSTRUCTION DES ROUTES .......................................................................................... 40

III.3.3 SUIVI DE LA MISE ŒUVRE DU PGES DU PROJET DE CONSTRUCTION DES


ROUTES DE DESENCLAVEMENT DU BASSIN AGRICOLE DE L’OUEST .................. 41

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS .................................................................... 57


P a g e iii
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ............................................................................. 59

ANNEXES ................................................................................................................................. a

TABLE DE MATIERE ............................................................................................................ u

P a g e iv
LISTE DES ABREVIATIONS

BAO : Bassin Agricole de l’Ouest

BTP : Bâtiments et Travaux Publics;

CIE : Comité Interministériel sur l’Environnement ;

CPEI : Cellule de la Protection de l’Environnement des Infrastructures

DAET : Division d’Appui aux Etudes Techniques

DAO : Dossier d'Appel d'Offres ;

DGET : Direction Générale des Etudes Techniques

EIE : Etude d'Impact sur l'Environnement;

EPI : Equipement de Protection Individuel

HIMO : Haute Intensité de Main d’œuvre

IST : Infections Sexuellement Transmissibles;

MDC : Mission De Contrôle;

MINTP : Ministère des Travaux Publics ;

NIE : Notice d’Impact Environnemental

ONG : Organisation Non Gouvernementale

PK : Point Kilométrique;

PGES : Plan de Gestion Environnementale et Sociale ;

RN : Route Nationale;

VIH/SIDA: Virus Immunodéficience Humaine/Syndrome de l'Immunodéficience Acquise.

SDEE : Sous-Direction des Evaluations Environnementales

UNESCO : Organisation des Nations Unis pour l’Education, la Science et la Culture

Page v
LISTES DES FIGURES ET PHOTOS

Figure 1: Routes du projet Lot 1(Baleveng-Bagang-Batcham-Mbouda-Galim et Bretelles


Mbouda-Bamesso-Galim-Balessing-Batcham et Mbouda-Ngouaya-Bati) .............................. 15

Figure 2: Histogramme des précipitations moyennes mensuelles de la station météorologique


de Bafoussam, de 2000 à 2006 ................................................................................................. 16

Photo 1 : Panier tissé pour le transport des produits vivriers et autres..................................... 21

Photo 2: Marché King place à Bamekoumbo ........................................................................... 22

Figure 4 : infrastructures impactés par le projet durant la réalisation ...................................... 39

Figure 5 : Repartions des âges des enquêtés externe et interne................................................ 47

Figure 7 : Répartition de la population riveraine enquêtée selon leur profession .................... 49

Figure 8 : Perception sur l’état d’avancement des travaux ...................................................... 49

Figure 9 : Désagréments causés par les travaux ....................................................................... 50

Figure 11 : Inventaire des différents biens perdus ................................................................... 51

Figure 10 : répartition des biens ............................................................................................... 51

Figure 12 : Indemnisation des biens perdus ............................................................................. 52

Figure 14 : répartition des sites restaurés ................................................................................. 53

Figure 13 : présence ou non d’un site d’emprunt ou de dépôt de terre .................................... 53

Figure 15 : Recommandations de la population riveraine au maître d’ouvrage ...................... 54

Figure 16 : répartition en fonction des non-conformités environnementales ........................... 55

Figure 17 : nature des non-conformités.................................................................................... 55

Figure 18 : Recommandation des employés à l’entreprise et au maitre d’ouvrage ................. 56

P a g e vi
LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1. Conventions internationales ratifiées par le Cameroun pouvant affecter les activités
du projet...................................................................................................................................... 7

Tableau 2: Synoptique du Plan de Gestion Environnemental et Social .................................. 12

Tableau 3: Répartition des Arrondissements concernés par le projet suivant les Départements
.................................................................................................................................................. 15

Tableau 4: précipitations moyennes mensuelles de la station météorologique de Bafoussam,


de 2000 à 2006 ......................................................................................................................... 16

Tableau 5 : répartition démographique de la zone du projet .................................................... 20

Tableau 6 : clef des combinaisons des différents critères d’évaluation de l’ampleur des
impacts ..................................................................................................................................... 28

Tableau 7 : identification des impacts environnementaux du projet. ....................................... 30

Tableau 8 : Matrice synoptique de caractérisation et d’évaluation des impacts : .................... 34

Tableau 9 : mesures préconisées aux impacts identifiés .......................................................... 36

Tableau 10 : comparaison sur les principales mesures vérifiées sur le terrain........................ 42

Tableau 11 : récapitulatif des différents personnels employés d’ECTA-BTP Sarl .................... g

Tableau 12: Illustration photographique des impacts négatifs non prédits dans l’EIE BAO
ayant surgi durant la construction ...............................................................................................s

P a g e vii
RESUME

La présente étude s’intègre dans une problématique de développement durable dans les
projets d’infrastructures routières. Il a été constaté que dans les projets d’infrastructures
routières, malgré les prescriptions du Plan de Gestion Environnemental et Social (PGES) de
l’Étude d’Impact Environnemental (EIE), l’environnement et la biodiversité subissent
toujours de nombreuses attaques dues à la mise en œuvre mitigée des mesures
environnementales et sociales. C’est dans ce contexte que la présente étude a été élaborée
dans le but de déterminer les problèmes liés à la mise en œuvre du PGES pendant les travaux
de construction des routes de désenclavement du bassin agricole de l’ouest lot 1(110km). Pour
y parvenir, nous avons procédé à une surveillance environnementale à travers des visites de
chantier afin d’observer les réalités qui prévalent sur le site d’implantation du projet et dans
son environnement immédiat. Un questionnaire a été aussi adressé aux différentes parties
prenantes du projet. Une analyse comparative a été alors faite entre les mesures prévues dans
le PGES de l’EIE et celles mises en œuvre au cours des différentes phases du projet. Les
résultats obtenus ont montré que plusieurs impacts négatifs non prédits dans l’ étude d’impact
environnemental et social ont fait surfaces durant la réalisation du projet ; également, les
mesures prévues dans le PGES n’ont pas été totalement prises en compte notamment le
dédommagement ou l’expropriation des sinistrés, la sensibilisation des ouvriers sur les IST et
VIH/SIDA, l’entretien régulier des voies de déviation par les sous-traitants, la gestion des
déchets sur le chantier, le reboisement, l’arrosage des voies durant les travaux, l’installation
des panneaux de signalisation et l’aménagement de l’accès aux riverains. Plusieurs facteurs
expliquent ces problèmes liés à l’exécution du PGES tel que le retard lié au décaissement des
fonds alloués au projet entre autres. Cette mauvaise prise en compte des directives
environnementales contenues dans le plan de gestion environnemental et social a pour
conséquence principale l’immobilisation prolongée des personnes et des biens. Outre cette
conséquence, on note la prolongation du délai d’exécution des travaux du projet, la révision
des prix qui renchérissent substantiellement le coût du projet et les réclamations diverses ainsi
que les revendications et sentiment d’un accompagnement insuffisant des populations
victimes d’expropriation.

Mots clés : Plan de gestion environnementale et sociale, Etude d’impact environnemental et


social, directives environnementales, Bassin Agricole de l’Ouest.

P a g e viii
ABSTRACT

This study is part of a sustainable development issue in road infrastructure projects. It


has been noted that in road infrastructure projects, despite the requirements of the
Environmental and Social Management Plan (ESMP) of the Environmental Impact
Assessment (EIA), the environment and biodiversity are still undergoing numerous attacks
due to the mixed implementation of environmental and social measures. It is in this context
that the present study was developed in order to determine the problems related to the
implementation of the ESMP during the construction works of the access roads of the western
agricultural basin Lot 1 (110km). To achieve this, site visits were made to observe the realities
prevailing at the project site and in its immediate environment. A questionnaire was also sent
to the different stakeholders of the project. A comparative analysis was then made between
the measures provided for in the ESMP of the EIA and those implemented during the different
phases of the project. The results obtained showed that several unpredicted impacts in the
ESMP surfaced during project implementation. The measures provided for the ESMP were
not fully taken into account, notably the compensation of victims, sensitization of workers on
STIs and HIV / AIDS, regular maintenance of diversion routes by subcontractors, on-site
waste management, reforestation, watering of roads during works, signage installation and
gutter coverage. Several factors explain these problems related to the implementation of the
ESMP such as the delay related to the disbursement of funds allocated to the project among
others. This poor accountability of environmental directives in the environmental and social
management plan results in long-term immobilization, extension of the time of execution of
works and revision of the prices of works, which increase the substantial cost of the project
and equally, the various claims, especially from people who grant sites for loans that have not
been restored after exploitation, the claims and feeling of insufficient support of the
population victims of expropriation.

Key words : Environmental and Social Management Plan, Environmental Impact


Assessment, environmental directives, western Agricultural Bassin.

P a g e ix
INTRODUCTION

1. Contexte et justification du sujet


Comme le souligne Becker (1997), le développement durable a un caractère normatif,
c’est-à-dire qu’il constitue une vision désirée de l’avenir basée sur des considérations éthiques
telles la valeur de la nature et l’équité intergénérationnelle. Sa mise en œuvre repose donc sur
une bonne compréhension des enjeux sociaux, environnementaux et économiques associés
aux activités humaines ainsi que sur la minimisation de leurs effets négatifs et la
maximisation de leurs effets positifs sur un horizon bien au-delà du court terme (Crowley et
al, 2011).

Les pays au sud du Sahara sont activement engagés dans la création, l’expansion et le
remplacement des infrastructures de base qui sont vitales dans le support des objectifs de
développement sociaux, économiques et d’environnement (IAIA, 2003). C’est ainsi que ces
pays dans leurs perspectives de lutter contre la pauvreté veulent développer leurs
infrastructures routières et assurer du coup même leur désenclavement interne et externe, ce
qui permet une bonne circulation des biens et des personnes et une bonne exploitation des
potentialités agro-sylvo-pastorales appréciables dont-ils disposent (Gaber et al, 1996;
Sperllerberg, 1998). C’est dans ce sillage que le projet de désenclavement des grands bassins
de production agricole notamment celui du marché N°000089/M/MINMAP/CPM-TR/2015
passé Gré à Gré n° 0001009/L/PRC/MINMAP/SG/DGMI/DMTR/CE2 du 26 février 2014
pour exécution des travaux de construction des routes de désenclavement du bassin agricole
de l’ouest : lot 1 Baleveng-Bagang-Batcham-Mbouda-Galim et Bretelles Mbouda-Bamesso-
Galim-Balessing-Batcham et Mbouda-Ngouaya-Bati(110km) dans la région de l’ouest,
Conformément à la Loi N° 96/012 du 05 août 1996 portant loi Ŕ cadre relative à la gestion de
l’environnement en son chapitre II nécessitant l’élaboration d’une Etude d’Impact
Environnemental et Social (EIES) assortie d’un Plan de Gestion Environnementale et sociale
(PGES) sur les tronçons des routes des lot 1, a été initié par le Gouvernement de la
République du Cameroun dans le souci de doter les populations des localités concernées, des
routes bitumées afin d’améliorer leurs conditions de vie et de favoriser le développement
desdites localités.

2. Problématique
Le développement de nouvelles infrastructures, aussi bien que la modernisation de
celles existantes, s’avèrent aujourd’hui plus difficile qu’il y a dix ou vingt ans, et ce pour

Page 1
plusieurs raisons : conflits d’intérêt, espaces de plus en plus rares, restrictions budgétaires,
résistances locales aux projets, multiplication des acteurs et complexité des questions et des
processus d’évaluation environnementale (Sonia BROEZ, 2013).

Ces infrastructures, notamment les constructions routières en tant qu’un facteur


important pour le développement des sociétés, Pierre Samuel Nemb (2010) souligne le fait
que la construction des réseaux de transports ne va pas sans effets négatifs sur
l’environnement et les ressources naturelles, qu’il s’agisse de l’emprise spatiale des chantiers,
des infrastructures en service, des pollutions dues aux travaux, de l’usage inconsidéré
d’énergies fossiles, des incidences sur la santé et la vie humaine, des induits sur certaines
communautés restées jusque-là isolées ou sur l’exploitation abusive de certaines ressources
naturelles ; et surtout pouvant être importants quand les dispositions adéquates ne sont pas
prises au préalable(Gaber et al, 1996; Sperllerberg, 1998). C’est donc pour éviter l’ampleur de
la répercussion de ces différentes activités qu’une étude d’impact est réalisée avant la phase
des travaux. Ainsi, pour pallier aux différentes conséquences qui peuvent impactés
directement ou indirectement sur l’environnement un plan de gestion environnementale et
sociale est mis sur pied pour protéger l’environnement des éventuels impacts négatifs et
optimiser les impacts positifs. Cependant dans sa mise œuvre quelques irrégularités et ou des
impacts non prédit dans l’étude sont constatés d’où la nécessité de savoir si les travaux de
construction des routes de désenclavement du bassin agricole de l’ouest lot1 assurent
durablement une bonne prise en compte de la gestion des impacts et risques sociaux et
sanitaires, si la population riveraine a-t-elle effectivement été associées à la réalisation du
projet . D’où le thème de cette étude à savoir : «Evaluation du Plan de Gestion
Environnementale et Sociale des travaux de construction des routes de désenclavement du
bassin agricole de l’ouest lot1

3. Question de recherche
3.1 Question principale
La mise en œuvre du PGES actuel contribue-t-elle de façon efficace au développement
durable de la zone du projet ? Autrement dit, le PGES proposé dans l’étude d’impact
environnemental et social est-il vraiment respecté ou bien exécuté ?

3.2 Question spécifique

Quels sont les impacts environnementaux actuels du projet ?

Page 2
Quel est le niveau de conformité de la mise en œuvre du PGES vis-à-vis aux exigences
environnementales prévues dans le marché ?

Quels sont les problèmes qui entravent l’exécution des recommandations contenues dans le
PGES du projet ?

4. Objectif général de l’étude environnementale


4.1 Objectif principal
Objectif général de cette étude est de contribuer à l’amélioration de la mise en œuvre
du Plan de Gestion Environnementale et Sociale (PGES) des travaux de construction des
routes de désenclavement du bassin agricole de l’ouest lot1

4.2 Objectifs spécifiques


Plus spécifiquement, il sera question de :

 Identifier et analyser les impacts environnementaux actuels non prédits dans l’EIE du
projet sur l’environnement et proposer des mesures de solution;
 Identifier et comparer les mesures proposées dans le PGES de l’EIE et celles mises en
œuvre au cours de la phase de construction du projet ;
 Analyser (Faire un diagnostic sur) les problèmes liés à l’application effective des
mesures du PGES ;

5. Hypothèses de l’étude
Dans le cadre de cette étude plusieurs hypothèses permettront d’anticiper sur les
interrogations préalables découlant du problème de la mise en œuvre mitigée du plan de
gestion environnemental durant la phase de construction dans les projets routiers, ce sont
notamment :

 Les activités en cours d’exécution génèrent des impacts considérables sur


l’environnement.
 La mise en œuvre du PGES fait face à plusieurs insuffisances et problèmes.

Pour mener à bien cette étude, il a été structuré en trois chapitres à savoir : au premier
chapitre sera présentée la littérature liée à la thématique ; le second chapitre présentera; le
matériel et la méthodologie utilisée et enfin le troisième chapitre met en évidence les
différents résultats commenté et discutés ayant jalonnés cette étude sur le terrain.

Page 3
CHAPITRE I : REVUE DE LA LITTERATURE

I.1 DEFINITION DES CONCEPTS


Evaluation environnementale (EE) : est un processus systématique qui consiste à
évaluer et à documenter les possibilités, les capacités et les fonctions des ressources, des
systèmes naturels et des systèmes humains afin de faciliter la planification d'un
développement durable et la prise de décision en général, ainsi qu'à prévoir et à gérer les
impacts négatifs et les conséquences des propositions d'aménagement en particulier (André et
al, 2003) ;

Environnement : selon la loi n° 96/12 du 05 aout 1996 l’ensemble des éléments


naturels ou artificiels et des équilibres bio-géochimiques auxquels ils participent, ainsi que des
facteurs économiques, sociaux et culturels qui favorisent l’existence, la transformation et le
développement du milieu, des organismes vivants et des activités humaines;

Étude d’impact environnemental : selon la loi n° 96/12 du 05 aout 1996 relative à la


gestion de l’environnement, c’est un examen systématique en vue de déterminer si un projet a
ou n’a pas un effet défavorable sur l’environnement;

Développement durable : un développement qui répond aux besoins du présent sans


compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs (Gro Harlem
Brundtland, 1987);

Diagnostic environnemental : consiste en la réalisation d’un état des lieux global


d’évaluation des atteintes (et ouvrages) sur l’environnement, produit par une entité
industrielle, en vue de définir les objectifs à atteindre.

Route : est au sens littéral une voie terrestre (au niveau du sol) aménagée pour
permettre la circulation de véhicules à roues.

Le plan de gestion environnementale et sociale (PGES) : est le programme de mise


en œuvre et de suivi des mesures envisagées pour supprimer, réduire et éventuellement
compenser les conséquences dommageables du projet sur les différentes composantes de
l’environnement répertoriées dans l’Étude d’Impact Environnemental et Social (EIES) du
projet.
Il est donc conçu comme un cadre de gestion des activités pour une mise en œuvre
efficace des différentes mesures proposées. Il consiste à faire respecter les engagements
environnementaux du projet.

Page 4
Le Plan de Gestion Environnementale et Sociale a pour but de :

 Décrire les mesures requises pour prévenir, minimiser, atténuer ou compenser les impacts
environnementaux et sociaux négatifs ou pour accroître les impacts positifs ;
 Faire respecter les engagements environnementaux et sociaux du projet ;
 Contribuer à renforcer de façon effective l’apport du projet dans le développement socio-
économique durable des zones cibles.

Le PGES précise pour chacune des actions environnementales proposées :

 Les objectifs visés ;


 Les différentes tâches à exécuter ;
 L'acteur ou les acteurs chargés de la mise en œuvre ;
 Le lieu où l'action sera menée ;
 La période appropriée pour la mise en œuvre ;
 Les indicateurs objectivement vérifiables de suivi de l'action ;
 Les acteurs de suivi de l'efficacité et de l’effectivité de la mesure.

Le PGES comprends donc :

 Le plan de mise en œuvre des mesures (modalités, responsables, périodes…) ;


 Le plan de surveillance ;
 Le plan de suivi (suivi de la qualité des eaux, indicateurs de suivi) ;
 Le programme de consultation et de sensibilisation du public ;

Les principaux enjeux de la mise en œuvre du PGES sont d’assurer :

 La prévention des risques sur l’environnement,


 Le respect des normes, de la réglementation, du savoir-faire et de bonnes pratiques,
 La réalisation des activités selon les principes de saine gestion,
 La mise en œuvre des mesures et leur suivi en cours d’exécution et au-delà, afin d’éviter
toute dérive préjudiciable, d’en identifier les causes et de remédier aux
dysfonctionnements du système.

Page 5
I.2 CADRE POLITIQUE, JURIDIQUE ET INSTITUTIONNEL
Le Projet des travaux de construction des routes de désenclavement du bassin agricole
de l’ouest respectera strictement les cadres politique, juridique et réglementaire de la gestion
environnementale et sociale camerounaise. En effet, au Cameroun, la protection de
l’environnement constitue un axe prioritaire de la politique de développement durable.

I.2.1 Cadre des Politiques et Stratégies


Le Cameroun dispose d’un cadre politique clair et précis en matière de gestion
environnementale. Par rapport au Projet des travaux de construction des routes de
désenclavements du bassin agricole de l’ouest lot 1, le document le plus significatif est le Plan
National de Gestion de l’Environnement (PNGE) préparé en 1996, et actualisé en 2008 : il
constitue le cadre stratégique de référence en matière de planification et de gestion de
l’environnement au Cameroun. Ce plan est mis en œuvre à travers des programmes sectoriels
et le Programme Environnement élaboré en 2008.

I.2.2 Conventions Internationales Environnementales


Le Cameroun est lié à la communauté internationale au titre d'accords de coopération
bilatérale et multilatérale et a ratifié la quasi-totalité des Conventions Internationales relatives
à l’environnement. Le Gouvernement s'efforce d'observer et de mettre en œuvre les normes
internationales en termes d'indicateurs de développement socio-économique et
environnemental. Dans ce contexte, les institutions du Système des Nations Unies, de par leur
mandat, constituent des partenaires privilégiés du Cameroun.

Le pays a ratifié depuis 1982 la Convention du Patrimoine mondial de l’UNESCO pour la


protection des biens culturels et naturels, et en avril 2008 la Convention de 2003 de
l’UNESCO sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.
Le tableau 1 ci-dessous représente quelques conventions devant être prises en compte dans le
cadre de ce projet.

Page 6
Tableau 1. Conventions internationales ratifiées par le Cameroun pouvant affecter les activités
du projet
Conventions Objectifs Date de ratification
par
le Cameroun
Convention de Rio sur la Développer les stratégies nationales
biodiversité pour la conservation et l’utilisation 19 Octobre 1994
durable de la diversité biologique
Convention cadre des Stabiliser les concentrations de gaz à
nations unies sur les effet de serre (GES) afin d’éviter les 19 Octobre 1994
changements climatiques interférences anthropogéniques avec le
système climatique
Identifier, protéger, conserver,
Convention sur la préserver et transmettre aux
protection du patrimoine générations futures les sites du 1973
mondial, culturel et naturel. patrimoine naturel situés sur leur
territoire
Convention africaine sur la Conserver les sols, les eaux, la faune
conservation de la nature et et la flore en se basant sur les 1977
les ressources naturelles principes scientifiques
Convention de Stockholm Contrôler, réduire ou éliminer les
sur les polluants organiques rejets, les émissions ou les fuites de 05 Octobre 2001
persistants (2001) polluants organiques persistants

I.3 Cadre Institutionnel de la Gestion Environnementale


Le Ministère de l’Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement
Durable (MINEPDED) est responsable de l’élaboration et de la mise en œuvre de la politique
du Gouvernement en matière d’environnement et de protection de la nature dans une
perspective de développement durable. Entre autres choses, il est chargé de : la définition des
modalités et des principes de gestion rationnelle et durable des ressources naturelles; la
définition des mesures de gestion environnementales en liaison avec les Ministères et
organismes spécialisés concernés ; le suivi de la conformité environnementale dans la mise en
œuvre des grands projets; de l’information du public en vue de susciter sa participation à la
gestion, à la protection et à la restauration de l’environnement et de la nature.

 Au niveau du MINEPDED, la Direction de la Promotion du Développement Durable


et, plus précisément de la Sous-Direction des Evaluations Environnementales (SDEE) traitent
des questions relatives aux études d’impact sur l’environnement.
Le Comité Interministériel sur l’Environnement (CIE) est chargé d´examiner les rapports des
études d’impact et audits environnementaux et de donner les avis sur leur recevabilité.

Page 7
 Au niveau du MINTP, Le Ministre des Travaux Publics est responsable de la
supervision et du contrôle technique de la construction des infrastructures et des bâtiments
publics ainsi que de l’entretien et de la protection du patrimoine routier national. » A ce titre il
est chargé entre autres de : l’élaboration de la politique de construction, de maintenance et
d’entretien des infrastructures, bâtiments publics et des routes ; du contrôle de l’exécution des
travaux de construction des infrastructures et des bâtiments publics conformément aux normes
établies ; d’apporter son concours à la construction et à l’entretien des routes, y compris les
voiries urbaines, en liaison avec les Départements Ministériels et organismes compétents.
Tout ce volet d’activité requiert une prise en compte conséquente de leurs effets sur
l’environnement. A cet effet, la Division d’Appui aux Etudes Techniques (DAET) qui dépend
de la Direction Générale des Etudes Techniques (DGET) a la charge des études économiques
et environnementales, en liaison avec les administrations concernées. Spécifiquement, c’est la
Cellule de la Protection de l’Environnement des Infrastructures (CPEI) de ladite Division
d’Appui aux Etudes Techniques qui est chargée entre autres de :
 La conduite et du suivi de la réalisation des études d’impacts environnementaux dans son
domaine de compétence ;
 La prise en compte des aspects liés à l’environnement, en liaison avec les administrations
concernées ;
 De l’élaboration et de la vulgarisation des directives en matière de protection de
l’environnement dans son domaine de compétence;
 La préparation des dossiers d’expropriation, en liaison avec les directions et
administrations concernées.
Le MINTP dispose de la CPEI doté d’un personnel qualifié et disponible qui, dans son
rôle régalien est chargée du suivi de l’étude d’impact du projet et de la mise en œuvre du
PGES du projet.
 Au niveau du MINADER, Ce ministère est responsable de l’élaboration et de la mise
en œuvre de la politique du Gouvernement dans les domaines de l’agriculture et du
développement rural. En matière agricole, il est entre autres chargé de l’élaboration et du suivi
de la réglementation dans le secteur agricole; et de la protection et du suivi des différentes
filières agricoles. L’agriculture constituant l’une des principales activités menées par les
populations, le MINADER devra également s’assurer que le projet cause moins de dégâts sur
les cultures, le cas échéant, il interviendrait dans les opérations de constat et d’évaluation des
cultures.

Page 8
Ce ministère intervient, à travers ses services déconcentrés dans les Commissions de Constat
et d’évaluation, particulièrement pour les aspects d’indemnisations des cultures.
 Au niveau des Comités Départementaux de Suivi de mise en Œuvre des PGES
L’arrêté N° 0010/MINEPDED du 03 avril 2013 porte organisation et fonctionnement des
Comités Départementaux de suivi de la mise en œuvre des Plans de Gestion
Environnementale et Sociale (PGES). Cet arrêté précise entre autres la composition et les
différentes missions de ces comités pour appliquer efficacement les PGES issues des EIES.

I.4 Cadre Législatif et Réglementaire


I.4.1 Dans le domaine environnemental
La loi n°96/12 du 5 août 1996 portant Loi-cadre relative à la gestion de
l’environnement rend obligatoire la réalisation d’une Etude d’Impact Environnemental (EIE)
pour tout projet d’aménagement qui risque en raison de sa dimension, de sa nature, de porter
atteinte à l’environnement. Cette loi en son article 17(alinéa 1) dispose que : « le promoteur
de tout projet d’aménagement, d’équipement ou d’installation qui risque, en raison de sa
dimension, de sa nature ou des incidences des activités qui sont exercées sur le milieu naturel,
de porter atteinte à l’environnement est tenu de réaliser selon les prescriptions du cahier de
charges, une étude d’impact permettant d’évaluer les incidences directes ou indirectes dudit
projet sur l’équilibre écologique de la zone d’implantation ou de toute autre région, le cadre et
la qualité de vie des populations et des incidences sur l’environnement en général».
Conformément aux dispositions de l’article 9, la gestion rationnelle de l’environnement et des
ressources naturelles doit être guidée par des principes fondamentaux à savoir :
- le principe de précaution ;
- le principe d’action préventive et de correction ;
- le principe pollueur payeur ;
- le principe de responsabilité ;
- le principe de participation ;
- le principe de subsidiarité.

Le Décret n°2013/0171/PM du 13 février 2013 précise les modalités de réalisation des études
d’impact environnemental. En fonction de la nature et de l’importance des sous projets et
suivant ce décret, on distingue en particulier:

 L’Etude d’Impact Environnemental et Social (EIES): examen systématique visant à


déterminer les effets favorables et défavorables susceptibles d’être causés par un projet

Page 9
de développement. Elle permet d’atténuer, d’éviter, d’éliminer ou de compenser les
effets néfastes sur l’environnement.
 La Notice d’Impact Environnemental (NIE): rapport établi au sujet des projets ou
établissements / installations de faible envergure qui ne sont pas assujettis à une étude
d’impact environnemental et social ou à un audit environnemental et social, mais qui
pourraient avoir des effets non négligeables sur l’environnement.
L’Arrêté n° 00001/MINEPDED du 08 février 2016 fixant les différentes catégories
d’opérations dont la réalisation est soumis à une évaluation environnementale stratégique ou à
une étude d’impact environnemental.
La Loi N°2013/003 du 18 avril 2013 régissant le patrimoine culturel au Cameroun, a pour
objet de favoriser la connaissance, la conservation, la protection, la valorisation, la promotion
et la transmission du patrimoine culturel.

I.4.2 Dans le domaine des forêts


La loi 94/01 du 20 janvier 1994 portant régime des forets, de la faune et de la pêche
dispose en son article 16 que : « la mise en œuvre de tout projet de développement,
susceptible d’entraîner des perturbations en milieu forestier ou aquatique, est subordonnée à
une étude préalable d’impact sur l’environnement».

I.4.3 Dans le domaine de la gestion de l’eau


La loi 98/005 du 14 avril 1998 portant régime de l’eau. Cette loi fixe le cadre juridique
général du régime de l’eau et les dispositions générales relatives à la sauvegarde des principes
de gestion de l’environnement et de protection de sante publique. Elle définit la politique
générale relative à la gestion et à la protection par l’Etat, de l’eau en tant que bien du
patrimoine national. Ainsi, l’article 4 interdit les déversements, écoulements, jets,
infiltrations, enfouissement, épandage, dépôts directs ou indirects dans les eaux de toute
matière solide, liquide ou gazeuse susceptible:
- d’altérer la qualité des eaux de surfaces ou souterraines ;
- de porter atteinte à la sante publique ainsi qu’à la faune, et à la flore ;
- de mettre en cause le développement économique et touristique des régions.

I.4.4 Dans le domaine des établissements classés


La loi nº 98/015 du 14 juillet 1998 relative aux établissements classes dangereux,
insalubres ou incommodes. Sont soumis aux dispositions de cette loi, les usines, les ateliers,
les dépôts, les chantiers, les carrières, et de manières générales, les installations industrielles,

P a g e 10
artisanales ou commerciales exploitées ou détenues par toute personne physique ou morale,
publique ou privée, et qui présentent ou peuvent présenter soient des dangers pour
l’agriculture, la nature et l’environnement en général, soient des inconvénients pour la
commodité du voisinage.
Le décret n° 99/818/PM du 09 novembre 1999, fixant les modalités d’implantation,
d’exploitation des établissements classes dangereux, insalubres ou incommodes est
complémentaire à la précédente loi. Il établit le cadre juridique général sur la sécurité et le
niveau de danger raisonnable des installations proposées.

I.4.5 Dans le domaine des activités foncières


Les ordonnances n° 74-1, 74-2, 74-3 du 6 juillet 1974 définissent le régime foncier du
Cameroun. D’après la loi foncière, la zone du projet appartient au domaine public de l’Etat.
Mais le raccordement de l’ouvrage à la voirie pourrait empiéter sur des terrains privés. Le
décret 2003/418/PM du 25 février 2003 fixe les tarifs des indemnités à allouer aux
propriétaires victimes de destruction pour cause d’utilité publique de cultures et arbres
cultivés.

I.4.6 Dans le domaine minier


La loi n º 001 du 16 avril 2001 encadre les activités minières dont la recherche et
l’exploitation des ressources minérales y compris les substances de carrières et par extension
des bancs d’emprunt granulaires.

I.5 Développement durable et l’évaluation environnementale


L’évaluation environnementale et le développement durable ont évolué parallèlement
depuis leur apparition respective. L’évaluation environnementale a pris la forme d’un
processus à la fois politique, social, scientifique et technique qui cherche à trouver un
consensus entre ses dimensions (André P et al., 2003). Par ailleurs, le développement durable
joue la fonction à la fois d’objectif à atteindre lors de prises de décisions et de principe
directeur (Jacobs et al., 1988). L’évaluation environnementale et ses méthodes connexes sont
ainsi considérées comme d’importants outils de transposition des critères et des principes de
développement durable en stratégies et en mesures concrètes (Zineb Alaoui Mdaghri, 2008).

I.6 Présentation du plan de gestion environnemental et social


La synoptique du plan de gestion environnemental et social de l’EIES BAO est
représenté dans le tableau 2 ci-dessous.

P a g e 11
Tableau 2: Synoptique du Plan de Gestion Environnemental et Social (source: rapport PGES)
Mesures Activités sources Impacts concernés Différentes tâches Acteurs de Indicateurs de Acteurs de suivi
environnementales d’impact mise en œuvre suivi
Recruter un Responsable Mise en œuvre du Tous les impacts du Définir les critères de sélection présence
Environnement pour projet projet du Responsable environnement effective du
DAET/CPEI
l’entreprise (niveau BAC+5 minimum en responsable
Entreprise (MINTP) ;
environnement) environnement
MDC ;
sur le chantier

Rédiger le volet Mise en œuvre du Tous les impacts du -Rédiger le volet environnement Responsable Présence du volet
environnement et sécurité projet projet du règlement intérieur et environnement DAET/ CPEI
environnement
du règlement intérieur du sanctions afférentes ; de l’entreprise (MINTP) ;
dans le
chantier -Afficher le règlement intérieur ; en collaboration MDC;Comité
règlement
-Faire lire le règlement intérieur avec sa départemental de
intérieur de
au personnel et le faire respecter. hiérarchie suivi du PGES.
l’entreprise
Exploitation des Détérioration de la Mobiliser des camions citerne à Nombre de DAET/ CPEI
carrières et sites qualité de l’air eau ; camions citerne (MINTP) ;
Arroser les zones de
d’emprunt, Identifier les points de mobilisés ; MDC;Comité
propagation de
circulation des prélèvement des eaux ; Entreprise Fréquence des départemental de
poussières terrigènes
engins et Définir et mettre en œuvre le arrosages suivi du PGES.
véhicules calendrier d’arrosage
Remettre en état les zones Aménagement Enlaidissement et Elaborer le plan de remise en
d’emprunts et sites d’exploitation des mutilation du l’état des sites, Mettre la terre DAET/ CPEI
Entreprise Nombre de sites (MINTP);MDC ;
occupés lors des travaux carrières et sites paysage ; végétale en cordons lors de
d’emprunt Erosion des sols. l’ouverture des sites concernés ; remis en état MINEPDED ;
Scarifier, aplanir, régaler la terre MINIMDT.
végétale.

P a g e 12
Mesures Activités sources Impacts concernés Différentes tâches Acteurs de Indicateurs de Acteurs de suivi
environnementales d’impact mise en œuvre suivi
Choisir les sites Aménagement DAET/ CPEI
d’installation de centrales des bases vie etDétérioration de la Etudier la conformité des sites Distance entre les (MINTP);
Entreprise
de concassage, d’enrobés exploitation desqualité de l’air ; avec les normes en matière de dites installations MDC ;
hors des agglomérations carrières Nuisance sonore distance par rapport aux et les MINEPDED ;
habitations agglomérations MINIMDT.
Gérer durablement les Activités au Mutilation du Confectionner des demi-fûts Responsables Présence des DAET/ CPEI
déchets liquides et solides niveau de la base paysage ; labélisés pour la collecte des environnement demi-fûts (MINTP) ; MDC
de chantier vie et bases Risque de Pollution déchets solides à la base chantier; et responsables labélisés ; ;
techniques des eaux souterraines aménager des aires de stockage d’atelier de présence des DR/MINEPDED
et de surface; des hydrocarbures couverts; l’entreprise fosses de ; Mairies
Risque de pollution aménager une aire de lavage des réception des concernées
des sols. véhicules et engins équipée d’un déchets ;
séparateur d’hydrocarbures ;

Risques de conflits Aménager des accès provisoires Entreprise ou ;


Nombre
mobiles pendant les travaux ;
Construction d’accès DAET/ CPEI
Aménagement des accès Aménager des accès bétonnés sous-traitants
des fossés temporaires et (MINTP) ;
riverains pour riverains à la fin des travaux
latéraux définitifs MDC ;
construit ;

Construction des Identifier les zones de déviations;


Nombre de DAET/ CPEI
Aménager et entretenir les ouvrages Perturbation du trafic exécuter les travaux convenables;
Entreprise déviations (MINTP) ;
déviations en cas de besoin hydrauliques ou Supprimer la déviation en fin de
aménagées ; MDC ;
ouvrages d’art travaux et remettre le site en état.
Mesures Activités sources Impacts concernés Différentes tâches Acteurs de Indicateurs de Acteurs de suivi

P a g e 13
environnementales d’impact mise en œuvre suivi
Destruction des Informer les autorités Maître DAET/CPEI
Nombre de
mises en valeur administratives compétentes ; d’Ouvrage, (MINTP) ;
personnes
Indemniser les pertes des Mise en œuvre des préparer les dossiers techniques ; Entreprise ; MDC ;
dédommagées ;
mises en valeur activités du projet, sensibiliser les victimes ; CDCE MINATD ;
Montant des
payer les indemnisations ; MINDCAF
indemnisations ;
MINAS ; MDC.
Sensibiliser les Présence du Risque de : Recruter le consultant spécialisé Consultant
Nombre de
populations, les ouvriers et personnel de Accidents de travail ; en sensibilisation ; indépendant/ DAET/CPEI
campagne de
les riverains chantier, Augmentation de la Elaborer le programme de Hôpital de (MINTP) ;
sensibilisation ;
circulation des prévalence des sensibilisation en fonction des District MDC ; Comité
Nombre de
engins. IST/VIH-SIDA et thèmes et des cibles ; départemental de
personnes
des grossesses Tenir les réunions avec la suivi du PGES.
touchées par les
indésirées et des population et le personnel. MINSANTE.
sensibilisations
maladies hydriques ;
Destruction du Recruter un consultant ; Consultant Rapports
patrimoine Surveiller les travaux entrainant indépendant périodiques DAET/CPEI
Travaux de
Archéologique, des mouvements de terre ; d’exécution du (MINTP) ;
Assurer le sauvetage terrassement ou
risque de profanation Restituer la réalité archéologique contrat ; MDC ;
archéologique d’exploitation des
des tombes et de la zone du projet lors des Nombre de site -MINAC ;
carrières
atteinte aux sites travaux ; Sacrés MINRESI.
sacrés répertoriés.
Mise sur pied d’un cadre Mise en œuvre du Préjudices et
DAET/CPEI
d’appui et de renforcement projet manques à gagner
A définir par (MINTP) ;
des capacités des dus aux Procéder à l’analyse économique
Consultant l’analyse MDC; Comité
populations à l’agriculture et expropriations/ et sociologique nécessaire.
économique départemental de
à l’élevage et Personnes atteinte à la
suivi du PGES.
affectées par le projet biodiversité

P a g e 14
CHAPITRE II : MATERIEL ET METHODES

II.1 PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE


II.1.1 Localisation du projet

Le projet de construction des routes de désenclavement du bassin agricole de l’Ouest


lot1 se trouve totalement circonsrit dans la région de l’Ouest et couvre les départements des
Bamboutos, et de la Menoua. Cinq arrondissements sont concernés par les activités du projet
comme indiqué dans le tableau 3 ci-dessous :
Tableau 3: Répartition des Arrondissements concernés par le projet suivant les Départements

Départements Arrondissements
Bamboutos Batcham
Galim
Mbouda
MENOUA Nkong-Ni
Penka Michel

Figure 1: Routes du projet Lot 1(Baleveng-Bagang-Batcham-Mbouda-Galim et Bretelles Mbouda-


Bamesso-Galim-Balessing-Batcham et Mbouda-Ngouaya-Bati)
P a g e 15
II.2 MILIEU PHYSIQUE
II.2.1 Climat

Le climat des hautes terres de l’Ouest est un climat de type subéquatorial modifié par
l’altitude, ou climat pseudo-tropical. Ce climat comporte globalement deux saisons :

- Une courte saison sèche de novembre à février.


- Une longue saison de pluies de mars à octobre.

La température moyenne annuelle est d’environ 20°C, pouvant descendre jusqu’à moins de
10°C au sommet des massifs montagneux. La pluviométrie est de l’ordre de 1700 à 2000 mm
d’eau par an atteignant 2500 mm d’eau au sommet des massifs. En plus du relief, Il faut noter
l’influence des vents humides venant de l’océan qui modifient parfois considérablement la
longueur des saisons, de même que les volumes pluviométriques, selon qu’on se trouve face
au vent ou sous le vent (PCD Mbouda, 2011).

Tableau 4: précipitations moyennes mensuelles de la station météorologique de Bafoussam,


de 2000 à 2006
Total
Mars

Avril

Sept.
Août
P (mm) Mois

Nov.
Juin

Juil.

Déc.
Jan.

Fév.

Oct.
Mai

1712,2
294, 3
146,5

251,2

214,4
10,7

19,5

64,6

47,5
154

251

252

6,5
Source : Mémoire de DEA, Laboratoire de Pédologie Tropicale, MAMDEM TAMTO Lionelle
Estelle, 2009.

Figure 2: Histogramme des précipitations moyennes mensuelles de la station météorologique


de Bafoussam, de 2000 à 2006

P a g e 16
Le climat de Mbouda et ses environs est très influencé par:

 la chaine des Monts Bamboutos qui culminent à 2 740m ;


 les étendues d’eau du barrage hydroélectrique de Bamendjing ;
 et le confluent des cours d’eau du Noun et de la Mifi aux confins du Groupement
Bamenkombo.
Il en résulte des microclimats avec une pluviométrie moyenne avoisinant 1800 mm d’eau par
an. Les influences ci-dessus relevées sont à l’origine d’un climat tempéré avec des
températures de l’ordre de 20°C d’avril à juin, 28°C de février à mars, 28°C d’août à
septembre et 15°C en octobre (mois à forte pluviométrie). Le climat de la Région de l’Ouest,
essentiellement pluvieux sera très contraignant lors de l’exécution des travaux à cause des
bourbiers qui se formeront sur la route, et la difficulté pour les engins de gravir les fortes
pentes sous la pluie. Sur la base de cette considération les travaux prévus peuvent
avantageusement être menés entre décembre et février (SANYS GLOBAL CONSULTING et
al., 2017).

II.2.2 Relief
La zone du projet est à l’image de l’ensemble des hautes terres de l’Ouest-Cameroun,
qui est une région très accidentée et caractérisée par une configuration topographique
variable. La topographie globale est traduite par une succession de collines et vallées
s’abaissant en pente douce (dont la plus haute altitude est de 2740 mètres dans les monts
Bamboutos). Il s’agit principalement : des plateaux tabulaires, des buttes à sommet tabulaire
ou sub-aplani et les croupes surbaissées. En grosso modo, on distingue trois unités de
paysages dans la zone :

 les zones de collines qui sont des lieux par excellence de l’élevage du gros bétail
comme dans l’arrondissement de Galim.
 les vallées abondantes et les basses terres utilisées pour les cultures saisonnières et
très convoitées par les éleveurs en saisons sèches pour la transhumance dans la
Commune de Foumbot ;
 les plateaux utilisés comme zones de polycultures et d’habitations.
Ainsi, au terme des travaux du projet, la route épousera les différentes formes du relief
caractéristique de chaque localité traversée (SANYS GLOBAL CONSULTING et al, 2017).

P a g e 17
II.2.3 Hydrographie

Le réseau hydrographique de la zone du projet est moins dense et la plupart des ruisseaux
prennent leurs sources au pied des Monts Bamboutos. Ces ruisseaux deviennent en aval,
d’importants affluents de la Mifi et du Noun. La rareté des cours d’eau dans la zone limite les
potentialités de l’agriculture locale; on enregistre également des pénuries d’eau potable dans
la quasi-totalité des Communes d’Arrondissement traversées par le projet des travaux de
routes du bassin agricole. La plupart des cours d’eau drainés vers le bassin de Noun sont les
mêmes qui changent parfois de dénomination d’amont en aval. Les importants cours d’eau
répertoriés sur la route P15 en cours d’aménagement sont la Mi, la Mifi Nord, le Mevobo
affluent de la Mifi Nord situé avant la ville de Galim, la Mifi Nord sur la bretelle Mbouda-
Bati entre Lalom et Bati. Le Toumougang sur la bretelle Balessing-Batcham. En zone rurale
en particulier où les eaux potables sont rares, la plupart des rivières constituent les seules
ressources de la localité qu’ils traversent et servent même d’eau de boisson, au mépris des
règles d’hygiène. La ressource en eau ici constitue un élément sensible. Une attention
particulière devra être développée pendant les travaux pour ne pas dégrader davantage leur
qualité (SANYS GLOBAL CONSULTING et al., 2017).

La carte ci-après présente les caractéristiques hydrographiques de la zone concernée par


projet.

Figure 3: carte hydrographique de la zone du lot 1 du projet


P a g e 18
II.2.4 Sol
Les régions situées à l’Ouest du domaine ferralitique équatorial sont caractérisées par
un modelé de plateaux et massifs montagneux d'altitude dépassant fréquemment 1.000 m, une
géologie où les roches volcaniques-acides ou basiques sont largement représentées, un climat
dont les régimes pluviométriques sont caractéristiques d'un type de mousson montagnard et
"sub-montagnard et dont les températures moyennes se situent à un niveau plus bas que celles
du domaine sud équatorial. Ces facteurs concourent à donner à la région des paysages
pédologiques originaux où quatre classes de sols sont représentées (sols ferralitiques, bruns,
minéraux bruts et peu évolués et hydromorphes), la ferralitisation restant le processus
largement dominant. Dans le lot 1, les sols de la Menoua et du Bamboutos et particulièrement
ceux de la région de Ngouaya sont d’origine volcanique et comptent parmi les plus fertiles du
pays. On y trouve les Andossols, les ferra sols, les sols ferralitiques humiques et les sols peu
évolués ou alluvions). Les sols ferralitiques de nature basaltique, peu évolués, couvrent la
presque totalité du territoire du Bamboutos comme le montre la carte ci-après. Cependant, il
existe des sols hydro morphes dans les bas-fonds couverts de raphia. Ces sols sont propices
aux cultures maraichères, autre activité à succès des deux départements. Toutefois, la pratique
de l’agriculture intensive à fort potentiel d’utilisation d’engrais chimique ne cadre pas avec la
politique volontariste actuelle de gestion durable des terres. Le long des cours d’eaux situés
dans les bas-fonds marécageux, la forêt de raphia est abondante. Mais elle est aujourd’hui
envahie par les cultures maraichères. En outre, les eucalyptus sont à l’origine de
l’assèchement des marécages et constituent de ce fait une source non négligeable
d’appauvrissement des sols (SANYS GLOBAL CONSULTING et al., 2017).

II.3 MILIEU HUMAIN


II.3.1 Démographie et peuplement
D’après le rapport de (SANYS GLOBAL CONSULTING et al., 2017) les deux
départements qui abritent le projet routier totalisent 373983Habitants se répartissant en
165581Hommes et 208402Femmes. Les plus forts poids démographiques se concentrent dans
la zone Mbouda-Batcham : 54,67% de l’ensemble des populations impactées par le projet
routier, contre 45,33% répartie dans l’ensemble des cinq arrondissements constitué par les
deux départements. La pression démographique sur l’espace est en général partout supérieure
à 57 Habitants au Km², et atteint 272 hab/km2 dans le département des Bamboutos. Le
peuplement originel des villages des itinéraires du projet (Baleveng-Mbouda-Galim avec les

P a g e 19
bretelles ; Bangangté-Foumbot-Kouoptamo-Galim), tout comme celui de la plupart des
villages des régions de l’Ouest est en grande partie constitué de Bantous et de semi-bantous
installés depuis la fin du 14ème siècle pour certains et depuis la fin du 17ème siècle pour
d’autres, suite aux multiples processus coloniaux qui ont caractérisé l’Afrique du 16ème au
18ème siècle.

La répartition démographique de la zone du projet suivant les deux départements


traversés par les travaux est représentée dans le tableau 5 ci-dessous.

Tableau 5 : répartition démographique de la zone du projet


Circonscription administrative
Région de l'ouest Population Masculin Féminin
Totale
Département de Bamboutos Arrondissement 255481 115382 140099
Batcham 83817 35499 48318
Galim 51014 24480 26534
Mbouda 120650 55403 65247
Département de la Ménoua Arrondissement 118502 50199 68303
Nkong-Ni 53367 22444 30923
Penka Michel 65135 27755 37380
Total Arrondissement 373983 165581 208402
Source : BUCREP et RGPH 2010 (modifier et adapter)

II.3.2 Agriculture.
L’agriculture est l’un des domaines d’activité de prédilection des populations. Elle
intègre les cultures vivrières, les cultures maraîchères, les cultures de rente et les cultures
pérennes. En matière de culture maraîchère, c’est le domaine des grandes productions de
tomate, chou, piment, laitue, morelle noire, …). Elles se pratiquent toute l’année avec la
présence de grands bas-fonds fertiles. Les cultures vivrières portent sur la banane plantain, le
macabo, le taro, l’igname, l’arachide, la patate douce, le haricot, le manioc, le maïs, …). La
culture de la pomme de terre est essentiellement pratiquée dans les zones des montagnes que
dans les bas-fonds irrigués. Balatchi en est la zone de grande production. Les cultures
pérennes concernent la culture des arbres fruitiers (safout, mangue, orange, pamplemousse,
papaye, mandarine, kolatier …) et le raphia ; Les produits de rente portent sur le café. La
production du café est en baisse à cause de la mévente sur les marchés. Sur la base des

P a g e 20
données collectées, l’agriculture occupe près de 70% de la population active de la Commune
et nourrit plus de 95% de la population totale (PCD Mbouda, 2011).

II.3.3 Élevage
L’élevage intensif est presque inexistant. L’élevage extensif de porc, poulets et
chèvres est pratiqué dans les ménages. Les éleveurs sont encadrés par la délégation
d’arrondissement du MINEPIA dont le rôle est de promouvoir l’élevage à travers
l’amélioration de la santé des animaux et la vulgarisation des techniques de production
animale.

Cette faible pratique de l’élevage est due entre autres aux difficultés d’accès aux financements
et aux intrants (PCD Mbouda, 2011).

II.3.4 Artisanat.
Seul, l’artisanat de production destinée à la couverture des besoins locaux existe. Cet
artisanat produit des matelas en paille, des tabourets en bambous, des lits en bambous, des
cajous pour le conditionnement des produits, etc. (PCD Mbouda, 2011).

Photo 1 : Panier tissé pour le transport des produits vivriers et autres Cliché (SANYS, avril 2017)

II.3.5 Tourisme
Bien que présentant des potentialités dont la proximité de la Route Nationale N°6 et
l’attrait des revendeurs des produits primaires très variés, le tourisme est embryonnaire. On
note toutefois la présence de chûtes, grottes, lacs et montagnes dont l’aménagement
contribuerait significativement à une plus grande valorisation de ce secteur.

Il importe de souligner que la Chefferie Supérieure du Groupement Bamendjinda abrite en


son sein un musée d’art et d’exposition (PCD Mbouda, 2011).

P a g e 21
II.3.6 Marchés et zones commerciales
L’intensification de la pratique agricole dans la zone du projet a fait naître au fil du
temps de nombreuses zones commerciales et infrastructures commerciales. En raison du
potentiel agricole de certains villages, des commerçants viennent des autres coins du pays,
voire de la sous-région y collecter les produits agricoles en fonction de la saison. En zone
rural, le jour du marché est déterminé automatiquement chaque huit jour, car la semaine dans
les cultures Bamiléké et Bamoun est constituée de 8 jours. En zone urbaine par contre, les
marchés structurés sont ouverts tous les jours à l’instar du marché de Mbouda (SANYS
GLOBAL CONSULTING et al., 2017).

Photo 3 : Marché Bamesso, P8+160 à droite Photo 2: Marché King place à Bamekoumbo

Source (photo 2 et 3) : Cliché (SANYS, avril 2017)

II.4 MATERIEL
Dans le cadre de la réalisation de cette étude plusieurs matériels ont été utilisés à
savoir :
 Le matériel principal
 Le PGES (Plan de Gestion Environnementale et Sociale) utilisé pour analyser le milieu
 Le matériel secondaire
 Le logiciel QGis 3.6 pour la configuration des cartes ;
 Microsoft Office Word 2013 pour le traitement de texte ;
 Un appareil photo-numérique de marque TOSHIBA pour l’archivage des faits et
observation sur le terrain ;
 Un GPS (Global Positioning System) de marque GARMIN pour la prise des
coordonnées géographiques des points importants du site ;
 Des fiches d’enquêtes pour la collecte des données après des personnes ressources ;
 La matrice d’interaction de Léopold pour l’identification et caractérisation des impacts ;

P a g e 22
 La grille de Martin Fecteau pour l’évaluation de l’importance des impacts ;
 Les documents et rapports du marché disponible à ECTA-BTP ;
 Les textes législatifs qui régissent le secteur routier en matière de gestion
environnementale au Cameroun.

II.5 MÉTHODE DE COLLECTE DE DONNÉES NÉCESSAIRES POUR


L’ÉTUDE
II.5.1. Données primaires
Dans le cadre de ce travail, elles ont été obtenues suite aux visites de chantier, les
enquêtes par questionnaires auprès de la population cible, le diagnostic environnemental et les
observations directes sur le chantier.

II.5.1.1 Des observations sur le terrain


Elles ont consisté en des descentes sur le terrain lors de la réception des ouvrages et
des différentes visites hebdomadaires du projet. Ces visites ont permis de réaliser des
observations directes sur la base d’une fiche d’identification des dommages
environnementaux (matrice de Léopold) afin de relever les différents impacts du projet.

II.5.1.2 Le questionnaire
En tant qu’outil de collecte de données, le questionnaire (cf. annexe 2) a été administré
à la population riveraine directement influencée par l’emprise des travaux et aux employés
opérant dans le projet. Il est structuré en trois sections à savoir :(1) l’identification de
l’enquêté, (2) la connaissance et analyse des insuffisances liées à l’exécution du PGES du
projet et en fin (3) le diagnostic des problèmes liés à la réalisation du projet. La méthode
utilisée dans le cadre de cette étude est l’échantillonnage par choix raisonné. Ce choix a
consisté à enquêter deux cent(200) personnes sur trois cent soixante-treize mille neuf cent
quatre-vingt-trois (373983) habitants dans cinq arrondissements traversés par le projet.

II.5.1.3 Les enquêtes de terrain


Face aux différentes interrogations, les réponses des fiches d’enquêtes ont fait l’objet
d’un dépouillement. Plusieurs possibilités s’offraient à savoir : interroger des pratiquants du
domaine disponibles et susceptible de fournir des informations, parcourir la documentation
nécessaire et interroger la population riveraine, bénéficiaire direct des tronçons en cours de
réalisation.

P a g e 23
II.5.1.4 Diagnostic environnemental
Le diagnostic Environnemental consiste en la réalisation d’un état des lieux global
d’évaluation des atteintes (et ouvrages) sur l’environnement, produit par une entité
industrielle, en vue de définir les objectifs à atteindre.

II.5.2 Données secondaires


La collecte des données secondaires a consisté essentiellement à faire recours à des
ouvrages, des articles et autres documents se rattachant à l’environnement sous les différents
aspects, particulièrement à la construction des routes. Il s’agit des anciens mémoires et des
documents reçus au sein d’ECTA-BTP qui ont été un grand apport. Cette recherche
bibliographique a permis de collecter les informations données relatives à l’environnement
géographique et socio-économique de la zone d’étude, à la connaissance et à l’utilisation des
textes règlementaires en matière d’environnement au Cameroun et pratiques internationales ,
aux activités liées à la construction des routes, aux études environnementales réalisées, ainsi
que leurs conditions de réalisation.

II.5.2.1 La matrice d’interaction de Léopold


La matrice d’interaction de Léopold constitue un élément clé, dans la priorisation des
effets sur l’environnement des activités du projet. Les impacts potentiels sont marqués d’une
ligne diagonale dans les cases correspondantes et on peut leur assigner une valeur numérique
pour indiquer leur ampleur ou importance (Rosa et Gaëlle, 2011).
Les effets environnementaux du projet ont été identifiés à l’aide de la matrice d’interaction
de Léopold, en analysant les interactions entre chacun des éléments du projet à implanter, ou des
activités à réaliser et les composantes environnementales du milieu. Chaque élément ou activité du
projet a été examiné en fonction de ces effets potentiels sur chacune des composantes de
l’environnement lors de la phase d’installation, construction et d’exploitation. Les interactions
possibles entre les différentes composantes environnementales (effets indirects) ont été également
considérées (Rosa et Gaëlle, 2011).

II.5.2.2 Fiche d’impact


Elles se sont établies sur le terrain en fonction des observations et des données sur le
milieu biophysique et socio-économiques ; elles permettent une description approfondie de
chaque impact identifié dans la matrice d’interaction. Dans le cadre de ce travail, ces fiches
intègrent les composantes environnementales suivantes : l’air, faune, sol, population… en
interaction avec les activités des travaux de construction des routes de désenclavement du
P a g e 24
bassin agricole de l’ouest lot1 (110 Km) (Rosa et Gaëlle, 2011). Partant le tableau ci-dessous
montre le spécimen de fiche d’impact utilisé pour identifier les impacts sur le terrain.

II.5.2.3 Évaluation de l’importance des effets


L’évaluation de l’importance ou de la signification des différents effets
environnementaux repose sur une série de critères d’évaluation bien particuliers. Ces critères
sont habituellement la durée de l’activité génératrice d’effet, l’étendue de la zone affectée et
l’intensité même de l’effet (Gaétan A Leduc, Raymond, 2000). Les critères d’évaluation de
l’importance des effets environnementaux que nous proposons ici sont:
o la durée;
o l’étendue;
o l’intensité.
 Durée de l’effet
La durée de l’effet représente l’estimation du temps pendant lequel l’effet d’une
activité du projet se fera sentir. Cette durée est plus ou moins longue selon qu’il s’agit d’un
effet permanent, intermittent ou occasionnel (Gaétan A Leduc, Raymond, 2000). On subdivise
généralement le critère de durée en:
o durée courte (court terme) : est le résultat d’un effet occasionnel et bref ou d’un
événement ponctuel;
o durée moyenne (moyen terme) : comprend les effets temporaires ou continus sur
une période de temps inférieure à la période de l’activité elle-même, ou lors d’une
phase temporaire de réalisation du projet;
o durée longue (long terme) : désigne habituellement un effet permanent.
 Étendue
L’étendue représente l’espace affecté par un effet donné. Cette zone couverte par
l’effet représente en fait la superficie de territoire ou le volume d’espace. L’expansion de
l’effet par rapport au lieu d’origine de l’événement dépend de la nature même de l’effet; il
peut donc varier considérablement (Gaétan A Leduc, Raymond, 2000). Le critère de l’étendue
peut lui aussi être subdivisé de la manière suivante:
o étendue locale (faible étendue);
o étendue régionale (moyenne importance);
o étendue générale ou globale (étendue maximale).
 Intensité

P a g e 25
L’intensité de l’effet représente l’ampleur ou la puissance d’un effet. La détermination
de l’intensité est souvent mesurée par rapport à une valeur de référence Ŕ une situation idéale
ou une norme établie, par exemple. Au-delà d’un certain seuil, l’intensité peut être considérée
comme inadmissible. Il s’agit aussi d’une valeur bien relative, dont le cheminement dans
l’atteinte des résultats est difficilement reproductible avec précision, car trop souvent
échafaudée sur des jugements subjectifs sous-jacents aux explications fournies. Cette
subjectivité demeure valable même dans le cas d’une norme environnementale reconnue,
notamment parce que cette dernière varie dans l’espace et le temps (Gaétan A Leduc,
Raymond, 2000). L’intensité est généralement représentée sous la forme d’une échelle
graduée d’intensité. Les valeurs possibles, sans trop d’explications quant aux limites
respectives, sont habituellement réparties selon qu’il s’agit:
o d’intensité faible;
o d’intensité moyenne;
o d’intensité forte.

II.5.2.4 Évaluation de l’importance des impacts


L’évaluation de l’importance ou de la signification globale des différents impacts
environnementaux repose, elle-aussi, sur une série de critères d’évaluation. Ces critères sont
par contre légèrement différents de ceux de l’évaluation des effets. Afin de pouvoir évaluer
les impacts, il faut tenir compte de la réponse de l’environnement à l’action des effets. La
sensibilité même des éléments de l’environnement vis-à-vis des agressions détermine bien
souvent l’estimation des dommages qui en résulteront (Gaétan A Leduc, Raymond, 2000).
Les critères d’évaluation des impacts que nous proposons sont:

o la réversibilité;
o la portée;
o l’ampleur.
 Réversibilité/irréversibilité

La réversibilité ou au contraire l’irréversibilité d’un impact représente un aspect


important de l’évaluation de l’impact environnemental, au même titre que la durée en ce qui
concerne les effets. Ce critère d’évaluation est toutefois rarement pris en compte de manière
explicite en ÉIE, malgré son importance cruciale en plusieurs domaines, notamment en ce qui
concerne la biodiversité (Gaétan A Leduc, Raymond, 2000). L’estimation de ce critère peut se
subdiviser en:

P a g e 26
o réversibilité (réversibilité totale);
o réversibilité/irréversibilité partielle ou temporaire;
o irréversibilité (irréversibilité totale).
 Portée de l’impact
La portée de l’impact représente le nombre d’individus ou d’éléments spécifiques
affectés par un effet environnemental donné. Il s’agit d’un critère d’évaluation de l’impact
semblable à celui de l’étendue en ce qui concerne l’effet (Gaétan A Leduc, Raymond, 2000).
Le critère d’estimation de la portée peut être subdivisé en:
o portée faible (nombre restreint);
o portée moyenne (nombre moyen);
o portée forte (nombre élevé).
 Ampleur de l’impact
L’ampleur de l’impact constitue la puissance (grandeur) des modifications engendrées
à un élément de l’environnement. Le critère de l’ampleur de l’impact fait référence à la
relative fragilité ou sensibilité de l’élément environnemental considéré par rapport à l’effet
perturbateur responsable (Gaétan A Leduc, Raymond, 2000). Comme pour les autres critères,
le critère d’estimation de l’ampleur peut être subdivisé en trois ordres de grandeur, à savoir:
o ampleur faible;
o ampleur moyenne;
o ampleur forte.
Les différents critères d’évaluation de l’ampleur des impacts identifiés sont représentés dans
le tableau 6 ci-dessous.

P a g e 27
Tableau 6 : clef des combinaisons des différents critères d’évaluation de l’ampleur des
impacts
Intensité Etendue Durée Importance absolue
Régionale Longue Majeure

Moyenne Majeure
Courte Majeure
Locale Longue Majeure
Forte Moyenne Moyenne
Courte Moyenne
Ponctuelle Longue Majeure
Moyenne Moyenne
Courte Mineure
Régionale Longue Majeure
Moyenne Moyenne
Courte Moyenne
Locale Longue Moyenne
Moyenne Moyenne Moyenne
Courte Moyenne
Ponctuelle Longue Moyenne
Moyenne Moyenne
Courte Mineure
Régionale Longue Majeure
Moyenne Moyenne
Courte Mineure
Locale Longue Moyenne
Faible Moyenne Moyenne
Courte Mineure
Ponctuelle Longue Mineure
Moyenne Mineure
Courte Mineure

P a g e 28
CHAPITRE III : RESULTATS ET DISCUSSIONS

III.1 IDENTIFICATION, EVALUATION DES IMPACTS ENVIRON-


NEMENTAUX

Tout comme dans l’ensemble des travaux de construction d’infrastructures routières le


cycle de vie de ce projet passe par deux phases principales : une phase de construction et une
phase d’exploitation.

III.1.1 Identification des impacts actuels du projet


L’identification et l’évaluation des impacts du projet sur l’environnement sont faites
sur toute la durée de vie du projet (pendant la réalisation des principaux aménagements et
durant leur exploitation).L’identification des impacts liés à la réalisation du projet est basée
sur l’analyse des relations possibles entre le milieu récepteur et les équipements à implanter
ou les aménagements à réaliser. Cette analyse permet de mettre en relation les sources
d’impacts (activités associées au projet) et les composantes de l’environnement (milieu
récepteur) susceptibles d’être affectées. L’approche matricielle qui permet de mettre en
évidence les interactions entre les activités à mener et les composantes de l’environnement a
été utilisée pour identifier les impacts. Les sources d’impacts étant perçues comme l’ensemble
des activités susceptibles d’engendrer des incidences environnementales dans le cadre de la
mise en œuvre des différentes composantes du projet. Le présent tableau n°8 ci-dessous fait
état des sources d’impacts identifiés ainsi que leur interaction avec les composantes
environnementales.

P a g e 29
MILIEU PHYSIQUE

composante
Légende:

cause à effet

Climat

Paysage

l'air
Qualité de
X: désigne la relation de

ACTIVITES SOURCES
D'IMPACTS

paysage de chantier

/ Bruits et nuisances
Dégradation / Mutilation du
Modification du Microclimat
Désignation de l'impact identifié

Perturbation de l’ambiance sonore


Embellissement du paysage routier

X
Détérioration de la qualité de l’air X
X
libération d’emprises
Recrutement de la main
d’œuvre
Tableau 7 : identification des impacts environnementaux du projet.

X
X
X
X

Débroussaillage / décapage /
abattages d’arbres

X
X
X

Terrassements, Reprise de la
plate-forme
X
X

Création de fossés, exutoires


X
X
Phase de réalisation des travaux

Reprofilage de talus, berges


X
X
X

Construction du pont
X
X

sécurité et signalisation
circulation de véhicules et
engins
x

emprunts et carrière de
X
X
X

roche,
Approvisionnement en eau

Vidange, entretien et lavage


des véhicules et engins
X

Production des déchets et des


produits contaminants
X
X

Mise en dépôt des matériaux


X
X

Présence physique de
l’ouvrage
P a g e 30
X

Fonctionnement et usage
X

Travaux d'entretien
Phase d'exploitation
sols
Légende:

cause à effet

Eau de
surface
et eaux
X: désigne la relation de

souterraines
ACTIVITES SOURCES

d'eau
D'IMPACTS

décapage, érosion)
surfaces et souterraines

Perturbation / Modification du

Risque de pollution des sols et


régime d'écoulement des cours

la structure du sol (compactage


Risques de pollution des eaux de

Sols et sous- atteinte à la nappe, Modification de


X
X

libération d’emprises
Recrutement de la main
d’œuvre

X
Débroussaillage / décapage /
abattages d’arbres

X
X

Terrassements, Reprise de la
plate-forme

X
X

Création de fossés, exutoires


X
X
Phase de réalisation des travaux

Reprofilage de talus, berges


X
X
X

Construction du pont
X
X

sécurité et signalisation
circulation de véhicules et
X
X

engins
emprunts et carrière de
X

roche,
X

Approvisionnement en eau
X
X

Vidange, entretien et lavage


des véhicules et engins
X
X
X

Production des déchets et des


produits contaminants
X
X

Mise en dépôt des matériaux

Présence physique de
l’ouvrage
P a g e 31

Fonctionnement et usage

Travaux d'entretien
Phase d'exploitation
Phase de réalisation des travaux Phase d'exploitation

Production des déchets et des


Création de fossés, exutoires
Terrassements, Reprise de la
ACTIVITES SOURCES

Mise en dépôt des matériaux


Débroussaillage / décapage /

Vidange, entretien et lavage


Reprofilage de talus, berges

Approvisionnement en eau
circulation de véhicules et

Fonctionnement et usage
Recrutement de la main

emprunts et carrière de
sécurité et signalisation

produits contaminants
des véhicules et engins
Construction du pont

Présence physique de
libération d’emprises

Travaux d'entretien
abattages d’arbres
D'IMPACTS

plate-forme
Légende:

l’ouvrage
d’œuvre

engins
roche,
X: désigne la relation de
cause à effet

destruction des arbres et du couvert X


Végétation X X X X X X X X
MILIEU
BIOLO-
GIQUE

végétal
Perturbation de l'habitat de la
Faune faune, intensification du X X X X X X X
braconnage
Risques de propagation des
MILIEU SOCIO-ECONOMIQUE

Santé X X X X X X X
IST/SIDA, infections respiratoires, X
Perturbation du trafic, destruction
des accès riverains/ Dégradation
X X X X X X X X X X
ET HUMAIN

voies empruntées par les engins du X


chantier
Sécurité Risque d'accidents de circulation et
routière et X
de travail
Transport
Réduction des coûts d'entretien des
X X X X X
véhicules, coûts de voyage
Amélioration d’’infrastructure X X
P a g e 32
Phase de réalisation des travaux Phase d'exploitation

Production des déchets et des


Création de fossés, exutoires
Terrassements, Reprise de la
ACTIVITES SOURCES

Mise en dépôt des matériaux


Débroussaillage / décapage /

Vidange, entretien et lavage


Reprofilage de talus, berges

Approvisionnement en eau
circulation de véhicules et

Fonctionnement et usage
Recrutement de la main

emprunts et carrière de
sécurité et signalisation

produits contaminants
des véhicules et engins
Construction du pont

Présence physique de
libération d’emprises

Travaux d'entretien
abattages d’arbres
D'IMPACTS

plate-forme
Légende:

l’ouvrage
d’œuvre

engins
roche,
X: désigne la relation de
cause à effet

routière, des conditions de


transport et réduction des accidents
de circulation
Expropriations et déplacements
X X
involontaires des populations
Inondation des habitations et des
champs situés au voisinage de la X X
Population
route
et vie en
Déplacement des réseaux et
communauté
perturbation des services
perturbation des activités
commerciales lors du passage dans X X X X
les agglomérations

III.1.2 Caractérisation et évaluation des impacts


Le tableau 8 ci-dessous fait état de la caractérisation et l’évaluation des différents impacts identifiés sur la composante environnementale
P a g e 33
Tableau 8 : Matrice synoptique de caractérisation et d’évaluation des impacts :

Paramètres de caractérisation Évaluation

Réversibilité
Interaction
Période

Occurrence

Importance

Importance

Importance
de l’impact
Nature
Éléments valorisés

Intensité

résiduel
absolue

relative
Désignation de l'impact identifié

Portée

Durée
de l'environnement

Trx/ Mineure Non significative


Climat Modification du Microclimat - I B L Ct C Re. Mineure
Ex
Dégradation / Mutilation du paysage de Trx Re/ Mineure Non significative
- D B L Ct C Mineure
chantier Irr.
Paysage
Embellissement du paysage routier Exp + D M R Lt C Irr. Majeure Majeure
MILIEU PHYSIQUE

Trx Mineure Non significative


Détérioration de la qualité de l’air - D M L Ct C Re Mineure
Qualité de
l'air Perturbation de l’ambiance sonore / Bruits Trx Mineure Non significative
- D M L Ct P Re Moyenne
et nuisances
Eau de Risques de pollution des eaux de surfaces Trx Moyenne
- D H L Ct P Re Moyenne
surface et souterraines
et eaux Perturbation / Modification du régime Trx Moyenne Non significative
- D et I H L Ct Pr Re Moyenne
souterraines d'écoulement des cours d'eau
Risque de pollution des sols et atteinte à la Trx Mineure Non significative
- D M L Ct P Re Mineure
Sols et sous- nappe
sols Trx Mineure Non significative
Modification de la structure du sol - D M L Lt P Re Mineure

P a g e 34
Trx Moyenne Mineure
BIOLOGIQUE

Végétation destruction des arbres du couvert végétal - D B L Ct C Re Moyenne


MILIEU

Trx
Perturbation de l'habitat de la faune, Mineure Non significative
Faune - D/I M R Ct C Re Mineure
intensification du braconnage

Risques de propagation des IST/SIDA, Trx/ Moyenne Moyenne


MILIEU SOCIO-ECONOMIQUE ET HUMAIN

Santé Ex - I M R Ct C Re Majeure
infections respiratoires,
Perturbation du trafic, destruction des accès Trx Re/I Moyenne Mineure
- I M L/R Mt P Majeure
riverains/ Dégradation voies de circulation r
Risque d'accidents de circulation et de Trx/ Mineure Non significative
- D M R Ct L Re Moyenne
Sécurité travail Ex
routière et Réduction des coûts d'entretien des Exp Majeure
+ D M R Lt C Re Majeure
Transport véhicules, coûts de voyage /
Amélioration d’’infrastructure routière, des Expl
conditions de transport et réduction des + D M N Mt C Re Majeure Majeure
accidents de circulation
Expropriations et déplacements Trx
- D M L Ct P Re Moyenne Moyenne Non significative
involontaires des populations
Inondation des habitations et des champs Trx
Population et - D M L Ct P Ir Moyenne Moyenne
situés au voisinage de la route
vie en
Déplacement des réseaux et perturbation Trx
communauté - D H L Ct P Re Mineure Mineure Non significative
des services
perturbation des activités commerciales Trx
- D H L Ct C Re Majeure Moyenne Non significative
lors du passage dans les agglomérations

P a g e 35
III.1.3 Les mesures
Les impacts retenus ci-dessus sont ceux pour lesquels l’importance a été jugée au
moins moyenne et qui appellent la mise en œuvre des mesures réparties en trois catégories :
Les mesures d’atténuations sont préconisées dès lors qu’un impact négatif ne peut
être supprimé totalement lors de la conception du projet.
Les mesures compensatoires interviennent lorsque des impacts résiduels non
réductibles persistent. La mise en œuvre de ces mesures a pour objet d’offrir une contrepartie,
notamment le rétablissement des conditions écologiques et socio-économiques satisfaisantes
dans les domaines précis touchés par les impacts négatifs.
Les mesures d’optimisations sont celles qui visent à donner une plus-value aux
impacts positifs escomptés du projet. Les mesures préconisées aux différents impacts
identifiés sont représentées dans le tableau 9 ci-dessous.
Tableau 9 : mesures préconisées aux impacts identifiés

Phases Impacts Mesures préconisées


Expropriation et déplacements Indemniser les biens (constructions et cultures)
préparation

involontaires des populations présents dans l’emprise des travaux

Opportunités d'emplois - Recruter prioritairement les populations locales à


/dynamisation des activités compétence égale ;
lucratives et développement des - Développer les activités à haute intensité de main
localités d’œuvre ;
- Accorder prioritairement des sous-traitances aux
PME locales.
Perturbation de l’ambiance Eviter les travaux de nuit et au droit des offices
sonore / Bruits et nuisances religieux
Phase des travaux

Risques de pollution des eaux - Eviter les déversements des hydrocarbures au sol
de surfaces et souterraines et dans les cours d’eau ;
- Imperméabiliser les sites de manipulation de ces
produits
Perturbation / Modification du - Eviter de jeter les déchets et produits de chantier
régime d'écoulement des cours dans les cours d’eau ;
d'eau - Curer les lits des cours d’eau en fin des travaux
en cas des travaux sur le site
destruction des arbres et du - Mettre sur pied un plan de reboisement de 3 000
couvert végétal arbres en remplacement de ceux abattus ;
- Valoriser les troncs d’arbres abattus par débitage
et mise à la disposition des populations riveraines
comme bois de chauffe
P a g e 36
Opportunités d'emplois - Recruter prioritairement les populations locales à
/dynamisation des activités compétence égale ;
lucratives et développement des - Développer les activités à haute intensité de main
localités d’œuvre ;
- Accorder prioritairement des sous-traitances aux
PME locales.
Perturbation de l’ambiance Eviter les travaux de nuit et au droit des offices
sonore / Bruits et nuisances religieux
Risques de pollution des eaux - Eviter les déversements des hydrocarbures au sol
de surfaces et souterraines et dans les cours d’eau ;
- Imperméabiliser les sites de manipulation de ces
produits
Perturbation / Modification du - Eviter de jeter les déchets et produits de chantier
régime d'écoulement des cours dans les cours d’eau ;
d'eau - Curer les lits des cours d’eau en fin des travaux
en cas des travaux sur le site
destruction des arbres et du - Mettre sur pied un plan de reboisement de 3 000
couvert végétal arbres en remplacement de ceux abattus ;
- Valoriser les troncs d’arbres abattus par débitage
et mise à la disposition des populations riveraines
comme bois de chauffe
Opportunités d'emplois - Recruter prioritairement les populations locales à
/dynamisation des activités compétence égale ;
lucratives et développement des - Développer les activités à haute intensité de main
localités d’œuvre ;
- Accorder prioritairement des sous-traitances aux
PME locales.
Perturbation de l’ambiance Eviter les travaux de nuit et au droit des offices
sonore / Bruits et nuisances religieux
- Risques de propagation des - Organiser les campagnes de sensibilisation pour
IST/SIDA, les personnels, les riverains et les usagers de la
infections respiratoires route aux risques de contamination des
IST/VIH/SIDA ;
- Distribuer une fois par semaine, les préservatifs
aux personnels de chantier ;
- Arroser systématiquement les voies de circulation
au niveau des agglomérations et les rampes de
distribution au niveau du concasseur (carrière)
Perturbation du trafic, - Réguler le trafic pendant les heures de travail
destruction des accès riverains/ surtout lorsque les travaux s’exécutent en demi-
Dégradation voies de chaussée ;
circulation. - Identifier et aménager les accès aux habitations
riveraines ;

P a g e 37
- Eviter d’exécuter les travaux sur la chaussée en
temps de pluie
Risque d'accidents de - Signaler les travaux de façon adéquate,
circulation et de travail - Réguler la circulation pendant les heures de
travail ;
- Organiser des campagnes de sensibilisation pour
les personnels de chantier, les usagers de la route
et les populations riveraines aux risques
d’accidents dus aux travaux ou aux explosifs de
carrières ;
- Obliger les personnels de chantier à mettre les
équipements de protection individuelle
Inondation des habitations et Orienter convenablement les exutoires de la route et
des champs situés au voisinage des ouvrages d’assainissement
de la route
Perturbations des activités - Sensibiliser les maires pour l’aménagement des
commerciales autour des espaces d’accueil à l’intérieur des marchés ;
localités - Aménagement par les maires des clôtures à la
limite des emprises du projet pour éviter les
accidents
Renforcement de l’intégration Renforcer les mesures de sécurité pour le
Exploitation

nationale déplacement des personnes et des biens


Embellissement du paysage Assurer périodiquement l’entretien des ouvrages mis
routier en place au cours du projet
Renforcement de l’économie S’assurer à travers le suivi que les travaux sont
locale exécutés selon les règles de l’art et de la Commande

III.2 IDENTIFICATION ET EVALUATION DES IMPACTS NEGATIFS


NON PREDITS DANS L’EIES BAO DURANT LA PHASE DE
REALISATION.
Six impacts ont été identifiés au cours de cette étude et illustrés à l’annexe 3. Ces impacts se
sont manifestés durant la réalisation des travaux et ont fait l’objet d’une étude supplémentaire.
Ils ont été identifiés, caractérisés et évalués à travers des fiches d’impacts. Ces impacts sont :
les talus de déblais, la destruction des tombes dans l’emprise du projet, les établissements
scolaires à proximité de l’emprise, exposition des maisons le long du projet, exposition et
destruction des points existants, et la dégradation des routes secondaires existantes.

P a g e 38
Carte d’infrastructures notamment : établissements scolaires, point d’eaux potables impactées par les travaux en cours de réalisation

Figure 4 : infrastructures impactés par le projet durant la réalisation

P a g e 39
III.3 ANALYSE DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX DE LA
PHASE CONSTRUCTION DES ROUTES
III.3.1 Impacts environnementaux positifs
III.3.1.1 Création d’emplois
S’agissant de travaux de construction des routes on ne peut espérer un nombre
d’emplois important surtout pour la main d’œuvre non spécialisée. Cependant, des travaux
tels que : curage des ouvrages de drainage et des ouvrages d’art, débroussaillage, etc…
donnent lieu à la création d’un certain nombre d’emplois. La priorité d’embauchage devrait
être accordée aux villageois de la zone concernée par des interventions spécifiques.

III.3.1.2 Retombées économiques


La construction des routes apportera des retombées économiques importantes locales
et régionales par l’utilisation de main d’œuvre et l’achat de biens et services nationaux au
niveau de l’aire du projet, les pressions exercées par la population sur les maigres ressources
naturelles disponibles peuvent diminuer. Cette création d’emplois facilitera la participation
active des femmes qui seront toujours au rendez-vous sur les différents chantiers, développant
diverses activités commerciales dont les restaurants mobiles. Ceci contribuera à leur
promotion sociale et économique.

En outre, avec le désenclavement de ses tronçons, on peut s’attendre à une circulation


monétaire accrue dû à une augmentation du volume des échanges commerciaux de la zone du
projet avec les grands centres urbains comme Bafoussam et voir même avec les pays sous
régional comme le Gabon, à de nouvelles opportunités pour le marché de consultations
résidentielles et certainement, à la création de la valeur ajoutée sur la production agricole ainsi
le foncier de la zone.

III.3.1.3 Autres avantages sociaux


Ce projet, tant en à la diminution des coûts de transport, apportera des améliorations à
l’accès aux marchés et à des services tels que les soins de santé et les écoles.

III.3.2 Impacts environnementaux négatifs


Il a été fort de constater que les travaux de construction des routes de désenclavent du
bassin agricole de l’ouest lot1, en plein dans sa deuxième phase qui est celle de la
construction, à travers plusieurs activités en cours : tel que le défrichement, abattage d’arbres ;
la dénudation du sol ;le terrassements et préparation de l’assiette des routes ; la construction
des ouvrages d’art et des ouvrages hydrauliques entre autre génèrent des impacts négatifs
P a g e 40
probables affectant par exemple la dégradation du paysage, la déforestation, l’érosion des
sols, etc. Cet état de fait à d’ailleurs été démontré par Molines, (2003) que La construction de
routes nouvelles provoque la fragmentation de l’habitat, désorganise le territoire et a des
incidences aussi bien sur la faune que la flore.

Les éléments sont analysés en considérant aussi bien les aspects biophysiques que
socio-économiques, parmi lesquels : la pollution dû aux hydrocarbures, lubrifiants et produits
bitumineux, le dépôt de la terre végétale, matériaux de rechargement et compactage, la
dégradation du sol et des eaux, l’exploitation du sous-sol et les défrichements dans les
réserves forestières sacrées et aires protégées, la destruction du milieu naturel, le bruit, les
poussières et pollution atmosphérique de la centrale d’enrobé et du terrassement, les risques
d’accident, l’augmentation des IST/SIDA, la violation des sites culturels, l’endommagement
des cultures et des biens des populations locales, les attentes aux usages et coutumes locales,
etc. SETRA et al., (1997) parlant des polluants, soutient que les projets routiers peuvent
également engendrer des effets négatifs sur l’environnement. C’est le cas des déversements
accidentels de matières polluantes ou dangereuses et d’utilisation d’herbicides.

III.3.3 SUIVI DE LA MISE ŒUVRE DU PGES DU PROJET DE


CONSTRUCTION DES ROUTES DE DESENCLAVEMENT DU BASSIN
AGRICOLE DE L’OUEST
III.3.1 Visites de chantier
III.3.1.1 Observations et comparaison sur les principales mesures vérifiées sur le
terrain
Afin de répondre à notre deuxième objectif sur le niveau de conformité de la mise en
œuvre du PGES pendant les travaux, une étude comparative a été réalisé lors des différentes
descentes sur le chantier et représentée dans le tableau 10 ci-dessous, ce qui nous a permis
d’apprécier à juste titre l’applicabilité des directives environnementales prévues dans le
marché.

P a g e 41
Tableau 10 : comparaison sur les principales mesures vérifiées sur le terrain
Principales mesures du marché à Indicateurs Mesures Observations Illustration photographique
vérifier lors de la visite sur le terrain de effectivement
vérification mise en
œuvre
Recruter un Responsable Constat visuel Moyenne Responsable environnement disponible !
Environnement pour l’entreprise à l’entreprise mais absent chez les
sous-traitants
Constat visuel Faible Le port des EPI n’est pas totalement
sécurité du personnel respecté. Il y a des ouvriers qui
ne portent pas de masque anti-poussière
et de gants.

Equipe médicale à la base principale Constat visuel Bonne Une infirmerie existe et est !
fonctionnelle pour les soins de base
Contact visuel Mauvaise Stockage de la terre en pleine cours
dépôt et stockage de terre : d’habitation, bloquant accès et
pas de dépôt en zone de culture, à l’écoulement des eaux.
moins de 100m des habitats ou à moins
de 200m d’une rivière

Contact visuel Mauvaise Dans l’ensemble les sous-traitants ne


Maintien de la circulation et entretien disposent de panneaux de signalisation
de la route pendant l’exécution des durant les travaux telle cette illustration
travaux pendant la coulée de fossé bétonné sur
le tronçon Mbouda-Bemesso-Galim

P a g e 42
Principales mesures vérifiées lors de Indicateurs de Mesures Observations Illustration photographique
la visite sur le terrain vérification effectivement
mise en œuvre
enquête Faible Indemnisation toujours en cours
Indemniser les pertes des mises en d’attente
valeur

Constat visuel Faible L’emprise des déviations mal entretenue


Entretien de l’emprise des déviations caractérisé par : formation des
bourbiers, absence de panneaux de
signalisation, non de balisage de
l’ouvrage tout au long de l’ensemble du
projet

Constat visuel Faible On observe lors de l’application de


Gérer durablement les déchets liquides l’enrobé sur certains tronçons des rejets
et solides de chantier de bitume, d’autres polluants rejetés par
des engins lors du terrassement tel que
les huiles usées.

P a g e 43
Mesures
Principales mesures vérifiées lors de Indicateurs de effectivement Observations Illustration photographique
la visite sur le terrain vérification mise en œuvre
Constat visuel Moyenne La base vie dispose de nombreuses
Récupération des déchets solides et poubelles et chaque bureau est
liquides au niveau des postes de travail doté d’une toilette sanitaire et sur le
et bases vies. chantier des toilettes pour cadre et
ouvrier,
on observe cependant dans divers
ateliers des déchets rependus au sol par
les ouvriers
Constat visuel Faible La centrale d’enrobé émet de la
poussière minérale à forte concentration
Dégradation de la qualité de l’aire dans l’atmosphère dû à un défaut
technique non réparé à nos jours.

Constat visuel Moyenne Sur le long du projet, l’entreprise et ses


Assainissement et drainage des eaux le sous-traitant ne respectent pas toujours
long du projet. le cahier de charge comme dans le cas
de cette illustration où l’exutoire est
orienté en pleine cours d’habitation.

P a g e 44
Principales mesures vérifiées lors de Indicateurs de Mesures Observations Illustration photographique
la visite sur le terrain vérification effectivement
mise en œuvre
Sensibiliser les populations, les ouvriers Constat visuel Faible Sensibilisation riveraine faite depuis le !
et les riverains et enquête début du projet(2016)
Aménagement des accès riverains Constat visuel Faible Les accès des tronçons déjà réalisés ne !
et enquête sont pas pour la plus part aménagés
Remettre en état les zones d’emprunts et Constat visuel Mauvaise Présence de plusieurs sites exploités !
sites occupés lors des travaux et enquête non restauré
Rédiger le volet environnement et Constat visuel Bonne Présence d’un règlement intérieur à la !
sécurité du règlement intérieur du base vie de l’entreprise
chantier
Assurer le sauvetage archéologique Constat visuel Bonne Le sauvetage assuré !
et enquête
déplacement des poteaux électriques ou Constat visuel Moyenne Travaux en cours !
téléphoniques et des canalisations
tombes.
Construction des forages d’eau potable Constat visuel Non Échéance à venir !
Exiger une assurance tout risque pour Constat visuel Inexistante Aucune assurance tout risque existante !
les travaux
Recruter la main d’œuvre locale pour Constat visuel Bon Présence sur le chantier d’une main !
exécuter les travaux non techniques d’œuvre locale
Mise sur pied d’un cadre d’appui et de Constat visuel Inexistante Aucun cadre d’appui et de renforcement !
renforcement des capacités des et enquête des capacités des populations à
populations à l’agriculture et à l’élevage l’agriculture et à l’élevage et Personnes
et Personnes affectées par le projet affectées par le projet
Choisir les sites d’installation de Constat visuel Bon Installation de la carrière et de la !
centrales de concassage, d’enrobés hors centrale d’enrobé et de béton hors
des agglomérations agglomération

P a g e 45
III.3.1.2 Analyse des insuffisances observées dans la mise en œuvre du PGES
De l’analyse du tableau 11, un certain nombre d’insuffisances ont été observées dans la
mise en œuvre des prescriptions du PGES. Il s’agit de :

 Non dédommagement des sinistrés ;


 La faible fréquence de sensibilisation des ouvriers sur les IST, MST/VIH SIDA ;
 La dégradation de la qualité de l’aire;
 Mauvaise gestion des déchets sur le chantier ;
 Absence de reboisement ;
 La faible fréquence d’entretien de l’emprise des déviations;
 Insuffisance de panneaux de signalisation ;
 Faible fréquence d’aménagement des accès aux riverains
 La non restauration des zones d’emprunts et sites occupés lors des travaux.

III.3.2 Résultat de l’enquête


Dans le cadre de ce travail les enquêtes ont visés deux entités à savoir : la
population locale et le personnel opérant sur le chantier. Partant, cette enquête a permis de
collecter diverses informations surtout sur celles de l’environnement humain du projet.

A cet effet, compte tenu du temps imparti, des moyens nécessaires mis à notre
disposition, surtout de la réticence de la population, le travail a été porté sur un échantillon
total de deux cent (200) personnes dont cent vingt (120) riverains influencés directement le
long de l’emprise des travaux reparti comme suit : quarante-cinq(45) personnes à Mbouda,
vingt-sept (27) personnes à Batcham, vingt-cinq (25) personnes à Galim, dix (10) à Nkong-
Ni, treize (13) personnes à Penka Michelet 80 employés. Les données ont été collectées à
l’aide des fiches d’enquête. Les résultats de l’enquête ont permis de faire des observations
en vue d’évaluer le niveau de mise en application du PGES par l’entreprise.

III.3.2.1 Caractérisation et perception des enquêtés sur l’état d’avancement des


travaux
III.3.2.1.1 Répartition des enquêtés externe et interne selon leurs âges.
L’âge des informateurs varie entre 15 et 56ans et plus. Ainsi, il est regroupé en cinq
(5) classes d’âge, reparti en deux proportions : la population riveraine soit cent-vingt (120)
personnes et les employés de l’entreprise soit quatre-vingt (80) personnes.

P a g e 46
50
45
40
35
30
25
20
15

41,67%
40,00%

16,25%

15,83%
17,50%

16,67%
15,00%

13,33%
12,50%

11,25%
10
5
0
De 15 à 25 ans 26 à 35ans 36 à 45ans 46 à 55ans 56 ans et plus

enquêtés interne pourcentage enquêtés externe pourcentage

Figure 5 : Repartions des âges des enquêtés externe et interne


La figure 7 illustre les proportions des enquêtés par classe d’âge. A la lecture de ce
diagramme, on constate que la population la plus dominante se situe dans la tranche d’âge
26 à 35ans, représentant ainsi une proportion de 40% en interne et de 41,67% externe. Elle
est secondée par la tranche d’âge 36 à 45 ans avec une proportion de 17,5% en interne et
de 16,67% à l’externe. Les tranches d’âge faiblement représentées sont 15 à 25 ans chez
les riverains soit 12,5%,56ans et plus soit 11,25% chez les employés. La tranche d’âge 46 à
55ans a une proportion de 16,25% et 15,83% ; 15% pour la tranche d’âge moins de 15 à
25ans chez les employés et 13,33% pour la tranche d’âge 56 ans et plus chez les riverains.
La population est donc dynamiquement jeune.

III.3.2.1.2 Répartition des enquêtés en fonction du niveau d’instruction


L’étude a prise en considération deux entités échantillonnées à savoir la population
riveraine et les employés de l’entreprise exerçant les travaux soit un total général de 200
personnes. Le niveau d’instruction de l’échantillon de la population enquêtée est reparti
selon que l’informateur ait été à l’école ou pas. Ainsi, Aucun renvoie à une population qui
n’a pas été à l’école, le primaire, le secondaire inclue les classes de 6e en Terminale et le
supérieur quant à lui renvoie au cursus universitaire. La figure 7 présente la répartition du
niveau d’éducation de la population.

P a g e 47
47,50%
60
38,33% 58,75%
50

40

30
22,50%
20 18,75%
8,33%
5,83%
10
0,00%
0
Aucun Primaire Secondaire Supérieure

population riveraine employés de l'entreprise

Figure 6 : répartition du niveau d’éducation de la population.

L’analyse de la figure permet de noter au niveau de la population riveraine une


prédominance du niveau primaire soit 47,5% suivi du niveau secondaire soit 38,33%. Le
niveau supérieur est évalué à 8,33% et ceux n’ayant aucun niveau viennent avec 5,83%.
Par contre force de constater qu’au niveau des employés enquêtés, on note plutôt une
prédominance du niveau secondaire avec 58,75% suivi du primaire avec 22,5% ; du
supérieur avec 18,75% et de 0,00% de ceux n’ayant aucun niveau.

La faible scolarisation de la population riveraine expliquerait sa forte implication


dans l’activité agricole dans cette zone rurale et surtout son attachement aux pratiques
ancestrales et au respect des coutumes.

III.3.2.1.3 Répartition de la population riveraine enquêtée selon leur


profession

moto taximan
12,50%
fonctionnaire
4,17% chauffeur
8,33% Agriculteur
41,67%
Artisan
8,33%

Commerçant
25,00%

P a g e 48
Figure 7 : Répartition de la population riveraine enquêtée selon leur profession

A la lecture de la figure qui précède, il est fort de constater une forte dominance de
l’activité agricole dans cette zone du projet soit 41,67% suivi de l’activité commerciale soit
25% ; on observe aussi une monté en puissance de moto taximan soit 12,5% ; le métier de
chauffeur et artisan occupent 8,33% chacun contre 4,17% de fonctionnaire enregistré tout
au long de l’enquête.

III.3.2.1.4 Perception sur l’état d’avancement des travaux


Afin d’avoir une vision interne et externe du projet, les avis ont été récoltés auprès de la
population riveraine et des employés de l’entreprise en charge des travaux. Le bilan est
présenté dans la figure ci-dessous :

140
120 95,83%

100
80
60 68,75%

40
31,25%
20
4,17% 0 0
0
Très lent (déplorable) Rapide (bon) Très rapide (excellent)
population riveraine employés de l'entreprise

Figure 8 : Perception sur l’état d’avancement des travaux


A la lecture de cette figure, il est fort de constater que sur les deux cent personnes
interne et externe interrogé, la plupart soit 95,83% pour la population riveraine et 68,75%
pour les employés de l’entreprise déplore l’état d’avancement des travaux voir très lent
(déplorable) et ce qui peut se justifier ici à travers la durée allouée au projet (trois ans)
débuté depuis 2016 qui rendu juillet en 2019 n’est estimé qu’à 7km de bitume sur 110km
au total. Seulement 4,17% des riverains et 31,25% des employés estime que les travaux
avance rapidement. Par ailleurs aucun enquêté sur l’ensemble total n’a voté pour très
rapide voir excellent soit 0%.

P a g e 49
III.3.2.2 diagnostics environnementaux des problèmes liés à la réalisation du
projet
III.3.2.2.1 Désagréments causés par les travaux à la population
Les travaux d’implantation et de préparation de l’assiette de la route (terrassement)
ont conduit au déguerpissement des installations le long de l’emprise des routes du projet
entrainant de nombreux préjudices auprès des populations. Notamment l’arrêt ou
perturbation des activités économiques, la perturbation du réseau d’adduction d’eau
potable, la poussière, le bruit, assainissement des eaux, pollution et des problèmes d’accès
aux riverains. Sur un échantillon de 120 personnes, 24 personnes soit 20% se plaignent des
problèmes d’assainissement des eaux,15,83% de la nuisance sonnore,19,17% de la
pollution, 12,5% de l’absence de servitude,18,33% de la propension de poussiere,7,5% des
perturbation des réseaux d’adduction d’eau potable et 6,67% de la perturbation des
activités économiques.

pertubation des
perturbation des activités
Nuisance sonore
réseaux économique
15,83%
d'adduction [POURCENTAGE]
d'eau potable
[POURCENTAGE]
Propension de
poussière Pollution
18,33% 19,17%

Absence de la
servitude Assainissement
12,50% des eaux
20,00%

Figure 9 : Désagréments causés par les travaux


Les désagréments les plus récurrents et soulevés par les populations sont les
poussières avec 18,33%, le mauvais drainage des eaux avec 20%, la pollution avec
19,17% et les nuisances sonores avec 15,83%. Ce résultat est proche de celui de N’guessan
N’DRIN (2013) qui montrent que pendant les travaux d’aménagement et de bitumage de la
rue wemtenga (29.13), Ouagadougou, plusieurs désagréments ont été généré notamment
les coupures d’eaux et poussière entre autres source de mécontentements populaire.
P a g e 50
III.3.2.2.2 Inventaire et répartition des
biens perdus de l’échantillon enquêté
Plante
médicinal Maison
e Arbre 18,00%
Oui 0,00% fruitier
Non 41,67%
30,00%
58,33%

Culture
50,00%
Terrain
2,00%

Figure 10 : répartition des biens Figure 11 : Inven


Au cours des travaux de déguerpissement, plusieurs personnes ont perdu des biens.
Ceux-ci ont conduit soit à l’arrêt ou au ralentissement de leurs activités économiques.

Sur l’ensemble des 120 personnes interrogées, 50 personnes soit 41,67% affirment avoir
perdu des biens contre 70 personnes soit 58,33%.

A la lecture de la figure 11 faisant un inventaire des biens répertoriés, les personnes


disposant des cultures 50% et des arbres fruitiers 30% pour les activités économiques ont
été le plus affectées par les travaux de déguerpissement ; En outre on note 18% des
maisons perdues et 2% de terrain .L’échantillon a été pris pour 50 personnes ayant perdues
des biens (hors mis les employés de l’entreprise en charge des travaux). Ces résultats
s’apparentent à ceux de N’guessan N’DRIN (2013) qui montrent que pendant les travaux
d’aménagement et de bitumage de la rue wemtenga (29.13), Ouagadougou, plusieurs
personnes dans l’emprise du projet ont perdus des biens matériels tel que les hangars,
maisons etc.

P a g e 51
III.3.2.2.3 Indemnisation des biens perdus
50

45

40

35

30

25

20 86%
15

10

5
14%
0

Figure 12 : Indemnisation des biens perdus


Au vu de la figure qui précède, il est fort de constater que sur les 50 personnes
ayant déclaré les biens perdu, 7 personnes seulement affirment avoir été indemnisé soit un
pourcentage de 14% ; par contre 43 autres personnes attendent toujours leur indemnisation
soit un pourcentage de 86%. Ainsi d’après la marge dominante « 86% », cette situation est
due au non-respect du cahier de charge par l’entreprise élaboré d’un commun accord avec
la population. Cette dernière affirme avoir perdu maisons, cultures et ainsi que des tombes
profané lors de la recherche du gravillon nécessaire au bitumage. Pourtant les clauses du
marché en article 44 portant sur la « Consistance des prix » stipule que tous les
expropriations à effectuer en dehors de l’emprise de la route pour les besoins de chantier
sont à la charge du cocontractant. Par ailleurs ce résultat rejoint la publication de Nsana
(2016) qui dans son article montrait qu’il y a eu des problèmes d’indemnisations sur
l’autoroute Yaoundé-Douala.

P a g e 52
III.3.2.2.4 Répartition des répondants en fonction de la présence de site
d’emprunt et ou de dépôt de terre végétale

presence ou non d'un site


d'emprunt de terre
8,33% Oui
20%

91,67%
Non
80%

Oui Non

Figure 13 : présence ou non d’un site


Figure
d’emprunt ou de dépôt de terre

Les figures 13 et 14 illustrent les proportions des enquêtés en fonction de la


présence ou non d’un site de dépôt et ou d’emprunt de terre. A la lecture de ces
diagrammes, on constate que sur l’ensemble de l’échantillon enquêté soit 120 personnes,
110 personnes ne disposent pas de site d’emprunt ou de dépôt de terre dans leur parcelle
soit 91,67% contre 8,33% personnes disposant de site dans leurs parcelles (Voir la figure
13). Par contre à la figure 14, il convient de constater que sur les 10 personnes disposant de
site dans leur parcelle, 80% contre 20% affirme que ces sites ne sont pas encore restaurés.
Ceci peut se justifier le fait que l’ensemble de ses sites sont encore en cours d’exploitation
par l’entreprise, ou simplement relève de négligence par l’entreprise biaisant de ce fait
cette clause du marché sur LES TRAVAUX REMIISES EN ETAT DES SITES qui
stipule que : « L’entreprise exécutera à la fin des travaux, les travaux nécessaires à la
remise en état du site ».

III.3.2.2.5 Recommandations de la population riveraine au maître d’ouvrage


Au regard de tous les désagréments causés par les travaux de terrassement et de
déguerpissement, afin de réduire les frustrations sociales des usagers et surtout des
riverains quelques recommandations ont été faites à l’endroit des promoteurs du projet et
de l’entreprise.
P a g e 53
Ces recommandations sont représentées dans la figure ci-dessous :

Série1; Aucun;
15,83%
dédomager les
sinistrés; 29,17%
contrôle plus
assidu des
travaux; 22,50%

Série1; resilier le
contrat de
l'entreprise;
20,00%

Série1; veiller au Série1; sanction en


respect du delai des cas de manquement;
travaux; 4,17% 8,33%

Figure 15 : Recommandations de la population riveraine au maître d’ouvrage


Sur l’ensemble des populations enquêtées, 29,17% des personnes souhaitent que l’on
dédommage les sinistrés ceci conformément au cahier de charge. Malgré le retard observé
dans l’exécution des travaux et les désagréments causés, le plus important est que le projet
arrive à terme pour la satisfaction de tous. En outre l’on constate que 22,5% opte pour un
contrôle plus assidu des travaux ,20% de cette population enquêtée souhaite par contre une
résiliation du contrat à l’entreprise en charge des travaux, 15,83% des personnes
n’attendent aucunes solutions des autorités, Par ailleurs 8,33% des personnes opte pour des
sanctions en cas de manquement et seulement 4,17% pense qu’il faut veiller au respect du
délai des travaux.

III.3.2.2.6 Fréquence des non conformités environnementales reçue par les employés
de l’entreprise

Afin d’analyser le niveau de conformité sur les exigences environnementales


entrepris par l’entreprise en charge des travaux et ses sous-traitants, une question a été
administré sur la nature des non conformités environnementales déjà reçue par les
employés sur le chantier.

P a g e 54
[NOM DE Chantier
CATÉGOR non
IE] usée securisé
[POURCE 17,78%
Non NTAGE]
Travail
43,75 Oui
de nuit
% 56,25
26,67%
%
Non port
des EPI
46,67%

Figure 16 : répartition en fonction des Figure 17 : nature des non-conformités


non-conformités environnementales

Au regard des figures qui précède, il en ressort que sur les 80 employés interrogés
45 ont affirmé qu’ils ont déjà une conformité environnementale soit un pourcentage de
56,25% contre 35 personnes soit 43,75%. Pour ceux ayant reçue une non-conformité, il est
fort de constater que le pourcentage dominant est celui du non port des EPI soit 46,67%,
suivi de la mauvaise sécurisation du chantier 26,67% ; la mauvaise gestion des huiles usées
à la base vie de l’entreprise et ou sur le chantier et le travail de nuit viennent en dernière
position avec chacun 17,78% et 8,89%. Ces non conformités sont dû relativement à la non
disponibilité du matériel, à insuffisance de formation sur les bonnes pratiques
environnementales aux ouvriers et l’absence de planning régulier de travail entre autres.

III.3.2.2.7 Recommandation des employés à l’entreprise et au maitre


d’ouvrage
Suite aux insuffisances constatés et cause de plusieurs non conformités
environnementales observés dans l’exercice de leurs activités, plusieurs recommandations
ont été reformulés par le employés à l’entreprise et au maitre d’ouvrage promoteur du
projet. Ces recommandations sont représentées dans la figure ci-dessous :

P a g e 55
Mise en œuvre
d’une
planification
hebdomadaire
Renforcement des activités
du personnel 13,75%
23,75%
Crée un espace
pour stocker les
déchets
12,50%
Paiement des
décomptes à Achat du
temps matériel
27,50% 22,50%

Figure 18 : Recommandation des employés à l’entreprise et au maitre d’ouvrage

À la lecture de ce tableau, force est de constater que sur l’ensemble des employés
enquêtés, 27,5% des personnes souhaitent que le maitre d’ouvrage porteur du projet paye
les décomptes de l’entreprise à temps, 23,75% souhaite un renforcement en terme de
personnel qualifié au niveau de l’entreprise, parmi les employés ayant déjà reçue une non-
conformité environnementale 22,5% souhaite avoir une dotation en terme de matériels
notamment les EPI, le renforcement en panneaux de signalisations, le renforcement des
bacs de stockage pour déchet solide et liquide sur le chantier entre autre. Par ailleurs
13,75% des employés souhaite que l’entreprise mette sur pieds un planning hebdomadaire
des activités afin de renforcer le niveau de communication inter sectoriel et 12,5% quant à
eux voudrait que l’entreprise crée de l’espace de stockage pour déchet du chantier.

P a g e 56
CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

 CONCLUSION

Dans cette étude, il était question de réaliser une évaluation de la mise en œuvre du
PGES des travaux de construction des routes de désenclavement du bassin agricole de
l’ouest afin de s’assurer que la dimension environnementale est effectivement prise en
compte durant la phase de réalisation du projet. Ainsi force a été de constater que plusieurs
impacts négatifs non prédits par l’EIES ont surgis et que les mesures prévues dans le PGES
de l’EIES n’ont pas été totalement respectées notamment le dédommagement des sinistrés,
la restauration des sites d’emprunts du projet par l’entreprise, la gestion des déchets sur le
chantier, l’entretien régulier des voies de déviation, la mise en place des panneaux de
signalisation aux endroits spécifiques entre autres. La réalisation d’une enquête auprès des
populations riveraines et après des employés de l’entreprise a permis de ressortir diverses
raisons expliquant ces insuffisances observées dans l’exécution du PGES à savoir : le
retard lié au décaissement des fonds alloués pour l’indemnisation des sinistrés, le retard lié
au payement des décomptes à l’entreprise, la tolérance de la mission de contrôle, la
légèreté dans la mise en œuvre du PGES au niveau de l’entreprise.

 RECOMMANDATIONS

Afin de renforcer la capacité des acteurs dans la mise en œuvre du PGES et de le


rendre plus efficace, il est recommandé :

Au maitre d’ouvrage : le MINTP

 De renforcer les capacités des acteurs du suivi du PGES par des séminaires de
formations ;
 Mettre en place un plan de compensation ou d’indemnisation des populations affectées
par les désagréments causé par le projet ;
 De veiller à l’application effective des mesures d’indemnisation des personnes
sinistrées prévues dans le plan de compensation afin de faciliter l’avancement des
travaux ;
 De s’assurer de l’entretien des infrastructures après le projet pour que les populations
puissent profiter des infrastructures sur le long terme.

A la mission de contrôle : ECTA-BTP Sarl

P a g e 57
 De sanctionner en cas de manquement observé par l’entreprise ;
 D’accompagner l’entreprise dans l’exercice de ses taches afin de réduire la fréquence
des non-conformités observées ;
 De faire de la participation du public un atout pour la bonne marche du projet.

A l’entreprise responsable des travaux : ESER CONTRACTING.IN.CO.

 De s'assurer que les prescriptions du PGES établies sont scrupuleusement respectées ;


 D’exiger à l’avenir à ses sous-traitants le recrutement d’un environnementaliste et
d’un conducteur de travaux sur le chantier ;
 De mettre à la disposition de ses employés, une prime d’encouragement HSE afin de
les motivé dans l’application des exigences environnementales contenues dans le
PGES ;
 De mettre à la portée du responsable environnement les moyens nécessaire à l’exercice
de ses fonctions.

P a g e 58
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

ADI., (2011). Plan communal de développement de Mbouda, 316p

ANDRE P., DELISLE C. ET REVERET J-P., (2003). Evaluation des Impacts sur
l'environnement : processus, acteurs et pratiques pour un développement durable. Editions
de l'Ecole polytechnique de Montréal, Montréal, 519 pages.

BECKER, B. (1997). « Sustainability Assessment: A Review of Values, Concepts, and


Methodological Approaches », Issues in Agriculture 10, Washington D.C., 70p
Consultative Group on Agricultural Research,www.worldbank.org/html/cgiar/publications/
issues/issues10.pdf

BUCREP, RGPH., (2010). Rapport de présentation des résultats définitifs, 67p.

CROWLEY, M. ET N. RISSE (2011). « L’évaluation environnementale stratégique : un


outil pour aider les administrations publiques à mettre en œuvre le développement durable
», Télescope, vol. 17, n° 2, p 29.

GAETAN A LEDUC, MICHEL RAYMOND., (2000). L’évaluation des impacts


Environnementaux : Un outil d’aide à la décision, ÉDITIONS MULTIMONDES, 930, rue
Pouliot, Sainte-Foy (Québec), G1V 3N9 CANADA, 427p.

GRO HARLEM BRUNDTLAND., (1987). Rapport Brundtland, Oslo ,349p

INTERNATIONAL ASSOCIATION FOR IMPACT ASSESSMENT (2002). Strategic


Environmental Assessment: Performance Criteria, Fargo (North Dakota), IAIA Special
Publication Series, n° 1, www.iaia.org/publicdocuments/special-publications/sp1.pdf

INTERNATIONAL ASSOCIATION FOR IMPACT ASSESSMENT (1999).


Principles of Environmental Impact Assessment Best Practice, Fargo (North Dakota) ,99p.

JACOBS P, ET AL., (1988). Développement durable et évaluation environnementale :


perspectives de planification d’un avenir commun, document d’information préparé pour le
conseil canadien de la recherche sur l’évaluation environnemental, 264p.

KETTY BALTHAZARD-ACCOUA, ELMYRE CLERVIL., (Été 2018). Intégration de


l’évaluation environnementale stratégique (EES) dans le processus de l’évaluation
environnementale (EE) en Haïti. Haïti Perspectives, vol. 6, n° 3, p 41.

P a g e 59
MOLINES NATHALIE., (2003). Méthodes et outils pour la planification des grandes
infrastructures de transport et leur évaluation environnementale. Thèse de doctorat.
Université Jean Monnet de Saint-Étienne, 450 p.

NSANA L., (2016). Autoroute Yaoundé-Douala : les premières indemnisations payées,


journal du Cameroun.

PIERRE SAMUEL NEMB., (2012). Transports routiers et développement durable au


Cameroun : Paris, Harmattan, p 25. Disponible sur : http://www.librairieharmattan.com

RAINBOW., (2008). Guide de réalisation et d’évaluation des études d’impact


environnemental au Cameroun ,190 p.

SADAR, H. ET SMITH, M. W. ET AL (1994). Évaluation des impacts


environnementaux. Ottawa. Carleton University Press pour Impact Assessment Center.

SETRA ET AL., (1997). Les études d’environnement dans les projets routiers - Guide
méthodologique. SETRA: Service d’Études Techniques des Routes et Autoroutes. Paris. 308
p.

SPERLLERBERG, IAN, F., (1998). Ecological effects of roads and trafic : a literature
review.Global Ecology and biogeography letters, Volume 7, 334p.

SONIA BROEZ., (2013). Maitriser l’évaluation des impacts environnementaux dans les
projets d’infrastructures de transport : quels enseignements tirer des pratiques européennes
?, TDIE, 114p.

SANYS GLOBAL CONSULTING et al., (2017). Rapport définitif de l’étude d’impact


environnemental et social des travaux de construction des routes de désenclavement du
bassin agricole de l’ouest, 440p.

ZINEB ALAOUI MDAGHRI., (2008). Intégration de la pensée cycle de vie aux études
d'impacts: Cas du site minier Raglan, Université de Montréal, 302p.

P a g e 60
ANNEXES
Annexe 1 : Description du projet et Présentation de l’entreprise d’accueil
 Description du projet
 Contexte et justification du projet

Dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie des populations et de


réduction de la pauvreté, le Gouvernement de la République se propose de construire les
routes de désenclavement du bassin agricole de l’Ouest. Le projet est constitué des
tronçons de routes suivants : BalevengŔBangangŔBatchamŔMbouda (25,735 km) Mbouda-
BagamŔGalim (17,838 km), Mbouda-Bamesso-Galim (17,485 Km), Mbouda-Balaloum-
Bati (24,06 Km), Balaloum Ŕ Ngouaya (9,220 km), Balessing-Batcham (12,977 km) pour
une longueur totale de 110 km pour le lot1.

La zone du projet est fortement peuplée avec une densité de population variant de
50 à 200 habitants au km2. Les principales tribus rencontrées sont les Bamilékés, les
Bamoums et les Bororos. La population de la zone du projet est très dynamique et les
conditions climatiques ainsi que la qualité des sols sont très favorables à la pratique des
activités agro-pastorales. Ainsi, la population s’adonne à l’élevage, à l’agriculture, à la
pisciculture et au petit commerce. On y rencontre des plantations à perte de vue ainsi que
des grandes fermes d’élevage, ce qui en fait un grand bassin de production agro-pastorale.

Les routes ci-dessus mentionnées sont en piteux état et non circulables en toute
saison, eu égard à la grande pluviométrie de la zone, à son relief escarpé ainsi qu’à la
qualité du sol. Cette situation ne facilite pas l’écoulement de la forte production agricole
de la zone vers les grands centres urbains. Le Gouvernement de la République du
Cameroun se propose donc de construire lesdites routes afin de booster l’économie de
ladite zone et améliorer les conditions de vie des populations riveraines. L’autre objectif
du Gouvernement à travers ce projet routier est l'amélioration des infrastructures socio-
économiques dans la zone à travers la mise en œuvre de certains microprojets comme la
construction des forages et puits d’eau, la réhabilitation de certains centres de santé, la
réhabilitation des salles de classe, etc.

 Etat des lieux

Eu égard à la dispersion des tronçons de route concernés, le projet a été divisé en


deux lots : LOT 1

Page a
Le lot 1 concerne tous les tronçons de route du projet qui se trouvent dans les
départements des Bamboutos et de la Menoua. Il s’agit de :

Tronçon 1 : BalevengŔBangangŔBatchamŔMbouda (25,523 km);

Le projet sur ce tronçon démarre à l’ouest de la ville de Baleveng au Pk 0+000 et s’arrête à


l’entrée de la ville de Mbouda au Pk 25 + 525. Le projet passe à travers plusieurs villages
de moyenne importance en termes de densité de populations. Bagang, Batcham et Mbouda
sont les localités les plus importantes en termes d’infrastructures existantes et de
population. L’état de la chaussée est très dégradé et présente de nombreux nids de poule
ainsi des bourbiers en saison des pluies. Du fait de ce mauvais état de la route, le trafic sur
ce tronçon, quoi que régulier, n’est pas intense. Il se résume essentiellement en des
camions transportant des marchandises et quelques véhicules de transport en commun. Les
emprises sont occupées de part et d’autres par les cultures vivrières et les arbres fruitiers. A
la traversée des agglomérations quelques habitations ainsi que les réseaux de distribution
d’eau et d’électricité sont bien perceptibles au voisinage de la route. Le réseau
d’assainissement ainsi que la signalisation sont presqu’inexistants. Le relief est
pratiquement plat le long du projet sauf entre les PK 0 +000 et 1+ 000 ; 2 +000 et 3+000 ;
4+000 et 16+500 ; 19+500 et 22+000 où l’on note des pentes supérieures à 13%. Le point
culminant (1680 m) sur ce tronçon de route se trouve au PK 8+560 et le plus bas (1405 m)
au PK 23+525 (SANYS GLOBAL CONSULTING et al., 2017).

Tronçon 2 : Mbouda-BagamŔGalim (18,005 km)

Ce tronçon prend son origine à Mbouda, sur la Route Nationale N°6 à 1 300m à
proximité de l’axe Mbouda-Babadjou et prend fin à l’entrée de la ville de Galim. Le projet
passe à travers plusieurs villages de grande importance du point de vue infrastructures et
densité de population, notamment Bagam et Galim. La chaussée sur ce tronçon, d’une
largeur d’environ 6 m, est très dégradée. La couche de roulement y est totalement
inexistante et le terrain naturel est très argileux. Les maisons d’habitation et quelques
commerces côtoient la chaussée et plus particulièrement au niveau de Galim. L’on observe
aussi les champs de cultures vivrières et de rente de part et d’autre de la route. Si l’on note
la présence de la signalisation au niveau de Galim et Mbouda, elle est inexistante sur tout
le reste du tronçon ainsi que l’assainissement. Le trafic est constitué essentiellement de
motos, de pick-up et de camionnettes qui servent au transport des productions des cultures
et des personnes vers les centres urbains (SANYS GLOBAL CONSULTING et al., 2017).

Page b
Tronçon 3 : Mbouda-Bamesso-Galim (17,491 Km)

Ce tronçon prend son origine à Mbouda, sur la Route Nationale N°6 à 1 000 m à
peu près sur l’axe Mbouda-Babadjou et prend fin à l’entrée de la ville de Galim. Le projet
passe à travers plusieurs villages de grande importance du point de vue infrastructures et
densité de population, notamment Bamesso et Galim. Ce tronçon présente singulièrement
les mêmes caractéristiques que le précédent puisqu’ils se situent tous les deux dans la
même zone et sont parallèles (SANYS GLOBAL CONSULTING et al., 2017).

Tronçon 4 : Mbouda-Balaloum-Bati (24,110 Km)

Le PK 0+000 de ce tronçon de route se trouve au Sud-Est de la ville de Mbouda et


se termine à l’entrée de la ville de Bati PK 24+110). Le projet passe à travers plusieurs
villages de moindre importance en termes de densité de populations. Bati et Mbouda sont
les localités les plus importantes en termes d’infrastructures existantes et de population.
L’habitat naturel est clairement visible des deux côtés de l’axe de la route. La chaussée sur
ce tronçon, d’une largeur d’environ 6 m, est très dégradée et présente de nombreux
bourbiers. La couche de roulement y est totalement inexistante et le terrain naturel est très
argileux, ce qui est à l’origine de la formation des bourbiers. Le trafic est fortement réduit
du fait de ce mauvais état de la chaussée. Il se résume en quelques motocyclettes et pick-up
qui assurent le transport des produits vivriers très abondants dans la zone. L’assainissement
ainsi que la signalisation sont inexistants. Des deux côtés de la route, la flore a cédé la
place à de vastes champs de cultures qui s’étendent à perte de vue. Le relief est
pratiquement plat le long du projet sauf entre les PK 15 +600 et 17+ 600, 19+000 et
20+500, 22+400 et 24+167 où l’on note des pentes supérieures à 11%. Le point culminant
(1316 m) sur ce tronçon de route se trouve au PK 0+400 et le plus bas (1118 m) au PK
14+600 (SANYS GLOBAL CONSULTING et al., 2017).

Tronçon 5 : Balaloum – Ngouaya (9,300 km)

Le PK 0+000 de ce tronçon de route se trouve à Balaloum et se termine au niveau


de la localité de Ngouaya PK 9+301). Le projet passe à travers plusieurs villages de
moindre importance en termes de densité de populations. L’on observe clairement
l’habitat naturel des deux côtés de l’axe de la route. La route est en très mauvais état avec
un grand bourbier à l’entrée de la localité de Ngouaya. La signalisation et l’assainissement
sont inexistants. Les emprises sont occupées par des cultures et quelques habitations. Le
relief est pratiquement plat le long du projet sauf entre les PK 0 +000 et 3+ 000 où l’on

Page c
note des pentes supérieures à 11%. Le point culminant (1190 m) sur ce tronçon de route se
trouve au PK 1+380 et le plus bas (1122 m) au PK 0+180 (SANYS GLOBAL
CONSULTING et al., 2017).

Tronçon 6 : Balessing-Batcham (12,977 km)

Le PK 0+000 de ce tronçon de route se trouve à l’Est de la ville de Balessing et se


termine à l’entrée de la ville de Batcham PK 12+977). Le projet passe à travers plusieurs
villages de moindre importance en termes de densité de populations. Batcham et Balessing
sont les localités les plus importantes en termes d’infrastructures existantes et de
population. L’habitat naturel est clairement visible des deux côtés de l’axe de la route. La
chaussée sur ce tronçon, d’une largeur d’environ 6 m, est très dégradée et présente de
nombreux bourbiers. La couche de roulement y est totalement inexistante et le terrain
naturel est très argileux, ce qui est à l’origine de la formation des bourbiers. L’on note la
présence des canalisations d’eau ainsi que les poteaux électriques dans les emprises. Les
champs de cultures ainsi que beaucoup d’arbres fruitiers bordent les deux côtés de la route
et à perte de vue. Le réseau d’assainissement est inexistant et la signalisation est
perceptible au niveau des grandes agglomérations comme Batcham et Balessing. Le relief
est pratiquement plat le long du projet sauf entre les PK 1 +900 et 2+ 500 où l’on note des
pentes supérieures à 6%. Le point culminant (1600 m) sur ce tronçon de route se trouve
au PK 12+800 et le plus bas (1406 m) au PK 2+040 (SANYS GLOBAL CONSULTING
et al., 2017).
 Caractéristiques des aménagements envisagés
 Aménagements envisagés et emprises du projet

Bien que le projet ait plusieurs tronçons dispersés dans plusieurs départements de la région
de l’Ouest, les caractéristiques de tous ces tronçons sont identiques. Des modifications de
tracé ne sont pas prévues mais l’emprise doit être élargie pour passer de 6 à 10 m de
chaussée. Les caractéristiques techniques retenues pour la route sont les suivantes:
 Dimensionnement de chaussée :

 Largeur de 7 m,
 02 voies de circulation à double sens ;

 02 accotements de 1,5m ;

Page d
 une vitesse de référence 80 km/h, avec environ 8% linéaire à 60km/h (en dehors
des traversées des agglomérations où la vitesse ne devrait pas aller au-delà de
50km/h).
 Prise en compte des amorces des voies secondaires de largeur 6,00m et longueur
20m

 Structure de chaussée :
 Fondation en grave latéritique ou en pouzzolane : épaisseur 20cm
 Base en tout venant de concassage type 0/31.5 : épaisseur 15cm
 Revêtement en béton bitumineux : épaisseur 5cm
 Revêtement des accotements en enduit superficiel bicouche.

 la pose de la signalisation verticale et horizontale ;


 la construction des dalots et des buses en béton armé
 Les travaux connexes retenus à l’issue de la présente étude et comptant pour des
mesures environnementales et sociales (SANYS GLOBAL CONSULTING et al.,
2017).

 Durée du projet et coûts des travaux

L’exécution des travaux est prévue pour une durée de quarante-deux (42) mois, soit
six (6) mois pour la phase des études et trente-six mois pour la phase de construction, sous
financement du budget d’investissement public du MINTP de l’exercice 2015 à hauteur de
quarante-quatre milliards quarante-sept millions quatre cent mille deux cent trente-six
francs CFA (44 047 400 236), (SANYS GLOBAL CONSULTING et al., 2017).

 PRESENTATION DE L’ENTREPRISE
 Définition

L’entreprise camerounaise des techniciens associes en bâtiments et travaux publics


(ECTA BTP) est une société anonyme à responsabilité limite ayant un capital de 100 000
000fcfa.il est certifie à la norme iso 9001 ; 2015 et est spécialisé en études et contrôles
dans les bâtiments et travaux publics. Plus précisément il intervient dans le domaine
routier, les bâtiments, les ouvrages d’art, les voiries urbaines, l’assainissement et
hydraulique.

 Histoire de ECTA BPT Sarl

Page e
Le vent de la mondialisation et de la privatisation des divers secteurs d’activités ont
amené les gouvernements vers les années 1990 à se tourner vers le secteur prive à qui
plusieurs prérogatives ont été cédées. C’est ainsi que le jeune bureau d’étude ECTA BTP
Sarl fondé en 1989 (30ans de service aujourd’hui) s’est inséré dans cette mouvance et a
développé sa politique de conquête des marches. Il est devenu Sarl en 1998 dans le but de
se conformer à la norme OHADA. ECTA BTP Sarl intervient au Cameroun et dans la
sous-région pour le compte d’une clientèle très diversifié composé : d’administrations, de
collectivité locale, d’entreprises publiques et parapubliques, de bailleurs de fonds
nationaux et privés dans des domaines variés. Apres 21ans de sévices (c’est-à-dire en
2010), elle devient la seule entreprise, dans son secteur d’activités certifié à la norme ISO
9001:2008. Plus tard en 2015(plus précisément le 12 octobre 2015), ECTA BTP quitte de
son titre ISO 9001 : 2008 pour épouser la norme ISO 9001 : 2015 tout en restant toujours
la seule entreprise certifié à cette norme dans son secteur d’activité. Cette dernière
progresse jusqu’à nos jours avec cette dernière certification et en ayant pour slogan :
« Notre passion : la qualité ». ECTA-BTP Sarl est une entreprise à chiffre d’affaire
croissant. Cela se justifie par la confiance qu’elle a méritée des différents bailleurs des
fonds. Mais de 2013 à 2015 elle enregistre une baisse du chiffre d’affaire due à une
politique de ciblage des clients préférentiels. De 2012à2016, elle enregistre respectivement
2798889137, 177301449,1990020564 ,1703350910 et 2084995083 FCFA comme chiffre
d’affaire.

 Domaines d’activités

ECTA BTP SARL offre une gamme complète de services touchant la plupart des domaines
d’ingénierie, et plus spécifiquement les domaines suivants :

 Les études et contrôle des travaux des bâtiments ;


 Les études routières comprenant les études du tracé et d’ouvrage d’assainissement ;
 Le contrôle des travaux routiers (terrassements, chaussée, ouvrages d’art et
d’assainissement, ouvrages annexes etc.) ;
 Les études et contrôle des travaux d’adduction d’eau potable et hydraulique
villageoise ;
 Les études et le contrôle des travaux d’éclairage publics ;
 L’évaluation des procédures de passation des marchés publics, l’évaluation des
projets ;

Page f
 Les études et le contrôle des travaux en voiries urbaines, les études
topographiques ;
 Les études foncières, les études urbanistes, les études paysagistes ;
 Les études architecturales, les enquêtes.

 Organisation et personnel de ECTA-BTP Sarl

Le personnel de ECTA-BTP Sarl est soigneusement choisi afin d’assurer les


prestations d’une qualité technique élevée tout en conservant le coût de ses services à un
niveau compatible avec l’environnement économique actuel du Cameroun et des pays des
autres Maîtres d’ouvrages. Le dynamisme de ce personnel conjugué avec la qualité de nos
présentations nous ont permis d’accroitre la confiance de nos clients et partenaires. Les
résultats des dernières années en croissance soutenue en sont une preuve tangible.

Les principaux critères de sélection des membres du personnel sont les suivants :

 Pertinence de la formation académique et des qualifications techniques et


professionnelles ;
 Envergure de l’expérience acquise dans le cadre de la réalisation des projets
similaires à ceux du domaine de compétence d’ECTA-BTP Sarl ;
 Capacité démontrée de travailler de façon productive et efficace ;
ECTA-BTP Sarl est l’un des plus importants bureaux d’études de multidisciplinaires
d’ingénieurs conseil dont les locaux sont installés au Cameroun. Il recherche à travers des
études réalisées la qualité des prestations et la création d’une image de marque à l’échelle
de ses ambitions techniques.

Ainsi, grâce à son vaste bassin de ressources humaines fait des ingénieurs, des
professionnels et des techniciens, l’entreprise peut mettre sur pieds des équipes d’expert
expérimentés et pluridisciplinaires aptes à répondre aux exigences spécifiques d’un projet
quel que soit son ampleur ou sa diversité.

Tableau 11 : récapitulatif des différents personnels employés d’ECTA-BTP Sarl


Ingénieurs de Genil civil ; Technicien supérieurs en génie civil ;
Ingénieur de l’équipement rural ; Projecteur VRD ;
Ingénieur informatique ; Expert en suivi et évaluation des projets ;
Cadres administratifs et financiers ; Secrétaires de direction ;
Cadres administratifs sociologue ; Agents de bureau ;
Cadre en gestion des relations publiques ; Chauffeurs ;

Page g
Techniciens supérieurs en topographie ; Agent d’entretien ;
Technicien supérieurs de génie rural ;

Ce personnel permanent est complété par un vaste répertoire de consultants qui travaillent
dans les domaines de l’économie des transports, de l’urbanisme, de l’architecture, de la
géotechnique, de l’hydrologie, du génie civil et aussi dans les domaines relevant de
l’architecture, paysagiste etc... C’est ainsi que l’effectif du personnel se module avec
l’importance, la difficulté et la spécificité des taches à réaliser.

 Les objectifs de l’entreprise

ECTA-BTP SARL a comme objectif la croissance de ses activités grâce :


 A ses capacités à identifier et à satisfaire les besoins des clients
 Au développement de nouveaux marchés (zone géographique)
 A la maitrise de couts en production et au sein des projets
 A la tenue de ses engagements et de ses délais contractuels ; par la maitrise
de la chaine logistique et le management des projets.

Annexe2: Fiche d’enquête sur les travaux de construction des routes de


désenclavement du bassin agricole de l’ouest lot 1(110 km)
I- INDENTIFICATION DE L’ENQUÊTÉ
1. Nom :…………………………………………………………………………………….
2. Age : a]15à 25 ans] ; b [26à 35ans] ; c [36à 45 ans] ; d [46à 55 ans] ; e [56 ans et plus [

3. Sexe : a)Masculin b) Féminin

4. Lieu de résidence :…………………………………………………………………………

5. Situation matrimoniale : a)Célibataire b) Marié(e) c)Veuf/Veuve d) Divorcé(e)

6. Niveau d’étude : a) Primaire b) Secondaire c) Supérieure d) Aucun

7. Fonction : a)Agriculteur b) Artisan c)Commerçant d) Fonctionnaire


e)Chauffeur f) Moto taximan

8. Contacts :…………………………………………………………………………… ……

II- CONNAISANCE SUR LE PROJET

Page h
1- Est-ce que vous êtes informé des travaux de construction des routes désenclavement du
bassin agricole de l’ouest ? a)Oui b) Non

Si oui depuis quand ?…………………………………………………………………………

2- Connaissez-vous le promoteur du projet ?

a) La mairie b) une élite local c) une association d) le MINTP

Autres à signaler :…………………………………………………………………………….

3- Etes-vous employé dans le projet ? a) Oui b) Non

Si Oui quel poste occupé vous ?...............................................................................................

4- Que pensez de l’état d’avancement des travaux sur terrain : a) Très lent (déplorable)
b) Rapide (bon) c)Très rapide (excellent)

Si Très lent (déplorable), pourquoi d’après vous ? …………………………………………

III-DIAGNOSTIC DES PROBLEMES LIES A LA REALISATION DU PROJET

5- Avez-vous formulé des attentes à l’arrivé du projet en 2019 ? a) Oui b) Non

Si oui lesquelles ? a) Adduction d’eau potable (forage) b) construction

6- Rendu en 2019 sont-elles déjà réalisées ? a)Oui b) Non

Si oui lesquelles ?....................................................................................................................

7- Avez-vous perdu des biens lors des travaux d’implantation et d’aménagement du projet?

a)Oui b) Non

Si oui lesquels :a) maison b) terrain c)arbre fruitier d) culture e)plante


médicinale

8- Avez-vous été dédommagé ? a)Oui b) Non

Si Non, pourquoi ?....................................................................................................................

9- Que proposez-vous de faire


?……………………………………………………………...

Page i
10- Il y a-t-il un site d’emprunt ou de dépôt de terre dans votre parcelle ? a) Oui b) Non
A-t-il déjà été remis en état après son exploitation ? a) Oui b) Non

Si Non pourquoi ?....................................................................................................................

11- Quels désagréments ou problèmes vous causent les travaux de construction des
routes désenclavement du bassin agricole de l’ouest depuis le démarrage des travaux?
a) Nuisance sonore b) Pollution c)Assainissement des eaux d) Absence de
servitude e) Propension de poussière f) Perturbation des réseaux d’adduction d’eau
potable
g) Perturbation des activités économiques

13- Que proposez-vous comme solutions au maître d’ouvrage (Ministère des Travaux
Publics) pour résoudre ces problèmes générés par le projet ?

a) dédommager les sinistrés b) contrôle plus assidu des travaux c) sanction en cas de
manquement d) veiller au respect du délai des travaux e) résilier le contrat de
l’entreprise f) aucun

Fiche pour employés opérant sur le chantier

I. IDENTIFICATION DE L’ENQUÊTÉ
1- Nom et prénoms : ………………………………………………………………………
2- Sexe :a) Masculin b) Féminin
3- Situation matrimoniale : a) Célibataire b) Marié(e) c)Veuf/Veuve d) Divorcé(e)
4- Niveau d’étude : a) Primaire b) Secondaire c) Supérieure d) Aucun
5- poste occupé : a) Cadre supérieur b) Employé c) Manœuvre

II. CONNAISSANCE ET ANALYSE DES INSUFFISANCES LIÉES À L’EXÉCUTION


DU PGES DURANT LES TRAVAUX.

1- Depuis quand êtes-vous dans ce projet ?


………………………………………………………………………………………………

2- Connaissez-vous le promoteur du projet ?


a) La mairie une élite local b) une association c) le MINTP
Autres à
signaler :……………………………………………………………………………..

Page j
3- Que pensez de l’état d’avancement des travaux sur terrain :
a) Très lent (déplorable) b) Rapide (bon) c)Très rapide (excellent)

Si Très lent (déplorable), pourquoi d’après vous ? …………………………………………

4- Avez-vous déjà reçue une non-conformité de la mission de contrôle ?


a)Oui b) Non
Si laquelle ? …………………………………………………………………………………
Pour quel motif ?....................................................................................................................

5- Des séances de formation sur les exigences environnementales sont-elles dispensées à

l’attention du personnel opérant sur le chantier ? a) Oui b) Non

Si oui lesquelles ?......................................................................................................................

6- Sur le chantier, rencontrez-vous des problèmes/difficultés ? a) Oui


b) Non
Si Oui, lesquels ?…………………………………………………………………………...

Pourquoi ? ……………………………………………………………………………………

7- Le personnel dispose-t-il des EPI (équipement de protection individuel) en permanence


sur le chantier ? a) Oui b) Non
Si Non pourquoi ? ....................................................................................................................

8- Le chantier est-il en permanence signalé et sécurisé lors de la conduite des travaux ?


a) Oui b) Non

Si Non pourquoi ?.....................................................................................................................

9- Comment gérez-vous les déchets sur le chantier ?..............................................................

10- Que proposez-vous comme solutions ?...............................................................................


…………………………………………………………………………………

Annexe 3 : Guide d’entretien relatif à la mise en œuvre du PGES


Thème : « Evaluation de la mise en œuvre du PGES des Travaux de Construction des
Routes de Désenclavement du Bassin Agricole de l’Ouest lot1 ».

Présentation de l’intervieweur
Page k
Bonjour, merci d’avoir accepté cet entretien. Je m’appelle : YOUMSI TAMOUODJOUN
David, élevé ingénieur de conception à l’Ecole Nationale Supérieure Polytechnique de
Maroua et stagiaire à ECTA BTP Sarl dans le cadre du contrôle des travaux de
construction des routes de désenclavement du bassin agricole de l’ouest lot1. Je réalise une
enquête sur la mise en œuvre du PGES du projet afin de connaitre les problèmes liés à
l’exécution du dit PGES pendant la phase de réalisation des travaux.

La durée de cet entretien n’excèdera pas trente minutes. Au cours de cet entretien,
j’aimerais que nous abordions les axes suivant : Connaissance du PGES, entrave liés à son
application, collaboration et perspectives.

Connaissance et entraves liés à l’exécution du PGES

 Pour commencer je voudrais vous demander à quoi vous pensez spontanément


quand je vous dis le mot « PGES ». Qu’entendez-vous par PGES ?
 Comment avez-vous pris connaissance de ce PGES ?
 Pouvez-vous me parler des problèmes liés à sa mise en œuvre durant ces travaux ?
 Comment avez-vous pris connaissance de ces problèmes ?
 Dans quelle circonstance ces problèmes surviennent ils ?
 Quels sont les types de problèmes auxquels vous faites face ?
 Quels sont les endroits, les moments, les victimes les plus touchés par ces
problèmes ?
Vers quelle collaboration

 Il y a-t-il des comités locaux participatifs dans le cadre de sa mise en œuvre de ce


projet ?
 Si non, comment collaborez-vous avec les riverains dans la mise en œuvre du
PGES ?
 Il y a-t-il souvent des plaintes populaires ? Si oui, comment les gérez-vous ?
Perspectives

 Envisagez-vous un soutien quelconque, une subvention nouvelle ou plus un


renforcement de capacité ?
 Que faudrait-il envisager pour tenter de pérenniser les directives environnementales
prévues dans le PGES ?

Page l
Annexe 4 : Identification des impacts négatifs non prédits dans l’étude
d’impact environnemental et social des travaux de désenclavement du bassin
agricole de l’ouest lot 1.
FICHE NUMERO : 01

IDENTIFICATION DU PROJET : TRAVAUX DE CONSTRUCTION DES ROUTES DE


DÉSENCLAVEMENT DU BASSIN AGRICOLE DE L’OUEST LOT 1_110 km.
Impact
Désignation Talus de déblais (talus en état d’érosion)
Localisation Tout le long de l’aménagement du projet, notamment sur les routes 4 et 5
Phase du projet Phase de Construction et d’exploitation de la route
Description des causes et manifestation des impacts :
Le terrassement activité principale de la mise en œuvre du projet de désenclavement laisse
entrevoir plusieurs talus de déblais, avec pour conséquences le renforcement de la fréquence
érosion et ainsi posant le problème d’éboulement de ses talus et surtout des habitations perchées à
ses sommets de talus tel est cas la route Mbouda-Bamesso-Galim au lieu-dit PK10+870 du côté
droit et de l’école publique de Bamesso-Latet au PK11+740 entre autres.
CARACTERISATION DE L’IMPACT :
Nature Interaction Durée Portée
Positif Négatif Direct Indirect Court Moye Lon Ponctuelle Local Régional
n g e e
X X X X
Ampleur Occurrence Réversibilité
Mineur Moyenne Majeur Probable Certain Réversible Irréversible
X X X
EVALUATION DE L’IMPACT ABSOLUE
Mineure Moyenne Majeur
X
MESURES ENVIRONNEMENTALES ADAPTEES
TYPE Atténuation
EFFICACITE Bonne
- Construire les fosses de crêtes pour contrôler les eaux torrentielles
- Mettre sur pieds les murs de soutènement
- Prévoir soit les perrés maçonnés et ou l’engazonnement du dit talus
EVALUATION IMPACT RESIDUEL APRES MISE EN ŒUVRE DE LA MESURE
Importance Non significatif

Page m
FICHE NUMERO : 02

IDENTIFICATION DU PROJET : TRAVAUX DE CONSTRUCTION DES ROUTES DE


DÉSENCLAVEMENT DU BASSIN AGRICOLE DE L’OUEST LOT 1_110 km.
Impact
Désignation La destruction des tombes dans l'emprise du projet
Localisation Tout le long de l’aménagement du projet, notamment sur les routes : Baleveng-
Bagang-Batcham-Mbouda au (PK10+040, PK10+120) et Mbouda-Balaloum-
Bati au (PK0+010, PK1+140, PK10+040, PK10+120)
Phase du projet Phase de Construction de la route
Description des causes et manifestation des impacts :
La destruction des tombes est directement liée aux travaux de dégagement et de terrassement de
l’emprise de la route du projet, au cours de ces opérations de nombreuses tombes non prédits par
l’EIES seront affectées pouvant ainsi perturber la stabilité sociale riveraine rattachée à leurs
pratiques coutumière.
CARACTERISATION DE L’IMPACT :
Nature Interaction Durée Portée
Positif Négatif Direct Indirect Court Moye Lon Ponctuelle Local Régional
n g e e
X X X X
Ampleur Occurrence Réversibilité
Mineur Moyenne Majeur Probable Certain Réversible Irréversible
X X X
EVALUATION DE L’IMPACT ABSOLUE
Mineure Moyenne Majeur
X
MESURES ENVIRONNEMENTALES ADAPTEES
TYPE Atténuation
EFFICACITE Bonne
- Choisir une ONG agrée pour l’exhumation et le ré inhumation
- Dotation en moyen financier pour le rituel pour des cas nécessiteux à l’ayant droit
EVALUATION IMPACT RESIDUEL APRES MISE EN ŒUVRE DE LA MESURE
Importance Non significatif

Page n
FICHE NUMERO : 03

IDENTIFICATION DU PROJET : TRAVAUX DE CONSTRUCTION DES ROUTES DE


DÉSENCLAVEMENT DU BASSIN AGRICOLE DE L’OUEST LOT 1_110 km.
Impact
Désignation Les établissements scolaires affectés et ou à proximité de l’emprise de la
route du projet
Localisation Tout le long de l’aménagement du projet,
Phase du projet Phase de Construction de la route
Description des causes et manifestation des impacts :
La projection du projet durant sa phase de terrassement a endommagé plusieurs établissements
scolaires tout au long du projet. Dans l’ensemble la plus part de ces établissements se retrouve soit
très proche de la route soit percher au sommet de crête de talus tel est le cas de l’école publique de
Bamesso Lalet au PK 11+730, Mission Catholique sainte Elizabeth Batcham au17+230 et le Lycée
Technique de Bangang au PK 8+700. Cet état de fait expose les élèves aux risques de chute de
talus et des accidents de la route.
CARACTERISATION DE L’IMPACT :
Nature Interaction Durée Portée
Positif Négatif Direct Indirect Court Moye Lon Ponctuelle Local Régional
n g e e
X X X X
Ampleur Occurrence Réversibilité
Mineur Moyenne Majeur Probable Certain Réversible Irréversible
X X X
EVALUATION DE L’IMPACT ABSOLUE
Mineure Moyenne Majeur
X
MESURES ENVIRONNEMENTALES ADAPTEES
TYPE Atténuation
EFFICACITE Bonne
- Construire les fossés de crêtes pour contrôler les eaux torrentielles pour les établissements
perchés au sommet de talus afin de limiter le risque dégradation.
- La construction d’une barrière pour renforcer la sécurité des élèves pendant et après les heures de
pause.
EVALUATION IMPACT RESIDUEL APRES MISE EN ŒUVRE DE LA MESURE
Importance Non significatif

Page o
FICHE NUMERO : 04

IDENTIFICATION DU PROJET : TRAVAUX DE CONSTRUCTION DES ROUTES DE


DÉSENCLAVEMENT DU BASSIN AGRICOLE DE L’OUEST LOT 1_110 km.
Impact
Désignation Exposition des maisons à risque sur la ligne du projet
Localisation Tout le long de l’aménagement du projet,
Phase du projet Phase de Construction et d’exploitation de la route
Description des causes et manifestation des impacts :
L’aboutissement des travaux de construction des routes de désenclavement va entrainer une série
d’exposition très rapproché d’habitation riveraine le long du projet avec certaines perchées sur des
talus environ 15m d’hauteur posant des problèmes des érosions sur le talus pouvant entrainer
l’effondrement de ces maisons et autre risque de chute des habitants sur le talus, des risques
d’accident liés à l’excès de vitesse des engins et véhicules.
CARACTERISATION DE L’IMPACT :
Nature Interaction Durée Portée
Positif Négatif Direct Indirect Court Moye Lon Ponctuelle Local Régional
n g e e
X X X X
Ampleur Occurrence Réversibilité
Mineur Moyenne Majeur Probable Certain Réversible Irréversible
X X X
EVALUATION DE L’IMPACT ABSOLUE
Mineure Moyenne Majeur
X
MESURES ENVIRONNEMENTALES ADAPTEES
TYPE Atténuation
EFFICACITE Bonne
- Identification et indemnisation des ayants droit
EVALUATION IMPACT RESIDUEL APRES MISE EN ŒUVRE DE LA MESURE
Importance Non significatif

Page p
FICHE NUMERO : 05

IDENTIFICATION DU PROJET : TRAVAUX DE CONSTRUCTION DES ROUTES DE


DÉSENCLAVEMENT DU BASSIN AGRICOLE DE L’OUEST LOT 1_110 km.
Impact
Désignation Exposition et destruction des points d’eaux affectées par le projet
Localisation Tout le long de l’aménagement du projet,
Phase du projet Phase de Construction et d’exploitation de la route
Description des causes et manifestation des impacts :
Pendant l’exécution des travaux plusieurs forages et puits ont été affecté le long du projet. Cette
situation met la population en carence d’eau par endroit et l’expose au risque d’accident de
circulation notamment au PK 1+700 quartier Lafi sur le tronçon Mbouda-Bamesso-Galim (R4), au
PK 8+180 côté gauche à Bagam sur le tronçon Mbouda- Bagam-Galim(R5).
CARACTERISATION DE L’IMPACT :
Nature Interaction Durée Portée
Positif Négatif Direct Indirect Court Moye Lon Ponctuelle Local Régional
n g e e
X X X X
Ampleur Occurrence Réversibilité
Mineur Moyenne Majeur Probable Certain Réversible Irréversible
X X X
EVALUATION DE L’IMPACT ABSOLUE
Mineure Moyenne Majeur
X
MESURES ENVIRONNEMENTALES ADAPTEES
TYPE Atténuation
EFFICACITE Bonne
- reconstruction des points d’eaux affectées par le projet
- construire les ralentisseurs voir les dos darnes au niveau des bonnes fontaines ou forage à
proximité de l’emprise du projet
- matérialiser les points d’eaux affectées par des panneaux de signalisation
EVALUATION IMPACT RESIDUEL APRES MISE EN ŒUVRE DE LA MESURE
Importance Non significatif

Page q
FICHE NUMERO : 06

IDENTIFICATION DU PROJET : TRAVAUX DE CONSTRUCTION DES ROUTES DE


DÉSENCLAVEMENT DU BASSIN AGRICOLE DE L’OUEST LOT 1_110 km.
Impact
Désignation Dégradation des secondaires existantes par les eaux de ruissellement en
provenance de l’exutoire de la route du projet.
Localisation Tout le long de l’aménagement du projet,
Phase du projet Phase de Construction et d’exploitation de la route
Description des causes et manifestation des impacts :
Pendant l’exécution des travaux notamment au PK2+785 sur le tronçon : Mbouda-Balaloum-Bati
du côté droit, l’exutoire des eaux de ruissellements rejette ces derniers sur la route secondaire
posant ainsi le problème de la dégradation de la route et endommageant aussi une source d’eau
existante située au point bas en aval de la route.
CARACTERISATION DE L’IMPACT :
Nature Interaction Durée Portée
Positif Négatif Direct Indirect Court Moye Lon Ponctuelle Local Régional
n g e e
X X X X
Ampleur Occurrence Réversibilité
Mineur Moyenne Majeur Probable Certain Réversible Irréversible
X X X
EVALUATION DE L’IMPACT ABSOLUE
Mineure Moyenne Majeur
X
MESURES ENVIRONNEMENTALES ADAPTEES
TYPE Atténuation
EFFICACITE Bonne
- Mise en place des ouvrages d’assainissement pour conduire l’eau vers les zones a moindre risque
- Construire des aménagements spécifiques pour canaliser le tracé des eaux sur des voies
secondaires
EVALUATION IMPACT RESIDUEL APRES MISE EN ŒUVRE DE LA MESURE
Importance Non significatif

Page r
Annexe 5 : Tableau 12: Illustration photographique des impacts négatifs non
prédits dans l’EIE BAO ayant surgi durant la construction
N° Impacts identifiés Illustration photographique
1 Talus de déblais

2 Destruction des
tombes

3 Etablissements
scolaires affectés

4 Maisons à risques

Page s
5 Point d’eaux
affectées

6 Dégradation de
routes secondaires

Page t
TABLE DE MATIERE
DEDICACE ................................................................................................................................. i

REMERCIEMENTS .................................................................................................................. ii

SOMMAIRE ............................................................................................................................. iii

LISTE DES ABREVIATIONS .................................................................................................. v

LISTES DES FIGURES ET PHOTOS ..................................................................................... vi

LISTE DES TABLEAUX ........................................................................................................ vii

RESUME ................................................................................................................................. viii

ABSTRACT .............................................................................................................................. ix

INTRODUCTION ...................................................................................................................... 1

1. Contexte et justification du sujet ........................................................................................ 1

2. Problématique..................................................................................................................... 1

3. Question de recherche ........................................................................................................... 2

3.1 Question principale .............................................................................................................. 2

4. Objectif général de l’étude environnementale ....................................................................... 3

4.1 Objectif principal ..................................................................................................... 3

4.2 Objectifs spécifiques ............................................................................................... 3

5. Hypothèses de l’étude ........................................................................................................ 3

CHAPITRE I : REVUE DE LA LITTERATURE ..................................................................... 4

I.1 DEFINITION DES CONCEPTS ........................................................................................ 4

I.2 CADRE POLITIQUE, JURIDIQUE ET INSTITUTIONNEL ............................................ 6

I.2.1 Cadre des Politiques et Stratégies ...................................................................................... 6

I.2.2 Conventions Internationales Environnementales ............................................................... 6

I.3 Cadre Institutionnel de la Gestion Environnementale .......................................................... 7

I.4 Cadre Législatif et Réglementaire ........................................................................................ 9

I.4.1 Dans le domaine environnemental ........................................................................ 9

I.4.2 Dans le domaine des forêts ................................................................................. 10

Page u
I.4.3 Dans le domaine de la gestion de l’eau ............................................................... 10

I.4.4 Dans le domaine des établissements classés ...................................................... 10

I.4.5 Dans le domaine des activités foncières ............................................................. 11

I.4.6 Dans le domaine minier ...................................................................................... 11

I.5 Développement durable et l’évaluation environnementale ................................................ 11

I.6 Présentation du plan de gestion environnemental et social................................................ 11

CHAPITRE II : MATERIEL ET METHODES ....................................................................... 15

II.1 PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE ................................................................. 15

II.1.1 Localisation du projet .................................................................................................... 15

II.2 MILIEU PHYSIQUE ....................................................................................................... 16

II.2.2 Relief ................................................................................................................ 17

II.2.4 Sol ...................................................................................................................... 19

II.3 MILIEU HUMAIN ............................................................................................................ 19

II.3.1 Démographie et peuplement .............................................................................. 19

II.3.2 Agriculture. ........................................................................................................ 20

II.3.3 Élevage .............................................................................................................. 21

II.3.4 Artisanat. ............................................................................................................ 21

II.3.5 Tourisme ............................................................................................................ 21

II.3.6 Marchés et zones commerciales ........................................................................ 22

II.4 MATERIEL ....................................................................................................................... 22

II.5 MÉTHODE DE COLLECTE DE DONNÉES NÉCESSAIRES POUR L’ÉTUDE ........ 23

II.5.1. Données primaires ......................................................................................................... 23

II.5.1.1 Des observations sur le terrain........................................................................ 23

II.5.1.2 Le questionnaire ............................................................................................. 23

II.5.1.3 Les enquêtes de terrain ................................................................................... 23

II.5.1.4 Diagnostic environnemental ........................................................................... 24

II.5.2 Données secondaires ...................................................................................................... 24

Page v
II.5.2.1 La matrice d’interaction de Léopold ............................................................. 24

II.5.2.2 Fiche d’impact ................................................................................................ 24

II.5.2.3 Évaluation de l’importance des effets............................................................. 25

II.5.2.4 Évaluation de l’importance des impacts ......................................................... 26

CHAPITRE III : RESULTATS ET DISCUSSIONS ............................................................... 29

III.1 IDENTIFICATION, EVALUATION DES IMPACTS ENVIRON-NEMENTAUX ..... 29

III.1.1 Identification des impacts actuels du projet ................................................................. 29

III.1.2 Caractérisation et évaluation des impacts .................................................................... 33

III.1.3 Les mesures ................................................................................................................... 36

III.2 IDENTIFICATION ET EVALUATION DES IMPACTS NEGATIFS NON


PREDITS DANS L’EIES BAO DURANT LA PHASE DE REALISATION. ....................... 38

III.3 ANALYSE DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX DE LA PHASE


CONSTRUCTION DES ROUTES .......................................................................................... 40

III.3.1 Impacts environnementaux positifs ............................................................................... 40

III.3.1.1 Création d’emplois ........................................................................................ 40

III.3.1.2 Retombées économiques .............................................................................. 40

III.3.1.3 Autres avantages sociaux ............................................................................. 40

III.3.2 Impacts environnementaux négatifs ............................................................................. 40

III.3.3 SUIVI DE LA MISE ŒUVRE DU PGES DU PROJET DE CONSTRUCTION


DES ROUTES DE DESENCLAVEMENT DU BASSIN AGRICOLE DE L’OUEST .......... 41

III.3.1 Visites de chantier ......................................................................................................... 41

III.3.1.1 Observations et comparaison sur les principales mesures vérifiées sur le


terrain .......................................................................................................................... 41

III.3.1.2 Analyse des insuffisances observées dans la mise en œuvre du PGES ........ 46

III.3.2 Résultat de l’enquête ..................................................................................................... 46

III.3.2.1 Caractérisation et perception des enquêtés sur l’état d’avancement des travaux ....... 46

III.3.2.1.1 Répartition des enquêtés externe et interne selon leurs âges..................... 46

III.3.2.1.2 Répartition des enquêtés en fonction du niveau d’instruction .................. 47


Page w
III.3.2.1.3 Répartition de la population riveraine enquêtée selon leur profession ...... 48

III.3.2.1.4 Perception sur l’état d’avancement des travaux ........................................ 49

III.3.2.2 diagnostics environnementaux des problèmes liés à la réalisation du projet ............. 50

III.3.2.2.1 Désagréments causés par les travaux à la population................................ 50

III.3.2.2.2 Inventaire et répartition des biens perdus de l’échantillon enquêté ........... 51

III.3.2.2.3 Indemnisation des biens perdus .................................................................. 52

III.3.2.2.4 Répartition des répondants en fonction de la présence de site d’emprunt et


ou de dépôt de terre végétale ....................................................................................... 53

III.3.2.2.5 Recommandations de la population riveraine au maître d’ouvrage ........... 53

III.3.2.2.7 Recommandation des employés à l’entreprise et au maitre d’ouvrage ...... 55

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS ........................................................................ 57

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ................................................................................. 59

ANNEXES ................................................................................................................................. a

Annexe 1 : Description du projet et Présentation de l’entreprise d’accueil .............................. a

Annexe2: Fiche d’enquête sur les travaux de construction des routes de désenclavement du
bassin agricole de l’ouest lot 1(110 km) .................................................................................... h

Annexe 3 : Guide d’entretien relatif à la mise en œuvre du PGES ............................................ k

Annexe 4 : Identification des impacts négatifs non prédits dans l’étude d’impact
environnemental et social des travaux de désenclavement du bassin agricole de l’ouest lot
1. ................................................................................................................................................ m

Annexe 5 : Tableau 12: Illustration photographique des impacts négatifs non prédits dans
l’EIE BAO ayant surgi durant la construction ............................................................................s

TABLE DE MATIERE .............................................................................................................. u

Page x