Вы находитесь на странице: 1из 102

D.N. Pavlov, N.V. Shatrova, A.U.

Efratov

Medecine en situation d'urgence

Le manuel
pour étudiants francophones
de faculté de médecine generale

La discipline «Medecine des catastrophes»

Riazan, 2018
Etablissement d l'enseignement d’Etat fédéral budgetaire
d'enseignement supérieur "Université de médecine d'Etat de Riazan I.P.
Pavlov" De Ministère de la Santé de la Fédération de Russie

Département de médecine des catastrophes et d'aide médicale


d'urgence

D.N. Pavlov, N.V. Shatrova, A.U. Efratov

Medecine en situation d'urgence

Le manuel
pour
étudiants francophones
de faculté de médecine generale

La discipline «Medecine des catastrophes»

Riazan, 2019

2
UDC 61:355(075.8)
BBC 58
P34

Réviseurs: O.D. Peskov, Professeur agrégé de


département de la département de chirurgie hospitalière;
A.A. Dementiev, le chef du département de la hygiène
générale
Auteurs: D.N.Pavlov, l’assistant du département de
médecine des catastrophes et d'aide médicale d'urgence
…………N.V. Shatrova, le chef du département de
médecine des catastrophes et d'aide médicale d'urgence
A.U. Efratov, le maître-assistant du
département de médecine des catastrophes et d'aide médicale
d'urgence

P34 Pavlov D.N. Medecine en situation d'urgence: manuel pour


les étudiants étrangers francophones de faculté de médecine generale. La
discipline «Medecine des catastrophes»
/ D.N. Pavlov [et al]; Université de médecine d'Etat de Riazan I.P.
Pavlov. –Riazan: OOP UITTioP, 2019. – 100 p.

Le manuel est formé en fonction d'une spécificité pédagogique de


la discipline. Il est composé dans le département de la médecine des
catastrophes et d'aide médicale d'urgence de l'Université médicale de
Riazan

UDC 61:355(075.8)
BBC 58

© Riazan, 2019

3
Федеральное государственное бюджетное образовательное
учреждение
высшего образования
«Рязанский государственный медицинский
университет имени академика И.П. Павлова»
Министерства здравоохранения
Российской Федерации

Кафедра медицины катастроф и скорой медицинской помощи

Д.Н.Павлов, Н.В.Шатрова, А.Ю. Ефратов

Медицина чрезвычайных ситуаций

Учебное пособие для студентов лечебного факультета,


обучающихся на французском языке

Дисциплина: «Медицина катастроф»

Рязань, 2019

4
УДК 61:355(075.8)
ББК 58
П121

Рецензенты: О.Д. Песков, к.м.н., доцент


кафедры госпитальной хирургии
А.А. Дементьев, д.м.н., зав. кафедрой
общей гигиены

Авторы: Д.Н.Павлов, ассистент кафедры


медицины катастроф и скорой медицинской помощи;
Н.В. Шатрова, канд. мед. наук, доц.,
зав. кафедрой медицины катастроф и скорой
медицинской помощи;
А.Ю. Ефратов, старший преподаватель
кафедры медицины катастроф и скорой медицинской
помощи;

П121 Павлов Д.Н. Медицина чрезвычайных ситуаций:


учебное пособие для студентов лечебного факультета,
обучающихся на французском языке. Дисциплина «Медицина
катастроф» / Д.Н.Павлов [и др.] ФГБОУ ВО РязГМУ Минздрава
России. – Рязань: ООП УИТТиОП, 2019. – 100 с

Учебное пособие «Медицина чрезвычайных ситуаций» для


студентов лечебного факультета, обучающихся на французском
языке, составлено в соответствии с программой дисциплины
«Медицина катастроф» по специальности 31.05.01 Лечебное
дело.
Учебное пособие составлено в соответствии с ФГОС ВО и
предназначено для студентов 5 курса, обучающихся по
специальности 31.05.01 Лечебное дело.

УДК 61:355(075.8)
ББК 58

© ФГБОУ ВО РязГМУ Минздрава России, 2019


5
Contenu
1. LES TÂCHES ET LES BASES DE L'ORGANISATION DU
SYSTÈME D'ÉTATS UNIFIÉS POUR LA PRÉVENTION ET
L'ÉLIMINATION DES SITUATIONS D'URGENCE................................8
1.1. Caractéristiques de l'urgence dans les temps modernes............8
1.2. Les principaux facteurs affectant les urgences..........................9
1.3. Les types de situations d'urgence............................................11
1.4. Les tâches principales du système d'urgence unifié................12
1.5. Les tâches du service de médecine de catastrophe..................15
1.6. Les modes de fonctionnement du service de médecine de
catastrophe...............................................................................................16
1.7. Questions de test......................................................................19
2. L'ORGANISATION DU TRAITEMENT ET DE
L'EVACUATION DE LA POPULATION EN CAS DE SITUATION
D'URGENCE.............................................................................................20
2.1. Les principes généraux de l'aide à l'évacuation médicale de la
population en cas d'urgence....................................................................20
2.2. Les types de soins médicaux...................................................23
2.3. L’evacuation médicale en cas d'urgence.................................34
2.4. Le Tri médical.........................................................................36
2.5. Organisation du soutien sanitaire et anti-épidémique en
situation d'urgence...................................................................................41
2.6. Enquête épidémiologique et renseignements sanitaires et
épidémiologiques....................................................................................44
2.7 Questions de test.......................................................................49
3. ASPECTS PSYCHOLOGIQUES DES SITUATIONS
D'URGENCE.............................................................................................51
3.1. Principes de psychiatrie des catastrophes................................51
3.2. Blessure mentale......................................................................51
3.3. Caractéristiques des réactions comportementales en situation
d'urgence.................................................................................................52
3.4. Manifestations cliniques de troubles mentaux survenant dans
des situations d'urgence...........................................................................53
3.5. Traitement des maladies psychogènes....................................56
3.6. Principes d'organisation de soins psychologiques et
psychiatriques efficaces pour la victime en situation d'urgence.............56
3.7. Questions de test......................................................................59
4. SOUTIEN MÉDICAL ET SANITAIRE À L'ÉLIMINATION DES
CONSÉQUENCES D'URGENCE DE LA NATURE...............................60
6
4.1. Les catastrophes naturelles......................................................60
4.2. Soins médicaux après les tremblements de terre.....................61
4.3. Soins médicaux à la suite d'autres catastrophes naturelles......67
4.4. Les tempêtes, ouragans, cyclones, tornades............................70
4.5. Les glissements de terrain, avalanches....................................72
4.6. Feux de forêt et de tourbe........................................................75
4.7. Questions de test......................................................................80
5. APPUI MÉDICAL ET SANITAIRE À L'ÉLIMINATION DES
EFFETS DES SITUATIONS D'URGENCE DU CARACTÈRE
TECHNOGÈNE (ANTHROPOGÈNE).....................................................81
5.1. Soins médicaux à la suite d'accidents chimiques....................81
5.2. Soins medicaux à la suite d'accidents de radiation..................87
5.3. Dispositions médicales et sanitaires en cas d'urgence sur les
objets de transport et de transport routier, d'explosions et d'incendies...92
5.4. Caractéristiques des soins de santé dans les actes terroristes et
les conflits armés locaux.........................................................................95
5.5. Questions de test......................................................................99
LITTÉRATURE RECOMMANDÉE..............................................100

7
INTRODUCTION.
La prévision, la prévention et la liquidation des conséquences des
situations d’urgence constituent actuellement l’un des problèmes
mondiaux les plus graves. Au cours des deux dernières décennies, plus de
3 millions de personnes sont mortes à la suite de catastrophes sur la
planète, le nombre total de victimes s'élevant à environ 800 millions.
Tout cela fait que la tâche de se préparer à d'éventuelles situations
d'urgence en temps de paix, en tenant compte de leurs conséquences et en
élaborant un ensemble de mesures efficaces pour réduire l'impact négatif
de ces effets sur les activités humaines.
Les tremblements de terre, les éruptions volcaniques, les inondations,
les ouragans et autres catastrophes naturelles, ainsi que les guerres, étaient
des compagnons constants de l'histoire humaine. Le vingtième siècle, et
plus particulièrement la seconde moitié, est caractérisée par le
développement rapide de la science et de la technologie, la croissance et
l’ampleur des catastrophes technogéniques.
On estime que 40% des catastrophes naturelles dans le monde sont
dues aux inondations, 20% aux cyclones tropicaux, 15% aux tremblements
de terre, 25% aux autres catastrophes naturelles. Mais si les catastrophes
naturelles associées à la montée des eaux et aux phénomènes
atmosphériques sont prévisibles, les séismes sont généralement
imprévisibles et entraînent de nombreuses pertes en vies humaines. Au
cours du seul siècle dernier, plus de 40 tremblements de terre importants
ont été enregistrés dans divers pays du monde, faisant de nombreuses
victimes. Seul un tremblement de terre en Haïti (2010) a tué plus de 100
000 personnes.
Chaque année, les incendies de forêt et les inondations entraînent des
sacrifices humains et causent des millions de dégâts aux États.

8
1. LES TÂCHES ET LES BASES DE L'ORGANISATION DU
SYSTÈME D'ÉTATS UNIFIÉS POUR LA PRÉVENTION ET
L'ÉLIMINATION DES SITUATIONS D'URGENCE.

1.1. Caractéristiques de l'urgence dans les temps modernes


Les problèmes de catastrophes sont largement discutés dans les
comités de l'Organisation mondiale de la santé, lors de congrès
internationaux, d'assemblées, de conférences scientifiques, etc. À la suite
de l'étude sismologique et approfondie de ce problème, des vues
scientifiques sont formées sur la théorie et la pratique des catastrophes,
clarifiant certains concepts de «catastrophe» et «urgence», ainsi que leur
classification. Un critère commun pour la définition du concept de
catastrophe dans la plupart des pays est considéré comme le phénomène de
la nature ou l’action d’une personne représentant de véritables menaces
pour la vie des personnes. Dans le même temps, les accidents ont
commencé à se rapporter à des catastrophes lorsque 10 personnes ou plus
étaient affectées en même temps (recommandations de l'Organisation
Mondiale de la Santé)
Des critères quantitatifs permettant de déterminer les catastrophes
sont également définis dans un certain nombre de pays. Par exemple, aux
États-Unis, tout accident pour lequel le régulateur envoie plus de 3
ambulances est considéré comme une catastrophe et active immédiatement
la réserve de mobilisation du service.
En se focalisant sur les critères principaux, une catastrophe doit être
comprise comme un phénomène naturel dangereux ou une action humaine
impliquant de nombreuses victimes humaines (morts et blessés), des
dégâts matériels considérables, une violation des conditions de vie pouvant
entraîner une urgence.
En santé publique, une situation d'urgence est considérée comme une
situation provoquée par une catastrophe, dans laquelle le nombre de
personnes affectées ayant besoin de soins médicaux d'urgence est
supérieur à la fourniture en temps voulu de forces et d'installations de soins
de santé locales. La présence d’un grand nombre de catastrophes diverses
et, par conséquent, de situations d’urgence provoquées par celles-ci
nécessite leur classification, regroupements sur l'une ou l'autre des
principales caractéristiques. Les principales caractéristiques communes
incluses dans la classification des situations d'urgence sont - l'étendue de la

9
catastrophe, - l'ampleur des conséquences possibles. Cette classification
nous permet de juger de la nature des facteurs préjudiciables affectant les
personnes et l'environnement.

1.2. Les principaux facteurs affectant les urgences


Les principaux facteurs de dommage dans les situations d'urgence
sont les suivants:
- psycho-émotionnel;
parmi le physique:
- effets dynamiques (mécaniques) sur le corps d'une onde de choc,
effondrements, écrasement des bâtiments détruits, etc.
- effets thermiques (température élevée ou basse, énergie radiante);
- rayonnement;
parmi le produit chimique:
- substances chimiques nocives (substances toxiques, phytotoxiques,
etc.);
parmi le biologique:
- moyens biologiques d'utilisation au combat (agents pathogènes des
infections, toxines).
Pour un certain nombre de paramètres, ces facteurs sont similaires ou
presque identiques aux effets sur une personne des armes de destruction
massive. Ils peuvent souvent agir simultanément ou de manière
séquentielle, en provoquant diverses combinaisons de lésions plus ou
moins graves combinées (multifactorielles), appelées pertes sanitaires pour
les personnes ayant besoin d’aide et de traitement.
En cas de catastrophe, les pertes surviennent généralement
soudainement et leur nombre dépasse généralement les capacités des soins
de santé locaux, et souvent territoriaux, ce qui complique leur fournir une
assistance médicale au meilleur moment pour sauver des vies et éviter des
complications dangereuses.
Les dommages sont généralement très graves et constituent une
menace réelle pour la vie d'une partie importante des victimes (jusqu'à
30%).
Les principaux types de dommages causés aux personnes en situation
d’urgence sont les suivants: blessures, brûlures thermiques, lésions
radioactives, intoxications chimiques aiguës, troubles psycho-émotionnels,
maladies infectieuses massives, hypothermie, surchauffe, lésions
combinées (multifactorielles) (mécaniques-thermiques, radiothermiques,

10
etc.). et autres), accidents (noyade, ensoleillement, coup de chaleur,
morsures de serpent, intoxication domestique).
Tous ces types de lésions peuvent être divisés en deux profils:
chirurgical et thérapeutique.
Les lésions les plus courantes du profil chirurgical comprennent les
lésions mécaniques, le syndrome d'écrasement, les lésions cérébrales
traumatiques, les fractures osseuses, les saignements externes et les
brûlures. Ainsi, lors d'un tremblement de terre en Arménie (1988), les
blessures au crâne et à la colonne vertébrale s'élevaient à 27,1%, celles de
la poitrine, de l'abdomen et du pelvis - 19%, les fractures des os des
membres - 40,5%, les lésions des tissus mous - 12,8%, le syndrome à long
terme compression - 23,8%. L'état de choc a été constaté chez près de 90%
des victimes.

Fig.1.1. Les tremblement de terre au Népal

Les lésions les plus fréquentes du profil thérapeutique comprennent


les lésions radioactives, l'intoxication aiguë en cas d'accident dans les
usines de produits chimiques, les troubles psycho-émotionnels, les
maladies infectieuses massives, ainsi que les complications des maladies
chroniques, les naissances prématurées chez les femmes enceintes, etc.
 En cas d'accident, de catastrophe, un nombre important de victimes
sont des enfants. Une grande partie des victimes décèdent des suites
inopportunes des soins médicaux.
La pratique mondiale qui consiste à faire face aux conséquences
d’une situation d’urgence montre que jusqu’à 40% des blessés graves
n’ont pas reçu l’aide nécessaire une heure après l’accident ou la

11
catastrophe, plus de 60% après 3 heures - et jusqu'à 95% après 6 heures. Si
les sauveteurs commençaient à travailler dans les 3 heures qui suivaient le
début d'un tremblement de terre, 90% des personnes laissées sous les
décombres pourraient être sauvées, contre 6% seulement après 6 heures.
Situation d'urgence - situation sur un certain territoire qui s'est
développée à la suite d'un accident, d'un phénomène naturel dangereux,
d'une catastrophe naturelle ou de toute autre catastrophe pouvant avoir
entraîné des pertes de vies humaines, des dommages à la santé humaine
ou à l'environnement, des pertes matérielles importantes et des
violations. conditions de l'activité humaine.
Les situations d'urgence diffèrent par leurs caractéristiques
quantitatives et, en conséquence, sont classées par échelle en fonction des
critères suivants:
- le nombre de personnes touchées dans ces situations;
- le nombre de personnes qui ont été perturbées par leurs
conditions de vie et de travail;
- le montant des dommages matériels;
- de la zone de distribution des facteurs dommageables des
situations d'urgence.
1.3. Les types de situations d'urgence
Les urgences visées sont les suivantes:
- local,
- territoriale,
- régional,
- fédéral.
La situation locale comprend une situation d’urgence, à la suite de
laquelle 10 personnes au maximum ont été touchées ou 100 personnes
vivent dans des conditions de vie ou les dommages matériels ne
représentent pas plus de 1 000 salaires minimum le jour de l’urgence et la
zone d’urgence ne s'étend pas au-delà du territoire de l’objet. but industriel
ou social.
La situation régionale. Plus de 50 personnes ont été touchées, mais
pas plus de 500 personnes. 500, mais pas plus de 1 000 personnes ont été
endommagés ou les dommages matériels sont de 0,5 million, mais pas plus
de 5 millions de travail.
La situation fédérale comprend des situations d'urgence dans
lesquelles plus de 500 personnes ont souffert, des conditions d'activité
vitale supérieures à 1 000 personnes ou des dommages matériels

12
équivalant à plus de 5 millions de travailleurs minimum le jour de
l'urgence et la zone d'urgence s'étend au-delà de plus de deux entités
constitutives.
La situation federal comprend des situations d'urgence dont les
facteurs préjudiciables dépassent les frontières de la pays.
La prévention d’une situation d’urgence est un ensemble de
mesures prises à l’avance et visant à réduire autant que possible les risques
d’urgence, tout en préservant la santé humaine, la production durable et les
autres activités des organisations, en réduisant les dommages
environnementaux et les pertes matérielles.
Intervention d'urgence - secours et autres travaux urgents effectués
en cas d'urgence et visant à sauver des vies et à préserver la santé humaine,
à réduire les dommages causés à l'environnement et aux pertes matérielles,
à localiser les zones d'urgence et à mettre fin à leurs facteurs
caractéristiques.
La zone d'urgence est le territoire sur lequel la situation d'urgence
s'est produite.
Une intervention d'urgence est considérée comme terminée lorsque
les secours et autres travaux urgents, y compris les soins de santé, sont
terminus.

1.4. Les tâches principales du système d'urgence unifié

- Développement et mise en œuvre de normes juridiques et


économiques visant à assurer la protection de la population et des
territoires contre les situations d'urgence.
- La mise en œuvre de programmes scientifiques et techniques
ciblés visant à prévenir les situations d'urgence et à améliorer la
durabilité du fonctionnement des entreprises, institutions et
organisations.
- Assurer la préparation aux actions des organes directeurs, des
forces et des moyens destinés à la prévention et à l'élimination
des situations d'urgence.
- Collecter, traiter, partager et diffuser des informations dans le
domaine de la population et des territoires en cas d’urgence.
- Préparer le public aux interventions d'urgence; prévoir et évaluer
les conséquences socio-économiques d'une urgence.

13
- Créer des réserves de ressources matérielles et financières pour
les interventions d'urgence.
- Mise en œuvre de l'expertise, de la supervision et du contrôle de
l'Etat dans le domaine de la protection de la population et des
territoires contre les situations d'urgence.
- Liquidation des urgences.
- Mise en œuvre de mesures de protection sociale de la population
touchée par des situations d'urgence, en menant des actions
humanitaires.
- La mise en œuvre des droits et obligations de la population dans
le domaine de la protection contre les situations d'urgence, y
compris celles qui participent directement à leur élimination.
- Coopération internationale dans le domaine de la protection de la
population et des territoires contre les situations d'urgence.

La système d'intervention d'urgence se compose de sous-systèmes


territoriaux et fonctionnels et comporte cinq niveaux:
- fédéral;
- régional;
- territorial;
- local;
- objet
Les forces et moyens d'observation et de contrôle comprennent les
organes, services et institutions qui assurent la surveillance, l'inspection, la
surveillance, le contrôle de l'état de l'environnement, le déroulement des
processus et phénomènes naturels, les objets potentiellement dangereux,
les denrées alimentaires, le fourrage, les substances, le etc. Ceux-ci
incluent les forces et les moyens de contrôle de l'Etat, les services
hydrométéorologiques, les services vétérinaires, etc.
En raison de leurs activités, une certaine partie des catastrophes est
prévenue, leur éventualité est prévue et les autorités et la population sont
informées de leur menace.
Les forces d'intervention d'urgence comprennent:
- forces de défense civile;
- service de recherche et de sauvetage;
- formations et unités militaires des forces armées, conçues pour
éliminer les conséquences des catastrophes;

14
- les unités de lutte contre le feu, de sauvetage, de sauvetage et de
récupération des ministères, des départements et de diverses
organisations;
- institutions et formations de services de médecine de catastrophe,
etc.
Les forces et les moyens d'intervention en cas d'urgence sont utilisés
sous forme stratifiée.
Dans le premier échelon prendre part:
- les unités départementales des sauveteurs;
- les services d'incendie;
- les unités médicales d'urgence.
La durée de leur arrivée dans la zone sinistrée ne dépasse pas 30
minutes.
 Les tâches principales du premier échelon: localisation des situations
d'urgence, extinction des incendies, organisation de la surveillance des
rayonnements et des produits chimiques, conduite d'opérations de
recherche et de sauvetage, fourniture de premiers soins aux personnes
touchées.
Si le premier échelon n'a pas réussi à résoudre la tâche d'intervention
d'urgence, alors, au deuxième échelon, participez:
- des unités de sauvetage des forces de défense civile;
- des unités spécialisées du service de médecine d'urgence
(brûlures, maladies infectieuses, traumatismes, etc.);
- des unités de sauvetage.
La durée de leur arrivée dans la zone sinistrée ne dépasse pas 3
heures.
Les tâches principales du deuxième échelon sont les suivantes:
effectuer des opérations de sauvetage et d’autres travaux urgents, faire la
reconnaissance des radiations et des produits chimiques, soutenir la vie de
la population touchée, dispenser des soins médicaux spécialisés.
Si le deuxième échelon ne résout pas le problème dans son
intégralité, alors participe au troisième échelon:
- des troupes de défense civile avec un équipement lourd;
- formations et unités militaires des forces armées;
- unités spécialisées d’organisations de construction et
d’installation, etc.
La durée de leur arrivée est de 3 heures à plusieurs jours.
Les tâches principales du troisième échelon sont les suivantes:
contrôle des radiations et des produits chimiques, sauvetage et autres

15
travaux urgents, restauration des moyens de subsistance essentiels dans les
zones sinistrées (fourniture d’électricité, de chaleur, restauration des lignes
de transport, fourniture de nourriture, etc.).

1.5. Les tâches du service de médecine de catastrophe


Le service de médecine des catastrophes est un sous-système
fonctionnel du système unifié d’État de prévention et de réponse aux
urgences, qui regroupe fonctionnellement les services de médecine des
catastrophes.

Les tâches principales sont:


- organisation et mise en œuvre de la fourniture de soins
médicaux et sanitaires à la population en cas d'élimination des
conséquences des situations d'urgence, y compris dans les
conflits armés locaux et les actes terroristes;
- création, préparation, préparation et amélioration des organes de
direction, de la création et des institutions du service pour agir
en cas d'urgence;
- création et utilisation rationnelle de réserves de biens médicaux,
de ressources financières, matérielles et techniques garantissant
un approvisionnement d'urgence en médicaments à la suite de
situations d'urgence;
- formation et développement professionnel des spécialistes, leur
certification; développement des fondements méthodologiques
de la formation et de la participation de la population et des
sauveteurs à la préparation des premiers secours en situation
d'urgence;
- recherche et coopération internationale dans le domaine de la
médecine des catastrophes.
De plus, service de medicine des catastrophes participe à
l'identification des sources de situations d'urgence pouvant être à l'origine
d'effets néfastes sur la santé et à l'organisation d'un contrôle médical et
sanitaire permanent à leur sujet. un ensemble de mesures visant à prévenir
ou à réduire la gravité des urgences possibles; mise en œuvre de
l'expertise, de la supervision et du contrôle de l'Etat dans le domaine de la
protection de la population et des territoires en situation d'urgence;
élaboration et mise en œuvre de mesures de protection sociale de la
population; mener des actions humanitaires; créer les conditions

16
permettant aux citoyens d'exercer leurs droits et obligations dans le
domaine de la protection contre les situations d'urgence.
L'assistance médicale d'évacuation en cas d'élimination des
conséquences sanitaires d'une urgence est organisée sur la base d'un
système de traitement par étapes.

Fig.1.2. L’evacuation medicale


1.6. Les modes de fonctionnement du service de médecine de
catastrophe

1. Le mode d’activités quotidiennes comprend les activités


principales suivantes:
- participation à l'organisation et à la mise en œuvre de
l'observation de l'environnement de la population et de la
situation d'installations potentiellement dangereuses en termes
d'effets possibles sur la santé des urgences, réduction de l'impact
sur la santé publique lorsqu'elles se produisent, participation à
l'amélioration du niveau de protection médicale de la population
et à sa formation aux règles de prévention des lésions et
premiers secours;
- planification de la fourniture de soins médicaux et sanitaires à la
population en cas d'urgence;
- organisation et mise en place d'un fonctionnement efficace et
continu du service de répartition des tâches;
- assurer la préparation des départements de soins médicaux
d'urgence et de consultation de la population et l'organisation de
leur travail;

17
- organisation et mise en œuvre de mesures sanitaires et
hygiéniques et anti-épidémiques visant à prévenir l'apparition de
foyers épidémiques;
- créer et maintenir l'état de préparation des organismes
gouvernementaux, des formations et des institutions du service,
en améliorant la formation de son personnel;
- maintenir l'interaction entre les organes de gestion des
catastrophes d'un niveau de gouvernement donné, les unités et
les institutions;
- création de réserves de biens médicaux, leur accumulation,
rafraîchissement, contrôle du stockage et son utilisation
appropriée;
- élaboration et mise en œuvre d'un ensemble de mesures pour la
fourniture matérielle et technique du service et son amélioration,
y compris l'équipement des formations et des institutions avec
les ressources matérielles et techniques nécessaires, permettant
l'organisation du travail dans les conditions de toute situation
d'urgence;
- création, maintenance au niveau de l'établissement, contrôle de
l'utilisation des ressources financières, matérielles et techniques
destinées à assurer le travail du service;
- participation à la formation médicale du personnel des unités
d'intervention d'urgence et de sauvetage du système
d'intervention d'urgence.

2. En mode haute disponibilité, effectue les activités principales


suivantes:
- notification de la mise en place d'un état d'alerte et collecte du
personnel d'organes, de formations et d'institutions de
l'administration des services de médecine d'urgence;
- renforcement du service d'astreinte, création de groupes
opérationnels, mise à disposition de véhicules et de
communications;
- analyse des raisons de l’instauration d’un régime de préparation
avancée, prévision de l’évolution possible de la situation et
préparation de propositions au président de la commission de
coordination interdépartementale du service de médecine en cas
de catastrophe pour le contenu et l’organisation des événements;

18
- clarifier les plans pour fournir des soins médicaux à la
population dans des situations d'urgence, en tenant compte de la
situation qui s'est produite et prévoir ses changements, en
clarifiant les activités planifiées; participation à la préparation
de la population à l'action en cas d'urgence éventuelle;
clarification du besoin d'équipements de protection individuelle,
préparation à leur distribution au personnel du service de
médecine des catastrophes et au public, formation à leur
utilisation;
- vérification de l'état de préparation des ressources matérielles et
techniques et des réserves de propriété médicale et de leur
réapprovisionnement;
- renforcer la surveillance de la situation sanitaire et
épidémiologique en prévoyant la possibilité de maladies
infectieuses de masse, en analysant les informations sur la
situation sanitaire et épidémiologique sur le territoire d'une
urgence éventuelle, en élaborant des propositions pour organiser
et mettre en œuvre un ensemble de mesures anti-épidémiques
visant à prévenir l'apparition de maladies infectieuses et à les
éliminer. Les inondations aggravent la situation épidémique.

Fig.1.3. Inondations au Québec

3. En mode d'urgence, le service exécute les activités principales


suivantes:
- informer le personnel des organes de gestion, des formations et
des institutions du service de médecine d'urgence de
l'introduction d'un mode d'urgence;

19
- la collecte d'informations sur la situation dans la zone (zone)
d'urgence, son évaluation et son rapport au président de la
commission de coordination, en formulant des propositions sur
l'organisation de la fourniture de soins médicaux et sanitaires à
la population lors de catastrophes;
- avancement immédiat vers la zone d'urgence des équipes
opérationnelles du centre de médecine des catastrophes des
unités et des institutions de services;
- organisation et mise en œuvre de mesures de soutien médical et
sanitaire (évacuation sanitaire, mesures sanitaires-hygiéniques et
antiépidémiques, ainsi que fourniture de matériel médical)
destinées au service de la médecine d'urgence;
- organisation et mise en place d'un appui médical et sanitaire au
personnel des formations et institutions impliquées dans les
interventions d'urgence et à la population évacuée;
- organisation de mesures sanitaires et hygiéniques pour la
protection du personnel des installations et des secouristes
d'urgence, surveillance médicale de la santé du personnel des
formations et des institutions impliquées dans les interventions
d'urgence;
- la gestion continue et opérationnelle des unités et des
institutions de service impliquées dans l'élimination des
conséquences médicales et sanitaires d'une urgence, leur soutien
financier, matériel et technique et la fourniture d'équipements
médicaux.

1.7. Questions de test


1. Définition des concepts de base et classification des situations
d’urgence.
2. Conséquences médicales et sanitaires des situations d'urgence:
définition du concept qui affecte les facteurs de situation d'urgence, notion
de victime dans les situations d'urgence, éléments de caractéristiques
médicales et tactiques des situations d'urgence.
3. Définition, tâches et principes de base pour la construction du
fonctionnement du système unifié de prévention et d'intervention
d'urgence.
4. Organisation du système d'État unifié pour la prévention et la
liquidation des situations d'urgence.

20
5. Sous-systèmes territoriaux et fonctionnels et niveaux de gestion
des systèmes d'urgence.
6. La liste des services fédéraux de prévention et de liquidation du
système d'urgence.
7. Le concept d'organes de gestion journalière fonctionnant en
permanence, d'organismes assurant la gestion opérationnelle (points de
contrôle), les forces et les moyens.
8. Les objectifs et composition des forces et des moyens d’un
système unique de prévention et d’intervention d’urgence.
9. Les tâches du service de médecine de catastrophe
10. Les modes de fonctionnement du service de médecine de
catastrophe

21
2. L'ORGANISATION DU TRAITEMENT ET DE
L'EVACUATION DE LA POPULATION EN CAS DE SITUATION
D'URGENCE

2.1. Les principes généraux de l'aide à l'évacuation médicale de


la population en cas d'urgence
L’appui au traitement et à l’évacuation de la population en situation
d’urgence fait partie du système d’aide médicale, qui consiste en un
ensemble de mesures rapides et cohérentes pour la fourniture de soins
médicaux d’urgence affectés dans les zones d’urgence, combinées à leur
évacuation vers des établissements médicaux pour traitement. Compte tenu
de la disproportion relative entre le nombre de blessures, la gravité des
blessures, les forces et les moyens présents dans la zone sinistrée ou à
proximité, il devient évident qu’en même temps, il est impossible de
fournir une assistance à toutes les personnes touches. Il est nécessaire de
déterminer les priorités: qui doit recevoir une aide immédiate, qui devrait
être évacué, qui devrait être envoyé à l'hôpital pour traitement. L'assistance
médicale à la population touchée pendant les situations d'urgence et les
catastrophes repose actuellement sur un système de traitement en deux
étapes pour les victimes qui doivent être évacuées vers leur destination.
Toutes les personnes qui ont été touchées par une urgence et qui ont
besoin de soins médicaux sont sujettes à une évacuation médicale.
La meilleure option - après la fourniture de la première aide médicale
en cas d’urgence, évacuer les victimes vers un établissement médical
spécialisé.
Tout le processus d’organisation des activités de sauvetage dépend
des caractéristiques médicales et tactiques d’une urgence ou d’une
catastrophe particulière. Le travail d'assistance médicale aux victimes dans
le domaine de la tragédie peut être divisé en trois phases (périodes):

- la phase d'isolement, qui s'étend du moment de la catastrophe au


début des opérations de sauvetage organisées;
- la phase de sauvetage, qui se poursuit du début des travaux de
sauvetage à l’achèvement de l’évacuation des blessés au-delà du
centre de confinement;
- la phase de récupération qui, se caractérise par un traitement
planifié avec la réhabilitation ultérieure de la personne touchée

22
jusqu'au résultat final et ne nécessitant pas de caractéristiques
spéciales.

La nature multifactorielle d’une urgence est la suivante:


- une catastrophe survient soudainement avec la formation de
pertes sanitaires massives;
- l'éloignement des établissements de santé de la source de la
blessure;
- taille et structure différentes des pertes sanitaires;
- isolement des victimes dans la première phase d'une situation
d'urgence avant le début des opérations de secours;
- les institutions médicales ont besoin d'une organisation spéciale
du travail en cas de situation d'urgence.
- l'hospitalisation de toutes les personnes touchées dans les
hôpitaux n'est pas possible.
- l'insuffisance des soins médicaux pour les victimes de la
catastrophe;
- l'assistance médicale qualifiée à toutes les personnes dans le
besoin n'est pas disponible dans la zone d'urgence;
L’essence de ce système consiste dans le traitement successif des
soins médicaux (malades) affectés dans la lésion et aux étapes de
l’évacuation médicale en combinaison avec l’évacuation vers un
établissement médical qui fournit un examen médical.

Les types des soins medicaux- il s'agit d'une liste spécifique de


traitements et de mesures préventives appliqués aux lésions, au personnel
médical et aux étapes de évacuation. Il est déterminé par la formation de
son personnel et la disponibilité du matériel nécessaire. Actuellement, les
types de soins médicaux suivants sont fournis:
- premiers secours,
- soins pré-médicaux (assistant médical);
- premiers soins médicaux,
- soins médicaux qualifiés;
- soins médicaux spécialisés.
Les soins médicaux devraient être fournis sur le site de la lésion et
aux stades de l'évacuation médicale, de manière à préserver la vie des
victimes, à prévenir le développement de complications graves et à réduire
ainsi la durée du traitement, la réadaptation et la reprise des activités
normales le plus rapidement possible.

23
Le terme «phase d'évacuation médicale» désigne les forces et les
moyens de soins de santé déployés le long des voies d'évacuation médicale
pour recevoir un traitement médical, assurer certains types de soins
médicaux aux personnes touchées, les préparant à une évacuation
ultérieure et au traitement final.
Les étapes d'évacuation médicale peuvent être déployées: unités
médicales et établissements médicaux du ministère de la Santé, services
médicaux du ministère des Situations d'urgence et d'autres ministères et
départements. Chaque étape de l’évacuation médicale a ses particularités
dans l’organisation du travail, en fonction de la place de cette étape dans le
système général d’aide à l’évacuation sanitaire et des conditions dans
lesquelles elle résout les tâches à accomplir.
Cependant, malgré la diversité des conditions qui déterminent les
activités des étapes d'évacuation médicale, l'organisation de leur travail
repose sur des principes généraux selon lesquels les départements
fonctionnels sont généralement déployés dans le cadre de l'étape
d'évacuation médicale, assurant ainsi la mise en œuvre des tâches
principales suivantes:
- accueil, enregistrement et tri des personnes affectées;
- la fourniture des soins médicaux d'urgence (traitement);
- placement de la victim et évacuation;
- isolement des patients infectieux;
- isolement des personnes atteintes de troubles mentaux graves
(psychose aigue);
- traitement spécial des personnes touchées, décontamination,
dégazage et désinfection de leurs vêtements et de leur
équipement.
La première étape de l'évacuation médicale, conçue pour fournir
principalement des soins préhospitaliers, consiste en des points de collecte
pour les victimes, déployés par les équipes d'intervention d'urgence du
ministère des Situations d'urgence et les équipes d'ambulances. Pour
renforcer le stade préhospitalier, il est possible de déployer des unités
mobiles de services médicaux d’urgence (unités médicales spécialisées),
des équipes spécialisées de centres de préparation permanente et des
hôpitaux, une unité de premiers secours déployée par des infirmières de
centres médicaux à proximité, des centres médicaux d’urgence et des
postes de médecine militaire.
Si toutes les activités de type de soins médicaux sont effectuées dans
des conditions spécifiques, on considère que le volume des soins médicaux

24
est complet. Si, par rapport à un groupe de patients (patients) affectés dans
la lésion et au stade de l'évacuation médicale, il est impossible d'effectuer
certaines mesures préventives et curatives, le volume des soins médicaux
est appelé abrégé.
Chacun des types de soins énumérés se caractérise par son volume,
ses tâches spécifiques et une liste de traitements typiques et de mesures
préventives; chaque étape correspond donc à un certain type
d'établissement médical. Dans les situations d'urgence, les types et les
volumes d'assistance peuvent varier en fonction des conditions réelles, de
l'ampleur des pertes sanitaires et de la disponibilité des ressources, des
forces et des moyens de soins de santé et des possibilités de transport du
blessé à l'hôpital.
2.2. Les types de soins médicaux

Premiere secours est un ensemble de mesures médicales simples


visant à éliminer temporairement les causes qui menacent la vie des
personnes touchées et à prévenir le développement de complications
graves. Elle est effectuée directement sur le lieu de la blessure ou à
proximité de la victime elle-même (auto-assistance) ou des citoyens, en
utilisant principalement des moyens improvises. Les premiers secours sont
fournis pour enrayer les effets des facteurs de décès, pour éliminer
temporairement les phénomènes qui menacent la vie des victimes, pour
atténuer la gravité des conséquences des blessures, pour prévenir le
développement de complications menaçant le pronostic vital. L’objectif
principal des premiers secours est de sauver la vie de la victime et de
l’évacuer rapidement de la zone touchée. Le temps optimal pour les
premiers secours est les 10 à 15 premières minutes après la lésion et,
lorsque vous cessez de respirer, ce délai est réduit à 5 à 7 minutes.
L'efficacité des premiers secours dépend directement du niveau de
formation médicale.

La portée de la première secours, comprend les mesures suivantes:


assurer la sécurité des personnes; retrait des victimes de sous les
décombres, des véhicules, retrait des incendies; en cas d'incendie - éteindre
les vêtements en feu; élimination de l'asphyxie par la libération des voies
respiratoires supérieures; arrêter temporairement les saignements externes
par tous les moyens disponibles; réanimation cardio-respiratoire de base;
allongé sur le côté ou sur le ventre avec contraction de la langue,
vomissements et saignements abondants; pansement de valve hermétique
25
avec pneumothorax ouvert; fermeture de la plaie; l'imposition de
pansements isolants pour les lésions froides; l'immobilisation de transport
la plus simple; soulagement de la douleur (en présence d'analgésiques);
évacuation en dehors de la lésion.

Fig.2.1. Recuperation de victime de la voiture, méthode Rautek

Soins pré-médicaux - ensemble de mesures médicales visant à


maintenir les fonctions vitales du corps affecté, à prévenir les
complications graves et à préparer l’évacuation. Il s’avère que les
personnels paramédicaux des soins de santé et les services d’urgence
(assistants médicaux, infirmières) utilisent des équipements personnels
(portables, transportables). Les premiers secours ont pour objectif principal
la lutte contre les troubles potentiellement mortels (asphyxie, choc,
saignements, convulsions). La période optimale de premiers secours est les
20 à 30 premières minutes après l’atteinte d’une lésion (une demi-heure de
platine).

En plus des premiers secours, les soins préhospitaliers comprennent:

- assurer la sécurité personnelle du personnel;


- procéder à un interrogatoire primaire de la victime;

- contrôler l'exactitude des premiers secours;

- aspiration du sang, du mucus et des masses émétiques de leurs


voies respiratoires supérieures à l'aide d'un aspirateur manuel;
- l'introduction du canal nasal oral (tube en forme de S, com-
beatbit);

26
- conicotomie par un assistant;

- ventilation artificielle des poumons avec un appareil respiratoire


manuel;

- effectuer un massage cardiaque indirect;

- contrôle arrêter l'hémorragie externe, utilisation supplémentaire


de moyens standard;

- accès veineux à l'aide d'un cathéter périphérique (diamètre d'au


moins 1,0 mm);

- mener une thérapie par perfusion adéquate avec des solutions


cristalloïdes;

- l'introduction d'analgésiques et de médicaments


cardiovasculaires;

- l'introduction et l'ingestion d'antibiotiques, d'anti-inflammatoires,


de sédatifs, d'anticonvulsivants et d'antiémétiques;

- effectuer un traitement par perfusion et désintoxication en cas de


troubles hémodynamiques graves et d'intoxications;

- réception d'absorbants, antidotes, etc.

- assistance respiratoire;

- contrôle des pansements et, si nécessaire, de leur correction;

- réchauffer les victimes;

- lors de l'admission de victimes de lésions constituant un danger


pour les autres (décontamination par rayonnement, chimique ou
biologique) (assainissement partiel).

Premiers soins medicaux - ensemble de mesures médicales


générales visant à réduire (éliminer, si possible) les conséquences d'une
lésion (maladie) directement menaçant le pronostic vital, à prévenir le
développement de complications dangereuses (asphyxie, choc, infection de
la plaie) ou à réduire leur gravité et à préparer les personnes concernées à

27
une nouvelle évacuation. Il s'avère que le médecin est au premier stade
(pré-hospitalier) de l'évacuation médicale.

Le délai optimal de délivrance des premiers soins est de 30 minutes à


1 heure (heure d’or de la médecine en cas de catastrophe) après la lésion.
La fourniture de ce type d'assistance doit être effectuée en même temps
que le tri médical.

Lors de l'admission d'un nombre important de victimes au stade


préhospitalier, il est créé une situation dans laquelle il est impossible de
fournir les premiers soins à tous ceux qui en ont besoin (dans les meilleurs
délais). Compte tenu de ces circonstances, les activités du premier
traitement médical sont divisées en deux groupes en fonction de l’urgence
de la disposition: mesures urgentes et mesures pouvant être forcées d’être
retardées ou rendues à l’étape suivante. Les mesures urgentes comprennent
les mesures à prendre lors de la première étape de l'évacuation médicale,
où le premier secours médical est fourni. Le non-respect de cette exigence
risque de provoquer la mort ou une forte probabilité de complications
graves.

Événements d'urgence:

- élimination de tous les types asphyxie (aspiration du sang et de


vomi à partir du tractus respiratoire supérieur, clipsage ou volets
suspendus suturer du voile du palais et des départements latérales
du pharynx ou trachéotomie d'imposition des indications
pansement occlusif valvulaire avec pneumothorax ouvert,
ponction de la cavité pleurale ou thoracocentèse avec
pneumothorax intense, ventilation artificielle des poumons);
- arrêt temporaire du saignement externe (imposition d'une pince
sur le vaisseau en saignement, tamponnement d'une plaie);

- complexe de mesures antichocs (remplacement du sang;


transfusions sanguines, blocage de la novocaïne, administration
d'anesthésiques et d'agents cardiovasculaires);

- cathétérisme de la vessie pendant la rétention urinaire;

- prendre des mesures de décontamination visant à éliminer la


désorption des substances toxiques contenues dans les vêtements
et à leur permettre d'éliminer les gaz anti-gaz des personnes
28
touchées provenant de la source des dommages chimiques;
gestion des antidotes, utilisation des anticonvulsivants, des
bronchodilatateurs et des antiémétiques;

- dégazage (décontamination) d'une plaie contaminée par des


substances chimiques persistantes (radioactives) avec
changement de pansement;

- lavage à la sonde de l'estomac en cas de pénétration de


substances chimiques (radioactives) dans l'estomac;

- l'utilisation de sérum antitoxique en cas d'intoxication par des


toxines bactériennes et de prévention non spécifique des maladies
infectieuses;

- une prophylaxie du tétanos en cas de blessures ouvertes et de


brûlures;

- analgésie;

- immobilisation de transport avec moyens de service.

Fig.2.2. La trachéotomie

Événements reportés:

- élimination des défauts de la première assistance médicale et pré-


médicale (correction de pansements, amélioration de
l'immobilisation du transport) ne menaçant pas le développement
d'un choc;

29
- conduction les injections de novocaïne en cas de blessures
moyennement graves sans choc;

- les injections d'antibiotiques;

- introduction de tranquillisants et de neuroleptiques;

Soins médicaux qualifiés - ensemble de mesures de traitement et de


prévention visant à éliminer les conséquences graves, potentiellement
mortelles, des blessures et maladies, à prévenir le développement de
complications éventuelles et à préparer l’évacuation. Il apparaît au
deuxième stade (hôpital) des spécialistes de profil large - chirurgiens,
thérapeutes (respectivement, soins médicaux chirurgicaux et médicaux
qualifiés) dans les unités et institutions médicales afin de sauver la vie des
victimes, d’éliminer les effets des blessures, de prévenir le développement
de complications, de lutter contre les complications.

La minimisation de la mortalité, la réduction des complications


graves, la durée du séjour à l'hôpital, l'invalidité chez les personnes
touchées par des urgences peuvent être recherchées lorsque les blessés sont
livrés au stade de l'assistance qualifiée dans l'heure qui suit. Cette période
est tout à fait réaliste avec une disponibilité suffisante et une fourniture
moderne de soins médicaux d'urgence avec des technologies innovantes,
un transport par ambulance aérienne et des ressources appropriées.

L’importance de soins médicaux qualifiés de qualité et dans les


délais impartis est déterminée par les dispositions suivantes:

- l'assistance médicale qualifiée est exhaustive pour une partie


significative des personnes les plus gravement touchées
(traumatismes thoraciques, abdominaux, chocs, etc.),
- les mesures de ce type de soins médicaux sont les plus efficaces
pour la prévention des complications les plus graves (par
exemple, les maladies infectieuses),

- toutes les personnes touchées lors de la fourniture de soins


médicaux qualifiés reçoivent la destination d'évacuation.

Pour déterminer la tactique de traitement, il est nécessaire de


formuler clairement un diagnostic comportant trois caractéristiques:

30
- Morphologique (sévérité, caractère, localisation).
- Effets des lésions potentiellement fatales (asphyxie, saignement
externe, interne, compression du cerveau, pneumothorax,
ischémie des membres, etc.).

- Description clinique de la gravité de l'état du malade (choc


traumatique, insuffisance respiratoire aiguë, coma traumatique).

En règle générale, les soins spécialisés dispensés consistent en des


lésions (maladies) constituant une menace immédiate pour la vie dans les
heures à venir. Si elles ne sont pas exécutées à temps, le risque de décès ou
de complications extrêmement graves augmente considérablement. Lors de
la récupération des fonctions vitales des personnes touchées, l'intervention
chirurgicale d'urgence est la principale mesure de réanimation et est
réalisée immédiatement, sans préparation préopératoire. Les opérations ne
sont précédées que d'une intubation trachéale, d'une connexion du
dispositif de ventilation artificielle des poumons et d'un cathétérisme de la
veine sous-clavière ou fémorale.

Les activités de soins intensifs commencent dès l’admission de l’aide


chirurgicale qualifiée dans l’unité de soins intensifs et le service de
réanimation concernés au stade, reposent sur les principes exposés ci-
dessus et se poursuivent pendant et après la chirurgie. Lorsqu'elles sont
admises au bloc opératoire, elles commencent également immédiatement
et sont effectuées en même temps que la chirurgie. Dans les cas graves,
une fois la phase principale de l’opération terminée (par exemple, après
l’arrêt des saignements intracavitaires), la chirurgie peut être interrompue
jusqu'à ce que la fonction vitale relative soit stabilisée par un traitement
intensif, après quoi elle est poursuivie et complétée. Après la chirurgie
d'urgence, le traitement intensif se poursuit jusqu'à stabilisation complète
ou relative des fonctions vitales. Une antibiothérapie prophylactique
rationnelle, destinée à prévenir le développement de complications graves,
est un élément important du programme de soins intensifs.

Conformément aux activités ci-dessus, il existe trois volumes de


soins chirurgicaux qualifiés:

1. Par des indications vitales - est effectué à un grand flux de


victimes; il ne comprend que les opérations urgentes et les
mesures anti-choc

31
2. Bref - comprend la mise en œuvre d'interventions chirurgicales
urgentes, ainsi que de mesures antichocs. En cas de catastrophes
faisant de nombreuses victimes, ainsi que pendant une période
particulière (guerres locales et conflits armés), le montant réduit
de l'aide est le plus typique.

3. Complet - comprend l'exécution d'opérations urgentes, ainsi que


de mesures anti-choc. L'exécution de celui-ci est une exception,
n'est effectuée que lorsqu'un retard important dans l'évacuation.

Des soins médicaux qualifiés permettent de résoudre trois tâches


principales.

Le premier est la restauration des fonctions vitales, c’est-à-dire de


sauver la vie des personnes touchées. Pour accomplir cette tâche, des
interventions urgentes sont effectuées (pour des opérations mettant la vie
en danger) et une gamme complète d'activités de soins intensifs est
réalisée.

La seconde consiste à prévenir le développement de complications


graves pouvant mettre la vie en danger. Pour accomplir cette tâche, des
interventions chirurgicales urgentes (opérations d'urgence) sont effectuées
et une gamme complète de soins intensifs est réalisée. Étant donné que les
opérations urgentes sont effectuées en second lieu (urgence), une thérapie
intensive précède la chirurgie et constitue une préparation préopératoire.

Le troisième est la préparation des victimes à l'évacuation.

Chirurgie d'urgence:

- blessures à la tête et au cou, accompagnées d'une asphyxie


(trachéostomie) ou d'un saignement externe (arrêt du saignement
externe);
- plaies et blessures à la poitrine, accompagnées d'une tamponnade
cardiaque (thoracotomie, suture d'une plaie cardiaque);

- saignement intrapleural persistant (thoracotomie, arrêt du


saignement des vaisseaux de la paroi thoracique ou du médiastin;
pour le saignement d'une plaie dans un poumon - saignement
avec arrêt du poumon, traitement chirurgical et fermeture de la
plaie ou résection marginale d'un poumon);
32
- hémothorax large (drainage de la cavité pleurale et réinfusion
sanguine);

- pneumothorax intense (drainage de la cavité pleurale);

- pneumothorax ouvert (traitement chirurgical de la plaie


thoracique, drainage et lavage de la cavité pleurale, suture
primaire de la plaie thoracique sans étirement des bords);

- lésions de l'abdomen, accompagnées de saignements intra-


abdominaux continus (laparotomie selon les indications - arrêt
définitif du saignement en rétablissant le flux sanguin dans les
vaisseaux principaux, ligature de petits vaisseaux; lésions rénales
graves - néphrectomie);

- lésions du bassin, accompagnées de saignements artériels


externes;

- traitement chirurgical des fractures des os tubulaires longs avec


destruction massive des tissus mous.

Fig.2.3. Élimination du pneumothorax

Les activités d'assistance thérapeutique qualifiée sont divisées en


urgence et interventions, dont la mise en œuvre peut être retardée.

Le premier événement comprend:

- l'introduction d'antidotes et de sérum antibotulinique;


- thérapie complexe en cas d'insuffisance cardiovasculaire aiguë,
de troubles du rythme cardiaque, d'insuffisance respiratoire
aiguë, de coma;

- traitement de l'œdème pulmonaire toxique;


33
- effectuer une oxygénothérapie et une ventilation artificielle des
poumons pendant l'asphyxie;

- l'introduction d'analgésiques, de désensibilisateurs,


d'anticonvulsifs, d'antiémétiques et de bronchodilatateurs;
l'utilisation de tranquillisants et de neuroleptiques dans les états
réactifs aigus;

- thérapie de déshydratation pour gonflement du cerveau;


correction des violations flagrantes de l'état acido-basique et de
l'équilibre électrolytique;

- thérapie complexe de l'insuffisance rénale aiguë.

Le deuxième groupe comprend:

- antibiothérapie prophylactique;
- transfusions sanguines;

- l'utilisation de médicaments symptomatiques;

- vitamines; effectuer des procédures physiothérapeutiques, etc.

Soins médicaux specialisés – l’ensemble de mesures de prévention


et de traitement mises en œuvre par des médecins spécialistes
d’établissements ou de départements médicaux spécialisés disposant
d’équipements et de matériel médicaux et de diagnostic spéciaux. Elle est
effectuée en relation avec les blessés en utilisant des techniques
complexes, en utilisant des équipements spéciaux et des équipements
adaptés à la nature, au profil et à la gravité de la blessure (lésions et
maladies). Les soins médicaux spécialisés sont prodigués pendant les
premiers jours après une blessure (maladie) par des médecins spécialistes
dans des institutions médicales spécialement désignées (départements).

Il existe des soins médicaux spécialisés chirurgicaux et


thérapeutiques.

Les principaux types de soins médicaux spécialisés en chirurgie:

- neurochirurgicale, ophtalmologique, oto-rhino-laryngologique,


dentaire (ces quatre types de soins chirurgicaux spécialisés sont

34
souvent associés au concept de "soins spécialisés comportant des
lésions à la tête, au cou et à la colonne vertébrale");
- traumatisme; aider les personnes atteintes de lésions des organes
de la cavité thoracique, de la cavité abdominale, du système
urogénital (ces trois types de soins chirurgicaux spécialisés sont
souvent associés au concept de "soins médicaux
thoracoabdominaux et urologiques spécialisés");

- combustiologique;

- pédiatrique (chirurgical);

- obstétrique et gynécologique;

- néphrologique;

- angiosurgical;

- purement chirurgical.

Le pronostic de l'état des victimes de traumatismes concomitants


graves dépend entièrement de la nature et de l'étendue des soins médicaux
dispensés à un stade avancé de l'évacuation médicale. Les groupes
d’amplification chirurgicale spécialisés devraient être constitués non pas
sur le principe de la spécialisation étroite des médecins, mais en relation
avec la localisation de la blessure. Par exemple, un groupe de traitement
des traumatismes crâniens, en plus d'un neurochirurgien, devrait
comprendre un ophtalmologiste, un spécialiste - qui fourniront une
assistance médicale complète. En plus du groupe spécialisé dans
l’amplification chirurgicale pour les blessés à la tête, il devrait exister un
groupe pour l’amplification des lésions abdominales, des blessés et des
lésions du bassin affectées aux membres (avec un médecin en
angiosurgeon).

Les principaux types de soins médicaux spécialisés thérapeutiques:

- toxicologique,
- radiologique,

- aider les patients somatiques,

- neuropsychiatrique,
35
- aide aux patients infectieux,

- pédiatrique (thérapeutique).

Les soins spécialisés précoces pour les patients et ceux affectés par le
profil thérapeutique comprennent l'isolement du flux de patients et de ceux
affectés par des méthodes modernes de diagnostic radiologique,
endoscopique et biochimique. Les mesures de désintoxication et anti-choc
à l'aide d'appareils de purification extracorporelle du sang (hémodialyse,
hémosorption, plasmaphérèse, filtration sur plasma) sont universelles et
efficaces dans presque tous les types de pathologies thérapeutiques graves.
Le traitement final du contingent thérapeutique s'avère être des spécialistes
(thérapeutes) dans des établissements médicaux, des centres et des
hôpitaux multidisciplinaires. Il comprend le traitement final et la
rééducation des patients et des personnes présentant un profil
thérapeutique utilisant des méthodes modernes de diagnostic et de
traitement (échographie, endoscopie, tomographie assistée par ordinateur,
méthodes de recherche immunologique, méthodes de thérapie efférente par
matériel, greffe de moelle osseuse, etc.)

2.3. L’evacuation médicale en cas d'urgence

L’évacuation des opérations de sauvetage touchées sur les sites


relève respectivement du responsable du sauvetage, des chefs des services
médicaux d’urgence, des responsables des établissements d’économie
nationale (entreprises et organisations) ou des représentants des autorités
locales (ville, district, etc.).

Direction de l'évacuation - ensemble de chemins sur lesquels les


étapes d'évacuation médicale sont déployées, le long desquels les affectés
et les malades sont évacués vers un établissement médical qui fournit des
soins médicaux complets et fournit un traitement.

L'ordre d'évacuation sanitaire est déterminé lors de l'évacuation et du


tri des transports, c'est-à-dire répartition des personnes touchées en
groupes homogènes en fonction de leur objectif d'évacuation, de leur ordre
d'évacuation, du type de véhicule et des méthodes d'évacuation.
L'évacuation médicale est effectuée par voie aérienne, maritime,
ferroviaire, routière ou autre.

36
La préparation des victimes à l’évacuation comprend un ensemble de
mesures visant à rétablir et à stabiliser les fonctions vitales. Ils se résument
aux soins intensifs des blessés et au traitement des organes et des tissus
endommagés à un niveau sûr permettant leur évacuation. Dans une large
mesure, ces activités sont déterminées par la nature, la gravité et le lieu des
dommages. Les lésions cérébrales traumatiques avec lésions cérébrales
occupent une place particulière dans l'évaluation des indications
d'évacuation. Il convient de rappeler que les personnes atteintes de lésions
cérébrales sans intervention chirurgicale tolèrent mieux l'évacuation
qu'après une intervention chirurgicale. Ces blessés ne devraient pas être
retardés au stade de l'assistance qualifiée pour les tests de diagnostic et le
traitement de la déshydratation. La conscience et les symptômes
neurologiques focaux ne constituent pas une contre-indication à
l'évacuation.

L'évacuation des victimes de la lésion est un processus complexe,


long et souvent assez traumatisant. Les patients infectés et ceux qui
présentent des signes prononcés de trouble mental doivent être isolés et
transportés séparément. Lors de l'évacuation de patients infectieux, un
régime anti-épidémique doit être prévu afin de prévenir la propagation de
l'infection le long des voies d'évacuation.

Les dossiers médicaux personnels tels que le dossier médical


principal et les antécédents médicaux sont essentiels pour assurer la
cohérence des soins médicaux prodigués aux blessés et aux malades. La
carte médicale principale est remplie pour toutes les victimes d’urgence
touchées par une blessure ou une maladie, seront évacuées vers un
établissement médical. Il indique le nom du service (centre médical,
établissement) qui a émis la carte, les données personnelles de la personne
touchée, la date de la blessure (maladie), la nature de la lésion, le
diagnostic, la procédure, la méthode et l'ordre d'évacuation.

2.4. Le Tri médical

La doctrine de la médecine de catastrophe est un tri médical fondé


sur la nécessité de fournir une assistance médicale dans les meilleurs délais
au plus grand nombre possible de victimes ayant une chance de survivre.
Ce principe diffère de l’installation relative à la fourniture d’une assistance
aux personnes touchées, à laquelle la médecine civile est le plus souvent
confrontée. Lorsqu'il y a toujours une disproportion entre le nombre de

37
blessés, la gravité des traumatismes et le nombre de soldats et les
installations médicales du service territorial de la population lors d'une
catastrophe, il est presque impossible de fournir simultanément une
assistance médicale à toutes les victimes. En cas de catastrophe naturelle
ou de catastrophe, avec un nombre massif de victimes, il est extrêmement
difficile de prendre la bonne décision qui détermine les actions prioritaires.

Pour améliorer l'efficacité des mesures d'évacuation médicale, il est


nécessaire de déterminer:

- qui devrait être aidé immédiatement pour sauver la vie,


- qui peuvent être évacués vers le dispensaire le plus proche,

- qui envoyer dans un centre spécialisé pour une évaluation plus


approfondie de la gravité de la maladie et du traitement,

- identifier le contingent ayant besoin de soins ambulatoires.

L'impossibilité de traiter tous ceux qui ont besoin de soins médicaux


en raison du manque de personnel, de ressources et d'installations pour
accueillir les victimes conduit à la création d'un système permettant de
séparer les personnes touchées en différents groupes, en fonction de la
gravité de la situation. C'est ce qu'on appelle le "tri", développé par la
médecine militaire.

Caractéristiques des catastrophes en temps de paix:

- Une grande variété de lésions différentes. Lors des opérations de


combat à grande échelle et des conflits militaires locaux, on
observe principalement certains types de blessures. Les
catastrophes entraînent un large éventail de blessures: brûlures,
intoxication et blessures associées à l'effondrement de bâtiments,
explosions, noyades.
- La présence d'un groupe spécial de la population qui n'a pas de
blessures somatiques mais qui est néanmoins considéré comme
blessé. Il s’agit de personnes souffrant de stress post-traumatique,
de traumatismes psychologiques ayant perdu des proches, des
amis, des biens. Ce contingent a besoin, outre de soins
psychologiques et psychiatriques d'urgence, de logements et de
moyens de subsistance.

38
Le médecin de contrôle doit évaluer la combinaison des fonctions
physiologiques et anatomiques, le mécanisme de la blessure, les
comorbidités, la possibilité de dommages cachés, puis, en se basant sur le
jugement clinique et expert, tirer la bonne conclusion. Compte tenu de la
panique, du chaos, de la confusion totale et des complications lors de
catastrophes, le système de tri dans son ensemble doit être simple, clair et
successif à toutes les étapes de l’évacuation sanitaire. Le tri devrait être
l'outil avec lequel la situation apparemment incontrôlable et insurmontable
peut être contrôlée de manière adéquate. Ce devrait être un processus
dynamique à tous les niveaux du système de soins.

Groupes de tri

Il existe un projet connu de N.I. Pirogov, la division concernée en


quatre groupes:

I. "Agonisant" - pour isoler les victimes mourantes, avec des


blessures traumatiques et des empoisonnements incompatibles avec la vie.

II. "Soins d'urgence" implique une assistance immédiate, avec des


conditions absolument urgentes. Observé parmi les plus gravement
touchés, dont la vie est en danger. Une assistance médicale est fournie sur
le site de la catastrophe afin de leur créer les conditions nécessaires à leur
survie.

III. "Assistance d'urgence", lorsque l'assistance peut être différée


pour une période limitée et ne sera pas fatale. Ce sont des conditions
relativement urgentes caractéristiques des personnes gravement touchées,
mais dans une moindre mesure que la catégorie précédente. Il n'y a pas de
danger immédiat pour la vie, une aide est fournie pour stabiliser l'État dans
le but de:

- préparation à l'évacuation,
- faciliter le transport.

IV. «Assistance non urgente» signifie que l'assistance peut être


retardée jusqu'à ce qu'elle soit affectée par d'autres catégories.

Les problemes de tri

39
Le tri crée un certain nombre de problèmes, dont l'un est bien connu
du personnel médical et des personnes impliquées dans les opérations de
sauvetage. Le problème est éthique. En cas de catastrophe, le tri, quel que
soit le lieu, crée des alternatives de choix et de traitement basées sur la
catégorisation des victimes. Une telle approche peut être en contradiction
avec la pratique quotidienne des soins médicaux d’urgence, qui consiste à
fournir l’assistance nécessaire pendant longtemps aux personnes
gravement atteintes. La responsabilité morale du médecin chargé du tri
étant énorme, la décision de passer dans le groupe 1 ne devrait donc être
prise que collectivement, par une équipe de médecins très expérimentés.

Traditionnellement, le personnel médical a du mal à classer les


personnes atteintes appartenant au premier groupe en raison du fait que
pendant le travail normal toutes les méthodes disponibles de la médecine
moderne sont impliquées et que toutes les mesures nécessaires sont prises
pour sauver leur vie. En cas de catastrophe, lorsque les ressources sont
limitées, il est possible de décider de l'envoi d'un grand nombre de
médicaments à un contingent limité avec une chance réelle de survie, et
certains affectés ne recevront que des soins palliatifs.

En cas de lésions massives, la prolongation de la vie de ce contingent


par des moyens médicaux entraîne une perte inutile de forces et de
ressources médicales au détriment des moins touchés, qui ont une chance
de survivre. L’expérience directe du tri compte un petit nombre de
médecins et quelle que soit la méthode utilisée sur le terrain ou à la salle
d’urgence, le personnel de l’hôpital du lieu où les blessés sont livrés doit
être au courant, et les principes de tri doivent être strictement observés, car
les personnes affectées reçoivent de l’aide avec un système donné .

Ainsi, le tri est l’un des principes de base de la médecine en cas de


catastrophe. Dans les situations d'urgence, il existe toujours un écart entre
le besoin de soins médicaux et la possibilité de le fournir.

La continuité de la méthode est que le tri est effectué en tenant


compte du volume et de la finalité de l’étape ultérieure des soins
médicaux. Qu'il s'agisse d'un département médical dans une clinique ou
d'un établissement de santé de niveau supérieur. La spécificité est que le tri
est effectué pour chaque individu affecté individuellement, en tenant
compte de sa pathologie.

40
Le tri détermine le volume et le type de soins médicaux. Au niveau
de la lésion, sur le site où la blessure a été subie, les éléments les plus
simples du tri médical sont effectués dans l’intérêt des premiers secours. À
mesure que le personnel médical (équipes d'ambulances, infirmières
médicales, équipes médicales d'urgence) arrive dans la zone sinistrée, le tri
se poursuit, il est précisé et approfondi. Chaque groupe affecté dans le
processus de tri médical varie en fonction du type et de la quantité de soins
médicaux fournis. Le volume des soins médicaux est à son tour déterminé
non seulement par les indications médicales et les qualifications du
personnel médical, mais principalement par les conditions de la situation.

Fig 2.4. Les marques de tri.

Les types de tri

À la base du tri, trois principaux signes de tri de Pirogov conservent


leur efficacité:

- Danger pour les autres.


- Signe thérapeutique.

- Fonction d'évacuation.

Le risque pour les autres détermine le degré de besoin des personnes


blessées dans le cadre d'un traitement spécial ou sanitaire, ou d'un
isolement (agents bactériens, psychose aigue).

Signe thérapeutique - le degré de nécessité pour les victimes de


soins médicaux, l'ordre et le lieu (unité médicale) de sa fourniture.

41
Selon le degré de besoin de soins médicaux, on distingue les groupes
suivants:

- affecté dans des conditions terminales avec un traumatisme


incompatible avec la vie, ayant besoin d'une aide symptomatique;
- besoin urgent de soins médicaux (pour des raisons de santé);

- l'assistance peut être retardée;

- nécessitant des soins médicaux ambulatoires.

Signes principaux pour le diagnostic lors du tri:

- le degré de menace à la vie des personnes affectées au moment


du tri,
- le moment de l’éventuelle évolution des développements et des
résultats négatifs,

- la nécessité de créer des conditions d'isolement.

Attribut d'évacuation - nécessité, ordre d'évacuation, mode de


transport et position de la victime lors du transport, but de l'évacuation. Sur
la base de cette fonctionnalité, les individus affectés sont divisés en
groupes:

- être évacué hors de la zone d'urgence vers d'autres institutions ou


centres médicaux territoriaux ou régionaux du pays, en tenant
compte du but, de la nécessité, de la priorité, du mode
d'évacuation (couché ou assis), du type de transport et de la
situation du transport
- être laissé dans cet établissement médical (selon la gravité de
l'état de non-transportable) temporairement ou jusqu'à l'issue
finale,

- être renvoyé au lieu de résidence (réinstallation) de la population


pour un traitement ambulatoire ou une surveillance médicale.

2.5. Organisation du soutien sanitaire et anti-épidémique en


situation d'urgence
L'organisation et la conduite des mesures sanitaires-hygiéniques et
anti-épidémiques dans le système général d'élimination des conséquences

42
sanitaires d'une situation d'urgence sont très importantes. Dans la zone
d'urgence, ce travail est effectué par les centres territoriaux de la
surveillance sanitaire et épidémiologique.
Les établissements et unités sanitaires et épidémiologiques mènent
les activités principales suivantes:
- surveiller la situation sanitaire et épidémiologique, organiser un
examen des matières premières alimentaires, des denrées
alimentaires, de l'eau potable et de l'environnement extérieur
pour détecter toute contamination par des substances
radioactives, des substances toxiques et chimiquement
dangereuses et des microorganismes pathogènes;
- interagir avec les services médicaux et sanitaires du département
sur les questions d'assistance à la population lésée;
- organiser une formation spéciale à l'intention des employés des
institutions et formations sanitaires et épidémiologiques pour les
aider à travailler dans des situations d'urgence;
- procéder à l'accumulation, au stockage, à la comptabilité et au
contrôle du matériel médical nécessaire au travail des formations
et des institutions du service sanitaire et épidémiologique dans
les situations d'urgence;
- surveiller le respect des règles sanitaires et des normes d'hygiène
en cas d'urgence en temps de guerre;
- organiser les travaux du réseau d'observation et de surveillance
en laboratoire pour la détection et l'indication en temps voulu de
la contamination (bactériologique) biologique (eau) de l'eau
potable, des matières premières alimentaires et fourragères, de la
nourriture et des objets environnementaux en temps de guerre et
de situations d'urgence;
- prévoir la possibilité d'épidémies.

L’appui sanitaire et hygiénique en situation d’urgence s'entend


comme un ensemble de mesures prises dans la zone d’urgence pour
préserver la santé de la population et du personnel participant aux
interventions d’urgence, par:
- suivi médical de leur santé; surveillance sanitaire des conditions
de logement (en dehors des lieux de résidence permanente),
nourriture, approvisionnement en eau, état sanitaire du territoire,
évacuation des eaux usées, inhumation des corps de personnes
décédées et d'animaux;

43
- évaluations de l'état sanitaire et hygiénique de la zone d'urgence
(district);
- prévoir l'impact des facteurs défavorables sur la santé de la
population et du personnel participant aux interventions;
- éducation à l'hygiène.

Le service sanitaire-épidémiologique organise et met en œuvre les


mesures sanitaires et hygiéniques suivantes:
- organiser et mener une évaluation de l'état sanitaire et hygiénique
du territoire et la détermination des facteurs néfastes pour la santé
publique et l'environnement;
- organisation de mesures sanitaires et hygiéniques pour la
protection du personnel des installations d'urgence, des
participants à l'intervention d'urgence et du public;
- organisation et participation à la supervision sanitaire des
conditions d'hébergement de la population dans la zone des
situations d'urgence, de ses services d'alimentation,
d'alimentation en eau, de bains et de blanchisserie;
- organisation de l'inspection sanitaire des installations importantes
du point de vue de l'hygiène assurant l'activité vitale de la
population dans la zone d'urgence;
- suivi médical de l'état de santé du personnel des organisations et
institutions impliquées dans les interventions d'urgence, en leur
fournissant des vêtements spéciaux, des équipements de
protection;
- participer à la surveillance de l'état sanitaire du territoire, au
nettoyage, à la désinfection et à la surveillance en temps utile de
l'inhumation des personnes décédées;

Lors de la mise en œuvre de mesures sanitaires et hygiéniques, il est


nécessaire de contrôler strictement tous les objets importants du point de
vue de l’hygiène.
Ces objets incluent:
- les systèmes d'approvisionnement en eau et d'égouts;
- entreprises de l'industrie alimentaire, de la restauration collective
et du commerce;
- écoles maternelles et scolaires;
- les services publics;
- logements blessés et non blessés;

44
- les établissements de traitement et de prophylaxie dans lesquels
les victimes et les patients de la zone sinistrée sont hospitalisés;
- lieux de réinstallation temporaire de la population évacuée;
- emplacements des équipes de secours, détachements;
- installations industrielles pouvant être des sources de dommages
secondaires

Le bien-être sanitaire et épidémiologique est assuré par un ensemble


de mesures organisationnelles, légales, médicales, anti-épidémiques et
restrictives visant à prévenir la survenue et l'élimination de maladies
infectieuses, ainsi que par le respect des règles et normes sanitaires.

Les principales mesures anti-épidémiques en cas de foyer


épidémique sont les suivantes:
- enregistrement et notification;
- enquête épidémiologique et renseignements sanitaires et
épidémiologiques;
- identification, isolement et hospitalisation du malade;
- mesures restrictives du régime ou de quarantaine;
- prophylaxie d'urgence générale et spéciale;
- désinfection du foyer épidémique;
- identification des porteurs de bactéries et amélioration de
l'observation médicale de la population touchée et du personnel
des formations de sauvetage;
- travaux sanitaires et explicatifs.
Enregistrement et notification. Tous les patients et toutes les
personnes suspectes de la maladie sont pris en compte. Le médecin en chef
du centre de surveillance sanitaire et épidémiologique de la circonscription
(ville) doit être immédiatement informé de la détection de patients
infectieux. Lorsqu'ils reçoivent des données sur la survenue d'infections
hautement contagieuses, la population de la zone sinistrée et des territoires
adjacents est également informée des règles de comportement.

2.6. Enquête épidémiologique et renseignements sanitaires et


épidémiologiques.
Chaque cas de maladie infectieuse doit être soumis à un examen
épidémiologique approfondi afin de déterminer la source d'infection
envisagée et de mener des activités fondamentales visant à prévenir la

45
propagation de l'infection. L’épidémiologiste qui effectue l’enquête
détermine, sur la base d’une enquête auprès du patient et d’autres
personnes, quels objets de la situation donnés sont suspects et quelles
méthodes de désinfection doivent être appliquées. Dans le même temps,
l’épidémiologiste sélectionne le matériel à tester en laboratoire.
L’intelligence sanitaire et épidémiologique est la collecte et la
transmission d’informations sur la situation sanitaire, hygiénique et
épidémiologique dans la zone d’urgence, qui consistent à obtenir des
données sur les foyers épidémiques, la qualité de l’air, l’eau et la
nourriture, l’état sanitaire du territoire, les logements, les installations
mesures spéciales et préventives organisées et mises en œuvre par le
service sanitaire épidémiologique.
Les tâches de renseignement sanitaire et épidémiologique
comprennent:
- identification de la présence et de la localisation des patients, de
la nature de l'épidémie et de la prévalence des maladies
infectieuses, protection immunitaire entre divers contingents dans
les zones où se trouve la population touchée;
- établir la présence et l'activité d'infections focales naturelles dans
les zones d'urgence, d'épizootie chez les animaux sauvages et
domestiques;
- Enquête sur l'état sanitaire et hygiénique de la zone d'urgence, les
zones d'installation et les sources d'eau comprises dans cette
zone, les infrastructures économiques, les installations sanitaires
communales et sanitaires, les institutions médico-sanitaires et
épidémiologiques, installations de désinfection, hôpitaux
infectieux, laboratoires de bactériologie et de virologie,
installations de traitement des eaux, décharges et décharges pour
déchets ménagers et industriels, cimetières, crématoriums, etc.);
- évaluation de la possibilité d'utiliser les forces et les installations
des autorités sanitaires locales restées dans les zones sinistrées
pour travailler dans des foyers d'épidémie
Le groupe d'intelligence sanitaire-épidémiologique comprend: un
hygiéniste, un épidémiologiste (ou un spécialiste des maladies
infectieuses), un bactériologiste, un assistant de laboratoire et un
chauffeur.
Les arrangements pour l'organisation de la recherche sanitaire et
épidémiologique comprennent:

46
- clarification de la situation dans la zone d'urgence, du moment
possible pour l'exploration, de l'identification des itinéraires, de
la nature de l'alerte et des moyens de communication;
- Enquête sur la zone d'urgence (établissements humains, systèmes
vitaux: alimentation en eau potable centralisée et autres sources
d'eau potable, bases d'approvisionnement en nourriture et
entreprises de restauration, services publics, objets économiques,
en tant que sources de substances potentiellement dangereuses,
etc. )
- collecte et clarification des données détenues par les autorités
locales et les établissements de santé sur les services vétérinaires
et autres (population totale dans le village, nombre possible de
personnes laissées dans la zone d'urgence, zone de réinstallation
des victimes et mode d'évacuation de celles-ci);
- obtenir des informations sur la morbidité infectieuse, la
vaccination (vaccination) de la population dans la zone du foyer
et de la zone d'urgence, ainsi que des données sur les foyers
naturels du territoire, les épizooties, dans les organes exécutifs et
les institutions de santé publique et de médecine vétérinaire
restants dans les territoires.
- la communication des résultats du renseignement et des
recommandations connexes.
En plus d'identifier les patients et les personnes suspectées d'avoir
une maladie présentant des signes de signalisation (fièvre, diarrhée,
éruption cutanée, etc.), des dérivations ménagères sont effectuées pour
vérifier la mise en œuvre de l'hospitalisation des patients, des vaccinations
de masse, pour surveiller l'état sanitaire du logement et du territoire.
Le transport des patients infectieux et des patients suspects
d’infection est effectué séparément par transport spécial. Une infirmière,
un chauffeur et une infirmière accompagnent le patient.

Régime limité (observation) ou quarantaine


Afin d'empêcher l'introduction de maladies infectieuses et leur
propagation en cas de foyers épidémiques, un ensemble de mesures
restrictives et médicales est mis en place. Il est divisé en quarantaine et
observation en fonction des caractéristiques épidémiologiques de
l'infection et de la situation épidémiologique. L’organisation et la tenue de
ces manifestations sont confiées aux responsables des territoires
administratifs et à la commission sanitaire et anti-épidémique.

47
Quarantaine - système de mesures temporaires organisationnelles,
administratives, économiques, juridiques, thérapeutiques et hygiéniques,
anti-épidémiologiques, restrictives et à régime restrictif, visant à prévenir
l'épidémie d'un pathogène infectieux dangereux au-delà du foyer
épidémique, assurant la localisation d'un foyer épidémique, épizootique ou
épiphytique et leur liquidation ultérieure.
Observation - mesures restrictives du régime qui, parallèlement au
renforcement des mesures d'observation médicale et vétérinaire et des
mesures antiépidémiques, des traitements et des mesures prophylactiques
et vétérinaires-sanitaires.
L'observation est introduite dans les zones présentant un état sanitaire
dysfonctionnel ou extrême et une épidémie extrême, c'est-à-dire
l'apparition de maladies du groupe non contagieuses ou de cas isolés
d'infections contagieuses.
L’observation et la quarantaine sont annulées après l’expiration de la
période d’incubation maximale de la maladie infectieuse depuis
l’isolement du dernier patient et la désinfection du personnel et du public.
Prophylaxie générale et spéciale d’urgence.
La prophylaxie d’urgence (traitement préventif) est un ensemble de
mesures médicales visant à prévenir l’apparition de maladies humaines en
cas d’infection par des agents pathogènes de maladies infectieuses
dangereuses. Elle est effectuée immédiatement après la constatation d'une
infection bactérienne ou la survenue de cas de maladies infectieuses
dangereuses parmi la population, ainsi que de maladies infectieuses
d'étiologie inconnue.
Contrairement à la prophylaxie vaccinale, la prophylaxie d'urgence
fournit une protection rapide aux personnes infectées: l'établissement du
type de microorganisme qui a provoqué la maladie infectieuse est
généralement effectué, et après l'établissement du type de microbe
pathogène - prophylaxie d'urgence spéciale.
Pour la prophylaxie d’urgence générale, on utilise des antibiotiques
et des médicaments de chimiothérapie à large spectre qui agissent contre
tous les agents infectieux ou la plupart d'entre eux. La durée de la
prophylaxie d’urgence générale est déterminée par le temps nécessaire
pour identifier, identifier et déterminer la sensibilité de l’agent pathogène
aux antibiotiques et par une moyenne de 2 à 5 jours.
La durée de la prophylaxie peut être réduite à 2-3 jours en présence
de résultats d'indication spécifique.

48
Comme moyen de prophylaxie d’urgence spéciale, on utilise des
médicaments antibactériens, qui ont un fort effet étiotrope sur le pathogène
isolé de patients infectieux en foyer épidémique, en tenant compte des
résultats de la détermination de sa sensibilité aux antibiotiques. La durée
de la prophylaxie d'urgence spéciale est déterminée par la forme
nosologique de la maladie (la période d'incubation, calculée à partir du
jour de l'infection), les propriétés du médicament antimicrobien prescrit.
L'ordonnance de prophylaxie médicale d'urgence est délivrée par les
commissions sanitaire et anti-épidémique.
La responsabilité de son application incombe aux responsables des
institutions, des entreprises et des brigades de soins infirmiers.
Les autorités sanitaires sont responsables de l'orientation
méthodologique et du suivi de la mise en œuvre des mesures de prévention
d'urgence.
Afin d'empêcher les travailleurs médicaux d'être infectés par des
agents pathogènes d'infections dangereuses tout en travaillant dans
l'épidémie, ils doivent suivre scrupuleusement les règles anti-épidémies.
L’efficacité des mesures de prévention d’urgence dépend en grande
partie de la clarté de leur mise en œuvre et de la couverture totale de la
population. Les listes indiquent le nom du médicament utilisé, ainsi que la
dose et la date de délivrance.
La prophylaxie d'urgence commence dans les foyers d'infection, il est
recommandé de procéder à une immunisation active (vaccination ou
revaccination) de la population.
Parmi les méthodes de vaccination, la plupart répondent aux
exigences de protection anti-épidémique de la population, sans aiguille,
par aérosol et par voie orale.
Méthodes d'immunisation utilisées et nombre de vaccinés.
Pour la vaccination, des équipes de vaccination composées d'un
médecin et de deux infirmières sont créées.
Désinfection du foyer d'infection épidémique. La désinfection des
foyers d’appartements est effectuée par le service sanitaire et
épidémiologique national en effectuant la désinfection en cours et la
désinfection finale.
La désinfection - la destruction des agents pathogènes des maladies
infectieuses dans l'environnement. Elle peut être réalisée par des méthodes
physiques, chimiques et combinées de groupes de désinfection. La
désinfection du territoire, des bâtiments et le traitement sanitaire de la
population sont effectués par le service technique municipal.

49
La désinsectisation - la destruction des insectes (vecteurs de maladies
infectieuses) - est réalisée par des méthodes physiques et chimiques. La
principale méthode est chimique, qui consiste en le traitement d'objets
avec des insecticides.
La dératisation - destruction de rongeurs (sources de maladies
infectieuses). Elle est effectuée par des méthodes mécaniques (capture) et
chimiques (en utilisant des appâts empoisonnés).
La désinfection des aliments est effectuée par le service du
commerce et de la nutrition et de l'eau par le service de
l'approvisionnement en eau. Le contrôle de la qualité de la désinfection des
aliments et de l'eau, ainsi que leur examen sanitaire, sont effectués par le
service de surveillance sanitaire et épidémiologique de l'État.
Détection de porteurs de bactéries. Si, lors de l'enquête
épidémiologique et des recherches en laboratoire sur les foyers
épidémiologiques, des porteurs ont été identifiés (infections paratyphoïde,
choléra, diphtérie, etc.), des mesures sont prises pour les protéger contre la
contagion.
Travaux sanitaires et explicatifs. Pour effectuer un travail
d’explication sanitaire large et efficace, utilisez la radio, la télévision et des
textes imprimés. Il devrait viser à la stricte application par l'ensemble de la
population des recommandations générales sur les règles de conduite, le
respect des règles sanitaires et hygiéniques et d'autres mesures de
protection individuelle.

50
2.7. Questions de test
1. Mesures visant à améliorer la durabilité des installations de santé
dans les situations d'urgence.
2. Actions de prévention et de liquidation des conséquences des
situations d'urgence dans les établissements de santé publique.
3. Protection du personnel médical, des patients et des biens.
4. Organisation du travail hospitalier en situation d'urgence.
5. Évacuation des institutions médicales.
6. Le concept d'activités d'évacuation médicale.
7. Les principes de base de l'organisation du systèmes de mesures
médicales et d'évacuation
8. Le stade de l'évacuation médicale: définition, tâches.
9. Types de soins médicaux.
10. Le volume des soins médicaux, le contenu des activités, sa
dépendance à la situation actuelle.
11. Tri médical des personnes concernées (définition, but, types,
groupes de tri, organisation du travail des équipes de tri).
12. Évacuation médicale (définition, objet, principes d'organisation,
méthodes, exigences).
13. Préparation des personnes affectées à l'évacuation, conditions de
non transportabilité des blessés selon le type de transport.
14. Le chemin de l'évacuation médicale, direction de l'évacuation
médicale.
15. Caractéristiques de l'organisation du systèmes de mesures
médicales et d'évacuation dans les foyers de contamination chimique.
16. Caractéristiques de l'organisation du systèmes de mesures
médicales et d'évacuation dans les foyers de contamination
bactériologique.
17. Caractéristiques du systèmes de mesures médicales et
d'évacuation dans les foyers de contamination radioactive.
18. Principes fondamentaux de la gestion des forces et de
l'équipement dans les foyers d'infection (infection) et aux étapes de
l'évacuation.
19. Organisation d'interactions avec d'autres services de défense
civile.
20. Mesures sanitaires, hygiéniques et antiépidémiques de base prises
en temps de guerre.

51
21. Principales mesures sanitaires et hygiéniques et anti-épidémiques
conduites par le déclenchement de l'utilisation d'armes de destruction
massive.
22. Principales mesures sanitaires et hygiéniques et anti-épidémiques
prises pendant les activités d'évacuation et dans les lieux de réinstallation
temporaire.
23. Organisation de l'examen sanitaire des aliments et de l'eau
potable.
24. Notion de quarantaine et d'observation.
25. Mesures visant à localiser et à éliminer les foyers de maladies
infectieuses massives et les foyers d’infection par des agents biologiques.
26. Tâches et structure organisationnelle des formations sanitaires-
hygiéniques et anti-épidémiques.

52
3. ASPECTS PSYCHOLOGIQUES DES SITUATIONS
D'URGENCE

3.1. Principes de psychiatrie des catastrophes


Par traumatisme mental, on entend l'expérience d'une grande force,
provoquée par l'influence de facteurs psycho-traumatiques d'une situation
d'urgence, menant à un trouble mental temporaire de gravité variable, à
une perte d'efficacité partielle ou totale.
Le traumatisme mental est un irritant excessivement puissant qui est
important individuellement et qui nuit aux besoins de la personne. Le
traumatisme mental est un phénomène très complexe qui repose sur la
réponse subclinique de la conscience au traumatisme psychique lui-même,
accompagné d'une restructuration défensive qui se produit dans le système
d'attitudes psychologiques. Cet ajustement protecteur neutralise
généralement les effets du traumatisme et empêche le développement
d'une maladie psychogène.
Les critères suivants sont importants dans le diagnostic des troubles
psychogènes:
- la survenue de troubles mentaux dus à un traumatisme mental;
- les troubles mentaux perdurent jusqu'à ce que le psychotraumatisme
se poursuive et reste pertinent pour le patient;
- le contenu d'expériences douloureuses reflète la nature et le contenu
de la blessure mentale.
Le développement des troubles mentaux est également
influencé par l’évaluation du pronostic «individuel» de l’individu au
regard des situations d’urgence.

3.2. Blessure mentale.

Selon l’importance personnelle de l’événement et le rôle qu’il a joué


dans la vie de l’individu sur le plan psychologique et psychiatrique, il
existe cinq types d’urgence:
- l'événement est perçu non seulement comme une menace réelle à
la vie, mais aussi comme cause d'importantes expériences liées
aux blessures ou au décès de la famille, des proches, des proches,
et la conséquence de la situation d'urgence affecte la perspective

53
matérielle et socio-psychologique (tremblement de terre, actions
militaires);
- un événement est perçu comme une menace pour la vie et
l'expérience d'une situation d'urgence et de ses conséquences est
associée à des dommages matériels importants (inondations,
incendies);
- un événement ne représente pas une menace réelle pour la vie
d’une personne, mais ses expériences sont liées à une menace
réelle pour la vie et la santé de sa famille, de ses proches, et les
conséquences de l’événement restent longtemps incertaines
(otages);
- l'événement est perçu et vécu comme une menace réelle pour la
vie, mais il ne s'accompagne pas de dommages matériels
importants et sa conséquence ne s'applique pas à un avenir
proche ou lointain (accident de voiture);
- un événement est perçu, vécu et interprété comme une menace de
répétition ou d’apparition dans le futur (séisme, rayonnement ou
contamination chimique).
La collision de personnes dont les conditions de vie ont changé peut
entraîner des modifications de la personnalité, l'émergence de conflits
intrapersonnels, des contradictions dans les principes d'évaluation de la
réalité, une augmentation de la tension interne, de l'anxiété et de l'hostilité.
En cas d'urgences prolongées ou de préservation à long terme de
leurs conséquences, il existe une nette tendance à la formation de
formations stables comparables aux syndromes cliniques suivants:
asthénique, pseudo-névrose, psycho-végétatif, dépressif et
psychoorganique.

3.3. Caractéristiques des réactions comportementales en situation


d'urgence
En cas d'urgence, les dynamiques suivantes du développement de
troubles neuropsychiatriques sont notées.
Phase hyperkinétique - est une réaction caractérisée par une
excitation mortice.
Phase hypocinétique - caractérisée par une forte inhibition motrice
pouvant aller jusqu’à l’immobilité totale et à la stupeur.
Phase des troubles autonomes - La somatisation des réactions
psychologiques se produit. Il y a des maux de tête, des douleurs au coeur,

54
des tremblements, une perte d'audition, des maladies du tractus gastro-
intestinal.
Phase des troubles mentaux - troubles de l'humeur (dépression,
manie), psychose hystérique, paranoïdes psychogènes et autres.

3.4. Manifestations cliniques de troubles mentaux survenant dans


des situations d'urgence
 Troubles psychiatriques survenant lors de situations d'urgence:
- Réactions non pathologiques (physiologiques): caractérisées par
une tension émotionnelle, une anxiété, une diminution des
performances, la préservation de la critique de leur état, la
préservation des compétences de communication.
- États névrotiques psychogènes: troubles névrotiques
(neurasthénie), névrose hystérique, névrose obsessionnelle-
compulsive, parfois diminution de la compréhension critique de ce
qui se passe.
- Psychoses réactives (psychogènes).
Psychose réactive (psychogène) - troubles mentaux du niveau
psychotique résultant de l'impact de chocs extrêmement violents,
d'événements indésirables et de blessures mentales importantes pour
l'individu. On distingue les formes de psychoses réactives suivantes:
réaction aiguë au stress, psychoses hystériques, dépressions psychogènes,
manies psychogènes, paranoïdes psychogènes.
Manifestations cliniques:
Réactions de choc affectif (réaction aiguë au stress): désordre
transitoire de gravité significative avec changements brusques du système
endocrinien et vasomoteur, se développe chez des individus sans
pathologie mentale dans des conditions extrêmes. Les facteurs de stress
sont des situations dangereuses pour la vie ou le bien-être, des actions
spontanées (tremblements de terre, inondations), des catastrophes
environnementales, des accidents, des incendies, des naufrages, des
événements militaires, entraînant de grandes destructions, causant la mort,
blessant nombre de personnes. Une hypersensibilité aux effets des facteurs
de stress est observée chez les personnes asténisées, les personnes âgées et
en présence de maladies somatiques.
Il existe 2 formes de réactions aiguës au stress:
- Forme hyperkinétique: le comportement des patients est flou,
dans un contexte d'anxiété et de peur grandissantes, il existe une

55
agitation psychomotrice avec des mouvements erratiques. Les
patients ne perçoivent pas l'environnement. La durée de
l'excitation motrice est faible, elle s'arrête après 15-25 minutes.
- Forme hypocinétique: une inhibition vive de la motricité est
caractéristique, elle peut aller jusqu’à l’immobilité totale. Les
patients restent généralement à l'endroit où l'effet négatif de la
peur est apparu, ils sont indifférents à ce qui se passe autour de
eux. Peau pâle, sueurs froides, miction involontaire, défécation.
Durée stupeur de plusieurs heures à 2-3 jours. Les expériences de
la période aiguë sont généralement amnésisées. À la sortie de la
maladie aiguë, on observe une asthénie marquée pouvant durer
jusqu’à 2-3 semaines.
Les réactions de choc affectif chez les enfants et les adolescents se
manifestent dans les mêmes variantes. Chez les enfants, on note une
gravité significative des troubles du système autonome: pouls lent,
acrocyanose, hyperthermie, frissons, immobilité (souvent partielle).

Psychose hystérique.
Stupéfaction crépusculaire hystérique - souvent observée dans une
situation militaire. Caractérisé par un rétrécissement du champ de
conscience, une désorientation, des déceptions de la perception
(hallucinations visuelles, visions imaginatives), reflétant la situation
traumatique, la nature fragmentaire de l'amnésie ultérieure. Le
comportement des patients est démonstratif: rire, chanter, pleurer peuvent
être interrompus par une crise convulsive. Les perturbations hystériques du
crépuscule de la conscience peuvent durer jusqu’à 1-2 semaines.
Psevdodementia: une démence d'apparence imaginaire, apparaissant
dans le contexte d'une conscience congénitale, est caractérisée par une
perte imaginaire de la connaissance la plus simple, de réponses non
correctes, d'actions. Les patients avec un sourire idiot, ne peuvent pas
effectuer une simple arithmétique, n'appellent pas son nom, prénom, pas
assez concentré dans les environs.
Puerilisme: les manifestations cliniques s'apparentent au syndrome
de pseudodémension, caractérisé par un comportement enfantin (langage,
motilité et réactions émotionnelles des enfants) dans le contexte d'une
conscience rétrécie de manière hystérique.
Dépression psychogène:
- Les réactions dépressives aiguës sont directement liées au
traumatisme mental.

56
- Type psychogène prolongé: dépression, sentiment de désespoir,
larmoiement, troubles autonomes, insomnie. Concentration
caractéristique sur les événements du malheur.
- Dépression simple - humeur triste, retard moteur, ralentissement
des processus mentaux, toutes les expériences sont centrées sur
ce qui s'est passé. La dépression s'accompagne de symptômes
végétatifs: troubles du sommeil, de l'appétit, de la tahacardie, de
l'hyperhidrose, de l'hypertension.
- Type anxieux-dépressif (il existe des réactions affectives de
shchekoe de type hyperkinétique).
- Un ostéodépressif (effet moins profond, associé à une gêne, une
irritabilité, une démonstrativité, des stigmates hystériques, une
paralysie, une aphonie, une démarche perturbée) peut survenir.
- Asthéno-dépressif (symptômes de dépression simple, symptômes
asthéniques sont à l'origine).

État de stress post-traumatique


Le stress post-traumatique est un complexe de troubles mentaux
résultant de situations extrêmes. Elle survient après une période de latence
allant de plusieurs semaines à plusieurs mois (généralement pas plus de 6
ans).
Les taux de prévalence vont de 10% chez les témoins à 95% chez les
personnes gravement touchées.
Causes du stress post-traumatique lors de catastrophes de grande
envergure: climat naturel (ouragans, tornades, inondations), sismique
(tremblements de terre, éruptions volcaniques); causés par l'homme
(accidents de transport, dans l'industrie, explosions, incendies, catastrophes
chimiques, nucléaires), catastrophes volontaires (attentats terroristes,
guerres).
Dans le développement du stress post-traumatique, il y a 3 périodes:
- aigu - commence immédiatement après l'événement traumatique et
dure jusqu'à 10-14 jours;
- subaiguë - suit aiguë et dure jusqu'à 6 mois;
- la période d'effets à long terme (chroniques) de plusieurs mois et
même de plusieurs années.
- Les principaux symptômes les plus caractéristiques du stress post-
traumatique sont les suivants:
- expérience obsessionnelle d'un événement traumatique dans les rêves
et les souvenirs;

57
- le désir d'éviter tout rappel de lui;
- anxiété;
- troubles du sommeil;
- troubles émotionnels avec un contact limité avec le monde extérieur;
- phénomènes d'augmentation de l'excitabilité autonome.
Manifestations cliniques du stress post-traumatique:
Les troubles mentaux subaigus sont caractérisés par des troubles de
déréalisation, de dépersonnalisation; troubles anxieux-dépressifs,
obsessionnels-phobiques. Souvenirs obsessionnels caractéristiques d'une
situation extrême. Les patients sont retirés, aliénés, parfois en colère,
irritables. Les troubles végétatifs, les troubles du sommeil sont notés.

3.5. Traitement des maladies psychogènes


Lorsque des manifestations hyperkinétiques de la psychose du patient
doivent être conservées, pour lesquelles, dans des cas exceptionnels, il est
nécessaire de recourir à l'immobilisation.
Les médicaments sont largement utilisés dans le traitement des
psychoses réactives. Pour le soulagement de la psychose réactive aiguë,
des antipsychotiques de divers groupes (aminazine, halopéridol) sont
utilisés. Pour les psychoses moins graves, des tranquillisants (diazépam,
chlordiazépoxide) sont utilisés. La psychocorrection joue également un
rôle important: psychothérapie dynamique, comportementale, de groupe.
Dans le traitement des dépressions réactives, utilisez: antidépresseurs
tricycliques (amitriptyline, imipramine avec inhibition dépressive),
antidépresseurs sélectifs (pyrazidol, maprotiline - états peu dépressifs avec
phobie, phobies, obsessions); hypnotiques (nitrazépam, phénazépam).
Avec asthénie post-réactive: Piracetam, Aminalon.
Traitement du stress post-traumatique: antidépresseurs (amitriptyline,
imipramine, flurxétine); anxiolytiques (clonazépam); les anticonvulsivants
(dépakine, carbamazépine).

3.6. Principes d'organisation de soins psychologiques et


psychiatriques efficaces pour la victime en situation d'urgence
Proximité (déploiement de forces et d'installations pour la fourniture
de soins psychologiques et psychiatriques directement dans la zone de la
lésion ou à proximité de celle-ci).

58
Urgence (fourniture d'une assistance spécialisée dans les meilleurs
délais pour le soulagement des troubles mentaux aigus et d'autres types de
pathologies afin d'empêcher leur développement ultérieur.
Adéquation (choix raisonnable des méthodes et des moyens
permettant d’influencer efficacement les symptômes et les syndromes aux
fins de correction et de traitement.
Mise en scène (assistance à toutes les étapes de l'évacuation).
Continuité (continuité et unité des approches méthodologiques au
cours du traitement et des mesures préventives dans le foyer de la lésion,
dans les périodes immédiates et éloignées après une urgence afin de mettre
un terme aux conséquences psychologiques et psychiatriques d'une
urgence.
L'organisation des soins psychologiques et psychiatriques résout les
tâches de quatre niveaux - premiers secours, premiers soins médicaux,
soins spécialisés avec des éléments d'assistance spécialisée aux blessés et
aux membres des équipes de secours.
1. La premièrs secours comprend l'identification des victimes qui se
trouvent dans un état psychotique aigu, dans un état d'agitation
psychomotrice prononcée, leur évacuation de la lésion, la prévention des
réactions mentales pathologiques et des comportements agressifs.
2. La premièrs soins médicaux consiste à mettre fin aux symptômes
psychotiques aigus, à effectuer un triage médical et à préparer les
personnes atteintes de troubles psychopathologiques prononcés à une
évacuation sur rendez-vous. La particularité de cette variante de
l'assistance psychologique est qu'il ne s'agit pas de psychiatres, mais
principalement de sauveteurs, d'équipes d'ambulances et de médecins
d'autres spécialités dans des conditions difficiles et dans des périodes
limitées.
3. L'assistance qualifiée avec des éléments spécialisés dans la lésion
ou près de celle-ci lors de l'admission massive de victimes inclut un
diagnostic précis, une évaluation objective des réactions et des affections
survenues, la prévision de troubles mentaux éventuels, un tri qualifié de
toutes les victimes avec répartition en groupes et une assistance
appropriée.
Tout d’abord, une assistance est fournie aux personnes qui
représentent un danger pour elles-mêmes et pour d’autres personnes
(atteintes de troubles de la conscience, de pensées désorganisées avec une
agitation psychomotrice prononcée ou une stupeur, c’est-à-dire toutes les
personnes se trouvant dans un état psychotique aigu).

59
En second lieu, une aide est fournie à ceux à qui elle peut être
envoyée à temps et qui, de par leur état mental, sont disponibles pour une
évacuation.
Enfin, une assistance psychiatrique est fournie aux personnes
nécessitant un soutien psychologique et psychiatrique (personnes
présentant des réactions psychologiquement compréhensibles, formes
légères de troubles mentaux).
4. Les soins spécialisés comprennent le traitement et la réadaptation
des victimes dans les établissements médicaux du système de soins
psychiatriques pour la population.
La fourniture d’une assistance spécialisée complète dans les
établissements médicaux du système de soins psychiatriques prévoit le
traitement, la réadaptation, l’adaptation psychologique, sociale et
professionnelle des victimes.
Presque toutes les personnes atteintes de troubles mentaux, quelle
que soit la gravité du tableau clinique, ont besoin des premiers secours.
Les premiers secours sont nécessaires 65% des victimes de poumons et
jusqu’à 100% de personnes atteintes de psychogénie grave.
La durée du traitement est différente: jusqu'à 10 jours pour presque
toutes les victimes de psychogénie légère et plus de 2 mois pour les
personnes atteintes de psychose réactive.
En cas de discussion psychomotrice, en particulier chez les blessés, il
est nécessaire de procéder à l'évacuation par ambulance en position
ventrale avec fixation sur le brancard et toujours avec l'accompagnateur.
Pour soulager l'excitation excessive, injectez par voie intramusculaire
l'un des médicaments suivants:
-2,5% d'aminazine 2,0-3,0 ml; 0,1% de phénazépam - 2,0 ml; 0,5%
de diazépam -2,0 à 3,0,0 ml.
Les injections de sédatifs, si nécessaire, sont répétées 2 à 3 fois par
jour et doivent être effectuées 20 à 30 minutes avant l'évacuation des
personnes atteintes vers l'hôpital neuropsychiatrique.
L'évacuation est effectuée par des moyens sanitaires ou de transport
spéciaux adaptés à cette fin, accompagnés par du personnel médical, munis
des médicaments, des seringues et des aiguilles nécessaires, d'un
pansement et de l'eau potable.
Les victimes présentant des symptômes neurologiques graves, mais
en l'absence de troubles de conscience évidents, la pensée, la sphère
motrice, peuvent être retardées pendant la première étape de l'évacuation
médicale jusqu'à 1 jour pour une surveillance médicale.

60
3.7. Questions de test
1. Principes de psychiatrie en cas de catastrophe.
2. Le sujet de la recherche est la psychiatrie des catastrophes.
3. La définition de la notion de "blessure mentale".
4. Critères de diagnostic des troubles psychogènes.
5. Classification des situations d'urgence (en fonction de la
signification personnelle de l'événement en termes psychologiques et
psychiatriques).
6. Caractéristiques des réactions comportementales en situation
d'urgence.
7. Manifestations cliniques de troubles mentaux survenant dans des
situations d'urgence.
8. Psychose (psychogène) réactive: définition, classification.
9. Manifestations cliniques d'une réaction aiguë au stress.
10. Les manifestations cliniques de la psychose hystérique.
11. Les manifestations cliniques de la dépression psychogène.
12. Les manifestations cliniques de la manie psychogène.
13. Manifestations cliniques de paranoïa psychogènes.
14. Caractéristiques du tableau clinique du trouble de stress post-
traumatique.
15. Traitement des maladies psychogènes.
16. Principes d'organisation de soins psychologiques et
psychiatriques efficaces pour la victime en situation d'urgence.

61
4. SOUTIEN MÉDICAL ET SANITAIRE À L'ÉLIMINATION
DES CONSÉQUENCES D'URGENCE DE LA NATURE

4.1. Les catastrophes naturelles


Les catastrophes naturelles sont des situations catastrophiques
résultant soudainement de forces naturelles, qui perturbent généralement la
vie quotidienne de grands groupes de personnes, dans la très grande
majorité des cas, entraînant des pertes en vies humaines, la destruction de
biens, des objets écologiques et la pollution de l'environnement.
l'environnement.
Selon la classification, il existe plusieurs types d'événements
extraordinaires de nature:
- événements géophysiques extraordinaires (séismes, éruptions
volcaniques);
- événements d'urgence géologiques (glissements de terrain,
débris, avalanches, affaissements de talus, affaissements de la
surface de la Terre, tempêtes de poussière);
- urgences météorologiques (tempêtes, ouragans, tornades, grains,
grêle, fortes pluies, fortes chutes de neige, neige forte, verglas
intense, blizzard, chaleur, brouillard, sécheresse, gelée);
- urgences hydrologiques en milieu marin (cyclones tropicaux,
tsunamis, fortes vagues ou fluctuations du niveau de la mer,
nappe de glace, forte dérive des glaces, etc.);
- événements d'urgence hydrologiques (hauts niveaux d'eau,
inondations, inondations dues à la pluie, congestion, assaut de
vent, augmentation du niveau de la nappe phréatique, etc.);
- les incendies naturels (incendies de forêt, incendies de steppe et
de panification, incendies de tourbe, incendies souterrains de
minéraux combustibles);
Les tremblements de terre, les inondations, les tornades, les ouragans,
les cyclones, les coulées de boue, les glissements de terrain et les
glissements de terrain, les typhons, les tsunamis, les avalanches et les
incendies de forêt sont les plus dangereux des catastrophes naturelles
considérées.

62
4.2. Soins médicaux après les tremblements de terre
Tremblement de terre - impacts et fluctuations de la terre, causés par
la libération soudaine d'énergie, qui s'accumule pendant longtemps à la
suite de processus tectoniques dans des zones relativement localisées de la
croûte et du manteau supérieur.
Les séismes peuvent être divisés en:
1. endogène (associé à des processus profonds);
- volcanique (causé par le processus d'éruption)
- tectonique (due au mouvement de la matière dans les entrailles de
la Terre).
2. exogène (se produisent lors d'effondrements souterrains,
d'explosions de gaz, de chutes de pierres, d'impacts de météorites, de
chutes d'eau de grande hauteur.)
Le nombre de secousses et les intervalles qui les séparent peuvent
être très différents. Le pays d'où proviennent les ondes s'appelle le centre
et le point situé au-dessus de la surface de la terre est l'épicentre du séisme.
Pour déterminer la force du séisme a adopté une échelle de douze points.
Les tremblements de terre sont de terribles catastrophes naturelles en
termes de nombre de victimes, d’ampleur des dégâts, de superficie des
territoires qu’elles couvrent et de difficulté à se protéger. Selon certaines
données, 150 millions de personnes sont mortes des tremblements de terre
depuis le début de la civilisation.
Par la gravité des conséquences du séisme sur la santé, elle occupe
une place prépondérante parmi les catastrophes naturelles. Une telle
évaluation est déterminée par leur fréquence considérable, les pertes
catastrophiques parmi la population et les difficultés rencontrées pour
réduire leur taille.
En règle générale, les tremblements de terre entraînent des pertes
sanitaires considérables. La plupart des victimes subissent diverses
blessures traumatiques, souvent fermées et combinées. Cela n'exclut pas la
possibilité de dommages combinés résultant de la destruction simultanée
de bâtiments, de la survenue d'incendies, de la destruction d'objets
chimiquement dangereux et explosifs, d'accidents survenus dans d'autres
entreprises. La population est laissée sans habitation, car la plupart des
bâtiments sont détruits. Rester dans les bâtiments restants est dangereux en
raison des répliques répétées. Les installations médicales, les systèmes de
plomberie et d'égout sont endommagés et l'électricité est coupée.
L'absence de conditions sanitaires et d'hygiène élémentaires entraîne le
risque de diverses maladies infectieuses.
63
L'ampleur des pertes sanitaires lors des séismes dépend de la force et
de la superficie de la catastrophe, de la densité de population dans la
région touchée, du degré de destruction des bâtiments, des surprises et de
nombreux autres facteurs. Le plus souvent, lors de séismes, les membres
sont endommagés. Près de la moitié des os touchés présentaient des
lésions. Une grande proportion était occupée par des ecchymoses des
tissus mous et des blessures multiples de localisation variée.
À la suite du séisme, un grand nombre de personnes avaient divers
troubles mentaux.
En outre, une partie importante de la population aura besoin de
sédatifs et d'autres sédatifs, ainsi que d'une assistance médicale en liaison
avec d'autres maladies (insuffisance cardiaque, angine de poitrine,
infarctus du myocarde, crise hypertensive, etc.).
Ainsi, à la suite des tremblements de terre, les personnes subissent
non seulement des traumatismes, mais également divers troubles
neuropsychiatriques et maladies somatiques qui nécessitent des soins
médicaux urgents.
La situation médicale et tactique est compliquée par le fait que les
établissements médicaux sont en panne et que le personnel médical subit
des pertes.
À la suite d'un tremblement de terre dans la ville, les conteneurs
contenant des produits chimiques dangereux pour les accidents peuvent
être détruits et des sources secondaires de pollution chimique peuvent se
produire. Dans une telle situation, un empoisonnement massif est très
probable, par exemple l'ammoniac, le chlore, les oxydes d'azote et d'autres
substances agressives.
Lors de tremblements de terre sous-marins et côtiers, à la suite de
mouvements ascendants et descendants des fonds marins, des vagues - des
tsunamis.
Pour éliminer les conséquences d’un séisme, les travaux suivants
doivent être effectués dans l’ordre suivant:
- retrait des personnes des décombres, des bâtiments délabrés et
enveloppés;
- la localisation et l'élimination des accidents sur les services
publics et les lignes technologiques, dont les conséquences
menacent la vie des personnes;
- effondrement ou renforcement des bâtiments dans des conditions
d'urgence et menaçant de s'effondrer;

64
- organisation de l'approvisionnement en eau et de la nutrition de la
population dans la zone sismique;
- fourniture de soins médicaux aux personnes touchées.

Fig. 4.1. Conséquences du séisme en Iran

Il est important de savoir combien de personnes doivent être trouvées


dans chaque district, bloc, maison. Dans les zones touchées par les
tremblements de terre, la prévention des réactions mentales massives et de
la panique revêt une grande importance.
Il est nécessaire de noter ce qui suit.
- L'une des caractéristiques importantes des conditions d'assistance
à l'évacuation médicale lors d'un tremblement de terre est qu'une
partie plus ou moins importante des personnes touchées se trouve
sous les décombres. Cette situation, d’une part, entraîne une
certaine dispersion du flux des personnes touchées et réduit le
besoin de forces et installations médicales, et, d’autre part,
détermine la plus grande urgence à fournir une assistance
médicale après avoir retiré les victimes des décombres. Dans le
même temps, immédiatement après le séisme, un nombre
important de personnes touchées se tournent vers l'aide médicale.
- Selon les statistiques internationales, si les sauveteurs entrent
dans la zone touchée par le séisme dans les 3 premières heures,
ils peuvent sauver 90% des survivants de la mort. Au bout de 6
heures, le nombre des sauvetés peut atteindre 50%. À l’avenir,
les chances de sauvetage sont réduites et, au bout de 10 jours, il
est inutile de mener à bien des opérations de sauvetage.
- La situation au centre du séisme peut entraîner des pertes parmi
les sauveteurs, y compris les agents de santé. Les psychologues

65
disent qu’il est impossible de travailler dans la zone sinistrée sans
un ensemble de mesures de protection appropriées pendant une
longue période. Les gens ne supportent pas le stress mental
prolongé. Les secouristes ont également besoin d'une assistance
médicale.
Principes fondamentaux de l'organisation des soins de santé à la
suite des tremblements de terre.
Dans l'organisation des mesures d'évacuation médicale à la suite des
effets de divers tremblements de terre, il existe des différences
significatives. Ils dépendent principalement des effets du séisme sur la
santé, de l'organisation des opérations de secours lors de l'épidémie, des
capacités du système de santé fonctionnant dans la zone sismique, de la
disponibilité d'installations à temps plein spécialement conçues pour
permettre une évacuation sanitaire dans ces conditions, etc.
Lors de la liquidation des conséquences médicales de la majorité des
séismes destructeurs dans notre pays, un système de traitement par étapes
est appliqué avec évacuation des personnes affectées dans des
établissements médicaux spécialisés (profilés) capables de fournir aux
victimes une assistance et un traitement médicaux complets. Dans le même
temps, l'organisation des soins médicaux présente des différences
significatives non seulement dans l'un ou l'autre séisme, mais même dans
différentes parties de la source du même séisme.
La première aide médicale affectée dans la source du séisme est
l’ordre de l’entraide et de l’entraide, ainsi que le personnel des formations
de sauvetage.
Les pertes sanitaires pendant les séismes se forment presque
simultanément. À cet égard, le maximum de travail consacré à la
fourniture de premiers secours aux personnes touchées a lieu
immédiatement après un séisme. Au cours de la période initiale (quelques
heures), les premiers secours pour les blessés et leur évacuation de
l'épidémie sont spontanés. En fonction des conditions, de la capacité du
personnel et des unités autres que le personnel à mener des opérations de
recherche et de sauvetage, il est possible d’accroître le rythme des travaux
de premiers secours médicaux.
Il convient de noter qu'avant la possibilité de recevoir les premiers
secours de manière organisée, une partie plus ou moins importante des
blessés, seuls ou avec l'aide d'autres personnes (sur les véhicules restés ou
arrivés), sera évacuée en dehors du foyer. Par conséquent, au cours des

66
premiers soins organisés, la proportion de blessés de gravité sévère et
modérée parmi le reste de l'épidémie augmente.
Les tremblements de terre étant les plus graves en raison de leurs
conséquences sur la santé, les possibilités offertes par les institutions
médicales présentes dans la zone sismique ou à proximité peuvent être
insuffisantes.
Avant l’évacuation, il est nécessaire de mettre en place un ensemble
de mesures médicales réduisant le risque d’effets néfastes ou d’une
détérioration significative de l’état affecté par le transport.
Les activités de guérison et d’évacuation sont organisées et menées à
bien par les forces et moyens d’objet, aux niveaux local et territorial, dont
le territoire et les objets se trouvent dans la zone du séisme. Pour rendre la
première aide médicale qualifiée et spécialisée affectée par un tremblement
de terre, toutes les institutions de traitement et de prophylaxie situées sur le
territoire administratif sur lequel le séisme a eu lieu, quelle que soit leur
affiliation au département, sont utilisées. L’expérience de la fourniture
d’une assistance pré-médicale, d’un traitement médical et d’une assistance
médicale qualifiée en cas de tremblement de terre a montré qu’il n’y avait
pratiquement aucun cas où la formation ou l’institution impliquée dans
l’élimination des conséquences médicales d’un séisme n’effectuait que des
mesures réglementées d’un type de soins. Ainsi, les brigades d’infirmières
et d’ambulance ont généralement fourni les premiers soins et certaines
mesures de premiers secours; Dans la plupart des cas, les postes d’aide
médicale avaient un chirurgien dans leur gamme et, avec la première aide
médicale, ils prenaient des mesures urgentes d’aide médicale qualifiée. En
règle générale, les établissements médicaux accueillant des victimes de
l’épidémie fournissaient une assistance médicale qualifiée et appliquaient
des mesures d'assistance médicale spécialisée. Lors de la planification et
de l'exécution de mesures d'évacuation médicale visant à éliminer les effets
sur la santé des séismes d'une intensité de 5 ou 6 points, il convient de
prendre en compte les points suivants:
- la majorité des habitants de cette colonie ne souffriront pas du
séisme et pourront (avec les travaux préparatoires et l'organisation
appropriés) participer au travail de sauvetage et à la fourniture des
premiers secours aux blessés;
- 88 à 100% des bâtiments (y compris les bâtiments dans lesquels se
trouvent différentes institutions médicales) ne subiront pas de
dommages graves ni de dégâts importants;

67
- la majorité des établissements de traitement médical et préventif
resteront opérationnels;
- les victimes ayant besoin de soins médicaux en feront la demande
peu de temps après un séisme;
- en cas de tremblement de terre de 5 points, les quelques victimes
n’auront généralement pas besoin de mesures à forte intensité de
main-d’œuvre, de soins médicaux spécialisés et d’hospitalisation;
- en cas de séisme d'une intensité de 6 points, environ 1,5% des
habitants du village peuvent solliciter une aide médicale.
Ainsi, si lors de la liquidation des effets sur la santé des séismes
d’une intensité de 5 points, il est possible dans la plupart des cas de
préserver l’organisation du traitement et des soins préventifs existant
dans des conditions normales.
Avec un séisme en 6 points, il peut être nécessaire d’organiser et
de mettre en œuvre un certain nombre de mesures d’évacuation sanitaire
supplémentaires aux dépens des forces et des installations du service de
médecine d’urgence au niveau territorial, à savoir:
- fournir une partie des victimes des premiers secours sur le lieu de
la blessure et les faire évacuer vers les structures médicales les
plus proches;
- rendre (en fonction de la situation) les premiers soins médicaux et
médicaux qualifiés;
- le déploiement de lits d'hôpitaux supplémentaires du profil
approprié dans les établissements médicaux pour patients
hospitalisés existants ou l'organisation de l'évacuation des
personnes affectées, nécessitant une forme de soins médicaux
spécialisés en dehors de la localité (zone sismique) concernée;
- organisation de la gestion de l'évacuation des personnes affectées
des sites de la défaite et des cliniques ambulatoires les plus
proches vers les établissements de soins hospitaliers.

Avec un séisme de 7-8 points, les principales dispositions de


l'organisation du support d'évacuation médicale, caractéristique d'un
séisme de 6 points, conservent leur justesse, mais il existe également des
caractéristiques significatives.
Lors de l'évacuation des victimes de la source du séisme et entre les
étapes d'évacuation médicale, les points suivants doivent être pris en
compte:

68
- Les zones d'atterrissage pour hélicoptères devraient être équipées à
proximité de tous les points médicaux et des institutions médicales
conçues pour les victimes.
- sur le site de l'hélicoptère, s'il est situé à distance de l'établissement
médical et qu'un centre médical (récepteur d'évacuation) devrait être
déployé sur l'aérodrome;
- lors de l'évacuation des victimes de véhicules de transport routier,
des points de distribution médicaux devraient être organisés sur les
itinéraires d'évacuation;
- Une attention particulière devrait être accordée à l'organisation
d'escortes d'évacués.
- Pour assurer une évacuation médicale précise des victimes, il est
nécessaire:
- avant de charger les véhicules affectés dans le foyer sismique,
surveillez leur état et appliquez les mesures d'assistance médicale
d'urgence nécessaires;
- sur les itinéraires d'évacuation de la source à la première étape de
l'évacuation médicale, créez des points d'ajustement médical
(distribution) qui devraient assurer une assistance médicale d'urgence
aux nécessiteux (généralement dans le volume de la première
assistance médicale ou pré-médicale) et déterminer le sens de
déplacement des véhicules avec les personnes affectées;
- Dans les lieux d'attente d'attente pour l'évacuation des groupes
affectés (aérodromes, sites d'atterrissage, jetées, points de collecte
lors de l'évacuation des colonnes de transport routier), déployer des
récepteurs d'évacuation, qui devraient, en règle générale, fournir les
premiers secours aux nécessiteux;
- Pour assurer l'évacuation des établissements hospitaliers de type
hospitalier situés à une distance considérable de la source du séisme,
il est nécessaire d'organiser un service de régulation et un support
médical clairs.

4.3. Soins médicaux à la suite d'autres catastrophes naturelles


Inondations - Il s'agit d'une inondation temporaire importante d'eau
dans la zone, résultant de l'élévation de son niveau dans une rivière, un lac
ou une mer, ainsi que de la formation de ruisseaux temporaires.

69
Tsunami - inondations causées par des tremblements de terre sous-
marins, des éruptions de volcans sous-marins ou insulaires et d'autres
processus tectoniques.

Fig.4.2. Les tsunami au Japon

Parmi les facteurs de dommages caractéristiques des inondations


(noyade, blessures mécaniques, refroidissement excessif), en cas
d'accidents impliquant des objets dangereux du point de vue
hydrodynamique, les personnes sont affectées par l'énergie cinétique de la
vague de percée.
Les dommages mécaniques de gravité variable peuvent être dus
à:
- effets dynamiques directs sur la vague d'évasion touchée;
- l’effet traumatique des débris de bâtiments et de structures
détruits par une vague déferlante;
- les effets dommageables de divers objets impliqués dans le
mouvement d'une vague de percée.

Fondements de l'organisation des soins de santé en réponse aux


inondations
L'ampleur et la structure des pertes parmi la population lors
d'inondations peuvent varier en fonction de la densité de la population
vivant dans la zone d'inondation, de la rapidité de l'alerte, de la distance du
lieu de peuplement depuis le début de l'inondation, de l'heure du jour, de la
vitesse et de la hauteur de la vague, de la température de l'eau et de l'air
ambiant, etc.. En cas d'accident sur des sites similaires, les pertes totales de
la population dans la zone d'une vague d'évasion peuvent être de 90% la
nuit et de 60% le jour, tandis que parmi les pertes totales, les pertes

70
irrécupérables peuvent être: de nuit 75%, de jour 40% et sanitaires - 25 et
60% respectivement.
Les facteurs décisifs pour éliminer les conséquences des inondations
sur la santé sont l’ampleur de la zone inondée et le nombre de personnes
touchées qui se retrouvent sans abri, sans nourriture ni eau potable,
affectées par l’eau froide, le vent et d’autres facteurs météorologiques.
Les inondations, en fonction de l'ampleur et du total des dégâts, sont
divisées en 4 groupes:
- 1re - crues basses (observées sur les rivières de basse altitude
avec une fréquence de 1 tous les 5 à 10 ans), caractérisées par
une zone inondée relativement petite, peu de dégâts matériels et
ne représentant en règle générale pas de danger pour la vie et la
santé des personnes;
- 2ème - fortes inondations (observées une fois tous les 20 à 25
ans), accompagnées d'inondations de parties importantes des
vallées fluviales, causant d'importants dégâts matériels et, en
règle générale, s'accompagnant d'une menace pour la vie et la
santé humaines nécessitant une évacuation partielle de la
population;
- 3ème - les inondations exceptionnelles (observées une fois tous
les 50 à 100 ans) entraînent l'inondation de bassins
hydrographiques entiers et l'inondation de villages. Ces
inondations s'accompagnent de la menace de nombreuses
victimes parmi la population locale et, par conséquent,
nécessitent l'évacuation d'une partie importante de celle-ci.
- 4ème - les inondations catastrophiques (qui ne se produisent pas
plus d'une fois tous les 100–200 ans) provoquent l'inondation de
vastes étendues, paralysent complètement les activités
économiques et industrielles, causent d'importants dégâts
matériels et, en règle générale, entraînent de lourdes pertes pour
la population locale.
L'ampleur des pertes totales en cas d'inondation soudaine peut
représenter en moyenne 20 à 35% de la population de la zone inondée.
Pendant la saison froide, ils peuvent augmenter de 10 à 20%, en fonction
de la durée de séjour des victimes dans l'eau.
Les victimes présentant des symptômes d'asphyxie, des frissons ainsi
que des troubles aigus de l'activité respiratoire et cardiovasculaire, des
lésions des tissus mous et des commotions cérébrales sont les principales
victimes des pertes sanitaires. Certaines des victimes peuvent être dans un

71
état de trouble mental. À la suite des inondations, un grand nombre de
personnes se retrouvent sans abri, sans eau potable ni nourriture, et sont
exposées aux eaux froides et au vent.
Un type massif de dégâts lors d’une inondation est en train de se
noyer. Allouer sous condition la noyade:
- Aspiration
- Asfixic
- Syncopale (réflexe).
En cas de véritable noyade, l'eau pénètre dans les voies respiratoires
et les poumons, ce qui entraîne généralement une détresse respiratoire et
une hypoxie respiratoire. Les troubles respiratoires et vasculaires dans ce
cas sont aggravés par un spasme vasculaire de la circulation pulmonaire,
l'apparition d'une acidose métabolique et respiratoire. Lors d’une noyade
asphyxique, une petite quantité d’eau pénètre dans les voies respiratoires
supérieures, ce qui provoque un arrêt respiratoire réflexe et un
laryngospasme. En règle générale, lors d’une noyade syncopale, il existe
un arrêt réflexe cardiaque dû à un choc psycho-émotionnel, au contact de
l’eau froide de la peau et des voies respiratoires supérieures. Dans ce cas,
le décès clinique survient immédiatement.

4.4. Les tempêtes, ouragans, cyclones, tornades


Parmi les phénomènes météorologiques d’origine naturelle, les
catastrophes naturelles extrêmement dangereuses sont les orages
(ouragans), les ouragans (typhons), les tornades (tornades), les cyclones,
qui sont extrêmement rapides et forts, des mouvements aériens souvent
catastrophiques, causant la destruction de bâtiments, la mort de personnes
et la disparition d’animaux.
Les tempêtes sont un mouvement continu du vent, généralement dans
une direction à grande vitesse, causant de grandes destructions sur la terre
ferme et une houle en mer (tempête).

Selon l'intensité du vent sur toute la largeur de la bande:


- ouragan
- cyclone
- tornade
Les tempêtes de poussière (sable) s'accompagnent du transfert de
grandes quantités de particules de sol et de sable. Ils se produisent dans les
déserts, les steppes semi-désertiques et labourées et sont capables de

72
transférer des millions de tonnes de poussière sur des centaines de
kilomètres et de couvrir des zones de plusieurs milliers de kilomètres. Les
tempêtes sans poussière se caractérisent par un manque d'entraînement de
la poussière et par une échelle de dégâts relativement réduite. Les tempêtes
de neige surviennent en hiver et déplacent d'énormes masses de neige dans
les airs. Leur durée de plusieurs heures à plusieurs jours. Avoir une voie
d'action relativement étroite.
Les tempêtes de grain se caractérisent par un début presque soudain,
la même fin rapide, une courte durée d'action et un pouvoir destructeur
énorme. Mouvement et vitesse du vent, intensité mesurée sur une échelle
de Beaufort en points.
Un ouragan est un tourbillon caractérisé par une énorme vitesse de
déplacement des masses d’air et une faible pression atmosphérique dans la
partie centrale. La vitesse de déplacement de l'air peut dépasser 120 m / s
sur une zone de 500 à 1 000 km de diamètre et de 10 à 12 km d'altitude.
Les ouragans se produisent dans les zones de contact entre des masses
d’air chaud et froid présentant les contrastes de température les plus
prononcés. Ils sont accompagnés de gros nuages, de fortes pluies, d’orages
et de grêle.
Les ouragans existent généralement entre 1 et 30 jours. Ils se
développent dans les zones surchauffées des océans et se transforment en
cyclones supertropicaux après un long passage au-dessus des eaux plus
froides de la partie nord de l'océan Atlantique. Quand ils touchent la
surface sous-jacente du sol, ils sortent rapidement.
Les conséquences d'un ouragan sont terribles. En se précipitant à la
surface de la terre, un ouragan brise et déracine des arbres, détruit des toits
et détruit des maisons, des lignes électriques et de communication, des
bâtiments et des structures, et met hors service divers équipements. À la
suite d’un court-circuit des réseaux électriques, des incendies se
produisent, l’alimentation en électricité est interrompue, les installations
sont arrêtées et d’autres conséquences néfastes sont possibles. Les gens
peuvent être sous les décombres d'immeubles et de structures détruits. En
volant à grande vitesse, les débris de bâtiments et de structures détruits,
ainsi que d’autres objets, peuvent causer des blessures graves et, dans
certains cas, la mort d’une personne.
Un cyclone est un tourbillon atmosphérique géant dans lequel la
pression diminue vers le centre, les flux d'air circulent autour du centre
dans le sens inverse des aiguilles d'une montre (dans l'hémisphère nord) ou
dans le sens des aiguilles d'une montre dans l'hémisphère sud. Quand le

73
cyclone prévaut par temps nuageux. Le plus grand danger réside dans les
cyclones tropicaux avec vents de tempête et d'ouragan et la force du
mouvement de l'air, respectivement, avec 9 et 12 points sur l'échelle de
Beaufort. La vitesse du vent avec un fort mouvement ascendant atteint
parfois 70 m / s, et ses rafales individuelles - 100 m / s. Un ciel couvert
dense avec de fortes précipitations (jusqu'à 1000 mm par jour ou plus) et
des orages se développent.
La tornade est le phénomène atmosphérique le plus destructeur. Il
s’agit d’un vortex géant ascendant dont l’axe de rotation est dirigé
verticalement et qui ressemble à un entonnoir dont le tronc est prolongé
vers le haut. À l'intérieur de l'entonnoir, la pression est toujours basse,
ainsi l'effet de "succion" apparaît. Il s'élève dans les airs et transporte des
animaux, des personnes, des voitures, des petites maisons à des centaines
de mètres, des toits déchirés, des arbres arrachés de ses racines. La vitesse
moyenne du vent est de 15 à 18 m / s, jusqu’à 50 m / s, la largeur du front
est de 350 à 400 m. La longueur du trajet varie de centaines de mètres à
des dizaines et des centaines de kilomètres. Parfois, les tornades sont
accompagnées de précipitations sous forme de grêle, de fortes pluies.

Fig. 4.3. Une tornade au Portugal

4.5. Les glissements de terrain, avalanches


Glissements de terrain - déplacement glissant de masses rocheuses
dans la pente sous l’effet de la gravité. Ils se produisent dans n'importe
quelle partie de la pente ou de la pente en raison du déséquilibre des roches
causé par:
74
- augmentation de l'inclinaison de la pente due à la dégradation par
l'eau;
- affaiblissement de la résistance des roches lors des intempéries
ou par excès de mouillage avec les sédiments et les eaux
souterraines;
- impact des chocs sismiques;
- activités de construction et d’activité économique réalisées sans
tenir compte des conditions géologiques de la région (destruction
des pentes par des sillons de chaussée, arrosage excessif des
jardins et des jardins situés sur les pentes, etc.).
Les principaux facteurs de glissement de terrain sont les masses de
sol lourdes, le fait de s’endormir ou de tout détruire sur leur passage.
Les glissements de terrain peuvent détruire des maisons et mettre en
danger des colonies entières. Ils menacent les terres agricoles, les
détruisent et rendent le traitement difficile. Les glissements de terrain
endommagent les communications, les tunnels, les pipelines, les réseaux
téléphoniques et électriques; menacent les installations hydrauliques,
principalement les barrages. En outre, ils peuvent bloquer la vallée, former
des lacs temporaires et contribuer aux inondations, ainsi que générer des
vagues désastreuses dans les lacs et les baies. À la suite de glissements de
terrain, les lits de rivière, les routes et les modifications du paysage
peuvent se chevaucher. Les glissements de terrain menacent la sécurité du
trafic routier et ferroviaire. Détruire et endommager les piliers de pont, les
rails, les routes, les oléoducs, les centrales hydroélectriques, les mines et
autres entreprises industrielles.
Lorsqu'un glissement de terrain est menacé et que le temps le permet,
une évacuation anticipée de la population, des animaux de ferme et des
biens vers des zones sûres est organisée. Les biens précieux que vous ne
pouvez pas emmener avec vous devraient être protégés de l'humidité et de
la saleté. Portes et fenêtres, ventilation et autres ouvertures bien fermées.
Électricité, gaz, plomberie. Les substances inflammables, toxiques et
autres substances dangereuses sont retirées de la maison et éliminées dans
des fosses ou des caves dès que possible. À tous les autres égards, les
citoyens agissent conformément à la procédure établie pour une évacuation
organisée.
Les avalanches de neige sont des mouvements concentrés de masses
de neige tombant ou glissant des pentes de la montagne sous forme
d'avalanches (averses mouillées) ou pulvérisées (avalanches sèches). Les
avalanches résultent de l'accumulation de neige sur les sommets des

75
montagnes à la suite de fortes chutes de neige, de fortes tempêtes de neige,
d'une forte baisse de la température de l'air. Les avalanches de neige
peuvent aussi descendre du givre lâche formé dans la neige profonde -
dans les Alpes, on l'appelait la neige flottante. Particulièrement beaucoup
d'avalanches tombent des pentes au printemps, lorsque la neige devient
humide et que les liens entre les cristaux de neige individuels sont
affaiblis. Les avalanches descendent généralement périodiquement sur les
mêmes parties de la pente.
La plus innocente des guêpes est le glissement des masses de neige
des pentes en dehors de certains canaux. En règle générale, les guêpes sont
petites. La plupart des avalanches descendent par certains plateaux
d'avalanches - des creux étroits sur des pentes abruptes. 200-300 et parfois
500 000 tonnes de neige peuvent tomber en même temps le long de ces
creux. Très souvent, les avalanches se faufilent soudainement, parfois
même silencieusement. Il y a des cas où une onde atmosphérique se
déplace en avant des masses de neige en chute, ce qui entraîne encore plus
de destruction.
Les dégâts dus aux avalanches sont différents. Les avalanches
moyennes sont dangereuses pour l'homme et le matériel léger. Les grandes
avalanches sont capables de détruire des ouvrages en capital, de former des
blocages difficiles ou insurmontables sur les itinéraires de transport.
Une fois dans une avalanche, une personne n'a presque aucune
chance de s'en sortir en cours de mouvement et très vite, elle est ensevelie
sous la neige en avalanche. Avalanche tue sa victime avec l'aide du froid,
du choc et de l'étouffement. C’est l’étouffement qui se produit le plus
souvent: lors d’une conduite en avalanche, la poussière de neige obstrue
les narines et la gorge, et parfois même pénètre dans les poumons; après la
fin de l'avalanche, la neige qui se durcit serre la poitrine et perturbe la
respiration; un bloc d'avalanches dense n'est presque pas ventilé et l'air
respirable commence bientôt à faire défaut; Enfin, même si une personne a
de l’espace dans les décombres, il y a rapidement une croûte glacée à
l’intérieur de la cavité neigeuse due à la respiration, qui engorge
finalement la victime. Une fois dans la neige, une personne est privée de la
possibilité de dire un cri sur elle-même. Les sons provenant de la neige ne
montent pas. Une victime assombrie entend les bruits de pas des
sauveteurs et tout ce qui se fait à la surface de la neige, mais ne peut rien
dire de lui-même.

76
4.6. Feux de forêt et de tourbe
Le feu est un processus de brûlage incontrôlé, accompagné de la
destruction de richesses et créant un danger pour la santé et la vie des
personnes.
Il se caractérise par le dégagement d'une grande quantité de chaleur
et l'échange intense de gaz des produits de combustion. L'espace couvert
par l'incendie est classiquement divisé en zones: combustion active,
chaleur et fumée.
Dans la zone de fumée, les principaux facteurs de dommage sont les
produits de combustion, dont beaucoup sont hautement toxiques.
Substances particulièrement toxiques formées lors de la combustion de
polymères. Dans certains cas, les produits de combustion incomplète
peuvent former des mélanges inflammables et explosifs avec de l'oxygène.
En cas d’incendie, les personnes peuvent subir des dommages
thermiques et mécaniques de gravité variable, ainsi que des
empoisonnements par les produits de combustion.
Les incendies de forêt se produisent chaque année au printemps, en
été et en automne dans les forêts russes sur de vastes étendues et revêtent
souvent le caractère d'une catastrophe naturelle.
La gravité des dommages causés à une personne par l'action de
températures élevées pendant un incendie dépend de la température, du
temps d'exposition, de la propagation de la lésion et d'un certain nombre
d'autres moments (présence dans une atmosphère à température ambiante
élevée, exposition directe à la flamme, etc.).
Les principales conséquences d'une exposition à des températures
élevées sont les suivantes:
Lorsque la température ambiante est élevée, il se produit une
surchauffe légère, modérée et grave du corps humain.
Les rougeurs développent une faiblesse générale, un malaise, une
soif, des acouphènes, une bouche sèche, des vertiges, des nausées et des
vomissements.
Avec un degré de gravité modéré, les symptômes mentionnés ci-
dessus sont associés à une augmentation de la température corporelle
(jusqu'à 39-40 ° C), à une léthargie ou à une perte de conscience à court
terme, à une hydratation de la peau et à une diminution du tonus
musculaire.
En cas de surchauffe grave, il se produit un coup de chaleur résultant
de la décompensation dans le système de contrôle thermique du corps, il
n'y a pas de conscience (coma de chaleur), la température corporelle atteint
77
40-42 ° C, la peau et les muqueuses visibles sont sèches, les pupilles sont
dilatées, la réaction à la lumière est lente ou absent, pouls de 140–160
battements par minute ou plus, la respiration est souvent fréquente,
superficielle, intermittente; En règle générale, ces manifestations sont
précédées de divers troubles mentaux: hallucinations, délires de
persécution, agitation psychomotrice, etc.
Avec l'exposition directe de la flamme à la peau, il se produit des
brûlures thermiques dont la gravité des manifestations locales et générales
dépend de la profondeur de la lésion tissulaire et de la surface de la surface
corporelle touchée.

Fig.4.4. L’aviation d'incendie

Principes fondamentaux de l'organisation des soins de santé à la suite


de catastrophes naturelles.
La livraison de la première aide médicale et de l'assistance médicale
touchée est organisée directement au début d'une catastrophe naturelle, et
une assistance médicale qualifiée et spécialisée est fournie dans des
établissements médicaux situés en dehors du foyer de la catastrophe.
Les premiers secours sont fournis sur le site de la lésion dans l’ordre
de l’aide personnelle et de l’assistance mutuelle des équipes de secours
arrivées blessées. Lors des premiers secours, rappelez-vous que les
personnes touchées sont souvent inconscientes.
Indépendamment de la cause de la perte de conscience, les premiers
secours doivent agir selon le schéma suivant:
- pour arrêter l'effet du facteur dommageable (flamme, gaz, eau,
courant électrique, compression par les débris de bâtiments, etc.);
- Donner à la personne concernée une position horizontale, si
possible sans la déplacer avant l'immobilisation;

78
- Assurer la préservation de la respiration et du pouls dans les
artères carotides. En cas de signes de décès clinique, des mesures
de réanimation doivent être instaurées immédiatement
(ventilation artificielle du poumon, massage à cœur fermé, etc.).
- En présence de convulsions, il est nécessaire de mettre un joint
entre les dents;
- En cas de blessure, arrêtez le saignement et assurez-vous de
l'immobilisation.
- Protéger les personnes affectées de la surchauffe ou de
l'hypothermie;
- Si, malgré les mesures prises, la personne concernée est
inconsciente, vous devez l'examiner attentivement, établir le
dommage, effectuer les procédures médicales nécessaires.
- Avant d’évacuer la personne affectée dans un véhicule, il est
nécessaire de garantir l’obstruction des voies respiratoires et
l’immobilisation du transport.
En fonction de la situation, des forces et des moyens aux niveaux
régional et fédéral peuvent être impliqués, y compris des hôpitaux (unités)
multidisciplinaires. Une évacuation légèrement évacuée peut être
organisée à pied (en l'absence de transport) et les personnes blessées
gravement et moyennement graves peuvent être évacuées à l'aide des
véhicules sanitaires ou polyvalents existants.
La responsabilité de l'évacuation des blessés de l'épidémie incombe
aux chefs des équipes de secours combinées, aux responsables des
installations économiques ou aux représentants de l'administration locale
du district qui dirigent les opérations de sauvetage. Dans l'hôpital
(détachement), déployé lors de lésions massives de la population dans la
zone sinistrée, accueil et tri médical des blessés entrants, première prise en
charge médicale (si elle n'a pas été fournie auparavant) et prise en charge
d'urgence qualifiée, hospitalisation temporaire des personnes touchées et
isolement des patients et personnes infectés, organisé en cas de handicap
mental, préparation des personnes affectées en vue de leur évacuation vers
des établissements médicaux pour patients hospitalisés, en vue de la
poursuite du traitement les concernant jusqu’à l’issue de la lésion
(maladie).
Comme indiqué plus haut, la situation dans les zones touchées par
des catastrophes naturelles peut être compliquée par une forte détérioration
de la situation sanitaire et épidémiologique et par le risque associé de
survenue et de propagation de maladies infectieuses, principalement

79
gastro-intestinales. Les mesures sanitaires-hygiéniques et anti-
épidémiques, organisées et mises en œuvre par le service sanitaire-
épidémiologique, revêtent une grande importance en période de liquidation
des conséquences pour la santé.
Une aide médicale à la population touchée par une inondation
catastrophique est organisée à la fois dans la zone inondée et sur le
territoire adjacent. Cela comprend la mise en œuvre de mesures visant à
retirer les victimes de l’eau, leur acheminement vers une installation
flottante spéciale ou vers le rivage, la réalisation d’un ensemble de
mesures antichoc et de réanimation (ventilation artificielle du poumon,
massage à cœur fermé, etc.).
Les premiers secours aux personnes touchées dans la zone
d’inondation, après leur sortie de l’eau, selon des indications urgentes, sont
effectués directement sur les bateaux des sauveteurs et seulement après
que ceux-ci sont livrés à terre. Sur la côte, des points de collecte
temporaires pour les installations médicales affectées et temporaires sont
en train d'être mis en place, lesquels sont déployés dans les
communications adjacentes à la zone inondée ou dans les zones
d'installation proches.
Le principal contenu du travail des installations médicales
temporaires dans ces conditions consistera à soustraire les personnes
affectées d'une maladie constituant un danger de mort, à mettre en œuvre
les mesures de réanimation les plus simples. Il est évident que le personnel
des points médicaux temporaires devrait être formé aux méthodes de
réanimation et de thérapie intensive.
Les personnes qui n'ont pas besoin de soins médicaux sont envoyées
d'un point de collecte temporaire vers des points de tri et d'évacuation, qui
sont généralement déployés conjointement avec des points d'alimentation
mobiles, des fournitures vestimentaires et une unité d'alimentation en eau.
La population touchée est chauffée, vêtue de vêtements secs, nourrie et
préparée en vue de son évacuation vers les lieux de peuplement ou, si
nécessaire, dans les établissements médicaux et prophylactiques les plus
proches de la zone inondée.
Parmi les personnes touchées par les inondations, la grande majorité
sera touchée par le profil thérapeutique, car la conséquence la plus
fréquente de la présence de personnes dans l'eau (en particulier pendant la
saison froide) est le développement d'une pneumonie. Lors des mesures
d'évacuation et d'évacuation médicale dans les zones d'inondation causées
par la formation et la destruction d'embouteillages, il convient de garder à

80
l'esprit qu'en raison de la grande capacité calorifique et de la conductivité
thermique de l'eau, le temps de séjour d'une personne dans de l'eau froide
est extrêmement limité. Cela oblige l'organisation des travaux de sauvetage
et d'évacuation sanitaire sur l'eau à se concentrer sur les hélicoptères et les
installations flottantes à grande vitesse.
Le personnel impliqué dans les opérations de sauvetage lors
d'inondations devrait être formé aux règles de comportement sur l'eau et
aux méthodes de sauvetage des personnes vivant dans des bâtiments,
structures et autres structures semi-submergées, ainsi qu'aux méthodes de
sauvetage des personnes noyées et de leur fournir les premiers secours.
Lorsque des personnes sont touchées par des avalanches, il convient
de rappeler qu’une personne, recouverte de neige en avalanche, ne peut
survivre que quelques heures et que ses chances de survie sont supérieures
à celles de la couche de neige plus fine qu’elle recouvre. Le travail de
sauvetage des personnes victimes d'une avalanche devrait commencer
avant même l'arrivée de l'équipe de secours.
Une image similaire se dégage des opérations de sauvetage dans la
zone touchée par le flux de boue. La durée de la période de sauvetage des
personnes enterrées par le glissement de terrain dans les transports ou sous
les décombres d’immeubles ne dépasse généralement pas plusieurs
dizaines de minutes; coupé par une forte tempête de neige ou des
avalanches sur une route de montagne - quelques heures. Par conséquent,
il est important d’arriver en temps voulu sur les équipes de secours du site
de la catastrophe, munies de matériel de recherche et de moyens de
premiers soins.
Lors de la liquidation des conséquences sanitaires des incendies lors
des mesures d'évacuation médicale, l'attention principale des agents de
santé est attirée sur la fin du facteur thermique, à savoir l'extinction des
vêtements inflammables et le retrait des personnes touchées de la zone
dangereuse. Les personnes atteintes de brûlures et de cécité temporaire en
raison d'un gonflement des paupières doivent être accompagnées
lorsqu'elles quittent le foyer. Dans le même temps, une attention
primordiale est accordée aux personnes atteintes de troubles de la
conscience, de troubles respiratoires et cardiovasculaires. À cette fin, des
analgésiques, des analeptiques cardiaques et respiratoires sont administrés
à la personne concernée, l'inhalation du mélange sans fumée ou de la
ficilline est réalisée. Les activités restantes des premiers soins médicaux,
des premiers soins médicaux et des soins médicaux qualifiés sont

81
effectuées conformément aux règles générales applicables au traitement
des brûlés.
L'organisation et la mise en œuvre des soins médicaux pour les
personnes blessées par un traumatisme mécanique reposent sur les
principes généraux du traitement par étapes avec évacuation tel que
prescrit, en tenant compte de la situation générale et médicale spécifique.
En général, les soins de santé lors de catastrophes naturelles de
nature naturelle, comme dans d'autres types de situations d'urgence,
constituent l'une des activités de soins de santé les plus intensives en main-
d'œuvre. Le succès de cette tâche dépend en grande partie de l'état de
préparation du service pan-russe de médecine des catastrophes, en tenant
compte des spécificités des situations d'urgence et des prévisions
d'évolution de la situation en vue d'éliminer les conséquences médicales et
sanitaires.

4.7. Questions de test


1. Soins médicaux après les tremblements de terre.
2. Caractéristiques des séismes.
3. La base de l'organisation des soins médicaux dans l'élimination des
conséquences des tremblements de terre.
4. Forces et fonds réunis pour éliminer les effets des tremblements de
terre sur la santé.
5. Principes fondamentaux de l'organisation des soins médicaux dans
le contexte du séisme.
6. Soins médicaux à la suite de catastrophes naturelles.
7. Caractéristiques des situations d'urgence naturelles (inondations,
tempêtes, ouragans, cyclones, tornades, avalanches, feux de forêt).
8. Principes fondamentaux de l'organisation des soins médicaux pour
l'élimination des conséquences des catastrophes naturelles.
9. Forces et fonds réunis pour éliminer les conséquences des
catastrophes naturelles.
10. Principes de soins médicaux en cas d'inondation, lorsque des
personnes tombent sous des avalanches de neige, dans la zone touchée par
le flux de boue, tout en éliminant les effets des incendies sur la santé.

82
5. APPUI MÉDICAL ET SANITAIRE À L'ÉLIMINATION DES
EFFETS DES SITUATIONS D'URGENCE DU CARACTÈRE
TECHNOGÈNE (ANTHROPOGÈNE)

5.1. Soins médicaux à la suite d'accidents chimiques


Dans les installations de l'économie nationale, de grandes quantités
de produits chimiques sont fabriqués, stockés, utilisés pour la production et
le transport, dont beaucoup sont hautement toxiques et peuvent provoquer
un empoisonnement massif des hommes et des animaux dans certaines
conditions, ainsi que polluer l'environnement. De telles substances sont
appelées substances dangereuses chimiquement accidentelles.

Classification des produits chimiques dangereux:


Selon les signes cliniques d'intoxication et le mécanisme d'action
(classification clinique, physiologique ou toxicologique), parmi les
produits chimiques toxiques figurent:
- substances à effet suffocant (chlore, phosgène, diphosgène,
chloropicrine, chlorure de soufre, fluor et ses composés, etc.);
- les substances à action generale (oxyde de carbone, cyanures,
aniline, hydrazine, etc.);
- substances ayant un effet toxique generale et suffocant (sulfure
d'hydrogène, dioxyde de soufre, acide nitrique, oxydes d'azote,
etc.);
- agents neurotoxiques (composés organophosphorés);
- les substances à effet suffoquant et neurotropique (ammoniac);
- poisons métaboliques (dioxine, disulfure de carbone, bromure de
méthyle, dichloroéthane).
Les substances toxique peuvent pénétrer dans le corps par les voies
respiratoires, les muqueuses oculaires, par le tractus gastro-intestinal (par
l'utilisation d'eau et d'aliments contaminés), par la peau (non protégée ou
protégée par un vêtement), par une plaie ouverte.
En fonction de la vitesse d'évolution des troubles pathologiques, tous
les produits chimiques à l'origine de l'accident sont divisés en deux
groupes principaux.
Le premier groupe comprend les substances à action rapide. Le
développement des symptômes d'intoxication est observé dans quelques
minutes. Les substances de ce groupe comprennent le cyanure

83
d'hydrogène, l'acrylonitrile, le sulfure d'hydrogène, le monoxyde de
carbone, les oxydes d'azote, le chlore, l'ammoniac, les insecticides, les
composés organophosphorés, etc.
Le deuxième groupe comprend les substances à action lente qui
développent en quelques heures des symptômes d'intoxication
(dinitrophénol, sulfate de diméthyle, bromure de méthyle, chlorure de
méthyle, oxychlorure de phosphore, oxyde d'éthylène, trichlorure de
phosphore, phosgène, chlorure de soufre, chlorure d'éthylène, fluorure
d'éthylène, etc.).
Identification et caractérisation des sites d'accidents chimiques
Les entreprises de l'économie nationale qui produisent, stockent et
utilisent des substances dangereuses en cas d'accident susceptible
d'entraîner la destruction massive de personnes sont des objets
chimiquement dangereux.
Les objets qui utilisent ou transportent des produits chimiques
dangereux comprennent: le raffinage du pétrole et d’autres types
d’industries connexes; entreprises équipées de groupes frigorifiques;
entreprises avec de grandes quantités d'ammoniac; usines de traitement de
l'eau et usines de traitement des eaux usées utilisant du chlore; trains avec
citernes pour le transport de produits chimiques dangereux; des entrepôts
et des bases avec des stocks de substances pour la désinfection, la
désinsectisation et la désinfection des stockages avec du grain ou des
produits de son traitement; entrepôts et bases contenant des stocks de
produits chimiques toxiques utilisés en agriculture.

Accident chimique - rejet non planifié et non maîtrisé (déversement,


dispersion, fuite) de produits chimiques dangereux, affectant négativement
l'homme et l'environnement.
Des accidents peuvent survenir à la suite de violations de la
technologie de production d'une usine de produits chimiques, en cas de
violation des mesures de sécurité dans des installations de stockage de
produits chimiques ou des installations de destruction d'armes chimiques.
D'un point de vue organisationnel, compte tenu de l'ampleur des
conséquences, il est nécessaire de distinguer les accidents locaux (privés et
d'objets) les plus fréquents et de grande ampleur (du local au
transrégional).
L'accident chimique se concentre sur la zone dans laquelle se sont
produits des rejets (déversement, dispersion, fuite) de substances
chimiques dangereuses et, en raison de facteurs néfastes, il y a eu des

84
morts et des dommages considérables, des dommages aux personnes, aux
animaux de ferme et aux plantes, ainsi que des dommages à
l'environnement.

Fig.5.1. L’explosion dans une usine chimique en Chine

Lors de l'évaluation des foyers d'accidents chimiques, il est


nécessaire de prendre en compte les propriétés physico-chimiques des
substances qui déterminent la résistance des foyers, le degré de danger de
contamination chimique, la possibilité de dommages secondaires.
En fonction de la durée de la contamination de la zone et de la
rapidité d'action de l'agent toxique sur le corps, les foyers d'accidents
chimiques, ainsi que les foyers d'utilisation d'armes chimiques, sont divisés
en 4 types:
- une lésion instable avec des substances à action rapide (chlore,
ammoniac, benzène, hydrazine, sulfure de carbone);
- une lésion stable avec des substances à action rapide (acides
acétique et formique, certains types de substances toxiques);
- une lésion instable avec des substances à action lente (gène phos,
méthanol, plomb tétraéthyle, etc.);
- lésion stable avec des substances à action lente (acide nitrique et
oxydes d'azote, métaux, dioxines, etc.).
Lors d’un accident chimique, la zone de pollution et la zone touchée
sont déterminées.
Une zone contaminée est la zone où une substance toxique s'est
répandue lors d'un accident et la zone touchée, qui fait partie de la zone
contaminée, est une zone dans laquelle des personnes et des animaux
peuvent être blessés.
85
Dans les accidents chimiques, la taille des zones contaminées, le
degré et la dynamique de la contamination sont liés au type (propriétés
physicochimiques) et à la quantité de substance émise. Les conditions
météorologiques au moment de l'accident et la nature de la surface sous-
jacente (terrain, son terrain, la végétation, la présence de bâtiments et de
structures) sont également importantes. L'ampleur et la structure des pertes
sanitaires sont déterminées, d'une part, par les facteurs indiqués ci-dessus,
d'autre part - par le nombre de personnes dans la zone touchée, la rapidité
et l'intégralité des mesures de protection et d'évacuation.

Pour les foyers d’accidents chimiques créés par des substances


toxiques à haute vitesse, il est typique:
- simultané (quelques minutes, quelques dizaines de minutes) de
l’expression d’un nombre important de personnes
- développement rapide d’une lésion avec prédominance de formes
sévères,
- manque de temps pour fournir des soins médicaux,
- la nécessité de fournir des soins médicaux efficaces directement dans
le foyer de la lésion (l'entraide et l'entraide devient cruciale) et aux
étapes de l'évacuation médicale le plus tôt possible,
- évacuation rapide et simultanée de la lésion atteinte,
- le plus près possible du stade de la fourniture de soins médicaux
spécialisés au point de collecte des blessés hors site.

Les caractéristiques de la lésion de substances à action lente sont:


- formation progressive de pertes sanitaires en quelques heures,
- disponibilité d'une réserve de temps pour les soins médicaux et
l'évacuation des personnes touchées par l'épidémie,
- la nécessité de prendre des mesures pour identifier activement la
population touchée.
Au centre d'accidents chimiques créés par des substances
persistantes, le danger de dommages subsiste longtemps. En raison de la
désorption de substances chimiques dangereuses contenues dans les
vêtements (en particulier dans les espaces clos), le personnel médical et
d’autres personnes peuvent provoquer des lésions lors de l’apparition
lorsqu’ils sont en contact avec des véhicules contaminés et de nombreux
biens. Par conséquent, il est nécessaire de procéder dans les plus brefs
délais à un traitement spécial partiel lors de l'épidémie et, lors de
l'admission, au stade de l'évacuation médicale (dans un établissement

86
médical) - un traitement spécial complet et le dégazage des vêtements, des
chaussures, des véhicules, etc. Le personnel médical en contact avec les
personnes touchées, n'ayant pas subi de traitement spécial complet, devrait
travailler avec des masques à gaz et des équipements de protection de la
peau, et devrait être soumis à un traitement spécial à la fin du travail.
Les pertes de population possibles dans le centre d’accident
dépendent de sa densité sur le territoire du centre, de la concentration et de
la toxicité de produits chimiques dangereux, de la profondeur de
répartition du centre dans des zones ouvertes ou fermées, du degré de
protection des personnes, de la rapidité du signalement du danger, des
conditions météorologiques (vitesse du vent, degré de stabilité verticale de
l’air), etc.
Le contingent de blessés graves dans des accidents avec des
substances à grande vitesse est initialement formé parmi les personnes se
trouvant à proximité immédiate du lieu de l'accident, où des concentrations
extrêmement élevées de substances toxiques sont créées. Dans les autres
zones de dommages, un contingent d'intoxication légère à modérée
prévaut. Quelques heures après l'accident, en raison du développement
ultérieur de l'intoxication, la proportion de personnes gravement atteintes
augmente. Les mêmes tendances sont observées en cas d'accident avec des
substances à action retardée, mais leurs effets toxiques seront retardés.
En cas d'accidents les plus graves survenus dans les installations de
production ou de stockage de produits chimiques, des substances
hautement toxiques, autres que mécaniques, thermiques, causées par des
destructions et des incendies peuvent souvent rejoindre le principal facteur
dommageable (chimique), ce qui conduit à l'apparition de lésions
combinées.
Les mesures visant à réduire ou à éliminer le contact avec une
substance toxique (utilisation d’équipements techniques de protection
individuelle et collective pour le personnel des installations de production
d’urgence, les sauveteurs et le personnel médical des équipes de terrain, le
public, le traitement spécial opportun et les mesures d’évacuation) peuvent
réduire de manière significative les pertes, la gravité des blessures et
parfois même prévenir eux.

Principes fondamentaux des soins médicaux à la suite d'accidents


chimiques
Les mesures visant à éliminer les conséquences d'accidents
industriels majeurs et de catastrophes touchant des objets chimiquement

87
dangereux de l'économie nationale sont mises en œuvre sur la base d'un
plan élaboré conformément au «Plan modèle pour les soins de santé de la
population en cas d'accident chimique». Parallèlement, selon les résultats
de la prévision des conséquences sur la santé d'accidents potentiels sur le
site (sur le territoire, dans la région), les calculs des forces et des moyens
nécessaires sont effectués.
Le plan est établi par l'organe directeur du service de médecine
d'urgence du niveau approprié avec la participation active du toxicologue
en chef du district (ville, région) et comprend:
- une liste des substances dangereuses et leur nombre dans
l'installation;
- des informations de référence sur les substances dangereuses, la
prévision et la caractérisation des lésions possibles;
- un schéma d'une situation réelle éventuelle en cas d'urgence sur
le site;
- un plan d'organisation de la fourniture de soins médicaux et de
son champ d'application pour certains types de substances
dangereuses;
- une liste des forces et moyens des établissements de santé de
différents départements (affectés à des établissements
hospitaliers, des centres de toxicologie pour la lutte contre les
intoxications, des centres de pathologie professionnelle, etc.),
- le plan indique de substances dangereuses, les méthodes de
production, zones de traitement spécial et de désinfection, la
procédure d'examen de l'eau et des produits alimentaires.

Fig. 5.2. Un dégazage.

88
Les activités principales des soins de santé dans un accident
chimique sont:
- fourniture de la première aide médicale aux personnes affectées
dans les meilleurs délais;
- évacuation des victimes;
- traitement spécial des personnes touchées;
- approche du site de premiers secours;
- organisation de soins médicaux qualifiés et spécialisés.
Le principe de base de l'organisation des soins médicaux pour une
lésion massive de substances toxiques est la disposition relative à
l'évacuation médicale des personnes affectées.
Pour éliminer les conséquences sanitaires des urgences liées aux
accidents chimiques, toutes les institutions médicales et préventives,
sanitaires et hygiéniques, anti-épidémiques et de pharmacie situées dans la
zone d'urgence sont utilisées.
En cas d'accident local, l'élimination des conséquences médicales et
sanitaires est assurée par les forces et les moyens du service de médecine
d'urgence et des institutions médicales locales (unités médicales et
sanitaires des entreprises).

5.2. Soins medicaux à la suite d'accidents de radiation

Classification et brève description des accidents de rayonnement


L’introduction croissante de sources de rayonnements ionisants dans
l’industrie, la médecine et la recherche, la présence d’armes nucléaires
dans les armées et le travail de l’homme dans l’espace augmentent le
nombre de personnes exposées aux rayonnements ionisants.
Accident de rayonnement - événement susceptible d'entraîner une
exposition non planifiée de personnes ou une pollution radioactive de
l'environnement avec un dépassement des valeurs réglementées par une
réglementation en conditions contrôlées, résultant d'une perte de contrôle
de la source de rayonnements ionisants provoquée par un
dysfonctionnement de l'équipement, des actions incorrectes du personnel,
des catastrophes naturelles ou d'autres raisons.
Il y a le foyer de l'accident et la zone de contamination radioactive de
la région.

89
Le foyer de l'accident - le territoire de la variation des matériaux de
structure des installations d'urgence et les effets des rayonnements α, β et
γ.
La zone de contamination radioactive - la zone sur laquelle les
retombées de substances radioactives.
Les types d'accidents de rayonnement sont déterminés par les sources
de rayonnements ionisants utilisées dans l'économie nationale, qui peuvent
être divisées en groupes: rayonnements nucléaires, radio-isotopes et
rayonnements ionisants en raison de l'accélération (décélération) des
particules chargées dans le champ électromagnétique (électrophysique).
Les facteurs suivants d’effets des rayonnements sur la population
sont possibles:
- exposition externe provenant d'un nuage radioactif et de surfaces
de la Terre, bâtiments, structures, etc.;
- exposition interne par inhalation de substances radioactives dans
l'air et par la consommation d'aliments et d'eau contaminés par
des radionucléides;
- exposition par contact due à la contamination de la peau par des
substances radioactives.
 En fonction de la composition du rejet, l'une ou l'autre des voies
d'exposition susmentionnées peut prévaloir (c'est-à-dire conduire aux
charges de dose les plus élevées).
Les catégories d'accidents de rayonnement sont principalement
associées à leur ampleur. Aux limites de la propagation des substances
radioactives et des conséquences possibles des accidents de rayonnement,
on divise en local et général.
Un accident local est un accident entraînant le rejet de produits
radioactifs ou de rayonnements ionisants au-delà des limites prescrites
pour l'équipement, les systèmes technologiques, les bâtiments et les
structures, en quantités supérieures aux valeurs prescrites pour un
fonctionnement normal, pouvant entraîner l'exposition du personnel d'un
bâtiment ou d'une structure donné à des doses supérieures à permis.
Un accident général est un accident avec le rejet de produits
radioactifs à l’étranger de la zone de protection sanitaire en quantités
dépassant les valeurs prescrites pour un fonctionnement normal, entraînant
une exposition de la population et une pollution de l’environnement
supérieures aux normes établies.
Les accidents peuvent être sans destruction et avec la destruction d'un
réacteur nucléaire. Séparément, il faut signaler la possibilité d’un accident

90
de réacteur avec le développement d’une réaction nucléaire en chaîne - une
explosion d’urgence active, accompagnée non seulement par le
dégagement de substances radioactives, mais également par un
rayonnement instantané gamma-neutron, semblable à une explosion de
bombe atomique. Cette explosion ne peut se produire que lors d’un crash
de réacteurs à neutrons rapides.
Lorsqu’il s’agit d’organiser les soins médicaux dispensés à la
population lors d’un accident de rayonnement de grande ampleur, il est
nécessaire d’analyser les modes et les facteurs d’exposition aux
rayonnements au cours des différentes périodes d’une urgence, entraînant
des conséquences médicales et sanitaires. À cette fin, trois phases
temporelles sont considérées: précoce, intermédiaire et tardive
(récupération).
La phase initiale correspond à la période allant du début de l'accident
jusqu'à la cessation du rejet de substances radioactives dans l'atmosphère
et à la fin de la formation d'une trace radioactive au sol. La durée de cette
phase, en fonction de la nature, de l'ampleur de l'accident et des conditions
météorologiques, peut aller de plusieurs heures à plusieurs jours.
La phase intermédiaire de l'accident commence au moment de
l'achèvement de la formation de la trace radioactive et se poursuit jusqu'à
ce que toutes les mesures nécessaires soient prises pour protéger la
population, le nombre nécessaire de mesures sanitaires et hygiéniques et
de mesures de prévention, en fonction de la nature et de l'ampleur de
l'accident, de plusieurs jours à plusieurs mois. après l'occurrence de
l'accident.
La phase tardive (de récupération) peut durer de plusieurs semaines à
plusieurs années après l'accident (jusqu'au moment où il n'est pas
nécessaire de mettre en œuvre des mesures de protection de la population),
en fonction de la nature et de l'étendue de la contamination radioactive. La
phase s'achève simultanément avec la levée de toutes les restrictions à
l'activité vitale de la population dans la zone contaminée et le passage à la
surveillance sanitaire-dosimétrique habituelle de la situation de
rayonnement caractéristique des conditions d '"exposition contrôlée".
À la suite d'accidents radiologiques à grande échelle, des substances
radioactives sous forme de gaz et d'aérosols, formant un nuage radioactif,
sont rejetées dans l'environnement par le réacteur nucléaire endommagé.
Ce nuage, se déplaçant dans l'atmosphère dans la direction du vent,
provoque une contamination radioactive de la région et de l'atmosphère le

91
long de son trajet. Une zone polluée par des substances radioactives
provenant d'un nuage est appelée trace de nuage.
L'ampleur et le degré de pollution de la zone et de l'air déterminent la
situation de rayonnement.
L’environnement radiatif est une combinaison de conditions résultant
de la pollution de la zone, de la couche superficielle d’air et de sources
d’eau contenant des substances radioactives (gaz) et ayant une incidence
sur les secours et les moyens de subsistance de la population.
L’évaluation de la situation des rayonnements au sol est réalisée afin
de déterminer le degré d’influence de la contamination radioactive sur les
personnes participant aux interventions d’urgence et sur le public.
Les conclusions pour le service de la médecine d'urgence, doivent
indiquer:
- nombre de personnes touchées par les rayonnements ionisants; la
force requise et les installations de soins de santé;
- les actions les plus opportunes du personnel, des liquidateurs et
du personnel des unités du service de médecine des catastrophes;
- Mesures supplémentaires pour protéger divers contingents de
personnes.
- Les principaux domaines de prévention et de réduction des pertes
et des dommages dus aux accidents de rayonnement sont les
suivants:
- répartition rationnelle des objets dangereux pour le rayonnement,
en tenant compte des conséquences possibles de l'accident;
- mesures spéciales visant à limiter la propagation des rejets de
substances radioactives en dehors de la zone de protection
sanitaire;
- mesures de protection du personnel et du public.
Les mesures suivantes visant à protéger le personnel et le public
jouent un rôle particulièrement important dans la prévention et la réduction
des lésions dues aux radiations:
- Utilisation de matériaux de protection contre les rayonnements
ionisants Utilisation d'équipements de protection collective
(salles scellées, abris).
- Eloigner éventuellement les sources de rayonnements ionisants -
évacuation de la population des zones contaminées.
- Réduction du temps d'exposition et respect des règles de
comportement du personnel, de la population, des enfants, des

92
ouvriers agricoles et autres contingents dans la zone d'une
éventuelle contamination radioactive.
- Décontamination partielle ou complète des vêtements,
chaussures, biens, terrains, etc.
- Améliorer la stabilité morale et psychologique des sauveteurs, du
personnel et du public.
- Organisation des travaux sanitaires et éducatifs.
- Établissement de doses maximales admissibles temporaires et
permanentes (niveaux de concentration) de contamination par des
radionucléides d'aliments et d'eau. exclusion ou restriction de la
consommation d'aliments contaminés par des substances
radioactives, aliments et eau.
- Évacuation et relocalisation de la population.
- Le traitement le plus simple des produits alimentaires, surface
contaminée par des substances radioactives (lavage, élimination
de la couche de surface, etc.), l'utilisation de produits non
contaminés.
- Utilisation d'équipements de protection individuelle
(combinaison, respirateurs).
- L'utilisation de la protection médicamenteuse.
- L'organisation des soins de santé dans un accident de
rayonnement comprend:
- fourniture de premiers soins et de premiers soins médicaux aux
personnes touchées;
- traitement qualifié et spécialisé des personnes touchées dans des
établissements médicaux spécialisés;
- observation et examen ambulatoires de la population dans les
zones de contamination radioactive de la zone.
Pour 100 personnes dans la zone de l’accident, 2 à 3 brigades sont
nécessaires pour fournir les premiers soins pendant 2 heures.
Une partie importante de l’intervention d’urgence en matière de soins
de santé est l’organisation de l’observation médicale des personnes qui
sont forcées de se trouver à différents moments dans des zones de
contamination radioactive de la région.
Cette catégorie comprend:
- conçu pour éliminer l’accident aux deuxième et troisième étapes
(intermédiaires) et (secondaires) de son développement - les
liquidateurs;

93
- population restant dans les zones contaminées par la radioactivité
jusqu'à l'évacuation ou jusqu'à la fin de la décontamination
effective de la zone de résidence.
Avec un petit nombre de victimes, elles doivent toutes être évacuées
dès que possible après l'accident vers des installations de traitement
spécialisées (radiologiques) à des fins de diagnostic et de traitement
hospitalier ultérieur.

5.3. Dispositions médicales et sanitaires en cas d'urgence sur les


objets de transport, d'explosions et d'incendies

Caractéristiques des transports et des urgences de circulation


Par accident, on entend un événement survenu lors du déplacement
du véhicule sur la route et avec sa participation, au cours duquel des
personnes ont été tuées ou blessées, des véhicules endommagés, une
cargaison, des installations.
Les blessés dans un accident incluent des personnes qui ont subi des
lésions corporelles qui les ont amenées à être hospitalisées pendant au
moins une journée ou qui ont besoin d’un traitement ambulatoire.
Le mécanisme des dommages, leur localisation et leur gravité
dépendent du type d'accident, de la vitesse du véhicule, de ses
caractéristiques de conception.
La comparaison des types de blessures indique que presque toutes les
victimes décédées dans des accidents de la route ont des ecchymoses, des
écorchures, des ecchymoses de localisations variées, la majorité (87%) des
fractures de localisations variées et plus de 42% des ruptures des organes
internes et des plaies.
La plupart des blessures subies dans des accidents de la route sont
des blessures combinées à la tête.
Des millions de tonnes de marchandises diverses, explosives et
inflammables, dangereuses sur le plan chimique, les conteneurs contenant
des substances radioactives sont transportés par chemin de fer. En cas de
violation des exigences nécessaires au fonctionnement et à la maintenance
du transport ferroviaire, des situations d'urgence entraînant des pertes de
vies considérables, des dommages matériels et environnementaux énormes
sont possibles.

94
Lors de la fourniture d'une assistance médicale aux personnes
touchées par un accident de chemin de fer, il est nécessaire de prendre en
compte les caractéristiques du foyer de la lésion.
Les services médicaux et sanitaires des chemins de fer ont élaboré
une classification des urgences en fonction des conséquences médicales et
environnementales.
 En raison de la nature des situations d’urgence sur les chemins de
fer, ils sont divisés en: - accidents avec dommages mécaniques, - brûlures,
- intoxications, - lésions dues aux radiations, - pollution de
l’environnement, - dommages combinés et pollution de l’environnement.
Dans la plupart des cas, ces urgences se produisent la nuit ou tôt le
matin, c’est-à-dire à un moment où le plus grand épuisement des
conducteurs est observé dans le contexte de la monotonie de leurs
activités, sur les longs trajets où la vitesse du train atteint son maximum.
Le drame d'une urgence est qu'ils se produisent souvent dans des endroits
peu peuplés ou difficiles à atteindre. Pour les raisons énumérées ci-dessus,
les informations sur l'accident de train survenu arrivent tardivement et
souvent sous une forme déformée.
Dans la structure des pertes sanitaires en fonction de la nature des
lésions, la place principale est occupée par des lésions mécaniques (jusqu'à
90%); en cas d'épaves avec matériel roulant à l'allumage, lésions
thermiques et combinées (jusqu'à 20-40%). La structure des pertes
sanitaires en fonction de la gravité des lésions est difficile à prévoir en
raison de la variabilité importante des accidents.
Un accident d’aviation est un événement lié à la conduite d’un
aéronef qui a eu lieu alors que des passagers ou des membres de
l’équipage se trouvaient à bord, ce qui a provoqué l’avarie ou la
destruction de cet aéronef et a causé des blessures corporelles ou des
dommages corporels. Les accidents d'aviation sont divisés en vol et au sol.
En fonction des conséquences pour les passagers, l’équipage et les
aéronefs, les accidents de vol et les accidents au sol sont divisés en pannes,
accidents et catastrophes.
Sur la base des informations ci-dessus, il peut être considéré que la
tâche de fournir une assistance médicale au grand nombre de victimes
d'accidents d'avions ne sera pas typique. Le plus souvent, cela se produira
en cas d'accident terrestre ou après un atterrissage d'urgence d'un aéronef.
Les conséquences les plus graves en cas d'urgence dans le transport par
voie d'eau comprennent:

95
- explosions de marchandises dangereuses entraînant la mort de
passagers et des équipages de navires, de travailleurs des ports et
de marinas;
- les incendies de cargos, de passagers, industriels et notamment de
pétroliers, entraînant les mêmes conséquences;
- les déversements de produits pétroliers, la formation d'importants
déversements d'hydrocarbures en mer et sur les côtes, la
destruction de plages, causant de graves dommages
environnementaux à l'environnement;
- les dommages matériels importants causés à la mer, au fleuve et à
la flotte de pêche.
Toute situation d'urgence dans l'eau se caractérise par l'isolement des
personnes, y compris des personnes touchées, par la rareté relative des
engins de sauvetage et des forces d'assistance médicale et par la possibilité
d'une panique parmi les personnes en détresse. Dans ce cas, les types
possibles de lésions peuvent être: une blessure mécanique, des brûlures
thermiques, un empoisonnement chimique aigu, une hypothermie dans
l'eau, une noyade. Habituellement, les conséquences des catastrophes sont
estimées en fonction du nombre de morts et du nombre de blessés, bien
que les victimes incluent également des personnes ayant subi un
traumatisme mental grave et des personnes affectées par des conditions
environnementales extrêmes en situation d'urgence (basse ou haute
température, vent, etc.)
Caractéristiques des situations d'urgence explosives et inflammables
La nature des conséquences d’un accident du travail dépend de son
type et de son ampleur, des caractéristiques de l’entreprise et des
circonstances dans lesquelles il s’est produit. En règle générale, les
conséquences les plus dangereuses d'accidents majeurs sont les explosions
et les incendies, qui détruisent ou endommagent les bâtiments industriels
ou résidentiels, les machines et les équipements, provoquent la mort et la
lésion corporelle. Objets sur lesquels sont fabriqués, stockés et transportés
des produits explosifs, appelés objets explosifs et dangereux pour
l’incendie. Ceux-ci comprennent également le transport ferroviaire et par
pipeline.
Les principales causes du nombre de pertes sont les suivantes:
ampleur de l'incendie et puissance de l'explosion, nature et densité des
agglomérations, résistance au feu des bâtiments et des structures,
conditions météorologiques (vitesse du vent, précipitations), heure du jour,
densité de la population dans la zone des facteurs d'impact.

96
Principes fondamentaux de l'assistance médicale et sanitaire en
situation d'urgence dans les transports, les infrastructures routières et de
transport, explosions et incendies
Les principes de la fourniture de soins médicaux aux personnes
touchées sur le site de toute catastrophe et pendant leur transport sont les
mêmes. La durée de la période d'isolement est déterminée par l'heure
d'arrivée des secours et des forces médicales de l'extérieur et peut aller de
quelques minutes à plusieurs heures.

5.4. Caractéristiques des soins de santé dans les actes terroristes


et les conflits armés locaux

Le terrorisme est la violence ou la menace de son utilisation contre


des individus ou des organisations, ainsi que la destruction (dommages) ou
la menace de destruction de biens et d'objets matériels, créant un danger de
mort, causant des dommages matériels importants ou d'autres
conséquences socialement dangereuses.
 Ces actions sont menées dans le but de violer la sécurité publique, de
détruire la population ou d’influencer les décisions prises par les autorités
qui sont favorables aux terroristes, ou de porter atteinte à leurs biens
illicites et (ou) d’autres intérêts, d’empiéter sur la vie d’un État, d’un
public ou de toute autre personne qui s’engage à les en empêcher, activités
soit par vengeance et d'autres.
La propagation du terrorisme moderne trouve ses origines dans les
nombreuses contradictions sociales, économiques et politiques du monde
moderne, notamment l'inégalité économique des pays, la pauvreté et le
chômage dans les pays en développement, la faible compatibilité
spirituelle et morale des valeurs spirituelles, l'intolérance religieuse, de
nombreuses années de conflit israélo-arabe et dans d’autres.

97
Fig.5.3. Les conséquences de l'attaque terroriste en Tunisie

Terrorisme technologique - l’utilisation ou la menace d’utilisation


d’armes nucléaires, chimiques et bactériologiques, de substances
chimiques et biologiques radioactives et dangereuses, ainsi que les
tentatives d’extrémistes de saisir des objets nucléaires et autres présentant
un danger accru pour la santé et la santé des personnes, dans le but
d’atteindre des objectifs de nature politique ou matérielle.
Sur la base du système de soins de santé existant dans les situations
d'urgence, la fourniture de soins médicaux à la population lors d'actes
terroristes est organisée comme suit.
Aux niveaux local et territorial, les équipes de service des stations
d’ambulance (départements) les plus proches sont initialement envoyées
dans la zone d’un acte terroriste. S'il n'y en a pas assez, les équipes
d'ambulances d'urgence des stations (départements) voisines sont
impliquées. Si nécessaire, des brigades d'ambulances d'urgence, des
équipes opérationnelles du centre de traitement des intoxications aiguës et
d'autres unités du service de médecine d'urgence (brigades d'infirmières
médicales, brigades d'aide médicale spécialisée) sont utilisées.
Pour aider la population souffrant de troubles mentaux et
psychosomatiques, des brigades psychiatriques sont envoyées dans la zone
de l’acte terroriste.
Avec l’organe de contrôle opérationnel, le groupe de travail du centre
territorial de médecine d’urgence se réduit à la zone d’un acte terroriste
pour organiser le travail des forces médicales;
Après avoir apporté la première aide médicale et pré-médicale, les
personnes touchées par un transport sanitaire ou par un transport
supplémentaire sont évacuées de toute urgence vers les institutions
médicales les plus proches - la première étape de l'évacuation médicale, où

98
les premiers soins médicaux, qualifiés et, si possible, spécialisés, sont
organisés.
Dans certains cas (éloignement considérable, saisie par les terroristes
de l’institution médicale la plus proche, etc.), lors de la première étape de
l’évacuation sanitaire, un hôpital (détachement) du centre de traitement des
catastrophes est déployé dans la zone des actes terroristes.
Si nécessaire, afin de renforcer les institutions médicales qui ont
emmené des victimes de la zone d’acte terroriste, les centres territoriaux de
médecine des catastrophes dirigent des équipes d’assistance médicale
spécialisées, des médicaments et d’autres équipements médicaux de la
réserve.
La gestion opérationnelle de l'élimination des conséquences
médicales d'un acte terroriste au niveau fédéral est confiée au Centre de
protection.
Le personnel médical doit être préparé à l'avance à de tels incidents,
être suffisamment au courant des recommandations de la nouvelle science
de la victimologie et pouvoir les mettre en pratique de manière à pouvoir
réagir psychologiquement correctement, de manière adéquate, sans
provoquer, aux actes des agresseurs.
Conflit militaire - toute collision, toute confrontation, une forme de
résolution des contradictions entre États, peuples, groupes sociaux utilisant
la force militaire. Selon les objectifs des parties et les indicateurs d'échelle,
tels que l'étendue spatiale, les forces et les moyens attirés, l'intensité de la
guerre, les conflits militaires peuvent être divisés en limites (conflits
armés, guerres locales et régionales) et illimitées (guerre mondiale).
Les conflits armés comprennent divers incidents militaires, actions
militaires et autres affrontements armés de faible intensité, faisant appel à
des formations armées régulières ou irrégulières dans lesquelles il n’ya pas
de déclaration officielle de guerre. La lutte armée se limite aux limites de
la direction opérationnelle.
Une guerre locale est un conflit militaire limité dans lequel les
actions militaires ne s'étendent pas au-delà du territoire des pays
belligérants et où la lutte armée se limite à une ou deux directions
stratégiques.
Conflit armé local - actions militaires et autres affrontements armés à
petite échelle dans une zone limitée.
Une analyse de l'organisation des soins médicaux et sanitaires dans
les conflits armés locaux au cours des dernières décennies révèle une
augmentation constante du rôle des véhicules d'aviation dans les

99
évacuations médicales. Cela est dû aux particularités des traumatismes de
combat modernes, qui se caractérisent par une grande sévérité et à la
nécessité à cet égard d'une évacuation rapide des personnes blessées dans
des conditions de blessures minimales pendant leur transport. Outre la
présence sur l'équipement d'équipements de sauvetage de véhicules
d'aviation qui présentent des avantages considérables par rapport à d'autres
types de transport, à savoir: la capacité de se déplacer rapidement sur de
longues distances, quel que soit l'état des communications au sol,
d'évacuer vers la destination, d'utiliser des conditions plus clémentes pour
le placement des blessés.
L’expérience du service de médecine des catastrophes dans les
conflits armés locaux confirme que l’utilisation généralisée du matériel
aéronautique pour les évacuations sanitaires est l’une des caractéristiques
principales de l’organisation des mesures d’évacuation sanitaire.

100
5.5. Questions de test
1. Brève description des accidents chimiques.
2. Les principales activités d'organisation et de fourniture de soins
médicaux affectées par l'épidémie.
3. Forces impliquées dans les suites de l'accident.
4. L'élimination des conséquences sanitaires des accidents de
transport lors du transport de marchandises chimiquement dangereuses.
5. Organisation des premiers soins médicaux, soins qualifiés et
spécialisés.
 6. Brève description des accidents de rayonnement.
7. Facteurs de dommage des accidents de rayonnement, qui forment
les conséquences sur la santé.
8. Caractéristiques des effets sur la santé des accidents de
rayonnement.
9. Principes fondamentaux de l'assistance médicale à la suite des
conséquences des accidents de rayonnement.
10. Forces et fonds réunis pour éliminer les conséquences sanitaires
des accidents de rayonnement.
11. Brève description des accidents de transport et de la route.
12. Caractéristiques des situations d’urgence explosives et
inflammables.
13. Forces et fonds réunis pour l’élimination des effets sur la santé.
14. Caractéristiques de l'organisation et de la fourniture de soins
médicaux lors d'explosions et d'incendies. Caractéristiques des soins de
santé dans les actes terroristes.
15. Brève description des actes terroristes.
16. Caractéristiques des soins de santé dans les actes terroristes.
17. Conditions d'activité des autorités sanitaires dans les conflits
armés locaux.

101
LITTÉRATURE RECOMMANDÉE

1. Бадюгин И.С. Экстремальная токсикология / И.С.


Бадюгин, Ш.С Каратай, Т.К. Константинова.- М. : ГЭОТАР-
Медиа, 2006. – 416 с
2. Военная токсикология, радиобиология и медицинская
защита / С.А. Куценко [и др]. СПб. : ООО Изд-во ФОЛИАНТ,
2004. – 528 с.
3. Коханов В.П. Психиатрия катастроф и чрезвычайных
ситуаций / В.П. Коханов, В.Н. Краснов. – М. : Практическая
медицина, 2008.-448 с.
4. Сахно И.И. Медицина катастроф: учебник / И.И.
Сахно, В.И. Сахно – М., 2002.-560 с.
5. Дмитриева Т.Б. Психиатрия чрезвычайных ситуаций /
Т.Б. Дмитриева.- М. : ГНЦ ССП им. В.П.Сербского, 2002. - 108с.
6. Лобанов А.И. Организация медицинского
обеспечения населения в военное время /А. И. Лобанов. –
Новогорск : МЧС России, 2000.-302 с.
7. Организация медицинской службы гражданской
обороны Российской Федерации / под ред. Ю.И.Погодина,
С.В.Трифонова. – М. : Медицина для Вас, 2003. – 212 с.

102

Оценить