Вы находитесь на странице: 1из 213

‫ﺟﺎﻣﻌﺔ ﺗﻮﻧﺲ اﻟﻤﻨﺎر‬

Université de TUNIS EL MANAR

Polycopié du cours

OUVRAGES HYDRAULIQUES

Pour les élèves des 3ème années

Département de Génie Civil de l’ENIT

Par

Khlifa MAALEL & Zouheir HAFSIA

Version
Mai 2012

B.P. 37 le Belvédère 1002 Tunis  Tunisie  ‫ ص ب‬37  ‫اﻟﺒﻠﻔـﺪار‬1002  ‫ﺗـﻮﻧـﺲ‬ 


Tél. : 216 71 874 700 ‫اﻟﻬﺎﺗﻒ‬  Fax  :  216 71 872 729   :‫اﻟﻔﺎآﺲ‬ 
Email    :  Enit@ enit.rnu.tn : ‫اﻟﺒﺮﻳﺪ اﻹﻟﻜﺘﺮوﻧﻲ‬ 
 
OUVRAGES HYDRAULIQUES TABLE DES MATIERES

TABLE DES MATIERES

CHAPITRE I : GENERALITES SUR LES RESSOURCES EN EAU ET LES OUVRAGES

HYDRAULIQUES................................................................................................................. 1

I-1 INTRODUCTION ..................................................................................................................................... 1

I-2 LES RESSOURCES EN EAU DE LA TUNISIE ET DANS LE MONDE ........................................... 3


I-2.1 L’EAU EN TUNISIE ................................................................................................................................. 3
I-2.1.1 PLUVIOMETRIE MOYENNE ................................................................................................................... 3
I-2.1.2 Ressources potentielles .................................................................................................................. 5
I-2.1.3 Besoins ou Demandes en Eaux de la Tunisie............................................................................... 12
I-2.1.4 Bilan Ressources/Besoins en Tunisie ........................................................................................... 12
I-2.1.5 Plans de Gestion et Stratégie pour le Développement des Ressources en Eaux en Tunisie......... 13
I-2.2 L’EAU DANS LE MONDE...................................................................................................................... 13
I-2.2.1 Bilan Hydrologique...................................................................................................................... 13
I-2.2.2 Distribution des Ressources Mondiales en Eaux ......................................................................... 15

I-3 OUVRAGES DE RETENUES ET HYDROELECTRIQUES

EN TUNISIE ET DANS LE MONDE ......................................................................................................... 17


I-3.1 LES BARRAGES EN TUNISIE .................................................................................................................. 17
I-3.2 PLAN DIRECTEUR DE L’UTILISATION DES EAUX DU NORD ................................................................... 18
I-3.2.1 La vallée de la Medjerdah ........................................................................................................... 18
I-3.2.2 Bassin de l’Ichkeul....................................................................................................................... 18
I-3.2.3 Bassin de Zouara ......................................................................................................................... 18
I-3.2.4 Bassin de Tbourba ....................................................................................................................... 18
I-3.2.5 Bassin de Barabara...................................................................................................................... 18
I-3.2.6 Gestion des différents ouvrages ................................................................................................... 19
I-3.3 LES BARRAGES DANS LE MONDE .......................................................................................................... 19

I-4 PROCEDURES DE CONCEPTION ..................................................................................................... 22


I-4.1 PREMIERE PHASE : ETUDES PRELIMINAIRES OU AVANT PROJET SOMMAIRE (APS) .............................. 22
I-4.2 DEUXIEME PHASE : ETUDE D’AVANT PROJET DETAILLE (APD) .......................................................... 22
I-4.3 TROISIEME PHASE : ETUDES DE REALISATION DES OUVRAGES (DOSSIER D’EXECUTION) ...................... 22
I-5 CONCLUSION ........................................................................................................................................ 23

CHAPITRE II : OUVRAGES DE RETENUE ........................................................................................... 25

II-1 DEFINITION DES TERMES UTILISES............................................................................................ 25

II-2 CLASSIFICATION DES CENTRALES HYDROELECTRIQUES ET DES BARRAGES........... 27


II-2.1 CLASSIFICATION DES CENTRALES HYDROELECTRIQUES .................................................................... 27
II-2.1.1 Définitions .................................................................................................................................. 27
II-2.1.2 Classification des centrales hydroélectriques ............................................................................ 29
II-2.2 CLASSIFICATION DES BARRAGES ........................................................................................................ 31
II-2.2.1 Classification des retenues d’après les utilisation diverses de l’eau.......................................... 31
II-2.2.2 Classification des retenues d’après la structure......................................................................... 32
II-2.2.3 Classification des barrages selon le type de matériaux et le mode de résistance à la poussée de
l’eau......................................................................................................................................................... 32

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

i
OUVRAGES HYDRAULIQUES TABLE DES MATIERES

II-322.2.4 Autres classifications des barrages ........................................................................................ 32


II-3 CHOIX DU SITE ET DES CARACTERISTIQUES D’UN BARRAGE .......................................... 33
II.3.1 CONDITIONS RELATIVES A LA TOPOGRAPHIE ...................................................................................... 33
II-3.2 CONDITIONS GEOLOGIQUES ................................................................................................................ 33
II-3.2.1 La stabilité du barrage ............................................................................................................... 33
II-3.2.2 Etanchéité de la retenue ............................................................................................................. 33
II-3.3 CONDITIONS HYDROLOGIQUES ........................................................................................................... 35
II-3.4 CONDITIONS RELATIVES A LA GEOGRAPHIE HUMAINE ........................................................................ 38
II-4 TRAVAUX D’OUVRAGES HYDROTECHNIQUES........................................................................ 38
II-4.1 SUJETIONS COMMUNES ....................................................................................................................... 38
II-4.2 DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES .......................................................................................................... 38
II-4.2.1 Procédés de construction en lit de rivière .................................................................................. 38
II-4.2.2 Procédés de coupure d’un cours d’eau ...................................................................................... 41
II-4.3 ETANCHEITE ET CONSOLIDATION DES FONDATIONS............................................................................ 41
II-4.3.1 Fondations sur roches consistantes............................................................................................ 41
II-4.3.2 Fondations sur terrain meubles.................................................................................................. 42
II-5 ACTIONS ET REMEDES DES OUVRAGES HYDRAULIQUES................................................... 42
II-5.1 ACTIONS ............................................................................................................................................. 42
II-5.2 REMEDES ............................................................................................................................................ 42
II-6 BARRAGES RIGIDES (EN MATERIAUX ASSEMBLES).............................................................. 46
II-6.1 BARRAGES POIDS OU « GRAVITE » (GRAVITY DAMS) .......................................................................... 46
II-6.1.1 Forces agissant sur un barrage poids ........................................................................................ 47
II-6.1.2 Conditions de stabilité des barrages poids................................................................................. 49
II-6.1.3 Conclusion.................................................................................................................................. 55
II-6.2 BARRAGE A CONTREFORTS (BUTTRESS DAMS).................................................................................... 55
II-6.3 BARRAGE VOUTES (ARCH DAMS)........................................................................................................ 56
II-6.3.1 Voûte simple ............................................................................................................................... 56
II-6.3.2 Voûtes multiples.......................................................................................................................... 58
II-6.3.3 Conclusion.................................................................................................................................. 59
II-7 BARRAGES EN MATERIAUX NON ASSEMBLES OU « EN REMBLAIS »

(EMBANKMENT DAMS)..................................................................................................................... 59
II-7.1 BARRAGES EN TERRE (ERATH DAMS).................................................................................................. 59
II-7.1.1 Matériaux de construction.......................................................................................................... 59
II-7.1.2 Conditions de stabilité des barrages en terre ............................................................................. 60
II-7.1.3 Formes et structure des ouvrages............................................................................................... 64
II-7.1.4 Conclusion.................................................................................................................................. 64
II-7.2 BARRAGES EN ENROCHEMENTS (ROCK-FILL DAMS)............................................................................ 65
II-7.2.1 Eléménts d’étanchéités ............................................................................................................... 66
II-7.2.2 Conditions de stabilité ................................................................................................................ 66
II-7.2.3 Conclusion.................................................................................................................................. 66
II-8 BARRAGES MOBILES (AU FIL DE L’EAU) ................................................................................... 67
II-8.1 INTRODUCTION ................................................................................................................................... 67
II-8.2 ELEMENTS MOBILES ........................................................................................................................... 68
II-8.2.1 Vannes levantes .......................................................................................................................... 68
II-8.2.2 Vannes segments......................................................................................................................... 69
II-8.2.3 Hausses....................................................................................................................................... 69
II-8.4.4 Vannes à Clapets ........................................................................................................................ 70
II-8.2.5 Autres types de bouchures mobiles............................................................................................. 71
II-8.3 PARTIES FIXES .................................................................................................................................... 72
II-8.3.1 Radier ......................................................................................................................................... 72
II-8.3.2 Fondation ................................................................................................................................... 72
II-8.3.3 Piles et culées ............................................................................................................................. 73

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

ii
OUVRAGES HYDRAULIQUES TABLE DES MATIERES

II-9 BARRAGES COLLINAIRES............................................................................................................... 74


II-9.1 DEFINITION, OBJECTIFS ET JUSTIFICATIONS ........................................................................................ 74
II-6.2 SCHEMAS TYPES DE L’AMENAGEMENT COLLINAIRE ........................................................................... 74
II-9.3 PHASES DE REALISATION D’UN BARRAGE COLLINAIRE ....................................................................... 76
II-9.4 DIFFERENTS TYPES DES BARRAGES COLLINAIRES ............................................................................. 76
II-9.5 CRITERES DE CONCEPTION DES DIGUES EN TERRE ET/OU EN ENROCHEMENTS ..................................... 78
II-9.6 LES FONDATIONS ET LES TRAITEMENTS A ADOPTER ........................................................................... 79
II-9.6.3 Les fondations en matériaux fins à très fins................................................................................ 81
II-9.7 LES DIMENSIONS DE LA DIGUE ............................................................................................................ 81
II-9.7.1 Courbe hauteur-capacité de la retenue ...................................................................................... 81
II-9.7.2 Hauteur de la digue .................................................................................................................... 82
II-9.7.3 Largeur en crête de la digue....................................................................................................... 84
II-9.7.4 Pentes des talus de la digue........................................................................................................ 84
II-9.8 ETUDES DES INFILTRATIONS DANS LE BARRAGE ET LA FONDATION .................................................... 86
II-9.9 CALCULS DE STABILITE ...................................................................................................................... 89
II-9.10 PROTECTION DE LA DIGUE ................................................................................................................ 89
II-10 OUVRAGES ANNEXES ..................................................................................................................... 89
II-10.1 DEVERSOIRS ..................................................................................................................................... 89
II-10.1.1 Déversoir de surface................................................................................................................. 89
II-10.1.2 Déversoir en charge ................................................................................................................. 90
II-10.1.3 Choix du type de déversoir ....................................................................................................... 91
II-10.2 BASSINS D’AMORTISSEMENT OU DE DISSIPATION D’ENERGIE ........................................................... 92
II-10.3 CRITERES DE DIMENSIONNEMENT ..................................................................................................... 92
II-10.3.1 Laminage des crues et recherche des dimensions optimales de l’évacuateur de crues............ 93
II-10.4.2 Calculs hydrauliques ................................................................................................................ 94
II-10.5 CONCLUSIONS .................................................................................................................................. 98

CHAPITRE III : OUVRAGES DE PRISE D’EAU.................................................................................... 99

III-1 IMPLANTATION ET CRITERES DE CHOIX DU TYPE D’OUVRAGE.................................... 99


III-1.1 INTRODUCTION ................................................................................................................................. 99
III-1.2 PRISES D’EAU EN COURS D’EAU .................................................................................................... 100
III-1.3 PRISES D’EAU EN RESERVOIR ......................................................................................................... 100
III-2 DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES-PRINCIPES DE DIMENSIONNEMENT ....................... 101
III-2.1 DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES ....................................................................................................... 101
III-2.1.1 Prises en Cours d’Eau............................................................................................................. 101
III-2.1.2 Prises en Réservoirs ................................................................................................................ 101
III-2.2 PRINCIPE DE DIMENSIONNEMENT .................................................................................................... 106
III-3 LES OUVRAGES D’EPURATION.................................................................................................. 106
III-3.1 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT ..................................................................................................... 106
III-3.2 DISPOSITIFS DE DEVASEMENT DES RETENUES ................................................................................ 107
III-3.3 LE MODELE DE VELIKANOV ............................................................................................................ 109

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

iii
OUVRAGES HYDRAULIQUES TABLE DES MATIERES

CHAPITRE IV : OUVRAGES D’ADDUCTION ..................................................................................... 111

IV-1 INTRODUCTION .............................................................................................................................. 111

IV-2 CONDUITES ET GALERIES EN CHARGE.................................................................................. 112


IV-2.1 RAPPEL D’HYDRAULIQUE ............................................................................................................... 112
IV-2.1.1 Régime Permanent................................................................................................................... 112
IV-2.1.2 Cas des écoulements turbulents............................................................................................... 113
IV-2.1.3 Régimes Non Permanents ou Transitoires .............................................................................. 115
IV-2.2 DIMENSIONNEMENT DES CONDUITES EN CHARGE .......................................................................... 122
IV-2.2.1 Conduites Gravitaires ............................................................................................................ 122
IV-2.2.2 Diamètre économique.............................................................................................................. 123
IV-2.2.3 Conduite d’Amenée d’une Station Hydroélectrique ................................................................ 124
IV-2.2.4 Détermination de l’Epaisseur.................................................................................................. 124
IV-2.3 DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES ...................................................................................................... 125
IV-2.3.1 Tracé en plan et profil en long ................................................................................................ 125
IV-2.3.2 Régulation de pression : Le Brise-Charge ............................................................................ 125
IV-2.3.3 Régulation du débit.................................................................................................................. 128
IV-2.3.4 Pose des conduites................................................................................................................... 129
IV-2.3.5 Chaînage des conduites ........................................................................................................... 131
IV-2.3.6 Butées et amarrages des conduites.......................................................................................... 131
IV-2.3.7 Ouvrages en galerie ................................................................................................................ 132

IV-3 CANAUX ET GALERIES A SURFACE LIBRE ............................................................................ 134


IV-3.1 DEFINITION DES CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES ..................................................................... 134
IV-3.2 CLASSIFICATION DES ECOULEMENTS A SURFACE LIBRE .................................................................. 135
IV-3.3 REGIME PERMANENT- ECOULEMENT UNIFORME ............................................................................ 136
IV-3.3.1 Formule de Chézy.................................................................................................................... 137
IV-3.3.2 Formule de Manning-Strickler ................................................................................................ 137
IV-3.3.3 Profondeur Normale................................................................................................................ 138
IV-3.3.4 Section Economique ................................................................................................................ 139
IV-3.3.5 Section Complexe ou Composée.............................................................................................. 140
IV-3.3.6 Profondeur Critique ................................................................................................................ 140
IV-3.3.7 Ecoulement Fluvial, Critique et Torrentiel ............................................................................ 143
IV-3.4 ECOULEMENTS GRADUELLEMENTS VARIES ..................................................................................... 144
IV-3.4.1 Classification des ecoulements graduellements variés............................................................ 144
IV-3.4.2 Etude de la forme de la surface libre....................................................................................... 144
IV-3.4.3 Calcul des écoulements Graduellement Variés ....................................................................... 148
IV-3.5 ECOULEMENTS RAPIDEMENT VARIES : DEVERSOIRS ET ORIFICE .................................................... 150
IV-3.6 ECOULEMENT RAPIDEMENT VARIES : RESSAUTS HYDRAULIQUES .................................................. 152
IV-3.6.1 Clacul des profondeurs conjuguées......................................................................................... 152
IV-3.6.2 Perte d’énergie (dissipation d’énergie) à travers un ressaut .................................................. 153
IV-3.6.3 Rendement du ressaut.............................................................................................................. 153
IV-3.6.4 La longueur du ressaut............................................................................................................ 154
IV-3.6.5 Détermination de la position du ressaut.................................................................................. 154
IV-3.7 STABILITE DES CANAUX A FONDS MOBILES ................................................................................... 154
IV-3.7.1 Contrainte Tractrices : Maximale, Moyenne et Critique......................................................... 154
IV-3.7.2 Vitesses d’Erosion (Critique) et de Sédimentation .................................................................. 155
IV-3.7.3 Pentes des Berges et Section Stable......................................................................................... 156
IV-3.8 ECOULEMENTS NON PERMANENTS ................................................................................................. 158
IV-4 CONCLUSION ................................................................................................................................... 159

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

iv
OUVRAGES HYDRAULIQUES TABLE DES MATIERES

CHAPITRE V : OUVRAGES ROUTIERS .............................................................................................. 161

V-1 GENERALITES ................................................................................................................................... 161

V-2 DIMENSIONNEMENT HYDRAULIQUE DES PONTS................................................................. 162


V-2.1 COTE MINIMALE SOUS POUTRE ET CRUE DE PROJET ......................................................................... 162
V-2.2 COTE NORMALE OU NATURELLE DE L’EAU ..................................................................................... 162
V-2.3 TIRANT D’AIR .................................................................................................................................. 164
V-2.4 SURELEVATION DU NIVEAU DE L’EAU RESULTANT D’UN RETRECISSEMENT DE SECTION ................ 164
V-2.4.1 Cas d’un Ecoulement Fluvial (ou Lent).................................................................................... 164
V-2.4.2 Cas de Débordements Importants en Amont (Laminage de la Crue de Projet)....................... 173

V-2.5 PROBLEME DES AFFOUILLEMENTS .................................................................................................... 176


V-2.5.1 Profondeur Normale d’Affouillement ....................................................................................... 176
V-2.5.2 Profondeur d’Affouillement due à la Réduction de Section du Cours d’Eau............................ 178
V-2.5.3 Profondeur d’Affouillement Local dûe à la présence des Piles ............................................... 179
V-2.5.4 Influence de la forme des piles sur la profondeur d’affouillement ........................................... 180
V-2.5.5 Protection des Piles Contre les Affouillements........................................................................ 180
V-3 DIMENSIONNEMENT DES BUSES ET DALOTS ......................................................................... 181
V-3.1 DIVERS TYPES DE PONCEAUX ........................................................................................................... 182
V-3.2 TYPES D’ECOULEMENTS ................................................................................................................... 183
V-3.2.1 Contrôle à l’entrée.................................................................................................................... 184
V-3.2.2 Contrôle à la sortie ................................................................................................................... 185
V-3.3 PROTECTION DES EXTREMITES ......................................................................................................... 189
V-3.4 EXTENSION DU TUYAU AU BOUT DU PONCEAU ................................................................................ 190
V-4 RADIERS ET PONTS SUBMERSIBLES ......................................................................................... 191
V-4.1 DIMENSIONNEMENT DES RADIERS SUBMERSIBLES ............................................................................ 191
V-4.1.1 Radier à fond de lit ................................................................................................................... 191
V-4.1.2 Radier surélevé ......................................................................................................................... 192
V-4.1.3 Radier horizontal ...................................................................................................................... 193
V-4.1.4 Radier à parties courbes........................................................................................................... 193
V-4.1.5 Radier à palier horizontal avec parties courbes....................................................................... 193
V-4.2 DIMENSIONNEMENT DES PONTS SUBMERSIBLES .............................................................................. 194
V-4.3 CONCEPTION DES RADIERS - PROTECTION ........................................................................................ 194
V-4.3.1 Point d’impact de la lame déversante....................................................................................... 194
V-4.3.2 Longueur de la protection aval................................................................................................. 195
V-5 ASSAINISSEMENT ROUTIER ......................................................................................................... 195
V-5.1 GENERALITES ................................................................................................................................... 195
V-5.2 CAPACITE ET CAPACITE MAXIMALE DES FOSSES ............................................................................... 198
V-6 CONCLUSION..................................................................................................................................... 199

CHAPITRE VI : ESSAIS SUR MODELES REDUITS ........................................................................... 201

VI-1 INTRODUCTION .............................................................................................................................. 201

VI-2 LOIS DE SIMILITUDES................................................................................................................... 202


VI-2.1 SIMILITUDE DE FROUDE .................................................................................................................. 202
VI-2.2 SIMILITUDE DE REYNOLDS .............................................................................................................. 202
VI-2.3 AUTRES LOIS DE SIMILITUDE: ......................................................................................................... 202
VI-2.3.1 Similitude de Weber................................................................................................................. 202
VI-2.3.2 Similitude de Cauchy............................................................................................................... 203
VI-2.4 CONCLUSION SUR LES MODELES REELS.......................................................................................... 203

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

v
OUVRAGES HYDRAULIQUES TABLE DES MATIERES

VI-3 ESSAIS SUR MODELES REDUITS (EFFETS D’ECHELLE- MODELES DISTORDUS)....... 204
VI-3.1 CONSTRUCTION DES MODELES D’ECOULEMENTS A SURFACE LIBRE .............................................. 204
VI-3.1.1 Modèles à Lit Fixe ................................................................................................................... 204
VI-3.1.2 Modèles Distordus................................................................................................................... 204
VI-3.1.3 Modèles à Lit Mobile............................................................................................................... 205
VI-3.2 INTERPRETATION DES RESULTATS DES ESSAIS SUR MODELES REDUITS ......................................... 205
VI-3.2.1 Construction et Equipement .................................................................................................... 205
VI-3.2.2 Exécution des Essais................................................................................................................ 206
VI-4 CONCLUSION ................................................................................................................................... 207

VI-4 ETUDES DE CAS............................................................................................................................... 208


VI-4.1 CAS DU BARRAGE ZOUITINA DU COMPLEXE BARBARA .................................................................. 208
VI-4.2 CAS DU BARRAGE LAROUSSIA SUR L’OUED MEDJERDAH .............................................................. 208

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES .................................................................................................. 209

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

vi
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE I GENERALITES

I-1 INTRODUCTION
Les ouvrages qui servent à mettre en œuvre une ou plusieurs branches de
l’économie de l’eau s’appellent ouvrages hydrauliques “Waters Works”.
Suivant que ces ouvrages sont construits en rivières, en lacs ou à la mer, nous
distinguons les ouvrages fluviaux, lagunaires ou maritimes. Ces derniers ouvrages ne
seront pas traités dans le cadre de ce cours.
Les ouvrages hydrauliques présentent trois particularités :
- L’action permanente de l’eau peut entraîner l’usure mécanique, la cavitation des parties
des ouvrages en contact avec le courant (pile) et à la rupture de certaine structure.
- La construction d’un ouvrage influe considérablement sur l’environnement
(inondation, changement écologique) et entraînent une modification du régime naturel
de l’écoulement. Dans le cas d’un barrage, cette modification se traduit par une
surélévation du niveau en amont et des dépôts de sédiments de plus en plus fins en
s’approchant du barrage (Figure I-1.1).
- Les phénomènes d’érosion d’infiltration menace leur stabilité

Hauteur de remous Niveau de la retenue


dans la section S S
A normale (RN)

Courbe de remous
∆h
Horizontale
P0
hn Ligne d’eau en
absence de barrage hm Hm

Vidange de fond
A
C

Figure I-1.1 : Profil en Long Schématique d’un Barrage et de sa Retenue


(d’après Ginocchio, 1959).
Suivant leur rôle, les ouvrages hydrauliques peuvent être classifiés comme suit :
- ouvrage de retenue (barrage) : prise d’eau, évacuateur et bassin de dissipation
- ouvrage de transport d’eau (canaux, conduites et galerie)
- ouvrages spéciaux
Les déversoirs, les ouvrages de dissipation d’énergie, les galeries et les vannes,
forment les ouvrages annexes du barrage. Un ouvrage de retenue ou barrage, est un
ouvrage destiné à retenir l’eau contre l’une de ses faces (face amont) à un niveau supérieur
à celui qui règne sur l’autre face (face aval). La réserve d’eau est stocker en période
d’abondance est distribuer en période sèche. Un barrage comporte le plus souvent un
massif constituant le corps du barrage encastré sur fond et les berges du cours d’eau. Il est
fréquemment complété par des parties mobiles, presque toujours métalliques, mais de
dimensions et de dispositions très diverses, qui servent à régler l’écoulement des eaux.

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

2
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE I GENERALITES

Les barrages en terre et en béton sont les plus communément utilisés. Les barrages
en terre peuvent être construits avec du sable, de l’argile, du gravier, du cailloux ou une
combinaison de ces matériaux. Ils ont une section trapézoïdale (Figure I-1.2) avec une
pente m = ctg θ avec θ angle formé par la ligne inclinée et l’horizontal) de 0.9 à 1.2
comme minimum (pour les roches) et 1.5 (pour les barrages en terre). Suivant le matériau
et la consistance de la fondation, la pente peut être supérieure ou égale à 3.5.
Les barrages en béton font partie des barrages gravités comportant les barrages
1 :3 1 :3
Ligne Ligne 1 :4
d’eau d’eau
A-A
C-C B-B
1 :9 1 :13

Coupe B-B
1:3
0 100 1:3.5
1:6

a) Vue en plan
Coupe C-C

Figure I-1.2 : Schéma d’un barrage en terre (Grishin, 1982).

contrefort (buttress) et voûte (arch). Les barrages gravités peuvent avoir une section
triangulaire avec une largeur au lit d’environ 2/3 de sa hauteur, ou trapézoïdal. La forme
d’un barrage est soit massive (Figures I-1.3, a, b et c), soit formée d’une plaque qui
constitue le radier du barrage (Figure I-1.3 d). Ce radier forme, quelquefois, le corps du
barrage (Figure I-1.3 c) permet de supporter une partie verticale comportant des piles fixes
en maçonnerie réunies l’une à l’autre par des éléments mobiles (vannes).
Les barrages voûtes sont généralement curvilignes en plan (d’où leur nom)
présentant une face convexe en face amont; la section en travers (section verticale) de ces
barrages sont relativement des parois minces courbées.
Les barrages contrefort sont des obstacles moins épaisses que les barrages gravités,
soutenus par des contre forts placé normalement et à l’aval des ces obstacles.
En Tunisie, selon la capacité de stockage, le volume et la hauteur de la digue, les
barrages sont classés en :
- Grands Barrages
- Barrages Collinaires
- Lacs Collinaires
Niveau amont
Niveau amont
Pile
Bouchure
bil
Corps du Corps du

barrage Niveau aval barrage


Vanne de fond Niveau aval

a) barrage poids b) barrage déversoir


Niveau amont Pile
Niveau amont Bouchure
bil
Niveau aval
Corps du barrage
radier
Arrière
enrochements
Département de Génie Civil radier d’Hydraulique
Laboratoire ENIT
c) barrage fixe en lit de rivière d) barrage mobile
3
Figure I-1.3 : Caractéristiques et types de barrages (d’après Aubert 1949).
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE I GENERALITES

Les ouvrages d’adduction sont destinés à transporter l’eau à un débit bien spécifié
pour des buts multiple, tel que l’alimentation d’une turbine, l’irrigation, la satisfaction des
demandes en eau des régions semis arides, fournir les demandes domestiques et industriels,
le transfert de l’eau, le drainage, la navigation. Ces ouvrages comportent les canaux, les
galerie, les ponts, les ponceaux (buses et dalots).
Les ouvrages spéciaux permettent de contrôler le débit (vannes), assurer la
production de l’énergie électrique (station de hydroélectrique), station de pompage,
dispositif anti-bélier, protection des rives et la correction des lits des oueds, la lutte contre
le glissements du terrain et l’inondation,
L’ensemble de ces ouvrages hydrauliques permet de répondre à des objectifs
économiques variables constituent alors un projet intégré de gestion des ressources en eau.

I-2 LES RESSOURCES EN EAU DE LA TUNISIE ET DANS LE MONDE


La pluie constitue la source d’alimentation des cours d’eau. Ces derniers restituent
une quantité d’eau plus ou moins importante vers la mer. La construction de barrage le
long du cours d’eau permet de stocker cette eau pour satisfaire les demandes en eau pour
l’irrigation, l’Alimentation en Eau Potable, la Protection contre les Crues et la production
d’électricité.
I-2.1 L’eau en Tunisie
I-2.1.1 Pluviométrie moyenne
L’importance des ouvrages hydraulique est due à la grande variation spatiale et
temporelle des répartitions pluviométrique. En effet, au sud, la pluviométrie annuelle
moyenne est < 200 mm/an alors qu’elle est > 1000 mm/an à l’extrême nord (Figure I-2.1).
De plus, la pluie est caractérisé par des Fortes Intensités des Pluies mais qui se produit sur
un Faible Nombre de Jours Pluvieux (Tableau I-2.1). Les aménagements hydrauliques
(Barrages et Ponts) sur la Medjerdah et sur les oueds Zéroud et Merguellil en sont des
illustrations.
I

Figure I-2.1 : Répartition des Pluies Annuelles


Moyennes sur la Tunisie
Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

4
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE I GENERALITES

Tableau I-2.1 : Répartition de pluie annuelle moyenne et quelques


stations types en Tunisie.
Pluie Annuelle Nombre de Pluie Annuelle Stations Types
Zone Moyenne jours pluvieux
(mm) (mm)
(jours)
Aïn Drahem 1578, Tabarka 1043
I > 600 120 Béja 627, Bizerte 698
II 400-600 60-100 Le Kef 543, Zaghouan 481, Tunis 442
III 200-400 40-70 Kairouan 283, Sousse 319, Sfax 210
Gafsa 174, Gabés 185, Zarzis 210,
IV < 200 30 Tozeur 190,
Jerba 203, Matmata 239

I-2.1.2 Ressources potentielles


Les Ressources Potentielles en Eau de la Tunisie sont de l’ordre de 4.5 Milliards
3
de m par an (Tableau I-2.2), soit aux environs de 10% des précipitations sur le Pays,
estimées à 33 Milliards de m3.
Tableau I-2.2 : Ressources Potentielles en Eaux de la Tunisie
REGION EAUX DE NAPPES NAPPES TOTAL
SURFACE PHREATIQUES PROFONDES 106 m3 %
NORD 2190 361 183 2734 60
CENTRE 273 200 254 727 16
SUD 237 108 734 1079 24
TOTAL 2700 669 1171 4540 100
106 m3
% 60 15 26 100

Par les dimensions et les coûts des ouvrages requis pour leur mobilisation, les
ressources en eau potentielles de la Tunisie ne sont pas toujours faciles à mobiliser. Le
Tableau I-2.3 résume l’état de la situation jusqu’en 1991.
Tableau I-2.3 : Ressources Potentielles Mobilisables et Mobilisées jusqu’en 1991
EAUX DE NAPPES NAPPES TOTAL
RESSOURCES SURFACE PHREATIQUES PROFONDES (106 m3)
(106 m3) (106 m3) (106 m3)
POTENTIELLES 2700 669 1171 4540
MOBILISABLES 2100 563 1139 3825
MOBILISEES 1285 586 851 2695
TAUX DE
MOBILISATION 61 > 100 75 71
(%)

a) Eaux de surface
La mobilisation des eaux de surface est assurée par les 5 types d’ouvrages résumés
dans le Tableau suivant :

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

5
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE I GENERALITES

Tableau I-2.4 : Ouvrages et Ressources Mobilisables et Mobilisées jusqu’en 1991


Nombre Volume Nombre à Volume à Volume Total
TYPE Réalisé Mobilisé Réaliser Mobiliser Mobilisé
(106 m3) (106 m3) (106 m3)
Grands Barrages 17 1242 21 739 1981
Barrages Collinaires 24 17.66 22 110 127.66
Lacs Collinaires 50 2.99 1000 53 55.99
Ouvrages d’Epandage - 23.00 4000 43 70
Travaux de CES - - - 430 430

TOTAL - 1285.65 - 1375 2664.65

Les grands barrages réalisés, au nombre de 17, mobilisent un volume total de 1242
3
Mm (Tableau I-2.5 et Figure I-2.2).
Tableau I-2.5 : Grands Barrages Réalisés avant 1990 et Volumes Mobilisés
Correspondant
REGION GOUVERNORAT BARRAGE VOLUME6MOBILISE
(10 m3)
NORD BIZERTE Djoumine 136.54
Ghézala 14.15
BEJA Kasseb 50.09
Sidi Salem 447.76
NABEUL Bézirk 4.10
Chiba 6.68
Masri 2.55
Lebna 9.69
ZAGOUAN Bir Mchergua 43.95
JENDOUBA Bou-Hertma 73.01
Ben Metir 43.77
KEF Mellègue 173.80
SILIANA Lakhmes 12.07
Siliana 57.98
CENTRE KAIROUAN Sidi Saâd 93.69
Nebhana 30.17
El Houareb 42.00
TOTAL - - 1242.00

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

6
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE I GENERALITES

EL Harka Bizerte
Ziatine
Sedjnane Mer Méditerranée
Gamgoum
Ghazala Ichkeul

Djoumine
Kebir Sidi El Barak Tine
Zarga
Ariana
Kasseb El Hajar
Ben Metir Tunis Abid
Lebna
Zouitina Bou Hertma Beja
Sidi Salem
Bezirk
El Hama Chiba
Jendouba
Masri
Nabeul
Zaghouan
Rmel
Rmil
Siliana Bir Mchargua
Mer
Mellègue
Méditerranée
Siliana El Kébir
Le Kef Nebhana

Lakhmess

Algérie
Sousse
El Houareb
Kairouan
Monastir

El Breck

Sidi Saad
Sfissifa Mahdia

Kasserine

Sidi Bouzid Kerkenna


Sfax

Sidi Aich

Gafsa

Tozeur Gabes

Djerba
Chott El Jerid
Kébili

Mednine

Tataouine

Barrage programmé

Barrage construit

Figure I-2.2 : Barrages réalisés et programmés en Tunisie (EGTH, 1998).

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

7
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE I GENERALITES

Les grands barrages programmés pour la décennie 1991-2000 sont au nombre de 21


en plus du barrage Sedjenane dont les travaux sont terminés, sa mise en eau date de 1994.
Le volume total à mobiliser par ces barrages est de 748.5 Mm3 (Tableau I-2.6). La Figure
I-2.2 précise l’emplacement de ces barrages.
Tableau I-2.6 : Grands Barrages Programmés pour la Décennie 1991-2000 et
Volumes Mobilisés Correspondant
VOLUME
PHASE/REGION GOUVERNORAT BARRAGE MOBILISE
(106 m3)

PHASE I (90-96)
NORD BIZERTE Sedjnane 100
BEJA Sidi El Barrak 250

JENDOUBA Complexe Barbara


Zouitina 100
NABEUL R’mel 23

SUD GAFSA Sidi Aïch 20

PASE II (96-
2000)
NABEUL El Abid 4.5
NORD El Hajar 5.0
JENDOUBA Mellila 30
Zarga 25
El Kébir 31
CENTRE Moula 23

BIZERTE Melah 19
Douimis 9
Tine 23
Ziatine 21
El Harka 9
Gamgoum 8
SILIANA R’mil 12
BEN AROUS El Hama 6
KASSERINE Breck 13
Sfisifa 7.5

TOTAL - - 748.5

La réalisation de ces 21 barrages portera le volume mobilisé à 1,991 Milliards de


m3 sur les 2,10 Milliards de m3 mobilisables par barrages (voir Tableau I-2.3), soit un taux
de mobilisation de 94%.
La répartition des barrages collinaires réalisés avant 1990 avec les volumes
mobilisés correspondant est donnée par le Tableau suivant.

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

8
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE I GENERALITES

Tableau I-2.7 : Barrages Collinaires Réalisés avant 1990 et Volumes Mobilisés


Correspondant
VOLUME
BARRAGE
REGION GOUVERNORAT MOBILISE
COLLINAIRES
(106 m3)
NORD BIZERTE Ben Atta 0.263
Ben Atta amont 0.112
Rehib 0.253
Zeghab 0.134
Tarfa 0.345
EL Kherba 0.750
Nechma 0.564
Chaab Eddod 0.337
Chouk El Felfel 0.133
Nechrine 0.550

BEJA Tibar 4.700


El Khobza 0.310

JENDOUBA Borj El Hammam 0.220


Bou Zouara F4 0.190
Bou Zouara F6 0.120
Bou Zouara F5 0.212

NABEUL Melloul 0.316


Abdel Moumen 0.916
Mlaabi 1.090
Sidi Jedidi 1.150

ZAGHOUAN El Ogla 2.000


KASSERINE Jedeliane 2.000

KEF Ain Zerga 0.700


SILIANA Tayania 0.300
.
TOTAL - - 17.665

Le volume total mobilisé par ces 24 retenues collinaires est donc de 17.665
Millions de m3, soit de l’ordre de 1.4 % du volume déjà mobilisé par les 17 grands
barrages déjà opérationnels (voir Tableau I-2.4 et I-2.5).
Les Lacs collinaires déjà réalisés avant 1990, sont au nombre de 50. Ils ont une
capacité moyenne de 60 milles m3. La répartition de ces Lacs ainsi que des 203 Lacs
programmés pour la décennie 1991-2000, est donnée par le Tableau suivant.

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

9
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE I GENERALITES

Tableau I-2.8 : Lacs Collinaires Réalisés et Programmés et Volumes


Correspondant Mobilisés et à Mobilisés
Volume Volume à
Nombre Nombre à
Gouvernorat Réalisé Mobilisé Mobiliser
Réaliser
(106 m3) (106 m3)
Siliana 19 1.350 23 17.8
Kairouan 13 1.026 12 4.3
Nabeul 6 0.095 22 14.4
Zaghouan 6 0.130 10 12.3
Ben Arous 4 0.325 3 2.4
Kasserine 1 0.035 18 22.3
Sousse 1 0.025 - -
Le Kef - 32 11.3
Béja - 37 11.8
Bizerte - 19 6.7
Jendouba - 27 6.8

TOTAL 50 2.986 203 110

Ces barrages ou Lacs collinaires qui, pris individuellement, mobilisent de faibles


volumes d’eau ont un coût économique élevé que seule justifie leur incidence socio-
économique dans les régions particulièrement déshéritées où ils sont localisés.
b) Eaux des nappes
Les nappes phréatiques sont surexploitées sachant que leur taux de mobilisation est
supérieur à 100% (Tableau I-2.3). Ce taux indique qu’en moyenne le volume
d’exploitation est supérieur au volume d’alimentation de ces nappes. Donc le volume de
réserve est en baisse.

Le reliquat des ressources potentielles des nappes profondes est estimé à (Tableau
I-2.3) :

1171-851 = 320 Mm3/an.

Les actions à entreprendre pour la mobilisation de la totalité des ressources


identifiées sont:
- Création de 610 nouveaux forages
- Remplacement de 500 forages vétustes

Pour la mise en évidence de nouvelles ressources dans les régions insuffisamment


exploitées, deux actions principales sont à entreprendre:

1) Prospection et Identification des aquifères secondaires (Prospections géologiques


et établissement de cartes, et prospections géophysiques: électrique ou sismique).
2) Evaluation et planification de la mobilisation des ressources en eau mise en
évidence (Réalisation de 1150 sondages de reconnaissance, Installation de 2300
pièzomètres de surveillance).

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

10
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE I GENERALITES

Les actions suivantes sont programmées pour l’augmentation du potentiel du pays


en eaux souterraines:

1) Recharge induite et alimentation artificielle des nappes : 1000 Lacs collinaires et


200 retenues de montagne mobilisant 160 Mm3.

2) Réutilisation des eaux traitées ainsi que des eaux de drainage : 180 Mm3/an
traités par 57 stations vers l’an 2000, 25 stations de recharge artificielle des nappes à partir
des eaux usées avec 100 bassins de recharge, 500 pièzomètres et 25 laboratoires
d’analyse : Sur les 1500 Mm3 d’eau d’irrigation, 150 Mm3 d’eaux de drainage sont estimés
susceptibles d’être récupérées pour une seconde utilisation.

3) Dessalement des eaux saumâtres


- Eau de mer 8000 Milliards de m3 à 40 g/l en moyenne, coût très élevé
- Eau saumâtre, Kerkennah, Hotels Jerbah, Champs pétroliers et zones
Industrielles (Borma, Skhira , Ghannouche)

4) Vulgarisation des techniques d’économie d’eau

Comprend plusieurs volets:


- Socio-Economique: sensibilisation des utilisateurs, diminution des gaspillages et
de pollution
- Technique: modernisation conduites, amélioration robinetterie, chasses d’eau, et
irrigation permettant d’économiser l’eau.
- Législatif: réglementation d’allocation et de concession d’eau, police des eaux.

Le coût estimatif de la stratégie de développement des ressources en eau au cours


de la décennie 1991-2000 est de 1939 Millions de Dinars, année 1990, repartis comme
suit:

Tableau I-2.9 : Coût Estimatif de la Stratégie de Développement


des Ressources en eau (1991-2000).

- Barrages et autres ouvrages de mobilisation des eaux de surface 1529 MDT


- Création de forages 100 MDT
- Prospection et recherche de nouvelles ressources
Eaux de Surface 285 MDT
Eaux Souterraines 25 MDT
________________________
TOTAL 1939 MDT

Les coûts global et unitaire des investissements nécessaires pour la mobilisation des
eaux de surface et profondes pour cette décennie se repartissent comme l’indique le
Tableau suivant:

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

11
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE I GENERALITES

Tableau I-2.10 : Coûts unitaires de la Mobilisation des Eaux de Surface


et des Eaux Profondes
Type de Volume mobilisé Coût global Coût unitaire
mobilisation (106 m3) (MDT) (MDT)
Grands barrages 739 827 1
Barrages 110 400 4
collinaires
Lacs collinaires 53 87.5 1.7
Ouvrages 43 80 2
d’épandage
Forages Profonds 288 55 0.2
I-2.1.3 Besoins ou Demandes en Eaux de la Tunisie
L’estimation des Besoins ou des Demandes en Eau de la Tunisie pour l’Horizon
2010 est résumée dans le Tableau I-2.11. Ces besoins sont estimés à 1704 et 1956 Millions
de m3 selon les hypothèses émises sur l’évolution des consommations en eaux potable,
touristique et industrielles. La demande pour l’irrigation est la plus importante; elle
représente 61 à 70 % de la demande totale.
Tableau I-2.10 : Estimation des Besoins en Eau de la Tunisie (Horizon 2010)
Usage Besoins/Demande (106 m3) %
Potable 350 ÷575 21÷30
Irrigation 1200 70 ÷ 61
Touristique 34 ÷58 2÷3
Industriel 120 ÷123 7÷6
Total 1704 ÷ 1956 100 ÷ 100

I-2.1.4 Bilan Ressources/Besoins en Tunisie


Pour évaluer le bilan Ressources/Besoins correspondant à l’an 2000, nous allons
supposer les deux scénarios suivants :
Scénario I :
- Niveau de vie du français actuel (besoin de 510 m3/an/hab pour une agriculture de pays
tempéré)
- Besoins : 10 Millions d’Hab. x 510 m3/an/hab : 5.1 Milliard de m3/an
- Ressources (estimation 1990) : 4.5 //
_______________________________________________________________________
Déficit: 0.6 Milliard de m3/an.
à combler par des ressources non conventionnelles
Scénario II :
- Niveau de vie du français actuel (besoin de 1200 m3/an/hab pour une agriculture intensive
et en tenant compte de l’aridité)
- Besoins : 10 Millions d’Hab. x 1200 m3/an/hab : 12.0 Milliard de m3/an
- Ressources (estimation 1990) : 4.5 //
_______________________________________________________________________
Déficit: 7.5 Milliard de m3/an.
à combler par des ressources non conventionnelles

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

12
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE I GENERALITES

I-2.1.5 Plans de Gestion et Stratégie pour le Développement des Ressources en Eaux


en Tunisie
- Pans Directeurs des Eaux du Nord et de l’extrême Nord (voir § I-3.2)
- Plans Directeurs du Centre et du Sud

La stratégie de développement des ressources en eau au cours de la décennie 1991-


2000 est articulée sur les 4 axes suivants:

1) Mobilisation de la Totalité des Ressources en eau actuellement identifiées


2) Prospection de nouvelles ressources
3) Recherche de ressources non conventionnelles
4) Economie de l’eau
I-2.2 L’Eau dans le Monde
I-2.2.1 Bilan Hydrologique
Suivant la Figure I-2.3, les précipitations continentales représentent moins que le
quart de l’évaporation des océans et que 39% de ces précipitations reviennent aux océans
(38% comme ruissellement de surface et 1% comme écoulement souterrain), les 61% qui
restent constituent l’évaporation continentale.

39 Humidité sur les


100 continents
évapotranspiration
Précipitations 385 Précipitations
61 Evaporation océaniques
continentale

Ruissellement Evaporation et
de surface évapotranspiration

424 Evaporation
Humidité océanique
du sol Ecoulement
sous la surface
Substratum
38 Ruissellement de surface
imperméable Ecoulement
souterrain 1 Ecoulement souterrain

Figure I-2.3 Cycle Hydrologique du Globe et Bilan Annuel en Fonction des


Précipitations Continentales (Ven Te Chow et al. , 1989).

Les Tableaux I-2.12 et 13, donnent le bilan annuel des eaux du globe ainsi que leur
répartition sur les différentes sources. La pluviométrie moyenne est de 1270 mm/an sur les
océans et 800 mm/an seulement sur les continents (Tableau I-2.12). Les océans contiennent
96.5 % des eaux du globe (Tableau I-2.13). Les eaux douces sont contenues à raison de
30.1 % dans les nappes souterraines et à raison de 69.6 % sous forme de glaces (dont 68.6
% aux pôles). Ainsi les autres sources d’eaux douces ne représentent que 0.3 % du total des
35 029.210 Milliards de m3 d’eaux douces du globe.

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

13
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE I GENERALITES

Tableau I-2.12 : Bilan Annuel des Eaux du Globe


Unités OCEANS CONTINENTS
Superficie Km² 361 300 000 148 800 000
Précipitation km3/an 458 000 119 000
mm/an 1270 800
in/an 50 31
Km3/an 505 000 72 000
Evaporation mm/an 1400 484
in/an 55 19
Ecoulements vers la Km3/an - 44 700
mer mm/an 300
in/an 12
Cours d’eaux km3/an - 2 200
mm/an 15
in/an 1
Ecoulements km3/an - 47 000
Souterrains mm/an - 316
in/an - 12

Tableau I-2.13 : Estimation des Quantités des Eaux du Globe


Superficie Volume % de l’eau % des
totale du eaux
(106 km²) (km3) globe douces
Océans 361.3 1 338 000 000 96.5
Eaux Souterraines
Douces 134.8 10 530 000 0.76 30.1
Salées 134.8 12 870 000 0.93 -
Humidité du Sol 82.0 16 500 0.0012 0.05
Glaces Polaires 16.0 24 023 500 1.7 68.6
Autres glaces et 0.3 340 600 1.025 1.0
Neiges
Lacs
Eaux Douces 1.2 91 000 0.007 0.26
Eaux Salées 0.8 85 430 0.006 -
Marécages 2.7 11 470 0.0008 0.03
Cours d’Eaux 148.8 2 120 0.0002 0.006
Eaux Biologiques 510.0 1 120 0.0001 0.003
Eaux 510.0 12 900 0.001 0.04
Atmosphériques
Eaux Totales 1902.7 1 385 984 640 100 -
Eaux Douces 148.8 35 029 210 2.5 100

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

14
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE I GENERALITES

I-2.2.2 Distribution des Ressources Mondiales en Eaux


Les Figures I.2.4 et I-2.5 donnent les ressources potentielles et les ressources par
Habitant/an. D’après ces Figures on remarque que la Tunisie est l’avant dernière du
classement avec seulement 4.54 Milliards m3/an et 461.5 m3/an/hab. La Yougoslavie est
classée première par le volume annuel de ces ressources, qui est de l’ordre de 265
Milliards de m3. Cependant, les ressources potentielles par habitant de la Bulgarie sont les
plus importante (24 681 m3/an/hab).

300,0

250,0

200,0
Km3/an

150,0

100,0

50,0

0,0
YUG BUL TUR FRA ITA ESP EGY GRE SYR MAR ALB ALG TUN LIB

Pays

Figure I-2.4 : Ressources Potentielles de 13 pays méditerranéens.

30000,00

25000,00

20000,00
Km3/an/hab

15000,00

10000,00

5000,00

0,00
YUG BUL TUR FRA ITA ESP EGY GRE SYR MAR ALB ALG TUN LIB

Pays

Figure I-2.5 : Ressources Potentielles par habitant de 13 pays méditerranéens.

La Figure I-2.6 montre la distribution des ressources en eaux mondiales par région
et par habitant de certains pays de l’Afrique en comparaison avec d’autres pays du monde.
La moyenne de la consommation domestiques mondiale est de 52 m3/an/hab (elle est de
104 pour les 21 pays de la Figure I-2.6). Cette consommation est autour de 6 m3/an/hab
Pour certains pays (Ethiopie, Rwanda, Burundi, Bangladesh). Elle est de 244 m3/an/hab
pour les Etats Unis d’ Amérique et dépasse même les 800 m3/an/hab. Généralement, la

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

15
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE I GENERALITES

consommation agricole est huit fois plus grande que celle des besoins domestique. Quant à
la consommation industrielle, elle ne représente en moyenne que trois fois la
consommation domestique.

2500

2000
Domestiques
Industriels et agricoles
m3/an/hab

1500

1000

500

Pays

Figure I-2.6 : Distribution des besoins Mondiales Renouvelables en Eaux


par Région et par Habitant.

La Figure I-2.7, donne l’évolution passée et projetée des ressources en eaux de ces
pays. Entre les années 1955 et 1990, les ressources de la Tunisie ont chuté de 1127 à 540
m3/an/hab soit de 50%, et quelles vont encore chuté de 28.8 % pour arriver à près de 324
m3/an/hab vers l’an 2025 (soit près un peu plus que le dixième des ressources de la
France). Ces moyennes couvrent toutes les activités humaines, domestiques, industrielles
et agricoles, et elles cachent la grande variabilité locale. Pour le Yemen, les ressources
projetées pour 2025 sont de 152 m3/an/hab. La consommation d’eau a plus que triplé de
1950 à 1990 (augmentation de 230 %), en partie du fait du doublement de la population et
de l’augmentation de la consommation moyenne.

60 000

50 000
1955 1990 2025
m3/an/hab

40 000

30 000

20 000

10 000

Pays

Figure I-2.7 : Evolution Passée et Future des Ressources


Potentielles (en m3/an/hab).

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

16
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE I GENERALITES

I-3 OUVRAGES DE RETENUES ET HYDROELECTRIQUES EN TUNISIE ET


DANS LE MONDE
I-3.1 Les barrages en Tunisie
Les barrages en Terre et les Barrages Poids représentent plus que 80% des barrages
existants en Tunisie (Tableau I-3.1). La majorité des nouveaux barrages à construire en
Tunisie et dans le Monde sont des barrages en Terre. Ces types de barrage sont également
les plus répandus dans le monde. En Tunisie la production d’énergie électrique n’est pas
l’objectif principal des ouvrages de retenue (Tableau I-3.1). Cette production vient
renforcer la production d’électricité durant les heures de pointes de demande d’énergie.
Tableau I-3.1 : Caractéristiques et Types de Barrages construits en Tunisie

No Barrage Oued Bassin Apport Hauteu Capacit Type Année Usine


Versant Annuel r Max é de Hydro-
(Km²) (Mm3) (m) (Mm3) mise Elect.
en eau
1 Djoumine Djoumine 418 100 53 130 Terre 1983 Non
2 Ghazala Ghazala 48 9.7 31 11.7 Terre 1984 Non
3 Kasseb Kasseb 101 59 54 81.88 Voûte 1969 Oui
4 Sidi Salem Medjerdah 18 000 580 60 1100 Terre 1982 Oui
5 Bézirk Bézirk 84 46 24 6.46 Terre 1959 Non
6 Chiba Chiba 64 5.5 29 7.82 Terre 1953 Non
7 Masri Masri 53 3.4 35 6.85 Terre 1968 Non
8 Lebna Lebna 189 9.69 22 30.20 Terre 1988 Non
9 Bir Miliane 1263 46 41.5 52.93 Terre 1971 Non
Mchergua
10 Bou Hertma Bou Hertma 390 81 41 177.5 Terre + 1975 Non
Enrochemen
ts
11 Bni Mtir Ben Metir 103 55 78 57.15 Contreforts 1954 Oui
+
Terre
12 Mellègue Mellègue 10300 188 71 267.66 Voûtes mult. 1954 Oui
(Nebeur) +
Contrforts +
Terre
13 Lakhmess Lakhmess 127 9.5 36 8 Terre 1968 Non
14 Siliana Siliana 1040 57.98 53 70 Terre 1987 Non
compactée
15 Sidi Saad Zeroud 8570 100 70 209 Terre 1981 Non
16 Nebhana Nebhana 855 37 57 87.21 Terre + 1965 Non
Enrochemen
ts
17 El Houareb Merguellil 1120 42.87 33 95.31 Terre + 1989 Non
Enrochemen
ts
18 Sedjnane Sedjnane 377 100 50 138 Terre 1994 Non
19 Sidi El Zouara 899 251 30 275 Terre 2000 Non
Barrek
20 Zouitina Barbara 177 80 65 74 Terre + 2000 Non
Enrochemen
ts
21 Laroussia Madjerdah - - 16 - Béton 1954 Oui
22 El Kébir Kébir 271 11 37 5.5 Poids 1925 Non

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

17
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE I GENERALITES

I-3.2 Plan Directeur de l’utilisation des Eaux du Nord


Le PDEN établie entre 1970-1974 est un plan d’opération à long terme (horizon
2020) qui a pour objectif la maîtrise de la mobilisation des ressources en eau de surface de
la Tunisie du Nord pour la satisfaction des besoins en eau potables des principales zones
urbaines du Nord et côtière Est (Nabeul, Sahel et Sfax) et pour l’irrigation des superficies
agricoles répartie le long de la vallée de la Medjerdah dans le bassin d’Ichkeul et dans le
Cap-Bon. Les ressources en eau mobilisées concernent les bassins versants de : la
Medjerdah et ces affluents, l’Ichkeul, Zouara, Kébir Tabarka et Barbara.
Le système d’interconnexion des barrages implantés dans ces différents bassins
versants est assez complexe, il a fallu établir un modèle mathématique permettant de
simuler le fonctionnement de l’ensemble des ouvrages hydrauliques prévus et une meilleur
gestion des eaux stockées (fonctionnement normal et en temps des crues).
Ce modèle a permis de résoudre les nombreux problèmes relatifs à la qualité et à la
quantité qui sont posés en prenant compte de la totalité des sols possibles envisagés pour
assurer la satisfaction en eau du Nord de la Tunisie.
La réalisation des composantes de ce projet c’est effectué en plusieurs tranche
successifs, la dernière tranche est programmé pour être achevé à l’en 2025.
I-3.2.1 La vallée de la Medjerdah
La principale composante du projet est constitué par le barrage de Sidi Salem qui
maîtrise la Medjerdah sur un bassin versant de 18 250 km2. La partie amont du barrage
Sidi Salem comporte quatre barrages : Kasseb, Ben Metir, Bou Heurtma et Mellègue. A
l’aval de Sidi Salem, le principal effluent de la Medjerdah est maîtrisé par deux barrages
Seliana et Lakmess. Il reste a maîtrisé les eaux de Khalled, Chafrou, et Rmil (Figure I-2.2).
La qualité des eaux des affluents du gauche de la Medjerdah est excellente, celles
des affluents de la rive droite est moins bonne. C’est pour cette raison qu’il a été envisagé
d’améliorer la qualité des eaux du barrage de Sidi Salem par leur mélange avec les eaux
excédentaires de l’Ichkeul.
I-3.2.2 Bassin de l’Ichkeul
Il comporte plusieurs barrages : Sedjenane, Ghazala, Mellah, Tine et Djoumine qui
permettent l’irrigation. Djoumine et Sedjnane permet également le transfert d’une quantité
d’eau vers le canal Medjerdah Cap-Bon pour améliorer les eaux de Sidi Salem.
I-3.2.3 Bassin de Zouara
Les ressources de ce bassin seront mobilisé par le barrage de Sidi El Barrek, les
eaux retenue seront pompé jusqu’au bassin de Sedjnane puis transféré par le barrage
Sedjenane et ces adductions jusqu’au canal Medjerdah-Cap-Bon.
I-3.2.4 Bassin de Tbourba
Les eaux de ce bassin mobilisé par le barrage Moula, El Kebir, Zarga. Une partie de
ces eaux sera utilisé sur place et le reste sera véhiculée vers Sidi El Barak pour être pompé
dans le bassin de Sedjenane.
I-3.2.5 Bassin de Barabara
Les eaux de Barbara qui seront utilisées par les barrages Zouitina et Mellila
compenseront les ressources retenues par les barrages réalisés en Algérie sur la Medjerdah
et amélioreront les qualités des eaux de Sidi Salem.

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

18
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE I GENERALITES

I-3.2.6 Gestion des différents ouvrages


Pour permettre une gestion souple de cet ensemble d’ouvrages, deux grands axes
ont guidés leurs conceptions :
• la possibilité d’interconnexion entre les barrages situés dans un même bassin
versant,
• la possibilité de transfert d’un bassin versant à un autre
Cette conception permet d’optimiser la gestion d’eau utilisée. En effet, compte tenu
des interconnexions entre ces barrages et des transferts entre les bassins versants et avec la
création d’un barrage de grande capacité situé sur l’axe central de sites d’aménagement, il
est possible :
• d’éviter le plus possible les déversées des barrages vers la mer et de stocker ainsi le
maximum d’eau
• d’améliorer la qualité de l’eau utilisé par la possibilité de mélange entre les apports
des affluents de la ligne droite de la Medjerdah qui sont de qualité médiocre avec
les apports de la rive gauche et du bassin de l’extrême Nord dont la qualité est
bonne.
I-3.3 Les barrages dans le monde
La capacité de stockage des barrages représente actuellement près de 6 000 Km3.
Les barrages contribuent donc efficacement à la gestion des ressources mondiales en eau
qui sont limités, mal réparties et peuvent présenter de grandes variations saisonnières.
Suivant le Registre Mondial des Grands Barrages (1998), deux grandes catégories de
barrages peuvent être distinguées (Figure I-3.1) :
• les barrages à but unique (17 953),
• les barrages à buts multiples (14 656).

10000
9000
8000 Unique Multiple
7000
Nombre

6000
5000
4000
3000
2000
1000
0
H A P I N L E X

Buts du barrage

H : Hydroélectrique ; A : Alimentation en eau ; P : Protection contre les crues ;


I : Irrigation ; N : Navigation ; L : Loisirs ; E : Elevage de poissons ; X : Autres.

Figure I-3.1 : Classification des barrages de 81 pays jusqu’en 1998 suivant leurs
buts (d’après le Registre Mondial des Grands Barrages, 1998)

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

19
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE I GENERALITES

Dans la première catégorie, le plus grand nombre de barrages sont destinés à


l’irrigation avec un pourcentage de 48 % alors que 21 % est utilisé pour la production
électrique (40 % en Europe), 15 % est destinée à l’alimentation en eau domestique et
industrielle. En ce qui concerne les autres buts, nous distinguons dans l’ordre décroissant :
la protection contre les crues (8 %), les loisirs (4 %) et à un moindre degré, la navigation et
l’élevage de poissons.
Les barrages à buts multiples représentent une proportion importante de l’ensemble
des ouvrages, soit près de 45 %. Ce type d’aménagement est de plus en plus associé au
développement économique des pays. Dans cette catégorie, l’irrigation tient également la
première place. Viennent ensuite la protection contre les crues, la production d’électricité,
l’alimentation en eau domestique et industrielle, les loisirs et, à un moindre degré l’élevage
de poissons et la navigation.
Aujourd’hui, il y a plus de 800 000 barrages dans le monde avec environ 45 000
d’entre eux avec une hauteur de plus de 15 m. Les principaux pays constructeurs de
barrages se trouvent en Europe (environ 7000 barrages), en Amérique du Nord (plus de
7800 barrages) et en Asie (près de 30 000 barrages). Les plus grands barrages du monde,
suivant différents critères de classification, sont résumés dans le Tableau suivant.

Tableau I-3.2 : Les plus grands barrages du monde suivant quatre critères
Critères Nom du barrage Pays Caractéristique
Hauteur Rogun Tajikistan 335 m
Capacité de la retenue Syncrude Tailings Canada 540 000 106 m3
Bassin Versant Assouan Egypte 2 200 000 Km2
Volume du barrage Yacambu Venezuela 3 600 106 m3

L’analyse du nombre des barrages entre 1909 et 2000 pour chaque décennie et pour
81 pays du monde montre que 82 % des barrages ont été construits après les années 1950
avec un ralentissement constaté dans la décennie 1980-1989 (Figure I-3.2).

6000

5000
Nombre de barrage

4000

3000

2000

1000

0
<1900 1900- 1910- 1920- 1930- 1940- 1950- 1960- 1970- 1980- 1990-
1909 1909 1929 1939 1949 1959 1969 1979 1989 1999

Année de construction

Figure I-3.2 : Nombre de barrages dans 81 pays jusqu’en 1998


(d’après le Registre Mondial des Grands Barrages, 1998).

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

20
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE I GENERALITES

Sur les 1600 barrages, actuellement, en construction dans 42 pays, 40 % se trouvent


en Inde. Les autres grands pays constructeurs sont : chine, 280; Turquie, 193; Corée, 132;
Japon, 90; Brésil, 42; Espagne, 37; Tailande, 36. Les barrages se répartissent entre les
divers pays comme indiqué dans le Tableau I-3.3 suivant la hauteur du barrage. Les cinq
pays suivants USA, Chine, Espagne, Inde et le Japon comportent 82 % du nombre total du
barrage sur les 42 pays recensés.
Tableau I-3.3 : Nombre de barrages suivant la hauteur
(Registre Mondial des Grands Barrages, 1998).
0-14 15-29 30-59 60-99 100-149 >149 Total
Albanie 223 77 4 1 1 306
Afrique du Sud 8 373 143 13 1 538
Algérie 13 53 25 12 4 107
Allemagne 39 173 74 23 2 311
Australie 54 237 144 39 8 3 485
Brésil 4 377 166 33 9 5 594
Bulgarie 7 109 49 12 3 180
Cameroun 1 4 4 9
Canada 212 398 131 33 8 5 787
Chine 23 1495 288 38 11 1855
Congo 3 5 4 2 14
Corée 33 627 89 14 2 765
Côte d'Ivoire 9 8 5 22
Egypte 3 1 5
Espagne 273 414 319 141 37 3 1187
Etas-Unis 4731 1222 332 71 19 6375
France 24 354 131 45 11 4 569
Ghana 3 1 1 5
Grèce 15 14 7 6 4 46
Inde 1529 2056 347 57 16 5 4010
Iran 3 13 10 20 13 7 66
Italie 11 195 211 84 16 5 522
Japon 47 685 267 67 11 1077
Liban 3 1 1 5
Libye 2 8 2 12
Maroc 4 43 25 17 3 92
Mexique 89 244 149 36 12 5 535
Nigeria 10 26 6 1 1 44
Non-Members 38 218 185 63 27 10 541
Norvège 215 89 19 6 329
Roumanie 55 106 54 18 11 2 246
Royaume-Uni 70 333 104 10 517
Russie 31 41 10 7 2 91
Sudan 1 2 1 4
Suède 148 35 4 3 190
Suisse 68 40 23 16 9 156
Syrie 2 18 17 4 41
Tailande 1 163 32 5 2 1 204
Tunisie 14 51 6 71
Turquie 8 247 255 88 17 10 625
Zambie 2 1 1 4
Zimbabwe 3 168 37 4 1 213
Total 2517 12526 6435 1733 422 122 23755

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

21
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE I GENERALITES

I-4 PROCEDURES DE CONCEPTION


Lors de la conception d’un ouvrage hydraulique, comme dans tout autre projet de
Génie Civil, on peut distinguer trois phases bien caractérisées :
I-4.1 Première phase : études préliminaires ou Avant Projet Sommaire (APS)
Elle concerne les reconnaissances et les études générales de la zone développer en
vue :
- d’établir l’inventaire des réalisations susceptibles de satisfaire des besoins soit déjà
exprimés soit répertoriés dans la zone
- d’apprécier l’intérêt économique de la réalisation de ces aménagements
Elle comprend les étapes suivantes :
- collecte des données disponibles : documents cartographiques, données climatiques,
renseignements géologiques, données relatives aux pratiques agricoles et aux besoins
d’eaux.
- inventaires des sites potentiels et Critères de choix : topographiques, géologique et
géotechnique, hydrologique, proximité des lieux d’utilisation, critères économiques
(E = Vol. Utile de la retenue/Volume de la digue), reconnaissance des lieux,
reconnaissance géologique et géotechnique, examen des sites topographique rapide,
reconnaissance du périmètre irrigable et/ou des agglomérations rurales
Les études préliminaires à réaliser sont :
1- Etude topographique
2- Etude hydrologique
3- Etude géologique et géotechnique
4- Evaluation des besoins
5- Evaluation des caractéristiques de l’aménagement
6- Choix des sites
7- Schémas des aménagements - Estimations des coûts
8- Enquête sanitaire et sur le milieu
9- Programme de réalisation
10- Etablissement du rapport de synthèse
I-4.2 Deuxième phase : étude d’Avant Projet Détaillé (APD)
Elle concerne les études des variantes présélectionnées lors de la phase
préliminaire. Il s’agit des études d’avant-projet détaillé qui permettront la réalisation des
aménagements.
Les études d’avant projet détaillé comprennent :
1- Levés et études topographiques
2- Etudes hydrologiques
3- Etudes géologiques et géotechniques
4- Evaluation des besoins en eau
5- Etude de régularisation
6- Etudes d’impacts du projet
7- Types, caractéristiques et dimensionnements des ouvrages
8- Les prescriptions techniques
9- Avant-métré et détail estimatif
I-4.3 Troisième phase : études de réalisation des ouvrages (dossier d’exécution)
Elle concerne les conditions d’organisation, les prescriptions techniques pour une
bonne exécution et les contrôles qui doivent être mis en œuvre pendant la construction des
ouvrages.

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

22
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE I GENERALITES

Ces études intéressent les aspects suivants :

- Moyens pour la réalisation du projet (engins, matériaux, matières consommables,


personnel)
- Organisation du chantier
- Exécution des travaux (séquence des opérations, principaux travaux, contrôle des
travaux)

I-5 CONCLUSION

Les ouvrages hydrauliques que nous allons étudier dans le cadre de ce cours
seront classifiés suivant leur rôle d’utilisation. Les barrages en Tunisie sont
essentiellement construits en terre ; Ces barrages sont destinés essentiellement à
l’irrigation et la production de l’énergie électrique n’est que secondaire. Les barrages
et les lacs collinaires sont des barrages mobilisant des faibles volumes d’eau destiner
pour améliorer localement les périmètres irrigués.

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

23
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

OUVRAGES DE RETENUE
II-1 DEFINITION DES TERMES UTILISES
Un barrage est ouvrage établi dans le lit d’un cours d’eau dans le but de créer une
dénivellation entre les plans d’eau situés en amont et en aval. Considérons la section en
travers d’un barrage représentée sur la Figure II-1.1. Le Lac ou bassin artificiel à l’amont
d’un barrage, dans lequel une certaine quantité d’eau est accumulée est appelée retenue. La
Morphologie de l’aire couverte par la retenue est la cuvette. Le réservoir d’eau est une
retenue dont l’exploitation s’effectue à niveau variable en vue de stocker et déstocker de
l’eau. Le tableau II-1.1 regroupe la signification de ces différents termes utilisés dans ce
chapitre et le reste du cours.

NCR

PHE HR

RN VL HL

VU hm h hRN
V

Nmin

NS

NF VS

Figure II-1.1 : Caractéristiques de la capacité d’une retenue


(d’après PNUD/OPE,1987).

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

27
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

Tableau II-1.1 : Définition des termes utilisés (voir Figure II-1.1).


Termes Définitions Symboles
Niveau (ou cote) des Cote correspondante aux dépôts solides dans la NS
dépôts solide (m NGT) retenue
Niveau (ou cote) du lit de Cote du point le plus bas du fond du lit du cours d’eau NF
l’oued (m NGT) en correspondance avec le parement amont du barrage
Niveau (ou cote) minimal Cote minimal du niveau de l’eau dans la retenue où Nmin
d’exploitation (m NGT) l’eau accumulée peut être dérivée par la prise d’eau
pour l’utilisation prévue
Niveau (ou cote) normal Cote du niveau de l’eau dans la retenue à laquelle RN
de la retenue (m NGT) commence le déversement dans l’évacuateur de crues.
Niveau (ou cote) des plus Cote maximale à laquelle peut arriver le niveau de
hautes eaux (m NGT) l’eau dans la retenue au cas ou se produirait le plus PHE
important phénomène de crue prévu, à l’exclusion de
la surélévation due aux vagues
Niveau (ou cote) de la Cote du plan de la crête du barrage, à l’exclusion des
crête (m NGT) parapets et d’éventuels murs de protection contre le NCR
batillage
Hauteur de retenue Dénivelée entre le niveau normal de la retenue et celui hRN
normale (m) du lit de l’oued
Hauteur hors sol (m) Dénivelée entre le niveau de la crête et celui du lit de h
l’oued
Surélévation de crue (m) Dénivelée entre le niveau des plus hautes eaux et celui hL
de la retenue normal. Ce sur-remplissage représente la
charge maximale exercée sur le déversoir en
correspondance de la crue de projet.
Revanche Dénivelée entre le niveau de la crête et le niveau des hR
plus hautes eaux
Hauteur maximale du Dénivelée existant entre la cote du plan de crête et hm
barrage (m) celle du point le plus bas de la superficie de fondation
(à l’exclusion d’éventuelles sous-structures
d’étanchéité)
Tranche morte (m3) Volume de retenue situé au-dessous du niveau VS
minimal d’exploitation et destiné à l’envasement
Volume utile de la retenue Volume d’eau compris entre la cote normale de la VU
(m3) retenue et la cote minimale d’exploitation : ce volume
comprend la tranche utilisable et celle correspondant
aux pertes par évaporation et par infiltration
Volume de laminage Volume compris entre la cote des plus hautes eaux et VL
la cote normale de retenue
Volume (ou capacité) Volume total d’eau compris entre la cote normale de V
totale de retenue (m3) la retenue et la cote du lit de l’oued
Surface ou superficie de la Superficie du plan d’eau pour la cote normale de S
retenue (m2) retenue

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

28
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

II-2 CLASSIFICATION DES CENTRALES HYDROELECTRIQUES ET DES


BARRAGES
II-2.1 Classification des Centrales Hydroélectriques
II-2.1.1 Définitions
La production d’électricité est assurée par la conversion en énergie électrique de
l’énergie potentielle et cinétique de l’eau emmagasiné dans une retenue d’un barrage.
Puisque l’énergie cinétique dans la retenue est très faible ou nulle dans la plus part des
stations hydroélectriques, le terme d’énergie cinétique est considéré négligeable. L’énergie
potentielle, EP, d’un certain volume d’eau est le produit de son poids, W, par sa hauteur de
chute h.
E.P. = W h (II-2.1)
Pour un débit Q donné, la puissance électrique produite par transformation de
l’énergie potentielle est alors :
P =ω Q h (II-2-2)
avec, ω : poids volumique de l’eau;
La puissance produite par un aménagement est fonction de la charge ou hauteur de
chute h (Figure II-2.1).

Canal d’amenée
Prise d’eau Chambre de mise en charge
A
B P
C
Conduite forcée
E Canal de restitution
S F

Vue en plan

A
B P C

Hb Ht

S
F

Profil en long

Figure II-2.1 : Aménagement hydrotechnique avec canal


d’amenée à surface libre (Ginocchio, 1959).

h = (Ht, Hb ou Hn) : Hauteur de chute totale (total head), hauteur brute (gross head) ou
hauteur nette (net or effective head) qui sont définit respectivement par :
Ht = zA - zF (II-2.3)

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

29
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

avec, zA : cote de l’eau à la limite d’amont de la courbe de remous dans la retenue ; zF :


niveau de l’eau dans le cours d’eau au point de restitution, c’est à dire à la sortie du canal
de fuite.
Hb = zC – zS (II-2.4)
avec, zC : Hauteur d’eau dans la chambre de mise en charge (c’est à dire à l’entrée des
conduites forcées ou de la prise d’eau ; zS : niveau d’eau à la sortie du tube d’aspiration
(draft tube) c’est à dire à l’origine du canal de fuite.
Hn = HE – HS (II-2.5)
avec, HE : énergie totale de l’eau à l’entrée de la turbine ; HS : énergie totale de l’eau à la
sortie de l’aspirateur.
Ces hauteurs (ou charges) sont liées par les relations suivantes :
Hb = Ht - ∆He (II-2.6)
Hn = Hb - ∆Hc = Ht – (∆He + ∆Hc) (II-2.7)
avec, ∆He : pertes de charge due au remous du barrage (zA – zB), dans l’ouvrage de prise
d’eau, dans le canal d’amenée (zP – zC) et dans le canal de restitution (zS – zF) ; ∆Hc : perte
de charge entre C et E (dans le tronçon où l’écoulement s’effectue en charge).
La puissance nette maximale est celle qui correspond au débit maximal dérivé Qm :
Pnm = ω η Qm H nm (II-2.8)
avec, η : rendement de la turbine;
La puissance disponible à l’arbre de la turbine (ou puissance utile) est une fraction
de la puissance maximale :
Pn = ω η Q H n (II-2.9)
Suivant le système d’unité choisi, la formule (II-2.9) s’écrit comme indiquer dans le
Tableau suivant.
Tableau II-2.1 : Formules de débit suivant le système d’unité choisi.
Système SI Système Anglo-saxon
P(KW) = ω η Q H n / 1000 = 9.806 η Q h P(KW) = ω η Q H n / 738 = η Q H n / 11.8
P(CV) = ω η Q H n / 736 = 13.33 η Q h P(HP) = ω η Q H n / 550 = η Q H n / 8.8
ω = 1000 Kg f/m3 = 9810 N/m3 ω = 64.4 lb/ft3
Q (m3/s) ; h (mce) Q (ft3/s) ; h (ft)

Le Tableau II-2.2 représente les facteurs de conversion des unités de la puissance


utilisées.
Tableau II-2.2 : Conversion de l’unité de puissance
Unité de puissance Conversion
1 Kilowatt (KW) = 1000 J/s
= 1000 N.m/s
= 748 ft-lb/s
1 Cheval Vapeur (CV) ou = 0.736 KW
Horse Power (HP) = 550 ft-lb/s
= 75 Kgf.m/s

Le rapport de la puissance moyenne produite, Wp, à la capacité de la centrale, Wpm,


définit le coefficient de capacité (Capacity Factor), h = Wp/Wpm. Ce coefficient permet
d’évaluer le pourcentage du temps d’utilisation de la capacité totale d’une centrale sur une
base journalière, hebdomadaire ou annuelle.

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

30
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

II-2.1.2 Classification des centrales hydroélectriques


Les centrales hydroélectriques peuvent être classés en 5 types, en fonction de la
capacité de la retenue et de leurs utilisations :
a) Centrale hydroélectrique sans stockage, au fil de l’eau (Run-of-River plants
without Storage)
Dans ce cas, la station n’a pas de retenue de stockage. La génération d’énergie
électrique est totalement dépendante du débit du cours d’eau. Une telle station est
généralement construite pour un autre objectif, tel que la navigation, la production
d’énergie n’étant que secondaire. La rentabilité économique de ce type de station dépend
du débit minimum du cours d’eau. Si ce débit est très faible, il est nécessaire de prévoir
d’autre station à vapeur pour la production d’électricité durant les périodes de faibles
débits.
b) Centrales hydroélectriques à charge minimale (base load hydro plants)
Ce type de centrale ne nécessitent pas également de stockage d’eau. Pour ne pas
avoir recours à d’autres sources de production d’énergie pour satisfaire la demande en
électricité, la centrale est installé sur un cours d’eau qui assure un débit d’étiage
minimum suffisant. La capacité garantie de la station est fixée au dessous du débit
minimum probable du cours d’eau. Cette station doit laisser passer non seulement les
grands débits saisonniers, mais aussi les eaux qu’elle ne peut utiliser durant les heures de
faible demande.
c) Centrales hydroélectriques avec stockage (Run-of-river plants with storage)
L’eau non utilisée pour la production d’électricité, durant les heures de faible
demande est stockée puis utilisée durant les heures de pointes. Ce qui augmente de façon
appréciable la capacité de la station hydroélectrique.
Le stockage peut se faire sur un cycle journalier, hebdomadaire ou saisonnier.
• Dans un cycle journalier, la capacité de stockage nécessaire est inférieure au volume
débité dans la journée.
• Dans un cycle hebdomadaire, le volume stocké durant la faible demande des weekends
permet de répondre aux demandes de pointes de la semaine.
• Dans un cycle saisonnier, les débits des crues importantes sont stockés pour être
utilisés durant les périodes d’étiage. L’augmentation de la capacité peut s’avérer non
économique sauf si la retenue est à usages multiples (protection contre les inondations,
alimentation en eau potable ou l’irrigation. en plus de la production de l’énergie
électrique). C’est le cas des barrages équipés de centrale en Tunisie. Dans ce cas une
partie du coût des investissements sera reprise par les projets d’aménagement
hydroélectrique.
d) Centrales hydroélectriques d’appoint ou de pointes (Peak-load plants)
Ces centrales permettent principalement de satisfaire les demandes pendant les
heures de pointes. Ces demandes peuvent atteindre plusieurs fois celle des heures de la nuit
de consommation minimale, suivant la taille du réseau électrique et du type de
consommateurs desservis. Lorsque la capacité de production est suffisante, une réserve
d’eau relativement faible est suffisante pour répondre à une importante demande durant les
quelques heures de pointes.
Ceci permettra aux sociétés de distribution, comme la STEG (Société Tunisienne
d’Electricité et du gaz), d’utiliser les centrales à vapeur à pleine capacité soit à grand
« capacity factor », là où elles sont les plus rentables, et d’utiliser les centrales
hydroélectriques comme source d’appoint pendant les heures de demandes de pointes.

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

31
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

e) Centrales hydroélectriques avec pompage-turbinage (pumped storage)


Dans ce cas, les grandes quantités d’énergie générées durant les périodes de faibles
demandes quant la capacité de production est disponible sont stockées, pour l’utiliser par la
suite durant les heures de pointes. L’eau est pompée d’un réservoir bas vers un réservoir
plus haut quant la demande est faible suivant la hauteur d’élévation Hp (Figure II-2.2). Au
besoin, l’électricité est produite par une turbine implantée dans un réservoir bas. A cause
des pertes par frottement dans la conduite forcée et les pertes dues aux imperfections du
rendement des pompes et des turbines, les deux tiers seulement, de l’énergie utilisée pour
le pompage de l’eau sont récupérée.

pompe Hp

Ht

turbine

Figure II-2.2 : Principe d’accumulation par pompage (Ginocchio, 1959).

Le bilan d’énergie entre le pompage et le turbinage peut se faire sur la base du jour
ou de la semaine. Mais, sachant le cycle hebdomadaire nécessite un volume de stockage
plusieurs fois supérieur à celui du journalier, le cycle hebdomadaire n’est pas économique
en général.
Dans une centrale où le pompage-turbinage se fait avec un grand coefficient de
capacité pour le transfert d’importantes quantités d’énergie des heures creuses vers les
heures de pointes, la perte d’énergie peut s’avérer non économique. Cet inconvénient des
centrales avec pompage-turbinage, peut être dépassé quand l’eau pompée est utilisée
comme un stockage de secours.
De nos jours, les réseaux électriques modernes nécessitent une réserve alternative
« Spinning reserve capacity». C’est une capacité de production supplémentaire au-dessus
de celle prévue pour satisfaire la demande maximale, et instantanément disponible pour la
génération d’électricité en cas de panne des équipements ou d’augmentation exceptionnelle
de la demande (Figure II-2.3).

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

32
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

3000 3000
P
(MW) Réserve alternative
2500 2500

Puissance hydroélectrique
2000 et de vapeur 2000

1500 1500

1000 1000

500 500
Puissance de vapeur

0 0

12 12 12 12 12 12 12 12
Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche Lundi Mardi t (h)

Figure II-2.3 : Exemple de fluctuation journalière de la demande


d’énergie électrique (d’après Civil Eng. Handbook).

II-2.2 Classification des barrages


Parmi les diverses classifications possibles, nous retiendrons les deux suivantes :
d’après la fonction et la structure et suivant le type de matériaux constituant la digue, le
mode de résistance à la poussée de l’eau et le procédé de construction (Ginocchio, 1959).
II-2.2.1 Classification des retenues d’après les utilisation diverses de l’eau
D’après les possibilités d’accumulation de la retenue, nous distinguons les barrages
d’exhaussement et barrages d’accumulation. Cette classification est liée avec celle adoptée
pour les aménagements hydroélectriques (voir paragraphe II-2.1).
Les barrages qui jouent seulement un rôle d’exhaussement sont principalement
ceux des aménagements de basse chute (Hn < 30 m ; Hn hauteur de chute nette)
généralement situés en basse vallée, comme le barrage Laroussia sur la Medjerdah.
L’exhaussement est caractérisé par la hauteur de retenue maximale, hm, différence entre la
cote du plan d’eau à la retenue normale au droit du barrage et la cote du fond du cours
d’eau au point le plus bas de celui-ci dans la section occupée par le barrage.
Les barrages d’accumulation sont ceux des aménagements de moyenne
(30<Hn<200m) et de grande hauteur (Hn >200 m), généralement situé en haute vallée. En
Tunisie, tous les barrages déjà construits ont des hauteurs inférieurs à 100 m ; ils ne sont
donc pas des barrages d’accumulation de grande hauteur et seulement quelques uns sont
équipés de centrale hydroélectriques (Tableau I-3.1). Les barrages d’accumulation peuvent
avoir des buts ou utilisations différentes et souvent multiples :
a- stockage des eaux pour usage unique : eaux potables (Bni Mtir) ; Irrigation (Bou
Hertma) ; Protection contre les crues : Merguellil, Zeroud ; Production d’énergie
hydroélectrique Mellègue,
b- Usages multiples : eau potable ; irrigation ; énergie hydroélectrique et protection
contre les crues (Sidi Salem)

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

33
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

II-2.2.2 Classification des retenues d’après la structure


Suivant la structure du barrage, nous pouvons distinguer les barrages fixes et
barrages mobiles. Les barrages fixes créent une obstruction pratiquement invariable du lit
du cours d’eau sur lequel ils sont construits. Les barrages mobiles, au contraire,
comprennent des éléments amovibles (bouchures mobiles) qui permettent de faire varier
l’obstruction créée dans le cours d’eau et, par suite, de régler le niveau du plan d’eau en
amont en fonction du débit (voir section II-5).
II-2.2.3 Classification des barrages selon le type de matériaux et le mode de résistance
à la poussée de l’eau
Les barrages sont souvent classés sur la base du type de matériaux de construction
ou sur la méthode de résistance à la pression de l’eau. Les principaux types de barrages
sont :
• Barrages rigides (en matériaux assemblés)
• Barrages poids (gravity dams)
• Barrages voûtes (arch dams)
• Barrages à voûtes multiles (multiple arch dams)
• Barrages à contreforts (bouttress dams)
• Barrages en remblais (en matériaux non assemblés) (embankment dams)
• Barrages en terre (earth dams)
• Barrages en enrochement (rock-fill dams)
Ces différents types de barrages seront étudiés en détail dans la section II-4 et 6
suivantes.
II-2.2.4 Autres classifications des barrages
Plusieurs autres types de classification des barrages existent, nous présenterons
quelques une dans ce qui suit.
Selon que les matériaux constituant la digue sont liés ou meubles on parle de
barrage souples ou barrages rigides. Les barrages souples sont parfois appelés aussi,
barrage en remblais « embankment dams ».
Selon le procédé utilisé lors de la construction, on distingue les barrages construits
à sec et les barrages construits dans l’eau.
On distingue aussi, les barrages submersibles et les barrages insubmersibles. Les
barrages en terre sont de nature insubmersibles, sachant qu’une submersion même à faible
débit implique une quasi certitude d’une destruction rapide.
On parle aussi, de barrages provisoires et de barrages définitifs. Les barrages
provisoires ou batardeaux « cofferdams », ont une utilité temporaire, ils sont souvent
construits pour permettre ou pour faciliter la construction d’ouvrages définitifs. Les
barrages définitifs sont destinés à rester en service pour la durée de vie de l’ouvrage qui
peut s’étendre à des dizaines ou même à des centaines d’années moyennant un entretien
convenable.
Les barrages de hauteur inférieure à 100 m, sont appelés barrages ordinaires, les
autres sont appelés barrages de grandes hauteurs (le barrage d’Aswan en Egypte, par
exemple). Tous les barrages construits en Tunisie sont des barrages ordinaires, localement
classés en Grands barrages, barrages collinaires et lacs collinaires, comme avancé au
chapitre I (section I-1).
Selon la nature de matériaux de la digue et des terrains d’assise et selon la hauteur
de l’ouvrage on distingue 4 classes (voir Tableau II-2.3) :

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

34
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

Tableau II-2.3 : Classification des barrages selon la nature de matériaux de la


digue et des terrains d’assise et la hauteur de l’ouvrage
Ouvrage de Terrains d’assise Hauteur de l’ouvrage pour la classe
retenue IV III II I
* Rocheux 25 25-70 70-100 100
Barrages en terre * Sableux, de grosses pierres, 15 15-35 35-75 75
et en enrochement argileux compacts
* Argileux bien saturé en état 15 15-25 25-50 50
plastique
Barrages en * Rocheux 25 25-60 60-100 100
béton, béton armé * Sableux, de grosses pierres, 10 10-25 25-50 50
et ouvrages argileux compacts
annexes * Argileux bien saturé en état 10 10-20 20-25 25
plastique

II-3 CHOIX DU SITE ET DES CARACTERISTIQUES D’UN BARRAGE


Le choix du site et des caractéristiques géométriques (hauteur et formes) d’un
barrage doit être effectué en fonction des conditions suivantes :
- Conditions topographiques
- Conditions géologiques
- Conditions hydrologiques
- Conditions relatives à la géographie humaine
Le choix du type d’ouvrage dépend également de ces différents facteurs ainsi que
des conditions économiques relatives à l’exécution des travaux.
II.3.1 Conditions relatives à la topographie
La recherche d’un emplacement de barrage est précédée des opérations suivantes :
- Etablissement d’une carte à grande échelle avec courbes de niveau dressée, en général,
par procédé photogrammétrique
- Recherche de verrous (ou gorges) et de cuvette sur cette carte qui, pour un barrage fixe,
doivent remplir les conditions suivantes :
a) largeur du verrou la plus faible possible pour réduire le volume de la digue par mètre
de dénivellation
b) Capacité la plus grande possible pour une hauteur donnée de la cuvette située en amont
du barrage d’accumulation.
La qualité d’un site de barrage d’accumulation peut être caractérisée par le volume
d’eau accumulé par m3 de digue (m3 de béton du barrage), ou encore par le nombre de
KWh accumulés par m3 de digue.
II-3.2 Conditions géologiques
Les roches et les sols de la zone de fondation de l’ouvrage et de la cuvette doivent
présenter des caractéristiques satisfaisantes en ce qui concerne :
a- la stabilité du barrage
b- l’étanchéité de la retenue
II-3.2.1 La stabilité du barrage
En ce qui concerne la stabilité de l’ouvrage, le terrain de fondation doit présenter
les qualités essentielles suivantes :
- faible degré de broyage et d’altération
- faible compressibilité

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

35
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

- grande résistance à l’écrasement


La recherche de ces caractéristiques est réalisée grâce aux moyens suivants :
a) Travaux de reconnaissance
b) Procédés géophysiques
a) Travaux de reconnaissance
Les travaux de reconnaissance ont pour but de reconnaître la topographie du rocher
en place, la nature du terrain, sa structure, son degré d’altération (faible, diaclases) et de
déterminer sa résistance mécanique.
Les différents procédés utilisés sont les suivants :
- Décapage de la zone d’implantation de l’ouvrage
- Percement de galerie et de puits dans les versants ou sous l’emplacement de l’ouvrage
- Sondage aux rails : enfoncement de barre métallique (composée par exemple, de rails
éclissés) jusqu’au contact du rocher en place (bed-rock)
- Sondage mécanique vertical ou rayonnant (Figure II-3.1) : carottage (échantillon
cylindrique de roches) à des profondeurs sur plusieurs dizaines de mètres.

471 m
Crête de retenue

RG RD

Alluvions

387 m Echelle
0 10 20 30 40 50

Figure II-3.1 : Sondage mécanique vertical et rayonnant


(Ginocchio, 1959).

La durée des campagnes de reconnaissance est quelquefois très longue : des années
voir même des dizaines d’années (ex. Barrage Serre-Ponçon 1913-1947 pour 6500 m de
perforation).
b) Procédés géophysiques
Mesures de certaines caractéristiques physiques des rochets et des sols telles que :
vitesse du son et résistance ohmique à partir desquelles on peut déterminer les grandeurs
caractérisant la déformation et la résistance mécanique des roches de fondations.
Rappelons que le module d’élasticité E d’un matériau caractérise sa compressibilité, c’est-
à-dire sa déformation sous l’action d’une contrainte ; sa valeur est d’autant plus grande que
le matériau est moins compressible et la roche de fondation est ainsi d’autant plus
satisfaisante. Suivant la vitesse d’application des contraintes, nous distinguons le module
d’élasticité statique et dynamique :

1) Module statique Es : peut être mesuré par deux méthodes :

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

36
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

- Déformation d’une cavité : on crée une cavité cylindrique de diamètre d dans la roche ;
on introduit de l’eau sous pression dans cette cavité et on mesure la variation ∆d du
diamètre du cylindre produite par une pression p :
pd
∆d = (1 + µ ) (II-3.1)
Es
- Méthode de poinçonnement : elle consiste à charger le terrain sur une surface circulaire
au moyen d’un vérin et mesurer les enfoncements sur les bords et au centre.
Les valeurs de Es varient entre 25 000 < Es < 300 000 Kg/cm2 (respectivement pour
schistes verts et schistes cristallins de bonne qualité).
2) Module dynamique Ed : mesuré par la méthode sismique des vitesses de propagation
d’ondes de pression longitudinales Vl et transversales Vt produites par une explosion. Ces
vitesses permettent le calcul de Ed et µ, le coefficient de Poisson.
Ed 1− µ Ed 1
Vl = Vt = (II-3.2)
ρ (1 + µ )(1 − 2µ ) ρ 2 (1 + µ )
ρ étant la masse volumique de la roche
La mesure du temps de propagation est réalisée au moyen de sismographes. Le
module Ed est en général, supérieur au module statique Es.
La méthode sismique permet également de déterminer l’épaisseur d’une couche
rocheuses surmontant une couche de nature différente par mesure des temps de
propagation (méthode par réfraction, méthodes par réflexion).
II-3.2.2 Etanchéité de la retenue
L’étanchéité d’une retenue dépend de la perméabilité des terrains constituant le sol
de fondation du barrage et la cuvette : ces terrains sont en effet soumis à la pression
correspondant à la hauteur d’eau dans la retenue du barrage et peuvent être traversés par
des débits importants.
a) Définitions
La perméabilité d’un milieu poreux mesure son aptitude à laisser s’écouler les
fluides en son sein. L’eau chemine dans les pores du milieu sous l’effet de la pression : le
débit à travers une section donnée est d’autant plus faible que les frottements sont plus
grands (pores de dimension plus petites). Considérons un milieu poreux homogène et
isotrope à travers lequel s’écoule un liquide à débit constant Q (Figure II-3.2).

∆h

h1
h2
e
z2

z1 Q
z=0

Figure II-3.2 : Expérience de Darcy


Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

37
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

La loi de Darcy permet d’exprimer la vitesse moyenne de l’écoulement U à travers


un milieu poreux par la relation :
dh
U = K I = −K (II-3.3)
dl
Avec, K : coefficient de perméabilité ; les ordres de grandeur du coefficient de
perméabilité K sont les suivants : K sable siliceux 10-3 à 10-4 m/s ; K argile 10-7 m/s.; I
gradient de pression (perte de charge/longueur d’infiltration) ; h est la charge
piézométrique (h = z + P/ρ g).
Cette loi exprime que la vitesse de percolation est positive dans la direction des
charges décroissantes. Elle permet de déterminer la forme de la surface libre de la nappe
d’eau infiltrée dans un massif (surface de saturation), celle des lignes de courant et le débit
d’infiltration à travers le massif. L’analogie de la forme de la loi de Darcy avec la loi
d’Ohm permet d’utiliser des modèles en analogie électrique pour tracer les lignes de
courant et les lignes équipotentielles. Avec les moyens informatiques modernes, ces lignes
peuvent être déterminer directement par la résolution de l’équation de Laplace des
écoulements potentiels plans.
b) Méthodes de mesure de la perméabilité
Les méthodes de mesure du coefficient K diffèrent suivant que le terrain est formé
de roches consistantes ou de terrains alluvionnaires.
b1) Roches consistantes
La perméabilité est, en général, mesurée sur place par l’essai « Lugeon » ; Mesure
sur site par injection d’eau sous pression constante et mesure du débit absorbé par unité de
longueur de forage.
b2) Terrains alluvionnaires
La perméabilité est mesurée par des essais en laboratoire ou des essais sur place :
* Essais en laboratoire : Une carotte de sol de section S est placée dans un tuyau sous
pression constante et on mesure le débit Q à travers celle-ci pour une perte de charge
linéaire I. La loi de Darcy donne :
Q
K= (II-3.4)
SI
* Essais sur site : indispensable pour les matériaux constitués de grains pas très fins, car un
échantillon de faibles dimensions n’est pas suffisamment représentatif. Méthode de
rabattement de la nappe : pompage et détermination de la forme de la surface libre de la
nappe rabattue au moyen de tubes piézométriques (Figures II-3.3 et II-3.4).
- Nappe libre (la surface libre de la nappe est à la pression atmosphérique et l’aquifère
n’est pas saturé sur toute son épaisseur) :
En supposant que toutes les vitesses horizontales dans une tranche verticale de la
nappe sont égales (hypothèse de Dupuit) et que les vitesses verticales sont négligeables, le
débit Q pour un écoulement permanent, peut être calculer par (Figure II-3.3) :
Π K (H 2 − h 2 )
Q= (II-3.5)
log( D / d )
avec, Q : débit ; K : coefficient de perméabilité ; H : hauteur totale de l’eau à partir du fond
du puit jusqu’à la surface libre sans influence du pompage ; h = H – s avec s le rabattement
de la nappe ; D : diamètre du cylindre d’action ; d : diamètre du puit.
Cette formule qui n’est valable que dans les zones assez éloignée de la nappe
permet de déterminer la perméabilité du milieu poreux en mesurant le débit, H(D), h et d.

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

38
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

D
Q
d

r s

Aquifère
H
h

Couche imperméable

Figure II-3.3 : Schéma de calcul du débit d’une nappe libre


(d’après Civil Eng. Handbook).

- Nappe artésienne (C’est une nappe captive ,la surface libre est a une pression
supérieure à la pression atmosphérique, la surface piézométrique est au-dessus de la
surface topographique, Figure II-3.4) : Le débit pour un écoulement permanent, à partir
d’un puit artésien est donné par :

2 Π K e ( H − h)
Q= (II-3.6)
log( D / d )
avec, e est l’épaisseur de l’aquifère confiné.

H
Couche imperméable

K e
Aquifère

Couche imperméable

Figure II-3.4 : Schéma de calcul du débit d’une nappe artésienne


(d’après Civil Eng. Handbook).

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

39
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

c) Etude géologique
Vise la détermination des possibilités de fuite : à l’aval du barrage, dans la vallée
barrée ou dans une autre vallée de niveau inférieur. L’importance des fuites dépend de la
nature géologique des terrains traversés. Les terrains peuvent être :
* Perméables en petit (terrains alluvionnaires) : les résurgences se produisent, en général, à
une distance suffisamment grande à l’aval du barrage pour que le débit de fuite soit
acceptable. Les fuites sont importantes dans le cas d’un lit fossile, lits anciens recouverts
par des alluvions (2.8 m3/s pour le barrage Sautet).
* Perméables en grand : roches solubles
II-3.3 Conditions hydrologiques
a) Superficie du bassin versant : l’alimentation du réservoir doit assurer son
remplissage en année hydrologique moyenne
b) Débit solide : important pour fixer la capacité utile de la retenue et la cote de la
prise d’eau.
II-3.4 Conditions relatives à la géographie humaine
a) Retenue normale et retenue exceptionnelle : (Qmoyen et Qcrue max) : courbes de
remous correspondantes, habitations, routes, voies ferrées, cultures, sites
protégés, ouvrages d’art, irrigation, pèche, ...
b) Agglomération et terres cultivées : expropriation/déplacements
c) Voies de communication : déviations routes, voies ferrées, conduites...
d) Navigation intérieure : à maintenir,
e) Débit réservé – réservoir de compensation : Qmin, échelles à poissons, ex.
Laroussia/Sidi Salem pour régler le débit aval.

II-4 TRAVAUX D’OUVRAGES HYDROTECHNIQUES


II-4.1 Sujétions communes
Les actions préliminaires à entreprendre comprennent :
1- Approvisionnement des matériaux : assurer des cadences de production et
de mise en place atteignant plusieurs milliers de m3 par jour pour un barrage en béton,
plusieurs dizaines de milliers de m3 par jour pour une digue en terre.
2- Installation du matériel de chantier : le plus proche possible de l’ouvrage
pour réduire le plus possible les dépenses de transport et de mise en place de matériaux
3- Logement du personnel : cités d’habitation et constructions collectives
(écoles, services administratifs, service sanitaires)
II-4.2 Dispositions constructives
Les diapositives constructives communes aux différents types d’ouvrages
concernent :
- les procédés de construction en lit de rivière
- les procédés d’étanchement et de consolidation des fondations
II-4.2.1 Procédés de construction en lit de rivière
Le premier stade dans la construction d’un barrage consiste essentiellement à
réaliser une obstruction (ou coupure) du lit du cours d’eau en vue d’assurer la réalisation
des travaux de fondations de l’ouvrage. Cette obstruction doit satisfaire les critères
suivants :

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

40
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

- en cas de crue, la surélévation du plan d’eau en amont ne doit pas causer des
submersions supérieures à celles en absence de l’ouvrage et essentiellement dans les
zones habitées ou industrielles,
- la vitesse de l’eau sur le fond ne doit pas provoquer des affouillements du lit
- si le cours d’eau est navigable, la vitesse de l’eau dans les canaux de navigation ne doit
pas dépasser une certaine valeur maximale.
Pour remplir ces conditions, deux méthodes de coupure principales sont utilisées :
- Méthode des empiétements successifs sur le lit (la coupure du cours d’eau constitue la
phase finale)
- Méthode de la dérivation provisoire (la coupure du cours d’eau est réalisée à la phase
initiale)
a) Méthode des empiétements successifs sur le lit
Cette méthode est utilisée lorsque le lit est assez large en vue de réduire la vitesse
de l’écoulement. L’ouvrage est construit en obstruant successivement certaines parties du
lit du cours d’eau :
- soit par des enceintes de batardeaux, souvent métallique, telle que (ABCD) et (EFGH)
à l’intérieur desquelles, l’ouvrage est construit en eau morte ou par épuisements
(Figure II-4.1).
- soit par la construction de l’ouvrage en eau courante par fondation à l’air comprimé. La
fondation à l’air comprimé est réalisée en général par caissons perdus qui sont foncés
successivement pour que l’obstruction du lit soit la plus faible possible.

Ouvrages en construction
E H

F G
Enceintes de batardeaux
B C

A D

Figure II-4.1 : Construction par empiétements


successifs sur le lit (Ginocchio, 1959).
La Figure II-4.2 résume les quatre phases essentielles de construction du barrage
Rochemaure sur le Rhône.

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

41
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

Navigation 1ère phase :


- piles 3 et 5 par fondation à
1 2 3 4 5 6 7
l’air comprimé.
- la culée 1, la pile 2 et les
radiers entre la culée 1 et la
B1
RD pile 3 dans l’enceinte B1
RG
- La navigation passe entre
les piles 3 et 5.
Navigation 2ème phase :
1 2 4 5
- la culée 7 et le radier entre
3 6 7
les ouvrages 5 et 7 dans
l’enceinte de batardeaux
B2 B2.
- La navigation passe par
les piles 3 et 5.

Navigation
3ème phase :
1 2 3 4 5 6 7
- les piles 3 et 5 l’enceinte
de batardeaux B3
B3 - La navigation passe par
les piles 5 et 7.

Navigation : Interrompue 4ème phase :


10 jours par le canal
- barrage provisoire entre
1 2 3 4 5 6 7
les ouvrages 5 et 7 coupé
par un batardeaux B4.
- la navigation passe par le
B4
canal de dérivation
préalablement aménagé.

Figure II-4.2 : Phases de construction du barrage de Rochemaure sur le


Rhône (Ginocchio, 1959).

b) Méthode de la dérivation provisoire


Elle est employée notamment lorsque le lit est relativement étroit et ne peut, être
obstrué partiellement par une enceinte de batardeaux ou par un caisson ; c’est le cas aussi
des cours d’eau avec fond rocheux rendant difficile l’enfoncement de palplanches.
La zone dans laquelle le barrage sera construit est mis à sec par des batardeaux
amont et aval et les eaux stockés derrière le batardeau amont sont alors dériver dans un
canal à ciel ouvert ou une galerie (Figure II-4.3). Ce canal peut être transformé après la
construction du canal en ouvrage de vidange de fond ou de dévasement (cas du barrage
Sidi Salem).

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

42
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

Figure II-4.3 : Méthode des dérivations provisoires (Ginocchio, 1959).

II-4.2.2 Procédés de coupure d’un cours d’eau


La coupure d’un cours d’eau est réalisée par l’un des procédés ci-après :
a- Coupure par pierres lancées : la construction peut être réalisée soit à l’avancement (en
partant de l’une des berges) ou par couches horizontales successives (les deux berges
simultanément)
b- En béton ou en gabion par procédés classiques (lorsque le débit du cours d’eau descend
à des valeurs très faibles, de l’ordre de 1 m3/s)
c- Par « bloc basculé » qui consiste à construire sur une rive un bloc de béton dont une
face reproduit le profil en travers du lit de la rivière et à provoquer le basculement de
ce bloc. C’est le cas du barrage d’Assouan.
II-4.3 Etanchéité et consolidation des fondations
La fondation d’un ouvrage devrait présenter la plus grande étanchéité possible.
Souvent, il est nécessaire de procéder à l’étanchement des roches et sols de fondations par
un traitement particulier suivant la nature de la fondation.
II-4.3.1 Fondations sur roches consistantes
Le traitement consiste à réaliser des écrans étanches en injectant dans la roche un
coulis constitué de produits susceptibles d’obturer les fissures (cas du barrage Zouitina).
Les produits utilisés : ciment, argile, silicate de soude, aluminate de soude ou produits
bitumineux. La mise en œuvre se fait par injection à l’air comprimé ou par pompage par
des forages de 5 à 10 cm de diamètre et sous une pression de l’ordre de 20 bars à raison de
50 à 150 Kg/ml de forage. Les écrans réalisés peuvent comprendre :

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

43
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

- Un voile principal qui prolonge vers le bas le parement amont de l’ouvrage et sa


profondeur de l’ordre du tiers de celle du barrage
- Voile au large sur la rives gauche et droite qui prolonge le voile principal au-delà des
appuis du barrage ; son but est de limiter les pertes d’eau par contournement,
- Injection de liaison permettant d’assurer une bonne liaison entre la base du barrage et le
rocher et réaliser l’étanchéité l’ouvrage et voile principal.
II-4.3.2 Fondations sur terrain meubles
Les travaux d’étanchéité ont pour but d’empêcher la percolation qui peut
compromettre la stabilité de l’ouvrage et d’entraîner des pertes d’eau importantes. Les
ouvrages réalisés sont des écrans imperméables verticaux descendu ou non jusqu’au
rocher. Ces écrans peuvent être réalisés par l’un des procédés suivants :
- Digues en terre : écrans imperméables verticaux arrivant ou pas au rochet
- Murs en béton
- Rideaux de palplanches métalliques
- Rideaux de pieux forcés
- Rideaux d’injection

II-5 ACTIONS ET REMEDES DES OUVRAGES HYDRAULIQUES


Nous avons vu qu’un barrage est un ouvrage qui retient les eaux contre une de ses
faces à un niveau supérieur à celui qui règne sur l’autre face. Si un barrage exerce une
action sur le niveau des eaux, ce niveau exerce une action réciproque sur le barrage. Cette
action se manifeste sous diverses formes.
II-5.1 Actions
Ces actions peuvent compromettre la fonction du barrage dans le stockage des eaux
et peuvent conduire à la destruction du barrage à une échéance plus ou moins rapide.
Les actions de l’eau et leurs effets sont consignées dans le tableau II-5.1. L’examen
de la dernière colonne de ce tableau montre que les trois accidents à redouter sont :
1- Dislocation ou la destruction du corps ou du radier du barrage (Figures II-5.1 a et b)
2- Pertes importantes d’eau empêchant le barrage de remplir sa fonction qui est de retenir
les eaux (Figure II-5.1 c)
3- Déplacement d’ensemble d’une portion importante du corps ou radier du barrage par
basculement ou par glissement (Figure II-5.1 d)
Les pertes d’eau sont toujours dommageables : dans un barrage pour des usages
utiles, toute perte correspond à un manque à gagner ; dans un batardeau ou une digue de
protection contre les inondations, le pompage des fuites risque d’entraîner des dépenses
supplémentaires importantes. Suivant la forme d’un ouvrage particulier, les actions A, B, C
et D énumérées dans le Tableau II-5.1 constitueront pour lui des dangers plus ou moins
sérieux.
II-5.2 Remèdes
Les remèdes indiqués dans la troisième colonne du tableau II-5.2, intéressent :
1- Un choix judicieux des dimensions et des formes du barrage permet de s’opposer à sa
dislocation et à son déplacement d’ensemble.
2- La construction du barrage avec des matériaux appropriés peut s’opposer à sa
destruction, à son déplacement d’ensemble, et aux pertes d’eau.
3- La liaison du barrage avec le sol avoisinant et l’aménagement de celui-ci permet de
lutter contre la pénétration de l’eau dans le terrain avoisinant au barrage, et aussi contre
les effets destructeurs de l’eau qui franchit le barrage, ces deux actions étant

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

44
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

répertoriées sous les lettres C et D dans le Tableau II-5.2. La Figure II-5.2 montre
comment la présence d’un écran d’étanchéité horizontal peut allonger le parcours des
particules fluides (la flèche en pointillé correspond au cas sans écran).
4- Accrochage dans le sol : Cet accrochage peut être réalisé au moyen d’ancrages : fer
ronds ou câbles d’acier travaillant à la traction à condition que le sol de fondation est
un rochet compact (ex. Barrage Mellègue).

A1 B2

B1
A2 B3

a) : Barrage disloqué par la b) : Barrage disloqué par la


pression amont percolation de l’eau

Maçonnerie

C3

C2 C1

c) : Barrage contourner par dessous

D2

D1
D3

d) : Déversement de l’eau sur un barrage

Figure II.5.1 : Actions de l’eau sur les barrages et leurs abords


(d’après Aubert, 1949).

Figures II.5.2 : Allongement du contournement sous un


barrage (d’après Aubert, 1949).

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

45
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

Tableau II-5.1 : Actions de l’eau classées d’après leur origine (Aubert, 1949).
Origine des actions de l’eau Mécanisme des actions Conséquences dommageables pour la fonction du
de l’eau barrage et pour sa conservation
Les pressions exercées A1 Pressions exercées par l’eau sur les surfaces de
A. Pression sur les faces amont et maçonnerie avec lesquelles elle est
exercée sur la aval engendrent des normalement en contact, pouvant entraîner la
surface du efforts dans les dislocation du barrage ou le déplacement
barrage (Figure diverses parties de d’ensemble d’un portion importante de celui-ci.
II-5.1 a) l’ouvrage
Du fait des pressions B1 Perte d’eau
Actions exercées sur la surface B2 Efforts dus à la pression statique d’amont à
statiques du barrage, l’eau tend l’intérieur des maçonneries et pouvant entraîner
à s’infiltrer dans les la dislocation
B. Pénétration dans maçonneries en B3 Délavage des maçonneries amenant leur
le corps ou le cheminant soit dans appauvrissement en liant (érosions internes des
radier du les pores de celles-ci, maçonneries) et pouvant entraîner leur
barrage (Figure soit dans les fissures destruction, par combinaison avec d’autres
II-5.1 b) (qui peuvent être actions.
préexistantes ou
résulter du
cheminement lui-
même)
Tendance au C1 Perte d’eau
contournement du C2 Pressions exercées par l’eau sur certaines faces
barrage, au travers des du barrage en contact avec le sol, par suite de
terrains environnants, l’infiltration et du cheminement de l’eau dans
soit par-dessous le le terrain. Ces pressions peuvent contribuer à la
C. Pénétration dans corps ou le radier du dislocation du barrage ou à son déplacement
le terrain barrage, soit par d’ensemble.
avoisinant derrière ses ancrages C3 Délavage du sol avoisinant par entraînement
(Figure II-5.1 c) latéraux dans le terrain progressif de matériaux (érosion interne), avec
en place. comme conséquence ultime :
- soit une perte d’eau telle que le barrage ne
remplit plus sa fonction
- soit la destruction du barrage par dislocation
ou déplacement d’ensemble, par suite de la
disparition partielle du terrain servant d’appui
aux maçonneries.
Si le bief amont est D1 Frottement sur les maçonneries de l’eau et des
alimentée en eau, matériaux entraînés par elle, exerçant une usure
l’arrêt de l’écoulement des maçonneries qui peut se prolonger jusqu’à
provoqué par le la destruction du barrage
barrage entraîne une D2 Efforts exercés par les masses d’eau en
accumulation sur sa mouvement au contact du barrage, tels que
face amont. Le niveau pressions tant statique que dynamiques,
Actions D. Franchissement des eaux s’élevant dépressions entraînant des effets de succion ou
dynamiques de l’obstacle progressivement, elles même des vibrations, ces diverses actions
(Figure II-5.1 d) finissent par pouvant amener la dislocation ou le
s’échapper soit en déplacement du barrage.
submergeant la crête D3 Actions du courant d’eau sur le sol en amont et
du barrage soit au en aval ou sur les cotés du barrage pouvant
travers d’orifice provoquer un entraînement de matériaux
prévus et aménagés à (érosion superficielle) susceptible de se
cet effet. traduire :
Un écoulement d’eau - soit par le contournement du barrage (perte
se produit et entraîne d’eau),
un certain nombre - soit par la destruction de celui-ci (dislocation
d’actions dynamiques. ou déplacement d’ensemble) par disparition
partielle du terrain d’appui.

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

46
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

Tableau II-5.2 Actions de l’eau classées d’après leurs conséquences avec l’indication
des remèdes à employer (Aubert, 1949).
Conséquences Causes qui les provoquent Remèdes à employer pour résister
dommageables aux diverses causes de destruction
1- Pressions exercées par l’eau sur les Dimensions et formes appropriées
surfaces de maçonnerie avec lesquelles (A1, C2, B2, C3, D3, D2, B3 et
elle est normalement en contact (A1). D1)
2- Pressions qui, du fait de l’infiltration Armatures métalliques (A1 et B2)
de l’eau à travers le terrain, viennent Diminution de la porosité du
s’exercer sur certaines surfaces de barrage (B2 et B3)
maçonnerie en contact avec celui-ci (C2). Amélioration de la résistance à
3- Pressions qui s’établissent à l’intérieur l’usure des maçonneries ou
Dislocation ou destruction des maçonneries du fait de l’infiltration exécution d’un revêtement
du corps ou du radier du des eaux d’amont (B2). protecteur (D1)
barrage (Figures II-5.1 II- 4- Disparition par érosion (interne ou Exécution sur le sol ou dans le sol
5.2) externe) d’une partie du terrain d’appui, d’un rideau étanche relié au
ce qui engendre des efforts de barrage (C2, C3 et D3)
cisaillement et de flexion (C3 et D3). Exécution d’un revêtement
5- Efforts exercés par les masses d’eau en protecteur du sol (C3 et D3)
mouvement en contact du barrage (D2).
6- Approvisionnement en liant, ce qui
réduit la résistance des maçonneries aux
divers efforts qu’elles supportent (B3)
7- Usure superficielle des maçonneries
due aux frottements, ce qui réduit leur
résistance dans des conditions analogues
(D1)
1- Pressions exercées par l’eau sur les Dimensions et formes appropriées
surfaces de maçonnerie avec laquelle (A1, C2, C3, D3 et D2)
elle est normalement en contact (A1) Amélioration du poids spécifique
2- Pressions qui, du fait l’infiltration de des maçonneries (A1 et D2)
l’eau à travers le terrain, viennent Ancrages travaillant à la traction
s’exercer sur certaines surfaces de contre le danger de
Déplacement d’ensemble par maçonnerie en contact avec celui-ci basculement et de glissement
basculement ou glissement (C2) (A1, C2, C3, D3 et D2)
(Figure II-5.1) 3- Disparition par érosion (interne ou Ancrages travaillant au
externe) d’une partie du terrain cisaillement contre le danger de
d’appui, ce qui provoque la glissement (A1, C2, C3, D3 et
suppressions de certaines pressions D2)
(poussées en butées) ou de certains Exécution sur le sol ou dans le sol
frottements favorables à la stabilité d’un rideau étanche relié au
(C3 ou D3) barrage (C2, C3 et D3)
4- Efforts exercés par les masses d’eau Exécution d’un revêtement
en mouvement au contact du barrage protecteur du sol (C2 et D3)
(D2)
1- Infiltration à travers le corps ou le Dimensions et formes appropriées
radier du barrage (B1) (B1, C1, C3 et D3)
2- Infiltration à travers le sol avoisinant Diminution de la porosité du
Perte d’eau (C1) barrage (B1)
(Figures II-5.1 et II-5.2) 3- Déchaussement ou contournement Exécution sur le sol ou dans le sol
du barrage à la suite d’une érosion d’un rideau étanche relié au
interne ou externe (C3 et D3) barrage (C1, C3 et D3)
Exécution d’un revêtement
protecteur du sol (C1, C3 et D3)

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

47
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

II-6 BARRAGES RIGIDES (EN MATERIAUX ASSEMBLES)


Ils regroupent les barrages poids, contreforts, voûte, et voûtes multiples qui
différent les uns des autres par la forme de l’ouvrage. La construction de ces barrages est
presque toujours réalisée en utilisant le béton (la maçonnerie de moellons est de moins en
moins employée). Le béton utilisé dans la construction des barrages rigides est constitué de
gros éléments de dimensions inférieures à 250 mm. Le choix de gros éléments présente
deux avantages : résistance à la rupture par compression, σr, plus grande (σr
proportionnelle à la racine cinquième des dimensions des plus gros agrégats) et prix réduit
des installations de concassage.
Une comparaison des dosages types des bétons de masse, de parement et ordinaire
des autres parties (déversoirs, supports de vannes des évacuateurs, galeries, bâtiments des
usines hydroélectriques etc...) est donnée dans le tableau suivant :
Tableau II-6.1 : Dosage type du béton des ouvrages hydrauliques
Composants Béton de masse Béton de Béton ordinaire
(Kg/m3) parement (Kg/m3) (Kg/m3)
Ciment 250 300 300
Sable (0-2) mm 330 300 -
Sable (0-4) mm 170 150 800
Gravillon (12-25) mm 565 565 1800
Pierre (70-150) mm 1070 1070 -
Eau 150 155 160

La résistance à la rupture par compression σr, d’un béton à gros agrégats au dosage
en ciment de 2500 Kg/m3 peut être caractérisé par les valeurs suivantes : 250 daN/cm2 à 90
jours et 300 daN/cm2 à un an.
Les contraintes admissibles σc (valeurs maximales des contraintes calculées) ont été
sans cesse accrues depuis que l’on utilise le béton dans la construction des barrages. Par
exemple, en France, σc a passée de 25 daN/cm2 en 1935 à 100 daN/cm2 en 1955. Soit des
coefficients de sécurité, σr/σc, de plus en plus faibles.
La fabrication et la mise en place du béton au barrage comprend les étapes
suivantes :
- Extraction des agrégats (carrières, cours d’eau, plages, ...)
- Concassage, criblage et lavage des agrégats sur site
- Fabrication des bétons : usine à béton comprenant essentiellement (silos à agrégats +
cuve à ciment + doseurs + trémie de remplissage + bétonnières + trémies à béton)
- Mise en place des béton (blondins ou transporteurs à câbles, grues, et pompes de
bétonnage).
Le contrôle de la qualité des bétons est réalisé dans un laboratoire de chantier ; il
comporte, en général, l’essai de rupture par compression d’échantillons en forme de cubes
de 20x20 cm de coté, confectionnés spécialement ou de carottes cylindriques prélevées
dans la masse de l’ouvrage.
II-6.1 Barrages poids ou « gravité » (gravity dams)
Ce sont des barrages en béton ou en maçonnerie qui résistent aux forces auxquelles
ils sont soumis, entièrement par leur poids propres. En pratique, le parement amont
présente un léger fruits (m ≅ = H/V = 0.05) et la somme des fruits des parements amont et
aval est voisine de 0.75. L’engraissement du profil permet l’établissement d’un passage en
crête avec une largeur de 4 à 6 m. Enfin, le parement amont présente, en général, une

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

48
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

forme cylindrique pour éviter que des contraintes de traction ne prennent naissance dans le
béton au voisinage de ce parement ; dans ce cas le barrage se comporte comme une voûte
travaillant à la compression. Dans certains cas, le parement aval présente une forme en
marches d’escalier pour des raisons de coffrage et de construction.
II-6.1.1 Forces agissant sur un barrage poids
La recherche des conditions de stabilité des ouvrages et le calcul des contraintes
dans les matériaux qui les constituent nécessitent la connaissance des forces appliquées à
ces ouvrages. Celles-ci sont communes aux différents types de barrages fixes et sont
représentées sur la Figure II-6.1. Les calculs de stabilité sont effectués en décomposant le
barrage en tranches verticales de largeur unitaire, 1m, supposées indépendantes les une des
autres. Les vérifications doivent être faites, en principe, pour toutes les assises horizontales
de l’ouvrage.

b
Surface d’eau B C

F5
G
Fv Fv F4
h
F6 Fh F5 F5
Fh G’ α
Q
0,425 h
h s F2 W
α F4
E’ A’ A E

ρgh P0 (1) R
R
(1) répartition triangulaire (2) Pr
(2) répartition trapézoïdale P0
B

Figure II-6.1 : Force agissant sur un barrage rigide (HB Civil Eng.).

Force de pression de l’eau (poussée de l’eau) Q : C’est la résultante de la composante


horizontale de la force de pression hydrostatique de l’eau Fh et de la composante verticale
de pression Fv.
• La force hydrostatique a une distribution triangulaire est déterminée par la formule
suivante :
1
Fh = ρ g h 2 (II-6.1)
2
avec, ρ masse volumique de l’eau ; g accélération de la pesanteur ; h : hauteur amont du
barrage.
Fh passe par le point G’ défini par (E’A’ = 1/3 (ρ g h) ; E’G’ = 1/3 h).
• La composante verticale de la force de pression Fv est donnée par :
Fv = ρ g (volume ABC ) (II-6.2)
Fv passe par le point G défini par (AE = 1/3 BC ; EG = 2/3 h). Cette force s’annule pour un
parement amont vertical,.
Ainsi, la résultante de poussée de l’eau (composante normale au parement amont de
la force hydrostatique) est :

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

49
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

Fh 1
Q= = ρ g h2 (II-6.3)
sin α 2 sin α
où, α est l’angle que fait le parement amont avec l’horizontal.
1
Pour un parement vertical, sin α = 1, et Q = Fh = ρ g h 2
2
Force de pression des vases F2 : Cette force représente la pression des vases déposées à la
base du barrage. Cette pression peut être calculée par la théorie de Rankine pour la
pression des terres, appliquée au poids apparent ou submergé des vases :
1 ⎛ 1 − sin ϕ ⎞
F2 = ⎜ ⎟ ρ s g hs2 (II-6.4)
2 sin α ⎜⎝ 1 + sin ϕ ⎟⎠
avec, ρs : masse volumique des vases ; ϕ : angle de frottement du sol ; hs : profondeur des
vases déposées.
Poussée de la glace F3 : La glace qui se forme à la surface du plan d’eau du réservoir en
hiver, à la suite d’augmentation de la température, exerce une poussée horizontale au
voisinage couronnement en haut du parement amont du barrage. Cette poussée peut varier
de 10 à 50 t/ml. A titre indicatif, les barrages suédois sont calculés avec une force de 30
t/m2.
Forces d’actions des séismes F4 et F5 : Ces forces représentent les composantes
horizontale et verticale des forces d’accélération dues aux séismes. Aux USA, la plus part
des barrage des régions actives ont été dimensionnés pour une accélération égale à 0.1 g,
soit le dixième de l’accélération de la pesanteur, agissant dans toutes les directions.
Force d’inertie d’un tremblement de terre F6 : Cette force représente la force d’inertie
de l’eau sur la face amont du barrage, suite à un tremblement de terre. Une bonne
approximation de cette force est donnée par Von Karman :
F6 = 0.555 a ρ h 2 (II-6.5)
avec, a : accélération due au tremblement de terre ; ρ : masse volumique de l’eau ; h :
hauteur d’eau en amont du barrage.
Cette force s’applique en un point situé à 0.425 h au-dessus de la base.
Force de sous-pressions S : Les sous-pressions sont des pressions internes de soulèvement
qui résulte des fuites d’eau à travers les pores ou les canaux capillaires des fondations ou à
travers des joints non étanches des ouvrages en maçonnerie. Cette force agit sur toute la
longueur de base du barrage. La distribution des sous-pressions sur la base plane du
barrage est, en général, supposée linéaire pour le calcul de stabilité ; elle décroît de l’amont
vers l’aval du fait des pertes de charge dans les canaux capillaires. Pour une répartition
triangulaire, la sous-pression sur le parement amont partant est P0 = ρ g h et s’annule sur le
parement aval si celui-ci est à la pression atmosphérique (profil (1) sur la figure II-6.1). Si
le parement aval contient une certaine profondeur d’eau, la répartition des sous pressions
est trapézoïdale, comprise entre P0 en amont et Pr en aval (profil (2) sur la figure II-6.1).
Par exemple, pour un barrage poids de hauteur h et de base B = 3/4 h et en
supposant une répartition triangulaire, l’expression de S sur une largeur unitaire :
1 3
S = ρ g B h = ρ g h2 (II-6.6)
2 8
La force S apparaît donc comme une fraction de la pression hydrostatique (ρ g h).
Poids propre W : Elle s’applique au centre de gravité de la section transversale du barrage
et dépend de la forme de cette dernière et de la densité moyenne des matériaux. Dans le cas
d’un barrage en maçonnerie ou en béton, la densité est de l’ordre de 2.4 à 2.5 ; pour les
barrages en terre compactée, elle est comprise entre 2.1 et 2.3 suivant le type de matériau.
Le poids d’un barrage de section trapézoïdale est donné par :

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

50
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

1
W= d ρ g ( B + b) h (II-6.7)
2
avec, d = ρm/ρ : densité du matériau constituant le barrage (ρm étant la masse volumique du
matériau).
Autres forces : certains ouvrages sont calculés en prenant en considération les effets
thermiques (cas des barrages rigides seulement) et des efforts dus aux explosions des
bombes en plus des efforts dus tremblements de terre.
II-6.1.2 Conditions de stabilité des barrages poids
Soit le profil en travers OAB d’un barrage de forme triangulaire (la plus
économique) représenté sur la figure II-6.2. Considérons pour simplifier que ce profil est
soumis aux trois forces principales suivantes :
- Poids propre, W, appliqué au centre de gravité G,
- Poussée de l’eau, Q, appliquée au point PQ,
- Sous pressions, S, son point d’application est PS pour une répartition triangulaire.
La résultante de ces forces est équilibrée par les réactions de la surface d’appui AB.

RN O

h A’ B’
S
pQ G
Q

A Ps B
mh

Figure II-6.2 : Forces appliquées à un barrage poids (Ginocchio,1959).


Dans l’étude sommaire de stabilité qui suit, nous vérifions la stabilité de la partie du
barrage situé au-dessus de l’assise AB. En réalité, les vérifications doivent être faites pour
toutes les assises horizontales A’B’ du barrage (Figure II-6.2). Nous supposerons pour
simplifier que le parement amont du barrage est vertical et que le parement aval a un fruit
m = H/V. Les conditions d’équilibre peuvent être décomposées en deux groupes :
- équilibre statique (glissement, renversement)
- équilibre élastique interne (corps du barrage) et externe (fondation)
a) Stabilité au glissement des barrages poids
Les forces horizontales ( ∑ Fh ), telles que la poussée de l’eau, Q, et des vases, qui
s’exercent sur le barrage tendent à le déplacer vers l’aval. La résistance à ces forces
horizontales (résistance au cisaillement) est offerte par les fondations grâce à leur cohésion
c, et à leur coefficient de frottement (tg ϕ). En général, la cohésion est considéré
négligeable et la stabilité au glissement est assurée si la condition suivante est satisfaite :

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

51
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

∑F h
≤ tgϕ (II-6.8)
∑F v

Pour un frottement béton-béton et béton-rochet de qualité : tg ϕ = 0.75. Si la


fondation est constituée de roche plus tendre (calcaire, marne), le frottement est plus faible
et nous pouvons adopté tg ϕ = 0.60.
Le coefficient de sécurité au glissement doit vérifier :

Fsg =
∑ Fv tgϕ > 1 (II-6.9)
∑ hF
Cette condition exprime que la composante horizontale des forces appliquées est
inférieure à la résistance due au frottement de l’ouvrage sur la section AB et peut s’écrire
sous la forme :
Q < tgϕ (W − S ) (II-6.10)
Si le diagramme des sous-pressions est triangulaire, l’équation (II-6.10) s’exprime
comme suit :
h2 ⎛1 1 ⎞
< tgϕ ⎜ d m h 2 − m h 2 ⎟ (II-6.11)
2 ⎝2 2 ⎠
d’où :
1
m> (II-6.12)
(d − 1) tgϕ
soit pour, tg ϕ = 0.75 et d = 2.4, m > 0.96 ; et si les sous-pressions sont négligeables, cette
condition devient :
1
m> > 0.55 (II-6.13)
d tgϕ
En pratique, on donne au fruit m une valeur égale à 0.75, et la condition de non
glissement est assurée en réduisant les sous-pressions au moyen d’un réseau de drains
verticaux (Figure II-6.3).

Crête du barrage 5m Niveaux des plus hautes eaux

Fondation
perméable

Drainage sub-vertical Drainage périmetral


du massif de la fondation

Figure II-6.3 : Coupe dans l’axe du barrage – système de drainage


(PNUD/OPE, 1987).

b) Stabilité au renversement des barrages poids


Le rapport moments résistants (poids propre de l’ouvrage W) et des moments
motrices (poussée de l’eau Q et sous-pression S par exemple) définit le coefficient de
sécurité au renversement :

Fsr =
∑ Mr
>1

(II-6.14)
Mm

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

52
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

Si le diagramme des sous-pressions est triangulaire, la condition (II-4.10) s’écrit


comme suit :
h3 1 1
< d m2 h3 − m2 h3 (II-6.15)
6 3 3
d’où
1
m> (II-6.16)
2 (d − 1)
soit pour d = 2.4, m>0.60, condition respectée dans un profil type où m = 0.75.

Les barrages poids ont en général, une face amont légèrement inclinée pour faciliter
la construction et éventuellement pour augmenter la stabilité de ces ouvrages.
c) Stabilité interne des barrages poids (équilibre élastique)
La méthode de calcul consiste à déterminer les contraintes dans les sections
horizontales, à partir des formules de la flexion composée (RDM : résistances des
matériaux), compte tenu des actions extérieures appliquées à l’ouvrage et d’éventuelles
actions internes telles que les pressions interstitielles dans les fissures.
La sommation des moments des forces verticales par rapport à n’importe quel point
du barrage (point B par exemple) donne les contraintes (pressions) normales au sol (Figure
II-6.4) :

σA =
∑F e
(1 − 6 )
v
et σ B =
∑ Fv (1 + 6 e ) (II-6.17)
b b b b
avec, e : excentricité du point d’application de la résultante des forces appliquées à
l’ouvrage par rapport au centre de gravité de la surface de base B ; ∑ Fv : la somme des
forces verticales appliquées à l’ouvrage (W et S)


h
Fv

∑ Fh

h
A B
σA G
σB
e
b

Figure II-6.4 : Stabilité au renversement (PNUD/OPE, 1987).

Les contraintes normales admissibles dans le béton doivent respecter certaines


conditions.

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

53
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

1) Calcul de fatigue du béton


Il faut vérifier que ces contraintes normales ne soient pas trop élevées pour le rochet
ou sol de fondation ; et que la pression minimale reste positive (pas de traction), ce qui
équivaudrait à vérifier que l’excentricité reste dans le tiers central de la base b :
b
e< (II-6.18)
6
2) Condition de non écrasement
Les contraintes de compression les plus élevées se produisent au voisinage du point
B. Il convient de vérifier que ces contraintes ne doivent pas dépasser une certaine fraction
(généralement 30 %) de la contrainte de rupture en compression du matériau constituant le
barrage, béton à 28 jours (cette condition est toujours vérifiée pour les petits et moyens
barrages).
3) Condition de non-traction
Les contraintes les plus faibles se produisant au voisinage du point A, doivent rester
positives (le béton ne peut supporter de traction) et garder une valeur suffisante pour qu’en
cas d’infiltration ou fissure, le calcul ne soit pas remis en cause. Il faut pour cela que la
masse de la partie de l’ouvrage située au-dessus de AB soit telle qu’en tout point du
parement amont la contrainte de compression due au poids et à la poussée de l’eau soit au
moins égale à la pression hydrostatique (ρ g h). Cette condition, dite de Maurice Lévy, se
traduit par :
m > 0.88 (pour d = 2.4) (II-6.19)
En pratique, le fruit adopté du barrage est réduit à m = 0.75 et un drainage du
barrage permet d’éviter les sous pression (Figure II-6.3).
4) Ecran d’étanchéité
Les sous-pressions jouent un rôle important dans la stabilité des barrages. Pour
réduire ces sous pressions, un écran d’étanchéité est réalisé à la base du parement amont.
Le diagramme de sous-pression sous l’effet d’un écran d’étanchéité vertical est représenté
sur la Figure II-6.5. Cet écran est réalisé au moyen de forages dans lesquels on injecte un
coulis de ciment. Le dosage de ciment est plus élevé dans la zone comprise entre le drain et
l’écran d’étanchéité que dans la masse de l’ouvrage : par exemple 300 à 350 Kg/m3 sur une
épaisseur de 2 à 3 m, au lieu de 200 à 250 Kg/m3 dans la masse.

h1
Q

drain h2

γ h2 S γ h2

γ d (h1-h2)
γ h1
Ecran d’étanchéité

Figure II-6.5 : Diagramme des sous pressions sous l’action d’un


écran d’étanchéité vertical (PNUD/OPE, 1987).
Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

54
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

d) Stabilité externe (étude des fondations)


a- Stabilité au poinçonnement
En exerçant une charge croissante sur une fondation, il arrive un moment où une
rupture plastique se produit dans celle-ci : c’est le phénomène de poinçonnement qui se
produit lorsque la charge exercée est égale à la charge limite de la fondation σlim :
B B B
σ lim = (1 − 0.2 ) γ s N γ + γ s D N q + (1 + 0.2 ) c N c (II-6.20)
2 L L
avec, γs : poids volumique du sol ; B et L : largeur et longueur moyennes du barrage ou de
la fondation équivalente ; C : cohésion du sol ; D : profondeur d’enterrement ; Nγ, Nq, Nc :
termes fonctions de l’angle de frottement ϕ, donnés par le Tableau suivant :

Tableau II-6.2 : Coefficients Nγ, Nq, Nc de la charge limite de poinçonnement


ϕ (°) Nγ Nq Nc
0 0 1 5.14
5 0 1.56 6.47
10 1 2.49 8.47
15 2.33 3.94 11.00
20 4.97 6.40 14.80
25 10.40 10.70 20.70
30 21.80 18.40 30.10
35 48.00 33.30 46.10
40 113.00 64.20 75.40
45 297.00 135.00 135.00

La contrainte admissible, σadm = σlim/Fs, où Fs est un coefficient de sécurité qui


tient compte des différentes incertitudes et approximations faites pour calculer σlim. En
général, Fs est pris voisin de 3.
Le calcul à court terme (cu, ϕu) est généralement le cas le plus défavorable.
Lorsque L est grand par rapport à B, l’équation (II-6.21) se réduit à la formule de
Terrzaghi :
B
σ lim = γ s N γ + γ s D N q + c N c (II-6.21)
2
b- Calcul des tassements du sol de fondation
Le tassement le plus important pour les sols est le tassement de consolidation qui
peut être estimer comme suit :
• Détermination de la répartition des contraintes,
• Décomposition du sol en un certain nombre de tranches de telle façon que la contrainte
moyenne dans chaque tranche varie peu.
• Calcul du tassement de chaque couche de la manière suivante :
(e − e i )
Wi = H i o (II-6.22)
1 + ei
avec, e0 est l’indice initial des vides du sol soumis au poids des terres qui le surmontent ;
Hi : épaisseur d’une tranche ; ei : indice des vides après application de la surcharge, valeurs
obtenues de l’essai oedométrique.
• Le tassement de l’ensemble des tranches formant le sol de fondation est donc :

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

55
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

n
W = ∑ Wi (II-6.23)
1
où, n : nombre de tranches
c- Etanchéité et drainage des fondations
Pour réduire les sous-pressions sou la base du barrage, plusieurs méthodes peuvent
être distinguées :
- soit un écran vertical d’étanchéité qui coupe en totalité les couches perméables. Cet
écran peut être simplement constitué par une tranchée remplie de matériau étanche
compacté en prolongement du noyau si ce dernier est prévu ou du massif du barrage en
sol étanche homogène.
- Soit d’un tapis étanche horizontal amont. Cependant, un tel tapis ne permet pas
toujours de diminuer convenablement les fuites d’eau sous le barrage. Il est alors
conseillé d’adjoindre aux matériaux argileux des polymères synthétiques et de la
bentonite qui rendent l’étanchéité du tapis plus efficace. L’épaisseur du tapis doit avoir
au moins une épaisseur de 1m après compactage.
- Le drainage vise à réduire et, si possible, à annuler les sous-pressions dans la masse de
l’ouvrage et dans les fondations (Figure II-6.6). Il est réalisé au moyen de puits
verticaux de 0.50 à 1 m de diamètre, dont la distance entre axes est de l’ordre de
quelques mètres, établis à proximité du parement amont. Ces puits débouchent dans des
galeries transversales reliées à l’aval ; l’eau d’infiltration s’écoule par ces galeries.

RN

Puits de drainage φ 0.800 m

Conduite forcée

Usine

Galerie de drainage et
de visite φ 3.00 m
Drain collecteur φ 0.800 m

Figure II-6.6 : Réseau d’étanchéité et de drainage des barrages rigides


(Ginocchio, 1959).

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

56
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

II-6.1.3 Conclusion
Les barrages poids peuvent être construit sur des fondations en terre, mais dans ce cas
leur hauteur doit être limitée à 20 m. La raison principale de recours aux barrages poids est
leur capacité à laisser passer des crues importantes par leur sommet (submersion) sans
dommages appréciables. Leurs prix de construction et de maintenance sont souvent plus
élevés que ceux des barrages en terre ou en enrochements de hauteurs et longueurs en crête
comparables.
II-6.2 Barrage à contreforts (buttress dams)
Ce sont des barrages poids évidés pour économiser du béton. Ils sont formés de
membranes imperméables soutenues par des contreforts perpendiculaires à l’axe du
barrage. Bien qu’il existe plusieurs types de contreforts, les deux plus importants sont les
murs plats (flat-slab) et les voûtes multiples (multiple-arch). Dans les premiers, la
membrane supportant l’eau est une plaque plane et continue en Béton Armé, s’étalant le
long des contreforts (plots séparés dont la section horizontale a la forme d’une poutre en I
ou en T). Dans les seconds, la membrane est faite d’une série de coûtes elles aussi en béton
armé (Figure II-6.7).

(a) 2 (b) 2 1 (c) 3 1

4 4

Légende :
1) contre fort; 2) recouvrement à dalle plane; 3)recouvrement à voûte; 4) poutre de rigidité

Figure II-6.7 : Barrage à contrefort a) à dalle courbée ; b) à dalle plane ;


c) à voûte multiple (Grishin, 1982).

Les barrages à contreforts en voûtes nécessitent moins d’armature en acier et


peuvent couvrir des distances plus longues entre contreforts. Mais leurs travaux de
coffrages sont plus coûteux.
La face amont du barrage à contreforts est en général incliné de près de 45 °. Le
poids de l’eau sur cette face est nécessaire pour augmenter la stabilité de l’ouvrage au
glissement et au renversement. Les forces agissants sur un barrage à contreforts sont les
mêmes que celles agissant sur un barrage poids. Cependant, l’action verticale de l’eau est
beaucoup plus importante sur un barrage à contreforts, et les forces de soulèvement y sont
plus faibles. Les modes de rupture sont eux aussi les mêmes, mais la conception des
structures est beaucoup plus difficile.
Bien que les barrages à contreforts nécessitent en général moins que la moitié du
volume de béton requis par les barrages poids, ils ne sont pas nécessairement moins
coûteux à cause de l’importance des travaux de coffrage et des importantes quantités
d’aciers d’armatures requises. Avec la croissance rapide du coût de main d’œuvre de ces
dernières décennies, les barrages à contreforts ont beaucoup perdu de leur popularité de
jadis.

Exemple : Barrage de Bni Mtir


La partie centrale de ce barrage, longue de 280 m est fondée sur des argiles
compactes non altérées. Elle est constituée par 20 contreforts de 14 m de largeur chacun,

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

57
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

séparés par des joints déformables (Figure II-6.8). Chacun de ces contreforts peut ainsi se
déplacer par tassement indépendamment de ses voisins. Les fruits des parements sont :
0.45 à l’amont et 0.75 à l’aval. La semelle de fondation est incliné vers l’amont pour
réduire l’inclinaison de la résultante des forces sur le plan de la fondation.

C-C
A-A 2.5 3.7 13.7 38.4 11.67 3.0

A 12.2
18.0
R23.0
A
B-B

IV
III

II B I C Joint déformable

B 0 50 100

Figure II-6.8 : Barrage à contrefort (exemple du barrage de Bni Mtir).

II-6.3 Barrage voûtes (arch dams)


II-6.3.1 Voûte simple
Ce sont des barrage en forme d’arc qui résistent à la poussée de l’eau en prenant
appui sur les rives. Ils se comportent comme un pont en arc. L’ouvrage est constitué par
une voûte de convexité tournée vers l’amont dont l’épaisseur croit depuis le couronnement
jusqu’à la base.
a) Différents types
Les profils en travers ont une forme générale voisine de celle d’un trapèze, avec le
rapport B/hm en générale compris entre 0.10 et 0.20 avec B et hm sont respectivement la
largeur de base et la hauteur maximale du barrage. Cependant, ce rapport est voisin de 0.75
pour un barrage poids. Les deux variantes classiques de la forme générale des barrages
voûtes sont (Figure II-6.9) :
- barrages type « voûte épaisse » ou « poids voûte », lorsque la largeur de base est
supérieure à celle strictement nécessaire à l’équilibre d’une voûte pure. Le parement
amont pouvant être cylindrique à axe vertical ou incliné vers l’aval (Figure II-6.9 a).
- barrage « voûte-coupole », lorsque leur profil en travers présente une forme d’arc ;
cette double courbure permet de leur donner une épaisseur inférieure à celle d’un
barrage voûte classique (Figure II-6.9 b).

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

58
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

x
A’ A
R1 R2 B

B’ C

A B C
M Q 2a N

α
Echelle
C Vue en plan Vue en plan
y suivant a-b
RN 0 20 40 60 80 100 m

S AA BB CC
180 m
Q
a b
160
A’ B’
hm h 140
W
Coupe
suivant x-y 120
110
Echelle Coupes
0 20 40 50 m
B AA, BB et CC

a) Forces appliquées à un barrage voûté b) Barrage coupole de Bouça (Portugal)

Figure II-6.9 : Différents types de barrage voûte (Ginocchio, 1959 ).

b) Condition de stabilité
Les forces extérieures que doit supporter un barrage voûte sont presque les mêmes
que celles d’un barrage poids (Figure II-6.9 a et Figure II-6.2). Cependant, leur importance
relative est très différente. Dans un barrage voûte, les forces de soulèvement sont moins
importantes, mais les charges dues à la glace et aux contraintes thermiques sont beaucoup
plus importantes.
Les calculs sont effectués, en général, en découpant le barrage en anneaux
horizontaux d’épaisseur unité supposés indépendants les uns des autres. A chaque anneau
sont appliquées les forces principales suivantes :
- poids propre W
- poussée de l’eau Q
- réactions R1 et R2 des surfaces d’appui
1) Equilibre statique
Cet équilibre est réalisé si les trois conditions suivantes sont remplies :
1) La résultante des 3 forces Q, R1 et R2 est nulle
2) Les réactions R1 et R2 rencontrent les surfaces d’appui sous un angle inférieur à
l’angle de frottement des maçonneries sur le rochet de fondation (condition de non
glissement).
3) Les appuis peuvent résister aux réactions R1 et R2
2) Equilibre élastique
Cet équilibre sera réalisé si les contraintes en chaque section droite des anneaux
restent inférieures à la valeur admissible. Plusieurs méthodes sont utilisées pour le calcul
approché du barrage :
a) Formule du tuyau :
pD
σ= (II-6.25)
2e

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

59
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

Cette méthode conduit à une variation linéaire de B avec la hauteur et à un angle


d’ouverture économique de 133°.
c) Méthode des arcs encastrés (formule de Bresse comme pour les ponts en arcs)
d) Méthode des arcs console (méthodes itératives basées sur l’égalité des déplacements
dont la résolution se ramène à un système de 2MN équations à 2MN inconnues, avec M
est le nombre de consoles et N le nombre d’arcs).
Exemple : barrage Kasseb (Figure II-6.10)
A
127
4,5 65,8
67
63,0
63

joints (1)
18 18
Fondation 12
0,0 0,0
5
Ouvrage de vidange (1)
13
A
a) Profil en long b) Coupe AA

Figure II-6.10 : Barrage Kasseb (Grishin, 1982).


II-6.3.2 Voûtes multiples
Un barrage à voûtes multiples comprend deux parties distincts jouant chacune un
rôle particulier :
- un masque d’étanchéité constitué d’un certain nombre de voûtes en béton ou en béton
armé de faible épaisseur
- des contreforts en béton sur lesquels s’appuient les voûtes et qui reportent sur le sol les
poussées exercées par celles-ci.
Exemple : barrage Mellègue ou de Nebeur (Figure II-6.11)

A
Vanne de
dévasement Vidange de fond
Galerie de
Prise d’eau
dérivation

Déversoir

Usine Digue RG

Oued
Mellègue

Position de départ Echelle


des lignes
Vue en plan 0 50 100 m

Figure II-6.11 : Barrage Mellègue (Nebeur)

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

60
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

II-6.3.3 Conclusion
Les barrages voûtes demandent beaucoup moins de béton que les barrages poids
(1/3). En général, ils ont un prix de revient plus faibles (coffrages plus coûteux +béton
armé). Mais ils ne conviennent pas à tous les sites, sachant qu’ils doivent être localisés
dans des vallées relativement étroites et supportés par des berges en roches bien solides.

II-7 BARRAGES EN MATERIAUX NON ASSEMBLES OU « EN REMBLAIS »


(EMBANKMENT DAMS)
Ces barrages sont, soit des digues en terre, soit des digues en enrochements. Ils
comprennent essentiellement deux parties distinctes : un masque d’étanchéité en matériaux
imperméables, et un corps constitué par des massifs perméables (en alluvions ou en
enrochements) qui assure la stabilité de l’ouvrage.
II-7.1 Barrages en terre (erath dams)
II-7.1.1 Matériaux de construction
Ils peuvent être construit pratiquement de tous les types de matériaux disponibles
sur site. Le meilleur matériau pour les barrages homogènes est le mélange de particules de
diverses dimensions. Les vides entre les particules de grandes dimensions sont remplis par
les particules de silt et de sable sans rompre les contacts immédiats entre les particules
formant la squelette du sol. Ce qui augmente l’angle de frottement et réduit la perméabilité.
Les matériaux sont classifiés en deux types :
a) Les matériaux granulaires
Ils sont constitués par des grains (de diamètre moyen > 0.05 mm) juxtaposés sans
liant (sable par exemple). Ils préservent leurs individualités et sont caractérisés par un
angle de frottement interne ϕ qui peut être mesuré par un essai de cisaillement. L’appareil
utilisé se compose de deux boites parallélépipédiques ; l’une est fixe, l’autre est soumise à
une traction T. La contrainte de cisaillement T = N tg ϕ, avec n est la contrainte normale à
la surface de rupture appliquée aux particules solides et ϕ est l’angle de frottement interne
du matériau. Par exemple, l’angle ϕ des sables est compris entre 27° et 33° (0.5 < tgϕ <
0.67).
b) Les matériaux cohésifs
Ils sont constitués par des grains très fins (de diamètre < 0.05 mm) séparées les uns
des autres par des lamelles d’eau (argile par exemple). Ces matériaux conservent la forme
artificielle qui lui est donnée, du mois pendant un certain temps et présentent de la
cohésion. Cette cohésion est due, d’une part aux forces d’attraction mutuelles entre
particules, d’autre part aux forces de tension superficielle de l’eau capillaire qui les sépare.
Leur résistance au cisaillement t est donnée par la loi de Coulomb : T = c + N’ tgϕ, avec
N’ la pression normale effective. Pour un matériau perméable tel que le sable ou le gravier
N’ = N. Pour un matériau imperméable tel que l’argile, l’eau qui subsiste dans la masse de
l’échantillon est soumise à une pression P appelée pression hydrostatique interne ou
pression interstitielle ; par suite N’ = N – P. Ainsi, la pression interstitielle p, a pour effet
de réduire la résistance au cisaillement et donc la stabilité des massifs. La cohésion c est
égale à la résistance au cisaillement lorsque la charge normale N’est nulle. Par exemple,
une argile est caractérisée par les deux valeurs suivantes (ϕ = 25° et c = 2 t/m2).
Si une grande quantité de matériaux perméables est disponible sur site, tel que du
sable et du gravier, et si les matériaux argileux doivent être importés, le barrage sera

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

61
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

construit avec un petit noyau imperméable en argile, et les matériaux localement


disponibles constitueront la majeure partie de la digue. Du béton a été utilisé pour
construire le noyau imperméable, mais n’a pas la flexibilité de l’argile.
Si les matériaux perméables ne sont pas disponibles sur site, le barrage peut être
construit de matériaux argileux avec drains souterrains, de sable et/ou de gravier importés.
Ce drain permettra la collecte de eaux d’infiltration et réduira les pressions interstitielles.
II-7.1.2 Conditions de stabilité des barrages en terre
Ces conditions engendrent, en plus des conditions de stabilité mécanique du massif
du barrage et des fondations, le calcul des forces d’infiltrations à travers les fondations du
barrage.
a) Stabilité mécanique (massifs et fondation)
a1) Stabilité des massifs
La stabilité d’un remblai est déterminée par sa capacité à résister, le long des
surfaces de glissement potentielles, aux efforts de cisaillement dérivant de l’application des
surcharges poussée de l’eau (et éventuellement les forces sismiques) et des charges
permanentes dépendant du poids du remblai et des pentes des talus. Le calcul de stabilité
de remblai peut être effectué selon différentes méthodes. L’une des méthodes la plus
simple et la plus utilisée pour des barrages constitués de matériaux non homogène, est la
méthode dite « Suédoise ». Cette méthode se base sur l’hypothèse que la surface de
glissement BC est voisine de celle d’un arc de cercle supposé passant par le pied du talus C
(arc de cercle de Fellenius). Elle consiste à décomposer le volume de sol limité par le
contour ABC en tranches verticales de même épaisseur, ls, et de chercher à établir une
relation qui traduit son équilibre en supposant que les interactions entre les différentes
tranches sont négligeables.

lh
B A Cl
b’
(N-P) tg ϕ
a’
Arc de cercle
T
G de rupture
N-P ϕ
P b
a P
C T ls
N

N
W

Figure II-7.1 : Epure de stabilité d’un talus (arc de cercle de Fellenius)

Soit une tranche ab a’b’ limitée à sa base par l’arc de cercle de glissement AC ayant
une largeur (ab = ls) et une longueur unité (normalement au plan de la figure). Le poids de
cette tranche peut être décomposer en une composante normale N (suivant OM) et une
composante tangentielle T (suivant la tangente à l’arc de cercle). Cette tranche est stable
lorsque les forces qui produisent son glissement sont inférieures aux forces de résistances

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

62
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

qui résultent du frottement interne et de la cohésion. La méthode utilisée consiste à


rechercher les arcs de cercle AC qui correspond au coefficient de sécurité minimal (arc de
cercle critique). Autrement, la pente du talus du massif doit être telle qu’une rupture par
cisaillement le long d’une surface telle que AC ne puisse pas se produire :

Fsg =
∑ ∑ cl+ ( N − P l s ) tgϕ
≥ 1.40

(II-7.1)
T
avec,
Fsg : coefficient de sécurité; c : cohésion ; ls : longueur de l’élément suivant la ligne de
glissement ; N : composante normale du poids W suivant la normale à ab ; T : Composante
tangentielle du poids W suivant la tangente à l’arc de cercle de glissement AC ; ϕ angle de
frottement interne ; W : poids de la tranche aba’b’ ; P : pression hydrostatique intérieure.
Pour certaines conditions exceptionnelles (tremblement de terre, vidange rapide du
réservoir), le coefficient de sécurité adopté est plus faible : 1.3 par exemple. Pour les
barrages en argile à forte cohésion, dont la mesure de la résistance au cisaillement est assez
difficile, certains ingénieurs portent la limite de 1.5 à 2. Les coefficients de sécurité sont
calculés pour les terres au moment de leur mise en place (les talus doivent tenir pendant la
construction) et pour les terres en fin de travaux, après mise en eau du réservoir. Le
coefficient de sécurité calculé dans cette dernière hypothèse ne peut qu’augmenter avec le
temps, en raison du phénomène de consolidation. C’est pourquoi, les chiffres relativement
bas de 1.5 avec les terrains sableux et graveleux et de 2, avec les terrains argileux à forte
cohésion, peuvent être admis.
L’équation (II-7.1) tient compte de la pression interstitielle P qui tend à réduire la
stabilité. S’il s’agit d’une terre sèche, P = 0 ; mais quand le barrage est en eau, un réseau
d’infiltration s’établit dans le corps de l’ouvrage : P sera indiquée, en mètres d’eau, par la
distance verticale h qui sépare M du talus AE (Figure II-7.2). Si l’eau dans un terrain
perméable (sableux et graveleux) initialement immergé est évacuée (après vidange du
réservoir, par exemple), alors P = 0.

Niveau du A A’ B
réservoir plein

M
E
Niveau après
vidange

Figure II-7.2 : Talus amont d’une digue en terre


après vidange du réservoir

Dans les terrains faiblement perméables (terrains argileux), l’eau au contraire est
conservée pendant un certain temps après la vidange et la pression P est déterminée à partir
du réseau d’écoulement d’infiltration.
En terre compactée, le poids volumique du sol tenant compte de la teneur en eau
donnée à la mise en place (stabilité des talus en construction) ou atteinte après surcharge
des couches superposées est :
γ = (1 + w) γ d (II-7.2)
avec, w est la teneur en eau et γd est le poids volumique du sol sec.

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

63
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

Les remblais réalisés en matériaux granulaires (ou non cohésifs) sont


généralement plus stables que ceux réalisés en matériaux cohésifs, car les valeurs de
l’angle de frottement sont plus élevé et la perméabilité du matériau entraîne la dissipation
de la pression de l’eau. C’est pour cette raison que les pentes des parements des barrages
en terre du type « à zones » sont généralement plus raides que celles des barrages du type
« homogène » ; celle des barrages en enrochement étant encore plus élevées.
Les principaux résultats de l’étude des conditions de stabilité sont les suivants :
- un massif pulvérulent présente un talus d’équilibre tel que l’angle formé avec le plan
horizontal est égal à son angle de frottement interne.
- Un massif cohésif peut présenter un talus d’équilibre faisant, avec le plan horizontal,
un angle supérieur à l’angle de frottement interne. Toutefois, il existe pour un tel
massif une hauteur maximale à ne pas dépasser qui dépend de ϕ et c.
En général, la stabilité au glissement des talus constitue le critère principal pour la
détermination de la pente. Les pentes (V/H=tg) ou fruits (H/V=ctg) des talus amont et aval
d’un barrage en terre, sont rarement supérieures à 2H/1V et sont en général de l’ordre de
3H/1V.
Le calcul doit être effectué, pour le talus amont dans les conditions de vidange
rapide et pour le talus aval dans les conditions de saturation avec l’eau au niveau des plus
hautes eaux. La vidange brusque d’un réservoir peut provoquer un ruissellement sur la face
amont, gorgée d’eau, qui peut érodée le talus amont.
Les phénomènes sismiques peuvent provoquer des dégâts de différentes natures :
suppression de la revanche, tassement du couronnement, rupture du parement,
siphonnement, débordement au-dessus du déversoir. C’est pourquoi, indépendamment des
calculs, il faut améliorer la stabilité de l’ouvrage en adoptant une série de mesures telles
que :
- le surdimensionnement de la revanche
- l’adoption d’un noyau central plus large, de massifs bien surdimensionnées et
convenablement drainés, de zones de transition surdimensionnées,
- la réalisation de filtres et d’ouvrages de drainage plus grands et en plus grand nombre,
- un traitement adéquat des fondations,
- une augmentation de la largeur du couronnement et du débit des ouvrages de
déversement et d’évacuation en aval.
a2) Stabilité des fondations
Le calcul de stabilité mécanique doit être appliquée également aux fondations
lorsque celles-ci sont constituées par des matériaux granulaires. A noter que ces derniers
sont parfois les plus dangereux puisqu’il n’est pas rare que le matériau in situ présente des
caractéristiques mécaniques bien inférieures à celles du remblai.
La largeur à la base doit être telle que la contrainte de compression sur le terrain de
fondation soit compatible avec la résistance de celui-ci (σmax < σadm).
b) Stabilité hydraulique
Indépendamment des conditions de stabilité mécanique, il convient de s’assurer que
les infiltrations ne risquent pas de compromettre la tenue de l’ouvrage. En effet, les
infiltrations peuvent provoquer l’apparition du phénomène de Renard lorsque les
infiltrations dans le terrain d’assise se produisent à des vitesses suffisamment élevées qui
ont pour conséquence d’entraîner les matériaux les plus fins vers l’aval. Si les matériaux
fins sont entraînés, le débit d’infiltration peut devenir supérieur au débit de la rivière et on
assiste à la vidange du réservoir.
Soit par exemple, un barrage édifié sur une assise perméable (Figure II-7.3). Du fait
que les courants d’infiltration FF’ se redressent à l’extrémité aval pour déboucher à l’air

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

64
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

libre, la force d’infiltration, I, admet une composante verticale dirigée de bas en haut, qui
tend à soulever les particules du terrain.
Ce travail d’érosion interne se développe tout d’abord près du point de résurgence du filet
liquide, car à cet endroit le poids de terre à soulever est minime ainsi que la longueur
d’entraînement, vers l’extérieur, des particules désagrégées. Puis, peu à peu, grâce, aux
espaces vides dégagés par les particules entraînées, l’eau s’écoule plus rapidement vers
l’extrémité du filet et sa force d’entraînement s’en trouve accrue. Aussi, on voit l’érosion
gagner en intensité et remonter vers l’amont : on assiste à un phénomène d’érosion
régressive. De plus, la charge totale initialement repartie sur toute la longueur du filet FF’
s’exerce sur une longueur plus restreinte FS. Aussi, la force d’entraînement s’accentue
tandis qu’en aval le chemin est de plus en plus ouvert. Finalement, un cône d’érosion, de
sommet S, axé sur le filet FF’, se développe.

A B A

h
F b F’ b
D C v I
I
Erosion régressive W
S

Figure II-7.3 : Erosion régressive. Figure II-7.4 : Equilibre d’un élément


de sol soumis à un écoulement
Suivant Terzaghi, il y aura résurgence des matériaux fins à l’aval si la force de
pression du courant d’infiltration, I, dépasse la force du au poids déjaugé du matériau Wd
(Figure II-7.3) :
I > Wd (II-7.2)
avec, I = γ dh ∆s = γ J dl ∆s
Wd = W − A = ( ρ s − ρ ) g (1 − ε ) ∆l ∆s = γ s' (1 − ε ) ∆l ∆s
Vp
ε= : indice des vides (Vp est le volume des pores et Vt le volume total)
Vt
γ s' = ( ρ s − ρ ) g : poids volumique déjaugé du matériau
En considérant que le sol est saturé (ε = 0), le phénomène de renard sous l’assise du
barrage se produit dès que :
γ s'
Jc = (II-7.3)
γ
et la vitesse critique correspondante est :
γ s'
Vc = K J c = K (II-7.4)
γ
γ s'
Cette vitesse est sensiblement égale au coefficient de perméabilité K, sachant que ≅ 1.
γ
La prévention contre les effets de renard est assuré au moyen d’un tapis filtrant ou
d’un drain placé au pied du massif ; ceux-ci sont constitués par de matériaux perméables
qui abaissent la ligne de saturation à son extrémité aval et évitent que celle-ci ne recoupe
le parement aval.

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

65
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

(a)
RN Ligne de saturation

Tapis filtrant

(b)
RN
Ligne de saturation

Drain

Figure II-7.5 : Ligne phréatique et drainage d’une digue en terre


(PNUD/OPE, 1987).
Si l’ouvrage repose sur une assise perméable recouverte d’une couche
imperméable, le drain de pied peut être utilement prolongé par des puits de décompression
(comme dans le barrage Sejnane).
Si la ligne phréatique débouche sur le talus aval, il peut en résulter la formation
d’une cavité qui érode le massif progressivement de l’aval vers l’amont par le
ruissellement de l’eau sur le talus aval (érosion régressive) et peut provoquer sa ruine
(Figure II-7.6). Le ruissellement causé par les pluies provoque le même effet.

Ligne phréatique

érosion

Figure II-7.6 : Erosion du talus aval du barrage (Bernard, 1975).

II-7.1.3 Formes et structure des ouvrages


Un autre facteur qui parfois déterminer la pente des talus est le débit des fuites
tolérables sous l’ouvrage. Si l’ouvrage est une fondation perméable, il est parfois
nécessaire d’augmenter la largeur de sa base pour réduire ces fuites. Un autre moyen de
réduction de ces fuites, peut être assuré par l’emplacement d’un tapis imperméable du coté
amont du barrage pour prolonger les parcours des eaux d’infiltration. Comme elles peuvent
être réduites par la construction d’un rideau ou écran imperméable dans la fondation. Ce
rideau peut être fait de palplanches ou d’un simple tranché remplis d’argile.
II-7.1.4 Conclusion
Les barrages en terre peuvent être construit, pratiquement sans limitation de
hauteurs et sur des fondations pas suffisamment solides comme pour des barrages en béton.
Ils sont pratiquement les seuls qui peuvent être employés lorsque le sol de fondation est
constitué par des matériaux non rocheux, tels que les couches d’alluvions des fonds de
vallées. Le corps de l’ouvrage et le masque d’étanchéité peuvent s’adapter aux
mouvements du sol de fondation (barrages souples).

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

66
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

Ils présentent cependant, l’inconvénient de nécessiter la mise en œuvre de très grandes


quantités de matériaux. Mais les progrès technologiques sur les engins de déplacement des
terres se sont traduits par des coûts de plus en plus réduits des barrages en terre, au moment
même où le prix de main d’œuvre ne cessent d’augmenter et avec eux le coût des barrage
en béton. Ce qui explique les tendances modernes vers les barrages en terres.
Par ailleurs, ils sont très vulnérables à la submersion par les eaux de la retenue .
Celle-ci provoque l’entraînement des matériaux du parement aval et conduit à la ruine de
l’ouvrage. Par suite, le dimensionnement des ouvrages évacuateurs de crue devra être
étudié tout spécialement pour ce genre d’ouvrage.
II-7.2 Barrages en enrochements (rock-fill dams)
En général, ce type de barrages sont composés d’enrochements de volume compris
entre 0.1 et 10 m3 (0.25 à 25 tonnes). La mise en œuvre des enrochements se fait de deux
façons différentes . Ils peuvent être soit rangés à la main ou au moyen d’une grue, soit
déposés en vrac. L’inconvénient de ce dernier procédé est que l’ouvrage est soumis après
achèvement à des tassements importants (de l’ordre de 5% de la hauteur). Ceux-ci peuvent
être réduits en procédant à un arrosage d’eau sous hautes pressions, pendant la
construction. Cet arrosage permettra de chasser les éléments fins d’entre les points de
contact des enrochements et par suite de réaliser un remplissage des intervalles entre
grosses pierres au moyen d’éléments fins. Le compactage du massif étant assuré par la
chute des enrochements de hauteurs pouvant atteindre 50 m. La Figure II-7.7 montre un
profil en travers type d’un barrage en enrochement de forme de trapézoïdale.

RN

0,70
Masque en Pente 5/4
béton 0,85 72 m
Enrochements en gros
1/1 béton rangés à la main
Galerie de visite
et de drainage

Dalle en béton 148,5 Drain

Figure II-7.7 : Barrage en enrochements du Ghrib (Ginocchio, 1959).

La pente des talus est de l’ordre de 1/1. Les barrages en enrochements de faible
hauteur, peuvent avoir des talus plus pentus, 1H/2V. En général, le talus aval est de pente
1.3H/1V, correspondant à l’angle de frottement interne des enrochements. Pour des
barrages de hauteur supérieure à 60 m, les talus amont ont en général des pentes de
1.3H/1V.
II-7.2.1 Eléménts d’étanchéités
Les éléments d’étanchéité se compose de deux parties : l’une en élévation et l’autre en
fondation.
a) Masque en élévation
En élévation, le masque est constitué par une couche de matériaux imperméables
placée en général sur le parement amont. Cette couche est soit :
1) une dalle en béton armé avec des joints bitumineux

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

67
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

2) une couche de béton bitumineux de 10 à 15 cm d’épaisseur reposant sur une


forme en béton et protégée par une couche de béton armé.
Dans ces deux types, les masques sont posés sur une couche de pierres rangées de
plusieurs mètres d’épaisseur compris entre deux couches filtrantes (en sable et gravier) qui
empêchent l’entraînement des matériaux du noyau dans le corps de l’ouvrage (couche
filtrante aval) ou à travers le revêtement de protection (couche filtrante amont).
b) Masque en fondation
Lorsque le terrain de fondation est perméable, le masque en élévation est prolongé
par une parafouille analogue à celui réalisé pour les digues en terre.
Le problème majeur rencontré avec les barrages en enrochements est celui des
importants tassements au moment du premier remplissage après la fin de construction. Des
déplacements verticaux et horizontaux supérieurs à 5 % ont été observés. C’est pourquoi,
la face imperméable doit être très flexible, autrement des dommages importants risquent
d’accompagner les tassements. Une solution, nord Américaine à ce problème, consiste à
mettre des masques provisoires sur le barrage et de les remplacer par la suite par des
masques permanents une fois le tassement est terminé. Ces masques provisoires sont en
général en bois.
II-7.2.2 Conditions de stabilité
Elles sont analogues à celles étudiées dans le cas des barrages en terre. Si le sol de
fondation est constitué par des éléments fins, il faut assurer la prévention contre les effets
de renards par infiltration sous la base : pour cela, il convient de placer un filtre en
éléments de diamètre compris entre celui des matériaux du sol de fondation et celui des
enrochements, de façon à empêcher l’entraînement des matériaux fins du sol de fondation à
l’intérieur du corps de l’ouvrage.
II-7.2.3 Conclusion
Les barrages en enrochements sont largement utilisés dans les zones éloignées où le
ciment est coûteux et les matériaux pour un barrage en terre ne sont pas disponibles. Ces
ouvrages peuvent être construits sur un sol de fondation non rocheux, à condition que
celui-ci soit suffisamment résistant pour ne pas provoquer une rupture du masque
d’étanchéité par tassement.
Ils présentent l’inconvénient d’utiliser un volume très important de matériaux (3 à 4
fois celui d’un barrage poids de même volume). Ils sont très vulnérables en cas de
submersion par déversement (comme c’est le cas pour les barrages en terre). Bien que les
fuites y sont fréquentes, les barrages en enrochements sont très stables et ont été submergés
sans dégâts majeurs (d’après la littérature Américaine). Leurs coûts sont bien comparables
à ceux des barrages en béton.

II-8 BARRAGES MOBILS (AU FIL DE L’EAU)


II-8.1 Introduction
Lorsque le site ne se prête pas à l’établissement d’un barrage réservoir fixe, un
barrage mobile peut être adopté. Les éléments mobiles assurent la régulation du niveau de
la retenue en fonction des variations du débit pour assurer l’alimentation de prises d’eau.
Ces éléments peuvent être totalement retirés du cours d’eau, en période de crue,
afin d’éviter la submersion des zones amont sensibles par les remous crées par ces
ouvrages. C’est pourquoi, l’obstruction des barrages mobiles est toujours voisine de zéro et
l’impact sur les remous est négligeable.

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

68
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

Un barrage mobile type, en Tunisie est le barrage Laroussia, qui implantée à la


basse vallée de la Medjerdah. Il permet par la surélévation du niveau d’eau d’alimenter le
Grand Canal destiné pour l’irrigation, le canal Medjerdah Cap-Bon pour l’irrigation et
l’alimentation en eau potable et de la centrale hydroélectrique.
Un barrage mobile est constitué d’éléments mobiles et fixes (Figure II-8.1). Les
parties fixes, généralement en maçonnerie, comprennent essentiellement :
- le radier comportant, dans certains cas, un seuil surélevé par rapport au fond,
- les piles et les culées qui supportent, dans certains cas, une passerelle de manœuvre.
Les espaces séparant deux piles consécutives sont appelés « pertuis » ou « passes ». Ils
sont obturés par les éléments mobiles.
- Les fondations sur lesquelles s’appuient les parties fixes.
Les parties mobiles sont, en général, en charpente métallique. Ils comprennent les
vannes levantes (batardeaux), segment, hausses et clapets et les vannes hydrauliques
« toit » et « secteurs ».

Pertuis Passerelle de Pile Culée


manoeuvre
X

Y
Bouchure mobile Radier Fondations
(a) Elévation

Rainure de
batardeau amont
Pile
Amont Aval
RN PHE Légende :
hm : Hauteur maximale
hm hu hu : Hauteur utile de retenue
Etiage
hs : Hauteur du seuil
hs

Bouchure mobile
(b) Coupe en travers (suivant X-Y)

Figure II-8.1 : Dessin schématique d’un barrage mobile (Ginocchio, 1959).

II-8.2 Eléments mobiles


Il existe une grande variété de vannes mobiles ; de nombreux critères peuvent être
adoptés pour les classer, à savoir :
a) en fonction de la disposition des pertuis : vannes de surface et de profondeur
b) par rapport à la destination d’exploitation : des vannes principales, batardeau, vannes
de secours et celles de constructions ; remarquons à la fois qu’on tend à employer les
mêmes vannes pour des diverses destinations

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

69
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

c) d’après les matériaux principaux : métalliques, en béton armé, en bois ; bien sûr les
vannes métalliques sont les plus répandues dans le monde ;
d) le mode d’appui : certaines vannes sont simplement appuyées sur les culées ou les
piles, d’autres sur le seuil de l’ouvrage,
e) le mode de déplacement : il existe des vannes levantes ou plongeantes ; des vannes
roulantes, des vannes rotatives, des vannes à plusieurs axes de rotations, etc.
f) le mode de manoeuvre : on a des vannes à manoeuvre manuelle, mécanique ou
automatique
II-8.2.1 Vannes levantes
Les vannes levantes sont des bouchures mobiles pouvant être manœuvrées par un
mouvement de translation verticale en s’appuyant sur les piles latérales par l’intermédiaire
de galets de roulement. Elles peuvent être à une seule vanne, doublées, plusieurs vannes ou
avec volet déversoir (Figure II-8.2).

Vanne
supérieure

Vanne
inférieure

a) Vannes levantes b) Vannes levantes doublées

c) Vannes à plusieurs vannes d) Vannes levantes à volet déversoir

Figure II-8.2 : Différents types de vannes levantes (Maglakélidzé, 1984).


Les éléments simples ne permettent de réaliser qu’un réglage à écoulement par
dessous, c’est à dire par la lame d’eau inférieure qui s’écoule sous la vanne (Figure II-8.2
a). Un réglage par dessus ou par déversement peut être réalisé de l’une des deux façons
suivantes :
1) la bouchure comporte deux vannes superposées (Figure II-8.2 b). La vanne supérieure
peut être déplacée verticalement vers le bas au fur et à mesure que le débit d’entrée à la
retenue augmente, de façon à accroître la hauteur de la lame déversante. Cette vanne
supérieure est quelquefois remplacée par un clapet mobile autour d’un axe horizontal
fixé à la partie supérieure de la vanne inférieure (Figure II-8.2 d).
2) La bouchure comporte deux ou trois éléments superposés qui sont successivement
déplacés vers le haut (au moyen d’un portique de manœuvre) lorsque le débit à
évacuer augmente. La progressivité du réglage est obtenue en répartissant
convenablement les ouvertures sur un certain nombre de pertuis (Figure II-8.2 c).

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

70
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

II-8.2.2 Vannes segments


Une vanne segment est constitué par un bordé le plus souvent en acier AB en forme
de segment de cylindre de révolution à axe de révolution horizontal passant par O; ce
bordé est supporté par une charpente métallique qui peut tourner autour de l’axe du
cylindre constituant le bordé (Figure II-8.3).

Axe du barrage

42.00
40.50
37.70
37.20 37.50

B O

Volet de Vanne
réglage segment
25.00
A
20.00

Figure II-8.3 : Vanne segment avec clapet déversoir


(vannes mobiles du barrage Laroussia).

La forme du bordé est telle que la poussée de l’eau ne produit pas de couple
résistant (puisque les lignes d’action des pressions coupent l’axe de rotation). De ce fait,
les treuils de manœuvre ont seulement à vaincre le couple résistant produit par le poids et
les frottements.
Un réglage d’eau amont par déversement, est souvent associé à ces vannes soit : par
une deuxième vanne segment superposée à la première, soit par un volet déversoir (clapet
fixé à la partie supérieure du segment).
II-8.2.3 Hausses
Les hausses sont des panneaux étanches rectangulaires juxtaposés qui forme la
bouchure mobile. Ils peuvent être manœuvrés indépendamment les uns des autres,
l’effacement étant réalisé par rabattement dans le lit du cours d’eau. Ces ouvrages sont
principalement utilisés dans les rivières navigables. C’est pourquoi nous nous limitons à
une description très sommaire du schéma de principe d’une hausse-Aubert, qui est
pratiquement le seul type utilisé dans les aménagements hydroélectriques. Cette hausse
comprend (Figure II-8.4) :
- un élément d’étanchéité constitué par un chassie métallique avec bordé étanche
- un élément d’appui et de manœuvre comprenant : un seuil cylindrique S, un chevalet
AO, un arc-boutant OB, un ensemble de crans d’arrêt B1, B2 et B3 sur lesquels s’appuie
l’extrémité B de l’arc-boutant.

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

71
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

S A
B
B1 B2 B
3

Figure II-8.4 : Vanne à hausse (Maglakélidzé, 1984).


II-8.4.4 Vannes à Clapets
Un clapet est une vanne constitué par un panneau plat OA (Figure II-8.5 a) tournant
autour d’un axe horizontal O scellé sur le radier. En étiage, la vanne est maintenue relevée,
en hautes eaux, elle est inclinée et fonctionne par déversement ; en temps de crue, elle
s’efface dans un logement menagé dans la maçonnerie du seuil. En comparaison avec les
hausses, un clapet est formé d’un seul panneau permettant un réglage progressive du
niveau d’eau. Les différents types de vannes à clapets sont représentés sur la Figure II-8.5.

RN A
A’
O B radier

a) principe de vanne à clapet

b) équilibrée à contre c) équilibrée à contre


poids supérieur poids inférieur
B’ A
(C)
B D

d) équilibrée à tamboure e) manoeuvrée par piston

Figure II-8.5 : Vanne à clapets (Maglakélidzé, 1984).


Les vannes à clapets équilibrés à tambour (Fig II-8.5 d) sont des clapets OA
prolongés par une contre hausse OB plongeant dans une cavité cylindrique étanche (C)
appelée tambour, aménagée dans le radier. Un contre poids alourdit parfois la contre
hausse (cas de la figure). La contre hausse divise le tambour en deux régions : une région
amont BOB’ et une région aval OBD. Il suffit de mettre la première en communication

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

72
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

avec le bief amont et la seconde avec le bief aval de la retenue pour obtenir le redressement
de la vanne. En inversant, la vanne s’efface.
II-8.2.5 Autres types de bouchures mobiles
Parmi les autres types de bouchures mobiles on peut citer :
- les vannes à rouleau ou cylindriques (Figure II-8.6 a) : constitués par un cylindre
métallique à axe horizontal dont les extrémités comportent des roues dentées roulant
sur des crémaillères rectilignes inclinées.
- Vanne secteur (Figure II-8.6 b) : Elle comprennent un secteur OAB étanche qui peut
s’effacer dans une cavité Oab du radier ; le secteur est manœuvré vers le haut ou vers
le bas suivant que la cavité Oab est mise en communication avec l’amont ou avec
l’aval. Cette communication peut se faire par un système de flotteurs solidaire à la
vanne et commandé par le niveau d’eau dans une cavité reliée avec l’amont (vanne
AVIO) ou avec l’aval (vanne AVIS) ou les deux à la fois (vanne MIXTE).
- Vanne toit (Figure II-8.6 c) : Elle comporte deux clapets articulés sur le radier roulant
l’un sur l’autre par l’intermédiaire de galets. Le réglage se fait aussi en mettant en
communication la cavité comprise entre les clapets et le radier avec l’amont ou l’aval.

A O
b

a) Vanne cylindrique a) Vanne segment c) Vanne toit

Figure II-8.6 : Vannes s’appuiyant sur le seuil de l’ouvrage


(Maglakélidzé, 1984).

Parmi les nombreux types de vanne de fond, nous distinguons celles qui sont
représentées sur la figure II-8.7. Notons qu’en comparaison avec les vannes de surfaces,
ces vannes fonctionnent dans des conditions plus sévères qu fait :
- qu’elles sont soumises à l’action des poussées hydrostatiques et hydromécaniques
plus grandes
- les vitesses d’écoulement atteignent des grandes valeurs
- des phénomènes de cavitation et d’aération

a) Vanne levante b) Vanne segment c) Vanne papillon

d) Vanne à pointeau e) Vanne à cône f) Vanne équilibrée

Figure II-8.7 : Vannes de fond les plus utilisées (Maglakélidzé, 1984).


Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

73
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

II-8.3 Parties fixes


Les parties en saillie sur le fond du cours d’eau (radier, piles et culées) créent une
obstruction permanente de la section d’écoulement que l’on caractérise par un « coefficient
d’obstruction ».
S − Sb
C obt = m
Sm
Sm : section mouillée du cours d’eau à l’état naturel dans le tronçon aménagé.
Sb : le débouché superficiel (section au droit du barrage) : somme des surfaces des pertuis.
Le coefficient Cobt, dépend du niveau du plan d’eau en aval du barrage.
La détermination de la forme et des dimensions des parties fixes doit tenir compte
des considérations suivantes :
- Effet sur le niveau des crues en amont (remous liquide et solide amont en fonction du
coefficient Cobt)
- Conservation des ouvrages (stabilité, érosion des maçonneries, affouillement du radier
aval)
- Recherche de l’optimum économique (nombre d’ouvertures et type de bouchure, prix
des vannes (nv) et des piles et culées (nv+1) augmente avec leurs nombres).
- Maintien de la navigation en période d’ouverture des pertuis (pour les cours d’eau
navigables).
II-8.3.1 Radier
La forme et les dimensions des radiers dépendent du type de la bouchure mobile,
des conditions imposées par la navigation, l’écoulement des crues et des caractéristiques
des matériaux constituant le lit et les couches sous-jacentes. Le type de bouchure intervient
surtout dans le tracé de la forme du radier en élévation.
Les conditions imposées par la navigation et l’écoulement des crues conduisent à
fixer la valeur de la surélévation du seuil du barrage hs sur le fond (Figure II-8.1).
II-8.3.2 Fondation
Les caractéristiques des matériaux constituant le lit et les couches sous-jacentes
interviennent surtout dans la détermination de la structure des fondations et de la forme à
donner à l’ouvrage pour assurer sa protection contre les affouillements.
Deux types principaux de fondations sont à considérer :
- Fondation sur pieux si le terrain est alluvionnaire sur une grande profondeur.
- Fondation sur des massifs descendus jusqu’au rocher si ce dernier se trouve à une
profondeur relativement faible.
La forme des barrages mobiles doit satisfaire aux conditions de stabilité, analogues
à celles des barrages poids. Le passage du débit au droit d’un barrage, par une section
inférieure à la section courante, se traduit par une dissipation locale de l'énergie cinétique
du courant qui produit des affouillements importants du fond à l’aval du radier et peut
compromettre la stabilité de celui-ci (Figure II-8.8)

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

74
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

.
sol

Figure II-8.8 : Affouillement à l’aval d’un radier (Ginocchio, 1959).

Les conditions d’érosion et d’affouillement sont très différentes suivant le régime


d’écoulement considéré. Les régimes d’écoulement à considérer dans l’étude sont les
suivants :
- pertuis complètement ouvert
- pertuis ouvert partiellement dans le cas de l’écoulement par dessus la bouchure mobile
(déversant) ou par dessous cette bouchure.
II-8.3.3 Piles et culées
Elle comportent, en plus, les logements des appuis des bouchures mobiles et le
logement des batardeaux. Ces batardeaux sont mis en place lorsque des opérations
d’entretien doivent être effectuées sur les piles ou sur le radier. De ce fait, les piles et
culées des barrages mobiles sont soumises, en plus des efforts qui s’exercent sur des piles
ou culées de pont, aux efforts horizontaux transmis par les bouchures mobiles (ou
éventuellement les batardeaux).
Les caractéristiques de ces ouvrages sont déterminées en fonction des
considérations suivantes :
- réduction des pertes de charge, en donnant à la section horizontale des piles une des
formes classiques résultant des essais sur modèle réduit.
- Réduction des affouillements : la forme en plan des piles a une influence sensible sur la
profondeur des affouillements ; à cet égard, il est intéressant de réduire les
affouillements en aval du radier en assurant un écoulement divergent qui améliore la
stabilité du ressaut et diminue sa longueur Lr.
- Stabilité : la stabilité d’une pile est étudiée pour les différentes situations dans
lesquelles peut se trouver l’ouvrage et en particulier, lorsque la pile est soumise à une
poussée latérale. Cette situation se présente lorsque le radier est mis à sec l'espace
compris entre deux piles au moyen de batardeaux pour effectuer certains travaux.

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

75
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

II-9 BARRAGES COLLINAIRS


II-9.1 Définition, objectifs et justifications

Les barrages collinaires sont des petits barrages destinés généralement à améliorer
une agriculture existante par l’irrigation de petits périmètres (quelques dizaines d’hectares)
que les grands barrages ne peuvent atteindre. Ces ouvrages sont caractérisés par :
- hauteur de retenue du barrage < 15 m, à ne pas dépasser que très exceptionnellement
- capacité approximative de la retenue de 50 000 m3 à 1 million m3.
- Rapport Sbv/Slac < 20 pour les grands barrages collinaires et < 50 pour les petits.
- Caractéristiques mécaniques des sols de fondation acceptables, pour assurer la sécurité
de l’ouvrage.
- Absence de problèmes de fondation qui nécessitent des traitements particuliers ou de
problèmes particuliers d’imperméabilité du réservoir
En Tunisie plus que 200 barrages et 1000 lacs collinaires sont programmés pour la
décennie 1991-2000. C’est pourquoi nous accordons une attention particulière à ce type
d’ouvrages dans ce chapitre.
Les barrages collinaires ont les avantages suivants :
- Présentent des investissements légers en comparaison avec les grands barrages et
induisent ainsi des intérêts intercalaires moins important.
- Ils entrent en service immédiatement après leur achèvement
- Ils sont d’une conception très simple qui permet une formation aisée des jeunes cadres.
- Ils permettent de faire des économies en devises
- Création des pôles d’activité proches des populations rurales à l’inverse des grands
barrages qui sont à l’origine des déplacements des populations rurales
- Création des emplois pendant la durée du chantier
II-6.2 Schémas types de l’aménagement collinaire

Un aménagement collinaire est définit par l’ensemble des ouvrages constituant la


retenue elle-même et les structures d’utilisation des eaux stockées.
Les différents schémas type d’un périmètre irrigué alimenté par un lac collinaire
sont reportés à la Figure II-9.1. Dans le premier cas de figure, il s’agit d’un réseau
d’irrigation à écoulement gravitaire avec distribution par ruissellement, servi par un canal
directement alimenté à partir du lac (Figure II-9.1 a). L’adduction et la distribution peuvent
être réalisées avec des conduites sous pression, l’irrigation ayant lieu toujours par
écoulement à surface libre (Figure II-9.1 b) ou par aspersion si l’on dispose d’une
dénivelée naturelle suffisante (Figure II-9.1 c). Dans le cas d’une irrigation par aspersion et
que la charge disponible est insuffisante, il est nécessaire d’implanter dans le réseau une
station de pompage (Figure II-9.1 d). Une station de pompage est également indispensable
pour alimenter les zones en amont du barrage si le périmètre irrigué est situé à un niveau
plus élevé que le niveau de la retenue du barrage. La construction d’un lac collinaire
s’effectue normalement dans son propre bassin versant. Néanmoins, lorsqu’un envasement
important est à craindre, ou que les conditions morphologiques du bassin ne sont pas
favorables, le lac collinaire peut être réalisé « en parallèle » en dérivant l’eau
d’alimentation d’un cours d’eau adjacent (Figure II-9.1 e). Dans ce cas, il faut prévoir un
ouvrage de prise sur le cours d’eau et un canal de dérivation. Cette complication est,
toutefois, compensée par l’absence de problèmes dus à l’envasement et à l’évacuation des
crues. Le schéma type d’un réseau de distribution d’eau potable pourvu de bornes
fontaines, alimenté par une retenue collinaire, est reporté à la Figure II-9.1 f. Une station

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

76
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

de traitement et un réservoir de compensation journalière sont installés le long de


l’adduction.

Retenue Périmètre Retenue Périmètre


collinaire irrigué collinaire irrigué

Adduction Adduction

Distribution Distribution

Drainage Drainage
a) Adduction et distribution par canal, b) Adduction et distribution par
irrigation par ruissellement conduites, irrigation par ruissellement

Retenue Périmètre Retenue Périmètre


collinaire irrigué collinaire irrigué

Adduction Adduction

Distribution Station de pompage


Distribution
Drainage Drainage
c) Adduction et distribution par d) Adduction par conduites, pompage,
conduites, irrigation par aspersion distribution par conduites, irrigation par
i
Retenue Périmètre
collinaire irrigué

Adduction

Distribution

Drainage
e) Alimentation de la retenue par eau dérivée

Réservoir surélevé
Retenue
collinaire Distribution
Adduction

Ouvrage de prise

Traitement des Station de pompage


(éventuelle) Réseau ouvert
eaux
avec borne fontaines
f) Adduction d’eau potable alimentée par retenue collinaire :
traitement des eaux, réservoir, réseau ouvert

Figure III-9.1 : Les différents schémas types d’aménagement collinaire


(PNUD/OPE, 1987).
Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

77
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

II-9.3 Phases de réalisation d’un barrage Collinaire


Les trois phases de réalisation d’un barrage collinaire sont identique à celles
présentées dans le Chapitre I, soit:
- Etude Préliminaire de l’Avant Projet Sommaire (APS) : Elle concerne les
reconnaissance et les études générales de la zone concernée.
- Etude d’Avant Projet Détaillé (APD) : Elle comprend les études des lacs
collinaires présélectionnées lors de la phase préliminaire.
- Etude d’Exécution : Elle concerne les conditions d’organisation, les prescriptions
techniques pour l’exécution et le contrôle de l’ouvrage.
II-9.4 Différents Types des Barrages Collinaires
Les barrages se classent en fonction du type de matériaux utilisés pour leur
construction. Les deux types les plus largement utilisés dans les barrages collinaires sont :
- soit en béton et/ou en maçonnerie parmi les barrages rigides (Figure II-9.2),
- soit des barrages souples en terre et/ou enrochements

Parapet
Garde corps
PHE
Drain sub-vertical
Parement amont vertical Parement aval en moellons taillés
en moellons taillés

Maçonnerie à moellons bruts

Drain sub-horizontal

Base du massif ancré

Figure II-9.2 : Barrage rigide en maçonnerie (PNUD/OPE, 1987).

Les barrages souples sont les plus employés de nos jours pour toutes les catégories
de barrages, Grands, moyens et petits et comprennent les types suivants :
* Pour les barrages en terre :
a- en terre zonée (Figure II-9.3 a)
b- en terre homogène (Figure II-9.3 b)
c- en terre du type avec écran d’étanchéité (Figure II-9.3 c)
* Pour les barrages en enrochement :
a- avec écran interne d’étanchéité (Figure II-9.4 a)
b- avec masque d’étanchéité extérieur (Figure II-9.4 b)

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

78
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

1 3

2
2

Légende : 1) Noyau ; 2) Massif ; 3) Zones de transition

a) Barrage en terre zoné

1
3

2
4

Légende : 1) Matériau imperméable ; 2) Tapis de


drainage ; 3) Drain vertical ; 4) Butée de pied drainante

b) Barrage en terre homogène

Légende : 1) Matériau perméable ; 2) Masque étanche

c) Barrage en terre avec masque étanche

Figure II-9.3 : Différents types de Barrage en terre (PNUD/OPE, 1987).

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

79
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

1
2

Légende : 1) Enrochements ; 2) Ecran d’étanchéité

a) Barrage en enrochements avec écran interne d’étanchéité

2 1
3

Légende : 1) Enrochements ; 2) Couche de transition ;


3) Masque d’étanchéité (membrane)

b) Barrage en enrochements avec masque d’étanchéité externe

Figure II-9.4 : Différents types de Barrage en enrochements (PNUD/OPE, 1987).

II-9.5 Critères de conception des digues en terre et/ou en enrochements


Les barrages souples qu’ils soient en terre et/ou en enrochements, doivent offrir, les
meilleures garanties de sécurité et de stabilité, aussi bien lors de la construction que
pendant la vie utile de la retenue. A cette fin, les critères de sécurité suivants doivent être
respecter tant au cours de l’étude qu’au cours de la réalisation :
1- Les ouvrages d’évacuation des crues doivent être correctement dimensionnés, de
façon à éviter des débordements incontrôlables ;
2- Les pentes des talus du remblai doivent être stables tant au cours de la construction
qu’au cours de l’exploitation en conditions extrêmes (vidange rapide etc..) ;
3- Le barrage ne doit pas transmettre aux fondations des efforts excessifs ;
4- Le phénomène d’infiltration dans le corps du barrage et dans les fondations doit
être strictement contrôlé, afin de garantir la stabilité de l’ouvrage et de réduire les
fuites ;
5- Le mouvement des vagues pouvant survenir dans la retenue ne doit donner lieu à
aucun débordement ni aucune érosion du parement ;
6- La réalisation d’un barrage dans une zone sujette aux séismes nécessite une étude
de stabilité préalable qui tient compte de ces efforts exceptionnels.

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

80
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

II-9.6 Les fondations et les traitements à adopter


Une fondation doit garantir un support stable au corps du barrage dans toutes les
conditions de charge et d’humidité du remblai. De plus, elle doit limiter les infiltrations en
vue d’éviter les fuites excessives de l’eau stockée et le risque de siphonnement.
Les fondations peuvent être perméables ou imperméables : les premières ne
présentent, en général aucun problème de stabilité et/ou de tassement ; les secondes
éliminent les problèmes liés aux infiltrations.
En règle générale, il est toujours possible d’intervenir sur les fondations afin
d’améliorer leur stabilité ou de réduire les fuites. Toutefois, chaque intervention devra
être choisie de façon appropriée, en prenant soin d’éviter les solutions compliquées
dont la réalisation ne se justifie pas pour un petit ouvrage de retenue.
Les interventions systématiques sur les fondations comprennent :
- Décapage sur une épaisseur de l’ordre de 0.50 m (jusqu’à la fondation imperméable).
- Si la fondation imperméable n’est pas atteinte après décapage, la solution consiste à
réaliser une Tranchée d’ancrage qui permet :
1) D’assurer une bonne liaison entre la fondation et le corps de la digue,
2) Dans le cas de fondation légèrement perméables, la trajectoire des courants
d’infiltrations augmente ; ce qui permet d’éviter les risques de renard (érosion
régressive),
3) Dans le cas de fondation perméable, l’étanchéité est assurée lorsqu’elle descend
jusqu’à une couche imperméable,
La profondeur de l’ancrage peut être calculée par la formule de Lane suivante :
⎛ 1 ⎞
H ancrage = Max⎜ Lv + Lh , C H ⎟ (II-9.1)
⎝ 3 ⎠
avec, Lv et Lh sont respectivement les longueurs des cheminements des courants
d’infiltrations verticaux et horizontaux ; H : charge d’eau ; C : coefficient fonction de la
nature du terrain de fondation
C = 2 à 3 : pour un matériau argileux,
C = 2 à 4 : pour des graviers,
C = 5 à 6 : pour des sables gros et moyens
C = 7 à 8 : pour des sables fins et limons,
Pour mieux illustrer les types de traitement à adopter dans les différents cas, il est
opportun de distinguer les trois types de fondation selon la nature des terrains et donc leur
perméabilité :
1) matériaux rocheux
2) matériaux granulaires grossiers (sables et graviers)
3) matériaux fins et très fins (limon et argile)
II-9.6.1 Les fondations en matériaux rocheux
Souvent, ces fondations ne présentent pas de problème de résistance, mais sont
caractérisées par des perméabilités élevées. Dans ce cas, il n’est pas conseillé d’avoir
recours à un écran d’injection car son coût, sa technique sophistiquée et les délais de
réalisation important ne se justifient pas pour ce type de retenue. Il est préférable de
prolonger et/ou d’approfondir le dispositif d’étanchéité du remblai. Le cas échéant et
lorsque l’économie du projet le permet, un tapis imperméable (géotextile par exemple) sur
toute la surface du bassin de retenue peut être adopté.
II-9.6.2 Les fondations en matériaux granulaires grossiers
Elles présentent des problèmes liés aux fuites d’eau par infiltration qui affectent
l’économie de l’ouvrage suite aux pertes d’eau importantes. Ces infiltrations ont pour

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

81
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

conséquence l’entraînement des particules les plus fines de l’assise aval. Ce qui réduit
la stabilité de l’ouvrage et peut conduire à l’écroulement total de la digue. Parmi les
nombreuses solutions qui peuvent être adoptées, nous distinguons :
1) la tranchée d’ancrage (Figure II-9.5 a)
2) le tapis imperméable amont (Figure II-9.5 b)
3) les tapis imperméable et tranchée drainant (Figure II-9.5 c)

1
1
2

3
4

Légende : 1) Massif en matériaux perméables; 2) Noyau d’étanchéité; 3) Couche


perméable; 4) Noyau imperméable.

a) Tranchée d’ancrage

2 3

Légende : 1) Tapis d’imperméabilité; 2) Filtre horizontal; 3) Drain

b) Tapis imperméable

Légende : 1) Parement aval à pente variable; 2) Filtre horizontal

c) Tapis imperméable et tranchée drainants

Figure II-9.5 : Quelques Solutions pour réduire les infiltrations : Cas de fondation
en matériaux granulaires grossiers (PNUD/OPE, 1987).

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

82
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

II-9.6.3 Les fondations en matériaux fins à très fins


Elles sont suffisamment imperméables mais, en revanche, peuvent présenter des
problèmes de stabilité. Les traitements à effectuer contre les risques d’écroulement dus des
charges excessives dépendent strictement de la nature des sols, du niveau de la nappe et du
degré de cohésion des grains. Ces fondations peut être classifié en deux types : saturées et
non saturées.
a) Fondations saturées
Elles présentent une capacité limitée à la résistance aux charges transmises par le
corps du barrage. Un des traitements suivants peut être appliqué :
- excavation des matériaux de mauvaise qualité lorsque leur volume est réduit ;
- construction de drains verticaux facilitant la consolidation des fondations sous l’effet
des charges transmises par le remblai ;
- réduction des pentes des talus de la digue pour allonger les surfaces de glissement
potentielles (Figure II-9.6)

2 2

Légende :
1) Remblai calculé pour fondations stables
2) Remplissage stabilisant

Figure II-9.6 : Remplissage stabilisant pour réduire les infiltrations : cas des
fondations fines saturées (PNUD/OPE, 1987).

b) Fondations non saturées


Les fondations non saturées se prêtent bien à la réalisation des petits barrages.
Mais, il arrive que des sols à faible densité, une fois saturés par les eaux de la retenue, se
tassent sensiblement, en provoquant des dégâts importants (rupture de la portion
imperméable du remblai, réduction excessive de la revanche, etc...). Ces tassements
peuvent être réduits par décapage des couches superficielles ou par consolidation des sols
avant et pendant la construction du remblai.
II-9.7 Les dimensions de la digue
II-9.7.1 Courbe hauteurs-capacités de la retenue
Nous considérons que les apports ou pertes venant de la nappe souterraine, les
pertes par évaporation et l’effet des courbes de remous sont négligeables. Pour tracer la
courbe de capacité d’un réservoir, nous divisons la tranche utile en n partie égales. Par la
suite, il s’agit de déterminer la superficie correspondante à chacune de ces cotes (à l’aide
d’un planimètre sur la vue en plan) permettant de calculer le volume de la retenue qui lui
est associée. Pour simplifier ces calculs, il suffit de remplir le Tableau II-9.1.

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

83
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

A Coupe BB Coupe CC
PHE
Si+1

Si Si+1
C ∆h Si

B
B

Coupe AA N
PHE PHE
RN RN
S(h)
barrage
Ni Si+1 Si+1
N Si ∆h Si
V(h)
Nmin Nmin
h
NS NS
Prise
d’eau

L
VS VU V S,
V V

Figure II-9.7 : Courbes hauteurs-capacités et hauteurs-surfaces d’une retenue.

Tableau II-9.1 : Calcul de la relation cotes-volumes de la retenue ou de la digue


(d’après PNUD/OPE, 1987)
Cote Superficie ∆h Volumes Partiels Volumes Cumulés (m3)
(mNGT) (m²) (m) (m3)
Vn
Ni Si
∆h = Ni+1 - Ni ∆V = ∆h (Si + Si+1)/2
Ni+1 Si+1 Vn+1 = Vn + ∆V

II-9.7.2 Hauteur de la digue


Les différents facteurs pouvant influencer le choix de la hauteur de la digue, mis à
part les critères d’optimisation économiques, sont :
- l’importance de la sédimentation (qui détermine la tranche morte)
- l’importance de l’évaporation (qui détermine les pertes)
- le laminage des crues (qui détermine la surélévation du plan d’eau)

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

84
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

a) Hauteur de retenue normale


La hauteur de la retenue normale est calculée en fonction de la tranche morte et de
la capacité utile. Ainsi, on définit la hauteur de retenue normale comme étant la hauteur
correspondant à la somme des volumes solide et utile : VS + VS (Figure II-1.1)
Le volume solide pouvant s’accumuler dans la retenue pendant la durée de vie
probable du barrage (d, minimum 20 ans) est donnée par :
V S = QS d (II-9.2)

avec,
AS
QS = (II-9.3)
γs
A : apports solides spécifiques moyens annuels (Kg/km2/an)
S : superficie du bassin versant (km2)
La capacité utile VU est obtenue par optimisation dans l’étude de régularisation
(voir application). La courbe hauteurs-capacités de la retenue permet alors de déterminer la
hauteur de la tranche morte ainsi que la hauteur de retenue normale (Figure II-9.7).
b) Charge maximale au-dessus du déversoir
Elle sera déterminée par l’étude de l’évacuateur de crues (voir application)
b-1) Revanche
La revanche de protection contre le batillage des vagues permet d’éviter la
submersion de la digue. Définit comme étant la hauteur au-dessus du niveau des plus
hautes eaux, elle constitue ainsi une tranche supplémentaire d’amortissement des crues
exceptionnelles.
La hauteur de la revanche, HR, est donnée par la formule suivante :
U2
HR = Hv + v (II-9.4)
2g

avec,
Hv et Uv désignent respectivement la hauteur et la vitesse des vagues.
La hauteur Hv des vagues peut être calculée par la formule empirique de
Stevenson :
H v = 0.76 + 0.3 L − 0.264 L (II-9.5)
avec,
L : longueur de la retenue suivant la direction du vent (km) ou le fetch (Figure II-9.8)
H : hauteur des vagues (m)
Barrage

D3
D2
D1

Figure II-9.8 : définition du Fetch (Maglakélidzé, 1984).

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

85
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

La vitesse de propagation des vagues en m/s est donnée par la formule suivante
(pour des hauteurs de vagues comprises entre 0.5 et 1 m) :
U v = 1.5 + 0.67 H v (II-9.6)
En résumé la hauteur hors sol de la digue est la somme de trois termes :
1) la hauteur de la digue correspondant à la cote de retenue normale
2) la hauteur d’eau maximale sur le seuil du déversoir (cette hauteur est généralement de
l’ordre du mètre pour les petites digues).
3) La revanche qui dans la pratique n’est jamais inférieure à 1.0 m (dans le cas de petites
retenues, la crête de la digue se situe entre 1.50 et 2.00 m au dessus du seuil de
l’évacuateur). Il ne faut pas sous estimer cette hauteur dans le coût de la retenue.
II-9.7.3 Largeur en crête de la digue
La largeur en crête ne doit pas être inférieure à 3 m pour les digues de hauteur
inférieure à 10 m et ce pour permettre la mise en œuvre des engins mécaniques. Pour les
digues de hauteurs supérieures, la largeur de crête généralement adoptée est le 1/3 de la
hauteur de la digue.
II-9.7.4 Pentes des talus de la digue
La pente des talus dépend des caractéristiques des matériaux autant dans la
confection de la digue. Elle est déterminée par le calcul de stabilité. Pratiquement, les
valeurs orientatives des pentes de talus selon la hauteur et le type de digue en terre, sont
données par le Tableau II-9.2 suivant. A l’exception des digues de faibles hauteur (<5m),
ces valeurs devront être vérifiées par le calcul de stabilité. Les Tableaux II-9.3, donnent les
valeurs recommandées par le « Bureau of Reclamation ».
Pour les barrages en enrochements, les pentes des talus amont et aval sont de
l’ordre de 1/1.15; ces pentes seront corrigées par l’étude de stabilité compte tenu des
angles de frottement des matériaux de la fondation.
Il est important de souligner l’importance des pentes de talus sur le coût de la
retenue du fait qu’elles influent de façon sensible sur le volume de terrassement.

Tableau II-9.2 : Valeurs orientatives des pentes pour digues en terre


(d’après PNUD/OPE, 1987)
Hauteur de
digue Type de digue en Terre Pentes des parements
(m) (V/H)
Amont Aval

<5 1) Homogène 1/2.5 1/2.0


2) à Zones 1/2.0 1/2.0

1) Homogène à granulométrie étendue 1/2.0 1/2.0


5 à 10 2) Homogène à fort porcentage d’argile 1/2.5 1/2.0
3) à Zones 1/2.0 1/2.5

1) Homogène à granulométrie étendue 1/2.5 1/2.5


10 à 20 2) Homogène à fort porcentage d’argile 1/3.0 1/2.5
3) à Zones 1/2.5 1/2.5

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

86
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

Tableau II-9.3 : Valeurs des pentes pour digues en terre recommandées par
« Bureau of Reclamation » (d’après PNUD/OPE, 1987)
a) Barrages à noyau sur fondations stables
Type Objectif Possibilité Classement des Classement des Pente du Pente du
de vidange matériaux du matériaux du talus talus
rapide massif noyau amont amont
Avec noyau Tous En mesure Tout venant GW, GC, GM, SC,
de non critique GP, SW SM, CL, ML, 2 :1 2 :1
dimensions Graveleux SP CH, MH
minimale
Atténuation Non GC, GM, 2 :1 2 :1
Avec noyau des crues ou SC, SM, 2 :1/4 :1 2 :1/4 :1
de contrôle CL, ML, 2 :1/2 :1 2 :1/2 :1
dimensions CH, MH 3 :1 3 :1
maximale contrôle Oui GC, GM, 2 :1/2 :1 2 :1
SC, SM, 2 :1/2 :1 2 :1/4 :1
CL, ML, 3 :1 2 :1/2 :1
CH, MH 3 :1/2 :1 3 :1

b) Barrages homogène sur fondation stables


Type Objectif Possibilité Classement des Pente du talus Pente du
de vidange matériaux du massif amont talus amont
rapide
Homogène ou Atténuation Non GM, GP, SW, SP
homogène des crues ou GC, GM, SC, SM 2 :1/2 :1 2 :1
drainé contrôle CL, ML 3 :1 2 :1/2 :1
CH, MH 3 :1/2 :1 2 :1/2 :1

Homogène contrôle Oui GM, GP, SW, SP


drainé GC, GM, SC, SM 3 :1 2 :1
CL, ML 3 :1/2 :1 2 :1/2 :1
CH, MH 4 :1 2 :1/2 :1

c) Classification des matériaux cohérents


GW Graviers bien classés, mélange gravier- ML Limon non organique et des sables très fins,
sable moyen ou grossier grains rocheux, limon ou sable fin argileux
de grande plasticité
GP Graviers moins classés, mélange de gravier- CL Argile non organique de moyenne ou faible
sable-limon moyen ou grossier plasticité, argile graveleux ou sableux ou
limoneux
GM Graviers limoneux, mélange de gravier, OL Limon organique et argile limoneux
sable, limon moins classés organique de faible plasticité
GC Graviers argileux, mélange de gravier, MH Limon non organique, sable ou limon fins,
sable, argile moins classés limon élastique
SW Sables bien classés, gravier sableux, moyen CH Argile non organique de grande plasticité,
ou grossier argile grossier
SP Sables moins classés, sables graveleux OH Argile organique de moyen et de grande
moyens ou grossiers plasticité
SM Sable limoneux, mélange de sable-limon PT Tourbe et autres sols fortement organique
moins classé
SC Sables argileux, mélange de gravier, sable OH Argile organique de moyen et de grande
et argile moins classé plasticité
PT Tourbe et autres sols fortement organique

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

87
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

II-9.7.5 Volume de la digue


Les principales dimensions de la digue étant déterminées, le volume de la digue
peut être estimé de la même manière que pour le volume de la retenue (§ II-9.7.1). La
Figure II-9.9 montre les différentes étapes de calcul du volume de la digue. Le Tableau II-
9.1 est également utilisé pour faire les calculs.

Coupe AA Coupe BB
B
B
Si+1 Si+1
Si ∆h
Si+1 Si
Si

A
A

Figure II-9.9 : Calcul du volume de la digue

II-9.8 Etudes des infiltrations dans le barrage et la fondation


Dans un barrage en terre formé de matériaux plus ou moins perméables, l’eau de la
retenue a tendance à s’infiltrer dans le corps du barrage et dans les terrains d’assise,
souvent perméables, pour venir resurgir à l’aval. Ces infiltrations ne seront pas gênantes
tant qu’elles n’affecteront pas la sécurité de l’ouvrage et qu’elles ne dépasseront pas un
certain débit au delà duquel le barrage risque de ne plus remplir efficacement son rôle.
L’ingénieur projecteur aura comme objectif premier de réduire à des valeurs
acceptables les débits d’infiltration, et enfin de les contrôler. Il importe donc que les
caractéristiques des matériaux du massif et de la fondation soient bien connues car elles
influent considérablement sur les phénomènes d’infiltration.
Le corps du barrage et les terrains d’assise doivent opposer aux cheminements de
l’eau une résistance telle que les pertes de charge soient suffisantes pour que toute
résurgence éventuelle à l’aval se produise à des vitesses assez faibles. Par conséquent,
aucun des matériaux, même les plus fins, ne peut être entraînés par les courants
d’infiltration. Si ces courants sont suffisants pour entraîner les matériaux vers l’aval, des
phénomènes de renards se forment et amèneront, plus ou moins rapidement, à la ruine du
barrage.
Outre le danger de renards, les infiltrations peuvent entraîner des effondrements
dans le talus aval. Les infiltrations entraînent à la fois la saturation du talus aval et la
circulation de l’eau dans celui-ci, et aboutissent ainsi à favoriser des glissements du talus
aval, et par conséquent la ruine de l’ouvrage. Dans le paragraphe II-7.1.2 b, nous avons
présenté les dispositifs permettant de lutter contre tout danger de renards et d’empêcher la
saturation du talus aval.
Les études des infiltrations dans un barrage en terre concerne : positionnement de la
digue de saturation, tracé des lignes de courant (ψ = cte) et des équipotentielles (φ = cte),
pression interstitielle en un point, distribution des sous-pressions sous le massif et
détermination du débit d’infiltration.

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

88
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

D’une manière générale, le débit de fuite par unité de largeur à travers l’assise
perméable est donné par l’expression suivante (Figure II-9.10) :
m
q = K ∆h (II-9.7)
n
avec,
q : débit de fuite par unité de largeur (m3/s/m)
m : nombre de ligne de courant
n : nombre de lignes équipotentielles
∆h : la différence de niveau entre la charge amont et la charge aval (m)
K : perméabilité équivalente (m/s)

ψ = cte
φ = cte
h

j=0 j=15
0
1 2
3
4
1
2 14
4 6 8 10 12
n=5
Couche imperméable

Figure II-9.10 : Réseau des lignes de courants et des équipotentielles à


travers les fondations homogène d’un barrage avec écran (Graf, 1991).

Pour un milieu non isotrope, la perméabilité intervenant dans l’équation (II-9.7) est
substitué par :
K = ( K v K h )1 / 2 (II-9.8)
1- Cas d’un massif homogène reposant sur une fondation imperméable sans dispositif
de drainage
Pour un massif ne comportant pas de dispositif de drainage (tapis, cheminée ou
butée de drainage), Kozeny a montré que la ligne phréatique peut être assimilée à une
courbe parabolique d’axe horizontal, de foyer O au pied de la digue (Figure II-9.11)

y
Plan d’eau A4 B

A3 A2 b
h
A1
C r
x θ y0
A5 A6 α A0

0.3 P a0
P
d

Ligne phréatique Ligne de saturation

Figure II-9.11 : Ligne phréatique à partir du parabole de Kozeny (PNUD/OPE, 1987).


Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

89
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

Ce parabole passe par les point A4, A3, A2, A1 et A0 avec A4 est le point du plan
d’eau amont ; A3 : ; A2 : intersection de la ligne phréatique avec le parement aval, A1 :
intersection du parabole de Kozeny avec l’axe y et A0 : intersection du parabole de Kozeny
avec l’axe x.
A partir du parabole théorique de Kozeny, la ligne phréatique est déterminée
graphiquement de la manière suivante :
- Tracer la normale au parement amont au point B, intersection du plan d’eau amont
avec le parement amont, la ligne phréatique est tangentielle à la normale construit et à
la partie médiane du parabole théorique
- la partie médiane du parabole théorique est confondue avec la ligne phréatique
- La troisième partie de la ligne phréatique est raccordée au point C tangentiellement à la
parabole théorique (le point C est distant du foyer de la distance b).
Le débit de fuite peut être approché par les expressions suivantes, qui tiennent
compte de l’angle α, angle que fait la face aval du massif avec l’horizontal :
* Si α < 30°
q = K b sin 2 α (II-9.9)

avec, b = (h 2 + d 2 )1 / 2 − (d 2 − h 2 cot g 2α ) 1 / 2
* Si 30° <α ≤ 180°
q = K y0 (II-9.10)

2) Cas d’une fondation relativement perméable


Dans ce cas, la longueur moyenne de la ligne d’infiltration est supposée égale à
celle de la ligne de contact du massif imperméable avec la fondation perméable. Dans ce
cas, le débit de fuite par unité de largeur de fondation perméable est (Figure II-9.12 a) :
PKh
q= (II-9.11)
E
avec, P : profondeur de la fondation perméable
K : perméabilité de la fondation perméable
E : empattement du massif imperméable
h : hauteur de la retenue

3) Cas d’un massif homogène relativement étanche


Dans ce cas, l’équation II-9.11 est également valable en prenant comme valeur de E
l’empattement de la digue homogène.

4) Cas d’un massif imperméable ancré dans l’assise perméable


Soit F la profondeur d’ancrage. Le débit d’infiltration à travers l’assise est alors
(Figure II-9.12 b) :
1 2P / E + 1 + 4 P 2 / E 2
q = K h log (II-9.12)
2 2F / E + 1 + 4 F 2 / E 2

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

90
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

Massif imperméable

P E Fondation perméable

Assise imperméable

a) Massif imperméable sans ancrage

Massif imperméable
ancré

F
P Fondation perméable
E

Assise imperméable

b) Massif imperméable ancré

Figure II-9.12 : Calcul du débit de fuite (PNUD/OPE, 1987).

II-9.9 Calculs de stabilité


Voir barrage en terre (§ II-7.1.2)
II-9.10 Protection de la digue
La digue est soumise à l’érosion due au ruissellement et au vent. Il est donc
nécessaire de la protéger, comme doit l’être le parement amont contre le batillage de l’eau.
Le choix du type de protection doit tenir compte des matériaux disponibles localement. Les
protections en enrochement se sont avérées dans la pratique les plus sûres.

II-10 OUVRAGES ANNEXES


II-10.1 Déversoirs
Les déversoirs de crue sont des ouvrages annexes aux barrages, qui permettent la
restitution des débits de crues excédentaires (non stockés dans le réservoir) à l’aval du
barrage.
D’une importance primordiale pour la sécurité du barrage, les déversoirs doivent
être en mesure d’empêcher le débordement de l’eau par-dessus la digue et l’apparition de
phénomènes d’érosion à l’aval de la digue dans la zone de rejet dans l’oued.
Les déversoirs peuvent être groupés en deux principaux types : les déversoirs de
surface et les déversoirs en charge
II-10.1.1 Déversoir de surface
Il s’agit du type le plus communément utilisé et aussi le plus fiable. L’évacuateur
de surface débute par un seuil. Ce seuil dans un chenal à faible pente qui amène l’eau à
l’aval de la digue. L’eau emprunte ensuite le coursier dont la pente permet de rattraper la
différence de cote entre le niveau de la retenue et celui de l’oued à l’aval.
Le coursier aboutit soit directement dans l’oued (différence de cote faible), soit
dans un bassin d’amortissement (cas de forte pente).

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

91
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

L’évacuateur de surface est placé selon les cas (Figure II.9.13) :


- déversoir latéral : latéralement à l’axe du barrage sur une rive
- déversoir frontal : parallèlement à l’axe du barrage

a) Déversoir frontal en béton massif

seuil

canal Bassin de
coursier dissipation

b) Evacuateur frontal posé sur le barrage

Figure II-9.13 : Evacuateur frontal (PNUD/OPE, 1987).

Le déversoir du type latéral est adopté dans le cas ou la pente du versant est faible.
Ce type d’ouvrage repose directement sur le sol et n’est donc soumis à des tassements sous
l’effet du massif du barrage. Si la pente du versant est forte, un déversoir latéral conduit à
des déblais important et un déversoir frontal est alors préférable. Ce type de déversoir est
également utilisé dans le cas de débit évacué très important conduisant à une longueur du
seuil très important. Lorsque la hauteur du barrage est de 10 à 15 m, le déversoir frontal est
construit avec un massif en béton, tandis que pour des hauteurs inférieures, l’ouvrage peut
être réalisé directement sur le couronnement du remblai, en modifiant le profil en travers
de celui-ci et en protégeant le canal contre l’érosion.
II-10.1.2 Déversoir en charge
Ils peuvent être du type puits ou type siphon (Figure II-9.14).

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

92
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

a) Déversoir en puits

b) Déversoir siphon

Figure II-9.14 : Différents types de Déversoir en charge (PNUD/OPE, 1987).

L’évacuateur en puit est un ouvrage en béton de forme circulaire. Il évacue l’au par
chute verticale dans la conduite enterrée débouchant à l’aval de la digue dans un bassin de
dissipation. Le puit peut servir également de tour de prise d’eau. La conduite d’évacuation
joue le rôle de conduite de vidange.
L’évacuateur en siphon est constitué d’une simple conduite qui fonctionne par
aspiration. Cette conduite peut être incorporée dans la digue ou, de préférence, posée dans
une tranchée latérale creusée dans la berge. Des grilles installées à l’entrée de l’évacuateur
permettent d’éviter l’obstruction par les corps flottants.
II-10.1.3 Choix du type de déversoir
Le choix entre un déversoir de surface et un déversoir en charge dépend :
- de l’importance des débits à évacuer
- de la dénivellation entre la cote des plus hautes eaux et celle du lit de l’oued dans la
zone de rejet des eaux à l’aval,
- de la nature des terrains traversés par l’ouvrage, en particulier par le canal ou coursier
(rendant nécessaire ou pas le revêtement).
Dans tout les cas, il est recommandé de concevoir l’évacuateur de crues le plus
simplement possible afin de circonscrire les coûts dans les limites raisonnables.
Il faut noter que les déversoirs en charge ont, par rapport aux déversoirs de
surface :
- une marge de sécurité beaucoup moins grande, due aux variations du débit en fonction
1/2 3/2
de la charge nettement moins élevée (H et H ).
- Un coût de réalisation plus élevé

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

93
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

II-10.2 Bassins d’amortissement ou de dissipation d’énergie


Ce sont des ouvrages associés au déversoir qui ont pour rôle de dissiper l’énergie
cinétique de l’eau à la sortie aval du chenal, du coursier ou de la conduite (suivant le type
de déversoirs). La création d’un ressaut hydraulique, transforme un courant torrentiel
(rapide) en un courant fluvial (lent) pouvant être restitué sans risque dans le lit de l’oued.
La figure II-9.15 illustre les différents types d’ouvrages de dissipation d’énergie. Les
dissipateurs à auge nécessitent la présence d’un lit en matériau rocheux très compact et
stable pour éviter les affouillements. Ces diffèrent suivant la nature de l’écoulement :
- Dans le cas d’ouvrage de dissipation avec bec de refoulement, l’écoulement est
totalement submergé par le courant aval (Figure II-9.15 a). le bec terminal est surélevé
par rapport au fond du lit, afin de protéger la structure en béton des chocs provoqués
par les matériaux accumulés par le remous. Le fonctionnement de cet ouvrages
nécessite, dans le lit aval, une hauteur d’eau d’environ 110 % de celle requise pour la
formation du ressaut.
- L’ouvrage de dissipation en saut de ski donne un écoulement émergeant du courant
aval (Figure II-9.15 b).
Si des affouillements sont à craindre, il y a lieu d’augmenter la dissipation de
l’énergie avant que l’écoulement rejoint le lit aval au moyen de blocs de béton permettant
d’amortir le jet d’eau à la sortie du bassin (Figure II-9.15 c et d).

a) avec bec de refoulement b) avec saut de sky

c) équipés de blocs d) avec chute

Figure II-9.15 : Types de Bassin de dissipation d’énergie (PNUD/OPE, 1987).

II-10.3 Critères de dimensionnement


Pour l’étude des déversoirs d’un barrage en général et d’une retenue collinaire en
particulier, il faut en premier lieu :
- établir la crue maximale à prendre en compte
- évaluer, au plan économique, l’opportunité d’évacuer en aval du barrage la totalité du
débit de crue au moyen d’ouvrages de déversement appropriés.

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

94
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

En effet, l’hydrogramme relatif à la crue prévisible est très souvent caractérisé, pour les
bassins versants de petites dimensions, par des valeurs du débit de pointe assez élevées
(quelques dizaines de m3/s) mais de durée réduite (généralement une ou deux heures au
plus). Le déversoir permettant d’évacuer le débit de pointe maximal est alors de dimension
très importante et donc un coût excessif.
Il faut donc vérifier si la morphologie du réservoir permet le stockage du débit de
crues prévu. Cette solution n’est avantageuse que dans le seul cas où une faible
surélévation du niveau de l’eau entraîne une augmentation importante du volume stocké
(cas du barrage Sidi Salem et Sidi Saad).
Il aussi possible, en augmentant la revanche de manière appropriée, d’écrêter le
débit de pointe et dimensionner le déversoir pour un débit de crues bien inférieur, sans
qu’il ait à craindre une submersion de la digue.
Au cas où la morphologie de la retenue ne serait pas favorable et le débit de crue
pas bien défini, la construction d’un réservoir aux dimensions adéquates pourrait constituer
une contrainte si sérieuse que la réalisation d’un barrage dans la section considérée ne
puisse être envisagée.
L’étude des variations du volume d’eau stocker dans le réservoir pour laminer des
crues de différentes durées et de même fréquence montre que le volume passe par un
maximum pour une crue de durée supérieure au temps de concentration du bassin versant.
A ce volume maximal correspond la cote des plus hautes eaux dont dépend la hauteur de la
digue.
Le dimensionnement hydraulique et structurel des déversoirs exige une analyse
approfondie des caractéristiques et du fonctionnement des différents ouvrages. Dans les
paragraphes suivants nous présentons les principaux critères de base pour l’étude et le
calcul hydraulique des déversoirs les plus couramment employés.
II-10.3.1 Laminage des crues et recherche des dimensions optimales de l’évacuateur
de crues
L’atténuation du débit de pointe de l’hydrogramme de crue par moyens naturels ou
artificiels s’appelle laminage de crue. L’atténuation naturelle est due essentiellement aux
pertes d’énergies par frottements sur le fond et les berges. Si l’onde de crue trouve sur son
passage un réservoir muni d’un système de vidange quelconque, un certain volume de crue
servira à remplir le réservoir jusqu’à la cote de déversement. Ensuite le débit sortant suivra
la courbe caractéristique des vannes du fond et l’hydrogramme de sortie présentera une
pointe plus faible et décalée dans le temps par rapport à l’hydrogramme d’entrée (Figure
II-9.16).

Débits

Qe Hydrogramme de crue
à l’entrée de la retenue
Volume

Qs Hydrogramme à la
sortie de l’évacuateur
Volume

Temps

Figure II-9.16 : Laminage des crues (Bédient, 1989).

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

95
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

L’établissement de la courbe hauteur-capacité de la retenue et l’hydrogramme de


crue maximale déterminé lors des études hydrologiques, permettent de procéder à l’étude
du laminage des crues en suivant les étapes suivantes :
- fixer une charge maximale admissible au-dessus du seuil du déversoir permettant une
tranché de laminage de crues suffisantes. Généralement, celle-ci a une valeur comprise
entre 0.6 à 1.50 m environ.
- calculer ensuite le déversoir qui permet d’évacuer sous la charge fixée le débit
maximal de crue (voir chapitre IV).
L’évacuateur ainsi déterminé, l’étude des variations du volume d’eau stocké (ou du
niveau du plan d’eau) dans la retenue, consécutives à des crues engendrées par des pluies
de durée t0, t0 + Dt, t+2Dt, etc..., permet de déterminer la cote maximale atteinte par les
eaux et le débit maximal de l’évacuateur sous la charge correspondante. Cette étude peut se
faire à l’aide de la construction graphique de Blackmore basée sur l’intégration de
l’équation de continuité et la courbe donnant la variation du débit de sortie du déversoir en
fonction de la hauteur d’eau Qs = f(h) représentée par les courbes V=f(h) et Qs=f(h). Cette
intégration peut se faire numériquement (méthode des indicateurs de stockage par
exemple).
II-10.4.2 Calculs hydrauliques
Dans ce paragraphe seront présentées quelques règles permettant le
dimensionnement des ouvrages avec une marge de sécurité acceptable.
a) Déversoir
La capacité d’évacuation est contrôlée par le déversoir situé dans la partie amont de
l’évacuateur. Les parties aval (chenal, coursier, ...) doivent être conçues pour évacuer le
débit du déversoir sans perturber le régime d’écoulement. Le débit du déversoir est
fonction de la charge sur le seuil et du profil de la crête. Le profil Creager est généralement
adopté puisqu’il conduit à une lame déversante qui adhère à la forme de ce profil (voir
chapitre IV).
b) Chenal d’écoulement
Le chenal d’écoulement se situe à l’aval immédiat du déversoir, il doit posséder une
pente suffisamment faible (J0 < Jc) pour assurer un écoulement fluvial. La forme
rectangulaire est généralement la plus adaptée pour le chenal. L’écoulement dans ce chenal
n’est généralement pas uniforme, car le chenal est trop court. Il s’établit un ressaut, juste à
l’aval du déversoir, qui conduit à un écoulement fluvial. Le passage en écoulement
torrentiel au niveau du coursier est assuré par le rétrécissement formé généralement au
niveau du changement de pente. Pour vérifier que l’écoulement est bien fluvial à l’aval du
déversoir, la condition suivante doit être satisfaite :
h0 > hc (II-9.13)
avec, h0 : profondeur normale en écoulement uniforme; hc: profondeur critique
La vérification de cette condition s’opère non seulement pour le débit maximal,
mais aussi pour les débits intermédiaires. Cette condition vérifiée, la hauteur de la lame
d’eau au point aval qui fixe l’écoulement peut être déterminée. A partir de ce point, le
calcul de la courbe de remous (type M2) sera poursuivi de l’aval vers l’amont en
appliquant une des méthodes couramment employées pour ce genre de problème (méthode
à pas constant ou à pas variables selon que le chenal est prismatique ou non, par exemple).
La hauteur amont de cette courbe conditionne la position et le type (noyé ou non noyé) du
ressaut hydraulique éventuel se formant à l’aval du déversoir.

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

96
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

c) Coursier
Le coursier fait suite au chenal d’écoulement et permet de conduire l’eau au talweg.
Pour assurer de bonnes conditions à l’écoulement, il est conseillé de le construire en béton
avec une section rectangulaire dans les barrages collinaires. Les courants qui aboutissent
au pied d’un coursier (ainsi que ceux qui s’écoulent dans une conduite d’évacuation) ont
une vitesse élevée. Mais ils doivent rejoindre le cours d’eau à une vitesse très inférieure,
l’énergie en excès doit être dissipée.
C’est sur ce critère que se basent les bassins d’amortissement à ressaut hydraulique,
tandis que les bassins à auge se bornent à déplacer le courant plus en aval et à une distance
assurant la sécurité de la digue contre des phénomènes d’érosion.
d) Bassin d’amortissement
Dans les bassins à ressaut hydraulique, l’énergie dissipée peut être exprimée en
fonction du nombre de Froude au niveau de la section initiale du ressaut (Fr1). Le meilleur
intervalle du nombre de Froude qui assure une dissipation d’énergie élevée et la régularité
des courants aval est celui compris entre 4.5 et 9 (ressaut stable). Pour des faibles valeurs
de Fr1, le ressaut est dit fort. Il est appelé faible ou oscillant pour des grandes valeurs de Fr1
(Figure II-9.17). Ces valeurs entraînent la formation des ondulations dans le courant aval
ou à des tourbillons instables voire à une dissipation d’énergie quasiment nulle.

h1 hc

a) Ressaut ondulé (Fr1 =1.0 à 1.7) b) Ressaut faible (Fr1 =1.7 à 2.5)

c) Ressaut oscillant (Fr1 =2.5 à 4.5) d) Ressaut stable e) Ressaut fort (Fr1 > 9)
(Fr1 =4.5 à 9.0)

Figure II-9.17 : Nature du ressaut suivant le nombre de Froude amont


(Chow, 1959).

Une fois que l’efficacité du ressaut est établie, il est opportun que le ressaut
commence au pied du coursier ou du canal d’évacuation de façon à limiter la longueur du
bassin. Pour atteindre ce résultat, il est nécessaire que le fond du bassin et le fond du lit du
cours d’eau en aval de celui-ci se trouvent à des hauteurs différentes. Ceci peut être obtenu
en approfondissant le bassin (à ressaut hydraulique) ou en surélevant la crête du seuil
terminal (avec contre-digue).

d1) Dissipateur à ressaut hydraulique

La Figure II-9.18 représente les différentes sections de contrôle et les profondeurs d’eau
correspondantes intervenant dans le calcul de la longueur L du bassin.

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

97
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

(0) (1)

h0

H0
(2) (3)

K3
h2 h3
h1 a

Légende : Légende :
0 : Section en amont du seuil h1 : Profondeur d’eau au pied du seuil
1 : Section en courant torrentiel au pied h2 : profondeur d’eau en aval du ressaut
du seuil h3 : porofondeur d’eau en aval du bassin
2 : Section en aval du ressaut hydraulique K3 : Profondeur de la ligne de charge en
3 : Section en aval du bassin aval du bassin
H0 : Profondeur d’eau en amont du seuil a : Profondeur du bassin
par rapport au radier aval du bassin L : longueur de la dalle du bassin
h0 : Profondeur d’eau en amont du seuil
par rapport au seuil

Figure II-9.18 : Bassin de dissipation à ressaut hydraulique (PNUD/OPE, 1987).

Pour déterminer longueur du bassin, nous définissons :


q q2
Fr = , q = µ 2 g h 3 / 2 et hc = 3 (II-9.14)
g h3/ 2 g
avec, Fr : nombre de Froude ; q : débit par unité de largeur ; hc : profondeur critique

La profondeur de la ligne de charge en aval du bassin est donnée par les


expressions suivantes suivant la pente du lit :
q2
K 3 (lit à faible pente) = h3 + (II-9.15)
2 g h32
3
K 3 (lit à pente forte) = hc (II-9.16)
2
Lorsque q, hc, H0 et K3 sont connus, h1/hc est déterminé suivant le Tableau suivant.

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

98
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

Tableau II-9.4 : Valeurs de h1/hc suivant la résistance c le long du coursier


(PNUD/OPE, 1987).
h1/hc 2 (H0 - K3)/hc h1/hc 2 (H0 - K3)/hc
c=1 c = 0.8 c=1 c = 0.8
0.100 91.304 147.554 0.375 3.382 7.382
0.125 56.309 92.309 0.400 2.721 6.236
0.150 37.512 62.309 0.425 2.193 5.308
0.175 26.322 44.690 0.450 1.769 4.547
0.200 19.166 33.228 0.475 1.427 3.920
0.225 14.340 25.451 0.500 1.148 3.398
0.250 10.951 19.951 0.525 0.921 2.962
0.275 8.495 15.933 0.550 0.736 2.595
0.300 6.670 12.920 0.575 0.585 2.286
0.325 5.285 10.611 0.600 0.461 2.024
0.350 4.217 8.809 1.000 0.000 0.563

La valeur de h1 ayant été obtenue, a et h2 sont successivement déterminées par :


⎡ ⎛ hc ⎞
3 ⎤
q2 h1 ⎢ ⎥
a = h1 + − H et h = 1 + 8 ⎜
⎜h ⎟ ⎟ − 1 (II-9.17)
2 ⎢ ⎥
0 2
2 g c 2 h12 ⎝ 1 ⎠
⎣ ⎦
La longueur de la dalle du bassin est obtenue à partir des expressions suivantes :
L = 5.9 h1 Fr1 (Safranez) (II-9.18)

L = 10.3 h1 ( Fr1 − 1) 0.81 (Certussov) (II-9.19)

d2) Dissipateur avec contre-digue


Le calcul de la largeur de la contre-digue s’effectue en suivant les étapes suivantes (Figure II-
9.19) :

(0) (g) (1)


z0 1
zg (2) (C) (3)
A fg
D 2
zv
z2 fc z3
f0 z1 fb
C f3

3
3
Lb
B

Légende : Légende :
1 : Ligne des charges totales 0 : Section en amont du seuil
2 : Ligne d’eau g : Section au niveau du seuil
1 : Section en courant torrentiel au pied
3 : Profil initial du terrain naturel
du seuil
A : Remblai artificiel
2 : Section en aval du ressaut hydraulique
B : Seuil
C : Section au niveau de la contre-digue
C : Bassin de dissipation en remblai
3 : Section en aval de la Contre-digue
D : Contre-digue
z : Niveau du plan d’eau
Lb : Largeur du bassin
f : Cote du fond du lit ou de la crête des
Lg : Largeur du seuil
structures
Lc : Largeur de la contre-digue

Figure
Département II-9.19
de Génie Civil: Bassin de dissipation avec
Laboratoire contre-digue (PNUD/OPE, 1987).
d’Hydraulique ENIT

99
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE II OUVRAGES DE RETENUE

* Calculs de la profondeur critique, de la profondeur au pied du seuil et de la profondeur en


aval du ressaut hydraulique qui sont données par les expressions suivantes :
Q2
hc = z g − f g = 3 (II-9.20)
g L2g

Q h1 h2 2 Q2
h1 = z1 − f b = et h2 = z 2 − f 0 = − + 1 + (II-9.21)
Lb 2 g ( z 0 − f b ) 2 4 g L2c h1
* Ces profondeurs étant déterminées, la différence de niveau du contre-digue et du bassin
et celle entre le plan d’eau en aval du seuil et du bassin peuvent être calculées comme suit :
Q2
f c − f b = h2 − 3 ; µ ≅ 0.37 (II-9.22)
g µ 2 L2c
0.22
⎡ ⎤
zv − f b = ( f g − f b )⎢
Q2
3⎥
(II-9.23)
⎣⎢ g Lb ( f g − f b ) ⎦⎥
2

* Ainsi, la longueur du contre-digue peut être déterminée :


zg − fg
Lb = (z g + f g − 2 f b ) + 6 .9 ( z 2 − z 1 ) (II-9.24)
z g + f g − 2 zv
d3) Choix du type de dissipateur
Suivant les conditions topographiques du lit, deux cas peuvent se présenter:
1) lit caractérisé par une pente élevée J0 > Jc, soit h0 < hc : la seule solution possible est
l’approfondissement du bassin, car sur le seuil terminal le courant atteint l’état critique.
2) Lit caractérisé par une faible pente J0 < Jc, soit h0 > hc : ce sont les cas les plus
fréquents. Le niveau du fond du bassin peut être déterminé de telle sorte que l’énergie
résiduelle en aval du bassin soit compatible avec les conditions du mouvement du
courant dans le lit de l’oued. Cependant, en fonction des différents débits, l’énergie
résiduelle peut être supérieure ou inférieure à celle compatible avec le courant aval.
Elle peut donc donner lieu soit à un rapprochement soit à un éloignement du ressaut par
rapport au coursier. Dans ces cas, il est conseillé d’intervenir sur la profondeur du
bassin et de prévoir des dispositifs de dissipation supplémentaires (barres, dents, ...).
Ceci permettra de réduire la longueur du bassin par rapport à la longueur nécessaire en
cas de ressaut en condition normale
II-10.5 Conclusions
Pour conclure cette partie sur les évacuateurs de crues, notons qu’il n’y a pas de
solution type. Pour un même projet, différentes solutions doivent être étudiées et
comparées entre elles sur les plans techniques, sécurité de l’ouvrage, économique et facilité
de mise en œuvre.
Il faut également rappeler les principaux facteurs qui peuvent influencer sur le coût
de l’évacuateur de crues :
- la résistance des sols à l’érosion qui conditionne la nécessité ou non du revêtement
- les caractéristiques des déblais du chenal qui permettent leur utilisation pour la
construction de la digue. Cet élément conditionne en grande partie le coût de
l’évacuateur parce qu’il permet la meilleure utilisation des produits des excavations
- la simplicité de la conception
- et enfin la topographie du site.

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

100
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE III OUVRAGES DE PRISE D’EAU

CHAPITRE III

OUVRAGES DE PRISE D’EAU

III-1 IMPLANTATION ET CRITERES DE CHOIX DU TYPE D’OUVRAGE


III-1.1 Introduction
Les ouvrages de prise d’eau ont pour but de prélever dans un cours d’eau ou dans
un réservoir le débit nécessaire à chaque instant à l’utilisation (Irrigation, Station de
Traitement d’Eau Potable ou de Production d’Energie Electrique), en éliminant, dans tous
les cas et dans la mesure du possible, les matières solides transportées par le cours d’eau et
en réduisant les pertes de charge à l’entrée de la prise. Il faut noter que dans beaucoup de
petites retenues, il n’est prévu aucun système de prise. Les prélèvements d’eau se font
grâce à un tuyau (rigide ou souple) muni d’une crépine et simplement plongé dans l’eau,
soit à partir de la digue soit sur une rive. Les ouvrages de prise comportent, en général,
trois parties principales (Figure III-1.1) :
- un ouvrage d’entrée muni d’un seuil (S1)
- des dispositifs de réglage du débit dérivé (B), constitués essentiellement par le
barrage mobile qui permet de modifier le niveau du plan d’eau en agissant sur les
bouchures mobiles et, par un déversoir latéral aménagé à l’entrée du canal de dérivation.
- des ouvrages de dégravement, de dessablage (D) et d’élimination des corps
flottants (G1 et G2) .

B : barrage ; S1 et S2 : seuils
G1 : Grosse grille
G2 : Grille fine
V1 et V2 : vannes de chasses Galerie de chasse

Qav
B
V1 Canal d’amenée

X S1 Dessableur (D)
S2 Y
Qe

G1
S1 G2

S2

Profil en long suivant X-Y


V2

Figure III-1.1 : Prise d’Eau en Rivière (Ginocchio, 1959).

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 100
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE III OUVRAGES DE PRISE D’EAU

III-1.2 Prises d’Eau en Cours d’Eau


Pour une prise en cours d’eau, le meilleur emplacement du débouché de l’ouvrage
de dérivation, est sur la rive extérieure d’une courbe de l’oued (Figure III-1.2). Cette
disposition permet, grâce au courant secondaire résultant de la force centrifuge, de limiter
l’entrée des matériaux transportés par charriage dans la prise.

Derivation
(a) Y
Qder

Seuil de
prise (S1)

Q
Qav
X Barrage
Y X

(b)

Figure III-1.2 : Prise d’eau dans une courbure (d’après Bouvard, 1984 et Ginocchio,
1959). a) Emplacement optimum. b) courant secondaire.

Dans le cas d’une


prise implantée sur un
Qav
alignement droit d’un
cours d’eau, un système
d’épis amont, peut créer
une courbe artificielle Epis amont
(Figure III-1.3), qui aura
le même effet sur les
Qde
matériaux du fond.
Dérivation

Figure III-1.3
PriD c4‡ç T ‹;¿Âdâ*61i 3,× ³R8Droit (d’après

III-1.3 Prises d’Eau en Réservoir


Les prises en réservoir doivent être établis en tenant compte des conditions de
sédimentation des réservoirs. En effet, la construction d’un réservoir modifie les conditions
d’écoulement du débit solide, aussi bien pour le transport par charriage que pour le
transport par suspension (Figure III-1.4).
Les matériaux transportés par charriage (gravier, sable grossier) se déposent en tête
de la retenue, c’est à dire vers l’extrémité amont de la courbe de remous.

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 101
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE III OUVRAGES DE PRISE D’EAU

Les matériaux en suspension (sable fin, limon, vase) se déposent au fond de la


retenue au pied amont du barrage, pour se consolider avec le temps et acquérir une
cohésion importante. Ils constituent alors une tranche morte du réservoir, laquelle est
surmontée par la tranche utile qu’il convient de conserver libre de toute sédimentation.
La tranche morte peut représenter une fraction importante du volume total de la retenue 25
% pour le barrage d’Aswouan en Egypte par exemple (30 milliards de m3 sur 120 milliards
à raison de 60 Millions de m3/an sur 500 ans).

Tranche
utile
Gravier et
sable grossier
Tranche
morte

Sable fin et
vase

Figure III-1.4 : Sédimentation d’un Réservoir en Fonction du Temps


(d’après Ginocchio, 1959).

III-2 DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES-PRINCIPES DE DIMENSIONNEMENT


III-2.1 Dispositions constructives
III-2.1.1 Prises en Cours d’Eau
Les dispositions qui précèdent (§ III-1.2) permettent de réaliser le dégravement
local (c’est à dire d’empêcher que les matériaux entrent dans la dérivation), mais il
convient de prendre des dispositions pour réaliser un dégravement aval, c’est à dire de la
section du cours d’eau située en aval de la prise (transit des matériaux); En effet, du fait du
prélèvement du débit Qe, le débit Qav = Q - Qe , dans le cours d’eau à l’aval de la prise,
peut être insuffisant pour entraîner les matériaux de fond et ceux-ci s’accumulent dans
l’oued en aval du barrage (Figure III-1.3).
Pour remédier à cet inconvénient, il est quelquefois nécessaire de réaliser un
calibrage du lit mineur (pente et section) pour accroître la puissance de transport
hydraulique. Comme il est même nécessaire, dans certains cas, de réduire volontairement
le débit dérivé ou de prévoir des lachures ou chasses d’eau (par des mesures
d’exploitation), de façon à maintenir dans le cours d’eau un débit aval suffisant pour
entraîner les matériaux : Cas des barrages Sidi Salem et Laroussia sur la Medjerdah (Figure
III-2.1).
III-2.1.2 Prises en Réservoirs
La prise d’eau proprement dite peut être:
- Fixe au Fond, au pied du barrage, (Figure III-2.2)
- Fixe à une Tour de Prise (Figure III-2.3).
- Flottante ou avec seuil mobile, (Figure III-2.4)

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 102
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE III OUVRAGES DE PRISE D’EAU

C
B 42.00

Axe du barrage Laroussia


Y12 Y11
90°

31.50
Axe de la prise du
32.00 Grand-Canal
B 87°
30.00
34.70
27.50
36 38.5
32 34
30
38.5
Plate forme
37 triangulaire 27

35 Axe de la prise
33 du canal Medjerda-Cap-
30
Rideaux de
Bon
27
palplanches

42.00
38.50

34.84
Sens de l’écoulement

68°

38.5

27
38.5 27

Rive Rive
gauche droite

Echelle : 10 m

Figure III-2.1 : Les différents ouvrages de la retenue de Laroussia.


Etude sur modèle réduit (Hafsia, 1998).

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 103
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE III OUVRAGES DE PRISE D’EAU

X Rainure de
Salle de manœuvre de la vanne guidage de la
RN
Vanne

Grille en
béton armé
Galerie d’amenée

X Y

Y Amont Aval

Salle de
manœuvre

Echelle
5 0
10 15 20 25 m Coupe X-Y

Grille
Grille

Entrée de la
Coupe X-Y prise d’eau

Vanne Conduite
Prise d’eau en réservoir (schéma de principe) Prise d’eau à travers un barrage (prise sans tour)

Figure III-2.2 Prises d’Eau dans une Retenue (d’après Ginocchio, 1959).

RN

Tour de prise
d’eau
Servo-moteur

X Y
Coupe X-Y
Grilles
Puits d’aération

Puits des vannes

Rainure à batardeau

Vanne

Vue d’ensemble en plan Coupe verticale

Figure III-2.3 : Schéma de principe d’une prise d’eau avec tour


(Ginocchio, 1959).

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 104
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE III OUVRAGES DE PRISE D’EAU

1970 Niv. Max.

Prise cylindrique

Volume exploité
Course
Rive gauche de 15 1947.5 Niv. Min. Rive droite
1940 Niv. Min. actuel

1932
Niv. max. possible de limons
1925
Niv. Max. de limons

Qmax = 14 m3/s Mur peigne de retenue


Grille obturée
Pertuis de vidange

Figure III.2.4 : Prise flottante : Aménagement de la grande Dixence


(Bouvard, 1984).

Dans le cas où le canal d’amenée à surface libre comporte à son extrémité aval un
réservoir appelé « chambre de mise charge » auquel sont reliés les conduites forcées
(Figure III-2.5), ce réservoir doit remplir les conditions suivantes :
- sa profondeur doit être telle que l’entrée des conduites forcées soit toujours au-
dessous du niveau du plan d’eau, afin d’empêcher l’entrée d’air dans les
conduites qui produit des vibrations dans les turbines,
- son volume doit être en rapport avec l’irrégularité de fonctionnement de la
centrale, pour éviter que la vidange de la chambre en cas d’augmentation
brusque de la puissance fournie par les turbines ; le volume du canal d’amenée
peut être utilisé en partie pour jouer la régularisation,
- la forme de la chambre doit épouser aussi étroitement que possible le profil du
terrain pour réduire le volume de déblais,
- la chambre doit être munie d’un déversoir, débitant dans un canal d’évacuation
conduisant l’eau en excédant dans le cours d’eau aménagé, en cas, de réduction
de puissance fournie par les turbines.

Portique de dégrillage

RN

Retenue minimum

Grille Vanne

Conduite
forcée

Figure III-2.5 : Chambre de mise en charge (Ginocchio, 1959).

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 105
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE III OUVRAGES DE PRISE D’EAU

Les ouvrages de prise d’eau en réservoir sont pratiquement toujours alimenté en


charge. Ce qui permet de modifier le débit de prélèvement sans délais pour répondre aux
fluctuations de la demande (Centrales Hydroélectriques, Irrigation et usines de traitement
d’eau potable). Dans ces cas, la prise ne comporte pas de dispositif de dégravement ou de
dessablement : la retenue elle-même joue le rôle correspondant.
La prise peut se faire soit par galerie latérale soit par conduite forcée à travers le
barrage. Dans le second cas, la prise peut débouchée directement dans la retenue comme
elle peut déboucher à l’intérieur d’une tours de prise (Figure III-2.6).
La prise d’eau doit donc être prévu pour alimenter soit une galerie en charge, soit
directement une conduite mais souvent une combinaison des deux, galerie en amont (ayant
servie de dérivation provisoire lors du chantier) et conduite en aval de la digue.
L’adduction peut servir en même temps pour la vidange du réservoir ; elle peut être
sous pression ou à surface libre (Figure III-2.6). Si elle est en charge, la conduite doit être
parfaitement étanche afin d’éviter tout risque de formation de pressions interstitielles à
l’intérieur du corps du barrage. Le matériaux couramment utilisé est l’acier avec un
diamètre > 800 mm et une vitesse < 6-7 m/s. Les canaux à surface libre sont en acier de
diamètre > 1 m et même à des conduites en béton de forme ovoïde qui doivent être bien
aérée afin d’éviter la création de phénomènes de pulsation. Ces canaux sont recommandés
lorsque les risques d’obstruction par des dépôts solides sont à craindre.

a) Ouvrage de prise et de vidange sous pression

b) Ouvrage de prise et de vidange à surface libre

Figure III-2.6 Ouvrage de Prise et de Vidange (d’après PNUD/OPE , 1987).


Dans tous les cas, les calculs doivent tenir compte de la flèche de déformation
longitudinale due au tassement des fondations sous l’action du poids du barrage (Figure
III-2.7).

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 106
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE III OUVRAGES DE PRISE D’EAU

Figure III-2.7 : Déformation due au tassement et flèche due


au poids du remblai (PNUD/OPE, 1987).

III-2.2 Principe de dimensionnement


La cote du seuil d’une prise d’eau est fixée de telle manière que le canal d’amenée
est capable de dériver le débit maximal lorsque le plan d’eau dans la retenue est égale à la
cote de la crête du barrage déversoir (s’il s’agit d’un barrage fixe) ou celle des vannes
mobiles (dans le cas d’un barrage mobile). Partant de cette cote, il s’agit de déterminer les
dimensions (hauteur, largeur, etc.) des ouvrages successifs de la prise d’eau : vannes,
déversoirs, bassins, etc. pour que le débit maximal dérivé lui correspond une hauteur
convenable au dessus du radier du canal d’amenée.
Pour résoudre ce problème supposons que les caractéristiques de l’écoulement dans
le canal d’amenée et sa géométrie sont connues (section transversale, nature des parois,
etc.); en particulier la profondeur h correspondant au débit Q est connue. Si R est la cote du
radier d’entrée du canal (Figure III-2.8), celle du plan d’eau dans la retenue est (R+h).
Partant de cette cote, le calcul s’effectue d’aval en amont (en sens inverse du trajet de l’eau
dérivée) pour remonter à celle du plan d’eau dans la retenue en rajoutant les variations des
hauteurs d’eau qui se produisent entre le seuil de prise et le canal. Ces variations sont dues
à des pertes effectives de hauteurs ou à des pertes de charge (changement de direction,
grille).

Barrage RN
∆h3 ∆h2 ∆h1
Q
Canal R h
Bassin

Figure III-2.8 : Principe de dimensionnement d’un ouvrage de


prise (Varlet, 1965).

III-3 LES OUVRAGES D’EPURATION


III-3.1 Principe de fonctionnement
Ces ouvrages permettent le dégravement, le dessablage et l’élimination des corps
flottants dont chacun doit comporter un dispositif arrêtant les matières solides et un
dispositif restituant au cours d’eau les matières arrêtées. Les matières solides à éliminer
sont:

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 107
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE III OUVRAGES DE PRISE D’EAU

- Les Matériaux transportés par Suspension: Limon (diamètre compris entre 1/100 et
5/100 mm), Sables Fins (5/100 - 0.2 mm).
- Les Matériaux transportés par Charriage : Sable et Galets ( diamètre > 2 mm)
- Les corps Flottants (Arbres, Feuilles,...)
Le Dégravement est effectué par des dispositifs placés en amont de l’entrée de la
prise, en partie dans le cours d’eau. Les dégraveurs sont de deux types principaux: 1) La
Passe à gravier, un chenal délimiter par le seuil S1 et qui franchit le barrage par un pertuis
de faible largeur fermé par une vanne V1 (Figure III-1.1).
Le Dessablage (Elimination des Matières en Suspension) est effectué dans des
dispositifs spéciaux placés à l’entrée des ouvrages de transport ou d’amené. Ces ouvrages
sont appelés Chambre de Décantation ou Dessableurs (Figure III-3.1).
L’Elimination des Corps Flottants su fait par une Grille G1 à gros barreaux
disposée à l’entrée du canal de dérivation (au droit du seuil S1) et d’une grille G2
relativement fine à l’entrée du canal d’amenée (Figure III-1.1). Le nettoyage des grilles est
effectué au moyen de râteaux manœuvrés à la main (Prise du Canal MCB du Barrage
Laroussia) ou de dégrilleurs mécaniques dans les grandes installations (Prise Ghdir El
Golla sur le Canal MCB).

Vam
Tranquilliseur Vav
Vv Vp

Purgeur

Canal de purge
Coupe longitudinale Coupe X-Y

Vam X Vv Vp Vav
Vam : Vanne amont
Vv : Vanne de vidange
Vp : Vanne de purge
Vav : Vanne aval

Y
Galerie d’évacuation
Vue en plan

Figure III-3.1 Schéma Type d’un Dessableur Dufour II (d’après Ginocchio, 1959).

III-3.2 Dispositifs de Dévasement des Retenues


Dans le cas ou le dépôt de vase au fond de la retenue est important et réduit la
capacité utile du réservoir, le barrage peut être équipé dans sa partie inférieure de
canalisations montées en dérivation sur les vannes de vidange. Ces canalisations sont
munies de vannettes qui permettent de mettre en communication le fond de la retenue avec
l’aval sans manœuvrer les vannes de vidange. Ouvertes au moment opportun pendant et
après les crues, ces canalisations donnent passage aux courants de fond de retenue jusqu’au
barrage; les eaux chargées ainsi évacuées se déversent à l’aval du barrage.

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 108
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE III OUVRAGES DE PRISE D’EAU

Le système de dévasement du barrage Mellègue (Nebeur) par exemple (Figure III-


3.2), est équipé de 3 conduites de dévasement; deux ont un diamètre de 700 mm et la
troisième un diamètre de 400 mm. Un dispositif d’injection d’eau sous-pression est prévu
pour permettre de désagréger un bouchon de vase qui réussirait à se former.

A
Vanne de
dévasement Vidange de fond
Galerie de
Prise d’eau
dérivation

Déversoir

Usine Digue RG

Oued
Mellègue
Echelle

0 50 100 m
Vue en plan x

RN

Servo- Echelle
moteurs
Reniflard 0 5 10 15 m

Prise d’eau y
supérieure
Vue en plan
Prise d’eau Servo-moteurs
Canalisation d’eau
inférieure sous pression
Crue
Alternateur

Conduite de vidange

Etiage
Vannes

Turbine
Coupe A-B Vue en coupe suivant x-y

Figure III-3.2 Système de Dévasement du Barrage Mellègue (Nebeur)


(d’après Ginocchio, 1959).

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 109
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE III OUVRAGES DE PRISE D’EAU

III-3.3 Le modèle de Vélikanov


C’est un modèle énergétique de transport en suspension global (c’est à dire qu’il ne
donne pas accès aux profils de concentration mais permet l’évaluation de la capacité de
transport d’un écoulement. Considérons une particule solide de volume V et de vitesse de
chute Wc transportée par un écoulement de vitesse moyenne U (Figure III-3.3).

L
A U

U H
Wc

Figure III-3.3 : Capacité de transport d’un écoulement (Ginocchio, 1959).

L’énergie que doit fournir l’écoulement pour maintenir une seule particule en
suspension, naturellement décantante, est égale à :
W
E élem = ( ρ s − ρ ) g V L c (III-3.1)
U fl
avec, Ufl est la vitesse du fluide
Pour l’ensemble de l’écoulement, le volume de particules qui traversent une section
droite de l’écoulement est : Qs dt, son poids apparent Qs (ρs - ρ) g dt et sa vitesse de chute
moyenne L Wc /U et U la vitesse moyenne; d’où le travail nécessaire sera :
W
E = ( ρ s − ρ ) g Qs dt L c (III-3.2)
U
La puissance dissipée pour ce maintien en suspension s’écrit alors :
W
Ps = ( ρ s − ρ ) g Qs L c (III-3.3)
U
La puissance disponible fournie par le fluide est :
Pf = ρ g Q ∆H (III-3.4)
avec :
u*2
∆H = J L = L (III-3.5)
gH
soit :
u*2
Pf = ρ g Q L (III-3.6)
H
Vélikanov pose alors :
Qs Vs
Ps = η Pf et C v ,t =
= (III-3.7)
Q V
avec, Cv,t étant la concentration volumique transportée,

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 110
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE III OUVRAGES DE PRISE D’EAU

Nous obtenons par identification :


⎛ ρ ⎞ u*2 U
C v ,t = η ⎜⎜ ⎟⎟ (III-3.8)
⎝ ρ s − ρ ⎠ g H Wc
Les variations de η se font dans une fourchette de 0.0003 à 0.007 ; η = 0.0003
correspond à la concentration minimum transportée, en dessous de laquelle l’écoulement
fluide aura tendance à éroder son lit ; η = 0.007 correspond à la concentration maximum
que l’écoulement est capable de transporter, et au dessus de laquelle il aura dépôt (c’est la
capacité de transport).
L’expression (III-3.8) montre qu’à débit donné, si H diminue, la vitesse augmente
et la capacité de transport aussi, et inversement.
Exemple
On donne : J = 4 10-4 m ; H = 1 m, K = 50 SI; ρs = 2.65 103 Kg/m3 ; Wc = 10-3 m/s
Déterminer la capacité de transport maximum et minimum?
U = 1 m/s, u* = (g H J)1/2 = 6.3 10-2 m/s
C v ,t = 0.24η
La capacité maximum de transport est alors Cv,t = 1.7 10-3 soit 4.5 g/l, ce qui est énorme, alors que la
concentration minimum est de 7.2 10-5 soit 0.19 g

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 111
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

CHAPITRE IV

OUVRAGES D’ADDUCTION
IV-1 INTRODUCTION
Les ouvrages d’Adduction assurent le Transport des eaux depuis son captage
jusqu’à la zone de distribution. Il s’agit soit de conduite en charge (forcée ou sous
pression ), soit de canal à surface libre (la limite supérieure de la géométrie du domaine
constitue une inconnue).
Le choix entre une Adduction à Surface Libre ou en charge dépend des
considérations suivantes : Hydrauliques (débit, charges amonts et aval), Topographiques
(Tracé en Plan et Profils en Long et en Travers), Géotechniques (Nature et Résistance des
Terrains à traversés) et enfin Economique (Coûts).
Généralement, l’aqueduc (canal d’amenée à surface libre) s’arrête à la limite des
plateaux et une ou plusieurs conduites sous pression le remplace dans la traversée de la
vallée. Ces conduites constituent un siphon renversé (Figure IV-1.1).

Aqueduc Aqueduc sur Aqueduc Conduite Aqueduc


enterré arcades enterré forcée (siphon) enterré

Pont aqueduc Source

Rivière

U non # Q U#Q

Coupes types des aqueducs

Figure IV-1.1 Adduction à Surface Libre et en Charge (d’après Dupont, 1971).

L’Adduction peut être gravitaire, pompée ou mixte. Dans une adduction


gravitaire, le point de captage (ou réservoir amont) se situe à une altitude supérieure à celle
du réservoir aval. Dans une adduction pompée, la situation est inversée (réservoir aval plus
haut que le réservoir amont). Dans le cas des adductions mixtes, le réservoir amont d’une
adduction gravitaire peut être alimenté par de l’eau refoulée par une station de pompage;
cette eau est ensuite évacuée vers le réservoir bas.
Généralement, les adductions avec stations de pompage sont assurées par des
conduites en charge. Les adductions gravitaires se font soit par conduites à surface libre
(Aqueducs, Canaux, Galeries, Tunnels,...) soit par des conduites en charge. Pour un même
débit, l’écoulement se fait avec des pdc plus importantes dans une conduite forcée que
dans une conduite à surface libre à faible pente de même diamètre, quand le plan d’eau
correspond au passage du débit maximal. Ainsi, si la pente disponible est très faible et,
surtout, s’il s’agit d’un débit important à transiter, l’adduction à surface libre apparaît, a

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 112
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

priori, comme étant la solution la plus indiquée (c’est le cas du canal MCB et du Canal
d’Irrigation de la basse vallée de la Medjerdah, par exemple).
Le Tracé en plan et le profil en long doivent être choisis de sorte à minimiser les
coûts de construction et d’exploitation des adductions et à respecter les contraintes
hydrauliques des installations (pressions et vitesses max et min par exemple).

IV-2 CONDUITES ET GALERIES EN CHARGE


IV-2.1 Rappel d’Hydraulique
IV-2.1.1 Régime Permanent
La forme générale de l’expression de la vitesse moyenne de l’écoulement est
donnée par :

U = K Ra Jb (IV-2.1)
avec,
R : rayon hydraulique
J : pente hydraulique ou pente de frottement ou perte d’énergie par unité de longueur
K, a et b des coefficients qui dépendent du régime d’écoulement (Tableau IV-2.1).

Tableau IV-2.1 Résumé des Formules Monômes (d’après cours HG, 1996)

Formule Expression Expression Dimen Valeur SI Unité


de U de K -sion g =9.806 SI
U= A* R2 J A* = 2g / cν 6
A*=3.77x10 (ν10°/ν) -1 -1
A(1) 1/LT m s

U= B R5/7 J4/7 B = 7.72 g4/7 /ν1/7 B= 198(ν10°C/ν)1/7


B(2) L2/7/T m2/7/s

U= D R7/11 J6/11 D= 11.25 g6/11 /ν1/11 D= 134(ν10°C/ν)1/11


D (3)
L 4/11
/T m4/11/s

U= L R5/6 J1/2 L = 6.46 g1/2 / k1/3 L = 20.2 / k1/3


L L1/6 /T m1/6/s

U= M R2/3 J1/2 M = 8.25 g1/2/ k1/6 M = 25.8 / k1/6


M (4)
L 1/3
/T m1/3 /s

U = N R7/12 J1/2 N = 13.18 g1/2 / k1/12 N = 41.3 /k1/12


N L5/12 /T m5/12/s

(1)
HAGEN-POISEUILLE (2)BLASIUS (3)HAZEN-WILLIAMS (aprroximative)
(4)
MANNING
avec,
g : accélération de la pesanteur
c : coefficient
ν : viscosité cinématique du liquide
k : coefficient de rugosité au sens de Nikuradse
Le domaine de validité des formules monômes en fonction du nombre de Reynolds
se rapportant à l’échelle de la rugosité (u* k/ν où u* désigne la vitesse de frottement), du
nombre de Reynolds de l’écoulement (U R/ν) et de l’inverse de la rugosité relative (R/k)
est illustré sur la Figure IV-2.1.

103
R
= 4 . 32
k
L
102 M
Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique 70 & Z. HAFSIA- Version 2012)
(par K.MAALEL
N
u k
LMHE-ENIT
*

ν
A Page 113
R
10 = 276
k
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

Remarque:
A* , B et D dépendent de la température comme ν, mais indépendantes de k

L , M et N sont indépendantes de la température, mais dépendent de k.

(ν10°C/ν) = [(42.2+T)/52.2]3/2 0°C ≤ T ≤ 80 °C (IV-2.2)

Les valeurs de la viscosité en fonction de la température sont résumé dans le


Tableau suivant :

Tableau IV-2.2 : Valeurs de la viscosité suivant la température

température 0 5 10 15 20 30 40 50 60 70 800 90 100


( °C )
ν ( m²/s 106 ) 1.792 1.52 1.31 1.14 1.006 0.80 0.66 0.56 0.48 0.41 0.36 0.33 0.30

IV-2.1.2 Cas des écoulements turbulents


Le régime turbulent est prédominant dans tous les ouvrages hydrauliques, sachant
que la vitesse moyenne U, et le rayon hydraulique R, ont le même ordre de grandeur (U R
> 1 en général); et le Nombre de Reynolds est de l’ordre de (Re ≅1/ν = 106 >>> Recr =
2500). Pour un régime turbulent (Zone L , M ou N), b = 1/2, l’équation IV-2.1 donne :
∆P U2
J =− = 2 2a (IV-2.3)
ρ g ∆l K R
Pour la zone M ou de Manning-Strickler, zone la plus fréquemment rencontrée,
5 < R/k < 273 , b = 1/2 et a = 2/3, nous avons :
U2
J = 2 4/3 (IV-2.4)
M R
1 8.25 g 1 / 2
avec, M = =K=
n k 1/ 6
Dans le cas où la conduite a une forme circulaire de diamètre D, le rayon
hydraulique R a pour valeur D/4 et la loi exprimée sous la forme (IV-2.4) s’écrit:
λ U2
J= (IV-2.5)
D2g

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 114
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

8g
avec, λ = : coefficient de perte de charge linéaire
M 2 R1 / 3

L’équation (IV-2.5) est la formule universelle des pertes de charge (équation de


Darcy-Weisbach, ou loi universelle) applicable aussi bien pour les écoulements laminaires
que turbulents. Dans le cas d’un régime laminaire, le coefficient λ varie linéairement en
fonction du nombre de Reynolds. Le coefficient de pdc linéaire λ est donnée par le
Diagramme de Moody (Figure IV-2.2). Pour les écoulements turbulents rugueux, λ est
uniquement fonction de la rugosité relative ε = k/D. Si λ est uniquement fonction de R,
l’écoulement est dit turbulent lisse. Entre les deux régimes d’écoulements se trouve une
zone de transition dans laquelle f(R, k/D).

0.1 k/D

0.05
0.04
0.03
0.02
0.015
0.01
λ 0.008
0.006
0.004
lamin
0.002
0.001
0.0008
0.0004
0.0002
0.0001

0.01 0.00005
lisse
1E+03 1E+04 1E+05 1E+06 1E+07 1E+08
Re

Figure IV-2.2 Diagramme des pdc Universelles (d’après Ginocchio, 1959).

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 115
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

D’après le diagramme de Moody, nous remarquons que si pour deux fluides en


écoulement, le nombre de Reynolds est le même (ou s’il dépasse dans les deux cas la
valeur critique correspondant à l’écoulement turbulent rugueux), le coefficient de pdc λ est
indépendant du fluide transporté. Cette constatation est à la base de la détermination des
pdc dans les galeries par circulation d’air, au lieu de l’eau, dans les études sur modèle
réduit.

ExIV-2.1:

Le coefficient de viscosité cinématique de l’air à 15 °C étant égal à 15 10-6 m²/s (au


lieu de 1.1 10-6 m2/s pour l’eau), Quelle doit être la vitesse de l’air qui produira dans une
même conduite les même pdc qu’une eau s’écoulant à la vitesse Uo = 1 m/s.

Solution:

Re air = Re eau ===> Uo air = Uo eau νair / νeau ≅ 15 Uo = 15 m/s

Dans le cas de la Formule de Chézy, la vitesse moyenne de l’écoulement s’écrit :

U = C R1/2 J1/2 (IV-2.6)

La comparaison de cette formule avec les formules universelles et de Manning-


Strickler par exemple, permet d’établir les égalités suivantes:
8g
C= (IV-2.7)
λ
et
1 C
M = = K = 1/ 6 (IV-2.8)
n R

IV-2.1.3 Régimes Non Permanents ou Transitoires


Si dans un système de conduite en charge subit une variation rapide du débit, suite à
une manœuvre d’une vanne ou de l’arrêt ou du démarrage d’une pompe ou d’une turbine,
des régimes transitoires prennent ainsi naissance. Ces régimes se divisent en deux
catégories : les coups de bélier et les oscillations en masse dans les systèmes protégés par
un ballon d’air ou une cheminée d’équilibre. Le coup de bélier est un phénomène de
propagation d’ondes qui met en jeu la compression de l’eau et l’élasticité de la conduite
alors que dans le mouvement en masse la colonne liquide est assimilée à un solide
monobloc, ce qui revient à supposer l’eau incompressible et la conduite infiniment rigide.
IV-2.1.3.1 Coups de Bélier
Considérons une conduite forcée de longueur L alimentée par un réservoir ou une
chambre de mise en charge de volume supposé infini (Figure IV-2.3). Nous réalisons une
fermeture instantanée de la vanne à l’extrémité de la conduite à l’instant t = 0, alors que la
vitesse moyenne de l’eau est Uo. La transformation de l’énergie cinétique de l’eau (1/2 ρ L
A U02) en énergie potentielle de pression emmagasinée sous deux formes (compressibilité
de l’eau et élasticité de la conduite) produit une onde de surpression qui en se propageant
entraîne l’annulation de la vitesse dans la conduite. Arrivé au niveau du réservoir, la
conduite se vide sous l’effet de l’onde réfléchit contre le réservoir (onde de dépression). La

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 116
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

propagation de l’onde de dépression ramène la conduite à sa section initiale mais avec une
vitesse inverse par rapport à la vitesse initiale. Donc, lorsque l’onde arrive à la vanne, il y
a un appel de débit qui ne peut être satisfait puisque la vanne est fermée. Cette aspiration
ne peut être comblée que par une dilatation du fluide (une diminution de sa pression) et une
contraction de la conduite. Le phénomène du coup de bélier est périodique ; sa période est
4 L/a.

Chambre de t<0
mise en charge vanne
L
U0

S0
2L
t = : Réflexion de l’onde de surpression au
t = 0 : Formation d’une onde de surpression a
niveau de la vanne

U=U0 U=-U0
S0 U=0 S0
S0 S0
L 9L
t= : Propagation de l’onde de surpression t = : Propagation d’une onde de dépression
4a 4a
après réflexion sur la vanne
dilatation contraction
U=U0 U=U0

S0 S0 S0 U=0
Sd U=0 Sd Sc
L
t = : Réflexion avec changement de signe au 3L
a t = : Toute la conduite contractée
niveau du réservoir a

U=0
U=0
Sc Sc
Sd Sd
5L
t = : Changement de la direction de l’écoulement 13 L
4a t = : Réflexion de l’onde de dépression
a
au niveau du réservoir
U=-U0 U0=0 U=U0

S0 S0 Sc
Sd
4L
t =
a

U=U0
S0 S0

Figure IV-2.3 Propagation de l’onde de pression dans une conduite forcée


(d’après Ginocchio, 1959).

Puisque la conduite est supposée horizontale, la pression en régime permanent P à


laquelle s’ajoute la surpression ∆P due au coup de bélier est la même en toute sections.

La propagation et la réflexion de l’onde du coup de bélier se reproduirait infiniment


avec la même amplitude si la paroi de la conduite et l’eau n’étaient pas le siège de perte
d’énergie (Figure IV-2.4).

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 117
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

Cotes piézométriques
P+ ∆P

P Milieu de la conduite

P- ∆P Vanne
Temps : L/a
0 2 4 6

Figure IV-2.4 : Evolution de la pression au cours du temps


(Meunier, 1980).
En réalité, les pertes dues aux frottements internes et contre la paroi sous les effets
des forces visqueuses et turbulences produisent une réduction progressive de l’amplitude
de la surpression ∆P ; celle-ci s’annule au bout d’un certain nombre de cycles. Cependant,
nous nous limitons au cas où ces pertes de charge peuvent être considérés négligeables.
Suivant la rapidité des variations du débit (ou de manœuvre des vannes), nous
distinguons les deux cas suivants :

a1) Arrêt instantané de Uo : Tf < 2L/a , Tf durée des manœuvres


Le mouvement d’onde est périodique d’amplitude maximale (Arrêt instantanée de
Uo),

∆P = a/g Uo (IV-2.9)
et de période,

T = 4L/a (IV-2.10)

avec, a , la célérité d’onde donnée par la relation d’Allièvi,

El D
a = ao / 1+ (IV-2.11)
Ep e

El : coefficient d’élasticité du métal de la conduite (∆l/l = 1/El ∆P),


Ep : coefficient de compressibilité du fluide (∆V/V = 1/EP ∆P)

Dans le cas d’une conduite indéformable, l’expression se réduit à,

El
a = ao = (IV-2.12)
ρ

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 118
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

Ex. IV-2.2 :
Pour une conduite d’acier remplie d’eau, avec les caractéristiques suivantes El = 2
GPa , Ep = 200 GPa , D = 2 m , e = 20 mm , ρ = 1000 Kg/m3

Calculer la surpression résultant d’un arrêt instantané d’une vitesse Uo = 5 m/s,


Solution:
ao = 1414 m/s
a = 1000 m/s

∆p = a/g Uo = 500 mce = ρg 500 ≅ 50 105 Pa ≅ 50 bars

Ainsi on remarque que la durée de propagation est de l’ordre de 1s par Km de


conduite et la surpression est de l’ordre de 100 Uo (mce).

a2) Arrêt non instantané de Uo : Tf > 2L/a , Tf durée des manœuvres


Pour une manœuvre non instantanée, l’amplitude de l’onde de pression est
inférieure à celle donnée par l’équation IV-2.9. Elle dépend de la durée Tf de la
manoeuvre.

2L 1 2L U 0
Si Tf > 2L/a , ∆p' = ∆p = < ∆p (IV-2.13)
a Tf Tf g
Ainsi on remarque que la variation de pression est d’autant plus faible que le temps
Tf est long. Ce temps peut être prolongé lors de l’action manuelle ou automatique des
vannes ou en augmentant le temps d’arrêt des pompes et des turbines par l’adjonction d’un
volant d’inertie aux masses tournantes (Figure IV-2.5). Mais de telles solutions ne sont pas
toujours possibles, sachant que pour les conduites longues ( > 500 m) la masse du volant
d’inertie atteint rapidement des dimensions telles que leur accélération devient impossible
(économiquement).

R2
R1

X X’

Figure IV-2.5 : Section type d’un volant d’inertie


(Dupont, 1971).

D’autres moyens de protection contre la coups de bélier, permettant de réduire,


dans les premiers instants, la variation du débit dans les conduites et par suite les variations
de pressions qui lui sont associées.

En cas de dépression, cette reduction est obtenue par injection d’eau : Ballon
d’Air, Cheminée d’équilibre, Cheminée-Ballon, Nourrice ou Cheminée Tronquée,
Aspiration Auxiliaire.

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 119
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

En cas de surpression, la diminution de la variation du débit dans les conduites est


assurée par la dérivation d’une partie du débit arrêté : Ballon d’air, Cheminée
d’Equilibre, Soupape de Décharge.

Nous décrivons dans ce qui suit le fonctionnement de ces différents dispositifs anti-
bélier :

a) Cheminée d’équilibre (Fig IV-2.6-b) : C’est un réservoir à surface libre placé en aval
de la station de pompage. La cheminée a pour rôle de combler la dépression sans se vider
et d’absorber les surpressions sans débordement lorsqu’une surpression fait monter son
niveau. Une cheminée d’équilibre peut être intéressante comme moyen de protection dans
certains cas de réseaux en charge à faible hauteur de refoulement ou pour protéger un point
haut.

b) Ballon d’Air anti-bélier (Fig IV-2.6-a) : c’est une réserve d’eau qui se vide pour
combler les dépressions et croit pour absorber les surpressions. Son fonctionnement est
similaire à celui d’une cheminée d’équilibre sauf que la reserve d’eau n’a pas une surface
libre mais se trouve à la pression absolue du liquide. C’est le volume d’air enfermé dans le
ballon qui régularise les variations de pression du liquide en se comprimant ou en se
détendant suivant les surpressions et les dépressions. A l’arrêt de pompage, le clapet se
ferme et une partie de l’eau du réservoir alimente la conduite. Après de diminution
progressive, puis l’annulation de la vitesse dans la conduite, l’eau remonte dans le
réservoir, augmentant la pression dans la conduite de refoulement. La dissipation de
l’énergie de l’eau peut être obtenue un ajutage disposé à la base du réservoir.

c) Cheminée-Ballon ou Réservoir anti-bélier à régulation d’air automatique (Fig IV-


2.6-c) : Ce dispositif comporte un réservoir de compression délimité par un tube central
muni d’un clapet disposé au sommet du tube. Suivant que le la clapet est ouvert ou fermé,
le réservoir peut fonctionner comme une cheminée d’équilibre ou comme un ballon. Si le
clapet est ouvert (phase de vidange du réservoir), l’eau est à la pression atmosphérique et le
réservoir se comporte comme une cheminée. Si le clapet est fermé (phase de remplissage
du réservoir), le volume d’air est comprimé est le réservoir se comporte un ballon.

d) Ballon d’eau ou Nourrice (Fig IV-2.6-d) : Ce dispositif utilise une réserve d’eau dont
l’alimentation est assurée par un tuyau commandé par un robinet à flotteur. En
fonctionnement normal, la réserve est pleine, isolée de la conduite par un clapet. Le clapet
s’ouvre quand les pressions dans la conduite deviennent négatives, et la réserve se vide
dans la conduite, comblant ainsi la dépression. Le mouvement devient alors un mouvement
d’oscillation en masse qui permet de déterminer le volume à donner à la nourrice pour que
la dépression soit totalement comblée. Ce système n’est efficace que lorsque les hauteurs
de refoulement sont faibles.

e) Cheminée Tronquée (Fig IV-2.6-e) : Une variante de la nourrice et de la cheminée est


la cheminée tronquée, qui se vide comme une cheminée lors de la dépression et qui est
fermée par un flotteur sphérique en régime de surpression.

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 120
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

f) Aspiration Auxiliaire (Fig IV-2.6-f) : Elle est constitué par une conduite auxilliaire
reliant la bâche d’aspiration à la conduite de refoulement. Un clapet disposé à l’extrémité
aval de la bâche d’aspiration s’ouvre en cas de dépression (ou d’arrêt de pompage) et
permet l’alimentation en eau de la conduite de refoulement et ramenant la cote
piézométrique au niveau de la surface de la bâche d’aspiration.

g) Soupape de Décharge (Fig IV-2.6-g) : C’est la propre pression de l’eau agissant sur les
deux faces d’un disque relié à un ressort qui maintient la soupape fermée tant que la
pression ne dépasse pas une certaine valeur appelée pression d’étanchéité. Lorsque la
pression dans la conduite atteint la valeur de la pression d’étanchéité, la soupape s’ouvre et
la conduite se vide en se décomprimant. L’ouverture doit pouvoir s’effectuer très
rapidement pour que l’opération soit efficace.

air

clapet
Ajutage pompe
pompe

Régime permanent Après arrêt du pompage

a) Cheminée d’équilibre b) Ballon d’air

Clapet Clapet
ouvert fermé Robinet à
Air sous flotteur
pression
Air à la Tuyau de
pression remplissage à
atmosphérique flotteur Clapet

c) Cheminée-Ballon d) Ballon d’eau (Nourrice)

Disque
pompe autocentreur

clapet

e) Cheminée tronquée f) Aspiration auxilliaire g) Soupape de décharge

Figure IV-2.6 : Dispositifs anti-bélier (Dupont, 1971).

En pratique, pour déterminer de façon complète et précise les vitesses et les


pressions dans une conduite pendant un coup de bélier et dimensionner les dispositifs anti-
bélier s’il y a lieu, nous distinguons les deux méthodes suivantes:
- graphique du type Epure de Bergeron,

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 121
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

- numérique qui consiste à résoudre les équations de Saint Venant (Eqns


Dynamique et de Continuité, 2 EDP) des écoulements transitoires en charge
(voir cours HG 96).

IV-2.1.3.1 Mouvements ou Oscillations en Masse


Le mouvement en masse est illustré par l’exemple suivant d’une cheminée
d’équilibre protégeant la galerie d’amenée d’une station Hydroélectrique (Figure IV-2.7).
La section de la cheminée est supposée constante et le volume du réservoir à l’amont est
infini et, par suite, le niveau R est invariable.
z

A2 B2
R Niveau statique A1 Zm
B1
A O B z
Niveau de charge pour le débit Q0
B0
A0
Réservoir Cheminée
S d’équilibre
G0 G1
s x
V1
Galerie d’amenée
L Conduite

V2

Figure IV-2.7 : Schéma de Principe d’une Chéminée d’Equilibre


(d’après Ginocchio, 1959)

Supposons que la vanne V2 de la conduite forcée soit brusquement fermée (débit


nul à travers la conduite). La transformation de l’énergie cinétique de l’eau en énergie
potentielle dans la galerie fait monter le niveau d’eau dans la cheminée depuis AoBo
(niveau correspondant à la ligne de charge relative au débit Qo) jusqu’à un niveau A2B2.
Lorsque le niveau d’eau est en A2B2, l’écoulement s’effectue dans le sens inverse
au sens initial (transformation de l’énergie potentielle en énergie cinétique). Il apparaît
ainsi un mouvement d’oscillation en masse.

a) Système Idéal
Les pertes de charge dans la galerie et dans la cheminée sont négligeables (par
suite, le niveau A0B0 est confondu avec A1B1). Dans ce cas, le mouvement résultant d’un
arrêt instantané de l’écoulement se traduit par une oscillation en masse d’amplitude
constante :
L s
Zmo = Uo (IV-2.14)
gS
s : section de la conduite
S : section de la cheminée
La période du mouvement en masse est donnée par :
LS
Tmo = 2π (IV-2.15)
g s

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 122
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

Ex. IV-2.3:

Calculer la période et l’amplitude des oscillations en masse et du mouvement


d’ondes dans le système suivant à la suite d’un arrêt instantané de l’écoulement à l’aval.
L = 10 Km , conduite , s = 1 m² , Cheminée, S= 10 m² , Uo = 2 m/s , a = 1000 m/s
Solution:
Mvt en Masse: Tmo = 600 s = 10 mn, Zmo = 20 m.
Mvt d’Ondes : To = 4L/a = 40 s = Tmo/15, ∆p = 100 Uo = 200 mce = 10 Zmo.

Une cheminée d’équilibre peut modifier le mouvement transitoire engendré par


un arrêt de pompage. Au lieu d’un mouvement oscillatoire de période 4L/a caractéristique
du coup de bélier, s’instaure un mouvement oscillatoire en masse de période plus grande.

b) Système Réel
Pour un système réel (avec pdc), la période du mouvement en masse reste
inchangée alors que son amplitude est rapidement amortie :
Z = (1 - 2/3 k + 1/9 k²) Zmo (IV-2.16)
z = (0.973 - 1.326 k + 0.654 k²) Zmo (IV-2.17)
avec, k = L J / Zmo

La section de la cheminée doit satisfaire à la condition suivante pour que les


oscillations en masse soient amorties:
Uo 2 s
S > (IV-2.18)
2 g H0 J

IV-2.2 Dimensionnement des Conduites en Charge


IV-2.2.1 Conduites Gravitaires
Le problème de dimensionnement est relativement plus compliqué, mais il reste
beaucoup plus facile à résoudre par l’utilisation des formules monômes qui quoi
qu’approchées sont très pratiques pour les problèmes de dimensionnement des réseaux
aussi bien pour les écoulements en charge que pour les écoulements à surface libre. Soit Cc
le coefficient de pertes de charge totale (linéaires et singulières) défini par :

∆H totale ∆H lin ∆H loc


Cc = = + (IV-2.19)
Q2 Q2 Q2

Une fois Cc connue, il suffit de résoudre l’éqn. IV-2.19 pour la dimension


inconnue, le Diamètre D, ou le Tirant normal hn, par exemple, respectivement pour un
écoulement en charge ou à surface libre. La complexité de cette résolution dépend du type
de section considérée, circulaire, rectangulaire, trapézoïdale etc..
Les pertes de charges linéaires et singulières s’écrivent :
U2
∆H lin = J L = 2 2 a L
K R
U2
∆H loc = ∑ ξ
2g
avec, L :longueur de la conduite

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 123
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

ainsi :

Cc =
L
K R 2a S 2
2
+
∑ ξ
2g S2
(IV-2.20)

Pour des conduites circulaires, les deux équations (IV-2.19) et (IV-2.20) peuvent
être résolues itérativement pour le diamètre intervenant dans le terme prédominant Cc lin
ou Cc loc.
En supposant que l’écoulement est en zone M, a = 3/2 et pour une conduite
circulaire S = Π D2/4 et R= D/4, nous avons :

L 1
Cc = + ∑ξ (IV-2.21)
M 2 (D / 4 )
4/3
(ΠD 2
/4 )
2
(
2 g ΠD 2 / 4 )
2

L 1
C c = 10.29 2 16 / 3
+ 0.811∑ ξ (IV-2.21a)
M D gD 4

Dans le ou Cc lin est prédominant, la formule itérative est la suivante :


∆H totale 1
C clin = − ∑ξ
Q 2
2 g ΠD 2 / 4
2
( )
d’où :
3 / 16
⎡ L ⎤
⎢ 410 / 3 2 2 ⎥
D=⎢ M Π ⎥ (IV-2.22)
⎢ Q² − Σ ξ ⎥
⎢ ∆Htotale π ⎥
⎣ 2 g ( D ² / 4)² ⎦

Dans le cas ou Cc loc est prédominant, la formule itérative est la suivante :


∆H totale 410 / 3 L
C c loc = − 2 2 16 / 3
Q2 M Π D
d’où :
1/ 4
⎡ ξ ⎤
⎢ Σ ⎥
2 g /(π / 4)²
D=⎢ ⎥ (IV-2.23)
⎢ ∆H totale 410 / 3 L ⎥
⎢ − ⎥
⎣⎢ Q
2
M 2 Π 2 D 16 / 3 ⎦⎥

IV-2.2.2 Diamètre économique


Le diamètre économique, De, pour une conduite de refoulement résulte d’un
compromis entre les charges correspondant aux pertes d’énergie (e # Q J) et les charges
correspondant à l’intérêt et à l’amortissement du capital investi dans l’ouvrage et aux
dépenses d’entretien et de réparations (c # m D2). Les pdc diminuent si le diamètre

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 124
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

augmente (J # 1/D5) mais en même temps plus le diamètre est grand, plus le prix de la
conduite augmente (Figure IV-2.8).

e+c
c
(e+c)min

0 De D(m)

Figure IV-2.8 Diamètre Optimum pour une Conduite de


Refoulement (d’après Ginocchio, 1959)
La courbe représentative des dépenses totales (a=e+c) en fonction du diamètre de la
conduite D pour une valeur donnée du débit présente un minimum pour une certaine valeur
De (diamètre économique) correspondante à dD/da = 0 (Figure IV-2.8).
Une première approximation du diamètre économique, est donnée par la Formule
de Bresse, qui revient à supposer que le diamètre économique correspond à une vitesse
d’écoulement voisine de 0.6 m/s. Ce qui donne :
De = 1.50 Q (IV-2.24)
Pour un amortissement de 8% / 50 ans, la Formules de Vibert donne, suivant le
nombre d’heure de fonctionnement de la conduite, le diamètre économique :
n = 24h/24, De = 1.456 (e/f)0.154 Q0.46 (IV-2.25)
n = 10h/24, De = 1.270 (e/f)0.154 Q0.46 (IV-2.26)

avec e/f , le rapport des frais d’exploitation (énergie) sur les frais d’établissement (tuyaux).
IV-2.2.3 Conduite d’Amenée d’une Station Hydroélectrique
Pour les conduites en charge des stations hydroélectriques (galeries d’amenée et
conduites forcées, les vitesses moyennes correspondant à la section économique sont, en
général entre 4 et 6 m/s et les pdc correspondantes sont comprises entre 2 et 7% de la
hauteur de chute. Pour une vitesse de 5 m/s (valeur moyenne) on a la relation approchée
suivante:
De = 0.707 Q (IV-2.27)

IV-2.2.4 Détermination de l’Epaisseur


Une fois le diamètre D de la conduite est déterminé par l’une des formules
précédentes, son épaisseur est calculée si l’on
ne considère que la force de pression agissant e
sur la conduite par (Figure IV-2.9) :
D PD
e = P D/2 σr (Chaudronniers)
σr : contrainte admissible à la traction
P : pression Figure IV-2.9 : Force et contrainte
D : diamètre de la conduite radiale dans une conduite

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 125
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

P D : force de pression exercée sur une


demi - circonférence de longueur unitaire de la conduite.
Pour tenir compte de toutes les forces appliquées en régime normal et exceptionnel,
les méthodes de calculs de la RDM sont utilisées. Ces forces concerenent :
- Pression de l’eau
- Poids Propre
- Efforts Thermiques
- Efforts Hydrauliques (coudes, convergents et divergents)
- Efforts exceptionnels ( Pression atmosphérique en cas de dépression excessive à la
suite d’une vidange brusque d’une conduite sans tube d’aération, reniflard, à sa partie
supérieure, efforts sismiques, pressions d’essais en atelier et coups de bélier).

IV-2.3 Dispositions Constructives


IV-2.3.1 Tracé en plan et profil en long
Le tracé en plan doit être aussi régulier que possible et le plus direct entre les
réservoirs amont et aval (courbures très ouvertes). Il est préférable que le tracé suit
l’accotement des routes et chemins, en évitant les propriétés privées. Des sur-profondeurs
sont parfois inévitables. Il est recommandé de maintenir la pente du profil de pose au-
dessus de 0.002 m /ml. Pour faciliter l’évacuation d’air, les tracés à profil horizontal sont
évités et remplacer par un profil comportant des montées lentes (0.002 à 0.003 m/m) et des
descentes rapides (0.004 à 0.006 m/m). Ainsi l’air se déplace lentement et se localise au
point haut d’où il sera évacuer par une ventouse (Figure IV-2.10). Après l’évacuation d’air,
le flotteur obture l’orifice.
Sol horizontal

0.50 m Flotteur
Ventouse
1.00 m 0.003 0.003
1.50 m
0.006 0.006
Décharge
300 m 150 m 300 m 150 m

300 m
Détail d’une ventouse

Figure IV.2.10 : Profil schématique à substituer à une pose horizontale


(d’après Dupont, 1971).

IV-2.3.2 Régulation de pression : Le Brise-Charge


a) Principe de fonctionnement

Un brise charge n’est autre qu’un réservoir intermédiaire dans lequel une partie de
l’énergie du jet d’eau, à son entrée, est brisée par une vanne pointeau V (Figure IV-2.11)
donnant lieu ainsi a une perte de charge singulière. La partie restante étant transformée en
énergie potentielle avec un niveau en aval N.

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 126
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

Réglage Reservoir de brise charge


pointeau

RV
d’arrêt
Amont
N
Aval
Mur brise jet
Vanne pointeau (V)

Figure IV-2.11 : Brise charge avec jet débouchant à l’air libre


(d’après Dupont, 1971).
Le jet à la sortie de la vanne V peut déboucher à l’air libre (Figure IV-2.11) ou dans
l’eau (Figure IV-2.12). Dans ce dernier cas le jet d’eau se trouve amortie par la masse
d’eau. Dans ce cas l’obturateur de la vanne pointeau (V) est solidaire à un levier OAB,
articulé en O, et portant en B un contrepoids en tôle. Celui-ci peut être rempli d’eau par
une conduite souple qui relie le fond du contrepoids à la chambre. Ainsi, il y a toujours
correspondance des niveaux d’eau dans le contre-poids et dans la chambre.

A
B
O
Chambre du
Amont
brise charge

Contre poids Vanne


Tuyau souple pointeau (V)
Aval

Figure IV-2.12 : Brise charge avec contre poids liquide


(d’après Dupont, 1971).
Si le débit en aval diminue par suite d’une manœuvre de la vanne aval, le niveau
d’eau dans le reservoir du brise-charge tend à augmenter. Ce qui correspond à une
augmentation du niveau et du poids d’eau dans le contre-poids qui fait abaisser le levier
qui tend à fermer la vanne V.
b) Emplacement
Supposons que la ligne piézométrique SR donne, au Fond de la vallée, F, une
pression au sol FP trop importante et qu’il faut réduire à la pression FP’’(Figure IV-2.13).
La position du brise-charge B est déterminée en menant par P’’ une horizontale qui
coupera la surface topographique au point cherché. Ce qui revient à considérer le cas
d’arrêt de débit par fermeture en R ; à ce moment, la pression maximale dans la conduite
est rapportée à l’horizontale passant par le niveau de l’eau dans le brise-charge.

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 127
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

S
Légende :
SR : lp. sans brise charge
C FP : pression au niveau du fond
D1
Q de la vallée
P BP’’ : lp. Maximale par fermeture en R
P’’ CB : lp. avec prise charge
B BP’ // CP ; P’ plus haut que R
P’ R
D2=D1

D3>D1

F lp. : ligne piézométrique (Q, D)

Figure IV-2.13 : Détermination de l’emplacement d’un brise


charge (d’après Dupont, 1971).

Le diamètre de la conduite, est calculé en considérant la ligne piézométrique


SCBP’R. De F à R, le diamètre sera plus grand que celui sans brise charge ; en effet, la
pente de la ligne P’R est plus faible que celle de PR (Jf # 1/D5). Le profil piézométrique
BR peut être adoptée au lieu BP’R pour le calcul du diamètre. Cependant, le dernier profil
piézométrique donne un diamètre plus faible et donc plus économique.
c) Cas d’un point haut écrêté par la ligne piézométrique
Si le tracé de la conduite comporte un point haut en H tel que la ligne
piézométrique SR est au-dessous de la surface topographique en AHB. Tout tronçons de
conduite situés au-dessous de la ligne SR se trouve en charge (tronçons SA et BR), alors
que les tronçons situés au-dessus de SR devraient être le siège de pressions négatives
(tronçon AHB).

S
H
D Q B
A
B’ R
Légende :
SH et B’R : écoulement en charge D
HB : écoulement à surface libre
B’R // SH ; H plus bas que S lp. : ligne piézométrique (Q, D)
B’ : limite de l’écoulement à surface lp. : ligne piézométrique (Q’<Q)
libre et en charge

Figure IV-2.14 : Passage en crête d’une conduite (d’après Dupont, 1971).


Si la distance entre la conduite et la ligne piézométrique reste inférieure à 10 m, ces
tronçons SA et BR sont en dépression par rapport à la pression atmosphérique et le
tronçon AHB pourrait fonctionner un certain temps en siphon. Cette dépression entraîne
une libération des gaz dissous dans l’eau et il vient donc nécessaire d’aérer ce tronçon. Par
suite de sa mise à l’atmosphère, l’écoulement s’effectuera à surface libre du point H au
point B’ tel que la ligne RB’, menée de R, soit parallèle à SH.
Pour que maintenir un écoulement en charge sur toute la conduite, une certaine
pression HP est imposée en H en disposons un brise charge en B (5 à 10 m environ) . Le
diamètre de la conduite, calculé suivant la ligne piézométrique SP (plus faible que SR), est
donc est plus grand que dans le cas sans brise charge (Figure IV-2.15). De P à R, le

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 128
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

diamètre de la conduite peut être calculé suivant la ligne piézométrique PR ou PCBR.


Suivant la première ligne, le diamètre de la conduite est plus faible que dans le tronçon SP.
En prenant la ligne piézométrique BR parallèle à SC, un diamètre uniforme est conserver
sur toute la longueur de la conduite.
Une autre solution consiste à envisager une sur-profondeur de pose au point haut H.

Légende
S HP : Pression imposée
P C
BR // SC

H
R
Q B
D Q
D
lp. : ligne piézométrique (Q, D)
lp. : ligne piézométrique (Q, D1<D)

Figure IV-2.15 : Ligne piézomètrique recommandée


(d’après Dupont, 1971).
Cette solution sera comparer à celle qui consiste à prévoir des diamètres différents et la
solution choisie est plus économique.
IV-2.3.3 Régulation du débit
La régulation peut être définie comme étant l’ensemble des dispositifs (robinets-
vannes) qui permettent d’agir sur le débit de la conduite pour l’adapter à la consommation.
Soit un profil topographique SR (Figure IV-2.16), nous distinguons la régulation par
l’amont et la régulation par l’aval. Dans une régulation par l’amont, les dispositifs de
réglage seront placés à proximité de S (en amont); Ces dispositifs sont implantés près du
réservoir (en aval) pour une régulation par l’aval.

S lp maximal régulation aval C


Tronçon
B lp. minimal régulation aval
pouvant
fonctionner lp. maximal régulation amont
à surface libre
(régulation amont)
A lp. minimal régulation amont
R

Q Contonnements d’air
D possible (rég. amont)

lp. : ligne piézométrique

Figure IV-2.16 : Profils piézomètriques dans les deux cas de


régulation (d’après Dupont, 1971).
Dans une régulation amont, les lignes piézométriques (lp.) maximale et minimale
dans la conduite (Figure IV-2.16) sont respectivement décrits par :
- La ligne inclinée SR (vanne en S ouverte)
- La ligne horizontale RA (vanne en S fermée)
Dans une régulation aval, ces lignes correspondent respectivement à :
- La ligne horizontale SC (vanne en R fermée)

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 129
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

- La ligne confondue avec SR (vanne en R ouverte). Ainsi, la pression supporter par la


conduite est plus élevée que celui en régulation amont.
Le temps de réponse dans une régulation amont n’est pas immédiat et il est d’autant
plus grand que la conduite est longue. Dans une régulation aval, la fermeture totale de la
vanne entraîne l’arrêt total et immédiat du réservoir aval.
Du point de vue sécurité d’exploitation, dans une régulation amont, certains
tronçons peuvent fonctionner à surface libre lors d’une réduction importante du débit
(tronçon SA de la Figure IV-2.16) ; L’entrée d’air dans ce tronçon peut être assuré par une
ventouse en aval de la vanne (permettant également l’évacuation d’air après la remise en
service). S’il existe des points hauts sur le tracé, des cantonnements d’air peuvent se
former. Cependant, dans une régulation aval, la conduite reste toujours en charge
Dans une régulation amont et suite à une réduction du débit en S, un brise charge B
implanté entre S et A joue le rôle d’un réservoir intermédiaire qui permet d’éviter les
débordements dans l’adduction en évacuant le débit qui y arrive. Pour éviter les
débordements dans le cas d’une régulation aval suite à une manœuvre en R, le brise charge
doit être équipé d’un dispositif de réglage automatique du débit d’arrivée au brise-charge
en fonction de celui demandé en aval (robinet flotteur, brise-charge avec contre-poids
liquide).
IV-2.3.4 Pose des conduites
a) Généralités
Les conduites peuvent être posées en terre, en galerie, en élévation au-dessus du
sol, sur des ouvrages d’art, dans le lit d’une rivière ou dans un sous-sol marin.
La pose en terre comporte les étapes suivantes :
• réalisation d’une tranchée : largeur de 0.60 m minimum, des élargissements au droit
des joints facilite leur mise en place. Le fond de fouille est ensuite recouvert d’un lit de
pose de 0.15 m à 0.20 m d’épaisseur
• mise en place de la conduite dans le fond de fouille.
• essai par tronçons successifs des joints en vue de l’éprouver à la pression : la conduite
est alors remplie d’eau à partir de la partie basse de la canalisation pour faciliter
l’évacuation de l’air vers le point haut à travers une ventouse. La pression d’essai est
prise égale à la pression à laquelle sera soumise réellement la conduite majorée de 50
%. Cette opération s’effectue à l’aide d’une pompe d’épreuve pour une durée d’au
moins 30 mn.
• essai de butée à l’extrémité des Manomètre Pompe
conduites : pour vérifier si le sol d’épreuve
peut supporter la poussée de l’eau
de l’épreuve. L’extrémité de la
conduite est fermée par une plaque Vérins
pleine raccordé avec un joint. La
poussée de l’épreuve est exercée Calages
par des vérins qui s’appuient d’une
part, sur cette plaque et d’autre part
sur les calages disposés contre le
sol (Figure IV-2.17).
Figure IV-2.17 : Essai de butée d’extrémité de la
conduite (d’après Dupont, 1971).

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 130
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

Ces vérins sont manœuvrés au fur et à mesure que la pression exercée par la pompe
d’épreuve augmente. Si le sol ne peut supporter la poussée de l’épreuve, il faut construire
une butée en massif de maçonnerie qui, par son poids, s’opposera à cette poussée.

• remblaiement de la tranchée par couches successives arrosées et bien tassées.

Lorsque la conduite traverse des terrains marécageux, tourbeux, une semelle


continue en béton armé est disposée sous la conduite et faisant un angle supérieur ou égal à
90° avec la génératrice de la conduite. Cette disposition permet de réaliser un empattement
suffisant, compte tenu de la charge pouvant être supportée par le sol (Figure IV-2.18). Les
conduites peuvent reposées sur des tasseaux en béton dans lesquels des têtes de pieux
seront noyées. Ces tasseaux pourront être au nombre de deux par conduite ou de un. Dans
ce dernier cas, le tasseau sera près du joint (Figure IV-2.19).
Tasseaux Joint
en béton

900

Pieux
Semelle en béton armé

Figure IV-2.18 : Pose sur semelle Figure IV-2.19 : Pose sur pieux
(d’après Dupont, 1971). (d’après Dupont, 1971).
b) Pose en galerie
Il s’agit des canalisations posées, soit dans les égouts, soit dans les caniveaux ou
les galeries spéciales visitables. Cette disposition est rare en milieu urbaine. Si le diamètre
est important, chaque conduite est provisoirement posée sur des madriers en bois (Figure
IV-2.20) puis calé suivant le profil en long. Les joints sont exécutés parallèlement aux
tasseaux définitifs en maçonnerie. Pour les petits diamètres, la conduite est directement
posée sur tasseaux coulés à l’avance. Quand la conduite passe sur un ouvrage d’art, la pose
sur tasseaux s’effectue de la même façon.

Tasseau définitif Tasseau


(maçonnerie) Provisoire (bois)

Figure IV-2.20 : Pose sur tasseaux (d’après Dupont, 1971)


c) Pose dans le lit d’une rivière et traversée sous marine
Lorsqu’il s’agit de franchir une rivière, la conduite peut emprunter le caniveau
ordinairement réservé sous le trottoir d’un pont-route, s’il en existe. Elle peut également
être posée sur des ouvrages spéciaux (aqueduc remplacé par des conduites forcées à la
traversée d’une vallée)
Quand il s’agit d’alimenter la population d’une île à partir d’installations
construites sur le continent, l’immersion d’une canalisation est nécessaire. Les matériaux

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 131
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

adoptés dépendent de la longueur de traversée et du diamètre des conduites (ce qui


conditionne le choix des engins de manutention) : fonte, fonte ductile, acier, béton armé,
amiante-ciment, matière plastique. Signalons l’utilisation très commode de tuyaux en
polyéthylène (diamètre maximal de l’ordre de 0.300 m), dont la pose s’apparente à celle
des câbles sous-amrin.
IV-2.3.5 Chaînage des conduites
Cette opération consiste à maintenir la conduite suspendue pour la mise en place
des tasseaux, pour continuer à assurer le transit de l’eau et pour la construction d’un
ouvrage prévu sous la canalisation en service.
La conduite est d’abord dégarnis sur une largeur suffisante, conditionnée par la
construction d’un caniveau ou d’une galerie, et en arrêtant le dégarnissage en profondeur
au niveau du diamètre (Figure IV-2.21). Puis, à l’extrémité de chaque tuyau, on effectue
une saignée sur une largeur de 15 à 20 cm pour pouvoir faire passer une ceinture constituée
par un plat en acier. Celle-ci est relié à des fers I jumelés et reposant sur des massifs en
maçonnerie. La conduite est ainsi solidement suspendue et le caniveau et les tasseaux
peuvent être construits en toute sécurité.
Coupe CD Massif en
Coupe AB maçonnerie
A C
Fers I

Ceinture

B
D

Figure IV-2.21 : Chaînage en vue de la mise de la conduite en


caniveau (d’après Dupont, 1971).

IV-2.3.6 Butées et amarrages des conduites


La poussée exercée par l’eau, à tendance à un déboîtement du joint des conduites,
des tronçons coudées, des branchements (à angle droit ou coniques). Des massifs en béton
permettent alors, par leur poids, de s’opposer à ce déboîtement (Figure IV-2.22 a-d). Ces
massifs, associés à des fers d’amarrage, seront parfois nécessaires même pour des
conduites à joints soudés ou à brides, si l’intensité des efforts exercés l’exige.
Pour les différents cas présentés sur la Figure IV-2.22, la résultante de la poussée de
l’eau Q est approximée en supposant que l’eau au repos (par simple décomposition de
forces : force de pression F, poids du massif Wm et poids de la conduite plein d’eau W). En
toute rigueur, la détermination de Q en tenant compte de l’écoulement de l’eau fait appel
au théorème des quantités de mouvement projetées. Par raison de sécurité, il n’est pas tenu
compte de la butée des terres (à moins que l’on ne se trouve dans la roche compacte).
Pour s’opposer à la poussée de l’eau dans le cas d’un coude horizontal, la butée est
placée à l’extérieur du coude (Figure IV-2.22-a). Dans le cas d’un coude vertical et si la
poussée est exercée vers le haut, le butée est à l’intérieure du coude (Figure IV-2.22-b).
Elle est normale à la conduite principale dans le cas d’un branchement (Figure IV-2.22-c).
Dans un cône, des massifs sont disposées suivants les directions normales aux
génératrices du tronc du cône pour s’opposer aux poussées de l’eau produit par la
décomposition de la force (F – F’). Une autre méthode consiste à mettre une voile en béton
solidaire d’une semelle (Figure IV-2.22-d).

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 132
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

Q (a)
A
A H Coupe AB
α/2 F
F’
D Q
I
F F’

α
Wm R
B
Π D 2
F = F '= P Q = 2HI = 2F sin(α / 2)
4

Amarrage (b) (c) D’ Conduite


Q
principale
Coupe AB F’
A
F F

W B
Wm

W + W = (1 . 3 à 1 . 5 ) Q Π D 2
m Q = F '= P
4

D’ (d)
Voile en béton
f F-F’ f

D Q = F − F'

Figure IV-2.22 : Butée et amarrage des conduites (a) sur un


coude horizontal, (b) sur un coude vertical, (c) sur un
branchement, (d) sur un cône (d’après Dupont, 1971).

IV-2.3.7 Ouvrages en galerie


Les profils type d’une section de forme circulaire ou en forme de fer à cheval sont
illustrés sur la Figure IV-2.23. La galerie peut être soit non revêtue ou revêtue en béton
ordinaire ou en béton armé.
L’épaisseur du revêtement en béton est, en général, comprise entre 10 et 40 cm. La
Figure IV-2.24 représente la structure de revêtement en béton armé. Le revêtement est
destiné à remplir l’une ou plusieurs fonctions suivantes : diminution de la rugosité,
augmenter la résistance mécanique de la galerie si le rocher est de mauvaise qualité et
assurer l’étanchéité pour éviter les pertes d’eau qui peuvent se produire par les fissures du
terrain.

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 133
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

D’=D+D/10 D’=D+D/10

Section non revêtue Section avec radier revêtu

D/20 D/20

D D

D D

Section en fer à cheval revêtue Section circulaire revêtue

Figure IV-2.23 : Forme de section type de galerie


d’amenée (d’après Ginocchio, 1959).

74
2 armatures
transversales par
mètre (d :22 mm)
40
3 cerces
D=6,0 m

6 Drain

2,0

Galerie de visite
1,5

Figure IV-2-24 : Structure d’un revêtement de galerie en


béton armé (Ginocchio, 1959).

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 134
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

IV-3 CANAUX ET GALERIES A SURFACE LIBRE


IV-3.1 Définition des caractéristiques géométriques
Un canal constitue un élément du réseau de transport d’eau à surface libre (soumise
à la pression atmosphérique). L’étude des ces écoulements fait intervenir les éléments
géoémtriques suivant (Figure IV-3.1) :

Dh h S
Q

Jf
P
α (faible)

Figure IV-3.1 : Eléménts géométriques de la


section (d’après Graf, 1993)
• La pente du fond du canal
dz
Jf =− (IV-3.1)
dx

Si Jf est faible et en supposant une répartition de présssion hydrostatique, la pente


piézométrique se confond avec la pente de la surface libre.
• la section mouillée S (dans les écoulements en charge, le contour d’une section
était nécessairement fermé et la section est entièrement mouillée)
• le périmètre mouillé, P formé de la ligne de contact entre la surface mouillée et
le lit y compris les berges, mais ne comprenant pas la surface libre,
• La largeur au miroir (ou à la surface libre), B
• le rayon hydraulique, donné par :
S
R= (IV-3.2)
P
• la largeur superficielle B, du canal à la surface libre
• la profondeur hydraulique, Dh, définit par :
S
Dh = (IV-3.3)
B
• la profondeur (hauteur ou tirant) d’eau h; puisque la pente du fond est faible, la
profondeur d’eau suivant la verticale et perpenduculaire au fond peuvent être
considérées confondues.
Dans un canal prismatique (la pente du fond, la section et la rugosité restent constante).
Le tableau suivant donne les formules des éléments géométriques pour trois types de
sections de canaux.

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 135
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

Tableau IV-3.1 : Les caractéristiques géométriques pour trois types de canaux

Grandeurs
géométriques Surface Périmètre Largeur
Type de S mouillé B
section P
B
sh

1
θ
h (b + s h) h b + 2 h 1+ s 2 b+2s h
s
b

Trapèze

sin(θ / 2) D
D 1 1 ou
(θ − sinθ ) D2 θD
h
θ
8 2 2 h (D − h)
Cercle

2 8 h2 3S
h Bh B+
3 3B 2h
Parabole

D’après le tableau IV-3.1, notons que le rayon hydraulique d’une section circulaire
pleine (θ = 4 Π), de diamètre D est : R = D/4. La section rectangulaire et triangulaire sont
des cas particuliers de la section trapézoïdale. Pour une section rectangulaire, il suffit de
prendre la contre pente du talus s = H/V = 0 (s = cotg θ, avec θ angle de repos) ; alors que
pour une section triangulaire, la largeur au fond b = 0. Généralement, pour les sections
ouvertes vers le haut la croissance de la surface mouillée S avec le tirant d’eau h est plus
rapide que le périmètre P.
IV-3.2 Classification des écoulements à surface libre
Une première classification est basée sur la comparaison de la valeur relative des
forces agissant sur ces écoulements (la gravité, l’inertie et la viscosité). Le résultat de
l’équilibre de ces forces est traduit par des nombres adimensionnels : Reynolds et Froude.
Le nombre de Reynolds traduit l’importance des forces d’inertie par rapport à
la force de viscosité ; il est défini par le rapport suivant:

Force d ' inertie UR


Re = = (IV-3.4)
forcede vis cos ité ν

où U est une vitesse caractéristique ; R : est le rayon hydraulique ; ν : est la viscosité


cinématique
Pour des faibles Re, l’influence des forces visqueuses sur l’écoulement est
prépondérante et l’écoulement est dit laminaire (Re < 500). Dans les écoulements naturels,
à surface libre les forces d’inertie sont prédominantes par rapport aux forces visqueuses.
Ces écoulements sont dits turbulents (Re > 2000). Les écoulements à surface libre dans les
canaux artificiels ou naturels sont généralement turbulent (voir § IV-2.1.2).
Le nombre de Froude n’est pas utilisé pour les écoulements en charge car la force
de gravité n’influence pas ce type d’écoulement. Ce nombre joue le même rôle que le
nombre de Mach, Ma, pour un écoulement de fluide compressible en aérodynamique.

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 136
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

Force d ' inertie U


Fr = = (IV-3.5)
force de gravité g Dh

où g : accélération de la gravité ; Dh est la profondeur hydraulique.


Si Fr > 1, une perturbation à l’amant se propage à l’aval rapidement et peut
provoquer des chocs, des instabilités; le régime d’écoulement est dit torrentiel. Les
conditions en aval n’influent pas ces écoulements.
Si Fr < 1, l’écoulement est dit fluvial. Toutes les perturbations en aval influencent
alors l’écoulement en amont.
Le passage du régime torrentiel (Fr > 1) au régime fluvial (Fr < 1) se fait par
l’intermédiaire d’un ressaut hydraulique; par contre, le passage du régime fluvial au
régime torrentiel se fait sans discontinuité.
Si Fr ≅ 1, comme c’est le cas lors du passage d’un régime torrentiel à fluvial ou
l’inverse, l’écoulement est dit critique. Les perturbations sont alors pratiquement
stationnaires.
Contrairement aux nombres de Froude et de Reynolds, la rugosité relative des parois
n’est pas l’expression d’un rapport de forces. La résistance à l’écoulement est fonction de
la nature de la paroi et de la configuration du fond. En pratique, k est très difficile à
mesurer. La détermination correcte de l’influence de la rugosité constitue une bonne part
de la difficulté de modéliser les écoulements.
Suivant la variabilité spatiale des caractéristiques de l’écoulement, nous pouvons
distinguer les écoulements uniforme ou non uniforme (ou varié). Dans un écoulement
uniforme, la profondeur et la vitesse restent invariables dans les diverses section de
l’écoulement. Lorsque le mouvement est graduellement varié, la profondeur et la vitesse ne
changent que très lentement d’une section à l’autre (uniforme sur un petit tronçon). Le
mouvement est rapidement varié si ces grandeurs caractéristiques changent brusquement
parfois avec des discontinuités (Figure IV-3.2). Ces différents types d’écoulement peuvent
être permanent ou non.
uniforme non uniforme uniforme non uniforme uniforme

Graduel. Rapide Graduel. Rap. Rap..


décél. décél. déc. accél.

Jw

Dh(x)
Jf x

Déversoir Jw
Ressaut Jf
Chute

Figure IV-3.2 : Schéma des écoulements permanents


uniformes et variés (d’après Graf, 1993).

IV-3.3 Régime Permanent- Ecoulement Uniforme


L’écoulement uniforme se rencontre dans les canaux naturels et assez rare dans les
canaux artificiels et ne s’observe que dans des canaux prismatique très long et loin des
extrémités amont et aval . Les lignes de charge, de la surface libre sont alors parallèles au
fond du canal (Figure IV-3.3).

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 137
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

Non uniforme uniforme Non uniforme

Réservoir
Canal Chute

Figure IV-3.3 : Ecoulement uniforme entre deux extrémités


(Graf, 1993).

IV-3.3.1 Formule de Chézy


L’équilibre des forces de gravité et de frottement conduit à l’expression suivante de
la vitesse moyenne de l’écoulement :

U = C R1/2 J1/2 (IV-3.6)

Le coefficient C est donné par la Formule de Bazin,

C = 87 / ( 1 + kb /R) (IV-3.7)

kb = 0.06 : parois très unis (ciment lissé par exemple)


kb = 1.75 : parois en terre très rugueuses
IV-3.3.2 Formule de Manning-Strickler
Le coefficient C de Chézy est donné par la Formule de Manning-Strickler,

C = K R 1/6 (IV-3.8)

K = 100 : parois en ciment lissé,


K = 80 : parois revêtues de béton ordinaire,
K = 50 : parois en gravier fin,
K = 30 : parois de rugosité exceptionnelle (canaux à l’air libre
dont le fond comporte des pierres et des herbes,
galeries brutes de perforation).
soit,
U = K R2/3 J1/2 (IV-3.9)
avec,
1 c
K=M = = 1/ 6 (IV-3.10)
n d
où c est un coefficient et d = un diamètre caractéristique des grains constituant le
matériau des parois.

Le coefficient “n’ de Manning est une mesure empirique de l’influence de la


rugosité. Par contre, “d” est uniquement une dimension caractéristique représentant les
éléments de la surface de la paroi, qui est ensuite utilisé pour classer différents types de
parois.

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 138
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

Les équations (IV-3.8) et (IV-3.10) donnent :


1/ 6
⎛R⎞
C = c⎜ ⎟ (IV-3.11)
⎝d⎠
Si l’on adopte d90, c’est-à-dire le diamètre dépassé par une proportion en poids de
10% seulement des grains, nous avons:
26
K = 1/ 6 (IV-3.12)
d 90
L’équation (IV-3.12) est pratiquement identique à celle de M de la formule de
Manning (Tableau IV-2.1) :
1 8.25 g 26
K =M = = 1/ 6
≅ 1/ 6 (IV-3.13)
n k d 90
Le Tableau suivant défini les valeurs limites de ces paramètres pour des rugosités
équivalentes allant de 1 m à 0.1 mm :

Tableau IV-3.2 : Valeur du coefficient de Strickler suivant d90


d90 ou k K = M = 26/d901/6 n = 1/M
(m)
1 26 0.038
0.1 38 0.026
0.01 56 0.018
0.001 82 0.012
0.0001 121 0.008

IV-3.3.3 Profondeur Normale


La profondeur de l’eau correspondant à un débit donné Q, en écoulement uniforme
(J = Jn) est appelée Profondeur ou Tirant Normal. Elle peut être déterminée en utilisant
les formules monômes (équation IV-2.3), qui pour un écoulement turbulent (zones L, M ou
N) donnent :
Q S na +1
= S n R a
= (IV-3.14)
K J n1 / 2 Pna

Cette équation peut être résolue graphiquement, ou analytiquement de façon


explicite ou itérative selon la complexité des relations Sn(hn) et Pn(hn), correspondant
respectivement à la surface et le périmètre de la section mouillée à la profondeur normale
hn.
Pour la Formule M, ou de Manning-Strickler, par exemple, (a =2/3), la relation (IV-
3.14) devient :

Q S n5 / 3
= (IV-3.15)
M J n1 / 2 Pn2 / 3

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 139
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

Ex-IV-3.1:

Déterminer les formules de calcul itératifs de hn dans un canal trapézoidal de


largeur de base b et de contre pentes s1 et s2 , en supposant: a) que le canal est large b > hn
et b) que le canal est étroit b< hn.

Solution:
Q
=
S n5 / 3 [ ]
b hn + ( s1 + s 2 ) / 2 hn2
[=
MJ n1 / 2 Pn2 / 3 b + hn (1 + s12 )1 / 2 + hn (1 + s 22 )1 / 2 ]
a) canal large; b > hn :
3/5
hn 2 / 5 ⎡ Q ⎤
[1 + ( 1 + s1² + 1 + s 2² ) ] ⎢ b ⎥
b
hn = ⎢ ⎥ (IV-3.16)
s1 + s 2 hn ⎢ M J ⎥
1+ n
2 b ⎢⎣ ⎥⎦
Pour un canal très large la première fraction du second membre = 1.

b) canal étroit; b < hn :


b 1/ 4
[ 1 + s1² + 1 + s 2² + ] 3/8
hn ⎡ Q ⎤
hn = ⎢ ⎥ (IV-3.17)
b s1 + s 2 5 / 8 ⎢⎣ M J n ⎥⎦
[ + ]
hn 2
Nota: Ces formules restent valables, pour un canal symétrique, s1 = s2 = s , un canal
rectangulaire, s = 0 et pour un canal triangulaire, b = 0.

IV-3.3.4 Section Economique


La construction d’un canal pour un débit Q coutera moins cher pour la plus faible
appelée section économique : Coût min, ≡Section min, ≡Débit max. Pour une pente et une
rugosité constantes, l’équation (IV-3.15) permet d’écrire :
S 5/3
Q = cste n2 / 3 (IV-3.18)
Pn
L’expression (IV-3.18) montre que le débit sera maximal si le rayon hydraulique
est maximal (R = Rmax); donc le périmètre mouillé est minimal (P = Pmin) et donc pour un
revêtement minimal. Pour une section trapézoïdale, la section économique est un trapèze
isocèle pour lequel :

b
= 2 1 + s² − 2 s (IV-3.19)
hn
et s = 3 /3 , soit θ= Arctg m = 60° et b/hn = 2/ 3 (IV-3.20)
s : contre pente ; θ : angle de repos
b
Pour un canal rectangulaire l’équation V-3.10, donne = 2 (IV-3.21)
hn
Une section demi-circulaire permet d’avoir une plus grande surface pour un petit
périmètre (Figure IV-3.4). Cette forme n’est cependant, pas facile à mettre en œuvre pour
les canaux à grande section.

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 140
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

IV-3.3.5 Section Complexe ou Composée


Cette situation se rencontre lors d’un débordement ou de l’inondation du lit majeur
d’un cours d’eau. Pour déterminer le débit à travers une telle section, nous pouvons
composée celle-ci en sous section (figure IV-3.5). On suppose que chacune d’elles fait
passer son propre débit déterminé par la formule de Manning. Ainsi, le débit total est :
1/ 2 1/ 2
1 ⎛ ∆h ⎞ 1 ⎛ ∆h ⎞
Q = Qc + Q0 = S c Rc2 / 3 ⎜⎜ ⎟⎟ + S 0 R02 / 3 ⎜⎜ ⎟⎟ (IV-3.22)
nc ⎝ Lc ⎠ n0 ⎝ L0 ⎠

S0 L0

Lc
n0 Sc n0 lit majeur

nc
lit mineur

Figure IV-3.5 : Section composée (Graf, 1993).

Dans le cas d’une section caractérisé par des rugosité hétérogène sur son périmètre
mouillé, la vitesse moyenne est supposée identique dans toute les sous sections, ainsi :
U = U1 = U2 = … = Ui
La section totale est évidemment la somme des sous sections :
S = S1 + S2 + … + Si
Ces deux relations permettent de déterminer la rugosité équivalente en fonction de
la rugosité assoicié à chaque tronçon du périmètre mouillé :

1/ a 2/3
⎡ ⎤ ⎡ ⎤
⎢ P ⎥ ⎢ P ⎥
K= ⎢ ⎥ = M = ⎢ ⎥ (IV-3.23)
⎢ ∆Pi ⎥ ⎢ ∆Pi ⎥
⎢⎣ ∑ K i 1 / a ⎥⎦ ⎢⎣ ∑ M i 2 / 3 ⎥⎦

IV-3.3.6 Profondeur Critique


Considérons un canal de faible J
pente du fond (les profondeur d’eau sont U2
alors supposées comme verticale) et soit 2g Jw
une section S repéré par sa cote z par
Hs
rapport à un plan de référence. La charge H h Q
totale dans une section donnée du canal est
Jf PdR’
définit par rapport au plan horizontal de
référence PdR (Figure IV-3.6). z
PdR
S

Figure IV-3.6 : Définition de la charge totale,


et de la charge spécifique (Graf, 1993).

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 141
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

U2 Q2
H = z + h +α = z + h +α (IV-3.24)
2g 2g S2
En se référant au fond du canal (plan de référence PdR’), le terme z est fixée par
l’implantation du canal, la charge spécifique est définie par :
U2 Q2
Hs = H − z = h +α = h +α (IV-3.25)
2g 2g S2
α : coefficient de distribution de vitesse (correction tenant compte de la non uniformité de
vitesse).
L’impulsion spécifique est défini par :
UQ Q2
Ts = hG S + β = hG S + β (IV-3.26)
g gS
hG : distance entre le centre de gravité de la section et la surface libre.
β : Coefficient de distribution de quantité de mouvement.
La profondeur critique est la profondeur correspondant à l’énergie spécifique Hs, ou
l’impultion spécifique Ts , minimale nécessaire pour assurer un débit constant Q. C’est
aussi la profondeur de l’écoulement donnant le débit maximal pour Hs ou Ts constante
(Figures IV-3.7 a et b).

h=Hs
Fr < 1
U 2
2 g Q croît
B
dS=B dh dh h Fr > l

Dh S h2
h h
hc
h1

Hs
Hs,c Hs,1=Hs,2
Hs

Figure IV-3.7-a : Courbe d’énergie spécifique Hs=f(h),


pour Q = cst (Graf, 1993).

h
Hs

h>hc ; Fr<1 : Régime fluvial


2
U hc h=hc ; Fr=1 : Régime critique
2g

Q
h<hc ; Fr>1 : Régime torrentiel

Q = S 2 g ( H s − h)
0 Qmax

Figure IV-3.7-b : Courbe des débits, Q=f(h),


pour Hs = cst (Graf, 1993).

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 142
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

Si α = β = 1 (hypothèse généralement admise en régime turbulent), les


minimums de Hs et de Ts correspondent à la même condition:

Q2B U 2
3
= 2 = Fr2 = 1 (IV-3.27)
gS Uc

avec Fr , le Nombre de Froude et Uc, la Vitesse Critique,


S
U c = g = gDh (IV-3.28)
B
Le tableau suivant regroupe les expressions de la vitesse critique suivant le type de
section.

Tableau IV-3.3 : Ecoulement critique pour trois types de sections (MTQ, 1993).

Ecoulement
critique Vitesse Débit Energie
Type de critique Q = U c Sc spécifique
Uc Hs,c = hc + Uc2/2g
section
B
sh
⎛ b + s hc ⎞ g (b + s hc )3 ⎛ b + s hc ⎞
1 h g hc ⎜⎜ ⎟⎟ hc3 / 2 hc ⎜⎜1+ ⎟⎟
⎝ b + 2 s hc ⎠ b + 2 s hc
θ
s
b ⎝ 2(b + 2 s hc ) ⎠
Trapèze

D D ⎛θ − sinθc ⎞ 5/ 2⎛θc − sinθc ⎞3/ 2 D ⎛θc − sinθc ⎞


g ⎜⎜ c ⎟ D ⎜ D+ ⎜ ⎟
h g
θ

8 ⎝ sin(θc / 2) ⎟⎠ ⎝ 8 ⎠ sin(θc / 2) 16⎜⎝ sin(θc / 2) ⎟⎠
Cercle

2 8g 4
h
g hc J c hc3 / 2 hc
3 27 3
Parabole

D’après l’équation (IV-3.27), le calcul du tirant critique se ramène à la résolution


de l’équation IV-3.13, soit,
Q 2 S c3
= (IV-3.29)
g Bc
Selon le type de section, cette équation peut être résolue graphiquement ou
analytiquement de façon explicite ou itérative.

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 143
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

Ex.IV-3.2:

Déterminer les formules de calculs itératifs de hc dans un canal trapézoidal


symétrique, de largeur de base b et de contre pentes s , en supposant: a) que le canal est
large b > hc et b) que le canal est étroit b< hc,

Solution:
Q 2 S c3 [b hc + s hc ]
3

= =
g Bc [b + 2 s hc ]
a) canal large; b > hc :
2
hc ⎛ Q⎞
[1 + 2 s ]1 / 3 3 ⎜⎝ ⎟⎠
b b
hc = (IV-3.30)
hc g
1+ s
b
Pour un canal très large la première fraction du second membre = 1.

b) canal étroit; b < hc :


b 1/ 5
[2s +]
hc Q2
hc = 5 (IV-3.31)
b 3/ 5 g
[s + ]
hc
Nota: Ces formules restent valables, pour un canal rectangulaire, s = 0 et pour un canal
triangulaire, b = 0.

IV-3.3.7 Ecoulement Fluvial, Critique et Torrentiel


D’après l’équation IV-3.29 et la formule de Chézy (équation IV-3.6), la pente
critique d’un canal, quelle qu’en soit sa forme peut être calculée par :
g Sc 1 g Sc 1
Jc = 2
= 2 4/3
(IV-3.32)
Bc C Rc Bc M Rc
avec Jc : pente critique du radier, pente pour laquelle la hauteur normal est égale à la
hauteur critique, soit avec, hn (Jc) = hc.
1/ 3
⎡ Q ⎤
3/ 5 ⎡⎛ Q ⎞2 ⎤
⎢ ⎥ ⎢⎜ ⎟ ⎥
= hc = ⎢ ⎝ ⎠ ⎥
b
Pour un canal rectangulaire très large, h0 = ⎢ b ⎥
⎢ M Jc ⎥ ⎢ g ⎥
⎢⎣ ⎥⎦ ⎢ ⎥
⎣⎢ ⎦⎥
soit,
g 10 / 9
Jc = 2 (IV-3.33)
M (Q / b) 2 / 9

Le Tableau suivant résume les différents régimes d’écoulements.

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 144
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

Tableau IV-3.4 : Différents régimes d’écoulements suivant hc (ou J).


Régimes Q2B h Fr U J/Jc * J
d’écoulements Fr²=
g S3
Fluvial <1 > hc <1 < Uc J < Jc < Jc
Critique =1 = hc =1 = Uc J = Jc = Jc
Torrentiel >1 < hc >1 > Uc J > Jc > Jc
• Dans le rapport J/Jc = (Sc/S)2 (Rc/R)4/3, les variations de la section en fonction de
la profondeur l’emporte par rapport aux variations du périmètre mouillé (voir §
IV-3.1).

Nota: Si le radier fait un angle θ avec l’horizontale non négligeable, le tirant critique
dépend de la pente du radier Jf et l’équation IV-3.27 devient :

Q 2 Bc
= cosθ (IV-3.34)
g S c3

soit,
Q*2 Bc
=1 (IV-3.35)
g S c3

Q
avec, Q* = (IV-3.36)
(cos θ ) 1 / 2
Ainsi, dans un cours d’eau où la pente Jf n’est pas négligeable, la formule IV-3.29
reste valable pour le calcul de hc en substituant le débit Q à Q*. Les tirants critiques ainsi
calculés seront légèrement plus grands que ceux obtenus en supposant le canal horizontal.

IV-3.4 Ecoulements graduellement variés


IV-3.4.1 Classification des écoulements graduellement variés
Dans un écoulement graduellement varié, la pente du fond est différente de la pente
hydraulique et de la pente de la surface libre et l’écoulement n’est plus uniforme (Jf ≠J
≠Jw). La position relative de la profondeur critique et de la profondeur normale et celle du
pente du fond par rapport à la pente critique permettent de classifier les types de régime
des écoulements graduellement variés (Tableau IV-3.5).
Tableau IV-3.5 : Classification des écoulements graduellement variés suivant la pente du fond
du canal
hn et hc Jf
Type de pente
Contre pente (Adverse channel) hc finie (inexistant) <0
Canal horizontal (Horizontal channel) hc finie (hn = ∞) =0
Canal à faible pente (Mild channel) hn > hc < Jc
Canal à pente critique (Critical channel) hn = hc = Jc
Canal à forte pente (Steep channel) hn < hc > Jc

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 145
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

IV-3.4.2 Etude de la forme de la surface libre


En négligeant toutes les oscillations temporelles et en considérant un canal à faible
pente et à section prismatique, la variation longitudinal de la charge spécifique, défini par
l’équation IV-3.25, s’écrit :
dH s
= Jf −J (IV-3.37)
dx
avec, Jf et J désignent respectivement les pentes du fond et de la ligne de charge :
dz
Jf =− (IV-3.38)
dx
dH (Q / S ) 2
J =− = (IV-3.39)
dx C2R
L’équation (IV-3.39) est obtenue en supposant que la pente hydraulique en une
section donnée est égale à celle d’un mouvement uniforme de même débit et de même
vitesse.
L’équation (IV-3.37) peut s’écrire également sous les forme suivante :
(Q / S ) 2
1− 2
dh C RJf 1− J / J f
= Jf = J (IV-3.40)
1 − Fr2
f
dx (Q / S ) 2
1−
gS/B
Cette équation différentielle est complétée par les conditions aux limites suivantes :

1
hn
2 hn=hc 1 1
hc hc
hn 2
3 3
3
Jf <Jc Jf =Jc Jf >Jc
Canal à faible pente (M) Canal à pente critique (C) Canal à forte pente (S)

Zone 1 : h > hn et hc Zone 2 : h entre hn et hc Zone 3 : h < hn et hc

Figure IV-3.8 : Zones de transition pour divers pentes de fond (Dhatt, 1985).

CL1 : Si h tend vers hn, le dénominateur s’annule et dh/dx = 0. L’écoulement est uniforme
(Jf = Jn) la ligne d’eau est alors tangente asymptotiquement à la ligne de profondeur
normale.
CL2 : Si h tend vers hc, le dénominateur s’annule et dh/dx = ∞. L’écoulement est critique
(Jf = Jc) et la ligne d’eau est orthogonale à la surface du fond.
CL3 : Si la profondeur d’eau croit de plus en plus : h → ∞ , les courbes tendent
asymptotiquement vers une ligne horizontale : dh / dx → J f
Dans un écoulement varié, la profondeur h varie en transition d’un régime à un
autre (éventuellement dans le même régime aussi). Cette profondeur définit le type de
transition selon sa valeur par rapport à hn et hc. Les différentes possibilités sont regroupées
dans la Figure IV-3.8.
Les différents formes de courbes de remous suivant la position relative de h par
rapport à hn et hc sont données dans le Tableau IV-3.6 Dans un canal critique, la

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 146
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

profondeur normale est confondue avec la profondeur critique et la courbe C2 disparaît.


Puisque la profondeur normale dans un canal horizontal est infinie, la courbe H1 n’existe
pas. Cette profondeur n’existe pas pour un canal à contre pente et la courbe A1 disparaît.
Cette analyse de la forme de la surface libre n’est que qualitative puisqu’elle permet de
décrire l’allure générale de la surface libre. Suivant le tableau IV-3.6, certaines propriétés
communes se dégagent:
a) dans les zones 1 et 3, la courbe de remous est toujours d’exhaussement et la vitesse
en décélération. Dans la zone 2, il y a abaissement et accélération.
b) Aucun axe ne coupe le niveau uniforme et la surface libre est toujours
asymptotique à ce niveau.
c) Pour les faibles pentes (M), le régime uniforme est localisé à l’amont d’une
singularité, tandis que pour les fortes pentes (S), ce régime se trouve à l’aval.
d) Théoriquement, les axes coupent le niveau critique à angle droit (sauf pour le profil
type C). Dans la pratique ce passage est instable (apparition d’ondulations).
La figure IV-3.9 montre quelques exemples d’écoulement graduellement variés
rencontrés dans des situations pratiques.

Tableau IV-3.6 : Surface de l’écoulement graduellement varié dans un canal à pente


(Graf, 1993).

hn/h Signe hc/h Signe Signe Changement Nom Figures (échelle


Num. Dén. dh/dx de h verticale exagérée)

Profil type M (Mild channel) : Jf > 0 ; Jf < Jc ; hn > hc M1

<1 + <1 + + Croît M1 M2


<1 + >1 - Pas possible
>1 - <1 + - Décroît M2 M3
>1 - >1 - + Croît M3 Jf< Jc
Profil type S (Steep channel) : Jf > 0 ; Jf > Jc ; hn < hc S1

<1 + <1 + + Croît S1


<1 + >1 - - Décroît S2 S2
>1 - >1 - + Croît S3 S3

Jf > Jc
Profil type C (Critical channel) : Jf > 0 ; Jf = Jc ; hn = hc
C1
C3
<1 + <1 + + Croît C1
>1 - >1 - + Croît C3
Jf = Jc

Profil type H (Horizontal channel) : Jf = 0 ; hn = ∞


H2

* - <1 + - Décroît H2 H3
* - >1 - + Croît H3
Jf = 0
Profil type A (Adverse channel) : Jf < 0 ; hn < 0
A2

<1 - <1 + - Décroît A2


A3
<1 - >1 - + Croît A3
Jf < 0

: Profondeur normale ; : Profondeur critique ; : Surface libre

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 147
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

(a) (b) (a)


M1 C1
M1

Jf1=Jc
Jf< Jc
Barrage Jf1< Jc Jf2<Jc
Jf2<Jf1< Jc

(c) (d) Vanne (b)


M2 M2
RH
C3
Jf1< Jc Jf< Jc
Jf2> Jc Jf=Jc
chute Déversoir

(e) (f) Canal à pente critique (C)


vanne
Courbe C1 : (a) passage de Jc à
RH une pente moindre. Courbe
RH
M3
M3 Jf1 > Jc C3 : (b) raccordement d’un
Jf2 < Jc
Jf < Jc chenanl à Jc à un réservoir.
Canal à faible pente (Mild channel) (a)
H2
Courbe M1 : (a) En amont d’un barrage ; (b) En amont
des piles de pont. Courbe M2 : (c) En amont d’une
augmentation de pente ; (d) En amont d’une chute Jf=0

brusque. Courbe M3 : (e) lors d’un écoulement à grande


vitesse entrant dans un canal à pente faible ; (b)
Vanne
(f) dans un certain changement de pente Vanne

(a) (b)
S1 H3
S1
RH
RH Jf=0

Jf1 > Jc
Jf > Jc Canal horizontal (H)
Jf2 < Jc
Barrage Courbe H2 : (a) chute brusque.
(d)
Courbe H3 : (b) écoulement à
(c)
B2 > B1 grande vitesse dans un canal
B1
Elargissement de
horizontal.
S2 section
(a)
S2 A2
Jf1<0
Jf2>Jc
Jf > Jc

(e) (f) Déversoir


Vanne
Jf<0
S3
S3 (b)
Vanne
Jf<Jc Jf1 > Jf2>Jc
RH
Jf2>Jc
A3

Canal à forte pente (Steep channel) Jf<0

Courbe S1 : (a) en amont (au remous) d’un barrage ;


(b) dans certains changements de pente. Courbe S2 : Canal en contrepente (A)
(C) en aval d’une augmentation brusque de pente ; (d) Courbe A2 : (a) dans un
dans l’élargissement de la section ; Courbe S3 : (e) sous changement brusque de pente.
une vanne dénoyée ; (f) débouchant dans un canal à forte Courbe A3 : (b) Si l’ouverture
pente. d’une vanne est inférieure à hc.

Section de contrôle ; RH : Ressaut hydraulique

Figure IV-3.9 : Quelques exemples d’écoulements graduellement variés


(d’après Graf, 1993).

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 148
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

IV-3.4.3 Calcul des écoulements Graduellement Variés


L’étude de l’équation (IV-) a permis de préciser l’aspect général des différentes formes
de la surface d’eau. Pour procéder aux calculs et à la construction exacte des formes de la
surface libre, il est nécessaire d’intégrer cette équation. Trois méthodes de calcul peuvent
être distingué :
1) Méthodes Directe ou Explicite,
2) Méthodes Standard ou Itérative
3) Méthodes d’Intégration Directe
Quel que soit la méthode de calcul adoptée, pour connaître la forme de la surface
libre, il est nécessaire de connaître l’un de ses points (point de contrôle). La figure IV-3.10
montre les grandeurs caractéristiques de l’écoulement en deux sections situées en xi et xi+1.

J
Jw
U i2
∆H
2g 2
U=Q/S U

(Hs)i
2g Ui2+1
hi 2g
hi + hi+1 (Hs)i+1
h=
Jf 2 hi+1
α faible
zi zi+1
xi
xi+1

Figure IV-3.10 : Schéma d’écoulement non uniforme entre deux


Sections (d’après Graf, 1993).

a) Méthodes Directe ou Explicite

Les calculs des courbes de remous peuvent se faire numériquement par une
méthode directe ou explicite basée sur l’énergie spécifique Hs.
Hi = Hi+1 + ∆Hi,i+1 (IV3.41)
Avec, H = z + Hs : charge totale dans une section donnée
L’équation (IV-3.14) devient :
zi + Hsi = zi+1 + Hsi+1 + Jf ∆xi,i+1
soit,
x i+1 = xi + ( Hsi - Hsi+1 ) / (Jn - Jm ) (IV-3.41a)

Avec, Hs = h cos θ + U²/2g


Jn = - dz/dx
Jm = (Jfi + Jfi )/2
Q2
J = 2 2 4/3
M S R
L’équation (IV-3.41a) donne la position xi+1 pour une profondeur hi+1 donnée. La
solution est explicite.

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 149
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

b) Méthode Standard ou Itérative


Cette méthode, basée sur l’énergie totale H, donne la profondeur hi+1 dans une
section donnée xi+1. Les calculs sont itératifs:

Hi = Hi+1 + ∆Hi,i+1 (IV-3.42)

avec,
Q2 Q2
Hi = zi + hi cos θ + et J i = 2 2 4 / 3
2 gS i2 M i S i Ri

Calculés en fonction de hi, l’équation à résultante devient,


Q2 1 ⎛ Q2 ⎞
Hi = zi+1 + hi+1 cos θ + + ∆x ⎜ J + ⎟ (IV-3.42a)
2 i , i +1 ⎜ i 2 2 4/3 ⎟
2 gS i +1 2 ⎝ M i +1 S i +1 Ri +1 ⎠

* Ecoulement Fluvial : Courbes M1 , M2 , S1 , C1 , H2 et A2 :


L’équation (IV-3.42a) est résolue pour hi+1 dans le terme prédominant statique
(zi+1 + hi+1 cos θ) :
Q2 ⎛ Q2 ⎞
hi+1 =
1
(H i − z i +1 ) − 1
− ∆xi ,i +1 ⎜ J i + 2 2 4 / 3 ⎟⎟
⎜ (IV-3.43)
cosθ 2
2 gS i +1 2 ⎝ M i +1 S i +1 Ri +1 ⎠

* Ecoulement Torrentiel : Courbes M3 , S2 , S3 , C3, H3 et A3 :

Pour ce type d’écoulement l’équation IV-3.42a doit être résolue pour le hi+1 de Si+1
Q2
du terme prédominant dynamique, soit de , dans la plus part des cas.
2 gS i2+1

Nota: Dans tous les cas les calculs se feront de l’aval vers l’amont pour un écoulement
fluvial et de l’amont vers l’aval pour un écoulement torrentiel. Et l’axe des x est compté
positif dans la direction des calculs.

c) Méthodes d’Intégration Directe


L’équation différentielle des courbes de remous (IV-3.37) peut être simplifiée, pour
des cas très particuliers (canal rectangulaire très large avec formule de Chézy ou de
Manning par exemple) pour la ramenée à des formes admettant une solution analytique.
Parmi ces méthode on peut citer, la Méthode de Bresse, de Bakhmatef ou de Ven Te
Chow.
Avec les progrès relativement récents des méthodes numériques et le
développement impressionnant des outils informatiques, ces méthodes sont bien dépassées.
On peut facilement démontrer que l’équation dynamique des écoulements permanents
graduellement variés peut s’écrire sous la forme:

dh / dx = (J - Jf ) / (1 - Fr²) = f(h) (IV-3.44)


Avec f(h) une fonction du tirant d’eau h, dont la complexité dépend des fonctions Jf(h) et
Fr(h); mais dont la résolution est relativement très simple par des méthodes numériques
devenues classiques (explicite, implicite ou mixte).

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 150
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

IV-3.5 Ecoulements Rapidement Variés : Déversoirs et orifice


Un déversoir (voir Figure IV-3.11) est un dispositif utilisé pour mesurer et/ou
contrôler le débit, Q, s’écoulant dans les canaux. Un déversoir est essentiellement une
paroi (seuil), mince ou épaisse, ayant une hauteur, HD; il est disposé verticalement pour
obstruer plus ou moins la section du canal. L’eau passe au-dessus du déversoir vers l’aval.
Une classification des différents types de déversoirs présentés ci-après :
- déversoir à paroi mince (Figure IV-3.11-a) : composé d’une mince plaque disposée
perpendiculaire au fond du canal, et terminée par une arête mince.
- barrage déversoir :la forme du barrage déversoir (Figure IV-3.11-b) est en général donnée
par la géométrie de la ligne inférieure de la nappe libre qui se manifeste dans un déversoir
à paroi mince.
- déversoir à paroi épaisse : Soit un déversoir à paroi épaisse (Figure IV-3.11-c), BD > 3H,
horizontale, qui fonctionne comme un canal rectangulaire court avec une chute brusque. Si
l’écoulement est dénoyé et si les lignes de courant sont parallèles, la profondeur d’eau
coupe par la profondeur critique, hc, au droit de la chute brusque.
- déversoir mobile (vannes) : équipé d’organe mobile permettant par (fermeture/ouverture),
de mieux régler le débit qui le traverse.

U 12 / 2 g
lct
lct
U 12 / 2 g lp
H
H lp
Q
Q HD Q
pdR HD

1 D
pdR
c) Déversoir à paroi mince c) Barrage déversoir

U 12 / 2 g ≅ 0
lct
Écoulement noyé
H hc lp
hb

Jf = 0 h’2
HD q
Écoulement
pdR dénoyé

BD > 3 H
c) déversoir à paroi épaisse

Figure IV.3.11 : Différents types de déversoirs (Graf, 1993).

- Chute brusque : c’est un canal à faible pente, Jf < Jc, ou horizontal, Jf = 0, en chute
brusque, dans l’atmosphère (voir Figure IV-3.12). L’énergie spécifique, Hsc, est minimale
au droit de la chute brusque ; là s’établit la hauteur critique, hc, représentant le tirant d’eau
le plus faible possible pour un débit donné. L’existence de la section critique donne au
débit sa valeur maximale pour une énergie spécifique donnée. Pour que l’énergie
spécifique, Hs, diminue, il faut que la profondeur d’eau, h, baisse.

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 151
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

Avec lignes de courant parallèle h


Ligne d’eau
Avec lignes de courant courbes

ha q hc
hb Hs
Jf (faible) Hsc Hsa
3 ou 4) hc q

Figure IV-3.12 : Chute brusque (Graf, 1993).


- Canal jaugeur : un canal jaugeur, également appelé canal Venturi ou canal Parshall se
caractérise par un fort rétrécissement (latéral et/ou vertical) du canal (rectangulaire),
suivi d’un élargissement progressif (Figure IV-3.13).

B1 Q B3 ≅ B1

1 2 3
écoulement dénoyé
U / 2g ≅ 0
1
2
fluvial torrentiel lct
RH
h1 Q h3
hc
pdR
Jf ≅ 0

Figure IV.313 : Canal jaugeur à régime critique (Graf, 1993).

- Vanne de fond : dispositif permettant de mesurer et/ou contrôler le débit, Q, s’écoulant


dans des canaux ou sortant d’un réservoir (Figure IV-3.14).

h1 h1 h1

h2 h2 h2

a) Vanne plane b) Vanne segment c) Vanne cylindrique


verticale ou incliné

Figure IV 3 14 : Vanne mobile de fond (Graf 1993)


Le débit à travers un déversoir est donné par :

Q= µbh = µb 2g h3/2 (IV-3.45)

2/ 3
⎛ Q ⎞
et h = ⎜⎜ ⎟⎟
⎝ µb 2g ⎠

avec, µ = 0.385 pour un Déversoir Large

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 152
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

µ = 0.40 pour un Déversoir Mince


µ = 0.48 pour un Déversoir Normal (Profil Creager)

Pour un écoulement à travers un orifice, le


débit est déterminé par (Figure IV-3.15) : h
S
Q= µS 2 gh = µ S 2g h 1/2
(IV-3.46) Sc

Figure IV-3.15 : Ecoulement par un orifice


(Carlier, 1986).
IV-3.6 Ecoulement rapidement variés : Ressauts Hydrauliques
Le ressaut hydraulique, plus brièvement appelé ressaut se produit si un écoulement
passe (brusquement) du régime torrentiel (amont ou supercritique), Fr1 > 1, au régime
fluvial (aval ou subcritique), Fr2 < 1. Ce changement de régime conduit à une brusque
surélévation du niveau d’eau, (h2-h1), sur une très courte distance et provoque une
dissipation importante de l’énergie mécanique (Figure IV-3.16) ; Les profondeurs h2 et h1,
sont appelées profondeurs conjuguées ; elles encadrent un ressaut qui a une h hauteur
donnée par la différence des profondeurs conjuguées, h2 – h1).

h hRH h
Q = cst Q = cst

h2 h2

hc U2 hc
Jw W Fp2
h1 h1
Fp1 U1
Jf
Ts,1=Ts,2 Ts Hs
α (faible) 1
FF
2
Hs2 Hs1

Figure IV-3.16 : Schéma d’un ressaut hydraulique (Graf, 1993).

IV-3.6.1 Clacul des profondeurs conjuguées


Considère deux sections, S1 et S2 d’un canal prismatique, situées de part et d’autre
du ressaut suffisamment éloignées pour qu’on puisse considérer la pression comme
hydrostatique. L’écoulement est supposé permanent et le ressaut occupe une position
stationnaire.
L’équation de quantité de mouvement énonce que la quantité de mouvement sortant
à travers la surface d’un volume fluide est équivalente à la somme des forces qui lui sont
appliquées. La projection de cette équation suivant l’horizontal conduit à :
∑ Fx = FP1 − FP 2 + W sin α − FF = ρQ(U 2 − U 1 ) (IV-3.47)
où, FP1 et FP2 sont les forces de pression agissant sur les sections de sortie et
d’entrée, W sin α la force de la pesanteur et FF la force de frottement sur les parois. En
considérant que les deux sections (1) et (2) sont assez rapprochées, les forces de gravité et
de frottement peuvent être négligées. Si de plus, la section du canal est rectangulaire, nous
avons :

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 153
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

h2 h1
S 1 = h1 B , S 2 = h2 B q = Q / B , FP 2 = ρ g S2 FP1 = ρ g S1
2 2
L’équation (IV-3.47) s’écrit donc :
h12 q2 h2 q2
+ = 2 + (IV-3.48)
2 g h1 2 g h2
avec, q est le débit par unité de largeur du ressaut qui s’écrit par continuité :
q = U1 h1 = U2 h2 (IV-3.48a)
Cette équation traduit la conservation de l’impulsion spécifique de part et d’autre
du ressaut, c’est à dire Ts,1 = Ts,2. A chaque verticale de la courbe Ts = f(h) pour un débit
Q donné correspond deux profondeurs conjuguées, h1 et h2 (Figure IV-3.16).
En utilisant l’équation de continuité (IV-3.48a), et après division par (h2-h1),
l’équation IV-3.48 peut s’écrire :
U2
h22 + h2 h1 − 2h1 1 = 0 (IV-3.49)
g
Des deux racines de l’équation, une seule est positive et convient. Cette racine
s’écrit sous forme adimensionnelle :
h2 1
h1 2
= (1 + 8 Fr21 − 1 )
ou
h1 1
=
h2 2
(
1 + 8 Fr22 − 1 ) (IV-3.40)

Avec Fr1 et Fr2 désignent les nombres de Froude au niveau des sections (1) et (2) :
U2 U2
Fr21 = 1 et Fr22 = 2
gh1 gh2
La relation IV-3.40 est connue sous le nom d’équation de Bélanger. Elle est
symétrique par rapport aux profondeurs h1 ou h2 et permet, pour un débit q donné, de
calculer l’une des profondeurs d’eau, h1 ou h2, si l’on connaît l’autre, h2 ou h1.
L’équation de Béranger est également vérifiée pour h1 = h2 = hc, si bien que le
ressaut s’établit pour h1 plus petit que hc (écoulement torrentiel) et h2 supérieur, à cette
valeur (écoulement fluvial).
IV-3.6.2 Perte d’énergie (dissipation d’énergie) à travers un ressaut
Dans un canal rectangulaire, la perte d’énergie, hRH, à travers la courte distance du
ressaut n’est autre que la perte d’énergie spécifique. Nous avons donc (Figure IV-3.16) :
⎛ U2 ⎞ ⎛ U2 ⎞
hRH = H s1 − H s 2 = ⎜⎜ h1 + 1 ⎟⎟ − ⎜⎜ h2 + 2 ⎟⎟
⎝ 2g ⎠ ⎝ 2g ⎠
En tenant compte de l’équation IV-3.40, nous obtenons :
(h − h1 ) 3
hRH = 2 (IV-3.41)
4h1 h2
Un ressaut hydraulique est souvent utilisé dans les constructions hydrauliques
comme dissipateur d’énergie. L’énergie cinétique existant en amont du ressaut est
considérablement réduite sur une faible distance.
IV-3.6.3 Rendement du ressaut
Le rendement du ressaut est défini par le rapport de l’énergie potentielle reçue et
l’énergie cinétique perdue, donc :

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 154
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

h2 − h1 4h1 h2
η= = (IV-3.42)
U / 2g − U / 2g
1
2 2
2 (h1 + h2 ) 2

Pour une forte différence de niveau, η est faible ; pour une faible différence η
s’approche de l’unité.
IV-3.6.4 La longueur du ressaut
Dans un canal rectangulaire, la longueur du ressaut est donnée empiriquement par :
L RH
5< <7 (IV-3.43)
h2 − h1

Suivant Henderson, (1966) la longueur peut être prise égale à :


L RH = 6.1 h2

IV-3.6.5 Détermination de la position du ressaut


Considérons le cas d’un canal à faible pente et d’un ressaut contrôlé par les
conditions hydrauliques aval (si le niveau d’eau aval monte, le ressaut se déplace vers
l’amont sinon il se déplace vers l’aval). Pour déterminer la position du ressaut, il faut tracer
la ligne d’eau en amont et en aval du ressaut. Connaissant ces deux courbes de remous, la
position du ressaut est déterminée graphiquement par l’emplacement des profondeurs
conjuguées sur ces deux courbes. La longueur séparant ces deux sections est LRH. Le
ressaut d’une longueur nulle s’établit entre les points A’ et Z’ (Figure IV-3.17).

z’
z’’ z
M2

h2
Point de
contrôle
M3 A Q hc
A’ h1 Jf
Fr > 1 LRH Fr < 1 α (faible)

Figure IV-3.17 : Position d’un ressaut hydraulique (Graf, 1993).

IV-3.7 Stabilité des Canaux à Fonds Mobiles


IV-3.7.1 Contrainte Tractrices : Maximale, Moyenne et Critique
Dans un canal naturel, les particules solides du lit peuvent être mis en mouvement
sous l’effet de la contrainte tangentielle, ou contrainte de frottement ou de cisaillement sur
les parois du canal. Généralement, cette contrainte est maximale au milieu de la section
(hmax) :
τmax = γ hmax J (IV-3.44)
avec γ est la poids volumique du liquide ; hmax la profondeur maximale d’eau et J la pente
de frottement.
La contrainte de frottement moyenne est donnée par la relation suivante :

τo = γ R J (IV-3.45)

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 155
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

La Figure IV-3.18 montre la répartition de la tension de frottement, sur le périmètre


mouillé, pour canal trapézoïdal.

1
1.5
h

τ0 = γ h J 0.75 γ h J
4h

Figure IV-3.18 Distribution de la Tension Unitaire de


Frottement dans une Section Trapézoidale (Graf , 1993 ).

La, la contrainte à partir de laquelle les matériaux de fond commencent à se


déplacer est appelée Contrainte Tractrice Critique; Le Diagramme de Shields permet de
déterminer la contrainte critique adimensionnelle τ*,cr = τ0 /(γs - γ) ds en fonction du
diamètre adimensionnelle de la particule d* (Figure IV-3.19).

3
τ
τ = 0

(γ − γ )d
*
s 50

10-1
mouvement
5

τ* = τ*,cr
Pas de
mouvement
-2
10 5 5 5
100 101 102 103
1 / 3
⎛ ρ − ρ g ⎞
= d ⎜⎜ ⎟⎟
s
d
ρ ν
* 50 2
⎝ ⎠

Figure IV-3.19 Tension Adimensionnelle de Frottement ,


Diagramme de Shields-Yalin (d’après Graf , 1993).

IV-3.7.2 Vitesses d’Erosion (Critique) et de Sédimentation


Il est plus intéressant d’utiliser la tension de frottement, τ0, comme critère d’érosion
ou de dépôt puisque ces deux phénomènes ne sont pas indépendants des caractéristiques de
la section, de la forme en plan du chenal, de la rugosité des parois. Cependant, nous
admettant que la capacité résistance à l’affouillement du lit ou le dépôt des particules
dépendant uniquement de la dimension des particules. Ainsi, nous pouvons définir des
vitesses d’érosion et de sédimentation qu’il ne faut pas dépasser dans les canaux artificiels
ou naturels pour éviter ces deux phénomènes : UD < U < Ucr avec U est la vitesse moyenne.

1) Vitesse d’érosion ou critique Ucr: vitesse maximale admissible dans un canal à cause
des risques d’érosion des particules solides qui se trouvent sur le fond.
2) Vitesse de sédimentation UD : la vitesse minimum admissible à cause des risques de
dépôt ou de sédimentation des particules solides susceptibles de se trouver dans
l’écoulement. Cette vitesse est comprise entre 0.25 < UD (m/s) < 0.9 suivant la nature
des particules solides (0.25 m/s correspond au limon et 0.9 m/s pour du sable plus
gros).

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 156
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

Les valeurs de UD et Ucr dépendant du diamètre des particules (Figure IV-3.20) :


Ucr et UD = fn (d)

103

U (cm) Erosion
Ucr=UE
102

101

Transport Sédimentation
100

UD
-1
10
10-3 5 10-2 5 10-1 5 100 5 101 5 102 5

d (mm)

Figure IV-3.20 : Vitesses d’Erosion et de Sédimentation


Diagramme de Hjulstrom (Graf , 1993).

IV-3.7.3 Pentes des Berges et Section Stable


La section stable d’un canal à fond mobile, est la section dans laquelle il n’y a pas
d’érosion sur tout le périmètre mouillé, P. La forme d’une telle section est déterminée
suivant les considérations de stabilité suivante.
a) Condition de stabilité
Considérons une particule sur les berges d’un canal incliné d’un angle α par rapport
à l’horizontal (Figure IV-3.21).

Ecoulement
R
R tgϕ
berge
berge
T
τ0b
α N
T
W F
fond α
fond

Figure IV-3. 21 : Détermination de la contrainte de frottement sur les berges


(Liliavsky, 1961)
Une particule solide sur la berge est soumise à la force de gravité W qui peut être
décomposée en deux composantes :

• Une composante de W agissant suivant la plus grande pente : T = W sin α


• et une composante perpendiculaire à la berge : N = R = W cos α

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 157
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

S’il n’y a pas d’écoulement, la condition de stabilité des particules des berges se
traduit par :
T < R tg ϕ
Avec, ϕ : angle de repos du matériau constituant la berge
W sin α < W cos α tg ϕ

s = 1/tg α = H/V > 1/tg ϕ (IV-3.46)

Dans un liquide en mouvement, la particule est soumise à une contrainte de


frottement τ0b parallèle à la berge, agissant sur la surface a de la particule Ss. La résultante
des forces qui entraînent la mobilité de la particule est :
Ainsi :
F = W 2 sin 2 α + S s2τ 0b
2

Au début du mouvement de la particule : F = R tg ϕ et τ0b = τ0b,cr


W cos α tgϕ = W 2 sin 2 α + S s2τ 0b,cr
2
(IV-3.47)
ce qui donne :
1/ 2
⎛ tgα ⎞
Ss τ = W cos α tgϕ ⎜⎜1 −
b 2
⎟⎟ (IV-3.48)
⎝ tgϕ ⎠
0 ,cr

Pour une particule sur le fond : α = 0, l’équation (IV-3.48) devient :

S s τ 0b,cr = W tgϕ
2
(IV-3.48a)
Ainsi le rapport des équations (IV-3.48) et (IV-3.48a) donne :

τ 0b,cr
2 1/ 2
⎛ tgα ⎞
= cos α ⎜⎜1 − ⎟⎟ <1
τ ,,fcr ⎝ tgϕ ⎠
2

A cause de l’effet de la force de gravité agissant sur la berge, les particules de la


berge sont moins stables que celles se trouvant au fond du canal.
τ 0b,cr < τ 0f,cr
2 2
(IV-3.49)

b) Forme d’une section stable


Comme la force tractrice τ0b est proportionnelle à la profondeur h et à la pente J. En
supposons que la pente du canal est constante, nous pouvons écrire dans une section
normale à l’écoulement :
τ 0b = λ h (IV-3.50)
La condition d’équilibre donnée par l’équation IV-3.47 s’écrit :
λ2 h 2 + W 2 sin 2 α = W cos ϕ tgϕ (IV-3.51)
L’équation (IV-3.51) montre qu’à chaque valeur de h correspond une valeur pour
α ; elle représente donc l’équation du périmètre mouillé d’une section d’un canal ou d’un
cours d’eau stable. Pour une section symétrique, la profondeur maximale correspond à αm
= 0 et elle est notée hm. D’où:
h
λ hm = W tgϕ et sin 2 α + tg 2ϕ = tg 2ϕ − sin 2 ϕ tg 2ϕ
hm

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 158
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

sin α hm2 − h 2 dh
= avec: sin α =
sin ϕ hm2 dP
dh hm dh
Alors : dP = =
sin α hm2 − h 2 sin ϕ
En intégrant :
hm ⎛ h ⎞
P= Arc sin ⎜⎜ ⎟⎟ + cste
sin α ⎝ hm ⎠
Si la surface de l’eau est prise comme origine de P, la constante d’intégration est
nulle et l’équation précédente :
h ⎛ P sin ϕ ⎞
= sin ⎜⎜ ⎟⎟
hm ⎝ hm ⎠
Le périmètre mouillé de la section est alors :
Π hm
P=
sin ϕ
Ce qui donne un rayon de courbure du périmètre mouillé :
dP hm dh 1 h 2 cos α
r= = = m
dα hm2 − h 2 dα sin ϕ h sin ϕ
Il résulte de cette équation qu’au niveau du plan d’eau, le profil a pour tangente
l’angle du talus naturel, tandis qu’au milieu de la courbe, le rayon est minimum :
h
r= m (IV-3.52)
sin ϕ
Cette méthode conduit à une section stable de forme elliptique, adoptée
quelquefois, assez arbitrairement d’ailleurs, comme la forme de la section d’un canal.

IV-3.8 Ecoulements Non Permanents


Le régime non permanent le plus fréquent est celui qui est produit par la
propagation des intumescences dans les canaux et des ondes de crues dans les cours d’eau
naturels. La vitesse de propagation des crues et des intumescences est donnée par la
relation :

S
c= g = gDh (IV-3.53)
B

Cette équation permet de déterminer la célérité c de la propagation d’une onde


d’amplitude faible par rapport à la profondeur, dans un canal à fond horizontal ou à faible
pente, de profondeur hydraulique Dh .

Dans le cas ou l’eau est en mouvement à la vitesse U, la célérité absolue de l’onde


(vitesse par rapport aux berges du cours d’eau) est:

Uw = U ± c (IV-3.54)

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 159
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE IV OUVRAGES D’ADDUCTION

Ex: Dans un canal rectangulaire avec, b = 5 m, h = 1.6 m, L = 10 Km et U = 1 m/s,


calculer c, Uw et le temps, Tw nécessaire pour qu’une variation de débit traverse ce
canal d’amont en aval et vice vers ça.

Solution: c = gh = 4 m/s , Uw1 = U+ c = 5 m/s , Uw2 = U - c = -3m/s


et Tw1 = L/ Uw1 = 33 mn et Tw2 = - L/Uw2 = 56 mn.

IV-4 CONCLUSION

Le dimensionnement d’une adduction en charge ou à surface libre et de ces


ouvrages annexes dépend essentiellement du régime de l’écoulement considéré. L’équation
fondamentale dans un écoulement monodimensionnel uniforme et permanent (en charge ou
à surface libre) établit une relation entre les grandeurs géométriques, la rugosité du lit et le
débit. Cette relation traduit l’équilibre entre les forces de gravité (ou de pression pour les
écoulements en charge) et les forces de frottements. Le coefficient de rugosité caractérise
la nature du matériau et la granulométrique du lit et dépend du nombre de Reynolds
suivant lequel l’écoulement peut être laminaire ou turbulent.

Les écoulements à surface libre font intervenir, en plus du nombre de Reynolds, le


nombre de Froude traduisant l’importance des forces d’inertie par rapport aux forces de
gravité. L’écoulement peut être uniforme, graduellement varié ou brusquement variés,
suivant l’importance des variations des grandeurs caractéristiques de l’écoulement.

L’écoulement graduellement varié dans un canal à faible pente peut être considéré
comme une succession de régime uniforme. Pour un régime brusquement variés qui
s’établit principalement au voisinage des singularités naturelles (rétrécissement ou
élargissement) ou artificielles (barrage déversoir, vannes, pont), le bilan de quantité de
mouvement permet de calculer la profondeur conjuguée mais ne donne aucune précision
sur la position du ressaut. Une méthode graphique est exposée pour déterminer sa position.

Dans les conduites en charge, la variation brusque de débit conduit à des


phénomènes transitoires de coup de bélier et d’oscillations en masse. Le phénomène
transitoire est caractérisé par la propagation d’une onde de gravité dans les écoulements à
surface libre.

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 160
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

CHAPITRE V

OUVRAGES ROUTIERS

V-1 GENERALITES
Les ouvrages routiers comprennent tous des passages d’eau « inférieurs » aux voies
de circulation; à savoir les Buses et Dalots (Ponceaux) et les Ponts. Ces ouvrages
constituent des points de singularité le long des cours d’eau naturels, se traduisant en
général par des rétrécissements des sections offertes à l’écoulement, et par suite d’un effet
de remous (Figure V-1.1). Ces effets dépendent principalement de la géométrie des
frontières, du débit et de la nature de l’écoulement. Le régime d’écoulement à travers un
rétrécissement telle qu’une pile de pont peut être fluvial (subcritique) ou torrentiel
(supercritique) :
• Lorsque l’écoulement est fluvial, le rétrécissement entraîne la formation d’un remous
(backwater) prononcé qui s’étend en amont (Figures V-1.1 a et b)
• Si l’écoulement est torrentiel et si le niveau d’eau en amont du rétrécissement est moins
élevé que la ligne de profondeur critique (DCL), le rétrécissement a pour effet de
perturber uniquement le profil de la surface l’eau en face de la section contractée et ne
s’étend pas en amont (Figure V-1.1-c). Dans le cas contraire, la surface d’eau forme un
profil S1 qui s’étend en amont sur une faible distance et se termine par un ressaut
hydraulique (Figure V-1.1-d).

(a) (c)
Profil M1 pile

CDL
J0 < J c CDL J0 > J c

(b) Profil S1 (d)


Profil M1

CDL
J0 < J c CDL J0 > J c

CDL : ligne de profondeur critique

Figure V-1.1 : Effets d’un rétrécissement sur les écoulements uniformes :


(a,b) régime fluvial ; (c, d) : régime torrentiel (d’après Chow, 1959).

Une solution analytique décrivant les écoulements au voisinage de ces ouvrages


n’est pas possible. Cependant, des solutions pratiques, basées sur des études
expérimentales en nature ou sur modèles réduits, sont possibles.
L’étude hydraulique de ces ouvrages est d’une importance primordiale sachant que
l’inondation de tels ouvrages peut avoir des conséquences très graves sur la fonctionnalité
et la stabilité des ouvrages pouvant entraîner des pertes matérielles et humaines
considérables.

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 162
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

V-2 DIMENSIONNEMENT HYDRAULIQUE DES PONTS


Les piles et les Culées des ponts qui sont en contact direct avec l’écoulement
doivent avoir des profils de formes hydrodynamiques pour présenter le moins de
résistance à l’écoulement de l’eau et par suite une sollicitation minimale des structures.
D’autre part, ils doivent présenter une restriction minimale de la section naturelle de
l’écoulement pour réduire les effets des remous, la submersion des ouvrages et l’érosion
du lit de l’oued à l’aval (menaçant dans les deux cas et la vie de l’ouvrage et de ses
usagers).
V-2.1 Cote minimale sous poutre et Crue de Projet
Le passage d’une crue donnée entraîne des Débordements en Amont et
l’Affouillement du Lit du Cours d’eau et une Surélévation du Plan d’Eau due au pont. Pour
tenir compte de ces effets, la cote minimale sous-poutre, Hcm est donnée par :

Hcm = Hcp + Hta + Hse (V-2.1)


avec,
Hcp = Cote de la Crue de Projet Sous le Pont
Hta = Tirant d’Air
Hse = Surélévation de l’Eau Due au Pont
Les crues de projet à adopter pour la détermination de la cote de la crue de projet
Hcp sont données à titre indicatif dans le Tableau suivant.
Tableau V-2.1 : Fréquences de Crues de Projets
Type d’Ouvrage Portée Fréquence ou Période de Retour
(m) (ans)
Grands Ponts sur axe à > 100 50-100
grande circulation
Ponts Moyens sur axe à 20 - 100 20-25
grande circulation
Ponts Moyens sur une >20 20-50
Route ou Piste de desserte
Permanente
Petits Ponts sur une Route < 20 10
ou Piste de desserte
Permanente

En cas de submersion (qui peut avoir lieu dès l’année de mise en service), la tenue
de l’ouvrage (du pont, de ses accès,...) dépendra des dispositions constructives donc
d’autres paramètres susceptibles d’avoir aussi une influence sur le coût de construction.
L’Ingénieur Concepteur doit faire appel, en premier lieu, à son expérience et à son
jugement tout en s’efforçant de connaître les intentions du maître d’ouvrage. Les études
économiques ne fournissent des arguments de poids en faveur d’une telle ou telle solution
que si les projets en compétition sont notablement différents.
V-2.2 Cote Normale ou Naturelle de l’Eau
Pour un débit de projet donné, les calculs du niveau de l’eau correspondant aux
écoulements permanents et uniformes (J = J0) se font par approximations successives en se
basant sur l’équation générale suivante (voir § IV-2.1 du chapitre IV) :
Q = S U = S K Ra Job (V-2.2)
En choisissant une équation du type Manning par exemple, nous avons :

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 163
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

Q = S M R2/3 Jo1/2 = S 1/n R2/3 Jo1/2


n = (no + n1 + n2 + n3 + n4 ) m5 (V-2.3)

Le Tableau suivant résume les valeurs des coefficients de rugosité.


Tableau V-2.2 : Coefficients de Manning
Coefficient Définition Type Valeur
no Coefficient ne dépendant que de la Terre no = 0.020
nature des parois, pour un cours d’eau Rochet no = 0.020
ou un canal rectiligne , à berge et fond Gravier Fin no = 0.020
homogènes et lisses. Gravier Grossier no = 0.020

n1 Coefficient traduisant l’irrégularité de parois lisses n1 = 0


surface, cours d’eau n1 = 0.02
naturels.
n2 Coefficient traduisant l’influence des variation n2 = 0
variations de forme et de dimension de progressive n2 = 0.010 à
la section mouillée, variations 0.015
importantes
n3 Coefficient exprimant l’influence des obstructions n3 = 0
obstructions qui s’opposent à négligeables n3 = 0.040 à
l’écoulement, obstructions 0.06
importantes
n4 Coefficient donnant l’influence de la végétation faible
végétation (herbe, arbustes n4 = 0.005 à
souples), 0.010
végétation modérée n4 = 0.010 à
végétation 0.025
importante n4 = 0.025 à
0.050
m5 Coefficient traduisant l’importance des 1<m<2 m5 = 1.00
méandres 1.2 < m < 1.5 m5 = 1.15
m = Longueur du profil m > 1.5 m5 = 1.30
longitudinal/longueur du segment de
droite joignant les deux extrémités du
méandre.

Pour un cours d’eau présentant un écoulement sur lit majeur, la formule de


Manning s’applique sous la forme:

Q = Qg + Qm + Qd = Sg Kg Rga Job + Sm Km Rma Job + Sd Kd Rda Job

= St Keq Rta Job (V-2.4)


Les indices g , m et d désignent respectivement le lit majeur rive gauche, le lit
mineur et le lit majeur rive droite. Le coefficient Keq , représente le coefficient équivalent
des pdc pour les deux lits. La pente Jo est supposée la même sur le lit majeur et le lit
mineur.
V-2.3 Tirant d’Air
Les tirants d’air minima à prévoir sous les ponts sont donnés dans le tableau
suivant:

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 164
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

Tableau V-2.3 : Tirants d’Air Minima Sous les Ponts


Type d’Ouvrage Portée Tirant d’Air
(m) (m)
Ponts de Longueur > 50 Zones Désertique 1.50
Zone de Savane 2.00
Zones à Végétation Arbustive Dense 2.50
Zone Forestière 3.00
Ponts de Longueur < 50 Zones Désertique 1.00
Zone de Savane 1.50
Zones à Végétation Arbustive Dense 2.00
Zone Forestière 2.50

V-2.4 Surélévation du Niveau de l’Eau Résultant d’un Rétrécissement de Section


Un ouvrage d’art et ses remblais d’accès provoquent en général un étranglement
de la section d’écoulement du cours d’eau. Les pertes de charge qui en résultent entraînent,
pour un débit donné, une surélévation du niveau de l’eau. Le calcul de cette surélévation
permet de déterminer les caractéristiques de l’ouvrage et des remblais d’accès, et fixer les
dispositifs de protection destinés à assurer leur pérennité.
V-2.4.1 Cas d’un Ecoulement Fluvial (ou Lent)
Considérons un écoulement uniforme dans un canal de section prismatique à faible
pente et introduisons un rétrécissement de la section de l’écoulement au niveau de la
section (1) de largeur b (Figure V-2.1). La section (0) désigne la section non influencée par
le rétrécissement. Au niveau de la section (1), l’écoulement s’accélère dans la partie
centrale. Ainsi, les lignes de courant sont convergentes et atteignent une largeur minimale
au niveau de la section contractée (2). Après la contraction, le courant sortant commence à
s’étendre jusqu’à atteindre la largeur total du canal au niveau de la section (4). En aval du
rétrécissement, il y a une décélération de l’écoulement et formation d’une zone de
séparation. Une courbe de remous du type M1 se développe en amont du rétrécissement.
L’extrémité amont de la courbe de remous est supposé à la section (0). Entre les sections
(0-1) et (3-4), l’écoulement est graduellement varié et rapidement varié entre les sections
(1-3). Pour simplifier l’analyse des caractéristiques de l’écoulement, les hypothèses
suivantes sont considérées :

• Les mesures expérimentales ont montrées que la charge statique (niveau d’eau par
rapport au plan de référence pdR) au niveau de la section contractée (2) peu être
approximée par la charge statique de la section en aval de la contraction (3) : z*2 = z*3.
• Les pertes de charge causées par la turbulence dans les zones de séparation sont
supposées fonction de la vitesse au niveau de la section (3) :
∆he = ke U3²/2g
ke : coefficient de perte de charge.
• L’écart de la pression par rapport à la distribution hydrostatique est exprimée en
fonction de l’énergie cinétique de la section (3) : γ3 z*3 = z*3 + kp U3²/2g avec γ3 :
coefficient pression au niveau de la section (3) ; kp : coefficient exprimant la déviation
de pression par rapport à la pression hydrostatique.
• La répartition de pression au niveau de la section (1) est supposée hydrostatique, ainsi
γ1 = 1.

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 165
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

(a)
zone de
recirculation

Section (4)
(0) B (1) b (2) (3) Cc b

ligne de courant à la limite


de la sortie

(b)
Pile
Profil M1
h0= h0n ∆h*1
∆hn ∆z*
∆h*3
h1 h1n
h3 h3n
h4= h04
z1 z3
PdR

Figure V-2.1 : Surélévation d’eau due à une pile de pont.


(a) Vue en plan, (b) Coupe en élévation (Chow, 1959).
En supposons que le théorème de Bernoulli est valable entre les section (1) et (3)
compte tenu d’un coefficient de pression γ qui traduit l’écart de la pression par rapport à la
pression hydrostatique, nous avons :
U2 U2
γ 1 z1* + α 1 1 = γ 3 z 3* + α 3 3 + ∆he + ∆h f
2g 2g
Compte tenu des hypothèses énoncées sur le coefficient de pression, et sur la perte
de charge à l’entrée et en considérant l’équation de continuité (Q = µ S3 U3), le débit Q
s’écrit :
U 12
Q = µ S 3 2 g (∆z * − ∆hf + α 1 ) (V-2.5)
2g
avec, µ : Coefficient de débit
Cc
µ= (V-2.6)
α 3 + ke + kp
Cc : coefficient de contraction
α1 : coefficient d’énergie au niveau de la section (1)
S3 = Débouché du pont : aire de la section (3) correspondant au débit Q,
∆z* = Surélévation du niveau entre la section en amont (1), et la section (3). La
surélévation d’eau par rapport à ligne normale ∆h* = Hse n’est qu’une fraction de ∆z*
(Figure V-2.1).
D’après l’équation V-2.5, l’expression de la surélévation théorique est donnée par :
∆z * = ( z1 + h1 ) − ( z 3 + h3 ) = ∆hloc − ∆hdyn + ∆h f (V-2.7)
La signification des différents termes intervenant dans cette expression est la
suivante :
• ∆hloc : représente la pdc locale due aux forces transmises au pont,

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 166
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

Q2
∆hloc = (V-2.8)
2 g µ ² S 32
• ∆hdyn : est la hauteur correspondant à la pression dynamique amont,
U 12
∆hdyn = α 1 (V-2.9)
2g
• ∆hf , représente la perte de charge totale par frottement entre les sections (1) et (3).
La surélévation d’eau entre les sections (1) et (3) relève de phénomènes
hydrauliques assez complexes et les différentes formules communément utilisées
fournissent des résultats assez divergents. De multiples recherches, mesures in situ, essais
sur modèles réduits ont été effectués pour évaluer cette surélévation notamment les travaux
réalisés par l’Institut de Technologie de Georgie (USGS-USA).
a) Perte de Charge Locale
Ces pertes, ∆hloc, sont dues aux caractéristiques hydrauliques du pont et se calcul
moyennant le coefficient de débit µ.
a1) Expression générale
Le coefficient de débit µ dépend de plusieurs facteurs hydrauliques, dépassant de
loin l’expression théorique V-2.6. En se basant sur l’inventaire des principaux facteurs
géométriques et hydrauliques et sur l’analyse dimensionnelle, l’expression de µ fait
intervenir :
µ = fn [ m, F3, r/b, W/b et θ, φ, (ha +hb)/2b, x/b et E, e, t/h3+∆h), Sj/S3 et L/b] (V-2.10)
Les facteurs hydrauliques intervenant dans cette fonction représentent les effets
physiques suivants :
1) L’effet de la contraction de la section du canal : représenté par le coefficient de
contraction m = 1 – Kt,b/Kt,B avec Kt,b coefficient de transfert de la section contractée
(3) qui a les mêmes profondeur normale et rugosité que la section d’approche (1) ;
Kt,B : coefficient de transfert de la section d’approche (1) pour un écoulement
uniforme. Le coefficient de transfert définit par : Kt = M S R2/3 = U/J1/2 ; Pour un canal
rectangulaire, m = 1-b/B (Figure V-2.2-a) ; avec b : la largeur moyenne de la section
contractée (3), qui a le même tirant normal et la même rugosité que la section (1) ; B :
la largeur de la section (1). A partir du coefficient de contraction, nous pouvons définir
un coefficient de transfert σ = 1 - m ; ainsi σ = 1 pour m = 0, lorsqu’il n’y a pas de
contraction,
2) L’effet du nombre de Froude calculé au niveau de la section (3) : F3 = Q .
S 3 g h3
Notons que si F3 > 0.8, l’écoulement est quasi-critique et cette méthode de calcul du
coefficient de débit n’est plus applicable (Figure V-2.2-b).
3) L’effet de courbure à l’entrée des culées est représenté par le rapport r/b avec r est le
rayon de courbure suivant la verticale à l’entrée des culées (Figure V-2.2-c).
4) Lorsque l’ouvrage présente des piles en aile, l’effet des conditions d’entrée se traduit
par le rapport W/b et θ avec W longueur projetée sur une perpendiculaire aux lignes
d’écoulement et θ angle que fait la pile avec l’axe du pont (Figures V-2.2-d).
5) L’effet dû au biais φ que forme le pont avec la perpendiculaire aux lignes d’écoulement
(Figure V-2.2-e).
6) L’effet dû aux profondeurs latérales ha et hb , aux extrémités de chaque culée,
représenté par (ha +hb)/2b (Figure V-2.2-f).

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 167
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

7) L’effet dû aux pentes latérales des culées est représenté par x/b et E = H/V où x
correspond à la distance horizontale du point d’intersection des talus des culées avec le
remblais. La valeur de E représente la pente du remblais (Figure V-2.2-g).
8) L’effet dû à l’excentricité du rétrécissement est représenté par e = Kt,a/Kt,b où Kt,a et
Kt,b désignent les coefficients de transfert latéraux au niveau de la section d’approche
(1). Ainsi, le coefficient total est : Kt,B = Kt,a + Kt,b + Kc, avec Kt,c est le coefficient de
transfert de la section contractée (Figure V-2.2-h).
9) L’effet dû à la submergence est représenté par le rapport t/(h3 + ∆h), avec t la distance
verticale entre le niveau d’eau dans la section (1) et le niveau horizontal le plus bas du
pont submergé, et ∆h = h1 - h3 (Figure V-2.2-i).
10) L’effet de rétrécissement dû aux piles et des culées est représenté par j = Sj/S3 et L/b
où Sj est la section submergée des piles et/ou des culées au niveau de la contraction et
S3 est la surface mouillée de la section (3) ; L est la longueur des culées dans le sens
des lignes du courant (Figure V-2.2-j).

w
L b b
B b h0 h3 L
30° r θ

a) Effet de contraction b) Effet du nombre de Froude c) Effet de courbure à l’entrée d) Effet des conditions d’entrée

B0
L

φ
x
hb
ha

e) Effet dû au biais f) Effet des profondeurs latérales g) Effet des pentes latérales

t ∆h J=Sj/S3
Ka
h0
Kb J=Sj/S3

h) Effet d’exentricité i) Effet dû à la submergence j) Effet dû aux piles

Figure V-2.2 : Différents facteurs influençants le calcul de la perte de charge


a2) Expression pratique locale (d’après Chow, 1959)
Pour des raisons pratiques, le coefficient de débit µ peut s’exprimer comme produit
des dix coefficients suivants :

µ = C’ KF Kr KW Kφ Ky Kx Ke Kt Kj (V-2.11)
avec,

1) C’ : le coefficient de débit standard correspondant aux conditions expérimentales


standards tenant compte de tous les autres effets. Pour des conditions différentes,
les coefficients empiriques suivants doivent être utilisés pour corriger C’, tout en
limitant leur produit à 1, soit µ < C’ .
2) KF: le coefficient dû à l’influence du Nombre de Froude,
3) Kr: le coefficient d’arrondissement ou de courbure des coins des culées,

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 168
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

4) KW: le coefficient dû aux conditions d’entrée,


5) Kφ: le coefficient dû au biais
6) Ky: le coefficient dû aux profondeurs latérales
7) Kx: le coefficient dû aux pentes latérales des culées
8) Ke: le coefficient dû à l’excentricité du rétrécissement
9) Kt: le coefficient dû à la submergence
10) Kj: le coefficient dû à l’effet des piles et des culées

Un ensemble de courbes est développé pour la détermination de ces dix


coefficients, pour les quatre principales catégories suivantes d’ouvrages de franchissement
biais ou droits (Figures IV-2.3 à V-2.10) :

TYPE I : Ouvrages à culées verticales, sans mur en aile, remblais verticaux


TYPE II : Ouvrages à culées verticales, sans mur en aile, remblais talutés à 1/1 ou 1/2
TYPE III : Ouvrages à culées verticales, avec mur en aile, remblais talutés à 1/1ou 1/2
TYPE IV : Ouvrages à culées talutées à 1/1 ou 1/2, remblais talutés à 1/1ou 1/2, avec 1/4
de cône
La majorité des ouvrages appartiennent à l’une de ces 4 catégories; les autres
ouvrages s’en approchent suffisamment pour que la méthode reste applicable avec une
bonne approximation.
Lorsque la section d’un cours d’eau est contracté par les culées d’un pont ou par
des piles seulement, l’hypothèse suivante peut être adoptée : C’ = 1. Le coefficient de débit
µ est ajusté seulement par le coefficient Kj déterminé à partir du diagramme de la Figure
V-2.10-c, en procédant par les étapes suivantes :
• partant de la valeur de m, tracer une ligne verticale jusqu’à la valeur de L/b considéré
• puis une ligne horizontale jusqu’à la courbe correspondante à j = 0.10
• le prolongement de la ligne horizontale permet de déterminer la valeur de Kj.
Si la valeur de j est plus grande que 0.10, un calcul approximatif peut être effectué
en prenant µ = C’ pour la valeur de m considérée et en ne prenant pas Kj en compte.
Il est possible que certaines combinaisons des coefficients empiriques appliqués
pour déterminer C’ donnent une valeur de µ plus grande que 1.0. Dans ce cas, la valeur de
µ = 1.0 est utilisée.

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 169
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

TYPE I : Ouvrages à culées verticales, sans mur en aile, remblais verticaux

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 170
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

TYPE II : Ouvrages à culées verticales, sans mur en aile, remblais talutés à 1/1 ou 1/2

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 171
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

TYPE III : Ouvrages à culées verticales, avec mur en aile, remblais talutés à 1/1ou 1/2

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 172
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

TYPE IV : Ouvrages à culées talutées à 1/1 ou 1/2, remblais talutés à 1/1ou 1/2, avec
1/4 de cône

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 173
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

b) Hauteur Dynamique Amont


La hauteur dynamique intervenant dans l’équation (V-2.9) est liée au coefficient α3.
Ce coefficient traduit l’effet de la distribution des vitesses à l’amont de l’ouvrage dans une
section suffisamment éloignée pour ne pas subir les perturbations dues à l’ouvrage. Il est
donné par:
α3 =
S B2
KB 3 ∑KBi 3
S Bi2
(V-2.12)

avec KBi , le coefficient de transfert relatif à chaque élément de surface SBi


et avec Σ SBi = SB et Σ KBi = KB
c) Perte de Charge due au Frottement
Le dernier terme de l’équation (V-2.9) traduisant la perte de charge par frottement
∆hf entre les sections (1) et (3) est décomposée en deux types de pertes de charge (∆hf ).
La première concerne les pdc sur une longueur d’approche La de la section (1) à l’amont
de la section contractée et la deuxième les pdc sur le tronçon contracté de longueur L :
2
⎛ ⎞ 2

∆hf = La ⎜
Q ⎟ + L ⎛⎜ Q ⎞⎟ (V-2.13)
⎜ K K ⎟ ⎝ K 3⎠
⎝ t ,1 t ,3 ⎠

L : la largeur moyenne des culées


Kt,1 et Kt,3 sont les coefficients de transfert respectivement des sections (1) et (3).
V-2.4.2 Cas de Débordements Importants en Amont (Laminage de la Crue de Projet)
Certains ponts présentant un coefficient de contraction important, les remblais
d’accès forment barrage dans la vallée, peuvent provoquer des débordements importants en
amont. Le volume ainsi retenu entraîne un laminage de la crue de projet, modifiant ainsi la
cote PHE et permettant de réduire la capacité (débit maximal) du pont. Il faut donc tenir
compte de cette rétention dans les calculs qui se font par les méthodes de laminage des
crues (ex. Indicateurs de Stockage, Blakmore, etc..).
a) Principe des méthodes de calcul du laminage de crue
Toutes ses méthodes sont basées sur la résolution numérique ou graphique de
l’équation de continuité et de la relation hauteur-débit et/ou hauteur-volume de stockage.
L’équation de continuité s’écrit,
S(Z) dZ = d V(Z) = Qe(t) dt – Qs(Z) dt (V-2.14)
avec, S : la superficie du plan d’eau en fonction de la cote Z obtenue par planimétrage de la
zone délimitée par la courbe de niveau Z et la route ; dZ est l’accroissement du niveau
d’eau en amont du pont pendant le temps dt ; V : le Volume d’eau à laminer ; Qe : le débit
de crue ou d’entrée et Qs : le débit du pont ou de sortie.
Pour des ∆t suffisamment petits pour que ∆Z le soit aussi et que les variations de
S(Z) , Qe(t) et Qs(Z) puissent être considérées comme linéaires dans les intervalles ∆t et
∆Z, cette expression peut être approximée par Différences Finies,
S(Z) ∆Z/∆t = ∆V /∆t = Qe(t) – Qs(Z) (V-2.15)
L’équation (V-2.15) s’écrit sous la forme de différences finies :
Qe ,i − Qe ,i +1 Qs ,i − Qs ,i +1
S i ,m ∆Z = ∆t − ∆t (V-2.17)
2 2

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 174
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

S i + S i +1
avec : S i , m =
2
L’équation (V-2.17) s’écrit alors :
∆Z ∆t
= (V-2.18)
Qe ,i + Qe ,i +1 − (Qs ,i + Qs ,i +1 ) 2 S im
Cette équation contient deux inconnues, Si+1 et Qs,i+1 , pour la résoudre il faut une
deuxième équation. Cette dernière est donnée par la relation Qs(Z) entre le débit de sortie à
travers l’ouvrage (pont, déversoir, section de contrôle,...) et le niveau d’eau Z.
La résolution peut se faire graphiquement (méthode de Blackmore par exemple) ou
numériquement (méthode des indicateurs de stockage par exemple).
b) Méthode Graphique ( Blackmore )
Pour résoudre l’équation (V-2.18), considérons les courbes Qe (t) et Qs (Z)
représentées sur le graphique à double axe des ordonnées de la Figure suivante :

Z t
Qe (t) Qs (Z)

F B2
Zi+1 D
∆Z E
Zi B1 C a2
ti+1
M1
a1 ∆t
ti

0 Qs,i Qs,i+1 Qe,i Qe,i + Qe,i+1 Qe,i+1 Qe , Qs


2

Figure V-2.11 : Méthode de Blackmore de laminage de crue


(Van Tuu, 1981).
D’après la Figure V-2.11, nous pouvons écrire que :
Qe ,i + Qe ,i +1 Qe ,i + Qe,i +1
CE + ED = ∆Z ; B1 E = − Qs ,i et B2 D = − Qs ,i +1 (V-2.19)
2 2
Puisque l’horizontale partant de E est la bissectrice de l’angle B1CB2, les triangles B1CE et
B1DE sont semblables. Nous pouvons donc écrire compte tenu des expressions (V-2.19) :
CE + ED CE ∆Z ∆t
= = = (V-2.20)
B1C + B2 D B1C Qe ,i + Qe ,i +1 − (Qs ,i + Qs ,i +1 ) 2 S i ,m
Il résulte que :
∆t
CE = B1C (V-2.21)
2 S i ,m
Cette relation va permettre de trouver le point B2(Qs,i+1, Zi+1) partant des points
B1(Qs,i, Zi) et a2(Qe,i, ti) en suivant les étapes suivantes : En se fixant un pas de temps ∆t,

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 175
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

nous pouvons déterminer les points a2(Qe,i+1, ti+1) correspondant t+∆t. Le point E est définit
comme étant l’intersection de la verticale passant par l’abscisse (Qe,i + Qe,i+1)/2 et du
segment B1C d’abscisse (Qe,i + Qe,i+1)/2-Qs,i. Le point B2 est déterminer par approximations
successives connaissant la position du point E définit par la longueur du segment CE,
donné par l’équation (V-2.21). En se fixant une première valeur S’i,m, nous avons une
première approximation du point E. D’où ∆Z’ et les calculs sont repris pour
S i",m = S ( Z i ) + S ( Z i + ∆Z ' ) / 2 S. Les calculs sont arrêtés si la différence de cote ∆Z vérifie
l’équation (V-2.20).
En pratique, les angles des triangles B1CE et B2DE sont petits et nous pouvons
construire le point B2 à partir du F définit par : B1F = 2 CE. En construisant à partir du
point B1 de la courbe Qs(Z) d’abscisse Qs,i une demi-droite de pente ∆t/2, jusqu’au point E
d’abscisse Qe,m , puis de ce point une autre demi-droite de pente - ∆t/2, celle-ci recoupe la
courbe Qs(Z) au point B recherché, d’abscisse Qs,i+1.
En poursuivant la construction, les points Bi passent par un maximum (point B9 sur
la Figure V-2.12) dont l’ordonnée correspond au volume maximal stocké dans la retenue
pendant la crue. La hauteur maximale du plan d’eau correspondante est lue directement sur
la courbe Qs(Z). L’abscisse du point 9 est le débit maximal traversant le pont pendant la
crue.

Z (m) Qe (t) t
Qs (Z)
16

6 B9 B8
B7
14
B B6
5
5 B4
12

B4
F1
4 10
B3
8
3

2
B2
4

1
2
a2 ∆t
M1 ∆t/2
a1
200 400 600 900 1000 1200 1400 1600 1800 2000
B1
Qe , Qs (m3/s)
C1

Figure V-2.12 : Exemple de détermination du débit de sortie par la méthode de


Blackmore : Zmax = 5.92 m et Qs,max = 1080 m3/s (Van Tuu, 1981).

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 176
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

V-2.5 Problème des Affouillements


Par la réduction de la section mouillée du cours d’eau, les ponts conduisent à une
augmentation des vitesses et l’apparition de sillage et de vortex qui entraînent
l’affouillement du fond du lit. Celui-ci peut atteindre la profondeur des fondations des piles
et des culées, pouvant ainsi compromettre la stabilité de l’ouvrage.
L’affouillement maximal est atteint pendant la crue et il est ensuite fortement
atténués pendant la décrue où les fosses d’affouillement se comblent partiellement avec la
réduction des vitesses et le dépôt des sédiments charriés.
L’affouillement se présente toujours sous forme d’une fosse tronconique ayant sa
plus grande profondeur le long de la génératrice amont de la pile (Figure V-2.13).
L’évolution dans le temps de cette profondeur étant liée aux paramètres hydrauliques de
l’écoulement.
La profondeur d’affouillement au droit des piles d’un pont peut être considérée comme la somme de
trois termes (Figure V-2.13):
- Profondeur normale d’affouillement, HN : se produit dans un lit uniforme et
résulte d’une modification du débit,
- Profondeur due à la réduction de la section, Ha, causées par les remblais d’accès,
- Profondeur d’affouillement local, HL, due à la présence des piles.

Pile
U1

Lit d’étiage avant construction du pont


HN Affouillement normale
Ha

HL Affouillement dû à la réduction de
section

Affouillement local

Profil transversal du lit à plein débit

Figure V-2.13 Les Trois Types d’Affouillement au Droit d’un


Ouvrage (Van Tuu, 1981).

V-2.5.1 Profondeur Normale d’Affouillement


La profondeur normale d’affouillement HN au-dessous du niveau d’équilibre du lit
est donnée par la relation (Figure V-2.14) :

HN = Do - S1 / Bm (V-2.20)

HN : profondeur normale d’affouillement au-dessous du niveau d’équilibre du lit (m)


S1 : section correspondant aux Plus Hautes Eaux ‘PHE’ (crue de projet)
Bm : largeur au miroir du lit mineur de la rivière correspondant à la crue de projet

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 177
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

Bm

PHE (Q0)

D0 S1/Bm

HN

Figure V-2.14 : Profondeur normale d’affouillement (Van Tuu, 1981).

a) Lits à Sédiments Fins


Les particules solides constituant le lit sont considérés comme fins si le d90 < 6
mm, avec d90 désigne la dimension du maille du tamis laissant passer 90 % en poids de
l’échantillon considéré. Des études théoriques et expérimentales en laboratoire ou sur des
cours d’eau naturels constitués d’éléments fins, permettent de lier la profondeur moyenne
de l’écoulement D0 au débit de projet Q0 par l’équation :

Do = K Qo N (V-2.21)

K et N étant constantes.
D’après des données US et du Pakistan, l’équation (V-2.21) s’écrit pour (1.5 < Do <
18) m et (28 < Qo < 30 000) m3/s :

Do =0.48 Qo 0.36 (V-2.22)


soit, HN = 0.48 Qo 0.36 - S1 / Bm (V-2.23)

avec, Qo = Débit de Projet (m3/s); Do = Profondeur Hydraulique moyenne = So / Bo (m)


pour Qo; S1 = Section mouillée (m²) correspondant au PHE de projet sans HN; HN =
Profondeur Normale d’Affouillement; Bm = Largeur au miroir (m) du lit mineur du cours
d’eau pour la crue de projet.
b) Lits à Sédiments grossiers
Les équations régissant la stabilité des lits graveleux (d90 > 6mm), à la différence
des lits sableux, font intervenir la dimension caractéristique des matériaux constitutifs,
notée d90 :
Do = 0.249 Qo- 0.8 d90- 0.12 Bm - 0.8 (V-2.24)

D’après KELLERHALS (1967),

HN = 0.249 Qo- 0.8 d90- 0.12 Bm - 0.8 - S1 / Bm (V-2.25)

L’application de l’équation (V-2.25) suppose connue la valeur d90, dimension


caractéristique de l’échantillon à la profondeur normale HN. Les calculs de HN sont
itératifs en commençant par d90 du matériau tapissant la surface du lit au droit du
franchissement. Si HN calculée est négative, prendra HN = 0. Si HN est positive, d90 est
redéterminée par la nouvelle profondeur et les calculs sont repris. Ces opérations sont
répétées jusqu’à ce que la différence entre deux profondeurs succésives sont inféreiures à

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 178
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

une certaine tolérance. La granulométrie à diverses profondeurs étant connue par les
résultats des sondages.
Pour des canaux partiellement pleins, la relation suivante, déterminée
expérimentalement, peut être utilisée pour déterminer Do correspondant à Qo, connaissant
D1 d’un débit Q1 connu :

Do = D1 (Qo/Q1 )-0.72 (V-2.26)


V-2.5.2 Profondeur d’Affouillement due à la Réduction de Section du Cours d’Eau
La contraction de la section de l’écoulement provoque une augmentation locale des
vitesses. Si le lit du cours d’eau est constitué de terrain meubles, il y a affouillement
spontané du profil du lit (Figure V-2.15). Cet affouillement se poursuis jusqu’à ce que le
profil tend vers un nouvel équilibre où les profondeurs seront plus élevées et les vitesses
plus faibles. Si la largeur du pont est faible devant la largeur du lit, le creusement du lit
peut être considérable.

U1 Bmo
BmAM

d50 surr
d50 HR HR

Figure V-2.15 : Affouillement dû à la réduction de section (Van Tuu, 1981).

La formule suivante est proposée par LAURSEN (1963) pour le calcul de la


profondeur d’affouillement due à une réduction de section, HR :
⎡⎛ 0.027 U 2 d 1 / 3 ⎞
3/ 7
⎛ BmAM ⎞
6/7 ⎤
H R = D0 ⎢ ⎜ 1 50 SURF
⎟ ⎜ ⎟ − 1⎥ (V-2.27)
⎢⎜⎝ D01 / 3 1/ 3 ⎟ ⎜ B ⎟ ⎥

d 50 HR ⎠ ⎝ m0 ⎠

avec, D0 : peut être déterminée par l’équation (V-2.22), (V-2.24) ou (V-2.26) suivant la
nature du matériau constituant le lit; U1 : vitesse moyenne de l’eau en amont du pont ; d50
SURF : dimension des mailles de tamis carré laissant passer 50 % en poids de l’échantillon
prélevé à la surface du lit au droit du franchissement ; d50 HR : dimension des mailles de
tamis carré laissant passer 50 % en poids de l’échantillon prélevé au droit du
franchissement à la profondeur HR ; BmAM : largeur de la surface libre sous le pont (égale à

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 179
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

B0, largeur du pont si le débouché linéaire est inférieur à la largeur Bm du lit mineur de la
rivière).
Comme pour le calcul de HN, les calculs de HR sont itératifs en supposant connu la
granulométrie à diverses profondeurs par les résultats des sondages. Pour commencer les
calculs, la dimension caractéristique de l’échantillon tapissant la surface du lit au droit du
franchissement, est : d50 HR = d50 SURF ou d50 SURF/d50 HR =1. Les calculs sont ensuite
repris en considérant la dimension caractéristique de l’échantillon, d50 HR, se trouvant à la
nouvelle profondeur calculée.
V-2.5.3 Profondeur d’Affouillement Local dûe à la présence des Piles
Par la présence d’une pile de pont dans une rivière, l’écoulement n’est plus
uniforme. En présence d’une pile non profilée, un vortex en fer à cheval se forme, comme
le montre la Figure V-2.16. Si la pile est profilée, aucun vortex n’est observé. Cependant,
si l’axe d’une pile profilé est incliné d’un angle α par rapport à avec la direction de
l’écoulement, la pile se comporte comme si elle était non profilée et peut entraîner de
affouillements importants. Dans certains cas, un sillage alterné peut se former derrière la
pile, qui engendre des fosses d’affouillement à l’aval.
(a)

Profondeur locale
d’affouillement (b)

U1

Figure V-2.16 : Vortex produit par une pile de pont non profilée.
a) profil en long ; b) Vue en plan (Van Tuu, 1981).

a) Calcul de la profondeur d’affouillement local en eaux claires (sans transport de


sédiments) autour d’une pile cylindrique
Shen (1969) propose la formule empirique suivante pour calculer la profondeur
maximum d’affouillement autour d’une pile cylindrique en eaux claires :
H L = 0.277 (U 1 P) 0.619 (V-2.28)
avec, HL : profondeur locale
d’affouillement autour d’une pile, U1
mesurée au-dessous du lit moyen sous P
le pont ; U1 : vitesse moyenne à α
l’amont du pont ; P : largeur de la pile
sur un plan perpendiculaire à
l’écoulement ou maître - couple (voir
Figure V-2.17). Figure V.2.17 : Définition du maître couple
(Van Tuu, 1981).

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 180
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

b) Calcul de la profondeur d’affouillement local en eaux chargées de sédiments


Dans ce cas, la profondeur maximale d’affouillement local n’est plus influencé
notablement par la vitesse de l’écoulement. Breusers (1965) propose la formule empirique
suivante :
H L = 1 .4 P (V-2.29)
avec, HL : profondeur d’affouillement autour d’une pile, mesurée au-dessous du lit moyen ;
P : Maître couple.
V-2.5.4 Influence de la forme des piles sur la profondeur d’affouillement
Il s’agit d’étendre les formules V-2.28 et V-2.29, applicables pour calculer
l’affouillement résultant d’une pile circulaire cylindrique, pour d’autres formes de pile.
Suivant Hanus, l’affouillement maximum provoquée par une pile de forme donnée est
comparée à celui d’une pile cylindrique à travers un coefficient d’affouillement
expérimental. Ces résultats montrent que l’affouillement est maximal pour une pile
hémicylindrique et la pile lenticulaire donne un affouillement minimal (Figure V-2.18).

e=150 150 150

Pile circulaire (K=1.0) Pile hémicylindrique (K=1.05) Pile lenticulaire (0.75)

300
60
150 150 150

Pile Joukowski (K=0.90) Pile ogivale (K=0.95) Pile double (K=0.95)

Figure : V-2.18 : Valeur du coefficient d’affouillement en fonction des


caractéristiques géométriques du profil (Van Tuu, 1981).

V-2.5.5 Protection des Piles Contre les Affouillements


Il convient de prendre des précautions dans le dimensionnement du pont afin de
réduire les affouillements. Toutefois, cette solution pourrait être très coûteuse. Des
circonstances imprévisibles pourraient également survenir après la construction du pont
(par exemple formation d’un méandre) qui pourrait aggraver singulièrement les
affouillements initiaux.
Si malgré ces précautions ainsi prises, les affouillements atteignent encore des
profondeurs importantes, des dispositifs de protections localisées sont alors nécessaires.
Les procédés indirectes consistent à réduire les vitesses d’écoulement et de diriger les piles
dans la direction des lignes de courant dans le cas des ponts biais. Les vitesses peuvent être
réduites en réalisant des accès qui coupent le moins possible le lit du cours d’eau ou en
réduisant le nombre des piles et en prévoyant un tirant d’air suffisant pour le passage des
corps flottant qui présentent des obstacles à l’écoulement (normalement de 1.50 m à 2 m,
et en zone forestière 2 m à 2.5 m).

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 181
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

Parmi les procédés directes permettant de réduire localement les affouillements,


nous distinguons :
a) caisson de fondation : La solution
optimale consiste à réaliser un caisson d
de diamètre triple de celui de la pile et
dont la cote d’arasement sous le terrain
d/2
naturel serait de l’ordre de la moitié du
diamètre de la pile (Figure V-2.19).
3d

Figure V-2.19 : Caisson de fondation optimale


(Van Tuu, 1981).

b) tapis d’enrochements : Il s’agit de la méthode la plus couramment utilisé qui consiste à


déverser des blocs d’enrochements dans la fosse d’affouillement. La détermination du
diamètre des enrochements se fait généralement à l’aide de la formule d’Izbash :
ρ −ρ
Vmax = 0.6 2 g s Ds (V-2.30)
ρ
avec, Vmax : vitesse de l’écoulement en crue ; g : accélération de la pesanteur m/s2 ; ρs :
masse volumique de l’enrochement ; ρ : masse volumique de l’eau ; Ds : diamètre de
l’enrochement.
Pour éviter tout affouillement, les dimensions du tapis en plan doivent être de
l’ordre de trois fois le diamètre de la pile, pour une pile circulaire. En épaisseur il est
conseillé de prendre la plus grande des deux valeurs : dimension de la pile, ou triple du
diamètre des enrochements.
Toutefois, cette solution nécessite une surveillance régulière, car le tapis
d’enrochements nécessite des recharges fréquentes notamment après de fortes crues qui ont
pour effet d’entraîner les enrochements vers l’aval ou vers le fond de la fosse
d’affouillement qui se forme autour du tapis d’enrochement.

V-3 DIMENSIONNEMENT DES BUSES ET DALOTS


Les buses et les dalots sont des petits ponts (ponceaux) qui servent au
franchissement des cours d’eau ou à l’assainissement. Les buses désignent des ponceaux
de section circulaires en béton ou en acier et les dalots des ponceaux de section
rectangulaires ou carrée en béton armé. Les buses en béton ont des caractéristiques
structurales supérieures que les dalots en béton. Cependant, pour un même niveau d’eau en
amont, les dalots permettent de faire passer un débit plus important.
Il y a un grand choix dans le type de ponceaux, sa forme, sa rigidité et sa durabilité.
La duré de vie d’un ponceau en Tuyau de Tôle Ondulée traditionnel est seulement de 25 à
30 ans. La nouvelle norme exige une duré de vie supérieure à 50 ans. Les ponceaux en
béton Armé ont une duré de vie d’au moins 50 à 75 ans.
Le cours d’eau au niveau de l’emplacement du ponceau doit être plus ou moins stable, avec un
alignement plus ou moins droit à travers du sol ayant des propriétés géotechniques plus ou moins favorables.
De plus, il faut bien aménager les extrémités contre l’érosion et/ou la sédimentation. Il faut protéger la
structure contre des sous-pressions et les abrasions. Il faut tenir compte du comportement structural et la
durabilité du tuyau. Finalement, il faut minimiser l’impact sur l’environnement.

V-3.1 Divers types de ponceaux


Les ponceaux se divisent on deux catégories: les ponceaux à contour fermé et ceux
à contour ouvert. La différence réside dans le fait que le ponceau à contour ouvert est

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 182
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

supporté par des semelles ou un radier en béton indépendant du ponceau. Pour réduire
l’érosion du radier des ponceaux à contour ouvert, une protection adéquate des semelles de
fondation est nécessaire. Les deux catégories sont illustrées à la Figure V-3.1.

Rectangulaire Voûtée sur semelle ou


sur radier en béton
a) Ponceau à contour ouvert

Rectangulaire Rectangulaire

Elliptique verticale ou horizontale Arquée

b) Ponceau à contour fermé

Figure V-3.1 : Types et formes de ponceaux (MTQ, 1993).

Le choix de la forme de la section du ponceau dépend du profil disponible et de la profondeur d’eau


dans le cours d’eau.

Les buses ont plusieurs types d’entrées : a) saillante, b) avec mur en tête, c)
biseauté ou partiellement biseauté, d) avec mur en tête et mur en aile, e) avec une entrée
chanfreinée (Figure V-3.2). Chaque type a ses avantages et inconvénients suivant ces
caractéristiques structurales et hydraulique. Le type (a) est simple à installer que le type c)
alors que le type b) offre une protection structurale pour l’entrée. Les conditions
d’entonnement sont meilleures pour les types d) et e). Des buses arquées (sections aplaties)
sont aussi disponibles et peuvent représenter un choix intéressant quand la hauteur de
l’écoulement doit être minimisé. Par contre, ils ont des problèmes structuraux.

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 183
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

remblais

a) Buse saillante hors du remblai

b) Buse avec mur de tête

c) Buses biseautés selon le talus

d) Buse avec mur de tête et murs en aile e) Entrée chanfreinée

Figure V-3.2 : Types des buses (MTQ, 1993 et Van Tuu, 1981).

Les dalots sont des ouvrages sous chaussée et peuvent supporter des faibles épaisseur de remblai (de
l’ordre d’un ou deux mètres), à moins d’être spécialement calculés pour les surcharges. Ces remblais sont à
proscrire si la chaussée doit être revêtue.
Trois types de dalots sont couramment utilisés :
• les dalots ordinaires constitués de piédroits verticaux fondés sur semelles ou radier général et sur
lesquels repose une dalle en béton armé.
• Les dalots cadres dans lesquels la dalle, les piédroits et le radier constituent une structure rigide en
béton armé (cadre)
• Les dalots portiques analogues aux dalots cadres mais sans radier (piédroits verticaux fondés sur
semelles).

V-3.2 Types d’écoulements


Le principal critère de conception d’un ponceau est qu’il doit être en mesure de
faire passer l’eau sans occasionner des niveaux d’eau ou des conditions d’écoulement
inadmissibles. La courbe niveau-débit tenant compte de l’influence du ponceau sur les
écoulements doit être établie. Dans les études de capacité hydraulique de ponceaux, la
profondeur d’eau a l’entrée (ha) ou le niveau maximal d’opération doit être déterminé pour
les deux types d’écoulements : contrôle à l’entrée et à la sortie. Pour chaque type
d’écoulement, des formules et des coefficients différents sont utilisés pour calculer la
capacité hydraulique d’un ponceau.
• Contrôle à l’entrée : Le débit qui passe à travers le ponceau dépend de la charge
hydraulique, du diamètre du ponceau et de la géométrie de d’entrée de l’ouvrage.
L’écoulement est indépendant des conditions de sortie ou dans le ponceau. Une

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 184
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

augmentation de la pente du radier ou de la profondeur aval, h0 ne provoque qu’une


faible diminution de la profondeur en amont ha.
• Contrôle à la sortie : Le contrôle à la sortie nécessite en plus de tenir compte de la
profondeur d’eau en aval h0, de la pente, Jp, de la rugosité, n et de la longueur du
ponceau Lp.
A priori, il n’est pas nécessaire de savoir si le contrôle se fait à l’entrée ou à la sortie.
D’abord, les calculs sont réalisés en considérant que l’écoulement dépend des conditions
d’entrée puis en supposant qu’il est contrôlé par les conditions de sortie et enfin les
résultats sont comparés et la profondeur d’eau amont la plus grande est alors adoptée.
L’analyse du contrôle à l’entrée est plutôt simple. Pour l’analyse hydraulique du contrôle à
la sortie, plusieurs cas doivent être analysés suivant le type d’écoulement dans le ponceau
afin de connaître la situation critique.
V-3.2.1 Contrôle à l’entrée
La Figure V-3.3 représente les différents cas d’écoulement avec contrôle à l’entrée
pour des entrées saillantes, submergées et non submergées. Si la pente du ponceau est
forte, h0 < hc et que hv < hc, le contrôle se fait à l’entrée et la forme de la surface libre suit
la courbe S2.

Surface de l’eau

ha

Cas A : Entrée non submergée

Surface de l’eau
ha

Cas B : Entrée submergée

Surface de l’eau
ha

Ressaut

Cas C : Entrée non submergée ; sortie submergée

Figure V-3.3 : Types de contrôle à l’entrée (MTQ, 1993).


Quand le débit est contrôlé à l’entrée, il est indépendant de la pente, la rugosité et la
longueur du tuyau ainsi que le niveau d’eau en aval. Il dépend uniquement des conditions
d’entonnement et de la géométrie à l’entrée :

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 185
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

Q = f(Ha) (V-3.1)

où Q est le débit de projet ; Ha est l’énergie spécifique en amont

Hs,a = ha + Ua2/(2g) (V-3.2)

où ha est la profondeur d’eau en amont du ponceau et Ua2/(2g) est la charge


dynamique de l’eau en amont du ponceau.
Du fait de la faible vitesse des retenues (Ua ≅ 0) , nous supposons qu’à l’amont la
surface d’eau et la ligne de charge sont confondues. L’expression (V-3.1) s’écrit alors :

Q = f(ha ) (V-3.3)

Souvent, la corrélation suivante est utilisée pour exprimer la dépendance du débit Q


avec la profondeur en amont ha :
Q = k ha n (V-3.4)
Avec, k est un coefficient qui dépend des conditions d’entrée et n est fonction du
niveau amont ha. Si ha est faible, le ponceau fonctionne comme un déversoir (n = 1,5) et si
ha est important, le ponceau fonctionne comme une orifice (n = 0,5).
Le MTQ (Ministère de Transport du Québec) propose une autre formulation reliant
cette fois le niveau en amont au débit :

ha = a + bX + cX2 + dX3 + eX4 + fX5 (V-3.5)

où a, b, c, d, e et sont des coefficients fonction du type d’entrée et X est un


paramètre traduisant l’effet du nombre de Froude. Pour les buses, X = Q/D5/2 et pour les
dalots, X = Q/(bd hd3/2) où D est le diamètre de la buse et bd et hd sont la largeur et la
hauteur du dalot. Le Tableau suivant résume les coefficients de l’équation (V-3.5) pour les
dalots en béton.
Tableau V-3.1 : Contrôle à l’entrée : dalot en béton (MTQ, 1993).
X = Q/bd hd3/2
Coefficie Type d’entrée
nts
30° à 75° 15° à 90°

a 0.0724927 0.1221170 0.1441330


b 0.9184856 0.9154933 0.8356658
c -0.3854087 -0.3561636 -0.3023280
d 0.1317465 0.1234906 0.1188668
e -0.0160333 -0.0147200 -0.0146869
f 0.0007409 0.0006738 0.0006980
Limite 0.30 < ha /hd < 0.35 < ha /hd < 0.35 < ha /hd <
8.0 9.0 10
V-3.2.2 Contrôle à la sortie
L’écoulement à travers un ponceau avec contrôle à la Sortie peut être en charge ou
à surface libre que ce soit sur toute ou partie de sa longueur (Figure V-3.4). Dans le cas A
et B, l’écoulement est en charge sur toute la longueur du ponceau. Le cas C correspond à

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 186
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

un écoulement en charge sur une partie de sa longueur et le cas D à un écoulement à


surface libre.

U a2
2g
∆He
∆Hf ∆H
∆Hs
Hs,a ha
hd h* v

LP
∆z= LP JP
h*v = hv
Cas A : Ponceau en charge (hv > hd)

Surface d’eau
∆H
ha
hd = hc

Cas B : Ponceau en charge (hc = hd) h*v = hc = hd

A ∆H
ha
hd
hc hv
h*v = max (hv, (hc + hd)/2)
Cas C : Ponceau en charge sur une partie de la longueur

ha ∆H
hd

h*v = max (hv, hc, h0)


Cas D : Ponceau à surface libre

Figure V-3.4 : Types de contrôle à la sortie (d’après MTQ, 1993).

La profondeur d’eau à l’entrée peut être exprimée par une équation générale,
valable pour tous les cas de contrôle à la sortie et pour toutes les profondeurs d’eau an aval.
Elle est obtenue par application du théorème de Bernoulli entre l’amont et l’aval du
ponceau traduit l’équilibre entre la différence d’énergie amont et aval (en considérant
négligeable Ua ≅ 0 et Uv ≅ 0, nous avons : Hs,a - Hs,v + ∆z ≅ ha + ∆z – h*v) et les pertes
amont et aval :

(ha + ∆z) – h*v = ∆h (V-3.6)

avec, ∆z est la différence d’élévation du radier amont et aval :

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 187
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

∆z = Jp Lp (V-3.7)
où J est la pente du ponceau et Lp est sa longueur,
*
h v : profondeur d’eau à la sortie du ponceau calculé par rapport au radier aval du
ponceau,
∆h : perte de charge totale
a) Profondeur d’eau à la sortie
Les profondeur d’eau à la sortie intervenant dans l’équation (V-3.6) dépend du type
d’écoulement comme le montre le Tableau suivant.
Tableau V-3.2 : Hauteur à la sortie suivant le type d’écoulement (MTQ, 1993).
Type de contrôle à la sortie Valeur de h*v
*
Cas A : Pleine section h v = hv
Si hv > hd (ou D)
Cas B : Hauteur critique h*v = hc (ou hd)
Si hc = hd (ou D),
Cas C : Pleine section sur une h*v = max (hv, (hc + hd)/2)
partie de la longueur du ponceau ; hc
< hd
Cas D : Partiellement plein* h*v = max(hv, hc, h0)
Si h0 > hc et hv < hc : Courbe
M2
Si h0 > hc et hv > hc : Courbe
M1
Si h0 < hc et hv > hc : Courbe
S1
*
Le calcul de la courbe de remous dans le cas D se fait suivant les méthodes
exposées dans le chapitre IV (voir section IV-3.2).
b) Détermination du type d’écoulement
Pour déterminer le type d’écoulement, il faut calculer la profondeur normale
critique h0 et la profondeur hc et estimer la profondeur aval hv.

1. Nous estimons ensuite la profondeur normale dans le ponceau correspondant au


débit selon l’équation Manning:

Q = S R2/3 J1/2/n (V-3.8)

où S, R, Jp et n sont la surface mouillé, le rayon hydraulique, la pente et le


coefficient Manning du canal pour le débit de conception Q. Pour les buses en acier
annulaire, la valeur du Manning n est de 0,024 et pour le béton, la valeur de Manning n est
de 0,012.

2. La hauteur critique de l’écoulement hc est claculé par la formule suivante


(Tableau IV-3.3) :
• Pour les dalots :
hc = (Q2/(g bd2)1/3 (V-3.9)

où bd est la largeur du dalot.

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 188
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

• Pour les buses, l’équation suivante permet de déterminer l’angle critique θc


correspondant au niveau critique hc :
5 / 2 ⎛ θ c − sin θ c ⎞
3/2
g
Q=D ⎜ ⎟ (V-3.10)
⎝ 8 ⎠ sin( θ c / 2 )
Ayant trouvé l’angle critique correspondant au Q en question, en insérant θ = θc,
on utilise les équations génériques suivantes pour déterminer les autres paramètres :
D
hc = (1 − cos(θ / 2)) (V-3.11)
2
3. La profondeur aval hv pour le débit de conception est estimé par une inspection
du site du ponceau ou en supposant qu’elle est égale à la profondeur normal. Une autre
méthode consiste à supposer que la profondeur aval est à la moitié de la hauteur du
ponceau (soit D pour les buses ou hd pour les dalots):
hv = (hd ou D)/2 (V-3.12)
c) Vitesse à la sortie
La vitesse de l’écoulement à la sortie pour les différents types et dimensions de ponceau étudiés doivent être calculées afin de
déterminer la perte de charge à la sortie et les besoins de protection du lit du cours d’eau et des extrémités du ponceau. Cette
vitesse est déterminer en utilisant l’équation de Manning dans le cas où le contrôle est à l’entrée. Cependant, dans le cas d’un
écouelemnt avec contrôle à la sortie, elle dépend du cas considéré (Figure V-3.5).

hv > hd ⇒ h = hd

hd hc < hv < hd ⇒ h = hv

hv < hc ⇒ h = hc

Figure V-3.5 : Vitesse d’écoulement à la sortie (contrôle à la sortie), (MTQ, 1993).

Connaissant le débit, Q la vitesse à la sortie est donnée par :


Q
Us = (V-3.13)
Ss
avec, Ss est la section à la sortie qui dépend du cas considéré.
c) Détermination de la perte de charge
La perte de charge totale est constituée de trois termes qui désignent la perte de
charge à l’entrée ∆he, la perte de charge par frottement ∆hf et la perte de charge à la sortie
∆hs.
• ∆he est la perte d’énergie à l’entrée du ponceau
∆he = Ke Ue2/(2g) (V-3.14)
où Ue est la vitesse de l’écoulement à l ‘entrée du ponceau

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 189
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

et Ke : le coefficient de pertes d’énergie à l’entrée. Le Tableau V-3.3 résume les


valeurs du coefficient Ke.
Tableau V-3.3 Coefficients de pertes de charge à l'entrée (MTQ, 1993).
Coefficients Ke
Type d'entrée

Buses en béton armé


Saillant du rembali avec arêtes vives 0.5
Saillant du rembali avec entonnement convergent 0.2
Mur de tête avec arêtes vives 0.5
Mur de tête avec entonnement convergent 0.2

Dalot rectangulaire en béton armé


Mur en aile perpendiculaire au dalot avec arêtes vives 0.5
Mur en aile perpendiculaire au dalot avec 0.2
entonnement convergent
Mur en aile de 30° à 75° des parois avec arêtes vives 0.4
Mur en aile de 30° à 75° des parois avec entonnement 0.2
convergent
Mur en aile de 10° à 25° des parois avec arêtes vives 0.5
Mur en aile parallèle au dalot avec arêtes vives 0.7

• ∆hf est la perte d’énergie du au frottement le long du ponceau déterminée suivant la


formule de Manning écrite sous la forme suivante :

∆hf = Jf Lp = Kf U2/(2g) (V-3.15)

où Kf = le coefficient de pertes d’énergie

Kf = 2 g n2 Lp/ R4/3 (V-3.16)

et U est la vitesse de l’écoulement à l’intérieur du ponceau. Le coefficient de


frottement le long du tuyau dépend du matériel employé. Par exemple n = 0,012 pour le
béton ou les planches de bois, 0,024 pour le les buses en acier annulaire et de 0,0125 à
0,0216 pour les buses en acier hélicoïdal. Pour tenir compte des joints en acier annulaire,
les rugosités des bues en acier sont rehaussée d’environ 13%.

• ∆hs est la perte d’énergie à la sortie

∆hs = Ks (Us2 - Uv2) / (2g) (V-3.17)

où Ks = 1 ; Us la vitesse à la sortie du ponceau ; Uv est la vitesse dans le canal à


l’aval (supposée négligeable, Uv ≅ 0).

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 190
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

V-3.3 Protection des extrémités


La protection contre l’érosion à l’entrée requiert seulement des aménagements très
locaux (sur une distance égale au diamètre du ponceau). La dimension des maçonnerie est
donnée par l’équation :

dm = 0,019 Ua2 (V-3.18)

où Ua est la vitesse à l’entrée.


La protection contre l’érosion à la sortie est plus difficile (même critique). Pour des
vitesses (1.5 < Us < 4) m/s, la sortie peut être protéger en mettant de l’empierrement
(riprap) dont la dimension médiane des roches est donnée par :

dm = 0,019 Ue2/de(1/3) (V-3.19)

Si la vitesse à la sortie Us > 4 m/s, il est nécessaire d’implanter un radier en béton


avec blocs pour diminuer les vitesses avant de mettre de l’empierrement. Si Us > 3 m/s, il
est recommandé d’opter pour un ponceau en béton au lieu d’un ponceau à cause de
l’abrasion excessif sur les ponceaux en acier.
L’étendue de la protection en aval dépend du but de la protection et des conditions
locales. En général, la longueur de protection en aval du canal est de :

Lm = 2 (D ou H) (Us - Uv) (V-3.20)

où Lm est la distance de protection par empierrement et Uv est la vitesse normale


dans de canal à l’aval.

Par exemple si le diamètre D du tuyau est 2,5 m, la vitesse à la sortie est Us = 3 m/s
et la vitesse locale permise est Uv = 1,0 m/s, nous devons protéger pour une distance de Lm
= 2 x 2,5 x (3-1,0) = 10 m.
Pour protéger l’extrémité du ponceau contre l’affouillement toute en acceptant que
le canal subit une certaine érosion locale, la distance protégée est seulement de 2D.

V-3.4 Extension du tuyau au bout du ponceau


Pour des ponceaux en charge ou à surface libre (sur toute ou partie de la longueur),
il est possible de réduire la vitesse et les pertes de charge à la sortie, en plaçant à
l’extrémité du ponceau une conduite de diamètre plus grand (Figure V-3.6). L’extension a
un diamètre de 1,1 à 1,2 fois plus grand que le diamètre du ponceau sur une longueur L = 2
D1. Le coefficient de perte de charge à la sortie Ks aura une valeur typique de 0,7 (au lieu
de 1,0).

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 191
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

Niveau d’eau aval

D1 =0.7 à D2
0.9 D2
L = 2 D1

Riprap

Asphalte

Figure V-3.6 : Protection contre l’érosion par extension du ponceau (MTQ, 1993).

V-4 RADIERS ET PONTS SUBMERSIBLES


Les radiers et les ponts submersibles sont des ouvrages permettant de franchir les
rivières en basses eaux et sont submergés en cas de crue. Ces ouvrages peuvent être
construits en enrochements taillés et convenablement placés au fond du lit, en béton ou en
bitûme.
Les radiers submersibles permettent le passage de l’eau exclusivement par dessus.
Ils sont donc employés dans les rivières qui restent à sec pendant une partie importante de
l’année. Ces ouvrages conviennent donc surtout pour les zones sahéliennes ou désertiques
où l’on enregistre des crues fortes et brèves.
Les ponts submersibles permettent d’évacuer les débits d’étiage par dessous de leur
tablier et les débits les plus importants par dessus du tablier. Ils sont donc surtout employés
lorsqu’il existe un débit faible mais non nul pendant une grande partie de l’année, et un
débit très élevé, ou de fortes crues pendant une courte période.
V-4.1 Dimensionnement des radiers submersibles
Deux cas peuvent se présenter : soit que le radier n’introduit aucune perturbation de
l’écoulement soit qu’il modifie localement les conditions d’écoulement.
V-4.1.1 Radier à fond de lit
Si le radier totalement submersible épouse la forme du lit, les seuls changements
locaux de pente et de rugosité ne perturbe pas l’écoulement (Figure V-4.1).

θ2
θ1
θ1
R2 R1 θ2
R1 R2
H

Ham L

Figure V-4.1 : Types de radier submersibles (Van Tuu, 1981).

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 192
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

Par conséquent, connaissant le débit évacué, la hauteur d’eau sur le radier peut être
déterminée par la formule de Manning :
Q = K S R 2 / 3 J 1/ 2 (V-4.1)
avec, Q débit ; S section mouillée ; J pente longitudinale du cours d’eau ; R rayon
hydraulique ; K coefficient de Manning.
La hauteur d’eau sur le radier peut être déterminée avec une bonne précision si l’on
dispose des mesures hydrométriques qui permettent de calculer le coefficient de Manning.
A défaut de ces données, les valeurs de K indiquées dans le Tableau suivant sont utilisées.

Tableau V-4.1 : Valeurs du coefficient de rugosité pour les radiers (Van Tuu, 1981).
Etats des berges et du fond
Type de canaux Parfait Bon Assez bon Mauvais
A- Canaux artificiels
Canaux et fossés en terre, droits et uniforme 59 50 44 40
Canaux et fossés avec pierres, lisses et uniformes 40 33 30 29
Canaux et fossés avec pierres, lisses et irréguliers 29 25 22 ---
Canaux en terre à larges méandres 44 40 36 33
Canaux en terre dragués 40 36 33 30
Canaux avec lits de pierres rugueuses, herbes sur 40 33 29 25
les rives de terre
Canaux à fond en terre, côtés avec pièrres 36 33 30 29
B- Cours d’eau naturels
1) Propres, rives en ligne droite, l’eau au niveau le 40 36 33 30
plus haut, sans gué ou fosse profonde
Le même que (1) mais avec quelques herbes et 33 30 29 25
pierres
3) Avec méandres, avec quelques étangs et 29 25 22 20
endroits peu profonds, propres
4) Le même que (3), l’eau à l’étiage, pente et 25 22 20 18
sections plus faibles
5) Le même que (3) avec quelques herbes et 30 29 25 22
pierres
6) le même que (4) avec pierres 22 20 18 17
7) Zones à eau coulant lentement avec herbes ou 20 17 14 13
fosses très profondes
8) Zones avec beaucoup de mauvaises herbes 13 10 8 7

V-4.1.2 Radier surélevé


Les contraintes imposées par le profil en long d’une route obligent parfois à adopter
un radier surélevé par rapport au fond du lit naturel qui provoque une surélévation du
niveau d’eau amont. La surface libre s’abaisse ensuite progressivement pour rejoindre à
l’aval du radier le niveau normal de l’eau après passage par une « section de contrôle » au
droit du déversoir où s’établit le régime d’écoulement critique (Figure V-4.2).
Suivant la hauteur d’eau amont h’a et aval h’v, comptées à partir de la crête du
radier, deux types d’écoulement peuvent être distingués :
- Si h’v < 0.8 h’a, l’écoulement est dit dénoyé, le niveau aval n’influence pas l’écoulement.
Le théorème de Bernoulli et la condition de régime critique donnent pour le radier en
régime dénoyé la forme générale suivante pour déterminer le débit :

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 193
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

Q = µ L h' a 2 g h' a (V-4.1)


avec, µ coefficient de débit qui dépend de la forme et des caractéristiques du radier ; L
étant la longueur du radier.

- Si h’v ≥ 0.8 h’a, l’écoulement est dit noyé, le niveau aval ralentit l’écoulement. La
hauteur h’v est déterminer en appliquant la formule de Manning, la hauteur h’v en
considérant l’écoulement sans le radier.

Niveau de l’eau avec le radier

Niveau de l’eau sans le radier

hc
h’a
B h’v

h0
Section de contrôle

Figure V-4.2 : Radier surélevé (Van Tuu, 1981).

V-4.1.3 Radier horizontal


Ce type de radier est adopté pour le franchissement de cours d’eau de grande
largeur avec des lames d’eau peu importantes. La largeur de la nappe déversante peut être
supposée constante quel que soit le débit.
De nombreuses études expérimentales montrent que l’écoulement au-dessus du
radier est similaire à celui d’un déversoir rectangulaire à large crête. La formule de Bazin
permet de tenir compte de la largeur du seuil peut être appliqué pour déterminer le débit à
travers le radier :
⎛ h' ⎞
Q = 0.43 ⎜ 0.70 + 0.185 a ⎟ L h' a 2 g h' a (V-4.2)
⎝ B ⎠
avec, Q : débit de pointe de la crue de projet ; h’a : hauteur d’eau amont comptée à partir de
la crête du radier ; B : largeur du radier ; L longueur du radier.
V-4.1.4 Radier à parties courbes
Si la géomorphologie du site de franchissement impose d’adopter deux rayons de
courbures différents pour le radier, le débit passant sur le radier est donné par la relation :
( ⎛
)
h' ⎞
Q = 1.136 R1 + R2 ⎜ 0.70 + 0.185 a ⎟ h' 2a (V-4.3)
⎝ B ⎠
avec, Q : débit ; R1 et R2 : rayons de courbures ; h’a : hauteur d’eau amont ; B : largeur du
radier.
V-4.1.5 Radier à palier horizontal avec parties courbes
Pour un écoulement non noyé, le débit passant sur le radier est obtenu en faisant la
somme :
- Du débit sur le palier de longueur L, donné par la relation correspondant au radier
rectangulaire (équation V-4.2).

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 194
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

- Du débit dans les parties courbes, qui est donné par l’expression donnant les radiers à
parties courbes (équation V-4.3).
Pour un écoulement noyé (h’v ≥ 0.8 h’a), l’écoulement est alors ralenti et les
formules précédentes du régime dénoyé sont modifiées moyennant un coefficient réducteur
K dépendant du rapport hv/ha .
V-4.2 Dimensionnement des Ponts Submersibles
Le débit à évacuer par ces ouvrages sous chaussée, Qsc est déterminé suite à une
étude économique des interruptions de trafic. Les ouvrages placés sous chaussée (dalots,
buses) sont dimensionnés pour évacuer ce débit (voir section IV-3). Le débit évacué par le
radier, Qra est tel que :
Q = Qd + Qra (V-4.4)
avec, Q : pointe de la crue du projet pour le dimensionnement du pont submersible ;
Les ponts submersibles exigent des fondations excellentes et un site peu
affouillable. L’ouvrage sous chaussée permet d’éviter la submersion pour les faibles débits
et l’ensablement du radier en fin de crue. Par contre, l’augmentation des vitesses entraînent
des risques d’érosion en aval du franchissement.
V-4.3 Conception des radiers - Protection
Pour réduire les vitesses de l’écoulement, il convient d’abord de réaliser des
dispositions constructives permettant de réduire les singularités dues au franchissement en
épousant au mieux la forme du lit de la rivière. La protection contre l’érosion concerne
aussi bien l’amont du radier que sa partie aval.
V-4.3.1 Point d’impact de la lame déversante
Considérons un radier légèrement surélevé par rapport au fond de la rivière et
fonctionnant en régime dénoyé (Figure V-4.3).

h’a U
h

Figure V-4.3 : Point d’impact de la lame déversante (Van Tuu, 1981).


L’application du théorème de Bernoulli pour le filet liquide partant de la surface
libre entre l’amont et au-dessus du seuil du radier permet d’exprimer la vitesse au-dessus
du seuil par :
U = 2 g ( h ' a − h) (V-4.5)
avec, h’a est la charge hydraulique en amont par rapport à la crête du radier et p étant la
hauteur du radier.
Sous l’influence de son poids, le filet liquide décrit une parabole avant d’atteindre
le lit de la rivière à une distance :
X = 2 (h' a −h)(h + p) (V-4.6)
X sera maximum pour la valeur de h annulant dX/dh dérivée de X par rapport à h’a soit :
h' − p
h= a (V-4.7)
2

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 195
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

d’où
X max = h' a + p (V-4.8)
Les affouillements se produisent donc entre le radier et le point d’impact le plus
éloigné calculé pour la crue de projet, soit sur une distance entre 0 et h’a + p.
V-4.3.2 Longueur de la protection aval
La longueur de protection recommandée en aval d’un radier est de :
L = 2(h’a + p) (V-4-9)
Cette protection peut être réalisée par un tapis de gabions semelles 2x1x0.50. Le
tapis de gabions semelles pourra se terminer en son extrémité aval par un gabion cage
de 2x1x1 servant de dissipateur d’énergie (Figure V-4.4).

(a) (b)
Gabion semelle
Gabion semelle
Radier 2x1x0.5
Radier Enrochement

Gabion cage
L=2 (h’a+p) 2x1x1

Figure V-4.4 : Longueur de protection aval. a) tapis de gabion semelle ;


b) gabion semelle et enrochement (Van Tuu, 1981).
L’équation (V-4.9) s’applique également pour un radier en écoulement noyé, même
si les risques d’affouillement sont plus faibles. En effet, si une protection insuffisante
entraîne un début d’érosion, celle-ci se continue jusqu’à établir l’écoulement libre.
Pour un pont submersible, ce type de protection est nécessaire au voisinage de la
partie centrale du radier. Dans ce cas, il faudra prévoir à l’amont et à l’aval du dalot ou de
la buse des murs une aile canalisant l’écoulement et évitant ainsi un écoulement le long du
radier.
Dans le cas d’un radier à parties courbes, la hauteur déversante et la charge h’a
diminuent de l’axe de du cours d’eau vers les rives. Par conséquent, la zone affouillable à
l’aval se rétrécit. Il faudrait donc tenir compte des variations de la charge h’a et de la
hauteur du radier dans la détermination du la longueur du dispositif anti-érosif.
Dans le cas de site peu affouillable, la protection par gabion peut être allégée ou
même supprimée si le fond est rocheux. Si les risques d’affouillement sont faibles mais
existants une protection mixte par gabion et enrochement est envisageable (Figure V-4.3b).
Nous préconisons un tapis d’enrochement d’épaisseur égale à 3 D. La
détermination du diamètre des enrochements se fait généralement à l’aide de la formule
d’Isbash :
ρ
d s = 0.14U 2 (V-4.10)
ρs − ρ
avec, U : vitesse moyenne de l’écoulement sur le radier pour la crue de projet ; ρ : masse
volumique de l’eau (t/m3) ; ρs : masse volumique de l’enrochement ; ds : diamètre de
l’enrochement.

V-5 ASSAINISSEMENT ROUTIER


V-5.1 Généralités
Le système d’assainissement routier, constitué par le réseau de fossés et leurs
ouvrages de décharge, permet de drainer les eaux de ruissellement ayant une action

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 196
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

d’érosion directe sur la route, qu’elles proviennent des impluviums extérieurs ou bien de
la plate-forme routière et des talus attenants. En général, nous distinguons deux types de
fossés :
- les fossés extérieurs destinés à collecter principalement les eaux provenant des
impluviums extérieurs de de les évacuer hors de la zone de la plate-forme routière;
- les fossés latéraux situés des deux cotés, ou d’un seul coté de la route destinés à
collecter principalement les eaux de la plate-forme routière et des zones attenantes
(talus, bande d’arrêt, etc...).
Les choix entre ces deux types de fossés dépendent de la topographie, mais en
général, il est recommandé de mettre systématiquement des fossés extérieurs aussitôt qu’il
y a impluvium amenant des débits non négligeables au pied de la route. Les fossés latéraux
sont ainsi déchargés de ces apports. Ce qui réduit les risques d’obstruction des ouvrages de
décharge par charriage solide (branches, détritus divers). Quelques exemples de profils
extérieurs et latéraux sont donnés sur la Figure V-5.1 suivant que la route est en remblais
ou en déblais et que le terrain est meuble ou rocheux.
L variable
Fossé Fossé
extérieur

Profil en remblai : zone meuble

L variable
Fossé
Fossé

Profil en remblai : zone rocheuse

Fossé

Fossé
L variable

Profil en déblai : zone meuble


Fossé

Fossé
L variable
L L

Profil en déblai : zone rocheuse

Figure V-5.1 : Exemples de fossés extérieurs et latéraux (Van Tuu, 1981)

Les fossés peuvent être (Figures V-5.2 et V-5.3) :

- Triangulaires : c’est les plus communément utilisé. Les pentes des talus sont en
général 1/2 et 2/1 ou bien 2/3 et 3/2.
- Rectangulaires : utilisés en terrain très cohésif ou rocheux ;
- Trapézoïdaux : utilisés en terrains cohésif ou rocheux. Les pentes de talus peuvent être
1/2 ou 1/1 ou 3/2 suivant la nature des matériaux des talus voire plus raides en terrain
rocheux.

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 197
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

En terrain meuble non cohésif, les fossés peuvent être revêtus pour éviter les
affouillements ; Cependant, le coût excessif des revêtements conduit à adopter des profils
trapézoïdaux à section économique : permettant d’avoir une section d’écoulement
maximale pour une longueur de revêtement minimale (voir section IV-3.3.4). A moins
d’installer des dispositifs spéciaux (glissières ...), la profondeur des fossés latéraux ne
dépasse pas en général 0.60 m. Cette profondeur ne peut dépasser 1.0 m pour faciliter les
opérations d’entretien. Les fossés trapézoïdaux, revêtu ou non, sont utilisés si les débits
évacués excèdent la capacité d’un fossé triangulaire revêtu de 1 m de profondeur. Pour les
fossés triangulaires, comme pour les fossés trapézoïdaux, la pente longitudinale minimale
sera 0.003 m/m : en dessous de cette valeur les dépôts des sédiments obstruent le fossé. Les
dimensions des fossés peuvent être très variables, notamment pour les fossés extérieurs qui
peuvent être amenés à transporter des débits importants.

2.5 h 13 h/6
2h h/2 3 h/2 2 h/3

2/1 h<0.6 m
1/2 3/2 2/3

Fossé triangulaire Fossé triangulaire


à 2/1 –1/2 à 3/2 –2/3

b+h

Largeur de la lame
2/1 h<0.6 m 2/1

h<0.6 m
b=0.6 m

Fossé rectangulaire Fossé trapézoidal

Figure V-5.2 : Fossés latéraux types (Van Tuu, 1981).

2/1 2/3 3/2


1/2 h h

Fossés triangulaire revêtus ou non revêtus (0.60 m ≤ h ≤1.00 m)

2/1 h 2/1 1/1 h 1/1

b b

En zone rocheuse En zone meuble

Fossés trapézoïdaux revêtus ou non revêtus (0.60 m ≤ h et b ≤1.00 m)

Figure V-5.3 : Fossés extérieurs types (Van Tuu, 1981).


Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 198
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE V OUVRAGES ROUTIERS

Les fossés extérieurs ou latéraux doivent comporter des ouvrages de décharge en


nombre suffisant :
- pour éviter les débordements de l’eau quand les débits dépassent la capacité des fossés,
- ou bien pour que les vitesses d’écoulement dans les fossés non revêtus n’atteignent pas
les limites d’affouillement des terrains traversés.
V-5.2 Capacité et capacité maximale des fossés
La capacité d’un fossé est donnée par la formule de Manning Strickler :
Q = U S = K S R 2 / 3 J 1/ 2 (V-5.1)
avec, Q : débit ; U : vitesse ; R : rayon hydraulique; J : pente longitudinale; K : coefficient
de rugosité de Manning données dans le Tableau suivant.

Tableau V-5.1 : Valeurs du coefficient de Manning suivant la nature du terrain


(Van Tuu, 1981).

Nature du terrain K (m1/3/s)


33
Fossés en terre
Fossés rocheux 25
Fossés en béton 67
En remplaçant S et R dans l’équation (V-5.1), nous obtenons les formules suivantes
pour les fossés triangulaires de pente 2/1 et 1/2 :
U4
Q=SU =9 (V-5.2)
K 3 J 3/ 2
Pour des terrains rocheux et dans le cas des fossés bétonnés, les affouillements ne
sont pas à craindre. Cependant, les vitesses supérieures à 3.5 m/s peuvent causer des
débordements sous l’effet d’un obstacle dans le fossé (rochers, branchages, etc...).
Dans le cas d’un terrain meuble et pour une pente longitudinale donné, la vitesse limite
correspondant à la capacité maximale dépend de la nature du terrain (Tableau V-5.2).
Tableau V-5.2 : Vitesses limites suivant la nature du sol (Van Tuu, 1981).
Nature du sol Ue,cr (m/s)
Sables fins argileux ou limons argileux 0.75
Limons ou argiles sableuses (sable < 50%) 0.90
Argiles compactes 1.10
Mélanges de graviers, sables et limons 1.50
Graviers, cailloux moyens 1.80
Si la capacité maximale est dépassée, les solutions envisagées consistent soit de
protéger le fossé (par un revêtement), soit de changer de type de fossé, soit de dévier
l’écoulement vers un émissaire naturel au moyen d’un ouvrage de décharge (ouvrage
divergent ou ouvrage sous chaussée par exemple) si le tronçon n’est pas trop en déblais.

V-6 CONCLUSION
La complexité des caractéristiques des écoulements due à la contraction de la section
par la présence d’une pile de pont explique les développements semi empiriques réalisés en
vue de déterminer la surélévation du niveau d’eau et les affouillements en aval. L’écart de la
pression par rapport à la pression hydrostatique est prise en compte à travers un coefficient
de pression dans le théorème de Bernoulli. En ce qui concerne le dimensionnement des
ponceaux, les deux types de contrôle doivent être vérifiés pour déterminer la profondeur
d'eau en amont.

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 199
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE VI ESSAIS SUR MODELES REDUITS

CHAPITRE VI

ESSAIS SUR MODELES REDUITS

VI-1 INTRODUCTION
Contrairement aux autres champs d’ingénierie, l’hydraulique des ouvrages
hydrotechniques a toujours été et reste encore, principalement basée sur les études
expérimentales sur site ou sur modèle réduit. Les théories des couches limites et de la
turbulence en Mécanique Des Fluides sont relativement récentes (20ème siècle) et même
avec les outils informatiques les plus performants de nos jours les études théoriques restent
insuffisantes à elles seules pour la description du comportement hydraulique des ouvrages
hydrotechniques les plus simples (une prise d’eau ou un bassin de dissipation d’énergie par
exemple). Le recours aux expérimentations et aux modèles réduits resteront probablement
encore pour longtemps indispensables pour l’explication de ce que la théorie et les outils
informatiques n’ont pu atteindre.

Un modèle réduit est un système qui peut être utilisée pour prédire les
caractéristiques d’un système semblable, ou prototype, souvent plus compliqué ou
construit à une échelle beaucoup plus grande. Une connaissance des lois régissant les
phénomènes étudiés est indispensable pour que les résultats de l’étude sur modèle soient
d’une précision acceptable.

Toutefois, l’utilisation des modèles réduits pour l’étude dans les conditions de
laboratoire de problèmes d’ouvrages hydrauliques nécessite une compréhension claire et
précise des principes de similitudes Géométrique, Cinématique et Dynamique. Tout en
étant conscient du fait que si les deux premières similarités sont réalisables, la similitude
dynamique reste un idéal très difficile pour ne pas dire impossible à atteindre en pratique.

En effet, une similitude dynamique parfaite nécessite la proportionnalité des forces


agissant le modèle et celles du prototype. Les quatre forces généralement utilisées dans les
modèles hydrauliques sont l’inertie, la gravité, la viscosité et les tensions de surface. A
cause des lois régissant ces forces et à cause de la différence de dimensions, effet
d’échelle, entre le modèle et le prototype, il n’est pas possible d’avoir à la fois les quatre
forces dans les mêmes proportions dans le modèle et dans le prototype. Cependant, il est
facile d’avoir les deux forces prédominantes dans les mêmes proportions. Dans la plupart
des modèles, le fait d’avoir deux des quatre forces dans des proportions différentes que
celles du prototype n’introduit pas d’erreur sérieuse. La force d’inertie, qui est toujours une
force prédominante, et une parmi les trois autres forces seront prises proportionnelles. Les
rapports des forces de gravité, de viscosité et de tension de surface à la force d’inertie
définissent respectivement les Nombres de Froude, de Reynolds et de Weber. L’égalité
des Nombres de Froude du modèle et du prototype assurera la même proportionnalité entre
les forces de gravité et d’inertie. De même, l’égalité des Nombres de Reynolds garantira la
même proportionnalité entre les forces de viscosité et d’inertie. Et l’égalité des Nombres de
Weber assurera la même proportionnalité des forces de tension de surface et d’inertie.

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 202
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE VI ESSAIS SUR MODELES REDUITS

Les modèles réduits peuvent être du type distordus ou non distordus selon que les
échelles dans le plan horizontal et le plan vertical sont différentes ou identiques. Cette
distorsion géométrique est souvent indispensable dans l’étude des écoulements à surface
libre à cause des limitations d’espace et des contraintes économiques. Si l’échelle verticale
est prise égale à l’échelle horizontale, la profondeur de l’écoulement sera tellement petite
qu’elle ne pourra pas être mesurée d’une part et qu’elle entraînera un comportement
dynamique différent que celui du prototype (écoulement Laminaire au lieu de turbulent ou
forces de tension de surface beaucoup plus importantes par exemple).

Une autre classification des modèles réduits distingue les modèles à lit fixe et à lit
mobile. Les modèles à lit fixes permettent l’étude de l’hydrodynamique, des pertes de
charge et de la dispersion dans les cours d’eau, tout en sachant que la dispersion ne peut
pas être bien modélisée avec précision dans les modèles distordus. Les modèles à lit
mobile, permettent l’étude du transport solide, phénomène qui par sa complexité et malgré
les développements empirique et théorique, des techniques de conception des modèles pour
son étude, reste très mal maîtriser. Ainsi, le calage et la vérification des modèles à lit
mobiles, relèvent plutôt du coté artistique et empirique des utilisateurs que de fondements
scientifiques.

VI-2 LOIS DE SIMILITUDES


VI-2.1 Similitude de Froude
Le rapport des nombres de Froude à l’échelle du modèle Fr,m et celui du prototype
Fr,p noté Fr,r doit remplir la condition suivante :

Fr,r = Fr,m/Fr,p = 1 (VI-2.1)

A partir de la condition de similitude de Froude (équation VI-2.1), les rapports (ou


échelles) de vitesse, de temps et de débit sont données respectivement par :
Ur /Lr1/2 = 1 , Ur = Lr1/2
Tr = Lr /Ur = Lr1/2
Qr = Ur Lr2 = Lr3/2

avec, Lr étant l’échelle géométrique

VI-2.2 Similitude de Reynolds


La similitude de Reynolds se traduit par :

Re,r = Re,m/Re,p = 1 (VI-2.2)

En respectant la similitude de Reynolds, nous obtenons les rapports suivants :

UrLr/ νr = 1 , Ur = νr /Lr
Tr = Lr /Ur = Lr3/2/νr
Qr = Ur Lr2 = νr Lr

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 203
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE VI ESSAIS SUR MODELES REDUITS

VI-2.3 Autres Lois de similitude:


VI-2.3.1 Similitude de Weber
La similitude de Weber se traduit par :

Wr = Wm/Wp = 1 (VI-2.3)

soit U²r Lr ρr / σr = 1 , Ur = σr 1/2 /ρr 1/2 / Lr1/2


et Tr = Lr /Ur = Lr3/2 ρr1/2 / σr 1/2
Qr = Ur Lr2 = Lr3/2 σr 1/2 /ρr 1/2
avec, σ désigne la tension superficielle et ρ la masse volumique du fluide

VI-2.3.2 Similitude de Cauchy


La similitude de Cauchy se traduit par :

Ca,r = Ca,m/Ca,p = 1 (VI-2.4)

soit U²r ρr /Er = 1 , Ur = Er1/2 / ρr1/2


et Tr = Lr /Ur = Lr ρr / Er
1/2 1/2

Qr = Ur Lr2 = Er1/2 / ρr1/2 Lr2

avec, E : coefficient de compressibilité du fluide (E = ρ dP/dρ où P est la pression)

VI-2.4 Conclusion sur les Modèles Réels


Dans un même modèle réduit, une seule similitude peut être respectée à la fois. Par
exemple dans un modèle respectant à la fois la similitude de Froude et de Reynolds il faut
avoir pour un modèle utilisant le même liquide que celui du prototype :

Ur = Lr1/2 =νr /Lr , soit Lr = νr 2/3 = 1 (VI-2.5)

Ainsi, il est clair que dans le cas où les forces d’inertie, de gravité et de frottement
ont toutes un effet sur l’écoulement, il est impossible de respecter à la fois les similitudes
de Froude et de Reynolds. La solution à ce problème est principalement empirique et elle
consiste en une tentative d’évaluation des effets de viscosité et de gravité séparément.
Comme elle peut consister à remplacer la contrainte sur l’égalité des nombres de Reynolds
par une nouvelle contrainte, moins sévère, sur la nature de l’écoulement. Sachant bien que
pour un écoulement turbulent qui a la même rugosité relative à l’échelle du modèle et du
prototype (Dm/km = Dp/kp), les force de viscosité deviennent pratiquement indépendantes
du Nombre de Reynolds à partir d’un certain nombre de Reynolds (Figure VI-2.1). La
nouvelle contrainte est de la forme:

Re = U R / νr > 4 000 (VI-2.6)

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 204
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE VI ESSAIS SUR MODELES REDUITS

f
10

3 m
p
D m/km=Dp/kp
2

1
103 104 105 106 107 108 Re
R’e,m Re,p

Figure VI-2.1 : Force de viscosité en fonction du Nombre


de Reynolds (Ginocchio, 1959).

VI-3 ESSAIS SUR MODELES REDUITS (EFFETS D’ECHELLE- MODELES


DISTORDUS)
Pour un modèle réel (non distordu), respectant à la fois la nouvelle contrainte
(Equation VI-2.6) et la similitude de Froude (Equation VI-2.1), les dimensions peuvent
devenir tellement grandes pour qu’une reproduction de l’écoulement turbulent soit
économiquement acceptable.

Un autre problème rencontré avec les modèles non distordus est celui des tensions
de surface. En effet, dans un modèle non distordu, d’un grand système, réservoir, cours
d’eau, etc..., le tirant d’eau dans le modèle peut être limité à un ou deux centimètres , dans
ce cas l’effet des tensions de surface peut être tellement important pour rendre le modèle
sans aucun intérêt. Pour limiter l’effet des tensions de surface et pour avoir un écoulement
turbulent, l’échelle verticale, celle des tirants d’eau, est souvent prise beaucoup plus grande
que celle des dimensions dans le plan horizontal. Dans ce cas le modèle est appelé modèle
distordu ou plus précisément modèle géométriquement distordu.

VI-3.1 Construction des Modèles d’Ecoulements à Surface Libre


VI-3.1.1 Modèles à Lit Fixe
Dans un modèle d’écoulement à surface libre dans un cours d’eau naturel ou dans
des canaux artificiels, où la pente de frottement est relativement faible, la conception des
modèles à lit fixe est souvent basée sur une relation du type Manning,

U = K Ra Jf1/2 (VI-3.1)

Avec K, le coefficient de Maning-Strickler ; R le rayon hydraulique et Jf la pente de


frottement.

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 205
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE VI ESSAIS SUR MODELES REDUITS

Dans ce cas pour un modèle réel ( non distordu) , Jfr = 1 et Rr = Lr


d’où :
Ur = Kr Lra (VI-3.2)
Avec, Kr , l’échelle de rugosité de Maning-Strickler et Lr l’échelle géométrique.

Exemples: Formule L , Ur = Lr Lr5/6 avec Lr = 1/ kr 1/3 (VI-3.3)

Formule de Manning M, Ur = Mr Lr2/3 avec Mr = 1/ nr = 1/ kr 1/6 (VI-3.4)

Formule N, Ur = Lr Lr7/12 avec Nr = 1/ kr 1/12 (VI-3.5)


VI-3.1.2 Modèles Distordus
Dans le cas d’un modèle distordu, Jfr = Yr / Lr et Rr = fn(Lr ,Yr )

une fonction qui dépend de la géométrie de la section du cours d’eau, d’où

Ur = Kr Rra (Yr / Lr) 1/2 (VI-3.6)

Avec, Lr l’échelle suivant l’horizontale et Yr l’échelle verticale.

Exemple: Formule M,

Ur = Mr Rr2/3 (Yr / Lr) 1/2 (VI-3.7)


et Tr = Lr /Ur = Lr / [ Mr Rr2/3 (Yr / Lr) ½ ]
Qr = Ur Lr Yr = Mr Rr2/3 Lr1/2 Yr3/2

VI-3.1.3 Modèles à Lit Mobile


Ce sont les modèles utilisés pour l’étude de l’érosion et du transport solide des lits
des cours d’eau. Parce que les lois décrivant le transport solide ne sont pas encore bien
maîtrisées, les modèles à lit mobile sont construits en se basant principalement sur
l’expérience et donnent des résultats qui restent qualitatifs. Ces modèles sont utilisés pour
l’étude des problèmes suivants:

1- La Morphologie des cours d’eau: Changements de pente, de section transversale, de


méandres, sédimentation, érosion, variation de débit liquide et/ou solide associés à
l’introduction de nouveaux ouvrages amont ou à la modification de l’utilisation des
terres.
2- Le recalibrage des cours d’eau: Elimination des méandres,...
3- Traitement des zones d’épandage
4- Emplacement et conception des piles de ponts
5- Erosion à l’aval des barrages
6- La traversée de Conduites d’Adduction

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 206
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE VI ESSAIS SUR MODELES REDUITS

VI-3.2 Interprétation des Résultats des Essais sur Modèles Réduits


VI-3.2.1 Construction et Equipement
Un modèle représentant un site naturel et des ouvrages comprend 3 parties
principales (Figure VI-3.1) :
1) L’Infrastructure:

Les modèles à fonds fixes de cours d’eau ou de littoral maritime sont construits, en
général, en maçonnerie. Certains ouvrages peuvent être construit en Plexiglas. Les profils
en travers matérialisés par des formes métalliques ou en bois, mâles ou femelles, ou par
des lignes de niveau en feuillard ou fils métalliques. Pour les fonds mobiles le matériau
mobile (sable, lignite, matière plastique broyée, etc...) est déposé sur des formes de fond
matérialisées par des profils ou des lignes de niveau.

2) L’Appareillage de reproduction des phénomènes naturels:


Pour assurer l’alimentation en débit liquide, le modèle est équipé de pompes qui
débouche dans un réservoir pour maintenir un débit constant. L’alimentation est réalisée en
circuit fermé. Les modèles à fond mobile sont munis d’un Distributeur de matériaux
pulvérulents et d’un vibreur d’amplitude variable permettant le réglage du débit solide. Les
modèles de houle et de marée comportent respectivement des Générateurs de Houle ou de
Marée.

3) L’Appareillage de mesure:
Les principaux appareillages utilisés sont les suivants :

1- Mesure des hauteurs: par limnimétrie à pointe visuel ou électrique, limnigraphe


enregistreur.

2- Mesure des débits: Déversoirs à mince paroi pour les écoulements à surface libre, et
dispositifs déprimogènes, venturis diaphragmes, pour les écoulements en charge.

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 207
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE VI ESSAIS SUR MODELES REDUITS

Tranquillisation

Alimentation

Panneau manométrique
Evacuateur de crue

Fond mobile

Restitution

Vanne de réglage du
niveau aval
Echelle
0 1 2 3 4 5m
Point limnimétrique

Figure VI-3.1 Vue en Plan d’Un Modèle de Cours d’Eau (Ginocchio, 1959).

VI-3.2.2 Exécution des Essais


a) Etalonnage des modèles réduits
Pour reproduire, sur le modèle, des conditions d'écoulements ou de mouvement en
similitude géométrique et cinématique aussi rigoureuse que possible avec les conditions
naturelles, il faut agir à la fois sur les écoulements et sur les conditions aux limites. A titre
d'exemple, indiquons les méthodes utilisées dans quelques cas particuliers.

Modèle à fond fixe : Pour reproduire des lignes d'eau en similitude avec celles observées
dans la nature pour différents débits, une adjonction de rugosité artificielle sur le fond et
les berges peut être nécessaire : éléments cylindriques ou parallélépipédiques (en béton ou
en acier).

Modèle à fond mobile : l'étalonnage hydraulique doit être suivi de l'étalonnage relatif au
débit solide. Celui-ci consiste essentiellement à vérifier :
- que le début d’entraînement des matériaux de fond se produit par un débit homologue au
débit critique (ou débit de début d’entraînement) mesuré dans la nature,
- que la loi reliant le débit solide de saturation au débit liquide est conforme à celle du
phénomène naturel. Cette dernière vérification, d'une part, à trouver le débit solide à
introduire à l'amont du modèle (conditions aux limites) et, d'autre part, à mesurer l'échelle
des temps de charriage.

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 208
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE VI ESSAIS SUR MODELES REDUITS

Modèles à houle : L’étalonnage consiste essentiellement à vérifier que l’agitation due à la


houle dans la région étudiée est semblable à celle de la nature et à réaliser des conditions
aux limites satisfaisantes en évitant les réflexions sur les bords du modèle (filtres à houle).
Modèles à marée : L’étalonnage peut être réalisé en agissant, soit sur les niveaux, soit sur
les vitesses. Le procédé le plus souvent utilisé est celui du réglage par les niveaux en
agissant sur la rugosité du fond.
b) Essais d'ouvrages
Les essais d'ouvrages consistent à réaliser successivement sur le modèle diverses
implantations ou modifications de structure et à déterminer l'influence de celles-ci sur les
phénomènes étudiés, en caractérisant cette influence par la valeur de paramètres
convenablement choisis. Dans certains cas, un contrôle qualitatif permet de guider
l'expérimentateur dans ces tentatives et, de ce fait, de gagner du temps.

Citons, à cet égard, la détermination qualitative de la forme des filets liquides soit à
la surface ou au sein de l’écoulement. Les courants de surface sont obtenus en saupoudrant
cette surface au moyen d'une poudre de densité convenable (sciure de bois, par exemple).
Les trajectoires de particules au sein d'un écoulement peuvent être matérialisées en
injectant un liquide non miscible qui forme des gouttelettes nettement apparentes et
pouvant être photographiées.

VI-4 CONCLUSION
Il semble que les lois des similitudes ne rencontrent pas des grandes difficultés
d'application, mais un examen plus approfondi montre qu’une similitude rigoureuse de
l’écoulement et du transport solide ne peut pas être satisfaite. La pratique utilisée est de
réaliser une similitude partielle tout en gardant dans l’esprit les limitations du modèle
utilisé pour répondre à des objectifs bien précis. Soulignons, par exemple, que la distorsion
du modèle modifie la structure des courants secondaires mais permet de mieux reproduire,
en revanche, le régime d’écoulement (la turbulence).

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 209
OUVRAGES HYDRAULIQUES CHAPITRE VI ESSAIS SUR MODELES REDUITS

VI-4 ETUDES DE CAS


VI-4.1 Cas du Barrage Zouitina du Complexe Barbara

Lr = 1/60 ; Yr = 1/20 ; Yr /Lr = 1/3

Figure VI-4.1 Vue en Plan du Barrage Zouitina sur l’Oued Barbara


(Etude de l’Evacuateur et des Affouillements Aval)

VI-4.2 Cas du Barrage Laroussia sur L’Oued Medjerdah

Lr = 1/100 ; Yr = 1/25 ; Yr /Lr = 4

Figure VI-4.2 Vue en Plan du Modèle du Barrage Laroussia sur


l’Oued Medjerdah (Etude de la Prise du Canal MCB).

Département de Génie Civil, Laboratoire d’Hydraulique (par K.MAALEL & Z. HAFSIA- Version 2012)
LMHE-ENIT Page 210
OUVRAGES HYDRAULIQUES REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

[ 1] Aubert, J. – Barrages et canalisation (1949).

[ 2] Aubert, J. – Barrages et canalisation. Dunod (1949).

[ 3] Bédient and Huber, WC Applied hydrology. New York (1989)

[ 4] Bernard M. – Aménagements hydrauliques. Université Laval (1975).

[ 5] Bouvard, M. - Barrages mobiles et ouvrages de dérivation à partir de rivières


transportant des matériaux solides. Eyrolles (1984).

[ 6] Carlier, M. - Hydraulique générale et appliquée. Eyrolles (1972).

[ 7] Chow, V.T. – Open channel hydraulics. Mc Graw Hill (1959).

[ 8] Dupont, A. – Hydraulique urbaine. Eyrolles (1971).

[ 9] EGTH – Economie de l’eau 2000. Rapport final, 13 volumes (1991).

[10] French, R.H. - Open channel hydraulics. MacGraw-Hill Company (1984).

[11] Ginocchio, R. - Aménagements hydroélectriques. Eyrolles (1959).

[12] Gouri Dhatt ; Pierre Dupuis ; Azzedine Souhîmani ; Michel Leclerc - Modélisation
des écoulements lents et rapides à surface libre. Rapport # TAO-85-O2 ; INRS-Eau
RS-187. Décembre (1985).

[13] Graf, W – Hydraulique fluviale (tome I). Ecoulement permanent uniforme et non
uniforme (1993).

[14] Graf, W. et Altinakar, M.S. - Hydrodynamique. Ecole Polytechnique Fédérale de


Lausanne. Eyrolles (1991).

[15] Graf, W. et Altinakar, M.S. - Hydrodynamique. Ecole Polytechnique Fédérale de


Lausanne. Eyrolles (1991).

[16] Grishin, M. – Hydraulic structures. Mir Publishers Moscou (1982).

[17] Hafsia, Z. – Contribution à l’étude de la formation et de l’entraînement des dépôts


solides au voisinage des ouvrages de prise d’eau : cas de la retenue du barrage
Laroussia. Thèse de Doctorat. ENIT (1998).

[18] Hug M. – Mécanique des fluides appliquée aux problèmes d’aménagement et


d’énergétique; Eyrolles (1975).

[19] Jamme, G., - Travaux fluviaux. Collection de la direction des études et recherches
d’électricité de France. Eyrolles (1974).

[20] Maalel K. - Cours Hydraulique Générale, Polycopie ENIT (1996).

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

209
OUVRAGES HYDRAULIQUES REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

[21] Larras, J. - Fleuves et rivières non aménagés. Eyrolles (1977).

[22] Leliavsky,S. - Précis d'hydraulique fluviale. Dunod (1961).

[23] Maalel, K. - Cours Hydraulique Générale (1996).

[24] Maglakélidzé V. – Ouvrages hydrotechniques. Polycopié ENIT (1984).

[25] Manuel de conception des ponceaux. Ministère des Transports, Québec, MTQ (1993).

[26] Mary, M. – Barrages-voûtes (1968).

[27] Meunier, M. – Les coups de bélier et la protection des réseaux d’eau sous pression.
ENGREF, Paris, (1980).

[28] Rodier J.A., Colombani J. - Monographies hydrologiques : ORSTOM : le bassin de la


Medjerdah. DRES (1981)

[29] PNUD/OPE – Ressources en eau dans les pays de l’Afrique du nord. Guide
Maghrébin pour l’exécution des études et des travaux de retenues collinaires. Projet
RAB/80/011 (1987).

[30] Senturk F. – Hydraulics of dams and reservoirs. Water Resources Publication (1994).

[31] Van Tuu N – Hydraulique routière. BCEOM. République Française. Ministère de la


coopération et du développement. France (1981).

[32] Varlet, H. – Barrages réservoirs (tome I). Hydrologie – Géologie. Paris (1966).

[33] Varlet, H. – Barrages réservoirs (tome II). Barrages-poids, barrages-voûtes. Paris


(1966).

[34] Varlet, H. – Barrages réservoirs (tome III). Barrages en terre et en enrochements. Paris
(1966).

Département de Génie Civil Laboratoire d’Hydraulique ENIT

210