Вы находитесь на странице: 1из 5

Cours de Physiologie

Chapitre I : Système Nerveux

LE CONTROLE MOTEUR
DU MOUVEMENT VOLONTAIRE
Un mouvement est un ensemble de petits mouvements élémentaires, c’est aussi un acte
complexe qui va être sous la dépendance du cortex moteur ou extra-moteur et sous celles de
structures plus profondes comme les ganglions ou le cervelet. La moelle épinière n’a plus
de fonction intégratrice mais un rôle de passage.

La réalisation d’un mouvement donné (réflexe ou conscient) implique toujours une


interaction entre le système nerveux sensitif et le système nerveux moteur. Un tel processus
s’appelle l’intégration sensori-motrice. En effet, le processus d’intégration se produit de la
manière suivante :

- Réception d’un stimulus par un récepteur


- Transmission de la stimulation par le nerf sensitif au SNC
- Interprétation de l’information et choix d’une réponse approprié par le SNC
- Transmission de la réponse motrice sous forme de signaux par les motoneurones
- Stimulation motrice du muscle et production du mouvement

Quel que soit l’étage atteint par l’information sensitive celle-ci déclenche la réponse d’un
motoneurone ayant son origine à l’un des trois niveaux :

- La moelle épinière (mouvement réflexe)


- Les régions inférieures du cerveau (mouvement complexe semi-volontaire)
- L’aire motrice du cortex cérébral (mouvement complexe volontaire)

L’activité volontaire (mouvements complexes) qui inclut la plupart des activités sportives,
nécessite quant à elle le contrôle et la coordination des mouvements par les centres nerveux
supérieurs, en particulier par :

- Le cortex moteur
- Les noyaux gris centraux
- Le cervelet
- Le thalamus

I- Le cortex moteur : Ici les neurones appelés cellules pyramidales assurent le contrôle
conscient des mouvements des muscles squelettiques.
- Les corps cellulaires des cellules pyramidales sont contenus dans le cortex moteur et leur
axones constituent les voies cortico-spinales car les prolongements nerveux correspondants
descendent du cortex cérébral vers la moelle épinière.

1
Cours de Physiologie
Chapitre I : Système Nerveux

- Les régions du corps qui nécessitent un contrôle moteur très précis ont une surface de
représentation plus importante au niveau du cortex moteur et bénéficient ainsi d’un meilleur
contrôle du système nerveux.

II- Les noyaux gris centraux : On a noté, chez certain patients atteints de la maladie de
Parkinson, un déficit dans la production de la dopamine, un neurotransmetteur dans ces
noyaux.
Les signes de cette maladie sont: l’absence ou l’incapacité des mouvements lents,
augmentation du tonus musculaire et tremblements passifs quand le sujet est au repos.

III- Le thalamus : c’est un lieu de relais pour les informations sensitives entre le reste de
l’organisme et le cortex, où les informations sont filtrées, décodées, comparées et dirigées.

IV- Le cervelet : Le cervelet est essentiel dans le contrôle de tous les mouvements rapides
et des activités musculaires complexes.
- Il reçoit des informations provenant du cortex ainsi que des divers organes des sens.
- Il est le seul centre à recevoir les informations provenant des fuseaux neuromusculaires.
- Le cervelet a la responsabilité de comparer l’acte moteur tel qu’il se déroule
effectivement. A la suite de cette comparaison, il pourrait ajuster en conséquence la commande
motrice en agissant soit sur le cortex moteur, soit sur les noyaux du tronc cérébral.

Les centres corticaux

V- Les étapes du mouvement élémentaire :

2
Cours de Physiologie
Chapitre I : Système Nerveux
V-1- La phase préparatoire : durant laquelle se fait l’identification de l’objet
(reconnaissance, sa position, ma position) dépend du cortex sensoriel-associatif, il donne toutes
les informations nécessaires (auditive, visuel,…).
V-2- La phase de programmation : détermine les différents mouvements
élémentaires pour réaliser le mouvement complet en créant un programme complet (succession
d’étapes régulées dans le temps et l’espace sous la dépendance du cortex moteur.
V-3- La phase d’exécution :

* L’Initiation : déclenchement du programme moteur en lançant la première


étape.
* L’Ajustement : réaction au changement de l’extérieur. Modulation de l’action.
Dépend du cervelet.
* La Préhension : met en jeu les extrémités, la motricité fine. Cette phase
dépend du cortex moteur primaire (tous les mouvements de cette phase ont pour origine le
cortex moteur primaire.)

Exemple : De l’homoncule moteur gauche proviendront les influx activant les muscles
mobilisant l’avant-bras droit et de l’homoncule droit ceux qui activeront les muscles moteurs de
l’avant-bras gauche. Ce changement de côté ou décussation aura lieu au niveau du Bulbe.

3
Cours de Physiologie
Chapitre I : Système Nerveux

Exemple d’une innervation d’un acte volontaire

4
Cours de Physiologie
Chapitre I : Système Nerveux

Оценить