Вы находитесь на странице: 1из 6

Etendre dynamiquement la

couverture d’un réseau Mesh

Time Division Multiple Access

Equipe Projet : Tuteur : Client :


Gilles CATOIO Patrick Isoardi
gilles.catoio@laposte.net patrick.isoardi@univ-avignon.fr
Lionel Cibot
lionel.cibot@gmail.com
Mathieu LALOUX
math.laloux@free.fr

IUP GMI génie mathématique et informatique


337 chemin des Meinajariés
84140 AVIGNON

2006 – 2007
Sommaire 
 

I – Généralités ......................................................................................................................................... 3 
 

II – Caractéristiques du TDMA ................................................................................................................. 4 
 

III – Le TDMA dans les réseaux cellulaires de 2ème génération ................................................................ 4 
 

IV – TDMA dynamique ............................................................................................................................. 5 
 

V – Réalisation dans notre projet ............................................................................................................ 5 
 

 
   
I – Généralités 
 
Les flux de données sont divisés 
en trames. 

Les trames sont divisées en 
TimeSlots. Chaque utilisateur se 
voit allouer un slot 

Les TimeSlots contiennent des 
données avec, éventuellement, 
une période de garde pour la 
synchronisation. 

Périodes de garde (optionnel)   

Le TDMA est une méthode d’accès au canal pour les réseaux à media (généralement sans fil) 
partagé. Cela permet à plusieurs utilisateurs de partager le même canal de fréquence en divisant 
le signal en différents « timeslots ». Les utilisateurs transmettent en succession rapide, les uns 
après les autres, chacun utilisant son propre timeslot. Cela permet à plusieurs stations de 
partager le même medium de transmission (typiquement un canal de transmission radio) en 
utilisant seulement la largeur de bande passante dont ils ont besoin. 

Le TDMA est surtout utilisé dans les réseaux cellulaires de 2ème génération, tels que GSM ou 
DECT, mais on le retrouve également dans les systèmes satellites et certaines communications 
militaires. 

Le TDMA est un type de multiplexage en temps dont la particularité est qu’au lieu d’avoir un 
émetteur connecté à un récepteur, il y a plusieurs émetteurs. La distance séparant les émetteurs 
du récepteur pouvant varier, le TDMA prévoit un intervalle de temps qui correspond au délai de 
propagation du signal. Les émetteurs envoient leurs données à un instant   correspondant à : 

 
Où  correspond au timeslot initial de l’émetteur et   au temps de propagation du signal. 

Dans le cas du lien montant entre un terminal mobile et une station de base, cela devient 
particulièrement difficile parce que le mobile peut se déplacer, modifiant ainsi le délai de 
propagation. Cela implique une mise à jour périodique du calcul du délai de propagation . 

II – Caractéristiques du TDMA 
 

• Partage d’une porteuse unique entre plusieurs utilisateurs 
• La discontinuité des communications facilite les procédures de déconnexion 
• Les timeslots peuvent être assignés à la demande en TDMA dynamique 
• Contrôle de puissance moins rigoureux qu’en CDMA grâce à des interférences de co‐chanel 
limitées. 
• Meilleure synchronisation qu’en CDMA 
• Une importante égalisation est nécessaire pour atteindre des débits importants 
• Complexité du processus d’allocation de fréquence/slot 
 
 
 

III – Le TDMA dans les réseaux cellulaires de 2ème génération 
 
Dans le système GSM, la synchronisation des téléphones mobiles est rendue possible par le 
calcul du délai de propagation du signal, comme nous l’avons expliqué ci‐dessus. Généralement, 
ce délai reste très faible, les ondes radios se propageant dans l’air à la vitesse de la lumière. Le 
téléphone mobile n’est pas autorisé à transmettre durant toute la durée de son timeslot, une 
période de garde est conservée en fin de slot afin d’amoindrir les chances de superposition. 
Lors de la première communication entre le téléphone mobile et la station de base, ce dernier 
n’a aucun moyen de connaître le délai de propagation. C’est pourquoi la premiere trame TDMA 
(appelée trame d’accès) a une période de garde beaucoup plus longue que les autres trames. 
Cette période correspond en fait au délai de propagation d’un signal provenant de la périphérie 
de la zone de couverture de la cellule. Lorsque la station de base reçoit cette première trame, 
elle mesure l’intervalle de temps entre le début du timeslot et l’instant auquel elle a reçu le 
début de la trame. Cet intervalle correspond au délai de propagation qui devra ensuite être 
utilisé par le mobile. 
 
Dans les systèmes radios, le TDMA est quasiment toujours utilisé conjointement avec un 
multiplexage en fréquence (FDMA). 
Un autre avantage important du TDMA est que l’équipement radio du mobile n’a besoin de 
recevoir et de transmettre que durant son timeslot. Le reste du temps, le mobile peut effectuer 
des mesures sur le réseau, afin de détecter les autres fréquences disponibles. Cela facilite 

 
grandement les procédures de handovers, qui sont particulièrement ardues dans les systèmes 
CDMA. 
 
Un inconvénient du TDMA est qu’il engendre des interférences sur des fréquences directement 
liée à la longueur du timeslot. Ceci correspond au bruit désagréable qui peut être entendu 
lorsqu’un téléphone mobile est posé près d’une radio ou de hauts parleurs. Un autre 
inconvénient est que les temps morts entre les timeslots induisent une limitation de la largeur 
de bande passante potentiellement disponible. C’est pourquoi les recherches visant à inclure le 
TDMA dans la technologie UMTS ont été rapidement abandonnées, faisant du TDMA une 
technologie purement CDMA. 
 

IV – TDMA dynamique 
 
 
En « dynamic time division multiple access », un algorithme réserve dynamiquement un nombre 
variable de timeslots dans les trames pour chaque utilisateur, en fonction de la qualité de 
service requise pour chaque communication. 
 

V – Réalisation dans notre projet 
 

Dans notre cas, la mise en place d’un système de multiplexage permettrait d’éviter les solutions 
de bascules déjà étudiées. Etant donné le faible nombre de stations participant à la 
communication multiplexée, le TDMA nous semble être la solution de partage du canal la plus 
adaptée.  
 
Pour rappel, les trois acteurs de cette communication sont : 
‐ Le point d’accès 802.11 (ci‐après « PA »). 
‐ La station hors‐zone de couverture du point d’accès (ci‐après « Satellite »). 
‐ La passerelle, qui sert de relais entre les deux précédents (ci‐après « Passerelle »). 
 
Nous avons donc schématisé la trame TDMA qui correspondrait à cette situation : 
 
Segment A  Segment B 
 
Contrairement à ce qui se fait dans les réseaux cellulaires, notre trame n’est pas divisée en huit 
segments mais en deux seulement, puisque nous n’avons besoin de multiplexer la 
communication qu’entre deux participants. 
 
Le plan d’utilisation des segments pourrait être le suivant : 
 

 
  Segment A  Segment B 
PA Æ Passerelle  Données destinées à la  Données destinées au satellite 
passerelle 
Passerelle Æ PA / Satellite  Données destinées au PA  Données destinées au satellite 
Satellite Æ Passerelle  Données destinées à la  Données destinées au PA 
passerelle 
 
Ce plan représente une organisation idéale, il suppose que nous puissions apporter 
d’importantes modifications aux drivers de la carte Wifi de la passerelle, à ceux de la carte Wifi 
du Satellite, et enfin au Firmware du PA. Cependant, il permet de conserver l’indépendance et la 
visibilité de chaque machine vis‐à‐vis des autres ; chaque machine a la possibilité de 
communiquer localement avec les deux autres, indépendamment de son rôle.  

Cependant il est probable que nous n’ayons ni le temps ni la possibilité d’effectuer toutes ces 
modifications. C’est pourquoi nous avons prévu un autre plan d’organisation, plus simple même 
s’il ne garantit plus que les stations puissent communiquer entre elles indépendamment du rôle 
qui leur a été attribué. 

  Segment A  Segment B 
PA Æ Passerelle  Données destinées au Satellite (pas de multiplexage) 
Passerelle Æ PA / Satellite  Données destinées au PA  Données destinées au satellite 
Satellite Æ Passerelle  Données destinées au PA (pas de multiplexage) 
 

Avec cette organisation, nous devrions appliquer un traitement au niveau des drivers de la carte 
Wifi (en émission et en réception) et au niveau du Firmware du point d’accès (uniquement en 
réception). 

Au‐delà de ces problèmes d’organisation, se pose celui de la synchronisation. Il est très peu 
probable que les drivers de la carte Wifi prévoient des méthodes permettant d’effectuer des 
opérations de synchronisation de bas niveau, le 802.11 n’étant pas prévu pour utiliser le TDMA. 
C’est pourquoi nous envisageons d’effectuer une pseudo‐synchronisation, adaptée à notre 
situation. Selon notre modèle d’organisation simplifié, et contrairement à ce qui se fait dans les 
réseaux cellulaires, la synchronisation n’est nécessaire qu’en réception. En effet, lors de 
l’émission d’une trame TDMA par la passerelle, c’est cette dernière qui remplit les deux 
segments. Il n’y a donc pas besoin de synchronisation à ce niveau. 

C’est par contre lors de la réception de ce genre de trames par le point d’accès et par le satellite 
qu’il convient de séparer les deux segments. Mais pour cela, nous pensons qu’il suffirait, à 
l’émission, d’injecter une séquence de bits qui servirait de marqueur entre les deux parties. Le 
récepteur n’aurait alors qu’a récupérer la partie se situant avant (ou après) cette séquence afin 
d’obtenir les données qui lui sont consacrées. 

Le schéma de notre trame devient ainsi : 

 
Segment A  Marqueur  Segment B 

Оценить