Вы находитесь на странице: 1из 5

Chapitre 1

CODAGE ET TRANSMISSION
NUMERIQUE

1. Introduction
Dans les systèmess de transmission numérique l’objectif est de véhiculer l'information (texte,
son, image, vidéo) entre la source appelée émetteur et le destinataire appelée récepteur en utilisant
un support physique tel que les ondes hertziennes, le câble coaxial ou torsadé ou encore la fibre
optique. Dans ces types de transmission
transmission, l’information est toujours numérique alors que la porteuse
peut être analogique ou numérique. Les signaux transportant l’information peuvent être soit d'origine
numérique, comme dans les réseaux informatiques ( transmission de données en bande de base
b ou
large bande),, soit d'origine analogique ((son, image...) : dans ce cas ils doivent être convertis sous
une forme numérique. Le schéma synoptique d'un système de transmission numérique est donné à
la figure 1.

Partie EMETTEUR

Partie RECEPTEUR

Fig.1. Principe d’un système complet de transmission numérique

1.1.Source :

C’est la suite de données numériques à transmettre


transmettre.. Elle est généralement de forme binaire mais si
l’information est d’origine analogique, alors celle
celle-ci
ci doit être convertie à travers un convertisseur
analogique numérique.
2.2 . le codage

Il existe deux types de codage : le codage source et le codage canal.


Le codeur source est lié à l’information ( binaire, ASCII, BCD, Hexadécimal,…) et a pour rôle
d’éliminer la redondance des données. Par contre, le codage canal (tels que NRZ, AMI, HDBn,
Manchester,…) a pour rôle d’adapter l’information au canal de transmission. Il permet aussi
d’augmenter la dynamique du signal afin de ne pas perdre la synchronisation entre l’émetteur et le
récepteur.

2.3 . la modulation

La modulation réalise une opération de transposition de fréquence afin de décaler le spectre du


signal information dans la bande passante du canal ou de la ligne de transmission.
La modulation offre aussi une meilleure immunité contre les bruits et par conséquent contre les
erreurs de transmission. Elle permet aussi de réduire la longueur de l’antenne emettrice (L= λ/2 ou
L= λ /4).

Le principe de fonctionnement du système de transmission de la figure 1 est le suivant :

- La source une suite d'éléments binaires : 1011101100001000……..


- Le codeur a pour rôle de donner une autre forme numérique au signal de façon à améliorer la
qualité de l’information en adaptant celle-ci au canal de transmission,
- La modulation réalise une transposition de fréquence et a pour rôle aussi de protéger
l’information et d'adapter le spectre du signal émis.
- de l’autre côté du récepteur, la démodulation et le décodage réalisent les opérations inverses de
l’émetteur pour restituer l’information.

Parmi les modulations numériques, on peut distinguer :


- les modulations totalement numériques ( information et porteuse numérisées) telles que
les modulations PCM, DPCM, ADPCM
- les modulations numériques à porteuse analogique telles que ASK, FSK, PSK, QAM,…
2- Le codage
Le codage permet de donner une représentation numérique à l’information.
Ce codage peut être de type source (binaire, ASCII, hexa, BCD,…) ou de type canal (
NRZ, AMI, HDBn, Manchester,…). Le codage source ne peut pas être utilisé dans les
transmissions numériques car il n’est pas dynamique et introduit des erreurs. Pour cela, on
utilise le codage canal pour s’adapter au canal de transmission.

2.1 Codage NRZ (Non Return to Zero)

Il très proche du codage binaire, il code un 1 par +V, un 0 par –V


Soit l’exemple suivant relatif à l’information : 1 0 0 0 0 1 1 0 1 1 1 1 0 0

Le codage NRZ améliore légèrement le codage binaire en augmentant la


différence d’amplitude du signal entre les 0 et les 1. Pourtant il n’améliore pas sa
dynamique, ce qui peut engendrer une perte de synchronisation. Le débit
maximum est le double de la fréquence utilisée pour le signal. Dans cet
exemple de données, on remarque que:
Dynamique = 5/14
dead time= 4 T où T : période d’horloge

2.2 Codage NRZI (Non Return to Zero Inverted)

Le principe est de faire une transition du signal entre +V et –V pour chaque 1,


mais aucune transition pour un 0.
Dans cet exemple : Dynamique = 6/14
dead time= 5T

2.3 Codage Manchester


Dans les deux derniers types de codage les performances restent insuffisantes,
c’est pourquoi on cherche à améliorer encore la dynamique du codage par
plus de transitions. Cela est fait en Manchester : l’idée est de provoquer une
transition du signal pour chaque bit transmis.
Ainsi, un 1 est représenté par le passage de +V à –V,alors qu’un 0 est
représenté par le passage de -V à +V.

L’avantage de ce type de codage très utilisé de nos jours dans les modems est que la
synchronisation des échanges entre émetteur et récepteur est toujours assurée, même
lors de l’envoi de longues séries de 0 ou de 1 : c'est-à-dire même en cas de
fortes redondances. Dans cet exemple :
Dynamique = 22/14 dead time= T
Cela montre la meilleure qualité de ce codage par rapport aux autres types.

2.4 Codage bipolaire ou AMI (Alternate Mark Inversion)

Les 0 sont représentés par des potentiels nuls, les 1 par +V et –V en alternance.

AMI
Même dans ce cas, il peut y avoir de longues séquences sans potentiel et donc une
perte de synchronisation à cause du dead time.

Dans cet exemple : Dynamique = 9/14 dead


time= 4T

2.5. Codage HDBn (Haute Densité Binaire d'ordre n)

Le codage HDBn fonctionne de la même façon que le codage AMI sauf qu’on
cherche à réaliser une transmission après n zéros consécutifs. Pour cela, on insère un
« 1 » fictif après n zéros consécutifs de façon à « casser » la règle de l’alternance
entre +V et –V utilisée en AMI.

Ce bit supplémentaire est donc de même phase que le dernier 1 transmis pour pouvoir
l’identifier, au niveau du récépteur.

Dans cet exemple : n=3

Dynamique =10/14 dead time = nT