Вы находитесь на странице: 1из 9

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
ÉVALUATION  DU  PROJET  «  CREATION  D’UNE  ECOLE  A  SARSADAN  »  
Porté  par  l’association  Les  amis  d’Adkoul  
Rapport  final  
 
   

Evaluation  réalisée  par  Abagi  Sidi  Idriss  


La  Guilde  Européenne  du  Raid,  association  reconnue  d’Utilité  Publique  
Agence  des  Micro-­‐Projets,  7  rue  Pasquier,  75008  Paris
Description  du  projet  et  contexte  local  (Visible)    
Le  taux  brut  de  scolarisation  (TBS)  a  plus  que  doublé  passant  de  35%  en  2001  à  79,2%  en  2012,  
grâce  au  premier  plan  décennal  (PDDE).  Le  taux  brut  d’accès  est  passé  de  55%  en  2000  à  97,9  %  
en   2012.   Enfin,   le   taux   d’achèvement   du   cycle   est   passé   de   21%   en   2001   à   55,8%   en   2012.   Il   est  
aujourd’hui  permis  au  Niger,  qui  était  le  pays  le  moins  scolarisé  du  monde  en  2000,  d’avoir  des  
espoirs  raisonnables  d’atteindre  l’OMD  n°  2.  
Malgré  ce  développement,  des  disparités  et  faiblesses  persistent  en  2011  :    
• le   TBS   des   filles   est   de   67,3%   et   celui   des   garçons   de   84,9%,   les   filles   ne   représentent  
que  43,8%  des  effectifs  scolarisés;    
• le  taux  d’achèvement  au  primaire  est  de  43%  chez  les  filles  et  de  60%  chez  les  garçons  ;    
• les  zones  rurales,  qui  comptent  pour  plus  de  80%  de  la  population  totale,  enregistrent  
un  taux  brut  de  scolarisation  de  70,3%  contre  80,8%  pour  les  zones  urbaines  ;    
• le  tiers  des  enfants  qui  accède  à  l’école  primaire  n’en  achève  pas  le  cycle.    
 
Un  Rapport  d’Etat  sur  le  Système  Educatif  National  du  Niger  (RESEN)  a  été  publié  en  2010.  Ce  
rapport  fait  ressortir  les  défis  qui  pourraient  contraindre  le  développement  du  secteur  dans  le  
futur.   Il   s’agit   principalement   du   fort   accroissement   démographique   qui   se   situe   à   3,2%   en  
moyenne  par  an  pour  la  population  d’âge  scolaire,  qui  augmenterait  d’environ  60%  entre  2010  
et   2024.   Avec   plus   de   50   %   de   la   population   qui   a   moins   de   15   ans,   la   pression   des   nombres   sur  
le  système  éducatif  sera  très  intense.    
 
Selon   toujours   le   même   rapport   (RESEN),   la   capacité   de   construction   d’écoles   et   de   salles   de  
classe   en   nombre   suffisant   constitue   une   difficulté.   Sur   la   période   2003-­‐2010,   la   capacité   de  
construction   de   salles   de   classes   en   dur   a   été   de   750   classes   en   moyenne   par   an.   L’option   «  
classes  sous  paillotes  »  a  permis  de  compenser  le  déficit  mais  présente  certains  inconvénients.  
Les   matériaux   pour   les   construire   n’étant   souvent   disponibles   qu’en   décembre   et   la   classe  
devant   être   démontée   dès   les   premières   pluies,   le   temps   scolaire   et   la   qualité   des  
apprentissages  des  élèves  s’en  trouvent  de  facto  affectés.  Au  primaire,  47%  des  classes  sont  en  
paillotte  en  2012.  
Dans  ces  conditions,  il  est  donc  difficile  de  stabiliser  les  enseignants  dans  des  zones  difficiles  ;  et  
environ   30%   (selon   le   même   rapport)   des   enfants   n’étaient   pas   scolarisés   en   dépit   de   la  
présence   d’une   école   à   proximité.   Il   s’agit   en   général   d’enfants   issus   de   familles  
économiquement  vulnérables  ou  des  populations  nomades.  
 
A  l’instar  des  autres  écoles  nomades  du  Niger,  celles  de  la  commune  d’Abalak  rencontrent  des  
difficultés   en   ce   qui   concerne   l’accès   à   l’eau   et   à   l’éducation   qui   ont   été   identifiés   comme   des  
priorités    dans  le  Plan  de  Développement  Communal  (PDC)  de  la  commune  d’Abalak.  En  effet,  le  
PDC   fait   ressortir   un   faible   taux   de   scolarisation   (30%)   et   d'alphabétisation   (18%).   Si   cette  
situation   peut   être   attribuée   à   l'extrême   pauvreté,   elle   résulte   aussi   de   l’absence   d’écoles,   du  
manque   d’accès   à   l’eau,   du   manque   de   cantines   scolaires   et   d’infrastructures.   Ne   trouvant   pas  
les  conditions  nécessaires  à  un  accueil  acceptable  des  enfants,  les  parents  ne  sont  pas  incités  à  
scolariser  leurs  enfants.  
 
Pour   faire   face   à   ces   difficultés   socio-­‐économiques,   l’Association   «  les   amis   d’Adkoul  »   en  
partenariat   avec   l’ONG   Adkoul   ont   jugé   utile   de   créer   une   école   dans   la   localité   de   Sarsadan,  
située  à  environ  52  km  au  nord-­‐ouest  d’Abalak,  chef-­‐lieu  de  la  commune.  Avec  une  population  
de   1437   habitants,   le   village   de   Sarsadan   dispose   d’un   potentiel   d’enfants   scolarisables   en  
éducation  de  base  de  142  dont  74  filles  de  7  à  12  ans.  
 
 
Personnes  interrogées  et  démarche  d'évaluation  (Non  visible)  
Evaluation  réalisée  par  Abagi  Sidi  Idriss  
La  Guilde  Européenne  du  Raid,  association  reconnue  d’Utilité  Publique  
Agence  des  Micro-­‐Projets,  7  rue  Pasquier,  75008  Paris
Conformément  aux  termes  de  références,  la  méthodologie  de  l’évaluation  a  été  articulée  autour  
de  deux  phases  :  
- Une   revue   documentaire   (théorique   et   pratique)   et   une   collecte   de   données  
secondaires  ;  
- Une   collecte   de   données   primaires,   basée   sur   les   approches   quantitatives   et   qualitatives  
adaptées  au  suivi-­‐évaluation  (groupes  de  discussion,  récits  de  vie,  témoignages)  dans  le  
village  de  Sarsadan.  
Les  personnes  interrogées  ont  été  choisies  au  sein  des  communautés  bénéficiaires  en  fonction  
de   leurs   connaissances   et   implication   dans   le   projet   et   de   leur   capacité   à   fournir   des  
informations  sur  les  questions  soulevées.  Les  personnes  les  plus  dynamiques  ont  été  retenues  
en  priorité  pour  les  entretiens.  Les  personnes  rencontrées1  sont  composées  de  :  
- structures  communautaires  (CGDES,  APE  et  AME),  enseignants,  élèves.  
- partenaire  local  du  projet  notamment    l’ONG  Adkoul.  
 
Pertinence  et  cohérence  (Visible)Note  4/5  
La  création  d’une  école  dans  la  localité  de  Sarsadan  fait  suite  à  la  réalisation  du  puits  mis  en  eau  
en   2012   grâce   à   l’aide   financière   du   Syndicat   Intercommunal   des   Eaux   de   la   Région   Grenobloise  
(SIERG),  du  Conseil  Général  de  l’Hérault  et  de  la  commune  d'Eybens.  
Comme  on  le  constate,  le  développement  de  l’éducation  passe  par  l’amélioration  des  conditions  
de   scolarisation,   selon   l’ordre   des   priorités   suivant:   le   puits   pour   avoir   l’eau,   puis   l’école,   puis   la  
venue  du  maître  et  la  cantine  pour  nourrir  les  enfants.  La  nomination  d’un  enseignant  en  2012  
par   le   Ministère   de   l’Education   de   Base   et   de   l'Alphabétisation   est   assujettie   à   l’existence   d’un  
puits  aux  termes  d’accords  passés  avec  la  commune  d'Abalak  dans  le  cadre  du  PDDE.  
Le   projet   est   pertinent   parce   qu’il  répond   à   un   besoin   exprimé   par   les     populations.   Les   cours  
étaient  enseignés  dans  une  classe  paillotte,  une  salle  précaire  qui  expose  les  élèves  aux  risques  
d'intempéries,  ce  qui  ne  facilite  pas  l'enseignement  ni  la  fidélité  de  l'enseignant.      
 
Le   projet   «  création   d’une   école   à   Sarsadan  »   est   pertinent   parce   qu’il   s’inscrit   directement  
contre  toutes  les  contraintes  pour  la  scolarisation  des  enfants  et  surtout  celle  des  filles  dans  la  
commune  d’Abala  et  au  Niger  :    
−  Inexistence   des   infrastructures   adéquates   (classe   en   durs,   latrines,   point   d’eau  
moderne)  pour  améliorer  les  conditions  matérielles  des  élèves  et  des  enseignants.  
- Faible  renforcement  des  capacités  des  enseignants  et  des  élèves.      
- Démotivation  et  absences  répétées  des  enseignantes  en  milieu  rural.  
- Faible  mobilisation  sociale  autour  de  la  scolarisation  de  la  fille.  
- Faible  renforcement  des  capacités  des  structures  communautaires  de  gestion  de  l’école,  
 
La  mise  en  œuvre  de  ce  projet  a  apporté  des  solutions  par  rapports  aux  contraintes  identifiées  
notamment  à  travers  la  construction  d’une  école  en  dur  à  Sarsadan  qui  a  donné  plus  de  confort  
aux   élèves   et   aux   professeurs,   et   donc   une   assurance   pour   la   fidélisation   des   enfants   et   des  
parents   à   l'enseignement.   De   même,   la   construction   de   l’école     a   offert   une   opportunité   de  
consolider   la   structure   communautaire   à   travers   la   gestion   de   l’école,   permettant   ainsi   de  
promouvoir   une   meilleure   gouvernance   et   de   favoriser   l’émergence   d’un   sentiment  
d’appartenance  au  niveau  des  populations.  
 
 
 
 
Efficacité  (Visible)  Note  4/5  

1
Voir la liste en annexe
Evaluation  réalisée  par  Abagi  Sidi  Idriss  
La  Guilde  Européenne  du  Raid,  association  reconnue  d’Utilité  Publique  
Agence  des  Micro-­‐Projets,  7  rue  Pasquier,  75008  Paris
 
Dans   le   cadre   de   ce   projet,   les   activités   prévues   (construction   de   la   classe   et   mise   en   place   et  
formation  du  COGES)  ont  été  réalisées  à  100%  et  le  délai  a  été  respecté.  A  Sarsadan,  le  bâtiment  
a  été  réalisé  suivant  le  descriptif  donné  par  le  Génie  Rural  et  construit  par  un  artisan  de  Tahoua.  
A  sa  réception  et  ouverture  en  mars  2014,  le  bâtiment  abritait  3  niveaux,  de  la  classe  d'initiation  
(CI)  jusqu'au  CE1,  assuré  par  un  enseignant.    
 
En  vue  d’harmoniser  les  procédures  de  construction,  garantir  la  qualité  de  contrôle  et  faciliter  le  
suivi,  l’association  les  «  amis  d’Adkoul  »  et  l’ONG  Adkoul  ont  adopté  la  stratégie  du  «faire-­‐faire  ».  
Ceci   consiste   à   confier   la   réalisation   des   infrastructures   à   un   entrepreneur   de   Tahoua   sous   le  
contrôle   d’un   bureau   d’études   indépendant   des   services   techniques   de   l’Etat   et   des  
communautés.  Pour  contrôler  l’avancement  des  travaux  de  construction,  des  missions  de  suivi  
de  chantier  sont  organisés  chaque  mois  
 
L’autre  facteur  de  succès  est  le  suivi  quotidien  des  actions  menées  sur  le  terrain  et  les  retours  
réguliers  à  toutes  les  parties  prenantes.  Ce  suivi  a  permis  à  l’association  et  à  son  partenaire    de  
travail   de   disposer   en   temps   réel   de   l’état   d’avancement   de   chaque   site   et   de   prendre   des  
mesures  correctives  lorsque  la  situation  l’exigeait.  
 
Pour   inciter   les   parents   à   envoyer   leurs   enfants   à   l’école,   la   dépendance   alimentaire   comme  
principale  contrainte  est  levée  grâce  à  la  fourniture  aux  élèves  de  deux  (2)  repas  journaliers.    
Au   vu   de   ce   qui   précède,   on   peut   conclure   que   l’objectif   «  permettre   à   une   majorité   d'enfants  
scolarisables   d'accéder   à   l'école  »   est   largement   atteint   parce   qu’il   a   permis   d’accroitre   l’accès  
des   enfants   à   l’école.   L’investissement   alloué   à   la   construction   d’infrastructures   de   qualité   a  
permis  au  village  de  Sarsadan  d’obtenir  la  présence  d’une  école  qui  faisait  jusque-­‐là  défaut.  Les  
enfants   n’ayant   pas   accès   à   l’enseignement   sur   place   ne   se   déplaçaient   pas   dans   d’autres  
localités.  La  présence  sur  place  d’une  école  favorise  donc  la  prise  de  conscience  et  l’inscription  
des  enfants.  
 
Efficience  (Visible)  Note  4/5  
Il   s’agit   ici   de   faire   l’analyse   fonctionnelle   du   budget,   c’est-­‐à-­‐dire   de   mesurer   le   poids   de   chaque  
activité  dans  le  coût  global  du  projet  et  d’apprécier  la  pertinence  en  termes  de  moyens  mis  en  
œuvre  pour  atteindre  les  objectifs  généraux  initialement  fixés.  
 
Tableau  n°1  :  Budget  global  
Source  :  association  les  amis  d’Adkoul  
 
De  façon  globale,  il  a  été  démontré  que  les  moyens  mobilisés  ont  permis  d’atteindre  à  moindre  
coût   (le   coût   de   construction   d’une   classe   est   de   6  500  000   FCFA   selon   le   répertoire   des   prix)    
les  résultats  escomptés  du  projet.  Ainsi  74,4%  a  été  investi  pour  la  construction  de  classe,  12%  
pour  son  aménagement  et  11%  au  suivi  contrôle.    
 
DEPENSES   RESSOURCES  
POSTES   €   %   POSTES   €   %  
Préparation  projet   512   3.9   Les  Amis  d'Adkoul   1015   7.8  
Construction  du  bâtiment   9517   74.4        
Equipement  mobilier   1536   11.9   Ville  de  Grabels   3000   23.2  
(achat/transport)  
Suivi-­‐évaluation  ONG   1400   10.8   Conseil  Général    Hérault   1800   13.9  
      Ville  d'Eybens   650   5.0  

Evaluation  réalisée  par  Abagi  Sidi  Idriss  


La  Guilde  Européenne  du  Raid,  association  reconnue  d’Utilité  Publique  
Agence  des  Micro-­‐Projets,  7  rue  Pasquier,  75008  Paris
           
      Agence  de  Microprojets   4500   34.7  
      Ligue  de  l'enseignement   2000   15.4  
           
TOTAL   12965   100   TOTAL   12965   100  
Source  :  Association  Les  amis  d’Adkoul  
 
Le   secret   de   cette   réussite   est   la   pertinence   de   la   stratégie   du   «faire-­‐faire  »   développée   par   le  
projet  qui  consiste  à  faire  exécuter  l’essentiel  des  activités  par  un  prestataire  de  services  qui  a  
été  retenu  sur  la  base  d’un  appel  d’offres.  Ce  qui  a  permis  de  consacrer  l’essentiel  des  fonds  au  
volet  investissement  et  une  partie  congrue  pour  les  autres  charges  (suivi  et    contrôle).    
 
Effets/impacts  (Visible)  Note  4/5  
A  travers  la  salle  de  classe,  les  conditions  d’apprentissage  sont  améliorées  car  la  classe  en  matériaux  
définitifs   a   eu   une   influence   positive   sur   les   prestations   des   enseignants   et   la   fréquentation   des  
élèves  (pas  de  retard,  pas  d’arrêt  des  cours  avant  la  fin  de  l'année  du  fait  des  pluies  etc.).  
Pour   accompagner   les   acteurs   communautaires   à   mieux   assumer   leurs   rôles   et   responsabilités,    
l’ONG   Adkoul   a   identifié   une   série   de   formations   pertinentes   à   l’endroit   des   organisations  
communautaires   (CGDES,   APE,   AME,   leaders),   notamment   la   scolarisation   de   la   jeune   fille   (avec  
quelques   notions   sur   le   genre),   la   vie   associative   (processus   démocratique   de   mise   en   place   de  
structures),   la   planification-­‐   suivi   évaluation   des   activités,   la   gestion   (des   biens   de   l’école   et   des  
structures).  
 
En   termes   d’impact,   la   création   de   la   classe     a   permis   d’augmenter   le   nombre   d’inscrit   chaque  
année.  Le  tableau  suivant  donne  la  situation  des  effectifs  des  trois  dernières  années.  
 
Tableau  :  situation  des  effectifs  des  trois  dernières  années  
 
  Année  2012-­‐2013   Année  2013-­‐2014   Année  2014-­‐2015  
Nivea Garçons   Filles   Total   Garçon Fille Total   Garçon Filles   Total  
ux   s   s   s  
CI2   -­‐   -­‐   -­‐   -­‐   -­‐   -­‐   6   12   18  
CP  
3 9   12   21   6   7   13   7   14   21  
CE14   15   3   18   5   7   12   4   1   5  
CE25   -­‐   -­‐   -­‐   10   3   13   10   3   13  
Total   24   15   39   21   17   38   27   30   57  
Source  :  école  de  sarsadan  
 

2
CI : Cours d’Initiation,
3
CP : Cours Préparatoire
4
CE1 : Cours Elémentaire première année
5
CE2 : Cours Elémentaire deuxième année
Evaluation  réalisée  par  Abagi  Sidi  Idriss  
La  Guilde  Européenne  du  Raid,  association  reconnue  d’Utilité  Publique  
Agence  des  Micro-­‐Projets,  7  rue  Pasquier,  75008  Paris
Titre  du  graphique  

2012-­‐2013  
2013-­‐2014  
2014-­‐2015  

 
 
Au   cours   de   trois   dernières   l’effectif   de   l’école   de   Sarsadan   (classe   réceptionnée   et   ouverte   en   mars  
2014)   a   connu   une   légère   évolution,   il   est   passé   de   38   élèves   en   2012-­‐2013   à   57   en   2014-­‐2015.  
L’effectif  de  57  élèves  est  inférieur  au  nombre  potentiel  d’enfants  scolarisable  qui  a  été  estimé  à  142  
élèves   répartis   dans   90   ménages.   Cependant,   ce   chiffre   de   142   élèves   doit   être   pris   avec   réserve  
parce  que  ce  sont  des  chiffres  donnés  par  le  chef  de  village  de  Sarsadan  qui  a  servi  de  référence  en  
l’absence  d’un  recensement  administratif  fiable.  
 
Quoi  qu’il  en  soi  la  nécessité  d’envoyer  la  jeune  fille  à  l’école  semble  être  acceptée  et  appliquée  par  
les  parents.    
Les  mères  à  travers  l’AME  sensibilisent  et  font  le  pré-­‐recrutement  pour  faciliter  l’inscription  au  CI.  
Dans   le   village   de   Sarsadan   visité,   les   jeunes   filles   fréquentent   les   institutions   scolaires   de   base  
autant  que  les  garçons.  L’indice  de  parité  de  filles/garçons  dans  cette  école  est  de  0,6  (2012-­‐2013),  
de   0,8   (2013-­‐2014)   et   1,11   (2014-­‐2015).   On   note   une   évolution   remarquable   du   recrutement   au  
niveau   du   village   visité.   Les   indicateurs   concernant   le   recrutement   sont   très   encourageants   parce  
que  l’indice  de  parité  par  rapport  au  recrutement  a  substantiellement  augmenté  sur  les  trois  années  
et  a  même  dépassé  la  moyenne  recherchée  qui  est  de  1  en  2014-­‐2015.    
 
Le   projet   a   surtout   eu   un   impact   sur   l’inscription   au   CI   (18   inscrits   dont   12   filles).   Cependant,   un  
autre  danger  menace  toujours  les  acquis.  Il  s’agit  de  la  déperdition  scolaire  surtout  chez  les  filles  :  
12   filles   inscrites   au   CP   en   2012-­‐2013,   seulement   7   au   CE1   en   2013-­‐2014     et   3   au   CE2   en   2014-­‐
2015.     Ce   fort   taux   d’abandon   des   filles   (9   filles   sur   12   soit   75%)   pourrait   être   expliqué   par  
plusieurs  raisons  :  
-­‐ La  surcharge  des  travaux  domestiques  fait  en  sorte  que  la  femme  a  besoin  d’un  auxiliaire,  or  son  
auxiliaire  naturel  c’est  sa  fille.  C’est  pourquoi  la  femme  préfère  garder  sa  fille  à  la  maison.  
-­‐ La   petite   fille   inscrite   à   l’école   réduit   considérablement   le   revenu   familial,   car   non   seulement  
elle  prive  la  famille  d’une  main  d’œuvre  gratuite,  mais  oblige  les  parents  à  engager  des  dépenses  
supplémentaires  liées  au  coût  de  la  scolarisation  ;  
-­‐ Dans   la   société   traditionnelle   nigérienne,   la   connaissance   est   réservée   exclusivement   aux  
hommes.   Dans   l’inconscient   collectif   des   hommes,   la   femme   n’a   pas   droit   au   pouvoir   de   la  
connaissance.  Pour  ces  hommes,  la  place  de  la  femme  est  au  foyer.  Son  rôle  c’est  de  transmettre  
les  valeurs  traditionnelles  à  sa  fille.  A  ce  titre  la  jeune  fille,  future  mère  ne  doit  évoluer  que  dans  
ce  sens  ;  
-­‐ L’école  est  perçue  comme  un  lieu  de  dépravation  des  mœurs.  C’est  pourquoi  les  mères  préfèrent  
précocement  donner  leur  fille  en  mariage  ;  
-­‐ La  mauvaise  interprétation  des  préceptes  islamiques  confine  la  femme  dans  l’ignorance.  
Une  étude  plus  poussée  devrait  être  réalisée  par  l’ONG  Adkoul  et  ses  partenaires  pour  connaitre  les    

Evaluation  réalisée  par  Abagi  Sidi  Idriss  


La  Guilde  Européenne  du  Raid,  association  reconnue  d’Utilité  Publique  
Agence  des  Micro-­‐Projets,  7  rue  Pasquier,  75008  Paris
raisons  de  cette  déperdition  scolaire.  
 
Viabilité  et  pérennité  (Visible)  Note  4/5  
La   question   de   la   viabilité   et   la   pérennité   pose   la   problématique   de   la   relève   du   projet.  
Autrement   dit   qu’a   fait   le   projet   pour   assurer   une   suite   et   une   continuation   acceptable   des  
bonnes  pratiques  et  des  actions  alors  initiés  ?    
La   viabilité   et   la   pérennité   peuvent   être   appréciées   à   travers   la   mise   en   œuvre   de   certaines  
activités  :  
- l’implication  des  communautés  dans  la  réalisation  et  la  gestion  des  ouvrages,  
- l’implication  des  services  déconcentrés  de  l’Etat  dans  la  démarche  du  projet,  
- la  nature  des  ouvrages  réalisés.  
 
En   effet,   dans   sa   mise   en   œuvre,   ce   projet   a   beaucoup   impliqué   les   communautés   locales,   à  
travers  la  mise  en  place  d’un  CGDES6,  une  APE7  et  une  AME8.  Le  CGDES,  a  même  élaboré  un  plan  
d’action   pour   le   développement   de   leur   établissement.   A   Sarsadan,   le   président   de   CGDES   a  
même   joué   les   rôles   de   contremaitre   lors   de   la   construction   de   la   classe.   Ces   structures   ont  
atteint  un  niveau  de  maturité  et  de  prise  de  conscience.  Les  membres  du  CGDES  sont  devenus  
des  amis  des  enseignants.    
 
La   qualité   de   l’ouvrage   réalisé   par   le   projet   est   un   critère   de   pérennisation   et   de   durabilité  
surtout   que   le   bâtiment   réalisé9   ne   souffre   pas   de   malfaçons.   Mais   l'une   des   meilleures  
stratégies   pour   assurer   un   entretien   régulier   des   infrastructures   et   en   particulier   la   salle   de  
classe   est   d'impliquer   les   populations   bénéficiaires,   pour   que   celles-­‐ci   se   sentent   pleinement  
concernées   par   la   question.   Elles   doivent   s'approprier   l'école   en   tant   que   patrimoine   de   leur  
communauté.    
Un   comité   de   gestion   des   établissements   scolaires   (CGDES10)   a   été   mis   en   place   par   les  
bénéficiaires  et  formés  par  l’ONG  Adkoul  pour  assurer  le  fonctionnement  de  l’école  et  du  puits.  
 
 En  conclusion,  on  peut  dire  sans  ambages  que  le  projet  dans  son  montage  a  prévu  des  actions  
qui  pourraient  conduire  à  la  durabilité  et  à  l’appropriation  de  ses  actions.  
 
Apprentissage  et  leçons  tirées  (Visible)  
La  mobilisation  communautaire  ainsi  que  celle  des  services  étatiques  décentralisés  aux  cotés  de  
l’entrepreneur,   a   permis   la   réalisation   d’ouvrages   de   qualité   ne   présentant   pas   de   risque   pour  
les   communautés,   en   un   temps   record.   La   stratégie   du   «  faire   –   faire  »  a   été   très   efficace   dans  
l’atteinte   des   objectifs   parce   qu’elle   a   eu   un   effet   sur   la   réduction   des   charges   de  
fonctionnement.  La  construction  de  la  salle  de  classe  a  permis  un  démarrage  rapide  des  cours  et  
a  allégé  les  dépenses  liées  à  la  construction  des  classes  en  paillotte.  
L’implication   des   communautés,   des   autorités   coutumières   et   administratives   à   la   mise   en  
œuvre   des   activités   du   projet   a   permis   une   appropriation   des   réalisations   du   projet   par   les  
acteurs  locaux.    
Les   membres   des   CGDES   semblent   avoir   une   répartition   claire   de   leurs   responsabilités   et   des  
règles   qui   leur   assurent   un   fonctionnement   démocratique   et   qui   sont   les   mêmes   pour   tout   le  
monde.    
 

6
CGDES : Comité de Gestion des Etablissements Scolaires
7
APE : Association des Parents d’Elèves
8
AME : Association des Mères Educatrices
9
Voir les photos de la classe et témoignages vidéo des bénéficiaires
10
Nouvelle appellation du COGES
Evaluation  réalisée  par  Abagi  Sidi  Idriss  
La  Guilde  Européenne  du  Raid,  association  reconnue  d’Utilité  Publique  
Agence  des  Micro-­‐Projets,  7  rue  Pasquier,  75008  Paris
Recommandations  et  perspectives  (Non  visible)  
Par  rapport  à  l’accès  :  
- Bien  que  l’indice  de  parité  par  rapport  aux  effectifs  a  substantiellement  augmenté  sur  les  
dernières   années   et   a   même   dépassé   la   moyenne   recherchée   qui   est   de   1   en   2014-­‐2015,  
la   déperdition   scolaire   reste   le   principal   danger   qui   menace   les   acquis   parce   que  
certains   élèves   des   villages   environnants   abandonnent   l’école.   C’est   pourquoi   la   mission  
d’évaluation  recommande  à  l’ONG  Adkoul  et  à  ses  partenaires  de  réaliser  une  étude  pour  
comprendre   les   raisons   de   cette   déperdition   scolaire.   Pour   maintenir   les   élèves,  
particulièrement   les   filles   à   l’école,   la   mission   recommande   également   de   renforcer   la  
cantine  pour  une  prise  en  charge  complète  (9  mois  au  lieu  de  3  mois).    
 
Par  rapport  aux  infrastructures  
− Vu   que   la   salle   de   classe   construite   ne   suffit   pas   (une   classe   pour   quatre   niveaux),   la  
mission   recommande   à   l’ONG   Adkoul   et   à   ses   partenaires   de   chercher   un   financement  
complémentaire  pour  construire  une  deuxième  classe  à  Sarsadan.  
   

Evaluation  réalisée  par  Abagi  Sidi  Idriss  


La  Guilde  Européenne  du  Raid,  association  reconnue  d’Utilité  Publique  
Agence  des  Micro-­‐Projets,  7  rue  Pasquier,  75008  Paris
Annexe  :  liste  des  personnes  rencontrées  
1. Attaher  Obeydite,  président  COGES  
2. Alhassane  Aghali,  membre  COGES  
3. Moussa  Hassane,  membre  COGES  
4. Alhousseini  Attaher,  APE  
5. Agali  Moussa,  APE  
6. Faoumata      Alhassane,  AME  
7. Souleymane  Abdou,  élève  
8. Abdoulaye  Moussa,  élève  
 

Evaluation  réalisée  par  Abagi  Sidi  Idriss  


La  Guilde  Européenne  du  Raid,  association  reconnue  d’Utilité  Publique  
Agence  des  Micro-­‐Projets,  7  rue  Pasquier,  75008  Paris

Оценить