Вы находитесь на странице: 1из 37

PFC N° 48

République Algérienne Démocratique et Populaire


Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
Université A.MIRA-BEJAIA

Faculté de Technologie
Département d’Electrotechnique

Projet de Fin de Cycle


Pour l’obtention du diplôme de Licence en Electromécanique

Thème

Caractérisation d’un panneau photovoltaïque

Préparé par :
ADNANEN Fouad
BENMEZIANE Yanis
BOURENANE Zakaria

Dirigé par :
Mme S. BELAID

Année Universitaire : 2017/2018


Remerciements

Avant tout nous tenons nos remerciements


à notre Dieu de nous avoir donné la force et le
courage de mener à terme ce modeste travail.

A la suite nous remercions très sincèrement


Mme S. BELAID notre promotrice, pour ses
conseils pertinents, ses orientations judicieuses,
sa patience et aussi pour ses suggestions qui
nous ont grandement facilité le travail.

Nous tenons à exprimer notre gratitude


aux membres de jury qui ont bien voulu
examiner notre travail.

Nous tenons également à remercier tous les


enseignants et tous ceux à qui nous devons
notre formation.

Nous remercions vivement toutes les


personnes qui ont contribué de près ou de loin,
à la réalisation de ce modeste travail.
Table des matières

Table des matières

Introduction générale .......................................................................... 1


Partie I : Généralités sur l’énergie photovoltaïque
Ι.1. Introduction : ................................................................................................................... 2
I.2. Avantages et inconvénients de l’énergie photovoltaïque : ............................................... 3
I.2.1. Avantages : ................................................................................................................ 3
I.2.2. Inconvénients : ........................................................................................................... 3
Ι.3. Effet photovoltaïque : ....................................................................................................... 3
Ι.4. Fabrication des cellules photovoltaïques : ....................................................................... 4
Ι.5. Différents types de cellules PV : ...................................................................................... 5
I.5.1. Silicium monocristallin : ........................................................................................... 5
I.5.2. Silicium poly-cristallin : ............................................................................................ 5
I.5.3. Silicium amorphe ou en couche mince : .................................................................... 6
I.5.4. Cellule multi-Jonction : ............................................................................................. 6
Ι .6. Les conditions standards de test : .................................................................................... 7
I.7. Raccordement des cellules et des modules PV : .............................................................. 7
Ⅰ.7.1. Type d’association : ................................................................................................... 7
Ι.7.2. Module photovoltaïque : ............................................................................................ 8
Ι.7.3. Champ photovoltaïque :............................................................................................. 8
Ⅰ.8. Orientation et inclinaison des modules PV : .................................................................... 9
Ⅰ.8.1. L’orientation des modules : ....................................................................................... 9
Ⅰ.8.2. L’inclinaison des modules : ....................................................................................... 9
Ι.9. Paramètres électriques d’un module photovoltaïque : ..................................................... 9
Ι.9.1. Tension de circuit ouvert : ......................................................................................... 9
Ι.9.2. Courant de court-circuit : ........................................................................................... 9
Ι.9.3. Puissance maximale :............................................................................................... 10
Ι.9.4. Facteur de forme : .................................................................................................... 10
Ι.9.5. Rendement : ............................................................................................................. 10
Ι.10. Modélisation du module photovoltaïque : .................................................................... 11
Ι.10.1. Modèle électrique idéal : ..................................................................................... 11
Ι.10.2. Modèle électrique réel : ......................................................................................... 11
I.11. Conclusion :.................................................................................................................. 12
Table des matières

Partie Ⅱ : Caractérisation d’un panneau photovoltaïque


Ⅱ.1. Introduction : ................................................................................................................. 13
Ⅱ.2. Présentation du logiciel de simulation PSIM : .............................................................. 13
Ⅱ.2. Simulation sous PSIM :................................................................................................. 13
Ⅱ.2. Caractéristiques électriques du module PV : ................................................................ 14
Ⅱ.3. Les caractéristiques d’un panneau PV dans les conditions STC : ................................ 14
Ⅱ.4. Les caractéristiques d’un panneau PV pour différents niveaux d’ensoleillements :..... 15
Ⅱ.5. Les caractéristiques d’un panneau PV pour différentes températures : ........................ 17
Ⅱ.6. Les caractéristiques d’un panneau PV alimentant une batterie : .................................. 18
Ⅱ.7. Les caractéristiques d’un panneau PV débitant une résistance de différentes valeurs : 20
Ⅱ.8. Présentation de la problématique : ................................................................................ 21
Ⅱ.9. La commande du module photovoltaïque : ................................................................... 22
Ⅱ.9.1. Commande perturbation et observation : ............................................................... 22
Ⅱ.10. Conclusion : ................................................................................................................ 23
Conclusion générale ........................................................................... 24
Références bibliographiques ............................................................ 25
Liste des figures

Liste des figures :

Partie Ⅰ : Généralités sur l’énergie photovoltaïque

Figure (Ⅰ.1) :………………………………………………………………………………………2

Figure (Ⅰ.2) :………………………………………………………………………………………4

Figure (Ⅰ.3) :………………………………………………………………………………………5

Figure (Ⅰ.4) :………………………………………………………………………………………6

Figure (Ⅰ.5) :………………………………………………………………………………………8

Figure (Ⅰ.6) :………………………………………………………………………………………8

Figure (Ⅰ.7) :……………………………………………………………………………………...10

Figure (Ⅰ.8) :……………………………………………………………………………………...11

Figure (Ⅰ.9) :……………………………………………………………………………………...12

Partie Ⅱ : Caractérisation d’un panneau photovoltaïque

Figure (Ⅱ.1) :……………………………………………………………………………………..14

Figure (Ⅱ.2) :……………………………………………………………………………………..14

Figure (Ⅱ.3) :……………………………………………………………………………………..15

Figure (Ⅱ.4) :……………………………………………………………………………………..15

Figure (Ⅱ.5) :……..………………………………………………………………………………16

Figure (Ⅱ.6) :……………………………………………………………………………………..16

Figure (Ⅱ.7) :……………………………………………………………………………………..17

Figure (Ⅱ.8) :……………………………………………………………………………………..18

Figure (Ⅱ.9) :……………………………………………………………………………………..18


Liste des figures

Figure (Ⅱ.10) :..…………………………………………………………………………………..19

Figure (Ⅱ.11) :……..……………………………………………………………..………………19

Figure (Ⅱ.12) :……..………………………………………………………………..……………20

Figure (Ⅱ.13) :……..…………………………………………………………..…………………20

Figure (Ⅱ.14) :……..…………………………………………………………..…………………21

Figure (Ⅱ.15) :……..…………………………………………………..…………………………22

Figure (Ⅱ.16) :……..……………………………………………………..………………………23

Liste des tableaux :

Tableau (Ⅱ.1) :……………………………………………………………………………..……14

Tableau (Ⅱ.2) :…………………………………………………………………………………..20


Introduction générale

Introduction générale

Pendant de nombreuses années, l'épuisement des ressources énergétiques fossiles


associé à l'augmentation continue de la demande, ainsi que la pollution engendrée par
l'utilisation de ces carburants pose un gros problème. Le thème récurrent de la plupart de ces
inquiétudes est le réchauffement de la planète causé par les gaz à effet de serre, et les
changements climatiques qui en découlent. En plus de ces problèmes écologiques mondiaux,
la dépendance de quelques pays producteurs de cette source d'énergie extrêmement
stratégique est une grande préoccupation géopolitique. Toutes ces raisons font que de
nombreux pays investissent massivement dans le domaine des énergies renouvelables,
particulièrement ceux qui se sont prononcés en faveur de l'environnement lors de la
conférence de Kyoto en 1997. D'autre part, l'industrie s'attend à une forte augmentation des
ventes dans ce domaine, en particulier le photovoltaïque et la thermique, ainsi que dans
l'utilisation de la biomasse et de l'énergie éolienne. Parmi toutes les technologies permettant
la production d'énergie renouvelable, notre travail se concentrera sur le domaine du solaire,
et plus précisément sur la filière photovoltaïque. La raison est que les cellules PV ont un
avantage concurrentiel : ils peuvent être indépendantes et sont donc utiles dans les régions
éloignées ainsi que pour les applications mobiles.

Le travail présenté dans ce mémoire a porté sur la simulation d’un module


photovoltaïque afin de tracer ses caractéristiques.

Dans la première partie, nous avons présenté des généralités sur l’énergie
photovoltaïque. En commençant par les avantages et inconvénients de cette énergie, l’effet
photovoltaïque, le raccordement des cellules et des modules PV ainsi que nous avons fait
une modélisation du module photovoltaïque.

Pour la deuxième partie, elle est consacrée à faire une simulation du module
photovoltaïque PV sous l’environnement PSIM et tracer ses caractéristiques dans les
conditions STC puis en faisant varier l’ensoleillement puis la température. Après nous allons
tracer les mêmes caractéristiques du même module PV débitant sur une batterie puis
alimentant une charge résistive de valeurs différentes.

A la fin, nous terminons par une conclusion générale sur le travail réalisé.

1
Partie Ι : Généralités sur l’énergie photovoltaïque

Partie I : Généralités sur l’énergie photovoltaïque

Ι.1. Introduction :
L'énergie solaire est une source d'énergie accessible à tous (industriels, collectivités
et particuliers). Grâce à celle-ci, il est possible de produire trois types d'énergies : l'énergie
calorifique avec les installations solaires thermiques (chauffe-eau solaire ou climatiseur
solaire), l’énergie électrique avec les installations solaires photovoltaïques et le solaire à
concentration thermodynamique [1].

L’électricité photovoltaïque a dans un premier temps été développée pour des


applications autonomes sans connexion à un réseau électrique pour par exemple des satellites
de télécommunication ou pour des habitations isolées. On la trouve maintenant dans des
applications de diverses puissances comme les calculatrices, les montres et d’autres objets
d’utilisation courante. En effet, cette électricité produite par des cellules photovoltaïques
individuelles peut alimenter diverses charges continues sans difficulté. Plus récemment, avec
l’émergence d’installations photovoltaïques connectées au réseau de distribution, le
photovoltaïque a connu un développement important en tant que moyen de production
d’électricité.

Dans la première partie de ce travail, nous allons présenter quelques notions de base
sur l’énergie photovoltaïque. La figure (I.1) représente une des applications la plus courante
de cette énergie qui est l’alimentation d’une maison.

Figure (Ι.1) : Une application des systèmes photovoltaïque.

2
Partie Ι : Généralités sur l’énergie photovoltaïque

I.2. Avantages et inconvénients de l’énergie photovoltaïque :


I.2.1. Avantages :
• Une haute fiabilité, (l’installation ne comporte pas de pièces mobiles) qui la rende
particulièrement appropriée aux régions isolées. C’est la raison de son utilisation sur les
engins spatiaux.
• Le caractère modulaire des panneaux photovoltaïques permet un montage simple et
adaptable à des besoins énergétiques divers. Les systèmes peuvent être dimensionnés
pour des applications de puissances allant du milliwatt au mégawatt.
• Le coût de fonctionnement est très faible vu les entretiens réduits et il ne nécessite ni
combustible, ni son transport, ni personnel hautement spécialisé.
• La technologie photovoltaïque présente des qualités sur le plan écologique car le produit
fini est non polluant (électricité propre), silencieux et n’entraîne aucune perturbation du
milieu, si ce n’est par l’occupation de l’espace pour les installations de grandes
dimensions.
• Ils fonctionnent de façon rentable dans les régions éloignées et dans de nombreuses
applications résidentielles et commerciales.
• Ils sont flexibles et peuvent être élargis à n'importe quel moment pour répondre à vos
besoins en matière d’électricité [2,3].

I.2.2. Inconvénients :
• La production dépend de l’ensoleillement, qui est toujours variable.
• Faible rendement de conversion.
• La fabrication du module photovoltaïque relève de la haute technologie et requiert des
investissements d’un coût élevé.
• Pollution à la fabrication [2].

Malgré ces inconvénients, le marché photovoltaïque ne cesse pas de trouver des


applications et de s’agrandir. En plus, la technologie photovoltaïque est dans un processus
de maturation dans laquelle les inconvénients pourraient s’attendrir, surtout en ce qui
concerne les coûts de fabrication et de rendement.

Ι.3. Effet photovoltaïque :


L’effet photovoltaïque (PV) utilisé dans les cellules solaires permet de convertir
directement l’énergie lumineuse des rayons solaires en électricité par le biais de la
production et du transport dans un matériau semi-conducteur de charges électriques positives

3
Partie Ι : Généralités sur l’énergie photovoltaïque

et négatives sous l’effet de la lumière. Ce matériau comporte deux parties, l’une présentant
un excès d’électrons et l’autre un déficit en électrons, dites respectivement dopée de type N
et dopée de type P. Lorsque la première est mise en contact avec la seconde, les électrons en
excès dans le matériau N diffusent dans le matériau P. La zone initialement dopée N devient
chargée positivement et la zone initialement dopée P chargée négativement. Il se crée donc
entre elles un champ électrique qui tend à repousser les électrons dans la zone N et les trous
vers la zone P. Une jonction (dite P-N) a été formée [4].

Une tension électrique apparait entre les deux cotés N et P. Le dispositif devient
donc générateur électrique sous l’effet de la lumière. La collecte de courant se fait par les
contacts métalliques (électrodes). Si ces électrodes sont reliées à un circuit extérieur, un
courant circule. Le courant produit par une cellule photovoltaïque (PV) est un courant
continu. La figure suivante montre le fonctionnement d’une cellule photovoltaïque [5].

Figure (Ι.2) : Schéma de fonctionnement de la cellule PV.

Ι.4. Fabrication des cellules photovoltaïques :


Le silicium est actuellement le plus utilisé pour fabriquer les cellules
photovoltaïques. On l'obtient par réduction à partir de silice, composé le plus abondant dans
la croûte terrestre et notamment dans le sable ou le quartz. La première étape est la
production de silicium dit métallurgique, pur à 98 % seulement, obtenu à partir de morceaux
de quartz provenant de galets. Le silicium de qualité photovoltaïque doit être purifié jusqu'à
plus de 99,999 %, ce qui s'obtient en transformant le silicium en un composé chimique qui
sera distillé puis retransformé en silicium. Il est produit sous forme de barres nommées «
lingots » de section ronde ou carrée. Ces lingots sont ensuite sciés en fines plaques de 200
micromètres d'épaisseur qui sont appelées « wafers ». Après un traitement pour enrichir en
éléments dopants et ainsi obtenir du silicium semi-conducteur de type P ou N, les wafers
sont métallisés : des rubans de métal sont incrustés en surface et reliés à des contacts
électriques. Une fois métallisés les wafers sont devenus des cellules photovoltaïques [6].

4
Partie Ι : Généralités sur l’énergie photovoltaïque

Figure (Ι.3) : Etapes de fabrication de cellules photovoltaïques.

Ι.5. Différents types de cellules PV :


La plupart des cellules sont fabriquée à base de silicium, il existe plusieurs types de
cellules en fonction de la structure microscopique du silicium.
I.5.1. Silicium monocristallin :
Leur rendement énergétique est élevé en plein soleil (entre 14 et 16%, et jusqu’à 20%
pour certains modèles), ces cellules occupent peu d’espace en raison de leur bonne ration.
Ainsi quelles ont une longue durée de vie (30 ans).
Le prix des cellules en silicium monocristallin est élevé car leur fabrication requiert
beaucoup de silicium, disposé en une couche épaisse. De plus leur rendement est moins bon
quand la température dépasse 25 degrés et quand la luminosité est faible.
I.5.2. Silicium poly-cristallin :
Les cellules en silicium poly-cristallin sont les plus utilisées par les particuliers car
elles permettent de réaliser les panneaux qui s’adaptent le mieux aux petites surfaces grâce
à leur bon rapport qualité prix.
Elles ont une durée de vie comparable (30ans), ces cellules sont moins puissantes
que celles en silicium monocristallin, et leur rendement est moyen (entre 11 et 15 %). Mais
elles sont moins chères à produire.

5
Partie Ι : Généralités sur l’énergie photovoltaïque

I.5.3. Silicium amorphe ou en couche mince :


La fabrication des cellules en silicium amorphe ou en couche mince nécessite 100
fois moins de silicium qu’un panneau cristallin, d’où un coût moins élevé.
Le rendement des cellules en silicium amorphe ou en couche mince est moins affecté
par la luminosité et la température. Les panneaux équipés avec ce type de cellules sont donc
plus adaptés aux régions peu ensoleillées car ils sont plus performants que les cristallins par
temps nuageux. Ces cellules fonctionnent même avec de la lumière artificielle.
Néanmoins, le rendement (entre 5 et 9%) et la puissance (60Wc/m2) de ces cellules
sont faibles. Il faut donc couvrir une plus grande surface, pour une production équivalente à
celle des panneaux cristallins.
De plus, elles ont une moins bonne durée de vie (10 ans) et leur performance décline
avec le temps [7]. La figure (I.4) montre les trois types de cellule PV à base de silicium ainsi
que leurs rendements.

Figure (I.4) : Les différentes technologies du photovoltaïque et leurs rendements.

Les trois types de cellules évoqués précédemment sont celles qui occupent le marché
des panneaux photovoltaïques. La recherche a cependant mis au point d’autres technologies
qui ne sont pas encore commercialisées ou à très faible échelle.

I.5.4. Cellule multi-Jonction :


Cette technologie consiste à superposer des couches minces de silicium ou autres
matériaux semi-conducteurs (tels que CdTe (Tellure de Cadmium) et CIS (Cuivre-Indium
Sélénium), CIGS) traitées de manière à absorber des rayons solaires spécifiques. Une couche
peut par exemple absorber les couleurs vertes, une autre absorbant les couleurs rouges.

Les cellules multi jonction peuvent ainsi atteindre des rendements record de 42%. Le
silicium étant un matériau cher, des technologies ont permis de mettre au point des panneaux
photovoltaïques sans silicium pour faire baisser le coût de cette énergie [7].

6
Partie Ι : Généralités sur l’énergie photovoltaïque

Ι .6. Les conditions standards de test :


Les conditions standards de test définissent la façon dont les modules
photovoltaïques sont examinés en laboratoire afin d’en dégager les propriétés électriques de
ceux-ci. Il s’agit de conditions normalisées qui permettent de comparer des modules entre
eux[8].

Les conditions STC donnent un certain nombre de condition de test dont notamment :

• Niveau d’éclairement du module : Pi=1000 W/m²


• Température des cellules : 25°C
• Coefficient Air Masse = 1.5

I.7. Raccordement des cellules et des modules PV :


Dans les conditions standardisées de test (STC), la puissance maximale pour une
cellule Si (silicium) de 100 cm² (10cm sur 10cm) tourne aux alentours de 1,25 Watt. Cette
cellule constitue donc un générateur de très faible puissance, insuffisant pour les applications
électriques courantes. Les modules sont donc réalisés par association, en série et/ou en
parallèle, de cellules élémentaires. La connexion en série augmente la tension pour un même
courant alors que la connexion en parallèle augmente le courant pour une tension identique.
Pour que l'électricité générée soit utilisable pour nos applications électriques, il est donc
nécessaire d’associer entre elles un grand nombre de cellules.
Les modules (généralement présentés sous forme de panneaux) sont constitués d’un
certain nombre de cellules élémentaires placées en série afin de rendre la tension à la sortie
utilisable.
Ces modules sont ensuite associés en réseau (série-parallèle) de façon à obtenir les
tensions/courants désirés.
Ⅰ.7.1. Type d’association :

➢ Association en série :

Par association en série (appelée "String"), les cellules sont traversées par le même
courant et la tension résultante correspond à la somme des tensions générées par chacune
des cellules [9].

➢ Association en parallèle :

7
Partie Ι : Généralités sur l’énergie photovoltaïque

Par association en parallèle, les cellules sont soumises à la même tension et le courant
résultant correspond à la somme des courants générés par chacune des cellules [9].

Ι.7.2. Module photovoltaïque :


Le composant le plus crucial de toute installation PV est le module photovoltaïque,
qui se compose de cellules solaires interconnectées. Ces modules sont raccordés entre eux
pour former des champs de manière à pouvoir satisfaire différents niveaux de besoins en
énergie. La figure (Ι.5) représente un module photovoltaïque.

Des modules de plus en plus puissants sont disponibles sur le marché, en particulier
pour la connexion du réseau, mais il y'a tout de même une limite liée au poids et à la
manipulation.

Figure (Ι.5) : Module photovoltaïque.

Ι.7.3. Champ photovoltaïque :


Le champ photovoltaïque se compose de modules photovoltaïques interconnectés en
série et/ou en parallèle afin de produire la puissance requise. Ces modules sont montés sur
une armature métallique qui permet de supporter le champ solaire avec un angle
d’inclinaison spécifique. La figure (Ι.6) représente un champ photovoltaïque.

Figure (Ι.6) : Champ photovoltaïque.

8
Partie Ι : Généralités sur l’énergie photovoltaïque

Ⅰ.8. Orientation et inclinaison des modules PV :


Ⅰ.8.1. L’orientation des modules :
Dans l’hémisphère Nord, le soleil suit chaque jour une trajectoire apparente Est-Sud-
Ouest, donc l’orientation idéale est vers le Sud. Dans l’hémisphère Sud au contraire, c’est
vers le Nord. On retient donc la règle suivante pour l’orientation idéale : vers l’Équateur
[10].

Ⅰ.8.2. L’inclinaison des modules :


L’inclinaison idéale des panneaux, elle, dépend bien entendu de la hauteur du soleil
pendant la période d’utilisation : plus le soleil est bas sur l’horizon, plus on aura intérêt à
relever les panneaux vers la verticale pour les placer face au soleil. Donc l’inclinaison idéale
dépend directement de la période de l’année qu’on veut privilégier, et donc de l’utilisation
des panneaux, du but recherché [10]. Donc la règle est simple dans ce cas : (latitude du lieu
+ 10˚), par exemple à Bejaïa la latitude est de 36˚, +10˚ ce qui fait que l’inclinaison soit de
46˚.

Ι.9. Paramètres électriques d’un module photovoltaïque :


Les différents paramètres caractérisant un module photovoltaïque sont la tension de
circuit ouvert, courant de court-circuit, puissance maximale, facteur de forme et rendement.
Ils sont extraits des caractéristiques courant-tension, permettent de comparer différents
modules éclairés dans des conditions identiques.
Ι.9.1. Tension de circuit ouvert :
Si on place un module sous une source lumineuse constante sans aucune circulation
de courant, on obtient à ses bornes une tension maximale continue, dite tension à circuit
ouvert Vco.
𝑉𝑐𝑜 = 𝑁𝑠 0.6𝑉 (Ι.1)
Où 0.6V est la tension pour une cellule PV élémentaire et Ns est le nombre de cellules. On
l’obtient en branchant directement un voltmètre aux bornes du module PV [11].
Ι.9.2. Courant de court-circuit :
Lorsqu'on place le module PV en court-circuit, il débite son courant maximal à
tension nulle. On l’appelle courant de court-circuit Icc. On obtient sa valeur en branchant un
ampèremètre aux bornes du module. Dans les modules PV au silicium, le courant Icc est de
l’ordre de 12mA/cm² [11].

9
Partie Ι : Généralités sur l’énergie photovoltaïque

Ι.9.3. Puissance maximale :


La puissance fournie au circuit extérieur par un module photovoltaïque sous
éclairement dépend de la résistance de charge (résistance externe placée aux bornes du
module). Cette puissance est maximale (notée Pmax) pour un point de fonctionnement Pmax
(Iopt, Vopt) de la courbe (Courant-Tension).
𝑃𝑚𝑎𝑥 = 𝐼𝑜𝑝𝑡 𝑉𝑜𝑝𝑡 (Ι.2)

Ι.9.4. Facteur de forme :


On appelle facteur de forme le rapport entre la puissance maximale fournie par le
module PV Pmax (Iopt ,Vopt ), et le produit du courant de court-circuit ICC par la tension de
circuit ouvert Vco (c’est à dire la puissance maximale d’un module idéal).
𝐼𝑜𝑝𝑡 𝑉𝑜𝑝𝑡 𝑃
𝑓𝑓 = = 𝐼 𝑚𝑎𝑥 (Ι.3)
𝐼𝑐𝑐 𝑉𝑐𝑜 𝑉
𝑐𝑐 𝑐𝑜

Le facteur de forme indique la qualité du module ; plus il s’approche de l’unité plus


le module est performant, Il est de l’ordre de 0.7 pour les modules performants ; et diminue
avec la température [11].
Ι.9.5. Rendement :
Le rendement énergétique d’un module PV est le rapport entre la puissance électrique
maximale fournie par le module Pmax (Iopt , Vopt) et la puissance solaire incidente. Il est donné
par :
𝑃𝑚𝑎𝑥 𝐼𝑜𝑝𝑡 .𝑉𝑜𝑝𝑡
𝜂= = (Ι.4)
𝑃𝑖𝑛𝑐 𝐺.𝑆

Avec Pinc est égale au produit de l’éclairement (G) et de la surface totale (S) du module PV.
Ce paramètre reflète la qualité de conversion de l’énergie solaire en énergie électrique. La
figure suivante montre les caractéristiques électriques d’un module photovoltaïque.

Figure (I.7) : Caractéristique courant/tension du module photovoltaïque.

10
Partie Ι : Généralités sur l’énergie photovoltaïque

Ι.10. Modélisation du module photovoltaïque :


De nombreux modèles mathématiques de modules photovoltaïques, ont été
développés, dont le but est l’obtention de la caractéristique (Courant-Tension) pour l’analyse
et l’évaluation des performances des systèmes photovoltaïques.
Ι.10.1. Modèle électrique idéal :
Le module photovoltaïque peut être représenté par le circuit électrique équivalent
donné par la figure (Ι.8) composé d’un générateur de courant qui produit un courant (Iph)
proportionnel à la puissance lumineuse incidente et d’une diode parallèle qui correspond à
l’aire de transition P-N du module PV [12]. Le courant généré par le module s’écrit :

Figure (Ι.8) : Circuit électrique idéal du module PV.

𝐼𝑝𝑣 = 𝐼𝑝ℎ − 𝐼𝑑 (Ι.5)


Où Ipv est le courant délivré par le module PV, Iph est le photo-courant et Id est le courant de
la diode. La diode étant un élément non linéaire, sa caractéristique Courant-Tension est
donnée par la relation.
𝑉𝑝𝑣
𝐼𝑑 = 𝐼0 (𝑒 𝑉𝑡 − 1) (Ι.6)
Où I0 est le courant de saturation de diode, Vpv est la tension délivrée par le module PV,
𝑘𝑇
𝑉𝑡 = est la tension thermique, T est la température absolue en K et Iph est le photo-courant.
𝑞
Donc, la relation (Ⅰ.5) sera :
𝑉𝑝𝑣
𝐼𝑝𝑣 = 𝐼𝑝ℎ − 𝐼0 (𝑒 𝑞 𝐾𝑇 − 1) (Ι.7)

Ι.10.2. Modèle électrique réel :


Dans le cas réel, on observe une perte de tension en sortie ainsi que des courants de
fuite, alors le model photovoltaïque précédent ne rendait pas compte de tous les phénomènes
présents lors de la conversion d’énergie lumineuse. On modélise donc cette perte de tension
par une résistance en série RS et les courants de fuite par une résistance en parallèle RSH [12].
La figure (Ι.9) représente schéma électrique équivalent d’un module photovoltaïque réel.

11
Partie Ι : Généralités sur l’énergie photovoltaïque

Figure (Ι.9) : Circuit électrique réel du module PV.

Le courant généré par le module PV est donné par la loi de Kirchhoff :


𝐼𝑝𝑣 = 𝐼𝑝ℎ − 𝐼𝑑 − 𝐼𝑠ℎ (Ι.8)

𝑞(𝑉𝑝𝑣+𝑅𝑠.𝐼)
𝐼𝑑 = 𝐼0 (𝑒 𝐴.𝐾.𝑇𝑐 − 1) (Ι.9)

𝑉𝑝𝑣+𝑅𝑠∗𝐼𝑝
𝐼𝑠ℎ = (Ι.10)
𝑅𝑠ℎ

𝑞(𝑉𝑝𝑣+𝑅𝑠.𝐼)
𝑉𝑝𝑣+𝑅𝑠∗𝐼𝑝
𝐼𝑝𝑣 = 𝐼𝑝ℎ − 𝐼0 (𝑒 𝐴.𝐾.𝑇𝑐 − 1) − (Ι.11)
𝑅𝑠ℎ

Où Ipv est le courant fourni par le module PV, Iph est le photo-courant dépendant de
l’éclairement (G), K est la constante de Boltzmann (1,381.10-23 joule/Kelvin), q est la charge
d'électron (1,602.10-19C), T est la température du module PV en kelvin et est le facteur
d’idéalité de la jonction (1<A<2).

I.11. Conclusion :
Dans cette première partie nous avons brièvement rappelé quelques notions de bases
du photovoltaïque, l’effet photovoltaïque, les différentes technologies et la caractéristique
d’une cellule solaire, l’association des cellules PV pour avoir un module puis un champ
photovoltaïque, après nous avons présenté les caractéristiques électriques d’un module et à
la fin nous l’avons modélisé pour mieux comprendre son fonctionnement.

Pour ce qui suit nous allons tracer les caractéristiques I(V) et P(V) d’un module PV
sous un logiciel de simulation.

12
Partie II : Caractérisation d’un panneau photovoltaïque

Partie Ⅱ: Caractérisation d’un panneau


photovoltaïque

Ⅱ.1. Introduction :
Le manque de matériels didactiques est un obstacle qui se présente souvent dans les
écoles et qui empêche le déroulement normal des formations, de ce fait, plusieurs entreprises
ont développés des logiciels de prototypage afin de fournir un environnement riche qui
pourra approximativement remplacer les matériels didactiques, comme Proteus
(ISISARES), Modelsim, PSIM… pour le domaine de génie électrique, et Matlab/Simulink
pour différentes branches de la science y inclus la branche génie électrique. Ce problème est
présent également dans les formations des énergies renouvelables que ça soit l’énergie
éolienne ou l’énergie solaire ou d’autre type d’énergie renouvelable.

Dans cette partie, nous allons tracer les caractéristiques I(V) et P(V) d’un panneau
photovoltaïque à l’aide du logiciel de simulation PSIM dans les conditions STC puis en
faisant varier l’ensoleillement puis la température. Après nous allons tracer les mêmes
caractéristiques du même panneau PV débitant sur une batterie de 12 V puis alimentant une
charge résistive de valeurs différentes.

Ⅱ.2. Présentation du logiciel de simulation PSIM :


PSIM est un logiciel de simulation bien adapté à l’électrotechnique et l’électronique
de puissance. Par défaut, les composants y sont idéaux, ce qui permet de se centrer sur la
compréhension du fonctionnement des circuits testés. Il est possible de réaliser des analyses
temporelles (les plus fréquentes pour ce simulateur), mais également des études de réponse
en fréquence (directive. ACSWEEP) ; on peut également paramétrer ces diverses analyses
(directive. PARAMSWEEP).

Nous allons exploiter ce logiciel pour faire une simulation du fonctionnement d’un
panneau photovoltaïque.

Ⅱ.2. Simulation sous PSIM :


PSIM fournit un modèle des panneaux photovoltaïques présenté sur la figure (Ⅱ.1),
intitulé solar model (PHYSICAL MODEL), dans lequel les équations (Ι.9), (Ι.10) et (Ι.11)
sont modélisées.

13
Partie II : Caractérisation d’un panneau photovoltaïque

Figure (Ⅱ.1) : Module PV sous PSIM.

Ⅱ.2. Caractéristiques électriques du module PV :


Puissance maximale (Pmax ) 60 W
Tension à Pmax (Vopt) 17.1 V
Courant à Pmax (Iopt) 3.5 A
Tension à circuit ouvert (Vco ) 21.1 V
Courant de court-circuit (Icc ) 3.8 A
Nombre de cellule en série (Ns ) 36

Tableau (Ⅱ.1) : Caractéristiques électriques du module PV.

Ⅱ.3. Les caractéristiques d’un panneau PV dans les conditions STC :


Pour avoir les deux caractéristiques I(V) et P(V) du panneau PV on relie ce dernier
a un condensateur, on met un voltmètre en parelle et un ampèremètre en série avec la
capacité, la figure (Ⅱ.2) représente le schéma électrique utilisé dans notre simulation.

Figure (Ⅱ.2) : Schéma électrique d’un PV avec un condensateur sous PSIM.

14
Partie II : Caractérisation d’un panneau photovoltaïque

Figure (Ⅱ.3) : Caractéristique I-V d’un module PV.

Figure (Ⅱ.4) : Caractéristique P-V d’un module PV.

On remarque que les allures des figures (Ⅱ.3) et (Ⅱ.4) illustrent les paramètres
électriques du module PV. On remarque aussi que la puissance maximale délivré correspond
à celle donné dans le tableau (Ⅱ.1) qui est de 60 W.

Ⅱ.4. Les caractéristiques d’un panneau PV pour différents niveaux


d’ensoleillements :
L'éclairement ou l’ensoleillement correspond à l'intensité lumineuse captée par le
module photovoltaïque, et se mesure en W/m². La nuit, l'éclairement est nul (0 W/m²).

15
Partie II : Caractérisation d’un panneau photovoltaïque

L'éclairement varie au cours de la journée entre 0 et 1000 W/m² (valeur maximum), en


fonction de la saison.

Pour visualiser l’influence de l’éclairement, on fixe la température ambiante (T =


25°C) et on fait varier l’éclairement dans une gamme suffisante.

Les figures (Ⅱ.5) et (Ⅱ.6) représentent respectivement les caractéristiques I(V) et


P(V) du module PV avec variation de l’éclairement, à une température constante T= 25 °C.

Figure (Ⅱ.5) : Caractéristique I-V du module PV pour différents éclairements.

Figure (Ⅱ.6) : Caractéristique P-V du module PV pour différents éclairements.

16
Partie II : Caractérisation d’un panneau photovoltaïque

On remarque d’après les deux figures que l’influence due à l’éclairement fait varier
fortement la valeur du courant. Par contre la tension varie faiblement. Le courant est
pratiquement proportionnel à l’éclairement, le point de puissance maximale par conséquent
varie et se situe à peu près à la même tension.

Ⅱ.5. Les caractéristiques d’un panneau PV pour différentes


températures :
L’influence de la température est importante et a des conséquences pour la
conception des panneaux et des systèmes photovoltaïques. La température est un paramètre
essentiel puisque les cellules sont exposées aux rayonnements solaires, susceptibles de les
échauffer. De plus, une partie du rayonnement absorbé n’est pas convertie en énergie
électrique il se dissipe sous forme de chaleur.
Pour visualiser l’influence de la température sur les caractéristiques du module, on
fixe l’éclairement (G=1000W/m2) et on fait varier la température dans une gamme suffisante.

Les figures (Ⅱ.7) et (Ⅱ.8) représentent respectivement les caractéristiques I(V) et


P(V) du module PV avec variation de la température, à un ensoleillement constant G=1000
W/m2.

Figure (Ⅱ.7) : Caractéristique I-V du module PV pour différentes températures.

17
Partie II : Caractérisation d’un panneau photovoltaïque

Figure (Ⅱ.8) : Caractéristique P-V du module PV pour différentes températures.

Les figures (Ⅱ.7) et (Ⅱ.8), montrent que la tension du circuit ouvert d’un module PV
baisse fortement avec la température. Plus la température augmente et moins le panneau est
performant. En revanche, le courant augmente légèrement en intensité : cette augmentation
de température produit une diminution de la puissance du PV.

Ⅱ.6. Les caractéristiques d’un panneau PV alimentant une batterie :


On réalise le même montage qu’avant mais cette fois on remplace le condensateur
avec une batterie de 12 V et on trace ses caractéristiques I(V) et P(V).

Figure (Ⅱ.9) : Schéma électrique d’un module PV alimentant une batterie sous PSIM.

18
Partie II : Caractérisation d’un panneau photovoltaïque

Figure (Ⅱ.10) : Caractéristique I-V du module PV alimentant une batterie.

Figure (Ⅱ.11) : Caractéristique P-V du module alimentant une batterie.

De la figure (Ⅱ.10) on remarque que la caractéristique du courant de la batterie en


fonction de sa tension IB(VB) est une droite verticale qui ne passe pas par l’origine. Le point
d’intersection avec la courbe I(V) du module a pour coordonnées (IB=3.8 A) et (VB=12 V).
On peut voir à partir de la figure (Ⅱ.14) que la puissance absorbée par la batterie PB est de
(45 W), ce qui est nettement inférieure par rapport la puissance maximale du panneau.

19
Partie II : Caractérisation d’un panneau photovoltaïque

Ⅱ.7. Les caractéristiques d’un panneau PV débitant une résistance de


différentes valeurs :
On réalise le même montage qu’avant mais cette fois on remplace la batterie avec
une résistance, on fait varier sa valeur et à chaque fois on trace ses caractéristiques I(V) et
P(V).

Figure (Ⅱ.12) : Schéma électrique d’un PV alimentant une résistance sous PSIM.

Résistance (Ω) 0.2 2 5 20

Courant (A) 3.8 3.8 3.45 1.05

Tension (V) 0.85 7.8 17 20.45

Puissance (W) 3.23 29.64 58.65 21.47

Tableau (Ⅱ.2) : le courant, la tension et la puissance pour chaque résistance.

Figure (Ⅱ.13) : Caractéristique I-V du module alimentant des différentes charges résistives.

20
Partie II : Caractérisation d’un panneau photovoltaïque

Figure (Ⅱ.14) : Caractéristique P-V du module alimentant des différentes charges résistives.

En branchant directement une charge résistive sur un panneau photovoltaïque, le


point de fonctionnement (I, V) se trouve à l’intersection de la droite de charge I = V/R et de
la caractéristique du panneau solaire I(V). Si la puissance délivrée à la charge est maximale
pour l’ensoleillement ce n’est plus le cas pour des ensoleillements plus faibles. Et on
remarque que la résistance de (5 Ω) est la plus idéale pour notre expérience car elle est très
proche du point de puissance maximale (PPM).

La charge de type résistive est donc mal adaptée pour un couplage direct et un
ensoleillement variable.

Ⅱ.8. Présentation de la problématique :


Un panneau solaire donne des caractéristiques I(V) et P(V) présentées sur les figures
(Ⅱ.3) et (Ⅱ.4) respectivement, et ces courbes mettent en évidence un point où la puissance
absorbée par la charge est maximale, ce point est appelé point de puissance maximale, PPM
(Point de Puissance Maximale). Cette puissance diminue en fonction de l’ensoleillement et
la température. La charge impose également sa propre caractéristique qui est en général
différente du PPM.

Comme nous pouvons le constater sur la figure (Ⅱ.14), pour une puissance disponible
aux bornes du module de (60 W), et une charge résistive de (20 Ω), cette dernière n’arrive à
en extraire que (21.47 W), dans des conditions d’ensoleillement et de température idéales.

21
Partie II : Caractérisation d’un panneau photovoltaïque

Pour pallier ce manque, il faut insérer, dans le montage, entre le module et la charge,
un hacheur à rapport cyclique variable généré par un système de commande MPPT. L’intérêt
de cet ajout est de modifier l’équation caractéristique de la charge qui passe de 1/ R à 1/
R(1−α)² par exemple pour un hacheur élévateur, et par conséquent, l’impédance est adaptée
à la source.

Ⅱ.9. La commande du module photovoltaïque :


Dans tous les cas de figures, l'objectif d’une telle commande consiste à amener le
système à son optimum de puissance et à l'y maintenir en dépit des variations de paramètres.
En outre, il est nécessaire d’optimiser les convertisseurs (continu/continu) DC/DC employés
comme interface entre le générateur PV et la charge afin d’extraire le maximum de puissance
et ainsi faire fonctionner le GPV à son point de puissance maximum (PPM) à l’aide d’un
contrôleur MPPT (maximum power point tracking), comme le montre la figure (Ⅱ.15). Des
techniques différentes de commande MPPT ont été élaborées. Dans cette perspective, nous
citons une des commandes MPPT les plus utilisées qui est perturbe and observe (P&O) [14].

Figure (Ⅱ.15) : Chaîne de conversion photovoltaïque.

Ⅱ.9.1. Commande perturbation et observation :


Le principe de cette commande est de générer des perturbations en diminuant ou en
augmentant le rapport cyclique α et d’observer l’effet sur la puissance délivrée par le GPV
figure (Ⅱ.16).

22
Partie II : Caractérisation d’un panneau photovoltaïque

Figure (Ⅱ.16) : Caractéristique de la puissance d’un module PV.

Ⅱ.10. Conclusion :
Dans ce chapitre, nous avons exposé les résultats de simulation des modèles choisis et
le comportement des caractéristiques I(V) et P(V) du module PV, puis en fonction de variations
de l’éclairement et de la température, après en alimentant une batterie et différentes charges
résistives.

On a remarqué que le rendement varie en fonction de l’éclairement et la température et


aussi du type de charges que le module alimente et c’est pour cela nous devons insérer un
convertisseur d’adaptation de type (DC/DC) avec une commande MPPT pour extraire le point
de puissance maximal (PPM) quelque soit les conditions météorologiques et quelque soit la
charge.

23
Conclusion générale

Conclusion générale

La demande mondiale en énergie évolue rapidement et les ressources naturelles de


l'énergie telles que l'uranium, le gaz et le pétrole diminuent en raison d'une grande diffusion
et développement de l'industrie ces dernières années. Pour couvrir les besoins en énergie,
des recherches ont été conduit aux énergies renouvelables. Une des énergies renouvelables
qui peut accomplir la demande est l’énergie solaire photovoltaïque. C’est une énergie propre,
silencieuse, disponible et gratuite. C’est d’ailleurs ce qui explique que son utilisation connaît
une croissance significative dans le monde.

Le travail présenté dans ce mémoire se focalise sur la caractérisation des modules


photovoltaïque.

Nous avons débuté dans la première partie par les notions et les données théoriques
présentés dans la littérature qui nous ont permis de mieux aborder la deuxième partie de
notre travail et de nous donner la base nécessaire afin de caractériser le module PV.

Après nous avons entamé la deuxième partie qui consiste à tracer les caractéristiques
I(V) et P(V) en utilisant le logiciel PSIM. Puis, nous avons simulé un panneau PV pour
différents niveaux d’éclairement et de température. Ensuite, nous avons fait d’autres tests en
alimentant une batterie et des charges résistives différentes.

Lorsque le panneau débite sur la batterie, cette dernière impose sa tension de ce fait
la puissance photovoltaïque ne peut dépasser (45 W).

En alimentant des charges résistives à chaque fois la puissance disponible ne peut


dépasser (30 W) sauf pour une valeur optimale de résistance (R=5 Ω) qui correspond à la
valeur maximale de fréquence (60 Hz).

Vu que les conditions de fonctionnement d’un panneau PV sont variables dans la


journée (G, T, charge), donc il y a une nécessité d’insérer un convertisseur d’adaptation entre
le panneau PV et la charge pour forcer le système à fonctionner toujours au point PPM, en
utilisant une commande MPPT.

Les résultats de la simulation montrent l’intérêt de l’utilisation d’une commande


MPPT dans un système PV pour avoir le meilleur rendement possible.

24
Références bibliographiques

Références bibliographiques

[1] : H. Kamelia, « Modélisation D’une Cellule Photovoltaïque : Etude Comparative »,


Mémoire de Magistère, l’UMMTO (Tizi-Ouzou), 2012.

[2] : A. Amaoui, « Optimisation D’une Commande MPPT Floue Par Essaims Particulaire »,

Mémoire de Master, Université de Bejaia, 2015.

[3] : Z. Bendjellouli, « Contribution A La Modélisation D’une Cellule Solaire », Mémoire de

Magistère, Université de Bechar, 2009.

[4] : http://www.photovoltaique-energie.fr/l-effet-photovoltaique.html .

[5] : N. Saada, A. Ouazar, « Méthodes Identification Des Panneaux Photovoltaïque », Mémoire


de Master, Université de Bejaia, 2015.

[6] : S. Belaid, « Cours Energie Solaire Photovoltaïque », Université de Bejaia, 2015.

[7] : http://breuilletnature.blogspot.com/2015/10/les-energies-renouvelables-2-les_24.html .

[8] : http://www.photovoltaique.guidenr.fr/faq_condition-standard-test-module-
photovoltaique.php .

[9] : https://www.energieplus-lesite.be/index.php?id=16696 .

[10] : A. Labouret, P. Cumunel, J.P. Braun, B. Faraggi, « Cellules solaires : Les Bases De
L'énergie Photovoltaïque », 5e édition, Dunod, 2010.

[11] : S. Issaadi, « Commande D’une Poursuite Du Point De Puissance Maximum (MPPT) Par
Les Réseaux De Neurones », Mémoire de Magister, Université Abderrahmane Mira, Bejaïa,
Algérie, 2006.

[12] : R. Touahir, M. A. K. Ben Zahia, « Contrôleur Neuronal Pour La Poursuite Du Point De


Puissance Maximale D'un Système Photovoltaïque », Mémoire Master, Université Kasdi
Merbah, Ouargla, Algérie, 2015.

[13] : S. Motahhir, A El Ghzizal, A. Derouich, « Modélisation Et Commande D’un Panneau


Photovoltaïque Dans L’environnement PSIM », Congrès International de Génie Industriel et
Management des Systèmes, Fès, Maroc, 2015.

25

Оценить