Вы находитесь на странице: 1из 67

Introduction au monde vivant

Organisation générale des organismes: des cellules aux organes- OGOBL1


Prof. Dr Zeina Hobaika
2020-2021
Plan
I. Introduction: c’est quoi la biologie?

II. Hiérarchie de l’organisation biologique

III. Caractéristiques de la vie

IV. Unité dans la diversité

V. Transfert de l’information

VI. Énergie pour la vie

VII. La méthode scientifique 2


I. Introduction

▪ La biologie est l’étude des êtres vivants.

▪ Elle captive l’esprit humain.

▪ Bien des gens

➢ ont un animal domestique

➢ cultivent des plantes

➢ attirent des oiseaux dans leur cour avec des petites maisons ou des mangeoires

➢ fréquentent les zoos et les réserves naturelles.

3
Introduction

▪ C’est le prolongement scientifique de ce sentiment d’appartenance et de cette


curiosité que l’être humain éprouve à l’égard de toutes les formes de vie.

▪ Elle nous amène dans :

• des jungles

• des déserts

• des mers

• d’autres environnements

où diverses formes de vie entretiennent entre elles et avec leur milieu physique
des liens étroits.
4
Introduction

▪ L’étude de la vie nous conduit dans des laboratoires pour observer de plus près
les processus de fonctionnement des êtres vivants .

▪ Ces observations nous entraîne :

➢ dans le monde microscopique de la cellule

➢ dans l’univers encore plus petit des molécules qui


forment la cellule.

5
Introduction

▪ Notre quête intellectuelle nous fait aussi remonter le temps.

 On s’intéresse à la vie contemporaine mais aussi à l’histoire des formes


ancestrales, qui s’étend sur près de 4 milliards d’années.

6
II. Hiérarchie
de
l’organisation
biologique

7
Hiérarchie de l’organisation biologique

▪ Les êtres vivants se caractérisent par leur très grande organisation.

▪ L’organisation biologique repose sur une hiérarchie de niveaux structuraux,


chacun des niveaux s’édifiant à partir du niveau inférieur.

▪ Les atomes, unités structurales chimiques de la matière, s’agencent en


molécules biologiques complexes telles que les protéines.

8
Hiérarchie de l’organisation biologique

▪ Ces molécules forment des structures fonctionnelles minuscules appelées


organites qui deviennent les composantes des cellules.

▪ Certains organismes sont unicellulaires.

▪ D’autres, comme les Végétaux et les Animaux, sont pluricellulaires, ils se


composent de nombreuses catégories de cellules spécialisées.

9
Hiérarchie de l’organisation biologique

▪ Dans ces organismes pluricellulaires, les cellules semblables se regroupent en


tissus.

▪ Les arrangements particuliers de différents tissus forment les organes.

 Ex : les influx nerveux qui coordonnent les mouvements sont


transmis le long de cellules spécialisées appelées neurones.

• Le tissu nerveux du cerveau se compose de milliards de


neurones organisés en un réseau de communication d’une
complexité impressionnante.

10
Hiérarchie de l’organisation biologique

▪ Le cerveau ne comprend pas seulement du tissu nerveux.

▪ Il renferme un grand nombre de tissus différents (ex : tissu


conjonctif qui forme son enveloppe protectrice).

▪ Le cerveau fait lui-même partie du système nerveux, tout


comme la moelle épinière et les nombreux nerfs qui
transmettent les messages entre celle-ci et les autres
parties du corps.

▪ Outre le système nerveux, il existe plusieurs autres


systèmes caractéristiques de l’espèce humaine et d’autres
formes animales complexes.

11
Hiérarchie de l’organisation biologique

▪ Dans l’hiérarchie de l’organisation biologique, il y a des niveaux supérieurs à


celui de l’organisme.

▪ Une population est un groupe d’organismes appartenant à la même espèce,


vivant dans un même milieu et à un moment déterminé.

▪ Les diverses populations vivant ensembles forment une communauté biologique.

12
Hiérarchie de l’organisation biologique

▪ Les interactions de la communauté vivante, auxquelles participent les


composantes non vivantes du milieu, comme le sol, la lumière et l’eau,
constituent un écosystème.

▪ Un ensemble d’écosystèmes variés, dispersés sur une vaste étendue


géographique, constitue un biome.
13
Hiérarchie de l’organisation biologique

▪ Un biome présente des conditions climatiques uniformes qui déterminent un


type dominant de végétation.

▪ La biosphère englobe tous les milieux où on retrouve de la vie : l’eau, une


fraction du sol et l’air environnant la planète.

14
Émergence

▪ À chaque niveau de l’organisation biologique apparaissent de nouvelles


propriétés qui n’existaient pas au niveau précédent.

▪ Ce phénomène, appelé émergence, résulte des interactions entre les


composantes.

• une molécule possède des propriétés qu’aucun des atomes qui la composent ne
présente

• une cellule est beaucoup plus qu’un simple paquet de molécules

15
Émergence

▪ Un organisme représente une entité plus grande que la somme de ses parties.

▪ L’apparition de nouvelles propriétés met en évidence l’importance de


l’organisation structurale.

Vraiment ? !

16
III. Caractéristiques de la vie

Tous les êtres vivants:


1. Sont composés de cellules
2. Régulent leur processus métaboliques
3. Réagissent aux stimuli
4. Croissent et se développent
5. Se reproduisent
6. S’adaptent à leur environnement changeant

17
1. La cellule : unité fondamentale de la vie

▪ La cellule occupe une place privilégiée dans l’hiérarchie de l’organisation


biologique.

▪ Elle se situe au plus bas échelon capable d’effectuer toutes les activités de
la vie.

▪ Tous les organismes sont composés de cellules.

18
La cellule : unité fondamentale de la vie

Organismes Unicellulaires & Pluricellulaires

19
La cellule : unité fondamentale de la vie

▪ Elle est l’une des nombreuses constituantes d’un tissu chez un organisme
végétal, animal ou tout autre organisme pluricellulaire.

▪ Dans les 2 cas, la cellule représente l’unité structurale et fonctionnelle


fondamentale d’un organisme.

20
Découverte de la cellule

▪ C’est en 1665 que Hooke décrivit pour la 1ère fois les cellules en observant une
fine coupe de liège (écorce de chêne) à l’aide d’un microscope grossissant 30 fois.

 Hooke ne se rendit pas compte de la portée de


sa découverte.

 Il crut que les pores, ou "cellules", qu’il voyait


caractérisaient exclusivement le liège.

21
Suite de la découverte de la cellule

▪ Un contemporain de Hooke, van Leeuwenhoek, fut le 1er à décrire ce qu’on


appelle aujourd’hui des organismes unicellulaires.

▪ Il fabriqua un microscope en polissant des lentilles


capables de grossir jusqu’à 300 fois.

▪ Il découvrit le monde des microorganismes en observant


des gouttelettes d’eau provenant d’un étang.

▪ Il découvrit aussi les globules sanguins et les spermatozoïdes d’Animaux.

22
Suite, suite, suite…

▪ En 1839, Schleiden & Schwann purent enfin élaborer la théorie cellulaire


suivant laquelle 1) les cellules sont les constituantes universelles des êtres
vivants.

23
Suite, suite, suite…

▪ 20 ans plus tard, Virchow ajouta à cette théorie en avançant que 2) toute
cellule provient d’une autre cellule.

▪ La capacité des cellules de se diviser pour former de


nouvelles cellules est le fondement :

✓ de la reproduction

✓ de la croissance

✓ de la réparation des organismes pluricellulaires.

24
Encore un peu d’histoire…

▪ Au cours de la 2nde moitié du XXe siècle, le microscope électronique a permis


de mettre en évidence la structure complexe des cellules.

▪ Toute cellule est entourée d’une membrane qui règle le


passage des matériaux entre son milieu interne et son
environnement.

▪ Chaque cellule contient de l’ADN, le matériel génétique


qui dirige les nombreuses activités de la cellule.

25
Les cellules procaryotes

▪ Il existe 2 catégories principales de cellules :

✓ les cellules procaryotes

✓ les cellules eucaryotes

elles différent sur le plan de leur organisation structurale.

▪ Les cellules formant les microorganismes appelés bactéries sont des


procaryotes.

26
Cellule procaryote
(ex: bactéries)

27
Cellule eucaryote (plantes, animaux, champignons & protistes)

28
Cellule animale

29
Cellule végétale

30
Information génétique

▪ Pour s’organiser, la matière vivante a besoin d’information.

 Les cellules ont besoin d’instructions pour organiser de


façon bien précise les structures et les processus auxquels
elles participent.

▪ Ces instructions biologiques indispensables sont inscrites


dans l’ADN.

▪ L’ADN représente le support matériel des gènes = unités


d’information transmises des parents à leur descendance.

31
L’ADN

32
2. Les organismes vivants régulent leur métabolisme

Le Métabolisme est la somme de toutes les réactions chimiques et des


transformation énergétiques, essentielles la croissance, réparation cellulaire…

Les processus métaboliques sont conduits en continue dans une organisme et


doivent être régulés soigneusement afin de maintenir l’homéostasie: un
environnement interne approprié et équilibré

Exemple 1: le taux de glucose dans le sang

Exemple 2: frissons et thermogenèse

33
3. Les organismes vivants réagissent aux stimuli

Les Stimuli sont des changements


Flagelles
physiques ou chimiques de l’environnement
interne or externe concernat la couleur, la
lumière, la température, la pression, le son, ou la
composition chimique du sol, de l’air ou de l’eau)

Cils Mouvement

34
Movement

Animals wiggle, crawl, swim, run, or fly by


contracting muscles.
Sponges, corals, & oysters are sessile as adults:
they remain firmly attached to sea bottom or a
rock. Many sessile organisms have cilia or
flagella that beat rhythmically, moving the
surrounding water.
35
4. La vie donne naissance à la vie

36
5. Croissance et développement

Croissance:

▪ C’est l’accroissement de la taille et/ou du nombre de cellules d’un organisme


vivant

▪ Elle peut être uniforme ou plus importante dans certaines parties du corps
changeant au fur et à mesure les proportions du corps

▪ Continue (ex: arbres) ou définie (animaux)

Développement:
▪ C’est l’ensemble des changements se produisant tout au long du parcours de vie
d’un organisme
Ex 1: Humains, œuf → fœtus → embryon → bébé → enfant….
Ex2 : insectes, œuf → larve → chenille → papillon
37
6. Les organismes vivant évoluent & s’adaptent

Pourquoi évoluer? Afin de s’adapter à un environnement changeant

Les Adaptations sont des traits héréditaires améliorant la capacité d’un organisme à
survivre dans un environnement particulier

Ex: les rayures des


zèbres

38
Adaptation

Adaptation & diversification


des becs des in Iwii de Hawaï
à la nourriture

39
IV. Unité dans la diversité

▪ Les êtres vivants se distinguent par leur diversité.

▪ On a identifié et nommé environ 1.7 millions d’espèces :


✓ plus de 260,000 chez les végétaux

✓ près de 50,000 chez les vertébrés (animaux possédant une colonne vertébrale)

✓ plus de 750,000 chez les insectes.

▪ Des milliers d’espèces nouvellement identifiées s’ajoutent à la liste


chaque année.

40
Unité dans la diversité

▪ Comment se retrouver dans toute cette diversité biologique ?

▪ Afin de la rendre plus facile d’accès, on a imaginé des façons de regrouper les
espèces semblables.

▪ La taxinomie consiste à identifier et à


classifier les êtres vivants.

41
Unité dans la diversité

▪ S’il y a tant de diversité chez les êtres vivants, quel fil conducteur utilise-t-
on pour intégrer tous ces êtres vivants dans un vaste ensemble ?

▪ Tous les êtres vivants possèdent l’ensemble des caractéristiques de la vie.

▪ Ces caractéristiques figurent dans un code génétique presque universel et


commun à presque tous les organismes.

42
Unité dans la diversité

▪ Plus nous nous approchons du niveau cellulaire, plus nous rencontrons de


similitudes.

 La parenté entre tous les êtres vivants, aussi mystérieuse soit-elle, est
incontestable.

▪ Plus on s’élève au-dessus du niveau cellulaire, plus


Vraiment ? !
les êtres se différentient.

43
V. Transfert de l’information: à quoi ça sert?

▪ Les principales fonctions cellulaires sont: la fabrication et la dégradation; la


production d’énergie; les échanges avec l’exterieur, la réponse aux stimulis et
la communication.

▪ Pour que les principales fonctions cellulaires soient exécutées, une


communication inter-cellulaire est nécessaire.

▪ Cette communication repose sur le transfert de trois types d’information:

- génétique (Duplication- Transcription- Traduction)

- chimique (Protéines régulatrices- Protéines de signalization,…)

- électrique (neurotranmetteurs, jonctions, synapses,…)

44
VI. L’énergie pour la vie: sources d’énergie

Le soleil est la principale source d’énergie nécessaire pour


la vie.
Dans la photosynthèse, les organismes autotrophes
(producers) utilisent l‘énergie de la lumière pour
synthétiser les composés alimentaires: l’énergie lumineuse
est ainsi stockée sous forme d’ énergie chimique. Processus
permettant la production de l’oxygène à partir de CO2 et
d’H2O.
Les organismes hétérotrophes (consumers) et autotrophes
métabolisent ces composés de l'alimentation par oxydation
complète ou non, ce qui libère de l’é́nergie libre essentielle
pour l’ exécution des travaux cellulaires.

À leur tour, les consommateurs fournissent aux


producteurs le CO2 via la respiration cellulaire
45
L’énergie pour la vie: Utilisation de l’énergie dans
les processus métaboliques
Le métabolisme permet de répondre aux 2 besoins essentiels des organismes vivants :

o Synthétiser les molécules indispensables aux fonctions vitales


o Produire l’ é́nergie nécessaire à la réalisation de ces fonctions

On peut donc diviser le métabolisme en :


o Anabolisme = Ensemble des réactions ayant pour
objectif la synthèse de molécules complexes à partir de
molécules plus simples en utilisant de l’é́nergie.
o Catabolisme = Ensemble des réactions ayant pour
objectif la libération d’é́nergie par la dégradation de
molécules complexes en molécules plus simples.

Les processus métaboliques sont essentiels pour la


croissance, la réparation et la maintenance d’un
organisme vivant
46
VII. La méthode scientifique

▪ Le mot "science" vient du verbe latin scire qui signifie "savoir".

 La science est une façon de connaître.

▪ Elle naît de notre curiosité à l’égard de nous-mêmes, du monde et de l’univers.

▪ Le désir de savoir semble au cœur de tout ce qui nous anime.

▪ Les scientifiques s’interrogent sur la nature et croient pouvoir trouver des


réponses.

47
La méthode scientifique

▪ La démarche appelée méthode scientifique comporte une série d’étapes visant


à répondre à des questions.

▪ Peu de scientifiques suivent cette démarche de façon rigoureuse ; la science


est moins structurée que l’on imagine.

▪ En science comme dans toute activité intellectuelle, la créativité, l’intuition et


l’imagination donnent les meilleurs résultats.

48
La méthode scientifique

▪ Les gens de science se distinguent :


✓ par leur conviction que les phénomènes naturels, y compris les processus de la vie,
ont des causes naturelles

✓ par leur obsession à en trouver les preuves ; ils sont généralement sceptiques.

49
La méthode scientifique

▪ L’élément clé de la méthode scientifique réside dans l’approche


hypothéticodéductive.

▪ La 1ère partie de ce terme fait référence à l’hypothèse.

• C’est une proposition qu’on émet en vue d’expliquer un phénomène et qu’on


vérifie en la soumettant au contrôle de l’expérience.

▪ Le terme "déductive" renvoie au raisonnement déductif qui sert à vérifier les


hypothèses.

50
Déduction v/s induction

▪ Déduction s’oppose à induction.

▪ L’induction est un raisonnement qui consiste à rassembler une série


d’observations spécifiques pour formuler une conclusion générale,

▪ Dans la déduction, le raisonnement se déroule en sens inverse : du général vers


le particulier.

51
Déduction v/s induction

▪ À partir de prémisses générales, nous extrapolons les résultats spécifiques


qui devraient être obtenus si les prémisses se révèlent vraies.

❖ Exemple :
➢ si tous les organismes se composent de cellules (prémisse nº 1)

➢ et que les êtres humains sont des organismes (prémisse nº 2)

➢ alors les êtres humains se composent de cellules (prédiction concernant un cas


particulier).

52
Si… et… alors !

▪ Dans la démarche scientifique, la déduction consiste habituellement à prédire


les résultats qu’une expérience donnera si l’hypothèse émise (prémisse) est
correcte.

▪ On vérifie ensuite l’hypothèse en effectuant l’expérience pour voir si oui ou


non les résultats prédits se produisent.

▪ Cette vérification déductive fait appel à la formulation logique des termes si …


et … alors.

Ex. des mammifères…

53
Et si la science se trompe…

▪ La science possède une qualité importante : celle de s’autocorriger


progressivement.

▪ Les scientifiques se succèdent dans l’étude d’un même


problème et ajoutent leurs propres résultats aux
connaissances déjà acquises.

▪ Ils vérifient les conclusions obtenues par d’autres en


essayant de reproduire leurs observations et leurs
expériences.

54
Et si la science se trompe…

▪ La relation entre personnes travaillant sur une même question tient à la fois
de la collaboration et de la compétition.

▪ Autant les scientifiques s’échangent l’information par le biais de publications,


de colloques, de congrès et de communications privées, autant leurs travaux
sont soumis aux examens minutieux des autres.

▪ La science progresse grâce à l’ardeur intellectuelle et aux nouvelles idées.

55
Science & découverte

▪ Pour beaucoup de gens, la science va de pair avec la découverte, plus


précisément la découverte de faits nouveaux.

▪ Mais la science ne consiste pas vraiment à accumuler des faits.

▪ Elle exige d’abord des observations et des résultats expérimentaux.

▪ Mais son avancement dépend d’idées nouvelles qui permettent d’expliquer un


ensemble d’observations jusque-là sans relations apparentes.

56
Science & découverte

▪ Les idées les plus enthousiasmantes en science sont celles qui expliquent le
plus de phénomènes à la fois.

▪ Des savants comme Newton, Darwin et Einstein


doivent leur renommée non pas à leur capacité
d’accumuler beaucoup de faits, mais à leur
capacité de formuler des idées très
synthétisantes.

▪ Ces idées, plus générales que des hypothèses,


s’appellent des théories.

57
Science & découverte

▪ À cause de leur grande portée, les théories ne deviennent universellement


acceptées que si elles reposent sur un important faisceau de preuves.

▪ La "sélection naturelle" possède les qualités d’une théorie, car son application
s’étend à un grand nombre de situations.

▪ Sa validité a été étayée par un très grand nombre d’observations et


d’expérimentations.

58
Science, technologie & société

▪ Il existe une relation d’interdépendance entre la science et la technologie.

▪ La science est une démarche qui fait habituellement appel à l’approche


hypothéticodéductive.

▪ Elle permet aux esprits curieux de trouver réponse à leurs questions


concernant la nature.

Si… et… alors !


On le sait bien…

59
Science, technologie & société

▪ La technologie, en particulier les nouveaux instruments


(e.g. les microscopes):

✓ augmente notre capacité d’observation et de mesure

✓ permet aux scientifiques de travailler sur des questions


auparavant inaccessibles.

60
Science, technologie & société

▪ La science dépend donc de la technologie.

▪ Inversement, la technologie repose sur la science.

 C’est la science qui génère les nouvelles connaissances susceptibles de donner


lieu à des inventions.

▪ Dans ce sens, nous pouvons concevoir la technologie comme l’ensemble des


découvertes scientifiques appliquées au développement de biens et de
services.

61
Technologie… attention !

▪ L’essor de la technologie représente un couteau à 2 tranchants.

1. La technologie a peu à peu amélioré notre niveau de vie :


✓ d’abord avec l’agriculture dans l’Antiquité

✓ puis avec la révolution industrielle

✓ et de nos jours, avec les progrès dans les domaines de l’électronique, de


l’information et, surtout, de la santé.

62
Technologie… attention !

2. Cependant, la technologie a permis à la population humaine de décupler au


cours des 3 derniers siècles et d’avoir accès à des biens de consommation de
plus en plus nombreux.

▪ Il en résulte des conséquences environnementales monstrueuses :


 précipitations acides

 déforestation

 réchauffement de la planète

63
Technologie… attention !

 accidents nucléaires

 trous dans la couche d’ozone

 déchets toxiques

 espèces en voie de disparition

▪ Tout cela ne constituent que quelques exemples des répercussions de


l’apparition croissante de la technologie.

64
Science, technologie & société

▪ La science peut nous aider à déceler ces problèmes et même nous éclairer sur
le choix de la ligne de conduite la moins dommageable.

▪ Mais les solutions à ces problèmes relèvent autant de la politique, de


l’économique, de la culture et des valeurs que de la science et de la
technologie.

Ex. Réchauffement climatique

65
Science, technologie & société

▪ L’objectif de la science doit demeurer l’approfondissement des connaissances


sur la nature.

▪ La technologie, pour le meilleur et pour le pire, découle de notre désir naturel


de savoir.

▪ Les scientifiques ne devraient pas se distancier de la technologie mais plutôt


essayer d’influencer la façon dont la technologie appliquera les découvertes de
la science.

66
Science, technologie & société

▪ Les scientifiques ont de plus la responsabilité de sensibiliser


• les politiciens

• les dirigeants des gouvernements et entreprises

• les citoyens

au mode de fonctionnement de la science, aux bienfaits et aux risques


potentiels de certaines technologies.

▪ La relation fondamentale entre la science, la technologie et la société rend


indispensable l’étude de la vie sous toutes ses formes.

67

Оценить