Вы находитесь на странице: 1из 34

Dr.

HENNICHE HCA
GR

Bactériophage

Bactérie

Virus
• Les virus sont des agents pathogènes
responsables de maladies transmissibles.
• Ils sont capables de pénétrer, diffuser et se
multiplier dans les cellules de l’organisme
hôte.
• La taille des virus = 20 à 300 nm
 structure spécifique :
Le génome = acide nucléique
La capside : membrane externe obligatoires

+ / - enveloppe
 un seul type d’acide nucléique ADN ou ARN
jamais les deux à la fois
 le virus se reproduit par réplication (pas de
division)
 parasitisme intracellulaire obligatoire
 spécificité d’hôte (récepteur virus)
• un seul type d’acide nucléique : (ADN) ou (ARN)
à simple brin ou double brin
linéaires, circulaires ou segmentés

• La taille et le poids moléculaire sont variables :


 Génome à ADN = 3 à 160 × 106d
 Génome à ARN = 2.5 à 15 × 106d
• Les ADN viraux sont bicaténaires sauf pour les
Parvoviridae qui ont des ADN monocaténaires
• Les ARN viraux sont généralement
monocaténaires, parfois bicaténaires
(Reoviridae ; Rotavirus)

• Pauvreté de l’information génétique ( nombre


restreint de gènes) parasitisme
cellulaire
• Structure à base de sous unités protéiques
(capsomères), entoure le génome viral
• Rôles:
 Protection du génome viral dans le milieu
extracellulaire
 Porte les structures antigéniques
 Porte le site d’attachement au récepteur
cellulaire
• La structure compacte formée par l’assemblage
de la capside autour du génome s’appelle
nucléocapside.
Il existe 2 types de capsides virales :
• Capside icosaédrique : polyèdre:
• 20 faces triangulaires, 12 sommets et 30 arêtes
• Les unités de structure sont regroupés en
oligomères appelées capsomères, régulièrement
disposées.
• Capsomères à 5 unités de structure (penton)
disposés sur les sommets de l’icosaèdre
• Capsomères à 6 unités de structure (hexon) sur
les faces et les arêtes
• Exemples : Adenovirus, Enterovirus, Herpesvirus
• Capside tubulaire
• Les unités de structure ne se regroupent pas en
capsomères, elles sont disposées en hélice
autour du génome, le génome est enroulé en
spirale
• Quantitativement: le nombre d’unités par tour
d’hélice
• Ex: Orthomyxoviridae (virus de la grippe)
Paramyxoviridae (virus de la Rougeole)
Rhabdoviridae (virus de la Rage)
• De composition lipido-glucido-proteique
• Elément propre à certains virus seulement ; les virus
enveloppés par opposition aux virus nus qui sont
dépourvus d’enveloppe
• L’acquisition de l’enveloppe par le virus se fait dans la
dernière phase du cycle de réplication virale, en général
par bourgeonnement de la nucléocapside à travers l’une
des membranes cellulaires (cytoplasmique, nucléaire).
• Bourgeonnement fixation de protéines
virales spécifique sur l’enveloppe double origine
virale et cellulaire de l’enveloppe.
• Fonctions de ces protéines: morphologique, antigénique,
hémagglutinante, enzymatique ou site d’attachement au
récepteur cellulaire
• Pour certains virus, présence d’une matrice
protéique (protéine M) d’origine virale
double l’enveloppe à l’intérieur, séparant
celle-ci de la nucléocapside et lui confère une
certaine rigidité
• L’enveloppe ne constitue pas un élément de
protection virale, au contraire c’est un
élément de fragilité par son contenu
lipidique, elle confère au virus sa sensibilité
au traitement par les solvants organiques
• Les virus enveloppés sont plus fragiles que les
virus nus, et donc résistent mal dans le milieu
extérieur et le tube digestif
• Transmission par contacts rapprochés
entre hôtes infectés
• Les virus nus se transmettent de façon
directe, mais aussi indirecte par un
environnement contaminé
• Le VIH a une structure complexe :
2 molécules d’ARN associées à des
nucléoprotéines dans une capside protéique,
le tout sous une enveloppe classique.
• Les virus ayant un génome plus grand ont une
architecture plus complexe (poxvirus)
Depuis 1960 un système de classification dit LHT (Lwoff,
Horne et Tournier) retient 4 caractères objectifs de
classification des virus :

- Nature de l’acide nucléique permettant de distinguer les


virus à ADN des virus à ARN

- La symétrie de la nucléocapside : hélicoïdale, cubique ou


mixte

- La présence ou l’absence d’une enveloppe : virus


enveloppé ou nu

- La taille du virus et de la capside.


 Depuis 1975 un comité international de
taxonomie a dressé une classification des
virus en : -famille (viridae)
-sous-famille (virinae)
-genre (virus)
Exemple: le virus de l'herpes simplex" appartient
à la famille des "herpesviridae", sous-famille ou
genre " herpesvirinae", espèce "herpes
simplex"
Il existe une classification basée sur des critères
épidémiologiques selon le mode de
transmission .
Exemple :
• Virus entériques : infectent par ingestion :
rotavirus .
• Virus respiratoires : transmis par inhalation ou
par aérosol : paramyxovirus .
• Virus oncogènes : transmis par contact direct :
HPV .
• Les arbovirus : transmis par piqure d’insecte .
Ces critères ont permis de dénombrer des
milliers de virus infectant les bactéries, les
plantes et les animaux. Ces virus sont
répartis en 71 familles et 164 genres.