Вы находитесь на странице: 1из 22

Immunologie – Séance 5

Rappel 

Dans le système immunitaire inné, nous avons plusieurs types de cellules, mais
chaque type est caractérisé par une identité des nombres de la population, c’est-à-
dire que toutes ont les mêmes récepteurs, et qui n’ont pas de sélections clonales.

Le système immunitaire adaptatif


(À savoir les 2 types de lymphocytes : les cellules B et les cellules T).

Ces lymphocytes sont distribués clonalement, c’est-à-dire qu’ils sont destinés à


reconnaître une immensité (ou bien une quasi-infinité) d’antigènes, et donc pour
cela, il y aura très peu de cellules dévolues à la reconnaissance d’une structure
antigénique donnée.

Donc, du coup, il est très normal que ces cellules puissent circuler, pour pouvoir,
chacune, avoir le maximum de chance de rencontrer l’antigène pour lequel elle est
spécifique.

Les objets de cette séance sont à savoir :


 La nature de ces cellules
 Leurs caractéristiques morphologiques, phénotypiques…
 Leurs récepteurs de membrane
 Leurs lieux de naissance (où elles prennent naissance dans les organes
lymphoïdes primaires ?)
 Leur manière d’acquérir une maturation (et l’objectif de cette maturation)
 Leur circulation, après qu’elles seront matures, entre le sang et la lymphe,
pour pouvoir passer dans les organes et dans le tissus lymphoïdes
 Leur histologie (comment leur organisation histologique est propice à
l’initiation des réponses immunitaires spécifiques ?)

Présentation des lymphocytes :


 Les plus petits globules blancs
 Petites cellules
 Noyau très volumineux
 Cytoplasme très réduit (évidemment qu’il sera très réduit car elles passent
quasiment toute leur vie à l’état de repos ; c’est pourquoi il y a une très forte
chance qu’elles ne rencontrent pas leurs antigènes : beaucoup de
lymphocytes sont produits, circulent toute leur vie, ne rencontrent pas
l’antigène et meurent quelque temps plus tard)
 Physiologiquement au repos
 Pas de réticulum endoplasmique développé
 Pas de synthèse protéique importante
 Pas de granules dans le cytoplasme (d’où leurs noms : Lymphocytes)

Production des lymphocytes :


1- Ces cellules sont produites dès la vie fœtale, elles commencent d’ailleurs à
être produites dans le foie fœtal comme toutes les cellules du système
immunitaire hématopoïétique, et vers la fin de la vie fœtale, c’est la moelle
osseuse qui va prendre le dessus.
2- Les lymphocytes sont produits en très grandes quantités durant l’enfance,
d’où la formation de notre stock.
3- Leur production deviendra de plus en plus réduite au cours de notre vie,
parce que nous allons de plus en plus compter sur les cellules mémoires que
nous allons faire, et stocker dans nos organes et nos tissus lymphoïdes.

En fait, ces cellules ont des durées de vie très variables :

 Si elles n’ont pas du tout été activées : avant toute activation, elles auront
une durée de vie qui va de quelques semaines à quelques mois, et puis elles
meurent.
 Si elles sont activées : les cellules productrices vont assurer la réponse
immunitaire immédiate en réponse à l’antigène, et généralement là, elles ne
persisteront que 2 à 3 semaines chacune (il n’est pas nécessaire que la
réponse immunitaire persiste 2 à 3 semaines), et ensuite elles meurent ; alors
que les cellules mémoire peuvent survivre plusieurs années.
N.B : on considère que les cellules mémoire peuvent vivre au moins 60 à 70
ans, la preuve est que lorsque nous sommes vaccinés durant notre enfance,
on est protégé pratiquement pour toute notre vie.

Ces cellules sont divisées en 2 populations.

A -Les lymphocytes B :


Leur nom est porté d’après l’appellation « Bursa Cells » (Bourse de Fabricius),
puisque ce dernier a décrit un organe qui se trouve dans le cloaque des oiseaux
(orifice uro-génital), et cet organe était de site de maturation des lymphocytes B
chez les oiseaux.

A noter qu’il n’existe pas d’équivalent de la bourse de Fabricius chez les


mammifères, puisque chez ces derniers la maturation totale des lymphocytes B se
fait dans la moelle osseuse comme suit :

Cellules Pro-B Cellules Pré-B Lymphocytes B naïfs.

 Pro-B : ils sont dans la moelle osseuse.


 Pré-B : toujours dans la moelle, avec une maturation continue.
 Lymphocytes naïfs : immunocompétents, ils quittent la moelle osseuse.
(Naïf = qui n’ont jamais rencontré l’antigène partenaire.)

Les cellules B seront responsables de l’immunité humorale, étant donné qu’elles


n’ont pas en particulier un rôle physiologique qui leur est spécifique.

En fait, elles sont responsables de reconnaître les antigènes, et quand elles


reconnaissent les antigènes, elles seront des plasmocytes qui sont des usines à
immunoglobulines (qui fabriquent des immunoglobulines en quantités énormes),
d’où leur transformation après activation en plasmocytes.

Dans les plasmocytes, le noyau est décalé et tout le cytoplasme est rempli de
réticulums.

Les lymphocytes B ont 2 marqueurs de surface qui permettent de les distinguer des
lymphocytes T et de toutes les autres cellules du système immunitaire ; ce sont des
marqueurs moléculaires : CD19 et CD20.
Signification du terme « CD » :

CD = Cluster of Differenciation

Cela désigne le groupe qui permet de les différencier des autres cellules du système
immunitaire.

Avant, quand on produit dans le sérum des anticorps, on les produit à partir de
plusieurs clones de cellules; comme par exemple dans le cas d’injection de
n’importe quel antigène, on a un mélange d’anticorps qui reconnaissent plusieurs
épitopes. En fait, on a commencé dans le années 70 à pouvoir faire des anticorps
monoclonaux, qui sont des anticorps pouvant détecter un seul épitope, et donc qui
permettent de distinguer entre les protéines très semblables l’une à l’autre et qui
diffèrent par de toutes petites structures ; ceci a permis une identification très
détaillée des protéines de surface des différents types de cellules du système
immunitaire, et donc de pouvoir faire une étude beaucoup plus sophistiquée pour
pouvoir les différencier les unes des autres.

Ces molécules ont été appelées CD avec un numéro. Donc, CD se réfère à des
différences structurales entre les protéines mais ne se réfère pas nécessairement à
la fonction de ces protéines.

Il y aura des techniques qui permettent de compter ces CD pour voir, par exemple,
si une leucémie est d’origine B, ou si on a une déficience en cellules B, on
recherche les marqueurs pour les distinguer.

B-Les lymphocytes T :


-T pour « Thymus » parce que ces cellules ont leur maturation dans le thymus.

- quittent la moelle osseuse très tôt à partir de la vie fœtale (on commence à
constituer notre stock à partir de la vie fœtale), sous forme de cellules Pro-T qui
n’ont pas encore de récepteurs d’antigènes

- vont vers le thymus et y restent un certain temps au cours duquel elles acquièrent
les récepteurs et les molécules CD4 et CD8 puis le quittent sous 3 formes :

 Cellules T helper TH (à marqueur de différenciation T4)


 Cellules T cytotoxiques TC (à marqueur T8)
 Cellules T régulatrices Treg (qui sont CD4+)
N.B : on a d’autres cellules T régulatrices qui se différencient à l’extérieur
du thymus.
Différence entre les cellules B et les cellules T:

Les cellules B reconnaissent des antigènes natifs sur les structures moléculaires,
alors que les cellules T ont besoin de ces antigènes soit d’abord dégradés dans les
cellules présentatrices, puis ensuite présentes classiquement dans le CMH ou
parfois dans des molécules qui ressemblent beaucoup au CMH.

Du point de vue des marqueurs de différenciation :

-Toutes les cellules T portent 2 marqueurs CD2 et CD3 (on utilise surtout CD3
pour les différencier de tous les autres lymphocytes)

-Toutes expriment TCR

-les TH expriment en plus CD4 et les TC expriment en plus CD8.

SLIDE 54 : diagramme montrant le devenir des lymphocytes

 A partir de la cellule souche toutes prennent naissance au niveau de la


moelle osseuse.
 Les cellules T achèvent leur maturation dans le thymus.
 Une fois qu’elles sont matures ces cellules vont passer toute leur vie à
circuler entre le sang, la lymphe, les organes et les tissus lymphoïdes.
 Si elles n’ont pas rencontré leur antigène elles retrouvent leur chemin vers le
sang et elles reprennent le sang, la lymphe et les organes lymphoïdes.

SLIDE 55 :Organes lymphoïdes et leur organisation


 La circulation lymphoïde est cruciale à l’initiation des réponses
immunitaires
 Les organes lymphoïdes primaires : MO, thymus
 Les organes lymphoïdes secondaires : ganglions lymphatiques, rate et
tissus lymphoïdes.
 Les tissus lymphoïdes sont divises en :
1) MALT (associés aux muqueuses)
2) le tissu lymphoïde cutané (la peau est un site énorme très important
d’entrée des microorganismes), on trouve des cellules de Langerhans
(cellules dendritiques spécialisées) avec des cellules spécialisées qui sont
les lymphocytes intraépithéliaux.

Moelle osseuse :
-La MO est un site de production de toutes les cellules hématopoïétiques et de
maturation de la plupart d’elles , le site de maturation de toutes les cellules du
système immunitaire sauf les LT, ensuite ces cellules sortent, circulent et passent
leur vie à voyager et éventuellement beaucoup des cellules matures peuvent
revenir à la MO en particulier les cellules mémoires (MO est un stock de
cellules mémoires)

N.B : Lors d’une transplantation de MO, on prend une ponction de la MO, on ne


va pas avoir seulement les cellules souches dont j’ai besoin pour reconstituer la
MO du receveur mais aussi des cellules adultes qui sont déjà fonctionnelles (avec
une durée de vie limitée si elles ne sont pas activées) que je risque d’activer au
contact du tissu du receveur.

La MO doit être traitée pour purifier les cellules souches, on ne doit pas avoir le
risque d’avoir des cellules matures qui reconnaissent des antigènes du receveur
,donc la purification a pour but de laisser les cellules souches faire leur maturation
sur les HLA du receveur (avoir des cellules mémoires parmi ces cellules non
souches est bénéfique mais pas aussi important que la tolérance)
-Les cellules T reconnaissent un complexe HLA-peptide.

HLA (soi)-peptideX possède une forme générale et un emboîtement qui peut


ressembler au HLA(de l’autre)-peptideY.

C’est à l’ origine du rejet du greffe (on va les voir en détails).

SLIDE 57 :
 MO se trouve dans le tissu réticulé au sein de l’os au contact des trabécules
osseuses dans lesquelles il y a ce qu’on appelle les cellules stromales. Les
lymphocytes vont acquérir leur maturation au contact de ces cellules.
 La MO se trouve dans un os long au niveau de la diaphyse et de l’épiphyse.
Cependant chez les adultes la MO commence à se résorber doucement et
sera remplacer par de la moelle jaune adipeuse et sera concentrée dans les
épiphyses de l’os.
N.B : ponction dans MO au niveau du fémur se fait au niveau des épiphyses
pas au milieu de la cuisse pour pouvoir cibler les cellules hématocrites).

SLIDE 59  :Maturation des cellules T


Elle se fait en trois étapes :

1) Acquisition d’un TCR qui lui est propre: elles doivent reconnaître les CMH
du soi. Avant d’enlever tout ce qui reconnait soi , il faut tout d’abord une sélection
pour celles qui reconnaissent le CMH.

Celles qui ne reconnaissent pas le CMH doivent être éliminées.

Celles qui reconnaissent le CMH passent cette première étape de sélection appelée
« sélection positive ».

2) Le TCR soi testé : contrôlé par une liaison à des cellules du soi pour vérifier
que le lymphocyte ne reconnait pas ces cellules et donc pas de risque d’auto-
immunité (tolérance du soi)

C’est l’étape de « sélection négative » : c.à.d. celles qui reconnaissent le soi seront


éliminées.

3) Avoir des cellules immunocompétentes et non auto-réactives.


N.B : On peut considérer que c’est le schéma générale des lymphocytes T et B.
Dans le cas de l’acquisition du récepteur du BCR il y a élimination immédiate des
clones auto-réactifs alors que dans le cas des TCR il y a une sélection positive de
ceux qui reconnaissent le CMH et puis élimination des lymphocytes auto-réactifs.

SLIDE 60 : Thymus
 Organe bilobé
 Situé à la base du sternum
 Divisé en lobules avec des travées conjonctives.
 Divisé en 2 régions : corticale et médullaire.

Maturation des lymphocytes T :


 Les lymphocytes passent de la vascularisation vers le cortex du thymus à
partir des veinules post capillaires endothélium haut ( ou épais) HEV
Elles sont sous forme de Pro-T (CD4-,CD8-)
 Dans la région corticale:
-elles vont acquérir la TCR, CD4 et CD8. Donc elles passent de l'état
double négatif à l'état double positif, chacun des lymphocytes aurait un
TCR, un CD4 et un CD8.
-Les lymphocytes vont tout d'abord faire leur maturation au contact ou
probablement dans « les cellules nurses »

les cellules nurses : peuvent internaliser des cellules entières ou pas entièrement
sans les phagocyter. Elles internalisent les lymphocytes dès qu'ils arrivent

- Elles donnent des facteurs de croissance pour que les lymphocytes prolifèrent et
commencent leur maturation et là elles commencent à faire des réarrangements de
segments géniques pour pouvoir acquérir ce TCR.

Une fois acquis ce TCR, les cellules T rentreront en contact avec des cellules
épithéliales corticales qui ont la forme digitée donc chacune d'elle peut interagir
avec plusieurs lymphocytes T .ici on va voir si les lymphocytes reconnait le CMH
ou non. Si elles ne reconnaissent pas le CMH cela veut dire que le TCR est inutile
et elles vont mourir (90-95%) .La grande majorité ne fera pas un bon TCR .c’est la
« sélection positive »

Celles qui passent la sélection positive migrent un peu vers l'intérieur et entrent
en contact avec des cellules dendritiques provenant des tissus périphériques et des
cellules épithéliales dans la médulla et seront à nouveau testées. C’est la « 
sélection négative »

Ici un autre critère est important, est ce qu’elles reconnaissent trop fortement le
complexe CMH-peptides ,aux quels cas elles pourraient se lier trop fortement à
n’importe laquelle de nos cellules et éventuellement être activées et secréter des
cytokines ou devenir des CTL et tuer ses cellules cibles, donc ils seront jetées .

Donc les lymphocytes déjà sélectionnés positivement seront resélectionnés


négativement et on va jeter aussi beaucoup.

Le cellule une fois acquis TCR, CD4 et CD8 sera ensuite testée avec un complexe
soit CMH1 soit CMH2.elles vont s'attacher à cette molécule et voir le peptide à
l'intérieur et les molécules CD4 ou CD8 vont renforcer cette interaction.

 Si elle est attachée à un CMH de classe 1, le CD8 va s’attacher, vont former


un complexe assez stable et CD4 ne sera plus produite. Donc la cellule T
devient CD8 + seulement .
 Si elle va reconnaître CMH de classe 2 elle va devenir une cellule CD4 +.
 Si elle reconnaît les 2, donc à l’origine elle était CD4+ et CD8+
 Si elle ne reconnait aucun des 2, elles mourront par apoptose.
 Si le lymphocyte reconnait une d'elle d'une manière très forte (un des
complexes) et n’arrive pas à se détacher c.à.d. les cellules c’est attaché au
peptide du soi. Donc ces cellules pourraient être potentiellement auto-
immunes et elles vont aussi devenir apoptotiques.
Donc elles seront sélectionnées sur le CMH et le peptide ,la sélection
négative se fait dans la médulla elle se fait au contact des cellules
épithéliales médullaires mais aussi au contact des cellules dendritiques
venant de la périphérie.

Pour assurer le maximum de chance que les cellules T rencontrent tous les
antigènes que nous exprimons :

Mishen net2akad eno hal lymphocytes 5tubiro eno ma ha ya3rfo akbar 3adad
momkin men Antigenet l soi, bisir fi Ijra2en :

1) AIRE: Auto-Immune Regulation Gene : (dans les cellules épithéliales)

-Il permet la transcription de toutes les protéines de l'organisme dans le


thymus.Par exemple dans le muscles on transcrit de la myosine qui n'est pas
transcrite dans d'autres cellules comme celles du foie ou dans les poumons.

-Ces protéines donneront des peptides qui seront exprimés par ces cellules
épithéliales, ce qui permet aux cellules T d’être négativement sélectionnées pour
celles qui reconnaissent leur peptide (pour la tolérance du soi).

2 ) Les cellules dendritiques :venant de la périphérie , ne collectent pas


seulement les protéines cellulaires mais aussi les débris et des molécules solubles
ce qui renforce cette sélection.

N.B : on considère que pratiquement 99.99% de nos cellules qui reconnaissent le


soi meurent dans le thymus, il en reste très peu qui reconnaissent le soi et ne
meurent pas dans le thymus. On ne sait pas pourquoi , peut être chez certaines
personnes ayant un certain génotype, il se peut que les molécules de CMH
responsables de cette présentation sont pas tout à fait bonne pour pouvoir
présenter les peptides du soi et ces clones auto-réactifs puissent échapper et
entrainer une certaine immunité plus tard. L cellules li 3emloulon l e5tibar la hal
lymphocytes ma ktir mneh, fa zamatit hl nisbe l alile mnl lymphocytes lli momkin
tkun auto-reactifs.

Pourquoi le thymus va régresser a l’âge adulte ?

 Il va régresser à la puberté car il a déjà rassuré tout notre stock. En cas de


besoin pour de nouvelles cellules (éventuellement formées), le corps utilise
des vestiges thymiques dont la localisation est inconnue et qui sont
suffisants pour faire des nouvelles cellules naïves lors du besoin.

Corpuscule de Hassal:

 Contient toutes les cellules mortes.


 a été décrit chez les souris et ON suppose son existence chez l’homme .
 Pratiquement une cimetière.

La circulation des lymphocytes:


 Les lymphocytes sortent du thymus et circulent entre les organes et les tissus
lymphoïdes secondaires.
 Leur circulation est proche à un trafic sur les autoroutes (il y’a un flux
énorme et une rapidité).La circulation qu’elle soit lymphatique ou sanguine
n’est pas propice aux interactions cellulaires. Pour que les lymphocytes
puissent interagir entre elles ou avec les cellules dendritiques, il faudrait
qu’il y ait des interactions moléculaires stables et durables
 le rôle des organes lymphoïdes d’assurer un environnement propice à ses
interactions :
- en concentrant les antigènes tout d’abord
-en les présentant
-en permettant aux lymphocytes de s’immobiliser pour rentrer en contact
avec ces cellules accessoires.
 Les interactions moléculaires vont permettre une sélection des lymphocytes
spécifiques à un antigène.

SLIDE 63 : Les ganglions lymphatiques


Ce qui est évident dans leur distribution, c’est qu’ils sont présents dans les régions
les plus exposés aux microorganismes.
Localisation :

-dans le thorax, au centre, à l’entrée des poumons.

-mésentériques

-axillaires (assurent la protection des bras, vingtaine jusqu’au niveau du coude).

-inguinaux (rassurant la protection des jambes. Or les jambes sont plus longs que
les bras alors ils ont un relais : les ganglions lymphatiques poplités qui sont du
côté postérieure des genoux)

-cervicaux dans le cou à la base du cerveau

- mandibulaires (comme le bouche et le nez sont des sites d’entrée des


microorganismes)

-devant et derrière les oreilles.

On a aussi les tissues lymphoïdes : Amygdale, palatine, linguale et adipeux.

On trouve beaucoup de tissues lymphoïdes au niveau de la tête.

Slide 64 :
 La circulation lymphatique est en connection avec la circulation sanguine
car le sang va amener les nutriments et l’oxygène vers les capillaires . Le
plasma , au niveau des capillaires , fait une exudation dans les tissus et ça
permet de baigner les cellules dans les nutriments et de recollecter les
déchets et le CO2 .
 La Lymphe interstitielle peut:
- revenir au sang
Ou
- être drainée par les vaisseaux lymphatiques ( en cas où ils sont en excès ,
ou quand on a une coagulation sanguine lors d’une inflammation).
 Cette lymphe , collectée par les vaisseaux lymphatiques peut rejoindre la
circulation sanguine au niveau du canal thoracique au niveau des veines sous
clavières essentiellement ( il y en a d’autre).
Slide 65 :
Au niveau du ganglion, on remarque:

 Au moins l’arrivée de 2 vaisseaux lymphatiques afférents et une


sortie par les vaisseaux lymphatique efférents.
 Des cellules dendritiques : cellules résidentes ou qui arrivent au
cas d’infection(cellules dendritiques interdigitées qui se localisent
au niveau du paracortex et font une cross-présentation avec les
cellules TH reconnaissant des Ag-CMH2)

Remarque :

 Les lymphocytes entrent par les artères et sortent des veinules post capillaire
(HEV) et se relâchent dans le stroma du ganglion .
 Il y a des cellules dendritiques spécialisées , dont le rôle est d’aider les LB
mais ne présentent pas l’antigène au sens classique (ne sont pas des CPA).
 De même les lymphocytes B vont rencontrer des antigènes venant de la
lymphe a l’état soluble arrivant à la région sous-corticale sans l’aide des
cellules dendritiques

slide 69 :
La circulation des lymphocytes :
-Les lymphocytes matures naïfs quittent les organes lymphoïdes primaires et
passent dans le sang.

-Ils arrivent aux ganglions par les artères et le quittent par les HEV après qu’ils
avaient fait une inspection.
- Les lymphocytes stimulés et non stimulés vont ressortir par des vaisseaux
efférents.

-Ceux qui n’ont pas rencontres leur Ag ressortent immédiatement et n’exprimeront


pas de molécules de co-stimulation ni de molécules d’adhésion les permettant de
quitter la circulation . Tant qu’ils sont naïfs (non stimulés) ils sont restreints a la
circulation sanguine ( un lymphocyte fait en moyenne 2 tours entiers de tous nos
ganglions PAR JOUR ! )

-Ceux stimules doivent rester dans le ganglion lymphatique au moins pour 4 à 5


jours pour pouvoir se proliférer et se différencier. Ces lymphocytes ressortent de
toute manière par la lymphe efférente et repassent au tissu inflammé d’origine . Ce
passage est assuré par l’expression de molécules d’adhésion partenaires avec celles
exprimées par les vaisseaux sg et des récepteurs de chimiokines et de TL8 pour
qu’ils soient recrutes.

Si nous avons une infection, le débit de la lymphe afférente reste le même, alors
que le débit de la lymphe efférente est réduit.

>> Ceci va permettre de ralentir le flux des lymphocytes pour permettre le


maximum d'interaction avec les cellules dendritiques. D'où les ganglions
deviennent à ce moment là pressurisés avec de la lymphe afférente, vont devenir
plus gros. En plus; ils seront le site de prolifération cellulaire.

C'est pourquoi dans les endroits superficiels, on peut les sentir et ils deviennent
douloureux à cause de la pression.

•Remarque:

- Dans le cas de blessure importante dans un doigt, il va avoir gonflement des


ganglions au niveau des aisselles( connu par rboubiyé en arabe)

- Si on a une infection au niveau du pied; on a les ganglions poplités qui vont


gonfler.

Ex: dans le cas du cancer du sein, la première voie de sortie des cellules
cancéreuses va être par la lymphe qui arrive au ganglion axillaire.
- Quand on fait la chirurgie, on prélève de toute la chaîne ganglionnaire chez la
femme et on fait un examen histologique pour voir où il y a des cellules
cancéreuses et où il y a une activation des cellules cancéreuses dans les différents
ganglions; l'étendue de l'invasion est un prognostic du stade de cancer.

N.B: Chaque interaction de lymphocyte avec une cellule


dendritique(reconnaissance et acquisition des molécules) prend à peu
près 8 heures.
• Rôle des ganglions lymphatiques:
-Drainer les tissus périphériques.

- Nettoyage de tous les organes, à partir de tous les microorganismes qui peuvent
pénétrer par la voie lymphatique.

 La Rate:
- la rate est responsable d'éliminer les antigènes qui ont réussi à rentrer dans la
circulation sanguine (Ag systémiques qui st bcp plus dangereux)

- La rate est organisée en 2 pulpes: pulpe blanche et pulpe rouge.

• pulpe blanche: elle est organisée dans la rate sous forme d'une gaine qui va
suivre le trajet des artérioles : PALS = peri-arterioliar lymphoid sheath
(sheath=gaine) essentiellement constituée de lymphocytes T.

- Au sein du PALS, on peut avoir des amas folliculaires de lymphocytes B. Ces


lymphocytes s'ils sont activés au contact des lymphocytes T vont donner un centre
germinatif et vont devenir des follicules secondaires.

•Comment ces cellules T pourront-être activées?

- elles seront activées au contact de macrophages et de cellules dendritiques


spléniques qui eux se trouvent autour.
- Donc l'organisation est différente que celle du ganglion, elle est organisée de
manière concentrique:

• À la periphérie:

-CPA professionnelles

-PALS qui est au contact direct de l'intérieur et constitué essentiellement de


lymphocytes T.

• Au Centre:

- follicules B

- Si on a une infection systémique, la rate va devenir hypertrophique ; ce qu'on


appelle splénomégalie, à cause de l'activation cellulaire intense.

Tissu lymphoïde associe aux muqueuses


 Historique:

• Pendant des décennies, on a considéré que toutes nos réponses immunitaires


spécifiques étaient initiées soit dans nos ganglions, soit dans la rate : c'était la
quasi-totalité de notre tissu lymphoïde.

Par la suite ; on s'est rendu compte que ce n'était pas vrai : pour que qu’on puisse
arriver aux ganglions et à la rate, il devrait qu'il y est des infections intenses.

•La preuve:

- si je coupe le doigt, il n'y aura pas hypertrophie des ganglions.

Donc on a commencé à rechercher d'autres points d'initiation de la réponse


immunitaire spécifique et on s'est rendu compte que la muqueuse était équipée d'un
système lymphoïde extrêmement important.

 La peau fait une surface de 1.5-2 m2 alors que celle de la muqueuse


(respiratoire et digestive) est de 400 m2 ( à cause des villosités)
Avantage de cette grande surface: permet le max d’absorption grâce au
villosités intestinales.
Désavantage immunitaire : augmente l’exposition aux microorganismes
mais en même temps elle est le siège de tolérance ( de notre bol alimentaire,
l’air qu’on respire)

-La muqueuse est équipée d’un tissu lymphoïde MALT ( mucosa associated
lymphatic tissue ) divisé en BALT (bronchi associated) et GALT(gutt
associated)

PLAQUES DE PEYER :
Les cellules M ( microfold cells ) de l’épithélium intestinal permettent le passage
des Ag , permettant ainsi l’initiation de la réponse immunitaire

SLIDE 74 ( première photo )

-Les cellules épithéliales sont reliées entre elles ( au niveau des parois latérales )
par des jonctions cellulaires  étanchéité totale de l’épithélium

-Les cellules M , sous forme d’une caverne, sont dotées d’une capacité
d’endocytose importante sur la membrane apicale formation des vésicules
d’endocytose  échantillonnage de toutes les substances qui passent dans
l’intestin grêle  sortie des vésicules d’endocytose sous forme de vésicules
d’exocytose ; 3ala l cavité de la cellule la jehit jowa ya3ne
-Les cellules M ne digèrent rien. Elles ne sont ni des cellules phagocytaires ni
endocytaires au vrai sens strict du mot .

-Dans les cavités formées par les cellules M , il y a :

 Cellules B : pour la réponse humorale, celles qui ont capté un Ag seront
stimulées et transformées en plasmocytes
 Cellules T : sécrètent des cytokines help
 CPA : prennent les produits relâchés par les vésicules d’endocytose, les
endocytent , les présentent à la surface des CMHI ou CMHII pour être
présentés aux cellules T

SLIDE 74 :( deuxième photo)


-Au niveau des muqueuses, les Cellules B produisent une classe particulière d’Ig:
IgA
-Les cellules B , après activation , vont partir aux follicules secondaires des
plaques de Peyer pour devenir des plasmocytes secrétant des IgA.

-Ces IgA seront au contact de la membrane basale .

-Les IgA sont des molécules dimères.Ils vont passer de la sous-muqueuse vers la
lumière . Or comme l’épithélium présente des jonctions serrées , le passage
intercellulaire n’est pas facile. D’où le rôle des cellules M comme voie d’entrée. Il
existe sur la membrane basale des récepteurs d’IgA .

Ce récepteur capte les IgA  invagination de la membrane  formation d’une


vésicule d’endocytose  dans la vésicule , le récepteur se clive de sa membrane et
s’embobine autour de l’IgA  formation d’une vésicule d’exocytose  IgA libre
dans la lumière intestinale

La partie enroulée de récepteur es la pièce sécrétoire résistante aux protéases 


protège ainsi les IgA des enzymes digestives de la lumière intestinale ( leur
permettant ainsi de capter les micro-organismes par leurs parties variables tout en
gardant leur intégrité moléculaire)
N.B. IgA se trouve dans toutes les sécrétions des muqueuses ( respiratoire,
digestives, dans les larmes)
 Role de la muqueuse :
- défense
- assurer une surface tolérante pour empêcher les hypersensibilités car elle
est tout le temps en contact avec des étrangers
- différencier entre flore microbienne normale et pathogène , entre aliments
et toxines
Donc , en plus des CPA , cellules B et cellules T , on a besoin des cellules
régulatrices .

 Une flore microbienne normale non pathogène ne trouve pas les moyens
pour passer à travers cet épithélium : elle n’a pas de récepteurs sur cet
épithélium OU si elle passe elle pourra être rapidement phagocytée.
 Cette flore peut devenir pathogène si elle réussit a passer (en cas de lésion,
d’une déchirure dans l’intestin, d’une infection pulmonaire qui fragilise les
poumons)  Infection par une flore qui devient à ce moment opportuniste.

Donc il faut avoir :

 Une réponse IgA


 Cellules mémoires
 Cellules T rég
 être capable en cas d’invasion de monter une réponse immunitaire

Slide 75 :
En ce qui concerne le tissu lymphoïde, les plaques de Peyer sont très bien
organisés histologiquement et physiologiquement au contraire des muqueuses
respiratoires et autres tissus lymphoïdes qui ne sont pas aussi bien structurés (on
ne les connait pas très bien).

Cependant on sait que dans les amygdales on a aussi des cellules M et on a la


possibilité de rencontrer des antigènes provenant de la cavité orale.

Les amygdales :
 Palatine
 Linguale
 Pharyngée

Différence entre elles et les organes lymphoïdes 

 Non encapsulées
 ne sont pas aussi bien organisées histologiquement (certains ont une grande
adénoïde, d’autres petite, certains même ne l’ont pas..)  leur forme est tout
à fait variable.

Slide 77 :
-La peau est surtout protégée par sa structure physique du fait qu’elle est
kératinisée, avec plusieurs couches, avec présence de cellules mortes

-Les cellules de Langerhans (présentes entre les kératinocytes) sont des cellules
présentatrices d’antigène donc initiatrices d’une réponse immunitaire.

Dans certains cas elles le font mais IL SEMBLE (c’est à vérifier !!) que les cellules
dendritiques ont essentiellement un rôle tolérogène cad elles prennent des
antigènes de l’extérieur et si ces antigènes n’ont pas traversé l’épiderme, elles
n’initient pas de réponse immunitaire contre eux car ils ne sont pas encore
dangereux.

-Il y a aussi à l’intérieur de l’épiderme des lymphocytes intraépidermiques qui sont


pour la plupart des lymphocytes mémoires.

Comme ils sont mémoires cad ils proviennent d’un clone, et que ce clone provient
de cellules qui ont été préalablement activées.

Si ces lymphocytes ont été préalablement actives cad il y avait une raison pour
cette activation, cad que très probablement ils ont été activés en présence de
cellules présentatrices qui présentent des PAMP et des DAMP.

Donc les antigènes pour lesquels ils sont spécifiques proviennent probablement de
quelque chose de dangereux. Donc les lymphocytes intraépithéliaux n’ont pas
tellement besoin d’une présentation d’antigènes énorme et sophistiquée pour
s’activer.
Donc les lymphocytes intraépithéliaux sont pour la plupart des lymphocytes
de mémoire capables de répondre très très rapidement aux agressions.

-En dessous, nous avons le derme où il y a :

 Macrophages tissulaires
 Cellules dendritiques dermiques

*Ces cellules dendritiques dermiques ont-ils un rôle tolérogène ? NON. Elles ont
essentiellement un rôle d’activation car ces corps étrangers ne doivent pas exister
au niveau du derme.

-Ces 2 types de cellules peuvent :


 réagir avec les lymphocytes qui se trouvent dans les tissus
 OU migrer vers les ganglions lymphatiques

DONC, j’ai un tissu cutané qui est prêt à répondre (dans la plupart
des cas il est suffisant) mais qui peut également recruter une réponse
plus importante à partir des ganglions.