Вы находитесь на странице: 1из 2

QUELQUES ORIENTATIONS PRATIQUES.

Afin de faire face aux conditions sanitaires exceptionnelles de scolarisation de nos élèves, en
particulier en matière d’harmonisation des pratiques pédagogiques concernant l’enseignement de la
langue française, il devient impératif de mettre en place un certain nombre de réaménagements dans les
contenus des séances et des séquences d’apprentissage. Par conséquent, nous vous demandons de vous
réunir en cellules pédagogiques afin d’étudier les orientations suivantes à l’effet de décider d’une
démarche commune.

1. Le projet de l’élève comme activité de recherche individuelle et/ou collective doit être abandonné sauf
si les élèves choisissent de réaliser des travaux extrascolaires pouvant s’inscrire dans cette
perspective.

2. La prise en charge de tous les objets d’étude inscrits dans le programme est obligatoire en consacrant au
maximum 04 semaines par objet d’étude.

3. Pour chaque objet d’étude, il faut se limiter à une séquence unique (de 08 à 10 séances)  : 01 à 02 séances pour
l’oral, 03 à 04 séances pour la compréhension de l’écrit et 02 séances pour la production de l’écrit.

4. La séance consacrée habituellement au fait poétique peut être abandonnée dans le cas où celle-ci ne serait pas
déterminante dans l’objet d’étude.

5. Lorsque l’intitulé d’un objet d’étude présente deux intentions de communication, il faudrait simplifier la
formulation des intitulés des séquences afin de ne pas être en contradiction avec les objectifs de production
écrite. A titre d’exemples :
a- En 1AS, il faudrait probablement écrire pour l’intitulé de la séquence unique : « Produire une lettre
ouverte en présentant des arguments convaincants », au lieu de : (1. Produire un texte pour défendre
une opinion. 2. Produire un texte argumentatif en vue de l’intégrer dans une lettre ouverte).
b- En 2AS : « Produire un texte pour prouver un fait en intégrant des passages expositifs », à la place
de : (1. Exposer pour présenter un fait, une notion, un phénomène. 2. Produire un texte pour démontrer,
prouver un fait).
c- En 3AS : Il faudrait peut-être se contenter de l’un ou de l’autre des deux intitulés car il est illogique de les
jumeler dans un objectif de production car le premier relève du discours plus ou moins objectif alors que
le second est totalement subjectif : (1. Produire un texte pour informer d’un fait d’histoire de manière
objective. 2. Produire un texte pour présenter un fait d’histoire en y introduisant des commentaires et/ou
des témoignages).

6. Dans le cas où l’intitulé de la séquence comporterait deux intentions communicatives, il faudrait présenter en
compréhension de l’écrit un seul texte pour chaque intention ou objectif (à titre indicatif  : en 1AS, un texte
pour « l’argumentation » et un autre texte pour « la lettre ouverte » ; en 2AS, un texte pour « exposer » et un
autre pour « démontrer », idem pour « le reportage » et « le récit de voyage », « le plaidoyer et le
réquisitoire » ; en 3AS, un texte pour « informer d’un fait d’histoire » et un autre pour « intégrer des
témoignages », idem pour « s’inscrire dans un débat » et pour « réfuter un argumentaire »).

7. Il serait possible d’intituler une séquence comme suit : « produire le compte rendu d’un texte d’histoire ou d’un
texte argumentatif, etc.», en ce sens que la technique d’expression peut très bien constituer l’objectif de
production finale.

8. Consacrer une seule séance pour l’évaluation diagnostique : a)- activité individuelle sur un court passage,
quelques questions à réponses simples ; b)- correction collective ; c)- identification des insuffisances et des
besoins.
9. Travailler la compétence de l’oral (en réception et en production) uniquement dans les objets d’étude et les
techniques d’expression qui privilégient l’oral (l’interview, l’exposé oral, le débat d’idées, etc.).

10. En compréhension de l’écrit, il devient impossible de maintenir tous les objectifs d’apprentissage et toutes les
ressources présentées dans les progressions de septembre 2020 en raison de la réduction du volume horaire, en
particulier en 1AS et en 2AS et de la durée de la séance de français réduite à 45 mn.

11. Les ressources doivent être puisées dans les progressions initiales (septembre 2020) afin d’uniformiser les
points étudiés, tout en tenant compte de l’évaluation diagnostique et des besoins des élèves.

12. Les textes supports doivent être courts (mais comportant suffisamment d’informations) afin de permettre à
l’élève de comprendre les éléments relevant de la grille de lecture ciblée (paratexte, thématique, système
énonciatif, intentions de communication, éléments linguistiques, etc.) et de déboucher en production écrite sur
un écrit libre ou sur une technique d’expression. Le texte ne doit en aucun cas être adapté ou césuré de
manière désordonnée.

13. Réduire obligatoirement le nombre d’activités d’apprentissage (lecture, langue, synthèse et écriture) ainsi que
le temps consacré aux explications théoriques.

14. Orienter les élèves vers des travaux de maison en individuel ou par groupes à partir du manuel scolaire, des
manuels parascolaires ou à partir de sites Internet crédibles (site de l’ONEFD).

15. Proposer obligatoirement pour tous les niveaux des études de textes (type épreuve du Bac), comportant un
texte de 300 à 400 mots, une douzaine de questions de compréhension (sens du texte, lexique, grammaire,
synthèse de l’information) et une activité de rédaction (un résumé ou un compte rendu de lecture et une
rédaction libre à faire au choix). Motiver les élèves à travailler à la maison en individuel ou en tandems,
vérifier le travail effectué sans le corriger en classe et attribuer des notes en contrôle continu pour encourager
les élèves les plus entreprenants.

16. Proposer un seul devoir sur table au lieu de deux devoirs trimestriels. Consacrer une seule séance de
correction – remédiation en classe (pour le devoir surveillé ou pour la composition).

Prenez soin de vous et de vos proches et bonne année scolaire 2020 / 2021.

M. Kais, IEN de français.

Оценить